Des scientifiques israéliens affirment que c’est par «pure chance» qu’ils travaillaient déjà sur un vaccin COVID-19 avant l’épidémie

Selon l’Institut Pasteur,de renommée mondiale:aucun vaccin n’a encore été développé pour lutter contre le nouveau coronavirus.

 

Malgré le fait que les vaccins mettent souvent 10 à 12 ans à se développer, les chercheurs israéliens voudraient nous faire croire qu’en raison de la «pure chance», ils pourraient avoir un nouveau vaccin contre le coronavirus prêt à être commercialisé dans les 90 prochains jours:

Photo du groupe MIGAL en Israel.

 

Les scientifiques israéliens sont sur le point de développer le premier vaccin contre le nouveau coronavirus, selon le ministre des Sciences et de la Technologie, Ofir Akunis. Si tout se passe comme prévu, le vaccin pourrait être prêt en quelques semaines et disponible en 90 jours, selon le communiqué.
Si l’annonce israélienne est sérieuse, cela veut dire que les Israéliens (et/ou les Américains, puisqu’ils sont kif-kif bourricots) ont fabriqué le Coronavirus depuis 10 à 12 ans et qu’ils maîtrisent son développement, son essaimage et ses anticorps.

 

« Félicitations à MIGAL [The Galilee Research Institute] pour cette percée passionnante« , a déclaré Akunis. « Je suis convaincu qu’il y aura de nouveaux progrès rapides, nous permettant de fournir une réponse nécessaire à la grave menace mondiale COVID-19« , a déclaré Akunis, se référant à la maladie causée par le nouveau coronavirus.

Au cours des quatre dernières années, une équipe de scientifiques du MIGAL a mis au point un vaccin contre le virus de la bronchite infectieuse (infectious bronchitis virus IBV), qui provoque une maladie bronchique affectant la volaille. L’efficacité du vaccin a été prouvée lors d’essais précliniques menés à l’Institut vétérinaire.

«Notre concept de base était de développer la technologie et non spécifiquement un vaccin pour ce type ou ce type de virus», a déclaré le Dr Chen Katz, chef du groupe biotechnologie du MIGAL. «Le cadre scientifique du vaccin est basé sur un nouveau vecteur d’expression protéique, qui forme et sécrète une protéine soluble chimérique qui libère l’antigène viral dans les tissus muqueux par endocytose auto-activée, provoquant la formation d’anticorps par le corps contre le virus

L’endocytose est un processus cellulaire dans lequel des substances sont introduites dans une cellule en entourant le matériau de membrane cellulaire, formant une vésicule contenant le matériau ingéré.

Dans des essais précliniques, l’équipe a démontré que la vaccination orale induit des niveaux élevés d’anticorps anti-IBV spécifiques, a déclaré Katz.

« Appelons ça de la chance« , a-t-il dit. «Nous avons décidé de choisir le coronavirus comme modèle pour notre système tout comme une preuve de concept pour notre technologie

Mais après que les scientifiques ont séquencé l’ADN du nouveau coronavirus à l’origine de l’épidémie mondiale actuelle, les chercheurs du MIGAL l’ont examiné et ont constaté que le coronavirus de la volaille a une forte similitude génétique avec l’humain, et qu’il utilise le même mécanisme d’infection, ce qui augmente la probabilité de parvenir à un vaccin humain efficace en très peu de temps, a déclaré Katz.

« Tout ce que nous devons faire, c’est ajuster le système à la nouvelle séquence« , a-t-il déclaré. «Nous sommes au milieu de ce processus, et nous espérons que dans quelques semaines, nous aurons le vaccin entre les mains. Oui, dans quelques semaines, si tout fonctionne, nous aurions un vaccin pour prévenir le coronavirus. »

Le MIGAL serait responsable du développement du nouveau vaccin, mais il devrait ensuite passer par un processus réglementaire, comprenant des essais cliniques et une production à grande échelle, a déclaré Katz.

Akunis a déclaré qu’il avait chargé le directeur général de son ministère d’accélérer tous les processus d’approbation dans le but de mettre le vaccin humain sur le marché le plus rapidement possible.

«Compte tenu du besoin mondial urgent d’un vaccin contre le coronavirus humain, nous faisons tout notre possible pour accélérer le développement», a déclaré le PDG de MIGAL, David Zigdon. Le vaccin pourrait « obtenir l’approbation de sécurité en 90 jours« , a-t-il déclaré.

Ce sera un vaccin oral, le rendant particulièrement accessible au grand public, a déclaré Zigdon.

Quoi que vous pensiez des vaccins en général, leur développement est un processus long et compliqué, et la plupart des sources traditionnelles déclarent qu’il faut entre 10 et 12 ans pour qu’un vaccin soit approuvé pour une utilisation publique.

Curieusement, ces Israéliens affirment qu’ils travaillaient justement sur cette souche de coronavirus avant le déclenchement de l’épidémie, ce qui leur a donné une «longueur d’avance» sur la concurrence. Quelle coïncidence!

Ils aimeraient que vous pensiez que la volaille et les coronavirus humains sont si «similaires» que les travaux sur les premiers peuvent être appliqués aux seconds, ce qui n’est pas nécessairement le cas en raison de la spécificité des vaccins.

«Assez près» : ça ne marche pas dans les vaccins ni , plus généralement, en médecine.

Et ils donnent l’impression qu’ils travaillaient sur un modèle «générique» pour les vaccins pulmonaires qui pourrait «facilement» être modifié en d’autres virus «similaires». Mais la raison pour laquelle les vaccins contre la grippe ne fonctionneraient pas de saison en saison est que chaque année a un nouveau virus et qu’ils doivent recommencer à zéro, et que le coronavirus ferait le même. Il peut muter d’une année sur l’autre.

Fait intéressant, un article similaire sur ce vaccin est paru dans le Times Of Israel, mais cet article n’a pas mentionné le rôle que la «chance» a joué dans le développement rapide du vaccin, mais il a mentionné qu’ils avaient travaillé sur ce modèle générique depuis 4 ans déjà.

Étrangement, ce deuxième article fait une affirmation plutôt contradictoire: ils ont trouvé la séquence génétique de celui-ci en ligne et l’ont appliquée à leur «modèle». Lequel est-ce? Travaillaient-ils déjà sur COVID-19 ou non?

Quoi qu’il en soit, ce deuxième article fait également la déclaration étonnante selon laquelle ils pourraient avoir le vaccin prêt dans seulement 90 jours à partir de maintenant.

Afin de précipiter ce vaccin sur le marché, il ne peut certainement pas être testé correctement en si peu de temps, et quiconque le prend menacerait littéralement sa vie.

Rappelez-vous la dévastation causée par le vaccin contre la grippe porcine? Les gens ont été tellement pris dans l’hystérie créée par les médias qu’ils étaient prêts à prendre un vaccin mal fabriqué et testé.

Rappelez-vous qu’en raison de l’hystérie générée par les médias entourant la polio, le premier vaccin contre la polio de Jonas Salk a été expédié sur le marché sans tests appropriés, et il a en fait provoqué la polio chez les enfants et a dû être tranquillement retiré tout en prétendant faussement « victoire » sur la polio.

Et la même chose peut très bien se produire cette fois: la «bureaucratie» normale pour faire approuver ce vaccin sera levée en raison de la forte demande et de la peur panique du public, et ce nouveau vaccin pourrait finir par tuer bien plus de personnes que ne le fera jamais le coronavirus.

Source : Israeli Scientists Claim It’s ‘Pure Luck’ They Were Already Working On A COVID-19 Vaccine Prior To The Outbreak

March 14, 2020 Par christiansfortruth.com

Publicités

Mettons un visage sur les Illuminati

LE GALA DU CONGRES MONDIAL JUIF A AFFICHÉ L’AILE SIONISTE DES ILLUMINATI. GEORGE SOROS N’ÉTAIT PAS LÀ. IL FAIT PARTIE DE L’AILE COMMUNISTE. MAIS IL TRAVAILLE POUR JACOB ROTHSCHILD, QUI Y ÉTAIT, SUGGÉRANT QUE LES ROTHSCHILD CONTRÔLENT LES AILES COMMUNISTES ET SIONISTES, QUI SONT CONSTITUÉES DE GANGSTERS ET DE MILLIARDAIRES.

LA PLUPART DES PARTICIPANTS ÉTAIENT JUIFS,  SAUF POUR QUELQUES GOYIM ÉGARÉS LÀ.

Des milliardaires, des oligarques russes, des ambassadeurs d’Ukraine, des financiers internationaux, des Rothschild et des personnalités de toute sorte se sont réunis au gala de 2019 pour le Congrès juif mondial (CJM).

Le rassemblement représentait un pouvoir, une richesse et une corruption inégalés… martialement au nom d’Israël …

Le Congrès juif mondial (CMJ), qui se désigne lui-même comme  «l’organe représentatif de plus de 100 communautés juives à travers le monde», a organisé son gala annuel à l’hôtel Pierre à New York le 6 novembre.

Il a décerné son prix annuel Théodore Herzl (du nom du père fondateur d’Israël) à l’ancienne ambassadrice américaine auprès de l’ONU, Nikki Haley [1], pour son travail au nom d’Israël. Joe Biden et Henry Kissinger ont déjà été lauréats.

Le soutien à Israël est l’un des principaux problèmes du CJM. Parmi ses nombreuses activités dans ce domaine, il collabore avec le gouvernement israélien pour défendre Israël des critiques de ses violations des droits de l’homme et de son système discriminatoire avec ses lois et sa religion explicitement racistes [2].

Quelques participants au gala du CJM (Congrès Juif Mondial) 2019: Michael Mirilashvili (3 milliards de dollars), Moshe Kantor (4 milliards de dollars), Henry Kissinger (180 millions de dollars), Ron Lauder (4 milliards de dollars), Leonard Lauder (21 milliards de dollars), Boris Lozhkin (500 millions de dollars), Baron David de Rothschild et Lord Jacob Rothschild (la valeur nette de la famille varie de milliards à 700 billions de dollars.

 

Le CJM définit de nombreuses déclarations factuelles sur Israël comme « antisémites » et qualifie d’antisémitisme toute opposition à la violence, aux crimes israéliens et à l’oppression israéliennes contre les Palestiniens. En conséquence, son principal sujet, la lutte contre «l’antisémitisme», consiste souvent en des efforts visant à supprimer les informations sur l’oppression des Palestiniens par Israël et à lutter contre les efforts en faveur des droits de l’homme des Palestiniens.

L’envoyé spécial des États-Unis, Elan Carr, a déclaré lors de l’une de ses récentes conférences internationales pour s’opposer à cet « antisémitisme » récemment défini, que tout organisme chargé de l’application de la loi et chaque ministère public du monde entier devaient « obliger tous ceux qui avaient un soupçon d’antisémitisme à se soumettre à un programme de formation tolérance « , c’est-à-dire à un lavage de cerveau.

LISTE ÉCLATANTE D’HÔTES

The Jewish Voice  (JV, La voix juive) a décrit le récent gala du Congrès juif mondial à New York:

« Il est 18 heures le mercredi 6 novembre à New York et des dizaines de services secrets sont réunis au Pierre pour protéger les milliardaires, les politiciens et les influenceurs mondiaux lors de l’une des meilleures soirées de l’année. »

JV rapporte que « l’illustre liste d’invités était sans précédent » et fournit une gamme qui représente une richesse et un pouvoir extraordinaires (et, dans un certain nombre de cas, divers types de méfaits et malfrats).

Baron David de Rothschild, Lord Jacob Rothschild, Ronald Lauder et Robert Kraft au Gala CJM le 6 novembre 2019.

 

JV a fourni les noms de certains clients, auxquels sont ajoutés leurs avoirs nets, le cas échéant (fluctuant dans le temps), ainsi que des informations supplémentaires:

  • Henry Kissinger(richesse nette de 180 millions de dollars, ancien secrétaire d’État et conseiller en matière de sécurité nationale sous deux présidents)
  • Les Rothschild(les estimations de la fortune nette vont de 400 milliards de dollars à 700 billions (mille milliards) de dollars, provenant de la célèbre famille bancaire Rothschild, plus d’informations ci-dessous)
  • Robert Kraft(7 milliards de dollars, propriétaire des Patriotes de la NFL, a reçu le prix Genesis d’Israël lors d’une somptueuse cérémonie en Israël. Il s’est engagé à verser 20 millions de dollars pour lutter contre l’antisémitisme et le mouvement de boycott dirigé par des Palestiniens contre Israël. Il a été poursuivi pour deux affaires de prostitution en Floride – La radio WBUR de Boston rapporte: « Les pistolets légaux parsemés de diamants représentant le propriétaire de New England Patriots âgé de 78 ans (l’un d’entre eux est un ancien avocat d’Epstein) pourraient le sauver … », entre temps, les femmes victimes  font face à 15 ans de prison.)
  • Thomas J. Tisch(121 millions de dollars, ancien chancelier de la Brown University, fils du milliardaire Laurence Tisch ancien PDG de CBS)
  • Leonard Lauder(valeur nette de 21 milliards de dollars, fils aîné d’Estee Lauder)
  • • Judy Glickman Lauder (épouse de Leonard Lauder, veuve de Louis J. Glickman)
  • Les Safras(de la dynastie bancaire «parfois clandestine» qui a débuté il y a plus d’un siècle, Chella Safra est trésorière du CJM)

o Ira Rennert (3 milliards USD nets, auparavant 6 milliards USD, investisseur connu sous le nom de « milliardaire d’obligations junk bod », reconnu coupable de corruption en 2015, a mis en faillite un moulin de l’avant-port de Baltimore, faisant perdre leur job à plus de 2.000 travailleurs. Il doit à Baltimore 8 millions de dollars en factures impayées d’eau de la ville, aurait utilisé l’argent pillé de son business pour construire un hôtel particulier de 29 chambres (un garage pouvant contenir 100 voitures)

o Dick Parsons (ancien PDG de Time Warnerprésident de CBS et président de Citibank; en 2012, des actionnaires ont intenté une action en justice contre Parsons et certains autres dirigeants pour « s’être bourrés les poches tout en laissant tomber la banque au raz du sol« )

o Ben Ashkenazy (valeur nette de 4 milliards de dollars, magnat immobilier israélo-américain, bienfaiteur du AIPAC Real Estate Luncheon en 2015 au Grand Hyatt Hotel à New York)

o Jack Chehebar (nabab de l’immobilier, poursuivi pour violation présumée du contrat, accusé d’avoir battu son fils)

  • Ray Kelly (le plus ancien commissaire de l’histoire du département de police de la ville de New York, a été pendant un certain temps vice-président d’Interpol, accusé de discrimination par des groupes musulmans: « Le commissaire a supervisé un programme d’espionnage visant les musulmans, fondé uniquement sur leur religion, a fait preuve de peu  de discernement en participant à un film anti-islamique virulent et a approuvé un rapport sur le terrorisme qui assimilait un comportement inoffensif tel que cesser de fumer à des signes de radicalisation « .

OLIGARQUES DE RUSSIE ET D’UKRAINE

  • Parmi les « joueurs superpuissants qui sont descendus dans le hall de l’hôtel Pierre », il y avait de nombreux oligarques russes, des ambassadeurs d’Ukraine et des dizaines d’investisseurs du cercle restreint qui se risquent rarement aux galas en semaine.

Parmi les oligarques, il y avait le milliardaire kazakh israélien Alexander Mashkevitch, d’une fortune nette de 3,6 milliards de dollars. Le journal israélien Ha’aretz l’appelle « l’un des plus grands oligarques à avoir émergé de l’ancienne Union soviétique ». Mashkevitch aurait des liens avec le crime organisé aux États-Unis [1] et aurait été accusé de blanchiment d’argent de 55 millions de dollars en Belgique. Il a également fait l’objet d’une enquête pour avoir organisé une soirée sexuelle sur un yacht de luxe en Turquie. (Sa fille a également été récemment accusée de fraude.)

LUTTER CONTRE LE MOUVEMENT PRO PALESTINIEN

Mashkevitch est président du Congrès juif euro-asiatique (Euro-Asian Jewish Congress / EAJC un affilié régional du CJM) et est considéré comme son « philanthrope le plus généreux« .

Le Times of Israel rapporte que l’EAJC collabore régulièrement avec les ministères des Affaires étrangères et des Affaires stratégiques d’Israël et travaille « pour contrecarrer le mouvement BDS (Boycott, Cession et Sanctions) » (le BDS est fondé sur le principe « Les Palestiniens ont les mêmes droits que le reste de l’humanité) …

JV ne nomme pas les autres oligarques qui ont assisté au gala, mais quelques-uns des oligarques russes et ukrainiens liés au CJM sont:

* Boris Lozhkin – un vice-président du CJM (l’avoir net semble se situer entre 450 et 500 millions de dollars US, président de la Confédération juive d’Ukraine, membre du conseil d’administration de l’AEJC, Lozhkin a été accusé de corruption en Ukraine, il fut limogé du poste de conseiller économique principal de président ukrainien l’année dernière après que des allégations de transactions financières frauduleuses impliquant des millions de dollars ont été révélées)

* Andrey Adamovsky – Vice-président du CJM (Un homme d’affaires ukrainien, vice-président de la Confédération juive d’Ukraine, a été reconnu coupable d’avoir volé ses anciens partenaires commerciaux pour un montant de 34,7 millions de dollars. En 2016, il a de nouveau été reconnu coupable de fraude.

* Michael Mirilashvili – membre du comité directeur du CJM (Mirilashvili, d’une valeur nette de 3 milliards de dollars, a été impliquée dans diverses accusations de corruption)

  • Le représentant républicainPeter King (membre du Congrès républicain de New York, membre du Comité de la sécurité intérieure et du Comité des services financiers, membre en titre du Sous-comité de la protection civile, a présidé le Comité de la sécurité intérieure de la Chambre en 2005-2006, puis 2011-2012, Connu notoirement  pour son extrémisme anti-musulman. Plus  de 100 milles dollars de contributions pro-israéliennes ont été versés à King entre 1998 et 2010), pour ses « bons et loyaux services » de promotion du suprématisme juif et de l’infériorité goy.
  • Jason Greenblatt(connu comme le concepteur du plan de paix Trump sur Israël-Palestine) [4]
  • Joel Grey(acteur, doté d’une valeur nette de 10 millions de dollars, recevant le prix Teddy Kollek du CJM, du nom de l’ancien maire israélien de Jérusalem, interview réalisée ici, consul général israélien à New York)
  • Israel Nitzan(Consul général adjoint du consulat à New York, la plus grande mission israélienne au monde, coordonne le dialogue interconfessionnel et les relations avec les pays.)
  • La princesse Firyal(mariée à la famille royale jordanienne. Après son divorce, elle était la compagne durant une longue période du méga-capitaliste de New York Lionel Pincus, partenaire d’Eric Warburg de la famille bancaire qui a débuté sa fortune il y a quelques siècles).
  • Stanley Chera(le promoteur immobilier, un ami proche de Donald Trump, pour lequel il a collecté des dizaines de millions de dollars pour sa campagne présidentielle, impliqué dans une transaction immobilière douteuse)
  • Izzy Tapoohi(président et PDG de Birthright Israel Foundation)
  • Linda Mirels(fille de l’homme d’affaires sud-africain Nathan Kirsh,, actionnaire majoritaire d’une société israélienne qui a fourni la technologie au mur d’apartheid israélien)
  • Malcolm Hoenlein(vice-président exécutif de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, qui défendent et justifient les crimes d’Israël)
  • Ze’ev Rubenstein(vice-président des obligations israéliennes, accusé d’être impliqué dans une affaire de corruption liée à Netanyahu, certains analystes ont qualifié ces obligations d’obligations israéliennes de « junk bonds » et les ont comparées à un   Ponzi scheme)
  • • Dore Gold (un haut responsable israélien sous Netanyahu & Sharon, né dans le Connecticut, financé par Sheldon Adelson)
  • Le rabbin Benjamin Goldschmidt(fils du grand rabbin de Moscou et du président de la Conférence des rabbins européens)
  • Dr.Ruth Westheimer(sexologue)
  • George Klein(fondateur du Comité juif républicain du Congrès)
  • Brooke Goldstein(fondatrice du projet Lawfare, elle a déclaré « il n’y a pas de Palestiniens ») pensant qu’ils ont tous été génocidés par les juifs.
  • Siggy Flicker(personnalité de la télévision israélienne)
  • Danny Danon(ambassadeur d’Israël en Amérique du Nord)
  • Ezra Friedlander(fondateur de l’Alliance de sécurité américano-israélienne, qui emmène des délégations en Israël, directeur général de Friedlander Group, connecteur politique, par exemple « Célébration des plus hauts représentants élus de New York, Grace Sukkoth » – vidéo ici)
  • Mark Botnick(assistant de Ron Lauder, ancien attaché de presse du maire de New York, Michael Bloomberg)
  • Michal Grayevsky(conseiller principal de Ron Lauder, président de JCS International (JCSI), la société de médias mondiale de Lauder, dont le siège est à New York)
  • Justin Hayet(chef de projet principal, Initiatives de la diaspora israélienne au sein du groupe de philanthropie Genesis)
  • Betty Grinstein(épouse du fondateur de l’Institut israélien Reut)
  • Eve Stieglitz((WJC Jewish Diplomatic Corps) Corps diplomatique juif CJM)
  • Peter Thoren(travaille pour Leonard Blavatnik – l’homme le plus riche du Royaume-Uni en 2015; Blavatnik a de nombreuses relations à Hollywood [5], est ami avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a fait un don à des politiciens américains républicains et démocrates, dont Trump, en juin. Blavatnik et son épouse ont donné autant d’argent que tout autre don individuel que le Comité de la campagne du Congrès démocrate du Congrès ait reçu de toute son histoire; en 2009, il a organisé un événement pour The Atlantic, organisé par le rédacteur en chef Jeffrey Goldberg.
Henry Kissinger- former US Secretary of State, Amb. Ronald S. Lauder – President WJC, Nikki Haley – Former US Ambassador to the UN

 

Le président de longue date du CJM est le milliardaire Ronald Lauder, héritier de la société de cosmétiques Estée Lauder. À l’âge de 37 ans, Lauder, chercheur de fonds républicain, chercha et réussit à obtenir un poste au département de la défense (sous-secrétaire adjoint aux affaires européennes et de l’OTAN), puis un poste d’ambassadeur.

Lauder a lancé les discours du gala en dénonçant « la montée de l’antisémitisme », citant à titre d’exemple les récentes déclarations de Bernie Sanders qualifiant la situation de « inhumaines » à Gaza et déclarant qu’une partie de l’aide américaine annuelle de 3,8 milliards de dollars à Israël devrait aller à Gaza à la place. .

Le discours de Sanders faisait référence au fait qu’Israël avait fait de Gaza la « plus grande prison à ciel ouvert du monde ». Une ONG norvégienne rapporte: « Plus de 50 ans d’occupation et 10 ans de blocus ont rendu insupportable la vie de 1,9 million de Palestiniens vivant dans la bande de Gaza. C’est pourquoi ils protestent maintenant et risquent leur vie. » (Malgré ces critiques et les critiques vives des actions israéliennes, Sanders continue d’affirmer qu’il est un partisan d’Israël).

Contrairement à la condamnation de Sanders par Lauder, il a vanté les mérites de cette année au lauréat du prix CJM Herzl, ancien ambassadeur des États-Unis auprès de l’ONU, Nikki Haley.

à suivre………………..

Source : World Jewish Congress: Billionaires, Oligarchs, Global Influencers for Israel

par Allison Weir

 

 

 

 

Pourquoi l’histoire de l’Holocauste a-t-elle été inventée ?

 

Le génocide des Juifs européens par l’Allemagne nationale-socialiste est considéré par beaucoup comme l’événement le mieux documenté de l’histoire humaine. Des dizaines de milliers de livres, de magazines et d’articles de journaux ont été écrits et de nombreux procès criminels ont été menés pour documenter l’extermination massive des Juifs d’Europe. Les crimes de l’Allemagne contre les Juifs sont considérés comme étant si maléfiques que le terme « Holocauste » a été inventé pour décrire le prétendu génocide des Juifs d’Europe. On m’a posé des questions : « Pourquoi a-t-on inventé l’histoire de l’Holocauste ? A qui profite cette falsification de l’histoire ? » Cet article répondra à ces questions.
John Wear 

Justification de la guerre contre l’Allemagne

La Seconde Guerre mondiale a été de loin la guerre la plus sanglante et la plus destructrice de l’histoire humaine. Beaucoup de gens se demandaient si tous les morts et les destructions causés par la guerre avaient été nécessaires.

Le soi-disant Holocauste a été utilisé par les Alliés pour diaboliser l’Allemagne et prouver que leur effort de guerre était nécessaire pour vaincre une nation aussi mauvaise.

Avec la libération d’Ohrdruf, de Buchenwald et de Dachau par l’armée américaine et la libération de Bergen-Belsen par les troupes britanniques, de grands groupes d’observateurs occidentaux ont affronté pour la première fois les horreurs des camps allemands. Le U.S. Army Signal Corps a filmé et photographié pour la postérité les scènes horribles d’immenses piles de cadavres et de détenus émaciés et malades qui ont survécu. D’éminents journalistes et politiciens sont venus en Allemagne pour voir par eux-mêmes les témoignages poignants dans les camps. Les scènes horribles des camps allemands ont été utilisées par les Alliés pour justifier leur participation à la guerre[1].

Entrée principale du camp d’Auschwitz-Birkenau

L’historien juif Robert Jan van Pelt écrit[2] :

« Pour les Alliés, la découverte des camps s’est révélée une justification finale de leur effort de guerre. En 1940, Churchill avait proclamé qu’une victoire nazie apporterait « un nouvel âge des ténèbres rendu plus sinistre par la science pervertie ». La libération des camps prouve que Churchill n’a pas exagéré le danger. Et même si Auschwitz avait été libéré par les Russes, les Anglais et les Américains entendirent beaucoup d’histoires sur ce camp. »

Création d’Israël

L’histoire de l’Holocauste a également été utilisée pour justifier la création de l’État d’Israël. Simon Wiesenthal écrit :[3]

« La création d’Israël était la seule réaction possible et la seule correcte à Auschwitz. Il devait y avoir un pays dans le monde où les Juifs sont les propriétaires terriens au lieu d’invités tolérés, un lieu de refuge au sens le plus vrai du terme, même pour les Juifs qui vivent dans d’autres pays. »

David Ben-Gourion a déclaré au début de la Seconde Guerre mondiale que la guerre devrait prendre fin en donnant aux sionistes leur propre État. Après la guerre, Ben Gourion et d’autres dirigeants israéliens ont déclaré que l’Holocauste avait prouvé une fois de plus que la seule solution au problème juif était un État indépendant en Israël. David Ben-Gourion a de nouveau mentionné pendant le procès d’Adolf Eichmann que l’Holocauste a eu lieu parce que les Juifs ne vivaient pas dans leur propre pays [4].


HORS TEXTE IMPORTANT

Il y a plus de  100 ans, la “Déclaration Balfour”

 

Le 2 novembre 1917, ce texte signé par le chef de la diplomatie britannique Arthur Balfour affirme que “le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif”. Alors que la Première Guerre mondiale entre dans sa dernière année, Londres cherche à renforcer ses positions et à obtenir le soutien du mouvement sioniste qui se développe au sein des communautés juives d’Europe et d’Amérique.

Sionisme politique

Fin août 1897, un peu plus d’un an après la parution de son livre “l’Etat des juifs”, le journaliste et écrivain Theodor Herzl réunit à Bâle, en Suisse, le premier congrès sioniste, composé de quelque 200 délégués venus pour la plupart d’Europe orientale et notamment de Russie. “Le sionisme aspire à créer, pour le peuple juif, un foyer en Palestine garanti par le droit public”, proclame le congrès.

Celui-ci veut notamment encourager “la colonisation de la Palestine par des agriculteurs, ouvriers et artisans juifs”, renforcer le “sentiment national juif” et obtenir des différents gouvernements “le consentement nécessaire à la réalisation de l’aspiration du sionisme”.

L’antisémitisme et les pogroms en Europe ont accéléré l’arrivée des juifs en Palestine: ils sont 47.000 en 1895, contre 24.000 en 1882. Du côté arabe, après des protestations de notables de Jérusalem, les premières organisations politiques sont créées en 1911 à Haïfa et à Jaffa pour lutter contre le sionisme.

Des intérêts britanniques

Fin 1915, France et Grande-Bretagne discutent d’un partage des provinces arabes de l’Empire ottoman. Mais parallèlement, des émissaires britanniques négocient avec Hussein, chérif de La Mecque, lui faisant miroiter l’indépendance arabe. En 1916, le Britannique sir Mark Sykes et le Français François Georges-Picot prévoient de placer la Palestine sous administration internationale dans le cadre d’un futur partage entre leurs pays des provinces arabes de l’Empire ottoman.

Mais le Royaume-Uni ne se résout pas à cette internationalisation, même s’il se voit attribuer le contrôle direct des ports d’Haïfa et de Saint-Jean d’Acre. Il cherche à canaliser à son profit les aspirations sionistes et considère que la reconnaissance d’un “foyer national juif” pourrait servir à assurer ses intérêts au Proche-Orient. De son côté, le mouvement sioniste engage des négociations avec le gouvernement britannique. Il est aidé par la nomination fin 1916 d’Arthur Balfour, sympathisant de la cause juive, au Foreign Office.

Une phrase, 67 mots

Le 2 novembre 1917, Arthur Balfour adresse à Lord Walter Rothschild, haut représentant de la communauté juive britannique, une lettre dactylographiée approuvée par le cabinet, qu’il lui demande de porter à la connaissance de la Fédération sioniste :

Traduction du texte:

“Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives en Palestine, ou aux droits et au statut politique dont les juifs jouissent dans tout autre pays”.

Cette simple phrase de 67 mots constitue une grande victoire pour Chaïm Weizmann, chef des sionistes de Grande-Bretagne et futur premier président israélien, qui n’avait pas ménagé ses efforts en ce sens. Au Proche-Orient, les Arabes n’ont pas été consultés sur cette déclaration, ni même informés. Pourtant, les juifs ne représentent en 1917 que 7% de la population de la Palestine. Les premières manifestations contre la déclaration Balfour se déroulent en février 1920 à Jérusalem, Jaffa et Haïfa.

Naissance de l’Etat d’Israël

En avril 1920, la conférence de San Remo confie à Londres un mandat sur la Palestine. Selon le texte de ce mandat, approuvé définitivement en 1922 par la Société des Nations, la Grande-Bretagne “assumera la responsabilité d’instaurer dans le pays une situation politique, administrative et économique de nature à assurer l’établissement du foyer national pour le peuple juif”. C’est un immense succès pour les sionistes.

De 1936 à 1939, Londres se heurte à la grande révolte arabe. Avec la montée du nazisme et après le génocide juif durant la Seconde Guerre mondiale, l’immigration juive en Palestine prend une considérable ampleur. Des groupes clandestins sionistes armés accentuent la pression.

En novembre 1947, l’ONU adopte un plan de partage de la Palestine en deux Etats, un juif et un arabe, Jérusalem étant placé sous contrôle international. Le 14 mai 1948, David Ben Gourion proclame la création de l’Etat d’Israël aussitôt après la fin du mandat britannique sur la Palestine.

 

 

 

 



L’historien israélien Tom Segev explique pourquoi l’histoire de l’Holocauste est si importante pour Israël :[5].

« Israël se distingue des autres pays par la nécessité de justifier – au reste du monde et à lui-même – son droit même d’exister. La plupart des pays n’ont pas besoin de telles justifications idéologiques. Mais Israël oui, parce que la plupart de ses voisins arabes ne l’ont pas reconnu et parce que la plupart des Juifs du monde préfèrent vivre dans d’autres pays. Tant que ces facteurs resteront vrais, le sionisme sera sur la défensive. Pour justifier l’État d’Israël, l’Holocauste n’est comparable qu’à la promesse divine contenue dans la Bible : Il semble être la preuve définitive de l’argument sioniste selon lequel les Juifs ne peuvent vivre en sécurité et avec des droits égaux que dans leur propre pays et qu’ils doivent donc avoir un Etat autonome et souverain, assez fort pour défendre son existence. »

Tom Segev écrit en outre :[6].

« La diabolisation du nazisme et sa mythologisation, en général, étaient également nécessaires puisque l’Holocauste a servi de justification principale à la création et à l’existence de l’État d’Israël. »

Justification de la violence israélienne

Il y a eu au moins 33 massacres de villages palestiniens pendant la « guerre d’indépendance » d’Israël. Les forces sionistes étaient plus importantes et mieux équipées que leurs opposants, et à la fin de la guerre, plus de 750.000 Palestiniens avaient été expulsés sans pitié de leurs foyers [7] Comme l’écrit Tom Segev :[8].

« Israël est né de la terreur, de la guerre et de la révolution, et sa création a exigé une certaine dose de fanatisme et de cruauté. »

Des villes entières et des centaines de villages en Palestine ont été vidés de leur population palestinienne et repeuplés de nouveaux immigrants juifs. Les immigrants juifs étaient au nombre de 100.000 en avril 1949, la plupart d’entre eux ayant survécu à l’Holocauste. Les Palestiniens ont perdu tout ce qu’ils avaient et sont devenus des réfugiés démunis, tandis que les immigrants juifs en Israël ont volé les biens des Palestiniens et confisqué tout ce dont ils avaient besoin [9].

L’histoire de l’Holocauste a été utilisée à plusieurs reprises pour justifier l’agression d’Israël contre ses voisins. Le Premier ministre israélien Menachem Begin justifiait la démolition d’une prétendue installation nucléaire irakienne en juin 1981 par les mots :[10].

« Nous devons protéger notre nation, dont un million et demi d’enfants ont été tués par les Nazis dans les chambres à gaz. »

Avant l’invasion du Liban par Israël en juin 1982, Begin a dit à son cabinet :[11].

« Vous savez ce que j’ai fait et ce que nous avons tous fait pour prévenir la guerre et la perte de vies humaines. Mais tel est notre destin en Israël. Il n’y a pas d’autre moyen que de se battre avec abnégation. Croyez-moi, l’alternative est Treblinka, et nous avons décidé qu’il n’y aurait plus de Treblinkas. »

Quelques semaines après l’invasion du Liban par Israël, Begin a déclaré qu’après l’Holocauste, la communauté internationale avait perdu son droit d’exiger qu’Israël réponde de ses actes. Il a commencé par déclarer à la Knesset : « Nul ne peut prêcher la moralité à notre peuple, où que ce soit dans le monde. » Une déclaration similaire a été incluse dans la résolution adoptée par le cabinet de Begin après les massacres dans les camps de réfugiés palestiniens à la périphérie de Beyrouth [12].

Vers la fin des années 1980, il n’y avait guère un jour où l’histoire de l’Holocauste n’était pas mentionnée dans l’un des journaux israéliens. Cette exposition constante a encouragé de nombreux soldats israéliens à planifier des moyens d’exterminer les Arabes. Selon Ehud Praver, officier de l’éducation israélienne, « trop de soldats en déduisaient que l’Holocauste justifiait toutes sortes d’actions honteuses »[13].

La culpabilité allemande

Le soi-disant Holocauste a également été utilisé de manière efficace pour inciter le peuple allemand à la culpabilité. Comme l’écrit l’historien britannique Ian Kershaw :[14]

« Des décennies n’effaceraient pas complètement le sentiment simple mais convaincant : « J’ai honte d’être allemand ». »

Friedrich Grimm, une autorité allemande renommée en matière de droit international, s’est vu montrer des échantillons de nouveaux dépliants imprimés peu après la guerre en allemand pour être distribués par les Alliés dans toute l’Allemagne. Décrivant les crimes de guerre allemands, les dépliants constituaient la première étape du programme de rééducation conçu pour l’Allemagne. Grimm suggéra à un officier allié que depuis la fin de la guerre, il était temps d’arrêter cette diffamation. L’officier allié répondit :[15].

« Pourquoi ? Non, on ne fait que commencer. Nous continuerons cette campagne d’atrocités, nous l’augmenterons jusqu’à ce que plus personne ne veuille entendre parler des Allemands, jusqu’à ce que toute sympathie qu’il y a pour vous dans d’autres pays soit complètement détruite, et que les Allemands eux-mêmes deviennent si confus qu’ils ne savent plus ce qu’ils font ! »

La campagne alliée visant à culpabiliser les Allemands au sujet de ce qu’on appelle l’Holocauste a été couronnée de succès. La culpabilité allemande est si puissante qu’elle a amené le gouvernement allemand à faire d’énormes réparations et à présenter d’humbles excuses aux Alliés. Des millions d’expulsés allemands ont payé des réparations aux survivants des camps de concentration allemands même si on leur a volé leurs terres et leurs biens personnels.

James Bacque écrit à propos du sentiment de culpabilité des Allemands :[16].

« La culpabilité imprègne l’Allemagne comme une religion. C’est la « République de Canossa » , pénitente de douleur devant ses juges. La culpabilité est si forte qu’elle a amené la République de Canossa à nier à maintes reprises toute intention de reconquérir la souveraineté sur ses terres orientales, bien qu’il soit un principe bien établi des Nations Unies qu’aucun gouvernement n’ait le droit de renoncer aux revendications des individus sur leurs biens. Elle ne peut pas non plus entraver leur droit au retour dans leur ancienne patrie. »

Crimes alliés contre les Allemands

L’histoire de l’Holocauste a également été utilisée pour couvrir et ignorer les crimes des Alliés contre les Allemands après la Seconde Guerre mondiale. Les morts allemandes après la guerre peuvent être divisées en trois groupes de personnes. Le premier groupe est celui des prisonniers de guerre allemands en Europe et en Union soviétique. Le deuxième groupe est celui des expulsés allemands, et le troisième groupe est celui des Allemands résidant déjà en Allemagne. Bien que personne ne saura jamais exactement combien d’Allemands sont morts entre 1945 et 1950, il est certain que les décès dépassent de loin les estimations traditionnelles. La grande majorité de ces morts ont été causées par les politiques meurtrières imposées par les Alliés contre l’Allemagne après la guerre.

Plus de 70% de la population d’Israel provient des juifs Khazares…et non de palestine.

On estime à 1,5 million le nombre de morts allemands dans les camps de prisonniers de guerre alliés. Cela comprend plus de 517.000 morts de prisonniers de guerre en Union soviétique, 100.000 en Yougoslavie, en Pologne et dans d’autres pays, et le reste dans les camps américains et français. Les Allemands qui moururent dans ces camps de prisonniers de guerre alliés souffrirent inlassablement d’exposition, de maladie et de famine lente. Cette atrocité alliée bien documentée est encore ignorée ou niée par la plupart des historiens d’aujourd’hui.

Il est probable qu’au moins 2,1 millions d’expulsés allemands sont morts dans ce qui était censé être un transfert « ordonné et humain ». L’estimation de 2,1 millions de morts d’expulsés allemands est reconnue comme étant valable par la plupart des historiens traditionnels. Les autorités ont estimé que le nombre de décès de personnes expulsées par les Allemands était beaucoup plus élevé[17].

On estime que 5,7 millions d’Allemands résidant déjà en Allemagne sont morts de faim à cause des politiques mises en œuvre par les Alliés après la guerre. James Bacque explique en détail comment ce total de 5,7 millions de décès est calculé :

La population de toute l’Allemagne occupée en octobre 1946 était de 65 millions d’habitants, d’après le recensement préparé par l’ACC. D’après les archives des quatre principaux Alliés, les prisonniers de retour qui ont été ajoutés à la population entre octobre 1946 et septembre 1950 étaient au nombre de 2.600.000 (chiffres arrondis). Les naissances, selon l’organisme statistique officiel allemand, Statistisches Bundesamt, a ajouté 4.176.430 nouveaux arrivants en Allemagne. Le nombre de personnes expulsées s’élevait à 6.000.000. Ainsi, la population totale en 1950, avant pertes, aurait été de 77.776.430 habitants, selon les Alliés eux-mêmes. Selon l’Annuaire de l’ONU et le gouvernement allemand, le nombre de décès officiellement enregistrés entre 1946 et 1950 était de 3.235.539. Selon le gouvernement allemand, l’émigration était d’environ 600.000 personnes. Ainsi, la population trouvée aurait dû être de 73.940.891 personnes. Mais le recensement de 1950 effectué par le gouvernement allemand sous la supervision des Alliés n’en a trouvé que 68.230.796. Il manquait 5.710.095 personnes, selon les chiffres officiels alliés (arrondis à 5.700.000) [18].

La somme de 1,5 million de prisonniers de guerre allemands, 2,1 millions d’expulsés allemands et 5,7 millions de résidents allemands correspond à l’estimation minimale de 9,3 millions d’Allemands qui sont morts inutilement après la guerre. C’est beaucoup plus d’Allemands que de morts pendant la Seconde Guerre mondiale. Des millions d’Allemands moururent lentement de faim pendant que les Alliés retenaient la nourriture disponible. La majorité de ces Allemands morts après la guerre étaient des femmes, des enfants et des hommes très âgés. Leurs morts n’ont jamais été honnêtement rapportées par les Alliés, le gouvernement allemand ou la plupart des historiens. Au lieu de cela, tout ce que l’on commémore, c’est le prétendu génocide des Juifs d’Europe.

Culpabilité et apathie des alliés

Les Alliés ont également été déclarés coupables de ne pas faire davantage pour prévenir ce qu’on appelle l’Holocauste. L’historienne juive Deborah Lipstadt écrit :[19].

« Une véritable antipathie à l’égard des Juifs a certainement affecté la réaction des Alliés. Bien que personne parmi les Alliés ou dans la presse ne voulait voir des Juifs tués, pratiquement personne n’était prêt à préconiser que des mesures soient prises pour tenter d’arrêter le carnage. De nombreux responsables alliés en position de pouvoir à Londres et à Washington en avaient assez d’entendre parler des Juifs et étaient encore plus fatigués qu’on leur demande de faire quelque chose à leur sujet, même si des mesures auraient pu être prises ».

Elie Wiesel écrit à propos de l’échec des Alliés à sauver les Juifs d’Europe :[20].

« On dirait presque que diplomates et hommes d’État ont passé plus de temps à inventer des raisons de ne pas sauver les Juifs qu’à essayer de trouver un moyen de les sauver. »

Les présidents américains Jimmy Carter, Ronald Reagan et George H. W. Bush ont tous déclaré que les États-Unis ne manqueront jamais d’agir pour mettre fin à quelque chose d’aussi mauvais que le génocide des juifs européens. Lors de l’inauguration du Musée commémoratif de l’Holocauste à Washington, le président Bill Clinton s’est exprimé dans le même sens [21].

« Pour ceux d’entre nous qui représentons aujourd’hui les nations de l’Occident, nous devons vivre éternellement avec cette connaissance : Même si notre conscience fragmentaire des crimes s’est transformée en faits incontestables, trop peu a été fait. »

Michael Goldberg dit à propos du Musée commémoratif de l’Holocauste aux États-Unis :[22].

« Le musée est un sombre rappel que malgré tous ses prétendus idéaux, l’Amérique a néanmoins tourné le dos aux Juifs fuyant Hitler… Par conséquent, le rappel par le musée de ce qui est arrivé aux Juifs dans le passé peut pousser les Américains et leurs décideurs politiques nationaux à Washington à soutenir Israël dans le présent, de peur que dans l’avenir, le même sort soit à nouveau réservé aux Juifs et que le même échec moral attend les Américains une fois encore ».

Le président Barack Obama a affirmé à l’occasion du 70e anniversaire de la libération de Dachau :[23] «…nous jurons avec ferveur que de telles atrocités ne se reproduiront plus jamais » et « l’Histoire ne se répétera pas ».

Bien sûr, le président Obama a oublié de dire à son auditoire que la plupart des détenus de Dachau sont morts de causes naturelles. Obama a également oublié de mentionner que la plus grande atrocité qui s’est produite à Dachau a été le massacre de 520 gardes allemands par les troupes américaines le jour où Dachau a été libérée[24].

Réparations aux Juifs

La culpabilité allemande pour ce que l’on appelle l’Holocauste a donné lieu à des réparations massives aux survivants de l’Holocauste et à l’État d’Israël. Les réparations allemandes aux Juifs ont été discutées dès le début de la Seconde Guerre mondiale. Tom Segev écrit :[25]

« L’idée [de réparations] semble avoir été dans l’air depuis le début de la guerre, apparemment déclenchée par les réparations punitives imposées à l’Allemagne à la fin de la Première Guerre mondiale. Ben-Gourion a reçu un mémorandum à ce sujet dès 1940. Berl Katznelson en a parlé publiquement vers la fin de l’année. En décembre 1942, il existait déjà à Tel-Aviv une organisation privée appelée Justicia qui proposait d’aider les victimes nazies à rédiger des demandes d’indemnisation. »

La haine envers les Allemands en Israël était intense après la guerre. Beaucoup prônaient une loi spéciale interdisant aux Israéliens tout contact social avec les citoyens allemands. Cependant, comme la plupart des Israéliens estimaient que les Allemands leur devaient des réparations massives pour le prétendu Holocauste, l’Allemagne et Israël ont commencé à négocier des réparations le 20 mars 1952. L’accord de Luxembourg, conclu six mois plus tard, engageait le gouvernement allemand à verser des réparations massives aux survivants de l’Holocauste [26].

Nahum Goldmann a déclaré dans une interview de 1976 que l’Accord de Luxembourg « constituait une innovation extraordinaire en matière de droits internationaux ». Goldmann se vantait aussi d’avoir obtenu 10 à 14 fois plus du gouvernement de Bonn qu’il ne l’avait prévu au départ [27].

Des millions de Juifs ont finalement reçu une compensation personnelle pour leurs douleurs et leurs souffrances pendant ce qu’on a appelé l’Holocauste. En 1998, le gouvernement fédéral allemand avait versé à Israël et aux victimes du Troisième Reich des réparations d’environ 61,8 milliards de dollars. En outre, les Allemands avaient versé plusieurs milliards de dollars supplémentaires en fonds privés et autres fonds publics aux travailleurs forcés du temps de guerre [28].

Les réparations allemandes à Israël et aux Juifs se poursuivent jusqu’à ce jour [29].

Solidarité juive

L’histoire de l’Holocauste est décrite par de nombreux dirigeants juifs comme un événement particulièrement mauvais. Un exemple de ce point de vue a été exprimé par Abraham H. Foxman alors qu’il était directeur national de la Ligue antidiffamation du B’nai B’rith :[30].

« L’Holocauste est quelque chose de différent. C’est un événement singulier. Il ne s’agit pas simplement d’un exemple de génocide, mais d’une tentative presque réussie sur la vie des enfants choisis par Dieu et, par conséquent, sur Dieu Lui-même. C’est un événement qui est l’antithèse de la Création telle qu’elle est décrite dans la Bible ; et comme son contraire direct, qui est revécu chaque semaine avec le sabbat et chaque année avec la Torah, il faut s’en rappeler de génération en génération. »

Michael Goldberg confirme que l’histoire de l’Holocauste est devenue une religion pour de nombreux Juifs :[31].

« De même que l’Holocauste est devenu l’histoire maîtresse de nombreux juifs contemporains, de même son observance perpétuelle est devenue leur pratique juive primordiale, la vénération et leur religion. Et comme toute église organisée, ce culte de l’Holocauste a ses propres principes de foi, de rites et de sanctuaires. »

Les Israéliens sont obsédés par l’histoire et l’héritage de l’Holocauste. Une étude réalisée en 1992 auprès d’étudiants israéliens a révélé que près de 80 % des personnes interrogées s’identifiaient à l’affirmation « Nous sommes tous des survivants de l’Holocauste ». Le soi-disant Holocauste est devenu un moyen pour les Juifs séculiers de se sentir liés à leur héritage juif [32].

L’Holocauste, dont on se souvient rituellement en célébrant le jour du souvenir de l’Holocauste, est un moyen majeur de créer une solidarité entre les Juifs. Alors que certaines communautés juives connaissent des conflits entre juifs orthodoxes, conservateurs et réformistes, elles mettent de côté leurs différences et s’unissent pour se souvenir de ce qu’on appelle l’Holocauste. Toute vérité dans le slogan du judaïsme « Les Juifs ne font qu’un » se manifeste rituellement le jour du souvenir de l’Holocauste [33].

Conclusion

Le prétendu génocide des Juifs européens a été utilisé pour justifier l’effort de guerre des Alliés, pour établir l’Etat d’Israël, pour justifier la violence israélienne contre les Palestiniens et contre tous ses voisins arabes, pour inciter les Allemands et les nations alliées à la culpabilité, pour couvrir et ignorer les crimes alliés contre les Allemands, pour permettre aux Juifs de recevoir une réparation massive de l’Allemagne et pour instaurer la solidarité dans la communauté juive. L’importance extrême de l’histoire de l’Holocauste dans la promotion des intérêts sionistes/juifs garantit que cette falsification de l’histoire continuera à l’avenir.

Notes

[1] Van Pelt, Robert Jan, The Case for Auschwitz: Evidence from the Irving Trial, Bloomington, IN: Indiana University Press, 2002, p. 165.

[2] Ibid.

[3] Wiesenthal, Simon, Justice Not Vengeance: New York: Grove Weidenfeld, 1989, p. 224.

[4] Segev, Tom, The Seventh Million: The Israelis and the Holocaust, New York: Hill and Wang, pp. 82, 185, 330.

[5] Ibid., p. 514.

[6] Ibid., p. 480.

[7] Weir, Alison, Against Our Better Judgement: The Hidden History of How the U.S. was Used to Create Israel, 2014, p. 58.

[8] Segev, Tom, op. cit. (note 4), p. 63.

[9] Ibid., pp. 161f.

[10] Ibid., p. 399.

[11] Ibid.

[12] Ibid.

[13] Ibid., pp. 407, 412.

[14] Kershaw, Ian, Hitler 1936-45: Nemesis, New York: W. W. Norton & Company, 2000, p. 840.

[15] Tedor, Richard, Hitler’s Revolution, Chicago: 2013, p. 263; the German original can be found in Grimm, Friedrich W., Politische Justiz, die Krankheit unserer Zeit, Scheur, Bonn1953, S. 146-148; also in idem, Mit offenem Visier, Leoni: 1961, pp. 248f.

[16] Bacque, James, Crimes and Mercies: The Fate of German Civilians under Allied Occupation, 1944-1950, 2nd edition, Vancouver, British Columbia: Talonbooks, 2007, pp. 175-176.

[17] Ibid., p. 124.

[18] Bacque, James, Crimes and Mercies: The Fate of German Civilians under Allied Occupation, 1944-1950, 2nd edition, Vancouver, British Columbia: Talonbooks, 2007, pp. 115-116.

[19] Lipstadt, Deborah E., Beyond Belief: The American Press & the Coming of the Holocaust 1933-1945, New York: The Free Press, 1986, p. 277.

[20] Wyman, David S., The Abandonment of the Jews: America and the Holocaust, 1941-1945, New York: The New Press, 2007, p. x.

[21] Ibid., pp. 342f.

[22] Goldberg, Michael, Why Should Jews Survive?: Looking Past the Holocaust Toward a Jewish Future, Oxford: Oxford University Press, 1995, p. 55

[23] http://www.jpost.com/Diaspora/Obama-vow … amp-400570.

[24] Buechner, Howard A., Dachau: The Hour of the Avenger, Metairie, LA: Thunderbird Press, Inc., 1986, pp. 5, 29, 96-97.

[25] Segev, Tom, op. cit. (note 4), p. 104.

[26] Ibid., pp. 190f., 227, 233.

[27] “West Germany’s Holocaust Payoff to Israel and World Jewry,” The Journal of Historical Review, Vol. 8, No. 2, Summer 1988, p. 245.

[28] “Germany Has Paid Out More Than $61.8 Billion in Third Reich Reparations,” The Journal of Historical Review, Vol. 17, No. 6, November/December 1998, p. 19; for a more recent figure see https://de.wikipedia.org/wiki/Deutsche_ … itik#Summe, listing a total of 73.422 billion Euros (some 100 billion dollars) as of the end of 2015.

[29] See http://www.nytimes.com/2012/11/18/world … ctims.html and http://www.jpost.com/Diaspora/Germany-t … ors-374596.

[30] ADL on the Frontline, January 1994, p. 2.

[31] Goldberg, Michael, op. cit. (note 22), p. 41.

[32] Segev, Tom, op. cit. (note 4), pp. 513, 515f.

[33] Goldberg, Michael, op. cit. (note 22), p. 50.

Par John Wear

Source : Why the Holocaust Story Was Invented

John Wear 

 


EN COMPLÉMENT

LA PROPAGANDE CONTINUE D’UN JOURNAL SIONISTE EN LIGNE…EN LIGNE

 

Voici donc ce qu’a écrit un journal pro-sioniste en ligne,tout récemment.Il faut noter que ces personnes sont rendu avec un esprit créatif et très inventeur.Leur stratégie consiste  à nous rendre émotif:

 

Les baraquements d’Auschwitz I

Il y a soixante quinze-ans, les armées soviétiques libéraient le camp de concentration d’Auschwitz. Par rapport à sa capacité initiale, l’endroit était presque désert: seuls quelques milliers de prisonniers assistèrent à l’entrée des soldats de l’Armée rouge. Les autres, ceux qui avaient survécu à la politique d’extermination du régime nazi –plus d’un million d’individus perdirent la vie à Auschwitz– avaient été évacués les semaines précédentes. Tenant à peine debout, affamés à en perdre la raison, vêtus de presque rien, par un froid glacial, ils regagnaient l’Allemagne par processions entières, participant à ces sinistres marches de la mort qui seraient pour un grand nombre d’entre eux leur dernier voyage.

Il n’y eut aucune explosion de joie au moment de la libération du camp d’Auschwitz. D’une certaine manière, les habitants des lieux n’étaient plus au monde. Ils naviguaient entre la vie et la mort, ombres parmi les ombres, squelettes à l’allure de fantômes revenus de tout, des hommes et de leur barbarie, de Dieu et de son silence, de la vie et de son absence, de tout ce carnaval de la mort inscrit au plus profond de leurs corps. Dans les jours qui suivraient leur libération, un grand nombre s’en irait rejoindre les tombes silencieuses et jamais creusées de leurs compagnons de déportation, ces sépultures évanouies dans l’immensité des cieux qu’on dit éternels.

Pareille scène se déroulerait quelques semaines plus tard à Bergen-Belsen, à Dachau, à Buchenwald quand les armées alliées libéreraient les camps de concentration situés sur les territoires allemands et autrichiens. Alors le monde apprendrait quel sort avait été réservé aux populations juives, tziganes, polonaises… La mort industrielle, la mort par millions, la mort expéditive, la mort sous son jour le plus blafard, les trains, les camps, les douches, les chambres à gaz, les fours crématoires, les cadavres rendus à l’état de poussière, le grand carnage de l’humanité sauvagement assassinée.

Ce qui frappe quand on écrit sur cette période de l’histoire, lorsqu’on tente de l’appréhender dans toute sa démesure, outre l’impossibilité du langage à retracer l’insondable douleur des victimes, c’est l’extraordinaire vitesse à laquelle les événements se sont déroulés. De l’accession au pouvoir d’Hitler à sa chute, douze années se seront écoulées, un temps misérablement court qui aura pourtant permis à l’un des peuples les plus éclairés du continent européen, les plus avancés, les plus cultivés, de commettre des massacres dont l’ampleur et l’intensité nous laissent encore aujourd’hui sans voix.

C’est bien cela qui nous terrifie dans le meurtre nazi. Sa proximité géographique et sa connivence avec l’essence même de notre être. Si un holocauste a pu se produire au cœur même de l’Europe, dans les circonstances que l’on connaît, un holocauste orchestré par des individus comme vous et –les Allemands n’étaient pas des extraterrestres–, c’est donc qu’il peut se produire à nouveau. Les forces de la tyrannie une fois lâchées, elles procèdent de leur propre logique et deviennent incontrôlables; en deux, trois mouvements, ce qu’on pensait acquis et inaltérable s’effondre dans le crépuscule d’une civilisation détruite de l’intérieur et bientôt la démocratie gît au beau milieu d’un chaos dont nul ne connaît la profondeur exacte.

Ce qui revient à dire qu’en toutes circonstances, il ne faut jamais baisser la garde. Se montrer tout le temps d’une vigilance extrême. Ne jamais accepter ce qui peut nous apparaître comme des lâchetés individuelles ou collectives, des comportements en tout point contraires à notre sens de la morale et de l’éthique. Ne jamais se taire. Ne jamais se résigner. Ne jamais détourner le regard. Ne jamais se voiler la face. Ne jamais échanger contre son confort personnel des reculades dont demain il nous faudra payer le prix fort. Ne jamais se sentir à l’abri. Ne jamais se croire arrivé. Ne jamais céder à l’air du temps. Ne jamais prendre les choses pour acquises.

Ne jamais admettre qu’on puisse s’en prendre à un être humain au prétexte qu’il serait différent de nous. Ne jamais tolèrer les mises en accusation obsolètes et la prolifération des fantasmes, tous porteurs de la peste. Ne jamais écouter les populistes qui cherchent à diviser pour mieux régner. Ne jamais se laisser guider ou submerger par la peur qui rend nos cœurs sourds et nos âmes aveugles. Ne jamais s’habituer au racisme, à l’antisémitisme, à la discrimination sous toutes ses formes. Ne jamais reculer ne serait-ce d’un centimètre.

Jamais. Jamais. Jamais.


 

 

 

 

Réseau Pédophile Mondial de l’Élite:La procureure sioniste juive Ghislaine Maxwell sur les filles blanches qu’elle a recruté pour Jeffrey Epstein: «Elles ne sont rien; Ce sont des déchets »

PLUSIEURS ANCIENNES connaissances de Ghislaine Maxwell des cercles raréfiés dans lesquels elle a voyagé ont parlé à Vanity Fair  de Vanessa… Vanessa Grigoriadis.

Ghislaine Maxwell

À partir de leurs commentaires, une image commence à émerger d’une femme sans âme prête à faire presque n’importe quoi pour s’accrocher à son homme, le regretté, dépravé et impitoyable Jeffrey Epstein.

Maxwell était la « fille préférée du baron de la presse [pro sioniste juive] détourné des fonds, Robert Maxwell, décédé en tombant ou en étant poussé de son yacht, le Lady Ghislaine».

D’une certaine manière, les crimes de Maxwell étaient encore pires que ceux d’Epstein, car c’était sa responsabilité de procurer les filles qui le serviraient. Selon une source, Maxwell visiterait les spas et parlerait aux préposés de la salle de douche et se présenterait dans les parcs à roulottes à la recherche de jeunes et belles filles. Elle prétendrait qu’elle avait un emploi légitime à offrir, leur disant «vous ferez beaucoup d’argent, rencontrerez tout le monde et je changerai votre vie». La réalité de la situation était qu’elle les entraînait dans des vies de dégradation et désespoir. Mais Maxwell n’aurait pas pu s’en soucier moins.

La source a déclaré:  «Quand j’ai demandé ce qu’elle pensait des filles mineures, elle m’a regardé et m’a dit: … »elles ne sont rien, ces filles. Ce sont des ordures! »

Maxwell a obtenu une licence de pilote afin de pouvoir faire des aller-retour vers l’île principale, St. Thomas. De cette façon, personne n’a eu à se soucier d’être reconnu par un membre d’équipage.

La chose la plus troublante que Maxwell a peut-être partagée avec cette femme est peut-être que «l’île avait été complètement câblée pour la vidéo». Selon la source, « Maxwell et Epstein filmaient tout le monde sur l’île en tant que police d’assurance, en tant que chantage.» [Et , comme National Vanguard l’ a demandé à plusieurs reprises: où sont ces enregistrements maintenant? Qui contrôle les politiciens et autres élites à travers eux maintenant qu’Epstein est commodément mort? – Nd] « 

Internet a été en effervescence ces derniers jours avec des histoires selon lesquelles Epstein aurait pu gagner de l’argent en menaçant des hommes riches avec des preuves de leurs activités sur la petite île James.

Ghislaine Maxwell avec le magnat des médias «conservateurs», le fondateur de Fox News et le fanatique pro-israélien Rupert Murdoch

Cette femme connaissait très peu la nature de leur relation. Epstein n’était certainement pas fidèle à Maxwell. Il a expliqué à plusieurs femmes avec qui il était sorti qu’elle était une ancienne petite amie qui était « tombée dansdes moments difficiles et qu’il avait pris sur lui de maintenir sa position dans la société».

Une ex-petite amie a dit à VF que «Ghislaine flottait dans et hors de la maison avec les clés, et même si Jeffrey m’a dit qu’ils n’avaient pas de relation sexuelle, elle laisserait tomber son souffle qu’elle dormait dans son lit depuis de temps en temps. »

Elle a également déclaré : «Tous les deux [Epstein et Maxwell] aimaient avoir des secrets et la façon dont ces secrets déséquilibraient les gens. Jeffrey a toujours voulu donner l’impression qu’il était un homme international mystérieux – «Je contrôle tout le monde et tout, je collectionne des gens, je possède des gens, je peux endommager les gens.

Une autre connaissance de leur orbite a  décrit comment Maxwell « plaisantaitsur le fait de rester mince comme un rail parce que Epstein aimait les filles minces. Maxwell aimait choquer. «Elle a dit: ‘Je fais comme les nazis l’ont fait avec les Juifs, le régime d’Auschwitz. Je ne mange tout simplement pas. »» (Le père de Maxwell était juif.)

Le procureur général en partie juif, William Barr, a clairement indiqué ces derniers jours que la mort d’Epstein n’était pas la fin de cette enquête. Geoffrey Berman, également juif, est le procureur américain du district sud de New York. Dans une déclaration publiée après la mort d’Epstein, il a indiqué que l’enquête serait en cours. 

Nous attendons toujours…avec impatience!

 

Arrêt sur image de la vidéo de Rusty Shackleford du «temple» d’Epstein, l’un des endroits où des viols d’enfants blancs auraient eu lieu.

 


Des complots se produisent partout

Jeffré Epstein semble être au centre de nombreux complots.

 

 

IL Y A UNE Poussée de la gauche  pour classer toutes les théories du complot comme de fausses nouvelles dangereuses. Rien de plus mensonger.

Une théorie du complot est la supposition de quelqu’un sur le type de but poursuivi par un groupe d’autres personnes. Cette supposition peut être bonne ou mauvaise.

Une théorie du complot peut être entièrement spéculative ou peut être étayée par des preuves.

En ce qui concerne les théories du complot, la voix la plus forte n’est pas toujours correcte.

En ce qui concerne les théories du complot, les autorités et les experts ne sont pas toujours honnêtes.

En ce qui concerne les théories du complot, les premières personnes que vous devriez soupçonner de tromperie sont celles qui veulent limiter la discussion à leur sujet aux autorités présumées et aux soi-disant experts.

Par exemple, la théorie du complot de Pizzagate était un sous-ensemble du plus grand complot sur la pédophilie utilisé comme moyen de suborner et de faire chanter les responsables américains. La partie pizzagate de la théorie du complot de pédophilie est probablement fausse. Mais la plus grande conspiration dont il ne s’agissait que d’une petite partie est probablement vraie, comme l’ont montré les événements récents concernant Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell.

En outre, la théorie du complot de pédophilie elle-même est un sous-ensemble de la théorie du complot plus large sur le pouvoir juif sioniste  international et les alliés du  sionisme lui-même.Cette théorie dans laquelle Israël [et la structure du pouvoir juif sioniste en général, qui est beaucoup plus grande qu’Israël – Note personnelle] utilise toutes sortes de subterfuges malhonnêtes et des tactiques sournoises pour contrôler la vie politique et culturelle d’autres pays, en particulier les États-Unis d’Amérique,le Canada et la France. C’est pourquoi vous trouvez continuellement des Juifs sortant de presque tous les scandales pédophiles.

Tout cela provient de la tradition de la mafia khazare d’ou provient la famille Trump,par exemple!

Et n’oubliez pas le meurtre de Jamal Khashoggi dont l’oncle Adnan a fait sa commission de 4 milliards de dollars en vendant des armes américaines aux Saoudiens. Et n’oubliez pas que Khashoggi était aussi l’oncle de Dodi Fayed décédé avec la princesse Diana. Peut-être qu’elle allait donner la richesse royale aux banques arabes pour la garder, mais ce n’est peut-être qu’une théorie du complot. Peut-être qu’elle a mentionné quelque chose comme ça à son bon ami Henry Kissinger qui a assisté à ses funérailles.


Pourquoi  les agents du FBI sont-ils assis sur les preuves d’Epstein?

 

PENDANT DES SEMAINES, le FBI et la police de New York sont assis sur un gros tas de pornographie juvénile ainsi que des vidéos de chantage de grosses perruques / célébrités qui ont été saisies dans le manoir de Jeffrey Epstein à Manhattan. Avez-vous entendu parler d’une personne riche et puissante arrêtée à la suite d’un examen officiel de ces vidéos? Non? Hmmm.

Pourquoi, il semble que la police soit plus intéressée à couvrir les enfants violeurs qu’à les poursuivre, n’est-ce pas? Hier et aujourd’hui, le FBI et le NYPD recherchent des preuves sur la petite île Saint James. Et, très probablement, ce qu’ils ont l’intention de faire avec toute preuve qu’ils trouvent, c’est de la détruire.

Il semble bien que nous ne puissions pas faire confiance à la police fédérale ou locale pour faire son travail correctement, lorsque les suspects sont des gens riches et puissants [en particulier les Juifs  sionistes]. Je pense que je peux maintenant comprendre pourquoi le FBI a récemment déclaré que les «théories du complot» étaient une menace terroriste. C’est leur façon de supprimer les théories du complot (probablement vraies) sur le FBI.

Jeffrey Epstein a été retrouvé mort en prison (comme prévu) le lendemain du jour où les tribunaux ont finalement rendu public un grand nombre de documents relatifs au scandale de la pédophilie dans lequel il était impliqué. Apparemment, certains des anciens clients de son entreprise de prostitution enfantine avaient déjà engagé des tueurs à gages, probablement certains des gardiens de prison, qui étaient prêts à partir lorsqu’une commande arrivait ou qu’un événement déclencheur se produisait. Bien que cela s’appelle un suicide, la mort d’Epstein est presque certainement un meurtre.

Maintenant, Epstein méritait très probablement de mourir, mais il en va de même pour les riches pédophiles d’élite qui ont violé des enfants sur les différentes propriétés d’Epstein. Epstein étant mort, les documents disparaîtront probablement – ces vols et incendies mystérieux dans la salle des preuves du département de police – et les preuves contre les coupables s’évaporeront tout simplement.

D’ÉTRANGES COÏNCIDENCES

Il y a des caméras partout dans la prison où Epstein était enfermé, mais ne retenez pas votre souffle en attendant une vidéo montrant exactement comment la mort d’Epstein s’est réellement produite. Vous entendrez parler de «difficultés techniques», vagues et non spécifiées, ou bien étrangement improbables. Les caméras de vidéosurveillance auraient été mystérieusement éteintes pour maintenance, ou il y a eu un dysfonctionnement ou une perte d’alimentation électrique… ce sera quelque chose dans ce sens. Et le gardien de prison qui était censé être en quart de travail pour la «montre suicide» 24 heures sur 24 d’Epstein aura pris une longue pause-café, au cours de laquelle Epstein est décédé. Oops.

 

Qu’est-ce qui a pris si longtemps pour que le FBI  s’attaque à l’île des Caraïbes d’Epstein?

Des agents du FBI ont fait une descente sur l’île de Little St. James, propriété du financier Jeffrey Epstein, deux jours après sa mort dans une prison de New York.

Un groupe de touristes sur un bateau affrété au large des côtes de l’île a repéré les forces de l’ordre lundi et a pris des photos et des vidéos du raid. 

« Nous étions en train de déjeuner lorsque nous avons vu plus d’une douzaine de personnes descendre de leurs vedettes rapides et atterrir sur l’île », a déclaré le témoin anonyme au Daily Mail , qui a obtenu les images. « Quand nous avons regardé de plus près, nous avons pu voir le logo du FBI sur le dos de leurs chemises. »

 

Epstein a acheté l’île de 71,5 acres en 1998 pour 7,95 millions de dollars et l’aurait utilisée pour des soirées sexuelles impliquant des filles mineures et des invités riches et puissants pendant des années. Son avion privé, surnommé le « Lolita Express », atterrirait sur l’île voisine de Saint-Thomas, d’où tout le monde prendrait le bateau du nom de son ex-petite amie et complice présumée, Ghislaine Maxwell.

Le FBI n’a pas officiellement commenté le raid, mais son timing – deux jours après la découverte d’Epstein mort dans la prison de Manhattan après un suicide apparent – a suscité des questions .

L’homme de 66 ans a été arrêté et emprisonné le 6 juillet 2019, pour trafic sexuel. Vendredi, quelque 2 000 pages de documents d’un procès contre Maxwell, détaillant les accusations sordides d’abus sexuels sur plusieurs filles mineures, ont été dévoilées au public. Epstein a été retrouvé mort dans sa cellule au Metropolitan Correctional Center du Lower Manhattan le lendemain.

Les médecins légistes qui ont pratiqué l’autopsie sur Epstein ont refusé de publier la cause du décès «en attendant de plus amples informations». Il a été rapporté qu’il n’avait pas été sous surveillance suicide, qu’il était seul dans sa cellule et que la caméra de surveillance à l’extérieur avait mal fonctionné. .

Le procureur général William Barr a condamné les «graves irrégularités» au MCC et a exigé une «enquête approfondie».

«Permettez-moi de vous assurer que cette affaire continuera contre toute personne complice d’Epstein. Tout co-conspirateur ne devrait pas être tranquille », a déclaré Barr lors d’un événement à la Nouvelle-Orléans lundi. «Les victimes méritent justice et elles l’obtiendront.»


Le trou du lapin de Jeffrey Epstein va beaucoup plus loin que vous ne le pensez…c’est la pointe de l’iceberg

Quand le FBI cherchait des témoins…pourquoi?

 

 

La famille du meilleur associé d’Epstein avait des liens avec le Mossad.

COMME BEAUCOUP d’entre vous, je suis l’histoire de Jeffrey Epstein avec horreur, dégoût et yeux ouverts depuis plusieurs années. Bien que ça ait toujours été une saga effrayante, tordue et complètement bizarre, je ne savais pas à quel point elle était inexplicable et étrange jusqu’à ce que je fasse encore plus de fouilles plus tôt aujourd’hui.

J’ai rassemblé un tas d’informations dans un fil Twitter, et plutôt que de réinventer la roue, la voici:

Plus j’en apprends sur Jeffrey Epstein et son réseau mondial de pédophilie, plus je découvre des liens bizarres. Je vais en examiner trois ici. 

1) Alex Acosta, l’homme qui a arrangé le départ d’Epstein en Floride, est maintenant le secrétaire au Travail de Trump.

 

 

2) L’homme qui a embauché Epstein quand il avait 20 ans pour être professeur de mathématiques à l’école privée d’élite de New York Dalton était Donald Barr, le père de William Barr, l’actuel procureur général des États-Unis. 

Bizarre!

3) Enfin, et celui-ci est un trou de lapin géant, concerne Ghislaine Maxwell, la femme accusée d’être la madame d’Epstein. Son père était Robert Maxwell… allez-y et faites des recherches sur ce type. https://en.wikipedia.org/wiki/Robert_Maxwell…

Voici comment Robert Maxwell est mort: 

«Le 5 novembre 1991, Maxwell a été en contact pour la dernière fois avec l’équipage de son yacht, le Lady Ghislaine, à 4 h 25, heure locale, mais a été retrouvé disparu plus tard dans la matinée. On a supposé que Maxwell était tombé par-dessus bord du navire, qui naviguait au large des îles Canaries, et son corps nu a ensuite été retrouvé dans l’océan Atlantique. La décision officielle rendue lors d’une enquête tenue en décembre 1991 a été la mort d’une crise cardiaque combinée à une noyade accidentelle. »

De plus, avant sa mort, Robert Maxwell faisait l’objet d’une enquête pour crimes de guerre:

Le baron des médias, Robert Maxwell, faisait l’objet d’une enquête pour crimes de guerre juste avant sa noyade en 1991, a-t-on appris aujourd’hui. theguardian.com

Enfin, Robert Maxwell a été accusé d’avoir des liens avec l’agence d’espionnage israélienne Mossad par le journaliste lauréat du prix Pulitzer Seymour Hersh. 

Il y a beaucoup de choses ici. J’espère que les gens regardent attentivement Epstein et Maxwell pour empêcher de nouveaux «suicides».

Il semble que toute l’affaire Epstein était une opération de chantage professionnelle élaborée destinée à piéger les riches et les puissants. Mais qui était vraiment derrière, qui finançait vraiment Epstein? Nous devons vraiment aller au fond des choses, puis les dominos tombent vraiment.

Il semble évident qu’Epstein essayait intentionnellement de faire attraper autant de personnes riches et puissantes que possible dans sa toile malade. Il ne s’agissait pas seulement de ses désirs malades, mais de faire du chantage sur les gros frappeurs mondiaux. Il est impératif de savoir pourquoi. Il y a une raison.

Cette chose a l’air d’être gérée comme une opération / entreprise professionnelle. Juste un pressentiment, mais je ne serais pas surpris s’il était une personne de premier plan.

J’entends toujours la même chose des gens. Tout sur Epstein est bizarre.

 

«Epstein avait attiré l’attention de la presse lorsqu’il avait piloté Bill Clinton à bord de son jet pour l’Afrique. Personne ne savait qui il était ni ne comprenait comment il avait gagné son argent. » 

Non, pas étrange du tout.

Lire cet article: 

«L’un était la source cachée de sa richesse – il a affirmé qu’il avait alimenté un style de vie de vastes maisons, un jet privé et des voyages sans fin en gérant l’argent des milliardaires et en prenant une commission, une histoire que personne que je parlé à cru. « 

https://www.thedailybeast.com/i-tried-to-warn-you-about-sleazy-billionaire-jeffrey-epstein-in-2003

« Les amis d’Epstein ont supposé que le détaillant Les Wexner était la véritable source de la richesse d’Epstein, Wexner (qui l’appelait » mon ami Jeffrey « ) n’a jamais commenté cela. »

«J’ai ouvert la première boîte, et il y a eu la déposition d’Epstein dans une affaire civile expliquant dans son propre témoignage qu’il avait en effet été coupable d’une« violation de la loi »pendant son séjour à Bear Stearns et qu’on lui avait demandé de quitter l’entreprise d’investissement . « 

 

Voici comment Alan Dershowitz a connu Jeffrey Epstein: 

«Son profil social a commencé à s’améliorer en 1996 après avoir rencontré le financier Jeffrey Epstein par l’intermédiaire de Lynn Forester de Rothschild, une amie de Martha’s Vineyard.»

https://www.bostonmagazine.com/news/2016/12/11/alan-dershowitz/2/

 

Il semble que le vrai travail de Jeffrey Epstein était d’obtenir du chantage sur certains des joueurs les plus riches et les plus puissants du monde, et en ce sens, il a été un énorme succès. La question beaucoup plus importante est de savoir s’il le faisait principalement pour lui-même ou s’il était un leader pour d’autres joueurs à qui de telles informations seraient inestimables.

La raison pour laquelle j’ai mis cela ensemble est d’exposer autant de personnes que possible à ces informations bizarres. J’espère que les journalistes et les enquêteurs criminels approfondiront toutes ces choses (et plus) afin de vraiment savoir qui est Jeffrey Epstein, d’où vient son argent et à qui, le cas échéant, il répond.

Il y a peut-être beaucoup plus ici que ce que l’on voit.

 

 

 

 


Le pédophile Jeffrey Epstein a travaillé pour le Mossad

 

L’ampleur de l’espionnage israélien dirigé contre les États-Unis est une énorme histoire qui n’est  que rarement abordée  dans les médias grand public.

L’État juif arrive régulièrement en tête de liste des pays ostensiblement amis qui mènent agressivement l’espionnage contre les États-Unis et l’américain juif Jonathan Pollard, qui a été emprisonné en 1987 pour espionnage pour Israël, est maintenant considéré comme l’espion le plus dommageable de l’histoire des États-Unis.

Les espions israéliens opérant plus ou moins librement aux États-Unis sont rarement interférés, et encore moins arrêtés et poursuivis, car il y a une réticence de la part des échelons supérieurs du gouvernement à le faire.J’ai cité le cas d’Arnon Milchan, un producteur milliardaire de films hollywoodiens qui avait une vie secrète qui comprenait le vol de technologies restreintes aux États-Unis pour permettre le développement du programme d’armes nucléaires d’Israël, ce qui était tout à fait contraire aux intérêts américains. Milchan a été impliqué dans un certain nombre d’autres vols ainsi que dans la vente d’armes pour le compte de l’État juif, à tel point que son travail en tant que producteur de films aurait en fait été moins lucratif que son travail d’espion et de marchand d’armes sur le marché noir. , pour lequel il opérait à commission.

Le fait que Milchan n’ait jamais été arrêté par le gouvernement américain ni même interrogé sur son activité illégale, bien connue des autorités, n’est qu’une manifestation de plus de l’efficacité du pouvoir juif à Washington, mais un cas bien plus convaincant impliquant un possible espionnage. avec des manifestations politiques majeures vient de refaire surface.

Je veux parler de Jeffrey Epstein, le «financier» milliardaire de Wall Street qui a été arrêté et accusé d’exploiter un «vaste» réseau de filles mineures pour le sexe, opérant à partir de ses hôtels particuliers à New York et en Floride ainsi que sur son île privée dans les Caraïbes, que les visiteurs appellent «Orgy Island». Parmi d’autres associés de grande valeur, il est affirmé qu’Epstein était particulièrement proche de Bill Clinton, qui a volé des dizaines de fois sur le 727 privé d’Epstein.

Alex Acosta à gauche

Epstein a  été arrêté le 8 juillet  après mise en accusation par un grand jury fédéral à New York. Cela fait plus d’une décennie qu’Alexander Acosta, le plus haut procureur fédéral de Miami, qui est maintenant le secrétaire du Travail du président Trump, a accepté un accord sur le plaidoyer impliquant des allégations similaires concernant la  pédophilie  qui n’a pas été partagé avec les accusateurs avant d’être finalisé devant le tribunal. Il y aurait eu des centaines de victimes, dont 35 ont été identifiées, mais Acosta a délibérément refusé aux deux plaignants de se présenter devant le tribunal pour témoigner avant la condamnation.

L’intervention d’Acosta a signifié qu’Epstein a évité à la fois un procès public et une possible peine de prison fédérale, au lieu de purger seulement 13 mois d’une peine de 18 mois dans la prison presque sans sécurité du comté de Palm Beach pour avoir sollicité la prostitution en Floride. Pendant sa détention, il a été autorisé à quitter la prison pendant seize heures six jours par semaine pour travailler dans son bureau.

Les crimes d’Epstein ont été commis dans son manoir de Manhattan de 56 millions de dollars   et dans sa villa au bord de l’océan à Palm Beach en Floride. Les deux résidences étaient équipées de caméras cachées et de microphones dans les chambres, qu’Epstein aurait utilisé pour enregistrer des rencontres sexuelles entre ses invités de renom et ses filles mineures, dont beaucoup venaient de milieux pauvres, qui ont été recrutées par des acheteurs pour s’engager dans ce qui était euphémiquement décrit comme des «massages» pour de l’argent. Epstein n’a apparemment fait aucun effort pour cacher ce qu’il faisait: son avion s’appelait le «Lolita Express».

Les démocrates appellent à une enquête sur l’affaire Epstein, ainsi que sur la démission d’Acosta, mais ils pourraient bien finir par regretter leurs demandes. Trump, la véritable cible de la fureur d’Acosta, n’était apparemment pas au courant des détails du plaidoyer de culpabilité qui avait mis fin à l’affaire Epstein. Bill et Hillary Clinton étaient cependant des associés très proches d’Epstein. Bill, qui a voyagé sur le «Lolita Express» au moins 26 fois, pourrait vraisemblablement être impliqué dans la pédophilie compte tenu de ses antécédents et du manque relatif de morale conventionnelle. Lors de nombreux voyages, Bill a refusé les escortes des services secrets, qui auraient été témoins de tout comportement répréhensible. Lors d’ un long voyage en Afrique en 2002, Bill et Jeffrey étaient accompagnés de l’acteur pédophile accusé Kevin Spacey et d’un certain nombre de jeunes filles, des «employés» légèrement vêtus identifiés uniquement comme des «massages». Epstein était également un contributeur majeur à la Fondation Clinton et était présent au mariage de Chelsea Clinton en 2010.

Avec une année électorale qui approche, les démocrates ne voudraient pas que le public se souvienne des exploits de Bill, mais il faut se demander où et à quel point l’enquête pourrait aller. Il y a aussi un angle possible de Donald Trump. Bien que Donald n’ait peut-être pas été un grand voyageur sur le «Lolita Express», il a certainement évolué dans les mêmes cercles que les Clinton et Epstein à New York et Palm Beach, et il est selon ses propres mots à peu près aussi amoral que Bill Clinton. En juin 2016, une  Katie Johnson a  déposé une plainte à New York, affirmant qu’elle avait été violée à plusieurs reprises par Trump lors d’un rassemblement à Epstein en 1993 alors qu’elle avait 13 ans. Dans une interview accordée au New York Magazine en  2002  Trump a déclaré: «Je connais Jeff depuis quinze ans. Un gars formidable… il est très amusant d’être avec. On dit même qu’il aime autant les belles femmes que moi, et beaucoup d’entre elles sont plus jeunes. Aucun doute là-dessus – Jeffrey aime sa vie sociale. »

Les enquêtes sélectives sur les actes répréhensibles, y compris les pointages intenses des doigts, sont le nom du jeu à Washington, et l’affaire Epstein a également toutes les caractéristiques d’une affaire d’espionnage majeure, probablement liée à Israël. Sauf si Epstein est un pédophile extrêmement malade qui aime regarder des films d’autres hommes baisant des filles de douze ans, toute la procédure de tournage sent un service de renseignement sophistiqué compilant du matériel pour faire chanter des politiciens éminents et d’autres personnalités publiques. Ceux qui font l’objet de chantage coopéreraient sans aucun doute dans la plupart des cas avec le gouvernement étranger concerné pour éviter un scandale majeur. Cela s’appelle recruter des «agents d’influence». C’est ainsi que fonctionnent les agences de renseignement et c’est ce qu’elles font.

Le fait qu’Epstein soit perçu comme étant lié au renseignement a été clairement indiqué  dans les commentaires d’Acosta lorsqu’il a été autorisé par l’équipe de transition de Trump. On lui a demandé: « L’affaire Epstein va-t-elle causer un problème [pour les audiences de confirmation]? » Il avait rompu l’accord de non-poursuite avec l’un des avocats d’Epstein parce qu’on lui avait dit de reculer, qu’Epstein était au-dessus de son salaire. «On m’a dit qu’Epstein appartenait à l’intelligence et de la laisser tranquille.» »

Les questions sur la richesse d’Epstein suggèrent également un lien avec une agence gouvernementale secrète aux poches profondes . Le New York Times  rapporte que  «exactement ce que son opération de gestion de l’argent a fait était caché dans le secret, tout comme la plupart des noms de qui il l’a fait. Il a prétendu travailler pour un certain nombre de milliardaires, mais le seul grand client connu était Leslie Wexner, le milliardaire fondateur de plusieurs chaînes de magasins, dont The Limited.

Mais à qui appartient le service de renseignement? La CIA et les services du FSB russe sont des candidats évidents, mais ils n’auraient aucun motif particulier d’acquérir un agent comme Epstein. Cela laisse Israël, qui aurait été désireux d’avoir une stable d’agents d’influence de haut niveau en Europe et aux États-Unis. Le contact d’Epstein avec les services de renseignement israéliens est probablement dû à ses associations avec Ghislaine Maxwell, qui aurait été son principal acheteur de jeunes filles. Ghislaine est la  fille de Robert Maxwell, décédé ou peut-être assassiné dans des circonstances mystérieuses en 1991. Maxwell était un homme d’affaires anglo-juif, de profil très cosmopolite, comme Epstein, un multimillionnaire très controversé avec ce qui était considéré comme des liens permanents avec le Mossad. Après sa mort, Israël a assisté à des funérailles d’État au cours desquelles six anciens et anciens chefs des services de renseignement israéliens ont écouté pendant que le Premier ministre Yitzhak Shamir  faisait l’ éloge de la cause : «Il a fait plus pour Israël que l’on ne peut dire aujourd’hui» 

* (Trump (à gauche) avec Robert Maxwell (à droite) lors d’un événement.)

 

Epstein a gardé un  livre noir  identifiant bon nombre de ses contacts sociaux, qui est maintenant entre les mains des enquêteurs. Il comprenait quatorze numéros de téléphone personnels appartenant à Donald Trump, dont l’ex-femme Ivana, la fille Ivanka et l’actuelle épouse Melania. Il comprenait également le prince Bandar d’Arabie saoudite, Tony Blair, Jon Huntsman, le sénateur Ted Kennedy, Henry Kissinger, David Koch, Ehud Barak, Alan Dershowitz, John Kerry, George Mitchell, David Rockefeller, Richard Branson, Michael Bloomfield, Dustin Hoffman, Queen Elizabeth, le roi saoudien Salman et Edward de Rothschild.

Le Mossad aurait exploité les contacts d’Epstein, organisant leur coopération en faisant en sorte qu’Epstein les mange et les dîne tout en les envolant vers des endroits exotiques, en leur fournissant des femmes et des divertissements. S’ils refusaient de coopérer, il serait temps de faire du chantage, des photos et des vidéos du sexe avec des femmes mineures.

Il sera très intéressant de voir jusqu’où et à quelle profondeur l’enquête sur Epstein et ses activités va. On peut s’attendre à ce que des efforts soient faits pour protéger des politiciens de premier plan comme Clinton et Trump et pour éviter tout examen d’un éventuel rôle israélien. C’est la pratique normale, comme en témoignent le rapport du 11 septembre et l’enquête Mueller, qui ont tous deux évité toute enquête sur ce qu’Israël aurait pu faire. Mais cette fois, s’il s’agissait bien d’une opération israélienne, il pourrait s’avérer difficile de dissimuler l’histoire car son aspect pédophile a déclenché une colère publique considérable de tous les horizons politiques. 

Le sénateur Chuck Schumer , se décrivant comme le «protecteur» d’Israël au Sénat, appelle haut et fort à la démission d’Acosta. Il pourrait juste changer son air s’il s’avère qu’Israël est une partie importante de l’histoire.

…À SUIVRE MES AMI(E)S!

 

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en formation:Une première vague de 50 missiles et de roquettes s’abat sur Tel-Aviv

En riposte aux frappes aux missiles israéliennes qui ont coûté la vie à l’un des hauts commandants du Jihad islamique de la Palestine, Tel-Aviv a été pris pour cible. La branche militaire du Jihad islamique de la Palestine, les brigade Qods a affirmé dans un communiqué avoir frappé Tel-Aviv, Yafa et les colonies israéliennes limitrophes de Gaza. Selon des sources israéliennes citées par l’agence de presse palestinienne Shahab, les sirènes d’alertes continuent à retentir dans la capitale israélienne Tel-Aviv et les écoles sont toutes fermées. Al-Jazeera confirme la frappe contre Tel-Aviv ainsi que la fermeture des écoles dans cette ville et dans quelques autres villes. Le sud et le cente d’Israël sont donc en état d’alerte. 

Missiles 12 novembre 2019

 

Tel-Aviv et sa banlieue sont en état d’alerte maximal. Baha Abou Atta, l’un des hauts commandants des brigades Qods, branche militaire du Jihad islamique de la Palestine, a été tué en martyr ce mardi matin dans le quartier d’al-Shojaia de Gaza dans un raid israélien qui a également coûté la vie à son épouse.
DEBKAfile, site proche du renseignement de l’armée israélienne, affirme que c’est Benjamin Netanyahu en personne qui en a donné l’ordre
Par crainte d’une riposte d’envergure de la Résistance, le porte-parole de l’armée israélienne s’est précipité ce mardi matin pour affirmer que « Atta a été une bombe à retardement » mais que son assassinat « ne signifiait pas le retour de la politique des assassinats ciblés ».  Quoi qu’il en soit, le mouvement du Jihad islamique de la Palestine a promis une terrible riposte à cet assassinat qui s’est combiné à une nouvelle attaque du régime israélien contre la capitale syrienne Damas.
Vers 4 heures (heure locale), la banlieue ouest de la capitale et plus précisément Dariya a été prise pour cible de plusieurs missiles israéliens qui ont déclenché la réponse de la DCA syrienne. Dans son communiqué, le Jihad islamique affirme que son autre commandant, Akram al-Ajouri, visé par cette frappe, l’a échappé alors que son fils, Moaz, membre du bureau politique du mouvement y a péri. SANA confirme de son côté cette information tout en affirmant que la fille du commandant Ajouri et 10 autres personnes avaient été blessées au cours de l’attaque au triple missiles contre la localité de Dariya, à l’ouest de Damas. Un des trois missiles a été intercepté par la DCA syrienne tandis que deux autres ont explosé. A Damas, Israël a donc raté son coup. Le ministère israélien des A.E. revendique par ailleurs très clairement son attaque et Netanyahu reconnait qu’elle a été proposée par le commandant en chef des forces armées et le chef de Shin Beth au terme d’un accord  » conclu au cabinet sécuritaire et signé par le PM lui-même ».
Sans son communiqué, le Jihad islamique dit ne pas connaitre de « limite » pour la riposte qu’il a à infliger au régime israélien.
Le ministre syrien de l’Intérieur sur les lieux de l’attaque, le 12 novembre à Damas/Fars News

 

 

Les funérailles du commandant Abou Atta à Gaza, 12 novembre 2019/ Fars News

 

 

La capitale syrienne et sa banlieue n’avaient  pas été pris pour cible des frappes sionistes depuis fin août. Cette attaque ouvre ainsi un nouveau cycle de violence puisque le régime israélien, empêtré dans une crise interne sans précédent, a besoin d’un échappatoire, constatent des analystes. En Israël, le député de la Liste arabe unifiée, Ofer Kassif a déclaré sur Twitter que “pour sauver sa peau, Netanyahu revient à ce qu’il sait bien faire: tuer, détruire et inciter à la guerre.”
Selon les sources israéliennes, dans la région du centre d’Israël, l’armée sioniste interdit tout rassemblement de plus de 300 personnes, tandis que le cabinet de sécurité israélien se réunit à la Kyria (quartier général de l’armée) à Tel Aviv ce matin. Les points de passages avec Gaza sont fermés jusqu’à nouvel ordre.  Plus de 26 roquettes et missiles ont été tirées depuis Gaza contre Israël tôt mardi matin sans que Dôme de fer puissent en intercepter grande chose. Des maisons à Sderot ont été ciblés alors que les médias sionistes maintiennent un black out total sur le nombre des blessés. L’alerte au missile a retenti à plusieurs reprises mardi matin à Ashdod, Ashkelon, dans la région du Gush Dan (centre) et dans les localités frontalières de la bande de Gaza.
Un dernier communiqué du ministère israélien des A.E. affirme que quelque un million d’israéliens se trouvent en ce moment même dans des abris antimissiles.

 


EN COMPLÉMENT:Pourquoi le commandant en chef du CentCom s’est rendu en Israël ?

 

Les Su-57 russes déployés à Hmeimim. (ImageSat International)

 

SU-57 en vol.
La guerre a été depuis toujours l’ultime recours pour Israël : alors que l’entité sioniste s’empêtre dans l’une des crises politiques les plus graves de toute son histoire, il vient d’ouvrir le front de combat à la fois en Syrie et à Gaza, histoire de faire croire qu’il est capable de « frapper » l’ennemi à la fois sur plusieurs fronts et que l’axe de la Résistance aussi étendu qu’il soit, ne pourrait l’en empêcher.
Mais en Israël tout le monde n’est pas du même avis que le clan Netanyahu. Commentant la double frappe d’Israël ce mardi matin contre Gaza et Damas, frappes où ont péri deux commandants du Jihad islamique de la Palestine, Abou Atta et Moaz al-Ajouri, le député sioniste Ofer Kassif affirmait ce matin sur Twitter que “pour sauver sa peau, Netanyahu revient à ce qu’il sait bien faire: tuer, détruire et inciter à la guerre.
C’est sans doute vrai, mais ce qui est encore plus vrai, c’est que le régime israélien n’aurait pas décidé d’ouvrir un double front de combat contre l’axe de la Résistance, de son propre chef et sans coordination préalable avec les États-Unis.   
Samedi, le général Kenneth F. McKenzie est arrivé pour sa première visite en Israël depuis qu’il est à la tête du commandement central de l’armée US. La visite de McKenzie est la deuxième visite d’un commandant du CentCom en Israël depuis mars dernier.
Les États-Unis se sont abstenus de révéler la  raison du déplacement de McKenzie dans les territoires occupés de la Palestine, mais ils ont laissé croire qu’il s’agissait de débattre d’un possible départ des troupes américaines de Syrie, ce qui, au regard des évolutions sur le terrain et du redéploiement des militaires américains autour des champs pétroliers du nord-est et de l’est syrien, n’est en fin de compte que du leurre.
Presque simultanément au général McKenzie, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Riyabkov, se trouvait à Tel-Aviv où, selon les sources israéliennes, il aurait aussi débattu de la Syrie mais plus largement de l’Iran. Le haut diplomate russe a une nouvelle fois réitéré que la position russe s’opposait diamétralement à celle des États-Unis et d’Israël sur la question de l’Iran en particulier et de la Résistance en général. Et M Riyabkov ne croyait pas si bien dire.
Au moment où il s’entretenait avec les Israéliens, des avions furtifs américains F-35 s’étaient mis à se déployer près de la base aérienne de Hmeimim. 
Le site spécialisé russe Avia.pro affirme dans son édition de samedi que
 « des hangars d’aéronefs sont en train d’être érigés d’urgence en Israël, le plus probablement dans le but de garer la cinquième génération du F-35i. La superficie totale des hangars en construction est de 252.000 mètres carrés. Le département américain de la Défense est chargé de l’exécuter. Si cette information est vraie, ce sera un jeu dangereux que Washington vient de commencer, non pas contre le seul Iran, mais bien au-delà contre les forces armées russes, largement déployés dans des bases en Syrie, à Tartous, mais aussi et surtout à Lattaquié« .
Riabkov n’a donc pas été dupe quand les Israéliens se sont mis comme toujours à se lamenter de l’Iran et de l’axe de la Résistance pour expliquer leur bellicisme qui se dirige cette fois aussi contre la Russie. Il s’agit en effet d’un ultime effort pour inverser la donne stratégique au Moyen-Orient qui est en nette défaveur du camp atlantiste, Israël étant dans ce nouveau cas de figure, à la première ligne.
Les signes de tensions Israël/Russie se sont d’ailleurs multipliés ces derniers temps: de l’échec du système anti-missile sioniste Fronde de David littéralement mis au pas par un Touchka russe lors des exercices de la marine russe non loin des côtes israéliennes avec en toile de fond des tirs de missiles en direction de ces mêmes côtes, Israël aurait dû bien recevoir le message. Mais il n’en a pas été ainsi. Le message de la Résistance émis le lundi 11 novembre par le secrétaire général du Hezbollah n’a pas non plus été reçu comme il faut par Tel-Aviv. 
Hassan Nasrallah a conseillé au régime israélien de prendre au sérieux une nouvelle puissance balistique qui a émergé des ruines de la guerre US/Israël/Arabie au Yémen à savoir Ansarallah.  
« Sur le plan régional, je voudrais parler du Yémen, de la position historique lancée par le leader d’Ansarallah, Abdel Malek al-Houthi, au sujet du conflit avec l’ennemi israélien. Cet ennemi s’est longuement attardé sur sa déclaration faite il y a deux jours. Il a dit: « Si vous attaquez le Yémen, nous riposterons de toutes nos forces ». Cette position est prise par le leader d’un front qui a développé ses potentiels militaires et qui possède des drones et des missiles sophistiqués. Nous parlons donc d’un dirigeant dont la parole est crédible. Les peuples et les mouvements de notre nation doivent être fiers de cette position, surtout que le Yémen se situe dans une région stratégique. L’ennemi doit comprendre cette position stratégique. Il doit comprendre que de nouvelles forces militaires s’ajoutent au front de combat dans une région où l’ennemi ne cesse de comploter la formation d’un nouveau Moyen-Orient « , a déclaré Nasrallah. 
Il est vrai qu’Israël a bien ouvert les portes de l’enfer et pour la première fois, il risque sa peau pour avoir agi sur l’ordre du Pentagone. Outre la riposte de la Résistance, la Russie prépare elle aussi sa réponse aux actes de guerre de plus en plus hostiles d’Israël contre la Russie. Après tout, Moscou avait bien interdit au régime israélien de frapper Damas, ce qu’a fait ce mardi (12 novembre 2019) matin Israël en prenant pour cible Dariya. Les forces navales de l’armée israélienne ont localisé le sous-marin à environ huit milles marins (15 kilomètres), alors que les eaux territoriales israéliennes s’étendent à 12 milles marins (22 kilomètres) 
Source : Presstv

 

 

 

 

 

Miracle : Facebook supprime 265 comptes liés à Israël qui diffusaient des fakes news

 

 

 

L’entreprise Facebook a fait savoir le 16 mai qu’elle avait supprimé 265 comptes, pages et groupes, sur Facebook et Instagram, qui faisaient partie d’un même réseau utilisé pour diffuser de fausses informations ou influer de manière malhonnête sur le débat politique, principalement en Afrique, en Asie et au Brésil. Ces comptes étaient suivis par environ 2,8 millions de personnes et ont diffusé pendant sept ans des publicités politiques pour plus de 700 000 euros.

Les équipes de l’entreprise dirigée par Mark Zuckerberg ont produit des exemples pour étayer ces accusations : des messages qui montrent que ces pages servaient à diffuser de fausses informations. Un de ces messages rendus publics, écrit en français, avait été publié par une page nommée «L’Afrique cachée», était destinée aux internautes maliens et qui assurait notamment que la société Airbus avait investi dans une mine d’or détenue par un proche du pouvoir malien.

L’enquête de Facebook a réussi à prouver que ces comptes suspects appartenaient à l’entreprise israélienne Archimedes Group, désormais interdite sur cette plateforme. Selon les informations du Monde, cette entreprise «plutôt discrète» se présente comme «une société fournisseuse d’outils électoraux, vendant notamment une suite logicielle, Archimedes Tarva, conçue pour « la gestion de campagnes de masse sur les réseaux sociaux » ou encore les « opérations nécessitant un nombre illimité de comptes« .»

Ses clients sont principalement situés en Afrique sub-saharienne et en Amérique du sud. Son président-directeur général, Elinadav Heymann, aurait longtemps travaillé dans la politique en tant que lobbyiste et consultant politique, notamment à Bruxelles, après un passage dans l’armée de l’air israélienne. Il est connu comme un défenseur zélé de la ligne israélienne conservatrice, farouchement opposée au terrorisme et au boycott des produits de l’Etat hébreu.

Le responsable de la sécurité chez Facebook a déclaré lors d’une conférence de presse :

«Certaines pages se présentaient comme étant la création d’acteurs locaux, voire comme des médias des pays concernés, et publiaient de prétendues informations confidentielles sur des hommes et des femmes politiques. Ces comptes n’ont pas été supprimés en raison de ce qu’ils disaient ou de qui les avait créés, mais en raison de leur comportement, qui visait à tromper les utilisateurs.»

 

Note  : Cela me rappelle cette news récente où plus de 400 comptes suspectés d’être frauduleux généraient des fake news pro-Netanyahu diffusées en masse sur les réseaux sociaux et calomniaient les opposants politiques pendant la campagne électorale d’avril dernier.

Source : https://francais.rt.com/international/62145-facebook-supprime-265-comptes-lies-israel-fausses-informations

 

 

 

 

 

 

Une troisième banque israélienne condamnée à une amende de 195 millions de dollars pour avoir aidé des juifs d’Amérique à éviter les taxes américaines

La troisième banque d’Israël, Mizrahi Tefahot, est devenue la troisième banque du seul État juif à se voir imposer une amende de plusieurs millions de dollars par le ministère américain de la Justice après avoir reconnu avoir aidé des juifs à éviter de payer des impôts en Amérique en dissimulant de l’argent en Israël.

 

 

La banque s’est engagée dans des projets visant à dissimuler les fonds des clients afin d’éviter de payer des impôts américains sur le revenu entre 2002 et 2012, a annoncé le ministère de la Justice.

Dans le cadre de la transaction, Mizrahi Tefahot, a accepté la responsabilité des actes commis par d’anciens employés, a rapporté le quotidien économique israélien Globes.

Les employés ont travaillé dans la banque privée et la relation client entre 2002 et 2012.

En août, la banque a rejeté la proposition du ministère de la Justice de payer une amende de 342 millions de dollars pour le règlement de l’enquête sur l’évasion fiscale, affirmant qu’il ne s’agissait pas d’un «calcul raisonnable».

Dans un rapport trimestriel sur les bénéfices publié en août, la banque a annoncé avoir mis de côté 425 millions de shekels (117,75 millions de dollars) au cours du trimestre pour couvrir une amende probable des autorités américaines. La banque avait précédemment réservé 161,9 millions de shekels (44,86 millions de dollars).

La banque a indiqué qu’elle « avait mené des discussions intensives avec les autorités américaines » depuis le rejet de l’offre en août.

Le ministère de la Justice a déclaré que le versement de 195 millions de dollars comprenait 53 millions de dollars en restitution, 24 millions de dollars en restitution et une amende de 118 millions de dollars.

Moshe Vidman, président du conseil d’administration de la banque, s’est dit satisfait que les négociations aient abouti à des résultats positifs et abouti à un règlement convenu.

Mizrahi Tefahot n’est pas la première banque israélienne à se faire prendre à ce racket d’évasion fiscale, propre à un État exclusivement juif en raison du statut de double nationalité de tant de Juifs en Amérique.

Son plus grand rival, la banque Leumi, a fait l’objet d’une enquête similaire et a payé des amendes de 400 millions de dollars aux autorités américaines à la fin de 2014.

En outre, Hapoalim, l’une des deux plus grandes banques israéliennes aux côtés de Leumi, a annoncé la mise de côté de 246 millions de dollars supplémentaires pour couvrir le règlement éventuel d’une enquête américaine sur l’évasion fiscale par « les clients de la banque ».

Cette provision, qui doit être prise au quatrième trimestre de 2018, portera le total de ses provisions à 611 millions de dollars, alors que M. Hapoalim a déclaré avoir eu des entretiens avec des responsables de la justice américains ces dernières semaines. Il a ajouté que le montant du règlement pourrait même être considérablement plus élevé.

Résultats de recherche d'images pour « mizrahi tefahot bank »

 

 

 

Le Conseil juif d’AIPAC « plein de mensonges et de menteurs » déclare le Conseil pour l’intérêt national

Dans un article sur la Revue Unz , Giraldi, qui dirige le groupe de défense des droits sans but lucratif et non partisan aligné sur le Conseil pour la Fondation pour l’intérêt national, fondé en 1989 par les anciens membres du Congrès Paul Findley et Pete McCloskey, a déclaré que Les politiciens américains ont pris la parole et il est tout à fait raisonnable de constater que cette réunion constituait le rassemblement le plus puissant de personnes vouées à la promotion des intérêts d’un pays étranger jamais vu dans aucun pays de l’histoire du monde. « 

Le lobby juif du Comité américain des affaires publiques américain (AIPAC), récemment achevé, vient de terminer son sommet annuel à Washington – et était rempli de mensonges et de menteurs, selon le président du Conseil de l’intérêt national, Philip Giradi.

Cependant, a déclaré Giraldi, il y a «un certain nombre de choses qu’il faut comprendre à propos de l’État juif d’Israël et de son puissant lobby national américain.

« Tout d’abord, l’accusation selon laquelle les actions du Lobby (désignées par des majuscules en raison de son unicité et de son pouvoir) implique inévitablement une double allégeance, voire une singulière, fondée sur la religion ou la tribu dans un pays où le lobbyiste ne réside pas réellement, est complètement opposée. corriger par définition ce qu’est l’AIPAC et pourquoi il existe.

« Il prétend œuvrer pour » garantir la sécurité, la force et la sûreté de l’État juif « par » l’aide étrangère, les partenariats gouvernementaux [et] les efforts conjoints de lutte contre le terrorisme… « , qui impliquent tous les États-Unis en tant que donateur et Israël en tant que le récipient.

«Etre citoyen d’un pays n’est pas simplement un accident de naissance. Cela exige de la loyauté envers les intérêts de ce pays et de ses concitoyens. Deux pays n’ont pas les mêmes intérêts, ce qui est particulièrement vrai dans le cas d’Israël, une autocratie ethno-religieuse, et des États-Unis, où le Lobby s’efforce assidûment de contraindre le gouvernement américain à tous les niveaux à adopter des positions favorables à Israël et aux peuples. presque toujours préjudiciable aux intérêts américains », a-t-il poursuivi.

Deuxièmement, Giraldi a déclaré: «Il y a l’affirmation selon laquelle Israël profite à la sécurité américaine. C’est aussi un mensonge.

«Les relations entre Washington et Israël, qui est plus infime que jamais, constituent un handicap majeur qui a toujours nui aux intérêts régionaux et mondiaux des États-Unis.

«Les récentes décisions de déplacer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem et de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan étaient mal conçues et ont été condamnées par la communauté internationale, y compris par presque tous les véritables alliés proches de l’Amérique.

«L’amiral Thomas Moorer et le général David Petraeus ont souligné à la fois le tort causé par le lien entre Israël et la formulation de la politique à Washington et aux troupes américaines basées au Moyen-Orient. ont sur notre gouvernement, ils se lèveraient dans les bras. Nos citoyens n’ont certainement aucune idée de ce qui se passe.

«Petraeus s’est plaint à un comité du Sénat que le favoritisme des États-Unis envers Israël mettait en danger les soldats américains basés au Moyen-Orient. Il fut cependant rapidement contraint de se rétracter.

« L’ancien directeur adjoint de la CIA, l’amiral Bobby Inman, a également rejeté l’affirmation selon laquelle Israël est un atout pour la sécurité. » Les espions israéliens ont fait plus de dégâts et ont davantage endommagé les États-Unis que les agents de renseignement de tous les autres pays réunis. la plus grave menace à notre sécurité nationale.

«Inman faisait référence à l’espion juif américain Jonathan Pollard, qui a volé pour Israël une pièce remplie d’informations de la défense parmi  les plus hautement classifiées.

«Des espions israéliens, dont l’actuel Premier ministre Benjamin Netanyahu et le producteur de films hollywoodien Arnon Milchan, ont également participé au vol systématique d’uranium de qualité militaire et de déclencheurs nucléaires dans les années 1960 afin qu’Israël puisse créer en secret un arsenal nucléaire.

« Pour sa part, le FBI, dans son rapport annuel de contre-espionnage, identifie systématiquement Israël comme le pays » ami « qui espionne le plus obstinément contre les agents américains du FBI. 

«Troisièmement, il existe un mythe selon lequel les États-Unis et Israël partagent des« valeurs communes », ce qui veut dire que les deux démocraties sont des démocraties libérales où la liberté et les droits de l’homme prévalent, des phares de lumière offrant un leadership éclairé dans un monde où la tyrannie menace à tous les égards. tour. »

Giraldi a souligné que ce dernier mensonge avait été « souligné dans les remarques liminaires du week-end dernier par Howard Kohr, directeur exécutif de l’AIPAC, qui a décrit Israël comme » un pays qui s’efforce toujours d’être meilleur, plus juste et fidèle au message de ses fondateurs, à la liberté de religion pour les personnes de toutes les religions. Nous faisons notre travail à la vue de tous. Ce qui unit notre mouvement pro-israélien, c’est la passion de rapprocher les États-Unis et Israël, dans l’intérêt de tous et de tous. Nous ressemblons à l’Amérique parce que nous sommes l’Amérique. « 

Giraldi a ajouté que Kohr et le lobby juif ignoraient « bien sûr » l’hypocrisie juive concernant une norme pour Israël et les Juifs, plus une norme pour tous les autres. Elle fonctionne pratiquement à l’air libre si l’on sait où regarder.

« Morton Klein de l’Organisation sioniste des États-Unis, qui avait déjà tweeté sur un » arabe sale « , a été interrogé par le journaliste Nathan Thrall. Israël à faire de même.

«Il a répondu ‘Israël est une situation unique. C’est vraiment un état juif qui nous a été donné par Dieu. Dieu n’a pas créé d’état pour les Blancs ni pour les Noirs. ‘

«Le sénateur Charles Schumer, dirigeant de la minorité démocrate, qui se présente comme le« shomer »ou le gardien du Sénat pour les juifs américains, avait un point de vue légèrement différent: ‘ ne crois pas en la Torah. C’est donc la raison pour laquelle il n’y a pas de paix. ‘

«Mais Kohr, Klein et Schumer savent tous aussi bien que quiconque que des Juifs israéliens, fortifiés par leur prétention d’être un« peuple choisi », ne sont pas interchangeables avec les Américains contemporains, ou du moins pas » comme « les Américains qui se soucient encore de leur pays.

«Il existe en Amérique des centaines d’organisations pro-israéliennes pour la plupart juives, dotées d’un budget total de 16 milliards de dollars, qui propagent et défendent activement les intérêts israéliens en ignorant ou en mentant les inconvénients de leur relation.

«La filiale de l’Université du Michigan appartenant à l’organisation de campus Hillel International possède à elle seule un siège de plusieurs étages doté d’un budget de 2 millions de dollars et emploie 15 personnes. Elle accueille un émissaire de l’Agence juive pour Israël, une entreprise promotionnelle soutenue par le gouvernement israélien.

«Alors, quel est le sens du terme« américain »dans AIPAC? Exiger un test décisif entre le religieux et l’ethnie pour obtenir la citoyenneté à part entière et les droits est israélien et non américain.

«Avoir des comités d’admission des gouvernements locaux capables d’interdire les citoyens israélo-palestiniens sur la base de leurs » qualités sociales « ne serait pas acceptable pour la plupart des Américains.

«Exiger un droit israélien unique d’exister tout en le refusant aux voisins d’Israël; démolir des maisons tout en empoisonnant le bétail palestinien et en détruisant des vergers; tirer sur des enfants pour avoir jeté des pierres; et infliger la mort, la terreur et des privations au peuple de Gaza emprisonné sont tous des pratiques courantes pour le gouvernement israélien.

« Israël et l’AIPAC ont poursuivi leur programme sans relâche tout en corrompant le Congrès des États-Unis pour soutenir le gouvernement israélien avec de l’argent et une couverture politique. »

«Israël et des amis comme Kohr accusent systématiquement d’antisémitisme sans fondement contre les critiques tout en légiférant contre la liberté d’expression afin d’éliminer toute critique.

«Cette volonté de libérer Israël de toute critique est devenue la norme aux États-Unis, mais c’est une norme dictée par les intérêts israéliens et ses amis, dont la plupart sont des milliardaires juifs ou des organisations juives faire au profit de l’Etat juif.

« Et le quatrième grand mensonge est que le peuple américain soutient Israël pour des raisons religieuses aussi bien que culturelles, non pas parce que l’argent principalement juif a corrompu notre système politique et nos médias. »

«En effet, de nombreux fondamentalistes chrétiens ont différentes conceptions de ce qu’Israël signifie, mais leur influence est limitée.

« L’Israël-chose est juive dans tous les domaines qui comptent et sa version assainie d’Exodus qui a été vendue au public est essentiellement une fraude complète nourrie par les médias, également contrôlés par les Juifs, par Hollywood et par l’establishment. »

Giraldi a conclu en soulignant que «ce que fait Israël est diabolique, comme cela devient de plus en plus clair. Il essaie de convaincre Washington de faire la guerre à l’Iran, un pays qui ne menace pas les États-Unis, alors que le peuple américain est disposé à continuer à détourner le regard alors que Benjamin Netanyahu utilise des tireurs d’élite pour abattre des manifestants non armés qui meurent de faim. ne pas continuer indéfiniment.

« Il ne faut pas que cela continue et nous, les Américains, devrions faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que cela cesse ».

Donald Trump tout comme Hillary Clinton ,avait fait un brillant exposé devant l’AIPAC durant la campagne de 2016.
Ce qui démontre bien sa grande puissance!

 

 

Résistance au colonialisme: Boycott d’Israël, l’entité sioniste inonde l’Europe de millions de $$$ pour combattre BDS…

Israël inonde l’Europe de mililons de dollars pour combattre le BDS Ramzy Baroud & Romana Rubeo 21 novmbre 2018 Source: http://www.chroniquepalestine.com/israel-inonde-leurope-avec-des-millions-de-dollars-pour-combattre-le-bds/ – Le « trésor de guerre » israélien de 72 millions de dollars pour combattre le BDS arrive en Europe. Mais chaque tentative israélienne de discréditer le mouvement de boycott palestinien […]

via Résistance au colonialisme: Boycott d’Israël, l’entité sioniste inonde l’Europe de millions de $$$ pour combattre BDS… — Resistance71 Blog

L’armée israélienne reconnaît les compétences du sniper de Gaza

Selon le renseignement militaire d’Israël, « les deux cas de fusillades qui visaient les militaires israéliens dans la bande de Gaza ont été, tous les deux, effectués par un même sniper palestinien ».

Le sniper de Gaza, nouveau cauchemar d’Israël.

« Ledit sniper est extrêmement professionnel et il a bien appris à utiliser son arme dans toutes les conditions imaginables. C’est pourquoi il peut cibler les militaires israéliens, en les tuant ou en leur infligeant des blessures sérieuses », a annoncé le renseignement militaire d’Israël cité par le site web israélien Walla.

Le sniper palestinien a récemment abattu un officier israélien et en a blessé grièvement un autre dans la bande de Gaza.

Le militaire blessé, commandant adjoint de la brigade de l’artillerie du régime israélien, se trouve dans un état grave.

Suite à ces deux événements, l’armée israélienne a ordonné à ses militaires de ne plus quitter leurs patrouilles ou leurs blindés de crainte qu’ils ne soient pris pour cible par les snipers de la Résistance.  

Une arme « iranienne » a tué Aviv Levy
Le ministère israélien des Affaires militaires affirme que le soldat israélien abattu vendredi par les snipers de la Résistance à Gaza l’a été par un fusil de précision de conception iranienne.

 

 

Le renseignement militaire d’Israël voit dans ces événements la signature du Hamas, bien qu’il croie que ce dernier n’y ait pas donné son feu vert.

« Le Hamas est au courant de ces événements. Il en est donc responsable », a-t-on appris de la même source.

Le site web israélien Walla a souligné que le fusil utilisé par le sniper palestinien a très probablement été transféré via les tunnels frontaliers en provenance de l’Égypte.

Le site web ne fait pourtant pas allusion au type et à la portée dudit fusil.