Le Conseil juif d’AIPAC « plein de mensonges et de menteurs » déclare le Conseil pour l’intérêt national

Dans un article sur la Revue Unz , Giraldi, qui dirige le groupe de défense des droits sans but lucratif et non partisan aligné sur le Conseil pour la Fondation pour l’intérêt national, fondé en 1989 par les anciens membres du Congrès Paul Findley et Pete McCloskey, a déclaré que Les politiciens américains ont pris la parole et il est tout à fait raisonnable de constater que cette réunion constituait le rassemblement le plus puissant de personnes vouées à la promotion des intérêts d’un pays étranger jamais vu dans aucun pays de l’histoire du monde. « 

Le lobby juif du Comité américain des affaires publiques américain (AIPAC), récemment achevé, vient de terminer son sommet annuel à Washington – et était rempli de mensonges et de menteurs, selon le président du Conseil de l’intérêt national, Philip Giradi.

Cependant, a déclaré Giraldi, il y a «un certain nombre de choses qu’il faut comprendre à propos de l’État juif d’Israël et de son puissant lobby national américain.

« Tout d’abord, l’accusation selon laquelle les actions du Lobby (désignées par des majuscules en raison de son unicité et de son pouvoir) implique inévitablement une double allégeance, voire une singulière, fondée sur la religion ou la tribu dans un pays où le lobbyiste ne réside pas réellement, est complètement opposée. corriger par définition ce qu’est l’AIPAC et pourquoi il existe.

« Il prétend œuvrer pour » garantir la sécurité, la force et la sûreté de l’État juif « par » l’aide étrangère, les partenariats gouvernementaux [et] les efforts conjoints de lutte contre le terrorisme… « , qui impliquent tous les États-Unis en tant que donateur et Israël en tant que le récipient.

«Etre citoyen d’un pays n’est pas simplement un accident de naissance. Cela exige de la loyauté envers les intérêts de ce pays et de ses concitoyens. Deux pays n’ont pas les mêmes intérêts, ce qui est particulièrement vrai dans le cas d’Israël, une autocratie ethno-religieuse, et des États-Unis, où le Lobby s’efforce assidûment de contraindre le gouvernement américain à tous les niveaux à adopter des positions favorables à Israël et aux peuples. presque toujours préjudiciable aux intérêts américains », a-t-il poursuivi.

Deuxièmement, Giraldi a déclaré: «Il y a l’affirmation selon laquelle Israël profite à la sécurité américaine. C’est aussi un mensonge.

«Les relations entre Washington et Israël, qui est plus infime que jamais, constituent un handicap majeur qui a toujours nui aux intérêts régionaux et mondiaux des États-Unis.

«Les récentes décisions de déplacer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem et de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan étaient mal conçues et ont été condamnées par la communauté internationale, y compris par presque tous les véritables alliés proches de l’Amérique.

«L’amiral Thomas Moorer et le général David Petraeus ont souligné à la fois le tort causé par le lien entre Israël et la formulation de la politique à Washington et aux troupes américaines basées au Moyen-Orient. ont sur notre gouvernement, ils se lèveraient dans les bras. Nos citoyens n’ont certainement aucune idée de ce qui se passe.

«Petraeus s’est plaint à un comité du Sénat que le favoritisme des États-Unis envers Israël mettait en danger les soldats américains basés au Moyen-Orient. Il fut cependant rapidement contraint de se rétracter.

« L’ancien directeur adjoint de la CIA, l’amiral Bobby Inman, a également rejeté l’affirmation selon laquelle Israël est un atout pour la sécurité. » Les espions israéliens ont fait plus de dégâts et ont davantage endommagé les États-Unis que les agents de renseignement de tous les autres pays réunis. la plus grave menace à notre sécurité nationale.

«Inman faisait référence à l’espion juif américain Jonathan Pollard, qui a volé pour Israël une pièce remplie d’informations de la défense parmi  les plus hautement classifiées.

«Des espions israéliens, dont l’actuel Premier ministre Benjamin Netanyahu et le producteur de films hollywoodien Arnon Milchan, ont également participé au vol systématique d’uranium de qualité militaire et de déclencheurs nucléaires dans les années 1960 afin qu’Israël puisse créer en secret un arsenal nucléaire.

« Pour sa part, le FBI, dans son rapport annuel de contre-espionnage, identifie systématiquement Israël comme le pays » ami « qui espionne le plus obstinément contre les agents américains du FBI. 

«Troisièmement, il existe un mythe selon lequel les États-Unis et Israël partagent des« valeurs communes », ce qui veut dire que les deux démocraties sont des démocraties libérales où la liberté et les droits de l’homme prévalent, des phares de lumière offrant un leadership éclairé dans un monde où la tyrannie menace à tous les égards. tour. »

Giraldi a souligné que ce dernier mensonge avait été « souligné dans les remarques liminaires du week-end dernier par Howard Kohr, directeur exécutif de l’AIPAC, qui a décrit Israël comme » un pays qui s’efforce toujours d’être meilleur, plus juste et fidèle au message de ses fondateurs, à la liberté de religion pour les personnes de toutes les religions. Nous faisons notre travail à la vue de tous. Ce qui unit notre mouvement pro-israélien, c’est la passion de rapprocher les États-Unis et Israël, dans l’intérêt de tous et de tous. Nous ressemblons à l’Amérique parce que nous sommes l’Amérique. « 

Giraldi a ajouté que Kohr et le lobby juif ignoraient « bien sûr » l’hypocrisie juive concernant une norme pour Israël et les Juifs, plus une norme pour tous les autres. Elle fonctionne pratiquement à l’air libre si l’on sait où regarder.

« Morton Klein de l’Organisation sioniste des États-Unis, qui avait déjà tweeté sur un » arabe sale « , a été interrogé par le journaliste Nathan Thrall. Israël à faire de même.

«Il a répondu ‘Israël est une situation unique. C’est vraiment un état juif qui nous a été donné par Dieu. Dieu n’a pas créé d’état pour les Blancs ni pour les Noirs. ‘

«Le sénateur Charles Schumer, dirigeant de la minorité démocrate, qui se présente comme le« shomer »ou le gardien du Sénat pour les juifs américains, avait un point de vue légèrement différent: ‘ ne crois pas en la Torah. C’est donc la raison pour laquelle il n’y a pas de paix. ‘

«Mais Kohr, Klein et Schumer savent tous aussi bien que quiconque que des Juifs israéliens, fortifiés par leur prétention d’être un« peuple choisi », ne sont pas interchangeables avec les Américains contemporains, ou du moins pas » comme « les Américains qui se soucient encore de leur pays.

«Il existe en Amérique des centaines d’organisations pro-israéliennes pour la plupart juives, dotées d’un budget total de 16 milliards de dollars, qui propagent et défendent activement les intérêts israéliens en ignorant ou en mentant les inconvénients de leur relation.

«La filiale de l’Université du Michigan appartenant à l’organisation de campus Hillel International possède à elle seule un siège de plusieurs étages doté d’un budget de 2 millions de dollars et emploie 15 personnes. Elle accueille un émissaire de l’Agence juive pour Israël, une entreprise promotionnelle soutenue par le gouvernement israélien.

«Alors, quel est le sens du terme« américain »dans AIPAC? Exiger un test décisif entre le religieux et l’ethnie pour obtenir la citoyenneté à part entière et les droits est israélien et non américain.

«Avoir des comités d’admission des gouvernements locaux capables d’interdire les citoyens israélo-palestiniens sur la base de leurs » qualités sociales « ne serait pas acceptable pour la plupart des Américains.

«Exiger un droit israélien unique d’exister tout en le refusant aux voisins d’Israël; démolir des maisons tout en empoisonnant le bétail palestinien et en détruisant des vergers; tirer sur des enfants pour avoir jeté des pierres; et infliger la mort, la terreur et des privations au peuple de Gaza emprisonné sont tous des pratiques courantes pour le gouvernement israélien.

« Israël et l’AIPAC ont poursuivi leur programme sans relâche tout en corrompant le Congrès des États-Unis pour soutenir le gouvernement israélien avec de l’argent et une couverture politique. »

«Israël et des amis comme Kohr accusent systématiquement d’antisémitisme sans fondement contre les critiques tout en légiférant contre la liberté d’expression afin d’éliminer toute critique.

«Cette volonté de libérer Israël de toute critique est devenue la norme aux États-Unis, mais c’est une norme dictée par les intérêts israéliens et ses amis, dont la plupart sont des milliardaires juifs ou des organisations juives faire au profit de l’Etat juif.

« Et le quatrième grand mensonge est que le peuple américain soutient Israël pour des raisons religieuses aussi bien que culturelles, non pas parce que l’argent principalement juif a corrompu notre système politique et nos médias. »

«En effet, de nombreux fondamentalistes chrétiens ont différentes conceptions de ce qu’Israël signifie, mais leur influence est limitée.

« L’Israël-chose est juive dans tous les domaines qui comptent et sa version assainie d’Exodus qui a été vendue au public est essentiellement une fraude complète nourrie par les médias, également contrôlés par les Juifs, par Hollywood et par l’establishment. »

Giraldi a conclu en soulignant que «ce que fait Israël est diabolique, comme cela devient de plus en plus clair. Il essaie de convaincre Washington de faire la guerre à l’Iran, un pays qui ne menace pas les États-Unis, alors que le peuple américain est disposé à continuer à détourner le regard alors que Benjamin Netanyahu utilise des tireurs d’élite pour abattre des manifestants non armés qui meurent de faim. ne pas continuer indéfiniment.

« Il ne faut pas que cela continue et nous, les Américains, devrions faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que cela cesse ».

Donald Trump tout comme Hillary Clinton ,avait fait un brillant exposé devant l’AIPAC durant la campagne de 2016.
Ce qui démontre bien sa grande puissance!

 

 

Nouvel Ordre Mondial Totalitaire:Israël dévoile un système mondial de traçage de l’antisémitisme en ligne

 

Israël a dévoilé ce qu’il disait être une nouvelle technologie mondiale de détection de contenu antisémite sur Internet. 

Le logiciel, appelé ACMS, est « le développement le plus avancé au monde en matière de surveillance de l’antisémitisme en temps réel », a déclaré Naftali Bennet, l’un des principaux ministres israéliens, dans un communiqué . 

Selon le ministre israélien, ACMS suit les messages antisémites de manière globale sur les médias sociaux et peut détecter dans quelle mesure ils ont été partagés, qui les partage, et quels villes et pays produisent le contenu le plus antisémite. 

Cela soulève toutefois un certain nombre de problèmes.

Tout d’abord, il est même légal pour Israël de suivre les citoyens d’autres pays, à leur insu et sans leur consentement, puis d’utiliser leurs informations / données / publications et de les utiliser comme bon leur semble. 

Par exemple, où est-il mentionné dans les «termes et conditions» de FB comment Israël est autorisé à espionner et collecter des données sur les utilisateurs de FB?

Mais le problème beaucoup plus vaste est le fait qu’Israël considère presque toute critique d’Israël comme un «antisémitisme». 

Cela signifie que les personnes qui critiqueront Israël de quelque manière que ce soit se retrouveront peut-être suivies par Israël, leurs profils et leurs noms étant sauvegardés et archivés pour être utilisés par Israël à sa guise.


EN COMPLÉMENT

Le plus grand succès de la propagande israélienne à ce jour est le fait qu’il ait réussi à assimiler la critique de l’État d’Israël, l’antisionisme, à l’antisémitisme.

Récemment, même le président français Emanuel Macron a déclaré que « l’antisionisme est la forme réinventée de l’antisémitisme ». 

Ce que Macron, et ceux qui assimilent la critique d’Israël à l’antisémitisme, ne semble pas savoir ou comprendre, c’est que le sionisme, L’idéologie dominante d’Israël est une idéologie politique et n’a rien à voir avec le judaïsme. 

En fait, de nombreux Juifs du monde entier sont opposés au sionisme. Selon Macron, ces Juifs détestent les Juifs, y compris eux-mêmes, car ils critiquent Israël. 

Je sais que cela semble stupide et ridicule, mais voici comment Macron et les gens qui soutiennent ce point de vue pensent la même chose. 

Mais attendez, cela devient encore plus ridicule et stupide que cela.

Selon Macron et Israël, ces Juifs détestent les autres Juifs parce qu’ils critiquent Israël.

Si vous prenez cet «argument» selon lequel les personnes qui critiquent le sionisme / Israël sont anti-sémites et le réduisent à l’ absurde , cela voudrait dire que les personnes qui critiquent les nazis sont anti-allemandes, celles qui critiquent l’URSS sont anti-russes et celles qui critiquent l’apartheid anti-blancs. 

En fait, le sionisme, tout comme l’apartheid, est une forme de racisme et pratique la discrimination raciale. Cela a été reconnu par le monde entier et par l’ONU en 1975 avec la résolution 3379. La résolution de l’ONU «condamnait le sionisme comme une menace à la paix et à la sécurité mondiales et appelait tous les pays à s’opposer à cette idéologie raciste et impérialiste. Détermine que le sionisme est une forme du racisme et de la discrimination raciale « . 

La résolution a ensuite été annulée en 1991, après des décennies de fortes pressions israéliennes et américaines. 

Cependant, il n’en reste pas moins que Sionsim est une idéologie raciste car elle établit une distinction entre un groupe de personnes habitant la même région uniquement en raison de leur appartenance ethnique / race / religion, plaçant ainsi l’un, les Juifs israéliens, entre l’autre, les Arabes palestiniens. 

Au cours des deux dernières décennies, le gouvernement israélien et son appareil de propagande, le tristement célèbre Etat «Hasbara», ont encouragé et lavé le cerveau des gens avec cette idée absurde selon laquelle toute critique d’Israël ou de sa politique, de ses crimes et de son idéologie raciste antisémite.

Selon Macron et Israël, toute critique d’Israël est un « antisémitisme ».

Si vous vous opposez à l’occupation illégale et criminelle de la Cisjordanie par Israël, qui enfreint le droit international et de nombreuses résolutions antérieures de l’ONU, vous êtes alors un antisémite. Si vous mentionnez qu’Israël a tué environ 2 000 Palestiniens lors de la dernière guerre à Gaza, vous êtes un antisémite. Si vous osez mentionner que les Arabes israéliens sont traités comme des citoyens de seconde classe par l’establishment israélien, cela signifie, vous l’avez deviné, que vous êtes un antisémite. Etc…

Si l’on en juge par les propos du président français, les efforts de propagande israélienne ont été un énorme succès, car si le dirigeant de l’un des pays les plus puissants et les plus avancés d’Europe et du monde répète cette absurdité et ce mot d’ordre israélien à propos de «l’anti-sionisme antisémitisme « dans le monde entier, comment cela pourrait-il être considéré comme un succès total du côté de la propagande israélienne.


 

 

 

Le ministre israélien Naftali Bennet dévoile le système de surveillance électronique de l’ antisémitisme.

Israël affirme que le système utilise la  » définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale de la mémoire de l’Holocauste (International Holocaust Remembrance Alliance) « , controversée et problématique, pour la recherche de contenu. langues. 

Le problème avec ceci est que cette  » définition de l’antisémitisme de l’Alliance Internationale de la Mémoire de l’Holocauste  » est un compromis entre la critique antisémite des Juifs et la critique d’Israël. 

Au cours d’ un essai d’ un mois des ACMS, Israël a dit qu’il a détecté un total de 409.000 messages antisémites par 30.000 utilisateurs avec quelques 10 000 messages antisémites et tweets sur une base quotidienne .

Vous pouvez vous attendre à ce que ce nombre augmente de façon exponentielle alors qu’Israël a déclaré qu’il élargirait la « recherche d’antisémitisme » à la quasi-totalité de l’internet. 

En plus du système de surveillance lui-même, Israël exploitera une « salle de guerre » pour analyser les messages « antisémites » et partagera le contenu avec des sociétés Internet afin qu’il puisse être supprimé. 

Israël a également déclaré qu’il travaillerait avec les autorités d’autres pays pour prendre des « mesures concrètes » contre ceux qui, selon Israël, « propagent la haine » sur Internet.

 

Emmanuel Macron et Serges Dassault: le banquier des Rotschild est le grand ami des sioniste en France!

 

Donald Trump l’illuminé khazare et Benjamin Netanyahou deux grands alliés sionistes ,et mafieux!

Le silence médiatique est gardé sur les milliers de femmes musulmanes violées, torturées et assassinées dans des prisons syriennes

Où sont les médias, l’ONU, les groupes de «droits de l’homme»?

  • La situation des femmes palestiniennes en Syrie est une question qui ne semble pas déranger les dirigeants palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza. Ces dirigeants sont trop occupés à se battre et à inciter à la violence les uns contre les autres, contre Israël et les États-Unis. Ils ont complètement oublié les souffrances de leur peuple dans un pays arabe comme la Syrie.
  • Ces femmes, victimes de viols et de diverses formes de torture dans les prisons syriennes, sont les victimes de dirigeants palestiniens défaillants qui semblent se soucier uniquement de conserver leurs comptes en banque et leurs emplois.
  • Pas un seul responsable du Fatah ou du Hamas – ni des Nations Unies ni des soi-disant groupes de défense des droits de l’homme occidentaux – ne s’est prononcé contre le sort des femmes palestiniennes en Syrie. Pourquoi devraient-ils, alors que tout ce qu’ils font la plupart de leur temps est de se jeter de la boue tout en continuant à inciter leur peuple contre Israël et les États-Unis?
En Syrie,la prioson de Sadnaya est la pire horreur inimaginable conçue par la dictature du régime Assad.

 

 

Pour les femmes palestiniennes en Syrie, il n’y avait aucune raison de célébrer la Journée internationale de la femme, un événement commémoré dans le monde entier plus tôt ce mois-ci. Un rapport publié par une organisation de défense des droits humains, le Groupe d’action pour les Palestiniens de Syrie, a révélé que, dans de nombreux pays, les femmes étaient incarcérées dans des prisons syriennes détenues dans des conditions difficiles.

Selon le Groupe d’action pour les Palestiniens de Syrie, les femmes palestiniennes ont été arrêtées par les autorités syriennes après le début de la guerre civile dans ce pays en 2011. « Les autorités de sécurité syriennes continuent de détenir des dizaines de femmes réfugiées palestiniennes depuis le début de la guerre en Syrie « , a déclaré le Groupe . Les chercheurs du groupe ont déclaré avoir été en mesure de documenter les cas de 107 femmes palestiniennes toujours en détention; 44 de la région de Damas, 12 de la ville de Homs, quatre de la ville de Daraa et 41 de différentes régions de la Syrie.

Parmi les femmes détenues sont des étudiants universitaires, des militants et des mères, dont certains, rapport ajouté , ont été incarcérés avec leurs enfants. Les « témoignages de certaines femmes qui ont été libérés de prison confirment qu’ils avaient été soumis à diverses formes de torture aux mains des agents de sécurité syriens, » le rapport dit . « Il est à noter que les femmes palestiniennes en Syrie ont été arrêtées, enlevées, tuées et handicapées, à la suite du conflit en Syrie qui a éclaté en mars 2011 ».

Image associée
La pédophilie fait déjà partie de la culture de l’Arabie Saoudite.

Un autre rapport du même groupe a révélé que depuis 2011, 34 femmes palestiniennes sont décédées dans des prisons syriennes des suites de la torture. Au total, 570 Palestiniens, y compris des femmes, des enfants et des personnes âgées, sont morts dans les prisons syriennes depuis le début de la guerre civile, a indiqué le rapport .

Une autre statistique a montré qu’un total de 484 femmes palestiniennes ont été tuées en Syrie au cours des combats entre les différentes parties rivales: 240 en raison des bombardements, 68 en raison d’ un manque de soins médicaux et le blocus imposé par l’armée syrienne sur la Le camp de réfugiés de Yarmouk près de Damas, 28 par balles tirées par des tireurs isolés, 37 dans des explosions de bombes, 24 par fusillades, 26 par noyade et cinq qui ont été sommairement exécutés sur des places publiques.

Selon le Groupe, un total de 3920 Palestiniens ont été tués en Syrie depuis le début de la guerre civile en 2011. Un autre 317 Palestiniens ont disparu, alors que les Palestiniens 1734 sont détenus dans différentes prisons appartenant au gouvernement syrien.

Une multitude d’enfants sont nés dans les prisons d’Assad,en Syrie.

Un rapport récent de l’agence de presse turque Anadolu a révélé que des femmes syriennes étaient également torturées et violées dans des prisons syriennes. Anadolu a déclaré que 13 500 femmes détenues par les autorités syriennes ont été soumises à la torture et à des viols en prison. Selon le rapport, 7 000 femmes sont actuellement détenues dans des prisons syriennes.

Deux dictateurs qui se protègent mutuellement:Vladimir Poutine et Bachar Al-Assad.

Une ancienne détenue qui s’est identifiée sous le nom de Rana a déclaré que pendant qu’elle était en prison, les agents de la sécurité syriens ont brûlé vif une femme et sa fille qui étaient détenues dans une cellule voisine. Elle a rappelé que deux autres femmes de la ville d’Alep avaient été violées par des gardiens de prison. Elle a déclaré qu’elle avait elle-même été détenue dans une petite cellule avec 15 autres femmes qui avaient été soumises à diverses formes de torture.

Il y a deux ans, une femme palestinienne de 18 ans qui s’identifiait comme Huda se plaignait d’ avoir été violée à plusieurs reprises alors qu’elle était détenue dans une prison syrienne. Elle a déclaré avoir été arrêtée par des membres du groupe terroriste palestinien Popular Front-General Command, une milice qui travaille avec les autorités syriennes, à l’entrée du camp de Yarmouk où elle vit. Avant que Huda ne soit livrée aux Syriens, ses ravisseurs palestiniens l’ont torturée ainsi que trois autres femmes palestiniennes qu’ils avaient arrêtées.

« Les interrogateurs [syriens] m’ont interrogé sur l’identité des femmes et des hommes dans le camp de Yarmouk … Quand j’ai nié les connaître, ils m’ont battue et m’ont électrocutée. J’ai également été violée pendant 15 jours. violée plus de 10 fois par jour par différents officiers et gardes « .

Dans son témoignage , Huda a déclaré qu’elle était tombée enceinte à la suite du viol, mais avait fait une fausse couche en la battant.

«Je saignais beaucoup et je perdais connaissance… Le viol de femmes détenues était très courant. Une femme a tenté de se suicider à plusieurs reprises et elle se frappait la tête contre le mur de la cellule. Chaque fois, elle perdait conscience pendant des heures . « 

Selon Mme Huda, au cours de son incarcération, elle a été témoin d’ une femme de 20 ans qui était également tombée enceinte après avoir été violée à plusieurs reprises:

« Après avoir accouché, elle ne pouvait plus tolérer de voir le bébé ou de le garder près d’elle dans sa cellule … Elle ne pouvait pas supporter d’entendre les pleurs du bébé, alors elle a essayé de le tuer pour qu’elle ne le voie plus. Quelques jours plus tard, un gardien de prison est venu et a emmené le bébé. « 

La situation des femmes palestiniennes en Syrie est une question qui ne semble pas déranger les dirigeants palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza. Ces dirigeants sont trop occupés à se battre et à inciter à la violence les uns contre les autres, contre Israël et les États-Unis. Ils ont complètement oublié les souffrances de leur peuple dans un pays arabe comme la Syrie.

Résultats de recherche d'images pour « situation des femmes musulmanes violées et torturées dans les prisons en Syrie »

Au cours des deux dernières semaines, la rivalité entre la faction Fatah au pouvoir en Cisjordanie et le Hamas à Gaza semble avoir atteint un nouveau sommet, en particulier après que le Hamas aurait brisé les os de dizaines de partisans du Fatah et de responsables dans la bande de Gaza .

Le Hamas a accusé le Fatah d’être derrière les récentes manifestations contre les difficultés économiques qui ont balayé la bande de Gaza. Dans le cadre de ses efforts pour réprimer les manifestations, le Hamas a envoyé ses agents de sécurité dans les rues pour casser les bras et les jambes de nombreux manifestants. Une des victimes était Atef Abu Seif, le porte-parole du Fatah dans la bande de Gaza, qui a été kidnappé et sévèrement battu. Il reste dans un état grave, les bras et les jambes cassés. Le Fatah dit que le Hamas était derrière l’attaque.

Les responsables du Fatah ont réagi à la répression exercée par le Hamas en appelant le Hamas une organisation terroriste et en comparant ses forces de sécurité à la police secrète de l’Allemagne nazie, la Gestapo. Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a également réagi avec fureur face à la répression de ses partisans dans la bande de Gaza. Le Hamas, a- t- il dit , « se retrouvera dans la poubelle de l’histoire ».

Plus de 13,000 femmes syriennes ont été assassinées en 3 ans.

Pour les femmes palestiniennes en Syrie, le différend en cours entre le Fatah et le Hamas est la dernière chose dont elles semblent se soucier. Ces femmes, victimes de viols et de diverses formes de torture dans les prisons syriennes, sont les victimes de dirigeants palestiniens défaillants qui semblent se soucier uniquement de conserver leurs comptes en banque et leurs emplois. Pas un seul responsable du Fatah ou du Hamas – ni des Nations Unies ni des soi-disant groupes de « défense des droits de l’homme » – ne s’est prononcé contre le sort des femmes palestiniennes en Syrie. Pourquoi devraient-ils, alors que tout ce qu’ils font la plupart de leur temps est de se jeter de la boue tout en continuant à inciter leur peuple contre Israël et les États-Unis?

Un article de Bassam Tawil (quelque part au Moyen Orient)

 

 

L’exode accompagnée par les enfants ,devient la dernière voie de salut!

 

 

CONSTRUCTION D’UNE MOSQUÉE EN RUSSIE : RÉPONSE DE POUTINE AU ROI D’ARABIE SAOUDITE

Le 30 novembre 2018,la rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane n’est pas passée inaperçue au sommet du G20 à Buenos Aires, en Argentine. Les images de leur poignée de main ont fait le tour de la planète.

Mohammed ben Salmane faisait une première grande apparition sur la scène internationale depuis le scandale entourant le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. Accusé ou soupçonné d’avoir commandité l’assassinat, «MBS» a aussi vu sa réputation entachée par le rôle que joue l’Arabie saoudite dans l’interminable et sanglant conflit yéménite.

Or, loin de se trouver ostracisé en Argentine, ou d’être traité en «paria» comme le prédisaient certains experts, le prince héritier a été au contraire très entouré.

Une vidéo le montre avec le président russe Vladimir Poutine, lui aussi critiqué, cette fois pour avoir remis le feu aux poudres du conflit ukrainien.

Image associée
Même Macron y était!

Mais ce qui frappe le plus,c’est l’édifiant dialogue qui suit. Ce que j’en ai  pensé est simple : Lorsque de tels propos seront tenus par des autorités politiques qualifiées, au sujet des prétentions de l’Islam au Québec, nous serons largement tirés d’affaire, au moins s’agissant des problèmes et tragédies que nous subissons du fait de l’immigration musulmane massive que nous pouvons facilement sentir à Montréal et dans plusieurs villes,depuis quelques années.

 Vladímir Vladímirovich Poutine Président de la Russie, a reçu à Moscou la visite du roi d’Arabie Séoudite. Avant de partir, le roi Salmane lui a dit qu’il voulait acheter un grand terrain et construire, bien sûr avec de l’argent entièrement arabe, une grande mosquée dans la capitale russe. « Aucun problème », a répondu Poutine, « mais à une condition : que vous autorisiez que soit construite également, dans votre capitale arabe, une grande église orthodoxe ».  

« Cela ne peut pas être », dit le roi arabe. « Pourquoi ? » a demandé Poutine.   

« Parce que votre religion n’est pas la vraie et nous ne laissons pas tromper le peuple. 

– Je pense la même chose de votre religion et, cependant, je vous permettrais de construire votre temple s’il y a réciprocité. Par conséquent, nous avons là épuisé ce sujet.» 

Mais Poutine ne s’arrête pas là. Dans un discours devant le Parlement russe, se référant à des tensions avec les minorités ethniques, il dit : « En Russie vivez en tant que que Russes ! Toute minorité, d’où qu’elle vienne, qui veut vivre en Russie, travailler et manger en Russie, doit parler russe et respecter les lois russes. S’ils préfèrent la Charia et vivre une vie de musulmans, nous leur conseillons d’aller des lieux où ce soit la loi de l’État. La Russie n’a pas besoin des minorités musulmanes ; ces minorités ont besoin de la Russie et nous ne leurs garantissons pas de privilèges spéciaux pas plus que nous n’essaierons de changer nos lois, en les adaptant à leurs souhaits. Les traditions et coutumes russes ne sont pas compatibles avec le manque de culture et les formes primitives de la Charia et l’Islam. » 


EN COMPLÉMENT:

En 2015,Vladimir Poutine inaugurait la plus grande mosquée d’Europe à Moscou

 

La plus grande mosquée d’Europe se trouve à Moscou. Le président russe Vladimir Poutine a inauguré ce mercredi la Grande mosquée de Moscou, vaste de 19 000 m² et qui peut accueillir 10 000 personnes. L’islam est la deuxième religion en Russie, avec quelque 20 millions de fidèles, après l’église orthodoxe qui jouit toujours d’une grande influence spirituelle et politique. « La Russie est un pays multiconfessionnel dans lequel, et je tiens à le souligner, l’islam est une des religions traditionnelles », a expliqué Vladimir Poutine dans son discours inaugural. « Cette mosquée sera une source pour propager les idées humanistes et les vraies valeurs de l’islam », a-t-il ajouté, contrairement à l’organisation État islamique (EI) qui selon lui « dénature l’islam ».

 

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas assistait à l’inauguration, ainsi que le président turc Recep Tayyip Erdogan, avec qui Poutine s’est ensuite entretenu à huis-clos, pour évoquer tant l’EI que le projet de gazoduc Turkish Stream.

Installée près du centre-ville de la capitale russe, la Grande Mosquée de Moscou a été construite en lieu et place d’une veille mosquée, datant de 1904. 170 millions de dollars ont été réunis pour la bâtir, dont plusieurs dizaines de millions par un oligarque du Daguestan, selon le premier vice-président du Conseil des muftis de Russie, Rouchan Abbiassov, cité par l’agence de presse russe Interfax.

 

 

 

 

«Le grand remplacement» signifie l’extermination de la race blanche à travers l’immigration de masse

L’expression « Grand Remplacement » – dans les nouvelles qui suivent son utilisation par le tireur de mosquée néo-zélandaise Brenton Tarrant – signifie exactement cela: l’extermination de la race blanche dans ses patries historiques par le biais de l’immigration de masse du tiers monde, processus qui a laissé son chemin, Les Blancs tomberont en minorité dans la plupart des États d’Europe occidentale, d’Amérique du Nord, d’Australie et de Nouvelle-Zélande au cours des 30 ou 40 prochaines années – puis seront complètement étouffés jusqu’à disparaître quelques décennies plus tard.

 

 

Bien que les médias libéraux nient que cela soit la réalité – parce qu’ils font partie du grand plan visant à rendre possible ce processus d’extermination – tous les faits montrent clairement que les Blancs sont en train d’être remplacés dans toutes les régions de leur pays et que seuls les menteurs des médias contrôlés oserait prétendre le contraire.


Aux États-Unis d’Amérique, par exemple, selon les prévisions officielles du US Census Bureau de mars 2018 , les États-Unis devraient devenir majoritairement non-blancs d’ici 2045 – ou dans seulement 27 ans.


Au cours de cette année, le US Census Bureau a déclaré que les « Blancs » représentaient 49,7% de la population, contre 24,6% pour les Hispaniques, 13,1% pour les Noirs, 7,9% pour les Asiatiques et 3,8% pour la population multiraciale.

Un caravane d’invasion traversant le Mexique vers les USA,en 2018.

 

Étant donné que les non-Blancs en tant que groupe sont plus jeunes que les Blancs, le point de basculement de la minorité blanche vient plus tôt pour les groupes d’âge plus jeunes. Les projections du recensement indiquent que, pour les jeunes de moins de 18 ans – la population post-millénaire – les non-Blancs seront plus nombreux que les Blancs en 2020 – dans moins de deux ans.

Pour les 18-29 ans – les membres de la population active plus jeune et les populations en âge de voter – le point de basculement aura lieu en 2027.

En 2060, les projets de recensement ne compteront que pour 36% des moins de 18 ans, contre 32% pour les Hispaniques.

Cette prédiction utilise la définition fédérale infâme du «blanc» (qui est « une personne ayant ses origines dans l’un des peuples d’origine de l’Europe, du Moyen-Orient ou de l’Afrique du Nord »). Ainsi, le nombre réel de Blancs sera encore moins que les statistiques officielles.

 

En Europe occidentale, le même scénario se déroule à peu près. En Grande-Bretagne, par exemple, le nombre d’élèves non blancs dans les écoles primaires du Royaume-Uni en 2012 représentait 27,1% du total des écoles primaires et 23,4% dans les écoles secondaires. À ce taux de reproduction, les non-Blancs représenteront la majorité de la population âgée de moins de 21 ans au Royaume-Uni d’ici 2030, soit dans dix ans seulement.

Selon les statistiques officielles publiées par le ministère britannique de l’Éducation , les enfants britanniques blancs ont été nettoyés de manière ethnique de la plupart des écoles du Grand Londres, de Birmingham, de Manchester et de certaines parties du South Yorkshire et de l’Est du Lancashire, avec au moins 1 755 sur neuf écoles à travers le pays, où la majorité des élèves sont «non anglophones».

Globalement, étant donné l’immigration massive de non-Blancs en Grande-Bretagne depuis les années 1960, le peuple britannique blanc deviendra une minorité absolue dans son pays d’ici à 2066 – au plus tard et probablement plus tôt.

 

Comme l’a signalé le professeur David Coleman, les chiffres de l’Office of National Statistics (ONS) montrent que «aux niveaux d’immigration actuels» (ce qui a été écrit en 2010), la proportion de la population blanche née au Royaume-Uni passera de 80% à 59% en 2051.

«Sur ces hypothèses, la population« blanche britannique »tomberait à 45 millions d’ici 2051», a écrit le professeur Coleman. «Si les hypothèses devaient être maintenues, la population« blanche britannique »de Grande-Bretagne deviendrait la minorité après 2066 environ.»

Fait important, il a ajouté qu’il s’agissait d’un «jalon qui serait franchi beaucoup plus tôt chez les jeunes groupes d’âge». L’argument du professeur Coleman sur la propagation de l’âge est d’une importance vitale pour comprendre l’ampleur du remplacement démographique racial des Britanniques blancs.

 

En 2014, par exemple, l’âge médian en Grande-Bretagne était de 40 ans et environ 58% de la population était plus âgée que cela, selon les chiffres officiels de l’Office for National Statistics .

Cela signifie que dans les 35 prochaines années, la majorité de cette population sera morte ou sur le point de l’être – et les générations plus jeunes, qui, comme l’a souligné le professeur Coleman, sont en majorité écrasées par les non-blancs, les auront remplacées.

En d’autres termes, l’effondrement racial et démographique se produira soudainement, à mesure que disparaîtra la population blanche âgée, un facteur qui s’accélère rapidement du fait de «l’immigration non-blanche» croissante et en cours, confirmée par le fait seulement 79% du total en 2011.

En juin 2016, le professeur Coleman a répété sa prédiction dans le magazine Standpoint. Son article, intitulé « L’immigration incontrôlée signifie Finis Britanniae », disait que «la croissance démographique rapide, tirée par la plus forte immigration de notre histoire, déstabilise et transforme sa population, son environnement et sa composition ethnique en quelque chose de tout à fait nouveau» que «la migration a représenté globalement 85% de la croissance de la population entre 2001 et 2012».

Le professeur Coleman a souligné que, lors du «recensement de 1991», la population non-blanche, principalement d’origine immigrée après 1960, s’élevait à 3 millions, soit 6% de la population totale en Angleterre et au pays de Galles. En 2011, ce chiffre était passé à près de 8 millions, soit 14% du total.

«Ceux qui se décrivaient comme des« Britanniques blancs »représentaient 88% de la population totale en 2001.

«Mais lors du recensement de 2011, la population« blanche britannique »en Angleterre et au pays de Galles avait diminué de 400 000 personnes, tandis que la population non blanche avait augmenté de plus de trois millions, et la population se présentant comme blanche mais non britannique (beaucoup d’Europe orientale) avait augmenté d’un peu plus d’un million.

«En 2010, j’avais fait une prévision: si l’immigration restait à son taux à long terme d’environ 180 000 personnes par an, la population née en Grande-Bretagne de race blanche passerait de 80% à 59% en 1951 , Poursuivit le professeur Coleman.

«Si l’on prend la projection à une distance plus incertaine, la population britannique blanche cesserait d’être la majorité au Royaume-Uni à la fin des années 2060.

«Toutefois, si les taux d’immigration élevés actuels persistaient pendant un certain temps, cette date se rapprocherait du présent. La Grande-Bretagne deviendrait alors méconnaissable pour ses habitants actuels.

«Certaines personnes se féliciteraient d’une nouvelle expérience courageuse, pionnière d’un avenir mondial plus vaste. D’autres, cependant, pourraient dire « Finis Britanniae ». « 

En France, Charles Gave, économiste et gestionnaire de fonds, écrivant pour le groupe de réflexion Institute des Libertés , soulignait qu’en 2057 – soit au plus 40 ans – la France et l’Europe occidentale (qu’il a appelées «la vieille Europe») une majorité de population non blanche à majorité musulmane.

« Et ainsi, dans 40 ans au plus tard, il est presque certain que la majorité de la population sera musulmane en Autriche, en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Belgique et en Hollande », a-t-il écrit. « Encore une fois, ce ne sont pas des prédictions, mais des calculs, et je n’appelle même pas de nouveaux immigrants. »

 

Le rythme pourrait être accéléré compte tenu de la migration continue des Musulmans en France et dans d’autres États d’Europe occidentale, soit par le biais de procédures légales régulières, soit de faux réfugiés arrivant en Europe du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

«Notre été sera vraiment terminé lorsque les données démographiques changeront, tout simplement parce que nous serons devenus une minorité dans nos propres pays et que la majorité ne s’intéressera plus aux jeremiads de 68 ans, dont les auteurs seront tous retraités mort », a-t-il écrit.

«La grande nouvelle des 30 ou 40 prochaines années sera donc la disparition des populations européennes, dont les ancêtres ont créé le monde moderne. Et avec ces populations, disparaîtront les nations européennes diverses et complémentaires qui ont fait un immense succès du vieux continent depuis au moins cinq siècles. ”

 

En Australie, le même schéma se dessine. En 2016, une enquête sur la carte de la fécondité menée à Sydney , la ville la plus peuplée d’Australie, a confirmé que l’immigration permettait aux musulmans non blancs du Moyen-Orient de se reproduire rapidement.

La «carte de fécondité» établie par le cabinet d’études sociales McCrindle a montré que nombre des banlieues les plus fertiles de Sydney sont situées dans des groupes de migrants tels que Lakemba, Auburn, Guildford, Punchbowl et Bankstown, toutes populaires auprès des «familles du Moyen-Orient». Contexte. »

La publication du rapport était programmée avec les projections officielles selon lesquelles la population australienne atteindrait la barre des 24 millions d’habitants la semaine prochaine, l’augmentation étant presque uniquement due à l’immigration légale non-blanche en provenance du Moyen-Orient et d’Asie.

 

 

L’apparition du rapport est venue avec des projections officielles selon lesquelles la population australienne atteindrait les 24 millions d’euros, l’augmentation étant presque uniquement due à l’immigration légale non-blanche en provenance du Moyen-Orient et d’Asie.

L’Australian Daily Telegraph a souligné l’occasion en publiant un entretien avec le célèbre écrivain «conservateur» néocon canadien, Mark Steyn, qui a souvent participé à des émissions telles que celles de Rush Limbaugh, Hugh Hewitt et Sean Hannity.

Selon l’article du Daily Telegraph intitulé «Les taux de naissance des migrants changent en Australie: taux de naissance moyen inférieur au niveau de remplacement», le remplacement des Blancs par des tiers-mondistes en Australie est «la plus grande histoire de notre époque, mais la rectitude politique a étouffé le débat jusqu’à ce que les politiciens ont trop peur pour même en parler. « 

Steyn a déclaré que les politiciens sous-estimaient à quelle vitesse les sociétés pouvaient changer. «Normalement, pour transformer la population, il faut une peste noire, une peste ou une guerre mondiale», a-t-il déclaré. «Mais dans ce cas, nous l’avons sans rien de tout cela. C’est pourquoi c’est la question la plus fascinante de notre époque. « 

Le Daily Telegraph a mis fin à son récit en ligne avec un commentaire éditorial: «La démographie est un destin, comme dit le proverbe. S’il y a du vrai là-dessus, Sydney sera à l’avenir un lieu sensiblement différent. « 

Le «Grand Remplacement» n’est donc pas un mythe. C’est une réalité et peu importe ce que diront les médias de gauche libérale et contrôlés, à moins que cela ne soit arrêté, cela conduira à l’extermination de la race blanche dans les Amériques, en Europe et en Australie / Nouvelle-Zélande.

 

 

 

Sauf la Reine,personne n’est propriétaire au Canada

Personne n’est réellement propriétaire au Canada, même si votre terrain et votre propriété est payée en totalité vous êtes sur les terres de la reine et c’est la raison pour laquelle vous devrez toujours payer des taxes.

Sa Majesté devant ‘accumulation de l’or pillé sur le dos des peuples au fil des siècles!

En Tant que sujet de Sa Majesté, vous devez vous soumettre à ses ordres et caprices si non les Useful Idiots à son service vous inventeront une dette en bonne et due forme basée sur certains des prétextes de taxage que le recueil de lois qu’ils ont inventé contient. si vous n’avez plus les moyens de payer cette « dette » pour des raisons de santé, d’incapacité a gagner votre vie ou par principe, Ils continueront d’ajouter des « Frais » et pénalités et passeront ensuite à l’étape suivante.

Une fois que la « dette » sera devenue assez élevé, c’est un autre groupe de Useful Idiots, ceux la armés, qui seront mandatés pour vous soumettre par la force aux désirs de la souveraine ou vous serez chassé et perdrez tous vos biens durement gagnés, Vous et votre famille serez jeté à la rue même si tout vos biens ont étés payés en totalité.

Si vous reculez dans le temps, vous allez découvrir que votre terrain un moment donné était une foret inhabitée qui n’appartenait à personne, plusieurs propriétaires se sont échangé la permission d’habiter cet espace depuis mais qui donc en a été le premier propriétaire?? et de qui votre espace a-t-il été acheté initialement?

C’est la dure réalité de ce que le monde académique géré par l’occupant appelle « La conquête ».

C’est du terrorisme et du génocide pour de simples « Communs » ou « Commons » comme nous, de manipuler des esprits faibles, de les armer jusqu’aux dents, de leur enseigner l’art de tuer pour ensuite les convaincre d’haïr et d’aller massacrer des peuples entiers qui refusent de se soumettre à notre autorité et à nous céder leurs libertés, leurs biens et leurs terres.

Elizabeth II inspecte des billets de banque

Les taxer et les obliger à nous donner la moitié de leurs récoltes ou de leur salaire est aussi du vol et criminellement punissable.

Pour l’occupant qui invente les lois, tout cela est tout à fait légal, totalement immoral mais légal (En vertu des lois). Comment de tels gestes peuvent-ils être légaux? il faut bien comprendre la différence entre ce qui est légal et ce qui est moral.

Oui certaines lois peuvent êtres morales, mais si la personne qui les écrit est immorale il est fort probable que ses lois soient aussi immorales.

C’est la « Doctrine of Discovery » et la « Terra Nullius » qui autorise les maîtres auto proclamés du monde à s’approprier légalement mais de façon totalement immorale ce qui ne leur appartient pas et à anéantir les esprits libres qui refusent de se soumettre à eux.

Les trillions qui composent la richesse de l’occupant mondial ont tous été obtenus par des actes de terrorisme barbares, les couronnés n’ont jamais travaillé et ont toujours vécu dans l’abondance en asservissant leurs sujets et en les pillant (Taxage, permis, impôts, intérêts travaux forcés etc.)

Les politiciens que vous croyez élire chaque 4 ans sont leurs serviteurs, ils leur font serment de soumission et d’obéissance si non ils ne pourront jamais aller perdre leur temps à gros salaire dans la « Chambre des communs » (Communes)


La propriété au Québec

 

Savons-nous  que nous  POSSÈDONS (contrôle) la PERSONNE qui est « propriétaire » du terrain ?

Et que cette personne qui est propriétaire appartient à l’état ?

Donc le terrain appartient toujours à l’état ?

Et quand tu t’identifies par le Prénom Nom de famille de cette personne, tu t’identifies comme une propriété de l’état ?

Vu que l’esclavage a été aboli, tu as un droit fondamental à la sûreté de ta personne.

Légalement, une sûreté, ça sert à décharger / acquitter des dettes…

Donc les taxes que l’état charge, c’est à leur personne/propriété/esclave qu’ils les chargent… C’est à EUX qu’ils les chargent.

Si tu choisis de payer, « good for you. ».. Mais tu peux aussi choisir de faire valoir tes droits, comme le suggérait le ministre de la justice de l’époque, Marc-André Bédard, lors de la publication de la Charte des droits et libertés de la personne de 1982…

 

La Charte Québécoise des Droits de la Personne…à relire!
Théoriquement tout ce qu’on sais est vrai mais ceux avec qui on dois négocier sont de dangereux criminels prêt à tout pour éviter que l’information ne se répande. Cest un peu comme si un cartel de gros criminels armés nous exigeait un montant qu’on ne leur doit pas, on paie ou pas?

L’argent, ils l’ont uniquement parce qu’on utilise LE LEUR (qui n’est que de la dette).

Et avec l’utilisation de LEUR argent « legal tender » vient l’obligation de respecter LEURS lois.

Legal = la loi
Tender = une offre inconditionnelle

Bitcoin a été créé pour ça.

S’ils ne peuvent plus se financer en taxant les transactions qui se font entre ceux qui refusent d’utiliser leur monnaie, leur système va crever de faim.

Tu ne réussiras pas à sensibiliser la police ou l’armée.

ICYMI : les corps de police ont à leur tête des corrompus qui comptent sur des idiots utiles qui obéissent aux ordres sans se poser de questions sur la moralité de ce qu’ils font.

Et l’armée, c’est encore pire.

Le VRAI ennemi, c’est le Barreau. Ses membres sont des menteurs esclavagistes dont la job dépend de l’ignorance du peuple.
Tu comprends qu’ils sont de mauvaise foi et qu’ils protègent leur petite clique la minute que tu leur poses les vraies questions. 

Ils placent leurs pions dans toutes les hautes sphères du gouvernement.

Ils ne respectent même plus les fondements de la justice, de la liberté et de la paix, tels qu’ils sont pourtant décrétés dans la Charte des droits et libertés de la personne.

La seule façon de régler le problème qu’ils représentent c’est de cesser de jouer leur « game » (leur jeu,leur partie)…

Mais réfléchissez y: le Québec est la Dernière Colonie Survivante de l’Empire Britannique et si voter vous permettrait de changer quelque chose,on abolirait ce droit!

Seule la Désobéissance Civile peut arriver à  faiore changer ce système!

Sources:Recherches de Jacques Lapointe et divers commentaires associés sur Facebook.

 

 

UE: Dire aux Européens quoi penser

  • Bien entendu, les initiatives susmentionnées s’ajoutent à toutes les autres mesures que l’UE a mises en place pour « guider » les Européens sur la voie de la réflexion appropriée … que les géants de la technologie en ligne non transparents et non responsables – Facebook, Google, Twitter et Mozilla – signés en octobre 2018 et leur «Code de conduite pour la lutte contre le discours de haine en ligne illégal en ligne» de 2019.
  • Dans la même veine que les « camps de rééducation » chinois ou les « centres de réhabilitation » de l’ancienne Union soviétique qui abusaient de la psychiatrie à des fins politiques, Marine Le Pen a été condamnée en septembre à subir des tests psychiatriques pour pouvoir tweeter les images, en vue d’établir si elle était capable de comprendre les remarques et de répondre aux questions « .
  • Il est probablement prudent de dire que les premières victimes des politiques d’éducation aux médias de l’UE seront la diversité des opinions et la liberté d’expression.

 

 

 

Marine Le Pen (photo du podium), chef du parti français Rassemblement National (Rassemblement national), a posté des tweets condamnant le groupe terroriste État islamique, y compris des photos de leurs victimes assassinées. Pour cela, elle a été inculpée de « diffusion d’images violentes » et condamnée par un tribunal à une évaluation psychiatrique afin de déterminer si elle « était capable de comprendre des propos et de répondre à des questions ».

 

La première Semaine européenne de l’éducation aux médias , une initiative de l’Union européenne, se déroulera du 18 au 22 mars dans différentes villes d’Europe. Cette semaine est une nouvelle initiative de la Commission européenne visant à « souligner l’importance de l’éducation des médias pour la société et à promouvoir ses initiatives et ses projets dans toute l’Union européenne ». La Commission européenne explique sa politique de renforcement de la « culture médiatique » au sein de l’UE – qui aurait pu être une initiative noble et utile – de la manière suivante:

« Avec l’essor rapide de la technologie numérique et son utilisation croissante dans les domaines des affaires, de l’éducation et de la culture, il est important de s’assurer que tout le monde peut comprendre et interagir avec les médias numériques.

« L’éducation aux médias est essentielle à la croissance économique et à la création d’emplois. Les technologies numériques sont un moteur essentiel de la compétitivité et de l’innovation dans les secteurs des médias, de l’information et des technologies de la communication. »

Dans le cadre de sa stratégie de « marché unique numérique », la Commission européenne ajoute faiblement:

« L’éducation aux médias concerne différents médias (radiodiffusion, radio, presse), différents canaux de distribution (traditionnels, Internet, réseaux sociaux) et répond aux besoins de tous les âges … Un niveau élevé d’éducation aux médias est un facteur clé pour permettre aux citoyens prendre des décisions éclairées à l’ère numérique. L’initiation aux médias est une condition préalable à une démocratie moderne et dynamique. « 

Cependant, il n’est pas nécessaire de scruter beaucoup la surface avant de constater qu’au moins certains aspects de la politique d’alphabétisation des médias de la Commission européenne concernent moins les citoyens que de les éclairer, plutôt que de les guider avec lourdeur sur ce qu’ils doivent penser. Selonla Commission européenne, « le développement de la pensée critique de l’utilisateur est une pierre angulaire de toutes les définitions possibles de l’éducation aux médias ». Il semblerait que la Commission se soit arrogée la tâche formidable de « développer » cette faculté essentielle des citoyens européens.

En outre, selon la Commission :

« L’initiation aux médias est également un outil qui responsabilise les citoyens, leur permet de se sensibiliser et aide à contrer les effets des campagnes de désinformation et de la diffusion de fausses informations par le biais des médias numériques. »

L’ initiative de l’UE contre la désinformation , selon laquelle « l’exposition des citoyens à la désinformation à grande échelle, y compris des informations trompeuses ou carrément fausses, constitue un défi majeur pour l’Europe » « contient » un plan d’action visant à intensifier les efforts pour contrer la désinformation en Europe et au-delà … « Le plan d’action est analysé plus en détail ici .

Bien entendu, les initiatives susmentionnées s’ajoutent à toutes les autres mesures que l’UE a mises en place pour «guider» les Européens sur la voie de la réflexion. Parmi ces mesures figurent le Code de pratique sur la désinformation , signé en octobre 2018 par les géants de la technologie en ligne non transparents et inexplicables – Facebook, Google, Twitter et Mozilla – et son  » Code de conduite de 2019 pour lutter contre le discours de haine en ligne illégal en ligne « .

À l’évidence, les Européens ont désormais besoin des conseils indispensables de la Commission européenne pour savoir comment naviguer, lire et interpréter correctement les informations, qu’il s’agisse d’une source traditionnelle ou numérique. Comment et pourquoi la bureaucratie de l’UE a-t-elle décidé d’apprendre à lire et à penser aux Européens est quelque peu obscure.

Néanmoins, pour certains dirigeants européens, cette batterie d’artillerie de mesures bureaucratiques visant à guider la pensée des Européens n’est toujours pas suffisante. Le président français Emmanuel Macron a récemment prononcé un discours dans lequel il proposait la création de « l’Agence européenne pour la protection des démocraties »:

« Nous devrions faire en sorte que les règles européennes bannissent toute incitation à la haine et à la violence de la part d’Internet , car le respect de l’individu est le fondement de notre civilisation de la dignité ». [Souligné dans l’original]

 

Comme toujours, qui définit ce qui est perçu comme de la « haine » a été laissé au vent. Vraisemblablement, tout ce que les dirigeants de l’UE jugent contraire à la politique qu’ils préfèrent, comme l’a montré l’expérience antérieure . Dans la France de Macron, par exemple, Marine Le Pen, chef du parti du Rassemblement National (Rassemblement National), anciennement connu sous le nom de Front National , a été inculpée.avec la diffusion de « messages violents incitant au terrorisme ou à la pornographie ou portant gravement atteinte à la dignité humaine », pour avoir tweeté des images d’atrocités commises par l’Etat islamique en Syrie et en Irak en 2015, et pouvant être visionnées par un mineur. Une des images montre le corps de James Foley, le journaliste américain décapité par des terroristes de l’Etat islamique, tandis que les autres montrent un homme vêtu d’une combinaison orange poussé par un tank et un autre homme brûlé vif dans une cage. « Daesh est-ce! » Le Pen a écrit dans la légende, qu’elle a tweetée quelques semaines après l’attaque de l’Etat islamique à Paris en novembre 2015, au cours de laquelle 130 personnes ont été tuées.

« Je suis accusé d’avoir condamné les horreurs de Daesh », a déclaré Le Pen . Dans la même veine que les  » camps de rééducation  » de Chine ou les  » centres de réhabilitation  » de l’ancienne Union soviétique qui abusaient de la psychiatrie à des fins politiques, Le Pen a été condamné en septembre à subir des tests psychiatriques pour tweeter les photos, ostensiblement pour déterminer si elle capable de comprendre les remarques et de répondre aux questions. « 

Selon le système judiciaire français, l’avertissement contre le terrorisme islamique est non seulement criminel mais représente apparemment une aberration psychologique. Le Pen pourrait être condamné à trois ans de prison et à une amende de 75 000 € (85 000 $). Également en septembre, le Parlement a levé l’immunité d’un autre député du Rassemblement National, Gilbert Collard, sur des tweets similaires contenant des images d’ISIS. Les poursuites pénales sont bien sûr un moyen pour les gouvernements de traiter leurs opposants politiques, mais elles se limitaient autrefois aux dictatures et non aux démocraties parlementaires, comme la France.

Mariano Rajoy et Carles Puigdemont peu avant le référendum sur l’indépendance de la Catalogne.
Le refus de reconnaître le vote à 90 % en faveur de l’indépendance de cette région par l’Union Européenne et divers pays néolibéraux comme le Canada,montre fort bien que la démocratie n’existe plus et que le néolibéralisme de gauche a tendance à vouloir fabriquer un nouveau système totalitaire qui menacera toutes les volontés nationalistes dans le monde…mêmes celles de gauche.
Le Nouvel Ordre Mondial est bien vivant avec des serpents à sonnettes comme Justin Trudeau et Emmanuel Macron.

 

On peut se demander si cette forme de censure européenne est ce que Macron, avec son plan orwellien, voudrait voir exporté vers le reste de l’Europe.

Dans le même temps, la prochaine semaine de l’éducation aux médias débutera par une conférence d’ouverture organisée par la Commission européenne le 19 mars. Jusqu’à présent, environ 180 événements sur l’ éducation aux médias ont été annoncés dans toute l’Europe pour le mois de mars. En Slovénie, des ateliers tels que  » Atelier d’initiation aux médias pour les étudiants: lutter contre les fausses informations  » et  » Alphabétisation réelle des médias pour un monde de fausses actualités  » sont proposés. À Londres, les Européens sont invités à un séminaire sur « L’ éducation aux faux médias: Pensée critique, résilience, engagement civique , « où:

« Des chercheurs américains et britanniques renommés dans le domaine de l’éducation aux médias se réuniront … avec des enseignants, des bibliothécaires, des journalistes, des producteurs de médias numériques et des jeunes pour s’attaquer à la désinformation liée à l’éducation aux médias … dans un objectif commun: une stratégie concrète pour exploiter les médias l’alphabétisation pour développer la résilience des jeunes face aux « fausses nouvelles », en se concentrant sur des études de cas réalisées au Royaume-Uni et aux États-Unis. « 

Il est probablement prudent de dire que les premières victimes des politiques d’éducation aux médias de l’UE seront la diversité des opinions et la liberté d’expression.


EN COMPLÉMENT ET EN CONCLUSION

L’Europe met fin à la liberté d’expression!

Image associée

  • Selon La Nouvelle Europe, à Leeuwarden, « une vingtaine d’opposants aux projets [d’établir des centres d’asile] dans la région ont reçu des visites de police à domicile. » En d’autres termes, les Pays-Bas se livrent à la censure des États, posant ainsi la question suivante: les Pays-Bas sont-ils maintenant un État policier?
  • Dans la ville de Sliedrecht, la police s’est rendue au bureau de Mark Jongeneel et lui a dit qu’il « tweetait trop » et qu’il devait « surveiller son ton »: ses tweets « peuvent sembler séditieux ». Sa faute? Un tweet a déclaré: « Le Collège de Sliedrecht propose de prendre 250 réfugiés dans les deux prochaines années. Quelle mauvaise idée! »
  • En septembre 2015, Die Welt a signalé que les personnes qui expriment des opinions « xénophobes » sur les médias sociaux risquent de perdre le droit de voir leurs propres enfants.
  • Alors que les citoyens européens ordinaires risquent d’être arrêtés et poursuites pour « remarques xénophobes », un commissaire européen allemand, Günther Oettinger, a appelé une délégation chinoise visite des ministres « yeux bridés » ( « Schlitzaugen »). Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a promis que M. Oettinger serait responsable du budget de l’UE.
  • De toute évidence, la loi n’est pas égale. Les commissaires européens peuvent faire des remarques « xénophobes » et obtenir une promotion; Les citoyens européens, pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression, sont arrêtés et poursuivis en justice.

En Europe, l’ennemi est-il maintenant les gouvernements? De plus en plus de preuves montrent que même un avis modéré allant à l’encontre de la politique officielle du gouvernement peut vous conduire en prison ou au moins vous assurer de la visite de votre police kafkaïenne locale et sympathique. L’Europe est-elle effectivement devenue un Etat policier?

Plusieurs gouvernements européens indiquent clairement à leurs citoyens que critiquer les migrants ou les politiques européennes en matière d’immigration est une infraction criminelle. Les personnes qui vont  » trop loin « , selon les autorités, sont arrêtées, poursuivies et parfois condamnées.

Aux Pays-Bas, en octobre 2015, la police a rendu visite à des personnes qui avaient naïvement commenté à propos des centres d’asile sur Twitter. Dans la ville de Sliedrecht, la police s’est rendue au bureau de Mark Jongeneel et lui a dit qu’il « tweetait trop » et qu’il devrait « surveiller son ton « : ses tweets » peuvent sembler séditieux « . Sa faute? La ville avait organisé une réunion de citoyens au sujet d’un centre de réfugiés dans la région et Jongeneel avait posté quelques tweets. L’un d’eux a déclaré: « Le collège de Sliedrecht propose de prendre 250 réfugiés dans les deux prochaines années. Quelle mauvaise idée! » Plus tôt, il avait également tweeté: « Faut-il laisser cela se produire?! »

Il n’était pas le seul. À Leeuwarden, selon la nouvelle Europe :

« … une vingtaine d’opposants aux projets [d’établir des centres d’asile] dans la région ont reçu des visites de police à domicile. Cela s’est également produit à Enschede et dans certaines localités du Brabant, où, selon les médias néerlandais, des personnes ont critiqué l’arrivée de réfugiés et ont dirigé une page sur les médias sociaux sur le sujet, leur demandant de s’arrêter « .

Un porte-parole de la police nationale a expliqué que dix unités de renseignement de « détectives numériques » surveillaient en temps réel les pages Facebook et les comptes Twitter, à la recherche de messages « trop ​​lointains », afin de pouvoir leur rendre visite pour leur dire « quel effet poste ou tweet sur internet peut avoir.  » En d’autres termes, les Pays-Bas se livrent à la censure des États, soulevant ainsi la question suivante: les Pays-Bas sont-ils maintenant un État policier?

Au Royaume-Uni, Scott Clark a été arrêté en février 2016 pour avoir écrit sur la page Facebook de la Scottish Defence League que les réfugiés syriens « verraient notre côté méchant. » Selon un reportage , il aurait évoqué les agressions sexuelles subies par des hommes de comparution arabe ou nord-africaine à Cologne, en Allemagne, le soir du Nouvel An, pour justifier ses commentaires en ligne, dans lesquels il écrivait également: « Si quelque chose arrivait à une jeune fille Je cracherai personnellement au visage des conseillers qui ont poussé et poussé pour qu’ils soient logés ici … « Il a également écrit: » Il y a une invasion islamique. Une chose est en train de tomber. Nous avons juste vu 15 Syriens dans le boozer local … I opposé à leur arrivée depuis le début « .

L’inspecteur Ewan Wilson du bureau de police de Dunoon a déclaré au Guardian:

« J’espère que l’arrestation de cette personne envoie un message clair que Police Scotland ne tolérera aucune forme d’activité susceptible d’inciter à la haine et de provoquer des commentaires offensants sur les médias sociaux. »

En Allemagne, un couple marié, Peter et Melanie M., ont été poursuivis en justice pour avoir créé un groupe Facebook critiquant la politique du gouvernement en matière de migration. Selon la presse , la page a déclaré: « La guerre et les réfugiés économiques inondent notre pays. Ils apportent terreur, peur et chagrin. Ils violent nos femmes et mettent nos enfants en danger. Mettez fin à cela! »

Lors du procès, Peter M. a défendu ses propos en ligne et a déclaré: « On ne peut même pas exprimer une opinion critique des réfugiés sans se faire qualifier de nazi. Je voulais créer un forum de discussion où vous puissiez parler de réfugiés … » Il a ajouté que, dans son rôle d’administrateur du groupe, il avait supprimé les propos radicaux ou pro-nazis, mais que Facebook avait supprimé la page, il ne pouvait pas présenter les preuves au tribunal.

Dans son verdict, le juge a déclaré : « La description du groupe est une série de généralisations avec un arrière-plan clair de droite. » Peter M. a été condamné à neuf mois d’emprisonnement avec sursis et son épouse à une amende de 1 200 euros. Le juge a ajouté: « J’espère que vous comprendrez la gravité de la situation. Si vous vous assoyez à nouveau devant vous, vous allez finir en prison. « 

En Allemagne, le fait de critiquer les migrants et les politiques gouvernementales en matière d’immigration peut avoir d’autres conséquences draconiennes. En septembre 2015, Die Welt a signalé que les personnes qui expriment des opinions « xénophobes » sur les médias sociaux risquent de perdre le droit de voir leurs propres enfants. Il n’est même pas nécessaire que le tribunal considère le bien-être de l’enfant comme une menace et limite le droit des parents de voir son enfant ou d’ordonner la présence d’un « éducateur » lors d’une réunion entre le parent et l’enfant, qui peut « intervenir au besoin. » Il est également possible d’interdire certaines actions, expressions ou réunions en présence de l’enfant. En dernier recours, le tribunal peut retirer complètement l’enfant de la garde de ses parents.

Selon Eva Becker, présidente du groupe de travail sur le droit de la famille au sein du barreau allemand (DAV), « le facteur décisif est une bonne compréhension de la population ». Becker estime qu’il ne suffirait pas de considérer le bien-être de l’enfant en danger, si un parent déclarait qu’il préférerait ne pas avoir de migrants syriens vivant dans son voisinage. En revanche, si un père ou une mère fait des commentaires qui contiennent des menaces verbales contre des réfugiés en présence de l’enfant, il « dépassera manifestement la limite critique ».

Il n’est même pas pertinent de savoir si ces propos sont criminels au regard du droit allemand. Même un commentaire non punissable en droit allemand peut pousser un parent à dépasser la « limite critique ». Il n’est pas crucial de savoir si l’acte est criminel, mais s’il « influence » l’enfant de manière à mettre en danger son bien-être. Si un tribunal établit que le bien-être de l’enfant est menacé, le droit de visite du parent peut être limité au départ.

Les actions, plutôt que de parler, sont considérées comme encore plus incriminantes. Selon Becker, discuter avec des connaissances au sujet de demandeurs d’asile en présence de l’enfant, c’est une chose, mais c’est bien pire de le conduire à des manifestations « xénophobes ».

Becker ne définit jamais ce que l’on entend par « xénophobe ». Cela semble impliquer que l’on parle de xénophobie à sens unique, par exemple, pas de xénophobie islamique à l’encontre de non-musulmans, mais aucune tentative n’est faite pour en définir la définition, bien qu’il s’agisse clairement de la partie la plus cruciale du problème.

Alors que les citoyens européens ordinaires risquent d’être arrêtés et poursuivis en justice pour leurs propos « xénophobes », il en va tout autrement pour ceux qui se trouvent aux plus hauts échelons de l’Union européenne.

Dans un discours prononcé à Hambourg en octobre, Günther Oettinger, membre de la Commission européenne chargé de l’économie numérique, a qualifié de « yeux bridés » ( » Schlitzaugen « ) une délégation chinoise de ministres en visite , expression généralement considérée comme raciste. Oettinger n’a même pas pris la peine de s’excuser, mais a déclaré à Die Welt qu’il était important de voir ses commentaires dans un « contexte plus large ».

La Commission européenne a également refusé de présenter ses excuses aux enquêteurs d’Oettinger (qui visiblement dénigraient également les femmes et les homosexuels) et de ne pas enquêter sur celles-ci. La porte-parole de la Commission, Margaritis Schinas, a déclaré aux journalistes incrédules que « nous n’avons rien à ajouter ». Lorsqu’on lui a demandé s’il y aurait une enquête sur ces propos, il a répondu: « Nous n’avons pas de FBI à la Commission ».

Le 28 octobre dernier, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait promu M. Oettinger au poste hautement convoité et puissant de vice-président chargé du budget de l’UE.

De toute évidence, la loi n’est pas égale. Les commissaires européens peuvent faire des remarques « xénophobes » et obtenir une promotion; Les citoyens européens, pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression, sont arrêtés et poursuivis en justice.

Alors que des citoyens européens sont arrêtés et poursuivis pour avoir exercé leur droit à la liberté de parole, un commissaire européen, tel que Günther Oettinger (à gauche), appelle une délégation chinoise en visite, « les yeux bridés », et est récompensé par une promotion du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker (à droite). ).

Sources

 

 

Le Danemark dans un état d’effondrement non déclaré

  • La définition statistique officielle de « descendants » n’inclut que la première génération après la personne qui a émigré au Danemark. Donc, les chiffres officiels ne montrent pas la vraie image.
  • Si les statistiques démographiques continuent à suivre cette tendance, les Danois de souche – dont le taux de natalité est bien inférieur à celui des immigrants non occidentaux – deviendront une minorité vers 2065. Selon un rapport publié en 2017 par Statistics Denmark, environ la moitié seulement des immigrés non occidentaux âgés de 16 à 64 ans occupent un emploi (53% d’hommes et 45% de femmes).
  • En 2017, un tiers des personnes couvertes par le système de base de protection sociale du Danemark étaient des immigrés, ce qui représente une augmentation de 82% en seulement sept ans. Ces chiffres montrent que les dépenses publiques liées à l’immigration finiront par mettre un terme à l’État providence.
Contrairement aux informations trompeuses véhiculées par les médias, le Danemark n’oblige pas les réfugiés qui en souffrent à vivre sur une île isolée. Seuls les criminels étrangers « reconnus coupables de crimes et susceptibles d’expulsion aux termes de leur peine » seront logés dans ce lieu. Et on leur offrira même des traversées en ferry vers le continent, sous prétexte que cela est nécessaire en raison de « conventions internationales ».

 

La représentation du Danemark dans les médias comme un pays hostile et inhumain envers les migrants est trompeuse, voire complètement fausse.

L’une des raisons de cette image inexacte est qu’elle est dépeinte par le parti pris politique des journalistes. Une autre est que les statistiques danoises officielles dignes de confiance sur le problème de l’immigration dans le pays sont à la fois difficiles à trouver et à interpréter. Un autre problème est au mieux le manque de recherche fiable; et délibérément déformé les données, au pire.

La ventilation ci-après montre que le Danemark, au lieu d’être relativement moins touché par les conséquences des migrations massives que les autres pays européens en général et les pays scandinaves en particulier, est en train de s’effondrer. En dépit des nombreuses lois de Copenhague qui régissent les migrations et affectent les immigrants, le peuple danois a connu un changement culturel et politique majeur dans sa vie, tel qu’il l’a toujours été.

Projections démographiques

En 1960, le Danemark comptait 4 580 708 habitants. Aujourd’hui, ce nombres’élève à 5 768 712. Cette croissance semble être due en grande partie à l’immigration.

En 2016, Statistique Danemark prévoyait que le pays compterait 507 000 immigrants «non occidentaux» d’ici 2060 et 342 000 « descendants non occidentaux ».

Les « descendants », cependant, n’incluent que la première génération après la personne qui a migré. Donc, les chiffres officiels ne montrent pas la vraie image.

En 1989, une organisation privée, « The Danish Association », a publié une projection alternative dans le cadre d’une édition spéciale du périodique du groupe Danskeren (septembre 1989, p. 3, non disponible sur Internet.) L’article, publié anonymement – révélant le degré de rectitude politique et d’autocensure requis au Danemark même à ce moment-là – prédit que l’immigration resterait relativement statique, indépendamment des tentatives insuffisantes prévisibles de renforcement de la législation. Cette prédiction s’est avérée presque correcte jusqu’à présent.

L’article prévoyait environ 1,1 million d’immigrants vers 2020, conformément à ce que l’on peut voir dans les statistiques actuelles en incluant la troisième génération de nouveaux arrivants ainsi que le nombre probable d’étrangers non enregistrés.

Si les statistiques démographiques continuent de suivre cette tendance, les Danois de souche – dont le taux de natalité est bien inférieur à celui des immigrés non occidentaux – deviendront une minorité vers 2065. Il est en effet fort probable que cela se produise, les immigrés définis comme: les « réfugiés » continuent à entrer dans le pays; et d’autres, tels que les arrivées de membres de la famille et les visites sans rendez-vous, peuvent rarement être renvoyés dans leur pays d’origine.

Emploi et protection sociale

Selon un rapport publié en 2017 par Statistique Danemark, environ la moitié seulement des immigrés non occidentaux âgés de 16 à 64 ans ont un emploi (53% d’hommes et 45% de femmes). Toutefois, une ventilation par pays d’origine a révélé des différences majeures entre les migrants – le taux d’emploi étant particulièrement bas parmi les personnes originaires d’Irak, du Liban, de Somalie et de Syrie.

En analysant les données de Statistics Denmark, la Confédération des employeurs danois a révélé qu’en 2016, 41,5% des immigrants non occidentaux bénéficiaient de l’aide sociale, alors que 17,5% seulement des Danois de souche bénéficiaient des mêmes avantages. En 2017, un tiers des personnes couvertes par le système de base de protection sociale du Danemark étaient des immigrés , ce qui représente une augmentation de 82% en seulement sept ans.

Ces chiffres montrent que les dépenses publiques liées à l’immigration finiront par mettre un terme à l’État providence.

Éducation

Selon le même rapport publié en 2017 par Statistique Danemark , 49% des descendants masculins non occidentaux et 70% des descendants féminins non occidentaux ont terminé leurs études dans un domaine où ils sont employables, contre 73% d’hommes danois et 81% de femmes danoises.

En outre, les enfants d’origine danoise ont obtenu de meilleurs résultats aux examens finaux que les enfants d’immigrés et leurs descendants de première génération (grades de 6,7 pour les garçons et de 7,4 pour les filles, contre 5,3 respectivement pour les descendants de première génération non occidentaux). Les plus défavorisés sont les descendants de première génération de parents d’immigrants turcs et libanais.

Un rapport publié en 2018 par le ministère danois de l’Éducation a révélé une différence similaire, même parmi les descendants de migrants de troisième génération. L’étude a été contestée , mais les résultats factuels sont valables. Ils indiquent qu’un grand nombre des descendants d’immigrants non occidentaux de longue date auront des difficultés à satisfaire les exigences d’une société occidentale moderne et hautement industrialisée.

Malheureusement, les reportages au Danemark finissent de plus en plus comme celui-ci: Si les responsables publient quelque chose qui contredit les contes de fées des bien-pensants, les journalistes vont agir et effrayer le transgresseur – alors il reformulera ce qu’il a dit sans le corriger directement .

L’économie

Selon un rapport du ministère danois des Finances publié en février 2018, les dépenses annuelles nettes du gouvernement en matière d’immigrants non occidentaux en 2015 s’élevaient à 36 milliards de couronnes danoises – environ 5 milliards USD. Comme il y a environ 5 millions de Danois, le coût supporté par chaque contribuable s’élève en réalité à 1 000 dollars par an, soit 4 000 dollars pour une famille de quatre personnes.

Ce chiffre ne concerne toutefois que les budgets publics directement liés aux immigrés. Il n’inclut pas les fonds publics indirects supplémentaires consacrés à l’application de la loi, aux écoles, à l’administration de la sécurité sociale et à d’autres questions connexes, en raison de la présence d’immigrants non occidentaux.

À long terme, il ne sera pas possible de financer ces dépenses en forte croissance.

la criminalité

Selon le rapport de Statistics Denmark , le taux de criminalité en 2017 était 35% plus élevé chez les immigrants masculins non occidentaux et 145% plus élevé chez les descendants d’hommes d’immigrants non occidentaux par rapport à la population masculine danoise en général. Il convient de noter que les chiffres sont trompeurs, car les descendants d’immigrants de troisième génération sont également considérés comme des Danois. Les descendants masculins des immigrants du Liban – dont beaucoup étaient, selon le rapport, des Palestiniens apatrides – suivis des descendants masculins des immigrants originaires de Somalie, d’Irak, du Pakistan, du Maroc et de Syrie – se classaient au premier rang des crimes.

Les sondages

Des sondages ont été effectués parmi les immigrants. Exemples: En 2006, les jeunes musulmans adultes au Danemark se sont montrés plus religieux que leurs parents; La moitié d’entre eux ont même pensé que la liberté d’expression devrait céder le pas à la considération des règles et traditions religieuses (rapporté dans Jyllands-Posten 21/5 2006). Seulement 59% des musulmans pensent que la constitution devrait être la base de la législation danoise. Plus d’un tiers des musulmans au Danemark se sentaient plus liés à leur pays d’origine qu’au Danemark ( Jyllands-Posten 13/5 2006). Quatre garçons sur dix d’origine turque et libanaise s’attendent à ce que leur mère soit à la maison pour s’occuper de la famille et des enfants ( Jyllands-Posten 12/11 2008). Environ la moitiédes musulmans interrogés pensent qu’Israël n’a pas le droit d’exister. D’autres sondages montrent la même image déprimante.

Retombées politiques

Ne vous fiez pas à l’ interdiction très médiatisée de la burqa entrée en vigueur au Danemark en août 2018. Tout d’abord, elle a rarement été appliquée – seulement 13 amendes par demi-an . De plus, ceux qui souhaitent s’opposer à l’idée d’égalité entre hommes et femmes sont libres d’aller dans des pays où de tels codes vestimentaires sont les bienvenus.

« le viol des enfants fait partie de la culture des migrants »Une mosquée danoise de Jutlan, défraie la chronique depuis quelques jours du fait des déclarations de son imam,.

Ne faites pas confiance aux autres reportages des médias qui vont dans le même sens. Les réfugiés qui souffrent ne sont pas obligés de vivre sur une île isolée. Seuls les criminels étrangers « reconnus coupables de crimes et susceptibles d’expulsion aux termes de leur peine » seront logés dans ce lieu. Et on leur offrira même des traversées en ferry vers le continent, sous prétexte que cela est nécessaire en raison de « conventions internationales ».

Les réfugiés ne sont pas « dépouillés » de leurs objets de valeur à la frontière. Des bijoux et des avoirs d’une valeur supérieure à 10 000 couronnes danoises (1 500 USD) doivent être remis aux autorités pour aider à payer les demandeurs d’asile. Tout comme les Danois ne reçoivent pas d’aide sociale s’ils ont des objets de valeur qui leur permettent de subvenir à leurs besoins. Les actions des autorités de contrôle des frontières à ce sujet sont soumises au contrôle des tribunaux.

D’autres exemples de désinformation des médias sur le Danemark abondent.

Le climat politique au Danemark est tel que même le Premier ministre Poul Schlüter (de 1982 à 1993), un conservateur, à une époque où il était question en 1989 de revenir sur la législation en matière d’immigration catastrophique qui avait été adoptée récemment, a été empêché par le secteur privé. l’organisation fortement subventionnée du Conseil danois des réfugiés pour sa rencontre avec un représentant de la plus importante organisation anti-immigration. [1]

Un nouveau projet de loi danois oblige les migrants à serrer la main pour obtenir la citoyenneté du Danemark

Surtout, en grande partie à cause des médias de gauche, la plupart des Danois ne comprennent pas à quel point le problème est sérieux: le pays est confronté à l’afflux de non-occidentaux, dont les enfants et les petits-enfants, en nombre inquiétant, ne semblent pas adopter le danois culture et des valeurs, et qui semblent résister à l’assimilation . Il est donc très peu probable qu’un parti politique opposé à l’immigration obtienne le soutien des électeurs pour influencer suffisamment la législation pour répondre aux besoins urgents du pays.


[1] Divulgation complète: l’auteur actuel qui était alors un fonctionnaire de la Couronne occupant un poste supérieur dans une université; l’histoire complète publiée dans son livre Opgøret , 2001, ISBN 87-90014-73-5, p. 57 avec documentation supplémentaire.

Sources

 

 

 

 

 

UNION EUROPÉENNE : LE LIVRE NOIR D’EMMANUEL MACRON

Dès dimanche soir, Emmanuel Macron devrait s’auto-proclamer meilleur représentant de l’Europe et de l’approfondissement de l’Union Européenne. En choeur, les médias parisiens devraient applaudir des deux mains à cette parfaite imposture. Nous examinons ici les dégâts européens et les défaites communautaires enregistrés par Emmanuel Macron depuis son arrivée au pouvoir. Ils montrent que la stratégie européenne de Macron est erronée et qu’elle conduit à l’abaissement de la France en Europe.

Dès ses premières semaines à l’Élysée, Macron a entamé une campagne pour l’approfondissement de l’Union Européenne. C’était le grand début d’une sorte d’incarnation auto-persuasive, selon laquelle ce meilleur représentant de l’énarchie était aussi le meilleur représentant du destin européen. De mois en mois, seuls les médias français perpétuent ce mythe, tant Emmanuel Macron a perdu sa crédibilité sur le continent et a nui à celle de la France à l’égal des piètres performances de François Hollande.

Le discrédit budgétaire français dans l’Union Européenne

Comme l’a indiqué la Commission Européenne encore cette semaine, la France est budgétairement « vulnérable ». Dans la pratique, l’incapacité de la France à se désendetter la discrédite au niveau européen.Ce handicap a tué dans l’oeuf l’objectif d’un budget stabilisateur de la zone euro imaginé par Emmanuel Macron dans son discours de la Sorbonne. Ce sujet semble définitivement enterré

Pire : la crise des Gilets Jaunes oblige désormais Emmanuel Macron à augmenter un déficit public déjà très supérieur à la cible tracée initialement. Les partenaires français n’ont pas de mots assez durs contre cet échec, qui explique en partie la défiance hollandaise dans l’affaire Air France – KLM

La taxophilie française échouée sur le mur des GAFA

Dans le même ordre d’idée, la France n’a pas fait mieux sur le dossier des GAFA, que Bruno Le Maire veut taxer depuis son arrivée à Bercy. Dans la pratique, cette obsession de régler des problèmes par des taxes, qui donne une image désuète de notre pays et rappelle combien l’énarchie est obsolescente, a isolé la France et l’a mise en marge du mouvement européen. Alors que la Commission se bat pour harmoniser la méthode de calcul de l’impôt sur les sociétés (et ainsi contrer les GAFA), la France a fait cavalier solitaire et n’a suscité que de l’indifférence. 

Bruno Le Maire a beau présenter son action comme une grande victoire sur le sujet, on sait désormais que la directive tant attendue ne prendra jamais forme. 

Le travail détaché si mal réformé

Pour ce qui concerne un autre dossier sensible, le travail détaché, la diplomatie macronienne a à peine fait mieux. Une directive minimaliste a été adoptée en juin 2018, qui réduit la durée possible du détachement. Mais elle exclut le million de chauffeurs routiers d’Europe de l’Est qui parcourent l’Europe chaque jour et concurrencent nos transporteurs nationaux sur leur propre terrain. 

À ce jour, aucun compromis n’a été trouvé sur ce dernier dossier, pourtant essentiel. 

Détérioration des relations avec l’Italie

Dans son approche manichéenne des réalités européennes (avec les bons macroniens d’un côté, et les barbares qui ne pensent pas comme lui de l’autre), Emmanuel Macron a fait beaucoup de dégâts. Ses propos sur la « lèpre nationaliste » en Europe ont beaucoup fâché l’Italien Salvini. Depuis cette attaque en règle, les rapports entre la France et l’Italie n’ont jamais été aussi mauvais.  Le conflit a conduit à un rappel de l’ambassadeur de France à Rome. Cette situation inhabituelle entre pays fondateurs de la Communauté européenne interroge sérieusement sur la capacité d’Emmanuel Macron à incarner l’Europe. 

Emmanuel Macron,

Détérioration des relations avec les Pays-Bas

Plus récemment encore, l’affaire Air France – KLM a montré comment l’un de nos partenaires directs les plus anciens, les Pays-Bas, pouvaient se défier de la France et ne pas hésiter à lui témoigner un comportement hostile. Cette nouvelle dégradation des relations bilatérales illustre bien les dégâts que l’arrogance macronienne peut causer avec les autres États-membres de l’Union. 

Tout se passe comme si l’auto-proclamation de sauveur de l’Europe par Emmanuel Macron le rendait aveugle sur la perception de son comportement par ses partenaires et le déliait de toute obligation de travailler dans de bonnes conditions avec eux. 

L’Europe fantasmée d’Emmanuel Macron

On sent bien, dans toute cette affaire, que l’obsession européenne de Macron se heurte à une difficulté de base, qui ressemble à la même difficulté que Macron rencontre sur la scène intérieure. Macron ne connaît pas l’Europe, il la fantasme. Et sa politique ne compose pas avec la réalité, mais ses illusions. 

L’Europe des cafés, des intellectuels, n’est pas l’Union Européenne. En grand rêveur, Macron fait une politique pour l’Europe du XVIIIè siècle, pas pour l’Europe d’aujourd’hui. Ce tropisme aristocratique, complètement décalé, se révèle toxique pour le pays tout entier. Il ringardise la France sur la scène européenne, et il nourrit l’image, déjà très présente, d’un pays de grands diseux, mais de petits faiseux. 

 

Source:

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:La crise vénézuélienne aggrave le déclin stratégique de l’Empire

En dépit des profonds clivages divisant ce qui reste de la société vénézuélienne et de la crise économique désastreuse affectant ce pays, il semble que le pantin Juan Guaido, une sorte de clone de Barack Obama, ait complètement échoué à susciter l’adhésion des populations et de l’Église.

Mis à part la CIA, ses gardes du corps issus du Mossad israélien, les représentants (et les mercenaires) des États-Unis, de Grande-Bretagne, de la France et des Pays-Bas, ainsi que les gros propriétaires terriens, Juan Guaido ne dispose d’aucune assise populaire au Venezuela.

Juan Guaido

Le président élu du Venezuela, Nicolas Maduro, demeure pourtant une figure fort controversée, voire rejetée par une proportion non-négligeable de la population mais dispose de l’appui d’une base de deux millions de supporters inconditionnels ainsi que du commandement supérieur et intermédiaire des forces armées.

Le clone d’Obama (une autre créature créée de toutes pièces par l’État profond US) passe mal et est considéré comme un agent de la CIA par l’Église catholique, influente au Venezuela.

On est loin du Chili d’Allende ou des interventions au Salvador, au Nicaragua ou sur l’île de Grenade.

Si la guerre en Syrie a définitivement brisé le cycle des interventions hybrides de l’Empire et mis fin à l’hégémonie absolue, la crise vénézuélienne est en train de mettre fin à la capacité de l’Empire de contrôler ses propres marches et son arrière-cour.

En filigrane, la Russie et la Chine dont les marches subissent depuis longtemps les interventions et les opérations hybrides de l’Empire, ont désormais l’opportunité de riposter avec des moyens similaires au Venezuela. La doctrine Monroe est au musée.

C’est un bouleversement historique majeur.