La Criminelle Arnaque du Covid-19: Des composés métalliques toxiques trouvés dans tous les échantillons de vaccin COVID

Un groupe de scientifiques allemands indépendants a trouvé des composants toxiques – principalement métalliques – dans tous les échantillons de vaccin COVID-19 qu’ils ont analysés, « sans exception » en utilisant des techniques de mesure médicales et physiques modernes.
Le groupe de travail pour l’analyse des vaccins COVID indique que certains des éléments toxiques trouvés à l’intérieur des flacons de vaccins AstraZenecaPfizer et Moderna 
n’étaient pas répertoriés dans les listes d’ingrédients des fabricants.

Les éléments métalliques suivants ont été trouvés dans les vaccins :

  –  Métaux alcalins : césium (Cs), potassium (K)
–  Métaux alcalino-terreux : calcium (Ca), baryum (Ba)
–  Métaux de transition : cobalt (Co), fer (Fe), chrome (Cr), titane (Ti)
–  Métaux de terres rares : cérium (Ce), gadolinium (Gd)
–  Groupe minier/métal : aluminium (Al)
–  Groupe de carbone : silicium (Si) (en partie matériau de support/glissière)
–  Groupe oxygène : soufre (S)

Ces substances, en outre, « sont visibles au microscope à fond noir sous forme de structures distinctes et complexes de différentes tailles, ne peuvent être expliquées que partiellement par des processus de cristallisation ou de décomposition, [et] ne peuvent pas être expliquées comme une contamination due au processus de fabrication,  » ont découvert les chercheurs.

Ils ont déclaré que  leurs conclusions sont préliminaires.

Les résultats « s’appuient sur les travaux d’autres chercheurs de la communauté internationale qui ont décrit des résultats similaires, tels que le Dr Young, le Dr Nagase, le Dr Botha, le Dr Flemming, le Dr Robert Wakeling et le Dr Noak« , a déclaré le Dr. Janci Lindsay, Ph.D., une toxicologue non impliquée dans l’étude, a déclaré à Epoch Times.
« Le nombre et la cohérence des allégations de contamination à elles seules, associées au silence inquiétant des organismes mondiaux de sécurité et de réglementation, sont gênantes et déconcertantes en termes de ‘transparence’ et d’allégations continues de ces organismes selon lesquelles les vaccins génétiques sont ‘sûrs’« , a ajouté Lindsay.

 

La comparaison des cristaux dans le sang et dans le vaccin; à gauche, des formations cristallines se trouvent dans le sang des sujets testés vaccinés avec Comirnaty (BioNTech/Pfizer), les images de droite montrent que ces types de cristaux se trouvent également dans les vaccins Comirnaty.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Helena Krenn, la fondatrice du groupe, a soumis les conclusions aux autorités gouvernementales allemandes pour examen.

« Nous l’avions soumis aux participants du gouvernement et à d’autres adresses de journaux avec la plateforme open-debate.euuniquement en Allemagne, en Autriche et en Suisse », a déclaré Krenn à Epoch Times.

Deux autres découvertes importantes étaient que les échantillons de sang des vaccinés présentaient des « changements marqués » et que davantage d’effets secondaires étaient observés proportionnellement à « la stabilité de l’enveloppe des nanoparticules lipidiques« .

Une nanoparticule lipidique est une particule extrêmement petite, une membrane liposoluble qui est le cargo de l’ARN messager (ARNm).

Méthodologie

« En utilisant un petit échantillon d’analyses de sang vivant provenant d’individus vaccinés et non vaccinés, nous avons déterminé que l’intelligence artificielle (IA) peut distinguer avec une fiabilité de 100 % le sang des vaccinés et des non vaccinés. Cela indique que les vaccins COVID-19 peuvent affecter des changements à long terme dans la composition du sang de la personne vaccinée sans que cette personne soit consciente de ces changements ”, indique l’étude.

Les découvertes de changements physiologiques aigus et chroniques dans le sang des personnes inoculées avec les vaccins, systématiquement discernées via un logiciel d’IA, « fait également écho aux découvertes de nombreux autres chercheurs et soutiennent les affirmations de contamination et/ou d’adultération« , a déclaré Lindsay.

« Nous avons établi que les vaccins COVID-19 contiennent systématiquement, en plus des contaminants, des substances dont nous ne sommes pas en mesure de déterminer le but« , indique leur étude.

Le groupe est composé de 60 membres, dont des médecins, des physiciens, des chimistes, des microbiologistes et des praticiens de la santé alternative, soutenus par des avocats et des psychologues.

Objets anormaux dans le vaccin vectoriel Janssen de Johnson & Johnson. Il est à noter que des objets de ce type n’ont pas été retrouvés dans tous les échantillons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les scientifiques affirment que leurs résultats ont été confirmés à l’aide des techniques de mesure suivantes : « Microscopie électronique à balayage, spectroscopie à rayons X à dispersion d’énergie, spectroscopie de masse, analyse de plasma à couplage inductif, microscopie à fond clair, microscopie à fond noir et diagnostic d’images de sang vivant, ainsi que l’analyse d’images à l’aide de l’intelligence artificielle. ”

Les analystes expliquent qu’ils ont coopéré avec d’autres groupes dans différents pays qui ont mené des enquêtes similaires et ont obtenu des résultats conformes aux leurs.

« Les résultats de notre analyse des vaccins peuvent, par conséquent, être considérés comme validés de manière croisée« , indique le rapport de synthèse de leurs conclusions.

« Il faut reconnaître bien sûr que [le travail du groupe de travail allemand] est décrit comme des «résultats préliminaires», non encore publiés dans une revue à comité de lecture et cette chaîne de responsabilité ainsi que l’identité de bon nombre de ces scientifiques sont inconnues.

« Cependant, dans ce climat fortement chargé et censuré en ce qui concerne les défis à la » sécurité et à l’efficacité « des vaccins génétiques, je peux moi-même attester des difficultés à mener la recherche fondamentale, et encore moins à publier cette même recherche chez une revue à comité de lecture, afin de répondre à ces questions et de diffuser les résultats ”, a déclaré Lindsay.

Le vaccin Comirnaty de BioNTech/Pfizer présente
une diversité et un grand nombre d’objets insolites.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le grand nombre de plaquettes et de formes cristallines peut difficilement être interprété comme des impuretés. Ils apparaissent régulièrement et en grand nombre dans tous les échantillons. Crédit photo : Helen Krenn

Astra ZenecaModernaPfizer et J&J n’ont pas répondu à une demande de commentaire.

Source: The Epoch Times


 

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID 19:La Russie déclare que Covid est une arme biologique américaine. Twitter annule le compte russe pour avoir dévoilé cette vérité connue

Ce matin, la RT russe a rapporté que Twitter avait suspendu le compte officiel du ministère russe des Affaires étrangères : Twitter a temporairement suspendu le compte appartenant au ministère russe des Affaires étrangères, ont révélé des responsables à Moscou. Selon la porte-parole du ministère, Maria Zakharova, la mesure punitive a été imposée après que les diplomates ont cité un commandant militaire russe, qui avait allégué que les États-Unis auraient pu être à l’origine de la pandémie de Covid-19.

 

Mardi, Zakharova a publié un message sur sa chaîne Telegram, disant que le 5 août, Twitter « a bloqué pendant sept jours le compte officiel du ministère des Affaires étrangères en anglais ». Le diplomate a expliqué que la réaction brutale avait été déclenchée par la publication par le ministère d’un tweet contenant des extraits d’un discours prononcé plus tôt par le chef des troupes russes de protection nucléaire, biologique et chimique, le lieutenant-général Igor Kirillov.

Le tweet du ministère en question citait des affirmations selon lesquelles l’Agence des États-Unis pour le développement international aurait pu être à l’origine de la pandémie de Covid-19…

Le tweet qui a conduit à la suspension est précédé d’une plaque indiquant qu’il « a violé les règles de Twitter sur le partage d’informations fausses ou trompeuses qui pourraient nuire aux populations touchées par la crise« . La plateforme a toutefois noté qu’elle avait choisi de conserver le message « à des fins de responsabilité« .

Après que la guerre de la Russie avec l’Ukraine a éclaté il y a six mois, de nombreuses sanctions occidentales sévères ont été imposées à la Russie et à des Russes individuels. Mais cette suspension était sans précédent, aucune mesure de ce type n’ayant jamais été prise contre un compte Twitter officiel du gouvernement russe.

Cette mesure radicale souligne l’énorme gravité de ces accusations russes. Si le monde commençait à soupçonner que Covid était une arme biologique américaine, le paysage politique mondial pourrait changer radicalement.

Compte tenu de l’importance de ce dernier développement, il convient de récapituler la séquence d’événements précédente.

Le professeur Jeffrey Sachs de l’Université de Columbia est l’universitaire américain de haut rang qui avait présidé la commission Covid du Lancet, une revue médicale de premier plan. En mai, il a co-écrit un article dans la prestigieuse revue américaine PNAS soulignant les preuves très solides que Covid a été bio-conçu dans un laboratoire et a appelé à une enquête indépendante sur ses origines.

    A call for an independent inquiry into the origin of the SARS-CoV-2 virus (Un appel à une enquête indépendante sur l’origine du virus SARS-CoV-2)     Neil L. Harrison et Jeffrey D. Sachs • PNAS • 19 mai 2022 • 2 800 mots

Dans cet article, il a souligné que l’EcoHealth Alliance, fortement financée par notre propre ministère de la Défense, avait collecté très activement le type exact de virus qui constituait probablement le stock précurseur du virus Covid génétiquement modifié.

Ces affirmations dramatiques de personnalités universitaires de premier plan auraient dû faire les grands titres des médias, mais au lieu de cela, elles ont été ignorées par pratiquement tous les médias traditionnels et alternatifs, bien que j’en ai parlé dans une colonne.

Le mois suivant, le professeur Sachs a pris la parole lors d’une conférence de groupe de réflexion espagnol et il a fortement suggéré que le virus Covid semblait avoir émergé de la biotechnologie américaine. Quelques semaines plus tard, RT a publié un court article soulignant les déclarations de Sachs, et un extrait de ses remarques est devenu super viral quelques jours plus tard, étant retweeté plus de 11.000 fois et accumulant un million de vues, comme je l’ai décrit dans une colonne :

Le populiste britannique Daily Mail a finalement décidé de couvrir l’histoire, la portant à l’attention d’un public grand public :

    Covid a fui d’un laboratoire AMÉRICAIN (et non de l’installation chinoise notoire) au centre de la dissimulation de la pandémie, affirme le meilleur professeur américain décrit comme un « propagandiste de Xi »

    Connor Boyd • Daily Mail • 4 juillet 2022 • 1 500 mots

La semaine suivante, j’ai noté que la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986 avait joué un rôle majeur dans l’effondrement de l’Union soviétique, et que l’épidémie de Covid a été peut-être mille fois plus importante dans son impact mondial. Si le monde commençait à croire que le Covid avait une origine américaine, l’impact géopolitique serait monumental. Et avec plus d’un million d’Américains morts et deux ans de confinement et de vies perturbées, les conséquences politiques intérieures seraient tout aussi énormes :

    Mille fois plus grande que la catastrophe nucléaire de Tchernobyl

    Ron Unz • La revue Unz • 11 juillet 2022 • 2 300 mots

En partie à la suite des affirmations explosives du professeur Sachs, j’ai été interviewé fin juillet par Sputnik News, un média russe grand public avec 20 millions de visites mensuelles. Cela a finalement permis à mon analyse Covid d’atteindre un public beaucoup plus large et plus mondial :

    Éditeur américain : Et si l’épidémie de COVID faisait partie du plan de guerre biologique du Pentagone ?

    Ekaterina Blinova • Actualités Spoutnik • 31 juillet 2022 • 1 500 mots

L’article de Spoutnik semble avoir été l’un des plus populaires sur leur site Web, avec plus de 100 endossements par les lecteurs, et ma propre chronique sur la polémique a également généré un fort trafic, avec plus de 300 commentaires :

    Spoutnik fait le scoop du Daily Mail

    Ron Unz • La revue Unz • 1er août 2022 • 1 800 mots

Quelques jours après la publication de l’article de Spoutnik, le lieutenant-général Igor Kirillov, chef des Forces de défense radiologiques, chimiques et biologiques de la Russie, a tenu un briefing public au cours duquel il a évoqué la possibilité d’une responsabilité américaine dans l’épidémie mondiale de Covid. Comme l’a rapporté RT :

« Compte tenu de l’intérêt de l’administration américaine pour l’étude d’agents biologiques étroitement ciblés, de telles déclarations obligent à porter un regard neuf sur les causes de la pandémie du nouveau coronavirus et sur le rôle des biologistes militaires américains dans l’émergence et la propagation du Covid. -19 pathogène », a déclaré Kirillov.

La Russie soupçonne maintenant que l’USAID pourrait avoir été directement responsable de l’émergence du virus Covid-19, selon Kirillov, qui a souligné un article du Lancet du professeur de Columbia Jeffry Sachs, qui a suggéré que le virus a probablement été créé dans un laboratoire avec l’aide des dernières réalisations américaines dans le domaine de la biotechnologie…

« La mise en œuvre du scénario de développement COVID-19 et l’arrêt d’urgence du programme Predict par l’USAID en 2019 suggèrent la nature délibérée de la pandémie et l’implication des États-Unis dans son apparition« , a déclaré Kirillov.

    Le gouvernement américain pourrait être complice de l’émergence de Covid – Russie

Moscou évalue la possibilité qu’une agence de Washington DC ait joué un rôle dans la création de Covid-19

    RT News • 4 août 2022 • 500 mots

Après que le ministère russe des Affaires étrangères a publié un Tweet contenant des extraits du discours du lieutenant-général Kirillov, son compte a été immédiatement suspendu par Twitter.

Je n’ai aucune idée particulière de la pensée des moniteurs Twitter qui ont suspendu le compte de la Russie, mais je soupçonne qu’ils considéraient sincèrement ces accusations russes de Covid comme totalement absurdes et dangereuses, une « théorie du complot » scandaleuse n’ayant absolument aucun fondement dans la réalité. [au contraire, je pense que Twitter a obéi à un ordre venant du gouvernement américain qui a compris la dangerosité de cette information, et son impact énorme sur les populations américaines et mondiales. H.G.]

Les dirigeants d’entreprise tirent probablement leur compréhension du monde des mêmes sources médiatiques que le grand public, et si aucun journaliste occidental n’a jamais laissé entendre que Covid aurait pu être une arme biologique américaine, la notion semblerait tout aussi inimaginable à un responsable Twitter qu’elle le serait pour son propre voisin de palier. Ceux qui contrôlent les médias contrôlent les contours de la réalité perçue.

Pendant plus de deux ans, j’ai été stupéfait par la réticence totale de pratiquement tous les journalistes traditionnels ou alternatifs à prendre connaissance des preuves très solides de la culpabilité américaine. Pas plus tard qu’hier, j’ai envoyé cette note à un membre de l’élite américaine avec qui je suis ami depuis de nombreuses années :

… toute la situation ébranle l’imagination.

Pour le même argument, supposons que j’ai raison et qu’il y a au moins de bonnes chances que le contrecoup d’une attaque de guerre biologique non autorisée ait maintenant tué un million d’Américains.

Pouvez-vous penser à quoi que ce soit dans l’histoire du monde, sans parler de l’histoire de l’Amérique, qui soit comparable à cela ? Comme je l’ai soutenu dans l’un de mes articles récents, c’est probablement 1000 fois une catastrophe mondiale plus importante que Tchernobyl.

Et l’idée qu’absolument personne ne veut en discuter est tout simplement incroyable. C’est comme si le NKVD de Staline allait les  envoyer au Goulag [ou à Gaza] s’ils disaient quoi que ce soit. Je veux dire que c’est une chose si les gens ont peur de se faire tirer dessus, mais c’en est une autre s’ils ont simplement peur d’être critiqués sur Twitter…

Je ne comprends tout simplement pas pourquoi absolument personne ne veut prendre position publiquement sur cette question. Une fois que tous les faits ont été connus il y a plus d’un an, j’ai supposé que le barrage se briserait d’une semaine à l’autre.

Des centaines de manifestants à Sydney,Australie,le 24 juillet5 2021

Et sa réponse :

C’est assez incroyable.

Début août, le professeur Sachs a accordé une longue interview à Current Affairs, une publication alternative progressiste, dans laquelle il a décrit les obstacles rencontrés par son enquête du Lancet sur les origines de Covid. Les membres scientifiques servant sous ses ordres ont refusé d’explorer tout rôle américain dans la création du virus et n’étaient pas disposés à divulguer les récentes recherches américaines dans des domaines connexes :

Ce que je demande n’est pas la conclusion. J’appelle à l’enquête. Enfin, après deux ans et demi de cela, il est temps d’admettre qu’il pourrait être sorti d’un laboratoire et voici les données que nous devons connaître pour savoir si c’est le cas…

On a en fait demandé au NIH à un moment donné : donnez-nous votre programme de recherche sur les virus de type SRAS. Et vous savez ce qu’ils ont fait ? Ils ont publié la page de couverture et rédigé 290 pages. Ils nous ont donné une page de garde et 290 pages vierges ! C’est NIH, pour l’amour du ciel. Ce n’est pas une société. C’est le gouvernement américain chargé de nous garder en bonne santé.

    Pourquoi le président de la commission COVID-19 du Lancet pense que le gouvernement américain empêche une véritable enquête sur la pandémie

    Jeffrey Sachs • Current Affairs • 2 août 2022 • 4 300 mots

Depuis avril 2020, j’ai soutenu que l’épidémie de Covid était probablement due à une attaque américaine de guerre biologique contre la Chine (et l’Iran), tout comme les Iraniens l’avaient affirmé à l’époque. Cette attaque s’est presque certainement produite sans l’autorisation personnelle du président Trump et constituait donc une «opération voyou».

Ma propre longue série d’articles a documenté les preuves très solides de la culpabilité américaine, y compris notamment la prescience évidente de l’épidémie de Wuhan. Tous les éléments sources sous-jacents ont été fournis dans les reportages des médias établis et ne peuvent pas être facilement niés.

Mais des journalistes timorés ont détourné les yeux et ont refusé de prêter attention à ce qui avait été révélé dans leurs propres publications.

    Covid/Biowarfare Series
Ron Unz • The Unz Review • Avril 2020-décembre 2021 • 60 000 mots

J’ai également présenté ces mêmes informations dans un certain nombre d’entretiens en podcast, qui ont maintenant été visionnés près d’un million de fois, dont près de 50.000 vues au cours des deux derniers jours. Au fur et à mesure que les faits qu’ils présentent deviennent plus largement connus, des changements politiques dramatiques peuvent commencer à se produire.

Je soupçonne que si les dirigeants de Twitter avaient pris connaissance de ces informations factuelles, ils auraient pu considérer les déclarations publiques du ministère russe de la Défense sous un jour très différent.

Trois des présentations les plus importantes totalisent près de quatre heures et sont facilement disponibles sur Rumble.

Kevin Barrett, FFWN • February 16, 2022 • 15m
Video Link

Geopolitics & Empire • February 1, 2022 • 75m
Video Link

Red Ice TV • February 3, 2022 • 130m
Source

Par Ron UNZ : Twitter Cancels Russia Over Covid Biowarfare Accusations

Unz Review

RÉCHERCHEZ  AUSSI CES INFOS HISTORIQUES

13 mars 2020 CONFIRME. Les USA ont introduit le COVID-19 en Chine à l’occasion des « Jeux Militaires » de Wuhan
l6 mars 2020 Coronavirus. Après la Chine, les soldats américains infestent l’Europe, le Japon, la Corée du Sud, etc.
11 mai 2020 Des sportifs français contaminés par le Covid-19 dès octobre aux Jeux militaires de Wuhan ?
6 décembre 2020 Bis repetita. La « Grippe Espagnole » de 1918 était une pandémie mondiale provoquée par Rockefeller et l’armée américaine
20 décembre 2020 COVID. Les tenants et les aboutissants de l’Arnaque. Par Foster Gamble
17 février 2021 Ils ont baptisé « conspirateur COVID » de nombreux chercheurs sérieux.
15 avril 2021 Covid-Arnaque. Microchip sous la peau: Le Pentagone a conçu un hydrogel injectable
17 juin 2021 Les États-Unis ont fabriqué la bio-arme Covid et l’ont d’abord disséminée en Chine et en Iran. Ils ont contaminé le Monde
2 août 2021 USA. Le virus Covid-19 se serait échappé du laboratoire dès juillet 2019
25 février 2022 Ukraine. Les Russes vont découvrir l’énorme complexe de laboratoires américains d’armes biologiques
Beaucoup d’encre a coulé depuis le déclenchement mondial de la « crise du Covid-19 ». Et pourtant, les réactions des philosophes sur la question laissent entièrement à désirer. La plupart ont pris pour argent comptant la narration officielle faite de ladite « crise », et n’ont pas songé à interroger les fondements mêmes de cette narration, pourtant d’évidence cousue de fil blanc en tous ses points stratégiques

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:Coup de tonnerre sur les origines du Covid

Depuis le premier jour de l’apparition de l’arnaque Covid, nous avons soutenu que (1) aucun virus n’a été isolé , (2) l’origine de cette arme biologique mortelle est américaine, et (3) cette arme a été initialement testée sur l’Iran (plusieurs milliers de morts) et la Chine. Avec plus de 2 ans de retard, Ron Unz confirme tout cela et plus encore. 

Ron Unz
Il arrive que la trajectoire de l’histoire humaine puisse être déviée par une petite étincelle, lorsque celle-ci met le feu à un baril de poudre idéologique. Tombant à point nommé pour la fête nationale des États-Unis du quatre juillet, une énorme explosion dans l’attention du grand public vient de submerger les origines de l’épidémie de Covid, et de relancer le débat sur les causes de l’épidémie globale qui a emporté plus d’un million de vies aux États-Unis et a perturbé le monde entier.

Wow Prof. Jeffrey Sachs: « J’ai présidé pendant 2 ans la commission du Lancet sur le Covid. Je suis convaincu que ce virus est sorti d’un laboratoire de biotechnologie étasunien […] Nous n’en avons pas la preuve, mais nous disposons de suffisamment d’éléments. [Pourtant] aucune enquête n’est menée, ni aux États-Unis, ni ailleurs »

Le professeur Jeffrey Sachs est l’universitaire de haut niveau qui a présidé la commission Lancet sur le Covid, et il y a quinze jours, il a fait des déclarations publiques qui semblent indiquer que le virus aurait été fabriqué aux États-Unis. Le 1er juillet, j’ai republié un bref article produit par RT faisant part de ces déclarations, et le lendemain, un petit clip faisant état de ses remarques est devenu ultra-viral sur les réseaux sociaux : il a été retweeté plus de 9000 fois et la vidéo a été vue 800 000 fois, avec une croissance qui s’est constatée de minute en minute. En toute fin de compte, nos médias occidentaux vont peut-être se retrouver confrontés au problème qu’ils ont mis tant de soin à éviter d’évoquer depuis plus de deux ans.

Wow😯Prof. Jeffrey Sachs:

« J’ai présidé pendant 2 ans la commission du Lancet sur le Covid. Je suis convaincu que ce virus est sorti d’un laboratoire de biotechnologie étasunien […] Nous n’en

avons pas la preuve, mais nous disposons de suffisamment d’éléments. [Pourtant] aucune enquête n’est menée, ni aux États-Unis, ni ailleurs ». pic.twitter.com/IYvSJnlv1q

— Arnaud Bertrand (@RnaudBertrand) 2 juillet 2022

La suggestion incendiaire émise par Sachs tombe un mois après qu’il a co-signé un article universitaire au sein du prestigieux journal Proceedings of the National Academy of Sciences, indiquant les éléments importants qui laissent à penser que le Covid était le produit fabriqué génétiquement dans un laboratoire, et demandant une enquête indépendante sur le rôle possible des États-Unis dans la fabrication du virus qui a tué plus de 20 millions de gens dans le monde entier.

A call for an independent inquiry into the origin of the SARS-CoV-2 virus
Neil L. Harrison and Jeffrey D. Sachs • PNAS • 19 mai 2022 • 2800 mots

Il y a deux ans, la commission qu’il a présidée sur le Covid avait conclu que le virus était sans doute d’origine naturelle, un verdict rapidement adopté de manière uniforme par les médias des États-Unis, et Facebook en était même venu à censurer les opinions contraires. Le retournement public de Sachs sur cette question centrale représente donc une bombe gigantesque, mais à l’exception d’un seul article paru dans the Intercept, l’événement est resté totalement ignoré par les médias, malgré mes propres efforts pour le mettre en lumière.

Mais un Tweet bien rédigé a désormais attiré un tel niveau d’attention qu’il va sans doute devenir très difficile désormais pour les médias de continuer à ignorer ce sujet.

En parcourant l’énorme fil Twitter, la seule réfutation substantielle que j’ai trouvée venait du professeur Richard H. Ebright de Rutgers, un virologue influent très impliqué dans le débat sur le Covid, qui prétend que les propos de Sachs ont été mal interprétés. À en croire Ebright, Sachs ne faisait que suggérer que c’était la biotechnologie étasunienne, et non concrètement un laboratoire étasunien, qui avait été responsable du Covid :

Il s’agit d’une mauvaise interprétation de l’affirmation et de la conclusion de Sachs.

Sachs a parlé d’une « biotechnologie de laboratoire des États-Unis », pas d’« un laboratoire de biotechnologie des États-Unis. » (les articles « un » et « de » sont des interpolations erronées faites par l’auteur du Tweet). Sachs conclut que le virus provient d’un laboratoire chinois faisant usage de biotechnologie étasunienne.

— Richard H. Ebright (@R_H_Ebright) 2 juillet 2022

Les mots employés par Sachs sont certes un peu indistincts et peut-être quelque peu ambigus, et je les avais personnellement interprétés de la même manière et j’avais pensé qu’il induisait purement et simplement que le virus aurait pu être produit aux États-Unis, mais sans l’affirmer explicitement. Mais l’autre principal candidat à constituer la source du virus a toujours été le laboratoire de Wuhan, et Sachs n’a jamais fait ne serait-ce que mention de cette possibilité, ce qui reflète possiblement ses doutes à ce sujet. Quoi qu’il en soit, l’affirmation d’Ebright que « Sach[s] conclut que le virus est sorti d’un laboratoire chinois faisant usage de biotechnologie étasunienne » est un résumé totalement erroné de ce qu’affirme Sachs.

Cette étrange et fallacieuse affirmation émise par Ebright peut enfin attirer l’attention sur son implication personnelle étrange et plutôt détournée dans le débat sur les origines du Covid, un sujet que j’avais traité en détail dans un article que j’ai publié il y a presque un an, dont certains extraits méritent d’être cités.

Alors que le coronavirus commençait peu à peu à se répandre hors des frontières de la Chine, un autre développement s’est produit, qui a grandement multiplié mes soupçons. La plupart de ces premiers cas s’étaient produits exactement là où on pouvait les attendre, dans les pays d’Asie de l’Est jouxtant la Chine. Mais à la fin du mois de février, l’Iran était devenu le second épicentre de l’épidémie globale. Plus surprenant encore, les élites politiques de ce pays avaient été très fortement touchées, avec pas moins de 10% des membres du parlement iranien rapidement infectés, et au moins une douzaine de dirigeants du pays tués par le virus, parmi lesquels des hommes plutôt âgés. De fait, les activistes néo-conservateurs se réjouissaient sur Twitter de voir leurs ennemis iraniens détestés tomber comme des mouches.

Examinons les implications de ces faits. Dans le monde entier, les seules élites politiques qui ont jusqu’ici subi des pertes humaines significatives ont été celles de l’Iran, et ils sont morts très tôt, avant que l’épidémie n’ait significativement éclaté où que ce soit dans le monde, hormis la Chine. Aussi, nous voyons les États-Unis assassiner le plus haut commandant militaire iranien le 2 janvier, puis, quelques semaines plus tard, de vastes franges des élites dirigeants iraniennes subitement infectées par un nouveau virus mystérieux et mortel, qui a tué un grand nombre d’entre eux. Est-ce qu’une personne dotée de raison peut considérer ces événements comme une simple coïncidence ?

Les Iraniens avaient tout à fait conscience de ces éléments, et leurs hauts-dirigeants politiques et militaires ont accusé publiquement les États-Unis de mener une attaque biologique interdite contre leur pays et contre la Chine, leur ancien président allant jusqu’à émettre une plainte officielle auprès des Nations Unies. Mais bien que ces accusations explosives aient été largement couvertes par la presse iranienne, elles sont restées totalement ignorées des médias étasuniens, si bien que presque aucun habitant des États-Unis n’en a quasiment entendu parler.

Et le rôle central pour réfuter ces accusations explosives en provenance d’Iran a été joué par Ebright, dont très tôt les positions publiques sur le virus ont été strictement opposées à celles qu’il a ensuite affirmé avoir tenues depuis le départ. Comme je l’ai écrit :

Je pense que cette reconstruction des événements est soutenue par les positions publiques remarquablement contraires entre elles adoptées par le professeur Richard H. Ebright, un biologiste moléculaire et expert en sûreté biologique très réputé de Rutgers, qui s’est récemment positionné comme soutien scientifique le plus cité de la théorie du virus-ayant-fuité-du-laboratoire-de-Wuhan.

Au mois de janvier, Nicholson Baker avait cité Ebright, qui affirmait que des années durant il avait été préoccupé par le laboratoire de Wuhan et des travaux qui y étaient menés en vue de créer des coronavirus de chauve-souris de type SARS « chimériques »« présentant une infectivité humaine améliorée ». Au sein d’un e-mail, le scientifique avait en outre déclaré que « Dans le présent contexte, la nouvelle d’un nouveau coronavirus à Wuhan ***criait*** à la fabrication en laboratoire. »

Peu de temps après, Ebright est devenu l’un des signataires de premier-plan de la lettre ouverte du mois de mars, critiquant vertement le rapport de l’OMS, et appelant à une nouvelle enquête internationale sur le laboratoire de Wuhan, et a soutenu ses opinions dans une longue interview accordée à Independent Science News. Selon l’article de Vanity Fair, lorsque les tous premiers rapports d’épidémie de Covid étaient apparus, ses soupçons à l’encontre d’un virus artificiel fuité du laboratoire de Wuhan avaient été immédiats, en l’espace d’« une nanoseconde ou une picoseconde. » Les affirmations d’Ebright ont également constitué une pièce maîtresse de l’article fondateur de Wade :

Il est clair et limpide que l’Institue de Virologie de Wuhan s’employait de manière systématique à fabriquer de nouveaux coronavirus chimériques, et évaluait leur capacité à infecter des cellules humaines ainsi que des souris ACE2 exprimant des gènes humains. Il est également clair que, selon les contextes génomiques constants choisis pour les analyses, ces travaux auraient pu produire le SARS-CoV-2 ou un progéniteur proche du SARS-CoV-2… Il est clair que tout ou partie de ces travaux étaient réalisés suivant un standard de biosécurité… qui allait provoquer des risques inacceptablement élevés d’infection du personnel du laboratoire. Il est également clair que ces travaux n’auraient jamais dû être financés, et n’auraient jamais dû avoir lieu.

Pourtant, de manière tout à fait étrange, Ebright, durant les premiers mois de l’épidémie, avait semblé tenir une position publique absolument contraire. Dans son interview du 29 janvier 2020 au Washington Postil avait déclaré : « Sur la base du génome et des propriétés du virus, il n’existe aucune indication d’aucune sorte qu’il puisse s’agir d’un virus fabriqué [artificiellement]. Et selon un article du Post paru quelques semaines plus tard, il avait également ajouté : « La possibilité qu’il puisse s’agir d’une arme biologique délibérément déclenchée peut être nettement exclue. »

Les affirmations radicales d’Ebright avaient pour objet de réfuter les allégations très répandues selon lesquelles le Covid était une arme biologique chinoise qui avait été propagée par accident, mais bientôt, elles se sont avérées très utiles à notre propre RFE/RL1, sponsorisé par notre gouvernement, dénonçant l’accusation de guerre biologique lancée par l’Iran comme « affirmation infondée » soutenue par « aucune preuve » et citant les affirmations radicales d’Ebright pour réfuter cette thèse. Cet apparent consensus scientifique selon lequel le virus était naturel garantissait que toute nouvelle accusation iranienne serait sommairement rejetée comme totalement irrationnelle par les médias internationaux, contraignant Téhéran à abandonner ses vaines tentatives.

Que ma propre analyse des motivations d’Ebright soit correcte ou non, la réalité indéniable est que la voix scientifique ayant affirmé haut et fort en premier que le Covid était naturel est devenue la voix que l’on entend le plus pour affirmer que le virus est sorti d’un laboratoire, une thèse qu’il maintient désormais avoir soutenue depuis le tout début. Au sein des médias, nul ne paraît avoir commenté ou même remarqué ce changement de position radical.

Aussi, lorsque début 2020 les Iraniens ont accusé les États-Unis d’avoir lancé une attaque de guerre biologique contre leur pays et la Chine en utilisant le virus du Covid, les déclarations du professeur Ebright selon lesquelles le virus était absolument naturel avaient été utilisées pour repousser les accusations portées contre le gouvernement des États-Unis. Mais plus tard la même année, après que ces accusations iraniennes furent oubliées, Ebright s’est mis à affirmer que depuis le tout début, il avait estimé que le virus était artificiel, très probablement un produit chinois sorti du laboratoire de Wuhan. Dans chacun des cas, sa position a parfaitement servi à soutenir les intérêts de propagande immédiats de l’establishment de sécurité des États-Unis, et dans nos médias, il ne s’est trouvé absolument personne pour lui demander d’expliquer ces positionnements totalement contradictoires. Peut-être que des personnes actives sur Twitter devraient à présent commencer à lui poser des questions sur ces sujets.

Les laboratoires militaires secrets de Wuhan,vus du ciel.

Le sous-texte absolument tabou du débat en cours est la possibilité évidente que le virus du Covid ait pu être créé dans un laboratoire des États-Unis, puis délibérément déployé contre la Chine et l’Iran, exactement comme dénoncé à l’époque par le gouvernement iranien, pour finir par se répandre et dévaster les États-Unis et le reste de l’Occident.

Au cours des deux dernières années, je suis resté pratiquement seul à soutenir cette hypothèse controversée, qui est restée presque totalement exclue à la fois des médias dominants et des médias alternatifs. On peut lire ma longue suite d’articles sur mon site, qui ont été assemblés dans un eBook disponible librement, déjà téléchargé plus de 110 000 fois :

Covid/Biowarfare Series
Ron Unz • The Unz Review • avril 2020-décembre 2021 • 60000 mots

 

Les interviews filmées au cours desquelles j’ai présenté mes analyses sur les origines du Covid ont déjà été vues presque 600 000 fois ; en voici les trois plus populaires et importantes. Je m’attends à ce que ces nombres de visionnages augmentent fortement si les commentaires émis par Sachs portent le sujet au cœur du débat public.

 

 

 

 

Par Ron Unz − Le 4 juillet 2022 − Source unz.com


UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

La Criminelle Arnaque du COVID-19:Découverte de Vaxxins Covid-19 pour enfants contenant de la Drogue Scopolamine qui peut les Zombifier et en faire des Proies faciles pour les Pédophiles !

De la scopolamine trouvée dans les vaccins Covid pour enfants ! 
L’armée américaine a trouvé la drogue scopolamine dans des vaccins Covid-19 destinés à atteindre les bras des enfants, ont déclaré des sources du bureau du général David H. Berger à Michael Baxter. 
La scopolamine est connue sous plusieurs noms, notamment hyoscine, burandanga, « Haleine du diable » et « la drogue des zombies ».

Dérivée des plantes de la morelle, elle a acquis une certaine notoriété en Colombie où les criminels l’utilisent pour droguer les touristes naïfs et imprudents. 

Sur Internet, les histoires abondent de touristes qui font la tournée des bars, discutent avec les femmes du coin, s’évanouissent et se réveillent trois jours plus tard pour découvrir qu’ils ont été volés et que leurs comptes bancaires ont été vidés. 

Certains ne reprennent jamais conscience. 
La drogue, soluble, inodore et sans saveur, est censée priver une personne de son libre arbitre et la zombifier. 

L’effet est si puissant que des victimes de la scopolamine ont aidé leurs agresseurs avant de tomber inconscientes. 

Elles remettent volontairement leurs portefeuilles, leurs cartes de crédit et leurs codes pin, et ont même aidé leurs agresseurs à vider leurs appartements ou leurs chambres d’hôtel de leurs objets de valeur. 
La puissance de cette drogue n’a pas échappé aux services de renseignement américains : la CIA ajouterait de la scopolamine à diverses formules de « sérum de vérité ». 

Il est incompréhensiblement effrayant de croire que des fabricants de produits pharmaceutiques incluraient ce mélange dans des vaccins conçus pour des enfants particulièrement jeunes, mais l’armée prétend que c’est vrai. 
Après que la FDA a donné à Pfizer et Moderna la permission d’injecter des vaccins aux enfants, et que des sites de vaccination de masse pour les enfants ont commencé à apparaître dans les bastions libéraux, l’armée américaine a commencé à s’infiltrer subrepticement dans ces lieux pour collecter des flacons pour des analyses chimiques. 

Mais ils ne cherchaient pas de scopolamine. 

En mai, Michael Baxter a rapporté que les Chapeaux Blancs avaient trouvé et détruit un entrepôt de Moderna ; les ampoules de vaccins obtenues dans l’entrepôt contenaient des pesticides. 
« Big Pharma a des centaines d’entrepôts discrètement cachés à travers le pays. 

Les trouver tous était impossible. 

Lorsque nous avons trouvé des pyréthroïdes dans des ampoules à un seul endroit, nous avons su que ce n’était pas un incident isolé. 

Ils voulaient empoisonner des enfants. 

Maintenant il est évident que le complot est plus profond. 

Je ne peux pas dire comment exactement nous avons obtenu les vaccins contaminés – nous les avons trouvés à New York et en Californie. » 
Il a déclaré que les Chapeaux Blancs avait confisqué une douzaine de flacons Moderna sur un important site de vaccination d’enfants à Massapequa, dans l’État de New York, et davantage sur un site similaire à San Bernadino, en Californie. 

Les flacons ont été expédiés aux alliés des Chapeaux Blancs à l’U.S. Army Medical Research. 

Cinquante pour cent contenaient des quantités appréciables de Scopolamine. 
A San Bernadino, 25% des vaccins contenaient des quantités significatives de la drogue. 
« C’est une information horrible », a dit notre source. 

« Nous n’avons vraiment aucun moyen de savoir combien d’enfants ont été injectés avec cette merde. » 
Les vaccinateurs en folie
Les Chapeaux Blancs, dit-il, craignent que la scopolamine, lorsqu’elle est administrée à de jeunes enfants impressionnables et malléables, les tue purement et simplement ou les contraigne à obéir aux ordres. 
« Nous ne parlons pas ici de nourrissons, d’accord. 

Mais si un enfant de cinq ans est drogué et qu’un pédophile lui dit d’enlever ses vêtements, vous voyez le tableau ? 

Il est possible que des milliers, des dizaines ou des centaines de milliers d’enfants aient reçu cette substance. 

Nous n’en connaissons pas encore l’ampleur », a déclaré notre source.

Source : https://changera3.blogspot.com/2022/07/decouverte-de-vaxxins-enfants-contenant.html#more

Luc Boileau ,le responsable de la Santé Publique au Québec,était tout fier d’annoncer que les petits enfants pourront tous être vaccinés à partir d’aujourd’hui!Espérons que ce criminel politique finira en prison un jour!

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

La Criminelle Arnaque du COVID-19:Le département de la Défense des États-Unis a attribué un contrat pour la «recherche sur la COVID-19» en Ukraine 3 mois avant même que l’existence la Covid ne soit connue

Le monde a commencé à entendre parler d’un nouveau coronavirus au début de janvier 2020, avec des rapports faisant état d’une nouvelle pneumonie présumée comme une maladie se propageant à Wuhan, en Chine. Cependant, le monde n’a réellement connu la Covid-19 qu’en février 2020, car ce n’est que le 11 de ce mois que l’Organisation mondiale de la santé a officiellement nommé la nouvelle maladie à coronavirus, la Covid-19.

Donc, ceci étant la vérité officielle, pourquoi les données du gouvernement des États-Unis montrent-elles que le département américain de la Défense (DOD) a attribué un contrat le 12 novembre 2019 à Labyrinth Global Health INC. pour la «recherche COVID-19», au moins un mois avant l’émergence présumée du nouveau coronavirus, et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé [virus de la] Covid-19 (Coronavirus Desease 2019 ] ?

 

Cependant, les résultats choquants ne s’arrêtent pas là. Le contrat attribué en novembre 2019 pour la «recherche COVID-19» n’était pas seulement chargé de se dérouler en Ukraine, il faisait en fait partie d’un contrat beaucoup plus vaste pour un «programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine».

Cela explique peut-être pourquoi Labyrinth Global Health collabore avec l’EcoHealth Alliance de Peter Daszak et Metabiota d’Ernest Wolfe depuis sa création en 2017.

Le gouvernement des États-Unis a un site Web appelé  » USA Spending » , une source officielle de données ouvertes sur les dépenses fédérales. Selon le site, au 12 avril 2021, le gouvernement américain a dépensé un montant époustouflant de 3630 milliards de dollars « en réponse à la COVID-19 ». Mais ce ne sont pas les seules informations sur Covid qui peuvent être trouvées sur le site.

Cachés dans la « recherche d’attribution », se trouvent des détails sur un contrat attribué par le ministère de la Défense à une société nommée  » Black & Veatch Special Projects Corp » , qui serait « une société mondiale d’ingénierie, d’approvisionnement, de conseil et de construction spécialisée dans le développement d’infrastructures ».

Le contrat a été attribué le 20 septembre 2012 et est décrit comme « Services professionnels, scientifiques et techniques ». Évidemment, c’est très vague et très probablement de peu d’intérêt pour quiconque tombe dessus. Mais il y a quelque chose de profond dans les détails qui devrait intéresser tout le monde.

L’« Historique des attributions » du contrat contient un onglet pour les « Sous-attributions » détaillant les bénéficiaires, la date d’action, le montant et une très brève description pour 115 transactions de sous-attribution. La plupart des sous-prix sont extrêmement banals pour des choses telles que « l’équipement de laboratoire pour Kiev » ou « le mobilier de bureau pour Kiev ».

Mais il y a un sous-prix qui se démarque parmi les autres, et il a été décerné à Labyrinth Global Health INC pour « SME Manuscript Documentation and COVID-19 Research ».

Un prix pour la recherche sur la Covid-19 n’est pas vraiment choquant alors que le monde est prétendument en proie à une pandémie de Covid-19, mais compte tenu du fait que le contrat de sous-traitance a été attribué le 12 novembre 2019, au moins un mois avant l’émergence présumée de le nouveau coronavirus, et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé Covid-19 [Coronavirus Desease 2019 ], le prix de la recherche sur la Covid-19 devrait être un choc pour tout le monde.

Mais le choc ne s’arrête pas là, car le lieu où le contact pour la recherche sur Covid-19 a été chargé d’avoir lieu était l’Ukraine, tout comme l’ensemble du contrat attribué par le DOD à Black & Veatch Special Projects Corp.

Les détails du contrat trouvés sur le site « USA Spending » révèlent en fait que le département spécifique du DOD qui a attribué le contact était la Defense Threat Reduction Agency (DTRA). Le contrat a été attribué le 20 septembre 2012 et conclu le 13 octobre 2020.

Bien que les détails soient vagues, le site du gouvernement américain révèle également que 21,7 millions de dollars sur les 116,6 millions de dollars de contact ont été dépensés pour un « programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine ».

Pourquoi le ministère de la Défense a-t-il payé une entreprise qui est prétendument « une société mondiale d’ingénierie, d’approvisionnement, de conseil et de construction spécialisée dans le développement d’infrastructures », pour l’aider à mettre en œuvre un « programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine » ?

Et pourquoi le DOD et ladite société ont-ils ensuite payé Labyrinth Global Health INC pour mener des recherches sur la COVID-19 en Ukraine au moins un mois avant l’émergence présumée du nouveau coronavirus, et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé Covid-19 ?

Fondée en 2017, Labyrinth Global Health serait une « petite entreprise détenue par des femmes avec une expertise approfondie et une expérience éprouvée dans le soutien d’initiatives pour le progrès scientifique et médical ».

Elle se décrit comme  » une organisation multiculturelle et internationale avec des bureaux dans quatre pays et une équipe d’experts aux parcours et compétences divers, notamment en microbiologie, virologie, santé mondiale, soins infirmiers en maladies infectieuses émergentes, anthropologie médicale, épidémiologie de terrain, recherche clinique, et les systèmes d’information sur la santé. »

Il se trouve que l’un de ces bureaux se trouve à Kiev, en Ukraine, que la société qualifie de «porte d’entrée vers l’Europe de l’Est».

L’équipe de direction de Labyrinth Global se compose de Karen Saylors, PHD, qui est la directrice générale ; Mary Guttieri, PHS, qui est la directrice scientifique ; et Murat Tartan qui est le directeur financier.

Karen Saylors, PhD, qui a cofondé Labyrinth Global Health, aurait travaillé dans le domaine de la santé publique internationale pendant plus d’une décennie et a passé de nombreuses années à vivre en Afrique pour établir des réseaux de surveillance mondiaux, « travailler avec des partenaires pour améliorer la politique de santé mondiale sur la détection, la réponse et le contrôle des maladies infectieuses ».

Au Labyrinthe, le Dr Saylors se spécialise dans les études qui visent à comprendre et à atténuer le risque biologique et comportemental de transmission de maladies. Le Dr Saylors a travaillé avec le réseau d’essais cliniques de l’Université d’Oxford au Vietnam sur la recherche sur la surveillance des maladies zoonotiques et continue de coordonner avec des partenaires régionaux les épidémies émergentes dans les populations animales et humaines.

Mais avec qui le Dr Karen Saylors et Labyrinth Global Health choisissent-ils de travailler ? Ce ne sont autres que « Eco Health Alliance » et « Metabiota ».

Le Dr Karen Saylors, Eco Health Alliance et Metabiota ont travaillé ensemble sur le programme « PREDICT » de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) à partir de 2009, tandis que Labyrinth Global Health a travaillé aux côtés de l’EHA et de Metabiota sur le programme PREDICT à partir de 2017.

Lancé en 2009 et financé par l’USAID, PREDICT était un système d’alerte précoce pour les maladies nouvelles et émergentes dans 21 pays. Il a été dirigé par le Davis One Health Institute de l’Université de Californie («UC») et les principaux partenaires comprenaient EcoHealth Alliance («EHA»), Metabiota, Wildlife Conservation Society et Smithsonian Institution, et comme nous venons de le révéler; Santé globale du labyrinthe. PREDICT a été un précurseur du projet plus ambitieux Global Virome.

L’USAID décrit PREDICT comme ayant apporté  » des contributions significatives au renforcement des capacités mondiales de surveillance et de diagnostic en laboratoire pour les virus connus et nouvellement découverts au sein de plusieurs groupes de virus importants, tels que les filovirus (y compris les virus Ebola), les virus de la grippe, les paramyxovirus et les coronavirus  » .

Voici l’une des nombreuses études publiées par Eco Health Alliance, Metabiota et Labyrinth Global Health prouvant le lien –

PREDICT s’est associé à l’Eco Health Alliance (EHA) à but non lucratif pour mener à bien ses efforts de 9 ans pour cataloguer des centaines de milliers d’échantillons biologiques,  » dont plus de 10 000 chauves-souris  » . Une étude financée par PREDICT en 2015 sur la « diversité des coronavirus chez les chauves-souris » comprenait également Peter Daszak, président de l’EHA, parmi ses participants.

Eco Health Alliance est répertorié comme partenaire de l’Institut de virologie de Wuhan (« WIV ») sur les pages archivées de son site Web et a été mentionné comme l’un des « partenaires stratégiques » de l’institut par le directeur général adjoint du WIV en 2018.

Notamment, la relation entre le WIV et l’établissement américain de biodéfense a été avancée par le conseiller politique de l’EHA, David R. Franz, ancien commandant du laboratoire américain d’armes biologiques à Fort Detrick.

Le Dr Shi Zhengli de WIV, alias « Batwoman », avait également travaillé avec Daszak de l’EHA sur des études liées aux chauves-souris. Dès 2005, Daszak et Zhengli menaient des recherches sur les coronavirus de type SRAS chez les chauves-souris. Plusieurs études financées par PREDICT sur les coronavirus de type SRAS et la grippe porcine comptent à la fois sur les contributions de Zhengli et de Daszak. La plus remarquable d’entre elles est peut-être une étude financée par PREDICT et NIH en 2015, qu’elle a co-écrite et intitulée : « Un groupe de coronavirus circulants de chauve-souris de type SRAS montre un potentiel d’émergence humaine ».

Pendant ce temps, Nathan Wolfe est le fondateur de Metabiota et de l’organisation à but non lucratif Global Viral. Il a passé plus de huit ans à mener des recherches biomédicales en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est. Sans surprise, le juif Wolfe est un  leader mondial du Forum économique mondial. Plus particulièrement, depuis 2008, il était membre du DSRC (Defense Science Research Council) de la DARPAjusqu’à sa dissolution.

Toutes ces personnes et organisations travaillent depuis au moins la dernière décennie à étudier les coronavirus et à aider à mettre en place des Biolabs en Ukraine. Tous utilisent des fonds du département américain de la Défense pour le faire. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet iciici et ici.

Laissant de côté pour l’instant les biolabs en Ukraine, revenons au sujet de la Covid-19. Si le gouvernement américain finançait la recherche sur la Covid-19 avant que l’existence de la Covid-19 ne soit connue du public, cela suggère qu’ils savaient soit que la Covid-19 existait naturellement, soit qu’ils étaient impliqués dans la construction de ce virus dans un laboratoire.

Mais si les preuves contractuelles ne suffisent pas pour que vous parveniez à cette conclusion (ce devrait être le cas), alors associez-les peut-être à des preuves que l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) et Moderna avaient un candidat coronavirus dans Décembre 2019 le sera.

Un accord confidentiel qui peut être consulté ici, stipule que les fournisseurs « Moderna » aux côtés de « l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses » (NIAID) ont accepté de transférer les « candidats vaccins contre le coronavirus à ARNm » développés et détenus conjointement par le NIAID et Moderna aux destinataires. L’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill’ le 12 décembre 2019.

L’accord a également été signé par deux représentants du NIAID, dont Amy F. Petrik PhD, spécialiste du transfert de technologie qui a signé l’accord le 12 décembre 2019 à 8h05. L’autre signataire était Barney Graham MD PhD, chercheur pour le NIAID, mais cette signature n’était pas datée.

Les derniers signataires de l’accord étaient Sunny Himansu, enquêteur de Moderna, et Shaun Ryan, conseiller général adjoint de Moderna. Les deux signatures ont été faites le 17 décembre 2019.

Toutes ces signatures ont été faites avant toute connaissance de l’émergence présumée du nouveau coronavirus. Ce n’est que le 31 décembre 2019 que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pris connaissance d’un groupe présumé de cas de pneumonie virale à Wuhan, en Chine. Mais même à ce stade, ils n’avaient pas déterminé qu’un nouveau coronavirus présumé était à blâmer, déclarant plutôt que la pneumonie était de « cause inconnue ».

Tout cela nécessite des recherches beaucoup plus poussées pour assembler toutes les pièces du puzzle, mais voici ce que nous savons définitivement jusqu’à présent :

    Un nouveau coronavirus est apparu à Wuhan en décembre 2019.

    Le monde n’a entendu parler de ce nouveau coronavirus que début janvier 2020.

    Le monde ne savait pas que ce nouveau coronavirus s’appelait  Covid-19 jusqu’en février 2020, lorsque l’Organisation mondiale de la santé l’a officiellement nommé ainsi.

    Le département américain de la Défense a attribué un contrat de services professionnels, scientifiques et techniques à Black & Veatch Special Projects Corp‘, qui serait « une société mondiale d’ingénierie, d’approvisionnement, de conseil et de construction spécialisée dans le développement d’infrastructures ».

    Ce contrat concernait un programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine.

    Dans le cadre de ce contrat plus important, un autre contrat a été attribué à Labyrinth Global Health pour la «recherche COVID-19» le 12 novembre 2019.

    Ce prix a été décerné au moins un mois avant l’émergence présumée du nouveau coronavirus et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé [virus de la maladie – MIRASTNEWS] Covid-19.

    Labyrinth Global Health travaille aux côtés de « Eco Health Alliance » et de « Metabiota », et a participé au programme USAID PREDICT. Toutes ces personnes et organisations travaillent depuis au moins la dernière décennie à étudier les coronavirus et à aider à mettre en place des Biolabs en Ukraine. Tous utilisent des fonds du département américain de la Défense pour le faire.

    Les informations trouvées ici indiquent qu’Eco Health Alliance a participé à la création du virus de la Covid-19.

    Les informations trouvées ici indiquent que Moderna a participé à la création du virus de la Covid-19.

    « Moderna », aux côtés du « National Institute of Allergy and Infectious Diseases » (NIAID), a accepté de transférer des « candidats de vaccins contre le coronavirus à ARNm » développés et détenus conjointement par le NIAID et Moderna, aux destinataires « l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill » le le 12 décembre 2019.

A quoi tout cela renvoie-t-il ? C’est à vous de réfléchir et de décider. Mais nous vous promettons qu’il y a beaucoup plus à venir sur ce qui précède…

Traduction : MIRASTNEWS


Je vous invite à visiter nos  boutiques en ligne conçues pour financer notre site web:

Sur ce lien: Vintage par Michel sur Etsy

Sur cet autre lien:Vintage par Michel sur E Bay

Résistance au Nouvel Ordre Mondial:le « Convoi de la liberté » entame son siège à Ottawa pour faire plier Justin Trudeau

Accueillis en héros par les manifestants, mais camouflés par la majorité des médias, plusieurs milliers de camionneurs arrivent à Ottawa ce 28 janvier, après un long voyage de protestation. Ils rejoignent ainsi le « Freedom Convoy » (« convoi pour la liberté ») aux côtés d’une impressionnante foule de manifestants. Les participants au rassemblement arriveront entre aujourd’hui et demain et resteront pour une durée indéterminée. L’objectif est de siéger la capitale jusqu’à ce que Justin Trudeau lève la vaccination obligatoire, ainsi que le passeport vaccinal.

 

 

 

 

 

 

Ils sont partis des quatre coins du pays, sont rejoints par d’autres camionneurs étrangers, et ont levé plus de six millions de dollars en moins de deux semaines à travers la plateforme de dons GoFundMe. Alors qu’ils arrivent sur Ottawa, Justin Trudeau, de son côté, est déclaré cas contact et doit donc s’isoler chez lui.

Deux camps médiatiques très inégaux

À l’étranger, le mouvement est très majoritairement tu. Sur place, entre le Canada et les États-Unis, les médias s’écharpent entre eux et transmettent deux informations bien différentes.

D’un côté, le Journal de Montréal prévoit « 10 000 manifestants » et « 2 700 camions », relevant d’ores et déjà « une rhétorique complotiste », la présence de « groupes d’extrême droite », et une similitude avec l’invasion du Capitole aux États-Unis. Ils écrivent aussi que la sécurité « craint des débordements violents », notamment parce que Catherine McKenney, une conseillère municipale, leur a dit que les manifestants « ne sont pas là juste pour lever la voix contre les obligations vaccinales, mais pour nourrir la haine contre notre tissu social ». Une vision des choses qui est sans surprise partagée par le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, qui n’a pas hésité à qualifier le mouvement de « frange minoritaire, qui ne représente pas le point de vue des Canadiens », s’appuyant sur les « 90 % de camionneurs vaccinés », tout en appelant à ce que « tout le monde se vaccine ».

De l’autre côté, la chaîne d’information américaine Fox News se met en branle pour mettre en avant le mouvement. Ils ont accordé une interview à Theo Fleury, double médaillé d’or aux Jeux Olympiques en hockey, pour qu’il donne son impression sur l’événement. Après s’être ouvertement moqué de Justin Trudeau, lui prêtant volontiers un « syndrome de dérangement vaccinal », il assure que « 50 000 camionneurs et 1,4 million de personnes se retrouveront devant le Parlement à Ottawa, et ils vont y rester jusqu’à ce que Trudeau démissionne ou qu’ils nous rendent toutes nos libertés et tous nos droits. » Des chiffres qui sont largement partagés par les soutiens du mouvement sur les réseaux sociaux.

Deux des plus gigantesques figures médiatiques se sont aussi exprimées en faveur du convoi : Joe Rogan, qui en a parlé dans son podcast (le plus écouté des États-Unis), et Elon Musk, qui s’est fendu d’un habile tweet, faussement mystérieux : « Les camionneurs canadiens règnent. » On ne sait donc pas s’il parle des 90 % défendus par Justin Trudeau, ou des 10 % qui semblent former le convoi. On peut toutefois deviner sa position en lisant son deuxième tweet, juste en dessous : « Les radios citoyennes sont libres de tout contrôle gouvernemental ou médiatique. »

Bientôt un convoi en Europe ?

L’ampleur du mouvement, si elle est étouffée par la plupart des médias, semble avoir insufflé un vent de révolte de l’autre côté de l’Atlantique. Idriss Aberkane s’est fait le relai d’un appel européen, qui voudrait voir un convoi se former de la même façon qu’au Canada pour rouler jusqu’à Bruxelles.

 

Au Canada, manifestants et camionneurs se préparent en fanfare pour le « convoi de la liberté »

 

 

 

 

 

 

Au Canada, des centaines de camionneurs opposés à l’obligation vaccinale se sont mis en route dimanche, partant de Vancouver, pour rouler jusqu’à Ottawa. L’arrivée est prévue pour le vendredi 28. Là-bas, ils doivent retrouver le « convoi pour la liberté », un rassemblement de manifestants opposés aux mesures sanitaires. Leur trajet, qu’ils ont voulu le plus lent possible, pour ralentir le trafic, ne se fait pas sans embûches.

Un mouvement qui se veut solidaire

Leur objectif : faire reculer le gouvernement concernant l’obligation vaccinale requise pour passer la frontière. Cela étant, les participants ne s’arrêtent pas là, et souhaitent que l’obligation vaccinale soit levée pour tous les corps de métiers : « Permettons à tout le monde de retourner au travail et mettons fin à cette rhétorique divisive et discriminatoire », a confié un camionneur au Vancouver Sun.

Cette solidarité n’est pas sans rappeler le mouvement des dockers de Trieste, en Italie, qui avaient vivement protesté en octobre dernier. Là aussi, la protestation semble être bien accueillie par les Canadiens.

Dans un article du Journal de Montréal, on lit aussi que « certains élus conservateurs ont publiquement affiché leur soutien ». Parmi eux, le politicien Andrew Scheer, qui s’est attaqué à la politique de Justin Trudeau sur Twitter en félicitant les camionneurs : « Merci aux camionneurs ! Trudeau s’attaque à la liberté individuelle et menace la capacité de tout le monde à faire son épicerie à cause de sa surenchère dans les mandats de vaccination. Il est la plus grande menace pour la liberté au Canada », a-t-il écrit.


Ce dont le Canada a besoin, c’est une « quarantaine politique » de Justin Trudeau

 

Un mouvement de masse contre le mandat Covid se déroule d’un océan à l’autre à travers le Canada en solidarité avec les camionneurs transfrontaliers. Des dizaines de milliers de personnes se joindront aux camionneurs à Ottawa. 

Selon Justin Trudeau, les camionneurs non vaccinés « peuvent présenter un risque de transmission de la COVID-19 au grand public ». Quelle absurdité. Les camionneurs restent pour la plupart du temps dans leur camion, ils effectuent des tâches administratives et supervisent le chargement et le déchargement. Ils livrent les marchandises et ont des contacts limités avec les grand public.

Tous les camionneurs transfrontaliers devront « être vaccinés afin d’éviter une quarantaine de 14 jours », précise Justin Trudeau.

 

Trudeau a-t-il été vacciné ?

Est-ce pertinent pour le Convoi de la liberté en solidarité avec les camionneurs ? Le Premier ministre exige que les camionneurs soient vaccinés. Justin a-t-il été vacciné ?

Vérifiez-le et décidez par vous-même : il y a des indications, encore à confirmer, que le premier ministre Trudeau n’a pas été vacciné.

Voir vidéo, témoignage et analyse de Registered Nurse ).

cliquez sur l’image ci-dessous

 

 

 

 

 

 

 

Le commerce entre les États-Unis et le Canada constitue la pièce angulaire de notre économie nationale

Les précédents gouvernements canadiens ont protégé les structures du commerce transfrontalier nord-américain. Et maintenant, Justin Trudeau nous a entraînés dans le plus grand gâchis économique de l’histoire de notre pays, tout en violant les droits fondamentaux des Canadiens.

Ce dont nous avons besoin ici au Canada, c’est d’une «quarantaine politique» indéfinie de notre non illustre premier ministre. 

Je peux dire en tant qu’économiste que cette décision irresponsable du gouvernement Trudeau (qui est en cours) aura des impacts dévastateurs sur les producteurs, les camionneurs, les compagnies de transport ainsi que sur tout le réseau du commerce de gros et de détail. Cela nous affectera tous.

Il est prouvé que le commerce transfrontalier est délibérément miné. Ce mandat politique crée déjà des pénuries de biens essentiels, notamment de la nourriture, du carburant et des produits pharmaceutiques. Cela affectera également la livraison de produits essentiels expédiés via les États-Unis depuis la Chine, l’Union européenne et l’Amérique latine.

Nous devons veiller à ce que le commerce transfrontalier entre les États-Unis, le Canada et le Mexique soit pleinement rétabli.

Tous les mandats covid-19 doivent être dûment suspendus.

Nous devons affronter et questionner la légitimité du gouvernement Trudeau.

Nous devons engager un dialogue impliquant les camionneurs, les propriétaires des sociétés de transport, les forces de l’ordre, les douaniers des deux côtés de la frontière, les producteurs, les grossistes, les détaillants.

Le gouvernement dira : Nous nous engageons à sauver des vies, à protéger les gens contre « V le virus ». Quelle absurdité. Ils manipulent le commerce transfrontalier. Ils détruisent la vie des gens.

Le gouvernement Trudeau est corrompu. Cette décision lourde de conséquences a été prise au nom de puissants intérêts financiers.  Son intention tacite est de déclencher une nouvelle vague de faillites.

Il est important que les mandats et les restrictions du gouvernement en matière de Covid-19 soient levés et que le commerce transfrontalier soit protégé et soutenu.

#Oui, c’est un vaccin tueur

Les différents mandats de Covid ont été utilisés pour mener la campagne de peur et encourager les Canadiens à prendre leur nouvelle dose de vaccin (booster).

Alors que les médias répètent sans cesse que le virus est plus dangereux que le vaccin, les effets dévastateurs du vaccin à ARNm sont maintenant confirmés de manière irréfutable.

Les chiffres officiels des décès liés au vaccin signalés sont régulièrement publiés par les États-Unis, le Royaume-Uni et l’UE. Ils ne sont pas publiés par Santé Canada. Voir la déclaration de Doctors for Covid Ethics .

Selon le dernier rapport du VAERS : 

« Il y a eu plus de décès, plus d’invalidités permanentes et plus d’hospitalisations à la suite des vaccins expérimentaux COVID-19 [aux États-Unis], qu’il n’y en a eu après tous les vaccins approuvés par la FDA au cours des 31 dernières années combinées. »

De plus, les effets dévastateurs du vaccin sont maintenant confirmés par un  rapport confidentiel de Pfizer publié en novembre dans le cadre d’une procédure d’accès à l’information (FOI) . Les données sur les décès et les événements indésirables enregistrés par Pfizer dans ce document confidentiel sont désormais dans le domaine public. Ils ne voulaient pas que nous le lisions :

Ce qui est contenu dans le rapport « confidentiel » de Pfizer est une preuve détaillée des impacts du « vaccin » sur la mortalité et la morbidité. Ces données qui émanent de la « bouche du cheval » peuvent maintenant être utilisées pour affronter ainsi que formuler des procédures judiciaires contre Big Pharma, les gouvernements, l’OMS et les médias.

Il s’agit de facto d’un Mea Culpa de la part de Pfizer. #Oui, c’est un vaccin tueur.

L’ initiative Convoi de la liberté  se concentre sur le contexte politique plus large, en vue de confronter le gouvernement Trudeau et d’abroger le récit de Covid-19 et ses divers mandats politiques, y compris le vaccin à ARNm.

Ce mouvement ne doit pas être détourné de son objectif. Il doit se concentrer sur l’abrogation immédiate du vaccin à ARNm, qui a entraîné une tendance à la hausse de la mortalité et de la morbidité.

Il est essentiel de dissiper les mensonges.

Le test Covid-19 est invalide. Les données utilisées pour justifier les mandats Covid-19 n’ont aucun sens

Le test RT-PCR qui est utilisé par les gouvernements pour justifier leurs mandats politiques a maintenant été déclaré invalide à la fois par l’OMS et le CDC (qui a demandé son retrait aux États-Unis à compter du 31 décembre 2021).

Toutes les données relatives aux soi-disant « Cas Covid confirmés » résultant du test PCR sont totalement invalides.

Les kits de test rapide Covid-19 à domicile

En novembre 2021, 94 millions de kits de test rapide à domicile (kits d’autotest et de test antigénique) ont été livrés et distribués aux provinces, et 140 millions de kits supplémentaires ont été commandés par le gouvernement fédéral au début janvier pour un coût de 1,7 milliard de dollars.

Tester Tester Tester : 

Le Canada compte 38,5 millions d’habitants et nous avons maintenant 234 millions de kits de test rapide qui ont contribué au cours des deux derniers mois à faire grimper les cas dits positifs du Covid-19.

Cela a créé la panique dans les familles partout au Canada. La campagne de peur est passée à la vitesse supérieure.

Ironiquement, les kits d’antigène et d’auto-test recommandés par Santé Canada sont classés comme moins fiables que le test PCR qui est maintenant reconnu comme «l’étalon-or» .  Le test PCR est totalement dysfonctionnel. Il ne Il ne permet pas de détecter et  d’identifier le SARS-CoV-2.

Tous ces chiffres sur les « cas confirmés de Covid-19 » n’ont aucun sens.

Les chiffres officiels (Royaume-Uni, États-Unis, UE) sur les décès et les effets indésirables liés au vaccin sont RÉELS.

Le convoi canadien pour la liberté :  première étape vers le développement d’un vaste mouvement de masse

Le mouvement Convoi de la liberté a l’appui de de plus de 65 pays. Les camionneurs australiens enverront un convoi à Canberra le 31 janvier.

Plus de 60 000 camionneurs des États-Unis dont 15 000 de la Californie traverseront la frontière et se retrouveront à Ottawa pour cet événement important.

Dans un sondage en ligne de CTV, 77 % des Canadiens ont voté en faveur du Convoi pour la liberté en appui aux  camionneurs. (sur 17 698 suffrages exprimés). 12.3o pm (27 janvier).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un nombre imposant de véhicules dans le secteur du parlement à Ottawa

 

Un nombre impressionnant de véhicules avait envahi le centre-ville d’Ottawa dans le secteur du parlement, vendredi soir.

La mobilisation des camionneurs a commencé à prendre forme dans l’après-midi devant le parlement. De nombreux manifestants provenant du Québec font partie des opposants contre la vaccination obligatoire des camionneurs transfrontaliers et autres mesures sanitaires.

Sur la rue Wellington devant le parlement, un Sherbrookois, assis sur la portière d’un véhicule en marche, anime la foule en jouant du tambour.  «Enough is enough man! on veut notre liberté!» lance le manifestant, tout sourire, au journaliste de La Presse Canadienne. 

Dans le véhicule qui le précède, le conducteur brandit une pancarte sur laquelle il est écrit «Nous sommes les marginaux!». 

«Trudeau nous traite de marginaux. Il verra samedi qu’est ce que des marginaux sont capables de faire», a prévenu le conducteur à La Presse Canadienne. 

En fin d’après-midi, ils étaient plusieurs centaines devant la colline du Parlement où beaucoup de drapeaux du Québec se mêlaient aux drapeaux patriotes, à ceux du Canada et aux pancartes affichant des slogans hostiles au premier ministre Justin Trudeau. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paul Poulin, un vétéran du Royal 22e Régiment, s’est déplacé au parlement dans le but de faire «tomber toutes les restrictions» et il promet de «rester le temps qu’il faudra». 

«Quand la vérité sortira, c’est triste à dire, mais il y a des gens qui devront passer au jugement», a expliqué l’homme vêtu d’un uniforme milliaire avant d’ajouter en désignant le parlement: «Si vous vous demandez si je suis un complotiste, moi je ne fais pas de complot, aller dans la grosse cabane derrière moi si vous voulez trouver des complots». 

Le camionneur André Landry a fait la route depuis Grand-Remous avec sa femme pour manifester. Les deux refusent de se faire vacciner. «Je suis assez raide que les aiguilles ont cassé quand ils ont essayé de me vacciner», a plaisanté le camionneur plutôt costaud qui ne croit pas en l’efficacité des vaccins. 

 

 

 

 

 

 

 

 

«Je ne peux plus aller aux États-Unis, mais c’est pas grave, dans mon boute j’ai de l’ouvrage en masse», a-t-il expliqué en disant qu’il manifeste par solidarité pour ses collègues, mais aussi pour que cessent «toutes, toutes, toutes les restrictions». 

Interrogé sur la possibilité que des groupes mal intentionnés se servent de la cause des camionneurs pour commettre des actes déplorables, André Landry a répondu «qu’icitte c’est toute du monde pacifique, à part si des antifas cherchent à faire du trouble». 

Quand le journaliste de La Presse Canadienne lui fait remarquer que quelques minutes plus tôt, trois hommes l’ont entouré en lui lançant des insultes et en criant «f… you! get away now!», le forçant ainsi à quitter les lieux en plein milieu d’une entrevue, le camionneur de Grand-Remous garde le sourire et explique que c’est parce «qu’il y a plein de monde comme vous autres qui content des menteries».

Selon lui, et plusieurs manifestants rencontrés devant le parlement, les journalistes, les médecins et les politiciens mentent à la population. 

Une grande mobilisation samedi

Pendant ce temps, plusieurs convois en provenance de plusieurs régions du pays se préparent à la grande mobilisation de samedi dans la capitale.

À Les Coteaux en Montérégie, Dominick Prud’homme en était aux derniers préparatifs vendredi après-midi d’un convoi qu’il organise dans sa région.

Il est doublement vacciné, sa femme, qui l’accompagnera dans la capitale samedi, l’est également.

«On est vacciné, on est quelques autos qui partons, tous des vaccinés ensemble», a mentionné M. Prud’homme.

«J’ai embarqué dans ce mouvement-là principalement parce que je suis contre le passeport vaccinal», a-t-il dit avant d’ajouter: «Je me demande jusqu’à quel point là on va continuer de viser les non-vaccinés et leur enlever des droits?».

Il a expliqué à La Presse Canadienne qu’il avait suivi la plupart des mesures sanitaires depuis le début de la pandémie, mais que maintenant, il en a «plein son truck».

«Je suis bien loin d’être un scientifique ou un expert dans le domaine, mais si on regarde ce qui se passe, on a à peu près les pires mesures, puis on a le pire bilan», a t-il mentionné pour expliquer son exaspération.

Plus la journée avançait vendredi,28 janvier 2022 et plus le centre-ville d’Ottawa se remplissait de camions et plus les klaxons se faisaient entendre près du parlement.

Vers 19h, une boule de feu, qui pourrait être un feu d’artifice, a été lancée dans les airs sur la rue Queen, non loin du parlement.

Le Service de police d’Ottawa a déclaré qu’il avait appelé des renforts pour aider au maintien de la paix alors que des milliers de véhicules, dont des camions lourds,  poursuivaient leur route vers la capitale nationale vendredi.


N’OUBLIEZ PAS DE VISITER NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE

Sur ce lien:Vintage par Michel

 

La Criminelle Arnaque du COVID-19:93% des autopsies révèlent que des personnes vaccinées contre le Covid-19 sont mortes du vaccin

La piqûre de vax Covid-19 a été impliquée dans 93% des décès de personnes autopsiées. Le point le plus intéressant à noter est que le coroner ou le procureur général a affirmé qu’ils n’étaient pas dus aux piqûres du génocide. Au départ, quinze corps ont été examinés, âgés de 28 à 95 ans. Ils étaient décédés de 7 jours à 6 mois après la « vaccination ». Cependant, un examen plus approfondi a révélé que la piqûre ayant provoqué un caillot était la cause du décès de 14 des 15 patients. L’organe le plus attaqué était le cœur, mais d’autres organes étaient touchés comme les poumons et le foie. La signification de ces découvertes est déconcertante, car cela signifie qu’il existe un potentiel de millions de décès.

Dr Sucharit Bakdi
Dr Sucharit Bakdi

 

 

Le Dr Sucharit Bhakdi et le Dr Arne Burkhardt ont fait un travail merveilleux pour sensibiliser le public à ces dangereux piqûres de vax Covid-19. Les membres des familles ont demandé que les corps de ces victimes soient minutieusement examinés. Le Dr Bhakdi a consacré toute sa vie à la pratique, à l’enseignement et à la recherche en microbiologie et en maladies infectieuses. Le Dr Burkhardt est un pathologiste et virologue de renommée mondiale qui a publié plus de 300 articles dans les domaines de l’immunologie, de la bactériologie et de la virologie. Les deux hommes travaillent actuellement en Allemagne. Ironiquement, le Dr Bhakdi envisage de quitter le pays parce que les autorités sanitaires veulent que son enfant de 4 ans soit piqué par vax Covid.

Le Dr Bhakdi et le Dr Burkhardt ont tous deux remarqué que chez 14 des 15 patients témoins, il y avait de nombreuses preuves de l’attaque du corps contre lui-même, ce qu’ils n’avaient jamais vu auparavant. Ces patients étaient des personnes décédées à la maison, lors d’événements sportifs, dans la voiture ou au travail. Le Dr Burkhardt a pu ajouter 55 patients supplémentaires à ses examens, portant le nombre total à 70. Chez plus de 90 % des personnes décédées, le Dr Burkhardt a découvert une auto-attaque auto-immune dans les tissus de ces organes par des lymphocytes T tueurs, dans la plage d’âges de 28 à 90 ans. Dans tous les décès, ils ont trouvé les mêmes résultats pathologiques. Le seul dénominateur commun à toutes ces personnes était le vax génocidaire Covid, une thérapie génique, qui a causé des dommages aux protéines de pointe aux tissus. Quatre des victimes du vax Covid-19, n’ont reçu qu’une seule dose. À chaque piqûre de Covid, le système immunitaire s’aggrave progressivement. Le Dr Bhakdi décrit les injections comme «fuyantes», produisant des protéines de pointe qui préparent les organes à l’attaque des lymphocytes tueurs. Il a également noté que ces lymphocytes du système lymphatique sont en train de mourir. Ces cellules sont responsables de la destruction des virus et des bactéries déjà présents dans notre corps, tels que la mononucléose infectieuse, le cytomégalovirus, le virus de l’herpès, le virus d’Epstein-Barr, la tuberculose, la toxoplasmose et tout autre virus dormant. Le Dr Bhakdi a également noté qu’il y a « une explosion de tumeurs et de cancers parmi les vaccinés que personne ne peut expliquer« . Les lymphocytes sont les cellules responsables du contrôle des cancers dans notre corps.

 

 

Le Dr Hoffe avait découvert plus tôt cette année dans ses propres recherches que 60% des patients qui avaient reçu la piqûre de génocide Covid avaient des niveaux élevés de D-dimères, ce qui est un indicateur de coagulation sur les parois des petits vaisseaux sanguins. Le Dr Ryan Cole, un autre pathologiste, constate une multiplication par vingt du cancer de l’utérus, ainsi que d’autres tumeurs. Le Dr Cole a noté que les « vaccins » n’incitent pas les patients à produire suffisamment d’IgA sécrétoires. L’immunoglobuline A est la première ligne de défense contre les microbes nocifs, tout en maintenant une réponse immunologique équilibrée. Enfin, le Dr Cole reconnaît que les infiltrats de lymphocytes T dans la population piquée sont destructeurs de tissus. Il veut faire une étude pour voir comment la protéine de pointe se dépose dans les organes au site des infiltrats.

CONCLUSION

Le fameux docteur Bhakdi a été nominé pour un prix Nobel en 2021.Il est actuellement le scientifique le plus censuré de la planète!

Le travail de l’équipe Bhakdi/Burkhardt est une bombe. C’est la première fois qu’une étude explique comment les piqûres du vax du génocide tuent les lymphocytes dans le système lymphatique, ce qui équivaut à une station d’épuration du corps. Cela conduira par conséquent à l’émergence d’agents pathogènes dormants infectant l’hôte. Je connais personnellement une infirmière praticienne en Pennsylvanie qui a contracté le zona et une infection au Covid-19, après sa troisième injection de rappel. L’une des questions que je me pose et sur laquelle je pense que nous avons besoin de plus de recherches est la suivante : la mort des lymphocytes est-elle une conséquence permanente de l’injection de Covid ? Nous savons par des études antérieures que chaque injection semble détruire l’immunité. Les piquants se préparent-ils à une facilitation de l’infection par des anticorps (Antibodydependant enhancement ou ADE en anglais), ce qui conduirait à des infections percées ? [Une infection percée est un cas de maladie dans lequel un individu vacciné devient infecté par la maladie, en raison du fait que le vaccin n’a pas réussi à fournir une immunité complète contre l’agent pathogène]

Le travail de l’équipe Bhakdi/Burkhardt, ainsi que du Dr Hoffe et du Dr Cole, peut être décrit comme suit.
– Premièrement, les événements inflammatoires dans les petits vaisseaux sanguins sont caractérisés par une abondance de lymphocytes T et de cellules endothéliales mortes, qui à leur tour peuvent conduire à des caillots sanguins.
– Deuxièmement, il y a une accumulation importante de lymphocytes T dans les tissus entourant les vaisseaux sanguins.
– Troisièmement, il y a une infiltration massive des organes et des tissus avec ces cellules tueuses.
D’après les travaux de tous ces scientifiques, nous voyons que le cœur est le principal organe impliqué, mais la coagulation peut se produire n’importe où avec ces piqûres Covid, du cerveau aux vaisseaux sanguins. Ces « injections de caillots » doivent être stoppées immédiatement !

Source
Réseau d’actualités Nemos – 11 janvier 2022


N’OUBLIEZ PAS DE VISITER NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE 

Sur ce lien:Vintage parMichel

 

 

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID-19:Combien de personnes les vaccins Covid-19 ont-ils vraiment tué ?

Veuillez partager cet article très important avec tous ceux que vous connaissez. Aidez à sauver des vies et envoyez cet article aux hôpitaux, cabinets médicaux, maisons de soins, écoles, journaux, journalistes, etc. 

Notre Blog étant ostracisé par Big Tech, Faites du copier/coller et diffusez tout ou partie de ce constat dîment référencé. H.G.

Personne ne sait combien de personnes les vaccins tuent – ​​ou combien ils tueront.

Mais bien que je n’aie pas vu les médias grand public mentionner la plupart de ces décès, des gens sont déjà morts ou ont été blessés après avoir reçu le vaccin.

Par le Dr Vernon Coleman

CHOQUANT – Les derniers décès et blessures/EIM  de covid jab du VAERS (des nourrissons, des adolescents et des jeunes adultes meurent après le vaccin)

données openvaers.com covid (on estime que seulement 1% des événements indésirables du vaccin sont signalés)

Remarque : Le paragraphe suivant a maintenant été ajouté à l’impression des données d’analyse Pfizer du Royaume-Uni : « Un rapport d’un ADR (EIM en français : évènement indésirable de médicament) suspecté au programme Yellow Card ne signifie pas nécessairement qu’il a été causé par le vaccin… » À mon avis, c’est encore une autre tentative de détourner l’attention des problèmes bien réels liés aux vaccins. Nous notons que lorsque des patients décèdent 60 jours après un test covid positif, ils sont ajoutés aux chiffres de décès covid mais si quelqu’un venait à mourir 60 minutes après un vaccin covid, alors ce n’est qu’une coïncidence.

PFIZER (données britanniques) – Certaines des blessures/EIM  comprennent : les accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques, les fausses couches, la paralysie de Bell, la septicémie, la paralysie, les troubles psychiatriques, la cécité, la surdité, le zona, l’alopécie et le covid-19. (Veuillez aider à sauver des vies et envoyer le lien pour l’impression de l’analyse des données Pfizer aux écoles et aux journaux locaux)

Remarque : Le paragraphe suivant a maintenant été ajouté à l’impression des données d’analyse d’AstraZeneca au Royaume-Uni : « Un rapport d’un EIM suspecté au programme Yellow Card ne signifie pas nécessairement qu’il a été causé par le vaccin… » À mon avis, c’est encore un autre tentative de détourner l’attention des problèmes bien réels liés aux vaccins. Nous notons que lorsque des patients décèdent 60 jours après un test covid positif, ils sont ajoutés aux chiffres de décès covid mais si quelqu’un venait à mourir 60 minutes après un vaccin covid, alors ce n’est qu’une coïncidence.

ASTRAZENECA (données britanniques) – Certaines des nombreuses blessures/EIM comprennent : la cécité, les accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques, les fausses couches, la septicémie, la paralysie, la paralysie de Bell, la surdité, le zona, l’alopécie et le covid-19. (Veuillez aider à sauver des vies et envoyer le lien pour l’impression des données d’analyse d’AstraZeneca aux écoles et aux journaux locaux)

Base de données européenne des rapports sur les effets indésirables suspectés des médicaments :  Moderna ,  Pfizer-Biontech ,  AstraZeneca  et  Janssen .

  • Le député Derek Sloan a fait part de ses inquiétudes concernant la censure des médecins et des scientifiques sur le vaccin covid-19 ( vidéo – bitchute )
  • Moderna commence les premiers essais humains pour le vaccin contre la grippe basés sur la nouvelle technologie d’ARNm utilisée pour fabriquer le vaccin covid-19 de l’entreprise ( article – Daily Mail )
  • Ce qui suit est le projet de liste de travail de la FDA sur les effets secondaires possibles du vaccin contre le covid (voir page 16 du document). Cela a été publié en octobre 2020 AVANT le début du déploiement du jab.

 

Remarque importante :
des articles de presse ont signalé que le vaccin AstraZeneca provoquait des caillots sanguins. C’est vrai, mais TOUS les vaccins expérimentaux provoquent également des caillots. Il y a eu de nombreux décès, avec plus de 1000 rien qu’au Royaume-Uni, et un grand nombre d’événements indésirables. Il est important de se rappeler que ces vaccins expérimentaux qui sont administrés à des personnes en bonne santé n’empêchent pas la covid-19 ni n’empêchent sa transmission, et le risque qu’un jeune adulte en bonne santé meure de covid-19 est extrêmement faible.

Ce ne sont là que quelques-uns des décès et des blessures/EIM  possibles qui ont suivi la vaccination.

Je n’ai aucun doute que les autorités prétendront que ces décès étaient une coïncidence.

Et rappelons-nous si un patient décède dans les 28 jours après avoir été testé positif pour le coronavirus (et le test ne signifie pas que le patient a même la maladie puisque la plupart des tests sont de faux positifs), alors le décès sera répertorié comme un covid-19 mort et on dira que le patient est décédé « avec » covid-19. Donc, de la même manière, il est parfaitement raisonnable de dire que si un patient décède ou tombe malade dans les 28 jours suivant sa vaccination, le décès ou la maladie était lié au vaccin contre le covid-19.

Les médias grand public commenceront-ils un jour à enregistrer ces décès ou maladies ? Ou les journalistes vont-ils continuer à promouvoir la ligne officielle du gouvernement – ​​et à nier, déformer ou supprimer la vérité ?

Combien de personnes doivent mourir avant que les médias ne se réveillent ?

 

Décès peu de temps après Covid Jab – Encore une autre coïncidence

Other Important Covid Vaccine Information

 

Les athlètes et le vaccin Covid

Est-ce le covid jab qui a causé la mort et les blessures/EIM  des sportifs suivants ? Il est évidemment rare que de jeunes athlètes en super forme développent soudainement des problèmes cardiaques, surtout lorsque beaucoup d’entre eux auraient subi des examens médicaux approfondis au cours de leur carrière.

  • Avi Barot, 29 ans, joueur de cricket de Saurashtra fait un arrêt cardiaque, décède :
  • Abou Ali, 22 ans , footballeur professionnel s’effondre sur le terrain pendant le match :
  • Fabrice NSakala, 31 ans , défenseur de Besiktas s’effondre sur le terrain pendant le match :
  • Jens De Smet, 27 ans, footballeur s’effondre sur le terrain, décède d’une crise cardiaque :
  • Jente van Genechten, 25 ans , footballeur s’effondre sur le terrain à cause d’une crise cardiaque :
  • Frédéric Lartillot , footballeur français s’effondre dans un vestiaire, décède des suites d’une crise cardiaque après match :
  • Benjamin Taft, 31 ans, footballeur allemand s’effondre après un match, décède des suites d’une crise cardiaque :
  • Rune Coghe, 18 ans , footballeur belge victime d’un arrêt cardiaque sur le terrain :
  • Helen Edwards , arbitre retirée du court lors des qualifications pour la Coupe du monde en raison de problèmes cardiaques :
  • Dimitri Lienard, 33 ans , milieu de terrain du FC Strasbourg s’effondre pendant le match :
  • Sergio Aguero, 33 ans , l’attaquant vedette de Barecelona admis à l’hôpital pour un examen cardiaque après le match :
  • Emil Palsson, 28 ans, le milieu de terrain de Sognal s’effondre en raison d’un arrêt cardiaque pendant le match :
  • Antoine Méchin, 31 ans , triathlète français est victime d’une embolie pulmonaire suite à Moderna :
  • Luis Ojeda, 20 ans , footballeur argentin, est décédé subitement :
  • Greg Luyssen, 22 ans , cycliste professionnel belge met fin à sa carrière à cause de problèmes cardiaques :
  • Pedro Obiang, 29 ans , ex-star de West Ham souffre d’une myocardite après le vaccin :
  • Cienna Knowles, 19 ans , star équestre hospitalisée en raison de caillots sanguins :
  • Un footballeur de 17 ans meurt en s’effondrant sur le terrain contre Boston United (Dylan Rich)
  • Un footballeur décède à 29 ans après avoir subi une crise cardiaque lors d’un match en l’honneur de son frère décédé

Vaccin Covid-19 – Effets secondaires possibles du vaccin

Les pro-vaccins aiment vous dire que les vaccins sont parfaitement sûrs et parfaitement efficaces. Même lorsqu’ils ne seraient pas considérés comme suffisamment sûrs pour être utilisés comme nettoyant pour le four, les fanatiques s’enthousiasment pour eux. Les jeunes et ceux qui connaissent peu la médecine ou la science parlent des vaccins avec révérence parce qu’ils ont été endoctrinés à croire aux mensonges pro-vaccins.

Et les pro-vaxxers mentent, bien sûr.

Les vaccins causent beaucoup de maladies et pas mal de décès et ils ne font pas toujours ce qu’ils sont censés faire. Les gouvernements du monde entier ont versé plusieurs milliards de dollars à des patients qui sont tombés malades à cause des vaccins – ou aux proches de patients qui ont été tués par un vaccin.

Il y a, par exemple, de sérieux doutes sur ce que fait réellement le vaccin contre le covid-19. Étant donné que le vaccin est un nouveau type de vaccin et qu’il est administré avant que les tests et les observations habituels ne soient terminés, personne ne sait ce qui arrivera aux personnes à qui le produit sera injecté dans un bras.

Quels seront les effets secondaires ? Combien mourront ?

Eh bien, je ne sais pas et personne d’autre non plus.

Que se passe-t-il si une femme est enceinte lorsqu’elle reçoit le vaccin ou tombe enceinte après avoir reçu le vaccin ? Le vaccin n’est pas censé être administré aux femmes enceintes, mais toutes les grossesses ne sont pas planifiées.

Le vaccin interférera-t-il avec les médicaments essentiels qui sauvent des vies ? De nombreux patients âgés prennent déjà un certain nombre de médicaments prescrits. Le vaccin interférera-t-il avec eux? Personne ne sait. Le vaccin contre le covid-19 est la plus grande expérience de l’histoire. Et, contrairement à un essai clinique approprié, il est en grande partie non réglementé. Comme pour tous les vaccins, la plupart des problèmes qui surviennent ne seront jamais signalés ou reconnus.

On estime qu’aux États-Unis, seulement 1 effet secondaire sur 100 des vaccins est signalé.

Le meilleur que nous ayons est une liste de travail des effets indésirables possibles que la FDA a publiée aux États-Unis. ( Voici le lien vers le projet de liste de travail )

Puisque je crois que tout le monde a le droit de savoir quels effets secondaires il pourrait y avoir avec un vaccin fortement promu, je vais vous lire la liste officielle des effets secondaires possibles. Il ne s’agit, rappelez-vous, pas de ma liste, mais d’un projet de liste compilé par la FDA – la Food and Drug Administration aux États-Unis.

  • Le syndrome de Guillain Barre
  • Encéphalomyélite aiguë disséminée
  • Myélite transverse
  • Encéphalite
  • Myélite
  • Encéphalomyélite
  • Méningo-encéphalite
  • Méningite
  • Encéphalopathie
  • Convulsions
  • Saisies
  • Accident vasculaire cérébral
  • Narcolepsie
  • Cataplexie
  • Anaphylaxie
  • Infarctus aigu du myocarde (crise cardiaque)
  • Myocardite
  • péricardite
  • Maladie auto-immune
  • Décès
  • Grossesse, issue de la naissance
  • Autres maladies démyélinisantes aiguës
  • Réactions allergiques non anaphylactiques
  • Thromocytopénie
  • Coagulation intravasculaire disséminée
  • Thromboembolie veineuse
  • Arthrite
  • Arthralgie
  • Douleur articulaire
  • maladie de Kawasaki
  • Syndrome inflammatoire multisystémique chez l’enfant
  • Maladie renforcée par le vaccin

Vous n’allez pas nécessairement les recevoir tous ou même aucun d’entre eux si vous avez le vaccin. Mais ce sont les effets secondaires possibles que la FDA a répertoriés. Ils sont tous désagréables, la plupart très sérieux et on ne peut pas être plus sérieux que la mort.

Et si vous êtes assez fou pour recevoir le vaccin, vous et votre médecin devriez surveiller les symptômes de toutes les maladies figurant sur la liste de la FDA.

Votre gouvernement ne vous parlera pas de ces dangers – ils ne croient pas au consentement pleinement éclairé en ce qui concerne les vaccins.

En effet, la plupart des gouvernements font désormais tout ce qu’ils peuvent pour s’assurer que toutes les critiques des vaccins sont interdites. Selon l’endroit où vous vivez, il est, ou sera bientôt, illégal de mentionner que les vaccins pourraient ne pas toujours fonctionner ou vous rendre malade.

Enfin, si votre gouvernement se souciait vraiment de vous, il mènerait un procès très simple et bon marché.

Ils garderaient une note de tous les problèmes de santé affectant 20 000 patients qui avaient reçu le vaccin et compareraient cette liste avec une liste de tous les problèmes de santé affectant 20 000 patients qui n’avaient pas reçu le vaccin au cours de la même période. Ils font les comparaisons tous les 3, 6 et 12 mois.

Bien sûr, ils devraient trouver des médecins honnêtes pour superviser l’essai, car ce serait très facile à manipuler.

Mais cela donnerait des résultats très intéressants donc je doute qu’ils le fassent.

Veuillez partager cet article avec tous ceux que vous connaissez.


N’OUBLIEZ PAS DE VISITEZ  LA BOUTIQUE EN LIGNE DE VOTRE SITE WEB FAVORI AFIN DE GARDER EN VIE LE DROIT À UNE LIBRE OPINION

Sur ce lien : Vintage par Michel

 

 

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID-19:Les vaccins covid ont tué au moins 7,4 millions de personnes dont 400 milles Américains, 97 milles Français, 58 milles Canadiens, 17 milles Belges, 11 milles Suisses, Algériens et Tunisiens

Des chercheurs de l’Université de Columbia ont découvert que le nombre réel de personnes décédées aux États-Unis et dans d’autres territoires à la suite de l’une des injections expérimentales de Covid-19 est nettement plus élevé que les chiffres officiels des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ( CDC).
Le CDC affirme qu’un peu plus de 20.000 personnes sont décédées à la suite de la vaccination contre Covid-19, mais le facteur de sous-déclaration de Columbia estime à 20 fois ce nombre, soit environ 400.000 décès, ce qui est beaucoup plus précis.
Les mêmes causes (vaccins ARNm) produisant les mêmes effets, nous pouvons en déduire le nombre de décès et d’effets indésirables pour chaque pays, en proportion du  nombre d’individus vaccinés.

Le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) indique actuellement environ 20.000 décès et près de 103.000 hospitalisations ont été signalées comme effets indésirables des injections de Covid-19 aux États-Unis et dans d’autres territoires.

Nombre de décès suite à la vaccination Covid-19 dans le VAERS

 

 

 

 

 

Le problème avec le VAERS est qu’il n’enregistre qu’un très petit pourcentage – aussi peu que 1% – des effets indésirables et des décès liés au vaccin. Pour cette raison, les scientifiques utilisent souvent des multiplicateurs pour estimer le nombre réel.

Un résumé de cette dernière étude sur les décès par injection de Covid-19 explique que « des estimations précises des événements indésirables graves et des taux de mortalité induits par le vaccin Covid-19 sont essentielles pour les analyses du rapport risque-bénéfice de la vaccination et des rappels contre le coronavirus SARS-CoV-2 dans différents groupes d’âge. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source

Pour la recherche, les scientifiques de Columbia ont utilisé la variation régionale des taux de vaccination pour prédire la mortalité toutes causes confondues et les décès non liés à la covid au cours des périodes ultérieures. Ceci était basé sur deux ensembles de données indépendants et accessibles au public des États-Unis et de l’Europe.

Ils ont découvert que plus de six semaines après l’injection, les injections de Covid-19 avaient une corrélation négative avec la mortalité. Durant cinq semaines, cependant, les injections ont prédit la mortalité toutes causes confondues dans presque tous les groupes d’âge avec un schéma temporel lié à l’âge cohérent avec le déploiement du vaccin aux États-Unis.

En comparant le taux de mortalité par vaccin estimé de l’étude avec le taux signalé par le CDC, les chercheurs ont conclu que les décès indiqués dans VAERS sont sous-déclarés d’un facteur 20, ce qui est « cohérent avec le biais de sous-détermination connu du VAERS ». Sur cette base, les scientifiques ont déclaré que jusqu’à 187.000 personnes pourraient être décédées à cause des vaccins Covid-19 entre février et août 2021 aux seuls États-Unis.

L’équipe de l’Université de Columbia a également conclu que les risques associés aux injections de Covid-19, y compris les rappels, « l’emportent sur les avantages chez les enfants, les jeunes adultes et les personnes âgées présentant un faible risque professionnel ou une exposition antérieure au coronavirus« .

Ils ont en outre souligné qu’il existe un « besoin urgent d’identifier, de développer et de diffuser des diagnostics et des traitements pour les effets indésirables et débilitants causées par les vaccins, et qui bouleversent la vie de tant de gens ».

Cependant, une analyse plus approfondie menée par Steve Kirsch et Jessica Rose suggère que cette nouvelle étude pourrait encore sous-estimer le nombre réel de décès suite à la vaccination contre le Covid-19, après que son équipe a découvert que le véritable nombre de décès dus aux injections pourrait être 41 fois plus élevé que ce qui a été signalé au VAERS. Cela porterait le nombre total de décès à 820.000.

Mais un calcul plus récent effectué par Wayne à VAERS Analysis suggère que le taux de sous-déclaration réel pourrait atteindre 44,64, ce qui porterait le nombre réel de décès suite à la vaccination contre Covid-19 à 893.000.

Calcul du véritable taux de sous-déclaration de 44,64

Les données CMS sur la diapositive ci-dessous (données pertinentes encerclées) montrent 52.030 décès survenus dans les 14 jours suivant l’injection dans une population de 27.431.845 bénéficiaires de Medicare. Cela équivaut à un taux de mortalité de 189 pour cent mille (ou 1.890 par million) :

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut noter qu’il s’agit de personnes recevant n’importe quelle dose, pas seulement des personnes « complètement vaccinées » avec 2 doses.

Étant donné que Medicare n’est disponible que pour le groupe d’âge des 65 ans et plus (bien qu’il existe quelques exceptions que nous considérerons comme négligeables), nous devrons extraire les données du même groupe d’âge du VAERS.

Si nous effectuons une requête sur les rapports VAERS américains pour la tranche d’âge de 65 ans et plus et pour les décès dans les 14 jours suivant l’injection, nous obtenons 2.369 décès. Pour obtenir le nombre total de personnes vaccinées avec au moins une dose dans ce groupe d’âge, nous devons télécharger les données à partir de cette page CDC – https://covid.cdc.gov/covid-data-tracker/#vaccination-demographic::

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois que nous avons ouvert le fichier csv téléchargé, nous additionnons ensuite le nombre de vaccinations indiqué pour le groupe d’âge des 65-74 ans et le groupe d’âge des 75+ ans pour obtenir 55.949.565.

 

 

 

 

 

 

nfin, nous prenons les décès et divisons par le nombre de vaccinations (2 369/55 949,565), ce qui donne un taux de mortalité de 42,34 décès par million. En comparant le taux de mortalité CMS de 1.890/million au taux de mortalité VAERS, nous voyons que le ratio est de 1.890/42,34, ce qui nous donne un facteur de sous-déclaration pour le VAERS de 44,64. Cela correspond à un véritable taux de notification dans le VAERS de 2,2 % de tous les événements indésirables.

 Source :  The Exposé on December 31, 2021

Estimation du nombre de décès et d’effets indésirables (E.I.)  causés par les vaccins covid pour quelques pays 

Millions Vaxxés taux décès Taux E. I. Milliers décès Milliers E.I.
France 49 0,20% 1,01% 97 499
Canada 29 0,20% 1,01% 58 297
États-Unis 204 0,20% 1,01% 400 2060
Algérie 6 0,20% 1,01% 11 57
Belgique 9 0,20% 1,01% 17 89
Tunisie 6 0,20% 1,01% 11 59
Suisse 6 0,20% 1,01% 11 59
Monde 3770 0,20% 1,01% 7392 38070

Jusqu’à ce jour, il y aurait eu 7,392 millions de morts causées par les vaccins Covid, et 38 millions d’effets indésirables. 

ANNEXE

À l’occasion de la nouvelle année 2022, je vous présente mes meilleurs vœux de bonheur et de santé.

En ce début de janvier, vous êtes  plus de 7 millions à avoir visité ce blog. Vous êtes les bienvenus et je vous en remercie.

Initialement, ce Blog était destiné à lutter contre le terrorisme islamiste, l’une des A.D.M. aux mains de l’Empire anglo-sioniste, utilisée pour détruire les pays arabes et/ou africains non soumis à cet impérialisme.   Mais les évènements nous ont ensuite imposé des priorités qui nous touchent tous au niveau mondial.

Malgré la censure qui nous est imposée par Facebook, Google, et d’autres, nous continuons la lutte. Avant ces censures, le nombre moyen de visiteurs était de 30.000 par jour. Dès le début de la censure, ce nombre est tombé à 7000. Il est actuellement de 8000 par jour, malgré ces censures qui, non seulement perdurent, mais se durcissent.


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE:

Sur ce lien:Vintage par Michel

 

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID-19:Surmortalité dans le monde entier due aux «vaccins» contre le covid

L’été 2021 jusqu’à l’automne 2021 connaît une augmentation fulgurante de la mortalité, toutes causes confondues, par rapport à celle de la même période en 2020. Qu’est-ce qui a changé ? Les injections ont été déployées dans le monde entier.
Tous les pays où la vaccination est élevée, y compris l’Écosse, Israël, le Danemark et les États-Unis, connaissent une augmentation massive du nombre de décès dus à des causes autres que le « covid ». Le coupable désigné est le vaccin.

L’Unz Review a réalisé une analyse approfondie des données disponibles, qui montre clairement que la mortalité toutes causes confondues est « lunaire », pour ainsi dire. Les records sont battus en termes de nombre de morts, en particulier dans les régions du monde où un grand nombre de personnes ont reçu les injections.
En Écosse, par exemple, le gouvernement a récemment enregistré la 20ème semaine consécutive au cours de laquelle les décès excessifs dans tout le pays ont dépassé la moyenne quinquennale. C’est dans un pays avec un taux de conformité « vaccinale » de 87 pour cent jusqu’à présent.
« Même en excluant les décès de Covid, ils étaient près de 20% au-dessus de la normale pour la semaine la plus récente, et la tendance est à la hausse », a relayé Alex Berenson sur son Substack.
L’Allemagne est dans un bourbier similaire avec près de 78.000 décès supplémentaires signalés, un chiffre de 10% supérieur à ce qui était prévu.
« Chiffres de la mortalité (en Allemagne) en septembre 2021 : 10% au-dessus de la médiane des années précédentes », a ajouté Berenson.
Plus de jeunes meurent des inoculations que de personnes âgées
Au Danemark, en Finlande et en Norvège, les décès « mystères » de covid sont actuellement plus élevés que jamais, même pendant le pire de la plandémie. Les décès ont vraiment commencé à augmenter dans ces trois pays, immédiatement après le déploiement du « vaccin ».
Pendant cinq mois consécutifs, le Danemark a battu le record de 10 ans de décès de « toutes causes ». Pendant ce temps, il n’y a eu pratiquement aucun décès causé par « covid ».
L’Irlande, le Royaume-Uni et Israël affichent tous des chiffres alarmants similaires. Et il se trouve que ces trois pays ont des taux de « vaccination » extrêmement élevés.
Il est intéressant de noter que le groupe démographique le plus défavorisé dans tout cela est celui des jeunes, qui meurent à un taux beaucoup plus élevé des injections que les personnes âgées. On pourrait penser que le contraire serait vrai.

 

« Alors que le nombre de morts du COVID a été largement limité aux personnes âgées … ce sont les jeunes qui subissent le plus les blessures causées par le vaccin », a rapporté LifeSiteNews , comme relayé par Unz .
« Selon VigiAccess, la base de données sur les événements indésirables de l’Organisation mondiale de la santé, 41 % des plus de 2,4 millions de blessures liées au vaccin signalées à ce jour concernent des personnes de moins de 44 ans, et seulement 6 % des personnes de plus de 75 ans.
C’est un génocide des jeunes qui s’opère avec les injections
Non seulement les décès, mais aussi les blessures graves, sont en augmentation à la suite de ces injections. Pensez à des choses comme les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, les caillots sanguins, les maladies circulatoires et les problèmes neurologiques, « les mêmes maladies induites par les vaccins contre lesquelles les médecins et les scientifiques, qui nous ont dit la vérité depuis le début, nous ont mis en garde », a noté Unz .
« En termes simples, les vaccins augmentent les décès, ne les réduisent pas », ajoute Whitney. « Ils aggravent les choses »
« Ils perpétuent la crise. Et c’est pourquoi la ligne rouge dans le graphique pointe vers le haut. C’est une indication que le nombre de morts continuera d’augmenter tant que nous continuerons à faire ce que nous faisons maintenant, inoculer des millions de personnes avec un agent pathogène cytotoxique qui déclenche des caillots sanguins, une inflammation et une auto-immunité.
Le rapport complet de Whitney est disponible sur le site Web d’ Unz.
Source


Selon un frère franciscain: nous sommes arrivés à la bataille finale de l’Apocalypse !

Frère Bugnolo : « Nous sommes clairement passés de la réalité à une zone grise. Ce n’est pas une blague. Interdiction des métaphores. Nous sommes arrivés à Armageddon. C’est la bataille finale dont saint Jean l’Apôtre a parlé dans le livre de l’Apocalypse, le dernier livre de la Bible, et pourquoi cela dépasse toute compréhension. Ce niveau de mal fait passer Hitler pour un saint. Cela fait passer Mao et Pol Pot pour des gens honnêtes, et je dis cela avec une sorte de rhétorique, parce qu’ils étaient d’horribles tueurs et des hommes très méchants.
Mais ce qui se passe aujourd’hui va bien au-delà et pousse le mal à un niveau que nous n’avons jamais vu dans l’histoire de l’humanité, qu’aucun esprit humain n’aurait jamais imaginé. C’est pourquoi je dis que c’est clairement l’œuvre de Satan.
Ces mondialistes ont presque certainement des prêtres sataniques quelque part ou exercent des cultes sataniques quelque part ou il y a quelqu’un qui est possédé par un démon, de qui ils reçoivent des instructions. Je ne peux pas imaginer d’autres possibilités, comment on peut humainement penser à un tel projet, le contempler puis l’exécuter. C’est au-delà de toute compréhension humaine. Je n’aime pas dire que j’avais raison. Je prends la plus grande prudence et essaie de faire tout mon possible pour accepter psychologiquement ce qui va se passer, car c’est bien pire que je ne le pensais en juin, quand j’ai fait ma première vidéo, célèbre dans le monde entier : un tour de montagnes russes, pas tout raide. Mais maintenant, Noël pourrait être les derniers mois de normalité en Occident. Différentes nations seront anéanties, a dit Notre-Dame à La Salette, je veux dire à Fatima, et le peuple ne l’a pas écoutée. Il nous a dit à travers les Écritures qu’à la fin des temps, nous devons nous séparer des méchants, nous devons quitter Babylone. Alors commencez à penser à toutes les conséquences horribles et si vous ne reconnaissez pas cette nouvelle réalité, vous serez mort. »

 


N’OUBLIEZ PAS DE VISITER LA BOUTIQUE EN LIGNE DE CE SITE WEB…C’EST NOTRE SEULE FAÇON DE SURVIVRE:

Sur ce lien:Vintage par Michel