Miracle : Facebook supprime 265 comptes liés à Israël qui diffusaient des fakes news

 

 

 

L’entreprise Facebook a fait savoir le 16 mai qu’elle avait supprimé 265 comptes, pages et groupes, sur Facebook et Instagram, qui faisaient partie d’un même réseau utilisé pour diffuser de fausses informations ou influer de manière malhonnête sur le débat politique, principalement en Afrique, en Asie et au Brésil. Ces comptes étaient suivis par environ 2,8 millions de personnes et ont diffusé pendant sept ans des publicités politiques pour plus de 700 000 euros.

Les équipes de l’entreprise dirigée par Mark Zuckerberg ont produit des exemples pour étayer ces accusations : des messages qui montrent que ces pages servaient à diffuser de fausses informations. Un de ces messages rendus publics, écrit en français, avait été publié par une page nommée «L’Afrique cachée», était destinée aux internautes maliens et qui assurait notamment que la société Airbus avait investi dans une mine d’or détenue par un proche du pouvoir malien.

L’enquête de Facebook a réussi à prouver que ces comptes suspects appartenaient à l’entreprise israélienne Archimedes Group, désormais interdite sur cette plateforme. Selon les informations du Monde, cette entreprise «plutôt discrète» se présente comme «une société fournisseuse d’outils électoraux, vendant notamment une suite logicielle, Archimedes Tarva, conçue pour « la gestion de campagnes de masse sur les réseaux sociaux » ou encore les « opérations nécessitant un nombre illimité de comptes« .»

Ses clients sont principalement situés en Afrique sub-saharienne et en Amérique du sud. Son président-directeur général, Elinadav Heymann, aurait longtemps travaillé dans la politique en tant que lobbyiste et consultant politique, notamment à Bruxelles, après un passage dans l’armée de l’air israélienne. Il est connu comme un défenseur zélé de la ligne israélienne conservatrice, farouchement opposée au terrorisme et au boycott des produits de l’Etat hébreu.

Le responsable de la sécurité chez Facebook a déclaré lors d’une conférence de presse :

«Certaines pages se présentaient comme étant la création d’acteurs locaux, voire comme des médias des pays concernés, et publiaient de prétendues informations confidentielles sur des hommes et des femmes politiques. Ces comptes n’ont pas été supprimés en raison de ce qu’ils disaient ou de qui les avait créés, mais en raison de leur comportement, qui visait à tromper les utilisateurs.»

 

Note  : Cela me rappelle cette news récente où plus de 400 comptes suspectés d’être frauduleux généraient des fake news pro-Netanyahu diffusées en masse sur les réseaux sociaux et calomniaient les opposants politiques pendant la campagne électorale d’avril dernier.

Source : https://francais.rt.com/international/62145-facebook-supprime-265-comptes-lies-israel-fausses-informations

 

 

 

 

 

 

Publicités

Une troisième banque israélienne condamnée à une amende de 195 millions de dollars pour avoir aidé des juifs d’Amérique à éviter les taxes américaines

La troisième banque d’Israël, Mizrahi Tefahot, est devenue la troisième banque du seul État juif à se voir imposer une amende de plusieurs millions de dollars par le ministère américain de la Justice après avoir reconnu avoir aidé des juifs à éviter de payer des impôts en Amérique en dissimulant de l’argent en Israël.

 

 

La banque s’est engagée dans des projets visant à dissimuler les fonds des clients afin d’éviter de payer des impôts américains sur le revenu entre 2002 et 2012, a annoncé le ministère de la Justice.

Dans le cadre de la transaction, Mizrahi Tefahot, a accepté la responsabilité des actes commis par d’anciens employés, a rapporté le quotidien économique israélien Globes.

Les employés ont travaillé dans la banque privée et la relation client entre 2002 et 2012.

En août, la banque a rejeté la proposition du ministère de la Justice de payer une amende de 342 millions de dollars pour le règlement de l’enquête sur l’évasion fiscale, affirmant qu’il ne s’agissait pas d’un «calcul raisonnable».

Dans un rapport trimestriel sur les bénéfices publié en août, la banque a annoncé avoir mis de côté 425 millions de shekels (117,75 millions de dollars) au cours du trimestre pour couvrir une amende probable des autorités américaines. La banque avait précédemment réservé 161,9 millions de shekels (44,86 millions de dollars).

La banque a indiqué qu’elle « avait mené des discussions intensives avec les autorités américaines » depuis le rejet de l’offre en août.

Le ministère de la Justice a déclaré que le versement de 195 millions de dollars comprenait 53 millions de dollars en restitution, 24 millions de dollars en restitution et une amende de 118 millions de dollars.

Moshe Vidman, président du conseil d’administration de la banque, s’est dit satisfait que les négociations aient abouti à des résultats positifs et abouti à un règlement convenu.

Mizrahi Tefahot n’est pas la première banque israélienne à se faire prendre à ce racket d’évasion fiscale, propre à un État exclusivement juif en raison du statut de double nationalité de tant de Juifs en Amérique.

Son plus grand rival, la banque Leumi, a fait l’objet d’une enquête similaire et a payé des amendes de 400 millions de dollars aux autorités américaines à la fin de 2014.

En outre, Hapoalim, l’une des deux plus grandes banques israéliennes aux côtés de Leumi, a annoncé la mise de côté de 246 millions de dollars supplémentaires pour couvrir le règlement éventuel d’une enquête américaine sur l’évasion fiscale par « les clients de la banque ».

Cette provision, qui doit être prise au quatrième trimestre de 2018, portera le total de ses provisions à 611 millions de dollars, alors que M. Hapoalim a déclaré avoir eu des entretiens avec des responsables de la justice américains ces dernières semaines. Il a ajouté que le montant du règlement pourrait même être considérablement plus élevé.

Résultats de recherche d'images pour « mizrahi tefahot bank »

 

 

 

Le Conseil juif d’AIPAC « plein de mensonges et de menteurs » déclare le Conseil pour l’intérêt national

Dans un article sur la Revue Unz , Giraldi, qui dirige le groupe de défense des droits sans but lucratif et non partisan aligné sur le Conseil pour la Fondation pour l’intérêt national, fondé en 1989 par les anciens membres du Congrès Paul Findley et Pete McCloskey, a déclaré que Les politiciens américains ont pris la parole et il est tout à fait raisonnable de constater que cette réunion constituait le rassemblement le plus puissant de personnes vouées à la promotion des intérêts d’un pays étranger jamais vu dans aucun pays de l’histoire du monde. « 

Le lobby juif du Comité américain des affaires publiques américain (AIPAC), récemment achevé, vient de terminer son sommet annuel à Washington – et était rempli de mensonges et de menteurs, selon le président du Conseil de l’intérêt national, Philip Giradi.

Cependant, a déclaré Giraldi, il y a «un certain nombre de choses qu’il faut comprendre à propos de l’État juif d’Israël et de son puissant lobby national américain.

« Tout d’abord, l’accusation selon laquelle les actions du Lobby (désignées par des majuscules en raison de son unicité et de son pouvoir) implique inévitablement une double allégeance, voire une singulière, fondée sur la religion ou la tribu dans un pays où le lobbyiste ne réside pas réellement, est complètement opposée. corriger par définition ce qu’est l’AIPAC et pourquoi il existe.

« Il prétend œuvrer pour » garantir la sécurité, la force et la sûreté de l’État juif « par » l’aide étrangère, les partenariats gouvernementaux [et] les efforts conjoints de lutte contre le terrorisme… « , qui impliquent tous les États-Unis en tant que donateur et Israël en tant que le récipient.

«Etre citoyen d’un pays n’est pas simplement un accident de naissance. Cela exige de la loyauté envers les intérêts de ce pays et de ses concitoyens. Deux pays n’ont pas les mêmes intérêts, ce qui est particulièrement vrai dans le cas d’Israël, une autocratie ethno-religieuse, et des États-Unis, où le Lobby s’efforce assidûment de contraindre le gouvernement américain à tous les niveaux à adopter des positions favorables à Israël et aux peuples. presque toujours préjudiciable aux intérêts américains », a-t-il poursuivi.

Deuxièmement, Giraldi a déclaré: «Il y a l’affirmation selon laquelle Israël profite à la sécurité américaine. C’est aussi un mensonge.

«Les relations entre Washington et Israël, qui est plus infime que jamais, constituent un handicap majeur qui a toujours nui aux intérêts régionaux et mondiaux des États-Unis.

«Les récentes décisions de déplacer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem et de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan étaient mal conçues et ont été condamnées par la communauté internationale, y compris par presque tous les véritables alliés proches de l’Amérique.

«L’amiral Thomas Moorer et le général David Petraeus ont souligné à la fois le tort causé par le lien entre Israël et la formulation de la politique à Washington et aux troupes américaines basées au Moyen-Orient. ont sur notre gouvernement, ils se lèveraient dans les bras. Nos citoyens n’ont certainement aucune idée de ce qui se passe.

«Petraeus s’est plaint à un comité du Sénat que le favoritisme des États-Unis envers Israël mettait en danger les soldats américains basés au Moyen-Orient. Il fut cependant rapidement contraint de se rétracter.

« L’ancien directeur adjoint de la CIA, l’amiral Bobby Inman, a également rejeté l’affirmation selon laquelle Israël est un atout pour la sécurité. » Les espions israéliens ont fait plus de dégâts et ont davantage endommagé les États-Unis que les agents de renseignement de tous les autres pays réunis. la plus grave menace à notre sécurité nationale.

«Inman faisait référence à l’espion juif américain Jonathan Pollard, qui a volé pour Israël une pièce remplie d’informations de la défense parmi  les plus hautement classifiées.

«Des espions israéliens, dont l’actuel Premier ministre Benjamin Netanyahu et le producteur de films hollywoodien Arnon Milchan, ont également participé au vol systématique d’uranium de qualité militaire et de déclencheurs nucléaires dans les années 1960 afin qu’Israël puisse créer en secret un arsenal nucléaire.

« Pour sa part, le FBI, dans son rapport annuel de contre-espionnage, identifie systématiquement Israël comme le pays » ami « qui espionne le plus obstinément contre les agents américains du FBI. 

«Troisièmement, il existe un mythe selon lequel les États-Unis et Israël partagent des« valeurs communes », ce qui veut dire que les deux démocraties sont des démocraties libérales où la liberté et les droits de l’homme prévalent, des phares de lumière offrant un leadership éclairé dans un monde où la tyrannie menace à tous les égards. tour. »

Giraldi a souligné que ce dernier mensonge avait été « souligné dans les remarques liminaires du week-end dernier par Howard Kohr, directeur exécutif de l’AIPAC, qui a décrit Israël comme » un pays qui s’efforce toujours d’être meilleur, plus juste et fidèle au message de ses fondateurs, à la liberté de religion pour les personnes de toutes les religions. Nous faisons notre travail à la vue de tous. Ce qui unit notre mouvement pro-israélien, c’est la passion de rapprocher les États-Unis et Israël, dans l’intérêt de tous et de tous. Nous ressemblons à l’Amérique parce que nous sommes l’Amérique. « 

Giraldi a ajouté que Kohr et le lobby juif ignoraient « bien sûr » l’hypocrisie juive concernant une norme pour Israël et les Juifs, plus une norme pour tous les autres. Elle fonctionne pratiquement à l’air libre si l’on sait où regarder.

« Morton Klein de l’Organisation sioniste des États-Unis, qui avait déjà tweeté sur un » arabe sale « , a été interrogé par le journaliste Nathan Thrall. Israël à faire de même.

«Il a répondu ‘Israël est une situation unique. C’est vraiment un état juif qui nous a été donné par Dieu. Dieu n’a pas créé d’état pour les Blancs ni pour les Noirs. ‘

«Le sénateur Charles Schumer, dirigeant de la minorité démocrate, qui se présente comme le« shomer »ou le gardien du Sénat pour les juifs américains, avait un point de vue légèrement différent: ‘ ne crois pas en la Torah. C’est donc la raison pour laquelle il n’y a pas de paix. ‘

«Mais Kohr, Klein et Schumer savent tous aussi bien que quiconque que des Juifs israéliens, fortifiés par leur prétention d’être un« peuple choisi », ne sont pas interchangeables avec les Américains contemporains, ou du moins pas » comme « les Américains qui se soucient encore de leur pays.

«Il existe en Amérique des centaines d’organisations pro-israéliennes pour la plupart juives, dotées d’un budget total de 16 milliards de dollars, qui propagent et défendent activement les intérêts israéliens en ignorant ou en mentant les inconvénients de leur relation.

«La filiale de l’Université du Michigan appartenant à l’organisation de campus Hillel International possède à elle seule un siège de plusieurs étages doté d’un budget de 2 millions de dollars et emploie 15 personnes. Elle accueille un émissaire de l’Agence juive pour Israël, une entreprise promotionnelle soutenue par le gouvernement israélien.

«Alors, quel est le sens du terme« américain »dans AIPAC? Exiger un test décisif entre le religieux et l’ethnie pour obtenir la citoyenneté à part entière et les droits est israélien et non américain.

«Avoir des comités d’admission des gouvernements locaux capables d’interdire les citoyens israélo-palestiniens sur la base de leurs » qualités sociales « ne serait pas acceptable pour la plupart des Américains.

«Exiger un droit israélien unique d’exister tout en le refusant aux voisins d’Israël; démolir des maisons tout en empoisonnant le bétail palestinien et en détruisant des vergers; tirer sur des enfants pour avoir jeté des pierres; et infliger la mort, la terreur et des privations au peuple de Gaza emprisonné sont tous des pratiques courantes pour le gouvernement israélien.

« Israël et l’AIPAC ont poursuivi leur programme sans relâche tout en corrompant le Congrès des États-Unis pour soutenir le gouvernement israélien avec de l’argent et une couverture politique. »

«Israël et des amis comme Kohr accusent systématiquement d’antisémitisme sans fondement contre les critiques tout en légiférant contre la liberté d’expression afin d’éliminer toute critique.

«Cette volonté de libérer Israël de toute critique est devenue la norme aux États-Unis, mais c’est une norme dictée par les intérêts israéliens et ses amis, dont la plupart sont des milliardaires juifs ou des organisations juives faire au profit de l’Etat juif.

« Et le quatrième grand mensonge est que le peuple américain soutient Israël pour des raisons religieuses aussi bien que culturelles, non pas parce que l’argent principalement juif a corrompu notre système politique et nos médias. »

«En effet, de nombreux fondamentalistes chrétiens ont différentes conceptions de ce qu’Israël signifie, mais leur influence est limitée.

« L’Israël-chose est juive dans tous les domaines qui comptent et sa version assainie d’Exodus qui a été vendue au public est essentiellement une fraude complète nourrie par les médias, également contrôlés par les Juifs, par Hollywood et par l’establishment. »

Giraldi a conclu en soulignant que «ce que fait Israël est diabolique, comme cela devient de plus en plus clair. Il essaie de convaincre Washington de faire la guerre à l’Iran, un pays qui ne menace pas les États-Unis, alors que le peuple américain est disposé à continuer à détourner le regard alors que Benjamin Netanyahu utilise des tireurs d’élite pour abattre des manifestants non armés qui meurent de faim. ne pas continuer indéfiniment.

« Il ne faut pas que cela continue et nous, les Américains, devrions faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que cela cesse ».

Donald Trump tout comme Hillary Clinton ,avait fait un brillant exposé devant l’AIPAC durant la campagne de 2016.
Ce qui démontre bien sa grande puissance!

 

 

Résistance au colonialisme: Boycott d’Israël, l’entité sioniste inonde l’Europe de millions de $$$ pour combattre BDS…

Israël inonde l’Europe de mililons de dollars pour combattre le BDS Ramzy Baroud & Romana Rubeo 21 novmbre 2018 Source: http://www.chroniquepalestine.com/israel-inonde-leurope-avec-des-millions-de-dollars-pour-combattre-le-bds/ – Le « trésor de guerre » israélien de 72 millions de dollars pour combattre le BDS arrive en Europe. Mais chaque tentative israélienne de discréditer le mouvement de boycott palestinien […]

via Résistance au colonialisme: Boycott d’Israël, l’entité sioniste inonde l’Europe de millions de $$$ pour combattre BDS… — Resistance71 Blog

L’armée israélienne reconnaît les compétences du sniper de Gaza

Selon le renseignement militaire d’Israël, « les deux cas de fusillades qui visaient les militaires israéliens dans la bande de Gaza ont été, tous les deux, effectués par un même sniper palestinien ».

Le sniper de Gaza, nouveau cauchemar d’Israël.

« Ledit sniper est extrêmement professionnel et il a bien appris à utiliser son arme dans toutes les conditions imaginables. C’est pourquoi il peut cibler les militaires israéliens, en les tuant ou en leur infligeant des blessures sérieuses », a annoncé le renseignement militaire d’Israël cité par le site web israélien Walla.

Le sniper palestinien a récemment abattu un officier israélien et en a blessé grièvement un autre dans la bande de Gaza.

Le militaire blessé, commandant adjoint de la brigade de l’artillerie du régime israélien, se trouve dans un état grave.

Suite à ces deux événements, l’armée israélienne a ordonné à ses militaires de ne plus quitter leurs patrouilles ou leurs blindés de crainte qu’ils ne soient pris pour cible par les snipers de la Résistance.  

Une arme « iranienne » a tué Aviv Levy
Le ministère israélien des Affaires militaires affirme que le soldat israélien abattu vendredi par les snipers de la Résistance à Gaza l’a été par un fusil de précision de conception iranienne.

 

 

Le renseignement militaire d’Israël voit dans ces événements la signature du Hamas, bien qu’il croie que ce dernier n’y ait pas donné son feu vert.

« Le Hamas est au courant de ces événements. Il en est donc responsable », a-t-on appris de la même source.

Le site web israélien Walla a souligné que le fusil utilisé par le sniper palestinien a très probablement été transféré via les tunnels frontaliers en provenance de l’Égypte.

Le site web ne fait pourtant pas allusion au type et à la portée dudit fusil. 

 

 

 

 

Arab-Israeli Intelligence Meeting in Aqaba to Discuss the ‘Deal of the Century »

Arab-Israeli Intelligence Meeting in Aqaba to Discuss the ‘Deal of the Century’ by https://www.middleeastmonitor.com/ A French periodical has confirmed that Arab Intelligence directors recently met with their Israeli counterparts, under US auspices, in the southern Jordanian city of Aqaba to discuss US President Donald Trump’s settlement plan in the Middle East, the so-called “Deal of the […]

via Arab-Israeli Intelligence Meeting in Aqaba to Discuss the ‘Deal of the Century’ — Socio-Economics History Blog

Anarchie politique américaine-Le 21 décembre 2017:Trump déclare l’État d’Urgence contre la corruption aux USA

Le président Donald Trump a déclaré une Urgence Nationale  (National Emergency) . Son objectif direct est la destruction de tous ceux qui, avec Hillary Clinton, étaient associés à son complot de coup d’État  contre lui. Cela a  provoqué une panique absolue chez la totalité de la structure de l’argent et du pouvoir des élites mondialistes.

 

Cet Ordre Exécutif Présidentiel du 20 décembre 2017 instaure la saisie des biens des trafiquants de drogues et d’êtres humains, des pédophiles, des traîtres à la Nation et des corrompus ! On aimerait voir d’autres présidents prendre exemple sur Trump, comme Macron en France ou BCE en Tunisie, mais un âne reste un âne, même quand il se trouve parmi des chevaux.
Préambule: USA = le pays le plus corrompu du Monde

Depuis le 11 septembre 2001, le gouvernement des États-Unis a «perdu» 58.000 $ à CHAQUE SECONDE

Lorsque le secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, a révélé que, au Pentagone, il  manquait (c’est-à-dire que personne ne sait où sont-ils passés : vol, corruption, etc.) 2,3 billions (mille milliards) de dollars le 10 septembre 2001, cela semblait énorme. Les Américains ne savaient pas que les événements qui se produiraient le lendemain effaceraient l’argent manquant des manchettes des journaux et des télés, et au cours des 16 prochaines années, le montant d’argent « manquant » (c’est-à-dire volé)  au gouvernement américain augmenterait à un taux supérieur à 58.000 $ par seconde.

Alors que 2,3 billions de dollars peuvent sembler beaucoup, un autre organisme gouvernemental a reconnu avoir perdu le triple du montant en 2009, lorsque l’ancien inspecteur général Elizabeth Coleman a admis que la Réserve fédérale ne pouvait pas retrouver la trace de 9 billions de dollars.

Le Pentagone n’a fait que perdre des milliards de dollars depuis le 11 septembre et un rapport récent analysant les budgets du Département de la Défense (DoD) et du Département du Logement et du Développement Urbain (HUD) montre que le total est maintenantsupérieur à 21 billions de dollars (21 mille milliards).

En combinant les 21 billions de dollars perdus par le DoD et le HUD avec les 9 billions (9000 milliards) de dollars perdus par la Réserve fédérale, le total général s’élève à plus de 30 milliards de dollars perdus par le gouvernement américain depuis le 11 septembre.

En multipliant 60 secondes par minute, par 60 minutes par heure, par 24 heures par jour, par les 5.947 jours qui se sont écoulés depuis le 11 septembre 2001, le résultat est d’environ 513.820.800 secondes.

Si le gouvernement américain a perdu 30.000 milliards de dollars en 513.820.800 secondes depuis le 11 septembre, il a perdu 58.386 dollars par seconde.

Source: Rachel Blevins @ Free Thought Project

 

————————————————-

 

En effet, le président Trump a publié le 21 décembre, un ordre exécutif déclarant une grave situation d’urgence nationale, et dont les mots exacts sont:

Par l’autorité qui m’a été conférée en tant que Président par la Constitution et les lois des États-Unis d’Amérique, y compris la Loi sur les pouvoirs économiques internationaux d’urgence (50 USC 1701 et suivants) (IEEPA) , la loi sur les urgences nationales (50 USC 1601 et suivants) (NEA), la loi Global Broaditsky sur la responsabilité des droits humains (loi publique 114-328) (la « loi »), l’article 212 (f) de la loi sur l’immigration et la nationalité 1952 (8 USC 1182 (f)) (INA), et l’article 301 du titre 3, United States Code,

 

« Moi, Donald J. Trump, Président des États-Unis d’Amérique, je constate que la fréquence et la gravité des violations des droits de l’homme et de la corruption qui proviennent, en tout ou en partie, des États-Unis, telles que celles commises ou dirigées par des personnes citées dans l’Annexe, a atteint une telle ampleur et une telle gravité que cela menace la stabilité des systèmes politiques et économiques internationaux.

 

Les violations des droits de l’homme et la corruption sapent les valeurs qui constituent le fondement essentiel de sociétés stables, sûres et fonctionnelles; elles ont des effets dévastateurs sur les individus; elles affaiblissent les institutions démocratiques; elles dégradent la primauté du droit; elles perpétuent les conflits violents; elles facilitent les activités des personnes dangereuses et minent les marchés économiques.

 

Les États-Unis cherchent à imposer des conséquences tangibles et significatives à ceux qui commettent de graves violations des droits de l’homme ou se livrent à la corruption, et à protéger le système financier des États-Unis contre les abus de ces mêmes personnes.

 

Je détermine donc que les violations graves des droits de l’homme et la corruption dans le monde constituent une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale, la politique étrangère et l’économie des États-Unis, et je déclare une urgence nationale pour faire face à cette menace.

La capacité du président Trump à utiliser les forces militaires américaines au cours de cette urgence nationale déclarée,  est contenue dans ce qu’on appelle la Loi sur les pouvoirs de guerre américaine. Cependant, le présent conflit devant se dérouler dans le secret, le président Trump a ajouté « Par conséquent, pour que ces mesures soient efficaces face à l’urgence nationale déclarée dans la présente ordonnance, il ne doit pas y avoir de notification préalable d’une inscription ou d’une décision prise en vertu de la présente ordonnance. ». Sans aucun doute,Trump sera aidé par les  opérations de renseignement qu’il a construites autour de lui-même pour lutter contre ses ennemis du « Deep State ».

 

La signification historique de ce que le président Trump a fait avec sa déclaration nationale d’urgence, est qu’il semble avoir saisi entre ses mains un ensemble d’accords internationaux,  tout particulièrement les  opérations internationales de blanchiment d’argent par des organisations se faisant passer pour  humanitaires, telles que la Fondation Clinton et la Fondation George Soros, pour lesquelles des milliards de dollars ont été immédiatement saisis lors de la promulgation de ce décret.

Sa déclaration nationale d’urgence, Le président Trump ne faisait pas de secret des personnes visées et tous ceux qui leur sont associés, en les énumérant en annexe du décret exécutif, et cela comprend:

Angel Rondon Rijo, un responsable du gouvernement de la République Dominicaine impliqué dans un scandale de corruption impliquant la société de construction brésilienne Odebrecht, qui a rapporté des millions, sinon des milliards de dollars, à la Fondation Clinton.

 
                                                      Dan Gertler

Dan Gertler – un homme d’affaires international israélien dont les affaires criminelles ont été supervisées par le fugitif mondial Marc Rich ;  auquel le président Bill Clinton a pardonné honteusement pour ses crimes lors de son dernier jour de mandat et continue de «payer gros» pour lui et sa femme Hillary.
L’épouse de Dan Gertler a donné 450.000$ à la bibliothèque de la Fondation Clinton, en compensation de ce « pardon ».

Sergey Kusiuk – le commandant d’une unité de police d’élite ukrainienne qui aorchestré le coup d’État du régime Obama-Clinton contre l’Ukraine, y compris l’embauche de mercenaires géorgiens qui ont reçu l’ordre de tirer sur la police et les manifestants.

Goulnora Islamovna Karimova – la fille du dictateur ouzbek qui a fait bouillir vivants ses opposants politiques et qui a fourni des dizaines de millions de dollars à la Fondation Clinton pour obtenir des faveurs accordées à sa nation par la secrétaire d’État Hillary Clinton.

 
Goulnora Islamovna Karimova (à gauche)
avec le président Bill Clinton (à droite)

En ciblant ces criminels mondialistes qui ont blanchi l’argent avec les Clintonpendant des décennies, le président Trump n’a pas manqué d’utiliser l’ironie en citant la loi sur la recevabilité des droits de l’homme de Global Magnitsky comme l’une des armes qu’il utilisait contre eux – mais c’était la loi que l’État profond avait adoptée contre la Russie – mais qui voit maintenant Trump l’utiliser contre eux. La colère du président Trump envers Hillary Clinton et ses alliés du «Deep State» l’amenant à déclarer une urgence nationale pour les détruire, explique le rapport, implique une société de recherche commerciale et d’intelligence stratégique liée au Parti démocrate basée à Washington, nommée Fusion GPS- et dont les propriétaires, Glenn Simpson, et son épouse Mary Jacoby, le 17 avril 2007, ont coécrit pour le Wall Street Journal un article intitulé « Comment les lobbyistes aident les ex-soviétiques à Washington », affirmant que les républicains, y compris le candidat présidentiel républicain de 1996 Robert Dole, a ouvert des portes dans la capitale américaine pour les oligarques affiliés au Kremlin et d’autres amis du président Poutine.

Le 14 mai 2008, lors de la campagne présidentielle américaine de 2008 où Obama a débuté, les propriétaires de GPS Fusion Glenn Simpson et son épouse Mary Jacoby ont coécrit un autre article pour The Wall Street Journal intitulé « McCain Consultant est lié au travail ». pour le parti ukrainien « – et dans lequel ils allèguent que le sénateur républicain John McCain était « en collusion avec la Russie « pour avoir embauché comme l’un de ses conseillers l’homme de longue date réputé du Parti républicain Paul Manafort.

On constate donc que Fusion GPS a fait au Sénateur McCain (lors de la campagne présidentielle de 2008 en le reliant à la Russie) est exactementidentique à ce qu’elle  fait maintenant (près de dix ans plus tard) au président Trump. En effet, lorsque la victoire de Trump approchait, les propriétaires deGPS Fusion, Glenn Simpson et sa femme Mary Jacoby, ont dépoussiéré leur livre de diffamation de 2008 contre McCain et ont commencé à tendre la main à tous ceux qui voulaient payer pour le réutiliser contre Trump. .

La première à sauter sur cette occasion fut, naturellement, Hillary Clinton, pour créer et propager le fake news du RussiaGate. Et, dans la plus grande parodie de justice dans l’histoire américaine, elle a été rejointe dans cet effort criminel de diffamation par le département de la Justice du régime Obama et par le FBI. Ce qui a conduit le très influent magazine en ligne judéo-américain, The Tablet , à avertir sévèrement:

« Si un président en exercice utilisait les instruments de l’État, y compris la communauté du renseignement, pour espionner la campagne de l’autre parti, pour ensuite délégitimer les résultats d’une élection une fois que le candidat de l’autre parti a gagné, nous voyons là un scandale qui éclipse celui du Watergate. »

Parmi les révélations choquantes découvertes par les enquêteurs de The Tablet sur la manière dont Obama, Clinton, le Département de la Justice et le FBI ont transformé le « Dossier McCain Russie » en « Dossier Russie Trump » en 2016, est le fait que Fusion GPS a embauché un ancien agent britannique du MI6, Christopher Steele, afin d’aider à créer des mensonges contre Trump car il était l’ancien chef du bureau russe du MI6.  Mais quand la société Fusion GPS a découvert que Steele ne savait ni parler ni écrire le russe, elle a fait appel à une experte américano-russe nommée Nellie Ohr, dont le mari, Bruce Ohr, était un haut fonctionnaire du département de la Justice d’Obama. Or, Bruce Ohr avait rencontré secrètement Glenn Simpson, le propriétaire du GPS Fusion, alors que la victoire de Trump approchait, et que les détails de ce coup d’Étatdevaient être peaufinés.

La raison la plus probable pour laquelle les médias de propagande ne disent pas au peuple américain que le président Trump a déclaré cette Urgence Nationaleest due au fait que beaucoup de leurs meilleurs journalistes et cadres médiatiques sont aussi dans le collimateur de cette Urgence Nationale. Lorsque Trump a dit qu’il allait « drainer le marais », il le pensait vraiment.

COMMENTAIRE

Une source du Pentagone a résumé la situation ainsi :  “Après Hanoukka, Trump a déclaré l’état d’urgence et signé un décret le 20 décembre, ce dernier gelant les avoirs des personnes accusées d’atteintes aux droits de l’homme et de corruption, un fourre-tout pour mettre en faillite les Bush, Clinton, Soros, Obama, la Cabale et la mafia Juive mondiale« .

La situation d’urgence nationale permet à Trump de saisir des biens et de libérer les forces armées pour procéder à des arrestations massives et de statuer par l’intermédiaire de tribunaux militaires, imposant ainsi la loi martiale « , poursuit la source.

Sur ce front, des sources du Pentagone affirment que George Soros n’a pas été tué comme cela a été rapporté par certains, mais qu’il est en détention et interrogé depuis plusieurs mois.

Récemment, il a été  » extrait d’Atlanta  vers la base navale Camp David, alors que la Cabale s’effondre « , selon les sources.  De nombreux autres oligarques de gros calibre sont également maintenus en détention et au secret depuis un certain temps, ajoute une source de la CIA.

Le 21 décembre, au solstice d’hiver,  le Secrétaire Général de la Défense des États-Unis James Mattis a rendu visite à Gitmo [Base Navale de Guantanamo Bay] afin de préparer un « endroit très spécial » pour Soros et la Cabale et pourraient s’y faire baptiser», poursuivent les sources du Pentagone.

Une autre personne qui doit être reçue pour un « baptême » est « le milliardaire Israélien des diamants de guerre et agent du Mossad, Dan Gertler, qui a été reconnu pour ses liens avec Marc Rich [siège social à Zoug, Suisse] et la Fondation Clinton », disent les sources du Pentagone.

Cela pourrait s’étendre à d’autres oligarques Juifs, alors que le président de Google, Eric Schmidt, démissionne « , notent-ils. 

L’isolement des oligarques de la mafia Khazariane (qui vénèrent Satan et ne sont donc pas Juifs même s’ils prétendent l’être), a été très clair dans la déroute diplomatique 184-9 d’Israël du moi de décembre  dernier à l’ONU (comptant ceux qui ne votent pas et les abstentions).

Les seuls pays qui ont voté avec Israël, contre une résolution condamnant le plan des États-Unis de déplacer unilatéralement leur ambassade à Jérusalem, sont le Guatemala, le Honduras, les Îles Marshall, la Micronésie, Nauru, les Palaos, le Togo et les États-Unis.

Cela pourrait préparer le terrain pour que les États-Unis abandonnent Israël et laissent la Russie, la Chine, l’UE et les Nations Unies être des intermédiaires honnêtes pour la paix « , affirment les sources du Pentagone.

Ce vote contre Israël ne concernait pas Jérusalem, mais signifiait plutôt aux Israéliens du monde entier qu’ils ne pouvaient reconstruire leur temple et avoir la paix que s’ils négociaient de bonne foi avec leurs voisins.

Le monde en a marre de tous les combats incessants et des mensonges des fanatiques religieux qui pensent qu’ils ont une sorte de droit divin de gouverner le monde depuis Jérusalem.

Comme les vrais Juifs religieux le soulignent à juste titre, Dieu fait l’œuvre de Dieu, et non pas des fanatiques qui se prennent pour Dieu.

Le monde veut la paix, et c’est ce que nous pouvons faire en 2018, maintenant que les familles de lignée sanguine sont enfin arrivées à la table des négociations.

 

 

 

 

 

Article et vidéos:Coup d’état en Arabie Saoudite et préparatifs du déclenchement de la Troisième Guerre Mondiale à partir du Moyen Orient

 

 

 

Depuis le 5 novembre 2017,c’est une purge sans précédent en Arabie Saoudite. Le prince héritier du royaume ultra-conservateur, Mohammed ben Salmane, a fait arrêter onze princes, une dizaine de ministres, anciens et actuels, et 38 hommes d’affaires samedi soir. Parallèlement, les puissants chefs de la garde nationale saoudienne, une force d’élite intérieure, et de la marine ont été limogés.Cet énorme coup de filet a été fait au nom de la lutte contre la corruption, quelques instants après la création par décret royal d’une commission ad hoc dirigée par Mohammed Ben Salmane en personne. Une enquête a été ouverte dans la foulée sur les inondations meurtrières qui avaient fait plus de cent morts en 2009 à Djedda, la deuxième ville du pays au bord de la mer Rouge. Le quotidien Al-Riyad titrait, dimanche matin : « Le roi use de l’épée de la réforme pour frapper la corruption ».Fin octobre, le prince héritier avait promis dans un discours historique une Arabie « modérée », débarrassée de l’islam rigoriste. « Nous n’allons pas passer 30 ans de plus de notre vie à nous accommoder d’idées extrémistes et nous allons les détruire maintenant », avait-il assuré sous les applaudissements des participants à un forum économique baptisé le « Davos dans le désert » qui avait attiré 2.500 décideurs du monde entier.Dans ce sens, il a lancé plusieurs chantiers de réformes – droit de conduire pour les femmes et plan Vision 2030 – qui marquent un bouleversement culturel et économique dans l’histoire moderne du royaume. Dans le même temps, il a œuvré pour renforcer son emprise politique sur le pouvoir : en septembre, il avait déjà procédé à une vague d’arrestations de dissidents, dont des religieux influents et des intellectuels.Avec cette nouvelle opération, il semble vouloir étouffer les contestations internes avant que son père, le roi Salmane, lui transfère formellement le pouvoir. Mais qui est exactement Mohammed ben Salman et quelles sont ses intentions ? Que cache ce coup de force ? Entre les réformes annoncées et les revirements diplomatiques, l’Arabie Saoudite est-elle à l’aube d’une métamorphose ?

Pour moi,c’est le début d’une guerre de l’ombre ou une force Illuminati,voire maçonnique et sioniste,prépare un affrontement militaire avec l’Iran.


Comment l’Arabie Saoudite pourrait déclencher la troisième guerre mondiale alors qu’elle intensifie sa rhétorique furieuse contre l’Iran

 

OUBLIEZ Kim Jong-un: L’Arabie saoudite pourrait être le pays à commencer la troisième guerre mondiale alors que son courageux prince héritier escalade une querelle de longue date avec l’Iran:

Le roi Mohammed bin Salman

 

Alors que les tensions au Moyen-Orient sont en ébullition après une série de disputes diplomatiques ardentes,  après que le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman ait fait une prise de pouvoir audacieuse la semaine dernière.

Le prince Mohammed a été très apprécié à la maison pour avoir emprisonné de hauts fonctionnaires prétendument corrompus et saisi leurs biens, y compris des membres de sa propre famille.

Mais à l’étranger, il a attisé les tensions, en  , entraînant d’autres nations dans l’escalade du conflit.

Le 4 novembre, le Premier ministre libanais Saad al-Hariri a scandalisé la région lorsqu’il s’est présenté à Riyad, capitale saoudienne, en annonçant sa démission sur la chaîne de télévision publique du royaume.

 

 

Le Financial Times écrit qu’il a livré la déclaration avec « la condamnation d’une victime d’enlèvement », suscitant des rumeurs qu’il était à Riyad contre son gré.

Le fait qu’il ait accusé l’Iran de déstabiliser le Liban par l’intermédiaire du groupe chiite musulman Hezbollah était, en tout cas, conforme à l’insistance des Saoudiens sur le fait que l’Iran est responsable de la plupart des problèmes de la région.

Le soir de la démission de M. Hariri, un missile visant Riyad a été tiré du ciel au-dessus de l’aéroport, lancé par des rebelles soutenus par l’Iran au Yémen.

Il semble que la rhétorique ait pu toucher un nerf.

Le Premier ministre libanais, Saad al-Hariri, a démissionné à Riyad au milieu de réclamations selon lesquelles il aurait été poussé par les Saoudiens

 

Le prince Mohammed a ensuite accusé l’Iran d’un « acte de guerre » à travers les médias d’Etat. Bien que le missile ait été tiré par les rebelles houthis du Yémen, le dirigeant saoudien a affirmé que l’acte d’agression était contrôlé par l’Iran, qui a introduit des armes en contrebande à la milice.

Tous les accès terrestre, maritime et aérien au Yémen ont été bloqués par le royaume saoudien à la suite de l’attaque à la roquette.

Le Liban a également été accusé de  contre le royaume au sujet de « l’agression » du Hezbollah – alors que les dirigeants du Hezbollah ont renvoyé l’accusation.

Le ministre saoudien des Affaires du Golfe, Thamer al-Sabham, a déclaré que le Hezbollah, un parti politique libanais dont l’aile militaire était accusée de terrorisme, était impliqué dans tous les « actes terroristes » qui menaçaient l’Arabie saoudite.

L’Arabie Saoudite a continuellement lancé des frappes de missiles sur les populations civiles du Yémen
Il s’agit maintenant d’une guerre d’extermination.

 

L’Arabie saoudite a également été accusée d’avoir bloqué le Qatar après avoir été accusée de soutenir l’État islamique et le Hezbollah.

Le royaume de plus en plus audacieux a doublé ses ennemis et se rapproche de l’Iran alors que le conflit semble vouloir s’intensifier.

Le président américain Donald Trump a également pris une position belliciste en Iran et pourrait soutenir les Saoudiens dans un conflit.

Les menaces de Kim Jong-un en Asie du Sud-Est ne sont donc peut-être pas la plus grande menace en raison des conflits qui surgissent autour du globe.

La tentative de frappe de missiles par les rebelles yéménites ne sera probablement pas la dernière provocation dans la région, de sorte que la troisième guerre mondiale pourrait être déclenchée très différemment des prédictions initiales des commentateurs.

 

 

 

 

L’ex-agent de la NSA, Edward Snowden, révèle que le chef de l’EI travaille pour les USA et Israël

Snowden ajoute que la CIA américaine et l’Intelligence Service britanique ont collaboré avec le MOSSAD israélien pour créer une organisation terroriste capable d’attirer tous les extrémistes du monde entier en un seul et même endroit, suivant en cela une stratégie nommée « Nid de frelons ».

La stratégie du « nid de frelons » vise à amener toutes les principales menaces en un seul endroit dans le but de les contrôler et, le plus souvent, d’en profiter pour déstabiliser les pays arabes. Les documents de la NSA que possède Edward Snowden révèlent que le calife de l’État islamique (Daech) a reçu une intense formation militaire auprès du MOSSAD israélien.

En plus de sa formation militaire, Al Baghdadi a étudié la communication et divers trucs pour parler en public de façon à attirer les « terroristes » de tous les coins du monde.

VIA : onsaitcequonveutquonsache

 

Au cœur de la lutte US pour amender la réputation mondiale d’Israël

Originally posted on GLOBAL RELAY NETWORK: Nikki Haley a menacé le retrait de l’UNHRC des USA – Photo Bebeto Matthews/AP Par Jonathan Cook, le 8 juin 2017 À l’ONU, les USA et Israël mènent une campagne d’intimidation dans le but de forcer la réhabilitation du standing international d’Israël. L’administration Trump emploie des tons de menace…

via Au cœur de la lutte US pour amender la réputation mondiale d’Israël — salimsellami’s Blog