Allemagne: un pays qui deviendra non blanc en une génération

L’invasion actuelle de l’Allemagne par le tiers monde créera une majorité non blanche dans le groupe des 20-30 ans d’ici quatre ans et une majorité non blanche dans une génération, a révélé une nouvelle analyse statistique basée sur les chiffres du recensement allemand.

 

 

L’analyse, réalisée par le professeur Adorján F. Kovács du Goethe-Universität de Francfort-sur-le-Main, a été publiée dans le magazine européen allemand sous le titre «Vérités sur la crise des réfugiés» (Wahrheiten zur Flüchtlingskrise).

Le professeur Kovács a déclaré que les défenseurs de « l’immigration sans précédent », comme la chancelière Angela Merkel, affirment que « un, deux ou trois millions ne sont que quelques-uns, par rapport aux 79 à 80 millions de personnes qui vivent actuellement en Allemagne ».

Selon le professeur Kovács, cette affirmation est tout simplement fausse car elle ne tient pas compte de l’âge démographique affecté par l’afflux.

Il ajoute que les chiffres publiés par l’Office fédéral allemand de la migration et des réfugiés (Bundesamt für Migration und Flüchtlinge ou BAMF) montrent que les envahisseurs non blancs se limitent presque exclusivement aux personnes âgées de 20 à 35 ans. encore plus jeune.

Selon le professeur Kovács, on peut obtenir une image beaucoup plus précise de l’afflux comparé à la population allemande déjà existante de ce même groupe d’âge.

 

L’Office fédéral de la statistique officiel compte actuellement quelque 15 millions de personnes dans ce groupe d’âge en Allemagne, a-t-il ajouté, ajoutant que « la proportion de personnes d’origine immigrée dans ce groupe d’âge est d’environ 3,5 millions de personnes ».

En d’autres termes, la population amérindienne actuelle – européenne – allemande âgée de 20 à 35 ans, à l’exclusion de la nouvelle vague d’envahisseurs, s’élève à 11,5 millions de personnes.

Selon un chiffre approximatif d’environ un million d’envahisseurs arrivant chaque année en Allemagne au cours des prochaines années – et le chiffre réel est peut-être supérieur – il est parfaitement raisonnable de s’attendre à une population totale de « demandeurs d’asile » en Allemagne comprise entre trois et quatre millions d’ici 2020.

Ce n’est cependant que la pointe de l’iceberg. Selon le professeur Kovács, si seulement la moitié de ce nombre bénéficiera de l’asile et restera en Allemagne, cela signifie qu’il y aura environ deux millions de candidats retenus d’ici à 2020.

«Le fait que la majorité des prétendus demandeurs d’asile soient des hommes signifie que, dans presque tous les cas, la candidature au regroupement familial sera retenue.

«Cela va ajouter entre trois et huit personnes supplémentaires par demandeur d’asile retenu, ce qui signifie qu’en 2020, le nombre total de personnes appartenant à ce groupe dépassera huit millions».

Le fait qu’il n’ya actuellement que 11,5 millions d’Allemands européens dans la tranche des 20-30 ans signifie qu’en 2020, dans quatre ans, les Blancs seront une minorité totale dans cette catégorie d’âge.

«Sur les 23 millions d’habitants de ce pays qui ont entre 20 et 35 ans, environ 11,5 millions d’habitants ont migré d’ici cinq ans», a déclaré le professeur Kovács.

En outre, le taux de natalité élevé des immigrés « n’a même pas été pris en compte », a-t-il poursuivi.

«Vous devez penser à l’avenir dans 30 ans. Si la majorité, c’est-à-dire que plus de 50% des personnes vivant actuellement en Allemagne sont des personnes âgées et sont décédées dans ce laps de temps, il ne faut pas d’imagination pour avoir une idée de la composition de la future population allemande. « 

La conclusion est inévitable: soit l’Allemagne prendra des mesures politiques pour mettre un terme à l’invasion actuelle du tiers monde, soit l’inverser, soit elle deviendra un pays à majorité non blanche d’ici une génération.


Le génocide blanc s’accélère en Allemagne: trois grandes villes allemandes renversent leur majorité ethnique par des non-blancs

L’immigration massive en provenance du tiers monde en Allemagne provoquera «bientôt» l’entrée des trois villes allemandes d’Augsbourg, Stuttgart et Francfort au statut de majorité non-blanche, a annoncé l’un des plus importants démographes du pays.

 

Lors d’une interview dans le journal Augsburger Allgemeine, « l’expert en intégration », Jens Schneider, a déclaré qu’Augsbourg serait l’une des « premières grandes villes allemandes où les personnes d’origine migrante formeraient la population majoritaire ».

L’interview a révélé que les statistiques officielles montrent déjà que « un sur cinq » (soit 20%) des personnes vivant en Allemagne « ont des racines étrangères ».

Cela est particulièrement vrai dans les zones urbaines, dit Schneider, où la proportion de «personnes d’origine immigrée» augmente de manière exponentielle.

« Les experts estiment qu’Augsbourg, Stuttgart et Francfort sont les premières villes dans lesquelles les immigrés deviendront majoritaires », a-t-il ajouté.

Plus de la moitié de ces « étrangers » sont déjà en possession de la nationalité allemande, a poursuivi Schneider, ce qui signifie que « l’intégration sera donc le plus gros défi des prochaines années ».

Cela signifie que le «pays va changer», a déclaré Schneider, qui est en faveur de l’invasion.

Les statistiques officielles décrivent les personnes «d’origine migrante» comme des personnes non seulement étrangères, mais immigrées en Allemagne depuis 1950 et leurs descendants.

Bien que Schneider ne l’ait pas dit, cela signifie le grand nombre de Turcs qui sont entrés en Allemagne en tant que «gastarbeiters» (travailleurs invités) dans les années 1950, censés travailler en Allemagne puis rentrer chez eux – mais qui ne l’ont jamais fait.

À Augsburg, a-t-il déclaré, le segment de la population «personnes d’origine migrante» représente désormais plus de 43% des habitants de la ville – et est en augmentation.

Cette tendance est particulièrement apparente dans la population préscolaire, où plus de la moitié des enfants de six ans sont issus de «milieux d’immigrants». Ce dernier chiffre, a-t-il ajouté, était répandu dans toute l’Allemagne.

Le seul élément des statistiques pouvant affecter les projections est le nombre exact d ‘«immigrants» originaires d’autres pays européens – y compris, il est intéressant, la Russie.

Bien que Schneider et Augsburger Allgemeine aient mentionné ce facteur, ils n’ont donné aucun chiffre précis à cet égard, mais il est probable qu’il représente moins du quart du total.

Cependant, tout effet de freinage que cela pourrait avoir sur l’équilibre racial de la population aura certainement été plus que compensé par l’actuelle invasion massive de non-Blancs, provoquée par l’invitation d’Angela Merkel en 2015 à inviter l’ensemble du tiers monde à venir en Allemagne.

Depuis lors, environ 1,5 million de non-Blancs sont entrés en Allemagne, mais leur nombre exact est inconnu en raison de la politique de «frontières ouvertes» qui permet à quiconque de n’importe où de pénétrer dans le pays sans être contrôlé ou enregistré.

 

 

 

 

S’opposer aux ambitions dangereuses de la Chine à l’ère de Trump

  • L’amiral John Richardson s’inquiète apparemment d’un manque de communication. La communication n’est pas le problème. Le problème est que les généraux et les amiraux chinois ont été et continuent d’être hostiles, belligérants et belliqueux.
  • « Nous ne voulons pas de la guerre. C’est la façon dont vous l’empêchez. Rappelez-vous, montrez un pouvoir écrasant, pas d’indécision ou de faiblesse. Certains Chinois liront correctement les signaux de fumée. » – Arthur Waldron, Université de Pennsylvanie.
  • Le meilleur moyen d’éviter un conflit dans le détroit de Taiwan est d’indiquer clairement à Beijing que l’Amérique défendra Taiwan.
  • Au premier semestre de 2012, les États-Unis, malgré l’obligation ferme de défendre les Philippines, n’ont rien fait lorsque la Chine a pris le contrôle de Scarborough Shoal dans la mer de Chine méridionale. Lorsque les généraux et les amiraux chinois ont constaté l’échec de Washington, ils ont mis le feu aux autres récifs et îlots des Philippines, ont attaqué les îles japonaises situées dans la mer de Chine orientale et ont commencé à récupérer et à militariser des éléments de la chaîne Spratly. Feebleness n’enhardit que l’agression chinoise. Il n’y aura pas de bonne fin en Asie tant que Washington n’aura pas dissuadé Pékin de la croyance arrogante qu’il peut prendre tout ce qu’il exige.
La nette détérioration des relations entre les deux armées les plus effrayantes du monde était évidente lorsque le chef des forces navales américaines, le chef des opérations navales, l’amiral John Richardson, s’est rendu à Beijing ce mois-ci. Sur la photo: l’amiral Richardson (à droite) est accueilli par de hauts responsables de la défense chinoise à l’Académie de recherche navale de l’Armée de libération du peuple à Beijing, le 14 janvier 2019

 

La nette détérioration des relations entre les deux armées les plus effrayantes du monde était évidente lorsque le chef des forces navales américaines, le chef des opérations navales, l’amiral John Richardson, s’est rendu à Beijing ce mois-ci.

Les officiers chinois étaient prêts pour Richardson: ils ont tenu des propos hostiles, notamment au sujet des relations des États-Unis avec Taiwan. L’OIIC Richardson s’en est tenu au script de coopération vieux de plusieurs décennies de Washington.

Il est temps que les décideurs américains modifient ce scénario en abandonnant, entre autres, des thèmes d’engagement, en introduisant des notions de réciprocité et en faisant preuve de résolution.

Richardson a pris une note optimiste alors qu’il quittait la Chine pour sa deuxième visite officielle en tant que meilleur amiral des États-Unis. « J’apprécie beaucoup l’hospitalité que j’ai reçue en Chine », a-t-il tweeté le 16 janvier. « J’ai eu d’excellentes discussions avec mes homologues et je suis impatient de renforcer nos relations à l’avenir. »

Les propos de l’amiral contrastaient fortement avec ceux de ses homologues chinois. Ils ont menacé d’une action militaire contre les États-Unis. De plus, Global Times , le tabloïd contrôlé par le Quotidien du Parti communiste dans un éditorial, a proféré des menaces voilées contre Richardson. « Beijing doit prendre des mesures concrètes pour aider les Etats-Unis à corriger leur vision », a noté le document après avoir évoqué l’action militaire visant à faire respecter les revendications territoriales étendues de Beijing. « La Chine doit avoir la capacité de faire payer à ses rivaux des coûts insupportables. »

Le décalage dans le ton des messages américains et chinois suggère que quelque chose ne va peut-être pas.

Pour commencer, il semble que quelque chose ne va pas au sommet de l’Armée de libération du peuple. Deux fois le mois dernier, de hauts officiers chinois ont publiquement demandé des attaques non provoquées contre la marine américaine. Dans le second épisode, le 20 janvier, le contre-amiral Luo Yuan a déclaré vouloir utiliser les missiles balistiques Dong Feng-21D et Dong Feng-26 pour couler deux porte-avions et créer 10 000 « victimes ».

Bien que ces déclarations belliqueuses ne représentent pas une politique officielle, elles peuvent néanmoins être considérées comme reflétant la pensée des officiers supérieurs. En tout état de cause, ils devraient être profondément troublants.

La réponse américaine appropriée n’était pas celle de Richardson: « Je suis impatient de poursuivre notre dialogue alors que nous recherchons un terrain d’entente et des possibilités de coopération ». La réponse de Richardson aurait dû être: « J’annule mon voyage en Chine. »

Richardson, avant le voyage en Chine, a défendu sa visite :

« Un échange de vues systématique est essentiel, en particulier en période de friction, pour réduire les risques et éviter les erreurs de calcul. Un dialogue honnête et franc peut améliorer les relations de manière constructive, aider à explorer les travailler à travers nos différences. « 

« Intérêts communs »? Nous n’entendons pas seulement des paroles inacceptablement belliqueuses de Luo et d’autres; nous avons vu et voyons encore des actions dangereuses de la part des Chinois dans le monde commun.

Le 30 septembre, le destroyer chinois Lanzhou est arrivé à moins de 45 mètres de l’USS Decatur alors qu’il franchissait la proue du navire de guerre américain près du récif Gaven dans la mer de Chine méridionale. Le Decatur a dû faire demi-tour pour éviter une collision. La marine américaine a qualifié diplomatiquement les manœuvres de Lanzhou « d’insalubrité et de manque de professionnalisme ».

Malgré le comportement risqué – et malgré le refus de Pékin de faire appel à un appel du port de Hong Kong pour le USS Wasp – octobre, la marine américaine a demandé l’autorisation au groupe Ronald Reagan Strike de payer un appel au port de Hong Kong, région administrative spéciale de la République populaire. de la Chine, quelques semaines à peine après l’incident de Decatur-Lanzhou.

James Fanell, l’un des principaux commentateurs des interactions de la US Navy avec la Chine, a déclaré à Gatestone que la demande d’appel au port avait sapé la ligne de conduite plus dure du président Trump:

« Ce qui semble clair, c’est que la RPC a réussi à convaincre des générations de dirigeants du Pentagone que des relations » mil-à-mil « sont importantes pour la promotion de la sécurité, malgré les preuves empiriques accablantes qui prouvent le contraire. »

Fanell, qui en tant que capitaine était l’officier en chef du renseignement de la flotte du Pacifique, a raison en ce qui concerne les preuves. Au fil du temps, l’armée chinoise a mené une série d’interceptions dangereuses de la marine et de l’aviation américaines sur et au-dessus de la mer de Chine méridionale et de la mer de Chine orientale.

L’amiral Richardson s’inquiète apparemment d’un manque de communication. La communication n’est pas le problème. Le problème est que les généraux et les amiraux chinois ont été et continuent d’être hostiles, belligérants et belliqueux.

De plus, ces discussions ne feront que nuire à ces officiers généraux. En fait, les efforts de dialogue menés par les Américains aggravent la situation. Les amiraux de la marine américaine peuvent penser qu’ils agissent de manière responsable et constructive, mais les Chinois perçoivent manifestement les faiblesses et agissent en conséquence. L’explication la plus plausible des commentaires de Luo le mois dernier est qu’il pensait que l’Amérique pouvait être intimidée de quitter la région.

Le général Li Zuocheng, membre de la Commission militaire centrale du Parti communiste, a également tenté d’intimider. Il a confié à Richardson à Beijing que l’Armée de libération du peuple assumerait « tous les coûts » pour empêcher toute ingérence étrangère dans les affaires taïwanaises.


EN COMPLÉMENT

Taiwan a commandé deux frégates lance – missiles US Perry-classe dans la marine de Taiwan en Novembre 2018 

Un haut responsable militaire chinois a mis en garde mardi la marine américaine contre toute « ingérence » en faveur de l’indépendance de Taiwan, affirmant que Pékin défendrait sa revendication « à tout prix ».

Le général Li Zuocheng, membre de la Commission militaire centrale, a tenu ces propos lors d’une réunion à Beijing avec l’amiral John Richardson, chef des opérations navales américaines.

La Chine considère que Taiwan fait partie de son territoire et sera réunifiée, bien que les deux parties soient gouvernées séparément depuis leur scission en 1949 après une guerre civile remportée par les communistes de Mao Zedong.

L’île autogérée a sa propre monnaie, son drapeau et son gouvernement, mais n’est pas reconnue comme un État indépendant par l’ONU.

Pékin a déclaré qu’il n’hésiterait pas à recourir à la force si Taipei déclarait officiellement son indépendance ou en cas d’intervention extérieure – y compris de la part des États-Unis, le plus puissant allié officieux de l’île.

« La question de Taiwan est une affaire interne à la Chine, concerne les intérêts fondamentaux de la Chine et les sentiments nationaux du peuple chinois, et aucune ingérence extérieure ne sera tolérée », a déclaré Li Zuocheng dans un communiqué publié par le ministère de la Défense.

« Si quelqu’un veut séparer Taiwan de la Chine, l’armée chinoise défendra à tout prix l’unité de la mère patrie », a-t-il déclaré au chef de la marine américaine.

Ces derniers mois, des navires de la marine américaine ont traversé à plusieurs reprises le détroit de Taiwan, qui sépare la Chine continentale de l’île.

Pékin considère tous les navires traversant le détroit comme une violation de sa souveraineté, alors que les États-Unis et de nombreux autres pays considèrent cette route comme une voie internationale ouverte à tous.

Une loi américaine récente encourageant les visites mutuelles entre des responsables américains et taïwanais a également provoqué la colère de Pékin.

Washington, qui a rompu ses relations diplomatiques avec Taipei en 1979 pour reconnaître que Pékin reste le plus puissant allié de l’île et son principal fournisseur d’armes.


Une île artificielle chinoise dans la mer de Chine..pès des Philippines.

 

 

Après avoir quitté la Chine, Richardson, à son crédit, a suggéré d’envoyer un groupe de frappe de porte-avions dans le détroit de Taiwan. « Nous ne voyons pas vraiment de limitation sur le type de navire susceptible de traverser ces eaux », a-t-il déclaré à des journalistes à Tokyo.

La prochaine étape pour les États-Unis consiste à conduire un transporteur dans le détroit, comme l’avait fait la marine en 2007, après que les Chinois eurent refusé une escale à Hong Kong.

Pourquoi s’arrêter avec un seul groupe de grève des transporteurs? Arthur Waldron de l’Université de Pennsylvanie a déclaré à Gatestone que, pour marquer durablement Pékin, les États-Unis devraient organiser un passage dans le détroit de Taiwan avec non seulement le supercarrier Ronald Reagan mais également une flottille de « quelques sous-marins japonais et de l’Izumo; Navires français ou australiens disponibles et la marine de Taiwan l’observant.  » Il recommande également d’envoyer des avions à ajouter à l’effet.

Un des nouveaux navires de guerre chinois le Linyi

« Nous ne voulons pas de guerre », a écrit Waldron dans un message adressé aux professionnels de la défense la semaine dernière. « C’est comme ça que vous l’empêchez. Rappelez-vous, montrez un pouvoir écrasant, pas une indécision ou une faiblesse. Certains Chinois liront correctement les signaux de fumée. »

Le meilleur moyen d’éviter le conflit dans le détroit de Taïwan, comme le suggère Waldron, est d’indiquer clairement à Pékin que l’Amérique défendra Taïwan. Au cours des deux derniers mois, Pékin a menacé d’envahir. Malheureusement, comme le souligne Joseph Bosco, un ancien responsable des relations avec la Chine au Bureau du secrétaire à la Défense, le meilleur moyen que Washington puisse faire pour le moment est de créer un « diplomate confus » que les Chinois peuvent interpréter comme un manque de détermination de la part des Américains.

« Vous pouvez parier », a déclaré Bosco  la semaine dernière, « les calculs de la Chine changeraient radicalement si le président Trump ou le secrétaire Pompeo ou le nouveau Secrétaire général ou John Bolton prononçaient publiquement ces mots devant Pékin: » Nous défendrons Taiwan en toutes circonstances. « Cela permettrait, a-t-il déclaré, » de reconstituer efficacement le traité de défense mutuelle conclu entre les États-Unis et Taiwan en 1954 « et » de modifier la dynamique stratégique en faveur de Washington et de Taipei « .

Certains – en fait beaucoup – de « modifier » sont absolument nécessaires, et ce n’est pas un moment trop tôt. Au premier semestre de 2012, les États-Unis, malgré l’obligation ferme de défendre les Philippines, n’ont rien fait lorsque la Chine a pris le contrôle de Scarborough Shoal dans la mer de Chine méridionale. Quand des généraux et des amiraux chinois ont constaté l’échec de Washington, ils ont mis le feu aux autres récifs et îlots des Philippines, attaqué les îles japonaises situées dans la mer de Chine orientale et commencé à récupérer et à militariser des éléments de la chaîne des îles Spratly. La faiblesse américaine  n’enhardit que l’agression chinoise.

Il n’y aura pas de bonne fin en Asie tant que Washington n’aura pas dissuadé Pékin de la croyance arrogante qu’il peut prendre tout ce qu’il exige.

Comment faire ça? En plus de naviguer dans le détroit de Taiwan, l’amiral Richardson peut peut-être faire en sorte que quelques navires de la marine américaine effectuent une escale au port de l’île et s’y attardent quelques instants.

les missiles chinois à longue portée sont devenu une réalité.

 

 

 

La carte de Buache: une carte controversée montrant l’Antarctique sans glace

La version originale et la plus fréquemment rencontrée de la carte Buache, qui ne montre pas l’Antarctique.

 

La carte de Buache est une carte du 18ème siècle qui prétend généralement dépeindre avec précision le continent de l’Antarctique avant qu’il ne soit enseveli sous la glace. Par extension, il a été prétendu que cette carte était la preuve qu’une civilisation ancienne avait cartographié l’Antarctique alors qu’elle n’était pas couverte de glace, et que c’est à partir de cette source que la carte de Buache a été dessinée. Cependant, il existe des arguments contre cette interprétation de la carte de Buache et l’affirmation selon laquelle le continent antarctique était connu d’une civilisation ancienne hautement avancée bien avant qu’il ne soit « redécouvert » par l’homme moderne au début du XIXe siècle. .    

Philippe Buache

La carte de Buache a été dessinée par un géographe français sous le nom de Philippe Buache de la Neuville, d’où son nom. Le titre complet de cette carte est cependant  » Carte des Terres Australes comprend entre le Tropique du Capricorne et le Pôle Antarctique où il est possible de découvrir de nouvelles découvertes faites en 1739 au Sud du Cap de Bonne Espérance » , ce qui se traduit par En anglais comme « Carte des terres du sud comprise entre le tropique du Capricorne et le pôle Antarctique, où les nouvelles découvertes faites en 1739 au sud du cap de Bonne-Espérance peuvent être vues ». Bien que la carte de Buache ait souvent été publié en 1737, la date de publication sur la carte elle-même est fixée au 3 septembre 1739.

Philippe Buache, Carte de l’Océan vers Afrique du Sud et Amérique … Paris, 1737. Carte gravée sur cuivre (63,5 x 48,3 cm)

L’homme derrière la carte, Philippe Buache de la Neuville, était un cartographe et un éditeur de cartes, ainsi que «le plus grand géographe théorique de sa génération». Buache a commencé sa carrière en tant qu’assistant d’atelier et apprenti de Guillaume de L’Isle, lui-même un cartographe important et prolifique.

À la mort de de L’Isle en 1726, sa maison d’édition est rachetée par Buache, qui a également épousé la fille de son mentor pour qu’il fasse partie de la famille. En 1729, Buache fut nommé Premier ministre géographe du roi , ce qui se traduisit par «premier / premier géographe du roi». L’année suivante, Buache entra à l’ Académie des sciences en tant que successeur de Guillaume de L’Isle.

Dessin de Philippe Buache.

 

 

Buache était un pionnier d’une nouvelle forme de géographie théorique. Bien que le nouveau système de Buache soit «défectueux dans de nombreux cas», il a néanmoins «grandement contribué au progrès de cette science et l’a popularisé».

Buache aurait eu recours à «la connaissance géographique, à la recherche scientifique, aux journaux des explorateurs et des missionnaires contemporains et à l’observation astronomique directe». Il en déduit un certain nombre de points. Une des déductions faites par Buache qui se révéla être vraie, par exemple, fut l’existence de l’Alaska et du détroit de Béring. Néanmoins, toutes les spéculations de Buache n’étaient pas vraies. L’existence d’une mer Antarctique centrale en est un exemple.

Carte des légendes de Buache

En revenant à la carte de Buache, il a été suggéré que celle-ci «représente avec précision la topographie sous-glaciaire» de l’Antarctique, une revendication qui aurait ses origines dans le livre de Charles Hapgood en 1966, Maps of the Sea Sea Ancient . Il a également été suggéré que Buache utilisait une carte / des cartes qui étaient / avaient été réalisées par une civilisation ancienne hautement développée ou même par des « cartographes extraterrestres ».

Cartes des anciens Sea King: preuve d’une civilisation avancée à l’ère glaciaire.

Un argument contre cette interprétation est le fait que personne ne sait exactement à quoi ressemble réellement la topographie de l’Antarctique sous-glaciaire. À l’heure actuelle, il n’existe aucun moyen de juger de la véracité de l’affirmation selon laquelle la carte de Buache fournit une représentation exacte du littoral antarctique sous-glaciaire. En outre, il a également été souligné qu’il existe de nombreuses différences entre la carte de Buache et la carte de Piri Re’is, une autre carte censée illustrer la topographie d’un Antarctique sans glace.

Les légendes françaises qui couvrent la carte de Buache fournissent également un indice sur la manière dont la carte peut être lue et comprise. Par exemple, les mots conjecturée  (conjecturé) et  soupçonnée (suspectée) se trouvent sur des parties du continent sud, ce qui indique que cette masse terrestre n’a pas été copié de quelque ancienne carte, mais était une hypothèse par Buache.

De plus, les écrits sur le côté de la carte indiquent que l’explorateur français Jean-Baptiste Charles Bouvet de Lozier a déclaré avoir vu de nombreux icebergs lors de son voyage vers le sud. Par conséquent, Buache a supposé que les icebergs venaient de quelque part dans le sud.

Carte du monde 1753 du cartographe français Philippe Buache.

Enfin, il existe deux versions de la carte de Buache, la première est présentée sans cette masse continentale spéculée, tandis que la seconde illustre l’hypothèse de l’Antarctique. Le premier est dit être plus commun, et pourrait avoir été une version antérieure de l’hypothèse de Buache, alors que le dernier est pensé pour incorporer les pensées plus tardives de Buache sur le sujet. Alternativement, il a été suggéré que la carte de Buache avec l’Antarctique ait été émise frauduleusement par un autre cartographe, voire même être un faux moderne.

 

 

 

 

 

 

Campagne européenne contre le bolchevisme: perspective allemande de la seconde guerre mondiale (VIDEO)

Comme le rapporte ce reportage allemand sur la guerre, des jeunes hommes de toute l’Europe se portent volontaires pour faire leur service militaire sur le front armé paneuropéen contre le bolchevisme soviétique.

 

 

Des scènes du Danemark, de la Norvège, des Pays-Bas et de l’Espagne. Les troupes allemandes libèrent Riga, la capitale de la Lettonie. Les cadavres de Lettons tués par les bolcheviks sont montrés.

Les Juifs sont rassemblés et contraints de travailler. Les forces allemandes percent les fortifications de la «ligne Staline». Dans la formidable «double bataille» de Bialystok-Minsk, plus de 300 000 prisonniers soviétiques sont capturés. Les forces allemandes prennent Minsk, capitale de la Biélorussie, que les Soviétiques ont incendiées avant de se retirer. Hebdomadaire allemand « Die Deutsche Wochenschau » du 16 juillet 1941 (n ° 567). Avec sous-titres anglais (pas tout à fait exact). Durée: 34:07 minutes

 

 

 

Comment les femmes allemandes ont subi le plus grand viol de masse de l’histoire par les Soviétiques

Selon les rapports de l’hôpital, Berlin, la capitale allemande, a enregistré plus de 100 000 cas de viol entre avril et mai, tandis que la Prusse-Orientale, la Poméranie et la Silésie ont été victimes de plus de 1,4 million de cas de viol.

 

 

Entre janvier et août 1945, l’Allemagne a connu le plus grand incident de viol de masse connu de l’histoire: environ deux millions d’Allemandes ont été violées par les soldats de l’Armée rouge soviétique, comme l’indique Walter Zapotoczny Jr. dans son livre ‘ Au-delà du devoir: la raison pour laquelle certains soldats commettent des atrocités ».

Les rapports d’hôpitaux ont également indiqué que des opérations d’avortement étaient effectuées quotidiennement dans tous les hôpitaux allemands.

Natalya Gesse, correspondante de guerre soviétique à l’époque, a déclaré que les Soviétiques ne se souciaient pas de l’âge de leurs victimes. «Les soldats russes violaient chaque femme allemande de huit à quatre-vingts ans. C’était une armée de violeurs », a-t-elle déclaré.

 

Cela a causé la mort de pas moins de 200 000 filles et femmes du fait de la propagation des maladies, en particulier le fait que de nombreux témoins oculaires ont raconté que des victimes avaient été violées jusqu’à 70 fois au cours de cette période.

Les soldats de l’Armée rouge violaient en masse les femmes allemandes en guise de vengeance contre leur ennemi: l’armée allemande. Ils estimaient que c’était leur droit acquis de le faire, l’armée allemande ayant «violé» leur patrie en l’envahissant. En plus de ne pas être en contact avec les femmes pendant de longues périodes, ce qui accroît leur instinct animal.

Dans son livre, Zapotoczny a déclaré que même les femmes soldats russes ne désapprouvaient pas les viols, certaines trouvaient cela amusant.

Un major soviétique a déclaré à un journaliste britannique de l’époque: «Nos camarades étaient tellement affamés de sexe qu’ils violaient souvent des femmes âgées de soixante, soixante-dix, voire quatre-vingts ans – à la grande surprise, sinon au plus grand plaisir de ces grand-mères».

 

Dans son livre, Zapotoczny a déclaré que même les femmes soldats russes ne désapprouvaient pas les viols, certaines trouvaient cela amusant.

En 1948, les cas de viol ont considérablement diminué après que les troupes soviétiques eurent ordonné le retour dans leurs camps en Russie et quitté des zones résidentielles en Allemagne.

 

 

Chute de l’Empire : Londres, Washington et Paris au bord de l’effondrement

Malgré les gesticulations hystériques de l’appareil de désinformation de l’OTAN, le cœur de l’empire a démarré l’année 2019 dans un état de chaos intégral.

 

Washington, Londres et Paris — les trois capitales de l’Empire — sont aujourd’hui effectivement en panne de gouvernance, paralysées, au bord de l’effondrement ou assiégées par leur propre peuple.

 

Les Némésis qu’elles se sont elles-mêmes choisies —Moscou et Pékin — ont entre-temps porté un toast à la nouvelle année dans un état d’optimisme et de confiance en soi considérables. Ce sont les faits, ce sont les informations.
Commençons par le sommet de l’Empire. Le gouvernement des États-Unis a fermé ses services fédéraux dans un contexte de paralysie politique et de tirs de barrage intergouvernementaux.[1]
Le secrétaire à la défense, « Mad Dog » (« chien fou ») Mattis, a démissionné, tout comme d’autres subalternes en uniforme en colère contre la détermination retrouvée du président à se retirer de guerres étrangères coûteuses et perdantes. Le véritable « chien fou » — John Bolton — défie ouvertement le président Trump sur la Syrie, Mueller se rapproche de son but[2] et la nouvelle majorité démocrate à la Chambre se prépare à « destituer ce fils de p**e ».
Personne ne sait si le président Trump sera encore là longtemps, mais un simple regard sur son successeur possible — le vice-président Mike Pence — rappelle la célèbre image du président Nixon avec son vice-président, Spiro Agnew, debout derrière lui. La légende de l’image montrait Nixon qui pointait par-dessus son épaule et disait : « Personne ne va me tirer dessus avec ce type comme successeur. »
Theresa May
À Londres, la Première ministre britannique Theresa May est un cadavre ambulant ; la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne est encore dans un flou total, à 80 jours à peine de son entrée en vigueur. Des violences ont commencé à éclater à l’extérieur du Parlement, aucune faction n’a de majorité, aucune élection ne peut avoir lieu parce que son résultat le plus probable serait l’élection de Jeremy Corbyn, un anti-impérialiste chevronné que « l’État profond » préférerait arrêter (ainsi que votre serviteur, selon l’appareil à coups d’État appelé « Integrity Initiative » [3]).
Un Brexit sans accord paralyserait le sud de l’Angleterre, faute de préparation. Une fois à l’arrêt, les camions en provenance et à destination du continent transformeraient le Kent, le « Jardin de l’Angleterre », en parking géant.
Le « Brexit » purement cosmétique concocté par Theresa Mayne pourra pas être adopté par la Chambre des communes, la semaine prochaine, étant donnée l’opposition des travaillistes, d’au moins cinquante députés du gouvernement et des dix membres des partenaires de la coalition des Tories, le DUP.
La troisième option, un nouveau référendum, risque de déclencher le même scénario que dans les rues de Paris et les autres villes françaises (qui est au passage presque entièrement occulté par la presse britannique). Défier le résultat du premier référendum, déposséder 17,4 millions de personnes des résultats de leur vote, c’est mettre en danger la paix sociale en Angleterre. Des millions d’électeurs du Brexit comptent parmi ceux qui, en Grande-Bretagne, n’ont plus rien à perdre.
En France, l’Élysée est devenue la Bastille de Macron et il n’est pas du tout inconcevable qu’elle soit prise.
Le week-end dernier, son propre porte-parole a dû être évacué en catastrophe par une porte arrière après qu’un véhicule de chantier détourné par des manifestants ait défoncé la porte cochère de son immeuble gouvernemental. Les conditions mêmes que Macron s’était tant acharné à créer à Damas et que la France avait aidées à créer à Kiev font maintenant trembler les fondations de la République française .
Aucun « œil de Nelson » – dans un célèbre épisode de la Bataille de Trafalgar, quand l’amiral anglais Nelson avait appris que la marine française avançait à sa rencontre, il avait collé son télescope au bandeau noir qui cachait son œil manquant et avait dit « Je ne vois aucun bateau » – ne changera le fait que, pendant huit semaines, des centaines de milliers de Français de toutes allégeances politiques se sont retrouvés dans les rues des villes du pays pour exiger à cor et à cri la démission de leur président. Et le fait que Macron fasse pleuvoir des euros sur les Champs-Élysées – en contravention absolue des règles fiscales de l’UE — n’a fait qu’encourager « les autres » à continuer à manifester.
Gilets jaunes italiens.
Cette semaine, le gouvernement italien, membre de l’UE (et de l’OTAN) s’est joint aux Gilets jaunes, avec l’Italien Salvini dénonçant personnellement le président français qui « gouverne contre son peuple. »
Ce samedi, une manifestation gigantesque est prévue à Londres pour porter sur la place publique les mêmes exigences anti-austérité contre le gouvernement britannique que celles des Gilets jaunes contre Macron.
Le centre de l’Empire ne peut pas tenir.
L’ancien ordre se meurt, le nouvel ordre n’arrive pas à naître. Si nous ne faisons pas attention, nous serons bientôt au temps des monstres. [4]
Un article de George Galloway
(Il a été membre du Parlement britannique pendant presque trente ans. Il présente des émissions de radio et de télévision (y compris sur RT). C’est un célèbre réalisateur, écrivain et tribun.)

Notes de la traduction :

[1] Un « partial government shutdown », une fermeture partielle des services fédéraux des USA, a été décrétée pour une durée de 19 jours en réponse à l’opposition du Parti démocrate à la construction du mur de Trump.

[2] L’enquête de Mueller, dite « Russiagate » et menée depuis le 17 mai 2017, cherche à établir la preuve d’une collusion entre la Russie et Trump dans le but de le faire élire. En l’absence de preuves formelles, elle a élargi le champ de ses investigations etinculpé plusieurs personnes de l’entourage de Trump sous divers chefs d’accusation, dont des fraudes fiscales et bancaires, des mensonges sous serment, du blanchiment d’argent, de la subornation de témoins, du détournement de fonds, des financements étrangers illégaux, etc. Il semble que ces derniers jours, l’enquête ait révélé l’existence d’un milliardaire russe devenu informateur du FBI sous Obama, et qui serait lié à Trump. A suivre.

[3] « Integrity Initiative » : A la suite de fuites, les Britanniques ont eu la surprise de découvrir, il y a quelques semaines, que les méga-campagnes de diabolisation contre Jeremy Corbyn, RT, la Russie, etc, qui faisaient les Unes de leurs médias avaient été organisées par le gouvernement britannique… sur l’argent des contribuables.

[4] Allusion à la célébrissime citation d’Antonio Gramsci, « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ».

Source: RT sous le titre Fall of Empires: London, Washington & Paris on brink of collapse (by George Galloway)

La gauche- caviard du PQ se porte bien:Pauline Marois vend son majestueux penthouse pour 4,6 millions $

On savait bien que Pauline Marois avait de la classe et s’élevait très haute au-dessus du bas-peuple qu’elle avait administrée… mais on était loin de se douter de la majestuosité étonnante de son chez-soi! L’ancienne première ministre du Québec vient de vendre son somptueux penthouse pour 4,6 millions $, 2 millions $ de plus que leur coût d’achat il y a cinq ans, selon le Journal de Montréal. 

Salon de la maison

 

 

C’est un médecin américain fortuné qui est récemment devenu le nouveau propriétaire de ce prestigieux condo de style new-yorkais proposant « 4906 pieds carrés d’un luxe inégalé couronné d’une superbe terrasse sur le toit de plus de 2000 pieds carrés », qui comporte notamment une cuisine et un vaste espace de réception et de relaxation. 

Ce dernier se situe dans le Vieux-Montréal et est constitué de deux chambres à coucher et trois salles de bains. Selon la courtière de Sotheby’s Liza Kaufman, Pauline Marois et son mari Claude Blanchet auraient décidé de se construire une autre maison, malgré l’amour éprouvé pour cette propriété achetée en 2013 de Maxime Rémillard, grand patron de V Télé. 

Pauline Marois et Claude Blanchet…vous vous souvenez de son conjoint?

 

Voici une série de photos prises à l’intérieur de cette fameuse maison de luxe:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N’est-ce pas que c’est payant de profiter du peuple  quand on fait partie de l’élite bourgeoise de gauche:la gauche-caviard comme je l’appelle!

 

 

 

Divulgation de documents:Comment un dossier sensationnel non vérifié est devenu une crise pour Donald Trump

Le bâtiment de Londres abritant Orbis Business Intelligence, une société de renseignements commerciaux créée par un ancien officier des services de renseignements britanniques, qui a rassemblé un dossier de recherche de l’opposition sur le président élu Donald J. Trump.

 

 

Il y a sept mois, un ancien espion britannique respecté, Christopher Steele, a remporté un contrat portant sur la constitution d’un dossier sur les liens de Donald J. Trump avec la Russie. La semaine dernière, les détails explosifs – récits non corroborés de fous avec des prostituées, transactions immobilières censées être des pots-de-vin et coordination avec les services de renseignement russes du piratage de démocrates – ont été résumés pour M. Trump dans une annexe à un rapport de renseignement hautement secret .

Les conséquences sont incalculables et se joueront bien après la journée d’inauguration. La nouvelle du résumé, qui a également été transmise au président Obama et aux dirigeants du Congrès, a été divulguée à CNN mardi et le reste des médias a suivi avec des reportages sensationnels.

M. Trump a dénoncé les affirmations non prouvées mercredi comme étant une fabrication, un frottis à la nazie concocté par des « personnes malades ». Cela a encore miné sa relation avec les agences de renseignement et jeté une ombre sur la nouvelle administration.

Tard mercredi soir, après s’être entretenu avec M. Trump, James R. Clapper Jr., directeur des services nationaux de renseignement, a publié une déclaration dans laquelle il décriait les fuites et affirmait dans le dossier de M. Steele que les agences de renseignement n’avaient «pas jugé les informations contenues dans ce document sont fiables. »M. Clapper a suggéré que les responsables des services de renseignements l’avaient tout de même partagé pour donner aux décideurs politiques« une image la plus complète possible de tout ce qui pourrait affecter la sécurité nationale ».

Certaines parties de l’histoire restent hors de portée – le plus critique, c’est la question fondamentale de savoir dans quelle mesure le dossier est vrai. Mais il est possible de rassembler un récit approximatif de ce qui a conduit à la crise actuelle, y compris des questions persistantes sur les liens qui unissent M. Trump et son équipe à la Russie. L’épisode offre également un aperçu de la face cachée des campagnes présidentielles, impliquant des détectives privés à louer recherchant le pire qu’ils puissent trouver sur le prochain dirigeant américain.

L’histoire a commencé en septembre 2015, lorsqu’un riche donateur républicain qui s’opposait fermement à M. Trump a engagé des fonds pour embaucher une firme de recherche à Washington dirigée par d’anciens journalistes, Fusion GPS, afin de constituer un dossier sur les scandales et les faiblesses du magnat de l’immobilier selon une personne familière avec l’effort. La personne a décrit les travaux de recherche de l’opposition sous le couvert de l’anonymat, en citant le caractère instable de l’histoire et la probabilité de futurs litiges. L’identité du donneur n’est pas claire.

Glenn Simpson avait été accusé et reconnu coupable d’avoir menti au Congrès.

Fusion GPS, dirigé par un ancien journaliste du Wall Street Journal connu pour son reportage obstiné, Glenn Simpson, travaille le plus souvent pour des clients professionnels. Mais lors des élections présidentielles, des candidats, des organisations de partis ou des bailleurs de fonds engagent parfois le cabinet dans le but de faire du «politique oppo» politique – en abrégé recherche de l’opposition – parallèlement.

Il s’agit d’un travail de routine et consiste généralement à créer une grande base de données consultable contenant des informations publiques: reportages passés, informations de procès et autres données pertinentes. Pendant des mois, Fusion GPS a rassemblé les documents et rassemblé les fichiers du passé de M. Trump dans les domaines des affaires et du divertissement, une cible riche.

Hillary Clinton dans une de ses crises d’hystérie.

Après que M. Trump soit devenu le candidat présumé au printemps, l’intérêt républicain de financer l’effort a pris fin. Mais les partisans démocrates de Hillary Clinton étaient très intéressés et Fusion GPS continuait à faire les mêmes plongées profondes, mais pour le compte de nouveaux clients.

 

En juin, la teneur de l’effort a soudainement changé. Le Washington Post a rapporté que le Comité national démocrate avait été piraté, apparemment par des agents du gouvernement russe, et un personnage mystérieux se faisant appeler «Guccifer 2.0» a commencé à publier les documents volés en ligne.

M. Simpson a embauché M. Steele, un ancien officier des services de renseignements britanniques avec lequel il avait déjà travaillé. M. Steele, au début de la cinquantaine, avait servi comme agent d’infiltration à Moscou au début des années 90 et était plus tard le principal expert de la Russie au siège de Londres du service d’espionnage britannique, le MI6. Lorsqu’il a démissionné en 2009, il a créé sa propre société de renseignements commerciaux, Orbis Business Intelligence.

Selon des personnes qui les connaissent, l’ancien journaliste et l’ancien espion avaient des vues tout aussi sombres sur le président russe Vladimir V. Poutine, ancien officier du KGB, et sur les diverses tactiques utilisées par lui et ses agents des services de renseignement cibles.

Vladimir Poutine

En tant qu’ancien espion qui avait pratiqué l’espionnage en Russie, M. Steele n’était pas en mesure de se rendre à Moscou pour étudier les relations de M. Trump dans ce pays. Au lieu de cela, il a embauché des russophones pour appeler des informateurs en Russie et a également noué des contacts clandestins avec ses propres relations dans le pays.

M. Steele a présenté ses conclusions dans une série de notes de service, de quelques pages chacune, qu’il avait commencé à transmettre à Fusion GPS en juin et qu’il avait poursuivi au moins jusqu’en décembre. À ce moment-là, les élections étaient terminées et ni M. Steele ni M. Simpson n’étaient payés par un client, mais ils n’ont pas arrêté ce qu’ils considéraient être un travail très important. (M. Simpson a refusé de commenter cet article et M. Steele n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.)

Les mémos décrivaient deux opérations russes différentes. Le premier était un effort de plusieurs années visant à trouver le moyen d’influencer M. Trump, peut-être parce qu’il avait des contacts avec des oligarques russes que M. Poutine souhaitait suivre. Selon les mémos de M. Steele, il a utilisé une panoplie de tactiques habituelles: rassemblement de «kompromat», documents compromettants tels que des cassettes présumées de M. Trump avec des prostituées dans un hôtel de Moscou et des propositions de contrats intéressants pour lui.

L’objectif n’aurait probablement jamais été de faire de M. Trump un agent connaissant de la Russie, mais de faire de lui une source susceptible de fournir des informations à des contacts russes amicaux. Mais si M. Poutine et ses agents voulaient emmêler M. Trump à l’aide de contrats commerciaux, ils ne l’ont pas fait avec beaucoup de succès. M. Trump a déclaré qu’il ne possédait aucune propriété majeure dans ce pays, bien qu’un de ses fils ait déclaré lors d’une conférence sur l’immobilier en 2008 que «beaucoup d’argent» «affluait de la Russie».

 

 

Comment Facebook peut collecter certaines données même si vous n’êtes pas inscrit

Une étude de l’ONG de défense de la vie privée Privacy International révèle que de nombreuses applications pour mobile populaires envoient des données à Facebook quand bien même un utilisateur n’a pas de compte sur le réseau social.

figarofr: L'entreprise collecte un grand nombre de données via des applications partenaires et desL’entreprise collecte un grand nombre de données via des applications partenaires et des

Ne pas être sur Facebook n’empêche pas le réseau social le plus puissant au monde de collecter des informations sensibles sur vous. L’ONG de défense de la vie privée Privacy International l’a prouvé une nouvelle fois en dévoilant le 29 décembre dernier qu’une dizaine d’applications populaires sur Android transmettaient des données à Facebook sans que l’utilisateur n’en soit informé et ce, même s’il n’était pas inscrit sur le réseau social.

Des applications comme SpotifyCandy CrushDuolingo ou encore Kayak ont en effet installé un outil informatique qui programme automatiquement le transfert de données vers le réseau social. Ces données dites «techniques» comportent par exemple le nom de l’application téléchargée, si elle a été ouverte, le modèle et le nom du téléphone, la langue sélectionnée… Associées à l’identifiant publicitaire de Google, dont chaque internaute est doté, elles permettent de dresser un profil relativement complet de la personne à qui l’on a affaire. Et de lui proposer de la publicité ciblée, y compris en fonction de critères ethniques ou religieux pourtant particulièrement encadrés en France.

«Par exemple, un individu qui a installé […] Qibla Connect [une application de prière pour musulmans], Period Tracker Clue [une application de suivi des règles], Indeed [une application de recherche d’emploi] et My Talking Tom [une application pour enfants] pourrait faire être profilé comme étant probablement une femme, probablement musulmane, probablement en recherche d’emploi, probablement mère de famille.» rapportent les auteurs de l’étude. D’après leurs conclusions, 61 % des 34 applications les plus populaires d’Android envoient des informations à Facebook dès leur première ouverture, mais il demeure impossible de savoir comment ces données sont utilisées par Facebook.

Dans les filets de Facebook

Facebook estime qu’il ne peut être tenu pour responsable de ce transfert de données que d’aucuns pourraient trouver indésirable. C’est selon lui aux développeurs d’applications d’informer de la collecte des données et de veiller à bien obtenir le consentement avant de les transférer à Facebook. Sauf que, comme le rappelle Libération, l’envoi de ces données s’est longtemps fait automatiquement, avant même d’obtenir ce précieux consentement pourtant exigé par le règlement européen sur la protection des données (RGPD). Après l’entrée en vigueur de ce texte en mai dernier, certains développeurs avaient alors signalé à Facebook que cette transmission s’opérait avant même que l’internaute n’ait pu donner son autorisation. «Ce n’est qu’un mois plus tard que le géant de Menlo Park a mis à jour son kit de développement logiciel, qui inclut désormais la possibilité de retarder la collecte de données jusqu’au recueil du consentement», rapporte le journal.

Au-delà du seul monde des applications, Facebook recueille un nombre considérable d’informations sur le web grâce à des cookies installés sur près de deux tiers des sites Internet au monde. Les petits boutons «j’aime», incontournables sur les sites Internet, servent aussi à collecter des informations. Enfin, nombre d’internautes pensent que supprimer son profil suffit pour échapper aux filets de Facebook, mais oublient parfois que l’entreprise possède aussi WhatsApp et Instagram, deux précieux outils pour collecter des informations.

Le pare-feu, unique protection à l’heure actuelle

Enfin, il n’est pas facile pour l’utilisateur d’échapper à ces transferts de données. Les applications ne le permettent pas. L’unique moyen à ce jour est d’utiliser des applications de filtrage de trafic comme NetGuardou AFWall+. Mais celles-ci ne sont pas simples à paramétrer et nécessitent parfois de rooter le smartphone.

Facebook n’est pas le seul à collecter des données par le biais d’un SDK. Le grand maître en la matière est Google. Une étude réalisée en octobre 2018 par des chercheurs d’Oxford a montré que les modules et trackers de ce géant du Web étaient inclus dans 88 % des applications Android, contre 42 % pour Facebook. Se ruer sur les smartphones d’Apple n’est pas forcément une solution non plus, car il est probable que cette collecte existe également sur iOS…  

 

 

 

Sur Android, Facebook vous surveille que vous ayez un compte ou non