Le premier propriétaire légal d’esclaves en Amérique était un homme noir

Selon les archives coloniales, le premier propriétaire d’esclaves aux États-Unis était un homme noir.

 

Avant 1655, il n’y avait pas d’esclaves légaux dans les colonies, il n’y avait que des serviteurs sous contrat. Tous les maîtres étaient tenus de libérer leurs domestiques après la fin de leur temps. Sept ans était la limite pour qu’un agent sous contrat puisse être retenu. 

À leur libération, ils ont obtenu 50 acres de terre. Cela comprenait tout Africain noir acheté à des marchands d’esclaves. Les Noirs ont également obtenu 50 acres lors de leur libération.

Anthony Johnson était un nègre de l’Angola moderne. Il fut amené aux États-Unis pour travailler dans une ferme de tabac en 1619. En 1622, il fut presque tué lorsque les Indiens Powhatan attaquèrent la ferme. 52 personnes sur 57 à la ferme ont péri dans l’attaque. Il a épousé une servante noire alors qu’il travaillait à la ferme.

Lorsque Anthony a été libéré, il a été légalement reconnu comme un «nègre libre» et a géré une ferme avec succès. En 1651, il possédait 250 acres et cinq domestiques noirs sous contrat. En 1654, il était temps pour Anthony de libérer John Casor, un serviteur sous contrat noir. Au lieu de cela, Anthony a dit à Casor qu’il prolongeait son temps. Casor est parti et a été embauché par l’homme blanc libre Robert Parker.

Anthony Johnson a intenté une action en justice contre Robert Parker devant le tribunal de Northampton en 1654. En 1655, le tribunal a décidé qu’Anthony Johnson pouvait maintenir John Casor indéfiniment. Le tribunal a autorisé les Noirs à posséder des membres de leur race en tant qu’esclaves personnels. Ainsi, Casor devint le premier esclave permanent et Johnson, le premier propriétaire d’esclaves.

Les Blancs ne pouvaient toujours légalement détenir un serviteur noir en tant qu’esclave jusqu’en 1670. Cette année-là, l’assemblée coloniale adopta une législation autorisant les Blancs, les Noirs et les Indiens libres à avoir le droit de posséder des Noirs en tant qu’esclaves.

En 1699, le nombre de Noirs libres suscitait la crainte d’une «insurrection nègre». Virginia Colonial ordonna le rapatriement en Afrique des noirs libérés. Beaucoup de Noirs se sont vendus à des maîtres blancs pour ne pas aller en Afrique. Ce fut la première tentative de rapatrier en douceur des Noirs libres en Afrique. Les nations modernes de Sierra Leone et du Libéria sont toutes deux originaires des colonies d’anciens esclaves noirs rapatriés.

En 1830, 3 775 familles noires vivant dans le Sud possédaient des esclaves noirs. En 1860, la Nouvelle-Orléans comptait environ 3 000 esclaves appartenant à des ménages noirs.

Une vente d’esclave à Richmond.

CREUSONS LE SUJET

Et je dois reconnaître qu’à chaque fois que je retourne dans le passé, je découvre toujours des informations explosives. L’histoire de l’homme noir est tellement complexe et sidérante. Le premier propriétaire d’esclaves aux USA était un noir. C’est fou ! Fou de devoir apprendre cela à mon âge. C’est fou le travail de propagande, de manipulations et de contre-manipulations que le système éducatif perpétue.

Anthony Johnson était un angolais vendu aux marchands d’esclaves arabes par une tribu ennemie.Il est vendu comme serviteur sous contrat à un marchand travaillant pour la Virginia Company. Né Antonio, il débarque donc en Virginie en 1621 à bord du négrier The James. Il est renommé « Antonio not given » selon les registres officiels de 1624.

L’indenture était utilisée aussi comme un contrat de servitude temporaire, par lequel une personne s’engage à travailler pour une durée limitée sur les terres d’un colon en échange de son voyage et de l’obtention d’une terre en pleine propriété au terme du contrat.

Dans le monde anglo-saxon, ces personnes sont appelées des indentured servants. Pour ceux allant dans les colonies de l’empire britannique, (Australie et les Treize colonies britanniques en Amérique du Nord en particulier) la durée du contrat était en général de cinq ou sept ans.De 1619, date du débarquement à Jamestown, du premier Africain, à 1660, les Noirs amenés de force sur le nouveau continent, furent tous considérés, à l’image des Européens de même statut, comme des indentured servants.

Ils furent eux aussi libérés au bout de sept ou cinq ans, pourvus d’un lopin de terre et des instruments aratoires nécessaires à son entretien.En 1790, la population noire de la Pennsylvanie s’élevait à 10 274 individus dont 6 537 étaient libres et 3 737 indentured ou esclaves.

À la même époque, plus de la moitié des Européens débarquant dans les colonies américaines étaient des indentured servants.

Source : wiki

Johnson est revendu à un planteur de tabac blanc appelé Bennet comme servant sous contrat. Comme mentionné ci-dessus, les servants sous contrat travaillaient pour une période de 4 à 7 ans pour payer leur passage et leur hébergement et leurs droits à la liberté. A l’exception des servants sous contrat à vie, qui pouvaient être de toutes les couleurs.

En 1623, « Mary, a Negro » débarque à la ferme en provenance d’Angleterre. Elle est la seule femme dans la plantation et ils finiront par se marier.

Vers 1635, Antonio et Mary obtiennent leur liberté, un lopin de terre et un fusil, comme c’était l’usage. Antonio change alors son nom et devient Anthony Johnson.

En 1651, il acquiert une parcelle de 100 hectares de terres (grâce au système de dons de propriétés sus-mentionné. Tout servant sous contrat, une fois son contrat honoré avait droit à une parcelle de terrains accordée par l’ancien propriétaire pour pouvant subvenir à ses besoins et ceux de sa famille. Cela faisait aussi partie de la stratégie des colons américains d’offrir des terres aux immigrants et/ou de payer un loyer aux indiens pour exploiter leurs terres au 17ème siècle) en rachetant les contrats de 5 servants dont l’un était son fils Richard Johnson. Son terrain était situé sur The Great Naswattock Creek, près de la rivière Pungoteague dans le Comté de Northampton en Virginie.

En 1652, un incendie malencontreux cause de gros dégâts sur la ferme, et donc Johnson demande d’avoir une baisse de taxes auprès des tribunaux locaux. Non seulement la cour réduit les taxes que la famille doit payer mais le 28 février 1652, sa femme et leurs deux filles sont exonérées de payer des taxes à vie. En cette époque, les taxes étaient demandées pour les personnes et non les propriétés,  et selon le Virginia taxation act de 1645, « tout nègre, homme et femme et tout autre homme âgé de 16 à 60 ans était imposable. »

La raison du jugement favorable pour les femmes de Johnson est inconnue mais ce changement leur donnait le même statut que celui des femmes blanches qui n’étaient pas imposables. Pendant le procès, les juges ont noté qu’Anthony et Mary  » étaient des habitants de la Virginie, (pendant plus de trente ans) et sont respectés dans la communauté pour leur ‘travail et leur sollicitude’ ».

Reconnu comme un « nègre libre », Johnson a fait prospérer sa ferme de tabac. En 1651, il possédait 250 acres (100ha) de terre, et les services de 4 hommes blancs et un homme noir, tous des servants sous contrat. En 1653, John Casor, un servant sous contrat avec Johnson qui l’aurait acheté tôt dans les années 1640, s’est plaint auprès du capitaine Goldsmith, arguant que le délai de son servage avait expiré 7 ans plus tôt et qu’il était retenu illégalement par Johnson. Un voisin, Robert Parker, est intervenu et a demandé à Johnson de libérer Casor.

Parker proposait un travail à Casor, et il avait signé un contrat d’indenture avec le fermier. Johnson a traduit Parker en justice en 1654 pour obtenir le retour de Casor. La cour de Northampton a d’abord été favorable à Parker, mais Johnson a fait appel. En 1655, la cour a renversé son jugement. Trouvant qu’Anthony Johnson possédait encore John Casor, la cour a ordonné qu’il lui soit retourné et que Parker paie ses frais de justice.

C’était le premier jugement d’un tribunal du Thirteen Colonies  ou  des colonies de l’Empire britannique d’Amérique du Nord (qui donneront naissance aux USAqui stipulait qu’une personne qui n’avait commis aucun crime, pouvait être tenue en servitude à vie.

Même si Casor était la première personne déclarée esclave légalement, il y avait des blancs et des noirs, servants sous contrat, condamnés à vie à la servitude avant lui. Les historiens décrivent le cas de John Punch comme le premier esclave prouvé (documenté), puisqu’il avait été condamné à vie à la servitude comme punition pour s’être évadé en 1640. Le cas Punch était significatif parce qu’il établissait la disparité des sentences d’un nègre et de celle de deux blancs européens, servants sous contrat qui ont fui avec lui (l’un était hollandais et l’autre écossais). Les deux blancs ont pris 4 ans supplémentaires de servitude. C’est le premier cas documenté en Virginie d’un africain condamné à vie à la servitude. C’est considéré comme l’un des premiers cas légaux de distinction raciale entre les servants sous contrat noirs et blancs.

Le cas Casor démontre la culture et la mentalité des fermiers au milieu du 17ème siècle. Selon les historiens T.R. Breen et Stephen Innes, Casor croyait qu’il pouvait former une relation plus forte avec son patron Robert Parker qu’Anthony Johnson avait formé avec ses patrons. Casor considérait que la dispute portait sur la relation vendeur-client, et son hypothèse erronée l’a perdue devant la cour.Johnson savait lui que la justice locale partageait sa croyance en la sainteté de la propriété. Les juges se sont mis de son côté, même si dans les jugements futurs, le facteur racial jouerait un rôle prépondérant.

Le cas Casor était emblématique de la difficulté pour les noirs servants sous contrat d’être réduits en esclavage. La plupart des migrants africains ne savaient pas lire et n’avaient aucune maîtrise de la langue anglaise. Les fermiers pouvaient facilement les contraindre à l’esclavage en refusant de valider la fin de leur durée de contrat de servage. C’est ce qui est arrivé dans le cas Johnson vs Parker. Même si Casor avait deux fermiers blancs qui ont confirmé qu’il avait terminé son contrat avec Johnson, la cour a toute de même jugé en faveur de Johnson.

En 1657, le voisin blanc de Johnson, Edmund Scarborough, a contrefait une lettre de créances dans laquelle Johnson reconnaissait lui devoir de l’argent. Johnson n’a pas contesté. Même si Johnson était analphabète et n’aurait pas pu écrire la lettre, la cour a donné à Scarborough 40 hectares des terres de Johnson pour payer sa « dette ».

Pendant cette période, les noirs libres profitaient d’une « relative égalité » avec la communauté blanche. A peu près 20% des noirs libres en Virginie à ce moment possédaient leurs propres maisons, et la moitié d’entre eux étaient mariés avec des femmes blanches. En 1665, le racisme est devenu ordinaire. La colonie de Virginie a fait passer une loi en 1662 selon laquelle les enfants naissaient avec le statut de leur mère, d’après le principe romain de partus sequitur ventrem; ainsi, tout enfant de femme esclave était esclave, peu importe qui était son père. C’était le contraire de la loi anglaise, qui stipulait que pour tout sujet anglais, les enfants adoptaient le statut de leur père. Les africains étaient considérés comme des étrangers et non des sujets anglais.

Johnson a déplacé sa famille dans le Comté de Somerset, dans le Maryland. Il a négocié un contrat de leasing sur une propriété de 120 ha pour 99 ans. Il a utilisé la terre pour démarrer une plantation de tabac appelée Tories Vineyards.

Anthony Johnson est l’un des premiers noirs à posséder des terres et des esclaves aux USA. Il était un planteur de tabac très prospère. Il est né vers 1600 et est mort en 1670.

Quand il est mort, au lieu que ses biens et donc sa propriété reviennent à sa famille; la cour a déclaré  qu »‘en tant qu’homme noir, Anthony Johnson n’était pas un citoyen de la colonie » et sa propriété a été donnée à un immigrant blanc. Un contraste plutôt saisissant au vu de la déclaration de 1654 de la cour selon laquelle Johnson et sa femme étaient « … des habitants de la Virginie (pour plus de 30 ans) et étaient respectés dans la communauté pour leur travail et leur sollicitude.« 

 

Publicités

Le Conseil juif d’AIPAC « plein de mensonges et de menteurs » déclare le Conseil pour l’intérêt national

Dans un article sur la Revue Unz , Giraldi, qui dirige le groupe de défense des droits sans but lucratif et non partisan aligné sur le Conseil pour la Fondation pour l’intérêt national, fondé en 1989 par les anciens membres du Congrès Paul Findley et Pete McCloskey, a déclaré que Les politiciens américains ont pris la parole et il est tout à fait raisonnable de constater que cette réunion constituait le rassemblement le plus puissant de personnes vouées à la promotion des intérêts d’un pays étranger jamais vu dans aucun pays de l’histoire du monde. « 

Le lobby juif du Comité américain des affaires publiques américain (AIPAC), récemment achevé, vient de terminer son sommet annuel à Washington – et était rempli de mensonges et de menteurs, selon le président du Conseil de l’intérêt national, Philip Giradi.

Cependant, a déclaré Giraldi, il y a «un certain nombre de choses qu’il faut comprendre à propos de l’État juif d’Israël et de son puissant lobby national américain.

« Tout d’abord, l’accusation selon laquelle les actions du Lobby (désignées par des majuscules en raison de son unicité et de son pouvoir) implique inévitablement une double allégeance, voire une singulière, fondée sur la religion ou la tribu dans un pays où le lobbyiste ne réside pas réellement, est complètement opposée. corriger par définition ce qu’est l’AIPAC et pourquoi il existe.

« Il prétend œuvrer pour » garantir la sécurité, la force et la sûreté de l’État juif « par » l’aide étrangère, les partenariats gouvernementaux [et] les efforts conjoints de lutte contre le terrorisme… « , qui impliquent tous les États-Unis en tant que donateur et Israël en tant que le récipient.

«Etre citoyen d’un pays n’est pas simplement un accident de naissance. Cela exige de la loyauté envers les intérêts de ce pays et de ses concitoyens. Deux pays n’ont pas les mêmes intérêts, ce qui est particulièrement vrai dans le cas d’Israël, une autocratie ethno-religieuse, et des États-Unis, où le Lobby s’efforce assidûment de contraindre le gouvernement américain à tous les niveaux à adopter des positions favorables à Israël et aux peuples. presque toujours préjudiciable aux intérêts américains », a-t-il poursuivi.

Deuxièmement, Giraldi a déclaré: «Il y a l’affirmation selon laquelle Israël profite à la sécurité américaine. C’est aussi un mensonge.

«Les relations entre Washington et Israël, qui est plus infime que jamais, constituent un handicap majeur qui a toujours nui aux intérêts régionaux et mondiaux des États-Unis.

«Les récentes décisions de déplacer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem et de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan étaient mal conçues et ont été condamnées par la communauté internationale, y compris par presque tous les véritables alliés proches de l’Amérique.

«L’amiral Thomas Moorer et le général David Petraeus ont souligné à la fois le tort causé par le lien entre Israël et la formulation de la politique à Washington et aux troupes américaines basées au Moyen-Orient. ont sur notre gouvernement, ils se lèveraient dans les bras. Nos citoyens n’ont certainement aucune idée de ce qui se passe.

«Petraeus s’est plaint à un comité du Sénat que le favoritisme des États-Unis envers Israël mettait en danger les soldats américains basés au Moyen-Orient. Il fut cependant rapidement contraint de se rétracter.

« L’ancien directeur adjoint de la CIA, l’amiral Bobby Inman, a également rejeté l’affirmation selon laquelle Israël est un atout pour la sécurité. » Les espions israéliens ont fait plus de dégâts et ont davantage endommagé les États-Unis que les agents de renseignement de tous les autres pays réunis. la plus grave menace à notre sécurité nationale.

«Inman faisait référence à l’espion juif américain Jonathan Pollard, qui a volé pour Israël une pièce remplie d’informations de la défense parmi  les plus hautement classifiées.

«Des espions israéliens, dont l’actuel Premier ministre Benjamin Netanyahu et le producteur de films hollywoodien Arnon Milchan, ont également participé au vol systématique d’uranium de qualité militaire et de déclencheurs nucléaires dans les années 1960 afin qu’Israël puisse créer en secret un arsenal nucléaire.

« Pour sa part, le FBI, dans son rapport annuel de contre-espionnage, identifie systématiquement Israël comme le pays » ami « qui espionne le plus obstinément contre les agents américains du FBI. 

«Troisièmement, il existe un mythe selon lequel les États-Unis et Israël partagent des« valeurs communes », ce qui veut dire que les deux démocraties sont des démocraties libérales où la liberté et les droits de l’homme prévalent, des phares de lumière offrant un leadership éclairé dans un monde où la tyrannie menace à tous les égards. tour. »

Giraldi a souligné que ce dernier mensonge avait été « souligné dans les remarques liminaires du week-end dernier par Howard Kohr, directeur exécutif de l’AIPAC, qui a décrit Israël comme » un pays qui s’efforce toujours d’être meilleur, plus juste et fidèle au message de ses fondateurs, à la liberté de religion pour les personnes de toutes les religions. Nous faisons notre travail à la vue de tous. Ce qui unit notre mouvement pro-israélien, c’est la passion de rapprocher les États-Unis et Israël, dans l’intérêt de tous et de tous. Nous ressemblons à l’Amérique parce que nous sommes l’Amérique. « 

Giraldi a ajouté que Kohr et le lobby juif ignoraient « bien sûr » l’hypocrisie juive concernant une norme pour Israël et les Juifs, plus une norme pour tous les autres. Elle fonctionne pratiquement à l’air libre si l’on sait où regarder.

« Morton Klein de l’Organisation sioniste des États-Unis, qui avait déjà tweeté sur un » arabe sale « , a été interrogé par le journaliste Nathan Thrall. Israël à faire de même.

«Il a répondu ‘Israël est une situation unique. C’est vraiment un état juif qui nous a été donné par Dieu. Dieu n’a pas créé d’état pour les Blancs ni pour les Noirs. ‘

«Le sénateur Charles Schumer, dirigeant de la minorité démocrate, qui se présente comme le« shomer »ou le gardien du Sénat pour les juifs américains, avait un point de vue légèrement différent: ‘ ne crois pas en la Torah. C’est donc la raison pour laquelle il n’y a pas de paix. ‘

«Mais Kohr, Klein et Schumer savent tous aussi bien que quiconque que des Juifs israéliens, fortifiés par leur prétention d’être un« peuple choisi », ne sont pas interchangeables avec les Américains contemporains, ou du moins pas » comme « les Américains qui se soucient encore de leur pays.

«Il existe en Amérique des centaines d’organisations pro-israéliennes pour la plupart juives, dotées d’un budget total de 16 milliards de dollars, qui propagent et défendent activement les intérêts israéliens en ignorant ou en mentant les inconvénients de leur relation.

«La filiale de l’Université du Michigan appartenant à l’organisation de campus Hillel International possède à elle seule un siège de plusieurs étages doté d’un budget de 2 millions de dollars et emploie 15 personnes. Elle accueille un émissaire de l’Agence juive pour Israël, une entreprise promotionnelle soutenue par le gouvernement israélien.

«Alors, quel est le sens du terme« américain »dans AIPAC? Exiger un test décisif entre le religieux et l’ethnie pour obtenir la citoyenneté à part entière et les droits est israélien et non américain.

«Avoir des comités d’admission des gouvernements locaux capables d’interdire les citoyens israélo-palestiniens sur la base de leurs » qualités sociales « ne serait pas acceptable pour la plupart des Américains.

«Exiger un droit israélien unique d’exister tout en le refusant aux voisins d’Israël; démolir des maisons tout en empoisonnant le bétail palestinien et en détruisant des vergers; tirer sur des enfants pour avoir jeté des pierres; et infliger la mort, la terreur et des privations au peuple de Gaza emprisonné sont tous des pratiques courantes pour le gouvernement israélien.

« Israël et l’AIPAC ont poursuivi leur programme sans relâche tout en corrompant le Congrès des États-Unis pour soutenir le gouvernement israélien avec de l’argent et une couverture politique. »

«Israël et des amis comme Kohr accusent systématiquement d’antisémitisme sans fondement contre les critiques tout en légiférant contre la liberté d’expression afin d’éliminer toute critique.

«Cette volonté de libérer Israël de toute critique est devenue la norme aux États-Unis, mais c’est une norme dictée par les intérêts israéliens et ses amis, dont la plupart sont des milliardaires juifs ou des organisations juives faire au profit de l’Etat juif.

« Et le quatrième grand mensonge est que le peuple américain soutient Israël pour des raisons religieuses aussi bien que culturelles, non pas parce que l’argent principalement juif a corrompu notre système politique et nos médias. »

«En effet, de nombreux fondamentalistes chrétiens ont différentes conceptions de ce qu’Israël signifie, mais leur influence est limitée.

« L’Israël-chose est juive dans tous les domaines qui comptent et sa version assainie d’Exodus qui a été vendue au public est essentiellement une fraude complète nourrie par les médias, également contrôlés par les Juifs, par Hollywood et par l’establishment. »

Giraldi a conclu en soulignant que «ce que fait Israël est diabolique, comme cela devient de plus en plus clair. Il essaie de convaincre Washington de faire la guerre à l’Iran, un pays qui ne menace pas les États-Unis, alors que le peuple américain est disposé à continuer à détourner le regard alors que Benjamin Netanyahu utilise des tireurs d’élite pour abattre des manifestants non armés qui meurent de faim. ne pas continuer indéfiniment.

« Il ne faut pas que cela continue et nous, les Américains, devrions faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que cela cesse ».

Donald Trump tout comme Hillary Clinton ,avait fait un brillant exposé devant l’AIPAC durant la campagne de 2016.
Ce qui démontre bien sa grande puissance!

 

 

Brésil : 55 ans après le renversement du président démocratique Joao Goulart, le nouveau président d’extrême-droite, Jair Bolsonaro a ordonné une célébration du coup d’État militaire de 1964 — Mes coups de coeur

par Eric Toussaint Brésil : 55 ans après le coup d’État des militaires du 31 mars 1964 et le renversement du président Joao Goulart, le nouveau président d’extrême-droite, Jair Bolsonaro a ordonné une célébration du coup d’État militaire de 1964. Il est important de revenir sur le soutien actif du gouvernement des États-Unis, de la […]

via Brésil : 55 ans après le renversement du président démocratique Joao Goulart, le nouveau président d’extrême-droite, Jair Bolsonaro a ordonné une célébration du coup d’État militaire de 1964 — Mes coups de coeur

«Le grand remplacement» signifie l’extermination de la race blanche à travers l’immigration de masse

L’expression « Grand Remplacement » – dans les nouvelles qui suivent son utilisation par le tireur de mosquée néo-zélandaise Brenton Tarrant – signifie exactement cela: l’extermination de la race blanche dans ses patries historiques par le biais de l’immigration de masse du tiers monde, processus qui a laissé son chemin, Les Blancs tomberont en minorité dans la plupart des États d’Europe occidentale, d’Amérique du Nord, d’Australie et de Nouvelle-Zélande au cours des 30 ou 40 prochaines années – puis seront complètement étouffés jusqu’à disparaître quelques décennies plus tard.

 

 

Bien que les médias libéraux nient que cela soit la réalité – parce qu’ils font partie du grand plan visant à rendre possible ce processus d’extermination – tous les faits montrent clairement que les Blancs sont en train d’être remplacés dans toutes les régions de leur pays et que seuls les menteurs des médias contrôlés oserait prétendre le contraire.


Aux États-Unis d’Amérique, par exemple, selon les prévisions officielles du US Census Bureau de mars 2018 , les États-Unis devraient devenir majoritairement non-blancs d’ici 2045 – ou dans seulement 27 ans.


Au cours de cette année, le US Census Bureau a déclaré que les « Blancs » représentaient 49,7% de la population, contre 24,6% pour les Hispaniques, 13,1% pour les Noirs, 7,9% pour les Asiatiques et 3,8% pour la population multiraciale.

Un caravane d’invasion traversant le Mexique vers les USA,en 2018.

 

Étant donné que les non-Blancs en tant que groupe sont plus jeunes que les Blancs, le point de basculement de la minorité blanche vient plus tôt pour les groupes d’âge plus jeunes. Les projections du recensement indiquent que, pour les jeunes de moins de 18 ans – la population post-millénaire – les non-Blancs seront plus nombreux que les Blancs en 2020 – dans moins de deux ans.

Pour les 18-29 ans – les membres de la population active plus jeune et les populations en âge de voter – le point de basculement aura lieu en 2027.

En 2060, les projets de recensement ne compteront que pour 36% des moins de 18 ans, contre 32% pour les Hispaniques.

Cette prédiction utilise la définition fédérale infâme du «blanc» (qui est « une personne ayant ses origines dans l’un des peuples d’origine de l’Europe, du Moyen-Orient ou de l’Afrique du Nord »). Ainsi, le nombre réel de Blancs sera encore moins que les statistiques officielles.

 

En Europe occidentale, le même scénario se déroule à peu près. En Grande-Bretagne, par exemple, le nombre d’élèves non blancs dans les écoles primaires du Royaume-Uni en 2012 représentait 27,1% du total des écoles primaires et 23,4% dans les écoles secondaires. À ce taux de reproduction, les non-Blancs représenteront la majorité de la population âgée de moins de 21 ans au Royaume-Uni d’ici 2030, soit dans dix ans seulement.

Selon les statistiques officielles publiées par le ministère britannique de l’Éducation , les enfants britanniques blancs ont été nettoyés de manière ethnique de la plupart des écoles du Grand Londres, de Birmingham, de Manchester et de certaines parties du South Yorkshire et de l’Est du Lancashire, avec au moins 1 755 sur neuf écoles à travers le pays, où la majorité des élèves sont «non anglophones».

Globalement, étant donné l’immigration massive de non-Blancs en Grande-Bretagne depuis les années 1960, le peuple britannique blanc deviendra une minorité absolue dans son pays d’ici à 2066 – au plus tard et probablement plus tôt.

 

Comme l’a signalé le professeur David Coleman, les chiffres de l’Office of National Statistics (ONS) montrent que «aux niveaux d’immigration actuels» (ce qui a été écrit en 2010), la proportion de la population blanche née au Royaume-Uni passera de 80% à 59% en 2051.

«Sur ces hypothèses, la population« blanche britannique »tomberait à 45 millions d’ici 2051», a écrit le professeur Coleman. «Si les hypothèses devaient être maintenues, la population« blanche britannique »de Grande-Bretagne deviendrait la minorité après 2066 environ.»

Fait important, il a ajouté qu’il s’agissait d’un «jalon qui serait franchi beaucoup plus tôt chez les jeunes groupes d’âge». L’argument du professeur Coleman sur la propagation de l’âge est d’une importance vitale pour comprendre l’ampleur du remplacement démographique racial des Britanniques blancs.

 

En 2014, par exemple, l’âge médian en Grande-Bretagne était de 40 ans et environ 58% de la population était plus âgée que cela, selon les chiffres officiels de l’Office for National Statistics .

Cela signifie que dans les 35 prochaines années, la majorité de cette population sera morte ou sur le point de l’être – et les générations plus jeunes, qui, comme l’a souligné le professeur Coleman, sont en majorité écrasées par les non-blancs, les auront remplacées.

En d’autres termes, l’effondrement racial et démographique se produira soudainement, à mesure que disparaîtra la population blanche âgée, un facteur qui s’accélère rapidement du fait de «l’immigration non-blanche» croissante et en cours, confirmée par le fait seulement 79% du total en 2011.

En juin 2016, le professeur Coleman a répété sa prédiction dans le magazine Standpoint. Son article, intitulé « L’immigration incontrôlée signifie Finis Britanniae », disait que «la croissance démographique rapide, tirée par la plus forte immigration de notre histoire, déstabilise et transforme sa population, son environnement et sa composition ethnique en quelque chose de tout à fait nouveau» que «la migration a représenté globalement 85% de la croissance de la population entre 2001 et 2012».

Le professeur Coleman a souligné que, lors du «recensement de 1991», la population non-blanche, principalement d’origine immigrée après 1960, s’élevait à 3 millions, soit 6% de la population totale en Angleterre et au pays de Galles. En 2011, ce chiffre était passé à près de 8 millions, soit 14% du total.

«Ceux qui se décrivaient comme des« Britanniques blancs »représentaient 88% de la population totale en 2001.

«Mais lors du recensement de 2011, la population« blanche britannique »en Angleterre et au pays de Galles avait diminué de 400 000 personnes, tandis que la population non blanche avait augmenté de plus de trois millions, et la population se présentant comme blanche mais non britannique (beaucoup d’Europe orientale) avait augmenté d’un peu plus d’un million.

«En 2010, j’avais fait une prévision: si l’immigration restait à son taux à long terme d’environ 180 000 personnes par an, la population née en Grande-Bretagne de race blanche passerait de 80% à 59% en 1951 , Poursuivit le professeur Coleman.

«Si l’on prend la projection à une distance plus incertaine, la population britannique blanche cesserait d’être la majorité au Royaume-Uni à la fin des années 2060.

«Toutefois, si les taux d’immigration élevés actuels persistaient pendant un certain temps, cette date se rapprocherait du présent. La Grande-Bretagne deviendrait alors méconnaissable pour ses habitants actuels.

«Certaines personnes se féliciteraient d’une nouvelle expérience courageuse, pionnière d’un avenir mondial plus vaste. D’autres, cependant, pourraient dire « Finis Britanniae ». « 

En France, Charles Gave, économiste et gestionnaire de fonds, écrivant pour le groupe de réflexion Institute des Libertés , soulignait qu’en 2057 – soit au plus 40 ans – la France et l’Europe occidentale (qu’il a appelées «la vieille Europe») une majorité de population non blanche à majorité musulmane.

« Et ainsi, dans 40 ans au plus tard, il est presque certain que la majorité de la population sera musulmane en Autriche, en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Belgique et en Hollande », a-t-il écrit. « Encore une fois, ce ne sont pas des prédictions, mais des calculs, et je n’appelle même pas de nouveaux immigrants. »

 

Le rythme pourrait être accéléré compte tenu de la migration continue des Musulmans en France et dans d’autres États d’Europe occidentale, soit par le biais de procédures légales régulières, soit de faux réfugiés arrivant en Europe du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

«Notre été sera vraiment terminé lorsque les données démographiques changeront, tout simplement parce que nous serons devenus une minorité dans nos propres pays et que la majorité ne s’intéressera plus aux jeremiads de 68 ans, dont les auteurs seront tous retraités mort », a-t-il écrit.

«La grande nouvelle des 30 ou 40 prochaines années sera donc la disparition des populations européennes, dont les ancêtres ont créé le monde moderne. Et avec ces populations, disparaîtront les nations européennes diverses et complémentaires qui ont fait un immense succès du vieux continent depuis au moins cinq siècles. ”

 

En Australie, le même schéma se dessine. En 2016, une enquête sur la carte de la fécondité menée à Sydney , la ville la plus peuplée d’Australie, a confirmé que l’immigration permettait aux musulmans non blancs du Moyen-Orient de se reproduire rapidement.

La «carte de fécondité» établie par le cabinet d’études sociales McCrindle a montré que nombre des banlieues les plus fertiles de Sydney sont situées dans des groupes de migrants tels que Lakemba, Auburn, Guildford, Punchbowl et Bankstown, toutes populaires auprès des «familles du Moyen-Orient». Contexte. »

La publication du rapport était programmée avec les projections officielles selon lesquelles la population australienne atteindrait la barre des 24 millions d’habitants la semaine prochaine, l’augmentation étant presque uniquement due à l’immigration légale non-blanche en provenance du Moyen-Orient et d’Asie.

 

 

L’apparition du rapport est venue avec des projections officielles selon lesquelles la population australienne atteindrait les 24 millions d’euros, l’augmentation étant presque uniquement due à l’immigration légale non-blanche en provenance du Moyen-Orient et d’Asie.

L’Australian Daily Telegraph a souligné l’occasion en publiant un entretien avec le célèbre écrivain «conservateur» néocon canadien, Mark Steyn, qui a souvent participé à des émissions telles que celles de Rush Limbaugh, Hugh Hewitt et Sean Hannity.

Selon l’article du Daily Telegraph intitulé «Les taux de naissance des migrants changent en Australie: taux de naissance moyen inférieur au niveau de remplacement», le remplacement des Blancs par des tiers-mondistes en Australie est «la plus grande histoire de notre époque, mais la rectitude politique a étouffé le débat jusqu’à ce que les politiciens ont trop peur pour même en parler. « 

Steyn a déclaré que les politiciens sous-estimaient à quelle vitesse les sociétés pouvaient changer. «Normalement, pour transformer la population, il faut une peste noire, une peste ou une guerre mondiale», a-t-il déclaré. «Mais dans ce cas, nous l’avons sans rien de tout cela. C’est pourquoi c’est la question la plus fascinante de notre époque. « 

Le Daily Telegraph a mis fin à son récit en ligne avec un commentaire éditorial: «La démographie est un destin, comme dit le proverbe. S’il y a du vrai là-dessus, Sydney sera à l’avenir un lieu sensiblement différent. « 

Le «Grand Remplacement» n’est donc pas un mythe. C’est une réalité et peu importe ce que diront les médias de gauche libérale et contrôlés, à moins que cela ne soit arrêté, cela conduira à l’extermination de la race blanche dans les Amériques, en Europe et en Australie / Nouvelle-Zélande.

 

 

 

L’armée américaine vole 2,13 milliards de dollars d’or en Syrie dans le cadre d’un accord avec l’Etat Islamique

L’armée américaine a été surprise en train d’expédier 50 tonnes d’or hors de Syrie dans le cadre d’un prétendu accord avec des combattants de l’État islamique au nord-est de la Syrie.

Résultats de recherche d'images pour « L'armée américaine vole 2,13 milliards de dollars d'or en Syrie dans le cadre d'un accord avec l'Etat Islamique »

 

 

Selon des reportages de l’agence de presse syrienne SANA, des responsables militaires américains ont conclu un accord avec des terroristes mercenaires  de l’Etat islamique aux termes duquel le groupe terroriste leur permettrait de transporter 50 tonnes d’or dans la province de Deir el-Zour, située dans l’Est de la Syrie, en échange d’un passage sûr pour les terroristes.

La presse syrienne a affirmé que les dirigeants d’ISIS étaient sur place pour guider les hélicoptères américains vers les endroits où l’or était caché, “en concluant un accord par lequel Washington a épargné des centaines de dirigeants et experts de l’organisation terroriste sur le terrain”.

Themindunleashed.com rapporte: Le métal précieux, d’une valeur d’environ 2,13 milliards de dollars, a été pillé par le soi-disant «califat» lors de son règne de terreur en Syrie et en Irak entre 2015 et 2017. Cet or aurait été volé par l’Etat islamique à Mossoul en Irak et dans d’autres régions de la Syrie. Le rapport ajoute que les dernières cachettes du groupe terroriste à Deir-el-Zour contiennent également des millions de dollars en liquide pillés par le groupe de toute la Syrie et de l’Irak voisin.

Selon le quotidien turc Daily Sabah , des hélicoptères de l’armée américaine auraient déjà transféré l’or de la base des forces américaines à Kobane, une ville contrôlée par les Kurdes et située à proximité de la frontière nord-syrienne. Une partie de l’or a également été distribuée aux Unités de protection du peuple kurde (YPG), qui dominent les Forces démocratiques syriennes (SDF) alliées aux États-Unis.

La nouvelle intervient après que SANA eut déclaré que des habitants avaient assisté à des hélicoptères américains qui avaient transporté de grosses caisses contenant une quarantaine de tonnes d’or dans la région d’Al-Dashisha, dans le sud de la campagne de Hasaka. Les médias syriens ont affirmé que les dirigeants de l’Etat islamique ont guidé les hélicoptères américains vers les endroits où l’or était caché, « suite à un accord par lequel Washington a épargné des centaines de dirigeants et d’experts de l’organisation terroriste.« 

Les affirmations du gouvernement syrien coïncident avec celles de l’observatoire, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), basé au Royaume-Uni, selon lesquelles les États-Unis et leurs alliés kurdes auraient épargné les combattants de l’Etat islamique dans le but de mettre la main sur le butin du groupe.

L’OSDH a déclaré:

«Les forces de la coalition dirigées par les États-Unis et les Forces démocratiques syriennes (SDF) ne ciblent pas délibérément les zones sous le contrôle des terroristes et des commandants de l’EI dans l’est de l’Euphrate à Deir el-Zour. Par contre, elles tentent de localiser ses trésors en forçant  les terroristes de l’EI/ISIS de parler de son emplacement après s’être rendu. « 

Les médias syriens et russes affirment depuis longtemps que, contrairement à ce que prétend Washington, Washington ne mène pas de guerre contre le groupe extrémiste ISIS. Les forces américaines collaborent avec ISIS de multiples façons.

Lors de la destruction de Raqqa sous contrôle de l’État islamique en Syrie par la coalition dirigée par les États-Unis, un accord secret a été conclu avec le groupe qui a permis aux membres de quitter les lieux en toute sécurité lors de son évacuation. L’accord, découvert par la BBC, a assuré la survie et la liberté de nombreux dirigeants de l’ISIS et de nombreux combattants étrangers.

Les États-Unis maintiennent toujours leur base à al-Tanf, à la frontière syro-jordanienne, en violation du droit international et contre la volonté du gouvernement syrien sous prétexte de lutter contre l’Etat islamique. Moscou a accusé à plusieurs reprises les États-Unis de former de nouveaux groupes armés à partir des restes de l’Etat islamique, où ils avaient carte blanche pour se cacher dans le désert puis jaillir « comme un diable sorti de sa boîte »  pour tendre des embuscades aux troupes syriennes avant de s’enfuir se protéger dans les zones sous contrôle des États-Unis, comme la base d’al-tanf.

Le dernier rapport a été publié environ une semaine après que la coalition dirigée par les États-Unis ait transféré les terroristes de Daesh et les membres de leur famille dans 50 camions du village de Baghouz, où les éléments restants de Daesh sont bloqués, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

« Les États-Unis protègent Daesh »

Dans le même temps, un législateur irakien a déclaré que le chef de file de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi, alias Ibrahim al-Samarrai, de son vrai nom juif israélien Shimon Elliot, « est actuellement protégé par les forces américaines dans une zone désertique de l’ouest située dans la province irakienne d’Al-Anbar. »

Hassan Salem, du Bloc Al-Sadiqoun du Parlement, associé au groupe paramilitaire Asa’ib Ahl al-Haq (Ligue des Justes), a fait ces remarques sur le site d’information libanais Elnashra.

« Les forces américaines basées à la base aérienne Ayn al-Asad dans la province, qui est utilisée par l’armée américaine, fournissent tous les moyens nécessaires au mouvement d’al-Baghdadi entre l’Irak et la Syrie », a-t-il ajouté.

« Il voyage entre l’Irak et la Syrie sous la protection des forces américaines« , a déclaré Salem.

Washington, a-t-il ajouté, « soutient le mouvement d’al-Baghdadi, craignant qu’un projet de législature préparé au parlement n’oblige les forces américaines à quitter le sol irakien. »

 

 

 

Video importante:Les dossiers secrets du Pentagone

 

« Nous le Peuple,nous avons le pouvoir de nous transformer et de changer le cours de l’histoire,

Le vrai courage,ce n’est pas de trouver la force d’obéir et d’être au service d’une guerre injuste,de couvrir des mensonges,d’accepter de travailler sous les ordres d’un chef qui abuse de son pouvoir.Le vrai courage,c’est d’affronter honnêtement la réalité de notre action dans le monde et de s’investir personnellement pour en changer le cours. »

(Daniel Ellsberg)

 

 

 

 

Déclaration d’urgence: la Chambre bloque Trump

 

Les démocrates ont ignoré une menace de veto et ont fait adopter à la Chambre, mardi, un projet de loi qui empêcherait le président Donald Trump d’obtenir des milliards de dollars supplémentaires pour la construction de son mur à la frontière, provoquant une confrontation pour déterminer s’il abuse de ses pouvoirs dans le but de respecter un engagement phare de sa campagne à la présidence.

Avec ce vote pour bloquer la déclaration d’urgence du président, qui s’est soldé par un résultat de 245 voix contre 182, c’est maintenant au Sénat dominé par les républicains de gérer cette patate chaude politique. Déjà, des sénateurs républicains ont annoncé qu’ils iraient à l’encontre de la volonté du président, ce qui pourrait permettre au projet de loi de passer.

Le vice-président Mike Pence a profité d’un dîner avec des républicains du Sénat au Capitole pour les convaincre de rester du côté du président, soulevant la menace d’une dangereuse crise à la frontière. Difficile de savoir s’il a réussi à les persuader, cependant.

Le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a affirmé qu’à ce point-ci, lui seul ne pouvait changer le résultat. Un vote devrait avoir lieu au Sénat dans les trois prochaines semaines.

Si la loi est adoptée au Sénat, Donald Trump devrait imposer son premier veto présidentiel, et dans ce cas, le Congrès n’aurait certainement pas assez de votes pour le renverser.

Mais ces démarches ont forcé certains républicains à être devant un dilemme inconfortable: devraient-ils appuyer un président encore très populaire auprès des électeurs républicains, ou lui faire défection en raison des inquiétudes qu’ils ont sur son interprétation élastique des pouvoirs d’urgence, qui pourrait pousser de futurs présidents démocrates à faire de même pour leurs propres politiques?

Treize républicains de la Chambre se sont joints aux démocrates votant mardi pour soutenir la résolution démocrate.

La Maison-Blanche a écrit aux élus pour les menacer formellement d’imposer un veto. Selon la lettre, le blocage de la déclaration d’urgence «compromettrait la capacité de l’administration à réagir efficacement à la crise en cours à la frontière sud».

Les républicains ont accusé les démocrates d’être motivés par la politique partisane et le désir de s’opposer à M. Trump. Ils ont déclaré que le président avait clairement le pouvoir de déclarer une urgence pour protéger le pays.

Ils ont également défendu les prétentions du président selon lesquelles il y aurait une crise sécuritaire le long de la frontière avec le Mexique.

«Nous sommes en guerre à la frontière du sud avec les cartels de drogue», a déclaré le représentant républicain Pete Olson.

En images : où en est la grande muraille de Trump?

Donald Trump a proclamé une «urgence nationale» pour la construction d’un mur entre les Etats-Unis et le Mexique. Voici en images à quoi ressemblent les 3100 kilomètres de cette frontière qui accapare le débat politique américain depuis trois ans.


C’EST ICI QUE COMMENCE LA FRONTIÈRE ENTRE LE MEXIQUE ET LES ETATS-UNIS, OÙ LE RIO GRANDE SE JETTE DANS LE GOLFE DU MEXIQUE. A CET ENDROIT, AUCUN MUR : CÔTÉ ÉTATS-UNIEN, LE LIEU EST UNE RÉSERVE NATURELLE. LA PHOTOGRAPHIE A ÉTÉ PRISE EN MAI 2013. LES PHOTOGRAPHIES SUIVANTES SUIVRONT UNE PROGRESSION D’EST EN OUEST.

A ROMA, DANS L’EST DU TEXAS, UN PONT TRAVERSE LE RIO GRANDE ET RELIE LE MEXIQUE AUX ETATS-UNIS, ICI EN AVRIL 2018.

A 160 KM AU NORD-OUEST DE LAREDO, AU TEXAS, DES MIGRANTS TENTENT DE FRANCHIR LE RIO BRAVO POUR REJOINDRE EAGLE PASS, DU CÔTÉ DES ETATS-UNIS.

LE 17 JANVIER 2019, LE BROUILLARD A ENVAHI LA VALLÉE DU RIO GRANDE, LA FRONTIÈRE NATURELLE ENTRE LES ETATS-UNIS ET LE MEXIQUE, DANS LE PARC DE BIG BEND RANCH, DANS L’OUEST DU TEXAS.

CONSTRUCTION D’UNE SECTION DE CLÔTURE À EL PASO, AU TEXAS, LE 5 FÉVRIER DERNIER.

ALORS QUE DES OUVRIERS INSTALLENT UNE CLÔTURE À EL PASO, AU TEXAS, DES MIGRANTS FRANCHISSENT LA FRONTIÈRE, LE 5 FÉVRIER DERNIER.

A SUNLAND PARK, AU NOUVEAU-MEXIQUE, DES AGENTS DE LA BORDER PATROL, LA POLICE DES FRONTIÈRES, TRAQUENT À CHEVAL UN HOMME QUI VIENT D’ENTRER ILLÉGALEMENT AUX ETATS-UNIS, EN JUIN 2018.

VUE AÉRIENNE DE LA FRONTIÈRE À TIJUANA, EN JUILLET DERNIER. LE CÔTÉ MEXICAIN EST À DROITE.

VUS DEPUIS LE MEXIQUE À TIJUANA, DES PROTOTYPES DU MUR VOULU PAR DONALD TRUMP, CONSIDÉRABLEMENT PLUS HAUTS QUE L’ACTUELLE CLÔTURE, VISIBLE AU PREMIER PLAN.

UNE GRUE INSTALLÉE LE LONG D’UNE SECTION RÉCEMMENT CONSTRUITE DE LA CLÔTURE FRONTALIÈRE, LE 17 NOVEMBRE DERNIER À SAN DIEGO, EN CALIFORNIE.

A TIJUANA, AU MEXIQUE, FILES DE VOITURES EN ATTENTE POUR REJOINDRE SAN YSIDRO, AUX ETATS-UNIS, LE 19 NOVEMBRE DERNIER.

UN PETIT GARÇON JOUE PRÈS DE LA FRONTIÈRE, DANS LA LUMIÈRE DES PROJECTEURS INSTALLÉS CÔTÉ ÉTATS-UNIEN, À TIJUANA AU MEXIQUE, LE 11 JANVIER DERNIER.







UN HOMME FAIT SON JOGGING LE LONG DU MUR QUI PLONGE DANS L’OCÉAN PACIFIQUE À TIJUANA, AU MEXIQUE, LE 10 DÉCEMBRE DERNIER.

VUS DU CÔTÉ MEXICAIN, DES MIGRANTS FRANCHISSENT LA FRONTIÈRE À TIJUANA, LE 26 DÉCEMBRE DERNIER.

Les partisans de Donald Trump ont déjà changé de slogan : ils ne scandent plus «Build the wall» («construisez le mur») mais «Finish the wall» («achevez le mur»). C’est le président américain lui-même qui a encouragé cette évolution ces dernières semaines, après avoir essuyé une défaite face aux démocrates qui n’ont pas cédé à son chantage au «shutdown». Après 35 jours de fermeture de certains services gouvernementaux, Trump n’a pas obtenu un penny des 5,7 milliards de dollars qu’il réclamait pour la construction d’un gigantesque mur le long de la frontière des Etats-Unis avec le Mexique.

Cet échec n’a pas empêché un changement de rhétorique étourdissant : à en croire Donald Trump, le chantier serait bel et bien lancé et l’enjeu des prochains mois, avant sa campagne de réélection, serait simplement de le mener à bien.

Pourtant, ainsi que le notait la semaine dernière le «New York Times», l’administration Trump n’a rien construit des 1600 kilomètres de mur promis, qui devaient s’ajouter à 1000 kilomètres déjà bâtis par les prédécesseurs du milliardaire. Les récentes négociations au Congrès entre les Républicains et les Démocrates n’ont pas donné satisfaction au président : moins de 90 kilomètres ont été financés.

« Les murs ça marche à 100% »

Donald Trump, qui a fait du mur la promesse centrale de sa campagne électorale, n’a pas pour autant abandonné ce projet pharaonique. La semaine dernière, il a même déclenché une procédure d’«urgence nationale», affirmant : «Ils disent que les murs ça marche pas. Les murs ça marche à 100%.» En vertu de ce pouvoir très particulier, le président pourrait rediriger à sa guise des fonds pour les consacrer à son mur… si toutefois sa proclamation survit aux multiples contestations judiciaires qui s’annoncent.

La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, qui s’étire sur plus de 3100 kilomètres, est une zone de contrastes violents, du Golfe du Mexique au Pacifique, traversant des zones désertiques mais délimitée en certains points par des fortifications censées repousser les migrants. Pourtant, alors même que les engins de chantier s’affairent à réparer les clôtures existantes, ceux que Trump veut exclure du rêve américain tentent toujours leur chance.

Depuis que la star de «The Apprentice» a fait de la frontière le nœud gordien de la vie politique américaine, les photographes des plus grandes agences de presse ont abondamment documenté ce qui s’y passait. Leurs clichés montrent comment se déroule la vie de part et d’autre de cette limite, qu’elle soit marquée par un mur ou simplement protégée par des patrouilles qui traquent les clandestins jusqu’au cœur de la nuit.

S’opposer aux ambitions dangereuses de la Chine à l’ère de Trump

  • L’amiral John Richardson s’inquiète apparemment d’un manque de communication. La communication n’est pas le problème. Le problème est que les généraux et les amiraux chinois ont été et continuent d’être hostiles, belligérants et belliqueux.
  • « Nous ne voulons pas de la guerre. C’est la façon dont vous l’empêchez. Rappelez-vous, montrez un pouvoir écrasant, pas d’indécision ou de faiblesse. Certains Chinois liront correctement les signaux de fumée. » – Arthur Waldron, Université de Pennsylvanie.
  • Le meilleur moyen d’éviter un conflit dans le détroit de Taiwan est d’indiquer clairement à Beijing que l’Amérique défendra Taiwan.
  • Au premier semestre de 2012, les États-Unis, malgré l’obligation ferme de défendre les Philippines, n’ont rien fait lorsque la Chine a pris le contrôle de Scarborough Shoal dans la mer de Chine méridionale. Lorsque les généraux et les amiraux chinois ont constaté l’échec de Washington, ils ont mis le feu aux autres récifs et îlots des Philippines, ont attaqué les îles japonaises situées dans la mer de Chine orientale et ont commencé à récupérer et à militariser des éléments de la chaîne Spratly. Feebleness n’enhardit que l’agression chinoise. Il n’y aura pas de bonne fin en Asie tant que Washington n’aura pas dissuadé Pékin de la croyance arrogante qu’il peut prendre tout ce qu’il exige.

La nette détérioration des relations entre les deux armées les plus effrayantes du monde était évidente lorsque le chef des forces navales américaines, le chef des opérations navales, l’amiral John Richardson, s’est rendu à Beijing ce mois-ci. Sur la photo: l’amiral Richardson (à droite) est accueilli par de hauts responsables de la défense chinoise à l’Académie de recherche navale de l’Armée de libération du peuple à Beijing, le 14 janvier 2019

 

La nette détérioration des relations entre les deux armées les plus effrayantes du monde était évidente lorsque le chef des forces navales américaines, le chef des opérations navales, l’amiral John Richardson, s’est rendu à Beijing ce mois-ci.

Les officiers chinois étaient prêts pour Richardson: ils ont tenu des propos hostiles, notamment au sujet des relations des États-Unis avec Taiwan. L’OIIC Richardson s’en est tenu au script de coopération vieux de plusieurs décennies de Washington.

Il est temps que les décideurs américains modifient ce scénario en abandonnant, entre autres, des thèmes d’engagement, en introduisant des notions de réciprocité et en faisant preuve de résolution.

Richardson a pris une note optimiste alors qu’il quittait la Chine pour sa deuxième visite officielle en tant que meilleur amiral des États-Unis. « J’apprécie beaucoup l’hospitalité que j’ai reçue en Chine », a-t-il tweeté le 16 janvier. « J’ai eu d’excellentes discussions avec mes homologues et je suis impatient de renforcer nos relations à l’avenir. »

Les propos de l’amiral contrastaient fortement avec ceux de ses homologues chinois. Ils ont menacé d’une action militaire contre les États-Unis. De plus, Global Times , le tabloïd contrôlé par le Quotidien du Parti communiste dans un éditorial, a proféré des menaces voilées contre Richardson. « Beijing doit prendre des mesures concrètes pour aider les Etats-Unis à corriger leur vision », a noté le document après avoir évoqué l’action militaire visant à faire respecter les revendications territoriales étendues de Beijing. « La Chine doit avoir la capacité de faire payer à ses rivaux des coûts insupportables. »

Le décalage dans le ton des messages américains et chinois suggère que quelque chose ne va peut-être pas.

Pour commencer, il semble que quelque chose ne va pas au sommet de l’Armée de libération du peuple. Deux fois le mois dernier, de hauts officiers chinois ont publiquement demandé des attaques non provoquées contre la marine américaine. Dans le second épisode, le 20 janvier, le contre-amiral Luo Yuan a déclaré vouloir utiliser les missiles balistiques Dong Feng-21D et Dong Feng-26 pour couler deux porte-avions et créer 10 000 « victimes ».

Bien que ces déclarations belliqueuses ne représentent pas une politique officielle, elles peuvent néanmoins être considérées comme reflétant la pensée des officiers supérieurs. En tout état de cause, ils devraient être profondément troublants.

La réponse américaine appropriée n’était pas celle de Richardson: « Je suis impatient de poursuivre notre dialogue alors que nous recherchons un terrain d’entente et des possibilités de coopération ». La réponse de Richardson aurait dû être: « J’annule mon voyage en Chine. »

Richardson, avant le voyage en Chine, a défendu sa visite :

« Un échange de vues systématique est essentiel, en particulier en période de friction, pour réduire les risques et éviter les erreurs de calcul. Un dialogue honnête et franc peut améliorer les relations de manière constructive, aider à explorer les travailler à travers nos différences. « 

« Intérêts communs »? Nous n’entendons pas seulement des paroles inacceptablement belliqueuses de Luo et d’autres; nous avons vu et voyons encore des actions dangereuses de la part des Chinois dans le monde commun.

Le 30 septembre, le destroyer chinois Lanzhou est arrivé à moins de 45 mètres de l’USS Decatur alors qu’il franchissait la proue du navire de guerre américain près du récif Gaven dans la mer de Chine méridionale. Le Decatur a dû faire demi-tour pour éviter une collision. La marine américaine a qualifié diplomatiquement les manœuvres de Lanzhou « d’insalubrité et de manque de professionnalisme ».

Malgré le comportement risqué – et malgré le refus de Pékin de faire appel à un appel du port de Hong Kong pour le USS Wasp – octobre, la marine américaine a demandé l’autorisation au groupe Ronald Reagan Strike de payer un appel au port de Hong Kong, région administrative spéciale de la République populaire. de la Chine, quelques semaines à peine après l’incident de Decatur-Lanzhou.

James Fanell, l’un des principaux commentateurs des interactions de la US Navy avec la Chine, a déclaré à Gatestone que la demande d’appel au port avait sapé la ligne de conduite plus dure du président Trump:

« Ce qui semble clair, c’est que la RPC a réussi à convaincre des générations de dirigeants du Pentagone que des relations » mil-à-mil « sont importantes pour la promotion de la sécurité, malgré les preuves empiriques accablantes qui prouvent le contraire. »

Fanell, qui en tant que capitaine était l’officier en chef du renseignement de la flotte du Pacifique, a raison en ce qui concerne les preuves. Au fil du temps, l’armée chinoise a mené une série d’interceptions dangereuses de la marine et de l’aviation américaines sur et au-dessus de la mer de Chine méridionale et de la mer de Chine orientale.

L’amiral Richardson s’inquiète apparemment d’un manque de communication. La communication n’est pas le problème. Le problème est que les généraux et les amiraux chinois ont été et continuent d’être hostiles, belligérants et belliqueux.

De plus, ces discussions ne feront que nuire à ces officiers généraux. En fait, les efforts de dialogue menés par les Américains aggravent la situation. Les amiraux de la marine américaine peuvent penser qu’ils agissent de manière responsable et constructive, mais les Chinois perçoivent manifestement les faiblesses et agissent en conséquence. L’explication la plus plausible des commentaires de Luo le mois dernier est qu’il pensait que l’Amérique pouvait être intimidée de quitter la région.

Le général Li Zuocheng, membre de la Commission militaire centrale du Parti communiste, a également tenté d’intimider. Il a confié à Richardson à Beijing que l’Armée de libération du peuple assumerait « tous les coûts » pour empêcher toute ingérence étrangère dans les affaires taïwanaises.


EN COMPLÉMENT

Taiwan a commandé deux frégates lance – missiles US Perry-classe dans la marine de Taiwan en Novembre 2018 

Un haut responsable militaire chinois a mis en garde mardi la marine américaine contre toute « ingérence » en faveur de l’indépendance de Taiwan, affirmant que Pékin défendrait sa revendication « à tout prix ».

Le général Li Zuocheng, membre de la Commission militaire centrale, a tenu ces propos lors d’une réunion à Beijing avec l’amiral John Richardson, chef des opérations navales américaines.

La Chine considère que Taiwan fait partie de son territoire et sera réunifiée, bien que les deux parties soient gouvernées séparément depuis leur scission en 1949 après une guerre civile remportée par les communistes de Mao Zedong.

L’île autogérée a sa propre monnaie, son drapeau et son gouvernement, mais n’est pas reconnue comme un État indépendant par l’ONU.

Pékin a déclaré qu’il n’hésiterait pas à recourir à la force si Taipei déclarait officiellement son indépendance ou en cas d’intervention extérieure – y compris de la part des États-Unis, le plus puissant allié officieux de l’île.

« La question de Taiwan est une affaire interne à la Chine, concerne les intérêts fondamentaux de la Chine et les sentiments nationaux du peuple chinois, et aucune ingérence extérieure ne sera tolérée », a déclaré Li Zuocheng dans un communiqué publié par le ministère de la Défense.

« Si quelqu’un veut séparer Taiwan de la Chine, l’armée chinoise défendra à tout prix l’unité de la mère patrie », a-t-il déclaré au chef de la marine américaine.

Ces derniers mois, des navires de la marine américaine ont traversé à plusieurs reprises le détroit de Taiwan, qui sépare la Chine continentale de l’île.

Pékin considère tous les navires traversant le détroit comme une violation de sa souveraineté, alors que les États-Unis et de nombreux autres pays considèrent cette route comme une voie internationale ouverte à tous.

Une loi américaine récente encourageant les visites mutuelles entre des responsables américains et taïwanais a également provoqué la colère de Pékin.

Washington, qui a rompu ses relations diplomatiques avec Taipei en 1979 pour reconnaître que Pékin reste le plus puissant allié de l’île et son principal fournisseur d’armes.


Une île artificielle chinoise dans la mer de Chine..pès des Philippines.

 

 

Après avoir quitté la Chine, Richardson, à son crédit, a suggéré d’envoyer un groupe de frappe de porte-avions dans le détroit de Taiwan. « Nous ne voyons pas vraiment de limitation sur le type de navire susceptible de traverser ces eaux », a-t-il déclaré à des journalistes à Tokyo.

La prochaine étape pour les États-Unis consiste à conduire un transporteur dans le détroit, comme l’avait fait la marine en 2007, après que les Chinois eurent refusé une escale à Hong Kong.

Pourquoi s’arrêter avec un seul groupe de grève des transporteurs? Arthur Waldron de l’Université de Pennsylvanie a déclaré à Gatestone que, pour marquer durablement Pékin, les États-Unis devraient organiser un passage dans le détroit de Taiwan avec non seulement le supercarrier Ronald Reagan mais également une flottille de « quelques sous-marins japonais et de l’Izumo; Navires français ou australiens disponibles et la marine de Taiwan l’observant.  » Il recommande également d’envoyer des avions à ajouter à l’effet.

Un des nouveaux navires de guerre chinois le Linyi

« Nous ne voulons pas de guerre », a écrit Waldron dans un message adressé aux professionnels de la défense la semaine dernière. « C’est comme ça que vous l’empêchez. Rappelez-vous, montrez un pouvoir écrasant, pas une indécision ou une faiblesse. Certains Chinois liront correctement les signaux de fumée. »

Le meilleur moyen d’éviter le conflit dans le détroit de Taïwan, comme le suggère Waldron, est d’indiquer clairement à Pékin que l’Amérique défendra Taïwan. Au cours des deux derniers mois, Pékin a menacé d’envahir. Malheureusement, comme le souligne Joseph Bosco, un ancien responsable des relations avec la Chine au Bureau du secrétaire à la Défense, le meilleur moyen que Washington puisse faire pour le moment est de créer un « diplomate confus » que les Chinois peuvent interpréter comme un manque de détermination de la part des Américains.

« Vous pouvez parier », a déclaré Bosco  la semaine dernière, « les calculs de la Chine changeraient radicalement si le président Trump ou le secrétaire Pompeo ou le nouveau Secrétaire général ou John Bolton prononçaient publiquement ces mots devant Pékin: » Nous défendrons Taiwan en toutes circonstances. « Cela permettrait, a-t-il déclaré, » de reconstituer efficacement le traité de défense mutuelle conclu entre les États-Unis et Taiwan en 1954 « et » de modifier la dynamique stratégique en faveur de Washington et de Taipei « .

Certains – en fait beaucoup – de « modifier » sont absolument nécessaires, et ce n’est pas un moment trop tôt. Au premier semestre de 2012, les États-Unis, malgré l’obligation ferme de défendre les Philippines, n’ont rien fait lorsque la Chine a pris le contrôle de Scarborough Shoal dans la mer de Chine méridionale. Quand des généraux et des amiraux chinois ont constaté l’échec de Washington, ils ont mis le feu aux autres récifs et îlots des Philippines, attaqué les îles japonaises situées dans la mer de Chine orientale et commencé à récupérer et à militariser des éléments de la chaîne des îles Spratly. La faiblesse américaine  n’enhardit que l’agression chinoise.

Il n’y aura pas de bonne fin en Asie tant que Washington n’aura pas dissuadé Pékin de la croyance arrogante qu’il peut prendre tout ce qu’il exige.

Comment faire ça? En plus de naviguer dans le détroit de Taiwan, l’amiral Richardson peut peut-être faire en sorte que quelques navires de la marine américaine effectuent une escale au port de l’île et s’y attardent quelques instants.

les missiles chinois à longue portée sont devenu une réalité.

 

 

 

Adventure Only For Indiana Jones — Ricardo Sexton

It’s sad! It understood every letter But, did not care to add or to spell You are not better! « They are glad » Ignoring your good, while you fell Here, there is no sticks nor stones – Adventure only for Indiana Jones Leap & keep focused. [you matter] Do not! sip the fear of this chapter […]

via Adventure Only For Indiana Jones — Ricardo Sexton