Un ado devient millionnaire grâce au bitcoin. Mais au fait, c’est quoi le bitcoin ?

Numéro un des monnaies virtuelles qui a atteint 8 000 dollars en novembre, son usage est pourtant controversé à travers le monde. Explications sur ce qu’est le bitcoin.

 

Apparue en 2009 à la suite de la crise financière, le bitcoin est une monnaie numérique. Son origine, néanmoins, reste mystérieuse. Des anonymes se faisant appeler « Satoshi Nakamoto » l’auraient créé.

Numéro un parmi la centaine de crypto-monnaies qui existe aujourd’hui, le bitcoin permet de réaliser via Internet des paiements sécurisés sous pseudonyme. Il est toutefois limité par son programme à 21 millions d’unités. Il n’est régi par aucune banque centrale, ni aucun État souverain.

Un usage controversé

Au début, le bitcoin était utilisé majoritairement comme moyen d’échange par des réseaux criminels pour des jeux d’argent ou l’achat de substances illicites. Mais en quelques années, son usage s’est largement démocratisé. Désormais, cette crypto-monnaie est autorisée comme moyen de paiement par Microsoft et acceptée comme don par la Croix Rouge.

Pourtant, son usage reste contesté dans le monde. La Bolivie, l’Équateur ou encore le Maroc par exemple l’ont interdit sur leur territoire. Le Japon ou les Pays-Bas facilitent au contraire son utilisation en instaurant un cadre réglementaire souple.

Une monnaie très volatile

Cette monnaie virtuelle a permis à l’adolescent Erik Finman de devenir millionnaire. A l’époque, en 2011, le bitcoin ne vaut que 12$. Puis son cours explose. Cette monnaie finit par lui rapporter 100 000 $, ce qui lui permet de lancer sa start-up et de faire fortune. Aujourd’hui, il est PDG de Botangle.

Ceci témoigne bien de la volatilité particulière du bitcoin. Il valait 3 000 dollars en juin dernier, puis a subitement chuté de 40% mi-septembre. En novembre cependant, il a atteint pour la première fois les 8 000 dollars.

 


Comment la valeur du bitcoin a atteint plus de 10 000 dollars

L’évolution du bitcoin.

 

La célèbre monnaie virtuelle a franchi, mercredi,29 novembre 2017, pour la première fois, le seuil de 10 000 dollars après avoir vu sa valeur multipliée par dix en moins d’un an. Ce montant suscite un intérêt des investisseurs mais aussi un risque de bulle croissant.

 

Le bitcoin continue sa folle ascension. La monnaie virtuelle a atteint, mercredi 29 novembre, la valeur de 10 000 dollars (environ 8 400 euros), un seuil jamais atteint depuis sa création en 2009. En moins d’un an, la valeur du bitcoin a été multipliée par dix. En janvier, la monnaie s’échangeait autour de 1 000 dollars avant d’atteindre 5 000 dollars mi-octobre et dépasser la barre symbolique de 10 000 dollars.

Sans existence physique, le bitcoin s’appuie sur un système de paiement de pair à pair basé sur la technologie dite « blockchain » ou « chaîne de blocs ». Il s’échange sur des plateformes spécifiques sur internet et n’a pas de cours légal. Il n’est pas régi par une banque centrale ou un gouvernement mais par une vaste communauté d’internautes. Il est accepté dans un nombre grandissant de transactions (restaurants, immobilier, etc.).

Si cette monnaie cryptographique provoque de nombreuses critiques, notamment d’institutions financières telles les banques ou de gouvernements qui ne peuvent la contrôler, ses défenseurs assurent qu’elle offre une alternative sécurisée aux devises traditionnelles, euro ou dollar. Comment comprendre cet engouement ? Éléments de réponse.

La demande est plus grande que l’offre

Contrairement aux devises traditionnelles, la technologie du bitcoin ne permet pas la création infinie de monnaie. Une fraction de bitcoin est créée lorsqu’une transaction est validée. « En gros, à chaque transaction, ‘la banque des bitcoins’ doit rajouter cette transaction à la ‘blockchain’, créer un nouveau bloc, mais cette opération est complexe et difficile », explique Victoria Castro, journaliste pour Numérama, spécialiste des crypto-monnaies à franceinfo. Les personnes qui enregistrent ces transactions sont appelées des « mineurs » et se payent en bitcoins crées ex nihilo. Grâce à ce système, de nouveaux bitcoins sont émis de façon régulière mais leur nombre est limité.

Lors de sa création en 2009, le bitcoin a été programmé pour qu’il n’y ait jamais plus de 21 millions de bitcoins en circulation. Ce seuil devrait être atteint théoriquement en 2141.

Victoria Castro

Pour le moment, « 12 millions de bitcoins sont circulation » et nul ne peut dire quelle valeur atteindra le bitcoin lorsque cette limite sera atteinte, précise la BBC (en anglais). « Le bitcoin valait un dollar à sa création, lorsqu’il a atteint 100 dollars, on s’était déjà dit que ça serait le maximum. Puis il est passé à 500 dollars, 4 000 dollars et aujourd’hui 10 000, sans que personne n’ait pu le prévoir », témoigne la journaliste

 

Par le mécanisme classique de l’offre et de la demande, le bitcoin a suscité par sa rareté, et sa valeur montante, une forte demande. « Le bitcoin a été médiatisé et a suscité les curiosités comme une marque, il fallait l’avoir de peur de passer à côté de quelque chose« , ajoute Victoria Castro.

Selon un référendum du site Bitcoin.fr, cité par Les Echos, 46,8% des sondés – 618 personnes – estiment que le principal intérêt de cette monnaie est la nouveauté et seul un quart y voit un intérêt financier. En moyenne, les sondés ont investi 4 530 euros. Selon les données du site coinmarketcap.com, la capitalisation totale de la crypto-monnaie s’élève à 186 milliards de dollars mercredi 29 novembre. A titre indicatif, le groupe Coca-Cola est valorisé à 195 milliards de dollars, note l’AFP.

Des investisseurs s’y intéressent

Le bitcoin est passée en moins de dix ans de monnaie secrète à monnaie « classique », utilisée dans le secteur traditionnel de l’économie. « Le bitcoin a émergé dans des domaines fermés, plutôt anarchistes. Si l’on veut caricaturer, celui des hackers, décrit Victoria Castro. Ces personnes voulaient tester un ‘monde parallèle’ se défaire de la monnaie physique, c’était vu comme un engagement. »

Puis, les utilisateurs ont progressivement vu que la structure du bitcoin permettait de faire des montages financiers et certains l’ont utilisé pour effectuer des transactions peu légales. « L’anonymat des devises a attiré des personnes qui souhaitaient acheter de la drogues, des armes, tout ce qu’on trouve dans le ‘Dark Net’… C’était marginal, mais ça a joué dans la médiatisation de la monnaie », rappelle la journaliste.

Un nombre restreint mais croissant d’entreprises se sont ensuite emparées du bitcoin pour des transactions classiques. Des multinationales comme Microsoft ou Expedia et des petites entreprises ont commencé à l’utiliser. En avril, entre trois et six millions de personnes dans le monde utilisaient le bitcoin. « Aujourd’hui, ils sont probablement entre 10 et 20 millions, c’est une base d’utilisateurs qui se développe très rapidement », informe Garrick Hileman, professeur d’économie à l’université de Cambridge, cité par la BBC. Soit autant que la population des Pays-Bas ou du Chili.

Le cours du bitcoin a également grimpé en octobre, après que l’Américain CME (Chicago Mercantile Exchange) Group, l’un des plus importants opérateurs boursiers mondiaux, a annoncé le lancement prochain de contrats à terme dans cette monnaie. Beaucoup de ces nouveaux propriétaires de bitcoin ne l’utilisent pas pour acheter des choses. « La grande majorité des utilisateurs – je dirai entre 80% ou 90% – l’utilisent pour des raisons d’investissement », explique Garrick Hileman. D’où l’usage de plus en plus répandu de « crypto-asset » (actif crypté) plutôt que « crypto-monnaie ».

C’est la plus connue des monnaies virtuelles

Depuis 2009, « plus d’un millier de crypto-monnaies » ont été créées, explique Victoria Castro. « Chaque monnaie possède ses propres intérêts technologiques, mais le bitcoin reste toujours la devise la plus connue. » En 2015, la création de la monnaie Ethereum a suscité un véritable engouement. « Elle permet entre autres de gérer complètement ses transactions. Par exemple, si je veux commander un VTC via Uber, je peux m’assurer que seul le conducteur récolte la commission et non la plateforme. »

La multiplication de ces monnaies virtuelles a ravivé l’intérêt du bitcoin. « Début 2017, le bitcoin représentait 80% du marché des crypto-monnaies, il est tombé à moins de 50% lorsque Ethereum a été médiatisé puis il est remonté », détaille Victoria Castro. Plus connu des investisseurs et du grand public, le bitcoin est remonté en flèche et représente aujourd’hui 60% du marché.

Cet engouement peut-il conduire à une bulle spéculative telle que la bulle Internet en 2000 ou plus loin, la bulle des jeux vidéos en 1983 ? « Ce n’est pas faux de parler bulle financière mais puisqu’il s’agit de monnaie virtuelle, ça me paraît peu crédible de la comparer à une bulle financière mondiale comme en 2007 », assure Victoria Castro. Dans ces conditions, qui pourrait arrêter le bitcoin ? « Le vol par subtilisation de mots de passe » pourrait être fatal, envisage Eric Pichet, professeur d’économie sur le site The Conversation.

Une effraction dans le système de ‘blockchain’ entraînerait une inondation de faux bitcoins et donc un effondrement des cours.

Eric Pichet

sur le site The Conversation

Si certains analystes s’attendent à un retournement du cours de cette crypto-monnaie, ses partisans disent faire un pari sur le long terme et considèrent le lancement de contrats à terme en bitcoins par le Chicago Mercantile Exchange comme le prochain grand test.


EN CONCLUSION

 

Bitcoin et bulle sont devenus pratiquement synonymes dans l’esprit de beaucoup de sceptiques au cours du rallye à couper le souffle de cette année. Alors que la devise numérique a défié les prophéties de la fin du monde, il y a un certain nombre de façons que cette partie pourrait mal finir pour les rangs gonflés des taureaux. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Passagers en avion… L’horrible Vérité

Passagers en avion. L’horrible Vérité :


 » Nous sommes formés pour dire aux gens de baisser la tête en tenant leur cou pendant un accident. Au cours d’une procédure d’assurance, mon supérieur m’a avoué l’horrible et sinistre vérité sur la raison pour laquelle on nous enseigne cette procédure ! Placer la tête vers le bas et les mains sur la tête va percuter leurs têtes dans le dos du siège de devant… briser les cous des passagers en les tuant instantanément ! De cette façon, les assurances ne seront pas aussi élevées en raison de ceux qui sont paralysés ou blessés de façon permanente et la compagnie aérienne peut payer une liquidation rapide de la mort. »
Tu l’as bien entendu !! La compagnie préfère que tu meurs pendant un crash que de vivre pour raconter l’histoire et collecter $$$ pour toujours !! Combien c’est triste quand les bénéfices sont plus importants que sauver des vies !!!?? la façon correcte d’éviter la mort Pendant un accident, préparez-vous à vous asseoir à la verticale ! J’ai dû partager ça parce que ça peut sauver ta vie ou quelqu’un que tu aimes !
ATTENTION PLANE TRAVELERS! Very disturbing information has come to my attention from an ex flight attendant!!! Below is word for word what the flight attendant told me!

« We are trained to tell people to put their heads down while holding their neck during a crash. During an insurance settlement hearing my supervisor admitted to me off record the horrible and sinister truth about why we are taught… Afficher la suite
Attention les voyageurs d’avion ! Des informations très inquiétantes m’ont été données par un ex-employé de vol !!! Ci-dessous, c’est mot pour mot ce que m’a dit l’agent de bord !

 » Nous sommes formés pour dire aux gens de baisser la tête en tenant leur cou pendant un accident. Au cours d’une procédure d’assurance, mon supérieur m’a avoué l’horrible et sinistre vérité sur la raison pour laquelle on nous enseigne cette procédure ! Placer la tête vers le bas et les mains sur la tête va leurs têtes dans le dos du siège devant… briser les cous des passagers en les tuant instantanément ! De cette façon, les assurances ne seront pas aussi élevées en raison de ceux qui sont paralysés ou blessés de façon permanente et la compagnie aérienne peut payer une liquidation rapide de la mort. »

Tu l’as bien entendu !! La compagnie préfère que tu meurs pendant un crash que de vivre pour raconter l’histoire et collecter $$$ pour toujours !! Combien c’est triste quand les bénéfices sont plus importants que sauver des vies !!!?? la façon correcte d’éviter la mort Pendant un accident, préparez-vous à vous asseoir à la verticale ! J’ai dû partager ça parce que ça peut sauver ta vie ou quelqu’un que tu aimes !

Vidéo et article: Colonia Dignitad,la secte pédophile nazi de Paul Schaefer au Chili

 

   Lien vidéo:                      Colonia Dignidad ,la Secte nazi de Paul Schaefer au Chili

La meilleure description de la situation pour les années de l’ancienne Colonia Dignidad, aujourd’hui Villa Baviera au Chili, est celle de « un état dans l’autre ». Dans ce lieu s’a développé un pseudo projet religieux-social, où il manquait les inclinations de pédérastie de son leader, les abus de travail, et l’omission de n’importe quel droit au peuple qu’intéguait l’organisation. Même ces derniers temps ont participé à des événements politiques conformément à la dictature de Pinochet, en augmentant toutes sortes de rumeurs insoupçonnées sur d’autres activités de la colonie. De nombreux chercheurs pensent que la véritable dimension des activités développées par ces sectaires allemands n’est pas encore totalement connue. Aujourd’hui,je vous présente :
 
LES DÉBUTS D’UN PROJET: COLONIA DIGNIDAD, AUJOURD’HUI VILLA BAVIERA

Le 27 juin 1961, selon l’enregistrement de la Police Internationale, les premiers Allemands se sont connectés à ce qui serait le futur Colonia Dignidad au Chili. En octobre 1961, un groupe d’Allemands a été détecté à la recherche de terres à acheter dans une zone de l’intérieur de Linares (Région du Maule) dans la ville de Parral. Ses intentions sont apparemment religieuses avec des origines dans une église baptiste. Ce groupe est hétérogène, il y a des femmes, des enseignants, des charpentiers, des agriculteurs, des mécaniciens, etc., ainsi que des enfants soi-disant orphelins de la guerre. Une personne nommée Paul Schäfer Scheneider se distingue comme la tête du groupe, et avec le temps, il sera impossible de séparer son image de cet endroit. Il est également accompagné d’une autre personne nommée Herman Schmidt. Qui sont ces personnages vraiment? 

Selon les rapports recueillis, Paul Schäfer est né dans la ville de Sieburg en 1921. À dix-huit ans, il s’est enrôlé comme infirmier et faisait partie de l’armée d’occupation allemande en Italie. On se souvient de lui comme une personne de facilité de mots, de ferveur verbale et de charisme inhabituel parmi ses pairs, bien que toujours à la limite de l’histrionique. On dit que son premier travail fut d’être un artiste itinérant dans un spectacle de chiens et de chats entraînés dont le propriétaire s’appelait Danilo, et c’est ici qu’il acquit sa première étape en tant qu’artiste et en tant que spectateur. À la fin de la guerre, il devint un prédicateur baptiste, prêchant un christianisme fondamentaliste, pour lequel toutes les autres croyances ou confessions étaient des imitations d’un véritable attachement aux enseignements bibliques. En même temps qu’il prêche, il obtient un emploi comme gardien d’enfants dans une congrégation évangélique, et c’est là que son inclination obsessionnelle envers les jeunes enfants et les jeunes domestiques est remarquée. Après une série de plaintes et de problèmes avec certains parents d’enfants, et aussi avec les gens autour de lui, en 1952, il a été expulsé de l’église où il a effectué ses services religieux et la police allemande l’a répertoriée comme un homosexuel et un pédophile. Harcelé par la loi et opportunément averti, Schäfer s’installe en Afrique et revient quelques temps plus tard, mais son retour est accompagné d’un garçon de douze ans nommé Hussein Siam, de nationalité égyptienne et qui devient partie intégrante d’un harem particulier. Appréciant que son cercle se rétrécissait,et avec discrétion.

A cette époque, sa grande ardeur oratoire attire l’attention des autres prédicateurs. L’un d’entre eux, Hugo Baar, propose de l’associer à ses prédications et projets. Bientôt, Schäfer surpasse Baar en termes de charisme et reçoit le soutien inconditionnel des adeptes de l’église, qui se rendent fascinés par sa manière de prêcher. Il convient de mentionner à ce stade que certaines communautés chrétiennes radicales de l’époque ont trouvé dans les leaders charismatiques l’externalisation de leurs propres frustrations et c’est le cas que nous traitons. Schäfer en l’an 1959 crée dans son pays d’origine la  » Mission Sociale Privée », après avoir rompu avec l’église baptiste et a toujours essayé de faire comprendre que son organisation n’était pas une institution ecclésiale, bien qu’elle ait eu une mission sociale qui se souciait des orphelins de guerre et des enfants ayant des problèmes. La caractéristique la plus appréciée de Schäfer parmi ses disciples est sa dureté religieuse et son système est de discréditer les mouvements similaires, qui abondent dans l’Allemagne d’après-guerre. La société Baar-Schäfer commence à prendre forme et surtout le pouvoir économique, parce que sa domination est totale sur les adeptes de la secte, qui commence à acquérir une seule voix de commandement, absolue, et c’est la loi de Schäfer que tous doivent se conformer, y compris Baar, qui est en arrière-plan.

Schäfer, avec le pouvoir dans les mains rapidement, forme un régime d’esclave et est inflexible dans l’application de sa loi. Par la tromperie, il obtient des confessions de couples mariés sur leur vie privée, qu’il utilise quand cela lui convient et avec ce secret de ses partisans oblige les femmes à se séparer et à détruire des familles entières. Sa puissance économique augmente de jour en jour mais a encore des problèmes avec la police allemande. Le problème est le même que toujours, l’abus des jeunes dans le groupe, et il est nécessaire de déménager en Belgique. C’est peut-être à ce moment de cette histoire que l’organisation acquiert toutes les connotations d’une secte et commence à élaborer un plan pour trouver son propre paradis et Schäfer pense au sud du Chili.

En Belgique, Schäfer organise des enlèvements massifs de dizaines d’enfants. Utilisant le subterfuge, il les sépare de leurs mères et les force à les écrire, leur donnant la tranquillité d’esprit. Beaucoup de ces mères n’ont jamais connu leurs enfants à nouveau.Beaucoup de ces enfants ont été expédiés destinés au « Paradis sur Terre » (Schäfer se référait ainsi à son futur projet) en idéalisant l’endroit qu’il avait choisi pour sa secte. Ce «paradis» était caché de manière naturelle dans une région montagneuse de l’intérieur de Parral au Chili. Curieusement, c’est un Juif nommé Rudi Cohn qui prend des dispositions pour l’achat au numéro 2 de la ferme San Manuel, appelée « La Blanchisserie »  dans la commune d’ El Retiro

. La transaction s’élève à trente-cinq mille escudos, payant sept mille en espèces et le solde à cinq ans. Le terrain a une superficie de 3 062,4 hectares, ce qui augmente à plus de 17 000 au fil du temps. Les propriétaires précédents de cette terre venaient  d’une société italienne appelée CITAL , qui n’avait pas réussi à  réaliser une enclave agricole, parce que la terre était un éboulis qui ne permettait pas la moindre plantation, en plus de la configuration géologique de la région n’était pas adéquate pour toute activité. Ce sont les terres initiales que Paul Schäfer Scheneider achète à cette société italienne par la gestion d’un intermédiaire juif.Ce sont les débuts de la Colonia Dignidad Benefactor Society au Chili, maintenant appelée Villa Baviera.

QUI ÉTAIT HERMAN SCHMIDT, LE COMPAGNON DE PAUL SCHÄFER?
Herman Schmidt, était un ancien pilote de la Lufwaffe et un ancien membre d’un groupe de renseignement sélectionné, qui aurait été très proche d’Adolf Hitler, avec un pouvoir sur la Gestapo dirigée par le général Ghelen. Herman Schmidt acquiert une importance vitale dans la secte, car c’est une sorte d’expert en  relations publiques et externes entre l’organisation et le monde qui entoure la jeune Colonia Dignidad. Allant plus loin pour savoir qui est ce Schmidt, il a également été localisé dans une photographie de l’époque, où Ghelen apparaît avec son personnel, et vous pouvez voir Schmidt, bien que plus tard au Chili, il serait connu comme le Dr Seewald, mais en réalité, il n’a jamais été médecin que pour avoir écrit un livre sur la Bible. (L’existence de cette photographie n’a jamais été claire).

Sur la terre acquise au Chili, on commence immédiatement une vie pratiquement d’esclavage. Le travail se fait du lever au coucher du soleil, sans aucune forme de rémunération pour les participants et tout cela dans des conditions inhumaines.Tous les participants sont allemands, et le secret du lieu est de plus en plus radical, la seule langue parlée est l’allemand. De plus, il n’y a pas de contact ou de relation de personnes amenées d’Europe avec des Chiliens dans la région. Ce dernier est totalement interdit, et pendant des années ces règles sont maintenues. Avec le temps et lorsque sa présence commence à être remarquée par divers actes conflictuels, des mesures extrêmes sont prises avec les médias chiliens, appelez ceux-ci, la radio, la presse et la télévision. L’isolement des membres de la colonie est total avec le monde extérieur,

Cette situation resterait sans aucune intervention des gouvernements chiliens sur la question, bien que pour être réaliste il est nécessaire d’indiquer au lecteur que tout le sud du Chili a une grande quantité de personnes originaires de l’Allemagne, parce que les citoyens de ce pays ont commencé à arriver dans l’année 1850 sur ces terres, avec de grandes facilités des autorités chiliennes, ce qui est logique de penser qu’il existe et existe encore un grand réseau de communication de toutes sortes entre les descendants allemands et chiliens d’entre eux, ce qui facilite grandement tout projet et parce que, pour ne pas le dire, il peut facilement être camouflé dans la bureaucratie existante dans une capitale lointaine telle que Santiago, où toutes les décisions importantes de ce petit et long pays sont développées et prises. 

COMMENT LA COLONIE A-T-ELLE ETE CONNUE DANS LE MONDE?

Les sauts  d’alarme furent  lancés à la presse quand un jeune homme de Cologne, appelé Wolgang Muller Lilisckies en 1966 échappe à l’enceinte et parvient à atteindre Santiago, où la recherche de protection en soins infirmiers en Allemand,à la  maison située à cette époque , dans la commune Barrancas (aujourd’hui Pudahuel). Les événements peuvent se résumer comme suit: Dans une soirée en Mars 1966, l’ambassade d’Allemagne demande la protection Préfecture d’enquête fédérale Santiago pour un couple  d’Allemands âgés. Bien que cette plainte ne cause pas beaucoup d’attention de la police s’il a fait le chef de la police internationale à l’époque, Hugo Villegas Garin, qui découvre que le groupe d’Allemands essayait de chasser de force de l’intérieur de l’asile un jeune homme d’environ dix-neuf ans qui s’était échappé d’une colonie agricole de la ville de Parral. La question était de savoir ce que faisait un garçon de dix-neuf ans dans une maison de retraite.

Oswaldo Murray (à gauche)

 

Les forces de police arrivées sur les lieux ont rencontré un groupe d’Allemands perturbés qui n’ont même pas hésité à affronter la police qui leur a demandé de s’identifier. Compte tenu de la situation de violence et de voir que l’humeur était de plus en plus agressive, l’aide de la police a été demandée et c’est ainsi que le groupe d’Allemands s’est enfui, à l’exception d’un qui a été arrêté. L’Allemand arrêté s’avère être Kurt Schnellenkampf, qui a été emmené à la caserne de la préfecture de police située dans la rue du Général Mackenna. La surprise fut grande quand un assistant du directeur des enquêtes, le colonel (R) Emilio Oelckers Hollstein, fils d’Allemands par père et mère, les attendait à la porte de la caserne. Ce colonel a eu une longue conversation avec le détenu dans la langue allemande et à son terme, sur les ordres d’Oelckers . Le Préfet Villegas a été chargé d’oublier l’incident et a simplement essayé de prétendre que l’épisode n’existait pas. Le préfet Villegas communique sa détermination à son peuple, mais ses collègues qui avaient eu la confrontation avec ces Allemands et plus que quelques uns étaient sur la piste de l’altercation physique souhaitaient que cela ne reste pas anonyme. Villegas cherchait une issue honorable. Cette sortie devait donner sa version à la presse et c’est ainsi que cette histoire mentionnait pour la première fois une colonie agricole nommée Dignidad dans la presse.

Couverture magazine « Ercilla »

 

Le journaliste chilien Oswaldo Villegas préfet ami Murray se souvient bien que , dans la rédaction des nouvelles et apporter ce à son éditeur Augustine Picó Cañas, le journal « La Tercera » , il ne voulait pas de savoir quoi que ce soit au sujet et moins faire face à l’ambassade d’Allemagne. L’épisode a été transféré à la revue »Ercilla »  et l’éditeur adjoint à l’époque, Erika Vexier, si elle l’a publié. Pour ce journaliste, aujourd’hui , il doit l’existence des nouvelles de l’existence de cette colonie sur le territoire chilien depuis continué à enquêter surcette affaire, et comme il le dit ce correspondant … « cette question pouvait me sentir  pourrir dès le premier instant «  … le temps lui a prouvé le droit. Le jour suivant la nouvelle a été dans tous les journaux du monde et Parral a été envahi par des journalistes des endroits les plus inhabituels. Fait intéressant au Chili les deux premiers mois, les nouvelles n’ont pas eu de résonance, ou du moins, la presse en général a essayé d’ignorer les faits, sauf exceptions honorables.

Boris Weisfeiler

 

A partir de ce moment même, commence une histoire incertaine, couverte de toutes sortes d’actions qui vont de l’évasion de certains membres des campus de Colonia, dont beaucoup de ces tentatives ont été avortées violemment et en dehors de leurs limites, la complaisance des autorités chiliennes qui ne prennent pas de décisions drastiques pour savoir ce qui se passait réellement dans le pays de cet endroit étrange … Il y a eu aussi des kidnappings d’enfants de familles chiliennes et des morts de personnes dans la colonie sans connaître les causes réelles. Tout cela avec les années est augmenté avec un autre type d’actions de la propre Colonie qui est poussée à céder dans certaines actions, plus que tout par certaines énigmes où il est impliqué et qu’il est très difficile de couvrir, en outre, quand la dénomination de »Nazis »  est déjà utilisé par une grande partie de la presse et cette vision est diffusée dans le monde entier. L’un de ces faits énigmatiques où Colonia Dignidad est clairement citée comme responsable, est la disparition de Boris Weisfeiler, professeur de mathématiques né à Moscou, nationalisé américain et d’origine juive.

L’ENIGME DE LA DISPARITION DE BORIS WEISFEILER

Ce professeur de mathématiques est né le 19 avril 1941 en Russie, il aimait dès le plus jeune âge faire de longs voyages et se promener, se nourrissant de conserves et de ce qu’il trouvait sur son chemin. Il ne s’est jamais marié, il était très simple dans la vie. Il avait émigré aux États-Unis après avoir eu des problèmes dans son pays natal en ne voulant pas adhérer à certaines exigences du régime communiste. Ce qui est certain, c’est qu’il était éminent en mathématiques et c’est ainsi qu’on se souvient de lui à l’ Institut des Sujets Avancés de Princeton et dans d’autres prestigieux centres américains où il a travaillé comme professeur.
Carte d’identité du disparu Boris Weisfeiler

 

Sa passion pour les longs et solitaires voyages l’a amené à beaucoup de pays et à chaque voyage il a placé le niveau  plus haut , c’est ainsi qu’il a voulu connaître le Chili et peut-être choisi le pire moment pour atteindre ce pays, en raison de la situation dans ces pays. années quatre-vingt en raison de la dictature militaire qui a dominé tout. Bien qu’il y ait des points sombres et très difficiles à comprendre dans l’itinéraire de ce jeune voyageur, que beaucoup de chercheurs curieux ont confondu, nous ne pouvons pas arrêter de poser des questions qui n’ont pas encore reçu de réponse. Qu’est-ce que ce jeune Américain d’origine russo-juive a réellement atteint les limites de Colonia Dignidad ?

Boris est venu au Chili pour le 25 Décembre 1984, elle – même une date étrange pour les Chiliens, mais pas pour un citoyen juif qui ne participe pas aux vacances que les Occidentaux en général catholiques. Il a immédiatement pris l’autobus pour Los Angeles  et est arrivé dans la nuit du 25 décembre. Il est resté à l’ Hôtel Mariscal Alcazar , où il est resté jusqu’au jour  du 26. Le même jour , il se rendit immédiatement à la zone appelée  El Abanico , près de La Laguna de Laja , zone privilégiée pour la randonnée rurale, flanqué anciens arrancarias et liaison d’origine Pehuenche peuple autochtone, une autre est de dire une zone très peu peuplée dans ces années. Jusqu’au 4 janvier il y a des signes de sa présence dans la zone après avoir passé le contrôle d’un poste de police d’ El Roble … Il y a aussi des témoignages de sa présence dans la région par le paysan Luis Alberto López Benavides . À ce stade, nous devons mentionner que cet agriculteur « s’est suicidé »  sans explication apparente dans le même endroit où le sac à dos de Boris a été trouvé  par la suite.
Les enquêtes récentes et compte tenu de la grande pression des organisations internationales, tous indiquent que ce dernier touriste étrange la dernière fois qu’il est vu vivant est au confluent des rivières Nuble et Los Sauces,  même partiellement gouvernement officiel chilien de ces années, il se serait noyé en essayant de traverser la rivière Nuble . Des enquêtes récentes, cependant, indiquent qu’il est probablement entré sur le territoire de Colonia Dignidad  et donné la situation qui prévalait dans le pays dans ces années, les forces paramilitaires de la colonie , sans exclure la collaboration des carabiniersIls ont agi ensemble et ce touriste a été arrêté. Son passeport indiquant sa place d’origine russo-juive a mis fin à sa condamnation. Au fil des années, il a pu déterminer que peut-être Boris Weisfeiler  avait été retenu pendant deux ans à l’intérieur de la colonie  pour effectuer des travaux forcés, mais la vérité est que rien de particulier n’a été connu jusqu’à présent. Pourquoi Boris Weisfeiler est- il venu à la gueule du loup qui marche seul? Imprudence de touriste non averti? Les circonstances du destin ont conspiré pour le faire disparaître?
Coupure de presse de l’époque

 

Cette brève revue de la disparition de Boris Weisfeiler  dans les limites territoriales de laColonia Dignidad  des années 1985 reste encore beaucoup à dire. Suite à la disparition de ce jeune juif nous ont conduit à d’autres hypothèses, que nous allons bientôt énoncer, pour ne pas s’écarter de la problématique qui nous occupe dans cet ouvrage. Que ce détail soit vu comme une image du danger et de la liberté absolue que les colons, qui étaient des partisans de la colonie, ontagi  et qui ont souvent reçu la collaboration des forces de police chiliennes elles-mêmes.
QUAND LE CHANGEMENT COMMENCE-T-IL EFFECTIVEMENT À CETTE SITUATION?
Le 31 janvier 1991, sous le mandat du président Patricio Aylwin  , la personnalité juridique de Colonia Dignidad a été supprimée . C’est une période de pleine transition vers la démocratie au Chili, et avec cette action, cette concession du 21 septembre 1961 au terme du mandat du président Jorge Alessandri Rodríguez est obsolète . Cette action légale établit que les actifs et les actifs de l’entité dissoute sont transférés à la société méthodiste. Jusqu’à ce moment Colonia Dignidad il a accueilli les exemptions fiscales et douanières que la législation prévoit pour les organismes de bienfaisance. Quand il est vérifié qu’il n’y a pas de comptabilité technique, ne fait pas de déclarations annuelles de revenus et d’importations sans droits de douane, ni que ses travailleurs contribuent à l’Etat, ni reçoivent de salaire, la mesure prise contre eux est pleinement justifiée selon les lois en vigueur au Chili. .
Schmidt et Muller, les
principaux colons allemands dans les premiers jours de l’ancienne Colonia
Dignidad.
La Colonia , qui apprécie les énormes possibilités du lieu et de ses avantages, a étendu ses actions financières, encore plus, quand elle commence à sentir les pressions de l’opinion publique chilienne et surtout quand il est possible de stabiliser la transition vers la démocratie après la dictature dePinochet. Malgré tout cela, la justice a été incapable de clarifier vraiment le hangar économique qui a été créé autour de la colonie . C’est ainsi que des sociétés industrielles et commerciales comme Abretec, SA, Bardana, SA, Sociedad Cerro Florido Ltda, Etc. ont été formées . Toutes ces sociétés satellites gèrent plusieurs richesses du sud du Chilitels que l’administration de forêts et de bois très prisés à l’étranger, les entreprises liées à la richesse maritime, les entreprises sidérurgiques et assimilées, la richesse chimique et d’autres encore en cours de recherche mais compte tenu du large réseau créé avec les familles L’allemand déjà inséré dans la société chilienne est très difficile à déterminer et surtout à étudier.
L’ÉTAPE DE LA LÉGALISATION ET LE MONDE MODERNE

Dans ce scénario, quand, le 30 novembre 1996, à la première heure du matin, 100 membres du V Department of Investigation ont envahi les territoires deColonia Dignidad  pour la première fois de son histoire. Compte tenu de la situation extrême et de la vérification de la participation de cet ancien agronome allemand aux activités politiques du régime de Pinochet et de la disparition de nombreuses personnes dans ses limites territoriales, le gouvernement deRicardo Lagos  entreprend une fouille intensive de toutes les terres de lacolonie , rencontre avec des surprises inattendues.

Dans ces mandats de perquisition, ils rencontrent une opposition totalement organisée des colons, où même les plus petits enfants participent. Les déplacements sont presque militaires sur le territoire des sectaires, et avec une grande organisation qui démontre une préparation préalable exhaustive. La police détecte les mouvements nocturnes et le déplacement des biens d’un endroit à l’autre, et est censée être dans le but de cacher leur chef de file maximum Paul Schäfer , qui est resté sans connaissance pendant plusieurs années et sans être vu dans les limites de la colonie . Schäfer comme dans les occasions précédentes dans sa vie, a dû être présenté à la justice chilienne pour plusieurs allégations de maltraitance d’enfants qui avaient réussi à échapper à laCologne . Ces affaires en instance contre lui étaient seulement et est la pointe de l’iceberg de ce qui expliquerait ses activités au Chili. D’autres dirigeants de lacolonie avaient  déjà été appelés à témoigner devant les tribunaux dans les années 1990 et beaucoup d’entre eux sont toujours détenus ou poursuivis à ce moment-là. Parmi les découvertes que la police trouve, il y a des systèmes de communication et de surveillance sophistiqués, dont beaucoup sont inconnus au Chili, des tunnels souterrains où des personnes ont été détenues après le coup d’Etat de Pinochet.

Les tracteurs et voitures enterrées qui pourraient être liés à certains actes criminels, armes stockées de haute précision, etc. Quant à la situation personnelle des colons, beaucoup d’entre eux ne savaient rien du monde extérieur, ne parlaient pas espagnol ou un seul mot, n’avaient pas de familles spécifiques, mais toutes des situations partagées de liens familiaux indéfinis, étant très difficiles à définir. eux. Beaucoup de ces gens ne connaissaient pas un autre type de vie étant né dans cette «agriculture allemande précédente au Chili»  et leur innocence et leur ingéniosité ont laissé les chercheurs surpris.Beaucoup d’entre eux ne connaissaient pas des détails aussi banals que la mode musicale actuelle, les vêtements de jeunesse, etc.

La presse a annoncé la fin de
Colonia Dignidad sur ses couvertures

À ce stade, il convient de mentionner que la colonie avec le passage du temps avait montré des signes d’ouverture aux locaux et avait installé un hôpital moderne et acquis du personnel chilien très choisi pour travailler avec eux. Ces personnels d’origine chilienne sont devenus les plus fervents défenseurs des terres de la colonie, parce que beaucoup de ces citoyens autochtones ont bénéficié de l’hôpital et du travail fourni par les Allemands, qui, incidemment, et comme beaucoup de gens le savent, se caractérisent par leur grande qualité, leur hygiène supérieure et une variété de formes de concentrer certains problèmes de la population de la région très différente de la sécurité sociale du Chili. Les citoyens chiliens, abandonnés depuis de nombreuses années par les gouvernements de leur propre pays, ont réussi à former des groupes de soutien pour la colonie . Tout cela attire beaucoup de gens à se sentir identifiés avec ces »étrangers allemands » mais cela résout d’une manière ou d’une autre leurs problèmes les plus élémentaires. Certains secteurs de la classe politique la plus conservatrice ont toujours été des défenseurs de ce lieu pendant de nombreuses années, recevant un soutien, des avantages économiques et des avantages de toutes sortes de la part des influents Allemands de la région. Tout ce qui précède, c’est être capable de comprendre comment cet endroit aurait pu être soumis pendant tant d’années sans être examiné, contrôlé et payé des impôts comme n’importe quel citoyen chilien. AUJOURD’HUI: VILLA BAVIERA

 

Paul Schäfer à ses débuts dans l’armée allemande.

 

En 2007, la situation décrite ci-dessus a considérablement changé.Briser l’isolement de l’ancienne colonie  et ouvrir ses portes aux centaines d’Allemands qui y vivaient sous contrôle strict, ainsi qu’aux Chiliens qui désirent le visiter, a complètement changé la donne. L’activité et les produits alimentaires que les résidents de la Villa Baviera font sont d’une qualité exceptionnelle et ont réussi à les placer dans la plupart des grandes chaînes commerciales. Ils sont auto-suffisants, en plus d’avoir la liberté de sortir et d’entrer quand ils veulent les locaux, le réseau commercial est beaucoup plus prospère et avec un avenir de plus en plus grand.

Habituellement, lorsque les plus anciens du lieu sont consultés sur les événements qui se sont produits à l’intérieur, éluder la réponse ou essayer de mettre un mur sombre à cette partie de leur vie. Les jeunes ont rejoint les universités existantes dans les villes les plus proches et leurs relations avec les Chiliens sont fluides et sans problèmes. Il a dû recourir à tout un programme de réintégration sociale, en particulier avec les jeunes, pour apprendre à communiquer en espagnol, comprendre le pays et ses coutumes où ils ont vécu totalement dans l’obscurité pendant des années, interagir avec leur peuple et même partager leur festivités Il y a aussi eu un recensement gouvernemental sur les membres à ce moment-là, puisqu’ils n’avaient aucune identification du Chili, Pour tout cela, certains colons qui ont réussi à s’échapper dans leurs moments les plus sinistres et qui sont restés au Chili ont beaucoup aidé. Pour atteindre ce véritable changement, un événement transcendantal a eu lieu le jeudi 10 mars 2005: La capture de son leader maximum Paul Schäfer Schneider en Argentine.

 

Affaire Weinstein: Le producteur aurait employé une «armée d’espions» pour étouffer les accusations d’abus sexuels

D’ex-agents secrets enquêtant sous de fausses identités et des journalistes de la presse à scandale auraient été utilisés pour empêcher, en vain, la publication d’accusations…

 

C’est peut-être le « scandale dans le scandale » de l’affaire Harvey Weinstein. Le producteur aurait employé des moyens colossaux pour tenter d’étouffer les révélations sur ses abus sexuels présumés, utilisant par l’intermédiaire de ses avocats les services d’ex-agents secrets enquêtant sous de fausses identités ou des journalistes de la presse à scandale, affirme le New Yorker lundi.

Selon l’article, le producteur en disgrâce a déployé cette « armée d’espions » depuis au moins l’automne 2016. Le New Yorker cite des dizaines de documents et sept personnes directement impliquées dans les efforts du producteur déchu pour empêcher en vain la publication d’accusations à son encontre.

 

Une ex-agent israélienne aurait contacté Rose McGowan sous un faux nom

D’après l’hebdomadaire, une ex-agent israélienne, employée de la société Black Cube, dont le contrat prévoyait au moins 200.000 dollars d’honoraires, a notamment contacté l’actrice Rose McGowan, l’une des principales accusatrices de Harvey Weinstein, en prétendant être une militante pour les droits des femmes. Elle a enregistré en secret des heures de conversations avec McGowan, qui s’apprête à publier ses mémoires, The Brave, un livre qui inquiétait Harvey Weinstein.

L’agent de Black Cube qui avait établi des contacts avec Rose McGowan a par ailleurs, sous une différente identité, contacté des journalistes enquêtant sur les agressions sexuelles présumées de Harvey Weinstein, notamment un reporter du New York magazine, Ben Wallace, pour savoir de quelles informations ils disposaient.

Weinstein et son équipe ont aussi enquêté sur les reporters eux-mêmes, y compris leur vie personnelle et sexuelle et leurs précédentes enquêtes et potentiels litiges, pour tenter de les contredire, les discréditer ou les intimider. Son équipe a notamment rassemblé des éléments sur l’ex-femme de Ben Wallace.

Weinstein aurait aussi été informé par des journalistes

Harvey Weinstein, aujourd’hui visé par des enquêtes policières à Londres, New York et Los Angeles, « surveillait personnellement les progrès de ces enquêtes ». Certaines étaient orchestrées par les avocats de Weinstein, y compris David Boies, célèbre notamment pour avoir défendu Al Gore lors du litige sur le scrutin présidentiel de 2000 et pour avoir plaidé en faveur du mariage gay devant la Cour suprême, bien que son cabinet défende par ailleurs le New York Times dans un procès pour diffamation.

Selon le New Yorker, Harvey Weinstein a également obtenu des informations de Dylan Howard, directeur des contenus d’American Media Inc. qui publie le magazine de ragots National Enquirer. L’un des journalistes de National Enquirer a notamment appelé l’ex-femme d’un réalisateur ayant eu une relation amoureuse avec Rose McGowan, Roberto Rodriguez, pour lui faire dire des commentaires négatifs sur la comédienne.

La porte-parole de Harvey Weinstein Sallie Hofmeister et David Boies n’ont pas répondu aux demandes de commentaires de l’Agence France Presse. Sallie Hofmeister a déclaré au New Yorker : « C’est une fiction de suggérer que des personnes aient pu être visées (ou aient fait l’objet d’efforts d’intimidation) », évoquant une « conspiration ».

Des employés pour recenser, contacter et intimider les actrices

Par ailleurs, le cabinet de conseil américain Kroll aurait envoyé à Harvey Weinstein 11 photos où Rose McGowan et lui-même apparaissaient ensemble à différents événements des années après son agression présumée, pour discréditer ses accusations.

La célèbre avocate de célébrités Blair Berk, qui fait partie de l’équipe légale de Harvey Weinstein, a décrit ces méthodes comme ordinaires. « Tout avocat de défense au pénal qui se respecte enquêterait sur des allégations non prouvées pour savoir si elles sont crédibles ».

Ronan Farrow, l’auteur de l’article du New Yorker – le fils de Mia Farrow et Woody Allen – précise que Harvey Weinstein utilisait des détectives pour enquêter sur les journalistes qui écrivaient des articles négatifs sur lui depuis des années.

Le New Yorker écrit également que des ex-employés de Weinstein ont été recrutés sous le faux prétexte de faire des recherches pour un livre sur « les belles années de Miramax », la maison de production co-fondée par Harvey Weinstein et son frère Bob. Au lieu de cela, ils ont été utilisés pour rassembler des listes d’anciens employés et d’actrices, les contacter… et les intimider.


EN COMPLÉMENT:

VOICI  LE TEXTE DE L’ARTICLE DU NEWYORKER:

L’armée des espions de Harvey Weinstein

Le directeur du film a embauché des enquêteurs privés, y compris des agents de l’ex-Mossad, pour suivre les actrices et les journalistes.

 

À l’automne 2016, Harvey Weinstein a entrepris de réprimer les allégations selon lesquelles il aurait harcelé sexuellement ou agressé de nombreuses femmes. Il a commencé à embaucher des agences de sécurité privées pour recueillir des informations sur les femmes et les journalistes qui tentaient d’exposer les allégations. Selon des dizaines de pages de documents et sept personnes directement impliquées dans l’effort, les entreprises que Weinstein a embauchées comprenaient Kroll, l’une des plus grandes sociétés de renseignement d’entreprise au monde, et Black Cube, une entreprise largement dirigée par d’anciens officiers du Mossad et d’autres agences de renseignement israéliennes. Black Cube, qui a des succursales à Tel Aviv, Londres et Paris, offre à ses clients les compétences d’agents «hautement expérimentés et formés dans les unités d’intelligence militaires et gouvernementales d’élite d’Israël», selon sa littérature.

Deux enquêteurs privés de Black Cube, utilisant de fausses identités, ont rencontré l’actrice Rose McGowan, qui a finalement publiquement accusé Weinstein de viol, pour lui extorquer des informations. Un des enquêteurs a prétendu être un défenseur des droits des femmes et a secrètement enregistré au moins quatre réunions avec McGowan. Le même agent, utilisant une fausse identité différente et impliquant qu’elle avait une allégation contre Weinstein, a rencontré deux fois un journaliste pour savoir quelles femmes parlaient à la presse. Dans d’autres cas, des journalistes dirigés par Weinstein ou des enquêteurs privés ont interrogé des femmes et ont rapporté les détails.

L’objectif explicite des enquêtes, énoncées dans un contrat avec Black Cube, signé en Juillet, était d’arrêter la publication des allégations d’abus contre Weinstein qui ont finalement émergé dans le New York  Times  et  le New Yorker . Au cours d’une année, Weinstein a fait «cibler» les agences, ou recueillir des informations sur des douzaines d’individus, et compiler des profils psychologiques qui se sont parfois focalisés sur leurs histoires personnelles ou sexuelles. Weinstein a surveillé personnellement les progrès des enquêtes. Il a également recruté d’anciens employés de ses entreprises cinématographiques pour se joindre à l’effort, recueillir des noms et passer des appels qui, selon certaines sources qui les ont reçus, se sont sentis intimidants.

Dans certains cas, l’enquête a été menée par les avocats de Weinstein, y compris David Boies, un avocat célèbre qui a représenté Al Gore dans le conflit électoral présidentiel de 2000 et a plaidé pour l’égalité du mariage devant la Cour suprême des États-Unis. Boies a personnellement signé le contrat ordonnant à Black Cube de tenter de découvrir des informations qui empêcheraient la publication d’une histoire du Times sur les abus de Weinstein, alors que son cabinet représentait également le Times , y compris dans une affaire de diffamation.

Boies a confirmé que son cabinet avait conclu un contrat avec deux des agences et en avait payé les frais et que les enquêteurs de l’un d’entre eux lui avaient envoyé des rapports, qui ont ensuite été transmis à Weinstein. Il a dit qu’il n’a pas sélectionné les firmes ni dirigé le travail des enquêteurs. Il a également nié que le travail concernant l’ histoire du Times représentait un conflit d’intérêts. Boies a déclaré que l’implication de son cabinet avec les enquêteurs était une erreur. «Nous n’aurions pas dû contracter et payer des enquêteurs que nous n’avons pas sélectionnés et dirigés», m’a-t-il dit. «À l’époque, cela semblait être un accommodement raisonnable pour un client, mais ce n’était pas réfléchi, et c’était mon erreur. C’était une erreur à l’époque. « 

Harvey Weinstein était un allié inconditionnel des juifs sionistes américains et israéliens.
On le voit ici,alors qu’il est re¸u au centre Simon Wiesenthal,le chasseur de Nazi.

Les techniques comme celles utilisées par les agences au nom de Weinstein sont presque toujours gardées secrètes et, parce que ces relations sont souvent menées par des cabinets d’avocats, les enquêtes sont théoriquement protégées par le secret professionnel, ce qui peut empêcher leur divulgation devant les tribunaux. Les documents et les sources révèlent les outils et les tactiques à la disposition des individus puissants pour réprimer les histoires négatives et, dans certains cas, empêcher les enquêtes criminelles.

Dans une déclaration, le porte-parole de Weinstein, Sallie Hofmeister, a déclaré: « C’est une fiction de suggérer que des individus ont été ciblés ou supprimés à tout moment. »

En mai 2017, McGowan a reçu un e-mail d’une agence littéraire qui l’a présentée à une femme qui s’est identifiée comme Diana Filip, responsable adjointe des investissements durables et responsables chez Reuben Capital Partners, une société de gestion de fortune basée à Londres. Filip a dit à McGowan qu’elle lançait une initiative pour combattre la discrimination contre les femmes sur le lieu de travail, et a demandé à McGowan, une avocate des droits des femmes, de prendre la parole lors d’un événement de lancement du gala plus tard dans l’année. Filip a offert à McGowan des honoraires de soixante mille dollars. « Je comprends que nous avons beaucoup en commun », a écrit Filip à McGowan avant leur première rencontre, en mai, à l’hôtel Peninsula de Beverly Hills. Filip avait un numéro de téléphone cellulaire au Royaume-Uni, et elle a parlé de ce que McGowan a pris pour être un accent allemand. Au cours des mois suivants, Les deux femmes se sont rencontrées au moins trois fois dans des bars d’hôtels à Los Angeles et à New York et ailleurs. «Je l’ai emmenée à la promenade de Venise et nous avions de la crème glacée pendant que nous flânions», m’a dit McGowan, ajoutant que Filip était «très gentil». Les deux ont longuement discuté des questions relatives à l’autonomisation des femmes. Filip a également dit à plusieurs reprises à McGowan qu’elle voulait faire un investissement important dans la société de production de McGowan.

Filip était persistant. Dans un e-mail, elle a suggéré de se rencontrer à Los Angeles et ensuite, quand McGowan a dit qu’elle serait à New York, Filip a dit qu’elle pouvait s’y retrouver aussi facilement. Elle a également commencé à faire pression sur McGowan pour obtenir des informations. Dans une conversation en juillet, McGowan a révélé à Filip qu’elle m’avait parlé dans le cadre de mes reportages sur Weinstein. Une semaine plus tard, j’ai reçu un e-mail de Filip demandant une réunion et suggérant que je rejoins sa campagne pour mettre fin àdiscrimination professionnelle contre les femmes. «Je suis très impressionnée par votre travail en tant que défenseur de l’égalité des sexes et je crois que vous apporteriez une contribution inestimable à nos activités», a-t-elle écrit en utilisant l’adresse électronique de son cabinet de gestion de patrimoine. Je ne savais pas qui elle était, je n’ai pas répondu.

Filip a continué à rencontrer McGowan. Lors d’une réunion en septembre, Filip a été rejoint par un autre agent de Black Cube, qui a utilisé le nom de Paul et affirmé être un collègue chez Reuben Capital Partners. L’objectif, selon deux sources connaissant l’effort, était de faire passer McGowan à un autre agent pour en extraire plus d’informations. Le 10 octobre, le jour où The New Yorker apublié mon histoire sur Weinstein, Filip a tendu la main à McGowan dans un e-mail. « Salut Love », elle a écrit. « Comment allez-vous? . . . Je voulais juste vous dire à quel point je pense que vous êtes courageux. « Elle a signé avec un » xx « . Filip a envoyé un courriel à McGowan aussi récemment que le 23 octobre.

En fait, « Diana Filip » était un pseudonyme pour un ancien officier des forces de défense israéliennes originaire d’Europe de l’Est et travaillant pour Black Cube, selon trois personnes ayant une connaissance de la situation. Quand j’ai envoyé à McGowan des photos de l’agent Black Cube, elle l’a reconnue instantanément. « Oh mon Dieu », elle a répondu. « Reuben Capital. Diana Filip. Pas de putain de chemin. « 

Ben Wallace, journaliste à New Yorkqui poursuivait une histoire sur Weinstein, a dit que la même femme l’a rencontré deux fois l’automne dernier. Elle s’est identifiée seulement comme Anna et a suggéré qu’elle avait une allégation contre Weinstein. Quand j’ai présenté à Wallace les mêmes photographies de l’agent d’infiltration de Black Cube, Wallace l’a rappelé vivement. « C’est elle, » dit-il. Comme McGowan, Wallace a déclaré que la femme avait ce qu’il a supposé être un accent allemand, ainsi qu’un numéro de téléphone cellulaire au Royaume-Uni. Wallace m’a dit qu’Anna l’avait contacté pour la première fois le 28 octobre 2016, alors qu’il travaillait sur l’histoire de Weinstein depuis environ un mois et demi. Anna a refusé de révéler qui lui avait donné l’information de Wallace. Au cours des deux réunions, Wallace est devenu de plus en plus méfiant de ses motifs. Anna semblait le pousser à se renseigner, se souvient-il, « sur le statut et la portée de mon enquête, et à propos de qui je pourrais parler, sans me donner d’aide ou d’information significative. »Lors de leur deuxième rencontre, Anna leur a demandé de s’asseoir près de lui, ce qui a amené Wallace à soupçonner qu’elle pourrait enregistrer l’échange. Quand elle a raconté ses expériences avec Weinstein, Wallace a dit, « cela ressemblait à du soap-opera. » Wallace n’était pas le seul journaliste contacté par la femme. En plus de ses e-mails, Filip a également envoyé un e-mail à Jodi Kantor, duLes temps , selon les sources impliquées dans l’effort.

Les numéros de téléphone cellulaire britanniques que Filip a fournis à Wallace et McGowan ont été déconnectés. Les appels au numéro de Reuben Capital Partners à Londres sont restés sans réponse. Pas plus tard que vendredi, le cabinet disposait d’un site Web simple, avec des photos de stock et des passages de texte génériques sur la gestion des actifs et une initiative intitulée Women in Focus. Le site, qui a maintenant été démonté, a répertorié une adresse près de Piccadilly Circus, exploitée par une entreprise spécialisée dans les espaces de bureaux partagés. Cette société a déclaré n’avoir jamais entendu parler de Reuben Capital Partners. Deux sources ayant connaissance du travail de Weinstein avec Black Cube ont déclaré que l’entreprise crée des sociétés fictives pour couvrir ses activités, et que la firme de Filip était l’une d’entre elles.

Black Cube a refusé de commenter les détails de tout travail qu’il a fait pour Weinstein. L’agence a déclaré dans un communiqué: « C’est la politique de Black Cube de ne jamais discuter de ses clients avec des tiers, et de ne jamais confirmer ni nier toute spéculation sur le travail de l’entreprise. Black Cube soutient le travail de nombreux grands cabinets d’avocats à travers le monde, en particulier aux États-Unis, rassemblant des preuves de processus juridiques complexes, impliquant des différends commerciaux, parmi lesquels la découverte de campagnes négatives. . . . Il convient de souligner que Black Cube applique des normes morales élevées à son travail, et fonctionne en pleine conformité avec la loi de toute juridiction dans laquelle elle opère – en suivant strictement les conseils et avis juridiques fournis par les principaux cabinets d’avocats du monde entier.

À l’automne dernier, Weinstein a commencé à mentionner Black Cube dans ses conversations avec ses associés et avocats. L’agence s’est fait un nom en cherchant de l’information pour des entreprises en Israël, en Europe et aux États-Unis, ce qui a mené à des jugements juridiques couronnés de succès contre des concurrents commerciaux. Mais l’entreprise a également fait face à des questions juridiques sur l’utilisation de fausses identités et d’autres tactiques par ses employés. L’année dernière, deux de ses enquêteurs ont été arrêtés en Roumanie sur des accusations de piratage. En fin de compte, la société a conclu un accord avec les autorités roumaines, en vertu duquel les opérateurs ont reconnu avoir été piratés et ont été libérés. Deux sources familières avec l’agence ont défendu sa décision de travailler pour Weinstein, en disant qu’ils croyaient initialement que la mission se concentrait sur ses rivaux d’affaires.

Le 28 octobre 2016, Boies Schiller Flexner, le cabinet d’avocats de Boies, a câblé à Black Cube les premiers cent mille dollars, vers ce qui serait finalement un six cent mille dollarsfacture d’achat. (Les documents ne précisent pas combien de la facture a été payée.) Le cabinet d’avocats et Black Cube ont signé un contrat ce mois-là et plusieurs autres plus tard. L’une, datée du 11 juillet 2017 et portant la signature de Boies, indique que les «objectifs principaux» du projet sont de «fournir des renseignements qui aideront le client à arrêter complètement la publication d’un nouvel article négatif dans un grand journal de New York» et à « Obtenir le contenu supplémentaire d’un livre qui est en cours d’écriture et comprend des informations négatives nuisibles sur et sur le client », qui est identifié comme Weinstein dans plusieurs documents. (Dans un courriel, un cadre de Black Cube demande aux avocats retenus par l’agence de désigner Weinstein comme «le client final» ou «M. X», notant que le fait de le désigner par son nom le mettra extrêmement en colère.) L’article mentionné dans le contrat était,l’histoire qui a finalement couru dans le Times le 5 octobre. Le livre était «Brave», un mémoire de McGowan, qui devait être publié par HarperCollins en janvier. Les documents montrent que, finalement, l’agence a livré à Weinstein plus de cent pages de transcriptions et de descriptions du livre, basées sur des dizaines d’heures de conversations enregistrées entre McGowan et l’enquêteuse privée.

Lis

Le contrat entre une société de sécurité privée et l’un des avocats de Harvey Weinstein.

Le porte-parole de Weinstein, Hofmeister, a appelé «l’affirmation que M. Weinstein a obtenu n’importe quelle partie d’un livre. . . faux et parmi les nombreuses inexactitudes et théories de conspiration sauvages promues dans cet article. « 

L’entente de juillet comportait plusieurs «frais de réussite» si Black Cube atteignait ses objectifs. L’entreprise recevrait trois cent mille dollars supplémentaires si l’agence «fournit des renseignements qui contribueront directement aux efforts visant à empêcher complètement la publication de l’article, sous quelque forme que ce soit». Black Cube serait également payé cinquante mille dollars si il a assuré « l’autre moitié » du livre de McGowan « dans un livre lisible et un format légalement admissible. »

Les contrats montrent également certaines des techniques employées par Black Cube. L’agence a promis « une équipe dévouée de spécialistes du renseignement qui opèreront aux Etats-Unis et dans tout autre pays nécessaire », dont un chef de projet, des analystes du renseignement, des linguistes et des « opérateurs d’avatars » spécialement recrutés pour créer de fausses identités sur les réseaux sociaux. L’agence a également indiqué qu’elle fournirait «un agent à temps plein du nom de« Anna »(ci-après« l’agent »), qui sera basé à New York et Los Angeles. Angeles selon les instructions du client et qui sera disponible à plein temps pour assister le client et ses avocats pour les quatre prochains mois.

Harvey Weinstein et Jennifer Lawrence.

Black Cube a également accepté d’embaucher «un journaliste d’enquête, selon la demande du client», qui serait tenu de mener dix entretiens par mois pendant quatre mois et d’être payé quarante mille dollars. Black Cube a accepté de « rapporter rapidement au Client les résultats de ces interviews du Journaliste ».

En janvier 2017, un journaliste indépendant a appelé McGowan et a eu une longue conversation avec elle qu’il a enregistrée sans le lui dire; il a ensuite communiqué avec Black Cube au sujet des entrevues, bien qu’il ait nié qu’il leur rendait compte officiellement. Il a contacté au moins deux autres femmes avec des allégations contre Weinstein, y compris l’actrice Annabella Sciorra, qui plus tard est devenue publique dans The New Yorker avec une allégation de viol contre Weinstein. Sciorra, qu’il a appelé en août, a dit qu’elle a trouvé la conversation suspecte et a décroché le téléphone aussi vite que possible. « Cela m’a frappé comme BS », m’a-t-elle dit. « Et ça m’a fait peur qu’Harvey fasse des tests pour voir si je pourrais parler. » Le pigiste a également passé des appels à Wallace, le journaliste de New York , et à moi.

Deux sources proches de l’effort et plusieurs documents montrent que le même pigiste a reçu des informations de contact des actrices, des journalistes et des rivaux de Weinstein de Black Cube, et que l’agence a finalement transmis des résumés de ces entretiens aux avocats de Weinstein. Lorsqu’il a été contacté à propos de son rôle, le pigiste, qui a parlé sous condition d’anonymat, a déclaré qu’il avait travaillé sur sa propre histoire à propos de Weinstein, en utilisant les informations de contact qui lui ont été fournies par Black Cube. Le pigiste a dit qu’il a tendu la main à d’autres journalistes, dont l’un a utilisé le matériel de ses entretiens, dans l’espoir d’aider à exposer Weinstein. Il a nié avoir été payé par Black Cube ou Weinstein.

Weinstein a également enrôlé d’autres journalistes pour découvrir des informations qu’il pourrait utiliser pour saper les femmes avec des allégations. En décembre 2016, un échange de courriels entre Weinstein et Dylan Howard, le responsable du contenu d’American Media Inc., qui publie le National Enquirer , montre que Howard a partagé avec Weinstein des documents obtenus par un de ses journalistes, dans le cadre d’un effort. pour aider Weinstein à réfuter l’allégation de viol de McGowan. Dans un e-mail, Howard a envoyé à Weinstein une liste de contacts. « Discutons des prochaines étapes pour chacun », a-t-il écrit. Après que Weinstein l’a remercié, Howard a décrit un appel qu’un de ses journalistes a fait à Elizabeth Avellan, l’ex-épouse du directeur Robert Rodriguez, que Rodriguez est parti pour avoir une relation avec McGowan.

Avellan m’a dit qu’elle se souvenait de l’interview. La journaliste de Howard « a continué à appeler, à appeler et à appeler », a-t-elle dit, et a également contacté d’autres personnes proches d’elle. Avellan enfin appeléEn arrière, parce que «j’avais peur que les gens puissent commencer à appeler mes enfants.» Dans un long appel téléphonique, le journaliste l’a pressée pour des déclarations peu flatteuses au sujet de McGowan. Elle a insisté pour que l’appel soit retiré du dossier, et le journaliste a accepté. Le journaliste a enregistré l’appel et a ensuite transmis l’audio à Howard.

Dans les courriels subséquents à Weinstein, Howard a déclaré: «J’ai quelque chose d’incroyable. . . elle finit par s’installer dans Rose. « Weinstein répondit: » C’est le tueur. Surtout si mes empreintes digitales ne sont pas là. « Howard rassura alors Weinstein, » Ils ne le sont pas. Et la conversation. . . Le jour suivant, Howard a ajouté, dans un autre courriel, «Fichier audio à suivre». (Howard a nié avoir envoyé l’audio à Weinstein.) Avellan m’a dit qu’elle n’aurait pas accepté de collaborer aux efforts pour discréditer McGowan. . « Je ne veux pas faire honte aux gens », a-t-elle dit. « Je n’étais pas intéressé. Les femmes devraient être solidaires. « 

Weinstein avec l’une de ses filles.

Dans une déclaration, Howard a déclaré que, en plus de son rôle en tant que responsable du contenu principal chez American Media Inc., le National Enquirer’séditeur, il a supervisé un accord de production télévisuelle avec Weinstein, qui a depuis été résilié. Il a déclaré que, au moment des courriels, «en l’absence d’une décision de l’entreprise de résilier l’entente avec The Weinstein Company, j’avais l’obligation de protéger les intérêts d’AMI en recherchant – sans publier – des informations véridiques Weinstein a insisté faisait de fausses réclamations contre lui. Dans la mesure où j’ai fourni des renseignements «officieux» à M. Weinstein au sujet de l’un de ses accusateurs – à un moment où M. Weinstein refusait le harcèlement de toute femme -, je n’aurais jamais permis à AMI de publier Internet ou dans ses magazines. « Bien qu’au moins un des journalistes de Howard ait fait des appels liés aux enquêtes de Weinstein, Howard a insisté sur le fait qu’il a strictement divisé son travail avec Weinstein de son travail de journaliste. « J’ai toujours séparé ces deux rôles avec soin et complètement et j’ai résisté aux efforts répétés de M. Weinstein pour que les titres AMI publient des histoires favorables sur lui ou des articles négatifs sur ses accusateurs », a déclaré Howard. Un représentant de l’AMI a noté qu’à l’époque, Weinstein avait insisté sur le fait que la rencontre était consensuelle et que les allégations étaient fausses.

Hofmeister, le porte-parole de Weinstein, a ajouté: « En ce qui concerne M. Howard, il a servi de point de contact pour les relations d’affaires de longue date d’American Media avec The Weinstein Company. Plus tôt cette année, M. Weinstein a donné à M. Howard une information dont M. Howard a convenu qu’elle pourrait faire une bonne histoire. M. Howard a suivi le conseil et a suivi M. Weinstein par courtoisie, mais a refusé de publier une histoire.

 relation de Weinstein avec Kroll, l’une des autres agences avec lesquelles il a contracté, remonte à plusieurs années. Après Ambra Battilana Gutierrez, un modèle italien, accusé Weinstein de l’agresser sexuellement, en 2015, elle a conclu un accord avec Weinstein qui l’obligeait à livrer tous ses appareils personnels à Kroll, afin qu’ils puissent être effacés de la preuve d’une conversation dans laquelle Weinstein admis à la tâtonner. Un enregistrement de cet échange , capturé lors d’une opération policière, a été publié par le New Yorker le mois dernier.

Au cours de l’effort plus récent pour fermer les histoires émergentes, Kroll a de nouveau joué un rôle central. Des courriels montrent que Dan Karson, le président de la pratique des enquêtes et des différends de Kroll Americas, a contacté Weinstein à son adresse électronique personnelle avec des informations sur des femmes avec des allégations. En octobre 2016, par courriel, Karson a envoyé à Weinstein onze photographies de McGowan et de Weinstein lors de différents événements au cours des années après qu’il l’aurait agressée. Trois heures plus tard, Weinstein transmettait le courriel de Karson à Blair Berk, l’avocat de la défense de Boies et Weinstein, et leur disait de «faire défiler les messages supplémentaires». Le lendemain matin, Berk a répondu à cette photo montrant McGowan Weinstein, « est l’argent tiré. »

Berk a défendu ses actions. « Tout avocat de la défense criminelle digne de ce nom enquêterait sur des allégations non prouvées afin de déterminer si elles sont crédibles », a-t-elle dit. « Et ce serait un manquement au devoir de ne pas procéder à une recherche dans les archives publiques des photographies de l’accusateur qui embrasse l’accusé, prises après le moment de l’agression alléguée. »

Une autre entreprise, le psops basé à Los Angeles, et son enquêteur privé principal, Jack Palladino, ainsi qu’un autre de ses enquêteurs, Sara Ness, ont produit des profils détaillés de divers individus dans la saga, parfois de nature personnelle, qui comprenaient des informations qui pourraient être utilisées pour miner leur crédibilité. Un rapport sur McGowan que Ness a envoyé à Weinstein en décembre dernier a duré plus d’une centaine de pages et comportait l’adresse de McGowan et d’autres informations personnelles, ainsi que des sections intitulées « Mensonges / Exagérations / Contradictions », « Hypocrisie » et « Potentiel Négatif ». « Une abréviation apparente de » témoins. « Un sous-titre lire » Past Lovers. « La section comprenait des détails de ruptures acrimonieuses, en mentionnant Avellan, et discuté des messages Facebook exprimant des sentiments négatifs sur McGowan. (Palladino et Ness n’ont pas répondu à plusieurs demandes de commentaires.)

D’autres entreprises ont également participé à l’élaboration de ces profils, y compris ceux qui se concentraient sur des facteurs qui, en théorie, pourraient faire en sorte que les femmes se prononcent contre les abus sexuels. Rosanna Arquette, une actrice qui, plus tard, dans The New Yorker , a accusé Weinstein de harcèlement sexuel. Le dossier mentionne l’amitié d’Arquette avec McGowan, les publications de médias sociaux sur les abus sexuels, et le fait qu’un membre de la famille soit devenu public avec une allégation selon laquelle elle aurait été molestée dans son enfance.

Toutes les entreprises de sécurité que Weinstein a embauchées ont également été impliquées dans la tentative de dénichersources des journalistes et sonder leurs origines. Wallace, le journaliste de New York , a dit qu’il était méfiant quand il a reçu l’appel de l’agent du Black Cube en utilisant le pseudonyme Anna, parce que Weinstein avait déjà demandé une rencontre avec Wallace; Adam Moss, le rédacteur en chef de New York ; David Boies; et un représentant de Kroll. L’intention, supposait Wallace, était de « venir avec des dossiers qui traînaient diverses femmes et moi ». Moss déclina la réunion.

Dans une série d’e-mails envoyés dans les semaines qui ont précédé Wallace a reçu l’appel d’Anna, Dan Karson, de Kroll, a envoyé à Weinstein des informations préliminaires sur Wallace et Moss. « Pas d’informations défavorables sur Adam Moss jusqu’à présent (pas de procès en diffamation, pas de dossiers judiciaires ou de jugements / privilèges / UCC, etc.) », a écrit Karson dans un e-mail. Deux mois plus tard, Palladino, le psopsinvestigator, a envoyé à Weinstein un profil détaillé de Moss. Il a déclaré: « Notre recherche n’a pas donné de pistes prometteuses pour la destitution personnelle de Moss. »

Harvey weinstein avec sa femme Georgina Chapman.

Des échanges de courriels similaires ont eu lieu à propos de Wallace. Kroll a envoyé à Weinstein une liste de critiques publiques sur les rapports antérieurs de Wallace et une description détaillée d’un procès en diffamation intenté par le Royaume-Uni en réponse à un livre qu’il avait écrit, en 2008, sur le marché des vins rares. psops a également décrit l’ex-épouse de Wallace, notant qu’elle «pourrait s’avérer pertinente aux considérations de notre stratégie de réponse quand l’article de Wallace sur notre client est finalement publié.

En janvier 2017, Wallace, Moss et d’autres éditeurs de New York ont décidé de mettre l’histoire à l’écart. Wallace avait dressé une liste détaillée de femmes avec des allégations, mais il manquait des déclarations officielles de victimes. Wallace a déclaré que la décision de ne pas diffuser une histoire avait été prise pour des raisons journalistiques légitimes. Néanmoins, il a dit: « Il y avait beaucoup plus de statique et de distraction que ce que j’ai rencontré sur n’importe quelle autre histoire. »

D’autres journalistes ont également fait l’objet d’une enquête. En avril 2017, Ness, de psops , a envoyé à Weinstein une évaluation de mes propres interactions avec des «personnes d’intérêt» – une liste composée en grande partie de femmes avec des allégations, ou de celles qui leur sont liées. Plus tard, le psops a soumis un rapport détaillé axé sur moi et Jodi Kantor, du Times . Certaines des observations contenues dans le rapport sont banales. « Kantor ne suit pas Ronan Farrow », note-t-il, se référant aux relations sur Twitter. À d’autres moments, le rapport reflète un effort détaillé pour découvrir des sources. Une personne que j’ai interrogée, et une autre à qui Kantor a parlé dans son entreprise distincte, ont été répertoriées comme ayant rapporté les détails des conversations à Weinstein.

WEST HOLLYWOOD, CA – JANUARY 27: Harvey Weinstein (L) and actress Meryl Streep attend the Australian Academy Of Cinema And Television Arts International Awards Ceremony at Soho House on January 27, 2012 in West Hollywood, California.

Pendant des années, Weinstein avait utilisé des agences de sécurité privées pour enquêter sur les journalistes. Dans les débuts, alors que le journaliste David Carr, décédé en 2015, travaillait sur un reportage sur Weinstein pour New York , Weinstein chargeait Kroll de recueillir des informations peu flatteuses à son sujet, selon une source proche du sujet. La veuve de Carr, Jill Rooney Carr, m’a dit que son mari croyait qu’il était surveillé, bien qu’il ne sache pas par qui. « Il pensait qu’il était suivi », se souvient-elle. Dans un document, les enquêteurs de Weinstein ont écrit que Carr avait appris l’allégation de McGowan au cours de ses reportages. Carr « a écrit un certain nombre d’articles critiques / peu flatteurs sur HW au cours des années », dit le document, « aucun d’entre eux n’a abordé le sujet des femmes (en raison de la peur des représailles de HW, selon HW). »

Les relations de Weinstein avec les enquêteurs privés étaient souvent acheminées par les cabinets d’avocats qui le représentaient. Ceci est conçu pour placer des documents d’investigation sous l’égide du privilège avocat-client, ce qui peut empêcher la divulgation de communications, même au tribunal.

David Boies, qui était impliqué dans les relations avec Black Cube et psops , était d’abord réticent à parler avec The New Yorker , craignant d’être «mal interprété soit en essayant de nier ou de minimiser les erreurs qui ont été commises, soit en accord avec les critiques que je ne suis pas d’accord sont valables. « 

Mais Boies a senti le besoin de répondre à ce qu’il considérait comme «juste et important» des questions sur son embauche d’enquêteurs. Il a dit qu’il ne considérait pas que les dispositions contractuelles enjoignant Black Cube d’empêcher la publication de l’ article du Times  de constituer un conflit d’intérêts, car son cabinet représentait également le journal dans une poursuite en diffamation. Dès le début, il a conseillé à Weinstein «que l’histoire ne pouvait être stoppée par des menaces ou une influence et que la seule façon de stopper l’histoire était de convaincre le Times qu’il n’y avait pas de viol.» Boies m’a dit qu’il n’avait jamais fait pression n’importe quel point de vente. « Si des preuves pouvaient être découvertes pour convaincre le Timesles accusations ne devraient pas être publiées, je ne croyais pas, et je ne crois pas, que cela serait contraire à l’ intérêt du Times . « 

Il a toutefois admis que tout effort visant à dresser un portrait et à saper les journalistes, au Times et ailleurs, était problématique. « En général, je ne pense pas qu’il soit approprié d’essayer de faire pression sur les journalistes », a-t-il dit. « Si cela s’est passé ici, cela n’aurait pas été approprié. »

Bien que les agences payées par son cabinet se soient concentrées sur de nombreuses femmes avec des allégations, Boies a dit qu’il était seulement au courant de leur travail en rapport avec McGowan, dont les allégations ont été réfutées par Weinstein. « Compte tenu de ce qui était connu à l’époque, j’ai pensé qu’il était tout à fait approprié d’enquêter précisément sur ce qu’il était accusé de faire, et d’enquêter sur les faits qui réfuteraient ces accusations », a-t-il dit.

De sa représentation de Weinstein en général, il a déclaré: «Je ne crois pas que les anciens avocats devraient critiquer les anciens clients.» Mais il a exprimé des regrets. « Bien qu’il vigoureusementnie utiliser la force physique, M. Weinstein a lui-même reconnu que son contact avec les femmes était indéfendable et incroyablement blessant », m’a dit Boies. « En rétrospective, j’en ai su assez en 2015 que je crois que j’aurais dû être au courant d’un problème et en avoir fait quelque chose. Je ne sais pas ce qui s’est passé après 2015, mais dans la mesure où c’est le cas, je pense avoir une certaine responsabilité. Je pense aussi que si les gens avaient agi plus tôt, cela aurait été mieux pour M. Weinstein. « 

Weinstein a également rédigé des individus autour de lui dans ses efforts – volontairement et non. En décembre 2016, Weinstein a demandé à l’actrice Asia Argento, qui a finalement rendu public dans The New Yorker son allégation de viol contre Weinstein, de rencontrer en Italie ses enquêteurs privés pour témoigner en son nom. Argento, qui se sentait obligée de dire oui, a décliné après que son partenaire, le chef et personnalité de la télévision Anthony Bourdain, lui ait conseillé d’éviter la réunion. Une autre actrice, qui a refusé d’être nommée dans cette histoire, a déclaré que Weinstein lui a demandé de rencontrer des journalistes pour extraire des informations sur d’autres sources.

Weinstein a également enrôlé deux anciens employés, Denise Doyle Chambers et Pamela Lubell, dans ce qui s’est avéré être un effort pour identifier et appeler des gens qui pourraient parler à la presse au sujet de leurs propres allégations ou d’autres allégations. Weinstein partageait secrètement les listes qu’ils compilaient avec Black Cube.

Ici,en compagnie d’Emma Thompson.

Hofmeister, s’exprimant au nom de Weinstein, a déclaré: «Toutes les« listes »qui ont été préparées comprenaient les noms d’anciens employés et d’autres qui étaient pertinents pour la recherche et la préparation d’un livre sur Miramax. Les anciens employés interviewés pour le livre ont rapporté avoir reçu des contacts non désirés des médias. « 

Doyle Chambers a refusé une demande d’entrevue. Mais Lubell, une productrice qui a travaillé pour Weinstein à Miramax il y a des décennies, m’a dit qu’elle avait été manipulée pour participer. En juillet 2017, Lubell a visité les bureaux de Weinstein pour le présenter sur une application qu’elle développait. Au milieu de la réunion, Weinstein a demandé à Lubell s’ils pouvaient avoir une conversation privée dans son bureau. Lubell m’a dit qu’un avocat travaillant avec Weinstein était déjà là, avec Doyle Chambers. Weinstein a demandé si Lubell et Doyle Chambers pouvaient écrire un « livre amusant sur les temps anciens, l’apogée, de Miramax. » « Pam », elle a rappelé lui disant, « écrivez tous les employés que vous connaissez, et pouvez-vous entrer en contact avec eux? »

Quelques semaines plus tard, en août, après qu’ils eurent fait la liste, Weinstein « nous a rappelés dans le bureau », a rappelé Lubell. « Et il a dit: » Vous savez quoi, nous allons mettre un terme au livre.  » « Il a demandé à Doyle Chambers et Lubell » d’appeler certains de vos amis sur la liste et de voir s’ils recevaient des appels de la presse. « Début septembre, Weinstein a convoqué Lubell et Doyle Chambers à son bureau pour leur demander de téléphoner aux gens connecté à plusieurs actrices. « Ça a été plutôt intense », se souvient Lubell. «Nous ne connaissions pas ces personnes, et tout à coup, c’était quelque chose de très différent de ce à quoi nous nous étions engagés.» Plusieurs des femmes ciblées ont dit avoir ressenti les appels qu’elles avaient reçus de Lubell et Doyle Chambers et de Weinstein lui-même , étaient effrayants.

Harvey Weinstein en com,pagnie de Lindsay Lohan

Lubell m’a dit que des heures avant la première histoire de Times , le 5 octobre, Weinstein l’a convoquée, Doyle Chambers, et d’autres membres de son équipe, y compris l’avocat Lisa Bloom, qui a depuis démissionné, à son bureau. « Il était dans la panique », a rappelé Lubell. « Il commence à crier, » Obtenez untel au téléphone.  » « Après la publication de l’histoire, l’équipe s’est démenée pour y répondre. Bloom et d’autres se sont penchés sur des photos qui, comme celles présentées dans les e-mails de Kroll, ont montré un contact continu entre Weinstein et les femmes qui ont fait des allégations. « Il nous criait: » Envoyez-les aux membres du conseil «  », se souvient Lubell. Elle a envoyé les photos au conseil d’administration avant la réunion de crise au cours de laquelle la position de Weinstein dans sa société a commencé à s’effilocher.

Depuis que les allégations contre Weinstein sont devenues publiques, Lubell n’a pas bien dormi. Elle m’a dit que, même si elle savait que Weinstein «était un tyran et un tricheur», elle «n’a jamais pensé qu’il était un prédateur». Lubell s’est demandé si elle aurait dû en savoir plus, plus tôt.

Après une année d’efforts concertés, la campagne de Weinstein pour suivre et faire taire ses accusateurs s’est effondrée. Plusieurs des femmes ciblées, cependant, ont déclaré que l’utilisation par Weinstein d’agences de sécurité privées a accentué le défi de s’exprimer. « Ça m’a fait peur, » dit Sciorra, « parce que je savais ce que cela signifiait d’être menacé par Harvey. J’avais peur qu’il me trouve. »McGowan a déclaré que les agences et les cabinets d’avocats ont permis le comportement de Weinstein. Comme elle était ciblée, elle ressentait un sentiment croissant de paranoïa. « C’était comme le film ‘Gaslight' », m’a-t-elle dit. «Tout le monde m’a menti tout le temps.» Au cours de la dernière année, elle a dit: «J’ai vécu dans une maison sympa.

 

 

 

Le Québec sous la gérance du crime organisé:Action collective déposée contre Hydro-Québec

Une demande de recours collectif sera déposée contre Hydro-Québec pour exiger un remboursement des «trop-perçus» qui avaient permis au gouvernement d’équilibrer plus rapidement ses finances.

 

La Coalition peuple allumé a recruté à cet effet près de 30 500 participants sur la plate-forme d’action citoyenne Weroes.

En avril dernier, le même regroupement avait symboliquement mis en demeure le premier ministre Couillard pour exiger des éclaircissements quant au remboursement des abonnés, quelques jours après que le gouvernement eut admis avoir profité des trop-perçus pour combler son déficit.

Le ministre des Ressources naturelles de l’époque, Pierre Arcand, avait annoncé que l’atteinte de l’équilibre budgétaire marquait la fin de cette pratique.

Hydro-Québec avait confirmé un écart de 1,4 milliard $ entre ses besoins et ses revenus depuis 2008. Son porte-parole, Louis-Olivier Batty, avait toutefois tenu à souligner que ce chiffre représente «moins qu’un pour cent sur nos prévisions budgétaires». Il avait nié toute surfacturation et expliqué l’écart par des gains d’efficience.

Le ministre Arcand avait écarté d’ailleurs la possibilité d’un remboursement des abonnés, promettant plutôt des hausses minimales des tarifs d’électricité.

En août dernier, Hydro-Québec a demandé à la Régie de l’énergie de lui permettre d’augmenter ses tarifs résidentiels de 1,1 pour cent. La Régie devrait rendre sa décision vers le début du mois de mars.

Pour l’année qui tire à sa fin, elle avait donné le feu vert à une augmentation de 0,7 des tarifs résidentiels, égale à celle de 2016, alors qu’Hydro souhaitait une hausse de 1,6 pour cent.

La Coalition peuple allumé, qui tient un point de presse ce mercredi, réclame un remboursement rétroactif pour les trop-perçus accumulés de 2008 à 2013, qui représentent selon elle une ristourne de 365 $ par abonné ou une baisse de tarifs de plus de 10 pour cent.

Mercredi matin, l’actuel ministre de l’Énergie et des Ressources Naturelles, Pierre Moreau, a déclaré qu’il serait «étonnant» qu’une surfacturation soit démontrée.

Il a rappelé que les sommes facturées par la société d’État dépendent des décisions prises par la Régie de l’énergie selon les prévisions d’Hydro-Québec sur sa demande de consommation.

 

 

 

 

Des fortunes de grands argentiers du PLC à l’abri de l’impôt à l’étranger

Justin Trudeau discute avec Stephen Bronfman à l’occasion d’une fête organisée par ce dernier à St. Peters Bay à l’Île-du-Prince-Édouard en août 2013.

 

 

Une nouvelle fuite massive de documents lie aux paradis fiscaux d’influents argentiers du Parti libéral du Canada proches de la famille Trudeau, mais aussi les anciens premiers ministres Paul Martin, Jean Chrétien et Brian Mulroney.

Qualifiée de plus importante encore que les Panama Papers, la fuite des Paradise Papers impliquerait également plusieurs dizaines d’autres personnes riches, dont le secrétaire au Commerce de Donald Trump, les stars de la musique Bono et Madonna et même la reine Elizabeth II.

La célèbre famille montréalaise Bronfman et l’influent sénateur libéral Leo Kolber ont longtemps eu aux îles Caïmans une fiducie de plus de 60 millions de dollars américains dont la principale fonction, selon les experts consultés, semble avoir été d’éviter de payer de l’impôt au Canada, a révélé dimanche le Consortium international des journalistes d’enquêtes (CIJE).

Ce consortium s’est penché pendant plusieurs mois sur plus de 13 millions de documents qui ont fuité de cabinets d’avocats spécialisés dans les paradis fiscaux.

Or, l’un des héritiers de la famille Bronfman, Stephen, a été au coeur de la campagne à la chefferie et de financement du premier ministre, Justin Trudeau, alors que Leo Kolber a été l’un des grands argentiers de son père et ex-premier ministre, Pierre Elliot Trudeau, ont observé les médias canadiens membres du Consortium : Radio-Canada et le quotidien Toronto Star.

L’avocat représentant les familles Bronfman et Kolber a nié, auprès de ces médias, que la moindre loi ou la moindre règle éthique ait été violée.

Ironiquement, rappellent les deux médias canadiens, le sénateur Leo Kolber avait été amené, à l’époque du premier ministre Martin, à se pencher sur un projet de loi visant justement à éviter que les fiducies servent à contourner le fisc alors qu’il présidait l’important comité sénatorial des banques et du commerce.

Le projet de loi était mort au feuilleton au Sénat. Il faudra attendre 14 ans et l’élection du gouvernement conservateur de Stephen Harper pour qu’une version moins contraignante de la loi soit adoptée. La fiducie Bronfman-Kolber a finalement été liquidée en 2016.

Mulroney, Martin et Madonna

Ces révélations, qui seront suivies par d’autres dans les prochains jours, promet-on, viennent de disques durs obtenus par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et dont le contenu a été partagé avec le CIEJ et son réseau de 382 journalistes dans 67 pays.

Les données proviendraient notamment des cabinets d’avocats réputés Appleby, aux Bermudes, et Asiachi Trust, de Singapour, actifs entre autres dans plus d’une quinzaine de paradis fiscaux.

Les documents montreraient, entre autres, que Brian Mulroney a siégé à partir de 2004 au conseil d’administration d’une compagnie incorporée aux Bermudes et appartenant à un milliardaire syrien mêlé à une affaire de corruption dans un contrat de vente d’armes.

On y verrait aussi que le rôle de consultant qu’a joué Jean Chrétien auprès d’une compagnie pétrolière incorporée aux Bermudes après qu’il eut quitté la vie publique lui aurait valu 100 000 options d’achat d’actions.

On relève également que Paul Martin a longtemps eu une compagnie maritime (Canada Steamchip Lines) qui comptait une quinzaine de filiales souvent enregistrées aux Bermudes avant qu’il n’en cède le contrôle à ses fils en 2003. Les trois hommes ont nié avoir fait quoi que ce soit de répréhensible.

Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, ne s’est pas excusé d’avoir gardé, grâce à des entités offshore, 31 % du contrôle d’une société de transport maritime faisant affaire avec un proche du président russe, Vladimir Poutine.

La reine d’Angleterre a dit que c’est à son insu qu’une partie de ses millions a transité par les îles Caïmans et les Bermudes. Quant à Madonna et Bono, comme Apple, Nike, Uber et Tesla, ils ont affirmé respecter strictement la loi.

Optimiste malgré tout

« Je ne crois pas que ces nouvelles révélations soient tellement une surprise pour les gens », a remarqué en entretien téléphonique au Devoir la fiscaliste Brigitte Alepin, qui publiait déjà il y a 15 ans un ouvrage intitulé Ces riches qui ne paient pas d’impôt« On peut quand même s’étonner qu’avec tout ce qui s’est dit sur les paradis fiscaux, nos élus ne soient pas devenus plus prudents dans le choix de leurs relations. »

La professeure de l’UQAM et organisatrice depuis trois ans d’une conférence internationale annuelle sur la concurrence fiscale se montre relativement optimiste malgré tout. « Ce que je ne réalisais pas il y a 15 ans, c’est combien la solution pratique à ce problème est complexe », explique-t-elle.

Il ne suffit pas qu’un gouvernement décide à serrer la vis à ses contribuables pour les empêcher de tirer profit des règles plus laxistes d’un autre pays. Il faut convaincre suffisamment de gouvernements qu’au moins un minimum de règles communes est nécessaire, ne serait-ce que pour conserver un certain pouvoir sur leur fiscalité.

C’est ce qu’a notamment entrepris de faire l’Organisation de coopération et développement économiques (OCDE) en s’attaquant au secret bancaire et en exigeant plus de transparence de la part des entreprises sur l’endroit où ils exercent leurs activités, réalisent des profits et payent leurs impôts.

 
Stephane Dion et John kerry:la fraternisation avec Skull and Bones.

« Les choses progressent mieux que je l’aurais cru, mais il reste encore à convaincre plusieurs pays pour atteindre une masse critique suffisante, observe Brigitte Alepin. Espérons qu’on y parvienne avant que les contribuables n’aient complètement perdu confiance dans nos systèmes fiscaux. »