Un cauchemar pour Trump et Netanyahou. L’Iran annonce la découverte d’un vaste gisement de pétrole couvrant 2400 km² !

 

La cote de crédit de l’Iran vient d’augmenter. Je suppose qu’il s’est retenu longtemps avant d’annoncer  cette nouvelle concernant les champs de pétrole. Et vous pouvez parier que les Chinois le savaient déjà avant de signer l’engagement de plus de 400 milliards de dollars dans des projets d’infrastructures en Iran, dont une grande partie en énergie.

En tant que station clé de la Nouvelle Route de la Soie, les énormes quantités de pétrole et de gaz iraniens sont des bonus supplémentaires pour quiconque envisage de tenter un projet de développement de cette taille.

Au fur et à mesure que les lignes de chemin de fer seront construites, il ne sera pas difficile de s’assurer que les pipelines et les gazoducs seront en mesure de suivre le même itinéraire, l’efficacité totale constituant l’un des principaux objectifs de l’ingénierie.

L’Occident n’aura à s’en prendre qu’à lui-même. Le faible taux d’intérêt rapporté par la dette américaine a découragé les Chinois, qui y ont beaucoup investi mais gagné très peu. Il a clairement montré qu’un investissement beaucoup plus rentable pourrait être réalisé à long terme en investissant dans ces mégaprojets d’infrastructure, qui pourront créer des emplois pour les travailleurs chinois et d’autres travailleurs de la région pour plusieurs décennies.

C’est quelque chose que ni les États-Unis ni l’UE ne semblent capables de faire. On ne peut pas trouver chez eux un seul projet de développement de 50 milliards de dollars,  qu’il soit en cours ou même au stade de la planification. Les États-Unis s’endettent pour garder les portes ouvertes et les lumières allumées, tout en utilisant le chaos mondial et les changements de régime pour aider à maintenir cette position.

Ce n’est pas une stratégie gagnante à long terme. En fin de compte, tout ce que les États-Unis vont devoir jouer, suivis par leurs alliés européens, c’est la «carte de la guerre», semblable à ce que Roosevelt a fait pour s’engager dans la Seconde Guerre mondiale lorsque toutes les activités de stimulation qui ont suivi la Grande Dépression ne produisaient quasiment aucun emploi permanent… 

Hassan Rohanni à l’annonce de la découverte.

 

 

« Un petit cadeau du gouvernement au peuple »: le président iranien Hassan Rohani a annoncé ce dimanche 10 novembre la découverte d’un gisement pétrolier susceptible d’accroître d’un tiers les réserves nationales, une « bonne nouvelle » pour un Iran confronté aux sanctions économiques américaines.

 

« Nous avons trouvé un gisement de pétrole contenant (des réserves estimées à  53 milliards de barils », a déclaré Hassan Rohani lors d’un discours à Yazd (centre).
Une telle découverte est susceptible d’augmenter d’un tiers les réserves prouvées du pays. Celles-ci étaient de 155,6 milliards de barils fin 2018, selon la dernière édition du « Bilan statistique de l’énergie mondiale » publié par le groupe BP. L’Iran y était classé au quatrième rang derrière le Venezuela, l’Arabie saoudite et le Canada. La nouvelle serait susceptible de lui faire gagner un rang.
Le pays sous pression américaine
Le gisement, large de 2 400 km² et profond de 80 mètres, s’étend selon Hassan Rohani « de Bostan à Omidiyeh », deux villes de la province du Khouzestan, dans le sud-ouest.
Situation du nouveau champ pétrolier en Iran.
C’est « un petit cadeau du gouvernement au peuple d’Iran », a déclaré Hassan Rohani, alors que l’économie du pays souffre des sanctions économiques rétablies contre la République islamique par les Etats-Unis depuis 2018.
Le PIB iranien devrait ainsi chuter de 9,5% cette année, selon le Fonds monétaire international (FMI).
« Hostilité et sanctions cruelles »
Au quotidien, les Iraniens sont confrontés à une inflation à deux chiffres, en reflux progressif néanmoins, et à une dévaluation du rial qui renchérit fortement le prix des importations.
Hassan Rohani a profité de l’annonce de la « bonne nouvelle » pétrolière pour assurer que l’économie iranienne se stabilisait déjà: « Notre peuple a traversé des jours difficiles l’an dernier (mais) je pense que l’Amérique désormais n’a plus d’espoir », a-t-il lancé.
« Nous annonçons aujourd’hui à l’Amérique que nous sommes une nation riche, et qu’en dépit de votre hostilité et de vos sanctions cruelles, les ouvriers et les ingénieurs iraniens du pétrole ont découvert ce champ magnifique », a ajouté le président iranien.
Débouchés difficiles
Reste à savoir comment le pays pourra profiter de cette découverte. Conséquence du rétablissement de sanctions américaines contre la République islamique dans la foulée de la sortie unilatérale des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne, l’Iran a les plus grandes difficultés à écouler son pétrole à l’étranger.
En mai, Washington a notamment mis fin aux exemptions qu’il accordait aux huit principaux acheteurs de pétrole iranien, renforçant la pression sur des pays comme la Chine, l’Inde et la Turquie pour trouver d’autres fournisseurs de brut que l’Iran.
Téhéran a rétorqué aux sanctions américaines en réduisant progressivement ses engagements sur le nucléaire.
La région sous haute tension
L’Iran a ainsi annoncé jeudi avoir repris des activités d’enrichissement d’uranium dans son usine souterraine de Fordo, qui étaient gelées en vertu de l’accord de 2015.
Entre un drone américain abattu en juin par l’Iran, des saisies croisées de pétroliers, et des attaques contre des navires étrangers attribuées à l’Iran mais démenties par Téhéran, la région du Golfe est sous haute tension depuis six mois.
En septembre, l’Iran, bien qu’il s’en soit défendu, a été accusé d’être derrière une attaque contre des installations pétrolières majeures en Arabie saoudite. Celle-ci a été revendiquée par les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par Téhéran.
L’Iran possède déjà la troisième puissance militaire du monde.

 

 

Publicités

Vague d’arrestations en Turquie après l’annonce de la mort d’Al-Baghdadi et Erdogan annonce l’arrestation de sa femme

 

 

Depuis l’opération américaine en Syrie qui a marqué la mort du leader du groupe État isIamique, Abou Bakr al-Baghdadi, la police turque multiplie les opérations antiterroristes à travers le pays.

 

Cela faisait plusieurs mois que la Turquie n’avait pas mené une opération d’une telle ampleur contre les cellules présumées du groupe État islamique sur son territoire. Selon le chef de la police d’Ankara, la capitale, une centaine de personnes accusées d’être liées à l’organisation terroriste ont été arrêtées dans 21 provinces. Elles sont soupçonnées d’avoir planifié des attaques contre les célébrations de la Fête de la République, fête nationale turque, qui se tenaient le 29 octobre 2019.

Des opérations dans tout le pays

Ankara, Istanbul, Mersin, Bursa… Depuis le début de la semaine, la police turque mène chaque jour des raids antiterroristes visant des membres présumés du groupe État islamique. Les services de renseignement s’inquiètent de possibles représailles à la mort de son chef, Abou Bakr al-Baghdadi. La Turquie, qui affirme avoir contribué à l’opération américaine, est une cible prioritaire de l’organisation depuis des années. Plus de 300 personnes sont mortes dans neuf attentats depuis 2014.

Selon les autorités turques, la police a mené plus de 2 000 opérations anti-État islamique ces quatre dernières années. Plus de 1 200 personnes ont été condamnées pour leurs liens avec le groupe, dont une moitié de ressortissants étrangers.

Le dictateur turc,Recep Tayyip Erdogan.

Ce mardi 5 novembre 2019, la Turquie annonçait avoir arrêté dans le nord de la Syrie une sœur d’Abou Bakr al-Baghdadi, le chef du groupe État islamique tué par un commando américain fin octobre. Ce mercredi 6 novembre, c’est le président turc Erdogan qui affirme que son pays aurait arrêté l’épouse du leader terroriste. Une annonce sur fond de rancoeur vis-à-vis des États-Unis, qui ont tenu la Turquie à l’écart de leur opération contre Abou Bakr al-Baghdadi.

 

Comme souvent, c’est au détour d’une courte phrase, avant de parler d’autre chose, que Recep Tayyip Erdogan a fait son annonce. « Nous avons arrêté la femme de Baghdadi », a lâché le président turc, sans donner de nom, de date, ni de lieu précis pour cette arrestation. Tayyip Erdogan a simplement ajouté qu’elle avait eu lieu en Syrie et que la Turquie avait aussi arrêté une sœur du chef du groupe État islamique ainsi que son beau-frère, sans préciser là encore s’il s’agissait d’une seule et même opération.

Aucune place au doute

Le ton du chef de l’État turc ne laissait en revanche aucune place au doute : Recep Tayyip Erdogan signifiait son mécontentement à l’égard des États-Unis, qui ont annoncé fin octobre 2019 la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi dans une opération en Syrie, à quelques kilomètres de la frontière turque, tout en laissant entendre qu’Ankara n’avait joué aucun rôle et n’avait été informé qu’à la dernière minute.

« Nous, nous n’en avons pas fait toute une histoire »

« L’Amérique a neutralisé Baghdadi… puis ils en ont fait toute une campagne de communication », s’est donc plaint le président turc. Avant d’ajouter, au sujet de l’arrestation de la femme du leader défunt du groupe EI : « Nous, nous n’en avons pas fait toute une histoire ». C’est désormais chose faite.

EN CONCLUSION

Que faut-il croire dans toute cette affaire?Ce genre de politicien sait manoeuvrer dans le mensonge et la falsification…comme Donald Trump!

Le rêve de l’État Islamique!

 

Décomposition impériale

Moins spectaculaire que les guerres américaines ratées, moins médiatique que les tentatives de putsch qui ne prennent plus, le mouvement tectonique du reflux de l’empire suit son cours, inexorable. Le schéma est classique, presque mécanique…

Années 90 : après l’éclatement de l’URSS, le système impérial est à son apogée. Il est alors pris d’une véritable folie des grandeurs qui finira par causer sa perte.

Années 2000 (ère Bush) : victime d’hybris, il s’engage dans un certain nombre de fiascos coûteux et retentissants (Irak, Afghanistan), et provoque la résurgence de ses rivaux (Russie, Chine, OCS).

Années 2000-2010 (ère Obama) : sentant le vent tourner, ils s’arc-boute sur ses fondamentaux (Europe totalement vassalisée, presstituée noyautée comme jamais) pour tenter de durer, au risque d’imploser.

 

 

A bien des égards, la géopolitique ressemble à la physique pure. Plus un corps, soumis à une pression intense, se comprime, plus il est instable et susceptible de provoquer des réactions en chaîne. C’est ce qui finit par arriver

Qui aurait imaginé, même dans ses rêves les plus fous, voir le système impérial US se décomposer aussi rapidement ? Certes, il y avait eu des signes avant-coureurs : crise grecque, montée des «  »populismes » » (entre huit guillemets) en Europe, multiplication des voix discordantes concernant la politique anti-russe (Hongrie d’Orban, Italie, Slovaquie, République tchèque, Grèce, industriels allemands etc.), record d’impopularité des hommes de paille de Washington (Flamby Ier rejoignant les rois fainéants mérovingiens dans le palmarès des dirigeants les plus détestés de l’histoire de France)…

Mais l’année 2016 restera comme l’apothéose de ce détricotage. En mai dernier, avant le sommet du G7 à Tokyo, un eurocrate envisageait le « scénario de l’horreur » :

Imaginez si, au lieu de Barack Obama, François Hollande, David Cameron et Matteo Renzi, nous avons Donald Trump, Marine Le Pen, Boris Johnson et Beppe Grillo.

Un mois plus tard, le scénario tant honni commençait à se mettre en place, au grand dam de Washington, Bruxelles et de leurs relais médiatiques. Le Brexit envoya des ondes de choc (…) Ce n’était pourtant rien en comparaison de ce qui allait se passer trois mois plus tard, au cœur même de l’empire, la deuxième étape du « scénario de l’horreur », le changement tectonique représenté l’élection du Donald.

2016 fut en effet le début de la fin : Brexit, Trump, guerre pétrolière américano-saoudienne, perte ou trahison des alliés, dédollarisation, fiasco ukrainien, dégringolade de la branche médiatique… Ce qui avait été patiemment bâti au cours de longues décennies se défaisait à vue d’œil. Et si le Deep State réussissait à sauver quelques meubles, par exemple en récupérant partiellement le Donald, plus rien ne serait comme avant. Comme la marée basse laisse sur le sable les traces de son passage, le reflux de l’empire mettait à jour ses contradictions criantes et ses dysfonctionnements inhérents.

Les éléments, auparavant maintenus sous la chape (de plomb) du manteau américain, étaient désormais livrés à eux-mêmes. Certains comme les euronouilles, complètement perdus, couraient dans tous les sens comme des poulets sans tête. D’autres, tel le sultan, jouaient les électrons libres et se rapprochaient dangereusement de l’autre camp. Partout, l’unité faisait place à la dissension. Sur le Vieux continent :

L’Europe américaine sera-t-elle mise à mort par ceux-là même qui étaient censés la régénérer ? L’on peut sérieusement se poser la question quand on voit le divorce grandissant entre l’UE et les pays d’Europe centrale et orientale, fers de lance de la « Nouvelle Europe » si chère aux néo-cons. Le pied droit de Washington donne des coups au pied gauche et c’est tout le système vassalique européen qui risque de tomber.

Rappelons d’abord que la construction européenne fut, dès le départ, un projet américain. Des archives déclassifiées montrent que les soi-disant « pères de l’Europe » – Schuman, Spaak ou le bien-nommé Monet – travaillaient en réalité pour les États-Unis. Pour Washington, il était en effet plus aisé de mettre la main sur le Vieux continent par le biais d’une structure globale noyautée de l’intérieur que de négocier pays par pays avec des dirigeants indépendants.

La chute du Mur et l’intégration à l’UE des anciennes démocraties populaires n’étaient que le cache-sexe de l’avancée de l’OTAN vers la Russie. Mieux encore, ces pays nouvellement libérés de la tutelle soviétique et férocement anti-russes pour des raisons historiques compréhensibles étaient susceptibles d’établir un nouveau rapport de force très favorable aux États-Unis au sein de l’UE face à certaines poussées de fièvre frondeuse toujours possibles de la « vieille Europe » (De Gaulle, Chirac et Schroeder…)

Or, au moment où les institutions européennes sont noyautées et soumises comme jamais aux désidératas US, le château de cartes est en train de s’écrouler… Ce sont d’abord les sanctions anti-russes qui ont créé une brèche. Si elles furent accueillies avec des transports de joie par la Pologne et les pays Baltes, leur réception en Hongrie, en Slovaquie et même en République tchèque fut bien plus mesurée, c’est le moins qu’on puisse dire. Première cassure au sein de la « nouvelle Europe ».

Et maintenant, la question des réfugiés pourrait bien sonner l’hallali. La Pologne, pays ô combien pro-US, refuse tout à fait d’obéir aux injonctions des institutions elles aussi ô combien pro-US de Bruxelles. Diantre, Brzezinski n’avait pas prévu ça…

Il n’avait pas non plus prévu ce qui allait se passer dans le Golfe en juin 2017 :

La grande affaire très commentée de ces derniers jours est la mise au ban du Qatar par l’Arabie saoudite et ses quelques affidés de circonstance. Si c’était dans les tuyaux depuis une bonne semaine, c’est un véritable séisme dans la région, les précédentes querelles n’ayant jamais conduit à une rupture des relations diplomatiques (…)

Le Conseil de Coopération du Golfe est la pierre angulaire de l’empire américain dans la région – un peu comme l’UE en Europe – et il est aujourd’hui au bord du gouffre. Après le Brexit, le Qatarxit ? A Washington, les stratèges impériaux ne doivent pas être aux anges… Le Koweït et Oman ont en tout cas refusé de suivre leurs collègues et de rompre leurs relations avec Doha, ce qui fissure encore un peu plus l’organisation  (…)

Deux piliers du pétrodollar et soutiens du djihadisme en conflit, CCG en crise, Turquie ballotée, Etat profond US divisé… Il faut prendre la rupture saoudo-qatarie pour ce qu’elle est : une énième convulsion du « camp du Bien », un émiettement supplémentaire de l’empire.

Il n’en fallait pas plus à CNN pour accuser… les hackers russes ! Audiard nous avait prévenu : les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît. Derrière cette nouvelle dégénérescence de la presstituée se cache tout de même une réalité : c’est Noël au Kremlin, qui se garde toutefois de tout triomphalisme.

Les groupies de l’hégémonie américaine ne peuvent maintenant que constater les dégâts :

Un mélancolique article du Jerusalem Post intitulé « Les sommets d’Asie centrale qui montrent que Washington perd prise » nous rappelle une nouvelle fois, si l’en était besoin, que derrière les strass et paillettes de l’événementiel, l’empire américain est inexorablement engagé sur la pente descendante.

A Bichkek, au Kirghizstan, a eu lieu la grand-messe annuelle de l’Organisation de Coopération de Shanghai, incluant désormais l’Inde et le Pakistan. On y a vu Modi et Khan échanger des blagues, Xi et Rouhani renforcer leur coopération, Poutine rencontrer ses homologues chinois, iranien, indien ou pakistanais. Si le président iranien, Etat observateur, s’est fait remarquer en critiquant vertement l’unilatéralisme US et en offrant des privilèges économiques aux membres de l’OCS qui investiraient en Iran, il n’a pas été le seul. A Bichkek, on a parlé multipolarité, Routes de la Soie et intégration de l’Eurasie, pour le plus grand malheur de qui vous savez…

Le jour suivant, au Tadjikistan voisin, le sommet CICA (Conférence pour l’Interaction et la Confiance en Asie) a réuni du beau monde. Les représentants d’une trentaine de pays y participaient dont Poutine, Xi (qui a fêté son 66ème anniversaire avec le président russe), Rouhani, Erdogan ou encore Al Thani, l’émir du Qatar. On sait que ce dernier, depuis la rupture avec l’Arabie saoudite, a une furieuse tendance à se rapprocher de Téhéran et des géants de l’Eurasie. Ses multiples rencontres bilatérales d’hier sont là pour le prouver, notamment avec la Chine et l’Iran, qui a par ailleurs également reçu le soutien turc face au harcèlement américain.

L’hybris impériale – sanctions contre la Russie et l’Iran, guerre économique contre la Chine, menaces contre la Turquie, sanctions saoudiennes contre le Qatar – tend naturellement à rapprocher ces pays et accélère l’inévitable mouvement d’intégration du grand continent, bientôt irrigué par le gaz russe et les Routes de la Soie chinoises. Le monde multipolaire du XXIème émerge sous nos yeux…

Trump et Trudeau:les deux politiciens marquant la chute de l’empire américain et le néolibéralisme décadent.

Ce qui nous amène aux délectables nouvelles de ces derniers jours, qui remuent encore un peu plus le couteau dans le cœur des petits génies de Washington. Au Royaume-Uni, l’énième report du Brexit par les manigances des députés a poussé le Premier ministre Johnson à organiser des élections générales, prévues dans cinq semaines. Sans surprise, elles mettront aux prises les conservateurs de ce même Johnson et le Labour de Jeremy Corbyn. Si certains articles versent allègrement dans l’hyperbole, parlant de « lutte pour l’âme britannique », un aspect fondamental n’est pourtant jamais abordé : l’accélération du détricotage de l’empire.

Johnson est en effet favorable à l’OTAN mais ne peut, on le sait, voir en peinture l’Union européenne et fut l’un des principaux leaders de la campagne du Leave. A l’opposé, Corbyn est un de ces européistes indécrottables mais a toujours été très critique vis-à-vis de l’impérialisme américain et favorable à un rapprochement avec la Russie. S’il ne réclame plus l’abolition de l’Alliance atlantique, comme c’était encore le cas en 2012, nul doute que la politique étrangère de Londres prendrait un tour nouveau s’il était élu.

OTAN contre UE, alors que ces deux piliers de l’hégémonie américaine en Europe étaient auparavant synonymes, Brexit ou OTANxit (ou du moins une sérieuse prise de distance). Heureusement que McCain n’est plus là pour voir ça…

Et puisqu’on parle d’elle, les déclarations tonitruantes de Macron affirmant que l’OTAN est « en état de mort cérébrale » ont jeté un énorme pavé dans la mare, provoquant les cris d’orfraie de Berlin et de Bruxelles, la fébrilité dans les salles de rédaction et l’amusement de Moscou, qui a d’ailleurs tout lieu de se réjouir des appels du même à « rouvrir un dialogue stratégique avec la Russie ».

Ce n’est pas la première fois que l’actuel président français s’écarte de la ligne vassale de son prédécesseur. S’il n’a pu s’empêcher d’y retomber en certaines occasions, par exemple lors du false flag chimique n°3, l’occupant de l’Élysée est capable de faire montre d’une relative indépendance, comme nous le relations il y a plus de deux ans :

Alerte dans les officines du système impérial, la plaque européenne commence à dangereusement se rapprocher de sa consœur russe et nos hypothèses se voient une nouvelle fois confirmées. Après la réception de Poutine par Macron à Versailles, nous écrivions :

D’abord, pourquoi inviter Poutine, dans les fastes de Versailles qui plus est ? Notons que, mis à part le traditionnel voyage du 15 mai à Berlin pour retrouver Merkel, c’est le premier dirigeant étranger que rencontre Macron dans un format bilatéral (les discussions avec Trump, Trudeau, Erdogan & Co ayant eu lieu en marge des sommets de l’OTAN et du G7). Relevons également que la somptueuse réception du « tsar de toutes les Russie » au château du roi-soleil n’a pas été du goût des habituels thuriféraires du système impérial.

Ainsi, le président français était demandeur, ce que l’enguirlandement médiatique fanfaron tente d’occulter (…)

Un reset franco-russe, qu’évoque également le peu russophile Financial Times, serait donc dans les tuyaux à la demande de Paris. Ceci pourrait expliquer pourquoi, au-delà des pathétiques flonflons médiatiques et du sauvetage de face macronien sur des questions aussi existentielles que les LGBT de Tchétchénie ou les méchants médias russes, on a furieusement l’impression que Bobobankster s’est aligné sur Poutine.

Sur la Syrie, « l’objectif absolu est la lutte contre le terrorisme, l’éradication des groupes terroristes, en particulier Daech ». Tiens, il y aurait des modérés pas si modérés que ça finalement et Assad ne doit plus partir… Plus intéressant encore, la fameuse phrase sur les armes chimiques que toute la MSN saoudisée a rapportée, persuadée qu’elle est dirigée contre Damas, mais que personne n’a pris la peine de décrypter :

« J’ai indiqué qu’une ligne rouge très claire existe de notre côté : l’utilisation d’une arme chimique par qui que ce soit fera l’objet de représailles et d’une riposte immédiate. »

Les mots importants sont en gras. Ainsi, Assad ne serait pas le seul à disposer et à être susceptible d’utiliser des armes chimiques… Est-ce une reconnaissance en creux du false flag de Khan Cheikhoun ? A noter que le soir même, Vladimirovitch a répété dans une interview destinée au public français qu’il n’y avait aucune preuve de l’implication du gouvernement syrien dans cette attaque. Pour mieux appuyer ce qu’il a dit, voire prouvé, quelques heures plus tôt à Macron sous les lambris versaillais ?

Concernant l’Ukraine, Poutine a pris le bâton, déclarant que c’était une affaire intérieure à ce pays et qu’il fallait tenir Kiev pour responsable des atteintes aux accords de Minsk, le tout sans être contredit par son hôte. Et je ne mentionne pas les formules répétées sur « le rôle indispensable de la Russie »…

Assiste-t-on à un changement de direction de l’euronouillerie, désormais orpheline de son maître américain ? Si Macron dit tout haut ce que Merkel pense tout bas – et il y a de bonnes raisons de croire que le premier est le porte-parole de la seconde -, on est peut-être en train d’assister à un rééquilibrage du Vieux continent. L’avenir nous le dira… Mais on comprendrait mieux alors la flagornerie de la caste médiatique, cachant sous les épithètes dithyrambiques une redirection peu glorieuse pour elle.

On en prend le chemin… Dans la foulée de la visite du réaliste Le Drian à Moscou, c’est en effet une véritable bombe qu’a lancé Macron dans un entretien à huit quotidiens européens paru aujourd’hui. Dans le texte :

Le vrai aggiornamento que j’ai fait sur ce sujet, c’est que je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar el-Assad était un préalable à tout. Personne ne m’a présenté son successeur légitime. Assad est un ennemi de son peuple [tous les éléments de langage n’ont pas disparu du jour au lendemain, ndlr] mais pas de la France. Mes lignes sont claires. Un : la lutte absolue contre tous les groupes terroristes. Ce sont eux, nos ennemis. Deux : la Syrie ne doit pas devenir un Etat failli [failed State]. Nous avons besoin de la coopération de tous pour éradiquer les terroristes, en particulier de la Russie.

Dios mio, McCain, Barack à frites, Flamby, l’hilarante, le Seoud et autres joyeux lurons de la clique impériale doivent s’arracher les cheveux. L’imMonde est vert de rage et la presse israélienne rapporte l’info pour le moins fraîchement.

Le président Macron semble en passe de devenir nettement plus sage que le candidat Macron. Un Trump inversé en quelque sorte… Si le Donald a tout le mal du monde à contrer le Deep State, c’est néanmoins son élection qui a permis le détricotage de l’empire dont les composantes s’égaillent maintenant dans la nature.

En plein dans le mille. Le reflux américain a laissé sur la grève les composantes du système impérial qui, nouvellement autonomes, s’éparpillent et prennent des directions inimaginables il y a peu encore.

Pire ! les propres pions de Washington arrivés fraîchement au pouvoir se mettent eux aussi à tourner casaque, notamment en Amérique latine. Au Brésil, Bolsonaro a fait un flip flop digne d’une grande patineuse en allant courtiser les investissements chinois. Ce n’est pas une surprise pour le fidèle lecteur de nos Chroniques, car certains signes étaient annonciateurs :

Un mot encore sur le traditionnel sommet des BRICS en marge du G20. Il était intéressant de voir le comportement de l’américanolâtre néo-président brésilien dans cette structure de facto opposée à Washington. Les bruits alarmistes et peut-être inventés sur une possible exclusion du Brésil ne se sont pas traduits dans les faits et les oreilles de Bolsonaro ont dû quelque peu sursauter en entendant Poutine appeler à la dédollarisation ou défendre le Venezuela, point sur lequel le leader brésilien a préféré éviter de polémiquer avec son homologue russe. Bolsonaro, que d’aucuns pensaient il y a quelques mois qu’il mettrait des bâtons dans les roues des BRICS, a même partiellement épousé les discours sur le multilatéralisme en critiquant le protectionnisme unilatéral d’un certain pays…

Entre un Bolsonaro qui met de l’eau dans son maté et un Lula qui vient de sortir de prison et pourrait reprendre le chemin du pouvoir, l’expérience « américaine » du Brésil a peut-être tourné (très) court. L’occasion de redonner un regain d’énergie aux BRICS, d’autant que le grand voisin argentin pourrait à nouveau être de la partie. Nous l’expliquions en août :

En Argentine, le président Mauricio Macri, gentil toutou des USA, vient de se prendre une volée aux élections primaires, répétition générale de l’élection présidentielle du mois d’octobre. Pour Washington, c’est une bien mauvaise nouvelle, d’autant que le grand vainqueur est le parti de l’ancienne présidente Cristina Kirchner, elle aussi bien connue des lecteurs. Nous en parlions entre autres dans un billet consacré à l’établissement d’une base radar chinoise dans la pampa :

L’accord sino-argentin avait été signé en 2015, du temps de Cristina Kirchner, égérie de la multipolarité. Ironie du sort, l’objet de l’accord se réalise sous son successeur et adversaire, pion de l’empire comme nous l’expliquions il y a deux ans :

Macri, dans la plus pure tradition des leaders latino-américains dévoyés, est l’homme de paille des Etats-Unis en Argentine, permettant l’installation de deux bases US dans son pays, plaçant sa fortune chez son maître, s’attirant les louanges de son suzerain.

… et acceptant avec gloutonnerie tout accord avec le FMI visant à esclavagiser un peu plus son pays. Sans surprise, la Cristina, maintenant sénatrice, s’y oppose résolument et préfère les prêts de la banque des BRICS ou de la Chine. D’où la base radar, facilité donnée au dragon contre des espèces sonnantes et trébuchantes à un moment où l’Argentine était étranglée financièrement. Le combat continue entre la pasionaria et le vassal. Macri est largement devancé par C.K dans les projections du premier tour (39%-30%). Quel que soit le résultat, la base chinoise est là pour rester, l’accord ayant été signé pour 50 ans.

C’était l’année dernière et les sondages étaient en deçà de la réalité. Si Cristina ne s’est pas présentée elle-même, son parti a gagné par 47% contre 32%. Un retour du clan Kirchner à la Casa Rosada apporterait à coup sûr un regain d’activité au processus de multipolarité en Amérique du Sud, un temps mis à mal par la destitution de Dilma au Brésil et l’élection de Macri. On se rappelle que l’Argentine de Cristina, bien que ne faisant pas officiellement partie des BRICS, y faisait souvent figure de membre associé, ce qui sera sans doute à nouveau le cas dans deux petits mois…

Bingo. Le 27 octobre, Alberto Fernández, protégé de Cristina, a gagné dès le premier tour, renvoyant Macri à ses chères études. Si sa prise de fonction se fera en décembre, les stratèges américains commencent déjà à se ronger les ongles. Dans un geste ô combien symbolique, Fernández a accordé sa première interview internationale à Correa, l’ancien président équatorien et bête noire de l’imperium US, sur la chaîne russe RT.

Le renouveau de la multipolarité qui se prépare en Amérique du Sud va de pair avec le rôle jamais vu qu’y joue Moscou, au grand dam du Deep State dont les think tanks sonnent le tocsin :

« Il est clair que la Russie est en Amérique latine pour y rester et qu’elle étend son influence – notamment en essayant d’assurer les moyens de menacer les USA au sein même de l’hémisphère occidental. Le désarroi de la politique étrangère américaine a clairement facilité cette évolution. Étant donné l’actuel chaos à Washington [ ! ], il faudra un temps considérable avant que les États-Unis ne puissent établir une stratégie coordonnée visant à contrer ou, au moins, atténuer ces menaces. L’Amérique latine est devenue un théâtre d’opérations réel pour les Russes à cause de la négligence des Etats-Unis et de leurs politiques erronées. »

Au-delà de l’alarmisme peut-être exagéré de l’establishment impérial, trop longtemps habitué à l’hégémonie et qui voit surgir avec horreur son rival là où il ne l’attendait pas, une chose est sûre : en Amérique, comme en Europe ou au Moyen-Orient, l’empire US recule terriblement…

Source : Chroniques du Grand Jeu

 

 

La dette record fait courir de grands risques à l’économie, avertit le FMI

 

L’économie mondiale accuse un endettement record – 188.000 milliards de dollars ou 230% du PIB -, ce qui n’est pas sans risque, avertit la directrice du FMI.

 

La planète accuse actuellement un niveau d’endettement colossal, inédit en temps de paix. L’économie mondiale accuse une dette record largement alimentée par le secteur privé, ce qui n’est pas sans risque, a averti la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva. La dette mondiale des secteurs public et privé confondus a atteint le montant inédit de 188.000 milliards de dollars, soit environ 230% du Produit intérieur brut mondial, a dévoilé la nouvelle dirigeante du Fonds monétaire international lors d’une conférence consacrée à la dette.

La dette mondiale s’est ainsi accrue de 14,6% comparé à l’estimation d’avril 2018 du FMI (164.000 milliards). « Le secteur privé est un des principaux moteurs de cette accumulation, qui représente actuellement près des deux tiers du niveau total de la dette », a souligné Mme Georgieva. En outre, la dette publique des économies avancées est à des niveaux inédits depuis la Seconde guerre mondiale, a-t-elle ajouté. « La dette publique des marchés émergents a atteint les niveaux enregistrés lors de la crise de la dette des années 80. Et le fardeau de la dette des pays à faible revenu a fortement augmenté au cours des cinq dernières années », a-t-elle relevé.

Si les crédits bancaires et les marchés à crédits ont un rôle essentiel pour la prospérité en aidant les familles à acquérir un logement et les entreprises à investir, « un endettement élevé ne représente pas seulement un risque pour la stabilité financière, il peut être un poids pour la croissance », a-t-elle alerté.

Elle a rappelé la nécessité de s’assurer des capacités à rembourser : « cela signifie qu’il faut procéder avec prudence quand il s’agit de contracter de nouvelles dettes en se concentrant davantage sur l’attraction des investissements en actions, tels que les investissements directs étrangers, augmenter les recettes fiscales et intensifier la lutte contre la bureaucratie et la corruption ».

Elle a recommandé en outre de s’assurer que les pratiques d’emprunt et de prêts sont « plus transparentes ». « Dans de nombreux pays, il est possible de renforcer de manière significative les institutions qui enregistrent, surveillent et déclarent la dette », a-t-elle dit. Elle a enfin exhorté à « une meilleure collaboration entre les pays emprunteurs et les prêteurs ».

 

 

 

 

Jeremy Rifkin prédit la fin de la « civilisation fossile »

Jeremy Rifkin

La civilisation centrée sur les énergies fossiles va s’effondrer d’ici à 2028 pour être remplacée par une nouvelle économie basée sur le solaire, l’éolien, le numérique, et sans nucléaire, prédit l’essayiste et économiste américain Jeremy Rifkin.

« La civilisation des carburants fossiles, qui est à la base des deux premières révolutions industrielles, s’effondre en temps réel », estime-t-il dans un entretien à l’AFP à l’occasion de la parution en français de son dernier ouvrage, « Le New Deal vert mondial » (éditions Les liens qui libèrent).

Jeremy Rifkin, qui a conseillé des responsables européens et des dirigeants chinois, part du constat que « le solaire et l’éolien deviennent si bon marché que leur coût moyen est désormais moindre que celui de l’énergie nucléaire, du pétrole, du charbon ou même du gaz naturel ».

« C’est un tournant majeur et nous commençons à voir des milliers de milliards de dollars d’actifs perdus dans le complexe mondial des énergies fossiles », souligne-t-il.

« Les actifs perdus, ce sont les droits d’exploration (pétrolière et gazière) qui resteront inutilisés, tous les hydrocarbures qui ne seront jamais extraits, tous les pipelines qui seront abandonnés, les centrales électriques qui ne seront pas utilisées parce qu’elles ne seront jamais amorties. »

Pour lui, le marché agit comme « une force puissante » dans cette évolution: « 11.000 milliards de dollars se sont déjà rapidement détournés des énergies fossiles, les investisseurs ne voulant pas perdre leur mise », indique-t-il, relevant: la banque américaine « Citigroup estime que nous pourrions voir 100.000 milliards d’actif perdus. C’est la plus grosse bulle de l’histoire économique ».

 

– « Pas besoin de nouvelles taxes » –

Pour l’essayiste, convaincu de l’avènement d’une nouvelle forme de capitalisme, c’est « la nature de l’infrastructure qui détermine la nature du système économique ».

Il imagine ainsi un monde futur reposant sur trois grands types d’infrastructures, réunissant les populations au niveau local comme mondial dans ce qu’il appelle la « glocalisation »: des réseaux de communication par smartphones; de l’énergie renouvelable, produite de manière décentralisée et distribuée par des réseaux intelligents; et enfin des transports électriques ou à pile à combustible, intégrés dans des chaînes logistiques intelligentes.

Cela nécessitera de gérer beaucoup de données. Elle ne seront toutefois plus contrôlées par les Google, Facebook et autres Amazon, mais stockées dans de petits centres reliés entre eux et contrôlés par des « assemblées de pairs » (des experts nommés par des responsables locaux ou régionaux).

Des projets pilotes existent aujourd’hui, avec quelques autobus à hydrogène ou bâtiments à énergie positive. Dans le nord de la France, Jeremy Rifkin a conseillé en la matière le président de région Daniel Percheron et continue de collaborer avec son successeur Xavier Bertrand.

Mais il plaide pour un changement d’échelle, où les décideurs politiques auront un rôle important à jouer.

« Ce sont les gouvernements qui créent l’infrastructure pour la révolution industrielle du XXIe siècle. Les Etats doivent créer des banques vertes, les régions françaises doivent mettre sur pied leurs propres banques vertes et émettre des obligations vertes » qui séduiront les fonds d’investissements recherchant « des rendements à long terme, stables, qui sont ceux que fournissent les infrastructures », détaille M. Rifkin.

En revanche, « vous n’avez pas besoin de nouvelles taxes », assure-t-il, un peu moins d’un an après le début de la crise des « gilets jaunes ».

– Le nucléaire condamné –

Avec ces infrastructures, des millions de personnes, d’associations, de petites entreprises pourront « créer des coopératives pour leur énergie solaire et éolienne et réinjecter ce qu’elles n’utilisent pas dans un internet de l’énergie renouvelable de plus en plus numérisé qui pourra traverser les pays et même les continents ».

Exit donc la production d’énergie centralisée qui domine aujourd’hui.

« Construire une nouvelle centrale électrique est complètement absurde », affirme-t-il, « le prix réel de l’énergie nucléaire sur la durée de vie d’une centrale est de 112 dollars par mégawatt », contre « entre 29 et 40 dollars par mégawatt » pour le solaire et l’éolien.

Et « il y a un autre problème: le manque d’eau », prévient-il. « Une part importante de l’eau douce sert à refroidir les réacteurs. Mais avec le changement climatique, l’eau des rivières et des lacs se réchauffe » et deviendra inutilisable l’été pour refroidir les centrales. Cela s’est déjà produit dans le sud de la France.

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Greta Thunberg = Pion des Rothschild et victime de ses parents

En 1960, l’écrivain John Hersey (1914-1993) publia un roman inquiétant intitulé «The Child Buyer» (L’acheteur de l’enfant), qui parlait d’enfants talentueux «achetés» par leurs parents à des agents du gouvernement, dans le but mystérieux de «sauver le monde».

Greta Thunberg en est une illustration. Elle est l’employée d’une plate-forme numérique nommée We don’t have time, créée en 2011.

Elle n’a pas sollicité cet emploi, il lui a été imposé par ses parents, un couple suédois qui milite à l’ultragauche et ont trouvé là le moyen de procurer à leur fille une situation rémunérée alors qu’elle est handicapée. Greta souffre du Syndrome d’Asperger, une forme d’autisme.

 

Comme certains autistes forts en calcul mais très handicapés pour tout le reste, elle est très performante dans un seul domaine, sa foi quasi religieuse dans le réchauffement climatique.

 

C’était donc sa compétence à exploiter, ce qu’ont fait ses parents puisque légalement elle est toujours mineure. Son handicap la rend très facilement manipulable, c’est la marionnette idéale et de surcroît pas trop chère pour ses employeurs. En l’embauchant, les dirigeants de We don’t have time se sont dit que son jeune âge et son handicap rendaient Greta inattaquable.

Ils sont ce que l’on appelle des « spin doctors », ce qui n’a rien à voir avec la médecine, ils vendent du conseil en communication et marketing politique. Ils ont eu l’idée de doper leurs ventes en se lançant à corps perdu dans l’écolo-catastrophisme, en récupérant les noms et adresses mail des admirateurs et suiveurs de Greta.

Déjà des centaines de milliers de fichés, bientôt des dizaines de millions dont les listes sont revendues à des agences publicitaires spécialisées dans le « green washing ».

We don’t have time n’est pas tombée du ciel, elle a été créée à l’initiative de Global Shapers, une institution qui travaille pour le Forum Economique Mondial qui se réunit tous les ans à Davos ! tout ça finacé par Global Utmaning dont le PDG est Ingmar Rentzhog et la Présidente fondatrice Christina Persson.

Greta Thunberg => We don’t have time => Global Shapers => Forum Economique Mondial Davos > Global Utmaning => industriels milliardaires Tentzhog et Persson.”

Mais qui finance la chaîne ?

…en plus que de financer les dangereux Antifa,Soros contrôle financièrement la panoplie d’entreprises que vous voyez ici.
Il est le 26 ième homme le plus riche au monde.
C’est le financier de la gogauche mondialiste!

 

De même qu’en tirant la ficelle Aquarius, on remonte à Georges Soros, on arrive en partant de Greta à deux familles d’industriels suédois, les Rentzhog et les Persson, associées dans Global Utmaning dont le PDG est Ingmar Rentzhog et la Présidente fondatrice Christina Persson.

N’oubliez pas que toutes les planètes du système solaire sont actuellement en net réchauffement. Ceci est normal. Ce qui n’empêche pas de faire attention à notre planète en changeant certaines habitudes néfastes pour l’environnement, tout en acceptant ses changements du système solaire.

La fine équipe veut vous culpabiliser et vous piquer encore plus de pognon.

C’est tout.

Observons dans le calme ces changements. La Vie sait ce qu’elle fait.

Source : Namaste

——————–

« L’industrie mondiale du changement climatique vaut 1,5 billion (mille milliards)  de dollars par an »,

dit le Climate Change Business Journal. Les bailleurs de fonds de Greta Thunberg sont des spéculateurs financiers dans des entreprises à la recherche de milliards de profits des programmes de «changement climatique» financés par les contribuables.

Beaucoup de personnes dans le monde sont maintenant perturbées par ce que nous avons vu: une jeune Suédoise de 16 ans qui avait des vulnérabilités mentales auto-avouées, poussée sur la scène mondiale, sous l’impulsion de forces d’élite très dérangeantes.

 Jim Stone a déclaré que « les autorités suédoises se sont présentées chez les parents de Greta et ont ouvert une enquête pour abus sur enfant » [le site Web de Jim Stone interdit les liens normaux vers des articles, mais son dernier est accessible via son adresse IP:]

http://82.221.129.208/

 

 

Luisa- Marie Neubaer

 

Sur de nombreuses photographies de Greta, la guidant et la protégeant des journalistes qui posent de « mauvaises » questions, se trouve son « gestionnaire » officiel, Luisa-Marie Neubauer, âgée de 23 ans, originaire de Hambourg, ambassadrice de la « ONE Foundation », un autre outil subversif de George Soros & Melinda & Bill Gates.

Bill Gates et l’évolution de sa fortune.

 

Le yacht de 4 millions d’euros sur lequel Greta a navigué aux États-Unis était un yacht de la famille Rothschild, qui l’a transféré au magnat allemand Gerhard Senft. Pierre Casiraghi, petit-fils du regretté Prince Rainier III et actrice Grace Kelly, était le capitaine de ce voyage.

https://www.finews.com/news/english-news/37460-greta-thunberg-climate-warning-climate-activist-un-conference-new-york-monaco-efg-bmw

Les lecteurs de ce site voient rapidement le problème dans tout cela: « Les Illuminati utilisent des enfants handicapés mentaux comme Greta Thunberg pour faire avancer leur programme pervers« :

https://www.henrymakow.com/2019/08/tavistock-illuminati-war-on-society.html

Et en fait, le spectacle de Greta aux Nations Unies reproduisait un événement similaire il y a 27 ans. En 1992, Severn Cullis-Suzuki, alors âgée de 12 ans, fille du célèbre environnementaliste canadien et personnalité de la télévision canadienne David Suzuki (né en 1936), s’est adressée à la session plénière du Sommet de la Terre des Nations Unies à Rio de Janeiro, où elle a « fait taire le monde pendant cinq minutes « … disant  » Nous sommes un groupe de jeunes de 12 ans qui essayons de faire une différence « . Son discours ‘Écoutez les enfants’ de l’ONU:

Avec l’amour et le respect que beaucoup d’entre nous ont pour la nature et l’environnement, nous sommes vulnérables aux opérations psychologiques de longue date:

https://www.henrymakow.com/2019/05/Green-Movements-are-all-Illuminati-Psy-Ops.html

Programmation prédictive?

 

Poursuivant une série assez étonnante de choses déjà vues à l’avance dans la série de dessins animés «Les Simpson», nous avons quelques extraits d’un épisode du cartoon Donald Trump, un peu comme la réunion «accidentelle» de Trump à l’ONU avec Greta Thunberg.

« L’industrie mondiale du changement climatique vaut 1,5 billion de dollars par an« , indique le Climate Change Business Journal. Les commanditaires de Greta Thunberg sont des spéculateurs financiers dans des entreprises à la recherche de milliards de dollars de profits provenant de programmes de lutte contre le changement climatique financés par les contribuables:

https://standpointmag.co.uk/issues/june-2019/gretas-very-corporate-childrens-crusade/

https://www.thetimes.co.uk/article/greta-thunberg-and-the-plot-to-forge-a-climate-warrior-9blhz9mjv

Cela dure depuis des décennies … Dans les années 1990, Al Gore et Enron, « ont vu l’avenir« , où des banques telles que Goldman Sachs pourraient tirer profit du « marché des crédits de carbone liés au changement climatique« :

https://www.winterwatch.net/2019/04/corrupt-enron-and-the-kyoto-climate-treaty-scam/

Autre signe de la main de la cabale dans cette affaire, Justin Murphy tweetait que « si Greta Thunberg guide la politique mondiale, alors nous ne pourrions  pas nous opposer à ce que Jeffrey Epstein exploite des esclaves sexuelles âgées de 16 ans «  »:

https://www.dailydot.com/layer8/justin-murphy-greta-thunberg-jeffrey-epstein/

Selon des informations non confirmées, une adolescente britannique se serait suicidée suite à l’hystérie du désastre du changement climatique. Même si ce n’est pas vrai, nous sommes confrontés à des manipulations de masse et à la terreur de jeunes impressionnables, trop jeunes pour avoir vu la longue histoire d’escroqueries et de mensonges vendus en permanence par des «officiels» et des «experts».

L’afflux émotionnel désemparé de Greta Thunberg aux Nations Unies soulève le problème de la grave inconduite de ses parents jouissant de sa célébrité, et de ces milliardaires et millionnaires qui la financent et la «gèrent». On voudrait que ces personnages sombres et indignes, cherchant à tirer profit des actions et de la douleur de Greta, cessent immédiatement toutes leurs manipulations de cette jeune fille autiste.

J’espère que la jeune Greta sera bientôt capable de retourner chez elle et dans sa communauté et de pouvoir rencontrer de vrais amis, qui ne sont peut-être pas célèbres, mais qui, au moins, ne sont pas sur la liste de paie de George Soros ou de spéculateurs financiers à la recherche de profits.

—————————

Les canulars du changement climatique remontent à 80 ans

 

En raison du contrôle des médias et de l’éducation par les Illuminati, on ne montre pas aux jeunes les déclarations de scientifiques accrédités qui dénoncent le canular de «l’urgence du changement climatique».

En particulier, les jeunes ne sont pas informés de la longue histoire de prédictions de « catastrophes climatiques », qui se sont révélées être risibles et totalement fausses, alors qu’elles venaient de « scientifiques » – ‘Dozens Of Failed Climate Predictions Stretch 80 Years Back’ (« Des dizaines de prévisions climatiques défaillantes s’étendent sur 80 ans »)

Récemment, 500 scientifiques ont écrit aux Nations Unies pour déclarer qu ‘ »il n’y a pas d’urgence climatique … il n’y a pas de raison de panique ni d’alarme … Il n’y a pas de preuve statistique que le réchauffement climatique intensifie les ouragans, les inondations, les sécheresses, etc. » catastrophes, ou en les rendant plus fréquents « .

https://www.breitbart.com/environment/2019/09/24/500-scientists-write-u-n-there-is-no-climate-emergency/#

Dans les années 1960-1970, il ne s’agissait pas de «réchauffement de la planète» mais de «l’ère glaciaire qui s’annonçait!», C’était la crainte officielle des «scientifiques» … Une publicité télévisée de 1979 avec Leonard Nimoy, M. Spock de Star Trek, nous met en garde comment des centaines de millions de personnes pourraient mourir de froid au moment où les petits enfants étaient les  téléspectateurs:

https://www.youtube.com/watch?v=mOC7ePWCHGk

Patrick Moore, co-fondateur et ancien président de Greenpeace, a déclaré que le changement climatique était un « canular et une arnaque complète » … John Coleman, le fondateur de Weather Channel, a déclaré que le réchauffement de la planète était « la plus grande arnaque de l’histoire« :

https://www.express.co.uk/news/clarifications-corrections/526191/Climate-change-is-a-lie-global-warming-not-real-claims-weather-channel-founder

Le Dr Joel Myers, fondateur d’AccuWeather, soutient lui aussi le «négationnisme»:

https://www.accuweather.com/en/weather-blogs/realimpactofweatherwithdrjoelnmyers/throwing-cold-water-on-extreme-heat-hype/70008963

Piers Corbyn, scientifique et frère de Jeremy Corbyn, fait de même:

https://metro.co.uk/2019/06/21/jeremy-corbyns-brother-claims-man-made-climate-change-not-exist-10025291

« Des dizaines de prévisions climatiques défaillantes s’étendent sur 80 ans »:

https://www.theepochtimes.com/dozens-of-failed-climate-predictions-stretch-80-years-back_3096733.html

Le scandale «ClimateGate» de l’Université d’East Anglia, en 2009, a été un tournant décisif, lorsqu’un courrier électronique interne a été diffusé et a montré aux scientifiques avides de tromper pour obtenir plus d’argent pour le réchauffement de la planète, avec « des pratiques allant du mauvais professionnalisme à la science frauduleuse. Les biais, la manipulation des données, l’esquive des demandes de liberté d’information et les efforts visant à subvertir le processus d’évaluation par les pairs ont été mis à jour. « 

https://www.masterresource.org/climategate/climategate-trump/

Un scientifique du changement climatique et son épouse, gagnant 750.000 dollars par an, ont tenté de harceler les dénégateurs du climat en leur faisant porter des accusations légales:

http://www.climatedepot.com/2015/09/20/update-leader-of-effort-to-prosecute-skeptics-under-rico-paid-himself-his-wife-1-5-million-from-govt-climate-grants-for-part-time-work/

« Le changement climatique est un canular dirigé par les Nations Unies afin de mettre fin à la démocratie et d’imposer un régime autoritaire … le réchauffement de la planète n’était qu’un « hameçon » pour installer le nouvel ordre mondial « 

– Maurice Newman, conseiller du Premier ministre australien 2013-2015, Tony Abbott

https://www.smh.com.au/politics/federal/climate-change-a-unled-ruse-says-tony-abbotts-business-adviser-maurice-newman-20150508-ggwuzt.html

Source :Greta Thunberg – Rothschild Pawn

 

 

Nouvelle fuite de données chez Facebook, des millions d’utilisateurs concernés

Une fuite de plus… Des numéros de téléphone liés à plus de 400 millions de comptes Facebook se sont retrouvés stockés en ligne, à la merci d’une utilisation malveillante, dernière violation en date du groupe américain en matière de protection des données personnelles, a rapporté ce mercredi 4 septembre le site TechCrunch.

 

Un serveur vulnérable a stocké 419 millions de dossiers d’utilisateurs du premier réseau social mondial sur plusieurs bases de données, dont 133 millions de comptes aux Etats-Unis, plus de 50 millions au Vietnam et 18 millions en Grande-Bretagne, selon le site américain.

Les bases de données répertoriaient les identités des utilisateurs de Facebook – une combinaison de chiffres unique pour chaque compte – ainsi que les numéros de téléphone associés aux profils, le sexe pour certains comptes et la localisation géographique.

Le serveur n’était pas protégé par un mot de passe ce qui signifie que n’importe qui pouvait accéder aux bases de données. Il est resté en ligne jusqu’à tard mercredi, quand TechCrunch a contacté l’hébergeur.

Facebook a partiellement confirmé les informations de TechCrunch mais minimisé l’incident, assurant qu’en l’état actuel des vérifications le nombre de comptes concernés ne représentait que la moitié environ des 419 millions évoqués.

Amende record de 5 milliards de dollars

Le groupe a ajouté que nombre d’entre eux étaient des copies et que les données étaient anciennes. « Cet ensemble de données a été retiré et nous n’avons vu aucun signe montrant que des comptes Facebook aient vu leur sécurité compromise », a indiqué un porte-parole.

Après le scandale Cambridge Analytica en mars 2018, révélant l’exploitation à des fins politiques de données de millions d’utilisateurs de Facebook à leur insu, le groupe avait supprimé une fonctionnalité permettant des recherches sur la plateforme avec les numéros de téléphone.

La mise en ligne de leurs numéros de téléphone expose les utilisateurs aux appels non sollicités ou à des piratages avec le transfert de cartes SIM – comme cela est arrivé récemment au patron de Twitter Jack Dorsey.

Fin août, Facebook a dévoilé des tests pour une nouvelle fonctionnalité permettant aux utilisateurs de contrôler leurs données récupérées par la société américaine hors du réseau social. Cette annonce intervenait moins d’une semaine après de nouvelles révélations sur les pratiques de Facebook, qui a reconnu avoir transcrit les écoutes d’extraits sonores de conversations de certains usagers après l’avoir longtemps nié.

Fin juillet, Facebook a été condamné à une amende record de 5 milliards de dollars par la FTC, l’autorité américaine de régulation des communications, pour ne pas avoir su protéger les données personnelles de ses utilisateurs.

 

 

 

Hongkong: le retrait du projet de loi sur l’extradition, «trop peu, trop tard»

Le recul de l’exécutif local ne semble pas de nature à rétablir la confiance entre une population très mobilisée et les autorités. La relation avec Pékin, elle, se tend de plus en plus.

 

Carrie Lam,l’administratrice de Hong Kong.

Après des mois de heurts, des scènes de chaos à l’aéroport et dans le métro, la cheffe de l’exécutif hongkongais Carrie Lam a annoncé mercredi matin,4 septembre 2019, le retrait du projet de loi sur l’extradition qui a mis le territoire chinois semi-autonome à feu et à sang. Une goutelette insuffisante pour éteindre le brasier social et politique déclenché par ce projet polémique. Le texte, présenté au printemps, avait déjà été «suspendu» le 15 juin après la mobilisation historique d’une partie de la rue, puis déclaré «mort». Mais jamais Carrie Lam, à qui on attribue la maternité de cette énorme bévue politique, n’avait voulu complètement céder. Elle vient de le faire.

Représentation de la Déesse de la Démocratie de Chine.

Le texte est désormais officiellement «retiré». Le gouvernement de Hongkong en a ainsi décidé pour lancer le dialogue dans ce Hongkong «devenu pour beaucoup de gens méconnaissable», et placé dans une «situation hautement vulnérable et dangereuse», indiquait dans un message vidéo Carrie Lam, la même qui, quelques heures plus tôt, déclarait devant la presse que ses marges de manœuvre étaient «très, très, très limitées», une manière de suggérer qu’elle était poings et pied liés aux ordres de Pékin. Mercredi, alors que l’annonce de Carrie Lam n’était encore qu’une rumeur, la Bourse de Hongkong bondissait déjà. Mais sur les réseaux sociaux, une même phrase bruissait, comme un leitmotiv : «Trop peu, trop tard».

«Les investisseurs n’ont peut-être pas compris que le mouvement a basculé pendant les mois d’obstination du gouvernement et le principal slogan est désormais « Libérez Hongkong, la Révolution de notre temps »»,notait sur Twitter Ben Bland, chercheur à l’institut Lowy. Comme le relevait Carrie Lam dans son allocution, la crise a en effet très largement dépassé le strict projet de loi sur l’extradition, et fait rejaillir des tensions politiques, économiques, et sociales dans une région où les inégalités de richesse sont parmi les plus importantes au monde. La dirigeante à la cote de popularité historiquement basse (17%) n’a cependant sans doute pas réalisé le fossé infranchissable qui la sépare désormais d’une partie des 7,5 millions d’habitants.

La réponse de Carrie Lam «survient après que sept vies ont été sacrifiées, plus de 1 200 manifestants arrêtés dont beaucoup sont maltraités dans les commissariats», commentait sur Twitter le jeune militant Joshua Wong selon qui «la brutalité policière de plus en plus intense ces dernières semaines a laissé une telle cicatrice dans la société hongkongaise que les gens ne penseront pas qu’il s’agit d’une démarche sincère». Même l’association du barreau de Hongkong condamnait dans l’après-midi les «abus de pouvoirs de la police» et redoutait que de tels incidents comme la violente interpellation dans l’enceinte même du métro «ne réduise considérablement la confiance dans les forces de l’ordre».

La confiance, c’est peut-être là le dégât collatéral le plus important du fiasco déclenché par le projet de Carrie Lam, dont la stratégie de mettre à dos manifestants violents et les autres semble vouée à l’échec. Les milieux d’affaires ont été parmi les premiers à redouter au printemps que la loi qui prévoyait des extraditions vers la Chine ne sonne le glas de l’autonomie hongkongaise par rapport aux lois et au système judiciaire chinois. L’incapacité de Carrie Lam à mater la contestation a insufflé un peu plus le doute sur la capacité même de Hongkong, troisième place financière mondiale, à gérer ses propres affaires.

 

La confiance des Hongkongais, elle, est brisée, comme l’ont montré le 1,7 million de manifestants mobilisés à nouveau le 18 août pour exiger une enquête indépendante sur les violences policières et des réformes démocratiques. «Ils n’ont rien concédé et une répression à grande échelle est en cours», déplore Joshua Wong, arrêté plus relâché ces derniers jours comme une dizaine d’autres militants, députés ou représentants syndicaux de l’opposition. Quand il y a une main tendue, «ça s’accompagne toujours d’une mainmise plus serrée sur les droits civiques», redoute le jeune homme.

TOPSHOT – Protesters gather in the bus terminal at Hong Kong International Airport on September 1, 2019. – Hundreds of Hong Kong pro-democracy activists attempted to block transport routes to the city’s airport on September 1, as the financial hub began cleaning up after another night of serious violence marked by fires, tears gas and police beatings. (Photo by Lillian SUWANRUMPHA / AFP) (Photo credit should read LILLIAN SUWANRUMPHA/AFP/Getty Images)

Retour de flamme

Le camp démocratique a déjà connu un violent retour de bâton après les manifestations de 2014 : des députés avaient été démis de leurs fonctions, des meneurs emprisonnés, et la mini-constitution avait fait l’objet d’une nouvelle interprétation par Pékin. Le retour de flamme risque cette fois-ci d’être plus brutal encore, à la mesure de la défiance à l’encontre du gouvernement central, désormais considérée comme un problème de «sécurité et d’intégrité nationale» pour le président chinois Xi Jinping.

Un proche conseiller de Carrie Lam, Ronny Tong, a déjà suggéré de recourir à la police secrète pour éradiquer la violence. La police a quant à elle évoqué sa détermination à venir à bout de la «maladie» qui «se répand dans la ville et empoisonne les esprits des jeunes gens».

Les autorités centrales ont quant à elle averti que la fin du soulèvement approchait. Mardi, la représentation de Pékin à Hongkong soulignait qu’elle avait le pouvoir de déclarer l’état d’urgence. Elle a également appelé toutes les autorités hongkongaises, la justice y compris – faisant fi de la séparation des pouvoirs garantis par le principe «Un pays, deux systèmes» – à combattre ces «criminels illégaux», ces «séparatistes», ces «terroristes appuyés par des forces étrangères».

Mercredi, les opposants hongkongais affichaient leur détermination. Malgré les menaces de Pékin et l’appel au dialogue, il n’est donc pas sûr que le calme revienne avant les festivités du 70e anniversaire du régime communiste.

 

 

 

La ville de Los Angeles poursuit en justice Bayer pour une contamination vieille de plusieurs décennies par les produits chimiques Monsanto

 

Los Angeles, en Californie, s’est jointe au cortège de plaignants poursuivant Bayer, tenant l’entreprise allemande responsable d’une contamination environnementale importante causée par des produits chimiques toxiques vendus par sa filiale américaine Monsanto il y a plusieurs décennies.

 

Prétendant que Monsanto a caché qu’il savait que les polychlorobiphényles (PCB) qu’il a fabriqués pendant 42 ans étaient nocifs, le comté de Los Angeles exige que la société paie pour les dommages que ces produits ont causés à l’environnement. La municipalité a dépensé une fortune pour l’assainissement, y compris la modernisation des réseaux d’eaux pluviales, dans le but de prévenir d’autres dommages.

La contamination par les PCB est «un gros problème dans notre comté. C’est un coût global important pour nettoyer tout cela», a déclaré Scott Kuhn, un avocat travaillant pour le comté, ajoutant que les dommages compensatoires et punitifs pourraient se chiffrer en centaines de millions de dollars.

Monsanto a cessé de fabriquer des PCB en 1977, officiellement parce qu’ils n’étaient pas «facilement biodégradables». Ces substances ont été interdites par les États-Unis en 1979 et ont été causalement liées au cancer, aux dommages au système reproductif et immunitaire et à d’autres problèmes de santé. Ils étaient autrefois utilisés dans l’isolation électrique et l’ignifugation, ainsi que dans la finition des planchers, la peinture et d’autres matériaux de construction.

Les communications internes, cependant, suggèrent que Monsanto était au courant des dangers des PCB pendant des années avant qu’ils ne cessent de les fabriquer et de les vendre. L’entreprise discutait à l’interne de sa responsabilité légale potentielle et mettait en garde contre le fait que des «poursuites directes étaient possibles» même si elle déclarait publiquement que les BPC n’étaient pas «hautement toxiques» dans ses communications avec les organismes de réglementation américains.

Après avoir acheté Monsanto l’an dernier pour 63 milliards de dollars, la société allemande Bayer s’est retrouvée à payer le prix fort pour les méfaits passés de l’entreprise à la suite de trois victoires en cour de victimes du cancer qui affirment que leur lymphome non hodgkinien a été causé par une exposition d’herbicide Roundup.

Plus tôt ce mois-ci, un jury a accordé à un couple californien des dommages-intérêts punitifs de 2,1 milliards de dollars pour avoir omis d’avertir les clients des risques posés par le glyphosate, l’ingrédient principal de l’herbicide, le plus important règlement à ce jour contre la société. Quelque 13 400 autres poursuites sont actuellement en cours.

Bayer a nié le bien-fondé des revendications de Los Angeles et s’est vanté dans son récent rapport annuel d’avoir des «défenses justifiées» contre les revendications liées aux PCB. Louis, au Missouri, a obtenu un jugement de 46,5 millions de dollars en 2016 et West Anniston, en Alabama, a conclu un règlement de 700 millions de dollars avec la société au sujet de la contamination aux BPC en 2003. Les États de Washington et de l’Ohio ont intenté des poursuites similaires.

Source : https://www.rt.com/news/460687-los-angeles-sues-monsanto-pcbs/

Facebook n’a pas stocké de manière sécurisée les mots de passe. Voici ce que vous devez savoir.

Mark Zuckerberg, directeur général de Facebook. La société a déclaré que des millions de mots de passe de comptes d’utilisateurs avaient été stockés de manière non sécurisée.

 

 

 

 Facebook a déclaré jeudi que des millions de mots de passe de comptes d’utilisateurs avaient été stockés de manière non sécurisée, permettant potentiellement aux employés d’accéder aux comptes des personnes à leur insu.

La société de la Silicon Valley a annoncé la défaillance de la sécurité à peu près au même moment où Brian Krebs, rédacteur en cybersécurité, avait signalé la vulnérabilité du mot de passe. M. Krebs a déclaré qu’un audit de Facebook avait révélé que des centaines de millions de mots de passe d’utilisateurs datant de 2012 étaient stockés dans un format appelé texte brut, ce qui rend les mots de passe lisibles par plus de 20 000 employés de l’entreprise.

Facebook a déclaré qu’il n’avait trouvé aucune preuve d’abus et qu’il commencerait à alerter des millions d’utilisateurs et des milliers d’utilisateurs Instagram du problème. La société a déclaré que les personnes ne seraient pas obligées de réinitialiser leurs mots de passe.

L’échec de la sécurité est un autre embarras pour Facebook, un colosse de 470 milliards de dollars qui emploie certains des experts en cybersécurité les plus recherchés du secteur. Cela s’ajoute à la liste croissante de scandales de données qui ont terni la réputation de Facebook au cours des dernières années. L’année dernière, parmi les révélations selon lesquelles un cabinet de conseil politique aurait eu indûment accès aux données de millions de personnes , Facebook a également révélé qu’une attaque sur son réseau avait révélé les informations personnelles de dizaines de millions d’utilisateurs .

En réponse, la société a déclaré à plusieurs reprises son intention d’améliorer la protection des données des personnes.

« Il n’y a rien de plus important pour nous que de protéger les informations des personnes, et nous continuerons à apporter des améliorations dans le cadre de nos efforts de sécurité en cours sur Facebook », a déclaré Pedro Canahuati, vice-président de l’ingénierie en sécurité et confidentialité de Facebook .

Voici un aperçu de ce que vous devez savoir sur la vulnérabilité du mot de passe et ce que vous pouvez faire.

Stocker les mots de passe en texte brut est une pratique de sécurité médiocre. Cela laisse les mots de passe largement ouverts aux cyberattaques ou aux abus potentiels des employés. Une meilleure pratique de sécurité aurait été de conserver les mots de passe dans un format crypté et indéchiffrable.

Facebook a déclaré qu’il n’avait pas trouvé de preuve d’abus, mais cela ne veut pas dire que cela ne s’est pas produit. Citant un initié de Facebook, M. Krebs a déclaré que les enregistrements d’accès avaient révélé que 2 000 ingénieurs ou développeurs avaient effectué neuf millions de requêtes pour des données contenant des mots de passe utilisateur en texte brut.

Un employé de Facebook aurait pu partager votre mot de passe avec une autre personne qui aurait alors un accès inapproprié à votre compte, par exemple. Ou bien un employé aurait pu lire votre mot de passe et l’utiliser pour vous connecter à un autre site sur lequel vous utilisiez le même mot de passe. Il y a beaucoup de possibilités.

En fin de compte, une entreprise aussi grande, riche et dotée d’un personnel suffisant que Facebook aurait dû mieux se connaître.

Il n’y a pas de moyen facile de savoir. Facebook enquête toujours et commencera à alerter les personnes dont le mot de passe aurait pu être stocké au format texte.

Facebook ne demande pas aux utilisateurs de changer leurs mots de passe, mais vous devriez le faire quand même.

Il existe de nombreuses méthodes pour définir des mots de passe forts. Par exemple, n’utilisez pas le même mot de passe sur plusieurs sites et n’utilisez pas votre numéro de sécurité sociale en tant que nom d’utilisateur ou mot de passe. Vous pouvez également configurer des fonctionnalités de sécurité telles que la vérification en deux étapes.

Il y a quelques autres mesures à prendre. Je recommande également de configurer votre compte Facebook pour recevoir des alertes dans le cas où un appareil non reconnu se connecte au compte. Pour ce faire, accédez aux paramètres de votre application Facebook, appuyez sur Sécurité et connexion, puis sur Recevoir des alertes concernant les connexions non reconnues. À partir de là, vous pouvez choisir de recevoir les alertes via des messages, des courriels ou des notifications.

Un audit des appareils connectés à votre compte peut également être en ordre, de sorte que vous sachiez quels ordinateurs portables, téléphones et autres gadgets ont déjà accès à votre compte. Sur la page Sécurité et connexion de Facebook , sous l’onglet « Où vous êtes connecté », vous pouvez voir une liste des appareils connectés à votre compte, ainsi que leurs emplacements.

Si vous voyez un gadget inconnu ou un appareil connecté depuis un emplacement étrange, vous pouvez cliquer sur le bouton “Supprimer” pour démarrer l’appareil à partir de votre compte.