Accueil

L’origine d’un signal radio « alien » découvert en 2012 a été retrouvée

Un commentaire

Un puissant signal radio détecté en 2012 avait défrayé la chronique. Impossible de remonter à sa source lointaine, d’autant que ses caractéristiques ne ressemblaient à rien de connu. Si bien que certains, au sein même de la communauté scientifique, n’écartaient aucune hypothèse, jusqu’à la possibilité qu’il soit émis par une civilisation extra-terrestre. Selon de nouveaux travaux, sa source vient d’être retrouvée dans une galaxie très lointaine.

 

origine-signal-radio-alien-decouvert-2012-retrouvee-1

 

« Il y a très longtemps, dans une galaxie très lointaine ». L’histoire d’un puissant signal radio détecté en 2012 par une équipe de scientifiques de l’Observatoire d’Arecibo à Porto Rico commence comme un bon Star Wars. Mais comme souvent, statistiquement, les explications les moins probables finissent par prendre du plomb dans l’aile. La source de ce sursaut radio rapide, aussi appelé sursaut Lorimer, aurait été retrouvé dans une lointaine galaxie naine.

Selon trois études publiées mercredi dans Nature, celle-ci serait située à trois milliards d’années-lumière de nous. On parle du signal FRB 121102 le seul des mystérieux sursauts de Lorimer à se répéter ce qui a permis de trianguler son origine. Qui s’avère très probablement un magnétar, un type d’étoile à neutrons assez rare, mais dont le champ magnétique est extrêmement puissant.

En fait, pour être clair, cette nouvelle donnée n’élimine pas encore totalement la possibilité que ce signal soit d’origine extra-terrestre. On sait en effet encore très peu de choses sur les magnétars découverts formellement en 2007, et il n’est pas exclu qu’une civilisation capable de se signaler sur d’aussi grandes distances soit de type III sur l’échelle de Kardashev (donc très avancée).

et-contact

Les sursauts radio Lorimer n’ont pas encore d’explication acceptée par tous les scientifiques

Et sache donc donc puiser son énergie des étoiles et utiliser d’autres pour émettre des signaux. Ce serait complètement fou, on vous l’accorde, mais cela ne peut pas être totalement mis de côté. Ces signaux extrêmement puissants laissent du reste encore les scientifiques perplexes, avec jusqu’ici aucune explication valable acceptée par tout le monde.

Ces bouffées d’ondes radio étranges doivent nécessairement venir d’un objet ou événement générant un champ électromagnétique d’une extrême intensité qui permet à ces ondes radio de traverser l’espace intergalactique. L’origine doit, en outre, tenir dans un espace compris dans une centaine de kilomètres.

On peut penser à des collisions ou explosions de trous noirs ou d’étoiles à neutrons, très denses. Il y a aussi la possibilité que ces signaux puissants prouvent l’existence des blitzars, pulsars qui pourraient finir en trou noirs si leur vitesse de rotation ne les empêchait pas de s’effondrer.

Certains pensent également que ces sursauts Lorimer valident la théorie de la gravité quantique. Ou bien que cela atteste d’un phénomène lié aux sursauts de rayons gamma, l’un des phénomènes distants observables les plus puissants connus à ce jour. C’est en tout cas la première fois que l’origine d’un sursaut Lorimer a pu être retrouvée. Laissant présager de nouvelles découvertes.

Sources: voir ce lien

 

 

 

 

Advertisements

Des extra-terrestres sont-ils en train de capter l’énergie d’une étoile ?

Laisser un commentaire

Les scientifiques de la mission Kepler se demandent sérieusement s’ils ne sont pas en train d’observer des extra-terrestres en train de capter l’énergie d’une étoile. C’est en effet la seule étoile jamais observée dont la luminosité diminue globalement avec le temps, mais aussi par à coups brutaux. Peut-on vraiment y croire ? 

 

des-extra-terrestres-sont-ils-en-train-de-capter-lenergie-dune-etoile

 

Que diable se passe-t-il autour de KIC 8462852 ? Cette étrange étoile intrigue depuis plusieurs années les scientifiques. Pour deux raisons principales : sa luminosité diminue assez rapidement depuis plusieurs années. Et elle diminue aussi par à coups brutaux, jusqu’à 22% de luminosité en moins. Comme si quelque chose de trop gros pour être une planète et trop irrégulier pour être un nuage, tournait autour.

Encore plus étrange : puisque la luminosité de l’étoile que nous percevons diminue de plus en plus, c’est comme si ce qui provoque la baisse de luminosité était en construction. De là à penser que nous sommes en train d’observer des extra-terrestres en train de construire une sphère de Dyson il n’y a qu’un pas… que certains scientifiques de la mission Kepler semblent prêts à franchir :

Le changement brutal de luminosité de l’étoile KIC 8462852 est assez incroyable. Nos mesures très précises sur quatre ans démontrent que l’étoile est vraiment en train de devenir moins lumineuse à mesure que le temps passe

 

Et si on assistait à la construction d’une sphère de Dyson ?

alien_civilization_planet_stars_starlight-002

Une sphère de Dyson est un objet théorique. Il se base sur l’idée qu’une civilisation multiplanétaire très avancée aurait des besoins énergétiques si énormes, qu’il faudrait capter cette énergie directement depuis des étoiles. Il s’agit alors de construire une mégastructure sphérique qui englobe complètement l’étoile afin de capter la totalité de l’énergie émise par la réaction en chaîne.

En fait cette étoile a déjà fait plusieurs fois les gros titres depuis septembre. Il y a d’abord eu la confirmation des résultats montrant une baisse continue de la luminosité de l’étoile à travers le temps. À l’époque, d’autres hypothèses, comme un nuage de poussière, restaient à être testées. Il y a l’hypothèse d’un nuage de particules autour de l’étoile causés par la fragmentation d’un essaim de comètes et d’astéroïdes.

Ou encore celle d’un nuage de composition inconnue entre l’étoile et nous qui nous donnerait l’impression que la luminosité de l’étoile diminue. Mais ni l’une ni l’autre n’ont pu être jusqu’ici démontrées, pas plus que l’hypothèse d’une mégastructure en construction par des extra-terrestre qui est donc mise au même niveau. Comme vous vous en doutez, les astronomes restent cependant assez prudents pour le moment.

alien_civilization_planet_stars_starlight_1280x800

Il faudra observer encore longtemps cette étoile pour bien comprendre ce qui se passe. En tout cas, une chose est sûre : ce qui se passe autour de KIC 8462852 est l’une des choses les plus étranges jamais observées. Nous apprenions également il y a peu que le programme SETI a peut-être détecté 234 civilisations alien d’un coup.


SETI a-t-il détecté 234 civilisations alien d’un coup ?

234 civilisations extra-terrestres viennent-elles d’être découvertes d’un coup ? Un nouveau programme de SETI basé sur l’observation de signaux lumineux au lieu d’ondes radio aurait en tout cas collecté d’étonnantes données. Mais certains suspectent déjà une mauvaise interprétation.

536224_215050858658836_1011589620_n

Les statistiques suggèrent depuis longtemps qu’il est très peu probable que nous soyons seuls dans l’univers. Et pourtant, c’est un paradoxe, nous n’avons jusqu’ici pas trouvé de formes de vie, sans même parler de civilisation intelligente, hors de la planète bleue. Le programme SETI cherche depuis plusieurs dizaines d’années des signes de civilisations extra-terrestres intelligentes.

Mais reste un épineux problème : comment une civilisation lointaine trahit-elle sa présence, de telle sorte à ce que l’on puisse la détecter sur Terre ? Par analogie avec nos modes de communication, les chercheurs se sont longtemps concentré sur les ondes radio, mais jusqu’ici sans réel succès. Bien que ces dernières années, quelques cas ont tout de même semé le doute.

Plus récemment, deux scientifiques, E. Borra et E. Trottier ont eu une idée : et si des civilisations intelligentes communiquaient non pas grâce à des ondes radio, mais grâce à des impulsions laser ? On change complètement de champ d’observation : les scientifiques ont fait du Big Data, et compilé les données spectrographiques du Sloan Digital Sky Surveyconcernant 2.5 millions d’étoiles en quête de fluctuations de leur spectre faisant penser à des communication laser.

 kic-8462852-megastructure-003Leur découverte, publiée dans la revue arXiv fait rêver : le spectre lumineux en provenance de 234 points autour de nous semble difficilement attribuable à des causes naturelles. Bien sûr, ces résultats doivent encore être confirmés, et il n’est pas exclu qu’il pourrait trahir un défaut ou des erreurs en provenance des instruments.

Pourquoi les extra-terrestres devraient-ils forcément émettre des ondes radio ?

kic8462852-0-1024x576

L’hypothèse que les aliens communiquent dans des bandes de fréquence proches du visible n’est pas si nouvelle. C’est le fait qu’elle soit réellement prise au sérieux qui l’est. Elle a été en effet théorisée pour la première fois en 1961 par Schwartz et Townes, un an après l’invention du laser. Et ces dernières années SETI s’est lui aussi mis à détecter ces signaux.

Dernièrement des chercheurs avaient par exemple pointé leurs instruments en direction de la mystérieuse étoile de Tabby, autour de laquelle certains suggèrent qu’une sphère de Dyson pourrait être en construction par une civilisation très avancée. Pour l’instant, leurs observations n’ont rien donné.

Communiquer dans le visible pour mieux se signaler n’est pas farfelu. Des expérimentations ont montré que les instruments actuels dont on dispose permettraient de nous signaler dans une sphère d’un rayon de 1000 années-lumières. Et on suppose que d’autres civilisations pourraient utiliser cette technique pour se signaler sur des distances encore plus grandes.

Les 234 étoiles vont désormais être observées à la loupe par l’Automated Planet Finder Telescope afin de vérifier que les données en provenance du Sloan Digital Sky Survey ne sont pas biaisées. On devrait prochainement savoir donc, si nous venons de découvrir ou non, d’un coup d’un seul, 234 civilisations.

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :