Troisième Guerre Mondiale en préparation:Après la Syrie et la Libye, la Turquie ouvre un nouveau front anti-russe en Arménie

À la suite des pourparlers à Ankara avec le vice-ministre azerbaïdjanais de la Défense, Ramiz Tahirov, qui est également le chef des forces aériennes de cette république riche en pétrole, le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a déclaré que l’Arménie « paierait pour ses actions ».
La coalition tripartite Azérie-turco-israélienne, soutenue par l’OTAN,  contre la petite Arménie  se heurtera cependant à la Russie, qui ne tolèrera pas un nouveau conflit sur sa frontière sud.

« Le président turc Recep Tayyip Erdogan est en contact avec son homologue azerbaïdjanais Ilham Aliyev. Le dirigeant turc suit de près les évolutions», a décadré Akar.
«Nous condamnons fermement l’attaque ignoble qui s’est produit dans la région de Tovuz en Azerbaïdjan. La douleur de l’Azerbaïdjan est notre douleur. La mort des militaires de l’armée azerbaïdjanaise ne restera pas sans réponse », a déclaré le chef du ministère turc de la Défense, Hulusi Akar, avertissant de représailles imminentes de la part Turquie.
Selon le site d’information russe Avia-pro, la Turquie semble avoir mobilisé son armée de l’air, surtout ses avions F-16, afin d’intervenir éventuellement dans le conflit entre les deux républiques de l’ex-Union soviétique. Étant donné la supériorité de la Turquie sur les capacités militaires de l’Arménie, il s’agit pour Erevan d’une menace on ne peut plus grave.
« Il est fort probable que la Russie ne souhaite que le rôle du pacificateur pour le moment, et ne souhaite que voir se réconcilier l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Mais au vu de l’animosité et des menaces du gouvernement turc, Ankara, motivé par l’idée nationaliste de créer un nouvel Empire ottoman, souhaiterait alimenter le feu de la discorde à travers des paroles provocatrices », ajoute la source.

Israël avec la Turquie contre la Russie

Des drones israéliens impliqués dans le conflit Arménie/Azerbaïdjan: la Russie passera-t-elle à l’acte pour les contrer? Une chose est sûre : le régime israélien tente, de concert avec les USA, de mettre les bâtons dans les roues de la Russie, d’embraser le flanc sud russe et ce, de concert avec l’OTAN, ne serait-ce que pour compromettre la désormais avérée présence russe au Levant. La raison? La Russie refuse de voir dans ses liens avec Israël autre chose qu’un frein aux sursaut d’une entité belliciste. Durant les quatre jours de conflits sporadiques dans les régions frontalières, la majorité des attaques de l’armée azerbaïdjanaise contre les positions arméniennes ont été menées par des drones et des missiles anti-blindés israéliens, selon des sources arméniennes. Pour une Arménie qui s’apprête à ouvrir l’ambassade d’Israël à Erevan c’est un avertissement. 

 

« Le conflit qui a éclaté la semaine dernière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan est étroitement lié aux activités d’Israël », dit d’ailleurs le ministre arménien des Affaires étrangères.
La tension entre ces deux voisins du Caucase remonte aux premières années après l’effondrement de l’ex-Union soviétique, les deux réclamant la souveraineté sur la région de Karabakh. N’empêche que rien n’indiquait l’imminence d’une escalade et que celle-ci a presque surpris tout le monde au point de pousser certains analystes à y voir un troisième front anti-russe ouvert par un OTAN/US déjà en pleine activité contre Moscou en Syrie, en Libye. 
De façon traditionnelle, l’Arménie est tout au long de ces années, soutenue par la Russie tandis que l’Azerbaïdjan bénéficie du soutien turc, bien que ni Moscou ni Ankara ne soit jamais intervenu directement, laissant les deux pays régler leurs problèmes via le dialogue. La Russie compte deux bases militaires, Erebuni dans le centre et Gymuri dans le nord-ouest de l’Arménie et ses Mig-29 déployés dans ces bases ont la mission de protéger la sécurité aérienne d’Erevan voire tout l’espace aérien arménien. Mais Moscou n’est jamais intervenu directement dans le conflit de Karabakh pour ne pas blesser la République d’Azerbaïdjan à laquelle elle a d’ailleurs vendu ces dernières années, un nombre considérable d’armements sophistiqués dont les systèmes de défense aérienne S-300 et Buk-M2. Cette nouvelle flambée de violence s’est assortie quelque part par des menaces d’attaques azerbaïdjanaise contre les installations vitales de l’Arménie dont sa centrale nucléaire. Et ce fut là que le rôle d’Israël a été porté au grand jour.
« Les armes israéliennes sont utilisées contre la population civile du pays, ce qui impliquera évidemment certaines mesures. La question est qu’Israël vend à l’Azerbaïdjan des armes meurtrières que l’Azerbaïdjan peut facilement utiliser contre les infrastructures civiles et la population », a ainsi lancé à la presse l’attachée de presse du ministère arménien des Affaires étrangères Anna Naghdalyan. 
Pour les stratèges de l’axe US/OTAN/Israël, il est grand temps que la Russie se sente menacée son propre territoire, au Caucase par exemple, ne serait-ce que pour lâcher la prise en Libye, en Syrie voire en Afghanistan. 
Mais l’implication israélienne dans ce conflit et son synergie avec Ankara, ne risque-t-elle pas de lui coûter chère? Au cours de la semaine du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, l’armée arménienne a réussi à abattre au moins 15 drones, dont la grande majorité sont israéliens. Parmi les drones israéliens abattus, il y a deux Sky Striker, un Orbiter 3 et un Hermes 900, signe que la DCA russe est bien active et au contraire des assertions de l’armée sioniste en Syrie, elle est bien précise et bien puissante. L’armée arménienne est équipée de missiles Iskander et de chasseurs Su-30 russes, soit des armements que la Russie possède en Syrie et qui par considérations pour Israël, elle s’est refusée d’employer. Certains milieux évoquent les mesures que l’Arménie adoptera contre Israël dans les prochains jours et n’excluent pas que la Russie vienne au secours de l’Arménie. Après tout Erevan a envoyé ses forces spéciales en Syrie appuyer les Arméniens syriens d’Alep. La grande surprise pour Israël pourrait être « russe » et elle pourrait non pas venir de l’Arménie mais bien de la Syrie. Le S-400 en Syrie n’attend que tirer.
Source : Presstv

————————————————–
Un bref aperçu des récents développements en Libye:

Les avions de transport militaire turcs ont intensifié leurs vols vers la base aérienne d’al-Watiyah. Au moins 4 vols ont été effectués au cours des derniers jours;
     Le GNA basé à Tripoli a envoyé de nouveaux renforts en première ligne à l’ouest de Syrte;
     Le porte-parole de la salle d’opération de Syrtefra du GNA a annoncé que le GNA se prépare à une avance sur les deux villes;
     Les tensions au sein des factions de l’ANL se poursuivent dans la région d’al-Brega. La brigade Al Saiqa exige la libération de ses membres détenus par la police.

——————————————————-

Un bref aperçu des récents développements en Syrie au 20/07

 

Une explosion s’est produite dans la ville d’Al-Qamishli, dans le gouvernorat d’al-Hasakah;
     Une explosion de voiture piégée a tué au moins 3 civils et blessé plusieurs autres dans la ville de Sajo, au nord de la ville d’Azaz;
     Un engin explosif improvisé a explosé dans un centre électoral de la ville de Busr Al-Harir dans le gouvernorat de Daraa;
     L’artillerie de l’armée arabe syrienne a bombardé des positions militantes près du village de Tal Wasit dans le gouvernorat de Hama;
     Selon l’ANHA, deux civils ont été blessés par des tirs d’artillerie turcs dans le district de Qamishli du gouvernorat d’al-Hasakah;
     460 personnes détenues dans le camp d’Al-Hol ont été libérées par les FDS des villes d’Al-Baghuz et de Susah.

———————————————————
Un bref aperçu de l’évolution récente au Yémen

 

Des avions de combat de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite ont effectué 6 frappes aériennes dans la région de Nate;
Des avions de combat de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite ont effectué 6 frappes aériennes dans la région de Majzar;
     La salle des opérations des officiers de liaison et de coordination (fidèle à Ansar Allah) a signalé 112 violations du cessez-le-feu à al-Hudaydah au cours des dernières 24 heures;
     Des manifestations en faveur de la déclaration d’autogestion du Sud par le Conseil de transition du Sud ont eu lieu à Mukalla;
     La coalition dirigée par l’Arabie saoudite continue de détenir vingt navires transportant des dérivés du pétrole qui se rendaient au Yémen. Ce blocus contribue à la crise humanitaire au Yémen. 
Source : South Front

Cette photo prise au Yémen parle d’elle-même!

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Renverser la statue de la liberté

Au cours des dernières semaines, un certain nombre de statues publiques aux États-Unis (et un certain nombre en Europe) ont été défigurées et renversées. Les personnages historiques qui ont servi à définir l’Amérique sont en train d’être effacés de la mémoire publique. Des statues de Christophe Colomb (alias Cristobal Colón) ont été renversées à Boston, Richmond et St Paul. Des statues de Thomas Jefferson et de George Washington ont été renversées en Oregon. À New York, des fonctionnaires ont approuvé le déplacement d’une statue de Teddy Roosevelt, qui était un homme brillant, une figure très impressionnante et le président américain le plus populaire de tous les temps. Tous ces personnages historiques sont accusés de divers péchés, au premier rang desquels celui d’être des hommes blancs, et donc par définition racistes et misogynes – une accusation qui est, en soi, purement raciste et sexiste.

On prétend qu’il existe deux types de racisme/sexisme. Celui dont les hommes blancs sont accusés est une abomination, tandis que celui pratiqué par les victimes supposées du racisme/sexisme des hommes blancs est bon et approprié. Il est clair qu’il y a deux poids, deux mesures et l’application d’un double standard est automatiquement une injustice qui doit être réparée. C’est un principe qui, s’il est sacrifié au nom de l’opportunisme politique, conduit inévitablement à l’effondrement politique et à la guerre civile.
Ce qui est en jeu, c’est le principe de la démocratie – dans ce cas, la démocratie majoritaire, qui est celle à laquelle les États-Unis ont aspiré, dans laquelle la majorité des électeurs prennent des décisions contraignantes au nom de toute la population. Il y a aussi la démocratie de consensus, qui fonctionne pour de petits groupes (jusqu’au nombre de Dunbar cad 150 participants) mais pas pour les grandes nations. Et puis il y a la démocratie autoritaire, qui a été populaire auprès des fascistes, de Napoléon Bonaparte, de Joseph Staline et de divers autres dictateurs, et qui a fourni une feuille de vigne du consensus public (imposé) pour leur agression directe contre leurs propres populations. C’est la tendance actuelle aux États-Unis, où l’autoritarisme est le fait de l’establishment du parti Démocrate, des médias , des départements de sciences humaines des universités, des sociétés Internet telles que Facebook et Twitter, et de l’oligarchie financière qui finance et contrôle tout ce qui précède.
Admettre que la démocratie autoritaire n’est qu’un simple placage de propagande sur la réalité de l’autoritarisme élitiste, c’est aussi admettre que l’objectif est la démocratie majoritaire et que, dans une démocratie majoritaire, les minorités ont le choix entre l’intégration et l’exclusion. Pour les minorités qui n’aiment aucun de ces choix, il en existe deux autres : l’extermination et l’expulsion. Cela peut sembler dur, mais c’est ce que la démocratie majoritaire a de mieux à offrir.
La photo culte de la fin du film « La planète des Singes » annonce cet événement marquant de la fin de la liberté en Amérique!
Au cours de leur histoire, les États-Unis ont montré que l’intégration était tout à fait réalisable : les Anglais et les Écossais ont été intégrés automatiquement, puisqu’ils formaient la base ethnique et linguistique du super-ethnos américain. Les Européens du Nord se sont intégrés plus ou moins facilement, et la majorité des Américains blancs sont maintenant d’origine allemande. Les Irlandais, les Européens du Sud et les Européens de l’Est se sont intégrés après quelques difficultés. Diverses autres minorités ethniques ont également trouvé des moyens de s’intégrer.
Ce succès a été en grande partie annulé par les Afro-Américains, en particulier les descendants d’esclaves. À cet égard, les politiques publiques sont passées de l’esclavage à l’exclusion, en passant par la ségrégation, puis par des tentatives timides d’intégration et enfin par un cul-de-sac en matière de développement, où les femmes noires sont payées pour avoir des enfants en l’absence d’hommes noirs, alors que les hommes sont largement exclus de la vie économique et familiale. Ce processus a donné naissance à une sous-culture de ghetto vulgaire, dégénérée et violente, qui s’oppose aujourd’hui violemment à la majorité. Alors que d’autres groupes minoritaires revendiquant le statut de victime ont rejoint la mêlée, il a fourni une grande partie de la passion derrière le retrait des statues.
Il semble donc de plus en plus probable que, dans la plus épique des tentatives de profanation qui ait été faite jusqu’à présent, les portraits de quatre présidents américains gravés sur le Mont Rushmore dans les Black Hills du Dakota du Sud seront retirés. La zone est sacrée pour la tribu Lakota qui revendique cette terre comme la sienne. La sculpture en granit de 60 pieds de haut représentant quatre hommes blancs, oppresseurs colonialistes, est odieuse pour eux et pour tous ceux qui souhaitent faire cause commune avec eux. Leur enlèvement reflétera parfaitement l’explosion des bouddhas géants du VIe siècle de Bamiyan, en Afghanistan, par les Talibans en mars 2001, que le monde entier a condamné comme un acte de barbarie extrême.
Compte tenu de ces événements, une autre sculpture publique massive vient à l’esprit, qui devrait également être retirée. La Statue de la Liberté, qui était un cadeau de la France aux États-Unis et qui orne le port de New York depuis 1886, ne correspond manifestement plus aux valeurs actuellement défendues par les États-Unis et devrait donc être démantelée et renvoyée en France .
Exprimé dans les termes les plus simples possibles, le terme « liberté » incarne l’idée que l’on est libre d’agir à sa guise sans porter atteinte aux droits d’autrui. La liberté d’expression est à la base du concept de liberté, et pour exister réellement, elle doit englober la capacité d’insulter, d’offenser et d’embarrasser tous ceux qui, à son avis, méritent largement un tel traitement. Il y a souvent des limites aux propos incendiaires, et on peut souvent faire valoir que les personnes particulièrement vulnérables, comme les enfants, les personnes âgées et les malades mentaux, doivent être protégées contre les préjudices émotionnels, et que les propos incendiaires ou diffamatoires peuvent être correctement interdits. En dehors de ces cas exceptionnels, toute expression de fait ou d’opinion doit être autorisée ; dans le cas contraire, on peut dire que la Statue de la Liberté n’a plus de domicile dans le port de New York.
Le puissant emblème de la ville de New York
La Statue de la Liberté, en tant que symbole, peut peut-être être utilisée pour inverser ce glissement vers la démocratie autoritaire fasciste en faisant pression pour son retrait selon ce raisonnement. Pour vérifier si la liberté existe toujours aux États-Unis, essayez de porter un visage noir en public, d’utiliser le mot en « n » [négro, NdT] tout en étant blanc, d’utiliser le mot « sodomites » pour décrire les non-hétérosexuels, « uppity women » [prétentieuse, NdT] pour décrire les féministes, etc.
Toutes ces pratiques peuvent être considérées comme offensantes et de mauvais goût, ce qui en fait de véritables cas d’école pour la défense de la liberté. Peu de gens ont la capacité d’être doux, polis et inoffensifs tout en parvenant à exercer leur droit d’insulter, d’offenser et d’embarrasser toute personne qu’ils n’aiment pas. Il y a un choix à faire : soit les Américains doivent à nouveau permettre l’exercice de la liberté d’expression sous toutes ses formes, peu importe qui en est offensé, soit, en bonne conscience, ils doivent consentir à la suppression de la statue de la liberté parce qu’elle n’est plus conforme à leurs valeurs. Un peuple qui se contente de suivre attentivement les ordres pour choisir les mots à utiliser et les pensées à penser n’a pas besoin d’un tel symbole.
À moins que la liberté ne fasse un retour aux États-Unis, le monde sera forcé de conclure que l’expérience américaine est bel et bien terminée. Une blague qui fait le tour des Russes ces jours-ci est que l’agent du Kremlin Donny Trump a reçu deux mandats présidentiels pour détruire l’Amérique et a réussi à le faire en un seul. D’ailleurs, les Russes ne renversent aucune statue. Ci-dessous, une scène de rue dans une petite ville russe que j’ai prise plus tôt dans la journée. 
Nous sommes samedi, et les gens qui circulent étaient là pour assister à une cérémonie, qui vient de se terminer, au cours de laquelle des prix ont été remis aux enfants pour des œuvres d’art et des récitals de poésie à l’occasion de la Journée de la Russie. Notez que la statue de Lénine est recouverte d’une nouvelle couche de peinture. Peu importe que l’idéologie de Lénine ne soit plus du tout alignée sur les valeurs russes contemporaines ; il fait partie de l’histoire de la Russie, et l’histoire de la Russie – toute entière – est sacrée et inviolable. C’est ce qui fait que les Russes sont russes. Et si les Américains détruisent leur histoire… qui seront-ils alors ?
Dmitry Orlov

Décadence occidentale: En Irlande, le ministre des enfants est un pédophile. En Ecosse, on enseigne la sodomie aux enfants

Roderic O’Gorma, ministre irlandais de l’Enfance, a récemment été qualifié de pédéraste déviant. Il a défilé juste à côté du militant britannique des droits LGBT Peter Tatchell lors de la marche Gay Pride de Dublin il y a plusieurs années.
En Ecosse,  d’ici 2021, les écoles du pays incluront des cours sur «l’inclusion» et «l’histoire» du «mouvement» LGBTQ dans leurs programmes.
En Allemagne ou en France ou au Québec, la situation est aussi inquiétante.

Voici les paroles de Tatchell citées par  The Guardian – l’un des plus grands journaux d’Angleterre, qui a été dûment publié, sur la façon dont le viol des enfants est en quelque sorte bon pour eux:

 

PIE signifie Pedophile Information Exchange.

Peter a même écrit un chapitre entier d’un livre favorable au viol des  enfants intitulé The Betrayal of Youth La trahison des jeunes. C’était «Chapitre 9: Remise en question des âges de la majorité et des âges du consentement».

Cette créature, qui appartient au fond d’une tourbière, a même eu l’audace d’essayer de nier sa promotion du viol des enfants. Ces créatures sentent vraiment qu’elles sont intouchables et malheureusement, elles ont quelque part raison. Si notre peuple n’était pas si empoisonné, des créatures comme ce type seraient mises devant un peloton d’exécution.

Il prétend qu’il faisait référence à des enfants ayant des relations sexuelles entre eux et non à des «relations sexuelles» avec des adultes. Je ne pouvais pas trouver une référence à Tatchell étant juif lui-même, mais il est partagé par de nombreuses publications juives et a même une section entière sur les grands pervers juifs sur son site Web de ses fondations

 

Roderic joue maintenant la victime et prétend que c’est « l’extrême droite » qui veut l’abattre. Nous savons tous que qui se ressemblent s’assemblent.

Ce n’est que la pointe de l’iceberg. Ces types psychopathes ont été élevés au rang de Dieu. C’est notre responsabilité de les faire s’écraser. Source
——————————————

Les écoles écossaises se plient au lobby Sodomite, obligent tous les enfants à suivre des cours sur «l’histoire LGBTQ»

D’ici 2021, les écoles du pays incluront des cours sur «l’inclusion» et «l’histoire» du «mouvement» LGBTQ dans leurs programmes.

Dans de nombreux pays occidentaux, les groupes LGBTQ célèbrent juin comme «mois de la fierté». Cela donne lieu à une rhétorique, une propagande et des initiatives plus agressives de la part des groupes de pression LGBTQ. L’Angleterre n’est pas épargnée par ces frasques.

Bien que la «joie» de la «diversité sexuelle» ait été tamponnée en raison de restrictions liées aux coronavirus, le lobby LGBTQ en Grande-Bretagne peut encore célébrer une victoire malheureuse. L’Écosse sera la première nation au monde à inclure des cours scolaires dédiés sur l’histoire des LGBTQ dans ses programmes.

 En novembre 2018, les ministres écossais ont adopté une proposition visant à adopter «l’inclusion LGBT» dans les programmes scolaires pour endoctriner idéologiquement les jeunes enfants et les adolescents. Tous les élèves des écoles publiques recevront une éducation à l’égalité et à l’identité qui comprend du contenu LGBT, comme l’a rapporté EdinburghLive.

«Je suis très heureux d’annoncer que nous sommes le premier pays au monde à inclure l’éducation LGBTI dans notre programme», a déclaré le vice-Premier ministre et ministre de l’Éducation John Swinney, ajoutant: «l’Écosse est déjà considérée comme l’un des pays les plus avancés d’Europe pour l’égalité des LGBTI. « 

Des cours scolaires seront proposés pour différents groupes d’âge et aborderont des questions transversales telles que «l’homophobie», la «bi-phobie» et la «transphobie», ainsi que la promotion de la «sensibilisation» auprès des membres des groupes LGBTQ.

Le «mariage» homosexuel est légal en Écosse depuis 2014 et les partenariats homosexuels sont légaux depuis 2005. L’adoption et les soins par les couples homosexuels sont légaux depuis 2009. Une «loi anti-discrimination» est en vigueur depuis 2010.

Source

L’Allemagne démantèle un énorme réseau pédophile

 

Le dernier scandale qui a éclaté à la toute fin de juin 2020 a révélé 30.000 suspects allemands actuellement sous enquête dans un autre coup de balai massif de la pornographie enfantine à l’échelle nationale. L’unité de cybercriminalité de la région de Rhénanie- Nord-Westphalie fait des heures supplémentaires dans une énorme enquête en ligne après une série de scandales de pédophilie récents dans cet État allemand qui, rien qu’en  2018, a vu 2500 enquêtes sur les abus d’enfants. L’enquête policière a commencé en octobre 2019 avec la première arrestation d’un soldat de 27 ans d’une municipalité près de Cologne condamné en mai 2020, condamné à 10 ans de prison et placé indéfiniment dans un établissement psychiatrique. De toutes les preuves électroniques saisies à son domicile, il est devenu clair que le soldat appartenait à un vaste réseau pédophile criminel, échangeant des informations sur la façon de s’en tirer avec des délits pédo-criminels, s’encourageant mutuellement et prenant des dispositions pour abuser des enfants hors ligne. Un autre cas du même État allemand le plus peuplé de Rhénanie du Nord-Westphalie a fait surface en octobre dernier après qu’un père de 43 ans se soit apparemment filmé abusant sexuellement de sa petite fille, puis a commencé à partager ses vidéos en ligne au sein de cet énorme réseau de pédo-web opérant en Allemagne.

Au même moment où ce gigantesque anneau a été mis au jour, un autre pédo-web international séparé a éclaté avec plus de 300 arrestations dans 38 pays, dont l’Allemagne, la Grande-Bretagne et les États-Unis centrés sur un site Web sombre sud-coréen qui a hébergé un quart de million de vidéos écœurantes d’abus sexuels sur des enfants avec des enfants d’à peine un an. Encore une fois, cette nouvelle confirme la nature mondiale actuelle des abus de pédophilie généralisés qui se répandent à travers la planète.

Un scandale encore plus grand sur la pornographie juvénile sur Internet s’est produit en Allemagne en juin 2017. Une plate-forme Web sombre appelée Elysium a maintenu l’adhésion de 111.000 utilisateurs du monde entier qui ont échangé des photos et des vidéos. En mars 2019, quatre hommes allemands ont été condamnés pour avoir construit et utilisé l’un des plus grands sites pornographiques jamais créés. Pourtant, les peines étaient relativement légères, allant d’un peu moins de quatre ans à près de dix ans de prison. Le pédophile condamné à la plus longue peine a également été reconnu coupable d’abus sexuels sur deux enfants. Le site s’adressait à toutes les perversions – nourrissons et tout-petits, filles ou garçons, choix fétichistes de sodomie et sadomasochisme.

Source : Pedophilia & Empire: Satan, Sodomy, & The Deep State: Chapter 37 Germany’s Exploding 2020 Pedophilia Crisis Kindle Edition

by Joachim Hagopian

 

 

 

 

Moyen Orient:Pluie de missiles et de drones yéménites sur l’Arabie Saoudite

Selon le site web Al-Khabar Al-Yemeni, des militants saoudiens ont déclaré que de puissantes explosions s’étaient produites dans les villes de Khamis Mushait et Abha.
 « Les forces yéménites ont piloté des drones et tiré des missiles balistiques le dimanche 12 juillet 2020, au soir, en direction des villes saoudiennes de Khamis Mushait et Abha », ont rapporté des militants saoudiens sur Twitter.

Des internautes ont qualifié les explosions de puissantes alors que les médias ont prétendu que la DCA saoudienne avait intercepté trois drones dans le ciel de Khamis Mushait.

Le porte-parole des forces de la coalition saoudienne, Turki al-Maliki, a prétendu que l’Arabie saoudite avait intercepté et détruit deux missiles balistiques et plusieurs drones yéménites.

Les sources officielles d’Ansarallah n’ont pas encore réagi à cette nouvelle.
« La base aérienne de King Khalid, qui se situe à Khamis Mushait, a été l’objet des attaques des combattants d’Ansarallah », ont annoncé des militants saoudiens.La base de l’armée de l’air saoudienne King Khalid, qui fait partie de l’une des plus grandes bases militaires saoudiennes, a déjà été attaquée à plusieurs reprises par les combattants d’Ansarallah. La dernière attaque faisait partie d’une vaste opération baptisée la quatrième opération d’équilibrage de dissuasion.
Ansarallah va reconquérir Maarib
Les combattants d’Ansarallah ont été déployés à la périphérie de la province de Maarib, qui se situe à 120 km à l’est de la capitale yéménite Sanaa.

Dimanche, le général Abdullah Yahya al-Hakim, chef du renseignement du ministère de la Défense du gouvernement de salut national yéménite, a déclaré que les forces armées ainsi que toutes les tribus du Yémen, allaient bientôt reconquérir Maarib.
Il a annoncé que les forces armées yéménites se sont déployées aux alentours de Maarib et a mis en garde la coalition saoudienne contre toute offensive contre les installations économiques et pétrolières de la ville.
« Nous sommes en mesure de prendre pour cible toutes les installations pétrolières et économiques des pays agresseurs et de les détruire à un tas de ruines », a-t-il martelé.
Le général al-Hakim a réaffirmé que les forces yéménites avaient fourni une liste des cibles importantes et vitales en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis mais également à Tel-Aviv.
Quant aux succès enregistrés par les forces yéménites en matière de sécurité, il a indiqué que « les forces yéménites se sont infiltrées dans la salle des opérations des pays agresseurs et leurs centres de guerre électronique ».
La libération de la province de Maarib, riche en ressources pétrolières et gazières, revêt une importance toute particulière pour les forces yéménites.

Selon des observateurs politiques, si la province de Maarib tombe, plus aucune zone dans la partie nord du Yémen ne sera occupée par l’Arabie saoudite, ni ses mercenaires affiliés au gouvernement démissionnaire de Mansour Hadi.
Ansarallah sera une force incontestée dans la partie nord du Yémen qui affectera progressivement les équations politiques, sécuritaires et militaires de la péninsule arabique.

Pacte de défense irano-syrien: l’heure de vérité sonne pour Israël
Système de défense antiaérienne Bavar-373

« Qui dit résistance, dit volonté automatique, car la volonté est la condition sine qua non de la résistance. L’axe de la Résistance est entièrement préparé à entrer dans une guerre prolongée dont la dernière en date est la signature d’un accord militaire entre le chef d’état-major des forces armées iraniennes, Mohammad Baqeri, et le ministre syrien de la Guerre, Mohamed Ayoub » a écrit l’analyste Eyhap Choqi cité par Al-Ahed.
« Cet accord prévoit le renforcement de la coopération militaire et sécuritaire entre les forces armées et la poursuite des coordinations. Le général Baqeri, chef d’état-major des forces armées iraniennes, a déclaré que cet accord renforcera notre volonté et notre détermination à coopérer face aux pressions américaines. L’Iran renforcera le système de défense aérienne de la Syrie », a expliqué Eyhap Choqi.

« Bien qu’il ne s’agisse pas du premier accord entre les deux pays, mais étant donné qu’il s’inscrit dans le cadre stratégique de la défense aérienne, il contient un message important », a-t-il poursuivi.
Premier message : la simple signature de cet accord envoie un message important aux États-Unis notamment par rapport à la loi César, car l’une des clauses de cette loi prévoit le retrait de Syrie de ce qu’elle qualifie de milices affiliées à l’Iran tandis que cet accord prévoit des coopérations similaires à celles entre l’Iran et le Venezuela qui subit des sanctions américaines et à la préparation de l’Iran à fournir au Liban ce dont il a besoin si son gouvernement le demande.
Le deuxième message qui est encore plus important que le premier, est que cet accord sur la défense aérienne modifie les règles du conflit, car il contrera les attaques ennemies dans le ciel syrien et créera une dissuasion suffisante, surtout si les systèmes iraniens de défense aérienne Yavar-373 et 3-Khordad y soient déployés.
Troisième message : faire face à la guerre psychologique contre l’axe de la Résistance.
L’accord entre l’Iran et la Syrie rend possible le remplacement du système de défense antimissile russe par les systèmes iraniens de défense aérienne. [1]
Les nouvelles zones de conflits en Syrie constituent des anneaux de la capacité de dissuasion, car premièrement, le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah, a déclaré qu’il ne permettrait pas la famine au Liban. Il a dit avoir créé une nouvelle base pour réponde à la poursuite de l’embargo et les politiques hideux qui visent à mettre dans l’impasse les solutions au Liban ; deuxièmement, l’axe de la Résistance ne se contentera pas d’une riposte. Elle agira de sa propre initiative d’autant plus que l’Iran a brisé les sanctions américaines en envoyant des aides aux pays visés par les sanctions américaines et promettant de répondre à toute attaque.
« Les arrogants ont sans aucun doute reçu ce message, et ceux qui ont compris ces messages ne seront peut-être pas en mesure d’accepter cette nouvelle situation et prendront des mesures creuses et stupides, mais l’axe de la Résistance est prêt à les affronter », a conclu Choghi.
Source : Presstv


NOTES

 1-La Russie a toujours été réticente à l’utilisation, par la Syrie, des défenses aériennes avancées S-300 contre les attaques israéliennes.

 

 

 

Document explosif: de nouveaux liens Trump-Melania-Epstein et une dissimulation massive

La véritable dépendance de Trump a été les prostituées et les stars du porno. C’est aussi sa faiblesse et pourquoi Roy Cohn, Barr, Guiliani et Cohen ont passé une grande partie de leur vie à nettoyer ses dégâts. Nous savons également que Trump ne refusera pas une petite fille quand Epstein en proposera une.

Qui d’autre a partagé Melania?

 

C’est aussi pourquoi 140.000 Américains sont morts et pourquoi l’Amérique se noie.

Snopes.com: « Epstein a déclaré qu’il avait présenté Donald Trump en 1998 à sa future épouse Melania »
Note de l’éditeur : Nous avons confirmé que Jeffrey Epstein possédait une agence de mannequins où il amenait des filles de Slovénie pour être utilisées pour séduire et faire chanter des hommes riches et puissants, selon une nouvelle histoire MSM (grands médias), au nom des services de renseignement israéliens.

 

 

Nous savons également que c’est Jeffrey Epstein qui a présenté Melania à Donald, ce qui est confirmé dans l’histoire MSM ci-dessous. Ces choses sont-elles liées?

#TuckFrump
@realTuckFrumper
Christian Reporter Suggests Jeffrey Epstein ‘Brokered the Sale’ of Melania to Donald Trump
Before we even get into what’s claimed below we want to set out
a few things so that everyone is on the same page.
Tru News is a racist organization that takes journalism down
to its lowest rung. It…politicalflare.com
Christian Reporter Suggests Jeffrey Epstein ‘Brokered the Sale’ of Melania to Donald Trump

 

 

@realDonaldTrump

12 juil. 2020

No, Radical Left anarchists, agitators, looters or protesters will not be knocking down or harming the Washington Monument, the Lincoln or Jefferson Memorials, or just about any other Federal Monumrnt or Statue. If they even try, an automatic 10 years in prison. Sorry!
Photo de profil, ouvre la page de profil sur Twitter dans un nouvel onglet
Firewire
@1Firewire
I heard Roger Stone is celebrating you commuting him by having a “swingers” party for his wife, you know like the ones he used to have at the Capital Couples Club in DC. Will you and Melania be joining in on the fun now that Epstein is gone? Just think it’ll be like old times!
WeThePeople

@PrincessBravato
So did Epstein sleep with Melania back in the day? How did trump get setup with her?
 
Photo de profil, ouvre la page de profil sur Twitter dans un nouvel onglet
#TuckFrump
@realTuckFrumper
Fox News edits Donald Trump — but not Melania — out of Jeffrey Epstein photo

 

Fox News edits Donald Trump — but not Melania — out of Jeffrey Epstein photo
Fox News was caught on Sunday editing President Donald Trump out of a photo in which he appeared with convicted sex offender Jeffrey Epstein. During a segment on the allegations against Ghislaine…
rawstory.com

 

Photo de profil, ouvre la page de profil sur Twitter dans un nouvel onglet
Shelora Fitzgerald
@SheloraFitz
The truth is both Donald Trump and Melania Knauss were involved with Jeffrey Epstein and Ghislaine Maxwell.
Markus Engel
@Markus_Engel_69
En réponse à @realDonaldTrump
You can have your lap dog #Barr fire as many DAs as you want, the truth will come to light. #TaxReturns #trumptax
1
Voir les autres Tweets de Shelora Fitzgerald
Photo de profil, ouvre la page de profil sur Twitter dans un nouvel onglet
Right Wing Watch
@RightWingWatch
Gotta wonder if Rick Wiles will keep getting White House press credentials now that he’s alleging that Ghislaine Maxwell « brokered the sale » of Melania to Donald Trump on behalf of Jeffrey Epstein.
 

Connecter des «points» ou plus que des points, beaucoup plus, impliquant Trump, Epstein et le contrôle israélien de Trump peut et nous pensons que cela a été fatal.

Que s’est-il passé dans le reste du film….?
(cette capture d’écran a été supprimée
à plusieurs reprises des archives VT
via un logiciel malveillant de niveau
de sécurité nationale qui a bloqué le site Web)

Nos gens comme Melania, disent qu’elle déteste Donald. Imagine ça!

Nous ne disons pas que Melania, qui est de Slovénie et est venue aux États-Unis en tant que mannequin, avec une histoire de films douteux, une histoire effacée par la chirurgie plastique et une action extrêmement agressive dans son pays d’origine….
Où est passé le nez?

Nous ne le disons pas du tout, mais nous disons que l’organisation Maxwell / Epstein était une opération du Mossad, ce qui est confirmé ici, sur la base de déclarations faites lors des audiences de confirmation d’Acosta. Du Daily Beast:
« L’affaire Epstein va-t-elle causer un problème [pour les audiences de confirmation]? » On avait demandé à Acosta. Acosta avait expliqué, en toute simplicité, apparemment, qu’à l’époque, il n’avait eu qu’une seule réunion sur l’affaire Epstein. Il avait rompu l’accord de non-poursuite avec l’un des avocats d’Epstein parce qu’on lui avait « dit » de reculer, qu’Epstein était au-dessus de son salaire. «On m’a dit qu’Epstein« appartenait au renseignement » et de le laisser tranquille», a-t-il déclaré à ses enquêteurs lors de la transition de Trump, qui a manifestement pensé que c’était une réponse suffisante et a décidé d’embaucher Acosta. (Le Département du travail n’a fait aucun commentaire lorsqu’il a été interrogé à ce sujet.)
Par «renseignement», ils voulaient dire «renseignement israélien», bien sûr. Ce qu’ils ont oublié de mentionner, c’est que sa cible était les États-Unis.
Trump Modeling did not close it doors until 2017 Tidbit— Epstein’s personal little black book, which was leaked by an employee in 2009, contained 14 phone numbers for Trump, his wife, Melania, and several people who worked for him

 

“He Said Not to Tell Anyone”: How Trump Kept Tabs on Jeffrey Epstein
In the months before he ran for president, Donald Trump was in conversation with National Enquirer owner David Pecker about his old acquaintance, Jeffrey Epstein, and how his sexual abuse scandal…
vanityfair.com

Maxwell venait d’une famille du Mossad, ils ont assassiné son père en 1991 pour avoir tenté de les faire chanter. Nous n’avons jamais pu trouver ce qu’Epstein a réellement fait dans la vie et nous avons vraiment cherché. Nous commençons avec lui quittant le collège sans diplôme et obtenant un emploi d’enseignant du père actuel du procureur général William Barr dans une école exclusive … bien qu’il n’ait pas de diplôme, d’expérience en enseignement, de certification … et était même alors un risque extrême à la Dalton School, cinondé d’intrigues d’abus sexuels.

Vient ensuite Les Wexner… et nous commençons à voir les mouvements vers le 11 septembre, la guerre avec l’Irak et l’effondrement économique en 2008…. Mais cette histoire est tirée du Daily Beast d’aujourd’hui:
« Donald Trump a déjà organisé une fête avec une liste d’invités composée uniquement de lui-même, Jeffrey Epstein et » 28 filles « , selon le New York Times , et a ignoré l’avertissement d’un organisateur concernant la conduite d’Epstein. L’événement «calendrier fille» se serait déroulé chez Trump, à Mar-a-Lago en 1992.
George Houraney, qui dirigeait American Dream Enterprise, a affirmé dans une interview qu’il avait organisé l’événement après une demande de Trump. «J’ai pris des dispositions pour que des concurrents arrivent par avion», a expliqué Houraney. 
– «Lors de la toute première fête, j’ai dit: ‘Qui vient ce soir? 
– J’ai 28 filles qui arrivent. plus lui et Epstein. » 
Houraney a ajouté qu’il avait averti Trump de la conduite de son ami, en se rappelant: «J’ai dit:  Écoutez, Donald, je connais très bien Jeff, je ne peux pas le laisser poursuivre les jeunes filles. »… 
Il a dit: « Écoute, je mets mon nom là-dessus. Je ne mettrais pas mon nom dessus et je ferais un scandale. »» 
Le  rapport du Times affirme également qu’Epstein a dit aux gens depuis les élections qu’il était celui qui avait présenté le président à sa troisième femme, la première dame Melania Trump. La Maison Blanche n’a pas répondu à la demande de commentaires du journal. »
En savoir plus sur TheDailyBeast.com

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Que font les USA des enfants enlevés à leurs parents immigrés ?

 

 

La séparation des enfants et des parents migrants à la frontières américano-mexicaine crée une immense polémique et l’indignation. Un document poignant donne une idée de ce qui se passe pour les enfants. Mais une fois arrachés à leurs parents, sur l’ordre de Trump, que deviennent ces enfants ? Pour les plus chanceux, c’est la prison. Quant aux moins chanceux, ils sont vendus aux filières pédophiles américaines. Malgré les apparences, dans ce domaine du trafic d’enfants pour le sexe, Bill Clinton, Barack Obama ou Donald Trump, c’est kif kif. La pourriture pédophile touche toute « l’élite » washingtonienne, Démocrates et Républicains.

Des cages comme celles-ci contiennent jusqu’à 20 enfants.

 

Des enfants séparés de force de leur parents  La polémique fait rage aux Etats-Unis et dans le reste du monde à propos de ce qui ce passe à la frontière américano mexicaine. Au mois de mai, l’administration Trump a lancé sa politique de « tolérance zéro » sur l’immigration.  Les clandestins qui sont arrêtés à la frontière avec leurs enfants sont systématiquement séparés d’eux.  Cela pour dissuader les migrants de venir.  Les enfants sont mis dans des grandes cages à l’intérieur de supermarchés reconvertis ou de grands bâtiments.

Un document audio a été remis à un site d’investigation américaine Pro publica .

Deux mille trois cents enfants de tous âges seraient dans ces centres, ces cages et les assistantes qui s’occupent d’eux se compteraient sur les doigts de la main.  Dans ce document qui dure près de huit minutes, on peut entendre l’histoire d’une petite fille qui demandent désespérément à téléphoner à sa tante, ses parents lui ont faire apprendre le numéro par cœur.  Pro publica explique que la personne qui a remis l’enregistrement est un travailleur social qui a voulu rester anonyme par craintes de représailles.  Cette séparation décidée par l’administration Trump a créé le malaise jusque dans la majorité du président américain.

 

Le trafic d’enfants pour les filières pédophiles (source VT)

Il y a deux routes secrètes principales pour le trafic des enfants volés, une en Europe et une en Amérique. En Amérique, elle va de New York à Washington en passant par la Floride, trois endroits où l’application de la loi et les tribunaux ne sont ni autonomes ni libres. Les tribunaux de Washington DC ont été mis sous la coupe des néocons depuis les scandales pédophiles de Franklin, qui ont menacé de faire tomber une présidence [1].

La Floride est aussi totalement sous leur contrôle. Les tribunaux, les services de police locaux, les élections du shérif, sont totalement corrompus. New York est de la même nature corrompue, avec de l’argent liquide provenant de la drogue venant de Montréal, en passant par Albany grâce à la Casher Nostra , mafia juive portant la kippa et l’AK 47, jusqu’aux cachettes de l’empire Trump / Kushner.

 

Les «élites» , comme ils aiment s’appeler, qui possèdent la Réserve fédérale, qui dirigent Washington et Londres, qui commencent nos guerres, pillent notre économie, dirigent nos médias, contrôlent nos vies , suivent un régime d’abus sexuels, d’hormones sexuelles et d’amphétamines.

Leur « alimentation » en enfants volés provient des frontières (l’Administration Trump arrache de force les enfants à leurs parents immigrés illégaux), de familles détruites par des stupéfiants ou de familles pauvres ciblées par de fausses « cours de justice » et de « fausses » polices. Les enfants saisis par les «services familiaux» sont ramassés et nourris dans des usines à viol et à meurtre, dont les commanditaires sont des sionistes néocons.

À cela s’ajoutent les gamines provenant du « circuit de beauté » et des faux «mannequins» d’où provient Madame Trump, ramassant les filles de l’Europe centrale et orientale dont les gouvernements sont compromis: Slovénie, Bulgarie, Roumanie, Ukraine (maintenant), Croatie et Slovaquie. Les trafiquants prévoient d’ajouter le Monténégro et la Serbie à la liste.

Pour Washington, cela a toujours été des filles préadolescentes jusqu’à l’ère Reagan où la «mafia gay» des néocons a pris le relais. C’est à ce moment-là que Trump et Epstein  sont arrivés au pouvoir en tant que «fournisseurs du leadership américain».

Les enfants qui frappent à la frontière américaine, venant des Amérique Centrale et du Sud, et qui appartiennent à 100% à Trump, sont ramassés comme de la viande, les « premiers enfants » sont envoyés à des cercles pédophiles dirigés par des copains de Trump, pour être échangés autour des brasseries du Pentagone, du Tea Party et les fidèles Républicains. Ils sont stockés dans des «camps» de chasse d’élite et dans des «retraites religieuses»[2] appartenant à des milliardaires et à de grandes entreprises donatrices.

Les gangs liés à l’ICE (  Immigration and Customs Enforcement  agence fédérale de police aux frontières des États-Unis) sont maintenant officiellement habilités à simplement faire «disparaître» des enfants qui arrivent à la frontière américaine, peu importe les circonstances, avec ou sans leurs parents. Ce n’est tout simplement pas légal. La constitution est très spécifique à ce sujet, la procédure régulière et les droits constitutionnels s’appliquent à tous, citoyens et non-citoyens.

Selon le Congrès, l’année dernière 1475 enfants ont officiellement « disparu » alors que des milliers d’autres n’ont jamais été enregistrés. Ce sont, en utilisant le langage de Trump, les  » Sportin’ kids,”, ceux jugés « utilisables » par les élites qui jouissent en humiliant et en détruisant un petit corps humain. Au milieu de cet horrible trafic, se trouvent les leaders des groupes chrétiens évangéliques à travers l’Amérique (fervents souteneurs d’Israël), les prédicateurs de la télévision mélangés avec les dirigeants du secteur pétrolier, les propriétaires de journaux, les professeurs de droit de Harvard et les «voyous» de Washington DC qui sont payés pour mentir.

Du Washington Post, 29 mai 2018:

Le président américain Donald Trump a faussement défendu la politique de son administration consistant à séparer les familles sans-papiers à la frontière américano-mexicaine en accusant les législateurs du parti démocrate au Congrès.

« Je déteste qu’on emmène les enfants. Les démocrates doivent changer leur loi. C’est leur loi « , a déclaré Trump vendredi en parlant à un groupe de journalistes à l’extérieur de la Maison Blanche. Cependant, aucune loi américaine ne prévoit de séparer les enfants de leurs parents qui entrent illégalement dans le pays.

« Le procureur général Jeff Sessions suit les lois, très simplement, qui nous ont été imposées par les démocrates« , a déclaré Trump.

« Mais aucune loi ne dit que les familles doivent être séparées à la frontière », a répondu un journaliste.

Près de 2 000 enfants immigrants ont été séparés de leurs parents sur une période d’environ six semaines en avril et en mai, selon le Department of Homeland Security.

Ce chiffre représente une hausse spectaculaire des quelque 1.800 séparations familiales d’octobre 2016 à février 2018.

Actuellement, plus de 10 000 enfants sont détenus aux États-Unis.

La politique actuelle de séparation des familles de l’administration Trump a été annoncée le 6 avril 2018 et est entrée en vigueur en mai. Auparavant, les personnes entrées illégalement dans le pays et qui n’avaient pas de casier judiciaire étaient détenues ou renvoyées pour expulsion, et les mères et les enfants restaient généralement ensemble.

Les démocrates ont condamné le nouveau processus, le qualifiant d’inhumain et de cruel. « Ce n’est pas une politique de tolérance zéro – c’est une politique zéro-humanité », a déclaré le sénateur Jeff Merkley, qui a récemment visité les centres de détention au Texas pour voir où les enfants immigrants étaient détenus.

Une fois séparés, les enfants sont traités comme des mineurs non accompagnés par le ministère de la Santé et des Services sociaux, qui les héberge dans des établissements gouvernementaux, les place dans des familles d’accueil temporaires ou les confie à des parrains adultes aux États-Unis.

Les mesures prises par le gouvernement pour séparer les familles ont été largement décriées par les Nations Unies, les professionnels de la santé et une large bande de chefs religieux américains.

L’île aux esclaves sexuelles et le Lolita Express

Nous avons vu que Bill Clinton était un habitué de l’île aux esclaves sexuel(le)s de Jeffrey Epstein . Mais, comme beaucoup de gens de l’élite qui intéressent Israël, Trump lui-même a des liens avec Epstein, le milliardaire démocrate et pédophile reconnu coupable d’avoir des esclaves sexuels mineures dans son avion privé (Lolita Express) et dans son île privée appelée l’île aux esclaves sexuelles « Sex Slave Island« . Epstein étant agent un haut placé du Mossad, il est quasiment intouchable, malgré toutes les casseroles qu’il traine. Les Sionistes utilisent cet avion et cette île pour y attirer leurs cibles et les tenir ensuite par le change grâce aux vidéos compromettantes. Trump n’échappe pas à la règle : il est à la fois maître chanteur et victime. C’est aussi pour cela qu’il fait passer les intérêts d’Israël avant ceux des États-Unis.

Voici au moins sept liens entre Trump et Epstein qui confirment cela : (Source)

  1. Trump lui-même a déclaré qu’il « éprouvait beaucoup de plaisir en compagnie d’Epstein » a lot of fun to be with,” ajoutant qu’il admirait l’affinité du délinquant sexuel pour les belles femmes «du côté des plus jeunes».

«Je connais Jeff depuis quinze ans, un gars formidable », a dit un jour Trump à propos du délinquant sexuel condamné. « C’est très amusant d’être avec lui. On dit même qu’il aime les belles femmes autant que moi, surtout celles qui sont jeunes. Aucun doute à ce sujet – Jeffrey jouit de sa vie sociale. « 

  1. Trump a été nommé dans le « petit livre noir » d’Epstein.

Le «petit livre noir» d’Epstein a été volé par un ancien employé en 2004. Le livre, surnommé «le Saint Graal» par l’employé, a révélé le nom de Donald Trump et a énuméré «14 numéros de téléphone incluant des numéros d’urgence, des numéros de téléphone des voiture et ceux du  gardien de sécurité et de l’homme de ménage de Trump. « 

  1. Trump a volé sur l’avion privé d’Epstein – le Lolita Express- un point chaud pour les orgies sexuelles avec des mineures.

« Mark Epstein, le frère de Jeffrey, a témoigné en 2009 que Trump a volé sur le jet privé de Jeffrey au moins une fois« , rapporte VICE News. « Pendant ce temps, des blocs de messages du manoir d’Epstein à Palm Beach qui ont été saisis par les enquêteurs et obtenus par VICE News indiquent que Trump a appelé Epstein deux fois en novembre 2004. »

L’une de ses présumées victimes, Virginia Roberts racontait les orgies sexuelles «dégueulasses» avec Epstein et ses amis dans cet avion privé alors qu’elle n’avait que 15 ans.

  1. Trump et Epstein sont tous deux accusés d’abus sexuels dans une affaire impliquant une fille mineure.

Radar Online rapporte qu’une femme en Californie, « identifiée » comme Katie Johnson, a déposé une plainte de 100 millions de dollars contre Trump le 26 avril, accusant le magnat de l’immobilier de la violer alors qu’elle n’avait que 13 ans.

« Johnson affirme que Trump l’a violée quand elle avait 13 ans et l’a forcée à se livrer à des actes sexuels en menaçant de lui faire du mal, ainsi qu’à sa famille », note The Independent UK. « Elle prétend que l’abus allégué a eu lieu sur une période de quatre mois lors de parties de rapports sexuels sur mineures organisées à New York en 1994. » Epstein a également été nommé pour des allégations d’inconduite sexuelle et de menaces.

L’équipe de Trump nie catégoriquement l’accusation, soupçonnant que la réclamation est peut-être un canular car il n’y aurait « aucune preuve » que la plaignante « existe réellement ».

  1. Epstein a admis sous serment avoir connu Trump, et curieusement plaidé le cinquième amendement concernant le fait que Trump ait participé/assisté à des parties sexuelles avec des filles mineures.

En 2010, Epstein a admis avoir « socialisé » avec Trump, mais quand un avocat représentant une victime mineure d’Epstein lui a demandé s’il avait « jamais socialisé avec Donald Trump en présence de filles de moins de 18 ans« , Epstein a curieusement plaidé le cinquième amendement.

  1. Au moins une des victimes sexuelles mineures d’Epstein a été recrutée chez Trump, à Mar-a-Lago, qu’Epstein  fréquentait souvent.

Virginia Roberts, une victime présumée d’Epstein, «a été recrutée pour effectuer un massage pour Epstein alors qu’elle travaillait comme préposée aux vestiaires à 9 $ l’heure à Mar-A-Lago».

  1. Robertsaffirmeque « Epstein l’a transformée en « esclave sexuelle » et l’a   maquereautée à divers amis, y compris le prince Andrew d’Angleterre. Au fil des ans, les passagers du Lolita Express d’Epstein, a-t-elle dit, comprenaient «un tas d’autres filles, parfois des gens célèbres, parfois des politiciens».
  2. Trump a été assigné en 2009 pour son lien avec les réseaux d’esclaves sexuels d’Epstein. Trump a nié avoir jamais été servi.

En 2009, Trump a été assigné à comparaître dans une affaire contre Epstein concernant la victime Virginia Roberts. L’avocat de Trump, Alan Garten, a déclaré que l’assignation à comparaître «ne s’est jamais produite».


NOTES

1-C’est au Nebraska à Boystown qu’a eut lieu  l’un des scandales américains les plus dégoûtants dans les années 1980. L’abus des jeunes garçons qui étaient censés être pris en charge par une organisation caritative a profité d’eux de la pire des façons. De l’abus sexuel, l’abus de drogues, la torture, au meurtre, ce scandale a atteint les plus hauts niveaux de la politique dans l’administration républicaine de la Maison Blanche de Reagan et Bush. Plus d’une douzaine de meurtres sont liés à ce scandale. 

2-Le cardinal Theodore McCarrick, conseiller spirituel de longue date de Bill Clinton, a été accusé du viol d’un mineur.  Source

Que penser d’Obama surpris ici en train de chatouiller une petite fille assis sur lui?

 

 

Va-t-on juger la prédatrice sexuelle et agent du Mossad Ghislaine Maxwell ?

Que Ghislaine Maxwell soit finalement en détention est certainement satisfaisant pour nous tous qui la croyions complètement complice des horribles crimes contre les filles mineures commis par elle et par son associé Jeffrey Epstein. Internet est déjà en train de spéculer en raison de l’élimination « inexpliquée » mais ô combien opportune,  d’Epstein dans une prison à sécurité maximale de Manhattan. Avant de tirer trop de conclusions, cependant, il existe un certain nombre d’autres développements dans son cas qui devraient être pris en considération.

Ghislaine Maxwell, ci-dessus en 2013, la fille du défunt magnat de l’édition britannique Robert Maxwell, est l’ancienne petite amie et proche associée d’Epstein.

Tout d’abord, l’arrestation de Maxwell n’a pas été fortuite. Elle a clairement fait des efforts pour cacher la majeure partie de sa fortune de plusieurs millions de dollars, mais elle était visible pour ceux qui savaient où chercher. Elle s’est déplacée librement, tout en gardant un profil bas, et a fait «des efforts intentionnels pour éviter la détection, y compris éviter de se déplacer deux fois dans un même endroit, en changeant son numéro de téléphone principal (qu’elle a enregistré sous le nom« G Max ») et son adresse e-mail, et en commandant des colis pour la livraison avec une autre personne figurant sur l’étiquette d’expédition. « 

La propriété où Maxwell a été arrêté par le FBI vu sur une photographie aérienne à Bradford, New Hampshire. Elle est accusée dans quatre chefs d’accusation d’avoir agi comme madame d’Epstein

L’acte d’accusation de 18 pages indiquait que «le gouvernement a identifié plus de 15 comptes bancaires différents détenus par la Maxwell ou ses associés de 2016 à nos jours, et pendant cette même période, le solde total de ces comptes a varié d’un total de des centaines de milliers de dollars à plus de 20 millions de dollars. » Maxwell a été inculpé de recrutement et de «préparation» de jeunes femmes pour qu’Epstein et elle les abuse, ce qui pourrait entraîner jusqu’à 35 ans de prison.

Comme Maxwell, 58 ans, qui a les nationalités britannique, américaine, Française et d’israélienne, présentait un risque de fuite considérable, elle n’a pas été mise en liberté sous caution après son arrestation.

Pendant que Maxwell se déplaçait librement, le FBI n’a apparemment même pas tenté de l’interviewer. Elle a passé beaucoup de temps avec ses avocats et aurait été vue prendre un café à Los Angeles, faire du shopping près de son appartement à Paris, visiter la Grande-Bretagne et rester sous protection en Israël . Elle est née en France et son père, l’espion israélien Robert, est présumé avoir la nationalité de l’État juif, qui lui aurait été transférable. La France et Israël sont extrêmement difficiles à traiter en matière d’extradition, de sorte qu’elle aurait probablement pu rester dans l’un ou l’autre pays et aurait évité des poursuites aux États-Unis. On pourrait également se rappeler qu’Epstein avait un véritable passeport autrichien sous un faux nom, un indicateur probable de ses liens avec les agences de renseignement. Il est fort possible que Ghislaine ait également une certaine forme de fausse identification.

Lorsqu’elle a été arrêtée, Ghislaine vivait dans une luxueuse maison de campagne sur 156 acres (63 ha) dans une partie rurale du New Hampshire. Elle avait acheté la propriété en décembre pour 1,07 million de dollars par le biais d’une société à responsabilité limitée qui ne porte pas son nom et qui a été créée par l’un de ses avocats. De toute évidence, la police savait exactement où elle pouvait être trouvée. La maison se trouve à deux heures de route de la frontière canadienne, ce qui aurait pu être un refuge prévu si elle avait senti que les forces de l’ordre se déplaçaient pour la rechercher, mais cela soulève la question de savoir pourquoi elle voulait retourner aux États-Unis. Je soupçonne qu’elle et ses avocats ont effectivement été en contact avec les autorités et qu’une sorte d’accord de plaidoyer de culpabilité a été envisagée.

Pourquoi maintenant? Le calendrier semble être lié à d’autres développements. La semaine dernière, la juge fédérale Loretta Preska a jugé que les documents relatifs à Epstein et Maxwell en possession de la victime plaidante Virginia Giuffre devaient être détruits. Les informations sur Epstein et Maxwell, extraites d’une poursuite civile intentée contre Epstein par Giuffre en 2015, semblent contenir les noms des personnes haut placées avec lesquelles Epstein avait fait « affaire », ainsi que ses autres clients et même ses victimes.

Preska a statué que les avocats de Giuffre avaient obtenu les documents de manière incorrecte et a ordonné que tous les éléments du dossier «soient détruits». Elle a également exigé la preuve que le matériel avait été détruit. On ne sait pas exactement où se trouvent les enregistrements secrets d’Epstein, mais le FBI a saisi tous les papiers et autres données au manoir de Manhattan après son arrestation. Certains croient cependant que Ghislaine a certaines des bandes, vraisemblablement cachées ou sous la garde de ses avocats.

La destruction des dossiers Giuffre endommagera gravement la procédure pénale engagée par le gouvernement contre Maxwell ainsi que le procès intenté par les victimes contre la succession d’Epstein. Ghislaine a été accusée d’avoir recruté des jeunes filles et de les avoir « préparées » à avoir des relations sexuelles avec Epstein et ses éminents clients , ce qu’elle a nié. Le procès à venir pourrait facilement se terminer relativement rapidement avec un aveu de culpabilité reconnu par Maxwell et une peine d’emprisonnement minimale négociée avec plaidoyer de culpabilité. Tous les documents relatifs à l’affaire, y compris les enregistrements, seraient scellés, ce qui protégerait notamment les autres actions publiques perçues, à savoir les personnalités éminentes et les agences d’espionnage qui auraient pu être impliquées en tant que victimes ou auteurs.

Tout indique que le ministère de la Justice, aidé et encouragé par les médias, cherche à enterrer certains aspects de l’affaire Epstein . Un récent documentaire sur Netflix « Jeffrey Epstein: Filthy Rich » évite soigneusement toute discussion sur l’aspect probable d’espionnage israélien des activités d’Epstein. Le père de Ghislaine, qui a présenté Jeffrey à sa fille, était un éminent espion du Mossad qui a reçu des funérailles d’État en Israël après sa mort mystérieuse en 1991, à laquelle ont assisté le Premier ministre ainsi que tous les anciens et actuels chefs des services de renseignement de ce pays. .

Un ancien ami de Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell, photographié en 2005, a affirmé qu’ils l’avaient «forcé» à regarder les images car ils voulaient le convaincre de leur «pouvoir»

Une confirmation supplémentaire de la connexion israélienne provient d’un livre récent de l’ancien officier du renseignement israélien Ari Ben-Menashe, qui affirme qu’Epstein et sa partenaire du crime, Ghislaine Maxwell étaient impliqués dans le chantage d’éminents politiciens au nom du service de renseignement étranger d’Israël, le Mossad. Selon Ben-Menashe, les deux travaillaient directement pour le gouvernement israélien depuis les années 1980 et leur opération, qui était financée par le Mossad et également par des juifs américains de premier plan, était un «piège à miel» classique qui utilisait des filles mineures comme appât pour attirer des politiciens bien connus du monde entier . Les politiciens seraient photographiés et enregistrés sur vidéo lorsqu’ils étaient au lit avec les filles mineures. Le prince Andrew, Bill Clinton, des rois et émirs arabes, et Donald Trump étaient tous des visiteurs du manoir d’Epstein à New York où les enregistrements ont été réalisés, tandis que Clinton voyageait régulièrement à bord de l’avion «Lolita Express» qu’Epstein a utilisé pour transporter ses «amis» dans son domaine à La Floride et son île privée des Caraïbes [5], désignée par les habitants comme «l’île des pédophiles».

En ce qui concerne Maxwell et Epstein, personne au ministère de la Justice ne semble vouloir poser une question simple qui apporterait une grande clarté si on pouvait y répondre honnêtement. Des preuves concluantes que Jeffrey Epstein était un agent de renseignement israélien ou même américain pourraient fort bien être tirées des commentaires de l’ancien procureur américain de Miami Alexander Acosta lorsqu’il a ensuite été gracié par l’équipe de transition de Trump . On lui a demandé: «L’affaire Epstein va-t-elle causer un problème [pour les audiences de confirmation]?» … «Acosta a déclaré qu’il n’avait eu qu’une seule réunion sur l’affaire Epstein. Il avait rompu l’accord de non-poursuite avec l’un des avocats d’Epstein parce qu’on lui avait dit de se retirer, qu’Epstein était au-dessus de son salaire. « On m’a dit qu’Epstein appartenait à l’intelligence et de le laisser tranquille. » « 

Virgina Roberts, 17 ans, photographiée avec le prince Andrew à la maison de ville de Ghislaine Maxwell à Londres en 2001

Pourquoi personne dans les divers organismes d’enquête du gouvernement ou dans les médias traditionnels ne s’intéresse-t-il à ce qu’Acosta voulait dire, même s’il serait assez facile de lui demander? Qui lui a dit de reculer? Et comment l’ont-ils expliqué? La réponse simple pourrait simplement être qu’Epstein était en fait un espion israélien s’attaquant à des personnalités et à tout ce qui a trait à l’État juif, aussi malodorant soit-il, est un fil conducteur politique et interdit aux démocrates et aux républicains. Si tout cela est vrai, nous, le public, ne verrons rien d’un «procès-spectacle» de Ghislaine Maxwell dans lequel on nous révèlerait tous les noms des élites impliquées ou soumises au chantage israélien. La Maxwell disparaîtra discrètement du système judiciaire dans pas trop longtemps, elle sera de nouveau à l’extérieur, sur une plage près de Tel-Aviv, aux côtés de son criminel complice, Jeffrey Epstein, en emportant ses secrets exclusivement vers le Mossad.  

 

Les États-Unis, la France et le Royaume Uni ne sont, comme toujours face à Israël, que les dindons de la farce.

Source : Judgement Day for Ghislaine Maxwell Finally Arrives.

Epstein a été retrouvé mort dans sa cellule à New York le 10 août 2019
Le prince Andrew et Jeffrey Epstein se promènent ensemble dans Central Park à New York.

EN COMPLÉMENTAIRE

«NYMPHOMANIAC» 

Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell «ont filmé des personnes puissantes ayant des relations sexuelles avec des filles mineures»

 

 

PÉDOPHILE Jeffrey Epstein et son ex-amante Ghislaine Maxwell ont enregistré des vidéos de personnes puissantes ayant des relations sexuelles avec des filles mineures, selon un ancien ami du couple.

Et le voleur de bijoux réformé, qui utilise le pseudonyme William Steel, affirme que le couple lui en a fait regarder certains pour prouver comment ils «possédaient» les gens.

L’ancien copain a également marqué Maxwell, qui a été arrêté la semaine dernière pour trafic de jeunes filles, une «nymphomane»

 

Dans une interview exclusive, l’ex-criminel devenu écrivain raconte comment on lui a montré des images montrant deux politiciens américains de haut niveau ayant des relations sexuelles avec des mineurs et deux personnalités de la haute société ayant un trio avec une fille mineure.

Steel – qui n’est pas payé pour cette interview – a également marqué Maxwell , 58 ans, qui a été arrêté la semaine dernière pour trafic de jeunes filles, une « nymphomane » sauvage qui tenterait « tout et n’importe quoi au lit ».

Il raconte: «J’ai été forcé de regarder leurs vidéos parce qu’ils essayaient de m’impressionner.

«Ils voulaient me convaincre de leur pouvoir et de ceux qu’ils tenaient en main.

«Ils se vantaient de« posséder »des gens puissants.

« Ghislaine était plus encline à me les montrer que Jeff.

«Lorsque vous êtes dans une situation comme celle-là, vous devez faire semblant de ne pas porter de jugement. Mais c’était choquant.

«C’ÉTAIT CHOC»

«J’ai vu des vidéos de personnes très puissantes – célébrités, personnalités mondiales – dans ces vidéos ayant des rapports sexuels, des trios, voire des orgies avec des mineurs.»

En 2018, Steel a écrit un mémoire explosif intitulé Sex And The Serial Killer – sur sa relation avec le tueur en série présumé multimillionnaire Robert Durst.

Il dit qu’il a inclus une partie de ce qu’il a vu au manoir de Palm Beach à Epstein, où Epstein a été accusé d’avoir agressé des jeunes filles, mais ces pages ont dû être caviardées pour des raisons juridiques et n’ont jamais été publiées.

«Jeff avait la main derrière le short de la jeune fille»

Il veut maintenant voir Maxwell punie pour ses crimes présumés.

Et il s’est engagé à donner toutes ses informations aux autorités et à témoigner devant le tribunal.

Il raconte: «J’ai vu des vidéos et des photos de personnes ayant des relations sexuelles avec diverses jeunes filles et avec Jeff.

«Il y avait des images de deux personnalités très en vue et d’une fille mineure ensemble.

«Deux politiciens américains de haut niveau étaient également dans différentes vidéos avec des mineurs.

«Ils m’ont montré des images en noir et blanc d’une femme dont on m’a dit qu’elle était de renommée internationale, une rock star bien connue et un autre homme ayant des relations sexuelles.

«On aurait dit qu’elle avait été prise dans les années 1960 et à leur insu.

«Ils voulaient m’impressionner et m’intimider. Ils étaient si puissants à cause de ceux qu’ils connaissaient dans le monde entier. »

Steel, qui a volé des millions de dollars en art et bijoux aux États-Unis, a également révélé comment Epstein et Maxwell achetaient ses biens volés – même s’ils étaient tous les deux si riches – pour donner aux filles qu’ils soignaient.

Il raconte: «C’était principalement des bracelets de tennis, des bracelets à breloques, des montres Piaget pour femmes.

«Je me souviens que les perles étaient une chose populaire.

«Rien de tout cela n’était pour eux. Ils n’avaient pas besoin d’acheter des bijoux volés.

«Ils n’avaient même pas besoin d’acheter des bijoux volés pour les filles, mais ils l’ont fait.

« Ils l’achèteraient comme cadeaux pour les filles qu’ils essayaient d’impressionner ou de soigner. »

La maison de Jeffrey Epstein a une grande empreinte au bord de l’eau dans la ville de Palm Beach

Steel a révélé comment il avait rencontré Epstein, retrouvé mort en août dernier alors qu’il attendait d’être jugé pour trafic de sexe, au milieu des années 1990 dans un magasin de diamantaires à Palm Beach, en Floride .

Il raconte: «Nous étions dans la salle à l’étage chez un diamantaire très haut de gamme, le genre d’endroit où seules quelques personnes sont autorisées à la fois.

«J’étais là à faire ce que je fais. Je rencontrais ma clôture.

«J’ai vu Jeff avec une jeune fille qui n’avait que 13 ou 14 ans et il avait sa main dans le dos de son short.

«C’est ce qui a attiré mon attention en premier.

«Elle était si jeune et il était beaucoup plus âgé. C’est à ce moment que j’ai su qu’il était sale.

«J’avais environ 200 000 dollars de bijoux dont je me débarrassais et j’ai ensuite entamé une conversation avec lui.

«Il a dit plus tard que la fille avec laquelle il était était sa nièce mais j’ai appelé des taureaux à ce sujet, lui disant que j’avais vu ce qu’il faisait avec elle.

«J’ai rencontré Ghislaine à un moment donné plus tard et nous avons été intimes à quelques reprises.

«Je ne dirais pas que c’était une relation – il s’agissait de savoir à quoi elle pouvait m’utiliser pour les aider.

«Moi étant un jeune gars arrogant de New York, voyant leur arrogance et leur richesse – je l’ai juste vu comme une opportunité de les traire pour ce que je pouvais.

«J’avais l’habitude de me vanter de ce dont j’étais capable pour eux.

«Quand je voulais impressionner ou effrayer quelqu’un, je sortais ma mallette et elle contenait des scanners de police, des gants, des crochets de verrouillage, des pistolets avec silencieux.

«Je possédais même une torche ultra-thermique qui brûlerait un trou en n’importe quoi en quelques secondes.

«J’ouvrirais la mallette pour montrer les bijoux et ils verraient avec quoi je me promenais, alors ils savaient ne pas me doubler.

« Cela a impressionné Ghislaine et Jeff. »

Steel raconte comment il voyait souvent des filles mineures aller et venir de leur manoir en bord de mer sur El Brillo Way, Palm Beach.

‘ELLE M’A FAIT FIXER ET A EU DU SEXE AVEC MOI’

Mais il ajoute qu’il n’a jamais été impliqué dans quoi que ce soit de sexuel avec eux et a toujours exprimé sa désapprobation.

Il ajoute: «Je n’ai jamais eu de relations sexuelles qu’avec Maxwell et des triplettes avec elle et d’autres femmes adultes.

«Je soupçonnais ce qu’elles faisaient avec les filles mineures, je connaissais leur routine, alors quand elles ont essayé de m’impliquer, j’ai dit: ‘Non, je ne suis pas dans le coup – tu ne me fais pas faire de vidéo tout cela ».

«Une fois – c’était l’avant-dernière fois que je les voyais – j’étais recherchée pour un crime grave, alors pour sortir de la ville, je suis allé les voir.

«J’avais prévu d’aller chez eux et de voler ce que je pouvais, mais j’ai fini par me reconnecter avec eux. Elle m’a attachée et a couché avec moi.

«En matière de sexe, elle était nymphomane.

« Elle était dans tout et n’importe quoi. »

Et même s’il dit que Maxwell était très fidèle à Epstein, elle savait aussi qu’un jour il serait sa perte.

Il explique: «Elle m’a dit qu’elle pensait souvent qu’elle devait faire quelque chose à propos d’Epstein, en me disant: ‘Il va être ma mort’.

«Alors, alors qu’elle le protégeait et l’aidait, elle complotait simultanément contre lui et essayait de prendre ses distances.

«Elle savait qu’ils pouvaient se tirer l’un vers l’autre.

«Je pense qu’elle se considérait comme la plus respectable des deux. Elle voulait que je fasse quelque chose pour Jeff. »

Il affirme que Maxwell lui a également confié son «plan Polanski» – du nom du réalisateur déshonoré Roman Polanski, qui a fui les États-Unis après avoir été accusé d’avoir violé une fille de 13 ans.

Il a déclaré: «Elle m’a parlé de son plan Polanski où elle fuirait en France parce qu’ils ne pouvaient pas l’extrader.

«J’ai été surpris d’apprendre qu’elle avait été récupérée dans le New Hampshire.

«Je veux que les autorités soient au courant de son plan avant son audience de mise en liberté sous caution.»

Steel se souvient que lors de ses dernières rencontres avec la paire, en 2005, Epstein et Maxwell semblaient traverser la propriété Palm Beach et tenter de jeter beaucoup d’objets.

Il a dit: «Ils semblaient se démener pour se débarrasser de choses comme les ordinateurs, les disques, des choses comme ça.

«EMMENEZ 100 JEUNES FILLES SUR L’ÎLE POUR L’ORGIE»

«Faisant ce qu’il a fait, franchissant la ligne et potentiellement faisant chanter tant de gens, il possédait des gens, à cause de ces vidéos et des photos qu’il avait d’eux dans des situations compromettantes.

«Une fois, Jeff m’a demandé – sachant que je connaissais bien les alarmes et les systèmes de sécurité – si je pouvais voir où il avait placé ses caméras.

«Je ne pouvais pas les trouver, ils étaient si bien cachés.

«Je savais de quoi il était capable et je ne savais pas s’ils m’avaient fait en vidéo, pas avec des mineurs parce que je ne l’avais jamais fait, mais avec elle et tout autre truc bizarre dans lequel ils étaient.

«J’avais donc besoin de ma propre monnaie de négociation.

«Je suis parti avec certaines de ces choses – des disques et des choses dont ils essayaient de se débarrasser.

«Je les ai envoyés aux autorités, mais je ne sais pas s’ils ont fait quoi que ce soit avec eux.

«Je ne sais pas ce que Jeff et Ghislaine ont fait avec les autres.

«Je pense qu’ils se sont débarrassés d’eux avant que les autorités ne mettent la main sur eux.»

Steel a déclaré que le couple lui avait également demandé de les aider à trouver des filles – mais il a refusé.

Il ajoute: «Ghislaine parlait toujours aux gens.

«Elle a essayé de me tirer dessus, mais je lui ai dit sans détour: ‘Ne me parle pas comme tu parles à ton personnel. Je vous fais des faveurs. Tu ne me parles pas. Je ne donne pas combien d’argent vous avez ».

«Ils savaient que j’avais des contacts dans divers endroits et ils m’ont offert de l’argent pour faire venir des filles, mais je ne les ai jamais acceptés.

«Ils m’ont dit:« Tout ce que les filles veulent, je peux les aider dans leur carrière de mannequin si elles le veulent ou payer pour leurs études, et ce ne sont que des massages ».

«Et j’ai dit:« Ouais, je suis presque sûr de ce que vos massages deviennent ».

«Et il me souriait simplement et me disait que je pouvais avoir ce que je voulais.
«J’ai dit que je ne voulais pas ça, ce n’est pas juste de profiter de ces jeunes filles. Ce n’est pas vrai.

«Il voulait que je l’aide avec un plan qu’il devait kidnapper ou payer 100 jeunes filles et les emmener sur une île où il aurait des relations sexuelles avec elles, des orgies, les utiliserait pour le chantage et aurait des bébés avec elles.

«Je lui ai juste dit de se taire. Je n’ai même réalisé qu’il était sérieux que des années plus tard.

«Pour lui, à cette époque, son objectif était de trouver des filles qui n’étaient pas des États-Unis.

«Il voulait des filles de l’étranger parce qu’il sentait qu’elles ne sauraient pas comment fonctionne le système de justice pénale aux États-Unis et seraient moins susceptibles de le dénoncer.

«Il a dit qu’il aiderait à s’occuper de leurs familles mais j’ai dit: ‘Je ne vais pas vous aider à ruiner la vie d’une adolescente’.

«Je veux réparer les torts que j’ai causés»

«J’ai toujours dû faire attention à ce que je disais.

«Je voulais qu’il me fasse confiance mais, de la même manière, je n’ai jamais su s’il m’organisait ou m’enregistrait. J’ai donc dû faire attention. C’était une ligne fine. « 

Steel prévoit maintenant d’écrire un livre sur ses expériences avec la paire notoire.

Il a déclaré: «Je pense que l’histoire doit être racontée maintenant.

«Il y a des gens qui échappent à la justice depuis trop longtemps.

«Vous savez, j’étais un voleur de bijoux et d’art professionnel, volant des millions de dollars de bijoux et d’art pendant des années, partout aux États-Unis.

«C’était comme une dépendance et à l’époque je l’aimais.

«J’ai adoré ce style de vie. . . jusqu’à ce que je commence à aller en prison dans les années 2000 et c’est là que j’ai eu un réveil et j’ai réalisé que ça n’en valait pas la peine.

«J’ai perdu tout ce qui compte.

«Je veux renverser la vapeur et aider les gens maintenant.

«Je veux réparer les torts que j’ai causés et dont j’ai été témoin et je veux coopérer avec les autorités dans cette affaire afin que ces personnes puissent être tenues responsables.

«J’ai fréquenté l’université et ils veulent que je parle à leurs étudiants et j’ai été humilié quand mon livre a été emmené au festival de Sundance.

« Je veux juste donner quelque chose en retour. »

Steel est l’auteur de Sex and The Serial Killer: My Bizarre Times avec Robert Durst, disponible sur Amazon .

 

 

 

La nièce de Donald Trump trace un portrait dévastateur du président et de leur famille

Une vision du monde façonnée par le désir d’éviter la désapprobation d’un père despotique, une dynamique familiale marquée par la cupidité, les trahisons et les humiliations : voilà comment Mary Trump décrit l’enfance du président américain dans un livre à paraître qu’ont obtenu plusieurs médias américains.
Le moment semble avoir été choisi pour la sorti de ce livre assassin alors que les terroristes d’extrème gauche ,les Antifa financés par George Soros
Dans des mémoires de 240 pages intitulés Too Much and Never Enough: How My Family Created the World’s Most Dangerous Man (Trop et jamais assez : comment ma famille a créé l’homme le plus dangereux du monde), Mary Trump lève le voile sur la jeunesse de son célèbre oncle et dissèque les comportements destructeurs de sa famille dysfonctionnelle.
Titulaire d’un doctorat en psychologie clinique, elle le présente comme un être narcissique, répondant aux neuf critères de la définition clinique. Plus encore, elle dresse le portrait d’un individu aux multiples troubles psychologiques, inapte à exercer la fonction de président.
Elle dépeint un environnement familial toxique dans lequel les abus allégués du patriarche, Fred Trump, auraient privé le jeune Donald de la capacité de développer et de vivre tout le spectre des émotions humaines, et va jusqu’à qualifier les deux hommes de sociopathes.

En empêchant Donald de vivre pleinement ses propres sentiments et en rendant bon nombre d’entre eux inacceptables, Fred a perverti la perception du monde de son fils et a nui à sa capacité à y vivre.

Mary Trump
Selon elle, Donald Trump a, par ses comportements, soigneusement cherché à éviter le mépris qu’affichait son père pour son frère, de sept ans son aîné, et a réservé à ce dernier le même manque de respect.
Pour Fred Trump père, qui faisait de son fils éponyme un souffre-douleur qu’il ridiculisait, la sensibilité, les erreurs et les excuses étaient un signe de faiblesse, affirme Mary Trump.
Donald Trump, qui évalue les autres en termes monétaires et a appris à mentir pour convaincre les gens qu’il était meilleur qu’il ne l’était en réalité, a érigé la tricherie en mode de vie, poursuit-elle. Elle va jusqu’à affirmer qu’il faisait faire ses devoirs par l’une de ses sœurs et qu’il a payé quelqu’un pour passer à sa place l’examen d’admission des universités américaines.

L’ego de Donald a été et reste une barrière fragile et inadéquate entre lui et le monde réel, auquel, grâce à l’argent et au pouvoir de son père, il n’a jamais eu à faire face.

Mary Trump
Mary Trump se permet en outre de citer sa tante Maryanne Trump Barry, une juge fédérale à la retraite, qui aurait dit de son frère, lors du lancement de sa campagne présidentielle, qu’il était un clown. Selon sa nièce, l’ancienne magistrate aurait été particulièrement déconcertée par l’attrait que son frère, un homme sans principes, exerçait sur les évangélistes.
Un danger pour les États-Unis
La nièce du 45e président américain ne passe pas par quatre chemins pour décrire les risques que pose, selon elle, Donald Trump pour les États-Unis.
Si on lui accorde un second mandat, ce sera la fin de la démocratie américaine, argue-t-elle.
Donald, suivant l’exemple de mon grand-père et avec la complicité, le mutisme et l’inaction de ses frères et sœurs, a détruit mon père. Je ne peux pas le laisser détruire mon pays, écrit Mary Trump, dont le père, Fred, le frère aîné du président, a succombé à une crise cardiaque découlant de ses problèmes d’alcoolisme alors qu’elle-même n’était qu’une adolescente.
Dans une entrevue accordée au Washington Post l’an dernier, Donald Trump, qui n’a pas l’habitude de faire son mea-culpa, a exprimé des regrets sur les pressions que lui et son père ont exercées sur Fred Trump, qui aspirait à devenir pilote de ligne plutôt que de travailler dans l’entreprise familiale.
Démenti de la Maison-Blanche
Le livre « Too Much and Never Enough: How My Family Created the World’s Most Dangerous Man » (Trop et jamais assez : comment ma famille a créé l’homme le plus dangereux du monde) doit paraître le 14 juillet.
Je n’ai pas encore vu le livre, mais c’est un livre rempli de faussetés, a réagi dans un premier temps la porte-parole de la Maison-Blanche, Kayleigh McEnany, dénonçant des allégations ridicules, absurdes et n’ayant absolument aucun rapport avec la vérité.
Mary Trump et l’éditeur de son livre peuvent prétendre agir dans l’intérêt public, mais ce livre est clairement dans l’intérêt financier de l’auteur, a par la suite soutenu la porte-parole adjointe de la Maison-Blanche, Sarah Matthews, dans un communiqué. Dans sa brève déclaration, elle ajoute que le président dit avoir eu une relation chaleureuse avec son père aimant et dément spécifiquement les allégations sur le test d’admission.
L’éditeur Simon & Schuster a devancé à la semaine prochaine la publication du livre, dont la sortie était prévue à la fin du mois et qui s’est retrouvé au centre de poursuites visant à en empêcher la publication.
La semaine dernière, une cour d’appel a renversé l’ordre d’interdiction temporaire de parution visant la maison d’édition qu’avait obtenue d’un tribunal inférieur le frère cadet du président, Robert Trump.
Ce dernier allègue que Mary Trump a violé un accord de confidentialité lié à l’acceptation de l’héritage du patriarche qui avait lui aussi fait l’objet d’une bataille judiciaire. La décision sur cet enjeu pourrait être rendue cette semaine.
Les médias avaient déjà rapporté il y a quelques semaines que Mary Trump révélait dans son livre avoir fourni au New York Times les documents financiers au centre d’une vaste enquête menée par le quotidien en 2017. Le Times avait signalé à l’époque que Donald Trump avait reçu plus de 400 millions de dollars américains (en dollars d’aujourd’hui) provenant de l’empire immobilier de son père, dont une grande partie provenait d’actes d’évasion fiscale commis dans les années 1990.
En après-midi, le livre de Mary Trump trônait déjà en tête de la liste des meilleurs vendeurs d’Amazon, devant celui de John Bolton, The Room Where It Happened: A White House Memoir (La pièce où c’est arrivé, mémoires de la Maison-Blanche), lui aussi publié par la même maison d’édition.
Une énième description peu flatteuse
C’est la première fois qu’un parent de Donald Trump expose ainsi des secrets familiaux, mais plusieurs anciens membres de l’administration Trump ont déjà dressé un réquisitoire sévère contre leur ancien patron.
Dans un livre récent, l’ex-conseiller de la Maison-Blanche à la sécurité nationale John Bolton affirmait entre autres que Donald Trump confondait les intérêts américains avec ses intérêts personnels.
Dans la même veine, CNN a publié la semaine dernière un article avançant que d’anciens collaborateurs du président le percevaient comme une menace à la sécurité nationale, et, au début du mois, l’ex-secrétaire à la Défense James Mattis portait lui aussi un jugement sans appel sur son ancien patron dans une lettre ouverte.
Au cours des dernières années, certains ont préféré se confier à des journalistes comme Bob Woodward, dont les sources parlaient d’un homme inculte, colérique et paranoïaque.
Avant de le démolir davantage malgré tous ses torts,il faut se souvenir aussi de lui comme le premier président à ne pas déclencher une guerre dans son mandat …depuis fort longtemps!

Anarchie politique américaine:Appels à abattre la statue du roi Louis IX à St Louis

Au sommet d’une colline devant le musée d’art situé en plein cœur du plus grand parc de St Louis se dresse la statue de Saint Louis (Louis IX), roi de France. Le monument dédié à celui qui a donné son nom à cette ville de Missouri, le roi français Louis IX, représente le roi à cheval, portant une couronne, un long manteau et une épée dans sa main droite.

C’est la plus majestueuse statue des États-Unis,à mon avis!

Statue du roi Louis IX à St-Louis

 

Erigée il y a 116 ans à Forest Park, cette statue est l’un des monuments les plus connus de la ville.
Maintenant, un groupe d’activistes veut déboulonner la statue car Louis IX aurait persécuté les Juifs, supervisé le brûlage du Talmud [1], publié un ordre d’expulsion contre ses sujets juifs et mené deux armées de Croisade dans des offensives ratées en Afrique du Nord [Voir ANNEXE ci-dessous].
Alors que les statues des leaders confédérés et d’autres personnalités critiqués pour leurs actions racistes tombent à travers le pays, des activistes à St Louis veulent que la statue de Louis IX soit également retirée. Une pétition lancée la semaine dernière appelle la ville non seulement à retirer la statue, mais aussi à changer le nom de la ville.
De leur côté, un groupe de Catholiques locaux défend la statue et un groupe de manifestants a manifesté en soutien à la statue samedi.
« L’impossible devient possible » a déclaré Umar Lee, un activiste local qui a lancé la pétition et qui a également participé à une initiative pour faire retirer un monument confédéré situé juste à côté en 2017.
« Nous en sommes à un moment où nous réinventons les choses et aussi, nous avons un regard sévère sur l’histoire, a-t-il dit. Des monuments n’existent pas dans le passé. Ils existent dans le présent. Il n’est pas nécessaire d’avoir un monument glorifiant l’homme afin de reconnaître l’histoire. Le roi Louis IX restera dans les livres d’histoire quoi que nous fassions à St Louis ».
La pétition qualifie Louis d’ « antisémite enragé  » qui a inspiré l’Allemagne nazie, et l’appel pour le retrait de la statue a reçu des soutiens juifs.
La rabbin Susan Talve, qui a fondé la Central Reform Congregation de la ville, a déclaré que la retirer aiderait à faire avancer la question de la justice raciale aux États-Unis.
« Nous parlons de cette statue depuis longtemps, a-t-elle déclaré, ajoutant que le retrait de la statue serait « un élément très important pour reprendre possession de l’histoire, s’approprier les histoires qui ont créé le racisme institutionnalisé que nous essayons de déconstruire aujourd’hui. Si nous ne sommes pas honnêtes au sujet de notre histoire, nous ne serons jamais en mesure de démanteler les systèmes d’oppression sous lesquels nous vivons ».
Mais comme dans les autres villes où des activistes ont cherché à faire retirer des monuments, l’effort de retrait a entraîné une réaction de l’autre camp. Chaque soir, un groupe  de Catholiques se rassemble à proximité de la statue et récite le rosaire. L’une d’entre eux, Anna Kalinowski, a parlé de la statue comme d’un « remarquable travail artistique ». Elle a souligné qu’elle vénérait Louis IX comme « un homme qui voulait vraiment suivre Dieu et voulait vraiment faire ce qui était juste ». Elle a le sentiment que sa persécution des Juifs devrait être perçue dans son contexte historique.
« Il voulait que les gens deviennent Catholiques parce que l’Église catholique pense que quand vous êtes catholique, c’est la façon de servir totalement Dieu, a-t-elle déclaré. Il croyait en cela de tout son cœur et de toute son âme et il voulait cela pour le peuple juif. Est-ce que nous pensons maintenant que sa manière de faire les choses est mal ? Bien sûr. Je veux dire, chacun a le droit d’avoir son opinion à ce sujet, mais en même temps, nous ne pouvons pas être aussi catégoriques, nous devons être prudents et regarder le contexte historique de ses actions ».
Mais Talva a déclaré que même à l’époque du règne de Louis IX au 13e siècle, il y avait des gens qui pensaient qu’ordonner l’expulsion des Juifs, brûler leurs textes sacrés et mener les Croisades était mal.

NOTES

1-Le Talmud révélé…

 


ANNEXE

Saint Louis l’Africain

Le 24 juillet 1270, en l’an 668 de l’Hégire, le roi Louis IX prenait Carthage, alors modeste citadelle chargée de défendre la grande cité de « Thunes/Tunis ».

Par la seule conquête de Carthage, Saint Louis mériterait, comme Scipion son lointain prédécesseur, de porter le titre « d’Africain ». Mais le terme « Aufrique » évoque bien plus que Didon ou Hannibal : pour un chrétien d’Occident au xiii e siècle, il s’agit aussi et surtout de la terre de saint Augustin et des premiers conciles du christianisme . En posant à double reprise le pied sur la terre d’Afrique, en 1248 et en 1270, Saint Louis a lié son destin à celui du continent.

Saint Louis appartient en effet à l’histoire de l’Afrique autant par ses actes que par les fonctions et les usages de sa mémoire. Le caractère exceptionnel de sa captivité a créé une situation d’observation mutuelle et un espace d’échanges potentiels pour lesquels de nombreuses incertitudes factuelles subsistent cependant. Si le contact n’a pas suscité d’échanges d’objets ou de transferts culturels, il aura au moins été l’occasion d’un échange de récits : en abandonnant son corps en Afrique, Saint Louis y a aussi laissé une part de sa mémoire. Dans les environs de Carthage, on raconte, dans les années 1830 au plus tard, que le roi ne serait pas mort de la peste, mais, converti à l’Islam, aurait vécu comme un marabout, toujours vénéré jusqu’à aujourd’hui sous le nom de Sidi Bou Saïd. 

Ibn Khaldûn (732/1332-808/1406) consacre à Saint Louis et sa croisade tunisienne un chapitre peu commenté de la deuxième partie du Kitab al-Ibâr[Ibn Khaldûn, op. cit. : p. 359-369., qui illustre cependant la connexion qui a pu s’établir dans la mémoire arabe du rîdâfrans (prononciation en arabe de Rois des Francs) entre les boghaz du Nil et les collines de Carthage, entre la prison d’Ibn Luqmân et la mort à Sidi Bou Saïd.

Mais si l’on s’approche à nouveau du tombeau de Sidi Bou Saïd, un détail risque d’attirer l’attention du passant trop curieux :

« Un détail intéressant à signaler ici, est la fleur de lys décorant la clef de voûte de la baie surbaissée de l’entrée [du tombeau du marabout]. L’origine des armoiries reste encore obscure et l’on ne sait si les croisés les ont empruntés aux Arabes, ou ces derniers aux croisés. »

Effectivement présente dans l’héraldique et la symbolique islamique dès le xii e siècle , la fleur de lys est une effigie en partage, sans qu’il soit véritablement possible d’en distinguer l’origine . Le petit signe suspendu ne serait-il pas en revanche la clef de notre investigation ? Une fleur de lys sur le tombeau d’un marabout n’est-elle pas une sorte de détonateur de légendes ? C’est en tout cas une pierre dans le jardin du Père Delattre, si fier de trouver des boucles en bronze en forme de fleur de lys au pied de la colline de Carthage. Le cadavre de Louis IX repose-t-il aujourd’hui dans le village de Sidi Bou Saïd ?

Source : Saint Louis l’Africain, Histoire d’une mémoire inversée, par   Yann Potin

 

Nouvel Ordre Mondial Satanique:Les 17 et 18 juillet 1918 apporte le « meurtre rituel juif » de la famille impériale russe

Avant le déclenchement de la Grande Guerre (1914-1918),  il y avait des cartes de vœux disponibles dans une sélection de magasins à Varsovie fréquentés par des Juifs. Ces cartes n’étaient vendues qu’aux juifs, les Gentils ne pouvaient pas les acheter. Ces cartes postales portaient l’image du tzadik. L’image représente  un Juif rabbinique avec la Torah dans une main et une poule blanche dans l’autre. Sur ces cartes de vœux particulières, la tête de la poule représente le tsar  russe Nicolas II. Sous cette image se trouve l’inscription en hébreu: «C’est un animal sacrificiel, de même que ma purification, ce sera mon remplacement et le nettoyage de la victime « 

Un sacrifice rituel juif

 

Cela relate le rituel de Yom Kippour selon lequel un oiseau vivant est balancé autour de la tête avant d’être tué selon la méthode shechita; et la créature est vidée de son sang. Cette carte de vœux secrète est un fac-similé de cartes de vœux judéo-américaines disponibles aux États-Unis en 1907. Le massacre rituel du tsar Nicolas II était l’aspiration de nombreux juifs.

Les juifs ont justifié cet acte de trahison ou d’assassinat talmudique par une fausse accusation (déjà) d’un prétendu antisémitisme du tsar.

Le tsar Nicolas II et sa famille.

Yakov Sverdlov, dont le nom juif était Yankel Solomon, ordonna le massacre du tsar Nicolas II, de sa famille et de ses assistants. Pour ce fanatique régicide juif, c’était un rêve chéri. La preuve en est trouvée dans le texte de tracts écrits par Yakov Sverdlov du 19 mai 1905. Cette date est l’anniversaire de Nicolas II: «votre heure a sonné, la dernière heure de vous et des vôtres! C’est un jugement terrible, la révolution arrive! »

Yakov Sverdlov

Les organisateurs de l’équipe de l’assassinat, les gardes qui les accompagnaient et les membres clés de l’équipe d’assassinats étaient des militants impliqués dans l’organisation du futur parti communiste (RSDLP). Sa genèse a eu lieu dans l’Oural à la fin de 1905 et au début de 1906, lorsque le groupe était dirigé par Yakov Sverdlov.

Bien avant le coup d’État de 1917 qui avait livré la Russie tsariste aux conglomérats américains de banques et de sociétés, Yakov Sverdlov (Yankel Solomon) et plusieurs personnalités importantes du bolchevisme avaient été exilés et purgeaient leur peine en Sibérie. Yakov Sverdlov a été banni à Turukhansk, comme le nain Joseph Staline (un terroriste dévaliseur de banques),  Julius Martov (Tsederbaum) et Aron Solts. À travers la région de Tioumen , Tobolsk et Iekaterinbourg passe le Transsibérien (Transsib). Ce chemin de fer relie Moscou à l’Extrême-Orient russe et à la mer du Japon. Ce réseau a livré le tsar et sa famille après leur arrestation par les insurgés bolcheviques financés par Wall Street.

Le Tsar et sa famille

Yakov Sverdlov, même dans les esprits démoniaques des Juifs, était pathologiquement sadique. Telles étaient les cruautés gratuites qu’il avait infligées lors des crimes, que les membres du parti déjà endurcis par une violence extrême étaient consternés. Jakov Sverdlov a rassemblé autour de lui les éléments les plus impitoyables de l’association.

À la veille de la tentative de coup d’État de 1905, Sverdlov, toujours dans l’Oural, forma ce que l’on appelait l’escouade de bataille des armes du peuple (BONV). Ce groupe terroriste a massacré des policiers et toute personne sympathisante du système tsariste. Le groupe s’est enrichi par des raids armés sur des banques, des bureaux de poste, des trains et des magasins. «Ce sont des meurtriers désespérés», écrit E. Hlystalov, qui décrit le dirigeant du groupe comme étant «le fragile binoclard Yakov Sverdlov».

Philippe (Shaya-Isay Fram) Goloshchekin était l’ambassadeur personnel de Yakov Sverdlov et agissait dans toutes les affaires importantes du groupe. Dans toute la région de l’Oural, Sverdlov a placé dans des postes gouvernementaux ceux qu’il considérait loyaux envers lui. Ceux-ci ont occupé différents postes tels que commissaire aux denrées alimentaires, commissaire à la justice et commissaire aux approvisionnements; tous du bureau de l’autorité locale. Bientôt, la région de l’Oural devint le fief de Yakov Sverdlov. Ce n’est pas un hasard si la grande ville d’Ekaterinbourg, de 1924 à 1991, a porté le nom de Sverdlovsk. La rue sur laquelle se trouvait la maison Ipatiev où les massacres ont été commis a été renommée rue Sverdlov. En 1991, le nom de cette ville a retrouvé son nom d’origine, Ekaterinbourg.

Maison Ipatiev à Iekaterinbourg

Le 30 avril 1918, le train transportant l’infortuné tsar Romanov, la Tsarine et sa fille Maria est arrivé à Ekaterinbourg. La famille royale impériale fut officiellement mise sous la responsabilité de Yakovlev et du président du conseil de l’Oural, A. G. Beloborodov. Le 16 juillet 1918, la veille du massacre, un train spécial composé d’une locomotive et d’un wagon à passagers unique est arrivé à Ekaterinbourg. Les quelques autres passagers comprenaient une personne revêtue du costume noir d’un rabbin juif au visage déguisé. Le rabbin a été accueilli par le président du conseil de l’Oural, Shaya Isaakovich Goloshchekin. Le rabbin avait droit au maximum de respect, à l’instar d’un dignitaire en visite. Après avoir été dirigé vers le sous-sol de la maison Ipatiev, le rabbin a tracé des signes cabalistiques sur le mur: « Le tsar a sacrifié le royaume détruit!« 

Le même jour, le rabbin est parti. Il l’a fait après avoir nommé l’assassin Yankel Yurovsky, fils du rabbin Chaim Yurovsky.

1ère rangée: Nicolas II et sa famille (de gauche à droite: Olga, Maria, le tsar Nicolas II, la tsarine Alexandra, Anastasia, Alexei et Tatiana).
2e rangée: chirurgien du tsar Eugène Botkin et chef royal Ivan Kharitonov. 3ème rangée: la servante Anna Demidova et le valet du tsar, le colonel Alexei Trupp. Tous massacrés rituellement à la maison Ipatiev.
Ceux qui ont pris part à ce massacre rituel, autant que l’on puisse en juger, sont tous des juifs

Yakov Sverdlov et le commissaire de la brigade Vasily Yakovlev (Konstantin Myachin) assistèrent au bain de sang des 17 et 18 juillet 1918. Leur tâche consistait à enlever par la suite secrètement tous les restes de la famille impériale russe. Immédiatement après, les corps ont été mutilés et démembrés avant d’être déposés dans une mine peu profonde. Le contenu de la mine était visible de la surface.

reconstitution du massacre
Principaux bourreaux de la famille impériale dont les noms juifs apparaissent entre parenthèses. De gauche à droite: En haut (Yankel Solomon), Yakov Sverdlov, Philippe Goloshchyokin (Shaya-Isay Fram Golochchekin) et Pyotr Voykov (Pinhus Wainer). Rangée du bas: Beloborodov Alexander Georgievich (Vaisbart Yankel Isidorovich), Konstantin Myachin (Vasily Yakovlev) et Georgy Safarov (Voldin).
Les assassins de gauche à droite: Peter Ermakov, Mikhail Medvedev (Koudrine), Pavel Medvedev, Yakov Yurovsky et Grigori Nikouline.

Yourovsky a personnellement supervisé l’exécution de la famille impériale. Il était responsable de l’administration du coup de grâce, puis de la fouille des corps. Pyotr Voykov (Pinhus Wainer) a participé à la fusillade et a contribué à la réalisation du coup de grâce. Il a été chargé de détruire les restes de la famille par une combinaison de démembrements et d’utilisation d’acide sulfurique. L’écriture griffonnée a ensuite été retrouvée sur les murs de la pièce dans laquelle la famille impériale a été massacrée. Ces écrits ont été traduits et transcrits par le poète juif allemand Heinrich Heine (1797-1856). Les lignes apparaissent sur le mur de fond du massacre et près de la fenêtre du sous-sol de la maison Ipatiev.

“Belsatzar ward in selbiger Nacht / Von seinen Knechten umgebracht,” “Belsatzar was, on the same night, killed by his slaves.”
«Le Belsatzar a été tué la même nuit par ses esclaves.»

Belschatsar, le roi des Gentils de Babylone qui, dans l’histoire de l’Ancien Testament, voyait «l’écriture sur le mur» annonçant sa destruction (Daniel 5) et avait été tué en guise de punition pour ses crimes contre le Dieu d’Israël. Dans un jeu habile sur la citation de Heine, l’écrivain inconnu, qui est sans doute l’un des meurtriers, a substitué Belsatzar à l’orthographe de Heine, Belsazar, afin de signaler encore plus clairement le symbolisme qu’il envisageait. L’inscription Heine décrit la nature raciale / ethnique des meurtres: «Un roi des Gentils venait d’être tué comme un acte de vengeance juive».

Bēl-šarra-uṣur. Roi régent de Babylone. Représentation de Rembrandt du récit biblique de Belshazzar voyant «l’écriture sur le mur»

La destruction des cadavres a commencé le lendemain et a été assistée par Jakov Yurovsky et exécutée sous la direction de Pyotr Voikov (Pinhus Wainer). La surveillance était également assurée par Goloshchekin et Beloborodov. Pyotr Voikov a rappelé cette scène avec un frisson involontaire. Il a dit que lorsque ces travaux seraient terminés, les cadavres démembrés; les troncs sanguinolents, des bras, des jambes, le torse et la tête ont été jetés dans une mine forestière. Sur cette scène de carnage a été versé de l’essence et de l’acide sulfurique. Dans une tentative vaine de détruire toutes les preuves du massacre, les pièces ont ensuite été brûlées pendant deux jours.

Pyotr Voikov a déclaré:

    « C’était une image terrible. Nous, les participants des corps en feu, étions complètement déprimés par ce cauchemar. Même Yurovsky, à la fin, n’a pas pu résister et a déclaré que même ces quelques jours et il serait devenu fou. »

(Besedovsky G. Z. ‘On the Road to Thermidor’ M. 1997. S.111-116).

Le site du carnage et les tentatives infructueuses de disposer des corps de la famille ont été temporairement libérés de l’Armée rouge par les Armées blanches opposées. Nikolai Sokolov, l’enquêteur nommé par le commandant des armées blanches, l’amiral Alexander Kolchak, tire les conclusions suivantes:

    Les corps ont été amenés à la mine sous le couvert de l’obscurité, tôt le matin du 17 juillet 1918. Les vêtements ont été coupés à ras-bord (les dégâts sont visibles sur les boutons, les crochets et les yeux). Les cadavres ont ensuite été déchiquetés et complètement détruits par le feu et l’acide sulfurique. À la fin de l’opération, les corps étaient complètement incinérés, ne laissant que le plomb fondu provenant des balles dont ils étaient morts.

Pour expliquer la découverte ultérieure de bijoux Nikolai Sokolov a expliqué que, selon le témoignage du témoin Tyegleva, la grande-duchesse avait cousu en secret des bijoux dans ses vêtements. Pendant l’enterrement, certains objets de valeur sont passés inaperçus. Les princesses avaient également secrété des pierres précieuses dans leurs vêtements. Lorsque le puits de mine a été fouillé par la suite, on a découvert plus de bijoux. Des soutiens-gorge déchirés sortit une pluie de perles et de pierres précieuses en cascade. Certains bijoux, principalement des boucles d’oreilles et des pendentifs gisaient inaperçus dans l’herbe environnante. Au vu de la richesse découverte, cela signifiait que les bourreaux et l’équipe de mise au rebut ont travaillé rapidement pour achever leur travail. Ils n’ont pas fait attention aux objets individuels. Des témoins ont signalé le déplacement de voitures, de camions, de charrettes et de motards près de Ganina Yama, à 15 km au nord d’Ekaterinbourg. Cette zone du 17 au 19 juillet 1918 a été bouclée par des gardes rouges. Nikolai Sokolov écrit que ces jours-ci, on a également entendu des explosions de grenade.

Nikolai Sokolov. Pour mener ses enquêtes, Nikolai Sokolov s’est habillé en paysan afin de ne pas attirer autant que possible l’attention sur lui-même.

 

Nikolai Sokolov a réussi à retrouver deux commandes établies par Pyotr Voykov le 17 juillet 1918. Les commandes ont été passées dans une pharmacie locale appelée Russian Society. Chaque commande comportait l’obligation de fournir de l’acide sulfurique aux employés du Commissariat Zimin. La première exigence était de 5 lb (2,5 kg)  avec 3 lb (1,5 kg) de plus placés dans le second pot. Au total, 11 livres (5 kg) d’acide sulfurique ont été émises à Zimin pour lesquelles ont été payées 196 roubles et 50 kopecks. Selon Nikolai Sokolov, l’acide sulfurique a été livré à la mine les 17 et 18 juillet. À la mine, des traces de deux grands incendies ont été trouvées. Des dizaines d’objets liés à la famille impériale assassinée ont été découverts. De nombreux objets ont été brûlés, certains ont été détruits. Rien de la famille du tsar n’a été épargné; même leurs chiens de compagnie ont été abattus.

À ce stade, la récompense pour l’assassinat de la famille impériale postée par le banquier juif de Wall Street, Jacob Schiff, a été réglée avec les bolcheviks. Ce Juif né en Allemagne devait plus tard se vanter et célébrer le financement du coup d’Etat bolchevique de 1917 qui renversa le gouvernement légitime de la Russie. Schiff a personnellement offert une récompense substantielle pour le meurtre de la famille royale russe. L’investissement de ce banquier juif a permis de financer une tyrannie qui, lors de son effondrement en 1990, aurait directement ou indirectement entraîné la mort de 70 et 100 millions de Goyim, principalement de chrétiens. Jacob Schiff semble avoir atteint la distinction douteuse d’être le plus grand assassin de masse de l’histoire de l’humanité.

« Voulez-vous dire pour moi aux personnes présentes à la réunion de ce soir à quel point je regrette mon incapacité à célébrer avec les Amis de la liberté russe la véritable récompense de ce que nous espérions et luttions pour ces longues années. « ~ Jacob Schiff, banquier de New York, » Kuhn, Loeb & Co. Citation: New York Times, 24 mars 1917.

La guerre civile qui a suivi le coup d’État soutenu par les États-Unis devait se poursuivre jusqu’en 1922. Lors de l’expulsion finale des grandes armées blanches, L’Amérique et l’Europe sont venues piller les avoirs de la nation qui était autrefois la Russie impériale.

 

la mine des Quatre Frères, près du village de Koptyaki

Ganina Yama était une fosse de 9 mètres de profondeur située dans la mine des Quatre Frères, près du village de Koptyaki, à 15 km au nord d’Ekaterinbourg. Dans la nuit du 17 juillet 1918, après l’exécution de la famille Romanov, les corps du tsar Nicolas II de Russie et de sa famille (qui avaient été exécutés à la Maison Ipatiev) ont été secrètement transportés à Ganina Yama et jetés dans la fosse.

Conclusion

L’assassinat de la famille impériale russe le 17 juillet 1918 était probablement le plus grand crime de l’histoire du monde, juste après la crucifixion du Seigneur Jésus-Christ par les Juifs, mille neuf cents ans auparavant.

Mais les Juifs du monde, méprisant la piété de la monarchie chrétienne, ont financé et instauré la révolution bolchevique et le renversement du tsar, puis sa mort et l’assassinat de toute sa famille.

Depuis lors, le monde a été témoin et a ressenti le déclin et la désintégration de la famille – le noyau d’une société éthique et cohésive, parallèlement à la promotion et à la légalisation des tendances sexuelles déviantes, et à la négation des tendances naturelles.

Selon l’historien britannique Anthony Sutton, c’est Jacob Schiff de la Kuhn Loeb Bank, un banquier juif de Wall Street, qui a amené Leon Trotsky – né «Lev Bronstein» – à New York en février 1916.

Trotsky a recruté des Juifs russes parmi la population immigrée du Lower East Side de Manhattan et les a formés comme révolutionnaires armés.

Le 27 mars 1917, Schiff a envoyé Trotsky et son groupe de communistes juifs en Russie pour mener une révolution marxiste avec pas moins de 20 millions de dollars en or, valant aujourd’hui des milliards.

Le même mois, le tsar fut contraint d’abdiquer… et sa famille fut assignée à résidence à Saint-Pétersbourg.

En août 1917, lorsque les bolcheviks accédèrent au pouvoir, la haine de Trotsky envers le tsar devint fébrile et la famille impériale fut éloignée des sentiments de sympathie du peuple russe, pour Tobolsk en Sibérie.

Au printemps de 1918, le tsar et sa famille furent emmenés à Ekaterinbourg, dans l’Oural, où le Juif Jacob Yurovsky, chef de la Tchéka locale, fut chargé d’emprisonner, de planifier et d’assassiner la famille impériale.

Yurovsky a amené le tsar et sa famille dans une ancienne maison d’un riche négociant juif nommé Ipatiev, devenue une prison pour ses captifs.

En prison depuis plus de deux mois, juste avant minuit le 17 juillet 1918, le Juif Yurovsky a emmené la famille impériale au sous-sol. On leur a dit qu’ils allaient poser pour une photo de groupe. Mais les assassins juifs, Yurovsky, Nikouline, Yermakov, Vaganov, les attendaient.

Les Juifs bolcheviques, financés par la rue juive Wall Street, ont atteint leur objectif: la famille impériale, les Tsardom et la dynastie des Romanov ont été exterminés.

Mais leur rêve a échoué. 

Un siècle plus tard, un nouveau dirigeant chrétien orthodoxe est apparu en Russie.

Son nom est Vladimir Poutine.

Saura-t-il se protéger des juifs qui l’entourent ?

Se fera-t-il assassiner « religieusement » par les sbires de Netanyahou ?


HISTOIRE ET NUMISMATIQUE

Billet de 500 roubles or de 1912 représentant le tsar Nicholas II.
Revers du billet de 500 roubles or de 1912