Publicités

La Conspiration nazi:Les Nazis ont fourni la bombe atomique aux Américains et transféré leurs autres technologies d’origine extraterrestre

Des bouteilles scellées « doublées d’or » contenaient 1.120 livres d’uranium enrichi portant la mention « U235 », la matière fissile à partir de laquelle sont fabriquées les bombes atomiques. Le livre Critical Mass décrit comment ces composants de la bombe nazie ont été utilisés par le projet Manhattan pour compléter à la fois la bombe à l’uranium  larguée sur Hiroshima et la bombe à base de plutonium larguée sur Nagasaki.

 

Preuve que Martin Bormann était un agent des Illuminati [1] et que la Seconde Guerre mondiale était une sinistre charade, il avait organisé le transfert de la technologie nazie avancée aux États-Unis à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 Bormann était un agent banquier cabaliste qui avait subverti l’effort de guerre nazi. Hitler l’a protégé. Les deux hommes étaient des traîtres allemands.

Le sous-marin allemand ‘U234 se rend à l’USS Sutton le 14 mai 1945 pour être escorté vers NH Portsmouth. Il transportait de l’uranium enrichi et d’autres technologies nazies avancées.

 

La Seconde Guerre mondiale a été conçue pour détruire l’ancien ordre et faire place au nouvel ordre. Les Illuminati ont sacrifié 60 millions de personnes à leur dieu Satan. L’humanité est sataniquement possédée par le cabalisme.

Le transfert de technologie a été révélé dans le livre Critical Mass (1998) de Carter Hydrick. Le livre a été largement ignoré à cause de sa vérité qui dérange. En outre, Hydrick, un chercheur méticuleux, n’a pas souligné la portée de ses conclusions comme je l’ai fait. Au lieu de cela, il s’est concentré sur les détails de la production de bombe atomique américaine, les mouvements de Bormann, le journal de bord du U-234, etc. pour prouver son cas.

Kirkus fournit un excellent résumé du livre de Hydrick:

 

Critical mass…ou masse critique

 

Un regard radicalement révisionniste sur la course à la bombe atomique pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Selon l’histoire conventionnelle, les États-Unis ont été le premier pays à inventer une bombe atomique et ont ainsi remporté la guerre contre les puissances de l’Axe. Cependant, l’auteur Hydrick affirme que le gouvernement américain n’a pas été en mesure de produire suffisamment d’uranium ni le mécanisme de déclenchement nécessaire à un appareil entièrement fonctionnel.

En outre, l’Allemagne hitlérienne avait certes suffisamment d’uranium de qualité pour produire la bombe, mais elle a finalement décidé qu’il n’était pas dans son intérêt de l’utiliser, car elle aurait risqué l’équivalent de 2 milliards de dollars pour ce qui était au mieux une tentative désespérée.

Au lieu de cela, l’auteur a écrit que l’Allemagne avait l’intention d’utiliser la bombe fabriquée comme levier dans les négociations ou de la livrer  au Japon. L’auteur affirme que Martin Bormann [l’adjoint de Hitler] a bien tenté de négocier un accord avec le Japon, mais a finalement secrètement pris des dispositions pour remettre les documents de la bombe aux États-Unis.

En bref, ce livre soutient que l’Amérique a perdu la course aux armements et que, sans le transfert technologique de l’Allemagne nazie, l’Union soviétique aurait été plus puissante.

Dans cette troisième édition de son livre, Hydrick adresse la critique selon laquelle, si son récit est véridique, il resterait des quantités énormes de restes d’uranium non utilisés, bien qu’aucun stock n’ait jamais été retrouvé. Mais en fait, dit-il, 126.000 barils ont été découverts, confirmant ainsi sa thèse. Les théories d’Hydrick sont aussi provocantes que méticuleuses; contrairement à d’autres chercheurs qui se sont penchés sur les comptes personnels et les documents des Archives Nationales, il a passé au peigne fin les enregistrements de production d’uranium, les documents d’expédition et les enregistrements de fabrication métallurgique qui ont été en grande partie négligés. Le récit qui suit se lit comme un drame captivant, bien que parfois le rythme général de l’histoire soit contrecarré par de longues phrases baroques et un style de prose saccadée. Néanmoins, ce livre marque un tournant dans l’histoire de l’érudition sur la bombe atomique, et aucune étude future ne peut ignorer de manière crédible ses arguments convaincants.

Une rareté dans la littérature académique – un livre véritablement original sur un sujet d’une importance capitale. « 

AUTRES FRIANDISES

En plus de l’uranium enrichi, l’U-234 transportait également des plans, des pièces et du personnel pour construire des fusées V-4, des jets Messerschmidt 262 et même le plan de l’avion stratosphérique Henschell 130. (p. 294) Le projet Paperclip, le recrutement de scientifiques nazis, s’inscrivait dans la continuité de ce transfert de technologie.

Hydrick dit que l’usine de caoutchouc de Buna à Auschwitz était en réalité une usine pour enrichir l’uranium. Elle consommait plus d’électricité que toute la ville de Berlin et n’a jamais produit  de caoutchouc. (72)

Adolph Hitler souriant au côté de Gobbels.

Il dit que le sous-marin a largué Bormann en Espagne. L’ensemble de l’opération a été déguisé en transfert de technologie au Japon. Deux attachés de la marine japonaise à bord ont été autorisés à se suicider quand ils ont été informés de la véritable destination.

Hydrick a trouvé des preuves archivistiques prouvant la complicité entre les nazis et les Américains. Les États-Unis étaient au courant des progrès de l’U-234 et ont protégé le sous-marin. Ils savaient où se trouvait Bormann. (270) Selon M. Hydrick, des documents essentiels sont absents des archives visitées.

Hydrick conclut: « A croire qu’une grande partie des actions décrites dans ce livre ont réellement eu lieu, il faut croire que le gouvernement des États-Unis, sous une forme ou une autre, était en lien avec Martin Bormann et avec ceux qui ont participé à son évasion. » (269)

En effet ils l’étaient. Comme pour le sauvetage de Berlin de Bormann par les Britanniques, le transfert de technologie fut un échange pour la sécurité de Bormann (et de Hitler?[2]) Après la guerre. Borman était un agent « allié » tout au long de la guerre et même avant.

Les nazis étaient une fausse opposition. Au sommet, ils travaillaient pour les banquiers Illuminati qui contrôlent à la fois le fascisme et le communisme.

Pour les cabalistes, i.e. les juifs,  la guerre est un acte révolutionnaire car elle augmente le pouvoir et la richesse du banquier juif, sape la civilisation chrétienne (donc goyim), tue les gens et avance le but ultime: remplacer Dieu par Satan.

 C’est un projet « révolutionnaire » parce qu’il renverse la réalité. Le mal est bon; les mensonges sont la vérité, moche est belle et malade est en bonne santé. Nous avons été sataniquement possédés.


COMPLÉMENTAIRE NO 1

Pourquoi les Britanniques ont sauvé le chef des Nazis, Martin Bormann, en 1945

Je rappelle que toutes les guerres sont conçues par les banquiers maçonniques  sionistes juifs pour détruire et asservir les goyim.

Martin Bormann, qui  signait le bulletin de paie d’Hitler et savait tout de l’effort de guerre nazi, était un espion allié. Le livre « Op JB » (1996) de John Ainsworth-Davis décrit comment les Britanniques l’ont sauvé des ruines de Berlin en avril 1945.

James Bond [1] a été modelé sur Ainsworth-Davis qui était un esclave sexuel Illuminati et un meurtrier de masse. Il a peut-être rendu service à Winston Churchill [2] et à son maître-espion Desmond Morton.

Ce livre est la preuve tangible que la Seconde Guerre mondiale était une sinistre mascarade. Alors que la plupart des nazis étaient sincères, le mouvement a été parrainé et contrôlé au sommet par la banque centrale maçonnique juive afin de déclencher une guerre pour tuer les « goyim » patriotes des deux côtés et faire avancer le gouvernement mondial. Les Juifs assimilés ont également été sacrifiés à cet agenda diabolique.

 

Je me doutais que Simon & Schuster a publié ce livre en fanfare et avec une grosse avance. Cependant, ce récit des circonstances de la publication authentifie l’histoire d’Ainsworth-Davis.

D’abord, Martin Bormann était un agent Rothschild – Des preuves accablantes

(1er juillet 2009)

Le deuxième homme le plus puissant de l’Allemagne nazie, Martin Bormann, secrétaire particulier d’Hitler et responsable de l’appareil du parti nazi, était un agent des Illuminati (c’est-à-dire britannique) qui avait assuré la destruction à la fois de l’Allemagne et du judaïsme européen.

 Ainsi, il a fait avancer deux des objectifs principaux des Illuminati: intégrer l’Allemagne dans un gouvernement mondial en annihilant ses prétentions nationales, culturelles et raciales, et établir Israël en menaçant les Juifs d’Europe de disparition.

Lors de ma première présentation de cette affaire en juin 2007, un lecteur m’a suggéré de lire le livre « OPJB » (1996). Le commandant John Ainsworth-Davis explique comment, avec Ian Fleming, a dirigé une équipe de 150 hommes qui a sauvé Martin Bormann de Berlin déchirée par la guerre, le 1er mai 1945, à l’aide de kayaks de rivière. Selon ce livre, Bormann aurait vécu jusqu’en 1956 sous une fausse identité avant de mourir au Paraguay en 1959.

Le titre du livre signifie « Operation James Bond« . Ian Fleming a pris le nom de l’auteur de « Un guide de terrain pour les oiseaux des Antilles » pour le sauvetage de Bormann et l’a plus tard donné au héros de sa série d’espionnage, inspirée d’Ainsworth-Davis, qui a utilisé le nom de Christopher Creighton. Il est décédé en 2013 à l’âge de 89 ans.

Vous parlez d’une dissimulation de quelque chose qui est disponible à la vue de tous! La preuve que Bormann, l’homme le plus responsable de l’holocauste était un agent britannique est sur les étagères depuis 1996! Le livre comprend une lettre de 1963 d’Ian Fleming confirmant que lui et Creighton avaient dirigé le sauvetage de Bormann. Il comprend également une photo d’une lettre de Winston Churchill datant de 1954 donnant à Creighton l’autorisation de raconter cette histoire après la mort de Churchill, « en omettant, bien sûr, des faits qui, vous le savez, ne doivent jamais être révélés ».

Selon Creighton, Martin Bormann était en réalité assis dans la galerie d’un visiteur privé lors du procès de Nuremberg lorsqu’il a été condamné à mort par contumace! (p.243)

 La couverture prétexte  était que Bormann aiderait soi-disant les Alliés à récupérer le pillage de guerre par les nazis et à le rendre à ses propriétaires légitimes. Si vous croyez cela, j’ai des neiges éternelles sur le mont Arafat près de la Mecque. Bormann avait toujours été un agent des Illuminati britanniques et était le plus grand responsable de la défaite nazie. Louis Kilzer estimé qu’il valait, à lui seul,  50 divisions (soit entre 500 et 750 mille hommes). Hitler l’a couvert. La Seconde Guerre mondiale était une monstrueuse arnaque commise par Rothschild contre les Allemands, les Juifs et la race humaine. La razzia et le pillage commis durant cette guerre ont fini entre les mains des Illuminati.

Le véritable « JAMES BOND » était un esclave sexuel illuminati et un assassin de masse

Le vrai James Bond a aidé à tuer des milliers de personnes, principalement des alliés britanniques. Il était hanté par les fantômes des personnes qu’il a liquidées, qui sont des « personnes parfaitement loyales et innocentes qui avaient été prises dans nos opérations … » (79)

Il ne faisait que « suivre des ordres », ce qui n’avait aucun sens pour du point de vue d’un patriote  « Nous n’agissions ni par patriotisme ni pour des principes moraux élevés. Nous ne le faisions pas pour l’Angleterre ou pour l’Oncle Sam. Comme d’habitude, nous faisions ce qu’on nous avait demandé de faire: nous exécutions nos ordres. » (170)

Par exemple, Creighton a informé les nazis de l’heure et du lieu exact du raid de Dieppe en 1942, qui coûta la vie à 3.000 Canadiens. On lui a dit que les Britanniques voulaient tester les défenses nazies. Les vraies raisons étaient de convaincre Staline qu’il était trop tôt pour un deuxième front et renforcer la crédibilité de Creighton au moment de l’invasion de la Normandie.

Creighton parle également de « Operation Tiger » en avril 1944, un exercice d’entraînement à Slapton Sands, dans le Dorset, interrompu brutalement par huit torpilleurs allemands. Le bilan: plus de 800 américains se sont noyés. (Le chef de la Gestapo, Heinrich Muller, a écrit que les nazis avaient été prévenus par un espion allemand.) Le fiasco a été gardé secret pour protéger le moral du Jour-J. Creighton dit que, pour garder le secret,  les survivants ont été soit internés soit tués par une mine marine. (p.25) Malgré le fait que le rivage dorsétien ressemblait à la Normandie, les nazis n’auraient pas réussi à en tirer la conclusion logique.

John Ainsworth Davis

 

Les agents qui ont découvert les « vrais secrets de la Seconde Guerre mondiale » (c’est-à-dire le fait que les nazis étaient infiltrés et dirigés par des « anglais« ) étaient souvent trahis et assassinés au combat. Cela est arrivé à la petite amie de Creighton, Patricia Falkiner. Morton a avoué que Falkiner était sa pupille: « Il avait fait de son mieux pour que Patricia ne reste pas en opération … seulement après qu’elle ait découvert les secrets les plus vitaux à Bletchley selon lesquels il avait été forcé de la déployer ... » (p. 85)

Creighton, à gauche, s’assura également que Pearl Harbour, un autre exemple de la ruse des Illuminati, serait tenu secret. Le 28 novembre 1941, un sous-marin néerlandais, le K-XVII, intercepta la flotte japonaise en route vers Pearl Harbour et alerta le QG de la marine britannique. Afin de maintenir l’illusion que Pearl Harbour était une surprise, le sous-marin et son équipage ont été détruits. Creighton « a anéanti tout l’équipage du navire avec deux minuscules bouteilles de cyanure insérées dans leur réserve d’oxygène et une boîte d’explosifs puissants déguisés en whisky (…) la guerre m’avait transformé en un démon et un meurtrier de masse … » (p. 81)

« La Section M  » (Pour Morton), un paradis pour pédophiles?

 

Winston Churchill et Desmond Morton …souriant!

Officiellement,  Desmond Morton était le « conseiller » de Winston Churchill. En fait, il était responsable d’une organisation secrète Illuminati vouée à faire progresser la dictature du gouvernement mondial par le biais de grenouillages. Il était financé par la « Couronne », c’est-à-dire la Rothschild’s Bank of England. Il ne répondait qu’à Churchill qui, bien sûr, ne répondait qu’à Victor Rothschild. Le directeur de la Banque d’Angleterre, Montagu Norman, a recommandé Ian Fleming à la Naval Intelligence (les Renseignements de la Marine). (Fleming avait 15 ans de plus que Creighton.)

La  « Section M » disposait des ressources de la Royal Navy et des Marines et était responsable du sauvetage de Martin Bormann, voire d’Hitler si nécessaire (voir ci-dessous).

 

Morton ne s’est jamais marié et il y a des rumeurs selon lesquelles Churchill et Morton avaient un attachement homosexuel. Il a accusé Churchill d’avoir des sentiments homosexuels envers FD Roosevelt. (Winston Churchill, par Chris Wrigley, p. 268)

Les meilleurs agents et commandos comme Creighton ont été choisis parmi des hommes et des femmes dès leur adolescence et qui étaient personnellement connus des Illuminati. Creighton n’avait que 21 ans en 1945. Souvent, les jeunes étaient orphelins ou séparés de leurs parents. Par exemple, les parents de Creighton étaient divorcés mais Louis Mountbatten et Desmond Morton étaient des amis de la famille. Morton prit Creighton sous son aile et devint son « oncle« . Dans un moment de crise, « je l’ai étreint comme je l’avais si souvent fait dans le passé« . (85)

Creighton parle de son service dans la section M en termes sinistres: « de terribles années de trahison et d’horreur dans lesquelles j’avais été forcé. » (78) Il parle de « l’influence et du contrôle de type Pygmalion (Personne amoureuse d’une autre et qui la conseille et la façonne pour la conduire au succès) que Morton exerçait sur moi depuis ma tendre enfance« .

À 15 ans, Creighton a eu l’apparition d’un « ange noir » qui l’a possédé comme un « ange de la mort ».

« Je me suis réveillé au milieu de la nuit, trempé de sueur et il était là, debout au pied de mon lit … Je ne pouvais plus bouger. Avec un sentiment de dégradation totale et de terreur, j’ai réalisé que j’étais impuissant à empêcher qu’il me possède – comme il le ferait souvent dans les semaines, les mois et les années qui ont suivi « .

On dirait que Creighton a été victime d’un pédophile tenace.

Cet Ange Noir n’était autre que Morton. Creighton poursuit directement: « En regardant en arrière, je peux voir à quel point j’étais complètement sous l’emprise de Morton pendant la majeure partie de la guerre. De 1940 à 1945, j’étais sa marionnette, manipulée par lui et exécutant ses ordres. » (18)

Le dernier test d’endurance pour « les garçons et les filles consistait en 12 coups de canne administrés par un sergent des  Commandos de la Marine sur leurs fesses nues devant leur classe« . (69)

Il est possible que, comme certains agents MI-5 et MI-6 aujourd’hui, certains agents de la Section M aient été des esclaves sexuels contrôlés par l’esprit et par le corps. Greg Hallett a une explication différente, occulte.

Pions dans leur jeu

Le MO de Morton était « une supercherie et un double jeu », dit Creighton. C’est incroyable qu’il ait pu raconter l’histoire. C’est peut-être parce qu’il a accepté la fable que Bormann a été sauvé afin de restituer le pillage nazi à ses propriétaires légitimes.

Comme Creighton, nous sommes tous des pions dans leur jeu. Par exemple, Otto Gunther, le double de Bormann, était un prisonnier de guerre trouvé au Canada. Les registres de Bormann ont été modifiés pour correspondre à Gunther. Ainsi, lorsque le cadavre de ce dernier a été retrouvé, les gens ont pensé qu’il était celui de Bormann.

Les commandos accompagnant Bormann lors de son évasion n’avaient aucune idée de son identité. Beaucoup étaient des « combattants de la liberté » juifs. Quelle triste ironie!

Les grandes nations, l’Angleterre, les États-Unis, l’Allemagne et la France sont toutes des pions aux mains des Illuminati [3]. À quoi sert une démocratie lorsque l’Ordre Illuminati possède les politiciens et contrôle l’information?

Pensez aux millions de personnes qui sont mortes au cours de la Seconde Guerre mondiale pour détruire et dégrader l’humanité afin que les membres de la famille Illuminati puissent posséder et contrôler tout le monde. Ils sont toujours occupés à nous diviser les uns contre les autres, de telle sorte que nous ne nous unirons jamais contre eux.


Le correspondant Greg Hallett décrit le « body jumping » et comment  Hitler was also saved

Article lié à « Bormann Ran Hitler for the Illuminati »   et Hitler & Bormann Were Traitors sont des lectures indispensables à cet égard.

Source importante à lire:  Les nazis n’ont jamais été détruits



AFIN DE VOIR  LA LOGIQUE  DE CET ARTICLE:

Voici un lien important qui prouve ce qui est avancé ici:

Réécrire l’histoire :la bombe atomique,Hiroshima et les débuts du terrorisme illuminati


Source : Bormann Supplied Nazi Uranium for US Atom Bombs

 

Le développement du A4 aurait pu permettre de lancer une bombe atomique par ce porteur!

 

Le futur développement du A10 aurait permis d’envoyer une fusée A9 en orbite.
Publicités

Élections Canada 2019:Osons poser la question:Fidel Castro était-il le père de Justin Trudeau?

 

Les utilisateurs des réseaux sociaux ne sont pas en reste et, tandis que Cuba congédie son chef légendaire, les théoriciens du complot ,à travers toute la planète, ont conclu que le chef libéral canadien, Justin Trudeau, n’était rien de plus et rien de moins que le fils perdu de Fidel Castro. Serait-ce vrai ou faux?

Les preuves trouvées par ceux qui refusent de laisser Castro partir sont nombreuses, de l’énorme ressemblance physique aux coïncidences idéologiques.

Le Premier ministre du Canada a été critiqué par les conservateurs après s’être prononcé en faveur du chef communiste  Cubain, lui qui l’a tellement  loué après sa mort.

Leurs idéologies

À la mort de son père,l’Illuminati Pierre Elioth Trudeau,Justin Trudeau rencontre un autre grand illuminati,Fidel Castro.

 

Dans son discours, il a déclaré:

«Fidel Castro était un grand dirigeant, il a servi son peuple pendant près d’un demi-siècle. C’était un révolutionnaire et un orateur légendaire. M. Castro a apporté des améliorations significatives dans les domaines de l’éducation et de la santé.

« Je sais que mon père était très fier de l’appeler un ami et j’ai eu l’occasion de rencontrer Fidel à la mort de mon père. »

À cause de cela, beaucoup ont commencé à spéculer, affirmant qu’il ne s’agissait pas d’une simple admiration entre personnalités politiques, mais des gènes qu’ils partageaient.

Pour les photos de famille

Dans l’image ci-dessus, on peut voir Margaret Trudeau à côté de Castro, qui tient le petit Justin Trudeau et à côté de sa mère. En se basant ainsi sur plusieurs images qui circulent sur le réseau, les internautes spéculent que, en raison des relations étroites entre Trudeau et la famille de Castro,la possibilité est très grande et la relation s’en trouve facilitée.Ici, le président de Warm, Caribbean et danseur a fait des farces à Margaret Trudeau, la mère du politicien canadien.

Ils soutiennent également que les commentaires de Margaret sur le commandant cubain étayent sa théorie:

« C’était un homme chaleureux et charmant. »

 

Fidel Castro a voyagé au Canada

castro et trudeau

 

 

En 2000, le mari de Margaret, Pierre  Elliott Trudeau, est décédé. Fidel Castro s’est donc rendu au Canada pour offrir son soutien à la famille.

Justin Trudeau est ici penché sur le cercueuil de son père et Fidel Castro est identifié dans le cercle.

 

MAIS quelle ressemblance!

La ressemblance entre les deux est trop grande, selon les internautes, qui comparent les deux hommes à des âges similaires:

Alors…devons nous réagir comme Spock,dans une fameuse épisode de Star Trek?

 

 

*Rappelons à votre mémoire que des chercheurs reconnus ont  établi des liens sérieux entre le « Lider Maximo » et les Illuminati!

 

 

 

Vidéo en français:OVNI l’incroyable vérité :le documentaire qui dérange

 

 

 

J’ai le grand plaisir de vous présenter un chef d’oeuvre de documentaire qui est fort sérieux…On y parle entre autres de Jimmy Guieu!

Un plaisir à écouter ,car il ne vieillira pas!

Il y a plus de 60 ans,survenait l’affaire de Thomas Mantel…Ce documentaire vous en parle!

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Greta Thunberg = Pion des Rothschild et victime de ses parents

En 1960, l’écrivain John Hersey (1914-1993) publia un roman inquiétant intitulé «The Child Buyer» (L’acheteur de l’enfant), qui parlait d’enfants talentueux «achetés» par leurs parents à des agents du gouvernement, dans le but mystérieux de «sauver le monde».

Greta Thunberg en est une illustration. Elle est l’employée d’une plate-forme numérique nommée We don’t have time, créée en 2011.

Elle n’a pas sollicité cet emploi, il lui a été imposé par ses parents, un couple suédois qui milite à l’ultragauche et ont trouvé là le moyen de procurer à leur fille une situation rémunérée alors qu’elle est handicapée. Greta souffre du Syndrome d’Asperger, une forme d’autisme.

 

Comme certains autistes forts en calcul mais très handicapés pour tout le reste, elle est très performante dans un seul domaine, sa foi quasi religieuse dans le réchauffement climatique.

 

C’était donc sa compétence à exploiter, ce qu’ont fait ses parents puisque légalement elle est toujours mineure. Son handicap la rend très facilement manipulable, c’est la marionnette idéale et de surcroît pas trop chère pour ses employeurs. En l’embauchant, les dirigeants de We don’t have time se sont dit que son jeune âge et son handicap rendaient Greta inattaquable.

Ils sont ce que l’on appelle des « spin doctors », ce qui n’a rien à voir avec la médecine, ils vendent du conseil en communication et marketing politique. Ils ont eu l’idée de doper leurs ventes en se lançant à corps perdu dans l’écolo-catastrophisme, en récupérant les noms et adresses mail des admirateurs et suiveurs de Greta.

Déjà des centaines de milliers de fichés, bientôt des dizaines de millions dont les listes sont revendues à des agences publicitaires spécialisées dans le « green washing ».

We don’t have time n’est pas tombée du ciel, elle a été créée à l’initiative de Global Shapers, une institution qui travaille pour le Forum Economique Mondial qui se réunit tous les ans à Davos ! tout ça finacé par Global Utmaning dont le PDG est Ingmar Rentzhog et la Présidente fondatrice Christina Persson.

Greta Thunberg => We don’t have time => Global Shapers => Forum Economique Mondial Davos > Global Utmaning => industriels milliardaires Tentzhog et Persson.”

Mais qui finance la chaîne ?

…en plus que de financer les dangereux Antifa,Soros contrôle financièrement la panoplie d’entreprises que vous voyez ici.
Il est le 26 ième homme le plus riche au monde.
C’est le financier de la gogauche mondialiste!

 

De même qu’en tirant la ficelle Aquarius, on remonte à Georges Soros, on arrive en partant de Greta à deux familles d’industriels suédois, les Rentzhog et les Persson, associées dans Global Utmaning dont le PDG est Ingmar Rentzhog et la Présidente fondatrice Christina Persson.

N’oubliez pas que toutes les planètes du système solaire sont actuellement en net réchauffement. Ceci est normal. Ce qui n’empêche pas de faire attention à notre planète en changeant certaines habitudes néfastes pour l’environnement, tout en acceptant ses changements du système solaire.

La fine équipe veut vous culpabiliser et vous piquer encore plus de pognon.

C’est tout.

Observons dans le calme ces changements. La Vie sait ce qu’elle fait.

Source : Namaste

——————–

« L’industrie mondiale du changement climatique vaut 1,5 billion (mille milliards)  de dollars par an »,

dit le Climate Change Business Journal. Les bailleurs de fonds de Greta Thunberg sont des spéculateurs financiers dans des entreprises à la recherche de milliards de profits des programmes de «changement climatique» financés par les contribuables.

Beaucoup de personnes dans le monde sont maintenant perturbées par ce que nous avons vu: une jeune Suédoise de 16 ans qui avait des vulnérabilités mentales auto-avouées, poussée sur la scène mondiale, sous l’impulsion de forces d’élite très dérangeantes.

 Jim Stone a déclaré que « les autorités suédoises se sont présentées chez les parents de Greta et ont ouvert une enquête pour abus sur enfant » [le site Web de Jim Stone interdit les liens normaux vers des articles, mais son dernier est accessible via son adresse IP:]

http://82.221.129.208/

 

 

Luisa- Marie Neubaer

 

Sur de nombreuses photographies de Greta, la guidant et la protégeant des journalistes qui posent de « mauvaises » questions, se trouve son « gestionnaire » officiel, Luisa-Marie Neubauer, âgée de 23 ans, originaire de Hambourg, ambassadrice de la « ONE Foundation », un autre outil subversif de George Soros & Melinda & Bill Gates.

Bill Gates et l’évolution de sa fortune.

 

Le yacht de 4 millions d’euros sur lequel Greta a navigué aux États-Unis était un yacht de la famille Rothschild, qui l’a transféré au magnat allemand Gerhard Senft. Pierre Casiraghi, petit-fils du regretté Prince Rainier III et actrice Grace Kelly, était le capitaine de ce voyage.

https://www.finews.com/news/english-news/37460-greta-thunberg-climate-warning-climate-activist-un-conference-new-york-monaco-efg-bmw

Les lecteurs de ce site voient rapidement le problème dans tout cela: « Les Illuminati utilisent des enfants handicapés mentaux comme Greta Thunberg pour faire avancer leur programme pervers« :

https://www.henrymakow.com/2019/08/tavistock-illuminati-war-on-society.html

Et en fait, le spectacle de Greta aux Nations Unies reproduisait un événement similaire il y a 27 ans. En 1992, Severn Cullis-Suzuki, alors âgée de 12 ans, fille du célèbre environnementaliste canadien et personnalité de la télévision canadienne David Suzuki (né en 1936), s’est adressée à la session plénière du Sommet de la Terre des Nations Unies à Rio de Janeiro, où elle a « fait taire le monde pendant cinq minutes « … disant  » Nous sommes un groupe de jeunes de 12 ans qui essayons de faire une différence « . Son discours ‘Écoutez les enfants’ de l’ONU:

Avec l’amour et le respect que beaucoup d’entre nous ont pour la nature et l’environnement, nous sommes vulnérables aux opérations psychologiques de longue date:

https://www.henrymakow.com/2019/05/Green-Movements-are-all-Illuminati-Psy-Ops.html

Programmation prédictive?

 

Poursuivant une série assez étonnante de choses déjà vues à l’avance dans la série de dessins animés «Les Simpson», nous avons quelques extraits d’un épisode du cartoon Donald Trump, un peu comme la réunion «accidentelle» de Trump à l’ONU avec Greta Thunberg.

« L’industrie mondiale du changement climatique vaut 1,5 billion de dollars par an« , indique le Climate Change Business Journal. Les commanditaires de Greta Thunberg sont des spéculateurs financiers dans des entreprises à la recherche de milliards de dollars de profits provenant de programmes de lutte contre le changement climatique financés par les contribuables:

https://standpointmag.co.uk/issues/june-2019/gretas-very-corporate-childrens-crusade/

https://www.thetimes.co.uk/article/greta-thunberg-and-the-plot-to-forge-a-climate-warrior-9blhz9mjv

Cela dure depuis des décennies … Dans les années 1990, Al Gore et Enron, « ont vu l’avenir« , où des banques telles que Goldman Sachs pourraient tirer profit du « marché des crédits de carbone liés au changement climatique« :

https://www.winterwatch.net/2019/04/corrupt-enron-and-the-kyoto-climate-treaty-scam/

Autre signe de la main de la cabale dans cette affaire, Justin Murphy tweetait que « si Greta Thunberg guide la politique mondiale, alors nous ne pourrions  pas nous opposer à ce que Jeffrey Epstein exploite des esclaves sexuelles âgées de 16 ans «  »:

https://www.dailydot.com/layer8/justin-murphy-greta-thunberg-jeffrey-epstein/

Selon des informations non confirmées, une adolescente britannique se serait suicidée suite à l’hystérie du désastre du changement climatique. Même si ce n’est pas vrai, nous sommes confrontés à des manipulations de masse et à la terreur de jeunes impressionnables, trop jeunes pour avoir vu la longue histoire d’escroqueries et de mensonges vendus en permanence par des «officiels» et des «experts».

L’afflux émotionnel désemparé de Greta Thunberg aux Nations Unies soulève le problème de la grave inconduite de ses parents jouissant de sa célébrité, et de ces milliardaires et millionnaires qui la financent et la «gèrent». On voudrait que ces personnages sombres et indignes, cherchant à tirer profit des actions et de la douleur de Greta, cessent immédiatement toutes leurs manipulations de cette jeune fille autiste.

J’espère que la jeune Greta sera bientôt capable de retourner chez elle et dans sa communauté et de pouvoir rencontrer de vrais amis, qui ne sont peut-être pas célèbres, mais qui, au moins, ne sont pas sur la liste de paie de George Soros ou de spéculateurs financiers à la recherche de profits.

—————————

Les canulars du changement climatique remontent à 80 ans

 

En raison du contrôle des médias et de l’éducation par les Illuminati, on ne montre pas aux jeunes les déclarations de scientifiques accrédités qui dénoncent le canular de «l’urgence du changement climatique».

En particulier, les jeunes ne sont pas informés de la longue histoire de prédictions de « catastrophes climatiques », qui se sont révélées être risibles et totalement fausses, alors qu’elles venaient de « scientifiques » – ‘Dozens Of Failed Climate Predictions Stretch 80 Years Back’ (« Des dizaines de prévisions climatiques défaillantes s’étendent sur 80 ans »)

Récemment, 500 scientifiques ont écrit aux Nations Unies pour déclarer qu ‘ »il n’y a pas d’urgence climatique … il n’y a pas de raison de panique ni d’alarme … Il n’y a pas de preuve statistique que le réchauffement climatique intensifie les ouragans, les inondations, les sécheresses, etc. » catastrophes, ou en les rendant plus fréquents « .

https://www.breitbart.com/environment/2019/09/24/500-scientists-write-u-n-there-is-no-climate-emergency/#

Dans les années 1960-1970, il ne s’agissait pas de «réchauffement de la planète» mais de «l’ère glaciaire qui s’annonçait!», C’était la crainte officielle des «scientifiques» … Une publicité télévisée de 1979 avec Leonard Nimoy, M. Spock de Star Trek, nous met en garde comment des centaines de millions de personnes pourraient mourir de froid au moment où les petits enfants étaient les  téléspectateurs:

https://www.youtube.com/watch?v=mOC7ePWCHGk

Patrick Moore, co-fondateur et ancien président de Greenpeace, a déclaré que le changement climatique était un « canular et une arnaque complète » … John Coleman, le fondateur de Weather Channel, a déclaré que le réchauffement de la planète était « la plus grande arnaque de l’histoire« :

https://www.express.co.uk/news/clarifications-corrections/526191/Climate-change-is-a-lie-global-warming-not-real-claims-weather-channel-founder

Le Dr Joel Myers, fondateur d’AccuWeather, soutient lui aussi le «négationnisme»:

https://www.accuweather.com/en/weather-blogs/realimpactofweatherwithdrjoelnmyers/throwing-cold-water-on-extreme-heat-hype/70008963

Piers Corbyn, scientifique et frère de Jeremy Corbyn, fait de même:

https://metro.co.uk/2019/06/21/jeremy-corbyns-brother-claims-man-made-climate-change-not-exist-10025291

« Des dizaines de prévisions climatiques défaillantes s’étendent sur 80 ans »:

https://www.theepochtimes.com/dozens-of-failed-climate-predictions-stretch-80-years-back_3096733.html

Le scandale «ClimateGate» de l’Université d’East Anglia, en 2009, a été un tournant décisif, lorsqu’un courrier électronique interne a été diffusé et a montré aux scientifiques avides de tromper pour obtenir plus d’argent pour le réchauffement de la planète, avec « des pratiques allant du mauvais professionnalisme à la science frauduleuse. Les biais, la manipulation des données, l’esquive des demandes de liberté d’information et les efforts visant à subvertir le processus d’évaluation par les pairs ont été mis à jour. « 

https://www.masterresource.org/climategate/climategate-trump/

Un scientifique du changement climatique et son épouse, gagnant 750.000 dollars par an, ont tenté de harceler les dénégateurs du climat en leur faisant porter des accusations légales:

http://www.climatedepot.com/2015/09/20/update-leader-of-effort-to-prosecute-skeptics-under-rico-paid-himself-his-wife-1-5-million-from-govt-climate-grants-for-part-time-work/

« Le changement climatique est un canular dirigé par les Nations Unies afin de mettre fin à la démocratie et d’imposer un régime autoritaire … le réchauffement de la planète n’était qu’un « hameçon » pour installer le nouvel ordre mondial « 

– Maurice Newman, conseiller du Premier ministre australien 2013-2015, Tony Abbott

https://www.smh.com.au/politics/federal/climate-change-a-unled-ruse-says-tony-abbotts-business-adviser-maurice-newman-20150508-ggwuzt.html

Source :Greta Thunberg – Rothschild Pawn

 

 

Un agent du MI5 a avoué : »J’ai tué la princesse DIANA sur l’ordre du Prince Philip »

John Hopkins, un agent retraité de MI5 de 80 ans, a fait une série de confessions étonnantes depuis sa sortie d’hôpital à Londres mercredi, dans lequel on lui a dit qu’il lui restait quelques semaines à vivre. Hopkins déclare avoir été un tueur du MI5, impliqué dans 23 assassinats pour l’agence de renseignement britannique entre 1973 et 1999, y compris la princesse Diana.

M. Hopkins, qui a travaillé pour M15 pendant 38 ans en tant qu’opérateur, prétend qu’il a été souvent utilisé comme tueur à gages par l’agence, pour assassiner discrètement des individus considérés comme une menace pour la sécurité intérieure du Royaume-Uni.

Jadis,plusieurs la surnommaient : « La Princesse du Peuple »!

Formé à la fois comme ingénieur en mécanique et expert en munitions, M. Hopkins affirme avoir une vaste expérience de méthodes moins conventionnelles pour infliger la mort et la destruction, y compris par les produits chimiques et les poisons.

L’homme britannique de 80 ans prétend qu’il a été impliqué dans des assassinats du MI5 entre juin 1973 et décembre 1999, pendant laquelle « le MI5 s’occupait peu de surveillance externe ».
Hopkins dit qu’il faisait partie d’une cellule de sept agents qui étaient chargés d’exécuter des assassinats politiques à travers le Royaume-UniLa plupart des victimes étaient des politiciens, des militants, des journalistes et des dirigeants syndicaux.

  1. Hopkins dit que la princesse Diana est unique parmi ses victimes, car elle est la seule femme qu’il n’ait jamais assassinée, ainsi que la seule de rang royal.Elle est également la seule victime que la famille royale elle-même a ordonné d’éliminer.

[Interdit dans le monde entier: Documentaire sur la Princesse Diana ‘Killing illégal « .J’ai l’audace de vous présenter  le vidéo exceptionnellement censuré…S’il-vous-plait partagez l’article  en entier:À voir]

Unlawful Killing est un documentaire britannique de 2011, réalisé par Keith Allen, sur la mort de Diana, princesse de Galles et de Dodi Fayed le 31 août 1997.

Le film a été interdit en 2012 après avoir été suspendu par des avocats contre d’éventuelles poursuites pour diffamation. Les producteurs ont admis que les avocats leur avaient conseillé de faire 87 coupes s’ils voulaient montrer le film en Grande-Bretagne.

Le film a coûté 2,5 millions £ à produire et n’a jamais été vu par le public.

Un absolu à voir. Cette version non coupée et non censurée peut ne pas rester en ligne très longtemps. S’il vous plaît partager .

 


Il prétend se sentir « ambivalent » au sujet de la mort de la princesse Diana. D’une part, Diana était «une belle femme de bon cœur» qui ne méritait pas cette mort.  
Mais selon M. Hopkins, elle mettait également en danger la Couronne britannique:

« La famille royale avait la preuve qu’elle envisageait de divorcer de Charles. Elle connaissait trop de secrets royaux. Elle avait une énorme rancune et elle allait déballer en public toutes sortes de revendications sauvages. Mon patron m’a dit qu’elle devait mourir. Il en avait reçu l’ordre directement du prince Philip , et nous devions faire ressembler à un accident. Je n’avais jamais tué une femme avant, encore moins une princesse, mais j’ai obéi aux ordres. Je l’ai fait pour la reine et le pays. « 

L’étape suivante de la conspiration de haut niveau impliquait les médias, sous le contrôle serré du palais, en se parlant les uns aux autres afin de “bien ficeler leurs histoires, s’assurer que tout le monde était sur la même page. C’était une opération bien gérée. « 

 

« Les journalistes britanniques répondent tous aux rédacteurs qui répondent aux oligarques qui veulent être tous des chevaliers de la famille criminelle du palais de Buckingham. Il n’y a pas de presse libre en Grande-Bretagne , a déclaré M. Hopkins.

« Nous avons échappé aux conséquences de ce meurtre. »

L’homme de 80 ans, qui a passé ses dernières semaines à la maison, a déclaré qu’il s’attendait à être placé en garde à vue suite à ses aveux, mais dit: «Je ne peux pas dire que cela me préoccupe énormément.» Hopkins a expliqué que toute enquête sur l’affaire «prendrait une éternité» et serait «très compliquée» car il y a peu d’enregistrements écrits autour des activités secrètes du MI5 et «la plupart de mes collègues sont déjà morts».

Le témoin le plus important dans l’affaire, le chef de M. Hopkin, est mort d’une crise cardiaque au début des années 2000 et le commanditaire, le prince Philip, « ne sera jamais accusé de quoi que ce soit, bien sûr« 

Le prince Philip ,mari de la reine Elisabeth II et psychopathe.

Voici 2 citations du prince Philip:

« Nous devons abattre la population en surplus » (Août 1997)

« Dans le cas où je suis réincarné, j’aimerais revenir en virus mortel, afin de contribuer à résoudre la surpopulation »  (décembre 1988)


« Si jamais le prince Philip se laisse  analyser par un psychiatre, je suis sûr qu’il serait diagnostiqué comme psychopathe. Il a tous les traits sombres de la triade. « 

Interrogé sur la raison pour laquelle il n’a pas refusé le travail ou exposé l’intrigue à l’époque, il a expliqué que “les agents du MI5 jurent l’allégeance envers la Couronne, nous ne pouvons être impartiaux en ce qui concerne la famille royale. Au mieux, j’aurais été accusé de trahison, et au pire, Philip aurait conçu un sort horrible pour moi.”.


Les révélations d’outre-tombe de Diana portent un coup à l’autorité de la monarchie

Un nouveau scandale national vient d’éclater au Royaume-Uni: des enregistrements vidéo de la princesse Diana, inconnus jusqu’à présent, dévoilent de nouveaux éléments sur l’histoire de son mariage avec le prince héritier Charles et pourraient faire la lumière sur les causes de sa mort.

La maison Windsor est soupçonnée depuis longtemps d’avoir souhaité le meurtre de Diana et les déclarations contenues dans la vidéo apportent des éléments permettant de mieux comprendre le contexte dans lequel elle était plongée.


EN COMPLÉMENT

Voici l’analyse de Vzgliad (un chercheur sérieux):

Diana et Charles à une époque plus …heureuse (relativement parlant).

En Grande-Bretagne, il y a un scandale national. Des vidéos auparavant inconnues de la princesse Diana apportent non seulement des détails sur l’histoire de son mariage avec l’héritier du trône, Charles, mais également sur les causes de sa mort. La maison dirigeante du Windsor a longtemps été soupçonnée d’avoir tué Diana. Mais ce n’est que maintenant que le motif a été nommé.

Dimanche soir, la télévision britannique a diffusé le documentaire « Diana: Dans ses propres mots », dans lequel on présentait à Sa Majesté des vidéos réalisées par Peter Settelen, tuteur de la princesse pour son discours et son oratoire. Le film avait été précédé d’une bruyante campagne de presse et le frère de Diana, Earl Spencer, ainsi que des amis de la famille royale avaient formellement demandé à la direction de Channel 4 de ne pas montrer de preuves scandaleuses, de ne pas exploiter la brillante image de la « princesse du peuple » et de ne pas blesser ses fils.

Les hommes de télévision n’entendaient pas ces demandes et le film «Diana: Dans ses propres mots» était diffusé 25 jours avant le 20e anniversaire de la mort tragique de la princesse.

Princesse dit

Les cours de Diana avec Peter Settelen ont commencé en septembre 1992. Quand ils se sont rencontrés pour la première fois au Kensington Palace, il a allumé le caméscope et a demandé à Lady Dee de dire quelques mots sur lui-même. Imaginez sa surprise lorsque la femme de l’héritier du trône a commencé à avouer les moments les plus intimes de son mariage.

En particulier, Son Altesse Royale la Princesse de Galles a expliqué à la professeure à quel point le prince Charles était maladroit en s’occupant d’elle:

“Quand il a grimpé sur moi et a commencé à s’embrasser et tout ça, j’ai pensé:“ Ouf! Ce n’est pas fini non plus!

Elle se plaignit ensuite que dans les premières années de la vie conjugale, ils n’avaient des relations sexuelles que toutes les trois semaines. De plus, au cours des sept dernières années, son mari a généralement cessé de partager son lit et a passé le temps vacant avec sa maîtresse Camilla Parker-Bowles.

Diana a parlé à Settelen de son véritable amour. Quatre ans après le mariage, elle est tombée amoureuse de son garde du corps, la belle brune Brun Manaki. Il était marié et Diana a affirmé qu’elle « avait vu en lui une figure paternelle, rien de plus ». Vrai ou pas, mais bientôt, Manaki a été muté sur un autre lieu de travail et, trois semaines plus tard, il s’est écrasé à mort sur sa moto.

«Tout s’est ouvert et il a été viré, puis tué. Ce fut le pire coup de ma vie », a déclaré Diana.

Par la suite, Settelen a avoué aux journalistes qu’il était «vraiment effrayé» par ces révélations, mais avait rapidement compris le but de Diana. Elle pensait déjà au divorce et voulait répéter à l’avance comment elle se garderait devant les journalistes. En gros, Settelen l’aida à définir une «ligne de défense». Les accusations contre Charles et sa mère, la reine Elizabeth, ont été répétées jusqu’à la fin de 1993 et, en 1996, le célèbre couple a vraiment divorcé.

Pendant la vie de Diana, toutes les vidéos de Settelen étaient stockées dans sa maison. Immédiatement après sa mort (le 31 août 1997), ils ont disparu, mais ont été retrouvés quelques années plus tard par son majordome. Earl Spencer, frère de Diana, et Settelen, auteur des disques, ont contesté leur propriété. Ayant gagné l’affaire, il a vendu les films à Channel 4.

La publication de ces bandes soulève à nouveau des problèmes extrêmement pénibles pour la famille royale britannique. Une déclaration d’amour pour Manaki rappelle les autres amants de Diana qui l’accompagnaient dans l’échec de son mariage. Il y avait l’instructeur d’équitation James Hewitt, l’agent de la cour David Waterhouse et l’homme d’affaires James Gilby. Cela soulève inévitablement des doutes sur le fait que l’héritier du trône britannique était le véritable père des princes William et Harry.

Les souvenirs de Diana de la mort de Manaki ont également l’air effrayants. Les soupçons qu’il a été délibérément tué en raison de son histoire d’amour avec la princesse, ravivé après la mort mystérieuse de Diana elle-même. L’accident de voiture, dans lequel son amant Dodi Al-Fayed et son chauffeur sont également décédés, a donné lieu à diverses théories du complot au cours de ces 20 années. Presque tout semblait étrange. Pourquoi un chauffeur Al-Fayed hautement professionnel a-t-il été incapable de faire face? Pourquoi le seul passager survivant est-il silencieux – le garde du corps de Reese-Jones, qui était assis à l’avant?

La version selon laquelle Diana a été assassinée par le MI6 sur l’ordre du prince Philip, épouse de la reine Elizabeth, a été révélée au public par le père de Dodi, l’oligarque Mohammed Al-Fayed. Il a participé à plusieurs enquêtes et a toujours déclaré que

la famille royale a traité avec Diana pour empêcher son mariage avec un musulman.

Cependant, Al-Fayed a également affirmé que Dodi était déjà enceinte de Diana au moment de son décès, mais une autopsie ne l’a pas confirmé. A cela, le milliardaire a déclaré que les résultats de l’autopsie avaient été altérés à la demande de la famille royale.

En 2007, après de nombreux procès, une version officielle de l’incident a pris forme. Le chauffeur a été identifié comme le principal responsable, dans lequel l’alcoolémie a été trouvée, la version d’Al-Fayed a été qualifiée de théories du complot sans fondement. De plus, l’oligarque a joué un rôle douteux dans le destin de Diana, en le réduisant trop avec diligence avec son fils.

Jeu des trônes

Toutes les théories du complot développées autour de la mort de Diana avaient un lien faible: le manque de motivation des conspirateurs.

Oui, dans ses interviews scandaleuses, l’ex-femme de l’héritier du trône a fabriqué tout le linge sale de la famille royale dans tout le pays. Mais, paradoxalement, cela n’a fait qu’augmenter la popularité de la maison de Windsor. Grâce à Diana, ils sont devenus participants à un feuilleton sans fin, regardé par le monde entier.

Oui, Diana n’était pas la chasteté et affichait ses romans. Mais le prince Charles ne lui était pas inférieur en termes de scandale. Il ne cachait à personne sa relation de longue date avec sa femme mariée Camilla Parker Bowles et, naturellement, il se fichait de l’opinion publique.

Il semblerait que la charmante Diana frivole et charmante ne représente aucune menace pour la maison de Windsor. En fin de compte, la monarchie anglaise n’a pas connu autant de scandales. Les relations amoureuses des héritiers du trône – les princes du pays de Galles – sont depuis longtemps une tradition. L’arrière-arrière-grand-mère Parker Bowles serait la maîtresse de l’arrière-arrière-grand-père du prince Charles.

Mais à la veille de la diffusion du film « In Your Own Words », The Sun, propriété de l’oligarque Rupert Murdoch, a annoncé qu’elle disposait encore de 12 heures de vidéos réalisées par Lady Dee peu de temps avant sa mort. Le caméraman était un employé anonyme de la BBC vivant aux États-Unis aujourd’hui. Ces films confirment que l’ancienne princesse avait de sérieux projets pour le trône anglais.

D’après le récit, Diana expose à nouveau le comportement immoral de son mari, expliquant comment l’héritière, se cachant derrière elle dans les toilettes, a tenu des conversations téléphoniques indécentes avec Camilla.

Puis il annonce à la caméra: « Elle est prête à tout faire pour empêcher Charles de devenir roi ».

Dans son journal de tournage, le caméraman a écrit que Diana avait l’intention de s’émerveiller après le décès de la reine Elizabeth, son fils aîné, le prince William: « Elle avait une telle idée romantique de devenir le » roi « , la mère derrière le dos de son fils. »

Les films découverts par The Sun n’ont pas encore été publiés, mais cette version explique bien le comportement excentrique de Diana.

La belle princesse a réussi à plaire au public. Elle s’habillait bien, se comportait démocratiquement et simplement, mais les gens étaient particulièrement impressionnés par la plainte de l’épouse de l’héritier du trône dans ses nombreux entretiens au cours d’une vie difficile: son mari triche, sa belle-mère méprise, des larmes coulent comme une rivière. Pour se calmer, Diana commence à manger et ne peut plus s’arrêter. Toute femme au foyer s’est reconnue sur cette liste de griefs. « Les riches pleurent aussi. »

Pour cette franchise, la nation « pardonna » à Diana sa haute origine. La princesse appartenait à l’une des familles les plus notables de la Grande-Bretagne et était la fille de Earl Spencer, mais dans l’imagination populaire, elle devint la pauvre Cendrillon, qui fut torturée au palais royal.

Au même moment, la « princesse du peuple » décrivait son mari – l’héritier du trône – de la manière la plus noire. De sa soumission, des scandales monstrueux ont éclaté, dont le plus déplaisant était la porte Camilla. Tout a commencé par une conversation téléphonique entre Charles et Camilla. Dans celui-ci, le prince de Galles a dit à sa maîtresse qu’il aimerait être son écouvillon.

Peu de temps auparavant, le journal Sun avait publié la même écoute électronique de Diana: elle avait parlé à son amant James Gilby. Il l’appelait surnom affectueux et elle se plaignait d’avoir peur de la grossesse.

En se moquant de Charles, le public a facilement pardonné Diana. Elle était une icône du style et la « reine des coeurs ».

À la fin de leur mariage, Charles était complètement compromis et Diana ressemblait à une victime innocente. Après le divorce, la princesse a tenté de dénigrer encore plus la famille royale. À la lumière de son plan, cela semble logique: la princesse espérait que, sous la pression de l’opinion publique, la reine serait obligée de faire du prince William son fils Diana. Après son accession, Diana deviendrait le « cardinal gris » omnipotent.

Si Diana avait vraiment un plan similaire, les versions théologiques du complot de sa mort ne paraissent plus extravagantes. Les personnages principaux du jeu des trônes marchent toujours sur le tranchant d’un couteau. Surtout à un moment où l’autorité de la monarchie est en déclin constant, et c’est exactement ce qui se passe en Grande-Bretagne . Autrefois la couronne la plus puissante du monde, même les fervents conservateurs ne promettent plus de brillantes perspectives, dont beaucoup admettent tristement dans des conversations privées que la chute du foyer de Windsor n’est plus qu’une question de temps.


Diana et Charles lors de leur mariage.
Diana et Charles lors de leur mariage.
Dimanche soir,le 6 août 2017, à 25 jours du 20e anniversaire de la mort tragique de la princesse, la télévision britannique a diffusé le documentaire Diana de vive voix présentant pour la première fois au public des images enregistrées par Peter Settelen, son professeur d’art oratoire.
Les cours de Diana avec Peter Settelen ont commencé en septembre 1992. Dès leur première rencontre au palais de Kensington, il a allumé la caméra et a demandé à Lady Di de parler d’elle. Le professeur a été très surpris quand l’épouse du prince héritier s’est mise à confier les détails les plus intimes de son mariage.
En particulier, la princesse a raconté la manière maladroite avec laquelle le prince Charles lui faisait la cour: «Quand il m’a grimpé dessus et s’est mis à m’embrasser et tout le reste, j’ai pensé: Beurk! On ne fait pas ça!»
Puis elle s’est plainte du fait que, pendant les premières années de vie conjugale, ils ne faisaient l’amour qu’une fois toutes les trois semaines. Sachant que pendant les sept dernières années de leur vie commune, son mari a complètement cessé de partager son lit avec elle et passait son temps libre avec son amante Camilla Parker Bowles.
Diana a également parlé à Settelen de son véritable amour: quatre ans après son mariage, elle est tombée amoureuse de son garde du corps Barry Mannakee. Il était marié, et Diana disait voir en lui «une figure de père, rien de plus». Que ce soit vrai ou non, par la suite Mannakee a été transféré à un autre poste et trois semaines plus tard il s’est tué à moto.
«Tout est devenu clair, il a été viré, puis tué. C’était le coup le plus dur de ma vie», disait Lady Di.
Par la suite, Settelen a reconnu devant les journalistes qu’il avait été vraiment effrayé par ces révélations mais avait rapidement compris l’objectif de Diana: elle songeait déjà au divorce et voulait répéter son discours devant les journalistes. En d’autres termes, Settelen l’a aidée à établir sa «ligne de défense». Ils ont répété les accusations visant Charles et sa mère, la reine Elisabeth II, jusqu’à fin 1993, et en 1996 le célèbre couple a divorcé.
Quand Diana était en vie, tous les enregistrements étaient conservés dans la maison de Settelen. Après sa mort (le 31 août 1997) ils ont disparu mais ont été retrouvés chez son majordome. Ils étaient réclamés par le frère de Diana, le comte Spencer, et Settelen en tant qu’auteur. Après avoir gagné son procès, ce dernier a vendu les vidéos à la chaîne Channel 4.

Sources

 

Le prince Charles connaissait bien Jimmy Saville,le plus grand pédophile de l’histoire britannique!

 

 

 

Afrique du Sud: Les réfugiés blancs que personne ne veut

En Afrique du Sud, les White Boers sont obligés de vivre dans des bidonvilles parce que l’ère post-Nelson Mandela n’est pas aussi «arc-en-ciel» que ce qui avait été promis.

 

Depuis plus d’une décennie, des lois ont été mises en place qui défavorisent délibérément les Blancs lorsqu’ils cherchent du travail. 400 000 Sud-Africains blancs vivent aujourd’hui dans la pauvreté, soit près d’un sur dix.

Les Sud-Africains blancs qui ont la chance de trouver du travail doivent craindre d’être violés, torturés et assassinés s’ils travaillent dans des fermes.


Les choses sont si mauvaises qu’un candidat à la présidence devait promettre «jamais un génocide blanc sous notre domination».

 

 

Ce camp est à Munsieville, près de Johannesburg. Il y a environ 80 camps supplémentaires remplis de Blancs marginalisés dans le pays.

Ils veulent partir, mais la plupart ne peuvent pas se le permettre et peu de pays sont disposés à en prendre plus d’une poignée. Vous n’entendrez pas parler de ces vrais réfugiés à la télévision parce qu’ils sont blancs.

 

Les médias ne documenteront pas le génocide de souffrances et d’assassinats à la ferme de Sud-Africains blancs, car cela ne correspond pas à leur histoire.

Les Blancs sont censés être les oppresseurs qui détiennent tout le pouvoir, et nous sommes méchants aussi parce que nous ne voulons pas que nos pays deviennent des pays «arc-en-ciel». . . comme la nation “arc-en-ciel” est censée être l’Afrique du Sud.

Nos propres gouvernements et classes dirigeantes tentent de créer «l’arc-en-ciel» en envoyant des millions de non-Blancs dans tous les pays à majorité blanche de la planète.

Ce n’est pas de la «diversité» si vous éliminez une race, c’est un génocide. C’est un génocide blanc parce que nous, Blancs, sommes les seuls à perdre nos pays.

 

 

 

 

 

Les dossiers de Michel Duchaine:Anniversaire d’une sanglante dictature communiste :la Chine 1949-2019

Des troupes chinoises nombreuses défilent à l’occasion du 70e anniversaire du régime, à Pékin le 1er octobre 2019

La Chine communiste a donné mardi,le 1 er octobre 2019, le coup d’envoi des colossales célébrations de son 70e anniversaire, alors qu’à Hong Kong, les contestataires pro-démocratie ont promis de voler la vedette.

« Rien ne peut ébranler les fondations de notre grande nation. Rien ne peut empêcher la nation et le peuple chinois d’aller de l’avant« , a lancé le président Xi Jinping, habillé en costume Mao sombre. 

Le président Xi a prononcé son discours depuis la porte Tiananmen, l’endroit même où son lointain prédécesseur Mao Tsé-toung proclama la République populaire le 1er octobre 1949. 

Une image de propagande chinoise, non datée, publiée par l’AFP en 1955.

Il a ensuite commencé à passer en revue les troupes debout dans une voiture décapotable, avant un défilé militaire ultra-sécurisé. 

Avec 15.000 soldats, des centaines de chars, missiles et avions de combat, le défilé décennal du 1er octobre s’annonce comme l’un des plus gigantesques jamais vus à Pékin. 

Les festivités se déroulent sous très haute surveillance: seul un public trié sur le volet est admis sur l’immense avenue de la Paix éternelle pour voir passer le défilé. 

 

Xi Jinping, qui a encore renforcé l’autorité du Parti communiste chinois (PCC) depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, est parfois considéré comme le plus puissant dirigeant chinois depuis le règne de Mao (1949-76). 

Il lui a d’ailleurs rendu hommage lundi dans le mausolée où le « Grand timonier » repose, sur la place Tiananmen. 

Le pouvoir glorifie le rôle historique de Mao Tsé-toung comme fondateur du régime, tout en gommant ses aspects dramatiques. Selon un bilan avancé par de nombreux sinologues à l’étranger, les campagnes politiques et économiques lancées par le « Grand timonier » se sont traduites par la mort de 40 à 70 millions de personnes. 

 « Journée de colère » à Hong Kong – 

La puissance chinoise est contestée par le président américain Donald Trump, qui a déclenché l’an dernier une guerre commerciale contre Pékin à coup de droits de douane punitifs. L’économie chinoise a commencé à accuser le coup. 

L’autorité de Pékin est surtout battue en brèche depuis juin à Hong Kong, à 2.000 km au sud de Pékin, par un mouvement de contestation jamais vu depuis le retour de l’ex-colonie britannique à la Chine en 1997. 

Des manifestations violentes ont encore opposé dimanche forces de l’ordre et manifestants pro-démocratie, qui accusent Pékin d’accroître son influence dans le territoire autonome. 

« Nous nous attendons à ce que la situation demain soit très, très dangereuse« , a averti lundi John Tse, haut responsable de la police locale. 

« Les émeutiers radicaux sont en train d’élever leur niveau de violence. La profondeur et l’ampleur de leurs violences et de leurs projets montrent qu’ils se livrent de plus en plus à des actes de terrorisme« , a-t-il accusé. 

Les manifestants hongkongais, qui ont appelé à une « journée de colère« , comptent bien profiter des célébrations de mardi pour crier encore plus fort leur ressentiment à l’encontre du régime chinois, dénoncer le recul des libertés et la violation, selon eux, du principe « Un pays, deux systèmes » qui avait présidé à la rétrocession de 1997. 

S’exprimant lundi soir, le président Xi Jinping s’est engagé à poursuivre l’application de ce principe, tout en défendant l’unité nationale. 

« L’unité, c’est le fer et l’acier. L’unité est source de force« , a-t-il lancé, alors que son régime a laissé planer ces derniers mois le spectre d’une intervention pour rétablir l’ordre. 

Trente ans tout juste après la répression sanglante du mouvement démocratique de la place Tiananmen à Pékin, qui avait donné un coup d’arrêt au développement économique chinois, nombre d’experts doutent cependant que le régime communiste prenne un tel risque dans un centre financier international comme Hong Kong. 

Les tensions sont nées de l’opposition à un projet de loi hongkongais qui devait autoriser les extraditions vers la Chine continentale. Le texte a depuis été enterré mais les revendications se sont considérablement élargies, réclamant notamment la tête de la cheffe de l’exécutif pro-Pékin, Carrie Lam. 

Mme Lam a quitté Hong Kong pour Pékin afin d’assister aux festivités. Dans l’ex-colonie, son gouvernement a annulé le feu d’artifices prévu pour le 1er octobre, par crainte d’incidents. 

A Pékin, la journée doit se conclure par un défilé civil de quelque 100.000 personnes autour de 70 chars de carnaval évoquant les accomplissements des dernières décennies, avant un feu d’artifice qui s’annonce colossal. 


ASCENSION DE LA DICTATURE

 

1949 -1962: les difficiles débuts de la République Populaire de Chine

Déchirée depuis 1927 par une guerre civile entre nationalistes et communistes ayant fait près de six millions de morts, hors seconde guerre mondiale, la Chine se réunifie le 1er octobre 1949 sous l’égide de Mao Zedong. «Les Chinois se sont levés!», s’exclame-t-il dans son discours d’intronisation, place Tiananmen. Le «Grand Timonier» apparaît comme un pacificateur.

Mao Tsé Toung,le « Grand Timonier »!

Mais la stabilité prétendument retrouvée n’est que façade: dès 1950, le PCC lance des campagnes de terreur pour éradiquer la corruption et «supprimer les contre-révolutionnaires». Les individus considérés comme agents du Kuomintang – le parti nationaliste qui était en guerre contre le PCC – sont alors arrêtés, exécutés ou envoyés en camps de rééducation. Selon Mao lui-même, 700.000 personnes sont exécutées.

En 1955, une première collectivisation est imposée au pays. Une centaine de millions de paysans sont placés sous le contrôle direct des cadres du parti. Mais l’opération est un échec – d’importantes pertes agricoles sont à déplorer durant l’été 1956 – et le PCC commence à être critiqué. S’ensuit, dès 1957, la Campagne des Cent Fleurs: Mao prend le taureau par les cornes en appelant ouvertement à critiquer le régime, dans le but de l’améliorer. Mais surpris par l’ampleur de la contestation, menée par la jeunesse et les intellectuels, le PCC réprime et jette des centaines de milliers de protestataires dans des camps de travail.

En 1958, Mao récidive. Il impose de nouveau une collectivisation, qu’il surnomme le Grand Bond en avant. Mais comme la première fois, l’échec est total, et pire: jusqu’en 1962, cette politique, qui prévoit l’expansion des infrastructures et un boost sensationnel de l’agriculture, cause une gigantesque famine et la mort de 30 à 55 millions de Chinois. Un désastre.

1962 – 1976: chute et mort du «Grand Timonier»

Sur fond de rupture sino-soviétique, Mao est poussé vers la sortie: s’il reste au sein du PCC, il cède sa place de président à Liu Shaoqi, qui s’oppose fermement au «Grand Timonier». Un certain Deng Xiaoping gère également le pays. Mais Mao n’a pas dit son dernier mot. Au contraire, puisqu’il fait publier en 1964 son «Petit livre rouge», un recueil de ses citations, et s’assure que tout citoyen en reçoive une copie.

En 1966, il lance la «révolution culturelle». Il souhaite purger le PCC et revenir à la tête du pouvoir. Il encourage et manipule la jeunesse: «On a toujours raison de se révolter!», «Nous ne voulons pas la gentillesse, nous voulons la guerre!», clame-t-il dans ses discours. Inspirés par le «Petit livre rouge», de très nombreux jeunes forment un mouvement de masse: les «Gardes rouges». En majorité issus de familles populaires (ouvriers, paysans, soldats), ses membres ont pour intention de mettre un terme à la bureaucratie, qu’ils considèrent comme une nouvelle bourgeoisie.


LE PETIT LIVRE ROUGE DE MAO

Le recueil de citations du Grand Timonier a été publié en 1964. Dès 1966, tout citoyen chinois devait en posséder un exemplaire sous peine de sanction grave. Traduit en 36 langues, on estime qu’il s’est vendu à 900 millions d’exemplaires dans le monde.

 

• De quoi le Petit Livre rouge parle-t-il?

C’est un recueil de sentences du président Mao Tsé-Toung, extraites de ses œuvres philosophiques ou poétiques et de formules qui ont fait le tour du monde. «Le pouvoir est au bout du fusil», l’une des plus célèbres, est une formulation poétique de l’idée que l’histoire bascule quand une minorité d’individus représentant le peuple prend le pouvoir par la violence.

Ce recueil est un mélange d’aphorismes intellectuellement puissants et de sentences très banales que tous les intellectuels maoïstes du monde ont récités en chœur à cette époque. Autre exemple, «la révolution n’est pas un dîner de gala», qui est une autre manière de dire qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Ces formules sont écrites sur un ton très solennel. Mao a tout fait pour arracher la Chine au confucianisme mais son style n’échappe pas à la tradition chinoise.

Il y a dans ce livre une étrange rencontre entre le volontarisme prométhéen du marxisme et le fatalisme chinois empreint de passivité que résume la formule de Confucius bien connue «ne fais rien et tout sera fait». Mao, tel qu’il se montre dans le Petit Livre rouge, est une sorte de Hegel chinois si on pense au mot de Hegel qui dit que «les hommes font l’histoire mais ne savent pas l’histoire qu’ils font».

• Quel rôle a joué le Petit Livre rouge dans la Révolution culturelle?

Il a été la Bible, si l’on peut dire, de la révolution culturelle. Quand Mao veut reprendre la main, au moment où il sent que le pouvoir lui échappe, il réussit le tour de force de monter la jeunesse étudiante contre le Parti. Avec ce livre, il a dopé cette jeunesse en l’incitant à revenir à un communisme pur, dur et sans compromis, contre l’embourgeoisement des bureaucrates.

Le petit livre rouge redonne une énergie révolutionnaire à ces jeunes frustrés qui ne voient pas les fruits du socialisme et mènent une vie misérable après l’échec économique catastrophique du Grand bond en avant. Ce livre qui aujourd’hui nous paraît par endroits risible véhicule dans le monde entier le marxisme version Mao. Le Grand Timonier donne sa vision du monde – et tout y passe: rapports homme-femme, littérature, poésie. Mao devient alors un dieu vivant. C’est un coup de génie politique.

• Quelle fut l’influence de ce petit livre à l’extérieur, notamment en France et au Québec?

À la fin des années 60 et au début des années 70, l’École normale supérieure est le foyer du culte de Mao et de sa pensée. Une partie de l’élite intellectuelle y adhère et se regroupe dans la Gauche prolétarienne. Sartre les rejoint. On ne plaisantait pas avec le livre de Mao. C’était une référence de l’intelligentsia parisienne qui a rompu alors avec le Parti communiste pour revenir au purisme révolutionnaire.

Au Québec,je me souviens qu’on le mettait  dans la petite poche de la chemise  blanche ou du veston.C’était aussi la référence  de mon époque pour passer  dans la masse!

 


Rapidement, la lutte idéologique se transforme en folie collective. Des millions de Chinois – citoyens, cadres du Parti, intellectuels, artistes… – sont déportés, torturés, et exécutés. Deng Xiaoping est exclu du PCC et qualifié de «capitaliste de droite». Liu Shaoqi est battu, arrêté et jeté en prison, dans laquelle il mourra deux ans plus tard, faute de soins.

 

 

 

 

 

 


LE RECYCLAGE PHYSIQUE DES DISSIDENTS

 

 

 

 

Jadis,dans le quartier Chinois à Montréal, il y avait des adeptes du Falun Gong c’est une sorte de philosophie, c’est une méthode de cultivation personnelle et.de.méditation fondé sur le principe, authenticité, bienveillance et tolérance. Le gouvernement Chinois prélèvent brutalement les organes sur les adeptes pour ensuite les vendre, en plus ces adeptes du Falun Gong se font torturer et font aussi tuer. Toute personne qui se font prendre avec n’importe quelle philosophie ou religion se font emprisonner, se font torturer ou carrément tuer, comme par exemple les Chrétiens de Chine se font aussi emprisonner, torturer ou tuer. C’est honteux et scandaleux, le gouvernement Chinois est malade dans la tête, il est tortionnaire, psychopathe génocidaire, ethnocidaire, tueur, meurtrier, assassins, despote, dictateur, sanguinaire, méchant, bourreau, voleur, fraudeur, escroc, magouilleur, bandit, hors-la-loi, criminel


Démonstration de force à Pékin, Hong Kong bouillonne

 

Des troupes paradant lors du défilé militaire commémorant le 70e anniversaire du régime communiste, place Tiananmen à Pékin le 1 octobre 2019

 

La Chine s’est livrée mardi à une démonstration de force avec un défilé militaire record à l’occasion du 70e anniversaire du régime communiste, défié à Hong Kong par des manifestants pro-démocratie qui ont promis de gâcher la fête.

Quinze mille soldats, des centaines de chars, missiles et avions de combat ont défilé à Pékin devant les plus hauts dirigeants du pays rassemblés au balcon de la porte Tiananmen, l’endroit même où Mao Tsé-toung proclama la République populaire le 1er octobre 1949. 

Justin Trudeau et Xi Jinping.

 

 

Des milliers d’invités rassemblés sur l’immense place Tiananmen ont agité une mer de fanions rouges face au président chinois, qui venait de passer les troupes en revue, avant le départ du défilé, le plus grand jamais organisé par la Chine, selon le quotidien nationaliste Global Times. 

Des hélicoptères ont ouvert le défilé aérien en deux formations dessinant le chiffre « 70 » dans le ciel de la capitale chinoise, voilé par un indésirable nuage de pollution.  

La Chine aurait développé une bombe à impulsion électromagnétique.

 

La pointe de la technologie militaire chinoise a été exhibée, notamment le missile nucléaire intercontinental DF-41, qui a défilé pour la première fois. Cet engin, d’une portée supposée de 14.000 km, pourrait en théorie atteindre le territoire des Etats-Unis. 

– « Situation très très dangereuse » – 

L’événement vise à faire vibrer la fibre patriotique en célébrant l’émergence de la République populaire au cours des dernières décennies et son statut de deuxième puissance économique mondiale. 

Hong Kong sous les émeutes depuis juin 2019

Mais à 2.000 km au sud de Pékin, les manifestants hongkongais, qui défient le régime communiste depuis près de quatre mois, ont appelé à une « journée de colère » ce mardi, également férié dans l’ancienne colonie britannique rendue à la Chine en 1997. 

« Nous nous attendons à ce que la situation demain soit très, très dangereuse« , a averti lundi John Tse, haut responsable de la police locale dans le territoire autonome. 

« Les émeutiers radicaux sont en train d’élever leur niveau de violence. La profondeur et l’ampleur de leurs violences et de leurs projets montrent qu’ils se livrent de plus en plus à des actes de terrorisme« , a-t-il accusé. 

Dès mardi matin, les autorités de Hong Kong ont intensifié les contrôles d’identité et les fouilles dans les rues et les transports en commun alors que plus d’une douzaine de stations de métro ont été fermées. 

Les manifestants entendent profiter des célébrations pour crier encore plus fort leur ressentiment à l’encontre du régime chinois, dénoncer le recul des libertés et la violation, selon eux, du principe « Un pays, deux systèmes » qui avait présidé à la rétrocession de 1997. 

S’exprimant lundi soir, Xi Jinping s’est engagé à poursuivre l’application de ce principe, tout en défendant l’unité nationale. 

« L’unité, c’est le fer et l’acier. L’unité est source de force« , a-t-il lancé, alors que son régime a laissé planer ces derniers mois le spectre d’une intervention pour rétablir l’ordre. 

Trente ans tout juste après la répression sanglante du mouvement démocratique de la place Tiananmen à Pékin, qui avait donné un coup d’arrêt au développement économique chinois, nombre d’experts doutent cependant que le régime communiste prenne un tel risque dans un centre financier international comme Hong Kong. 

Xi Jinping, qui a encore renforcé l’autorité du Parti communiste chinois (PCC) depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, est parfois considéré comme le plus puissant dirigeant chinois depuis le règne de Mao (1949-76). 

Le pouvoir glorifie le rôle historique de Mao Tsé-toung comme fondateur du régime, tout en gommant ses aspects dramatiques. Selon un bilan avancé par de nombreux sinologues à l’étranger, les campagnes politiques et économiques lancées par le « Grand timonier » se sont traduites par la mort de 40 à 70 millions de personnes. 

La puissance chinoise est contestée par le président américain Donald Trump, qui a déclenché l’an dernier une guerre commerciale contre Pékin à coup de droits de douane punitifs. L’économie chinoise a commencé à accuser le coup. 

Les festivités se déroulent sous très haute surveillance: seul un public trié sur le volet est admis sur l’immense avenue de la Paix éternelle pour voir passer le défilé. 

Le défilé militaire est suivi d’une grande parade rassemblant quelque 100.000 figurants enthousiastes autour de 70 chars de carnaval, un drapeau national géant et un portrait de Mao. 

La journée soit s’achever par un feu d’artifice colossal tiré depuis la place Tiananmen. 

Propagande d’une autre époque.

 

 

 

Les démocrates ouvrent la procédure de destitution à l’endroit de Donald Trump

 

La présidente de la Chambre des représentants annonce une enquête sur la destitution de Donald Trump.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui avait jusqu’ici servi de pare-feu à cette démarche en raison des risques électoraux qu’elle pose, a fini par annoncer, mardi après-midi, l’ouverture de l’enquête, aussitôt dénoncée par Donald Trump.

Cette démarche exceptionnelle de la politique américaine est réservée pour les actes de trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs.

 

Au cours d’un point de presse de six minutes, la démocrate la plus puissante du Congrès a accusé le président d’avoir violé la loi et ses responsabilités constitutionnelles pour faire des gains politiques.

Invoquant le système de contrepoids du système politique américain, elle a exposé les motifs de sa décision. L’administration Trump a refusé de remettre la plainte d’un lanceur d’alerte au Congrès, comme la loi l’exige, et le président lui-même a admis avoir demandé au président de l’Ukraine de poser des actions qui lui seraient bénéfiques [au président Trump] sur le plan politique, a-t-elle martelé.

Les démocrates soupçonnent Donald Trump d’avoir fait pression sur son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, au cours d’un entretien téléphonique ayant eu lieu en juillet dernier pour qu’il relance une enquête sur une société gazière qui comptait le fils de son rival démocrate Joe Biden au sein de son conseil d’administration. Ils croient que le président pourrait l’avoir menacé, directement ou implicitement, de bloquer l’aide financière de près de 400 millions de dollars destinée à la défense du pays dans son conflit avec des autonomistes soutenus par la Russie.

Le président Trump a récemment admis avoir demandé à son homologue ukrainien d’enquêter sur Hunter Biden, mais a nié toute forme de pression.

« Le président doit rendre des comptes »

La présidente de la Chambre semble faire le pari que l’électorat, en majorité opposé à une procédure de destitution, atteindra à son tour le point de non-retour. Le rapport du procureur spécial Robert Mueller, qui avait relevé des exemples d’entraves à la justice de la part du président, n’avait pas fait bouger l’aiguille.

Le président doit rendre des comptes. Personne n’est au-dessus de la loi, a martelé Mme Pelosi.

«Les actions de la présidence Trump ont révélé le fait déshonorant selon lequel le président a trahi son serment de fonction, trahi notre sécurité nationale et trahi l’intégritéde nos élections.»

-Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des démocrates

Dans les minutes qui ont suivi l’allocution de Mme Pelosi, le président Trump, qui était à l’Assemblée générale de l’ONU, à New York, a dénoncé dans une série de tweets une saleté de chasse aux sorcières et s’est dit victime d’harcèlement présidentiel.

L’annonce de Nancy Pelosi survient quelques heures après que Donald Trump eut accepté de rendre publique la transcription de son entretien avec le président ukrainien, qui selon plusieurs médias américains, est au centre de la plainte du lanceur d’alerte, qui travaillerait pour la communauté du renseignement.

Elle devance aussi de deux jours le témoignage du directeur du renseignement national (DNI) par intérim, Joseph Maguire, devant le Comité du renseignement de la Chambre. Celui-ci devra expliquer pourquoi il a refusé de transmettre à la commission la plainte du lanceur d’alerte mystère, pourtant jugée crédible par l’inspecteur général de la communauté du renseignement, Michael Atkinson, nommé par M. Trump.

Au cours de son allocution, Mme Pelosi a d’ailleurs sommé M. Maguire de partager la plainte du lanceur d’alerte lors de sa comparution devant le comité.

Il devra choisir entre violer la loi ou honorer sa responsabilité envers la Constitution, a-t-elle averti.

L’enquête sur la destitution n’incombera pas à un comité spécial, comme cela avait été le cas lors de l’enquête sur le Watergate visant le président républicain Richard Nixon, en 1974. Mme Pelosi a précisé que les six comités investiguant déjà sur divers sujets liés à Donald Trump et à son administration poursuivront leurs enquêtes sous le parapluie de l’enquête sur la destitution.

La carte de la transparence abattue sur le tard

En après-midi, avant l’annonce des démocrates, le président a joué la carte de la transparence, mais c’était trop peu trop tard.

Le président Donald Trump a indiqué qu’il avait autorisé la publication de la transcription de sa conversation avec son homologue ukrainien.

J’ai autorisé la publication demain de la transcription complète, entièrement déclassifiée et non censurée de ma conversation téléphonique avec le président Zelensky d’Ukraine, a-t-il déclaré sur Twitter.

Vous verrez que c’était un appel très amical et tout à fait approprié, a-t-il soutenu.

La Maison-Blanche avait déjà refusé de rendre publique la transcription de conversations avec le président russe, Vladimir Poutine, invoquant l’absence de précédent.

Selon plusieurs médias, la conversation avec le président ukrainien n’est cependant pas la seule au cœur de la plainte du lanceur d’alerte.

Le président du Comité du renseignement de la Chambre, Adam Schiff, a indiqué en cours de journée que le lanceur d’alerte était pour sa part prêt à témoigner devant la commission et son pendant au Sénat. Il a dit espérer qu’il comparaîtrait cette semaine.

Avant son discours devant l’Assemblée générale des Nations unies, à New York, Donald Trump a encore nié avoir fait pression sur l’Ukraine afin de tenter de nuire à son rival démocrate Joe Biden.

Je mène dans les sondages. Ils ne savent pas comment m’arrêter, a-t-il déclaré, même si les principaux candidats à l’investiture démocrate le devancent dans les intentions de vote.

M. Trump a cette fois affirmé qu’il avait retardé l’aide américaine à l’Ukraine parce que les pays européens n’avaient pas payé leur juste part pour soutenir le pays. La veille, il avait pourtant lié sa décision à des préoccupations concernant la corruption en Ukraine.

Selon le Washington Post, le président avait pris cette décision au moins une semaine avant la conversation controversée avec le président ukrainien.

L’aide financière à l’Ukraine a finalement été autorisée la semaine dernière.

Républicains et candidats démocrates sur le pied de guerre

Les alliés républicains du président n’ont pas manqué de dénoncer le fait que les démocrates n’aient pas attendu la publication de la transcription de l’entretien téléphonique entre les présidents américain et ukrainien avant d’annoncer la procédure de destitution.

Le leader de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a déploré dans un communiqué l’obsession vieille de trois ans des démocrates pour la destitution .

Ils n’arrivent pas à accepter les résultats de l’élection de 2016, a pour sa part affirmé sur Twitter le leader de la minorité républicaine à la Chambre, Kevin McCarthy.

Les démocrates ne cherchent pas à aider les Américains, a soutenu le camp républicain, qui a prédit que leurs adversaires en paieraient le prix aux urnes.

Plusieurs candidats à l’investiture démocrate ont pour leur part applaudi à la décision de Mme Pelosi. C’est le cas de la sénatrice Elizabeth Warren, qui avait lancé un appel pour cette procédure dès le mois d’avril, du sénateur Bernie Sanders, de leur collègue Kamala Harris et de l’ex-représentant Beto O’Rourke.

En après-midi, le meneur de la course, Joe Biden, avait appelé à lancer la procédure de destitution si le président refusait de coopérer avec les enquêtes du Congrès, notamment sur l’affaire ukrainienne qui le concerne malgré lui.

La pression montait dans les rangs démocrates

Nancy Pelosi a procédé à son annonce nucléaire après avoir rencontré les leaders démocrates et l’ensemble de son caucus.

Outrés par l’affaire ukrainienne, plusieurs élus modérés ou représentants des districts qui ne sont pas acquis à leur formation ont changé de cap au cours des derniers jours, ce qui a fait augmenter la pression sur les leaders démocrates, qui avaient jusqu’ici joué de prudence.

Les démocrates de la Chambre ont ravi 43 sièges aux républicains lors des élections de mi-mandat de 2018; 21 d’entre eux l’ont fait avec des marges inférieures à 5 %, ce que gardait en tête la meneuse des troupes démocrates.

Une trentaine d’élus démocrates a rejoint les rangs des partisans d’une procédure de destitution dans la foulée du témoignage de l’ex-procureur spécial Robert Mueller devant la Chambre cet été.

L’affaire ukrainienne a fait céder plusieurs digues, et les plus progressistes ne se sont pas gênés pour interpeller directement leurs leaders.

La Chambre, présentement dominée par les démocrates, n’a pas encore le nombre d’appuis requis pour lancer la mise en accusation, qui nécessite la majorité simple des élus qui votent. Si l’ensemble des 435 représentants se prononçaient, le chiffre magique serait alors de 218, mais il serait moins élevé si les élus votaient en moins grand nombre.

Selon le décompte du New York Times, 202 représentants démocrates (sur un total de 235) soutiennent désormais cette option, et ce nombre croît d’heure en heure. Un ex-républicain devenu indépendant s’est joint à eux.

Si la procédure aboutit à une mise en accusation, le procès proprement dit relèverait du Sénat, sous contrôle républicain, où le scénario d’une destitution a peu de chances de se réaliser. À travers toutes les tempêtes, les républicains sont restés loyaux au président Trump.

Une procédure de destitution est exceptionnelle. Seuls deux présidents ont été mis en accusation – Andrew Johnson en 1868, puis Bill Clinton en 1998 – mais ont été acquittés, et un autre, Richard Nixon, a démissionné en 1974 avant d’être mis en accusation.

 

 

Il y a 70 ans,l’empire anglo-américain planifiait de détruire l’URSS avec 300 bombes atomiques

Des papiers secrets révèlent que des scientifiques russes ont empêché le plan fou de l’Amérique de larguer 300 bombes nucléaires et 20.000 de bombes classiques sur l’URSS après la Seconde guerre mondiale

La nouvelle image technologique de la civilisation – smartphones et superordinateurs – ne serait pas apparue sans la bombe atomique. Le président de l’Institut Kurchatov, Mikhail Kovalchuk, a parlé aujourd’hui de cette relation, ce qui est assez inattendu à première vue. Des archives du service de renseignement étranger, documents précédemment classés, sur les développements qui ont joué un rôle clé il y a 70 ans ont été confiés au Centre national de recherche. Cependant, ce n’était pas seulement les smartphones et les superordinateurs qui sont apparus à la suite. C’était aussi l’avenir de la Russie (et du monde). Juste après la fin de la Seconde guerre mondiale, l’Empire anglo-américain  voulait affirmer sa domination sur le monde et éliminer toute opposition possible. Et l’URSS était la première cible. Une douzaine de plans ont été conçus. Le plan le plus important, baptisé Operation Unthinkable ( Opération Impensable), avait pour objectif principal «d’imposer à la Russie la volonté des États-Unis et l’empire britannique. « 

Les noms donnés aux autres plans à  but offensif: Bushwhacker, Broiler, Sizzle, Shakedown, Offtackle, Dropshot, Trojan, Pincher et Frolic. Le plan Dropshot de 1949 prévoyait que les États-Unis attaqueraient la Russie et largueraient au moins 300 bombes nucléaires   et 20.000 tonnes de bombes conventionnelles sur 200 cibles dans 100 zones urbaines, y compris Moscou et Saint-Pétersbourg (connue sous le nom de Leningrad à l’époque). En outre, les planificateurs envisageaient également de lancer une grande offensive contre la Russie pour remporter une « victoire complète » sur   l’Union soviétique avec les alliés européens. Selon le plan, Washington commencerait la guerre le 1 er janvier 1957. Cependant, la Russie a rapidement testé sa propre arme nucléaire, mettant ainsi le plan en suspens. 

A quel point une guerre nucléaire serait-elle destructive? ce qui a amené les États-Unis à «repenser» leur stratégie. La Vidéo montre comment et pourquoi le MAD (destruction mutuellement assurée) fonctionne.

 

Sources:

 

 

 

 

Le scandale tenu secret de la Maison Blanche:L’Opération Fast and Furious

Des missiles américains capturés au camp de rebelles islamiques libyens –

Les souvenirs de l’attaque du 11 septembre à Benghazi resurgissent

Joe Hoft par Joe Hoft 30 juin 2019

 

Le New York Times ( extrême gauche) rapporte que des armes américaines ont été trouvées en Libye –

 

Des combattants du gouvernement libyen ont découvert cette semaine une cache de puissants missiles américains, généralement vendus uniquement à des alliés proches des américains, dans une base rebelle capturée dans les montagnes au sud de Tripoli.

 

 

Les quatre missiles antichars Javelin, qui coûtent plus de 170 000 dollars chacun, ont fini par renforcer l’arsenal du général Khalifa Hifter, dont les forces mènent une campagne militaire pour conquérir la Libye et renverser un gouvernement soutenu par les États-Unis.

 

Les marquages ​​figurant sur les conteneurs d’expédition des missiles indiquent qu’ils avaient été vendus aux Émirats arabes unis, un partenaire américain important, en 2008.

 

Les infos auraient été retrouvés sur un tweet sur Twitter –

 

 

Le problème avec les missiles pour la plupart des Américains est qu’ils raménent des souvenirs de Benghazi.

 

Barack Obama était au courant des attentats terroristes du consulat à Benghazi 90 minutes après le début des attentats du 11 septembre.

 

L’attaque à Benghazi s’est déroulée en deux vagues au consulat et a duré plus de dix heures.


L’attaque de Bengazi

L’attaque de Benghazi de 2012, parfois désignée comme la bataille de Benghazi, a eu lieu le soir du 11 septembre 2012, dans un contexte post-première guerre civile libyenne, lorsque des militants islamiquesl’enceinte ont attaqué diplomatique américaine de Benghazi, en Libye, tuant l’ambassadeur américainJ. Christopher Stevens, et le fonctionnaire Sean Smith. Stevens est alors le premier ambassadeur américain tué dans l’exercice de ses fonctions depuis 1979.

Plusieurs heures plus tard, une seconde attaque a visé un autre site de la ville, tuant notamment deux contractants de la CIA (Tyrone S. Woods et Glen Doherty). Une dizaine d’autres personnes ont également été blessées dans les attaques.
Les États-Unis ont immédiatement augmenté le niveau de sécurité des installations diplomatiques et militaires dans le monde. À la suite d’une enquête, en tant que secrétaire d’ÉtatHillary Clinton, a ensuite pris la responsabilité des manquements à la sécurité sur ces sites.


 

Des «pilleurs» libyens (terroristes) ont retrouvé le corps de l’ambassadeur Chris Stevens quelques heures après le début de l’attaque.

FOX News Special Report a déclaré que le président était au courant des attaques trois heures après le début de leurs attaques.

 

Obama est allé au lit.

L’ancien membre du Congrès, Jason Chaffetz, a raconté à Sean Hannity le reste de l’histoire. Chaffetz fut le premier législateur américain à arriver à Benghazi après les attaques.

 

Mardi, à l’occasion du sixième anniversaire des attaques terroristes à Benghazi, Chaffetz a déclaré à Sean Hannity que les héros de Benghazi avaient été licenciés après leur arrivée en Allemagne après les attentats. Obama-Hillary les a virés et ils ont dû trouver leur propre chemin de retour en Amérique.

 

Et ensuite, l’administrateur Obama leur a retiré leurs autorisations de sécurité afin qu’ils ne puissent plus travailler au sein du gouvernement.

 

C’est ainsi qu’Obama et Clinton ont traité les survivants de Benghazi. Nous découvrons maintenant que des armes américaines ont été retrouvées en Libye. Étaient-ils utilisés pour attaquer les États-Unis à Benghazi?

 

US Missiles Captured at Libyan Islamic Rebel Camp – Memories of Benghazi 9-11 Attack Resurface

Read more at http://avisdetempete.e-monsite.com/pages/latempete-thestorm/trahison-treason.html#F279JomqTwHABSfS.99

Le scandale à Washington dont personne ne parle 

Un article et des informations fournies Par Paul Sperry

 

 Le président Obama et son ancien procureur général Eric Holder discutent du scandale des armes à feu Fast and Furious – mais un juge a ordonné la publication de 20 000 pages d’e-mails et de mémos enfouis.AP (2)

Le scandale meurtrier mais oublié du gouvernement, connu sous le nom de «Fast and Furious», est en sommeil depuis des années, grâce au mur de pierres de la Maison Blanche et au respect des médias. Mais des courriels récemment découverts ont rouvert le dossier, révélant l’anatomie d’une dissimulation par une administration promettant d’être la plus transparente de l’histoire.

Au moins 20 autres morts ou crimes violents ont été liés à des armes à feu  » Fast and Furious « .

Un juge fédéral a forcé la publication de plus de 20 000 pages de courriels et de mémos précédemment enfermés sous la fausse revendication du président Obama. Un examen préliminaire montre que les plus hauts responsables du gouvernement Obama ont délibérément bloqué les enquête du Congrès dans le cadre de l’opération des armes à la frontière.

Fast and Furious était un programme du ministère de la Justice qui permettait que des armes d’assaut, y compris des fusils de calibre .50 suffisamment puissants pour descendre un hélicoptère, soient vendues à des cartels de la drogue mexicains, prétendument comme moyen de les retrouver. Mais des documents internes ont plus tard révélé que le véritable objectif était de créer une crise exigeant une répression des armes à feu en Amérique. Fast and Furious n’était qu’un prétexte pour imposer des lois plus strictes sur les armes à feu.

Le stratagème s’est retourné lorsque les agents de la Justice ont perdu la trace des quelque 2 000 armes vendues dans le cadre du programme et qu’elles ont commencé à apparaître sur des lieux de meurtre des deux côtés de la frontière – y compris un attentat qui aurait coûté la vie à l’agent de patrouille des frontières des États-Unis, Brian Terry.

Alors que le procureur général Eric Holder était concentré sur la politique, les gens mouraient. Au moins 20 autres morts ou crimes violents ont été liés à des armes à feu à trafic rapide et à trafic furieux.

Le programme n’a été mis au jour qu’après la mort de Terry, en 2010, par des bandits mexicains, qui lui ont tiré dans le dos avec des armes semi-automatiques émises par le gouvernement (américain – NdT). Pris au piège, «l’administration la plus transparente de l’histoire», a carrément menti au sujet du programme devant le Congrès,  niant même qu’il ait jamais existé.

Ensuite, l’Equipe Obama a conspiré pour faire échouer les enquêtes sur les responsables en retenant d’abord des documents faisant l’objet d’une citation à comparaître – pour laquelle Holder avait obtenu une citation pour outrage au Congrès – et en invoquant par la suite le privilège du pouvoir exécutif de garder des preuves scellées.

Mais grâce à l’ordonnance du tribunal, la justice doit cracher les documents «sensibles». Jusqu’à présent, elle a produit 20 500 pages légèrement rédigées, bien que les enquêteurs du Congrès disent qu’elles couvrent à peine toutes les communications internes du département faisant l’objet d’une assignation à comparaître. Ils maintiennent que l’administration continue à «retenir des milliers de documents».

Malgré tout, le lot en main révèle à quel point les hauts responsables d’Obama sont allés garder les informations du Congrès.

Le degré d’obstruction était « du jamas-vu », a déclaré dans une récente note de service, Jason Chaffetz, président du Comité de la réforme du gouvernement et de la réforme du gouvernement, aux autres membres de son panel.

« Les documents révèlent comment des hauts fonctionnaires du ministère de la Justice – y compris le procureur général Holder – ont suivi et géré intensément un effort visant à limiter et à obstruer soigneusement les informations fournies au Congrès », a-t-il affirmé.

Ils accusent également le député titulaire, Lanny Breuer, un vieil homme de Clinton, qui a dû démissionner en 2013 après avoir nié à tort autoriser Fast and Furious.

Leurs efforts pour empêcher les enquêtes comprenaient:

  • Concevoir des stratégies pour supprimer ou autrement dissimuler les informations pertinentes;
  • Manipuler la couverture médiatique pour contrôler les retombées;
  • Accuser le Bureau de l’alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs (ATF) pour le scandale.

Par exemple, un courriel de juin 2011 parle de la rétention des rapports de laboratoire d’ATF du Congrès, et un courriel de juillet 2011 détaille les hauts responsables de la justice qui acceptent de «rester à l’écart d’une déclaration selon laquelle nous coopérerons pleinement».

Bien qu’Obama soit fier de l’ouverture, de la transparence et de la responsabilité, le comportement de son administration contredit de tels principes élevés.

Le mois suivant, ils sont passés en mode de contrôle total des dégâts, et le sous-procureur général adjoint, Matt Axelrod, a averti un responsable de l’ATF que le fait de fournir des détails sur Fast and Furious «nous semble imprudent».

Puis, fin août 2011, un autre courrier électronique révèle que Holder avait ordonné à son personnel de demander à un responsable d’ATF de «fermer la porte de son bureau» afin d’empêcher toute fuite d’informations sur le scandale proliférant.

Les points de discussion rédigés pour Holder et les autres responsables lors des audiences devant le Congrès ont clairement indiqué que la justice avait l’intention de faire des responsables déchus de l’ATF les responsables du scandale.

«Ces changements (de personnel) nous aideront à surmonter la controverse qui a entouré Fast et Furious», a déclaré le procureur général adjoint Ron Weich en août 2011.

En outre, dans un courriel adressé à son chef de cabinet en octobre 2011, M. Holder a déclaré qu’il souscrivait à une stratégie consistant à communiquer d’abord les documents à des médias amis « avec une explication qui étouffe l’affaire » au lieu de « les remettre ». Congrès.

« Les hauts fonctionnaires ont fait des efforts calculés pour obstruer le Congrès », a fulminé Chaffetz.

«Au cours de l’enquête, a-t-il raconté, le ministère de la Justice a fourni de fausses informations, à paralysé des demandes de documents irréprochables, produit de très nombreuses pages noircies et produit des documents en double et a refusé de se conformer à deux assignations à comparaître du Congrès.

Bien qu’Obama soit fier de l’ouverture, de sa transparence et de sa responsabilité, le comportement de son administration contredit de tels principes élevés. «La transparence ne devrait pas nécessiter des années de litige et une ordonnance du tribunal», a souligné Chaffetz.

Obama insiste sur le fait que Fast and Furious est juste un autre scandale «bidon» poussé par les républicains pour faire chuter sa présidence. Que pense son héritière apparente Hillary Clinton?

La fanatique anti-armes a gardé le silence sur le scandale de la prolifération des armes à feu. Mais ensuite, elle a été occupée à balayer les courriels d’assignations sous le couvert de son propre scandale.


SOURCES:

 

Paul Sperry est l’ancien chef du bureau de Washington pour Investor’s Business Daily et auteur des ouvrages « Infiltration » et « Mafia musulmane ». 

https://nypost.com/2016/05/21/the-scandal-in-washington-no-one-is-talking-about/?fbclid=IwAR0nQPpAStsTYZYOJdwr7GBODyegfdi-Fpp33h5ozBgHkgu96pWoQ4VVGlE

image: http://avisdetempete.e-monsite.com/medias/static/fileicon/jpg.png

52825785 1501545606645958 6564387024038526976 n 152825785 1501545606645958 6564387024038526976 n 1 (114.3 Ko)
Read more at http://avisdetempete.e-monsite.com/pages/latempete-thestorm/fast-and-furious.html?fbclid=IwAR1UMqOEsUkarSkm94s-IWOG8_7EqziidZ8t53WUUMGxcBWBQ-LYNtCN7qY#8juOmUWJYO3pKySl.99


 

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :