Histoire non enseignée

À LA MÉMOIRE DE CAMILLE BLANC Peu d’algériens ont entendu parler de ce grand monsieur jamais honoré par l’Algérie officielle et pourtant, il avait offert courageusement sa vie pour l’indépendance de notre pays. Lui rendre hommage aujourd’hui est une forme de reconnaissance populaire. Camille Blanc voulait la paix en Algérie et s’appliquait, pour cela, à […]

via Histoire non enseignée. — Salimsellami’s Blog

LE MOSSAD PRÉDIT UN COUP D’ETAT MILITAIRE EN ALGÉRIE

 

drapeaux-israel-nazi

 

 

Société 7 juillet 2016 A LIRE: Révélation de 135 documents secrets Les milieux du renseignement extérieur israélien estiment qu’un coup d’Etat militaire en Algérie est inévitable. Bienvenue à…

Source : LE MOSSAD PRÉDIT UN COUP D’ETAT MILITAIRE EN ALGÉRIE

L’algérie, c’est lui aussi, le grand kateb Yacine — histoireetsociete

je l’ai rencontré un soir chez des amis, dans les coupes de vin l’hotesse avait glissé quelques fleurs de jasmin… mais écoutez le plutôt…

via L’algérie, c’est lui aussi, le grand kateb Yacine — histoireetsociete

Plein feux sur…Si l’Émir Abdelkader vivrait encore,il dénoncerait l’État Islamique

Je suis tombé,comme par hasard,sur des textes écrits par l’illustre émir Abdelkader  qui a vécu au 19 ième siècle et que je considère comme le vrai fondateur de l’état algérien moderne.Il est rafraichissant de lire un homme aussi cultivé et aussi ouvert d’esprit.L’Émir semble avoir respecté la frontière étroite entre la religion,la gouvernance de l’état (la politique) et la science.

Aussi,j’en suis arrivé à la conclusion que s’il vivrait maintenant,il serait un puissant allié de l’occident et se battrait contre les fourbes et les mercenaires obscurantistes de l’État Islamique.C’est le genre d’homme,de culture arabe et de religion musulmane que j’appuierais personnellement,s’il vivrait.Je l’imagine même serrer la main ,à Damas,au président Bachar al-Assad …

Voici donc le texte qui m’a tant fait méditer depuis hier:

 

«Les prophètes ne sont pas venus pour controverser avec les philosophes ni pour annuler les sciences de la médecine, de l’astronomie ou de la géométrie. Ils sont venus pour honorer ces sciences pour que la croyance en l’unité de Dieu n’y soit pas contredite et qu’on rapporte à sa puissance, à sa volonté tout ce qui se produit dans le monde. Les sciences ne sont pas contraires à ce que les prophètes ont révélé. Leur science a pour objet l’éternité ou la création du monde, que la Terre soit sphérique ou plane, que le ciel et ce qu’il y a sous lui soit composé de treize couches ou moins. La chose essentielle est que l’existence du monde vient de Dieu, celui qui affirme que les connaissances scientifiques sont opposées à la religion pèchent contre la religion».


L’HOMME

L'Émir Abdelkader
L’Émir Abdelkader

Abd-El-Kader est né à la Guetna près de Mascara en 1808, élevé dans la zaouïa paternelle dirigée par si Mahieddine, il reçoit une éducation solide qu ‘il complète auprès des maîtres éminents à Arzew et à Oran. Il apprend les sciences réligieuses,la littérature arabe, l’histoire, la philosophie, les mathématiques, l’astronomie, la médecine…  Platon et Aristote, AI-Ghazâli, Ibn Rushd et Ibn Khaldûn lui sont familiers, comme en témoignent ses écrits. Toute Sa vie, il étudie et développe sa culture.

 

Il effectue le pèlerinage à la Mecque avec son père en 1826 et prend contact avec l’orient. Les pèlerins se rendent ensuite à Baghdad pour visiter le tombeau de Sidi Adelkader Djilâni, fondateur de la confrérie al-Qàdiriyya à laquelle se rattache la zaouïa de la Guetna. Ils échappent ainsi aux menaces du bey d’Oran qui a pris ombrage de l’autorité spirituelle de Si Mahieddine et de son fils en Oranie. 

 


LE POLITICIEN  RASSEMBLEUR ET LA GUERRE  À L’ENVAHISSEUR

Émir Abdelkader 005

Après la prise d’Alger en 1830, Si Mahieddine et le jeune Abd-El-Kader participent à la résistance populaire, Abd-El-Kader se distingue par son courage et son intelligence. Les tribus de l’ouest se réunissent et veulent choisir un chef pour détendre le pays. Si Mahieddine , sollicité, s’excuse en raison de son âge et propose son fils Abd-EI-Kader qui fait l’unanimité, il est investi en qualité d’Emir par une grande assemblée réunie près de Mascara, le 21 novembre1832. L’Emir s’engage à diriger la guerre contre l’occupation étrangère, il organise l’Etat national, constitue le gouvernement, désigne les Khalifas pour administrer les provinces, mobilise les combattants, crée une armée régulière! lève les impôts et rend la justice. Il signe le traité Desmichels avec le général d’Oran le 24 février 1834, ce traité reconnaît son autorité sur l’Ouest et le Chelf.  Ratifié par le Gouvernement français, il est mal appliqué. Insaisissable, l’Emir se montre partout et nulle part, son infanterie et Sa cavalerie sont mobiles et efficaces.C’est un fin stratège qui connait le terrain.

Les négociations entre le gouvernement français et l'Émir Abdelkader.
Les négociations entre le gouvernement français et l’Émir Abdelkader.

Le général Bugeaud nommé à Oran négocie un nouveau traité avec l’Emir, le traité de la Tafna est signé le 30 mai 1837. L’Emir contrôle désormais l’ouest, le Titeri et une partie de l’algérois. Il consolide l’état, bâtit des villes fortifiées, fonde des ateliers militaires, soumet les rebelles et les collaborateurs. Le traité donne lieu à des contestations avec le Gouverneur Valée et la guerre reprend en novembre 1839. Bugeaud nommé gouverneur, veut occuper tout le pays, il pratique la méthode de la « terre brûlée’, détruisant toutes les villes, les récoltes, troupeaux… L’Emir résiste avec énergie, remporte de brillants succès comme celui de Sidi Brahim (23 septembre 1845). Mais le pays est ruiné, les tribus sont épuisées, le soutien du Maroc fait défaut. L’Emir décide d’arrêter la guerre et choisit l’exil (décembre 1847). Le Gouvernement français accepte de le transporter en Orient.


L’EMPRISONNEMENT , L’EXIL  ET LA MORT

 

Photo  d'époque.
Photo d’époque.

L’engagement français n’est pas respecté. L’Emir est conduit à Toulon, puis à Pau et Amboise. Il est considéré comme prisonnier d’état jusqu’à octobre 1852, date à laquelle Napoléon III vient enfin le libérer. Il s’embarque pour la Turquie et s’installe à Brousse, puis se fixe définitivement à Damas où il reçoit un accueil triomphal. En dehors de quelques voyages et d’un nouveau pèlerinage, il ne quitte plus la Syrie et consacre son temps à la méditation, à la prière, à l’enseignement et aux oeuvres de bienfaisance. En 1860, les émeutes de Damas lui fournissent l’occasion de s’illustrer comme un personnage hors série. Il sauve des milliers de chrétiens du massacre et fait reculer les émeutiers. Plusieurs chefs d’Etat lui adressent des félicitations et des décorations, notamment ceux d’Angleterre, de Russie, de France… Célèbre et honoré, il s’éteint à Damas le, 26 mai 1883. Une foule considérable assiste à ses funérailles.

En 2015,il manque un Émir Abdelkader sur notre planète …!

 


L’ÉCRIVAIN
L’Emir a beaucoup écrit. On peut citer notamment :

1-Dhikrâ al-âqiI, traduit en 1856, puis de nouveau en 1977 cette seconde traduction de R. KhawAm porte le titre de ‘lettre aux français’ ( réedit. Rahma. Alger). L’Emir y fait preuve d’une grande culture.

2 – AI-miqràdh aI-hâdd (réed. Rahma. Alger). Il s’agit d’une réfutation de ceux
qui s’attaquent àl’islam.

3 – AI-Sayra aI-dhàtiyya (autobiographie), éditée à Alger (Dar-al-Umma)

4 – AI-mawâqif (médiations mystiques) édit, de Damas et d’Alger (ENAG. 1996) 3 volumes.

5 -La correspondance dispersée dans plusieurs ouvrages ou dans les bibliothèques et qu’il faudrait éditer.

Mystérieuse disparition de 35 algériens à l’aéroport de Rome

Des policiers italiens patrouillent l'aéroport de Rome.
Des policiers italiens patrouillent l’aéroport de Rome.

 

L’affaire a mis les services de sécurité italiens en état d’alerte. Trente-cinq Algériens en provenance de pour rejoindre Alger via la capitale italienne ont disparu de manière inexpliquée à l’aéroport international de Rome.

Ces voyageurs, qui ont effectivement pris l’ d’Istanbul vers Rome, n’ont pas rejoint Alger ni quitté officiellement l’enceinte aéroportuaire italienne, affirme l’agence de presse italienne ANSA selon laquelle la crainte des services de sécurité est d’autant plus grande que cette mystérieuse disparition de ressortissants Algériens intervient en pleine alerte Isis pour faire face à la menace terroriste de plus en plus forte en et dans tout le Bassin méditerranéen.

Ces «fugitifs», comme les qualifie la presse italienne, seraient, selon le quotidien italien Il Messaggero, sortis «clandestinement» de l’aéroport de Rome en enfilant tout simplement des tenues qui ressemblaient à celles du personnel au sol et d’entretien de cette enceinte aéroportuaire. Selon le rapport de la des frontières italienne, ces Algériens descendus de l’avion à l’aéroport de Rome pour prendre une navette vers Alger auraient ainsi trompé la vigilance des services de sécurité pour échapper au contrôle des documents.

Ce qui a été considéré comme «une catastrophe» par la police censée empêcher toute tentative d’entrée illégale dans le territoire italien. D’autres sources citées par les médias italiens ont indiqué que ces Algériens auraient quitté l’aéroport en escaladant les murs. Mais jusque-là aucune explication précise n’est donnée.

En raison de leur lien de provenance, à savoir la Turquie, pleine actuellement de «» partis combattre le régime de Bachar Al-Assad grâce bien entendu à la bénédiction de l’, les services de sécurité italiens craignent que ces Algériens ne soient pas des candidats à l’immigration clandestine. Ils redoutent qu’ils soient plutôt des « chargés de préparer des attentats en Italie».

C’est pour cette raison que toute l’Italie est actuellement en état d’alerte, explique ANSA. Cela même si des experts privilégient pour le moment l’immigration clandestine et la traite des personnes. C’est le cas de l’éminent spécialiste Andrea Margelletti, président du CESI (Centre d’études internationales) qui affirme que les «disparus» de l’aéroport de Fiumicino seraient liés à la traite des personnes, l’immigration illégale et le crime organisé.

En entendant de résoudre l’énigme de ces disparitions, cette affaire à la Une de la presse italienne depuis plusieurs jours a au moins le mérite de démontrer l’existence de failles importantes dans le système de sécurité de la police italienne.

Algérie Patriotique

Via  http://fr.whatsupic.com/nouvelles-politiques-monde/1412599693.html

Vidéo:Albert Camus ,l’humaniste désenchanté

 

Albert Camus, né en 1913, grandit en Algérie où il fait ses débuts littéraire et devient journaliste. Installé à Paris pendant l’occupation, il intègre la résistance, devient rédacteur du journal « Combat » et publie ses premiers ouvrages. Après la Libération, son roman « La Peste » le consacre mondialement, mais ses critiques du totalitarisme lui valent l’opprobe de la gauche. A partir de 1954, l’humaniste désenchanté, déchiré par la Guerre d’Algérie, se voit reproché son rejet du nationalisme algérien. Trois ans plus tard, il obtient le prix Nobel de Littérature. Le 4 janvier 1960, agé de 47 ans, il trouve la mort dans un accident de la route.

Nouvel Ordre Mondial: le prochain objectif est l’Algérie

Vers un scénario  ressemblant à celui de la Syrie.
Vers un scénario ressemblant à celui de la Syrie.

 

Algérie : Vers un scénario syrien ?

Comme annoncé dans l’une de nos précédentes communications : « Algérie : Prochaine cible du projet sioniste en Afrique ! », le scénario de l’entité sioniste se poursuit sans cacher, le moins du monde, son intention interventionniste vers le nord de l’Afrique.

Il y a déjà plusieurs mois que les Etats-Unis, après avoir classé l’Algérie comme « pays à risque pour la sécurité des diplomates », ont implanté des installations militaires avec contingents de marines, à la pointe sud de l’Espagne.

Des rapports de renseignements indiquent que des terroristes s’activant sous les ordres d’un chef salafiste palestinien, ont réussi à percer un nombre important de tunnels à travers la montagne de Chaâmbi (massif montagneux tunisien à quelques kilomètres de la frontière algérienne), avec le financement et le soutien logistique d’un pays du Golfe persique. Toutefois, les autorités algériennes restent vigilantes. Ces mêmes rapports affirment que des tunnels ont déjà été creusés par centaines, au niveau de la bande frontalière algéro-tunisienne.

Ces rapports ont conduit les autorités algériennes à déployer des milliers d’hommes des forces armées à la frontière algéro-tunisienne, pour lutter contre ces groupes terroristes, de plus en plus actifs dans cette zone. Toujours d’après ces renseignements, la mobilisation de centaines de jeunes « djihadistes » à la montagne de Chaâmbi est financée par certains pays du Golfe persique qui veulent, à tout prix, que l’Algérie et la Tunisie connaissent le même scénario que la Syrie !

Les mêmes rapports estiment le nombre des terroristes actuellement présents au Djebel Chaâmbi à plusieurs centaines et affirment qu’il y existe un centre de formation pour les groupes terroristes également financé par un pays du Golfe persique, ainsi qu’une « base » pour attaquer le territoire algérien et faciliter leurs incursions en profondeur sur le territoire national. Face à cette grande menace, l’Etat algérien a déployé un vaste dispositif sécuritaire constitué de plusieurs milliers de soldats appuyés par d’autant de gardes-frontières (GGF).

Mieux, l’Algérie s’est dotée d’armes très sophistiquées acquises auprès de son fournisseur traditionnel, la Russie, afin de lutter efficacement contre les incursions terroristes. Par ailleurs, ce qui inquiète vivement les deux Etats algérien et tunisien, ce sont les cellules dormantes d’al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui n’ont toujours pas été démantelées…

Ce qui s’est passé en Algérie dans les années 1990 s’est répété en Egypte, l’année dernière et se répète partout où l’entité sioniste intervient au nom du « droit à la vie des populations concernées », CQFD en Libye, en Côte d’Ivoire, en Centrafrique, au Mali : tous désintégrés, découpés et finalement partitionnés ! Par ailleurs, au même moment, sous forme d’amendements, la loi anti-terroriste était rediscutée au Congrès américain avec, comme objectif affiché, de permettre l’intervention des Forces armées, sans consultation préalable, en… Afrique du Nord !

Le peuple algérien a suffisamment souffert, c’est un peuple fier qui a su résister au colonialisme français et qui, en tant que prochaine cible, ne doit pas tomber dans le piège de la division orchestrée par l’USraël.

Source:Parti Anti-Sioniste