Allemagne: Un homme politique de l’AfD agressé brutalement par Antifa et au seuil de la mort

La photo de ses blessures a été affichée sur tous les médias sociaux. De nombreux médias ont choisi de censurer ses blessures, qui sont des conneries pour eux. C’est des nouvelles. Les gens ont le droit de savoir ce qui a été fait à cet homme.

Tout récemment, un politicien de l’AfD a été brutalement attaqué par une petite foule armée de bâtons de bois. Ses blessures sont graves et il pourrait ne pas survivre.

Frank Magnitz, président de Brême, président du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), se bat pour sa vie après s’être blessé à la tête à la suite d’une attaque de trois assaillants inconnus.

Magnitz a été transporté à l’hôpital lundi soir après avoir subi une grave blessure à la tête à la suite d’une « tentative d’assassinat à motivation politique », a déclaré Bremen AfD dans un communiqué, affichant une image graphique du président blessé.

Armés de bâtons de bois, les trois hommes ont frappé à plusieurs reprises l’homme politique à la tête et lui ont donné des coups de pied alors qu’il était déjà à terre jusqu’à ce qu’un ouvrier du bâtiment ait vu l’assaut et tenté d’intervenir. Selon le communiqué, l’attaque a eu lieu immédiatement après le départ de Magnitz de la réception du nouvel an près de la Goetheplatz à Brême.

« Aujourd’hui est un jour noir pour la démocratie en Allemagne », a déclaré l’AfD, soulignant que Magnitz restait dans un état critique. « Il a été battu à moitié mort », a écrit sur Twitter le porte-parole de l’AfD Jörg Meuthen, qualifiant l’assaut de « complot lâche et dégoûtant ».

Apparemment, battre les gens avec des bâtons de bois pour régler des désaccords politiques fait partie de la gauche tolérante de nos jours. L’AfD n’est pas un parti d’extrême droite, même si les médias en parlent constamment. Il s’agit essentiellement d’un parti de niveau Alt-Lite qui souhaite simplement que l’Allemagne maintienne sa souveraineté et ne soit pas inondée d’un nombre illimité de singes du tiers monde.

Bien sûr, sachant ce qui se passe en Allemagne, il est douteux que quiconque soit arrêté pour ce crime. C’est un pays qui permet aux singes du tiers monde de violer et d’attaquer des personnes alors qu’elles mettaient des femmes âgées en prison pour avoir interrogé l’Holocauste. La liberté d’expression n’existe pas en Allemagne.

 

 

 

 

 

Publicités

« Gilets jaunes » : des Marianne dénudées bien mystérieuses (article et vidéo)

 

 

En marge de la manifestation des « gilets jaunes », des femmes dénudées vêtues d’un sweat à capuche rouge ouvert sur leur poitrine se sont tenues debout en silence face à une dizaine de gendarmes avenue des Champs-Elysées. Elles avaient le corps recouvert de peinture argentée.

 

 

Vue de dos!

Lors de la manifestation des Gilets jaunes, qui se retrouvent le 15 décembre à Paris, des femmes habillées en Marianne se sont livrées à un face-à-face pacifique avec les forces de l’ordre.

Amusant la cocarde nationale Britannique, sur des bonnets Phrygiens! La cocarde de la République Française a des couleurs identiques, mais inversées, le bleu au centre.

 

 

 

 

Émeute des gilets jaunes: cinquième semaine

  • Partout en Europe occidentale, les citoyens ordinaires se sentent ignorés et condescendés par leurs élites politiques, économiques, universitaires et des médias. Contre la volonté de la plupart de ces citoyens, leurs dirigeants cèdent peu à peu la souveraineté de leurs nations à l’UE.
  • Également contre la volonté de ces citoyens, leurs nations ont été inondées d’immigrés musulmans qui incarnent un défi culturel majeur, ont provoqué des troubles sociaux considérables et représentent un fardeau économique dévastateur.
  • S’il est de plus en plus évident que l’islamisation financée par les contribuables entraîne l’Europe de l’Ouest sur la mauvaise voie, celle-ci, qui se tient à l’écart de cette évolution désastreuse, refuse de changer de cap.
  • La question ne devrait peut-être pas être de savoir pourquoi les Européens de l’Europe occidentale se sont révoltés mais pourquoi ils ne l’ont pas commencé il y a longtemps.
Des manifestants du « gilet jaune » se rassemblent place de l’Opéra le 15 décembre 2018 à Paris, en France.

Paris a maintenant connu son cinquième week-end de manifestations dans la rue par les soi-disant gilets jaunes, ou « gilets jaunes », bien que des informations suggèrent que les choses pourraient enfin se terminer. Entre-temps, les manifestations – qui dans de nombreux cas atteignent le niveau des émeutes, avec d’innombrables exemples de pillages, de vandalisme et d’incendie criminel – se sont propagées. Les derniers week-ends ont été marqués par des perturbations dans d’autres grandes villes françaises, telles que Toulouse, Bordeaux et Lyon, ainsi que dans des villes des Pays-Bas , notamment Bruxelles , Amsterdam, Rotterdam, La Haye, Nimègue et Maastricht. Ce week-end à LondresAlors que la tension, la confusion et la frustration autour du Brexit s’intensifissaient et que la possibilité d’un second référendum semblait augmenter, des manifestants à la jaquette jaune, apparemment des partisans du Brexit, ont bloqué d’importants ponts et fermé des rues du centre-ville.

À mesure que ces manifestations d’anarchie se répandaient, les idées sur les motivations des participants ont évolué. Au début, il a été rapporté que les manifestants en France, loin d’être des extrémistes politiques de gauche ou de droite, étaient des citoyens ordinaires en colère contre de nouvelles augmentations des taxes sur l’essence. Mais même lorsque le président Emmanuel Macron a annulé l’augmentation des taxes, les troubles se sont poursuivis. Pourquoi? Parce  que « les familles de la classe moyenne-forte ne sont pas assez pauvres pour toucher des prestations d’aide sociale, mais ont vu leur revenu stagner alors que le coût de la vie et les impôts ont augmenté ….. Les Français les gens se sentent foutus.  » Quelqu’un  a suggéré que « les Français, comme la plupart des habitants des pays riches, s’ennuient tout simplement, avec beaucoup de temps et peu de passion à faire ». Chez PJ Media,Rick Moran a estimé que « les gens ordinaires qui paient pour les régimes grandioses des planificateurs sociaux à Bruxelles en ont assez. Et ils se lèvent enfin pour exiger la fin. » Pour ma part, je me suis demandé si ce signe dramatique de mécontentement populaire marquait « le début de la résistance du public de l’Europe occidentale contre le projet multiculturel et mondialiste désastreux des élites ».

La multiplication des manifestations indique bien sûr que les manifestants sont motivés par la colère suscitée par des phénomènes sociaux, économiques ou culturels non confinés à la France. Plus tôt ce mois-ci, le quotidien néerlandais Het Parool a déclaré que les manifestants néerlandais s’opposaient à l’Union européenne, à l’immigration et aux efforts en cours pour mettre fin à « Zwarte Piet », une tradition séculaire hollandaise de Noël, qui consiste à Blackface, est maintenant considéré par beaucoup d’observateurs comme raciste, même si le personnage en question est aimé. Comme un site de nouvelles néerlandaise a souligné« Les Pays-Bas n’ont pas une tradition de manifestations de masse ou de grèves de masse, comme la France ou la Belgique », ce qui rend la diffusion de ces activités dans ce pays plutôt surprenante, même si elles n’ont jamais atteint l’ampleur des soulèvements en France. .

La première chose que l’on remarque à propos de la variété des motifs cités dans les médias est qu’ils ne sont pas sans rapport. Sentiment anti-UE? Opposition à la grande marée d’immigrants? Une raison majeure du sentiment anti-européen en Europe occidentale est le ressentiment contre le pouvoir de Bruxelles d’obliger les États membres à prendre un certain nombre de prétendus réfugiés. De même, les manifestants qui sont mécontents de taxes élevées savent très bien qu’une grande partie de leur argent est utilisée pour aider des immigrants qui deviennent des bénéficiaires de l’aide sociale dès leur arrivée dans le pays.

Les gilets jaunes italiens protestent contre les lois d’immigration en Italie.

Une ride curieuse: ce week-end, des milliers de personnes en veste jaune ont défilé à Rome . Cependant, ces manifestants étaient en train de regarder leurs homologues du nord et de l’ouest: alors que les agitateurs français, belges et hollandais étaient pour la plupart des Européens indigènes, apparemment marre des gouvernements qui leur prennent trop et leur donnent trop peu À leur retour, les manifestants à Rome étaient des migrants et leurs partisans, qui désapprouvaient la nouvelle loi italienne sur l’immigration . Dans ce cas, ce que nous semblons observer, c’est un mouvement qui, pour quelque raison que ce soit, a décidé de mimer l’apparition d’un autre mouvement qui, du point de vue philosophique, en est à peu près le contraire.

Ces personnes à Rome, cependant, sembleraient être l’exception qui confirme la règle. En les mettant de côté, plus on lit au sujet des préoccupations prétendument variées qui animent les manifestants du gilet jaune en France, en Grande-Bretagne et dans les Pays-Bas, moins on les regarde. Partout en Europe occidentale, les citoyens ordinaires se sentent ignorés et condescendés par leurs élites politiques, économiques, universitaires et des médias. Contre la volonté de la plupart de ces citoyens, leurs dirigeants abandonnent progressivement la souveraineté de leur nation à l’UE, ce que Macron a franchement reconnu vouloir vouloir transformer en États-Unis d’Europe. Également contre la volonté de ces citoyens, leurs nations ont été inondées d’immigrés musulmans qui incarnent un défi culturel majeur, ont provoqué des troubles sociaux considérables et représentent un fardeau économique dévastateur.

S’il est de plus en plus évident que l’islamisation financée par les contribuables entraîne l’Europe de l’Ouest sur la mauvaise voie, celle-ci, qui se tient à l’écart de cette évolution désastreuse, refuse de changer de cap. Naturellement, l’homme et la femme impuissants dans la rue sont effrayés, pleins de ressentiment et, oui, outrés. La question ne devrait peut-être pas être de savoir pourquoi les Européens de l’Europe occidentale se sont révoltés mais pourquoi ils ne l’ont pas commencé il y a longtemps.

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Le peuple de France est au début d’une révolte contre les élites européennes

C’est peut-être bien cela: le début de la résistance du public de l’Europe occidentale contre le projet multiculturel et mondialiste désastreux des élites.

Un manifestant remet une cartouche de gaz lacrymogène à la police lors d’une manifestation de « gilets jaunes » près de l’Arc de Triomphe le 8 décembre 2018 à Paris, en France.

Pendant des années, ceux d’entre nous qui écrivons et qui s’inquiètent de la montée de l’islam en Europe occidentale ont su que, si les gouvernements de ces pays ne changeaient pas radicalement de cap, il fallait donner quelque chose. Jusqu’ici, la plupart des indigènes avaient été remarquablement dociles. Ils avaient beaucoup avalé. Leurs dirigeants ont envahi leurs pays d’immenses immigrés originaires du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Un nombre disproportionné d’entre eux ont clairement fait savoir qu’ils n’avaient aucune intention de devenir membres de la société d’accueil ni de contribuer à leur société d’accueil, mais se contentaient de prendre parti. , de nuire, d’endommager et de détruire, et étaient déterminés, à terme, à vaincre et à gouverner.

Personne n’avait jamais demandé aux citoyens d’Europe occidentale s’ils souhaitaient que leur pays soit transformé de cette manière. De plus, cette transformation s’intensifiait d’année en année. Les peuples autochtones d’Europe occidentale réagiraient certainement à un moment donné.

Mais quelle forme cela prendrait-il? Ceux d’entre nous qui sont professionnellement préoccupés par ces sujets ont passé un nombre incalculable d’heures à réfléchir à cette question. Nous avons demandé à une autre: qu’est-ce que vous pensez qui va se passer? Une balkanisation prophétisée. Il existait déjà des zones interdites – des enclaves dans et autour des grandes villes où les « infidèles » n’étaient pas les bienvenus et où la police et les pompiers étaient systématiquement bombardés de pierres s’ils osaient s’imposer. Il était assez facile d’imaginer ces zones en expansion, leur situation de faitla souveraineté sous la charia est officiellement reconnue et une sorte de stabilité relative est établie. D’autres observateurs prévoient des émeutes de la part des indigènes – pas les élites dont la vie personnelle a été très peu affectée par la présence musulmane dans leur pays, mais les types moins privilégiés dont les quartiers et les écoles sont devenus des zones dangereuses, dont les taxes ont été levées à plusieurs reprises pour financer membres de groupes d’immigrés et dont les médecins et les hôpitaux ont été tellement surchargés par les nouveaux arrivants que les traitements essentiels ont été rationnés et les temps d’attente de plus en plus longs.

En 2016, les Britanniques ont choqué le monde en votant pour le Brexit et, plus tard la même année, les Américains ont provoqué encore plus de surprises en élisant Donald Trump à la présidence. Certains commentateurs s’attendaient à ce que des élections en France, en Suède et aux Pays-Bas produisent également des résultats sensationnels, mais des avancées ont été réalisées pour les partis favorables au contrôle de l’immigration, tels que le Rassemblement national de Marine Le Pen (anciennement le Front national), les Démocrates suédois et Geert Le Parti de la liberté de Wilders et le Forum pour la démocratie de Thierry Baudet, tous deux établis aux Pays-Bas, ont été moins importants que prévu. En revanche, l’année dernière, les Autrichiens ont élu leur chancelier, Sebastian Kurz, un opposant farouche aux quotas d’asile imposés par l’UE, et cette année, la gérance du gouvernement italien a été confié à Giuseppe Conte.

Le leader autrichien Sebastian Kurz et Theresa May d’Angleterre.

La nouvelle la plus importante sur ce front n’a toutefois pas été à l’urne. Cette année, les Britanniques ont exprimé leur indignation face au Brexit, qui avait été raté, et sont descendus dans la rue pendant l’été pour protester contre l’incarcération illégitime de Tommy Robinson, qui, dans ce pays, était devenu le visage même de la résistance à l’islamisation. De plus, au cours des dernières semaines, les citoyens français de tous les partis politiques, originaires pour la plupart de petites villes et de zones rurales, ont participé non seulement à des manifestations publiques classiques – cette activité récréative perpétuelle gauloise -, mais se sont également révoltés. Commettant des actes de vandalisme à Paris et dans d’autres grandes villes, détruisant des lieux emblématiques tels que les Champs-Élysées, forçant la fermeture de la Tour Eiffel et du Louvre à la fermeture et causant même des dommages à l’Arc de Triomphe.

Au début, il a été rapporté que les émeutiers français étaient mécontents d’une augmentation des taxes sur les carburants motivée par les priorités environnementales du président Emmanuel Macron. « Le prix de l’essence est devenu incroyable », a déclaré l’autre jour Ghislain Coutard, crédité du lancement du mouvement dit des Gilets jaunes , citant des amis qui « survivent à peine » à cause des coûts de possession d’une voiture. « Le moindre problème avec la voiture devient une catastrophe », a-t-il expliqué. « Vous devez vous endetter et alors cela ne finira jamais. » Malheureusement, même après que Macron, réalisant qu’il avait dépassé les attentes, annulé la hausse de l’impôt, les émeutes se poursuivirent.

Les journalistes ont du mal à obtenir des explications claires et concises de la part des émeutiers sur leurs motivations et leurs objectifs. Peut-être que les émeutiers ne trouvent pas les mots – peut-être expriment-ils une rage qu’ils n’ont pas encore pu exprimer. Ou peut-être hésitent-ils à parler à haute voix de peur d’être appelés xénophobes, islamophobes ou racistes. Dans une interview accordée l’autre jour, le philosophe français Alain Finkielkraut a attribué les émeutes d’insécurité économique et culturelle de la classe moyenne et de la petite bourgeoisie d’origine française – des personnes chassées des grands centres urbains par la hausse des loyers, qui ont vu leurs emplois et des petites entreprises détruites par des taxes « vertes » les réglementations, qui ont le sentiment d’avoir perdu une lutte pour le pouvoir avec les immigrés musulmans et qui ont le sentiment que leurs classes dirigeantes ont plus de sympathie pour les immigrés que pour eux.Il s’agit en fait de l’agenda du Nouvel Ordre Mondial (le but étant la dépopulation mondiale et le remplacement de la population d’origine) dont Emmanuel Macron,le banquier des Rotschild,en est  le plus fier représentant.

Emmanuel Macron

Maintenant, les émeutes se sont propagées en Belgique et aux Pays-Bas. Là aussi, les objectifs des émeutiers peuvent être difficiles à atteindre. L’Associated Press a cité une plainte déposée par une femme néerlandaise âgée à propos des taxes élevées, de la pénurie de logements et de la perte des avantages sociaux: « Le filet de protection sociale avec lequel nous avons grandi a disparu », a-t-elle déclaré. « Le gouvernement n’est pas là pour le peuple. Il est là pour protéger ses propres intérêts. » Bien entendu, ces « intérêts » comprennent la priorité accordée aux cadeaux gratuits pour les immigrants aux dépens des Néerlandais qui ont travaillé toute leur vie. Même aujourd’hui, cependant, pour de nombreux habitants de l’Europe de l’Ouest, il peut être plus facile d’être un insurgé que de parler honnêtement de l’islam et de l’immigration.

Ces émeutes vont-elles se propager encore plus loin? En quelque sorte, il est difficile d’imaginer des émeutes scandinaves ordinaires: elles sont trop discrètes. Leur idée de manifestation publique est une veillée aux chandelles. Les Allemands, quant à eux, sont trop ordonnés pour se soulever spontanément. Oui, ils sont doués pour marcher en harmonie, mais ils ne sont pas enclins individuellement à entrer dans la violence. Là encore, cette impression peut être fausse. Après tout, il a été assez surprenant de voir autant de Britanniques ordinairement polis, voire réprimés, s’entasser sur les places londoniennes pour exprimer leur solidarité avec Tommy Robinson. Alors peut-être que ces émeutes françaises vont se répandre sur l’Europe occidentale. C’est peut-être bien cela: le début de la résistance du public de l’Europe occidentale contre le projet multiculturel et mondialiste désastreux des élites. Ou peut-être est-ce juste une étape supplémentaire qui nous rapproche du jour du jugement sur le continent. Nous allons bientôt le savoir assez tôt.

Tommy Robinson

 

 

 

Quand même le Danemark tourne le dos aux migrants

C’est l’air du temps : le Danemark, un des pays les plus progressistes d’Europe, est à son tour en train de tourner le dos aux migrants, au point où certains affirment ne plus reconnaître leur pays. 

 

À l’extérieur de la mosquée de la capitale Copenhague, les textes sacrés gravés sur les murs sont écrits en danois, pas en arabe ni en anglais. Même chose pour les épiceries spécialisées, où le danois et l’écriture arabe se côtoient sur les affiches.

On pourrait en conclure que cette petite société bien fière peut intégrer et absorber ses nouveaux arrivants.

Mais quelque chose a changé depuis qu’une vague de migrants et de réfugiés a déferlé sur l’Europe, il y a quelques années. Cette marée humaine a bouleversé la donne politique un peu partout sur le continent.

En trois ans, les demandes d’accueil, dont une majorité venant de gens issus de pays musulmans, ont triplé au Danemark pour dépasser les 21 000 en 2015.

Maintenant, la part des « non-Occidentaux » au Danemark s’approche des 10 %. C’est beaucoup pour un pays d’à peine six millions d’habitants.

 

Le « plan ghetto »

De nombreux Danois ont perçu cette vague comme un raz de marée, une sorte d’invasion.

« Si trop de gens viennent trop rapidement, ça cause des problèmes », assure Mads Fuglede, responsable de l‘Intégration et de la citoyenneté au parti Venstre, le parti au pouvoir au Danemark.

Le gouvernement danois a d’abord réagi en adoptant une série de mesures strictes visant à décourager l’immigration. Parmi celles-ci :

  • allocations moins généreuses pour les migrants;
  • regroupement familial plus long et difficile;
  • saisie de biens et d’argent pour les réfugiés entrant au pays;
  • interdiction de porter le voile intégral dans les espaces publics.

Puis, il y a eu le « plan ghetto », une série de mesures controversées qui ont placé le pays sur l’avant-scène européenne.

Le Danemark a désigné comme ghettos des secteurs où la composition sociale lui paraît problématique, là où il y aurait trop de pauvres, trop de crimes et trop de gens issus de l’immigration.

La mosquée Imam Ali de Copenhague est située dans un quartier commercial où se trouvent plusieurs épiceries et restaurants moyen-orientaux.

 

De petites zones, soutient le député Fuglede, « que le gouvernement danois ne contrôle plus tout à fait ». « Les policiers ne peuvent y entrer librement. Les ambulances ne peuvent y aller sans escorte policière », affirme-t-il.

Il s’agit donc de lutter contre la criminalité : les crimes commis dans ces secteurs seront punis plus sévèrement, les condamnés ne pourront pas y emménager une fois sortis de prison.

Il y a aussi une série de mesures qui visent à protéger la culture danoise, comme les tests de langue pour les jeunes habitants de ces enclaves ethniques, ou la réduction du nombre de loyers subventionnés.

L’inscription obligatoire des poupons de ces zones dans une garderie située hors de l’enclave a suscité beaucoup de bruit. L’idée est d’exposer rapidement les bébés aux mœurs et à la langue danoise.

Visite dans le « ghetto » de Mjolnerparken

Janni Milsted, une des responsables de l’association des résidants de Mjolnerparken.

 

« Ce n’est pas un ghetto! » soutient Janni Milsted, qui tenait à le dire et à nous le montrer. Septuagénaire, elle nous fait visiter Mjolnerparken à pied. C’est le quartier qui semble le plus souvent montré du doigt par les autorités danoises.

Certes, la peinture blanche sur les balcons de ce parc de logements abordables est défraîchie et les édifices semblent vieux. Mais on y voit peu de traces d’une zone à l’abandon, où la loi ne serait plus respectée.

La grande majorité des 2000 résidents sont issus de l’immigration. Certains habitent ici depuis des décennies. L’un d’entre eux s’est arrêté quelques minutes pour se plaindre.

L’homme ne se plaint pas des voisins ou de la criminalité, mais de la mauvaise réputation que le gouvernement a faite de son quartier.

« Les compagnies d’assurances ne veulent rien savoir de nous! » lance-t-il, indigné.

Muhammed Aslam, le responsable de l’association des résidants de Mjolnerparken. Lui et sa famille habitent le quartier depuis des années.

 

« Straf! » Le mot sonne sévère en danois : punition. C’est ainsi que Muhammed Aslam résume sa vision du programme danois pour briser les enclaves ethniques.

C’est en danois qu’il nous accorde une entrevue, une façon subtile de démontrer que les étrangers peuvent bien s’intégrer au Danemark.

À ses yeux, Mjolnerparken est victime d’un sentiment d’intolérance qui s’est abattu sur le pays lorsque la vague de migrants a déferlé sur l’Europe.

« Les partis de droite ont peur de perdre des appuis et ils pensent à la prochaine élection. Ils luttent pour être perçus comme les plus stricts possible sur les questions d’immigration. »

Muhammed Aslam

Le virage de la gauche danoise

« Bien sûr que c’est une bonne chose de briser ces sociétés parallèles », avance Lisbeth Vibe Utzon la responsable de la maison d’intégration pour immigrantes Kringlebakken. Ce qu’elle n’aime pas, c’est l’aspect coercitif et répressif des mesures annoncées.

« Ils sont en train de transformer notre démocratie en quelque chose d’autre », avertit-elle. « On fait passer le besoin d’intégration avant les considérations pour les droits humains. C’est déprimant! »

Lisbeth Vibe, la responsable de la ‘maison d’intégration’ Kringlebakken de Copenhague.

Lisbeth Vibe Utzon critique directement les partis de gauche qui, traditionnellement, se portent à la défense des étrangers. La situation actuelle au Danemark les pousse à adopter des positions plutôt de droite.

La migration « remet en question la cohésion sociale », admet le député social-démocrate [opposition] Mattias Tesfaye. Lui-même fils de réfugié, il appuie les mesures sévères contre les étrangers, mais pour aider les Danois moins fortunés.

Car, à ses yeux, l’arrivée trop importante de migrants a surtout causé du tort aux moins nantis, à « ceux qui ont peu d’argent et peu d’éducation ».

« Leurs enfants vont dans des écoles à problèmes, il y a des crimes dans leurs quartiers », reconnaît-il.

Le député préfère envoyer des ressources aux réfugiés installés près des zones de conflits plutôt que de leur ouvrir les portes de son pays. Il y voit une position plus réaliste pour les partis de gauche européens. Plus adaptée aux réalités actuelles.

« L’intégration est possible », explique-t-il, avant d’ajouter qu’il« faut atteindre le bon nombre » d’immigrants. Autrement dit, pas trop.

« Pas trop », c’est la réponse danoise devant ces mouvements de population qui bousculent la donne en Europe comme ailleurs sur la planète.

 


Le Danemark interdit le voile intégral dans l’espace public

Deux femmes voilées marchent près du parlement danois, à Copenhague.

 

Le Parlement danois a adopté jeudi,le 31 mai 2018, une loi interdisant le port du voile intégral islamique (burqa ou niqab) dans l’espace public, suivant ainsi d’autres pays européens comme la France ou la Belgique.

« Toute personne qui, dans des lieux publics, porte un vêtement qui lui cache le visage est passible d’amende », indique le texte qui a été adopté par 75 voix contre 30.

Le projet de loi, porté par le gouvernement de centre-droit, avait aussi les faveurs des deux premières forces politiques au Parlement : les sociaux-démocrates et le Parti populaire danois (populiste, anti-immigration).

À partir du 1er août, date d’entrée en vigueur de la nouvelle loi, toute infraction à l’interdiction sera sanctionnée d’une amende de 1000 couronnes danoises (200 $ CA).

Si les infractions sont répétées, l’amende pourra s’élever à 10 000 couronnes (2000 $ CA).

Amnistie internationale a fustigé la loi, dont l’adoption n’a pas dans l’immédiat suscité de tollé.

Si certaines restrictions spécifiques au port du voile intégral peuvent être légitimes pour des raisons de sécurité publique, cette interdiction n’est ni nécessaire ni proportionnée et viole les droits à la liberté d’expression et de religion.

Amnistie internationale

L’interdiction vise également d’autres accessoires qui dissimulent le visage, comme les cagoules ou les fausses barbes.

Aucune statistique officielle sur le nombre de femmes portant le niqab ou la burqa au Danemark n’est disponible.

« Je ne pense pas qu’il y en ait beaucoup […]. Mais si c’est le cas, il faut être puni d’une amende », avait déclaré en février le ministre de la Justice Søren Pape Poulsen à des journalistes, selon l’agence de presse Ritzau.

Selon les défenseurs de cette nouvelle loi, le voile est un outil idéologique d’oppression des femmes dans certaines cultures.

Certains utilisent le voile pour promouvoir une idéologie qui, s’ils réussissent, signifie que beaucoup d’autres perdent leurs droits à la liberté. C’est un équilibre.

Martin Henriksen, porte-parole du Parti populaire danois

Installée au Danemark avec son mari depuis six ans, la Pakistanaise Ayesha Haleem a toujours porté le niqab.

Interrogée par le quotidien DR, cette mère de famille raconte que « beaucoup croient que les hommes nous forcent à porter le niqab ou la burqa ».

« C’est complètement faux, si c’était le cas, je ne le porterais pas quand je ne suis pas avec mon mari », ajoute-t-elle. « C’est ma vie et j’en fais ce que je veux, tant qu’elle ne nuit pas à autrui. »

« Pour moi, le Danemark c’était la liberté. Les femmes pouvaient faire ce qu’elles voulaient », déplore-t-elle, n’excluant pas de quitter le pays plutôt que d’abandonner le port du niqab.

Le port du voile intégral islamique est interdit ou limité dans plusieurs pays européens.

Pays de l’UE qui ont légiféré sur le port du voile intégral

-Allemagne : le port du voile intégral est interdit depuis 2017 dans certains contextes, notamment pour les fonctionnaires qui doivent avoir le visage totalement découvert dans le cadre de leurs fonctions. La loi oblige également les personnes dont le visage est dissimulé à se découvrir en cas de vérification d’identité.

-Autriche : l’interdiction du voile islamique intégral dans les lieux publics est entrée en vigueur le 1er octobre 2017. Les infractions sont passibles d’une amende pouvant aller jusqu’à 150 euros.

-Belgique : le voile intégral est banni en public depuis 2011. Les contrevenants sont passibles d’une condamnation allant jusqu’à 7 jours de prison et/ou d’une amende. La Cour européenne des droits de l’homme a validé cette interdiction en juillet 2017.

-Bulgarie : le Parlement a adopté en septembre 2016 une loi interdisant le port du voile intégral en public, sauf pour raisons de santé ou professionnelles.

-Danemark : le Parlement a adopté jeudi une loi bannissant le port de la burqa ou du niqab dans l’espace public, qui entrera en vigueur le 1er août. Toute infraction sera sanctionnée d’une amende de 1000 couronnes danoises (200 $ CA) qui pourra être portée à 10 000 couronnes (2000 $ CA) en cas de récidive.

-France : premier pays européen à interdire le voile intégral dans l’espace public, avec une loi « interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public » promulguée en octobre 2010 et appliquée depuis avril 2011. Validée par la Cour européenne des droits de l’homme en 2014, elle prévoit en cas d’infraction jusqu’à 150 euros ( 225 $ CA) d’amende.

-Italie : une loi de 1975 interdit de sortir le visage couvert, mais les tribunaux ont systématiquement retoqué les arrêtés municipaux se prévalant de cette loi pour interdire le voile intégral, au motif que le voile résultait plus d’une tradition que d’une volonté de dissimuler son identité. Deux régions tenues par la Ligue (extrême droite), la Lombardie et la Vénétie ont interdit voile intégral et burqa dans les hôpitaux et les bâtiments publics.

-Pays-Bas : les députés ont voté en novembre 2016 un projet de loi interdisant le voile intégral dans certains lieux publics (écoles, hôpitaux, transports en commun) sous peine d’amende allant jusqu’à 405 euros (610 $ CA).

-Royaume-Uni : le ministère de l’Éducation a publié en 2007 des directives permettant aux directeurs d’établissements scolaires d’interdire le niqab. Dans le service de santé public, la décision est à la discrétion des hôpitaux.

-Suède : les établissements scolaires peuvent depuis 2006 interdire le voile s’il nuit à la communication entre élève et enseignant, s’il est dangereux (dans un laboratoire, un cours de sport) ou s’il contrevient aux règles d’hygiène. Partout ailleurs, il est autorisé.

 

 

 

Résistance au colonialisme: Boycott d’Israël, l’entité sioniste inonde l’Europe de millions de $$$ pour combattre BDS…

Israël inonde l’Europe de mililons de dollars pour combattre le BDS Ramzy Baroud & Romana Rubeo 21 novmbre 2018 Source: http://www.chroniquepalestine.com/israel-inonde-leurope-avec-des-millions-de-dollars-pour-combattre-le-bds/ – Le « trésor de guerre » israélien de 72 millions de dollars pour combattre le BDS arrive en Europe. Mais chaque tentative israélienne de discréditer le mouvement de boycott palestinien […]

via Résistance au colonialisme: Boycott d’Israël, l’entité sioniste inonde l’Europe de millions de $$$ pour combattre BDS… — Resistance71 Blog

Pacte illuminati des Nations Unies: la migration est un droit humain…enterre les nations et la démocratie

  • On ne saurait trop souligner que cet accord ne concerne pas les réfugiés fuyant la persécution ni leurs droits à la protection en vertu du droit international. Au lieu de cela, l’accord propage l’idée radicale que la migration – pour quelque raison que ce soit – doit être promue, activée et protégée.
  • L’ONU n’a aucun intérêt à admettre que son accord promeut la migration en tant que droit humain; jusqu’à récemment, il y avait peu de débat à ce sujet. Davantage de débat risquerait de compromettre l’ensemble du projet.
  • Les États membres des Nations Unies ne sont pas seulement censés ouvrir leurs frontières aux migrants du monde entier, mais devraient également les aider à choisir leur futur pays en leur fournissant des informations complètes sur chaque pays dans lequel ils souhaitent s’établir.

Un nouvel accord de l’ONU, que presque tous les États membres prévoient de signer en décembre, propage l’idée radicale selon laquelle la migration – pour quelque raison que ce soit – doit être promue, activée et protégée. Sur la photo: des migrants se promènent dans des champs en direction d’un camp de rétention dans le village de Dobova, en Slovénie, le 26 octobre 2015.

 

 

Les Nations Unies, dans le cadre d’un accord non contraignant que presque tous les États membres de l’ONU signeront lors d’une cérémonie qui se tiendra au Maroc début décembre, font de la migration un droit humain.

Le texte final de l’accord, le Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière , bien que officiellement non contraignant, « inscrit fermement la migration dans l’agenda mondial. Elle constituera un point de référence pour les années à venir et induira un réel changement dans le terrain … » selon la Lauber Jürg, le représentant de la Suisse auprès de l’ONU – qui a dirigé les travaux sur l’accord avec le représentant du Mexique.

Une ironie immédiate, bien sûr, est que peu de pays ont des critères d’entrée aussi restrictifs que ceux de la Suisse. Si vous souhaitez rester plus de trois mois, non seulement un « permis de séjour » est requis , mais aussi, « dans le but de limiter l’immigration des pays non-membres de l’UE / AELE, les autorités suisses imposent de strictes limitations annuelles du nombre de permis accordés aux résidents et aux  travailleurs  étrangers. « 

Les Nations Unies, dans le cadre d’un accord non contraignant que presque tous les États membres de l’ONU signeront lors d’une cérémonie qui se tiendra auMaroc début décembre, font de la migration un droit humain.

Le texte final de l’accord, le Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière , bien que officiellement non contraignant, « inscrit fermement la migration dans l’agenda mondial. Elle constituera un point de référence pour les années à venir et induira un réel changement dans le terrain … » selon  Lauber Jürg, le représentant de la Suisse auprès de l’ONU – qui a dirigé les travaux sur l’accord avec le représentant du Mexique.


HORS TEXTE

À Repentigny, au Québec,des entreprises utilisent des agences de travail  pour combler leur pseudo-manque de travailleurs.

Il y a des milliers de personnes sans emploi ,mais on va chercher des immigrants (plus ou moins légaux) à Montréal pour venir travailler aux côtés des  permanents de l’usine.

Ces  migrants reçoivent plus  que les permanents québécois et l’entreprise reçoit une subvention du gouvernement Trudeau pour les faire travailler…sans papiers!

Si un québécois  perd son emploi ,il ne reçoit pas  un cent de subvention pour attirer un employeur!

C’est cela le Grand Remplacement de Population  rêvé par le multiculturalisme et le mondialisme …avant de procéder à la dépopulation mondiale!

 


Sans surprise, ces résidences difficiles à trouver sont devenues une source de revenus du fait que «les étrangers achètent la résidence en Suisse».

L’accord des Nations Unies, en revanche, note:

« Les réfugiés et les migrants ont droit aux mêmes droits universels de l’homme et libertés fondamentales, qui doivent être respectés, protégés et respectés à tout moment. » (Préambule, section 4)

On ne saurait trop souligner que cet accord ne concerne pas les réfugiés fuyant la persécution ni leurs droits à la protection en vertu du droit international. Au lieu de cela, l’accord propage l’idée radicale que la migration – pour quelque raison que ce soit – doit être promue, activée et protégée. La quasi-totalité des États membres de l’ONU, à l’exception des États-Unis, de l’Autriche, de l’Australie, de la Croatie, de la Hongrie et peut-être aussi de la République tchèque et de la Pologne, devraient la signer.

L’ONU a nié que la migration soit transformée en un droit humain. « La question de savoir s’il s’agit d’une manière délicate de promouvoir un » droit humain de migrer « n’est pas correcte. Cela ne figure pas dans le texte; il n’y a pas de projet sinistre pour faire avancer cela », a déclaré Louise Arbour, représentante spéciale des Nations Unies pour les migrations internationales, récemment dit .

L’ONU n’a aucun intérêt à admettre que l’accord favorise la migration en tant que droit humain; jusqu’à récemment, il y avait peu de débat à ce sujet. Davantage de débat risquerait de compromettre l’ensemble du projet. La formulation de l’accord, telle que documentée ci-dessous, ne laisse toutefois aucun doute sur le fait qu’avec la signature de cet accord, la migration deviendra effectivement un droit humain.

L’accord est divisé en 23 objectifs vers lesquels les signataires souhaitent apparemment travailler. L’objectif numéro trois, par exemple, envisage la promotion et l’activation de la migration par divers moyens. Les États signataires s’engagent à:

« Lancer et publier un site Web national centralisé et accessible au public pour mettre à disposition des informations sur les options de migration régulière, telles que les lois et les politiques d’immigration spécifiques à un pays, les exigences de visa, les formalités de demande, les frais de scolarité et les critères de conversion, les exigences de permis de travail, les exigences de qualification professionnelle, l’évaluation des diplômes et des équivalences, des possibilités de formation et d’études, ainsi que des coûts et conditions de vie, afin d’informer les décisions des migrants. « 

En d’autres termes, les États ne sont pas seulement censés ouvrir leurs frontières aux migrants du monde entier, ils doivent également les aider à choisir leur futur pays en leur fournissant des informations complètes sur chaque pays dans lequel ils souhaitent s’installer.

Le niveau de service envisagé pour faciliter davantage de migration est également élevé. Les pays sont invités à:

« Mettre en place des points d’information ouverts et accessibles le long des routes migratoires pertinentes, qui puissent orienter les migrants vers un soutien et des conseils adaptés aux enfants et tenant compte du genre, offrant la possibilité de communiquer avec les représentants consulaires du pays d’origine et de mettre à disposition les informations pertinentes, notamment en matière de droits de l’homme. et libertés fondamentales, protection et assistance appropriées, options et voies de migration régulière et possibilités de retour dans une langue que la personne concernée comprend. « 

Une fois que les migrants sont arrivés à la destination choisie, les pays signataires s’engagent à:

« Fournir aux migrants nouvellement arrivés des informations ciblées, respectueuses des sexospécificités, adaptées aux enfants, accessibles et complètes, ainsi que des conseils juridiques sur leurs droits et obligations, y compris sur le respect des lois nationales et locales, l’obtention des permis de travail et de résident, les ajustements de statut, l’enregistrement avec les autorités, l’accès à la justice pour déposer des plaintes concernant les violations des droits, ainsi que l’accès aux services de base. « 

Les migrants sont, à l’évidence, les citoyens d’un nouveau monde dans lequel tous les pays doivent se porter au secours de tous ceux qui ont choisi de voyager et d’y séjourner pour quelque raison que ce soit. Les frontières existent peut-être en théorie, mais l’ONU – comprenant presque tous les gouvernements du monde – s’efforce de les faire disparaître dans la pratique.

Selon l’accord, les migrants doivent également être « habilités à réaliser la pleine intégration et la cohésion sociale » dans leurs nouveaux pays (objectif 16). Cela signifie, entre autres, que les pays doivent:

« Promouvoir le respect mutuel des cultures, traditions et coutumes des communautés de destination et des migrants en échangeant et en mettant en œuvre les meilleures pratiques en matière de politiques, programmes et activités d’intégration, y compris sur les moyens de promouvoir l’acceptation de la diversité et de faciliter la cohésion et l’inclusion sociales. »

Toutes les cultures sont égales et doivent être également respectées. Cela signifie vraisemblablement que, par exemple, la tradition des mutilations génitales féminines (MGF), que vivent presque toutes les femmes somaliennes en Somalie, doit être reconnue à Londres et à Paris comme méritant le « respect mutuel » de la même manière qu’elle à Mogadiscio.

L’accord poursuit en énumérant le travail que les États doivent entreprendre pour accueillir les migrants. « Des objectifs politiques nationaux … concernant l’intégration des migrants dans les sociétés, y compris en matière d’intégration sur le marché du travail, de réunification familiale, d’éducation, de non-discrimination et de santé » devraient être développés. En outre, le pays d’accueil devrait faciliter « l’accès au travail décent et à l’emploi pour lequel il est le plus qualifié, conformément aux demandes du marché du travail local et national et à l’offre de compétences ».

En d’autres termes, les migrants nouvellement arrivés en Europe, par exemple, devraient avoir les mêmes droits, ou du moins très similaires, à l’éducation, au marché du travail et aux soins de santé, au même titre que les Européens, qui ont travaillé dur et payé des impôts pendant un demi-siècle avoir accès à ces mêmes choses. Bien entendu, les Européens devront payer tout cela avec leurs impôts.

Les auteurs de l’accord ne s’attendent évidemment pas à ce qu’il se répande aussi bien avec leurs populations. Un accord visant à faciliter les migrations massives du reste du monde vers des pays essentiellement occidentaux (il n’y a pas de migration à proprement parler) peut s’avérer un peu difficile pour les occidentaux. L’accord indique donc clairement que tout désaccord avec l’ordre du jour ne sera pas accepté et que les États signataires s’emploieront à dissiper les « récits trompeurs générant une perception négative des migrants ».

Pour que cet objectif devienne une réalité, les États signataires s’engagent d’abord à:

« Promouvoir des reportages indépendants, objectifs et de qualité sur les médias, y compris sur Internet, notamment en sensibilisant et en informant les professionnels des médias sur les questions relatives à la migration et à la terminologie, en investissant dans des normes de reportage éthique et dans la publicité, et en arrêtant l’affectation de fonds publics ou d’un soutien matériel aux médias qui promeuvent systématiquement l’intolérance, la xénophobie, le racisme et d’autres formes de discrimination à l’égard des migrants, dans le plein respect de la liberté des médias.  » (Objectif 17)

Ceci est Orwell sur les stéroïdes. Presque tous les États membres de l’ONU vont signer un accord stipulant que les médias en désaccord avec les politiques gouvernementales ne seront pas éligibles au financement public. En plus de cela, l’accord affirme, bizarrement, qu’il est écrit « dans le plein respect de la liberté des médias », comme si cela allait faire croire à qui que ce soit.

Angela Merkel et …ses migrants!

Deuxièmement, les États signataires s’engagent à:

« … éliminer toutes les formes de discrimination, condamner et contrer les expressions, actes et manifestations de racisme, de discrimination raciale, de violence, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée à l’égard de tous les migrants, conformément au droit international des droits de l’homme. » (Objectif 17)

L’accord, de manière pratique, ne fournit aucune définition de ce qui constitue le « racisme » ou la « xénophobie » dans ce contexte. Qu’est-ce que « l’intolérance liée », par exemple? Est-ce que la critique des politiques de migration des Nations Unies, par exemple, « l’intolérance »?

À l’origine, tous les États membres de l’ONU, à l’exception des États-Unis, avaient approuvé le texte final de l’accord et semblaient prêts à le signer en décembre. Récemment, cependant, davantage d’États ont annoncé qu’ils se retiraient de l’accord.

En juillet, la Hongrie s’est retirée de l’accord. Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, l’a décrite comme « tout à fait contraire aux intérêts de la sécurité hongroise », et a ajouté:

« Ce pacte constitue une menace pour le monde car il pourrait inspirer des millions [de migrants]. Son principe fondamental est que la migration est un phénomène positif inévitable. Nous considérons que la migration est un processus pénible, qui a des conséquences extrêmement graves pour la sécurité. »

En juillet, l’Australie a également indiqué qu’elle se retirerait de l’accord, du moins sous sa forme actuelle. Selon le ministre de l’Intérieur, Peter Dutton:

« Nous n’allons pas signer un accord qui sacrifie quoi que ce soit en ce qui concerne nos politiques de protection des frontières … Nous n’allons pas abandonner notre souveraineté – je ne laisserai pas les corps non élus dicter à nous, au peuple australien . « 

En novembre, la République tchèque et la Pologne ont annoncé qu’elles étaient très susceptibles de se retirer de l’accord. La présidente croate, Kolinda Grabar-Kitarovic, a écrit dans une déclaration qu’elle ne signerait pas l’accord. « Nos principes souverains en matière de sécurité de nos frontières et de contrôle des flux migratoires sont absolument notre priorité », a déclaré le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki.

Ce mois -ci également , l’Autriche a annoncé qu’elle ne signerait pas non plus l’accord. « Nous considérons certains points du pacte sur la migration de manière très critique, tels que la confusion entre recherche de protection et migration de main-d’œuvre », a déclaré le chancelier autrichien Sebastian Kurz.

L’Union européenne a immédiatement critiqué la décision de l’Autriche. « Nous regrettons la décision prise par le gouvernement autrichien. Nous continuons de croire que la migration est un défi mondial pour lequel seules des solutions mondiales et un partage des responsabilités à l’échelle mondiale produiront des résultats », a déclaré une porte-parole de la Commission européenne.

C’est d’ailleurs la même UE qui est censée «  sévir » contre la migration. Si vous «réprimez» la migration, pourquoi signez-vous des accords qui faciliteront et exposeront celle-ci en tant que droit humain?

Invasion de migrants en Hongrie.