Google Maps : explorez l’espace et des dizaines de planètes !

Suite à nouvelle mise à jour de Google Maps, vous allez pouvoir explorer virtuellement notre système solaire. Pour vous promener dans l’espace via l’application, il vous suffit de dézoomer en vue satellite jusqu’à ce que vous vous retrouviez hors de l’orbite terrestre. Une fois là haut, vos découvrirez la terre depuis de l’espace mais aussi les planètes voisines, comme Mars, Vénus, Pluton ou la Lune !

 

 

Il y a bien longtemps que Google Maps ne se limite plus à sa fonction première, à savoir la navigation. Grâce à de nouvelles fonctionnalités, Google veut vous permettre d’explorer des endroits inaccessibles. Dans ces endroits hors de portée pour les utilisateurs lambda mais accessibles via les services de Google, citons par exemple la Station Spatiale Internationale à découvrir via Street View, ou le Parc National de Katmai en Alaska, sur Google Earth. Plus proches de nous mais parfois uniquement accessibles grâce à l’aide de Google Maps, citons aussi les places de parking dans les grandes villes.

 

Google Maps : découvrez jusqu’à 16 corps célestes !

Avec la nouvelle mise à jour de Google Maps, vous allez donc pouvoir explorer virtuellement jusqu’à 16 corps célestes. Après avoir dézoomé au maximum hors de la terre, Google Maps va vous proposer la liste des 16 mondes dans le menu déroulant à gauche. Ceux ci comprennent donc Mercure, Mars, Vénus, la Station Spatiale Internationale, la Lune, Cérès, Io, Europe, Ganymède, Mimas, Encelade, Dioné, Rhéa, Titan, Japet et Pluton.

Afin d’élaborer ces cartes spatiales virtuelles, Google a puisé dans les nombreuses données fournies par laNasa et l’Agence spatiale européenne. L’entreprise a aussi eu recours aux talents de l’artiste Björn Jónsson. L’homme est spécialisé dans les représentations en infographie 3D de l’espace. C’est notamment grâce à sa participation que la version anglaise de Google Maps est agrémentée de nombreuses indications sur les cratères et les plaines les plus célèbres. Nul doute que Google a encore bien des idées derrière la tête et compte bien, dans les années à venir, améliorer son application. Vers l’infini et au delà ?

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Astronomie:Découverte d’une planète « habitable » proche de la Terre

A hand out image made available by the European Southern Observatory on August 24 2016, shows an artist's impression of a view of the surface of the planet Proxima b orbiting the red dwarf star Proxima Centauri, the closest star to the Solar System. The double star Alpha Centauri AB also appears in the image to the upper-right of Proxima itself. Proxima b is a little more massive than the Earth and orbits in the habitable zone around Proxima Centauri, where the temperature is suitable for liquid water to exist on its surface.  Scientists on August 24, 2016 announced the discovery of an Earth-sized planet orbiting the star nearest our Sun, opening up the glittering prospect of a habitable world that may one day be explored by robots. Named Proxima b, the planet is in a "temperate" zone compatible with the presence of liquid water -- a key ingredient for life.   / AFP PHOTO / EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY / M. Kornmesser

 

 

Des preuves existent qu’une planète potentiellement habitable gravite autour de l’étoile la plus proche de notre système solaire, annonce mercredi l’Observatoire européen austral (ESO), parallèlement à une publication de l’université Queen Mary à Londres dans la revue spécialisée Nature. Il pourrait s’agir de la zone habitable la plus proche en dehors de notre système solaire.
Des scientifiques avaient déjà découvert en 2013 les indices de l’existence d’une planète tournant autour de Proxima Centauri, l’étoile la plus proche du système solaire, à une distance d’un peu plus de quatre années-lumière.

Grâce notamment au télescope de l’ESO à La Silla, au Chili, il est apparu qu’il s’agissait d’une exoplanète dont la masse équivaut à environ 1,3 fois celle de la Terre. Il s’agit de la plus proche exoplanète jamais découverte.

L’astre a été baptisé Proxima b et orbite à une distance de près de 7 millions de kilomètres autour de l’étoile, soit quelque 5% de la distance Terre-Soleil.

Présence d’eau possible
La température estimée à sa surface rend possible la présence d’eau. Les paramètres en surface peuvent toutefois être fortement influencés par les UV et rayons X provenant de l’étoile, et ce rayonnement est plus intense que celui que la Terre reçoit du Soleil.

Des points d’interrogation subsistent au sujet de Proxima b, notamment par rapport aux rayons X, à ses températures extrêmes et à la composition de son atmosphère. Le supertéléscope E-ELT, que l’ESO devrait mettre en service en 2024, permettra peut-être d’y répondre, indique Hans Van Winckel, de l’insitut d’astronomie de l’université de Louvain (KU Leuven).

Quoi qu’il en soit, Proxima b constituera « un élément important dans la recherche de traces de vie dans l’univers », conclut l’ESO.

Mars perd un océan mais gagne du potentiel pour la vie

 

 

Les scientifiques de la NASA ont déterminé qu'un océan primitif sur Mars a tenu plus d'eau que l'océan Arctique de la Terre et que la planète rouge a perdu 87 pour cent de cette eau à l'espace. L'eau aurait couvert 20% de la planète il y a environ 3 milliards d'années. Crédit: NASA / GSFC
Les scientifiques de la NASA ont déterminé qu’un océan primitif sur Mars a tenu plus d’eau que l’océan Arctique de la Terre et que la planète rouge a perdu 87 pour cent de cette eau à l’espace. L’eau aurait couvert 20% de la planète il y a environ 3 milliards d’années. Crédit: NASA / GSFC

 

Il est difficile de croire maintenant en  regardant le  poussiéreux, paysage desséché de Mars qu’il possédait une fois un vaste océan. Une étude récente de la NASA de la planète rouge à l’aide des télescopes infrarouges les plus puissants du monde indiquent clairement une planète qui a soutenu un plan d’eau plus grand que l’océan Arctique de la Terre.

Si répartir uniformément à travers le globe martien, il aurait couvert toute la surface à une profondeur d’environ 450 pieds (137 mètres). Plus probablement, l’eau regroupées dans les plaines basses qui couvrent une grande partie de l’hémisphère nord de Mars. Dans certains endroits, il aurait été près d’un mile (1,6 km) de profondeur. 

Trois des meilleurs observatoires infrarouges dans le monde ont été utilisés pour étudier la normale à l'abondance de l'eau lourde dans l'atmosphère de Mars, en particulier les calottes polaires, pour créer une carte mondiale de la teneur en eau de la planète et en déduire un ancien océan. Crédit: NASA / GSFC
Trois des meilleurs observatoires infrarouges dans le monde ont été utilisés pour étudier la normale à l’abondance de l’eau lourde dans l’atmosphère de Mars, en particulier les calottes polaires, pour créer une carte mondiale de la teneur en eau de la planète et en déduire un ancien océan. Crédit: NASA / GSFC

Maintenant, voici la bonne partie: Avant de prendre la fuite  ,molécule par molécule dans l’espace, les vagues léchaient les rives du désert pendant  plus de 1,5 milliards années …de plus  de temps nécessaire pour développer la  sur la Terre. Par voie de conséquence, la vie avait suffisamment de temps pour se  préparer à ce coup de fouet sur Mars, aussi.

Un atome d'hydrogène est constitué d'un proton et un électron, mais sa forme lourde, appelé deutérium, contient également un neutron. HDO ou de l'eau lourde est rare par rapport à l'eau potable normale, mais étant plus lourd, plus susceptibles de rester lorsque la forme plus légère se vaporise dans l'espace. Crédit: NASA / GFSC
Un atome d’hydrogène est constitué d’un proton et un électron, mais sa forme lourde, appelé deutérium, contient également un neutron. HDO ou de l’eau lourde est rare par rapport à l’eau potable normale, mais étant plus lourd, plus susceptibles de rester lorsque la forme plus légère se vaporise dans l’espace. Crédit: NASA / GFSC

En utilisant les trois télescopes infrarouges les plus puissants de la planète – l’Observatoire WM Keck à Hawaii, Very Large Telescope de l’ESO et Infrared Telescope Facility de la NASA – scientifiques de Goddard Space Flight Center de la NASA ont étudié les molécules d’eau dans l’atmosphère martienne. Les cartes montrent qu’ils ont créé la distribution et la quantité de deux types d’eau – la version normale de H2O nous utilisons dans notre café et HDO ou de l’eau lourde, rares sur Terre, mais pas tellement sur Mars comme il s’avère.

Cartes montrant la répartition des H20 et HDO (eau lourde) à travers la planète fait avec le trio de télescopes infrarouges. Crédit: NASA / GSFC
Cartes montrant la répartition des H20 et HDO (eau lourde) à travers la planète fait avec le trio de télescopes infrarouges. Crédit: NASA / GSFC

 

Dans l’eau lourde, l’un des atomes d’hydrogène contient un neutron en plus de son seul proton, formant un isotope de l’hydrogène appelé  deutérium . Parce que le deutérium est plus massive que l’hydrogène ordinaire, l’eau lourde est vraiment lourd que l’eau normale tout comme son nom l’indique. Les nouvelles « cartes des eaux » ont montré comment le rapport de la normale à l’eau lourde varié à travers la planète selon l’emplacement et la saison. Remarquablement, les nouvelles données montrent les calottes polaires, où une grande partie de l’eau courante de jour de Mars est concentrée, sont hautement enrichi en deutérium.

On pense que la décroissance du champ magnétique fois-mondiale de Mars, le vent solaire dépouillé grande partie de début, l'atmosphère épaisse de la planète, permettant à la lumière UV solaire pour briser les molécules d'eau en dehors. Briquet hydrogène sorti dans l'espace, en se concentrant la forme plus lourd. Certains de l'hydrogène peut également quitté en raison de la faiblesse de gravité de la planète. Crédit: NASA / GSFC
On pense que la décroissance du champ magnétique fois-mondiale de Mars, le vent solaire dépouillé grande partie de début, l’atmosphère épaisse de la planète, permettant à la lumière UV solaire pour briser les molécules d’eau en dehors. Briquet hydrogène sorti dans l’espace, en se concentrant la forme plus lourd. Certains de l’hydrogène peut également quitté en raison de la faiblesse de gravité de la planète. Crédit: NASA / GSFC

Sur Terre, le rapport deutérium à l’hydrogène normale dans l’eau est de 1 à 3200, mais les calottes polaires de Mars, ce est 1 à 400. Normal, l’hydrogène léger est lentement perdu à l’espace une fois une petite planète a perdu son enveloppe atmosphère protectrice, la concentration de la forme lourd de l’hydrogène. Une fois que les scientifiques savaient que le ratio d’hydrogène/deutérium était  normal, ils pourraient déterminer directement la quantité  d’eau  que Mars doit avoir eu quand elle  était jeune. La réponse est …beaucoup d’eau!

Les scientifiques  de Goddard estiment que seulement 13% des réserves d'eau d'origine de Mars sont encore là aujourd'hui, concentrée dans les calottes polaires glacées. Le reste se est envolé pour l'espace. Crédit: NASA / GSFC
Les scientifiques de Goddard estiment que seulement 13% des réserves d’eau d’origine de Mars sont encore là aujourd’hui, concentrée dans les calottes polaires glacées. Le reste se est envolé pour l’espace. Crédit: NASA / GSFC

Seulement 13% de l’eau d’origine reste sur la planète, enfermé principalement dans les régions polaires, alors que 87% de l’océan original a été perdu dans l’espace. L’endroit le plus probable pour la localisation de  l’océan aurait été les plaines du nord, une vaste région , de basse altitude , idéale pour retenir les  énormes quantités d’eau. Mars aurait été une planète beaucoup plus  comme la terre,à l’époque ,avec une atmosphère plus épaisse, pour fournir la pression nécessaire, et le climat plus chaud pour soutenir l’océan ci-dessous.

Mars à l'heure actuelle a peu ou pas d'eau liquide à sa surface froide, comme un désert. Il y a bien longtemps, le Soleil a presque certainement vu son reflet dans les lacs de vagues ondulées et une mer du Nord. Crédit: NASA / GSFC
Mars à l’heure actuelle a peu ou pas d’eau liquide à sa surface froide, comme un désert. Il y a bien longtemps, le Soleil a presque certainement vu son reflet dans les lacs de vagues ondulées et une mer du Nord. Crédit: NASA / GSFC

Quoi de plus excitant sur ​​les résultats  que  le fait que Mars serait resté beaucoup plus longtemps humide qu’on ne le pensait à l’origine. Nous savons maintenant  à partir de mesures faites par le Rover Curiosity que l’eau a coulé  sur ​​la planète pendant 1,5 milliards d’années après sa formation. Mais la nouvelle étude montre que…à  la surface de Mars,le matériel est resté bourré d’eau (en bon québécois:il s’est formé de la sloshe)  beaucoup plus longtemps. Étant donné que la première preuve de vie sur Terre remonte à il y a 3,5 milliards années – seulement un milliard d’années après la formation de la planète – Mars peut avoir eu assez de temps pour l’évolution de la vie elle-même.

Ainsi, alors que nous pourrions déplorer la perte d’une si merveilleuse  chose comme un océan, nous nous retrouvons avec la possibilité alléchante que c’était assez longtemps pour donner naissance à la plus précieuse des créations de l’univers …la vie.

Pour citer Charles Darwin: « …  à partir d’un commencement si simple, les plus belles et les plus merveilleuses formes de vie sans fin ,ont existé , et ont évolué. »

Illustration montrant Mars...jadis.L' évolution d'un monde humide pour l'actuelle où l'eau liquide ne peut pas former un étang sur sa surface sans  se vaporiser directement dans les airs de la planète. Comme Mars a perdu son atmosphère au cours des milliards d'années, l'eau restante,s'est  refroidie et condensée  pour former le nord et le sud des calottes polaires. Crédit: NASA / GSFC
Illustration montrant Mars…jadis.L’ évolution d’un monde humide pour l’actuelle où l’eau liquide ne peut pas former un étang sur sa surface sans se vaporiser directement dans les airs de la planète. Comme Mars a perdu son atmosphère au cours des milliards d’années, l’eau restante,s’est refroidie et condensée pour former le nord et le sud des calottes polaires. Crédit: NASA / GSFC

 

 

 

Sources :NASA

 

 

Une planète habitable découverte à 500 années-lumière de la Terre

 

La terre comparée à Kepler 186 f.
La terre comparée à Kepler 186 f.

 

La NASA a découvert une autre planète comme la Terre en orbite autour d’une étoile à proximité dans la zone habitable en utilisant le télescope spatial Kepler. Étiquetés comme Kepler-186 f, elle est située à environ 500 années-lumière de nous dans la constellation du Cygne.

« La zone habitable » a également été désigné comme étant  la zone de Goldilocks. Cette zone est la zone autour d’une étoile, dans laquelle la pression atmosphérique avec des planètes appropriées  sont capables de supporter l’eau liquide sur leurs surfaces. On estime qu’il y a au moins 40 milliards de planètes de la taille de la Terre au sein de la Voie lactée, mais cette planète que le télescope spatial vient juste de découvrir est la première planète de la taille de notre Terre taille découverte  dans la zone goldilocks d’une autre étoile à proximité.

Outre Kepler-186 f, il y a aussi quatre autres planètes en orbite autour de la même étoile. Cela signifie que si l’étoile voisine est similaire à notre Soleil, le potentiel pour la vie sur Kepler-186 f augmente de façon exponentielle.

La zone  habitable de notre Terre comparée à celle de Kepler 186 f.
La zone habitable de notre Terre comparée à celle de Kepler 186 f.

«Nous ne connaissons qu’une seule planète où la vie existe – notre Terre. Lorsque nous cherchons la vie en dehors de notre système solaire, nous nous concentrons sur la recherche de planètes avec des caractéristiques qui imitent celle de la Terre « , a déclaré Elisa Quintana, chercheur à l’Institut SETI au Ames Research Center de la NASA à Moffett Field, en Californie., et auteur principal de l’ article publié dans la revue Science. « Trouver une zone planète habitable comparable à la Terre en taille est un grand pas en avant. »

L’étoile à proximité est la moitié de la taille et la masse comme notre soleil et Kepler-186 f reçoit seulement un tiers de l’énergie que nous recevons de notre soleil. Kepler-186 f orbite autour de son étoile une fois tous les 130 jours.

Nous sommes petits dans l’univers

Voici quelques images qui prouvent notre petitesse dans l’univers connu ainsi que dans notre système solaire.

Notre galaxie est ce petit point à gauche...sur cette photo....nous sommes presqu'invisible dans l'espace profond.
Notre galaxie est ce petit point à gauche…sur cette photo….nous sommes presqu’invisible dans l’espace profond.Alors que notre galaxie,la Voie Lactée ,comporte environ 100 millions d’étoiles s’étalant sur 100,000 années-lumières,la galaxie  IC 1101 en comporte 100 trillions sur 6,000,000 d’années-lumières.

 

La Terre et la Lune vues de la planète Mars.
La Terre et la Lune vues de la planète Mars.

 

Les taches solaires du 24 octobre 2014 sont  beaucoup plus grandes que la Terre.
Les taches solaires du 24 octobre 2014 sont beaucoup plus grandes que la Terre.

 

L'éruption solaire du 16 novembre 2014 aurait anéantie toute forme de vie sur Terre,si elle aurait été dirigée vers nous ...dans toute sa puissance.
L’éruption solaire du 16 novembre 2014 aurait anéantie toute forme de vie sur Terre,si elle aurait été dirigée vers nous …dans toute sa puissance.
La planète Vénus...devant le Soleil.
La planète Vénus…devant le Soleil.

 

 

Extreme Deep  Field ...photo prise par Hubble ...chaque point est une...galaxie!
Extreme Deep Field …photo prise par Hubble …chaque point est une…galaxie!

 

Une de ces nombreuses galasxies...plus grande que notre "petite" Voie Lactée!
Une de ces nombreuses galaxies…plus grande que notre « petite » Voie Lactée!

 

La grande galaxie d'Andromède...
La grande galaxie d’Andromède…

 

Nous sommes observés...n'en doutez pas!
Nous sommes observés…n’en doutez pas!

 

 

 

En regardant et en méditant sur notre raison d’exister …devant cette extraordinaire réalisation qu’est l’Univers lui-même,nous ne pouvons que laisser libre cours à notre émotion,notre imagination et notre…Amour de Dieu et de la Vie!

Fantastique découverte d’une planète extrasolaire géante

La conception d'un artiste d'une jeune planète sur une orbite lointaine autour de son étoile hôte. La star recèle encore un disque de débris, de vieux matériaux,des  vestiges de la formation des étoiles et des planètes, de l'intérieur de l'orbite de cette planète.
La conception d’un artiste d’une jeune planète sur une orbite lointaine autour de son étoile hôte. La star recèle encore un disque de débris, de vieux matériaux,des vestiges de la formation des étoiles et des planètes, de l’intérieur de l’orbite de cette planète.

Un énorme planète étrangère – qui est 11 fois plus massive que Jupiter – a été découverte  dans l’orbite la plus éloignée jamais  encore découverte  autour d’une étoile  parente  isolée.

L’ exoplanète  découverte , appelée HD 106906 b, éclipse tout organisme planétaire dans le système solaire, et autour de son étoile à une distance qui est  de 650 fois la  distance  moyenne entre la Terre et le soleil . L’existence d’une telle planète massive et en orbite lointaine soulève de nouvelles questions sur la façon dont ces mondes bizarres sont formés, selon les chercheurs.

«Ce système est particulièrement fascinant parce qu’aucun modèle soit venant d’une  planète ou de  la formation des étoiles explique pleinement ce que nous voyons, » révèle l’étude  de la  chercheuse   Vanessa Bailey, une  étudiante diplômée de cinquième année à l’Université de l’Arizona,au département  d’astronomie.

C'est une image de la découverte de la planète HD 106906 b à la lumière infrarouge thermique. La planète est plus de 20 fois plus loin de son étoile que Neptune est du soleil.
C’est une image de la découverte de la planète HD 106906 b à la lumière infrarouge thermique. La planète est plus de 20 fois plus loin de son étoile que Neptune est du soleil.

Dans les théories les plus communément admises sur  la formation des planètes, on pense que les planètes qui orbitent près de leur étoile mère, comme la Terre, ont  commencé comme de petits corps de type astéroïdes qui se sont  agglutinées dans le disque primordial de gaz et de poussière autour de l’étoile,alors  en plein essor . Pourtant, ce processus fonctionne trop lentement pour expliquer comment les planètes géantes se forment loin de leur étoile , explique le chercheur.

D’autres hypothèses ont suggéré que les planètes géantes lointaines peuvent se former de la même façon à mini-systèmes d’étoiles binaires, dit Bailey.

« Un système d’étoile binaire peut être formé lorsque deux masses adjacentes de matériel provenant  de l’effondrement de gaz ,se forment plus ou moins indépendamment pour ensuite former des étoiles, et ces étoiles sont suffisamment proches les unes des autres pour exercer une attraction attraction mutuelle et les réunir dans une orbite », a-t-elle expliqué.

Dans le système HD 106906, l’étoile et de la planète  se sont effondrés de façon indépendante, mais les matériaux qui se sont  agglomérées pour former la planète étaient insuffisants pour se développer assez grand pour s’enflammer et amorcer   la vie d’ une nouvelle étoile, dit Bailey.

Mais, il y a encore des problèmes avec ce scénario. D’une part, la différence entre les masses des deux étoiles dans un système binaire est typiquement  ne dépassant pas plus d’un rapport de 10 à 1.

«Dans notre cas, le rapport de la masse est supérieure à 100 pour 1», a déclaré Bailey. « Ce rapport de masses  extrêmes n’est pas prévu dans les  théories de formation des étoiles binaires – tout comme la théorie de la formation des planètes prédit que nous ne pouvons pas former des planètes si loin de l’étoile hôte. »

Les chercheurs sont également désireux d’étudier la nouvelle planète, parce qu’il y a  des surplus de matériel provenant de la période   quand la planète et son  étoile se sont  formées  qui  peuvent encore être détectés.

« Des systèmes comme celui-ci, où nous avons plus d’informations sur l’environnement dans lequel la planète réside, ont le potentiel pour nous aider à démêler les divers modèles de formation d’étoiles semblables », a déclaré Bailey. « Les futures observations du mouvement orbital de la planète et les débris du disque de l’étoile primaire peuvent aider à répondre à cette question. »

La planète HD 106906 b est seulement 13 millions d’années, et est toujours allumé à partir de la chaleur résiduelle de sa formation « , ont déclaré les chercheurs. Par comparaison, Terre s’est formée il ya 4,5 milliards d’années, ce qui en fait à peu près 350 fois plus que l’exoplanète retrouvée .

La planète a été trouvé à l’aide d’une caméra infrarouge thermique monté sur le télescope Magellan dans le désert d’Atacama au Chili. Les chercheurs ont utilisé   le télescope spatial Hubble pour confirmer leur découverte.

L’étude, qui a été accepté pour publication dans un prochain numéro de The Astrophysical Journal Letters, pourrait conduire à une meilleure compréhension des exoplanètes de lointaines orbites.

«Chaque nouvelle planète détectée directement pousse notre compréhension de comment et où les planètes peuvent se former», révèle l’étude du  co-investigateur Tiffany Meshkat, un étudiant diplômé de Leiden aux Pays-Bas Observatoiry,qui l’ a révélé  dans un communiqué. « Des découvertes  comme celle de HD 106906 b nous fournissent une compréhension plus profonde de la diversité des autres systèmes planétaires. »