Publicités
Accueil

Chine : « accro » à Internet, il meurt après 48h dans un centre de rééducation

Un commentaire

En Chine les parents peuvent envoyer leurs enfants accro à internet dans des centres de rééducation assez particuliers. L’addiction à internet y est considérée comme un trouble clinique, et ces centres remettent les enfants sur le droit chemin à coups de méthodes militaires. Et il y a des dérives : un ado en a fait les frais – il y est mort 48 heures après avoir été interné. Son corps était recouvert de cicatrices. 

 

On vous dit souvent que déconnecter est bon pour la santé surtout si vous êtes accro à internet. En Chine, les familles et les autorités prennent la question vraiment très au sérieux. Au point que « l’addiction à internet » y soit considérée comme un trouble d’ordre clinique. Et comme toute maladie, il faut la guérir. C’est pour cela qu’existent depuis 2004, 250 centres à travers tout le pays, où les parents paient très cher une rééducation de leurs enfants qui peut prendre de 4 à 8 mois.

Un marché juteux et en pleine expansion, puisque 24 millions de personnes seraient concernées par ce « mal » des temps modernes. Mais comment dissuade-t-on, en Chine, les ados de vivre hyperconnectés ? À vrai dire, il semble difficile d’avoir envie d’y aller de son gré. Dans leur brochure, ces centres annoncent un mix de cours, de suivi psychologique, de sport, de corvées ménagères…

Les « accros à internet » sont « soignés » via des méthodes inquiétantes

Mais la réalité est toute autre : la preuve, c’est l’histoire de Li Ao, mort à 18 ans, 48 heures seulement après avoir été interné dans l’un de ces centres de rééducation « fermé et isolé » de la province de l’Anhui. La cause du décès n’est pas connue, mais on apprend de l’AFP que son corps été recouvert de cicatrices. La télévision publique CCTV rapporte que le centre « n’avait pas l’autorisation » d’être ouvert.

Et que ses responsables ont été arrêtés. Ses parents s’interrogent désormais : « Les éducateurs du centre nous ont pourtant assurés qu’ils ne frappaient jamais les enfants ni n’utilisaient de châtiments corporels ». Le problème c’est que ce cas n’est pas isolé : il y a par exemple le cas de Guo Lingling, morte selon Chinanews en 2014 des suites d’une commotion cérébrale.

Le jour ou la mère de Guo est venue récupérer le corps de son fils, des élèves lui ont lancé des bouts de papiers avec un appel au secours et le numéro de téléphone de leur famille. Un article du Mouv rapporte également que par le passé, les étudiants pouvaient y subir des méthodes charmantes, comme les chocs électriques. Il y aurait déjà eu une douzaine de décès connus. Et combien d’autres dans les prochaines années ?

 

 

 

 

 

Publicités

Pyongyang «prêt à donner une leçon aux É.-U.»

Un commentaire

Le plus haut diplomate nord-coréen affirme qu’il ne mettrait «sous aucune circonstance» les armes nucléaires ou les missiles balistiques du pays à la table de négociations.

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong Ho, a aussi dit que son pays n’avait aucunement l’intention d’utiliser des armes nucléaires pour attaquer un pays, à l’«exception des États-Unis». Il a indiqué qu’il en serait autrement uniquement si un pays collaborait à une action des États-Unis contre la Corée du Nord.

Ri Yong Ho devait tenir une conférence de presse à Manille, aux Philippines, où des diplomates asiatiques sont réunis pour une rencontre de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est. Finalement, un porte-parole du ministre a plutôt remis aux journalistes une transcription du discours que Ri Yong Ho a livré à la rencontre.

Le ministre nord-coréen déclare dans ce discours que la responsabilité de la crise dans la péninsule coréenne incombe uniquement à Washington. Il affirme que la Corée du Nord est «prête à donner aux États-Unis une sérieuse leçon avec sa force nucléaire stratégique».

Armés de nouvelles sanctions extraordinaires des Nations unies, des gouvernements tentent de s’assurer que les principaux partenaires commerciaux de la Corée du Nord les mettront en vigueur. Il a s’agit d’une pierre dans l’engrenage par le passé, qui a nui aux tentatives pour amener la Corée du Nord à abandonner ses armes nucléaires.

Le président américain Donald Trump demande une mise en vigueur entière et rapide des nouvelles sanctions. Mais le plus haut diplomate américain a aussi tracé une voie étroite pour le retour à des négociations avec la Corée du Nord.

Le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a affirmé que si la Corée du Nord cesse ses essais de missiles pour une «période prolongée», les États-Unis pourraient déterminer qu’un dialogue est possible avec Pyongyang. Mais il a ajouté qu’il faudrait davantage qu’une simple pause de 30 jours sans essai pour que les États-Unis soient prêts à négocier.

«Nous le croirons quand nous le verrons», a dit M. Tillerson.

Jour du dépassement : l’humanité vit à crédit sur les ressources de la Terre depuis le 2 août 2017

Laisser un commentaire

Ce mercredi 2 août, c’est le le jour du dépassement, c’est à dire le moment de l’année où l’humanité commence à vivre à crédit sur les ressources de la Terre. Sur le plan de l’écologie, cela signifie qu’en sept mois, nous aurons émis plus de carbone que ce que les océans et les forêts sont capables d’absorber en un an. Il nous faut désormais l’équivalent de 1,7 planètes pour subvenir complètement à nos besoins. Il nous en faudra deux en 2030. 

 

 

Le jour du dépassement, c’est aujourd’hui. Dans les 5 mois restants de l’année 2017, nous consommerons plus de ressources que la Terre n’est capable de régénérer, et rejetterons davantage que la Terre n’est capable d’absorber. Ce jour s’avance d’année en année. Alors qu’il nous faudrait 1,7 Terres en moyenne, ces trois infographie du global footprint network, que nous vous avons rajouté en fin d’article, montrent combien de planètes il nous faudrait si tout le monde vivait comme les habitants de certains pays.

On apprend ainsi par exemple qu’il faudrait plus de 5 planètes si tout le monde vivait comme les australiens, et plus de trois si tout le monde vivait comme les français. À l’inverse, si nous vivions tous comme les indiens, une demi-planète suffirait à subvenir à tous nos besoins.  Vous pouvez en générer davantage à cette adresse.

Voici ce que nous expliquions le 28 juillet 2017 :

Chaque année, le jour du dépassement arrive un peu plus tôt, un indicateur qui revient nous rappeler que l’humanité vit à crédit sur les ressources de la Terre. L’année dernière, on commençait à vivre à crédit à partir du 8 août. En 2017, ce sera à partir de mercredi prochain. Nous aurons consommé les ressources que la Terre est capable de renouveler en un an. L’occasion de rappeler que les plantes, poussées à bout, absorbent de plus en plus de CO2.

Écologie : L’humanité vivra à crédit dès le 8 août 2017

Ce n’est sans doute pas la première fois que vous en entendez parler. Le jour du dépassement revient tous les ans sur le devant de la scène, et particulièrement ces dernières années, car sa date fait de plus en plus froid dans le dos. Pour faire un bref rappel de ce dont il s’agit.

La date du dépassement est calculée par l’ONG Global Footprint Network, qui en est à l’origine. Elle la détermine sur la base de l’empreinte carbone, des ressources consommées par les humains pour leurs activités et besoins quotidiens : la pêche, l’élevage, les cultures, la construction et l’utilisation d’eau. Comme le note l’ONG dans un communiqué, il nous faut désormais l’équivalent de 1,7 planète pour subvenir à nos besoins. Et pour cause :

Cela signifie qu’en sept mois, nous avons émis plus de carbone que ce que les océans et les forêts ne pouvaient absorber en un an, nous avons pêché plus de poissons, coupé plus d’arbres, fait plus de récoltes, consommé plus d’eau que ce que la Terre a pu produire sur cette même période

Pour finir, l’organisation note qu’en 1997, le jour du dépassement avait été atteint fin septembre. Vingt ans après, la date continue de monter et s’approche désormais du mois de juin. Les choses sont peuvent heureusement être corrigées et il faudra pour ce faire réduire les émissions de gaz à effet de serre. On reste peu optimiste quand on sait que Donald Trump a récemment retiré les USA de l’accord de Paris.

 

 

 

 

 

Ethereum : des pirates volent l’équivalent de 32 millions de dollars grâce à une énorme faille de sécurité

3 commentaires

Des hackers ont réussi à subtiliser l’équivalent de 32 millions de dollars d’ethers, l’unité de la crypto-monnaie Ethereum. Ils ont exploité une importante faille dans une version du client Parity, une plateforme de gestion de portefeuilles Ethereum signatures. C’est la troisième opération de ce genre organisée en quelques jours. 

 

 

Malgré la chute du cours de l’Ethereum qui pourrait faire baisser les prix de certaines cartes graphiques en occasion, la crypto-monnaie n’a jamais été aussi populaire. Du moins, auprès des hackers. Quelques jours après le vol de l’équivalent de 7 millions de dollars d’Ethereum, un autre pirate vient de s’arroger la bagatelle somme de 32 millions de dollars, sans arme, ni violence. Un record.

Ethereum : nouvelle opération de siphonnage par des pirates

C’est la 3e attaque qui implique la monnaie cryptographique ces dernière semaines. Fin juin, Bithumb, l’une des plus importantes plate-formes d’échange de crypto-monnaies au monde avait elle aussi été piratée. Plus d’un million de dollars ont été frauduleusement  extirpés des comptes de plusieurs usagers de la plateforme. Ce n’était que la première étape d’une série d’opérations organisées par des malandrins encore non identifiés.

Cette fois-ci, c’est la société britannique Parity Technologies qui affirme avoir été victime d’un vol de 32 millions de dollars sur sa plateforme Parity, dans un communiqué publié cette semaine. Parity est un client permettant à ses utilisateurs de gérer leurs portefeuilles Ethereum. Comme l’explique la société dans son communiqué, certaines versions du client présentent des vulnérabilités dont se sont servis un ou des pirates pour subtiliser l’équivalent de 32 millions de dollars d’ethers sur les comptes de 3 grosses entreprises.

Au final, l’aspect positif de cette histoire est que lorsque la vulnérabilité a été signalée, des hackers « White Hat », c’est à dire ceux situés du côté lumineux de la force ont pu sauver l’équivalent de près de 87 millions de dollars d’ethers (377.000) en les transférant des portefeuilles  affectés par la faille.

 


Voilà comment tout a coomencé vers le 16 juillet 2017:

Un hacker a dérobé 7 millions de dollars lors d’une levée de fonds

 

Un hacker a dérobé l’équivalent de 7 millions de dollars d’Ether, l’unité de compte de la crypto-monnaie Ethereum. Cette opération éclair s’est déroulée en 3 minutes au cours d’une campagne de levée de fonds sur la plateforme Coindash. Pour le moment, impossible de retrouver les traces du pirate qui se trouve derrière ce forfait.

Le fondateur d’Ethereum

 

Nous assistons à la montée fulgurante de l’Etherum, qui est solidement installé à la deuxième place du marché des monnaies cryptographiques, derrière le Bitcoin. Très énergivore, le minage de crypto-monnaies comme le Bitcoin et l’Ethereum consomme énormément d’électricité. Mais une autre pratique qui devient populaire est celle des levées de fonds en monnaie crypto-graphique. Une campagne qui s’est déroulée récemment a permis à un hacker de s’en tirer avec un gros paquet.

Le centre névralgique d’Ethereum…on dirait un bric-à-brac qui n’a rien à voir avec Microsoft!!!

De plus en plus d’entreprises se financent par le biais de levées de fonds en crypto-monnaie. La plateforme Coindash qui est consacrée à ce type d’opération, a été victime du vol de près de 7 millions de dollars par un pirate non identifié. Ce braquage incognito s’est déroulé en à peine 3 minutes lors d’une campagne de financement. Comment cela a pu se faire aussi facilement ?

La courbe d’enrichissement de l’ethereum:on dirait la courbe de la dette américaine!

Comme l’explique l’entreprise à travers un communiqué,  le hacker a réussi à modifier un petit détail sur le site CoinDash alors que commençait une levée de fonds en crypto-monnaie. En effet, le pirate a changé l’adresse du portefeuille Ethereum du destinataire pour la remplacer par la sienne. C’est comme si on remplaçait vos coordonnées bancaires par celles d’une autre personne lors d’un virement.

Résultat, plutôt que les fonds aillent sur le compte de l’entreprise financée, ils sont directement allés dans les poches du hacker. Trois minutes, c’est le temps qu’il a fallu pour que les responsables de CoinDash découvrent et mettent fin à la duperie. Entre temps, un nombre important de contributeurs avaient déjà investi près de 7 millions de dollars.

Le pire pour ces derniers, c’est que l’adresse Ethereum utilisée par le hacker est intraçable. Impossible donc d’identifier le malandrin. De nombreux commentaires sont apparus  sur les réseaux sociaux, accusant Coindash d’être derrière ce coup, une allégation que l’entreprise réfute catégoriquement, bien entendu.

Voici ce qu’il est convenu d’appeler un « ethereum rig clone » permettant de faire des transactions dans ce milieu…donc pour faire cette arnaque,il faut connaître et posséder cette grosse bébelle!

Autre détail de la bébelle: 4 cartes graphiques!

 

La guerre semble enclenchée!

N’oubliez pas qu’Ethereum est associé à de grandes banques capitalistes comme JP Morgan…ce qui n’est pas un gage d’honnêteté!

 

 

Apollo 11 : un supposé sac de poussière de Lune rapporté par Neil Armstrong a été vendu 1.8 million de dollars

Laisser un commentaire

La  supposée « mission Apollo 11 » aurait permis a Neil Armstrong de rapporter des sacs de poussière de Lune : l’un d’entre eux vient d’être vendu 1.8 million de dollars ! Cette vente, non approuvée par la NASA, permet a l’ancienne propriétaire de faire une affaire : elle avait acheté ce sac 1.000 dollars sans en connaitre le contenu…

 

 

Hier, une cartouche de jeu NES a été vendue aux enchères pour plus de 40.000 dollars. La rareté de l’objet est ici tout autre puisqu’il est question de poussière en provenance de notreLune. Un sac qui en est rempli vient d’être vendu par Sotheby’s, un groupe de sociétés internationales de vente aux enchères.  Le sac a rapporté 1.8 million de dollars à la vendeuse, alors que la NASA était totalement contre la vente !

Nous voilà bien loin des 101.325 dollars rapportés par la vente aux enchères de l’Apple-1 ! Ce cas est spécial puisqu’il a été rapporté par Neil Armstrong après la mission Apollo 11 en 1969. Il a ensuite été volé en 2003 par un homme peu scrupuleux, qui a fini par être arrêté par les autorités., rapporte The Independant. Ses biens avaient été saisis et soit rendus à leurs propriétaires, soit vendus aux enchères.

Et vous l’aurez compris, ce sac en faisait partie. Sauf que son contenu n’avait pas encore été parfaitement identifié et a donc fini dans les mains de Nancy Clarson pour seulement 1.000 dollars ! Pour en savoir plus, elle a décidé de l’envoyer pour expertise à la NASA, qui a rapidement fait le lien avec le vol. L’agence a donc décidé de tout mettre en œuvre pour garder le sac, qui selon elle « appartient aux Américains ».

 

Seulement, selon le juge Thomas Marten en charge de l’affaire qui a suivi,  le sac n’aurait effectivement jamais dû être mis en vente dans un premier temps, mais annuler la vente est impossible. La NASA a donc renvoyé le sac à Nancy Clarson, qui a récemment contacté Sotheby’s pour le revendre. Une vente qui a finalement rapporté 1.8 million de dollars… Un bel investissement, en somme.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nintendo NES : une cartouche de Stadium Events, un jeu vidéo rarissime, s’est vendue plus de 40.000 dollars

Un commentaire

Une cartouche de Stadium Events, un jeu vidéo rarissime de la Nintendo NES vient d’être vendu pour plus de 40.000 dollars ! Un prix monstrueux qui s’explique par l’histoire du produit : commercialisé pendant quelques semaines seulement avant d’être remplacé par une nouvelle version, en trouver un sous blister est aujourd’hui quasiment impossible.

 

À ce prix là, il vaut mieux le garder dans son emballage… Et ça tombe bien puisque le jeu vidéoen question est sous blister, ce qui n’arrive pas tous les jours. Il s’agit du jeu Nintendo NES Stadium Events, un jeu édité par Bandai en 1986. Ce jeu extrêmement rare a été vendu via eBay pour plus de 40.000 dollars, soit  plus de 36.500 euros. Une transaction qui rappelle la récente vente de l’Apple-1 pour à peine 101.325 dollars

Le déroulé de la transaction a été rapporté par Kotaku : le jeu a tout d’abord été mis aux enchères sur eBay, mais l’acheteur n’avait pas donné de suite à l’échange. Un accord a donc été trouvé en privé peu après entre la vendeur et un particulier Ce jeu a notamment été authentifié par la Video Game Authority, qui lui a donné la note (pour son état) de 85+ (sur 100), un très bon score.

Le jeu concerné, visible plus bas, est donc Stadium Events, un jeu de sport qui permet de défier ses amis au 100 mètres et consorts. Pour y jouer, il fallait en plus se procurer un Power Pad, un tapis de jeu doté de capteurs. Ce jeu, qui peut se vendre jusqu’à 10.000 dollars « nu » et le double avec juste sa jaquette est très rare pour une bonne raison : il a été vendu pendant quelques semaines avant d’être remplacé par une nouvelle version avec un nouveau nom.

 

World Class Track Meet a donc suivi et a totalement effacé le premier volet des magasins, rendant de ce fait le jeu de plus en plus rare au fil des années. Le vendeur s’est confié :

Après les soucis causés par les enchères, nous avons été chanceux de trouver cet acheteur. C’était un homme de confiance, il mérite totalement d’acquérir le Stadium Events le mieux noté !

Voilà une somme qui risque de faire pâlir les jeux actuels, qui se vendent tous a des tarifs similaires. Excepté la collector de Assassin’s Creed Origins bien entendu, qui affiche tout de même un prix de 800 euros !

 

 

 

 

 

 

Vidéo: tous les gouvernements mentent

Un commentaire

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :