Publicités
Accueil

Intelligence artificielle : elle prédit désormais l’échec ou le succès de projets de loi

Laisser un commentaire

L’intelligence artificielle est désormais capable de prédire le succès ou non des projets de loi. Un chercheur en informatique a entraîné un algorithme de machine learning sur près de 70.000 projets de loi américains. Son modèle a été capable d’anticiper le sort réservé à un projet avec un bon degré de fiabilité. La probabilité moyenne de réussite d’un projet est de 4%.

 

 

L’intelligence artificielle a connu d’importants progrès au cours des dernières années, au point où des chercheurs estiment qu’elle pourrait même surpasser l’Homme dans tous les domaines d’ici les 50 prochaines années. Et cela a déjà commencé à plusieurs niveaux. Déjà, plus aucun des champions mondiaux du jeu de Go n’arrive désormais à prendre le dessus surAlphaGo, l’IA de Deepming qui a déjà surclassé les deux meilleurs jours du monde en seulement un an.

Le domaine de la médecine n’est pas en reste. L’intelligence artificielle viendra de plus en plus en appui aux médecins dans l’exercice de leur métier, les cardiologues notamment pour la prédiction de certaines maladies cardiaques. Parlant de prédiction, un expert s’attelle à mettre à contribution l’intelligence artificielle dans l’anticipation de certains événements, un exemple étant l’échec ou non des projets de loi.

L’intelligence artificielle peut prédire le passage ou non d’un projet de loi

D’autres algorithmes ont déjà prédit le sort de projets de loi sur leur périple entre la Chambre des représentants et le Sénat américain, tous avec des degrés divers de succès. Mais John Nay voulait faire avancer les choses. Son objectif était de prédire les chances qu’un projet de loi introduit dans le système des deux chambres du Congrès américain.

Les scripts de John Nay ont ainsi analysé près de 15 années de données concernant les projets de loi rejetés ou adoptés par le Congrès américain entre 2001 et 2015. Ces derniers sont librement accessibles sur Internet. Au total, 68.836 textes ont été passés au peigne fin dans le but d’obtenir un modèle de prédiction sur la base du contenu d’un texte et d’autres variables comprenant.

Le contenu est analysé sur la base d’une hiérarchisation de mots-clés sur 36 niveaux. Ces derniers sont pondérés avec d’autres variables dont : le bord politique porteur du projet selon qu’il émane de la majorité ou non, la proposition de la loi en première ou seconde session, ou encore le mois au cours duquel le texte a été proposé.

Sur la base du modèle établi par John Nay, les prédictions de ses algorithmes sont plus fiables que celles des experts à 65 %, d’après la simulation des résultats effectuée sur les projets de loi ayant été adoptés ou rejetés. Par ailleurs, selon les conclusions de John Nay la probabilité moyenne d’un projet de loi soit validé au Congrès est de 4%.

Dans le contexte actuel, pense naturellement au sort qui sera réservé au projet de réforme de l’Obamacare présenté au Sénat par le camp des républicains. Plusieurs experts et analystes politiques y vont de leurs prédictions. Le contenu du texte n’est pas encore connu du public. L’IA de John Nay de prédire s’il sera ou non adopté. Si on devait s’en tenir à la probabilité moyenne, les chances sont faibles. Les travaux de cette étude ont été récemment publiés dans la revue la revue PLOS One.

 

 

 

Publicités

La Sexualité Sacrée:Les « Amants de Pompéi » étaient deux hommes, selon leur ADN

Laisser un commentaire

La science viendrait-elle de rétablir la vérité concernant les « Amants de Pompéi »? C’est en tout cas ce qu’affirment des chercheurs. 

2 hommes se sont étreints une dernière fois!

Les deux corps figés lors de l’éruption du Vésuve le 24 août 79, et découverts en 1914 dans la Maison du Cryptoportique, n’auraient pas livré tous leurs secrets. Selon les résultats de relevés ADN réalisés sur des restes organiques contenus dans la statue, il s’agirait en fait de deux hommes. « Il est plausible qu’ils aient été amants, mais il est difficile d’en avoir la certitude », comme l’explique Massimo Osanna, directeur des fouilles de Pompéi, dans le Corriere del Mezzogiorno.

Selon ces nouvelles découvertes, les deux personnes enlacées pourraient être deux hommes de 18 et 20 ans de familles différentes. A l’époque de la découverte, les autorités fascistes émettaient l’hypothèse d’une mère et de sa fille. « Pompéi n’en finit pas de nous étonner », rajoute Osanna tout en concluant que « la seule chose qui résiste au temps est l’amour ».

La Sexualité Sacrée: les femmes regardent plus de porno que les hommes sur leur smartphone

Un commentaire

Pornhub vient de révéler des statistiques assez étonnantes sur la consommation de porno par les femmes. Et apparemment, les femmes seraient d’avides utilisatrices de Pornhub sur le smartphone, contrairement aux mecs qui auraient plus tendance à consulter tout ça sur leur ordinateur. 

Les statistiques de Pornhub sont toujours un vrai délice, tant elles nous en apprennent sur l’intimité de l’humanité toute entière. Et on n’exagère pas : les études Porhnub sont souvent segmentées en statistiques pour tous les pays de la planète dans lesquelles le site est accessible. Ainsi, on peut savoir par exemple chaque année quelles sont les recherches préférées des français sur Pornhub.

Reste qu’un cliché a la vie dure : ce sont surtout les mecs qui regardent du porno. Et bien à en croire Pornhub, ce qui était encore vrai il y a quelques années, change à vitesse grand V. La proportion de femmes qui visitent le site a grimpé cette année à 26% des internautes. Là où les hommes ont du mal à lâcher leur ordinateur, les femmes, elles, sont près de 80% à consulter Pornhub depuis leur smartphone.

Pornhub nous apprend que les femmes regardent de plus en plus de porno

La tendance n’est pas nouvelle, les femmes ont rapidement préféré ce moyen de consultation des vidéos X contrairement aux hommes, et ce au moins depuis août 2014 où elles étaient déjà 68% à utiliser Porhnub via leur smartphone contre 59% d’hommes. Aujourd’hui, on a 79,8% de femmes qui consultent Pornhub via ce medium. Contre 69,2% d’hommes. La plupart des femmes séduites par Pornhub et donc via leur smartphone, est la tranche 18-34.

 

Porhnub précise que le site est particulièrement plébiscité par les « visiteuses les plus jeunes » de cette tranche. En outre, les pays où l’usage féminin de porno via mobile est la plus forte, c’est l’Afrique du Sud, les Etats-Unis, le Royaume Uni, le Pakistan et l’Inde. Vous pouvez voir le détail des statistiques dans ces infographies

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour Elon Musk, le revenu universel est nécessaire face aux avancées de la robotique

4 commentaires

Le revenu universel s’impose-t-il face à la montée en puissance de l’automatisation ? Oui, d’après le fondateur de SpaceX.

elon-musk

 

Elon Musk est l’une des principales figures de l’innovation technologique de nos jours, notamment dans le domaine des intelligences artificielles. Pour lui, la révolution est en marche et va inexorablement se poursuivre dans les prochaines années. L’Homme va devoir se résoudre à s’adapter à la vie avec les automates. Si une telle vision a de quoi inquiéter face aux millions d’emplois déjà détruits et à ceux qui doivent encore l’être dans les années à venir, l’ingénieur défend aussi une proposition compensatoire : l’instauration d’un revenu de base.

En effet, selon lui, la solution économique à cette réalité du monde moderne pourrait simplement être de rémunérer les Hommes indépendamment du fait qu’ils aient un travail ou non. Ce système de redistribution des richesses n’est donc rien d’autre quele revenu universel qui fait actuellement débat en France.

Cette position, Elon Musk la défend déjà depuis plusieurs mois, et il l’a encore réitérée cette semaine à l’occasion du Sommet sur la gouvernance mondiale qui s’est tenu du 12 au 14 février 2017 à Dubaï. D’après ses propos repris par fastcompany, les avancées de l’automatisation font « qu’il y aura de moins en moins d’emplois qu’un robot n’arrivera pas à mieux maîtriser ».

 

Il ne le dit pas avec enthousiasme, mais se veut réaliste : « Je veux être clair. Ce ne sont pas des choses que je souhaite voir arriver. Mais si mon évaluation est correcte, elles vont probablement se produire ».

Que devons-nous faire face une telle réalité ? À ce propos, le fondateur de SpaceX « pense qu’une certaine forme de revenu universel de base va être nécessaire ». Mais cela soulèvera selon lui un autre problème, puisqu’il s’interroge aussi sur le sens que les gens donneront à leur vie s’ils ne sont plus tenus de travailler pour gagner leur vie.

« Cela engendrera un défi beaucoup plus complexe. Comment les gens vont-ils donner un sens à leur vie ? Beaucoup se réalisent à travers leur emploi. Donc, si vous n’avez plus besoin d’un travail pour vivre, quel sens donnerez-vous à votre existence ? Vous sentirez-vous inutile ? C’est un problème beaucoup plus difficile à résoudre », conclut l’homme qui veut envoyer les humains coloniser la planète Mars.


HORS TEXTE

Elon Musk a raison car voici 5 métiers qui vont être remplacé par des robots

 

Cela fait des décennies que le monde du travail est reconfiguré par l’automatisation. Les robots, de plus en plus sophistiqués, sont plus que jamais capables de remplacer les Hommes dans plusieurs types de métiers.

robots-jobs

 

Un rapport du Forum économique mondial indiquait tout récemment que d’ici 2020, près de 7,1 millions d’emplois pourraient être menacés à cause de la redondance et de l’automatisation.

Si les travaux manuels étaient davantage mis à mal, les métiers dont les tâches sont intellectuelles le sont également de plus en plus, avec de nouveaux types de robots humanoïdes qui sont aujourd’hui plus intelligents que jamais. Les métiers demandant de forts contenus décisionnels, de la créativité et de l’intelligence sociale semblent être ceux qui sont les plus susceptibles de résister à la concurrence des automates.

Voici cinq métiers où les robots pourraient remplacer les Hommes :

Chauffeur / conducteur

Les géants de la technologie ont beaucoup investi dans les voitures autonomes ces dernières années, et les projets dans ce domaine sont aujourd’hui arrivés à maturité. Des entreprises proposent déjà des services de taxi sans pilote. C’est le cas de Uber à Pittsburgh, aux États-Unis ou de nuTonomy à Singapour. Ces dernières comptent d’ailleurs augmenter le nombre de leurs voitures sans pilote dans les prochaines années. NuTonomy espère même se passer de chauffeurs d’ici 2018.

Serveur

Les robots humanoïdes sont maintenant à notre service. En chine, de plus en plus de restaurants font la part belle aux robots-serveurs, et ce, au détriment de la main d’œuvre humaine. Ces robots jouent même déjà dans certains cas le rôle de cuisiniers. Cette tendance pourrait se généraliser dans les années à venir, d’autant plus que des entreprises proposent déjà plusieurs modèles de robots-serveurs à la vente.

Ouvrier magasinier

Charger, transporter ou décharger des marchandises, cela fait un moment que les robots savent bien le faire. Certaines entreprises, dont le géant Amazon ont d’ailleurs progressivement remplacé les ouvriers humains par des robots dans leurs centres de stockage.

Livreur

Le développement fulgurant des drones ne vous a certainement pas échappé. Leur utilisation dans le civil permet à de nombreux services de transport et de livraison de marchandises d’y avoir recours. Amazon est ici aussi l’une des sociétés qui s’activent le plus. Elle teste déjà depuis quelques années l’utilisation des drones pour la livraison à domicile de ses commandes. Il ne va peut-être pas falloir attendre longtemps pour voir les drones-livreurs nous envahir.

Téléconseiller

Beaucoup de téléconseillers aujourd’hui ne sont pas humains. Dans certains cas, comme vous l’avez surement déjà expérimenté, il n’y a pas un interlocuteur humain à l’autre bout de la ligne, mais des enregistrements organisés de sorte à répondre à vos préoccupations de manière précise. Tout ce que vous avez à faire est de suivre des instructions. Ex : « appuyez sur » 1 « pour plus d’informations », etc.

Mais dans les années à venir, il pourrait ne plus s’agir de naviguer entre plusieurs instructions déjà enregistrées, mais plutôt d’échanger directement avec une intelligence artificielle. C’est déjà le cas chez le géant IBM qui a développé un super-ordinateur baptisé Watson pour gérer une partie des standards téléphoniques.

Watson est composé de 2887 processeurs et dispose d’une mémoire de 16 téraoctets. Il est conçu pour gérer des conversations et fournir des réponses d’une précision impressionnante. Le dispositif a déjà été intégré aux services de téléconseillers de plusieurs grandes entreprises dont les banques ANZ (Australie) et Royale du Canada. Il prend en charge une bonne partie des appels reçus.

Voilà bien qui montre que le monde du travail est en constante mutation, ce qui nous amène à penser que ceux qui parlent aujourd’hui de l’instauration d’un revenu universel n’ont peut-être pas tort. Si les robots bossent déjà à la place des Hommes, on pourrait bien payer ces derniers à ne rien faire, non ?

 

 

 

 

Microsoft lance un simulateur open source pour entraîner des drones

Laisser un commentaire

Microsoft a développé un simulateur open source pour que les développeurs puissent entraîner des drones, ainsi que d’autres gadgets autonomes. Objectif : accélérer leur développement et conduire à leur démocratisation. La version bêta est désormais disponible gratuitement sur GitHub !

drone-ia

 

Drones ou encore voitures sans conducteur sont encore des technologies émergentes. Pour accélérer leur développement, Microsoft a lancé un simulateur, qui permet aux développeurs, entre autres, d’entraîner des gadgets autonomes comme des drones.

Le logiciel est disponible en version bêta gratuitement en open source sur GitHub et recrée des conditions du monde réel. Conçue sur Unreal Engine, la simulation permet de piloter soi-même son drone dans n’importe quel environnement.

Testez vos IA avec le simulateur open source pour drones de Microsoft

La plateforme permet, entre autres, à un drone de s’entraîner à différencier les obstacles qu’il doit éviter ou non comme les ombres, les nuages, les murs ou encore les arbres. L’objectif étant qu’il réussisse à les discerner comme le fait l’homme, qui ne contourne pas une ombre ou ne fonce pas dans un mur, par exemple.

 

 

Microsoft récoltera les données et espère que cet outil va aider à la «démocratisation de la robotique». Sans celui-ci, le coût pour entraîner un appareil dans le monde réel peut vite grimper, surtout lorsqu’il se crashe ou s’abime. Mais il faut tout de même avoir un ordinateur très puissant pour pouvoir supporter la simulation.

L’équipe de développement de Microsoft souhaite que le projet leur permette de savoir comment utiliser l’IA dans le monde réel et ainsi développer des drones ou encore des voitures autonomes.

 

 

Cette découverte devrait permettre de nombreuses avancées. Elle pourra notamment aiderAmazon à régler les problèmes de ses livraisons en drones, qui parachutent les colis dans votre jardin. L’apprentissage des gadgets autonomes reste encore à travailler !

 

 

 

 

 

 

 

Ou êtes-vous Papineau,DeLorimier,Falardeau …vous manquez au Peuple Québécois!

Laisser un commentaire

Tout comme Danton,à l’époque de la Révolution Française,nous,le Peuple Québécois  ,avons à décréter « La Nation en danger! »

pierre-falardeau

 

 

 

Malgré tout, comme dirait De Lorimier : ‘’ Mon cœur entretient encore l’espoir. ’’ La victoire de nos ennemis est superficielle. Factice même. Ils ne sont forts que de notre faiblesse. Ils ont l’air d’avancer parce que nous reculons. Je n’ai jamais cru à l’inéluctabilité de l’indépendance. Mais, je ne peux pas croire qu’un peuple, le mien, choisisse délibérément le suicide collectif en douce. Un génocide en douce passe encore, mais pas un suicide en douce. Une lutte de libération nationale, c’est long, c’est dur, c’est tough. Des fois, ça avance, des fois ça recule. Pour l’instant, il s’agit de durer. Serrer les dents et rentrer la tête dans les épaules en attendant de bander vos muscles pour l’effort final. Notre pire ennemi est en nous-mêmes. Notre pire ennemi, c’est notre lâcheté, notre angélisme, notre bêtise collective. Chacun est responsable pour tous. Et qu’on ne vienne pas me faire chier avec le chef ou avec le parti. Nous sommes responsable, chacun d’entre nous, de la défaite de notre peuple ou de la victoire. L’indépendance est une question de vie ou de mort.
– Pierre Falardeau

boudha-citation

 

 

louis-de-buade-de-frontenac-quant-a-votre-general-quil-sache-que-je-nai-point-de-reponse-a-lui-faire-que-par-la-bouche-de-mes-canons-virtu-oz-virtuoz

 

…et pour finir une relique de la « jadis » résistance du Québec:

Front de liberation du Quebec - manifeste - crise d'octobre 1970

Front de liberation du Quebec – manifeste – crise d’octobre 1970

 


PS

« Vous êtes pas tannés de mourir bande de caves! »

(Manifeste du Refus Global,1948)

 

« Abolir le droit à la fortune » : la proposition choc d’un économiste français

2 commentaires

Mettre fin à l’enrichissement sans borne serait un pas salutaire face aux défis actuels de notre société. C’est l’idée développée par l’économiste Philippe Richard dans son livre intitulé « Abolir le droit à la fortune ».

richesse-en-or

 

Nous vivons dans une société encadrée par une myriade de lois. Pour respecter le vivre ensemble, nos droits et libertés sont bornés par des règles strictes. Mais pour Philippe Richard, docteur en économie et expert socio-économique, « concernant la richesse, il n’existe aucune limite ».

Il y a des sujets qui ne mettront jamais tout le monde d’accord. C’est comme la question du revenu universel qui s’impose désormais comme l’un des piliers de la campagne pour la présidentielle. Interrogé à ce propos par LCI, Olivier Besancenot, pourtant très à gauche, trouve qu’il s’agit « d’une fausse bonne idée ».

Un autre sujet tabou est aujourd’hui très loin de s’inviter dans les débats publics : le droit à l’enrichissement sans limite. La question est d’autant plus actuelle que le nouveau classement Forbes des plus grosses fortunes mondiales, récemment dévoilé, suggère que les 8 personnes les plus riches possèdent plus que la moitié de la population mondiale.

Mais autant être clair, l’idée de limiter le droit à l’enrichissement est aujourd’hui quasi utopique. C’est pourtant ce que prône Philippe Richard dans son livre « Abolir le droit à la fortune ». Pour lui, l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) ne suffit pas. Il propose d’instaurer un plafond à deux millions d’euros de patrimoine. Au-delà de ce plafond, les personnes concernées devraient indiquer au fisc ce qu’elles souhaitent garder. Le reste serait confié à un organisme public autonome pour constituer « une sorte de fonds souverains ». Lors d’une interview récemment accordée à RCM, il affirmait que :

« La question n’est pas de se dire que l’on va être tous égaux, gagner tous la même chose. Je suis convaincu qu’il faut stimuler la motivation, mais ne pas aller trop loin. La question n’est pas que cette fortune parte à l’étranger puisqu’elle resterait au sein d’une sorte de fonds souverain. C’est sur la base de la nationalité et non sur les lieux de résidence que serait déterminé le prélèvement. »

Et pour finir, il explique que ce faisant, l’État devrait pouvoir récupérer 1.750 milliards d’euros d’actifs pour « en faire beaucoup de choses ».

 

 

 

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :