Accueil

Sixième Extermination Massive d’espèces en cours:Un des derniers éléphants aux « défenses géantes » tué au Kenya

2 commentaires

Le pachyderme a été tué par des braconniers. Désormais, il ne reste plus que 25 éléphants « aux défenses géantes » dans le monde.

La majesté de ces animaux incompables sera chose du passé d’ici peu.
Les braconniers sont des exterminateurs capitalistes sans scrupule qui ne méritent que la peine de mort.

Un des plus vieux et plus grands éléphants d’Afrique a été tué par des braconniers dans un parc du sud du Kenya, d’après une organisation de protection de la faune sauvage, soulignant qu’il ne reste désormais plus que 25 pachydermes « aux défenses géantes » dans le monde.

Flèche empoisonnée. Satao II, nommé d’après un autre éléphant géant tué en 2014, a été retrouvé mort lundi dans le parc national de Tsavo, a indiqué Richard Moller, de l’organisation Tsavo Trust. Il suspecte une flèche empoisonnée à l’origine de la mort de l’animal ; une technique appréciée des braconniers car silencieuse. 

« Heureusement, grâce au travail que nous réalisons en collaboration avec le Service kényan de la faune sauvage (KWS), nous avons trouvé la carcasse avant que les braconniers ne puissent lui arracher son ivoire », a-t-il précisé, ajoutant que deux braconniers présumés avaient été arrêtés dans cette affaire.

100 kilos de défenses. Âgé d’environ 50 ans, Satao II était doté de deux défenses pesant plus de 50 kilos chacune, et qui étaient tellement longues qu’elles touchaient pratiquement le sol. « Il avait survécu à de nombreuses sécheresses et probablement à d’autres tentatives de braconnage », a regretté Richard Moller.

Il ne reste que 15 éléphants identiques au Kenya. La mort de Satao II signifie qu’il ne reste plus que 25 éléphants dotés de telles défenses à travers le monde, dont 15 au Kenya, a-t-il ajouté. « Ce sont des icônes, de véritables ambassadeurs des éléphants ».

Un kilo de défenses d’éléphant vendu 2.000 euros. Les défenses, entre autres parties du corps des éléphants, sont très utilisées en médecine traditionnelle au Vietnam. Elles sont utilisées, comme en Chine, pour faire des objets ou comme porte-bonheur. Le Vietnam a interdit le commerce de l’ivoire en 1992, mais le marché noir reste très actif. Un kilogramme de défenses d’éléphant s’y vend plus de 2.000 euros. Début décembre 2015, en France, les douaniers de l’aéroport de Roissy ont découvert dans les bagages d’un couple vietnamien venant d’Angola 95 kilos d’ivoire, une « saisie record » chez des voyageurs. Jusqu’à 50.000 éléphants sont tués par an en raison du braconnage de l’ivoire. La population d’éléphants d’Afrique est passée de 550.000 bêtes en 2006 à 470.000 aujourd’hui.

 

Tués pour leurs défenses en ivoire, qui alimentent principalement le marché asiatique, les éléphants sont décimés par le braconnage. Et leur protection, notamment par des rangers de mieux en mieux armés, est compliquée par l’immensité des zones à surveiller.

Jusqu’à 7.000 euros le kilo. La Côte d’Ivoire a lancé à la mi-avril 2016, une opération de protection du Parc national du Mont Peko, dans l’ouest du pays, qui abrite les derniers éléphants nains, une espèce fortement menacée par la déforestation, du fait notamment de la cacaoculture. Le commerce illégal d’ivoire est la troisième forme de trafic le plus rentable après le trafic de stupéfiants et d’armes. Il est alimenté par la demande en Asie et au Moyen-Orient, où les défenses d’éléphants sont utilisées dans la médecine traditionnelle et en ornementation. Il peut être revendu jusqu’à 7.000 euros le kilo. Il reste aujourd’hui environ 450.000 éléphants sur le continent africain, et on estime à plus de 35.000 le nombre de ces animaux tués chaque année. Leur survie est menacée par le braconnage aussi bien que par l’expansion démographique et l’urbanisation galopante qui empiète sur l’habitat naturel.

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

La population des éléphants d’Afrique au plus bas depuis 25 ans

 

Plus de 100.000 éléphants de moins en dix ans. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), la population des éléphants d’Afrique vient d’enregistrer sa plus importante chute depuis 25 ans: le continent compte environ 415.000 éléphants, soit 111.000 de moins que lors de la dernière décennie. Et le massacre continue au rythme vertigineux d’environ 30.000 éléphants par an. Sur le dernier mois écoulé, deux rangers kényans ont été tués par des braconniers, dont un samedi à Tsavo, selon le KWS.

 

Les braconnage et la disparition des zones naturelles d’habitation est en cause.

La population des éléphants d’Afrique est au plus bas depuis 25 ans, principalement en raison du braconnage, selon un rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature publié dimanche.

Une forte hausse du braconnage. L’Afrique compte environ 415.000 éléphants, soit 111.000 de moins que lors de la dernière décennie, selon ce rapport basé sur 275 mesures à travers le continent. « La forte hausse du braconnage, qui a débuté il y a une dizaine d’années, est la principale cause du déclin » de la population d’éléphants, explique l’UICN dans un communiqué. Les braconniers chassent les éléphants pour revendre à prix d’or leurs défenses en ivoire, principalement sur les marchés asiatiques.

Un rapport alarmant. La disparition croissante des zones naturelles d’habitation des pachydermes menace aussi l’espèce, précise l’UICN. Ce rapport alarmant a été divulgué devant les délégués de la CITES, la Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées d’extinction qui s’est ouverte samedi à Johannesburg, et qui doit débattre de nouvelles mesures de protection. Le débat sur les mesures de protection en faveur des éléphants, animaux emblématiques des savanes, est un des plus attendus.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

En cas d’extinction massive, toutes les espèces seraient menacées

Le phénomène d’extinction massive bouleverserait tellement les règles de survie que même les espèces répandues pourraient disparaître.

Les plus fragiles ne sont pas forcément ceux qu’on croit. Voilà comment pourrait-on résumer une étude de deux universitaires britanniques parue mardi dansNature Communications. Selon eux, en cas de phénomène d’extinction de masse, toutes les espèces animales sont menacées de disparition, les plus répandues comme celles étant en voie d’extinction. 

Des règles de survie bouleversées. Généralement, les espèces présentes dans une large zone géographique ont plus de chances de survie en cas de catastrophe naturelle locale, que les espèces qui occupent des zones plus restreintes. Mais ça, c’est en temps normal. Car, selon l’étude d’Alex Dunhill et Matthew Wills, deux chercheurs des universités de Leeds et Bath, quand une extinction de masse apparaît, tous les animaux sont logés à la même enseigne. « Notre étude montre que les ‘règles’ de survie, dans des périodes d’extinction massive, sont très différentes de celles qui prévalent en temps ‘normal' », soulignent les auteurs. 

Des animaux très répandus ont déjà disparu. C’est en étudiant des fossiles de vertébrés terrestres, y compris de dinosaures, datant de 145 à 252 millions d’années qu’ils sont parvenus à ces conclusions. Ainsi, il y a 200 millions d’années, un phénomène d’extinction de masse associé à des éruptions volcaniques massives et un changement climatique rapide a provoqué la disparition d’environ 80% des espèces de la planète dont certaines étaient pourtant largement répandues. « De nombreux groupes d’animaux ressemblant à des crocodiles se sont éteints après ce phénomène d’extinction massive à la fin du Trias alors qu’ils étaient vraiment diversifiés et largement répandus », a expliqué Alex Dunhill. « Au contraire, les dinosaures, qui, en comparaison, étaient relativement rares et pas aussi répandus, ont échappé à l’extinction et ont dominé les écosystèmes terrestres pendant les 150 millions d’années suivantes », a-t-il ajouté.

Pour Matthew Wills, souvent, les extinctions massives « bouleversent le statu quo et permettent à des groupes qui étaient précédemment secondaires de devenir dominants ». « Quelque chose de similaire est arrivé beaucoup plus tard, avec l’extinction des dinosaures, qui a ouvert la voie à des mammifères et finalement à nous-mêmes », a-t-il ajouté.

« Changement climatique rapide ». Selon les deux chercheurs, les « mêmes conditions » sont aujourd’hui réunies pour une nouvelle extinction de masse, « par l’activité humaine » et « à un rythme plus rapide ». La Terre a connu jusqu’à présent cinq extinctions de masse, la dernière en date remontant à 66 millions d’années. Selon une étude parue en juin dans la revue Science Advances, « nous entrons dans la sixième ». Les extinctions passées étaient « généralement associés à un changement climatique rapide », a expliqué Alex Dunhill, « les organismes ne sont pas capables de s’adapter assez rapidement au changement et donc disparaissent ». Les hausses ou les baisses de températures expliquent notamment en partie les disparitions du mammouth ou de l’homme de Neandertal

………………………………………………………………………………………………………………………………………………

EN CONCLUSION…CE QU’IL FAUT FAIRE

Pour  tenter de préserver les éléphants,il faut chasser les braconniers.Il est inutile de les mettre en prison,leur coller une amende,etc.Le mal est dans l’air…l’éléphant n’a pas de code-barre,donc sa vie ne vaut rien pour  les capitalistes assoiffés de profits.

La seule voie est de condamner à mort les braconniers et de mettre en prison pour un minimum de 15 ans les trafiquants d’ivoire.

 

 

 

 

 

Advertisements

L’ADN est-il l’avenir des mémoires d’ordinateur?

Un commentaire

D’ici 2020, entre 21 et 26 milliards d’appareils seront connectés à Internet. Pour réussir à entreposer cette énorme quantité de données, des chercheurs en génomique tentent d’utiliser le meilleur outil offert par la nature : l’ADN.

Des relevés effectués par des chercheurs ou des compagnies, comme IBM ou Google, montrent que, chaque année, de nouveaux records sont établis quant à la quantité de données produites.

La technologie actuelle ne permet pas de régler le problème du stockage d’information, compte tenu de l’explosion des réseaux sociaux et de la vitesse à laquelle du nouveau contenu est mis en ligne.

Comme solution, des scientifiques américains se sont tournés vers l’ADN, l’une des façons les plus compactes de stocker de l’information sur Terre. L’ADN est composé de quatre nucléotides, quatre molécules identifiées à l’aide des lettres A, T, G et C, qui s’agencent entre elles pour encoder toute l’information biologique. Leurs travaux ont été publiés dans la revue Science.

Des chiffres et des lettres

La méthode employée pour passer du virtuel au biologique a déjà été testée dans d’autres études : on associe arbitrairement une lettre de l’ADN à une combinaison de 0 et de 1 qui forment les données informatiques, transformant ainsi le biologique en binaire.

 

Avec cette façon de procéder, les 6 milliards de lettres formant l’ADN humain donnent environ 1,5 gigaoctet de données (un disque Blu-ray contient entre 25 et 50 gigaoctets).

Cela peut paraître peu, mais chaque cellule contient une copie de ce code en son noyau (un noyau cellulaire mesure environ 10 microns). Si on multiplie ce chiffre par les 37 trillions de cellules qui forment un corps humain (37 milliards de milliards), on obtient une quantité de données insensée! Il est donc facile d’envisager que maîtriser l’ADN pour l’informatique réglerait tout problème de stockage actuel.

Un encodage unique, mais coûteux

La méthode employée par les chercheurs s’appelle « encodage par fontaine d’ADN ». Avec cet algorithme, il est possible d’entreposer 215 millions de gigaoctets dans 1 gramme d’ADN.

Ceci est la valeur maximale proposée par leur méthode. L’équipe a toutefois commencé avec un projet plus petit, en encodant plusieurs fichiers pour une valeur de 2,15 mégaoctets.

Ces chercheurs ont d’abord traduit la séquence binaire en séquence d’ADN grâce à leur algorithme. Ils ont ensuite fait synthétiser les brins d’ADN par une compagnie de biotechnologie, qui leur a envoyé le tout par la poste.

Ils ont ensuite reconverti l’ADN en fichiers informatiques, sans qu’aucune erreur ne s’y glisse, ce qui est une première. Rares sont ceux qui ont eu l’occasion de regarder une vidéo sur leur écran d’ordinateur à partir d’un fichier qui, peu de temps auparavant, était stocké dans un agencement de molécules organiques!

Il y a toutefois deux problèmes qui pourraient porter ombrage à cette méthode : son coût et sa vitesse. Il aura fallu 2 minutes 30 et 7000 $ pour encoder un fichier et 9 minutes ainsi que 2000 $ supplémentaires pour le décoder. Il n’est donc pas envisageable que cette technique soit commercialisable sous sa forme actuelle.

Les nouvelles technologies faisant souvent face à des problèmes de coûts, seul le temps nous dira si nous enregistrerons un jour nos fichiers sur des clefs USB à base d’ADN.

 

Source:Radio Canada

 

 

Vidéo:Entrevue avec Geneviève Azam sur les OGM et la privatisation du vivant

2 commentaires

Alerte climatique:Un autre diagnostic alarmant pour les glaciers canadiens

Un commentaire

Les glaciers canadiens fondent rapidement et contribuent à la hausse du niveau des océans. C’est ce que des chercheurs de l’Université de Californie à Irvine ont découvert.

Les chercheurs ont étudié des données collectées entre 1991 et 2015 sur les glaciers des îles de la Reine-Élisabeth dans l’Arctique.

Ils ont découvert qu’entre 2005 et 2015, la surface de fonte de ces glaciers a augmenté de 900 %, une hausse qu’ils attribuent au réchauffement de la température dans la région.

Les scientifiques rappellent que les glaciers se résorbent de deux façons, par la fonte des surfaces et par la dislocation.

glacier-canadien-001

 

 

Or, avant 2005, la masse perdue des glaciers, dans la région étudiée, était le résultat des deux processus, à hauteur de 48 % et 52 % respectivement.

Après 2005, la fonte est devenue le principal facteur de perte des glaces. Elle compte maintenant pour 90 % du total des pertes dans la région.

Le résultat de ces travaux est publié dans Environmental Research Letters.

Le Canada possède 20 % de l’ensemble planétaire des glaciers. Il est par conséquent le troisième contributeur au changement de niveau des océans.

Martin Sharp, un glaciologue de l’Université d’Alberta qui n’est pas associé à la recherche, affirme que le niveau de la mer pourrait grimper d’un demi-mètre au cours des 50 prochaines années, forçant les déplacements de populations et augmentant les risques de tempêtes et d’ouragans.

« Il y a deux milliards de personnes qui vivent à moins de deux mètres de la mer. L’ampleur du nombre de réfugiés que susciterait une hausse du niveau de la mer ferait paraitre dérisoire la crise actuelle des réfugiés », dit Martin Sharp.

Source:Radio Canada

 

 

 

 

Les armes de la Troisième Guerre Mondiale:les armes spatiales les plus dangereuses mises au point ou projetées

Laisser un commentaire

Alors que l’espace a été un excellent forum pour l’exploration pacifique, il est aussi un excellent terrain de haut à partir de laquelle pour obtenir un avantage militaire. satellites d’espionnage ont été utilisés pendant des décennies. Et sous une forme ou une autre, aussi longtemps que l’ère spatiale a été autour, divers organismes ont envisagé d’utiliser l’espace comme une plate-forme pour les lancements de missiles ou d’autres activités. Dans ce diaporama, je vous présente  le top 10 des concepts d’armes spatiales à partir au fil des ans jusqu’en 2017 …et plus loin,dans le futur.

 

 

Missiles Missiles ont été effectivement utilisés pour environ 1000 ans, bien que l' Encyclopedia Britannica souligne qu'il n'y a pas d' histoire autorité des premières fusées . La Chine est généralement cité comme l'endroit où les fusées sont apparus, suivis par l' Europe. Roquettes Metal-cylindres ont été utilisés d' abord en Inde au 18ème siècle, qui a déclenché une version anglaise de Sir William Congreve. Rockets ont également été utilisés de façon limitée dans la guerre américano-mexicaine, la guerre de Sécession et la Première Guerre mondiale. D' importantes améliorations dans rocketry, cependant, ont commencé à apparaître dans le domaine militaire dans la Seconde Guerre mondiale. Les deux puissances de l' Axe et les Alliés utilisé des missiles, mais il a été l' allemand fusée V-2 qui a attiré le plus d' attention, en raison des plus de 1.000 missiles qui ont été tirés à la Grande - Bretagne. Lorsque l' Allemagne a perdu la guerre, plusieurs des scientifiques de roquettes de la nation ont été repris par l'Union soviétique et les États-Unis. Cela a contribué à améliorer la technologie des fusées dans les deux pays et a incité la course à l'espace entre les superpuissances. Les missiles sont, bien sûr, encore en usage aujourd'hui, d' autant plus que les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM)

Les missiles
Les missiles ont été effectivement utilisés depuis  environ 1000 ans, bien que l’ Encyclopedia Britannica souligne qu’il n’y a pas d’ histoire faisant  autorité des premières fusées . La Chine est généralement cité comme l’endroit où les fusées sont apparues, suivis par l’ Europe.Les  roquettes de type  Métal cylindré ont été utilisées d’ abord en Inde au 18ème siècle, qui a déclenché une version anglaise de Sir William Congreve. Les rockets ont également été utilisés de façon limitée dans la guerre américano-mexicaine, la guerre de Sécession et la Première Guerre mondiale.
D’ importantes améliorations dans la  « roquetterie », cependant, ont commencé à apparaître dans le domaine militaire durant la Seconde Guerre mondiale. Les deux puissances de l’ Axe et les Alliés ont utilisé des missiles, mais c’est la  fusée V-2 allemande qui a attiré le plus d’ attention, en raison de plus de 1.000 missiles qui ont été tirés sur la Grande – Bretagne. Lorsque l’ Allemagne a perdu la guerre, plusieurs des scientifiques des roquettes de la nation allemande ont été repris par l’Union soviétique et les États-Unis dans l’Opération Paperclip. Cela a contribué à améliorer la technologie des fusées dans les deux pays et a incité la course à l’espace entre les superpuissances. Les missiles sont, bien sûr, encore en usage aujourd’hui, surtout avec le développement  des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM)

 

 

Le Mahem DARPA Ennemis orientés vers le bas un dispositif qui blastes flux de métal en fusion ne seront probablement pas supporter beaucoup de chance. Cette idée, popularisée dans les romans de science-fiction tels que Arthur C. Clarke "Earthlight" (1955), peut devenir de vrais qu'un jour grâce au financement de l'Agence américaine Defense Advanced Research Projects (DARPA). La Munition explosive Magneto hydrodynamiques (Mahem) a été annoncé en 2008. Bien qu'aucun des mises à jour ont eu lieu pendant un certain temps, la page pour Mahem est toujours actif sur le site Web de la DARPA. Les promesses du programme «le potentiel d' une plus grande efficacité, un meilleur contrôle, et la capacité à générer et avec précision le temps de multiples jets et des fragments d'une seule charge» , avec ce que les fonctionnaires DARPA écrit est «précision de létalité." Mahem pourrait être déployé sur les fusées, les fonctionnaires ajoutés.

Le Mahem de  DARPA
C’est un dispositif qui désintègre  flux de métal en fusion ne seront probablement pas supporter beaucoup de chance. Cette idée, popularisée dans les romans de science-fiction tels que Arthur C. Clarke « Earthlight » (1955), peut devenir  vrai un jour grâce au financement de l’Agence américaine Defense Advanced Research Projects (DARPA).
La Munition explosive Magneto hydrodynamique (Mahem) a été annoncé en 2008. Bien qu’aucune des mises à jour ont eu lieu pendant un certain temps, la page pour Mahem est toujours active sur le site Web de la DARPA. Les promesses du programme «le potentiel d’ une plus grande efficacité, un meilleur contrôle, et la capacité à générer et avec précision le temps de multiples jets et des fragments d’une seule charge» , avec ce que les fonctionnaires DARPA ont écrit sur ce sujet: «précision de létalité. » Mahem pourrait être déployé sur des fusées.Je prépare un article sur DARPA.

 

 

projet THEL Le programme tactique High Energy Laser (THEL) a couru entre 1996 et 2005, selon Northrop Grumman . THEL a été créé comme un projet conjoint entre les Etats-Unis et Israël. Au cours de cette décennie de développement, le système basé sur le sol détruit tours 46 de mortier, de roquettes et de l' artillerie - qui ont tous été aéroporté. Bien que le programme est plus actif, Northrop Grumman affirme que la technologie est maintenant en cours de reconstruction pour l'Etat Testbed Laser solide expérience de l'armée américaine qui, comme THEL, aura lieu à White Sands Missile Range au Nouveau-Mexique.

Le projet THEL
Le programme tactique High Energy Laser (THEL) a couru entre 1996 et 2005, selon Northrop Grumman . THEL a été créé comme un projet conjoint entre les Etats-Unis et Israël. Au cours de cette décennie de développement, le système basé sur le sol détruit tours 46 de mortier, de roquettes et de l’ artillerie – qui ont tous été aéroporté.
Bien que le programme n’est plus actif, Northrop Grumman affirme que la technologie est maintenant en cours de reconstruction pour l’Etat Testbed Laser,une  solide expérience de l’armée américaine qui, comme THEL, aura lieu à White Sands Missile Range au Nouveau-Mexique.

 

 

 

Avec autant de satellites en orbite autour de la Terre, comment serait-il difficile d'équiper l'un avec une arme prête à tirer sur la Terre, ou d'autres satellites, en fonction des besoins dictés? Alors qu'un tel concept irait à l'encontre des accords tels que le Traité sur l'espace extra-atmosphérique, qui interdit les armes de destruction massive en orbite, quelques organisations militaires ont discuté au cours des dernières années par. Un célèbre projet américain des années 1950 était de projet Thor, qui n'a jamais dépassé le stade de la conception. Divers concepts pour les armes spatiales au fil des ans inclus " Rods de Dieu » , qui chuterait armes à énergie cinétique de l' orbite, ainsi que de petits satellites qui auraient à bord des systèmes leur permettant de viser d'autres satellites ou au sol en dessous de ciblage.

Avec autant de satellites en orbite autour de la Terre, il ne  serait pas difficile d’en équiper un avec une arme prête à tirer sur la Terre, ou vers  d’autres satellites, en fonction des besoins dictés! Alors qu’un tel concept irait à l’encontre des accords tels que le Traité sur l’espace extra-atmosphérique, qui interdit les armes de destruction massive en orbite, quelques organisations militaires en ont discuté au cours des dernières années .
Un célèbre projet américain des années 1950 était le projet Thor, qui n’a jamais dépassé le stade de la conception. Divers concepts pour les armes spatiales au fil des ans incluant  les   » Rods de Dieu » , qui ferait chuter des  armes à énergie cinétique  hors de l’ orbite terrestre, ainsi que de petits satellites qui auraient à bord des systèmes leur permettant de viser d’autres satellites ou au sol .

 

Station spatiale Almaz de l'Union soviétique La station spatiale Almaz a été conçu dans les années 1960, visant à rendre plus facile pour l'Union soviétique à la recherche de cibles en mer, selon l'expert spatial russe Anatoly Zak, qui dirige le site russe Espace Web . On croyait que les humains ayant en orbite fournirait une plate - forme puissante pour la reconnaissance orbitale et de permettre le changement rapide des cibles que les batailles ont évolué. L'Union soviétique a porté sur la course à la lune dans les années 1960, ce qui retarde le premier déploiement de Almaz jusqu'en 1973. Il a été annoncé au monde comme Saliout-2, la deuxième station spatiale Saliout, afin de ne pas rendre les autres conscients des Soviétiques deux projets de la station spatiale, sans parler d'un militaire, Zak a écrit. Une défaillance dans Saliout-2 a empêché l' équipage de se rendre, mais les stations spatiales Almaz ultérieures Saliout-3 et Saliout-5 a eu des équipages à bord. (Saliout-4 n'a jamais été envoyé en orbite.) Les cosmonautes sont déclarés avoir une surveillance effectuée sur au moins une mission, et ont tiré un coup de canon en 1975 , mais des problèmes techniques avec les stations empêché la plupart des missions de courir pour leurs longueurs prévues.

La station spatiale Almaz de l’Union soviétique
La station spatiale Almaz a été conçu dans les années 1960, visant à rendre plus facile pour l’Union soviétique  la recherche de cibles en mer, selon l’expert spatial russe Anatoly Zak, qui dirige le site russe Espace Web . On croyait que les humains, ayant été placé  en orbite, fourniraient une plate – forme puissante pour la reconnaissance orbitale et que cela  permettrait le changement rapide des cibles durant les batailles ,mais tout cela a évolué.
L’Union soviétique a participé à la course à la lune dans les années 1960, ce qui  a retardé le premier déploiement de Almaz jusqu’en 1973. Cela  a été annoncé au monde comme Saliout-2, la deuxième station spatiale Saliout, afin de ne pas rendre les autres conscients que les Soviétiques  avaient deux projets de  stations spatiales:un militaire et l’autre scientifique,selon  Zak .
Une défaillance survenue dans Saliout-2 a empêché l’ équipage de se rendre dans l’espace, mais les stations spatiales Almaz ultérieures Saliout-3 et Saliout-5 ont  eu des équipages à bord. (Saliout-4 n’a jamais été envoyé en orbite.) Les cosmonautes sont déclarés avoir  eu à faire une surveillance militaire sur au moins une mission, et ont tiré un coup de canon en 1975 , mais des problèmes techniques avec les stations ont empêché la plupart des missions de pouvoir accomplir  leurs longueurs prévues.

Laboratoire américain Manned Orbiting Le Orbiting Laboratory Manned (MOL) était un projet US Air Force que, malgré jamais lancer un astronaute, a eu une vie mouvementée 1963-1969 (les années du programme d'activité). Certaines des étapes du projet a vu la sélection inclus 17 astronautes, la création d'un site de lancement à Vandenberg Air Force Base en Californie et modifiant le vaisseau spatial de la NASA Gemini pour accueillir le nouveau programme. L' un des principaux objectifs du programme était de reconnaissance, sous un nom de code du projet Dorian. Le système de caméra a été conçu pour obtenir des photographies de l'Union soviétique, entre autres points chauds, avec une résolution meilleure que tout satellite de son temps aurait pu atteindre. MOL aurait également pu porté missiles (non nucléaire, mais quelque chose pour provoquer une peur) et des filets pour attraper vaisseaux ennemis. Beaucoup de nouveaux détails ont été dévoilés à la fin de 2015 avec la sortie de plus de 20.000 pages de documents MOL. Le programme a été annulé après que les coûts estimés gonflé. (MOL devait coûter plus de 3 milliards $ en dollars de la journée, avec 1,3 milliard $ déjà dépensés, au moment de l'annulation.) Certains des soi-astronautes MOL, tels que Bob Crippen et Richard Truly, transféré à la NASA pour les premiers vols de la navette spatiale.

Le laboratoire américain Manned Orbiting
L’ Orbiting Laboratory Manned (MOL) était un projet US Air Force que, malgré jamais lancer un astronaute, a eu une vie mouvementée 1963-1969 (les années du programme d’activité). Certaines des étapes du projet ont vu la sélection inclure  17 astronautes, la création d’un site de lancement à Vandenberg Air Force Base en Californie et des modifications sur  le vaisseau spatial Gemini de la NASA , pour accueillir le nouveau programme.
L’ un des principaux objectifs du programme était la  reconnaissance, sous un nom de code du projet Dorian. Le système de caméra a été conçu pour obtenir des photographies de l’Union soviétique, entre autres points chauds, avec une résolution meilleure que tout satellite de son temps aurait pu atteindre. MOL aurait également pu transporter des missiles (non nucléaire, mais quelque chose pour provoquer une peur,une hystérie collective) et des filets pour attraper des vaisseaux ennemis. Beaucoup de nouveaux détails ont été dévoilés à la fin de 2015 avec la sortie de plus de 20.000 pages de documents sur MOL.
Le programme a été annulé après que les coûts estimés eurent gonflé. (MOL devait coûter plus de 3 milliards $ en dollars  du voyage , avec 1,3 milliard $ déjà dépensés, au moment de l’annulation.) Certains des pseudo-astronautes  de MOL, tels que Bob Crippen et Richard Truly,furent  transféré à la NASA pour les premiers vols de la navette spatiale.

 

 

 

 

Intercontinental Ballistic Missiles ICBM (missiles balistiques intercontinentaux) sont des missiles terrestres qui peuvent voler plus de 3.500 miles (5.600 kilomètres), selon l'Encyclopedia Britannica . L'Union soviétique a envoyé en l' air le premier ICBM en 1958, et aux États - Unis d'abord tiré un en 1959, suivi de quelques autres nations. Israël, l' Inde et la Chine ont récemment développer ICBM, et la Corée du Nord peut le faire aussi bien. ICBM peut être navigué par ordinateur ou par satellite et mis en évidence à la terre sur une ville particulière ou, si suffisamment sophistiqué, une cible dans une ville. Alors qu'ils sont le plus célèbre pour être en mesure de transporter des armes nucléaires, ils pourraient également livrer des armes chimiques ou biologiques - bien que dans la mesure où les gens savent, ce potentiel n'a jamais été réalisé. L'Union soviétique et les États-Unis ont accepté de réduire leurs stocks d'ICBM en 1991 dans le cadre du traité Start I, mais la Russie et les Etats - Unis ont encore et ICBM de test aujourd'hui.

Intercontinental Ballistic Missiles
Les ICBM (missiles balistiques intercontinentaux) sont des missiles terrestres qui peuvent voler à  plus de 3.500 miles (5.600 kilomètres), selon l’Encyclopedia Britannica . L’Union soviétique a envoyé en l’ air le premier ICBM en 1958, et les États – Unis en ont  d’abord tiré un en 1959, suivi de quelques autres nations. Israël, l’ Inde et la Chine ont récemment développé les ICBM,.On a vu que  la Corée du Nord peut le faire aussi bien.
L’ICBM peut être contrôlé par ordinateur ou par satellite et mettre en évidence une cible sur terre :soit une ville particulière ou, si suffisamment sophistiqué, une cible dans une ville. Alors qu’ils sont  plus célèbres pour être en mesure de transporter des armes nucléaires, ils pourraient également livrer des armes chimiques ou biologiques – bien que dans la mesure où les gens le savent, ce potentiel n’a jamais été réalisé. L’Union soviétique et les États-Unis ont accepté de réduire leurs stocks d’ICBM en 1991 dans le cadre du traité Start I, mais la Russie et les Etats – Unis ont encore de nombreux missiles de ce type  et les  ICBM sont encore testé aujourd’hui.

 

Après quatre missions dans l'espace, il est pas encore tout à fait clair ce que l'avion spatial X-37B est en train de faire là-haut en orbite - mais certaines personnes ont spéculé que le véhicule pourrait être une sorte d'arme Air Force. L'avion réutilisable ressemble à une version plus petite de la navette spatiale de la NASA, mais il est exploité robotically et peut rester en orbite pendant plus d'un an à la fois. Pour sa quatrième mission ( en cours), en 2015 , l'armée américaine a confirmé un couple des charges utiles - une enquête sur les matériaux avancés de la NASA et un système de propulsion expérimentale Air Force, par exemple - mais la plupart des détails sur les missions X-37B restent classés. Une vidéo Tech Report Air Force en 2015 avait beaucoup d' idées sur ce que le plan pourrait faire là - bas, tels que les bombardements de l' espace, interférer avec les satellites ennemis, effectuer la reconnaissance ou peut - être faire tout ce qui précède dans le même temps. Mais les responsables de la Force aérienne ont toujours nié que le X-37B est une arme, en soulignant que le vaisseau spatial expérimente les technologies pour les futurs engins spatiaux et la réalisation d' expériences en provenance et à l' espace.

Après quatre missions dans l’espace, il n’est pas encore tout à fait clair ce que l’avion spatial X-37B est en train de faire là-haut en orbite – mais certaines personnes ont spéculé que le véhicule pourrait être une sorte d’arme Air Force.
L’avion réutilisable ressemble à une version plus petite de la navette spatiale de la NASA, mais il est exploité robotiquement et peut rester en orbite pendant plus d’un an à la fois.C’est une sorte de drone spatial. Pour sa quatrième mission ( en cours), en 2015 , l’armée américaine a confirmé un couple des charges utiles – une enquête sur les matériaux avancés de la NASA et un système de propulsion expérimentale  par l’Air Force, par exemple – mais la plupart des détails sur les missions de l’ X-37B restent classés.
Une vidéo  de Tech Report Air Force en 2015 avait donné beaucoup d’ idées sur ce que l’appareil pourrait faire là – bas, tels que des bombardements de l’ espace, interférer avec les satellites ennemis, effectuer la reconnaissance ou peut – être faire tout ce qui précède dans le même temps. Mais les responsables de la Force aérienne ont toujours nié que le X-37B soit une arme, en soulignant que le vaisseau spatial expérimente les technologies pour les futurs engins spatiaux et la réalisation d’ expériences en provenance de l’ espace.

 

Systèmes anti-satellite En 1985, un jet F-15A a tiré un missile anti-satellite à Solwind P78-1, un satellite qui a découvert plusieurs comètes de soleil surpâturage mais a été prévue pour la mise hors service en raison de ses instruments commencent à échouer. Solwind P78-1 a été détruit avec le véhicule miniature Air-Lancé (AIMV) tiré de l'avion, mais le test a généré plus de 250 morceaux de débris spatiaux assez grand pour apparaître dans les systèmes de suivi. Congrès a interdit d'autres tests d'ici la fin de l'année, et la Force aérienne a arrêté le programme en 1987. Le test réussi faisait partie d'une plus grande US poussée au moment de trouver un moyen de détruire les satellites sans violer les règles des traités qui ont interdit les armes nucléaires sur les engins spatiaux. Des exemples énumérés par l' Union of Concerned Scientists inclus le système de défense stratégique (parfois appelé "Star Wars") et l'Armée de l' Air / Navy Mid-Infrared Chemical Advanced Laser qui a été conçu pour être tiré à partir du sol. Un test en 1997 semblait submerger ou endommager le capteur de satellite qui a été ciblé. Efforts ultérieurs inclus l'ASAT énergie cinétique (qui a été annulé) et le système de communication compteur, qui a utilisé les capacités de radio-brouillage. Les systèmes anti-satellites ont également été étudiés par l'Union soviétique, la Chine et l' Inde, entre autres. Par exemple, un célèbre 2007 test anti-satellite par la Chine a généré un énorme nuage de débris spatiaux. En 2013, un tesson du satellite détruit frappé un satellite russe et détruit cela aussi .

Systèmes anti-satellite
En 1985, un jet F-15A a tiré un missile anti-satellite sur la sonde  Solwind P78-1, un satellite qui a découvert plusieurs comètes se dirigeant vers le  soleil  mais  était prévu pour sa mise hors service en raison de ses instruments qui  commencaient à échouer. Solwind P78-1 a été détruit avec le véhicule miniature Air-Launch (AIMV) tiré de l’avion, mais le test a généré plus de 250 morceaux de débris spatiaux assez grands pour apparaître dans les systèmes de suivi.Le Congrès a interdit d’autres tests d’ici la fin de l’année, et la Force aérienne a arrêté le programme en 1987.
Le test réussi faisait partie d’une plus grande  recherche militaire afin  de trouver un moyen de détruire les satellites sans violer les règles des traités qui ont interdit les armes nucléaires sur les engins spatiaux. Des exemples énumérés par l’ Union of Concerned Scientists inclus le système de défense stratégique (parfois appelé « Star Wars ») et l’Armée de l’ Air / Navy Mid-Infrared Chemical Advanced Laser qui a été conçu pour être tiré à partir du sol. Un test en 1997 semblait submerger ou endommager le capteur de satellite qui a été ciblé. Des efforts ultérieurs inclus l’ASAT énergie cinétique (qui a été annulé) et le système de communication compteur, qui a utilisé les capacités de radio-brouillage.
Les systèmes anti-satellites ont également été étudiés par l’Union soviétique, la Chine et l’ Inde, entre autres. Par exemple, un célèbre test anti-satellite par la Chine,en 2007, a généré un énorme nuage de débris spatiaux. En 2013, un tesson du satellite détruit a frappé un satellite russe et  l’a  aussi rendu inopérable .

Manipuler un Asteroid Les scientifiques savent que les astéroïdes sont les tueurs ultimes. Après tout, un 6-mile de large (10 km) space rock est soupçonné d'avoir fait disparaître les dinosaures il y a environ 66.000.000 années. Les spectateurs ont vu les impacts humains potentiels dans des films tels que "Meteor" (1979) , "Deep Impact" (1998) et "Armageddon" (1998). Et même relativement petits astéroïdes peuvent avoir un impact important, grâce aux vitesses énormes au cours de laquelle des objets spatiaux se déplacent. Par exemple, les scientifiques pensent que l'objet qui a explosé au-dessus de la ville russe de Chelyabinsk en Février 2013, générant une onde de choc qui a brisé des milliers de fenêtres et blessé 1.200 personnes (en raison des éclats de verre volants), était à seulement 66 pieds (20 mètres ) large. Mais la manipulation d' un astéroïde est dans le domaine de la science - fiction, pour l' instant. La NASA a une mission d' astéroïdes proposée sur les livres; d' abord, l'agence a proposé de déplacer un petit astéroïde proche de la Terre pour la recherche scientifique, mais élu pour arracher un rocher au large un astéroïde à la place . Cette Redirect Mission Asteroid est actuellement prévue pour le lancement au début des années 2020. Même si certains experts disent que les astéroïdes sont " armes moche ," parce qu'ils sont utilisables uniquement une fois tous les quelques centaines d' années, la science - fiction vous a couvert là aussi. Aliens effacent Buenos Aires avec un astéroïde dans le film 1997 "Starship Troopers" , par exemple. Roches spatiales ont même effacé des Martiens dans des livres tels que "Protector" (1973), par Larry Niven.

Manipuler un Asteroide
Les scientifiques savent que les astéroïdes sont les tueurs ultimes. Après tout, un pareil rocher spatial de 6 miles de large (10 km) space rock est soupçonné d’avoir fait disparaître les dinosaures il y a environ 66 millions d’ années. Les spectateurs ont vu les impacts humains potentiels dans des films tels que « Meteor » (1979) , « Deep Impact » (1998) et « Armageddon » (1998). Et même relativement parlant de petits astéroïdes peuvent avoir un impact important, grâce aux vitesses énormes au cours de laquelle des objets spatiaux se déplacent. Par exemple, les scientifiques pensent que l’objet qui a explosé au-dessus de la ville russe de Chelyabinsk en Février 2013, générant une onde de choc qui a brisé des milliers de fenêtres et blessé 1.200 personnes (en raison des éclats de verre volants), était à seulement 66 pieds (20 mètres ) de large.
Mais la manipulation d’ un astéroïde est dans le domaine de la science – fiction, pour l’ instant. La NASA a une mission d’action sur les  astéroïdes dans ses cartons de projets; d’ abord, l’agence a proposé de déplacer un petit astéroïde proche de la Terre pour la recherche scientifique, mais élu pour arracher un rocher au large un astéroïde à la place . Cette Redirect Mission Asteroid est actuellement prévue pour le lancement au début des années 2020.
Même si certains experts disent que les astéroïdes sont des   » armes moche , » parce qu’ils sont utilisables uniquement une fois tous les quelques centaines d’ années, la science – fiction vous a couvert là aussi. Par exemple:les Aliens effacent Buenos Aires avec un astéroïde dans le film  de 1997 « Starship Troopers » . Des roches spatiales ont même effacé des Martiens dans des livres tels que « Protector » (1973), par Larry Niven.

 

 

 

 

 

L’État et les banques, les dessous d’un hold-up historique – Myret Zaki & Etienne Chouard

Un commentaire

Extrait de la conférence du 3 décembre 2011 : « Cette crise n’en est pas une. Tout se passe comme prévu ! », Étienne Chouard. Biographies succinctes : Myret Zaki est une journaliste économique suisse romande, rédactrice en chef. Elle a fait ses débuts dans la banque privée genevoise Lombard Odier Darier Hentsch & Cie, où elle se forme […]

via L’État et les banques, les dessous d’un hold-up historique – Myret Zaki & Etienne Chouard — Aphadolie

Pour Elon Musk, le revenu universel est nécessaire face aux avancées de la robotique

4 commentaires

Le revenu universel s’impose-t-il face à la montée en puissance de l’automatisation ? Oui, d’après le fondateur de SpaceX.

elon-musk

 

Elon Musk est l’une des principales figures de l’innovation technologique de nos jours, notamment dans le domaine des intelligences artificielles. Pour lui, la révolution est en marche et va inexorablement se poursuivre dans les prochaines années. L’Homme va devoir se résoudre à s’adapter à la vie avec les automates. Si une telle vision a de quoi inquiéter face aux millions d’emplois déjà détruits et à ceux qui doivent encore l’être dans les années à venir, l’ingénieur défend aussi une proposition compensatoire : l’instauration d’un revenu de base.

En effet, selon lui, la solution économique à cette réalité du monde moderne pourrait simplement être de rémunérer les Hommes indépendamment du fait qu’ils aient un travail ou non. Ce système de redistribution des richesses n’est donc rien d’autre quele revenu universel qui fait actuellement débat en France.

Cette position, Elon Musk la défend déjà depuis plusieurs mois, et il l’a encore réitérée cette semaine à l’occasion du Sommet sur la gouvernance mondiale qui s’est tenu du 12 au 14 février 2017 à Dubaï. D’après ses propos repris par fastcompany, les avancées de l’automatisation font « qu’il y aura de moins en moins d’emplois qu’un robot n’arrivera pas à mieux maîtriser ».

 

Il ne le dit pas avec enthousiasme, mais se veut réaliste : « Je veux être clair. Ce ne sont pas des choses que je souhaite voir arriver. Mais si mon évaluation est correcte, elles vont probablement se produire ».

Que devons-nous faire face une telle réalité ? À ce propos, le fondateur de SpaceX « pense qu’une certaine forme de revenu universel de base va être nécessaire ». Mais cela soulèvera selon lui un autre problème, puisqu’il s’interroge aussi sur le sens que les gens donneront à leur vie s’ils ne sont plus tenus de travailler pour gagner leur vie.

« Cela engendrera un défi beaucoup plus complexe. Comment les gens vont-ils donner un sens à leur vie ? Beaucoup se réalisent à travers leur emploi. Donc, si vous n’avez plus besoin d’un travail pour vivre, quel sens donnerez-vous à votre existence ? Vous sentirez-vous inutile ? C’est un problème beaucoup plus difficile à résoudre », conclut l’homme qui veut envoyer les humains coloniser la planète Mars.


HORS TEXTE

Elon Musk a raison car voici 5 métiers qui vont être remplacé par des robots

 

Cela fait des décennies que le monde du travail est reconfiguré par l’automatisation. Les robots, de plus en plus sophistiqués, sont plus que jamais capables de remplacer les Hommes dans plusieurs types de métiers.

robots-jobs

 

Un rapport du Forum économique mondial indiquait tout récemment que d’ici 2020, près de 7,1 millions d’emplois pourraient être menacés à cause de la redondance et de l’automatisation.

Si les travaux manuels étaient davantage mis à mal, les métiers dont les tâches sont intellectuelles le sont également de plus en plus, avec de nouveaux types de robots humanoïdes qui sont aujourd’hui plus intelligents que jamais. Les métiers demandant de forts contenus décisionnels, de la créativité et de l’intelligence sociale semblent être ceux qui sont les plus susceptibles de résister à la concurrence des automates.

Voici cinq métiers où les robots pourraient remplacer les Hommes :

Chauffeur / conducteur

Les géants de la technologie ont beaucoup investi dans les voitures autonomes ces dernières années, et les projets dans ce domaine sont aujourd’hui arrivés à maturité. Des entreprises proposent déjà des services de taxi sans pilote. C’est le cas de Uber à Pittsburgh, aux États-Unis ou de nuTonomy à Singapour. Ces dernières comptent d’ailleurs augmenter le nombre de leurs voitures sans pilote dans les prochaines années. NuTonomy espère même se passer de chauffeurs d’ici 2018.

Serveur

Les robots humanoïdes sont maintenant à notre service. En chine, de plus en plus de restaurants font la part belle aux robots-serveurs, et ce, au détriment de la main d’œuvre humaine. Ces robots jouent même déjà dans certains cas le rôle de cuisiniers. Cette tendance pourrait se généraliser dans les années à venir, d’autant plus que des entreprises proposent déjà plusieurs modèles de robots-serveurs à la vente.

Ouvrier magasinier

Charger, transporter ou décharger des marchandises, cela fait un moment que les robots savent bien le faire. Certaines entreprises, dont le géant Amazon ont d’ailleurs progressivement remplacé les ouvriers humains par des robots dans leurs centres de stockage.

Livreur

Le développement fulgurant des drones ne vous a certainement pas échappé. Leur utilisation dans le civil permet à de nombreux services de transport et de livraison de marchandises d’y avoir recours. Amazon est ici aussi l’une des sociétés qui s’activent le plus. Elle teste déjà depuis quelques années l’utilisation des drones pour la livraison à domicile de ses commandes. Il ne va peut-être pas falloir attendre longtemps pour voir les drones-livreurs nous envahir.

Téléconseiller

Beaucoup de téléconseillers aujourd’hui ne sont pas humains. Dans certains cas, comme vous l’avez surement déjà expérimenté, il n’y a pas un interlocuteur humain à l’autre bout de la ligne, mais des enregistrements organisés de sorte à répondre à vos préoccupations de manière précise. Tout ce que vous avez à faire est de suivre des instructions. Ex : « appuyez sur » 1 « pour plus d’informations », etc.

Mais dans les années à venir, il pourrait ne plus s’agir de naviguer entre plusieurs instructions déjà enregistrées, mais plutôt d’échanger directement avec une intelligence artificielle. C’est déjà le cas chez le géant IBM qui a développé un super-ordinateur baptisé Watson pour gérer une partie des standards téléphoniques.

Watson est composé de 2887 processeurs et dispose d’une mémoire de 16 téraoctets. Il est conçu pour gérer des conversations et fournir des réponses d’une précision impressionnante. Le dispositif a déjà été intégré aux services de téléconseillers de plusieurs grandes entreprises dont les banques ANZ (Australie) et Royale du Canada. Il prend en charge une bonne partie des appels reçus.

Voilà bien qui montre que le monde du travail est en constante mutation, ce qui nous amène à penser que ceux qui parlent aujourd’hui de l’instauration d’un revenu universel n’ont peut-être pas tort. Si les robots bossent déjà à la place des Hommes, on pourrait bien payer ces derniers à ne rien faire, non ?

 

 

 

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :