République française:Que cherchent Macron, Zemmour et Charlie Hebdo ?

Le président français a marché pour la deuxième fois sur un râteau et a sa longue manche en pleine gueule. Les produits français sont exclus des rayons des magasins arabes et turcs; têtes coupées au milieu des pandémies; beaucoup d’animosité, de colère, des bruits de guerre civile. Vous l’avez voulu, Emmanuel Macron! Nous l’avons vu en 2015, pourquoi avez-vous rejoué le «Replay»? N’importe qui peut marcher, par erreur une fois, sur un râteau, mais pourquoi répéter cette erreur? Ce n’est pas le signe d’un gars intelligent, à moins que cette réponse ne soit exactement ce qu’il voulait.

Macron est sûrement un gars intelligent. Il avait quelques bonnes raisons pratiques de provoquer les musulmans français. Il n’est pas un homme idéologique, il voulait voler l’électorat d’extrême droite de Mme Le Pen, qui est connus pour haïr les étrangers, en tête desquels l’importante population musulmane de la république. Les musulmans ne correspondent pas à l’image que le Français se fait de lui-même, un homme mince en imperméable avec un béret su la tête et une baguette sous le bras. Il n’a pas été difficile de mettre en colère cette population musulmane, puis de manifester la poigne de fer de Macron en traitant avec eux, et voilà! les électeurs nationalistes sont dans la poche du président français.

Emmanuel Macron et Justin Trudeau:2 politiciens vendus à la cause mondialiste et serviteurs des Rotschild!

Le replay a été lancé par Charlie Hebdo. Ce petit magazine satirique, de peu de valeur artistique, publie généralement des caricatures de mauvais goût et de caniveau. Il ne survivrait pas sans des subventions et des garanties gouvernementales. Ce magazine  est si mineur qu’il ne serait même pas remarqué sans les médias grand public qui colportent son message jusqu’à la dernière banlieue d’immigrants. Maintenant, il a republié des caricatures désagréables du prophète Mahomet. Les immigrés et leurs enfants n’ont pas apprécié cette insulte préméditée à leur foi. Pensez à ce qui se passerait si vous vous moquiez en riant de l’Holocauste en présence d’une personne juive et vous comprendrez. Même les personnes paisibles et calmes n’aiment pas être offensées. Cependant, la publication était de peu d’importance, par opposition au soutien public et bien couvert de Macron. Il a célébré positivement cette publication et ajouté quelques phrases bien choisies et offensantes contre l’islam. Il a sonné le tocsin.

Tartuffe serait fier de Macron qui a déclaré que Charlie Hebdo est le véritable porteur de l’esprit républicain français et de son amour pour la liberté d’expression débridée. Ce serait déjà assez mauvais si c’était vrai, mais ce n’est pas le cas. La France et le monde entier sont maintenant au milieu d’une énorme offensive contre la liberté d’expression. Facebook bannit les comptes et supprime les publications, Google interdit les sites, le vénérable Unz.com [qui publie le présent article] a été à la fois banni sur Facebook et sur Google. Le président Trump a ses tweets supprimés ou ajoutés avec un avertissement « sanitaire » sur Twitter. La nouvelle loi haineuse proposée en Écosse ferait un crime d’exprimer des opinions susceptibles de causer de l’inconfort même à l’intérieur des quatre murs de votre propre maison. Pendant longtemps, dire des «choses haineuses» dans l’espace public a été un crime, et au Royaume-Uni, cent mille «crimes haineux» sont commis chaque année, selon la police de la pensée.

La France mène l’assaut contre la liberté d’expression.
L’écrivain français Hervé Ryssen a été emprisonné pour avoir critiqué les Juifs ; Un tribunal français a condamné Alain Soral à payer 158.500 $ à une organisation juive pour avoir republié un livre vieux de 128 ans – disent les récents titres. La nouvelle loi française interdit le «discours de haine» sur les réseaux sociaux. La loi oblige les plateformes et les moteurs de recherche à supprimer les contenus offensants – y compris le sectarisme religieux – dans les 24 heures ou à risquer une amende pouvant aller jusqu’à 1,25 million d’euros. Cette loi et d’autres lois « haineuses » sont appliquées pour défendre les Juifs, mais étrangement elles ne défendent pas les sensibilités musulmanes ou chrétiennes. [1]

Le rédacteur en chef de Charlie Hebdo est au courant de ces lois discriminatoires et les approuve. Un journaliste de Spiked raconte l’avoir rencontré: « Biard [l’éditeur] n’est pas en faveur d’un discours non réglementé. Il soutient les lois françaises qui interdisent la négation de l’Holocauste et sont favorables aux lois sur le discours de haine. Il approuve les poursuites contre le comédien français Dieudonné, qui a été arrêté à plusieurs reprises pour avoir déclaré que la Shoah n’était pas importante. Vous ne pouvez pas parler contre les juifs, mais attaquer la foi des pauvres immigrés musulmans est parfaitement normal, car ce sont des gens sans importance, et ils devraient apprendre qui est leur patron et quelle est la vraie foi de leur nouvelle patrie (un indice: ce n’est pas le christianisme). S’ils créent des problèmes, c’est encore mieux car ils peuvent être durement frappés.« 

Théoriquement, il est illégal en France d’insulter les croyances musulmanes (ou chrétiennes). La Cour européenne des droits de l’homme en avait statué  explicitement dans un arrêt dans l’affaire Otto-Preminger-Institut c. Autriche: «Le respect des sentiments religieux des croyants garanti par l’article 9 peut légitimement être considéré comme violé par des images provocantes d’objets de vénération religieuse, de telles images peuvent être considérées comme une violation malveillante de l’esprit de tolérance, qui devrait également être une caractéristique d’une société démocratique. »

Dans l’affaire Wingrove c.Royaume-Uni:
«… Le respect des sentiments religieux des croyants peut devenir la base de la restriction légale par l’État de la publication d’images provocantes d’objets de vénération religieuse.»

Dans l’affaire Pussy Riot c.Russie: «Étant donné que la présentation des requérants a eu lieu dans une cathédrale, lieu de culte religieux, la Cour considère que l’ingérence (de l’État) peut être considérée comme ayant pour but légitime de protéger les droits des tiers. »

De telles activités devraient être illégales, mais ne le sont apparemment pas. Cette injustice est une source d’aggravation: lorsque des musulmans se sont plaint devant le tribunal des caricatures particulièrement viles de Charlie, le tribunal s’est moqué d’eux de manière grossière. Par contre, les juifs gagnent presque toujours lorsqu’ils vont au tribunal contre leurs dénigrants. (Nota: j’ai également été poursuivi par la LICRA, l’organisme juif français, tandis que mon éditeur français était financièrement ruiné par leur guerre juridique )

Ainsi, la France (comme le reste de l’Occident) a très peu de liberté d’expression, et l’affirmation de Macron selon laquelle les dessins animés de Charlie devraient être célébrés comme un signe de Liberté semble particulièrement hypocrite et fausse, comme celle de George Bush Ils nous détestent pour notre liberté.
Comme si cela ne suffisait pas, Macron approuve la méchanceté de Charlie envers les Français musulmans. Dans les écoles, une leçon a été consacrée à l’éducation des enfants à la pornographie grossière des dessins animés. Il a été affirmé (et je n’ai aucun moyen de vérifier) ​​que le professeur de français assassiné avait montré des dessins animés se moquant du Prophète chaque année depuis 2015, comme il l’a fait cette année après le discours de Macron. Il aurait ajouté un autre dessin animé pornographique et suggéré que les musulmans pourraient quitter la salle de classe s’ils ne voulaient pas être offensés. J’imagine les cris  si un enseignant avait suggéré aux élèves juifs de quitter la salle. Les parents musulmans bouleversés sont allés voir la police et se sont plaints. L’enseignant a déposé une contre-plainte pour diffamation. Il est difficile de juger maintenant si l’enseignant tué a agi comme il était obligé de le faire par les autorités, ou s’il était particulièrement zélé pour délivrer ses cochonneries aux enfants.

Un jeune de 18 ans d’origine tchétchène (il vivait en France depuis l’âge de six ans) l’a tué et l’aurait décapité, et aussitôt le tueur a été abattu par la police. Cela a créé une vague de panique en France, Macron et Le Pen se sont lancés dans une concurrence obscène dans leurs appels à « punir les musulmans ». Certains extrémistes musulmans auraient attaqué des fidèles dans une église de Nice et en auraient tué trois ou quatre personnes. Cela a été décrié comme une action sous fausse bannière, visant à terroriser les gens pour qu’ils acceptent le nouveau verrouillage, par un site français radical de premier plan qui a appelé au “refus de reconduction (ou nouveau verrouillage) comme le seul véritable acte de résistance dans ces pays en ces temps troublés« .[2]

Cela pourrait être un faux drapeau, car aucun groupe musulman n’en a accepté la responsabilité, et en plus, les services secrets français ont une tradition de tuer les auteurs qu’ils ont envoyés pour accomplir l’acte, et le meurtre des jeunes Tchétchènes correspond à leur façon de faire. L’acte terroriste suivant, la fusillade sur un prêtre grec orthodoxe à Lyon, a également été attribué à des musulmans assoiffés de sang, jusqu’à ce qu’on découvre que le criminel était un ancien moine orthodoxe ayant une certaine rancune personnelle contre le prêtre; puis l’attaque de Lyon est miraculeusement tombée dans un trou de mémoire.

Macron fermait alors toutes les églises de France; apparemment, le gouvernement voulait créer le contexte d’une guerre religieuse des chrétiens contre les musulmans. Encore plus obscure est la raison pour laquelle les rebelles / terroristes tchétchènes ont été amenés en France, ainsi que les réfugiés / terroristes syriens, libyens et afghans qui ont participé aux guerres civiles sanglantes sur leurs terres. Ils étaient certainement dangereux.

Nous savons que les services de renseignement britanniques ont utilisé des réfugiés libyens aux antécédents douteux pour continuer à se mêler des affaires libyennes, et deux terroristes, Salman et Hashem Abedi, ont fui la Libye avec l’aide du gouvernement britannique à bord du navire de la Royal Navy britannique, le HMS Enterprise, pour tuer et blesser de nombreux Britanniques en 2017 à Manchester. Nous savons que les Russes ont demandé l’extradition de présumés terroristes tchétchènes d’Angleterre et de France, mais Français et Britanniques ont , évidemment, refusé.

Il est peu probable que ces terroristes endurcis aient été amenés en Europe occidentale dans l’espoir d’en faire des citoyens exemplaires, ou pour des raisons humanitaires. Il est plus probable qu’ils ont été amenés exactement dans le but de créer un réseau souterrain terroriste, pour faire peur aux citoyens et les amener à obéir. Tout comme le coronavirus, mais d’une autre manière. Certaines personnes se font tuer, mais le but est atteint: de nouvelles lois et actions  antiterroristes sont promulguées et mises en œuvre; plus de surveillance est introduite. Les gouvernements et leurs services de sécurité veulent nous faire peur, et le terrorisme est un moyen fiable pour cela. Tout cela fait partie de la guerre que les élites mènent contre les nations et contre des démocraties trop peu fiables.

Les élites sont mécontentes de nous, le peuple.  Comme le dit Frank Furedi : «Le mépris des élites pour les personnes qui ne votent pas conformément à leurs souhaits est l’un des principaux moteurs de l’hostilité des élites envers la démocratie aujourd’hui.» Ces élites espèrent que «le coronavirus tuera le populisme», lisez: la démocratie, ajoute-t-il.

Vous pouvez faire confiance aux Russes politiquement incorrects pour le dire clairement. Le grand banquier russe Herman Gref dans son discours franc au SPIEF 2012 a déclaré ce que ses partenaires occidentaux pensent mais ne diront jamais: “Je veux vous dire que vous dites en fait des choses terribles. Vous proposez de transférer le pouvoir entre les mains du peuple. Mais si les gens savent tout, il sera extrêmement difficile de les manipuler. Les gens ne veulent pas être manipulés lorsqu’ils ont des connaissances. C’est pourquoi la Cabale a été un enseignement secret pendant trois mille ans. Tout contrôle de masse implique un élément de manipulation. Comment vivre, comment gérer une telle société, où tout le monde a un accès égal à l’information, tout le monde a la possibilité de recevoir directement des informations à moins qu’elles n’aient été traitées par des analystes gouvernementaux? Comment vivre dans une telle société? Votre raisonnement me fait peur. ”

Herman Gref avait reçu une injection d’un sérum de vérité, ont déclaré les gens après avoir entendu son discours franc. ( Ici en russe). Peut-être.

Peut-être que l’idée même d’une immigration massive en provenance des régions ravagées par la guerre était liée au désir des élites de déclencher une guerre civile de faible intensité dans leur propre pays tout en détruisant la cohésion sociale acquise par des siècles de vie commune.

Nous allons maintenant passer à une raison plus profonde pour laquelle Macron a décidé jeter de l’huile sur le feu toujours étincelant des conflits.

Eric Zemmour, juif algérien, est un idéologue courant du nationalisme d’extrême droite français. Voici un court article en anglais donnant un aperçu de l’homme. L’Irish Times l’appelle à tort «le fils des Pied-Noirs  juifs », qui ont émigré d’Algérie lors de son indépendance. Ce n’est pas le cas: les Pied-Noirs étaient des colons français en Algérie, tandis que Zemmour est un juif d’origine algérienne. Au lieu d’être un juif assimilé comme il le prétend, il est plutôt un crypto juif (un juif dissimulant): bien qu’il soit un défenseur de la France catholique, il va dans une synagogue, évite le porc et ne consomme que casher (lois alimentaires juives) chez lui, mais pas à l’extérieur. Il dit qu’il était de gauche jusqu’à ce qu’il « découvre » les musulmans et commence sa propre guerre raciste contre eux.
Il est, et a été, autorisé à dire d’énormes insultes racistes et xénophobes sur les chaînes de télévision françaises grand public pour lesquelles n’importe qui d’autre serait arrêté et emprisonné. Il appelle à mettre fin à l’immigration (ce qui est raisonnable) mais il ne s’arrête pas là, il recommande des déportations massives et appelle en fait à une guerre civile contre les citoyens musulmans français, tout en se présentant comme un défenseur de la France catholique.

Son adversaire officiel, l’idéologue de la France libérale, est Bernard Henri Levi, BHL, un autre juif nord-africain, qui a joué un rôle déterminant dans la création de guerres civiles en Syrie et en Libye tout en encourageant les fanatiques islamistes de ces terres à renverser les régimes socialistes ou nationalistes laïques. Il est partisan de l’immigration et vit une partie de l’année à Marrakech, au Maroc.

Ces deux Juifs conduisent la France à des conflits religieux, agissant des deux côtés de la fracture politico-sociale française. Cela nous rappelle  Rothschild et Trotsky, un banquier impitoyable et un révolutionnaire fougueux, qui ont provoqué des conflits de classe des deux côtés de la fracture sociale, comme le voyait GK Chesterton?

C’est le point de vue d’un auteur franco-marocain, Youssef Hindi, ami et collaborateur d’Alain Soral. Il a affirmé que les Juifs ont systématiquement infiltré les élites musulmanes et chrétiennes afin de stimuler des guerres destructrices entre musulmans et chrétiens, au profit des seuls Juifs, qui pourront ainsi s’installer en Terre Sainte, chasser les habitants d’origine et établir un empire mondial de nations obéissant à Jérusalem, qui est le contenu ultime du messianisme juif.
L’Occident et l’Islam de Hindi a pour légende «Les sources messianiques et la genèse du sionisme de l’Europe médiévale au choc des civilisations».
Selon Hindi, le sionisme n’a pas commencé avec Théodore Herzl mais a des racines profondes dans l’eschatologie kabbalistique du Moyen Âge, véhiculée et nourrie par des générations successives de sages, de mystiques et de faiseurs de miracles.

Un tel sage était Don Isaac Abravanel (né en 1437), sujet du livre de Benzion Netanyahou, père du Premier ministre israélien et figure culte pour père et fils. Il a lancé l’ère du messianisme juif, dit un écrivain du Haaretz . Son idée, absorbée et acceptée par Benjamin Netanyahou, était l’appel à une catastrophe apocalyptique, une «guerre des monstres» entre Gog et Armilus – symbolisant les ismaélites (musulmans) et la chrétienté (comme Abravanel l’a décrit, par exemple, dans son ouvrage «MayaneiYeshua ”). Cette guerre se conclura par un affaiblissement des deux côtés et la montée des Juifs à la domination mondiale, symboliquement appelée «la fête du Léviathan».

Karl Schmitt, le grand philosophe de son temps, a déclaré en 1942 que les Juifs apprécient la lutte mondiale colossale entre les monstres, Léviathan (Grande-Bretagne et États-Unis) et Behemoth (Allemagne): Ils se frottent joyeusement les mains en attendant l’attrition mutuelle qui permettrait aux Juifs de dominer le monde, ou «La Fête du Léviathan». La guerre entre l’islam et la chrétienté qui se prépare actuellement en France permettra-t-elle la prochaine fête du Léviathan?
Peut-être.
Avner Ben-Zaken, un penseur israélien, a écrit dans son excellent traitement du sujet ( ici en anglais ) que Benjamin Netanyahou, lui-même grand adepte du messianisme catastrophique et partisan de la guerre d’Edom et d’Ismaël comme clé du salut des Juifs , s’est rendu en France au lendemain du premier épisode de Charlie et a encouragé les dirigeants juifs français à agir en les qualifiant de «nouveau collectif Isaac Abravanel». Deux ans plus tard, les dirigeants juifs français ont nommé Emanuel Macron président de la République, explique un écrivain juif français bloguant sous le nom de Tsarfat (nom hébreu de la France).

Dans un long article détaillé , Tsarfat raconte l’histoire de quelques juifs éminents (Alain Minc, Serge Weinberg, Jacques Attali et Bernard Mourad) se portant garant de Macron avec David de Rothschild. En 2011, Macron est devenu associé junior chez Rothschild, gagnant un salaire substantiel. Il valait chaque centime – il a trompé Le Monde, il a trompé le président Hollande, il a trompé l’État français, il a fait tout ce que Rothschild exigeait de lui et en retour, il a obtenu la présidence de la République. Il était le nouveau roi nommé par le nouvel Abravanel. Il doit maintenant livrer la guerre entre la chrétienté et l’islam, pour la gloire suprême d’Israël.

Eric Zemmour, le fougueux porte-parole de l’extrême droite, commentateur avec son propre créneau aux heures de grande écoute sur une grande chaîne de télévision, est l’homme idéal pour mener la France (et l’Europe) psychotique (grâce à la panique de Corona) dans une guerre de religion entre la chrétienté et l’Islam. Dans la guerre, les deux principaux opposants seront brisés et affaiblis, tandis qu’Israël avec son judaïsme-pour-Goyim, le credo de l’Holocauste  aura le dessus.

Eric Montana, journaliste chrétien français a écrit : “Zemmour est un agent double au service du choc des civilisations et du mouvement sioniste qui alimente un climat de tension permanente en France. Zemmour s’emploie à provoquer la division et à alimenter le feu en criminalisant outrageusement certains de nos compatriotes de confession musulmane, mettant ainsi en danger la paix civile dans notre pays. Zemmour est un danger public qui, malgré ses nombreuses condamnations pour incitation à la haine raciale et religieuse, reste scandaleusement présent dans les médias, bénéficiant sans aucun doute d’une protection invisible à l’œil nu… mais pourtant bien réelle. ”

Au moins, on peut dire que les opposants aux musulmans ne sont pas chrétiens. Car le magazine Charlie Hebdo est explicitement anti-chrétien et anti-musulman. On y trouve des caricatures les plus odieuses offensant la Vierge et le Christ, ainsi que le pape et l’Église. (Ils n’ont jamais offensé les Juifs, d’une manière ou d’une autre).

Un gouvernement chrétien agirait comme les Russes. Il y a quelques années, Pussy Riot a profané le Saint-Sauveur de Moscou comme Femen avait profané de grandes cathédrales européennes, de Notre-Dame de Paris à Strasbourg . Le gouvernement russe n’a pas attendu que justice soit rendue contre les viragos, mais les a condamné jusqu’à deux ans de prison. Dans le même temps, le droit pénal russe a été modifié pour inclure le «sacrilège» parmi les crimes ordinaires, par consentement général. Depuis lors, de tels crimes ne se produisent plus.

Dans la France de Charlie Macron, les Femen dépouillant les églises n’ont jamais été punis; mais un marguillier qui a essayé d’empêcher cela a été condamné à une lourde amende. La France a une longue tradition anti-chrétienne, généralement qualifiée de «laïque» , et sa grande coalition anti-ecclésiale d’athées, de huguenots et de juifs a fusionné à l’époque de l’affaire Dreyfus. Elle a également une église catholique forte, mais qui n’appelle pas à une guerre avec les musulmans.

La vraie vision chrétienne des développements a été exprimée par l’archevêque Théodose Atallah Hanna de Sébaste en Palestine (il m’a baptisé en 2002). Il a condamné le ciblage des musulmans en France et dans le monde à travers des peintures et des dessins animés dégradants. «Le discours de haine vise à servir la politique de division pour vaincre. Les chrétiens et les musulmans doivent cimenter une culture de fraternité et de solidarité et nous devons travailler ensemble, plus que jamais pour vaincre tous les plans et complots qui visent à nous diviser et à créer la discorde dans nos rangs », a déclaré l’évêque palestinien.

PS Une grande attention est accordée à la manière exotique de tuer par les terroristes présumés. En fait, la décapitation est aussi française que la soupe à l’oignon. La guillotine était la méthode d’exécution nationale préférée (comme la chaise électrique aux États-Unis). Les Français ont décapité leur roi et leur reine. Pendant la bataille d’Algérie, les paras français ont joué au football avec des têtes de rebelles hachées. [3]. Napoléon avait introduit la décapitation au Moyen-Orient, et non l’inverse. Au cours de sa campagne en Égypte, le général Bonaparte ayant appris un soulèvement dans un village avait ordonné à son adjudant Croisier de s’y rendre, d’entourer toute la tribu, de tuer tous les hommes sans exception, et d’amener femmes et enfants au Caire. Ses ordres ont été exécutés rapidement. De nombreux enfants et femmes conduits à pied sont morts en chemin et, quelques heures plus tard, des ânes chargés de sacs sont apparus sur la place principale du Caire. Les sacs ont été ouverts et les têtes des hommes exécutés de la tribu coupable ont roulé sur la place, a écrit l’historien. Devrions-nous dire que le poulet est rentré à la maison pour se percher?

Source : Charlie Hebdo Rides Again (Charlie Hebdo remis en selle)
Par  Israel Shamir • November 2, 2020; The Unz Review

Macron incite à l’islamophobie pour en faire un fonds de commerce électoral

A des fins politiciennes, le président français incite à la haine à l’encontre les musulmans.

Emmanuel Macron a déclaré samedi sur la chaîne Al-Jazeera qu’il comprenait les sentiments des musulmans choqués par la diffusion de caricatures offensantes du prophète Mahomet et qu’il nuançait sa défense absolue des dessins. « Je pense que les réactions sont le résultat de mensonges et de déformations de mes paroles car les gens ont compris que je soutenais ces caricatures », a-t-il expliqué.
Il s’agit là d’une reculade pour le président français et d’une victoire pour la campagne de boycott des produits français qui a balayé une grande partie du monde islamique.
Mais ce n’est pas suffisant. M. Macron doit des excuses claires à 1,7 milliard de musulmans pour les insultes qu’il leur infligées dans leur foi. Ce serait avant tout dans l’intérêt de la France elle-même, car la blessure causée par son président est profonde et le mal est déjà fait.

Les hommes d’État sont censés se comporter de manière responsable, choisir leurs mots avec soin et éviter les actions qui mettent en péril la sécurité et la stabilité de leur pays. Mais Macron s’est plus comporté comme un fauteur de troubles, un chef de gang ou un semeur de haine religieuse que comme le président d’un pays qui se targue de son héritage des Lumières et dont l’économie, touchée par la pandémie du coronavirus, est en mauvaise posture.

Il aurait pu imiter la Belgique voisine, qui a licencié un enseignant qui avait montré ces images obscènes à sa classe de 10-11 ans. Ou il aurait pu réagir comme le Canadien Justin Trudeau, qui a déclaré que la liberté d’expression devait avoir des limites et que les Occidentaux devaient respecter les cultures des autres et essayer d’éviter de blesser leurs sentiments.

Au lieu de cela, l’obsession de Macron de gagner des avantages politiques nationaux l’a poussé à adopter une attitude colonialiste hautaine qui ne peut que nuire à l’économie et à la position internationale de la France.

Si quelque chose de bon est ressorti de sa rhétorique anti-islamique provocatrice, c’est qu’elle a uni les musulmans du monde entier, indépendamment de leur appartenance sectaire ou de leur couleur politique, dans une cause commune.

Le Koweït a donné l’exemple de ce qu’une action populaire concertée de ce type peut accomplir. Le contrecoup a conduit à la « suspension » du commerce bilatéral, évalué à 12 milliards de dollars par an.
Le potentiel de dommages supplémentaires est bien plus important, étant donné que les États du Golfe à eux seuls ont investi quelque 300 milliards de dollars en France.

Nous mentionnons ces chiffres parce que nous savons que rien ne préoccupe et ne blesse plus les États capitalistes occidentaux que d’être frappés à leur porte-monnaie. C’est la raison pour laquelle Macron a décidé de commencer à faire machine arrière dans une tentative désespérée de désamorcer la crise et de limiter les dégâts.

Mais sa démagogie raciste et sa myopie politique ont déjà provoqué un énorme schisme entre son pays et le monde islamique, qu’il faudra des années pour combler. La première étape, et la plus importante, pour y parvenir est de présenter des excuses claires et nettes.

Par Abdel Bari Atwan,
rédacteur en chef du journal numérique Rai al-Yaoum. Il est l’auteur de L’histoire secrète d’al-Qaïda, de ses mémoires, A Country of Words, et d’Al-Qaida : la nouvelle génération.

Source et Traduction : Chronique de Palestine – Lotfallah

Version originale : 1° novembre 2020 – Raï al-Yaoum


NOTES 

Rappel :  Incroyable : Macron fait coïncider le début de la levée du confinement avec la fête juive de Lag Baomer (fin d’une épidémie)

“Le confinement le plus strict doit encore se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai”, a déclaré Emmanuel Macron. “Le lundi 11 mai ne sera possible que si nous continuons d’être civiques, responsables, de respecter les règles et que si la propagation du virus a effectivement continué à ralentir”, a-t-il ajouté. Le 11 mai tombe au même moment que la fête juive du Lag Baomer qui célèbre la fin d’une épidémie qui décima les disciples du grand sage Rabbi Akiva.

Le Talmud relate que, dans les semaines entre Pessa’h et Chavouot, une épidémie frappa les disciples du grand sage Rabbi Akiva “parce qu’ils ne se comportaient pas avec respect les uns envers les autres” ; ces semaines sont donc considérées comme une période de deuil, ce qui implique que certaines formes de réjouissances y sont interdites par la loi et la tradition. Le jour de Lag BaOmer, l’épidémie cessa.

[1] « Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. » Voltaire

[2] La politique du pire: attentat sous faux drapeau à Nice et dans d’autres pays pour faire passer le confinement

l’État profond en France poursuit la politique du pire. Après avoir fomenté un attentat à Bab al-Hawa à la frontière entre la Syrie et la Turquie, puis un attentat à Khost en Afghanistan, demeurés sans impact médiatique en Hexagone, il passe à l’action en France en visant un lieu symbolique, une église dans un ville dont l’exécutif est totalement acquis à la secte au pouvoir.

Cette attaque au couteau selon la narration de la propagande officielle est trop flagrante et démontre la volonté du pouvoir d’Etat français à terroriser les population pour faire passer par la force un reconfinement qui ne passe pas et qui corrobore la grande manipulation autour du COVID-19.
Les églises n’ont jamais été une cible des islamistes mercenaires de l’OTAN mais il semble que la secte de Macron veut attiser tous les faux clivages possibles à défaut de les créer de toutes pièces. Macron sera le fossoyeur d’une république en fin de vie.
C’est une opération de diversion qui ne sera pas la dernière pour un pouvoir en plein dérive dictatoriale et criminelle au profit d’un ordre mondial en perte de vitesse.
Face à cette réincarnation du régime de la Terreur, lequel a été derrière plus d’un génocide en France et ailleurs, il faut absolument refuser le reconfinement.
Le refus du reconfinement est le seul acte de résistance réel en ces temps troublés.

Source : Strategika51

 [4] La France en Algérie. Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
Quand la France affichait fièrement des maghrébins décapités
Les guillotinés des guerres françaises en Algérie

« Dès lors qu’on avait arrêté quelqu’un, il fallait qu’il soit coupable. Quand une bombe avait éclaté, si on attrapait un type et qu’on trouvait qu’il avait la tête du client, on ne s’en embarrassait pas plus », témoignage de Jean-Claude Périer, membre du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) en 1956.

FRANCE : des primes pour « décapitations d’indigènes »
« … Un plein baril d’oreilles… Les oreilles indigènes valurent longtemps dix francs la paire et leurs femmes, demeurèrent comme eux d’ailleurs, un gibier parfait… » (1). C’est en ces termes choisis qu’un général français racontait les exploits de ses troupes pendant la guerre de conquête de l’Algérie (2).
 «… Tout ce qui vivait fut voué à la mort… On ne fit aucune distinction d’âge, ni de sexe… En revenant de cette funeste expédition plusieurs de nos cavaliers portaient des têtes au bout de leurs lances… ».

 

 

Élections Américaines 2020:Un pays divisé, une élection en suspens :la guerre civile va pouvoir se faire entendre

Les deux candidats ont été fidèles à ce qu’on aurait pu attendre d’eux : le démocrate Joe Biden a appelé à compter toutes les voix, et le président Donald Trump a crié victoire avant même que le dépouillement soit terminé.

Le candidat démocrate Joe Biden (à gauche) et le candidat républicain, Donald Trump (à droite).

Après s’être prématurément déclaré vainqueur sur Twitter, le président Trump a martelé son message devant les caméras de télévision peu avant 2 h 30 du matin, utilisant une rhétorique défiant les normes démocratiques.

Annoncé de façon solennelle et faisant son entrée sur l’hymne présidentiel «Hail to the Chief» – le salut au chef –, il a dénoncé une «fraude contre notre nation» et a accusé ses adversaires de vouloir voler l’élection. Il s’est targué, sans pouvoir le savoir, d’avoir une avance qui ne pourrait être rattrapée, alors que des millions de voix restent à compter.

«Des millions et des millions de personnes ont voté pour nous», a déclaré le président devant des centaines de personnes réunies pour célébrer dans la salle Est de la Maison-Blanche. «Un très triste groupe de personnes tente de priver ce groupe de ses droits.»

Se tenant devant plusieurs drapeaux américains, il a déclaré qu’il se tournerait vers la Cour suprême pour arrêter le dépouillement des votes qui n’ont pas encore été comptés.

Contrairement à ce qu’affirme le président Trump, les États poursuivent toujours leur dépouillement les jours suivants le vote. Les projections des médias traditionnellement annoncées en soirée lorsqu’une tendance claire se dessine ne sont que cela : des projections basées sur les résultats partiels en fonction du profil des États et des districts.

Tout inusitée qu’elle soit, la réaction du président était prévisible : sa campagne avait signalé ses intentions au cours des derniers jours.

À ses côtés, le vice-président Mike Pence s’est montré plus prudent. «Alors que les votes continuent d’être comptés, nous allons rester vigilants, comme l’a dit le président. Le droit de vote est au centre de notre démocratie depuis la fondation de cette nation. Nous allons protéger l’intégrité du vote.»

Prenant brièvement la parole avant son adversaire, Joe Biden a appelé à la patience, rappelant que les résultats n’avaient pas été annoncés dans plusieurs États, notamment dans trois États de la région des Grands Lacs, le Wisconsin, le Michigan et la Pennsylvanie, qu’il s’est dit confiant de remporter.

Le candidat démocrate Joe Biden s’est adressé aux militants en compagnie de son épouse Jill Biden, à Philadelphie, le 4 novembre 2020.

À 6 h 30 HE, il restait encore un nombre important de bulletins de vote à dépouiller et plusieurs grands électeurs d’États clés à attribuer.

«Ce n’est pas à moi ou Donald Trump de décider qui gagne cette élection. C’est aux Américains de le faire», a lancé l’ancien vice-président, pressentant les intentions de son rival.

Après le discours de Donald Trump, la campagne de Joe Biden a d’ailleurs dénoncé une déclaration «scandaleuse, sans précédent et incorrecte», martelant que le comptage dans les États se poursuivrait et que le droit constitutionnel des électeurs à voir leur vote pris en compte serait respecté, conformément à la loi.

«Si le président va de l’avant avec ses menaces d’aller devant les tribunaux, nous avons des équipes d’avocats prêts à contrer ses efforts. Et ils l’emporteront», a-t-il assuré.

Les gouverneurs du Wisconsin et de la Pennsylvanie, tous deux démocrates, ont eux aussi assuré que toutes les voix seraient comptées. Même des alliés du président, comme l’ancien gouverneur républicain du New Jersey Chris Christie, ont pour leur part averti qu’il était trop tôt pour revendiquer la présidence.

Après que Donald Trump eut proclamé «une grande victoire» sur Twitter, accusant les démocrates de vouloir «voler l’élection», le réseau social a d’ailleurs rapidement sévi, accolant à son message un avertissement indiquant que le contenu était «contesté» et potentiellement «trompeur».

Chronique de poursuites annoncées

 Le président des États-Unis et candidat républicain, Donald Trump, a prononcé un discours aux petites heures du matin, mercredi.
Le président des États-Unis et candidat républicain, Donald Trump, a prononcé un discours aux petites heures du matin, mercredi.

 

Au cours des derniers jours, le président Trump n’avait laissé planer aucun doute sur ses intentions, indiquant que les avocats de sa campagne lanceraient les procédures «dans la nuit, dès que cette élection va être terminée».

À l’origine d’une avalanche de poursuites entamées ces derniers mois pour limiter le vote postal dans plusieurs États, les républicains entendent poursuivre leur croisade dans plus d’un État, par exemple au Nevada et en Pennsylvanie.

Dans cet État, ils comptent revenir à la charge, après avoir été déboutés en Cour suprême, pour faire rejeter tous les bulletins de vote portant le cachet de la poste en date du 3 novembre qui arriveront avant vendredi.

L’espoir d’une vague bleue s’est brisé

Une victoire du démocrate Joe Biden dans des États traditionnellement républicains du Sud, qui semblaient à portée de main, aurait mis fin au suspense dès mardi soir, avant même que les résultats dans la région du Midwest ne soient connus. Mais le scénario d’un balayage espéré par les démocrates – et que les sondages n’excluaient pas – ne s’est pas concrétisé, pas plus que celui de la reconquête du Sénat.

La lutte dans la Sun Belt a cependant été plus âprement disputée qu’il y a quatre ans, mais en bout de ligne, cela s’est avéré insuffisant pour marquer des gains.

Selon les projections des médias américains, le président conservera dans le giron républicain l’Ohio, qui fait historiquement figure de baromètre, ainsi que l’Iowa, la Floride et le Texas.

Misant sur la démographie changeante du Texas, les démocrates anticipent depuis longtemps le moment où ce poids lourd électoral, avec ses 38 grands électeurs, basculera dans leur camp, mais ce n’est pas cette année qu’ils auront décroché leur Saint Graal.

Même la Floride, quintessence de l’État pivot, leur a échappé. L’avance républicaine semble attribuable à l’augmentation de ses appuis par rapport à 2016 au sein de la communauté hispanique de la région de Miami, particulièrement la communauté cubaine, qui s’est montrée sensible au message antisocialiste mis de l’avant par le président.

Joe Biden semble cependant en bonne position en Arizona, l’État de la Sun Belt traditionnellement républicain qui était d’ailleurs le plus susceptible de devenir bleu. À l’exception de 1996, les républicains ont remporté cet État depuis 1952.

Il est également en avance au Nevada, où le comptage a été suspendu jusqu’à jeudi matin. Dans cet État qui a automatiquement envoyé un bulletin de vote par la poste aux électeurs inscrits, les voix exprimées aux bureaux de vote ainsi que les bulletins de vote postaux ont tous été comptées à l’exception de celles arrivées après le 2 novembre.

Avec des résultats partiels, Donald Trump mène en outre en Caroline du Nord et en Georgie, selon l’Associated Press.

Plus au nord, Joe Biden a par ailleurs remporté le New Hampshire, le Minnesota ainsi que le deuxième district du Nebraska un des deux seuls États à attribuer des grands électeurs au gagnant des districts. Le camp Trump croyait initialement être en mesure de remporter ces deux États, qui, en 2016, avaient accordé à Hillary Clinton ses victoires les plus minces, mais les sondages montraient qu’ils semblaient hors d’atteinte.

Dans l’est du pays, il reste encore le deuxième district du Maine à octroyer.

Jusqu’ici, selon les projections de Radio-Canada, le démocrate cumule 238 grands électeurs et le républicain en a pour sa part 213.

D’après ABC News, Joe Biden recueille jusqu’ici plus de 68 millions de voix et Donald Trump, 2,5 millions de moins.

Les regards se tournent vers les Grands Lacs

Si la tendance se confirme dans les États de la Sun Belt, la bataille se transporte donc dans la région du Midwest, où plusieurs États continuent à compter leurs votes postaux.

Pour l’instant, Donald Trump mène au Michigan et en Pennsylvanie, et Joe Biden au Wisconsin.

Ironiquement, la balle est entre autres dans le camp de ce trio d’anciens bastions démocrates qui avaient livré la présidence à Donald Trump en 2016.

Dans ces États, l’avance de Donald Trump était prévisible, car, contrairement à d’autres, comme la Floride ou l’Arizona, ils n’ont pas commencé à compter les votes postaux, dont le traitement est plus long, avant mardi matin et ont d’abord procédé au décompte des votes exprimés en personne.

Il était donc déjà établi que les résultats liés au vote postal, viendraient plus tard.

D’emblée, les résultats dans le Wisconsin n’étaient pas attendus avant la matinée, et il était déjà prévu que le décompte des votes postaux au Michigan et en Pennsylvanie, entre autres, irait au lendemain de l’élection, voire aux jours subséquents, tout comme au Nevada.

Les sondages et les données montrent que les démocrates, davantage préoccupés par les risques de la COVID-19, ont été beaucoup plus nombreux que les républicains à poster leur bulletin de vote.

Ce n’est pas le suffrage populaire qui importe, car les électeurs ne votent pas directement pour le président, mais pour des intermédiaires, connus sous le nom de «grands électeurs». Ces derniers forment le «Collège électoral», composé de 538 grands électeurs répartis dans les États.

À cause de ce système, Hillary Clinton, en 2016, avait recueilli près de trois millions de voix de plus que son adversaire, mais mordu la poussière.

Les Américains avaient, à la surprise générale, envoyé à la Maison-Blanche le candidat républicain, vedette de téléréalité et magnat milliardaire de l’immobilier, provoquant une onde de choc ébranlant les États-Unis et le monde.

Quatre ans plus tard, il pourrait de nouveau déjouer les pronostics. Mais les dés ne sont pas encore jetés.


« Nous avons gagné cette élection » : Donald Trump revendique la victoire malgré des résultats incomplets

 

Alors que les résultats de l’élection américaine se font toujours attendre, Donald Trump n’a pas hésité à revendiquer la victoire finale lors de sa prise de parole depuis la Maison-Blanche, ce mercredi 4 novembre au matin.

La tension monte outre-Atlantique. Alors que les résultats de l’élection américaine se font longuement attendre, Donald Trump s’est finalement exprimé depuis la Maison-Blanche, peu de temps après l’allocution de son homologue démocrate Joe Biden dans le Delaware. Un discours au cours duquel l’actuel pensionnaire du Bureau ovale a notamment revendiqué la victoire et dénoncé des « fraudes » dans le scrutin.

« Des millions de personnes ont voté pour nous »

« Je veux remercier le peuple américain pour son soutien, des millions et des millions de personnes ont voté pour nous ce soir », a commencé Donald Trump, quelques dizaines de minutes après avoir accusé les démocrates de vouloir « voler » l’élection sur Twitter. « Les résultats sont phénoménaux », a-t-il ensuite annoncé.

Après avoir énuméré les États où le camp républicain est d’ores et déjà sorti victorieux, Donald Trump a prédit d’autres triomphes en Géorgie et en Caroline du Nord, deux États dans lesquels les décomptes sont toujours en cours.

« On a gagné au Texas de 700.000 voix. On va clairement gagner en Géorgie, on a 2,5 points d’avance avec 7% des voix. On a gagné en Caroline du Nord, 1,4 points avec plus que 5% à dépouille, il ne peut pas nous rattraper. »

« En Pennsylvanie nous gagnons d’une marge significative. Nous avons 690.000 voix d’avance, ce n’est même pas une bataille. Avec 64% des voix déjà comptées, ils ne pourront pas nous rattraper », a-t-il poursuivi concernant l’un des derniers « swing states ».

« Nous n’avons même pas besoin de l’Arizona (pour remporter l’élection) mais il y a une bonne possibilité pour qu’on l’emporte », s’est-il ensuite félicité.

Trump revendique la victoire

Le candidat Trump s’est ensuite attaqué à de possibles « fraudes » qui pourraient avoir entaché le scrutin, et a même annoncé son intention de saisir la Coup suprême :

« C’est de la fraude, c’est une honte pour ce pays. Tout s’est arrêté alors que nous allions fêter. Il faut garantir l’intégrité de cette élection. Nous souhaitons que la loi soit appliquée correctement. Nous irons à la cour suprême, nous souhaitons que les votes soient arrêtés. C’est un moment très triste pour moi. »

Pour conclure sa prise de parole, le président américain a tout bonnement revendiqué la victoire finale. « Nous avons gagné cette élection », a-t-il assené à plusieurs reprises.


Les Etats-Unis à la croisée des chemins

L’Empire (ou monarchie) britannique a été créé par des intérêts rentiers et financiers qui ont consolidé leur mainmise sur la monarchie anglaise avec l’accession au trône du roi George Ier. Dès lors, l’établissement d’une république indépendante en Amérique du Nord devint l’intérêt et la cause commune de toutes les forces républicaines et patriotiques européennes. Ces forces, surtout en France, mais également en Allemagne, en Italie, en Angleterre, etc. – s’unirent alors pour contribuer au succès de l’indépendance des États-Unis. S’ils sont devenus une république indépendante, c’est uniquement grâce à la direction et au soutien de l’Europe pour cette cause. L’intention des Européens, jusqu’à la Révolution française, et encore à ses débuts, était que la France devienne un deuxième État-nation, une République modelée sur les principes définis par la Déclaration d’indépendance et la Constitution fédérale américaine.
Intervention de Dennis Speed, porte-parole du Comité d’action politique Lyndon LaRouche (LPAC), lors de la journée de mobilisation de Solidarité & Progrès, le 19 septembre 2020.

 

Tout d’abord, permettez-moi de vous saluer. Ici, sur la côte est des Etats-Unis, c’est un peu tôt… J’ai toujours aimé l’idée de parler à 4 ou 5 heures du matin à Paris, mais plutôt en étant sur place ! La dernière fois que j’ai eu l’occasion de le faire, c’était il y a 36 ans, il serait donc temps que cela se reproduise. J’espère que cela se fera dès que les circonstances le permettront et que nous pourrons nous rencontrer.

Je voudrais vous saluer au nom de tous ceux pour qui l’Amérique n’est pas « un lieu » mais « une idée ». Mais pas une idée de « changement de régime » ! Ce n’est pas l’idée de répandre la démocratie à la pointe du fusil, ou d’un drone. C’est l’idée que les citoyens d’une nation, quelle qu’elle soit, puissent s’unir pour former une union plus parfaite, un symposium de créativité infinie (et de productivité), incarnée par le progrès scientifique et technologique et la célébration de la capacité mentale à exprimer cette créativité via le théâtre, la musique et les arts.

J’ai choisi ce court extrait d’un clip vidéo de Lyndon LaRouche, parce que j’aime toujours être précédé et accompagné par lui. Cela permettra de cadrer l’échange que je vais avoir avec vous en dessinant un contexte plus précis.

[vidéo, conférence de l’Institut Schiller, 2 septembre 2000]
LYNDON LAROUCHE :

 

 

L’Empire (ou monarchie) britannique a été créé par des intérêts rentiers et financiers qui ont consolidé leur mainmise sur la monarchie anglaise avec l’accession au trône du roi George Ier. Dès lors, l’établissement d’une république indépendante en Amérique du Nord devint l’intérêt et la cause commune de toutes les forces républicaines et patriotiques européennes. Ces forces, surtout en France, mais également en Allemagne, en Italie, en Angleterre, etc. – s’unirent alors pour contribuer au succès de l’indépendance des États-Unis. S’ils sont devenus une république indépendante, c’est uniquement grâce à la direction et au soutien de l’Europe pour cette cause. L’intention des Européens, jusqu’à la Révolution française, et encore à ses débuts, était que la France devienne un deuxième État-nation, une République modelée sur les principes définis par la Déclaration d’indépendance et la Constitution fédérale américaine.
Le règne de la « Terreur » de 1789 (du 14 juillet 1789 jusqu’à la décapitation de Robespierre et de Saint-Just cinq ans plus tard) a démoralisé l’Europe et isolé les États-Unis, qui n’avaient plus d’amis en Europe, ou du moins de grands défenseurs de l’État-nation.
Les États-Unis se remirent de cet isolement avec la défaite infligée par le président Abraham Lincoln à la Confédération, cette entreprise fantoche qui, comme la Terreur jacobine en France, avait été orchestrée depuis Londres.
Plus précisément, la Terreur jacobine fut orchestrée par Jeremy Bentham, sous la direction du comte Shelburne, le premier chef du service de renseignement secret du ministère britannique des Affaires étrangères, c’est-à-dire le « Comité secret ». (…) L’objectif était de détruire le principal allié des États-Unis, la France.

[fin de l’extrait vidéo]

DENNIS SPEED :

La complexité de l’histoire contemporaine des États-Unis est, une fois de plus, liée à celle de la France. J’ai pensé que cet extrait était particulièrement approprié, parce que, pour comprendre ce qui se passe actuellement aux États-Unis, il est utile d’avoir cette vision complexe, comme si on voyait les choses depuis le sommet d’une montagne. On doit les voir du point de vue de ceux qui ont conspiré et travaillé ensemble pour permettre aux États-Unis de voir le jour. L’Amérique d’aujourd’hui est infestée par le même type de synarchie qui saborda la promesse de la Révolution française, et je fais ici allusion à cette entente entre le monde financier, les services secrets, certains juges et parfois aussi des églises, qui forment une sorte d’État parallèle, ou de « gouvernement secret ». C’est cette forme de gouvernement oligarchique qui domine aujourd’hui.

Aux Etats-Unis, on a affaire à cela depuis le 22 novembre 1963, lorsque, malgré les mises en garde que lui avait adressées le président Charles de Gaulle, le président Kennedy fut assassiné par l’entremise de forces militaires traîtresses.

Ces forces ont également tenté de tuer de Gaulle, qui échappa à une trentaine de tentatives d’assassinat, et les personnes impliquées dans l’assassinat de Kennedy ont été retrouvées à Montréal, mais aussi en Espagne et dans d’autres endroits.

 

 

Les Etats-Unis ont eu quatre de leurs présidents assassinés : Kennedy en 1963, William McKinley en 1901, 62 ans plus tôt, James Garfield en 1881, 20 ans avant McKinley, et puis le président Abraham Lincoln, assassiné en 1865.

Si vous regardez ces quatre assassinats, ainsi que les tentatives manquées, comme celle contre Franklin Roosevelt deux semaines avant qu’il ne prenne ses fonctions en 1933, ils émanent tous de la même source.

Ils font partie d’un processus visant à empêcher les États-Unis d’incarner l’intention initiale, internationale, qui présida à leur fondation, non pas comme une sorte de république arriérée et sans intelligence, mais comme l’avant-garde des aspirations des peuples du monde entier.

Aujourd’hui, les mises en garde contre un coup d’État militaire, lancées par des personnes comme le colonel Richard Black ou d’anciens responsables de la National Security Agency (NSA) comme William Binney et Kirk Wiebe, tombent hélas trop souvent dans l’oreille d’un sourd. Pourtant, l’heure n’est pas à la partisanerie mais à la raison. Ainsi, quoi qu’on puisse penser de Donald Trump, cela n’a pas grand-chose à voir avec la présidence des Etats-Unis en tant que telle.

Nous sommes dans un contexte qui est bien compris, par exemple, par la Russie. Leur ministre des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, a accordé le 17 septembre une interview à Sputnik et lorsqu’on l’a interrogé sur les attaques contre la Russie de la part des États-Unis, il a déclaré :

Cela a commencé sous l’administration Obama. C’est lui qui disait, y compris publiquement, que les autorités russes avaient délibérément adopté une ligne de conduite visant à nuire aux relations entre Moscou et Washington. C’est lui qui parlait d’ingérence de la Russie dans les élections présidentielles de 2016…

Ainsi, alors qu’il aurait pu évoquer les tensions actuelles avec Trump, il ne l’a pas fait, et ce n’est pas anodin.

Je voudrais maintenant vous donner une idée de ce qui est arrivé aux États-Unis, en particulier depuis le 11 septembre 2001, il y a presque 20 ans. C’est alors qu’a commencé ce que l’on appelle parfois la « révolution dans les affaires militaires », un processus lancé par l’administration Obama (et l’administration Bush/Cheney avant lui). Ils ne voyaient la Russie que comme une puissance régionale et se croyaient même capables d’avoir le dessus en cas d’échange thermonucléaire avec elle. Leur doctrine, baptisée « Prompt Global Strike », est devenue entre-temps la politique nucléaire des Etats-Unis, ce qui est extrêmement dangereux. Elle fut mise en place par des gens associés à Wall Street et à la City de Londres, notamment par George Shultz et Felix Rohatyn, l’un étant associé au parti républicain et l’autre au parti démocrate. J’en reparlerai un peu plus tard.

Le malthusianisme

Le véritable objet de mes remarques d’aujourd’hui porte sur le changement de cap qu’a connu l’Amérique depuis 1963, parce que ce n’est qu’en comprenant ce changement que nous pourrons aborder les processus sous-jacents à la crise culturelle qui secoue ce pays, et que vous verrez s’exprimer à travers les élections du 3 novembre. Mais l’élection n’est pas le processus central. C’est peut-être l’événement crucial que les gens regardent, mais en réalité, il est lui-même déterminé par un processus de désintégration qui a atteint son point critique. S’il a été aggravé par l’arrivée du coronavirus, cela ne l’a pas non plus précipité, car c’était déjà une conséquence de la crise précédente.

Le scénariste Dalton Trumbo et son épouse Clea.

Je voudrais donc vous expliquer comment nous en sommes arrivés là, en vous donnant une idée de la façon dont cela fut perçu aux États-Unis par ceux qui y prêtaient attention, au cours des 50 dernières années.

Dix ans après l’assassinat de Kennedy, un scénariste du nom de Dalton Trumbo se rendit célèbre aux États-Unis parce qu’il avait été mis sur liste noire pendant l’ère maccarthyste des années 1950, soi-disant parce qu’il était communiste. Écrivant sous des pseudonymes, il reçut de multiples récompenses et remporta plusieurs Oscars. Il écrivit le scénario du film « Executive Action », qui portait sur l’assassinat de John F. Kennedy. Au cours du film, deux officiers militaires fictifs expliquent pourquoi ils pensent que Kennedy doit être assassiné.

Le vrai problème, James, c’est le suivant, dit l’un d’eux. Dans deux décennies, il y aura 7 milliards d’êtres humains sur la planète, la plupart d’entre eux étant basanés, jaunes ou noirs. Ils quitteront leurs zones de reproduction en essaim pour gagner l’Europe et l’Amérique du Nord. D’où le Vietnam. Tous nos efforts au Vietnam nous donneront le contrôle de l’Asie du Sud pour les décennies à venir. Et avec une planification adéquate, nous pouvons réduire la population à 550 millions d’ici la fin du siècle.

Cette discussion sur la réduction démographique se poursuit tout au long du film. Un an après sa sortie, un mémorandum secret a été rédigé, intitulé National Security Study Memorandum (NSSM) 200, avec pour sous-titre : « Les implications de la croissance démographique mondiale pour la sécurité des États-Unis et les intérêts des pays étrangers ».

Il ne fut déclassifié que beaucoup plus tard, en 1989, alors qu’il aurait dû l’être en1980. Le NSSM affirmait, en gros, qu’on a certains pays, notamment le Nigeria, le Mexique, le Bangladesh et d’autres, qui risquent de devenir une menace pour la sécurité nationale des États-Unis en raison de leur croissance démographique.

L’idée étant que pour les Américains, leur approvisionnement en ressources serait compromis par le fait que ces pays auraient tant d’habitants qu’il serait très difficile de les forcer à se défaire de leurs ressources ou à les exploiter. Ce problème se posait non seulement pour les États-Unis mais aussi pour les pays de l’OTAN.

Or, c’est à la même époque, en 1974, que LaRouche et ses associés dénoncèrent pour la première fois le caractère génocidaire des politiques du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale. Les pays d’Afrique, d’Amérique du Sud et d’Asie étaient alors considérés comme échappant à l’influence de l’Union soviétique comme à celle de l’OTAN.

Robert McNamara, qui était alors à la tête de la Banque mondiale, avait défendu l’idée que les habitants de ces régions n’avaient tout simplement pas de chance, qu’on devait reconnaître qu’une croissance démographique rapide dans ces régions ne serait tout simplement pas tolérable et, en fin de compte, que ces gens allaient mourir.

Nous (c’est-à-dire Lyndon LaRouche et son organisation) avions alors averti que si l’on mettait en œuvre les politiques du FMI et de la Banque mondiale, on irait jusqu’à provoquer « un holocauste écologique », notamment parce que l’on créerait des conditions telles que de nouvelles maladies et pandémies pourraient apparaître ou d’anciennes, revenir en force.

On peut penser que ce fut le cas, notamment avec l’apparition du sida, le syndrome d’immunodéficience acquise. Mais il n’y a pas que cela, et ce n’est pas seulement dû à la Banque mondiale et à Robert McNamara : il y a quelque chose qui fait partie de l’histoire de l’Amérique, et c’est de cela qu’il faut parler.

Racisme

 

Vous avez évidemment entendu parler des conflits raciaux et sociaux qui enflamment les États-Unis.

Pourquoi cela se produit-il et de quoi s’agit-il réellement ? Les gens tendent à reprendre comme seule vérité tout ce qu’affirme la mouvance Black Lives Matter. La réalité est plus complexe.

Aux États-Unis, le phénomène du racisme est intimement lié à l’émergence du mouvement « écologiste » et du mouvement pour le contrôle des naissances.

Je pense en particulier à Lothrop Stoddard, qui fut l’un des fondateurs de ce qu’on appelait d’abord la Ligue américaine du contrôle des naissances, puis le « Planning familial ».

Lothrop a aussi écrit un livre intitulé The rising tide of color against White World Supremacy (La marée montante de la couleur contre la suprématie du monde blanc).

Il y affirme (p. 92) :

Pour commencer, disons clairement que les peuples noirs n’ont pas de passé historique. N’ayant jamais développé de civilisation propre, ils sont pratiquement dépourvus de cette masse accumulée de croyances, de pensées et d’expériences qui rendent les Asiatiques si impénétrables et si hostiles aux influences blanches. Bien que la race blanche fasse preuve d’une puissance constructive soutenue à un degré inégalé, en particulier dans ses branches nordiques, les peuples basanés et jaunes ont grandement contribué à la civilisation du monde et ont profondément influencé le progrès humain. Le noir, au contraire, n’a pratiquement rien apporté. Livré à lui-même, il est resté un sauvage et, dans le passé, son seul vivier a été celui où les hommes basanés ont imposé leurs idées et modifié son sang. La force provenant de l’Europe et de l’Asie ne sont pas en lui.

Cette vision extrême, tout comme celle de Madison Grant, fut reprise par les nazis. En particulier, Stoddard élabora le concept de Untermensch (homme inférieur), repris et utilisé par les premiers eugénistes de l’Allemagne nazie.

Aussi, quand vous regardez les États-Unis, vous devez en rappeler les fondements constitutionnels. Stoddard est particulièrement important parce qu’il vient de l’université de Harvard, au Massachusetts, et qu’il représente le vrai visage du racisme en Amérique, non pas celui de policiers désorientés, ni de ces pauvres blancs des Appalaches qui se mettent une cagoule et une robe (attributs du KKK). Certes, ces gens sont problématiques. Mais le vrai visage du racisme en Amérique, c’est celui de l’establishment : il vient de Wall Street et de la City de Londres. C’est la première chose à comprendre, dans tout ce processus.

 

 

Je voudrais parler d’un autre individu dont vous ne connaissez peut-être pas le nom, mais qui est très important pour le mouvement écologiste. C’est lui qui instaura, il y a 50 ans, la « Journée de la Terre ». Il s’agit de Gaylord Nelson. Lorsqu’il a été interviewé il y a environ 20 ans, peu avant sa mort, il dit qu’il était déçu, parce que, je cite :

Le thème de la première Journée de la Terre était centré sur la compréhension que la croissance de la population américaine est le corollaire de la dégradation des ressources environnementales de notre nation. La plupart de ceux d’entre nous qui ont participé à la création du mouvement environnemental moderne, ont bien compris que nous ne pourrions atteindre les objectifs environnementaux fixés si les États-Unis ne commençaient pas rapidement à stabiliser leur population, et se gardaient de répéter le baby boom que nous venons de connaître.

Schultz et Rohatyn

Le milliardaire « vert » Mike Bloomberg, mécène inconditionnel de Joe Biden
et grand ami d’Anne Hidalgo, maire de Paris, félicitant son ami George Schultz.

 

(…) Je voudrais maintenant vous présenter un peu plus George Shultz et Felix Rohatyn, dont j’ai parlé plus haut.

George Shultz aura 100 ans en décembre. C’est un poids lourd de l’establishment américain depuis les années 1950. C’est également lui qui a organisé et composé l’administration de George W. Bush. Schultz a occupé quatre postes différents de haut niveau : ministre du Travail, secrétaire au Trésor, secrétaire d’État et directeur du Bureau de la gestion et du budget auprès du Président.

C’est lui qui orchestra le démontage des accords de Bretton Woods en 1971 en conseillant au président Nixon de mettre fin à la convertibilité du dollar en or. C’est également George Shultz qui fut la première grande figure du Parti républicain à demander la légalisation des drogues.

L’autre personnage qui nous intéresse s’appelle Felix Rohatyn. C’était un démocrate, et il est connu pour avoir conçu un programme supposé réorganiser les finances de la ville de New York, appelé la Municipal Assistance Corporation (Big MAC). De 1975 à 2008, ce programme a imposé une véritable dictature financière sur la ville.

En 2004, trois ans après le 11 septembre, tous deux participèrent à un forum conjoint au Middlebury College, dans le Vermont, pour discuter de la « révolution dans les affaires militaires ». Pour eux, au niveau de la défense, la nouvelle frontière, c’est la haute technologie, c’est-à-dire la cyberguerre, la guerre des drones, la guerre à distance.

Andrew Marshall

Cette haute technologie s’avèrerait également fort utile pour recouvrer les dettes au niveau international. Ils avaient différentes approches sur la façon de la mettre en œuvre, et pour y parvenir, ils se tournèrent vers Andrew Marshall, qui fut de 1973 à 2015 à la tête de l’Office of Net Assessment (ONA), chargé d’évaluer et d’accompagner l’arrivée des nouvelles technologies dans l’appareil militaire américain.

Historiquement, jusqu’en 1945, aux États-Unis, chaque fois qu’une guerre était terminée, on démobilisait les troupes. Cependant, avec l’arrivée de l’arme atomique et le largage de deux bombes atomiques sur le Japon, l’état de mobilisation devint permanent. Avec cela naîtra ce fameux « complexe militaro-industriel » contre lequel le président Eisenhower avait mis en garde à la fin de son mandat.

C’est précisément ce milieu que représentait Andrew Marshall. Depuis l’assassinat de Kennedy, ce complexe militaro-industriel cherchait à recréer les conditions d’un affrontement thermonucléaire. La notoriété de Marshall date des années 1973-74, l’époque où le NSSM 200 de Kissinger était au cœur de la politique américaine. Durant ses 42 ans à la tête de l’ONA, il accompagna une terrible transformation de l’armée américaine : d’abord, pour l’armée, la création d’internet, qui fut ensuite répandu dans le monde entier pour le contrôler. Ensuite, l’utilisation des drones, notamment pour opérer des assassinats ciblés. C’est en quelque sorte Andrew Marshall qui fut, dès 1973, l’architecte de notre monde. Votre – notre – addiction à internet et aux écrans n’est en quelque sorte rien d’autre qu’une extension de sa nouvelle « Révolution dans les affaires militaires ».

Tout cela pose la question majeure de la culture. Je veux parler de quelque chose qui est souvent évoqué mais jamais vraiment pensé : c’est le rôle de la contre-culture, en particulier le rôle d’Aldous Huxley. Il est, bien sûr, connu comme un auteur britannique, il a écrit plusieurs livres et passé beaucoup de temps aux États-Unis, à partir des années 1930 environ. Surtout connu comme le père ou le grand-père de la contre-culture, il est souvent considéré comme celui qui a bousculé le conservatisme américain par son plaidoyer en faveur de l’usage des drogues hallucinogènes.

En 1962, lors d’une conférence en Californie, Huxley déclara :

Il existera, dans la prochaine génération, une méthode pharmacologique pour faire aimer la servitude et créer une dictature sans larmes, une sorte de camp de concentration indolore pour des sociétés entières, de sorte que les gens se verront, en fait, ôter leur liberté, mais qu’ils s’en réjouiront plutôt, car ils seront distraits de toute volonté de se rebeller par la propagande et le lavage de cerveau, ou le lavage de cerveau renforcé par des méthodes pharmacologiques. Cela semble être la révolution finale.

Il y a un poème peu connu, écrit par un hippie américain pour promouvoir l’idée d’Huxley à l’époque. Cela dit, entre autres :

J’imagine un monde où l’écologie sera cybernétique, où nous serions libérés de tout travail, réunis à la nature, rendus à nos frères et sœurs mammifères, et tous surveillés par les machines de la grâce aimante.

Cette idée d’un monde bienfaisant de surveillance universelle était donc déjà popularisée en 1967. Elle n’est pas née avec l’avènement d’internet, ni avec l’affaire Snowden ou ce que nous voyons dans le travail d’Assange et d’autres. C’est un sujet qui a fait l’objet de discussions approfondies et qui fut posé comme une question culturelle. La Révolution dans les affaires militaires n’implique pas seulement de changer d’armes, mais aussi de changer l’état d’esprit, pas seulement des soldats mais de toute la nation. Et les drogues hallucinogènes et psychédéliques entrent dans ce cadre. On a, bien sûr, entendu parler de certains programmes (comme MK-Ultra [1], organisé par Alan Dulles et la CIA), y compris d’expériences secrètes avec la drogue en France dans les années 1950.

Ce sont ces différentes façons de manipuler et façonner l’esprit des peuples qui nous ont conduits là où nous en sommes.

Je voudrais évoquer une chose dont Lyndon LaRouche nous a parlé en 1999 et 2000. Certains d’entre vous se rappellent peut-être de la fusillade au lycée Columbine à Littleton, dans le Colorado.

Juste avant, un certain Amadou Diallo avait été abattu dans le Bronx, à New York. Alors qu’il s’apprêtait à sortir son portefeuille de sa poche pour présenter sa carte d’identité, les quatre agents de police lui ont tiré dessus 41 fois !

« C’est quelque chose d’entièrement nouveau », a dit LaRouche en apprenant ce qu’il s’était passé, et il parla alors d’une « nouvelle violence », du fait qu’on avait remplacé les policiers ordinaires par des « flics Nintendo », tout droit sortis de jeux vidéo ultra-violents, mais très répandus chez les jeunes dans les écoles. L’origine de cette « nouvelle violence » vient d’un certain type d’utilisation des ordinateurs, de la technologie informatique et de la dissociation mentale des esprits qui en résulte.

Eh bien, ce processus a infecté l’armée américaine, et c’est exactement à cela que l’administration Obama a passé son temps. C’est ce que l’on a vu avec le déploiement de drones par l’administration Obama, au Pakistan et ailleurs, et avec les séances d’assassinat du mardi , les soi-disant « actions anti-terroristes », qu’Obama organisait pendant son administration. C’est ce qu’on a vu dans son attitude vis-à-vis de la Libye, chez lui comme chez Hillary Clinton. Et c’est encore le même processus avec le printemps arabe.

Ainsi, de 2009 à 2017, période où Obama était à la Maison Blanche, ce processus s’est consolidé. Mais de quoi s’agissait-il vraiment ? Qu’est-ce qui avait changé aux États-Unis avec cette idée de « nouvelle violence » ? C’est l’image de l’homme que l’on avait changée. Or, en faisant cela, c’est la culture que vous changez, et en changeant la culture, vous pouvez dès lors changer toute la structure du gouvernement. Et c’est cela qui est en cours.

Maintenant, je voudrais aborder le sujet de Donald Trump. Il faut noter que le 7 septembre, jour de la fête du travail, Donald Trump a commencé à parler des militaires en disant :

Je ne dis pas que l’armée est amoureuse de moi, mais les soldats le sont. Les hauts responsables du Pentagone ne le sont probablement pas, parce qu’ils ne veulent rien faire d’autre que la guerre, pour que toutes ces merveilleuses entreprises qui fabriquent les bombes et les avions et tout le reste, continuent à être heureuses.

Cela provoqua un tollé et le lendemain, son porte-parole a précisa : « Le Président tient à bien faire comprendre que ses remarques visent le complexe militaro-industriel. »

Comme l’a fait remarquer une journaliste indépendante :

C’est vraiment énorme. Aucun président, aucun président américain depuis Eisenhower – et c’était en janvier 1961, il y a presque 60 ans – n’a jamais prononcé les mots ou l’expression ‘complexe militaro-industriel’. C’est ce que disent les gens qui sont devenus très critiques à l’égard des militaires, de nos engagements militaires dans le monde entier, de nos interventions à l’étranger, de notre politique de changement de régimes, de renversement des gouvernements. (…) Mais je ne pense pas qu’aucun président ait jamais prononcé cette phrase, à part Eisenhower. C’est vraiment un gros coup.

Le Président a donc défié le complexe militaro-industriel. A un moment où, comme la Russie le sait, il est fort possible qu’il y ait dans les prochains jours ou les prochaines semaines, une erreur de calcul pouvant conduire à la guerre. Il nous appartient de reconnaître que l’élection aux États-Unis a très peu à voir avec ce processus en soi. Le « coup d’État » contre la présidence américaine dont on a parlé, et la révolution qui s’est produite dans les affaires militaires, ont maintenant infiltré toute la politique américaine.

Nous verrons, au fil des jours, si le peuple des États-Unis a la capacité de réagir, non pas par idéologie ou par politique partisane, mais en essayant réellement de défendre son gouvernement et sa Constitution. Merci.

 


JOE BIDEN  DÉCLARÉ ÉLU PAR UNE FRAUDE MASSIVE

 

 

 

DOCUMENT IMPORTANT À LIRE

 

USA_-_Une_Liste_de_Fraudes_des_D_233_mocrates_2020_15_Pages_de_Preuves__33

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Le futur totalitaire que les globalistes veulent instaurer dans le monde entier est dévoilé

Depuis le 11 septembre 2001, le monde occidental a fait des pas en avant vers ce que de nombreux défenseurs des libertés appellent un « État policier », un système dans lequel les gouvernements ne sont plus limités par les frontières des libertés civiles et ont le pouvoir de faire à peu près tout ce qu’ils veulent au nom de la sécurité publique. L’utilisation de « la loi » comme outil pour injecter la tyrannie dans une culture est la première tactique de tous les totalitaires.

 

L’idée est qu’en inscrivant simplement la criminalité gouvernementale dans les livres de droit, cette criminalité devient en quelque sorte justifiée en vertu de la reconnaissance légale. Tout cela est très circulaire. Chaque fois que le gouvernement abuse de la population, c’est toujours au nom de ce qui est « le mieux pour la société dans son ensemble ». Pour sauver la société, les individus qui la composent doivent être sublimés ou détruits. Cette mentalité est à l’opposé de ce pour quoi les Pères fondateurs en Amérique se sont battus et sont morts, mais comme Thomas Jefferson l’a dit un jour :

La liberté légitime est une action sans entrave selon notre volonté dans les limites tracées autour de nous par l’égalité des droits des autres. Je n’ajoute pas « dans les limites de la loi » parce que la loi n’est souvent que la volonté du tyran, et toujours lorsqu’elle viole les droits de l’individu.

Dans des pays comme l’Australie, qui prétendent valoriser les principes démocratiques occidentaux de liberté et de gouvernement par le peuple, la perception est que les droits civils sont codifiés dans le cadre juridique tout comme ils le sont aux États-Unis. Cependant, il existe des différences et des problèmes flagrants ; en particulier, les citoyens australiens – comme de nombreux citoyens européens – n’ont absolument aucun moyen de contraindre leur gouvernement ou les élites qui influencent leur gouvernement à se limiter. Ce sont ces nations, dans lesquelles les populations ont été pour la plupart désarmées et pacifiées, qui seront les premières à établir un programme de tyrannie. Mais nous y viendrons dans un instant…

Ne vous y trompez pas, il existe un programme très ouvert et facilement identifiable de la part des globalistes visant à établir un système d’État policier fortement centralisé dans tous les pays où ils sont en mesure de le faire. Ce n’est pas une « théorie de la conspiration », c’est un fait de conspiration.

Depuis de nombreuses années maintenant, de nombreux analystes, économistes et experts géopolitiques des médias alternatifs ont prédit et mis en garde le public contre la stratégie globaliste de l’« ordo ab chaos ». En d’autres termes, les courtiers en pouvoir ultra-riches  qui exercent une influence sur la plupart des gouvernements de la planète cherchent à « remodeler » l’ordre social existant en créant des crises et des catastrophes. En provoquant le désespoir du public, ils espèrent nous inciter à accepter des restrictions à nos libertés que nous n’aurions jamais envisagées autrement.

L’objectif d’une économie globale et d’un gouvernement unique a été évoqué à maintes reprises par les élites, mais il est encore appelé aujourd’hui « théorie du complot » ou « illusion paranoïaque ». Je pourrais citer ces élites et leurs organisations toute la journée, mais je vais citer quelques déclarations de choix pour faire valoir mon point de vue.

Comme l’a écrit Strobe Talbot, ancien secrétaire d’État adjoint sous la présidence de Clinton et membre du Council on Foreign Relations (CFR), dans un article de Time Magazine en 1992 intitulé « L’Amérique à l’étranger : la naissance de la nation globale » :

Au siècle prochain, les nations telles que nous les connaissons seront obsolètes ; tous les États reconnaîtront une autorité unique et globale. La souveraineté nationale n’était pas une si bonne idée après tout.

Comme le souligne l’élitiste et socialiste fabien HG Wells dans son traité de non-fiction intitulé « Le nouvel ordre mondial » :

…Lorsque la lutte semble dériver définitivement vers une social-démocratie globale, il peut encore y avoir de très grands retards et de grandes déceptions avant qu’elle ne devienne un système global efficace et bénéfique. D’innombrables personnes … haïront le nouvel ordre global … et mourront en protestant contre lui. Lorsque nous tentons d’évaluer ses promesses, nous devons garder à l’esprit la détresse d’une génération ou plus de mécontents, dont beaucoup sont des personnes assez galantes et gracieuses.

Et que dire d’une de mes citations révélatrices préférées, celle de Richard N. Gardner, membre de la Commission trilatérale, ancien sous-secrétaire d’État adjoint aux organisations internationales sous Kennedy et Johnson ? Il a écrit dans le numéro d’avril 1974 de la revue Foreign Affairs du Council on Foreign Relation (CFR) (p. 558) un article intitulé « La route difficile vers le nouvel ordre mondial » :

En bref, la « maison de l’ordre global » devra être construite de bas en haut plutôt que de haut en bas. Cela ressemblera à une grande « confusion bourdonnante », pour reprendre la célèbre description de la réalité de William James, mais une course contre la souveraineté nationale, l’érodant morceau par morceau, accomplira bien plus que l’assaut frontal à l’ancienne.

Les membres de fondations et de groupes de réflexion globalistes comme le CFR ont habité presque tous les bureaux du gouvernement américain et les cabinets présidentiels au cours des dernières décennies. Cela inclut la vingtaine de membres du CFR dans le cabinet de Donald Trump [3]. Drainage du marais ? Cela n’arrivera pas.

Comme le magazine Harpers l’a franchement révélé dans un article de 1958 intitulé « School For Statesmen » :

La clique la plus puissante de ces groupes (CFR [3]) a un objectif commun, ils veulent provoquer l’abandon de la souveraineté et de l’indépendance nationale des États-Unis. Ils veulent mettre fin aux frontières nationales et aux loyautés raciales et ethniques, soi-disant pour accroître les affaires et assurer la paix globale. Ce à quoi ils aspirent conduirait inévitablement à la dictature et à la perte des libertés par le peuple. Le CFR a été fondé dans le but de promouvoir le désarmement et la submersion de la souveraineté et de l’indépendance nationale des États-Unis dans un gouvernement global unique et tout puissant.

La méthode la plus facile pour les globalistes d’obtenir ce qu’ils disent ouvertement vouloir est soit de conjurer une crise, soit d’exploiter une crise existante afin d’« éroder la souveraineté ». La pandémie actuelle correspond parfaitement à ce plan, mais avant de pouvoir éliminer la souveraineté au niveau national, ils doivent d’abord saper la souveraineté au niveau individuel.

Les actions menées aux États-Unis et dans les pays alliés aux États-Unis laissent penser qu’une attaque accélérée contre les libertés individuelles est à portée de main.

Il existe des fondations sœurs du CFR dans de nombreux autres pays. En Australie, par exemple, il y a le Strategic Policy Institute, très bien implanté et très influent, qui n’a cessé de plaider en faveur d’une centralisation complète du pouvoir gouvernemental à la suite de la pandémie de coronavirus. Leur plan déclaré est de concentrer l’administration des politiques dans les mains d’une nouvelle « commission » ou « département » composé des « esprits les plus brillants ». Cette commission ne serait pas chargée de ramener l’Australie à la normale, mais de convaincre le public d’accepter la « nouvelle normalité » au-delà de la pandémie.

 

L’ASPI annonce avec enthousiasme cette idée dans un article intitulé « La réponse au coronavirus : une chance de ré-imaginer l’avenir de l’Australie » :

L’agenda d’un tel ministère ne consiste pas à ramener l’Australie à la normale après la pandémie. Il s’agit de ré-imaginer ce que l’Australie peut être et comment nous pouvons prospérer dans notre avenir au-delà du coronavirus et à la lumière de la sécheresse, des feux de brousse et du changement climatique. Pensez au type de nouvelle économie que nous pouvons avoir après l’adoption forcée et rapide du travail à domicile et de la scolarité grâce aux moyens numériques. Nous pouvons être la première économie numérique que le Premier ministre souhaitait avant la pandémie, non pas d’ici 2030 mais bien plus tôt.

Cela me rappelle immédiatement les efforts déployés après le 11 septembre pour supprimer rapidement les protections constitutionnelles alors que le public était aveuglé par la peur et la confusion. Comme le dirait le globaliste américain Rahm Emanuel :

On ne veut jamais qu’une crise grave soit gâchée. Et ce que j’entends par là, c’est une opportunité de faire des choses que vous pensiez ne pas pouvoir faire auparavant.

L’ASPI révèle le véritable programme, qui est la fédéralisation complète et l’application unilatérale de la loi sans l’approbation du public. Le plan est de le faire en exploitant au maximum le potentiel de la pandémie et en appliquant ensuite les changements sociétaux rapides dans la structure gouvernementale. Ces changements seront ensuite poursuivis longtemps après la disparition du coronavirus au nom de l’économie, des programmes sociaux et du soi-disant « réchauffement climatique ». La réponse à la pandémie n’est qu’un moyen pour atteindre une fin, et la finalité est la domination totale de la population.

Je me concentre sur l’Australie et les régions environnantes en particulier, car c’est là que les globalistes semblent appliquer en premier lieu des politiques technocratiques. Ou, à tout le moins, ils testent leur stratégie et utilisent les Australiens comme cobayes. Lorsque l’ASPI affirme qu’ils prévoient de maintenir les changements du fait de la pandémie en place bien après la disparition du virus, ils ne parlent pas seulement de passer à une économie numérique.

En ce moment même, l’Australie et la Nouvelle-Zélande imposent à leurs citoyens les mesures peut-être les plus draconiennes jamais prises dans le monde occidental. Il s’agit de politiques que les élites veulent introduire partout, mais elles sont en plein essor en Australie, et la situation ne fait qu’empirer.

Dans diverses régions d’Australie, des mesures de réponse de « niveau 4 » ont été mises en place pour au moins les six prochaines semaines, notamment des couvre-feux, des politiques strictes en matière de masques, y compris l’obligation de porter des masques à l’extérieur (contrairement à tout ce que la science et la virologie disent sur la faible possibilité de transmission en plein soleil et en plein air), les résidents ne sont pas autorisés à voyager à plus de 5 km de leur domicile et une seule personne à la fois d’un ménage est autorisée à sortir. Les citoyens qui enfreignent ces règles sont passibles d’une amende de 10.000 dollars ou d’une arrestation. Et oui, des personnes sont arrêtées simplement parce qu’elles ne portent pas de masque ou parce qu’elles sont trop loin de chez elles.

En Nouvelle-Zélande, la situation est devenue extrêmement sinistre et je pense qu’elle devrait être traitée comme un avertissement aux Américains, en particulier en ce qui concerne notre avenir potentiel si nous permettons que le discours de la « sécurité de la santé publique » soit transformé en véhicule de tyrannie.

Alors que l’Australie a utilisé des installations de quarantaine pour obliger les personnes considérées à haut risque à s’isoler, les camps de quarantaine de la Nouvelle-Zélande sont maintenant entièrement sous le contrôle des militaires , et tous les citoyens dont le test est positif ou qui sont soupçonnés d’avoir la Covid-19 peuvent être séparés de leur famille et placés dans les camps, qui sont des hôtels transformés en prisons.

C’est l’effacement complet des libertés individuelles, tout cela en raison d’une augmentation des cas qui s’est élevée à seulement 525 morts en Australie et 22 morts en Nouvelle-Zélande.

Je pense que la raison pour laquelle l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont été les premières visées par ce niveau de restrictions est que les gens ont été presque entièrement désarmés et qu’ils n’ont aucun moyen de se défendre contre les excès du gouvernement. Cela dit, je vois des signes que des mesures similaires seront également tentées aux États-Unis. Dans des États comme New York, il existe des programmes de faible envergure visant à mettre en place des points de contrôle Covid pour arrêter et contrôler les véhicules entrant dans l’État. C’est là que commencent les restrictions plus lourdes.

Tout d’abord, des points de contrôle seront mis en place pour empêcher les personnes infectées d’entrer dans un État ou une ville. Ensuite, ces mêmes points de contrôle seront utilisés pour empêcher les gens de quitter un État ou une ville. Ensuite, des points de contrôle seront mis en place au hasard pour tester les personnes pour la fièvre ou les symptômes de maladie. Si on les laisse continuer, la progression naturelle des points de contrôle est de terrifier la population et de l’empêcher de voyager pour quelque raison que ce soit. Comme en Australie et en Nouvelle-Zélande, les gens seront effectivement emprisonnés chez eux. À ce stade, il sera plus facile de faire adopter des lois ou des décrets punissant les personnes qui quittent leur domicile ; de toute façon, elles se seront déjà habituées à être piégées chez elles.

 

En outre, les élites et les globalistes américains réclament des mesures de confinement sévères pendant au moins six semaines, à l’instar des mesures d’enfermement de niveau 4 en Australie. Neel Kashkari, membre de la Réserve fédérale, a récemment affirmé que les Américains économisent davantage et qu’ils devraient donc être soumis à un confinement strict « parce qu’ils peuvent se le permettre ».

La Virginie prévoit de rendre obligatoire la vaccination contre la Covid-19, même si les vaccins contre des virus comme le SRAS se sont avérés impossibles à mettre au point dans le passé, et que les vaccins précipités ont pour habitude de nuire ou de tuer les gens plutôt que de les protéger. Mettez de côté la question selon laquelle il est immoral de donner au gouvernement le pouvoir de forcer les citoyens à s’injecter quoi que ce soit dans leur corps.

Quelle est la prochaine étape ? Les camps Covid ? Eh bien, oui, à moins que les Américains ne prennent une position ferme. Les grands médias suggèrent cette stratégie depuis des mois. Le Washington Post a applaudi à l’utilisation de camps d’isolement forcé [goulags] dans d’autres pays et se demande pourquoi les États-Unis ne les ont pas encore utilisés au-delà des points d’entrée sur le territoire pour les voyageurs étrangers ? La raison est la suivante : beaucoup d’Américains n’accepteront pas de telles mesures et utiliseront la force nécessaire contre quiconque tentera de les enfermer à cause d’un virus qui représente une menace modérée, tout au plus pour un petit pourcentage de la population.

Cela dit, ne supposez pas que l’establishment ne va pas finir par essayer ici. Ils le feront. Soyez prêts quand ils le feront. Regardez les actions menées dans des endroits comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande et demandez-vous si vous êtes prêt à les suivre. Et si oui, pour combien de temps ? Parce que les globalistes veulent que ces restrictions deviennent la « nouvelle normalité ». Ils veulent que ce cauchemar dure pour toujours.

 


 

EN COMPLÉMENTAIRE

 

Depuis le début du XXe siècle, l’histoire n’est plus que l’écriture accélérée du schéma directeur messianique talmudique: la création d’un État mondial dont la capitale est Jérusalem, gouvernée par l’Antéchrist, un Rothschild. Cela nécessitera une autre guerre mondiale afin de génocider les goyim.  

La Controverse de Sion :

 «Le culte des Gentils envers les Juifs, leurs courbettes obséquieuses, leur déférence servile envers eux et leur désir d’être menés par eux comme des moutons me déconcertent. La haine maniaque, frénétique, écumante à la bouche et la cruauté sanguinaire des Juifs, leurs Gros Mensonges sans fin, je n’arrive pas à m’y faire. »« ~ Douglas Reed (1895-1976), correspondant en chef pour le London Times, et auteur du classique et politiquement incorrect  « La controverse de Sion« . 

Comprendre le mondialisme Juif

Le mondialisme est moins un phénomène naturel que le résultat d’une inlassable propagande qui a envahi depuis longtemps l’ensemble des médias du monde occidental.

A travers l’analyse de dizaines de livres d’auteurs contemporains (Jacques Attali, Marek Halter, Edgar Morin, Elie Wiesel, Alain Finkielkraut, B.-H. Lévy, Jacques Derrida, Alain Minc, Guy Sorman, Philip Roth, George Soros, Mario Vargas Llosa, etc.) ou plus anciens (Stefan Zweig, Joseph Roth, Albert Einstein, E. Lévinas, Albert Cohen, Hannah Arendt, Karl Popper, Herbert Marcuse, Wilhelm Reich, etc.), Hervé Ryssen démontre, dans un langage très clair, l’implication de nombreux intellectuels juifs dans la genèse de l’idéal “planétarien”, en s’appuyant sur des centaines de citations dûment référencées.

Qu’ils soient philosophes, sociologues, historiens, cinéastes ou romanciers, qu’ils soient marxistes ou libéraux, ces intellectuels et artistes semblent travailler sans relâche en faveur d’un monde unifié, dans lequel les frontières et les nations auront disparu au profit d’un gouvernement mondial. Mais si de nombreux Occidentaux s’étaient déjà aperçus de cet activisme, personne, jusqu’à présent, n’en avait expliqué les fondements religieux.

Ce militantisme permanent ne correspond en effet à rien d’autre qu’à une foi religieuse centrée autour de l’attente du messie. Il faut en effet savoir que dans la tradition juive, l’attente messianique se confond avec l’avènement d’un monde de “Paix”, où tous les conflits ─ qu’ils soient sociaux (le marxisme), raciaux ou nationaux (le mondialisme actuel) ─ auront disparu (cf. George Steiner, Lévinas, J. Kaplan) au profit de l’Empire global.

Voilà ce que sont les “Espérances planétariennes” : c’est cette tension permanente qui conduit à agir et à militer continuellement pour édifier un monde sans frontière et hâter l’arrivée du Messie.

 

 

 

 

 

FRANCE : ARSENAL TECHNOTRONIQUE EN PHASE FINALE D’ACHÈVEMENT…

Il est encore temps de porter un coup d’arrêt définitif à la dictature technotronique EnMarche forcée !

*Un article remarquable de Jo Busta  Lally

Énième preuve qu’en France Macron et tout son orchestre sont là pour parachever (et nous avec) l’Agenda oligarchique de dépopulation ou Agenda21 initié sous Sarkozy1èretaupeZunienne, VIA la 5G, les compteurs communicants (LinkyGazpar, Aquarius, Téléo), les cryptomonnaies, le puçage RFID, la reconnaissance faciale et le biométrique (mesure du vivant) en utilisant la crise sanitaire courante, pour nous enfermer dans des Mégalopoles Connectées / Smart-cities et après un “nettoyage” de 7 milliards d’humains, les 500 millions restant seront parqués électroniquement, masqués, en attendant de se faire vacciner, dans les fameuses Smart-City/Villes connectées, véritables Gattaca/Ghettos technotroniques, tandis que l’élite toujours auto-proclamée vivra, elle, dans ses “zones vertes” de luxe, de jouvence et de délires transhumanistes…

VIA la 5G puis la 6G et grâce à la Fibre Optique, aussi !

Aussi, je vous recommande, au préalable, la lecture de ce rapport de l’Institut de Recherche Médicale de la Marine Nationale des États-Unis – Collecte de littérature scientifique sur les effets de l’exposition aux micro-ondes (PDF en anglais de 106 pages) ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2019/09/naval-medical-research-institute-1972-full-bibliography.pdf  qui démontre que les dangers réels de la 5G et toutes ses conséquences sont connus depuis au moins 1972. La confirmation que le problème du Linky et de tous compteurs communicants, n’est pas qu’un problème d’ondes (micro et radio) et n’est pas un danger et un problème QUE pour la santé, il y va aussi du contrôle dictatorial de l’information sur TOUT et POUR TOUT. Et ces deux aspects sont absolument INDISSOCIABLES, c’est pourquoi, dans cet article, la traduction partielle mais substantielle de ce rapport par Résistance 71 en septembre 2019, à ma demande. À retrouver page 47 de ce PDF N° 138 de 73 pages pour dire NON à la dictature technotronique que j’ai publié le 30 octobre 2019 ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2019/10/nouvelle-version-maj-pour-dire-non-a-la-dictature-technotronique-enmarche-en-france-30-octobre-2019.pdf

▼▼▼▼

CONSEIL ANONYME : REFUSEZ LA FIBRE OPTIQUE À TOUT PRIX !!!

Reçu par mail le 14 août 2020 – publication stricto sensu du texte, vérification des liens – suppression des redondances – illustration et mise en forme par JBL

N’acceptez pas l’abonnement à la fibre ! La fibre est un piège pour vous imposer la 5G à l’insu-de-votre-plein-gré !

(Dans mon immeuble, ils ont installé la fibre optique d’Orange à notre insu, et ensuite mis des affiches en dessous de chaque porte des logements pour les inciter à s’abonner à la fibre optique d’Orange ainsi qu’une affiche à côté de la porte d’entrée et ainsi faire du bourrage de crâne publicitaire sur la fibre optique d’Orange partout dans l’immeuble)

Orange est pour le carnet de vaccination implantée sous la peau et visible avec un smartphone 5G ► https://tendances.orange.fr/bien-etre/sante/article-bientot-un-carnet-de-vaccination-invisible-sous-la-peau-CNT000001ntr5G.html

Orange veut la fin de la neutralité du net avec la 5G : Interrogé sur BFM Business, le patron d’Orange, Stéphane Richard, considère que l’abandon de la neutralité du Net est une « obligation » dans la perspective de l’avènement de la 5G, qui arrivera « chez nous en 2020-2021 » ► https://www.clubic.com/telephone-portable/operateur-telephonie-mobile/orange/actualite-840298-orange-finir-neutralite-net.html

Les opérateurs français et européens et les compagnies aériennes qui propagent des satellites 5G dans l’atmosphère comme Airbus veulent la fin de la neutralité du net avec la 5G ► https://www.phonandroid.com/neutralite-net-menacee-france-operateurs.html

https://www.zdnet.fr/actualites/5g-les-operateurs-europeens-mettent-la-neutralite-du-net-dans-la-balance-39839620.htm

https://www.airbus.com/newsroom/press-releases/en/2018/09/Network-for-the-Sky-Airbus-successfully-tests-stratospheric-4G-5G-defence-communications.html

Avec la fin de la neutralité du net, les opérateurs pourront contrôler ce que les citoyens auront le droit de voir sur le net ► https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/fin-de-la-neutralite-du-net-aux-etats-unis-133339

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/12/13/pourquoi-la-fin-de-la-neutralite-du-net-fait-peur_5228781_4408996.html

En ce moment, les opérateurs Orange et autres installent de force la fibre optique dans les immeubles sans demander l’autorisation des habitants, et ensuite placardent une minuscule affiche à la porte d’entrée des immeubles pour inciter les gens à s’abonner à la fibre  via un numéro à un agent.

La 5G arrive et sera fortifié par la fibre optique ► https://www.wired.com/story/5g-is-coming-fortified-with-fiber/

la fibre optique est importante pour la 5G ► https://telecoms.com/opinion/fiber-optic-is-important-for-5g-but-operators-will-need-a-range-of-options/

La 5G utilisera la fibre optique ► https://fortune.com/2020/01/19/5g-fiber-optic-network-centurylink/

la 5G a besoin de beaucoup de fibres optiques pour fonctionner ► https://www.ciena.com/insights/articles/5G-wireless-needs-fiber-and-lots-of-it_prx.html

NE VOUS ABONNER SURTOUT PAS A LA FIBRE ! BOYCOTTEZ LA FIBRE !

La fibre est un piège pour vous imposer la 5G à votre insu !

Une fois que vous vous abonnez à la fibre, vous aurez la 5G passant dans vos murs, reliant à votre internet. Car la fibre peut autant faire passer la 4G que la 5G  et même la 6G !

Sources citations :

Sources citations :

la 5G peut utiliser le réseau 4G en convertissant les ondes 4G en 5G ► https://www.cnet.com/news/no-5g-isnt-going-to-make-your-4g-lte-phone-obsolete/

Un logiciel de Nokia si vous le télécharger par inadvertance sur votre ordinateur ou smartphone peut convertir tout votre réseau d’antennes 4G à laquelle vous êtes abonné en 5G sans que vous le sachiez ► https://venturebeat.com/2020/07/14/nokia-5g-software-can-upgrade-5-million-4g-tower-radios-without-climbs/

Les smartphones 4G peuvent être convertis en smartphones 5G sans besoin de changer de smartphone ► https://www.theupspot.com/2018/07/how-to-change-samsung-4g-smartphone-to.html

La 5G peut utiliser les fréquences de la 4G pour fonctionner « une antenne intelligente gérera la connectivité 4G/5G ► https://www.nextinpact.com/news/106103-orange-trois-nouvelles-experimentations-5g-en-2018-prototype-dantenne-4g-et-5g.htm

https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/09/24/abandon-du-rtc-2022-aux-arbres-citoyens/

  • « Les réseaux sans fil 4G d’aujourd’hui et 5G de demain n’existeront pas sans la fibre 6G qui leur donnera du pouvoir », a ajouté M. Shlanta. L’Alliance Wi-Fi a récemment introduit « Wi-Fi 6 » comme désignation officielle de l’industrie pour les produits et les réseaux qui prennent en charge la prochaine génération de Wi-Fi basée sur la technologie 802.11ax (bien que, pour être clair, la marque n’inclut pas de « G »). »Il y aura probablement un 6G« , a reconnu récemment M. Durga Malladi, de Qualcomm, tout en précisant qu’il n’y avait pas de projets concrets concernant une norme de réseau 6G. De plus, a expliqué M. Malladi, les entreprises qui ont développé la norme 5G l’ont fait en veillant à ce qu’elle soit suffisamment flexible pour supporter des changements et des mises à niveau importants à l’avenir, ce qui pourrait annuler la nécessité de passer à la norme 6G. » ► https://www.fiercewireless.com/tech/6g-fiber-argues-sdn-communications-ceo

La fibre peut faire augmenter la 5G à votre insu sans que vous le sachiez ! elle est programmée pour !

Vous aurez également la fin de la neutralité du net quand ils auront fini d’installer la 5G sur tout le territoire et que la fibre fera alors passer la 5G à votre insu.

Leur but c’est Fibre ► puis 5G ► puis fin de la neutralité du net !

Toutes les victimes des abus du pouvoir ne pourront alors plus s’exprimer sur le net ni dénoncer les dangers de la 5G cancérigènes qu’ils subissent. Aux moindres symptômes causés par la 5G, ils accuseront le corona à la place. L’article qui montre les effets dangereux de la 5G  a déjà été censuré ► https://www.alterinfo.net/5G-emis-par-objets-intelligents-antennes-relais-degradation-des-globules-rouges-charges-d-apporter-l-oxygene-manque-d_a154578.html [NdJBL : Le sité Alter Info est inaccessible depuis peu. Le site a-t-il été fermé pour relayer, sans faille depuis ses débuts, des publications contre la 5G, anti-vaxx, anti-mask ?]

Mais vous pouvez lire l’article source ici ► https://resistance71.wordpress.com/2020/04/23/5g-sante-carence-en-oxygene-une-piste-a-suivre/

À la page 35 à page 39 effets secondaires provoqués par les ondes, de ce PDF ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2019/09/dossier-complet-par-jbl1960-pour-stopper-net-la-dictature-technotronique-septembre-2019.pdf

Page 31 effets secondaires de la 5G ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2019/03/stop-linky-gazpar-5g-cie-version-pdf-jbl1960-mars-2019.pdf

Infertilité masculine : les ondes électromagnétiques mises en cause

Trois scientifiques ont épluché les études publiées sur l’effet des ondes radiofréquences sur la qualité du sperme. Ils en concluent que les ondes émises par les portables, le wifi, les fours à micro-ondes, ont un effet néfaste sur le nombre de spermatozoïdes et leur motilité ► https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/medecine-infertilite-masculine-ondes-electromagnetiques-mises-cause-34924/

La 5G  à une certaine fréquence donnée peut bruler la peau ► https://www.lessymboles.com/la-5g-chronique-dune-catastrophe-annoncee/

La 5G peut  causer la sécheresse et bruler la peau à une certaine fréquence ► https://anh-usa.org/what-do-crowd-control-burning-skin-your-street-corner-and-superbugs-have-in-common/

Sources (vidéos censurées) :

À la fréquence  60 Ghz, la 5G modifie la molécule d’oxygène et l’empêche d’être assimilée par l’hémoglobine passant dans les poumons. Voici l’article https://www.rfglobalnet.com/doc/fixed-wireless-communications-at-60ghz-unique-0001 publié par des compagnies qui vantent les bénéfices de 60 Ghz. Elles reconnaissent ouvertement que la fréquence 60 Ghz est absorbable par l’oxygène donc que la 5G modifie la molécule de dioxygène avec la fréquence 60 Ghz.

Un groupe de multinationales américaines YEC fait de la pub pour la 5G et en révèle son fonctionnement (donc cet article écrit par le groupe de multinationales YEC montre que la fibre optique c’ est pour la 5G) :

Citation : « Le rôle des réseaux à fibres optiques pour l’avenir de la 5G. La 5G n’aime pas les murs, le double vitrage ou les feuillages.

La technologie va certainement s’améliorer ; la 5G en est encore à ses débuts et prendra plusieurs formes différentes en fonction des différents spectres auxquels les fournisseurs de services sans fil tels que T-Mobile, AT&T et Verizon ont accès. Plus important encore, si pratiquement tous les sites cellulaires et les tours ne disposent pas d’une connexion à fibre optique sur un réseau hautement résilient, la 5G restera quelque peu limitée, en particulier pour ceux qui ne vivent pas dans les grandes zones métropolitaines. Pour l’instant, il n’y a tout simplement pas assez de fibres dans le sol.

Ce qui est clair comme de l’eau de roche (pardonnez le jeu de mots), c’est que les réseaux de fibres optiques sont la voie à suivre pour acheminer instantanément des téraoctets de données aux foyers et aux entreprises des consommateurs. Des études récentes ont montré qu’un seul brin de fibre peut transporter plus de 44 Tbps, soit environ un million de fois plus vite que la vitesse Internet actuelle de l’utilisateur moyen aux États-Unis. Il est vrai que la technologie permettant d’atteindre ces vitesses phénoménales a encore beaucoup de chemin à parcourir avant d’être considérée comme commercialement viable, mais la fibre elle-même peut confortablement gérer une capacité bien plus importante que celle que nous utilisons aujourd’hui.

Le rapport Broadband Insights d’OpenVault pour le premier trimestre 2020 a révélé que la consommation de haut débit est passée à 402,5 Go, contre 273,5 Go à la même époque l’année dernière, soit une augmentation spectaculaire de 47 %. Non seulement la fibre optique est essentielle pour suivre et aider le secteur à progresser dans la sphère domestique et professionnelle, mais ces réseaux peuvent également alimenter des applications IOT et de ville intelligente sur la même infrastructure, une application que ma société est en train de déployer. Les investisseurs ont pris conscience de cette opportunité de manière significative.

Sur un marché où la demande de débits internet plus rapides à domicile est incontestable et où les réseaux à fibres optiques font défaut pour la fournir, associée à des marchés financiers privés désireux de déployer des capitaux, les acteurs industriels émergents disposent d’un environnement parfait pour les investissements d’infrastructure à grande échelle. Pour tout dire : je suis le PDG d’une société d’infrastructure de réseaux à fibres optiques en pleine expansion, qui travaille avec les fournisseurs d’accès Internet et les opérateurs de téléphonie mobile sur nos réseaux.

Des projets tels que le programme One Fiber de Verizon démontrent la nécessité de la fibre pour répondre aux futures exigences de la 5G. Les développeurs, dont le mien, veulent aller encore plus loin et créer des réseaux de fibres communs que plus d’un opérateur ou d’un FAI peuvent utiliser. Cela pose donc la question : Pourquoi n’y a-t-il pas plus d’entreprises qui saisissent cette opportunité ? La réponse est que le développement d’actifs en fibre optique qui attirent les investissements institutionnels n’est pas pour les faibles d’esprit.

La fibre représente une opportunité d’investissement unique qui nécessite une compréhension approfondie de la construction, de l’architecture et de l’exploitation des réseaux à grande échelle pour réaliser un projet réussi et durable et débloquer le capital institutionnel. Les aspects technologiques des réseaux en fibre optique sont essentiels et, si vous ne comprenez pas et ne contrôlez pas à la fois la fibre et l’électronique qui alimentent le réseau, vous risquez de vous exposer, ainsi que votre ou vos investisseurs, à des risques accrus de perte de revenus.

La fibre n’est pas non plus un investissement à court terme, de sorte que les risques doivent être envisagés sur le long terme, y compris sur plusieurs cycles économiques. Pour ceux qui ont la patience de structurer des projets de manière durable, les bénéfices peuvent être importants : Les entrepreneurs de l’espace ont la possibilité de gagner des revenus au cours des 30 prochaines années et plus tout en produisant des actifs qui ont un impact positif sur la qualité de vie d’une communauté, en stimulant l’économie locale et en créant des emplois.

De nombreux investisseurs et entreprises ont fait de grands progrès et ont investi des sommes plus importantes dans le secteur des réseaux tout en fibres, à un moment où les possibilités d’investissement dans d’autres secteurs, tels que les loisirs, le commerce de détail, les voyages, l’immobilier et même les infrastructures traditionnellement essentielles comme les ports, les aéroports et les routes à péage, sont à la recherche de longs délais de récupération. Je crois qu’il n’y a jamais eu de meilleur moment pour explorer les opportunités dans la fibre, la quatrième utilité. »

○    https://www.forbes.com/sites/theyec/2020/08/05/the-role-of-fiber-optic-networks-for-the-future-of-5g/#45181607b411 (commentaire : ils avouent dans l’article qu’ils veulent installer la fibre partout et qu’ils veulent installer la  5G cancérigène partout à travers la fibre optique)

○ La 5G par fibres dans les villes, la 5G par box dans les zones rurales :

○ Alors que la 5G est toujours en cours de déploiement en France et que les forfaits 5G sont prévus pour le printemps 2020, Orange teste aussi des box 5G en parallèle. Ces box 5G pourraient être une solution dans les zones mal desservies par la fibre afin de remplir les conditions du Plan Très Haut Débit du Gouvernement qui prévoit ce débit pour tous en 2022 en France. https://selectra.info/telecom/actualites/acteurs/futures-box-5g-remplacer-fibre-zones-non-raccordees-a-fibre

 

Fibre 5G ► https://www.cablinginstall.com/home/article/16468526/the-role-of-fiber-in-5g-networks

la 5G utilisera plus d’électricité que la 4G, donc augmentation de la consommation d’électricité pour les immeubles qui se répercutera sur la facture des habitants qui n’auront jamais demandé la 5G ni la fibre optique…

https://www.fiercewireless.com/tech/5g-base-stations-use-a-lot-more-energy-than-4g-base-stations-says-mtn

De nouvelles études scientifiques montrent le danger des ondes pour le cerveau ► https://betweenrockandhardplace.wordpress.com/2015/05/18/cell-phones-and-blood-brain-barrier-chinese-scientists-confirm-findings-of-swedish-salford-group/

Migraines, érythèmes, nausées, troubles de la concentration, vertiges, palpitations, fourmillements… Partout dans le monde s’élèvent des voix, qui par milliers disent ainsi souffrir du support invisible des nouvelles technologies : les ondes électromagnétiques ► https://www.lemonde.fr/le-monde-2/article/2008/05/02/les-revoltes-des-ondes_1040017_1004868.html ► Article supprimé !

Les effets nocifs de la 4G :

 » L’exposition du cerveau à un téléphone portable 4G pendant 30 minutes, provoque la formation de cellules cancéreuses :
Une exposition de 30 minutes au rayonnement d’un téléphone cellulaire 4G affecte l’activité cérébrale ;
Les radiofréquences provenant de la technologie 4G affectent l’activité neuronale du cerveau dans la région la plus proche du cerveau et dans la région éloignée, y compris l’hémisphère gauche du cerveau.

Cette étude établit que l’exposition à court terme aux radiofréquences 4G affecte l’activité cérébrale. Les effets à long terme de ces expositions n’ont pas encore été étudiés, mais il existe déjà de nombreuses preuves reliant ces expositions à une myriade d’effets biologiques néfastes, notamment :

Avec la fibre ils pourront faire propager la 4G cancérigène partout, et ensuite utiliser un logiciel pour convertir la 4G en 5G dans la fibre optique, rendant les ondes émises par les fibres optiques encore plus dangereuses pour les personnes.

Dire NON à la fibre c’est dire non à la 4G et la 5G et la 6G en même temps !

Source citation :

– « , il sera possible de déployer la 5G sur les fréquences aujourd’hui occupées par la 4G »             https://www.silicon.fr/bouygues-telecom-se-prepare-a-la-5g-avec-ericsson-170314.html

La fibre optique est importante pour la 5G ► https://telecoms.com/opinion/fiber-optic-is-important-for-5g-but-operators-will-need-a-range-of-options/

La solution pour ceux qui ont déjà la fibre installée : il ne faut pas s’abonner à la fibre si vous ne voulez pas que la 5G soit installé à votre insu dans votre appart, en effet, quand vous vous abonnez à la fibre ils feront des travaux dans votre appartement pour faire relier vos câbles et prises de l’appartement à la fibre optique. Tant que vous refusez l’abonnement de la fibre optique, vous n’aurez pas la fibre donc pas la 5G dans votre appartement.

Source citation :

  • « Tout d’abord, la pose de la fibre optique dans la colonne montante, depuis le bas de l’immeuble jusqu’aux étages. Les techniciens utilisent s’ils le peuvent les infrastructures existantes : gaines ou goulottes contenant déjà des câbles. Si celles qui existent sont saturées, ils posent de nouvelles infrastructures. Les techniciens installent un Point de Branchement Optique, un boîtier d’étage, à chaque palier. le délai pour installer la fibre optique dans les parties communes d’un immeuble varie de 1 à 3 jours.
  • Le raccordement final des différents logements, ensuite, à partir des boîtiers d’étage installés en amont. La fibre optique est tiré depuis le Point de Branchement Optique jusqu’au Point de Terminaison Optique, situé dans chaque logement.  Cette opération peut aussi bien se faire lors du déploiement de la fibre optique dans l’immeuble ou alors ultérieurement lorsque l’occupant du logement décide de souscrire un abonnement à la fibre optique

Pour qu’un habitant puisse bénéficier de la fibre optique, il faut nécessairement amener la fibre optique jusqu’à une prise située dans l’appartement, en général près de la télévision. Il y aura donc forcément des travaux dans votre appartement. Mais, rassurez-vous, pas de gros œuvre. Juste un peu de bricolage : d’abord pour faire un trou dans un mur et faire passer le câble de fibre optique des parties communes à votre logement et ensuite pour installer le Point de Terminaison Optique auquel il sera relié. C’est sur cette prise qu’il faudra connecter votre box afin d’avoir l’Internet Très Haut Débit grâce à la fibre optique » ► L’installation de la fibre optique dans un appartement dure généralement trois heures ► https://blog.ariase.com/box/dossiers/installation-fibre-optique-immeuble

Orange qui a installé la fibre dans l’immeuble nous harcèle afin que l’on s’abonne à la fibre !

Méthodes : les  agents d’Orange ont sonné à toutes les portes pour vendre des abonnements. Ils ont sonné 5 fois à ma porte, puis ont laissé une affiche me demandant de m’abonner à leur fibre avec numéro téléphone et tout, et ont collé cette même affiche sur la porte d’entrée de l’immeuble. Donc c’est important pour eux que les gens s’abonnent à la fibre, ce qui montre que si les gens boycottent la fibre, cela sera un grand obstacle pour eux. Tant que les gens refuseront de s’abonner à la fibre, la 5G ne pourra pas arriver, c’est pour cela qu’ils sont super malins, ils font exprès de parler uniquement de fibre, mais ne disent pas que la 5G sera dans la fibre. Faut aussi savoir que la 5G est facile à bloquer, que même l’eau et les feuilles d’arbres la bloquent.

Source citation :  » Plus les fréquences sont élevée et moins la portée du signal est importante, et les ondes millimétriques ont la réputation de mal supporter la pluie, de ne pas (bien) traverser les murs et d’avoir une portée plus courte (elles seraient donc intéressantes pour couvrir  des superficies réduites, mais fortement fréquentées). » ► https://www.numerama.com/tech/147723-5g-tout-savoir-sur-le-reseau-mobile-du-futur.html ;

https://www.sdxcentral.com/articles/news/obstacles-trees-screw-verizon-5g/2017/08/

Voilà pourquoi ils chercheront à installer des fenêtres intelligentes pour laisser passer la 5G car la 5G est bloqué par les fenêtres normales.

Source citation : « Starry repose sur un réseau d’antennes émettrices placées sur les toits des immeubles et d’antennes réceptrices placées à la fenêtre des usagers, communicant avec un modem à l’intérieur du logement. À débit similaire, les ondes millimétriques pourraient donc directement concurrencer les offres de la fibre optique » ► https://www.numerama.com/tech/147723-5g-tout-savoir-sur-le-reseau-mobile-du-futur.html

Et le béton intelligent, mur intelligent, car tout ce qui n’est pas intelligent bloque la 5G, donc ils chercheront à remplacer nos fenêtres normales par des fenêtres contenant des antennes 5G invisibles à l’œil nu. C’est pourquoi, je pense qu’il est préférable de refuser l’abonnement de la fibre, et refuser le remplacement des fenêtres, car il y a fort à parier qu’ils ne diront jamais qu’ils remplacent des fenêtres normales par des fenêtres contenant des antennes relais 5G invisibles à l’œil nu, donc refuser tout changement de fenêtres…

▲▲▲▲

Dans cette catégorie de mon blog, tous les billets qui traitent des dangers de la 5G & + ► https://jbl1960blog.wordpress.com/category/stop-compteurs-communicants-5g-smart-city/

Et dans cette page spéciale, tous les PDFs que j’ai réalisés, notamment sur le  pourquoi et comment dire NON à la mise en place de l’arsenal technotronique, et tous PDFs supplémentaires ad hoc et connexes ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-pdfs-realises-par-jbl1960/

Cela pour vous aider, en conscience, puisque l’heure du choix est arrivée, soit à rejoindre les CYBORGS, après tout c’est votre droit, mais lâcher nous les arpions, et ne nous obligez pas à faire de même !

Ou à nous rejoindre pour être et incarner la RÉSISTANCE.

JBL1960 qui a fait son choix…

 

Nous sommes tous (et toutes) des membres d’une Résistance face au régime totalitaire en place!
Joignez-vous à nous!

Sources:Un remarquable article de Jo Busta Lally

Nous appuyons « La Planète s’invite au Parlement »…importante pétition à signer…voir Un pipeline de gaz vient d’exploser au Texas

Ce pipeline vient d’exploser au Texas et il y a comme un silence médiatique au Québec.
Un pipeline de gaz vient d’exploser au Texas, « envoyant 6 personnes à l’hopital alors que 4 autres manquent toujours à l’appel ». abcn.ws/2Ys9DMZ
De quoi nous rappeller que le projet de pipeline GNL Qc est non seulement une menace bit.ly/3iXsVlg
 pour le climat par ses émissions de GES,
pour nos derniers bélugas par le passage de superméthaniers dans leur habitat essentiel, bit.ly/3lb4SB1 mais aussi
une véritable bombe à retardement sur tout son trajet…
C’est pas pour rien que s’y opposent 65 000 citoyen.ne.s ainsi que plusieurs centaines d’expert.e.s. dans différents domaines! bit.ly/2EqZ71k
C’est le temps de faire signer la pétition à vos familles et ami.e.s d’ici la tenue du BAPE qui débute le 14 septembre!

 

 

 

 

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19:Un déclin important s’annonce pour les États-Unis

En réponse à plusieurs commentaires dans le dernier fil de conversation libre – légèrement modifié.

En fait, il y a même un  déclin réel absolu, et pas seulement relatif, aux États-Unis, par exemple l’espérance de vie y est en baisse. C’est un très mauvais signe pour un pays développé. Pareil pour le Royaume-Uni d’ailleurs.

Sur la question du profit que la Chine a tiré pendant la crise Covid, elle a gagné en puissance brute, par exemple en PIB par rapport aux États-Unis. Et elle a également gagné en termes d’endettement, relativement, alors que les niveaux de dette américaine ont explosé en raison de la crise. Vous avez maintenant une récupération en forme de V en Chine et une pauvre récupération en forme de W aux États-Unis. Avec beaucoup plus de dette ajoutée.

Il y a bien sûr la question des relations publiques et du soft power. D’une part, les États-Unis ont blâmé la Chine pour la pandémie, mais d’autre part, ils se sont mis dans l’embarras en raison de leurs faibles performances en matière de maîtrise de la pandémie, par rapport à d’autres pays. Et ils ont perdu des points dans le monde entier en raison de leur retrait de l’OMS en plein milieu de la pandémie. L’Europe et les pays en développement n’ont pas du tout aimé cela. N’oubliez pas que la Covid a également affaibli l’armée américaine, elle a des problèmes avec ça, y compris sur les navires et les bases à l’étranger, la maladie a même saboté le plus grand exercice américain prévu en Europe depuis 30 ans. Et la pandémie aux États-Unis fait toujours rage, elle n’est pas du tout contenue et les taux de mortalité augmentent à nouveau.

Ici par exemple, les futurologues de Pardee UNC Health Care disent que la Chine a gagné pendant la crise, en capacités brutes. La recherche sur le futur et le pouvoir relatif entre les pays est leur spécialité :

En ce qui concerne les mesures générales des capacités matérielles, l’image est claire : la COVID-19 réduit l’écart des capacités relatives des États-Unis et de la Chine et accélère la transition entre les deux pays. Grâce à plusieurs scénarios de prévision à long terme utilisant l’outil International Futures, Collin Meisel, associé de recherche, et Jonathan Moyer, directeur du Pardee Center, expliquent sur le blog Duck of Minerva que la Chine gagnera probablement en puissance mondiale par rapport aux États-Unis d’ici 2030 en raison de l’impact économique et de la mortalité de la COVID-19. Ce gain en pouvoir mondial est égal aux capacités de la Turquie aujourd’hui.

Sur la question du dollar US, Stephen Roach affirme également qu’il y aura une baisse significative à moyen terme. Et l’argument est assez logique – si la part des États-Unis dans l’économie mondiale est en baisse – et elle diminuera au moins jusqu’en 2060 – et si le niveau de la dette américaine atteint des niveaux sans précédent, le dollar baissera. Je suis d’accord avec cet argument. C’est tout à fait logique.

Sur la question des puces et semi-conducteurs, David Goldman est sceptique quant à la capacité des États-Unis à arrêter la Chine à ce sujet :

L’interdiction des puces donne au monde une énorme incitation à contourner les États-Unis.

Fondamentalement, Huawei a toujours des fournisseurs avancés, en Corée du Sud et au Japon. Et certains d’entre eux refusent de céder. Le problème pour les États-Unis est que la Chine est le plus grand marché mondial de semi-conducteurs et le plus grand importateur de puces au monde, ce qui donne aux entreprises privées de très bonnes raisons pour contourner les équipements fabriqués aux États-Unis afin d’exporter vers la Chine. Ensuite, la Chine stocke également de grandes quantités de puces. D’ici 2025, elle devrait être en mesure de remplacer la production étrangère par la production locale. Donc, ces interdictions sont perdantes pour les États-Unis, et la Chine – oui, cela entraînera des coûts pour la Chine jusqu’en 2025. Mais cela conduira également des entreprises américaines, telles que Qualcomm, à perdre le marché chinois des puces, qui est le plus grand au monde, et il n’y a rien pour le remplacer.

Ce sont des centaines de milliards perdus pour les États-Unis en raison de la réduction progressive du marché le plus lucratif. Ainsi, en termes relatifs, la Chine ne perdra pas dans cette bataille, car les États-Unis perdront aussi beaucoup, tout comme la Chine. C’est une situation perdant-perdant. Et n’oubliez pas que la Chine a averti qu’une attaque américaine totale contre Huawei entraînerait l’expulsion de Boeing du pays qui devient le plus grand marché de l’aviation au monde, et entraînera également des centaines de milliards de pertes pour cette société, et cela va probablement l’enterrer sous Airbus. La Chine a besoin de beaucoup d’avions jusqu’en 2028, date à laquelle elle les remplacera par les siens, d’une valeur de centaines de milliards de dollars. Élever Airbus au-dessus de Boeing, qui connaît déjà de gros problèmes, sera un coup dur pour l’industrie aérospatiale américaine.

La Chine a donc aussi des cartes à jouer. Sur la question des États-Unis qui obligent certains pays à interdire Huawei, c’est à nouveau une situation perdant-perdant. Les États-Unis et certains de leurs alliés perdront en raison de l’utilisation d’équipements 5G plus coûteux, et mettront plus de temps pour construire leurs réseaux. Donc, la Chine perd, et les États-Unis et certains alliés perdent aussi, mais en termes relatifs, les choses ne changent pas en termes de pouvoir, car ils perdent tous les deux. N’oubliez pas que l’Allemagne a déclaré qu’elle continuerait à utiliser des équipements Huawei, et c’est la plus grande économie d’Europe :

Les trois principaux opérateurs de télécommunications allemands, Deutsche Telekom, Vodafone et Telefonica, ont activement promu la 5G ces dernières années. Ils mettent en œuvre une stratégie de «diversification des fournisseurs» et utilisent les équipements Huawei dans leurs réseaux parmi d’autres fournisseurs. Peter Altmaier, ministre allemand de l’Économie, a déclaré le 11 juillet au Frankfurter Allgemeine Zeitung que l’Allemagne n’exclurait pas Huawei du déploiement du réseau 5G du pays. « Il ne peut y avoir d’exclusion que si la sécurité nationale est manifestement menacée. Cependant, nous renforcerons nos mesures de sécurité, quel que soit le pays d’origine des produits », a déclaré Altmaier. « Il n’y a pas de changement dans la position de l’Allemagne », a déclaré le 16 juillet un porte-parole du ministère de l’Intérieur du pays.

Nous pouvons donc dire que très probablement la moitié de l’Europe utilisera Huawei. Pourtant, comme vous l’avez dit, une grande partie du monde l’exclura. Peut-être la moitié du PIB mondial. Malheureusement, les choses ne sont pas parfaites. Un point positif en cela est que Huawei parie sur les marchés émergents et que ceux-ci ont des taux de croissance plus élevés que les marchés occidentaux – c’est-à-dire qu’ils auront plus d’importance à l’avenir.

Je conviens que les États-Unis nuisent à la Chine, mais les dommages ne sont pas importants à mon avis, car ce sont principalement des situations perdantes où le pouvoir relatif reste le même. Et avec le temps, il y aura également des dommages importants pour les États-Unis, comme la perte du plus grand marché des puces et de l’aviation et la montée en puissance des concurrents de Boeing tels qu’Airbus.

Donc ce n’est pas si mal que ça pour la Chine. Ainsi, après avoir mentionné tout cela, je ne pense pas que Pompeo renifle l’odeur du sang et cherche à attaquer la jugulaire. Ce n’est pas tellement la vulnérabilité de la Chine qui attise la colère de l’élite américaine, mais plutôt l’affaiblissement des États-Unis, et ce que la Chine gagne pendant la crise de la Covid.

À Hong Kong, la Chine n’avait aucune option. C’était une situation perdante. Si elle permettait le statut-quo, il y aurait eu une révolution de couleur permanente à la une des médias. Il vaut peut-être mieux arrêter cela une fois pour toutes. Ils espéraient que la crise de la Covid leur donnerait une couverture pour ce faire. Cela n’a pas très bien fonctionné.

Malheureusement, il est vrai que la stratégie Trump d’intimidation fonctionne souvent. On suppose que cela devrait avoir un coût pour les États-Unis en matière de relation publique dans l’opinion mondiale, mais nous ne le voyons pas. Je suppose que la plupart des pays du monde sont trop lâches et préfèrent suivre le courant. Ils abandonneront les États-Unis seulement après que ceux-ci auront irrémédiablement perdu. Eh bien, ce n’est pas une situation facile. Les réactions américaines sont très fortes, et haineuses, précisément parce que les choses ne sont toujours pas bonnes pour eux et que leur déclin se poursuit, indépendamment de certaines victoires tactiques – à la Pyrrhus, où dans certains cas, c’est de toute façon une situation perdante.

Les données montrent une baisse significative pour les États-Unis.

  • 2019 Chine 1,27 fois plus élevée en Parité de pouvoir d’achat (PPA)
  • 2030 Chine 1,8 fois plus grand en PPA
  • Dette américaine / PIB en 2019 :   80%
  • Dette américaine / PIB en 2030 : 125%
  • Dette américaine / PIB en 2050 :  230%

Le Highway Trust Fund (HTF) sera épuisé d’ici 2021, le fonds fiduciaire Medicare Hospital Insurance (HI) au début de 2024, le fonds fiduciaire Social Security Disability Insurance (SSDI) dans les années 2020, la Pension Benefit Guarantee Corporation (PBGC), le Multi-Employer fund à un moment donné au milieu des années 2020, et le Social Security Old-Age and Survivors Insurance (OASI) d’ici 2031. Nous estimons que le fonds Social Security OASDI Trust combiné sera à court de réserves d’ici 2031.

  • Budget militaire – avant estimation Covid, et budget Trump – en 2019 : 3,2% du PIB, en 2030 : 2,5% du PIB – pourrait chuter à 2,3% du PIB grâce à Covid.
  • Dépenses discrétionnaires civiles – avant estimation Covid – en 2019 : 3,2% du PIB, en 2030 : 1,8% du PIB – chute à son plus bas niveau historique, pourrait encore baisser en raison de Covid

Cela sans parler du grand fossé social et sociétal aux États-Unis, et de la crise de la Covid en cours, qui est en grande partie réglée en Chine. Voyez-vous le déclin maintenant ? Ils ont une très bonne raison de s’inquiéter. Un déclin significatif attend les États-Unis.

Par Moon of Alabama − Le 27 juillet 2020

 

 

 

 

 

Alerte aux masques neufs infectés de champignons qui peuvent vous tuer

 

Il s’agit d’une étude commandée et supportée par la Révolte Citoyenne des Gilets Jaunes que j’appui.

J’ai sécurisé la vidéo sur mon site avant  que la censure arrive!

L’importance de résister à la dictature qui se construit sous nos yeux!

 

Le plan illuminati de dépopulation mondiale est en cours!…Nous,les Peuples de la Terre,sommes en état de légitime défense face à nos gouvernements:

RENVERSONS LES AVANT QU’ILS NOUS TUENT!

N’Y A-T-IL PAS ASSEZ DE PERSONNES ÂGÉES DE MORTES AVEC LA PSEUDO PANDÉMIE ARTIFICIELLE DE LA COVID 19!

Une nation qui tombe en ruine, pièce par pièce:les États-Unis d’Amérique

 

D’abord, ils sont venus chercher le papier toilette et les essuie-tout, puis ils sont venus chercher de la farine et maintenant ils prennent vos pièces de monnaies. Oui, le public américain en face du virus COVID-19 doit maintenant faire face à ce que l’on appelle une  «petite pénurie de change» causée apparemment par les panneaux publicitaires. Les cafés et autres points de vente au détail qui traitent en cash ont été durement touchés par la pénurie, se trouvant dans l’incapacité d’apporter la monnaie. Apparemment, les gens ont décidé spontanément et en grand nombre que les nickels, dimes et quarts  (cinq cents,dix cents et vingt-cinq cents) , qui ont de la valeur en tant que métal, conserveront d’une manière ou d’une autre leur valeur mieux que les morceaux de papier imprimés par Washington.

 

 

Pendant ce temps, les armes à feu, l’alcool et même les pièces de monnaie sont en pénurie tandis que les citoyens effrayés construisent de solides abris de défenses dans leur maison.
Il y a beaucoup d’indices que le stratocruiser américain est sur le point de s’écraser.

 

Le gouvernement a agi de manière décisive pour faire face à la menace en demandant à la Réserve fédérale de convoquer  un groupe de travail de 22 personnes   pour les pièces de monnaie afin d’«atténuer les effets des faibles stocks de pièces causés par la pandémie COVID-19». Ironiquement, bien sûr, la Fed est la source de la longue souffrance de la devise américaine qui n’est soutenue par rien. Comme plusieurs des grandes banques privées, y compris JP Morgan et Bank of America, sont représentées dans le groupe de travail ainsi qu’un essaim de bureaucrates du gouvernement, on peut supposer que rien ne se passera, sauf peut-être une décision de changer la conception des pièces pour en éliminer Washington, Jefferson et Lincoln. Sacagawea (Le dollar Sacagawea est    pièce de monnaie d’un dollar aux États-Unis) peut rester sur la drôle de pièce d’un dollar, que personne n’a réellement vue depuis des années car elle représente une minorité ethnique approuvée.

Il y a beaucoup d’indices que le stratocruiser américain est sur le point de s’écraser. Ma femme et moi sommes allés dans un champ de tir local la semaine dernière pour un cours de recyclage. Je savais tirer de mon temps dans l’armée et dans la CIA mais je n’ai pas réellement tiré à l’arme depuis 1978 et ma femme a appris à utiliser une arme de poing il y a une quinzaine d’années lorsque nous avons pris la décision d’en avoir une disponible dans la maison « au cas où ». Pour être sûr, la situation actuelle avec des groupes radicaux dérangés non retenus par des politiciens irréfléchis et avec des médias complices, notre décision de nous réarmer   était basée sur l’hypothèse que nous ne pouvons  plus compter sur  une force de police démoralisée et passive pour nous protéger ou protéger notre propriété, en particulier s’il y a des connotations raciales dans les « qui fait quoi à qui ». Donc, nous devrons être prêts à nous défendre.

La première chose que nous avons apprise, c’est qu’il était difficile d’obtenir un rendez-vous avec un entraîneur d’armes licencié. Il nous a fallu des semaines pour prendre rendez-vous et nous n’en avons eu que parce qu’il y eu une annulation. Il semble qu’un grand nombre d’Américains ordinaires cherchent à se défendre parce qu’ils sont, comme nous, choqués de voir des politiciens ignorer les pillages, les coups et les incendies criminels alors qu’ils s’agenouillent devant des voyous. Pendant ce temps, les médias approuvent le processus, jetant également une condamnation générale sur la race blanche, ce qui suggère qu’il n’y a rien de bon à attendre  au bout de ce qui se passe en ce moment.

Nous avons fait notre entraînement au tir, mais le prochain obstacle consiste à améliorer nos armes. Nous avions un vénérable automatique de 9 mm et un revolver encore plus ancien de calibre 38. Les armes de poing modernes ont de meilleures caractéristiques de sécurité et leurs mécanismes fonctionnent plus facilement pour les mains vieillissantes.

 

fusil d’assaut AR-15

Nous recherchions un nouveau fusil automatique 9 mm et un fusil d’assaut AR-15 pour une plus grande portée si cela devenait nécessaire, mais l’homme du bureau des ventes a secoué la tête et a dit: «Non, tout cela est en rupture de stock pour six mois ou plus. . Tout le monde achète de nouvelles armes. Donnez-moi un acompte et je vous appellerai lorsque quelque chose sera disponible.

Donc, «tout le monde» s’entraîne pour tirer et acheter de nouvelles armes, et il est même  rapporté que les cambriolages  pour voler des armes dans les magasins d’articles de sport augmentent considérablement. Les armes sont un produit très recherché, ce qui signifie que la confiance que les gens accordent à l’État pour les protéger est sur le point de disparaître. Même les médias grand public ont remarqué la flambée des ventes d’armes à feu, mais ils utilisent ce fait, de manière prévisible, pour expliquer la flambée des homicides par arme à feu à travers le pays au cours des derniers mois. Plus d’armes,  selon  le Washington Post , signifie que plus de Blancs racistes armés dans les rues pour semer l’enfer, mais cela ne tient pas compte du fait que les morts par armes à feu ont été massivement commis par des noirs contre des noirs, comme cela  a toujours été le cas .

Je suggérerais également qu’au moins une partie de l’explication se trouve ailleurs,  dans le minimum de maintien  de l’ordre, car les flics ont compris qu’ils n’avaient personne de leur côté et qu’ils étaient mieux perçus en faisant  le moins possible  lorsque la fusillade commence. Les policiers ont, en fait,  été la cible  d’une grande partie des violences récentes. Au lieu de demander l’aide d’un flic, les victimes de crimes violents devraient appeler le 911 et demander à l’opérateur de demander au maire Bill de Blasio d’envoyer un travailleur social chaque fois qu’elles sont attaquées par des gangs en colère. Les flics du NYPD sont apparemment trop occupés de toute façon car  ils gardent la peinture des Black Lives Matter couvrant la Cinquième Avenue en face la Trump Tower.

 

Une autre chose que l’on a maintenant des difficultés à acheter :  l’alcool. Les gens sont déprimés et boivent beaucoup plus que la normale, ce qui peut, bien sûr, entraîner un comportement impulsif. Je vis en Virginie et notre magasin d’État est constamment vide et à court de tout. Un caissier m’a dit qu’ils vendaient 300% plus d’alcool que la normale pour cette période de l’année. La semaine dernière, je suis allé dans un grand magasin d’alcools bien connu à Washington DC et j’ai acheté les dernières bouteilles de notre scotch préféré  The Famous Grouse . Ils étaient épuisés et ne savaient pas quand ils en auraient davantage. Ma femme et moi prévoyons une   crise de Famous Grouse et nous avons discuté de l’installation d’un alambic dans notre sous-sol.

 

Enfin, un membre de la famille possède une entreprise de construction. Il a récemment déclaré que les affaires étaient en plein essor de manière inattendue, en partie parce que les gens construisent des abris de panique, des refuges et même des abris anti-retombées atomiques du style années 1960 dans et derrière leurs maisons. Mais contrairement à la menace d’une guerre nucléaire comme des années 60, la crainte actuelle est que les démolisseurs étant laissés libres par les autorités, les invasions organisées de maisons   dans les quartiers prospères ne sont pas si loin. La plupart des travaux de construction sont effectués de manière aussi discrète que possible, car les clients ne veulent pas que leurs voisins sachent à quel point ils ont peur.

Alors, nous y voilà. Les États-Unis sont troublés par une pandémie à laquelle le gouvernement semble incapable de répondre et qui a entraîné un chômage et des faillites records. Pendant ce temps, les armes à feu, l’alcool et même les pièces de monnaie sont en pénurie tandis que les citoyens effrayés construisent des abris de défenses dans leur maison. Et une grande partie du gouvernement à tous les niveaux agit comme s’il était du côté des destructeurs ou comme s’il en avait peur. L’Amérique a certes toujours eu des défauts, mais c’était autrefois une terre d’opportunités où les gens pouvaient prospérer et jouir de plus de liberté que presque partout ailleurs. Ces jours sont révolus, alors détendez-vous et branchez-vous sur les nouvelles du soir. Regardez un pays autrefois fier avec un peuple résilient et travailleur se désagréger sous vos yeux.

Source : A Nation Falling Apart , Piece by piece

 

 

 

 

 

Mardi 16 h 20, l’Iran offre à l’Amérique un traitement efficace à 95% contre le COVID, sera-t-il refusé?

Mardi dernier, à 16 h 20, des représentants de l’Iran ont remis le document ci-dessous à l’ambassade des États-Unis à Vienne en Autriche. Il a été examiné à l’ambassade, accepté et on nous a assuré qu’il serait envoyé à la Maison Blanche.

« C’est un cadeau que nous ne pouvons pas refuser, un vrai cadeau de la nation iranienne. » (Haut fonctionnaire consulaire, Ambassade des États-Unis en Autriche, 30 juin 2020 à 16 h 20.

 

Nous publions ceci comme preuve qu’un remède COVID a été proposé aux États-Unis. Nous ne vendons rien et nous n’avons rien à prouver. Nous établissons simplement les faits et rien d’autre. Nous faisons ce que nous pouvons. Nous ne pouvons ni plus ni moins.

Jusqu’à présent, il n’y a eu aucune réponse.

Qu’est-ce qui est affirmé ici?

Ces informations détenues ici sont une feuille de route pour débarrasser les États-Unis du COVID-19 en mois, pas en années, peut-être même en semaines. Le succès de cette méthode utilisant la technologie GANS est de 95%.

Des régions clés de l’Iran traitent maintenant avec succès COVID-19. Ces technologies exclusives ont été offertes gratuitement aux États-Unis. Les photos ci-dessous sont les installations de traitement basées sur la technologie de Keshe et leur distribution en Iran:

Distribution aux mosquées.
Nettoyage des rues.

 

 

Production du GANS.

 

La Fondation Keshe et l’Université de la Défense nationale d’Iran invitent les États-Unis à envoyer une délégation médicale en Iran pour examiner leur traitement du COVID-19 basé sur le GANS.

Unité de production du GANS.

 

Production du GANS:autre type d’unité de production.

Vous voyez, l’Iran a un remède magique pour COVID-19, l’un étant distribué gratuitement dans les mosquées, l’autre étant fabriqué par des Iraniens à la maison. Dans les régions de l’Iran où cela a été utilisé, et il y a eu des problèmes dans lesquels nous allons nous pencher, on nous dit que les décès sont désormais nuls et depuis des semaines.

Dans d’autres domaines, des problèmes subsistent.

La clé de cette offre, à laquelle le président Trump n’a pas répondu, et c’est pourquoi elle est publiée maintenant, sinon elle serait toujours hautement classée secrète:

  • Soit quelqu’un a caché cela au président, soit
  • Le président Trump, selon Mehran T. Keshe, n’accepte pas un cadeau qui sauverait des dizaines de milliers d’Américains.

Le rapport de 102 pages décrit leurs données sur le coronavirus et les détails de leur utilisation du GANS (gaz dans un nano état) lié à Keshe pour traiter les patients COVID-19 et éliminer le virus.

Parallèlement à l’offre de ce transfert de technologie, sans aucune condition, il existe également une offre politique, d’ouvrir un dialogue directement avec le président Trump.

On nous a dit que ce document et l’offre politique ont également été transmis par l’ambassade au président.

Nous mentionnerons également que ce traitement n’a pas été appliqué en Iran sans quelques difficultés de la part de la bureaucratie sanitaire profondément enracinée.

Les photos ici sont extraites du document envoyé directement à Trump.

L’état nanométrique d’un GAZ «CAPTURÉ» et CONCENTRÉ est déjà à l’état plasmatique magnétique-gravitationnel, qui émet ses propres champs d’énergie magnétique plasma en rotation, tout comme le Soleil, tout en attirant des champs plasmatiques gravitationnels. Un conteneur de GANS contient essentiellement des millions de soleils.

Ce flux d’énergie de rotation est dirigé par des bobines nanocouches magnétiques et gravitationnelles placées intentionnellement montées dans une unité MAGRAV. C’est l’interaction des champs MAGRAV entre les nano-plaques et d’autres matières qui crée la condition qui permet au GANS de se manifester.

Nous savons maintenant que le GANS est un autre état de la matière à son niveau atomique. C’est la chose la plus proche de la source d’énergie dans cette expérience en ce moment et elle vibre à une fréquence parfaitement équilibrée. Le GANS peut être utilisé pour attirer et repousser ou peut être utilisé pour équilibrer un autre champ similaire. Il contient une ou des notes parfaitement accordées qui permettent aux systèmes du corps de se réaccorder ou de se concentrer.

 

 

Types de GANS. Tout peut être converti en fait dans un état GANS. Le principal GANS de cette technologie est le Co2 / ZnO issu de la méthode des plaques de cuivre et de zinc, mais d’autres métaux peuvent être utilisés, puis des matériaux non métalliques tels que le calcium, les aliments, l’eau de mer, le sol, etc. peuvent également être fabriqués.

Une fois que vous avez un GANS, le gel de base peut être utilisé, ou il peut être séché en pâte ou en poudre, selon l’application envisagée. La tête d’eau distillée au-dessus d’un gel de gans décanté est appelée eau GANS, et l’eau qui a été chargée par les solutions GANS adjacentes est appelée eau plasma: ainsi, le GANS, l’eau GANS et l’eau plasma peuvent tous être utilisés pour les diverses applications.

Source :

Breakthrough: Tuesday 4:20 PM, Vienna, America is given a COVID cure, Will it be withheld?

The same offer stands for Israel, during her current COVID 19 crisis

Gordon Duff, Senior Editor

Veterans Today

9 juillet 2020

——————————————– 

Inquiet pour le Coronavirus ?

Un physicien nucléaire iranien a trouvé une solution. Meheran Tavakoli Keshe a découvert que les virus peuvent perdre leur énergie et se déconnecter de la cellule humaine. Dans la nouvelle science du plasma, il enseigne que le virus est porteur d’un champ magnétique gravitationnel. Et en utilisant le GaNS (Gaz à l’état nano solide), il a pu drainer l’énergie du virus et l’éradiquer.

Malheureusement, la communauté scientifique prend trop de temps pour avancer, de nombreux processus sont nécessaires pour que la recherche soit validée. Nous n’avons pas le temps pour cela. Pendant ce temps, beaucoup de gens meurent. Cependant, M. Keshe a enseigné comment les gens peuvent prévenir et éradiquer le Coronavirus à un coût presque nul et avec des objets que l’on trouve chez soi. Il suffit de quelques fils de cuivre, un morceau de zinc, de l’eau salée et d’une petite batterie.

Il a donné le nom « 1Cup-1Life » à sa découverte, parce qu’elle a le pouvoir de sauver la vie de ceux qui l’utilisent. La 1Cup-1Life a été testée à grande échelle par des personnes infectées en Chine, en Iran, et dans d’autres pays. Tous les tests sont très positifs ; et 2 hôpitaux l’utilisent déjà en Iran et en Chine.

Pour plus d’informations sur la fabrication de la 1Cup-1Life,

visitez le site web : fr.kfwiki.org

https://plasma-laurentides.org/en/1cup1life-fonctionnement/ 

Le protocole de soin https://plasma-laurentides.org/wp-content/uploads/2020/02/1C1L-intmanuals-fr.pdf

https://plasma-laurentides.org/en/protocoleperso/

Quelques sites internet qui diffusent les enseignements relatifs à la science du plasma découverte par Keshe :

https://keshe.foundation/

https://plasma-laurentides.org/

https://www.essenceplasma.eu/la-fondation-keshe/

https://www.nutriliberte.com/keshe-plasma-science/?mobile=1

Et le wiki keshe fr : https://fr.kfwiki.org/wiki/KF_Wiki

pour avoir toujours les dernière mises à jour des tutoriels de fabrication 1c1l 1,2 et 3 :

https://www.facebook.com/groups/893251467725647/permalink/1017635228620603/ 

Quelques groupes FB francophones de gens qui partagent leur expériences, les plus avancés aidant les autres :

Zone cristal : https://www.facebook.com/groups/1057193807624310/

Groupe espace plasma libre : https://www.facebook.com/groups/893251467725647/

Plasma Laurentide groupe : https://www.facebook.com/groups/1057193807624310/

Les dernières évolutions :

La technologie Plasmique a prouvé son efficacité.

Aujourd’hui le virus est compris et maitrisé par cette technologie naturelle qui va agir au niveau de l’âme .

Deux grandes université scientifique dans le monde (en Iran et au Brésil) ont accepté de tester la technologie et d’en étudier sérieusement les effets et les résultats obtenus.

Un courrier à été envoyé aux dirigeants du monde entier pour leur proposer cette technologie :

– à l’efficacité prouvée

– sans aucune contre-indication ni effets secondaires

– très économique

– écologique

– bienfaitrice pour de nombreux autres choses (tous les virus autres que Corona, autres maladies, renforcement de la santé de tous….)

cliquez ici pour lire le courrier envoyé aux gouvernements

Un document scientifique de 90 pages va est mis GRATUITEMENT à disposition de toutes les universités, centre de recherches, gouvernements etc…

Ce document apportera toutes les preuves et explications nécessaire pour déclencher au niveau mondiale une éradication totale du virus et une guérison de toutes les personnes contaminées.

La seule question qui se pose, est de savoir si les autorités compétentes vont reconnaitre et accepter l’utilisation de cette technologie qui ne va pas enrichir une élite mais servir l’humanité.

Seule la propagation de cette information au plus grand nombre pourra empêcher le barrage de ceux qui tirent encore les ficelles.

Cette partie du combat contre le coronavirus dépend de chacun de nous.

Notre devoir et notre responsabilité est de partager l’information au plus grand nombre.

Nous comptons sur vous pour agir et nous vous en sommes immensément reconnaissants

Source : https://www.covid19espoir.com/keshe-la-solution-plasmique

 

 

 

 

 

 

Anarchie politique américaine:Appels à abattre la statue du roi Louis IX à St Louis

Au sommet d’une colline devant le musée d’art situé en plein cœur du plus grand parc de St Louis se dresse la statue de Saint Louis (Louis IX), roi de France. Le monument dédié à celui qui a donné son nom à cette ville de Missouri, le roi français Louis IX, représente le roi à cheval, portant une couronne, un long manteau et une épée dans sa main droite.

C’est la plus majestueuse statue des États-Unis,à mon avis!

Statue du roi Louis IX à St-Louis

 

Erigée il y a 116 ans à Forest Park, cette statue est l’un des monuments les plus connus de la ville.
Maintenant, un groupe d’activistes veut déboulonner la statue car Louis IX aurait persécuté les Juifs, supervisé le brûlage du Talmud [1], publié un ordre d’expulsion contre ses sujets juifs et mené deux armées de Croisade dans des offensives ratées en Afrique du Nord [Voir ANNEXE ci-dessous].
Alors que les statues des leaders confédérés et d’autres personnalités critiqués pour leurs actions racistes tombent à travers le pays, des activistes à St Louis veulent que la statue de Louis IX soit également retirée. Une pétition lancée la semaine dernière appelle la ville non seulement à retirer la statue, mais aussi à changer le nom de la ville.
De leur côté, un groupe de Catholiques locaux défend la statue et un groupe de manifestants a manifesté en soutien à la statue samedi.
« L’impossible devient possible » a déclaré Umar Lee, un activiste local qui a lancé la pétition et qui a également participé à une initiative pour faire retirer un monument confédéré situé juste à côté en 2017.
« Nous en sommes à un moment où nous réinventons les choses et aussi, nous avons un regard sévère sur l’histoire, a-t-il dit. Des monuments n’existent pas dans le passé. Ils existent dans le présent. Il n’est pas nécessaire d’avoir un monument glorifiant l’homme afin de reconnaître l’histoire. Le roi Louis IX restera dans les livres d’histoire quoi que nous fassions à St Louis ».
La pétition qualifie Louis d’ « antisémite enragé  » qui a inspiré l’Allemagne nazie, et l’appel pour le retrait de la statue a reçu des soutiens juifs.
La rabbin Susan Talve, qui a fondé la Central Reform Congregation de la ville, a déclaré que la retirer aiderait à faire avancer la question de la justice raciale aux États-Unis.
« Nous parlons de cette statue depuis longtemps, a-t-elle déclaré, ajoutant que le retrait de la statue serait « un élément très important pour reprendre possession de l’histoire, s’approprier les histoires qui ont créé le racisme institutionnalisé que nous essayons de déconstruire aujourd’hui. Si nous ne sommes pas honnêtes au sujet de notre histoire, nous ne serons jamais en mesure de démanteler les systèmes d’oppression sous lesquels nous vivons ».
Mais comme dans les autres villes où des activistes ont cherché à faire retirer des monuments, l’effort de retrait a entraîné une réaction de l’autre camp. Chaque soir, un groupe  de Catholiques se rassemble à proximité de la statue et récite le rosaire. L’une d’entre eux, Anna Kalinowski, a parlé de la statue comme d’un « remarquable travail artistique ». Elle a souligné qu’elle vénérait Louis IX comme « un homme qui voulait vraiment suivre Dieu et voulait vraiment faire ce qui était juste ». Elle a le sentiment que sa persécution des Juifs devrait être perçue dans son contexte historique.
« Il voulait que les gens deviennent Catholiques parce que l’Église catholique pense que quand vous êtes catholique, c’est la façon de servir totalement Dieu, a-t-elle déclaré. Il croyait en cela de tout son cœur et de toute son âme et il voulait cela pour le peuple juif. Est-ce que nous pensons maintenant que sa manière de faire les choses est mal ? Bien sûr. Je veux dire, chacun a le droit d’avoir son opinion à ce sujet, mais en même temps, nous ne pouvons pas être aussi catégoriques, nous devons être prudents et regarder le contexte historique de ses actions ».
Mais Talva a déclaré que même à l’époque du règne de Louis IX au 13e siècle, il y avait des gens qui pensaient qu’ordonner l’expulsion des Juifs, brûler leurs textes sacrés et mener les Croisades était mal.

NOTES

1-Le Talmud révélé…

 


ANNEXE

Saint Louis l’Africain

Le 24 juillet 1270, en l’an 668 de l’Hégire, le roi Louis IX prenait Carthage, alors modeste citadelle chargée de défendre la grande cité de « Thunes/Tunis ».

Par la seule conquête de Carthage, Saint Louis mériterait, comme Scipion son lointain prédécesseur, de porter le titre « d’Africain ». Mais le terme « Aufrique » évoque bien plus que Didon ou Hannibal : pour un chrétien d’Occident au xiii e siècle, il s’agit aussi et surtout de la terre de saint Augustin et des premiers conciles du christianisme . En posant à double reprise le pied sur la terre d’Afrique, en 1248 et en 1270, Saint Louis a lié son destin à celui du continent.

Saint Louis appartient en effet à l’histoire de l’Afrique autant par ses actes que par les fonctions et les usages de sa mémoire. Le caractère exceptionnel de sa captivité a créé une situation d’observation mutuelle et un espace d’échanges potentiels pour lesquels de nombreuses incertitudes factuelles subsistent cependant. Si le contact n’a pas suscité d’échanges d’objets ou de transferts culturels, il aura au moins été l’occasion d’un échange de récits : en abandonnant son corps en Afrique, Saint Louis y a aussi laissé une part de sa mémoire. Dans les environs de Carthage, on raconte, dans les années 1830 au plus tard, que le roi ne serait pas mort de la peste, mais, converti à l’Islam, aurait vécu comme un marabout, toujours vénéré jusqu’à aujourd’hui sous le nom de Sidi Bou Saïd. 

Ibn Khaldûn (732/1332-808/1406) consacre à Saint Louis et sa croisade tunisienne un chapitre peu commenté de la deuxième partie du Kitab al-Ibâr[Ibn Khaldûn, op. cit. : p. 359-369., qui illustre cependant la connexion qui a pu s’établir dans la mémoire arabe du rîdâfrans (prononciation en arabe de Rois des Francs) entre les boghaz du Nil et les collines de Carthage, entre la prison d’Ibn Luqmân et la mort à Sidi Bou Saïd.

Mais si l’on s’approche à nouveau du tombeau de Sidi Bou Saïd, un détail risque d’attirer l’attention du passant trop curieux :

« Un détail intéressant à signaler ici, est la fleur de lys décorant la clef de voûte de la baie surbaissée de l’entrée [du tombeau du marabout]. L’origine des armoiries reste encore obscure et l’on ne sait si les croisés les ont empruntés aux Arabes, ou ces derniers aux croisés. »

Effectivement présente dans l’héraldique et la symbolique islamique dès le xii e siècle , la fleur de lys est une effigie en partage, sans qu’il soit véritablement possible d’en distinguer l’origine . Le petit signe suspendu ne serait-il pas en revanche la clef de notre investigation ? Une fleur de lys sur le tombeau d’un marabout n’est-elle pas une sorte de détonateur de légendes ? C’est en tout cas une pierre dans le jardin du Père Delattre, si fier de trouver des boucles en bronze en forme de fleur de lys au pied de la colline de Carthage. Le cadavre de Louis IX repose-t-il aujourd’hui dans le village de Sidi Bou Saïd ?

Source : Saint Louis l’Africain, Histoire d’une mémoire inversée, par   Yann Potin