L’étude des origines de la Franc-Maçonnerie moderne réserve de
nombreuses surprises aux esprits curieux. Un des plus intéressant*
problèmes qui se posent, devant l’historien et le philosophe, est cettainement
la recherche des moyens qui ont permis aux Loges d’acquérir,
aussi rapidement, l’influence dont on les voit armées à
l’origine du mouvement social, d’où est sortie la Révolution Française.
Rien, dans leur composition, ne justifie le rùle qu’elles ont joué
avec le désastreux succès qu’enregistre l’histoire. Au commencement
du dix-huitième siècle elles se composent d’hommes que ne
mettent en évidence ni leur valeur personnelle, ni leur science, ni
le rang qu’ils occupent dans la société si hiérarchisée de toute l’Kurope
à cette époque.

Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et du Citoyen...une vision franc-maçonne.

Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen…une vision franc-maçonne.

Mais bientôt nous voyons entrer dans les Loges la haute bourgeoisie,
la noblesse, la grande aristocratie ; les princes, les rois
eux-mêmes. Malgré les défenses des Papes, les membres du clergé
se laissent entraîner dans les Ateliers.
Rien n’échappe à la contagion, et l’Europe presque tout entière
se montre peu à peu absolument latomisée. Il y a là un phénomène
de pénétration et d’absorption qu’on ne peut naturellement expliquer.
Ce qu’on sait de la Franc-Maçonnerie exolérique ne sullit pas à
donner le pourquoi du pouvoir occulte de la secte. Il faut chercher
dans le surnaturel et étudier la Franc -Maçonnerie ésotérique. Alors
tout s’éclaire ; aussi bien pour hier, que pour aujourd’hui et demain.

Même Nelson Mandela était franc-maçon.

Même Nelson Mandela était franc-maçon.

Et comme les chefs occultes des Sociétés secrètes n’ignorent pas
que dans cette étude se trouve la clé qui permettra de suivre, à
travers les siècles, Faction directrice qui les mène, ils ont, pour détourner
les recherches et cacher leur véritable but, créé la Franc-
Maçonnerie actuelle des pays latins et catholiques ; qui exotériquement
s’affirme matérialiste, athée et par conséquent négatrice de
tout surnaturel ; alors que la secte, dans les pays allemands et anglo-
saxons, c’est-à-dire protestants, est restée fidèle aux doctrines
spiritualisles de ses origines. 11 en est de môme chez les nations infidèles
et païennes. Certains historiens veulent voir dans ces divergences
deux Francs-Maçonneries différentes et même ennemies,
C’est, à mon avis, une erreur.

Liée à l'Islam djihadiste et aux Illuminati.

Liée à l’Islam djihadiste et aux Illuminati.

Il n’y a là qu’une tactique des Hautes Loges internationales et
rien de plus. La preuve c’est que tous ces frères qui semblent s’anathématiser
exotériquement, s’entendent ésotériquement et parlent
le même langage contre l’Eglise Romaine.
Pour rendre ces habiletés ineflicaces, il suffit de les démasquer.
Il est pour cela nécessaire aussi de montrer comment les Sociétés
secrètes se sont servi, et se servent encore du surnaturel. Et à quel
surnaturel elles ont eu et ont toujours recours.
Mais dans ces recherches il faut se souvenir qu’il entre dans les
habitudes souterraines de la Franc-Maçonnerie de défendre ses secrets
en employant la fourberie. Elle n’agit jamais à visage découvert.
L’une de ses manoeuvres favorites ce siste à égarer ses adversaires
par de fausses conversions et des révélations, sinon complètement
erronées, du moins considérablement dénaturées et outrées.
Tout n’est pas faux dans les histoires du docteur Bataille, de Léo
Taxil ou de la prétendue Miss Diana Vaughan. Mais en faisant amplifier,
d’une façon grotesque, la réalité qui avait transpiré, la
Haute Loge internationale a espéré jeter à tout jamais le ridicule
sur ces recherches. Elle y a réussi, grâce à l’ignorance des sciences
occultes et de la mystique chez les écrivains catholiques qui ont
voulu aborder ce sujet scabreux et difficile. Et bien rares aujourd’hui
sont les écrivains antimaçons qui osent, et qui peuvent, se placer
avec sûreté sur ce terrain de discussion, délicat entre tous.
Peut-être cela vaut-il mieux ainsi, et ceux qui n’ont pas fait une
étude préalable complète des sciences occultes et de la mystique
seront sages en s’abstenant, jusqu’à ce qu’ils aient acquis les connaissances
nécessaires. D’autres champs assez nombreux restent à
parcourir pour satisfaire l’activité de toutes les bonnes volontés.
Mais qu’on ne s’y trompe pas. On pourra, plus ou moins facilement

franc-macon

triompher des comités électoraux politiques que sont devenues les Loges françaises ; un revirement de  l’opinion publique,
dont la venue ne semble pas très éloignée», en aura raison sans
grands combats. Pour bon et souhaitable que soit ee résultat, il
sera loin d’être sullisaul, il ne marquera que quelques points
favorables dans la bataille contre la série internationale. La véritable
lutte est ailleurs. Elle est à Home.
« La Révolution est allée à Rome pour combattre le Pape lare ,i
face, pour assembler sous la coupole de Saint-Pierre les championde
la Raison; pour donner à la Maçonnerie des proportions gigantesques
dans le coeur même de Rome, la capitale de II ni vers. Elle
y attaquera, sans pitié, les religions qui ont pour point commun la
croyance en Dieu, en l’immortalité de l’âme1 »,
 poignee-de-main-franc-maconnique

Cette dernière phrase fait partie du jargon maçonnique pour
prendre les niais; en réalité la Franc-Maçonnerie n’a jamais attaqué
que la religion catholique, le protestantisme est toujours demeuré
à l’abri de ses coups. Et les ministres protestants, même en
France, sont admis dans les Loges ; ainsi en a déridé le Conseil <le
l’ordre du Crand-Orient de France.
Du reste le célèbre F.-.Crispi a dit plus franchement et plus nettement
: « Nous sommes allés à Rome pour y abattre cet arbre dixhuit
fois séculaire du Catholicisme ».
Le F.*. Orrei, Vice-Président de la députation provinciale, a
donné le leitmotiv de la Secte, lorsqu’il a développé, dans sou <li^
cours du 20 septembre 1911, à la Porta Pia, celte pensée : Il \ a
trois Romes ; la Rome classique, la Rome des Papes, la Rome née
le 20 Septembre 1870. Celle-ci reprend h» rôle de la première et le
continue2. Soit. Mais alors il faut dire : il  y a deux Romes historiques;
la Rome du paganisme, puis la Rome chrétienne. Et la
Franc-Maçonnerie internationale a conduit les événements, qui ont
amené la journée néfaste du 20 septembre 1870, grâce à sa complicité
dans les douloureux revers de la France, pour essayer de
créer une troisième Rome, qui reprendrait le rôle de la première et
le continuerait. C’est le retour du paganisme antique, ramené par
la Franc-Maçonnerie. Or le paganisme est le règne de Satan.
La théurgie évocatrice est une des formes du paganisme. Les
Sociétés secrètes ont toujours été des écoles de théurgie. La Franc-
Maçonnerie moderne internationale a suivi el suit encore la tra-

dition qu’elle a reçue. Sa force, au dix-huitième siècle, dont nous
cherchions au début l’origine, vient de là.
La décroissance de la foi conduit nécessairement l’humanité vers
la superstition. L’homme est un être déchu qui se souvient. Hoi
détrôné de la nature, il prétend reconquérir son royaume. Dompter
les forces qui l’entourent ne lui sutlit pas, il a soif de l’au-delà ;
et lorsqu’il abandonne la religion révélée, il demande la satisfaction
• le ses désirs aux manoeuvres louches des superstitions. Le dix-huitième
siècle offre un remarquable exemple de cette déviation de
l’intelligence humaine. La raison pure prétendait gouverner les aspi
rat ions de l’Ame et passer au crible de la science toutes les vérités
ail mises par les siècles précédents. Mais « les plus folles crédulités
s’associaient alors à la négation de Dieu. Les émotions pour ce siècle
qui S’achevait remplaçaient toute doctrine. Il lui fallait son
émotion de chaque jour, et chaque jour plus aiguë, plus délirante.
Iious^eau avait préparé à cette dernière phase de ce qu’on pourrait
appeler la névrose, si le mot n’était un anachronisme, cette génération
d’hommes et de femmes sensibles(4) ».
« Singulier siècle que le dix-huitième, dont la première moitié
plonge avec amour dans tous les genres de criticisme et dont la
seconde, devenue toute septique, nous offre William Law en face
de Hume. Swedenborg en face de Kant ; Saint-Germain, Caglioslro
et Martinez Pasqualis en face de Diderot, de Voltaire et de
Rousseau* (5) ».
Oui donc était intervenu entre la première et la seconde moitié
du siècle? Si non la Franc-Maçonnerie moderne, transformée dans
son organisation exotérique, par la Grande Loge d’Angleterre.
Et cette société,qui se targuait de rationalisme, était menée par
un surnaturel dont l’origine, on l’a bien vu aux résultais, n’était
certainement pas divine.
Les plus grands personnages, les princes,les rois se montrent alors
avides d’occultisme. Les uns sont septiques, les autres croyants ;
mais tous demeurent curieux. La recherche de la pierre philosophai,
le pouvoir de faire de l’or et des diamants les attirent. Peutèlre
parce que tous, grands seigneurs ou rois, sont obérés. Mais
l’alchimie n’en reste pas moins secondaire, ce qu’ils veulent c’est
communiquer avec le monde invisible(6).

Et pour répondre à ce besoin universel apparaissent les théo»ophes
: en Allemagne, Jacob Boehme et son école ; en Angleterre.
Jane Leade, Pordage et la première société des philadelphes ; en
Suède, Swedenborg et sa pneumafologie ; en France, Martine/
Pasqually, Saint-Martin et Willermoz(7).
Alors, grâce aux efforts de quelques grands initiés, dont les plus
remarquables furent Swedenborg, Martine/ Pasqually, Saint-Martin
et Willermoz, des forces, éparses jusque-là, viennent se concentrer
dans la nouvelle Franc-Maçonnerie internationale issue de
cette célèbre Grande Loge d’Angleterre, créée elle-même en 1717.
De même que le paganisme avait ses oracles, la secte nouvelle a
ses voyants : les illuminés. Et par ce nom il faut entendre non pas
seulement l’association célèbre dont Weish’iupl(8) fut l’organisateur
en Bavière ; mais tous les occultes directeurs de la Franc-Maçonnerie,
qui se prétendent dirigés directement par l’invisible. Théurgistes,
plus ou moins puissants, voyants plus ou moins éclairé>.
thaumaturges quelquefois; mais tous esclaves soumis d’un être
surnaturel,dont ils ont évoqué la présence et demandé le secours.
Etre volontaire, capricieux qui répond, mais seulement à son gré.
à leurs invocations rituéliques.
S’ils diffèrent souvent d’opinion, de manière de voir sur bien des
points, ils n’ent ont pas moins un lien commun. La haine de l’Eglise
catholique dirige leurs actions. Qu’ils soient luthériens comme

Swedenborg, anciens croyants catholiques comme Saint-Martin,
anglicans comme Jane Leade, libres penseurs comme les encyclopédistes,
leur langage contre Home est le même(9).
C’est le signe de la Bêle. Kl cela seul suffit à prouver que, conduits
par des voies différentes,ils n’en sont pas moins les serviteurs,
plus ou moins conscients, d’un être surnaturel, dont il y a lieu de
rechercher la personnalité réelle. Elle ressortira, croyons-nous,
suffisamment de l’examen de quelques faits.
I! y a dans toutes les Sociétés Secrètes deux sections bien distinctes:
la première, dite exotérique, qui laisse assez facilement
deviner ses secrets; puis une seconde appelée ésotérique,inaccessible
aux simples adhérents, et qui cache sous un voile impénétrable
les travaux et les actes de ses membres.
La Franc-Maçonnerie n’échappe pas à cette loi, dans sa transformai
ion de 1717. Alors que, dès l’origine des Loges modernes on
peut dire de la partie publiquement connue ce que Albert Pike écrivait
du Grand Orient de France, qu’elle « a toujours été entre
les mains de trois I, des Ignorants, des Imbéciles et des Intrigants5 ;
il en est tout autrement de la « section hermétique, consacrée au
développement des facultés hyperphysiques de l’être humain(10)» : où
des « cérémonies initiatiques, reproduisent les phases du dédoublement
astral et des adaptations alchimiques », réservée aux
grands initiés, qui sont en possession de c l’intelligence de lascienee
hermétique ». Initiés peu nombreux mais qui « disposent du
nombre fourni par les Loges » ». El cela, non dans un but simplement
philosophique, pour employer le langage maçonnique, mais
« en vue dune action sociale, collective, connexe de l’action initiatique
individuelle(11)… ». L’auteur occultiste que nous citons ajoute
que si la section ésotérique donne bien généralement l’impul-

sion aux masses sociales, celles-ci dépassent aussi fort souvent les
vues des chefs occultes du mouvement et alors se produisent ces
terribles réactions brutales et impossibles à prévoir(12) ». Mais il ne
nous dit pas, et pour cause, quel est cet être surnaturel, chef
suprême du mouvement, qui entraîne ainsi, contre la volonté de*
grands initiés, la plèbe des Sociétés secrètes. Celui-là seul, dont on
se garde bien de nous parler, mène et les uns et les autres.
Il y a en effet deux initiations bien distinctes. La première se fait
dans les Loges, après les épreuves grotesques, que chacun connaît
aujourd’hui, et dont M. Andricux, dans les Souvenirs d’un Ancien
Préfet de Police, a tracé pour les profanes un spirituel et mordant
tableau. Elle se constate par un diplôme et des insignes, dont les
Parisiens ont eu un échantillon dans le cortège qui conduisait à sa
dernière demeure, il y a quelques jours, le Président Brisson. C’est
l’initiation éxotérique.
La seconde, la seule véritable « ne consiste pas en la propriété
d’un parchemin et d’un ruban. Elle se prouve seulement par la possession
de pouvoirs spirituels actifs que le parchemin et le ruban
ne peuvent qu’indiquer »(13) .
Et lorsque l’initiation ésotérique est devenue complète, « une
sensibilité toute spéciale a pris naissance, de nouveaux modes de
perception permettant d’acquérir de nouvelles impressions, et d’en
déduire de nouvelles certitudes ; et des rapports avec le monde
invisible s’établissent, rapports toujours inccnipris des profanes et
toujours incompréhensibles pour eux.
« Entrer en communication avec l’invisible, tel est le premier
résultat obtenu par l’illuminé.
« C’est là le grand mystère, le secret qu’il ne faut pas livrer en

pâture à la curiosité de la foule… » (14) .
Il y a beaucoup de réserves à faire sur ces affirmations; et lorsque
l’auteur écrit par exemple que l’initié « peut dégager à volonté
l’étincelle divine, qui est en lui, du corps matériel que lui prête la
nature pour une existence… et… participer à l’essence des forces
créatrices », il avance une chose absolument inexacte.
Jamais l’homme ne peut, par les travaux hermétiques, ou autrement,
participer à l’essence des forces créatrices.
Dieu seul est créateur. Il n’en est pas de même de l’être supranaturel
qui répond aux évocations théurgiques(15).

Kl il est tout aussi contraire à la vérité expérimentale de préten-
<Ire que celui-ci répond au commandement de l’homme. C’est un
élre capricieux qui obéit à sa propre volonté et se manifeste quand
i| lut plaît, et aussi lorsqu’il lui est permis de le faire. On peut facilement
le constater, même en acceptant comme vrais tous les récits
des évocaleurs. Et il ne saurait, du reste, comme renseigne la
théologie mystique, en être autrement.
Quoiqu’il en soit des exagérations voulues de certains occultistes,
il n’en est pas moins vrai que les initiés « par les formes, c’est-à-dire
par les cérémonies extérieures >», suivant l’expression de Saint-
Martin (16), savent peu de choses. « Mes intelligences étaient loin
d’eux > écrit le même Ihéosophe.
Il en est encore ainsi de nos jours, et le F.’. Blatin, 33*, ancien
président du Conseil de l’Ordre du Grand Orient de France et
Grand Commandeur du Grand Collège des Rites (17)- «lisait au Convent
de 1907 :
Il ne faut pas oublier que nos cérémonies initiatiques ont un
sens exclusivement symbolique. En réalité, elles n’initient pas un
profane. Elles précisent simplement la direction dans laquelle ce
profane aura à s’initier lui-même, peu à peu, aux grandes doctrines
qui sont la luise de l’éducation des Maçons. Or, cette initiation est
d’une grande lenteur. Elle ne se fait que par la fréquentation régulière
de nos Ateliers, par l’étude de nos traditions, par renseignement
«de nos symboles. « (18)
Retenons ces trois conditions, puisqu’elles marquent les trois
étapes de l’initiation véritable, parait-il.

La fréquentation régulière des Ateliers crée un état d’esprit maçonnique
qui est seulement un premier degré. Un de nos collaborateurs,
connaissant bien les Loges actuelles, le dépeint en ces termes :

« Jamais un Maçon n’est initié par ses pairs ou ses supérieurs.
II doit s’initier lui-même. Il est initié lorsqu’il possède l’esprit maçonnique.
Cet état d’esprit détermine le phénomène d’ordre spirituel
que le F.*. Blatin, au Couvent de 1892 définissait ainsi :
« Tous les Maçons sentent et éprouvent en même temps les mêmes
« douleurs et les mêmes joies, ce qui leur permet,sur toute la surface
« du territoire, de faire, d’un seul corps, en même temps, tête à
« l’ennemi ».
« Tout le secret de la Maçonnerie est dans ces paroles » (19) .
Une grande partie oui ; tout, non. Nous le verrons plus loin.
« Cent Maçons vraiment initiés, c’est-à-dire animés de l’esprit
maçonnique — s’ils sont dispersés sur toute la surface du globe —
agiront de la même manière et dans les mêmes circonstances,
contre les catholiques, sans que leur action ait été préméditée ou
concertée et sans avoir reçu d’ordres de Directeurs spirituels quelconques
» (20). Cela est vrai, et l’histoire non seulement de la Franc-
Maçonnerie, dans les deux derniers siècles, mais aussi de toutes les
Sociétés secrètes, à travers les âges, en fournirait de nombreux
exemples. Mais, alors que le rationalisme des Loges ne veut voir
là qu’un état d’esprit créé par la fréquentation régulière des Ateliers,
une étude plus approfondie de la question fait découvrir l’intervention
certaine d’un être supra-naturel produisant et déterminant
à sa volonté ce même état d’esprit et celte similitude de pensée
chez les adeptes, qui se sont mis directement ou indirectement
sous sa direction.
C’est là qu’est le véritable secret de l’action maçonnique. En efïet,
si la thèse exotérique posée par le F.\ Blatin, dans les paroles
citées plus haut, était la seule vraie, il faudrait admettre que ce fait
se reproduirait pour toutes les autres associations. Par exemple :
tous les prêtres, ayant reçu la même formation intellectuelle dans
les Séminaires, devraient penser de même dans des circonstances
identiques. Tous les olliciers, sortant de Saint-Cyr ou de Polytechnique,
se conduiraient de façon semblable dans des cas pareils.
Tous les anciens normaliens penseraient de même Or, on sait
quelles divergences de rues produisent les diversités d’intelligence,
de caractères, d’atavisme chez des individus ayant reçu 1« même
culture scientifique ou morale.

Il y a donc autre chose dans les Sociétés secrètes. Un facteur
nouveau, ou mieux très ancien intervient, non pas pour donner des
conceptions semblables mais pour imposer aux adeptes une volonté

et une direction unique, qu’ignorent les simples membres des
Loges, mais que connaissent « les initiés» supérieurs des hauts
Ateliers, et surtout les Maîtres plus isolés qui, sans fréquenter régulièrement
les Chapitres ou les Aréopages, dirigent en réalité, par
la théurgie évocatrice, toutes les Sociétés secrètes internationales.
Nous retrouverons tout à l’heure quelques curieuses figures de
ces grands « initiés ».
Le F.*. Blatin pose ensuite comme moyen de parvenir à l’initiation
renseignement des symboles. C’est te premier pas dans l’occultisme.
J’ignore s’il existe, entre les hauts initiés, une tradition
orale qui donne la signification symbolique des signe* extérieurs
de la Franc-Maçonnerie. Je le crois, sans en être sûr, cependant(21).
Mais tout ce qui a été publié sur ce sujet dans les rituels, est
absurde ou à peu près. Les discours tenus aux profanes, dans les
séances d’initiations, sont ridicules ; la recherche du cadavre
d’Hiram, etc., etc. sont des histoires ineptes, qui n’ont aucun sens
hermétique, débitées par des ignorants et des imbéciles, qu’un
homme intelligent, et tant soit peu instruit des choses occultes, ne
saurait écouter sans éclater de rire.
Je ne pense pa« qu’il existe une autre association que la Franc-
Maçonnerie pour avoir réuni et publié sérieusement, dans ses manuels,
une semblable collection de bêtises. Qu’il s’agisse de la Franc-
Maçonnerie bleue ou des hauts grades de l’écossisme tous font
preuve d’une ignorance absolument renversante.
Et cependant, lorsqu’on se donne la peine de lire ces fatras d’absurdités,
on trouve, de place en place, la trace de certaines vérités,
dont les commentateurs ordinaires ont complètement perdu le sens.
C’est ce qui me porte à croire qu’il y a un enseignement verbal
ésotérique que se transmettent quelques initiés.
Quoiqu’il en soit, le symbolisme, tel qu’il est enseigné dans les
Ateliers maçonniques, ne peut donner aucune initiation particulière

par la raison très simple et péremptoire qu’il n’a aucun sens hermétique.
L’Astrologie est à la fois la mère et la clef de toutes les sciences
occultes. Vouloir étudier l’occultisme sans connaître à fond l’astrologie,
c’est essayer d’explorer des catacombes sans flambeau.
Pour avoir négligé l’étude de la première de toutes les connaissances
humaines, la Franc-Maçonnerie a perdu la clef de tous ses
symboles. Elle les emploie, mais ne les comprend plus. Prenons
par exemple les plus connus : le triangle, l’équerre, la règle, le
compas, le niveau, le fil à plomb, le maillet, la planche à tracer.
Tous les rituels enseignent qu’ils proviennent des premiers Francs-
Maçons, membres de corporations professionnelles de tailleurs de
pierre, constructeurs, architectes, etc.
Mais pour qui connaît véritablement l’occultisme la signification
est bien différente. Ce sont des symboles astrologiques qui remontent
à l’origine de la civilisation. Ils viennent des Egyptiens et des
Chaldéens.
La règle, c’est l’aspect d’opposition astronomique des planètes et
des signes du Zodiaque situés à cent quatre-vingt degrés. L’équerre
est l’aspect de quadrature, à quatre-vingt-dix degrés. Le triangle
est l’aspect trigone de cent vingt degrés. Le compas,qui est toujours
ouvert à soixante degrés, représente l’aspect sextil. Le niveau c’est
l’horizon; et le fil aplomb, le méridien. La planche à tracer est le
thème astrologique.
Le maillet, qui joue un rôle si important dans les Loges maçonniques,
est la représentation ésotérique du taureau, second signe
du Zodiaque. Il porte l’étoile royale Aldèbaran, un des quatre termes
du Sphinx astrologique, ayant pour signification kabbalistique
la volonté et la religiosité. Il fait partie du symbolisme des anciens
Rose-Croix. C’est la lettre thoth de l’alphabet des Mages, le tau
des Phéniciens, des Hébreux et des Grecs. Sa valeur numérique est
trois cent. Il représente entre les mains du Vénérable d’un Atelier,

la vingt et unième imne du tarot des astrologes : la couronne des
Mages, expression hermétique de la somme des six premiers nombres.
C’est la marque distinctive de l’hiérophante parvenu au plus
haut degré de l’initiation. Il personifie le dieu Thoth des Egyptiens,
le démiurge universel des Platoniciens ; l’ouvrier par excellence,
l’architecte des gnostiques ; l’hermès-trismégiste des néo-platoniciens,
le Maître des sciences occultes. Et pour les grands initias,
chacun de ces symboles était exprimé par une manière de frapper
l’autel avec le maillet.
Il serait facile de prendre ainsi toutes les formules des rituels et
de montrer que, partout où elles n’ont pas été adultérées par des

additions ou modifications récentes  ( 22), ce ne sont que des représentations
astronomiques et astrologiques.
Ouvrons par exemple le rituel du Rose-Croix par Ragon. Nous
lisons :
.Y Degré. Maître Parfait.
< Ce degré,qui formait le troisième et le dernier point de la Maîtrise,
peut être considéré comme le couronnement de l’édifice…Les
quatre voyages d l’aspirant figurent la marche du soleil pendant
les quatre saison**. On voit à chaque angle de la Loge quatre colonnes
et quatre lumières ; ces seize colonnes éclairées réprésentent
les douze mois de l’année et les quatre saisons…».
On saisit ici sur le vif la réminiscence de la véritable signification
astronomique des anciens, déformée par un moderne. Les quatre
voyages expriment en effet que « l’aspirant » devait expliquer
toutes les significations des quatre triplicités astrologiques des
signes du Zodiaque. Eau, terre, air et feu. Les seize colonnes illuminées
rappelaient aux récipiendaires les qualités astrologiques des
signes du Zodiaque. Eau, terre, air, feu, Equinoxiaux, tropicaux,
Fixes, doubles, Masculins, Féminins, diurnes, nocturnes, humains,
quadrupèdes, Féconds, dominants(23) .
Continuons le rituel : « Pour le Maître parfait la planche à tracer
e*t le symbole de la perfection: la pierre cubique… il connaît le
triangle, le cercle et sa quadrature, c’est-à-dire les quatre devoirs
de la perfection…».
Qu’est-ce que cela veut dire ? Un membre du Conseil de l’Ordre
du Grand Orient de France, fût-ce le F.*. Lafferre ou le F.*. Debierre
lui-même, serait bien embarrassé de l’expliquer. Et je doute
que même au Grand Collège des Rites on parvienne à donner une
solution acceptable du problème. C’est ainsi que les Maçons actuels
répètent, sans en comprendre le sens ésolérique, toutes les phrases
qui constituent leur langage conventionnel.

Manifestation maçonnique à Paris,en 2015,pour soutenir Charlie Hebdo.

Manifestation maçonnique à Paris,en 2015,pour soutenir Charlie Hebdo.

La planche à tracer est le thème astrologique que le récipiendaire
devra dresser d’abord — opération de Maçonnerie opérative
— et expliquer ensuite — opération de Maçonnerie spéculative.
Car c’est une erreur encore d’avoir voulu établir une division
très nette entre la Franc-Maçonnerie, dite opérative, d’avant 1717
époque de la Constitution de la Grande Loge d’Angleterre) et la
Franc-Maçonnerie, prétendue simplement spéculative ou philoso-

phique, issue de cette création. La Secte, comme toutes les Sociétés
secrètes, a toujours été à la fois opérative et spéculative. Nous
reviendrons sur ce point en étudiant les traditions.
La pierre cubique, est la quatrième lame de tarot. Elle symbolise
la réalisation des actes humains, l’oeuvre accomplie. Elle est représentée
par la lettre (24) (Dinaïn) et le chiffre quatre. Dans le monde
divin, c’est la réalisation perpétuelle et hiérarchique des virtualités
contenues dans l’Etre absolu. Dans le inonde intellectuel, la réalisation
des idées de l’être contingent par le quadruple travail de
l’esprit : affirmation, négation, discussion, solution. Dans le monde
physique, la réalisation des actes dirigés par la science delà vérité,
l’amour de la justice, la force de la volonté et le travail des organes.
Le bijou du maître parfait consiste en « un compas ouvert à
soixante degrés posé sur une portion de cercle gradué(25) ». C’est,
nous venons de le dire le sextil astrologique ou aspect de soixante
degrés des planètes et des signes du Zodiaque.
Quant à la connaissance du cercle et de sa quadrature, il ne s’agit
nullement des quatre devoirs de la perfection, mais simplement
de la manière de dresser le thème astrologique.

medaille-fm-001
En ouvrant les travaux d’une Loge du rite écossais ancien et
accepté au Cinquième degré (Maître parfait) le Président demande :
« Frère Vénérable premier surveillant êles-vous Maître Parfait?»
Et cet officier répond :
« Je connais les cercles, leurs quadratures et j’ai voyagé par
« toutes les quatre parties du monde(26) ».
Ce qui doit se traduire :
— Frère Vénérable premier Surveillant savez-vous dresser un

thème astrologique?
— Je sais représenter les sept cercles planétaires et le cercle du
premier mobile dans un carré et je connais toutes les significations
des aspects astrologiques.
Les quatre devoirs de la perfection, signifient les quatre termes
astrologiques du Sphinx qui contient, sous une forme très concrète,
toute la théorie du Zodiaque « et même toute une doctrine philosophique
: Savoir-Vouloir-Oser-Se taire. La Science-la Volonté-PAction-
la Prudence(27) ».

Un hotel Sheraton affiche son orientation maçonnique.

Un hotel Sheraton affiche son orientation maçonnique.

On retrouve ces curieuses correspondances ésotériques de l’astrologie
dans la composition de presque tous les livres hermétiques
ou apocalyptiques de l’antiquité(28). El même le plus grand et le plus
sublime de tous se prête à ses savants rapprochements.
L’Apocalypse de Saint-Jean comporte vingt-deux chapitres et on
peut presque synthétiser, pour ainsi dire, le sens principal de chacun
dans une des vingt-deux lames hermétiques du tharot astrologique.
il y a des analogies plus précises encore :
Par exemple on lit dans l’Apocalypse (ch. xn, v, i et n) :
« Puis il parut dans le ciel un grand signe : une jeune femme
revêtue du soleil, la lune sous ses pieds et une couronne de douze
étoiles sur la tête.
« Elle était enceinte, et elle criait, dans le travail et les douleurs
de l’enfantement ».
Voici maintenant la description de la troisième lame du tarot
Egypto-Chaldéen Iêis-Uranie> qui représente astrologiquement la
terre et signifie la nature en travail : « L’arcane trois est figuré
par l’image d’une femme assise au centre d’un soleil rayonnant, elle
est couronnée de douze étoiles et ses pieds reposent sur la lune.
C’est la personnification delà fécondité universelle…(29) ».
Les sept églises, les sept chandeliers d’or, les sept étoiles, les
sept anges, les sept trompettes, les sept têtes de la bête à dix cornes,
les sept coupes dont il est parlé dans l’Apocalypse semblent
rappeler les sept aspects astrologiques des sept planètes : deux
sextils, deux carrés, deux trigones et l’opposition.

8-etoile-satanique-kabbale-maconnique
La représentation du soleil qui éclaire et domine le monde peut
être trouvée dans celui qui est assis sur le trône, entouré d’un arcen-
ciel ; et celle de la lune, dans l’agneau qui agit et féconde.
Les vingt-quatre vieillards seraient, d’après la même interprétation,
les douze signes et les douze maisons du Zodiaque.
Les quatre animaux placés devant le trône, le lion, le boeuf,
l’homme et l’aigle, correspondraient aux quatre termes du Sphinx
des anciens Egyptiens. Les yeux qui les emplissent de tous côtés, à
l’extérieur et à l’intérieur, figurent alors les innombrables étoiles
fixes situés dans les signes de feu, de terre, d’air et d’eau.
L’épée à deux tranchants, le jour et la nuit ; les bonnes et les
mauvaises influences de la même planète.

George W Bush bien entouré.

George W Bush bien entouré.

Les quatre chevaux de l’Apocalypse deviennent les éclipses et les
comètes, classées suivant leurs couleurs et leurs qualités :
Le cheval  blanc, la victoire heureuse.
Le cheval roux, la guerre.
Le cheval noir, la famine.
Le cheval pâle, la mort, la peste.
La Jérusalem céleste décrirait très exactement le thème astrologique
dressé en carré, comme le faisaient les anciens et encore la
plupart des modernes, avec trois portes ou maisons à l’Orient, trois
au midi, au couchant et au nord.
La correspondance des pierres précieuses, indiquée dans l’Apocalypse,
est celle que les ouvrages anciens donnent aux douze signes
du Zodiaque.

379px-freemasons_structure
L’étude de ces suggestifs et singuliers rapprochements pourrait
être conduite beaucoup plus loin. Mais ce serait un peu trop sortir
du but de cet article, puisque les Loges ignorent ce côté « initiatique
» des livres hermétiques. Aucun Atelier ne pousse aussi loin la
recherche ésotérique de l’occultisme.
L’enseignement des symboles maçonniques, tel qu’il est donné
par les Loges, même dans celles de l’Ecossisme, ne peut donc pas
faire de vrais initiés au sens désiré par le F.*. Blatin.
La connaissance des véritables significations symboliques aurait
même un résultat tout opposé car elle conduirait non pas vers le
Maître des Sociétés secrètes, mais plutôt vers le Souverain Créateur
de toutes choses. L’astrologie, en effet, ne peut être connue sans
une étude préalable complète de l’astronomie, et la science du ciel
mène à Dieu.
Ce n’est pas lui que cherchent les Sociétés secrètes, c’est pourquoi
la Franc-Maçonnerie a depuis longtemps perdu la notion ésotérique
des objets, des signes et des mots qu’elle emploie encore
dans ses Ateliers.

Il reste à examiner si la troisième condition, posée par le F.*.
Blatin, l’étude des traditions, peut avoir une influence plus décisive
sur la véritable initiation d’un Franc-Maçon.
Il est assez difficile de savoir exactement quelles sont les traditions
maçonniques dont parle le F.*. Blatin. Le texte suivant semblerait
les limiter à la Franc-maçonnerie moderne : « Sans parler des
agrégations maçonniques qui ont existé dans les temps antérieurs
à l’année 1700 et don» les traces sont difficiles à définir en raison de

l’état de servitude de l’humanité à ces époques II est constant
qu’au dix-huitième siècle divers pouvoirs maçonniques, après la
transformation par un français (Désaguliers) de la Maçonnerie opérative
en Maçonnerie spéculative, se sont constitués en Angleterre,
en France et dans d’autres pays… »(30) .
En retirant des traditions maçonniques toute la longue période
de siècles antérieurs au dix-huitième, le Grand Collège des Rites
fait preuve d’une ignorance qui ne suffit pas à justifier le prétendu
« état de servitude de l’humanité à ces époques ». Mais cette ignorance
est-elle réelle, ou seulement voulue pour détourner de recherches
qui conduiraient à la vérité et montreraient la chaîne occulte
qui relie la Franc-Maçonnerie actuelle, par les Sociétés secrètes,
à la sorcellerie et au paganisme. Et la phrase sur la « servitude
de l’humanité », qui rentre dans le jargon particulier à la
secte, n’est qu’une fourberie de plus à son actif. Elle excelle dans
ces moyens louches, destinés à égarer les enquêtes trop clairvoyantes
à son gré et gênantes pour sa marche souterraine.
La division en maçonnerie opérative et spéculative, adoptée par
tous les écrivains maçons — et antimaçons — a de même été établie
par les chefs de la secte afin de ne pas laisser pénétrer les regards
des profanes et aussi ceux des simples adeptes, dans des
arcanes secrets que la haute Maçonnerie ne veut pas voir dévoiler.
Je ne crois pas à l’ignorance des grands initiés sur ce point. Ils
connaissent l’origine véritable de la Franc-Maçonnerie, ils savent
fort bien qu’elle remonte par la sorcellerie au paganisme.(31)
Mais ils jugent plus prudent, dans leur but secret de lutte contre
l’Eglise, de dissimuler cette descendance qui arrêterait peut-être
certains concours.

400px-mondefm2000-svg
C’est pourquoi la Franc-Maçonnerie enseigne exotériquement
que « les milliers de Loges actuellement répandues dans l’Ancien
et le Nouveau monde, procèdent, par filiation directe ou indirecte,
dune grande Loge constituée à Londres, en 1717, par les membre*
de quatre Loges locales… qui, à l’instar des autres Loges ou Compagnies
de Francs-Maçons alors existantes dans les Iles Britanniques,
continuaient les corporations professionnelles qui, depuis le
XIIIième siècle, avaient groupé, dans toute l’Europe, les artisans voués
à l’art de bâtir, maçons, tailleurs de pierre, architectes, couvreurs,

sculpteurs, etc. Le Symbolisme et le nom même de la Franc-Maçonnerie
suffiraient d’ailleurs a confirmer cette origine (32) ».
S’il est exact que toutes les Loges, répandues de nos jours dans
ie monde (au moins pour l’Europe et l’Amérique), sont filiales de
la Grande Loge,créée à Londres en 1717 par quatre Loges anglaises,
il n’est pas démontré que celles-ci tiraient leur origine de corporations
professionnelles. Les Sociétés secrètes ont une toute autre
filiation. Et la courte étude des symboles, que nous avons faite plus
haut, suffit pour montrer que l’assertion des écrivains maçonniques,
— répétée par tous les auteurs antimaçonniques, — est
inexacte.
En réalité la Maçonnerie est à la fois opérative dans ses deux premiers
grades : Apprenti et Compagnon ; spéculative dans celui de
Mattre ou maçon parfait.
Quant aux hauts grades, inventés pour battre monnaie, ils n’ont
aucune valeur hermétique. C’est une foire aux vanités et rien de
plus (33).
L’Apprenti étudiait l’astronomie. Le Compagnon apprenait ensuite
l’astrologie sphérique et le Mattre connaissait l’astrologie judiciaire.
Telle est la marche occulte des trois grades.
Puis venaient pour le Mattre astrologue : l’alchimie, la recherche
de la pierre philosophale et de l’élixir de vie ; la théurgie évocatrice,
la Kabbale et la gnose.
Réminiscences occultes, disent les anciens hiérophantes, de l’état
parfait dans lequel l’homme a été créé. Il connaissait alors les secrets
de la nature et n’était pas soumis à la maladie ni à la mort.
L’humanité déchue se souvient en effet. Et comme elle désire retrouver
ce bonheur, cette domination,. Satan exploite ce sentiment ;
il continue l’oeuvre de la première chute.
Il montre à l’homme la puissance que donne l’or et l’alchimiste
cherche la pierre philosophale par l’unité de la matière (34) . Il lui fait

entrevoir les délices d’une éternelle jeunesse et l’occultisme se souvient
qu’il existait au Paradis un arbre de vie dont il espère découvrir
le secret et manger les fruits.
L’âme humaine de passage ici-bas a soif de l’au-delà, sa véritable
patrie. Le Maître fourbe exploite cette noble aspiration. Et
poussé par lui l’homme croit satisfaire son désir par l’occultisme et
la ihéurgie, triomphe de l’orgueilleux et parodie de la divine mystique.
Le Croyant, au contraire, fils soumis de l’Eglise, adore humblement
la volonté de Dieu. Il attend en paix et souffre en silence dans
la prière et la résignation, sachant que la récompense et le bonheur
ne sont pas de ce monde.

Albert Pike

Albert Pike

Mais dans sa lutte contre Dieu, dont l’âme de l’homme est l’enjeu,
l’esprit du mal ne se montre pas à découvert. Ce n’est pas dans
ses habitudes. 11 s’est réfugié, pour mieux tromper ses victimes,
dans les Sociétés secrètes.
Le Paganisme, où il a triomphé jusqu’à la venue du Christ, qui a
vaincu le prince de ce monde, a eu ses oracles.
La sorcellerie, où Satan avait trouvé pour son culte un refuge,
avait ses voyants et ses invocateurs. La Franc-Maçonnerie, où le
mauvais rampe en silence pour saper la religion révélée, a ses Illuminés
et ses « théurgistes », qui continuent à la fois les mystères
de l’antiquité et les sabbats du moyen âge. Mais en même temps
Satan est devenu philosophe, il s’est fait encyclopédiste et matérialiste.
De là est née « Toute une Ihéurgie contemporaine de Voltaire
et de Rousseau(35) ».
Ce sont, je crois, ces traditions dernières dont a voulu parler le
F.a . Blatin. Examinons-les.
Les Loges, d’où est sortie la Grande Loge de Londres, étaient des
sociétés d’occultistes, et en cela elles continuaient les véritables
traditions des Sociétés secrètes qui leur avaient donné naissance.
Si, dans leurs rangs il s’est trouvé des membres de corporations

ouvrières, ils y figuraient comme occultistes. Une qualité n’exclue
pas l’autre, elles se complètent au contraire et marchaient rarement
séparées.
Les anciens Mattres constructeurs n’auraient pas plus posé la
première pierre d’un édifice, sans interroger les astres, qu’ils n’auraient
admis dans leur confrérie un nouveau membre, sans avoir
au préalable étudié le thème astrologique de sa naissance et celui
de l’heure de la réception. Sages précautions pour se garer des
accidents de toute nature(36). Et l’on retrouve la trace de ces préoccupations
occultes sur beaucoup de vieux monuments, notamment
dans les sculptures qui ornent les anciennes cathédrales.
Mais le but et le lien ésotérique de toutes les Sociétés secrètes
est la connaissance des sciences hermétiques, de l’astrologie, de la
théurgie, etc. Les membres, qui, dans la Franc-Maçonnerie, se
livrent plus particulièrement à cette dernière étude, sont les
Théosophes ou Illuminés. Ils furent nombreux, dans toute l’Europe,
au dix-huitième siècle.
Puisque vous m’interpellez formellement de vous dire ce que
c’est qu’un illuminé peu d’hommes peut-être sont plus que moi en
état de vous satisfaire.
« En premier lieu, je ne dis pas que tout illuminé soil Franc-
Maçon ; je dis seulement que tous ceux que j’ai connus, en France
surtout, l’étaient….
« Les connaissances surnaturelles sont le grand but de leurs travaux
et de leurs espérances ; ils ne doutent point qu’il ne soit possible
à l’homme de se mettre en communication avec le monde spirituel,
d’avoir un commerce avec les esprits et de découvrir ainsi les
plus rares mystères.
« Leur coutume invariable est de donner des noms extraordinaires
aux choses les plus connues sous des noms consacrés…
« J’ai eu l’occasion de me convaincre, il y a plus de trente ans,
dans une grande ville de France, qu’une certaine classe de ces illuminés
avaient des grades supérieurs inconnus aux initiés admis à
leurs assemblées ordinaires ; qu’ils avaient même un cuite et des
prêtres qu’ils nommaient du nom hébreu cohen… »
Joseph de Maistre à qui ces lignes sont empruntées signale
ensuite « leur aversion pour toute autorité et hiérarchie sacerdotale.
Ce caractère est général parmi eux ; jamais je n’y ai rencontré
d’exception parfaite parmi les nombreux adeptes que j’ai connus…
» (37)

ON COMPREND COMBIEN IL EST DIFFICILE DE PÉNÉTRER DANS CES ANTRES
SECRETS DE LA FRANC-MAÇONNERIE ET DE SOULEVER LES VOILES SOUS LESQUELS
LA SECTE INTERNATIONALE A TOUJOURS CACHÉ LES TRAVAUX ÉSOTÉRIQUES
DE SES ATELIERS.
AUTANT SES MEMBRES ONT ÉTÉ, À TOUTES LES ÉPOQUES, PROLIXES DE
THÉORIES PHILOSOPHIQUES, RELIGIEUSES ET SOCIALES, RÉDIGÉES SOUS LA
DICTÉE DES HABITANTS DE L’AU-DELÀ, AUTANT ILS SE SONT MONTRÉS BREFS
ET DISCRETS SUR LES MANOEUVRES THÉURGIQUES ET LES RÉSULTATS DIRECTS
DE LEUR ILLUMINATION. LE MYSTÈRE EST UNE DES TRADITIONS DE LA SECTE.
IL FAUT SE CONTENTER DE QUELQUES AFFIRMATIONS SUCCINCTES SEMÉES
AU MILIEU DE LEURS OUVRAGES OU DE LEUR CORRESPONDANCE. MAIS CEPENDANT
CES COURTES RÉVÉLATIONS, RÉUNIES EN FAISCEAU, SONT SUFFISANTES,
À QUI VEUT SE DONNER LA PEINE DE LIRE ENTRE LES LIGNES, POUR DÉCOUVRIR
LA VÉRITÉ QUE LA FRANC-MAÇONNERIE A TOUJOURS TENU À DÉROBER
AUX REGARDS PROFANES.
L’ORGUEIL EST LA NOTE CARACTÉRISTIQUE DE TOUS. C’EST LA SIGNATURE
DU MAÎTRE.
SAINT-MARTIN,LE PHILOSOPHE INCONNU, COMME IL SE PLAÎT À S’APPELER
LUI-MÊME D’APRÈS UN ORDRE DE L’AU-DELÀ, ÉCRIT :
« SALOMON A DIT AVOIR TOUT VU SOUS LE SOLEIL. JE POURRAIS CITER
QUELQU’UN QUI NE MENTIRAIT POINT, QUAND IL DIRAIT AVOIR SU QUELQUE
CHOSE DE PLUS, C’EST-À-DIRE CE QU’IL Y A AU-DESSUS DU SOLEIL ; ET CE
QUELQU’UN LÀ EST LOIN DE S’EN GLORIFIER » .
LE MÊME THÉOSOPHE, FRANC-MAÇON, ÉCRIT À SON AMI ET DISCIPLE LE
BARON DE LIEBISDORF :
« QU’IL A REÇU D’EN HAUT DIVERSES INSTRUCTIONS ; MAIS IL NE PEUT
EXPLIQUER COMMENT ELLES LUI ARRIVENT, LES MOTS NÉCESSAIRES N’EXISTENT
PAS DANS LA LANGUE » * .
11 EST DU RESTE, D’APRÈS TOUS LES MEMBRES DE LA SECTE, « DES CHOSES
QU’ON NE PEUT POINT PUBLIER »  .
MAIS LE BARON DE LIEBISDORF  EST COMME TOUS LES DISCIPLES:IL

VOUDRAIT VOIR DU NOUVEAU ET ASPIRE AVEC IMPATIENCE APRÈS UNE
CONNAISSANCE physique DE DIEU LUI-MÊME »  .
C’EST QUE D’AUTRES ONT VU, ILS ONT EU DES ILLUMINATIONS EXTRAORDINAIRES,
DES VISIONS, ETC., À LA SUITE DE TRAVAUX THÉURGIQUES QUI LES
METTAIENT « EN RAPPORT AVEC LES ÊTRES LES PLUS ÉLEVÉS DE LA GRANDE ET
UNIVERSELLE FAMILLE DES CIEUX »  .
LE COMTE D’HAUTERIVE, PAR EXEMPLE, MEMBRE D’UNE IMPORTANTE

Loge de Lyon » parvenait à la suite de plusieurs opérations à la
connaissance physique de la cause active et intelligente, désignation
du Verbe, la Parole ou le Fils de Dieu ».
Malgré tous les efforts, toutes les évocations, l’initiation est longue,
il y faut des années. « La chose avant de se manifester
« demande des preuves sûres et très sérieuses d’un dévouement
sans borne. Le jour où vous en serez digne les phénomènes viendront
»  . Quelquefois l’attente dure dix ans, comme pour Willermoz,
le VénéraHe de la Loge La Parfaite Amitié de Lyon. D’autres
plus favorisés n’avaient besoin que de deux ou trois années d’initiation.
Nous résumerons, dans la seconde partie de cette étude, d’après
les lettres de Pasqually et de Saint-Martin à Wilîermoz, les travaux
théurgiques ou kabbalistiques employés par les Francs-
Maçons de Lyon, de Paris, de Bordeaux, de Versailles, d’Allemagne,
de Wurtemberg, de Danemark, de Suède, d’Angleterre du Canada et du Québec pour
obtenir ces communications étranges avec un être surnaturel se
disant « être »  Dieu.

 

Sources:De nombreux auteurs  du début du  vingtième siècle,dont certains sont notés ici,dans la légende.

https://michelduchaine.com/2014/02/21/franc-maconnerie-politiciens-et-collusion-a-montreal/

 

Voir un article important sur la franc-maçonnerie au Québec: lien

 

couillard_franc-macon2

 

Autres liens et écrits sur ce sujet:L’histoire secrète du Québec

 

Voyez ce qu'un important journal écrivait sur Justin Trudeau en 2014:Canada’s Liberal Party leader Justin Trudeau, the son of former Prime Minister Pierre Elliott Trudeau, has, unlike his father, warmed up to the United States, Wall Street, and the cause of globalization.   Justin Trudeau and Aecio Neves are prime examples of how the CIA eagle will take under its wings the progeny of leftist icons to achieve its goals.

Voyez ce qu’un important journal écrivait sur Justin Trudeau en 2014:Canada’s Liberal Party leader Justin Trudeau, the son of former Prime Minister Pierre Elliott Trudeau, has, unlike his father, warmed up to the United States, Wall Street, and the cause of globalization.
Justin Trudeau and Aecio Neves are prime examples of how the CIA eagle will take under its wings the progeny of leftist icons to achieve its goals.

 

 

 


 

LÉGENDE

 

1. Rivista, citée par V Univers, n° du 1« Février 1911.
2. Cette lutte des Société* secrètes contre l’Egli*» a existé de tout temps. Dans le manifeste
publié par les frères de la Rose-Croix en 1615. le Ornnd Maître proclame « Que par leur moyen
le triple diadème du pape sera réduit en poudre ; qu’ils» confessent librement et publient sans
aucune crainte d’en étr** repris, que le pape est l’antechrist.
3-Conf. NAUDÉ : Instruction à la France sur la vérité de l’histoire des Frères de la L’ose-Croix.
Paris 1623, in 8 ».

4. Marquis Costa de Beaurboard. Le Roman d’un royaliste sous la Révolution. Paris 1895.
Page 4«.
5•J. MaTTEB, Saint-Martin. Paris, 1863, 2« Ed. p. 49.
6. I/Empereur François 1«*, éponx de Marie-Thérèse, avait été initié, Je 14 mai 1731 à La
Haye, sous le nom de F.*, de Lothringen dans une Loge temporaire sur délégation du Grand
Muitre Lord Lovel et sous la présidence de Stauhope comte de Chesterfiéld… Il fut bon maçon..

Le seul reproche qu’on puisse lui adresser, c’est son amour pour l’alchimie : la rech.-t
ehe de la pierre philosophale fut Tune de ses grandes préoccupations et c’est de la Fi an<
Maçonnerie qu’il attendait la solution de cette passionnante question. Elle seule, pensait H.
pouvait la lui donner et devait la lui révéler. Il faut à la vérité convenir que trop souvent les
Francs-Maçons se livrèrent jadis, dans le secret du temple, à ce genre d’étude qui apparaît tv
jourd’hui comme puérile… L’opinion courante affirmait que… la transmutation des métaux,
était le secret de la Franc-Maçonnerie, qu’il ne pouvait être dévoilé qu’aux initiés… aux études
sur la composition des corps et sur la nature de la matière s’était jointe la recherche de la pa
nacée universelle, de l’Elixir de longue vie et des secrets hermétiques qui transforma sinirulio
rement certaines Loges en cabinet de charlatans et d’imposteurs. (La Franc-Maçon unir h<-xviii* êiicle par Paul Duchaine, p. 35 et suiv. L’auteur est F.*. M.’.).
7, Jacob Bcehtne, ouvrier cordonnier, né à Vieux-Seidenberg en 1575, mort à Grerlitz en
1624. Il écrivit ses ouvrages théosophiques d’après des visions. Nous avons cité c> théosnphe
bien qu’il soit antérieur au xvni» siècle,parce que ses disciples ont eu une grande influence
dans la Franc-Maçonnerie Anglaise et Allemande.
— Jane Leade, née en 1623 morte en 1704» inspiratrice et associée de Jean Pordage.
— Emmanuel Swedenborg né à Stockholm en ltW8 mort à Londres en 1772. Fils d’un evéque
Luthérien. Savant minéralogiste, membre de l’Académie Suédoise, assessseur au Collège royal
des mines, etc.
— Martinez Pasqually. On est peu renseigné sur sa vie, on le croit portugais et don
gine juive, né vers 1715 (?) mort à Port-au-Prince en 1779,
— Louis-Claude de Saint-Martin né à Amboiseen 1743, mort à Auuay en 1802. Ancien officier
do régiment de Foix.
8. Adam TVeishaupt, né à Ingolstadt en 1748 mort à Gotha en 1830. Elève et professeur à
l’Université d’Ingolstadt alors dirigée par le» Jésuites.

 

9. « lia Providence, écrit Saint-Martin, saura bien faire naître une religion du coeur de
homme… qui ne sera plus susceptible d’être infectée par le trafic du prêtre et par Vhaleine
de l’imposture comme celle que nous venons de voir «’éclipser avec les ministres qui l’avaient
*]* <*houorée… accapareur» des subsistances «le lame… ». (Matter. Saint-Martin, p. 2ô’.l).
10. Albert Pike, né à Bouton le 29 décembre 1*09. Mort à Wasington le 2 avril 1891. Elu en
18″>9 Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil du Sud du Rite Ecossais ancien et
accepté. Grand Maître provincial de la Grande Loge de l’Ordre Royal d’Ecosse aux Etats-Unis
et membre honoraire de presque tous les Suprêmes Conseils du Monde. Très zélé Maçon. Auteur
fu t historien distingué pour les choses ayant trait à la Franc-Maçonnerie. (Precss. J. Study in
American Freemanonry. Introd. p. îx).
11. Papas. Martinézisme et Franc-Maçonnerie, p. 71.
f. id. p, 91.
« >, Paix». Martinet de Pa$cally, p. 149.
6. id. p« 73.

12. Fapus, Martinet de Paically, p. 135.
13. Fapus, Martinézisme et Franc-Maçonnerie, p. 6.
14. Papuh, Martinet de Fatqually, Paris, in-12, 1805 p. 71 et suiv.
15.11 y a dans l’initiation Traie quelque chose de diabolique.puisqu’elle incite l’individu à tain»
acte d’initiative, en «insurgeant contre tout ce qui l’opprime. Tout comme le serpent tentateur

qui  exhorte l’homme à se rendre semblable à Dieu ; elle en fait un Titan, qui ne craint pas
d’ escalader l’Olympe, après s’être enfoncé dans la nuit du Tartare, jusqu’au seuil du palais de
Proserpine. Aussi, pour être initié, a-t-il toujours été indispensable de n’avoir penr de rien et de
faire preuve dune indomptable énergie. Le Grand Livre de la Nature ou l’Apocalypse et hermétique. Préface d’Oswald Wirth, p. 0
16. MATTER. Saint-Martin, p. 94.
17. Le Grand Collège des Rites gardien de la tradition et régulateur des formes maçonniques
arrête et revise, pour les travaux à tous les degrés, les rituels dont l’observation est recommandée
par le Grand Orient à ses Ateliers. 11 approuve ou rédige les instructions pour les
différents grades… Il donne son avis sur les questions de tradition et de formes… Il a seul le
droit d’initier aux degrés les plus élevés de la Franc-Maçonnerie. (Constitution et Règlement
général du Grand Orient de France Ed. de 1903, art. 231 et 234).
18. La connaissance occulte ne se communique ni par les discours ni par les écrits. Elle ne
«aurait être conquise que par la méditation : il faut rentrer au dedans de soi-même, pour la
découvrir en soi et l’on fait fausse route en la cherchant hors de soi. C’est en ce sens qu’il tant
entendre le fvwSd ( Socrate. » OSWALD WIRTH. Le Symbolisme hermétique p.40

19. Article de M. JEAN BIDEGAIN sur le F.*. Blatin, Liberté du Sud-Ouest, 24 octobre 1911.
20. id.

21. Dans le domaine du symbolisme, il ne faut pas vouloir trop préciser, les symboles initiatiques
correspondent à des conceptions peu saisissables de leur nature et nullement réductibles
des définitives scholastiqucs… Peut-être n’est-il pas mauvais que rien ne soit trop strictement
déterminé en matière de symbolisme maçonnique. Les problèmes qui se posent sont susceptibles
do solutions multiples, si bien que l’esprit se meut en ce domaine avec une liberté féconde…
chaos philosophique… qu’il nous incombe de débrouiller pour en faire jaillir la lumière,
(HoswALD WIRTH, Symbolisme hermétique, p. 84 et 82.
 « Il suffit de jeter un rapide coup d’oeil sur les enseignements de toutes ces associations pour
constater que la Franc-Maçonnerie a perdu presque totalement le sens des symboles traditionnels,
constituant le dépôt qu’elle devait transmettre d’Age en âge » PÀPUS. Le Tarot des
Bohémiens, p. 11.

22. f… modifications que l’on a cru devoir faite subir aux anciens rituels maçonniques. On en
a retranché… ce que l’on ne comprenait j»as et — chose plus déplorable encore — ce que l’on
s’imaginait comprendre » (Article du Yrijnutêtlaar, revu» trimestrielle maçonnique d’Amsterdam
no de Février 1908, cité parOSWALD WIRTH. Syribolism* hermétique , p. 76-77.
23. Voir; FOMAUUXn. Manuel d’Astrologie tphrriqiie et judiciaire.

24. CHRISTIAN. Histoire de la Magie, p. 117 et 120.
25. DSLAUHAY. Thuileur de* trente trois degrés de i Eccoisme du rite ancien et accepté, 1813..P. 41.
26. FOMALHACT. Manuel d’astrologie spérique et judiciaire, p. 332.
27. Rituel publié par La France Antimaçonnique, n« du 4 avril, 1912.

28. I* Apocalypse forme avec le Zohar, le Sepher Jittirah et quelques passages d’Etéchiel plus pur corps doctrinal et claviculaire de la Kabbale proprement dite. STANISLAS DE GUAITA.
A u Seuil du Mystère, 3* édit. p. 43.
29. CHBISTIA*. Histoire de 1» Magie, p. 11«.

30. Avis du Crand Collège des Rites sur 1» régularité maçonnique. Compte rendu du Grand
Orient de France aux Atelier». 1«* mars an * mai 1901, p. 24.
31, Parlant de Saint-Martin OSWALD WIRTH — un des rares initiés de notre époque écrit :
« Il ne sut que planer dans les hauteurs, alors qu’avec Lucifer lui-même, il aurait du se préci
pitt-r du ciel, pour plonger jusqu’au centre le plus profond de l’enfer.» — Le Grand Livre de
la nature, préf. p. 9.

32. Préface du Comte Gobtet d’Alvieil* an livre de M. Duohaine : La Franc-Maçonnerie belge
au XVIIr siècle, p. 5. M. Goblet d’Alviella est un des pins hauts Initiés de la Franc-Maçon*
nerie belge.
33. « Tout résotérisme maçonnique est très certainement renfermé dans les trois grades dits
de Saint-Jean, qui devraient suffire si nous savions en extraire tout ce qu’ils contiennent….
Les hauts grades… n’ont pas la prétention de révéler de nouveaux secrets ». OSWALD WIRTH,
Symbolisme hermétique, p. 93 et 94.
34. « A-ton assez cruellement vilipendé l’alchimie et raillé de bon coeur la transmutation des
métaux f Ce n’est point ici le cas de faire l’apologie ni même l’exposition de l’art spsgyrique ;
mais nous exultons de transcrire, pour la confusion des détracteurs imbéciles, l’appréciation récente
du plus grand chimiste, peut-être de la France contemporaine, M. Berthetot, dar i ses
Origines de V Alchimie (préf. p. XIV et XV) (•) M. Berthelot était franc-maçon : « J’ai retrouvé
« non seulement la filiation des idées qui les avaient conduits (les alchimistes) à poursuivre
la transmutation des métaux, mais aussi la théorie, la philosophie de la nature qui leur avait
« servi de guide, théorie fondée sur l’hypothèse de l’unité de la matière, ET AUSSI

« AU FOND QUE LES THÉORIES MODERNES LES PLUS RÉFUTÉES AUJOURD’HUI… Or, circonstance*
m étranges ! les opinions aux quelles Us savants tendent à revenir sur la constitution H tière, ne sont pas sans analogie avec les vues profondes des premiers alchimistes « On yoit quel cas notre glorieux contemporain fait des philosophes hermétiques. Combien
plus vive serait peut-être son admiration si, pleinement initié eu spagirisme ésotérique, il pénétrait
le triple sens de ces locutions spéciales que son génie ne lui a fait qu’imparfaitement deviner.
Mais l’alchimie n’est qu’une part minime de la science universelle enseignée dans les
sanctuaires de l’antiquité ». Essais de sciences maudites. Au Seuil du mystère par STANISLAS
DB GUAITA, p. 21).
35. Maître, Saint Martin, p. 21.

36. « Nous initions trop souvent des profanes que nous aurions dû rejeter, si nous avions été
suffisamment perspicaces… L’oeuvre ne peut réussir que si l’on est parvenu à trouver le sujet
convenable… » OSWALD WIBTH. Symbolisme hermétique, p. 87.
37. Soirée* de Saint-Péterebourg cité par MATTER, Saint-Martin,

 

 

Publicités