République française:Que cherchent Macron, Zemmour et Charlie Hebdo ?

Le président français a marché pour la deuxième fois sur un râteau et a sa longue manche en pleine gueule. Les produits français sont exclus des rayons des magasins arabes et turcs; têtes coupées au milieu des pandémies; beaucoup d’animosité, de colère, des bruits de guerre civile. Vous l’avez voulu, Emmanuel Macron! Nous l’avons vu en 2015, pourquoi avez-vous rejoué le «Replay»? N’importe qui peut marcher, par erreur une fois, sur un râteau, mais pourquoi répéter cette erreur? Ce n’est pas le signe d’un gars intelligent, à moins que cette réponse ne soit exactement ce qu’il voulait.

Macron est sûrement un gars intelligent. Il avait quelques bonnes raisons pratiques de provoquer les musulmans français. Il n’est pas un homme idéologique, il voulait voler l’électorat d’extrême droite de Mme Le Pen, qui est connus pour haïr les étrangers, en tête desquels l’importante population musulmane de la république. Les musulmans ne correspondent pas à l’image que le Français se fait de lui-même, un homme mince en imperméable avec un béret su la tête et une baguette sous le bras. Il n’a pas été difficile de mettre en colère cette population musulmane, puis de manifester la poigne de fer de Macron en traitant avec eux, et voilà! les électeurs nationalistes sont dans la poche du président français.

Emmanuel Macron et Justin Trudeau:2 politiciens vendus à la cause mondialiste et serviteurs des Rotschild!

Le replay a été lancé par Charlie Hebdo. Ce petit magazine satirique, de peu de valeur artistique, publie généralement des caricatures de mauvais goût et de caniveau. Il ne survivrait pas sans des subventions et des garanties gouvernementales. Ce magazine  est si mineur qu’il ne serait même pas remarqué sans les médias grand public qui colportent son message jusqu’à la dernière banlieue d’immigrants. Maintenant, il a republié des caricatures désagréables du prophète Mahomet. Les immigrés et leurs enfants n’ont pas apprécié cette insulte préméditée à leur foi. Pensez à ce qui se passerait si vous vous moquiez en riant de l’Holocauste en présence d’une personne juive et vous comprendrez. Même les personnes paisibles et calmes n’aiment pas être offensées. Cependant, la publication était de peu d’importance, par opposition au soutien public et bien couvert de Macron. Il a célébré positivement cette publication et ajouté quelques phrases bien choisies et offensantes contre l’islam. Il a sonné le tocsin.

Tartuffe serait fier de Macron qui a déclaré que Charlie Hebdo est le véritable porteur de l’esprit républicain français et de son amour pour la liberté d’expression débridée. Ce serait déjà assez mauvais si c’était vrai, mais ce n’est pas le cas. La France et le monde entier sont maintenant au milieu d’une énorme offensive contre la liberté d’expression. Facebook bannit les comptes et supprime les publications, Google interdit les sites, le vénérable Unz.com [qui publie le présent article] a été à la fois banni sur Facebook et sur Google. Le président Trump a ses tweets supprimés ou ajoutés avec un avertissement « sanitaire » sur Twitter. La nouvelle loi haineuse proposée en Écosse ferait un crime d’exprimer des opinions susceptibles de causer de l’inconfort même à l’intérieur des quatre murs de votre propre maison. Pendant longtemps, dire des «choses haineuses» dans l’espace public a été un crime, et au Royaume-Uni, cent mille «crimes haineux» sont commis chaque année, selon la police de la pensée.

La France mène l’assaut contre la liberté d’expression.
L’écrivain français Hervé Ryssen a été emprisonné pour avoir critiqué les Juifs ; Un tribunal français a condamné Alain Soral à payer 158.500 $ à une organisation juive pour avoir republié un livre vieux de 128 ans – disent les récents titres. La nouvelle loi française interdit le «discours de haine» sur les réseaux sociaux. La loi oblige les plateformes et les moteurs de recherche à supprimer les contenus offensants – y compris le sectarisme religieux – dans les 24 heures ou à risquer une amende pouvant aller jusqu’à 1,25 million d’euros. Cette loi et d’autres lois « haineuses » sont appliquées pour défendre les Juifs, mais étrangement elles ne défendent pas les sensibilités musulmanes ou chrétiennes. [1]

Le rédacteur en chef de Charlie Hebdo est au courant de ces lois discriminatoires et les approuve. Un journaliste de Spiked raconte l’avoir rencontré: « Biard [l’éditeur] n’est pas en faveur d’un discours non réglementé. Il soutient les lois françaises qui interdisent la négation de l’Holocauste et sont favorables aux lois sur le discours de haine. Il approuve les poursuites contre le comédien français Dieudonné, qui a été arrêté à plusieurs reprises pour avoir déclaré que la Shoah n’était pas importante. Vous ne pouvez pas parler contre les juifs, mais attaquer la foi des pauvres immigrés musulmans est parfaitement normal, car ce sont des gens sans importance, et ils devraient apprendre qui est leur patron et quelle est la vraie foi de leur nouvelle patrie (un indice: ce n’est pas le christianisme). S’ils créent des problèmes, c’est encore mieux car ils peuvent être durement frappés.« 

Théoriquement, il est illégal en France d’insulter les croyances musulmanes (ou chrétiennes). La Cour européenne des droits de l’homme en avait statué  explicitement dans un arrêt dans l’affaire Otto-Preminger-Institut c. Autriche: «Le respect des sentiments religieux des croyants garanti par l’article 9 peut légitimement être considéré comme violé par des images provocantes d’objets de vénération religieuse, de telles images peuvent être considérées comme une violation malveillante de l’esprit de tolérance, qui devrait également être une caractéristique d’une société démocratique. »

Dans l’affaire Wingrove c.Royaume-Uni:
«… Le respect des sentiments religieux des croyants peut devenir la base de la restriction légale par l’État de la publication d’images provocantes d’objets de vénération religieuse.»

Dans l’affaire Pussy Riot c.Russie: «Étant donné que la présentation des requérants a eu lieu dans une cathédrale, lieu de culte religieux, la Cour considère que l’ingérence (de l’État) peut être considérée comme ayant pour but légitime de protéger les droits des tiers. »

De telles activités devraient être illégales, mais ne le sont apparemment pas. Cette injustice est une source d’aggravation: lorsque des musulmans se sont plaint devant le tribunal des caricatures particulièrement viles de Charlie, le tribunal s’est moqué d’eux de manière grossière. Par contre, les juifs gagnent presque toujours lorsqu’ils vont au tribunal contre leurs dénigrants. (Nota: j’ai également été poursuivi par la LICRA, l’organisme juif français, tandis que mon éditeur français était financièrement ruiné par leur guerre juridique )

Ainsi, la France (comme le reste de l’Occident) a très peu de liberté d’expression, et l’affirmation de Macron selon laquelle les dessins animés de Charlie devraient être célébrés comme un signe de Liberté semble particulièrement hypocrite et fausse, comme celle de George Bush Ils nous détestent pour notre liberté.
Comme si cela ne suffisait pas, Macron approuve la méchanceté de Charlie envers les Français musulmans. Dans les écoles, une leçon a été consacrée à l’éducation des enfants à la pornographie grossière des dessins animés. Il a été affirmé (et je n’ai aucun moyen de vérifier) ​​que le professeur de français assassiné avait montré des dessins animés se moquant du Prophète chaque année depuis 2015, comme il l’a fait cette année après le discours de Macron. Il aurait ajouté un autre dessin animé pornographique et suggéré que les musulmans pourraient quitter la salle de classe s’ils ne voulaient pas être offensés. J’imagine les cris  si un enseignant avait suggéré aux élèves juifs de quitter la salle. Les parents musulmans bouleversés sont allés voir la police et se sont plaints. L’enseignant a déposé une contre-plainte pour diffamation. Il est difficile de juger maintenant si l’enseignant tué a agi comme il était obligé de le faire par les autorités, ou s’il était particulièrement zélé pour délivrer ses cochonneries aux enfants.

Un jeune de 18 ans d’origine tchétchène (il vivait en France depuis l’âge de six ans) l’a tué et l’aurait décapité, et aussitôt le tueur a été abattu par la police. Cela a créé une vague de panique en France, Macron et Le Pen se sont lancés dans une concurrence obscène dans leurs appels à « punir les musulmans ». Certains extrémistes musulmans auraient attaqué des fidèles dans une église de Nice et en auraient tué trois ou quatre personnes. Cela a été décrié comme une action sous fausse bannière, visant à terroriser les gens pour qu’ils acceptent le nouveau verrouillage, par un site français radical de premier plan qui a appelé au “refus de reconduction (ou nouveau verrouillage) comme le seul véritable acte de résistance dans ces pays en ces temps troublés« .[2]

Cela pourrait être un faux drapeau, car aucun groupe musulman n’en a accepté la responsabilité, et en plus, les services secrets français ont une tradition de tuer les auteurs qu’ils ont envoyés pour accomplir l’acte, et le meurtre des jeunes Tchétchènes correspond à leur façon de faire. L’acte terroriste suivant, la fusillade sur un prêtre grec orthodoxe à Lyon, a également été attribué à des musulmans assoiffés de sang, jusqu’à ce qu’on découvre que le criminel était un ancien moine orthodoxe ayant une certaine rancune personnelle contre le prêtre; puis l’attaque de Lyon est miraculeusement tombée dans un trou de mémoire.

Macron fermait alors toutes les églises de France; apparemment, le gouvernement voulait créer le contexte d’une guerre religieuse des chrétiens contre les musulmans. Encore plus obscure est la raison pour laquelle les rebelles / terroristes tchétchènes ont été amenés en France, ainsi que les réfugiés / terroristes syriens, libyens et afghans qui ont participé aux guerres civiles sanglantes sur leurs terres. Ils étaient certainement dangereux.

Nous savons que les services de renseignement britanniques ont utilisé des réfugiés libyens aux antécédents douteux pour continuer à se mêler des affaires libyennes, et deux terroristes, Salman et Hashem Abedi, ont fui la Libye avec l’aide du gouvernement britannique à bord du navire de la Royal Navy britannique, le HMS Enterprise, pour tuer et blesser de nombreux Britanniques en 2017 à Manchester. Nous savons que les Russes ont demandé l’extradition de présumés terroristes tchétchènes d’Angleterre et de France, mais Français et Britanniques ont , évidemment, refusé.

Il est peu probable que ces terroristes endurcis aient été amenés en Europe occidentale dans l’espoir d’en faire des citoyens exemplaires, ou pour des raisons humanitaires. Il est plus probable qu’ils ont été amenés exactement dans le but de créer un réseau souterrain terroriste, pour faire peur aux citoyens et les amener à obéir. Tout comme le coronavirus, mais d’une autre manière. Certaines personnes se font tuer, mais le but est atteint: de nouvelles lois et actions  antiterroristes sont promulguées et mises en œuvre; plus de surveillance est introduite. Les gouvernements et leurs services de sécurité veulent nous faire peur, et le terrorisme est un moyen fiable pour cela. Tout cela fait partie de la guerre que les élites mènent contre les nations et contre des démocraties trop peu fiables.

Les élites sont mécontentes de nous, le peuple.  Comme le dit Frank Furedi : «Le mépris des élites pour les personnes qui ne votent pas conformément à leurs souhaits est l’un des principaux moteurs de l’hostilité des élites envers la démocratie aujourd’hui.» Ces élites espèrent que «le coronavirus tuera le populisme», lisez: la démocratie, ajoute-t-il.

Vous pouvez faire confiance aux Russes politiquement incorrects pour le dire clairement. Le grand banquier russe Herman Gref dans son discours franc au SPIEF 2012 a déclaré ce que ses partenaires occidentaux pensent mais ne diront jamais: “Je veux vous dire que vous dites en fait des choses terribles. Vous proposez de transférer le pouvoir entre les mains du peuple. Mais si les gens savent tout, il sera extrêmement difficile de les manipuler. Les gens ne veulent pas être manipulés lorsqu’ils ont des connaissances. C’est pourquoi la Cabale a été un enseignement secret pendant trois mille ans. Tout contrôle de masse implique un élément de manipulation. Comment vivre, comment gérer une telle société, où tout le monde a un accès égal à l’information, tout le monde a la possibilité de recevoir directement des informations à moins qu’elles n’aient été traitées par des analystes gouvernementaux? Comment vivre dans une telle société? Votre raisonnement me fait peur. ”

Herman Gref avait reçu une injection d’un sérum de vérité, ont déclaré les gens après avoir entendu son discours franc. ( Ici en russe). Peut-être.

Peut-être que l’idée même d’une immigration massive en provenance des régions ravagées par la guerre était liée au désir des élites de déclencher une guerre civile de faible intensité dans leur propre pays tout en détruisant la cohésion sociale acquise par des siècles de vie commune.

Nous allons maintenant passer à une raison plus profonde pour laquelle Macron a décidé jeter de l’huile sur le feu toujours étincelant des conflits.

Eric Zemmour, juif algérien, est un idéologue courant du nationalisme d’extrême droite français. Voici un court article en anglais donnant un aperçu de l’homme. L’Irish Times l’appelle à tort «le fils des Pied-Noirs  juifs », qui ont émigré d’Algérie lors de son indépendance. Ce n’est pas le cas: les Pied-Noirs étaient des colons français en Algérie, tandis que Zemmour est un juif d’origine algérienne. Au lieu d’être un juif assimilé comme il le prétend, il est plutôt un crypto juif (un juif dissimulant): bien qu’il soit un défenseur de la France catholique, il va dans une synagogue, évite le porc et ne consomme que casher (lois alimentaires juives) chez lui, mais pas à l’extérieur. Il dit qu’il était de gauche jusqu’à ce qu’il « découvre » les musulmans et commence sa propre guerre raciste contre eux.
Il est, et a été, autorisé à dire d’énormes insultes racistes et xénophobes sur les chaînes de télévision françaises grand public pour lesquelles n’importe qui d’autre serait arrêté et emprisonné. Il appelle à mettre fin à l’immigration (ce qui est raisonnable) mais il ne s’arrête pas là, il recommande des déportations massives et appelle en fait à une guerre civile contre les citoyens musulmans français, tout en se présentant comme un défenseur de la France catholique.

Son adversaire officiel, l’idéologue de la France libérale, est Bernard Henri Levi, BHL, un autre juif nord-africain, qui a joué un rôle déterminant dans la création de guerres civiles en Syrie et en Libye tout en encourageant les fanatiques islamistes de ces terres à renverser les régimes socialistes ou nationalistes laïques. Il est partisan de l’immigration et vit une partie de l’année à Marrakech, au Maroc.

Ces deux Juifs conduisent la France à des conflits religieux, agissant des deux côtés de la fracture politico-sociale française. Cela nous rappelle  Rothschild et Trotsky, un banquier impitoyable et un révolutionnaire fougueux, qui ont provoqué des conflits de classe des deux côtés de la fracture sociale, comme le voyait GK Chesterton?

C’est le point de vue d’un auteur franco-marocain, Youssef Hindi, ami et collaborateur d’Alain Soral. Il a affirmé que les Juifs ont systématiquement infiltré les élites musulmanes et chrétiennes afin de stimuler des guerres destructrices entre musulmans et chrétiens, au profit des seuls Juifs, qui pourront ainsi s’installer en Terre Sainte, chasser les habitants d’origine et établir un empire mondial de nations obéissant à Jérusalem, qui est le contenu ultime du messianisme juif.
L’Occident et l’Islam de Hindi a pour légende «Les sources messianiques et la genèse du sionisme de l’Europe médiévale au choc des civilisations».
Selon Hindi, le sionisme n’a pas commencé avec Théodore Herzl mais a des racines profondes dans l’eschatologie kabbalistique du Moyen Âge, véhiculée et nourrie par des générations successives de sages, de mystiques et de faiseurs de miracles.

Un tel sage était Don Isaac Abravanel (né en 1437), sujet du livre de Benzion Netanyahou, père du Premier ministre israélien et figure culte pour père et fils. Il a lancé l’ère du messianisme juif, dit un écrivain du Haaretz . Son idée, absorbée et acceptée par Benjamin Netanyahou, était l’appel à une catastrophe apocalyptique, une «guerre des monstres» entre Gog et Armilus – symbolisant les ismaélites (musulmans) et la chrétienté (comme Abravanel l’a décrit, par exemple, dans son ouvrage «MayaneiYeshua ”). Cette guerre se conclura par un affaiblissement des deux côtés et la montée des Juifs à la domination mondiale, symboliquement appelée «la fête du Léviathan».

Karl Schmitt, le grand philosophe de son temps, a déclaré en 1942 que les Juifs apprécient la lutte mondiale colossale entre les monstres, Léviathan (Grande-Bretagne et États-Unis) et Behemoth (Allemagne): Ils se frottent joyeusement les mains en attendant l’attrition mutuelle qui permettrait aux Juifs de dominer le monde, ou «La Fête du Léviathan». La guerre entre l’islam et la chrétienté qui se prépare actuellement en France permettra-t-elle la prochaine fête du Léviathan?
Peut-être.
Avner Ben-Zaken, un penseur israélien, a écrit dans son excellent traitement du sujet ( ici en anglais ) que Benjamin Netanyahou, lui-même grand adepte du messianisme catastrophique et partisan de la guerre d’Edom et d’Ismaël comme clé du salut des Juifs , s’est rendu en France au lendemain du premier épisode de Charlie et a encouragé les dirigeants juifs français à agir en les qualifiant de «nouveau collectif Isaac Abravanel». Deux ans plus tard, les dirigeants juifs français ont nommé Emanuel Macron président de la République, explique un écrivain juif français bloguant sous le nom de Tsarfat (nom hébreu de la France).

Dans un long article détaillé , Tsarfat raconte l’histoire de quelques juifs éminents (Alain Minc, Serge Weinberg, Jacques Attali et Bernard Mourad) se portant garant de Macron avec David de Rothschild. En 2011, Macron est devenu associé junior chez Rothschild, gagnant un salaire substantiel. Il valait chaque centime – il a trompé Le Monde, il a trompé le président Hollande, il a trompé l’État français, il a fait tout ce que Rothschild exigeait de lui et en retour, il a obtenu la présidence de la République. Il était le nouveau roi nommé par le nouvel Abravanel. Il doit maintenant livrer la guerre entre la chrétienté et l’islam, pour la gloire suprême d’Israël.

Eric Zemmour, le fougueux porte-parole de l’extrême droite, commentateur avec son propre créneau aux heures de grande écoute sur une grande chaîne de télévision, est l’homme idéal pour mener la France (et l’Europe) psychotique (grâce à la panique de Corona) dans une guerre de religion entre la chrétienté et l’Islam. Dans la guerre, les deux principaux opposants seront brisés et affaiblis, tandis qu’Israël avec son judaïsme-pour-Goyim, le credo de l’Holocauste  aura le dessus.

Eric Montana, journaliste chrétien français a écrit : “Zemmour est un agent double au service du choc des civilisations et du mouvement sioniste qui alimente un climat de tension permanente en France. Zemmour s’emploie à provoquer la division et à alimenter le feu en criminalisant outrageusement certains de nos compatriotes de confession musulmane, mettant ainsi en danger la paix civile dans notre pays. Zemmour est un danger public qui, malgré ses nombreuses condamnations pour incitation à la haine raciale et religieuse, reste scandaleusement présent dans les médias, bénéficiant sans aucun doute d’une protection invisible à l’œil nu… mais pourtant bien réelle. ”

Au moins, on peut dire que les opposants aux musulmans ne sont pas chrétiens. Car le magazine Charlie Hebdo est explicitement anti-chrétien et anti-musulman. On y trouve des caricatures les plus odieuses offensant la Vierge et le Christ, ainsi que le pape et l’Église. (Ils n’ont jamais offensé les Juifs, d’une manière ou d’une autre).

Un gouvernement chrétien agirait comme les Russes. Il y a quelques années, Pussy Riot a profané le Saint-Sauveur de Moscou comme Femen avait profané de grandes cathédrales européennes, de Notre-Dame de Paris à Strasbourg . Le gouvernement russe n’a pas attendu que justice soit rendue contre les viragos, mais les a condamné jusqu’à deux ans de prison. Dans le même temps, le droit pénal russe a été modifié pour inclure le «sacrilège» parmi les crimes ordinaires, par consentement général. Depuis lors, de tels crimes ne se produisent plus.

Dans la France de Charlie Macron, les Femen dépouillant les églises n’ont jamais été punis; mais un marguillier qui a essayé d’empêcher cela a été condamné à une lourde amende. La France a une longue tradition anti-chrétienne, généralement qualifiée de «laïque» , et sa grande coalition anti-ecclésiale d’athées, de huguenots et de juifs a fusionné à l’époque de l’affaire Dreyfus. Elle a également une église catholique forte, mais qui n’appelle pas à une guerre avec les musulmans.

La vraie vision chrétienne des développements a été exprimée par l’archevêque Théodose Atallah Hanna de Sébaste en Palestine (il m’a baptisé en 2002). Il a condamné le ciblage des musulmans en France et dans le monde à travers des peintures et des dessins animés dégradants. «Le discours de haine vise à servir la politique de division pour vaincre. Les chrétiens et les musulmans doivent cimenter une culture de fraternité et de solidarité et nous devons travailler ensemble, plus que jamais pour vaincre tous les plans et complots qui visent à nous diviser et à créer la discorde dans nos rangs », a déclaré l’évêque palestinien.

PS Une grande attention est accordée à la manière exotique de tuer par les terroristes présumés. En fait, la décapitation est aussi française que la soupe à l’oignon. La guillotine était la méthode d’exécution nationale préférée (comme la chaise électrique aux États-Unis). Les Français ont décapité leur roi et leur reine. Pendant la bataille d’Algérie, les paras français ont joué au football avec des têtes de rebelles hachées. [3]. Napoléon avait introduit la décapitation au Moyen-Orient, et non l’inverse. Au cours de sa campagne en Égypte, le général Bonaparte ayant appris un soulèvement dans un village avait ordonné à son adjudant Croisier de s’y rendre, d’entourer toute la tribu, de tuer tous les hommes sans exception, et d’amener femmes et enfants au Caire. Ses ordres ont été exécutés rapidement. De nombreux enfants et femmes conduits à pied sont morts en chemin et, quelques heures plus tard, des ânes chargés de sacs sont apparus sur la place principale du Caire. Les sacs ont été ouverts et les têtes des hommes exécutés de la tribu coupable ont roulé sur la place, a écrit l’historien. Devrions-nous dire que le poulet est rentré à la maison pour se percher?

Source : Charlie Hebdo Rides Again (Charlie Hebdo remis en selle)
Par  Israel Shamir • November 2, 2020; The Unz Review

Macron incite à l’islamophobie pour en faire un fonds de commerce électoral

A des fins politiciennes, le président français incite à la haine à l’encontre les musulmans.

Emmanuel Macron a déclaré samedi sur la chaîne Al-Jazeera qu’il comprenait les sentiments des musulmans choqués par la diffusion de caricatures offensantes du prophète Mahomet et qu’il nuançait sa défense absolue des dessins. « Je pense que les réactions sont le résultat de mensonges et de déformations de mes paroles car les gens ont compris que je soutenais ces caricatures », a-t-il expliqué.
Il s’agit là d’une reculade pour le président français et d’une victoire pour la campagne de boycott des produits français qui a balayé une grande partie du monde islamique.
Mais ce n’est pas suffisant. M. Macron doit des excuses claires à 1,7 milliard de musulmans pour les insultes qu’il leur infligées dans leur foi. Ce serait avant tout dans l’intérêt de la France elle-même, car la blessure causée par son président est profonde et le mal est déjà fait.

Les hommes d’État sont censés se comporter de manière responsable, choisir leurs mots avec soin et éviter les actions qui mettent en péril la sécurité et la stabilité de leur pays. Mais Macron s’est plus comporté comme un fauteur de troubles, un chef de gang ou un semeur de haine religieuse que comme le président d’un pays qui se targue de son héritage des Lumières et dont l’économie, touchée par la pandémie du coronavirus, est en mauvaise posture.

Il aurait pu imiter la Belgique voisine, qui a licencié un enseignant qui avait montré ces images obscènes à sa classe de 10-11 ans. Ou il aurait pu réagir comme le Canadien Justin Trudeau, qui a déclaré que la liberté d’expression devait avoir des limites et que les Occidentaux devaient respecter les cultures des autres et essayer d’éviter de blesser leurs sentiments.

Au lieu de cela, l’obsession de Macron de gagner des avantages politiques nationaux l’a poussé à adopter une attitude colonialiste hautaine qui ne peut que nuire à l’économie et à la position internationale de la France.

Si quelque chose de bon est ressorti de sa rhétorique anti-islamique provocatrice, c’est qu’elle a uni les musulmans du monde entier, indépendamment de leur appartenance sectaire ou de leur couleur politique, dans une cause commune.

Le Koweït a donné l’exemple de ce qu’une action populaire concertée de ce type peut accomplir. Le contrecoup a conduit à la « suspension » du commerce bilatéral, évalué à 12 milliards de dollars par an.
Le potentiel de dommages supplémentaires est bien plus important, étant donné que les États du Golfe à eux seuls ont investi quelque 300 milliards de dollars en France.

Nous mentionnons ces chiffres parce que nous savons que rien ne préoccupe et ne blesse plus les États capitalistes occidentaux que d’être frappés à leur porte-monnaie. C’est la raison pour laquelle Macron a décidé de commencer à faire machine arrière dans une tentative désespérée de désamorcer la crise et de limiter les dégâts.

Mais sa démagogie raciste et sa myopie politique ont déjà provoqué un énorme schisme entre son pays et le monde islamique, qu’il faudra des années pour combler. La première étape, et la plus importante, pour y parvenir est de présenter des excuses claires et nettes.

Par Abdel Bari Atwan,
rédacteur en chef du journal numérique Rai al-Yaoum. Il est l’auteur de L’histoire secrète d’al-Qaïda, de ses mémoires, A Country of Words, et d’Al-Qaida : la nouvelle génération.

Source et Traduction : Chronique de Palestine – Lotfallah

Version originale : 1° novembre 2020 – Raï al-Yaoum


NOTES 

Rappel :  Incroyable : Macron fait coïncider le début de la levée du confinement avec la fête juive de Lag Baomer (fin d’une épidémie)

“Le confinement le plus strict doit encore se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai”, a déclaré Emmanuel Macron. “Le lundi 11 mai ne sera possible que si nous continuons d’être civiques, responsables, de respecter les règles et que si la propagation du virus a effectivement continué à ralentir”, a-t-il ajouté. Le 11 mai tombe au même moment que la fête juive du Lag Baomer qui célèbre la fin d’une épidémie qui décima les disciples du grand sage Rabbi Akiva.

Le Talmud relate que, dans les semaines entre Pessa’h et Chavouot, une épidémie frappa les disciples du grand sage Rabbi Akiva “parce qu’ils ne se comportaient pas avec respect les uns envers les autres” ; ces semaines sont donc considérées comme une période de deuil, ce qui implique que certaines formes de réjouissances y sont interdites par la loi et la tradition. Le jour de Lag BaOmer, l’épidémie cessa.

[1] « Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. » Voltaire

[2] La politique du pire: attentat sous faux drapeau à Nice et dans d’autres pays pour faire passer le confinement

l’État profond en France poursuit la politique du pire. Après avoir fomenté un attentat à Bab al-Hawa à la frontière entre la Syrie et la Turquie, puis un attentat à Khost en Afghanistan, demeurés sans impact médiatique en Hexagone, il passe à l’action en France en visant un lieu symbolique, une église dans un ville dont l’exécutif est totalement acquis à la secte au pouvoir.

Cette attaque au couteau selon la narration de la propagande officielle est trop flagrante et démontre la volonté du pouvoir d’Etat français à terroriser les population pour faire passer par la force un reconfinement qui ne passe pas et qui corrobore la grande manipulation autour du COVID-19.
Les églises n’ont jamais été une cible des islamistes mercenaires de l’OTAN mais il semble que la secte de Macron veut attiser tous les faux clivages possibles à défaut de les créer de toutes pièces. Macron sera le fossoyeur d’une république en fin de vie.
C’est une opération de diversion qui ne sera pas la dernière pour un pouvoir en plein dérive dictatoriale et criminelle au profit d’un ordre mondial en perte de vitesse.
Face à cette réincarnation du régime de la Terreur, lequel a été derrière plus d’un génocide en France et ailleurs, il faut absolument refuser le reconfinement.
Le refus du reconfinement est le seul acte de résistance réel en ces temps troublés.

Source : Strategika51

 [4] La France en Algérie. Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
Quand la France affichait fièrement des maghrébins décapités
Les guillotinés des guerres françaises en Algérie

« Dès lors qu’on avait arrêté quelqu’un, il fallait qu’il soit coupable. Quand une bombe avait éclaté, si on attrapait un type et qu’on trouvait qu’il avait la tête du client, on ne s’en embarrassait pas plus », témoignage de Jean-Claude Périer, membre du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) en 1956.

FRANCE : des primes pour « décapitations d’indigènes »
« … Un plein baril d’oreilles… Les oreilles indigènes valurent longtemps dix francs la paire et leurs femmes, demeurèrent comme eux d’ailleurs, un gibier parfait… » (1). C’est en ces termes choisis qu’un général français racontait les exploits de ses troupes pendant la guerre de conquête de l’Algérie (2).
 «… Tout ce qui vivait fut voué à la mort… On ne fit aucune distinction d’âge, ni de sexe… En revenant de cette funeste expédition plusieurs de nos cavaliers portaient des têtes au bout de leurs lances… ».

 

 

Que se passe-t-il dans la tête de Macron? Sait-il ce qu’il fait? Que veut-il au juste?

Ces questions, tout le pays se les pose, à part peut-être quelques initiés ou commanditaires, les nantis comme les sans dents, surtout après l’annonce, toute en douceur et délicatesse, du second confinement qui va nous achever, avec l’habituel mélange lénifiant de vérités, de mensonges, de contradictions et d’autosatisfaction.

Entre parenthèses, et sans vouloir faire une comparaison hasardeuse qui pourrait me mener en prison, car notre élite adore la liberté d’expression tant qu’elle n’en fait pas les frais, notez que sous l’affabilité de Pol Pot, sous l’exquise courtoisie qui le faisait apprécier de tous, se cachait un idéologue psychopathe qui n’a pas hésité à sacrifier des millions de vie pour libérer son pays des séquelles physiques et morales de la colonisation, et restaurer son prestige passé, sur le modèle de la glorieuse civilisation de l’Empire d’Angkor. Je ne sais pas si Macron finira par faire autant de dégâts, cela dépend de sa réélection, mais nous savons désormais que sous ses manières doucereuses et son amabilité de surface, se cachent une grande dureté de cœur, un égoïsme triomphant et une totale absence de sens commun.

Pour revenir à nos moutons, c’est le cas de le dire, il fallait voir la tête des habituels suppôts du pouvoir réunis sur les plateaux TV à la fin du discours de leur maître vénéré. Ils étaient atterrés, assommés, incrédules et perplexes. Pour une fois, ils doutaient ; pour une fois, ils ne savaient plus quoi dire, mais on pouvait les entendre penser : Qu’est-ce que c’est que ça ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’est-ce qu’il fout ?

Trois hypothèses se disputent le terrain :

 

Macron est fou, comme semble le penser Erdogan qui lui a enjoint d’aller « faire des examens de santé mentale ». Il agit et réagit au gré de ses caprices déments, délirants, comme Néron autrefois, en profitant du pouvoir dictatorial que lui donne la 5ième République.

Macron est en mission, comme il l’a expliqué lui-même à un cinéaste en 2016:

« Est-ce vous êtes en mission?

– Oui! … Je n’ai jamais eu le sentiment que je faisais une carrière. Et depuis que je suis rentré dans le champ politique, je vis ça comme une mission.

– Il y a une dimension de spiritualité ? relance alors le réalisateur du documentaire, derrière la caméra, Pierre Hurel.

– Il y en a une. Et en tout cas la conviction qu’il existe une transcendance, oui. Quelque chose qui dépasse. Qui vous dépasse. Qui vous a précédé, et qui restera. »

— Macron veut tout simplement se faire réélire et il profite, au coup par coup et sans le moindre scrupule, de ce qui lui permet de se faire passer pour le Sauveur de la nation. Le COVID-19 est une opportunité formidable de mettre le pays au pas, de se dédouaner de tout le mal qu’il a fait aux Français et à la France en le mettant sur le dos de l’épidémie, et de distribuer des milliards d’argent magique à de potentiels électeurs, une forme de clientélisme à grande échelle.

Personnellement, je dirais que c’est un peu des trois, car il faut être fou pour se croire investi d’une Mission quasi divine et il faut détenir le pouvoir, et un pouvoir quasi absolu, pour espérer la mener à bien…

Depuis quelques temps, je lis l’Actu en continu du Collectif du même nom qui fait une revue de presse de gauche sur Mediapart.

Je me suis rendu compte que chaque édition de cette revue permettait au lecteur, d’avoir un très bon aperçu de la politique nationale et internationale. J’ai utilisé l’édition des 28 et 29 octobre 2020, pour construire cet article. Je me suis concentrée sur la politique intérieure française et vous verrez que cette seule édition nous apprend à peu près tout ce que nous devons savoir pour comprendre ce qui se passe en France et nous faire une idée assez précise de ce que notre mal-aimé président cherche à faire et pourquoi. J’ai utilisé les articles que j’ai trouvés dans la revue pour dresser un tableau, une sorte de grille de lecture, de la situation et des objectifs de Macron et de « L’aristocratie stato-financière » , comme Emmanuel Todd appelle les hauts-fonctionnaires qui dirigent le pays et dont Macron est la quintessence.

 

1. « L’aristocratie stato-financière » étend ses tentacules

Selon un article de l’IREF intitulé Quand les professions libérales implorent le joug de l’État « la machine macronienne poursuit pourtant de manière méthodique sa politique illibérale tendant à renforcer sans cesse l’emprise de l’Etat sur la société. »
Cette fois, ce sont les régimes d’indemnité maladie qui seront étendus aux professionnels libéraux. Macron en rêvait sans savoir comment y parvenir. Le COVID-19 lui en offre l’opportunité, au prétexte que « pendant la crise sanitaire, bon nombre de professionnels, tels des infirmières, des avocats, des architectes, ont été empêchés de travailler. »

2. « L’aristocratie stato-financière » se débarrasse des organismes de contrôle indépendants

Cette fois, c’est l’Observatoire de la sécurité des établissements scolaires. Le Café pédagogique s’en indigne en titrant : Ils ont osé !

3. « L’aristocratie stato-financière » ne respecte pas les lois

— Selon la Quadrature du Net, la police continue sa surveillance par drone malgré une interdiction :

« Malgré une interdiction prononcée par le Conseil d’Etat en mai dernier, la Quadrature du Net affirme que les forces de l’ordre continuent d’utiliser des drones pour capter des images lors de manifestations. Pour enjoindre le préfet d’arrêter cette pratique, l’association vient de déposer un référé devant le tribunal administratif de Paris. »

– Selon les Echos, les heures supplémentaires de la fonction publique ne sont toujours pas payées: 41,5 millions d’heures supplémentaires « stockées » dans la police et à l’hôpital selon la Cour des comptes.

4. « L’aristocratie stato-financière » continue de détruire méthodiquement les services publics

Le Café pédagogique, écœuré, en est réduit à faire de l’humour noir :

« « Choyée » par le gouvernement, « priorité » du président de la République, l’éducation connait pourtant une baisse constante dans la dépense du pays. C’est ce que montre une Note de la Depp. Elle ne représente plus que 6.6% du PIB national contre 6.8% en 2017 » et « le salaire statutaire des enseignants français du primaire et du secondaire est inférieur de 18% à la moyenne des pays OCDE. »

Selon le Dr Prudhomme interrogé par Le Média dans une vidéo intitulée COVID-19 : Nouveau naufrage sanitaire, en mars, il y avait 5000 lits de réanimation, malgré la promesse d’en avoir 12 000 lors de la « deuxième vague », il n’y en a toujours que 5000 et l’hôpital fonctionne toujours à flux tendus, c’est-à-dire sans réserves et sans stocks.

5. « L’aristocratie stato-financière » fait exploser la dette

« Les milliards de soutien à l’économie propulsent l’endettement de la France à des niveaux record. Dans quelle mesure cette dette est-elle gérable ? Faudra-t-il un jour rembourser tout cet argent ? » La réponse avec Jacques Sapir

Comme l’explique très bien Bastien Lachaud dans la vidéo : Pas de politique sanitaire sans solidarité sociale.

 

Source : La dette publique de la France a explosé depuis le confinement (détail), le 25 septembre 2020

Les tarifs augmentent « Gaz : une hausse de 1,6% des tarifs réglementés d’Engie en novembre » et se libéralisent :

« La loi prévoit l’extinction progressive d’ici à 2023 des tarifs réglementés de vente (TRV) du gaz. Engie a de ce fait cessé de commercialiser des contrats de ce type, mais continue pour l’instant d’appliquer ces tarifs aux consommateurs en bénéficiant déjà. À l’avenir, il ne restera plus que des offres dites de marché, aux prix fixés librement par les fournisseurs. »

Par contre, « Les règles du chômage partiel classique se durcissent à partir du 1er novembre. Les salariés et les employeurs seront moins bien indemnisés. C’est le deuxième tour de vis depuis le début de la crise. »

Et les mesures anti-pauvreté ne convainquent personne :

« Selon l’association ATD Quart Monde qui réclamait l’augmentation des minima sociaux, les choix de l’exécutif relèvent d’un “mépris” et d’une “logique éculée consistant à opposer les bons pauvres, à qui l’on donnerait un coup de pouce pour les aider à retrouver le marché de l’emploi, et les mauvais pauvres, à qui l’on distribuerait des miettes.

Pas davantage écouté par le gouvernement, Laurent Berger le secrétaire général de la CFDT, réclamait pour sa part une hausse de 100 euros du revenu de solidarité active (RSA) et la création d’“un RSA pour les jeunes” de moins de 25 ans. »

7. Pour faire passer la pilule, « l’aristocratie stato-financière » a une potion magique : le dialogue social

« Le dialogue social représente le meilleur antidote à la crise » titre BFM, citant « le chef du gouvernement » qui se tient prêt apparemment à endiguer « une vague de plans sociaux » (euphémisme néo-libéral pour licenciements et chômage), grâce à sa maîtrise parfaite de la communication.

8. « L’aristocratie stato-financière » a aussi des mercenaires zélés pour détourner notre attention

  • En nous faisant croire que c’est pire ou pareil ailleurs

Le Soir titre : Semi-confinement dans une Allemagne qui a perdu le contrôle du coronavirus » alors qu’en réalité l’Allemagne va fermer simplement ses restaurants et ses centres sportifs et culturels.

  • En nous faisant croire que le confinement a pour but de « sauver Noël »

Nous on a compris et on se soumet de bonne grâce, mais les Italiens qui sont des idiots irresponsables se rebellent.

  • En nous faisant rêver débout

Sur le proche démantèlement des GAFA : « La pression s’accroît pour que Google, Facebook ou Apple soient séparés en plusieurs entités pour limiter les entraves à la concurrence. Sur le papier, les solutions sont simples. Mais les géants de la tech vont se battre ». Sans blague ?

– Ou sur une UE unie et protectrice. L’UE propose un renforcement coordonné de la lutte contre le coronavirusselon la Tribune.

  • En nous désignant des boucs émissaires : les musulmans, cela va de soi et désormais les islamo-gauchistes, alors que le vrai coupable, c’est, comme dit Hervé Kempf, le « capitalofascisme, qui abandonne les idéaux républicains de liberté, d’égalité et de fraternité pour maintenir un ordre inégal, destructeur de la biosphère, et écrasant les libertés publiques. »

9. Le triomphe de l’hyper-capitalisme financier

Si « l’aristocratie stato-financière » incarnée par Macron, peut faire tout ce qu’elle veut, sans rencontrer d’opposition, n’est-ce pas parce que le monde de Macron, l’ordre mondial du 21ème siècle, a déjà triomphé, comme le dit Olivier Passet ?

« Nous ne sommes pas aujourd’hui à la fin d’un monde, mais bien à son apogée … Jamais le grand rêve de la finance de marché de reporter les risques sur les autres agents, et notamment sur les personnes et de s’immuniser contre les aléas de l’économie réelle n’a atteint un tel degré. Si l’on veut avoir une preuve, il suffit de regarder les cours de bourse et tout ce qui a été mis en œuvre pour obtenir un résultat aussi improbable … Les fonds de gestion d’actifs ont plus que jamais la main sur les choix d’investissement, autrement dit sur la construction du monde de demain. »

10. Alors c’est quoi la Mission de Macron ?

Ne peut-on pas conclure de tout ce qui précède que la Mission de Macron – et de l’aristocratie stato-financière française – est de nous « émanciper » de nos acquis sociaux, de nos protections sociales et de nos libertés, pour que, dépouillés de ces encombrants archaïsmes, nous puissions enfin entrer au paradis de « l’ordre mondial du 21ème siècle » qu’il nous a promis, un ordre dominé par le Grand Capital financier et technologique dans lequel nous serons tous ubérisés, vaccinés, tracés et robotisés pour notre plus grand bien ?

C’est la Mission quasi-transcendantale que Macron s’est donnée, et il l’accomplira quoiqu’il nous en coûte, soyez-en sûrs.

 

Voici les 39 Français les plus riches (en milliards de dollars) pour lesquels « Macron est en mission »  :

 Classement Prénom / Nom Fortune en  Mds Dollars Entreprise
#1 Bernard Arnault & family 76 LVMH
#2 Francoise Bettencourt Meyers & family 48,9 L’Oréal
#3 François Pinault & family 27 Kering
#4 Alain Wertheimer 17,1 Chanel
#5 Gerard Wertheimer 17,1 Chanel
#6 Emmanuel Besnier 12,7 Lactalis
#7 Patrick Drahi 7,1 Altice télécom
#8 Rodolphe Saadé & family 7 Transport et logistique
#9 Xavier Niel 6,1 Internet et télécom
#10 Alain Merieux & family 5,9 Industrie pharmaceutique
#11 Laurent Dassault 4,7 diversified
#12 Olivier Dassault 4,7 diversified
#13 Thierry Dassault 4,7 diversified
#14 Marie-Hélène Habert 4,7 diversified
#15 Jean-Michel Besnier 4,4 Fromages
#16 Marie Besnier Beauvalot 4,4 Fromages
#17 Marc Ladreit de Lacharriere 4,4 Finance
#18 Jean-Pierre Cayard 3,7 Liquoreux
#19 Vincent Bolloré & family 3,5 Investissements
#20 Mohed Altrad 3,3 Bétonnières
#21 Nicolas Puech 3,1 Hermes
#22 Carrie Perrodo & family 3 Huile
#23 Martin & Olivier Bouygues 3 Construction et médias
#24 Pierre Bellon & family 2,8 Sodexo
#25 Michel Leclercq & family 2,6 Decathlon
#26 Philippe Foriel-Destezet 2,5 Adecco
#27 Philippe Ginestet 2,2 Gifi
#28 Gilles Martin 2,2 Service de laboratoires
#29 Charles Edelstenne 2,1 Aviation
#30 Christian Latouche 2,1 Service de comptabilité
#31 Clement Fayat & family 1,6 Construction
#32 Bernard Fraisse 1,6 Fareva
#33 Louis Le Duff 1,4 Alimentaire
#34 Norbert Dentressangle 1,4 Transport et logistique
#35 Alain Taravella 1,3 Immobilier
#36 Anne Beaufour 1 Ipsen 
#37 Henri Beaufour 1 Ipsen 
#38 Francis Holder 1 Paul
#39 Edouard Carmignac 1 Société  de gestion

Pour terminer, quelques citations du génial Voltaire :

 « Partout les faibles ont en exécration les puissants devant lesquels ils rampent, et les puissants les traitent comme des troupeaux dont on vend la laine et la chair. »
   Voltaire, Candide, XX, p. 126 ULB

 « – Quoi! vous n’avez point de moines qui enseignent, qui disputent, qui gouvernent, qui cabalent, et qui font brûler les gens qui ne sont pas de leur avis? »
   Voltaire, Candide, XVIII, p. 110 ULB

– “L’art de gouverner consiste à prendre le plus d’argent possible à une catégorie de citoyens afin de le donner à une autre”

caricature musulmane de Macron…non-censurée!

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial vs les Triades:Une volonté de renverser les États-Unis

Le 25 mai 2020, à Minneapolis, Minnesota, un officier de police, Derek Chauvin, qui avait déjà déposé 18 plaintes contre lui, a tué un Noir, George Floyd, en s’agenouillant sur le cou pendant près de neuf minutes.

WASHINGTON, DC – JUNE 22: Protesters pull down a fence surrounding the statue of Andrew Jackson in an attempt to pull the statue down in Lafayette Square near the White House on June 22, 2020 in Washington, DC. Protests continue around the country over police brutality, racial injustice and the deaths of African Americans while in police custody. .
La destruction ou la suppression de statues par la foule apparaît comme une tentative d’effacer l’histoire des États-Unis … Ce qu’ils font ressemble à une prise de pouvoir à l’ancienne. La première loi des accapareurs de pouvoir est que si personne ne les arrête, ils continuent – souvent avec des conséquences catastrophiques. Sur la photo: des manifestants abattent une clôture entourant la statue d’Andrew Jackson, dans une tentative de renverser la statue de Lafayette Square, près de Black Lives Matter Plaza à Washington, DC, le 22 juin 2020

Les manifestations de colère à Minneapolis se sont rapidement transformées en émeutes qui ont ravagé la ville. La police n’est pas intervenue; le maire leur avait ordonné de se retirer et de ne rien faire.

De nouvelles manifestations ont rapidement éclaté dans les grandes villes du pays et ont rapidement entraîné un désordre généralisé. Dans les villes jumelles de Minneapolis et de St. Paul, 1 500 bâtiments ont été vandalisés, pillés ou détruits. Encore une fois, la police n’a pas fait grand-chose pour intervenir: les maires de la plupart des villes ont demandé à la police d’agir avec retenue .

Les émeutiers ont attaqué des églises et des synagogues et pillé des magasins, appartenant souvent à des propriétaires minoritaires dans des quartiers en détresse.

Les émeutes ont pris fin, mais les dégâts ont été immenses. Une zone du centre-ville de Seattle qui a été prise, la zone « CHAZ » ou « CHOP », a depuis été dissoute, mais un effort de copie pour reprendre une zone s’est installé à New York, près de l’hôtel de ville.

Des statues ont été attaquées dans tout le pays – d’abord des statues confédérées , puis des hommages à Abraham Lincoln , Thomas Jefferson et George Washington . D’éminents politiciens ont soutenu les émeutiers. Le maire de Boston a déclaré qu’il voulait retirer d’une place de la ville une statue de Lincoln debout devant un homme noir libéré. Les membres du Conseil de la ville de New York ont demandé qu’une statue de Thomas Jefferson soit retirée de l’hôtel de ville. À Portland, en Oregon, une statue de George Washington a été abattue et incendiée. Des statues de Christophe Colomb ont été renversées et certaines décapitées .

La destruction ou la suppression de statues par la foule apparaît comme une tentative d’ effacer l’histoire des États-Unis et de traiter de grands hommes comme Abraham Lincoln, qui a aboli l’esclavage, George Washington, premier président des États-Unis ou Thomas Jefferson , troisième président des États-Unis. États et auteur de la Déclaration d’indépendance, comme s’ils étaient irrémédiablement méprisables. Ce qu’ils font ressemble à une prise de pouvoir à l’ancienne. La première loi des accapareurs de pouvoir est que si personne ne les arrête, ils continuent – souvent avec des conséquences catastrophiques.

« Pourquoi est-ce que je m’inquiète même de voir de petites statues idiotes tomber ou de changer de noms de petites rues? » a demandé Elizabeth Rogliani, qui a vécu la transition du Venezuela vers le communisme.

« [Q] uand je vivais au Venezuela. Des statuts sont descendus – Chavez ne voulait pas que cette histoire soit affichée. Et puis il a changé les noms des rues. Puis est venu le [programme scolaire]. certaines chaînes de télévision, etc., etc.

« Nous ne pensions pas que cela pourrait nous arriver. La plupart des Vénézuéliens – les Cubains nous ont prévenus – et nous nous sommes dit: » C’est le Venezuela, nous connaissons la liberté. Cela ne se produira pas ici.  » Pourtant, c’est arrivé. Et il y a littéralement beaucoup de gens qui veulent détruire les États-Unis « 

Deux mouvements ont été actifs dans la violence. L’un est Antifa , qui a été appelé « un mouvement de milice marxiste / anarchiste révolutionnaire qui cherche à renverser les États-Unis par la violence et l’intimidation ». Antifa, bien qu’il se prétende antifasciste, se comporte de manière fasciste .

L’autre mouvement, Black Lives Matter , a été fondé en 2013 par trois femmes noires , Alicia Garza , Opal Tometi et Patrisse Cullors . Cullors a déclaré qu’elle et Garza étaient des « marxistes de formation ». Le manifeste fondateur de Black Lives Matter, publié en 2016 (puis retiré du site BLM), décrit les États-Unis comme une « démocratie corrompue fondée à l’origine sur le génocide des autochtones et l’esclavage des biens mobiliers » qui « continue de prospérer grâce à l’exploitation brutale des personnes de couleur ». et cela perpétue « les vilaines traditions américaines du patriarcat, du classisme, du racisme et du militarisme ». En décembre 2014, un sloganlors d’une manifestation Black Lives Matter organisée par le National Action Network d’Al Sharpton, était: « Que voulons-nous? Des flics morts. Quand le voulons-nous? Maintenant. »

Si Antifa est largement rejeté, Black Lives Matter ne l’est pas. Son nom est devenu un slogan sur les murs, les devantures de magasins et les restaurants. Les affiches disent:  » Pas de justice, pas de paix . »

Il y a de nombreux appels au financement ou à l’abolition de la police. Le conseil municipal de Minneapolis a en effet voté le 6 juin la dissolution de ses forces de police. Le maire de New York, Bill de Blasio, a coupé 1 milliard de dollars du budget de la police de New York à 6 milliards de dollars. Au moins six autres villes ont également réduit les budgets de la police.

Ce qui semble vouloir gagner en influence, c’est un souhait – né avant les émeutes – de réécrire l’histoire des États-Unis. Le New York Times, par exemple, a lancé le 14 août 2019  » The 1619 Project « . Son auteur, Nikole Hannah Jones, a écrit que les États-Unis avaient été fondés sur l’esclavage et étaient donc – vraisemblablement toujours – coupables de « racisme structurel ».

D’éminents historiens, Gordon Stewart Wood , récipiendaire du prix Pulitzer pour l’histoire de 1993, et James M. McPherson , ancien président de l’American Historical Association, ont noté que le projet 1619 était fondé sur des « affirmations trompeuses et historiquement inexactes ». Le 17 juin, le sénateur Tim Kaine, démocrate de Virginie, a dit de façon ridicule que les États-Unis avaient « créé l’esclavage ».

« Les réparations », a commenté l’ auteur et l’avocat Larry Elder sur le sujet, « sont l’extraction d’argent de ceux qui n’ont jamais été propriétaires d’esclaves à donner à ceux qui n’ont jamais été esclaves ».

« Chaque vie compte », a déclaré l’ ancien président de la Chambre des représentants américaine Newt Gingrich. Si seulement.

L’idée qu’aux États-Unis il existe un « racisme structurel » ( défini par l’Institut Aspen comme « un système dans lequel les politiques publiques, les pratiques institutionnelles, les représentations culturelles et d’autres normes fonctionnent de diverses manières, renforçant souvent les moyens de perpétuer l’inégalité des groupes raciaux » ) a conduit, semble-t-il, à une forme d’expiation obsessionnelle. Les films ont été supprimés des services de streaming. Autant en emporte le vent sera désormais affiché avec un avertissement de cinq minutes . (Une minute n’aurait pas suffi?)

Le film n’est probablement que le premier sur une liste qui s’allonge. Un journaliste de Variety a récemment énuméré « 10 films problématiques qui pourraient utiliser des étiquettes d’avertissement ». Ils incluent Forrest Gump: pendant un bref instant, le personnage principal est décrit, de façon ironique, comme ayant été nommé d’après un membre du Ku Klux Klan. Les marques de produits de consommation , telles que le riz d’oncle Ben et le sirop de tante Jemima, voient leurs noms et logos changer brusquement. Princeton a voté pour radier le nom de Woodrow Wilson de son école de politique publique. Des demandes ont été faites pour que les universités et les entreprises montrent qu’elles ne sont pas racistes en déclarant leur soutien à Black Lives Matter. Beaucoup se sont pliés à la demande.

Le 12 Juin, moins d’un mois après l’assassinat de George Floyd, un autre policier blanc, Garrett Rolfe, à Atlanta, en Géorgie, tiré et tué un homme noir, Rayshard Brooks. Les policiers arrêtaient Brooks pour conduite en état d’ivresse et après un échange cordial avec les policiers, il a résisté de façon inattendue à l’arrestation et a saisi un Taser à l’un des policiers. Il a commencé à courir, mais quand il s’est retourné et a tiré le Taser sur Rolfe, Rolfe a tiré et l’a tué. Rolfe a été renvoyé des forces de police sans procédure régulière et inculpé de meurtre pour crime, passible de la peine de mort. Bien que les enregistrements vidéo de l’événement ont été largement diffusés, procureur Paul Howard a tenté de réclamationque Brooks était calme et « gai ». Il a ajouté qu’un Taser n’est pas une arme mortelle – après avoir dit quelques semaines plus tôt qu’il l’était.

Entre-temps, à Chicago , entre le 12 et le 15 juin, un homme noir a été tué par balle par un autre homme noir et 32 ​​autres ont été blessés par balles. Malheureusement, en ce qui concerne la violence noir sur noir , personne ne semble s’en soucier.

Ce qui semble fondamentalement être au travail n’a rien à voir avec les vies noires ou la police. C’est une volonté de renverser les États-Unis. Ce désir inclut les institutions américaines, tout ce sur quoi les États-Unis sont fondés et les États-Unis eux-mêmes.

La déclaration « Black Lives Matter » suppose dès le départ que, pour la police, le système judiciaire et tout le monde, les vies noires n’ont pas d’ importance. Ce qui est si remarquable et tragique, c’est que les vies noires ne semblent avoir d’importance que si elles ont été prises par une personne blanche … Malheureusement, en ce qui concerne la violence noir sur noir, personne ne semble s’en soucier.

Un fonctionnement démocratique normal signifie que les électeurs d’une ville paient des impôts et élisent un maire pour prendre soin de la ville, pour assurer la sécurité de ses habitants et de ses biens – pour ne pas laisser la ville sombrer dans l’anarchie et la destruction. Lorsque, face à la violence, un maire demande à un service de police de ne pas agir, permettant ainsi à la violence de se produire, il est non seulement complice de la dévastation, mais également délinquant dans l’exercice de la fonction pour laquelle il a été élu .

Bien que la plupart des policiers soient généralement décents et désireux de protéger la communauté, et mettent quotidiennement leur vie en danger, s’ils utilisent une violence inutile, le problème doit être résolu. Malheureusement, ce n’est parfois pas le cas. Les syndicats de police peuvent faire beaucoup de bien, mais en cas de litige, ils nécessitent un «arbitrage» – souvent malgré une mauvaise conduite . Dans certains services de police, il est presque impossible de licencier quiconque devrait être licencié; il peut, au contraire, être envoyé dans un autre quartier. (Un problème similaire existe avec les syndicats d’enseignants pour les enseignants inacceptables.)

La semaine dernière, une loi fédérale recommandant des réformes policières a été proposée par le sénateur Tim Scott, un républicain de Caroline du Sud. Les démocrates de la Chambre, refusant même d’en discuter, ont bloqué la mesure. Plus tard, les démocrates de la Chambre ont présenté leur propre projet de loi de réforme , mais il semblait viser davantage à éliminer les forces de police qu’à les réformer.

« Le projet de loi restreindrait les restrictions et interdirait aux agents fédéraux de mener des raids de drogue sans heurts. Il limiterait les transferts de matériel militaire à la police, créerait un registre d’inconduite des officiers, mettrait fin à l’immunité qualifiée contre les poursuites et abaisserait le seuil pour poursuivre les officiers fédéraux s’ils le montraient. » « mépris téméraire » de la vie de quelqu’un. « 

Et si chaque fusillade impliquant un officier était suivie d’une poursuite? Pourquoi quelqu’un s’inscrirait-il un jour pour un emploi qui le mettrait en danger? « Porte tournante » des politiques doivent déjà se sentir si vaincre: un officier de police met sa vie en danger pour faire une arrestation, seulement pour trouver la personne arrêtée en arrière dans la rue peu après. Les démocrates de la maison semblaient seulement vouloir empêcher les républicains d’avoir une victoire et une question sur laquelle se plaindre au lieu d’une solution. (La même pensée politique semble également expliquer pourquoi tant d’enfants américains ne sont pas en mesure de recevoir une éducation scolaire de qualité.)

La question se pose alors: les politiciens qui prétendent vouloir aider les communautés en détresse sont-ils ceux-là mêmes qui maintiennent les communautés en détresse en détresse – et dans un état perpétuel de tendre la main à ces mêmes politiciens pour des promesses d’aide suspendues?

Malheureusement, toujours et partout, l’ absence de police – par exemple en les remplaçant par des travailleurs sociaux – entraînera une explosion de criminalité et de désordre, comme on l’a vu récemment à Seattle. De plus, utiliser un crime commis par un seul policier pour affirmer que tous les policiers sont racistes, c’est mentir pour paralyser les policiers, les empêcher de faire leur travail: aider la communauté et assurer la sécurité. Demander le remboursement de la police, c’est demander une explosion de violence et de pandémonium.

Les récents dégâts infligés à des milliers de personnes qui ont perdu leurs biens et leurs entreprises – ainsi que les nombreux meurtres et agressions – montrent ce qui arrive à une société avec moins de policiers ou pas de policiers.

L’ancien gouverneur de l’Arkansas, Mike Huckabee, avait suggéré très tôt, pour éviter une confrontation, de démanteler la zone saisie de Seattle. Cela pourrait être fait, a-t-il suggéré, en déconnectant l’eau, l’électricité et surtout la communication cellulaire – puis en voyant combien de temps les preneurs d’otages ont apprécié l’expérience.

Des graffitis peints lors des émeutes sur les murs des synagogues de Los Angeles ont également révélé la présence d’ antisémitisme : Melina Abdullah , « organisatrice principale de Black Lives Matter à Los Angeles et professeur d’études panafricaines à Cal State » , se révèle-t-il, un partisan de Louis Farrakhan, le chef antisémite de la Nation of Islam. Abdullah l’ appelle «l’honorable ministre Farrakhan». Il semble que Black Lives Matter  » soit structurellement antisémite « .

Protestors demonstrate outside of a burning Minneapolis 3rd Police Precinct, Thursday, May 28, 2020, in Minneapolis. Protests over the death of George Floyd, a black man who died in police custody Monday, broke out in Minneapolis for a third straight night. 

Que le nom Black Lives Matter soit présent partout, et que tout le monde semble ignorer ou oublier ce qu’est réellement l’organisation Black Lives Matter , montre qu’une organisation violente et antidémocratique, qui appelle au meurtre de policiers et accepte l’antisémitisme et le racisme anti-blanc , peuvent utiliser des menaces, l’ intimidation et la destruction – et trouver l’acceptation du public.

Bien sûr, il y a encore du racisme parmi les individus, mais l’idée que les États-Unis sont aujourd’hui une société où le « racisme structurel » existe est contredite par des décennies de décisions politiques pour réparer les dommages et, comme, par exemple, dans les programmes d’action positive, favoriser l’égalité pour tous les Américains. Comme Ayaan Hirsi Ali, une écrivaine américaine qui a fui sa patrie, la Somalie, a écrit :

« Le problème est qu’il y a des gens parmi nous qui ne veulent pas comprendre et qui ont intérêt à éviter des solutions viables. Ils ont une incitation politique évidente à ne pas résoudre les problèmes sociaux, parce que les problèmes sociaux sont la base de leur pouvoir. C’est pourquoi, chaque fois qu’un chercheur comme Roland Fryer apporte de nouvelles données – montrant qu’il n’est tout simplement pas vrai que la police abat des Noirs de manière disproportionnée – la réponse n’est pas de lire le journal mais d’essayer de discréditer son auteur. « 

Pendant de nombreuses années, les films américains traitant de questions raciales ont été explicitement hostiles à toute discrimination raciale, et il serait impossible de trouver un livre publié par une maison d’édition américaine soutenant la discrimination raciale, à moins qu’il ne date d’une époque révolue. Réécrire l’histoire en la falsifiant est simplement une tentative de remplacer l’histoire par de la propagande . Supprimer les films et autres informations qui ne correspondent pas à une vision prédéterminée de l’histoire est depuis longtemps la pratique des despotismes totalitaires . Dire que les universités et les entreprises font face à de graves conséquences si elles refusent de bowdleriser le passé est tout simplement un fascisme, un tyrannique des moyens de coercition. Pire encore, l’attitude soumise de tant d’universités et de sociétés est ce qui permet à l’intimidation de continuer.

Ce qui se passe a des racines.

« Le succès de la récente révolution culturelle américaine peut être mesuré non pas par des gouvernements renversés mais par des valeurs brisées », a écrit le commentateur américain Roger Kimball dans son livre, The Long March (2000), sur les bouleversements des années 1960 aux États-Unis. Des personnes radicales, a-t-il observé, ont pris le pouvoir dans les universités et leurs idées se sont répandues dans tout le système éducatif – dans la culture, la politique, la justice et l’économie. Les radicaux dominent encore la plupart des universités américaines – maintenant encore plus qu’alors, et leurs idées sont désormais plus répandues .

L’ancien président Barack Obama, le 30 octobre 2008, a déclaré : « Nous sommes à cinq jours de transformer fondamentalement les États-Unis d’Amérique. » Cinq jours plus tard, il a été élu président.

Douze ans plus tard, on se demande: en quoi espérait-il le transformer?

Il aurait été difficile d’imaginer en 2008 qu’un maire pourrait abandonner sa ville à des émeutiers, ou qu’ils accepteraient de démolir et de détruire des statues de Washington, Jefferson ou Lincoln. Quand seront – ils à venir à abattre les statues du Dr Martin Luther King Jr.?

Il aurait également été difficile d’imaginer qu’une organisation violente comme Black Lives Matter ne serait même pas remise en question, ou que des émeutes similaires à celles qui ont touché Ferguson , Missouri en 2014 ou Baltimore en 2015 éclateraient et se répandraient à travers le pays.

Il serait difficile d’imaginer, il y a à peine deux mois, qu’un conseil municipal voterait effectivement pour l’ abolition des forces de police.

Les États-Unis semblent à un moment charnière. Bruce Thornton, professeur de sciences humaines et classiques à la California State University et chercheur à la Hoover Institution de l’Université de Stanford, a noté que:

« En effet, en dehors des voyous et des criminels opportunistes, la majeure partie des » troupes « qui constitueraient un côté d’une guerre civile sont à peu près des habitants des jeunes classes confortables. Leur comportement perturbateur et violent se produit parce que les gouverneurs, les maires et la police Au cours de la dernière décennie, les chefs ont envoyé le message qu’ils ne répondraient pas avec une force concentrant l’esprit afin de rétablir l’ordre et de tenir les émeutiers responsables … « 

Les émeutiers aux États-Unis semblent avoir inspiré des manifestants en Europe occidentale . Les slogans en colère utilisés aux États-Unis sont utilisés à Londres et à Paris ; les mêmes accusations contre les démocraties sont portées, et des statues qui étaient des repères de l’histoire sont abattues .

Dans un discours prononcé le 6 juillet 2017, le président américain Donald J. Trump a déclaré :

« La question fondamentale de notre temps est de savoir si l’Occident a la volonté de survivre. Avons-nous confiance en nos valeurs pour les défendre à tout prix? … Avons-nous le désir et le courage de préserver notre civilisation en le visage de ceux qui voudraient le renverser et le détruire? « 

Bonne question.

 

 

 

Loi Avia : Facebook censure toutes critiques de l’immigration et de l’Islam !

Mise en place solide de la dictature totalitaire autour de la pensée unique!

Le saviez-vous ?

Les modérateurs chez Facebook sont situés au Maroc. La censure sur Facebook est donc faite par des Musulmans extrémistes qui censurent toutes critiques de l’immigration et de l’Islam.

Et avec la loi Avia qui censure la liberté d’expression des Français sur les réseaux sociaux, des milliers, voir des millions de comptes Facebook vont être supprimés…

Je décide d’écrire cet article pour dénoncer la censure abusive des modérateurs Musulmans de chez Facebook.

En effet, je suis le Webmaster du site Internet MyJournal.fr qui est un site d’actualités parlant de toutes les vérités qui dérangent.

Des vérités qui dérangent liées à la corruption du Gouvernement Français, aux nombreuses aberrations de l’immigration de masse, ainsi que sur la propagation de l’Islam en France…

Mon site Web dénonce également tous les scandales qui empoisonnent le quotidien des Français… Mais les sujets principaux de mon site d’actualités sont principalement liés à l’immigration et à l’Islam, car pour moi, c’est un problème majeure en France et dans toute l’Europe.

J’avais comme tout le monde, un compte chez Facebook et ceci, depuis de nombreuses années. Mais il ne se passait pas une semaine sans que ces modérateurs Musulmans me bloque mon compte Facebook à cause d’un partage d’article lié à l’immigration et/ou à l’Islam émanant de mon site Internet MyJournal.fr…

Et le jeudi 28 mai 2020, mon compte Facebook a purement et simplement été supprimé par ces modérateurs Musulmans parce que mes publications ainsi que mes partages d’articles ne respectaient pas « les standards de la communauté Facebook »…

Je précise que sur MyJournal.fr, il n’y a aucun propos raciste et que les articles liés à l’immigration et à l’Islam sont uniquement des vérités. Des vérités qui dérangent bien entendu, toutes les personnes concernées…

Et avec la mise en place de la loi Avia, notre liberté d’expression sur les réseaux sociaux n’existe plus… Il est dorénavant interdit de critiquer l’immigration de masse ainsi que l’Islam radical… Même si ces publications sont des vérités que personne ne peut nier…

Par contre, la censure sur Facebook n’a qu’un sens, un peu comme l’association SOS Racisme qui combat uniquement le racisme envers les étrangers, mais qui se moque complètement du racisme anti-Français et du racisme anti-blanc. Donc, sur Facebook, personne n’est censuré parce que l’on critique la France et les Français…

Ces modérateurs Musulmans ne censurent pas non plus leurs compatriotes maghrébins qui prennent plaisir à publier sur ce réseau social des images et des vidéos d’agressions et de tortures sur des Français et/ou sur des animaux…

Le Gouvernement Français fait tout son possible pour favoriser l’invasion migratoire ainsi que la propagation de l’Islam dans notre pays. Ce même Gouvernement met également des lois en place pour faire taire définitivement les Français qui refusent le remplacement de la population Française par des Maghrébins…

Oui, vous avez bien lu !

Le Gouvernement Français veut le remplacement de la population Française par des Maghrébins pratiquant cette religion qu’est l’Islam radical…

J’ai tenté en vain, par différents moyens, de me recréer un autre compte sur Facebook. Le moindre commentaire ou partage dénonçant l’invasion migratoire et/ou la propagation de l’islam est aussitôt censuré par ces modérateurs Musulmans et la fermeture définitive du compte Facebook est systématique !

Avec la loi Avia, il est interdit de critiquer l’immigration et l’Islam, mais il est possible de critiquer le Christianisme et/ou le catholicisme…

Le réseau social Facebook n’est plus ce que c’était auparavant car Mark Zuckerberg, le propriétaire de Facebook, a choisi le Maroc pour la modération de son réseau social afin de payer le moins cher possible ses modérateurs. Mais hélas, en voulant faire des économies, c’est son réseau social tout entier qui se dégrade au niveau qualité et liberté d’expression…

Comme tous les nationalistes et/ou les patriotes censurés par ces modérateurs Musulmans de chez Facebook, je me suis redirigé sur le réseau social Russe VK.com. Ce réseau social Russe est similaire à Facebook, hormis que notre liberté d’expression n’est pas censurées par des modérateurs Musulmans…

Source:MyJournal.fr

 

…et

 

…et:

Ceci est accepté par les censeurs  facebookiens !!!

Tout a été dit et  écrit sur ce malheureux sujet gangstérisé à l’extrème!

 

 

 

La volonté du gouvernement Macron de mettre fin à la liberté d’expression du peuple de France

 

Avec une nouvelle loi, le gouvernement français a décidé de déléguer la tâche de censure de l’État aux plateformes en ligne telles que Facebook, Google, Twitter, YouTube, Instagram et Snapchat. Les entreprises privées seront désormais obligées d’agir en tant que police d’opinion au nom de l’État français ou s’exposeront à de lourdes amendes.

 

 

 

Le 13 mai, le Parlement français a adopté une loi qui oblige les plateformes en ligne telles que Facebook, Google, Twitter, YouTube, Instagram et Snapchat [1] à supprimer les « contenus haineux » signalés dans les 24 heures et les « contenus terroristes » dans l’heure. Le non-respect pourrait entraîner des amendes exorbitantes de jusqu’à 1,25 million € , soit 4% du chiffre d’affaires mondial dans le cas de la plate – forme d’échec répété pour supprimer le contenu.

La portée du contenu en ligne jugé « haineux » en vertu de ce que l’on appelle la « loi Avia » (d’après le législateur qui l’a proposé) est, comme cela est courant dans les lois européennes sur le discours de haine, très largement délimitée et comprend « l’incitation à la haine ou discriminatoire ». insulte, fondée sur la race, la religion, l’ethnie, le sexe, l’orientation sexuelle ou le handicap « .

La loi française est directement inspirée de la loi controversée allemande NetzDG , adoptée en octobre 2017, et elle est explicitement mentionnée dans l’introduction de la loi Avia.

« Cette proposition de loi vise à lutter contre la propagation des discours de haine sur Internet », précise-t-on dans l’introduction de la loi Avia.

« Personne ne peut contester l’exacerbation du discours de haine dans notre société … l’attaque [s] contre les autres pour ce qu’ils sont, en raison de leurs origines, de leur religion, de leur sexe ou de leur orientation sexuelle … indices … [ aux] heures les plus sombres de notre histoire … la lutte contre la haine, le racisme et l’antisémitisme sur Internet est un objectif d’intérêt public qui justifie … des dispositions fortes et efficaces … cet outil d’ouverture [Internet] au monde, à l’accès à l’information, à la culture, à la communication, peut devenir un véritable enfer pour ceux qui deviennent la cible de ‘haineux’ ou de harceleurs cachés derrière des écrans et des pseudonymes. Selon une enquête réalisée en mai 2016, 58% de nos concitoyens considèrent Internet comme le principal lieu de discours de haine. Plus de 70% déclarent avoir déjà été confrontés à des discours de haine sur les réseaux sociaux.Pour les jeunes en particulier, le cyber-harcèlement peut être dévastateur … Cependant … Peu de plaintes sont déposées, peu d’enquêtes aboutissent, peu de condamnations sont prononcées – cela crée un cercle vicieux … « 

Ayant reconnu que la « haine » en ligne est délicate à poursuivre en vertu des lois en vigueur car « peu de plaintes sont déposées et peu d’enquêtes réussies, peu de condamnations prononcées », mais a néanmoins déterminé que la censure est la panacée aux problèmes perçus, le gouvernement français a décidé de déléguer la tâche de censure de l’État aux plateformes en ligne elles-mêmes. Les entreprises privées seront désormais obligées d’agir en tant que police d’opinion au nom de l’État français ou s’exposeront à de lourdes amendes. Comme en Allemagne, une telle législation conduira inévitablement les plateformes en ligne à faire preuve de zèle dans la suppression ou le blocage de tout ce qui pourrait éventuellement être perçu comme « haineux » pour éviter d’être condamné à une amende.

 

Le but de la loi semble avoir été double – non seulement pour parvenir à la censure effective des discours par la suppression ou le blocage des publications en ligne, mais aussi (inévitablement) les effets dissuasifs de la censure sur le débat en ligne en général. « Les gens réfléchiront à deux fois avant de franchir la ligne rouge s’ils savent qu’il y a de fortes chances qu’ils soient tenus pour responsables », a déclaré la ministre française de la Justice Nicole Belloubet dans ce qui semblait inquiétant pour un représentant du gouvernement de dire dans un pays qui prétend être démocratique.

Dès le début, lorsque le président français Emmanuel Macron a chargé pour la première fois le groupe dirigé par Laetitia Avia de préparer la loi, la proposition a été critiquée par plusieurs groupes et organisations. La Commission nationale consultative des droits de l’homme de la France a critiqué la proposition de loi visant à augmenter le risque de censure, et La Quadrature du Net, une organisation qui lutte contre la censure et la surveillance en ligne, a averti que, « des délais de renvoi courts et des amendes élevées pour non-conformité incitent davantage plates-formes pour supprimer le contenu « . L’article 19 de l’organisation basée à Londres sur la liberté d’expression a indiqué que la loi menaçait la liberté d’expression en France. Selon à Gabrielle Guillemin, juriste hors classe à l’article 19:

« La loi Avia permettra effectivement à l’État français de déléguer la censure en ligne aux entreprises technologiques dominantes, qui seront censées agir en tant que juge et jury pour déterminer ce qui est » manifestement illégal « . La loi couvre un large éventail de contenus. ne va pas toujours être une décision simple.

« Compte tenu des délais dans lesquels les entreprises doivent répondre, nous pouvons nous attendre à ce qu’elles se trompent de prudence lorsqu’il s’agit de décider si le contenu est légal ou non. Elles devront également recourir à des filtres qui conduiront inévitablement à la fin -enlèvement de contenu.

« Le gouvernement français a ignoré les préoccupations soulevées par les groupes sur les droits numériques et la liberté d’expression, et le résultat sera un effet paralysant sur la liberté d’expression en ligne en France ».

La loi adoptée a également rencontré un certain désaccord en France. Le 22 mai, Guillaume Roquette, directeur éditorial du magazine Le Figaro , écrivait :

« Sous prétexte de lutter contre les contenus » haineux « sur Internet, elle [la loi Avia] met en place un système de censure aussi efficace que dangereux … » haine « est le prétexte systématiquement utilisé par ceux qui veulent pour faire taire les opinions dissidentes.

« Ce texte [loi] est dangereux car, selon l’avocat François Sureau, » il introduit une sanction pénale … de la conscience « . Il est dangereux … car il délègue la régulation du débat public … sur Internet à Les multinationales américaines … Une démocratie digne de ce nom devrait accepter la liberté d’expression « .

Jean Yves Camus. de Charlie Hebdo , a qualifié la loi de « placebo pour lutter contre la haine » et a souligné que « l’hyper-concentration sur la haine en ligne » masque le vrai danger:

« Ce n’est pas la haine en ligne qui a tué Ilan Halimi, Sarah Halimi, Mireille Knoll, les victimes du Bataclan, Hyper Cacher et Charlie; c’est une idéologie appelée antisémitisme et / ou islamisme … Qui détermine ce qu’est la haine et son [distinction de] critique? Une boîte de Pandore vient d’être ouverte … Il existe un risque de marche lente mais inexorable vers un langage numérique hyper-normativé par le politiquement correct, tel que défini par les minorités actives « .

« Qu’est-ce que la haine? » demanda rhétorique l’écrivain français Éric Zemmour. « Nous ne savons pas! Vous avez le droit de ne pas aimer … vous avez le droit d’aimer, vous avez le droit de haïr. C’est un sentiment … Il ne peut pas être judiciarisé, légiféré. »

Néanmoins, c’est ce que font les lois sur le discours de haine, que ce soit dans le domaine numérique ou non numérique. Demander à des entreprises privées – ou au gouvernement – d’agir comme des policiers pensés n’appartient pas à un État qui prétend respecter un État de droit démocratique.

Malheureusement, la question n’est pas de savoir si la France sera le dernier pays européen à introduire de telles lois de censure, mais quels sont les autres pays à suivre.


NOTES

[1] Ainsi que d’autres plateformes et moteurs de recherche en ligne qui atteignent un certain seuil d’activité en France (ce seuil sera précisé par décret ultérieurement).

 

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial Satanique:La fortune des Rotschild serait de 500,000 milliards de dollars US

Un nombre de plus en plus important de gens se réveillent et apprennent que 99% de la population de la Terre est contrôlée par une élite 1% – mais saviez-vous qu’une famille, les Rothschild, règne sur tout, même sur cette élite de 1%? Dans la discrétion la dynastie Rothschild est incontestablement la lignée la plus puissante de la Terre et de leur richesse estimée est d’environ 500 000 $ milliards de dollars. Ils contrôlent presque toutes les banques centrales du Monde.
Selon cette étude, ils détiendraient en fait 500 trillions soit 500.000.000 de milliards de dollars !
Si les Rothschild distribuaient leur argent à chaque humain sur terre cela ferait plus de 100.000 dollars par habitant de cette planète !
Voici une liste complète de toutes les banques Rothschild détenues et contrôlées. Les possessions américaines pourraient vous surprendre.
Afghanistan: Bank of Afghanistan
Albanie: Banque d’Albanie
Algérie: Banque d’Algérie
Argentine: Banque centrale d’Argentine
Arménie: Banque centrale d’Arménie
Aruba: Banque centrale d’Aruba
Australie: Reserve Bank of Australia
Autriche: Banque nationale d’Autriche
Azerbaïdjan: Banque centrale de la République d’Azerbaïdjan
Bahamas: Banque centrale des Bahamas=s
Bahreïn: Banque centrale de Bahreïn
Bangladesh: la Banque du Bangladesh
Barbade: Banque centrale de la Barbade
Bélarus: Banque Nationale de la République du Bélarus
Belgique: Banque Nationale de Belgique
Belize: Banque centrale du Belize
Bénin: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Bermudes: Bermuda Monetary Authority
Bhoutan: Autorité monétaire royale du Bhoutan
Bolivie: Banque centrale de Bolivie
Bosnie: Banque centrale de Bosnie-Herzégovine
Botswana: Banque du Botswana
Brésil: Banque centrale du Brésil
Bulgarie: Banque nationale de Bulgarie
Burkina Faso: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Burundi: la Banque de la République du Burundi
Cambodge: Banque Nationale du Cambodge
Entré Roon: Banque des Etats d’Afrique centrale
Canada: La Banque du Canada – Banque du Canada
Îles Caïmans: Autorité monétaire des îles Caïmans
République centrafricaine: la Banque des Etats d’Afrique centrale
Tchad: la Banque des Etats d’Afrique centrale
Chili: Banque centrale du Chili
La Banque populaire de Chine: Chine
Colombie: Banque de la République
Comores: Banque centrale des Comores
Congo: la Banque des Etats d’Afrique centrale
Costa Rica: Banque centrale du Costa Rica
Côte d’Ivoire: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Croatie: Banque nationale de Croatie
Cuba: Banque centrale de Cuba
Chypre: Banque centrale de Chypre
République tchèque: Banque nationale tchèque
Danemark: Banque nationale du Danemark
République Dominicaine: Banque centrale de la République dominicaine
région des Caraïbes orientales: Eastern Caribbean Central Bank
Equateur: Banque centrale de l’Equateur
Egypte: Banque centrale d’Égypte
El Salvador: Banque centrale de réserve d’El Salvador
Guinée équatoriale: la Banque des Etats d’Afrique centrale
Estonie: Banque d’Estonie
Ethiopie: National Bank of Ethiopia
Union européenne: Banque centrale européenne
Fidji: Reserve Bank of Fiji
Finlande: Banque de Finlande
France: Banque de France
Gabon: la Banque des Etats d’Afrique centrale
Gambie: Banque centrale de la Gambie
Géorgie: Banque nationale de Géorgie
Allemagne: Deutsche Bundesbank
Ghana: Banque du Ghana
Grèce: Banque de Grèce
Guatemala: Banque du Guatemala
Guinée Bissau: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Guyana: Banque du Guyana
Haïti: la Banque centrale d’Haïti
Honduras: Banque centrale du Honduras
Hong Kong: Autorité monétaire de Hong Kong
Hongrie: Magyar Nemzeti Bank
Islande: Banque centrale d’Islande
Inde: Reserve Bank of India
Indonésie: Banque d’Indonésie
Iran: La Banque centrale de la République islamique d’Iran
Irak: Banque centrale d’Iraq
Irlande: Banque centrale et la Financial Services Authority of Ireland
Israël: Banque d’Israël
Italie: Banque d’Italie
Jamaïque: Bank of Jamaica
Japon: Banque du Japon
Jordanie: Banque centrale de Jordanie
Kazakhstan: Banque Nationale du Kazakhstan
Kenya: la Banque centrale du Kenya
Corée: Banque de Corée
Koweït: Banque centrale du Koweït
Kirghizistan: Banque nationale de la République kirghize
Lettonie: Banque de Lettonie
Liban: Banque centrale du Liban
Lesotho: Banque centrale du Lesotho
Libye: Banque centrale de Libye (Leur plus récente conquête après avoir liquidé Kadhafi)
Uruguay: Banque centrale de l’Uruguay
Lituanie: Banque de Lituanie
Luxembourg: Banque centrale du Luxembourg
Macao: Autorité monétaire de Macao
Macédoine: Banque Nationale de la République de Macédoine
Madagascar: Banque Centrale de Madagascar
Malawi: Reserve Bank of Malawi
Malaisie: Banque centrale de Malaisie
Mali: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Malte: Banque centrale de Malte
Ile Maurice: Banque de Maurice
Mexique: Banque du Mexique
Moldavie: Banque nationale de Moldavie
Mongolie: Banque de Mongolie
Monténégro: Banque centrale du Monténégro
Maroc: la Banque du Maroc
Mozambique: Banque du Mozambique
Namibie: Banque de Namibie
Népal: Banque centrale du Népal
Pays-Bas: Pays-Bas Banque
Antilles néerlandaises: Banque des Antilles néerlandaises
Nouvelle-Zélande: Reserve Bank of New Zealand
Nicaragua: Banque centrale du Nicaragua
Niger: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Nigeria: Banque centrale du Nigeria
Norvège: Banque centrale de Norvège
Oman: Banque centrale d’Oman
Pakistan: State Bank of Pakistan
Papouasie-Nouvelle-Guinée: Banque de Papouasie-Nouvelle-Guinée
Paraguay: Banque centrale du Paraguay
Pérou: Banque centrale de réserve du Pérou
Philip Pines: Bangko Sentral ng Pilipinas
Pologne: Banque nationale de Pologne
Portugal: Banque du Portugal
Qatar: Banque centrale du Qatar
Roumanie: Banque Nationale de Roumanie
Rwanda: Banque Nationale du Rwanda
San Marino: Banque centrale de la République de Saint-Marin
Samoa: Banque centrale de Samoa
Arabie Saoudite: Agence monétaire d’Arabie Saoudite
Sénégal: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Serbie: Banque nationale de Serbie
Seychelles: Banque Centrale des Seychelles
Sierra Leone: la Banque de Sierra Leone
Singapour: Autorité monétaire de Singapour
Slovaquie: Banque nationale de Slovaquie
Slovénie: Banque de Slovénie
Iles Salomon: Banque centrale des Îles Salomon
Afrique du Sud: South African Reserve Bank
Espagne: Banque d’Espagne
Sri Lanka: Banque centrale du Sri Lanka
Soudan: Banque du Soudan
Surinam: Banque centrale du Suriname
Swaziland: La Banque centrale du Swaziland
Suède: Sveriges Riksbank
Suisse: Banque nationale suisse
Tadjikistan: Banque nationale du Tadjikistan
Tanzanie: Banque de Tanzanie
Thaïlande: Banque de Thaïlande
Togo: Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Tonga: National Reserve Bank de Tonga
Trinité-et-Tobago: Banque centrale de Trinité-et-Tobago
Tunisie: Banque Centrale de Tunisie
Turquie: Banque centrale de la République de Turquie
Ouganda: Banque de l’Ouganda
Ukraine: Banque nationale d’Ukraine
Emirats Arabes Unis: Banque centrale des Emirats Arabes Unis
Royaume-Uni: Bank of England
États-Unis: la Réserve fédérale, la Federal Reserve Bank de New York
Vanuatu: Reserve Bank of Vanuatu
Venezuela: Banque centrale du Venezuela
Vietnam: La Banque d’État du Vietnam
Yémen: Banque centrale du Yémen
Zambie: Banque de Zambie
Zimbabwe: Reserve Bank of Zimbabwe
les rapports de Humansarefree:
USA. La Fed et l’IRS
Pratiquement inconnu du grand public est le fait que la Réserve fédérale américaine est une société privée, l’implantation sur son propre lopin de terre, à l’abri des lois américaines.
Cette société privée (contrôlée par les Rothschild, Rockefeller et Morgans) imprime l’argent pour le gouvernement américain, qui leur verse des intérêts pour la «faveur». Cela signifie que si nous voulons rétablir la dette d’aujourd’hui de la nation et commencerions à réimprimer notre argent, nous serions en dette à la FED dès le premier dollar prêté à notre gouvernement.
En outre, la plupart des personnes vivant aux Etats-Unis n’ont aucune idée que l’Internal Revenue Service (IRS) est un organisme étranger.
Pour être plus précis, l’IRS est une société privée étrangère du Fonds monétaire international (FMI) et c’est l’«armée» privée de la Réserve fédérale (Fed).
Son principal objectif est de faire en sorte que les américains paient leurs impôts pour rester de bons petits esclaves.
En 1835, le président américain Andrew Jackson a déclaré son dédain pour les banquiers internationaux:
« Vous êtes un repaire de vipères. Je compte vous mettre en déroute, et par le Dieu éternel, je vais vous mettre en déroute. Si les gens ne comprenaient l’injustice de rang de notre système monétaire et bancaire, il y aurait une révolution avant demain matin.  »
Ceci a été suivi par une (sans succès) tentative d’assassinat sur la vie du président Jackson.Jackson avait dit son vice-président, Martin Van Buren:
« La banque, M. Van Buren, essaie de me tuer. »
Ce fut le début d’un motif de l’intrigue qui afflige la Maison Blanche elle-même au cours des prochaines décennies. Les deux présidents, Lincoln et JFK, ont été assassinés pour avoir tenté de débarrasser le pays des banksters.
Bijoux effrayants de la baronne Phillippine WP Rothschild
La cave française appartenant à la baronne Philippine de Rothschild semble avoir caché les numéros de la bête cachés sur son logo. Château Mouton Rothschild a souvent été accusé d’incorporer des éléments sataniques dans ses étiquettes .

Les mégabanques du monde

Il y a deux mégabanques qui offrent des prêts à tous les pays autour de la planète, la Banque mondiale et le FMI. La première est détenue conjointement par les familles bancaires haut du monde, avec les Rothschilds au sommet, tandis que le second est une propriété privée des Rothschilds seuls.
Ces deux mégabanques offrent des prêts aux « pays en développement » et utilisent leurs intérêts presque impossible à rembourser pour mettre la main sur la vraie richesse: la terre et les métaux précieux.
Mais ce n’est pas tout! Une partie importante de leur plan est d’exploiter également les ressources naturelles d’un pays (comme l’essence ou le gaz) par l’intermédiaire de leurs entreprises secrètement détenues, les affiner et les revendre dans le même pays, faisant un profit énorme.
Mais pour que ces entreprises puissent fonctionner de manière optimale, ils ont besoin d’une infrastructure solide, qui est généralement manque dans les pays dits «en développement». Donc, avant que les banksters offrent même des prêts presque impossible à rembourser, ils font en sorte que la plupart des fonds seront investis dans – vous l’avez deviné -l’ infrastructure.
Ces «négociations» sont menées par le soi-disant « Hitmen économique », qui réussissent par la corruption (à savoir Soudoyer) ou menaçant de mort ceux qui sont en mesure de vendre ou pas leur pays.
Pour plus d’informations sur le sujet, je vous suggère de lire les Confessions d’un Hitman économique.
La seule banque qui fixe toutes les règles internationales, la «Banque des règlements internationaux, » est – évidemment – contrôlé par les Rothschilds et elle est surnommé le «Tour de Bâle. »
Le vrai pouvoir des Rothschild va bien au-delà de l’Empire Banking
Si vous n’êtes pas encore surpris par la puissance des Rothschilds (je sais que vous l’êtes), savez vous qu’ils sont aussi derrière toutes les guerres depuis Napoléon. C’est quand ils ont découvert à quel point il est rentable de financer les deux côtés d’une guerre et qu’ils ont fait d’énormes bénéfices.
En 1849, Guttle Schnapper, l’épouse de Mayer Amschel a déclaré:
« Si mes fils ne voulaient pas la guerre, il n’y en aurait aucune. »
Ainsi, le monde est toujours en guerre parce c’est très, très rentable pour les Rothschilds et leurs lignées parasites de banksters. Et aussi longtemps que nous continuerons d’utiliser l’argent, le monde ne connaîtra jamais la paix.
Il est choquant pour beaucoup de savoir que les États-Unis d’Amérique sont une société exclue de l’étranger. Son nom original était la Virginia Company et elle appartenait à la Couronne britannique (il ne doit pas être confondu avec la reine, qui fonctionne en grande partie dans une capacité cérémonielle seulement).
La Couronne britannique a fait don de la société au Vatican, qui a donné les droits d’exploitation à la Couronne. Les présidents américains sont nommés directeurs généraux et leur entreprise est de faire de l’argent pour la Couronne britannique et le Vatican, qui prennent leur part des bénéfices chaque année.
La Couronne britannique gouverne secrètement le monde à partir de la City (surface 677-acres) , Etat souverain et indépendant, connu comme la City of London. Cette autre Couronne est composé d’un comité de 12 banques dirigé par la Banque d’Angleterre. Devinez qui contrôle la Banque d’Angleterre? Yup, les Rothschilds!

1815 : Le coup de Bourse de Nathan Rothschild
Informé de la défaite napoléonienne à Waterloo bien avant les autorités, il se rend à la Bourse de Londres et met en vente tous ses titres. Cela fait naître la rumeur selon laquelle Napoléon est sorti victorieux du combat, et chacun, gagné par la panique, suit « l’exemple » de Rothschild. Les actions chutent immédiatement. Rothschild attend la dernière minute, puis les rachète au meilleur prix, et assoit ainsi la fortune familiale…
En 1815, Nathan Mayer fait la déclaration suivante:
«Je ne me soucie pas ce que la marionnette est placé sur le trône d’Angleterre à gouverner l’Empire sur lequel le soleil ne se couche jamais. L’homme qui contrôle la masse monétaire de la Grande-Bretagne contrôle l’Empire britannique, et je contrôle la masse monétaire britannique.  »
La Chambre des Rothschild est vraiment au sommet de la pyramide du pouvoir. Ils sont derrière le Nouvel Ordre Mondial et la domination complète de l’agenda mondial. Ils sont derrière l’Union européenne et l’euro et ils sont derrière l’idée d’une Union nord-américaine et l’Amero. Ils contrôlent tous les services secrets du monde et de leur armée privée est l’OTAN.

EN COMPLÉMENT

Les présidents américains assassinés par le
cartel bancaire Rothschild
L’anniversaire de Lincoln nous donne une occasion appropriée d’examiner quelques traditions américaines profondes qui peuvent également nous donner quelques insolites un aperçu des «principautés et pouvoirs» d’Éphésiens Chapitre 6. Abraham Lincoln a vaillamment travaillé pour empêcher les tentatives des Rothschild de s’impliquer dans le financement de la guerre civile. Il est intéressant de noter que c’est le tsar de Russie qui a fourni l’assistance nécessaire contre les Britanniques et les Français, qui étaient parmi les forces motrices de la sécession du Sud et de son financement ultérieur.
Abraham Lincoln

La Russie est intervenue en fournissant des forces navales pour le blocus de l’Union du Sud dans les eaux européennes et en faisant savoir aux deux pays que s’ils tentaient de rejoindre la Confédération avec des forces militaires, ils devraient également faire la guerre à la Russie.

Les intérêts de Rothschild ont réussi, par l’intermédiaire de leur agent, le secrétaire au Trésor, Salmon P. Chase, à forcer un projet de loi (la National Banking Act) par le biais du Congrès créant une banque centrale à charte fédérale qui avait le pouvoir d’émettre des billets de banque américains. Par la suite, Lincoln a mis en garde le peuple américain:

« La puissance monétaire s’attaque à la nation en temps de paix et conspire contre elle en temps d’adversité. Elle est plus despotique que la monarchie, plus insolente que l’autocratie, plus égoïste que la bureaucratie. Je vois dans un avenir proche une crise qui m’énerve qui m’énerve , et me fait trembler pour la sécurité de notre pays. Les sociétés ont été intronisées, une ère de corruption suivra, et la puissance monétaire du pays s’efforcera de prolonger son règne en travaillant sur les préjugés du peuple, jusqu’à la richesse est agrégé en quelques mains, et la république est détruite. « 4

Lincoln a continué à lutter contre la banque centrale, et certains pensent maintenant que c’est son succès attendu en influençant le Congrès de limiter la vie de la Banque des États-Unis aux seules années de guerre qui a été le facteur de motivation de son assassinat.

Le mythe de l’assassin solitaire est né
 
Des chercheurs modernes ont découvert des preuves d’une conspiration massive qui lie les parties suivantes à la Bank of Rothschild:5 Le secrétaire à la guerre de Lincoln, Edwin Stanton, John Wilkes Booth, ses huit co-conspirateurs et plus de soixante-dix fonctionnaires et hommes d’affaires impliqués dans le complot.

Les papiers de John Wilkes Booth

Lorsque le journal de Booth a été récupéré par les troupes de Stanton, il a été remis à Stanton. Lorsqu’il a été produit plus tard au cours de l’enquête, dix-huit pages avaient été arrachées. Ces pages, contenant les noms susmentionnés, ont été retrouvées plus tard dans le grenier d’un des descendants de Stanton.

Du coffre de Booth, un message codé a été trouvé qui le liait directement à Judah P. Benjamin, le directeur de campagne de la guerre civile dans le Sud pour la maison de Rothschild. À la fin de la guerre, la clé du code a été retrouvée en possession de Benjamin.

L’assassin, dépeint comme un tireur solitaire fou avec quelques amis radicaux, s’est échappé par le seul pont de Washington non gardé par les troupes de Stanton.

« Booth » a été retrouvé caché dans une grange près de Port Royal, en Virginie, trois jours après s’être échappé de Washington. Il a été abattu par un soldat du nom de Boston Corbett, qui a tiré sans ordre. Que Booth ait été tué ou non est toujours un sujet de controverse, mais il n’en demeure pas moins que qui que ce soit, il n’a eu aucune chance de s’identifier. C’est le secrétaire à la guerre Edwin Stanton qui a fait l’identification finale. Certains croient maintenant qu’un dupe a été utilisé et que le vrai John Wilkes Booth s’est échappé avec l’aide de Stanton.

Mary Todd Lincoln, en apprenant la mort de son mari, a commencé à crier: « Oh, cette terrible maison! » Les historiens antérieurs ont estimé que cet énoncé spontané faisait référence à la Maison Blanche. Certains pensent maintenant qu’il pourrait avoir été dirigé contre Thomas W. House, un armurier, un financier et un agent des Rothschild pendant la guerre civile, qui était lié aux intérêts anti-Lincoln, pro-banquiers.6

La Réserve fédérale
Un autre mythe avec lequel tous les Américains vivent est la mascarade connue sous le nom de «Réserve fédérale». Il est choquant pour beaucoup de découvrir que ce n’est pas une agence du gouvernement américain.

Le nom « Federal Reserve Bank » a été conçu pour tromper, et il le fait toujours. Ce n’est pas fédéral, ni n’appartient au gouvernement. C’est une propriété privée. 7 Elle paie ses propres frais de port comme toute autre société. Ses employés ne font pas partie de la fonction publique. Sa propriété physique est détenue par des actes privés et est soumise à la fiscalité locale. La propriété du gouvernement, comme vous le savez, ne l’est pas.

C’est un moteur qui a créé une richesse privée inimaginable, même pour les plus sophistiqués financièrement. Il a permis à une élite impériale de manipuler notre économie pour son propre programme et a engagé le gouvernement lui-même comme exécuteur. Il contrôle les temps, dicte les affaires, affecte nos maisons et pratiquement tout ce qui nous intéresse.

Il faut une force puissante pour maintenir un empire, et celui-ci n’est pas différent. Les préoccupations des dirigeants de la « Réserve fédérale » et de ses bienfaiteurs internationaux secrets semblent aller bien au-delà des devises et des taux d’intérêt.

Andrew Jackson

Andrew Jackson a été le premier président de l’ouest des Appalaches. Il était unique pour l’époque en étant élu par les électeurs, sans le soutien direct d’une organisation politique reconnue. Il opposa son veto au renouvellement de la charte de la Banque des États-Unis le 10 juillet 1832.

En 1835, le président Andrew Jackson déclara son dédain pour les banquiers internationaux:

« Vous êtes un repaire de vipères. J’ai l’intention de vous mettre en déroute, et par le Dieu éternel je vous mettrai en déroute. Si le peuple ne comprenait que l’injustice de notre système monétaire et bancaire, il y aurait une révolution avant le matin. »8
 
 Il s’en est suivi une tentative d’assassinat (infructueuse) sur la vie du président Jackson. Jackson avait dit à son vice-président, Martin Van Buren, « La banque, M. Van Buren, essaie de me tuer … »9

Était-ce le début d’un schéma d’intrigues qui pèserait sur la Maison Blanche elle-même au cours des prochaines décennies? Sa mort (et celle de Lincoln) était-elle liée par un fil invisible aux banquiers internationaux? Le

Le président  James Garfield 

James Abram Garfield, notre 20e président, avait auparavant été président du comité des crédits de la Chambre et était un expert en matière fiscale. (Lors de son élection, entre autres, il a nommé un collecteur des douanes impopulaire à New York, après quoi les deux sénateurs de New York – Roscoe Conkling et Thomas Platt – ont démissionné.)

Le président Garfield a déclaré ouvertement que quiconque contrôlerait l’approvisionnement en devises contrôlerait les affaires et les activités de tout le monde. Après seulement quatre mois de mandat, le président Garfield a été abattu dans une gare le 2 juillet 1881. Une autre coïncidence.

Le président de John F. Kennedy 

John F. Kennedy, prévoyait d’exterminer le système de la Réserve fédérale. En 1963, il a signé les décrets EO-11 et EO-110, rendant au gouvernement la responsabilité d’imprimer de l’argent, retirant ce privilège au système de la Réserve fédérale.10

Peu après, le président John F. Kennedy a été assassiné.11 Le feu professionnel triangulé qui a exécuté le président des États-Unis n’est pas le problème le plus choquant. La coordination de haut niveau qui a organisé la dissimulation généralisée est une preuve manifeste de l’incroyable pouvoir d’un « gouvernement caché » dans les coulisses. ( Cela semble absurde? Lisez Kill Zone , par Craig Roberts pour une mise à jour sur les événements de Dealey Plaza.)  Chrétiens.)

La piste du sang continue

dans les années 70 et 80, le membre du Congrès Larry P. McDonalda mené des efforts pour révéler les avoirs et les intentions cachés des intérêts monétaires internationaux. Ses efforts ont pris fin le 31 août 1983, quand il a été tué lorsque Korean Airlines 007 a été abattu « accidentellement » dans l’espace aérien soviétique. Une étrange coïncidence, semble-t-il.

Le sénateur John Heinz et l’ancien sénateur John Tower avaient siégé à de puissants comités bancaires et financiers du Sénat et étaient des critiques francs de la Réserve fédérale et de l’establishment. Le 4 avril 1991, le sénateur John Heinz a été tué dans un accident d’avion près de Philadelphie.12

Le lendemain, 5 avril 1991, l’ancien sénateur John Tower a également été tué dans un accident d’avion. Les coïncidences semblent s’accumuler.13  (VN: Comme nous l’avons mentionné au sujet du sénateur STevens de l’Alaska, JFK Jr lorsqu’il allait se présenter au Sénat à New York contre Hitlary Clinton, le conjoint d’une victime du 11 septembre allait présenter des preuves du 9 au 11 à Obama et elle a été tuée dans un accident d’avion et Wellstone, qui était détesté par Bush Sr, a également été tué dans un accident d’avion … le Mossad aime utiliser des avions pour l’assassinat.) 

Les tentatives de simplement auditer la Réserve fédérale continuent d’échouer. . Il est pratiquement impossible de rassembler un soutien pour tout problème qui bénéficie d’un black-out médiatique.14 (La réalité bizarre mais tragique que le peuple américain souffre de médias gérés et contrôlés est un sujet pour une autre discussion.) (VN: Audit la Fed DOIT SE PRODUIRE maintenant que nous savons tout cela. être le début de la fin pour le ROTHSCHILD CRIMINAL CABAL ET TOUS SQUIDES DE VAMPIRES QU’ILS UTILISENT POUR EFFECTUER CES ACTES CRIMINELS ….. course à la drogue, blanchiment d’argent, meurtre, chaos, etc.)

Début d’une série
Pendant de nombreuses années, de nombreux les auteurs ont tenté de sonner l’alarme qu’il existe un «gouvernement fantôme» caché qui gouverne en fait l’Amérique. La plupart d’entre nous ont rejeté ces vues sur la «théorie du complot» comme extrémistes et irréalistes. 

Cependant, quand j’ai eu l’occasion de déjeuner avec Otto von Habsburg,15 Député européen, il a fait deux remarques qui ont retenu mon attention. Le premier était: « L’ignorance en Amérique est écrasante. » En effet, le contraste dans la conscience générale des affaires mondiales entre l’Américain moyen et l’Européen moyen est frappant.

C’est sa deuxième observation qui m’a vraiment provoqué:  » La concentration du pouvoir en Amérique est effrayante ».16 En tant que cadre supérieur raisonnablement circonspect, ayant passé trois décennies dans la finance internationale et considéré l’Amérique comme une démocratie représentative à large assise, sa remarque m’a choqué. Cela m’a incité à faire plus de devoirs. Les résultats de mes enquêtes sont des plus troublants.

Sources:

1. Wardner, James W., The Planned Destruction of America, Longwood Communications, 397 Kingslake Drive, DeBarry, FL, 1994. [IMG] Un «doit lire».
2. Roberts, Craig, Kill Zone, Consolidated Press International, 1994. Expositions fascinantes sur l’assassinat de John F. Kennedy. Paul, Ron, The Ron Paul Survival Report (un bulletin d’un ancien membre du Congrès sur les questions monétaires, la survie personnelle, etc.), PO Box 602, Lake Jackson, TX, 77566.

(Une liste complète des ressources similaires figure également dans les notes The Vortex Strategy, Volume 2.)

Notes:

1.Forfaits d’information Fer mélangé à de l’argile: le Suprastate européen émergent; Mystère de Babylone; Les soixante-dix semaines de Daniel; et al.
2. 2 Corinthiens 2:11.
3. Éphésiens 6:12.
4. Roberts, Archibald E., Bulletin – Comité pour restaurer la Constitution, février 1989, p. 6; HS Kennan, Banque fédérale de réserve, p. 9; James W. Wardner, La destruction planifiée de l’Amérique, p. 23.
5. Roberts, Craig, Kill Zone, p. 170.
6. Thomas W. House était le père du « colonel » Edward Mandell House qui est devenu plus tard l’acteur clé de l’élection de Woodrow Wilson et de l’adoption de la Federal Reserve Act.
7. Lewis c. États-Unis, Ninth Circuit Court, 17 avril 1982.
8. Roberts, Archibald E., Bulletin – Committee to Restore the Constitution, février 1989, p. 5.
9. Schlesinger Jr., Arthur M., The Age of Jackson, Mentor Books, NY, 1945, p. 6-7.
10. Roberts, Craig, Kill Zone, Typhoon Press, Consolidated Press International, 1994, p. 189.
11. Pour un résumé actuel de ce qui s’est réellement passé au Dealey Plaza, lisez Craig Robert’s Kill Zone.
12. Kah, Gary H., En Route to Global Occupation, Huntington House Publishers, Lafayette, LA, 1992, p. 19.
13. ibid., P. 18.
14. ibid., P. 19-20.
15. Son père a gouverné l’Europe jusqu’à la fin de l’empire austro-hongrois en 1918.
16.MISE À JOUR personnelle, novembre 1993, p. 4-8.


EN CONCLUSION

Voici un chant patriotique pour nous enflammer et nous donner du courage dans la guerre de libération des peuples qui va débuter:

Géopolitique du coronavirus : entretien avec Valérie Bugault

Au cœur d’une crise mondiale inédite par son ampleur, Strategika vous propose l’éclairage d’analystes et de penseurs reconnus dans leur domaine d’expertise. Nous avons posé à chacun une série de questions qui portent sur les différents aspects de cette véritable crise de civilisation ainsi que sur ses répercussions politiques, géopolitiques et sociales.

 

La première à nous répondre est Valérie Bugault.

Valérie Bugault est docteur en droit privé de l’université Panthéon-Sorbonne et avocate. Depuis 2009, elle a cessé ses activités d’avocate pour se consacrer à la diffusion auprès du public du résultat de ses nombreux travaux de recherches. Elle est aujourd’hui analyste de géopolitique (économique, juridique et monétaire) et conférencière. Ses sujets de recherche sont les institutions – nationales et internationales – la monnaie, l’entreprise, le droit et le fonctionnement de l’économie globale.

Elle est auteur de quatre livres, récemment publiés aux éditions Sigest :

– « Du nouvel esprit des lois et de la monnaie », co-écrit avec feu Jean Rémy, publié en juin 2017

– « La nouvelle entreprise », publié en juillet 2018

– « Les raisons cachées du désordre mondial », recueil d’articles, publié le 30 mars 2019

– « Demain dès l’aube… le renouveau », publié en septembre 2019

Strategika – On lit beaucoup d’éléments contradictoires selon les différentes sources d’information disponibles ou selon les avis des professionnels de la santé. Quelle est la réalité effective de cette pandémie selon vous ?

VB : que la « version officielle » de la crise coronavirus est fausse qu’il n’y a pas d’épidémie ; de même, ce n’est pas parce que la « version officielle » des attentats terroristes est fausse que les attentats n’ont pas lieu. Des événements ont lieu, et c’est la narration explicative qui est fausse, pas les événements en eux-mêmes. L’analyse de la crise actuelle révèle aussi l’application des techniques du pompier pyromane et du triangle de Karpman, c’est-à-dire le jeu de rôles bourreau/victime/sauveur. Le pouvoir laisse la situation de crise s’installer, voire l’aide à s’installer, volontairement ou involontairement. Dans le réel, le pouvoir occupe donc la place du pyromane, donc du bourreau. Puis, une fois que la crise est installée et en cours, le pouvoir se présente comme le sauveur, qui va donc nous sauver de la crise qu’il a lui-même installée furtivement, tel un pompier qui éteindrait l’incendie après l’avoir lui-même allumé discrètement. »

Nous sommes face à une sorte de dissonance cognitive globale parce que les phénomènes auxquels nous sommes confrontés reçoivent une ou plusieurs explications officielles partielles (dans le meilleur des cas), contradictoires et/ou erronées qui ne permettent pas un accès intellectuel à l’ensemble du phénomène. En réalité, la méthodologie suivie dans la couverture de cette crise du coronavirus est similaire à celle qui nous est imposée d’une façon générale pour orienter les processus intellectuels : un séquençage (puisque le mot est désormais à la mode) ou un émiettement des connaissances, une sorte de fordisme appliqué à toute l’échelle des connaissances. A cela s’ajoute un autre phénomène d’émiettement et d’isolement des populations : les milieux médicaux fréquentent peu ou pas d’autres milieux, chacun restant dans son pré carré par l’organisation même de la société. Ainsi, les constats et la vie que mènent les uns sont quasi hermétiques aux constats et à la vie que mènent les autres, leurs seuls points de contact étant leur façon (directe ou indirecte) de consommer.

Ainsi, nous recevons des retours en provenance du corps médical, d’autres en provenance d’organisations internationales, d’autres en provenance des différents pays du monde. D’autres sources d’informations sont inhérentes à la structuration de notre propre gouvernement (décret, lois…), d’autres sources d’informations encore proviennent de médias dits indépendants qui contredisent partiellement ou totalement les sources précédentes…

Finalement, pour y voir clair, il faut et il suffit de remettre de l’ordre, c’est-à-dire qu’il faut hiérarchiser et contextualiser les phénomènes ; encore faut-il que cette hiérarchisation soit pertinente.

Dans l’ordre nous avons : l’apparition peu préparée d’un virus en Chine, pays qui connaît historiquement cette typologie de virus. Ensuite, une série de nouvelles alarmistes en forme d’hécatombe. Ensuite, bien sûr, le virus se répand sur la surface du globe pendant que l’on apprend que la Banque mondiale (que je ne présente plus) avait prévu, dès 2017, des « bonds spécifiques aux pandémies ». Ensuite une litanie de pays touchés et d’innombrables populations confinées pour, prétendument, lutter contre la propagation dudit virus. Pendant que les « morts » se multiplient et que les services hospitaliers étouffent littéralement sous cette affluence de gens à détecter ou à traiter.

Le tout se produisant dans un contexte géopolitique très particulier où la puissance économique chinoise, aujourd’hui arrivée à maturité, s’est alliée à la puissance militaire russe pour contrer l’hégémonie américaine et Cie.

Ce qui n’est pas dit dans ce tableau est pourtant l’essentiel : les USA et ses alliés ne sont plus depuis le début du XXème siècle (au bas mot) gouvernés par ce que j’appelle un phénomène politique, qui représente l’intérêt commun, mais par un cartel d’entreprises dirigé par les principales banques globales d’investissement qui ont leur quartier général, depuis Oliver Cromwell, à la City of London.
En réalité, les États occidentaux n’existent plus car ils ont été privatisés lorsque le contrôle de leurs monnaies est tombé dans les mains des banquiers privés, ce qui explique, en Europe, l’apparition des institutions européennes, qui ne sont que la formalisation politique de cette capture des règles d’organisation des peuples par des intérêts privés.

Si l’on veut bien prendre en compte l’ensemble de ces éléments, un tableau assez clair se dessine.

Dans ce tableau, d’un côté apparaît un virus très contagieux et qui devient dangereux lorsqu’il se fixe dans les poumons et les voies respiratoires. Les patients, à ce stade, n’ont quasi plus de virus dans le corps et il devient inutile de leur appliquer le traitement préconisé par le Professeur Didier Raoult, comme ce dernier l’indique très clairement lui-même. Hormis ces cas de complications qui, apparemment ne sont pas si rares que ça, ledit virus est relativement anodin, il procure des symptômes plus ou moins gênants mais ne met pas en jeu de pronostique vital des patients infectés. Didier Raoult, professeur français spécialiste mondialement réputé en virologie et infectiologie, a émis des hypothèses de travail qui ont été confirmées par des spécialistes chinois ayant eu à traiter le virus et par un professeur Sénégalais (Pr. Seydi) qui a eu à affronter le virus Ebola et qui est, à ce titre, reconnu comme une sommité dans son domaine. Le traitement préconisé ne coûte pas cher (car les brevets très anciens sont tombés dans le domaine public) ; il n’est pas efficace à 100 % en fonction, notamment, du moment tardif ou non où il a été administré. Voilà, pour l’essentiel, ce qu’il importe de retenir.

De l’autre côté du tableau, on a des médecins stipendiés (la plus en vogue actuellement est la sulfureuse Karine Lacombe qui sévit sur les grandes ondes et est multi stipendiée des lobbies pharmaceutiques) ainsi que tout l’appareil d’Etat et les corps constitués (Inserm…), tous reliés, de près ou de loin, aux lobbies pharmaceutiques qui sont montés aux créneaux pour disqualifier les travaux des éminents spécialistes décrits ci-dessus. Sans oublier le fait que la campagne présidentielle de Macron a été partiellement financée par Big Pharma.

En outre, je ne fais qu’effleurer rapidement, car l’énumération en serait vraiment trop longue, toutes les décisions politiques actuelles prises en opposition ouverte à l’objectif officiel d’enrayement de l’épidémie, qui passent par la classification début 2020 d’un médicament en vente libre depuis des décennies en substance vénéneuse, par le refus d’octroyer des autorisations administratives à des chercheurs proposant des tests pour détecter l’infection au coronavirus, par le refus de l’aide proposée par des industriels pour la fabrication de respirateurs… Ajoutons à cela, pour compléter le tableau, la déconstruction méthodique du service de santé publique, allant de la liquidation des stocks de matériels aux restrictions de lits et de personnels hospitaliers, aggravée depuis la présidence Sarkozy.

Cette crise sanitaire laisse ainsi apparaître les véritables acteurs politiques cachés derrière les oripeaux étatiques ! On perçoit, aujourd’hui mieux qu’hier, que l’Etat est tenu par des intérêts privés qui préconisent des remèdes très coûteux, voire peu efficients, en attendant le futur vaccin obligatoire. Sur la ligne d’arrivée pour gagner le cocotier des contrats publics et privés de commandes massives de vaccins : Johnson & Johnson qui annonce ce 31 mars qu’il sera prêt à tester son premier vaccin dès septembre 2020 ! D’autres laboratoires restent bien évidemment en lice pour la cagnotte du futur vaccin…

Il faut toutefois savoir deux choses. Premièrement, tous les vaccins rapidement fabriqués se sont historiquement révélés peu efficaces et même dangereux pour la santé humaine. Deuxièmement, un vaccin contre un virus par hypothèse mutant, comme l’est le coronavirus, a très peu de chance d’être efficace. Ce problème est aggravé par le fait que la maladie Covid-19 met en cause plusieurs souches différentes, dont l’une d’elle se subdivise encore en plusieurs variantes.

En conclusion, si les pouvoirs publics voulaient effectivement enrayer l’épidémie, ils décideraient de traiter, à moindre coût qui plus est, un maximum de gens en amont, comme le préconise le Dr. Raoult et d’autres grands spécialistes du monde entier. Cette aune du traitement médical préventif massif est la mesure exacte de l’honnêteté du gouvernement français.

En d’autres termes, si le gouvernement était honnête, il ne prendrait pas l’option dilatoire actuelle consistant à mettre tous les obstacles en place pour que les gens ne soient pas massivement traités selon les préconisations du Pr. Raoult ; pendant que les mesures de confinement ciblées sur les populations locales les plus normées deviennent de plus en plus rigoureuses alors même que ces mesures excluent les populations rebelles situées dans les zones de non droit, et les camps de migrants.

Par ailleurs, notons que le gouvernement français, qui a également récemment, sur préconisation de l’ONU, vidé massivement et prématurément les prisons de prisonniers de droit commun [1] (ce qui a fait l’objet d’un communiqué officiel de professionnels de la magistrature), punira d’emprisonnement les contrevenants multirécidivistes qui auront dépassé leur heure de promenade quotidienne autorisée, qui auront dépassé leur périmètre de promenade autorisée, ou qui auront oublié leur laisser-circuler…

On se rend bien compte ici de deux choses :

  • Que la volonté affichée de protéger les populations cache une volonté sournoise de les mettre en état de choc et de les surveiller massivement ;
  • Que l’anarchie sociale en cours de développement, est consciencieusement organisée par les pouvoirs publics eux-mêmes, sous le faux prétexte d’enrayer une épidémie.

Strategika – Cette pandémie précède-t-elle un effondrement économique et systémique ?

 

Plus de 3 milliards de personnes sont appelées à se confiner dans le monde. Pour la première fois de son histoire, l’humanité semble réussir à se coordonner de manière unitaire face à un ennemi global commun. Que vous inspire cette situation ?

Valérie Bugault

Cette pandémie va-t-elle forcer l’humanité à se doter d’un gouvernement mondial comme le préconisait Jacques Attali lors de la pandémie de grippe A en 2009 ?  En 2009 toujours, Jacques Attali expliquait que « l’Histoire nous apprend que l’humanité n’évolue significativement que lorsqu’elle a vraiment peur ». Que vous inspire cette idée ?     

VB : Effectivement, de multiples informations montrent que l’existence d’une pandémie était prévue, pour ne pas dire attendue, par un certain nombre d’institutions et de personnages, au premier rang desquels on peut citer, pèle mêle, la fondation Bill et Melinda Gates, le centre John Hopkins pour la sécurité sanitaire, le Forum économique mondial, l’OMS, la Banque mondiale, Jacques Attali, le magazine « The Economist » (année 2019 et 2020) … Avec le britannique Gordon Brown qui appelle ouvertement à la constitution d’un gouvernement mondial pour faire face à cette pandémie de coronavirus.

Nous faisons donc globalement, ou mondialement, si vous préférez, face à une situation inédite dans l’histoire, dans laquelle un petit groupe de gens [2], cachés derrière l’anonymat des capitaux et des institutions internationales et menés par quelques banquiers privés, organisent des chocs ou tirent parti de chocs afin de faire avancer leur agenda global de prise de contrôle politique du monde en instituant un « gouvernement mondial ».

Pour réaliser ce gouvernement mondial, il faut avoir préalablement développé, chez les individus en général et chez les dirigeants politiques en particulier, le sentiment de la nécessité d’une régulation des évènements à l’échelle globale. Une pandémie est en effet le phénomène qui répond le mieux à ce type de besoin. Dès le départ, on peut et on doit suspecter une manipulation.

Par ailleurs, il devient en effet de plus en plus évident que ce coronavirus résulte de la combinaison, aidée, de deux virus naturels, combinaison qui aurait malencontreusement fuité d’un ou de plusieurs laboratoires. Nous ne saurons probablement jamais le véritable déroulement des évènements ayant abouti à la dissémination de ce type de virus.

Ensuite, et en raison de l’homogénéisation de la réponse politique apportée à cette crise sanitaire par différents pays, il est tout à fait nécessaire que les citoyens victimes aiguisent leur vigilance et se tiennent sur leur garde car la manipulation devient évidente dans le contexte de privatisation généralisée des États.

Toutefois, on ne saurait trop insister sur l’impérieuse nécessité de discriminer les informations reçues. Ainsi, à titre personnel, je ne pense pas qu’il faille mettre sur un même plan la réponse politique chinoise et la réponse politique des pays européens.

D’une part, il ne faut pas oublier que la Chine, actuel opposant victorieux à l’hégémonie économique du bloc de l’ouest sous l’égide de l’OTAN, a été le premier pays attaqué par ce virus.

D’autre part, les dirigeants chinois ont publiquement incriminé les GI’s américains dans la propagation du virus sur leur territoire.

Enfin, il faut se souvenir qu’aux USA, se sont produits, courant 2019, deux évènements extrêmement importants qui peuvent aisément être corrélés :

  • Une sorte d’épidémie pulmonaire grave avait été mise sur le dos des fabricants de cigarettes électroniques et
  • Un laboratoire (Fort Detrick) a dû être fermé (Trump vient d’ailleurs récemment d’ordonner sa réouverture pour lutter contre le coronavirus !), durant l’été 2019, pour cause de fuites.

Il devient assez loisible d’imaginer que les conséquences de cette fuite de matériel bactériologique, volontaire ou non (nous ne le saurons jamais), a été artificiellement endossée par le puissant lobby du tabac – ce qui lui a permis d’éliminer un concurrent inoffensif naissant mais menaçant (l’industrie de la cigarette électronique) – avec la bénédiction des instances gouvernementales qui ont ainsi évité d’avoir à rendre des comptes publics.

Par ailleurs, il faut absolument toujours conserver à l’esprit que les gouvernements officiels sont privatisés mais que même dans ce cas de figure, il y a quantité de gens qui œuvrent quotidiennement dans ces structures et qui ne sont pas eux-mêmes corrompus. Ainsi, même en cas de fuite bactériologique issue d’un laboratoire secret on ne peut pas être sûr que cette fuite soit volontaire ; des individus infiltrés et aux ordres directs des puissances financières peuvent très bien avoir organisé ces fuites à l’insu de leurs collègues.

Par ailleurs, je voudrais revenir sur l’existence des laboratoires secrets de recherche bactériologiques. Il faut comprendre que le problème se pose dans les mêmes termes qu’il s’est déjà posé en matière d’armes nucléaires : beaucoup de pays disposent légitimement de ce type de laboratoires sans qu’il soit question de les utiliser à des fins offensives. De la même façon, beaucoup de pays disposaient et disposent de l’arme nucléaire, tandis que très peu les ont utilisées à des fins offensives. Nous connaissons par ailleurs depuis longtemps la propension des puissances anglo-saxonnes et de leurs affiliés à cibler les populations civiles, qui n’ont, à vrai dire, à leurs yeux, aucune espèce d’importance et seraient plutôt considérées comme étant surnuméraires (voir les Georgia Guidestones, les travaux du « Club de Rome », et ceux de tous leurs descendants).

A ma connaissance, la puissance chinoise n’a jamais utilisé de façon offensive ni la bombe nucléaire, ni toute autre arme de destruction massive. En revanche, les USA, et leurs affiliés, n’ont plus de preuves à apporter quant à leur capacité à utiliser ce type d’armes pour viser, en particulier (c’est devenu une sorte de spécialité) les populations civiles.

Une fois ces préalables explicités et le contexte rétabli, il devient possible de répondre à votre première question.

En effet, la mise en confinement des gens bien-portants porte un coup d’arrêt brutal à l’économie des pays. En fonction de la durée du confinement, ces pays, surtout lorsqu’ils sont endettés, ne pourront que très difficilement s’en remettre. Cette remise sur pied devra, à l’évidence, s’accompagner d’une remise en cause de leur fonctionnement interne. Par ailleurs, les bienfaits abondamment claironnés de la globalisation économique, qui a rendu chaque pays dépendant des autres, reçoivent, eux aussi, un énorme démenti par cette crise sanitaire qui rend visible l’extrême dénuement industriel des pays dits développés, lesquels ne sont plus autosuffisants en quoi que ce soit. On peut en effet en déduire, sans risque d’erreur, qu’il y aura un « avant la crise du coronavirus » et un « après la crise du coronavirus ».

Nous sommes collectivement sur une ligne de crête et les choses peuvent basculer, en fonction de la capacité de réaction des citoyens, soit dans le sens du globalisme intégral avec gouvernement mondial, soit dans celui d’une reprise en main politique des pays par leurs ressortissants.

Strategika – Comment voyez-vous l’évolution de la pandémie et ses conséquences politiques et sociales dans les semaines et les mois à venir ?

VB : Soit les citoyens cèderont à la peur, soit ils réfléchiront et comprendront que la peur est elle-même entretenue de façon contrôlée par leurs dirigeants qui prennent toutes les décisions permettant au coronavirus de se propager en toute tranquillité, ou plutôt, en toute facilité. C’est ainsi, qu’ils refusent à leur population l’accès aux soins et médicaments utiles à l’endiguement du processus de contamination pendant qu’ils mettent les gens en confinement suffisamment longtemps pour pouvoir leur imposer – il s’agit ici de la mise en œuvre de la « servitude volontaire » – un futur vaccin miracle. Ce vaccin, outre son prix financier, sera sans doute agrémenté de sels d’aluminium (qui est devenu l’adjuvant obligatoire), d’ARN messagers (qui permettront de faire, in vivo et à grande échelle, des expériences génétiques sur le génome humain), et surtout de puce RFID, qui permettront à tout un et chacun de recevoir ses rémunérations et d’avoir accès à son compte en banque.

Cette étape de la vaccination obligatoire sera tout à fait décisive pour assurer aux globalistes (banquiers, big pharma et consorts) le contrôle direct sur les populations. Chaque personne devra ainsi obéir sous peine de se voir retirer l’accès à tous ses moyens de subsistances. Étant ici précisé qu’en raison de l’effondrement économique, il est fortement à craindre que les moyens de subsistances ne soient in fine aucunement reliés à un travail individuel productif mais plutôt à un subside universel reçu de l’Etat fantoche entièrement aux ordres des puissances financières.

Strategika – Existe-t-il une issue politique à la situation que vous venez de décrire et quelle forme pourrait-elle prendre selon vous ?

VB : Il faut partir du principe naturel que chaque problème a une solution à la condition exclusive d’être bien posé. Dans le cas présent, bien sûr qu’il existe des issues politiques à ce problème, je dirai même que les seules issues favorables sont de nature politique au sens propre du terme. Autrement dit, seule une reprise en main politique de l’organisation des États par leurs ressortissants pourra aboutir à une issue favorable aux populations. Sinon, nous assisterons au basculement général souhaité par l’oligarchie supranationale vers un gouvernement mondial aux mains des puissances financières, les populations étant vouées à être fortement réduites puis mises en esclavage, pour la partie qui aura survécu.

J’ai, dans mes travaux, expliqué comment la Société pourrait être réorganisée pour devenir réellement politique, c’est-à-dire pour que les ressortissants des Etats puissent devenir acteurs à part entière des choix politiques de leur pays. Il suffit de consulter la partie « Le renouveau institutionnel » situé page 278 et suivantes de mon ouvrage « Les raisons cachées du désordre mondial », publié en mars 2019 aux éditions Sigest. Je ne reviendrai pas ici sur ce sujet qui requiert des développements trop long. Ces développements seront peut-être l’occasion d’un nouvel entretien pour Strategika ?

Strategika – Comment liez-vous la crise actuelle à votre domaine d’expertise et à votre champ de recherche ?

VB : En vérité, cette crise est liée à mes travaux à plusieurs égards. J’ai mentionné, ci-dessus, la question institutionnelle d’organisation des États. Mais ce n’est en effet pas le seul lien. L’autre lien très important est relatif aux évolutions en cours de la monnaie mondiale.

J’ai déjà expliqué à maintes et maintes reprises que le Brexit, dont on peut se féliciter en apparence, avait été initié par les banquiers de la City afin d’avoir toute liberté d’action, en étant libérés des lourdeurs institutionnelles de l’UE, pour piloter le changement de monnaie mondiale.

Comme prévu par Keynes au siècle dernier, le dollar, sous la double casquette de monnaie nationale et de monnaie mondiale, n’était, dès le départ, économiquement pas viable. Ainsi, sa fin prévisible pouvait être programmée. Elle a eu pour première étape sa décorrélation du standard or tandis que la seconde étape, à laquelle nous assistons en direct, est sa décorrélation du standard pétrole qui avait succédé au standard or.

Actuellement, la plupart des pays du monde sont convaincus de l’inanité de conserver le dollar comme monnaie de réserve internationale. Trump lui-même passe à l’action puisqu’il vient de prendre des mesures pour fusionner la Fed et le département du Trésor dans l’objectif de créer, sur le modèle du Yuan et du Renmibi, deux types de dollar : un dollar interne et un dollar devise qui circulera sur les marchés internationaux. Le reset monétaire approche donc à grands pas. Ainsi, une monnaie mondiale viable, contrôlée par les banquiers il va sans dire, pourra bientôt voir le jour, sous forme de panier de devises, qui circulera de façon entièrement dématérialisée.

Je ne détaillerai pas ici – car les développements y seraient trop longs – l’escroquerie bancaire originelle ayant consisté à identifier la monnaie avec un bien matériel (au départ un métal précieux) dans le commerce. Toute une histoire, que je raconte dans mon livre, co-écrit avec le banquier Jean Rémy, intitulé « Du nouvel esprit des lois et de la monnaie », publié en juin 2017 aux éditions Sigest.

J’ajoute que la fin du dollar en tant que monnaie internationale est la condition sine qua non pour qu’advienne une monnaie mondiale viable, du moins selon les critères de fonctionnement économiques et monétaires imposés par les banquiers internationaux. Or, la fin du dollar monnaie mondiale suppose la fin de l’hégémonie de l’empire américain. Dès lors, il devient facile de comprendre que certains membres décisionnaires de cet empire se sont violemment opposés, et s’opposent encore violemment, à ce projet qui aboutira à une disparition de leur situation dominante. Cette partie des dirigeants américains qui se rebellent peut être qualifiée de patriote, il s’agit des gens qui étaient ouvertement impliqués dans la domination du monde par les Américains eux-mêmes. A l’opposé, ces derniers ont pour pires ennemis internes les globalistes apatrides, dont la tête se situe à la City of London, et qui œuvrent en sous-mains pour l’avènement d’un gouvernement mondial, lequel suppose la disparition de l’empire US.

Cette distinction, essentielle à la bonne compréhension des choses, entre dirigeants patriotes et dirigeants apatrides existe également en Chine et en Russie où, par exemple, le gouvernement civil semble dirigé par les partisans des globalistes apatrides tandis que l’armée semble aux mains des dirigeants patriotes, Poutine faisant la jonction entre les deux factions opposées. Concernant la Chine, il faut garder à l’esprit le considérable nettoyage ayant eu lieu depuis des années, y compris dans les plus hautes instances dirigeantes, pour purger l’appareil d’Etat des élites compradores, lesquelles peuvent être reliées aux dirigeants apatrides siégeant à la City of London. Cette opposition entre dirigeants patriotes et dirigeants compradores existe également dans des pays comme l’Iran.

Ainsi, dans cette lutte de nature géopolitique, structurée autour des questions juridiques d’organisation du circuit de commandement, rien ne me semble encore acquis ni pour un camp, ni pour l’autre. Il est néanmoins possible de faire la prévision selon laquelle la victoire serait écrasante pour les patriotes, à la condition que ces derniers s’allient avec leur population et ne cherchent pas à la dominer, comme cela leur a été inculqué par leurs anciens alliés compradores.

Rien ne résisterait à l’alliance entre dirigeants patriotes et populations locales. C’est précisément cette alliance que redoutent les puissances globalistes. Notons à cet égard que les mesures restrictives de liberté ordonnées par les différents gouvernements pour lutter contre la propagation du coronavirus vont à l’encontre de cette alliance naturelle qui permettrait le succès des patriotes sur les globalistes. Vous voyez que les choses ne sont pas simples… et que, décidemment, cette « pandémie de coronavirus » arrive à point nommé pour soutenir la stratégie des globalistes alors que ces derniers étaient en situation de faiblesse…

D’un autre côté, cette pandémie permet des ouvertures inespérées dans la remise en cause générale de la stratégie globaliste. Encore faut-il avoir le courage de saisir cette occasion. Je terminerai mon exposé en disant que les cartes sont actuellement dans les mains des populations civiles : ces dernières ont enfin, phénomène unique dans l’histoire, la possibilité de reprendre leur destin en main ; ce qui signifie, très précisément, qu’elles ont la possibilité de réinstaurer des gouvernements politiques en lieu et place des ersatz actuels entièrement aux mains des puissances financières. Les peuples auront ce qu’ils méritent : ils recevront, s’ils acceptent de se prendre en charge – en contrepartie d’un peu de courage – des fruits extrêmement bénéfiques… mais l’accepteront-ils ? Là est la question… Je profite de ce texte pour rendre hommage au travail de structuration politique fait, en France, par les Gilets Jaunes constituants, qui ont pleinement compris et anticipé cette problématique de fond.

Finalement, les lois naturelles, tellement honnies des globalistes [2], reprennent le dessus et les choses vont entrer dans l’ordre : soit on lutte collectivement pour survivre collectivement, soit on ne lutte pas collectivement et ce sera la fin de la civilisation et de la liberté, y compris celle de vivre et de mourir.

Source : Stratégika

NOTES 

[1] Cela nous rappelle ce qui s’est passé en Tunisie et ailleurs (Égypte, Libye, etc.) lors du sinistre Printemps Arabe. Des criminels de haut vol ont été récupérés par les Islamistes et libérés immédiatement: moyennant des salaires mirobolants, ces criminels ont été recyclés pour devenir des « djihadistes », c’est-à-dire des criminels qui tuent « au nom d’Allah ». Cela veut dire que les normes humaines ne les concernent pas. On a vu (et on continuera de voir) ce qu’ils ont fait (et ce qu’ils feront) en Syrie, en irak, en Libye, en Égypte, en Tunisie, en Europe et ailleurs. Le capo di capi de ces criminels s’appelle Recep Erdogan, et son plus proche lieutenant s’appelle Rached Ghanouchi, président actuel la chambre des députés du Tunistan.  Ce sont les chefs politiques et idéologiques de tous les terroristes islamistes dans le monde. Naturellement, l’Occident le sait et les aime, malgré leurs innombrables erreurs. Mais ils lui rendent tellement de services, qu’il est toujours prêt à les soutenir.

[2] Dans cet article, Valérie Bugault fait gaffe à ses os : elle ne dit pas explicitement qui sont les mondialistes, ces apatrides qui dirigent la City de Londres et la finance internationale.  Pour le lecteur non avisé, et qui n’aurait pas déviné qui sont ces gens qui se cachent derrière le langage prudent de V. Bugault, voici  :

Liste membres du dîner du siècle 02/2020 -Gracieuseté des GILETS JAUNES CONSTITUANTS

Votre humble serviteur appui le mouvement des Gilets Jaunes en France.

Hors,dans cet optique nous reproduisons cette étonnante divulgation de document qui fera histoire.

Notons que les diners du Siècle réunissent les « membres illuminati,francs maçons et de diverses fraternités unies autour de l’oligarchie française.

Vive la Résistance du Peuple Français!

 

Mise en lumière de la république des copains et des coquins, quel est le poids décisionnaire de l’assemblée nationale et du sénat face au dîner du siècle et des puissants valets serviles le composant ?

Bonsoir. Nous nous permettons de vous contacter ce soir car nous souhaitons rendre public un document jusqu’ici confidentiel dont nous n’aurons nul doute qu’il pourra vous intéresser. Actuellement, les gilets jaunes constituants sont en direct sur leurs chaînes Facebook (gilets jaunes constituants page de secours) et YouTube (Gilets jaunes Constituants), dans lequel ils font la lecture du dit document. Nous vous communiquons un lien permettant de télécharger le document en question dans son intégralité. De nombreux médias, uniquement indépendants et intègres, sont mis au courant de cette information et nous espérons que vous en ferez parti. Les gilets jaunes constituants vous disent force et honneur, on ne lâche rien! Liens liste invités du diner du siècle 2020 : https://www.datafilehost.com/d/b5eb2731 https://framadrop.org/r/sJW2od5DUM#aTclGReF8N+up42Pp4Rze7kcmtRKQeqcWpK0vBfANz0= https://www.datafilehost.com/d/59d09e4e https://framadrop.org/r/S1IihUG4EF#PlqY0pCgHVAPxp3Of7XAdeSb+Ra2u7C04I+h6dxtNmU= onion link http://dhosting4xxoydyaivckq7tsmtgi4wfs3flpeyitekkmqwu4v4r46syd.onion/files.php?path=/www/membres-diner-siecle-02-2020%281%29.pd
PARIS, FRANCE – DECEMBER 15: Yellow Vest protesters march in front of police on December 15, 2018 in Paris, France. The protesters gathered in Paris for a 5th weekend despite President Emmanuel Macron’s recent attempts at policy concessions, such as a rise in the minimum wage and cancellation of new fuel taxes. But the ‘Yellow Vest’ movement, which has attracted malcontents from across France’s political spectrum, has shown little sign of slowing down. (Photo by Veronique de Viguerie/Getty Images)

 

 

La France sous la gérance des Rotschild:Le gouvernement Macron fait adopter sa réforme des retraites sans vote

Édouard Philippe premier-ministre français

La France s’enfonce d’un pied de plus sous la botte de la dictature d’Emmanuel Macron,la marionette des Rotschild et des sionistes!

En effet,le premier ministre français Édouard Philippe a décidé samedi de faire adopter sans vote la réforme des retraites, qui a donné lieu à un vaste mouvement de protestation en France, entraînant des motions de censure de la droite et de la gauche à l’Assemblée nationale.

M. Philippe est monté dans l’après-midi à la tribune de la chambre basse du Parlement pour faire cette annonce surprise. Sous les applaudissements de la majorité présidentielle, il a expliqué qu’il s’agissait ainsi de mettre fin à cet épisode de non-débat avec l’opposition et de permettre à la suite du processus législatif de s’engager.

La réforme visant à créer un système universel de retraite par points sera considérée comme adoptée, sauf si une motion de censure, déposée dans les 24 heures, est votée par les députés. Or le gouvernement dispose d’une majorité confortable à l’Assemblée.

Une adoption définitive de la réforme, qui doit encore être examinée au Sénat, est attendue à l’été.

Ce projet phare du président Emmanuel Macron a déclenché à partir de début décembre un conflit social exceptionnellement long, notamment dans les transports, mais aussi parmi les avocats ou encore à l’Opéra de Paris.

Les élus LR (droite) ont déposé une motion, disant ne pouvoir accepter qu’une réforme, que le gouvernement présente lui-même comme la plus importante de ce quinquennat, puisse ne jamais être votée à l’Assemblée nationale. La gauche a fait de même peu après.

On est passé en force par-dessus la volonté des Français (… ) On est passé en force par-dessus les syndicats et maintenant il s’agit de passer en force par-dessus l’Assemblée, a dénoncé François Ruffin, député de la gauche radicale.

Le chef du gouvernement a justifié son choix par ce qu’il considère comme de l’obstruction de la gauche de la gauche : le texte législatif a fait l’objet de 41 000 amendements. Après plus de 115 heures de débat en séance publique, de jour comme de nuit, week-ends inclus, l’Assemblée nationale en est arrivée à l’examen de l’article 8 d’un projet de loi ordinaire qui en comporte 65, a dénoncé M.  Philippe.

Le premier ministre, qui fera donc usage de l’article 49-3 de la Constitution qui permet l’adoption d’un texte législatif sans vote, a étrillé l’attitude de l’opposition : Je n’ai pas (…) le sentiment que notre démocratie puisse se payer le luxe d’un tel spectacle, a-t-il estimé, à un moment où le coronavirus mobilise l’exécutif.

Le secrétaire général du syndicat CGT, Philippe Martinez, qui a dénoncé l’attitude profondément scandaleuse du gouvernement, a annoncé une mobilisation sociale dès la semaine prochaine.

Emmanuel Macron,l’ancien banquier des Rotschield,est de plus en plus isolé et abandonne l’esprit démocratique pour un autoritarisme dangereux!

 

Philippe Martinez, né le 1ᵉʳ avril 1961 à Suresnes, est un syndicaliste français, secrétaire général de la Confédération générale du travail depuis 2015. Son père, né à la Plaine Saint-Denis en France, a combattu dans les Brigades internationales lors de la guerre civile espagnole en 1936. Sa mère est originaire de Santander dans le nord de l’Espagne.

 


MISE À JOUR

 

Réforme des retraites : « Extrêmement déçu » par le recours à l’article 49.3, le sénateur Michel Amiel quitte La République en marche

« Ces pratiques nous éloignent de plus en plus des aspirations des gens », explique le sénateur Michel Amiel , aussi candidat aux municipales aux Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône),

 

Le recours à l’article 49.3 ne passe pas. Et pas seulement dans l’opposition. « Extrêmement déçu« , le sénateur LREM des Bouches-du-Rhône Michel Amiel a décidé de quitter La République en marche à la suite de l’annonce du Premier ministre devant l’Assemblée nationale, samedi 29 février. « Dégainer le 49.3, un samedi soir, en pleine période de coronavirus, est pour le moins malheureux », a expliqué le sénateur, dimanche 1er mars, sur BFMTV.

« Ces pratiques nous éloignent de plus en plus des aspirations des gens », explique le sénateur, aussi candidat aux municipales aux Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône), dans Le Figaro« Je siégerai avec les Constructifs, car je ne m’imagine pas partager le même banc que le Front national [devenu Rassemblement national]. Ne serait-ce qu’administrativement ! » a-t-il indiqué


Recours au 49.3 sur la réforme des retraites : « Nos trois groupes déposeront une motion de censure dans les 24 heures », annonce André Chassaigne

« Dès que j’ai écouté en séance la déclaration du Premier ministre, j’ai tout de suite pris contact avec les collègues du groupe socialiste et de la France insoumise. Il n’y a eu aucune hésitation, nos trois groupes déposeront une motion de censure dans les 24 heures. »
André Chassaigne (GDR)

 

 

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé samedi 29 février devant les députés à l’Assemblée nationale qu’il allait recourir l’article 49.3 de la Constitution pour faire adopter sans vote le projet de réforme des retraites, dénonçant une « stratégie d’obstruction délibérée » de la part de certains députés. 

Suite à cette annonce, le député du Parti communiste de la 5e circonscription du Puy-de-Dôme et président du groupe de la Gauche démocrate et républicaine à l’Assemblée nationale a réagi sur franceinfo. « Nos trois groupes [la Gauche démocrate et républicaine, La France insoumise et Socialistes et apparentés] déposeront une motion de censure dans les 24 heures », a annoncé André Chassaigne.

 

 

 

 

 

 

Un intellectuel français condamné à 2 mois de prison pour avoir qualifié l’immigration de masse d ‘«invasion»

Obligé de verser 1800 euros à des organisations antiracistes pour son crime d’opinion.

Reynaud Camus entouré de supporteurs lors d’un rassemblement l’an passé.

L’intellectuel français Reynaud Camus a été condamné à 2 mois de prison avec sursis pour avoir déclaré que l’immigration massive en Europe représente une «invasion».

Camus ne pourra éviter la prison qu’en versant 1800 euros à deux organisations «antiracistes», SOS Racisme et la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme).

L’homme, qui est l’auteur du Grand Remplacement (The Great Replacement), a été inculpé «d’incitation publique à la haine ou à la violence sur la base de l’origine, de l’ethnie, de la nationalité, de la race ou de la religion».

La condamnation découle d’un discours prononcé en novembre 2017 à Colombey-les-deux Eglises devant le Conseil national de la résistance européenne dans lequel Camus a déclaré: «L’immigration est devenue une invasion».

« La colonisation irréversible est la colonisation démographique, par le remplacement de la population », a déclaré l’auteur, ajoutant: « La substitution ethnique, le grand remplacement, est l’événement le plus important de l’histoire de notre nation depuis son existence; comme pour les autres, si l’histoire continue, ce ne sera pas celle de la France. »

Camus a également appelé à un «consensus national de résistance» pour s’opposer à l’islamisation dans «la lutte pour le salut de notre civilisation commune, celtique, slave, germanique, gréco-latine, judéo-chrétienne».

Reynaud Camus:un homme de réflexions sur notre avenir collectif!

La partie du discours de Camus qui a spécifiquement attiré l’attention des juges était lorsqu’il a parlé du remplacement des Européens.

Camus a déclaré que l’immigration de masse «est la substitution, la tendance à tout remplacer par son émulateur, normalisé, standardisé, interchangeable: l’original avec sa copie, l’authentique avec son imitation, le vrai avec le faux, les mères avec les mères porteuses, la culture avec du temps libre et du divertissement. « 

La France subit des attaques terroristes islamiques sur une base tellement routinière que ce n’est même plus un sujet d’actualité important. Beaucoup de ces terroristes sont radicalisés par des mosquées qui échappent à tout contrôle policier, mais Camus doit être puni pour son crime d’opinion.

Et voila. La liberté d’expression est désormais un crime en France.

EN CONCLUSION

Ce qui arrive en France,s’intègre hypocritement dans la société québécoise,mon pays,une petite île dans l’océan menacé de l’Occident Chrétien!

Lentement mais surement,l’idée fait son chemin dans ce qui sert de cervelle à Justin Trudeau,premier-ministre  libéral du Canada.Nous avons vu récemment l’utilisation de la vieille méthode déjà éprouvée lors du dernier référendum sur la souveraineté du Québec,en 1995.Il s’agit de  financer des  petits groupes,corrompre  le plus possible,sans que l’on apparaisse dans le portrait…et ça marche!

La loi 21 sur la laïcité au Québec,est une loi qui peut protéger au minimum nos institutions nationales,mais pour les fédéralistes,c’est inacceptable!Pour Justin Trudeau,comme pour jadis,son père,il est intolérable que le Québec  cherche davantage à se protéger de son sacro-saint multiculturalisme,surtout face aux musulmans très radicaux qui sont déjà anglicisés et qui prêchent comme lui,l’élimination de toute « colonne vertébrale » venant du peuple québécois et de son gouvernement,même s’il s’agit d’un nationalisme mou!Dans le futur,vouloir devenir un Québec fort,va être catalogué comme étant du racisme,de l’antisémitisme du fascisme,etc,etc,etc

Je pense sérieusement que Reynaud Camus vient de nous montrer une voie sérieuse pour combattre et revendiquer notre liberté d’opinion.Son appel à un «consensus national de résistance» pour s’opposer à l’islamisation dans «la lutte pour le salut de notre civilisation commune, celtique, slave, germanique, gréco-latine, judéo-chrétienne» résonne très fort dans mon esprit et m’interpelle ,ici-même,au coeur de mon beau pays du Québec.

Vivement organisons notre résistance nationale face à l’oppression de la gauche agenouillée devant l’Islam!Ne nous laissons pas « remplacer » par ces fanatiques dociles!

Vive la France et vive  le Québec Libre!

Vive Reynaud Camus!