Troisième Guerre Mondiale en préparation:Offensive syro-russe sur Idlib

Selon certaines dépêches en provenance du nord-ouest de la Syrie, toutes les unités de l’armée syrienne et ses alliés au sein de la Résistance, stationnées près des lignes de contact dans les zones occupées par des groupes terroristes dans le sud de l’autoroute M-4 (centre et ouest de la province d’Idlib, nord-ouest de la province de Hama et nord-est de la province de Lattaquié) sont en état d’alerte. Il y a quelques minutes, les sources syriennes ont fait état du début d’une puissante campagne aérienne syro-russe. La grande offensive vient-elle d’être déclenchée?

Chars de l’armée syrienne

 

Les frappes visent à l’heure qu’il est, selon les sources russes, « une zone de 1.500 kilomètres carrés, où se cachent jusqu’à 3.000 terroristes pro-turcs ». L’offensive a commencé après que l’armée syrienne et la Russie eurent dégagé l’autoroute M-4. Ankara réagira-t-il? Selon les accords précédemment conclus, l’ensemble du territoire des provinces d’Alep, Idlib et Hama, situés au sud de l’autoroute M-4, devront passer sous le contrôle des troupes russes, apprend-on de mêmes sources. Un coup fourré du Sultan à prévoir? 
Au sol, les effectifs de l’armée syrienne et les forces de défense populaire, ainsi que les combattants palestiniens de Liwa al-Quds ont été déployés sur différents axes d’Idlib et sont prêts à mener des opérations dans les zones sud de l’autoroute M-4.

 

L’objectif? le nettoyage des zones de Jabal al- Zawiya, Jisr al-Choghour, Jabal al-Arbaïn, Sarmin, Ariha situées dans le centre et l’ouest de la province d’Idlib. La libération de la plaine d’al-Ghab dans le nord-ouest de la province de Hama est une autre étape de l’opération. Les forces syriennes sont également disposées à nettoyer des localités situées dans le nord-est de la province de Lattaquié. 
Si cette opération est menée à bien entre la ville de Saraqib, royalement libérée par le Hezbollah au mois de mars, dans le sud-est de la province d’Idlib et les régions du nord-est de la province de Lattaquié, la sécurité des régions sud et nord de l’autoroute stratégique de M-4 sera pleinement assurée et les groupes terroristes ne pourront plus emprunter cette route.
Les derniers jours de l’année dernière, après la relance du cessez-le-feu, la Turquie a promis de normaliser la circulation sur l’autoroute. Mais les terroristes qu’elle soutient et dont elle utilise à titre de ses bras exécutants n’ont cessé de viser des patrouilles conjointes turco-russes. Une dernière attaque ayant même coûté la vie à trois soldats russes. 
Alors que les forces syriennes et leurs alliées au sein de la Résistance se préparent à lancer des opérations visant à sécuriser l’autoroute M-4, l’armée turque continue de soutenir les groupes terroristes en leur envoyant de nouveaux équipements militaires ces derniers jours. Le trafic se fait via le poste-frontière de Kafr Lusin dans le nord-ouest de la province d’Idlib. 
Que cherche la Turquie ?
Selon des sources sur le terrain, le premier objectif de la Turquie en envoyant de nouvelles troupes et en transférant du matériel militaire dans les zones occupées de la province d’Idlib est de renforcer les groupes terroristes afin qu’ils puissent survivre aux opérations de l’armée syrienne et des combattants de la Résistance, secondées par la Russie. Un autre de ses objectifs est d’homogénéiser le mercenariat à Idlib et d’y éliminer les éléments récalcitrants. 

Ces derniers mois, le gouvernement turc a tenté d’aider le groupe terroriste Tahrir al-Cham à s’emparer de tous les territoires occupés et en finir avec le groupe terroriste Hurras ad-Din. Mais les tentatives turques n’ont pas abouti. Actuellement, les affrontements entre ces deux groupes terroristes qui sont directement ou indirectement sous le commandement d’Al-Qaïda, ont diminué. Dans le passé, ils opéraient sous le nom de Front al-Nosra en Syrie. Ces manœuvres du Sultan qui utilise Idlib comme un vivier pour nourrir ses guerres en Libye et au Yémen ne sont qu’un jeu destiné à montrer sa soi-disant détermination à affronter les groupes terroristes opposés à l’accord de cessez-le-feu, façon d’empêcher le début d’opérations de nettoyage des zones occupées du nord-ouest de la Syrie par l’armée syrienne et ses alliés de la Résistance et la Russie. N’empêche que cette méthode commence à montrer ses limites. 
L’attaque contre une patrouille militaire conjointe turco-russe et la poursuite de ces violences ont émis  un message soulignant que la Turquie, contrairement à ses promesses creuses, « n’a ni la volonté ni la capacité de contrôler les régions du nord-ouest occupées en vertu de l’accord de cessez-le-feu ». Bref le Sultan est désarmé surtout qu’il est actif sur 4 fronts. L’offensive finira-t-elle par mettre la Turquie à la porte? 


EN COMPLÉMENTAIRE

Pourquoi le chef de l’état-major US se rend-t-il précipitamment en Israël ?

 

Le missile Yakhont russe aux mains du Hezbollah.

Alors que la presse écrite et orale d’Israël ne cesse de jurer ces derniers jours que par « la riposte du Hezbollah est imminente », en allusion à la mort en martyr d’Ali Kamal Mohsen dans le raid sioniste du 21 juillet au sud de Damas, et le tweet de la Résistance le suivant, et qu’il y a un branle-bas de combat sur le front nord, les évolutions en cours pourraient déboucher sur des surprises de taille.  

A en croire la chaîne 13, une évaluation de la situation faite par l’armée israélienne conclurait que le Hezbollah se préparerait à des opérations de représailles contre des troupes israéliennes à la frontière : le commandement du front nord qui a annulé des exercices militaires, a même ordonné le déploiement des postes de contrôle à l’intersection des routes dans le nord des territoires occupés, façon d’interdire l’accès aux zones agricoles proches de la frontière libanaise et ainsi restreindre la circulation sur les routes proches des colonies israéliennes.
Bien avant la mort de Kamel Hassan, les militaires israéliens avaient été à plus d’une reprise effrayés par des « bergers » libanais s’approchant des frontières et qu’ils croyaient être des « agents du Hezbollah »
Vendredi, des explosions au Golan ont provoqué la panique de l’armée sioniste qui a envoyé ses hélico abattre l’armée syrienne avant de rater le coup et de rentrer bredouille. Mais à quoi ressemblerait cette riposte qu’Israël croit être imminente ? S’agirait-il d’une opération commando comme en 2019 ou des infiltrations genres ce qui s’est produit en Galilée jeudi quand un véhicule blindé s’est renversé provoquant la mort d’un soldat sioniste ?
La réalité est que les tensions sont entrées dans une phase particulièrement cuisante et que la riposte de la Résistance pourrait bien sortir de l’ornière. C’est peut-être pour cette même raison que le chef de l’état-major US, Mark Milley, a été appelé au chevet d’Israël ce vendredi où il a rencontré de hauts responsables militaires sionistes, histoire de rassurer Tel-Aviv que « les États-Unis resteront aux côtés de leur allié traditionnel au Moyen-Orient ».

Mais il y a de forts risques que cet allié traditionnel soit cette fois visé de manière à ce qu’aucun appui venant de quelle que partie qui soit, ne puisse y obvier. Le commandant de la base navale israélienne de Haïfa en évoque la perspective. « Le Hezbollah a la capacité de cibler les plateformes d’extraction de gaz israéliennes au milieu de la mer », dit le général Gil Aginski, cité par le journal israélien Israel Hayom.
Le Hezbollah développe à l’heure actuelle « son potentiel militaire pour cibler les plateformes pétrolières au cœur de la mer bien que la force navale israélienne soient prêtes à relever les défis ». Mais sur cette seconde partie, l’Israélien n’est pas si sûr: « Une attaque de représailles contre les forces israéliennes par voie maritime n’est en tout cas pas à exclure. C’est notre hypothèse initiale. La menace d’attaques existait « toujours » et était « énorme », a-t-il déclaré en allusion aux missiles Yakhont de fabrication russe qui se trouveraient entre les mains du Hezbollah par Syrie interposée.
Il y a quelque temps le New York Times disait que « jusqu’à 12 systèmes de missiles-guidés anti-navires pourraient désormais être en possession du Hezbollah en Syrie ».
Ce sont des missiles SS-N-26 Yakhont de fabrication russe, qui utilisent un moteur Raimit pour parcourir plus de 75 miles à plus de deux fois la vitesse du son. Lorsqu’il est lancé, le missile survole les vagues pour éviter d’être détecté, guidé par un chercheur conçu pour résister aux contre-mesures, a-t-il rapporté. 
C’est l’un des missiles anti-navires les plus avancés au monde (les États-Unis n’ont pas une longue portée de missiles anti-navires supersoniques comme celui-ci) et sa vente à la Syrie indique à quel point la survie d’Assad est importante pour Vladimir Poutine.

 

La panique gazière d’Israël se laisse éclater à l’idée des Yakhont russes du Hezbollah à être tirés contre les réserves offshore de la Palestine occupée alors que jeudi Chevron Corporation a annoncé son accord d’achat de la société pétrolière et gazière américaine Noble Energy pour 5 milliards de dollars, une acquisition de Chevron qui « a une importance géopolitique particulière en raison des participations de Noble en Israël et à Chypre ».
Noble Energy apporte des actifs offshore à faible capital et générateurs de trésorerie en Israël, renforçant ainsi la position de Chevron en Méditerranée orientale. De même, les actifs israéliens de Noble sont à grande échelle, produisant une position en Méditerranée orientale qui diversifie le portefeuille de Chevron et devrait générer des rendements et des flux de trésorerie solides avec de faibles besoins en capital. Les volumes de pétrole et de gaz de Chevron augmenteront de près de 20% grâce à l’acquisition de Noble Energy, qui sert également d’opérateur des champs de gaz naturel israéliens Leviathan et Tamar.
Alors un Yakhont tiré contre Tamer ou Leviathan, quel pourrait en être l’effet en pleine guerre de gaz en Méditerranée orientale ? Une chose est sûre : la Russie ne devrait pas être si mécontente d’une telle perspective

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.