Alerte pandémie mondiale:Une nouvelle souche mortelle de la grippe aviaire menace de devenir une pandémie mondiale, préviennent les responsables de la santé

Une nouvelle souche mortelle de la grippe aviaire menace de devenir une pandémie mondiale, préviennent les responsables de la santé.

Jonathan Van-Tam, directeur médical adjoint de la Grande-Bretagne, estime que cette souche, qui a déjà tué un tiers des patients infectés en Chine, pourrait être la maladieredoutée X , un agent pathogène inconnu qui pourrait provoquer une crise sanitaire internationale.

Le virus de la grippe aviaire H7N9 a infecté 1 600 personnes et en a tué plus de 600 en Chine depuis octobre 2016. La plupart des personnes infectées sont entrées en contact avec de la volaille contaminée, a annoncé l’ Organisation mondiale de la santé .

Le virus n’a pas infecté les humains avant 2013, quand il a été découvert en Chine. Après des épidémies sporadiques sur cinq ans, sa propagation a atteint une masse critique: les Centers for Disease Control ont déclaré qu’il a «le plus grand potentiel de provoquer une pandémie» de tous les virus humains.

Dans certains pays asiatiques,l’hygiène n’est pas comparable a celle de l’occident et les risques d’épidémie sont grands.

EN COMPLÉMENT

Virus de la grippe aviaire de la lignée asiatique A (H7N9)

Grippe A H7N9 vu au microscope électronique. Les deux filaments et les sphères sont observés sur cette photo.

Contexte

Des infections humaines avec un virus de la grippe aviaire A (H7N9) de la lignée asiatique («H7N9 asiatique») ont été signalées pour la première fois en Chine en mars 2013. Des épidémies annuelles d’infections humaines sporadiques avec des virus H7N9 asiatiques ont été signalées en Chine. La Chine connaît actuellement sa 6ème épidémie d’infections humaines H7N9 en Asie. Depuis le 1er octobre 2017, il n’y a eu qu’une seule infection humaine signalée.

Au cours de la cinquième épidémie, du 1er octobre 2016 au 30 septembre 2017, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a signalé 766 cas d’infection humaine par le virus asiatique H7N9, ce qui en fait la plus grande épidémie de H7N9 à ce jour. Au 7 décembre 2017, le nombre cumulé total d’infections humaines avec la lignée asiatique H7N9 déclarées par l’OMS depuis 2013 est de 1565. Au cours des épidémies 1 à 5, environ 39% des personnes confirmées par l’infection par le virus H7N9 asiatique sont décédées.

Épidémiologie

La plupart des infections humaines par des virus de l’influenza aviaire, y compris le virus asiatique H7N9, surviennent après une exposition à de la volaille infectée ou à des environnements contaminés. Les virus H7N9 asiatiques continuent de circuler dans la volaille en Chine. La plupart des patients ayant une infection par le virus H7N9 ont eu une maladie respiratoire grave (p. Ex. Une pneumonie). De rares cas de propagation limitée de ce virus de personne à personne ont été identifiés en Chine, mais il n’y a pas de preuve de propagation soutenue de personne à personne. Certaines infections humaines avec le virus H7N9 asiatique ont été signalées en dehors de la Chine continentale, à Hong Kong ou à Macao, mais toutes ces infections sont survenues chez des personnes ayant voyagé en Chine avant d’être malades. Les virus H7N9 asiatiques n’ont pas été détectés chez les personnes ou les oiseaux aux États-Unis.

Évaluation des risques CDC

Alors que le risque actuel pour la santé publique posé par le virus H7N9 asiatique est faible, le potentiel pandémique de ce virus est inquiétant. Les virus de la grippe changent constamment et il est possible que ce virus puisse se propager facilement et durablement parmi les humains, déclenchant une épidémie mondiale de maladie (pandémie). En fait, parmi les nouveaux virus de la grippe A qui préoccupent particulièrement la santé publique, le virus de la lignée asiatique H7N9 est considéré par l’ outil d’évaluation du risque de grippe  comme le plus susceptible de causer une pandémie et de présenter le plus grand risque de sévère. impact sur la santé publique si elle devait assurer une transmission interhumaine durable.

Il est probable que des infections humaines sporadiques avec le virus H7N9 asiatique associées à une exposition à de la volaille infectée continueront à se produire en Chine. Il existe également une possibilité de propagation du virus asiatique H7N9 à la volaille dans les pays voisins et des infections humaines associées à l’exposition de la volaille peuvent être détectées dans les pays voisins. Les infections à H7N9 asiatiques peuvent continuer à être détectées chez les voyageurs revenant de pays où ce virus est présent. Cependant, tant qu’il n’y a pas de preuve d’une propagation continue de personne à personne, l’évaluation des risques pour la santé publique ne changerait pas substantiellement.

Réponse du CDC

Le gouvernement des États-Unis appuie la surveillance internationale des virus grippaux saisonniers et nouveaux chez les humains, y compris le virus H7N9 asiatique. Le CDC collabore avec des laboratoires cliniques et de santé publique situés dans les 50 États américains et dans plus de 100 pays. Aux États-Unis, les laboratoires de santé publique effectuent régulièrement des tests de détection de la grippe sur des échantillons respiratoires humains et rapportent chaque semaine ces résultats aux CDC. Tout nouveau virus grippal A suspecté, y compris un virus H7N9 asiatique, détecté dans un laboratoire de santé publique américain, est envoyé aux CDC pour des tests de confirmation.

Le CDC suit de près la situation en Asie du H7N9 et coordonne avec des partenaires nationaux et internationaux. Le CDC prend des mesures de préparation de routine pour contrer les menaces pandémiques lorsqu’elles sont identifiées, y compris le développement de virus vaccinaux candidats  (CVV) à utiliser pour la production de vaccins en cas de besoin de vaccin.CDC a préparé une évaluation des risques du virus H7N9 asiatique. D’autres activités de préparation de routine incluent l’examen continu de nouveaux virus et séquences de virus pour évaluer leurs propriétés génétiques et antigéniques ainsi que leur susceptibilité antivirale. Cette information informe un processus continu d’évaluation des risques , qui guide d’autres actions.Le CDC a également publié des lignes directrices à l’intention des cliniciens et des autorités de santé publique  des États-Unis, ainsi que des informations pour les personnes se rendant  en Chine. Le CDC fournira des informations à jour dès qu’elles seront disponibles.


Une femme passe devant des poulets à vendre dans un marché de Dakar, au Sénégal, le 4 mai. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti qu’un nouveau virus transmis par des volailles contaminées pourrait causer la prochaine épidémie mondiale
Diagramme d’origine pour l’éducation des masses

Les cas de propagation de personne à personne sont extrêmement rares jusqu’à présent, mais le CDC a averti qu’il se propagerait probablement à d’autres pays si les voyageurs entrent en contact avec des volailles porteuses de l’infection en Chine. Les organisations des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture ont déjà détecté trois cas importés, un en Malaisie et deux au Canada en 2018.

Aucun cas n’a été signalé aux États-Unis, mais on ne sait pas à quelle vitesse le virus se propage. Van-Tam a déclaré à The Telegraph que H7N9 a un taux de mortalité plus élevé que tout autre virus causant une pandémie.

La République démocratique du Congo a signalé trois foyers de grippe aviaire hautement pathogène H5 chez des volailles dans la province d’Ituri, dans le nord-est du pays, a annoncé mercredi l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE).
Le virus a été détecté chez des canards et des poules dans trois villages près de la frontière avec l’Ouganda, a indiqué l’OIE, citant un rapport du ministère congolais de l’Agriculture.
La souche H5N8 de la grippe aviaire était présente en Ouganda, a ajouté l’OIE, sans préciser quel type de grippe aviaire H5 avait été détecté au Congo.Cette situation pourrait faciliter énormément la progression du virus A h5n9 en Afrique qui deviendrait incontrôlable.

AUTRES FAITS

Un patient H7N9 de la grippe aviaire soigné dans un hôpital de Wuhan, dans la province du Hubei en Chine centrale

TAIPEI – Un résident de Taïwan est mort du virus de la grippe aviaire H7N9 lundi soir, 23 jours après la confirmation de l’infection, a annoncé mardi l’agence locale de contrôle des maladies.

L’homme, 69 ans, a contracté le virus le 4 février et est mort à l’hôpital le 27 février après l’échec du traitement médical, selon l’agence.

L’homme, originaire de Kaohsiung, s’est d’abord senti malade le 23 janvier alors qu’il visitait la province du Guangdong pour affaires. Il est retourné à Taïwan le 25 janvier mais a été testé négatif à la grippe aviaire dans un hôpital.

Le patient a ressenti des symptômes tels que de la fièvre, de la toux et des difficultés respiratoires le 29 janvier et a reçu un diagnostic de pneumonie. Il a été hospitalisé le 1er février et confirmé avoir le virus de la grippe aviaire trois jours plus tard.

L’homme a été le premier résident de Taiwan et la deuxième personne à mourir de H7N9 sur l’île, où un total de cinq cas humains H7N9 ont été confirmés, selon les médias locaux.

La première personne à mourir du virus à Taiwan était un résident du continent. PNA / Xinhua

Alors que les épidémies se poursuivent en Europe, cette carte montre les 14 pays où la souche H5N8 a été trouvée chez les oiseaux sauvages morts au cours du mois dernier.

Depuis le 3 novembre 2017, des cas ont été confirmés en France, Allemagne, Autriche, Pays-Bas, Danemark, Finlande, Suède, Croatie, Suisse, Hongrie, Pologne, Roumanie, Ukraine et Russie.

La série d’éclosions a touché les oiseaux de ferme ainsi que la sauvagine sauvage, comme les canards touffus, les pochards communs, les goélands, les oies sauvages et les cygnes sauvages. 

Aucun cas de grippe aviaire n’a encore été découvert au Royaume-Uni et Public Health England affirme que la menace pour la santé humaine reste «très faible». 

Mais M. Gibbens a prévenu: « Nous surveillons de près la situation à travers l’Europe et avons intensifié la surveillance en réponse au risque accru.

Il y a quelques jours dans une élevage de canards en Allemagne…le virus A h5n9 détecté!

«Par mesure de précaution, et pour laisser du temps aux éleveurs de volailles et d’oiseaux captifs pour mettre en place des mesures de biosécurité appropriées, nous avons déclaré une zone de prévention de 30 jours pour réduire le risque d’infection par les oiseaux sauvages.

«Même lorsque les oiseaux sont hébergés, il existe un risque d’infection qui doit s’accompagner d’une bonne biosécurité – par exemple, désinfecter les vêtements et l’équipement, réduire le mouvement des volailles et minimiser les contacts entre la volaille et les oiseaux sauvages.

Si la grippe aviaire est détectée dans une ferme, l’ensemble du troupeau doit être réformé afin de prévenir la propagation de la maladie.

Il n’y a actuellement aucun projet d’imposer une zone de prévention en Irlande du Nord, mais il est en place au Pays de Galles, en Écosse et en Angleterre. 

 

Un agrandissement et une coloration du virus!

 


MA CONCLUSION SUR CETTE MENACE SÉRIEUSE

Arthur Porter ,le brillant médecin franc maçon du 33 ième dégré a travaillé en Afrique a l’élaboration d’une arme bactériologique a partir du virus ebola. Il s’est fait passé pour mort en 2015 avec l’appui de ses bons amis libéraux,au Québec. Il travaille actuellement aux ile Caymans.

J’estime fort sérieusement qu’il n’y a plus aucun doute dans mon esprit que le programme mondial de dépopulation humaine est en marche…et il fonctionne très bien!

Les fondations des familles oligarchiques financent un programme criminel de dépopulation mondiale

« La fondation Rockefeller est le premier sponsor des relations publiques pour le programme de dépopulation
drastique des Nations Unies. Les preuves en possession d’un nombre croissant de chercheurs en Amérique, Angleterre et Allemagne, démontrent que la Fondation et ses associés industriels, médicaux et politiques,
ont organisé le programme de meurtres de masse de l’Allemagne nazie », écrit Anton Chaïtkin.
« D’autres milliardaires ont commencé à financer des parties du mouvement eugéniste.
Bill Gates, l’homme le plus riche du pays, et George Soros, le financier,
ont commencé à mettre leur argent dans des projets de contrôle démographique »,
écrit John Cabanaugh-O’Keefe dans The Roots of Racism and Abortion: An Exploration of Eugenics.
« Les firmes pharmaceutiques ont fourni des fonds et des lobbyistes à Washington pour exécuter des tâches eugénistes. Aujourd’hui, les firmes de biotechnologie rejoignent ce groupe. […] Les sommes apportées en faveur des programmes eugénistes au début du XXIe siècle sont énormes. […] Ted Turner est devenu milliardaire en développant la chaîne de TV CNN. Il donne un milliard de dollars aux Nations Unies,
distribués au compte-gouttes sur 10 ans par l’intermédiaire de sa fondation.
Une grande partie de cet argent est destiné au contrôle démographique.
Warren Buffet veut créer une fondation qui emploiera son argent après sa mort pour réaliser deux objectifs :
la paix mondiale et le contrôle démographique. »

Ce sont les mêmes David Rockefeller Sr, Bill Gates, George Soros, Ted Turner, Warren Buffet,
qui avec le maire de New York Michael Bloomberg, Eli Broad et Oprah Winfrey,
se sont réunis au mois de mai 2009, peu avant la rencontre du Groupe Bilderberg dont ils font partie,
pour envisager la façon dont leur richesse pourrait être utilisée pour ralentir la croissance de la population mondiale.

le 1er juillet 2009, la Fondation Rockefeller annonçait qu’elle lançait des initiatives pour
« booster les systèmes de santé en Afrique et en Asie »… l’accent sera mis sur la vaccination !

Cette brève analyse historique de l’OMS a montré que, dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale,
les familles oligarchiques à la tête des cartels industriels américains et européens,
ont mis en œuvre des « outils politiques » qui, finalement, leur permettent de régner sur le monde.
Il y a bien sûr l’OMS, mais encore l’OMC, le FMI, la FAO, la Banque mondiale, l’OTAN et… le Codex Alimentarius.

Nous avons pourtant été averti et combien de gens sont encore endormi?
Publicités

Danger planétaire:Ce que les scientifiques ont trouvé en Sibérie est vraiment Terrifiant! Et ils disent que ce n’est que le début

On lui a donné le nom de HellMouth ou…Bouche de l’Enfer (ou Porte de l’Enfer)

 

Les scientifiques ont découvert quelque chose de vraiment inquiétant en Sibérie. Un énorme cratère  surnommé HELLMOUTH (ou Bouche de l’Enfer) s’est ouvert révélant un «monde perdu figé dans le temps». C’est ce qu’on appelle la «porte du monde souterrain» par les habitants.

Le cratère massif, situé à environ 660 kilomètres au nord de Yakutsk, est connu des experts depuis les années 1960, car la déforestation rapide a changé la région. Sans aucune ombre pour protéger le sol des rayons du soleil, le pergélisol fondait et le sol s’affaissait de façon catastrophique.

Le cratère humongous est désigné par les habitants comme la «porte de l’enfer».

L’énorme cratère se trouve près du village de Batagai, dans le district de Verkhoyansk, et atteint des profondeurs de plus de 300 pieds. Cette région est l’un des endroits les plus froids au monde.

Les experts croient que le cratère massif a été créé uniquement à la suite de la fonte du pergélisol dans le paysage sibérien.

Ce phénomène curieux a transformé la surface d’une manière méconnaissable et n’est qu’un des nombreux événements terrifiants qui se produisent en Sibérie avec l’augmentation des températures dans le monde.

Le cratère massif est officiellement connu sous le nom de Batagaïka et plus de 50 ans après son apparition, les scientifiques sont extrêmement inquiets parce qu’il ne cesse de croître.

Avec près d’un kilomètre de longueur et environ 100 mètres de profondeur, il est à craindre que dans quelques mois il atteindra la vallée voisine.

L’année dernière, une enquête a révélé qu’au cours de la dernière décennie le trou est devenu à un rythme sans précédent de dix mètres par an, bien que dans les années particulièrement chaudes, la croissance a augmenté jusqu’à 30 mètres par an.

«En moyenne depuis de nombreuses années, nous avons constaté qu’il n’y a pas tellement d’accélération ou de décélération de ces taux, mais une croissance continue», explique Frank Günther de l’Institut Alfred Wegener de Potsdam, en Allemagne. « Et la croissance continue signifie que le cratère devient de plus en plus profond chaque année. »

Les experts disent que plus de pergélisol dégèle,plus de grandes quantités de carbone sont exposées aux microbes. À leur tour, les microbes consomment du carbone, produisant du méthane et du dioxyde de carbone en tant que déchets. Ces gaz à effet de serre sont ensuite libérés dans l’atmosphère, ce qui accélère le réchauffement, rapporte la BBC

Un pergélisol dangereux à dégeler.

Malheureusement, les grandes inondations de 2008 ont contribué à augmenter la taille du cratère, et maintenant, alors que la température de la Terre augmente en raison du réchauffement climatique, les géologues avertissent que la «porte vers le monde souterrain» va grandir beaucoup plus.

Le fait que le cratère continue de croître à un rythme qui semble imparable ne représente pas seulement un danger pour les locaux mais pourrait finir par affecter la planète entière. L’enlèvement du pergélisol pourrait entraîner la libération de grandes quantités de gaz à effet de serre qui sont conservés par la toundra sous sa surface.

«Les estimations globales du carbone stocké dans le pergélisol sont [la même] quantité que celle de l’atmosphère», expliqueGünther.

« C’est ce que nous appelons une réaction positive », explique Günther. « Le réchauffement accélère le réchauffement, et ces caractéristiques peuvent se développer dans d’autres endroits. Ce n’est pas seulement une menace pour l’infrastructure. Personne ne peut arrêter ce développement. Il n’y a pas de solution technique pour arrêter le développement de ces cratères. « 

Le professeur Julian Murton, géologue à l’Université du Sussex, a déclaré: «Dans un certain sens, Batagaika donne une idée de ce qui s’est passé dans le passé et de ce qui est susceptible de se produire à l’avenir.

«Au fur et à mesure que le climat se réchauffe – je crois qu’il ne fait aucun doute qu’il se réchauffera – nous connaîtrons une dégelation croissante du pergélisol et un développement croissant de ces caractéristiques« thermokarst ». Il y aura plus de glissements et plus de ravinement, plus d’érosion de la surface du sol. « 

« Je pense qu’il y a de plus en plus de preuves au cours des dernières décennies que l’activité du thermokarst dans l’hémisphère Nord a augmenté en étendue et en intensité. »

 

L’équipe de recherche prend des relevés depuis de nombreux mois!

Bien qu’il y ait des preuves de ce qui s’est passé au Groenland, en Chine ou en Antarctique, l’histoire de la Sibérie est largement inconnue. Savoir ce qui se passe en Sibérie et comment, disent les experts, nous offrirait une chance de mieux nous préparer à ce qui peut arriver. Pour rassembler plus de données, les scientifiques prévoient de creuser des trous dans la région afin d’analyser les sédiments.

.

 

Des troncs d’arbres anciens et bien conservés ressurgissent du sol.Certain remontant à 100,000 ans.

 

Alerte Yellowstone: le supervolcan pourrait éclater à tout moment suite à la découverte d’une gigantesque rivière de lave

Une «rivière» anormale de lave profondément enfouie sous le supervolcan de Yellowstone pourrait la faire éclater à tout moment et «anéantir l’Amérique occidentale», préviennent les scientifiques.

On craint que le volcan Yellowstone ne disparaisse complètement du parc national en descendant sur une distance de 215 miles jusqu’au Mexique et tue des millions de personnes avec son nuage de cendres mortel.

Les chercheurs Peter Nelson et Stephen Grand de l’Université du Texas ont publié leur découverte de « l’anomalie » dans le journal de Nature Geoscience.

Ils décrivent la rivière comme une «anomalie lente unique de forme cylindrique, d’environ 350 km de diamètre, que nous interprétons comme un panache du manteau entier».

Selon les deux chercheurs, c’est « l’origine profonde du hotspot de Yellowstone » qui « dépasse actuellement la résolution des modèles de tomographie globale ».

Si le supervolcan devait entrer en éruption, les kilomètres de lave qui coulent sous lui causeraient des dommages catastrophiques au-dessus du sol.

Boue chaude laissant échapper de la vapeur.
Lien vidéo à voir:vidéo
Une rivière de lave de 215 milles découverte sous le volcan pourrait avoir des effets catastrophiques

360 000 personnes seraient immédiatement tuées et des millions d’autres mourraient alors que les nuages ​​de cendres couvraient le soleil.

Les craintes d’une méga-éruption imminente ont été suscitées l’an dernier lorsqu’un «essaim» de 1 400 petits tremblements de terre a eu lieu au parc national de Yellowstone.

À l’époque – lorsque le foyer sous le volcan était estimé à 51 miles de long – les scientifiques pensaient que le volcan ne ferait que tuer 90 000 personnes.


Quels effets auraient l’éruption du supervolcan en tenant compte de la rivière de lave:

Une rivière de lave sous le supervolcan de Yellowstone pourrait avoir des effets catastrophiques si elle éclatait.

La rivière s’étend sur 215 miles du parc national de Yellowstone jusqu’à la frontière entre la Californie et le Mexique.

Plus de 300 000 personnes dans la région seraient immédiatement tuées.

Des millions d’autres mourraient à mesure que les nuages ​​de cendres volcaniques couvriraient le soleil.

En 2017, 1 400 mini-tremblements de terre se sont produits dans le parc national de Yellowstone, suscitant la crainte d’une éruption imminente.


 

Les chercheurs se sont longtemps disputés sur la source de la chaleur de Yellowstone, mais tous s’accordent à dire qu’une éruption volcanique dans le parc serait catastrophique.

Les deux chercheurs, du Texas, croient avoir trouvé la preuve que le « fleuve de lave » existe sous le supervolcan.

L’activité sismique a été analysée autour de Yellowstone avec des données du réseau USArray, qui a des stations d’écoute positionnées à travers l’Amérique du Nord.

Les vagues sismiques sont «plus lentes» dans le chenal où l’on croit que la rivière est, selon les scientifiques.


EN COMPLÉMENT

Les effets apocalyptiques de l’éruption du supervolcan de Yellowstone qui a eu lieu il y a 630 000 ans sont révélé ici

 

On craint qu’un volcan gigantesque dans le Wyoming puisse exploser à un moment donné dans le futur. Maintenant, les scientifiques ont découvert des preuves de la dévastation causée par une éruption qui a eu lieu il y a environ 630 000 ans

Le supervolcan de Yellowstone a un énorme cratère qui mesure environ 34 par 45 miles

 

On craint que le même supervolcan ne se déclenche à un moment donné dans le futur, tuant potentiellement 90 000 personnes immédiatement et des millions d’autres en jetant des nuages ​​de cendres qui bloquent le soleil.

Les universitaires ont trouvé des preuves suggérant que deux éruptions se sont produites dans une succession relativement rapide, entraînant une baisse globale de la température d’environ 6 ° C.

Si la même chose se produisait aujourd’hui, cela pourrait faire échouer les récoltes dans le monde entier et provoquer une famine massive sur une échelle véritablement apocalyptique.

« Nous avons découvert ici qu’il y a deux super éruptions formant des cendres à 170 ans d’intervalle et chacune a refroidi l’océan d’environ 3 ° C », a déclaré le géologue Jim Kennett.

Cette carte montre les «calderas» de Yellowstone, qui sont des chambres massives qui se forment lorsque le magma et la lave jaillissent de la Terre.

 

Son équipe a trouvé deux couches de cendres volcaniques dans les sédiments du fond marin dans le bassin de Santa Barbara, au large de la côte sud de la Californie, ce qui leur a permis de comprendre ce qui s’est passé lors de l’éruption de Yellowstone.

Les explosions se sont produites juste au moment où le monde sortait d’une période glaciaire majeure et a interrompu un processus naturel de réchauffement climatique.

Il a provoqué des nuages ​​de poussière qui auraient causé la mort des plantes à travers le monde, affamant les animaux et potentiellement les premiers ancêtres de l’humanité.

Un «essaim» de 1 400 mini-tremblements de terre a eu lieu au parc national de Yellowstone plus tôt cette année, suscitant des craintes d’une méga-éruption imminente.

Mais les géologues ont déclaré que le risque d’explosion était faible.

Les recherches de Jake Lowenstern ont révélé que les cendres d’une éruption pouvaient atteindre jusqu’à un mètre d’épaisseur

 

Jamie Farrell a déclaré au New Scientist : « C’est un grand essaim, mais ce n’est pas le plus gros essaim que nous avons enregistré à Yellowstone.

« Les essaims de tremblements de terre sont assez communs à Yellowstone. »

Après que l’essaim ait été détecté, Jake Lowenstern, le scientifique américain chargé de l’observation de l’énorme volcan, a déclaré  que le supervolcan de Yellowstone était capable de dommages à l’échelle du continent.

Selon ses propres recherches, une éruption massive pourrait durer un mois et couvrir toute l’Amérique de cendres, avec de la poussière tombant sur un mètre d’épaisseur au centre de l’explosion.

Une des sources d’eau chaude du parc. Les anneaux aux couleurs vives sont en fait des communautés florissantes de microbes aimant la chaleur

 

Le parc national de Yellowstone est une magnifique région de beauté naturelle

 

La poussière chaude d’une super-éruption atteindrait la côte Est américaine, avec des milliers de personnes suffoquées.

Si l’explosion était suffisamment importante, elle pourrait jeter tellement de débris dans l’air que les agriculteurs du monde entier seraient incapables de produire suffisamment de nourriture pour nourrir les populations.

Cependant, il a rassuré l’humanité que « rien n’indique » qu’une super-éruption aura lieu de sitôt.

 

 

 

Selon la NASA,les rayons cosmiques qui frappent la Terre « sont nocifs et s’intensifient »

Le « minimum solaire » à venir pourrait avoir des conséquences désastreuses sur la climatologie, sur les infrastructures et la santé humaine
Les rayons cosmiques galactiques proviennent de l’extérieur du système solaire. Ils sont un mélange de photons de haute énergie et de particules subatomiques qui arrivent vers la Terre par des explosions de supernova et d’autres événements violents dans le cosmos. Notre première ligne de défense est le soleil: le champ magnétique du soleil et le vent solaire se combinent pour créer un «bouclier» poreux qui repousse les rayons cosmiques qui tentent d’entrer dans le système solaire. L’action de protection du soleil est la plus forte pendant le maximum solaire et la plus faible pendant le minimum solaire, soit selon un cycle de 11 ans.
Le problème est que, comme le notent une équipe de scientifique dans leur nouvel article, le bouclier magnétique du Soleil s’affaiblit: « Au cours de la dernière décennie, le vent solaire a montré des densités faibles ainsi que dans son champ magnétique, représentant des états anormaux jamais observés dans l’ère spatiale. À la suite de cette activité solaire remarquablement faible, nous avons également observé les plus hauts flux de rayons cosmiques. »
En 2014, ces mêmes chercheurs ont utilisé un modèle d’activité solaire de premier plan pour prédire comment les rayons cosmiques deviendraient nocifs au cours du prochain minimum solaire, attendu en 2019-2020.« Nos travaux précédents ont suggéré une augmentation de 20% des débits de dose d’un minimum solaire à l’autre », explique Schwadron. « En fait, nous voyons maintenant que les taux  réels de dose observés par CRaTER au cours des 4 dernières années dépassent les prévisions d’environ 10%, ce qui montre que l’environnement des rayonnements se détériore encore plus rapidement que prévu. « 
Ce chiffre de 2014 prévoyait le nombre de jours qu’un astronaute masculin de 30 ans volant dans un vaisseau spatial avec 10g/cm2 de blindage en aluminium pourrait voler avant d’atteindre les limites de rayonnement prescrites par la NASA. Dans les années 1990, l’astronaute pouvait passer 1000 jours dans l’espace interplanétaire. En 2014 … seulement 700 jours. « C’est un énorme changement », déclare Schwadron.
Spaceweather.com et les étudiants de Earth to Sky Calculus lancent des ballons météorologiques spatiaux vers la stratosphère presque chaque semaine depuis 2015. Les capteurs à bord de ces ballons montrent une augmentation de 13% du rayonnement (rayons X et rayons gamma) pénétrant l’atmosphère de notre planète.
Les rayons X et les rayons gamma détectés par ces ballons sont des rayons cosmiques secondaires » produits par le « crash » de rayons cosmiques primaires dans la haute atmosphère de la Terre. Ils suivent le rayonnement qui s’infiltre vers la surface de notre planète. La plage d’énergie des capteurs, de 10 keV à 20 MeV, est similaire à celle des appareils médicaux à rayons X et des scanners de sécurité aéroportuaires.
Comment cela nous affecte-t-il?
 
Les pilotes et équipages du transport aériens, ainsi que les voyageurs, sont directement atteints par cette hausse des rayonnements.
 
Ce graphique montre les mesures de rayonnement non seulement dans la stratosphère, mais aussi à des altitudes d’aviation. Les taux de dose sont exprimés en multiples par rapport au niveau de la mer. Par exemple, nous voyons que l’embarquement dans un avion qui vole à 25 000 pieds expose les passagers à des débits de dose ~ 10 fois plus élevés que le niveau de la mer. À 40 000 pieds, le multiplicateur est plus proche de 50x. 
Certaines recherches montrent que les rayons cosmiques peuvent ensemencer des nuages ​​et déclencher la foudre, altérant potentiellement la température et le climat. En outre, il existe des études reliant les rayons cosmiques aux arythmies cardiaques dans la population générale. Si une période d’activité solaire faible ou nulle est observée pendant une période prolongée, ce qui pourrait être le cas avec le prochain « grand minimum solaire depuis plus d’un siècle » selon plusieurs experts, celle-ci pourrait conduire à un refroidissement des températures sur Terre. 
 
Pourquoi les rayons cosmiques s’intensifient-ils?
 
La raison principale est le soleil. Les nuages ​​d’orage solaires tels que les éjections de masse coronales (CME) balaient les rayons cosmiques lorsqu’ils passent à côté de la Terre. Pendant le maximum solaire, les CME sont abondants et les rayons cosmiques sont tenus à distance. Maintenant, cependant, le cycle solaire oscille vers le minimum solaire, permettant ainsi aux rayons cosmiques d’atteindre la Terre. Une autre raison serait l’affaiblissement du champ magnétique de la Terre qui nous aide à nous protéger des radiations venues de l’espace.
 
Sources:

Alerte humanité en danger:un gigantesque lac de lave comparable au supervolcan de Yellowstone est découvert en Antartique

Un panache mantellique produisant presque autant de chaleur que Yellowstone supervolcan semble faire  fondre une partie de l’Antarctique occidental… par en dessous.Ceci est une étude très sérieuse  qui montre la limite physique de notre civilisation  néolibérale.La fin  d’un important pourcentage d’êtres humains approche et des lanceur d’alerte ,mêmes aussi simples que moi,ne sont pas pris au sérieux.

Les points chauds de l’Antartique ont été identifiés par la NASA…en rouge sur la photo!

Des chercheurs de la NASA ont découvert qu’une énorme remontée de roches chaudes sous Marie Byrd Land, située entre la plate-forme de Ross et la mer de Ross, crée de vastes lacs et rivières sous la calotte glaciaire. La présence d’un énorme panache de manteau pourrait expliquer pourquoi la région est si instable aujourd’hui, et pourquoi elle s’est effondrée si rapidement à la fin de la dernière période glaciaire, il y a 11 000 ans.

Une étude très sérieuse de la NASA.

On pense que les panaches du manteau font partie des systèmes de plomberie qui amènent le matériau chaud de l’intérieur de la Terre. Une fois qu’il traverse le manteau, il s’étend sous la croûte, fournissant le magma pour les éruptions volcaniques. La zone au-dessus d’un panache est connue comme un point chaud.

 

Depuis 30 ans, les scientifiques ont suggéré qu’un panache mantellique pourrait exister sous Marie Byrd Land. Sa présence expliquerait l’activité volcanique régionale observée dans la région, ainsi que le dôme qui s’y trouve. Cependant, il n’y avait aucune preuve pour soutenir cette idée.

Maintenant, des scientifiques du Jet Propulsion Laboratory de la NASA ont créé des modèles numériques avancés pour montrer la quantité de chaleur qui doit exister sous la glace pour rendre compte de leurs observations – y compris le dôme et les rivières et lacs souterrains géants présents sur le substrat rocheux de l’Antarctique. Au fur et à mesure que les lacs se remplissent et se drainent, la glace à des milliers de mètres monte et descend, parfois jusqu’à 20 pieds.

L’auteur de l’étude, Hélène Seroussi, du JPL, a dit quand elle a entendu dire qu’un panache de manteau pourrait chauffer Marie Byrd Land et elle a pensé que l’idée était « folle ».

« Je n’ai pas vu comment nous pouvions avoir cette quantité de chaleur et nous avons toujours de la glace dessus », a-t- elle déclaré dans un communiqué.

Largement supérieure au supervolcan de Yellowstone,la puissance du grand lac de lave sous l’Antartique pourrait anéantir l’humanité (du moins évaporer la civilisation néolibérale actuelle) de même qu’un nombre élevé des formes de vie animales et végétales de la planète.

Cependant, dans une étude publiée dans le Journal of Geophysical Research: Solid Earth , Seroussi et ses collègues ont examiné l’un des panaches de magma les plus étudiés sur Terre – le hotspot de Yellowstone. L’équipe a mis au point un modèle de panache mantellique pour déterminer la quantité de chaleur géothermique nécessaire pour expliquer ce qui se voit à la Terre Marie-Byrd. Ils ont ensuite utilisé le modèle du système de nappe glaciaire (ISSM), qui montre la physique des plaques de glace, pour étudier les sources naturelles de chauffage et de transport de la chaleur.

Ce modèle a permis aux chercheurs d’établir une «contrainte puissante» sur la quantité de matière fondue admissible, ce qui signifie qu’ils pourraient tester différents scénarios de production de chaleur en profondeur sous la glace.

Leurs découvertes ont montré qu’en général, l’énergie générée par le panache du manteau ne dépasse pas 150 milliwatts par mètre carré, ce qui entraînerait une fusion trop importante. La chaleur produite dans le parc national de Yellowstone est en moyenne de 200 milliwatts par mètre carré.

Les scientifiques ont également trouvé une zone où le flux de chaleur doit être d’au moins 150-180 milliwatts par mètre carré – mais les données suggèrent que la chaleur du manteau à cet endroit provient d’une fracture de la croûte terrestre où la chaleur peut s’élever.

De nombreuses failles sont visibles du haut des airs,au-dessus de l’Antartique.

En conclusion, l’équipe affirme que le panache du manteau de la Terre de Marie Byrd s’est formé il y a 50 à 110 millions d’années, bien avant que la terre soit cachée par la glace. Selon eux, la chaleur a un «impact local important» sur la calotte glaciaire et la compréhension de ces processus permettra aux chercheurs de déterminer ce qui se passera dans le futur.

 

Un super volcan de type « Yellowstone » sous l’Antartique

On voit bien ici ,les points d’ou émerge la chaleur vent du sous-sol.

Une mystérieuse source de chaleur, cachée sous la surface de l’Antarctique, semble être à l’origine de sa fonte. La Nasa pense avoir découvert d’où elle provenait.

Le mont Erebus ,un puissant volcan.

D’après un article publié ce mardi 7 novembre par l’agence spatiale, un panache serait en cause. Ce phénomène géologique consiste en une remontée de roches venant du manteau terrestre, dont la chaleur extrême pourrait expliquer la fonte et la fente des glaces. 

L’épaisseur des glaces est plus mince en Antartique de l’ouest qui est de plus en plus soumise à des augmentations de température.

Cette hypothèse avait déjà été envisagée il y a trente ans par des scientifiques de l’Université du Colorado qui tentaient d’expliquer l’étrange structure en forme de dôme de la Terre Marie Byrd, une région de la partie occidentale de l’Antarctique. 

Malgré le scepticisme de nombreux scientifiques, ceux de la Nasa ont décidé de vérifier si l’hypothèse était plausible. Pour ce faire, une maquette numérique en trois dimensions a été créée, dans le but de déterminer la quantité de chaleur nécessaire afin de provoquer les phénomènes observés sur la  Terre Marie Byrd. 

Marie Byrd Land :on voit bien le dôme!

En comparant leurs résultats et les données rapportées par des membres de la Nasa en mission  au  pôle Sud, les chercheurs ont conclu que le panache contenait une quantité de chaleur et de pression colossale sous la surface du continent. La chaleur,l’étendue et la pression interne dépassant la puissance du supervolcan de Yellowstone.

La couleur rouge indique l’étendu du lac de lave (à partir de la couleur foncée) et les différence de température sur l’ensemble de l’Antartique.En blanc,nous avons la banquise elle-même!

Il se serait formé il y a 50 ou 110 millions d’années, bien avant la formation de la couche de glace, et la chauffe donc depuis toujours et  bien avant l’apparition de la calotte glaciaire antarctique occidentale. . Le réchauffement climatique ne fait qu’accélérer cette fonte,en menaçant toute forme de vie et toute civilisation humaine aussi puissante soit-elle!

Il y a environ 11 000 ans, lorsque la dernière période glaciaire a pris fin, la calotte glaciaire a connu une période de perte de glace rapide et soutenue. À mesure que les régimes météorologiques mondiaux et l’élévation du niveau de la mer ont commencé à changer, de l’eau chaude a été poussée plus près de la calotte glaciaire. L’étude de Seroussi et Irvins suggère que le panache mantellique pourrait faciliter ce type de perte rapide aujourd’hui, comme ce fut le cas lors du dernier début d’une période interglaciaire.

Comprendre les sources de la calotte glaciaire sous l’Antarctique occidental est important pour estimer la vitesse à laquelle la glace peut s’y perdre, ce qui revient essentiellement à prédire les effets du changement climatique. Étant donné que la Terre subit une fois de plus les changements de température mondiaux – cette fois, en raison de l’activité humaine -, il est essentiel de créer des modèles climatiques précis qui nous permettront de savoir à quelle vitesse la glace polaire fondra.

Cela nous permet également de comprendre comment l’histoire de notre planète et les changements climatiques sont liés, et quel en a été l’effet sur son évolution géologique.

…Et cela va nous permettre de mieux chiffrer en terme d’années,le temps qui reste aux Humains de la Terre …à vivre dans le paradigme du néolibéralisme avant d’être remplacé dans l’évolution future ,par une autre espèce moins…nuisible pour les autres!

Le compte à rebours de la vie sur Terre…telle que nous la connaissons est enclenché!

Il ne peut y avoir que décadence avant la mort!

Bonne Nuit …!

 

Jadis,une immense forêt recouvrait ce que l’on appelle maintenant …l’Antartique!

 

On a même retrouvé des squelettes fossilisés d’hominidés,mais ça ,la science officielle ne veut pas que vous le sachiez!…Car vous devez continuer de dormir au gaz!

 

Ces fossiles ont été retrouvé sur le côté occidental de l’Antartique d’ou surgit le point chaud qui un jour va sonner notre glas!

 

…près d’une zone ou des pyramides ont été découvertes depuis 2013…mais aussi en 1938-39 lors de l’expédition allemande Antartique.
Mais cela,les savants rationalistes bien payé dans nos université n’y croient pas!Ça les dérange!
D’autres civilisation ont vécu avant la nôtre!

 

 

 

 

Alerte Éruption majeure du Sinabung:Le mont Sinabung est en train de faire un désastre écologique

L’éruption récente du mont Sinabung vue de l’espace.

 

L’Observatoire de la Terre de la NASA est une partie vitale de la mission de l’agence spatiale pour faire progresser notre compréhension de la Terre, de son climat et de la manière dont elle est similaire et différente des autres planètes solaires. Pendant des décennies, l’OT a surveillé la Terre depuis l’espace afin de cartographier sa surface, de suivre ses tendances météorologiques, de mesurer les changements dans notre environnement et de surveiller les événements géologiques majeurs.

Par exemple, le mont Sinabung – un stratovolcan situé sur l’île de Sumatra en Indonésie – est devenu sporadiquement actif en 2010 après des siècles de dormance. Mais le 19 février 2018 , il a éclaté violemment, projetant des cendres au moins 5 à 7 kilomètres (16 000 à 23 000 pieds) dans l’air au-dessus de l’Indonésie. Quelques heures plus tard, Terra et d’autres satellites de l’Observatoire de la Terre de la NASA ont capturé l’éruption depuis l’orbite.

Les images ont été prises avec le spectroradiomètre d’imagerie à résolution moyenne de Terra (MODIS), qui a enregistré une image en couleur naturelle de l’éruption à 11h10 heure locale (04:10 heure universelle). Ce n’était que quelques heures après le début de l’éruption et a réussi à illustrer ce qui était rapporté par les sources sur le terrain. Selon de nombreux rapports de l’Associated Press, la scène était celle d’un carnage.

Mount Sinabung le 13 septembre 2010, après qu’il soit redevenu sportivement actif. Crédit: Kenrick95 / Wikipedia Commons

Selon des témoignages, le dôme de lave en éruption a effacé un morceau du sommet qui a éclaté. Cela a été suivi par des panaches de gaz chaud et de cendres descendant le sommet du volcan et s’étendant sur un diamètre de 5 kilomètres (3 miles). Les chutes de cendres étaient très répandues et couvraient des villages entiers dans la région, ce qui a permis aux pilotes de lignes aériennes d’obtenir les alertes les plus élevées pour la région.

 

En fait, les chutes de cendres ont été enregistrées aussi loin que la ville de Lhokseumawe – située à environ 260 km au nord. Pour faire face à la menace pour la santé publique, le gouvernement indonésien a conseillé aux gens de rester à l’intérieur en raison de la mauvaise qualité de l’air, et les responsables ont été envoyés à Sumatra pour distribuer des masques faciaux. En raison de sa composition et de sa nature particulaire, les cendres volcaniques constituent un risque grave pour la santé.

D’une part, il contient du dioxyde de soufre (SO²), qui peut irriter le nez et la gorge de l’homme lorsqu’il est inhalé. Le gaz réagit également avec la vapeur d’eau dans l’atmosphère pour produire des pluies acides, endommageant la végétation et l’eau potable. Il peut également réagir avec d’autres gaz dans l’atmosphère pour former des particules d’aérosol qui peuvent créer des brouillards épais et même conduire à un refroidissement global.

Ces niveaux ont été enregistrés par le satellite Suomi-NPP à l’aide de sa solution Ozone Mapper Profiler Suite (OMPS). L’image ci-dessous montre à quoi ressemblaient les concentrations de SO² à 13h20 heure locale (06:20 heure universelle) le 19 février, plusieurs heures après l’éruption. Les concentrations maximales de SO² ont atteint 140 unités Dobson dans le voisinage immédiat de la montagne.

Carte montrant les concentrations de dioxyde de soufre (SO²) dues à l’éruption du mont Sinabung sur l’île de Sumatra, Indonésie. Crédit: NASA / EO

Erik Klemetti, un volcanologue, était sur place pour assister à l’événement. Comme il l’explique dans un article pour Discovery Magazine:

« Le 19 février 2018, le volcan a décidé de changer d’air et a déclenché une énorme explosion qui a potentiellement atteint au moins 23 000 et probablement jusqu’à 55 000 pieds (~ 16,5 kilomètres), ce qui en fait la plus grande éruption depuis le volcan en 2013 « 

Klemetti a également cité un rapport qui a été récemment déposé par le Darwin Volcanic Ash Advisory Center – une partie du Bureau de météorologie du gouvernement australien. Selon ce rapport, les cendres dériveront vers l’ouest et tomberont dans l’océan Indien, plutôt que de continuer à pleuvoir sur Sumatra. D’autres capteurs sur les satellites de la NASA surveillent également le mont Sinabung depuis son éruption.

Cela inclut le Lidar Cloud-Aérosol et l’Observation par Satellite Pathfinder Infrarouge (CALIPSO), un satellite environnemental exploité conjointement par la NASA et le Centre National d’Etudes Spatiales(CNES). Les données de ce satellite indiquent que certains débris et gaz libérés par l’éruption ont atteint 15 à 18 km (mi) dans l’atmosphère.

De plus, les données du satellite Aura de l’ instrument de surveillance de l’ ozone (OMI) a récemment indiqué des niveaux croissants de SO² autour Sinabung, ce qui pourrait signifier que le magma frais se rapproche de la surface. Comme Erik Klemett, j’ai conclu:

 

« Cela pourrait être une explosion unique du volcan et il reviendra à son niveau d’activité précédent, mais il est surprenant de dire le moins. Sinabung est toujours une crise humanitaire massive, avec des dizaines de milliers de personnes incapables de retourner chez eux pendant des années. Certaines villes ont même été reconstruites plus loin du volcan car il n’a montré aucun signe de fin de cette période éruptive. « 

 

 

ALERTE:QUELQUE CHOSE DE MASSIF VIENT D’ENTRER DANS L’ATMOSPHÈRE TERRESTRE ET CE N’EST PAS UN MÉTÉORE

 

Les gens derrière la chaîne YouTube BPEarthWatch ont révélé qu’un objet énorme qui n’est pas un météore est entré dans l’atmosphère de la Terre le 2 décembre. BPEarthWatch surveille les données du radar météoritique qui arrivent, puis fournit des informations à ce sujet et jusqu’à présent, ils ont fait du bon travail. Dans la vidéo, l’opérateur de la chaîne explique que lorsque des objets ou des météores frappent l’atmosphère supérieure de la Terre, ils ont des signatures qui sont captées électroniquement par un émetteur VHF et un système de récepteur.

UN VAISSEAU SPATIAL VOILÉ? 

Le système rebondit alors sur un signal de l’ionosphère de la Terre, et il peut identifier la traînée d’ionisation d’un objet entrant, qui peut ensuite être convertie en données tangibles. BPEarthWatch a dit que le signal reçu le 2 décembre n’avait pas Sporadic E, ce qui est un faux signal que l’on trouve seulement dans les mois d’été. Ils ont dit que ce qui était vu était quelque chose de très différent et c’était très grand et était arrivé très lentement. L’opérateur de la chaîne a déclaré que c’était quelque chose qui ne serait pas considéré comme normal et qu’ils n’étaient pas sûrs de ce que c’était. Ils ont continué en disant qu’il n’y avait pas eu de météores autour qui étaient si gros et qui viendraient sur Terre avec un signal qui durerait aussi longtemps. Il y a eu des discussions sur le fait que l’écho radar entendu pourrait avoir été au lancement d’une fusée ou peut-être c’était un OVNI. La vidéo ci-dessous vous permet d’entendre à quoi ressemble l’écho radar, un bruit de fréquence qui continue pendant un certain temps. Le graphique montre les pointes de la fréquence sonore ondulant de haut en bas.

 

 

Une autre vidéo montre le son quelque 30 minutes plus tard de la vidéo précédente, et celui-ci a une narration sur le dessus. Ils continuent en expliquant que les sons et le graphique de cette vidéo sont considérés comme normaux, et que ce sont des météores ou des objets dans la haute atmosphère de la Terre et qu’ils sont montrés comme une traînée d’ionisation. La voix continue en expliquant que l’autre vidéo différait de celle-ci et qu’ils ne l’avaient jamais vue auparavant.