Un nouveau scandale aux relents de Cambridge Analytica pour Facebook

Facebook a intenté vendredi une poursuite contre Rankwave, une firme sud-coréenne qu’il soupçonne d’avoir utilisé illégalement les données de ses utilisateurs à des fins publicitaires.

D’après la plainte citée par CNN, Rankwave a mis en ligne au moins 30 applications sur Facebook entre 2010 et 2019. L’une d’entre elles était une application servant à déterminer la « popularité » d’une personne sur le réseau social et vérifiant le nombre d’interactions qu’elle avait eues avec d’autres utilisateurs.

Le réseau social ne peut pas conclure pour l’instant que Rankwave a bel et bien enfreint les règles en matière d’utilisation des données privées. Les soupçons de Facebook émanent du fait que l’entreprise sud-coréenne a refusé de se soumettre à des vérifications, obligatoires pour tous les partenaires de la plateforme.

L’entreprise de Mark Zuckerberg allègue que Rankwave a utilisé les données d’utilisateurs de Facebook pour « créer et vendre de la publicité ainsi que des plateformes d’analyse marketing », à l’encontre des politiques du réseau social, rapporte CNN.

« Facebook a déjà suspendu les applications les comptes associés à Rankwave, et la plainte d’aujourd’hui demande au tribunal d’appliquer les conditions de coopération de base que Rankwave a acceptées en échange de la possibilité d’exploiter des applications sur la plateforme », a écrit dans un communiqué Jessica Romero, la directrice des litiges et de la mise en application des règles de Facebook.

Rankwave reste muette

Chris Hughes,jeune pdg de Rankwave

Les partenaires de Facebook proposant des applications et des services sur le réseau social peuvent normalement accéder à certaines données des utilisateurs s’ils obtiennent leur accord explicite. L’accès à ces données permet entre autres de se connecter à d’autres services en utilisant ses identifiants Facebook, de jouer à des jeux en ligne et de remplir des questionnaires. Les entreprises n’ont pas le droit de s’en servir pour d’autres raisons.

Facebook croit toutefois savoir que Rankwave a utilisé ces données pour mousser ses affaires en « fournissant des services de consultation à des annonceurs et des entreprises de marketing », indique CNN.

Rankwave n’a pas commenté publiquement la plainte de Facebook. En février dernier, après avoir reçu une mise une demeure du réseau social, Rankwave avait indiqué ne pas avoir enfreint les règles de Facebook.

Retour sur Cambridge Analytica

 

 

Au début de l’année 2018, Facebook a été confronté à un scandale semblable lorsque le sonneur d’alerte Christopher Wylie a révélé que la firme d’analyse de données Cambridge Analytica avait eu accès de manière illégitime à des données d’utilisateurs.

Cambridge Analytica a par la suite utilisé ces données pour mettre au point des modèles de prédictions politiques très avancés, utilisés entre autres dans le cadre des campagnes du Oui au Brexit et de Donald Trump à la présidence des États-Unis.

Résultats de recherche d'images pour « Rankwave »

 

 

 

 

Publicités

Un cofondateur de Facebook appelle à démanteler le groupe

JUSTIN SULLIVAN L’un des cofondateurs de Facebook appelle dans une longue tribune au vitriol à démanteler le groupe

 

 

Une nouvelle voix s’est élevée jeudi contre Facebook et pas des moindres: l’un de ses cofondateurs, Chris Hughes, a appelé dans une longue tribune au vitriol à démanteler le groupe et à lui imposer un contrôle strict.

M. Hughes, qui a fondé le réseau social avec Mark Zuckerberg il y a quinze ans dans un dortoir de l’université de Harvard, le dit tout de go dans le New York Times: « Il est temps de démanteler Facebook » en séparant le réseau social, son activité originelle, des applications Instagram et WhatsApp.

Celui qui a depuis quitté l’entreprise et affirme avoir vendu ses parts en 2012 s’en prend même directement à l’actuel patron, Mark Zuckerberg, qu’il accuse d’avoir sacrifié la protection de la vie privée des utilisateurs au profit du « clic » et d’avoir éliminé la concurrence sans état d’âme.

Ce très long texte est accompagné d’une photo où l’on peut distinguer les deux hommes, visages juvéniles, sur le campus de la prestigieuse université en 2004.

« C’est un être humain. Mais c’est son humanité même qui rend son pouvoir, hors de contrôle, si problématique », écrit aujourd’hui Chris Hughes de son ancien condisciple.

Mark Zuckerberg « a créé un Léviathan qui élimine l’esprit d’entreprise et restreint le choix des consommateurs », affirme M. Hughes, désormais membre de l’Economic Security Project qui milite pour l’instauration d’un revenu minimum d’existence aux Etats-Unis, et du Roosevelt Institute.

Selon lui, M. Zuckerberg pourrait décider à lui seul de configurer les algorithmes de Facebook pour modifier ce que les abonnés voient sur leur fil d’actualité ou les paramètres de protection de la vie privée.

« Je suis en colère du fait que la priorité qu’il a accordée à la croissance l’ait amené à négliger la sécurité et la civilité pour la course aux clics », regrette-t-il, affirmant par ailleurs que « le gouvernement doit tenir Mark pour responsable » de cette situation.

« Facebook accepte le fait que son succès s’accompagne d’une responsabilité », a réagi Nick Clegg, responsable de la communication du groupe, auprès de l’AFP.

« Mais on ne peut pas faire appliquer cette responsabilité en appelant à démanteler une entreprise américaine à succès (mais uniquement) via l’introduction méticuleuse de nouvelles règles pour internet. C’est exactement ce à quoi a appelé Mark Zuckerberg », a-t-il ajouté, précisant que ce dernier rencontrait des responsables politiques cette semaine.

Le patron du réseau social doit notamment rencontrer le président français Emmanuel Macron vendredi à Paris.

– Monopole –

Facebook, qui a racheté Instagram (partage de photos) en 2012 puis WhatsApp (messagerie instantanée) en 2014, revendique 2,7 milliards d’utilisateurs mensuels sur l’ensemble de ses plateformes. Le groupe a dégagé un bénéfice de 2,43 milliards de dollars au premier trimestre cette année.

Mais il est empêtré dans une série de scandales autour des contenus motivés par la haine ou trompeurs qui circulent sur son réseau mais aussi autour de l’utilisation indue de données privées de ses abonnés. Le groupe pourrait notamment écoper d’une amende de plusieurs milliards de dollars de la part de l’agence fédérale de régulation du commerce.

Pour Chris Hughes, Facebook est devenu un monopole, qu’il convient de démanteler « dans un délai court »: régulateurs et élus doivent se saisir urgemment de ce dossier avec, le cas échéant, la menace d’un procès anti-monopole devant les tribunaux.

Et même, dit-il: « Juste démanteler Facebook n’est pas suffisant. Nous avons besoin d’une nouvelle agence, chargée par le Congrès de réguler les entreprises technologiques ».

Chris Hughes rejoint ainsi d’autres critiques virulents, comme le financier George Soros qui étrille régulièrement Facebook et d’autres géants d’internet, qu’il décrit lui aussi comme des « monopoles toujours plus puissants ».

M. Hughes rejoint aussi la sénatrice Elizabeth Warren, candidate démocrate à la présidentielle de 2020, qui a proposé récemment de « démanteler ces monopoles » et qui a d’ailleurs estimé jeudi sur Twitter que Chris Hughes avait « raison ».

Mais pour la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager, pourtant grande pourfendeuse de la puissance des colosses américains, démanteler ces géants n’est pas la meilleure solution et ne devrait être envisagée qu’en dernier recours car « il y a un risque que, même si nous démantelons ces sociétés, elles redeviennent grosses très rapidement avec les effets de réseau ».

Déjà très critiqué pour ne pas avoir anticipé les manipulations politiques orchestrées via son réseau –en particulier lors de la campagne présidentielle américaine remportée par Donald Trump en 2016–, Facebook est aussi vilipendé pour la gestion des données personnelles de ses usagers, qui fondent son modèle économique, depuis le scandale Cambridge Analytica en 2018.

 

 

 

 

Le Canada, un havre de paix pour les blanchisseurs d’argent

Le Canada ne parvient pas à stopper 99,9 % des cas de blanchiment d’argent sur son territoire, estime l’Institut C.D. Howe. Pire encore, il ne voit souvent même pas passer ce qui pourrait s’élever à plus de 100 milliards de dollars par année.

Le Fonds monétaire international a estimé il y a 20 ans que le blanchiment d’argent représentait entre 2% et 5% de l’économie mondiale.

Les dispositifs de protection et de lutte contre le blanchiment d’argent « sont parmi les plus faibles des démocraties libérales occidentales », déplore une analyse dévoilée mardi par l’Institut C.D. Howe. Non seulement les règles des autorités canadiennes ne leur permettent-elles pas de voir les crimes qui sont perpétrés, mais elles laissent leurs auteurs profiter d’un confortable anonymat en plus de multiplier les embûches sur la route de ceux qui voudraient suivre leurs traces pour les démasquer, dit son auteur, le juriste et collaborateur auprès du bureau canadien de Transparency International, Kevin Comeau.

Le Canada n’est pas le seul endroit dans le monde où l’argent des criminels, des fraudeurs et autres dirigeants corrompus peut être discrètement réintroduit dans l’économie légale, observait déjà le C.D. Howe dans une autre étude en septembre. Le Fonds monétaire international a estimé il y a 20 ans que le blanchiment d’argent représentait entre 2 % et 5 % de l’économie mondiale, ce qui équivaudrait à environ 40 milliards à 100 milliards par an au Canada. En 2011, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a avancé une estimation beaucoup plus basse (entre 5 milliards et 15 milliards) qui ne tenait toutefois compte que de l’argent issu du crime au pays. Or, on sait que les airs de plus grande respectabilité des pays développés y attirent beaucoup d’argent sale provenant d’ailleurs, une tendance que la grande permissivité des règles canadiennes ne peut que renforcer.

« Bien qu’il soit impossible d’estimer le montant exact de ce blanchiment, une estimation réaliste de la quantité d’argent sale blanchi au Canada chaque année se situerait entre 100 et 130 milliards », dit Kevin Comeau. Et si le gouvernement américain et les Nations unies ont déjà estimé que 99,9 % du blanchiment d’argent se passe sans être inquiété, poursuit-il, il n’y a pas de raison de croire que le Canada fasse mieux, bien au contraire.

Recommandations ignorées

Pour freiner ce fléau, dit le C.D. Howe, le Canada devrait changer la loi pour forcer le dévoilement de l’identité des véritables responsables et bénéficiaires des compagnies, fiducies et propriétés immobilières. Une fois débarrassées des prête-noms et administrateurs de façade, deux listes pourraient être dressées, l’une plus détaillée et réservée aux autorités, et l’autre accessible au public et où apparaîtraient au moins les noms, emplois et pays d’attache de ces personnes afin de profiter de l’oeil scrutateur des journalistes, des organisations de la société civile et autres sonneurs d’alerte. La violation de ces règles de transparence devrait être passible de sévères sanctions afin de convaincre les intermédiaires peu scrupuleux de se conformer et de mieux armer les enquêteurs.

Ces recommandations, qui avaient déjà été faites en septembre, ont malheureusement été ignorées tant dans un rapport du Sénat sur le sujet en novembre que dans la réforme de la loi fédérale sur les compagnies en décembre, déplore Kevin Comeau. Seule petite consolation, la Colombie-Britannique s’en est récemment inspirée, mais pour une réforme qui visait seulement son marché immobilier, où elle a de fortes raisons de penser que le blanchiment d’argent n’est pas étranger à la flambée des prix des dernières années.

Résultats de recherche d'images pour « blanchiment d'argent »

 

 

 

 

BC, Canada: Une invasion chinoise provoque la drogue, le blanchiment d’argent et une «crise» dans l’immobilier

L’invasion massive du Canada par les Chinois a créé une entreprise criminelle impliquant la Triade, la drogue et une arnaque au blanchiment d’argent si grande que David Eby, procureur général de la Colombie-Britannique, l’ a qualifiée de «crise», affirmant que «des centaines de millions de dollars des espèces suspectes ont afflué dans les casinos de la Colombie-Britannique, des centaines de personnes meurent d’une surdose de drogue et l’immobilier de Vancouver est devenu inabordable pour la classe moyenne. »

 

 

 

 

Eby répondait à une enquête de Global News qui révélait toute l’étendue des gangs criminels chinois qui utilisaient la présence de leurs compatriotes racistes en Chine pour expédier à Vancouver prix de l’immobilier et le transfert des fonds blanchis vers les usines chinoises pour répéter ce cycle commercial mortel. « 

«Que vous parliez du fentanyl ou de l’immobilier, c’est une crise», a déclaré Eby, admettant que même le «gouvernement de la Colombie-Britannique ne connaissait pas l’ampleur du problème».

Peter German, son rapport sous le bras, serre la main de David Eby, devant les drapeaux de la province.
Peter German et David Eby .

Le journal Global News a déclaré que «le flot de stupéfiants et de précurseurs chimiques – et le nombre croissant de décès dans l’Ouest canadien causés par les opioïdes de synthèse – sont motivés par des groupes criminels sophistiqués connus sous le nom de Triades».

Ce gang chinois « a tellement infiltré l’économie canadienne que les services de renseignement australiens ont inventé un nouveau terme pour désigner des méthodes novatrices de trafic de drogue et de blanchiment d’argent en Colombie-Britannique. Il s’agit du » modèle de Vancouver « de la criminalité transnationale », poursuit le rapport.

Les détails de ce «modèle de Vancouver» sont décrits dans un rapport obtenu par Global News auprès du gouvernement provincial de la Colombie-Britannique, dans une demande d’accès à l’information. Le rapport, rédigé par John Langdale du département d’études de sécurité et de criminologie de l’Université Macquarie, a été présenté aux agents de renseignement australiens et à Austrac, l’agence de lutte contre le blanchiment d’argent du pays.

Eby a déclaré à un comité fédéral réuni à Ottawa que « le système canadien de lutte contre le blanchiment d’argent a complètement échoué » et que « des gangsters ont ouvertement porté des sacs de hockey remplis de centaines de milliers de billets de banque dans les casinos de la Colombie-Britannique, et aucune poursuite n’a été intentée. ”

Il a ajouté que le rapport montre « que Vancouver est maintenant reconnue internationalement comme une plaque tournante du blanchiment d’argent transnational ».

Le rapport explique comment les criminels chinois exploitent les «maillons faibles» de la réglementation mondiale. Dans un exemple, les Triades traitent avec l’État de la Corée du Nord et les cartels de la drogue en Amérique latine pour gérer une économie souterraine basée sur le commerce de stupéfiants, de produits de contrefaçon et de migrants en situation irrégulière.

Résultats de recherche d'images pour « triades chinoises au canada »

De même, les régions de Vancouver, Hong Kong et Macao ont formé un marché noir financé par des réseaux bancaires souterrains chinois complexes. Selon le rapport du Vancouver Model, les banques clandestines sont au cœur du crime de trafic de drogue en Chine.

Ces rapports secrets révèlent que ces banques secrètes se sont développées pendant des siècles sur la côte sud de la Chine. Ils sont composés de membres de la famille répartis dans les communautés chinoises du monde entier.

Ils peuvent déplacer de l’argent, des médicaments et des produits à travers le monde, sans avoir à envoyer de fonds à travers les frontières nationales. Les banques conservent des réserves de diverses devises sur des sites du monde entier, acceptent des dépôts dans une zone et effectuent des retraits dans une autre.


Des documents révélant que le blanchiment d’argent en Colombie-Britannique atteint maintenant des milliards de dollars ont surpris le procureur général de la province, qui affirme que les chiffres ont enfin attiré l’attention du gouvernement fédéral.

David Eby... (Photo CHAD HIPOLITO, THE CANADIAN PRESS)
David Eby

David Eby s’est dit choqué et frustré parce que les sommes élevées estimées semblaient être connues du gouvernement fédéral et de la GRC, mais n’ont pas été communiquées au gouvernement de la Colombie-Britannique.

Il a dit avoir récemment parlé au ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, au sujet d’informations manquantes concernant le blanchiment d’argent en Colombie-Britannique. Il rencontrera également la semaine prochaine le ministre de la Réduction du crime organisé, Bill Blair.

En juin dernier, l’ancien policier américain Peter German avait estimé que le blanchiment d’argent en Colombie-Britannique s’élevait à plus de 100 millions, dans son rapport commandé par le gouvernement, intitulé « Dirty Money », qui se penchait sur les activités des casinos provinciaux.

M. Eby a noté que ce nombre semble maintenant faible, en particulier après la publication d’un rapport international qui affirme que le blanchiment d’argent en Colombie-Britannique s’élève à plus de 1 milliard par an. Le document ne précise toutefois pas quelle période a été examinée. Un deuxième rapport de la GRC estime que des transactions immobilières d’un montant de 1 milliard à Vancouver seraient liées aux produits de la criminalité, a déclaré le procureur général.

Le gouvernement avait estimé qu’il s’agissait d’une opération de 200 millions par an, mais le ministère fédéral des Finances parle plutôt de 1 milliard annuellement, a indiqué M. Eby.

Le gouvernement provincial n’a été mis au courant de ces informations que par des fuites dans les médias ou lors de leur publication, et n’a pas été consulté, a déploré M. Eby.

« La question que je me pose est de savoir pourquoi je lis à ce sujet dans un rapport international au lieu de recevoir les informations de gouvernement à gouvernement, s’est-il demandé. Ce sont ces lacunes en matière d’information qui permettent au crime organisé de se développer et nous devons faire mieux du côté des gouvernements. »

Un rapport publié en juillet dernier par le Groupe d’action financière, basé à Paris et regroupant les pays membres du G7 luttant contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et les menaces contre le système financier international, a braqué les projecteurs sur les activités de blanchiment d’argent en Colombie-Britannique.

M. Eby a déclaré que le rapport incluait des détails sur une opération bancaire clandestine qui blanchissait de l’argent en Colombie-Britannique qui n’étaient pas entièrement connus du gouvernement provincial.

« On estime qu’ils ont blanchi plus d’un milliard de dollars canadiens par an grâce à un réseau bancaire clandestin, impliquant des casinos légaux et illégaux, des services de transfert d’argent et des achats d’actifs, indique le rapport. Une partie des activités illégales du réseau de blanchiment d’argent consistait en l’utilisation de l’argent de la drogue, du jeu illégal et d’extorsion de fonds pour fournir de l’argent aux joueurs chinois au Canada. »

Selon le rapport, les joueurs communiquaient avec des contacts qui effectueraient des livraisons en espèces dans les stationnements des casinos et utiliseraient cet argent pour acheter des jetons de casino, les encaisser et les déposer dans une banque canadienne.

« Certains de ces fonds ont été utilisés pour des achats immobiliers, indique le rapport. La surveillance a identifié des liens avec 40 organisations différentes, y compris des groupes organisés en Asie qui faisaient le trafic de cocaïne, d’héroïne et de méthamphétamine. »

 

Le premier propriétaire légal d’esclaves en Amérique était un homme noir

Selon les archives coloniales, le premier propriétaire d’esclaves aux États-Unis était un homme noir.

 

Avant 1655, il n’y avait pas d’esclaves légaux dans les colonies, il n’y avait que des serviteurs sous contrat. Tous les maîtres étaient tenus de libérer leurs domestiques après la fin de leur temps. Sept ans était la limite pour qu’un agent sous contrat puisse être retenu. 

À leur libération, ils ont obtenu 50 acres de terre. Cela comprenait tout Africain noir acheté à des marchands d’esclaves. Les Noirs ont également obtenu 50 acres lors de leur libération.

Anthony Johnson était un nègre de l’Angola moderne. Il fut amené aux États-Unis pour travailler dans une ferme de tabac en 1619. En 1622, il fut presque tué lorsque les Indiens Powhatan attaquèrent la ferme. 52 personnes sur 57 à la ferme ont péri dans l’attaque. Il a épousé une servante noire alors qu’il travaillait à la ferme.

Lorsque Anthony a été libéré, il a été légalement reconnu comme un «nègre libre» et a géré une ferme avec succès. En 1651, il possédait 250 acres et cinq domestiques noirs sous contrat. En 1654, il était temps pour Anthony de libérer John Casor, un serviteur sous contrat noir. Au lieu de cela, Anthony a dit à Casor qu’il prolongeait son temps. Casor est parti et a été embauché par l’homme blanc libre Robert Parker.

Anthony Johnson a intenté une action en justice contre Robert Parker devant le tribunal de Northampton en 1654. En 1655, le tribunal a décidé qu’Anthony Johnson pouvait maintenir John Casor indéfiniment. Le tribunal a autorisé les Noirs à posséder des membres de leur race en tant qu’esclaves personnels. Ainsi, Casor devint le premier esclave permanent et Johnson, le premier propriétaire d’esclaves.

Les Blancs ne pouvaient toujours légalement détenir un serviteur noir en tant qu’esclave jusqu’en 1670. Cette année-là, l’assemblée coloniale adopta une législation autorisant les Blancs, les Noirs et les Indiens libres à avoir le droit de posséder des Noirs en tant qu’esclaves.

En 1699, le nombre de Noirs libres suscitait la crainte d’une «insurrection nègre». Virginia Colonial ordonna le rapatriement en Afrique des noirs libérés. Beaucoup de Noirs se sont vendus à des maîtres blancs pour ne pas aller en Afrique. Ce fut la première tentative de rapatrier en douceur des Noirs libres en Afrique. Les nations modernes de Sierra Leone et du Libéria sont toutes deux originaires des colonies d’anciens esclaves noirs rapatriés.

En 1830, 3 775 familles noires vivant dans le Sud possédaient des esclaves noirs. En 1860, la Nouvelle-Orléans comptait environ 3 000 esclaves appartenant à des ménages noirs.

Une vente d’esclave à Richmond.

CREUSONS LE SUJET

Et je dois reconnaître qu’à chaque fois que je retourne dans le passé, je découvre toujours des informations explosives. L’histoire de l’homme noir est tellement complexe et sidérante. Le premier propriétaire d’esclaves aux USA était un noir. C’est fou ! Fou de devoir apprendre cela à mon âge. C’est fou le travail de propagande, de manipulations et de contre-manipulations que le système éducatif perpétue.

Anthony Johnson était un angolais vendu aux marchands d’esclaves arabes par une tribu ennemie.Il est vendu comme serviteur sous contrat à un marchand travaillant pour la Virginia Company. Né Antonio, il débarque donc en Virginie en 1621 à bord du négrier The James. Il est renommé « Antonio not given » selon les registres officiels de 1624.

L’indenture était utilisée aussi comme un contrat de servitude temporaire, par lequel une personne s’engage à travailler pour une durée limitée sur les terres d’un colon en échange de son voyage et de l’obtention d’une terre en pleine propriété au terme du contrat.

Dans le monde anglo-saxon, ces personnes sont appelées des indentured servants. Pour ceux allant dans les colonies de l’empire britannique, (Australie et les Treize colonies britanniques en Amérique du Nord en particulier) la durée du contrat était en général de cinq ou sept ans.De 1619, date du débarquement à Jamestown, du premier Africain, à 1660, les Noirs amenés de force sur le nouveau continent, furent tous considérés, à l’image des Européens de même statut, comme des indentured servants.

Ils furent eux aussi libérés au bout de sept ou cinq ans, pourvus d’un lopin de terre et des instruments aratoires nécessaires à son entretien.En 1790, la population noire de la Pennsylvanie s’élevait à 10 274 individus dont 6 537 étaient libres et 3 737 indentured ou esclaves.

À la même époque, plus de la moitié des Européens débarquant dans les colonies américaines étaient des indentured servants.

Source : wiki

Johnson est revendu à un planteur de tabac blanc appelé Bennet comme servant sous contrat. Comme mentionné ci-dessus, les servants sous contrat travaillaient pour une période de 4 à 7 ans pour payer leur passage et leur hébergement et leurs droits à la liberté. A l’exception des servants sous contrat à vie, qui pouvaient être de toutes les couleurs.

En 1623, « Mary, a Negro » débarque à la ferme en provenance d’Angleterre. Elle est la seule femme dans la plantation et ils finiront par se marier.

Vers 1635, Antonio et Mary obtiennent leur liberté, un lopin de terre et un fusil, comme c’était l’usage. Antonio change alors son nom et devient Anthony Johnson.

En 1651, il acquiert une parcelle de 100 hectares de terres (grâce au système de dons de propriétés sus-mentionné. Tout servant sous contrat, une fois son contrat honoré avait droit à une parcelle de terrains accordée par l’ancien propriétaire pour pouvant subvenir à ses besoins et ceux de sa famille. Cela faisait aussi partie de la stratégie des colons américains d’offrir des terres aux immigrants et/ou de payer un loyer aux indiens pour exploiter leurs terres au 17ème siècle) en rachetant les contrats de 5 servants dont l’un était son fils Richard Johnson. Son terrain était situé sur The Great Naswattock Creek, près de la rivière Pungoteague dans le Comté de Northampton en Virginie.

En 1652, un incendie malencontreux cause de gros dégâts sur la ferme, et donc Johnson demande d’avoir une baisse de taxes auprès des tribunaux locaux. Non seulement la cour réduit les taxes que la famille doit payer mais le 28 février 1652, sa femme et leurs deux filles sont exonérées de payer des taxes à vie. En cette époque, les taxes étaient demandées pour les personnes et non les propriétés,  et selon le Virginia taxation act de 1645, « tout nègre, homme et femme et tout autre homme âgé de 16 à 60 ans était imposable. »

La raison du jugement favorable pour les femmes de Johnson est inconnue mais ce changement leur donnait le même statut que celui des femmes blanches qui n’étaient pas imposables. Pendant le procès, les juges ont noté qu’Anthony et Mary  » étaient des habitants de la Virginie, (pendant plus de trente ans) et sont respectés dans la communauté pour leur ‘travail et leur sollicitude’ ».

Reconnu comme un « nègre libre », Johnson a fait prospérer sa ferme de tabac. En 1651, il possédait 250 acres (100ha) de terre, et les services de 4 hommes blancs et un homme noir, tous des servants sous contrat. En 1653, John Casor, un servant sous contrat avec Johnson qui l’aurait acheté tôt dans les années 1640, s’est plaint auprès du capitaine Goldsmith, arguant que le délai de son servage avait expiré 7 ans plus tôt et qu’il était retenu illégalement par Johnson. Un voisin, Robert Parker, est intervenu et a demandé à Johnson de libérer Casor.

Parker proposait un travail à Casor, et il avait signé un contrat d’indenture avec le fermier. Johnson a traduit Parker en justice en 1654 pour obtenir le retour de Casor. La cour de Northampton a d’abord été favorable à Parker, mais Johnson a fait appel. En 1655, la cour a renversé son jugement. Trouvant qu’Anthony Johnson possédait encore John Casor, la cour a ordonné qu’il lui soit retourné et que Parker paie ses frais de justice.

C’était le premier jugement d’un tribunal du Thirteen Colonies  ou  des colonies de l’Empire britannique d’Amérique du Nord (qui donneront naissance aux USAqui stipulait qu’une personne qui n’avait commis aucun crime, pouvait être tenue en servitude à vie.

Même si Casor était la première personne déclarée esclave légalement, il y avait des blancs et des noirs, servants sous contrat, condamnés à vie à la servitude avant lui. Les historiens décrivent le cas de John Punch comme le premier esclave prouvé (documenté), puisqu’il avait été condamné à vie à la servitude comme punition pour s’être évadé en 1640. Le cas Punch était significatif parce qu’il établissait la disparité des sentences d’un nègre et de celle de deux blancs européens, servants sous contrat qui ont fui avec lui (l’un était hollandais et l’autre écossais). Les deux blancs ont pris 4 ans supplémentaires de servitude. C’est le premier cas documenté en Virginie d’un africain condamné à vie à la servitude. C’est considéré comme l’un des premiers cas légaux de distinction raciale entre les servants sous contrat noirs et blancs.

Le cas Casor démontre la culture et la mentalité des fermiers au milieu du 17ème siècle. Selon les historiens T.R. Breen et Stephen Innes, Casor croyait qu’il pouvait former une relation plus forte avec son patron Robert Parker qu’Anthony Johnson avait formé avec ses patrons. Casor considérait que la dispute portait sur la relation vendeur-client, et son hypothèse erronée l’a perdue devant la cour.Johnson savait lui que la justice locale partageait sa croyance en la sainteté de la propriété. Les juges se sont mis de son côté, même si dans les jugements futurs, le facteur racial jouerait un rôle prépondérant.

Le cas Casor était emblématique de la difficulté pour les noirs servants sous contrat d’être réduits en esclavage. La plupart des migrants africains ne savaient pas lire et n’avaient aucune maîtrise de la langue anglaise. Les fermiers pouvaient facilement les contraindre à l’esclavage en refusant de valider la fin de leur durée de contrat de servage. C’est ce qui est arrivé dans le cas Johnson vs Parker. Même si Casor avait deux fermiers blancs qui ont confirmé qu’il avait terminé son contrat avec Johnson, la cour a toute de même jugé en faveur de Johnson.

En 1657, le voisin blanc de Johnson, Edmund Scarborough, a contrefait une lettre de créances dans laquelle Johnson reconnaissait lui devoir de l’argent. Johnson n’a pas contesté. Même si Johnson était analphabète et n’aurait pas pu écrire la lettre, la cour a donné à Scarborough 40 hectares des terres de Johnson pour payer sa « dette ».

Pendant cette période, les noirs libres profitaient d’une « relative égalité » avec la communauté blanche. A peu près 20% des noirs libres en Virginie à ce moment possédaient leurs propres maisons, et la moitié d’entre eux étaient mariés avec des femmes blanches. En 1665, le racisme est devenu ordinaire. La colonie de Virginie a fait passer une loi en 1662 selon laquelle les enfants naissaient avec le statut de leur mère, d’après le principe romain de partus sequitur ventrem; ainsi, tout enfant de femme esclave était esclave, peu importe qui était son père. C’était le contraire de la loi anglaise, qui stipulait que pour tout sujet anglais, les enfants adoptaient le statut de leur père. Les africains étaient considérés comme des étrangers et non des sujets anglais.

Johnson a déplacé sa famille dans le Comté de Somerset, dans le Maryland. Il a négocié un contrat de leasing sur une propriété de 120 ha pour 99 ans. Il a utilisé la terre pour démarrer une plantation de tabac appelée Tories Vineyards.

Anthony Johnson est l’un des premiers noirs à posséder des terres et des esclaves aux USA. Il était un planteur de tabac très prospère. Il est né vers 1600 et est mort en 1670.

Quand il est mort, au lieu que ses biens et donc sa propriété reviennent à sa famille; la cour a déclaré  qu »‘en tant qu’homme noir, Anthony Johnson n’était pas un citoyen de la colonie » et sa propriété a été donnée à un immigrant blanc. Un contraste plutôt saisissant au vu de la déclaration de 1654 de la cour selon laquelle Johnson et sa femme étaient « … des habitants de la Virginie (pour plus de 30 ans) et étaient respectés dans la communauté pour leur travail et leur sollicitude.« 

 

Une troisième banque israélienne condamnée à une amende de 195 millions de dollars pour avoir aidé des juifs d’Amérique à éviter les taxes américaines

La troisième banque d’Israël, Mizrahi Tefahot, est devenue la troisième banque du seul État juif à se voir imposer une amende de plusieurs millions de dollars par le ministère américain de la Justice après avoir reconnu avoir aidé des juifs à éviter de payer des impôts en Amérique en dissimulant de l’argent en Israël.

 

 

La banque s’est engagée dans des projets visant à dissimuler les fonds des clients afin d’éviter de payer des impôts américains sur le revenu entre 2002 et 2012, a annoncé le ministère de la Justice.

Dans le cadre de la transaction, Mizrahi Tefahot, a accepté la responsabilité des actes commis par d’anciens employés, a rapporté le quotidien économique israélien Globes.

Les employés ont travaillé dans la banque privée et la relation client entre 2002 et 2012.

En août, la banque a rejeté la proposition du ministère de la Justice de payer une amende de 342 millions de dollars pour le règlement de l’enquête sur l’évasion fiscale, affirmant qu’il ne s’agissait pas d’un «calcul raisonnable».

Dans un rapport trimestriel sur les bénéfices publié en août, la banque a annoncé avoir mis de côté 425 millions de shekels (117,75 millions de dollars) au cours du trimestre pour couvrir une amende probable des autorités américaines. La banque avait précédemment réservé 161,9 millions de shekels (44,86 millions de dollars).

La banque a indiqué qu’elle « avait mené des discussions intensives avec les autorités américaines » depuis le rejet de l’offre en août.

Le ministère de la Justice a déclaré que le versement de 195 millions de dollars comprenait 53 millions de dollars en restitution, 24 millions de dollars en restitution et une amende de 118 millions de dollars.

Moshe Vidman, président du conseil d’administration de la banque, s’est dit satisfait que les négociations aient abouti à des résultats positifs et abouti à un règlement convenu.

Mizrahi Tefahot n’est pas la première banque israélienne à se faire prendre à ce racket d’évasion fiscale, propre à un État exclusivement juif en raison du statut de double nationalité de tant de Juifs en Amérique.

Son plus grand rival, la banque Leumi, a fait l’objet d’une enquête similaire et a payé des amendes de 400 millions de dollars aux autorités américaines à la fin de 2014.

En outre, Hapoalim, l’une des deux plus grandes banques israéliennes aux côtés de Leumi, a annoncé la mise de côté de 246 millions de dollars supplémentaires pour couvrir le règlement éventuel d’une enquête américaine sur l’évasion fiscale par « les clients de la banque ».

Cette provision, qui doit être prise au quatrième trimestre de 2018, portera le total de ses provisions à 611 millions de dollars, alors que M. Hapoalim a déclaré avoir eu des entretiens avec des responsables de la justice américains ces dernières semaines. Il a ajouté que le montant du règlement pourrait même être considérablement plus élevé.

Résultats de recherche d'images pour « mizrahi tefahot bank »

 

 

 

Facebook s’attend à une amende d’un maximum de 5 milliards $ US de la FTC

 

 

SAN FRANCISCO — Facebook a indiqué mercredi qu’il pourrait être condamné à une amende pouvant aller jusqu’à 5 milliards $ US à la suite d’une enquête de la Federal Trade Commission (FTC). L’agence a enquêté sur le réseau social pour d’éventuelles violations de la vie privée, mais n’a pas encore annoncé ses conclusions.

Dans son rapport sur ses résultats trimestriels, publié mercredi, la société a indiqué avoir mis de côté 3 milliards $ US en prévision de cette éventuelle pénalité.

La charge ponctuelle a considérablement réduit le bénéfice net de Facebook pour son premier trimestre, même si ses revenus ont augmenté de 25 pour cent au cours de la période. La FTC a cherché à savoir si Facebook avait rompu son propre accord de 2011, promettant de protéger la confidentialité de ses utilisateurs.

Les investisseurs ont ignoré cette accusation et faisaient grimper l’action de la société de plus de sept pour cent à environ 196 $ US dans les transactions d’après-séance. Les résultats de Facebook ont été dévoilés après la fermeture des marchés financiers.

 

Facebook a été dénoncé pour plusieurs manquements importants à la vie privée au cours des deux dernières années. La FTC étudie depuis mars dernier le rôle joué par Facebook dans le scandale de la société d’extraction de données Cambridge Analytica. Cette dernière a accédé aux données d’environ 87 millions d’utilisateurs du réseau social sans leur consentement.

Facebook a annoncé mercredi que son bénéfice net s’était chiffré à 2,43 milliards $ US, soit 85 cents US par action, pour le trimestre de janvier à mars. Cela représente une baisse de 51 pour cent par rapport à celui de 4,99 milliards $ US, ou 1,69 $ US par action, réalisé un an plus tôt. Cette baisse est principalement attribuable à la charge de 3 milliards $ US.

Les revenus ont augmenté de 26 pour cent pour atteindre 15,08 milliards $ US par rapport à l’année précédente. En excluant la charge non récurrente, Facebook a gagné 1,89 $ US par action.

Les analystes tablaient sur un bénéfice par action de 1,62 $ US et sur un chiffre d’affaires de 14,98 milliards $ US, selon les prévisions recueillies par FactSet.

Le nombre d’utilisateurs mensuels de Facebook a augmenté de huit pour cent pour atteindre 2,38 milliards. Les utilisateurs quotidiens ont aussi augmenté de huit pour cent, à 1,56 milliard.

 

 

 

Allemagne: un pays qui deviendra non blanc en une génération

L’invasion actuelle de l’Allemagne par le tiers monde créera une majorité non blanche dans le groupe des 20-30 ans d’ici quatre ans et une majorité non blanche dans une génération, a révélé une nouvelle analyse statistique basée sur les chiffres du recensement allemand.

 

 

L’analyse, réalisée par le professeur Adorján F. Kovács du Goethe-Universität de Francfort-sur-le-Main, a été publiée dans le magazine européen allemand sous le titre «Vérités sur la crise des réfugiés» (Wahrheiten zur Flüchtlingskrise).

Le professeur Kovács a déclaré que les défenseurs de « l’immigration sans précédent », comme la chancelière Angela Merkel, affirment que « un, deux ou trois millions ne sont que quelques-uns, par rapport aux 79 à 80 millions de personnes qui vivent actuellement en Allemagne ».

Selon le professeur Kovács, cette affirmation est tout simplement fausse car elle ne tient pas compte de l’âge démographique affecté par l’afflux.

Il ajoute que les chiffres publiés par l’Office fédéral allemand de la migration et des réfugiés (Bundesamt für Migration und Flüchtlinge ou BAMF) montrent que les envahisseurs non blancs se limitent presque exclusivement aux personnes âgées de 20 à 35 ans. encore plus jeune.

Selon le professeur Kovács, on peut obtenir une image beaucoup plus précise de l’afflux comparé à la population allemande déjà existante de ce même groupe d’âge.

 

L’Office fédéral de la statistique officiel compte actuellement quelque 15 millions de personnes dans ce groupe d’âge en Allemagne, a-t-il ajouté, ajoutant que « la proportion de personnes d’origine immigrée dans ce groupe d’âge est d’environ 3,5 millions de personnes ».

En d’autres termes, la population amérindienne actuelle – européenne – allemande âgée de 20 à 35 ans, à l’exclusion de la nouvelle vague d’envahisseurs, s’élève à 11,5 millions de personnes.

Selon un chiffre approximatif d’environ un million d’envahisseurs arrivant chaque année en Allemagne au cours des prochaines années – et le chiffre réel est peut-être supérieur – il est parfaitement raisonnable de s’attendre à une population totale de « demandeurs d’asile » en Allemagne comprise entre trois et quatre millions d’ici 2020.

Ce n’est cependant que la pointe de l’iceberg. Selon le professeur Kovács, si seulement la moitié de ce nombre bénéficiera de l’asile et restera en Allemagne, cela signifie qu’il y aura environ deux millions de candidats retenus d’ici à 2020.

«Le fait que la majorité des prétendus demandeurs d’asile soient des hommes signifie que, dans presque tous les cas, la candidature au regroupement familial sera retenue.

«Cela va ajouter entre trois et huit personnes supplémentaires par demandeur d’asile retenu, ce qui signifie qu’en 2020, le nombre total de personnes appartenant à ce groupe dépassera huit millions».

Le fait qu’il n’ya actuellement que 11,5 millions d’Allemands européens dans la tranche des 20-30 ans signifie qu’en 2020, dans quatre ans, les Blancs seront une minorité totale dans cette catégorie d’âge.

«Sur les 23 millions d’habitants de ce pays qui ont entre 20 et 35 ans, environ 11,5 millions d’habitants ont migré d’ici cinq ans», a déclaré le professeur Kovács.

En outre, le taux de natalité élevé des immigrés « n’a même pas été pris en compte », a-t-il poursuivi.

«Vous devez penser à l’avenir dans 30 ans. Si la majorité, c’est-à-dire que plus de 50% des personnes vivant actuellement en Allemagne sont des personnes âgées et sont décédées dans ce laps de temps, il ne faut pas d’imagination pour avoir une idée de la composition de la future population allemande. « 

La conclusion est inévitable: soit l’Allemagne prendra des mesures politiques pour mettre un terme à l’invasion actuelle du tiers monde, soit l’inverser, soit elle deviendra un pays à majorité non blanche d’ici une génération.


Le génocide blanc s’accélère en Allemagne: trois grandes villes allemandes renversent leur majorité ethnique par des non-blancs

L’immigration massive en provenance du tiers monde en Allemagne provoquera «bientôt» l’entrée des trois villes allemandes d’Augsbourg, Stuttgart et Francfort au statut de majorité non-blanche, a annoncé l’un des plus importants démographes du pays.

 

Lors d’une interview dans le journal Augsburger Allgemeine, « l’expert en intégration », Jens Schneider, a déclaré qu’Augsbourg serait l’une des « premières grandes villes allemandes où les personnes d’origine migrante formeraient la population majoritaire ».

L’interview a révélé que les statistiques officielles montrent déjà que « un sur cinq » (soit 20%) des personnes vivant en Allemagne « ont des racines étrangères ».

Cela est particulièrement vrai dans les zones urbaines, dit Schneider, où la proportion de «personnes d’origine immigrée» augmente de manière exponentielle.

« Les experts estiment qu’Augsbourg, Stuttgart et Francfort sont les premières villes dans lesquelles les immigrés deviendront majoritaires », a-t-il ajouté.

Plus de la moitié de ces « étrangers » sont déjà en possession de la nationalité allemande, a poursuivi Schneider, ce qui signifie que « l’intégration sera donc le plus gros défi des prochaines années ».

Cela signifie que le «pays va changer», a déclaré Schneider, qui est en faveur de l’invasion.

Les statistiques officielles décrivent les personnes «d’origine migrante» comme des personnes non seulement étrangères, mais immigrées en Allemagne depuis 1950 et leurs descendants.

Bien que Schneider ne l’ait pas dit, cela signifie le grand nombre de Turcs qui sont entrés en Allemagne en tant que «gastarbeiters» (travailleurs invités) dans les années 1950, censés travailler en Allemagne puis rentrer chez eux – mais qui ne l’ont jamais fait.

À Augsburg, a-t-il déclaré, le segment de la population «personnes d’origine migrante» représente désormais plus de 43% des habitants de la ville – et est en augmentation.

Cette tendance est particulièrement apparente dans la population préscolaire, où plus de la moitié des enfants de six ans sont issus de «milieux d’immigrants». Ce dernier chiffre, a-t-il ajouté, était répandu dans toute l’Allemagne.

Le seul élément des statistiques pouvant affecter les projections est le nombre exact d ‘«immigrants» originaires d’autres pays européens – y compris, il est intéressant, la Russie.

Bien que Schneider et Augsburger Allgemeine aient mentionné ce facteur, ils n’ont donné aucun chiffre précis à cet égard, mais il est probable qu’il représente moins du quart du total.

Cependant, tout effet de freinage que cela pourrait avoir sur l’équilibre racial de la population aura certainement été plus que compensé par l’actuelle invasion massive de non-Blancs, provoquée par l’invitation d’Angela Merkel en 2015 à inviter l’ensemble du tiers monde à venir en Allemagne.

Depuis lors, environ 1,5 million de non-Blancs sont entrés en Allemagne, mais leur nombre exact est inconnu en raison de la politique de «frontières ouvertes» qui permet à quiconque de n’importe où de pénétrer dans le pays sans être contrôlé ou enregistré.

 

 

 

 

Oncle Hitler: rare photo signée de Rosa Nienau embrassant une fille juive hitlérienne vendue aux enchères

Une photo montrant Adolf Hitler en train d’embrasser une jeune fille qui avait une grand-mère juive s’est vendue aux enchères pour plus de 11 000 $.

Le  Führer aurait d’abord refusé de rompre son amitié avec la fille qui l’appelait « oncle Hitler ».

 

Le Washington Post rapporte que l’image en noir et blanc prise par Heinrich Hoffmann et gravée à l’encre bleu foncé par Hitler le montre avec le sourire alors qu’il embrasse Rosa Bernile Nienau en 1933 lors de sa retraite en montagne. Le journal rapporte que « l’image a été déployée en tant que propagande à une époque où le dirigeant national-socialiste était présenté au monde comme une figure bienveillante ».

Alexander Auctions historiques de la ville de Chesapeake, dans le Maryland, a vendu la photo mardi pour 11 520 $.

La maison de vente aux enchères a déclaré que des recherches avaient montré que Hitler avait pris conscience de l’héritage juif de la jeune fille mais avait choisi de l’ignorer. Nienau, qui avait presque 6 ans lorsque la photo a été prise, est décédé de la polio en 1943.

 

Andreas Kornfeld, vice-président des ventes de la maison de vente aux enchères, n’a pas identifié l’identité du destinataire de la photo ni de la personne qui a placé l’offre gagnante.

Nouvel Ordre Mondial:Le manuel de censure secret de Facebook révélé après que la plate-forme ait retiré une vidéo sur la terreur israélienne à l’encontre des Palestiniens (Common Dreams)

Après la publication jeudi par le New York Times d’un article sur les règles de censure mondiale de Facebook, la journaliste Rania Khalek a appelé le géant des médias sociaux à supprimer une vidéo dans laquelle elle explique comment, « en plus d’être un territoire occupé et colonisé, la Palestine est le laboratoire personnel d’Israël pour tester, affiner et présenter ses méthodes et ses armes de domination et de contrôle « .

Tweetant l’article du Times – et notant que, même si, selon le journal, « les modérateurs se sont fait dire de traquer et d’éliminer les rumeurs accusant à tort un soldat israélien d’avoir tué un infirmier palestinien », les soldats israéliens ont tué une auxiliaire médicale de 21 ans non armée plus tôt cette année, elle a annoncé vendredi matin que Facebook avait « juste enlevé » sa vidéo.


Voici l’article et la vidéo de Rania Khalek:

Rania Khalek,journaliste.

 

 

    En parlant de Facebook censurant le contenu au nom d’Israël, ils viennent de supprimer une vidéo que j’ai faite sur la façon dont Israël utilise la Palestine comme laboratoire d’armement.

    – Rania Khalek (@RaniaKhalek) 28 décembre 2018

    Voici ma vidéo sur la façon dont Israël utilise la Palestine comme laboratoire d’essais d’armes, que Facebook a effacé sans explication.

https://t.co/kT6YvZpVPj

    – Rania Khalek (@RaniaKhalek) 28 décembre 2018

Après qu’elle et d’autres journalistes éminents eurent porté plainte, Khalek annonça quelques heures plus tard que Facebook avait restauré la vidéo. « Il faudra se souvenir qu’à l’heure actuelle, ces géants des médias sociaux ont la capacité de faire disparaître du contenu comme bon leur semble », a-t-elle déclaré dans un tweet. « C’est effrayant et alarmant et on devrait s’y opposer haut et fort. »

Après quelques plaintes, la vidéo est de retour sur Facebook.


Voici donc la copie  du fameux vidéo avant que tout soit à nouveau censuré.Avec ce que  j’ai investi dans mon site web depuis quelque temps,je peux sauvegarder toutes les vidéos importantes menacées de censure par  Facebook et autres  merdias:

 

 


Il est bon de ce souvenir qu’en ce moment, ces géants des médias sociaux ont la possibilité de faire disparaître du contenu comme bon leur semble. C’est effrayant et alarmant et il faut s’y opposer haut et fort.

– Rania Khalek (@RaniaKhalek) 28 décembre 2018

Parmi ceux qui ont souligné la censure de la vidéo de Khalek par Facebook

 

 

vendredi, Ben Norton du Real News Network – qui l’a qualifiée d' »excellent reportage vidéo informatif » – et Glenn Greenwald de The Intercept, qui a souligné que la plateforme a fait taire les voix palestiniennes et pro-palestiniennes depuis plus d’un an. Les utilisateurs qui en parlent ou qui y font référence sont menacé d’exclusion par Facebook…!

    Facebook vient de supprimer ce reportage vidéo excellent et informatif de @RaniaKhalek, dans lequel elle explique comment Israël utilise la Palestine comme un laboratoire pour les armes et la technologie militaire.

Il n’explique pas pourquoi la vidéo a été retirée.

https://t.co/GN234qFy4K

– Ben Norton (@BenjaminNorton) 28 décembre 2018

    Depuis au moins 18 mois, Facebook efface agressivement les pages des Palestiniens et des voix pro-palestiniennes, obéissant aux exigences du gouvernement israélien. Félicitations à ceux qui ont pensé que c’était une bonne idée pour la Silicon Valley d’agir comme censeur paternel et gardien de l’internet : https://t.co/BTs9JBvfwT

    – Glenn Greenwald (@ggreenwald) 28 décembre 2018

 

Glenn Greenwald

« Avec Mark Zuckerberg, Sundar Pichai, Sheryl Sandberg et Eric Schmidt, nous faisons confiance à la censure et à la réglementation de l’Internet avec les motifs les plus bienveillants, dévoués comme ils l’ont été toute leur vie à protéger les sans-voix et les marginalisés « , ajoute Greenwald, faisant allusion au PDG de Facebook, le PDG de Google, le directeur de Facebook et le directeur général de Alphabet, la société mère de Google.

Max Fisher

Le combat court et réussi pour restaurer la vidéo de Khalek, cependant, n’est qu’un des innombrables cas où Facebook a retiré du contenu sans fournir d’explication à l’utilisateur ou au public. Le rapport de Max Fisher pour le Times offre un aperçu de ses pratiques de censure secrètes mais largement critiquées.

Un examen de 1.400 pages fournies au journal par un employé inquiet – et vérifiées comme authentiques par Facebook, qui aurait fait des mises à jour – « a révélé de nombreuses lacunes, des préjugés et des erreurs flagrantes« , a écrit Fisher. « Les règles de proximité sont nombreuses et font de l’entreprise un arbitre beaucoup plus puissant que ce qui a été publiquement reconnu ou reconnu par l’entreprise elle-même.

Bien que Facebook prétende que le livre des règles est destiné à la formation, les modérateurs – qui « déclarent se sentir dépassés » lorsqu’ils essaient de prendre des décisions en aussi peu que huit à dix secondes – disent à Fisher qu’ils le consultent régulièrement. Et bien que le personnel de Facebook aurait élaboré des règles de modération lors de réunions toutes les deux semaines, « l’entreprise sous-traite une grande partie de la modération post-par-post à des entreprises qui recrutent des travailleurs en grande partie non qualifiés, dont beaucoup sont recrutés hors des centres d’appels« .

Les directives longues et déroutantes que Facebook donne aux modérateurs ont donné des résultats mitigés et, parfois, alarmants. Comme l’a fait remarquer Fisher, « ils ont permis à un langage extrémiste de s’épanouir dans certains pays tout en censurant le discours dominant dans d’autres« .

Mark Zuckerberg,patron de Facebook

Il a expliqué :

Par exemple, on a déjà dit aux modérateurs de supprimer les appels à la collecte de fonds pour les victimes des volcans en Indonésie parce qu’un co-parrain de la campagne figurait sur la liste interne des groupes interdits sur Facebook. Au Myanmar, une erreur administrative a permis à un groupe extrémiste de premier plan, accusé d’avoir fomenté un génocide, de rester sur la plate-forme pendant des mois. En Inde, les modérateurs se sont fait dire à tort de noter les commentaires critiques à l’égard de la religion.

La principale conclusion de son article, a déclaré Fisher sur Twitter, est double : Facebook « intervient dans les affaires politiques et sociales du monde entier », agissant « comme une branche invisible du gouvernement« , et « fait tout cela au rabais, envoyant des diapositives PowerPoint désorganisées à des entreprises de sous-traitance qu’il peut à peine contrôler ». Et il fait beaucoup, beaucoup d’erreurs en cours de route. »

    (2) Facebook fait tout cela au rabais, en envoyant des diapositives PowerPoint désorganisées à des entreprises de sous-traitance qu’il peut à peine contrôler. Et il fait beaucoup, beaucoup d’erreurs en cours de route.

    – Max Fisher (@Max_Fisher) 27 décembre 2018

 

Article originel : Facebook’s Secret Censorship Manual Exposed as Platform Takes Down Video About Israel Terrorizing Palestinians

Par Jessica Corbett