Nouvel Ordre Mondial vs les Triades:Une volonté de renverser les États-Unis

Le 25 mai 2020, à Minneapolis, Minnesota, un officier de police, Derek Chauvin, qui avait déjà déposé 18 plaintes contre lui, a tué un Noir, George Floyd, en s’agenouillant sur le cou pendant près de neuf minutes.

WASHINGTON, DC – JUNE 22: Protesters pull down a fence surrounding the statue of Andrew Jackson in an attempt to pull the statue down in Lafayette Square near the White House on June 22, 2020 in Washington, DC. Protests continue around the country over police brutality, racial injustice and the deaths of African Americans while in police custody. .
La destruction ou la suppression de statues par la foule apparaît comme une tentative d’effacer l’histoire des États-Unis … Ce qu’ils font ressemble à une prise de pouvoir à l’ancienne. La première loi des accapareurs de pouvoir est que si personne ne les arrête, ils continuent – souvent avec des conséquences catastrophiques. Sur la photo: des manifestants abattent une clôture entourant la statue d’Andrew Jackson, dans une tentative de renverser la statue de Lafayette Square, près de Black Lives Matter Plaza à Washington, DC, le 22 juin 2020

Les manifestations de colère à Minneapolis se sont rapidement transformées en émeutes qui ont ravagé la ville. La police n’est pas intervenue; le maire leur avait ordonné de se retirer et de ne rien faire.

De nouvelles manifestations ont rapidement éclaté dans les grandes villes du pays et ont rapidement entraîné un désordre généralisé. Dans les villes jumelles de Minneapolis et de St. Paul, 1 500 bâtiments ont été vandalisés, pillés ou détruits. Encore une fois, la police n’a pas fait grand-chose pour intervenir: les maires de la plupart des villes ont demandé à la police d’agir avec retenue .

Les émeutiers ont attaqué des églises et des synagogues et pillé des magasins, appartenant souvent à des propriétaires minoritaires dans des quartiers en détresse.

Les émeutes ont pris fin, mais les dégâts ont été immenses. Une zone du centre-ville de Seattle qui a été prise, la zone « CHAZ » ou « CHOP », a depuis été dissoute, mais un effort de copie pour reprendre une zone s’est installé à New York, près de l’hôtel de ville.

Des statues ont été attaquées dans tout le pays – d’abord des statues confédérées , puis des hommages à Abraham Lincoln , Thomas Jefferson et George Washington . D’éminents politiciens ont soutenu les émeutiers. Le maire de Boston a déclaré qu’il voulait retirer d’une place de la ville une statue de Lincoln debout devant un homme noir libéré. Les membres du Conseil de la ville de New York ont demandé qu’une statue de Thomas Jefferson soit retirée de l’hôtel de ville. À Portland, en Oregon, une statue de George Washington a été abattue et incendiée. Des statues de Christophe Colomb ont été renversées et certaines décapitées .

La destruction ou la suppression de statues par la foule apparaît comme une tentative d’ effacer l’histoire des États-Unis et de traiter de grands hommes comme Abraham Lincoln, qui a aboli l’esclavage, George Washington, premier président des États-Unis ou Thomas Jefferson , troisième président des États-Unis. États et auteur de la Déclaration d’indépendance, comme s’ils étaient irrémédiablement méprisables. Ce qu’ils font ressemble à une prise de pouvoir à l’ancienne. La première loi des accapareurs de pouvoir est que si personne ne les arrête, ils continuent – souvent avec des conséquences catastrophiques.

« Pourquoi est-ce que je m’inquiète même de voir de petites statues idiotes tomber ou de changer de noms de petites rues? » a demandé Elizabeth Rogliani, qui a vécu la transition du Venezuela vers le communisme.

« [Q] uand je vivais au Venezuela. Des statuts sont descendus – Chavez ne voulait pas que cette histoire soit affichée. Et puis il a changé les noms des rues. Puis est venu le [programme scolaire]. certaines chaînes de télévision, etc., etc.

« Nous ne pensions pas que cela pourrait nous arriver. La plupart des Vénézuéliens – les Cubains nous ont prévenus – et nous nous sommes dit: » C’est le Venezuela, nous connaissons la liberté. Cela ne se produira pas ici.  » Pourtant, c’est arrivé. Et il y a littéralement beaucoup de gens qui veulent détruire les États-Unis « 

Deux mouvements ont été actifs dans la violence. L’un est Antifa , qui a été appelé « un mouvement de milice marxiste / anarchiste révolutionnaire qui cherche à renverser les États-Unis par la violence et l’intimidation ». Antifa, bien qu’il se prétende antifasciste, se comporte de manière fasciste .

L’autre mouvement, Black Lives Matter , a été fondé en 2013 par trois femmes noires , Alicia Garza , Opal Tometi et Patrisse Cullors . Cullors a déclaré qu’elle et Garza étaient des « marxistes de formation ». Le manifeste fondateur de Black Lives Matter, publié en 2016 (puis retiré du site BLM), décrit les États-Unis comme une « démocratie corrompue fondée à l’origine sur le génocide des autochtones et l’esclavage des biens mobiliers » qui « continue de prospérer grâce à l’exploitation brutale des personnes de couleur ». et cela perpétue « les vilaines traditions américaines du patriarcat, du classisme, du racisme et du militarisme ». En décembre 2014, un sloganlors d’une manifestation Black Lives Matter organisée par le National Action Network d’Al Sharpton, était: « Que voulons-nous? Des flics morts. Quand le voulons-nous? Maintenant. »

Si Antifa est largement rejeté, Black Lives Matter ne l’est pas. Son nom est devenu un slogan sur les murs, les devantures de magasins et les restaurants. Les affiches disent:  » Pas de justice, pas de paix . »

Il y a de nombreux appels au financement ou à l’abolition de la police. Le conseil municipal de Minneapolis a en effet voté le 6 juin la dissolution de ses forces de police. Le maire de New York, Bill de Blasio, a coupé 1 milliard de dollars du budget de la police de New York à 6 milliards de dollars. Au moins six autres villes ont également réduit les budgets de la police.

Ce qui semble vouloir gagner en influence, c’est un souhait – né avant les émeutes – de réécrire l’histoire des États-Unis. Le New York Times, par exemple, a lancé le 14 août 2019  » The 1619 Project « . Son auteur, Nikole Hannah Jones, a écrit que les États-Unis avaient été fondés sur l’esclavage et étaient donc – vraisemblablement toujours – coupables de « racisme structurel ».

D’éminents historiens, Gordon Stewart Wood , récipiendaire du prix Pulitzer pour l’histoire de 1993, et James M. McPherson , ancien président de l’American Historical Association, ont noté que le projet 1619 était fondé sur des « affirmations trompeuses et historiquement inexactes ». Le 17 juin, le sénateur Tim Kaine, démocrate de Virginie, a dit de façon ridicule que les États-Unis avaient « créé l’esclavage ».

« Les réparations », a commenté l’ auteur et l’avocat Larry Elder sur le sujet, « sont l’extraction d’argent de ceux qui n’ont jamais été propriétaires d’esclaves à donner à ceux qui n’ont jamais été esclaves ».

« Chaque vie compte », a déclaré l’ ancien président de la Chambre des représentants américaine Newt Gingrich. Si seulement.

L’idée qu’aux États-Unis il existe un « racisme structurel » ( défini par l’Institut Aspen comme « un système dans lequel les politiques publiques, les pratiques institutionnelles, les représentations culturelles et d’autres normes fonctionnent de diverses manières, renforçant souvent les moyens de perpétuer l’inégalité des groupes raciaux » ) a conduit, semble-t-il, à une forme d’expiation obsessionnelle. Les films ont été supprimés des services de streaming. Autant en emporte le vent sera désormais affiché avec un avertissement de cinq minutes . (Une minute n’aurait pas suffi?)

Le film n’est probablement que le premier sur une liste qui s’allonge. Un journaliste de Variety a récemment énuméré « 10 films problématiques qui pourraient utiliser des étiquettes d’avertissement ». Ils incluent Forrest Gump: pendant un bref instant, le personnage principal est décrit, de façon ironique, comme ayant été nommé d’après un membre du Ku Klux Klan. Les marques de produits de consommation , telles que le riz d’oncle Ben et le sirop de tante Jemima, voient leurs noms et logos changer brusquement. Princeton a voté pour radier le nom de Woodrow Wilson de son école de politique publique. Des demandes ont été faites pour que les universités et les entreprises montrent qu’elles ne sont pas racistes en déclarant leur soutien à Black Lives Matter. Beaucoup se sont pliés à la demande.

Le 12 Juin, moins d’un mois après l’assassinat de George Floyd, un autre policier blanc, Garrett Rolfe, à Atlanta, en Géorgie, tiré et tué un homme noir, Rayshard Brooks. Les policiers arrêtaient Brooks pour conduite en état d’ivresse et après un échange cordial avec les policiers, il a résisté de façon inattendue à l’arrestation et a saisi un Taser à l’un des policiers. Il a commencé à courir, mais quand il s’est retourné et a tiré le Taser sur Rolfe, Rolfe a tiré et l’a tué. Rolfe a été renvoyé des forces de police sans procédure régulière et inculpé de meurtre pour crime, passible de la peine de mort. Bien que les enregistrements vidéo de l’événement ont été largement diffusés, procureur Paul Howard a tenté de réclamationque Brooks était calme et « gai ». Il a ajouté qu’un Taser n’est pas une arme mortelle – après avoir dit quelques semaines plus tôt qu’il l’était.

Entre-temps, à Chicago , entre le 12 et le 15 juin, un homme noir a été tué par balle par un autre homme noir et 32 ​​autres ont été blessés par balles. Malheureusement, en ce qui concerne la violence noir sur noir , personne ne semble s’en soucier.

Ce qui semble fondamentalement être au travail n’a rien à voir avec les vies noires ou la police. C’est une volonté de renverser les États-Unis. Ce désir inclut les institutions américaines, tout ce sur quoi les États-Unis sont fondés et les États-Unis eux-mêmes.

La déclaration « Black Lives Matter » suppose dès le départ que, pour la police, le système judiciaire et tout le monde, les vies noires n’ont pas d’ importance. Ce qui est si remarquable et tragique, c’est que les vies noires ne semblent avoir d’importance que si elles ont été prises par une personne blanche … Malheureusement, en ce qui concerne la violence noir sur noir, personne ne semble s’en soucier.

Un fonctionnement démocratique normal signifie que les électeurs d’une ville paient des impôts et élisent un maire pour prendre soin de la ville, pour assurer la sécurité de ses habitants et de ses biens – pour ne pas laisser la ville sombrer dans l’anarchie et la destruction. Lorsque, face à la violence, un maire demande à un service de police de ne pas agir, permettant ainsi à la violence de se produire, il est non seulement complice de la dévastation, mais également délinquant dans l’exercice de la fonction pour laquelle il a été élu .

Bien que la plupart des policiers soient généralement décents et désireux de protéger la communauté, et mettent quotidiennement leur vie en danger, s’ils utilisent une violence inutile, le problème doit être résolu. Malheureusement, ce n’est parfois pas le cas. Les syndicats de police peuvent faire beaucoup de bien, mais en cas de litige, ils nécessitent un «arbitrage» – souvent malgré une mauvaise conduite . Dans certains services de police, il est presque impossible de licencier quiconque devrait être licencié; il peut, au contraire, être envoyé dans un autre quartier. (Un problème similaire existe avec les syndicats d’enseignants pour les enseignants inacceptables.)

La semaine dernière, une loi fédérale recommandant des réformes policières a été proposée par le sénateur Tim Scott, un républicain de Caroline du Sud. Les démocrates de la Chambre, refusant même d’en discuter, ont bloqué la mesure. Plus tard, les démocrates de la Chambre ont présenté leur propre projet de loi de réforme , mais il semblait viser davantage à éliminer les forces de police qu’à les réformer.

« Le projet de loi restreindrait les restrictions et interdirait aux agents fédéraux de mener des raids de drogue sans heurts. Il limiterait les transferts de matériel militaire à la police, créerait un registre d’inconduite des officiers, mettrait fin à l’immunité qualifiée contre les poursuites et abaisserait le seuil pour poursuivre les officiers fédéraux s’ils le montraient. » « mépris téméraire » de la vie de quelqu’un. « 

Et si chaque fusillade impliquant un officier était suivie d’une poursuite? Pourquoi quelqu’un s’inscrirait-il un jour pour un emploi qui le mettrait en danger? « Porte tournante » des politiques doivent déjà se sentir si vaincre: un officier de police met sa vie en danger pour faire une arrestation, seulement pour trouver la personne arrêtée en arrière dans la rue peu après. Les démocrates de la maison semblaient seulement vouloir empêcher les républicains d’avoir une victoire et une question sur laquelle se plaindre au lieu d’une solution. (La même pensée politique semble également expliquer pourquoi tant d’enfants américains ne sont pas en mesure de recevoir une éducation scolaire de qualité.)

La question se pose alors: les politiciens qui prétendent vouloir aider les communautés en détresse sont-ils ceux-là mêmes qui maintiennent les communautés en détresse en détresse – et dans un état perpétuel de tendre la main à ces mêmes politiciens pour des promesses d’aide suspendues?

Malheureusement, toujours et partout, l’ absence de police – par exemple en les remplaçant par des travailleurs sociaux – entraînera une explosion de criminalité et de désordre, comme on l’a vu récemment à Seattle. De plus, utiliser un crime commis par un seul policier pour affirmer que tous les policiers sont racistes, c’est mentir pour paralyser les policiers, les empêcher de faire leur travail: aider la communauté et assurer la sécurité. Demander le remboursement de la police, c’est demander une explosion de violence et de pandémonium.

Les récents dégâts infligés à des milliers de personnes qui ont perdu leurs biens et leurs entreprises – ainsi que les nombreux meurtres et agressions – montrent ce qui arrive à une société avec moins de policiers ou pas de policiers.

L’ancien gouverneur de l’Arkansas, Mike Huckabee, avait suggéré très tôt, pour éviter une confrontation, de démanteler la zone saisie de Seattle. Cela pourrait être fait, a-t-il suggéré, en déconnectant l’eau, l’électricité et surtout la communication cellulaire – puis en voyant combien de temps les preneurs d’otages ont apprécié l’expérience.

Des graffitis peints lors des émeutes sur les murs des synagogues de Los Angeles ont également révélé la présence d’ antisémitisme : Melina Abdullah , « organisatrice principale de Black Lives Matter à Los Angeles et professeur d’études panafricaines à Cal State » , se révèle-t-il, un partisan de Louis Farrakhan, le chef antisémite de la Nation of Islam. Abdullah l’ appelle «l’honorable ministre Farrakhan». Il semble que Black Lives Matter  » soit structurellement antisémite « .

Protestors demonstrate outside of a burning Minneapolis 3rd Police Precinct, Thursday, May 28, 2020, in Minneapolis. Protests over the death of George Floyd, a black man who died in police custody Monday, broke out in Minneapolis for a third straight night. 

Que le nom Black Lives Matter soit présent partout, et que tout le monde semble ignorer ou oublier ce qu’est réellement l’organisation Black Lives Matter , montre qu’une organisation violente et antidémocratique, qui appelle au meurtre de policiers et accepte l’antisémitisme et le racisme anti-blanc , peuvent utiliser des menaces, l’ intimidation et la destruction – et trouver l’acceptation du public.

Bien sûr, il y a encore du racisme parmi les individus, mais l’idée que les États-Unis sont aujourd’hui une société où le « racisme structurel » existe est contredite par des décennies de décisions politiques pour réparer les dommages et, comme, par exemple, dans les programmes d’action positive, favoriser l’égalité pour tous les Américains. Comme Ayaan Hirsi Ali, une écrivaine américaine qui a fui sa patrie, la Somalie, a écrit :

« Le problème est qu’il y a des gens parmi nous qui ne veulent pas comprendre et qui ont intérêt à éviter des solutions viables. Ils ont une incitation politique évidente à ne pas résoudre les problèmes sociaux, parce que les problèmes sociaux sont la base de leur pouvoir. C’est pourquoi, chaque fois qu’un chercheur comme Roland Fryer apporte de nouvelles données – montrant qu’il n’est tout simplement pas vrai que la police abat des Noirs de manière disproportionnée – la réponse n’est pas de lire le journal mais d’essayer de discréditer son auteur. « 

Pendant de nombreuses années, les films américains traitant de questions raciales ont été explicitement hostiles à toute discrimination raciale, et il serait impossible de trouver un livre publié par une maison d’édition américaine soutenant la discrimination raciale, à moins qu’il ne date d’une époque révolue. Réécrire l’histoire en la falsifiant est simplement une tentative de remplacer l’histoire par de la propagande . Supprimer les films et autres informations qui ne correspondent pas à une vision prédéterminée de l’histoire est depuis longtemps la pratique des despotismes totalitaires . Dire que les universités et les entreprises font face à de graves conséquences si elles refusent de bowdleriser le passé est tout simplement un fascisme, un tyrannique des moyens de coercition. Pire encore, l’attitude soumise de tant d’universités et de sociétés est ce qui permet à l’intimidation de continuer.

Ce qui se passe a des racines.

« Le succès de la récente révolution culturelle américaine peut être mesuré non pas par des gouvernements renversés mais par des valeurs brisées », a écrit le commentateur américain Roger Kimball dans son livre, The Long March (2000), sur les bouleversements des années 1960 aux États-Unis. Des personnes radicales, a-t-il observé, ont pris le pouvoir dans les universités et leurs idées se sont répandues dans tout le système éducatif – dans la culture, la politique, la justice et l’économie. Les radicaux dominent encore la plupart des universités américaines – maintenant encore plus qu’alors, et leurs idées sont désormais plus répandues .

L’ancien président Barack Obama, le 30 octobre 2008, a déclaré : « Nous sommes à cinq jours de transformer fondamentalement les États-Unis d’Amérique. » Cinq jours plus tard, il a été élu président.

Douze ans plus tard, on se demande: en quoi espérait-il le transformer?

Il aurait été difficile d’imaginer en 2008 qu’un maire pourrait abandonner sa ville à des émeutiers, ou qu’ils accepteraient de démolir et de détruire des statues de Washington, Jefferson ou Lincoln. Quand seront – ils à venir à abattre les statues du Dr Martin Luther King Jr.?

Il aurait également été difficile d’imaginer qu’une organisation violente comme Black Lives Matter ne serait même pas remise en question, ou que des émeutes similaires à celles qui ont touché Ferguson , Missouri en 2014 ou Baltimore en 2015 éclateraient et se répandraient à travers le pays.

Il serait difficile d’imaginer, il y a à peine deux mois, qu’un conseil municipal voterait effectivement pour l’ abolition des forces de police.

Les États-Unis semblent à un moment charnière. Bruce Thornton, professeur de sciences humaines et classiques à la California State University et chercheur à la Hoover Institution de l’Université de Stanford, a noté que:

« En effet, en dehors des voyous et des criminels opportunistes, la majeure partie des » troupes « qui constitueraient un côté d’une guerre civile sont à peu près des habitants des jeunes classes confortables. Leur comportement perturbateur et violent se produit parce que les gouverneurs, les maires et la police Au cours de la dernière décennie, les chefs ont envoyé le message qu’ils ne répondraient pas avec une force concentrant l’esprit afin de rétablir l’ordre et de tenir les émeutiers responsables … « 

Les émeutiers aux États-Unis semblent avoir inspiré des manifestants en Europe occidentale . Les slogans en colère utilisés aux États-Unis sont utilisés à Londres et à Paris ; les mêmes accusations contre les démocraties sont portées, et des statues qui étaient des repères de l’histoire sont abattues .

Dans un discours prononcé le 6 juillet 2017, le président américain Donald J. Trump a déclaré :

« La question fondamentale de notre temps est de savoir si l’Occident a la volonté de survivre. Avons-nous confiance en nos valeurs pour les défendre à tout prix? … Avons-nous le désir et le courage de préserver notre civilisation en le visage de ceux qui voudraient le renverser et le détruire? « 

Bonne question.

 

 

 

Publicités

Loi Avia : Facebook censure toutes critiques de l’immigration et de l’Islam !

Mise en place solide de la dictature totalitaire autour de la pensée unique!

Le saviez-vous ?

Les modérateurs chez Facebook sont situés au Maroc. La censure sur Facebook est donc faite par des Musulmans extrémistes qui censurent toutes critiques de l’immigration et de l’Islam.

Et avec la loi Avia qui censure la liberté d’expression des Français sur les réseaux sociaux, des milliers, voir des millions de comptes Facebook vont être supprimés…

Je décide d’écrire cet article pour dénoncer la censure abusive des modérateurs Musulmans de chez Facebook.

En effet, je suis le Webmaster du site Internet MyJournal.fr qui est un site d’actualités parlant de toutes les vérités qui dérangent.

Des vérités qui dérangent liées à la corruption du Gouvernement Français, aux nombreuses aberrations de l’immigration de masse, ainsi que sur la propagation de l’Islam en France…

Mon site Web dénonce également tous les scandales qui empoisonnent le quotidien des Français… Mais les sujets principaux de mon site d’actualités sont principalement liés à l’immigration et à l’Islam, car pour moi, c’est un problème majeure en France et dans toute l’Europe.

J’avais comme tout le monde, un compte chez Facebook et ceci, depuis de nombreuses années. Mais il ne se passait pas une semaine sans que ces modérateurs Musulmans me bloque mon compte Facebook à cause d’un partage d’article lié à l’immigration et/ou à l’Islam émanant de mon site Internet MyJournal.fr…

Et le jeudi 28 mai 2020, mon compte Facebook a purement et simplement été supprimé par ces modérateurs Musulmans parce que mes publications ainsi que mes partages d’articles ne respectaient pas « les standards de la communauté Facebook »…

Je précise que sur MyJournal.fr, il n’y a aucun propos raciste et que les articles liés à l’immigration et à l’Islam sont uniquement des vérités. Des vérités qui dérangent bien entendu, toutes les personnes concernées…

Et avec la mise en place de la loi Avia, notre liberté d’expression sur les réseaux sociaux n’existe plus… Il est dorénavant interdit de critiquer l’immigration de masse ainsi que l’Islam radical… Même si ces publications sont des vérités que personne ne peut nier…

Par contre, la censure sur Facebook n’a qu’un sens, un peu comme l’association SOS Racisme qui combat uniquement le racisme envers les étrangers, mais qui se moque complètement du racisme anti-Français et du racisme anti-blanc. Donc, sur Facebook, personne n’est censuré parce que l’on critique la France et les Français…

Ces modérateurs Musulmans ne censurent pas non plus leurs compatriotes maghrébins qui prennent plaisir à publier sur ce réseau social des images et des vidéos d’agressions et de tortures sur des Français et/ou sur des animaux…

Le Gouvernement Français fait tout son possible pour favoriser l’invasion migratoire ainsi que la propagation de l’Islam dans notre pays. Ce même Gouvernement met également des lois en place pour faire taire définitivement les Français qui refusent le remplacement de la population Française par des Maghrébins…

Oui, vous avez bien lu !

Le Gouvernement Français veut le remplacement de la population Française par des Maghrébins pratiquant cette religion qu’est l’Islam radical…

J’ai tenté en vain, par différents moyens, de me recréer un autre compte sur Facebook. Le moindre commentaire ou partage dénonçant l’invasion migratoire et/ou la propagation de l’islam est aussitôt censuré par ces modérateurs Musulmans et la fermeture définitive du compte Facebook est systématique !

Avec la loi Avia, il est interdit de critiquer l’immigration et l’Islam, mais il est possible de critiquer le Christianisme et/ou le catholicisme…

Le réseau social Facebook n’est plus ce que c’était auparavant car Mark Zuckerberg, le propriétaire de Facebook, a choisi le Maroc pour la modération de son réseau social afin de payer le moins cher possible ses modérateurs. Mais hélas, en voulant faire des économies, c’est son réseau social tout entier qui se dégrade au niveau qualité et liberté d’expression…

Comme tous les nationalistes et/ou les patriotes censurés par ces modérateurs Musulmans de chez Facebook, je me suis redirigé sur le réseau social Russe VK.com. Ce réseau social Russe est similaire à Facebook, hormis que notre liberté d’expression n’est pas censurées par des modérateurs Musulmans…

Source:MyJournal.fr

 

…et

 

…et:

Ceci est accepté par les censeurs  facebookiens !!!

Tout a été dit et  écrit sur ce malheureux sujet gangstérisé à l’extrème!

 

 

 

La volonté du gouvernement Macron de mettre fin à la liberté d’expression du peuple de France

 

Avec une nouvelle loi, le gouvernement français a décidé de déléguer la tâche de censure de l’État aux plateformes en ligne telles que Facebook, Google, Twitter, YouTube, Instagram et Snapchat. Les entreprises privées seront désormais obligées d’agir en tant que police d’opinion au nom de l’État français ou s’exposeront à de lourdes amendes.

 

 

 

Le 13 mai, le Parlement français a adopté une loi qui oblige les plateformes en ligne telles que Facebook, Google, Twitter, YouTube, Instagram et Snapchat [1] à supprimer les « contenus haineux » signalés dans les 24 heures et les « contenus terroristes » dans l’heure. Le non-respect pourrait entraîner des amendes exorbitantes de jusqu’à 1,25 million € , soit 4% du chiffre d’affaires mondial dans le cas de la plate – forme d’échec répété pour supprimer le contenu.

La portée du contenu en ligne jugé « haineux » en vertu de ce que l’on appelle la « loi Avia » (d’après le législateur qui l’a proposé) est, comme cela est courant dans les lois européennes sur le discours de haine, très largement délimitée et comprend « l’incitation à la haine ou discriminatoire ». insulte, fondée sur la race, la religion, l’ethnie, le sexe, l’orientation sexuelle ou le handicap « .

La loi française est directement inspirée de la loi controversée allemande NetzDG , adoptée en octobre 2017, et elle est explicitement mentionnée dans l’introduction de la loi Avia.

« Cette proposition de loi vise à lutter contre la propagation des discours de haine sur Internet », précise-t-on dans l’introduction de la loi Avia.

« Personne ne peut contester l’exacerbation du discours de haine dans notre société … l’attaque [s] contre les autres pour ce qu’ils sont, en raison de leurs origines, de leur religion, de leur sexe ou de leur orientation sexuelle … indices … [ aux] heures les plus sombres de notre histoire … la lutte contre la haine, le racisme et l’antisémitisme sur Internet est un objectif d’intérêt public qui justifie … des dispositions fortes et efficaces … cet outil d’ouverture [Internet] au monde, à l’accès à l’information, à la culture, à la communication, peut devenir un véritable enfer pour ceux qui deviennent la cible de ‘haineux’ ou de harceleurs cachés derrière des écrans et des pseudonymes. Selon une enquête réalisée en mai 2016, 58% de nos concitoyens considèrent Internet comme le principal lieu de discours de haine. Plus de 70% déclarent avoir déjà été confrontés à des discours de haine sur les réseaux sociaux.Pour les jeunes en particulier, le cyber-harcèlement peut être dévastateur … Cependant … Peu de plaintes sont déposées, peu d’enquêtes aboutissent, peu de condamnations sont prononcées – cela crée un cercle vicieux … « 

Ayant reconnu que la « haine » en ligne est délicate à poursuivre en vertu des lois en vigueur car « peu de plaintes sont déposées et peu d’enquêtes réussies, peu de condamnations prononcées », mais a néanmoins déterminé que la censure est la panacée aux problèmes perçus, le gouvernement français a décidé de déléguer la tâche de censure de l’État aux plateformes en ligne elles-mêmes. Les entreprises privées seront désormais obligées d’agir en tant que police d’opinion au nom de l’État français ou s’exposeront à de lourdes amendes. Comme en Allemagne, une telle législation conduira inévitablement les plateformes en ligne à faire preuve de zèle dans la suppression ou le blocage de tout ce qui pourrait éventuellement être perçu comme « haineux » pour éviter d’être condamné à une amende.

 

Le but de la loi semble avoir été double – non seulement pour parvenir à la censure effective des discours par la suppression ou le blocage des publications en ligne, mais aussi (inévitablement) les effets dissuasifs de la censure sur le débat en ligne en général. « Les gens réfléchiront à deux fois avant de franchir la ligne rouge s’ils savent qu’il y a de fortes chances qu’ils soient tenus pour responsables », a déclaré la ministre française de la Justice Nicole Belloubet dans ce qui semblait inquiétant pour un représentant du gouvernement de dire dans un pays qui prétend être démocratique.

Dès le début, lorsque le président français Emmanuel Macron a chargé pour la première fois le groupe dirigé par Laetitia Avia de préparer la loi, la proposition a été critiquée par plusieurs groupes et organisations. La Commission nationale consultative des droits de l’homme de la France a critiqué la proposition de loi visant à augmenter le risque de censure, et La Quadrature du Net, une organisation qui lutte contre la censure et la surveillance en ligne, a averti que, « des délais de renvoi courts et des amendes élevées pour non-conformité incitent davantage plates-formes pour supprimer le contenu « . L’article 19 de l’organisation basée à Londres sur la liberté d’expression a indiqué que la loi menaçait la liberté d’expression en France. Selon à Gabrielle Guillemin, juriste hors classe à l’article 19:

« La loi Avia permettra effectivement à l’État français de déléguer la censure en ligne aux entreprises technologiques dominantes, qui seront censées agir en tant que juge et jury pour déterminer ce qui est » manifestement illégal « . La loi couvre un large éventail de contenus. ne va pas toujours être une décision simple.

« Compte tenu des délais dans lesquels les entreprises doivent répondre, nous pouvons nous attendre à ce qu’elles se trompent de prudence lorsqu’il s’agit de décider si le contenu est légal ou non. Elles devront également recourir à des filtres qui conduiront inévitablement à la fin -enlèvement de contenu.

« Le gouvernement français a ignoré les préoccupations soulevées par les groupes sur les droits numériques et la liberté d’expression, et le résultat sera un effet paralysant sur la liberté d’expression en ligne en France ».

La loi adoptée a également rencontré un certain désaccord en France. Le 22 mai, Guillaume Roquette, directeur éditorial du magazine Le Figaro , écrivait :

« Sous prétexte de lutter contre les contenus » haineux « sur Internet, elle [la loi Avia] met en place un système de censure aussi efficace que dangereux … » haine « est le prétexte systématiquement utilisé par ceux qui veulent pour faire taire les opinions dissidentes.

« Ce texte [loi] est dangereux car, selon l’avocat François Sureau, » il introduit une sanction pénale … de la conscience « . Il est dangereux … car il délègue la régulation du débat public … sur Internet à Les multinationales américaines … Une démocratie digne de ce nom devrait accepter la liberté d’expression « .

Jean Yves Camus. de Charlie Hebdo , a qualifié la loi de « placebo pour lutter contre la haine » et a souligné que « l’hyper-concentration sur la haine en ligne » masque le vrai danger:

« Ce n’est pas la haine en ligne qui a tué Ilan Halimi, Sarah Halimi, Mireille Knoll, les victimes du Bataclan, Hyper Cacher et Charlie; c’est une idéologie appelée antisémitisme et / ou islamisme … Qui détermine ce qu’est la haine et son [distinction de] critique? Une boîte de Pandore vient d’être ouverte … Il existe un risque de marche lente mais inexorable vers un langage numérique hyper-normativé par le politiquement correct, tel que défini par les minorités actives « .

« Qu’est-ce que la haine? » demanda rhétorique l’écrivain français Éric Zemmour. « Nous ne savons pas! Vous avez le droit de ne pas aimer … vous avez le droit d’aimer, vous avez le droit de haïr. C’est un sentiment … Il ne peut pas être judiciarisé, légiféré. »

Néanmoins, c’est ce que font les lois sur le discours de haine, que ce soit dans le domaine numérique ou non numérique. Demander à des entreprises privées – ou au gouvernement – d’agir comme des policiers pensés n’appartient pas à un État qui prétend respecter un État de droit démocratique.

Malheureusement, la question n’est pas de savoir si la France sera le dernier pays européen à introduire de telles lois de censure, mais quels sont les autres pays à suivre.


NOTES

[1] Ainsi que d’autres plateformes et moteurs de recherche en ligne qui atteignent un certain seuil d’activité en France (ce seuil sera précisé par décret ultérieurement).

 

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial Satanique:La fortune des Rotschild serait de 500,000 milliards de dollars US

Un nombre de plus en plus important de gens se réveillent et apprennent que 99% de la population de la Terre est contrôlée par une élite 1% – mais saviez-vous qu’une famille, les Rothschild, règne sur tout, même sur cette élite de 1%? Dans la discrétion la dynastie Rothschild est incontestablement la lignée la plus puissante de la Terre et de leur richesse estimée est d’environ 500 000 $ milliards de dollars. Ils contrôlent presque toutes les banques centrales du Monde.
Selon cette étude, ils détiendraient en fait 500 trillions soit 500.000.000 de milliards de dollars !
Si les Rothschild distribuaient leur argent à chaque humain sur terre cela ferait plus de 100.000 dollars par habitant de cette planète !
Voici une liste complète de toutes les banques Rothschild détenues et contrôlées. Les possessions américaines pourraient vous surprendre.
Afghanistan: Bank of Afghanistan
Albanie: Banque d’Albanie
Algérie: Banque d’Algérie
Argentine: Banque centrale d’Argentine
Arménie: Banque centrale d’Arménie
Aruba: Banque centrale d’Aruba
Australie: Reserve Bank of Australia
Autriche: Banque nationale d’Autriche
Azerbaïdjan: Banque centrale de la République d’Azerbaïdjan
Bahamas: Banque centrale des Bahamas=s
Bahreïn: Banque centrale de Bahreïn
Bangladesh: la Banque du Bangladesh
Barbade: Banque centrale de la Barbade
Bélarus: Banque Nationale de la République du Bélarus
Belgique: Banque Nationale de Belgique
Belize: Banque centrale du Belize
Bénin: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Bermudes: Bermuda Monetary Authority
Bhoutan: Autorité monétaire royale du Bhoutan
Bolivie: Banque centrale de Bolivie
Bosnie: Banque centrale de Bosnie-Herzégovine
Botswana: Banque du Botswana
Brésil: Banque centrale du Brésil
Bulgarie: Banque nationale de Bulgarie
Burkina Faso: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Burundi: la Banque de la République du Burundi
Cambodge: Banque Nationale du Cambodge
Entré Roon: Banque des Etats d’Afrique centrale
Canada: La Banque du Canada – Banque du Canada
Îles Caïmans: Autorité monétaire des îles Caïmans
République centrafricaine: la Banque des Etats d’Afrique centrale
Tchad: la Banque des Etats d’Afrique centrale
Chili: Banque centrale du Chili
La Banque populaire de Chine: Chine
Colombie: Banque de la République
Comores: Banque centrale des Comores
Congo: la Banque des Etats d’Afrique centrale
Costa Rica: Banque centrale du Costa Rica
Côte d’Ivoire: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Croatie: Banque nationale de Croatie
Cuba: Banque centrale de Cuba
Chypre: Banque centrale de Chypre
République tchèque: Banque nationale tchèque
Danemark: Banque nationale du Danemark
République Dominicaine: Banque centrale de la République dominicaine
région des Caraïbes orientales: Eastern Caribbean Central Bank
Equateur: Banque centrale de l’Equateur
Egypte: Banque centrale d’Égypte
El Salvador: Banque centrale de réserve d’El Salvador
Guinée équatoriale: la Banque des Etats d’Afrique centrale
Estonie: Banque d’Estonie
Ethiopie: National Bank of Ethiopia
Union européenne: Banque centrale européenne
Fidji: Reserve Bank of Fiji
Finlande: Banque de Finlande
France: Banque de France
Gabon: la Banque des Etats d’Afrique centrale
Gambie: Banque centrale de la Gambie
Géorgie: Banque nationale de Géorgie
Allemagne: Deutsche Bundesbank
Ghana: Banque du Ghana
Grèce: Banque de Grèce
Guatemala: Banque du Guatemala
Guinée Bissau: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Guyana: Banque du Guyana
Haïti: la Banque centrale d’Haïti
Honduras: Banque centrale du Honduras
Hong Kong: Autorité monétaire de Hong Kong
Hongrie: Magyar Nemzeti Bank
Islande: Banque centrale d’Islande
Inde: Reserve Bank of India
Indonésie: Banque d’Indonésie
Iran: La Banque centrale de la République islamique d’Iran
Irak: Banque centrale d’Iraq
Irlande: Banque centrale et la Financial Services Authority of Ireland
Israël: Banque d’Israël
Italie: Banque d’Italie
Jamaïque: Bank of Jamaica
Japon: Banque du Japon
Jordanie: Banque centrale de Jordanie
Kazakhstan: Banque Nationale du Kazakhstan
Kenya: la Banque centrale du Kenya
Corée: Banque de Corée
Koweït: Banque centrale du Koweït
Kirghizistan: Banque nationale de la République kirghize
Lettonie: Banque de Lettonie
Liban: Banque centrale du Liban
Lesotho: Banque centrale du Lesotho
Libye: Banque centrale de Libye (Leur plus récente conquête après avoir liquidé Kadhafi)
Uruguay: Banque centrale de l’Uruguay
Lituanie: Banque de Lituanie
Luxembourg: Banque centrale du Luxembourg
Macao: Autorité monétaire de Macao
Macédoine: Banque Nationale de la République de Macédoine
Madagascar: Banque Centrale de Madagascar
Malawi: Reserve Bank of Malawi
Malaisie: Banque centrale de Malaisie
Mali: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Malte: Banque centrale de Malte
Ile Maurice: Banque de Maurice
Mexique: Banque du Mexique
Moldavie: Banque nationale de Moldavie
Mongolie: Banque de Mongolie
Monténégro: Banque centrale du Monténégro
Maroc: la Banque du Maroc
Mozambique: Banque du Mozambique
Namibie: Banque de Namibie
Népal: Banque centrale du Népal
Pays-Bas: Pays-Bas Banque
Antilles néerlandaises: Banque des Antilles néerlandaises
Nouvelle-Zélande: Reserve Bank of New Zealand
Nicaragua: Banque centrale du Nicaragua
Niger: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Nigeria: Banque centrale du Nigeria
Norvège: Banque centrale de Norvège
Oman: Banque centrale d’Oman
Pakistan: State Bank of Pakistan
Papouasie-Nouvelle-Guinée: Banque de Papouasie-Nouvelle-Guinée
Paraguay: Banque centrale du Paraguay
Pérou: Banque centrale de réserve du Pérou
Philip Pines: Bangko Sentral ng Pilipinas
Pologne: Banque nationale de Pologne
Portugal: Banque du Portugal
Qatar: Banque centrale du Qatar
Roumanie: Banque Nationale de Roumanie
Rwanda: Banque Nationale du Rwanda
San Marino: Banque centrale de la République de Saint-Marin
Samoa: Banque centrale de Samoa
Arabie Saoudite: Agence monétaire d’Arabie Saoudite
Sénégal: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Serbie: Banque nationale de Serbie
Seychelles: Banque Centrale des Seychelles
Sierra Leone: la Banque de Sierra Leone
Singapour: Autorité monétaire de Singapour
Slovaquie: Banque nationale de Slovaquie
Slovénie: Banque de Slovénie
Iles Salomon: Banque centrale des Îles Salomon
Afrique du Sud: South African Reserve Bank
Espagne: Banque d’Espagne
Sri Lanka: Banque centrale du Sri Lanka
Soudan: Banque du Soudan
Surinam: Banque centrale du Suriname
Swaziland: La Banque centrale du Swaziland
Suède: Sveriges Riksbank
Suisse: Banque nationale suisse
Tadjikistan: Banque nationale du Tadjikistan
Tanzanie: Banque de Tanzanie
Thaïlande: Banque de Thaïlande
Togo: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Tonga: National Reserve Bank de Tonga
Trinité-et-Tobago: Banque centrale de Trinité-et-Tobago
Tunisie: Banque Centrale de Tunisie
Turquie: Banque centrale de la République de Turquie
Ouganda: Banque de l’Ouganda
Ukraine: Banque nationale d’Ukraine
Emirats Arabes Unis: Banque centrale des Emirats Arabes Unis
Royaume-Uni: Bank of England
États-Unis: la Réserve fédérale, la Federal Reserve Bank de New York
Vanuatu: Reserve Bank of Vanuatu
Venezuela: Banque centrale du Venezuela
Vietnam: La Banque d’État du Vietnam
Yémen: Banque centrale du Yémen
Zambie: Banque de Zambie
Zimbabwe: Reserve Bank of Zimbabwe
les rapports de Humansarefree:
USA. La Fed et l’IRS
Pratiquement inconnu du grand public est le fait que la Réserve fédérale américaine est une société privée, l’implantation sur son propre lopin de terre, à l’abri des lois américaines.
Cette société privée (contrôlée par les Rothschild, Rockefeller et Morgans) imprime l’argent pour le gouvernement américain, qui leur verse des intérêts pour la «faveur». Cela signifie que si nous voulons rétablir la dette d’aujourd’hui de la nation et commencerions à réimprimer notre argent, nous serions en dette à la FED dès le premier dollar prêté à notre gouvernement.
En outre, la plupart des personnes vivant aux Etats-Unis n’ont aucune idée que l’Internal Revenue Service (IRS) est un organisme étranger.
Pour être plus précis, l’IRS est une société privée étrangère du Fonds monétaire international (FMI) et c’est l’«armée» privée de la Réserve fédérale (Fed).
Son principal objectif est de faire en sorte que les américains paient leurs impôts pour rester de bons petits esclaves.
En 1835, le président américain Andrew Jackson a déclaré son dédain pour les banquiers internationaux:
« Vous êtes un repaire de vipères. Je compte vous mettre en déroute, et par le Dieu éternel, je vais vous mettre en déroute. Si les gens ne comprenaient l’injustice de rang de notre système monétaire et bancaire, il y aurait une révolution avant demain matin.  »
Ceci a été suivi par une (sans succès) tentative d’assassinat sur la vie du président Jackson.Jackson avait dit son vice-président, Martin Van Buren:
« La banque, M. Van Buren, essaie de me tuer. »
Ce fut le début d’un motif de l’intrigue qui afflige la Maison Blanche elle-même au cours des prochaines décennies. Les deux présidents, Lincoln et JFK, ont été assassinés pour avoir tenté de débarrasser le pays des banksters.
Bijoux effrayants de la baronne Phillippine WP Rothschild
La cave française appartenant à la baronne Philippine de Rothschild semble avoir caché les numéros de la bête cachés sur son logo. Château Mouton Rothschild a souvent été accusé d’incorporer des éléments sataniques dans ses étiquettes .

Les mégabanques du monde

Il y a deux mégabanques qui offrent des prêts à tous les pays autour de la planète, la Banque mondiale et le FMI. La première est détenue conjointement par les familles bancaires haut du monde, avec les Rothschilds au sommet, tandis que le second est une propriété privée des Rothschilds seuls.
Ces deux mégabanques offrent des prêts aux « pays en développement » et utilisent leurs intérêts presque impossible à rembourser pour mettre la main sur la vraie richesse: la terre et les métaux précieux.
Mais ce n’est pas tout! Une partie importante de leur plan est d’exploiter également les ressources naturelles d’un pays (comme l’essence ou le gaz) par l’intermédiaire de leurs entreprises secrètement détenues, les affiner et les revendre dans le même pays, faisant un profit énorme.
Mais pour que ces entreprises puissent fonctionner de manière optimale, ils ont besoin d’une infrastructure solide, qui est généralement manque dans les pays dits «en développement». Donc, avant que les banksters offrent même des prêts presque impossible à rembourser, ils font en sorte que la plupart des fonds seront investis dans – vous l’avez deviné -l’ infrastructure.
Ces «négociations» sont menées par le soi-disant « Hitmen économique », qui réussissent par la corruption (à savoir Soudoyer) ou menaçant de mort ceux qui sont en mesure de vendre ou pas leur pays.
Pour plus d’informations sur le sujet, je vous suggère de lire les Confessions d’un Hitman économique.
La seule banque qui fixe toutes les règles internationales, la «Banque des règlements internationaux, » est – évidemment – contrôlé par les Rothschilds et elle est surnommé le «Tour de Bâle. »
Le vrai pouvoir des Rothschild va bien au-delà de l’Empire Banking
Si vous n’êtes pas encore surpris par la puissance des Rothschilds (je sais que vous l’êtes), savez vous qu’ils sont aussi derrière toutes les guerres depuis Napoléon. C’est quand ils ont découvert à quel point il est rentable de financer les deux côtés d’une guerre et qu’ils ont fait d’énormes bénéfices.
En 1849, Guttle Schnapper, l’épouse de Mayer Amschel a déclaré:
« Si mes fils ne voulaient pas la guerre, il n’y en aurait aucune. »
Ainsi, le monde est toujours en guerre parce c’est très, très rentable pour les Rothschilds et leurs lignées parasites de banksters. Et aussi longtemps que nous continuerons d’utiliser l’argent, le monde ne connaîtra jamais la paix.
Il est choquant pour beaucoup de savoir que les États-Unis d’Amérique sont une société exclue de l’étranger. Son nom original était la Virginia Company et elle appartenait à la Couronne britannique (il ne doit pas être confondu avec la reine, qui fonctionne en grande partie dans une capacité cérémonielle seulement).
La Couronne britannique a fait don de la société au Vatican, qui a donné les droits d’exploitation à la Couronne. Les présidents américains sont nommés directeurs généraux et leur entreprise est de faire de l’argent pour la Couronne britannique et le Vatican, qui prennent leur part des bénéfices chaque année.
La Couronne britannique gouverne secrètement le monde à partir de la City (surface 677-acres) , Etat souverain et indépendant, connu comme la City of London. Cette autre Couronne est composé d’un comité de 12 banques dirigé par la Banque d’Angleterre. Devinez qui contrôle la Banque d’Angleterre? Yup, les Rothschilds!

1815 : Le coup de Bourse de Nathan Rothschild
Informé de la défaite napoléonienne à Waterloo bien avant les autorités, il se rend à la Bourse de Londres et met en vente tous ses titres. Cela fait naître la rumeur selon laquelle Napoléon est sorti victorieux du combat, et chacun, gagné par la panique, suit « l’exemple » de Rothschild. Les actions chutent immédiatement. Rothschild attend la dernière minute, puis les rachète au meilleur prix, et assoit ainsi la fortune familiale…
En 1815, Nathan Mayer fait la déclaration suivante:
«Je ne me soucie pas ce que la marionnette est placé sur le trône d’Angleterre à gouverner l’Empire sur lequel le soleil ne se couche jamais. L’homme qui contrôle la masse monétaire de la Grande-Bretagne contrôle l’Empire britannique, et je contrôle la masse monétaire britannique.  »
La Chambre des Rothschild est vraiment au sommet de la pyramide du pouvoir. Ils sont derrière le Nouvel Ordre Mondial et la domination complète de l’agenda mondial. Ils sont derrière l’Union européenne et l’euro et ils sont derrière l’idée d’une Union nord-américaine et l’Amero. Ils contrôlent tous les services secrets du monde et de leur armée privée est l’OTAN.

EN COMPLÉMENT

Les présidents américains assassinés par le
cartel bancaire Rothschild
L’anniversaire de Lincoln nous donne une occasion appropriée d’examiner quelques traditions américaines profondes qui peuvent également nous donner quelques insolites un aperçu des «principautés et pouvoirs» d’Éphésiens Chapitre 6. Abraham Lincoln a vaillamment travaillé pour empêcher les tentatives des Rothschild de s’impliquer dans le financement de la guerre civile. Il est intéressant de noter que c’est le tsar de Russie qui a fourni l’assistance nécessaire contre les Britanniques et les Français, qui étaient parmi les forces motrices de la sécession du Sud et de son financement ultérieur.
Abraham Lincoln

La Russie est intervenue en fournissant des forces navales pour le blocus de l’Union du Sud dans les eaux européennes et en faisant savoir aux deux pays que s’ils tentaient de rejoindre la Confédération avec des forces militaires, ils devraient également faire la guerre à la Russie.

Les intérêts de Rothschild ont réussi, par l’intermédiaire de leur agent, le secrétaire au Trésor, Salmon P. Chase, à forcer un projet de loi (la National Banking Act) par le biais du Congrès créant une banque centrale à charte fédérale qui avait le pouvoir d’émettre des billets de banque américains. Par la suite, Lincoln a mis en garde le peuple américain:

« La puissance monétaire s’attaque à la nation en temps de paix et conspire contre elle en temps d’adversité. Elle est plus despotique que la monarchie, plus insolente que l’autocratie, plus égoïste que la bureaucratie. Je vois dans un avenir proche une crise qui m’énerve qui m’énerve , et me fait trembler pour la sécurité de notre pays. Les sociétés ont été intronisées, une ère de corruption suivra, et la puissance monétaire du pays s’efforcera de prolonger son règne en travaillant sur les préjugés du peuple, jusqu’à la richesse est agrégé en quelques mains, et la république est détruite. « 4

Lincoln a continué à lutter contre la banque centrale, et certains pensent maintenant que c’est son succès attendu en influençant le Congrès de limiter la vie de la Banque des États-Unis aux seules années de guerre qui a été le facteur de motivation de son assassinat.

Le mythe de l’assassin solitaire est né
 
Des chercheurs modernes ont découvert des preuves d’une conspiration massive qui lie les parties suivantes à la Bank of Rothschild:5 Le secrétaire à la guerre de Lincoln, Edwin Stanton, John Wilkes Booth, ses huit co-conspirateurs et plus de soixante-dix fonctionnaires et hommes d’affaires impliqués dans le complot.

Les papiers de John Wilkes Booth

Lorsque le journal de Booth a été récupéré par les troupes de Stanton, il a été remis à Stanton. Lorsqu’il a été produit plus tard au cours de l’enquête, dix-huit pages avaient été arrachées. Ces pages, contenant les noms susmentionnés, ont été retrouvées plus tard dans le grenier d’un des descendants de Stanton.

Du coffre de Booth, un message codé a été trouvé qui le liait directement à Judah P. Benjamin, le directeur de campagne de la guerre civile dans le Sud pour la maison de Rothschild. À la fin de la guerre, la clé du code a été retrouvée en possession de Benjamin.

L’assassin, dépeint comme un tireur solitaire fou avec quelques amis radicaux, s’est échappé par le seul pont de Washington non gardé par les troupes de Stanton.

« Booth » a été retrouvé caché dans une grange près de Port Royal, en Virginie, trois jours après s’être échappé de Washington. Il a été abattu par un soldat du nom de Boston Corbett, qui a tiré sans ordre. Que Booth ait été tué ou non est toujours un sujet de controverse, mais il n’en demeure pas moins que qui que ce soit, il n’a eu aucune chance de s’identifier. C’est le secrétaire à la guerre Edwin Stanton qui a fait l’identification finale. Certains croient maintenant qu’un dupe a été utilisé et que le vrai John Wilkes Booth s’est échappé avec l’aide de Stanton.

Mary Todd Lincoln, en apprenant la mort de son mari, a commencé à crier: « Oh, cette terrible maison! » Les historiens antérieurs ont estimé que cet énoncé spontané faisait référence à la Maison Blanche. Certains pensent maintenant qu’il pourrait avoir été dirigé contre Thomas W. House, un armurier, un financier et un agent des Rothschild pendant la guerre civile, qui était lié aux intérêts anti-Lincoln, pro-banquiers.6

La Réserve fédérale
Un autre mythe avec lequel tous les Américains vivent est la mascarade connue sous le nom de «Réserve fédérale». Il est choquant pour beaucoup de découvrir que ce n’est pas une agence du gouvernement américain.

Le nom « Federal Reserve Bank » a été conçu pour tromper, et il le fait toujours. Ce n’est pas fédéral, ni n’appartient au gouvernement. C’est une propriété privée. 7 Elle paie ses propres frais de port comme toute autre société. Ses employés ne font pas partie de la fonction publique. Sa propriété physique est détenue par des actes privés et est soumise à la fiscalité locale. La propriété du gouvernement, comme vous le savez, ne l’est pas.

C’est un moteur qui a créé une richesse privée inimaginable, même pour les plus sophistiqués financièrement. Il a permis à une élite impériale de manipuler notre économie pour son propre programme et a engagé le gouvernement lui-même comme exécuteur. Il contrôle les temps, dicte les affaires, affecte nos maisons et pratiquement tout ce qui nous intéresse.

Il faut une force puissante pour maintenir un empire, et celui-ci n’est pas différent. Les préoccupations des dirigeants de la « Réserve fédérale » et de ses bienfaiteurs internationaux secrets semblent aller bien au-delà des devises et des taux d’intérêt.

Andrew Jackson

Andrew Jackson a été le premier président de l’ouest des Appalaches. Il était unique pour l’époque en étant élu par les électeurs, sans le soutien direct d’une organisation politique reconnue. Il opposa son veto au renouvellement de la charte de la Banque des États-Unis le 10 juillet 1832.

En 1835, le président Andrew Jackson déclara son dédain pour les banquiers internationaux:

« Vous êtes un repaire de vipères. J’ai l’intention de vous mettre en déroute, et par le Dieu éternel je vous mettrai en déroute. Si le peuple ne comprenait que l’injustice de notre système monétaire et bancaire, il y aurait une révolution avant le matin. »8
 
 Il s’en est suivi une tentative d’assassinat (infructueuse) sur la vie du président Jackson. Jackson avait dit à son vice-président, Martin Van Buren, « La banque, M. Van Buren, essaie de me tuer … »9

Était-ce le début d’un schéma d’intrigues qui pèserait sur la Maison Blanche elle-même au cours des prochaines décennies? Sa mort (et celle de Lincoln) était-elle liée par un fil invisible aux banquiers internationaux? Le

Le président  James Garfield 

James Abram Garfield, notre 20e président, avait auparavant été président du comité des crédits de la Chambre et était un expert en matière fiscale. (Lors de son élection, entre autres, il a nommé un collecteur des douanes impopulaire à New York, après quoi les deux sénateurs de New York – Roscoe Conkling et Thomas Platt – ont démissionné.)

Le président Garfield a déclaré ouvertement que quiconque contrôlerait l’approvisionnement en devises contrôlerait les affaires et les activités de tout le monde. Après seulement quatre mois de mandat, le président Garfield a été abattu dans une gare le 2 juillet 1881. Une autre coïncidence.

Le président de John F. Kennedy 

John F. Kennedy, prévoyait d’exterminer le système de la Réserve fédérale. En 1963, il a signé les décrets EO-11 et EO-110, rendant au gouvernement la responsabilité d’imprimer de l’argent, retirant ce privilège au système de la Réserve fédérale.10

Peu après, le président John F. Kennedy a été assassiné.11 Le feu professionnel triangulé qui a exécuté le président des États-Unis n’est pas le problème le plus choquant. La coordination de haut niveau qui a organisé la dissimulation généralisée est une preuve manifeste de l’incroyable pouvoir d’un « gouvernement caché » dans les coulisses. ( Cela semble absurde? Lisez Kill Zone , par Craig Roberts pour une mise à jour sur les événements de Dealey Plaza.)  Chrétiens.)

La piste du sang continue

dans les années 70 et 80, le membre du Congrès Larry P. McDonalda mené des efforts pour révéler les avoirs et les intentions cachés des intérêts monétaires internationaux. Ses efforts ont pris fin le 31 août 1983, quand il a été tué lorsque Korean Airlines 007 a été abattu « accidentellement » dans l’espace aérien soviétique. Une étrange coïncidence, semble-t-il.

Le sénateur John Heinz et l’ancien sénateur John Tower avaient siégé à de puissants comités bancaires et financiers du Sénat et étaient des critiques francs de la Réserve fédérale et de l’establishment. Le 4 avril 1991, le sénateur John Heinz a été tué dans un accident d’avion près de Philadelphie.12

Le lendemain, 5 avril 1991, l’ancien sénateur John Tower a également été tué dans un accident d’avion. Les coïncidences semblent s’accumuler.13  (VN: Comme nous l’avons mentionné au sujet du sénateur STevens de l’Alaska, JFK Jr lorsqu’il allait se présenter au Sénat à New York contre Hitlary Clinton, le conjoint d’une victime du 11 septembre allait présenter des preuves du 9 au 11 à Obama et elle a été tuée dans un accident d’avion et Wellstone, qui était détesté par Bush Sr, a également été tué dans un accident d’avion … le Mossad aime utiliser des avions pour l’assassinat.) 

Les tentatives de simplement auditer la Réserve fédérale continuent d’échouer. . Il est pratiquement impossible de rassembler un soutien pour tout problème qui bénéficie d’un black-out médiatique.14 (La réalité bizarre mais tragique que le peuple américain souffre de médias gérés et contrôlés est un sujet pour une autre discussion.) (VN: Audit la Fed DOIT SE PRODUIRE maintenant que nous savons tout cela. être le début de la fin pour le ROTHSCHILD CRIMINAL CABAL ET TOUS SQUIDES DE VAMPIRES QU’ILS UTILISENT POUR EFFECTUER CES ACTES CRIMINELS ….. course à la drogue, blanchiment d’argent, meurtre, chaos, etc.)

Début d’une série
Pendant de nombreuses années, de nombreux les auteurs ont tenté de sonner l’alarme qu’il existe un «gouvernement fantôme» caché qui gouverne en fait l’Amérique. La plupart d’entre nous ont rejeté ces vues sur la «théorie du complot» comme extrémistes et irréalistes. 

Cependant, quand j’ai eu l’occasion de déjeuner avec Otto von Habsburg,15 Député européen, il a fait deux remarques qui ont retenu mon attention. Le premier était: « L’ignorance en Amérique est écrasante. » En effet, le contraste dans la conscience générale des affaires mondiales entre l’Américain moyen et l’Européen moyen est frappant.

C’est sa deuxième observation qui m’a vraiment provoqué:  » La concentration du pouvoir en Amérique est effrayante ».16 En tant que cadre supérieur raisonnablement circonspect, ayant passé trois décennies dans la finance internationale et considéré l’Amérique comme une démocratie représentative à large assise, sa remarque m’a choqué. Cela m’a incité à faire plus de devoirs. Les résultats de mes enquêtes sont des plus troublants.

Sources:

1. Wardner, James W., The Planned Destruction of America, Longwood Communications, 397 Kingslake Drive, DeBarry, FL, 1994. [IMG] Un «doit lire».
2. Roberts, Craig, Kill Zone, Consolidated Press International, 1994. Expositions fascinantes sur l’assassinat de John F. Kennedy. Paul, Ron, The Ron Paul Survival Report (un bulletin d’un ancien membre du Congrès sur les questions monétaires, la survie personnelle, etc.), PO Box 602, Lake Jackson, TX, 77566.

(Une liste complète des ressources similaires figure également dans les notes The Vortex Strategy, Volume 2.)

Notes:

1.Forfaits d’information Fer mélangé à de l’argile: le Suprastate européen émergent; Mystère de Babylone; Les soixante-dix semaines de Daniel; et al.
2. 2 Corinthiens 2:11.
3. Éphésiens 6:12.
4. Roberts, Archibald E., Bulletin – Comité pour restaurer la Constitution, février 1989, p. 6; HS Kennan, Banque fédérale de réserve, p. 9; James W. Wardner, La destruction planifiée de l’Amérique, p. 23.
5. Roberts, Craig, Kill Zone, p. 170.
6. Thomas W. House était le père du « colonel » Edward Mandell House qui est devenu plus tard l’acteur clé de l’élection de Woodrow Wilson et de l’adoption de la Federal Reserve Act.
7. Lewis c. États-Unis, Ninth Circuit Court, 17 avril 1982.
8. Roberts, Archibald E., Bulletin – Committee to Restore the Constitution, février 1989, p. 5.
9. Schlesinger Jr., Arthur M., The Age of Jackson, Mentor Books, NY, 1945, p. 6-7.
10. Roberts, Craig, Kill Zone, Typhoon Press, Consolidated Press International, 1994, p. 189.
11. Pour un résumé actuel de ce qui s’est réellement passé au Dealey Plaza, lisez Craig Robert’s Kill Zone.
12. Kah, Gary H., En Route to Global Occupation, Huntington House Publishers, Lafayette, LA, 1992, p. 19.
13. ibid., P. 18.
14. ibid., P. 19-20.
15. Son père a gouverné l’Europe jusqu’à la fin de l’empire austro-hongrois en 1918.
16.MISE À JOUR personnelle, novembre 1993, p. 4-8.


EN CONCLUSION

Voici un chant patriotique pour nous enflammer et nous donner du courage dans la guerre de libération des peuples qui va débuter:

Géopolitique du coronavirus : entretien avec Valérie Bugault

Au cœur d’une crise mondiale inédite par son ampleur, Strategika vous propose l’éclairage d’analystes et de penseurs reconnus dans leur domaine d’expertise. Nous avons posé à chacun une série de questions qui portent sur les différents aspects de cette véritable crise de civilisation ainsi que sur ses répercussions politiques, géopolitiques et sociales.

 

La première à nous répondre est Valérie Bugault.

Valérie Bugault est docteur en droit privé de l’université Panthéon-Sorbonne et avocate. Depuis 2009, elle a cessé ses activités d’avocate pour se consacrer à la diffusion auprès du public du résultat de ses nombreux travaux de recherches. Elle est aujourd’hui analyste de géopolitique (économique, juridique et monétaire) et conférencière. Ses sujets de recherche sont les institutions – nationales et internationales – la monnaie, l’entreprise, le droit et le fonctionnement de l’économie globale.

Elle est auteur de quatre livres, récemment publiés aux éditions Sigest :

– « Du nouvel esprit des lois et de la monnaie », co-écrit avec feu Jean Rémy, publié en juin 2017

– « La nouvelle entreprise », publié en juillet 2018

– « Les raisons cachées du désordre mondial », recueil d’articles, publié le 30 mars 2019

– « Demain dès l’aube… le renouveau », publié en septembre 2019

Strategika – On lit beaucoup d’éléments contradictoires selon les différentes sources d’information disponibles ou selon les avis des professionnels de la santé. Quelle est la réalité effective de cette pandémie selon vous ?

VB : que la « version officielle » de la crise coronavirus est fausse qu’il n’y a pas d’épidémie ; de même, ce n’est pas parce que la « version officielle » des attentats terroristes est fausse que les attentats n’ont pas lieu. Des événements ont lieu, et c’est la narration explicative qui est fausse, pas les événements en eux-mêmes. L’analyse de la crise actuelle révèle aussi l’application des techniques du pompier pyromane et du triangle de Karpman, c’est-à-dire le jeu de rôles bourreau/victime/sauveur. Le pouvoir laisse la situation de crise s’installer, voire l’aide à s’installer, volontairement ou involontairement. Dans le réel, le pouvoir occupe donc la place du pyromane, donc du bourreau. Puis, une fois que la crise est installée et en cours, le pouvoir se présente comme le sauveur, qui va donc nous sauver de la crise qu’il a lui-même installée furtivement, tel un pompier qui éteindrait l’incendie après l’avoir lui-même allumé discrètement. »

Nous sommes face à une sorte de dissonance cognitive globale parce que les phénomènes auxquels nous sommes confrontés reçoivent une ou plusieurs explications officielles partielles (dans le meilleur des cas), contradictoires et/ou erronées qui ne permettent pas un accès intellectuel à l’ensemble du phénomène. En réalité, la méthodologie suivie dans la couverture de cette crise du coronavirus est similaire à celle qui nous est imposée d’une façon générale pour orienter les processus intellectuels : un séquençage (puisque le mot est désormais à la mode) ou un émiettement des connaissances, une sorte de fordisme appliqué à toute l’échelle des connaissances. A cela s’ajoute un autre phénomène d’émiettement et d’isolement des populations : les milieux médicaux fréquentent peu ou pas d’autres milieux, chacun restant dans son pré carré par l’organisation même de la société. Ainsi, les constats et la vie que mènent les uns sont quasi hermétiques aux constats et à la vie que mènent les autres, leurs seuls points de contact étant leur façon (directe ou indirecte) de consommer.

Ainsi, nous recevons des retours en provenance du corps médical, d’autres en provenance d’organisations internationales, d’autres en provenance des différents pays du monde. D’autres sources d’informations sont inhérentes à la structuration de notre propre gouvernement (décret, lois…), d’autres sources d’informations encore proviennent de médias dits indépendants qui contredisent partiellement ou totalement les sources précédentes…

Finalement, pour y voir clair, il faut et il suffit de remettre de l’ordre, c’est-à-dire qu’il faut hiérarchiser et contextualiser les phénomènes ; encore faut-il que cette hiérarchisation soit pertinente.

Dans l’ordre nous avons : l’apparition peu préparée d’un virus en Chine, pays qui connaît historiquement cette typologie de virus. Ensuite, une série de nouvelles alarmistes en forme d’hécatombe. Ensuite, bien sûr, le virus se répand sur la surface du globe pendant que l’on apprend que la Banque mondiale (que je ne présente plus) avait prévu, dès 2017, des « bonds spécifiques aux pandémies ». Ensuite une litanie de pays touchés et d’innombrables populations confinées pour, prétendument, lutter contre la propagation dudit virus. Pendant que les « morts » se multiplient et que les services hospitaliers étouffent littéralement sous cette affluence de gens à détecter ou à traiter.

Le tout se produisant dans un contexte géopolitique très particulier où la puissance économique chinoise, aujourd’hui arrivée à maturité, s’est alliée à la puissance militaire russe pour contrer l’hégémonie américaine et Cie.

Ce qui n’est pas dit dans ce tableau est pourtant l’essentiel : les USA et ses alliés ne sont plus depuis le début du XXème siècle (au bas mot) gouvernés par ce que j’appelle un phénomène politique, qui représente l’intérêt commun, mais par un cartel d’entreprises dirigé par les principales banques globales d’investissement qui ont leur quartier général, depuis Oliver Cromwell, à la City of London.
En réalité, les États occidentaux n’existent plus car ils ont été privatisés lorsque le contrôle de leurs monnaies est tombé dans les mains des banquiers privés, ce qui explique, en Europe, l’apparition des institutions européennes, qui ne sont que la formalisation politique de cette capture des règles d’organisation des peuples par des intérêts privés.

Si l’on veut bien prendre en compte l’ensemble de ces éléments, un tableau assez clair se dessine.

Dans ce tableau, d’un côté apparaît un virus très contagieux et qui devient dangereux lorsqu’il se fixe dans les poumons et les voies respiratoires. Les patients, à ce stade, n’ont quasi plus de virus dans le corps et il devient inutile de leur appliquer le traitement préconisé par le Professeur Didier Raoult, comme ce dernier l’indique très clairement lui-même. Hormis ces cas de complications qui, apparemment ne sont pas si rares que ça, ledit virus est relativement anodin, il procure des symptômes plus ou moins gênants mais ne met pas en jeu de pronostique vital des patients infectés. Didier Raoult, professeur français spécialiste mondialement réputé en virologie et infectiologie, a émis des hypothèses de travail qui ont été confirmées par des spécialistes chinois ayant eu à traiter le virus et par un professeur Sénégalais (Pr. Seydi) qui a eu à affronter le virus Ebola et qui est, à ce titre, reconnu comme une sommité dans son domaine. Le traitement préconisé ne coûte pas cher (car les brevets très anciens sont tombés dans le domaine public) ; il n’est pas efficace à 100 % en fonction, notamment, du moment tardif ou non où il a été administré. Voilà, pour l’essentiel, ce qu’il importe de retenir.

De l’autre côté du tableau, on a des médecins stipendiés (la plus en vogue actuellement est la sulfureuse Karine Lacombe qui sévit sur les grandes ondes et est multi stipendiée des lobbies pharmaceutiques) ainsi que tout l’appareil d’Etat et les corps constitués (Inserm…), tous reliés, de près ou de loin, aux lobbies pharmaceutiques qui sont montés aux créneaux pour disqualifier les travaux des éminents spécialistes décrits ci-dessus. Sans oublier le fait que la campagne présidentielle de Macron a été partiellement financée par Big Pharma.

En outre, je ne fais qu’effleurer rapidement, car l’énumération en serait vraiment trop longue, toutes les décisions politiques actuelles prises en opposition ouverte à l’objectif officiel d’enrayement de l’épidémie, qui passent par la classification début 2020 d’un médicament en vente libre depuis des décennies en substance vénéneuse, par le refus d’octroyer des autorisations administratives à des chercheurs proposant des tests pour détecter l’infection au coronavirus, par le refus de l’aide proposée par des industriels pour la fabrication de respirateurs… Ajoutons à cela, pour compléter le tableau, la déconstruction méthodique du service de santé publique, allant de la liquidation des stocks de matériels aux restrictions de lits et de personnels hospitaliers, aggravée depuis la présidence Sarkozy.

Cette crise sanitaire laisse ainsi apparaître les véritables acteurs politiques cachés derrière les oripeaux étatiques ! On perçoit, aujourd’hui mieux qu’hier, que l’Etat est tenu par des intérêts privés qui préconisent des remèdes très coûteux, voire peu efficients, en attendant le futur vaccin obligatoire. Sur la ligne d’arrivée pour gagner le cocotier des contrats publics et privés de commandes massives de vaccins : Johnson & Johnson qui annonce ce 31 mars qu’il sera prêt à tester son premier vaccin dès septembre 2020 ! D’autres laboratoires restent bien évidemment en lice pour la cagnotte du futur vaccin…

Il faut toutefois savoir deux choses. Premièrement, tous les vaccins rapidement fabriqués se sont historiquement révélés peu efficaces et même dangereux pour la santé humaine. Deuxièmement, un vaccin contre un virus par hypothèse mutant, comme l’est le coronavirus, a très peu de chance d’être efficace. Ce problème est aggravé par le fait que la maladie Covid-19 met en cause plusieurs souches différentes, dont l’une d’elle se subdivise encore en plusieurs variantes.

En conclusion, si les pouvoirs publics voulaient effectivement enrayer l’épidémie, ils décideraient de traiter, à moindre coût qui plus est, un maximum de gens en amont, comme le préconise le Dr. Raoult et d’autres grands spécialistes du monde entier. Cette aune du traitement médical préventif massif est la mesure exacte de l’honnêteté du gouvernement français.

En d’autres termes, si le gouvernement était honnête, il ne prendrait pas l’option dilatoire actuelle consistant à mettre tous les obstacles en place pour que les gens ne soient pas massivement traités selon les préconisations du Pr. Raoult ; pendant que les mesures de confinement ciblées sur les populations locales les plus normées deviennent de plus en plus rigoureuses alors même que ces mesures excluent les populations rebelles situées dans les zones de non droit, et les camps de migrants.

Par ailleurs, notons que le gouvernement français, qui a également récemment, sur préconisation de l’ONU, vidé massivement et prématurément les prisons de prisonniers de droit commun [1] (ce qui a fait l’objet d’un communiqué officiel de professionnels de la magistrature), punira d’emprisonnement les contrevenants multirécidivistes qui auront dépassé leur heure de promenade quotidienne autorisée, qui auront dépassé leur périmètre de promenade autorisée, ou qui auront oublié leur laisser-circuler…

On se rend bien compte ici de deux choses :

  • Que la volonté affichée de protéger les populations cache une volonté sournoise de les mettre en état de choc et de les surveiller massivement ;
  • Que l’anarchie sociale en cours de développement, est consciencieusement organisée par les pouvoirs publics eux-mêmes, sous le faux prétexte d’enrayer une épidémie.

Strategika – Cette pandémie précède-t-elle un effondrement économique et systémique ?

 

Plus de 3 milliards de personnes sont appelées à se confiner dans le monde. Pour la première fois de son histoire, l’humanité semble réussir à se coordonner de manière unitaire face à un ennemi global commun. Que vous inspire cette situation ?

Valérie Bugault

Cette pandémie va-t-elle forcer l’humanité à se doter d’un gouvernement mondial comme le préconisait Jacques Attali lors de la pandémie de grippe A en 2009 ?  En 2009 toujours, Jacques Attali expliquait que « l’Histoire nous apprend que l’humanité n’évolue significativement que lorsqu’elle a vraiment peur ». Que vous inspire cette idée ?     

VB : Effectivement, de multiples informations montrent que l’existence d’une pandémie était prévue, pour ne pas dire attendue, par un certain nombre d’institutions et de personnages, au premier rang desquels on peut citer, pèle mêle, la fondation Bill et Melinda Gates, le centre John Hopkins pour la sécurité sanitaire, le Forum économique mondial, l’OMS, la Banque mondiale, Jacques Attali, le magazine « The Economist » (année 2019 et 2020) … Avec le britannique Gordon Brown qui appelle ouvertement à la constitution d’un gouvernement mondial pour faire face à cette pandémie de coronavirus.

Nous faisons donc globalement, ou mondialement, si vous préférez, face à une situation inédite dans l’histoire, dans laquelle un petit groupe de gens [2], cachés derrière l’anonymat des capitaux et des institutions internationales et menés par quelques banquiers privés, organisent des chocs ou tirent parti de chocs afin de faire avancer leur agenda global de prise de contrôle politique du monde en instituant un « gouvernement mondial ».

Pour réaliser ce gouvernement mondial, il faut avoir préalablement développé, chez les individus en général et chez les dirigeants politiques en particulier, le sentiment de la nécessité d’une régulation des évènements à l’échelle globale. Une pandémie est en effet le phénomène qui répond le mieux à ce type de besoin. Dès le départ, on peut et on doit suspecter une manipulation.

Par ailleurs, il devient en effet de plus en plus évident que ce coronavirus résulte de la combinaison, aidée, de deux virus naturels, combinaison qui aurait malencontreusement fuité d’un ou de plusieurs laboratoires. Nous ne saurons probablement jamais le véritable déroulement des évènements ayant abouti à la dissémination de ce type de virus.

Ensuite, et en raison de l’homogénéisation de la réponse politique apportée à cette crise sanitaire par différents pays, il est tout à fait nécessaire que les citoyens victimes aiguisent leur vigilance et se tiennent sur leur garde car la manipulation devient évidente dans le contexte de privatisation généralisée des États.

Toutefois, on ne saurait trop insister sur l’impérieuse nécessité de discriminer les informations reçues. Ainsi, à titre personnel, je ne pense pas qu’il faille mettre sur un même plan la réponse politique chinoise et la réponse politique des pays européens.

D’une part, il ne faut pas oublier que la Chine, actuel opposant victorieux à l’hégémonie économique du bloc de l’ouest sous l’égide de l’OTAN, a été le premier pays attaqué par ce virus.

D’autre part, les dirigeants chinois ont publiquement incriminé les GI’s américains dans la propagation du virus sur leur territoire.

Enfin, il faut se souvenir qu’aux USA, se sont produits, courant 2019, deux évènements extrêmement importants qui peuvent aisément être corrélés :

  • Une sorte d’épidémie pulmonaire grave avait été mise sur le dos des fabricants de cigarettes électroniques et
  • Un laboratoire (Fort Detrick) a dû être fermé (Trump vient d’ailleurs récemment d’ordonner sa réouverture pour lutter contre le coronavirus !), durant l’été 2019, pour cause de fuites.

Il devient assez loisible d’imaginer que les conséquences de cette fuite de matériel bactériologique, volontaire ou non (nous ne le saurons jamais), a été artificiellement endossée par le puissant lobby du tabac – ce qui lui a permis d’éliminer un concurrent inoffensif naissant mais menaçant (l’industrie de la cigarette électronique) – avec la bénédiction des instances gouvernementales qui ont ainsi évité d’avoir à rendre des comptes publics.

Par ailleurs, il faut absolument toujours conserver à l’esprit que les gouvernements officiels sont privatisés mais que même dans ce cas de figure, il y a quantité de gens qui œuvrent quotidiennement dans ces structures et qui ne sont pas eux-mêmes corrompus. Ainsi, même en cas de fuite bactériologique issue d’un laboratoire secret on ne peut pas être sûr que cette fuite soit volontaire ; des individus infiltrés et aux ordres directs des puissances financières peuvent très bien avoir organisé ces fuites à l’insu de leurs collègues.

Par ailleurs, je voudrais revenir sur l’existence des laboratoires secrets de recherche bactériologiques. Il faut comprendre que le problème se pose dans les mêmes termes qu’il s’est déjà posé en matière d’armes nucléaires : beaucoup de pays disposent légitimement de ce type de laboratoires sans qu’il soit question de les utiliser à des fins offensives. De la même façon, beaucoup de pays disposaient et disposent de l’arme nucléaire, tandis que très peu les ont utilisées à des fins offensives. Nous connaissons par ailleurs depuis longtemps la propension des puissances anglo-saxonnes et de leurs affiliés à cibler les populations civiles, qui n’ont, à vrai dire, à leurs yeux, aucune espèce d’importance et seraient plutôt considérées comme étant surnuméraires (voir les Georgia Guidestones, les travaux du « Club de Rome », et ceux de tous leurs descendants).

A ma connaissance, la puissance chinoise n’a jamais utilisé de façon offensive ni la bombe nucléaire, ni toute autre arme de destruction massive. En revanche, les USA, et leurs affiliés, n’ont plus de preuves à apporter quant à leur capacité à utiliser ce type d’armes pour viser, en particulier (c’est devenu une sorte de spécialité) les populations civiles.

Une fois ces préalables explicités et le contexte rétabli, il devient possible de répondre à votre première question.

En effet, la mise en confinement des gens bien-portants porte un coup d’arrêt brutal à l’économie des pays. En fonction de la durée du confinement, ces pays, surtout lorsqu’ils sont endettés, ne pourront que très difficilement s’en remettre. Cette remise sur pied devra, à l’évidence, s’accompagner d’une remise en cause de leur fonctionnement interne. Par ailleurs, les bienfaits abondamment claironnés de la globalisation économique, qui a rendu chaque pays dépendant des autres, reçoivent, eux aussi, un énorme démenti par cette crise sanitaire qui rend visible l’extrême dénuement industriel des pays dits développés, lesquels ne sont plus autosuffisants en quoi que ce soit. On peut en effet en déduire, sans risque d’erreur, qu’il y aura un « avant la crise du coronavirus » et un « après la crise du coronavirus ».

Nous sommes collectivement sur une ligne de crête et les choses peuvent basculer, en fonction de la capacité de réaction des citoyens, soit dans le sens du globalisme intégral avec gouvernement mondial, soit dans celui d’une reprise en main politique des pays par leurs ressortissants.

Strategika – Comment voyez-vous l’évolution de la pandémie et ses conséquences politiques et sociales dans les semaines et les mois à venir ?

VB : Soit les citoyens cèderont à la peur, soit ils réfléchiront et comprendront que la peur est elle-même entretenue de façon contrôlée par leurs dirigeants qui prennent toutes les décisions permettant au coronavirus de se propager en toute tranquillité, ou plutôt, en toute facilité. C’est ainsi, qu’ils refusent à leur population l’accès aux soins et médicaments utiles à l’endiguement du processus de contamination pendant qu’ils mettent les gens en confinement suffisamment longtemps pour pouvoir leur imposer – il s’agit ici de la mise en œuvre de la « servitude volontaire » – un futur vaccin miracle. Ce vaccin, outre son prix financier, sera sans doute agrémenté de sels d’aluminium (qui est devenu l’adjuvant obligatoire), d’ARN messagers (qui permettront de faire, in vivo et à grande échelle, des expériences génétiques sur le génome humain), et surtout de puce RFID, qui permettront à tout un et chacun de recevoir ses rémunérations et d’avoir accès à son compte en banque.

Cette étape de la vaccination obligatoire sera tout à fait décisive pour assurer aux globalistes (banquiers, big pharma et consorts) le contrôle direct sur les populations. Chaque personne devra ainsi obéir sous peine de se voir retirer l’accès à tous ses moyens de subsistances. Étant ici précisé qu’en raison de l’effondrement économique, il est fortement à craindre que les moyens de subsistances ne soient in fine aucunement reliés à un travail individuel productif mais plutôt à un subside universel reçu de l’Etat fantoche entièrement aux ordres des puissances financières.

Strategika – Existe-t-il une issue politique à la situation que vous venez de décrire et quelle forme pourrait-elle prendre selon vous ?

VB : Il faut partir du principe naturel que chaque problème a une solution à la condition exclusive d’être bien posé. Dans le cas présent, bien sûr qu’il existe des issues politiques à ce problème, je dirai même que les seules issues favorables sont de nature politique au sens propre du terme. Autrement dit, seule une reprise en main politique de l’organisation des États par leurs ressortissants pourra aboutir à une issue favorable aux populations. Sinon, nous assisterons au basculement général souhaité par l’oligarchie supranationale vers un gouvernement mondial aux mains des puissances financières, les populations étant vouées à être fortement réduites puis mises en esclavage, pour la partie qui aura survécu.

J’ai, dans mes travaux, expliqué comment la Société pourrait être réorganisée pour devenir réellement politique, c’est-à-dire pour que les ressortissants des Etats puissent devenir acteurs à part entière des choix politiques de leur pays. Il suffit de consulter la partie « Le renouveau institutionnel » situé page 278 et suivantes de mon ouvrage « Les raisons cachées du désordre mondial », publié en mars 2019 aux éditions Sigest. Je ne reviendrai pas ici sur ce sujet qui requiert des développements trop long. Ces développements seront peut-être l’occasion d’un nouvel entretien pour Strategika ?

Strategika – Comment liez-vous la crise actuelle à votre domaine d’expertise et à votre champ de recherche ?

VB : En vérité, cette crise est liée à mes travaux à plusieurs égards. J’ai mentionné, ci-dessus, la question institutionnelle d’organisation des États. Mais ce n’est en effet pas le seul lien. L’autre lien très important est relatif aux évolutions en cours de la monnaie mondiale.

J’ai déjà expliqué à maintes et maintes reprises que le Brexit, dont on peut se féliciter en apparence, avait été initié par les banquiers de la City afin d’avoir toute liberté d’action, en étant libérés des lourdeurs institutionnelles de l’UE, pour piloter le changement de monnaie mondiale.

Comme prévu par Keynes au siècle dernier, le dollar, sous la double casquette de monnaie nationale et de monnaie mondiale, n’était, dès le départ, économiquement pas viable. Ainsi, sa fin prévisible pouvait être programmée. Elle a eu pour première étape sa décorrélation du standard or tandis que la seconde étape, à laquelle nous assistons en direct, est sa décorrélation du standard pétrole qui avait succédé au standard or.

Actuellement, la plupart des pays du monde sont convaincus de l’inanité de conserver le dollar comme monnaie de réserve internationale. Trump lui-même passe à l’action puisqu’il vient de prendre des mesures pour fusionner la Fed et le département du Trésor dans l’objectif de créer, sur le modèle du Yuan et du Renmibi, deux types de dollar : un dollar interne et un dollar devise qui circulera sur les marchés internationaux. Le reset monétaire approche donc à grands pas. Ainsi, une monnaie mondiale viable, contrôlée par les banquiers il va sans dire, pourra bientôt voir le jour, sous forme de panier de devises, qui circulera de façon entièrement dématérialisée.

Je ne détaillerai pas ici – car les développements y seraient trop longs – l’escroquerie bancaire originelle ayant consisté à identifier la monnaie avec un bien matériel (au départ un métal précieux) dans le commerce. Toute une histoire, que je raconte dans mon livre, co-écrit avec le banquier Jean Rémy, intitulé « Du nouvel esprit des lois et de la monnaie », publié en juin 2017 aux éditions Sigest.

J’ajoute que la fin du dollar en tant que monnaie internationale est la condition sine qua non pour qu’advienne une monnaie mondiale viable, du moins selon les critères de fonctionnement économiques et monétaires imposés par les banquiers internationaux. Or, la fin du dollar monnaie mondiale suppose la fin de l’hégémonie de l’empire américain. Dès lors, il devient facile de comprendre que certains membres décisionnaires de cet empire se sont violemment opposés, et s’opposent encore violemment, à ce projet qui aboutira à une disparition de leur situation dominante. Cette partie des dirigeants américains qui se rebellent peut être qualifiée de patriote, il s’agit des gens qui étaient ouvertement impliqués dans la domination du monde par les Américains eux-mêmes. A l’opposé, ces derniers ont pour pires ennemis internes les globalistes apatrides, dont la tête se situe à la City of London, et qui œuvrent en sous-mains pour l’avènement d’un gouvernement mondial, lequel suppose la disparition de l’empire US.

Cette distinction, essentielle à la bonne compréhension des choses, entre dirigeants patriotes et dirigeants apatrides existe également en Chine et en Russie où, par exemple, le gouvernement civil semble dirigé par les partisans des globalistes apatrides tandis que l’armée semble aux mains des dirigeants patriotes, Poutine faisant la jonction entre les deux factions opposées. Concernant la Chine, il faut garder à l’esprit le considérable nettoyage ayant eu lieu depuis des années, y compris dans les plus hautes instances dirigeantes, pour purger l’appareil d’Etat des élites compradores, lesquelles peuvent être reliées aux dirigeants apatrides siégeant à la City of London. Cette opposition entre dirigeants patriotes et dirigeants compradores existe également dans des pays comme l’Iran.

Ainsi, dans cette lutte de nature géopolitique, structurée autour des questions juridiques d’organisation du circuit de commandement, rien ne me semble encore acquis ni pour un camp, ni pour l’autre. Il est néanmoins possible de faire la prévision selon laquelle la victoire serait écrasante pour les patriotes, à la condition que ces derniers s’allient avec leur population et ne cherchent pas à la dominer, comme cela leur a été inculqué par leurs anciens alliés compradores.

Rien ne résisterait à l’alliance entre dirigeants patriotes et populations locales. C’est précisément cette alliance que redoutent les puissances globalistes. Notons à cet égard que les mesures restrictives de liberté ordonnées par les différents gouvernements pour lutter contre la propagation du coronavirus vont à l’encontre de cette alliance naturelle qui permettrait le succès des patriotes sur les globalistes. Vous voyez que les choses ne sont pas simples… et que, décidemment, cette « pandémie de coronavirus » arrive à point nommé pour soutenir la stratégie des globalistes alors que ces derniers étaient en situation de faiblesse…

D’un autre côté, cette pandémie permet des ouvertures inespérées dans la remise en cause générale de la stratégie globaliste. Encore faut-il avoir le courage de saisir cette occasion. Je terminerai mon exposé en disant que les cartes sont actuellement dans les mains des populations civiles : ces dernières ont enfin, phénomène unique dans l’histoire, la possibilité de reprendre leur destin en main ; ce qui signifie, très précisément, qu’elles ont la possibilité de réinstaurer des gouvernements politiques en lieu et place des ersatz actuels entièrement aux mains des puissances financières. Les peuples auront ce qu’ils méritent : ils recevront, s’ils acceptent de se prendre en charge – en contrepartie d’un peu de courage – des fruits extrêmement bénéfiques… mais l’accepteront-ils ? Là est la question… Je profite de ce texte pour rendre hommage au travail de structuration politique fait, en France, par les Gilets Jaunes constituants, qui ont pleinement compris et anticipé cette problématique de fond.

Finalement, les lois naturelles, tellement honnies des globalistes [2], reprennent le dessus et les choses vont entrer dans l’ordre : soit on lutte collectivement pour survivre collectivement, soit on ne lutte pas collectivement et ce sera la fin de la civilisation et de la liberté, y compris celle de vivre et de mourir.

Source : Stratégika

NOTES 

[1] Cela nous rappelle ce qui s’est passé en Tunisie et ailleurs (Égypte, Libye, etc.) lors du sinistre Printemps Arabe. Des criminels de haut vol ont été récupérés par les Islamistes et libérés immédiatement: moyennant des salaires mirobolants, ces criminels ont été recyclés pour devenir des « djihadistes », c’est-à-dire des criminels qui tuent « au nom d’Allah ». Cela veut dire que les normes humaines ne les concernent pas. On a vu (et on continuera de voir) ce qu’ils ont fait (et ce qu’ils feront) en Syrie, en irak, en Libye, en Égypte, en Tunisie, en Europe et ailleurs. Le capo di capi de ces criminels s’appelle Recep Erdogan, et son plus proche lieutenant s’appelle Rached Ghanouchi, président actuel la chambre des députés du Tunistan.  Ce sont les chefs politiques et idéologiques de tous les terroristes islamistes dans le monde. Naturellement, l’Occident le sait et les aime, malgré leurs innombrables erreurs. Mais ils lui rendent tellement de services, qu’il est toujours prêt à les soutenir.

[2] Dans cet article, Valérie Bugault fait gaffe à ses os : elle ne dit pas explicitement qui sont les mondialistes, ces apatrides qui dirigent la City de Londres et la finance internationale.  Pour le lecteur non avisé, et qui n’aurait pas déviné qui sont ces gens qui se cachent derrière le langage prudent de V. Bugault, voici  :

Liste membres du dîner du siècle 02/2020 -Gracieuseté des GILETS JAUNES CONSTITUANTS

Votre humble serviteur appui le mouvement des Gilets Jaunes en France.

Hors,dans cet optique nous reproduisons cette étonnante divulgation de document qui fera histoire.

Notons que les diners du Siècle réunissent les « membres illuminati,francs maçons et de diverses fraternités unies autour de l’oligarchie française.

Vive la Résistance du Peuple Français!

 

Mise en lumière de la république des copains et des coquins, quel est le poids décisionnaire de l’assemblée nationale et du sénat face au dîner du siècle et des puissants valets serviles le composant ?

Bonsoir. Nous nous permettons de vous contacter ce soir car nous souhaitons rendre public un document jusqu’ici confidentiel dont nous n’aurons nul doute qu’il pourra vous intéresser. Actuellement, les gilets jaunes constituants sont en direct sur leurs chaînes Facebook (gilets jaunes constituants page de secours) et YouTube (Gilets jaunes Constituants), dans lequel ils font la lecture du dit document. Nous vous communiquons un lien permettant de télécharger le document en question dans son intégralité. De nombreux médias, uniquement indépendants et intègres, sont mis au courant de cette information et nous espérons que vous en ferez parti. Les gilets jaunes constituants vous disent force et honneur, on ne lâche rien! Liens liste invités du diner du siècle 2020 : https://www.datafilehost.com/d/b5eb2731 https://framadrop.org/r/sJW2od5DUM#aTclGReF8N+up42Pp4Rze7kcmtRKQeqcWpK0vBfANz0= https://www.datafilehost.com/d/59d09e4e https://framadrop.org/r/S1IihUG4EF#PlqY0pCgHVAPxp3Of7XAdeSb+Ra2u7C04I+h6dxtNmU= onion link http://dhosting4xxoydyaivckq7tsmtgi4wfs3flpeyitekkmqwu4v4r46syd.onion/files.php?path=/www/membres-diner-siecle-02-2020%281%29.pd
PARIS, FRANCE – DECEMBER 15: Yellow Vest protesters march in front of police on December 15, 2018 in Paris, France. The protesters gathered in Paris for a 5th weekend despite President Emmanuel Macron’s recent attempts at policy concessions, such as a rise in the minimum wage and cancellation of new fuel taxes. But the ‘Yellow Vest’ movement, which has attracted malcontents from across France’s political spectrum, has shown little sign of slowing down. (Photo by Veronique de Viguerie/Getty Images)

 

 

La France sous la gérance des Rotschild:Le gouvernement Macron fait adopter sa réforme des retraites sans vote

Édouard Philippe premier-ministre français

La France s’enfonce d’un pied de plus sous la botte de la dictature d’Emmanuel Macron,la marionette des Rotschild et des sionistes!

En effet,le premier ministre français Édouard Philippe a décidé samedi de faire adopter sans vote la réforme des retraites, qui a donné lieu à un vaste mouvement de protestation en France, entraînant des motions de censure de la droite et de la gauche à l’Assemblée nationale.

M. Philippe est monté dans l’après-midi à la tribune de la chambre basse du Parlement pour faire cette annonce surprise. Sous les applaudissements de la majorité présidentielle, il a expliqué qu’il s’agissait ainsi de mettre fin à cet épisode de non-débat avec l’opposition et de permettre à la suite du processus législatif de s’engager.

La réforme visant à créer un système universel de retraite par points sera considérée comme adoptée, sauf si une motion de censure, déposée dans les 24 heures, est votée par les députés. Or le gouvernement dispose d’une majorité confortable à l’Assemblée.

Une adoption définitive de la réforme, qui doit encore être examinée au Sénat, est attendue à l’été.

Ce projet phare du président Emmanuel Macron a déclenché à partir de début décembre un conflit social exceptionnellement long, notamment dans les transports, mais aussi parmi les avocats ou encore à l’Opéra de Paris.

Les élus LR (droite) ont déposé une motion, disant ne pouvoir accepter qu’une réforme, que le gouvernement présente lui-même comme la plus importante de ce quinquennat, puisse ne jamais être votée à l’Assemblée nationale. La gauche a fait de même peu après.

On est passé en force par-dessus la volonté des Français (… ) On est passé en force par-dessus les syndicats et maintenant il s’agit de passer en force par-dessus l’Assemblée, a dénoncé François Ruffin, député de la gauche radicale.

Le chef du gouvernement a justifié son choix par ce qu’il considère comme de l’obstruction de la gauche de la gauche : le texte législatif a fait l’objet de 41 000 amendements. Après plus de 115 heures de débat en séance publique, de jour comme de nuit, week-ends inclus, l’Assemblée nationale en est arrivée à l’examen de l’article 8 d’un projet de loi ordinaire qui en comporte 65, a dénoncé M.  Philippe.

Le premier ministre, qui fera donc usage de l’article 49-3 de la Constitution qui permet l’adoption d’un texte législatif sans vote, a étrillé l’attitude de l’opposition : Je n’ai pas (…) le sentiment que notre démocratie puisse se payer le luxe d’un tel spectacle, a-t-il estimé, à un moment où le coronavirus mobilise l’exécutif.

Le secrétaire général du syndicat CGT, Philippe Martinez, qui a dénoncé l’attitude profondément scandaleuse du gouvernement, a annoncé une mobilisation sociale dès la semaine prochaine.

Emmanuel Macron,l’ancien banquier des Rotschield,est de plus en plus isolé et abandonne l’esprit démocratique pour un autoritarisme dangereux!

 

Philippe Martinez, né le 1ᵉʳ avril 1961 à Suresnes, est un syndicaliste français, secrétaire général de la Confédération générale du travail depuis 2015. Son père, né à la Plaine Saint-Denis en France, a combattu dans les Brigades internationales lors de la guerre civile espagnole en 1936. Sa mère est originaire de Santander dans le nord de l’Espagne.

 


MISE À JOUR

 

Réforme des retraites : « Extrêmement déçu » par le recours à l’article 49.3, le sénateur Michel Amiel quitte La République en marche

« Ces pratiques nous éloignent de plus en plus des aspirations des gens », explique le sénateur Michel Amiel , aussi candidat aux municipales aux Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône),

 

Le recours à l’article 49.3 ne passe pas. Et pas seulement dans l’opposition. « Extrêmement déçu« , le sénateur LREM des Bouches-du-Rhône Michel Amiel a décidé de quitter La République en marche à la suite de l’annonce du Premier ministre devant l’Assemblée nationale, samedi 29 février. « Dégainer le 49.3, un samedi soir, en pleine période de coronavirus, est pour le moins malheureux », a expliqué le sénateur, dimanche 1er mars, sur BFMTV.

« Ces pratiques nous éloignent de plus en plus des aspirations des gens », explique le sénateur, aussi candidat aux municipales aux Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône), dans Le Figaro« Je siégerai avec les Constructifs, car je ne m’imagine pas partager le même banc que le Front national [devenu Rassemblement national]. Ne serait-ce qu’administrativement ! » a-t-il indiqué


Recours au 49.3 sur la réforme des retraites : « Nos trois groupes déposeront une motion de censure dans les 24 heures », annonce André Chassaigne

« Dès que j’ai écouté en séance la déclaration du Premier ministre, j’ai tout de suite pris contact avec les collègues du groupe socialiste et de la France insoumise. Il n’y a eu aucune hésitation, nos trois groupes déposeront une motion de censure dans les 24 heures. »
André Chassaigne (GDR)

 

 

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé samedi 29 février devant les députés à l’Assemblée nationale qu’il allait recourir l’article 49.3 de la Constitution pour faire adopter sans vote le projet de réforme des retraites, dénonçant une « stratégie d’obstruction délibérée » de la part de certains députés. 

Suite à cette annonce, le député du Parti communiste de la 5e circonscription du Puy-de-Dôme et président du groupe de la Gauche démocrate et républicaine à l’Assemblée nationale a réagi sur franceinfo. « Nos trois groupes [la Gauche démocrate et républicaine, La France insoumise et Socialistes et apparentés] déposeront une motion de censure dans les 24 heures », a annoncé André Chassaigne.

 

 

 

 

 

 

Un intellectuel français condamné à 2 mois de prison pour avoir qualifié l’immigration de masse d ‘«invasion»

Obligé de verser 1800 euros à des organisations antiracistes pour son crime d’opinion.

Reynaud Camus entouré de supporteurs lors d’un rassemblement l’an passé.

L’intellectuel français Reynaud Camus a été condamné à 2 mois de prison avec sursis pour avoir déclaré que l’immigration massive en Europe représente une «invasion».

Camus ne pourra éviter la prison qu’en versant 1800 euros à deux organisations «antiracistes», SOS Racisme et la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme).

L’homme, qui est l’auteur du Grand Remplacement (The Great Replacement), a été inculpé «d’incitation publique à la haine ou à la violence sur la base de l’origine, de l’ethnie, de la nationalité, de la race ou de la religion».

La condamnation découle d’un discours prononcé en novembre 2017 à Colombey-les-deux Eglises devant le Conseil national de la résistance européenne dans lequel Camus a déclaré: «L’immigration est devenue une invasion».

« La colonisation irréversible est la colonisation démographique, par le remplacement de la population », a déclaré l’auteur, ajoutant: « La substitution ethnique, le grand remplacement, est l’événement le plus important de l’histoire de notre nation depuis son existence; comme pour les autres, si l’histoire continue, ce ne sera pas celle de la France. »

Camus a également appelé à un «consensus national de résistance» pour s’opposer à l’islamisation dans «la lutte pour le salut de notre civilisation commune, celtique, slave, germanique, gréco-latine, judéo-chrétienne».

Reynaud Camus:un homme de réflexions sur notre avenir collectif!

La partie du discours de Camus qui a spécifiquement attiré l’attention des juges était lorsqu’il a parlé du remplacement des Européens.

Camus a déclaré que l’immigration de masse «est la substitution, la tendance à tout remplacer par son émulateur, normalisé, standardisé, interchangeable: l’original avec sa copie, l’authentique avec son imitation, le vrai avec le faux, les mères avec les mères porteuses, la culture avec du temps libre et du divertissement. « 

La France subit des attaques terroristes islamiques sur une base tellement routinière que ce n’est même plus un sujet d’actualité important. Beaucoup de ces terroristes sont radicalisés par des mosquées qui échappent à tout contrôle policier, mais Camus doit être puni pour son crime d’opinion.

Et voila. La liberté d’expression est désormais un crime en France.

EN CONCLUSION

Ce qui arrive en France,s’intègre hypocritement dans la société québécoise,mon pays,une petite île dans l’océan menacé de l’Occident Chrétien!

Lentement mais surement,l’idée fait son chemin dans ce qui sert de cervelle à Justin Trudeau,premier-ministre  libéral du Canada.Nous avons vu récemment l’utilisation de la vieille méthode déjà éprouvée lors du dernier référendum sur la souveraineté du Québec,en 1995.Il s’agit de  financer des  petits groupes,corrompre  le plus possible,sans que l’on apparaisse dans le portrait…et ça marche!

La loi 21 sur la laïcité au Québec,est une loi qui peut protéger au minimum nos institutions nationales,mais pour les fédéralistes,c’est inacceptable!Pour Justin Trudeau,comme pour jadis,son père,il est intolérable que le Québec  cherche davantage à se protéger de son sacro-saint multiculturalisme,surtout face aux musulmans très radicaux qui sont déjà anglicisés et qui prêchent comme lui,l’élimination de toute « colonne vertébrale » venant du peuple québécois et de son gouvernement,même s’il s’agit d’un nationalisme mou!Dans le futur,vouloir devenir un Québec fort,va être catalogué comme étant du racisme,de l’antisémitisme du fascisme,etc,etc,etc

Je pense sérieusement que Reynaud Camus vient de nous montrer une voie sérieuse pour combattre et revendiquer notre liberté d’opinion.Son appel à un «consensus national de résistance» pour s’opposer à l’islamisation dans «la lutte pour le salut de notre civilisation commune, celtique, slave, germanique, gréco-latine, judéo-chrétienne» résonne très fort dans mon esprit et m’interpelle ,ici-même,au coeur de mon beau pays du Québec.

Vivement organisons notre résistance nationale face à l’oppression de la gauche agenouillée devant l’Islam!Ne nous laissons pas « remplacer » par ces fanatiques dociles!

Vive la France et vive  le Québec Libre!

Vive Reynaud Camus!

 

 

 

 

Chroniques des Illuminati. Une brève histoire du nouvel ordre mondial

PARTIE 1

Sans commentaire

En 1770, Mayer Amschel Rothschild établit les plans pour la création de Illuminatenorden (Ordre des Illuminati). Il confie l’organisation et le développement à un juif Ashkénaze, Adam Weishaupt, un crypto-juif en apparence catholique romain. C’est une religion basée sur les enseignements du Talmud, enseignements de juifs rabbiniques. Ce devait être appelé illuminati car il s’agit d’un terme luciférien qui signifie les gardiens de la lumière.

Adam Weishaupt

Lucifer est bel et bien vivant, Il est notre dieu, et nous sommes son peuple élu. -Mayer Amschel Rothschild, banquier.

Le terme novo ordo seclorum (nouvel ordre séculaire) est le slogan de la société secrète des Illuminati. « Personne n’entrera dans Nouvel Ordre Mondial à moins qu’il ou elle prête serment d’adorer Lucifer. Personne n’entrera dans le Nouvel Age à moins qu’il prenne une initiation luciférienne » -David Spangler Directeur de l’Initiative Planétaire Nations unie.

Mayer Amschel Rothschild

1773 – Mayer Amschel Rothschild rassemble douze de ses amis les plus influents et les convainc que s’ils mettent tous leurs ressources en commun, ils peuvent gouverner le monde. Cette réunion a lieu à Francfort, en Allemagne. Rothschild informe également ses amis qu’il a trouvé le candidat parfait, un individu d’une intelligence et d’une ingéniosité incroyables, pour diriger l’organisation qu’il a planifiée – Adam Weishaupt[1]

 

1er mai 1776 – Adam Weishaupt (nom de code Spartacus) établit une société secrète appelée l’Ordre des Illuminati. Weishaupt est professeur de droit canonique à l’Université d’Ingolstadt en Bavière, en Allemagne. [Cette date, le 1er mai, doit devenir très importante pour les communistes soviétiques. Ils ont organisé des défilés militaires festifs ce jour-là.] Les Illuminati cherchent à établir un nouvel ordre mondial. Leurs objectifs sont les suivants:

1) Abolition de tous les gouvernements ordonnés

2) Abolition de la propriété privée

3) Abolition de l’héritage

4) Abolition du patriotisme

5) Abolition de la famille

6) Abolition de la religion

7) Création d’un gouvernement mondial

Juillet 1782 – L’Ordre des Illuminati s’associe à la franc-maçonnerie au Congrès de Wilhelmsbad. Le comte de Virieu, présent à la conférence, s’en va visiblement secoué. Interrogé sur les «tragiques secrets» qu’il a rapportés avec lui, il répond: «Je ne vous les confierai pas. Je peux seulement vous dire que tout cela est beaucoup plus grave que vous ne le pensez. » A partir de ce moment, selon son biographe,« le comte de Virieu ne pouvait que parler de la franc-maçonnerie avec horreur. »

1785 – Un courrier Illuminati nommé Lanze est frappé par la foudre et tué en voyageant à cheval à travers la ville de Ratisbonne. Lorsque les responsables bavarois examinent le contenu de ses sacoches, ils découvrent l’existence de l’Ordre des Illuminati et trouvent des plans détaillant la prochaine Révolution française. Le gouvernement bavarois tente d’alerter le gouvernement français d’une catastrophe imminente, mais le gouvernement français ne tient pas compte de cet avertissement. Les autorités bavaroises arrêtent tous les membres des Illuminati qu’ils peuvent trouver, mais Weishaupt et d’autres sont entrés dans la clandestinité et sont introuvables.

11 octobre 1785 – Les autorités bavaroises font une descente au domicile d’un membre des Illuminati nommé Von Zwack. Ils découvrent des documents Illuminati qui montrent très clairement qu’ils prévoient de provoquer une «révolution universelle qui devrait porter le coup fatal à la société… cette révolution sera l’œuvre des sociétés secrètes, et c’est l’un de nos grands mystères».

1789 – La violence éclate en France. La Révolution française non seulement renverse le gouvernement, mais tente également d’éliminer le christianisme de la nation. Une prostituée à moitié nue est placée sur l’autel de la cathédrale Notre-Dame et vantée comme la «déesse de la raison». Les fonctionnaires révolutionnaires suppriment même la semaine de sept jours [2] et la remplacent par une semaine de dix jours.

John Adams

1796 – La franc-maçonnerie devient un enjeu majeur de l’élection présidentielle aux États-Unis. John Adams remporte l’élection en s’opposant à la maçonnerie, et son fils John Quincy Adams met en garde contre la terrible menace pour la nation que représentent les loges maçonniques: «Je crois sincèrement que l’Ordre de la franc-maçonnerie, sinon le plus grand, est l’un des les plus grands maux moraux et politiques… »

1797 – John Robison, professeur d’histoire naturelle à l’Université d’Édimbourg en Écosse, publie un livre intitulé «Preuves d’une conspiration» dans lequel il révèle qu’Adam Weishaupt avait tenté de le recruter. Il expose les objectifs diaboliques et mondiaux des Illuminati .

George Washington était un franc maçon

1798 – George Washington reconnaît que l’activité des Illuminati est arrivée en Amérique: «Je n’ai pas l’intention de douter que la doctrine des Illuminati et les principes du jacobinisme ne se soient pas répandus aux États-Unis. Au contraire, personne n’est plus satisfait de ce fait que moi. »

1816 – Le Congrès accorde une charte de 20 ans à la Banque des États-Unis, une banque centrale privée pour l’Amérique. [La Constitution avait accordé au Congrès le «pouvoir de fabriquer de l’argent et d’en réglementer la valeur». Thomas Jefferson avait spécifiquement mis en garde le peuple américain contre le transfert de ce pouvoir pour créer de l’argent à un groupe privé non élu et non responsable devant le public: «Si le peuple américain autorise un jour les banques privées à contrôler l’émission de leur monnaie, d’abord par l’inflation puis par la déflation, les banques et les sociétés qui grandiront autour d’eux priveront le peuple de toute propriété jusqu’à ce que leurs enfants se réveillent sans abri sur la continent que leurs pères ont conquis. »]

1821 – Georg W. F. Hegel formule ce que l’on appelle la dialectique hégélienne – le processus par lequel les objectifs des Illuminati sont atteints. Selon la dialectique hégélienne, thèse plus antithèse est synonyme de synthèse. En d’autres termes, vous fomenter d’abord une crise. Ensuite, il y a un énorme tollé public que quelque chose doit être fait pour résoudre le problème. Vous proposez donc une solution qui apporte les changements que vous vouliez vraiment depuis le début, mais que les gens n’auraient pas voulu accepter au départ. (Un bon exemple de cela sont les « révolutions de couleur » , « le Printemps Arabe » et le Printemps Érable ,au Québec ).

William_Morgan

1826 – William Morgan tente de publier un livre exposant les méfaits des loges maçonniques. Alors qu’il est en train d’imprimer son livre, il disparaît mystérieusement. [Son corps a été retrouvé dans le lac Ontario un an plus tard.]

1828 – Mayer Amschel Rothschild, qui finance les Illuminati, exprime son mépris total pour les gouvernements nationaux qui tentent de réglementer les banquiers internationaux tels que lui: «Permettez-moi d’émettre et de contrôler l’argent d’une nation, et je me fiche de qui rédige les lois. » [Comme le disait Sir Josiah Stamp, président de la Banque d’Angleterre dans les années 1920,« des opérations bancaires ont été conçues dans l’iniquité et sont nées dans le péché. Les banquiers possèdent la Terre entière; vous pouvez la leur enlever mais leur laisser le pouvoir de créer des dépôts, et avec un coup de stylo, ils créeront suffisamment de dépôts pour la racheter. »]

Frances Wright

1829 – L’illuministe britannique Frances «Fanny» Wright donne une série de conférences aux États-Unis. Elle annonce que divers subversifs et révolutionnaires doivent être unis dans un mouvement qui sera appelé «communisme». Elle explique que le mouvement doit être rendu plus acceptable pour le public en professant de soutenir «l’égalité des chances» et «l’égalité des droits».

Andrew Jackson

1829-1837 – Pendant que le président Andrew Jackson est en fonction, il y a des tentatives de poursuivre et de renforcer l’emprise d’une banque centrale sur les États-Unis. Le président Jackson s’oppose vigoureusement à ces efforts. Jackson dit à ses adversaires: «Vous êtes un repaire de vipères! J’ai l’intention de vous mettre en déroute, et par le Dieu éternel je vous mettrai en déroute. Si le peuple ne comprenait que l’injustice flagrante de notre argent et de notre système bancaire, il y aurait une révolution avant le matin. »  En 1832, Jackson met son veto à un projet de loi pour renouveler la charte de la Banque des États-Unis. En 1833, il retire les fonds publics de la Banque des États-Unis.

1848 – Moses Mordecai Marx Levy, alias Karl Marx, écrit «Le Manifeste communiste». Marx est membre d’une organisation du front Illuminati appelée la Ligue des Justes.

Karl Marx



Il ne préconise pas seulement des changements économiques et politiques; il prône également des changements moraux et spirituels. Il pense que la famille devrait être abolie et que tous les enfants devraient être élevés par une autorité centrale. Il exprime son attitude envers Dieu en disant: « Nous devons lutter contre toutes les idées dominantes de religion, d’État, de patrie, de patriotisme. L’idée de Dieu est la clé d’une civilisation pervertie. Elle doit être détruite. « 

1870 – John Ruskin est nommé professeur de beaux-arts à l’Université d’Oxford en Angleterre. Il enseigne à ses élèves que le gouvernement devrait prendre le contrôle de tous les moyens de production et de distribution, et il est prêt à placer le contrôle du gouvernement entre les mains d’un seul homme: «Mon objectif continu a été de montrer la supériorité éternelle de certains hommes sur les autres, parfois même d’un homme sur tous les autres. »

Albert Pike

1871 – Albert Pike, fondateur du Klu Klux Klan, publie son livre de 861 pages «Morals and Dogma», destiné uniquement aux lecteurs maçonniques. Il indique que ceux des rangs inférieurs de la maçonnerie sont délibérément trompés par leurs supérieurs: «Les degrés bleus [les trois premiers degrés des 32] ne sont que la cour extérieure ou le portique du Temple. Une partie des symboles y est exposée à l’Initié, mais il est intentionnellement induit en erreur par de fausses interprétations. Il n’est pas prévu qu’il les comprenne; mais il est prévu qu’il s’imaginera qu’il les comprendra. Leur véritable explication est réservée aux Adeptes, les Princes de la Maçonnerie. » [C’est pourquoi environ 95% des hommes impliqués dans la Maçonnerie n’ont pas la moindre idée de ce que sont réellement les objectifs de l’organisation. Ils ont l’illusion que c’est juste une bonne organisation communautaire qui fait du bon travail.]

Helena Petrovna Blavatsky

1875 – L’occultiste russe Helena Petrovna Blavatsky fonde la Société théosophique. Madame Blavatsky prétend que des saints tibétains de l’Himalaya, qu’elle appelle les Maîtres de la Sagesse, ont communiqué avec elle à Londres par télépathie. Elle insiste sur le fait que les chrétiens ont tout compris de travers, et  que Satan est bon et Dieu est mauvais. Elle écrit: «Les chrétiens et les scientifiques doivent être obligés de respecter leurs meilleurs maîtres indiens. La sagesse de l’Inde, sa philosophie et ses réalisations doivent être diffusées en Europe et en Amérique. »

1884 – La Fabian Society est fondée pour promouvoir le socialisme. La Fabian Society tire son nom du général romain Fabius Maximus, qui a combattu l’armée d’Hannibal dans de petites escarmouches débilitantes, plutôt que de tenter une bataille décisive.

14 juillet 1889 – Albert Pike donne des instructions aux 23 conseils suprêmes du monde. Il révèle qui est le véritable objet du culte maçonnique: «À vous, Souverains Grands Instructeurs Généraux, nous disons ceci, afin que vous puissiez le répéter aux Frères des 32e, 31e et 30e degrés: La religion maçonnique devrait être, pour nous tous, initiés des degrés élevés, maintenue dans la pureté de la doctrine luciférienne. »

1890-1896 – Cecil Rhodes, un étudiant enthousiaste de John Ruskin, est le premier ministre de l’Afrique du Sud, une colonie britannique à l’époque. Il est capable d’exploiter et de contrôler la richesse en or et en diamant de l’Afrique du Sud. Il travaille à mettre toutes les parties habitables du monde sous la domination d’une élite dirigeante. À cette fin, il utilise une partie de sa vaste richesse pour établir les célèbres bourses Rhodes pour étudiants.

5 février 1891 – Rhodes rejoint son groupe d’Oxford avec un groupe similaire de Cambridge dirigé par un ardent réformateur social William Stead. Rhodes et Stead sont membres du «Cercle des Initiés» intérieur de la société secrète qu’ils ont trouvée. Il existe également un cercle extérieur appelé «Association of Helpers» c’est-à-dire «Association de ceux qui  aident».

Annie Besant

1891 – Madame Blavatsky décède. La responsabilité du leadership du mouvement théosophique mondial revient à Annie Besant, militante féministe et membre de la Fabian Socialist Society of England. Elle se joint avec enthousiasme aux émeutes révolutionnaires de la rue et écrit de nombreux volumes  occultes à ajouter à ceux de Blavatsky.

1909-1913 – Lord Alfred Milner organise l ‘«Association of Helpers» en divers groupes de tables rondes dans les dépendances britanniques et aux États-Unis.

1912 – Le colonel Edward M. House, proche conseiller du président Woodrow Wilson, publie Phillip Dru: administrateur, dans lequel il promeut «le socialisme comme rêvé par Karl Marx».

1913 – Le président Woodrow Wilson publie «La nouvelle liberté» dans laquelle il révèle: «Depuis que je suis entré en politique, les opinions des hommes me sont principalement confiées en privé. Certains des plus grands hommes des États-Unis, dans le domaine du commerce et de la fabrication, ont peur de quelqu’un, ont peur de quelque chose. Ils savent qu’il y a un pouvoir quelque part si organisé, si subtil, si vigilant, si imbriqué, si complet, si omniprésent, qu’ils feraient mieux de ne pas parler au-dessus de leur souffle lorsqu’ils le condamnent. »

23 décembre 1913 – Création de la Réserve fédérale [ni fédérale ni réserve – c’est une institution privée]. Elle a été planifiée lors d’une réunion secrète en 1910 sur l’île de Jekyl, en Géorgie, par un groupe de banquiers et de politiciens, dont le colonel House [3]. Cette décision transfère le pouvoir de créer de l’argent du gouvernement américain à un groupe privé de banquiers. Le Federal Reserve Act est adopté à la hâte juste avant les vacances de Noël. La planche n°5 du «Manifeste communiste» avait appelé à une telle banque centrale. [C’est probablement le plus grand générateur de dettes au monde.] Le membre du Congrès Charles A. Lindbergh Sr. (père du célèbre aviateur) prévient: «Cet acte établit le trust la plus gigantesque sur terre. Lorsque le président signera cet acte, le gouvernement invisible par le pouvoir de l’argent, prouvé par l’enquête Money Trust, sera légalisé… »

1916 – Trois ans après avoir promulgué la loi sur la Réserve fédérale, le président Woodrow Wilson observe: «Je suis un homme très malheureux. J’ai involontairement ruiné mon pays. Une grande nation industrielle est contrôlée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré. La croissance de la nation, donc, et toutes nos activités sont entre les mains de quelques hommes. Nous sommes devenus l’un des gouvernements les moins gouvernés, l’un des gouvernements les plus contrôlés et dominés du monde civilisé. Ce n’est plus un gouvernement d’opinion libre, ni un gouvernement de conviction et de vote de la majorité, mais un gouvernement d’opinion et de contrainte d’un petit groupe d’hommes dominants. »

1917 – Avec l’aide de financiers à New York et à Londres, V. I. Lénine est en mesure de renverser le gouvernement de la Russie. Lénine commente plus tard la contradiction apparente des liens entre les capitalistes éminents et le communisme: «Il existe également une autre alliance – à première vue étrange, surprenante – mais si vous y réfléchissez, en fait, une qui est bien fondée et facile à comprendre. C’est l’alliance entre nos dirigeants communistes et vos capitalistes. » [Vous vous souvenez de la dialectique hégélienne?] [4]

30 mai 1919 – D’éminentes personnalités britanniques et américaines fondent le Royal Institute of International Affairs en Angleterre et l’Institut of International Affairs aux États-Unis lors d’une réunion organisée par le colonel House; en présence de divers socialistes fabiens, dont le célèbre économiste John Maynard Keynes.

1920 – Le britannique Winston Churchill reconnaît le lien entre les Illuminati et la révolution bolchevique en Russie. Il observe: «Des jours de Spartacus-Weishaupt à ceux de Karl Marx, à ceux de Trotsky, Bela Kun, Rosa Luxembourg et Emma Goldman, cette conspiration mondiale pour le renversement de la civilisation et la reconstitution de la société sur la base de développement arrêté, de malveillance envieuse et d’égalité impossible, n’a cessé de croître. Il a joué un rôle clairement reconnaissable dans la tragédie de la Révolution française. Il a été le moteur de tous les mouvements subversifs au cours du XIXe siècle, et maintenant cette bande de personnalités extraordinaires du monde souterrain des grandes villes d’Europe et d’Amérique a saisi le peuple russe par les cheveux de sa tête et est devenue pratiquement les maîtres incontestés de cet immense empire. « 

1920-1931 – Louis T. McFadden est président du comité de la Chambre des banques et des devises. Concernant la Réserve fédérale, le membre du Congrès McFadden note: «Lorsque la Federal Reserve Act a été adoptée, le peuple de ces États-Unis ne se rendait pas compte qu’un système bancaire mondial était en train de se mettre en place ici. Un super-État contrôlé par des banquiers internationaux et des industriels internationaux agissant ensemble pour asservir le monde pour leur propre plaisir. La Fed a tout fait pour dissimuler ses pouvoirs, mais la vérité est que la Fed a usurpé le gouvernement. Elle contrôle tout ici et elle contrôle toutes nos relations extérieures. Ce fait brise les gouvernements à volonté. C’était un événement soigneusement conçu. Les banquiers internationaux ont cherché à provoquer une situation de désespoir ici afin qu’ils puissent émerger en tant que dirigeants de nous tous. »

1921 – Le colonel House réorganise la branche américaine de l’Institut des affaires internationales en le Council on Foreign Relations (CFR). [Au cours des 60 dernières années, 80% des postes les plus élevés dans chaque administration – qu’elle soit démocrate ou républicaine – ont été occupés par des membres de cette organisation. Pendant cette période, seuls deux présidents n’ont pas été directement affiliés au CFR – John Kennedy et Ronald Reagan. Kennedy a été assassiné et une tentative a été faite sur la vie de Reagan!]

 

15 décembre 1922 – Le CFR approuve le gouvernement mondial dans son magazine «Foreign Affairs». L’auteur Philip Kerr déclare: «De toute évidence, il n’y aura pas de paix ni de prospérité pour l’humanité tant que la terre restera divisée en 50 ou 60 États indépendants, jusqu’à ce qu’une sorte de système international soit créé. Le vrai problème aujourd’hui est celui du gouvernement mondial. »

1932 – Publication du «Plan for Peace» de la fondatrice de l’American Birth Control League, Margaret Sanger. Elle appelle à la stérilisation coercitive, à l’isolement obligatoire et à des camps de concentration de réadaptation pour tous les «stocks dysgéniques», y compris les Noirs, les Hispaniques, les Indiens d’Amérique et les catholiques. [L’American Birth Control League devient finalement Planned Parenthood – le principal promoteur et fournisseur de services d’avortement du pays. Beaucoup aujourd’hui ne sont pas conscients des origines racistes de la planification familiale.]

1933 Publication de «La forme des choses à venir» de H. G. Wells. Wells prédit une seconde guerre mondiale autour de 1940, issue d’un différend germano-polonais. Après 1945, il y aurait un manque croissant de sécurité publique dans les zones «infectées criminellement». Le plan de l ‘«État du monde moderne» réussirait à sa troisième tentative et résulterait d’un événement survenu à Bassorah, en Irak. Le livre déclare également: « Bien que le gouvernement mondial vienne manifestement depuis quelques années, bien qu’il ait été sans cesse redouté et murmuré, il n’a trouvé aucune opposition nulle part. »

Franklin Roosevelt

21 novembre 1933 – Dans une lettre adressée au colonel Edward M. House, le président Franklin Roosevelt écrit: «La vérité est que, comme vous et moi le savons, c’est le pouvoir financier des grands centres qui a possédé  le gouvernement depuis les jours d’Andrew Jackson. « 

1934 – «L’externalisation de la hiérarchie» d’Alice Bailey est publiée. Bailey est une occultiste, succédant à Annie Besant à la tête de la Theosophical Society. Les œuvres de Bailey sont canalisées par un guide spirituel, le maître tibétain [esprit démon] Djwahl Kuhl. [Ses enseignements forment la base du mouvement New Age actuel.] Elle écrit: «L’heure des anciens mystères est arrivée. Ces Mystères Anciens étaient cachés en nombre, en rituel, en mots et en symbologie; ceux-ci voilent le secret. Il ne fait donc aucun doute que le travail à faire pour familiariser le grand public avec la nature des Mystères est d’une importance capitale à l’heure actuelle. Ces mystères seront restitués à l’expression extérieure par l’intermédiaire de l’Église et de la Fraternité maçonnique. »

Elle déclare en outre:« , le nouvel ordre mondial doit être construit à partir de la spoliation de toutes les cultures et civilisations existantes. »[Le livre est publié par le Lucis Trust, constitué à l’origine à New York sous le nom de Lucifer Publishing Company. Lucis Trust est une ONG des Nations Unies (organisation non gouvernementale) et a été un acteur majeur lors des récents sommets des Nations Unies. Plus tard, le secrétaire général adjoint de l’ONU, Robert Muller, attribuerait la création de son programme de base mondial pour l’éducation aux enseignements sous-jacents de Djwahl Kuhl, via les écrits d’Alice Bailey sur le sujet.]

1937 – Les élèves de l’École Lénine de lutte politique à Moscou apprennent: «Aujourd’hui, bien sûr, nous ne sommes pas assez forts pour attaquer. Pour gagner, nous aurons besoin de l’élément de surprise. Le monde occidental devra être endormi. Nous allons donc commencer par lancer le mouvement de paix le plus spectaculaire jamais enregistré. Il y aura des ouvertures électrisantes et des concessions inouïes. Les pays capitalistes, stupides et décadents, se réjouiront de coopérer à leur propre destruction. Ils sauteront sur une autre chance d’être amis. Dès que leur garde sera baissée, nous les briserons avec notre poing fermé. »

28 octobre 1939 – Dans une allocution de John Foster Dulles [futur secrétaire d’État américain], il propose que l’Amérique mène la transition vers un nouvel ordre d’États semi-souverains moins indépendants liés par une ligue ou une union fédérale.

Le grand écrivain de science fiction a aussi écrit un livre annonçant le Nouvel Ordre mondial.

1939 «New World Order» de HG Wells propose un «État mondial collectiviste» ou «nouvel ordre mondial» composé de «démocraties socialistes». Il prône la «conscription universelle pour le service» et déclare que «l’individualisme nationaliste est la maladie du monde» Il poursuit: «La nécessité manifeste d’un contrôle mondial collectif pour éliminer la guerre et la nécessité moins généralement admise d’un contrôle collectif de la vie économique et biologique de l’humanité sont des aspects d’un seul et même processus.» Il propose que cela pourrait être accompli par la «loi universelle» et la «propagande» (ou l’éducation).

1940 – “The New World Order” (Le Nouvel Ordre Mondial) est publié par le Carnegie Endowment for Peace et contient une liste sélective de références sur la fédération régionale et mondiale, ainsi que des plans spéciaux pour l’ordre mondial après la guerre.

28 juin 1945 – Le président Truman approuve le gouvernement mondial dans un discours: « Il sera tout aussi facile pour les nations de s’entendre dans une république du monde que pour nous de nous entendre dans une république des États-Unis. »

24 octobre 1945 – La Charte des Nations Unies entre en vigueur.

Juillet 1948 – Sir Harold Butler, dans les «Affaires étrangères» du CFR, voit «un nouvel ordre mondial» se dessiner: «Dans quelle mesure la vie des nations, qui pendant des siècles se considéraient comme distinctes et uniques, peut-elle être la vie des autres nations? Jusqu’où sont-ils prêts à sacrifier une partie de leur souveraineté sans laquelle il ne peut y avoir d’une union économique ou politique efficace? »

 

Citation de James Warburg

7 février 1950 – Le financier international et membre du CFR, James Warburg, dit à un sous-comité sénatorial des relations étrangères: «Nous aurons un gouvernement mondial, que vous l’aimiez ou non – par la conquête ou le consentement

1953 – Rowan Gaither, président de la Fondation Ford, déclare à une commission du Congrès enquêtant sur les fondations exonérées d’impôt: «Nous, au niveau exécutif, étions actifs au sein de l’OSS [précurseur de la CIA], du Département d’État ou de l’Administration économique européenne . Pendant ces périodes, et sans exception, nous fonctionnions selon les directives émises par la Maison Blanche. Nous continuons d’être guidés par de telles directives, dont la substance était que nous devrions faire tout notre possible pour modifier la vie aux États-Unis de manière à permettre une fusion confortable avec l’Union soviétique. »

23 février 1954 – Le sénateur William Jenner de l’Indiana déclare devant le Sénat américain: «Aujourd’hui, la voie vers une dictature totale aux États-Unis peut être tracée par des moyens strictement légaux, invisibles et inconnus du Congrès, du président ou du peuple. Nous avons un groupe d’action politique bien organisé dans ce pays, déterminé à détruire notre Constitution et à créer un État à parti unique. Il a un pied au sein de notre gouvernement et son propre appareil de propagande. On peut appeler ce groupe par plusieurs noms. Certains l’appellent le socialisme, certains le collectivisme. Je préfère l’appeler «centralisme démocratique». Le point important à retenir à propos de ce groupe n’est pas son idéologie mais son organisation. C’est un corps d’élite dynamique et agressif, se frayant un chemin à chaque ouverture, pour faire une brèche pour un État collectiviste à parti unique. Il opère secrètement, silencieusement, en continu pour transformer notre gouvernement sans soupçonner que le changement est en cours. Ce corps révolutionnaire secret comprend bien le pouvoir d’influencer le peuple par une élégante forme de lavage de cerveau. Nous le voyons, par exemple, dans l’utilisation innocente de mots comme «démocratie» à la place de «gouvernement représentatif». »

1954 – Le Prince Bernhard des Pays-Bas établit les Bilderbergers, politiciens et banquiers internationaux qui se réunissent secrètement chaque année.

25 novembre 1959 – L’étude n ° 7 du Council on Foreign Relations appelle à un «… nouvel ordre international qui doit répondre aux aspirations mondiales à la paix, au changement social et économique… un ordre international… incluant des États se qualifiant de« socialistes » [ communiste]. »

1959 – Publication du «Mid-Century Challenge to U.S. Foreign Policy», parrainé par le Rockefeller Brothers’s Fund. Il explique que les États-Unis «ne peuvent pas s’échapper, et devraient en effet saluer… la tâche que l’histoire nous a imposée. C’est la tâche d’aider à façonner un nouvel ordre mondial dans toutes ses dimensions – spirituelle, économique, politique, sociale. »

1962 – “The Future of Federalism” (L’avenir du fédéralisme) de Nelson Rockefeller affirme que les événements actuels exigent de manière impérieuse un «nouvel ordre mondial». Il dit qu’il y a: «Une fièvre de nationalisme… mais l’État-nation devient de moins en moins compétent pour accomplir ses tâches politiques internationales … Ce sont quelques-unes des raisons qui nous poussent à nous diriger vigoureusement vers la véritable construction d’un nouvel ordre mondial… Plus tôt peut-être que nous nous en rendrons compte… les bases d’une structure fédérale du monde libre évolueront. »

13 novembre 1963 – Il est allégué que seulement dix jours avant son assassinat, le président John F. Kennedy dit à un auditoire de l’Université de Columbia: «La haute fonction du président a été utilisée pour fomenter un complot visant à détruire la liberté des Américains, et avant de quitter mes fonctions, je dois informer les citoyens de cette situation difficile. »

1966 – Le professeur Carroll Quigley, mentor de Bill Clinton à l’Université de Georgetown, rédige un énorme volume intitulé «Tragedy and Hope» dans lequel il déclare: «Il existe et il a existé depuis une génération, un réseau international qui fonctionne, dans une certaine mesure, dans la façon dont la droite radicale croit que les communistes agissent. En fait, ce réseau, que nous pouvons identifier comme les groupes de tables rondes, n’a aucune aversion à coopérer avec les communistes, ou tout autre groupe, et le fait fréquemment. Je connais le fonctionnement de ce réseau car je l’ai étudié pendant vingt ans et j’ai été autorisé pendant deux ans, au début des années 1960, à examiner ses papiers et ses archives secrètes. Je n’ai aucune aversion pour lui ou pour la plupart de ses objectifs et, pendant une grande partie de ma vie, j’ai été proche de lui et de beaucoup de ses instruments. Je me suis opposé, dans le passé et récemment, à quelques-unes de ses politiques, mais en général ma principale divergence d’opinion est qu’il souhaite rester inconnu, et je crois que son rôle dans l’histoire est suffisamment important pour être connu. »

26 juillet 1968 – Nelson Rockefeller promet que «en tant que président, il œuvrerait à la création internationale d’un nouvel ordre mondial».

1969 – Un document intitulé «Mariage et famille» est publié par la British Humanist Association, déclarant que «certains opposants à l’humanisme nous ont accusés de vouloir renverser la famille chrétienne traditionnelle. Ils ont raison. C’est exactement ce que nous avons l’intention de faire. »

1970 – Le département américain de la Défense alloue des fonds [2 millions de dollars par an pendant cinq ans] au «développement d’agents destructeurs du système immunitaire pour la guerre biologique». [Source du virus VIH qui cause le SIDA. Le virus a ensuite été introduit dans la communauté homosexuelle via le vaccin contre l’hépatite et en Afrique centrale via le vaccin contre la variole.] 

1970 – Zbigniew Brzezinski [qui deviendra plus tard le conseiller à la sécurité nationale du président Jimmy Carter] écrit un livre intitulé «Entre deux âges» qui ne tarit pas d’éloges pour le marxisme : “ Le marxisme est à la fois une victoire de l’homme actif extérieur sur l’homme intérieur et passif et une victoire de la raison sur la croyance… Le marxisme, diffusé au niveau populaire sous forme de communisme, représente une avancée majeure dans la capacité de l’homme à conceptualiser sa relation avec le monde.  » Il décrit également comment une guerre peut être menée contre une nation sans que ses citoyens ne se rendent même compte qu’ils sont attaqués:  » La technologie mettra à la disposition des dirigeants des principales nations une variété de techniques pour mener une guerre secrète, dont seule une un minimum de forces de sécurité doit être utilité. Une nation peut attaquer un concurrent secrètement… des techniques de modification du temps pourraient être utilisées pour produire des périodes prolongées de sécheresse ou de tempête, affaiblissant ainsi la capacité d’une nation et l’obligeant à accepter les demandes de l’adversaire. ”

1972 – Le président Nixon visite la Chine et porte un toast au Premier ministre chinois Chou En-lai en parlant de «l’espoir que chacun de nous doit construire un nouvel ordre mondial».

1973 – Banquier international et membre fidèle du subversif Council on Foreign Relations (Conseil des relations étrangères), David Rockefeller fonde une nouvelle organisation appelée la Commission Trilatérale[6]  Il invite le futur président Jimmy Carter à devenir l’un des membres fondateurs. Zbigniew Brzezinski est le premier directeur de l’organisation.

1973 – Le Club de Rome, une agence de l’ONU, publie un rapport intitulé «Modèle régionalisé et adaptatif du système mondial». Ce rapport divise le monde entier en dix régions.


PARTIE 2

 

En 1770, Mayer Amschel Rothschild établit les plans pour la création de Illuminatenorden (Ordre des Illuminati). Il confie l’organisation et le développement à un juif Ashkénaze, Adam Weishaupt, un crypto-juif en apparence catholique romain. C’est une religion basée sur les enseignements du Talmud, enseignements de juifs rabbiniques. Ce devait être appelé illuminati car il s’agit d’un terme luciférien qui signifie les gardiens de la lumière.

Lucifer est bel et bien vivant, Il est notre dieu, et nous sommes son peuple élu. -Mayer Amschel Rothschild, banquier.

Le terme novo ordo seclorum (nouvel ordre séculaire) est le slogan de la société secrète des Illuminati. « Personne n’entrera dans Nouvel Ordre Mondial à moins qu’il ou elle prête serment d’adorer Lucifer. Personne n’entrera dans le Nouvel Age à moins qu’il prenne une initiation luciférienne » -David Spangler Directeur de l’Initiative Planétaire Nations unie.

10 août 1973 – David Rockefeller écrit un article pour le «New York Times» décrivant sa récente visite en Chine rouge: «Quel que soit le prix de la révolution chinoise, elle a évidemment réussi non seulement à produire une administration plus efficace et plus dévouée, mais aussi pour favoriser un moral élevé et un objectif communautaire. »

Avril 1974 – L’article de Richard Gardner, ancien sous-secrétaire d’État adjoint américain, trilatéraliste et membre du CFR, «The Hard Road to World Order», est publié dans le CFR «Foreign Affairs», où il déclare: «la maison de l’ordre mondial » devra être construite de bas en haut plutôt que de haut en bas… mettant fin à toute souveraineté nationale, l’érodant morceau par morceau, cela s’accomplira beaucoup plus facilement qu’un assaut frontal à l’ancienne. »

Automne 1976 – Les opérateurs de radio du monde entier commencent à recevoir des impulsions électroniques particulières qu’ils surnomment le “woodpecker.” «pivert». [On apprend que la source du pivert est l’Union soviétique. Les ingénieurs météorologiques soviétiques envoient les faisceaux radioélectriques artificiels les plus puissants jamais créés – beaucoup plus puissants que tout ce qui était prévu auparavant – dans le but de modifier le climat terrestre.]

1977 – La Commission trilatérale publie le document officiel n ° 13 intitulé «Collaboration avec les pays communistes dans les problèmes mondiaux de l’humanité. » Le rapport recommande « une coopération trilatérale / communiste dans neuf domaines de préoccupation mondiale », y compris « la modification des conditions météorologiques ».

Juillet 1977 – L’article de Jeremiah Novak « The Trilateral Connection » paraît dans le « Atlantic Monthly »: « Pour la troisième fois en ce siècle, un groupe d’écoles américaines, d’hommes d’affaires et de représentants du gouvernement prévoit de façonner un nouvel ordre mondial … »

Avril 1978 – Le Département américain de l’armée ajoute dans son «Chaplain’s Handbook of Religious Requirements» de nouvelles religions reconnues par le gouvernement fédéral et qui peuvent être légalement pratiquées sur toutes les bases militaires du monde. Ces «nouvelles» religions sont le satanisme, la sorcellerie et d’autres religions occultes.

1979 – Barry Goldwater, sénateur républicain à la retraite de l’Arizona, publie son autobiographie «Sans excuses». Il écrit: «À mon avis, la Commission trilatérale représente un effort habile et coordonné pour prendre le contrôle et consolider les quatre centres de pouvoir – politique, monétaire , intellectuel et ecclésiastique. Tout cela doit être fait dans l’intérêt de créer une communauté mondiale plus pacifique et plus productive. »

1980 – Derek Shearer, membre de longue date de l’Institute for Policy Studies, publie un livre intitulé «Economic Democracy» dans lequel il prévoit qu’un président d’extrême gauche sera élu dans les années 1990. [Un seul président a été élu dans les années 90 – Bill Clinton. Et il était colocataire de l’université de Derek Shearer en 1969!] L’Institute for Policy Studies est « attaché au socialisme en Amérique et aux côtés de l’Union soviétique sur presque toutes les questions importantes de politique étrangère« .

1981-lors de la Nuit des Longs Couteaux,le premier-ministre René Levesque sera simplement ignoré par les 11 autres politiciens du Canada.Un acte de trahison!

1982-Lors du rapatriement unilatéral de la Constitution Canadienne,le Québec est écarté de la table et forcé de subir  les lois fédéraliste du premier-ministre canadien et franc maçon:Pierre-Eliott Trudeau.

 

25 avril 1982 – Une annonce pleine page apparaît dans les principaux journaux du monde entier proclamant: «LE CHRIST EST MAINTENANT ICI». La campagne de publicité coïncide avec le début d’une tournée de conférences d’un Benjamin Creme, un théosophiste britannique. Dans diverses interviews et discours, Creme explique qu’en parlant du «Christ», il ne signifie pas Jésus-Christ mais Lord Maitreya, le Maître du Monde. Selon Creme, Jésus, Bouddha, Krishna et d’autres ne sont que des disciples de Maitreya. Ces Maîtres Ascensionnés comprennent une Hiérarchie Spirituelle éclairée qui a guidé l’évolution de l’humanité à travers l’histoire. Il soutient que le Seigneur Maitreya répond aux attentes de tous les peuples. Maitreya est le Christ attendu par les chrétiens; et les Juifs, il est le Messie, pour les musulmans, il est l’Imam Mahdi, pour les bouddhistes, il est le cinquième Bouddha, pour les hindous, il est Krishna. Dans le passé, nous dit Creme, ces Maîtres Ascensionnés ont généralement travaillé par l’intermédiaire de disciples, mais maintenant ils sont parmi nous et prêts à aider notre monde à franchir la prochaine étape. [La publication de Benjamin Creme «Share International» est maintenant produite en association avec le Département de l’information des Nations Unies.]

1983 – «L’Humaniste» publie un essai qui proclame que «la bataille pour l’avenir de l’humanité doit être menée dans la classe de l’école publique… entre le cadavre pourri du christianisme et la nouvelle foi de l’humanisme… et l’humanisme sortira triomphant».

1985 – Norman Cousins, président de la World Future Society et président honoraire de Planetary Citizens, déclare: «Le gouvernement mondial arrive. En fait, c’est inévitable. Aucun argument pour ou contre ne peut changer ce fait. »

13 août 1986 – Associated Press rapporte: «Des personnes éparpillées sur une grande partie de l’est des États-Unis ont signalé une lumière mystérieuse dans le ciel nocturne, et des habitants du Kentucky ont déclaré avoir entendu un boom et senti leurs maisons trembler. Il y a eu des rapports similaires dans d’autres parties de l’Est. La lumière mystérieuse a été observée par des Américains du Michigan, du Maine, de la Louisiane et du Kentucky. Certaines personnes ont dit avoir vu «une très grosse boule de feu», a déclaré le shérif du comté de Clark, Larry Lawson, dans le Kentucky. Les gens ont dit que leurs maisons tremblaient et que les fenêtres vibraient comme s’il y avait eu une explosion ou un tremblement de terre, mais ce n’était que pour quelques secondes. Ils ont dit que tout le ciel s’est éclairé. »

14 août 1986 – USA Today décrit les événements qui se sont produits dans la nuit du 12 août: «Un spectacle de lumière spectaculaire qui a traversé le ciel nocturne à l’est du Mississippi a dérouté les astronomes

3 juillet 1987 – La «République de l’Arizona» rapporte: «Une explosion forte et surprenante a secoué le nord du comté de San Diego pendant la nuit, mais les autorités ont déclaré qu’elles ne savaient pas ce qui avait provoqué l’explosion mystérieuse.» Le Météorologue Wilbur Shigehara du National Weather Service est cité comme disant: «Cela sonnait comme une explosion d’un canon. Ce fut une grande secousse momentanée. C’est un mystère. L’année dernière, nous avons eu plusieurs secousses comme celle-ci. Cela arrivait trois ou quatre fois par jour pendant une semaine. Nous n’avons jamais découvert ce que c’était. »

8 juillet 1987 –  Arizona Republic rapporte: «Pour des raisons inconnues même des experts en météorologie, la température à Greensberg, au Kansas, a bondi de 20 degrés en dix minutes.» Bill Ellis, observateur du National Weather Service, a déclaré: « Je n’ai jamais rien vu de tel, et je ne connais personne qui l’ait jamais vu. » [Une expérience secrète de modification du temps?]

11 août 1987 – Le Bureau des brevets des États-Unis accorde le brevet numéro 4686605 au Dr Bernard Eastlund, un physicien qui est consultant pour la Atlantic Richfield Company. Le Dr Eastlund travaille également pour l’ARPA (Advanced Research Projects Agency) du Département de la défense. Le brevet porte sur une technologie permettant de «changer le climat en redirigeant les régimes de vent très élevé». En bombardant le courant-jet avec des ondes électromagnétiques de haute intensité, le Dr Eastlund est en mesure de le détourner et de modifier les conditions météorologiques dans une zone particulière.

2 novembre 1987 – Mikhaïl Gorbatchev s’adresse au Politburo soviétique: «En octobre 1917, nous nous sommes séparés du vieux monde, le rejetant une fois pour toutes. Nous nous dirigeons vers un nouveau monde, le monde du communisme. Nous ne fermerons jamais cette voie! » Il rassure en outre ses collègues communistes: « Camarades, ne vous inquiétez pas de tout ce que vous entendez sur la glasnost, la perestroïka et la démocratie dans les années à venir. Ce sont principalement pour la consommation extérieure. Il n’y aura pas de changement interne significatif au sein de l’Union soviétique, sauf à des fins esthétiques. Notre objectif est de désarmer les Américains et de les laisser s’endormir. » [On a vu plus tard que Gorbatchev mentait effrontément et qu’il a œuvré à la destruction de l’Union Soviétique. Il n’a pas endormi les Américains comme il prétend, mais les Russes]

 

Lord Maitreya

Juin 1988 – Lord Maitreya apparaît mystérieusement devant un public à Nairobi, au Kenya. [Maitreya est apparu à plusieurs groupes dans différentes parties du monde depuis ce temps. Lorsque Maitreya apparaît, on prétend que l’eau dans la zone est «chargée» – qu’elle acquiert des pouvoirs de guérison miraculeux. L’attitude de Benjamin Creme envers ceux qui refusent d’accepter cette figure comme le Messie du monde se voit dans cette déclaration: «Lorsque les hommes verront Maitreya, ils sauront que le moment est venu de choisir; aller de l’avant avec lui dans un avenir éblouissant dans sa promesse – ou cesser de l’être. »]

Selon une grande autorité du Mouvement Rosecroix que je connais et sur l’avis de 2 loges maçonniques indépendantes du Rite Écossais:Lord Maitreya serait  une  entité envoyée par Lucifer lui-même dans notre Univers!Au mieux,il s’agirait d’un imposteur se proposant comme le Nouveau Messie.

7 décembre 1988 – Dans un discours à l’ONU, Mikhaïl Gorbatchev dit: « Le progrès mondial n’est possible que par la recherche d’un consensus humain universel alors que nous progressons vers un nouvel ordre mondial. »

12 mai 1989 – À la Texas A&M University, George Bush déclare que les États-Unis sont prêts à accueillir l’Union soviétique «dans l’ordre mondial».

1990 – Dans son livre «Les clés de ce sang», le prêtre catholique Malachi Martin cite le pape Jean-Paul II: «À la fin de cette décennie, nous vivrons sous le premier gouvernement mondial unique qui ait jamais existé dans la société des nations. … Un gouvernement doté d’une autorité absolue pour décider des questions fondamentales de survie. Un gouvernement mondial est inévitable. »

1990 – Peter Kawaja, responsable de la sécurité d’une entreprise appelée Product Ingredient Technology à Boca Raton, en Floride, apprend à sa grande consternation que l’usine qu’il a été amené à croire qu’il fabriquait un arôme de cerise produit en fait des agents chimiques / biologiques à expédier en Irak. Il découvre également que cela se fait avec la pleine connaissance et le consentement du FBI, de la CIA et de l’administration Bush. Lorsqu’il tente d’alerter les autorités, des agents du gouvernement saisissent les documents qu’il a recueillis et sa femme est tuée. [D’où la mystérieuse maladie de la guerre du Golfe que le gouvernement fédéral refuse de reconnaître.]

11 septembre 1990 – Dans une allocution au Congrès intitulée «Vers un nouvel ordre mondial», George Bush déclare: «La crise dans le golfe Persique offre une rare opportunité d’évoluer vers une période historique de coopération. De ces temps troublés, un nouvel ordre mondial peut émerger. Nous sommes maintenant en vue d’une Organisation des Nations Unies qui fonctionne comme prévu par ses fondateurs. »[Mais qui étaient les fondateurs de l’ONU et quelles étaient exactement leurs intentions? Au moins 43 membres de la délégation américaine à la conférence de fondation à San Francisco étaient également membres du CFR. Le secrétaire général à la conférence de fondation des Nations Unies en 1945 était un fonctionnaire du département d’État américain nommé Alger Hiss. Il a été déterminé plus tard qu’Alger Hiss était un espion soviétique. Il a été reconnu coupable de parjure pour avoir menti sur ses activités pro-soviétiques. Et Hiss n’était pas seulement une aberration. L’ONU a toujours choisi des mondes mondains socialistes pour les dirigeants.]

Alger Hiss était un espion soviétique…dans la cours des USA.

1er octobre 1990 – Dans une allocution aux Nations Unies, le président Bush parle de «… la force collective de la communauté mondiale exprimée par les Nations Unies… un mouvement historique vers un nouvel ordre mondial».

1991 – Le président Bush fait l’éloge du Nouvel Ordre Mondial dans un Message sur l’ état de l’Union : «Ce qui est en jeu, c’est plus d’un petit pays, c’est une grande idée – un nouvel ordre mondial… pour réaliser les aspirations universelles de l’humanité… basées sur principes partagés et primauté du droit… L’illumination de mille points de lumière… Le vent du changement est avec nous maintenant. »[La théosophiste Alice Bailey a utilisé cette même expression -« points de lumière »- pour décrire le processus de l’illumination occulte .]

le général Brent Scowcrof reçoit une médaille de George W Bush pour service rendu…

 

1991 – À la veille de la guerre du Golfe, le général Brent Scowcroft, conseiller à la sécurité nationale du président Bush, proclame: « Un événement colossal est à nos portes, la naissance d’un nouvel ordre mondial ».

Juillet 1991 – Lors d’un programme CNN, l’ancien directeur de la CIA, Stansfield Turner (CFR), interrogé sur l’Irak, répond: «Nous avons un objectif beaucoup plus grand. Nous devons regarder le long terme ici. Ceci est un exemple – la situation entre les Nations Unies et l’Iraq – où les Nations Unies empiètent délibérément sur la souveraineté d’une nation souveraine… Maintenant, c’est un merveilleux précédent à utiliser dans tous les pays du monde… »

Mikhaïl Gorbatchev et George H W Bush scellant une entente à Washington

Août 1991 – On nous dit que les extrémistes de l’Union soviétique ont monté un coup d’État et que Mikhaïl Gorbatchev a été arrêté. La tentative de coup d’État échoue, ce qui entraîne la disparition apparente du système soviétique et l’installation de Boris Eltsine. [On a appris depuis que le «coup d’État» était une imposture conçue pour convaincre l’Occident que le communisme était tombé alors qu’en réalité il ne l’avait pas fait. Mikhaïl Gorbatchev avait en fait planifié le coup d’État organisé trois semaines avant qu’il ne se produise. Tous les dirigeants du coup d’État ont été graciés et libérés.]

29 octobre 1991 – David Funderburk, ancien ambassadeur des États-Unis en Roumanie, déclare à un public de Caroline du Nord: «George Bush s’entoure de gens qui croient en un gouvernement mondial. Ils croient que le système soviétique et le système américain convergent. »

Walter Wriston

1992 – Publication du «Crépuscule de la souveraineté» de l’ancien président de Citicorp, Walter Wriston (CFR), dans lequel il affirme: «Une économie véritablement mondiale exigera des compromis sur la souveraineté nationale. Il n’y a pas d’échappatoire au système. »

Strobe Talbott et son amie Hillary Clinton

20 juillet 1992 – Le magazine «TIME» publie «The Birth of the Global Nation», par Strobe Talbott, Rhodes Scholar, colocataire de Bill Clinton à l’Université d’Oxford, CFR Director and Trilateralist, dans lequel il écrit: «La nation, comme nous la connaissons , sera obsolète; tous les États reconnaîtront une seule autorité mondiale. «Citoyen du monde» aura pris un sens réel. »

21 août 1992 – Près de Ruby Ridge, en Idaho, la maison de Randy et Vicki Weaver et de leurs quatre enfants est surveillée par le US Marshals Service depuis 17 mois. Lorsque le chien de la famille commence à aboyer, un ami de la famille, Kevin Harris, et le fils de Weavers, Sammy, âgé de 13 ans, le suivent, pensant que c’est l’odeur d’un cerf. Des hommes en tenue de camouflage (les maréchaux) tirent sur le chien, et Harris et Sammy ripostent. Le maréchal adjoint William Degan et Sammy sont tués dans l’échange. Sammy est abattu dans le dos alors qu’il court vers la maison. Le service des maréchaux demande l’aide du FBI, qui envoie son équipe de sauvetage des otages (HRT) sur les lieux.

22 août 1992 – Un tireur d’élite de HRT, Lon Horiuchi, tire deux coups: les premières blessures de Randy Weaver (mais pas sérieusement); la seconde tue Vicki Weaver alors qu’elle tient son bébé dans ses bras et blesse sérieusement Kevin Harris. [La «violation» de Randy Weaver? Il aurait scié un canon de fusil de chasse d’un quart de pouce trop court. Pour cela, sa maison a été encerclée par des agents fédéraux et sa femme et son fils ont été tués.]

31 août 1992 – Le siège de 11 jours prend fin lorsque Randy Weaver se rend aux autorités. [Un jury a jugé Weaver innocent de la violation initiale des armes à feu dont il était accusé.]

1993 – Un deuxième Parlement des religions du monde se tient à Chicago à l’occasion du 100e anniversaire du premier. Comme la première convention, celle-ci cherche à réunir toutes les religions du monde en «un tout harmonieux», mais elle veut les faire «fusionner de nouveau dans leur élément d’origine». Les croyances traditionnelles des religions monothéistes comme le christianisme sont considérées comme incompatibles avec «illumination» individuelle et doit être radicalement modifiée.

28 février 1993 – Une force de 76 agents de l’ATF se retrouve mêlée à un échange de coups de feu mortel avec la branche Davidians alors qu’il tentait de présenter un mandat d’arrêt contre le chef de la secte David Koresh pour des violations présumées d’armes à feu et d’explosifs fédéraux. Quatre agents de l’ATF sont tués [Steve Willis, Robert William, Conway Lebleu et Tod McKeehan transférés des services secrets, où ils étaient des gardes de  Bill Clinton – au BATF avant l’assaut – tués par des tirs amis. Tous sont morts par balle dans la tempe gauche. -Ed., De la liste de Slick’s Skeleton] et 16 blessés lors de la fusillade, tandis qu’environ six Davidiens sont tués et un nombre inconnu (y compris Koresh) blessé. [La loi fédérale interdit strictement l’utilisation de personnel et d’équipements militaires contre les citoyens américains. Une exception est autorisée s’il s’agit de drogues. Les agents de l’ATF ont simplement menti pour obtenir l’utilisation d’hélicoptères de la Garde nationale lors de leur assaut. Ils ont affirmé qu’il y avait un laboratoire de méthamphétamine dans le complexe de Branch Davidian. Il n’y avait aucune preuve que ce soit de l’existence d’un laboratoire de méthamphétamine dans le complexe Branch Davidian. Rien n’indique que l’ATF ait jamais tenté de signifier son mandat ou même d’annoncer qui elle était. Ils viennent de sortir de remorques de stock avec des fusils flamboyants. Au moment où l’attaque au sol a commencé, des hélicoptères de combat ont commencé à tirer sur le complexe de la branche Davidian par le haut. Les Branch Davidians n’ont commencé à riposter que neuf minutes après le début de l’attaque de l’ATF. L’ATF avait également placé des tireurs d’élite dans un bâtiment à une certaine distance du complexe de la branche Davidian. Ils ne pouvaient pas tirer sur la branche Davidian sans tirer au-dessus de la tête des agents ATF attaquants. Il est tout à fait possible que certaines des victimes de l’ATF aient été touchées par leurs propres hommes. Deux des agents de l’ATF tués lors du raid étaient entrés dans une fenêtre du deuxième étage de la maison de la branche Davidian. Un troisième agent de l’ATF a alors tiré directement dans la fenêtre que ses camarades venaient d’entrer.]

David_Koresh et l’incendie provoquée à Waco par le FBI

19 avril 1993 – Après un siège de 51 jours, des chars militaires conduits par le personnel du FBI commencent à percer des trous dans le complexe de la branche Davidian pour insérer un agent déchirant et mettre fin à l’impasse. Peu après midi, un incendie se déclare à l’intérieur du bâtiment et il est rapidement englouti dans les flammes. Les restes d’au moins 74 personnes, dont 21 enfants de moins de 16 ans, ont été retrouvés dans les ruines, dont certains sont morts des suites de blessures par balle. [Le gaz CS introduit par le FBI dans le complexe de la branche Davidian avait auparavant été interdit de guerre internationale. Les États-Unis n’auraient pas pu l’utiliser contre Saddam Hussein, mais ils l’ont été sur des femmes et des enfants à Waco. Le fabricant du gaz avait cessé de le vendre à Israël parce qu’il l’avait utilisé contre des Palestiniens chez eux, et plusieurs enfants en avaient été tués. Le fabricant avait averti que le gaz ne devrait pas être utilisé dans un espace clos en raison de ses conséquences potentiellement mortelles. Le gaz est également hautement inflammable. Paul Gray, l’enquêteur d’incendie criminel «indépendant» qui a déterminé que la branche Davidian était responsable de l’incendie, était un ancien employé de l’ATF, et sa femme était un employé actuel de l’ATF – à peine un tiers impartial. Lors des audiences du Congrès, la procureure générale Janet Reno a affirmé que le gouvernement devait agir parce que des enfants étaient maltraités. Cela soulève une question intéressante: pourquoi l’ATF a-t-elle été impliquée? Les cas de maltraitance d’enfants ne relèvent pas de la compétence du Bureau de l’alcool, du tabac et des armes à feu. Kiri Jewell, la jeune fille de 14 ans dont le témoignage déchirant a convaincu beaucoup de personnes que le raid était justifié, n’était même pas avec les Branch Davidians au moment où elle allègue que David Koresh l’a maltraitée. Elle vivait avec sa mère et sa grand-mère en Californie.]

18 juillet 1993 – Le membre du CFR et trilatéraliste Henry Kissinger écrit dans le «Los Angeles Times» concernant l’ALENA: «Ce que le Congrès aura devant lui n’est pas un accord commercial conventionnel mais l’architecture d’un nouveau système international… un premier pas vers un nouveau ordre mondial. »

Vincent Foster(coin droit) était l’ami de coeur d’Hillary Clinton.

20 juillet 1993 – L’avocat de la Maison Blanche Vincent Foster est retrouvé mort à Fort. Marcy Park dans des circonstances mystérieuses. Il avait reçu une balle dans la tête. La décision officielle est le suicide. Le directeur du FBI, William Sessions, est limogé par le président Clinton quelques heures seulement avant que Foster ne soit retrouvé mort. [Pour se rendre à l’endroit où son corps a été retrouvé, Foster aurait dû marcher 700 pieds dans un parc très boisé. Pourtant, aucun sol n’a été trouvé sur ses chaussures. Les agents du FBI ont été empêchés d’enquêter sur le bureau de Foster par des fonctionnaires de l’administration jusqu’à ce qu’ils aient supprimé plusieurs fichiers. Vincent Scalice, un témoin expert qui a enquêté sur des milliers d’homicides au cours de ses 35 années en tant qu’enquêteur sur les homicides au service de police de la ville de New York, observe: «D’après mon expérience, je n’ai jamais vu un cas aussi mal géré et enquêté, surtout depuis qu’il y est autant de preuves d’un acte criminel. »Vince Foster avait été associé avec Hillary Clinton au sein du cabinet d’avocats Rose.]

30 octobre 1993 – Le médiateur du «Washington Post», Richard Harwood, publie un article sur le rôle des membres des médias du CFR: «Leur appartenance est une reconnaissance de leur ascension dans la classe dirigeante américaine où ils ne se contentent pas d’analyser et d’interpréter politique étrangère pour les États-Unis; ils aident à le faire. « 

Février 1994 – Un jury de la Cour de district des États-Unis à San Antonio, au Texas, trouve 11 membres de la secte Branch Davidian innocents de meurtre et de complot à Waco.

David Rockefeller

23 septembre 1994 – Les mondialistes réalisent qu’au fur et à mesure que de plus en plus de gens commencent à se réveiller, ils n’ont que peu de temps pour mettre en œuvre leurs politiques. S’exprimant lors du dîner des ambassadeurs des Nations Unies, David Rockefeller a déclaré: «Cette fenêtre d’opportunité actuelle, au cours de laquelle un ordre mondial véritablement pacifique et interdépendant pourrait être construit, ne sera pas ouverte trop longtemps.» [Notez qu’il ne s’est pas demandé si l’ordre mondial viendrait – seulement s’il arriverait pacifiquement.] Il croit: «Nous sommes au bord d’une transformation mondiale. Tout ce dont nous avons besoin, c’est d’une crise majeure et les nations accepteront le Nouvel Ordre Mondial. »

Mars 1995 – Les délégués des Nations Unies se réunissent à Copenhague, au Danemark, pour discuter de diverses méthodes d’imposition des taxes mondiales sur les peuples du monde.

19 avril 1995 – Une explosion dévaste le bâtiment fédéral Alfred P. Murrah à Oklahoma City, entraînant la mort de 168 personnes. [L’ancien agent du FBI Ted Gunderson et l’expert en explosifs de l’Air Force, le général Benton Partin, ont déclaré qu’une bombe au nitrate d’ammonium / fioul dans un camion stationné devant le bâtiment ne pouvait pas avoir causé les dommages structurels considérables qui en ont résulté. Il devait y avoir des explosifs attachés aux colonnes à l’intérieur du bâtiment. Certains débris du bâtiment Murrah ont été projetés vers le camion. Le Dr Raymon Brown, géophysicien pour l’Oklahoma Geological Survey, rapporte des données sismiques pour cette date qui indiquent qu’il y a eu en fait deux explosions à environ 12 secondes d’intervalle. Une vidéo télévisée prise peu de temps après l’attentat à la bombe montre des engins non explosés du bâtiment transportés par l’équipe de bombardement. Edye Smith, dont les deux enfants ont été tués à la garderie de Murrah, a posé la question à la télévision nationale: «Où était l’ATF?» Tous leurs employés ont survécu parce qu’on leur avait dit de ne pas aller travailler ce jour-là. Après avoir posé cette question, elle dit que les agents du gouvernement lui ont dit: «Gardez la bouche fermée, n’en parlez pas.» Lester Martz, responsable du bureau de l’ATF de Dallas, affirme qu’un agent de l’ATF et un agent de la DEA circulaient dans un ascenseur dans le bâtiment, que, après l’explosion, leur ascenseur est tombé à 50 pieds et qu’ils se sont échappés de l’ascenseur et ont sauvé plusieurs personnes. Pourtant, le personnel du service des ascenseurs a déclaré que personne n’était dans les ascenseurs, qu’aucun des ascenseurs n’est tombé librement et que les portes de tous les ascenseurs ont été bloquées par l’explosion. Ils disent que si quelqu’un avait eu une chute libre de 50 pieds, il se serait au moins cassé les chevilles. Lorsqu’on lui a demandé s’il soupçonnait que quelque chose pourrait se produire le 19 avril, John Magaw, directeur du Bureau du tabac, de l’alcool et des armes à feu, a répondu par l’affirmative et a déclaré que toutes les installations BATF du pays avaient été avisées d’être en état d’alerte. . Lorsqu’on a posé la même question aux agents du BATF à Oklahoma City, ils ont répondu qu’ils n’avaient aucune idée que quelque chose se passerait à cette date. De toute évidence, quelqu’un ne dit pas la vérité. Immédiatement après l’attentat à la bombe, le FBI a lancé une chasse à l’homme massive pour «John Doe n ° 2». Maintenant, nous sommes censés croire qu’il n’a jamais existé. Les témoins qui disent avoir vu John Doe n ° 2 n’ont pas été autorisés à témoigner devant le grand jury qui a inculpé Timothy McVeigh.]

Mai 1995 – Incroyablement, Larry Potts, l’homme du FBI responsable des opérations de Ruby Ridge et de Waco, est promu pour devenir l’homme numéro deux du Bureau.

Septembre 1995 – Le magazine «Popular Science» décrit une installation top secrète de la marine américaine appelée HAARP (High-Frequency Active Auroral Research Program) dans l’état de l’Alaska. Ce projet envoie une puissante énergie radio dans la haute atmosphère terrestre. L’un des objectifs du programme est de développer la capacité de «manipuler la météo locale» en utilisant les techniques développées par Bernard Eastlund. [Le programme est en cours depuis 1990.]

27 septembre-oct. 1, 1995 – Le «State of the World Forum» a lieu, parrainé par la Fondation Gorbachev, située au Presidio à San Francisco. [Il est important de réaliser que Mikhaïl Gorbatchev a créé sa fondation en 1991, avant la tentative de coup d’État qui a finalement conduit à sa «chute» du pouvoir et à l’éclatement de l’Union soviétique.] Le président de la Fondation, Jim Garrison, préside la réunion, qui comprend Mikhaïl Gorbatchev , George Bush, la Britannique Margaret Thatcher, l’occultiste canadien Maurice Strong, le magnat des médias Ted Turner, l’assistant Microsoft Bill Gates et d’autres. La conversation est centrée sur l’unité de l’humanité et le futur gouvernement mondial. Cependant, le terme «gouvernance mondiale» est utilisé à la place du «nouvel ordre mondial» car ce dernier est devenu un paratonnerre pour les opposants au gouvernement mondial. L’énoncé de mission émis par les organisateurs de la conférence est direct et révélateur: «Le Forum sur l’état du monde se concentrera sur les défis et opportunités fondamentaux à l’aube de la prochaine phase du développement humain. Il se tient dans la conviction qu’en ce moment crucial de l’histoire, nous donnons naissance à la première civilisation mondiale. »

 

Le 30 octobre 1995, le Québec a tenu un deuxième référendum sur son indépendance. La date demeure un souvenir indélébile de notre mémoire collective.Le camp fédéraliste du non a fraudé l’élection,une fois de plus ,en permettant à plus de 20,000 immigrés pakistanais et unilingues anglophone de pouvoir voter…en leur donnant leur citoyenneté canadienne.

En ne prenant pas la rue pour montrer son désaveu,le peuple québécois a cautionné la manigance libérale fédéraliste.

 

 

 

 

11 septembre 2001-Des avions détournées de leur vol (ou des hologrammes…ou des missiles) percutent les deux tours du World Trade Center ,le Pentagone …et un champ isolé.De nombreuses études prouveront qu’il s’agit d’un complot intérieur de « l’état profond » afin de détourner l’attention des peuples vers une fausse guerre contre le terrorisme.

De nombreux liens ont été fait vers le Mossad israélien

[911] 11 Septembre 2001, le flash spécial de la RTBF – RTBF 06.09.2011 – 1h32m8s

 

Alors que George W Bush est dans une école au moment de l’attentat,un conseiller lui chuchote quelque chose au moment précis ou le premier avion frappe une tour!

Mai-juin 2014,Abou  Bakr al Bagdady agent du Mossad,conduit les troupes de L’état Islamique sur une importante capture de territoire en Irak et en Syrie.Les USA,Israel,la France et le Royaume-Uni auraient financé ces mercenaires psychopathes pour s’emparer des richesses et organiser un remplacement de population en Europe,entre autres.

 

Juillet 2017-France,pour éviter l’élection de la droite nationaliste,soit Marine Le Pen,les banques Rotschild financent Emmanuel Macron pour endormir le peuple français…à suivre!

Emmanuel-Macron

 

 

 

 


Source :The Illuminati Chronicles Part 1

A Short History of the New World Order Part 1

Source : The Illuminati Chronicles Part II

 A Short History of the New World Order Part II

Autres Sources:recherches personnelles et histoire récente.

 

 

 

 

 

 

 

La Sexualité Sacrée: L’art érotique de Balthasar Klossowski de Rola en photo et vidéo

 

La leccion de guitar,1934

L’œuvre peint de Balthus est relativement peu abondant et figuratif, et se réparti en deux grands thèmes des paysages (dont le fameux paysage dit de « Larchant 1939 » qui sont « inertes et calmes » suivant le mot d’Antonin Artaud , des portraits et quelques scènes de genre (La Rue, 1933 – MoMA NY) où figure une citation directe de Picasso ; peintures qui puent « la mort, la peste et les épidémies ». Dans une première partie de sa carrière, jusqu’aux années 1950, son œuvre est profondément marqué par Courbet et Géricault avec une texture ample et des couleurs sombres, puis, dans une seconde partie, son œuvre est marqué par des textures plâtreuses avec de nombreuses citations de la Renaissance et de Piero della Francesca en particulier.

L’artiste a réalisé durant sa vie trois cents peintures environ, dont beaucoup ne sont pas datées.

Artiste méticuleux — certains tableaux nécessitant plusieurs années pour être achevés et après de nombreuses études préparatoires —, Balthus est resté célèbre pour ses tableaux de jeunes filles nubiles, souvent peintes dans des poses ambiguës, jouant sur l’idée de l’innocence perdue à l’adolescence.

« Je vois les adolescentes comme un symbole. Je ne pourrai jamais peindre une femme. La beauté de l’adolescente est plus intéressante. L’adolescente incarne l’avenir, l’être avant qu’il ne se transforme en beauté parfaite. Une femme a déjà trouvé sa place dans le monde, une adolescente, non. Le corps d’une femme est déjà complet. Le mystère a disparu. »

BalthusFace.jpg
Balthasar Kłossowski, parfois dit Kłossowski de Rola (1908-2001)

 

 

« La meilleure façon de commencer est de dire, Balthus est un peintre dont on ne sait rien. Et maintenant, regardons les peintures », telle est la réponse laconique que le peintre adresse à la Tate Gallery, qui en 1968, organisant une exposition de ses œuvres, souhaitait également agrémenter le catalogue de quelques éléments biographiques.

Le Roi des chats — titre d’un de ses autoportraits peint à 27 ans — a en effet toujours souhaité s’entourer d’une aura de mystère, ce qui a sans aucun doute contribué à occulter sa personnalité et son œuvre aux yeux du grand public.

Balthust :l’artiste avec son chat et la fameuse toile.

Dans ce tableau, le peintre, en pied et le corps déformé, peint sur un fond ocre jaune. À sa gauche un chat se frotte à ses jambes trop longues, alors que sur un tabouret à sa droite repose un fouet sous lequel est écrit en anglais « The portrait of H.M, the King of Cats painted by Himself, MCMXXXV5 ». « Son auto-portrait est à la fois ironique, teinté de comique, d’emphase mélodramatique et de solennité » et décrit l’art de Balthus comme « celui qui laisse ses sujets en paix mais qui veut inquiéter le spectateur », par une étrangeté explorant rêveries et pulsions secrètes plus ésotériques qu’érotiques.


Nue,toile non datée de Balthus.

 

Balthust,le foulard blanc,1937.

 

NUDE WITH CAT, 1949, BY BALTHUS
[c NATIONAL GALLERY VICTORIA, MELBOURNE, AUSTRALIA/BRIDGEMAN]
Balthust,Jeune fille au voile
Balthust,L’écuyère,1944.
Balthust,Les enfants Blanchard ,1937,

 

Balthust,Nue,1957.
Balthust,Desnudo.

 

Balthust,La toilette de Georgette,1948-49.

 

Balthust,L’habillement de Cathy.

 

Balthust,La chambre.

 

Balthust,Nude with a Silk Scarf
Balthust,La fille au chat.

 


VIDEO: