Nouvel Ordre Mondial: Vidéo du témoignage de Cathy O’Brien contre le réseau pédophile de l’élite modiale

 

Cathy O’Brien, née le 4 décembre 1957 à Muskegon, Michigan, elle est une essayiste américaine et une conférencière bien connue au États-Unis. Selon son témoignage, O’Brien fut recrutée contre sa volonté par la CIA par le biais de son père lié à un réseau pédocriminel et forcée de participer à un programme clandestin de lavage de cerveau (en anglais : mind control) nommé Project Monarch. Elle aurait été exfiltrée du projet avec sa fille Kelly par son époux Mark Philips. Son témoignage englobe également une dénonciation de l’abus sexuel ritualisé sataniste et du club privé Bohemian Club. Parmi les personnes citées qui l’ont utilisé comme esclave sexuelle il y a étonnament diverses grandes figures politiques connu de plusieurs pays:

PIERRE ELLIOT TRUDEAU (Ancien Premier Ministre du Canada)

Brian Mulroney ,ancien premier ministre du Canada

Hillary Clinton

Ronald Reagan

Miguel de la Madrid

Robert Byrd

Dick Cheney

Gerald Ford

Michael Aquino (en)

Alan K. Simpson (en)

ETC


AUTRES VIDÉOS  RELATIVES À CETTE AFFAIRE:

 

 

Cathy O’Brien

 

 

 

 

 

Publicités

» Les troupes américaines qui restent en Syrie pour « garder le pétrole » ont déjà tué des centaines de personnes — dzmewordpress

1153748-panache-de-fumee-apres-un-bombardement-pres-du-village-d-al-muntar-dans-le-sud-de-la-province-d-idle
Les attaques américaines n’ont jamais cessé.

 

Des centaines de soldats américains restent en Syrie, non pas pour assurer la sécurité de groupe de personnes, mais pour occuper les réserves pétrolières du pays et priver le gouvernement syrien des revenus nécessaires à la reconstruction. Le président américain Donald Trump a rassuré ses partisans en leur disant qu’il « ramène des soldats à […]

via » Les troupes américaines qui restent en Syrie pour « garder le pétrole » ont déjà tué des centaines de personnes — dzmewordpress

Voyager 3, vers une fiction…

 

 

L’idée ici c’est qu’il y a eu une troisième sonde Voyager, après Voyager 1 et Voyager 2. La sonde Voyager 3 aurait permis de trianguler avec les deux autres sondes, je ne sais pas quoi. Mais là on est pris, car la sonde Voyager 3 empêche la respiration par ambification de se faire. Par là je veux dire que l’ambification c’est la caractéristique qu’ont les astres d’échanger avec d’autres astres. Ce type de respiration implique donc pour l’astre, un commencement et une fin. Tandis que chaque respiration permet de perdurer aussi longtemps que voulu. La fin d’un astre est sa singularité. Donc, un trou noir.

Évidemment, le processus d’ambification complète de la Terre qui la fait suffoquer peut être dû à plusieurs facteurs. Par exemple, les recherches du CERN ont peut-être créé un portail quelconque, une déchirure dans la fiction espace-temps, ou bien quelques singularités qui se promènent maintenant ici et un peu partout avant de pouvoir un jour se réveiller (phoenix).

Si le CERN a créé un trou noir, alors les effet de se trou noir ont commencé à se faire sentir bien avant sa création par le CERN. D’où l’exploration spatiale, d’où les sondes Voyager.

Dans certains milieux, on dit que la Terre est sous quarantaine. Même dans un épisode d’X-Files (l’épisode 4 de la saison 11), vers la fin de l’épisode il y a un extra-terrestre qui vient pour dire que la Terre est sous quarantaine dorénavant.

L’ambification implique une sortie, car autrement il n’y aurait pas d’ambification. Pas besoin d’avoir un mot qui ne veut rien dire, puisqu’il suffit de ne rien écrire pour obtenir le même effet. La nature n’aime pas le gaspillage, oubliez-pas ça.

Au niveau fictif, j’aime croire qu’il suffira d’un simple signal, une sorte de couleur bleue unique, en quelque sorte, envoyé je ne sais pas où, pour faire en sorte que nous nous libérerons de ce qui nous retiens où nous sommes.

Parce que si la Terre est en processus d’ambification, alors le système solaire aussi. Souvenez-vous où se trouvent Voyager 1 et 2. Et Voyager 3, qui officiellement n’a pas été lancé, mais dont les pièces ont été utilisés (par la très fiable agence NASA, pas du tout sarcastique ici) pour servir je sais pas quoi.

Ben c’est çá. Si nous sommes dans un processus d’ambification, alors le coeur de la Terre se refroidit un peu. Où va la chaleur ? vers l’autre côté de la Terre, c’est-à-dire où nous sommes. Si la Terre est dans un processus d’ambification, alors Mars aussi. Avez-vous lu la nouvelle qui dit que la calotte polaire de Mars est en train de fondre?

 

 

 

 

 

USA. Le FBI interroge un garçon présumé victime de viol par Bill Clinton; Détails glaçants sur les agressions sexuelles et les rituels sataniques sur un yacht

Les enquêteurs du bureau du FBI à New York sur la traite des enfants à des fins de trafic sexuel ont interviewé une victime d’un viol par Bill Clinton. Il a  fourni des détails glaçants sur le viol qu’il a subi sur un yacht en Nouvelle-Angleterre alors que la victime était un jeune garçon.

Bill Clinton faisant un salut illuminati bien connu.

« Nous le traitons comme une victime », a déclaré à True Pundit un responsable du FBI à New York avant son entretien avec le FBI.

De hauts responsables du FBI ont organisé l’entretien avec la victime, qui a déclaré avoir été violée par Bill Clinton alors qu’il n’avait que huit ans. L’interview a été menée par le groupe de travail du FBI chargé d’enquêter sur des plaintes pour agression sexuelle et trafic de personnes à caractère sexuel liées à Jeffrey Epstein et à ses associés et complices . Ce groupe de travail, également rattaché à la NYPD, reste actif même si Epstein se serait suicidé dans un centre de détention fédéral il y a quelques semaines à peine. 

Goulnora Islamova et Bill Clinton

« Nous avons encore du travail à faire ici et c’est ce que nous faisons« , a déclaré un responsable du FBI à ce journaliste.

L’entretien et les accusations contre Clinton sont à la fois détaillés et troublants. Nous avons décidé de publier la vidéo du récit de la victime dans ses propres mots, qui contiennent des détails explosifs de l’agression présumée et bien plus encore. Les agents fédéraux et moi-même connaissant le cas pensons que la victime est crédible.

Au crédit du FBI, le Bureau a traité la victime avec respect et dignité pendant l’entretien. J’ai personnellement escorté la victime au siège du FBI à Manhattan. Même si j’ai été un critique acharné du FBI, j’ai été impressionné par la façon dont ils ont traité la victime, qui a maintenant vingt-cinq ans. Créditons dons le FBI ici pour savoir écouter et enquêter.

Bill Clinton nu recevant un massage par une très jeune femme.
L’origine de la photo serait lié à des dossiers archivés par Jeffrey Epstein.

Mais le chemin qui a été suivi n’a pas été sans intrigues ni tragédies.

En juillet 2018, j’avais interviewé la victime avec la journaliste Jen Moore. La victime avait fourni des détails sur Bill Clinton et d’autres politiciens d’élite à des spécialistes de la traite des enfants du DHS (Département de la sécurité intérieure) et du FBI en train d’enquêter sur les allégations de l’homme de 26 ans qui, en tant que jeune garçon, aurait été agressé sexuellement par Bill Clinton et a été prostitué au cours de relations sexuelles privées auxquelles participaient d’autres élites de Washington DC .

Mais Moore et la victime traumatisée voulaient contacter Homeland Security et le FBI en premier pour savoir s’ils ouvriraient une procédure pénale contre Clinton avant de publier les informations.

Quatre semaines après avoir contacté les autorités fédérales, Jen Moore a été retrouvé morte dans une chambre d’hôtel à Washington DC. Moore serait morte d’une « attaque cardiaque », mais sa mort reste suspecte, surtout compte tenu du moment de cette mort. Après la mort de Moore, la victime, craintive pour sa propre vie, a décidé de ne pas divulguer cette interview au public.

Maintenant, il raconte son histoire. Et c’est ce qu’il a fait devant le FBI.

Lors de son séjour à New York, la victime a fourni des renseignements à des agents fédéraux, confirmant notamment avoir été témoin de maltraitance sexuelle et physique d’enfants et d’autres nombreuses personnes lors de plusieurs «fêtes en bateau», auxquelles participaient des élites de la classe politique de DC . .

Avant la mort de Jen Moore, j’avais discuté avec elle en juillet de l’idée que nous devions simplement publier les accusations portées contre Clinton sans avertir les fédéraux. La victime à ce moment-là a accepté d’utiliser son nom complet et son identité. Il s’est dit prêt à faire face à tout éventuel retour de manivelle. Mais Jen Moore a déclaré qu’elle souhaitait inciter d’abord les fédéraux à interroger la victime. Elle a décidé de faire cela. Voir sa vidéo , où elle décrit de manière obsédante sa frustration à l’égard du gouvernement fédéral quelques jours avant sa mort.

Le plan ultime était que, si les agents fédéraux ne poursuivaient pas les allégations de la victime ou n’enquêtaient pas sur ces allégations, nous en publierions les détails. Mais nous attendrions pour voir ce qui se passe.

Maintenant, la boucle est bouclée.

Nous revenons à ma stratégie initiale aujourd’hui et c’est ce que nous faisons.

J’espère que Jen serait fière. La victime ici mérite un crédit pour nous avoir permis de publier ces détails. Certains détails fournis par la victime ont été retenus cachés car ils pourraient avoir une incidence sur l’enquête en cours, mais ils pourraient être publiés au fur et à mesure de l’évolution du dossier. Quoi qu’il en soit, le récit de la victime reste tout à fait inquiétant et fournit un compte rendu de première main avec des détails glaçants des rituels sataniques entourant l’exploitation et les agressions sexuelles d’enfants.

Encore une fois, il s’agit d’un avertissement et mise en garde. La victime craint pour sa vie mais pense que travailler avec le FBI lui a offert une protection. J’espère qu’il a raison. Encore une fois, il mérite d’être félicité pour nous avoir donné le feu vert de la publication de cette interview et j’espère que cela l’aidera à accélérer son processus de guérison.

En tant que journalistes, nous devons faire la lumière sur de telles atrocités et, au besoin,  mettre notre tête sur le billot. Et c’est ce que nous faisons ici aujourd’hui… tout en réglant un vieux compte pour la défunte Jen Moore.

Voici la vidéo de l’interview:

Source :

GRAPHIC WARNING: FBI Interviews Alleged Boy Rape Victim of Bill Clinton; Chilling Details of Sex Assaults & Satanic Rituals on Yacht (Video)

 

 

 

 

Sommes-nous seuls dans l’univers?

Le célèbre astrophysicien américain « Carl Sagan » aurait clairement répondu à cette question par la négative. Il croyait que Dieu ne perdrait jamais autant d’espace. Maintenant, d’un point de vue philosophique, il n’est probablement pas si mauvais, scientifiquement parlant, qu’il n’existe à ce jour aucune preuve étayée.

Carl Sagan

 

 

Compte tenu du fait que nous, êtres humains, avec nos capacités techniques modestes, sommes déjà capables de détecter la vapeur d’eau dans l’atmosphère d’une planète en orbite autour d’une étoile à plus de 100 années-lumière de nous, un tout petit espoir germe sur nous :nous ne sommes pas si seuls. D’un autre côté, c’est un signe fort que des formes de vie évoluées pourraient nous avoir repérés depuis longtemps, à mesure que nous découvrons plus d’exoplanètes année après  année.


MON ESTIMATION PERSONNELLE 

…est que nous avons été visité depuis des millénaires et que notre position est connue ,très bien connue ,sur le bras d’Orion,dans notre Voie Lactée.

Même si on n’aurait pas été visité,depuis des millions d’années,depuis les débuts de la guerre froide entre les américains et les soviétiques…puis ensuite les communistes chinois,l’utilisation des faisceaux lasers afin d’augmenter l’efficacité des communications dans les forces armées de ces pays,font que plus de 1,000 systèmes solaires reçoivent chaque jour des émissions ou signaux  de communication jusqu’à  une possibilité de 50,000 années-lumière de nous.

 


 

Les efforts de SETI (Recherche d’Intelligence Extraterrestre) sont sans aucun doute bien intentionnés, même si SETI « seulement » insiste pour écouter et ne pas envoyer! Un aspect très important est souvent ignoré: le fait que même les radios télescopes les plus sensibles ne peuvent recevoir que les signaux envoyés avec une puissance de sortie énorme. Un signal à une sonde qui se trouverait dans notre système le plus proche voisin, situé à  environ 4,4 années-lumière de nous, devrait sonner avec environ 1,93 gigawatts.     

Cela correspond à la performance d’au moins 2 centrales nucléaires. La facture d’électricité serait considérable. Pour des systèmes encore plus éloignés, il faudrait beaucoup plus d’énergie et ET devrait envoyer un signal aussi intense pour nous atteindre! Cela nous amène à la prise en compte de l’effet coût-bénéfice, car dans notre société humaine, même une civilisation extraterrestre décidera exactement si cet effort mérite des ressources énormes, juste pour envoyer rapidement un message dans l’immensité de l’univers. , Une civilisation extraterrestre sophistiquée trouvera le moyen de choisir exactement, et pas seulement avec le bonheur de jeter une bouteille après l’autre à la mer.

Le paradoxe de Fermi indique qu’une civilisation hautement civilisée aurait colonisé la galaxie entière en quelques millions d’années, mais rien ne permet de penser à cela? Cependant, le créateur de la théorie part de la mentalité humaine actuelle ne doit pas nécessairement correspondre à celle d’une intelligence extraterrestre.

conclusion:

On entend par SETI qu’il existe des civilisations techniquement avancées. ET existe mais pour des raisons inconnues, il ne veut pas dire « Me voici ».  Les chercheurs de SETI s’intéressent toujours aux formules complexes, telles que le matériel génétique de l’ADN, les atomes d’hydrogène ou les composants chimiques de la vie. Et si  une telle démonstration d’intelligence n’est pas nécessaire?  Les hiéroglyphes égyptiens n’ont été déchiffrés que cent ans après leur découverte et c’était une langue humaine!  Ockham dirais – Si tous les paramètres sont identiques, généralement la solution la plus simple est la bonne! Il existe un langage commun qui permet la communication non seulement entre des personnes de langues différentes, mais également entre des personnes et des animaux qui ne repose pas sur la compréhension verbale…. L’empathie.  


(Intelligence émotionnelle) 

Empathie C’est le fondement de toute compréhension humaine et des relations interpersonnelles. Une personne qui reconnaît ce que les autres ressentent peut détecter les signaux souvent cachés dans le comportement des autres beaucoup plus tôt et déterminer ce dont ils ont besoin ou ce qu’ils souhaitent. Cependant, Goleman souligne également dans d’autres textes qu’il est également évident que leur influence peut être influencée négativement ( capacité de leadership ). L’empathie est donc une capacité neutre en termes de valeur – elle peut avoir un effet ressenti individuellement positif ou négatif. L’empathie n’est à la base des sociétés humaines performantes que d’un point de vue sociétal global, créant un ordre émergent .  


COMME PAR EXEMPLE: ET VOUDRAIT JUSTE ENVOYER LE MESSAGE … »BONJOUR! »

 


QUE PENSER DES ENLÈVEMENTS EXTRATERRESTRES?

Partout dans le monde,des enlèvements de personnes par des extraterrestres ont été observé,ou analysé …ou simplement enregistré pour fin d’enquêtes.
Cela exclue des milliers de personnes qui ont disparues sans laissé de traces.

 

La plupart des gens qui entendent pour la première fois entendre dire que des extraterrestres emmènent des hommes, des femmes et des enfants à bord d’un OVNI et les soumettent à diverses interventions chirurgicales supposent qu’il s’agit d’un type de syndrome psychiatrique contemporain. C’était aussi ma première réaction. Quand, à l’automne 1989, un collègue m’a invité à rencontrer Budd Hopkins (dont je n’avais alors rien entendu parler) et à m’expliquer que Hopkins prenait au sérieux les témoignages des abductés avec lesquels il travaillait, je le croyais comme ses sujets. confus mentalement. Car ce phénomène est au-delà des réalités possibles dans la vision du monde occidental et de ce qu’est une maladie mentale autre que la pensée et le comportement qui ne correspond pas à ce que nous sommes habitués à reconnaître comme réalité.

L’homme a naturellement tendance à adapter chaque nouveau phénomène à des schémas et à des structures familiers, car il nous est difficile de supporter le mystère et l’inconnu. Ceux d’entre nous qui travaillent en tant que psychiatres ou psychologues ont bien entendu tous les diagnostics possibles pour expliquer le phénomène d’enlèvement dès qu’ils en ont entendu parler. Les récits sonnent sans aucun doute comme des illusions ou des hallucinations. Ils contredisent même nos lois physiques, suggérant une sorte de psychose. Les personnes enlevées sont souvent anxieuses ou souffrent de symptômes physiques indiquant une forme de névrose. Les souvenirs de leurs expériences sont souvent fragmentaires; Alors peut-être souffrent-ils d’une déficience organique du cerveau, d’une épilepsie du lobe temporal. Les expériences sont traumatisantes et affectent souvent les abus en matière de procréation, suggérant un viol ou une possible molestation d’enfants. Les expériences d’abduction entraînent un changement d’état de conscience ou se déroulent dans un tel état. Par conséquent, nous pouvons être confrontés à une condition généralement associée à une réaction dissociative telle qu’un trouble de la personnalité multiple ou même un abus des cultes sataniques. Si nous considérons le fait que nous vivons à l’ère spatiale et que les médias ont prêté une si grande attention au phénomène des enlèvements, n’est-il pas possible qu’un processus collectif tel que l’hystérie de masse ou le délire de masse soit à l’œuvre ici? Les expériences de chambre à coucher suggèrent des rêves ou des phénomènes hypnagogiques.

Les différents aspects du phénomène des enlèvements suggèrent l’une ou l’autre possibilité de diagnostic, surtout si l’on ne traite pas ce phénomène avec trop de soin. Cependant, tous ces diagnostics ignorent plusieurs éléments fondamentaux du phénomène des enlèvements. Chaque théorie doit impliquer cinq complexes.

  1. Les rapports de personnes enlevées aux États-Unis (et ici je fais référence aux seuls États-Unis, car les différences culturelles pourraient modifier cette déclaration) montrent de grandes similitudes même s’ils n’ont pas été mentionnés jusqu’à présent dans les médias. proviennent de personnes qui n’ont aucun contact les uns avec les autres, ne font que rendre compte de leurs expériences avec réticence, n’ont rien à gagner et acceptent d’être ridiculisées.
  2. L’expérience d’enlèvement est accompagnée de preuves physiques importantes. Parmi ceux-ci, des témoins indépendants ont déclaré que le ravisseur avait disparu pendant un certain temps; Des saignements de nez et des coupures diverses, des marques en forme de cuillère, des ecchymoses et d’autres lésions cutanées à motifs complexes que l’on trouve parfois simultanément sur plusieurs abductées, ainsi que des implants pouvant être ressentis après un enlèvement sous la peau, bien qu’aucun d’entre eux ne soit non biologique ou « origine étrangère » a été prouvé.
  3. Même les enfants trop jeunes pour développer le syndrome psychiatrique mentionné ci-dessus signalent un enlèvement. Au cours d’une conversation, un garçon de deux ans m’a confié qu’il avait été élevé au ciel par un homme qui se mordait le nez. Un garçon de presque trois ans a raconté que des chouettes aux grands yeux (les enfants se souviennent généralement des extraterrestres en tant qu’animaux) l’emmenent sur un bateau dans le ciel et qu’il craint de ne pas pouvoir retourner chez sa mère.
  4. Bien que toutes les personnes enlevées n’aient pas vu l’OVNI dans lequel elles ont été introduites, le phénomène est systématiquement associé à l’observation d’objets volants inhabituels, à la fois par les personnes enlevées et par d’autres témoins. Une femme avec qui j’ai travaillé a appris aux médias l’horreur du matin après son enlèvement, dans laquelle elle-même n’avait vu aucun OVNI, que beaucoup de personnes à proximité du lieu de leur enlèvement avaient vu un OVNI au moment de leur expérience. ,
  5. Même dans les évaluations psychiatriques et les examens psychologiques, comme dans plusieurs de mes propres cas, aucun trouble mental cohérent n’a été trouvé. Bien sûr, les abductés peuvent souffrir psychologiquement et émotionnellement du fait de leurs expériences souvent traumatisantes, et certains ont des problèmes psychiatriques associés à ces expériences. Beaucoup d’entre eux viennent de familles brisées. Mais en aucun cas le trouble émotionnel n’a fourni une explication de l’expérience de l’enlèvement. Veuillez consulter l’étude de personnalité de PEER pour une mise à jour.

À la lumière de ces aspects fondamentaux du phénomène des enlèvements, examinons à nouveau les possibilités de diagnostic mentionnées ci-dessus. Toute forme de psychose peut être exclue dans la mesure où les personnes enlevées sont, à de très rares exceptions près, cliniquement parfaitement normales et, malgré le stress associé à leur expérience d’enlèvement, généralement bien intégrées dans la société. Trois de mes cas, avec lesquels j’ai effectué toute une série de tests psychologiques, se sont révélés parfaitement sains mentalement. La psychonévrose peut être exclue car les personnes enlevées ne semblent pas souffrir des conflits personnels intenses typiques des névroses. Les expériences ne peuvent pas être expliquées comme des fantasmes,

Les symptômes physiques des personnes enlevées semblent être le résultat de blessures rappelées explicitement et liées à un enlèvement. De même, contrairement aux stigmates religieux, les coupures et autres blessures observées après un enlèvement ne semblent pas suivre un schéma psychodynamique. L’incapacité des personnes enlevées à se souvenir des détails de leurs expériences n’est apparemment pas due à un dysfonctionnement cérébral organique, mais à la répression de la mémoire qui entraîne souvent un traumatisme, et éventuellement aux forces agissant lors de rencontres extraterrestres.

Le traumatisme est sans aucun doute une caractéristique importante de la plupart des expériences d’enlèvement, mais il n’existe aucun cas documenté où la source du traumatisme se soit avérée être une expérience différente de la vie de la personne enlevée par rapport à l’expérience elle-même. Enfin, avec l’évocation de la dissociation comme explication diagnostique possible, on contourne la question de la causalité. Car la dissociation est une réaction, un mécanisme d’adaptation, par lequel les souvenirs d’expériences douloureuses ou déroutantes sont séparés de la conscience. Cela permet à la personne concernée de conserver ses énergies psychiques pour faire face à la vie quotidienne. En fait, les personnes enlevées « se dissocient » par rapport à leurs expériences traumatiques, c’est-à-dire qu’elles déplacent les souvenirs de rencontres troublantes avec leur subconscient.

Même si l’un ou l’autre aspect de ces différentes catégories de diagnostics s’applique aux cas d’enlèvement, il nous reste à expliquer: l’apparition de ce phénomène chez les tout-petits, les diverses manifestations physiques, l’association avec des ovnis, et surtout les similitudes frappantes entre les récits indépendants , De ce point de vue, les histoires d’enlèvements ressemblent à des manifestations physiques. Cela n’enlève rien au fait que nous ne comprenons pas la cause ou la source de ces événements.

La question de la cause psychosociale est plus complexe. Le syndrome d’abduction est certainement un phénomène collectif dans le sens où de nombreuses personnes aux États-Unis et dans d’autres parties du monde vivent des expériences similaires. Superficiellement, il semble s’agir d’un phénomène d’hystérie de masse, d’illusion de masse ou de croyance erronée qui pourrait se nourrir des nombreux reportages dans les médias (voir l’article de Robert Hall «Les rapports d’enlèvements sont-ils une hystérie de masse?», P. 345, 349). Mais le syndrome d’abduction ne se comporte pas comme un trouble collectif. Les expériences sont très personnelles et individuelles, et les victimes sont isolées les unes des autres et ont souvent peu entendu parler des ovnis ou du phénomène des enlèvements. Ils ne manifestent pas un système de croyance culturellement répandu ou accepté, comme ce fut le cas avec des incidents historiques d’hystérie de masse. Au lieu de cela, les personnes enlevées nagent contre le courant de notions de société sur la réalité qui prévalent et courent le risque d’être ostracisées et ridiculisées lorsqu’elles parlent de leurs expériences.

Il est vrai que les médias ont consacré beaucoup d’attention au phénomène des enlèvements, en particulier ces derniers mois. Cependant, je crois plutôt que cette attention est due aux nombreux rapports sur les enlèvements et les chercheurs en enlèvements sur des enlèvements réels, plutôt que de déclencher des expériences d’enlèvement. Parce que les histoires de kidnapping réelles montrent dans de nombreux matches et pas dans les médias mentionnés de grands matchs. En outre, une explication psychosociale, comme déjà mentionné, doit encore expliquer l’enlèvement de jeunes enfants, les manifestations physiques et, bien sûr, la relation avec les OVNIS.

Enfin, comme le proposait CG Jung dans un article sur les soucoupes volantes écrit bien avant la vague d’enlèvements, nous pourrions élargir notre notion de l’inconscient collectif et considérer le phénomène OVNI / enlèvement comme une sorte de mythe contemporain, de croyance à une époque donnée. manifesté dans une culture particulière. Les jeunes appellent des phénomènes de ce type « psychoïdes » dans la mesure où ils impliquent une sorte de résonance entre la psyché ou le monde intérieur et les phénomènes physiques du monde extérieur (y compris les OVNIS et les manifestations physiques accompagnant les enlèvements). Cependant, si nous élargissions ainsi l’idée de l’inconscient collectif, je dirais que la distinction entre intérieur et extérieur, perdu entre psyché et réalité. Monde et psyché ou conscience ne font plus qu’un. ils existent dans une sorte d’harmonie ou de résonance dont nous devons découvrir les modèles.

Je ne voudrais pas exclure cette possibilité, mais si elle nous donnait une image utile du cosmos, nous abandonnerions le paradigme dualiste de la science occidentale, qui implique une séparation entre les mondes intérieur et extérieur et selon lequel le monde physique obéit à des lois qui ont peu à voir avec les différents. Les formes de conscience doivent faire. Avec l’aide du phénomène des enlèvements, nous découvririons une nouvelle image de l’univers dans laquelle la psyché et le monde se manifestent et se développent conformément à des principes que nous ne comprenons pas encore.

 

En résumé, nous pouvons trouver peu d’aide pour expliquer le phénomène d’enlèvement de la psychiatrie. Aucun diagnostic psychiatrique n’est utilement appliqué à ces cas. Même des explications psychosociales ou culturelles, y compris toutes les dimensions essentielles du syndrome, nous obligeraient à élargir nos conceptions de l’inconscient collectif à un point tel que la distinction entre psyché et monde, réalité interne et externe, disparaîtrait.

 

Il n’y a aucune preuve que les personnes enlevées aient vécu autre chose que ce qu’elles nous ont rapporté. Les personnes avec qui je travaille disent la vérité à mon avis. Cette impression a également d’autres chercheurs sur l’enlèvement. Nous avons donc un secret profond et important à faire, et nous ne savons pas de quoi il s’agit. Une sorte d’intelligence semble être entrée dans notre monde à partir d’une autre dimension de la réalité. Il a un grand pouvoir (beaucoup d’abductés parlent d’un sentiment de « respect » vis-à-vis de ce pouvoir) et nous n’avons aucun moyen de contrôler leurs effets. Nous ne savons pas quel est le but réel. Tout ce que nous pouvons faire, c’est en apprendre davantage sur le phénomène des enlèvements et avoir le courage de

Il existe des preuves que le phénomène devient moins traumatisant à mesure que les abductés surmontent leur anxiété et reconnaissent pleinement la réalité de l’expérience. Il développe une relation avec les êtres extraterrestres, qui est davantage déterminée par la réciprocité, même par les sentiments amoureux. Les personnes enlevées reçoivent des informations sur les risques écologiques fondamentaux et les autres risques mondiaux susceptibles de leur procurer un enrichissement émotionnel et spirituel de base. Nous avons besoin de nombreuses autres études candides sur ces dimensions du phénomène.

John E. Mack md 1929-2004

 

 

  • John E. Mack, MD était un auteur lauréat du prix Pulitzer et professeur de psychiatrie à la Harvard Medical School.

QUELQUES VIDÉOS

 

 

 

 

 

Longtemps après la prise de cette photo,un ovni apparait au centre.(vidéo en allemand)

Vidéo en allemand fort intéressant  sur la surveillance  ufologique en Allemagne.

 

Lors d’une sortie dans l’espace de l’ISS,un astronaute aperçoit un groupe d’ovni.

 

En 2015 apparitions d’ovni au-dessus d’une autoroute.

Le 30 juin 2015,des astronautes filment un étrange ovni sortant de l’atmosphère terrestre.

 

 

 


Le terme OVNI

 

Le terme OVNI est, à proprement parler, l’abréviation de Objet Volant Non-Identifié. Et cela peut être n’importe quoi, un avion inhabituellement construit, un phénomène météorologique rare ou une météorite – tout simplement un objet volant que le spectateur ne peut pas attribuer immédiatement. De nombreuses observations d’OVNIS se sont avérées être une fausse interprétation du phénomène observé ou – malheureusement – en réponse à une tromperie délibérément induite. Il reste un petit « rez-de-chaussée » dans lequel une falsification ou une tromperie était indétectable, mais cela ne prouve logiquement pas l’authenticité. Et certainement pas comme preuve pour visiter une intelligence extraterrestre peut être consulté.

Malgré tout, l’affirmation ‘  Non, il n’y a pas de tels OVNIS’ est  aussi irréalisable que la réponse ‘Oui, il y a de tels OVNIS’ , car les deux ne peuvent être prouvés clairement jusqu’à aujourd’hui. Donc jusque-là, cela reste une question de foi. Des questions beaucoup plus intéressantes seraient les suivantes:  »  Quelle est la probabilité qu’il y ait des OVNIS? »  Ou   » Et s’il y en avait? »  Ou   » Quel intérêt leurs propriétaires pourraient-ils avoir sur notre planète? »

Ce message ne traite pas de savoir si nous sommes visités par un vaisseau spatial extraterrestre sophistiqué ou si nous avons déjà été visités. Plutôt, les faits et les relations physiques doivent être présentés, et je laisse le soin à mes lecteurs, après cette lecture, de laisser à l’un ou à l’autre le «choix» de décider. Très souvent, il est également question de savoir pourquoi des intelligences étrangères souhaitent établir un contact direct avec la société humaine. En ce qui concerne cette question, il ne faut pas oublier qu’il existe de nombreuses espèces intelligentes sur Terre qui ne s’intéressent pas non plus aux contacts humains.

Un résumé objectif des extraterrestres les plus célèbres:

Les Gris (Ufologie)

 

Gris  ( gris , également  plus petit gris ) est un nom pour un être  humain hypothétique   vivant. Il est dit d’être d’   origine extraterrestre et est  lié aux  phénomènes d’ OVNI et aux  enlèvements extraterrestres dans la  science fiction  et la non –  fiction  . [1]  La première description d’un gris que le couple est  Betty et Barney Hill ont  considéré que , en 1961 , dit qu’il enlevé par des extraterrestres dans un OVNI et plusieurs  médicaux Les expériences ont été soumises. La description de Betty Hill ne correspond pas à la plupart des descriptions ultérieures. [2]  L’existence des Gris n’a pas été prouvée et fait l’  objet d’études et de discussions controversées en  ufologie .

Nouveaux éléments pour les théories du complot: les X-Files du gouvernement britannique, jusque-là secrets. Maintenant, les archives ont été ouvertes et les documents rendus accessibles. Source: ministère de la défense

 


LE CAS  BETTY HILL

Voir mon article sur ce cas précis: Voir ce lien

 

Les dessins d’un gris par Betty et Barney Hill

 

Le croquis complet d’un gris par Betty Hill.

 

Son habillement.

Sans oublier l’autre article sur  de nouvelles révélations:voir ce lien


…À suivre mes ami(e)s!

 

 

 

 

 

Un cauchemar pour Trump et Netanyahou. L’Iran annonce la découverte d’un vaste gisement de pétrole couvrant 2400 km² !

 

La cote de crédit de l’Iran vient d’augmenter. Je suppose qu’il s’est retenu longtemps avant d’annoncer  cette nouvelle concernant les champs de pétrole. Et vous pouvez parier que les Chinois le savaient déjà avant de signer l’engagement de plus de 400 milliards de dollars dans des projets d’infrastructures en Iran, dont une grande partie en énergie.

En tant que station clé de la Nouvelle Route de la Soie, les énormes quantités de pétrole et de gaz iraniens sont des bonus supplémentaires pour quiconque envisage de tenter un projet de développement de cette taille.

Au fur et à mesure que les lignes de chemin de fer seront construites, il ne sera pas difficile de s’assurer que les pipelines et les gazoducs seront en mesure de suivre le même itinéraire, l’efficacité totale constituant l’un des principaux objectifs de l’ingénierie.

L’Occident n’aura à s’en prendre qu’à lui-même. Le faible taux d’intérêt rapporté par la dette américaine a découragé les Chinois, qui y ont beaucoup investi mais gagné très peu. Il a clairement montré qu’un investissement beaucoup plus rentable pourrait être réalisé à long terme en investissant dans ces mégaprojets d’infrastructure, qui pourront créer des emplois pour les travailleurs chinois et d’autres travailleurs de la région pour plusieurs décennies.

C’est quelque chose que ni les États-Unis ni l’UE ne semblent capables de faire. On ne peut pas trouver chez eux un seul projet de développement de 50 milliards de dollars,  qu’il soit en cours ou même au stade de la planification. Les États-Unis s’endettent pour garder les portes ouvertes et les lumières allumées, tout en utilisant le chaos mondial et les changements de régime pour aider à maintenir cette position.

Ce n’est pas une stratégie gagnante à long terme. En fin de compte, tout ce que les États-Unis vont devoir jouer, suivis par leurs alliés européens, c’est la «carte de la guerre», semblable à ce que Roosevelt a fait pour s’engager dans la Seconde Guerre mondiale lorsque toutes les activités de stimulation qui ont suivi la Grande Dépression ne produisaient quasiment aucun emploi permanent… 

Hassan Rohanni à l’annonce de la découverte.

 

 

« Un petit cadeau du gouvernement au peuple »: le président iranien Hassan Rohani a annoncé ce dimanche 10 novembre la découverte d’un gisement pétrolier susceptible d’accroître d’un tiers les réserves nationales, une « bonne nouvelle » pour un Iran confronté aux sanctions économiques américaines.

 

« Nous avons trouvé un gisement de pétrole contenant (des réserves estimées à  53 milliards de barils », a déclaré Hassan Rohani lors d’un discours à Yazd (centre).
Une telle découverte est susceptible d’augmenter d’un tiers les réserves prouvées du pays. Celles-ci étaient de 155,6 milliards de barils fin 2018, selon la dernière édition du « Bilan statistique de l’énergie mondiale » publié par le groupe BP. L’Iran y était classé au quatrième rang derrière le Venezuela, l’Arabie saoudite et le Canada. La nouvelle serait susceptible de lui faire gagner un rang.
Le pays sous pression américaine
Le gisement, large de 2 400 km² et profond de 80 mètres, s’étend selon Hassan Rohani « de Bostan à Omidiyeh », deux villes de la province du Khouzestan, dans le sud-ouest.
Situation du nouveau champ pétrolier en Iran.
C’est « un petit cadeau du gouvernement au peuple d’Iran », a déclaré Hassan Rohani, alors que l’économie du pays souffre des sanctions économiques rétablies contre la République islamique par les Etats-Unis depuis 2018.
Le PIB iranien devrait ainsi chuter de 9,5% cette année, selon le Fonds monétaire international (FMI).
« Hostilité et sanctions cruelles »
Au quotidien, les Iraniens sont confrontés à une inflation à deux chiffres, en reflux progressif néanmoins, et à une dévaluation du rial qui renchérit fortement le prix des importations.
Hassan Rohani a profité de l’annonce de la « bonne nouvelle » pétrolière pour assurer que l’économie iranienne se stabilisait déjà: « Notre peuple a traversé des jours difficiles l’an dernier (mais) je pense que l’Amérique désormais n’a plus d’espoir », a-t-il lancé.
« Nous annonçons aujourd’hui à l’Amérique que nous sommes une nation riche, et qu’en dépit de votre hostilité et de vos sanctions cruelles, les ouvriers et les ingénieurs iraniens du pétrole ont découvert ce champ magnifique », a ajouté le président iranien.
Débouchés difficiles
Reste à savoir comment le pays pourra profiter de cette découverte. Conséquence du rétablissement de sanctions américaines contre la République islamique dans la foulée de la sortie unilatérale des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne, l’Iran a les plus grandes difficultés à écouler son pétrole à l’étranger.
En mai, Washington a notamment mis fin aux exemptions qu’il accordait aux huit principaux acheteurs de pétrole iranien, renforçant la pression sur des pays comme la Chine, l’Inde et la Turquie pour trouver d’autres fournisseurs de brut que l’Iran.
Téhéran a rétorqué aux sanctions américaines en réduisant progressivement ses engagements sur le nucléaire.
La région sous haute tension
L’Iran a ainsi annoncé jeudi avoir repris des activités d’enrichissement d’uranium dans son usine souterraine de Fordo, qui étaient gelées en vertu de l’accord de 2015.
Entre un drone américain abattu en juin par l’Iran, des saisies croisées de pétroliers, et des attaques contre des navires étrangers attribuées à l’Iran mais démenties par Téhéran, la région du Golfe est sous haute tension depuis six mois.
En septembre, l’Iran, bien qu’il s’en soit défendu, a été accusé d’être derrière une attaque contre des installations pétrolières majeures en Arabie saoudite. Celle-ci a été revendiquée par les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par Téhéran.
L’Iran possède déjà la troisième puissance militaire du monde.

 

 

Troisième Guerre Mondiale en formation:Une première vague de 50 missiles et de roquettes s’abat sur Tel-Aviv

En riposte aux frappes aux missiles israéliennes qui ont coûté la vie à l’un des hauts commandants du Jihad islamique de la Palestine, Tel-Aviv a été pris pour cible. La branche militaire du Jihad islamique de la Palestine, les brigade Qods a affirmé dans un communiqué avoir frappé Tel-Aviv, Yafa et les colonies israéliennes limitrophes de Gaza. Selon des sources israéliennes citées par l’agence de presse palestinienne Shahab, les sirènes d’alertes continuent à retentir dans la capitale israélienne Tel-Aviv et les écoles sont toutes fermées. Al-Jazeera confirme la frappe contre Tel-Aviv ainsi que la fermeture des écoles dans cette ville et dans quelques autres villes. Le sud et le cente d’Israël sont donc en état d’alerte. 

Missiles 12 novembre 2019

 

Tel-Aviv et sa banlieue sont en état d’alerte maximal. Baha Abou Atta, l’un des hauts commandants des brigades Qods, branche militaire du Jihad islamique de la Palestine, a été tué en martyr ce mardi matin dans le quartier d’al-Shojaia de Gaza dans un raid israélien qui a également coûté la vie à son épouse.
DEBKAfile, site proche du renseignement de l’armée israélienne, affirme que c’est Benjamin Netanyahu en personne qui en a donné l’ordre
Par crainte d’une riposte d’envergure de la Résistance, le porte-parole de l’armée israélienne s’est précipité ce mardi matin pour affirmer que « Atta a été une bombe à retardement » mais que son assassinat « ne signifiait pas le retour de la politique des assassinats ciblés ».  Quoi qu’il en soit, le mouvement du Jihad islamique de la Palestine a promis une terrible riposte à cet assassinat qui s’est combiné à une nouvelle attaque du régime israélien contre la capitale syrienne Damas.
Vers 4 heures (heure locale), la banlieue ouest de la capitale et plus précisément Dariya a été prise pour cible de plusieurs missiles israéliens qui ont déclenché la réponse de la DCA syrienne. Dans son communiqué, le Jihad islamique affirme que son autre commandant, Akram al-Ajouri, visé par cette frappe, l’a échappé alors que son fils, Moaz, membre du bureau politique du mouvement y a péri. SANA confirme de son côté cette information tout en affirmant que la fille du commandant Ajouri et 10 autres personnes avaient été blessées au cours de l’attaque au triple missiles contre la localité de Dariya, à l’ouest de Damas. Un des trois missiles a été intercepté par la DCA syrienne tandis que deux autres ont explosé. A Damas, Israël a donc raté son coup. Le ministère israélien des A.E. revendique par ailleurs très clairement son attaque et Netanyahu reconnait qu’elle a été proposée par le commandant en chef des forces armées et le chef de Shin Beth au terme d’un accord  » conclu au cabinet sécuritaire et signé par le PM lui-même ».
Sans son communiqué, le Jihad islamique dit ne pas connaitre de « limite » pour la riposte qu’il a à infliger au régime israélien.
Le ministre syrien de l’Intérieur sur les lieux de l’attaque, le 12 novembre à Damas/Fars News

 

 

Les funérailles du commandant Abou Atta à Gaza, 12 novembre 2019/ Fars News

 

 

La capitale syrienne et sa banlieue n’avaient  pas été pris pour cible des frappes sionistes depuis fin août. Cette attaque ouvre ainsi un nouveau cycle de violence puisque le régime israélien, empêtré dans une crise interne sans précédent, a besoin d’un échappatoire, constatent des analystes. En Israël, le député de la Liste arabe unifiée, Ofer Kassif a déclaré sur Twitter que “pour sauver sa peau, Netanyahu revient à ce qu’il sait bien faire: tuer, détruire et inciter à la guerre.”
Selon les sources israéliennes, dans la région du centre d’Israël, l’armée sioniste interdit tout rassemblement de plus de 300 personnes, tandis que le cabinet de sécurité israélien se réunit à la Kyria (quartier général de l’armée) à Tel Aviv ce matin. Les points de passages avec Gaza sont fermés jusqu’à nouvel ordre.  Plus de 26 roquettes et missiles ont été tirées depuis Gaza contre Israël tôt mardi matin sans que Dôme de fer puissent en intercepter grande chose. Des maisons à Sderot ont été ciblés alors que les médias sionistes maintiennent un black out total sur le nombre des blessés. L’alerte au missile a retenti à plusieurs reprises mardi matin à Ashdod, Ashkelon, dans la région du Gush Dan (centre) et dans les localités frontalières de la bande de Gaza.
Un dernier communiqué du ministère israélien des A.E. affirme que quelque un million d’israéliens se trouvent en ce moment même dans des abris antimissiles.

 


EN COMPLÉMENT:Pourquoi le commandant en chef du CentCom s’est rendu en Israël ?

 

Les Su-57 russes déployés à Hmeimim. (ImageSat International)

 

SU-57 en vol.
La guerre a été depuis toujours l’ultime recours pour Israël : alors que l’entité sioniste s’empêtre dans l’une des crises politiques les plus graves de toute son histoire, il vient d’ouvrir le front de combat à la fois en Syrie et à Gaza, histoire de faire croire qu’il est capable de « frapper » l’ennemi à la fois sur plusieurs fronts et que l’axe de la Résistance aussi étendu qu’il soit, ne pourrait l’en empêcher.
Mais en Israël tout le monde n’est pas du même avis que le clan Netanyahu. Commentant la double frappe d’Israël ce mardi matin contre Gaza et Damas, frappes où ont péri deux commandants du Jihad islamique de la Palestine, Abou Atta et Moaz al-Ajouri, le député sioniste Ofer Kassif affirmait ce matin sur Twitter que “pour sauver sa peau, Netanyahu revient à ce qu’il sait bien faire: tuer, détruire et inciter à la guerre.
C’est sans doute vrai, mais ce qui est encore plus vrai, c’est que le régime israélien n’aurait pas décidé d’ouvrir un double front de combat contre l’axe de la Résistance, de son propre chef et sans coordination préalable avec les États-Unis.   
Samedi, le général Kenneth F. McKenzie est arrivé pour sa première visite en Israël depuis qu’il est à la tête du commandement central de l’armée US. La visite de McKenzie est la deuxième visite d’un commandant du CentCom en Israël depuis mars dernier.
Les États-Unis se sont abstenus de révéler la  raison du déplacement de McKenzie dans les territoires occupés de la Palestine, mais ils ont laissé croire qu’il s’agissait de débattre d’un possible départ des troupes américaines de Syrie, ce qui, au regard des évolutions sur le terrain et du redéploiement des militaires américains autour des champs pétroliers du nord-est et de l’est syrien, n’est en fin de compte que du leurre.
Presque simultanément au général McKenzie, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Riyabkov, se trouvait à Tel-Aviv où, selon les sources israéliennes, il aurait aussi débattu de la Syrie mais plus largement de l’Iran. Le haut diplomate russe a une nouvelle fois réitéré que la position russe s’opposait diamétralement à celle des États-Unis et d’Israël sur la question de l’Iran en particulier et de la Résistance en général. Et M Riyabkov ne croyait pas si bien dire.
Au moment où il s’entretenait avec les Israéliens, des avions furtifs américains F-35 s’étaient mis à se déployer près de la base aérienne de Hmeimim. 
Le site spécialisé russe Avia.pro affirme dans son édition de samedi que
 « des hangars d’aéronefs sont en train d’être érigés d’urgence en Israël, le plus probablement dans le but de garer la cinquième génération du F-35i. La superficie totale des hangars en construction est de 252.000 mètres carrés. Le département américain de la Défense est chargé de l’exécuter. Si cette information est vraie, ce sera un jeu dangereux que Washington vient de commencer, non pas contre le seul Iran, mais bien au-delà contre les forces armées russes, largement déployés dans des bases en Syrie, à Tartous, mais aussi et surtout à Lattaquié« .
Riabkov n’a donc pas été dupe quand les Israéliens se sont mis comme toujours à se lamenter de l’Iran et de l’axe de la Résistance pour expliquer leur bellicisme qui se dirige cette fois aussi contre la Russie. Il s’agit en effet d’un ultime effort pour inverser la donne stratégique au Moyen-Orient qui est en nette défaveur du camp atlantiste, Israël étant dans ce nouveau cas de figure, à la première ligne.
Les signes de tensions Israël/Russie se sont d’ailleurs multipliés ces derniers temps: de l’échec du système anti-missile sioniste Fronde de David littéralement mis au pas par un Touchka russe lors des exercices de la marine russe non loin des côtes israéliennes avec en toile de fond des tirs de missiles en direction de ces mêmes côtes, Israël aurait dû bien recevoir le message. Mais il n’en a pas été ainsi. Le message de la Résistance émis le lundi 11 novembre par le secrétaire général du Hezbollah n’a pas non plus été reçu comme il faut par Tel-Aviv. 
Hassan Nasrallah a conseillé au régime israélien de prendre au sérieux une nouvelle puissance balistique qui a émergé des ruines de la guerre US/Israël/Arabie au Yémen à savoir Ansarallah.  
« Sur le plan régional, je voudrais parler du Yémen, de la position historique lancée par le leader d’Ansarallah, Abdel Malek al-Houthi, au sujet du conflit avec l’ennemi israélien. Cet ennemi s’est longuement attardé sur sa déclaration faite il y a deux jours. Il a dit: « Si vous attaquez le Yémen, nous riposterons de toutes nos forces ». Cette position est prise par le leader d’un front qui a développé ses potentiels militaires et qui possède des drones et des missiles sophistiqués. Nous parlons donc d’un dirigeant dont la parole est crédible. Les peuples et les mouvements de notre nation doivent être fiers de cette position, surtout que le Yémen se situe dans une région stratégique. L’ennemi doit comprendre cette position stratégique. Il doit comprendre que de nouvelles forces militaires s’ajoutent au front de combat dans une région où l’ennemi ne cesse de comploter la formation d’un nouveau Moyen-Orient « , a déclaré Nasrallah. 
Il est vrai qu’Israël a bien ouvert les portes de l’enfer et pour la première fois, il risque sa peau pour avoir agi sur l’ordre du Pentagone. Outre la riposte de la Résistance, la Russie prépare elle aussi sa réponse aux actes de guerre de plus en plus hostiles d’Israël contre la Russie. Après tout, Moscou avait bien interdit au régime israélien de frapper Damas, ce qu’a fait ce mardi (12 novembre 2019) matin Israël en prenant pour cible Dariya. Les forces navales de l’armée israélienne ont localisé le sous-marin à environ huit milles marins (15 kilomètres), alors que les eaux territoriales israéliennes s’étendent à 12 milles marins (22 kilomètres) 
Source : Presstv

 

 

 

 

 

Vague d’arrestations en Turquie après l’annonce de la mort d’Al-Baghdadi et Erdogan annonce l’arrestation de sa femme

 

 

Depuis l’opération américaine en Syrie qui a marqué la mort du leader du groupe État isIamique, Abou Bakr al-Baghdadi, la police turque multiplie les opérations antiterroristes à travers le pays.

 

Cela faisait plusieurs mois que la Turquie n’avait pas mené une opération d’une telle ampleur contre les cellules présumées du groupe État islamique sur son territoire. Selon le chef de la police d’Ankara, la capitale, une centaine de personnes accusées d’être liées à l’organisation terroriste ont été arrêtées dans 21 provinces. Elles sont soupçonnées d’avoir planifié des attaques contre les célébrations de la Fête de la République, fête nationale turque, qui se tenaient le 29 octobre 2019.

Des opérations dans tout le pays

Ankara, Istanbul, Mersin, Bursa… Depuis le début de la semaine, la police turque mène chaque jour des raids antiterroristes visant des membres présumés du groupe État islamique. Les services de renseignement s’inquiètent de possibles représailles à la mort de son chef, Abou Bakr al-Baghdadi. La Turquie, qui affirme avoir contribué à l’opération américaine, est une cible prioritaire de l’organisation depuis des années. Plus de 300 personnes sont mortes dans neuf attentats depuis 2014.

Selon les autorités turques, la police a mené plus de 2 000 opérations anti-État islamique ces quatre dernières années. Plus de 1 200 personnes ont été condamnées pour leurs liens avec le groupe, dont une moitié de ressortissants étrangers.

Le dictateur turc,Recep Tayyip Erdogan.

Ce mardi 5 novembre 2019, la Turquie annonçait avoir arrêté dans le nord de la Syrie une sœur d’Abou Bakr al-Baghdadi, le chef du groupe État islamique tué par un commando américain fin octobre. Ce mercredi 6 novembre, c’est le président turc Erdogan qui affirme que son pays aurait arrêté l’épouse du leader terroriste. Une annonce sur fond de rancoeur vis-à-vis des États-Unis, qui ont tenu la Turquie à l’écart de leur opération contre Abou Bakr al-Baghdadi.

 

Comme souvent, c’est au détour d’une courte phrase, avant de parler d’autre chose, que Recep Tayyip Erdogan a fait son annonce. « Nous avons arrêté la femme de Baghdadi », a lâché le président turc, sans donner de nom, de date, ni de lieu précis pour cette arrestation. Tayyip Erdogan a simplement ajouté qu’elle avait eu lieu en Syrie et que la Turquie avait aussi arrêté une sœur du chef du groupe État islamique ainsi que son beau-frère, sans préciser là encore s’il s’agissait d’une seule et même opération.

Aucune place au doute

Le ton du chef de l’État turc ne laissait en revanche aucune place au doute : Recep Tayyip Erdogan signifiait son mécontentement à l’égard des États-Unis, qui ont annoncé fin octobre 2019 la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi dans une opération en Syrie, à quelques kilomètres de la frontière turque, tout en laissant entendre qu’Ankara n’avait joué aucun rôle et n’avait été informé qu’à la dernière minute.

« Nous, nous n’en avons pas fait toute une histoire »

« L’Amérique a neutralisé Baghdadi… puis ils en ont fait toute une campagne de communication », s’est donc plaint le président turc. Avant d’ajouter, au sujet de l’arrestation de la femme du leader défunt du groupe EI : « Nous, nous n’en avons pas fait toute une histoire ». C’est désormais chose faite.

EN CONCLUSION

Que faut-il croire dans toute cette affaire?Ce genre de politicien sait manoeuvrer dans le mensonge et la falsification…comme Donald Trump!

Le rêve de l’État Islamique!

 

Décomposition impériale

Moins spectaculaire que les guerres américaines ratées, moins médiatique que les tentatives de putsch qui ne prennent plus, le mouvement tectonique du reflux de l’empire suit son cours, inexorable. Le schéma est classique, presque mécanique…

Années 90 : après l’éclatement de l’URSS, le système impérial est à son apogée. Il est alors pris d’une véritable folie des grandeurs qui finira par causer sa perte.

Années 2000 (ère Bush) : victime d’hybris, il s’engage dans un certain nombre de fiascos coûteux et retentissants (Irak, Afghanistan), et provoque la résurgence de ses rivaux (Russie, Chine, OCS).

Années 2000-2010 (ère Obama) : sentant le vent tourner, ils s’arc-boute sur ses fondamentaux (Europe totalement vassalisée, presstituée noyautée comme jamais) pour tenter de durer, au risque d’imploser.

 

 

A bien des égards, la géopolitique ressemble à la physique pure. Plus un corps, soumis à une pression intense, se comprime, plus il est instable et susceptible de provoquer des réactions en chaîne. C’est ce qui finit par arriver

Qui aurait imaginé, même dans ses rêves les plus fous, voir le système impérial US se décomposer aussi rapidement ? Certes, il y avait eu des signes avant-coureurs : crise grecque, montée des «  »populismes » » (entre huit guillemets) en Europe, multiplication des voix discordantes concernant la politique anti-russe (Hongrie d’Orban, Italie, Slovaquie, République tchèque, Grèce, industriels allemands etc.), record d’impopularité des hommes de paille de Washington (Flamby Ier rejoignant les rois fainéants mérovingiens dans le palmarès des dirigeants les plus détestés de l’histoire de France)…

Mais l’année 2016 restera comme l’apothéose de ce détricotage. En mai dernier, avant le sommet du G7 à Tokyo, un eurocrate envisageait le « scénario de l’horreur » :

Imaginez si, au lieu de Barack Obama, François Hollande, David Cameron et Matteo Renzi, nous avons Donald Trump, Marine Le Pen, Boris Johnson et Beppe Grillo.

Un mois plus tard, le scénario tant honni commençait à se mettre en place, au grand dam de Washington, Bruxelles et de leurs relais médiatiques. Le Brexit envoya des ondes de choc (…) Ce n’était pourtant rien en comparaison de ce qui allait se passer trois mois plus tard, au cœur même de l’empire, la deuxième étape du « scénario de l’horreur », le changement tectonique représenté l’élection du Donald.

2016 fut en effet le début de la fin : Brexit, Trump, guerre pétrolière américano-saoudienne, perte ou trahison des alliés, dédollarisation, fiasco ukrainien, dégringolade de la branche médiatique… Ce qui avait été patiemment bâti au cours de longues décennies se défaisait à vue d’œil. Et si le Deep State réussissait à sauver quelques meubles, par exemple en récupérant partiellement le Donald, plus rien ne serait comme avant. Comme la marée basse laisse sur le sable les traces de son passage, le reflux de l’empire mettait à jour ses contradictions criantes et ses dysfonctionnements inhérents.

Les éléments, auparavant maintenus sous la chape (de plomb) du manteau américain, étaient désormais livrés à eux-mêmes. Certains comme les euronouilles, complètement perdus, couraient dans tous les sens comme des poulets sans tête. D’autres, tel le sultan, jouaient les électrons libres et se rapprochaient dangereusement de l’autre camp. Partout, l’unité faisait place à la dissension. Sur le Vieux continent :

L’Europe américaine sera-t-elle mise à mort par ceux-là même qui étaient censés la régénérer ? L’on peut sérieusement se poser la question quand on voit le divorce grandissant entre l’UE et les pays d’Europe centrale et orientale, fers de lance de la « Nouvelle Europe » si chère aux néo-cons. Le pied droit de Washington donne des coups au pied gauche et c’est tout le système vassalique européen qui risque de tomber.

Rappelons d’abord que la construction européenne fut, dès le départ, un projet américain. Des archives déclassifiées montrent que les soi-disant « pères de l’Europe » – Schuman, Spaak ou le bien-nommé Monet – travaillaient en réalité pour les États-Unis. Pour Washington, il était en effet plus aisé de mettre la main sur le Vieux continent par le biais d’une structure globale noyautée de l’intérieur que de négocier pays par pays avec des dirigeants indépendants.

La chute du Mur et l’intégration à l’UE des anciennes démocraties populaires n’étaient que le cache-sexe de l’avancée de l’OTAN vers la Russie. Mieux encore, ces pays nouvellement libérés de la tutelle soviétique et férocement anti-russes pour des raisons historiques compréhensibles étaient susceptibles d’établir un nouveau rapport de force très favorable aux États-Unis au sein de l’UE face à certaines poussées de fièvre frondeuse toujours possibles de la « vieille Europe » (De Gaulle, Chirac et Schroeder…)

Or, au moment où les institutions européennes sont noyautées et soumises comme jamais aux désidératas US, le château de cartes est en train de s’écrouler… Ce sont d’abord les sanctions anti-russes qui ont créé une brèche. Si elles furent accueillies avec des transports de joie par la Pologne et les pays Baltes, leur réception en Hongrie, en Slovaquie et même en République tchèque fut bien plus mesurée, c’est le moins qu’on puisse dire. Première cassure au sein de la « nouvelle Europe ».

Et maintenant, la question des réfugiés pourrait bien sonner l’hallali. La Pologne, pays ô combien pro-US, refuse tout à fait d’obéir aux injonctions des institutions elles aussi ô combien pro-US de Bruxelles. Diantre, Brzezinski n’avait pas prévu ça…

Il n’avait pas non plus prévu ce qui allait se passer dans le Golfe en juin 2017 :

La grande affaire très commentée de ces derniers jours est la mise au ban du Qatar par l’Arabie saoudite et ses quelques affidés de circonstance. Si c’était dans les tuyaux depuis une bonne semaine, c’est un véritable séisme dans la région, les précédentes querelles n’ayant jamais conduit à une rupture des relations diplomatiques (…)

Le Conseil de Coopération du Golfe est la pierre angulaire de l’empire américain dans la région – un peu comme l’UE en Europe – et il est aujourd’hui au bord du gouffre. Après le Brexit, le Qatarxit ? A Washington, les stratèges impériaux ne doivent pas être aux anges… Le Koweït et Oman ont en tout cas refusé de suivre leurs collègues et de rompre leurs relations avec Doha, ce qui fissure encore un peu plus l’organisation  (…)

Deux piliers du pétrodollar et soutiens du djihadisme en conflit, CCG en crise, Turquie ballotée, Etat profond US divisé… Il faut prendre la rupture saoudo-qatarie pour ce qu’elle est : une énième convulsion du « camp du Bien », un émiettement supplémentaire de l’empire.

Il n’en fallait pas plus à CNN pour accuser… les hackers russes ! Audiard nous avait prévenu : les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît. Derrière cette nouvelle dégénérescence de la presstituée se cache tout de même une réalité : c’est Noël au Kremlin, qui se garde toutefois de tout triomphalisme.

Les groupies de l’hégémonie américaine ne peuvent maintenant que constater les dégâts :

Un mélancolique article du Jerusalem Post intitulé « Les sommets d’Asie centrale qui montrent que Washington perd prise » nous rappelle une nouvelle fois, si l’en était besoin, que derrière les strass et paillettes de l’événementiel, l’empire américain est inexorablement engagé sur la pente descendante.

A Bichkek, au Kirghizstan, a eu lieu la grand-messe annuelle de l’Organisation de Coopération de Shanghai, incluant désormais l’Inde et le Pakistan. On y a vu Modi et Khan échanger des blagues, Xi et Rouhani renforcer leur coopération, Poutine rencontrer ses homologues chinois, iranien, indien ou pakistanais. Si le président iranien, Etat observateur, s’est fait remarquer en critiquant vertement l’unilatéralisme US et en offrant des privilèges économiques aux membres de l’OCS qui investiraient en Iran, il n’a pas été le seul. A Bichkek, on a parlé multipolarité, Routes de la Soie et intégration de l’Eurasie, pour le plus grand malheur de qui vous savez…

Le jour suivant, au Tadjikistan voisin, le sommet CICA (Conférence pour l’Interaction et la Confiance en Asie) a réuni du beau monde. Les représentants d’une trentaine de pays y participaient dont Poutine, Xi (qui a fêté son 66ème anniversaire avec le président russe), Rouhani, Erdogan ou encore Al Thani, l’émir du Qatar. On sait que ce dernier, depuis la rupture avec l’Arabie saoudite, a une furieuse tendance à se rapprocher de Téhéran et des géants de l’Eurasie. Ses multiples rencontres bilatérales d’hier sont là pour le prouver, notamment avec la Chine et l’Iran, qui a par ailleurs également reçu le soutien turc face au harcèlement américain.

L’hybris impériale – sanctions contre la Russie et l’Iran, guerre économique contre la Chine, menaces contre la Turquie, sanctions saoudiennes contre le Qatar – tend naturellement à rapprocher ces pays et accélère l’inévitable mouvement d’intégration du grand continent, bientôt irrigué par le gaz russe et les Routes de la Soie chinoises. Le monde multipolaire du XXIème émerge sous nos yeux…

Trump et Trudeau:les deux politiciens marquant la chute de l’empire américain et le néolibéralisme décadent.

Ce qui nous amène aux délectables nouvelles de ces derniers jours, qui remuent encore un peu plus le couteau dans le cœur des petits génies de Washington. Au Royaume-Uni, l’énième report du Brexit par les manigances des députés a poussé le Premier ministre Johnson à organiser des élections générales, prévues dans cinq semaines. Sans surprise, elles mettront aux prises les conservateurs de ce même Johnson et le Labour de Jeremy Corbyn. Si certains articles versent allègrement dans l’hyperbole, parlant de « lutte pour l’âme britannique », un aspect fondamental n’est pourtant jamais abordé : l’accélération du détricotage de l’empire.

Johnson est en effet favorable à l’OTAN mais ne peut, on le sait, voir en peinture l’Union européenne et fut l’un des principaux leaders de la campagne du Leave. A l’opposé, Corbyn est un de ces européistes indécrottables mais a toujours été très critique vis-à-vis de l’impérialisme américain et favorable à un rapprochement avec la Russie. S’il ne réclame plus l’abolition de l’Alliance atlantique, comme c’était encore le cas en 2012, nul doute que la politique étrangère de Londres prendrait un tour nouveau s’il était élu.

OTAN contre UE, alors que ces deux piliers de l’hégémonie américaine en Europe étaient auparavant synonymes, Brexit ou OTANxit (ou du moins une sérieuse prise de distance). Heureusement que McCain n’est plus là pour voir ça…

Et puisqu’on parle d’elle, les déclarations tonitruantes de Macron affirmant que l’OTAN est « en état de mort cérébrale » ont jeté un énorme pavé dans la mare, provoquant les cris d’orfraie de Berlin et de Bruxelles, la fébrilité dans les salles de rédaction et l’amusement de Moscou, qui a d’ailleurs tout lieu de se réjouir des appels du même à « rouvrir un dialogue stratégique avec la Russie ».

Ce n’est pas la première fois que l’actuel président français s’écarte de la ligne vassale de son prédécesseur. S’il n’a pu s’empêcher d’y retomber en certaines occasions, par exemple lors du false flag chimique n°3, l’occupant de l’Élysée est capable de faire montre d’une relative indépendance, comme nous le relations il y a plus de deux ans :

Alerte dans les officines du système impérial, la plaque européenne commence à dangereusement se rapprocher de sa consœur russe et nos hypothèses se voient une nouvelle fois confirmées. Après la réception de Poutine par Macron à Versailles, nous écrivions :

D’abord, pourquoi inviter Poutine, dans les fastes de Versailles qui plus est ? Notons que, mis à part le traditionnel voyage du 15 mai à Berlin pour retrouver Merkel, c’est le premier dirigeant étranger que rencontre Macron dans un format bilatéral (les discussions avec Trump, Trudeau, Erdogan & Co ayant eu lieu en marge des sommets de l’OTAN et du G7). Relevons également que la somptueuse réception du « tsar de toutes les Russie » au château du roi-soleil n’a pas été du goût des habituels thuriféraires du système impérial.

Ainsi, le président français était demandeur, ce que l’enguirlandement médiatique fanfaron tente d’occulter (…)

Un reset franco-russe, qu’évoque également le peu russophile Financial Times, serait donc dans les tuyaux à la demande de Paris. Ceci pourrait expliquer pourquoi, au-delà des pathétiques flonflons médiatiques et du sauvetage de face macronien sur des questions aussi existentielles que les LGBT de Tchétchénie ou les méchants médias russes, on a furieusement l’impression que Bobobankster s’est aligné sur Poutine.

Sur la Syrie, « l’objectif absolu est la lutte contre le terrorisme, l’éradication des groupes terroristes, en particulier Daech ». Tiens, il y aurait des modérés pas si modérés que ça finalement et Assad ne doit plus partir… Plus intéressant encore, la fameuse phrase sur les armes chimiques que toute la MSN saoudisée a rapportée, persuadée qu’elle est dirigée contre Damas, mais que personne n’a pris la peine de décrypter :

« J’ai indiqué qu’une ligne rouge très claire existe de notre côté : l’utilisation d’une arme chimique par qui que ce soit fera l’objet de représailles et d’une riposte immédiate. »

Les mots importants sont en gras. Ainsi, Assad ne serait pas le seul à disposer et à être susceptible d’utiliser des armes chimiques… Est-ce une reconnaissance en creux du false flag de Khan Cheikhoun ? A noter que le soir même, Vladimirovitch a répété dans une interview destinée au public français qu’il n’y avait aucune preuve de l’implication du gouvernement syrien dans cette attaque. Pour mieux appuyer ce qu’il a dit, voire prouvé, quelques heures plus tôt à Macron sous les lambris versaillais ?

Concernant l’Ukraine, Poutine a pris le bâton, déclarant que c’était une affaire intérieure à ce pays et qu’il fallait tenir Kiev pour responsable des atteintes aux accords de Minsk, le tout sans être contredit par son hôte. Et je ne mentionne pas les formules répétées sur « le rôle indispensable de la Russie »…

Assiste-t-on à un changement de direction de l’euronouillerie, désormais orpheline de son maître américain ? Si Macron dit tout haut ce que Merkel pense tout bas – et il y a de bonnes raisons de croire que le premier est le porte-parole de la seconde -, on est peut-être en train d’assister à un rééquilibrage du Vieux continent. L’avenir nous le dira… Mais on comprendrait mieux alors la flagornerie de la caste médiatique, cachant sous les épithètes dithyrambiques une redirection peu glorieuse pour elle.

On en prend le chemin… Dans la foulée de la visite du réaliste Le Drian à Moscou, c’est en effet une véritable bombe qu’a lancé Macron dans un entretien à huit quotidiens européens paru aujourd’hui. Dans le texte :

Le vrai aggiornamento que j’ai fait sur ce sujet, c’est que je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar el-Assad était un préalable à tout. Personne ne m’a présenté son successeur légitime. Assad est un ennemi de son peuple [tous les éléments de langage n’ont pas disparu du jour au lendemain, ndlr] mais pas de la France. Mes lignes sont claires. Un : la lutte absolue contre tous les groupes terroristes. Ce sont eux, nos ennemis. Deux : la Syrie ne doit pas devenir un Etat failli [failed State]. Nous avons besoin de la coopération de tous pour éradiquer les terroristes, en particulier de la Russie.

Dios mio, McCain, Barack à frites, Flamby, l’hilarante, le Seoud et autres joyeux lurons de la clique impériale doivent s’arracher les cheveux. L’imMonde est vert de rage et la presse israélienne rapporte l’info pour le moins fraîchement.

Le président Macron semble en passe de devenir nettement plus sage que le candidat Macron. Un Trump inversé en quelque sorte… Si le Donald a tout le mal du monde à contrer le Deep State, c’est néanmoins son élection qui a permis le détricotage de l’empire dont les composantes s’égaillent maintenant dans la nature.

En plein dans le mille. Le reflux américain a laissé sur la grève les composantes du système impérial qui, nouvellement autonomes, s’éparpillent et prennent des directions inimaginables il y a peu encore.

Pire ! les propres pions de Washington arrivés fraîchement au pouvoir se mettent eux aussi à tourner casaque, notamment en Amérique latine. Au Brésil, Bolsonaro a fait un flip flop digne d’une grande patineuse en allant courtiser les investissements chinois. Ce n’est pas une surprise pour le fidèle lecteur de nos Chroniques, car certains signes étaient annonciateurs :

Un mot encore sur le traditionnel sommet des BRICS en marge du G20. Il était intéressant de voir le comportement de l’américanolâtre néo-président brésilien dans cette structure de facto opposée à Washington. Les bruits alarmistes et peut-être inventés sur une possible exclusion du Brésil ne se sont pas traduits dans les faits et les oreilles de Bolsonaro ont dû quelque peu sursauter en entendant Poutine appeler à la dédollarisation ou défendre le Venezuela, point sur lequel le leader brésilien a préféré éviter de polémiquer avec son homologue russe. Bolsonaro, que d’aucuns pensaient il y a quelques mois qu’il mettrait des bâtons dans les roues des BRICS, a même partiellement épousé les discours sur le multilatéralisme en critiquant le protectionnisme unilatéral d’un certain pays…

Entre un Bolsonaro qui met de l’eau dans son maté et un Lula qui vient de sortir de prison et pourrait reprendre le chemin du pouvoir, l’expérience « américaine » du Brésil a peut-être tourné (très) court. L’occasion de redonner un regain d’énergie aux BRICS, d’autant que le grand voisin argentin pourrait à nouveau être de la partie. Nous l’expliquions en août :

En Argentine, le président Mauricio Macri, gentil toutou des USA, vient de se prendre une volée aux élections primaires, répétition générale de l’élection présidentielle du mois d’octobre. Pour Washington, c’est une bien mauvaise nouvelle, d’autant que le grand vainqueur est le parti de l’ancienne présidente Cristina Kirchner, elle aussi bien connue des lecteurs. Nous en parlions entre autres dans un billet consacré à l’établissement d’une base radar chinoise dans la pampa :

L’accord sino-argentin avait été signé en 2015, du temps de Cristina Kirchner, égérie de la multipolarité. Ironie du sort, l’objet de l’accord se réalise sous son successeur et adversaire, pion de l’empire comme nous l’expliquions il y a deux ans :

Macri, dans la plus pure tradition des leaders latino-américains dévoyés, est l’homme de paille des Etats-Unis en Argentine, permettant l’installation de deux bases US dans son pays, plaçant sa fortune chez son maître, s’attirant les louanges de son suzerain.

… et acceptant avec gloutonnerie tout accord avec le FMI visant à esclavagiser un peu plus son pays. Sans surprise, la Cristina, maintenant sénatrice, s’y oppose résolument et préfère les prêts de la banque des BRICS ou de la Chine. D’où la base radar, facilité donnée au dragon contre des espèces sonnantes et trébuchantes à un moment où l’Argentine était étranglée financièrement. Le combat continue entre la pasionaria et le vassal. Macri est largement devancé par C.K dans les projections du premier tour (39%-30%). Quel que soit le résultat, la base chinoise est là pour rester, l’accord ayant été signé pour 50 ans.

C’était l’année dernière et les sondages étaient en deçà de la réalité. Si Cristina ne s’est pas présentée elle-même, son parti a gagné par 47% contre 32%. Un retour du clan Kirchner à la Casa Rosada apporterait à coup sûr un regain d’activité au processus de multipolarité en Amérique du Sud, un temps mis à mal par la destitution de Dilma au Brésil et l’élection de Macri. On se rappelle que l’Argentine de Cristina, bien que ne faisant pas officiellement partie des BRICS, y faisait souvent figure de membre associé, ce qui sera sans doute à nouveau le cas dans deux petits mois…

Bingo. Le 27 octobre, Alberto Fernández, protégé de Cristina, a gagné dès le premier tour, renvoyant Macri à ses chères études. Si sa prise de fonction se fera en décembre, les stratèges américains commencent déjà à se ronger les ongles. Dans un geste ô combien symbolique, Fernández a accordé sa première interview internationale à Correa, l’ancien président équatorien et bête noire de l’imperium US, sur la chaîne russe RT.

Le renouveau de la multipolarité qui se prépare en Amérique du Sud va de pair avec le rôle jamais vu qu’y joue Moscou, au grand dam du Deep State dont les think tanks sonnent le tocsin :

« Il est clair que la Russie est en Amérique latine pour y rester et qu’elle étend son influence – notamment en essayant d’assurer les moyens de menacer les USA au sein même de l’hémisphère occidental. Le désarroi de la politique étrangère américaine a clairement facilité cette évolution. Étant donné l’actuel chaos à Washington [ ! ], il faudra un temps considérable avant que les États-Unis ne puissent établir une stratégie coordonnée visant à contrer ou, au moins, atténuer ces menaces. L’Amérique latine est devenue un théâtre d’opérations réel pour les Russes à cause de la négligence des Etats-Unis et de leurs politiques erronées. »

Au-delà de l’alarmisme peut-être exagéré de l’establishment impérial, trop longtemps habitué à l’hégémonie et qui voit surgir avec horreur son rival là où il ne l’attendait pas, une chose est sûre : en Amérique, comme en Europe ou au Moyen-Orient, l’empire US recule terriblement…

Source : Chroniques du Grand Jeu

 

 

La dette record fait courir de grands risques à l’économie, avertit le FMI

 

L’économie mondiale accuse un endettement record – 188.000 milliards de dollars ou 230% du PIB -, ce qui n’est pas sans risque, avertit la directrice du FMI.

 

La planète accuse actuellement un niveau d’endettement colossal, inédit en temps de paix. L’économie mondiale accuse une dette record largement alimentée par le secteur privé, ce qui n’est pas sans risque, a averti la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva. La dette mondiale des secteurs public et privé confondus a atteint le montant inédit de 188.000 milliards de dollars, soit environ 230% du Produit intérieur brut mondial, a dévoilé la nouvelle dirigeante du Fonds monétaire international lors d’une conférence consacrée à la dette.

La dette mondiale s’est ainsi accrue de 14,6% comparé à l’estimation d’avril 2018 du FMI (164.000 milliards). « Le secteur privé est un des principaux moteurs de cette accumulation, qui représente actuellement près des deux tiers du niveau total de la dette », a souligné Mme Georgieva. En outre, la dette publique des économies avancées est à des niveaux inédits depuis la Seconde guerre mondiale, a-t-elle ajouté. « La dette publique des marchés émergents a atteint les niveaux enregistrés lors de la crise de la dette des années 80. Et le fardeau de la dette des pays à faible revenu a fortement augmenté au cours des cinq dernières années », a-t-elle relevé.

Si les crédits bancaires et les marchés à crédits ont un rôle essentiel pour la prospérité en aidant les familles à acquérir un logement et les entreprises à investir, « un endettement élevé ne représente pas seulement un risque pour la stabilité financière, il peut être un poids pour la croissance », a-t-elle alerté.

Elle a rappelé la nécessité de s’assurer des capacités à rembourser : « cela signifie qu’il faut procéder avec prudence quand il s’agit de contracter de nouvelles dettes en se concentrant davantage sur l’attraction des investissements en actions, tels que les investissements directs étrangers, augmenter les recettes fiscales et intensifier la lutte contre la bureaucratie et la corruption ».

Elle a recommandé en outre de s’assurer que les pratiques d’emprunt et de prêts sont « plus transparentes ». « Dans de nombreux pays, il est possible de renforcer de manière significative les institutions qui enregistrent, surveillent et déclarent la dette », a-t-elle dit. Elle a enfin exhorté à « une meilleure collaboration entre les pays emprunteurs et les prêteurs ».