Les services de renseignement israéliens utilisent une application téléphonique pour espionner et signaler les gens sur d’Internet

On a beaucoup parlé dans les médias juifs de mystérieux trolls russes influençant les élections, mais de véritables campagnes de cyber-désinformation sont organisées en public par le gouvernement israélien .

 

Une application pour téléphone portable appelée Act.IL disponible en téléchargement dans l’Apple Store recrute chaque jour des Juifs américains et les organise dans des opérations de trolls sur les réseaux sociaux dans le but de contrôler, diriger et supprimer les conversations publiques qui leur déplaisent sur le sionisme, le BDS et le pouvoir juif.

 

 

Le fondateur et PDG d’Act.IL, Yarden Ben Yosef , a servi dans une unité de renseignement de «combat spécial» dans l’armée israélienne. La plupart du personnel de l’entreprise est composé d’espions. Le programme reçoit un financement conjoint du donateur milliardaire du GOP (le magnat mafioso des jeux à Las Vegas, et financier de l’élection de Trump) Sheldon Adelson et de l’État israélien .

L’application fournit aux utilisateurs des fenêtres contextuelles de style Amber Alert contenant des liens vers Facebook, Twitter, Youtube, etc., des messages critiques à l’égard des Juifs, d’Israël ou du soutien aux Palestiniens et au BDS, ainsi que des instructions aux utilisateurs pour harceler, briguer et signaler en masse les cibles désignées afin de les bouter hors d’Internet. .

Après chaque «mission», les trolls reçoivent des points. Les harceleurs et stalkers les plus prolifiques sont célébrés sur un tableau de bord public.

 

 

Les médias britanniques affirment à plusieurs reprises que les trolls russes sont responsables du Brexit et ont tenté d’intervenir lors des dernières élections, mais aucune preuve n’a jamais été apportée. 

Pendant ce temps, les utilisateurs d’Act.IL ont été très actifs dans les cyberattaques visant Jeremy Corbyn et ses partisans dans le but de saper les perspectives électorales du Parti travailliste britannique.

Comme de bien entendu, ni les services de renseignement ni les médias britanniques (contrôlés par qui-vous-savez) ne semblent intéressés par cette ingérence étrangère dans leur processus électoral.

 

 

Les politiciens et les célébrités ne sont pas les seuls visés par cette opération de cyberguerre. D’innombrables étudiants américains, des militants de base   et des affiches sur Internet qui osent remettre en question Israël ou le pouvoir juif sont également inondés du harcèlement organisé par l’État israélien. Les trolls d’Act.IL ont même manipulé un sondage du concours Eurovision.

Les utilisateurs sont régulièrement invités à noyer les personnes et sites ciblés avec des plaintes astroturfées pour les faire virer aux États-Unis et dans d’autres pays sous contrôle juif, tels que la G.B. ou la France.

Selon @AntiBDSApp , qui rend compte des singeries du réseau, ces derniers temps, ils ont bombardé des articles de gauche dans le but de différencier Black Lives Matter, que les Juifs soutiennent largement et considèrent comme utiles, de la cause palestinienne, qu’ils considèrent comme dangereuse.

Un acteur étatique étranger joue en effet un rôle important en essayant de contrôler et d’influencer le discours en Amérique. Le Lobby, USA, un documentaire fortement censuré d’Al Jazeera détaille ce réseau d’espionnage juif. Divers autres programmes destinés à harceler et à terroriser les citoyens américains, comme la plate-forme doxing Canary Mission (qui place les nationalistes blancs et les militants palestiniens sur des listes des gens à abattre) fonctionnent en tandem avec des programmes comme Act.IL.

Parce que c’est le soutien astronomique d’Israël pour le pouvoir juif, ne vous attendez pas à entendre beaucoup parler des chasseurs de «trolls étrangers» à BellingCat ou au New York Times .

Source : Israeli Intelligence Uses Phone App To Troll and Mass Report People Off The Internet

Eric Striker Jul 25, 2020


EN COMPLÉMENTAIRE

Miriam Adelson souhaite intégrer un « Livre de Trump » dans la Bible

 

Miriam Adelson, l’Israélienne la plus riche du monde, chante les louanges de Donald Trump, suggérant même que Trump entre dans la Bible. Pourquoi donc?

 

Le 27 juin, Miriam Adelson, épouse du milliardaire (et capo di capi des casinos) Sheldon Adelson, a proposé que l’histoire de Donald Trump, héros et patriote, soit ajoutée à la Bible.

Son opinion, intitulée «Un temps de miracles», a été publié dans le quotidien israélien Israel Hayom – un journal qui, pure coïncidence, appartient à son mari, et dans lequel elle publie.

Dans son article, Mme Adelson a comparé les relations américano-israéliennes à un mariage qui « a subi des moments difficiles » mais qui s’est finalement « approfondi et épanoui grâce à des valeurs et à un destin partagés » (En effet, 134 milliards de dollars sur 70 ans de racket au détriment du peuple américain et au profit des juifs israéliens ont un effet d’approfondissement certain entre les dirigeants américains et Israël).

« Le livre de Trump« ? Une proposition étonnante en effet. On ne peut s’empêcher de se demander d’où cela vient.

Plusieurs réponses possibles me viennent à l’esprit:

  1. Les Adersons essaient d’acheter une faveur de Trump

 

  1. Trump a demandé une faveur aux Adelsons

 

  1. Les Adelsons fournissent à Trump la politique dont il pourrait avoir besoin pour aller de l’avant

Une autre grande faveur?

Dans le contexte d’une présidence Trump, tout est à vendre. Les Adelsons ont déjà acheté des articles coûteux à la Maison Blanche.

Selon OpenSecrets, le couple aurait versé des centaines de millions de dollars au parti républicain, dont des dizaines de millions pour Trump en personne.

Donald Trump remet
la Médaille présidentielle
de la liberté à
Miriam Adelson

 

Et puis voilà, en novembre 2018, Miriam Adelson a reçu la Médaille présidentielle de la liberté, geste que Robert Schlesinger de la chaîne NBC a commenté: «Il s’agit parfaitement de la nature crasseuse,  brutale et transactionnelle de Donald Trump et de sa présidence. » (Pour être honnête, de telles actions sont courantes au sein des deux partis. Aux dernières heures de sa présidence, le démocrate Bill Clinton, par exemple, a gracié un partisan israélien et a inculpé le fugitif Marc Rich.)

Quelques semaines plus tard (juste à temps pour Hanoukka), Trump a annoncé le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, un geste que la plupart des pays du monde ont mal vu. De plus, Trump s’est récemment vanté auprès de la Coalition Juive Républicaine d’avoir ignoré les appels des dirigeants mondiaux qui auraient pu le forcer à se soustraire à cette néfaste et illégale décision. En refusant de consulter les dirigeants mondiaux, Trump interprète cela comme une démonstration de sa force de caractère: «contrairement à d’autres présidents, je tiens mes promesses». Il a ajouté: «Je peux vous dire qu’à mon avis, c’est la chose la plus importante qui est arrivée dans la vie de Sheldon et Miriam. »

Donc, il se peut que la tribune de Mme Adelson dans Israel Hayom soit le prix d’achat d’une breloque quelconque auprès  du président brocanteur. Peut-être exprime-t-elle un œil favorable sur l’annexion des colonies en Cisjordanie? Ou est-ca la tronche de son mari sur le mont Rushmore? (De manière plus appropriée, puisque Sheldon Adelson a exprimé ses regrets d’avoir servi dans l’armée américaine au lieu de l’armée israélienne, il devrait avoir un quartier à son nom au Golan, juste à côté de Trump Heights.)

Il est également possible que, plutôt que d’initier une nouvelle transaction, ses paroles flatteuses soient en réalité la conclusion d’une quelconque transaction.

Dernier versement?

Peut-être que le prix indiqué sur le déménagement de l’ambassade et le Bling Présidentiel de la Liberté a-t-il totalisé plus de 300 millions de dollars. Peut-être que les Adelsons devaient encore quelque chose à Trump – la communauté juive américaine, par exemple. Cela expliquerait ses mots:

    En toute justice, Trump devrait bénéficier d’un soutien sans faille parmi les Juifs américains, tout comme celui qu’il a  parmi les Israéliens. Le fait que cela n’ait pas été le cas (jusqu’à présent; les élections de 2020 étant toujours d’actualité) est une bizarrerie à laquelle les historiens réfléchiront longtemps.

Mme Adelson semble véritablement déconcertée par le fait que les Juifs de sa seconde patrie (elle a la double nationalité) ne sont pas aussi amoureux de Trump qu’elle-même – et elle croit apparemment que les historiens ne seront pas en mesure de résoudre ce mystère profond. Mais les théologiens pourraient le faire.

Dans son image de Trump en tant que prophète des temps modernes, elle a formulé son impopularité parmi les Juifs américains en termes bibliques: «Les érudits de la Bible noteront sans aucun doute les héros, les sages et les prophètes de l’Antiquité qui ont également été rejetés alors qu’ils sont venus pour nous guider.« 

 

En d’autres termes, “apprenez votre leçon, bonnes gens. Ne boudez pas ce prophète comme vous l’avez fait avec les autres. Embrassez-le. Votez pour lui en 2020. ”

(Tandis qu’Adelson fait cadrer les commentaires de sa femme dans le judaïsme, il convient de noter que ni les livres saints juifs ni les livres saints chrétiens ne soutiennent réellement le sionisme.)

Politique étrangère?

Ou peut-être, les Adelsons pensent-ils à une échelle encore plus grande. Peut-être qu’ils sont sur le marché de la politique étrangère de Trump et son compte Twitter.

D’abord la flatterie: « Trump est un homme d’affaires et un homme d’État ayant un instinct de justice. »

Puis un appel soigneusement conçu pour être sans restriction dans son allégeance: « Il voit un Israël qui fait tout ce qui est nécessaire pour sa sécurité et sa défense, contre vents et marées et contre le consensus international. »

En intégrant cette caractérisation, Trump pourrait facilement résister à la pression et maintenir le cap dans le cas d’une autre «guerre» avec Gaza. Son premier tweet a déjà été écrit pour lui: «Israël fait tout ce qui est nécessaire pour sa sécurité et sa défense». Et alors que les États membres de l’ONU se prépareraient à condamner une telle invasion, Trump resterait fermement et confortablement assis aux côtés d’Israël, en dépit du consensus international (“antisémite « ), convaincu qu’il possède un « instinct de justice » spécial que le reste du monde ne peut même envisager de comprendre.

De même, si on lui demandait d’approuver l’annexion de certaines parties occupées de la Cisjordanie ou de renégocier l’accord avec l’Iran, Trump pourrait créer un tweet basé sur l’hommage de Mme Adelson:

    Dans un autre service rendu à la justice historique, Trump a déclaré que les hauteurs du Golan étaient un territoire israélien et, pour les besoins de la sécurité d’Israël et du monde entier, il a retiré les États-Unis de l’accord nucléaire avec l’Iran.

 

Il n’est pas difficile d’imaginer ce qu’il pourrait tweeter: “La justice historique est une très bonne chose et l’annexion de la Cisjordanie par Israël en est un exemple remarquable. Israël peut compter sur les États-Unis pour soutenir la justice historique à chaque fois. « 

Miriam Adelson a donné à son président une autre déclaration détaillée de politique étrangère:

    [L’administration Trump] a clairement fait savoir que le Moyen-Orient devait faire face à un Israël fier et permanent sur la terre de Sion – un Israël dont les racines juives sont profondes et dont les revendications souveraines ancestrales sont sans égal.

La revendication des Juifs sur la terre (quels que soient les biens fonciers compris dans la «terre de Sion») est plus profonde et plus forte – tout simplement meilleure – que celle des Palestiniens, et il en sera ainsi, jusqu’à la fin des temps. (Sinon, les Adelsons pourraient ajouter quelques coupures de banque supplémentaires aux 300 millions de dollars qu’ils ont déjà dépensés pour créer un soutien bipartisan à Israël à Washington.)

Que faut-il rajouter de plus?

Seulement cela :

    Serait-ce trop de prier pour un jour où la Bible inclue un ‘Livre de Trump’, tout comme elle contient un ‘Livre d’Esther’ [1] célébrant la délivrance des Juifs de la Perse antique? En attendant que cela soit décidé, au moins, restons émerveillés devant cette période de miracles pour Israël, pour les États-Unis et pour le monde entier.



En effet, Israël a été le destinataire des meilleurs miracles que l’argent peut acheter.

Source Miriam Adelson wishes for the Book of Trump in the Bible

Par Kathryn Shihadah, dans Palestine Home

 

 

 

 

 

 

Courte opinion du jour:L’ ÉTHIQUE Où est passée l ‘ ÉTHIQUE ???

Sujet existentiel d’ une extrême gravité.
Force est de constater que comme le bon sens, l’ éthique s’ en enfuie à tire d’ aile loin des effluves de ce marécage putride.

Les AUTOPROCLAMÉS  » penseurs et philosophes  » de pacotille sont étrangement silencieux sur un sujet dont ils ne mesurent pas la profondeur, et dont ils ne soupçonnent même pas l’ existence.
Leur lâcheté n’ a d’ égal que leur mercantilisme, et leur haine de ce qui est beau, de ce qui est bon, de ce qui est amour et générosité.

Dans tous les cas de figure, toucher à l’ essence de la vie est l’ essence même du CRIME !
Des OGM aux Guidestones en passant par l’ AVORTEMENT on assiste au même CRIME contre L’ HUMANITÉ !

Qui leur a accordé le droit de s’ approprier ce qui relève du VIVANT ?
A quel titre se permettent ils de MODIFIER des séquences de la vie ???
Quel fou les a autorisé à BREVETER et à s’ APPROPRIER des organismes vivants, tels que les VIRUS ou les SEMENCES ?
Qui les a AUTORISÉ à en faire du commerce ?

La vie c’ est l’ ŒUVRE de Dieu dont est issue l’ Humanité !!!
Ce n’ est pas celle des marchands du temple !!!

C’est toute la différence entre eux et nous.
Nous, nous respectons la vie, nous vénérons le sacré, nous adorons les enfants.
Eux brûlent des cathédrales, Eux tuent les enfants dans le ventre de leur mère et altèrent l’ ADN Humain !
Ils enfoncent leurs crocs venimeux au plus profond de la source de la vie.

 

 

 

 

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19:Un Homme Déclaré Positif au COVID19 À Dakar Et Testé Négatif À Casablanca

L’Institut Pasteur est (encore) cité dans une affaire de faux négatifs. Un Sénégalais se rendant au Maroc et testé positif à Dakar a été testé négatif à son arrivée à Casablanca (Maroc).

Les tests sérologiques à la Covid-19 sont-ils fiables ? En tout cas, leur fiabilité, notamment, pose problème. Des tests effectués sur un Sénégalais se rendant au Maroc ont ainsi pu être faussés. Testé positif à Dakar, le compatriote qui se nomme Mouhamed a été finalement testé négatif à son arrivée à l’aéroport de Casablanca. «J’ai fait le test au Sénégal, on m’a dit à l’aéroport que je suis positif. Arrivé au Maroc à Casablanca, je refais un autre test qui s’est révélé négatif », a déclaré Mouhamed, qui ne sait plus à quel se test se fier : celui de Dakar ou celui de Casablanca ? Il renseigne que les autorités aéroportuaires du Maroc lui ont demandé comment a-t-il pu voyager alors qu’il testé positif.

Mamadou Ndiaye, directeur de la prévention, joint, justifie ce faux test négatif par des marges d’erreurs. « Il faut savoir raison garder, Qui croire ? Les examens, c’est toujours les personnes qui les manipulent, les erreurs sont liées à l’humain. Tous les tests peuvent potentiellement générer un résultat faux négatif et plusieurs facteurs pourront en influencer la fiabilité, comme le moment où il est fait et l’habileté de l’employé qui l’effectue, a-t-il expliqué.

A la question de savoir comment une personne testée positive peut voyager. Le directeur de la prévention répond: « nous ne contrôlons pas les gens qui quittent notre pays,  nous contrôlons seulement ceux qui entrent au Sénégal.»

A rappeler que l’Institut Pasteur avait faussé les résultats de tests virologiques effectués chez des marins en provenance du Sénégal et de la Côte d’Ivoire. En effet, 66 marins, en provenance de Dakar et Abidjan, ont été testés positifs après leur arrivée sur l’île de Mahé (Les Seychelles), malgré la présentation de certificats attestant leur négativité délivrés par les Instituts Pasteur. Une personne, qui présentait des signes suspects au contrôle sanitaire, a obligé les autorités à tester les nouveaux arrivants. Les autorités sanitaires des Seychelles qui déploraient des défaillances dans les méthodes des prélèvements des tests des Instituts Pasteur de Dakar et Abidjan avaient saisis l’Oms pour l’ouverture d’une enquête. A l’hôpital Fann, des tests positifs effectués sur des agents de santé au service d’oto-rhino-laryngologie (ORL) sont revenus par la suite négatifs.

Source:walfnet.com

 

 

«BLM Now MF»: Un partisan de Black Lives Matter s’agenouille sur le cou d’un bébé blanc tandis qu’une femme noire tient les bras d’un enfant sans défense

Une photographie d’un homme noir agenouillé sur le cou d’un bébé blanc tandis qu’une femme noire tient les bras de l’enfant (en couches) suscite énormément de rage sur les réseaux sociaux.

La photographie choquante et inquiétante, qui a été sous-titrée par les agresseurs comme «Blm now mf», commence à faire le tour après avoir été découverte par Vincent James des Red Elephants.

Un rapport indique que les mulâtres ont abusé sexuellement du bébé blanc avant ces violences physiques filmées. Une mère blanche séparée du père blanc de leur enfant; elle est alors entrée dans une relation interraciale; c’est le résultat pour son enfant.
Des messages sur Facebook de personnes affirmant connaître l’homme ont déclaré qu’il s’appelait Isaiah Jackson et qu’il avait été arrêté dans l’Ohio.

L’homme sur la photo semble être Jackson, d’après son  profil Facebook , mais nous n’avons pas été en mesure de vérifier d’autres allégations contre lui dans les captures d’écran incluses dans la publication Facebook de James. Un Isaiah Jackson a été  arrêté le 20 juillet  dans l’Ohio pour violation de probation.

La grand-mère de l’enfant sur la photo a écrit sur Facebook qu’elle avait été prise alors que l’enfant de deux ans était avec sa mère. Sa mère sort avec Jackson.

 

La grand-mère très en colère a dit que le bébé était maintenant avec son fils et en sécurité. Elle tente actuellement de savoir qui tenait les jambes de l’enfant et qui a pris la photo.

«Mon fils est au-delà de la colère. Il a emmené son garçon aux urgences pour se faire examiner et tout s’est bien passé », a écrit la grand-mère. «Il ferait mieux de se réjouir que rien de mal ne soit arrivé à mon petit-fils et il ferait mieux de se cacher de toutes les personnes qui viendront le chercher à sa sortie de prison.

WHIO TV 7  rapporte  que «les enquêteurs du comté de Clark ont ​​déclaré qu’ils enquêtaient sur le poste, mais aucune arrestation n’a été effectuée et aucune accusation n’a été déposée». Selon leur rapport, selon le trafic du scanner d’urgence, les députés, la police et les médecins ont été appelés à deux adresses différentes mardi matin dans le comté de Clark dans le cadre de l’enquête.

«Nous examinons ce cas, mais il s’agit toujours d’une enquête active. À ce stade, nous l’examinons activement et nous sommes  très  tôt dans cette enquête », a déclaré le major Chris Clark dans un communiqué envoyé par courrier électronique à la station.

PS

Ici au Québec,on a une mairesse ricaneuse qui aime beaucoup les Black Lives Matter et les Antifa…tout ce qui se rapproche du communisme,du multiculturalisme et du multiethnique,genre Québec Solidaire…comme par exemple!

…À faire très attention    pour le futur!

 

 

 

Importante vidéo censurée par divers médias:des médecins américains expliquent la censure contre la chloroquine

 

D’autres versions suivront mes ami(e)s!

Mises à jour suivent ici:

 

 

Après Raoult, l’Afrique, l’Italie, la France, les Allemands, c’est au tour des médecins Américains de dénoncer l’arnaque de la COVID-19 qui est basée sur la peur, la désinformation, la propagande, la censure qui n’a rien à voir avec la pseudo-science de l’OMS, un organisation politique mondialiste corrompu par le lobby pharmaceutique et Bill Gates.

Les complotistes se font de plus en plus nombreux…le choc cognitif de certains sera énorme d’ici quelques semaines 🙂

Pendant ce temps au Québec les médecins rappelés à l’ordre par le Collège des Médecins. On essaye de les censurer par tous les moyens.

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:L’oncle Donald est «l’homme le plus dangereux du monde»

Ce mémoire époustouflant de la nièce du président révèle la dynamique tordue de la première famille américaine « gravement dysfonctionnelle ». [Le livre s’est vendu à 950 000 exemplaires le premier jour, établissant un record pour l’éditeur. – LD]

Comme l’Amérique, Trump prétend être unique, exceptionnel, une auto-création brillante. Ce livre de sanièce séparée démolit ce mythe. Les mémoires impitoyables de Mary Trump reprochent à leur famille de l’avoir créé: elle le voit comme sa mission patriotique de «faire tomber Donald», et elle le fait en montrant à quel point le self-made man ultime a toujours été dérivé et dépendant.
Trump a d’abord été financé par un père indulgent, qui l’a payé pour être un show-off oisif et a fièrement recueilli des rapports de tabloïds sales sur ses singeries; de nos jours, il est soutenu par des hommes plus durs et plus rusés tels que Vladimir Poutine et le sénateur Mitch McConnell, pour qui il est un pantin facilement manipulable.
Sleaze and greft, nous découvrons ici, sont le patrimoine génétique de Trump.
Son grand-père a fui l’Allemagne pour éviter le service militaire et a fait fortune dans des bordels au Canada.
Son père était un propriétaire qui se faisait passer pour un promoteur immobilier pour récolter des subventions gouvernementales pour des propriétés qui n’ont jamais été construites.
Voici une photo de Donald Trump en 1975 , 29 ans, avec son père à Brooklyn
La mère de Donald, née dans la misère en Écosse, est restée si modérément économe qu’elle s’habillait chaque semaine avec son étole de fourrure et conduisait sa Cadillac rose dans la banlieue de New York pour récupérer de la petite monnaie dans les buanderies à pièces des immeubles appartenant à la famille; ses tirelires étaient des boîtes de conserve vides qui contenaient autrefois du saindoux. Elle est restée émotionnellement absente, préoccupée par ses maux, tandis que son mari considérait leur progéniture mâle comme de simples  empreintes de lui-même, engendrés pour s’assurer que la famille gardait la main sur son butin.
Élevé dans un tel environnement, comment Donald Trump pourrait-il ne pas émerger comme «un petit homme mesquin et pathétique»? N’ayant jamais reçu d’affection, il se la donne dans des orgies de lissage et de vantardise; les partenaires de vie qu’il sélectionne en série semblent avoir été choisis dans un catalogue de vente par correspondance.
Sa première épouse, Ivana, est résumée par Mary comme «tout flash, arrogance et dépit», avec un «penchant pour le regifting» révélateur. Les cadeaux ritualisés d’Ivana sont décrits comme un exercice de mépris: un Noël, elle présente à la mère de Mary un luxueux sac à main contenant un Kleenex usagé.
Ivana Trump ,sa mère.
Melania est, pour Donald, un trophée, destiné à occuper une niche dans une vitrine. Présidant un repas de la fête des pères à Trump Tower, Melania ne prononce qu’un mot toute la soirée. Ce mot, exprimant au mieux une curiosité théorique sur le monde, est: «Vraiment?» 
Melania photographiée en 1996 , alors qu’elle faisait des séances photo nues pour Max Magazine, un magazine français pour les hommes affamés de sexe

 

Tout au long  du livre, l’oncle de Mary n’est pas le président Trump mais simplement Donald. Avec un manque de respect désinvolte, elle le prive même de l’article défini déployé par Ivana qui l’a toujours appelé «le Donald». Les diplômes professionnels de Mary en tant que psychologue [elle a un doctorat] lui permettent de cocher rapidement ce qu’elle appelle les «pathologies» de Donald, qui incluent le narcissisme, la sociopathie et les troubles d’apprentissage qui peuvent être dus à la douzaine de Coca light qu’il siphonne quotidiennement. Dans une condamnation finale surprenante, elle accuse que son «besoin lâche de « vengeance »» sur les opposants le rend, dans sa nonchalance à propos du coronavirus à New York, responsable de ce qu’elle appelle un «meurtre de masse».

L’érotomanie peut être ajoutée à la liste de ses vices.

Mary Trump,sa nièce


Une fois à la piscine de Mar-a-Lago, Donald a dégoûté Mary en mesurant ses seins: « Putain de merde, quels gros lolos » remarque-t-il en salivant. Ce méchant oncle est tout idiot, sans surmoi pour retenir les doigts qui démangent de tweeter, jouent avec un gros bouton nucléaire rouge, ou prêt à «attraper par la chatte» toute femelle qui passe à proximité .

Chaque fois que Donald tentait de gérer une entreprise réelle – une compagnie aérienne, un casino ou une université douteuse – le résultat était la faillite.

Les mensonges qu’il raconte compulsivement sont pour Mary un autre «mode d’auto-agrandissement», une couverture pour son inadéquation tremblante. Malheureusement stupide, il a même dû engager « une mère porteuse » pour passer les examens d’entrée à l’université « en son nom ».

Toute sa vie, il a «échoué vers le haut»; il compte sur le fait d’être «récompensé pour son mauvais comportement», ce qui s’est reproduit lorsque le Sénat a bloqué sa destitution.

Vu par Mary, il est un être humain sous-développé, qui est instantanément passé de la petite enfance pleurnicharde à la vieillesse louche, passant à côté de l’âge intermédiaire de la raison et de la responsabilité, dans lequel le reste d’entre nous passe le plus clair de son temps.



EN COMPLÉMENTAIRE
Sur la mort de la démocratie
par Lasha Darkmoon
Les Américains auront le président qu’ils méritent dans quatre mois, soit Biden avec ses nombreux défauts, soit Trump avec ses nombreux défauts.  
Bernard Shaw a un jour observé: «La démocratie est un dispositif qui garantit  que nous ne serons pas mieux gouvernés que nous le méritons.» C’est peut-être pour cela que nous avons Trump, car Trump est ce que l’Amérique mérite.
Pourquoi la «plus grande démocratie du monde» est incapable de trouver d’autres candidats à l’exception de ces deux charmeurs actuellement proposés, l’incorrigible Trump et l’abominable Biden, est une énigme qu’aucun n’a été capable de résoudre. Dans un pays comme l’Amérique, on n’a plus le droit de voter pour le «meilleur» candidat. On est obligé de choisir le moindre de deux maux. (En France aussi)
Platon  a manifestement beaucoup réfléchi à cette question. Et ce qu’il a dit, plus de 350 ans avant le Christ, a encore beaucoup de sens aujourd’hui. «Pour un État dans lequel la loi est respectée, la démocratie est la pire forme de gouvernement, mais si la loi n’est pas respectée, c’est la meilleure.»
Platon croyait que la meilleure forme de gouvernement était une aristocratie bénigne: «les Gardiens». En bref, une dictature d’oligarques éclairés, un petit groupe de vieillards sages qui n’avaient aucune envie de plumer leurs propres nids ou de promouvoir leurs propres intérêts.[1] Leur seul souci était de statuer avec équité et justice dans l’intérêt de la majorité. Les femmes et les imbéciles étaient censés faire ce qu’on leur disait et ne pas se mêler des affaires de l’État. Une sage décision, à mon humble avis, tout bien considéré.
Jamais une seule fois dans l’histoire, pour des raisons trop complexes à expliquer ici, il n’a été possible de réaliser cette utopie platonicienne. Le plus grand bonheur du plus grand nombre, le but politique de l’utilitarisme benthamite, s’est avéré irréalisable. Nous vivons dans un monde darwinien mangeur de chien dans lequel seuls les plus aptes survivent. L’État profond, par lequel nous sommes gouvernés aujourd’hui, incarne ce principe impitoyable. L’État profond n’est pas intéressé à rendre la vie facile pour les masses. Il s’agit uniquement d’une prédation réussie.
Nos dirigeants peuvent être décrits comme les agriculteurs populaires; et nous, le peuple, sommes leur bétail.
Pour passer aux choses sérieuses: qui remportera les élections de novembre, Trump ou Bidden? Contre toute attente, je prédis une victoire pour Trump. Les sondages d’opinion donnent à Biden une énorme avance: 50% contre 38% pour Trump . Cela n’a pas de sens. 
Parce que Trump, avec l’état profond derrière lui, trichera. 
Rappelez-vous que c’est l’homme qui s’est frayé un chemin à l’université en engageant quelqu’un d’autre pour passer ses examens d’entrée à sa place.
Trump remportera la victoire, je crois, selon le principe proposé si cyniquement par Staline«Ceux qui votent ne décident de rien. Ceux qui comptent les votes décident de tout. » [2]
La vidéo ci-dessous révèle aux Américains à quoi ressemble vraiment leur président. Je ne m’excuse pas de l’avoir téléchargée. Après tout, ce sont les propres mots de Trump.
Trump est le meilleur proposé, semble-t-il. Nous devons être reconnaissants d’avoir Trump à la barre, aussi épouvantable qu’il puisse paraître à première vue. Pensez simplement à quel point cela aurait été pire si, au lieu de Trump, nous avions eu Staline – ou Néron, Caligula, Ivan le Terrible ou Genghis Khan.
Les Américains auront Trump parce qu’il est ce qu’ils méritent . C’est un compliment, pas une insulte. Trump est un produit du Zeitgeist américain . Il pense comme l’Amérique, parle comme l’Amérique, mange comme l’Amérique, se pavane comme l’Amérique et, de toutes les manières, tient le miroir de l’Amérique. Il est l’Amérique personnifiée. 

Nouvel Ordre Mondial: La Dernière Étape De L’Empire est en train d’arriver maintenant

Les “conservateurs” américains ont incontestablement le blues, leur littérature est édifiante et leurs références (je vous recommande en particulier leur admiration pour le prophétisme spiritualiste de Soljenitsyne) assez drôlatique, la manière dont ce dernier exilé aux États-Unis, loin de les féliciter pour être une terre de démocratie les a engueulés pour ne pas être assez réactionnaires et défenseurs de l’idéal de la civilisation chrétienne. Comment en finir avec l’empire pour retrouver les charmes pionniers de la nation ? Il ne nous reste plus qu’à reprendre l’ouvrage indépassable sur le sujet, celui de l’historien britannique Edward Gibbon dans son fameux Déclin et chute de l’Empire romain.

Pour ceux qui ne l’auraient pas lu, cela les mettra dans l’ambiance… Pour Max Weber, et il rejoint Marx, la chute de l’empire romain est due au fait que les esclaves ne se reproduisent pas en captivité et que les Romains sont sans cesse obligés de faire la guerre pour s’approvisionner, ça et le modèle latifundiaire fait que Spartacus, même s’il a perdu signe la fin. Ou encore Chateaubriand devant la chute irrémédiable de la royauté absolue affirmant qu’il y avait le stade ou l’on conquiert les privilèges, celui ou on en use et abuse et celui où on les perd. Encore un petit effort et ils admettront que le socialisme est inévitable

Il est de loin préférable de voir le monde avec des yeux clairs que d’espérer bêtement un retour à «High Noon».

Pendant le week-end férié, les États-Unis ont eu 244 ans. Le temps passe. Mais est-ce vieux pour une nation? Les nations ont-elles une durée de vie semblable à celle des organismes? Les idées et les principes ne sont-ils pas immortels? Il est naturel de parler de notre nation comme de quelque chose qui continuera indéfiniment, bien au-delà de notre existence mortelle. Mais une distinction cruciale doit être faite: l’Amérique était une nation en 1776; aujourd’hui, elle est un empire [2.a]. Par conséquent, on pourrait se demander: les empires ont-ils une durée de vie?

Heureusement, l’officier et érudit de l’armée britannique, Sir John Glubb, a réfléchi à cette question dans un court essai intitulé «Destin des empires et technique de survie».

Émir Faisal et le Lieutnant-colonel T E Lawrence

Contemporain de TE Lawrence, un autre soldat-érudit britannique connu comme Lawrence d’Arabie, Glubb a commandé la Légion arabe de Transjordanie de 1939 à 1956. Un esprit curieux et humble, ses expériences et son intérêt pour l’histoire l’ont amené à reconnaître des tendances à la hausse et à la baisse des empires. Ses études ont révélé que, comme les organismes, les empires passent par des étapes de création, de croissance, de maturité, de déclin et de mort.

Colonel John Glubb

Glubb a suivi chacune de ces phases et a trouvé des similitudes remarquables entre des empires aussi divers que l’Empire et la République romains, les Ottomans et l’Empire perse, indépendamment de la race, de la croyance, des institutions ou de la géographie [1]. La durée de vie moyenne estimée de dizaines d’empires au cours des trois derniers millénaires? Environ 250 ans.

Il n’est pas difficile de reconnaître le schéma général de progression impériale de Glubb dans l’histoire américaine. La bonne nouvelle pour les conservateurs est que l’empire américain tel qu’il est actuellement arrive à sa fin. La mauvaise nouvelle reste à écrire. Que deviendra cet empire en se désintégrant et comment affectera-t-il la nation semencière? Peut-être, comme Glubb le voulait, nous pouvons apprendre de l’histoire et éviter les pires destins possibles. 

La première étape identifiée par Glubb est ce qu’il appelle «l’ère des pionniers» ou «l’explosion». Les petites nations ou tribus envahissent ou supplantent celles qui ont un esprit défensif. Les exemples présentés dans Fate of Empires incluent l’éclatement islamique de la péninsule arabique au 7ème siècle, et inversement la Reconquista espagnole et l’empire qui s’en est suivi, ensemencé par deux petits territoires chrétiens. Glubb appelle les gens qui conduisent ces explosions «pauvres, robustes, souvent à moitié affamés et mal vêtus» [Les bédouins d’Ibn Khaldoun]. De plus, «ils regorgent de courage, d’énergie et d’initiative», comme les milices du sel de la terre et les réguliers continentaux mal entraînés qui ont vaincu l’armée britannique pendant la Révolution américaine.

Ce tableau décrit bien l’esprit des milices continentales…mal équipées,mal entrainées et parfois à demi-affamées!

Plusieurs fois, la nation conquérante adapte l’organisation et la technologie des vaincus à leurs besoins. En Amérique, la Révolution n’a pas été radicale et la nouvelle nation a maintenu ses institutions britanniques, ouvrant la voie à «l’ère des conquêtes». Des campagnes militaires s’ensuivent et le territoire de la nation s’élargit. Bonjour, Destinée Manifeste. Les tribus indiennes étaient soit engagées dans des alliances asymétriques, soit repoussées [mais systématiquement exterminées], les Européens étaient soit indemnisés soit se battaient pour plus de superficie, et le Far West était gagné. L’acquisition de biens sous une seule bannière du gouvernement entraîne la prospérité, ce qui mène à «l’ère du commerce».

Bien que l’ère des conquêtes et l’ère du commerce se chevauchent, leurs objectifs sont différents. Le premier vise «l’honneur et la gloire», tandis que le second recherche la prospérité et le profit. On pourrait faire valoir que l’ère de la conquête a duré deux siècles pour les États-Unis, commençant par l’expansion vers l’ouest à travers l’Amérique du Nord et se terminant en Pax Americana à la fin de la guerre froide. Débordant de ressources et de capitaux, l’empire de l’ère du commerce voit des villes animées, une grande architecture et un niveau de vie élevé pour la plupart.

L’amour du profit, cependant, déplace progressivement le sens du devoir dans la population. L’abondance “fait taire la voix du devoir”, écrit Glubb, pointant du doigt les étudiants de l’empire arabe du XIIe siècle qui n’ont plus étudié “pour acquérir des connaissances et de la vertu, mais pour obtenir les qualifications qui leur permettront de s’enrichir”. 

Dans la trajectoire parabolique d’un empire, ce qui vient ensuite est «High Noon», la transition de la conquête et du commerce à la richesse. «Service» est remplacé par «égoïsme». Un état d’esprit défensif s’empare de la nation, se manifestant par des signes tangibles tels que le mur d’Hadrien et la ligne Maginot. La conquête et la préparation militaire sont perçues comme immorales par une population stagnante et axée sur la richesse. 

Pendant ce temps, la richesse se développe à un point tel que ce qui était autrefois du luxe devient monnaie courante. Ensuite, la recherche de connaissances et de titres de compétences prend le devant de la scène et ouvre la voie à «l’ère de l’intellect». Comme indiqué dans Fate of Empires, «l’impression que la situation peut être sauvée par l’intelligence mentale, sans désintéressement ni dévouement humain, ne peut que conduire à l’effondrement» menant à la dernière étape, «l’ère de la décadence». 

L’immigration atteint des niveaux trop élevés pour une assimilation efficace, et de nouvelles idées et normes culturelles remplacent celles du stock fondateur. Comme Robert Putnam, Glubb souligne que les immigrants ne sont pas inférieurs, mais érodent la cohésion culturelle. En effet, Glubb note que “beaucoup d’immigrants étrangers appartiendront probablement à des races conquises à l’origine et absorbées par l’empire” et “lorsque le déclin s’installe, il est extraordinaire de voir comment la mémoire des guerres anciennes, peut-être des siècles auparavant, est soudainement ravivée, et les mouvements locaux ou provinciaux semblent exiger la sécession ou l’indépendance. »

On peu interpréter qu’étant donné que le Canada est de plus en plus dénaturé par l’immigration asiatique et arabe qu’un jour le Québec prendra conscience de sa richesse culturelle et naturelle et se libérera en tant que « pays »!

Une baisse du pouvoir et de la richesse combinée à des conflits internes entraîne une boucle de rétroaction créant pessimisme et «frivolité». Une population qui ne peut pas être incitée à l’action se glisse à la place dans l’évasion. Glubb compare la demande des foules romaines pour «du pain et des cirques» à la consommation britannique et américaine de football et de baseball. Il écrit même que «les héros des nations en déclin sont toujours les mêmes – l’athlète, le chanteur ou l’acteur», plutôt qu’un homme d’État, un général ou un génie littéraire comme dans les époques précédentes. Rappelez-vous, Fate of Empires a été publié en 1977. 

Parmi les autres caractéristiques de l’empire défaillant, mentionnons la montée de l’État providence et le déclin de la religion. Vérifiez et revérifiez. L’ancienne richesse de la nation conduit la population à «l’impression qu’elle sera toujours automatiquement riche» et «amène l’empire en déclin à dépenser généreusement pour son propre bien-être, jusqu’à ce que l’économie s’effondre». Ces tendances sont facilement observables aux États-Unis. Au fait, quel est le bilan de la Fed? Pire, est-ce que quelqu’un s’en soucie?

 

Glubb note qu’il est douteux que l’effondrement puisse être évité en étudiant la méta-histoire des empires. Au contraire, il écrit que «dans notre état actuel de chaos mental… nous nous divisons en nations, partis ou communautés et nous nous battons, nous haïssons et nous vilipendons les uns les autres sur des développements qui peuvent peut-être être divinement ordonnés et qui nous semblent, si nous adoptons une approche plus large, complètement incontrôlable et inévitable. 

Si cela vous semble pessimiste, n’oubliez pas que les trois derniers mots du titre de Glubb sont «Search for Survival». Il est de loin préférable de voir le monde avec des yeux clairs que d’espérer bêtement un retour à «High Noon». Les progressistes et les populistes sont généralement d’accord pour dire que l’avenir peut être meilleur; ils sont tout simplement en désaccord sur la voie de cet avenir meilleur. Nous survivrons si nous sommes honnêtes face à ce à quoi nous sommes confrontés. Pourtant, il reste à savoir comment procéder. Devrions-nous diviser le pays en nations distinctes dans l’espoir d’atténuer ce qui pourrait être une guerre civile de style espagnol ou un état policier doux de suzerains technologiques?

Des penseurs notables comme Charles Murray suggèrent que seul un renouveau religieux peut sauver les États-Unis. Si Glubb a raison de dire que le sauvetage en gros est impossible, devrions-nous protéger les braises du christianisme via «l’option Benoît» de Rod Dreher, dans l’espoir que les générations futures puissent un jour profiter de la pleine lumière de la civilisation occidentale? Glubb semble insinuer cela également, notant que dans les profondeurs de la décadence les «graines du renouveau religieux» sont semées. Alors que notre nation approche 250 ans – un quart de millénaire – nous devrions être reconnaissants d’avoir vécu dans ce qui pourrait être la plus grande nation que Dieu ait connue [2]. Peut-être, après le désagrément à venir, nous trouverons quelque chose d’encore plus grand.

Par   JEFF GROOM

https://www.theamericanconservative.com/author/jeff-groom/

 


NOTES

[1] Il est plus que probable que John Glubb a repris à son compte les analyses d’Ibn Khaldoun, comme nous l’avons vu dans Naissance et mort des Empires .(voir notre autre article:Naissance et mort des empires

 

–  Dans  Sir John Glubb et la décadence impériale, Nicolas BONNAL écrit :

Témoin donc de la désintégration de l’empire britannique causée par Churchill et Roosevelt, militaire vieille école, Glubb garde cependant une vision pragmatique et synthétique des raisons de nos décadences. 

….

Et comme notre homme est un arabisant distingué, il parle de la décadence arabe – citant le passionnant al-Ghazali :

« Dans la première moitié du neuvième siècle, Bagdad a connu son apogée en tant que plus grande et la plus riche ville du monde. Dans 861, cependant, le Khalif régnant (calife), al-Mutawakkil, a été assassiné par ses turcs mercenaires, qui ont mis en place une dictature militaire, qui a duré environ trente ans.

Au cours de cette période, l’empire s’est effondré, les divers dominions et provinces, chacun en recherchant l’indépendance virtuelle et à la recherche de ses propres intérêts. Bagdad, jusque-là capitale d’un vaste empire, a trouvé son autorité limitée à l’Irak seul. »

Glubb ajoute :

« Les travaux des historiens contemporains de Bagdad au début du Xe siècle sont toujours disponibles. Ils ont profondément déploré la dégénérescence des temps dans lesquels ils vivaient, en insistant sur l’indifférence à la religion, le matérialisme croissant, le laxisme de la morale sexuelle. Et ils lamentaient aussi la corruption des fonctionnaires du gouvernement et le fait que les politiciens semblaient toujours amasser de grandes fortunes quand ils étaient en fonction. »

Détail chic pour raviver ma marotte du présent permanent, Glubb retrouve même trace des Beatles chez les califes !

« Les historiens ont commenté amèrement l’influence extraordinaire acquise par les populaires chanteurs sur les jeunes, ce qui a entraîné un déclin de la moralité sexuelle. Les chanteurs « pop » de Bagdad ont accompagné leurs chansons érotiques du luth (sic), un instrument ressemblant à la guitare moderne. Dans la seconde moitié du dixième siècle, en conséquence, le langage sexuel obscène est devenu de plus en plus utilisé, tels qu’ils n’auraient pas été tolérés dans un âge précoce. Plusieurs califes ont émis des ordres pour interdire les chanteurs «pop» de la capitale, mais en quelques années ils revenaient toujours. »

Afin d’illustrer ce qui précède, il n’y a qu’à se référer au plus grand poète arabe de tous les temps (Abou Nawas 747-815) dont on trouvera des centaines de vers de citations traduites en français, telle que celle-ci :

Le vin, le vent, la vie de Abû-Nuwâs

J’ai quitté les filles pour les garçons

et, pour le vin vieux, j’ai laissé l’eau claire.

Loin du droit chemin, j’ai pris sans façon

celui du péché, car je le préfère.

J’ai coupé les rênes et sans remords

j’ai enlevé la bride avec le mors.

[2] L’auteur prend les vessies pour des lanternes.

  1. Le plus grand empire du monde a été celui des Mongols. Fondé par Gengis Khan, cet empire du XIIe siècle s’étendait de la mer Caspienne au Pacifique. Si on se réfère à Wikipédia, on constate que « l’empire américain » n’existe même pas parmi les empires du Monde.
  2. Son Dieu est bien méchant, car il lui a permis d’éradiquer toute une race humaine, qu’ils ont appelés peaux-rouges. On croit reconnaître ici les préceptes talmudiques.

 

 

 

 

 

Alerte aux masques neufs infectés de champignons qui peuvent vous tuer

 

Il s’agit d’une étude commandée et supportée par la Révolte Citoyenne des Gilets Jaunes que j’appui.

J’ai sécurisé la vidéo sur mon site avant  que la censure arrive!

L’importance de résister à la dictature qui se construit sous nos yeux!

 

Le plan illuminati de dépopulation mondiale est en cours!…Nous,les Peuples de la Terre,sommes en état de légitime défense face à nos gouvernements:

RENVERSONS LES AVANT QU’ILS NOUS TUENT!

N’Y A-T-IL PAS ASSEZ DE PERSONNES ÂGÉES DE MORTES AVEC LA PSEUDO PANDÉMIE ARTIFICIELLE DE LA COVID 19!

Naissance et mort des Empires

Dans ce qui suit, nous présentons deux visions, distantes de plus de six siècles, sur la naissance, l’expansion et la mort des Empires.
D’abord, celle de John Bagot Glubb  qui publia 17 livres parmi lesquels un livre sobrement intitulé « le sort des empires à la recherche de leur survie ». Écrit en 1977, il est passé à la postérité pour la profondeur de son analyse historique malgré sa concision. 
Ensuite, celle d’Ibn Khaldoun, présentée par Martinez-Gros dans un essai intitulé : Brève histoire des Empires, comment ils surgissent, comment ils s’effondrent. Ce dernier se propose  d’analyser la pertinence à une échelle universelle de l’analyse de la notion d’empire développée par Ibn Khaldoun au sujet du monde arabe. 

 

 

Dans ce livre, John Glubb analyse les conditions de naissance, d’expansion puis de déclin des grands empires qui ont façonné l’Histoire. Il constate un phénomène étonnant : la durée de vie des empires est relativement constante, de 250 ans environ.

Au sein d’une même civilisation, on peut assister à des « passages de relais » qui remettent le compteur à zéro : par exemple le passage de la République romaine qui dura de -260 à -27 (233 ans) à l’Empire romain (de -27 à +180 soit 207 ans).
Sur la base de cette durée relativement constante, John Glubb estime que l’empire américain, qui a débuté en 1846 devrait se terminer au cours de la seconde moitié du 21e siècle.
Si on transpose cette analyse à la civilisation européenne moderne qui débute à la fin du XVIIIe siècle avec les bouleversements de la Révolution française, on arrive à un clap de fin aux alentours de 2050.
D’après l’analyse de John Glubb, plusieurs options sont alors possibles : soit une révolution profonde et douloureuse qui transformera profondément l’ordre existant vers 2050 et permettra de repartir sur un cycle de 250 ans ; soit un effondrement lent ; soit un passage sous domination d’une autre civilisation plus dynamique.
Le cycle de vie des empires
John Glubb identifie 5 phases dans le cycle de vie d’un empire : l’âge des pionniers, l’âge des conquêtes, l’âge du commerce, l’âge de l’abondance, l’âge de l’intellect et enfin l’âge de la décadence.
Il est intéressant de noter que l’âge de l’intellect précède l’âge de la décadence alors qu’il constitue a priori un élément positif. John Glubb note en effet qu’à la suite de l’âge de l’abondance, l’élite civile et politique est en plein zénith et s’enorgueillit de financer artistes, œuvres d’art, musées, écoles et universités. Cet âge s’accompagne de progrès scientifiques importants.
John Glubb note ainsi que « la diffusion des connaissances semble être la plus bénéfique des activités humaines, et pourtant chaque période de déclin est caractérisée par cette expansion de l’activité intellectuelle.  »
Comment expliquer cela ? John Glubb analyse que « l’intellectualisme et la perte du sens du devoir apparaissent simultanément dans l’histoire de la vie de la nation. […] L’intellectuel brillant, mais cynique apparaît à l’extrémité opposée du sacrifice émotionnel du héros ou du martyr. »

 

Ce constat rejoint celui d’un autre auteur intéressant : dans son livre « Metahistory », Hayden White analyse le rapport entre l’imaginaire historique d’une civilisation et la phase dans laquelle elle se situe. Il note ainsi que, selon les périodes, les gens se représentent leur Histoire comme un récit épique, comme une comédie, comme une tragédie ou comme une satire.
Cette dernière représentation correspond à une lecture critique et déconstructiviste de l’Histoire qui se traduit en particulier par la destruction forcenée des symboles historiques. Ça ne vous rappelle rien ? Sur le sujet particulier de la satire comme modèle de représentation historique, je vous recommande l’excellente vidéo « l’art de la riposte : la rhétorique de l’ironie » de la chaine YouTube Victor Ferry.
Les 8 critères du déclin
Pour en revenir à John Glubb, il identifie 8 critères qui traduisent un passage vers « l’âge de la décadence » et qui reviennent avec constance dans l’histoire des grands empires :
  • Passage en mode défensif
  • Pessimisme
  • Matérialisme
  • Frivolité
  • Dissensions civiles
  • Un afflux d’étrangers
  • Un affaiblissement de la religion
  • Un état providence
Le passage en mode défensif est un signe avant-coureur qui intervient tôt dès la phase d’abondance et qui se traduit par l’arrêt de l’effort d’expansion de l’empire et son repli sur ses frontières naturelles : « La nation, immensément riche, ne s’intéresse plus à la gloire ni au devoir, mais veut simplement conserver sa richesse et son luxe. ».
On constate sans difficulté que tous les critères de Glubb sont remplis concernant notre civilisation occidentale. …
Sur le critère de frivolité, John Glubb note que : « La frivolité est la compagne fréquente du pessimisme. Mangeons, buvons et réjouissons-nous, car demain nous mourrons. La ressemblance entre diverses nations en déclin à cet égard est vraiment surprenante. ».
Les historiens contemporains de l’Empire arabe de Bagdad soulignent ainsi avec amertume l’indifférence, le matérialisme croissant et le laxisme des mœurs sexuelles dans la Bagdad du début du Xème siècle. Ils commentent l’influence extraordinaire de chanteurs de luths devenus très populaires auprès des jeunes…
« L’histoire, cependant, semble suggérer que l’âge du déclin d’une grande nation est souvent une période qui montre une tendance à la philanthropie et à la sympathie pour les autres races. ».
Rappelant les dernières années de l’Empire romain, John Glubb note que « L’augmentation de la confusion et de la violence qui en résulta [de l’entrée des envahisseurs étrangers dans le pays] fit qu’il n’était plus sûr pour les femmes de circuler sans escorte dans les rues, ce qui entraina l’effondrement du mouvement féministe  ». Tiens donc. 
Enfin, le dernier critère « État providence » peut surprendre. John Glubb le resitue dans un contexte plus général de philanthropie et de xénophilie : « L’histoire, cependant, semble suggérer que l’âge du déclin d’une grande nation est souvent une période qui montre une tendance à la philanthropie et à la sympathie pour les autres races. ».
L’empire dominant est heureux d’être généreux, certain de rester pour toujours au sommet de sa puissance : « Les droits de citoyenneté sont généreusement accordés à toutes les races, même celles qui étaient autrefois assujetties, et l’égalité de l’Humanité est proclamée ». 
L’Empire romain et plus encore, l’empire arabe de Bagdad firent montre d’une générosité somptuaire dans les derniers instants de leur Âge de l’intellect (qui, rappelons-le, est encore un âge prospère) en fournissant citoyenneté, subventions, nourritures, jeux et soins gratuits.
Comme le note John Glubb, « il est peut-être incorrect d’imaginer l’État-providence comme la marque supérieure des réalisations humaines. Cela peut simplement s’avérer être une étape assez normale dans la vie d’un empire vieillissant et décrépit. »
Existe-t-il une solution ? 
Dans son livre, John Glubb ne prétend pas à l’exhaustivité ni même à pouvoir expliquer certaines des corrélations qu’il constate dans son analyse historique.
Il souligne que la cause finale qui provoque la chute d’un empire peut-être très variable. En cela, il rejoint la théorie systémique du « manteau de neige » qui veut qu’un empire ne s’effondre jamais pour une cause précise, mais en raison d’une accumulation de crises qui finit par avoir raison de lui. Il s’effondre comme un vieil arbre sans sève ou comme un manteau de neige qui a reçu un flocon de trop. La nature de ce flocon importe peu finalement.

 

En écho au célèbre livre de Douglas Murray « L’étrange suicide de l’Europe », John Glubb écrit : « La décadence est une maladie morale et spirituelle, résultant d’une trop longue période de richesse et de pouvoir, produisant le cynisme, le déclin de la religion, le pessimisme et la frivolité. Les citoyens d’une telle nation ne feront plus d’effort pour se sauver eux-mêmes, parce qu’ils ne sont pas convaincus que quelque chose dans leur vie mérite d’être sauvé.  »

Pourrait-on faire quelque chose pour éviter cette chute ? John Glubb pense que non : « Les faiblesses de la nature humaine, cependant, sont si évidentes, que nous ne pouvons pas être trop confiants dans le succès de cette entreprise. Les hommes débordants de courage, d’énergie et de confiance en eux ne peuvent être facilement empêchés de soumettre leurs voisins, et les hommes qui voient s’ouvrir des perspectives de richesse seront difficilement arrêtables ».

John Glubb souligne que la décadence des empires est avant tout celle d’un système avant d’être celle des hommes.

Source :  www.projet-resilience.com.


 

Brève histoire des Empires, comment ils surgissent, comment ils s’effondrent

 

Martinez-Gros, se propose, dans son essai Brève histoire des Empires, comment ils surgissent, comment ils s’effondrent, d’analyser la pertinence à une échelle universelle de l’analyse de la notion d’empire développée par Ibn Khaldûn au sujet du monde arabe. c’est une lecture très intéressante dans cette perspective, pour deux raisons. Tout d’abord, elle a l’avantage de présenter de manière claire et synthétisée la pensée politique d’Ibn Khaldûn, grand penseur arabe du XIVème siècle (1332-1406), considéré comme le précurseur de l’historiographie du monde arabe et musulman, mais aussi comme le premier géographe, le premier sociologue, et comme un des plus grands penseurs politiques des temps anciens [2]. Cela permet ainsi d’avoir une perspective interne et contemporaine sur le pouvoir en islam médiéval. Par ailleurs, cette analyse de la notion d’empire est immédiatement appliquée à l’histoire arabe, par Ibn Khaldûn et Martinez-Gros à sa suite, donnant ainsi des pistes d’interprétation aux formes d’exercice du pouvoir, mutations et successions politiques à l’œuvre dans le monde arabo-musulman médiéval ; si l’auteur ne développe que peu les analyses, il fournit un cadre interprétatif fort et cohérent qu’on pourra utiliser avec profit.
La notion d’empire, telle que développée par Ibn Khaldûn, comprend l’idée d’une apogée, suivie d’un relatif déclin et d’un dépérissement.  
Il analyse ainsi comment certaines populations sont, à un moment donné, assez riches et puissantes pour établir un pouvoir central, concentrant les richesses d’un immense territoire en un même centre, à la fois géographique (la capitale) et social (puisque ces richesses sont contrôlées et gérées par une élite). Ce développement requiert une phase de désarmement, condition de la mise en place d’un impôt à même d’effectuer une telle concentration des richesses. L’empire est ainsi un système politique créé par la violence mais cherchant ensuite à l’abolir, pour construire un espace pacifié, où peuvent se développer l’économie et la civilisation. Ibn Khaldûn montre comment, de cette volonté de pacification et de contrôle de la violence naît le déclin même des empires, en un cycle qui paraît inexorable. En effet, le désarmement des populations de l’empire impose de recourir à des peuples situés aux marges du territoire pour assurer la sécurité et l’ordre. Par nécessité, l’empire confie ainsi le pouvoir militaire à des populations marginales, minoritaires, des populations tribales, des « barbares », qui finissent ensuite par prendre le pouvoir pour elles-mêmes, jusqu’à ce qu’elles se fassent détrôner par les nouveaux guerriers auxquels elles ont recouru.
La pensée d’Ibn Khaldûn permet de mettre en perspective et de comprendre au sein d’un système global une multitude d’expressions du pouvoir politique. La première de ces expressions est militaire, autour du concept de ‘asabiya qui permet d’analyser les liens entre pouvoir étatique et pouvoir militaire. Difficilement traduisible, et pour cette raison employé en arabe par Martinez-Gros, le terme signifie un certain esprit de corps, une violence solidaire, celle des sociétés tribales. En effet, ces sociétés s’organisent seules pour leur défense, l’exercice de la justice, ou encore pour subvenir aux besoins des veuves et des orphelins, et cette organisation requiert un tel « esprit de corps », qui fonctionne comme une solidarité appuyée sur une force militaire. A l’inverse, dans l’empire, l’instauration d’un État de droit supprime la nécessité d’une telle solidarité, puisque l’État prend en charge la défense, la justice, les veuves et orphelins. La ‘asabiyat devient ainsi le propre des sociétés tribales. De ce fait, l’empire est contraint de recourir aux services de ces populations marginales, quitte à se mettre en danger : ce sont les seules à même d’assurer la sécurité, puisque les populations de l’empire sont, elles, démilitarisées. C’est donc toute une analyse de la relation entre pouvoir étatique et pouvoir militaire qui est rendue possible ici, fournissant un cadre théorique global pour l’étude, au cas par cas, des structures militaires organisées dans les différents centres de pouvoir des espaces islamiques médiévaux, et des jeux de pouvoir et balance du pouvoir entre État et armée.
Malgré ce focus très important sur le rôle de l’armée et de l’intégration des populations marginales au sein de l’empire, la théorie de l’empire forgée par Ibn Khaldûn intègre aussi bien d’autres dimensions. Ainsi, elle permet de revisiter la question du lien entre pouvoir et civilisation, présentant l’empire comme une condition au développement d’une civilisation riche et brillante. Toute la production artistique, qui est une source pour l’historien, ne serait pas à considérer uniquement comme une manifestation du pouvoir étatique : dans ce cadre interprétatif plus large, on peut la percevoir comme la marque même de la création d’un empire, comme le symbole de l’établissement effectif d’un espace politique pacifié. Ce n’est donc pas seulement un produit du pouvoir politique, c’est le produit d’une forme politique particulière, l’empire, qui aurait cette spécificité de permettre, grâce à la pacification qu’il instaure, le développement économique, financier, culturel et scientifique. Enfin, la théorie d’Ibn Khaldûn a aussi une dimension économico-financière, du fait de l’importance donnée à l’impôt [Voir : La pensée économique d’IBN KHALDOUN ]. En effet, il est présenté comme le pivot de tout le système politique : c’est lui qui permet l’enrichissement de l’empire, mais lui aussi qui, par le désarmement qu’il nécessite, entraîne son déclin et sa chute.
Au-delà de ce cadre théorique, l’ouvrage de Gabriel Martinez-Gros permet de mettre en perspective la succession de différentes dynasties dans l’espace arabe au Moyen Âge, ainsi que les processus de fortification et d’affaiblissement de chacune d’entre elles. Tout d’abord, l’auteur souligne la force du modèle impérial pour l’Islam, puisque contrairement aux deux autres grands empires que sont Rome et la Chine, l’empire islamique ne se construit pas sur un passé monarchique ou républicain : l’État nait immédiatement comme empire lors de sa construction au VIIème siècle. L’expansion arabe du VIIème siècle, en effet, correspond exactement à la théorie de l’empire telle qu’elle est exposée par Ibn Khaldûn, puisqu’une infime minorité de guerriers arabes soumet une population de plusieurs dizaines de millions de personnes, construisant un État centralisant les ressources d’un territoire immense. Les siècles suivants, eux, se comprennent à l’aide de la phase de déclin impérial décrite par l’auteur arabe, qui se décline selon différentes chronologies. Ainsi, il y a une première évolution qui se déroule sur le temps long : il s’agit du remplacement progressif des Arabes par les Turcs et les Berbères aux positions de pouvoir. Si dès le XIIIème siècle, ceux-ci ont le pouvoir militaire, ce n’est qu’à partir de l’an mil que les premières dynasties berbères et turques proclament leur souveraineté. Parallèlement, les Arabes, qui ont établi leur domination en tant que peuple guerrier, se désarment et se sédentarisent. Ils se fondent dans la population locale dont ils deviennent les représentants, tandis qu’ils en étaient extérieurs, et ils développent une culture et une littérature hostiles aux pouvoirs militaires. Cela fonde la distinction entre calife et sultan : le premier est arabe et représente l’Islam des origines, tandis que le second est turc ou kurde et représente l’Islam nouveau. Il y a ainsi un glissement de sens du terme « musulmans », significatif du processus de sédentarisation et démilitarisation à l’œuvre sur ces quelques siècles : s’il désignait exclusivement les Arabes conquérants ou leurs clients guerriers dans le premier siècle de l’Islam, à partir de la période abbasside, le nom s’applique aux populations sédentaires et aux hommes de religion d’un empire qui est, lui, défendu par des populations provenant des marges, et à peine islamisées.
Au-delà de ces mutations sur plusieurs siècles, on peut aussi trouver, dans l’histoire islamique médiévale, une multiplicité de chronologies à une échelle plus fine. Dans tous les espaces de l’empire, on peut ainsi noter des processus de renversements dynastiques opérés par des marges barbares : ainsi les Seldjoukides puis les Mongols établissent des bouleversements dynastiques au cœur même de l’empire. A l’Ouest, le pouvoir andalou des Omeyyades de Cordoue apparaît comme le fruit d’une dissidence, puis il se fait lui-même renverser par les Francs qu’il employait comme combattants. Au Maghreb, la ‘asabiya est représentée par les Berbères et le pouvoir fatimide ; à l’Est de l’empire, ce sont les Turcs qui jouent ce rôle clé dans le renouvellement dynastique. Dans chaque territoire, on peut trouver des renversements d’une telle nature à un rythme parfois très rapide : ainsi, le sultan seldjoukide est renversé en Syrie en 1100, le pouvoir revenant aux atabeg, eux-mêmes partiellement remplacés au somment de l’État en 1174 par leur général kurde Saladin, avant qu’il prétende directement au sultanat après sa victoire sur les Croisés de Jérusalem en 1187. Enfin, la dynastie ayyoubide de Saladin est renversée par les Mamelouks au Caire au milieu du XIIIème siècle.
Pièce d’argent émise après la mort du grand Saladin.
Ce qui nous donne une image réelle du grand sultan.

Ces différents exemples ne sont pas exhaustifs ; ils suffisent cependant à montrer comment la théorie d’Ibn Khaldûn s’applique aux évolutions politiques dans le monde islamique médiéval. Celui-ci peut donc se comprendre comme la succession au pouvoir de groupes militaires venus des marges de l’empire et qui, s’établissant au pouvoir, perdent de leur force militaire et préparent eux-mêmes, bien qu’involontairement, leur renversement. Une telle lecture permet ainsi de renouveler l’approche de certaines questions, telles que celle de la Reconquista ou des Croisades, qui ne sont plus interprétées comme des conflits religieux, mais comme des conflits entre populations sédentaires et productives (les Arabes et les Berbères) contre des populations nomades et militarisées (les Francs). La dynamique des relations entre ces deux types de population est ainsi proposée comme matrice première de l’évolution politique.
La portée du travail de Gabriel Martinez-Gros est bien plus importante que ce que l’on a montré ici, puisque l’originalité même de sa démarche consiste à tester la pertinence de la théorie khaldûnienne pour l’ensemble de l’histoire eurasiatique, quand Ibn Khaldûn s’est attaché uniquement à l’histoire arabe. Il montre ainsi que s’il y a une certaine exception européenne, l’Europe se trouvant, pendant de nombreux siècles, en dehors d’un cadre impérial fondé sur l’impôt, le schéma s’applique bien à de nombreux espaces politiques, à travers le temps (l’empire perse du Vème siècle avant JC, l’empire romain, les différents empires chinois, ou encore l’empire britannique au XIXème par exemple). Ainsi, l’ensemble de l’ouvrage de Gabriel Martinez-Gros, malgré son aspect nécessairement schématique étant donné l’étendue de la chronologie parcourue, montre la pertinence des analyses proposées par Ibn Khaldûn. Utiliser ces analyses, c’est donc non seulement se placer dans la compréhension interne que l’historien médiéval avait de systèmes politiques qui l’entouraient, mais aussi s’interroger sur la signification universelle des formes politiques développées dans les contextes étudiés.
Gabriel Martinez-Gros, Brève histoire des Empires, comment ils surgissent, comment ils s’effondrent, Paris, Seuil, mars 2014.

————————————————

Élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, diplômée en master d’histoire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Anne Walpurger se passionne pour le Proche-Orient et s’occupe de la rubrique de l’agrégation et du Capes 2015 des Clés du Moyen-Orient.

Représentation du sac de Rome par Alaric en 410

PS

2 erreurs (ou oublies)  ont été noté dans les ouvreages de Grubb:

1-Il y a eu l’Empire Amazigh, Turc et Musulman, mais jamais un empire arabe

2-L’Egypte pharaonique manque à la liste de GLUBB, et elle a cumulé plus de 4’000 ans d’histoire.

 

Photo du jour: 27 juillet 2020 sur la richesse de Black Lives Matter

Cela fait 7 ans que BLM a été formé. Ils ont levé plus d’un milliard de dollars. Ils n’ont pas fait nettoyer un quartier, envoyé 1 enfant noir pauvre à l’université, acheté des fournitures scolaires, nourri les affamés, fait un don à une banque alimentaire ou fourni un logement à une famille noire pauvre.

…mais ce groupe terroriste d’extrême gauche se paie des autobus de luxe!