Documentaire important :Qui a tué Massoud?

Ahmed Shah Massoud, fréquemment appelé le commandant Massoud, était le commandant du Front uni islamique et national pour le salut de l’Afghanistan, du Jamiat-e Islami et le chef de l’Armée islamique, une armée ayant combattu contre l’occupation soviétique puis le régime des talibans de 1996 à 2001.

 

Sa mort provoqua un rapprochement avec les USA.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Un cofondateur de Facebook appelle à démanteler le groupe

JUSTIN SULLIVAN L’un des cofondateurs de Facebook appelle dans une longue tribune au vitriol à démanteler le groupe

 

 

Une nouvelle voix s’est élevée jeudi contre Facebook et pas des moindres: l’un de ses cofondateurs, Chris Hughes, a appelé dans une longue tribune au vitriol à démanteler le groupe et à lui imposer un contrôle strict.

M. Hughes, qui a fondé le réseau social avec Mark Zuckerberg il y a quinze ans dans un dortoir de l’université de Harvard, le dit tout de go dans le New York Times: « Il est temps de démanteler Facebook » en séparant le réseau social, son activité originelle, des applications Instagram et WhatsApp.

Celui qui a depuis quitté l’entreprise et affirme avoir vendu ses parts en 2012 s’en prend même directement à l’actuel patron, Mark Zuckerberg, qu’il accuse d’avoir sacrifié la protection de la vie privée des utilisateurs au profit du « clic » et d’avoir éliminé la concurrence sans état d’âme.

Ce très long texte est accompagné d’une photo où l’on peut distinguer les deux hommes, visages juvéniles, sur le campus de la prestigieuse université en 2004.

« C’est un être humain. Mais c’est son humanité même qui rend son pouvoir, hors de contrôle, si problématique », écrit aujourd’hui Chris Hughes de son ancien condisciple.

Mark Zuckerberg « a créé un Léviathan qui élimine l’esprit d’entreprise et restreint le choix des consommateurs », affirme M. Hughes, désormais membre de l’Economic Security Project qui milite pour l’instauration d’un revenu minimum d’existence aux Etats-Unis, et du Roosevelt Institute.

Selon lui, M. Zuckerberg pourrait décider à lui seul de configurer les algorithmes de Facebook pour modifier ce que les abonnés voient sur leur fil d’actualité ou les paramètres de protection de la vie privée.

« Je suis en colère du fait que la priorité qu’il a accordée à la croissance l’ait amené à négliger la sécurité et la civilité pour la course aux clics », regrette-t-il, affirmant par ailleurs que « le gouvernement doit tenir Mark pour responsable » de cette situation.

« Facebook accepte le fait que son succès s’accompagne d’une responsabilité », a réagi Nick Clegg, responsable de la communication du groupe, auprès de l’AFP.

« Mais on ne peut pas faire appliquer cette responsabilité en appelant à démanteler une entreprise américaine à succès (mais uniquement) via l’introduction méticuleuse de nouvelles règles pour internet. C’est exactement ce à quoi a appelé Mark Zuckerberg », a-t-il ajouté, précisant que ce dernier rencontrait des responsables politiques cette semaine.

Le patron du réseau social doit notamment rencontrer le président français Emmanuel Macron vendredi à Paris.

– Monopole –

Facebook, qui a racheté Instagram (partage de photos) en 2012 puis WhatsApp (messagerie instantanée) en 2014, revendique 2,7 milliards d’utilisateurs mensuels sur l’ensemble de ses plateformes. Le groupe a dégagé un bénéfice de 2,43 milliards de dollars au premier trimestre cette année.

Mais il est empêtré dans une série de scandales autour des contenus motivés par la haine ou trompeurs qui circulent sur son réseau mais aussi autour de l’utilisation indue de données privées de ses abonnés. Le groupe pourrait notamment écoper d’une amende de plusieurs milliards de dollars de la part de l’agence fédérale de régulation du commerce.

Pour Chris Hughes, Facebook est devenu un monopole, qu’il convient de démanteler « dans un délai court »: régulateurs et élus doivent se saisir urgemment de ce dossier avec, le cas échéant, la menace d’un procès anti-monopole devant les tribunaux.

Et même, dit-il: « Juste démanteler Facebook n’est pas suffisant. Nous avons besoin d’une nouvelle agence, chargée par le Congrès de réguler les entreprises technologiques ».

Chris Hughes rejoint ainsi d’autres critiques virulents, comme le financier George Soros qui étrille régulièrement Facebook et d’autres géants d’internet, qu’il décrit lui aussi comme des « monopoles toujours plus puissants ».

M. Hughes rejoint aussi la sénatrice Elizabeth Warren, candidate démocrate à la présidentielle de 2020, qui a proposé récemment de « démanteler ces monopoles » et qui a d’ailleurs estimé jeudi sur Twitter que Chris Hughes avait « raison ».

Mais pour la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager, pourtant grande pourfendeuse de la puissance des colosses américains, démanteler ces géants n’est pas la meilleure solution et ne devrait être envisagée qu’en dernier recours car « il y a un risque que, même si nous démantelons ces sociétés, elles redeviennent grosses très rapidement avec les effets de réseau ».

Déjà très critiqué pour ne pas avoir anticipé les manipulations politiques orchestrées via son réseau –en particulier lors de la campagne présidentielle américaine remportée par Donald Trump en 2016–, Facebook est aussi vilipendé pour la gestion des données personnelles de ses usagers, qui fondent son modèle économique, depuis le scandale Cambridge Analytica en 2018.

 

 

 

 

Vidéo: La bataille d’Azincourt

La bataille d’Azincourt est une défaite cuisante des Français face aux Anglais, durant la guerre de Cent Ans. Revendiquant le trône de France, Henri V d’Angleterre débarque en Normandie en août 1415, à la tête d’une armée d’environ 11 000 hommes. Il s’empare de Harfleur en septembre, mais ses forces sont réduites alors de moitié, à la suite des combats et en raison des maladies. Henri prend la décision de se porter vers le nord-est pour rejoindre Calais, possession anglaise, d’où il espère pouvoir regagner l’Angleterre. Mais une imposante armée française, sous les ordres du connétable Charles d’Albret, cherche à lui bloquer sa retraite.

Bataille d’Azincourt

Cette armée compte de 20 000 à 30 000 hommes et réunit la fine fleur de la chevalerie française. Elle rattrape l’armée anglaise exténuée à Agincourt (aujourd’hui Azincourt, dans le département du Pas-de-Calais). Persuadés de remporter une victoire facile, les Français ont imprudemment choisi pour champ de bataille une étroite clairière, d’environ 900 mètres, encadrée par deux bois. L’exiguïté du terrain rendant les manœuvres quasi impossibles, l’avantage de leur écrasante supériorité numérique se voit réduit à néant. À l’aube du 25 octobre 1415, les deux armées se préparent au combat. Du côté français, trois formations en bataille, les deux premières à pied, sont contraintes de s’aligner les unes derrière les autres. Henri ne dispose que d’environ 5 000 archers et 900 hommes d’armes, qu’il déploie en une seule ligne. Les hommes d’armes ont mis pied à terre et sont répartis en trois groupes centraux reliés par des groupes d’archers qui forment des angles en saillie, flanqués sur les ailes droite et gauche par deux masses d’archers supplémentaires.

Plan de bataille français retrouvé dans les archives britanniques.

Les archers anglais s’avancent pour avoir leur ennemi à portée de flèches. Le tir nourri des « long bows » pousse alors les Français à attaquer. Des charges isolées de chevaliers français se brisent sur la ligne de pieux acérés dressée par les Anglais.

 

Les Anglais eux-mêmes le reconnaissent : si les troupes du roi Henry V firent preuve d’un extraordinaire sang froid et d’une discipline sans faille sur le champ de bataille, leur victoire du 25 octobre 1415 à Azincourt marque surtout le fiasco absolu d’une chevalerie française trop sûre d’elle, butée dans sa stratégie et très mal organisée.

Les Français étaient supérieurs en nombre, même si la différence entre les deux armées était sans doute nettement plus faible que ce qui a longtemps été affirmé : 12 000 contre 9 000 selon l’historienne britannique Anne Curry, l’une des plus éminentes spécialistes d’Azincourt. Les Anglais, affaiblis par le siège d’Harfleur en Normandie et plusieurs jours de marche, semblaient surtout une proie facile pour nos chevaliers. Mais rien ne s’est passé comme prévu.

Voici les cinq principales erreurs commises lors de cette funeste journée qui coûta la vie à plus de 6000 combattants :

1. Une tactique prévisible
2. Un terrain inadapté
3. Une avant-garde trop fournie
4. Une charge de cavalerie désastreuse
5. Des troupes arrivées en retard

 Une tactique prévisible

Pendant des siècles, la tactique française employée dans les batailles rangées comme celle d’Azincourt avait peu évolué. Elle s’appuyait principalement sur des grandes charges de cavaliers qui utilisaient la vitesse et la force de leurs chevaux pour infliger de gros dégâts dans les premières lignes adverses. Parfois ça a fonctionné, comme à Bouvines (1214) ou à Roosebeke (1382). Mais très souvent ça a échoué, comme à Coutrai (1302), à Crécy (1346), à Poitiers (1356) ou à Nicopolis lors de la croisade de Hongrie contre les Turcs (1396). Avant, les Anglais fonçaient eux aussi tête baissée mais l’humiliante défaite que les piquiers écossais leur infligèrent à Bannockburn en 1314 les conduisit à revoir fondamentalement leur stratégie et à promouvoir une arme redoutable : l’arc long ou « long bow »capable de faire pleuvoir à distance une « grêle » de flèches sur l’adversaire. Les archers les plus habiles étant capables de décocher une quinzaine de flèches à la minute, la technique était extrêmement efficace pour « briser » les charges massives des chevaliers.

Les Français aussi ont intégré des « gens de traits » dans leurs rangs. L’arbalète – plus précise que l’arc long mais plus lente à recharger –  s’est souvent révélée une arme de défense très précieuse lors des sièges. En revanche, son usage semble moins convaincant lors des grandes batailles rangées. A Crécy, les arbalétriers génois placés en première ligne par les Français, avaient gêné la progression des chevaliers, qui, extrêmement courroucés, avaient fini par les massacrer pour dégager le passage. Quant à l’arc long, le roi Charles V a bien tenté de le promouvoir à la fin du XIVe siècle sans jamais parvenir à l’imposer.

On touche ici au mentalités de l’époque : en France, la guerre est avant tout l’affaire des nobles. Les armes de trait ne correspondent pas à l’idéal chevaleresque qui privilégie le combat à cheval, le corps-à-corps et la mêlée. Les archers et les arbalétriers sont considérés comme une simple force d’appoint au sein de l’ost royal. Les Anglais, au contraire, n’ont pas hésité à ouvrir leur armée aux gens du peuple parmi lesquels ils ont recruté l’élite de leurs tireurs. A Azincourt, parmi les 9000 combattants anglais présents, on compte 7000 archers. Côté français, les « gens de trait » représentent à peine un tiers des 12 000 hommes présents. Le pont faible des archers étant leur faible protection (impossible de tirer à l’arc avec une armure), de grosses charges de cavalerie allaient forcément être menées contre eux pour tenter de les neutraliser. Henry V l’avait prévu et avait demandé à ses hommes de trait de tailler des grands pieux pour se protéger des assauts. Une parade peut-être inspirée des archers turcs qui avaient vaincu de cette façon les croisés à Nicopolis en 1396. 

Un terrain inadapté

Au début des années 1980, l’historien Christopher Philpotts fit une incroyable découverte dans les archives de la British Library : il retrouva un authentique plan de bataille élaboré par les Français avant la bataille d’Azincourt. Ce document a probablement été rédigé par le maréchal Jean Le Meingre, dit Boucicaut. Les Anglais l’ont sans doute récupéré parmi ses effets lorsqu’il a été capturé, à l’issue des combats. Au regard des noms des commandants qui figurent sur le document, dont quelques uns étaient absents le jour « J », il semble que ce plan ait été élaboré au moins une dizaine de jours avant l’affrontement, sans prendre en compte la configuration du champ de bataille qui n’avait pas encore été désigné.

Bataille de Crecy.

Selon l’historienne anglaise Anne Curry, les Français voulaient pousser Henry V et ses troupes à se battre à découvert dans une grande plaine, bien plus à l’est qu’Azincourt, du côté d’Aubigny-en-Artois, entre Saint-Pol-sur-Ternoise et Arras. La course-poursuite engagée à partir du 7 octobre avait pourtant porté ses fruits : le roi d’Angleterre, qui cherchait à rejoindre Calais au plus vite, n’avait pas pu franchir la Somme à Abbeville, comme il le souhaitait. Il avait donc dû remonter le fleuve vers l’est pour trouver un nouveau gué, sans doute du côté de Béthencourt-sur-Somme (voir carte ci-dessous).

Mais Henry V parvint à devancer les Français lancés à ses trousses, pour remonter vers le nord-ouest. Sa progression fut stoppée dans l’Artois, à hauteur de Maisoncelle, ses ennemis lui barrant la route 1 kilomètre plus loin à Ruisseauville. On peut encore s’en rendre compte aujourd’hui lorsqu’on visite les lieux : la plaine qui sépare Maisoncelle de Ruisseauville se rétrécit entre les villages d’Azincourt et de Tramecourt, formant un léger entonnoir. Les bois, situés de part et d’autre, étaient beaucoup plus denses qu’aujourd’hui et ne laissaient qu’un passage d’environ 500 mètres de large. Cette caractéristique effaçait du coup l’avantage du surnombrepour les Français, en rendant difficile, voire impossible, le contournement, voire l’encerclement des troupes anglaises.  
Les lignes anglaises surplombaient également les lignes françaises, contraignant leurs adversaires, en armures, à davantage d’effort physique. A cela s’ajoutait l’état détrempé du terrain qui contraria les charges à pied et à cheval des Français. En ce mois d’octobre, les champs venaient d’être fraîchement labourés et se transformèrent en véritable bourbier dès les premiers assauts. Selon Le Religieux de Saint-Denis, un chroniqueur qui recueillit des témoignages de survivants, les hommes à pied « enfonçaient jusqu’aux chevilles« .   

Résultats de recherche d'images pour « Bataille d'Azincourt »

 

 

 

Terrorisme islamique:Le DJihad contre les chrétiens s’accentue au Nigéria

  • La violence actuelle, qui s’aggrave depuis le début de 2017, « est légèrement différente, en ce sens qu’elle consiste en une série d’attaques ciblées contre des communautés chrétiennes qui tentent de déplacer des agriculteurs et de prendre des terres pour leurs éleveurs ». – Nathan Johnson, International Christian Concern, responsable régional pour l’Afrique.
  • « Au Nigeria, les chrétiens sont traités comme des citoyens de deuxième classe dans les douze États du nord du pays où la charia est appliquée. Ils sont victimes de nombreuses agressions. Des filles chrétiennes sont enlevées et forcées à se marier avec des hommes musulmans. Des pasteurs sont enlevés pour obtenir une rançon. Les églises sont vandalisé ou complètement détruit « . – Nathan Johnson.
  • « Le gouvernement nigérian et la communauté internationale (…) ont peu fait depuis le début pour remédier à la situation. Ce manque de participation n’est pas surprenant: ils ne peuvent même pas reconnaître ses racines, à savoir l’idéologie intolérante du djihad. le nombre de morts des chrétiens a seulement augmenté – et continuera probablement à croître de manière exponentielle – jusqu’à ce que cette réalité soit non seulement reconnue, mais également traitée.  » – Raymond Ibrahim, auteur et expert du Moyen-Orient.
Les chrétiens sont massacrés au Nigeria par les djihadistes Fulani et Boko Haram – et personne ne semble s’en soucier. Sur la photo: Abubakar Shekau, dirigeant de Boko Haram, tiré d’une vidéo de propagande de Boko Haram datée de novembre 2018.

Les chrétiens sont massacrés au Nigeria par les djihadistes Fulani et Boko Haram – et personne ne semble s’en soucier.

La plus grave persécution de ces chrétiens sans défense – qui représentent la moitié de la population totale du Nigéria – a eu lieu principalement dans le nord musulman du pays, régi par la charia , et dans les États de la  » ceinture moyenne « . , « qui sont une zone de transition entre les états du nord et du sud.

Selon l’organisation de défense des droits de l’homme International Christian Concern (ICC):

« Les militants peuls ont continué de mener de violentes attaques dans toute la région du Middle Belt au Nigéria en mars. Les attaques brutales perpétrées par ces militants islamistes extrémistes suscitent constamment la peur parmi les chrétiens vivant dans le Middle Belt, alors que le nombre de morts ne cesse de croître … Le mois dernier [mars 2019], au moins 150 personnes ont été tuées.

« … Mgr William Amove Avenya, évêque nigérian de l’État de Benue, a déclaré: ‘Des membres de tribus peuls armés jusqu’aux dents, assassinent des femmes enceintes et des enfants et détruisent nos petites propriétés.

«  » Il s’agit d’une bombe à retardement qui menace d’enflammer toute la région. Nous ne pouvons pas attendre qu’un génocide de masse se produise avant d’intervenir « , a-t- il ajouté.

Méthode d’exécution publique par Daesh.

« … Voici les plus grandes attaques qui ont eu lieu en mars:

  1. 4 mars 2019 : des militants peuls attaquent l’État de Benue et font 23 morts
  2. 11 mars 2019 : les milices peuls attaquent Kajuru, incendiant plus de 100 maisons et faisant 52 morts
  3. 18 mars 2019 : Boko Haram a assiégé une ville à majorité chrétienne dans l’État d’Adamawa, peuplée de plus de 370 000 habitants. « 

Le responsable régional pour la CPI pour l’Afrique, Nathan Johnson, qui s’est récemment rendu au Nigéria, a déclaré à Gatestone que cette violence meurtrière avait commencé il y a moins de 20 ans.

« Cela n’a vraiment commencé qu’en 2001, après que les émeutes entre musulmans et chrétiens dans la région du Plateau ont coûté la vie à plus de 1 000 personnes et détruit de nombreuses églises. puisque. »

Johnson a souligné que la violence actuelle, qui s’intensifiait depuis début 2017, « est légèrement différente, en ce sens qu’elle consiste en une série d’attaques ciblées visant des communautés chrétiennes tentant de déplacer des agriculteurs et de prendre des terres pour leurs éleveurs ».

Il a ajouté que l’hostilité incluait un ensemble complexe de facteurs – facteurs socio-économiques (éleveur contre agriculteur), ethniques (principalement les Peuls contre tous les autres, à l’exception de Hausa) et religieux (musulmans contre Chrétiens):

« Le gouvernement nigérian et les principaux médias ont minimisé le fait que des musulmans radicaux massacraient des communautés chrétiennes au Nigeria. Ils préféreraient décrire la crise comme un affrontement entre deux communautés ethniques ou socio-économiques qui s’entretuent – même si près de 80% des victimes sont des chrétiens. « 

Johnson a ajouté:

« Au Nigeria, les chrétiens sont traités comme des citoyens de deuxième classe dans les douze États du nord du pays où la charia est appliquée. Ils sont victimes de nombreuses agressions. Des filles chrétiennes sont enlevées et forcées à se marier avec des hommes musulmans. Des pasteurs sont enlevés pour obtenir une rançon. Les églises sont vandalisé ou complètement détruit.

« Les chrétiens que j’ai rencontrés lors de mon récent voyage au Nigéria, qui ont tant souffert à la fois des Fulani et de Boko Haram, espèrent que d’autres personnes dans le monde se soucient de ces personnes et prient pour eux. Beaucoup manquent de nourriture, d’eau et d’abris, Des centaines de milliers d’enfants chrétiens dans tout le pays ne peuvent pas aller à l’école parce que leurs parents n’en ont pas les moyens, n’y ont pas accès ou craignent que leurs enfants ne le soient. attaqué ou enlevé alors qu’il se rendait dans la classe ou dans sa classe. « 

Comme l’explique l’expert du Moyen-Orient Raymond Ibrahim l’année dernière:

« Le gouvernement nigérian et la communauté internationale (…) ont peu fait depuis le début pour remédier à la situation. Ce manque de participation n’est pas surprenant: ils ne peuvent même pas reconnaître ses racines, à savoir l’idéologie intolérante du djihad. le nombre de morts des chrétiens a seulement augmenté – et continuera probablement à croître de manière exponentielle – jusqu’à ce que cette réalité soit non seulement reconnue, mais également traitée. « 

 

 

 

 

 

Le renversement d’Omar el-Béchir

Le renversement d’Omar el-Béchir par Thierry Meyssan Certaines poches du Soudan sont toujours en guerre et le gouvernement de Karthoum est toujours militaire. Rien n’a changé bien que le président Omar el-Béchir ait été renversé. Pour Thierry Meyssan, le problème du Soudan est avant tout culturel après 30 ans de dictature des Frères musulmans. Les événements […]

via Le renversement d’Omar el-Béchir — Ombre43

Ce qu’on vous cache de l’islam au Québec:Des églises chrétiennes vandalisées, déféquées et incendiées « tous les jours »

  • En Allemagne, quatre églises distinctes ont été vandalisées et / ou incendiées uniquement en mars. « Dans ce pays », a expliqué PI-News, un site d’informations allemand, « une guerre rampante se poursuit contre tout ce qui symbolise le christianisme: attaques sur des sommets de montagnes, des statues sacrées au bord du chemin, des églises … et récemment également sur les cimetières « .
  • Dans presque tous les cas d’attaques dans l’église, les autorités et les médias occultent l’identité des vandales. Dans les rares cas où l’identité musulmane (ou « migrante ») des destroyers est divulguée, les profanateurs sont alors présentés comme souffrant de problèmes de santé mentale.
  • « Rares sont les personnes qui écrivent et parlent des attaques croissantes contre les symboles chrétiens. En France comme en Allemagne, le silence scandaleux des profanations et l’origine des coupables sont éloquents … Pas un mot, pas la moindre allusion. pourrait en aucun cas donner lieu à des soupçons de migrants … Ce ne sont pas les auteurs qui risquent d’être ostracisés, mais ceux qui osent associer la profanation de symboles chrétiens à des importations immigrées: ils sont accusés de haine, de discours de haine et de racisme .  » – PI News, 24 mars 2019
En février, des vandales ont profané et brisé des croix et des statues à la cathédrale Saint-Alain de Lavaur, en France, et ont mutilé d’une manière moqueuse les bras d’une statue du Christ crucifié. De plus, une nappe d’autel a été brûlée. (Source de l’image: Eutrope / Wikimedia Commons)

 

D’innombrables églises de l’Europe occidentale sont vandalisées, déféquées et incendiées.

En France, deux églises sont profanées chaque jour en moyenne. Selon PI-News , un site d’informations allemand, 1 063 attaques contre des églises ou des symboles chrétiens (crucifix, icônes, statues) ont été enregistrées en France en 2018. Cela représente une augmentation de 17% par rapport à l’année précédente (878). ont été enregistrés – ce qui signifie que ces attaques ne font que s’aggraver.

Parmi les profanations récentes en France, les suivantes ont eu lieu en février et mars seulement:

  • Des vandales ont pillé l’église Notre-Dame des Enfants à Nîmes et ont utilisé des excréments humains pour y tracer une croix . du pain consacré a été retrouvé jeté dehors parmi les ordures.
  • En février, l’ église Saint-Nicolas de Houilles a été vandalisée à trois reprises. une statue de la Vierge Marie du XIXe siècle, considérée comme  » irréparable« , était  » complètement pulvérisée « , a déclaré un membre du clergé; et une croix pendante a été jetée au sol.
  • Des vandales ont profané et brisé des croix et des statues à la cathédrale Saint-Alain de Lavaur et ont mutilé les bras d’une statue d’un Christ crucifié de manière moqueuse. De plus, une nappe d’autel a été brûlée.
  • Des incendiaires ont incendié l’église Saint-Sulpice à Paris peu après la messe de midi du dimanche 17 mars.

Des rapports similaires sortent d’Allemagne. Quatre églises séparées ont été vandalisées et / ou incendiées en mars seulement. « Dans ce pays », a expliqué PI-News , « il existe une guerre rampante contre tout ce qui symbolise le christianisme: attaques sur les sommets des sommets des montagnes, sur les statues sacrées le long du chemin , sur les églises … et récemment sur les cimetières. »

Qui est principalement derrière ces attaques continues et croissantes contre des églises en Europe? Le même rapport allemand suggère: « Les croix sont cassées, les autels brisés, les bibles incendiées, les fonts baptismaux renversés et les portes de l’église maculées d’expressions islamiques du type » Allahu Akbar « . »

Selon un autre rapport allemand du 11 novembre 2017, quelque 200 églises ont été attaquées et de nombreuses croix brisées dans les Alpes et la Bavière: «La police profite à maintes reprises de profanations religieuses. Les auteurs sont souvent de jeunes émeutiers issus de l’immigration.  » Ailleurs, ils sont décrits comme des  » jeunes islamistes « .

Parfois, malheureusement, dans les régions européennes à forte population musulmane, il semble y avoir une augmentation concomitante des attaques contre les églises et les symboles chrétiens. Avant Noël 2016, dans la région de Rhénanie du Nord-Westphalie en Allemagne, où résident plus d’un million de musulmans , une cinquantaine de statues chrétiennes publiques (y compris celles de Jésus) ont été décapitées et des crucifix cassés.

En 2016, à la suite de l’arrivée en Allemagne d’un autre million de migrants, pour la plupart musulmans, un journal local a annoncé que, dans la ville de Dülmen, « il ne se passe pas un jour » sans que des statues religieuses de moins de 50 000 habitants soient attaquées, et environs immédiats « 

En France, il semble également que les attaques contre les églises augmentent également lorsque le nombre de migrants musulmans augmente. Une étude de janvier 2017 a révélé que les « attaques extrémistes islamistes contre des chrétiens » en France avaient augmenté de 38%, passant de 273 attaques en 2015 à 376 en 2016; la majorité s’est produite pendant la période de Noël et « de nombreuses attaques ont eu lieu dans des églises et autres lieux de culte ».

À titre d’exemple typique, un homme musulman a commis en 2014 des  » actes majeurs de vandalisme  » au sein d’une église catholique historique à Thonon-les-Bains. Selon un rapport (avec des images), il « aurait renversé et cassé deux autels, les candélabres et les lutrins, détruit des statues, démoli un tabernacle, tordu une croix en bronze massive, brisé une porte de sacristie et même brisé des vitraux. » Il a également « piétiné » l’Eucharistie.

Pour des exemples similaires dans d’autres pays européens, voyez ici:

Une église en Espagne.

 

 

 

Les assaillants ont brisé des statues en bois de la Vierge Marie et de Jésus sur la croix lors de l’attaque choquante qui a eu lieu plus tôt cette semaine.
Ils ont pris d’assaut l’église de Notre-Dame de Carmen dans la ville espagnole de Rincon de la Victoria, en Andalousie

Dans presque tous les cas d’attaques dans l’église, les autorités et les médias occultent l’identité des vandales. Dans les rares cas où l’identité musulmane (ou « migrante ») des destroyers est révélée, les auteurs sont alors présentés comme souffrant de problèmes de santé mentale . Comme le récent PI-Nouvelles rapportdit:

« Rares sont les personnes qui écrivent et parlent des attaques croissantes contre les symboles chrétiens. En France comme en Allemagne, le silence scandaleux des profanations et l’origine des coupables sont éloquents … Pas un mot, pas la moindre allusion. pourrait en aucun cas donner lieu à des soupçons de migrants … Ce ne sont pas les auteurs qui risquent d’être ostracisés, mais ceux qui osent associer la profanation de symboles chrétiens à des importations immigrées: ils sont accusés de haine, de discours de haine et de racisme . « 

 

 

Réécrire l’histoire:L’accident nucléaire de Tchernobyl était un sabotage bien planifié

La tragédie de la centrale nucléaire de Tchernobyl a été délibérément provoquée pour provoquer des troubles en URSS et séparer l’Ukraine de la Russie. Ce sont les résultats d’une enquête physico-technique indépendante menée par le physicien atomique Nikolai Kravchuk. (Il était auparavant à la chaire de théorie du noyau atomique de la faculté de physique de l’Université d’État de Moscou Lomonossov).

C’était du sabotage!

Kiev (nouvelle région, Sergey Dmitriev) – Les résultats de ses recherches ont été présentés par lui dans le livre « La catastrophe de Tchernobyl », publié en 2011 à Moscou, où il a trouvé un écho. Même avant la publication du livre, après les premières publications dans la presse ukrainienne, Kravtchouk a été immédiatement licencié de son travail à l’Institut de physique théorique de l’Académie nationale des sciences de l’Ukraine.

Résultats d’enquête gardés secrets

Dans une critique du livre, les professeurs Dr. IA Krawez et dr. VA Vychinski de Krawchuk. Les résultats des travaux du scientifique, cependant, ont été dissimulés au grand public ukrainien. Kravtchouk a alors sollicité l’aide des représentants du club russe de Kiev. Le club russe de Kiev estime nécessaire de mettre ces résultats à la disposition du public ukrainien.

Les Gorbatchevistes avaient planifié le crime

Le scientifique note que l’explosion du réacteur sous la direction du Comité central du PCUS de Gorbatchev avait été planifiée et réalisée à l’avance et que le personnel de la centrale, qui devait servir de « bouc émissaire », avait été blâmé. Après cela, les scientifiques du nucléaire accusés mutuellement et sous la pression de « disciples de la perestroïka » ont été forcés de se justifier. Cela a également été confirmé indirectement par la direction de Gorbatchev, à laquelle tous les fils ont abouti, vis-à-vis du public mondial.

La version utilisée officiellement était un mensonge

En août 1986, lors de la réunion de l’AIEA, la version officielle du cours des événements survenus à la centrale nucléaire de Tchernobyl et sa conclusion principale étaient présentées: « La cause principale de la catastrophe était la combinaison très improbable de violations des réglementations et des règles de fonctionnement, et non du personnel du bloc énergie adhéré à « , note Nikolai Kravchuk. Cela signifie que le personnel de la centrale n’aurait pas pu faire exploser Tchernobyl sans une intervention extérieure réfléchie.

Journaux d’exploitation manipulés

Ni le ministère de l’énergie de l’URSS, ni le ministère de l’énergie atomique de Russie, ni le ministère de l’énergie atomique de l’Ukraine n’étaient intéressés par une enquête objective parce qu’ils avaient accepté de coopérer au sein du secteur extrêmement fermé de l’énergie atomique. Et ils ont tout fait pour que cela ne se produise pas, en particulier ils ont manipulé les registres d’exploitation de la centrale nucléaire. Par conséquent, il n’a pas été possible d’écrire et d’enregistrer  une version officielle et … sonore.

Tests dangereux dans des conditions instables

Du 1er au 23 avril 1986, « l’état de la zone active du réacteur avait considérablement changé. Ces changements ne sont pas une coïncidence, mais ils sont le résultat d’actions bien planifiées et prédéfinies « , écrit Kravchuk. Dans le quatrième bloc d’énergie, un maximum de matières radioactives de l’ordre de 1 500 mCi [1] était présent. Au cours des essais, le réacteur était dans un état très instable avec une puissance décroissante. En outre, dans certaines chambres du réacteur, des combustibles hautement enrichis provenant de sous-marins nucléaires (plutonium 239) ont été découverts, ce qui a entraîné une forte augmentation de la puissance et de la température dans la zone active. Dans le même temps, l’approvisionnement en noyaux en graphite qui ralentissent le réacteur était épuisé. Spécialistes qualifiés de la centrale nucléaire de Tchernobyl (A. Chernyshev) n’avait pas été admis au travail le jour des essais et ceux qui étaient présents à ce moment-là « ont été invités à convaincre le responsable des essais, A.Djatlow, de CESSER IMMÉDIATEMENT les essais et de mettre le réacteur à l’arrêt. » , Malheureusement en vain, car il venait de recevoir des directions opposées.

Unités de protection d’urgence éteintes

En outre, la majorité des unités de protection d’urgence du réacteur ont été mises hors tension. « Ils ont fait l’expérience avec le turbogénérateur (TG-8), où le roulement était cassé, et non avec le TG-7 intact. » Les essais de vibration avec augmentation de la vibration ont été réalisés simultanément avec la turbine non chargée à basse fréquence, amplitude accrue et vibrations amplifiées. Après une explosion de vapeur due à un défaut des systèmes techniques (le roulement) qui n’avait pas résisté aux essais en raison de la surcharge de résonance au cours des essais, une réaction de la vapeur d’eau transformée en un mélange explosif d’hydrogène et d’oxygène (qui était la deuxième Stade du processus d’explosion) « , note le scientifique.

Une énorme explosion

Après l’explosion massive d’hydrogène dans l’espace fermé du réacteur, pour une raison quelconque, les joints d’étanchéité se sont répandus sur les parois de « deux ou plusieurs polycellules » de combustible nucléaire, atteignant une masse critique locale qui a entraîné une explosion « quasi atomique ». Ce n’est qu’après avoir pu déplacer « le couvercle supérieur » des « marmites » pesant plus de 2 000 tonnes qui dépassent de 90 degrés la zone active, de sorte qu’un nuage de plasma avec une température de 40 000 degrés se soit formé à l’intérieur du bloc a été remarqué par les témoins oculaires de l’accident de l’extérieur. La présence d’uranium hautement enrichi en U-238, qui était dissimulé au personnel, a été mise en lumière dans les premiers jours « après le débordement de la chambre de combustion », note Nikolai Kravchuk. « Et cela vient de créer une activité gamma de 17%, pour la reconvertir en plutonium-239 (avec une demi-vie d’un peu plus de 2 jours – ce qui était essentiel pour les suivants)! Il faut ajouter que l’effet sismique de l’explosion était d’une telle ampleur qu’il a ébranlé le bâtiment du bloc avec une masse de plusieurs dizaines de milliers de tonnes – il pourrait sans aucun doute provoquer le séisme local, qui avait également été enregistré.  » Cependant, malgré ces preuves évidentes, ils essaient de ne pas reconnaître le fait d’une explosion nucléaire, ainsi que leurs symptômes.

Une série de mauvaises décisions

En gros, cette explosion n’a pas immédiatement entraîné une contamination radioactive généralisée. L’augmentation violente des radiations au cours des jours suivants est due à l’augmentation progressive de la réaction du plutonium et à une série d’explosions grandement renforcées par un faux effacement au moyen d’eau et de sable, en supposant que le contenu du réacteur soit intact était.

La catastrophe n’a plus été évitée

« Si on avait immédiatement compris la nature des événements, il aurait été clair ce qu’il fallait faire – et il n’y aurait pas eu de tels déversements, sauf peut-être la chute de sacs d’acide borique! » la contamination radioactive de l’environnement – environ une douzaine de fois -, de sorte que ce qui était arrivé la veille au soir devienne inévitable, et que dorénavant l’acide borique n’aurait pas aidé … que la tâche la plus urgente doit être de se concentrer sur l’évacuation immédiate de la population de la zone des 50 km. « Toutefois, cela n’a pas été fait.

L’auteur meurt …

Defendants in Chernobyl accident trial. From left: plant director Viktor Bryukhanov, deputy chief engineer Anatoly Dyatlov, and chief engineer Nikolai Fomin during the trial. Photographed 7th July 1987.

Le destin de l’un des coupables immédiats de la catastrophe, Anatoly Dyatlov, qui a donné les ordres criminels et qui a également été informé des autres tests effectués sur le bloc, qui, selon l’intention de l’échelle derrière lui, a assuré à Tchernobyl le « coup de grâce » même si cela a échoué à l’étape précédente (malheureusement réussi). D’après Krawchuk, qu’est-ce qui « justifierait de comprendre ses actions ainsi que son comportement après la catastrophe – comme s’il avait garanti une peine beaucoup trop sévère? » 4 ans plus tard, en octobre 1990, après plusieurs lettres officielles portant la signature de l’académicien Sakharov, Jelena Bonner et d’autres fossoyeurs apparemment libéraux de l’URSS, il a été libéré prématurément à cause de sa maladie. Il a été soigné à la clinique de radiation de Munich et est décédé en 1995 d’une crise cardiaque.

… et la mafia se tait

Et Georgy Koptschinski, celui qui a donné l’ordre à Djatlov, est ensuite devenu responsable de l’énergie nucléaire au Comité central du PCUS du Département de l’industrie lourde et de l’énergie du Comité central du PCUS. Ayant précédemment travaillé à la centrale nucléaire de Tchernobyl, l’ancien chef du département Énergie atomique et industrie du Conseil des ministres de l’URSS et ancien vice-président du Comité d’État pour la sûreté nucléaire et radiologique de l’Ukraine a finalement été nommé directeur général de l’Agence ukrainienne de l’énergie atomique en 2000. il conseil dans le domaine de la sûreté nucléaire! Peut-être est-il l’un des initiateurs de l’incitation et de la dissimulation de Nikolai Kravchuk. Djatlov et Koptschinski ont tous deux publié leur propre récit de la catastrophe de Tchernobyl,

Kiev, nouvelle région, Sergei Dmitriev

L’unité becquerel, introduite dans le système d’unités SI, s’est révélée trop petite: 1 becquerel (Bq) = 1 désintégration nucléaire par seconde. Par conséquent, l’intensité de rayonnement est toujours exprimée en milliCurie (mCi) ou microcurie (μCi).

 

Н.В. Кравчук, Загадка Чернобыльской катастрофы. (Опыт независимого исследования). – М.: АИРО-XXI, 2011. 104 с. – NWKrawchuk Le mystère de la catastrophe de Tchernobyl (résultats d’une enquête indépendante), Moscou, AIRO-XXI, 2011, 104 p.) – ISBN 978-5-91022-153-0

Le livre peut être trouvé ici (russ.): Http://www.airo-xxi.ru/2009-12-27-19-12-47/doc_details/28– ou sous forme de fichier pdf:

acrobate Kravchuk_Chernobyl (russe)


Nikolai Kravchuk: La tragédie de Tchernobyl était planifiée!

Le but de l’affaire:

La centrale nucléaire de Tchernobyl a été dynamitée pour détruire l’URSS et séparer l’Ukraine de la Russie

D’après une entrevue avec dr. N.Krawtschuk.

Le physicien nucléaire ukrainien Nikolay Kravtchouk est convaincu: l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl a été provoquée par la destruction de l’URSS.

« L’explosion du réacteur … s’est produite dans la nuit du 26 avril … ce qui est fondamentalement impossible avec un nombre correct de barres de combustible. … si la quantité de barres de combustible était conforme à la réglementation, une telle explosion du réacteur n’aurait pas été possible en dix secondes, et elle n’aurait pas explosé! J’ai réussi à exprimer cette opinion lors de la conférence internationale Chernobyl +20 ‘à Kiev. Les collègues ont reçu mes commentaires avec intérêt et la direction de l’institut où je travaillais m’a demandé dès le lendemain d’être «virée» à ma propre demande. « 

Les premiers liquidateurs de la catastrophe ont tous reçu une dose de radiation fatale et beaucoup sont morts quelques jours après la tragédie (texte: « Nous remplissons la mission du gouvernement! »).

 

QUATRE EXPLOSIONS

Qu’avez-vous fait après votre libération?

Je suis devenu un retraité ordinaire, mais après un certain temps, ils m’ont appelé à notre institut de géophysique et m’ont demandé de continuer à travailler sur Tchernobyl. Ils m’ont donné six mois… J’ai fait un travail colossal puis j’ai rédigé un rapport… tous les scientifiques de la question de Tchernobyl ont produit des versions totalement contradictoires. Dans la tête tout a tourné! Mais plus tard, le « puzzle » a été créé … il y a eu des explosions dans la centrale nucléaire de Tchernobyl! Les autorités ont gardé ce secret, ils en ont officiellement rendu compte.

Comment savez-vous cela?

Vous n’avez pas besoin de sept rides sur votre front. Tout ce que vous avez à faire est d’étudier les informations existantes avec suffisamment de détails et de parler à des témoins. Ma version est la suivante: chaque explosion a été précédée par une série de circonstances – il s’est avéré … dans le réacteur … et dans l’ensemble du système du quatrième bloc.

1. … rien qu’avec le turbo-générateur TG-8, une expérience a été réalisée et le camp s’est ainsi séparé. Le roulement défectueux commence à vibrer. Cela a été transféré à la génératrice … si le personnel du quatrième bloc l’avait éteint à temps, il aurait freiné la rotation progressivement, la tragédie ne se serait pas produite. Mais les spécialistes de la centrale nucléaire étaient libres de faire le travail ce jour-là des essais … ceux qui étaient présents ce jour-là n’ont pas convaincu le chef, Anatoly Djatlov, de mettre fin à l’expérience et du réacteur. Il venait de recevoir l’ordre inverse d’en haut.
2. Le réacteur est à paroi simple – il a une connexion directe à la turbine … l’eau … dans le réacteur s’est réchauffée, s’est transformée en vapeur et est allée directement dans le pipeline du générateur … les vibrations résultantes ont été renvoyées au réacteur … elles sont devenues le Canaux des barres de combustible détruits … les barres de combustible non prévues des sous-marins nucléaires ont été détruites, il a formé l’élément explosif plutonium 239.

À la suite de l’accident, le quatrième bloc d’alimentation de la centrale nucléaire a été complètement détruit

Tout cela a conduit à une forte augmentation d’énergie et à une température élevée dans la zone active… l’approvisionnement en noyaux de graphite qui ralentissent le réacteur était épuisé. Au dire de tous, il aurait dû être changé un mois avant la ventilation. Cela pouvait être lu dans les instructions … Mais quelques semaines après l’accident, sur instructions de la direction de la centrale nucléaire de Tchernobyl, ces instructions ont été réécrites.

3. la situation dans son ensemble a abouti … à un endroit, un nombre suffisant d’éléments explosifs s’était accumulé … la masse critique a été atteinte et cela a conduit à la dernière, la quatrième, explosion.

… jusque-là … quand la première explosion a eu lieu … d’un coup … les parois du pipeline ont été détruites et la température dans le réacteur a augmenté rapidement. L’eau s’est progressivement transformée en vapeur, et ici, elle a immédiatement commencé à s’échapper de cette « marmite » dont le « couvercle » pesait 2 500 tonnes. Je dis cela uniquement à cause des images … il est donc plus facile d’imaginer un réacteur. Ils cuisent les pommes de terre et l’eau s’évapore. Seules les pommes de terre ne volent nulle part. Mais la vapeur soulève le couvercle. Lorsqu’une « explosion de vapeur » s’est produite à Tchernobyl, le couvercle s’est soulevé d’un demi-pouce – c’était suffisant – puis il l’a laissé tomber de nouveau. Il y avait un coup … c’était une explosion. Le « couvercle » est retombé au même endroit, mais dans le « pot » était encore l’eau, et le processus a été répété. C’est arrivé un deuxième coup. Dans le troisième, il restait de la vapeur dans cette « marmite », mais à des températures aussi élevées, une réaction de conversion de l’eau et de la vapeur en un mélange explosif d’hydrogène et d’oxygène … a éclaté. Mais elle était spatiale – sans centre.

Dans une telle explosion, les substances ne sont pas rejetées mais sont comprimées uniformément sur toute la circonférence du récipient. … à partir du combustible nucléaire existant – plutonium 239 – une masse critique a été formée. Et qu’est-ce que ça veut dire? Une explosion nucléaire classique! C’était le quatrième. Tout … au fond de la « marmite » s’est envolé, le « couvercle » pesant plus de deux mille tonnes a été démoli. Dans le bloc, un nuage de plasma avec une température de 40 000 degrés s’est formé. Des témoins oculaires ont remarqué l’incident. L’action sismique d’une explosion d’une telle force pourrait être tout à fait suffisante pour provoquer un séisme local … et cela a été enregistré. Malgré ces preuves évidentes, il a été tenté de clarifier le fait d’une explosion nucléaire, ainsi que ses symptômes,

En résulte-t-il que les conséquences les plus terribles sont dues à cette quatrième explosion?

Exactement! Mais cette explosion à elle seule n’aurait pas conduit à une contamination radioactive aussi énorme. La forte augmentation des radiations au cours des jours suivants est due à l’augmentation progressive de la réaction du plutonium et à une série d’explosions provoquées par la fausse trempe du réacteur … la demi-vie du plutonium est d’environ deux jours. Si les personnes impliquées dans la liquidation de l’incident avaient réfléchi un instant, elles se seraient rendues compte que d’autres explosions étaient possibles pendant cette période. En fin de compte, cela s’est également produit – il y a eu des explosions, mais déjà des plus faibles … elles ont conduit exactement à la propagation du rayonnement radioactif sur de vastes territoires. Si les liquidateurs avaient deviné que le réacteur pourrait être immobilisé avec de l’acide borique, aurait été les explosions ultérieures, ainsi que la propagation des radiations à éviter. Mais au lieu de cela, ils ont essayé d’arrêter le réacteur avec du sable et de l’inonder d’eau. C’est une ignorance élémentaire de la physique qui a conduit à cette terrible tragédie! … et combien de membres de l’académie y ont été, et combien d’organisations y étaient, mais … ils ne pouvaient pas expliquer les choses les plus élémentaires … chaque physicien atomique devrait le savoir grâce à ses études. qui a conduit à cette terrible tragédie! … et combien de membres de l’académie y ont été, et combien d’organisations y étaient, mais … ils ne pouvaient pas expliquer les choses les plus élémentaires … chaque physicien atomique devrait le savoir grâce à ses études. qui a conduit à cette terrible tragédie! … et combien de membres de l’académie y ont été, et combien d’organisations y étaient, mais … ils ne pouvaient pas expliquer les choses les plus élémentaires … chaque physicien nucléaire devrait le savoir grâce à ses études.

UN MEDICAMENT ALIMENTAIRE GIGANTIQUE

Mais vous prétendez que l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl était une action planifiée …

Ce n’est pas ce que j’ai dit, ce sont les personnes qui ont pris connaissance de mes enquêtes. L’un des membres de l’Académie a étudié les résultats de mes recherches et a reconnu que celles-ci représentaient l’image la plus complète de toutes les théories physiques connues à ce jour … Il a ajouté: « Nikolay Vasilyevich, j’ai eu l’impression qu’il s’agissait d’un crime brillamment planifié! » Nous ne pouvions pas expliquer cela à l’époque – c’était beaucoup trop dangereux. Tout est simple ici: même en août 1986, lors de la réunion de l’AIEA, la version officielle des événements survenus à la centrale nucléaire de Tchernobyl et sa principale conclusion étaient présentées: « La combinaison très improbable de violations de la commande et des instructions de fonctionnement,

Le cimetière de la technologie contaminée – l’un des lieux de prédilection pour les randonnées pédestres

L’académicien Emlen Sobotovich a convenu avec moi qu’il n’aurait pas eu à concrétiser quoi que ce soit , ni à ériger l’énorme sarcophage sur les lieux de l’accident. Il aurait suffi d’inonder le tout d’un mélange spécial: cela ne permet pas aux gaz de se répandre… L’autre jour, 20 heures après l’accident, il n’y aurait pas eu de danger nucléaire. Et même pas aujourd’hui … toutes ces actions à couvrir sont un gaspillage de fonds! Maintenant, la prochaine « couverture » est à nouveau construite. Alors, des milliards sont gaspillés, pour ne rien rater et pour que tout le monde s’en débarrasse. Une énorme mangeoire!

Nombreux sont ceux qui comptent sur leur travail pour affirmer que la catastrophe de la centrale nucléaire de Tchernobyl était la condition préalable à la destruction de l’URSS …

Pourquoi pas Je suppose que les principaux « architectes » de la catastrophe de Tchernobyl étaient ceux qui voulaient également provoquer la destruction de l’Union soviétique. Sous la direction du Comité central de Gorbatchev du PCUS, l’explosion du réacteur avait été planifiée à l’avance et réalisée, et la responsabilité en était clairement imputée au personnel de la centrale. Même dans la liquidation des conséquences de l’accident accordé à Gorbatchevl’instruction « de faire quelque chose immédiatement, afin que seules ses négociations avec l’Occident ne soient pas perturbées ». Et puis les gens ont juste fait quelque chose qui leur est venu à l’esprit en premier. La réaction à l’accident a été convulsive et nullement scientifique. La principale cause de la propagation des radiations… n’était pas l’explosion, mais les mauvaises actions des liquidateurs et les mauvaises instructions des dirigeants.

Comparaison de la tragédie ukrainienne avec la récente explosion de Fukushima – qui était plus dangereux?

Ce sont deux choses différentes: à Tchernobyl, beaucoup plus de matières radioactives sales ont été éjectées et au Japon, seules les matières radioactives ont explosé. Mais la catastrophe de Tchernobyl est des dizaines de fois inférieure à Fukushima! Notre accident a touché 6% du territoire ukrainien et 23% du Belarus. La demi-vie des isotopes du césium 134 et du strontium 90 est de 28 ans. Après quelques années, cela ne voudra plus rien dire. Mais le plutonium est dangereux et il s’est envolé du centre de l’explosion à quelques kilomètres … il a explosé de Fukushima, dont on se souviendra des conséquences pendant de nombreuses années. Et le pire de tout: la radioactivité est entrée dans l’eau, où vivent les poissons,

La centrale nucléaire japonaise « Fukushima-1 » après l’explosion de mars 2011 a d’abord été refroidie à l’eau, mais il était temps de comprendre que cela ne ferait qu’augmenter la propagation des radiations

Cela signifie-t-il que nous ne serons pas protégés contre des tragédies similaires à l’avenir?

… Vous pouvez faire exploser n’importe quel réacteur sur demande! Tout dépend des possibilités, qui le veut, qui le fera. Rien n’explose tout seul. Si les instructions sont suivies, comment manipuler la technique et si vous connaissez un peu la physique … rien n’est impossible avec de tels objets stratégiques!

Sources: un ancien officier  du KGB qui veut resté anonyme!


L’ENVIRONNEMENT de CHERNOBIL

 

 

 

 

 

 

 

Le Québec toujours sous contrôle néolibéral: Le ventre plus creux dans un quartier plus riche

Beaucoup de gens en Afrique,en Europe et ailleurs dans le monde ,rêvent d’immigrer au Québec (parfois en ignorant tout du Québec) afin d’améliorer leur vie.Beaucoup ignorent que des milliers de québécois vivent en dessous du seuil de la pauvreté et sont confronté à une misère sérieuse à se nourrir,même au minimum vital.Voici:

 

Des dizaines de personnes ont participé jeudi après-midi (le 28 mars 2019) à une manifestation devant l’École Charles-Lemoyne, dans le quartier Pointe-Saint-Charles, pour dénoncer la fin, en septembre prochain, de cette mesure alimentaire visant à venir en aide aux enfants dont les parents sont moins nantis.

Manifestation du 28 mars 2019

Ce programme disparaît en raison de la modification de l’indice de défavorisation de l’école. Le développement urbain et l’embourgeoisement ont augmenté le niveau des revenus dans l’ensemble du quartier, selon des données de Statistique Canada.

Le comité de gestion de la taxe scolaire de l’île de Montréal a produit en 2018 une carte révisée de la défavorisation à Montréal à partir du nouveau portrait dressé par Statistique Canada.

Marianne Dumas, qui siège au conseil d’établissement de l’École Charles-Lemoyne, que fréquente son enfant, considère qu’il est regrettable de mettre un terme au programme alimentaire, car il répond à des besoins concrets.

« C’est totalement un non-sens. Ce n’est pas parce que tes voisins ont plus d’argent maintenant que toi, que cela a changé quelque chose dans ton portefeuille. Les parents vont devoir continuer à nourrir leur enfant et cet argent, il va falloir qu’ils le trouvent quelque part. L’enfant n’arrêtera pas de manger, mais l’enfant ne va peut-être pas aller au camp de jour cet été, parce que ses parents ont été obligés de le mettre au service de garde », a-t-elle dit.

Mme Dumas

Mme Dumas déplore le fait que les parents seront forcés de faire des choix, avec la nouvelle tarification.

« Avant, c’était 1 $. L’enfant était gardé à l’école. Cela lui permettait de sociabiliser. Cela lui permettait d’être en sécurité, d’avoir un repas chaud. Maintenant, des parents vont peut-être faire le choix de retourner leur enfant à la maison », illustre-t-elle.

À compter de septembre, les parents vont devoir débourser en moyenne cinq dollars pour un repas chaud servi à l’école et trois dollars pour que leur enfant puisse utiliser le service de garde.

La nouvelle mesure affectera 300 élèves inscrits dans deux écoles du secteur, soit 40 % des élèves de l’école primaire Charles-Lemoyne et 33 % des élèves de l’école primaire Ludger-Duvernay, dans le quartier Saint-Henri.

À la Commission scolaire de Montréal (CSDM), on compte huit écoles qui vont perdre le programme alimentaire, alors que quatre établissements scolaires vont y gagner. Au total, 14 écoles sur l’île de Montréal vont voir disparaître la mesure d’accès à un repas et des services de garde.

Répercussions en vue

Camille Trudel

Camille Trudel, chargée de projets à la Corporation de développement communautaire de Pointe Saint-Charles, s’inquiète des répercussions qu’aura la disparition de cette mesure alimentaire.

« À Pointe-Saint-Charles, on est dans un quartier qui est défavorisé, mais aussi qui est considéré comme un désert alimentaire. L’accès à des aliments frais n’est pas évident. Donc, on peut penser que les lunchs n’auraient peut-être pas nécessairement tout ce qu’il faut pour certaines familles, par manque de ressources », avertit-elle.

La présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon, reconnaît que le portrait de la métropole a beaucoup changé.

« La différence, cette année, c’est qu’il y avait de nouvelles données statistiques du recensement de 2016. Cela a changé grandement entre 2006 et 2016. On se souvient qu’en 2011, c’était le gouvernement Harper. Cela n’avait pas été le même questionnaire. Cela avait été le questionnaire court. Dans le fond, il y a eu dix ans – une décennie – dans les données réelles qui ont été fournies, plus précises. Cela change grandement le portrait de la réalité de Montréal », a-t-elle affirmé.

De son côté, Camille Trudel croit que l’indice de défavorisation est un outil dépassé.

« On aime dire que l’indice n’est pas adéquat pour nos quartiers de plus en plus hétérogènes. Ce n’est pas tant la faute des gens qui arrivent dans le quartier que de la façon dont l’indice est formulé. En fait, il fausse les données. Il dit que finalement, on devient de plus en plus, selon eux, homogène. Donc, les familles sont de moins en moins pauvres, ce qui n’est pas le cas. Il y a des familles plus riches, des familles plus pauvres », souligne-t-elle.

Un programme universel réclamé

Catherine Harel Bourdon

Catherine Harel Bourdon réclame une mesure d’aide alimentaire universelle de Québec.

« Nous, ce qu’on demande, c’est d’avoir une cantine pour tous, vraiment une cantine universelle le midi comme [il y a dans] plusieurs pays de l’OCDE. Si ce n’était pas possible de le faire, il faudrait cibler les enfants défavorisés plutôt que juste cibler les écoles défavorisées. C’est cela, l’enjeu principal. On demande au gouvernement du Québec de financer plus largement les services alimentaires », réclame-t-elle.

La chargée de projets à la Corporation de développement communautaire de Pointe Saint-Charles appuie cette idée.

« On demande que les quatre paliers, CSDM, municipal, provincial et fédéral s’assoient ensemble pour développer une politique alimentaire universelle, que tous les enfants dans toutes les écoles aient accès à un repas », indique Camille Trudel.

Mme Harel Bourdon assure que la CSDM est à la recherche d’une solution de rechange. Elle souligne que son organisation va rencontrer prochainement divers organismes à ce sujet.

« On est en train de regarder nos services alimentaires, mais nos ressources sont limitées. On ne peut pas non plus déshabiller Paul pour habiller Jacques. Il y a quand même un enjeu interélèves, interécoles. On va regarder ce qu’on est capable de faire dans les budgets qu’on a. Mais, on ne pourra pas compenser à la même hauteur d’un repas pour tout le monde », a-t-elle prévenu.

De son côté, le ministère de l’Éducation n’interviendra pas. Il soutient avoir investi 60 millions de dollars supplémentaires dans le budget pour soutenir les élèves de milieux défavorisés, à même une enveloppe de 125 millions sur cinq ans consacrée à la réussite scolaire.

EN CONCLUSION

Depuis la dernière élection au Québec,beaucoup de gens ont cru qu’en remplaçant le parti politique au pouvoir (…par des bulletins de votes  douteux ) qu’ils avaient réglé le problème lié à la corruption politique sur laquelle tout le système néolibéral s’est construit!

La majorité des gens en âge de voter me donnent l’impression de dormir au gaz et ne cherchent aucune solution.Tous semblent penser  que les hauts-fonctionnaires sont devenus honnêtes parce que les libéraux ont été chassé du pouvoir politique,mais je vous signalais déjà avant l’élection du 1 er octobre 2018  que  le choix  du premier ministre avait  déjà été fait et que la famille Desmarais ,alliée au crime organisé, avait dévolu son choix sur la Coalition Avenir Québec,à défaut de ne plus pouvoir continuer  de maintenir  Philippe Couillard au pouvoir.

Il est clair que les libéraux étaient devenu encombrant ,surtout depuis la Commission Charbonneau.Tôt ou tard ,le Peuple Québécois aurait fini  par réclamer ce qui serait devenu impératif:la Justice!

Mais comme nous le voyons,l’un des  éléments fondamentaux  que la Coalition Avenir Québec réclamait durant la campagne électorale,était la remise des sommes d’argent payées en trop par les  familles québécoises en versement de leurs comptes d’électricité à l’Hydro Québec et François Legault,leur chef,a refusé de remettre ces milliards détournés une fois au pouvoir!

Donc le gangstérisme et le crime organisé  gèrent  le gouvernement du Québec! …Rien n’a changé!

Comme je l’ai toujours dit et écrit: si voter changerait quelque chose,on l’aurait déjà  aboli!

Réveillons-nous!…car il est presque trop tard !

Seule la désobéissance civile peut nous permettre de remplacer ce système,mais pour le remplacer il faut avoir le COURAGE de l’abattre dabord!

 

Le parti estonien anti-invasion double son vote aux élections générales

Le Parti populaire conservateur estonien (EKRE), premier parti estonien anti-invasion du tiers monde, a horrifié les partis de l’establishment en doublant son nombre de voix, soit près de 18% lors des élections générales tenues ce week-end dans le pays.

 

 

L’EKRE a milité sur un programme parfaitement rationnel consistant à mettre fin à l’immigration, à organiser un référendum sur l’adhésion à l’UE, à promouvoir des taux de natalité plus élevés chez les Estoniens et l’unité familiale normale composée d’hommes, de femmes et d’enfants, ce qui est suffisant pour que les médias établis et occidentaux contrôlés les marque « extrême droite. »

Un résultat de 18% correspond à 19 sièges sur un Parlement de 101 sièges.

Les résultats complets ont été:

Eesti Reformierakond (Parti de réforme estonien): 28,8% (la dernière fois, 27,7%), 34 sièges (+4).

Eesti Keskerakond (Parti du Centre estonien): 23,1% (dernière fois 24,8%), 26 sièges (-1).

Eesti Konservatiivne Rahvaerakond (Parti populaire conservateur estonien): 17,8% (la dernière fois, 8,1%) 19 sièges (+12).

Isamaa Erakond (Parti patriotique, conservateurs): 11,4% (contre 13,7% la dernière fois), 12 sièges (-2).

Sotsiaaldemokraatlik Erakond (Parti social-démocrate): 9,8% (dernière fois 15,2%) 10 sièges (-5).

À ce jour, le parti des réformistes et du centre a exclu toute coalition avec l’EKRE, bien que cela se soit déroulé avant sa forte performance.

Selon la déclaration du parti EKRE , «la survie du peuple estonien a été soumise à de fortes pressions. . . L’Estonie d’aujourd’hui n’est pas viable sans des changements urgents importants et ne garantit pas la prospérité à long terme, le développement économique et culturel de notre peuple et la préservation des Estoniens en Estonie et dans le monde. « 

Le manifeste détaillé du parti s’engage à «contrôler l’immigration de l’Est et de l’Ouest et à associer les quotas d’immigration au nombre d’autochtones.

«Nous alignerons la citoyenneté et la résidence permanente sur les normes et objectifs acceptés dans le monde entier. Nous veillons à ce que les citoyens étrangers sanctionnés par le droit pénal et hostiles à l’État estonien ne se voient pas accorder la citoyenneté estonienne et que leur permis de séjour soit retiré.

«Nous annulerons la citoyenneté pour violation du serment de fidélité et pour les personnes qui l’ont reçue par naturalisation sans renoncer à leur citoyenneté antérieure. La citoyenneté estonienne obtenue illégalement est invalide – nous rendrons cette infraction rétroactive.

«En coopération avec des organisations internationales, nous soutenons le rapatriement des personnes matériellement déplacées dans leur pays d’origine.»

Au sujet des enfants et des familles, le parti déclare que «les enfants sont notre atout le plus précieux et le plus coûteux. Le peuple estonien doit pouvoir se régénérer afin de préserver la population culturelle et la nationalité.

«Une famille forte et globale est porteuse de cohésion sociale, de consensus, de continuité des générations, d’attitudes de valeur et de respect mutuel.

«Nous allons mettre en œuvre un ensemble de mesures et les mesures nécessaires pour accroître la croissance démographique, augmenter le nombre et la proportion d’Estoniens, créer un cadre de vie viable et mettre un terme à l’émigration massive.

«Nous soutenons les valeurs chrétiennes et protégeons le modèle familial traditionnel et holistique qui inclut la mère, le père et les enfants.»

Une victoire très célébrée!

Le parti s’est également engagé à « introduire un impôt sur le revenu régressif progressif pour les familles avec enfants: l’impôt sur le revenu des parents est réduit pour chaque enfant élevé », afin de fournir « des avantages supplémentaires pour aider les familles avec enfants scolarisés » et à introduire «Soutien au mariage estonien (20 à 35 ans) pour augmenter le nombre de familles à part entière.»

Le parti a ajouté qu’il «aiderait les jeunes familles à construire une maison, en offrant des avantages en fonction du nombre d’enfants – nous créerons un système de crédit national qui accorde un prêt à une jeune famille et supprime une partie de la dette à la naissance de chaque enfant. ”

Image associée

 

 

 

 

Sauf la Reine,personne n’est propriétaire au Canada

Personne n’est réellement propriétaire au Canada, même si votre terrain et votre propriété est payée en totalité vous êtes sur les terres de la reine et c’est la raison pour laquelle vous devrez toujours payer des taxes.

Sa Majesté devant ‘accumulation de l’or pillé sur le dos des peuples au fil des siècles!

En Tant que sujet de Sa Majesté, vous devez vous soumettre à ses ordres et caprices si non les Useful Idiots à son service vous inventeront une dette en bonne et due forme basée sur certains des prétextes de taxage que le recueil de lois qu’ils ont inventé contient. si vous n’avez plus les moyens de payer cette « dette » pour des raisons de santé, d’incapacité a gagner votre vie ou par principe, Ils continueront d’ajouter des « Frais » et pénalités et passeront ensuite à l’étape suivante.

Une fois que la « dette » sera devenue assez élevé, c’est un autre groupe de Useful Idiots, ceux la armés, qui seront mandatés pour vous soumettre par la force aux désirs de la souveraine ou vous serez chassé et perdrez tous vos biens durement gagnés, Vous et votre famille serez jeté à la rue même si tout vos biens ont étés payés en totalité.

Si vous reculez dans le temps, vous allez découvrir que votre terrain un moment donné était une foret inhabitée qui n’appartenait à personne, plusieurs propriétaires se sont échangé la permission d’habiter cet espace depuis mais qui donc en a été le premier propriétaire?? et de qui votre espace a-t-il été acheté initialement?

C’est la dure réalité de ce que le monde académique géré par l’occupant appelle « La conquête ».

C’est du terrorisme et du génocide pour de simples « Communs » ou « Commons » comme nous, de manipuler des esprits faibles, de les armer jusqu’aux dents, de leur enseigner l’art de tuer pour ensuite les convaincre d’haïr et d’aller massacrer des peuples entiers qui refusent de se soumettre à notre autorité et à nous céder leurs libertés, leurs biens et leurs terres.

Elizabeth II inspecte des billets de banque

Les taxer et les obliger à nous donner la moitié de leurs récoltes ou de leur salaire est aussi du vol et criminellement punissable.

Pour l’occupant qui invente les lois, tout cela est tout à fait légal, totalement immoral mais légal (En vertu des lois). Comment de tels gestes peuvent-ils être légaux? il faut bien comprendre la différence entre ce qui est légal et ce qui est moral.

Oui certaines lois peuvent êtres morales, mais si la personne qui les écrit est immorale il est fort probable que ses lois soient aussi immorales.

C’est la « Doctrine of Discovery » et la « Terra Nullius » qui autorise les maîtres auto proclamés du monde à s’approprier légalement mais de façon totalement immorale ce qui ne leur appartient pas et à anéantir les esprits libres qui refusent de se soumettre à eux.

Les trillions qui composent la richesse de l’occupant mondial ont tous été obtenus par des actes de terrorisme barbares, les couronnés n’ont jamais travaillé et ont toujours vécu dans l’abondance en asservissant leurs sujets et en les pillant (Taxage, permis, impôts, intérêts travaux forcés etc.)

Les politiciens que vous croyez élire chaque 4 ans sont leurs serviteurs, ils leur font serment de soumission et d’obéissance si non ils ne pourront jamais aller perdre leur temps à gros salaire dans la « Chambre des communs » (Communes)


La propriété au Québec

 

Savons-nous  que nous  POSSÈDONS (contrôle) la PERSONNE qui est « propriétaire » du terrain ?

Et que cette personne qui est propriétaire appartient à l’état ?

Donc le terrain appartient toujours à l’état ?

Et quand tu t’identifies par le Prénom Nom de famille de cette personne, tu t’identifies comme une propriété de l’état ?

Vu que l’esclavage a été aboli, tu as un droit fondamental à la sûreté de ta personne.

Légalement, une sûreté, ça sert à décharger / acquitter des dettes…

Donc les taxes que l’état charge, c’est à leur personne/propriété/esclave qu’ils les chargent… C’est à EUX qu’ils les chargent.

Si tu choisis de payer, « good for you. ».. Mais tu peux aussi choisir de faire valoir tes droits, comme le suggérait le ministre de la justice de l’époque, Marc-André Bédard, lors de la publication de la Charte des droits et libertés de la personne de 1982…

 

La Charte Québécoise des Droits de la Personne…à relire!
Théoriquement tout ce qu’on sais est vrai mais ceux avec qui on dois négocier sont de dangereux criminels prêt à tout pour éviter que l’information ne se répande. Cest un peu comme si un cartel de gros criminels armés nous exigeait un montant qu’on ne leur doit pas, on paie ou pas?

L’argent, ils l’ont uniquement parce qu’on utilise LE LEUR (qui n’est que de la dette).

Et avec l’utilisation de LEUR argent « legal tender » vient l’obligation de respecter LEURS lois.

Legal = la loi
Tender = une offre inconditionnelle

Bitcoin a été créé pour ça.

S’ils ne peuvent plus se financer en taxant les transactions qui se font entre ceux qui refusent d’utiliser leur monnaie, leur système va crever de faim.

Tu ne réussiras pas à sensibiliser la police ou l’armée.

ICYMI : les corps de police ont à leur tête des corrompus qui comptent sur des idiots utiles qui obéissent aux ordres sans se poser de questions sur la moralité de ce qu’ils font.

Et l’armée, c’est encore pire.

Le VRAI ennemi, c’est le Barreau. Ses membres sont des menteurs esclavagistes dont la job dépend de l’ignorance du peuple.
Tu comprends qu’ils sont de mauvaise foi et qu’ils protègent leur petite clique la minute que tu leur poses les vraies questions. 

Ils placent leurs pions dans toutes les hautes sphères du gouvernement.

Ils ne respectent même plus les fondements de la justice, de la liberté et de la paix, tels qu’ils sont pourtant décrétés dans la Charte des droits et libertés de la personne.

La seule façon de régler le problème qu’ils représentent c’est de cesser de jouer leur « game » (leur jeu,leur partie)…

Mais réfléchissez y: le Québec est la Dernière Colonie Survivante de l’Empire Britannique et si voter vous permettrait de changer quelque chose,on abolirait ce droit!

Seule la Désobéissance Civile peut arriver à  faiore changer ce système!

Sources:Recherches de Jacques Lapointe et divers commentaires associés sur Facebook.