Chroniques des Illuminati. Une brève histoire du nouvel ordre mondial

PARTIE 1

Sans commentaire

En 1770, Mayer Amschel Rothschild établit les plans pour la création de Illuminatenorden (Ordre des Illuminati). Il confie l’organisation et le développement à un juif Ashkénaze, Adam Weishaupt, un crypto-juif en apparence catholique romain. C’est une religion basée sur les enseignements du Talmud, enseignements de juifs rabbiniques. Ce devait être appelé illuminati car il s’agit d’un terme luciférien qui signifie les gardiens de la lumière.

Adam Weishaupt

Lucifer est bel et bien vivant, Il est notre dieu, et nous sommes son peuple élu. -Mayer Amschel Rothschild, banquier.

Le terme novo ordo seclorum (nouvel ordre séculaire) est le slogan de la société secrète des Illuminati. « Personne n’entrera dans Nouvel Ordre Mondial à moins qu’il ou elle prête serment d’adorer Lucifer. Personne n’entrera dans le Nouvel Age à moins qu’il prenne une initiation luciférienne » -David Spangler Directeur de l’Initiative Planétaire Nations unie.

Mayer Amschel Rothschild

1773 – Mayer Amschel Rothschild rassemble douze de ses amis les plus influents et les convainc que s’ils mettent tous leurs ressources en commun, ils peuvent gouverner le monde. Cette réunion a lieu à Francfort, en Allemagne. Rothschild informe également ses amis qu’il a trouvé le candidat parfait, un individu d’une intelligence et d’une ingéniosité incroyables, pour diriger l’organisation qu’il a planifiée – Adam Weishaupt[1]

 

1er mai 1776 – Adam Weishaupt (nom de code Spartacus) établit une société secrète appelée l’Ordre des Illuminati. Weishaupt est professeur de droit canonique à l’Université d’Ingolstadt en Bavière, en Allemagne. [Cette date, le 1er mai, doit devenir très importante pour les communistes soviétiques. Ils ont organisé des défilés militaires festifs ce jour-là.] Les Illuminati cherchent à établir un nouvel ordre mondial. Leurs objectifs sont les suivants:

1) Abolition de tous les gouvernements ordonnés

2) Abolition de la propriété privée

3) Abolition de l’héritage

4) Abolition du patriotisme

5) Abolition de la famille

6) Abolition de la religion

7) Création d’un gouvernement mondial

Juillet 1782 – L’Ordre des Illuminati s’associe à la franc-maçonnerie au Congrès de Wilhelmsbad. Le comte de Virieu, présent à la conférence, s’en va visiblement secoué. Interrogé sur les «tragiques secrets» qu’il a rapportés avec lui, il répond: «Je ne vous les confierai pas. Je peux seulement vous dire que tout cela est beaucoup plus grave que vous ne le pensez. » A partir de ce moment, selon son biographe,« le comte de Virieu ne pouvait que parler de la franc-maçonnerie avec horreur. »

1785 – Un courrier Illuminati nommé Lanze est frappé par la foudre et tué en voyageant à cheval à travers la ville de Ratisbonne. Lorsque les responsables bavarois examinent le contenu de ses sacoches, ils découvrent l’existence de l’Ordre des Illuminati et trouvent des plans détaillant la prochaine Révolution française. Le gouvernement bavarois tente d’alerter le gouvernement français d’une catastrophe imminente, mais le gouvernement français ne tient pas compte de cet avertissement. Les autorités bavaroises arrêtent tous les membres des Illuminati qu’ils peuvent trouver, mais Weishaupt et d’autres sont entrés dans la clandestinité et sont introuvables.

11 octobre 1785 – Les autorités bavaroises font une descente au domicile d’un membre des Illuminati nommé Von Zwack. Ils découvrent des documents Illuminati qui montrent très clairement qu’ils prévoient de provoquer une «révolution universelle qui devrait porter le coup fatal à la société… cette révolution sera l’œuvre des sociétés secrètes, et c’est l’un de nos grands mystères».

1789 – La violence éclate en France. La Révolution française non seulement renverse le gouvernement, mais tente également d’éliminer le christianisme de la nation. Une prostituée à moitié nue est placée sur l’autel de la cathédrale Notre-Dame et vantée comme la «déesse de la raison». Les fonctionnaires révolutionnaires suppriment même la semaine de sept jours [2] et la remplacent par une semaine de dix jours.

John Adams

1796 – La franc-maçonnerie devient un enjeu majeur de l’élection présidentielle aux États-Unis. John Adams remporte l’élection en s’opposant à la maçonnerie, et son fils John Quincy Adams met en garde contre la terrible menace pour la nation que représentent les loges maçonniques: «Je crois sincèrement que l’Ordre de la franc-maçonnerie, sinon le plus grand, est l’un des les plus grands maux moraux et politiques… »

1797 – John Robison, professeur d’histoire naturelle à l’Université d’Édimbourg en Écosse, publie un livre intitulé «Preuves d’une conspiration» dans lequel il révèle qu’Adam Weishaupt avait tenté de le recruter. Il expose les objectifs diaboliques et mondiaux des Illuminati .

George Washington était un franc maçon

1798 – George Washington reconnaît que l’activité des Illuminati est arrivée en Amérique: «Je n’ai pas l’intention de douter que la doctrine des Illuminati et les principes du jacobinisme ne se soient pas répandus aux États-Unis. Au contraire, personne n’est plus satisfait de ce fait que moi. »

1816 – Le Congrès accorde une charte de 20 ans à la Banque des États-Unis, une banque centrale privée pour l’Amérique. [La Constitution avait accordé au Congrès le «pouvoir de fabriquer de l’argent et d’en réglementer la valeur». Thomas Jefferson avait spécifiquement mis en garde le peuple américain contre le transfert de ce pouvoir pour créer de l’argent à un groupe privé non élu et non responsable devant le public: «Si le peuple américain autorise un jour les banques privées à contrôler l’émission de leur monnaie, d’abord par l’inflation puis par la déflation, les banques et les sociétés qui grandiront autour d’eux priveront le peuple de toute propriété jusqu’à ce que leurs enfants se réveillent sans abri sur la continent que leurs pères ont conquis. »]

1821 – Georg W. F. Hegel formule ce que l’on appelle la dialectique hégélienne – le processus par lequel les objectifs des Illuminati sont atteints. Selon la dialectique hégélienne, thèse plus antithèse est synonyme de synthèse. En d’autres termes, vous fomenter d’abord une crise. Ensuite, il y a un énorme tollé public que quelque chose doit être fait pour résoudre le problème. Vous proposez donc une solution qui apporte les changements que vous vouliez vraiment depuis le début, mais que les gens n’auraient pas voulu accepter au départ. (Un bon exemple de cela sont les « révolutions de couleur » , « le Printemps Arabe » et le Printemps Érable ,au Québec ).

William_Morgan

1826 – William Morgan tente de publier un livre exposant les méfaits des loges maçonniques. Alors qu’il est en train d’imprimer son livre, il disparaît mystérieusement. [Son corps a été retrouvé dans le lac Ontario un an plus tard.]

1828 – Mayer Amschel Rothschild, qui finance les Illuminati, exprime son mépris total pour les gouvernements nationaux qui tentent de réglementer les banquiers internationaux tels que lui: «Permettez-moi d’émettre et de contrôler l’argent d’une nation, et je me fiche de qui rédige les lois. » [Comme le disait Sir Josiah Stamp, président de la Banque d’Angleterre dans les années 1920,« des opérations bancaires ont été conçues dans l’iniquité et sont nées dans le péché. Les banquiers possèdent la Terre entière; vous pouvez la leur enlever mais leur laisser le pouvoir de créer des dépôts, et avec un coup de stylo, ils créeront suffisamment de dépôts pour la racheter. »]

Frances Wright

1829 – L’illuministe britannique Frances «Fanny» Wright donne une série de conférences aux États-Unis. Elle annonce que divers subversifs et révolutionnaires doivent être unis dans un mouvement qui sera appelé «communisme». Elle explique que le mouvement doit être rendu plus acceptable pour le public en professant de soutenir «l’égalité des chances» et «l’égalité des droits».

Andrew Jackson

1829-1837 – Pendant que le président Andrew Jackson est en fonction, il y a des tentatives de poursuivre et de renforcer l’emprise d’une banque centrale sur les États-Unis. Le président Jackson s’oppose vigoureusement à ces efforts. Jackson dit à ses adversaires: «Vous êtes un repaire de vipères! J’ai l’intention de vous mettre en déroute, et par le Dieu éternel je vous mettrai en déroute. Si le peuple ne comprenait que l’injustice flagrante de notre argent et de notre système bancaire, il y aurait une révolution avant le matin. »  En 1832, Jackson met son veto à un projet de loi pour renouveler la charte de la Banque des États-Unis. En 1833, il retire les fonds publics de la Banque des États-Unis.

1848 – Moses Mordecai Marx Levy, alias Karl Marx, écrit «Le Manifeste communiste». Marx est membre d’une organisation du front Illuminati appelée la Ligue des Justes.

Karl Marx



Il ne préconise pas seulement des changements économiques et politiques; il prône également des changements moraux et spirituels. Il pense que la famille devrait être abolie et que tous les enfants devraient être élevés par une autorité centrale. Il exprime son attitude envers Dieu en disant: « Nous devons lutter contre toutes les idées dominantes de religion, d’État, de patrie, de patriotisme. L’idée de Dieu est la clé d’une civilisation pervertie. Elle doit être détruite. « 

1870 – John Ruskin est nommé professeur de beaux-arts à l’Université d’Oxford en Angleterre. Il enseigne à ses élèves que le gouvernement devrait prendre le contrôle de tous les moyens de production et de distribution, et il est prêt à placer le contrôle du gouvernement entre les mains d’un seul homme: «Mon objectif continu a été de montrer la supériorité éternelle de certains hommes sur les autres, parfois même d’un homme sur tous les autres. »

Albert Pike

1871 – Albert Pike, fondateur du Klu Klux Klan, publie son livre de 861 pages «Morals and Dogma», destiné uniquement aux lecteurs maçonniques. Il indique que ceux des rangs inférieurs de la maçonnerie sont délibérément trompés par leurs supérieurs: «Les degrés bleus [les trois premiers degrés des 32] ne sont que la cour extérieure ou le portique du Temple. Une partie des symboles y est exposée à l’Initié, mais il est intentionnellement induit en erreur par de fausses interprétations. Il n’est pas prévu qu’il les comprenne; mais il est prévu qu’il s’imaginera qu’il les comprendra. Leur véritable explication est réservée aux Adeptes, les Princes de la Maçonnerie. » [C’est pourquoi environ 95% des hommes impliqués dans la Maçonnerie n’ont pas la moindre idée de ce que sont réellement les objectifs de l’organisation. Ils ont l’illusion que c’est juste une bonne organisation communautaire qui fait du bon travail.]

Helena Petrovna Blavatsky

1875 – L’occultiste russe Helena Petrovna Blavatsky fonde la Société théosophique. Madame Blavatsky prétend que des saints tibétains de l’Himalaya, qu’elle appelle les Maîtres de la Sagesse, ont communiqué avec elle à Londres par télépathie. Elle insiste sur le fait que les chrétiens ont tout compris de travers, et  que Satan est bon et Dieu est mauvais. Elle écrit: «Les chrétiens et les scientifiques doivent être obligés de respecter leurs meilleurs maîtres indiens. La sagesse de l’Inde, sa philosophie et ses réalisations doivent être diffusées en Europe et en Amérique. »

1884 – La Fabian Society est fondée pour promouvoir le socialisme. La Fabian Society tire son nom du général romain Fabius Maximus, qui a combattu l’armée d’Hannibal dans de petites escarmouches débilitantes, plutôt que de tenter une bataille décisive.

14 juillet 1889 – Albert Pike donne des instructions aux 23 conseils suprêmes du monde. Il révèle qui est le véritable objet du culte maçonnique: «À vous, Souverains Grands Instructeurs Généraux, nous disons ceci, afin que vous puissiez le répéter aux Frères des 32e, 31e et 30e degrés: La religion maçonnique devrait être, pour nous tous, initiés des degrés élevés, maintenue dans la pureté de la doctrine luciférienne. »

1890-1896 – Cecil Rhodes, un étudiant enthousiaste de John Ruskin, est le premier ministre de l’Afrique du Sud, une colonie britannique à l’époque. Il est capable d’exploiter et de contrôler la richesse en or et en diamant de l’Afrique du Sud. Il travaille à mettre toutes les parties habitables du monde sous la domination d’une élite dirigeante. À cette fin, il utilise une partie de sa vaste richesse pour établir les célèbres bourses Rhodes pour étudiants.

5 février 1891 – Rhodes rejoint son groupe d’Oxford avec un groupe similaire de Cambridge dirigé par un ardent réformateur social William Stead. Rhodes et Stead sont membres du «Cercle des Initiés» intérieur de la société secrète qu’ils ont trouvée. Il existe également un cercle extérieur appelé «Association of Helpers» c’est-à-dire «Association de ceux qui  aident».

Annie Besant

1891 – Madame Blavatsky décède. La responsabilité du leadership du mouvement théosophique mondial revient à Annie Besant, militante féministe et membre de la Fabian Socialist Society of England. Elle se joint avec enthousiasme aux émeutes révolutionnaires de la rue et écrit de nombreux volumes  occultes à ajouter à ceux de Blavatsky.

1909-1913 – Lord Alfred Milner organise l ‘«Association of Helpers» en divers groupes de tables rondes dans les dépendances britanniques et aux États-Unis.

1912 – Le colonel Edward M. House, proche conseiller du président Woodrow Wilson, publie Phillip Dru: administrateur, dans lequel il promeut «le socialisme comme rêvé par Karl Marx».

1913 – Le président Woodrow Wilson publie «La nouvelle liberté» dans laquelle il révèle: «Depuis que je suis entré en politique, les opinions des hommes me sont principalement confiées en privé. Certains des plus grands hommes des États-Unis, dans le domaine du commerce et de la fabrication, ont peur de quelqu’un, ont peur de quelque chose. Ils savent qu’il y a un pouvoir quelque part si organisé, si subtil, si vigilant, si imbriqué, si complet, si omniprésent, qu’ils feraient mieux de ne pas parler au-dessus de leur souffle lorsqu’ils le condamnent. »

23 décembre 1913 – Création de la Réserve fédérale [ni fédérale ni réserve – c’est une institution privée]. Elle a été planifiée lors d’une réunion secrète en 1910 sur l’île de Jekyl, en Géorgie, par un groupe de banquiers et de politiciens, dont le colonel House [3]. Cette décision transfère le pouvoir de créer de l’argent du gouvernement américain à un groupe privé de banquiers. Le Federal Reserve Act est adopté à la hâte juste avant les vacances de Noël. La planche n°5 du «Manifeste communiste» avait appelé à une telle banque centrale. [C’est probablement le plus grand générateur de dettes au monde.] Le membre du Congrès Charles A. Lindbergh Sr. (père du célèbre aviateur) prévient: «Cet acte établit le trust la plus gigantesque sur terre. Lorsque le président signera cet acte, le gouvernement invisible par le pouvoir de l’argent, prouvé par l’enquête Money Trust, sera légalisé… »

1916 – Trois ans après avoir promulgué la loi sur la Réserve fédérale, le président Woodrow Wilson observe: «Je suis un homme très malheureux. J’ai involontairement ruiné mon pays. Une grande nation industrielle est contrôlée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré. La croissance de la nation, donc, et toutes nos activités sont entre les mains de quelques hommes. Nous sommes devenus l’un des gouvernements les moins gouvernés, l’un des gouvernements les plus contrôlés et dominés du monde civilisé. Ce n’est plus un gouvernement d’opinion libre, ni un gouvernement de conviction et de vote de la majorité, mais un gouvernement d’opinion et de contrainte d’un petit groupe d’hommes dominants. »

1917 – Avec l’aide de financiers à New York et à Londres, V. I. Lénine est en mesure de renverser le gouvernement de la Russie. Lénine commente plus tard la contradiction apparente des liens entre les capitalistes éminents et le communisme: «Il existe également une autre alliance – à première vue étrange, surprenante – mais si vous y réfléchissez, en fait, une qui est bien fondée et facile à comprendre. C’est l’alliance entre nos dirigeants communistes et vos capitalistes. » [Vous vous souvenez de la dialectique hégélienne?] [4]

30 mai 1919 – D’éminentes personnalités britanniques et américaines fondent le Royal Institute of International Affairs en Angleterre et l’Institut of International Affairs aux États-Unis lors d’une réunion organisée par le colonel House; en présence de divers socialistes fabiens, dont le célèbre économiste John Maynard Keynes.

1920 – Le britannique Winston Churchill reconnaît le lien entre les Illuminati et la révolution bolchevique en Russie. Il observe: «Des jours de Spartacus-Weishaupt à ceux de Karl Marx, à ceux de Trotsky, Bela Kun, Rosa Luxembourg et Emma Goldman, cette conspiration mondiale pour le renversement de la civilisation et la reconstitution de la société sur la base de développement arrêté, de malveillance envieuse et d’égalité impossible, n’a cessé de croître. Il a joué un rôle clairement reconnaissable dans la tragédie de la Révolution française. Il a été le moteur de tous les mouvements subversifs au cours du XIXe siècle, et maintenant cette bande de personnalités extraordinaires du monde souterrain des grandes villes d’Europe et d’Amérique a saisi le peuple russe par les cheveux de sa tête et est devenue pratiquement les maîtres incontestés de cet immense empire. « 

1920-1931 – Louis T. McFadden est président du comité de la Chambre des banques et des devises. Concernant la Réserve fédérale, le membre du Congrès McFadden note: «Lorsque la Federal Reserve Act a été adoptée, le peuple de ces États-Unis ne se rendait pas compte qu’un système bancaire mondial était en train de se mettre en place ici. Un super-État contrôlé par des banquiers internationaux et des industriels internationaux agissant ensemble pour asservir le monde pour leur propre plaisir. La Fed a tout fait pour dissimuler ses pouvoirs, mais la vérité est que la Fed a usurpé le gouvernement. Elle contrôle tout ici et elle contrôle toutes nos relations extérieures. Ce fait brise les gouvernements à volonté. C’était un événement soigneusement conçu. Les banquiers internationaux ont cherché à provoquer une situation de désespoir ici afin qu’ils puissent émerger en tant que dirigeants de nous tous. »

1921 – Le colonel House réorganise la branche américaine de l’Institut des affaires internationales en le Council on Foreign Relations (CFR). [Au cours des 60 dernières années, 80% des postes les plus élevés dans chaque administration – qu’elle soit démocrate ou républicaine – ont été occupés par des membres de cette organisation. Pendant cette période, seuls deux présidents n’ont pas été directement affiliés au CFR – John Kennedy et Ronald Reagan. Kennedy a été assassiné et une tentative a été faite sur la vie de Reagan!]

 

15 décembre 1922 – Le CFR approuve le gouvernement mondial dans son magazine «Foreign Affairs». L’auteur Philip Kerr déclare: «De toute évidence, il n’y aura pas de paix ni de prospérité pour l’humanité tant que la terre restera divisée en 50 ou 60 États indépendants, jusqu’à ce qu’une sorte de système international soit créé. Le vrai problème aujourd’hui est celui du gouvernement mondial. »

1932 – Publication du «Plan for Peace» de la fondatrice de l’American Birth Control League, Margaret Sanger. Elle appelle à la stérilisation coercitive, à l’isolement obligatoire et à des camps de concentration de réadaptation pour tous les «stocks dysgéniques», y compris les Noirs, les Hispaniques, les Indiens d’Amérique et les catholiques. [L’American Birth Control League devient finalement Planned Parenthood – le principal promoteur et fournisseur de services d’avortement du pays. Beaucoup aujourd’hui ne sont pas conscients des origines racistes de la planification familiale.]

1933 Publication de «La forme des choses à venir» de H. G. Wells. Wells prédit une seconde guerre mondiale autour de 1940, issue d’un différend germano-polonais. Après 1945, il y aurait un manque croissant de sécurité publique dans les zones «infectées criminellement». Le plan de l ‘«État du monde moderne» réussirait à sa troisième tentative et résulterait d’un événement survenu à Bassorah, en Irak. Le livre déclare également: « Bien que le gouvernement mondial vienne manifestement depuis quelques années, bien qu’il ait été sans cesse redouté et murmuré, il n’a trouvé aucune opposition nulle part. »

Franklin Roosevelt

21 novembre 1933 – Dans une lettre adressée au colonel Edward M. House, le président Franklin Roosevelt écrit: «La vérité est que, comme vous et moi le savons, c’est le pouvoir financier des grands centres qui a possédé  le gouvernement depuis les jours d’Andrew Jackson. « 

1934 – «L’externalisation de la hiérarchie» d’Alice Bailey est publiée. Bailey est une occultiste, succédant à Annie Besant à la tête de la Theosophical Society. Les œuvres de Bailey sont canalisées par un guide spirituel, le maître tibétain [esprit démon] Djwahl Kuhl. [Ses enseignements forment la base du mouvement New Age actuel.] Elle écrit: «L’heure des anciens mystères est arrivée. Ces Mystères Anciens étaient cachés en nombre, en rituel, en mots et en symbologie; ceux-ci voilent le secret. Il ne fait donc aucun doute que le travail à faire pour familiariser le grand public avec la nature des Mystères est d’une importance capitale à l’heure actuelle. Ces mystères seront restitués à l’expression extérieure par l’intermédiaire de l’Église et de la Fraternité maçonnique. »

Elle déclare en outre:« , le nouvel ordre mondial doit être construit à partir de la spoliation de toutes les cultures et civilisations existantes. »[Le livre est publié par le Lucis Trust, constitué à l’origine à New York sous le nom de Lucifer Publishing Company. Lucis Trust est une ONG des Nations Unies (organisation non gouvernementale) et a été un acteur majeur lors des récents sommets des Nations Unies. Plus tard, le secrétaire général adjoint de l’ONU, Robert Muller, attribuerait la création de son programme de base mondial pour l’éducation aux enseignements sous-jacents de Djwahl Kuhl, via les écrits d’Alice Bailey sur le sujet.]

1937 – Les élèves de l’École Lénine de lutte politique à Moscou apprennent: «Aujourd’hui, bien sûr, nous ne sommes pas assez forts pour attaquer. Pour gagner, nous aurons besoin de l’élément de surprise. Le monde occidental devra être endormi. Nous allons donc commencer par lancer le mouvement de paix le plus spectaculaire jamais enregistré. Il y aura des ouvertures électrisantes et des concessions inouïes. Les pays capitalistes, stupides et décadents, se réjouiront de coopérer à leur propre destruction. Ils sauteront sur une autre chance d’être amis. Dès que leur garde sera baissée, nous les briserons avec notre poing fermé. »

28 octobre 1939 – Dans une allocution de John Foster Dulles [futur secrétaire d’État américain], il propose que l’Amérique mène la transition vers un nouvel ordre d’États semi-souverains moins indépendants liés par une ligue ou une union fédérale.

Le grand écrivain de science fiction a aussi écrit un livre annonçant le Nouvel Ordre mondial.

1939 «New World Order» de HG Wells propose un «État mondial collectiviste» ou «nouvel ordre mondial» composé de «démocraties socialistes». Il prône la «conscription universelle pour le service» et déclare que «l’individualisme nationaliste est la maladie du monde» Il poursuit: «La nécessité manifeste d’un contrôle mondial collectif pour éliminer la guerre et la nécessité moins généralement admise d’un contrôle collectif de la vie économique et biologique de l’humanité sont des aspects d’un seul et même processus.» Il propose que cela pourrait être accompli par la «loi universelle» et la «propagande» (ou l’éducation).

1940 – “The New World Order” (Le Nouvel Ordre Mondial) est publié par le Carnegie Endowment for Peace et contient une liste sélective de références sur la fédération régionale et mondiale, ainsi que des plans spéciaux pour l’ordre mondial après la guerre.

28 juin 1945 – Le président Truman approuve le gouvernement mondial dans un discours: « Il sera tout aussi facile pour les nations de s’entendre dans une république du monde que pour nous de nous entendre dans une république des États-Unis. »

24 octobre 1945 – La Charte des Nations Unies entre en vigueur.

Juillet 1948 – Sir Harold Butler, dans les «Affaires étrangères» du CFR, voit «un nouvel ordre mondial» se dessiner: «Dans quelle mesure la vie des nations, qui pendant des siècles se considéraient comme distinctes et uniques, peut-elle être la vie des autres nations? Jusqu’où sont-ils prêts à sacrifier une partie de leur souveraineté sans laquelle il ne peut y avoir d’une union économique ou politique efficace? »

 

Citation de James Warburg

7 février 1950 – Le financier international et membre du CFR, James Warburg, dit à un sous-comité sénatorial des relations étrangères: «Nous aurons un gouvernement mondial, que vous l’aimiez ou non – par la conquête ou le consentement

1953 – Rowan Gaither, président de la Fondation Ford, déclare à une commission du Congrès enquêtant sur les fondations exonérées d’impôt: «Nous, au niveau exécutif, étions actifs au sein de l’OSS [précurseur de la CIA], du Département d’État ou de l’Administration économique européenne . Pendant ces périodes, et sans exception, nous fonctionnions selon les directives émises par la Maison Blanche. Nous continuons d’être guidés par de telles directives, dont la substance était que nous devrions faire tout notre possible pour modifier la vie aux États-Unis de manière à permettre une fusion confortable avec l’Union soviétique. »

23 février 1954 – Le sénateur William Jenner de l’Indiana déclare devant le Sénat américain: «Aujourd’hui, la voie vers une dictature totale aux États-Unis peut être tracée par des moyens strictement légaux, invisibles et inconnus du Congrès, du président ou du peuple. Nous avons un groupe d’action politique bien organisé dans ce pays, déterminé à détruire notre Constitution et à créer un État à parti unique. Il a un pied au sein de notre gouvernement et son propre appareil de propagande. On peut appeler ce groupe par plusieurs noms. Certains l’appellent le socialisme, certains le collectivisme. Je préfère l’appeler «centralisme démocratique». Le point important à retenir à propos de ce groupe n’est pas son idéologie mais son organisation. C’est un corps d’élite dynamique et agressif, se frayant un chemin à chaque ouverture, pour faire une brèche pour un État collectiviste à parti unique. Il opère secrètement, silencieusement, en continu pour transformer notre gouvernement sans soupçonner que le changement est en cours. Ce corps révolutionnaire secret comprend bien le pouvoir d’influencer le peuple par une élégante forme de lavage de cerveau. Nous le voyons, par exemple, dans l’utilisation innocente de mots comme «démocratie» à la place de «gouvernement représentatif». »

1954 – Le Prince Bernhard des Pays-Bas établit les Bilderbergers, politiciens et banquiers internationaux qui se réunissent secrètement chaque année.

25 novembre 1959 – L’étude n ° 7 du Council on Foreign Relations appelle à un «… nouvel ordre international qui doit répondre aux aspirations mondiales à la paix, au changement social et économique… un ordre international… incluant des États se qualifiant de« socialistes » [ communiste]. »

1959 – Publication du «Mid-Century Challenge to U.S. Foreign Policy», parrainé par le Rockefeller Brothers’s Fund. Il explique que les États-Unis «ne peuvent pas s’échapper, et devraient en effet saluer… la tâche que l’histoire nous a imposée. C’est la tâche d’aider à façonner un nouvel ordre mondial dans toutes ses dimensions – spirituelle, économique, politique, sociale. »

1962 – “The Future of Federalism” (L’avenir du fédéralisme) de Nelson Rockefeller affirme que les événements actuels exigent de manière impérieuse un «nouvel ordre mondial». Il dit qu’il y a: «Une fièvre de nationalisme… mais l’État-nation devient de moins en moins compétent pour accomplir ses tâches politiques internationales … Ce sont quelques-unes des raisons qui nous poussent à nous diriger vigoureusement vers la véritable construction d’un nouvel ordre mondial… Plus tôt peut-être que nous nous en rendrons compte… les bases d’une structure fédérale du monde libre évolueront. »

13 novembre 1963 – Il est allégué que seulement dix jours avant son assassinat, le président John F. Kennedy dit à un auditoire de l’Université de Columbia: «La haute fonction du président a été utilisée pour fomenter un complot visant à détruire la liberté des Américains, et avant de quitter mes fonctions, je dois informer les citoyens de cette situation difficile. »

1966 – Le professeur Carroll Quigley, mentor de Bill Clinton à l’Université de Georgetown, rédige un énorme volume intitulé «Tragedy and Hope» dans lequel il déclare: «Il existe et il a existé depuis une génération, un réseau international qui fonctionne, dans une certaine mesure, dans la façon dont la droite radicale croit que les communistes agissent. En fait, ce réseau, que nous pouvons identifier comme les groupes de tables rondes, n’a aucune aversion à coopérer avec les communistes, ou tout autre groupe, et le fait fréquemment. Je connais le fonctionnement de ce réseau car je l’ai étudié pendant vingt ans et j’ai été autorisé pendant deux ans, au début des années 1960, à examiner ses papiers et ses archives secrètes. Je n’ai aucune aversion pour lui ou pour la plupart de ses objectifs et, pendant une grande partie de ma vie, j’ai été proche de lui et de beaucoup de ses instruments. Je me suis opposé, dans le passé et récemment, à quelques-unes de ses politiques, mais en général ma principale divergence d’opinion est qu’il souhaite rester inconnu, et je crois que son rôle dans l’histoire est suffisamment important pour être connu. »

26 juillet 1968 – Nelson Rockefeller promet que «en tant que président, il œuvrerait à la création internationale d’un nouvel ordre mondial».

1969 – Un document intitulé «Mariage et famille» est publié par la British Humanist Association, déclarant que «certains opposants à l’humanisme nous ont accusés de vouloir renverser la famille chrétienne traditionnelle. Ils ont raison. C’est exactement ce que nous avons l’intention de faire. »

1970 – Le département américain de la Défense alloue des fonds [2 millions de dollars par an pendant cinq ans] au «développement d’agents destructeurs du système immunitaire pour la guerre biologique». [Source du virus VIH qui cause le SIDA. Le virus a ensuite été introduit dans la communauté homosexuelle via le vaccin contre l’hépatite et en Afrique centrale via le vaccin contre la variole.] 

1970 – Zbigniew Brzezinski [qui deviendra plus tard le conseiller à la sécurité nationale du président Jimmy Carter] écrit un livre intitulé «Entre deux âges» qui ne tarit pas d’éloges pour le marxisme : “ Le marxisme est à la fois une victoire de l’homme actif extérieur sur l’homme intérieur et passif et une victoire de la raison sur la croyance… Le marxisme, diffusé au niveau populaire sous forme de communisme, représente une avancée majeure dans la capacité de l’homme à conceptualiser sa relation avec le monde.  » Il décrit également comment une guerre peut être menée contre une nation sans que ses citoyens ne se rendent même compte qu’ils sont attaqués:  » La technologie mettra à la disposition des dirigeants des principales nations une variété de techniques pour mener une guerre secrète, dont seule une un minimum de forces de sécurité doit être utilité. Une nation peut attaquer un concurrent secrètement… des techniques de modification du temps pourraient être utilisées pour produire des périodes prolongées de sécheresse ou de tempête, affaiblissant ainsi la capacité d’une nation et l’obligeant à accepter les demandes de l’adversaire. ”

1972 – Le président Nixon visite la Chine et porte un toast au Premier ministre chinois Chou En-lai en parlant de «l’espoir que chacun de nous doit construire un nouvel ordre mondial».

1973 – Banquier international et membre fidèle du subversif Council on Foreign Relations (Conseil des relations étrangères), David Rockefeller fonde une nouvelle organisation appelée la Commission Trilatérale[6]  Il invite le futur président Jimmy Carter à devenir l’un des membres fondateurs. Zbigniew Brzezinski est le premier directeur de l’organisation.

1973 – Le Club de Rome, une agence de l’ONU, publie un rapport intitulé «Modèle régionalisé et adaptatif du système mondial». Ce rapport divise le monde entier en dix régions.


PARTIE 2

 

En 1770, Mayer Amschel Rothschild établit les plans pour la création de Illuminatenorden (Ordre des Illuminati). Il confie l’organisation et le développement à un juif Ashkénaze, Adam Weishaupt, un crypto-juif en apparence catholique romain. C’est une religion basée sur les enseignements du Talmud, enseignements de juifs rabbiniques. Ce devait être appelé illuminati car il s’agit d’un terme luciférien qui signifie les gardiens de la lumière.

Lucifer est bel et bien vivant, Il est notre dieu, et nous sommes son peuple élu. -Mayer Amschel Rothschild, banquier.

Le terme novo ordo seclorum (nouvel ordre séculaire) est le slogan de la société secrète des Illuminati. « Personne n’entrera dans Nouvel Ordre Mondial à moins qu’il ou elle prête serment d’adorer Lucifer. Personne n’entrera dans le Nouvel Age à moins qu’il prenne une initiation luciférienne » -David Spangler Directeur de l’Initiative Planétaire Nations unie.

10 août 1973 – David Rockefeller écrit un article pour le «New York Times» décrivant sa récente visite en Chine rouge: «Quel que soit le prix de la révolution chinoise, elle a évidemment réussi non seulement à produire une administration plus efficace et plus dévouée, mais aussi pour favoriser un moral élevé et un objectif communautaire. »

Avril 1974 – L’article de Richard Gardner, ancien sous-secrétaire d’État adjoint américain, trilatéraliste et membre du CFR, «The Hard Road to World Order», est publié dans le CFR «Foreign Affairs», où il déclare: «la maison de l’ordre mondial » devra être construite de bas en haut plutôt que de haut en bas… mettant fin à toute souveraineté nationale, l’érodant morceau par morceau, cela s’accomplira beaucoup plus facilement qu’un assaut frontal à l’ancienne. »

Automne 1976 – Les opérateurs de radio du monde entier commencent à recevoir des impulsions électroniques particulières qu’ils surnomment le “woodpecker.” «pivert». [On apprend que la source du pivert est l’Union soviétique. Les ingénieurs météorologiques soviétiques envoient les faisceaux radioélectriques artificiels les plus puissants jamais créés – beaucoup plus puissants que tout ce qui était prévu auparavant – dans le but de modifier le climat terrestre.]

1977 – La Commission trilatérale publie le document officiel n ° 13 intitulé «Collaboration avec les pays communistes dans les problèmes mondiaux de l’humanité. » Le rapport recommande « une coopération trilatérale / communiste dans neuf domaines de préoccupation mondiale », y compris « la modification des conditions météorologiques ».

Juillet 1977 – L’article de Jeremiah Novak « The Trilateral Connection » paraît dans le « Atlantic Monthly »: « Pour la troisième fois en ce siècle, un groupe d’écoles américaines, d’hommes d’affaires et de représentants du gouvernement prévoit de façonner un nouvel ordre mondial … »

Avril 1978 – Le Département américain de l’armée ajoute dans son «Chaplain’s Handbook of Religious Requirements» de nouvelles religions reconnues par le gouvernement fédéral et qui peuvent être légalement pratiquées sur toutes les bases militaires du monde. Ces «nouvelles» religions sont le satanisme, la sorcellerie et d’autres religions occultes.

1979 – Barry Goldwater, sénateur républicain à la retraite de l’Arizona, publie son autobiographie «Sans excuses». Il écrit: «À mon avis, la Commission trilatérale représente un effort habile et coordonné pour prendre le contrôle et consolider les quatre centres de pouvoir – politique, monétaire , intellectuel et ecclésiastique. Tout cela doit être fait dans l’intérêt de créer une communauté mondiale plus pacifique et plus productive. »

1980 – Derek Shearer, membre de longue date de l’Institute for Policy Studies, publie un livre intitulé «Economic Democracy» dans lequel il prévoit qu’un président d’extrême gauche sera élu dans les années 1990. [Un seul président a été élu dans les années 90 – Bill Clinton. Et il était colocataire de l’université de Derek Shearer en 1969!] L’Institute for Policy Studies est « attaché au socialisme en Amérique et aux côtés de l’Union soviétique sur presque toutes les questions importantes de politique étrangère« .

1981-lors de la Nuit des Longs Couteaux,le premier-ministre René Levesque sera simplement ignoré par les 11 autres politiciens du Canada.Un acte de trahison!

1982-Lors du rapatriement unilatéral de la Constitution Canadienne,le Québec est écarté de la table et forcé de subir  les lois fédéraliste du premier-ministre canadien et franc maçon:Pierre-Eliott Trudeau.

 

25 avril 1982 – Une annonce pleine page apparaît dans les principaux journaux du monde entier proclamant: «LE CHRIST EST MAINTENANT ICI». La campagne de publicité coïncide avec le début d’une tournée de conférences d’un Benjamin Creme, un théosophiste britannique. Dans diverses interviews et discours, Creme explique qu’en parlant du «Christ», il ne signifie pas Jésus-Christ mais Lord Maitreya, le Maître du Monde. Selon Creme, Jésus, Bouddha, Krishna et d’autres ne sont que des disciples de Maitreya. Ces Maîtres Ascensionnés comprennent une Hiérarchie Spirituelle éclairée qui a guidé l’évolution de l’humanité à travers l’histoire. Il soutient que le Seigneur Maitreya répond aux attentes de tous les peuples. Maitreya est le Christ attendu par les chrétiens; et les Juifs, il est le Messie, pour les musulmans, il est l’Imam Mahdi, pour les bouddhistes, il est le cinquième Bouddha, pour les hindous, il est Krishna. Dans le passé, nous dit Creme, ces Maîtres Ascensionnés ont généralement travaillé par l’intermédiaire de disciples, mais maintenant ils sont parmi nous et prêts à aider notre monde à franchir la prochaine étape. [La publication de Benjamin Creme «Share International» est maintenant produite en association avec le Département de l’information des Nations Unies.]

1983 – «L’Humaniste» publie un essai qui proclame que «la bataille pour l’avenir de l’humanité doit être menée dans la classe de l’école publique… entre le cadavre pourri du christianisme et la nouvelle foi de l’humanisme… et l’humanisme sortira triomphant».

1985 – Norman Cousins, président de la World Future Society et président honoraire de Planetary Citizens, déclare: «Le gouvernement mondial arrive. En fait, c’est inévitable. Aucun argument pour ou contre ne peut changer ce fait. »

13 août 1986 – Associated Press rapporte: «Des personnes éparpillées sur une grande partie de l’est des États-Unis ont signalé une lumière mystérieuse dans le ciel nocturne, et des habitants du Kentucky ont déclaré avoir entendu un boom et senti leurs maisons trembler. Il y a eu des rapports similaires dans d’autres parties de l’Est. La lumière mystérieuse a été observée par des Américains du Michigan, du Maine, de la Louisiane et du Kentucky. Certaines personnes ont dit avoir vu «une très grosse boule de feu», a déclaré le shérif du comté de Clark, Larry Lawson, dans le Kentucky. Les gens ont dit que leurs maisons tremblaient et que les fenêtres vibraient comme s’il y avait eu une explosion ou un tremblement de terre, mais ce n’était que pour quelques secondes. Ils ont dit que tout le ciel s’est éclairé. »

14 août 1986 – USA Today décrit les événements qui se sont produits dans la nuit du 12 août: «Un spectacle de lumière spectaculaire qui a traversé le ciel nocturne à l’est du Mississippi a dérouté les astronomes

3 juillet 1987 – La «République de l’Arizona» rapporte: «Une explosion forte et surprenante a secoué le nord du comté de San Diego pendant la nuit, mais les autorités ont déclaré qu’elles ne savaient pas ce qui avait provoqué l’explosion mystérieuse.» Le Météorologue Wilbur Shigehara du National Weather Service est cité comme disant: «Cela sonnait comme une explosion d’un canon. Ce fut une grande secousse momentanée. C’est un mystère. L’année dernière, nous avons eu plusieurs secousses comme celle-ci. Cela arrivait trois ou quatre fois par jour pendant une semaine. Nous n’avons jamais découvert ce que c’était. »

8 juillet 1987 –  Arizona Republic rapporte: «Pour des raisons inconnues même des experts en météorologie, la température à Greensberg, au Kansas, a bondi de 20 degrés en dix minutes.» Bill Ellis, observateur du National Weather Service, a déclaré: « Je n’ai jamais rien vu de tel, et je ne connais personne qui l’ait jamais vu. » [Une expérience secrète de modification du temps?]

11 août 1987 – Le Bureau des brevets des États-Unis accorde le brevet numéro 4686605 au Dr Bernard Eastlund, un physicien qui est consultant pour la Atlantic Richfield Company. Le Dr Eastlund travaille également pour l’ARPA (Advanced Research Projects Agency) du Département de la défense. Le brevet porte sur une technologie permettant de «changer le climat en redirigeant les régimes de vent très élevé». En bombardant le courant-jet avec des ondes électromagnétiques de haute intensité, le Dr Eastlund est en mesure de le détourner et de modifier les conditions météorologiques dans une zone particulière.

2 novembre 1987 – Mikhaïl Gorbatchev s’adresse au Politburo soviétique: «En octobre 1917, nous nous sommes séparés du vieux monde, le rejetant une fois pour toutes. Nous nous dirigeons vers un nouveau monde, le monde du communisme. Nous ne fermerons jamais cette voie! » Il rassure en outre ses collègues communistes: « Camarades, ne vous inquiétez pas de tout ce que vous entendez sur la glasnost, la perestroïka et la démocratie dans les années à venir. Ce sont principalement pour la consommation extérieure. Il n’y aura pas de changement interne significatif au sein de l’Union soviétique, sauf à des fins esthétiques. Notre objectif est de désarmer les Américains et de les laisser s’endormir. » [On a vu plus tard que Gorbatchev mentait effrontément et qu’il a œuvré à la destruction de l’Union Soviétique. Il n’a pas endormi les Américains comme il prétend, mais les Russes]

 

Lord Maitreya

Juin 1988 – Lord Maitreya apparaît mystérieusement devant un public à Nairobi, au Kenya. [Maitreya est apparu à plusieurs groupes dans différentes parties du monde depuis ce temps. Lorsque Maitreya apparaît, on prétend que l’eau dans la zone est «chargée» – qu’elle acquiert des pouvoirs de guérison miraculeux. L’attitude de Benjamin Creme envers ceux qui refusent d’accepter cette figure comme le Messie du monde se voit dans cette déclaration: «Lorsque les hommes verront Maitreya, ils sauront que le moment est venu de choisir; aller de l’avant avec lui dans un avenir éblouissant dans sa promesse – ou cesser de l’être. »]

Selon une grande autorité du Mouvement Rosecroix que je connais et sur l’avis de 2 loges maçonniques indépendantes du Rite Écossais:Lord Maitreya serait  une  entité envoyée par Lucifer lui-même dans notre Univers!Au mieux,il s’agirait d’un imposteur se proposant comme le Nouveau Messie.

7 décembre 1988 – Dans un discours à l’ONU, Mikhaïl Gorbatchev dit: « Le progrès mondial n’est possible que par la recherche d’un consensus humain universel alors que nous progressons vers un nouvel ordre mondial. »

12 mai 1989 – À la Texas A&M University, George Bush déclare que les États-Unis sont prêts à accueillir l’Union soviétique «dans l’ordre mondial».

1990 – Dans son livre «Les clés de ce sang», le prêtre catholique Malachi Martin cite le pape Jean-Paul II: «À la fin de cette décennie, nous vivrons sous le premier gouvernement mondial unique qui ait jamais existé dans la société des nations. … Un gouvernement doté d’une autorité absolue pour décider des questions fondamentales de survie. Un gouvernement mondial est inévitable. »

1990 – Peter Kawaja, responsable de la sécurité d’une entreprise appelée Product Ingredient Technology à Boca Raton, en Floride, apprend à sa grande consternation que l’usine qu’il a été amené à croire qu’il fabriquait un arôme de cerise produit en fait des agents chimiques / biologiques à expédier en Irak. Il découvre également que cela se fait avec la pleine connaissance et le consentement du FBI, de la CIA et de l’administration Bush. Lorsqu’il tente d’alerter les autorités, des agents du gouvernement saisissent les documents qu’il a recueillis et sa femme est tuée. [D’où la mystérieuse maladie de la guerre du Golfe que le gouvernement fédéral refuse de reconnaître.]

11 septembre 1990 – Dans une allocution au Congrès intitulée «Vers un nouvel ordre mondial», George Bush déclare: «La crise dans le golfe Persique offre une rare opportunité d’évoluer vers une période historique de coopération. De ces temps troublés, un nouvel ordre mondial peut émerger. Nous sommes maintenant en vue d’une Organisation des Nations Unies qui fonctionne comme prévu par ses fondateurs. »[Mais qui étaient les fondateurs de l’ONU et quelles étaient exactement leurs intentions? Au moins 43 membres de la délégation américaine à la conférence de fondation à San Francisco étaient également membres du CFR. Le secrétaire général à la conférence de fondation des Nations Unies en 1945 était un fonctionnaire du département d’État américain nommé Alger Hiss. Il a été déterminé plus tard qu’Alger Hiss était un espion soviétique. Il a été reconnu coupable de parjure pour avoir menti sur ses activités pro-soviétiques. Et Hiss n’était pas seulement une aberration. L’ONU a toujours choisi des mondes mondains socialistes pour les dirigeants.]

Alger Hiss était un espion soviétique…dans la cours des USA.

1er octobre 1990 – Dans une allocution aux Nations Unies, le président Bush parle de «… la force collective de la communauté mondiale exprimée par les Nations Unies… un mouvement historique vers un nouvel ordre mondial».

1991 – Le président Bush fait l’éloge du Nouvel Ordre Mondial dans un Message sur l’ état de l’Union : «Ce qui est en jeu, c’est plus d’un petit pays, c’est une grande idée – un nouvel ordre mondial… pour réaliser les aspirations universelles de l’humanité… basées sur principes partagés et primauté du droit… L’illumination de mille points de lumière… Le vent du changement est avec nous maintenant. »[La théosophiste Alice Bailey a utilisé cette même expression -« points de lumière »- pour décrire le processus de l’illumination occulte .]

le général Brent Scowcrof reçoit une médaille de George W Bush pour service rendu…

 

1991 – À la veille de la guerre du Golfe, le général Brent Scowcroft, conseiller à la sécurité nationale du président Bush, proclame: « Un événement colossal est à nos portes, la naissance d’un nouvel ordre mondial ».

Juillet 1991 – Lors d’un programme CNN, l’ancien directeur de la CIA, Stansfield Turner (CFR), interrogé sur l’Irak, répond: «Nous avons un objectif beaucoup plus grand. Nous devons regarder le long terme ici. Ceci est un exemple – la situation entre les Nations Unies et l’Iraq – où les Nations Unies empiètent délibérément sur la souveraineté d’une nation souveraine… Maintenant, c’est un merveilleux précédent à utiliser dans tous les pays du monde… »

Mikhaïl Gorbatchev et George H W Bush scellant une entente à Washington

Août 1991 – On nous dit que les extrémistes de l’Union soviétique ont monté un coup d’État et que Mikhaïl Gorbatchev a été arrêté. La tentative de coup d’État échoue, ce qui entraîne la disparition apparente du système soviétique et l’installation de Boris Eltsine. [On a appris depuis que le «coup d’État» était une imposture conçue pour convaincre l’Occident que le communisme était tombé alors qu’en réalité il ne l’avait pas fait. Mikhaïl Gorbatchev avait en fait planifié le coup d’État organisé trois semaines avant qu’il ne se produise. Tous les dirigeants du coup d’État ont été graciés et libérés.]

29 octobre 1991 – David Funderburk, ancien ambassadeur des États-Unis en Roumanie, déclare à un public de Caroline du Nord: «George Bush s’entoure de gens qui croient en un gouvernement mondial. Ils croient que le système soviétique et le système américain convergent. »

Walter Wriston

1992 – Publication du «Crépuscule de la souveraineté» de l’ancien président de Citicorp, Walter Wriston (CFR), dans lequel il affirme: «Une économie véritablement mondiale exigera des compromis sur la souveraineté nationale. Il n’y a pas d’échappatoire au système. »

Strobe Talbott et son amie Hillary Clinton

20 juillet 1992 – Le magazine «TIME» publie «The Birth of the Global Nation», par Strobe Talbott, Rhodes Scholar, colocataire de Bill Clinton à l’Université d’Oxford, CFR Director and Trilateralist, dans lequel il écrit: «La nation, comme nous la connaissons , sera obsolète; tous les États reconnaîtront une seule autorité mondiale. «Citoyen du monde» aura pris un sens réel. »

21 août 1992 – Près de Ruby Ridge, en Idaho, la maison de Randy et Vicki Weaver et de leurs quatre enfants est surveillée par le US Marshals Service depuis 17 mois. Lorsque le chien de la famille commence à aboyer, un ami de la famille, Kevin Harris, et le fils de Weavers, Sammy, âgé de 13 ans, le suivent, pensant que c’est l’odeur d’un cerf. Des hommes en tenue de camouflage (les maréchaux) tirent sur le chien, et Harris et Sammy ripostent. Le maréchal adjoint William Degan et Sammy sont tués dans l’échange. Sammy est abattu dans le dos alors qu’il court vers la maison. Le service des maréchaux demande l’aide du FBI, qui envoie son équipe de sauvetage des otages (HRT) sur les lieux.

22 août 1992 – Un tireur d’élite de HRT, Lon Horiuchi, tire deux coups: les premières blessures de Randy Weaver (mais pas sérieusement); la seconde tue Vicki Weaver alors qu’elle tient son bébé dans ses bras et blesse sérieusement Kevin Harris. [La «violation» de Randy Weaver? Il aurait scié un canon de fusil de chasse d’un quart de pouce trop court. Pour cela, sa maison a été encerclée par des agents fédéraux et sa femme et son fils ont été tués.]

31 août 1992 – Le siège de 11 jours prend fin lorsque Randy Weaver se rend aux autorités. [Un jury a jugé Weaver innocent de la violation initiale des armes à feu dont il était accusé.]

1993 – Un deuxième Parlement des religions du monde se tient à Chicago à l’occasion du 100e anniversaire du premier. Comme la première convention, celle-ci cherche à réunir toutes les religions du monde en «un tout harmonieux», mais elle veut les faire «fusionner de nouveau dans leur élément d’origine». Les croyances traditionnelles des religions monothéistes comme le christianisme sont considérées comme incompatibles avec «illumination» individuelle et doit être radicalement modifiée.

28 février 1993 – Une force de 76 agents de l’ATF se retrouve mêlée à un échange de coups de feu mortel avec la branche Davidians alors qu’il tentait de présenter un mandat d’arrêt contre le chef de la secte David Koresh pour des violations présumées d’armes à feu et d’explosifs fédéraux. Quatre agents de l’ATF sont tués [Steve Willis, Robert William, Conway Lebleu et Tod McKeehan transférés des services secrets, où ils étaient des gardes de  Bill Clinton – au BATF avant l’assaut – tués par des tirs amis. Tous sont morts par balle dans la tempe gauche. -Ed., De la liste de Slick’s Skeleton] et 16 blessés lors de la fusillade, tandis qu’environ six Davidiens sont tués et un nombre inconnu (y compris Koresh) blessé. [La loi fédérale interdit strictement l’utilisation de personnel et d’équipements militaires contre les citoyens américains. Une exception est autorisée s’il s’agit de drogues. Les agents de l’ATF ont simplement menti pour obtenir l’utilisation d’hélicoptères de la Garde nationale lors de leur assaut. Ils ont affirmé qu’il y avait un laboratoire de méthamphétamine dans le complexe de Branch Davidian. Il n’y avait aucune preuve que ce soit de l’existence d’un laboratoire de méthamphétamine dans le complexe Branch Davidian. Rien n’indique que l’ATF ait jamais tenté de signifier son mandat ou même d’annoncer qui elle était. Ils viennent de sortir de remorques de stock avec des fusils flamboyants. Au moment où l’attaque au sol a commencé, des hélicoptères de combat ont commencé à tirer sur le complexe de la branche Davidian par le haut. Les Branch Davidians n’ont commencé à riposter que neuf minutes après le début de l’attaque de l’ATF. L’ATF avait également placé des tireurs d’élite dans un bâtiment à une certaine distance du complexe de la branche Davidian. Ils ne pouvaient pas tirer sur la branche Davidian sans tirer au-dessus de la tête des agents ATF attaquants. Il est tout à fait possible que certaines des victimes de l’ATF aient été touchées par leurs propres hommes. Deux des agents de l’ATF tués lors du raid étaient entrés dans une fenêtre du deuxième étage de la maison de la branche Davidian. Un troisième agent de l’ATF a alors tiré directement dans la fenêtre que ses camarades venaient d’entrer.]

David_Koresh et l’incendie provoquée à Waco par le FBI

19 avril 1993 – Après un siège de 51 jours, des chars militaires conduits par le personnel du FBI commencent à percer des trous dans le complexe de la branche Davidian pour insérer un agent déchirant et mettre fin à l’impasse. Peu après midi, un incendie se déclare à l’intérieur du bâtiment et il est rapidement englouti dans les flammes. Les restes d’au moins 74 personnes, dont 21 enfants de moins de 16 ans, ont été retrouvés dans les ruines, dont certains sont morts des suites de blessures par balle. [Le gaz CS introduit par le FBI dans le complexe de la branche Davidian avait auparavant été interdit de guerre internationale. Les États-Unis n’auraient pas pu l’utiliser contre Saddam Hussein, mais ils l’ont été sur des femmes et des enfants à Waco. Le fabricant du gaz avait cessé de le vendre à Israël parce qu’il l’avait utilisé contre des Palestiniens chez eux, et plusieurs enfants en avaient été tués. Le fabricant avait averti que le gaz ne devrait pas être utilisé dans un espace clos en raison de ses conséquences potentiellement mortelles. Le gaz est également hautement inflammable. Paul Gray, l’enquêteur d’incendie criminel «indépendant» qui a déterminé que la branche Davidian était responsable de l’incendie, était un ancien employé de l’ATF, et sa femme était un employé actuel de l’ATF – à peine un tiers impartial. Lors des audiences du Congrès, la procureure générale Janet Reno a affirmé que le gouvernement devait agir parce que des enfants étaient maltraités. Cela soulève une question intéressante: pourquoi l’ATF a-t-elle été impliquée? Les cas de maltraitance d’enfants ne relèvent pas de la compétence du Bureau de l’alcool, du tabac et des armes à feu. Kiri Jewell, la jeune fille de 14 ans dont le témoignage déchirant a convaincu beaucoup de personnes que le raid était justifié, n’était même pas avec les Branch Davidians au moment où elle allègue que David Koresh l’a maltraitée. Elle vivait avec sa mère et sa grand-mère en Californie.]

18 juillet 1993 – Le membre du CFR et trilatéraliste Henry Kissinger écrit dans le «Los Angeles Times» concernant l’ALENA: «Ce que le Congrès aura devant lui n’est pas un accord commercial conventionnel mais l’architecture d’un nouveau système international… un premier pas vers un nouveau ordre mondial. »

Vincent Foster(coin droit) était l’ami de coeur d’Hillary Clinton.

20 juillet 1993 – L’avocat de la Maison Blanche Vincent Foster est retrouvé mort à Fort. Marcy Park dans des circonstances mystérieuses. Il avait reçu une balle dans la tête. La décision officielle est le suicide. Le directeur du FBI, William Sessions, est limogé par le président Clinton quelques heures seulement avant que Foster ne soit retrouvé mort. [Pour se rendre à l’endroit où son corps a été retrouvé, Foster aurait dû marcher 700 pieds dans un parc très boisé. Pourtant, aucun sol n’a été trouvé sur ses chaussures. Les agents du FBI ont été empêchés d’enquêter sur le bureau de Foster par des fonctionnaires de l’administration jusqu’à ce qu’ils aient supprimé plusieurs fichiers. Vincent Scalice, un témoin expert qui a enquêté sur des milliers d’homicides au cours de ses 35 années en tant qu’enquêteur sur les homicides au service de police de la ville de New York, observe: «D’après mon expérience, je n’ai jamais vu un cas aussi mal géré et enquêté, surtout depuis qu’il y est autant de preuves d’un acte criminel. »Vince Foster avait été associé avec Hillary Clinton au sein du cabinet d’avocats Rose.]

30 octobre 1993 – Le médiateur du «Washington Post», Richard Harwood, publie un article sur le rôle des membres des médias du CFR: «Leur appartenance est une reconnaissance de leur ascension dans la classe dirigeante américaine où ils ne se contentent pas d’analyser et d’interpréter politique étrangère pour les États-Unis; ils aident à le faire. « 

Février 1994 – Un jury de la Cour de district des États-Unis à San Antonio, au Texas, trouve 11 membres de la secte Branch Davidian innocents de meurtre et de complot à Waco.

David Rockefeller

23 septembre 1994 – Les mondialistes réalisent qu’au fur et à mesure que de plus en plus de gens commencent à se réveiller, ils n’ont que peu de temps pour mettre en œuvre leurs politiques. S’exprimant lors du dîner des ambassadeurs des Nations Unies, David Rockefeller a déclaré: «Cette fenêtre d’opportunité actuelle, au cours de laquelle un ordre mondial véritablement pacifique et interdépendant pourrait être construit, ne sera pas ouverte trop longtemps.» [Notez qu’il ne s’est pas demandé si l’ordre mondial viendrait – seulement s’il arriverait pacifiquement.] Il croit: «Nous sommes au bord d’une transformation mondiale. Tout ce dont nous avons besoin, c’est d’une crise majeure et les nations accepteront le Nouvel Ordre Mondial. »

Mars 1995 – Les délégués des Nations Unies se réunissent à Copenhague, au Danemark, pour discuter de diverses méthodes d’imposition des taxes mondiales sur les peuples du monde.

19 avril 1995 – Une explosion dévaste le bâtiment fédéral Alfred P. Murrah à Oklahoma City, entraînant la mort de 168 personnes. [L’ancien agent du FBI Ted Gunderson et l’expert en explosifs de l’Air Force, le général Benton Partin, ont déclaré qu’une bombe au nitrate d’ammonium / fioul dans un camion stationné devant le bâtiment ne pouvait pas avoir causé les dommages structurels considérables qui en ont résulté. Il devait y avoir des explosifs attachés aux colonnes à l’intérieur du bâtiment. Certains débris du bâtiment Murrah ont été projetés vers le camion. Le Dr Raymon Brown, géophysicien pour l’Oklahoma Geological Survey, rapporte des données sismiques pour cette date qui indiquent qu’il y a eu en fait deux explosions à environ 12 secondes d’intervalle. Une vidéo télévisée prise peu de temps après l’attentat à la bombe montre des engins non explosés du bâtiment transportés par l’équipe de bombardement. Edye Smith, dont les deux enfants ont été tués à la garderie de Murrah, a posé la question à la télévision nationale: «Où était l’ATF?» Tous leurs employés ont survécu parce qu’on leur avait dit de ne pas aller travailler ce jour-là. Après avoir posé cette question, elle dit que les agents du gouvernement lui ont dit: «Gardez la bouche fermée, n’en parlez pas.» Lester Martz, responsable du bureau de l’ATF de Dallas, affirme qu’un agent de l’ATF et un agent de la DEA circulaient dans un ascenseur dans le bâtiment, que, après l’explosion, leur ascenseur est tombé à 50 pieds et qu’ils se sont échappés de l’ascenseur et ont sauvé plusieurs personnes. Pourtant, le personnel du service des ascenseurs a déclaré que personne n’était dans les ascenseurs, qu’aucun des ascenseurs n’est tombé librement et que les portes de tous les ascenseurs ont été bloquées par l’explosion. Ils disent que si quelqu’un avait eu une chute libre de 50 pieds, il se serait au moins cassé les chevilles. Lorsqu’on lui a demandé s’il soupçonnait que quelque chose pourrait se produire le 19 avril, John Magaw, directeur du Bureau du tabac, de l’alcool et des armes à feu, a répondu par l’affirmative et a déclaré que toutes les installations BATF du pays avaient été avisées d’être en état d’alerte. . Lorsqu’on a posé la même question aux agents du BATF à Oklahoma City, ils ont répondu qu’ils n’avaient aucune idée que quelque chose se passerait à cette date. De toute évidence, quelqu’un ne dit pas la vérité. Immédiatement après l’attentat à la bombe, le FBI a lancé une chasse à l’homme massive pour «John Doe n ° 2». Maintenant, nous sommes censés croire qu’il n’a jamais existé. Les témoins qui disent avoir vu John Doe n ° 2 n’ont pas été autorisés à témoigner devant le grand jury qui a inculpé Timothy McVeigh.]

Mai 1995 – Incroyablement, Larry Potts, l’homme du FBI responsable des opérations de Ruby Ridge et de Waco, est promu pour devenir l’homme numéro deux du Bureau.

Septembre 1995 – Le magazine «Popular Science» décrit une installation top secrète de la marine américaine appelée HAARP (High-Frequency Active Auroral Research Program) dans l’état de l’Alaska. Ce projet envoie une puissante énergie radio dans la haute atmosphère terrestre. L’un des objectifs du programme est de développer la capacité de «manipuler la météo locale» en utilisant les techniques développées par Bernard Eastlund. [Le programme est en cours depuis 1990.]

27 septembre-oct. 1, 1995 – Le «State of the World Forum» a lieu, parrainé par la Fondation Gorbachev, située au Presidio à San Francisco. [Il est important de réaliser que Mikhaïl Gorbatchev a créé sa fondation en 1991, avant la tentative de coup d’État qui a finalement conduit à sa «chute» du pouvoir et à l’éclatement de l’Union soviétique.] Le président de la Fondation, Jim Garrison, préside la réunion, qui comprend Mikhaïl Gorbatchev , George Bush, la Britannique Margaret Thatcher, l’occultiste canadien Maurice Strong, le magnat des médias Ted Turner, l’assistant Microsoft Bill Gates et d’autres. La conversation est centrée sur l’unité de l’humanité et le futur gouvernement mondial. Cependant, le terme «gouvernance mondiale» est utilisé à la place du «nouvel ordre mondial» car ce dernier est devenu un paratonnerre pour les opposants au gouvernement mondial. L’énoncé de mission émis par les organisateurs de la conférence est direct et révélateur: «Le Forum sur l’état du monde se concentrera sur les défis et opportunités fondamentaux à l’aube de la prochaine phase du développement humain. Il se tient dans la conviction qu’en ce moment crucial de l’histoire, nous donnons naissance à la première civilisation mondiale. »

 

Le 30 octobre 1995, le Québec a tenu un deuxième référendum sur son indépendance. La date demeure un souvenir indélébile de notre mémoire collective.Le camp fédéraliste du non a fraudé l’élection,une fois de plus ,en permettant à plus de 20,000 immigrés pakistanais et unilingues anglophone de pouvoir voter…en leur donnant leur citoyenneté canadienne.

En ne prenant pas la rue pour montrer son désaveu,le peuple québécois a cautionné la manigance libérale fédéraliste.

 

 

 

 

11 septembre 2001-Des avions détournées de leur vol (ou des hologrammes…ou des missiles) percutent les deux tours du World Trade Center ,le Pentagone …et un champ isolé.De nombreuses études prouveront qu’il s’agit d’un complot intérieur de « l’état profond » afin de détourner l’attention des peuples vers une fausse guerre contre le terrorisme.

De nombreux liens ont été fait vers le Mossad israélien

[911] 11 Septembre 2001, le flash spécial de la RTBF – RTBF 06.09.2011 – 1h32m8s

 

Alors que George W Bush est dans une école au moment de l’attentat,un conseiller lui chuchote quelque chose au moment précis ou le premier avion frappe une tour!

Mai-juin 2014,Abou  Bakr al Bagdady agent du Mossad,conduit les troupes de L’état Islamique sur une importante capture de territoire en Irak et en Syrie.Les USA,Israel,la France et le Royaume-Uni auraient financé ces mercenaires psychopathes pour s’emparer des richesses et organiser un remplacement de population en Europe,entre autres.

 

Juillet 2017-France,pour éviter l’élection de la droite nationaliste,soit Marine Le Pen,les banques Rotschild financent Emmanuel Macron pour endormir le peuple français…à suivre!

Emmanuel-Macron

 

 

 

 


Source :The Illuminati Chronicles Part 1

A Short History of the New World Order Part 1

Source : The Illuminati Chronicles Part II

 A Short History of the New World Order Part II

Autres Sources:recherches personnelles et histoire récente.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

La dette record fait courir de grands risques à l’économie, avertit le FMI

 

L’économie mondiale accuse un endettement record – 188.000 milliards de dollars ou 230% du PIB -, ce qui n’est pas sans risque, avertit la directrice du FMI.

 

La planète accuse actuellement un niveau d’endettement colossal, inédit en temps de paix. L’économie mondiale accuse une dette record largement alimentée par le secteur privé, ce qui n’est pas sans risque, a averti la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva. La dette mondiale des secteurs public et privé confondus a atteint le montant inédit de 188.000 milliards de dollars, soit environ 230% du Produit intérieur brut mondial, a dévoilé la nouvelle dirigeante du Fonds monétaire international lors d’une conférence consacrée à la dette.

La dette mondiale s’est ainsi accrue de 14,6% comparé à l’estimation d’avril 2018 du FMI (164.000 milliards). « Le secteur privé est un des principaux moteurs de cette accumulation, qui représente actuellement près des deux tiers du niveau total de la dette », a souligné Mme Georgieva. En outre, la dette publique des économies avancées est à des niveaux inédits depuis la Seconde guerre mondiale, a-t-elle ajouté. « La dette publique des marchés émergents a atteint les niveaux enregistrés lors de la crise de la dette des années 80. Et le fardeau de la dette des pays à faible revenu a fortement augmenté au cours des cinq dernières années », a-t-elle relevé.

Si les crédits bancaires et les marchés à crédits ont un rôle essentiel pour la prospérité en aidant les familles à acquérir un logement et les entreprises à investir, « un endettement élevé ne représente pas seulement un risque pour la stabilité financière, il peut être un poids pour la croissance », a-t-elle alerté.

Elle a rappelé la nécessité de s’assurer des capacités à rembourser : « cela signifie qu’il faut procéder avec prudence quand il s’agit de contracter de nouvelles dettes en se concentrant davantage sur l’attraction des investissements en actions, tels que les investissements directs étrangers, augmenter les recettes fiscales et intensifier la lutte contre la bureaucratie et la corruption ».

Elle a recommandé en outre de s’assurer que les pratiques d’emprunt et de prêts sont « plus transparentes ». « Dans de nombreux pays, il est possible de renforcer de manière significative les institutions qui enregistrent, surveillent et déclarent la dette », a-t-elle dit. Elle a enfin exhorté à « une meilleure collaboration entre les pays emprunteurs et les prêteurs ».

 

 

 

 

Jeremy Rifkin prédit la fin de la « civilisation fossile »

Jeremy Rifkin

La civilisation centrée sur les énergies fossiles va s’effondrer d’ici à 2028 pour être remplacée par une nouvelle économie basée sur le solaire, l’éolien, le numérique, et sans nucléaire, prédit l’essayiste et économiste américain Jeremy Rifkin.

« La civilisation des carburants fossiles, qui est à la base des deux premières révolutions industrielles, s’effondre en temps réel », estime-t-il dans un entretien à l’AFP à l’occasion de la parution en français de son dernier ouvrage, « Le New Deal vert mondial » (éditions Les liens qui libèrent).

Jeremy Rifkin, qui a conseillé des responsables européens et des dirigeants chinois, part du constat que « le solaire et l’éolien deviennent si bon marché que leur coût moyen est désormais moindre que celui de l’énergie nucléaire, du pétrole, du charbon ou même du gaz naturel ».

« C’est un tournant majeur et nous commençons à voir des milliers de milliards de dollars d’actifs perdus dans le complexe mondial des énergies fossiles », souligne-t-il.

« Les actifs perdus, ce sont les droits d’exploration (pétrolière et gazière) qui resteront inutilisés, tous les hydrocarbures qui ne seront jamais extraits, tous les pipelines qui seront abandonnés, les centrales électriques qui ne seront pas utilisées parce qu’elles ne seront jamais amorties. »

Pour lui, le marché agit comme « une force puissante » dans cette évolution: « 11.000 milliards de dollars se sont déjà rapidement détournés des énergies fossiles, les investisseurs ne voulant pas perdre leur mise », indique-t-il, relevant: la banque américaine « Citigroup estime que nous pourrions voir 100.000 milliards d’actif perdus. C’est la plus grosse bulle de l’histoire économique ».

 

– « Pas besoin de nouvelles taxes » –

Pour l’essayiste, convaincu de l’avènement d’une nouvelle forme de capitalisme, c’est « la nature de l’infrastructure qui détermine la nature du système économique ».

Il imagine ainsi un monde futur reposant sur trois grands types d’infrastructures, réunissant les populations au niveau local comme mondial dans ce qu’il appelle la « glocalisation »: des réseaux de communication par smartphones; de l’énergie renouvelable, produite de manière décentralisée et distribuée par des réseaux intelligents; et enfin des transports électriques ou à pile à combustible, intégrés dans des chaînes logistiques intelligentes.

Cela nécessitera de gérer beaucoup de données. Elle ne seront toutefois plus contrôlées par les Google, Facebook et autres Amazon, mais stockées dans de petits centres reliés entre eux et contrôlés par des « assemblées de pairs » (des experts nommés par des responsables locaux ou régionaux).

Des projets pilotes existent aujourd’hui, avec quelques autobus à hydrogène ou bâtiments à énergie positive. Dans le nord de la France, Jeremy Rifkin a conseillé en la matière le président de région Daniel Percheron et continue de collaborer avec son successeur Xavier Bertrand.

Mais il plaide pour un changement d’échelle, où les décideurs politiques auront un rôle important à jouer.

« Ce sont les gouvernements qui créent l’infrastructure pour la révolution industrielle du XXIe siècle. Les Etats doivent créer des banques vertes, les régions françaises doivent mettre sur pied leurs propres banques vertes et émettre des obligations vertes » qui séduiront les fonds d’investissements recherchant « des rendements à long terme, stables, qui sont ceux que fournissent les infrastructures », détaille M. Rifkin.

En revanche, « vous n’avez pas besoin de nouvelles taxes », assure-t-il, un peu moins d’un an après le début de la crise des « gilets jaunes ».

– Le nucléaire condamné –

Avec ces infrastructures, des millions de personnes, d’associations, de petites entreprises pourront « créer des coopératives pour leur énergie solaire et éolienne et réinjecter ce qu’elles n’utilisent pas dans un internet de l’énergie renouvelable de plus en plus numérisé qui pourra traverser les pays et même les continents ».

Exit donc la production d’énergie centralisée qui domine aujourd’hui.

« Construire une nouvelle centrale électrique est complètement absurde », affirme-t-il, « le prix réel de l’énergie nucléaire sur la durée de vie d’une centrale est de 112 dollars par mégawatt », contre « entre 29 et 40 dollars par mégawatt » pour le solaire et l’éolien.

Et « il y a un autre problème: le manque d’eau », prévient-il. « Une part importante de l’eau douce sert à refroidir les réacteurs. Mais avec le changement climatique, l’eau des rivières et des lacs se réchauffe » et deviendra inutilisable l’été pour refroidir les centrales. Cela s’est déjà produit dans le sud de la France.

 

 

 

 

Alerte écologique mondiale: l »inquiétude » s’internationalise autour de l’Amazonie en flammes

Le dictateur néolibéral  brésilien Jair Bolsonaro, qui a dénoncé jeudi une « psychose environnementale », a été vivement interpellé par l’ONU et la France sur les feux de forêt en Amazonie tandis que ses voisins s’inquiétaient d’une possible propagation.

Il est clair que connaissant les réformes mises de l’avant  par l’ami de Donald Trump et l’ennemi de tous ceux et celles proches de la nature,de l’environnement et du destin de l’humanité ,ce fou à lier a certainement et surement donné l’ordre à ses supporteurs de mettre le feu dans les habitats des peuples et tribus d’Amazonie!Le but de cet exercice étant de  déboiser,éliminer les Premières Nations d’Amazonie  et  les remplacer par des colons assoiffés de profits capitalistes.

 

Au moment ou cette crise s’internationalisait, il a par ailleurs lancé une nouvelle charge contre les ONG, « soupçonnées » d’être responsables des départs de feux.

Image de la Nasa réalisée par le satellite Aqua diffusée le 21 août 2019 montre plusieurs feux qui font rage dans les Etats brésiliens de Rondonia, d’Amazonas, de Para et de Mata Grosso le 13 août 2019

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres s’est dit sur Twitter « profondément préoccupé » par les incendies dans la plus vaste forêt tropicale du monde.

« En pleine crise climatique mondiale, nous ne pouvons accepter davantage de dégâts sur une source majeure d’oxygène et de biodiversité », a écrit Antonio Guterres, en réclamant que l’Amazonie soit « protégée ».

 

Peu après c’est le président français Emmanuel Macron qui exprimait son inquiétude, sur Twitter également.

« Notre maison brûle. Littéralement. L’Amazonie, le poumon de notre planète qui produit 20% de notre oxygène, est en feu. C’est une crise internationale. Membres du G7, rendez-vous dans deux jours pour parler de cette urgence ».

Carte localisant les feux des dernières 24 heures en Amazonie

 

Son chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian avait auparavant indiqué dans un communiqué que « la France est très préoccupée par les nombreux incendies, d’une ampleur inédite, qui touchent la forêt amazonienne depuis plusieurs semaines (…) avec de graves conséquences pour les populations locales et pour la biodiversité ».

Le Pérou, où des fumées, mais non des feux, étaient visibles, a annoncé jeudi être « en état d’alerte ».

« Plus de 200 gardes forestiers (…) surveillent minute par minute l’état de l’incendie dans les forêts amazoniennes du Brésil et de Bolivie, pour la prévention », a déclaré sur Twitter le Service national des aires protégées (Sernanp).

La Bolivie et le Paraguay voisins étaient eux aussi confrontés à des feux de forêt ayant causé des dégâts irréversibles à la faune et la flore, mais distincts de ceux d’Amazonie.

Si la situation dans la plus vaste forêt tropicale de la planète était très difficile à évaluer, l’Institut national de recherche spatiale (INPE) a fait état de près de 2.500 nouveaux départs de feu en l’espace de seulement 48 heures dans l’ensemble du Brésil.

– « forts soupçons » –

D’après l’INPE, 75.336 feux de forêt ont été enregistrés dans le pays de janvier jusqu’au 21 août, soit 84% de plus que sur la même période de l’an dernier. Selon un collectif d’ONG, 54% de ces feux concernent l’Amazonie.

Tandis que la presse brésilienne commençait à rapporter des problèmes sanitaires, notamment respiratoires, dans certaines villes, les feux affectant « le poumon de la planète » restaient jeudi au Brésil la première tendance sur Twitter, avec en illustration son lot de photos ou vidéos n’ayant aucun rapport avec l’Amazonie.

 

Sous les mots-clés #Nasa et #AmazoniasSemONGs (Amazonie sans ONG), des internautes assuraient que des photos-satellite de l’agence américaine provenaient en fait de Bolivie ou soutenaient la charge anti-ONG du président.

Au coeur de la tempête après ses déclarations polémiques de la veille, Jair Bolsonaro a accusé la presse d’avoir déformé ses propos sur une responsabilité des ONG dans les feux en Amazonie, tout en réaffirmant que « les plus forts soupçons viennent » de celles-ci.

« A aucun moment je n’ai accusé les ONG des feux en Amazonie. C’est incroyable ce qui s’écrit dans les journaux! » a-t-il lancé à des journalistes à Brasilia.

L’irresponsable président néolibéral  a expliqué qu’il pourrait tout aussi bien accuser de ces « incendies criminels (…) les indigènes, les Martiens ou les grands propriétaires terriens ».

« Tout le monde peut être suspect. Mais les plus forts soupçons pèsent sur les ONG », a-t-il dit, enfonçant le clou.

Mercredi Jair Bolsonaro avait déjà montré du doigt les ONG de défense de l’environnement. « Il pourrait s’agir, oui, il pourrait, mais je ne l’affirme pas, d’actions criminelles de ces +ONGéistes+ pour attirer l’attention contre ma personne, contre le gouvernement brésilien. C’est la guerre à laquelle nous sommes confrontés » avait-il lancé.

« Les ONG perdent de l’argent, qui venait de la Norvège et de l’Allemagne. Elles n’ont plus d’emplois, elles essaient de me renverser », a-t-il assuré jeudi, en référence à la suspension par ces deux pays de leurs subventions au Fonds Amazonie affecté à la préservation de l’immense forêt tropicale.

– « Cramer l’image du Brésil » –

La résistance des amazoniens va s’organiser contre les néolibéraux du Brésil.

Il a exprimé toutefois sa préoccupation pour les retombées économiques.

« Si le monde entier commence à dresser des barrières commerciales (contre le Brésil) notre agro-négoce va chuter, l’économie va reculer (…) et votre vie à vous éditeurs, propriétaires de télévision va être compliquée », a-t-il menacé.

« Cette psychose environnementale nous empêche d’agir », a-t-il dit.

Dans une tribune, 118 ONG se sont élevées contre « l’irresponsabilité » présidentielle.

« Bolsonaro n’a pas besoin des ONG pour cramer l’image du Brésil dans le monde entier », lit-on dans ce texte, qui dénonce un président « qui manipule l’opinion publique contre le travail réalisé par la société civile, avec des allégations irresponsables et inconséquentes ».


Nous sommes confrontés à une urgence mondiale en Amazonie. Voici ce que nous pouvons faire

 

Appelée « les poumons de la Terre », la forêt amazonienne et ses arbres luxuriants produisent environ 20% de l’oxygène sur Terre. Pourtant, en ce moment, le ciel de Sao Paolo, au Brésil, est noir et la fumée peut être vue de l’espace.

Les flammes ravagent le bassin amazonien . Bien que le changement climatique ait catalysé de nombreuses incendies dévastatrices au cours des dernières années, ces derniers incendies ont été intentionnellement allumés par des agriculteurs qui, répondant aux appels du président brésilien Jair Bolsonaro de développer la région, voulaient défricher leurs terres afin de les utiliser. agriculture. Comme l’a dit Bolsonaro, « l’Amazonie est ouverte aux entreprises.
Mais il est en feu et, lorsqu’il brûle, l’Amazonie contribue considérablement à la crise climatique – à la fois par le carbone libéré par les incendies de forêt et par la perte de capacité des arbres à absorber le carbone à l’avenir. Une Amazonie en bonne santé est essentielle à la survie non seulement des groupes locaux, mais aussi d’environ 400 groupes indigènes, mais de l’ensemble de notre planète.
Les entreprises et les institutions financières qui soutiennent les entreprises Bolsonaro invitent à diriger cette déforestation et cette destruction, et généreront d’énormes profits à court terme aux dépens de l’Amazonie.
C’est une urgence mondiale déchirante qui nécessite une action immédiate.
Maintenant que le monde prête enfin attention au bassin amazonien, il est important de comprendre également que les gouvernements et les entreprises du monde entier encouragent les politiques toxiques du régime Bolsonaro lorsqu’ils concluent des accords commerciaux avec son gouvernement ou investissent dans des entreprises agroalimentaires opérant en Amazonie. .
Des sociétés telles que BlackRock, la plus grande société d’investissement au monde, qui a annoncé son intention d’ étendre ses activités au Brésil après l’élection de Bolsonaro, constituent un important bailleur de fonds des géants de l’agroalimentaire impliqués dans la déforestation en Amazonie brésilienne, selon l’organisation non lucrative Amazon Watch.
Plus d’argent investi dans ces entreprises signifie plus de défrichements pour l’agriculture industrielle. Des initiatives comme celle-ci témoignent d’un fort soutien de Bolsonaro, qui a plaidé pour l’ ouverture de nouvelles zones de la forêt amazonienne à l’agriculture et à l’industrie, et dont le discours peut alimenter la haine contre les peuples autochtones et d’autres. De nombreuses activités pétrolières, minières et agroalimentaires dans lesquelles BlackRock aurait investi auraient contribué à la violation des droits des peuples autochtones et à l’expansion du développement en Amazonie, selon Amazon Watch, bon Amazonie .
En réponse aux accusations d’Amazon Watch selon lesquelles elle contribue à la destruction de la forêt tropicale, Blackrock a déclaré à la Financial Times : « Il investit pour le compte de nos clients, dont nous devons assumer les décisions en matière de placement. Nous ne possédons pas les actifs. nos clients y investissent. Nos clients choisissent d’investir dans un large éventail d’actifs et nous nous efforçons de leur offrir un large éventail d’options de placement, y compris des investissements durables. « 
Les autochtones d’Amazonie ont attiré l’attention sur les conséquences de ne pas protéger la forêt tropicale depuis des années . Ils ont également résisté à la destruction, payant parfois de leur vie.
Grâce au dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’ évolution du climat (GIEC) , la science occidentale a confirmé ce que les peuples autochtones savaient depuis longtemps: des collectivités locales fortes et organisées constituent un moyen de défense essentiel contre la destruction industrielle. Il est impératif de les soutenir dans leur combat pour la protection de la biodiversité sur leurs terres et le ralentissement immédiat des effets du changement climatique.
Depuis que Bolsonaro a pris le pouvoir, il y a eu une déforestation rapide en Amazonie brésilienne . Sa position anti-environnementale, qui définit à tort la protection des forêts et les droits de l’homme comme des obstacles à la croissance économique du Brésil, alimente les incendies. Défrichement illégal de terres par le feu est une pratique horrible, entreprise par les entreprises, qui se produit partout dans le monde. L’Indonésie, par exemple, a vu brûler environ 2,6 millions d’hectares de forêts en 2015 et la crise de brume qui en a résulté a causé environ 100 000 décès prématurés . Les émissions mondiales quotidiennes de gaz à effet de serre pendant la crise ont dépassé celles de l’ ensemble de l’économie américaine .
Ce n’est pas une hyperbole de dire que le destin d’un avenir viable est en jeu et que nous devons tenir pour responsables. BlackRock doit cesser d’investir dans les industries qui détruisent la forêt amazonienne vitale et les foyers des communautés autochtones qui y vivent; les actionnaires et le public doivent les pousser à agir. Les autres sociétés qui font des affaires ou investissent dans la destruction de l’Amazonie doivent également nettoyer activement leurs chaînes d’approvisionnement ou se désinvestir.
La solidarité mondiale avec les mouvements indigènes et environnementaux du Brésil peut faire la différence en ce moment critique. Le régime de Bolsonaro est sensible à son image à l’étranger et s’appuie de plus en plus sur les entreprises et les acteurs financiers internationaux pour secourir l’économie en difficulté du pays. La communauté internationale a donc une occasion unique et urgente de faire pression sur les entreprises les plus responsables de la crise actuelle. Les acres de forêt qui brûlent sont maintenant malheureusement perdus, mais ces efforts peuvent empêcher le reste de l’Amazonie de partir en fumée. Cet enfer n’est pas un phénomène naturel: la majorité des incendies de forêt ont été délibérément allumés pour défendre les intérêts commerciaux d’un groupe de mauvais acteurs.
L’Amazonie brûle, l’Arctique brûle et la liste des terres brûlées semble s’allonger continuellement: Alaska, Groenland, Sibérie, partout en Europe et encore en Indonésie. Nous devons agir maintenant.
La protection des forêts tropicales  et le respect des droits des peuples autochtones sont parmi les moyens les plus importants d’atténuer les effets de la crise climatique croissante, mais pour y mettre un terme, nous devons obliger les entreprises, les financiers et les gouvernements responsables de cette destruction à rendre des comptes. Notre maison est en feu et les peuples autochtones ont sonné l’alarme —- Sommes-nous prêts à répondre à l’appel?

LE PLAN ILLUMINATI DE DÉPEUPLEMENT EST EN COURS

Donald Trump et Jair Bolsonaro.

 

Les forêts brûlent en Amérique du Sud et c’est très inquiétant. Si l’Amazonie retient beaucoup l’attention ces derniers jours, il y a des incendies presque partout sur la planète. Au Brésil seulement il y a plus de 10 000 foyers d’incendies. Les autorités espèrent que la pluie viendra ralentir l’ardeur du feu.

La forêt amazonienne produit environ 20% de l’oxygène sur la planète. De fait, les arbres absorbent le carbone, ce qui devient un peu comme leur nourriture, pour ensuite produire de l’oxygène, gaz essentiel à la vie animale. Si nos forêts brûlent, cela signifie moins de nourriture atmosphérique pour nous, les animaux.

Ceci ,ceux qui sont à la base du Plan Illuminati de Dépeuplement  Mondial ,le savent très bien et le résultat de cet attentat  contre l’Amazonie devrait être la mort de plus en plus de gens à travers le monde.

Afin de stopper  ce génocide,cet extinction massive d’espèces,il faudrait envoyer un comité d’enquête afin d’évaluer  les implications du gouvernement du dictateur brézilien et réussir à l’inculper dans une cour internationale sous  l’accusation de crime contre l’humanité.

Exterminons ces dangereux criminels  avant qu’ils ne détruisent tout au nom de leurs profits capitalistes sacrés!

La déforestation s’est accélérée depuis la venue de Jair Bolsonalo.

 

 

 

Comment Rockefeller a fondé Big Pharma et a fait la guerre aux remèdes naturels

 

La médecine occidentale a quelques bons points, et est excellente en cas d’urgence, mais il est grand temps que les gens réalisent que la médecine traditionnelle d’aujourd’hui (médecine occidentale ou allopathie), est axée sur les drogues, les narcotiques, les radiations, la chirurgie et les médicaments qui sont à la base une création de Rockefeller.

 

 

Tout a commencé avec John D. Rockefeller (1839 – 1937) qui était un magnat du pétrole, un baron voleur, le premier milliardaire des États-Unis et un monopoliste de naissance.

Au tournant du XXe siècle, il contrôlait 90% de toutes les raffineries de pétrole des États-Unis par l’intermédiaire de sa compagnie pétrolière, Standard Oil, qui fut plus tard démembrée pour devenir Chevron, Exxon, Mobil, etc.

Rapports des affaires mondiales : Dans le même temps, vers 1900, les scientifiques ont découvert les « pétrochimiques » et la capacité de créer toutes sortes de produits chimiques à partir du pétrole. Par exemple, le premier plastique – appelé bakélite – a été fabriqué à partir de pétrole en 1907. Les scientifiques découvraient diverses vitamines et ont deviné que de nombreux médicaments pouvaient être fabriqués à partir de pétrole.

Ce fut une formidable opportunité pour Rockefeller qui a vu la capacité de monopoliser les industries pétrolière, chimique et médicale en même temps !

La meilleure chose à propos de la pétrochimie était que tout pouvait être breveté et vendu pour des profits élevés.

Mais il y avait un problème avec le plan de Rockefeller pour l’industrie médicale : les médecines naturelles/à base de plantes étaient très populaires en Amérique à cette époque. Près de la moitié des médecins et des facultés de médecine des États-Unis pratiquaient la médecine holistique, en utilisant les connaissances de l’Europe et des Amérindiens.

Rockefeller, le monopoliste, a dû trouver un moyen de se débarrasser de sa plus grande compétition. Il a donc utilisé la stratégie classique de «problème-réaction-solution». C’est-à-dire, créer un problème et effrayer les gens, puis offrir une solution (pré-planifiée).

Il est allé voir son pote Andrew Carnegie – un autre ploutocrate qui a fait son argent en monopolisant la sidérurgie – qui a conçu un plan. De la prestigieuse Fondation Carnegie, ils ont envoyé un homme nommé Abraham Flexner pour voyager à travers le pays et faire un rapport sur l’état des collèges médicaux et des hôpitaux du pays.

Cela a conduit au rapport Flexner, qui a donné naissance à la médecine moderne telle que nous la connaissons.

Inutile de dire que le rapport a parlé de la nécessité de réorganiser et de centraliser nos institutions médicales. Sur la base de ce rapport, plus de la moitié de tous les collèges médicaux ont été bientôt fermés.

L’homéopathie et les médecines naturelles ont été moquées, diabolisée et les médecins ont même été emprisonnés.

Pour aider à la transition et changer l’esprit d’autres médecins et scientifiques, Rockefeller a donné plus de 100 millions de dollars aux collèges et hôpitaux et a fondé un groupe de façade philanthropique appelé «General Education Board» (GEB). C’est l’approche classique de la carotte et du bâton.

En très peu de temps, les facultés de médecine ont été rationalisées et homogénéisées. Tous les étudiants apprenaient la même chose, et la médecine consistait à utiliser des médicaments brevetés.

Les scientifiques ont reçu d’énormes subventions pour étudier comment les plantes guérissaient les maladies, mais leur but était d’identifier d’abord les produits chimiques dans la plante, puis de recréer un produit chimique similaire – mais pas identique – dans le laboratoire qui pourrait être breveté.

Une pilule pour un malade devint le mantra de la médecine moderne.

Donc, maintenant, 100 ans plus tard, nous produisons des médecins qui ne connaissent rien aux bienfaits de la nutrition ou des herbes ou à des pratiques holistiques. Nous avons une société entière qui est asservie aux entreprises pour son bien-être.

L’Amérique consacre 15% de son PIB aux soins de santé, ce qui devrait être vraiment appelé «soins aux malades». Elle ne se concentre pas sur la guérison, mais seulement sur les symptômes, créant ainsi des clients réguliers. Il n’y a pas de remède contre le cancer, le diabète, l’autisme, l’asthme ou même la grippe.

Pourquoi y aurait-il de vrais remèdes ? C’est un système fondé par des oligarques et des ploutocrates, pas par des médecins.

En ce qui concerne le cancer, oh oui, l’American Cancer Society a été fondée par nul autre que Rockefeller en 1913.

En octobre, mois de la sensibilisation au cancer du sein, il est triste de voir des gens subir un lavage de cerveau au sujet de la chimiothérapie, de la radiothérapie et de la chirurgie. Voici dans l’image ci-dessous, une citation de John D. Rockefeller qui résume sa vision du Nouvel Ordre Mondial pour l’Amérique …

Je ne veux pas d’une nation de penseurs. Je veux une nation de travailleurs.

 

Rockefeller Center

 

Durant le krash de 1929,John D. Rockefeller fait son apparition à Wall Street!

 

./Dans la moitié supérieure de la page de couverture du journal Brooklyn Daily Eagle, le titre de la bannière est « Wall St. In Panic As Stocks Crash », décrivant la chute brutale de la valeur des actions sur ce qui est devenu Black, le jeudi 24 octobre 1929. La bourse Le crash est souvent considéré comme le point de départ de la Grande Dépression de 1929 – 1941. D’autres titres relatent une tentative d’assassinat du prince héritier italien Umberto (1904 – 1983) (à gauche) et un scandale de financement de campagne concernant un industriel américain, puis sénateur, Joseph R. Grundy. (1863 – 1961) (à droite).
 

 

Source : http://yournewswire.com/rockefeller-big-pharma-natural-cures/

 

 

 

LA CRISE EST INÉVITABLE,SANS CROISSANCE ÉCONOMIQUE, LE TAS DE DETTES ACCUMULÉES NE VAUT RIEN

Certains fonctionnaires américains rêvent d’une croissance qui pourrait durer encore 10 ans, grosso modo le double du record enregistré par les Etats-Unis au XXème siècle. Ils se trompent lourdement.

On voit ce que l’on veut voir!

Certes, l’action des banques centrales permet aux gouvernements d’assurer leur solvabilité budgétaire et, in fine, de ne pas faire banqueroute. « Mais n’y a-t-il pas de côté négatif ? », s’interroge Natixis.

Comme l’explique l’équipe de recherche de Patrick Artus :

« En réalité, ces politiques sont dangereuses :

elles peuvent entraîner une expansion sans limite de la taille des bilans des banques centrales, d’où un risque de ‘fuite devant la monnaie’ (les agents économiques se débarrassent de la monnaie pour acheter des biens ou des actifs réels, d’où soit l’inflation soit des bulles sur les prix de ces actifs) ;

elles peuvent inciter les Etats à ne pas stabiliser les taux d’endettement publics, ce qui rend ces politiques irréversibles ;

elles permettent de financer des investissements inefficaces ;

elles écrasent anormalement les primes de risque sur les actifs risqués ;

elles forcent les banques centrales de réagir à des chocs qui nécessiteraient normalement qu’elles augmentent leurs taux d’intérêt. »

Bref, pas de free lunch. Milton Friedman avait prévenu, mais nos dirigeants l’ont oublié.

Milton, reviens ! Ils veulent nous ruiner

Chacun des points listés par Natixis est bien sûr important, mais l’un d’entre eux me semble plus critique que les autres. Ayant opté pour la fuite en avant, nos dirigeants pourraient bien s’être placés dans une position où il n’y a plus de retour en arrière possible.

 

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img8.jpg

Voici ce qu’explique Natixis dans une note du 20 décembre au sujet de ce « nouveau régime » :

« Dans le passé, dans les périodes d’expansion, la politique budgétaire redevenait suffisamment restrictive pour que la solvabilité budgétaire soit rétablie, et la politique monétaire pouvait donc en conséquence être normalement contracyclique ;

aujourd’hui, au contraire, on est passé à un régime de dominance fiscale : la politique budgétaire ne rétablit pas la solvabilité budgétaire, celle-ci est assurée par les taux d’intérêt anormalement bas associés à une politique monétaire qui reste fortement expansionniste malgré le retour au plein emploi.

Dans le nouveau régime, le policy mix (ensemble de la politique budgétaire et de la politique monétaire) est anormalement expansionniste et n’est plus contracyclique ; ce nouveau régime est de plus irréversible.

On pourrait en sortir par une politique budgétaire restrictive, mais c’est impossible parce que cette politique devrait être maintenant mise en place alors que la croissance ralentit ; ou par une politique monétaire restrictive, mais c’est impossible car elle ferait apparaître une crise des finances publiques (de solvabilité budgétaire). »

Vous avez bien lu : sauf miracle (comme évoqué par Nassim Taleb), il n’y a plus d’autre issue possible aux problèmes actuels que la fuite en avant.

Il ne s’agit d’ailleurs pas d’une situation particulièrement récente. Voilà en effet ce que cela a donné la dernière fois qu’une stratégie différente avait été esquissée :

La brève période de ralentissement de l’expansion du crédit a presque conduit à l’effondrement du système financier mondial 

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img9.jpg

Maintenant, comme au poker, nos dirigeants sont condamnés à faire tapis à chaque fois que l’étau se resserre.

A bulle de tout, crise de tout

Une fois au bord du précipice, la stratégie « kick the can down the road » ne fonctionnera plus.

Au mois de juillet, alors que le précédent rapport de l’IIF sur la dette mondiale venait d’être publié, Bruno Bertez avertissait que la promenade nous avait emmenés assez loin sur la falaise :

« Je ne crains pas de m’avancer et de signifier que nous sommes en phase terminale. On peut aller plus loin, mais il faut pour cela faire évoluer le système, la régulation, la conception de la monnaie, l’ordre international. Et puis Trump est l’élément perturbateur. » 

Il y a déjà plus d’un an, Natixis avertissait que les pays de l’OCDE s’exposaient à une crise de tout.

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img10.jpg

Côté crise sociale et politique, force est de constater que la France a déjà les deux pieds dedans. Reste le versant économique et financier de la crise, sur lequel la banque revenait au mois d’octobre dernier.

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img11.jpg

Là, Natixis en était réduite à faire un vœu pieu

 

« Le taux d’endettement du monde étant très élevé, les prix des actifs étant aussi élevés, une politique monétaire mondiale restant très expansionniste conduirait à la poursuite de la hausse des taux d’endettement et des prix des actifs, et inexorablement à une crise. 

Mais le passage à une politique monétaire restrictive déclencherait immédiatement une crise financière avec une hausse forte des paiements d’intérêt sur les dettes. 

La configuration qui permettrait d’éviter une crise financière serait donc : 

– une politique monétaire plus restrictive, mais pas au point qu’une crise de solvabilité des emprunteurs se déclenche ;

– une politique macro-prudentielle restrictive, pour arrêter la hausse des taux d’endettement et des prix des actifs. »

Suite aux choix qu’elles ont fait, nos autorités sont donc désormais condamnées à gérer la crise. 

Vous pouvez donc allumer un cierge à Sainte Rita (patronne des causes désespérées) et/ou vous préparer au violent changement qui nous attend.

 

 

 

Les vraies raisons pour expliquer le coup d’Etat au Venezuela

Après les USA, le Canada, la Grande-Bretagne, le Brésil, les pays du Lima à l’exception du Mexique, c’est au tour d’Israël de reconnaître le président autoproclamé du Venezuela et de soutenir de fait le coup d’État au Venezuela.
«Israël se joint aux États-Unis, au Canada et à la plupart des pays d’Amérique du sud et des pays d’Europe en reconnaissant le nouveau pouvoir au Venezuela», a fait savoir Netanyahou dans une vidéo.
Il ne manque plus que la France et l’UE pour compléter le tableau atlantiste des impérialistes anti-socialistes et adeptes du coup de force en violation complète avec le droit international. La France, l’Allemagne, l’Espagne ayant menacé de reconnaître l’usurpateur Guaido si Maduro n’envisageait pas des élections sous 8 jours. C’est tout comme si c’était fait. Le club des impérialistes est à nouveau réuni pour un nouvel Irak, une nouvelle Libye ou une nouvelle Syrie ?
USA : un sioniste de choc à la tête du changement de régime au Venezuela

Elliot Abrams est de retour, cette fois-ci en train de changer le régime du Venezuela, à la « manière juive« . Il est sorti de l’ombre, faisant officiellement ce qu’il avait déjà fait à l’abri de Pompeo au Département d’Etat, c’est-à-dire qu’il veut refaire rapidement en 2019 le coup d’État vénézuélien échoué en 2002 sous Bush dans l’espoir de renverser Hugo Chavez. Il prête maintenant ses mains criminelles à une nouvelle « guerre sale » en Amérique latine. Il en a l’expérience!

Trump l’avait écarté lorsqu’il constituait son cabinet à cause de l’opération d’Abrams en mai 2016 intitulée Quand vous ne pouvez pas supporter votre candidat après que Trump ait remporté la nomination du Parti Républicain[1].

Comment se fait-il qu’Abrams se soit introduit dans le camp Trump?

Comme tous les Juifs qui attendent une occasion propice, ils se planquent dans les ruelles du Beltway, puis ils se sortent de leurs trous et se frayent un chemin jusqu’au sommet de la fourmilière.

En effet, voilà que Pompeo a annoncé vendredi qu’Abrams, le belliciste juif néo-conservateur, avait rejoint l’équipe du département d’Etat pour « restaurer la démocratie » au Venezuela et « aider le peuple » à obtenir le résultat que « le peuple vénézuélien veut obtenir.« 

C’est une chose de restaurer la démocratie et c’en est une autre que de prétendre aider les personnes qui l’ont déjà.

CEPENDANT, LA MAJORITÉ des Vénézuéliens, y compris l’armée et la police, soutient pleinement son président actuel et légitime, Nicolas Maduro.

Et avec le ministre de la Défense du Venezuela dénonçant le «président» autoproclamé Juan Guaido comme un «fantoche américain qui veut diriger le Venezuela à partir de de Washington», les mains sales d’Abrams ont une occasion de faire appel à un fantoche [2] pour semer, une fois de plus, le chaos, l’effusion de sang et la misère.

Elliott Abrams est un néo-con historique. Il a appartenu à la petite coterie juive entourant le sénateur démocrate Henry Scoop Jackson, avant de rejoindre l’administration Reagan. Il a épousé la belle-fille de Norman Podhoretz, le rédacteur-en-chef de Commentary. C’est un des initiateurs de la théopolitique.

Il supervisa la création de la National Endowment for Democracy, l’agence chargée de poursuivre à découvert les objectifs de la CIA. Il fut un des organisateurs de la guerre contre le Nicaragua et le Salvador, incluant l’affaire Iran-Contras, sous la présidence de Ronald Reagan. Il fut également conseiller pour la « démocratie globale » dans l’administrationBush fils. C’est à ce titre qu’il supervisa la tentative de coup d’État contre le président vénézuélien Hugo Chávez, en 2002.

Dès qu’un juif pointe son nez dans les « droits de l’homme » d’un pays étranger, alors attendez-vous à du sang, des massacres et des « souffrances humaines ». Rappelez-vous le BHL en Libye et les autres « intellectuels » juifs français sur la Syrie.

En réalité, il ne s’agit pas de la personne de Maduro, mais de la saisie des avoirs pétroliers et financiers du Venezuela car le même Abrams faisait partie d’un complot visant à renverser son prédécesseur, Hugo Chavez, en 2002, pour confisquer les biens du Venezuela.

Au début de 2019, 500.000 barils par jour de brut vénézuélien – essentiel à la production américaine de diesel – étaient importés aux États-Unis.

À cela s’ajoute le fait que Citgo, un raffineur basé au Texas, appartient à la compagnie pétrolière nationale du Venezuela, Petroleos de Venezuela, et Abrams cherche à mettre la main sur cette compagnie pour la donner aux oligarques judéo-américains.

Mais Maduro s’est engagé à défendre la société d’une prise de contrôle par cette maffia.

AINSI QUAND POMPEO a été interrogé sur les avoirs du Venezuela à l’étranger, il a déclaré: «Nous annoncerons comment Juan Guaido (président autoproclamé du Venezuela) disposera des ressources nécessaires pour diriger le gouvernement du Venezuela.» (défense de rire !.)

Partenaire des sales coups de Pompeo dans le changement de régime,Bolton a déclaré jeudi à la presse qu’il travaillait à la canalisation des paiements de recettes pétrolières du Venezuela vers le gouvernement dirigé par Guaido.

Dans le même temps, la Banque d’Angleterre, détenue par des Juifs,refuse de restituer les lingots d’or de 1,5 milliard de dollars appartenant au gouvernement vénézuélien. Les Britanniques, qui dirigeaient autrefois les mers, sont maintenant soumis aux fourches caudines de la finance mondiale juive.

Abrams, juif fanatique, intensifiera la pression sur le gouvernement de Maduro (les médias appartenant à des Juifs l’appellent désormais «régime»), notamment en imposant de lourdes sanctions à son secteur pétrolier, ce qui aggravera la crise et aggravera les souffrances du peuple vénézuélien.

Conclusion de cette nomination 

C’est clair comme l’eau de roche. Trump n’a plus aucun contrôle sur son administration quand on voit comment ce sioniste Abrams qui l’a condamné au cours de sa campagne s’est retrouvé au Département d’État pour tenir les rênes du changement de régime au Venezuela.

Est-ce que les USA veulent vraiment s’enliser dans un autre bourbier militaire à l’étranger menant à une guerre civile, à la mort de civils et à la démolition d’une infrastructure d’un autre pays, au nom de la «restauration de la démocratie», à la juive? Les exemples du Vietnam, de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Libye, de la Syrie et de tant d’autres pays servent-ils à quelque chose ? Demandez-le à Abrams ou à Rothschild qui ont l’art et la manière pour envoyer des goyim mourir dans des guerres pour le bénéfice exclusif des Juifs.

NOTES

[1] En février 2017, Trump ne veut pas de l’ultra-sioniste Elliott Abrams

Elliott Abrams, néo-conservateur historique pur et dur opposé aux mariagesentre juifs et goyim, impliqué dans les crimes US au Nicaragua, au Salvador, dans la tentative de coup d’État contre Hugo Chavez, et dans l’assassinat de Rafic Hariri au Liban.

Le CV d’Abrams est éloquent. Sous la première présidence de George W. Bush, il a occupé le poste d’assistant spécial du président et directeur senior du Conseil de sécurité nationale pour les affaires du Proche-Orient et d’Afrique du Nord. A ce titre, il était l’un des plus virulents avocats de l’invasion de l’Irak – avec le désastre que l’on sait et que Trump n’a cessé de stigmatiser tout au long de sa campagne électorale. Il plaidait également pour le renforcement de l’alliance avec Israël et les monarchies du Golfe, au service des seuls intérêts israéliens.

Au début de la seconde présidence de Bush, Abrams a été promu au poste de conseiller pour la sécurité nationale sur les stratégies de démocratie globale, responsable de la progression de la stratégie pour faire « Avancer la démocratie à l’étranger », autrement dit « regime change ». L’originedes révolutions de couleur et autres « Printemps arabe »  est à chercher dans cette stratégie américaine bien réfléchie qu’Obama a non seulement poursuivie, mais accélérée.

Concernant le lobby juif dont il était un des pivots, Elliott Abrams appela, dès 1995, à la nécessité pour les juifs américains de s’allier avec les Évangélistes et les Sionistes chrétiens.

[2] Éduqué à l’université Georges Washington, nid d’espion de la CIA, Guaido est proclamé le président de l’assemblée nationale du Venezuela le 5 janvier courant. Il a immédiatement déclaré que Maduro n’était pas le président du pays et a incité à la rébellion au sein de l’armée.

Maria Iris Vadela Rangel, une leader du parti politique de Maduro du Parti Socialiste Unifié a tweeté au sujet de la sédition : “Guaido, j’ai déjà préparé ta cellule avec le bon uniforme et j’espère que tu nommeras ton cabinet rapidement afin de savoir qui te tiendra compagnie, imbécile de sale gosse.


L’épouse d’Elliott Abrams appelle les enfants palestiniens « le rejeton du diable »

L’épouse d’Elliott Abrams a publié sur son blog « Bad Rachel » une folie vitriolique dans laquelle elle appelle les enfants palestiniens «le rejeton du diable».

Témoignant d’une ignorance surprenante vis-à-vis de l’islam et de la situation israélo-palestinienne , Rachel Abrams écrit à propos de la libération du mitrailleur israélien Gilad Shalit (en échange de centaines de prisonniers palestiniens , y compris des femmes et des enfants):

Il est libre et il est chez lui au sein de sa famille et de son pays. Célébrez, Israël, avec toute la joyeuse gratitude qui remplit vos cœurs, comme nous le faisons tous avec vous.

Ensuite, rassemblez ses ravisseurs, des sauvages égorgés, sacrifiant des enfants, immolant dans le sang, adorant la mort, sacrifiant des enfants dans le sang et utilisant des femmes – celles qui n’attachent pas de bombes à la frayeur de leurs propres démons et les envoient se réunir leurs soixante-douze vierges en prenant la vie des enfants d’autrui qui manient le bus scolaire, qui dessinent des cœurs, qui transforment leurs pensées, qui perdent leurs devoirs – et de leur progéniture – ceux que leurs mères n’ont pas encore fauchés assassiner dieu – en tant que boucliers, se cachant derrière leurs burkas et leurs berceaux comme des animaux sans équipage, et ne les jetez pas dans vos prisons, où ils peuvent attendre jusqu’à ce qu’ils soient échangés par milliers contre un autre enfant d’Israël, mais dans la mer, pour y flotter, de la nourriture pour les requins, les astronomes et tout ce que d’autres carnivores océaniques Dieu a mis là pour cela.

Selon sa biographie sur le site Internet du CFR : Elliott Abrams est: «Ancien directeur principal pour la démocratie et les droits de l’homme, directeur principal pour le Proche-Orient et conseiller adjoint pour la sécurité nationale chargé des affaires du Moyen-Orient sous l’administration George W. Bush. Ancien secrétaire d’État adjoint aux affaires des Nations Unies, des droits de l’homme et de l’Amérique latine dans l’administration Reagan. ”

Abrams a été condamné en 1991 pour avoir dissimulé illégalement des informations au Congrès lors de l’enquête sur l’affaire Iran-Contra.


LE PLAN D’ELLIOTT ABRAMS POUR LA SYRIE

Elliott Abrams est membre du Conseil des relations financières des entreprises.
Le co-conspirateur mondialiste dégénéré, Elliott Abrams, a toujours soutenu la récente conflagration dans le monde arabe et plaide pour une ingérence toujours croissante des États-Unis dans la région. Dans son récent article paru dans le Washington Post intitulé  » débarrasser la Syrie d’un despote « , il expose ce qui est un plan d’action assez prévisible prenant déjà forme contre le membre  » Axe du Mal  » de l’ ère Bush .

 

Elliott Abrams est membre du Conseil des entreprises et des finances du Conseil des relations étrangères , signataire du projet «Un nouveau siècle américain» , et ancien conseiller adjoint du président George W. Bush en matière de sécurité nationale. Il a été condamné pour son implication dans lecomplot Iran-Contra et rapidement pardonné par George Bush père. Il a par la suite été mis en cause pour son implication dans la tentative de coup d’État au Venezuela contre Hugo Chavez en 2002 . Son histoire de trahison et de déshonoration de son pays, et de s’en sortir, est probablement la raison pour laquelle il se sent parfaitement à l’aise de lancer des menaces larges et radicales à l’encontre de nations entières aujourd’hui.

Elliott Abrams a récemment lancé une menace personnelle contre Qadaffi et son chef des services de renseignement libyens, affirmant qu’ils rencontreraient le même sort que Saddam Hussein si un Américain était attaqué à la suite des menaces croissantes des États-Unis et de leurs actions en Libye. Il avait également pesé sur l’Égypte dans son article intitulé «Moins d’engagement, plus de démocratie» dans le New York Times. Dans cet article, il critique la politique actuelle d’égal à égal avec les nations qu’il considère comme des régimes répressifs et appelle à un réexamen du « programme de la liberté » de George Bush. En d’autres termes, l’exportation de la « démocratie » qui a valu à l’Amérique des milliers de milliards de dollars aventures en Irak, en Afghanistan et maintenant en Libye, au prix de la vie de milliers de soldats américains et de celle de millions d’étrangers tués, mutilés ou déplacés.

Ellioth Abrams est au centre des conflits touchant le Vénézuela.

Oncle Hitler: rare photo signée de Rosa Nienau embrassant une fille juive hitlérienne vendue aux enchères

Une photo montrant Adolf Hitler en train d’embrasser une jeune fille qui avait une grand-mère juive s’est vendue aux enchères pour plus de 11 000 $.

Le  Führer aurait d’abord refusé de rompre son amitié avec la fille qui l’appelait « oncle Hitler ».

 

Le Washington Post rapporte que l’image en noir et blanc prise par Heinrich Hoffmann et gravée à l’encre bleu foncé par Hitler le montre avec le sourire alors qu’il embrasse Rosa Bernile Nienau en 1933 lors de sa retraite en montagne. Le journal rapporte que « l’image a été déployée en tant que propagande à une époque où le dirigeant national-socialiste était présenté au monde comme une figure bienveillante ».

Alexander Auctions historiques de la ville de Chesapeake, dans le Maryland, a vendu la photo mardi pour 11 520 $.

La maison de vente aux enchères a déclaré que des recherches avaient montré que Hitler avait pris conscience de l’héritage juif de la jeune fille mais avait choisi de l’ignorer. Nienau, qui avait presque 6 ans lorsque la photo a été prise, est décédé de la polio en 1943.

 

Andreas Kornfeld, vice-président des ventes de la maison de vente aux enchères, n’a pas identifié l’identité du destinataire de la photo ni de la personne qui a placé l’offre gagnante.

La France en chute libre

  • Les responsables français comprennent évidemment que les terroristes sont engagés dans une longue guerre et qu’il sera difficile de les en empêcher; ils semblent donc avoir cédé. Ces responsables sont sans doute conscients que les jeunes musulmans français se radicalisent de plus en plus. La réponse a toutefois été de renforcerles institutions musulmanes en France.
  • Au moment où le président Macron parlait, l’un de ses émissaires était au Maroc pour signer le Pacte mondial des Nations Unies pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, qui définit l’immigration comme « bénéfique » pour les pays hôtes. Dans ce cadre, les États signataires s’engagent à « renforcer les systèmes de fourniture de services intégrant les migrants ».
  • Un groupe de généraux à la retraite a publié une lettre ouverte dans laquelle il déclarait que la signature du Pacte mondial était un pas supplémentaire vers « l’abandon de la souveraineté nationale » et notait que « 80% de la population française pense que l’immigration doit être stoppée ou réglementée de manière drastique ».
  • L’auteur Éric Zemmour a décrit la révolte des « gilets jaunes » comme le résultat du « désespoir des gens qui se sentent humiliés, oubliés, dépossédés de leur pays par les décisions d’une caste méprisante ».
Le président français Emmanuel Macron semble espérer que la fatigue conduira les manifestants au « gilet jaune » à baisser les bras, mais rien ne semble encore le montrer. Au contraire, les « gilets jaunes » semblent consacrés à le faire tomber. Sur la photo: manifestants du « gilet jaune » le 15 décembre 2018 à Paris, en France.

 

 

 

Strasbourg, France. Marché de Noël. 11 décembre, 20h. Un homme criant « Allahu Akbar » tire sur les passants, puis en blesse plusieurs avec un couteau. Il assassine trois personnes sur le coup et en blesse une douzaine d’autres, parfois sévèrement. Deux mourront plus tard de leurs blessures. Le meurtrier s’échappe. Deux jours plus tard, la police l’a abattu .

Il était connu de la police. Lorsque des membres de la Direction générale de la sécurité intérieure et des gendarmes sont arrivés chez lui quelques heures plus tôt, il s’était échappé. Bien qu’ils sachent qu’il était un islamiste armé et dangereux, prêt à agir et que les marchés de Noël étaient et pourraient être des cibles probables, aucune surveillance n’était en place.

Le meurtrier, Cherif Chekatt, aurait en fait dû être tenu à l’écart de la rue. Il avait 29 ans, son nom figurait sur la liste des personnes accusées de radicalisation terroriste ( FSPRT ), et il avait déjà été condamné pour 27 crimes. Il était néanmoins libre, sans surveillance de la part de la police.

Son cas est similaire à celui de nombreux terroristes djihadistes en France au cours de la dernière décennie. D’ autres comprennent Mohamed Merah , qui a assassiné des enfants juifs à Toulouse en 2012; Cherif et Said Kouachi , qui ont assassiné la plupart des employés du magazine satirique Charlie Hebdo en 2015, et Amedy Coulibaly , qui a assassiné des personnes dans un supermarché casher quelques jours plus tard.

Résultats de recherche d'images pour « emmanuel macron et jupiter »

Les gouvernements qui se sont succédé n’ont rien fait pour remédier à la situation. Au lieu de cela, ils ont prononcé des discours et ont posté des soldatsdans les rues. « Les jeunes Français doivent s’habituer à la menace d’attaques », avait déclaré en 2015 le Premier ministre, Manuel Valls . Deux ans plus tard, juste avant le premier tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron, toujours candidat, utilisait presque le mêmes mots. Le terrorisme, a- t- il déclaré , est « impondérable » et constituera une « menace qui fera partie de la vie quotidienne des Français pour les années à venir ».

Les lois françaises sont extrêmement laxistes . Même les tueurs en série et les terroristes ne sont pas condamnés à de longues peines de prison. La plupart des prisons sont devenues des postes de recrutement djihadistes. Actuellement, plus de 600 zones interdites sont sous le contrôle d’imams et de gangs musulmans. Les islamistes, apparemment « prêts à agir », se comptent par milliers . La police n’a tout simplement pas le personnel ni les ressources matérielles nécessaires pour tout contrôler

Les seuls dirigeants politiques qui ont proposé des lois plus sévères contre le terrorisme, ou qui ont déclaré que des mesures exceptionnelles étaient nécessaires – par exemple, un recours plus large aux bracelets de cheville électroniques – pour contrer les menaces croissantes, proviennent de partis considérés comme « de droite ». Les principaux médias ont immédiatement qualifié ces dirigeants d ‘ » extrémistes  » et leurs propositions ont été rejetées.

Macron et son gouvernement continuent leur triste tradition de se soumettre à la rectitude politique. Il semble qu’ils préfèrent apaiser les extrémistes plutôt que de les affronter.

Ces politiciens sont sans aucun doute conscients que de nouvelles émeutes pourraient avoir lieu. En 2016, Patrick Calvar, chef de la Direction générale de la sécurité intérieure française, a évoqué le risque élevé d ‘ »affrontements entre communautés », voire de guerre civile.

Ces responsables comprennent évidemment que les terroristes sont engagés dans une longue guerre et qu’il sera difficile de les en empêcher; ils semblent donc avoir cédé. Ces responsables sont sans doute conscients que les jeunes musulmans français se radicalisent de plus en plus. La réponse a toutefois été de renforcer les institutions musulmanes en France.

Bien que ces responsables voient vraisemblablement aussi que l’immigration musulmane en France se poursuit et que des centaines de milliers de migrants musulmans illégaux créent des problèmes de sécurité accrus, ils ne font rien pour inverser la tendance. Le nombre de déportations est en augmentation, mais reste rare: un peu plus de 26 000 personnes ont été déportées en 2017. Parallèlement, plus de 150 000 immigrants clandestins vivent en Seine Saint Denis, près de Paris. Macron, depuis qu’il est président, a répété à plusieurs reprises que ceux qui l’invoquaient pour expulser les immigrants clandestins étaient  » xénophobes« .

En fait, Macron et le gouvernement actuel encouragent davantage de migration: tous les immigrants clandestins en France reçoivent une aide financière s’ils le demandent, ainsi que des soins de santé gratuits ; et ils ne courent presque aucun risque d’être déportés.

Chaque année, plus de 200 000 permis de séjour sont délivrés (262 000 en 2017), y compris pour les immigrants clandestins. Nombre d’entre eux n’ont aucune compétence commerciale, certains perçoivent pendant des décennies le revenu minimum versé à une personne en difficulté.

Le soutien social aux migrants, qu’il soit légal ou non, augmente le coût d’un système de protection sociale de plus en plus coûteux. La France est aujourd’hui le pays le plus lourdement imposé du monde développé: les prélèvements obligatoires représentent plus de 45% du PIB. Le chômage est élevé à 9,1%. Les salaires typiques sont bas et stagnants. Un enseignant d’une école publique qui débute gagne 1 794 euros par mois (2 052 dollars). Après une année de service, un policier gagne encore moins: 1 666 euros par mois (1 906 dollars).

Macron, lors de son élection à la présidence, avait promis de stimuler la croissance et d’améliorer le pouvoir d’achat. Pour encourager les grandes entreprises multinationales à investir en France, il a réduit leurs impôts et supprimé un impôt sur la fortune . Ne souhaitant apparemment pas augmenter le déficit du budget français (2,6% en 2017), il a créé de nouvelles taxes et augmentéquelques taxes payées par l’ensemble de la population, y compris les taxes sur les carburants.

Il est dans ce contexte que le « gilet jaune » ( « gilets JAUNES ») manifestants – qui ont été des émeutes dans toute la France pour les huit week – ends, est entré en être . Ils ont juré de continuer à manifester.

Les nouvelles taxes, ainsi que l’augmentation des taxes existantes, ont plongé de nombreuses personnes dans une situation financière difficile . Beaucoup ont également estimé que la réduction des impôts sur les grandes entreprises, associée à la suppression de l’impôt sur la fortune des riches, était scandaleusement injuste. Ils constatent parfaitement que le manque de sécuritése propage, que l’immigration explose et que le gouvernement n’assure pas suffisamment de loi et d’ordre.

Les remarques de Macron, telles que comparer « ceux qui réussissent et ceux qui ne le sont pas » – ou son affirmation selon laquelle « la vie d’un entrepreneur est beaucoup plus dure que celle d’un employé » – lui ont donné méprise les pauvres et ne sait rien des problèmes auxquels ils sont confrontés. Certaines de ses déclarations, telles que « il n’y a pas de culture française  » ou que les Français sont des Gaulois « résistants au changement » – ont amené beaucoup à penser qu’il n’avait même pas de respect pour les Français ni pour la France.

La prolifération de radars de vitesse sur les routes et l’abaissement de la limite de vitesse à 80 km / h , mis à part les autoroutes, ainsi qu’une augmentation notable du nombre de contraventions pour excès de vitesse , n’ont pas non plus aidé ses cotes de popularité.

Enfin, une augmentation supplémentaire des taxes sur les carburants a déclenché une révolte qui ne s’est pas arrêtée à ce jour.

La première manifestation des « vestes jaunes », qui a eu lieu le 17 novembre , a spontanément rassemblé des centaines de milliers de personnes à travers le pays et a bénéficié du soutien de plus de 80% de la population.

Plutôt que de réagir rapidement et de dire qu’il comprenait les difficultés de millions de Français, Macron a attendu 10 jours jusqu’à ce qu’une deuxièmemanifestation, plus importante que la première, y réponde. Il a ensuite prononcé un discours sur l’environnement et souligné que des taxes sur les carburants étaient nécessaires pour lutter contre le « changement climatique ».

Ses propos semblaient totalement déconnectés de la détresse économique ressentie par le public.

Image associée

Quatre jours plus tard, le 1 er décembre , une troisième manifestation a attiré encore plus de monde que la deuxième. Les manifestants ont agité des drapeaux français et ont chanté l’ hymne national . Les personnes qui ont parlé à la télévision ont déclaré que Macron s’était moqué d’elles et lui avait rappelé ses promesses. Ils ont exigé sa démission , de nouvelles élections et un retour de la souveraineté au peuple.

Des gangs de banlieue ont pillé des magasins et détruit des biens. La police a été particulièrement brutale envers les manifestants, mais n’a pas pu empêcher le pillage ou la destruction.

Macron ne dit rien.

Le 8 décembre, jour de la quatrième manifestation, Paris était effectivement assiégée . Des véhicules blindés ont été déployés le long des principales avenues. Des milliers de policiers ont fermé l’accès au quartier de la résidence présidentielle, le palais de l’Élysée. Un hélicoptère a attendu dans la cour de l’Élysée, au cas où Macron aurait besoin d’être évacué. Le pillage et la destruction ont recommencé.

Lorsque Macron a finalement décidé de dire quelque chose, le 10 décembre, il a annoncé une légère augmentation du salaire minimum et la suppression de certains impôts. Il a promis d’ ouvrir un « débat national » et a annoncé la nécessité de revoir les règles relatives à l’ immigration . Cependant, au moment où Macron parlait, l’un de ses émissaires était au Maroc au nom de la France pour signer le Pacte mondial des Nations Unies pour des migrations sûres, ordonnées et régulières , qui définit l’immigration comme  » bénéfique  » pour les pays hôtes. Dans ce cadre, les États signataires s’engagent à « renforcer les systèmes de fourniture de services intégrant les migrants ». Le lendemain, l’ attaque terroriste près d’un marché de Noël à Strasbourg a eu lieu, dans lequel cinq personnes ont été assassinées.

La colère du public ne s’est pas apaisée. Les manifestants du « gilet jaune » qui ont parlé à la télévision les jours suivants ont déclaré que Macron n’avait manifestement pas pris la mesure de ce qu’ils disaient. Ils ont déclaré que parler de revoir les règles d’immigration lors de la signature du Pacte mondial – sans prendre en compte l’opinion de la population – montrait que Macron était un menteur .

Un groupe de généraux à la retraite a publié une lettre ouverte dans laquelle ildéclarait que la signature du Pacte mondial constituait un pas supplémentaire vers « l’abandon de la souveraineté nationale » et notait que « 80% de la population française pense que l’immigration doit être stoppée ou réglementée de manière drastique ».

« En décidant seuls de signer ce pacte », ont écrit les généraux , « … vous êtes coupable de déni de démocratie, voire de trahison, dans le respect de la nation ».

La ministre de la Défense, Florence Parly, a déclaré que la lettre des généraux était « inadmissible et indigne », mais n’a pas contesté les arguments qu’elle énonçait. Encore une fois, Macron ne dit rien.

Le 22 décembre , lors de la cinquième manifestation des « gilets jaunes », les manifestants étaient moins nombreux mais leur colère semblait plus vive. Les appels à la démission de Macron sont venus de partout. Une marionnette représentant Macron était symboliquement décapitée par une guillotine d’imitation . Une sculpture représentant une main jaune , ressemblant au logo de SOS Racisme , la plus ancienne organisation luttant contre le « racisme » et « l’islamophobie » en France, a été incendiée.

Les antisémites ont saisi l’occasion pour donner leurs opinions habituelles , mais ils étaient marginaux. Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, a toutefois utilisé leurs commentaires pour attaquer les manifestants du « gilet jaune ». Il a envoyé un tweet disant que les « gilets jaunes » étaient « des lâches, des racistes, des antisémites » et qu’ils étaient du genre à organiser des coups d’État. Un peu plus tôt, il avait dit que quoi qu’il arrive, Macron ne « changerait pas de cap ».

Macron semble espérer que la fatigue conduira les « gilets jaunes » à baisser les bras, mais rien ne semble encore le montrer. Au contraire, les « gilets jaunes » semblent consacrés à le faire tomber. Ceux à la télévision disent qu’ils sont déterminés à se battre  » jusqu’au bout « . Le préjudice économique est considérable. les premières estimations s’élevaient à des centaines de millions d’euros.

« Macron et son équipe » , a récemment écrit Ivan Rioufol, éditorialiste au Figaro , « aurait tort de croire que si la mobilisation faiblit pendant la trêve de Noël, cela signifie qu’ils sont hors du bois ».

L’auteur Éric Zemmour a décrit la révolte comme le résultat du « désespoir de ceux qui se sentent humiliés, oubliés, dépossédés de leur pays par les décisions d’une caste méprisante ». Il a conclu qu’il pensait que Macron avait perdu toute légitimité et que sa présidence était terminée .

Le commentateur de la radio, Jean-Michel Aphatie, a déclaré que la présidence et le gouvernement « tenaient bon », et que la lettre publiée par les généraux est un signe fort que les institutions françaises sont profondément ébranlées. « Si la police faiblit », at-il souligné, « la France pourrait rapidement sombrer dans le chaos ».

Le 20 décembre, deux jours avant la cinquième manifestation des « gilets jaunes », des policiers ont organisé une manifestation devant le palais de l’Élysée. Le vice-président d’une organisation composée d’officiers de police a déclaré que de nombreux membres étaient épuisés, avaient de la sympathie pour la révolte et étaient prêts à la rejoindre.

Le lendemain, le gouvernement augmenta les salaires des policiers et leur paya des millions pour les heures supplémentaires – des paiements en retard depuis des mois.

« Les autorités ont vraiment peur que la police ne les reproche « , a commenté le journaliste Jean-Michel Aphatie. « C’est difficile à imaginer. C’est là où nous sommes en France, aujourd’hui ».

La popularité du Macron est en chute libre; il est tombé à 18%. La popularité d’aucun président français n’est tombée si bas, si rapidement. Flore Santisteban, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris, a cité des enquêtes montrant que Macron cristallise désormais « une haine intense et peut-être plus que la haine: la rage ».

De nombreux commentateurs se demandent comment Macron pourra encore gouverner dans les semaines à venir et demandent s’il pourrait être contraint de démissionner et d’appeler à des élections présidentielles anticipées.

Plusieurs analystes ont annoncé que cette fois-ci, Marine Le Pen, chef du parti populiste de droite, le Rassemblement national, pourrait être élue présidente. Les thèmes de sa campagne présidentielle en 2017 ressemblaient aux revendications du mouvement « gilet jaune ».

Macron ne dit toujours rien. Il n’est nulle part en vue . Ses seules déclarations publiques récentes ont été faites dans des pays étrangers: Belgique et Tchad. Sa dernière apparition publique en France a eu lieu le 4 décembre , dans le Massif Central, tard dans la soirée. Il est allé voir les dégâts causés à un bâtiment officiel en partie brûlé par des vandales. Bien que sa visite fût inopinée, des dizaines de « gilets jaunes » sont arrivés, l’ont insulté et il est rapidement parti.

 

Les sondages montrent que le Rassemblement national de Le Pen pourrait remporter les élections au Parlement européen de mai 2019 avec 24% à 25% des voix. Un autre parti nationaliste de droite, Debout la France! (France, Stand Up!), Dirigé par le député Nicolas Dupont-Aignan et allié au parti du Rassemblement National, pourrait obtenir 8%. Le total représenterait 32% à 33% des voix. La République en Marche de Macron Le parti, créé il y a deux ans, n’obtiendrait que 18% des suffrages.

L’élection au Parlement européen n’a pas d’impact direct sur la vie politique française. Un tel résultat, cependant, constituerait un désaveu cinglant de Macron – s’il parvient à rester au pouvoir jusqu’alors.

Il y a quelques mois, Macron s’est présenté comme le champion d’une Europe ouverte, « progressiste » et multiculturelle et a décrit les défenseurs de la souveraineté nationale et tous ceux qui sont hostiles à l’immigration et au multiculturalisme, comme des  » lépreux  » et des partisans du  » nationalisme belliqueux  » vantant le rejet de l’autre « . Il feignit facilement de triompher d’eux.

Image associée

En juillet 2017, il a laissé entendre qu’il gouvernerait comme le dieu romain Jupiter . Il ne tarda pas à tomber de son piédestal.

Le soir du 31 décembre, Macron a offert aux Français ses voeux pour l’année 2019. Il ne s’est pas excusé. Il a ignoré les griefs des manifestants du « gilet jaune » et de leurs partisans. Il a simplement déclaré que « la colère a éclaté » et que « l’ordre sera maintenu sans indulgence ». Il a décrit en termes positifs tout ce qu’il avait fait depuis son accession à la présidence. Il a ajouté qu’il « avancerait » dans la même direction sans rien changer: « J’ai l’intention de continuer à suivre la ligne tracée depuis le premier jour de mon mandat ». Il a décrit ses opposants politiques comme des « extrémistes », des « démagogues » et des « mégaphones d’une foule remplie de haine ». Il a encore dit que le « 

Un grand nombre des manifestants du « gilet jaune », interviewés à la télévision, ont semblé contrariés; certains ont dit qu’ils avaient même décidé de ne pas écouter le discours. Les opposants politiques de Macron le critiquèrent sévèrement. Nicolas Dupont-Aignan a écrit:

« Ce soir, les Français ont eu la confirmation qu’Emmanuel Macron n’avait rien appris des événements de 2018. Alors que sa politique rassemblait plus de 75% des Français contre lui, il semblait déterminé à continuer, au mépris de la démocratie. »

Laurence Saillet, du parti de droite modéré, Les républicains, a déclaré :

« J’ai l’impression que pendant que les » vestes jaunes « protestaient, il était sur une autre planète … Il n’a pas pris la mesure de la colère du pays. Il ne fait pas de mea culpa, il a même évalué positivement ses actions, précisément ce qui est rejeté par le français. »

Marine Le Pen a tweeté : « Ce président est un imposteur. Et un pyromane. »

Le 3 janvier, Eric Drouet, l’une des principales figures du mouvement des « gilets jaunes », a été arrêté par une dizaine de policiers alors qu’il se rendait à la Place de la Concorde, dans le centre de Paris, pour allumer des bougies et rendre hommage aux blessés. ou tué depuis le début des manifestations. Il marchait paisiblement sur le trottoir avec 15 à 20 de ses amis. Aucun d’entre eux ne criait, ne portait de banderole ou même un gilet jaune. Drouet a été inculpé pour avoir organisé une manifestation illégale. Les opposants politiques de Macron ont déclaré que Macron ajoutait de l’essence à l’incendie.

Image associée

Le 4 janvier, après la première réunion du cabinet de l’année, Macron a demandé au porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, de déclarer que « ceux qui continuent à protester … sont des agitateurs qui font la promotion de l’insurrection », et que le gouvernement doit « aller plus loin, plus fort façon ».

Samedi 5 janvier, des milliers de « gilets jaunes » ont à nouveau manifesté , réclamant la démission de Macron. Ils ont enfoncé les portes de l’immeuble de bureaux de Griveaux alors qu’il se sauvait. Le soir, les rues de Paris et d’autres villes ressemblent de nouveau à des champs de bataille .

Résultats de recherche d'images pour « emmanuel macron et jupiter »

 

 

 

 

La panique saisit les marchés et l’administration Trump

Il semble que l’administration Trump soit en mode panique complet. Steven Mnuchin tente de calmer les marchés, mais ses efforts ne font qu’empirer les choses.

Dimanche,le 23 décembre 2018, le secrétaire au Trésor de Trump a appelé les plus grands banquiers américains: « Aujourd’hui, j’ai convoqué des appels individuels avec les PDG des six plus grandes banques du pays », a déclaré Steven Mnuchin sur Twitter. 

La raison de ces appels était de calmer les plus grands acteurs du secteur financier américain au milieu d’une déroute persistante à Wall Street. À en juger par les réactions observées sur les réseaux sociaux, le plan s’est retourné de manière spectaculaire.

« Le secrétaire au Trésor a appelé dimanche les plus grands banquiers du pays pour leur confirmer qu’ils avaient de l’argent à prêter. Pas vraiment inspirant confiance », a écrit Ian Bremer, président du groupe de réflexion influent Eurasia Group.

« Juste au cas où les dirigeants de grandes banques ne seraient pas inquiets des perspectives d’une autre crise financière, l’appel de Mnuchin dimanche après-midi pour assurer à tout le monde qu’il n’y a rien à craindre pourrait avoir l’effet opposé. , « a déclaré Peter Schiff, un gestionnaire de fonds de couverture et un critique virulent de l’administration Trump.
Nouriel Roubini avait sa propre théorie sur Twitter: « Le fait que Mnuchin ait publié une telle déclaration via Twitter… est un signe qu’il était terrifié à l’idée que Trump pourrait envisager de licencier [le président de la Réserve fédérale, Jerome] Powell pourrait faire s’effondrer les marchés ».

Certains commentateurs ont établi un parallèle entre les appels de Mnuchin et ceux de l’ancien secrétaire au Trésor, Hank Paulson, juste avant l’effondrement de Lehman Brothers en 2008. D’autres ont critiqué le secrétaire au Trésor pour avoir suscité la panique: «c’est comme si on se levait dans un théâtre bondé et qu’on criait » tout le monde reste calme, les pompiers sont en route », a écrit un commerçant anonyme sur Twitter.

Donald Trump a un problème sérieux sur les mains et aucune solution facile n’est disponible. Il pense (à juste titre!) Que la Réserve fédérale est en train de ruiner l’économie et que sa politique de relèvement des taux d’intérêt explique la chute du marché boursier. Cependant, il ne peut pas simplement renvoyer Jerome Powell et nommer un nouveau président de la Réserve fédérale car il est difficile de savoir si le président américain dispose de ce pouvoir (les experts sont divisés sur la question) et marchés et aggraver les choses.

En revanche, laisser encore davantage augmenter les taux de Powell ruinera la cote de popularité du président et l’économie, car un krach boursier est évidemment mauvais pour les notations et l’économie. En plus de cela, Trump pense être sur le point de gagner la guerre commerciale avec la Chine et les actions de la Fed le privent d’une victoire bien méritée en affaiblissant l’économie américaine pendant la phase décisive du conflit sino-américain. Fondamentalement, son seul espoir est que les grandes banques et les grands fonds de couverture puissent faire pression sur la Réserve fédérale et forcer Powell à cesser de relever ses taux, voire à lui faire adopter une politique plus accommodante. C’est peut-être la véritable raison des appels de Steven Mnuchin. C’est peut-être la véritable raison pour laquelle Mnuchin a décidé de convoquer un groupe de fonctionnaires connu sous le nom de « équipe de protection en plongée ».”, Qui comprend des représentants de la Réserve fédérale ainsi que de la Securities and Exchange Commission. 

Reste à savoir si la Réserve fédérale tiendra tête à Trump et à ses alliés de Wall Street ou à une grotte sous pression. Peut-être que Powell sera disposé à cesser de relever les taux uniquement après une baisse de 20% ou 30% du S & P 500 ou de la moyenne industrielle Dow Jones.

Il est impossible d’éviter une crise économique massive. Cela ne peut être que retardé et c’est ce que Trump se bat. Il sait que l’économie américaine est (selon ses propres mots) une « fausse économie », mais il ne veut évidemment pas assumer la responsabilité d’un krach boursier. La situation difficile de Trump correspond à la description d’une crise systémique rendue inévitable par les politiques monétaires fous des administrations et des présidents précédents qui ont systématiquement choisi de renverser la tendance et ont utilisé une politique monétaire exceptionnellement laxiste pour créer l’illusion d’un boom économique permanent .

En 1949, le légendaire économiste Ludwig von Mises écrivait: «Il n’y a aucun moyen d’éviter l’effondrement final d’un boom provoqué par l’expansion du crédit. L’alternative est simplement de savoir si la crise doit venir plus tôt à la suite de l’abandon volontaire de nouvelles mesures d’expansion du crédit, ou plus tard comme une catastrophe finale et totale du système monétaire impliqué. ”

Si Jerome Powell parvient à ses fins, la crise viendra plus tôt et sera causée par «l’abandon de l’expansion du crédit» et par une contraction radicale du bilan de la Réserve fédérale. Si Trump parvient à ses fins, la crise viendra plus tard, mais ce sera probablement une crise de plus grande ampleur et cela impliquera une «catastrophe du système monétaire impliqué». Il n’y a pas de bonne solution, mais le président des États-Unis peut toujours espérer blâmer quelqu’un d’autre, probablement la Réserve fédérale, qui semble très enclin à provoquer une crise à l’heure actuelle.

Il est peu probable que le public achète ses explications, mais en fin de compte, si les alliés de Trump à Wall Street ne sont pas en mesure de faire changer d’avis Jerome Powell, Trump n’aura plus d’autre choix. Cependant, étant donné que les banques contactées par Steven Mnuchin sont littéralement propriétaires de la Réserve fédérale, il est possible que la crise soit évitée, au moins pour quelques mois ou, si Trump a de la chance, pour quelques années. Cependant, à long terme, les décisions de la Fed ne changent rien car la « fausse économie » doit imploser tôt ou tard.