UNION EUROPÉENNE : LE LIVRE NOIR D’EMMANUEL MACRON

Dès dimanche soir, Emmanuel Macron devrait s’auto-proclamer meilleur représentant de l’Europe et de l’approfondissement de l’Union Européenne. En choeur, les médias parisiens devraient applaudir des deux mains à cette parfaite imposture. Nous examinons ici les dégâts européens et les défaites communautaires enregistrés par Emmanuel Macron depuis son arrivée au pouvoir. Ils montrent que la stratégie européenne de Macron est erronée et qu’elle conduit à l’abaissement de la France en Europe.

Dès ses premières semaines à l’Élysée, Macron a entamé une campagne pour l’approfondissement de l’Union Européenne. C’était le grand début d’une sorte d’incarnation auto-persuasive, selon laquelle ce meilleur représentant de l’énarchie était aussi le meilleur représentant du destin européen. De mois en mois, seuls les médias français perpétuent ce mythe, tant Emmanuel Macron a perdu sa crédibilité sur le continent et a nui à celle de la France à l’égal des piètres performances de François Hollande.

Le discrédit budgétaire français dans l’Union Européenne

Comme l’a indiqué la Commission Européenne encore cette semaine, la France est budgétairement « vulnérable ». Dans la pratique, l’incapacité de la France à se désendetter la discrédite au niveau européen.Ce handicap a tué dans l’oeuf l’objectif d’un budget stabilisateur de la zone euro imaginé par Emmanuel Macron dans son discours de la Sorbonne. Ce sujet semble définitivement enterré

Pire : la crise des Gilets Jaunes oblige désormais Emmanuel Macron à augmenter un déficit public déjà très supérieur à la cible tracée initialement. Les partenaires français n’ont pas de mots assez durs contre cet échec, qui explique en partie la défiance hollandaise dans l’affaire Air France – KLM

La taxophilie française échouée sur le mur des GAFA

Dans le même ordre d’idée, la France n’a pas fait mieux sur le dossier des GAFA, que Bruno Le Maire veut taxer depuis son arrivée à Bercy. Dans la pratique, cette obsession de régler des problèmes par des taxes, qui donne une image désuète de notre pays et rappelle combien l’énarchie est obsolescente, a isolé la France et l’a mise en marge du mouvement européen. Alors que la Commission se bat pour harmoniser la méthode de calcul de l’impôt sur les sociétés (et ainsi contrer les GAFA), la France a fait cavalier solitaire et n’a suscité que de l’indifférence. 

Bruno Le Maire a beau présenter son action comme une grande victoire sur le sujet, on sait désormais que la directive tant attendue ne prendra jamais forme. 

Le travail détaché si mal réformé

Pour ce qui concerne un autre dossier sensible, le travail détaché, la diplomatie macronienne a à peine fait mieux. Une directive minimaliste a été adoptée en juin 2018, qui réduit la durée possible du détachement. Mais elle exclut le million de chauffeurs routiers d’Europe de l’Est qui parcourent l’Europe chaque jour et concurrencent nos transporteurs nationaux sur leur propre terrain. 

À ce jour, aucun compromis n’a été trouvé sur ce dernier dossier, pourtant essentiel. 

Détérioration des relations avec l’Italie

Dans son approche manichéenne des réalités européennes (avec les bons macroniens d’un côté, et les barbares qui ne pensent pas comme lui de l’autre), Emmanuel Macron a fait beaucoup de dégâts. Ses propos sur la « lèpre nationaliste » en Europe ont beaucoup fâché l’Italien Salvini. Depuis cette attaque en règle, les rapports entre la France et l’Italie n’ont jamais été aussi mauvais.  Le conflit a conduit à un rappel de l’ambassadeur de France à Rome. Cette situation inhabituelle entre pays fondateurs de la Communauté européenne interroge sérieusement sur la capacité d’Emmanuel Macron à incarner l’Europe. 

Emmanuel Macron,

Détérioration des relations avec les Pays-Bas

Plus récemment encore, l’affaire Air France – KLM a montré comment l’un de nos partenaires directs les plus anciens, les Pays-Bas, pouvaient se défier de la France et ne pas hésiter à lui témoigner un comportement hostile. Cette nouvelle dégradation des relations bilatérales illustre bien les dégâts que l’arrogance macronienne peut causer avec les autres États-membres de l’Union. 

Tout se passe comme si l’auto-proclamation de sauveur de l’Europe par Emmanuel Macron le rendait aveugle sur la perception de son comportement par ses partenaires et le déliait de toute obligation de travailler dans de bonnes conditions avec eux. 

L’Europe fantasmée d’Emmanuel Macron

On sent bien, dans toute cette affaire, que l’obsession européenne de Macron se heurte à une difficulté de base, qui ressemble à la même difficulté que Macron rencontre sur la scène intérieure. Macron ne connaît pas l’Europe, il la fantasme. Et sa politique ne compose pas avec la réalité, mais ses illusions. 

L’Europe des cafés, des intellectuels, n’est pas l’Union Européenne. En grand rêveur, Macron fait une politique pour l’Europe du XVIIIè siècle, pas pour l’Europe d’aujourd’hui. Ce tropisme aristocratique, complètement décalé, se révèle toxique pour le pays tout entier. Il ringardise la France sur la scène européenne, et il nourrit l’image, déjà très présente, d’un pays de grands diseux, mais de petits faiseux. 

 

Source:

 

 

 

 

 

Troubles en France: pas de fin en vue

  • Le troisième groupe est extrêmement important: c’est le reste de la population. Les classes supérieures les traitent comme un poids mort regrettable et n’attendent d’eux que le silence et la soumission. Ses membres ont souvent du mal à joindre les deux bouts. Ils paient des impôts mais constatent qu’une part croissante est utilisée pour subventionner ceux-là mêmes qui les ont chassés de leurs maisons en banlieue.
  • Pour le moment, Macron ne semble pas vouloir reconnaître que ces personnes existent même.
  • Lorsque Macron a abaissé les taxes des plus riches, mais augmenté celles de ces « périphériques » au moyen d’une taxe sur les carburants, cela a été perçu comme la dernière goutte – en plus de sa condescendance arrogante.
  • « Aujourd’hui, la plupart de ceux qui protestent n’attaquent pas la police. Mais au lieu d’agir pour mettre fin à la violence, la police reçoit des ordres les poussant à être très violents. Je ne blâme pas la police. Je blâme ceux qui leur donnent des ordres. « . – Xavier Lemoine, maire de Montfermeil, ville de la banlieue est de Paris où les émeutes de 2005 ont été extrêmement destructrices,
La police se bagarre avec un manifestant jaune le 18 décembre 2018 à Biarritz, en France.

Samedi, 26 Janvier ème 2019. « gilets jaunes » manifestations étaient organisés dans les principales villes de France. La mobilisation ne faiblissait pas. Le soutien de la population avait légèrement diminué mais restait considérable (60% à 70%, selon les sondages ). Le slogan principal est resté le même depuis le 17 novembre 2018: « Macron doit démissionner ». En décembre, un autre slogan a été ajouté:  » Référendum sur l’initiative citoyenne « .

Le gouvernement et le président français Emmanuel Macron ont tout mis en œuvre pour écraser le mouvement. Ils ont tenté des insultes et de la diffamation et ont affirmé que les manifestants étaient à la fois des  » personnes séditieuses  » qui souhaitaient renverser les institutions et des  » chemises brunes  » fascistes . Le 31 décembre, Macron les qualifiait de  » foules haineuses « . La présence de certains antisémites a conduit un porte-parole du gouvernement (à tort) à décrire le mouvement dans son ensemble comme  » antisémite « .

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a ordonné à la police de recourir à un degré de violence jamais observé depuis l’époque de la guerre d’Algérie (1954-1962). En France, au cours des deux dernières décennies, d’autres émeutes ont eu lieu à plusieurs reprises. En 2005, par exemple, lorsque tout le pays a été condamné à des incendies criminels et à des émeutes pendant des semaines, le nombre d’émeutiers blessés est resté faible. Mais la violence a des conséquences. Au cours des dernières semaines, 1 700 manifestants ont été blessés, parfois gravement. Dix-neuf ont perdu un œil; quatre ont perdu une main. Bien que les policiers français n’utilisent pas d’armes meurtrières, ils utilisent des lance-balles en caoutchouc et tirent souvent sur le visage des manifestants – une cible interdite par les règles d’engagement en vigueur . Les Français sont aussi les seuls police en Europe à utiliser des grenades Sting-Ball.

Macron n’a jamais traité les manifestants comme des personnes ayant des revendications légitimes, il n’a donc jamais prêté attention à leurs revendications. Il n’a accepté que de suspendre la taxe supplémentaire sur les carburants, qui devait commencer en janvier, et d’ accorder une légère augmentation du salaire minimum, ce qu’il n’a fait qu’après des semaines de manifestations.

Les journalistes disent que Macron pensait que le mouvement disparaîtrait après la fin de l’année. que la violence et le désespoir de la police inciteraient les manifestants à se résigner à leur sort et que le soutien de la population en général s’effondrerait. Rien de tel n’a eu lieu.

Il est clair que Macron ne veut pas répondre aux principales demandes des manifestants. qu’il ne démissionnera pas et qu’il refusera d’accepter un référendum d’initiative citoyenne. Il a apparemment décidé que s’il a dissous l’Assemblée nationale et a appelé à des élections législatives pour mettre fin à la crise – comme le président Charles de Gaulle a fait pour mettre fin à un soulèvement en mai 1968, comme autorisé par la Constitution française – il serait subir une défaite cinglante. Il peut constater qu’une majorité écrasante de Français le rejette . Il est donc apparemment déterminé à chercher une issue:

Macron a appelé à un  » grand débat national  » pour résoudre les problèmes auxquels le pays est confronté. Cependant, il est vite apparu que le « grand débat » serait pour le moins non conventionnel.

Macron a écrit une lettre à tous les citoyens français en les invitant à « participer », mais en disant explicitement que le « débat » ne changerait rien, que le gouvernement continuerait dans la même direction ( «Je ne l’ ai pas oublié que j’ai été élu sur un projet, sur les grandes orientations auxquelles je reste fidèle. « ) et que tout ce que le gouvernement a fait depuis juin 2017 resterait inchangé ( » Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises « ).

Il a ensuite confié l’organisation du « débat » et la rédaction des conclusions à deux membres du gouvernement, et demandé que des « registres de griefs » soient mis à la disposition du public dans toutes les mairies.

Macron a ensuite lancé le « débat » en rencontrant les maires de nombreuses villes, mais pas en public. Il semble s’être inquiété du fait que s’il organisait des réunions ouvertes au public, il serait immédiatement chassé par la foule.

Les deux premières réunions ont eu lieu dans de petites villes (2000 à 3000 habitants) et avec des maires que les organisateurs – choisis par Macron – ont autorisé à venir. Les organisateurs ont également sélectionné les questions à poser, puis les ont envoyées à Macron pour obtenir une réponse à la réunion.

La veille de chaque réunion, la ville sélectionnée était placée sous l’ administrationde légions de policiers. Toutes les voies d’accès à la ville étaient fermées et quiconque portait un gilet jaune ou un dans sa voiture était passible d’une amende. Toutes les manifestations dans la ville étaient catégoriquement interdites. La police a veillé à ce que la route empruntée par le convoi de Macron pour atteindre la ville soit vide de toute présence humaine pendant plusieurs heures avant l’arrivée du convoi.

Les chaînes d’informations télévisées ont été invitées à retransmettre l’intégralité des réunions, qui ont duré six à sept heures. Seuls quelques journalistes, également sélectionnés par Macron, ont eu la permission d’y assister.

Plusieurs commentateurs ont souligné que prétendre « débattre » était un non-sens, et que confier l’organisation du « débat » et la rédaction de ses conclusions aux membres du gouvernement, ainsi que l’organisation des réunions, montraient clairement que ces performances étaient un simulacre. .

Certains commentateurs ont souligné que le terme « registre des griefs » n’était plus utilisé depuis l’époque de la monarchie absolue, que les maires étaient traités comme de la cire et que placer les villes visitées par Macron était indigne d’une démocratie.

Un économiste français, Nicolas Lecaussin, qui a grandi en Roumanie, a écrit que ces réunions lui rappelaient celles de la Roumanie pendant le communisme.

L’auteur Éric Zemmour a déclaré que Macron essayait désespérément de sauver sa présidence mais que cette tentative serait vaine:

« Macron a perdu toute légitimité. Sa présidence est morte … Pendant trois mois, le pays s’est arrêté économiquement; et Emmanuel Macron, pour tenter de sauver sa présidence, inflige au pays deux mois de stagnation économique supplémentaire et deux autres mois de manifestations Quand la population comprend qu’elle a été trompée, la colère peut augmenter … La France est déjà un pays très mal en point. « 

L’économie française est en fait sclérosée. L’ Indice de liberté économique créé par la Heritage Foundation et le Wall Street Journal le classe au 71ème rang mondial (35ème sur les 44 pays de la région Europe) et note que « les dépenses publiques représentent plus de la moitié de la production nationale totale ». L’indice révèle également que « le budget est chroniquement déficitaire »; que « la corruption reste un problème et que » le marché du travail est chargé de réglementations strictes « , ce qui entraîne un taux de chômage élevé.

La France a perdu presque toutes ses usines (les emplois industriels ne représentent que 9,6% de l’emploi total). Son agriculture est en ruine malgré les énormes subventions européennes: 30% des agriculteurs français gagnent moins de 350 euros par mois et des dizaines se suicident chaque année. Dans le secteur de la haute technologie , la France est essentiellement absente.

Une fuite des cerveaux a commencé et ne montre aucun signe d’arrêt.

En parallèle, chaque année, 200 000 immigrants d’Afrique ou du monde arabe, souvent sans qualification, arrivent. La plupart sont musulmans et ont contribué à l’ islamisation de la France.

Quand un animateur de talk-show a récemment demandé à Zemmour pourquoi Macron ne plaçait pas l’intérêt du pays plus haut en tenant compte de la réalité sur le terrain, l’auteur a répondu :

« Macron est un technocrate. Il pense avoir toujours raison. Il a été programmé pour faire ce qu’il fait. Pour lui, la France et les Français ne comptent pas. Il est au service de la technocratie. Il fera exactement ce que souhaite la technocratie et une classe supérieure, [qui] sont totalement déconnectés de la masse de la population du pays … Ceux qui veulent comprendre doivent lire Christophe Guilluy. « 

Guilluy, géographe, a publié deux ouvrages: La France périphérique en 2014 et, quelques semaines avant le début du soulèvement, No society. La fin de la classe moyenne occidentale (« Aucune société. La fin de la classe moyenne occidentale « ). Il y explique que la population française est aujourd’hui divisée en trois groupes. Le premier groupe est une classe dirigeante , totalement intégrée à la mondialisation, composée de technocrates, de politiciens, de hauts fonctionnaires, de dirigeants travaillant pour des sociétés multinationales et de journalistes travaillant pour les grands médias. Les membres de cette classe vivent à Paris et dans les principales villes de France.

Le deuxième groupe vit dans les banlieues des grandes villes et dans des zones interdites ( » Zones Urbaines Sensibles « ). Il est composé principalement d’immigrants. La classe supérieure française, qui gouverne, recrute des personnes pour la servir directement ou indirectement. Ils sont mal payés, mais fortement subventionnés par le gouvernement et vivent de plus en plus conformément à leurs propres cultures et normes.

Le troisième groupe est extrêmement important: c’est le reste de la population. C’est ce groupe qu’on appelle  » la France périphérique « . Ses membres sont composés de fonctionnaires subalternes, de cols bleus et d’anciens cols bleus, d’employés en général, d’artisans, de petits entrepreneurs, de commerçants, d’agriculteurs et de chômeurs.

Pour la classe dirigeante, ils sont inutiles. La classe dirigeante au pouvoir les traite comme un poids mort regrettable et n’attend d’eux que le silence et la soumission.

Des membres de la « France périphérique » ont été chassés de la banlieue par l’afflux d’immigrés et l’émergence de zones interdites. La plupart de ces « périphériques » habitent à 30 kilomètres ou plus des grandes villes. Ils peuvent voir que la classe supérieure les rejette. Ils ont souvent du mal à joindre les deux bouts. Ils paient des impôts mais constatent qu’une part croissante est utilisée pour subventionner ceux-là mêmes qui les ont chassés de leurs maisons en banlieue. Lorsque Macron a abaissé les taxes des plus riches, mais augmenté celles des « périphériques » avec une taxe sur les carburants , cela a été perçu comme la dernière goutte – en plus de sa condescendance arrogante .

Dans une récente interview dans le magazine britannique Spiked , Guilluy a déclaré que le mouvement des « gilets jaunes » est un réveil désespéré de la « France périphérique ». Il a prédit que, malgré les efforts de Macron pour déplacer le problème, le réveil durerait et que ce soit Macron « reconnaîtra l’existence de ces personnes ou il devra opter pour un totalitarisme neutre ».

Pour le moment, Macron ne semble pas vouloir reconnaître que ces personnes existent même.

Selon François Martin , journaliste du mensuel Causeur , Macron s’est placé dans une impasse:

« Il doit prendre des décisions et il ne peut plus prendre de décision sans aggraver la situation … Macron devrait accepter de démissionner mais ne le fera pas. Il préférerait aller jusqu’au bout et se heurter à un mur … Le Les trois prochaines années seront un enfer pour les gilets jaunes et pour les Français « .

À la fin des manifestations à Paris le 26 janvier, des milliers de « gilets jaunes » avaient prévu de se rassembler pacifiquement sur l’une des places principales de la ville, la place de la République, pour un « débat » et apporter des réponses au débat. « débat » organisé par Macron. La police a reçu l’ordre de les disperser brutalement; Ils ont encore une fois utilisé des lance-balles en caoutchouc et des grenades Sting-Ball.

Jérôme Rodrigues, l’un des leaders du mouvement des « gilets jaunes », a été touchéau visage alors qu’il filmait des policiers sur une place voisine, la place de la Bastille. Il a perdu un œil et a été hospitalisé pendant plusieurs jours . D’autres manifestants ont été blessés.

Au printemps 2016, les gauchistes avaient organisé des débats aux mêmes endroits et avaient été autorisés à y rester pendant trois mois sans intervention de la police.

Dans un article décrivant les événements du 26 janvier, le chroniqueur Ivan Rioufol écrivait dans Le Figaro : « La répression semble être le seul argument de la caste au pouvoir, confrontée à une manifestation de grande envergure qui ne faiblira pas ».

Pourquoi les événements d’aujourd’hui sont-ils particulièrement laids, selonXavier Lemoine, maire de Montfermeil, une ville de la banlieue est de Paris où les émeutes de 2005 ont été particulièrement destructrices, est la suivante:

« En 2005, la police était clairement la cible des émeutiers et elle a fait preuve de retenue dans l’utilisation de la force pour faire baisser la violence. Aujourd’hui, la plupart de ceux qui protestent n’attaquent pas la police. Mais au lieu d’agir pour faire baisser la violence , la police reçoit des ordres les poussant à être très violents. Je ne blâme pas la police, je blâme ceux qui leur donnent des ordres « .

Le lendemain, dimanche 27 janvier, une manifestation était organisée par les partisans de Macron, qui s’appelaient eux-mêmes  » les foulards rouges « . La manifestation devait montrer qu’un nombre impressionnant de personnes était toujours du côté de Macron. Les organisateurs ont dit que dix mille personnes sont venues. Des vidéos montrent toutefois que le nombre semble avoir été beaucoup plus bas .

La France en chute libre

  • Les responsables français comprennent évidemment que les terroristes sont engagés dans une longue guerre et qu’il sera difficile de les en empêcher; ils semblent donc avoir cédé. Ces responsables sont sans doute conscients que les jeunes musulmans français se radicalisent de plus en plus. La réponse a toutefois été de renforcerles institutions musulmanes en France.
  • Au moment où le président Macron parlait, l’un de ses émissaires était au Maroc pour signer le Pacte mondial des Nations Unies pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, qui définit l’immigration comme « bénéfique » pour les pays hôtes. Dans ce cadre, les États signataires s’engagent à « renforcer les systèmes de fourniture de services intégrant les migrants ».
  • Un groupe de généraux à la retraite a publié une lettre ouverte dans laquelle il déclarait que la signature du Pacte mondial était un pas supplémentaire vers « l’abandon de la souveraineté nationale » et notait que « 80% de la population française pense que l’immigration doit être stoppée ou réglementée de manière drastique ».
  • L’auteur Éric Zemmour a décrit la révolte des « gilets jaunes » comme le résultat du « désespoir des gens qui se sentent humiliés, oubliés, dépossédés de leur pays par les décisions d’une caste méprisante ».

Le président français Emmanuel Macron semble espérer que la fatigue conduira les manifestants au « gilet jaune » à baisser les bras, mais rien ne semble encore le montrer. Au contraire, les « gilets jaunes » semblent consacrés à le faire tomber. Sur la photo: manifestants du « gilet jaune » le 15 décembre 2018 à Paris, en France.

 

 

 

Strasbourg, France. Marché de Noël. 11 décembre, 20h. Un homme criant « Allahu Akbar » tire sur les passants, puis en blesse plusieurs avec un couteau. Il assassine trois personnes sur le coup et en blesse une douzaine d’autres, parfois sévèrement. Deux mourront plus tard de leurs blessures. Le meurtrier s’échappe. Deux jours plus tard, la police l’a abattu .

Il était connu de la police. Lorsque des membres de la Direction générale de la sécurité intérieure et des gendarmes sont arrivés chez lui quelques heures plus tôt, il s’était échappé. Bien qu’ils sachent qu’il était un islamiste armé et dangereux, prêt à agir et que les marchés de Noël étaient et pourraient être des cibles probables, aucune surveillance n’était en place.

Le meurtrier, Cherif Chekatt, aurait en fait dû être tenu à l’écart de la rue. Il avait 29 ans, son nom figurait sur la liste des personnes accusées de radicalisation terroriste ( FSPRT ), et il avait déjà été condamné pour 27 crimes. Il était néanmoins libre, sans surveillance de la part de la police.

Son cas est similaire à celui de nombreux terroristes djihadistes en France au cours de la dernière décennie. D’ autres comprennent Mohamed Merah , qui a assassiné des enfants juifs à Toulouse en 2012; Cherif et Said Kouachi , qui ont assassiné la plupart des employés du magazine satirique Charlie Hebdo en 2015, et Amedy Coulibaly , qui a assassiné des personnes dans un supermarché casher quelques jours plus tard.

Résultats de recherche d'images pour « emmanuel macron et jupiter »

Les gouvernements qui se sont succédé n’ont rien fait pour remédier à la situation. Au lieu de cela, ils ont prononcé des discours et ont posté des soldatsdans les rues. « Les jeunes Français doivent s’habituer à la menace d’attaques », avait déclaré en 2015 le Premier ministre, Manuel Valls . Deux ans plus tard, juste avant le premier tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron, toujours candidat, utilisait presque le mêmes mots. Le terrorisme, a- t- il déclaré , est « impondérable » et constituera une « menace qui fera partie de la vie quotidienne des Français pour les années à venir ».

Les lois françaises sont extrêmement laxistes . Même les tueurs en série et les terroristes ne sont pas condamnés à de longues peines de prison. La plupart des prisons sont devenues des postes de recrutement djihadistes. Actuellement, plus de 600 zones interdites sont sous le contrôle d’imams et de gangs musulmans. Les islamistes, apparemment « prêts à agir », se comptent par milliers . La police n’a tout simplement pas le personnel ni les ressources matérielles nécessaires pour tout contrôler

Les seuls dirigeants politiques qui ont proposé des lois plus sévères contre le terrorisme, ou qui ont déclaré que des mesures exceptionnelles étaient nécessaires – par exemple, un recours plus large aux bracelets de cheville électroniques – pour contrer les menaces croissantes, proviennent de partis considérés comme « de droite ». Les principaux médias ont immédiatement qualifié ces dirigeants d ‘ » extrémistes  » et leurs propositions ont été rejetées.

Macron et son gouvernement continuent leur triste tradition de se soumettre à la rectitude politique. Il semble qu’ils préfèrent apaiser les extrémistes plutôt que de les affronter.

Ces politiciens sont sans aucun doute conscients que de nouvelles émeutes pourraient avoir lieu. En 2016, Patrick Calvar, chef de la Direction générale de la sécurité intérieure française, a évoqué le risque élevé d ‘ »affrontements entre communautés », voire de guerre civile.

Ces responsables comprennent évidemment que les terroristes sont engagés dans une longue guerre et qu’il sera difficile de les en empêcher; ils semblent donc avoir cédé. Ces responsables sont sans doute conscients que les jeunes musulmans français se radicalisent de plus en plus. La réponse a toutefois été de renforcer les institutions musulmanes en France.

Bien que ces responsables voient vraisemblablement aussi que l’immigration musulmane en France se poursuit et que des centaines de milliers de migrants musulmans illégaux créent des problèmes de sécurité accrus, ils ne font rien pour inverser la tendance. Le nombre de déportations est en augmentation, mais reste rare: un peu plus de 26 000 personnes ont été déportées en 2017. Parallèlement, plus de 150 000 immigrants clandestins vivent en Seine Saint Denis, près de Paris. Macron, depuis qu’il est président, a répété à plusieurs reprises que ceux qui l’invoquaient pour expulser les immigrants clandestins étaient  » xénophobes« .

En fait, Macron et le gouvernement actuel encouragent davantage de migration: tous les immigrants clandestins en France reçoivent une aide financière s’ils le demandent, ainsi que des soins de santé gratuits ; et ils ne courent presque aucun risque d’être déportés.

Chaque année, plus de 200 000 permis de séjour sont délivrés (262 000 en 2017), y compris pour les immigrants clandestins. Nombre d’entre eux n’ont aucune compétence commerciale, certains perçoivent pendant des décennies le revenu minimum versé à une personne en difficulté.

Le soutien social aux migrants, qu’il soit légal ou non, augmente le coût d’un système de protection sociale de plus en plus coûteux. La France est aujourd’hui le pays le plus lourdement imposé du monde développé: les prélèvements obligatoires représentent plus de 45% du PIB. Le chômage est élevé à 9,1%. Les salaires typiques sont bas et stagnants. Un enseignant d’une école publique qui débute gagne 1 794 euros par mois (2 052 dollars). Après une année de service, un policier gagne encore moins: 1 666 euros par mois (1 906 dollars).

Macron, lors de son élection à la présidence, avait promis de stimuler la croissance et d’améliorer le pouvoir d’achat. Pour encourager les grandes entreprises multinationales à investir en France, il a réduit leurs impôts et supprimé un impôt sur la fortune . Ne souhaitant apparemment pas augmenter le déficit du budget français (2,6% en 2017), il a créé de nouvelles taxes et augmentéquelques taxes payées par l’ensemble de la population, y compris les taxes sur les carburants.

Il est dans ce contexte que le « gilet jaune » ( « gilets JAUNES ») manifestants – qui ont été des émeutes dans toute la France pour les huit week – ends, est entré en être . Ils ont juré de continuer à manifester.

Les nouvelles taxes, ainsi que l’augmentation des taxes existantes, ont plongé de nombreuses personnes dans une situation financière difficile . Beaucoup ont également estimé que la réduction des impôts sur les grandes entreprises, associée à la suppression de l’impôt sur la fortune des riches, était scandaleusement injuste. Ils constatent parfaitement que le manque de sécuritése propage, que l’immigration explose et que le gouvernement n’assure pas suffisamment de loi et d’ordre.

Les remarques de Macron, telles que comparer « ceux qui réussissent et ceux qui ne le sont pas » – ou son affirmation selon laquelle « la vie d’un entrepreneur est beaucoup plus dure que celle d’un employé » – lui ont donné méprise les pauvres et ne sait rien des problèmes auxquels ils sont confrontés. Certaines de ses déclarations, telles que « il n’y a pas de culture française  » ou que les Français sont des Gaulois « résistants au changement » – ont amené beaucoup à penser qu’il n’avait même pas de respect pour les Français ni pour la France.

La prolifération de radars de vitesse sur les routes et l’abaissement de la limite de vitesse à 80 km / h , mis à part les autoroutes, ainsi qu’une augmentation notable du nombre de contraventions pour excès de vitesse , n’ont pas non plus aidé ses cotes de popularité.

Enfin, une augmentation supplémentaire des taxes sur les carburants a déclenché une révolte qui ne s’est pas arrêtée à ce jour.

La première manifestation des « vestes jaunes », qui a eu lieu le 17 novembre , a spontanément rassemblé des centaines de milliers de personnes à travers le pays et a bénéficié du soutien de plus de 80% de la population.

Plutôt que de réagir rapidement et de dire qu’il comprenait les difficultés de millions de Français, Macron a attendu 10 jours jusqu’à ce qu’une deuxièmemanifestation, plus importante que la première, y réponde. Il a ensuite prononcé un discours sur l’environnement et souligné que des taxes sur les carburants étaient nécessaires pour lutter contre le « changement climatique ».

Ses propos semblaient totalement déconnectés de la détresse économique ressentie par le public.

Image associée

Quatre jours plus tard, le 1 er décembre , une troisième manifestation a attiré encore plus de monde que la deuxième. Les manifestants ont agité des drapeaux français et ont chanté l’ hymne national . Les personnes qui ont parlé à la télévision ont déclaré que Macron s’était moqué d’elles et lui avait rappelé ses promesses. Ils ont exigé sa démission , de nouvelles élections et un retour de la souveraineté au peuple.

Des gangs de banlieue ont pillé des magasins et détruit des biens. La police a été particulièrement brutale envers les manifestants, mais n’a pas pu empêcher le pillage ou la destruction.

Macron ne dit rien.

Le 8 décembre, jour de la quatrième manifestation, Paris était effectivement assiégée . Des véhicules blindés ont été déployés le long des principales avenues. Des milliers de policiers ont fermé l’accès au quartier de la résidence présidentielle, le palais de l’Élysée. Un hélicoptère a attendu dans la cour de l’Élysée, au cas où Macron aurait besoin d’être évacué. Le pillage et la destruction ont recommencé.

Lorsque Macron a finalement décidé de dire quelque chose, le 10 décembre, il a annoncé une légère augmentation du salaire minimum et la suppression de certains impôts. Il a promis d’ ouvrir un « débat national » et a annoncé la nécessité de revoir les règles relatives à l’ immigration . Cependant, au moment où Macron parlait, l’un de ses émissaires était au Maroc au nom de la France pour signer le Pacte mondial des Nations Unies pour des migrations sûres, ordonnées et régulières , qui définit l’immigration comme  » bénéfique  » pour les pays hôtes. Dans ce cadre, les États signataires s’engagent à « renforcer les systèmes de fourniture de services intégrant les migrants ». Le lendemain, l’ attaque terroriste près d’un marché de Noël à Strasbourg a eu lieu, dans lequel cinq personnes ont été assassinées.

La colère du public ne s’est pas apaisée. Les manifestants du « gilet jaune » qui ont parlé à la télévision les jours suivants ont déclaré que Macron n’avait manifestement pas pris la mesure de ce qu’ils disaient. Ils ont déclaré que parler de revoir les règles d’immigration lors de la signature du Pacte mondial – sans prendre en compte l’opinion de la population – montrait que Macron était un menteur .

Un groupe de généraux à la retraite a publié une lettre ouverte dans laquelle ildéclarait que la signature du Pacte mondial constituait un pas supplémentaire vers « l’abandon de la souveraineté nationale » et notait que « 80% de la population française pense que l’immigration doit être stoppée ou réglementée de manière drastique ».

« En décidant seuls de signer ce pacte », ont écrit les généraux , « … vous êtes coupable de déni de démocratie, voire de trahison, dans le respect de la nation ».

La ministre de la Défense, Florence Parly, a déclaré que la lettre des généraux était « inadmissible et indigne », mais n’a pas contesté les arguments qu’elle énonçait. Encore une fois, Macron ne dit rien.

Le 22 décembre , lors de la cinquième manifestation des « gilets jaunes », les manifestants étaient moins nombreux mais leur colère semblait plus vive. Les appels à la démission de Macron sont venus de partout. Une marionnette représentant Macron était symboliquement décapitée par une guillotine d’imitation . Une sculpture représentant une main jaune , ressemblant au logo de SOS Racisme , la plus ancienne organisation luttant contre le « racisme » et « l’islamophobie » en France, a été incendiée.

Les antisémites ont saisi l’occasion pour donner leurs opinions habituelles , mais ils étaient marginaux. Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, a toutefois utilisé leurs commentaires pour attaquer les manifestants du « gilet jaune ». Il a envoyé un tweet disant que les « gilets jaunes » étaient « des lâches, des racistes, des antisémites » et qu’ils étaient du genre à organiser des coups d’État. Un peu plus tôt, il avait dit que quoi qu’il arrive, Macron ne « changerait pas de cap ».

Macron semble espérer que la fatigue conduira les « gilets jaunes » à baisser les bras, mais rien ne semble encore le montrer. Au contraire, les « gilets jaunes » semblent consacrés à le faire tomber. Ceux à la télévision disent qu’ils sont déterminés à se battre  » jusqu’au bout « . Le préjudice économique est considérable. les premières estimations s’élevaient à des centaines de millions d’euros.

« Macron et son équipe » , a récemment écrit Ivan Rioufol, éditorialiste au Figaro , « aurait tort de croire que si la mobilisation faiblit pendant la trêve de Noël, cela signifie qu’ils sont hors du bois ».

L’auteur Éric Zemmour a décrit la révolte comme le résultat du « désespoir de ceux qui se sentent humiliés, oubliés, dépossédés de leur pays par les décisions d’une caste méprisante ». Il a conclu qu’il pensait que Macron avait perdu toute légitimité et que sa présidence était terminée .

Le commentateur de la radio, Jean-Michel Aphatie, a déclaré que la présidence et le gouvernement « tenaient bon », et que la lettre publiée par les généraux est un signe fort que les institutions françaises sont profondément ébranlées. « Si la police faiblit », at-il souligné, « la France pourrait rapidement sombrer dans le chaos ».

Le 20 décembre, deux jours avant la cinquième manifestation des « gilets jaunes », des policiers ont organisé une manifestation devant le palais de l’Élysée. Le vice-président d’une organisation composée d’officiers de police a déclaré que de nombreux membres étaient épuisés, avaient de la sympathie pour la révolte et étaient prêts à la rejoindre.

Le lendemain, le gouvernement augmenta les salaires des policiers et leur paya des millions pour les heures supplémentaires – des paiements en retard depuis des mois.

« Les autorités ont vraiment peur que la police ne les reproche « , a commenté le journaliste Jean-Michel Aphatie. « C’est difficile à imaginer. C’est là où nous sommes en France, aujourd’hui ».

La popularité du Macron est en chute libre; il est tombé à 18%. La popularité d’aucun président français n’est tombée si bas, si rapidement. Flore Santisteban, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris, a cité des enquêtes montrant que Macron cristallise désormais « une haine intense et peut-être plus que la haine: la rage ».

De nombreux commentateurs se demandent comment Macron pourra encore gouverner dans les semaines à venir et demandent s’il pourrait être contraint de démissionner et d’appeler à des élections présidentielles anticipées.

Plusieurs analystes ont annoncé que cette fois-ci, Marine Le Pen, chef du parti populiste de droite, le Rassemblement national, pourrait être élue présidente. Les thèmes de sa campagne présidentielle en 2017 ressemblaient aux revendications du mouvement « gilet jaune ».

Macron ne dit toujours rien. Il n’est nulle part en vue . Ses seules déclarations publiques récentes ont été faites dans des pays étrangers: Belgique et Tchad. Sa dernière apparition publique en France a eu lieu le 4 décembre , dans le Massif Central, tard dans la soirée. Il est allé voir les dégâts causés à un bâtiment officiel en partie brûlé par des vandales. Bien que sa visite fût inopinée, des dizaines de « gilets jaunes » sont arrivés, l’ont insulté et il est rapidement parti.

 

Les sondages montrent que le Rassemblement national de Le Pen pourrait remporter les élections au Parlement européen de mai 2019 avec 24% à 25% des voix. Un autre parti nationaliste de droite, Debout la France! (France, Stand Up!), Dirigé par le député Nicolas Dupont-Aignan et allié au parti du Rassemblement National, pourrait obtenir 8%. Le total représenterait 32% à 33% des voix. La République en Marche de Macron Le parti, créé il y a deux ans, n’obtiendrait que 18% des suffrages.

L’élection au Parlement européen n’a pas d’impact direct sur la vie politique française. Un tel résultat, cependant, constituerait un désaveu cinglant de Macron – s’il parvient à rester au pouvoir jusqu’alors.

Il y a quelques mois, Macron s’est présenté comme le champion d’une Europe ouverte, « progressiste » et multiculturelle et a décrit les défenseurs de la souveraineté nationale et tous ceux qui sont hostiles à l’immigration et au multiculturalisme, comme des  » lépreux  » et des partisans du  » nationalisme belliqueux  » vantant le rejet de l’autre « . Il feignit facilement de triompher d’eux.

Image associée

En juillet 2017, il a laissé entendre qu’il gouvernerait comme le dieu romain Jupiter . Il ne tarda pas à tomber de son piédestal.

Le soir du 31 décembre, Macron a offert aux Français ses voeux pour l’année 2019. Il ne s’est pas excusé. Il a ignoré les griefs des manifestants du « gilet jaune » et de leurs partisans. Il a simplement déclaré que « la colère a éclaté » et que « l’ordre sera maintenu sans indulgence ». Il a décrit en termes positifs tout ce qu’il avait fait depuis son accession à la présidence. Il a ajouté qu’il « avancerait » dans la même direction sans rien changer: « J’ai l’intention de continuer à suivre la ligne tracée depuis le premier jour de mon mandat ». Il a décrit ses opposants politiques comme des « extrémistes », des « démagogues » et des « mégaphones d’une foule remplie de haine ». Il a encore dit que le « 

Un grand nombre des manifestants du « gilet jaune », interviewés à la télévision, ont semblé contrariés; certains ont dit qu’ils avaient même décidé de ne pas écouter le discours. Les opposants politiques de Macron le critiquèrent sévèrement. Nicolas Dupont-Aignan a écrit:

« Ce soir, les Français ont eu la confirmation qu’Emmanuel Macron n’avait rien appris des événements de 2018. Alors que sa politique rassemblait plus de 75% des Français contre lui, il semblait déterminé à continuer, au mépris de la démocratie. »

Laurence Saillet, du parti de droite modéré, Les républicains, a déclaré :

« J’ai l’impression que pendant que les » vestes jaunes « protestaient, il était sur une autre planète … Il n’a pas pris la mesure de la colère du pays. Il ne fait pas de mea culpa, il a même évalué positivement ses actions, précisément ce qui est rejeté par le français. »

Marine Le Pen a tweeté : « Ce président est un imposteur. Et un pyromane. »

Le 3 janvier, Eric Drouet, l’une des principales figures du mouvement des « gilets jaunes », a été arrêté par une dizaine de policiers alors qu’il se rendait à la Place de la Concorde, dans le centre de Paris, pour allumer des bougies et rendre hommage aux blessés. ou tué depuis le début des manifestations. Il marchait paisiblement sur le trottoir avec 15 à 20 de ses amis. Aucun d’entre eux ne criait, ne portait de banderole ou même un gilet jaune. Drouet a été inculpé pour avoir organisé une manifestation illégale. Les opposants politiques de Macron ont déclaré que Macron ajoutait de l’essence à l’incendie.

Image associée

Le 4 janvier, après la première réunion du cabinet de l’année, Macron a demandé au porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, de déclarer que « ceux qui continuent à protester … sont des agitateurs qui font la promotion de l’insurrection », et que le gouvernement doit « aller plus loin, plus fort façon ».

Samedi 5 janvier, des milliers de « gilets jaunes » ont à nouveau manifesté , réclamant la démission de Macron. Ils ont enfoncé les portes de l’immeuble de bureaux de Griveaux alors qu’il se sauvait. Le soir, les rues de Paris et d’autres villes ressemblent de nouveau à des champs de bataille .

Résultats de recherche d'images pour « emmanuel macron et jupiter »

 

 

 

 

🇫🇷 Champs-Elysées. « Gilets jaunes » : 45 jours d’ITT pour des motards de la Police choqués qui ont failli se faire lyncher

Deux des quatre policiers agressés le 22 décembre dernier à Paris au croisement des avenues George V et des Champs-Elysées ont été choqués psychologiquement par les faits. Ils ont obtenu 45 jours d’ITT (incapacité totale de travail), nous apprend Le journal du dimanche. Cliquez ici pour lire la suite

via 🇫🇷 Champs-Elysées. « Gilets jaunes » : 45 jours d’ITT pour des motards de la Police choqués qui ont failli se faire lyncher — Votre revue de presse quotidienne depuis sept ans, relative aux forces de l’ordre et à l’insécurité.

Des « gilets jaunes » saisissent le Défenseur des droits pour « atteintes à la liberté » de manifester

Ces manifestants avaient été interpellés alors qu’ils se rendaient place de la Concorde, à l’appel d’Eric Drouet. Ce dernier a été arrêté pour « organisation d’une manifestation sans déclaration préalable ». Pour eux, on veut « bâillonner » la contestation. Des « gilets jaunes » interpellés mercredi à Paris en marge de l’arrestation d’Eric Drouet ont demandé au Défenseur des droits d’ouvrir une enquête sur ces « atteintes à la liberté », […]

via Des « gilets jaunes » saisissent le Défenseur des droits pour « atteintes à la liberté » de manifester — On n’est pas des moutons

« Yellow Vests »: Mariannes naked… well mysterious (article and video)

 

marianes dénudées 001

On the sidelines of the demonstration of « yellow vests », naked women wearing a red hooded sweatshirt open on their chest were standing silently facing a dozen gendarmes avenue des Champs-Elysees. They had the body covered with silver paint.

 

 

 

 

 

During the demonstration of Vests yellow, which are found on December 15 in Paris, women dressed in Marianne have engaged in a peaceful face-to-face with the police.

Fun British national cockade, on Phrygian caps! The cockade of the French Republic has identical colors, but inverted, blue in the center.

marianes dénudées 002

 

 

marianes dénudées 003

 

marianes dénudées 004
View from the back!

 

marianes dénudées 006

 

 

(This article is  a translation from the original article in french from Michel Duchaine) for  check the original  article in french with video press here

Chanson classique des années de guerre: »Lili Marlene  » interprétée en français par Suzy Solidor

Née le 18/12/1900 à Bretagne, Suzy Solidor est une artiste de grand talent. Elle est morte le 31 mars 1983 à l’âge de 82 ans.

Son interprétation de Lili Marlene en 1941 reste l’une de ses grandes représentation.

Suzy Solidor, la fille aux cheveux de lin Égérie du « tout-Paris » même occupé, celui des poètes et peintres à la mode de son temps, elle attire par sa voix grave et son air..particulier!

Elle est unique!


PHOTOS

Suzy Solidor à la fin d’une représentation.(« C’est à Hambourg »,1958)

 

À Deauville en 1925 habillée en matelot et accompagnée d’un chien.

 

En 1922,toujours sur la plage de Deauville.

 

1922 toujours.

 

En 1925 avec Vera Cooper et un magnifique chien sur cette même plage de Deauville qu’elle aimait.

Elle adorait les chiens et aimait s’amuser avec eux…tout comme votre serviteur.

 

À St-Moritz vers 1930 avec son chien.

 

En 1928 à Deauville.

En 1929 accompagnée de son chien.

 

De nombreux artistes l’ont représenté dans diverses formes artistiques.

 

Ici surprise en train de poser nue pour la peintre Tamara de Lempicka.

 

De nombreuses photos nues existent d’elle car elle aimait l’art.

 

Ses jambes faisaient rêver !

 

 

 

 

En 1939,elle chanta pour les fusiliers-marins.

 

Photo vers 1930 avec un chien extraordinaire.


UN CADEAU SURPRISE: UNE AUTRE CHANSON

 

« Gilets jaunes » : des Marianne dénudées bien mystérieuses (article et vidéo)

 

 

En marge de la manifestation des « gilets jaunes », des femmes dénudées vêtues d’un sweat à capuche rouge ouvert sur leur poitrine se sont tenues debout en silence face à une dizaine de gendarmes avenue des Champs-Elysées. Elles avaient le corps recouvert de peinture argentée.

 

 

Vue de dos!

Lors de la manifestation des Gilets jaunes, qui se retrouvent le 15 décembre à Paris, des femmes habillées en Marianne se sont livrées à un face-à-face pacifique avec les forces de l’ordre.

Amusant la cocarde nationale Britannique, sur des bonnets Phrygiens! La cocarde de la République Française a des couleurs identiques, mais inversées, le bleu au centre.

 

 

 

 

Émeute des gilets jaunes: cinquième semaine

  • Partout en Europe occidentale, les citoyens ordinaires se sentent ignorés et condescendés par leurs élites politiques, économiques, universitaires et des médias. Contre la volonté de la plupart de ces citoyens, leurs dirigeants cèdent peu à peu la souveraineté de leurs nations à l’UE.
  • Également contre la volonté de ces citoyens, leurs nations ont été inondées d’immigrés musulmans qui incarnent un défi culturel majeur, ont provoqué des troubles sociaux considérables et représentent un fardeau économique dévastateur.
  • S’il est de plus en plus évident que l’islamisation financée par les contribuables entraîne l’Europe de l’Ouest sur la mauvaise voie, celle-ci, qui se tient à l’écart de cette évolution désastreuse, refuse de changer de cap.
  • La question ne devrait peut-être pas être de savoir pourquoi les Européens de l’Europe occidentale se sont révoltés mais pourquoi ils ne l’ont pas commencé il y a longtemps.

Des manifestants du « gilet jaune » se rassemblent place de l’Opéra le 15 décembre 2018 à Paris, en France.

Paris a maintenant connu son cinquième week-end de manifestations dans la rue par les soi-disant gilets jaunes, ou « gilets jaunes », bien que des informations suggèrent que les choses pourraient enfin se terminer. Entre-temps, les manifestations – qui dans de nombreux cas atteignent le niveau des émeutes, avec d’innombrables exemples de pillages, de vandalisme et d’incendie criminel – se sont propagées. Les derniers week-ends ont été marqués par des perturbations dans d’autres grandes villes françaises, telles que Toulouse, Bordeaux et Lyon, ainsi que dans des villes des Pays-Bas , notamment Bruxelles , Amsterdam, Rotterdam, La Haye, Nimègue et Maastricht. Ce week-end à LondresAlors que la tension, la confusion et la frustration autour du Brexit s’intensifissaient et que la possibilité d’un second référendum semblait augmenter, des manifestants à la jaquette jaune, apparemment des partisans du Brexit, ont bloqué d’importants ponts et fermé des rues du centre-ville.

À mesure que ces manifestations d’anarchie se répandaient, les idées sur les motivations des participants ont évolué. Au début, il a été rapporté que les manifestants en France, loin d’être des extrémistes politiques de gauche ou de droite, étaient des citoyens ordinaires en colère contre de nouvelles augmentations des taxes sur l’essence. Mais même lorsque le président Emmanuel Macron a annulé l’augmentation des taxes, les troubles se sont poursuivis. Pourquoi? Parce  que « les familles de la classe moyenne-forte ne sont pas assez pauvres pour toucher des prestations d’aide sociale, mais ont vu leur revenu stagner alors que le coût de la vie et les impôts ont augmenté ….. Les Français les gens se sentent foutus.  » Quelqu’un  a suggéré que « les Français, comme la plupart des habitants des pays riches, s’ennuient tout simplement, avec beaucoup de temps et peu de passion à faire ». Chez PJ Media,Rick Moran a estimé que « les gens ordinaires qui paient pour les régimes grandioses des planificateurs sociaux à Bruxelles en ont assez. Et ils se lèvent enfin pour exiger la fin. » Pour ma part, je me suis demandé si ce signe dramatique de mécontentement populaire marquait « le début de la résistance du public de l’Europe occidentale contre le projet multiculturel et mondialiste désastreux des élites ».

La multiplication des manifestations indique bien sûr que les manifestants sont motivés par la colère suscitée par des phénomènes sociaux, économiques ou culturels non confinés à la France. Plus tôt ce mois-ci, le quotidien néerlandais Het Parool a déclaré que les manifestants néerlandais s’opposaient à l’Union européenne, à l’immigration et aux efforts en cours pour mettre fin à « Zwarte Piet », une tradition séculaire hollandaise de Noël, qui consiste à Blackface, est maintenant considéré par beaucoup d’observateurs comme raciste, même si le personnage en question est aimé. Comme un site de nouvelles néerlandaise a souligné« Les Pays-Bas n’ont pas une tradition de manifestations de masse ou de grèves de masse, comme la France ou la Belgique », ce qui rend la diffusion de ces activités dans ce pays plutôt surprenante, même si elles n’ont jamais atteint l’ampleur des soulèvements en France. .

La première chose que l’on remarque à propos de la variété des motifs cités dans les médias est qu’ils ne sont pas sans rapport. Sentiment anti-UE? Opposition à la grande marée d’immigrants? Une raison majeure du sentiment anti-européen en Europe occidentale est le ressentiment contre le pouvoir de Bruxelles d’obliger les États membres à prendre un certain nombre de prétendus réfugiés. De même, les manifestants qui sont mécontents de taxes élevées savent très bien qu’une grande partie de leur argent est utilisée pour aider des immigrants qui deviennent des bénéficiaires de l’aide sociale dès leur arrivée dans le pays.

Les gilets jaunes italiens protestent contre les lois d’immigration en Italie.

Une ride curieuse: ce week-end, des milliers de personnes en veste jaune ont défilé à Rome . Cependant, ces manifestants étaient en train de regarder leurs homologues du nord et de l’ouest: alors que les agitateurs français, belges et hollandais étaient pour la plupart des Européens indigènes, apparemment marre des gouvernements qui leur prennent trop et leur donnent trop peu À leur retour, les manifestants à Rome étaient des migrants et leurs partisans, qui désapprouvaient la nouvelle loi italienne sur l’immigration . Dans ce cas, ce que nous semblons observer, c’est un mouvement qui, pour quelque raison que ce soit, a décidé de mimer l’apparition d’un autre mouvement qui, du point de vue philosophique, en est à peu près le contraire.

Ces personnes à Rome, cependant, sembleraient être l’exception qui confirme la règle. En les mettant de côté, plus on lit au sujet des préoccupations prétendument variées qui animent les manifestants du gilet jaune en France, en Grande-Bretagne et dans les Pays-Bas, moins on les regarde. Partout en Europe occidentale, les citoyens ordinaires se sentent ignorés et condescendés par leurs élites politiques, économiques, universitaires et des médias. Contre la volonté de la plupart de ces citoyens, leurs dirigeants abandonnent progressivement la souveraineté de leur nation à l’UE, ce que Macron a franchement reconnu vouloir vouloir transformer en États-Unis d’Europe. Également contre la volonté de ces citoyens, leurs nations ont été inondées d’immigrés musulmans qui incarnent un défi culturel majeur, ont provoqué des troubles sociaux considérables et représentent un fardeau économique dévastateur.

S’il est de plus en plus évident que l’islamisation financée par les contribuables entraîne l’Europe de l’Ouest sur la mauvaise voie, celle-ci, qui se tient à l’écart de cette évolution désastreuse, refuse de changer de cap. Naturellement, l’homme et la femme impuissants dans la rue sont effrayés, pleins de ressentiment et, oui, outrés. La question ne devrait peut-être pas être de savoir pourquoi les Européens de l’Europe occidentale se sont révoltés mais pourquoi ils ne l’ont pas commencé il y a longtemps.