Publicités

CV19 : made in Israël, et non pas en Chine (comme le prétend Trump)

Les faits ne mentent pas et nous savons maintenant, avec une certitude absolue, que le CV19 est un virus artificiel et que ceux qui sont derrière, y compris les médias, officiels et autres, essaient d’en accuser la Chine ou même la Russie .

Nous savons que la «ligne du parti» du Deep State…qui se résume à  «il s’est échappé d’un laboratoire chinois»… est contraire à la réalité.

Nous étudions intensivement les épidémies de virus depuis l’apparition des premiers cas à Wuhan. Cependant, ce n’est que maintenant que nous avons déterminé ce qui se passe et qui se cache derrière.

Parfois, des indices proviennent des sources les plus inattendues, il y a quelques jours, nous avons obtenu un tel indice d’un agent de désinformation israélien notoire et disgracié qui a écrit sur les ‘gens sympas’ du Gatestone Institute et comment ils avaient publié une histoire sur le virus qui s’est échappé d’un laboratoire bio chinois à Wuhan.

La simple mention du Gatestone Institute a immédiatement déclenché mon détecteur de conneries et j’ai décidé d’examiner la question. Les lecteurs de longue date de VT connaîtront le Gatestone Institute et sa célèbre chef, Nina Rosenwald, l’archi sioniste pro-israélienne, ancienne membre du conseil d’administration de l’AIPAC et de la JINSA, deux organisations au cœur du lobby israélien aux États-Unis qui sont profondément complices des ingérences néfastes Israéliennes dans la politique américaine. Ce ne sont pas des «gens sympas», ce sont tout le contraire : des racailles, des traîtres, des rebuts de la terre qui ont activement aidé le viol et le meurtre des États-Unis par les criminels sionistes.

L’article incriminé a été écrit par un italien du nom de Giulio Meotti et peut être trouvé ici: Coronavirus: China’s War on the Truth by Giulio Meotti, March 7, 2020 (Coronavirus: la guerre de la Chine contre la vérité par Giulio Meotti, 7 mars 2020)

L’article est une dégoûtante et raciste propagande anti-chinoise, son objectif principal est de promouvoir l’idée que les Chinois sont des gens vraiment mauvais et indignes de confiance et sont eux-mêmes responsables de l’épidémie de virus qui s’est échappé d’un laboratoire de recherche de Wuhan.

Je vais aller droit au but – cet article est complètement nul et Giulio Meotti est un agent de désinfo israélien.

Alors, pourquoi avons-nous un tas de comparses israéliens notoires faisant la promotion d’un récit frauduleux sur les origines du virus?

La réponse devient évidente, ils couvrent le fait que l’épidémie de virus est l’œuvre des Israéliens, un acte de bioterrorisme à grande échelle. 

J’ai déjà expliqué pourquoi la Chine est attaquée dans mon introduction à l’article de Gordon publié hier, qui est une lecture essentielle pour comprendre la situation actuelle:

Trump’s Engineered Crash: Massive Pump and Dump Over Deep State Bio-Engineered Pandemic Has Killed America  (ingénierie cash de Trump: une énorme pompe et un déversement sur une pandémie de bio-ingénierie en profondeur ont tué l’Amérique)

Introduction par Ian Greenhalgh Ce que Gordon a écrit ci-dessous est une lecture essentielle, absolument essentielle car il vous la donne directement, honnêtement ce que vous ne pourrez malheureusement pas trouver ailleurs dans cette ère de médias totalement contrôlés et totalement censurés. Lisez-le, lisez-le une seconde fois, ruminez-le, absorbez les messages… Continuer la lecture

L’armée israélienne à la pointe des recherches.

En voici un extrait:

«Bien sûr, les mains cachées qui contrôlent pratiquement le monde entier et son économie n’étaient pas préparées pour permettre aux Chinois de devenir la puissance économique, industrielle et militaire dominante, alors ils ont décidé de faire la guerre à la Chine; une guerre non déclarée qui ne ressemble à aucune autre qui l’a précédée car elle n’est pas menée sur les champs de bataille par des militaires ni dans le ciel par des avions et des missiles.

Un rapide aperçu de certaines des actions offensives prises contre la Chine laisse peu de doute qu’une campagne concertée a été menée contre la puissance asiatique:

  • Le soulèvement parrainé par la CIA dans la province de Xianjing par les islamistes Ouïghours, a coûté d’énormes sommes d’argent aux Chinois et a consacré de gros efforts à réprimer et, encore aujourd’hui, est toujours en cours.
  • La décimation des fermes porcines chinoises par la grippe porcine
  • Les flambées de grippe aviaire qui ont provoqué une telle panique et ont gravement endommagé les économies asiatiques.
  • La guerre commerciale de Trump et les sanctions américaines contre la Chine.
  • La diabolisation de la technologie 5G, en particulier celle du leader du marché avec la meilleure technologie – Huawei
  • L’arrestation illégale du directeur financier de Huawei au Canada
  • L’attaque du port de Tianjin avec une arme nucléaire
  • Les manifestations parrainées par les États-Unis à Hong Kong
  • Les empiétements provocateurs dans la mer de Chine méridionale et le détroit de Taiwan par les flottilles de la marine américaine.

C’est juste une courte liste en haut de ma tête, il y en a beaucoup d’autres qui pourraient être ajoutés à la liste. mais le tableau est clair – la Chine est l’objet d’attaques soutenues depuis quelques années. »

Cela couvre la Chine, mais qu’en est-il de l’Italie? Ce pays a été le deuxième le plus durement touché et l’ampleur de l’épidémie y éclipse tous les autres pays, il est clair que l’Italie a été désignée pour des sanctions spéciales comme ci-dessus et au-delà de tout le monde à l’exception des Chinois.

Il n’est pas difficile de découvrir pourquoi l’Italie est attaquée, il suffit de lire les premiers paragraphes de cet article du Conseil Européen des Relations étrangères (European Council on Foreign Relations, ECFR):

Ecfr.eu: Italy’s Chinese dilemma (le dilemme chinois de l’Italie)

« Avant la visite de Xi Jinping en Italie, la Belt and Road Initiative (BRI) de la Chine a rejoint la longue série de questions qui divisent les partis au pouvoir en Italie.  Il suffit de jeter un coup d’œil aux médias italiens pour savoir que, dans l’ensemble du spectre politique, le débat public italien est dominé par des discussions sur la question de savoir si le gouvernement chinois tente d’acheter le pays. À la suite de l’approbation officielle par Rome de l’initiative BRI au début du mois, la plupart des décideurs et des commentateurs politiques italiens semblent avoir mis de côté les défis urgents de l’agenda européen pour se concentrer sur ce déplacement inattendu vers l’Est. Même des questions aussi conflictuelles que la migration et les pouvoirs de l’Union européenne – piliers de l’identité politique du Mouvement cinq étoiles au pouvoir et de la Ligue – semblent désormais quelque peu dépassés.

Le débat oppose ceux qui accordent la priorité au renforcement des relations économiques avec la Chine à ceux qui craignent que l’initiative fasse de l’Italie la «prochaine Afrique ou Grèce». À bien des égards, la récente augmentation de l’enthousiasme italien pour des relations économiques plus étroites avec la Chine a commencé en 2014, lorsque Matteo Renzi, alors Premier ministre, a effectué une tournée de haut niveau dans le pays. Le successeur de Renzi, Paolo Gentiloni, a poursuivi ses efforts pour courtiser Pékin, tout comme le gouvernement italien actuel.

La Chine et l’Italie négocient actuellement un mémorandum qui comprend 50 accords économiques, culturels et infrastructurels, dont la plupart concernent des entreprises publiques et privées italiennes, y compris des champions nationaux. Le mémorandum – qui, contrairement à celui de Pékin avec 13 autres États européens, n’est pas juridiquement contraignant – sera signé lors du voyage du président Xi Jinping en Italie du 21 au 24 mars (la première visite de ce type d’un dirigeant chinois depuis que Hu Jintao a assisté au sommet du G8). à L’Aquila en 2009). Le Premier ministre Giuseppe Conte, ancien avocat, a souligné à plusieurs reprises que le mémorandum comprendrait toutes les références nécessaires aux valeurs européennes et multilatérales que l’Italie a demandé à la Chine de respecter. Il vise à rassurer les partenaires européens et autres de Rome – principalement Washington – que l’Italie reste attachée à l’UE et aux relations transatlantiques. »

Donc, vous l’avez en un mot – l’Italie a forgé des liens solides avec la Chine, en particulier économiques. Comme le dit si succinctement l’article de l’ECFR:

Rome semble désormais coincée entre Pékin et Washington – entre opportunités économiques et garanties de sécurité

L’Italie s’est séparée du troupeau bêlant de l’UE et a osé aller de l’avant avec les politiques commerciales et économiques qui l’entraînent dans l’orbite chinoise, ce n’est tout simplement pas acceptable pour les criminels sionistes internationaux, ils veulent que la Chine soit isolée, dépourvue d’alliés et donc vulnérable.

La «  récompense  » de l’Italie pour avoir osé s’allier à la Chine est de devenir la principale victime européenne du bioterrorisme israélien et elle sera très durement touchée, juste pour faire en sorte que chaque autre nation ait peur de conclure des accords avec la Chine ou de rejoindre sa BRI.

Étant donné que l’Italie a une population âgée et que ses services publics sont sous-financés depuis de nombreuses années, le risque est grand que l’épidémie se transforme en une situation vraiment horrible. Les autorités italiennes ne sont pas aveugles de ces faits, et elles prennent des mesures très strictes, le pays est virtuellement bloqué, les voyages sont interdits, ceux qui enfreignent l’interdiction risquent d’être emprisonnés, la police et l’armée sont maintenues prêtes pour faire respecter verrouillage de la quarantaine.

Attendez-vous à ce que les choses empirent en Italie, car on en fait un exemple et la punition sera sévère afin d’effrayer et d’intimider à fond tous les dirigeants mondiaux.

Le message est clair : alliez-vous  avec la Chine et vous ferez face au même sort que l’Italie.

Source : CV19 Not Chinese at all, Engineered, Deep State and Proving it is easier and easier

Par Ian Greenhalgh

Veterans Today


60% des Américains pensent que Trump ment sur le CV19

NPR / PBS: Les Américains ont peu confiance dans les informations qu’ils reçoivent du président Trump sur le nouveau coronavirus, et leur confiance dans la réponse du gouvernement fédéral à celui-ci diminue fortement, selon un nouveau sondage NPR / PBS NewsHour .

À peine 46% des Américains disent maintenant que le gouvernement fédéral fait suffisamment pour empêcher la propagation du coronavirus, contre 61% en février.

Seulement 37% des Américains disent maintenant qu’ils avaient une bonne ou une grande confiance dans ce qu’ils entendent du président, tandis que 60% disent qu’ils n’avaient pas beaucoup ou pas du tout confiance dans ce qu’il dit.

Le président totalise le pire résultat de confiance chez tous les groupes testés, qu’il s’agisse de responsables de la santé publique, de dirigeants étatiques et locaux ou des médias. 

 


 

EN COMPLÉMENT

Pourquoi l’Italie est-elle une cible du COVID-19?

Les Illuminati  visent à détruire l’économie italienne et à appauvrir le peuple italien.

Lettre de Paolo, un lecteur italien.

 

Dans « The Conspirators ‘Hierarchy: the Committee of 300 », (1992) John Coleman [2] a déclaré que les deux premières cibles des Illuminati sont les États-Unis et l’Italie: (a) parce que les États-Unis sont la nation la plus puissante et la plus riche du monde; et (b) parce que l’Italie a une longue tradition catholique et occupe une place centrale dans la civilisation occidentale.

 

Jusqu’aux années 80, l’Italie était la quatrième économie du monde. Seuls les États-Unis, le Japon et l’Allemagne étaient plus puissants. L’Italie avait 9 lits d’hôpital pour 100.000 habitants. Le Nord du pays avait vraiment le meilleur système de santé au monde quand j’étais enfant. Si cette épidémie de coronavirus s’était produite dans les années 80, l’Italie aurait pu avoir la possibilité de gérer la situation sans mesures draconiennes. Mais maintenant, après les restrictions budgétaires imposées par l’Union européenne, même si l’Italie en est un contributeur net (nous donnons à l’Union européenne plus d’argent que nous n’en recevons), nous avons été obligés de réduire le budget de notre système national de soins de santé qui est maintenant proche de l’effondrement.

Il y a plusieurs bizarreries à propos de ce virus en Italie. Tout d’abord, il a frappé les régions les plus riches et les plus productives d’Italie : la Lombardie et la Vénétie, dans le nord. Après 2008, l’Italie, qui continue d’être la deuxième économie manufacturière de l’UE, a perdu 25% de sa capacité manufacturière.

Les régions italiennes les plus pauvres, au sud de la péninsule, n’ont pour le moment pas beaucoup de cas de CV. Mais frapper ces deux régions productives signifie détruire tout le système économique italien. Même dans une période aussi dramatique, lorsque les magasins, bars, restaurants, hôtels sont fermés, que seules quelques usines sont encore ouvertes et que la plupart des Italiens ne peuvent quitter leur domicile que pour acheter de la nourriture et des médicaments, les migrants d’Afrique continuent de se rendre sur  nos côtes.

 

Est-ce possible? Nous, les Italiens, sommes obligés de rester chez nous, nos droits individuels sont fortement limités, nous ne pouvons pas travailler et gagner de l’argent pour nos familles … et les migrants d’Afrique sont libres de faire ce qu’ils veulent!

Italie:progression du virus.

 

La semaine dernière, Christine Lagarde, la nouvelle présidente de la BCE, a déclaré que limiter l’écart entre les obligations italiennes et allemandes n’était pas une tâche pour la BCE. Il s’agissait d’une attaque délibérée contre l’économie italienne.

La bourse italienne s’est effondrée. Maintenant, il est plus qu’évident que les Illuminati ont pour objectif d’anéantir l’Italie. C’est leur objectif et bientôt ce sera la réalité car cette crise CV est un prétexte parfait pour détruire ce qui reste de notre économie, autrefois florissante.

Lundi, l’UE approuvera la nouvelle version du MES, le mécanisme européen de stabilité. Ce sera le coup de grâce pour l’Italie. À l’avenir, nous serons totalement esclaves d’usuriers internationaux. 

Hier, ma sœur et moi avons fermé notre bureau immobilier. Nous continuons de travailler à domicile mais notre employée, une très bonne femme de Croatie, mariée à un Italien, a commencé à pleurer car elle sait que cette crise sera terrible et elle craint de perdre son emploi.

De toute évidence, nous allons l’aider. C’est une personne trop bonne pour ne pas mériter notre aide. Mais pour des centaines de milliers, ce sera pire. Les Illuminati sont sur le point d’annihiler l’Italie. Seul Dieu peut nous sauver. Pour cela, nous avons besoin de vos prières.

DEUX FORCES DE VIRUS?

La semaine dernière, Paolo Barnard, un célèbre journaliste italien a tweeté un message très intéressant.

Il dit qu’il existe deux types de virus qui circulent réellement en Italie et dans toute l’Europe. Le premier est très dangereux. C’est le virus pour lequel dans les régions du nord de l’Italie où le système de santé est sur le point de s’effondrer.

À quelques kilomètres de chez moi, près de Milan, un hôpital de campagne sera installé dans les mêmes pavillons qui ont accueilli l’Expo 2015. Et, curieusement, il semble que cette variation de CV la plus agressive soit originaire d’Allemagne. L’autre typologie est beaucoup moins virulente.

Il y a quelques jours, le célèbre biologiste Robert Galloa dit qu’il doutait que le CV puisse diffuser du nord vers le sud de la péninsule italienne, car le CV semble se déplacer principalement d’est en ouest.

 J’ai commencé à penser qu’il existe vraiment deux virus différents. Dans certaines zones du nord, la situation est dramatique. Le pire se produit probablement dans la ville de Plaisance, à 70 kilomètres au sud de Milan. Je suis en contact avec des gars qui y vivent qui sont très, très inquiets, comme s’il y avait une guerre.

Mais dans d’autres territoires, à l’heure actuelle, la situation semble relativement plus calme. Donc, si les informations de Barnard sont réelles, il existe deux virus dont le plus agressif a frappé les régions les plus économiquement avancées d’Italie et ce virus est originaire d’Allemagne. Cette même Allemagne qui dépensera 550 milliards d’euros pour soutenir son économie, tandis que l’Italie n’en dépensera que 25 … Merci beaucoup.



Source : Why Is Italy a Target?

https://www.henrymakow.com/

 

 

 

 

 

 

Publicités

Situation politique en Italie:Le maire de Palerme craint une révolte dirigée par la mafia

Toto Rina,chef de la mafia sicillienne.

Selon le maire de Palerme, il est probable que la mafia pourrait déclencher une révolte pendant la crise corona.

Il peut y avoir des troubles sociaux dans un avenir proche, et peut-être même une pure révolte menée par la mafia, craignent la ville de Palerme, le maire de Leoluca Orlando . La raison en est la détresse qui se propage pendant la quarantaine introduite en Italie.

La situation à Palerme a été tendue ces derniers jours. Jeudi, un groupe a tenté de piller un magasin Lidl, ce qui a abouti à ce que la police et les carabiniers habituels, correspondant à la gendarmerie, soient stationnés dans des épiceries.

Jusqu’à présent, 1 200 familles de la région ont demandé de l’aide alimentaire, ce que les congrégations chrétiennes s’efforcent de résoudre. Cependant, l’insatisfaction semble se propager. Dans une vidéo diffusée en ligne, un père de famille frustré menace de « monter dans un train de pillage » s’il n’est pas en mesure de nourrir sa fille.

Des préoccupations sont également partagées par le ministère italien de l’Intérieur, selon des déclarations diffusées dans le journal La Repubblica, entre autres. Les autorités craignent, en particulier, que la mafia en Sicile et la mafia du Comorram à Naples ne prennent l’initiative de l’agitation.

Source:
Maire de Palerme: « Nous risquons une révolte dirigée par la mafia »

 

 

 

 

 

Courte opinion du jour :honte à l’Union Européenne … 2 poids,2 mesures

Un coup de poignard aux victimes italiennes: l’UE accorde 250 millions d’euros à la Tunisie pour faire face au coronavirus MAIS REFUSE D’AIDER L’ITALIE ET ​​L’ESPAGNE.

…et pire encore : »#UE a annoncé ajd qu’elle inflige 1 amende à Italie € 80K/jour jusqu’à ce qu’ils soient en mesure payer € 8,5 millions d’amendes de l’UE…la même UE qui a annoncé hier qu’elle enverra € 20 millions de dollars d’aide pour contrer le  Covid19 à l’Iran.

La prise de contrôle complète de la liberté d’expression et de la démocratie dans les pays nordiques

LIBERTÉ D’EXPRESSION. Les libertés et droits constitutionnels du peuple nordique sont abolis. La répression contre les détracteurs du système s’intensifie. La situation commence à devenir très grave…

 

Les médias, les politiciens et les célébrités en Suède (en d’autres termes, l’ensemble de l’establishment) parlent souvent du manque de «démocratie» dans d’autres pays. Ils parlent avec condamnation des États totalitaires et des citoyens qui ne peuvent pas dire ou penser ce qu’ils veulent, du traitement honteux de l’opposition par le régime au pouvoir et des policiers qui exercent des représailles violentes contre les manifestations publiques et les journalistes d’investigation. Nous l’entendons parler de la Russie, de la Syrie, du Venezuela, de l’Iran et de la Chine, tout comme nous l’avons déjà entendu parler de pays comme la Libye et l’Irak.

Cet article ne tentera pas de rendre compte de la situation dans ces pays ni de se préoccuper de la véracité des rapports de l’établissement à leur sujet. Au lieu de cela, nous examinerons à quoi ressemble la situation en Suède. Ce pays est loin d’être aussi libre que le système voudrait le faire croire – les droits et privilèges des citoyens suédois dissidents ont été complètement décimés.

Ces dernières années, la liberté d’expression a été de plus en plus restreinte en Suède. À l’heure actuelle, l’établissement examine comment la liberté d’association et la liberté de manifester peuvent être limitées. Naturellement, ceux qui sont touchés et ressentent les effets sont ceux qui vont à l’encontre de l’État et de l’establishment – c’est-à-dire l’opposition suédoise.

La Suède d’aujourd’hui est un pays mondialiste ..comme le Canada. L’établissement est composé de mondialistes, des médias aux politiciens. Les lois constitutionnelles de la Suède ont même été réécrites pour convenir aux mondialistes; par exemple, lorsqu’il était inscrit dans la constitution que la Suède serait un pays multiculturel et membre de l’UE. En tant que telle, l’opposition n’est pas représentée par les modérés ou les gauchistes, qui peuvent plutôt être considérés comme les deux côtés de la même médaille que les sociaux-démocrates et le reste des partis au Parlement. L’opposition, ce sont plutôt les antimondialistes, c’est-à-dire les nationalistes.

Dans cet article, j’examinerai quelques exemples pratiques de la manière dont les libertés et les droits du peuple sont de plus en plus restreints en Suède, contre les nationalistes en général et contre ceux qui sont engagés dans l’alternative nationaliste la plus radicale – le Mouvement de résistance nordique – en particulier. Ces types de restrictions commencent toujours par les groupes les plus radicaux et réfractaires (et ceux qui ont le plus de potentiel de croissance), mais ils ne s’arrêteront guère là. Ce n’est que lorsque l’ensemble de la population pense exactement comme ceux qui gouvernent le souhaitent que les restrictions cessent. Ce n’est que lorsque chaque individu applaudira au programme mondialiste et à sa propre destruction nationale que la chasse aux sorcières sera terminée.

Vous n’en entendrez parler dans les médias grand public que sous une forme fortement déformée dans laquelle vous, en tant que consommateur, êtes encouragés à contribuer à la mort de la liberté d’expression et de votre nation. Selon ces éditoriaux, articles d’opinion, nouvelles, reportages radio, programmes de débats télévisés et documentaires, seuls les «terroristes violents» sont soumis à la répression. Bien sûr, le nombre de personnes qualifiées de «terroristes violents» et de personnes affectées par l’engouement toujours croissant pour l’interdiction ne fera que croître de plus en plus avec le temps lorsque le système deviendra plus audacieux.

La liberté d’expression de base n’existe pas en Suède!

Par exemple, le saviez-vous?

 Ce que les gens sont autorisés à exprimer est de plus en plus restreint. Non seulement ce qui défie clairement le régime et ses représentants est désormais punissable, mais aussi ce qui, de façon arbitraire, proclame les procureurs comme un défi.

La législation qui relève de la qualification d ‘«incitation à la haine raciale» en Suède n’est pas – comme l’estimerait l’établissement – une loi qui existe principalement pour protéger les minorités ethniques, religieuses et sexuelles contre les abus. Ces minorités possèdent déjà une protection juridique complète en vertu des lois relatives à la diffamation et aux menaces illégales. En fait, grâce à l’amendement sur les crimes de haine, ces «minorités» bénéficient d’un niveau de protection plus élevé que nous, les Suédois hétérosexuels blancs. Il convient également de mentionner dans ce contexte que ni l’amendement relatif aux crimes de haine ni l’ incitation à la législation sur la haine raciale ne s’appliquent lorsque les non-Suédois discriminent les Suédois pour des motifs ethniques.

Au lieu de cela, l’incitation à la loi sur la haine raciale existe principalement pour protéger le régime de toutes les formes de critique publique de leur ordre mondialiste mondial. Des représentants du régime ont même déclaré officiellement qu’il n’était pas nécessaire d’interdire les groupes «racistes» en Suède car l’incitation à la loi sur la haine raciale existe déjà et remplit le même objectif: «Bien que la criminalisation se concentre sur les actions [de une organisation], la législation suédoise a pour objet d’empêcher les activités de ces organisations. »

Un exemple du véritable objectif de la loi est démontré par le fait qu’une nette majorité de toutes les poursuites pour incitation à la haine raciale ne proviennent pas de rapports de police émanant de personnes appartenant à divers groupes minoritaires qui se sentaient offensées ou bouleversées, mais de pro-système , des associations politiques soutenues par les contribuables dont le seul but est de parcourir Internet pour que les messages soient publiés en masse. Juridikfronten (The Legal Front), dont le travail tente de restreindre la liberté de la presse, et Näthatsgranskaren (Net Hate Examiner), qui traquent des retraités qui s’expriment «incorrectement» en ligne , sont deux coupables de telles activités .

L’Agence suédoise de recherche pour la défense (en collaboration avec la police) a également lancé un «haine-o-mètre» , un logiciel conçu pour rechercher activement sur Internet des commentaires qui pourraient être considérés comme constituant une incitation à la haine raciale.

L’intention de la loi devient encore plus claire lorsque l’on considère la flexibilité avec laquelle elle peut être interprétée. Une chose qui différencie fortement la législation suédoise sur la haine raciale des lois équivalentes à l’étranger est que dans d’autres pays, il est souvent très clair et simple ce qui est illégal à exprimer et ce qui ne l’est pas. En Suède, cependant, la loi est toujours ouverte à l’interprétation du tribunal, ce qui conduit à la situation unique et injuste dans laquelle les personnes sont jugées rétrospectivement pour des choses qu’elles croyaient légitimes à exprimer à l’époque. Cela signifie que vous pouvez aller en prison sans même savoir que vous avez fait quelque chose d’illégal, peu importe votre niveau de connaissance de la loi. Pour des raisons évidentes, cela ne devrait pas être le cas dans un État légal, et aucune autre loi du pays n’est appliquée de cette manière.

De plus en plus, le terme orwellien de «faits interprétés» est utilisé en Suède, ce qui implique dans la pratique qu’un jugement se fonde non seulement sur ce qui est exprimé, mais aussi sur qui l’a exprimé, ce qui entraîne des inégalités devant la loi. En tant que tels, les symboles, expressions, mots et gestes sont tout à fait légaux si, par exemple, un social-démocrate connu les utilise, mais illégaux si un nationaliste connu dit, fait ou écrit exactement la même chose.

• Les usines de troll qui tentent d’influencer les élections sont gérées ouvertement par les partis parlementaires et plus secrètement par les journalistes pro-système et les médias.

On découvre de plus en plus d’exemples de partis gouvernementaux, de grands médias et de diverses institutions publiques organisant activement des personnes derrière des comptes Internet anonymes afin de combattre les penseurs dissidents. Un de ces cas est le tristement célèbre MSB (Agence suédoise des contingences civiles) de l’apparatchik Dan Eliasson , dont la tâche principale est de lutter contre la soi-disant désinformation dans la société – en d’autres termes, des opinions controversées, opposées et critiques à l’égard du système. De plus, nous avons supposément des initiatives privées (avec du personnel et des financiers qui les connectent clairement au système actuel) lançant des campagnes de hashtag astroturf comme « jagärhär » [je suis ici] ou « interasistmen»[Pas raciste mais…]. Les sociaux-démocrates ont également reconnu ouvertement avoir mené des opérations de pêche à la traîne (hameçonnage).

Ici aussi, les médias sont complices. En faisant un rapport ouvert et mensonger sur les usines de trolls et les « fausses nouvelles » de l’opposition et en essayant de faire paraître le système légitime à tout moment, ils font eux-mêmes plus de pêche à la traîne que les trolls qu’ils sont censés être responsables d’exposer.

• Les symboles, y compris ceux représentant la culture millénaire – et même les salutations utilisées par les opposants au système – sont continuellement interdits. Il est maintenant même illégal d’honorer des individus qui se sont opposés historiquement au système.

Pendant de nombreuses années, le symbole solaire millénaire de la croix gammée, ou fylfot, a été complètement interdit en Suède. Il est également interdit de porter certains symboles de tête de mort et certaines anciennes runes nordiques et autres symboles culturels dans diverses combinaisons. Le ministre suédois de l’Intérieur, Morgan Johansson , a déclaré en 2018 qu’un comité avait été nommé pour enquêter sur l’interdiction de la rune Tyr , qui, en plus d’être une lettre dans l’alphabet runique de nos ancêtres, est également le symbole du mouvement de résistance nordique. Si l’interdiction est adoptée, elle ouvrira la voie à l’interdiction de toutes les runes nordiques.

On fait parfois valoir que la croix gammée et les runes, malgré leur importance historique, ont désormais pris un autre sens qui légitime une interdiction. Premièrement, la croyance selon laquelle certaines idées devraient être interdites de se manifester sous forme de symboles est un point de vue hautement totalitaire – mais, comme avec les exemples susmentionnés, il convient également de noter lorsque l’on considère où les limites sont tracées et qui a le droit de les fixer. . Où cela finit-il?

Le tribunal de la ville d’Örebro a statué en octobre 2018 qu’il est interdit d’afficher une image d’ Adolf Hitler si la personne responsable ne répudie pas simultanément la vie et les actions d’Hitler. Ici, tout comme dans le cas des symboles interdits, vous pouvez penser ce que vous voulez à propos d’Hitler, mais le fait que quelqu’un ne soit plus autorisé à publier des photos de personnes que l’établissement désapprouve est un exemple flagrant de la mesure dans laquelle nos les lois sur la liberté d’expression ont été étendues. Reste à savoir qui sera interdit de figurer ensuite… Pourquoi pas les anciens premiers ministres suédois Pär Albin Hansson et Tage Erlander , qui défendaient clairement une politique qui, selon le système, serait considérée comme très controversée aujourd’hui?

• Les organisations que l’établissement désapprouve sont diffamées par les représentants de l’État et menacées d’interdiction.

Presque tous les politiciens de haut rang ou rédacteurs en chef ont utilisé au moins une fois ces dernières années les plus grands médias pour demander la restriction de la liberté d’association et l’interdiction du mouvement de résistance nordique . Dans tous les cas, des frottis, des épithètes honteuses et des mensonges nus sont utilisés pour justifier l’interdiction de ce qui est un parti politique pleinement légal et – selon toutes les règles – correctement enregistré.

Lorsque la dirigeante du Parti du centre, Annie Lööf, qualifie le mouvement de résistance de «secte haineuse» et que le Premier ministre lui-même, Stefan Löfven , qualifie le parti de «dégoûtant» et ses membres de «racaille de l’histoire», on se rend compte à quel point le niveau de la diffamation est rendu . Aucun raisonnement logique ou argument idéologique n’est jamais utilisé; au lieu de cela, c’est presque comme une compétition pour voir qui peut agiter contre nous de la manière la plus obscène – le tout parmi les membres les plus hauts placés de l’établissement.

Un grand nombre d’organisations de lobbying puissantes participent également à l’agitation. Un exemple particulièrement éloquent est le Congrès juif mondial (CMJ), l’organisation de lobbying ouvertement juive la plus puissante du monde, qui était le principal coupable de l’incitation à la loi sur la haine raciale venant en Suède en premier lieu, en plus d’être ouvertement impliqué dans le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Le WJC emploie purement et simplement son agitation contre le mouvement de résistance et répète souvent dans sa rhétorique que l’organisation utiliserait la terreur et la violence pour atteindre ses objectifs.

 Les comptes bancaires des partis et associations politiques d’opposition sont fermés et ils ne sont pas autorisés à en ouvrir de nouveaux.

Les différents comptes bancaires que le Mouvement de résistance nordique avait à sa disposition et qui fonctionnaient impeccablement depuis de nombreuses années ont été fermés par Nordea il y a deux ans. Peu de temps après, les comptes de la majorité des autres groupes et sites Web nationalistes ont également été fermés par d’autres banques en plus de Nordea.

Lorsque le Mouvement de résistance nordique s’est inscrit en tant que parti politique pour se présenter aux élections, le parti s’est vu refuser un compte par toutes les banques enregistrées en Suède.

Dans un pays comme la Suède, où la possibilité d’utiliser de l’argent liquide disparaît rapidement, le refus d’utiliser des comptes bancaires constitue une grave restriction de ses droits . En fait, il s’agit d’une interdiction partielle d’une organisation, car elle empêche (ou dans notre cas, il est extrêmement difficile pour) les sympathisants qui souhaitent contribuer financièrement à ses opérations, tout en rendant plus difficile pour les organisations de mener des aspects vitaux de leur activités en payant des factures de biens et services.

La justification par les banques privées de cette répression est que les activités des organisations violent les valeurs éthiques des banques. Il n’est jamais fait mention d’une irrégularité économique telle que le blanchiment d’argent; il est plutôt totalement motivé par l’idéologie et les points de vue politiques.

 

Cela signifie que soit les entreprises privées en Suède sont autorisées – sans aucun contrôle judiciaire central ni règles de conduite – à décider quels partis politiques, médias et associations peuvent exister et fonctionner dans les mêmes conditions que tous les autres, ou que l’État émet des directives aux entreprises privées dictant comment elles doivent agir. Quoi qu’il en soit, le message est que si vous n’êtes pas mondialiste, vous n’avez pas les mêmes droits que ceux qui veulent détruire nos nations.

• Les journalistes sont maltraités par la police lorsqu’ils tentent de documenter ce que l’État ne veut pas signaler.

La police utilise souvent de manière flagrante une force excessive contre les nationalistes en général et le Mouvement de résistance en particulier . Lorsque des journalistes de Nordfront – un journal enregistré avec des droits d’édition – documentent cela, il n’est pas rare qu’ils soient également victimes de violence. À plusieurs reprises, des personnes avec des caméras vidéo et des gilets de presse ont été aspergées de poivre et battues avec des matraques simplement parce qu’elles avaient filmé des attaques policières contre des militants. Plus tôt cette année à Nyköping, par exemple, un chien policier a été placé sur un journaliste et lui a infligé de graves blessures par morsure .

 

C’est aussi plus la règle que l’exception selon laquelle la police enfreint la loi en confisquant du matériel protégé par une source légale comme des caméras et des disques durs aux journalistes de Nordfront. Combiné à l’incitation aux lois contre la haine raciale, qui frappent durement les journaux d’opposition, cela rend d’autant plus difficile la gestion d’une opération médiatique qui fait ce que tous les médias devraient faire: enquêter véritablement sur les détenteurs du pouvoir et leurs laquais.

 La liberté de manifester – qui était auparavant garantie malgré d’autres restrictions aux libertés des personnes – est désormais également menacée. Les procureurs affirment que les dissidents devraient être autorisés à manifester en théorie , mais qu’ils seront punis pour d’autres charges fictives s’ils le font.

Le mouvement de résistance n’est pas autorisé à organiser des manifestations avec à peu près les mêmes conditions préalables que les autres partis et organisations politiques – à la fois en ce qui concerne la longueur et l’emplacement des itinéraires de marche et le temps avant que les conditions soient généralement sévèrement réduites par rapport à celles de l’original permis.

L’autorisation est toujours accordée au moment de la rédaction du présent rapport et, jusqu’à présent, il n’y a eu aucun cas en Suède dans lequel un parti d’opposition n’a pas été autorisé à manifester sans réserve dans toutes les conditions. Cependant, un prochain procès à Göteborg cet automne pourrait entraîner l’abolition effective de la liberté de manifester pour les dissidents si le procureur et la direction de la police de la région ouest de la Suède parviennent à leurs fins. Selon eux, le simple fait d’assister à une manifestation organisée par le Mouvement de résistance nordique sera considéré comme une incitation à la haine raciale car les participants «participent à une marche dont l’impression générale fait penser à l’Allemagne des années 30».. Si une organisation est autorisée à manifester en théorie, mais que les personnes qui participent à la manifestation sont alors condamnées pour haine raciale, le système a clairement interdit à l’organisation de manifester dans la pratique.

 

Même si l’issue du procès aboutit à l’acquittement des manifestants, l’affaire dans son ensemble reste un exemple très intéressant de la manière dont l’establishment traite ces questions. Le simple fait de porter une telle affaire devant les tribunaux (avec les gros titres des médias au sujet de la condamnation pour des crimes pour avoir participé aux manifestations du mouvement de résistance) a eu un effet visiblement négatif sur le nombre de participants aux événements de l’organisation et a essentiellement paralysé des sections du nationalisme. culture de démonstration qui s’était construite au fil des ans.

 Tous les grands médias sont des pions du régime. En plus de publier régulièrement des mensonges flagrants sur les politiciens de l’opposition, ils ne permettent pas la diffusion d’opinions non autorisées par le gouvernement.

Toutes les chaînes de télévision et de radio établies et les principaux journaux – privés et publics, nationaux et locaux, services de nouvelles et divertissement – sont exploités selon un programme mondialiste. Aucun média n’est neutre. Une majorité de propriétaires de médias ne sont même pas suédois . De plus, personne n’est jamais tenu responsable des mensonges et diffamations dirigés contre des organisations ou des associations.

Tout cela combiné signifie que – à part lire et regarder des médias alternatifs – vous ne pouvez pas accéder à des informations qui ne profitent pas aux intérêts mondialistes et qui sont trop souvent imprégnées de mensonges. Les individus qui sont actifs dans l’opposition sont également régulièrement doxxés , traqués et salis uniquement en raison de leur engagement politique.

Un exemple d’un article de doxxing dans les médias grand public: «Expressen enquête sur les femmes nazies suédoises»

Les nouvelles qui ne correspondent pas au récit mondialiste sont omises ou déformées au-delà de la reconnaissance. Tous les articles d’opinion et rapports véhiculent une image mondialiste du monde, et chaque fois que l’opposition nationaliste mène une activité quelconque, elle se heurte au silence ou à la dénonciation. Par exemple, ils parlent toujours au sujet du Mouvement de résistance, jamais avec le Mouvement de résistance – ou du moins pas sans modifier fortement et déformant ce qui est dit. Même les contributions et réponses des lecteurs qui ne sont pas du goût du nouvel ordre mondial sont systématiquement refusées.

Le climat médiatique en Suède n’est pas seulement un «couloir d’opinion» étroit, mais un immense et total vide d’opinion. C’est d’autant plus grave que le pouvoir des médias est sans l’ombre d’un doute plus grand que celui des élus. Ce sont les médias qui influencent et façonnent activement les opinions des gens et les font voter «correctement» aux élections. Dans de nombreux cas, ce sont évidemment les médias qui gouvernent les politiciens et non l’inverse.

 Les sites de médias sociaux internationaux comme Facebook, YouTube, Instagram et Twitter sont étroitement impliqués dans la répression et suppriment les comptes et les publications que l’État souhaite censurer.

Les messages de l’opposition sur les réseaux sociaux sont supprimés, leurs comptes officiels et ceux de leurs représentants sont fermés, et ceux qui parviennent encore à «aimer» ou à partager quoi que ce soit sont exilés à la périphérie d’Internet. Sur Facebook et Instagram, tous les utilisateurs qui ont un lien vers l’un des sites Web du Mouvement de résistance sont interdits. Sur Twitter, il existe même un filtre de blocage qui empêche la publication de liens vers certains sites du Mouvement. Sur YouTube, les vidéos et les comptes qui ne servent pas les intérêts des mondialistes sont supprimés quotidiennement.

Tout cela se passe avec le consentement et le soutien de l’État. Les politiciens ont ouvertement admis qu’ils ont un contact direct avec Facebook via leur propre ligne téléphonique , qu’ils peuvent utiliser pour obtenir tout ce qu’ils veulent censuré et supprimé. Les représentants de l’État ont également eu des réunions avec des entreprises comme Google concernant la censure sur YouTube .

Dans la société actuelle, il est de plus en plus important d’être sur les réseaux sociaux. De plus en plus d’organisations et d’entreprises n’ont même plus de sites Web, mais gèrent toute leur présence sur le Web via ces géants de l’Internet. Beaucoup de gens n’interagissent pas avec les autres de la même manière qu’auparavant et obtiennent presque tous leurs contacts sociaux via les médias sociaux. En d’autres termes, être complètement réduit au silence dans cette arène est un moyen efficace pour le système d’empêcher l’opposition d’être vue ou entendue.

Il est de votre devoir d’agir!

Tous les exemples ci-dessus ne font qu’effleurer la surface des tentatives du système pour faire taire les citoyens, les médias et les organisations avec de «mauvaises» opinions. D’autres exemples incluent comment ceux qui sont engagés dans l’opposition – totalement ou partiellement avec l’aide du système – perdent leur emploi, chassent des armes, adhèrent à des syndicats et à des associations de résidents, et comment ils sont harcelés par des «contrôles de routine» quotidiens, ou d’ailleurs par des enquêtes sans fondement menées par l’Administration fiscale suédoise en raison des règles dites de «charge inversée de la preuve». Ensuite, il y a des occasions où le SÄPO (le service de sécurité suédois) contacte les centres communautaires pour empêcher la location de locaux, ou lorsque les municipalités achètent de vieux bâtiments à des prix excessifs pour empêcher le mouvement de résistance de les acheter.

Les libertés des opposants sont plus restreintes chaque jour qui passe. La liberté d’opinion suédoise se tarit. Aujourd’hui, cela affecte principalement le mouvement de résistance nordique et des groupes étroitement liés, mais si l’on observe comment le système fonctionne activement pour repousser les limites sur des questions telles que l’incitation à la législation sur la haine raciale – ou comment ils coopèrent avec des entités privées comme les géants des médias sociaux et les les banques, qui dans la pratique ne sont limitées par aucune loi constitutionnelle – alors on comprend qu’il est très évident que cela affectera de plus en plus de personnes et d’organisations, jusqu’à ce que nous vivions finalement dans une dictature où seuls les globalistes les plus pro-système sont pas soumis à sa répression.

Cet article n’est-il donc qu’une série de plaintes? Suis-je en train de jouer la plus grande carte de victime au monde?

Non, il s’agit uniquement d’une présentation d’informations. Ce sont des faits qui, espérons-le, vous éveilleront en tant que lecteur et vous inciteront à agir. Si ce n’est pas pour quelque chose de plus éloigné comme la survie future de votre peuple, alors au moins pour la liberté d’expression – votre liberté d’expression – qui disparaît ici et maintenant, juste devant vous!

 

 

Ceux d’entre nous qui participent activement au Mouvement de résistance nordique depuis de nombreuses années ne sont guère surpris par ce qui se passe. Nous avons compris depuis longtemps que leur «démocratie» n’est qu’une dictature voilée et que nous n’avons le droit d’avoir nos libertés et nos droits que si nous ne les utilisons pas contre les globalistes et ne gagnons pas les gens à nos côtés. Nous avons vu à travers leur façade «liberté» en 1945 lorsque Hiroshima et Nagasaki ont été bombardées par des atomes, et lorsque des centaines de milliers de femmes allemandes ont été violées pendant l’occupation. Nous l’avons vu au cours des dernières décennies lorsque le nombre incalculable de victimes du multiculturalisme a été écarté et moqué (selon l’establishment, ceux qui osent dénoncer des agressions, agressions et viols à motivation ethnique ne sont pas des victimes mais des racistes qui doivent être combattus et réduits au silence).

 

Alors, tout dans cet article n’est-il que de l’hypocrisie? Le mouvement de résistance nordique n’interdira-t-il pas tous les autres points de vue lorsque nous prendrons le pouvoir?

Non. Dans une société national-socialiste, les libertés et les droits du peuple sont sacro-saints. La liberté d’expression sera étendue par rapport à aujourd’hui , et il y aura beaucoup plus de référendums politiques sur une variété de questions. Pendant ce temps, un État autoritaire permet de prendre des décisions dans des affaires plus aiguës sans complications bureaucratiques ni querelles parlementaires.

La vérité est que le système projette ses propres pensées et vues sur nous – ses ennemis jurés. Quand ils nous accusent de vouloir détruire la liberté d’expression, c’est parce qu’ils souhaitent eux-mêmes le silence du peuple. Quand ils nous décrivent comme haineux, c’est parce qu’ils sont animés par une haine prononcée de la planète et des peuples du monde. Quand ils nous appellent des terroristes violents, c’est pour cacher qu’ils sont responsables de la majorité de la violence et de la terreur dans le monde aujourd’hui. Non seulement leurs affirmations à notre sujet sont fausses, mais elles sont également hypocrites à une échelle sans précédent.

Maintenant que vous avez lu ces mots et compris ce qui se passe, il est temps pour vous d’agir. Faites ce que vous pensez être le mieux – soutenez le Mouvement de résistance nordique si vous croyez que c’est juste – faites autre chose si vous y croyez. L’important est que vous fassiez quelque chose et que vous ne vous contentiez pas de rester assis pendant que le système vous enlève tout ce que vous avez. Ne cédez pas vos droits sans vous battre. Ne donnez pas l’avenir de votre peuple sans lutte. Ne les laissez pas vous ôter la vie sans résistance!

 

 

 

 

 

 

 

Coronavirus aux USA: Qui va gagner des milliards de dollars?

Trump lui-même a nommé ces sociétés qui concluraient un partenariat public-privé historique en ce qui concerne la prétendue épidémie de coronavirus. Ces agences et entreprises se sont associées et ont été chargées des moyens suivants pour lutter contre la présumée épidémie. S’agit-il d’une crise sanitaire massive déclenchée en Amérique ou s’agit-il d’une simulation prévue par Bill Gates and Co…?

Ces entreprises et agences qui sont autorisées à s’associer avant qu’une situation d’urgence nationale ne soit déclarée. Elles doivent être examinées de près dans leur rôle pendant le verrouillage total de l’Amérique. Un effondrement économique sous nos yeux, imputé à un «virus» qui n’est peut-être qu’une simulation.

 

Nous assistons à la fermeture de toute la nation, les entreprises sont contraintes de fermer, les gens paniquent, les libertés sont supprimées. Quoi qu’il en soit, nous assistons au démantèlement total de la Constitution américaine.

Dans le même temps, le contrôle de la production et le contrôle de la consommation s’alignent parfaitement, ce qui ressemble au totalitarisme. Une forme de liquidation de l’Amérique a commencé.

CDC – prend le contrôle du navire en utilisant les outils de l’établissement médical des revendeurs de médicaments pharmaceutiques, tout en bénéficiant d’un renflouement. Le CDC est également nommé par des preuves publiques, pour être dans les coulisses de travailler à saboter la Constitution et la Déclaration des droits en étant impliqué dans de nombreux faux drapeaux en Amérique au cours de la dernière décennie. Accepte les dons des sociétés de santé privées et des labos pharmaceutiques.

FDA – Toujours au lit avec les revendeurs de médicaments pharmaceutiques et les fabricants de vaccins. Permet de décider quelles entreprises sont autorisées, quels médicaments pharmaceutiques peuvent être distribués et quels vaccins peuvent être administrés.

Google – Chargé de prendre le contrôle du flux d’informations en ligne, à l’aide d’un logiciel de surveillance avancé, de diagnostics en ligne et de censure. Retient toute information qu’ils choisissent d’empêcher le public de sortir des sentiers battus médicaux.

Walmart – est nommé de manière pratique pour aider à contrôler le flux de consommation, se cachant derrière un soi-disant acte de gentillesse en prêtant de l’espace de stationnement pour des tests au volant. Pendant ce temps, la reine du bien-être des entreprises, recevant 14 milliards de dollars ou plus par an, avait déjà établi un partenariat avec le DHS pour aider à espionner la nation, avec le partenariat de mouchards «si vous voyez quelque chose, dites quelque chose» Napolitano-Walmart snitch.

Walgreens / CVS – en concubinage avec de grandes sociétés pharmaceutiques faisant la promotion de médicaments pharmaceutiques et de vaccins tout en aidant à contrôler le flux d’informations relatives aux preuves massives de dangers des vaccins et des médicaments distribués. Il reçoit également des pots-de-vin et des profits sur la vente de vaccins.

Target – Premier à rejoindre le DHS pour la sécurité nationale et les simulations liées aux catastrophes. Cet article / vidéo montre deux cadres assis à une table avec la FEMA en 2012 discutant de leur collaboration dans de telles simulations et / ou situations, dans des centres de rotation «de trois mois». Target est obsédée par la surveillance. « Le nom de Target continue d’apparaître dans des articles sur la vidéosurveillance à l’échelle nationale. Il a ouvert la voie à des relations entre les entreprises et les États et les gouvernements locaux pour partager des informations de surveillance et de renseignement. Il a même ses propres centres de fusion. »

Becton-Dickinson – Les stocks plongeaient. Soudainement partenaires avec CDC, on lui a ordonné de commencer immédiatement la production de dispositifs médicaux et d’équipements de test.

Quest Diagnostics – Laboratoire d’essais, partenaire de Walmart en 2017, partenaire du CDC en 2013, où environ 3,2 millions d’Américains ont été infectés par l’hépatite C. Plusieurs recours collectifs ont été déposés l’année dernière contre Lab Corporation of America Holdings et Quest après une violation de données lorsqu’ils ont illégalement  » révélé que les informations personnelles et médicales de plus de 19 millions de leurs clients avaient été divulguées« , cependant, Trump leur fait quand même confiance.

Roche Pharma – Avant l’épidémie, un don de “600.000 $ (pot-de-vin) de Genentech à la Fondation CDC en 2012 a obligé le CDC à promouvoir l’expansion des tests et du traitement de l’hépatite virale. La société mère de Genentech est Roche, qui arrive juste à fabriquer des kits de test et des médicaments pour le traitement de l’hépatite C.  On leur a maintenant ordonné dans ce partenariat public-privé de commencer à fabriquer des kits de test de coronavirus immédiats pour 400.000 $ par semaine jusqu’à nouvel ordre.

Signify Health – Le plus grand fournisseur d’appels à domicile du pays. Trump suspend les règles, règlements, codes et lois dans cette soi-disant crise nationale des soins de santé. Partenariat avec le Département des services humains et le CDC pour la surveillance publique.

LabCorp – On lui assigné des tests de laboratoire pendant l’épidémie, en partenariat avec le CDC. L’année dernière, de multiples recours collectifs ont été intentés contre Lab Corporation of America Holdings et Quest après une violation de données après avoir «illégalement révélé que les informations personnelles et médicales de plus de 19 millions de leurs clients avaient été divulguées», mais Trump leur fait toujours confiance. Un certain nombre de poursuites pour faute professionnelle ont été déposées contre LabCorp.

LHC Group – Fournisseur national de visites à domicile, Trump suspend les règles, règlements, codes et lois dans cette soi-disant crise nationale des soins de santé. Avec CDC, est utilisé pour une surveillance publique plus poussée.

Thermo-Fisher – Selon cet article, «Thermo Fisher a été brièvement mentionné lors d’une conférence de presse vendredi après-midi tenue par le président Trump, qui a parlé de l’augmentation de la production de l’entreprise. « Je voudrais également remercier Thermo Fisher », a déclaré Trump. « L’objectif de la FDA est d’autoriser, espérons-le, leur demande dans les 24 heures – cela ira très rapidement; ça va très vite – ce qui apportera, en outre, 1,4 million de tests disponibles la semaine prochaine et 5 millions d’ici un mois. » Trump a ajouté: « Je doute que nous ayons besoin de quoi que ce soit d’autre . »

En outre, selon Reuters, «Opengate Capital Group LLC a déposé vendredi un procès alléguant que le fabricant d’équipement de laboratoire Thermo Fisher Scientific Inc (TMO.N) lui avait vendu une usine mexicaine l’an dernier sans révéler qu’un cartel de la drogue y opérait. La société de capital-investissement a affirmé que l’installation de fabrication basée à Reynosa, au Mexique, qu’elle avait acquise dans le cadre d’un accord plus important avec Thermo Fisher, avait été régulièrement infiltrée par des gangs du Gulf Cartel depuis au moins 2011, selon une copie de la plainte. vu par Reuters. Le procès, déposé devant un tribunal fédéral de Los Angeles, alléguait que Thermo Fisher avait agi de mauvaise foi en retenant des documents et enjoignant les employés de cacher la présence du gang de la drogue dans l’établissement. »

SECRÉTARIAT DE L’ÉNERGIE – On lui a ordonné de «remplir les réservoirs à ras-bord» avec du pétrole brut pendant la pandémie de coronavirus. Peut-être aussi de changer le système comptable de la production pour qu’il ressemble au prix de production basé sur les «crédits d’énergie». La crise de santé publique fait peur d’épuiser les réserves actuelles.

CMS Medicare / Medicaid – Partenaires avec CDC. Immédiatement, le Congrès adopte un «projet de loi sur les dépenses d’urgence pour les coronavirus» qui comprend des dispositions renonçant à certaines restrictions de Medicare pendant l’urgence de santé publique. Cela arrive au moment idéal car de nombreux Medicare / Medicaid dans les différents États vont faire faillite. Suspend également les règlements, a permis d’empêcher le public de visiter les maisons de soins d’infirmiers, les hôpitaux, etc.

 

Source: Look Who Gets to Make Billions off the Coronavirus

Par Stéphanie Sledge

TheGovernmentRag.com

Stéphanie est une journaliste d’investigation citoyenne et rédactrice en chef fondatrice de THE GOVERNMENT RAG, un site d’actualités éducatif alternatif qui a commencé en 2009. Stephanie fait du commerce dans la vérité, la liberté et la transparence. Elle s’est engagée à éduquer le public sur les vrais problèmes auxquels les Américains sont confrontés aujourd’hui.


 

 

 

L’échec du coup d’état militaire Américain en Arabie Saoudite fait exploser, à la baisse, le marché du pétrole !

Un nouveau rapport très inquiétant du Conseil de sécurité (CS), intitulé « You Could See This Coming From A Mile Away » et circulant au Kremlin aujourd’hui, indique qu’après que le prince héritier Mohammed bin Salman ait « arrêté des membres de la haute famille royale saoudienne pour avoir comploté avec les Américains contre le roi », un frisson s’est emparé des dirigeants en Arabie saoudite lorsque les forces de sécurité ont arrêté des dizaines de fonctionnaires du ministère de l’intérieur, de hauts officiers de l’armée et d’autres personnes soupçonnées de soutenir cette tentative de coup d’État !
Le prince héritier bin Salman a tourné toute sa colère contre les États-Unis dans ce qui est décrit comme « l’équivalent d’une déclaration de guerre sur le marché du pétrole », une guerre pétrolière totale qui voit maintenant le prince héritier bin Salman détruire l’OPEP alors qu’il inonde le monde de pétrole pour écraser les producteurs américains d’huile de schiste ! 
Ces producteurs américains d’huile de schiste qui ont été avertis précédemment « d’avoir besoin d’un miracle » s’ils veulent avoir un espoir de survivre au bain de sang du marché qui va les submerger.
Selon ce rapport, la crise actuelle qui se déroule dans le monde entier a commencé au sein de l’organisation non gouvernementale vieille de 60 ans connue sous le nom d’Organisation des pays exportateurs de pétrole, plus connue sous son acronyme OPEP, et parfois OPEP+ lorsque la Russie participe à des actions conjointes avec ses membres ! 
Et dans la configuration OPEP+, voit ses deux plus grands pays producteurs de pétrole être la Russie et l’Arabie Saoudite, une Russie qui est en bonne position pour résister à toute chute des prix du pétrole, puisque son budget atteint le seuil de rentabilité à 42 dollars le baril et que le ministère des finances a englouti des milliards de dollars dans un fonds de réserve pour les mauvais jours, contrairement à l’Arabie Saoudite dont le gouvernement dépend presque entièrement du pétrole pour financer les dépenses publiques, et l’impact économique de toute chute du prix du pétrole sera immédiat, et c’est la même Arabie saoudite qui a désespérément besoin d’une autre source d’énergie primaire dans un avenir relativement proche parce qu’elle est loin d’avoir la quantité de pétrole restante qu’elle a déclaré depuis le début des années 1970. 

 

 

Au cours des deux derniers mois, cependant, ce rapport détaille que la Chine, le plus grand importateur mondial de pétrole des pays de l’OPEP+, a réduit de manière drastique ses besoins énergétiques en réponse à l’épidémie de coronavirus, créant ainsi une surabondance mondiale de pétrole inutilisé qui a fait chuter son prix à son niveau le plus bas depuis dix ans, ce qui a ensuite conduit l’OPEP, le 5 mars, à annoncer qu’elle avait accepté de réduire de manière drastique sa production de pétrole afin de stabiliser son prix – un accord que l’OPEP a toutefois conclu la veille de l’entrée de la Russie dans ces négociations.
Lors de son entrée dans les négociations de l’OPEP+ à Vienne, en Autriche le 6 mars, explique ce rapport, la Russie a fait remarquer à ses membres qu’en 2018, les États-Unis sont devenus le plus grand producteur de pétrole du monde, et que le mois dernier, ils ont également vu leurs exportations nettes de pétrole atteindre leur plus haut niveau jamais enregistré – et que ce sont ces mêmes États-Unis qui ont à plusieurs reprises imposé des sanctions aux producteurs russes de pétrole et de gaz pour tenter d’éliminer un de leurs principaux concurrents, pour inclure leur dernier mois ciblant le projet de gazoduc russo-allemand Nord Stream II de plusieurs milliards de dollars ! 
Ainsi que ces Américains ayant imposé des sanctions pétrolières sur les géants producteurs de pétrole que sont le Venezuela et l’Iran, et c’est le même géant américain producteur de pétrole, qui malgré ses manipulations du marché mondial du pétrole, n’est pas prête à réduire sa propre production de pétrole pour stabiliser son prix, car ils croyaient follement que les autres pays producteurs de pétrole dans le monde allaient simplement se retourner contre eux, mais ce que la Russie a dit aux membres de l’OPEP+ lors de cette réunion, elle n’allait pas le faire – ce qui a déclenché ce qu’on appelle maintenant un « Armageddon des prix du pétrole ».

En déclenchant cet « Armageddon du prix du pétrole », poursuit ce rapport, la Russie a déclaré sans ambages aux pays membres de l’OPEP+ que non seulement la production de pétrole ne serait pas réduite pour stabiliser son prix afin que les producteurs de pétrole américains puissent éviter l’inévitable désastre qui les attend – car ils ont plus de 200 milliards de dollars de dette arrivant à échéance au cours des quatre prochaines années, à commencer par plus de 40 milliards de dollars en 2020 
La Russie va augmenter sa production de pétrole pour réduire encore plus son prix ! 
La réponse à cette situation a été la tentative de coup d’État militaire des États-Unis en Arabie saoudite, car seule une réduction drastique de la production pétrolière par les Saoudiens peut maintenir le prix artificiellement élevé, mais lorsque cette tentative de coup d’État a échoué hier, le prince héritier Mohammed bin Salman a déclenché sa propre guerre pétrolière totale pour détruire l’OPEP en inondant le monde de pétrole afin de faire chuter son prix encore plus bas ! 
Une guerre totale qui verra probablement la production pétrolière saoudienne passer de 9 à 10 millions de barils par jour en avril.7 millions par jour ce mois-ci – et qui pourrait augmenter la production de pétrole beaucoup plus si nécessaire, allant même jusqu’à un record de 12 millions de barils par jour – ce qui a fait dire à certains experts pétroliers du monde entier que « le temps est venu pour l’Arabie saoudite et la Russie d’arracher aux États-Unis le titre de plus grand pays producteur de pétrole » – un objectif qui ne peut toutefois pas être atteint sans faire chuter le prix du pétrole brut en dessous de 40 dollars le baril, ce qui obligera de nombreuses compagnies américaines de pétrole de schiste à cesser leurs activités.

Les producteurs de pétrole américains s’enfoncent dans un « mur de la dette » insoutenable..
…ont déjà commencé à déposer leur bilan en nombre record.

Comme on le voit le plus souvent dans une Amérique où ses citoyens sont sans cesse tabassés par la propagande dominante, les médias de gauche font des gros titres déformés, comme celui d’aujourd’hui sur la crise actuelle qui dit de façon hystérique « La Russie a une longueur d’avance sur les États-Unis ». 
« Shale’s Three-Legged Stool », conclut ce rapport, le président Donald Trump, du moins, semble y faire face comme on s’attendrait à ce que le leader de la plus grande nation productrice de pétrole au monde en fasse le meilleur exemple, lorsqu’après que Trump ait été confronté à des gros titres disant des choses aussi vraies que « Des milliers d’emplois à Houston pourraient être supprimés si le pétrole ne se remet pas de la chute de vendredi » ! 
Il a envoyé son meilleur conseiller économique à la Maison Blanche, Larry Kudlow, pour déclarer « Nous sommes dans le camp qui veut des micro-mesures opportunes et ciblées », une déclaration pourtant inscrite dans la tourmente économique causée par le coronavirus, voit Trump savoir sans aucun doute que les sauvetages ciblés des producteurs de pétrole de son pays se précipitent vers lui ! 
Son seul autre choix étant la guerre contre la Russie et l’Arabie Saoudite pour maintenir les prix du pétrole à un niveau élevé, ce que l’on ne peut pas imaginer qu’un homme d’affaires comme lui puisse faire, mais cela n’inclut pas les dangereux idiots de l’armée et des services de renseignement américains qui viennent d’essayer de monter un coup d’État en Arabie Saoudite, et on espère que Trump pourra reprendre le contrôle avant que quelque chose de pire n’arrive.

Source : What Does It Mean
https://operationdisclosure1.blogspot.com/2020/03/failed-united-states-military-coup-in.html#more

Source principale: Le Grand Changement 

Que nous remercions pour leur travail!

 

 

 

 

 

La propagation au Canada est inévitable, disent des experts

Le nombre de contaminations au coronavirus augmente au Canada, avec de nouveaux cas en Ontario et un troisième à l’étude au Québec, portant à 54 le nombre de cas confirmés et présumés au pays. Des experts s’entendent pour dire que l’éventuelle propagation de la pneumonie virale est inévitable.

À ce jour, la COVID-19 a fait près de 3500 morts et plus de 100 000 personnes dans le monde ont été contaminées dans 92 pays et territoires.

« L’infection va se faire. On est déjà dans une situation de pandémie », prédit Tatiana Scorza, professeure au département des sciences biologiques à l’Université du Québec à Montréal.

 

« Si on continue à prendre des mesures appropriées, on pourrait se limiter à des cas importés », nuance pour sa part la Dre Anne Gatignol, professeure de microbiologie à l’Université McGill.

 

En Ontario, l’un des derniers cas recensés est un voyageur revenu récemment de Las Vegas, ont annoncé les responsables de la santé de la province, qui compte dorénavant 28 cas. Toutefois, au moins quatre de ces malades ont depuis été guéris. Tous les patients ayant été déclarés positifs au nouveau coronavirus avaient récemment voyagé à l’extérieur du Canada ou avaient eu des contacts étroits avec un autre patient qui l’avait fait. L’Alberta a également fait état d’un premier cas jeudi soir.

La Colombie-Britannique a quant à elle annoncé 8 nouveaux cas de la pneumonie virale, pour un total de 21, dont le premier cas apparent de transmission dans la communauté au pays, jeudi soir. Il s’agit d’une femme de la région de Vancouver déclarée positive au coronavirus malgré l’absence de voyage à l’extérieur du pays et aucun contact connu avec un autre malade.

 

D’après la Dre Gatignol, cette contamination a « peut-être deux ou trois intermédiaires ». Si ce type de contamination venait à se reproduire au pays, il faudrait selon elle prendre des mesures plus draconiennes pour limiter la propagation, comme le fait d’éviter les rassemblements.

Des mesures à prendre

 

Si elle estime qu’il est trop tôt pour prendre la décision de fermer des établissements scolaires, la chercheuse croit néanmoins que, pour l’instant, les gens qui rentrent au Canada en provenance de foyers épidémiques comme l’Iran, la Corée du Sud et le nord de l’Italie devraient être mis en quarantaine. « La quarantaine peut être comme ils ont fait avec les gens de Wuhan ou du Diamond Princess, mais ça peut aussi être à la maison s’ils ne contaminent pas la famille », suggère-t-elle.

Au Québec, deux cas ont été confirmés et un troisième est en attente de l’être par le Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg.

 

Néanmoins, les responsables de la santé de partout au pays ont déclaré que le risque posé par la COVID-19 demeure faible.

 

« Les gens vont, à un moment donné, en fonction de l’évolution de la situation, devoir adopter des mesures pour prévenir la transmission », prévient toutefois Mme Scorza, rappelant que le nouveau coronavirus est hautement transmissible.

 

Les autorités se préparent depuis des semaines à une éventuelle épidémie comme celles qui sévissent en Iran, en Corée du Sud, en Italie et en Chine, berceau de la maladie. Plus de 100 000 personnes dans le monde ont été contaminées dans 92 pays et territoires. À ce jour, la COVID-19 a fait tout près de 3500 morts.

 

« On n’est pas encore dans une situation d’alerte, mais c’est inquiétant parce qu’on voit que ça progresse partout dans le monde », constate Mme Scorza.

 

Vendredi, des premiers cas ont été répertoriés au Togo, au Cameroun, au Vatican, en Slovaquie, au Pérou, en Colombie, au Bhoutan et dans les Territoires palestiniens.

 

Aux États-Unis, où près de 300 cas ont été recensés et 15 personnes sont mortes, le festival culturel South by Southwest a été annulé dans l’État du Texas.

 

En raison d’un manque d’infrastructures et de ressources de base, le Conseil circumpolaire inuit s’est dit inquiet d’une éventuelle propagation de la pneumonie virale dans l’Arctique.

 

Selon l’organisme, la maladie à coronavirus COVID-19 représente un risque accru pour les communautés inuites, qui souffrent déjà du manque d’égouts et d’eau courante. Il réclame au gouvernement de combler ces lacunes dans le but de se protéger contre d’éventuelles menaces à la santé publique.

 

Canadiens en quarantaine

 

Le gouvernement fédéral a annoncé vendredi qu’il s’apprête à prendre des mesures en vue de protéger la santé des Canadiens et de l’économie du pays contre les conséquences engendrées par la COVID-19.

 

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a déclaré qu’Ottawa annoncera bientôt un soutien aux Canadiens en quarantaine en raison du coronavirus.

 

Il a également déclaré que le gouvernement va augmenter sa provision pour éventualités dans son prochain budget au printemps pour s’assurer d’être en mesure de faire face à la COVID-19, qui a entraîné la chute du marché boursier.

 

« Il est important de garder à l’esprit que ce que cela signifiera pour l’économie canadienne dépendra en fin de compte de l’ampleur et de la propagation géographique du virus, et que ces éléments ne peuvent être connus tant qu’ils ne sont pas connus, a-t-il déclaré lors d’un discours devant le Canadian Club de Toronto. Notre gouvernement prévoit toute éventualité. »

 

Par ailleurs, la ministre de la Santé, Patty Hajdu, a annoncé l’octroi de 27 millions de dollars sur deux ans pour travailler sur la COVID-19. « Les fonds investis soutiendront 47 équipes de recherche de partout au Canada qui s’emploieront à accélérer l’élaboration, la mise à l’essai et l’application de mesures visant à gérer l’éclosion de COVID-19 », écrit le ministère, dans un communiqué.

 

« Et s’il faut davantage de ressources, on va en donner », a ajouté le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Navdeep Bains, qui se trouvait aux côtés de Mme Hajdu.

Avec La Presse canadienne et l’Agence France-Presse

Mettons un visage sur les Illuminati

LE GALA DU CONGRES MONDIAL JUIF A AFFICHÉ L’AILE SIONISTE DES ILLUMINATI. GEORGE SOROS N’ÉTAIT PAS LÀ. IL FAIT PARTIE DE L’AILE COMMUNISTE. MAIS IL TRAVAILLE POUR JACOB ROTHSCHILD, QUI Y ÉTAIT, SUGGÉRANT QUE LES ROTHSCHILD CONTRÔLENT LES AILES COMMUNISTES ET SIONISTES, QUI SONT CONSTITUÉES DE GANGSTERS ET DE MILLIARDAIRES.

LA PLUPART DES PARTICIPANTS ÉTAIENT JUIFS,  SAUF POUR QUELQUES GOYIM ÉGARÉS LÀ.

Des milliardaires, des oligarques russes, des ambassadeurs d’Ukraine, des financiers internationaux, des Rothschild et des personnalités de toute sorte se sont réunis au gala de 2019 pour le Congrès juif mondial (CJM).

Le rassemblement représentait un pouvoir, une richesse et une corruption inégalés… martialement au nom d’Israël …

Le Congrès juif mondial (CMJ), qui se désigne lui-même comme  «l’organe représentatif de plus de 100 communautés juives à travers le monde», a organisé son gala annuel à l’hôtel Pierre à New York le 6 novembre.

Il a décerné son prix annuel Théodore Herzl (du nom du père fondateur d’Israël) à l’ancienne ambassadrice américaine auprès de l’ONU, Nikki Haley [1], pour son travail au nom d’Israël. Joe Biden et Henry Kissinger ont déjà été lauréats.

Le soutien à Israël est l’un des principaux problèmes du CJM. Parmi ses nombreuses activités dans ce domaine, il collabore avec le gouvernement israélien pour défendre Israël des critiques de ses violations des droits de l’homme et de son système discriminatoire avec ses lois et sa religion explicitement racistes [2].

Quelques participants au gala du CJM (Congrès Juif Mondial) 2019: Michael Mirilashvili (3 milliards de dollars), Moshe Kantor (4 milliards de dollars), Henry Kissinger (180 millions de dollars), Ron Lauder (4 milliards de dollars), Leonard Lauder (21 milliards de dollars), Boris Lozhkin (500 millions de dollars), Baron David de Rothschild et Lord Jacob Rothschild (la valeur nette de la famille varie de milliards à 700 billions de dollars.

 

Le CJM définit de nombreuses déclarations factuelles sur Israël comme « antisémites » et qualifie d’antisémitisme toute opposition à la violence, aux crimes israéliens et à l’oppression israéliennes contre les Palestiniens. En conséquence, son principal sujet, la lutte contre «l’antisémitisme», consiste souvent en des efforts visant à supprimer les informations sur l’oppression des Palestiniens par Israël et à lutter contre les efforts en faveur des droits de l’homme des Palestiniens.

L’envoyé spécial des États-Unis, Elan Carr, a déclaré lors de l’une de ses récentes conférences internationales pour s’opposer à cet « antisémitisme » récemment défini, que tout organisme chargé de l’application de la loi et chaque ministère public du monde entier devaient « obliger tous ceux qui avaient un soupçon d’antisémitisme à se soumettre à un programme de formation tolérance « , c’est-à-dire à un lavage de cerveau.

LISTE ÉCLATANTE D’HÔTES

The Jewish Voice  (JV, La voix juive) a décrit le récent gala du Congrès juif mondial à New York:

« Il est 18 heures le mercredi 6 novembre à New York et des dizaines de services secrets sont réunis au Pierre pour protéger les milliardaires, les politiciens et les influenceurs mondiaux lors de l’une des meilleures soirées de l’année. »

JV rapporte que « l’illustre liste d’invités était sans précédent » et fournit une gamme qui représente une richesse et un pouvoir extraordinaires (et, dans un certain nombre de cas, divers types de méfaits et malfrats).

Baron David de Rothschild, Lord Jacob Rothschild, Ronald Lauder et Robert Kraft au Gala CJM le 6 novembre 2019.

 

JV a fourni les noms de certains clients, auxquels sont ajoutés leurs avoirs nets, le cas échéant (fluctuant dans le temps), ainsi que des informations supplémentaires:

  • Henry Kissinger(richesse nette de 180 millions de dollars, ancien secrétaire d’État et conseiller en matière de sécurité nationale sous deux présidents)
  • Les Rothschild(les estimations de la fortune nette vont de 400 milliards de dollars à 700 billions (mille milliards) de dollars, provenant de la célèbre famille bancaire Rothschild, plus d’informations ci-dessous)
  • Robert Kraft(7 milliards de dollars, propriétaire des Patriotes de la NFL, a reçu le prix Genesis d’Israël lors d’une somptueuse cérémonie en Israël. Il s’est engagé à verser 20 millions de dollars pour lutter contre l’antisémitisme et le mouvement de boycott dirigé par des Palestiniens contre Israël. Il a été poursuivi pour deux affaires de prostitution en Floride – La radio WBUR de Boston rapporte: « Les pistolets légaux parsemés de diamants représentant le propriétaire de New England Patriots âgé de 78 ans (l’un d’entre eux est un ancien avocat d’Epstein) pourraient le sauver … », entre temps, les femmes victimes  font face à 15 ans de prison.)
  • Thomas J. Tisch(121 millions de dollars, ancien chancelier de la Brown University, fils du milliardaire Laurence Tisch ancien PDG de CBS)
  • Leonard Lauder(valeur nette de 21 milliards de dollars, fils aîné d’Estee Lauder)
  • • Judy Glickman Lauder (épouse de Leonard Lauder, veuve de Louis J. Glickman)
  • Les Safras(de la dynastie bancaire «parfois clandestine» qui a débuté il y a plus d’un siècle, Chella Safra est trésorière du CJM)

o Ira Rennert (3 milliards USD nets, auparavant 6 milliards USD, investisseur connu sous le nom de « milliardaire d’obligations junk bod », reconnu coupable de corruption en 2015, a mis en faillite un moulin de l’avant-port de Baltimore, faisant perdre leur job à plus de 2.000 travailleurs. Il doit à Baltimore 8 millions de dollars en factures impayées d’eau de la ville, aurait utilisé l’argent pillé de son business pour construire un hôtel particulier de 29 chambres (un garage pouvant contenir 100 voitures)

o Dick Parsons (ancien PDG de Time Warnerprésident de CBS et président de Citibank; en 2012, des actionnaires ont intenté une action en justice contre Parsons et certains autres dirigeants pour « s’être bourrés les poches tout en laissant tomber la banque au raz du sol« )

o Ben Ashkenazy (valeur nette de 4 milliards de dollars, magnat immobilier israélo-américain, bienfaiteur du AIPAC Real Estate Luncheon en 2015 au Grand Hyatt Hotel à New York)

o Jack Chehebar (nabab de l’immobilier, poursuivi pour violation présumée du contrat, accusé d’avoir battu son fils)

  • Ray Kelly (le plus ancien commissaire de l’histoire du département de police de la ville de New York, a été pendant un certain temps vice-président d’Interpol, accusé de discrimination par des groupes musulmans: « Le commissaire a supervisé un programme d’espionnage visant les musulmans, fondé uniquement sur leur religion, a fait preuve de peu  de discernement en participant à un film anti-islamique virulent et a approuvé un rapport sur le terrorisme qui assimilait un comportement inoffensif tel que cesser de fumer à des signes de radicalisation « .

OLIGARQUES DE RUSSIE ET D’UKRAINE

  • Parmi les « joueurs superpuissants qui sont descendus dans le hall de l’hôtel Pierre », il y avait de nombreux oligarques russes, des ambassadeurs d’Ukraine et des dizaines d’investisseurs du cercle restreint qui se risquent rarement aux galas en semaine.

Parmi les oligarques, il y avait le milliardaire kazakh israélien Alexander Mashkevitch, d’une fortune nette de 3,6 milliards de dollars. Le journal israélien Ha’aretz l’appelle « l’un des plus grands oligarques à avoir émergé de l’ancienne Union soviétique ». Mashkevitch aurait des liens avec le crime organisé aux États-Unis [1] et aurait été accusé de blanchiment d’argent de 55 millions de dollars en Belgique. Il a également fait l’objet d’une enquête pour avoir organisé une soirée sexuelle sur un yacht de luxe en Turquie. (Sa fille a également été récemment accusée de fraude.)

LUTTER CONTRE LE MOUVEMENT PRO PALESTINIEN

Mashkevitch est président du Congrès juif euro-asiatique (Euro-Asian Jewish Congress / EAJC un affilié régional du CJM) et est considéré comme son « philanthrope le plus généreux« .

Le Times of Israel rapporte que l’EAJC collabore régulièrement avec les ministères des Affaires étrangères et des Affaires stratégiques d’Israël et travaille « pour contrecarrer le mouvement BDS (Boycott, Cession et Sanctions) » (le BDS est fondé sur le principe « Les Palestiniens ont les mêmes droits que le reste de l’humanité) …

JV ne nomme pas les autres oligarques qui ont assisté au gala, mais quelques-uns des oligarques russes et ukrainiens liés au CJM sont:

* Boris Lozhkin – un vice-président du CJM (l’avoir net semble se situer entre 450 et 500 millions de dollars US, président de la Confédération juive d’Ukraine, membre du conseil d’administration de l’AEJC, Lozhkin a été accusé de corruption en Ukraine, il fut limogé du poste de conseiller économique principal de président ukrainien l’année dernière après que des allégations de transactions financières frauduleuses impliquant des millions de dollars ont été révélées)

* Andrey Adamovsky – Vice-président du CJM (Un homme d’affaires ukrainien, vice-président de la Confédération juive d’Ukraine, a été reconnu coupable d’avoir volé ses anciens partenaires commerciaux pour un montant de 34,7 millions de dollars. En 2016, il a de nouveau été reconnu coupable de fraude.

* Michael Mirilashvili – membre du comité directeur du CJM (Mirilashvili, d’une valeur nette de 3 milliards de dollars, a été impliquée dans diverses accusations de corruption)

  • Le représentant républicainPeter King (membre du Congrès républicain de New York, membre du Comité de la sécurité intérieure et du Comité des services financiers, membre en titre du Sous-comité de la protection civile, a présidé le Comité de la sécurité intérieure de la Chambre en 2005-2006, puis 2011-2012, Connu notoirement  pour son extrémisme anti-musulman. Plus  de 100 milles dollars de contributions pro-israéliennes ont été versés à King entre 1998 et 2010), pour ses « bons et loyaux services » de promotion du suprématisme juif et de l’infériorité goy.
  • Jason Greenblatt(connu comme le concepteur du plan de paix Trump sur Israël-Palestine) [4]
  • Joel Grey(acteur, doté d’une valeur nette de 10 millions de dollars, recevant le prix Teddy Kollek du CJM, du nom de l’ancien maire israélien de Jérusalem, interview réalisée ici, consul général israélien à New York)
  • Israel Nitzan(Consul général adjoint du consulat à New York, la plus grande mission israélienne au monde, coordonne le dialogue interconfessionnel et les relations avec les pays.)
  • La princesse Firyal(mariée à la famille royale jordanienne. Après son divorce, elle était la compagne durant une longue période du méga-capitaliste de New York Lionel Pincus, partenaire d’Eric Warburg de la famille bancaire qui a débuté sa fortune il y a quelques siècles).
  • Stanley Chera(le promoteur immobilier, un ami proche de Donald Trump, pour lequel il a collecté des dizaines de millions de dollars pour sa campagne présidentielle, impliqué dans une transaction immobilière douteuse)
  • Izzy Tapoohi(président et PDG de Birthright Israel Foundation)
  • Linda Mirels(fille de l’homme d’affaires sud-africain Nathan Kirsh,, actionnaire majoritaire d’une société israélienne qui a fourni la technologie au mur d’apartheid israélien)
  • Malcolm Hoenlein(vice-président exécutif de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, qui défendent et justifient les crimes d’Israël)
  • Ze’ev Rubenstein(vice-président des obligations israéliennes, accusé d’être impliqué dans une affaire de corruption liée à Netanyahu, certains analystes ont qualifié ces obligations d’obligations israéliennes de « junk bonds » et les ont comparées à un   Ponzi scheme)
  • • Dore Gold (un haut responsable israélien sous Netanyahu & Sharon, né dans le Connecticut, financé par Sheldon Adelson)
  • Le rabbin Benjamin Goldschmidt(fils du grand rabbin de Moscou et du président de la Conférence des rabbins européens)
  • Dr.Ruth Westheimer(sexologue)
  • George Klein(fondateur du Comité juif républicain du Congrès)
  • Brooke Goldstein(fondatrice du projet Lawfare, elle a déclaré « il n’y a pas de Palestiniens ») pensant qu’ils ont tous été génocidés par les juifs.
  • Siggy Flicker(personnalité de la télévision israélienne)
  • Danny Danon(ambassadeur d’Israël en Amérique du Nord)
  • Ezra Friedlander(fondateur de l’Alliance de sécurité américano-israélienne, qui emmène des délégations en Israël, directeur général de Friedlander Group, connecteur politique, par exemple « Célébration des plus hauts représentants élus de New York, Grace Sukkoth » – vidéo ici)
  • Mark Botnick(assistant de Ron Lauder, ancien attaché de presse du maire de New York, Michael Bloomberg)
  • Michal Grayevsky(conseiller principal de Ron Lauder, président de JCS International (JCSI), la société de médias mondiale de Lauder, dont le siège est à New York)
  • Justin Hayet(chef de projet principal, Initiatives de la diaspora israélienne au sein du groupe de philanthropie Genesis)
  • Betty Grinstein(épouse du fondateur de l’Institut israélien Reut)
  • Eve Stieglitz((WJC Jewish Diplomatic Corps) Corps diplomatique juif CJM)
  • Peter Thoren(travaille pour Leonard Blavatnik – l’homme le plus riche du Royaume-Uni en 2015; Blavatnik a de nombreuses relations à Hollywood [5], est ami avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a fait un don à des politiciens américains républicains et démocrates, dont Trump, en juin. Blavatnik et son épouse ont donné autant d’argent que tout autre don individuel que le Comité de la campagne du Congrès démocrate du Congrès ait reçu de toute son histoire; en 2009, il a organisé un événement pour The Atlantic, organisé par le rédacteur en chef Jeffrey Goldberg.
Henry Kissinger- former US Secretary of State, Amb. Ronald S. Lauder – President WJC, Nikki Haley – Former US Ambassador to the UN

 

Le président de longue date du CJM est le milliardaire Ronald Lauder, héritier de la société de cosmétiques Estée Lauder. À l’âge de 37 ans, Lauder, chercheur de fonds républicain, chercha et réussit à obtenir un poste au département de la défense (sous-secrétaire adjoint aux affaires européennes et de l’OTAN), puis un poste d’ambassadeur.

Lauder a lancé les discours du gala en dénonçant « la montée de l’antisémitisme », citant à titre d’exemple les récentes déclarations de Bernie Sanders qualifiant la situation de « inhumaines » à Gaza et déclarant qu’une partie de l’aide américaine annuelle de 3,8 milliards de dollars à Israël devrait aller à Gaza à la place. .

Le discours de Sanders faisait référence au fait qu’Israël avait fait de Gaza la « plus grande prison à ciel ouvert du monde ». Une ONG norvégienne rapporte: « Plus de 50 ans d’occupation et 10 ans de blocus ont rendu insupportable la vie de 1,9 million de Palestiniens vivant dans la bande de Gaza. C’est pourquoi ils protestent maintenant et risquent leur vie. » (Malgré ces critiques et les critiques vives des actions israéliennes, Sanders continue d’affirmer qu’il est un partisan d’Israël).

Contrairement à la condamnation de Sanders par Lauder, il a vanté les mérites de cette année au lauréat du prix CJM Herzl, ancien ambassadeur des États-Unis auprès de l’ONU, Nikki Haley.

à suivre………………..

Source : World Jewish Congress: Billionaires, Oligarchs, Global Influencers for Israel

par Allison Weir

 

 

 

 

Il y a un an, l’Algérie entrait en résistance

 

 

Le Hirak, ce mouvement de résistance populaire réclame, chaque vendredi, et sans relâche depuis un an, la fondation d’une nouvelle démocratie en Algérie. Cette persistance dans le temps d’une contestation hebdomadaire, témoigne-t-elle de l’inefficacité de cette opposition ? Le Devoir a posé la question à la politicologue Louisa Dris-Aït Hamadouche, qui enseigne la science politique à l’Université d’Alger.

Un an de contestation dans la rue et toujours pas de changement concret dans le système politique algérien : le Hirak est-il un échec ?

 

Il est normal qu’avec un objectif aussi radical, aussi total qu’un changement profond de système politique, le Hirak n’ait pas encore atteint son objectif. La nature de ce mouvement, qui a fait le choix du pacifisme plutôt que des émeutes et de la violence, s’inscrit dans un temps long et comprend de nombreuses étapes, dont les premières sont à peine franchies.

«Un des points forts de ce mouvement est d’avoir donné aux Algériens un sentiment nouveau d’eux-mêmes», affirme la politicologue Louisa Dris-Aït Hamadouche, qui enseigne la science politique à l’Université d’Alger.

Nous ne sommes pas dans une configuration de forces politiques et sociales appelant à une rupture immédiate, mais plutôt à une transition étalée dans le temps, un peu sur le modèle de l’émancipation espagnole ou de plusieurs pays d’Amérique du Sud.

 

Quelles sont les premières étapes que le Hirak a permis d’atteindre ?

 

Un des points forts de ce mouvement est d’avoir donné aux Algériens un sentiment nouveau d’eux-mêmes. Ils se voient aujourd’hui de façon différente qu’avant le 22 février 2019. Dans les 20 années qui ont précédé la naissance de ce mouvement, ils s’étaient installés dans une passivité inconfortable et une colère tue quant à une situation politique qui se dégradait mandat après mandat sous l’ère du président Abdelaziz Bouteflika. Cela les a amenés à se détacher de la vie politique, de la vie associative, des élections locales et aujourd’hui, par ce mouvement de masse, ils s’y reconnectent. Les Algériens ont également retrouvé une forme de vivre-ensemble que le contexte sécuritaire et politique de la décennie noire [de 1991 à 2002] avait beaucoup affaibli. Le Hirak a rapproché les régions de l’Algérie autour d’un objectif commun, a transcendé les distances, les idéologies, les appartenances régionales et identitaires. Il a créé une harmonie nécessaire désormais au bien-être des Algériens.

 

Cette harmonie est-elle à même de porter les revendications du mouvement ?

 

Elle le fait déjà. Certes, en décembre dernier, l’Algérie a connu un changement de régime [avec l’élection à la présidence d’Abdelmajid Tebboune, au terme d’une campagne largement boudée par les Algériens et contestée par le Hirak], mais pas un changement de système politique. Sauf que le ton du régime a changé. Le nouveau président fait référence au Hirak comme quelque chose d’extrêmement positif. Pour lui, ce mouvement a été salvateur. Il a été l’acteur social et politique qui a sauvé l’État d’une dérive dangereuse après la démission de Bouteflika, selon lui. Parallèlement, le Hirak a commencé à grignoter les ressources de la résilience du système politique, comme jamais dans l’histoire du pays depuis son indépendance il y a près de 58 ans. Même le terrorisme des années 1990 n’y était pas arrivé. Il l’a fait en réussissant à mettre à nu les contradictions de ce système et en obligeant, entre autres, les figures du pouvoir réel en Algérie [l’armée, la police, les services de renseignement…] à devenir le pouvoir apparent. Ce sont les grandes réussites de ce mouvement qui préparent un peu plus la voie en direction d’un effondrement du système politique.

De mouvement de contestation, le Hirak peut-il devenir un mouvement de proposition ?

 

C’est tout l’enjeu de la deuxième année du Hirak : formuler des propositions réfléchies et concrètes pour faire entrer le pays dans une transition démocratique. Mais cela reste encore compliqué dans un pays où l’organisation des forces politiques est toujours contrainte par le pouvoir exécutif. Hormis les manifestations du vendredi, le reste de l’espace public n’est toujours pas ouvert à l’opposition. Les organisations de la société civile ne peuvent pas se réunir en dehors de leur siège et restent tributaires d’autorisations pour s’exprimer sur la place publique accordées par les autorités locales. Sans compter que le maintien de symbole politique en détention [c’est le cas de plusieurs figures de l’opposition liées au Hirak] est un obstacle majeur à la normalisation de la vie politique en Algérie. Pour les hirakistes, il est inconcevable de participer à la vie politique tant qu’il y aura des prisonniers d’opinion. Or, l’ouverture des espaces de liberté dépend de la volonté du gouvernement. Autre difficulté : les Algériens ne font toujours pas confiance aux personnes qui incarnent l’autorité. Le gouffre entre gouvernant et gouverné est abyssal. Nous commençons à peine à sortir de cette crispation, et cela va encore prendre du temps.

Libéraux, progressistes, islamistes, conservateurs s’unissent au sein de ce mouvement. Cette diversité, qui s’exprime aussi sur fond de divergences idéologiques, peut-elle nuire à la suite des choses ?

 

La force du Hirak, c’est son côté rassembleur. Et c’est aussi ce qui va assurer sa transformation, de mouvement de contestation hétérogène en forces politiques homogènes. La chose ne va être pas problématique tant que ces forces restent unies vers l’objectif commun de la transition démocratique et n’essayent pas d’entrer dans un jeu politique dont elles ne maîtrisent pas les règles. Il y aurait un risque élevé de tenter l’aventure des élections avant que les règles du jeu politique n’aient pas été complètement assainies. Et l’échéance des législatives [prévues d’ici la fin de 2020] devrait constituer un premier test pour le Hirak.


Très forte mobilisation à Alger pour le 1er anniversaire de la contestation populaire

Plus massive que les derniers vendredis, une foule compacte de manifestants défile depuis le début d’après-midi au coeur d’Alger.

 

Les Algériens sont descendus en masse lors du 53e vendredi consécutif, pour entretenir, à la veille de son premier anniversaire, la flamme d’une contestation inédite qui aura contraint Abdelaziz Bouteflika à démissionner, mais sans réussir à changer le « système » au pouvoir depuis l’indépendance.

Plus massive que les derniers vendredis, une foule compacte de manifestants —dont le nombre est difficile à évaluer— défile depuis le début d’après-midi près de la Grande Poste, au coeur d’Alger, point de rassemblement emblématique depuis un an, selon un journaliste de l’AFP.

Elle a été rejointe par un interminable cortège venu du quartier populaire de Bab el Oued, a de son côté constaté une autre journaliste de l’AFP.

« Nous ne sommes pas venus faire la fête, nous sommes venus vous dégager ! », scandent les manifestants, parmi lesquels des familles, au milieu d’un important dispositif policier antiémeute.

« Le peuple veut la chute du régime », « le gang des bandits doit partir », lancent-ils également.

Plusieurs organisations citoyennes et partis ont appelé à « la mobilisation populaire pour disqualifier l’agenda de la régénération du + système + et jeter les bases d’une nouvelle République ».

« C’est quoi le contenu de la 2e République ? C’est une république démocratique et sociale qui garantit toutes les libertés », renchérit un manifestant, Samir Larabi.

« Continuer la mobilisation »

Selon les réseaux sociaux, des barrages filtrants ont été mis en place dès jeudi soir aux entrées de la capitale pour compliquer l’accès des Algériens venus d’autres régions.

Mais cela n’a pas empêché Bachir, 50 ans, de rejoindre Alger depuis Aïn Defla, à 150 km de route, pour « fêter le premier anniversaire du + Hirak + (“mouvement”, NDLR) et renouveler les revendications de la contestation ».

Des marches imposantes se déroulent également dans les grandes villes de province, selon les réseaux sociaux.

Il y a un an, le vendredi 22 février 2019, de nombreux Algériens, qu’on disait alors résignés et dépolitisés, ont envahi soudainement les rues à travers le pays, contre la volonté annoncée du président Bouteflika — quasi invisible et muet depuis un AVC en 2013 — de briguer un 5e mandat.

Après six semaines de manifestations, le « Hirak » a poussé l’état-major de l’armée, pilier du régime, à exiger et obtenir le 2 avril la démission de M. Bouteflika.

Assurant ouvertement le pouvoir, le haut commandement militaire a toutefois balayé ensuite les revendications sur un changement du « système », et multiplié les arrestations.

Dans un entretien jeudi soir avec la presse nationale, le président Abdelmadjid Tebboune, ex-fidèle de M. Bouteflika élu en décembre lors d’une présidentielle massivement boudée, a rendu hommage au « Hirak » qui a empêché « l’effondrement total » du pays. Il a assuré qu’il allait mettre en oeuvre « l’ensemble de ses revendications ».

Mais, dans un « Manifeste du 22-Février » publié jeudi et distribué vendredi par les manifestants, des organisations proches du « Hirak » exhortent à « continuer la mobilisation ».

Les slogans restent d’actualité, rappelle le texte, qui exprime « une volonté de rupture avec les institutions actuelles » et le refus « que le processus de changement soit confié au pouvoir en place ».

Ce manifeste dénonce aussi la poursuite des « mesures répressives » contre journalistes, militants et manifestants et rappelle que les Algériens « veulent que leur pays soit gouverné et géré dans la transparence ».

Un test

L’ampleur de la mobilisation vendredi s’annonce comme un test, alors que le « Hirak » est confronté à de nombreux défis, face à un régime qui reprend des forces.

Depuis la présidentielle, « il y a une façade constitutionnelle et démocratique, mais en fait c’est exactement ce qu’il y avait avant », estime Dalia Ghanem, chercheuse au Carnegie Middle East Center de Beyrouth, évoquant « un régime qui reste aux mains de l’institution militaire ».

La capacité du régime « à changer sans changer et sa résilience vont être testées dans les prochaines années », poursuit Mme Ghanem, soulignant que les faibles prix des hydrocarbures vont l’empêcher de puiser dans la manne pétrolière pour acheter la paix sociale.

Largement informelle, sans structure organisée ou dirigeants identifiés, la contestation doit à son tour se repenser au risque de s’essouffler.

Doit-il accepter la « main tendue » par le président Tebboune ? Doit-il se structurer, au risque d’afficher au grand jour ses clivages et ses contradictions ?

Nouvelle donne

Quoi qu’il en soit, le « Hirak » a déjà changé la donne, après 20 ans de présidence Bouteflika durant laquelle toute opposition réelle a été méthodiquement découragée, entravée, bâillonnée ou « cooptée ».

Surtout, avec le mot d’ordre « pacifique », il a « réussi à faire en sorte qu’il n’y ait pas de confrontation sanglante ni de répression brutale », souligne l’historienne Karima Dirèche, directrice de recherche au CNRS (France).

La contestation a également rassemblé les Algériens en dépassant les clivages, et souligné l’émergence d’une « nouvelle génération très politisée et qui sait ce qu’elle veut », note Dalia Ghanem.

L’année qui s’ouvre va permettre « de prendre la mesure de ce que les Algériens souhaitent collectivement […]. Et ça prendra le temps que ça prendra », appuie Mme Dirèche.

 

 

 

 

 

Le système envoie de l’huile sur le feu de la  » Pandémie du virus de la peur »:Le monde n’est pas prêt à faire face au coronavirus, prévient un expert canadien

Le docteur Bruce Aylward

 

 

Le monde n’est pas préparé à affronter une épidémie planétaire de Covid-19, a prévenu mardi un épidémiologiste canadien de renom qui a dirigé une mission de l’Organisation mondiale de la santé en Chine pour étudier le coronavirus.

Le docteur Bruce Aylward a passé deux semaines en Chine, notamment dans la ville de Wuhan, considérée comme l’épicentre de l’éclosion. Il a invité les pays du monde à se préparer à la possibilité que le virus se propage sur leur propre territoire.

Il estime que les pays devraient solliciter l’expertise de la Chine pour gérer et traiter les personnes atteintes du Covid-19. Il a rappelé que Pékin avait pris les grands moyens pour tester, isoler et soigner ceux qui ont été infectés par le virus.

Le docteur Aylward a estimé que la propagation du virus semblait inévitable. Tous les pays doivent s’assurer que leurs hôpitaux augmentent le nombre de places disponibles et disposent de suffisamment d’appareils respiratoires pour les patients les plus malades, a-t-il dit.

Ils devraient aussi se préparer à placer en isolement un grand nombre de personnes entrées en contact avec ceux chez qui la maladie a été confirmée, a-t-il ajouté.

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la docteure Theresa Tam, a affirmé lundi que la priorité du Canada était de retarder le plus possible une éventuelle épidémie au pays, tout en soulignant que le système de santé se préparait à cette possibilité.


La propagation du coronavirus mène les autorités américaines à sonner l’alarme

Les autorités américaines de santé publique, dont la Dre Nancy Messonnier, une des responsables des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, ont estimé quasi inévitable la propagation du coronavirus aux États-Unis.

 

Contrastant avec le ton rassurant employé par les autorités américaines jusqu’ici, la principale agence fédérale américaine en matière de santé publique a lancé un avertissement mardi : il faut se préparer dès maintenant à une éventuelle propagation du coronavirus dans les communautés du pays, car elle est presque inévitable.

Ultimement, nous nous attendons à ce que la maladie se propage aux États-Unis, a averti la Dre Nancy Messonnier, une des responsables des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) des États-Unis, au cours d’une conférence de presse.

Les autorités ont dit ignorer si la propagation sera importante ou non, mais ont indiqué que les Américains doivent être prêts à faire face à une perturbation importante de leur vie quotidienne.

Nous demandons au public américain de se préparer à la perspective d’une propagation de grande ampleur, a insisté la Dre Messonnier.

En raison de l’absence de vaccin ou de traitement pour le nouveau coronavirus, les communautés et les individus doivent se protéger par d’autres moyens, a déclaré la Dre Messonnier.

Les autorités sanitaires américaines exhortent donc les établissements hospitaliers, les entreprises et les écoles à prévoir dès maintenant des moyens de limiter l’impact du coronavirus lorsqu’il se répandra dans leur communauté, évoquant par exemple le télétravail et la fermeture d’écoles.

La multiplication rapide, ces derniers jours, de nouveaux cas à l’extérieur de la Chine continentale, berceau de l’épidémie, explique l’urgence exprimée dans les nouveaux avertissements officiels, a précisé la Dre Messionnier.

Il y a 79 331 cas confirmés de COVID-19 à travers le monde, dont l’immense majorité en Chine, mais le virus progresse de façon foudroyante, avec des foyers de contamination importants à Hong Kong, en Iran, en Italie, au Japon, à Singapour, en Corée du Sud, à Taïwan et en Thaïlande.

Lundi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé la communauté internationale à se préparer à une éventuelle pandémie du nouveau coronavirus, jugeant très préoccupante […] l’augmentation soudaine de nouveaux cas dans plusieurs pays.

Les États-Unis dénombrent pour leur part 57 cas de coronavirus; 43 des personnes touchées étaient des passagers du bateau de croisière Diamond Princess.

Inquiétudes bipartites devant la stratégie du gouvernement

Le message a aussi été relayé devant un sous-comité du Sénat par le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux, Alex Azar, qui a reconnu l’existence d’un défi sanitaire sans précédent, potentiellement grave, à l’échelle mondiale.

Le nombre d’Américains atteints augmentera inévitablement, a-t-il averti.

M. Azar a notamment indiqué que les services de santé du pays auront besoin de 300 millions de masques pour les travailleurs de la santé et de ventilateurs supplémentaires pour les hôpitaux.

Des élus démocrates et républicains ont exprimé des préoccupations devant le degré de préparation de l’administration de Donald Trump.

Le sénateur républicain John Kennedy a reproché au secrétaire à la Santé de ne pas avoir de réponses à fournir à plusieurs questions. M Azar n’a notamment pas indiqué le nombre estimé d’Américains qui risquaient d’être touchés, selon les prévisions des responsables sanitaires.

En matinée, le président Trump, en visite officielle en Chine, s’est fait rassurant. Le coronavirus est très bien contrôlé aux États-Unis, a-t-il écrit sur Twitter.

Je pense que c’est un problème qui va disparaître, nous sommes très près d’un vaccin, a-t-il aussi soutenu devant les médias.

Le président du comité sénatorial chargé d’étudier notamment les questions de santé, le républicain Lamar Alexander, a indiqué au réseau CNN que la mise au point d’un vaccin devrait prendre 18 mois.

Lundi, l’administration Trump a demandé 2,5 milliards de dollars américains pour aider à contrer la propagation du virus.

Le Dow Jones touché par le coronavirus

Les marchés réagissent nerveusement au risque d’une pandémie et ses possibles répercussions sur l’économie.

Partout les rue sont désertes en Chine.

Après avoir perdu 1000 points la veille, le Dow Jones Industrial Average a chuté de près de 900 points, soit 3,3 %, mardi après-midi, après l’avertissement lancé par les CDC.

Entre les deux reculs, le président Trump a minimisé les impacts économiques possibles d’une éventuelle propagation du virus aux États-Unis. Je pense que ça va être sous contrôle, a-t-il affirmé depuis la Chine. Sur Twitter, il avait précédemment déclaré que les marchés boursiers commençaient à lui sembler très bien.


S’ASSEOIR DEVANT LA TÉLÉ POUR CULTIVER LA

« Pandémie du virus de la peur »

 

L’exagération de la dangerosité du coronavirus par rapport à d’autres maladies ainsi que la préparation de la réponse des principaux acteurs deux mois avant l’épidémie laissent pantois. Il n’est pas possible de tirer de conclusions, pour le moment.
Étant entendu que le coronavirus ne doit pas être sous-évalué et qu’on doit suivre les 10 règles préventives du ministère de la Santé, il faut adopter une 11ème règle fondamentale : empêcher la diffusion du virus de la peur.

Celui-ci est répandu surtout par la télévision, en commençant par la Rai qui consacre les journaux télévisés quasiment entièrement au coronavirus. Le virus de la peur pénètre ainsi dans tous les foyers à travers les chaînes de télé.

Tandis qu’elles lancent la plus grande alarme pour le coronavirus, elles taisent le fait que la grippe saisonnière, épidémie beaucoup plus mortelle, a provoqué en Italie pendant la 6ème semaine de 2020 —selon l’Institut supérieur de la santé— en moyenne 217 décès par jour, dus aussi à des complications pulmonaires et cardiovasculaires liées à la grippe. Elles taisent le fait que —selon l’Organisation mondiale de la santé— meurent en Italie en une année du HIV/Aids plus de 700 personnes (en moyenne deux par jour), sur une total mondial d’environ 770.000.
À propos de la campagne alarmiste sur le coronavirus, Maria Rita Gismondo —directrice de macrobiologie clinique, virologie et diagnostic de bio-urgences du laboratoire de l’hôpital Sacco de Milan, où s’analysent les échantillons de contagions possibles— déclare : « C’est une folie. On a transformé une infection à peine plus sérieuse qu’une grippe en une pandémie létale. Regardez les chiffres. Ce n’est pas une pandémie ». Mais la voix de la scientifique n’arrive pas au grand public, alors que chaque jour, de la Rai service qui qui devrait public, aux chaînes Mediaset et pas seulement, on diffuse chez les Italiens la peur pour « le virus mortel qui de Chine se répand dans le monde ». Campagne de fait correspondant à ce que déclare le secrétaire USA au commerce Wilbur Ross dans une interview à Fox Business : « Je pense que le coronavirus contribuera au retour des emplois de la Chine aux USA. En Chine il y a eu d’abord le SARS, ensuite la peste porcine et maintenant le coronavirus ». Donc, commente le New York Times, « la perte pour la Chine pourrait être un gain pour l’Amérique ». Autrement dit, le virus pourrait avoir un impact destructeur sur l’économie chinoise et, dans une réaction en chaîne, sur celles du reste de l’Asie, de l’Europe et de la Russie, déjà touchées par la chute des flux commerciaux et touristiques, à l’avantage des USA restés économiquement indemnes.
Global Research, le centre de recherche sur la mondialisation dirigé par le professeur Michel Chossudovsky, est en train de publier sur l’argument de l’origine du virus une série d’articles d’experts internationaux. Ceux-ci soutiennent qu’« on ne peut pas exclure que le virus ait été créé en laboratoire » [a]. Cette hypothèse ne peut pas être considérée comme « complotiste » et exorcisée comme telle. Pourquoi ? Parce que les États-Unis, la Russie, la Chine et les autres grandes puissances ont des laboratoires où sont menées des recherches sur des virus qui, modifiés, peuvent être utilisés comme agents de guerre biologique y compris sur des secteurs ciblés de population. C’est un domaine entouré du plus dense secret, souvent sous couvert de recherche scientifique civile.
Mais des faits émergent : la présence à Wuhan d’un bio-laboratoire où des scientifiques chinois, en collaboration avec la France, effectuent des recherches sur des virus létaux, parmi lesquels certains envoyés par le Laboratoire canadien de microbiologie. En juillet 2015, l’Institut gouvernemental britannique Pirbright, a breveté aux USA un « coronavirus atténué ». En octobre 2019 le Johns Hopkins Center for Health Security a effectué à New York une simulation de pandémie par coronavirus en prévoyant un scénario qui, s’il se réalisait, provoquerait 65 millions de morts . Mais on ne simule pas la pandémie du virus de la peur, qui se répand avec des effets socio-économiques destructeurs.

Si vous réfléchissez:l’enjeux  est là:vous laver le cerveau pour vous briser moralement,économiquement puis enfin prendre le contrôle politique de la situation.


 

Le coronavirus est une arme de guerre biologique

En Italie,plus de 10 villes sont en quarantaine.

Dans une interview explosive, le Dr Francis Boyle, qui a rédigé la loi américaine sur les armes biologiques, a fait une déclaration détaillée déclarant que le coronavirus de Wuhan 2019 est une arme de guerre biologique offensive et que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le sait déjà. Cette arme biologique a été développée aux États-Unis et a été acheté par un laboratoire chinois de Wuhan.

Francis Boyle est professeur de droit international à l’Université de l’Illinois College of Law. Il a rédigé la législation nationale américaine de mise en œuvre de la Convention sur les armes biologiques, connue sous le nom de « Loi sur la lutte contre le terrorisme des armes biologiques de 1989 », qui a été approuvée à l’unanimité par les deux chambres du Congrès américain et promulguée par le président George HW Bush.

Dr Francis Boyle,une sommité mondiale dans le domaine

Dans une interview exclusive accordée à Geopolitics and Empire, le Dr Boyle discute de l’épidémie de coronavirus à Wuhan, en Chine et du laboratoire de biosécurité de niveau 4 (BSL-4) dont il pense que la maladie infectieuse s’est échappée. Il pense que le virus est potentiellement mortel et constitue une arme de guerre biologique offensive ou un agent d’armes à double usage de guerre biologique génétiquement modifié avec des propriétés de gain de fonction, c’est pourquoi le gouvernement chinois a initialement tenté de le couvrir et prend maintenant des mesures drastiques pour le contenir.

Le laboratoire Wuhan BSL-4 est également un laboratoire de recherche spécialement désigné par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Dr Boyle soutient que l’OMS sait très bien ce qui se passe.

La position du Dr Boyle contraste fortement avec la version des grands médias selon lesquels le virus provient d’un marché de fruits de mer, qui est de plus en plus remis en question par de nombreux experts.

« Je voudrais noter que Wuhan possède également l’unique super laboratoire de biosécurité de niveau quatre en Chine qui travaille avec les agents pathogènes les plus mortels au monde, y compris, oui, les coronavirus. »


CITATION

« Le monde se divise en trois catégories de gens : un très petit nombre qui fait se produire les événements, un groupe un peu plus important qui veille à leur exécution et les regarde s’accomplir, et enfin une vaste majorité qui ne sait jamais ce qui s’est produit en réalité ».

Nicholas Murray Butler (1862-1947), Président de la Pilgrim Society, membre de la Carnegie et du Council on Foreign Relations


Coïncidence… !?

En 2018, L’OMS nous préparait en ces termes : « La mystérieuse « maladie X » pourrait être la prochaine épidémie mondiale meurtrière » ( https://aphadolie.com/2018/03/13/loms-avertit-que-la-mysterieuse-maladie-x-pourrait-etre-la-prochaine-epidemie-mondiale/)


Interview explosive.  Le professeur Francis Boyle explique comment le coronavirus CoVid-19 a été conçu comme une arme biologique

(Natural News) Ce qui suit est l’une des interviews les plus importantes de l’année. Le professeur Francis Boyle, expert en guerre biologique, est l’invité d’Alex Jones dans Alex Jones Show, partageant ses découvertes incontestables concernant le coronavirus conçu comme une arme biologique «pour une propagation efficace dans la population humaine», selon l’un des articles scientifiques auxquels il fait référence.

Nous avons confirmé les conclusions du professeur Boyle en achetant le document complet en PDF  et en le consultant dans un article détaillé .

Cet article décrit le nouveau coronavirus CoVid-19 comme possédant des propriétés uniques de « gain de fonction » qui en font l’arme biologique parfaite, tout en confirmant que ces nouvelles propriétés étaient d’origine artificielles, et non pas d’évolution virale naturelle. (En d’autres termes, il a été conçu.)

Ci-dessous, nous imprimons la transcription complète de l’interview de Francis Boyle / Alex Jones, ainsi que la vidéo de l’échange complet ci-dessous, via Brighteon.com. (Le spectacle complet est également publié sur Banned.video)

Transcription complète… PARTAGEZ ça partout, republiez, tweetez et couvrez:

(Veuillez excuser toutes les erreurs mineures, cela a été transcrit un peu vite en raison de l’urgence du message…de même que la traduction automatique)

Alex: Très bien. Je n’ai pas touché au coronavirus aujourd’hui parce que j’attendais le professeur Francis A. Boyle pour venir, éminent expert américain du droit international; responsable de la rédaction de la loi de 89 sur la lutte contre le terrorisme en matière d’armes biologiques, qui a été adoptée en droit mondial, la loi de mise en œuvre américaine de la convention sur les armes biologiques. Il a siégé au conseil d’administration d’Amnesty International et représenté la Bosnie-Herzégovine auprès de la Cour mondiale. Il a servi de conseiller juridique à la délégation palestinienne, aux négociations de paix au Moyen-Orient. En 2007, il a prononcé les conférences sur la paix de Bertrand Russell. Le professeur Boyle enseigne le droit international à l’Université de l’Illinois et est l’auteur de – et il passe en revue tous les différents livres qu’il a écrits. Il est titulaire d’un doctorat en droit, magna cum laude; est titulaire d’un doctorat en science politique de l’université de Harvard. Son dernier livre est Poems Against the Empire, qui est un recueil de réflexions poétiques sur ses expériences de lutte pour la paix, la justice, les droits de l’homme, le droit international, le bien-être social et la Constitution des États-Unis. Et il nous rejoint maintenant. Je l’appellerais le libéral classique. Aujourd’hui, un libéral ou un gauchiste est un fasciste. C’est comme un néo-con en tant que fasciste. Et donc, les termes ne veulent rien dire. Et il a de grandes nouvelles exclusives de rupture ici. Et il m’a envoyé des notes, mais je pense que la meilleure façon de le faire est pour au moins les trois segments suivants, qu’il héberge à peu près, afin qu’il puisse vous guider à travers cela. Mais c’est une sérieuse nouvelle. Il s’agit de nouvelles très importantes auxquelles tout le monde devrait prêter attention. Le coronavirus de Wuhan est sorti du laboratoire de guerre biologique. C’est même ce que dit la Maison Blanche maintenant. Le Dr Boyle et d’autres le disaient il y a trois semaines. Les laboratoires de l’UNC devraient être fermés, tout le monde a fait l’objet d’une enquête pour violation de la loi sur les armes biologiques contre le terrorisme. Il a des études majeures qui viennent de sortir. Il est donc un expert des armes biologiques et de la loi. Nous avons huit minutes pour faire une pause ici, puis un segment de neuf minutes – un segment de 10 minutes. Je vais nous mettre en pause, docteur Boyle. Mais allez-y et hébergez. Vous avez la parole ici. Merci de vous joindre a nous.

Dr Boyle: Eh bien, Alex, merci beaucoup de m’avoir donné le meilleur de moi-même à votre auditoire. Oui. J’ai envoyé à votre assistant un e-mail lundi que j’avais révisé mon opinion sur certaines questions et aussi, j’avais trouvé ce que je concluais que c’était le pistolet fumant que le coronavirus de Wuhan était sorti de cette installation BSL-4. Et vous remarquerez maintenant que le sénateur Cotton dit la même chose. Il était derrière moi à la faculté de droit de Harvard, et malgré cela, le New York Times l’a critiqué. Et comme vous le savez, le sénateur Cotton est un ancien combattant décoré. Pas de surprise pour le New York Times. Alors oui, j’ai maintenant ces études scientifiques. Fondamentalement, j’ai lu ces choses au cours du week-end, c’est pourquoi, j’ai changé d’avis et dit que j’avais de nouvelles informations et alerté votre assistant un lundi. Et aujourd’hui est le premier jour où je pourrais vous donner une longue interview. Je veux parcourir ces études scientifiques afin que vous et le public qui en comprenne compreniez les implications. Je pense qu’ils sont l’arme à feu de ce qui s’est passé ici. Le premier est celui de quelques scientifiques du vivant: trois de Marseille en France et un des laboratoires de recherche clinique de Montréal. Il a été publié sur la recherche antivirale le 10 février 2020, d’accord. Et j’ai eu la chance de le lire le week-end. Vous savez, j’ai lu ce genre de choses pendant le week-end. Maintenant, je ne vais pas parcourir toute cette étude, mais ils ont fait une analyse génétique du coronavirus de Wuhan. Et permettez-moi de conclure, la partie critique ici où il est dit, « et peut fournir un gain de fonction au nCoV 2019 pour une diffusion efficace dans la population humaine par rapport aux autres bêta-coronavirus. » Permettez-moi de le répéter: «et pourrait fournir un gain de fonction au nCoV 2019 pour une diffusion efficace dans la population humaine par rapport aux autres bêta-coronavirus.» Et donc, Alex, vous vous souvenez du premier entretien que j’ai accordé à votre collègue, M. Shroyer, puis des entretiens de suivi que je vous ai accordés, j’ai déclaré que c’était clairement un gain de fonction, agent de guerre biologique offensif …

Alex: –Tu as dit il y a trois semaines, tu l’as dit il y a deux semaines et maintenant ce n’est pas seulement un grand Institut indien. Maintenant, plus de scientifiques vivants l’ont scanné. Ils disent exactement ce que vous disiez.

Dr Boyle: D’accord? Eh bien, cet article est le pistolet fumant. D’accord. Il est clair que–

Alex: Redites aux gens l’article et comment ils le trouvent.

Dr Boyle: Eh bien, vous pouvez – je l’ai eu sur une recherche antivirale de Science Direct le 10 février 2020.

Alex: Recherche antivirale–

Dr Boyle:  10 février 2020. Et c’est un titre long, mais il commence par « Le pic du coronavirus glycoprotéine contient un site de clivage semblable à la furine absent dans le CoV du même clade. »

Alex: C’est exactement ce que le prestigieux Indian Institute a dit, c’est qu’il a les points où l’ARN artificiel a été injecté, je veux dire, ils peuvent voir exactement où cela s’est produit.

Dr Boyle: D’accord. Mais c’était une génétique – comme vous le savez, qui a été retirée sous la pression politique. Mais maintenant, nous avons ici quatre scientifiques de la vie très distingués. Oui, c’est tout. Et le pistolet fumant ici se trouve à la page 11, près du bas, le dernier paragraphe complet à partir du bas où il est écrit: «peut fournir un gain de fonction au coronavirus pour une propagation efficace dans la population humaine …

Alex: Expliquez ce que signifie ce gain de fonction car nous ne sommes pas tous des experts dans ce domaine comme vous, docteur.

Dr Boyle: D’accord. Bon gain de fonction – Oh, alors laissez-moi répéter. Alex, comme je vous l’ai déjà dit, la technologie de gain de fonction est le génie génétique de l’ADN d’une substance de guerre biologique dangereuse pour commencer–

Alex: C’est une soupe d’agents pathogènes déjà mauvais.

Dr Boyle: D’accord. C’est une charge turbo et le gain de fonction ne peut être effectué en toute sécurité que dans un BSL-4 ou un BSL-3. Donc, je pense clairement, c’est le pistolet fumant que le coronavirus de Wuhan est sorti de cette installation BSL-4.

Alex: Alors, cela reflète-t-il ce que l’Institut indien a dit ou est-ce différent?

Dr Boyle: Eh bien, je pense que cela va au-delà de ce que l’étude indienne a dit, mais nous y reviendrons dans une minute, l’étude indienne. D’accord. Je pense, vous savez, je l’ai maintenant, excusez-moi – à condition que le pistolet fumant soit là. Il s’agit clairement d’un agent de guerre biologique armé et il n’y a aucune utilisation scientifique ou médicale légitime pour le gain de technologie fonctionnelle, la technologie ADN sur la guerre biologique –

Alex: Donc, il n’y a aucune excuse pour dire que c’est un test de vaccination qui est sorti.

Dr Boyle: C’est de l’argenterie. Il s’agit clairement d’un agent de guerre biologique offensif et il n’a aucun moyen médical ou autre légitime –

Alex: C’est au-delà du sensationnel. Est-ce pour cela que nous voyons une réponse très sérieuse à cela?

Dr Boyle: Eh bien, vous savez, Alex, nous en avons discuté pour la première fois il y a plus de trois semaines et ils m’attaquent toujours pour être un théoricien du complot et des fausses nouvelles et je suis un dingue et un dingue et tout le reste. Donc, il y a eu une riposte massive dans tous les grands médias contre cela. Et en effet, comme je vous l’ai déjà dit, j’avais été complètement censuré par tous les médias d’information aux États-Unis.

Alex: Mais tout ce que vous avez dit a été confirmé et maintenant de grands groupes scientifiques sont sortis et l’ont confirmé. Revenons à ce pistolet fumant et récapitulons-le et accédons directement à tous les autres documents.

[pause de programme]

Alex: Eh bien, nous avons un expert de premier plan en droit international qui a dirigé de grandes délégations au sein du gouvernement américain; expert en armes biologiques, antiterrorisme; responsable de la rédaction de la loi antiterroriste sur les armes biologiques qui a été adoptée en tant que loi mondiale, le Dr Francis Boyle ici. Et je lis les mêmes études que lui. De plus en plus de scientifiques viennent le voir et disent que cette chose est artificielle et ils montrent comment, et ils disent que c’est concluant. Vous savez, ces grands instituts indiens sont sortis et ont dit la même chose il y a trois semaines. Et donc, nous allons parcourir plus de ces études dans ce segment-segment suivant, mais juste en tant que père, en tant que citoyen, en tant qu’humain, en tant que citoyen de la planète Terre. Je vais demander au Dr Boyle ce qu’il pense vraiment que le jeu de fin est là. Est-ce que cela a été accidentellement libéré comme nous l’espérions et c’est déjà assez mauvais ou est-ce encore plus sinistre? Utilisent-ils cela comme excuse pour envahir Taïwan comme ils le font actuellement? Dr Boyle. Veuillez continuer avec les études, le pic de, puis nous avons la ventilation complète ici avec l’étude.

Dr Boyle: Très bien, laissez-moi maintenant passer à la deuxième étude, qui est un autre pistolet fumant et une bombe, Alex; il n’y a pas d’autre mot pour ça. Vous vous souvenez dans notre précédente interview, vous m’aviez demandé si cela venait de l’installation BSL-4 à Winnipeg, Canada – avait été volé de là-bas. J’ai dit que cela aurait pu arriver. Winnipeg est notre équivalent de Fort Detrick. Ils font tous les types de guerres biologiques hideuses et offensives de type nazi là-haut que vous pouvez imaginer. Mais encore une fois, sur la base de documents, de documents scientifiques, j’ai eu la chance de lire pendant le week-end. J’ai changé d’avis à ce sujet. Je pense que j’ai la preuve définitive d’où cela vient et cela vient du laboratoire de biowarfare BSL-3 de l’Université de Caroline du Nord. Maintenant, je les ai condamnés auparavant parce qu’ils ont fait du travail de gain de fonction, du génie génétique ADN sur tous les agents de guerre biologique hideux que vous pouvez imaginer, y compris le MERS à ce moment-là, l’agent du syndrome respiratoire du Moyen-Orient, qui encore une fois, est un coronavirus biofarqué. Maintenant, cela m’est venu à l’esprit…

Alex: Dites-le encore une fois parce que nous allons remonter cela pendant que vous parlez. Vous avez dit l’autre étude – nous l’avons relevée.

Dr Boyle: Une étude [inaudible] a révélé un gain de fonction en génie génétique de l’ADN sur le MERS, qui est respiratoire au Moyen-Orient –

Alex: –et c’était l’université de?

Dr Boyle: Caroline du Nord. Droite? Ils y ont un laboratoire de guerre biologique BSL-3.

Alex: Oh, c’est quelque chose que je continue de lire qu’ils font des trucs de niveau quatre au niveau trois, non?

Dr Boyle: Je pense que oui, mais ils le font avec un niveau trois. La dernière fois que j’ai vu, c’est tout ce qu’ils avaient. Mais laissez-moi parcourir cette étude. Elle est intitulée «Un groupe de coronavirus de chauves-souris en circulation ressemblant au SRAS montre un potentiel d’émergence humaine.»

Alex: Dites-le encore parce que nous avons des auditeurs de radio. Des centaines de stations. Un cluster de type SRAS – le nom du document – Un cluster de type SRAS

Dr Boyle: «Un groupe de coronavirus de chauves-souris en circulation ressemblant au SRAS présente un potentiel d’émergence humaine.»

Alex: C’est le 21 décembre 2015. Nous l’avons à l’écran.

Dr Boyle: C’est juste. Nat Med, c’est tout. Maintenant, si vous regardez attentivement, notez d’abord qui a été impliqué dans cette ingénierie génétique ADN du SRAS, qui est déjà un agent de guerre biologique pour lui donner des activités fonctionnelles. Et il y a tous ces gens de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Il a quelqu’un de la Food and Drug Administration, vous ne pouvez donc pas faire confiance à la Food and Drug Administration. Et puis, tout en bas de la liste, qui est impliqué? Zhengli-Li Shi, Laboratoire clé des agents pathogènes spéciaux et de la biosécurité, Institut de virologie de Wuhan, Académie chinoise des sciences, Wuhan, Chine. Il est donc très clair pour moi que ce scientifique de l’Institut de virologie de Wuhan a obtenu ce gain de technologie fonctionnelle pour le SRAS dans ce laboratoire de l’Université de Caroline du Nord. Et il ne l’a pas volé – ou il ou elle ne l’a pas volé. Ce qui s’est passé, c’est que si vous lisez attentivement jusqu’à la fin des remerciements de l’article, ils ont reconnu le prix de la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine. En d’autres termes, le gouvernement chinois les a payés pour qu’un de leurs meilleurs experts en guerre biologique soit impliqué dans ce type de …

Alex: Au fait, Dr Boyle, restez là.

Dr Boyle: Certainement.

Alex: Je lis le journal. Je veux dire, je sais que vous avez eu de grandes nouvelles, vous nous avez envoyé des liens, mais je viens de le lire. Et vous parlez d’information fracassante – c’est le gouvernement chinois qui paie exactement la même chose avec un laboratoire américain. Comment avez-vous découvert cela? Ceci est une information explosive. Comment diable avez-vous trouvé ça?

Dr Boyle: Eh bien Alex, je vous ai dit que cela faisait partie de mes responsabilités professionnelles de rester au courant de la guerre biologique, alors je l’ai découvert dans mes recherches. C’est juste une partie de mon travail.

AlexVous l’expliquez très bien, monsieur, – notre prochain invité est super, nous allons déménager demain. C’est trop gros et maintenant vous avez le temps, alors faites très simple pour tout le monde. Pourquoi ces deux papiers sont-ils si explosifs parce que je suis assis là à regarder ça. C’est incroyable. C’est incroyable.

Dr Boyle: J’ai plus que cela.

Alex: Oh, je sais.

Dr Boyle: J’ai remarqué qu’ils ont bien reconnu le prix de la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine. En d’autres termes, ces meilleurs scientifiques de l’Université de Caroline du Nord ont pris l’argent sale de la Chine pour permettre à l’un de leurs meilleurs experts en matière de guerre biologique de cet institut de virologie de Wuhan, qui a l’installation BSL-4, de savoir exactement ce qu’ils étaient en train de faire, et ils ont permis à ce scientifique chinois de travailler avec eux pour donner un gain de fonction à la capacité génétique de l’ADN de la guerre biologique au SRAS, ce qui est assez dangereux pour commencer. Et permettez-moi de parcourir une partie du langage ici. C’est vraiment un truc explosif; il est clair que ce laboratoire doit être fermé immédiatement et tous les scientifiques doivent être soumis à une sérieuse enquête par le gouvernement américain pour cela, et leur responsabilité ici et pour avoir violé ma Loi sur les Armes Biologiques et le Terrorisme de 1989. Mais permettez-moi de continuer. Voici ce qu’ils ont dit. «Nous avons construit un virus chimérique qui code pour une nouvelle protéine de pointe zoonotique dans le contexte d’un SRAS viable. Cette approche a caractérisé la menace posée par le pic du coronavirus du SRAS –

Alex: Dr. Boyle, restez là. Nous devons aller faire une pause. Ceci est votre bombe informationelle. Je lis le papier ici. Ils admettent qu’ils ont construit le virus même que la Chine a payé aux États-Unis pour construire et maintenant qu’il a été libéré. Et pourquoi l’ont-ils libéré? Alors Xi Jinping pourrait prendre le pouvoir et envahir Taiwan. Sensationnel. C’est incroyable. Peu importe ce que vous avez entendu sur cette émission, c’est la plus folle et la plus documentée. C’est exagéré et nous les avons pris en flagrant délit. Incroyable. Nous revenons tout de suite. Dites à tous ceux que vous connaissez de vous connecter dès maintenant. C’est incroyable.

[pause de programme]

Alex: Je ne veux pas devenir métaphysique ici, mais mon père est un chirurgien bucco-dentaire et un dentiste à la retraite et il a également développé des médicaments qui ont été approuvés par le Pentagone et d’autres choses. Et il a un bureau ici et il travaille ici à temps partiel. Et il y avait quelque chose dans l’émission d’aujourd’hui avec l’arrivée du Dr Boyle – j’ai dit, vous savez, mon père a acquis ce crâne de la faculté de médecine. C’est un vrai crâne. Et l’un de mes premiers souvenirs est d’avoir deux, trois ans, et le crâne est dans une boîte noire et j’aime basculer et l’ouvrir. Je l’ai laissé tomber par terre et le berger allemand l’a pris et a couru avec lui dans le jardin. Mon père s’est énervé. Il a dit: «C’est important. Vous devez respecter cela. C’est un vrai crâne.  » Donc, l’un de mes premiers souvenirs est un berger allemand qui court dans la cour avec un crâne. Mais c’est juste drôle, je pensais que l’émission d’aujourd’hui, je ne savais pas pourquoi, je suis juste allé dire: « Papa, je peux mettre ton crâne en l’air? » Il l’avait dans le bureau et il a dit: « Oui, respectez simplement le crâne et tout va bien. » Mais le fait est que c’est réel. Il se passe quelque chose de grand. Et maintenant, je regarde tous ces rapports prestigieux remontant à il y a cinq ans, comment ils ont conçu cela, et le Dr Francis Boyle a écrit la loi américaine sur les armes biologiques, et il est ici en train de la présenter et je peux lire les rapports. Il est ridicule à quel point il est évident que les Chinois ont payé une université américaine – c’est partout dans les nouvelles. Yale et Harvard sont en difficulté pour quelque 300 millions de dollars, mais il s’avère que c’est des milliards au total. C’est le Wall Street Journal, New York Times, pour le financement communiste chinois. Donc, pour quelque raison que ce soit, nous sommes meilleurs en science qu’eux et ils nous amènent à financer et à construire leur grille de surveillance, tout cela. Donc, pour quelque raison archétypale aujourd’hui, je suis comme, je veux un crâne sur le spectacle aujourd’hui. J’aurais peut-être montré ce crâne en 20 ans quelque chose à l’antenne une ou deux fois. Pourquoi suis-je allé chercher le crâne? Je pensais juste qu’aujourd’hui j’aimerais faire ça pour souligner que nous sommes tous humains et c’est comme Macbeth, assis là quand ils déterrent son ancien professeur et qu’il parle au crâne. Donc, c’est tout au milieu de ça. Dr Boyle. S’il vous plaît, revenez à l’endroit où vous vous trouviez avant que nous allions faire une pause. Et vous en savez encore plus d’où cela vient, car cela nous donnera, espérons-le, la réponse de la situation.

Dr Boyle: D’accord. Eh bien, pour continuer ensuite, il est dit que cette approche a caractérisé la menace posée par un pic dans les voies respiratoires humaines primaires. En d’autres termes, ils conçoivent cela pour infecter les êtres humains par leurs voies respiratoires et ensuite cela dit, in vivo. En d’autres termes, ils utilisent des animaux vivants –

Alex: Ralentis et recommence. Encore une fois, redonnez-leur le nom du journal. C’est tellement énorme. Ils le font pour infecter les gens. Tu as raison. Ils devraient être arrêtés.

Dr Boyle: Bien sûr, ils devraient être poursuivis. Aucune question à ce sujet. C’est, je pense, celui que vous aviez déjà là-haut. Mais en tout cas–

Alex: Je vais arrêter de vous interrompre. Récapitulez simplement ce que vous venez de dire. Parcourez à nouveau cela.

Dr Boyle: D’accord. «Nous avons construit un virus chimérique», alors ils ont uni ces différents agents de guerre biologique dans une chimère, comme je vous l’ai dit, la grippe porcine était…

Alex: Et tu as dit il y a trois semaines que c’était une chimère.

Dr Boyle: Chimère, à droite. Et ici, ils le font pour avoir un «pic dans les cellules primaires des voies respiratoires humaines in vivo». C’est des substituts pour nous, d’accord. Maintenant, si vous continuez ici, ils ont pris des souris et avec leur technique, ils ont trouvé une réplication robuste comparable au SRAS.

Alex: Merveilleux.

Dr Boyle: Donc, ils utilisent le gain de la technologie fonctionnelle –

Alex: Ils le testent pour s’assurer qu’il se propage rapidement.

Dr Boyle:

C’est vrai. Et ce n’est pas seulement le SRAS, c’est un gain de fonction. «Ensemble, les données ont confirmé la capacité d’infecter les cellules des voies respiratoires humaines», et cetera. Ils savent exactement ce qu’ils font ici.

Alex: Je veux dire, tout comme Ford fabrique des camions F-150, vous venez de découvrir qui a fabriqué cela et ils s’en vantent ouvertement.

Dr Boyle: D’accord. Laisse-moi continuer. «Ensemble, les données indiquent que les virus utilisant ce qu’ils ont assemblé sont capables d’induire des maladies considérables chez la souris dans le contexte fondamental du SRAS.

Alex: Ouah. Et encore une fois, le SRAS est la même famille de coronavirus.

Dr Boyle: D’accord. C’est un coronavirus armé. Ils concluent également qu’ils ne pouvaient vraiment pas trouver d’anticorps contre celui-ci.

Alex: Ouah.

Dr Boyle: Donc, c’est extrêmement dangereux.

Alex: Total de secousses.

Dr Boyle: Permettez-moi de continuer alors–

Alex: Je commence juste à demander, vous savez, ces gens devraient être arrêtés très rapidement.

Dr Boyle: D’accord. Maintenant, permettez-moi de continuer ici où ils disent que leur nouveau virus génétiquement modifié d’ADN constitue un gain en pathogenèse. C’est là un gain de fonction; ils l’admettent. La pathogenèse signifie la létalité et l’infectiosité et nous savons que même Lancet a déclaré que la létalité est d’environ 15%. Si vous désagrégez les chiffres même publiés par le gouvernement chinois, c’est environ 17%. Donc, ensemble, ces données représentent un carrefour de gains de préoccupations de recherche fonctionnelle et elles indiquent clairement qu’elles vont continuer de toute façon. Ils soulignent également qu’ils impliquaient un pseudo-virus à base de VIH, préparé comme décrit précédemment …

Alex: – c’est ce que les Indiens ont trouvé. Oh mon Dieu.

Dr Boyle: Voilà pourquoi j’allais y arriver. Le VIH est–

Alex: C’est ridicule.

Dr Boyle: Non, non. C’est le type de travail de guerre biologique nazi que ces scientifiques font, Alex.

Alex: Oh, non, je suis d’accord. Mais ils publient. Ils admettent l’avoir fait.

Dr Boyle: Permettez-moi de continuer, Alex. Dans une note de bas de page, il est écrit: «Les cellules ont été obtenues à l’origine à Fort Detrick.»

Alex: Oh mon Dieu.

Dr Boyle: C’est une guerre biologique –

Alex: Cela signifie donc que le gouvernement des États-Unis Biowarfare Creek dirigeait cela.

Dr Boyle: Ils y ont également participé. Oui.

Alex: Jésus. Permettez-moi de vous poser cette question. Quand vous avez appris cela, ce week-end, comment était-ce? Votre cœur battait-il plus vite?

Dr Boyle: Non, j’ai décidé, eh bien, d’en informer votre assistant lundi matin, puis plus tard dans la matinée, CNN en Inde m’a interviewé à ce sujet, mais ce n’était que pour environ 20 minutes. Et puis j’ai dû retourner à mon enseignement. Mais vous savez, c’est ce que je fais professionnellement –

Alex: Non, je sais, mais c’est incroyable. Je lis ici le rapport d’il y a cinq ans. Évidemment, je ne pense pas que l’université savait que cela serait utilisé pour cela, mais que pensaient-ils faire lorsqu’ils donnaient une arme biologique à un gouvernement autoritaire étranger? Je veux dire-

Dr Boyle: Eh bien, c’est de la cupidité. Ils ont été payés.

Alex: C’est comme tu l’as dit, ils prennent juste l’argent, comme tu l’as dit, il y a trois semaines –

Dr Boyle: –de la Chine communiste et de leur principal expert en matière de guerre biologique.

Alex: Eh bien, voici un exemple. Je possède des fusils de calibre 50. Si un criminel connu venait à moi et me disait: « Je veux les acheter », je dirais: « Enfer, non. » Vous ne donnez pas aux criminels 50 fusils de calibre. Eh bien, les fusils de calibre 50 sont dangereux, mais rien par rapport à cela. Que diable se passe-t-il? Comment pouvez-vous, en tant que laboratoires de recherche sur les armes sous couvert de recherche sur la sécurité, donner aux ChiComms des trucs comme ça? Tu as raison. Je suis ici depuis 25 ans. Je n’ai jamais vu un scandale aussi important. Tout va bien ici. Ils l’admettent.

Dr Boyle: C’est encore pire que cela parce que tout ce travail, ce travail sur les armes biologiques impliquant la virologie de Wuhan, a été approuvé et financé par les National Institutes of Health …

Alex: Ouah.

Dr Boyle: – dont j’ai déjà discuté avec vous et l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses. D’accord. Je vous l’ai déjà dit, ces agences étaient à la hauteur de leurs yeux dans le développement de la recherche et le test d’armes de guerre biologique offensive.

Alex: Dr. Boyle, restez là. Vous êtes un grand professeur et incroyable. Quand nous reviendrons, vous devez tout récapituler et le résumer pour le spectateur moyen, parce que je suis intelligent, les téléspectateurs sont intelligents, mais j’ai été à l’antenne – je ne suis pas seulement dramatique – je suis en ondes depuis 25 ans. Je n’ai jamais été aussi choqué. Je lis ces rapports principaux; nous les avons retirés d’Internet. Ça y est. Il s’agit du même virus il y a cinq ans, concocté, vendu au gouvernement chinois. Je sais que vous ne spéculez pas, mais quand vous revenez, pourquoi est-il sorti maintenant? Quelle est la fin du jeu? Comment va-t-il devenir mauvais?

[pause de programme]

Alex: (Rédaction d’un discours promotionnel sur les aliments stockables)… C’est grand, devant et au centre. Ce que nous couvrons en ce moment avec le professeur Francis Boyle et les aveux qu’une université américaine a conçu le virus exact qui se propage maintenant à travers le monde. Donc, pour finir avec sa provenance, le fait que ce soient des fusils fumants, monsieur, en résumé, je sais que cela limite le temps dont nous disposons, et je l’apprécie vraiment. Revenez demain si vous le pouvez, puis voyez la situation dans son ensemble – la réponse, comment vous pensez qu’elle est sortie, pourquoi elle a été publiée. Je veux dire, je sais que c’est de la spéculation, mais nous savons que c’est conçu; nous savons que le gouvernement américain sait qu’il est conçu. Nous savons que cela s’est produit avant Trump il y a cinq ans, mais comment cela a-t-il pu arriver?

Dr Boyle: Eh bien, permettez-moi de revenir ici à cette deuxième étude pour souligner – il est dit à la fin, «le manuscrit actuel a été examiné par l’agence de financement, les National Institutes of Health. La poursuite de ces études a été demandée et approuvée par les National Institutes of Health. » Notez que les National Institutes of Health sous Fauci financent ce travail de guerre biologique nazie et ils ont approuvé et demandé un développement ultérieur, ce qui, évidemment, cette étude était de 2015 et le NIH voulait qu’il devienne un virus pathogène encore plus mortel. Et vous pouvez également voir ici l’argent de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses. Cette femme, je pense que vous prononcez son nom, [INAUDIBLE]) est maintenant là en public ou elle est à la hauteur de ses yeux aussi, tout comme Fauci. Et enfin, j’ai initialement condamné ce laboratoire de Caroline du Nord parce que faire gagner un travail de fonction sur MERS comme je l’ai dit. Aujourd’hui aux USA Today, Tony Fauci admet que le taux de létalité du MERS est d’environ 36%, alors que le SRAS est de 10%. Ce Wuhan est de 15% à 17%. Alors, remarquez Tony Fauci et l’Institut national de la santé –

Alex–sont de retour en arrière.

Dr Boyle: Non, ils savent très bien qu’ils payaient ce laboratoire de Caroline du Nord en coopération avec le laboratoire et le programme Wuhan BSL-4 pour développer des armes de guerre biologique …

Alex: Est-ce la raison pour laquelle le sénateur Cotton et même la Maison Blanche ont dit: « Hé, la Chine, nous n’achetons pas la provenance de cela », car ils savent que la Chine a payé une université américaine pour le faire. Permettez-moi de vous poser cette question alors. À quel point ça va être mauvais? Pourquoi la Chine a-t-elle fait cela? Je sais que c’est de la spéculation, mais en tant que simple citoyen, pas seulement un avocat et un expert en la matière, qu’est-ce que tu penses? Pourquoi est-ce sorti maintenant? Vont-ils l’utiliser contre Taiwan? Nous savons que la Chine l’a achetée comme arme biologique.

Dr Boyle: Eh bien, permettez-moi de discuter d’un autre article scientifique avec vous. Archives of Virology 2010, 155. Et ici, Wuhan travaillait avec un institut en Australie pour concevoir génétiquement une super-arme biologique impliquant le SRAS et le VIH. C’est juste ici; vous pouvez le lire, d’accord. Et apparemment, cela a réussi. Donc pour autant que je sache, Alex, ce qui s’est passé, c’est que le Wuhan est à la virologie a pris le… et c’était le gouvernement australien savait tout cela. Et il dit que ce travail a été financé conjointement par le programme clé d’État pour les subventions de recherche fondamentale du ministère chinois des Sciences, de la Technologie et de la Connaissance. Et l’autre écrivain ici, Australian Animal Health Laboratory en Australie. Donc, pour autant que je sache ici, ce qui s’est passé ici, Alex, c’est que les scientifiques de Wuhan ont pris le SRAS de Caroline du Nord avec un gain de fonction, qui est déjà une arme de guerre biologique, et ils ont pris la technologie ici derrière ce système bien développé Arme VIH du SRAS et ils l’ont tous ramené au Wuhan un BSL-4 et ont essayé de l’ADN génétiquement modifié en une chimère, en une arme de guerre biologique impliquant le coronavirus, le virus VIH et le gain de fonction.

Alex: Tout est clair dans les journaux. Ils admettent qu’ils l’ont fait. Vous l’avez inversé: un travail incroyable. Pensez-vous que cela a été fait exprès alors? Qui a tout à gagner? [INAUDIBLE] en tant que professeur de droit, qui ferait cela? Qui a tout à gagner?

Dr Boyle: Eh bien, il est clair que la Chine a un programme de guerre biologique coûteux. Ils n’ont pas aussi cher que le nôtre. Je veux dire, nous avons 12 installations BSL-4 ici aux États-Unis qui font toutes ce travail de guerre biologique nazie. Ils devraient tous être fermés demain ainsi que–

Alex: Oh, je suis totalement d’accord. Et puis en donner les fruits à la Chine. Les ChiComms peuvent venir nous acheter des armes biologiques?

Dr Boyle: Ils l’ont acheté. Ce qui est intéressant ici, Alex, c’est qu’ils ne l’ont pas volé; ils l’ont acheté. Et nous leur avons vendu, et nous leur avons vendu l’accès. Ils l’ont ramené à ce Wuhan BSL-4 …

Alex: Y a-t-il une spécificité raciale?

Dr Boyle: Eh bien, comme je l’ai déjà dit, nous avons vu une victime noire africaine que j’ai vue. Donc, en ce moment, je retiens mon jugement là-dessus, mais vous savez, les Chinois ont mis tout cela ensemble pour eux-mêmes. Et bien sûr, ils prévoyaient de l’utiliser comme guerre biologique contre nous. Il n’y a pas – je veux dire, qui d’autre –

Alex: Pensez-vous qu’il est sorti d’un accident ou qu’en pensez-vous?

Dr Boyle: À partir de maintenant, Alex, je pense que c’était un accident. L’installation BSL-4 avait connu des fuites de SRAS au moins deux fois auparavant et je pense que c’était un accident et cela est maintenant confirmé par les scientifiques chinois eux-mêmes. Et c’est la quatrième étude que je veux vous soumettre …

Alex: Reste là. Nous ferons encore cinq minutes avant que Paul Watson ne prenne le relais. Avec le Dr Francis Boyle, l’auteur de la convention sur les armes biologiques des États-Unis et tout le reste. Cela fait 25 ans que je suis en ondes, et ça dépasse tout. Je veux dire, nous parlons de nos enfants tout l’avenir, tout le reste. J’ai eu cette prémonition ce matin. J’ai dit, laissez-moi juste récupérer le crâne que mon père a obtenu de ses journées médicales. Permettez-moi de mettre ceci ici comme un petit accessoire pour penser à la mortalité et au fait que nous sommes tous mortels et le voilà. Et maintenant, nous ne faisons que l’étendre. C’est juste des trucs de fin de journée. Sinon, ce sera autre chose. Je veux dire, que font ces laboratoires? Pourquoi le vendent-ils à des gouvernements étrangers? Cela doit cesser. C’est un comportement de savant fou. Ils veulent réduire la population mondiale. Ils veulent le distribuer afin de pouvoir nier qui l’a fait. Ils veulent juste un déni plausible pour les rejets d’armes biologiques et la réduction massive de la population. C’est vraiment ce qui se passe.

[pause de programme]

Alex: Nous avons vu la réponse paniquée des gouvernements en action, mais leur propagande va bien. Le Dr Francis Boyle est notre invité ici pendant encore cinq minutes. Paul Joseph Watson s’apprête à reprendre. Notre invité est l’auteur de la loi américaine sur les armes biologiques qui est devenue une loi internationale. Dans les quatre minutes qui nous restent, Docteur, nous apprécions vraiment que vous synthétisiez ou résumiez tout ce que vous pensez vraiment se passer dans les bombes. Et cette nouvelle étude que vous tentiez d’intégrer en plus de toutes les autres études dont vous venez de parler.

Dr Boyle: D’accord. Ceci est la dernière étude. Il vient de sortir cette semaine. Origines possibles du coronavirus nCoV 2019. Ce qui est important ici, vous pouvez l’obtenir à ResearchGate. Ce qui est important ici, c’est que c’est par deux professeurs de l’Université de Technologie de Chine du Sud – ils sont tous professeurs. Et leur conclusion de cette étude est que le coronavirus de Wuhan s’est échappé de cette installation BSL-4. Permettez-moi de répéter – même les scientifiques chinois disent maintenant, indépendamment de moi, que cela a coulé. Et je crois que c’était probablement un accident qu’il y ait un de ces scientifiques de la mort là-bas dans l’installation de Wuhan BSL-4 essayant de génétiquement modifier la technologie de la Caroline du Nord, la technologie australienne, le VIH, le SRAS, le gain de fonction ensemble dans le super arme de guerre biologique et en quelque sorte infecté. Il y a eu des spéculations de ces auteurs sur les résidus animaux, ou ils les ont respirés ou quelque chose comme ça. Cette personne a ensuite été infectée, mais comme elle est asymptomatique, elle ne le savait pas. Et maintenant, même s’ils disent que c’est 14 jours, un expert britannique de la santé estime que cela pourrait être 24 jours. Quel que soit cet expert, ce scientifique de la mort est sorti et a fait ses activités de la vie normale pendant les 14 à 24 jours suivants et il s’est répandu tout autour de Wuhan.

Alex: Oh, ils jouaient avec le feu et ils ont été brûlés.

Dr Boyle: D’accord. Ils se sont tiré une balle dans le pied, Alex. C’est mon évaluation en ce moment, oui. Ils l’utilisaient – je pense qu’ils le développaient pour une utilisation contre nous ou contre les Russes et / ou les Russes. Ils ont une énorme frontière là-haut.

AlexOui, toute la division russo-sino.

Dr Boyle: D’accord. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, mais quand même, la Russie a beaucoup de terres là-bas et la Chine – et pas beaucoup de monde.

Alex: Bien sûr, ils peuvent anéantir les Russes, c’est leur cible. [INAUDIBLE] trail.

Dr Boyle: Et la Chine a beaucoup de gens et ils ont besoin de plus de terres, donc je n’exclus pas que cela aurait été dirigé …

Alex: Bien sûr. La Chine a toujours regardé la Russie avec avidité. D’accord. Tout puissant. Si vous pouvez revenir demain, le lendemain – nous avons besoin de mises à jour. Ceci est la plus grande nouvelle jamais connue. Et je dirais simplement que c’est incroyable. Les rapports, les revues scientifiques, le Dr Boyle – incroyables. Comment appelons-nous cette interview? Nous sommes toujours en vie. Je veux dire, je ne sais pas comment appeler cela une fois que nous l’afficherons sur Infowars.

Dr Boyle: Eh bien, Alex, permettez-moi également de dire que nous ne pouvons pas faire confiance au FBI pour faire la bonne chose ici. Ils ont menti, ils se sont cachés et ils ont saboté l’Amerithrax sortant de Fort Detrick. Nous allons devoir faire venir ici d’autres agences d’enquête de droit fédéral pour s’occuper de cette Caroline du Nord…

Alex: Et vous êtes l’auteur de la loi américaine sur les armes biologiques, donc je pense que vous êtes tout à fait l’autorité à ce sujet. Alors, encore une fois, veuillez vous joindre à nous demain ou chaque fois que vous le pouvez. Dr Boyle. Des informations très puissantes et tout simplement incroyables. Merci beaucoup.

Dr Boyle: Eh bien, merci Alex et j’espère que vous pourrez diffuser cela dans le monde entier parce que les médias d’information traditionnels aux États-Unis et en Europe m’ont blackballé et mis sur liste noire –

Alex: Bien sûr. Je ne sais même pas comment appeler ça. Pistolet fumant, virus de Wuhan, propagation par l’homme dans le monde entier, dissimulation. Je veux dire, la Chine nous a acheté le virus Wuhan armé. Merci, docteur Boyle. Paul Watson prend le relais en ce moment.

– Fin de transcription de fin

Source : Full transcript of “smoking gun” bombshell interview: Prof. Francis Boyle exposes the bioweapons origins of the CoVid-19 coronavirus

https://www.naturalnews.com/2020-02-20-full-transcript-smoking-gun-interview-prof-frances-boyle-coronavirus-bioweapons.html

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :