Sauf la Reine,personne n’est propriétaire au Canada

Personne n’est réellement propriétaire au Canada, même si votre terrain et votre propriété est payée en totalité vous êtes sur les terres de la reine et c’est la raison pour laquelle vous devrez toujours payer des taxes.

Sa Majesté devant ‘accumulation de l’or pillé sur le dos des peuples au fil des siècles!

En Tant que sujet de Sa Majesté, vous devez vous soumettre à ses ordres et caprices si non les Useful Idiots à son service vous inventeront une dette en bonne et due forme basée sur certains des prétextes de taxage que le recueil de lois qu’ils ont inventé contient. si vous n’avez plus les moyens de payer cette « dette » pour des raisons de santé, d’incapacité a gagner votre vie ou par principe, Ils continueront d’ajouter des « Frais » et pénalités et passeront ensuite à l’étape suivante.

Une fois que la « dette » sera devenue assez élevé, c’est un autre groupe de Useful Idiots, ceux la armés, qui seront mandatés pour vous soumettre par la force aux désirs de la souveraine ou vous serez chassé et perdrez tous vos biens durement gagnés, Vous et votre famille serez jeté à la rue même si tout vos biens ont étés payés en totalité.

Si vous reculez dans le temps, vous allez découvrir que votre terrain un moment donné était une foret inhabitée qui n’appartenait à personne, plusieurs propriétaires se sont échangé la permission d’habiter cet espace depuis mais qui donc en a été le premier propriétaire?? et de qui votre espace a-t-il été acheté initialement?

C’est la dure réalité de ce que le monde académique géré par l’occupant appelle « La conquête ».

C’est du terrorisme et du génocide pour de simples « Communs » ou « Commons » comme nous, de manipuler des esprits faibles, de les armer jusqu’aux dents, de leur enseigner l’art de tuer pour ensuite les convaincre d’haïr et d’aller massacrer des peuples entiers qui refusent de se soumettre à notre autorité et à nous céder leurs libertés, leurs biens et leurs terres.

Elizabeth II inspecte des billets de banque

Les taxer et les obliger à nous donner la moitié de leurs récoltes ou de leur salaire est aussi du vol et criminellement punissable.

Pour l’occupant qui invente les lois, tout cela est tout à fait légal, totalement immoral mais légal (En vertu des lois). Comment de tels gestes peuvent-ils être légaux? il faut bien comprendre la différence entre ce qui est légal et ce qui est moral.

Oui certaines lois peuvent êtres morales, mais si la personne qui les écrit est immorale il est fort probable que ses lois soient aussi immorales.

C’est la « Doctrine of Discovery » et la « Terra Nullius » qui autorise les maîtres auto proclamés du monde à s’approprier légalement mais de façon totalement immorale ce qui ne leur appartient pas et à anéantir les esprits libres qui refusent de se soumettre à eux.

Les trillions qui composent la richesse de l’occupant mondial ont tous été obtenus par des actes de terrorisme barbares, les couronnés n’ont jamais travaillé et ont toujours vécu dans l’abondance en asservissant leurs sujets et en les pillant (Taxage, permis, impôts, intérêts travaux forcés etc.)

Les politiciens que vous croyez élire chaque 4 ans sont leurs serviteurs, ils leur font serment de soumission et d’obéissance si non ils ne pourront jamais aller perdre leur temps à gros salaire dans la « Chambre des communs » (Communes)


La propriété au Québec

 

Savons-nous  que nous  POSSÈDONS (contrôle) la PERSONNE qui est « propriétaire » du terrain ?

Et que cette personne qui est propriétaire appartient à l’état ?

Donc le terrain appartient toujours à l’état ?

Et quand tu t’identifies par le Prénom Nom de famille de cette personne, tu t’identifies comme une propriété de l’état ?

Vu que l’esclavage a été aboli, tu as un droit fondamental à la sûreté de ta personne.

Légalement, une sûreté, ça sert à décharger / acquitter des dettes…

Donc les taxes que l’état charge, c’est à leur personne/propriété/esclave qu’ils les chargent… C’est à EUX qu’ils les chargent.

Si tu choisis de payer, « good for you. ».. Mais tu peux aussi choisir de faire valoir tes droits, comme le suggérait le ministre de la justice de l’époque, Marc-André Bédard, lors de la publication de la Charte des droits et libertés de la personne de 1982…

 

La Charte Québécoise des Droits de la Personne…à relire!
Théoriquement tout ce qu’on sais est vrai mais ceux avec qui on dois négocier sont de dangereux criminels prêt à tout pour éviter que l’information ne se répande. Cest un peu comme si un cartel de gros criminels armés nous exigeait un montant qu’on ne leur doit pas, on paie ou pas?

L’argent, ils l’ont uniquement parce qu’on utilise LE LEUR (qui n’est que de la dette).

Et avec l’utilisation de LEUR argent « legal tender » vient l’obligation de respecter LEURS lois.

Legal = la loi
Tender = une offre inconditionnelle

Bitcoin a été créé pour ça.

S’ils ne peuvent plus se financer en taxant les transactions qui se font entre ceux qui refusent d’utiliser leur monnaie, leur système va crever de faim.

Tu ne réussiras pas à sensibiliser la police ou l’armée.

ICYMI : les corps de police ont à leur tête des corrompus qui comptent sur des idiots utiles qui obéissent aux ordres sans se poser de questions sur la moralité de ce qu’ils font.

Et l’armée, c’est encore pire.

Le VRAI ennemi, c’est le Barreau. Ses membres sont des menteurs esclavagistes dont la job dépend de l’ignorance du peuple.
Tu comprends qu’ils sont de mauvaise foi et qu’ils protègent leur petite clique la minute que tu leur poses les vraies questions. 

Ils placent leurs pions dans toutes les hautes sphères du gouvernement.

Ils ne respectent même plus les fondements de la justice, de la liberté et de la paix, tels qu’ils sont pourtant décrétés dans la Charte des droits et libertés de la personne.

La seule façon de régler le problème qu’ils représentent c’est de cesser de jouer leur « game » (leur jeu,leur partie)…

Mais réfléchissez y: le Québec est la Dernière Colonie Survivante de l’Empire Britannique et si voter vous permettrait de changer quelque chose,on abolirait ce droit!

Seule la Désobéissance Civile peut arriver à  faiore changer ce système!

Sources:Recherches de Jacques Lapointe et divers commentaires associés sur Facebook.

 

 

UE: Dire aux Européens quoi penser

  • Bien entendu, les initiatives susmentionnées s’ajoutent à toutes les autres mesures que l’UE a mises en place pour « guider » les Européens sur la voie de la réflexion appropriée … que les géants de la technologie en ligne non transparents et non responsables – Facebook, Google, Twitter et Mozilla – signés en octobre 2018 et leur «Code de conduite pour la lutte contre le discours de haine en ligne illégal en ligne» de 2019.
  • Dans la même veine que les « camps de rééducation » chinois ou les « centres de réhabilitation » de l’ancienne Union soviétique qui abusaient de la psychiatrie à des fins politiques, Marine Le Pen a été condamnée en septembre à subir des tests psychiatriques pour pouvoir tweeter les images, en vue d’établir si elle était capable de comprendre les remarques et de répondre aux questions « .
  • Il est probablement prudent de dire que les premières victimes des politiques d’éducation aux médias de l’UE seront la diversité des opinions et la liberté d’expression.

 

 

 

Marine Le Pen (photo du podium), chef du parti français Rassemblement National (Rassemblement national), a posté des tweets condamnant le groupe terroriste État islamique, y compris des photos de leurs victimes assassinées. Pour cela, elle a été inculpée de « diffusion d’images violentes » et condamnée par un tribunal à une évaluation psychiatrique afin de déterminer si elle « était capable de comprendre des propos et de répondre à des questions ».

 

La première Semaine européenne de l’éducation aux médias , une initiative de l’Union européenne, se déroulera du 18 au 22 mars dans différentes villes d’Europe. Cette semaine est une nouvelle initiative de la Commission européenne visant à « souligner l’importance de l’éducation des médias pour la société et à promouvoir ses initiatives et ses projets dans toute l’Union européenne ». La Commission européenne explique sa politique de renforcement de la « culture médiatique » au sein de l’UE – qui aurait pu être une initiative noble et utile – de la manière suivante:

« Avec l’essor rapide de la technologie numérique et son utilisation croissante dans les domaines des affaires, de l’éducation et de la culture, il est important de s’assurer que tout le monde peut comprendre et interagir avec les médias numériques.

« L’éducation aux médias est essentielle à la croissance économique et à la création d’emplois. Les technologies numériques sont un moteur essentiel de la compétitivité et de l’innovation dans les secteurs des médias, de l’information et des technologies de la communication. »

Dans le cadre de sa stratégie de « marché unique numérique », la Commission européenne ajoute faiblement:

« L’éducation aux médias concerne différents médias (radiodiffusion, radio, presse), différents canaux de distribution (traditionnels, Internet, réseaux sociaux) et répond aux besoins de tous les âges … Un niveau élevé d’éducation aux médias est un facteur clé pour permettre aux citoyens prendre des décisions éclairées à l’ère numérique. L’initiation aux médias est une condition préalable à une démocratie moderne et dynamique. « 

Cependant, il n’est pas nécessaire de scruter beaucoup la surface avant de constater qu’au moins certains aspects de la politique d’alphabétisation des médias de la Commission européenne concernent moins les citoyens que de les éclairer, plutôt que de les guider avec lourdeur sur ce qu’ils doivent penser. Selonla Commission européenne, « le développement de la pensée critique de l’utilisateur est une pierre angulaire de toutes les définitions possibles de l’éducation aux médias ». Il semblerait que la Commission se soit arrogée la tâche formidable de « développer » cette faculté essentielle des citoyens européens.

En outre, selon la Commission :

« L’initiation aux médias est également un outil qui responsabilise les citoyens, leur permet de se sensibiliser et aide à contrer les effets des campagnes de désinformation et de la diffusion de fausses informations par le biais des médias numériques. »

L’ initiative de l’UE contre la désinformation , selon laquelle « l’exposition des citoyens à la désinformation à grande échelle, y compris des informations trompeuses ou carrément fausses, constitue un défi majeur pour l’Europe » « contient » un plan d’action visant à intensifier les efforts pour contrer la désinformation en Europe et au-delà … « Le plan d’action est analysé plus en détail ici .

Bien entendu, les initiatives susmentionnées s’ajoutent à toutes les autres mesures que l’UE a mises en place pour «guider» les Européens sur la voie de la réflexion. Parmi ces mesures figurent le Code de pratique sur la désinformation , signé en octobre 2018 par les géants de la technologie en ligne non transparents et inexplicables – Facebook, Google, Twitter et Mozilla – et son  » Code de conduite de 2019 pour lutter contre le discours de haine en ligne illégal en ligne « .

À l’évidence, les Européens ont désormais besoin des conseils indispensables de la Commission européenne pour savoir comment naviguer, lire et interpréter correctement les informations, qu’il s’agisse d’une source traditionnelle ou numérique. Comment et pourquoi la bureaucratie de l’UE a-t-elle décidé d’apprendre à lire et à penser aux Européens est quelque peu obscure.

Néanmoins, pour certains dirigeants européens, cette batterie d’artillerie de mesures bureaucratiques visant à guider la pensée des Européens n’est toujours pas suffisante. Le président français Emmanuel Macron a récemment prononcé un discours dans lequel il proposait la création de « l’Agence européenne pour la protection des démocraties »:

« Nous devrions faire en sorte que les règles européennes bannissent toute incitation à la haine et à la violence de la part d’Internet , car le respect de l’individu est le fondement de notre civilisation de la dignité ». [Souligné dans l’original]

 

Comme toujours, qui définit ce qui est perçu comme de la « haine » a été laissé au vent. Vraisemblablement, tout ce que les dirigeants de l’UE jugent contraire à la politique qu’ils préfèrent, comme l’a montré l’expérience antérieure . Dans la France de Macron, par exemple, Marine Le Pen, chef du parti du Rassemblement National (Rassemblement National), anciennement connu sous le nom de Front National , a été inculpée.avec la diffusion de « messages violents incitant au terrorisme ou à la pornographie ou portant gravement atteinte à la dignité humaine », pour avoir tweeté des images d’atrocités commises par l’Etat islamique en Syrie et en Irak en 2015, et pouvant être visionnées par un mineur. Une des images montre le corps de James Foley, le journaliste américain décapité par des terroristes de l’Etat islamique, tandis que les autres montrent un homme vêtu d’une combinaison orange poussé par un tank et un autre homme brûlé vif dans une cage. « Daesh est-ce! » Le Pen a écrit dans la légende, qu’elle a tweetée quelques semaines après l’attaque de l’Etat islamique à Paris en novembre 2015, au cours de laquelle 130 personnes ont été tuées.

« Je suis accusé d’avoir condamné les horreurs de Daesh », a déclaré Le Pen . Dans la même veine que les  » camps de rééducation  » de Chine ou les  » centres de réhabilitation  » de l’ancienne Union soviétique qui abusaient de la psychiatrie à des fins politiques, Le Pen a été condamné en septembre à subir des tests psychiatriques pour tweeter les photos, ostensiblement pour déterminer si elle capable de comprendre les remarques et de répondre aux questions. « 

Selon le système judiciaire français, l’avertissement contre le terrorisme islamique est non seulement criminel mais représente apparemment une aberration psychologique. Le Pen pourrait être condamné à trois ans de prison et à une amende de 75 000 € (85 000 $). Également en septembre, le Parlement a levé l’immunité d’un autre député du Rassemblement National, Gilbert Collard, sur des tweets similaires contenant des images d’ISIS. Les poursuites pénales sont bien sûr un moyen pour les gouvernements de traiter leurs opposants politiques, mais elles se limitaient autrefois aux dictatures et non aux démocraties parlementaires, comme la France.

Mariano Rajoy et Carles Puigdemont peu avant le référendum sur l’indépendance de la Catalogne.
Le refus de reconnaître le vote à 90 % en faveur de l’indépendance de cette région par l’Union Européenne et divers pays néolibéraux comme le Canada,montre fort bien que la démocratie n’existe plus et que le néolibéralisme de gauche a tendance à vouloir fabriquer un nouveau système totalitaire qui menacera toutes les volontés nationalistes dans le monde…mêmes celles de gauche.
Le Nouvel Ordre Mondial est bien vivant avec des serpents à sonnettes comme Justin Trudeau et Emmanuel Macron.

 

On peut se demander si cette forme de censure européenne est ce que Macron, avec son plan orwellien, voudrait voir exporté vers le reste de l’Europe.

Dans le même temps, la prochaine semaine de l’éducation aux médias débutera par une conférence d’ouverture organisée par la Commission européenne le 19 mars. Jusqu’à présent, environ 180 événements sur l’ éducation aux médias ont été annoncés dans toute l’Europe pour le mois de mars. En Slovénie, des ateliers tels que  » Atelier d’initiation aux médias pour les étudiants: lutter contre les fausses informations  » et  » Alphabétisation réelle des médias pour un monde de fausses actualités  » sont proposés. À Londres, les Européens sont invités à un séminaire sur « L’ éducation aux faux médias: Pensée critique, résilience, engagement civique , « où:

« Des chercheurs américains et britanniques renommés dans le domaine de l’éducation aux médias se réuniront … avec des enseignants, des bibliothécaires, des journalistes, des producteurs de médias numériques et des jeunes pour s’attaquer à la désinformation liée à l’éducation aux médias … dans un objectif commun: une stratégie concrète pour exploiter les médias l’alphabétisation pour développer la résilience des jeunes face aux « fausses nouvelles », en se concentrant sur des études de cas réalisées au Royaume-Uni et aux États-Unis. « 

Il est probablement prudent de dire que les premières victimes des politiques d’éducation aux médias de l’UE seront la diversité des opinions et la liberté d’expression.


EN COMPLÉMENT ET EN CONCLUSION

L’Europe met fin à la liberté d’expression!

Image associée

  • Selon La Nouvelle Europe, à Leeuwarden, « une vingtaine d’opposants aux projets [d’établir des centres d’asile] dans la région ont reçu des visites de police à domicile. » En d’autres termes, les Pays-Bas se livrent à la censure des États, posant ainsi la question suivante: les Pays-Bas sont-ils maintenant un État policier?
  • Dans la ville de Sliedrecht, la police s’est rendue au bureau de Mark Jongeneel et lui a dit qu’il « tweetait trop » et qu’il devait « surveiller son ton »: ses tweets « peuvent sembler séditieux ». Sa faute? Un tweet a déclaré: « Le Collège de Sliedrecht propose de prendre 250 réfugiés dans les deux prochaines années. Quelle mauvaise idée! »
  • En septembre 2015, Die Welt a signalé que les personnes qui expriment des opinions « xénophobes » sur les médias sociaux risquent de perdre le droit de voir leurs propres enfants.
  • Alors que les citoyens européens ordinaires risquent d’être arrêtés et poursuites pour « remarques xénophobes », un commissaire européen allemand, Günther Oettinger, a appelé une délégation chinoise visite des ministres « yeux bridés » ( « Schlitzaugen »). Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a promis que M. Oettinger serait responsable du budget de l’UE.
  • De toute évidence, la loi n’est pas égale. Les commissaires européens peuvent faire des remarques « xénophobes » et obtenir une promotion; Les citoyens européens, pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression, sont arrêtés et poursuivis en justice.

En Europe, l’ennemi est-il maintenant les gouvernements? De plus en plus de preuves montrent que même un avis modéré allant à l’encontre de la politique officielle du gouvernement peut vous conduire en prison ou au moins vous assurer de la visite de votre police kafkaïenne locale et sympathique. L’Europe est-elle effectivement devenue un Etat policier?

Plusieurs gouvernements européens indiquent clairement à leurs citoyens que critiquer les migrants ou les politiques européennes en matière d’immigration est une infraction criminelle. Les personnes qui vont  » trop loin « , selon les autorités, sont arrêtées, poursuivies et parfois condamnées.

Aux Pays-Bas, en octobre 2015, la police a rendu visite à des personnes qui avaient naïvement commenté à propos des centres d’asile sur Twitter. Dans la ville de Sliedrecht, la police s’est rendue au bureau de Mark Jongeneel et lui a dit qu’il « tweetait trop » et qu’il devrait « surveiller son ton « : ses tweets » peuvent sembler séditieux « . Sa faute? La ville avait organisé une réunion de citoyens au sujet d’un centre de réfugiés dans la région et Jongeneel avait posté quelques tweets. L’un d’eux a déclaré: « Le collège de Sliedrecht propose de prendre 250 réfugiés dans les deux prochaines années. Quelle mauvaise idée! » Plus tôt, il avait également tweeté: « Faut-il laisser cela se produire?! »

Il n’était pas le seul. À Leeuwarden, selon la nouvelle Europe :

« … une vingtaine d’opposants aux projets [d’établir des centres d’asile] dans la région ont reçu des visites de police à domicile. Cela s’est également produit à Enschede et dans certaines localités du Brabant, où, selon les médias néerlandais, des personnes ont critiqué l’arrivée de réfugiés et ont dirigé une page sur les médias sociaux sur le sujet, leur demandant de s’arrêter « .

Un porte-parole de la police nationale a expliqué que dix unités de renseignement de « détectives numériques » surveillaient en temps réel les pages Facebook et les comptes Twitter, à la recherche de messages « trop ​​lointains », afin de pouvoir leur rendre visite pour leur dire « quel effet poste ou tweet sur internet peut avoir.  » En d’autres termes, les Pays-Bas se livrent à la censure des États, soulevant ainsi la question suivante: les Pays-Bas sont-ils maintenant un État policier?

Au Royaume-Uni, Scott Clark a été arrêté en février 2016 pour avoir écrit sur la page Facebook de la Scottish Defence League que les réfugiés syriens « verraient notre côté méchant. » Selon un reportage , il aurait évoqué les agressions sexuelles subies par des hommes de comparution arabe ou nord-africaine à Cologne, en Allemagne, le soir du Nouvel An, pour justifier ses commentaires en ligne, dans lesquels il écrivait également: « Si quelque chose arrivait à une jeune fille Je cracherai personnellement au visage des conseillers qui ont poussé et poussé pour qu’ils soient logés ici … « Il a également écrit: » Il y a une invasion islamique. Une chose est en train de tomber. Nous avons juste vu 15 Syriens dans le boozer local … I opposé à leur arrivée depuis le début « .

L’inspecteur Ewan Wilson du bureau de police de Dunoon a déclaré au Guardian:

« J’espère que l’arrestation de cette personne envoie un message clair que Police Scotland ne tolérera aucune forme d’activité susceptible d’inciter à la haine et de provoquer des commentaires offensants sur les médias sociaux. »

En Allemagne, un couple marié, Peter et Melanie M., ont été poursuivis en justice pour avoir créé un groupe Facebook critiquant la politique du gouvernement en matière de migration. Selon la presse , la page a déclaré: « La guerre et les réfugiés économiques inondent notre pays. Ils apportent terreur, peur et chagrin. Ils violent nos femmes et mettent nos enfants en danger. Mettez fin à cela! »

Lors du procès, Peter M. a défendu ses propos en ligne et a déclaré: « On ne peut même pas exprimer une opinion critique des réfugiés sans se faire qualifier de nazi. Je voulais créer un forum de discussion où vous puissiez parler de réfugiés … » Il a ajouté que, dans son rôle d’administrateur du groupe, il avait supprimé les propos radicaux ou pro-nazis, mais que Facebook avait supprimé la page, il ne pouvait pas présenter les preuves au tribunal.

Dans son verdict, le juge a déclaré : « La description du groupe est une série de généralisations avec un arrière-plan clair de droite. » Peter M. a été condamné à neuf mois d’emprisonnement avec sursis et son épouse à une amende de 1 200 euros. Le juge a ajouté: « J’espère que vous comprendrez la gravité de la situation. Si vous vous assoyez à nouveau devant vous, vous allez finir en prison. « 

En Allemagne, le fait de critiquer les migrants et les politiques gouvernementales en matière d’immigration peut avoir d’autres conséquences draconiennes. En septembre 2015, Die Welt a signalé que les personnes qui expriment des opinions « xénophobes » sur les médias sociaux risquent de perdre le droit de voir leurs propres enfants. Il n’est même pas nécessaire que le tribunal considère le bien-être de l’enfant comme une menace et limite le droit des parents de voir son enfant ou d’ordonner la présence d’un « éducateur » lors d’une réunion entre le parent et l’enfant, qui peut « intervenir au besoin. » Il est également possible d’interdire certaines actions, expressions ou réunions en présence de l’enfant. En dernier recours, le tribunal peut retirer complètement l’enfant de la garde de ses parents.

Selon Eva Becker, présidente du groupe de travail sur le droit de la famille au sein du barreau allemand (DAV), « le facteur décisif est une bonne compréhension de la population ». Becker estime qu’il ne suffirait pas de considérer le bien-être de l’enfant en danger, si un parent déclarait qu’il préférerait ne pas avoir de migrants syriens vivant dans son voisinage. En revanche, si un père ou une mère fait des commentaires qui contiennent des menaces verbales contre des réfugiés en présence de l’enfant, il « dépassera manifestement la limite critique ».

Il n’est même pas pertinent de savoir si ces propos sont criminels au regard du droit allemand. Même un commentaire non punissable en droit allemand peut pousser un parent à dépasser la « limite critique ». Il n’est pas crucial de savoir si l’acte est criminel, mais s’il « influence » l’enfant de manière à mettre en danger son bien-être. Si un tribunal établit que le bien-être de l’enfant est menacé, le droit de visite du parent peut être limité au départ.

Les actions, plutôt que de parler, sont considérées comme encore plus incriminantes. Selon Becker, discuter avec des connaissances au sujet de demandeurs d’asile en présence de l’enfant, c’est une chose, mais c’est bien pire de le conduire à des manifestations « xénophobes ».

Becker ne définit jamais ce que l’on entend par « xénophobe ». Cela semble impliquer que l’on parle de xénophobie à sens unique, par exemple, pas de xénophobie islamique à l’encontre de non-musulmans, mais aucune tentative n’est faite pour en définir la définition, bien qu’il s’agisse clairement de la partie la plus cruciale du problème.

Alors que les citoyens européens ordinaires risquent d’être arrêtés et poursuivis en justice pour leurs propos « xénophobes », il en va tout autrement pour ceux qui se trouvent aux plus hauts échelons de l’Union européenne.

Dans un discours prononcé à Hambourg en octobre, Günther Oettinger, membre de la Commission européenne chargé de l’économie numérique, a qualifié de « yeux bridés » ( » Schlitzaugen « ) une délégation chinoise de ministres en visite , expression généralement considérée comme raciste. Oettinger n’a même pas pris la peine de s’excuser, mais a déclaré à Die Welt qu’il était important de voir ses commentaires dans un « contexte plus large ».

La Commission européenne a également refusé de présenter ses excuses aux enquêteurs d’Oettinger (qui visiblement dénigraient également les femmes et les homosexuels) et de ne pas enquêter sur celles-ci. La porte-parole de la Commission, Margaritis Schinas, a déclaré aux journalistes incrédules que « nous n’avons rien à ajouter ». Lorsqu’on lui a demandé s’il y aurait une enquête sur ces propos, il a répondu: « Nous n’avons pas de FBI à la Commission ».

Le 28 octobre dernier, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait promu M. Oettinger au poste hautement convoité et puissant de vice-président chargé du budget de l’UE.

De toute évidence, la loi n’est pas égale. Les commissaires européens peuvent faire des remarques « xénophobes » et obtenir une promotion; Les citoyens européens, pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression, sont arrêtés et poursuivis en justice.

Alors que des citoyens européens sont arrêtés et poursuivis pour avoir exercé leur droit à la liberté de parole, un commissaire européen, tel que Günther Oettinger (à gauche), appelle une délégation chinoise en visite, « les yeux bridés », et est récompensé par une promotion du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker (à droite). ).

Sources

 

 

Le Danemark dans un état d’effondrement non déclaré

  • La définition statistique officielle de « descendants » n’inclut que la première génération après la personne qui a émigré au Danemark. Donc, les chiffres officiels ne montrent pas la vraie image.
  • Si les statistiques démographiques continuent à suivre cette tendance, les Danois de souche – dont le taux de natalité est bien inférieur à celui des immigrants non occidentaux – deviendront une minorité vers 2065. Selon un rapport publié en 2017 par Statistics Denmark, environ la moitié seulement des immigrés non occidentaux âgés de 16 à 64 ans occupent un emploi (53% d’hommes et 45% de femmes).
  • En 2017, un tiers des personnes couvertes par le système de base de protection sociale du Danemark étaient des immigrés, ce qui représente une augmentation de 82% en seulement sept ans. Ces chiffres montrent que les dépenses publiques liées à l’immigration finiront par mettre un terme à l’État providence.
Contrairement aux informations trompeuses véhiculées par les médias, le Danemark n’oblige pas les réfugiés qui en souffrent à vivre sur une île isolée. Seuls les criminels étrangers « reconnus coupables de crimes et susceptibles d’expulsion aux termes de leur peine » seront logés dans ce lieu. Et on leur offrira même des traversées en ferry vers le continent, sous prétexte que cela est nécessaire en raison de « conventions internationales ».

 

La représentation du Danemark dans les médias comme un pays hostile et inhumain envers les migrants est trompeuse, voire complètement fausse.

L’une des raisons de cette image inexacte est qu’elle est dépeinte par le parti pris politique des journalistes. Une autre est que les statistiques danoises officielles dignes de confiance sur le problème de l’immigration dans le pays sont à la fois difficiles à trouver et à interpréter. Un autre problème est au mieux le manque de recherche fiable; et délibérément déformé les données, au pire.

La ventilation ci-après montre que le Danemark, au lieu d’être relativement moins touché par les conséquences des migrations massives que les autres pays européens en général et les pays scandinaves en particulier, est en train de s’effondrer. En dépit des nombreuses lois de Copenhague qui régissent les migrations et affectent les immigrants, le peuple danois a connu un changement culturel et politique majeur dans sa vie, tel qu’il l’a toujours été.

Projections démographiques

En 1960, le Danemark comptait 4 580 708 habitants. Aujourd’hui, ce nombres’élève à 5 768 712. Cette croissance semble être due en grande partie à l’immigration.

En 2016, Statistique Danemark prévoyait que le pays compterait 507 000 immigrants «non occidentaux» d’ici 2060 et 342 000 « descendants non occidentaux ».

Les « descendants », cependant, n’incluent que la première génération après la personne qui a migré. Donc, les chiffres officiels ne montrent pas la vraie image.

En 1989, une organisation privée, « The Danish Association », a publié une projection alternative dans le cadre d’une édition spéciale du périodique du groupe Danskeren (septembre 1989, p. 3, non disponible sur Internet.) L’article, publié anonymement – révélant le degré de rectitude politique et d’autocensure requis au Danemark même à ce moment-là – prédit que l’immigration resterait relativement statique, indépendamment des tentatives insuffisantes prévisibles de renforcement de la législation. Cette prédiction s’est avérée presque correcte jusqu’à présent.

L’article prévoyait environ 1,1 million d’immigrants vers 2020, conformément à ce que l’on peut voir dans les statistiques actuelles en incluant la troisième génération de nouveaux arrivants ainsi que le nombre probable d’étrangers non enregistrés.

Si les statistiques démographiques continuent de suivre cette tendance, les Danois de souche – dont le taux de natalité est bien inférieur à celui des immigrés non occidentaux – deviendront une minorité vers 2065. Il est en effet fort probable que cela se produise, les immigrés définis comme: les « réfugiés » continuent à entrer dans le pays; et d’autres, tels que les arrivées de membres de la famille et les visites sans rendez-vous, peuvent rarement être renvoyés dans leur pays d’origine.

Emploi et protection sociale

Selon un rapport publié en 2017 par Statistique Danemark, environ la moitié seulement des immigrés non occidentaux âgés de 16 à 64 ans ont un emploi (53% d’hommes et 45% de femmes). Toutefois, une ventilation par pays d’origine a révélé des différences majeures entre les migrants – le taux d’emploi étant particulièrement bas parmi les personnes originaires d’Irak, du Liban, de Somalie et de Syrie.

En analysant les données de Statistics Denmark, la Confédération des employeurs danois a révélé qu’en 2016, 41,5% des immigrants non occidentaux bénéficiaient de l’aide sociale, alors que 17,5% seulement des Danois de souche bénéficiaient des mêmes avantages. En 2017, un tiers des personnes couvertes par le système de base de protection sociale du Danemark étaient des immigrés , ce qui représente une augmentation de 82% en seulement sept ans.

Ces chiffres montrent que les dépenses publiques liées à l’immigration finiront par mettre un terme à l’État providence.

Éducation

Selon le même rapport publié en 2017 par Statistique Danemark , 49% des descendants masculins non occidentaux et 70% des descendants féminins non occidentaux ont terminé leurs études dans un domaine où ils sont employables, contre 73% d’hommes danois et 81% de femmes danoises.

En outre, les enfants d’origine danoise ont obtenu de meilleurs résultats aux examens finaux que les enfants d’immigrés et leurs descendants de première génération (grades de 6,7 pour les garçons et de 7,4 pour les filles, contre 5,3 respectivement pour les descendants de première génération non occidentaux). Les plus défavorisés sont les descendants de première génération de parents d’immigrants turcs et libanais.

Un rapport publié en 2018 par le ministère danois de l’Éducation a révélé une différence similaire, même parmi les descendants de migrants de troisième génération. L’étude a été contestée , mais les résultats factuels sont valables. Ils indiquent qu’un grand nombre des descendants d’immigrants non occidentaux de longue date auront des difficultés à satisfaire les exigences d’une société occidentale moderne et hautement industrialisée.

Malheureusement, les reportages au Danemark finissent de plus en plus comme celui-ci: Si les responsables publient quelque chose qui contredit les contes de fées des bien-pensants, les journalistes vont agir et effrayer le transgresseur – alors il reformulera ce qu’il a dit sans le corriger directement .

L’économie

Selon un rapport du ministère danois des Finances publié en février 2018, les dépenses annuelles nettes du gouvernement en matière d’immigrants non occidentaux en 2015 s’élevaient à 36 milliards de couronnes danoises – environ 5 milliards USD. Comme il y a environ 5 millions de Danois, le coût supporté par chaque contribuable s’élève en réalité à 1 000 dollars par an, soit 4 000 dollars pour une famille de quatre personnes.

Ce chiffre ne concerne toutefois que les budgets publics directement liés aux immigrés. Il n’inclut pas les fonds publics indirects supplémentaires consacrés à l’application de la loi, aux écoles, à l’administration de la sécurité sociale et à d’autres questions connexes, en raison de la présence d’immigrants non occidentaux.

À long terme, il ne sera pas possible de financer ces dépenses en forte croissance.

la criminalité

Selon le rapport de Statistics Denmark , le taux de criminalité en 2017 était 35% plus élevé chez les immigrants masculins non occidentaux et 145% plus élevé chez les descendants d’hommes d’immigrants non occidentaux par rapport à la population masculine danoise en général. Il convient de noter que les chiffres sont trompeurs, car les descendants d’immigrants de troisième génération sont également considérés comme des Danois. Les descendants masculins des immigrants du Liban – dont beaucoup étaient, selon le rapport, des Palestiniens apatrides – suivis des descendants masculins des immigrants originaires de Somalie, d’Irak, du Pakistan, du Maroc et de Syrie – se classaient au premier rang des crimes.

Les sondages

Des sondages ont été effectués parmi les immigrants. Exemples: En 2006, les jeunes musulmans adultes au Danemark se sont montrés plus religieux que leurs parents; La moitié d’entre eux ont même pensé que la liberté d’expression devrait céder le pas à la considération des règles et traditions religieuses (rapporté dans Jyllands-Posten 21/5 2006). Seulement 59% des musulmans pensent que la constitution devrait être la base de la législation danoise. Plus d’un tiers des musulmans au Danemark se sentaient plus liés à leur pays d’origine qu’au Danemark ( Jyllands-Posten 13/5 2006). Quatre garçons sur dix d’origine turque et libanaise s’attendent à ce que leur mère soit à la maison pour s’occuper de la famille et des enfants ( Jyllands-Posten 12/11 2008). Environ la moitiédes musulmans interrogés pensent qu’Israël n’a pas le droit d’exister. D’autres sondages montrent la même image déprimante.

Retombées politiques

Ne vous fiez pas à l’ interdiction très médiatisée de la burqa entrée en vigueur au Danemark en août 2018. Tout d’abord, elle a rarement été appliquée – seulement 13 amendes par demi-an . De plus, ceux qui souhaitent s’opposer à l’idée d’égalité entre hommes et femmes sont libres d’aller dans des pays où de tels codes vestimentaires sont les bienvenus.

« le viol des enfants fait partie de la culture des migrants »Une mosquée danoise de Jutlan, défraie la chronique depuis quelques jours du fait des déclarations de son imam,.

Ne faites pas confiance aux autres reportages des médias qui vont dans le même sens. Les réfugiés qui souffrent ne sont pas obligés de vivre sur une île isolée. Seuls les criminels étrangers « reconnus coupables de crimes et susceptibles d’expulsion aux termes de leur peine » seront logés dans ce lieu. Et on leur offrira même des traversées en ferry vers le continent, sous prétexte que cela est nécessaire en raison de « conventions internationales ».

Les réfugiés ne sont pas « dépouillés » de leurs objets de valeur à la frontière. Des bijoux et des avoirs d’une valeur supérieure à 10 000 couronnes danoises (1 500 USD) doivent être remis aux autorités pour aider à payer les demandeurs d’asile. Tout comme les Danois ne reçoivent pas d’aide sociale s’ils ont des objets de valeur qui leur permettent de subvenir à leurs besoins. Les actions des autorités de contrôle des frontières à ce sujet sont soumises au contrôle des tribunaux.

D’autres exemples de désinformation des médias sur le Danemark abondent.

Le climat politique au Danemark est tel que même le Premier ministre Poul Schlüter (de 1982 à 1993), un conservateur, à une époque où il était question en 1989 de revenir sur la législation en matière d’immigration catastrophique qui avait été adoptée récemment, a été empêché par le secteur privé. l’organisation fortement subventionnée du Conseil danois des réfugiés pour sa rencontre avec un représentant de la plus importante organisation anti-immigration. [1]

Un nouveau projet de loi danois oblige les migrants à serrer la main pour obtenir la citoyenneté du Danemark

Surtout, en grande partie à cause des médias de gauche, la plupart des Danois ne comprennent pas à quel point le problème est sérieux: le pays est confronté à l’afflux de non-occidentaux, dont les enfants et les petits-enfants, en nombre inquiétant, ne semblent pas adopter le danois culture et des valeurs, et qui semblent résister à l’assimilation . Il est donc très peu probable qu’un parti politique opposé à l’immigration obtienne le soutien des électeurs pour influencer suffisamment la législation pour répondre aux besoins urgents du pays.


[1] Divulgation complète: l’auteur actuel qui était alors un fonctionnaire de la Couronne occupant un poste supérieur dans une université; l’histoire complète publiée dans son livre Opgøret , 2001, ISBN 87-90014-73-5, p. 57 avec documentation supplémentaire.

Sources

 

 

 

 

 

UNION EUROPÉENNE : LE LIVRE NOIR D’EMMANUEL MACRON

Dès dimanche soir, Emmanuel Macron devrait s’auto-proclamer meilleur représentant de l’Europe et de l’approfondissement de l’Union Européenne. En choeur, les médias parisiens devraient applaudir des deux mains à cette parfaite imposture. Nous examinons ici les dégâts européens et les défaites communautaires enregistrés par Emmanuel Macron depuis son arrivée au pouvoir. Ils montrent que la stratégie européenne de Macron est erronée et qu’elle conduit à l’abaissement de la France en Europe.

Dès ses premières semaines à l’Élysée, Macron a entamé une campagne pour l’approfondissement de l’Union Européenne. C’était le grand début d’une sorte d’incarnation auto-persuasive, selon laquelle ce meilleur représentant de l’énarchie était aussi le meilleur représentant du destin européen. De mois en mois, seuls les médias français perpétuent ce mythe, tant Emmanuel Macron a perdu sa crédibilité sur le continent et a nui à celle de la France à l’égal des piètres performances de François Hollande.

Le discrédit budgétaire français dans l’Union Européenne

Comme l’a indiqué la Commission Européenne encore cette semaine, la France est budgétairement « vulnérable ». Dans la pratique, l’incapacité de la France à se désendetter la discrédite au niveau européen.Ce handicap a tué dans l’oeuf l’objectif d’un budget stabilisateur de la zone euro imaginé par Emmanuel Macron dans son discours de la Sorbonne. Ce sujet semble définitivement enterré

Pire : la crise des Gilets Jaunes oblige désormais Emmanuel Macron à augmenter un déficit public déjà très supérieur à la cible tracée initialement. Les partenaires français n’ont pas de mots assez durs contre cet échec, qui explique en partie la défiance hollandaise dans l’affaire Air France – KLM

La taxophilie française échouée sur le mur des GAFA

Dans le même ordre d’idée, la France n’a pas fait mieux sur le dossier des GAFA, que Bruno Le Maire veut taxer depuis son arrivée à Bercy. Dans la pratique, cette obsession de régler des problèmes par des taxes, qui donne une image désuète de notre pays et rappelle combien l’énarchie est obsolescente, a isolé la France et l’a mise en marge du mouvement européen. Alors que la Commission se bat pour harmoniser la méthode de calcul de l’impôt sur les sociétés (et ainsi contrer les GAFA), la France a fait cavalier solitaire et n’a suscité que de l’indifférence. 

Bruno Le Maire a beau présenter son action comme une grande victoire sur le sujet, on sait désormais que la directive tant attendue ne prendra jamais forme. 

Le travail détaché si mal réformé

Pour ce qui concerne un autre dossier sensible, le travail détaché, la diplomatie macronienne a à peine fait mieux. Une directive minimaliste a été adoptée en juin 2018, qui réduit la durée possible du détachement. Mais elle exclut le million de chauffeurs routiers d’Europe de l’Est qui parcourent l’Europe chaque jour et concurrencent nos transporteurs nationaux sur leur propre terrain. 

À ce jour, aucun compromis n’a été trouvé sur ce dernier dossier, pourtant essentiel. 

Détérioration des relations avec l’Italie

Dans son approche manichéenne des réalités européennes (avec les bons macroniens d’un côté, et les barbares qui ne pensent pas comme lui de l’autre), Emmanuel Macron a fait beaucoup de dégâts. Ses propos sur la « lèpre nationaliste » en Europe ont beaucoup fâché l’Italien Salvini. Depuis cette attaque en règle, les rapports entre la France et l’Italie n’ont jamais été aussi mauvais.  Le conflit a conduit à un rappel de l’ambassadeur de France à Rome. Cette situation inhabituelle entre pays fondateurs de la Communauté européenne interroge sérieusement sur la capacité d’Emmanuel Macron à incarner l’Europe. 

Emmanuel Macron,

Détérioration des relations avec les Pays-Bas

Plus récemment encore, l’affaire Air France – KLM a montré comment l’un de nos partenaires directs les plus anciens, les Pays-Bas, pouvaient se défier de la France et ne pas hésiter à lui témoigner un comportement hostile. Cette nouvelle dégradation des relations bilatérales illustre bien les dégâts que l’arrogance macronienne peut causer avec les autres États-membres de l’Union. 

Tout se passe comme si l’auto-proclamation de sauveur de l’Europe par Emmanuel Macron le rendait aveugle sur la perception de son comportement par ses partenaires et le déliait de toute obligation de travailler dans de bonnes conditions avec eux. 

L’Europe fantasmée d’Emmanuel Macron

On sent bien, dans toute cette affaire, que l’obsession européenne de Macron se heurte à une difficulté de base, qui ressemble à la même difficulté que Macron rencontre sur la scène intérieure. Macron ne connaît pas l’Europe, il la fantasme. Et sa politique ne compose pas avec la réalité, mais ses illusions. 

L’Europe des cafés, des intellectuels, n’est pas l’Union Européenne. En grand rêveur, Macron fait une politique pour l’Europe du XVIIIè siècle, pas pour l’Europe d’aujourd’hui. Ce tropisme aristocratique, complètement décalé, se révèle toxique pour le pays tout entier. Il ringardise la France sur la scène européenne, et il nourrit l’image, déjà très présente, d’un pays de grands diseux, mais de petits faiseux. 

 

Source:

 

 

 

 

 

LA CRISE EST INÉVITABLE,SANS CROISSANCE ÉCONOMIQUE, LE TAS DE DETTES ACCUMULÉES NE VAUT RIEN

Certains fonctionnaires américains rêvent d’une croissance qui pourrait durer encore 10 ans, grosso modo le double du record enregistré par les Etats-Unis au XXème siècle. Ils se trompent lourdement.

On voit ce que l’on veut voir!

Certes, l’action des banques centrales permet aux gouvernements d’assurer leur solvabilité budgétaire et, in fine, de ne pas faire banqueroute. « Mais n’y a-t-il pas de côté négatif ? », s’interroge Natixis.

Comme l’explique l’équipe de recherche de Patrick Artus :

« En réalité, ces politiques sont dangereuses :

elles peuvent entraîner une expansion sans limite de la taille des bilans des banques centrales, d’où un risque de ‘fuite devant la monnaie’ (les agents économiques se débarrassent de la monnaie pour acheter des biens ou des actifs réels, d’où soit l’inflation soit des bulles sur les prix de ces actifs) ;

elles peuvent inciter les Etats à ne pas stabiliser les taux d’endettement publics, ce qui rend ces politiques irréversibles ;

elles permettent de financer des investissements inefficaces ;

elles écrasent anormalement les primes de risque sur les actifs risqués ;

elles forcent les banques centrales de réagir à des chocs qui nécessiteraient normalement qu’elles augmentent leurs taux d’intérêt. »

Bref, pas de free lunch. Milton Friedman avait prévenu, mais nos dirigeants l’ont oublié.

Milton, reviens ! Ils veulent nous ruiner

Chacun des points listés par Natixis est bien sûr important, mais l’un d’entre eux me semble plus critique que les autres. Ayant opté pour la fuite en avant, nos dirigeants pourraient bien s’être placés dans une position où il n’y a plus de retour en arrière possible.

 

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img8.jpg

Voici ce qu’explique Natixis dans une note du 20 décembre au sujet de ce « nouveau régime » :

« Dans le passé, dans les périodes d’expansion, la politique budgétaire redevenait suffisamment restrictive pour que la solvabilité budgétaire soit rétablie, et la politique monétaire pouvait donc en conséquence être normalement contracyclique ;

aujourd’hui, au contraire, on est passé à un régime de dominance fiscale : la politique budgétaire ne rétablit pas la solvabilité budgétaire, celle-ci est assurée par les taux d’intérêt anormalement bas associés à une politique monétaire qui reste fortement expansionniste malgré le retour au plein emploi.

Dans le nouveau régime, le policy mix (ensemble de la politique budgétaire et de la politique monétaire) est anormalement expansionniste et n’est plus contracyclique ; ce nouveau régime est de plus irréversible.

On pourrait en sortir par une politique budgétaire restrictive, mais c’est impossible parce que cette politique devrait être maintenant mise en place alors que la croissance ralentit ; ou par une politique monétaire restrictive, mais c’est impossible car elle ferait apparaître une crise des finances publiques (de solvabilité budgétaire). »

Vous avez bien lu : sauf miracle (comme évoqué par Nassim Taleb), il n’y a plus d’autre issue possible aux problèmes actuels que la fuite en avant.

Il ne s’agit d’ailleurs pas d’une situation particulièrement récente. Voilà en effet ce que cela a donné la dernière fois qu’une stratégie différente avait été esquissée :

La brève période de ralentissement de l’expansion du crédit a presque conduit à l’effondrement du système financier mondial 

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img9.jpg

Maintenant, comme au poker, nos dirigeants sont condamnés à faire tapis à chaque fois que l’étau se resserre.

A bulle de tout, crise de tout

Une fois au bord du précipice, la stratégie « kick the can down the road » ne fonctionnera plus.

Au mois de juillet, alors que le précédent rapport de l’IIF sur la dette mondiale venait d’être publié, Bruno Bertez avertissait que la promenade nous avait emmenés assez loin sur la falaise :

« Je ne crains pas de m’avancer et de signifier que nous sommes en phase terminale. On peut aller plus loin, mais il faut pour cela faire évoluer le système, la régulation, la conception de la monnaie, l’ordre international. Et puis Trump est l’élément perturbateur. » 

Il y a déjà plus d’un an, Natixis avertissait que les pays de l’OCDE s’exposaient à une crise de tout.

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img10.jpg

Côté crise sociale et politique, force est de constater que la France a déjà les deux pieds dedans. Reste le versant économique et financier de la crise, sur lequel la banque revenait au mois d’octobre dernier.

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img11.jpg

Là, Natixis en était réduite à faire un vœu pieu

 

« Le taux d’endettement du monde étant très élevé, les prix des actifs étant aussi élevés, une politique monétaire mondiale restant très expansionniste conduirait à la poursuite de la hausse des taux d’endettement et des prix des actifs, et inexorablement à une crise. 

Mais le passage à une politique monétaire restrictive déclencherait immédiatement une crise financière avec une hausse forte des paiements d’intérêt sur les dettes. 

La configuration qui permettrait d’éviter une crise financière serait donc : 

– une politique monétaire plus restrictive, mais pas au point qu’une crise de solvabilité des emprunteurs se déclenche ;

– une politique macro-prudentielle restrictive, pour arrêter la hausse des taux d’endettement et des prix des actifs. »

Suite aux choix qu’elles ont fait, nos autorités sont donc désormais condamnées à gérer la crise. 

Vous pouvez donc allumer un cierge à Sainte Rita (patronne des causes désespérées) et/ou vous préparer au violent changement qui nous attend.

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:La crise vénézuélienne aggrave le déclin stratégique de l’Empire

En dépit des profonds clivages divisant ce qui reste de la société vénézuélienne et de la crise économique désastreuse affectant ce pays, il semble que le pantin Juan Guaido, une sorte de clone de Barack Obama, ait complètement échoué à susciter l’adhésion des populations et de l’Église.

Mis à part la CIA, ses gardes du corps issus du Mossad israélien, les représentants (et les mercenaires) des États-Unis, de Grande-Bretagne, de la France et des Pays-Bas, ainsi que les gros propriétaires terriens, Juan Guaido ne dispose d’aucune assise populaire au Venezuela.

Juan Guaido

Le président élu du Venezuela, Nicolas Maduro, demeure pourtant une figure fort controversée, voire rejetée par une proportion non-négligeable de la population mais dispose de l’appui d’une base de deux millions de supporters inconditionnels ainsi que du commandement supérieur et intermédiaire des forces armées.

Le clone d’Obama (une autre créature créée de toutes pièces par l’État profond US) passe mal et est considéré comme un agent de la CIA par l’Église catholique, influente au Venezuela.

On est loin du Chili d’Allende ou des interventions au Salvador, au Nicaragua ou sur l’île de Grenade.

Si la guerre en Syrie a définitivement brisé le cycle des interventions hybrides de l’Empire et mis fin à l’hégémonie absolue, la crise vénézuélienne est en train de mettre fin à la capacité de l’Empire de contrôler ses propres marches et son arrière-cour.

En filigrane, la Russie et la Chine dont les marches subissent depuis longtemps les interventions et les opérations hybrides de l’Empire, ont désormais l’opportunité de riposter avec des moyens similaires au Venezuela. La doctrine Monroe est au musée.

C’est un bouleversement historique majeur.

L’armée américaine vole 2,13 milliards de dollars d’or en Syrie dans le cadre d’un accord avec l’Etat Islamique

L’armée américaine a été surprise en train d’expédier 50 tonnes d’or hors de Syrie dans le cadre d’un prétendu accord avec des combattants de l’État islamique au nord-est de la Syrie.

Résultats de recherche d'images pour « L'armée américaine vole 2,13 milliards de dollars d'or en Syrie dans le cadre d'un accord avec l'Etat Islamique »

 

 

Selon des reportages de l’agence de presse syrienne SANA, des responsables militaires américains ont conclu un accord avec des terroristes mercenaires  de l’Etat islamique aux termes duquel le groupe terroriste leur permettrait de transporter 50 tonnes d’or dans la province de Deir el-Zour, située dans l’Est de la Syrie, en échange d’un passage sûr pour les terroristes.

La presse syrienne a affirmé que les dirigeants d’ISIS étaient sur place pour guider les hélicoptères américains vers les endroits où l’or était caché, “en concluant un accord par lequel Washington a épargné des centaines de dirigeants et experts de l’organisation terroriste sur le terrain”.

Themindunleashed.com rapporte: Le métal précieux, d’une valeur d’environ 2,13 milliards de dollars, a été pillé par le soi-disant «califat» lors de son règne de terreur en Syrie et en Irak entre 2015 et 2017. Cet or aurait été volé par l’Etat islamique à Mossoul en Irak et dans d’autres régions de la Syrie. Le rapport ajoute que les dernières cachettes du groupe terroriste à Deir-el-Zour contiennent également des millions de dollars en liquide pillés par le groupe de toute la Syrie et de l’Irak voisin.

Selon le quotidien turc Daily Sabah , des hélicoptères de l’armée américaine auraient déjà transféré l’or de la base des forces américaines à Kobane, une ville contrôlée par les Kurdes et située à proximité de la frontière nord-syrienne. Une partie de l’or a également été distribuée aux Unités de protection du peuple kurde (YPG), qui dominent les Forces démocratiques syriennes (SDF) alliées aux États-Unis.

La nouvelle intervient après que SANA eut déclaré que des habitants avaient assisté à des hélicoptères américains qui avaient transporté de grosses caisses contenant une quarantaine de tonnes d’or dans la région d’Al-Dashisha, dans le sud de la campagne de Hasaka. Les médias syriens ont affirmé que les dirigeants de l’Etat islamique ont guidé les hélicoptères américains vers les endroits où l’or était caché, « suite à un accord par lequel Washington a épargné des centaines de dirigeants et d’experts de l’organisation terroriste.« 

Les affirmations du gouvernement syrien coïncident avec celles de l’observatoire, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), basé au Royaume-Uni, selon lesquelles les États-Unis et leurs alliés kurdes auraient épargné les combattants de l’Etat islamique dans le but de mettre la main sur le butin du groupe.

L’OSDH a déclaré:

«Les forces de la coalition dirigées par les États-Unis et les Forces démocratiques syriennes (SDF) ne ciblent pas délibérément les zones sous le contrôle des terroristes et des commandants de l’EI dans l’est de l’Euphrate à Deir el-Zour. Par contre, elles tentent de localiser ses trésors en forçant  les terroristes de l’EI/ISIS de parler de son emplacement après s’être rendu. « 

Les médias syriens et russes affirment depuis longtemps que, contrairement à ce que prétend Washington, Washington ne mène pas de guerre contre le groupe extrémiste ISIS. Les forces américaines collaborent avec ISIS de multiples façons.

Lors de la destruction de Raqqa sous contrôle de l’État islamique en Syrie par la coalition dirigée par les États-Unis, un accord secret a été conclu avec le groupe qui a permis aux membres de quitter les lieux en toute sécurité lors de son évacuation. L’accord, découvert par la BBC, a assuré la survie et la liberté de nombreux dirigeants de l’ISIS et de nombreux combattants étrangers.

Les États-Unis maintiennent toujours leur base à al-Tanf, à la frontière syro-jordanienne, en violation du droit international et contre la volonté du gouvernement syrien sous prétexte de lutter contre l’Etat islamique. Moscou a accusé à plusieurs reprises les États-Unis de former de nouveaux groupes armés à partir des restes de l’Etat islamique, où ils avaient carte blanche pour se cacher dans le désert puis jaillir « comme un diable sorti de sa boîte »  pour tendre des embuscades aux troupes syriennes avant de s’enfuir se protéger dans les zones sous contrôle des États-Unis, comme la base d’al-tanf.

Le dernier rapport a été publié environ une semaine après que la coalition dirigée par les États-Unis ait transféré les terroristes de Daesh et les membres de leur famille dans 50 camions du village de Baghouz, où les éléments restants de Daesh sont bloqués, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

« Les États-Unis protègent Daesh »

Dans le même temps, un législateur irakien a déclaré que le chef de file de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi, alias Ibrahim al-Samarrai, de son vrai nom juif israélien Shimon Elliot, « est actuellement protégé par les forces américaines dans une zone désertique de l’ouest située dans la province irakienne d’Al-Anbar. »

Hassan Salem, du Bloc Al-Sadiqoun du Parlement, associé au groupe paramilitaire Asa’ib Ahl al-Haq (Ligue des Justes), a fait ces remarques sur le site d’information libanais Elnashra.

« Les forces américaines basées à la base aérienne Ayn al-Asad dans la province, qui est utilisée par l’armée américaine, fournissent tous les moyens nécessaires au mouvement d’al-Baghdadi entre l’Irak et la Syrie », a-t-il ajouté.

« Il voyage entre l’Irak et la Syrie sous la protection des forces américaines« , a déclaré Salem.

Washington, a-t-il ajouté, « soutient le mouvement d’al-Baghdadi, craignant qu’un projet de législature préparé au parlement n’oblige les forces américaines à quitter le sol irakien. »

 

 

 

Qu’est-ce que les “Canadiens européens” ?

Canadien européen
Ces gars sont-ils des Turcs, des musulmans, des Azerbaïdjanais ou des Canadiens d’origine européenne ?

 

Il y a deux semaines, un certain “Charlie Smith” a écrit un court article demandant “Ce que c’est, diable, qu’un Canadien européen ?” (What The Hell Is A European-Canadian?). Publié dans le Georgia Straight, dont Smith est le rédacteur en chef depuis 2005, il demande pourquoi le Conseil des Canadiens européens (Council of European Canadians) utiliserait le terme “européen” pour décrire la majorité des Canadiens alors que le “continent Europe” désigne une masse continentale contiguë à des pays asiatiques comme la Turquie, la Géorgie, le Kazakhstan, la Russie et l’Azerbaïdjan.

Le terme « Canadien européen ” implique qu’il y a un point commun et un lien entre ceux qui sont originaires d’Ukraine, du Portugal, de Grèce, de Finlande, d’Allemagne, de Roumanie, de Turquie, de Suisse, d’Estonie et d’Angleterre, pour ne nommer que 10 de ces pays.

Désolé, le terme “européen” n’implique pas qu’il y ait une “communauté culturelle et un lien” entre tous les pays qui sont inclus géographiquement dans le continent de l’Europe. Charlie a peut-être “enseigné les techniques d’investigation” à un endroit appelé “Kwantlen Polytechnic University”, mais il semble qu’il n’a fait aucune recherches pour cet article.

Il est de notoriété publique que le continent européen est contigu avec des terres, des cultures (et aujourd’hui des États-nations) qui se situent entre l’Asie et l’Europe, mais qui ne sont pas classés comme européens au sens culturel du terme, car ils ont des identités ethniques, des religions et une histoire très différentes. Ouvrez n’importe quel atlas standard de l’Europe, et aucun d’entre eux ne classera la Turquie, la Géorgie, le Kazakhstan ou l’Azerbaïdjan comme européens – à moins qu’ils ne soient classés comme des régions en périphérie de la Russie soviétique. La Russie a toujours été connue pour être en partie européenne et en partie asiatique, avec la partie occidentale de la Russie, et les peuples slaves, fermement identifiés comme européens dans leur christianisme, leur langue indo-européenne et leurs caractéristiques raciales.

Même l’Union européenne immigrationniste reconnaît cette réalité culturelle. Aucun des pays asiatiques que Charlie trouve “européen” n’appartient à cette union.

Diviser les concepts et les idées en une multiplicité de parties divergentes et contradictoires au motif qu’aucun concept n’a de frontières définitionnelles claires est un jeu postmoderniste que les étudiants de premier cycle sont obligés de jouer dans le monde universitaire. Puisqu’aucun concept ne saisit jamais aucun aspect de la réalité d’une manière bien délimitée, les postmodernistes ont très bien réussi à persuader les étudiants qu’aucun concept fermement établi et aucun énoncé factuel n’est possible. Soyez assurés que ces efforts déconstructifs ont été entièrement dirigés contre les concepts et les identités occidentales afin de créer de l’incertitude, du doute et de la faiblesse chez les Européens au sujet de leur histoire et de leur culture, de manière à faciliter l’absorption de l’Occident dans un monde encore plus confus, sans frontières et ridiculement diversifié, contrôlé par les entreprises et manipulé par des journalistes sans visage.

(Il a été dit que le fondateur de la déconstruction, Jacques Derrida, s’est senti comme un “étranger” en France, comme un “petit juif noir et très arabe », et que c’était une motivation motrice dans ses efforts incessants pour déconstruire l’identité européenne et promouvoir le multiculturalisme).

Quand on regarde le Canada, il est très certain que cette nation a été fondée par des personnes ayant des ancêtres dans les îles britanniques et en France. A cet égard, ils étaient “européens”. Ils étaient aussi “canadiens” puisque la plupart d’entre eux sont nés au Canada. Wikipedia en a fait une entrée sur les “Canadiens européens” qui est raisonnablement exacte et juste. C’est un fait statistique qu’en 1871, selon le premier recensement après la Confédération, 32 pour cent des habitants canadiens étaient d’ascendance française, 24 pour cent irlandais, 20 pour cent anglais, 16 pour cent écossais et 6 pour cent allemand. Et c’est un fait statistique qu’en 1867, 79 p. 100 étaient nés au Canada.

Charlie dit aussi que le terme « Canadien européen » est « trop réducteur » en ignorant que les Canadiens peuvent aussi être identifiés par « leur classe sociale, leur niveau d’éducation, leur statut socioéconomique, leur profession, leur religion, le nombre de générations au Canada, leur orientation sexuelle, leur lieu de résidence urbain ou rural, leur perspective politique, leur province d’origine, leurs passe-temps, leur âge, leur sexe ou leur situation de famille ».

C’est absurde. Évidemment, on peut distinguer les Canadiens de nombreuses façons, y compris le poids, les goûts musicaux, la couleur des cheveux, les habitudes alimentaires – à l’infini. Mais si nous voulons avoir une conversation sur l’identité nationale ou ethnique des Canadiens, il va de soi que nous devrions nous concentrer sur les concepts pertinents plutôt que d’empiler un concept sur un autre, un sujet sur un autre, ce qui crée de la confusion et du chaos conceptuel. Peut-on parler d’orientation sexuelle, ou de religion, ou d’idéologies politiques, en particulier sans parler simultanément de toute autre identification ? Peut-on parler du Charlie Smith de Georgia Straight sans parler des innombrables Charlie Smiths qui habitent la planète avec des hobbies et des orientations sexuelles différentes ?

Le but de ce type de déconstruction est de créer une situation dans laquelle rien ne peut être distingué de quoi que ce soit d’autre puisque toutes les choses sont interconnectées et incluent une multiplicité d’autres choses. Cette conception sans particularité de la réalité dans laquelle il n’y a pas de concepts et d’identités définis a été ridiculisée à juste titre par Hegel comme “la nuit où toutes les vaches sont noires”. Tout s’efface dans une nuit sombre dans laquelle aucune chose particulière ne peut être distinguée d’une autre chose.

C’est ce que les banques, les partis politiques et les médias, comme le Georgia Straight, veulent: un monde de Canadiens indiscernables qui peuvent être définis de diverses façons sans racines, identités et connaissances précises de leurs ancêtres, de sorte qu’ils peuvent être facilement manipulés pour croire ce que l’establishment veut qu’ils croient.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

 

 

 

 


*Mes ami(e)s,voici une traduction en français de cet article paru le 4 septembre 2017 sur Council of European Canadians. Texte original en anglais de Ricardo Duchesne (photo ci-dessous), sociologue, professeur à l’Université du Nouveau Brunswick

Video importante:Les dossiers secrets du Pentagone

 

« Nous le Peuple,nous avons le pouvoir de nous transformer et de changer le cours de l’histoire,

Le vrai courage,ce n’est pas de trouver la force d’obéir et d’être au service d’une guerre injuste,de couvrir des mensonges,d’accepter de travailler sous les ordres d’un chef qui abuse de son pouvoir.Le vrai courage,c’est d’affronter honnêtement la réalité de notre action dans le monde et de s’investir personnellement pour en changer le cours. »

(Daniel Ellsberg)

 

 

 

 

Une Mafia nigériane en Allemagne alors que la fausse invasion de réfugiés se poursuit

Le service de renseignement fédéral allemand (BND) a averti le gouvernement de ce pays dans un document secret divulgué sur la croissance du «crime organisé nigérian extrêmement brutal» qui déferle sur l’Allemagne à la suite de l’invasion massive et fictive de faux réfugiés non-blancs dans le pays.

 

Selon le document révélé par le journal Spiegel , le BND a averti que l’afflux croissant de « demandeurs d’asile nigérians » qui ont afflué d’Italie en Allemagne est le principal facteur de la peste criminelle non blanche.

Selon le Spiegel, en 2018, plus de 10 000 Nigérians ont demandé «l’asile» en Allemagne, ce qui représente une augmentation de 30% par rapport à l’année précédente.

Les experts de l’Office fédéral de la migration et des réfugiés (BAMF) et de la police fédérale attribuent principalement cette évolution à la «migration secondaire» au sein de l’Europe.

Selon ces informations, de nombreux envahisseurs nigérians, principalement originaires d’Italie, où plus de 100 000 Africains originaires de ce pays, se dirigent vers le nord, l’un de leurs principaux pays de destination étant l’Allemagne.

Selon le reportage, des bandes criminelles nigérianes portant des noms tels que « Supreme Eiye Confraternity » et « Black Axe » ont déjà créé des structures en Italie et ont déjà remplacé des groupes mafieux locaux dans le sud de l’Italie.

 

Le rapport a ensuite souligné que les forces de police italiennes et espagnoles avaient officiellement reconnu ces gangs de non-Blancs comme des « menaces spécifiques » et que leurs « activités criminelles se développaient maintenant en Allemagne ».

Selon le Spiegel, l’Organisation internationale pour les migrations estime que pas moins de 80% des femmes nigérianes d’origine européenne nigérianes qui se rendent en Europe sont contraintes à la prostitution par leurs concitoyens africains, qui les dominent «en utilisant des rituels vaudous».

Le BND a également déclaré que les trafiquants nigérians empruntaient traditionnellement la route maritime via la Méditerranée occidentale pour envahir l’Europe, mais qu’ils utilisent de plus en plus de papiers de «réfugiés» déjà légalement en Europe pour en faire passer clandestinement d’autres dans les nations blanches. Bien que le rapport de la BND ne l’ait pas admis, cette dernière astuce est possible car les agents des frontières européennes ne peuvent pas différencier les Africains.


EN COMPLÉMENT:

 

La fausse invasion de réfugiés par les non-Européens en Europe a dépassé les 7 millions depuis 2006

 

 

Plus de sept millions d’envahisseurs non-blancs prétendant être des réfugiés ont débarqué en Europe entre 2006 et 2018 – ce qui équivaut à un pays de la taille de la Bulgarie se déplaçant en Europe occidentale, ont révélé des chiffres du Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO) de l’Union européenne.

Selon le dernier «Aperçu des tendances de l’EASO UE + en matière d’asile pour 2018», en 2018, au moins 634 700 «demandes de protection internationale» ont été reçues à l’intérieur des frontières de l’Union européenne.

 

Les résultats de l’année précédente, fournis par les statistiques archivées sur «l’asile» de l’EASO , sont les suivants:

2006: 197 400 envahisseurs.

2007: 222 600 envahisseurs.

2008: 225 200 envahisseurs.

2009: 263 800 envahisseurs.

2010: 259 400 envahisseurs.

2011: 309 000 envahisseurs.

2012: 335 300 envahisseurs.

2013: 431 100 envahisseurs.

2014: 627 000 envahisseurs.

2015: 1 322 800 envahisseurs.

2016: 1 260 900 envahisseurs.

2017: 704 600 envahisseurs.

Ces chiffres, ajoutés aux totaux de 2018, signifient qu’il y a exactement 7 095 190 envahisseurs enregistrés en tant que «demandeurs d’asile» en Europe depuis 2006 – un chiffre qui, bien entendu, n’inclut pas les clandestins.

Selon le rapport 2018 de l’EASO, environ 4% de toutes les demandes en 2018 provenaient de «mineurs auto-déclarés non accompagnés (UAM)» et de «citoyennetés d’origine» avec une «forte concentration de MNA», dont la Gambie et le Vietnam – une indication de la nature de l’invasion massive, non blanche, de l’Europe se déroulant dans le monde entier.

Les dix principaux pays d’origine pour 2018 étaient la Syrie, l’Afghanistan, l’Iraq, le Pakistan, l’Iran, le Nigéria, la Turquie, le Venezuela, l’Albanie et la Géorgie.

Le rapport énumère ensuite les derniers rapports sur l’état des demandes de visa, mais ils n’ont aucune pertinence car aucun État d’Europe occidentale n’a actuellement la volonté politique de déporter ces millions de freelaoders, même si leur demande est rejetée.

Il est clair que cette invasion massive de non-Blanc s’accélère progressivement et, à moins d’être stoppée et inversée, envahira complètement l’Europe occidentale dans les dix ou quinze prochaines années et transformera cette région en une réplique de l’Afrique, de l’Asie et du Moyen-Orient.