Publicités
Accueil

Épuisement des ressources naturelles

Laisser un commentaire

Time : 23 mn 23 Les métaux courent à l’épuisement et il est temps de s’en inquiéter Si l’or, l’argent, ou encore le fer sont les métaux dont on entend le plus souvent parler, ils sont loin d’être les seuls dont nos économies modernes se sont rendues dépendantes. Loin de servir […]

via Épuisement des ressources naturelles — Aphadolie

Publicités

Le Québec sous la gérance du crime organisé:la fausse démocratie de la ville de Québec

2 commentaires

Nous approchons des élections municipales,voici un véritable écho de la fraude orchestrée par l’oligarchie du pétrole pour nous laver le cerveau avec leurs « mensonges de démocrates sérieux »:

Un solide aperçu de la pseudo-démocratie dans la Ville de Québec….Un article d’Anne Morin en février 2017!

Voici un article qui est passé sous silence dans nos savant médias cette semaine, et je vais vous dire une chose et c’est à l’effet que même discuter deviens de plus en plus difficile dans la communauté à Québec et je l’ai encore expérimenté cette semaine dans une réunion ou je suis allé mercredi soir dernier sur la question d’agrandissement du Port de Québec auquel pas grand médias en ont parlé à part le Journal Le Soleil ! Un projet d’environ 1 Milliard en tout et partout incluant les investisseurs privé ! C’est l’article dans la rubrique!

Et vous remarquerez que de un, mon nom n’est pas dans l’article en question, car j’ai dû en surprendre plus d’un puisqu’ à cette rencontre-là, j’ai demandé à la présidente Mme Émond et le DG du Port de Québec Monsieur Mario Girard qui était surplace d’attendre le dépôt du Rapport que la Consultation organisé par le Député Monsieur Steven Blainey sur le Troisième lien, qui aura lieu le 15 février prochain à Lévis d’attendre avant de prendre toute décisions.

Car voyez-vous à cette occasion un ingénieur ou architecte aura la chance semble-t-il d’exposer des plans relativement à un possible troisième lien entre la rive sud et la rive Nord et qui semble-t-il serait plus situé à l’est de la Ville de Québec.
A cet occasion je leur ait dit que dans ce cas précis j’avais encore une fois l’impression de me faire passer quelque chose par en arrière pour citer monsieur Bernard Gauthier…Car voyez-vous le projet d’un troisième lien est un projet dont les coûts sont estimé entre 1 et 4 milliards et que moi je leur ait dit que j’étais visionnaire et que mon idée pourrait être que si on avait un troisième lien à l’est.

Et bien, que ça pourrait par exemple être avec un SRB et soit un Tunnel ou un Pont à partir du Palais des Congrès de Lévis et de traversé à l’Ile d’Orléans pour y embarquer des travailleurs et pour ensuite aussi faire un et/ou des arrêts à Beauport pour y embarquer d’autre travailleurs, et ensuite remonter par une passerelle le SRB qui pourrait être adapter et remonter jusqu’au Palais des Congrès de Québec. Et je pense que ce projet est futuriste et totalement faisable…Lorsque l’on s’arrête pour y penser… ?

Je leur ai aussi dit que le Port de Québec avait en 2005 ou 2006 si ma mémoire est bonne fait des Consultations publique à la veille du 400 iéme anniversaire de la Ville de Québec et que j’avais proposé quelques bonne suggestions qui n’avais pas été retenu, mais au moins une des propositions que j’avais fait à l’époque fut mis en branle dont l’installation de nombreux bancs pour pouvoir s’assoir dans le Port de Québec et avec le nouvelle Agora et l’Agrandissement du Terminal de Croisière, cela devenait un Must ! Et tout cela pour vous dire que notre implication citoyenne est très importante car un amis à moi à l’époque m’avait fait remarquer que l’installation de Bancs Publique n’était semble-t-il pas dans les Plans…!

De plus, toujours à cette même Consultation sur l’agrandissement de la Baie de Beauport de mercredi soir dernier, j’ai terminé en leur disant que je souhaiterais qui si l’on devait refaire la Piste cyclable ou un nouvelle aménagement dans ce secteur en relation avec la mobilité, je souhaiterais que des bornes de recharge pour les micros moyens de transport comme les quadri-porteur électrique qui en passant sont plus nombreuses que les voiture 100% électrique au Québec…

Et bien, que des bornes soient installées un peu partout sur le futur parcours …Car je leur ai demandé en 2008 à la ville de Québec et le conseiller municipale de l’époque m’avait répondu que c’était quelque chose de très important ? Mais rien n’a été fait depuis, et ce, même après en avoir parlé avec plusieurs interlocuteurs, et j’ai même déposé une lettre que j’ai reçus du côté fédérale, et qui m’a renvoyé du côté municipale et provincial et je leur ai indiqué que c’étaient des spécialistes de nous faire tourner en rond ?

Enfin, j’ai conclu ma présentation de trois minutes en leur disant qu’il y aurait lieu de faire attention pour s’il devait y avoir des installations électrique dans ce secteur de ne pas installer les fameux compteurs intelligent ou de vérifier comme il faut au préalable, car ce secteur contient beaucoup d’oiseaux de tout genre et que cela pourrait semble-t-il avoir un impact sur la migration de certaines espèces et qu’il fallait être très prudent !

Avez-vous vu mon nom et celle de Louise une amie qui m’accompagnait à cette rencontre et qui elle aussi est venu prendre la parole dans cette article… ? Et voulais aussi dire de ne pas oublier d’inclure des Bornes de recharge pour les micros- moyens de transport et à ce moment précis la foule commençait à murmurer fort à l’arrière…Et là, je m’en suis mêlé en disant très fort,«laissé la parlé… ! Car j’ai dit, ce quel demande est juste se prononcer… et je vois toute les têtes blanche ici présente et que votre tour s’en vient… et ce ne sera pas long que les couches pour incontinences et les patates en poudre vont venir bien plus vite que vous pensez…Oh… j’étais hors de moi-même et Louise s’est aussi sentie très humiliée, je le sentais….C’est effrayant de ne pas être capable d’échanger librement dans la Capitale Nationale du Québec….Ouf….

En conclusion, le point ou je voulais en venir avec ce projet de Troisième lien est plus que ce projet va coûter autour semble-t-il de 1 à 4 milliards de dollars et les citoyens de la ville de Québec vont devoir le 15 février prochain aller du côté de Lévis pour être consulté… ? Alors qu’ici le Maire Labeaume, ne parle pas de demander aux citoyens de s’exprimer la dessus ? Et pire encore, l’autre jour à moins que je ne me trompe, il semblait vouloir être prêt à signer pour le SRB immédiatement… ? Au lieu de voir tout le projet du troisième lien comme un tout ! Un peu comme cela s’est fait à Montréal avec je crois que c’est le Pont Champlain… ?

Car n’oublier pas il ne s’agit pas d’un projet de 1 million de dollars ? Mais bien entre 1 et 4 milliards de beaux dollars pour le Troisième lien et celui de la Baie de Beauport 1 autre milliard cela fait beaucoup d’argent n’est-ce pas ? Mais le point important que je veux soulever ici est le suivant; Vous souvenez-vous du projet Rabaska ?

Et bien, pour faire du comparable :ce projet en était un de 840 millions et avait nécessité un Audience Publique de 19 jours à Expo cité et un peu partout sur le territoire et avait totalisé 124 heures de jours d’audiences, 699 mémoires avait été déposé. Et totalisait 25,000  pages de documents. Alors que nous à Québec pour le projet d’un Troisième lien à ce jour… C’est zéro de Consultations publique pour les citoyens de la ville de Québec, sauf pour celle qui aura lieu le 15 février 2017 au Centre des Congrès de Lévis et organisé par le député fédérale Monsieur Steven Blainey ! Je crois que la démocratie est plus que malade à Québec…si vous voulez mon opinion ! Et que c’est certain que les médias ne vous disent pas tous, car ce que je vous ai écrit ici n’était pas dans cet article !

Maintenant, vous comprenez mieux que nous les Citoyens allons devoir devenir nous-même des journaliste(s) pour avoir les vrais nouvelles ?

Depuis la parution de cet article en février 2017,tout est mort on entend plus parler de rien? Bizarre non…!

Comme pour parodier le capitaine Kirk!Tout cet argent s’en va dans un trou noir…ou dans la quatrième dimension!

 *Une dénonciation de Patrice Fortin dans Facebook.

Crise Économique Mondiale:Les USA de Trump à un mois du défaut de paiement

Laisser un commentaire

Le compte-à-rebours est enclenché!

Dans un mois, les caisses du gouvernement américain seront vides si le plafond de la dette publique n’est pas relevé. Les experts ont déjà ouvert le concours du scénario le plus apocalyptique.

Plus le pronostic est sinistre, plus grand sera son écho auprès du public — c’est logique. Et c’est précisément le coup marketing parmi d’autres qu’a décidé d’utiliser l’agence de notation Standard & Poor’s. D’ailleurs, c’est elle qui avait réduit la note de crédit des USA en 2011, précisément après la dernière tentative ratée d’augmenter le plafond de la dette publique. Selon Vestifinance.

Il suffit de noter le titre de l’article publié par l’agence pour comprendre: «With A Shutdown, There Will Be Blood» («En cas d’arrêt du gouvernement, le sang va couler»). L’article continue sur le même ton dramatique.

Ainsi, l’économiste du département américain de S&P Beth Ann Bovino déclare que si le plafond de la dette publique n’était pas relevé, cela provoquerait des conséquences encore plus catastrophiques qu’après l’effondrement de Lehman Brothers. De plus, on pourrait assister à un véritable crash anéantissant toute la croissance économique post-crise. 

Par ailleurs, Beth Ann Bovino n’accorde pratiquement aucune attention aux éventuelles conséquences de la dette technique des USA, par exemple une perte potentielle, par le dollar, du statut de monnaie de réserve. L’économiste se concentre essentiellement sur les pertes subies pour l’économie en cas d’arrêt du travail du gouvernement.

En particulier, elle écrit que si la suspension du travail du gouvernement arrivait au début du prochain trimestre, elle coûterait au PIB du pays au moins 6,5 milliards de dollars par semaine. Beth Ann Bovino base son analyse sur l’expérience des anciens shutdowns en 1995-1996 et de l’arrêt du travail du gouvernement pendant 16 jours en octobre 2013.

Par ailleurs, Beth Ann Bovino, tout comme les analystes de Goldman Sachs, ne croît pas vraiment à un arrêt du travail fin septembre, du moins elle estime cette probabilité peu plausible. D’autant que les conséquences de l’ouragan Harvey rendent le pire des scénarios moins probable.

D’un autre côté, l’économiste de S&P ne s’empresse pas d’annoncer une fin positive à cette histoire. «Miser sur la réflexion rationnelle du gouvernement américain pourrait être risqué», écrit-elle.

Et manifestement, les acteurs du marché sont du même avis. La marge de revenus sur les lettres de change expirant en octobre et en septembre a considérablement augmenté hier, ce qui confirme l’anxiété des investisseurs. La disposition actuelle signifie que les investissements dans les obligations de dette expirant en octobre paraissent très risqués. Si le shutdown avait lieu, ces titres pourraient ne pas être remboursés.

Sources:
https://fr.sputniknews.com/presse/201709011032874533-gouvernement-americain-dette-publique-defaut/

L’éventuelle destitution de Trump fera s’effondrer le billet vert

2 commentaires

Le prix du dollar américain reposant sur la stabilité politique du pays, toute tentative de destitution du Président américain conduira à une chute du billet vert.

Toute aggravation de l’instabilité politique aux États-Unis se répercutera d’une manière négative sur la devise nationale américaine, considère l’économiste John Williams. Ce dernier prévient en outre que l’éventuelle tentative pour destituer le Président Donald Trump conduira à l’effondrement du billet vert.

Le temps est compté: Que se passera-t-il le jour où le dollar s’effondrera ?

Cette fiction-réalité, produite et réalisée par la National Inflation Association (Association Nationale sur l’Inflation Américaine), anticipe sur le futur économique des États-Unis, et par extension celle du monde.

Cela peut vous paraître délirant mais petit à petit, certains pays commencent à délaisser voire abandonne le dollar comme monnaie d’échange. Et cette tendance semble s’accélérer puisque la BCE échange pour la première fois des dollars contre des yuans.

 

«L’instabilité politique aux États-Unis aggravera à l’avenir les problèmes économiques. Mais il y a un aspect qui aura un effet immédiat: la tentative de destitution de Donald Trump. Si elle a lieu, cela portera un coup dur au dollar», a-t-il déclaré dans un entretien à l’édition en ligne USA Watchdog.

Et d’expliquer que la stabilité politique, au moins en apparence, est un des piliers sur lesquels repose la valeur du billet vert. Or, actuellement on note à Washington des divergences politiques très sérieuses, explique-t-il. «Autant que je m’en souvienne, rien de tel ne s’est jamais produit aux États-Unis. Le Président américain n’a en fait aucune possibilité d’agir sur la situation économique. Je m’attendais à ce que Trump soit élu en raison la situation économique vulnérable. Trump a gagné, car les électeurs n’étaient pas contents de la situation économique dans le pays. Ils voulaient qu’elle s’améliore. Or, s’il est destitué, il est peu probable que la situation économique américaine s’améliore», a-t-il expliqué.

Il rappelle que l’animosité de la part du Parti démocrate était présente dès l’arrivé de Donald Trump au pouvoir. Toutefois, ces derniers temps, sur fond d’absence de progrès sur un certain nombre de fronts, le Président a commencé à critiquer Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat. Comme l’indique John Williams, à cause du pressing permanent de l’establishment médiatique qui est exercé sur lui, le 45è Président des États-Unis entre de plus en plus souvent en confrontation avec des représentants des élites politiques du pays.

Est-ce le début de la fin des Etats-Unis d’Amérique ? Comme le disait Abraham Lincoln le mercredi 16 Juin 1858 à Springfield dans l’Illinois: « Une maison divisée contre elle-même ne peut tenir debout », et nous vivons aujourd’hui au sein d’une union brisée.

Depuis mes plus jeunes années, je n’ai jamais vu autant de conflits, de discorde, d’amertume et de ressentiment dans ce pays. Tout le monde peut voir ce qui se passe, mais personne semble être en capacité de stopper ce processus.

Sur le plan politique, vous avez des dizaines de millions d’américains qui tentent de tirer l’Amérique dans un sens, et en même temps, vous avez des dizaines d’autres millions d’américains qui essaient de la pousser dans l’autre sens. Comme je l’ai déjà expliqué dans un précédent article, le terme « guerre civile » est maintenant lancé par certains experts même si personne n’a encore vu un tel scénario se matérialiser. L’Amérique est une nation profondément divisée et brisée, et si elle ne trouve pas rapidement le moyen de résoudre ses problèmes alors ce pays tel que nous le connaissons depuis tant d’années n’existera plus.

Tous les sondages et enquêtes d’opinion qui ont été réalisées récemment confirment ce que je dis. Par exemple, l’enquête de l’institut de sondage américain Gallup menée après l’élection en Novembre montre que 77% des Américains pensent que leur pays est profondément bipolarisé.

En conclusion:mêmes les républicains veulent reverser Donald Trump

Mark Cuban n’est pas prêt à lancer une campagne officielle, en bravade contre le président américain, Donald Trump.

Mais M. Cuban, un milliardaire texan qui se décrit comme «férocement indépendant» sur le plan politique, croit que l’occasion se présente de renverser le président républicain, qui est de plus en plus perçu comme incompétent au sein de son propre parti.

«Sa base (électorale) ne se retournera pas contre lui, mais s’il y a quelqu’un avec qui ils peuvent connecter en qui ils peuvent faire confiance, ils pourraient se détourner de lui», a-t-il avancé, en entrevue avec l’Associated Press.

«La porte est grande ouverte. Il est juste question de qui pourra réussir.»

Après seulement sept mois avec Donald Trump en tant que président, les républicains et les indépendants de droite contemplent la possibilité d’écarter le président sortant en 2020. Il s’agit d’une tâche herculéenne, certains diront même d’un fantasme: aucun président de l’histoire moderne n’a été défait par un membre de son propre parti et d’imposants obstacles politiques se dressent sur la route.

Le Comité national républicain, maintenant dirigé par des sympathisants de Trump, travaille de concert avec la Maison-Blanche afin de mettre la table pour un processus favorable au président.

Or, la réaction de Trump au rassemblement meurtrier de suprémacistes blancs à Charlottesville, en Virginie, a enhardi ses détracteurs à suggérer ce qui était auparavant impensable.

Des responsables républicains commencent à se demander à voix haute s’ils pourraient présenter un autre candidat aux primaires présidentielles de 2020. Personne n’est venu de l’avant pour l’instant, et la liste de potentiels intéressés demeure courte.

Le gouverneur républicain de l’Ohio, John Kasich, n’a pas écarté la possibilité de briguer l’investiture républicaine à nouveau en 2020.

Un autre républicain critique de Trump, le sénateur du Nebraska, Ben Sasse, s’est rendu le mois dernier en Iowa — où se tiennent les premiers caucus présidentiels.

Une poignée d’autres personnalités bien nanties sont encouragées à se jeter dans la mêlée, dont le lutteur devenu acteur, Dwayne «The Rock» Johnson.

Après les dérapages de la manifestation de Charlottesville, Donald Trump avait condamné le racisme, mais il avait aussi tenu à dénoncer «les deux camps».

Avant même d’avoir tenu ces propos controversés, ses cotes de popularité n’avaient pas fière allure. Selon un sondage Gallup tenu à la mi-août, seulement 34 pour cent des électeurs disent l’apprécier, contre 79 pour cent des républicains. Ces deux statistiques constituent des points bas pour Donald Trump.

 

Chine : « accro » à Internet, il meurt après 48h dans un centre de rééducation

Un commentaire

En Chine les parents peuvent envoyer leurs enfants accro à internet dans des centres de rééducation assez particuliers. L’addiction à internet y est considérée comme un trouble clinique, et ces centres remettent les enfants sur le droit chemin à coups de méthodes militaires. Et il y a des dérives : un ado en a fait les frais – il y est mort 48 heures après avoir été interné. Son corps était recouvert de cicatrices. 

 

On vous dit souvent que déconnecter est bon pour la santé surtout si vous êtes accro à internet. En Chine, les familles et les autorités prennent la question vraiment très au sérieux. Au point que « l’addiction à internet » y soit considérée comme un trouble d’ordre clinique. Et comme toute maladie, il faut la guérir. C’est pour cela qu’existent depuis 2004, 250 centres à travers tout le pays, où les parents paient très cher une rééducation de leurs enfants qui peut prendre de 4 à 8 mois.

Un marché juteux et en pleine expansion, puisque 24 millions de personnes seraient concernées par ce « mal » des temps modernes. Mais comment dissuade-t-on, en Chine, les ados de vivre hyperconnectés ? À vrai dire, il semble difficile d’avoir envie d’y aller de son gré. Dans leur brochure, ces centres annoncent un mix de cours, de suivi psychologique, de sport, de corvées ménagères…

Les « accros à internet » sont « soignés » via des méthodes inquiétantes

Mais la réalité est toute autre : la preuve, c’est l’histoire de Li Ao, mort à 18 ans, 48 heures seulement après avoir été interné dans l’un de ces centres de rééducation « fermé et isolé » de la province de l’Anhui. La cause du décès n’est pas connue, mais on apprend de l’AFP que son corps été recouvert de cicatrices. La télévision publique CCTV rapporte que le centre « n’avait pas l’autorisation » d’être ouvert.

Et que ses responsables ont été arrêtés. Ses parents s’interrogent désormais : « Les éducateurs du centre nous ont pourtant assurés qu’ils ne frappaient jamais les enfants ni n’utilisaient de châtiments corporels ». Le problème c’est que ce cas n’est pas isolé : il y a par exemple le cas de Guo Lingling, morte selon Chinanews en 2014 des suites d’une commotion cérébrale.

Le jour ou la mère de Guo est venue récupérer le corps de son fils, des élèves lui ont lancé des bouts de papiers avec un appel au secours et le numéro de téléphone de leur famille. Un article du Mouv rapporte également que par le passé, les étudiants pouvaient y subir des méthodes charmantes, comme les chocs électriques. Il y aurait déjà eu une douzaine de décès connus. Et combien d’autres dans les prochaines années ?

 

 

 

 

 

Pyongyang «prêt à donner une leçon aux É.-U.»

Un commentaire

Le plus haut diplomate nord-coréen affirme qu’il ne mettrait «sous aucune circonstance» les armes nucléaires ou les missiles balistiques du pays à la table de négociations.

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong Ho, a aussi dit que son pays n’avait aucunement l’intention d’utiliser des armes nucléaires pour attaquer un pays, à l’«exception des États-Unis». Il a indiqué qu’il en serait autrement uniquement si un pays collaborait à une action des États-Unis contre la Corée du Nord.

Ri Yong Ho devait tenir une conférence de presse à Manille, aux Philippines, où des diplomates asiatiques sont réunis pour une rencontre de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est. Finalement, un porte-parole du ministre a plutôt remis aux journalistes une transcription du discours que Ri Yong Ho a livré à la rencontre.

Le ministre nord-coréen déclare dans ce discours que la responsabilité de la crise dans la péninsule coréenne incombe uniquement à Washington. Il affirme que la Corée du Nord est «prête à donner aux États-Unis une sérieuse leçon avec sa force nucléaire stratégique».

Armés de nouvelles sanctions extraordinaires des Nations unies, des gouvernements tentent de s’assurer que les principaux partenaires commerciaux de la Corée du Nord les mettront en vigueur. Il a s’agit d’une pierre dans l’engrenage par le passé, qui a nui aux tentatives pour amener la Corée du Nord à abandonner ses armes nucléaires.

Le président américain Donald Trump demande une mise en vigueur entière et rapide des nouvelles sanctions. Mais le plus haut diplomate américain a aussi tracé une voie étroite pour le retour à des négociations avec la Corée du Nord.

Le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a affirmé que si la Corée du Nord cesse ses essais de missiles pour une «période prolongée», les États-Unis pourraient déterminer qu’un dialogue est possible avec Pyongyang. Mais il a ajouté qu’il faudrait davantage qu’une simple pause de 30 jours sans essai pour que les États-Unis soient prêts à négocier.

«Nous le croirons quand nous le verrons», a dit M. Tillerson.

Jour du dépassement : l’humanité vit à crédit sur les ressources de la Terre depuis le 2 août 2017

Laisser un commentaire

Ce mercredi 2 août, c’est le le jour du dépassement, c’est à dire le moment de l’année où l’humanité commence à vivre à crédit sur les ressources de la Terre. Sur le plan de l’écologie, cela signifie qu’en sept mois, nous aurons émis plus de carbone que ce que les océans et les forêts sont capables d’absorber en un an. Il nous faut désormais l’équivalent de 1,7 planètes pour subvenir complètement à nos besoins. Il nous en faudra deux en 2030. 

 

 

Le jour du dépassement, c’est aujourd’hui. Dans les 5 mois restants de l’année 2017, nous consommerons plus de ressources que la Terre n’est capable de régénérer, et rejetterons davantage que la Terre n’est capable d’absorber. Ce jour s’avance d’année en année. Alors qu’il nous faudrait 1,7 Terres en moyenne, ces trois infographie du global footprint network, que nous vous avons rajouté en fin d’article, montrent combien de planètes il nous faudrait si tout le monde vivait comme les habitants de certains pays.

On apprend ainsi par exemple qu’il faudrait plus de 5 planètes si tout le monde vivait comme les australiens, et plus de trois si tout le monde vivait comme les français. À l’inverse, si nous vivions tous comme les indiens, une demi-planète suffirait à subvenir à tous nos besoins.  Vous pouvez en générer davantage à cette adresse.

Voici ce que nous expliquions le 28 juillet 2017 :

Chaque année, le jour du dépassement arrive un peu plus tôt, un indicateur qui revient nous rappeler que l’humanité vit à crédit sur les ressources de la Terre. L’année dernière, on commençait à vivre à crédit à partir du 8 août. En 2017, ce sera à partir de mercredi prochain. Nous aurons consommé les ressources que la Terre est capable de renouveler en un an. L’occasion de rappeler que les plantes, poussées à bout, absorbent de plus en plus de CO2.

Écologie : L’humanité vivra à crédit dès le 8 août 2017

Ce n’est sans doute pas la première fois que vous en entendez parler. Le jour du dépassement revient tous les ans sur le devant de la scène, et particulièrement ces dernières années, car sa date fait de plus en plus froid dans le dos. Pour faire un bref rappel de ce dont il s’agit.

La date du dépassement est calculée par l’ONG Global Footprint Network, qui en est à l’origine. Elle la détermine sur la base de l’empreinte carbone, des ressources consommées par les humains pour leurs activités et besoins quotidiens : la pêche, l’élevage, les cultures, la construction et l’utilisation d’eau. Comme le note l’ONG dans un communiqué, il nous faut désormais l’équivalent de 1,7 planète pour subvenir à nos besoins. Et pour cause :

Cela signifie qu’en sept mois, nous avons émis plus de carbone que ce que les océans et les forêts ne pouvaient absorber en un an, nous avons pêché plus de poissons, coupé plus d’arbres, fait plus de récoltes, consommé plus d’eau que ce que la Terre a pu produire sur cette même période

Pour finir, l’organisation note qu’en 1997, le jour du dépassement avait été atteint fin septembre. Vingt ans après, la date continue de monter et s’approche désormais du mois de juin. Les choses sont peuvent heureusement être corrigées et il faudra pour ce faire réduire les émissions de gaz à effet de serre. On reste peu optimiste quand on sait que Donald Trump a récemment retiré les USA de l’accord de Paris.

 

 

 

 

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :