Le plus grand mensonge de l’histoire moderne:voici des preuves de la falsification du programme Apollo d’exploration spatiale vers la Lune

La Nasa (National Aeronautic and Space Administration), agence spatiale américaine, prétend avoir envoyé 6 misssions habitées sur la Lune de 1969 à 1972.

C’est entièrement faux! 

Toutes ces prétendus missions vers la Lune ont été réalisées en studio et avec des logiciels de photo et vidéo montage.

Les spécialistes trouveront certainement quelques erreurs dans les explications suivantes, mais il y a tant d’autres impossibilités, d’incohérences, de trucages flagrants, que le doute n’est plus permis.

J’ai simplifié le texte pour qu’il soit accessible aux lecteurs n’ayant pas une formation scientifique. Les liens en bas de page vous donneront des explications plus techniques.

1 + L’espace est trop radioactif pour les astronautes.

Il y a trois types de rayonnement ionisants: 
rayonnements ionisants le rayonnement α (alpha), arrêté par une simple feuille de papier. 
• le rayonnement β (béta), arrêté par une feuille d’aluminium de quelques millimètres d’épaisseur. 
• le rayonnement γ (gamma) , le plus nocif et difficile à arrêter. Ce rayonnement inflige des dégats à notre corps qui peuvent être graves pouvant aller de brûlures à différents degrés, jusqu’à une mort plus ou moins rapide. Cela dépend de l’intensité de ces rayonnements, de la nature de ce rayonnement et du temps d’exposition. 
Effets sur les humains des rayonnements ionisants.
L’espace est parcouru en permanence par un rayonnement cosmique α, β et γ provenant du soleil, d’étoiles ayant explosées, ou de quasars. 
Ce rayonnement cosmique est composé de particules ayant une énergie très élevée. Ce sont essentiellement des noyaux atomiques se déplaçant à des vitesses voisines de la lumière. 
Lorsque ces particules percutent un atome, le noyau de cet atome se casse, libère des neutrons qui vont heurter d’autres atomes, les brisant aussi. Ce processus continue tant que l’énergie des particules est suffisante pour briser des atomes. Et chaque fois qu’un atome est brisé, il apparaît de la radioactivité. Rayonnements cosmiquesceinture van allenHeureusement ce rayonnement ne nous atteint pas sur Terre, parce que la plupart des particules cosmiques sont déviées ou piégées par le champ magnétique de la Terre formant un bouclier, la Ceinture de Van Allen, de plusieurs milliers de kilomètres d’épaisseur au dessus de nous. 
Elle commence à 500 km environ au dessus de nos tête et s’étend jusqu’à 60 000 km.

 

Lorsque Certaines particules traversent malgré tout cette ceinture, elles réagissent avec les molécules dans la haute atmosphère et n’arrivent pas jusqu’au sol. 
C’est cette réaction qui cause les magnifiques aurores boréales et australes, visibles dans les latitudes nord et sud de la planète.
radiations atmosphère

Les particules cosmiques engendrant les rayonnements gammas sont très énergétiques et arrivent à plusieurs dizaines de milliers de kilomètres par seconde et chacune peut avoir une énergie de plusieurs milliard d’électron-volt par centimètre carré et par seconde. Elles traverseraient sans aucune difficulté les minces parois d’aluminium d’un vaisseau spatial, pénétrant dans le corps des astronautes, détruisant les cellules, endomageant gravement les brins des molécules d’ADN. 
Les pilotes d’avion de ligne qui passent du temps en haute altitude subissent un rayonnement 200 fois plus élevé qu’au sol et sont suivis régulièrement par les autorités médicales. Alors qu’ils sont protégés par l’atmosphère et par la ceinture de Van Allen. 
Les astronautes passant au travers de cette ceinture auraient du être sévèrement irradiés et souffrir de nombreuses lésions.
Sur Terre on nous protège avec un épais morceau de plomb pour une simple radio des dents et les astronautes de la Nasa auraient fait un voyage de huit jours dans l’espace sans subir aucun désagrément.
Pourtant il faut au moins une épaisseur de 1,5 cm d’épaisseur pour arrêter des rayons gammas, voire plus selon leur énérgie. Mais cela ne cause aucun problème pour une fusée dont les parois d’aluminium ne font que quelques millimètres d’épaisseur! 
Or il n’y a jamais de symptômes de radiation trouvés sur les astronautes. Aucun.

liquidateurs tchernobyl
Les courageux liquidateurs à Tchernobyl ont subi de telles radiationsque soit ils en sont morts, soit ils ont subi de graves séquelles pour tout le reste de leur vie.
Les radiations de la ceinture de Van Allen sont des milliers de fois plus importantes que celles de Tchernobyl, mais les astronautes sont passés à travers sans aucun problème.

Sur la Lune, il n’y a ni champ magnétique, ni atmosphère pour arrêter ces particules! Elles arrivent donc directement sur le sol lunaire, brisant les noyaux des atomes et occasionnant des mini réactions nucléaires en chaîne, libérant encore plus de rayonnement sous la forme de neutrons énergétiques. La surface de la Lune est donc très radioactive. 
Mais les astronautes seraient restés plusieurs heures sur le sol lunaire, sans aucun problème, avec une combinaison en plastique? 
Si ces combinaisons pouvaient arrêter les rayonnements radioactifs on les utiliserait aujourd’hui pour intervenir lors des accidents dans les centrales nucléaire de Fukushima et de Tchernobyl.

On nous dit que les rayonnements dans l’espace sont négligeables. Pourtant Kelly Smith, ingénieur sur le projet Orion,explique que la Nasa est en train de faire des recherches, pour savoir comment passer sans soucis à travers la ceinture de Van Alen. 
Mais … ce problème n’a-t-il pas déjà été résolu lors des voyages vers la Lune? Pourquoi doivent ils à nouveau travailler sur ce sujet? Pourquoi la Nasa affirmait que ces radiations sont négligeables, alors que maintenant ils doivent faire des recherches?
La partie sur les radiations commence à 3min 05seccamera astronaute hasselbladcamera astronaute hasselblad

Le rayonnement gamma voile les photos, laisse des taches et des trainées blanches. 
Les rayons X utilisés tous les jours en radiographie sont comme les rayons gammas, mais en moins puissants. Ces rayons ne sont arrêtés que par un épais blindage en plomb. Or les appareils photos et caméras Hasselblad des astronautes n’étaient protégées par aucun blindage et pourtant on ne voit aucune trace de cette radioactivité sur les photos prises par les astronautes. C’est totalement impossible.
Les caméras des astronautes
Autre fait curieux: alors que les industries pharmaceutiques sacrifient chaque année des milliers d’animaux pour tester les produits qu’ils mettront en vente, la Nasa n’a effectué aucune expérience préalable avec des animaux pour voir comment ils supporteraient le rayonnement cosmique dans l’espace. 
Directement, ils ont envoyé des humains.

2 + Incohérences et impossibilités

Lorsqu’on analyse les éléments des missions sur la Lune, on trouve une incroyable quantité d’incohérences. En voici quelques unes, mais il y en a beaucoup d’autres, décortiquées sur d’autres sites.Pourquoi les astronautes sur la Lune n’ont ils pas tenté de jeter une pierre au loinet filmer ce qu’il se passe? La pierre irait très loin et mettrait longtemps à retomber, ce serait spectaculaire à voir. Pourquoi il n’existe aucun film montrant ceci? 

S’ils ne l’ont pas fait, c’est parce que toutes leurs images ont été faites en studio où c’était impossible de réaliser un tel effet.
La seule expérience de ce style qu’ils auraient fait, c’est de lacher au même moment un marteau et une plume, pour montrer que les deux objets arrivent en même temps sur le sol. Et on ne peut pas voir s’il s’agit vraiment d’une plume.
Sur la Lune on s’attendrait à voir des effets plus spectacultaires que cette vidéo ridicule.

masaisaut astronaute

Cet astronaute fait un saut en hauteur sur la Lune. Sur Terre il pèse environ 170 kg avec son équipement. Sur la Lune, il ne pèserait que 27 kg. Sa musculature étant la même que sur Terre, il devrait donc monter sans difficulté beaucoup plus haut que ce saut ridicule. 
A quelle hauteur vous monterez si vous faisiez un saut en hauteur en ne pesant que 27 kg?
Les bergers Masai du Kenya lorsqu’ils dansent, sautent plus haut que cet astronaute, alors qu’ils pèsent beaucoup plus lourd que cet astronaute lorsqu’il est sur la Lune.
Sur cette vidéo on voit les astronautes effectuer quelques misérables sauts. Pourquoi sont ils à moitié cachés par les structures du Lem? 
Pourquoi leur saut donne vraiment l’impression qu’il sont suspendus à un cable?rotule lemCurieux que le pied du Lem ne soit pas recouvert d’un peu de poussière: l’engin se posant avec un réacteur de 5 tonnes de poussée, sur un sol épais de plusieurs centimètres de poussière, et rien sur le pied? 
Selon certains, c’est parce que le jet de la tuyère était très large et donc ne produisait pas de souffle important.
Bien sûr, pour poser un engin de 15 tonnes ayant une vitesse de départ de 6000 km/h, il suffit d’un jet ne produisant pas de souffle.

Le Lem se pose avec une composante de vitesse très horizontale (vidéo). Et les pieds se sont posés sans avoir glissés sur le sol? Sans aucun rebond?
Pas une seule pierre n’aurait été éjectée et roulée un peu plus loin en laissant des traces?

Et quelle est cette trace en forme de triangle devant le pied? Certains affirment que la marque de la sonde de contact du Lem. Et aucune trace de rebond, de trainée?
Photo numéro AS 11-40-5917 Site de la Nasa. 

armadillo
Pour comparer, regardez la poussière que soulève l’appareil de l’entreprise Armadillo…et il ne pèse qu’une centaine de kilos, mais le Lem ayant une masse de 15 tonnes se posant sur la Lune, n’aurait pas fait de poussière? 
Vidéo d’origine de Armidillo

Sur la photo d’au dessus, regardez l’articulation entre le pied du Lem et la plaque posée au sol.
Pensez vous que cette articulation peut supporter l’atterissage du Lem ayant une masse de 15 tonnes? 
Et à quoi servent ces 4 cables de titane reliant le pied à la plaque?

pied lem 3
Normalement une rotule tient seule dans son logement et elle pivote librement dans ce logement.
Il n’y a pas besoin de cable pour tenir l’ensemble.pied lem 2
Mais sur cette photo de la Nasa, la plaque posée sur le sol est tenue au pied du Lem par ces cables.
La rotule ne peut donc pas bouger, puisqu’elle est fixée par ces cables. Elle ne sert à rien.pied lem 1
Et si le Lem s’était posé sur un sol en pente, pensez vous que ces cables résisteraient à l’atterrissage du Lem ayant une masse de 15 tonnes?
Ils se seraient cassés.

météorite espace

Des milliers météorites de toutes tailles traversent en permanence l’espace entre la Terre et la Lune aucune n’a jamais touché une fusée allant vers la Lune? 
La photo ci contre n’est pas à l’échelle bien sûr, mais une météorite de la taille d’une noisette et se déplaçant à 50 km/sec, si elle percutait le vaisseau spatial, elle dégagerait la même énergie qu’un camion lancé contre un mur à plus de 150 km/h.La combinaison des astronautes était composée de 21 épaisseurs de matériaux différents, dont une couche en Mylar/Teflon pour les protéger des météorites!
Une météorite pesant 1 gramme impactant un astronaute dégagerait la même énergie qu’une voiture lancée à 100 km/h contre un mur. Pensez vous que 1 millimètre de Kevlar serait efficace contre un tel choc?
Et si cette météorite impactait la visière de l’astronaute? 
Et si c’était une météorite de 10 grammes, l’impact correspondrait à celui d’un lourd camion lancé contre un mur.
nixon astronautes

Au retour de leur voyage sur la Lune, les astronautes ont été placés en quarantaine pour éviter une éventuelle contamination par des germes lunaires. 
Le président Nixon vient leur parler. Vidéo sans son. 
Quelques jours plus tard, les héros faisaient leur première conférence de presse. Après un tel exploit, on devrait voir des visages émerveillés, une joie immense et contagieuse: ce sont les premiers humains à avoir été sur une autre planète. 
Mais là, aucune émotion dans leur paroles, la conférence est morose, les trois astronautes semblent malheureux, il n’arrivent pas à répondre à certaines questions. Aucune excitation à raconter cet exploit. 
La conférence dure 1h 20 mais cet extrait vidéo suffit pour montrer à quel point les soi disants astronautes sont embarrassés … Ils ressemblent plutôt à trois d’adolescents ayant été pris en train de voler des chocolats au supermarché, plutôt qu’à de fiers conquérants de l’espace! 

conférence astronautes champions du monde hand-ball
Photo du haut:Fiers conquérants de la Lune, héros de l’espace. 
Photo du bas:Champions du monde de handball 2015.

Pourquoi la Nasa ne peut fournir les autres films tournés par les astronautes sur la Lune?
La Nasa prétend que ces bandes ont été transférées aux « Archives Nationales des Usa », où elles ont été démagnétisées pour être réutilisées … parce que cet organisme n’a pas les moyens d’acheter de nouvelles bandes! Ils sont obligés d’effacer des bandes historiques pour les réutiliser! 
La Nasa n’aurait pas effectué une seule copie avant? 
On se doute que si ces films ne sont plus disponibles, c’est parce que la supercherie serait trop facilement découverte.
Bandes perdues (en anglais)

camera astronautesLors de la mission Apollo 11, la Nasa a publié 129 photos que les astronautes ont pris sur la Lune.
Ils ne pouvaient pas viser puisque leur caméra était fixée sur la poitrine. Et dans des conditions de lumière très difficiles, ils ne pouvaient pas faire les bons réglages avec leurs mains gantées.
C’est impossible que les astronautes n’aient réalisé que des photos de qualité professionnelle, parfaitement cadrées, parfaitement exposées, au bon moment. 
Par exemple la photo de droite a une profondeur de champ parfaite, une lumière parfaite et a été prise exactement au bon moment. C’est impossible que l’astronaute ayant fait cette photo l’ai réussie du premier coup.
Selon la Nasa c’est parce que les astronautes auraient pris de nombreuses photos, et on n’aurait publié que les meilleures.
Pourquoi la Nasa ne nous montre-t-elle pas toutes ces photos mal cadrées, mal exposées, cela aurait été intéressant aussi. 
Mais ces photos ratées n’existent pas. Il y en a bien quelques unes mais beaucoup trop peu pour que ce soit crédible.
Admettons que pour chaque photo de réussie, il y en ait 8 de ratées. Un photographe professionel en élimine beaucoup plus. Les astronautes auraient donc pris environ 1000 photos.
Or où sont ces photos? Pourquoi elles ne sont elles pas disponibles?
Admettons que la Nasa les aient éliminées, il reste quand même un problème:Les astronautes seraient sortis pendant 2h31 minutes sur la Lune. Pendant ce temps, ils ont inspectés le Lem pour déceler s’il y avait des dégats, ils ont déployé le drapeau américain, ils ont déballé et sorti l’équipement radio et télévision, ils ont aussi déballé et sortis de nombreux autres objets pour faire des expériences, ils ont pris des notes, ils ont récolté 24 kg de roches lunaires. 
Admettons qu’ils aient eu besoin de deux heures pour effectuer tout cela. Temps pendant lequel ils ne pouvaient pas prendre de photos, puisqu’ils étaient occupés à autre chose.
On peut considérer qu’il restait environ 30 minutes pour faire ces 1000 photos, soit une photo toutes les 2 secondes. Il n’y avait qu’un seul appareil photo pour les deux astronautes. Et sachant qu’à chaque prise il faut un moment pour viser au jugé, sans pouvoir regarder dans le viseur, il faut éventuellement faire des réglages, parfois changer la pellicule. 
Tout ça avec d’épais gants pressurisés et en faisant une photo toutes les deux secondes!
C’est totalement impossible.photo duke
Charles Duke avait fait une photo de lui et sa famille, avant son voyage vers la Lune. Il a emballé cette photo dans un sac plastique, puis une fois sur la Lune, l’a posée sur le sol.
Tout d’abord, c’est curieux comme façon de faire: poser la photo de sa famille par terre, dans la poussière. D’ailleurs, cette photo numéro AS16 – 117 – 18841n’est plus disponible sur le site de la Nasa
Comment est ce que la photo pourrait résister à une température de +120°? Le temps que l’astronaute sorte du Lem, marche sur la Lune et pose sa photo sur le sol, celle ci devrait déjà être sérieusement abîmée. Et sur le sol, la température est encore beaucoup plus élevée parce que chauffée depuis plusieurs dizaines d’heures par le soleil. Immédiatement elle devrait se tordre, s’altérer.Prenez une photo, posez la sur une poêle chauffée à 120°. Immédiatement les couleurs vont s’altérer, puis disparaîre. Puis très rapidement la photo se recroqueville, se tord.
Mais pas sur la Lune!Lunar reconnaissance orbiter
Le 18 juin 2009, la Nasa envoyait le LRO: Lunar Reconnaissance Orbiter,en orbite à 50 km de la surface lunaire. Elle était munie de plusieurs appareils de mesures, dont des caméras.
Lunar Reconnaissance Orbiter
Le but était de déterminer avec précisions les futurs lieux d’atterrissage sur la Lune, d’effectuer des analyses diverses et surtout de prendre des photos pour montrer les engins que les astronautes avaient laissés sur la Lune lors des missions précédentes.
Pourquoi les photos qu’ils nous montrent sont d’aussi mauvaise qualité?En 2009 la Nasa ne savait pas réaliser des images de très haute définition? A 50 km d’altitude on aurait espéré avoir des détails beaucoup plus précis, la technologie le permettait largement.
Cette photo est tirée du site de la Nasa.
Pourquoi le LRO n’a fait aucune photo de la face cachée de la Lune? Personne n’a jamais vu la face cachée de la Lune et le LRO n’aurait pas fait de photos?

cratères lune cratères lune

De nombreuses photos prises soi disant sur la Lune ne montrent pas de petits cratères. Or il y a en permanence des météorites qui tombent sur le sol de la Lune et avec une vitesse de plusieurs kilomètres par seconde. 
L’impact d’une météorite de 1 gramme arrivant à plusieurs kilomètres par seconde, correspond à l’impact d’une voiture lancée à 100 km/h contre un mur. Même l’impact de petites météorites devrait nécessairement laisser un cratère. 
La Lune passe au travers un flux d’environ 100 tonnes de météorites par an. Cela fait une moyenne de 100 millions de météorites d’un gramme. Cela fait environ 5 météorites de 1 gramme par an et par km². 
Ou une météorite de 1 gramme par 100 m² tous les 2 000 ans.
Puisque sur la Lune il n’y a pas de vent, pas d’eau, donc pas d’érosion, autre que celle causée par les météorites elles mêmes, un cratère d’impact peut rester intact pendant des millions d’années. 
Or les photos qu’ont pris les astronautes sur la Lune, montrent de grandes surfaces, sans aucun impact météoritique. 

cokpit csmcokpit csm
L’intérieur de la Capsule de retour montre une quantité de boutons, de voyants, de manettes… A quoi servaient ils, puisque les astronautes ne pouvaient absolument pas diriger l’engin?
Au mieux il faudrait quelques boutons pour réguler la température, le débit d’oxygène, la lumière. Pas besoin de tout ceci.
Mais cela n’aurait pas fait très sérieux de montrer une cabine qui n’a pas le tableau de bord d’un engin de science fiction!
Pourquoi sur les films du véhicule se déplaçant sur la Lune, la poussière soulevée par les roues retombe aussi vite sur le sol, comme sur Terre? La Lune ayant une gravité 6 fois plus faible, la poussière aurait du monter 6 fois plus haut et décrire de grands arcs en l’air avant de mettre plusieurs dizaines de secondes avant de retomber.Plusieurs sites ont analysés les photos prises par les astronautes. La Nasa aurait expliqué plusieurs cas, celui du drapeau qui flotte sur la Lune,une marque en forme de C sur une roche. Mais beaucoup d’autres photos ont été analysées et elles comportent des anomalies effarantes. 
Un spécialiste de la photographie a fait un travail énorme pour montrer les erreurs des soi disant photos sur la Lune.

3 + Ils disent avoir placé un réflecteur sur la Lune.

réflecteur lunelaser lune

Les astronautes disent avoir installé un reflecteur sur la Lune.
Ensuite depuis la Terre, les scientifiques ont envoyé un faisceau laser vers ce réflecteur qui renvoie le faisceau exactement de la direction dont il vient, quelque soit sa direction. 
Le faisceau se réfléchissant sur l’appareil revenait vers la Terre après 2,5 secondes environ, où il était capté par plusieurs stations. 
Puisqu’on connait la vitesse de la lumière, en mesurant le temps du trajet aller retour du faisceau, cela permettait de calculer la distance exacte de la Terre à la Lune.
Cela leur permettait aussi prouver que les astronautes sont bien allés sur la Lune et y ont posé ce reflecteur.Encore un mensonge qui ne résiste pas à l’analyse. Placer un réflecteur sur la Lune est totalement inutile, puisque la surface de la Lune est suffisament réfléchissante.
* Le faisceau laser quitte La Terre qui tourne sur elle même à la vitesse de 400 m/sec. Il va donc se déplacer dans l’espace en suivant le mouvement de rotation de la Terre. 
* On ne pourrait pas viser directement le réflecteur posé sur la Lune, parce qu’il faut tenir compte du mouvement de la Terre et celui extrêmement complexe de la Lune. 
* La Lune tourne sur un plan incliné autour de la Terre à la vitesse de 1 km/sec.
* La Lune a un mouvement de rotation autour de son axe vertical. (nutation) 
* La Lune a un mouvement de balancier, libration.
Les mouvements de la Lune.laser reflecteur lune
Le faisceau laser subit une diffraction en traversant l’atmosphère terrestre.Mesurant quelques centimètres de diamètre, au départ de la station émettrice sur Terre, il arrivera sur la Lune avec un diamètre de 8 km, soit une surface de 50 km²! Cette diffraction varie selon l’atmosphère que le rayon traversera.
Imaginez quelle quantité de lumière recevra le réflecteur de un quart de mètre carré!
Le faisceau se reflète dans le réflecteur sur la Lune, puis l’infime partie reflétée revient vers la Terre, traverse l’atmosphère ou il subit à nouveau une importante diffraction.Il faut maintenant que des stations de réception arrivent à capter ce qu’il reste du faisceau. Non seulement celui ci n’aurait presque plus d’énergie en revenant sur Terre, mais surtout il serait noyé dans une quantité d’autres ondes électromagnétiques provenant de l’espace et beaucoup plus puissantes.
Les scientifiques prétendent envoyer une salve de faisceaux laser. 
Ils prétendent aussi avoir installés plusieurs filtres pour arriver à différencier le signal de retour du reste du bruit de l’univers. 
Ainsi ils nous font croire que puisque sur leur ordinateur il apparait un signal provenant du réflecteur posé sur la Lune, c’est que les astronautes ont bien été sur la Lune pour l’installer.
Alors que la Lune réfléchirait très bien le faisceau laser, sans qu’il y ait besoin d’un reflecteur.

4 + Le voyage aller.

Si ce chapitre vous semble trop technique, passez directement au suivant.

Un avion qui veut se rendre d’un point à un autre doit être propulsé par un moteur à hélice ou un réacteur. Mais une fusée qui va soi disant vers la Lune, n’est pas propulsée!saturn 5

La fusée n’est propulsée qu’au décollage pendant 11 minutes pour la placer sur orbite. Deux heures plus tard, une nouvelle impulsion de 6 minutes pour envoyer la fusée vers la Lune. 
Ensuite, pendant les 75 heures que durent le voyage vers la Lune, la fusée n’est plus propulsée. Elle n’avance que grace à l’impulsion donnée au départ. Exactement comme la balle d’un fusil n’est propulsée qu’au départ dans le fusil! 
Un tireur d’élite parvient à placer sa balle au centre d’une cible située à plusieurs centaines de mètres avec une balle pesant quelques grammes, la Nasa prétend avoir envoyé le Module de commande de 45 tonnes vers un point situé à 380 000 km, et après un voyage qui va durer 2 jours et demi!Voici la trajectoire du soi disant voyage vers la Lune:
1 + La fusée de 3000 tonnes décolle de la Terre et se place en orbite. Les réacteurs sont éteints.
2 + Les réacteurs sont rallumés, la fusée se dirige vers la position qu’aura la Lune 75 heures plus tard.
3 + Le vaisseau spatial se place en orbite autour de la Lune. 
4 + Le vaisseau spatial quitte l’orbite et se pose sur la Lune.
Il faut savoir que:
* Pendant tout le trajet vers la Lune, la fusée est attirée par la Terre, et plus la fusée s’éloigne, plus l’attraction de la Terre diminue et plus l’attraction de la Lune augmente. Jusqu’à ce que le vaisseau spatial soit capturé par la Lune.
Le vaisseau spatial est aussi soumis à l’attraction du soleil et dans une moindre mesure, des planètes Mars, Jupiter et Saturne.
* Depuis le départ de l’orbite terrestre, il faut arriver à déterminer exactement où le vaisseau spatial doit arriver sur l’orbite lunaire. Sachant que la Lune tourne autour de la Terre à la vitesse de 1 km/sec. 
Sachant que cette vitesse n’est pas régulière, puisque l’orbite de la Lune est elliptique. Cela signifie aussi que la distance Terre Lune change à chaque instant.
Sachant encore que la Lune tournant autour de la Terre sur une orbite inclinée, cela change à chaque instant la direction de l’attraction que subit le vaisseau spatial.
Au final, il aura parcouru près de 600 000 kms entre le moment où le vaisseau a quitté la Terre et le moment ou il se met en orbite autour de la Lune.
* Le vaisseau va trop vite lorsqu’il s’approche de la Lune, et il faut le ralentir.
* Chaque manoeuvre consomme du carburant, ce qui modifie la trajectoire du vaisseau spatial.Les astronautes ne dirigent pas la fusée. D’abord parce qu’il y a beaucoup trop de paramètres qui interviennent, et ensuite parce qu’on ne peut pas diriger une fusée comme un avion. 
Pour diriger un avion, il suffit d’agir sur les commandes et l’avion réagit. Mais dans l’espace, il n’y a pas d’air et des commandes de direction ne serviraient à rien. On ne peut qu’agir avec des moteurs fusées et en tenant compte de l’attraction de la Terre et de la Lune et du poids du vaisseau variant avec sa consommation de carburant.
De ce fait les calculs de trajectoires en mécanique spatiale sont extraordinairement complexes et ne peuvent être effectués que par des ordinateurs puissants et longtemps avant le voyage lui même. 
Seul l’alunissage aurait été réalisé par les astronautes.
ordinateur apollo
Ne comptez pas sur l’ordinateur de bord pour calculer la trajectoire: en 1969, celui ci avait à peine la puissance d’un smartphone d’aujourd’hui!
Cependant un ingénieur informatique a analysé le rapport expliquant le développement de l’ordinateur de bord des missions Apollo. Il a trouvé que ce rapport est truffé d’erreurs grossières, rendant impossible le fonctionnement de cet ordinateur. Lien vers cette analyse, assez technique.De plus, même les ordinateurs les plus puissants, ne peuvent pas connaître tous les paramètres avant le voyage, parce qu’avec des vitesses de plusieurs kilomètres par seconde et sur une telle distance, avec autant de paramètres qui interviennent, de très faibles variations amèneront des écarts considérables par la suite qu’il faudrait modifier en temps réel. 
Aujourd’hui il n’existe aucun avion de ligne entièrement dirigé par ordinateur. Mais il y a 50 ans, la Nasa aurait fabriqué une fusée dirigée par un programme informatique réalisé bien avant le voyage. et cette fusée aurait emmené des hommes sur la Lune, sur une distance de 600 000 km et à des vitesses de plusieurs kilomètres par seconde.La Nasa affirme qu’ils ont effectué une correction de trajectoire pendant le trajet. 
Puisqu’il n’y a pas de GPS dans l’espace il faut d’abord déterminer la position de la fusée … depuis la Terre. 
Les étoiles ne peuvent pas servir à guider la navigation parce qu’elles sont trop éloignées. Même l’écart de la Terre à la Lune est totalement indécelable avec les télescopes les plus puissants sur Terre. Les étoiles ne servent qu’à donner une orientation à un engin spatial.
radiotelescope goldstoneLa Nasa aurait utilisé le réseauDeep Space Horizonoù trois radiotéléscopes couplés ensemble vont rechercher la fusée dans l’espace.
Il faut plusieurs observations à plusieurs heures d’intervalle pour pouvoir déterminer la vitesse et la direction de celle-ci.
Sachant que la Terre tourne à la vitesse de 400m/sec pendant le temps des mesures, donc la distance entre les radiotelescopes et le vaisseau spatial va varier de plus de milliers de km. Sachant aussi que la Terre est inclinée sur son axe.
Bien sûr que les ordinateurs gèrent tout cela, mais cela fait à chaque fois plus de paramètres à gérer, donc plus d’opérations et donc plus de temps de calcul.
Puis il faut traiter ces informations. Et enfin il faut calculer comment modifier la trajectoire, sachant que les calculs de trajectoire en mécanique spatiale sont extrêmement longs complexes. 
Il faut aussi déterminer à quel moment il faudra démarrer un moteur fusée, lequel, pendant combien de temps. Sachant qu’en faisant fonctionner un moteur, cela consomme du carburant ce qui influence la trajectoire.
Une fois les calculs effectués, il faut enfin envoyer les ordres à la fusée.
Sans oublier que pendant tout le temps du calcul, la fusée se sera déplacée de plusieurs dizaines de milliers de km. 
Il faudrait aussi intégrer dans le calcul, le temps que mettront les ordinateurs à effectuer des calculs! Il faut plus de 6 mois pour déterminer la position d’une nouvelle comète. Combien de temps pour déterminer la position de la fusée? 
Ensuite il faudrait vérifier si la fusée a atteint la position désirée et à la vitesse souhaitée. Puis éventuellement recommencer toute l’opération si la position n’est pas bonne. 
Mais la Nasa affirme que qu’il n’y a eu besoin que d’une seule correction de trajectoire.
Il faut aussi savoir qu’une correction de trajectoire demande beaucoup de carburant: on ne déplace pas facilement une masse de 45 tonnes qui a une vitesse de 40 000 km/h … et lorsque l’on consomme du carburant, cela modifie la masse de la fusée, donc sa trajectoire.
Chaque manœuvre doit être faite à un endroit et à un moment très précis de la trajectoire.
* Si vous allez trop vite, vous arriverez trop tôt, vous raterez la Lune qui se sera déplacée entre temps et il faudra donc freiner, mais vous n’aurez pas assez de carburant pour tout le voyage. 
* Si vous allez trop lentement, vous arriverez trop tard et la Lune sera déjà passée, il faudrait accélérer mais là aussi il n’y aurait plus assez de carburant pour tout le voyage. La quantité de carburant a été déterminée pour une trajectoire parfaite. 
Si on est en retard de quelques minutes sur une manœuvre, il faudra recalculer tout le voyage, alors que cela demande des calculs longs et extrêmement complexes.Désarrimage du Module de commande 

astronaute t-shirt

Depuis le départ, les astronautes sont installés dans le Module de commande, qui est dans la partie terminale de la fusée. Ils devront rejoindre le Lem plus tard, ce qui est impossible pour l’instant à cause du réacteur. 
ILs vont donc faire effectuer un demi tour au Module de commande.

undocking apollo

Ce sont les astronautes qui font l’opération, alors qu’ils ne l’ont jamais effectué auparavant. Ils ont très peu de visibilité, puisque l’engin n’a que deux hublots minuscules et il pèse près de 30 tonnes, donc une énorme inertie. 
A partir de ce moment et pendant les 72 heures du voyage, les astronautes auront le dos tourné à la Lune. L’appareil n’est pas propulsé, il n’avance que grâce à l’injection de départ. 
Ce site explique pourquoi la vidéo de cette manoeuvre est fausse.ariane saturnC’est impossible d’envoyer une fusée à cause du poids du carburant Il faut assez de carburant pour emmener les 15 tonnes du Lem sur la Lune. Mais il faudra aussi du carburant pour se poser sur la Lune et pour en revenir.
Aujourd’hui on sait au mieux mettre en orbite des satellites de 6 tonnes et à une distance de 36 000 kilomètres de la Terre, avec les fusées Ariane. On enverrait une masse plus importante si on savait le faire, parce que cela coûterait beaucoup moins cher, vu le coût extraordinairement élevé d’un lancement.
Or on ne sait pas envoyer des masses plus importantes, et il n’existe aucune fusée capable d’envoyer 45 tonnes vers la lune. (Module de commande + Lem) 
Mais en 1969 la Nasa aurait envoyé le Lem qui pesait 45 tonnes et à une distance sur la Lune à 380 000 km. Ils avaient donc une technologie qu’on n’a pas aujourd’hui?

colonisation de la lune
Pourtant la Nasa envisage de coloniser la Lune d’ici 10 ans.S’il fallait une fusée de 3000 tonnes pour amener deux astronautes sur la Lune, il faudrait une fusée de quelle dimension pour envoyer plus d’hommes et plus de matériel?
Ou combien de fusées il faudrait pour envoyer plus d’hommes et plus de matériel. Sachant qu’une mission Apollo coûtait 130 000$/kg, cela reviendra cher! 
Colonisation de la Lune

5 + L’atterrissage sur la Lune avec le Lem.

Lorsque le vaisseau spatial arrive à proximité de la Lune, les astronautes ne dirigent absolument rien, tout se fait de façon automatique. Comment pourraient ils diriger? Ils n’ont aucune visibilité, non seulement parce qu’ils sont dans le cone du vaisseau spatial, mais en plus parce que les hublots sont minuscules.
Comment feraient ils pour connaître leur position par rapport à la Lune? Ils sont à 110 km d’altitude, impossible de voir les détails et la zone où ils doivent se poser. Tout est programmé dans l’ordinateur de bord.
Comment peuvent ils savoir à exactement quel moment ils doivent démarrer les rétrofusées pour ralentir?
LEM

Le LEM, Lunar Explorer Module, se détache du vaisseau spatial pour se poser sur le sol de la Lune avec deux astronautes à bord. 
Cette manoeuvre n’a jamais été réalisée avant. Le 8 mai 1968 Neil Armstrong, avait testé un appareil ressemblant au Lem. 
C’était une structure légère qui volait à faible vitesse et à basse altitude, mais comme on le voit sur la vidéo ci contre, l’appareil était incontrolable et s’est crashé, Armstrong s’est éjecté en parachute.Le 8 décembre 1968, le pilote Joe Algranti essaye une autre version du Lem … qui se crashe aussi. Et ils auraient réussi, 6 mois après, à poser sur la Lune un engin ayant une masse de 15 tonnes, descendant d’une altitude de 110 km, dans un environnement sans atmosphère, à une vitesse de 6000 km/h et avec une gravité 6 fois plus faible que sur Terre. 
La Nasa affirme qu’il y a eu plus de 200 tests du Lem en 1967/1968. Ce n’étaient pas des tests avec un engin en vol, c’était soit avec un appareil attaché à un portique (!), soit avec un simulateur de vol.
Comment croire que des pilotes expérimentés n’arrivant pas à contrôler l’engin de test dans l’environnement familier de la Terre, auraient réussis à contrôler un engin beaucoup plus lourd, plus rapide, dans l’environnement inconnu de la Lune.
Dans le film de l’atterrissage du Lem, on entend le pilote commenter ce qu’il fait. Les deux astronautes sont assis au dessus d’un réacteur délivrant 45 tonnes de poussée, l’équivalent de la poussée des réacteurs d’un avion de chasse Rafale.
atterrissage lem
Voici le son des réacteurs d’un Rafale et ces réacteurs sont situés loin à 10 mètres derrière le pilote. 
Dans le vide, le son ne se propage pas. On pourrait penser que c’est normal de ne pas entendre le bruit du moteur fusée à l’intérieur du Lem.
Mais les vibrations de ce moteur fusée devraient se transmettre à la structure métallique du Lem. On devrait entendre toute cette structure vibrer, un minimum. Or on entend absolument aucun bruit, alors que juste à côté du pilote, il y a un moteur fusée ayant la même poussée qu’un avion de chasse Rafale.
La voix de Armstrong qui sort du Lem et descend sur la Lune, est monotone. Le commentaire est d’une banalité affligeante: « je suis au pied de l’atterrisseur, l’empreinte au sol doit faire environ deux ou trois inches… la surface du sol est poudreuse »
Pourtant devant ce spectacle extraordinaire qu’aucun humain n’a jamais vu, n’importe qui devrait être saisi d’une émotion intense. 
Bande tirée de cette vidéo à partir de 7’11.Une caméra installée sur le Lem filmait l’atterrissage. Elle aurait du être secouée par les très fortes vibrations engendrées par le moteur fusée. L’image devrait trembler, pourtant l’image est parfaitement stable. Même les avions qui se posent sur Terre, sont plus ou moins secoués à l’atterrissage. Pas le Lem?
Atterrissage Airbus A-380intérieur lem
L’interieur du Lem est irréel: il n’y aucune visibilité, alors qu’il faut le poser sur la Lune, depuis une altitude de 110 km, avec une vitesse de 6000 km/h.
cokpit avionComparez avec l’intérieur d’un jet, qui lui se pose depuis une altitude< de 10 km et qui fait son approche avec une vitesse de 300 km/h.
Comparez aussi la quantité de commandes, d’instruments, de témoins pour diriger l’avion à ceux utilisés dans le Lem.

lem apollo
Voici le Lem qui s’est posé sur la Lune!
Les panneaux verticaux à peine fixés.
L’engin recouvert de papier d’emballage, tenus ensemble avec du scotch.
Et lors de la descente sur la Lune, les petits réacteurs n’ont pas mis le feu au papier?
Franchement est ce sérieux? Est ce crédible?
Photo de la Nasa numéro: AS11-40-5922

 

6 + Retourner sur Terre est impossible.

décollage lem
Le Lem décolle de la Lune pour rejoindre le CSM (Module de commande) qui est en orbite autour de la Lune. 
Pour faire décoller une fusée depuis la Terre et l’envoyer en un point précis dans l’espace, il faut effectuer des calculs extrêmement longs et complexes. Cela ne se fait pas en dix minutes, et cela ne peut se faire qu’à partir de données très précises et connues.
Mais lorsque le Lem se pose sur la Lune, on n’a pas ces données, ou pas tout de suite.

* Le Lem ne s’est pas posé précisément à l’endroit défini au départ, puisque c’est l’astronaute Armstrong qui l’a fait alunir. Il faut donc, depuis la Terre, déterminer où est situé exactement le Lem pour déterminer sa trajectoire de remontée vers le Module de commande. 
On ne peut pas savoir si le Lem s’est posé parfaitement à l’horizontale. Or l’inclinaison au départ va modifier sa trajectoire. Et c’est impossible de connaître dans quel sens est cette inclinaison. 
* Le Lem doit rejoindre le Module de commande en orbite autour de la Lune. Mais on ne peut pas connaître la position exacte de cet appareil. Puisque lorsque le Lem s’est détaché de lui pour aller se poser sur la Lune, cela a nécessairement influencé et donc modifier son orbite. Il faudra là aussi déterminer sa position depuis la Terre.
Or le Lem n’est resté que 22 heures sur la Lune. Comment arriver pendant ces 22 heures, à déterminer la position du Lem, celle du Module de commande en orbite autour de la Lun, puis calculer la trajectoire à donner au Lem lorsqu’il va quitter la Lune pour rejoindre le Module de commande.
décollage lemdécollage lem

Les réservoirs de carburants ne sont pas centrés.Lorsque le Lem décolle pour rejoindre le Module de commande, cela crée un moment de force qui fait tourner le Lem. Comme le réacteur central est fixe, il faut compenser ce déséquilibre du centre de gravité par les petits réacteurs latéraux. 
C’est géré par ordinateur, mais on ne pouvait pas ajuster la poussée de ces réacteurs: ils fonctionnaient en « tout ou rien »: ils ne pouvaient qu’être allumés ou éteints.
A cause de ceci le Lem monte en se balançant, lui donnant un vol irrégulier. Très pratique pour aller rejoindre le Module de commande à quelques milliers de kilomètres de là!
retour apollo
Comme pour le voyage aller, le Module de commande n’est pas propulsé pendant le voyage de retour: ses moteurs fusées lui ont donné une impulsion de quelques minutes au départ de la Lune, juste de quoi s’arracher de son attraction.
Mais une fois que le Module de commmande a quitté l’attraction lunaire, il est alors attiré par la Terre, comme un caillou qui tomberait vers le sol, sa vitesse ne fait qu’augmenter et dans une direction perpandiculaire au sol.
* Si on ne modifie pas sa trajectoire, il arrivera à la verticale (1) dans l’atmosphère terrestre à plus de 11 km/sec et se consummera en quelques secondes, avant même d’avoir touché le sol, comme les météorites.
* Mais s’il arrive avec un angle trop proche de l’horizontale (2), il passera au travers de l’atmosphère et entrera dans une orbite elliptique autour de la Terre, qui durera des années. Aucune chance de survie pour les astronautes.retour apolloIl faut donc qu’il arrive avec un angle très précis et à un moment très précis.
La Nasa prétend donc avoir effectué une correction de trajectoire, quand la capsule de retour était à environ 200 000 km de la Terre.
Dans quelle direction ont ils effectué la correction de trajectoire? Vers le Nord? Le Sud? L’Est? L’Ouest? 
Et à quel moment ils l’ont fait? Sachant que la Terre tourne sur elle même à la vitesse de 400 mètres par seconde, si la manoeuvre a été fait quelques minutes en avance ou en retard, ou si la vitesse du module de retour varie à peine, l’engin se posera a des dizaines de kilomètres du point prévu. 
Pourtant après un voyage de 8 jours dans l’espace et avoir parcouru 1 200 000 km, la Capsule s’est posée juste à côté du bateau de récupération!retour apollo
La Nasa peut déterminer la position du Module de retour, mais elle ne peut pas déterminer son inclinaison. Comment la Nasa savait quelle orientation donner aux moteurs fusée pour faire ce changement de trajectoire?
Quel moteur fusée démarrer, puisqu’il y avait 4 groupes de 4 moteurs.
Quelle force faut il appliquer à un engin de 5 tonnes voyageant à 40 000 km/h?
Quelle quantité de carburant faudra t’il ?Pour atterir à un endroit précis, le pilote d’un avion doit effectuer de nombreuses corrections de trajectoire jusqu’à la piste d’atterrissage, alors que sa vitesse est d’environ 200 km/h. Approche avion
Et un engin spatial arrivant à la vitesse de 40 000 km/h n’aurait besoin que d’une seule correction de trajectoire, 45 heures avant se poser en un point précis sur Terre?
Ces corrections n’étant même pas effectuées par les astronautes, elles ont été detérminées par ordinateur sur Terre et les ordres envoyés aux appareils de la capsule de retour.
Est ce crédible?
retour apollo rebond
Selon la Nasa, la capsule a rebondi sur l’atmosphère, exactement comme une pierre fait un ricochet sur l’eau. 
Mais une pierre ne rebondit que parce que l’eau a une certaine densité. Or lorsque la capsule arrive à une altitude de 120 km, il n’y a pas d’air, il n’y a que quelques molécules d’air: le vide est presque total. 
Imaginez un lourd camion de 6 tonnes arrivant depuis l’espace avec une vitesse hypersonique de 40 000 km/h. Croyez vous vraiment qu’il va rebondir sur les hautes couches de l’atmosphère puis descendre doucement en planant pendant 15 minutes, avant de se poser dans l’Océan Pacifique. 
La Capsule de retour ne pourrait pas avoir d’ailes, celles ci seraient arrachées lors de la rentrée à vitesse hypersonique. 
Dans la réalité, sa vitesse accélèrera et soit elle se consummera dans l’atmosphère, soit elle s’écrasera en moins de 10 secondes sur Terre.
Mais la Capsule revenant de la Lune avec 3 astronautes à bord, a traversé sans aucun problème l’atmosphère terrestre à la vitesse de 40 000 km/h .retour apollo capsule
Pour freiner une voiture, on doit appuyer sur les freins, ou attendre que les forces de frottements l’arrêtent. 
Mais la Capsule de retour n’a pas de freins, pas de rétrofusée. Elle ne ralentit qu’avec le frottement avec l’air sur une distance de plusieurs milliers de kilomètres.
Or les forces de frottement libèrent de la chaleur et à une vitesse de 40 000 km/h, ces forces de frottement sont très élevées. La température devrait tellement augmenter que la Capsule se consummerait en quelques secondes. Comme les météorites arrivant depuis l’espace et qui se vaporisent en un instant, donnant les étoiles filantes qu’on voit la nuit. Pourtant ce sont des blocs de pierre, mélangées à du métal, très dense. Mais la capsule faite de minces parois d’aluminium aurait résisté à l’énorme chaleur! 
Personne ne sait comment se produisent les écoulement de l’air à ces vitesses aussi élevées, puisqu’il n’y aucun moyen de le tester: il n’existe aucune soufflerie sur Terre permettant d’effectuer des essais. 
Le seul moyen pour ralentir un objet tombant de l’espace vers la Terre, serait d’utiliser une rétro fusée qui s’opposerait à la gravité terrestre. Mais pour cela il faudrait mettre plus de carburants dans la fusée, ce qui augmenterait encore son poids. 
De toutes façons, cette Capsule de retour n’avait pas de rétrofusées.
La Nasa prétend avoir placé un bouclier thermique à la base du Module de commande. Fabriqué par la société Avco, il pesait un peu plus d’une tonne et mesurait au plus 2,5 cm d’épaisseur. Il était composé de couches de résines qui fondaient et se détachaient, évacuant avec elles la chaleur avant qu’elle ne franchisse les parois du vaisseau. Bien sûr sa composition est tenue secrète. 
retour apollo capsule
Le côté du bouclier exposé au frottement de l’air montait à plus de 2700°. Alors qu’à l’intérieur la température devait être d’environ 120° pour être supportée par les astronautes pendant environ les 15 minutes de la descente.
Croyez vous qu’un bouclier thermique de 3 cm d’épaisseur permettrait d’avoir une température de 2700 degrés d’un côté et 120° de l’autre. La capsule de retour est petite, ses cloisons ne sont pas épaisses et les astronautes n’étaient qu’à quelques dizaines de centimètres du bouclier thermique. capsule apollo
La capsule ayant une forme de cone ne pouvait pas être stable à une telle vitesse. Et encore moins dans des zones où la densité de l’air est très faible, elle se mettrait à osciller à tourner sur elle même, subirait des mouvements chaotiques tellement violents que cela tuerait les astronautes à l’intérieur.
D’autre part la Capsule en basculant d’un côté et de l’autre, ce ne sera plus le bouclier qui sera en avant, mais les parois de la Capsule en aluminium, qui ne sont pas protégées par un bouclier thermique. L’aluminum fond à 660 degrés et la température de rentrée étant de 2700°, voire beaucoup plus, comment pourraient elles résister?
En plus des forces de friction, il y a aussi des charges latérales qui mettent une forte pression sur le vaisseau et devraient l’écraser. Jamais ses fines parois ne pourraient y résister.
Tout objet en chute libre dans l’atmosphère passe en autoration. Les parachutistes connaissent ce danger: s’ils ne controlent pas leur chute libre, ils vont tomber en tournant dans tous les sens et s’ils ne reprennent pas le contrôle à temps, la rotation devient si brutale qu’ils finiront par perdre connaissance et ne pourront plus ouvrir leur parachute. Vidéo de l’autorotation d’un parachutiste
Chute de Felix Baumgardtner, depuis 39 km d’altitude. L’autorotation est visible à partir de 51 secondes.Selon la Nasa ces mouvements seraient contrôlés par un ordinateur couplé à un gyroscope pour garder la capsule dans une bonne position.
Mais ces mouvements sont trop brusques et imprévisibles. Jamais un ordinateur n’aurait le temps de traiter des informations transmises par des capteurs, puis envoyez des ordres au gyroscope pour rééquilibrer la capsule.
Il ne s’agit pas d’un parachutiste tombant à 50m/sec, mais d’un engin de 6 tonnes tombant à 11 000 m/sec.amerissage apollo
Pourtant la capsule de 6 tonnes ayant volé doucement, sans ailes, sur une distance de 3000 km, s’est posée non loin du bateau de récupération.
Si son angle de pénétration dans l’atmosphère avait varié de quelques dixièmes de degrés, ou si la capsule avait pénétré une minute plus tard, la Terre aurait tourné de quelques degrés la capsule se serait posée 300 km plus loin et il aurait fallu une dizaines d’heures au bateau pour aller la récupérer, alors qu’elle est tombée presque à côté.
Après un soi disant voyage de 8 jours et 1 200 000 km dans l’espace.
capsule apollo hublots
Pourquoi les astronautes n’ont ils pas filmé le retour dans l’atmosphère? Pourtant il y avait des hublots permettant voir à l’extérieur.
Ils auraient fait 1400 photos sur la Lune, des films et dans des conditions très difficiles, mais rien lors de leur rentrée dans sur Terre? Pourtant cela aurait donné des images spectaculaires.
Puisque la Nasa savait exactement où se poserait la Capsule, pourquoi n’y avait il pas des avions en haute altitude pour filmer cette entrée? Ou des hélicoptères? Là aussi cela aurait donné des images spectaculaires! Mais il n’y a rien.

7 + Pourquoi un tel mensonge?

Il y aurait plusieurs raisons:
Les américains étaient en guerre froide contre les Russes et certains militaires avaient l’intention de fabriquer des missiles balistiques intercontinentaux pour éventuellement attaquer l’Urss, depuis le sol américain.
Il fallait pour cela des fusées très puissantes. Mais comme la guerre du Viet Nam devenait très impopulaire aux Usa, jamais le Congrès américain n’aurait accepté de débloquer des budgets pour fabriquer de telles fusées. Ils ont donc inventé cette idée de voyage vers la Lune, beaucoup plus facile à vendre.
De plus, cela renforçait l’égo des américains blessés dans leur amour propre, parce qu’ils avaient perdu Cuba, parce que le Vietnam était une catastrophe, parce que les Russes avaient été les premiers à envoyer dans l’espace.Le coût des 6 missions vers la Lune s’est élevé à 25 milliards, soit 130 milliards de dollars actuels. Ce n’est pas une petite somme, dont une bonne partie va directement dans le compte en banque de certains.
Mais cet argent vient de vos impots.
Trouvez vous normal que les agences spatiales vous ponctionnent des dizaines de milliards pour un tel mensonge, qui ne sert à rien. Parce que à quoi auront servis ces missions vers la Lune? En quoi cela aidé l’humanité à mieux vivre? 
Ne pensez vous pas que ces 130 milliards auraient pu être beaucoup mieux utilisés?
Ne croyez pas que cela ne vous concerne pas parce que cela se passe aux Usa. Dans les prochaines parutions sur ce site, vous verrez que l’ESA, agence spatiale européenne, ponctionne VOS impots pour des missions mensonges, comme la mission Rosetta vers la comète Tchourioumov, ou la toute récente mission vers Mars.

8 + En conclusion

La science doit pouvoir prouver ce qu’elle affirme. Mais personne, absolument personne, ne peut prouver que ces voyages ont eu lieu. Les seules preuves qu’on a sont des photos, des films et le témoignage de 6 astronautes de la Nasa.
 * Le témoignage de 6 astronautes, militaires tenus au devoir de réserve, n’a aucune valeur scientifique.
 * A l’ère des logiciels ultra performants de retouche photo, les images ne sont en aucun cas une preuve scientifique.
* Le fait que plusieurs milliers de personnes aient travaillé pour ces missions vers la Lune, ne signifie pas que ces voyages ont eu lieu, mais que des milliers de personnes ont travaillé sur ces missions.
Chaque technicien travaille sur un secteur bien défini et ne se préoccupe pas du reste. Si par exemple un ingénieur travaille sur les moteurs fusée, il ne se préoccupe pas de savoir si la fusée ira bien vers la Lune. Et même s’il doutait, que pourrait il faire? Il préférera se taire et conserver son travail bien payé plutôt que de se faire licencier. 
Cependant, la majorité des personnes ayant travaillé de près ou de loin sur ces missions, sont convaincues que ces voyages vers la Lune ont eu lieu et refusent de voir la réalité: il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
Certains envisagent que les voyages vers la Lune ont bien eu lieu, mais que la Nasa ne voulait pas publier les photos de ce que les astronautes ont vu sur place. La Nasa aurait donc fabriqué des images en studio.
D’une part on vient de voir que techniquement cela n’est pas possible. 
D’autre part, qu’est ce que les astronautes auraient vus sur la Lune qu’il ne fallait pas montrer? Des extraterrestres? Des monstres?La seule façon de prouver que ces voyages sur la Lune ont eu lieu, serait que l’on arrive à voir depuis la Terre, les appareils laissés sur la Lune.
Mais c’est totalement impossible, même avec les téléscopes les plus puissants, les objets les plus petits qu’on arrive à voir sur la Lune, font au minimum 20 mètres de diamètre.Si ces voyages sont un mensonge, pourquoi les Russes n’ont pas dévoilé la supercherie? Parce qu’eux aussi mentaient déjà avec l’histoire de Youri Gagarine en 1961 qui aurait été le premier humain dans l’espace. 
Ce n’est pas nouveau, depuis que l’humanité existe, certains mentent. Des enfants les plus jeunes, jusqu’aux responsables les plus hauts placés.
Voir aussi le mensonge des bombes atomiques.Toutes ces soi disantes missions vers la Lune ont été réalisées en studio, avec des logiciels de retouche d’images performants. Lorsqu’on le sait et qu’on regarde les images, la supercherie est flagrante.Les fusées ne peuvent emmener dans l’espace que des satellites. S’ils elles embarquaient un être vivant, jamais il ne reviendrait vivant sur Terre. 
Mais surtout, il n’y aucun intérêt à ce que des humains explorent l’espace. Mieux vaut utiliser des robots.
Les soi disant missions spatiales habitées prévues vers la planète Mars sont exactement le même mensonge que les missions vers la Lune.
Cela fera l’objet d’une prochaine parution.

 + Liens vers d’autres sites.

Il existe beaucoup de sites traitant de ce sujet. 

Heiwa: (en anglais) Site de Anders Bjorkman, très complet avec beaucoup d’explications techniques. 
Anders a lancé un challenge où il donne 1 000 000 d’euros à celui qui pourra prouver que les voyage sur la Lune ont eu lieu. Ce challenge existe depuis plusieurs années, personne n’a encore gagné.

Auteur inconnu! (français) Un ingénieur aéronautique fait une analyse très poussée et parfois très technique sur plusieurs aspects des missions Apollo.
Il montre aussi les incohérences et impossibilités sur de nombreuses photos..

Michel Palomino (français) Site très complet avec de nombreuses analyses.

Philipe Lheureux (français) L’auteur a écrit un livre « lumières sur la Lune ».

L’homme sur la Lune Article du site « Stop Mensonges »

Vidéo étonnante où Bart Sibrel demande à plusieurs astronautes de jurer sur la Bible qu’ils sont bien allés sur la Lune. Bien évidemment, aucun n’accepte de le faire. Buzz Aldrin lui décoche même un coup de poing.
Il n’y a que la vérité qui blesse! Si Aldrin était vraiment allé sur la Lune, pourquoi il répondrait de façon aussi agressive? 

Bill Kaysing qui travaillait sur les moteurs Saturn du programme Apollo, a été l’un des premiers à dénoncer la supercherie avant même les premiers soi disant vols vers la Lune.
Le livre « We Never Went to The Moon » est édité officiellement aux Etats-Unis seulement en 1987. Kaysing indique que les Etats-Unis n’avaient jamais eu la technique pour un voyage sur la lune en 1969. Qu’il n’y jamais eu de conquête spatiale. 

Il existe aussi une quantité de site anglais, sous le terme « Moon Hoax ». 

Sites expliquant le déroulement des missions.
Les missions lunaires.
Toutes les photos de Apollo 11, sur le site de la Nasa.
Déroulement d’une mission Apollo

J’espère que vous avez apprécié cet article. Faites passer le message que nous vivons dans le plus nocif paradigme imaginable…érigé sur un mensonge.

 
Publicités

YouTube supprime des milliers de vidéos

YouTube a effacé des milliers de vidéos d’enfants de sa plateforme. Des commentaires pédophiles les accompagnaient.

You tube :la chaîne sioniste…propriété ,entre autres,de George Sorros,a le rhume.

Le site américain YouTube a effacé des milliers de vidéos d’enfants, qui s’accompagnaient de commentaires très déplacés, voire pédophiles, a indiqué jeudi la plate-forme appartenant à Google. Elle tente de rassurer ses annonceurs publicitaires.

Tout est parti d’un article paru vendredi dernier dans le quotidien britannique The Times affirmant que des publicités pour de grandes marques (Adidas, Amazon ou Mars notamment) apparaissaient sur YouTube à côté de vidéos d’enfants ou d’adolescents, le plus souvent innocemment publiées par les intéressés, mais suscitant des commentaires d’usagers à caractère pédophile.

Selon d’autres médias, plusieurs annonceurs ont décidé de ne plus placer de réclames sur YouTube pour cette raison. Le groupe informatique américain HP a confirmé «avoir immédiatement demandé à Google de suspendre toute publicité sur YouTube».

Pub interdite

YouTube a dit avoir «supprimé plusieurs centaines de comptes et plus de 150’000 vidéos» qui posaient problème. La plate-forme, dont la publicité numérique représente l’essentiel des revenus, a aussi interdit la publicité sur «plus 2 millions de vidéos et 50’000 chaînes qui s’apparentaient à des contenus familiaux, mais qui ne l’étaient pas». L’entreprise a aussi bloqué «les commentaires pour 625’000 vidéos».

«Nous avons des politiques claires contre les vidéos et les commentaires sur YouTube qui sexualisent ou exploitent les enfants et nous les appliquons de manière drastique à chaque fois que nous sommes alertés sur un tel contenu», a assuré un porte-parole de YouTube.

C’est la deuxième fois cette année que YouTube fait face à ce type de polémique. Au printemps, après, déjà, un article du Times affirmant que des publicités étaient placées près de contenus antisémites, incitant à la haine ou faisant l’apologie du terrorisme, Google avait promis qu’il s’assurerait que les publicités de ses annonceurs ne sont pas placées près de contenus polémiques.

Publicité

La filiale britannique d’Havas, la banque HSBC ou la BBC et même le gouvernement britannique, entre autres, rejoints ensuite aux Etats-Unis par AT&T ou Verizon avaient décidé de suspendre leurs publicités sur plusieurs plates-formes de Google, dont YouTube.

EN CONCLUSION

La chaîne  qui est allergique,comme Facebook,aux bouts de seins et aux discours anti-sionistes,se fait de plus en plus contrôler par le pouvoir de l’argent-roi,Maître Tout-Puissant de notre beau système néolibéral pourri!

Passagers en avion… L’horrible Vérité

Passagers en avion. L’horrible Vérité :


 » Nous sommes formés pour dire aux gens de baisser la tête en tenant leur cou pendant un accident. Au cours d’une procédure d’assurance, mon supérieur m’a avoué l’horrible et sinistre vérité sur la raison pour laquelle on nous enseigne cette procédure ! Placer la tête vers le bas et les mains sur la tête va percuter leurs têtes dans le dos du siège de devant… briser les cous des passagers en les tuant instantanément ! De cette façon, les assurances ne seront pas aussi élevées en raison de ceux qui sont paralysés ou blessés de façon permanente et la compagnie aérienne peut payer une liquidation rapide de la mort. »
Tu l’as bien entendu !! La compagnie préfère que tu meurs pendant un crash que de vivre pour raconter l’histoire et collecter $$$ pour toujours !! Combien c’est triste quand les bénéfices sont plus importants que sauver des vies !!!?? la façon correcte d’éviter la mort Pendant un accident, préparez-vous à vous asseoir à la verticale ! J’ai dû partager ça parce que ça peut sauver ta vie ou quelqu’un que tu aimes !
ATTENTION PLANE TRAVELERS! Very disturbing information has come to my attention from an ex flight attendant!!! Below is word for word what the flight attendant told me!

« We are trained to tell people to put their heads down while holding their neck during a crash. During an insurance settlement hearing my supervisor admitted to me off record the horrible and sinister truth about why we are taught… Afficher la suite
Attention les voyageurs d’avion ! Des informations très inquiétantes m’ont été données par un ex-employé de vol !!! Ci-dessous, c’est mot pour mot ce que m’a dit l’agent de bord !

 » Nous sommes formés pour dire aux gens de baisser la tête en tenant leur cou pendant un accident. Au cours d’une procédure d’assurance, mon supérieur m’a avoué l’horrible et sinistre vérité sur la raison pour laquelle on nous enseigne cette procédure ! Placer la tête vers le bas et les mains sur la tête va leurs têtes dans le dos du siège devant… briser les cous des passagers en les tuant instantanément ! De cette façon, les assurances ne seront pas aussi élevées en raison de ceux qui sont paralysés ou blessés de façon permanente et la compagnie aérienne peut payer une liquidation rapide de la mort. »

Tu l’as bien entendu !! La compagnie préfère que tu meurs pendant un crash que de vivre pour raconter l’histoire et collecter $$$ pour toujours !! Combien c’est triste quand les bénéfices sont plus importants que sauver des vies !!!?? la façon correcte d’éviter la mort Pendant un accident, préparez-vous à vous asseoir à la verticale ! J’ai dû partager ça parce que ça peut sauver ta vie ou quelqu’un que tu aimes !

Le Québec sous la gérance du crime organisé:la fausse démocratie de la ville de Québec

Nous approchons des élections municipales,voici un véritable écho de la fraude orchestrée par l’oligarchie du pétrole pour nous laver le cerveau avec leurs « mensonges de démocrates sérieux »:

Un solide aperçu de la pseudo-démocratie dans la Ville de Québec….Un article d’Anne Morin en février 2017!

Voici un article qui est passé sous silence dans nos savant médias cette semaine, et je vais vous dire une chose et c’est à l’effet que même discuter deviens de plus en plus difficile dans la communauté à Québec et je l’ai encore expérimenté cette semaine dans une réunion ou je suis allé mercredi soir dernier sur la question d’agrandissement du Port de Québec auquel pas grand médias en ont parlé à part le Journal Le Soleil ! Un projet d’environ 1 Milliard en tout et partout incluant les investisseurs privé ! C’est l’article dans la rubrique!

Et vous remarquerez que de un, mon nom n’est pas dans l’article en question, car j’ai dû en surprendre plus d’un puisqu’ à cette rencontre-là, j’ai demandé à la présidente Mme Émond et le DG du Port de Québec Monsieur Mario Girard qui était surplace d’attendre le dépôt du Rapport que la Consultation organisé par le Député Monsieur Steven Blainey sur le Troisième lien, qui aura lieu le 15 février prochain à Lévis d’attendre avant de prendre toute décisions.

Car voyez-vous à cette occasion un ingénieur ou architecte aura la chance semble-t-il d’exposer des plans relativement à un possible troisième lien entre la rive sud et la rive Nord et qui semble-t-il serait plus situé à l’est de la Ville de Québec.
A cet occasion je leur ait dit que dans ce cas précis j’avais encore une fois l’impression de me faire passer quelque chose par en arrière pour citer monsieur Bernard Gauthier…Car voyez-vous le projet d’un troisième lien est un projet dont les coûts sont estimé entre 1 et 4 milliards et que moi je leur ait dit que j’étais visionnaire et que mon idée pourrait être que si on avait un troisième lien à l’est.

Et bien, que ça pourrait par exemple être avec un SRB et soit un Tunnel ou un Pont à partir du Palais des Congrès de Lévis et de traversé à l’Ile d’Orléans pour y embarquer des travailleurs et pour ensuite aussi faire un et/ou des arrêts à Beauport pour y embarquer d’autre travailleurs, et ensuite remonter par une passerelle le SRB qui pourrait être adapter et remonter jusqu’au Palais des Congrès de Québec. Et je pense que ce projet est futuriste et totalement faisable…Lorsque l’on s’arrête pour y penser… ?

Je leur ai aussi dit que le Port de Québec avait en 2005 ou 2006 si ma mémoire est bonne fait des Consultations publique à la veille du 400 iéme anniversaire de la Ville de Québec et que j’avais proposé quelques bonne suggestions qui n’avais pas été retenu, mais au moins une des propositions que j’avais fait à l’époque fut mis en branle dont l’installation de nombreux bancs pour pouvoir s’assoir dans le Port de Québec et avec le nouvelle Agora et l’Agrandissement du Terminal de Croisière, cela devenait un Must ! Et tout cela pour vous dire que notre implication citoyenne est très importante car un amis à moi à l’époque m’avait fait remarquer que l’installation de Bancs Publique n’était semble-t-il pas dans les Plans…!

De plus, toujours à cette même Consultation sur l’agrandissement de la Baie de Beauport de mercredi soir dernier, j’ai terminé en leur disant que je souhaiterais qui si l’on devait refaire la Piste cyclable ou un nouvelle aménagement dans ce secteur en relation avec la mobilité, je souhaiterais que des bornes de recharge pour les micros moyens de transport comme les quadri-porteur électrique qui en passant sont plus nombreuses que les voiture 100% électrique au Québec…

Et bien, que des bornes soient installées un peu partout sur le futur parcours …Car je leur ai demandé en 2008 à la ville de Québec et le conseiller municipale de l’époque m’avait répondu que c’était quelque chose de très important ? Mais rien n’a été fait depuis, et ce, même après en avoir parlé avec plusieurs interlocuteurs, et j’ai même déposé une lettre que j’ai reçus du côté fédérale, et qui m’a renvoyé du côté municipale et provincial et je leur ai indiqué que c’étaient des spécialistes de nous faire tourner en rond ?

Enfin, j’ai conclu ma présentation de trois minutes en leur disant qu’il y aurait lieu de faire attention pour s’il devait y avoir des installations électrique dans ce secteur de ne pas installer les fameux compteurs intelligent ou de vérifier comme il faut au préalable, car ce secteur contient beaucoup d’oiseaux de tout genre et que cela pourrait semble-t-il avoir un impact sur la migration de certaines espèces et qu’il fallait être très prudent !

Avez-vous vu mon nom et celle de Louise une amie qui m’accompagnait à cette rencontre et qui elle aussi est venu prendre la parole dans cette article… ? Et voulais aussi dire de ne pas oublier d’inclure des Bornes de recharge pour les micros- moyens de transport et à ce moment précis la foule commençait à murmurer fort à l’arrière…Et là, je m’en suis mêlé en disant très fort,«laissé la parlé… ! Car j’ai dit, ce quel demande est juste se prononcer… et je vois toute les têtes blanche ici présente et que votre tour s’en vient… et ce ne sera pas long que les couches pour incontinences et les patates en poudre vont venir bien plus vite que vous pensez…Oh… j’étais hors de moi-même et Louise s’est aussi sentie très humiliée, je le sentais….C’est effrayant de ne pas être capable d’échanger librement dans la Capitale Nationale du Québec….Ouf….

En conclusion, le point ou je voulais en venir avec ce projet de Troisième lien est plus que ce projet va coûter autour semble-t-il de 1 à 4 milliards de dollars et les citoyens de la ville de Québec vont devoir le 15 février prochain aller du côté de Lévis pour être consulté… ? Alors qu’ici le Maire Labeaume, ne parle pas de demander aux citoyens de s’exprimer la dessus ? Et pire encore, l’autre jour à moins que je ne me trompe, il semblait vouloir être prêt à signer pour le SRB immédiatement… ? Au lieu de voir tout le projet du troisième lien comme un tout ! Un peu comme cela s’est fait à Montréal avec je crois que c’est le Pont Champlain… ?

Car n’oublier pas il ne s’agit pas d’un projet de 1 million de dollars ? Mais bien entre 1 et 4 milliards de beaux dollars pour le Troisième lien et celui de la Baie de Beauport 1 autre milliard cela fait beaucoup d’argent n’est-ce pas ? Mais le point important que je veux soulever ici est le suivant; Vous souvenez-vous du projet Rabaska ?

Et bien, pour faire du comparable :ce projet en était un de 840 millions et avait nécessité un Audience Publique de 19 jours à Expo cité et un peu partout sur le territoire et avait totalisé 124 heures de jours d’audiences, 699 mémoires avait été déposé. Et totalisait 25,000  pages de documents. Alors que nous à Québec pour le projet d’un Troisième lien à ce jour… C’est zéro de Consultations publique pour les citoyens de la ville de Québec, sauf pour celle qui aura lieu le 15 février 2017 au Centre des Congrès de Lévis et organisé par le député fédérale Monsieur Steven Blainey ! Je crois que la démocratie est plus que malade à Québec…si vous voulez mon opinion ! Et que c’est certain que les médias ne vous disent pas tous, car ce que je vous ai écrit ici n’était pas dans cet article !

Maintenant, vous comprenez mieux que nous les Citoyens allons devoir devenir nous-même des journaliste(s) pour avoir les vrais nouvelles ?

Depuis la parution de cet article en février 2017,tout est mort on entend plus parler de rien? Bizarre non…!

Comme pour parodier le capitaine Kirk!Tout cet argent s’en va dans un trou noir…ou dans la quatrième dimension!

 *Une dénonciation de Patrice Fortin dans Facebook.

Ransomware : des hôpitaux sont pris en otage par des hackers

Une cyberattaque à grande échelle a été déclenchée contre plusieurs hôpitaux britanniques. Les systèmes informatiques y sont paralysés par un ransomware. Aucun dossier médical de patient ne peut être consulté. Les hackers réclament le paiement de rançons pour libérer les ordinateurs.

Le National Health Service (NHS), le système de la santé publique du Royaume-Uni vient de confirmer que plusieurs hôpitaux du pays sont actuellement victimes d’une cyberattaqued’envergure qui a été déclenchée ce vendredi 12 mai. Les hôpitaux concernés sont paralysés, car ayant perdu le contrôle sur le système informatique.

Des hôpitaux britanniques paralysés, les hackers réclament des rançons

Personne en théorie n’est épargné par ce type d’attaque. Les ransomware se font de plus en plus courants et constituent l’un des types d’attaques les plus fréquents rencontrés ces dernières années. Toutefois, certaines entités sont plus vulnérables et donc particulièrement affectionnées par les hackers. C’est le cas des systèmes de transport, mais aussi et surtout des établissements hospitaliers, car il y a plus de risques d’entraîner des morts. Ceci conduit très souvent au payement des sommes demandées pour éviter des dégâts.

Les hôpitaux du système britannique qui sont actuellement la cible de cette attaque ont été contraints d’annuler certains de leur rendez-vous et ont appelé les patients à se rendre dans d’autres services du NHS. Et des retards sont constatés au niveau de certains patients qui devaient subir des opérations.

Un virus nommé Wanna Decryptor, les enquêtes sont toujours en cours

« On nous a dit d’éteindre tous nos ordinateurs, et le wifi de nos téléphones. Aucun ordinateur ne fonctionne actuellement« , ont confié deux employées de l’hôpital St Bartholomew, à Londres à une journaliste de l’AFP.

À travers un communiqué, le NHS a indiqué qu’une enquête était en cours. Bien qu’elle en soit encore à ses débuts, il apparaît déjà que le virus incriminé se nommerait Wanna Decryptor, unransomware qui est capable d’infecter tous les PC d’un réseau, puis de chiffrer les fichiers qui s’y trouvent. Résultats, aucun dossier médical des patients ne peut être consulté sans les clés de déchiffrement que seuls les hackers possèdent.

Et dans le but de monter encore plus la pression, les cybercriminels ont fixé un ultimatum de 6 jours pour le payement des rançons exigées. Passé ce délai, les fichiers chiffrés seront cette fois-ci détruits, sans possibilité de les récupérer.

 

 

 

 

 

 

Le Québec sous la gérance du crime organisé:Les abonnés d’Hydro-Québec ont payé 1,4 milliard en trop

Vous le constaterez sur votre prochaine facture d’électricité. Les tarifs ont augmenté de 0,7% le 1er avril, même si Hydro-Québec a perçu 63 millions de dollars en trop à ses clients en 2015, selon ce qu’indiquent les derniers chiffres disponibles.

La Coalition Avenir Québec s’est interrogée sur cette pratique de la société d’État, qui réclame plus d’argent à ses abonnés qu’elle n’en a réellement besoin. Les trop-perçus sont récurrents depuis l’année 2008. Les calculs effectués par la CAQ démontrent donc qu’en huit ans, les Québécois ont payé presque 1,4 milliard de dollars de plus que ce qu’ils auraient dû. Par client, cela représente un montant de 350$.

«C’est faux de prétendre que le gouvernement libéral n’a rien avoir là-dedans. Au contraire, il savait très bien que les trop-perçus existaient. Il a fermé les yeux, au détriment des Québécois», affirme la députée Chantal Soucy, elle-même une ancienne employée d’Hydro-Québec. Elle pense que l’argent perçu en trop aurait dû retourner aux clients sous forme de baisses de tarifs, plutôt que de servir à l’atteinte de l’équilibre budgétaire du gouvernement.

Hydro-Québec veut partager les surplus

Hydro-Québec confirme que les calculs de la CAQ sont exacts. Les abonnés ont bel et bien payé un total de 1,4 milliard de dollars pour de l’électricité qu’ils n’ont pas consommée depuis 2008, mais la société d’État assure que ses prévisions étaient réalisées de bonne foi, l’objectif n’étant pas de surfacturer les clients.

«Ce n’est pas une mauvaise nouvelle. Au contraire, c’est une bonne nouvelle parce que cet argent-là retourne aux Québécois dans le dividende qu’on verse au gouvernement chaque année et qui sert à financer les services publics, les écoles, les hôpitaux», indique l’attaché de presse Marc-Antoine Pouliot. Il prétend que ces trop-perçus sont attribuables à la bonne performance de la société d’État. «Ça veut dire qu’on a offert le même service avec moins d’argent». Il rappelle qu’Hydro-Québec compte 3500 employés de moins depuis dix ans, alors que le nombre d’abonnés a bondi de 350 000.

Une ingérence qui inquiète

Hydro-Québec s’était engagée à retourner une partie de ses surplus aux abonnés. La Régie de l’énergie, un organisme indépendant, avait déterminé le mécanisme de partage qui devait s’appliquer. Par un décret, le gouvernement Couillard a reporté ce partage en attendant le déficit zéro. L’équilibre budgétaire étant atteint, la Régie de l’énergie a annoncé que le mécanisme de partage entrerait en vigueur cette année.

Option Consommateur s’inquiète de ce type d’ingérence du gouvernement dans des organismes indépendants comme la Régie de l’énergie. «La Régie avait été constituée spécifiquement pour garantir que les gouvernements ne vont pas, pour leurs propres intérêts, déterminer les tarifs d’électricité. Cet exemple-là en est un», explique Olivier Bourgeois. Il rappelle que le gouvernement était aussi intervenu pour les contrats d’approvisionnement dans le secteur de l’énergie éolienne. «Son développement ne correspondait pas à la demande énergétique québécoise. Des décrets gouvernementaux ont forcé Hydro-Québec à acheter cette électricité-là à différents promoteurs».

Demande de remboursement

«Le gouvernement Couillard instrumentalise Hydro-Québec. Ce qu’on demande aux libéraux, c’est remboursez! Il faut que le Conseil du trésor rembourse les clients», demande Chantal Soucy

Par opportunisme politique,la Coalition avenir Québec invite d’ailleurs les Québécois à signer une pétition en ligne pour exiger ce remboursement,mais nous savons tous à quoi servent les pétitions au Québec,depuis la fameuse pétition de 200,000 signatures demandant la démission de Jean Charest!

Seule la désobéissance civile  peut servir de levier  pour reprendre le contrôle de « notre » Hydro Québec!

 

 

 

 

« Le coup d’État silencieux » contre le Président-élu Trump tourne à l’épreuve de force à la cour suprême des USA

Le «coup d’état silencieux» actuellement en cours contre le président élu Donald Trump par des forces loyales à la famille criminelle Clinton s’est «accéléré rapidement» depuis le 5 décembre 2016 avec des juges fédéraux américains loyaux aux régimes d’Obama et de Bush manoeuvrant  en coulisses pour que l’élection présidentielle 2016 soit renversée par la Cour Suprême des USA dans les  prochains jours.

 

cctt1

Selon whatdoesitmean.com,  l’installation du président élu Trump est une épreuve de «  course contre la montre » vers la date limite du 13 décembre prescrite par leTitre 3 Section 5 du Code américain.

Ce code stipule que chaque État américain doit avoir conclu/stoppé toutes les controverses liées vote présidentiel et doit avoir soumis sa liste d’Électeurs pour le vote au plus tard le  19 décembre 2016 au Collège électoral.

Deux juges du District Fédéral des États-Unis veulent empêcher des Grands Électeurs de voter. Le premier est le Juge Paul Diamond, qui a été  nommé par le régime Bush pour le District Est de Pennsylvanie et le second est le Juge Mark Goldsmith, nommé par le régime Obama pour le district oriental du Michigan.

Le pouvoir juridique permettant à ces deux juges fédéraux américains de renverser l’élection présidentielle de 2016 leur a été fourni par les poursuites intentées par la candidate du Parti Vert, Jill Stein, pour obtenir un nouveau dépouillement des votes dans les États du Wisconsin, du Michigan et de Pennsylvanie, gagnés par Trump. Ces poursuites sont soutenues par Hillary Clinton, dont ses partisans ont amassé plus de 7,2 millions de dollars pour  appuyer ce «coup silencieux».

cctt8

Les machinations employées par ces juges fédéraux américains des régimes Bush-Obama pour forcer l’élection présidentielle 2016 à passer devant la cour suprême des USA,  est la suivante: le juge Goldsmith annulant l’avis de 3-0 de l’État du Michigan déclarant que le Conseil d’État des Solliciteurs n’aurait jamais dû permettre le recomptage des voix réclamé par Stein. Le juge Diamondprogrammant une audience pour le 9 décembre sur la demande de recomptage de Stein en Pennsylvanie et dont la décision ne viendra pas en temps voulu qui permettrait à cet État de certifier ses Grands Électeurs pour le 13 décembre.

Par ailleurs, un nouveau recomptage des votes est déjà terminé à Philadelphie, bastion d’Hillary Clinton, lui a rapporté seulement 5 votes supplémentaires, et un autre recomptage des votes à Detroit, autre bastion d’Hillary Clinton, montre que la moitié des voix ne sont pas admissibles pour un nouveau dénombrement. Ces deux exemples montrent que les victoires de Trump dans les États de Pennsylvanie et du Michigan ne sont pas contestables, mais avec les décisions de ces deux Juges fédéraux, leurs Grands Électeurs ne peuvent être certifiés avant le 13 décembre.

L’objectif évident de ces deux juges des régimes  Bush-Obama, est de pousser l’élection présidentielle de 2016 vers la Cour suprême des États-Unis. Ce  «coups silencieux» consiste donc à semer le chaos dans le Collège Électoral afin d’empêcher le président élu  Trump de prendre le pouvoir.

cctt9

Soutenant à fond ce «coup silencieux» d’Hillary Clinton contre le président élu Trump, le puissant organe de propagande, The Washington Post, a, au cours des 24 dernières heures, préconisé que tous les 232 électeurs d’Hillary Clinton soient«libérés», afin qu’ils puissent voter pour un autre républicain comme Mitt Romney ou John Kasich (qui a refusé de faire partie de ce complot). Sans vergogne, ce journal a écrit : «S’il ya 37 républicains parmi eux qui ont le courage d’accomplir leur devoir moral et de protéger la nation d’un talentueux mais dangereux président-élu, une nouvelle histoire d’héroïsme devra être écrite. »

En plus de ces deux juges fédéraux poussant l’élection présidentielle 2016 vers une confrontation à la Cour suprême des États-Unis, la Cour fédérale du district du Colorado se prépare à entendre un procès intenté par les électeurs d’Hillary Clinton dans cet État, qui cherchent à disqualifier les électeurs dans les 50 États. Il y a aussi un groupe de puissants avocats du Parti Démocrate qui a préparé un procès devant la Cour Fédérale des États, déclarant que tout le système du Collège Électoral est inconstitutionnel et doit être immédiatement proscrit et on doit déclarer Hillary Clinton présidente.

 

Comme il n’y a «aucune chance» que l’une de ces poursuites devant la Cour fédérale américaine pour mettre Hillary Clinton au pouvoir soit réglée avant la date limite du 13 décembre, ni pour certifier les Électeurs pour le vote du 19 décembre du Collège Électoral, présidentielle vote, ce « coup silencieux » contre le président élu Trump va conduire, assurément, la Cour suprême des États-Unis, le 12 décembre, vers une épreuve de force qui déterminera si l’Amérique va être gouvernée par les oligarques de l’élite ou par l’élu du peuple.

 

Selon Veterans ToDay, le juge fédéral du Michigan, Mark Goldsmith, a ordonné l’arrêt du recomptage étatique réclamé par Jill Stein. Le juge a déterminé que le dépouillement était injustifié, malgré les incohérences qu’il a révélées.

Les républicains du Michigan vont célébrer mercredi,14 décembre 2016, cette victoire pour le président élu Donald Trump.  La décision de la Cour d’appel a déterminé qu’en raison du faible vote de Stein (seulement 1 pour cent des voix), elle ne se qualifiait pas comme un candidat lésé.

« À ce jour, les demandeurs n’ont pas présenté de preuve de falsification ou d’erreur. Au lieu de cela, ils présentent des allégations spéculatives allant à la vulnérabilité du mécanisme de vote – mais pas une preuve de faute réelle », a écrit Goldsmith après avoir entendu les arguments.

Les avocats de Stein ont déjà fait appel auprès la Cour suprême du Michigan pour que la décision antérieure de la Cour d’appel soit infirmée. Stein est également toujours en mesure de poursuivre un appel dans la Cour suprême de l’État sur la décision du juge de district.

Une fraude électorale sérieuse de Clinton a été découverte dans le Michigan

Selon le site http://yournewswire.com/clinton-voter-fraud-michigan/, les fonctionnaires du Michigan affirment qu’une fraude électorale massive a été découverte, qui prouve qu’on a frauduleusement décerné à Hillary Clinton six fois plus de votes que ce qui a été compté.

Selon ces fonctionnaires de Detroit travaillant sur le dépouillement, de nombreux cas du même scrutin ayant été comptés à plusieurs reprises en faveur de Hillary ont été enregistrés lors de la demande de recomptage de Jill Stein.

Exemple. 

Dans une cité de Detroit, une équipe de recomptage a reçu une boîte de bulletins où tout semblait propre et en place. L’étiquette indiquait qu’il y avait 306 bulletins de vote. Le livre dit 306, et le billet dit 306, ce qui signifie qu’il devrait y avoir 306 bulletins dans la boîte. Lorsqu’ils ont retiré les bulletins de vote, il y avait exactement cinquante bulletins de vote papier dans une boîte scellée fermée qui était supposé en contenir 306. Le dénombrement officiel approuvé par le contrôleur pour cette circonscription était de 306. Pour cinquante votes.

Il semble que Détroit compte chaque vote plus de SIX FOIX! Pas étonnant qu’ils obtiennent des taux de participation aussi élevés!

Ken Crider, qui a aidé avec le dépouillement à Cobo Hall à Detroit, a posté ceci sur Facebook ,le 8 décembre 2016. 

 

Ken Crider
Hier, à 02:42 · Livonia, Michigan, États-Unis ·

MUST READ! Penny Crider and I just got back from helping watch the recount at Cobo Hall in Detroit. On Nov. 8th (election day) the election officials at 8:00 pm shut down the polls. They then reconciled the differences from the machine count and the voter count on the computer. At this point a Metal tag/seal with a serial number is put on the box and the box was taken away.
Penny’s precinct, Detroit Precinct #152 had an unbroken seal and everything looked proper. The tag on the box said 306 and the book said 306 and the ticket said 306, so there should be 306 paper ballots on the box, right. Well when they pulled out the ballots the stack seemed short and when they finished separating the two page ballot to count the Presidential page only guess how many ballots were in the box? 304 no, 299 nope, 200 nada, how about 100 wrong again. There were only exactly 50 paper ballots in a locked sealed box that again was supposed to have 306. HMMMM.
Oh I forgot to add, since there was a discrepancy in the two numbers the original count stands
One more thing my precinct (sorry I forgot the number), had 525 votes on the book, tag and ticket and we counted 525 ballots the election official was praising the Lord “Hallelujah we have a countable precinct” Jill Stein had three (3) votes.

Ken a déclaré qu’une élection à Detroit avait été falsifiée – et que chaque vote était compté SIX FOIX!