Le parti estonien anti-invasion double son vote aux élections générales

Le Parti populaire conservateur estonien (EKRE), premier parti estonien anti-invasion du tiers monde, a horrifié les partis de l’establishment en doublant son nombre de voix, soit près de 18% lors des élections générales tenues ce week-end dans le pays.

 

 

L’EKRE a milité sur un programme parfaitement rationnel consistant à mettre fin à l’immigration, à organiser un référendum sur l’adhésion à l’UE, à promouvoir des taux de natalité plus élevés chez les Estoniens et l’unité familiale normale composée d’hommes, de femmes et d’enfants, ce qui est suffisant pour que les médias établis et occidentaux contrôlés les marque « extrême droite. »

Un résultat de 18% correspond à 19 sièges sur un Parlement de 101 sièges.

Les résultats complets ont été:

Eesti Reformierakond (Parti de réforme estonien): 28,8% (la dernière fois, 27,7%), 34 sièges (+4).

Eesti Keskerakond (Parti du Centre estonien): 23,1% (dernière fois 24,8%), 26 sièges (-1).

Eesti Konservatiivne Rahvaerakond (Parti populaire conservateur estonien): 17,8% (la dernière fois, 8,1%) 19 sièges (+12).

Isamaa Erakond (Parti patriotique, conservateurs): 11,4% (contre 13,7% la dernière fois), 12 sièges (-2).

Sotsiaaldemokraatlik Erakond (Parti social-démocrate): 9,8% (dernière fois 15,2%) 10 sièges (-5).

À ce jour, le parti des réformistes et du centre a exclu toute coalition avec l’EKRE, bien que cela se soit déroulé avant sa forte performance.

Selon la déclaration du parti EKRE , «la survie du peuple estonien a été soumise à de fortes pressions. . . L’Estonie d’aujourd’hui n’est pas viable sans des changements urgents importants et ne garantit pas la prospérité à long terme, le développement économique et culturel de notre peuple et la préservation des Estoniens en Estonie et dans le monde. « 

Le manifeste détaillé du parti s’engage à «contrôler l’immigration de l’Est et de l’Ouest et à associer les quotas d’immigration au nombre d’autochtones.

«Nous alignerons la citoyenneté et la résidence permanente sur les normes et objectifs acceptés dans le monde entier. Nous veillons à ce que les citoyens étrangers sanctionnés par le droit pénal et hostiles à l’État estonien ne se voient pas accorder la citoyenneté estonienne et que leur permis de séjour soit retiré.

«Nous annulerons la citoyenneté pour violation du serment de fidélité et pour les personnes qui l’ont reçue par naturalisation sans renoncer à leur citoyenneté antérieure. La citoyenneté estonienne obtenue illégalement est invalide – nous rendrons cette infraction rétroactive.

«En coopération avec des organisations internationales, nous soutenons le rapatriement des personnes matériellement déplacées dans leur pays d’origine.»

Au sujet des enfants et des familles, le parti déclare que «les enfants sont notre atout le plus précieux et le plus coûteux. Le peuple estonien doit pouvoir se régénérer afin de préserver la population culturelle et la nationalité.

«Une famille forte et globale est porteuse de cohésion sociale, de consensus, de continuité des générations, d’attitudes de valeur et de respect mutuel.

«Nous allons mettre en œuvre un ensemble de mesures et les mesures nécessaires pour accroître la croissance démographique, augmenter le nombre et la proportion d’Estoniens, créer un cadre de vie viable et mettre un terme à l’émigration massive.

«Nous soutenons les valeurs chrétiennes et protégeons le modèle familial traditionnel et holistique qui inclut la mère, le père et les enfants.»

Une victoire très célébrée!

Le parti s’est également engagé à « introduire un impôt sur le revenu régressif progressif pour les familles avec enfants: l’impôt sur le revenu des parents est réduit pour chaque enfant élevé », afin de fournir « des avantages supplémentaires pour aider les familles avec enfants scolarisés » et à introduire «Soutien au mariage estonien (20 à 35 ans) pour augmenter le nombre de familles à part entière.»

Le parti a ajouté qu’il «aiderait les jeunes familles à construire une maison, en offrant des avantages en fonction du nombre d’enfants – nous créerons un système de crédit national qui accorde un prêt à une jeune famille et supprime une partie de la dette à la naissance de chaque enfant. ”

Image associée

 

 

 

 

Sauf la Reine,personne n’est propriétaire au Canada

Personne n’est réellement propriétaire au Canada, même si votre terrain et votre propriété est payée en totalité vous êtes sur les terres de la reine et c’est la raison pour laquelle vous devrez toujours payer des taxes.

Sa Majesté devant ‘accumulation de l’or pillé sur le dos des peuples au fil des siècles!

En Tant que sujet de Sa Majesté, vous devez vous soumettre à ses ordres et caprices si non les Useful Idiots à son service vous inventeront une dette en bonne et due forme basée sur certains des prétextes de taxage que le recueil de lois qu’ils ont inventé contient. si vous n’avez plus les moyens de payer cette « dette » pour des raisons de santé, d’incapacité a gagner votre vie ou par principe, Ils continueront d’ajouter des « Frais » et pénalités et passeront ensuite à l’étape suivante.

Une fois que la « dette » sera devenue assez élevé, c’est un autre groupe de Useful Idiots, ceux la armés, qui seront mandatés pour vous soumettre par la force aux désirs de la souveraine ou vous serez chassé et perdrez tous vos biens durement gagnés, Vous et votre famille serez jeté à la rue même si tout vos biens ont étés payés en totalité.

Si vous reculez dans le temps, vous allez découvrir que votre terrain un moment donné était une foret inhabitée qui n’appartenait à personne, plusieurs propriétaires se sont échangé la permission d’habiter cet espace depuis mais qui donc en a été le premier propriétaire?? et de qui votre espace a-t-il été acheté initialement?

C’est la dure réalité de ce que le monde académique géré par l’occupant appelle « La conquête ».

C’est du terrorisme et du génocide pour de simples « Communs » ou « Commons » comme nous, de manipuler des esprits faibles, de les armer jusqu’aux dents, de leur enseigner l’art de tuer pour ensuite les convaincre d’haïr et d’aller massacrer des peuples entiers qui refusent de se soumettre à notre autorité et à nous céder leurs libertés, leurs biens et leurs terres.

Elizabeth II inspecte des billets de banque

Les taxer et les obliger à nous donner la moitié de leurs récoltes ou de leur salaire est aussi du vol et criminellement punissable.

Pour l’occupant qui invente les lois, tout cela est tout à fait légal, totalement immoral mais légal (En vertu des lois). Comment de tels gestes peuvent-ils être légaux? il faut bien comprendre la différence entre ce qui est légal et ce qui est moral.

Oui certaines lois peuvent êtres morales, mais si la personne qui les écrit est immorale il est fort probable que ses lois soient aussi immorales.

C’est la « Doctrine of Discovery » et la « Terra Nullius » qui autorise les maîtres auto proclamés du monde à s’approprier légalement mais de façon totalement immorale ce qui ne leur appartient pas et à anéantir les esprits libres qui refusent de se soumettre à eux.

Les trillions qui composent la richesse de l’occupant mondial ont tous été obtenus par des actes de terrorisme barbares, les couronnés n’ont jamais travaillé et ont toujours vécu dans l’abondance en asservissant leurs sujets et en les pillant (Taxage, permis, impôts, intérêts travaux forcés etc.)

Les politiciens que vous croyez élire chaque 4 ans sont leurs serviteurs, ils leur font serment de soumission et d’obéissance si non ils ne pourront jamais aller perdre leur temps à gros salaire dans la « Chambre des communs » (Communes)


La propriété au Québec

 

Savons-nous  que nous  POSSÈDONS (contrôle) la PERSONNE qui est « propriétaire » du terrain ?

Et que cette personne qui est propriétaire appartient à l’état ?

Donc le terrain appartient toujours à l’état ?

Et quand tu t’identifies par le Prénom Nom de famille de cette personne, tu t’identifies comme une propriété de l’état ?

Vu que l’esclavage a été aboli, tu as un droit fondamental à la sûreté de ta personne.

Légalement, une sûreté, ça sert à décharger / acquitter des dettes…

Donc les taxes que l’état charge, c’est à leur personne/propriété/esclave qu’ils les chargent… C’est à EUX qu’ils les chargent.

Si tu choisis de payer, « good for you. ».. Mais tu peux aussi choisir de faire valoir tes droits, comme le suggérait le ministre de la justice de l’époque, Marc-André Bédard, lors de la publication de la Charte des droits et libertés de la personne de 1982…

 

La Charte Québécoise des Droits de la Personne…à relire!
Théoriquement tout ce qu’on sais est vrai mais ceux avec qui on dois négocier sont de dangereux criminels prêt à tout pour éviter que l’information ne se répande. Cest un peu comme si un cartel de gros criminels armés nous exigeait un montant qu’on ne leur doit pas, on paie ou pas?

L’argent, ils l’ont uniquement parce qu’on utilise LE LEUR (qui n’est que de la dette).

Et avec l’utilisation de LEUR argent « legal tender » vient l’obligation de respecter LEURS lois.

Legal = la loi
Tender = une offre inconditionnelle

Bitcoin a été créé pour ça.

S’ils ne peuvent plus se financer en taxant les transactions qui se font entre ceux qui refusent d’utiliser leur monnaie, leur système va crever de faim.

Tu ne réussiras pas à sensibiliser la police ou l’armée.

ICYMI : les corps de police ont à leur tête des corrompus qui comptent sur des idiots utiles qui obéissent aux ordres sans se poser de questions sur la moralité de ce qu’ils font.

Et l’armée, c’est encore pire.

Le VRAI ennemi, c’est le Barreau. Ses membres sont des menteurs esclavagistes dont la job dépend de l’ignorance du peuple.
Tu comprends qu’ils sont de mauvaise foi et qu’ils protègent leur petite clique la minute que tu leur poses les vraies questions. 

Ils placent leurs pions dans toutes les hautes sphères du gouvernement.

Ils ne respectent même plus les fondements de la justice, de la liberté et de la paix, tels qu’ils sont pourtant décrétés dans la Charte des droits et libertés de la personne.

La seule façon de régler le problème qu’ils représentent c’est de cesser de jouer leur « game » (leur jeu,leur partie)…

Mais réfléchissez y: le Québec est la Dernière Colonie Survivante de l’Empire Britannique et si voter vous permettrait de changer quelque chose,on abolirait ce droit!

Seule la Désobéissance Civile peut arriver à  faiore changer ce système!

Sources:Recherches de Jacques Lapointe et divers commentaires associés sur Facebook.

 

 

1919-2019:Cent ans de national socialisme

L’année 2019 marque le 100e anniversaire de la naissance du mouvement national-socialiste. Le 12 septembre 1919, Adolf Hitler assista à une réunion du parti ouvrier allemand à Munich et, quatre jours plus tard, le 16 septembre, il rejoignit officiellement le groupe.

 

 

Personne à l’époque n’aurait pu comprendre les implications fatales de cet événement apparemment insignifiant, mais l’histoire le reconnaît comme le début de la carrière politique de Hitler, un événement qui changera le monde pour toujours.

Pour raconter en détail l’histoire centenaire du national-socialisme, il faudrait plus qu’un seul article, voire plus qu’un seul livre. De nombreux volumes seraient nécessaires pour la tâche. Cependant, nous pouvons passer en revue certains des points saillants de notre héritage, dans la mesure où notre passé est un prélude à notre avenir.

DÉFINITIONS

Au commencement était l’ idée national-socialiste  , née de l’esprit d’Adolf Hitler.

La notion de  lutte nationale-socialiste est implicite dans l’Idée , car Hitler n’a jamais voulu que sa vision du monde n’existe que comme une construction abstraite que les intellectuels peuvent admirer de manière détachée, mais plutôt qu’elle devrait être concrétisée par l’action.

L’idée nationale socialiste ne se définit pas étroitement comme une idéologie ou une philosophie. Il s’agit plutôt d’une  vision du monde  ( Weltanschauung ), qui constitue une attitude fondamentale vis-à-vis de la vie humaine plus globale que les idéologies et les philosophies.

La lutte se déroule par l’intermédiaire du  Mouvement , qui a historiquement pris une forme concrète en tant que  parti.

De même, l’idée est formulée de manière définitive en tant que  Parole, en particulier telle qu’elle est énoncée avec autorité dans  Mein Kampf.

Un des premiers rassemblements du pati national socialiste des travailleurs allemands vers 1921.

EVOLUTION DU MOUVEMENT

Il ne faut pas s’étonner que le Mouvement ait évolué au cours du siècle dernier. Si ses principes fondamentaux sont restés constants, ses politiques et programmes spécifiques ont été adaptés aux besoins d’un monde en mutation. En 2019, le monde est bien différent de celui de 1919. Cette évolution est la preuve que le national socialisme est une entité vivante, et pas seulement les restes fossilisés d’un mouvement politique disparu depuis longtemps des générations précédentes.

Cette évolution peut être notée dans le développement de la pensée national-socialiste, tant dans le domaine de la politique raciale qu’ailleurs, ainsi que dans la structure organisationnelle formelle du Mouvement.

Mais dès les premiers jours de la lutte, le  Führer a  fixé des lignes directrices inébranlables pour son développement. Toute évolution du mouvement se déroule dans ce cadre.

S’adressant à la dernière session du congrès du NSDAP de 1934, il a énoncé ces principes d’organisation de base, qui fondent la vision du monde national-socialiste avec la politique pratique:

«… Alors que notre parti ne comptait que sept hommes, il avait déjà énoncé deux principes: premièrement, il souhaitait être un véritable mouvement conditionné par l’idéologie; et, deuxièmement, il voulait donc être l’unique puissance en Allemagne.

«En tant que parti, nous devions rester dans la minorité, car nous devions mobiliser les éléments les plus précieux de lutte et de sacrifice du Reich, qui, à tout moment, ont constitué non pas une majorité mais une minorité. […]

«Ce ne sera toujours qu’une partie de la nation qui se composera de combattants réellement actifs, et on en demandera plus que d’autres que des millions d’autres citoyens. Pour eux, le simple engagement «je crois» ne suffit pas; au lieu de cela, ils jureront au serment «Je me bats».

«Le Parti représentera pour toujours l’élite des dirigeants politiques du peuple allemand.

«Il sera immuable dans sa doctrine; dur comme l’acier dans son organisation; tactiquement flexible et adaptable; dans son entité cependant, ce sera comme un ordre sacré!  […]

«Mais l’objectif doit être que tous les Allemands fidèles deviennent des national-socialistes. Seuls les meilleurs national-socialistes sont membres du parti!

Aujourd’hui comme par le passé, ce sont les directives que nous suivons.

CHRONOLOGIE

Le Führer en compagnie de femmes slaves.
Contrairement à toute la propagande haineuse émanant de ses ennemis,Hitler n’a jamais refusé de rencontrer d’autres ethnies.

Période d’incubation, 1919-1923  – Le Parti des travailleurs allemands ( Deutsche Arbeiterpartei ) a été officiellement fondé le 5 janvier 1919, mais ce n’est qu’au moment où Adolf Hitler l’a rejoint le 16 septembre de cette année que le Mouvement tel que nous le connaissons a réellement commencé . Au cours de ses quatre premières années d’activité, les fondements de l’avenir ont été jetés. Munich fut établie comme base d’opérations du Mouvement; son nom a été rallongé au Parti ouvrier national-socialiste allemand ( Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei ); la croix gammée a été choisie comme son symbole; les Stormtroops ( Sturmabteilung ) ont été formés en tant que milice du parti; et le Folkish Observer ( Völkischer Beobachter ) devint son journal officiel.

La carte de membre du Parti national socialiste au nom d’Adolph Hitler.
Ce fut la première émise.

Les 8 et 9 novembre 1923, le NSDAP et l’AS, appuyés par d’autres formations folkloriques, menèrent un soulèvement sans succès contre la République de Weimar. En conséquence, le Mouvement fut interdit et de nombreux dirigeants emprisonnés.

Entre 1924 et 1932,de nombreux partis nationalistes de droite virent le jour,en Allemagne.
Lors de l’élection de 1933,ils vont appuyer le parti national-socialiste.

Période d’interdiction, 1923-1925  – Même si un responsable est déclaré illégal, le Mouvement continue de fonctionner sur une base réduite pendant la période d’interdiction. Alfred Rosenberg a été nommé par Hitler pour diriger le Mouvement au cours de cette période. Il a formé un remplaçant ad hoc pour le NSDAP, appelé la Grande Communauté Folklorique Allemande ( Grossdeutsche Volksgemeinschaft ). D’autres formations de la Nouvelle-Écosse sont également apparues, telles que le National Socialist Freedom Movement et le Bloc folklorique de Bavière. La SA continua d’être une organisation souterraine connue sous le nom de  Frontbann.

L’élaboration la plus importante de cette période a toutefois été la rédaction du premier volume de  Mein Kampf  par le  Führer . Il y codifiait la vision du monde de la NS sous une forme définitive et définissait les directives opérationnelles pour l’avenir.

Période d’opposition à l’avant-garde, 1925-1930  – Le  Führer  est libéré de prison en décembre 1924. Il fonde officiellement le NSDAP en février 1925. Pendant cinq ans, le Mouvement existe comme un petit parti d’avant-garde en marge de la scène politique. Il a continué à diffuser son message auprès du peuple allemand et a progressivement renforcé sa force. Le 9 novembre 1925, la SS est fondée et le 3 juillet 1926, la jeunesse hitlérienne est créée. politique, le NSDAP a réalisé une percée politique décisive le 14 septembre 1930. Il a remporté 107 sièges au Parlement allemand, devenant ainsi le deuxième parti politique en importance. en Allemagne. La lutte pour le pouvoir politique national a alors commencé sérieusement. Lors de l’élection du 31 juillet 1932 au Reichstag, le NSDAP devint le plus grand parti politique. Conformément aux pratiques établies de la République de Weimar, Hitler aurait dû être invité à former un gouvernement national à ce moment-là. Cependant, les conservateurs l’ont bloqué et ce n’est que le 30 janvier 1933 que Hitler a été nommé chancelier. Il a immédiatement commencé les travaux de construction de l’État national-socialiste.

 

Percée et lutte pour le pouvoir, 1930-1932  

Après des années d’errance,des Années de paix, 1933-1939 

En 1932,le Führer reçoit de plus en plus d’appuis.

Il est impossible de résumer toutes les réalisations du national socialisme en Allemagne en quelques paragraphes. Au départ, le Mouvement avait pour objectif principal de consolider la révolution national-socialiste et d’empêcher la contre-révolution, de gauche ou de droite. La consolidation du pouvoir fut achevée vers le milieu de 1934. En 1936, l’Allemagne était sortie de la Grande Dépression, même si c’était la nation occidentale qui avait été la plus durement touchée. Les forces armées allemandes ont été reconstituées, les chaînes injustes du Traité de Versailles ont été levées et les Allemands des régions frontalières coupées du Reich ont été réintégrés dans la Patrie. En six années seulement, le Mouvement avait transformé l’Allemagne, qui était alors le malade de l’Europe, une grande puissance mondiale. Chômage, itinérance et pauvreté,

Outre le renforcement économique et militaire de l’Allemagne, l’État national-socialiste a également connu des avancées vertigineuses dans les domaines de la culture, des sciences, de la technologie, de l’agriculture et de l’éducation. Le célèbre   système d’autoroute Autobahn – le premier du genre au monde – a été construit pour relier toutes les régions du Reich.

Tout comme le Duce Mussolini,le Führer aimait à apporter son soutient aux travailleurs des autobahn allemandes.

Bien que le NSDAP ne reçoive que 40% du public allemand en 1933, en 1939, 98% de la population allemande était un national-socialiste enthousiaste. Le NSDAP était le mouvement politique le plus réussi de l’histoire moderne et Adolf Hitler était le dirigeant national le plus populaire de tous les temps.

Le Führer Adolph Hitler inaugurait une grande autoroute (autobahn) en 1934.

Années de guerre, 1939-1945  – Hitler avait déclaré à ses généraux que l’Allemagne serait imposée à la guerre en 1942. Cependant, son optimisme quant à l’espoir d’une période de paix prolongée était injustifié. En 1939, les Britanniques et les Français, sous l’impulsion juive, transformèrent un conflit frontalier entre l’Allemagne et la Pologne en une guerre mondiale. Après cinq ans et demi de lutte héroïque, l’Allemagne nationale-socialiste et ses alliés ont été submergés par une alliance impie de l’Union soviétique avec les ploutocraties occidentales. Jusqu’au bout, l’écrasante majorité du peuple allemand a maintenu sa foi dans la vision du monde du  Führer  et du national-socialisme.

Le Zeppelin Hindenburg au-dessus des installations olympiques de 1936.

Le mouvement d’après-guerre

À des fins pratiques, la guerre prit fin le 8 mai 1945 lorsqu’un armistice fut signé par le grand amiral Karl Dönitz, que Hitler avait nommé son successeur à la tête de l’État. Initialement, des nationalistes socialistes intransigeants ont poursuivi leur campagne militaire contre les Alliés et les Soviétiques par le biais du mouvement de guérilla «Werwolf». Cependant, en 1946, il a été reconnu que cet effort était futile. Les national-socialistes se sont regroupés dans une succession de partis politiques pro-NS, qui cherchaient à promouvoir l’idée de manière à ne pas contrevenir à l’interdiction du national-socialisme déclarée après la guerre par les Alliés et les Soviétiques (et qui reste en vigueur). L’Allemagne et l’Autriche aujourd’hui).

Le plus notable de ces partis se substituant au NSDAP est le Parti socialiste du Reich ( Sozialistische Reichspartei Deutschlands ), déclaré illégal en 1952. Il a été reconstitué sous une forme affaiblie en tant que Parti du Reich allemand ( Deutsche Reichspartei ). En 1964, le DRP et plusieurs autres organisations ont fusionné pour former le Parti national démocratique d’Allemagne ( Nationaldemokratische Partei Deutschlands , ou NPD), qui existe encore à ce jour.

Dans le passé comme dans le présent, certains camarades de la Nouvelle-Écosse ont préféré une lutte clandestine ou semi-clandestine qui prônait ouvertement le national socialisme. Le Front d’action des nationalistes socialistes (années 1980) et le National Socialist Underground (2010) sont des exemples de telles formations. De nombreux groupes extrémistes ont été approvisionnés avec du matériel de propagande imprimé aux États-Unis par Gerhard Lauck et le NSDAP-AO.

LE MOUVEMENT HORS D’ALLEMAGNE

Juste avant la Deuxième Guerre Mondiale,Adrien Arcand fonde le Parti National-socialiste du Canada.
Devant sa popularité durant la guerre,il sera arrêté sans raison valable .
Il est le premier grand leader nationaliste de droite au Québec et au Canada.

Avant 1945  – Dès ses débuts dans les années 1920, le Mouvement attira des adeptes hors d’Allemagne. Le NSDAP n’avait que peu d’intérêt pour ces groupes, à l’exception de l’Autriche, considérée comme faisant partie du Reich allemand. La partie autrichienne de la Nouvelle-Écosse était simplement une extension du NSDAP. Après l’occupation allemande des Pays-Bas en 1940, le Mouvement national-socialiste néerlandais ( Nationaal-Socialistische Beweging in Nederland ) est officiellement reconnu par le NSDAP.

Affiche électorale de « notre » Führer canadien,Adrien Arcand.

D’autres partis de la NS existaient au Danemark, en Suède, au Chili et ailleurs, mais n’ont pas reçu de sanction officielle. Il y avait un petit groupe en Grande-Bretagne, le Mouvement national socialiste, créé par l’Union britannique des fascistes et des nationalistes socialistes de Sir Oswald Mosely. Aucune de ces organisations n’a été reconnue par le mouvement allemand. Aux États-Unis, le Bund germano-américain était la première formation de NS. Hitler, cependant, estimait que le Bund avait fait plus de tort à l’image de l’Allemagne aux États-Unis et mis autant de distance qu’il le pouvait avec les Bundistes.

Le développement le plus important du socialisme national extra-allemand a eu lieu dans la  Waffen-SS , dans laquelle des dizaines de milliers de non-Allemands se sont portés volontaires pour se battre pour le Troisième Reich. Si la guerre s’était terminée différemment, ces volontaires étrangers auraient sans aucun doute formé le noyau des gouvernements national-socialistes dans leurs pays respectifs.

Georges Lincoln Rockwell

Après 1945  – Ironiquement, c’est au-delà des frontières du Reich que le national-socialisme s’est ouvert après la guerre. En 1959, George Lincoln Rockwell a formé le parti nazi américain aux États-Unis. Il l’a rebaptisé Parti populaire national-socialiste blanc en 1967. Le NOUVEL ORDRE, l’organisation qui a succédé au NSWPP, a été formé en 1983 et se poursuit aujourd’hui. En Grande-Bretagne, Colin Jordan a fondé le Mouvement national socialiste en 1962. Il existe également aujourd’hui sous le nom de Mouvement britannique. En 2019, le Mouvement de résistance nordique ( Nordiska motståndsrörelsen ), basé en Suède, est la plus vaste et la plus viable formation NS. Elle possède également des succursales en Norvège, au Danemark et en Islande.

En août 1962, Rockwell, Jordan et des camarades de divers pays européens se sont réunis pour former l’Union mondiale des nationaux-socialistes. C’était la première fois que le Mouvement se dotait d’une structure internationale formelle.

Il est à noter que ces organisations nationales-socialistes d’après 1945 ont une taille, une influence et un soutien publics infimes par rapport au mouvement d’avant-guerre en Allemagne. Au mieux, le mouvement contemporain hors Allemagne se trouve dans une situation similaire à la phase d’avant-garde du NSDAP (1925-1930) évoquée ci-dessus.

NATIONALISME ALLEMAND ET INTERNATIONALISME PANARYEN

Sans aucun doute, Adolf Hitler était le nationaliste allemand par excellence de l’ère moderne et peut-être de tous les temps. Le mouvement national-socialiste, tel que le concevait Hitler, était avant tout un moyen de redonner à l’Allemagne sa grandeur, même aux dépens des autres nations et peuples. Et pourtant, dès le début, on se rendit compte que le peuple allemand et le Reich allemand étaient construits sur des fondements raciaux que les Allemands partageaient avec les autres peuples aryens de l’Europe et que le destin et les fortunes de l’Allemagne étaient indissolublement liés à ces autres peuples aryens. nations. En particulier, Hitler a reconnu l’Angleterre comme un grand pays frère du peuple allemand.

Sans pour autant abandonner le nationalisme allemand, il a également défendu le pan-aryanisme. Écrivant en 1927, il nota:

«Nous ne devons pas permettre que la grande communauté raciale ( die grössere Rassegemeinschaft ) soit déchirée par la différence des peuples individuels ( Völker ). La lutte qui fait rage aujourd’hui vise de très grands objectifs. Une culture combinant des millénaires et embrassant l’hellénisme et le germanisme se bat pour son existence. ”( Mein Kampf, volume II, chapitre 2, p. 423; s / 476  au deutsch ).

Il y avait donc une certaine tension, même dans l’esprit d’Hitler, entre le nationalisme allemand et l’unité pan-aryenne. Nous pouvons voir que cette tension se résorbe lentement dans les déclarations de Hitler au fil des ans.

Hitler a commencé sa carrière politique – sans doute sans reconnaître au moment où il le faisait – avec un discours impromptu lors d’une réunion privée du parti des travailleurs allemands le 12 septembre 1919. Plus précisément, il s’est prononcé contre une proposition de sécession de la Bavière de la Prusse et le reste de l’Allemagne et forment un État indépendant. La notion outrageait Hitler: pour lui, toutes les subdivisions politiques constitutives de l’Allemagne appartenaient ensemble à un Reich uni.

Cinq mois plus tard, en tant que dirigeant du Mouvement, il a officiellement promulgué la plate-forme politique du parti, le fameux 25 Points. Le premier point « demandait » l’union de tous les Allemands ( alle Deutschen )… dans une grande Allemagne. « 

Quatre ans plus tard, il écrivit le premier chapitre de  Mein Kampf.  Il commence son livre – comme il commençait les 25 points – par un appel à l’union de tous les Allemands dans un seul Reich. Mais ici, il étend l’idée des unités pan-allemandes aux seuls camarades du peuple vivant à l’intérieur du Reich aux Allemands d’Autriche. «Le sang lié appartient à un Reich commun», écrit-il.

Pendant la période du Troisième Reich, ceux ayant la citoyenneté allemande formelle ont été notés comme  Reichsdeutsche ; ceux de sang allemand qui vivaient hors de l’Allemagne mais qui conservaient leur langue et leur culture allemandes s’appelaient  Volksdeutsche . Cela se traduit littéralement par «folk allemand», mais peut-être est-il mieux traduit en anglais par «ethnie allemande». En tout état de cause, le concept est clair: le national-socialisme défendait l’unité de tous les Allemands, quelle que soit leur terre d’origine. un seul État-nation. En tant que chancelier de Reich, le Führer a fait entrer dans le Grand Reich allemand non seulement les Autrichiens, mais également des Allemands des Sudètes, du Memelland, de la Silésie, de l’Alsace et de la Lorraine, du Sud-Tyrol et d’ailleurs.

Mais il ne s’est pas arrêté là. Le peuple allemand, au sens étroit du terme, n’est qu’un élément de la grande famille germanique. Surtout après le début de la guerre, on a envisagé à long terme d’incorporer tous les peuples germaniques dans un seul Reich, en commençant probablement par les Néerlandais.

La Table Talks  enregistre Hitler comme disant:

«Dans le nouveau monde que nous construisons, peu importe si un homme est originaire d’une région ou d’une autre, qu’il vienne de Norvège ou d’Autriche, une fois les conditions de la pureté raciale réunies.» ( Soirée du 1er novembre – 2, 1941)

L’inclusion des germaniques non allemands dans les limites d’un futur Reich était un changement radical dans le nationalisme allemand traditionnel.

The Table Talks  rapporte également que le Fuehrer a confié à un major danois de la  Waffen-SS:

«Je comprends qu’il soit difficile pour un jeune Hollandais ou un jeune Norvégien de se voir appelé à former une unité commune, dans le cadre du Reich, avec des hommes ayant d’autres liens avec l’Allemagne. Mais ce qu’on leur demande n’est pas plus difficile que ce qui a été demandé aux tribus germaniques au moment des grandes migrations. À cette époque, l’amertume était si grande que le chef des tribus germaniques [ Arminius – Ed .] Fut assassiné par des membres de sa propre famille. Ce qui est demandé à des pays qui ont formé le deuxième Reich est semblable à ce que nous demandons maintenant, et à ce que nous avons récemment demandé des Autrichiens. »( Soirée du 22 Février, 1942)

Son intention d’inclure d’autres peuples germaniques occidentaux ainsi que les Allemands du Nord dans un seul Reich unifié peut également être vue dans l’intention du Führer de renommer un Berlin élargi d’après-guerre: «Germania».

Pour récapituler:

1. En 1919, il commence par réclamer l’unité de tous les  Reichsdeutsche  .

2. En 1924, il étend son appel à l’unité des Allemands en Autriche.

3. Dans les années 1930, il intègre les Allemands des territoires frontaliers dans le cadre du Reich.

4. Après le début de la guerre en 1939, il rappelle au pays les  Volksdeutsche vivant dans les Balkans et ailleurs.

5. Au fur et à mesure que la guerre progresse, il élargit son appel pour inclure les peuples germaniques de Scandinavie et des Pays-Bas, et pas seulement les Allemands au sens strict du terme.

Mais il ne s’arrête pas là. Dans son Testament politique, il se fait passer pour le défenseur des «enfants européens des nations aryennes», pas seulement comme le chancelier du Reich allemand ou Chef germanique. Il a écrit:

De plus, je ne laissais aucun doute sur le fait que cette fois-ci des millions d’enfants européens des nations aryennes n’allaient pas mourir de faim (des millions d’hommes ont perdu un million d’enfants dans l’Europe , et que des millions d’hommes subir la mort, et des centaines de milliers de femmes et d’enfants ne seraient pas brûlés et bombardés à mort dans les villes, sans que les vrais coupables aient à se racheter de leur culpabilité, même par des moyens plus humains.

Il convient également de noter l’anecdote fréquemment répétée concernant le général belge  Waffen-SS Leon Degrelle. Hitler lui aurait dit: « Si j’avais un fils, je voudrais qu’il soit comme vous. » Degrelle n’était ni allemand ni germanique, mais il était aryen.

Il restait à George Lincoln Rockwell de mener cette trajectoire raciale à sa conclusion naturelle. Dans son essai novateur  In Hoc Signo Vinces  (1960), il déclare que les intérêts des différentes nations aryennes sont subordonnés au bien-être de la race blanche dans le monde. Il écrit:

Nos problèmes aujourd’hui ne sont pas des problèmes «américains», des problèmes «britanniques», des problèmes «français», «allemands», «européens» ou «africains» – ce sont des problèmes de survie pour tous les hommes blancs. […]

La seule chose à laquelle je puisse être fidèle avec une conviction profonde – la seule loyauté qui ait un sens – est ma fraternité RACIALE, et donc culturelle, avec mon propre peuple, où qu’il soit né! Lorsque cette loyauté est mise au défi et que mon peuple est en danger, il est monstrueux de prétendre que nous devons nous méfier les uns des autres simplement parce que nous vivons au-delà de frontières géographiques imaginaires nous, Blancs, devons marcher pour nous tuer, nous bombarder et nous haïr de manière éternelle parce que nous sommes des «rivaux du commerce», de la «démocratie américaine», de «l’Empire britannique» ou de n’importe quoi d’autre au monde.

Je suis un homme blanc, et un frère de tous les hommes blancs, et je compte être aux côtés de tous et, au besoin, les mener au combat pour survivre contre la menace indicible des populations colorées de la Terre…

Dans le même essai, Rockwell inclut le passage suivant dans lequel il cherche à mettre fin à l’inimitié séculaire existant entre les Allemands et les peuples slaves:

Et cela inclut nos  frères russes aryens  , qui sont aussi des hommes blancs. Bientôt, ils se retrouveront avec nous contre les hordes colorées de la Chine.

Ainsi, alors que le national socialisme continue de progresser vers le XXIe siècle, l’unité raciale globale de la race aryenne prime maintenant sur le nationalisme étroit et mesquin, qui a ses racines au XIXe siècle et plus tôt.

DANS LE FUTUR: 
UNE VISION MONDIALE MULTIDIMENSIONNELLE

Après la guerre,le président argentin Juan Domingo Peron,accueuillit de très nombreux officiers et politiciens nationaux-socialistes,dont…le Führer lui-même.

La dimension raciale du national-socialisme est la caractéristique la plus importante du Mouvement, tant dans le passé que dans le présent. C’est comme il se doit, car le national socialisme est le seul  chemin réaliste, voire le seul  concevable , de l’humanité aryenne.

Aujourd’hui comme hier cependant, le national socialisme n’est pas un mouvement racial à une dimension; il englobe plutôt toutes les facettes de la société moderne.

• Le national socialisme remplace la société de consommation moderne par une communauté folklorique dans laquelle chaque homme, femme et enfant aryen est reconnu comme un camarade folklorique. Il est également anticommuniste et anticapitaliste et exige l’élimination des différences et des inégalités de classe. 
• Il s’agit d’une restructuration révolutionnaire du système éducatif qui met autant l’accent sur la forme physique et le développement du caractère, ainsi que sur les études universitaires traditionnelles. 
• C’est le «mouvement vert» original. Il reconnaît que l’homme n’est qu’un élément de l’ordre naturel et qu’il exige donc un environnement sain comme condition préalable à une population en bonne santé.
• Il reconnaît que la famille traditionnelle, avec un seul soutien de famille et des rôles de genre clairement définis, constitue le fondement social de base de la communauté populaire.

Contrairement à ce que prétendent ses nombreux ennemis, le national socialisme ne fait pas et n’a jamais fait partie de l’extrême droite. Ce n’est pas non plus une partie de la gauche. Le vieil ordre – la dispensation existante – a son aile droite et il a son aile gauche. Mais le national socialisme ne fait pas partie de l’ordre ancien et, par conséquent, il ne peut être véritablement placé nulle part dans son spectre politique. Au lieu de cela, il se distingue et représente un nouvel ordre renaissant pour notre race qui transcende l’ancienne dichotomie gauche-droite.

Après 100 ans de lutte incessante, nous nous trouvons à un moment crucial de l’histoire de notre race. Notre existence même biologique est attaquée et, en effet, nous sommes confrontés à l’extermination en tant que peuple. Le national-socialisme seul fournit la lumière, l’espoir et le chemin d’une humanité aryenne assiégée. Alors que le Mouvement hitlérien se prépare à entrer dans son deuxième siècle, ses dirigeants et ses membres sont conscients de la nature profondément historique de leur lutte. Ils se conduiront en conséquence.

 

 

 

 

 

Qu’est-ce que les “Canadiens européens” ?

Canadien européen
Ces gars sont-ils des Turcs, des musulmans, des Azerbaïdjanais ou des Canadiens d’origine européenne ?

 

Il y a deux semaines, un certain “Charlie Smith” a écrit un court article demandant “Ce que c’est, diable, qu’un Canadien européen ?” (What The Hell Is A European-Canadian?). Publié dans le Georgia Straight, dont Smith est le rédacteur en chef depuis 2005, il demande pourquoi le Conseil des Canadiens européens (Council of European Canadians) utiliserait le terme “européen” pour décrire la majorité des Canadiens alors que le “continent Europe” désigne une masse continentale contiguë à des pays asiatiques comme la Turquie, la Géorgie, le Kazakhstan, la Russie et l’Azerbaïdjan.

Le terme « Canadien européen ” implique qu’il y a un point commun et un lien entre ceux qui sont originaires d’Ukraine, du Portugal, de Grèce, de Finlande, d’Allemagne, de Roumanie, de Turquie, de Suisse, d’Estonie et d’Angleterre, pour ne nommer que 10 de ces pays.

Désolé, le terme “européen” n’implique pas qu’il y ait une “communauté culturelle et un lien” entre tous les pays qui sont inclus géographiquement dans le continent de l’Europe. Charlie a peut-être “enseigné les techniques d’investigation” à un endroit appelé “Kwantlen Polytechnic University”, mais il semble qu’il n’a fait aucune recherches pour cet article.

Il est de notoriété publique que le continent européen est contigu avec des terres, des cultures (et aujourd’hui des États-nations) qui se situent entre l’Asie et l’Europe, mais qui ne sont pas classés comme européens au sens culturel du terme, car ils ont des identités ethniques, des religions et une histoire très différentes. Ouvrez n’importe quel atlas standard de l’Europe, et aucun d’entre eux ne classera la Turquie, la Géorgie, le Kazakhstan ou l’Azerbaïdjan comme européens – à moins qu’ils ne soient classés comme des régions en périphérie de la Russie soviétique. La Russie a toujours été connue pour être en partie européenne et en partie asiatique, avec la partie occidentale de la Russie, et les peuples slaves, fermement identifiés comme européens dans leur christianisme, leur langue indo-européenne et leurs caractéristiques raciales.

Même l’Union européenne immigrationniste reconnaît cette réalité culturelle. Aucun des pays asiatiques que Charlie trouve “européen” n’appartient à cette union.

Diviser les concepts et les idées en une multiplicité de parties divergentes et contradictoires au motif qu’aucun concept n’a de frontières définitionnelles claires est un jeu postmoderniste que les étudiants de premier cycle sont obligés de jouer dans le monde universitaire. Puisqu’aucun concept ne saisit jamais aucun aspect de la réalité d’une manière bien délimitée, les postmodernistes ont très bien réussi à persuader les étudiants qu’aucun concept fermement établi et aucun énoncé factuel n’est possible. Soyez assurés que ces efforts déconstructifs ont été entièrement dirigés contre les concepts et les identités occidentales afin de créer de l’incertitude, du doute et de la faiblesse chez les Européens au sujet de leur histoire et de leur culture, de manière à faciliter l’absorption de l’Occident dans un monde encore plus confus, sans frontières et ridiculement diversifié, contrôlé par les entreprises et manipulé par des journalistes sans visage.

(Il a été dit que le fondateur de la déconstruction, Jacques Derrida, s’est senti comme un “étranger” en France, comme un “petit juif noir et très arabe », et que c’était une motivation motrice dans ses efforts incessants pour déconstruire l’identité européenne et promouvoir le multiculturalisme).

Quand on regarde le Canada, il est très certain que cette nation a été fondée par des personnes ayant des ancêtres dans les îles britanniques et en France. A cet égard, ils étaient “européens”. Ils étaient aussi “canadiens” puisque la plupart d’entre eux sont nés au Canada. Wikipedia en a fait une entrée sur les “Canadiens européens” qui est raisonnablement exacte et juste. C’est un fait statistique qu’en 1871, selon le premier recensement après la Confédération, 32 pour cent des habitants canadiens étaient d’ascendance française, 24 pour cent irlandais, 20 pour cent anglais, 16 pour cent écossais et 6 pour cent allemand. Et c’est un fait statistique qu’en 1867, 79 p. 100 étaient nés au Canada.

Charlie dit aussi que le terme « Canadien européen » est « trop réducteur » en ignorant que les Canadiens peuvent aussi être identifiés par « leur classe sociale, leur niveau d’éducation, leur statut socioéconomique, leur profession, leur religion, le nombre de générations au Canada, leur orientation sexuelle, leur lieu de résidence urbain ou rural, leur perspective politique, leur province d’origine, leurs passe-temps, leur âge, leur sexe ou leur situation de famille ».

C’est absurde. Évidemment, on peut distinguer les Canadiens de nombreuses façons, y compris le poids, les goûts musicaux, la couleur des cheveux, les habitudes alimentaires – à l’infini. Mais si nous voulons avoir une conversation sur l’identité nationale ou ethnique des Canadiens, il va de soi que nous devrions nous concentrer sur les concepts pertinents plutôt que d’empiler un concept sur un autre, un sujet sur un autre, ce qui crée de la confusion et du chaos conceptuel. Peut-on parler d’orientation sexuelle, ou de religion, ou d’idéologies politiques, en particulier sans parler simultanément de toute autre identification ? Peut-on parler du Charlie Smith de Georgia Straight sans parler des innombrables Charlie Smiths qui habitent la planète avec des hobbies et des orientations sexuelles différentes ?

Le but de ce type de déconstruction est de créer une situation dans laquelle rien ne peut être distingué de quoi que ce soit d’autre puisque toutes les choses sont interconnectées et incluent une multiplicité d’autres choses. Cette conception sans particularité de la réalité dans laquelle il n’y a pas de concepts et d’identités définis a été ridiculisée à juste titre par Hegel comme “la nuit où toutes les vaches sont noires”. Tout s’efface dans une nuit sombre dans laquelle aucune chose particulière ne peut être distinguée d’une autre chose.

C’est ce que les banques, les partis politiques et les médias, comme le Georgia Straight, veulent: un monde de Canadiens indiscernables qui peuvent être définis de diverses façons sans racines, identités et connaissances précises de leurs ancêtres, de sorte qu’ils peuvent être facilement manipulés pour croire ce que l’establishment veut qu’ils croient.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

 

 

 

 


*Mes ami(e)s,voici une traduction en français de cet article paru le 4 septembre 2017 sur Council of European Canadians. Texte original en anglais de Ricardo Duchesne (photo ci-dessous), sociologue, professeur à l’Université du Nouveau Brunswick

Video importante:Les dossiers secrets du Pentagone

 

« Nous le Peuple,nous avons le pouvoir de nous transformer et de changer le cours de l’histoire,

Le vrai courage,ce n’est pas de trouver la force d’obéir et d’être au service d’une guerre injuste,de couvrir des mensonges,d’accepter de travailler sous les ordres d’un chef qui abuse de son pouvoir.Le vrai courage,c’est d’affronter honnêtement la réalité de notre action dans le monde et de s’investir personnellement pour en changer le cours. »

(Daniel Ellsberg)

 

 

 

 

L’Union Européenne baigne dans le monde d’Orwell

  • Le problème est que cette noble initiative est une organisation qui censure depuis plusieurs années déjà la liberté d’expression en Europe.
  • Les directives du manuel stipulent que les journalistes doivent « Veiller à ne pas stigmatiser davantage des termes tels que » musulman « ou » islam « en les associant à des actes particuliers … Mettez en surbrillance … la diversité des communautés musulmanes … où il est nécessaire et d’actualité de signaler des commentaires haineux contre des musulmans, négociez l’information « . En d’autres termes, les directives demandent aux journalistes de désinformer le public.
  • C’est la même Commission européenne qui a exprimé récemment sa désapprobation du retrait de l’Autriche du « Pacte mondial pour la migration sûre, ordonnée et régulière » des Nations unies. Le Pacte stipule que les médias qui ne soutiennent pas le programme de migration des Nations Unies ne seront pas éligibles au financement public. En quoi cela consiste-t-il à « respecter pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme »?

L’UE a lancé un plan d’action global contre la désinformation . Selon un récent communiqué de presse de la Commission européenne, son objectif est apparemment de « protéger ses systèmes démocratiques et ses débats publics et dans la perspective des élections européennes de 2019 ainsi que d’un certain nombre d’élections nationales et locales qui se dérouleront dans les États membres d’ici 2020 ».

En juin 2018, les dirigeants des États membres de l’UE s’étaient réunis au Conseil européen et avaient invité la Commission européenne à « présenter … un plan d’action avant décembre 2018 contenant des propositions spécifiques pour une réponse coordonnée de l’UE au défi de la désinformation … ». est ce plan d’action que la Commission a présenté au public le 5 décembre.

Le plan d’action se concentre sur quatre domaines :

  1. Détection améliorée de la désinformation (la Commission européenne a consacré 5 millions d’euros à ce projet et s’attend apparemment à ce que les États membres contribuent également au niveau national).
  2. Réponse coordonnée – les institutions de l’UE et les États membres mettront en place un système d’alerte rapide « pour faciliter le partage des données et l’évaluation des campagnes de désinformation ». Le système d’alerte rapide sera mis en place d’ici mars 2019 et « sera complété par un renforcement supplémentaire des ressources nécessaires ».
  3. Les plateformes en ligne et l’industrie sont appelées à assurer « la transparence de la publicité politique, en intensifiant les efforts pour fermer les faux comptes actifs, en étiquetant les interactions non humaines (messages transmis automatiquement par des » robots « ) et en coopérant avec des vérificateurs de faits et des chercheurs universitaires pour détecter la désinformation campagnes et de rendre le contenu factuel plus visible et plus répandu « conformément au Code de pratique contre la désinformation signé précédemment .
  4. Sensibilisation et autonomisation des citoyens: outre les « campagnes de sensibilisation ciblées », les « institutions de l’UE et les États membres encourageront l’initiation aux médias par le biais de programmes spécifiques. Un soutien sera apporté aux équipes nationales multidisciplinaires de vérificateurs de faits indépendants et de chercheurs afin de détecter et de révéler la désinformation. campagnes sur les réseaux sociaux « . En 2018, les citoyens ne sont soudainement plus « familiarisés avec les médias » et ont besoin d’être « responsabilisés » pour se faire dire comment et quoi penser.

Comme il est dit plus haut, le plan d’action repose sur le code de pratique sur la désinformation , introduit précédemment , que les géants de la technologie en ligne – Facebook, Google, Twitter et Mozilla – ont signé en octobre 2018. Le code de pratique est nécessaire, parce que selon le commissaire de l’Union européenne pour la sécurité, Sir Julian King:

« La militarisation de fausses informations et de désinformations en ligne constitue une menace sérieuse pour la sécurité de nos sociétés. La subversion de canaux de confiance pour colporter des contenus pernicieux et conflictuels nécessite une réponse lucide basée sur une transparence accrue, la traçabilité et la responsabilité. Les plates-formes Internet ont rôle vital à jouer pour contrer les abus de leurs infrastructures par des acteurs hostiles et pour assurer la sécurité de leurs utilisateurs et de la société. « 

En septembre, la commissaire à l’économie et à la société numériques, Mariya Gabriel, a déclaré à propos du code de pratique:

«C’est la première fois que le secteur s’est mis d’accord sur un ensemble de normes d’autoréglementation pour lutter contre la désinformation dans le monde, sur une base volontaire. Le secteur s’engage dans un large éventail d’actions, allant de la transparence de la publicité politique à la fermeture des faux la comptabilité et la démonétisation des fournisseurs de désinformation, et nous nous en félicitons.Ces actions devraient contribuer à une réduction rapide et mesurable de la désinformation en ligne.A cette fin, la Commission accordera une attention particulière à sa mise en œuvre effective.

« Le code de pratique devrait contribuer à une campagne en ligne transparente, juste et digne de confiance avant les élections européennes de printemps 2019, tout en respectant pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme. »

Selon Andrus Ansip, vice-président responsable du marché unique numérique, le code de pratique et le plan d’action contre la désinformation visent à « protéger nos démocraties contre la désinformation. Nous avons assisté à des tentatives d’ingérence dans les élections et les référendums, avec des preuves La Russie comme source principale de ces campagnes « .

Federica Mogherini, responsable de la politique étrangère de l’UE, a déclaré : « Il est de notre devoir de protéger cet espace et de ne permettre à personne de répandre une désinformation qui alimente la haine, la division et la méfiance à l’égard de la démocratie. »

Cela semble noble: l’UE veut protéger les citoyens des « fausses informations » et de l’ingérence des processus étrangers nationaux et européens dans les processus démocratiques de puissances étrangères telles que la Russie.

Le problème est que cette noble initiative a été lancée par une organisation qui censure déjà les discours en Europe depuis plusieurs années, ce qui rend difficile la compréhension de ces intentions déclarées. C’est après tout la Commission européenne qui, en mai 2016, a convenu avec Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft d’un  » Code de conduite sur la lutte contre le discours de haine en ligne illégal en ligne  » (Google+ et Instagram ont également rejoint le Code de conduite en janvier 2018).

Le code de conduite engage les entreprises de médias sociaux à examiner et à supprimer, dans les 24 heures, le « discours de haine illégal ». Selon le code de conduite, lorsque les entreprises reçoivent une demande de suppression de contenu, elles doivent « évaluer la demande par rapport à leurs règles et directives de la communauté et, le cas échéant, à leur législation nationale relative à la lutte contre le racisme et la xénophobie … ». les géants des médias agissent comme des censeurs volontaires au nom de l’Union européenne.

Outre le code de conduite, l’UE organise plusieurs initiatives visant à renforcer la censure. Récemment, par exemple, l’UE a lancé un appel à propositions de recherche sur la manière de « surveiller, prévenir et combattre les discours de haine en ligne ». Il sponsorise également des projets qui « guident » les journalistes sur ce qu’il faut écrire: dans le cadre du programme Droits, égalité et citoyenneté (REC) de l’UE, l’UE a financé la publication d’un manuel contenant des lignes directrices à l’intention des journalistes sur l’écriture des migrants et des migrations. Les lignes directrices font partie du projet RESPECT WORDS – également financé par l’UE – qui vise à promouvoir la qualité de l’information sur les migrants et les minorités ethniques et religieuses en tant qu’outil indispensable dans la lutte contre la haine « .déclarent , entre autres, que les journalistes devraient:

« Veillez à ne pas davantage stigmatiser des termes tels que » musulman « ou » islam « en les associant à des actes particuliers … Ne laissez pas les » affirmations d’actes extrémistes « au nom de l’islam » sans opposition … la diversité des communautés musulmanes … où il est nécessaire et d’actualité de signaler des commentaires haineux contre des musulmans, médiatisez l’information. Mettez au défi tous les faux postulats sur lesquels reposent de tels commentaires « .

En d’autres termes, les directives demandent aux journalistes de désinformer le public. Comment donc devrait-on logiquement réagir à un « plan d’action contre la désinformation » parrainé par l’UE?

Enfin, c’est la même Commission européenne qui a récemment exprimé sa désapprobation du retrait de l’Autriche du « Pacte mondial pour les migrations sûres, ordonnées et régulières » de l’ONU. Le Pacte stipule que les médias qui ne soutiennent pas le programme de migration des Nations Unies ne seront pas éligibles au financement public. En quoi cela consiste-t-il à « respecter pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme »?

À l’heure où ce nouveau plan d’action contre la désinformation est mis en œuvre, l’Europe devrait s’attendre à davantage de censure.

OVNI en Russie ? Poutine a déployé l’armée après l’”effondrement” d’une montagne en Sibérie

VLADIMIR Poutine a enrôlé des soldats pour enquêter sur une “montagne effondrée” dans une région reculée de Sibérie à la suite de suggestions selon lesquelles l’effondrement a peut être été provoqué par l’atterrissage forcé d’un OVNI ou par la chute d’une météorite.

Quelle qu’en soit la cause, l’événement a entraîné un éboulement massif qui a bloqué la rivière Bureya toute proche, et laissé plusieurs villages en proie à des inondations. Tellement de roches ont été déplacées qu’elles rempliraient 13.600 piscines de taille olympique, disent les experts. Pendant ce temps, la chute de 34 millions de mètres cubes de débris a laissé une entaille dans une montagne qui aurait pu emmagasiner toute l’eau utilisée si tous les Américains prenaient une douche au même moment.

 

L’armée russe a été dépêchée sur les lieux pour tenter de déterminer la cause de la catastrophe et déplacer un monticule de roches de 160 mètres de haut, qui a considérablement bloqué la Bureya, avec un village dans les régions de Khabarovsk et d’Amour en danger d’inondations.

L’armée a été chargée de “déplacer la montagne”, en utilisant des explosifs et de l’équipement pour permettre à l’eau de s’écouler à nouveau.

Mais les experts ont averti que la roche voisine est fracturée et qu’un deuxième glissement de terrain gargantuesque n’est pas exclu.

Selon une source du ministère de la Défense, un groupe de spécialistes est en route “pour effectuer des travaux de reconnaissance” sur le site, où les rochers sont tombés à environ 390 pieds sur le fond de la vallée.

La source a ajouté : “Compte tenu de l’ampleur du glissement de terrain, des unités du génie civil et des forces ferroviaires dotées d’équipements spéciaux, ainsi que l’armée et l’aviation et les transports, participeront au nettoyage du rocher.

Des plans sont en cours d’élaboration pour l’évacuation de 400 personnes des villages de Chekunda, Ust-Urgal et Elga .

Les inondations pourraient également perturber la liaison ferroviaire Baïkal-Amur, longue de 4.345 kilomètres, qui est un lien vital entre l’intérieur de la Sibérie et la côte Est de la Russie, à moins que l’armée ne puisse débloquer rapidement le fleuve.

Pour compliquer encore les choses, une centrale hydroélectrique est également menacée car l’eau s’assèche dans le réservoir hydroélectrique de Bureyskaya situé en aval.

La Russie a également envoyé des équipes de géomorphologues, de géologues, d’hydrologues et d’arpenteurs pour évaluer le carnage, qui semble s’être produit le 11 décembre, a rapporté The Siberian Times.

Alexey Maslov, chef du district de Verkhnebureinsky où l’incident s’est produit, a déclaré :Nous essayons de trouver une explication à cet incident.”

“J’insiste que c’était une météorite.”

Cependant, un sondage local dans l’Est de la Russie a suggéré que si 27 pour cent étaient d’accord avec son évaluation, plus de 33 pour cent pensaient qu’un OVNI – en était la cause.

Le professeur Dave Petley, vice-président pour la recherche et l’innovation à l’Université de Sheffield et expert en science des glissements de terrain, a rejeté ces deux idées, expliquant que le flanc de la montagne au-dessus du Bureya présentait une “fissure de tension ou dépression préexistante” à une altitude d’environ 579 mètres.

Il a dit : “Nous pouvons dire qu’il s’agit certainement d’une rupture d’une pente rocheuse, et qu’il est très peu probable qu’elle soit associée à un impact de météorite.

  1. Petley admet qu’il est “légèrement” surprenant que le crash ait eu lieu en hiver, lorsque le sol était gelé, plutôt qu’à une période plus chaude de l’année.

Il a averti que les conditions locales montraient “qu’il pourrait y avoir un plus grand éboulement à venir”, créant ainsi un potentiel pour un glissement de terrain encore plus important.

 

Les chasseurs qui sont arrivés les premiers sur les lieux – alertés par un changement soudain et inexplicable du débit de la rivière – ont signalé des “roches chaudes” sur lesquelles ils pouvaient se réchauffer les mains.

Leur première supposition était que la destruction avait été causée par une météorite – même s’il n’y avait aucun rapport à l’époque qu’une roche spatiale avait frappé l’Extrême-Orient russe en décembre.

La Sibérie a été le théâtre d’un certain nombre d’attaques de météorites au fil des ans.

 

En 2013, un météore a été illustré au-dessus de la ville de Tchéliabinsk, dans l’ouest de la Sibérie, illuminant le ciel alors qu’il explosait à une altitude de 32 km.

Des décennies auparavant, en 1908, l’événement dit de la Toungouska a détruit 1200 kilomètres carrés de forêt dans une région isolée de la Sibérie centrale.

En 1908,les arbres détruits par l’explosion.

Les théories sur la cause de l’explosion vont d’un météore, d’une comète et, une fois de plus, d’un atterrissage forcé d’un OVNI, le mystère étant aggravé par l’absence de tout cratère d’impact visible.

Source: Express.co.uk

 

 

 

Le Japon refuse d’être envahi par le multiculturalisme

Le gouvernement japonais, conscient des dangers qui menacent son existence en tant que culture, civilisation et entité raciale, s’est fermement opposé à la notion libérale de «demandeurs d’asile» et à l’immigration massive du tiers monde, malgré la pression croissante du monde extérieur.

 

 

 

La politique d’immigration stricte du Japon a de nouveau été mise en avant grâce aux informations largement relayées par les médias contrôlés selon lesquelles «les demandeurs d’asile au Japon» avaient atteint le nombre record de 7 586 en 2015, et sur ce nombre, seuls 27 ont été acceptés comme authentiques.

Il a toutefois été souligné que certaines de celles acceptées comme authentiques attendaient peut-être depuis des années. En 2014, le Japon a accepté 11 «demandeurs d’asile» sur les 5 000 candidats.

La composition raciale des «demandeurs d’asile» qui ont fait une demande au Japon est également intéressante à lire: le Népal a fourni le plus grand nombre de demandeurs en 2015, représentant 1 768 personnes, tandis que 969 personnes venaient d’Indonésie et 926 de Turquie.

Aucune de ces nations ne peut en aucun cas être considérée comme «dangereuse» – une leçon que les Européens libéraux ne peuvent toujours pas comprendre – et les chances qu’une d’entre elles se voit effectivement accorder l’asile au Japon sont nulles. Sur les 27 personnes ayant obtenu l’asile en 2015, six sont originaires d’Afghanistan et trois de Syrie.

Le Japon est réputé pour son homogénéité pacifique et son contrôle silencieux mais efficace de ses frontières afin de prévenir les invasions massives que les pays européens ont autorisées – et encouragées – à se dérouler.

Même lorsque les libéraux appellent de temps à autre à la levée des restrictions à l’immigration – en invoquant l’argument aisément discutable de la «population vieillissante» -, ils sont rapidement abattus.

L’actuel Premier ministre Shinzo Abe, par exemple, a déclaré publiquement qu’il était opposé à l’assouplissement des règles d’immigration, « en particulier pour les travailleurs étrangers non qualifiés, en raison des tensions sociales et économiques pouvant découler de l’introduction de différents groupes ethniques ».

Son secrétaire général au Cabinet, Yoshihide Suga, a déclaré en novembre 2015 que le gouvernement japonais ne réexaminerait pas sa politique d’immigration, même s’il autorisait « davantage de main-d’œuvre étrangère dans certains secteurs, tels que la construction navale et la construction, nécessaires pour préparer Tokyo à 2020 Jeux olympiques. »

« Les pays étrangers ont connu et éprouvé diverses difficultés pour accepter les immigrants », a déclaré Suga, faisant référence au chaos du tiers monde qui déchire actuellement l’Europe de l’Ouest.