Des fortunes de grands argentiers du PLC à l’abri de l’impôt à l’étranger

Justin Trudeau discute avec Stephen Bronfman à l’occasion d’une fête organisée par ce dernier à St. Peters Bay à l’Île-du-Prince-Édouard en août 2013.

 

 

Une nouvelle fuite massive de documents lie aux paradis fiscaux d’influents argentiers du Parti libéral du Canada proches de la famille Trudeau, mais aussi les anciens premiers ministres Paul Martin, Jean Chrétien et Brian Mulroney.

Qualifiée de plus importante encore que les Panama Papers, la fuite des Paradise Papers impliquerait également plusieurs dizaines d’autres personnes riches, dont le secrétaire au Commerce de Donald Trump, les stars de la musique Bono et Madonna et même la reine Elizabeth II.

La célèbre famille montréalaise Bronfman et l’influent sénateur libéral Leo Kolber ont longtemps eu aux îles Caïmans une fiducie de plus de 60 millions de dollars américains dont la principale fonction, selon les experts consultés, semble avoir été d’éviter de payer de l’impôt au Canada, a révélé dimanche le Consortium international des journalistes d’enquêtes (CIJE).

Ce consortium s’est penché pendant plusieurs mois sur plus de 13 millions de documents qui ont fuité de cabinets d’avocats spécialisés dans les paradis fiscaux.

Or, l’un des héritiers de la famille Bronfman, Stephen, a été au coeur de la campagne à la chefferie et de financement du premier ministre, Justin Trudeau, alors que Leo Kolber a été l’un des grands argentiers de son père et ex-premier ministre, Pierre Elliot Trudeau, ont observé les médias canadiens membres du Consortium : Radio-Canada et le quotidien Toronto Star.

L’avocat représentant les familles Bronfman et Kolber a nié, auprès de ces médias, que la moindre loi ou la moindre règle éthique ait été violée.

Ironiquement, rappellent les deux médias canadiens, le sénateur Leo Kolber avait été amené, à l’époque du premier ministre Martin, à se pencher sur un projet de loi visant justement à éviter que les fiducies servent à contourner le fisc alors qu’il présidait l’important comité sénatorial des banques et du commerce.

Le projet de loi était mort au feuilleton au Sénat. Il faudra attendre 14 ans et l’élection du gouvernement conservateur de Stephen Harper pour qu’une version moins contraignante de la loi soit adoptée. La fiducie Bronfman-Kolber a finalement été liquidée en 2016.

Mulroney, Martin et Madonna

Ces révélations, qui seront suivies par d’autres dans les prochains jours, promet-on, viennent de disques durs obtenus par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et dont le contenu a été partagé avec le CIEJ et son réseau de 382 journalistes dans 67 pays.

Les données proviendraient notamment des cabinets d’avocats réputés Appleby, aux Bermudes, et Asiachi Trust, de Singapour, actifs entre autres dans plus d’une quinzaine de paradis fiscaux.

Les documents montreraient, entre autres, que Brian Mulroney a siégé à partir de 2004 au conseil d’administration d’une compagnie incorporée aux Bermudes et appartenant à un milliardaire syrien mêlé à une affaire de corruption dans un contrat de vente d’armes.

On y verrait aussi que le rôle de consultant qu’a joué Jean Chrétien auprès d’une compagnie pétrolière incorporée aux Bermudes après qu’il eut quitté la vie publique lui aurait valu 100 000 options d’achat d’actions.

On relève également que Paul Martin a longtemps eu une compagnie maritime (Canada Steamchip Lines) qui comptait une quinzaine de filiales souvent enregistrées aux Bermudes avant qu’il n’en cède le contrôle à ses fils en 2003. Les trois hommes ont nié avoir fait quoi que ce soit de répréhensible.

Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, ne s’est pas excusé d’avoir gardé, grâce à des entités offshore, 31 % du contrôle d’une société de transport maritime faisant affaire avec un proche du président russe, Vladimir Poutine.

La reine d’Angleterre a dit que c’est à son insu qu’une partie de ses millions a transité par les îles Caïmans et les Bermudes. Quant à Madonna et Bono, comme Apple, Nike, Uber et Tesla, ils ont affirmé respecter strictement la loi.

Optimiste malgré tout

« Je ne crois pas que ces nouvelles révélations soient tellement une surprise pour les gens », a remarqué en entretien téléphonique au Devoir la fiscaliste Brigitte Alepin, qui publiait déjà il y a 15 ans un ouvrage intitulé Ces riches qui ne paient pas d’impôt« On peut quand même s’étonner qu’avec tout ce qui s’est dit sur les paradis fiscaux, nos élus ne soient pas devenus plus prudents dans le choix de leurs relations. »

La professeure de l’UQAM et organisatrice depuis trois ans d’une conférence internationale annuelle sur la concurrence fiscale se montre relativement optimiste malgré tout. « Ce que je ne réalisais pas il y a 15 ans, c’est combien la solution pratique à ce problème est complexe », explique-t-elle.

Il ne suffit pas qu’un gouvernement décide à serrer la vis à ses contribuables pour les empêcher de tirer profit des règles plus laxistes d’un autre pays. Il faut convaincre suffisamment de gouvernements qu’au moins un minimum de règles communes est nécessaire, ne serait-ce que pour conserver un certain pouvoir sur leur fiscalité.

C’est ce qu’a notamment entrepris de faire l’Organisation de coopération et développement économiques (OCDE) en s’attaquant au secret bancaire et en exigeant plus de transparence de la part des entreprises sur l’endroit où ils exercent leurs activités, réalisent des profits et payent leurs impôts.

 
Stephane Dion et John kerry:la fraternisation avec Skull and Bones.

« Les choses progressent mieux que je l’aurais cru, mais il reste encore à convaincre plusieurs pays pour atteindre une masse critique suffisante, observe Brigitte Alepin. Espérons qu’on y parvienne avant que les contribuables n’aient complètement perdu confiance dans nos systèmes fiscaux. »

 

Publicités

François Hollande et Ses Frères de La Secte

Aphadolie

2012 : « Il faut passer par la Franc-maçonnerie. », François Hollande

2012 – François Hollande et son grand maître franc-maçon Guy Arcizet (Président du conseil de l’ordre du Grand Orient de France – La GODF)

2012 : Allégeances présidentielles à la Franc-maçonnerie

View original post

« La Franc-maçonnerie est luciférienne », Serge Abad Gallardo, ex franc-maçon converti

Aphadolie

Time : 13 mn 36 [Version courte]

Time : 35 mn 16 [Version intégrale]


Serge Abad Gallardo, ex franc-maçon converti : « La franc-maçonnerie est luciférienne »

Serge Abad Gallardo

Deux documents exceptionnels à visionner

Parce qu’il s’agit d’un documentaire exceptionnel, nous vous le proposons en deux versions. Une version courte de 13 minutes, une version longue de 34 minutes (ci-dessus). L’entretien documentaire que nous vous présentons s’appuie sur le témoignage de l’intéressé mais aussi sur des documents de l’INA, l’Institut national des archives. Vous y verrez notamment des extraits de rituels, une interview de Fred Zeller, ancien Grand maître du Grand Orient de France.

De son expérience de plus de 20 ans, Serge Abad-Gallardo a écrit deux ouvrages « J’ai frappé à la porte du temple » puis « Je servais Lucifer sans le savoir » aux Editions Téqui.

Ce cheminement de Serge Abad-Gallardo, ces 24 années passées en franc-maçonnerie, ces…

View original post 516 mots de plus

Nouvel Ordre Mondial:Corée du Nord: Des photos du pays des illuminati d’Asie

C’est bien connu, il est très difficile d’être autorisé à entrer en République populaire démocratique de Corée (RPDC), fréquemment appelée Corée du Nord. Il faut obtenir un visa qui est quasiment impossible à avoir et qui est de plus, très cher. Quant à pouvoir obtenir le droit de prendre des photographies au sein du pays, n’en parlons pas. Heureusement des personnes courageuses arrivent à faire passer quelques clichés hors des frontières, pour nous informer. Ils risquent leur vie en prenant ces photos, pensez à eux quand vous les regarderez.

La propagande : Qu’il fait bon vivre en Corée du Nord

 

La Corée du Nord est un des pays les plus secrets du monde et une des dictatures les plus totalitaire. Deux mondes s’affrontent dans ce pays, la propagande et la réalité de la vie de ses habitants. Son dirigeant ne montre à la presse (contrôlée) que des images de puissance et de bonheur. La réalité est hélas bien différente.

 

Dictateurs de père en fils

La Corée du Nord fait peur c’est incontestable. Avec ses essais nucléaires, tous les pays du monde se demandent jusqu’où pourrait aller le dictateur qui la dirige. Mais on ne pense pas assez à la vie misérable de ses habitants. Son dirigeant à fait dévorer vivant son oncle par des chiens affamés et ceci en exécution publique. Alors la Corée du Nord, une vraie menace?

 

La capitale Pyongyang

La propagande de la Corée du Nord voudrait nous présenter la capitale comme une mégapole, hyper moderne avec des immeubles neufs et où les habitants sont heureux et épanouis. Son urbanisme et son architecture sont en réalité profondément marqués par l’idéologie de la dynastie au pouvoir depuis l’indépendance du pays : le style est inspiré de l’architecture stalinienne, avec de grandes avenues, de vastes places, ainsi que des équipements publics de dimension gigantesque.

 

 

Bâtiment de la capitale Pyongyang

La capitale Pyongyang, littéralement « la localité calme », représente la fierté de la Corée du Nord. Les extérieurs des bâtiments sont soigneusement entretenus. Cependant, si vous aviez la possibilité de regarder à l’intérieur de l’un de ces bâtiments, vous pouvez constater qu’ils sont pour la plupart abandonnés.

 

 

Des rues principales de la capitale Pyongyang

Les voitures sont de plus en plus répandues, en particulier à Pyongyang. Des routes sont en construction, mais la majorité des habitants n’a pas les moyens de s’offrir une automobile. C’est pour cela, que vous pourriez voir tellement de rues désertes comme celle-ci, pendant les heures de pointe.

 

La ville a été sévèrement endommagée pendant la guerre de Corée, ayant été occupée et bombardée par les troupes des Nations unies sous commandement américain. Après la guerre, elle a été rapidement reconstruite, avec l’aide notamment des Soviétiques. Ainsi, l’architecture stalinienne a servi de modèle : larges avenues, places monumentales dont la plus vaste peut accueillir un million de personnes, statues et mosaïques révolutionnaires, arc de triomphe et parcs.

 

La capitale vue autrement

Quand on regarde de plus près les façades de la rue principale, la réalité est tout autre. On s’aperçoit vite que les immeubles sont pour la plupart délabrés et inhabités car en trop mauvais état. Les habitants sont logés arbitrairement dans ces bâtiments, sur décision du gouvernement qui contrôle tout.

 

Le métro dans la capitale

 

La ville compte également un réseau de métro aux stations richement décorées qui est en fait l’un des métros les plus profonds du monde. Le métro immaculé – marbres, lustres et bronze – est enfoui à 120 mètres sous terre et est utilisable comme abri antinucléaire pour l’armée en cas de conflit. Il est interdit d’y prendre des photos, les sanctions peuvent être graves. Inauguré en 1973, le métro de Pyongyang compte deux lignes et dix-sept stations.

 

Les transports en commun en province

 

Les transports de fortune comme celui-ci sont fréquent en république démocratique de Corée. Les bus et camions de transport sont presque toujours surchargés mais sont le seul moyen pour la population de se rendre au travail tous les jours. Vous pouvez admirer le confort.

 

 

L’armée de Corée du Nord

Cette armée est omniprésente dans le pays, et par des témoignages nous savons à quelles exactions elle se livre sur la population. Impossible d’obtenir des photos de ces militaires, sauf lors des défilés militaires officiels. L’armée est partout et surveille tout. Vous remarquerez que des femmes nettoient la route, car les habitants sont obligés de nettoyer les rues qui doivent toujours être impeccables.

 

Des soldats qui risquent gros

L’armée Populaire de Corée, comme on est amené à les appeler, est souvent considérée comme l’une des plus importantes au monde. Avec plus d’un million de soldats, c’est la 4ème armée du monde en terme d’effectif, derrière la Chine, les États-Unis et l’Inde. Si l’on compte les 10 millions de réservistes supplémentaires, ça en fait la plus forte armée en terme d’effectif. Elle consacre 25% de son PIB à ses forces militaires.

 

Les défilés militaires

Un défilé militaire dans lequel la Corée du Nord a présenté un nouvel arsenal de guerre et a déclaré qu’il ferait un nouvel essai nucléaire. L’attitude et l’absence d’une stratégie appropriée de Donald Trump peuvent déclencher une guerre nucléaire à grande échelle. Indépendamment du leader de la Maison Blanche, la Corée du Nord est maintenant une menace sérieuse qui doit être traitée.

 

Les plages pour l’armée

Certaines plages sont réservées aux entraînements et essais militaires en tout genre. Il n’est pas rare de voir des centaines de chars et dispositifs anti-aériens envahir les côtes Nord-Coréennes, pour se préparer à une éventuelle invasion qui pourrait venir de la mer.

 

 

Les plages pour la population

Les plages les moins pratiques sont laissées à la disposition de la population. Non entretenues, elles sont souvent sales et peu accueillantes, c’est néanmoins un des rares lieux de détente des Nord-Coréens.

 

Les relations entre le mage de la mafia Khazare (Trump) et celui des Illuminati de Corée du Nord (Kim Jung-Un)

L’administration Trump et la Corée du Nord communiquent tranquillement depuis quelques mois dans un back-channel diplomatique, rapporte The Associated Press. 
Malgré les menaces belliqueuses entre Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, Keith Luse, directeur Les entretiens, tenus régulièrement entre l’envoyé spécial des États-Unis pour la politique de la Corée du Nord Joseph Yun et le diplomate senior nord-coréen Pak Song Il, se sont concentrés sur les citoyens américains emprisonnés par le régime et les tensions croissantes sur les programmes de missiles et d’armes nucléaires de Pyongyang. 

Malgré les menaces belliqueuses entre Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, Keith Luse, directeur

exécutif du Comité national sur la Corée du Nord, affirme que les discussions derrière les scènes montrent que les nations rivales sont ouvertes à l’idée de négociation .
Cependant, le déficit massif de la confiance à Pyongyang et à Washington l’un envers l’autre a entravé le processus de confiance nécessaire pour avoir un dialogue constructif « .

 

120 mètres au-dessous de Pyöngyang est un métro de 18 milles de long – apte à la population en cas d’attaque nucléaire aux États-Unis.

Mais quel est le dictateur de Corée du Nord?

IL EST UN MAÇON – ET DONC UNE ANTITHESE DE LA DIALÉCTIQUE HEGELIENNE DES ROTHSCHILD DE LA CITY OF  LONDON 

En dessous, le dirigeant chinois  donne à son frère Maçon Kin Jong-Un, une poignée de main maçonnique – et en dessous de cette photo, Kim montre le signe maçonnique napoléonien de la main cachée – le signe Jahbuhlon (Jah (we) – Bul = Baal – On = Osiris) = Lucifer.

Kim et le dirigeant chinois:le geste de la main brassée,une reconnaissance maçonnique.
Kim montre le signe maçonnique napoléonien de la main cachée – le signe Jahbuhlon (Jah (we) – Bul = Baal – On = Osiris) = Lucifer

 

 

Un autre symbole caché est l’hôtel Ryugyong. Cette structure en forme de pyramide domine l’horizon de Pyongyang et, lorsqu’elle est vue au bon angle, semble avoir un œil au sommet. C’est une autre fois encore une autre méthode que les Illuminati utilisent pour montrer aux gens comment ils sont vraiment en charge car un «œil tout en voyant» surveille les Nord-Coréens ainsi que leurs ennemis détestés, les Américains.

Kim aime les pyramides. Au-dessous d’un autre hôtel pyramidal à Pyöngyang, la capitale de NK.

 

 

 

 

 

Kim Jong Un aurait une valeur nette de plus de 5 milliards de dollars. C’est un montant incroyable d’argent pour un leader socialiste, et il conserve sa fortune dans 

de nombreux comptes bancaires dispersés dans le monde entier. Étant donné que les banques sont en grande partie contrôlées par les Illuminati, cela fournit à peu près le lien qui révèle comment la NWO contrôle le jeune chef nord-coréen. En gérant ses finances, ils peuvent exercer leur influence par des canaux fournis par des pays neutres tels que la Suède et la Suisse. Les soi-disant «sanctions» qui lui sont imposées par l’ONU sont simplement un autre moyen pour les Illuminati de montrer qui est vraiment en contrôle.

Pour le NWO, la RPDC est une nécessité. La nation voyante a été créée et transformée en un ennemi de l’Occident, et les ennemis sont cruciaux pour maintenir les masses unies et obéir à un gouvernement et un système financier corrompus.

Cet étendard  vient les symboles cachés. Tout d’abord, il y a l’ emblème du Parti ouvrier nord-coréen (à gauche), qui est ftrois outils jaunes alignés sur un fond rouge. Le motif que les outils ont été placés est très similaire à celui du symbole des Maçons ( ci-dessous) et ressemble en fait à une boussole. Ce n’est qu’un soupçon sublime que les Maçons et le Parti des travailleurs sont liés.
(Notez la torche Illuminati au milieu)

 

le logo maçonnique inversé. Les NWS des Maçons adorent tout mettre à l’envers.

 

Le sceau nord-coréen montre également un signe révélateur de l’oeil de la Providence, sauf qu’il se présente sous la forme d’une étoile rouge . Posé au sommet d’une pyramide faite de grains et de feuilles, l’étoile rayonne la sagesse et la protection de ses gens. C’est un autre petit tour que les Illuminati ont caché à la vue. Alors que la plupart des gens sont convaincus que la RPDC est un état déchaîné, ceux qui suivent le NWO savent qu’ils ne sont qu’un autre pion dans le grand jeu.

 

L’étoile  des Illuminati représente Lucifer qui descend sur le sommet de la pyramide d’un monde dans la mer des peuples (Isaïe 14: 12-14) et illumine le monde avec sa doctrine Luciferienne (Albert Pike).

 

le drapeau de la marine nord-coréenne.
Sous le drapeau de Corée du Nord

 

Voici une vidéo intéressante décrivant l’enfance supposée de Kim dans une école en Suisse  – la forteresse de Cabala Illuminati. Il était très fasciné par les États-Unis et le baseball. Il a une star de baseball américaine comme ami de la poitrine. Je ne peux pas le dire, si cela est vrai – mais c’est certainement une possibilité: la vidéo affirme que Kim est un produit MK Ultra soigné par la CIA pour être le bogeyman idiot utile pour la politique Illuminati (comme Al-Qaïda et ISIS ):

 

L’école de Kim’s
Acc. à The Sunday Times 25 déc. 2011 et Wikipedia.   Kim est allée à l’école à l’ école internationale pansophique à Berne, en Suisse, et ici. Il était bon en mathématiques et amélioré son anglais – mais il s’agissait d’un échec scolaire. 
Cette école est une école maçonnique pansophique élitiste  pour préparer les élèves à organiser le Rite Pansopique – à l’origine la Confrérie des Illuminati.

Les fascines incessantes de Kim Jong Un offrent un détournement digne, qui redirige les esprits des Américains alors que les Illuminati continuent de tirer les cordes. Si vous ne pensez pas que le NWO est en contrôle, rappelez-vous qui contrôle les cordes de sac à main de Kim ainsi que qui l’a rendu riche. La famille Kim est définitivement Illuminati? et continuera à jouer leur rôle au point le plus élevé.

Voici une photo de bébé face Kim jouant à  Mickey Mouse et son dictateur de père.
Kim était un fan de Disney et a visité Disneyland au Japon plusieurs fois dans son enfance – escorté par sa mère, qui était japonaise. Il admire également la musique américaine des années 1980.
Ce joli petit gars est responsable des terribles persécutions des chrétiens et des horribles camps de concentration .
Un camp de concentration nord-coréen.

L’ami américain de basket-ball Dennis Rodman , qui a visité Kim 6 fois. Il dit que Kim est «comme n’importe qui d’autre». Il est dit qu’il est très modeste – pendant ce temps, son système esclavagiste et son lavage de cerveau opère (il suffit de regarder les locuteurs de la télévision nord-coréenne), on dit que les gens sont affamés – et d’autres vivent dans des camps de concentration.

Commentaire et évaluation 
Ce qui se passe vraiment dans cette jungle de conspirations et de mensonges est difficile à voir.

Peut-être y a-t-il un indice ici :  » Est-ce que cette dernière crise nord-coréenne est juste un écran de fumée pour attirer notre attention sur les dernières nouvelles qui ont été publiées ces derniers jours sur les traîtres dans le cabinet de M. Trump?

Roger Stone rapporte sur infowars.com que le rapport israélien rapporte qu’ils ont intercepté les communications montrant définitivement que le conseiller de sécurité nationale de la Maison Blanche, HR McMaster, communique avec le milliardaire juif, mondialiste et connu comme détestant  Trump,George Soros,  (c’est un  agent de Rothschild ) qui a a menacé de « décrocher le président Trump  au nom du  nouvel ordre mondial » . « McMaster lui donne des mises à jour sur ce dont on parle régulièrement dans le bureau ovale. Stone demande: «Dans quelles circonstances,le  conseiller en sécurité nationale de Donald Trump  exposera George Soros, un ennemi juré de l’administration Trump.»?

Le cousin de Rothschild, le Juif Karl Levi Marx, fait le signe de Jahbulon alors qu’il était payé par Nathan Rothschild pour avoir écrit le Manifeste communiste.

McMaster a également travaillé pour un groupe de réflexion financé par Soros. La question est de savoir pourquoi Trump choisira-t-il quelqu’un avec les antécédents de ce type et ses associés,une personne connue pour son conseiller en sécurité nationale. 
Le responsable de la fuite a déjà signalé que McMaster déclenche quiconque a mentionné des débris d’Obama ou a critiqué l’islam. En sachant cela, comment Trump ne peut-il pas prendre immédiatement le McMaster?  » .

 

On pourrait également demander, pourquoi Trump est au lit avec la Banque d’investissement de Jacob Rothschild, la plus grande au monde, Goldman Sachs.   et la  plus méchante de toutes . Et on pourrait signaler que Trump n’est pas président par la Constitution des États-Unis – mais par la constitution de Washington DC de Rothschild de 1871.

Le Franc Maçon  Donald Trump est maintenant l’outil numéro 1 du communisme juif  face à un monde divisé, l’ Agenda 21, aka Technocracy  , tout comme Obama était.

De la même manière, la marionnette Kim Jong-Un est dans la dialectique hégélienne satanique du Nouvel Ordre Mondial.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:UNE NOUVELLE LUTTE DES CLASSES EN OCCIDENT

Pendant des années, la vie politique en Occident fut assez simple et se résumait principalement à un affrontement entre la droite et la gauche. Sociologiquement, la bourgeoisie et les personnes pourvues de fortune ou de revenus élevés étaient majoritairement de droite. Les personnes moins riches et notamment les ouvriers votaient à gauche.

Certes, la droite et la gauche n’étaient pas homogènes. En France, on avait essentiellement deux droites et deux gauches. A droite, il y avait la bourgeoisie libérale et atlantiste, d’une part, et les classes moyennes patriotes mais aussi attachées aux libertés, les gaullistes. A gauche, il y avait les socialistes et les radicaux, mélangeant des éléments de libéralisme et de socialisme étatique. Il y avait aussi l’extrême gauche dont la force majeure était le parti communiste français.

Ce paysage a été complètement bouleversé par trois phénomènes sociologiques majeurs, la globalisation de l’économie avec ses bénéficiaires et ses perdants, l’arrivée d’une immigration de masse de culture extra européenne, le développement d’une importante criminalité diversifiée lié à un déclin des valeurs et des institutions traditionnelles : la famille, l’église, les syndicats et partis politiques, le village du monde rural. Les institutions n’ont guère su s’adapter à la nouvelle situation et n’ont pas montré de force de résistance. Le tissu social s’est donc défait et déchiré. Il s’est défait parce que l’individualisme matérialiste et hédoniste est devenu une philosophie dominante. Il s’est déchiré car peu à peu les élites se sont coupées totalement du peuple, le dialogue devenant extrêmement difficile entre les deux nouvelles catégories montantes.

Cette opposition a conduit à l’affrontement entre deux conceptions du monde, celle des jouisseurs privilégiés ( les élites dominantes) et celle des souffrants déracinés. (le petit peuple). L’axe gauche droite s’est inversé et les élites défendent désormais des idées « de gauche » issues de mai 68.

Daniel Cohn-Bendit,le gauchiste bien connu qui était à la tête des manifestants de mai 68,est devenu le gand défenseur de l’Union Européenne.
De passage au Québec,cette année,ce pédophile avoué invité les québécois à rallier l’Union Européenne car,Nous,québécois,serions incapable d’être indépendants.

1/ l’idéologie des jouisseurs privilégiés (les élites dominantes).

Reprenant le schéma des quatre causes aristotéliciennes amendé par Heidegger, nous allons tenter de définir l’essence de l’idéologie des jouisseurs privilégiés par quatre pôles complémentaires : la cause matérielle de cette nouvelle classe sociale est indiscutablement le nomadisme. On est dans le cadre d’une idéologie cosmopolite : les hommes doivent être interchangeables pour le profit du système économique et l’attachement à un territoire est considéré comme un obstacle du passé à éradiquer. Les nouvelles élites vont donc diffamer toute attitude patriotique au nom de l’égalitarisme, de la non-discrimination (sauf par l’argent), de l’antiracisme, de la liberté illimitée d’aller et de venir par-delà les frontières.

Un bel exemple de jouisseur privilégié est Justin Trudeau.
Ce franc-maçon initié par son père Pierre Elioth Trudeau,pose ici au côté d’une jeune fille dénudée dans une manifestation.
Un bel exemple pour le peuple!

La cause formelle qui va déterminer l’orientation morale de la société est l’argent. L’argent est nomade, c’est le seul critère légitime de discrimination entre les hommes. L’argent va se retourner contre la famille. On est « childfree » (libre par rapport à la fonction parentale) car les enfants ne rapportent pas d’argent mais en coûtent. Le goût de l’argent va inciter à une criminalité croissante. Le sens de l’honneur et du sacrifice personnel est dévalorisé. Les vocations sacrificielles sont méprisées : le clergé et l’armée sont marginalisés car l’acquisition d’argent n’est pas au centre de leurs préoccupations. Le droit prend de l’importance car il convient de l’utiliser à des fins profitables. Le grand romancier russe Boulgakov choisit comme premier assistant du diable le juriste pervers qui transforme le mal en bien et vice versa. Le relativisme devient roi. Ce qui était autrefois considéré comme mal, la débauche illimitée, la désertion face à l’étranger, le mensonge utilisé par les commerçants comme par les politiques, deviennent des qualités : il faut « libérer » ses instincts de base gouvernés par le cerveau reptilien, il faut ne pas défendre sa patrie au nom du pacifisme et de l’amour de l’étranger, il faut masquer la vérité car elle n’est pas « politiquement correcte » et se méfier du peuple insuffisamment éclairé.

Philippe Couillard ,l’espion canado-saoudien qui a pris le pouvoir le 7 avril 2014,au Québec,est un autre exemple québécois de jouisseur privilégié.
Ce médecin multimillionnaire a servi jadis,le gouvernement Harper comme espion et a aussi travaillé pour le régime d’Arabie Saoudite.

Du côté de la cause finale, qui donne du sens à l’existence, on va se contenter de l’utilitarisme, faisant de l’autre un objet à exploiter, on va promouvoir la consommation de masse. Comme l’homme vulgaire du marchand de Venise de Shakespeare, on veut « ce que beaucoup d’hommes désirent » et l’or passe avant tout. On va combattre toute forme de spiritualité organisée socialement, qui risquerait de dériver en institutions contraignantes. On fait cela au nom de belles idées comme « la laïcité » : Lénine avait vu là une idée géniale pour dissoudre la société « bourgeoise ». Mais c’est la bourgeoisie qui la première s’est écartée des valeurs de la religion au profit du nouveau Dieu : Mammon, l’argent !

Emmanuel Macron,le nouveau président de la France est un idéologue sataniste à la solde des Rothschild.Cest ancien banquier considère que certaines personnes en France,les pauvres par exemple,ne valent rien.

Du côté de la cause efficiente, c’est-à-dire des hommes, l’idéologie des élites dominantes fait l’éloge de l’oligarchie, masquée sous le nom de la démocratie. Les oligarques considèrent que leurs privilèges de fortune ou de pouvoir sont justifiés par leurs mérites, comme le niais de Shakespeare dans le marchand de Venise. Le niais est suffisant et prétend à la fille du riche vénitien à cause de ses mérites. Il n’est pas question d’amour. Il n’est pas non plus question de se sacrifier à son pays. La première promotion de l’Ecole Nationale d’Administration s’appelait « France combattante ». Cela faisait allusion a combat de la libération face à l’Allemagne nazie. Aujourd’hui, cet idéal n’est plus à la mode. Il faudrait plutôt parler de « carrière méritante ». Le mérite est révéré ce qui est l’aspect positif mais ce mérite a pour seul objectif la satisfaction de l’égo. Dostoïevski dans les frères Karamazov met en scène un personnage à la fois niais, intelligent et suffisant qui déclare :

« Les crétins ont été mis sur terre pour être pillés et utilisés par les gens intelligents. »

C’est Rakitine, qui aujourd’hui aurait sans doute fait carrière de politicien dans les partis oligarchiques de droite ou de gauche.

On obtient ainsi un « monde » de significations qui a sa cohérence propre et est fermé à toute autre vision.

Le monde de l’idéologie des jouisseurs dominants :

                                                L’argent
                                                     ↑
Utilitarisme de l’égo ← Idéologie des élites → oligarques
                                                     ↓
                                            Nomadisme

Cette idéologie que l’on appelle souvent « le politiquement correct » permet aux dominants du moment de justifier leur domination et de dévaloriser les visions concurrentes. C’est la forme moderne du pharisaïsme auquel en son temps s’est heurté Jésus Christ.

2/ L’idéologie des souffrants déracinés

 

Depuis le début de l’été 2017, des dizaines d’Haïtiens en provenance des États-Unis traversent chaque jour la frontière illégalement à Saint-Bernard-de-Lacolle, au Québec. Voici pourquoi.
Après le terrible tremblement de terre qui a dévasté Haïti en 2010, de nombreux Haïtiens ont quitté leur île pour trouver refuge aux États-Unis. Le président américain de l’époque, Barack Obama, a alors accordé un statut de protection temporaire aux demandeurs d’asile haïtiens. Ce statut leur permet de vivre et de travailler légalement aux États-Unis.Quelque 58 000 réfugiés haïtiens en bénéficient, mais peut-être pas pour bien longtemps. Le nouveau président américain, Donald Trump, a menacé en mai dernier de leur retirer ce statut en janvier 2018. Du coup, ils craignent d’être déportés en Haïti sans plus de formalités.« Ce que les gens nous disent, c’est que même s’ils ont fait une demande d’asile en bonne et due forme, ils craignent d’être arrêtés ou expulsés en Haïti avant même d’être entendus sur le bien-fondé de leur demande aux États-Unis », explique Stéphane Hanfield, avocat en droit de l’immigration, en entrevue à ICI RDI mercredi.L’attrait du QuébecLa menace de l’administration Trump a poussé des centaines d’Haïtiens à passer illégalement la frontière avec le Canada. Ils ont choisi de se rendre au Québec plutôt que dans une autre province canadienne.

Les souffrants deviennent des dissidents face à l’idéologie des élites dominantes car leur souffrance leur fait voir l’évolution sociale d’une façon différente. Ils souffrent du déracinement provoqué par l’immigration, de l’insécurité face au crime mais aussi face au chômage. Ils souffrent de l’effondrement des valeurs traditionnelles qui donnaient du sens à leur existence. Dans le pire des cas, certains vont essayer de retrouver ce sens, dans une autre forme de crime : le terrorisme à prétexte religieux. Certains, de plus en plus nombreux, veulent résister au cancer social qui menace de submerger leur pays et leur civilisation : ce sont les résistants, qui souvent se regroupent dans les partis dit populistes et les associations identitaires.

La cause matérielle qui fait apparaitre l’idéologie des souffrants est le déracinement. Les gens ont quitté leurs villages pour beaucoup pour des raisons économiques et s’entassent dans des banlieues sans âme. Le village avait sa cohérence civilisatrice avec son église, son école, sa mairie, son château, ses petits commerces et exploitations agricoles, son monument aux morts et son cimetière. Ce monde humain a peu à peu disparu. Dans les banlieues sans âme ni religion se sont entassés des millions d’étrangers, à la culture étrangère aux traditions européennes. Ces populations déracinées sont tombées pour une part dans la délinquance ou la criminalité. Les Français d’origine ont entretemps perdu une partie de leur identité : on ne leur a pas enseigné l’histoire du pays ni appris à l’aimer.

La cause efficiente, les hommes est donc composée de victimes : victimes de la mondialisation et du chômage, victimes de l’insécurité, de la perte de l’environnement français habituel, victimes de l’immigration sur laquelle ils n’ont jamais été consultés. Ils s’aperçoivent que la démocratie a été confisquée : ils ne maitrisent plus rien et les puissants ne cessent de vouloir les culpabiliser. La culpabilisation est sociale (des pauvres types), morales (des racistes sans repentances), politiques (leurs choix sont diabolisés) culturelle (ils adhèrent à des valeurs du passé : la famille, leur condition d’homme ou de femme, leur nationalité, leur attachement à la morale des parents), économiques (ils ne sont pas « rentables » ou pas assez).

La cause finale est sentie confusément : les souffrants voudraient conserver leur être, leur identité et le monde nouveau leur oppose les seules valeurs de l’avoir, et veut leur imposer des principes dictatoriaux soit disant au nom des droits de l‘homme. Comme l’a bien vu le philosophe Schiller a propos de la révolution française, les principes servent à détruire les sentiments humains. Le marxisme est mort mais son moule d’origine, le jacobinisme révolutionnaire est toujours vivant avec tout son sectarisme. C’est au nom des principes de la révolution française que l’on impose au peuple le carcan du politiquement correct. La liberté a été dévoyée par la vanité. L’égalité par la férocité (la guillotine physique ou morale) et la fraternité par la vénalité (fraternité entre « frères » de partis sur le dos du peuple).

La cause formelle est alors l’esprit de résistance. Des clubs identitaires se forment, des partis populistes progressent de plus en plus. Certes, ils sont diabolisés, critiqués, calomniés. Ils ont aussi leurs défauts. Mais ils incarnent l’espoir d’un monde nouveau que les élites sont incapables de voir et de comprendre. Elles font appel à des experts pour tenter d’exorciser le mal. Mais ces experts, inconscients de leur rôle social de défense des jouisseurs privilégiés, ne sont que des charlatans.

 

On a alors le schéma suivant :

                                                Esprit de résistance
                                                                ↑
Conservation de l’être ← Idéologie des souffrants → victimes du système
                                                                 ↓
                                                   déracinement

3/ Un fossé se construit et le dialogue semble impossible

Depuis 2011…surtout,des milliers de réfugiés africains fuient vers l’Europe…aggravant l’ensemble des problèmes sociaux,politiques et économiques.

L’Occident est malade politiquement car ses bases sociologiques d’autrefois se sont effondrées. Il a produit lui-même cet effondrement, par sa pensée réductionniste ne voyant que le calcul économique et le droit, les deux alliés pour subordonner les souffrants et empêcher leur révolte. Mais les hommes ne sont pas que des « ressources humaines » (mot ignoble devenu courant dans les entreprises, évacuant le mot de « personnel » dans lequel il y avait encore des « personnes »). Les hommes ont une vie biologique, importante bien sûr, mais ils ont à la différence de l’animal une « existence » porteuse de sens. Or, l’existence de l’homme est tragique car il ne peut échapper à la mort. Mais il peut donner  à sa vie le sens d’une mission pour sa famille, sa patrie et son Dieu. Cela, l’idéologie des jouisseurs dominants ne permet pas de le comprendre. Les dirigeants sont desséchés et regardent les souffrants de haut. Leur intelligence se consacre à la technique, au calcul et au droit, non sans succès d’ailleurs. Mais le cœur leur manque. Marx l’avait prédit : la religion est le cœur d’un monde sans cœur. Le monde sans cœur est toujours là mais on lui a retiré son remède spirituel. Pas de cœur donc peu de courage, ce qui est dramatique dans un monde qui reste celui de la lutte, comme le nouveau terrorisme le montre.

La société est divisée et le dialogue semble impossible. Dans les milieux bourgeois, on ne doit même pas parler de Trump ou du Front National. La haine sociale l’interdit : on est bien en présence d’une nouvelle lutte des classes. Pour sortir de cette situation, il faudrait une politique et des idées qui rassemblent : historiquement, cela a existé, cela s’appelle le patriotisme. La Russie de Poutine s’est engagée sur ce chemin, après de cruelles épreuves. Hâtons-nous de faire de même car le temps presse !

 

N’est-ce pas véritablement un pouvoir masqué  qui gouverne les pays occidentaux aujourd’hui ?

Et en s’appuyant sur les loges franc-maçonniques, ne participent-t-il pas à cette confiscation du pouvoir sur les citoyens ? Ils ont des objectifs précis. L’instauration d’ une république avec comme religion la franc-maçonnerie. D’où la nécessité pour eux dedécatholiser les pays occidentaux. Pour y arriver, des opérations false flag sont nécessaires pour leur permettre d’installer leur dictature. Car comment empêcher  autrement les gens de jouir de leur liberté de pensée et de l’exprimer ? Le chaos économique qui est volontairement organisé fait partie de ce plan diabolique. La terreur en sera la conséquence. De sombres jours sont devant nous si les Français ne se ressaisissent pas tout de suite !

Warren Buffet ne disait-il pas : « Il y a une guerre des classes, c’est un fait, mais c’est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner. » Une nouvelle guerre mondiale a commencé. C’est une guerre sociale et intérieure, une guerre d’élimination menée par une élite dirigeante composée de hauts financiers, de politiciens achetés et des plus grandes corporations,  contre une population devenue pour cette élite trop nombreuse et inutilement coûteuse. Cette guerre se caractérise par l’instauration d’un nouvel esclavage appelé « libéralisme », et simultanément, par l’accroissement de la répression contre le citoyen ordinaire afin d’obtenir sa soumission. La « lutte des classes » prônée par Karl Marx était celle des pauvres contre les riches, des exploités contre les exploiteurs. Depuis 1980, la lutte des classes s’est inversée. C’est désormais une guerre des riches contre les pauvres. Son but est d’effacer un siècle de progrès social en occident, de décupler les profits des entreprises, et de permettre un enrichissement sans précédent des élites dirigeantes au détriment de la population ordinaire devenue une simple ressource à exploiter. Ceux qui dirigent actuellement le monde considèrent que la surpopulation menace leur pouvoir. Plus la population est nombreuse, plus elle risque d’échapper un jour au contrôle de la minorité qui gouverne, contre l’intérêt de la majorité. L’un des objectifs stratégiques de l’élite est de parvenir à un contrôle entièrement automatisé de la production de l’énergie et des ressources, en remplaçant progressivement l’ensemble des salariés par des machines. Le document sur les « armes silencieuses » est très clair à ce sujet:

Le document suivant a été publié dans la revue « America’s Promise Newsletter » en 1979, puis en annexe du livre « Behold a pale horse » de William Cooper en 1991.
Daté de Mai 1979, il est présenté par Cooper comme ayant été trouvé par un employé de Boeing le 7 Juillet 1986 dans un photocopieur IBM acheté à une vente de surplus militaire à la base aérienne de McChord.

Le document ne portait pas la mention de l’organisation dont il provenait, mais les dates citées désignaient le Groupe de Bildergerg, un « club de réflexion » qui rassemble des personnes extrêmement puissantes des mondes de la finance, de l’économie, et de la politique.

Le document se présente comme un « manuel de programmation » de la société, apparemment destiné aux nouveaux membres de l’organisation.

L’auteur réel du document est en fait Lyle Hartford Van Dyke, un activiste américain qui a également travaillé à la création de monnaies locales alternatives. Il a écrit le texte en 1979 et distribué quelques exemplaires à des amis. C’est l’un de ces exemplaires qui a été oublié dans la photocopieuse.

Mais l’important est que les stratégies qui sont décrites ici sont très largement appliquées dans les orientations de l’économie et de la société depuis plus de 40 ans, dans tous les pays occidentaux, et avec une remarquable synchronisation.

Voir mon article pour le document intégral complet😦Livre numérique:William Cooper Armes Silentieuses)


LE NOUVEL ORDRE MONDIAL:UN PLAN SIONISTE FRANC MAÇON

Reste à se demander comment ces mondialistes ont pu s’organiser discrètement et prendre autant d’emprise au dépend des peuples ?

Pour le comprendre il faut relire entre autres la déclaration d’Adolphe Crémieux (1796-1880), Grand Maître du Grand Orient de France et Président de l’Alliance Israélite Universelle, qui fut  deux fois ministre de la Justice en France : 1848 et 1870. Elle parut dans le Morning Post de Londres, le 6 septembre 1920 :

« L’union que nous désirons fonder sera une union juive universelle…En aucune circonstance, un Juif ne deviendra l’ami d’un Chrétien ou d’un Musulman avant qu’arrive le moment où la lumière de la foi juive, la seule religion de la raison brillera sur le monde entier. Dispersés parmi les autres nations, qui depuis un temps immémorial furent hostiles à nos droits et à nos intérêts, nous désirons d’abord être et rester immuablement juifs. Notre nationalité, c’est la religion de nos pères et nous ne reconnaissons aucune autre nationalité…L’enseignement juif doit s’étendre à toute la terre. Israélites ! Quelque endroit où le destin vous conduise, dispersés comme vous l’êtes sur toute la terre, vous devez toujours vous considérer comme faisant partie du peuple élu…Adolphe Crémieux par DaumierLa foi de vos pères est votre unique patriotisme, si vous reconnaissez qu’en dépit des nationalités que vous avez adoptées, vous restez et formez toujours et partout une seule et unique nation, si vous croyez que le judaïsme est la seule et unique vérité religieuse et politique, si vous êtes convaincus de cela, Israélites de l’univers, alors, venez, entendez notre appel, et envoyez nous votre adhésion. Notre cause est grande et sainte et son succès est assuré. Le catholicisme, notre ennemi de tous les temps, gît dans la poussière, mortellement frappé à la tête. Le filet qu’Israël jette actuellement sur le globe terrestre s’élargit et s’étend et les graves prophéties de nos livres saints vont enfin se réaliser. Le temps est proche où Jérusalem va devenir la maison de prière de toutes les nations et de tous les peuples, où la bannière unique du Dieu d’Israël sera déployée et hissée sur les rivages les plus lointains. Mettons à profit toutes les occasions. Notre puissance est immense : apprenons à adapter cette puissance à notre cause. Qu’avez-vous à craindre ? Le jour n’est pas éloigné où toutes les richesses, tous les trésors de la terre deviendront la propriété des enfants d’Israël.  Un messianisme des temps nouveaux va surgir, la Jérusalem d’un nouvel ordre, sainte fondation entre l’Orient et l’Occident, doit se substituer au double empire des papes et des empereurs…A peine a-t-elle commencé son œuvre que l’influence de l’Alliance Israélite Universelle s’est faite sentir au loin. Elle ne se restreint pas seulement à notre culte, elle veut pénétrer dans toutes les religions comme elle a pénétré tous les pays. Les nationalités doivent disparaître, les religions doivent être supprimées. Israël, lui, ne doit pas disparaître car ce petit peuple est l’élu de Dieu. Dans tous les pays nous devons mettre les Juifs isolés en relation avec les autorités pour qu’à la première nouvelle d’une attaque nous puissions nous lever comme un seul homme… »

UNE IMAGE SUR UN RÉSEAU PÉDOPHILE MONDIAL

Cette idée de Nouvel Ordre Mondial sioniste n’est malheureusement pas encore bien perçue par les gens, même si une résistance commence à se faire sentir dans toute l’Europe  et dans le monde entier :

Le 24 avril, le député européen d’extrême-gauche Daniel Cohn-Bendit, sioniste notoire,  devait participer à un débat sur l’Europe à l’Institut de Politologie de l’université de Wroclaw, en Pologne. Daniel Cohn-BenditFace à la vague de protestations que cela a soulevé, et craignant sans doute d’y être conspué, il  préféra annuler sa participation. Les protestataires reprochaient à cet invité d’avoir écrit dans son autobiographie Le Grand Bazar publiée en 1975, avoir eu des attouchements pédophiles avec des enfants de 5 ans d’une école maternelle de Francfort. Des aveux réitérés dans l’émission Apostrophes du 23 avril 1982 : «Vous savez, quand une petite fille de cinq ans et demi commence à vous déshabiller, c’est fantastique parce que c’est un jeu absolument érotico-maniaque… »

http://www.youtube.com/watch?v=0xOl9ok8nHY&feature=player_embedded

LA gauche est en gros sataniste et est relié à un vaste réseau pédophile!

 

 

 

Le 1er Mai, c’est la fête des illuminatis !

Aujourd’hui 1er Mai, c’est la fête des illuminatis et des Banksters !

 

Filibert : À l’heure des élections Françaises qui sentent une monstrueuse manipulation, il est bon de connaître les dessous des cartes de notre histoire qui n’est pas du tout ce qu’on veut nous faire croire !
 

 

« En dessous de la grande marée de l’histoire humaine, coulent les courants furtifs des sociétés secrètes qui, fréquemment, déterminent dans les profondeurs, les changements qui se manifestent en surface. » – Arthur Edward Wraite Benjamin Disraeli, Premier Ministre britannique de 1874 à 1880, confirma l’assertion ci-dessus relative au contrôle exercé par des sociétés secrètes dans les affaires des hommes, quand il écrivit : « Il y a, en Italie, un pouvoir que nous ne mentionnons que très rarement… Je veux parler des sociétés secrètes.
Il ne sert à rien de nier, parce qu’il impossible de le cacher, qu’une grande partie de l’Europe – pour ne rien dire des autres pays – est couverte par le réseau de ces sociétés secrètes…
Quels sont leurs buts ?
Ces groupes ne veulent pas de gouvernements constitutionnels…
Ils veulent modifier l’occupation des terres dans le but d’en chasser les actuels propriétaires et d’en finir avec les institutions ecclésiastiques. »

Remarquez que les deux buts des sociétés secrètes, selon Disraeli, sont les mêmes que ceux de ce qu’il est convenu d’appeler le « communisme » : l’abolition de la propriété privée et la fin des « institutions ecclésiastiques », les religions du monde.
Est-il possible que ce qu’on nomme «communisme» soit, en réalité, l’outil des sociétés secrètes?
Est-il réaliste de croire que le communisme est contrôlé par des forces hiérarchiquement structurées, situées au-dessus de lui?
La conception actuelle de l’histoire enseigne que le communisme résulte d’une volonté du peuple qui exige des changements dans l’organisation de la société, le plus souvent par le biais d’une action révolutionnaire renversant l’ancien système.
Est-il concevable que ces révolutions soient, en réalité, des machinations orchestrées par des sociétés secrètes qui cherchent à communiser le monde après la révolution ?
Certains croient ceci : l’instauration d’un régime communiste ne résulte jamais d’une révolte spontanée ni même voulue par des masses exploitées contre leurs dirigeants, c’est exactement le contraire.
Il est toujours imposé au peuple par des dirigeants qui cherchent à accroître leur pouvoir.
Toute l’agitation du bas est suscitée, orchestrée, financée et contrôlée d’en haut par des hommes du sérail qui se donnent ainsi les moyens et le prétexte de s’octroyer plus de pouvoir – tout en prétendant combattre ou prévenir, en bas, ces activités révolutionnaires des masses.
Le communisme est la façade de quelque chose de plus profond que ce qu’il prétend être.
Le communisme ne provient jamais d’une révolte de pauvres mais d’un complot de riches.
La Conspiration internationale n’est pas une croisade idéaliste en faveur de l’humble et du pauvre mais une prise de pouvoir maquillée, du riche et de l’arrogant. 

 

Qui sont les Illuminés ?

L’histoire du communisme moderne commence avec une société secrète : l’ordre des Illuminés de Bavière ou Illuminati.
C’est à propos de cette organisation, qu’en 1953, le Rapport de la Commission d’enquête du Sénat de Californie mentionnait : « Ce que l’on appelle le communisme moderne est apparemment la même conspiration hypocrite mondiale visant à détruire la civilisation, fondée par les Illuminati, et qui a grandi ici dans nos colonies, pendant la période critique qui a précédé l’adoption de notre constitution. »

Un autre historien, Oswald Spengler, est allé plus loin.
Il a fait le lien entre le communisme et les intérêts financiers internationaux.
Il a écrit : « Il n’y a pas de mouvement prolétaire, pas même le communisme, qui n’ait été impliqué dans les intérêts financiers, qui n’ait suivi les directions indiquées par l’argent, qui n’ait pas dû sa réussite à l’argent – et tout ceci sans même que les idéalistes, parmi les leaders, eussent le moindre soupçon quant à cet état de chose. »

Selon Spengler, même les chefs de file du communisme ne sont pas au courant des agissements secrets au sein de leur propre mouvement.
Est-il possible que Gus Hall et Angela Davis, tous deux candidats, en 1980, aux postes de président et vice-président des États-Unis, et qui s’opposaient aux « grandes banques et aux monopoles corporatistes qui contrôlent l’économie » aient été, en réalité, utilisés par ces mêmes organisations qu’ils dénonçaient ouvertement ?
Se peut-il que les banques et les corporations non seulement acceptent mais soutiennent le Parti Communiste dans le seul but que celui-ci s’oppose à elles ?

Le Docteur Bella Dodd, membre du Comité National du Parti Communiste des État-Unis, a apparemment déterminé qu’il existe bel et bien un lien entre les riches capitalistes et le Parti.
Elle remarqua que chaque fois que le Comité National du Parti n’était pas en mesure de prendre une décision, l’un de ses membres se rendait à la Waldorf Tower, à New-York City, pour y rencontrer un personnage bien précis, identifié plus tard comme Arthur Goldsmith.
Chaque fois que Goldsmith prenait une décision, celle-ci était ensuite entérinée par le Parti Communiste à Moscou.
Mais ce qui frappa le plus le Dr Dodd, c’est que Goldsmith était non seulement membre du parti Communiste, mais aussi un richissime capitaliste américain.
Ainsi, si les commentateurs cités plus haut ont raison quand ils accusent le communisme d’être une façade pour les sociétés secrètes, y compris celle des Illuminati, cela conduit le chercheur, partisan de la Conception Conspirationiste de l’Histoire, à étudier les origines et l’histoire de cette organisation.

The Bavarian Illuminati
 Illuminati de Bavière

 

Les origines de la conspiration :

L’organisation des Illuminati a été fondée le 1er mai 1776 par Adam Weishaupt, prêtre jésuite et professeur de Droit canon à l’Université d’Ingolstadt, en Bavière.
Il est avéré que le Professeur Weishaupt était en relation avec des sociétés secrètes avant qu’il fonde l’ordre des Illuminati (Ndlr : Il était aussi sous les ordres des Rothschild).
La date de fondation, le 1er mai, est toujours célébrée par les Communistes du monde entier, même si les puristes prétendent que ce 1er mai est célébré pour commémorer le début de la Révolution russe de 1905.
Mais cela ne change rien au fait que le 1er mai 1905 coïncide avec le jour anniversaire de la fondation de l’ordre des Illuminati, le 1er mai 1776.
L’organisation de Weishaupt s’est rapidement étendue parmi les intellectuels de son université.
En fait, tous les professeurs, sauf deux, sont devenus membres de cette organisation dans les toutes premières années de son existence.
La philosophie de base proposée aux futurs membres Illuminati était une inversion de la philosophie traditionnelle enseignée par l’Église et le système éducatif.
Cela a été résumé par Weishaupt lui-même en ces termes : « L’homme n’est pas mauvais mais il est rendu tel par une morale arbitraire.
Il est mauvais parce que la religion, l’État et les mauvais exemples le pervertissent.
Quand la raison deviendra enfin la religion des hommes, le problème sera résolu. »

Il y a des raisons de penser que le mépris de Weishaupt pour la religion commença le 21 juillet 1773 lorsque le Pape, Clément XIV, « annula et fit disparaître à jamais l’ordre des Jésuites. »
L’acte du Pape faisait suite à une pression exercée par la France, l’Espagne et le Portugal qui, séparément, étaient parvenus à la conclusion que les Jésuites s’ingéraient dans les affaires de l’État et étaient, dès lors, des ennemis du gouvernement.
Le roi Joseph du Portugal, notamment, «s’empressa de signer un décret aux termes duquel les Jésuites étaient dénoncés comme « traîtres, rebelles et ennemis du royaume… »»
Alors, les trois nations présentèrent « une requête catégorique pour que le Pape supprime l’ordre des Jésuites partout dans le monde.»
Le Pape accepta et bannit l’ordre.
Weishaupt, prêtre jésuite, a certainement dû être affecté par la décision papale, probablement au point de vouloir monter une organisation suffisamment puissante pour parvenir un jour à détruire l’Église catholique elle-même.

La décision du pape Clément fut néanmoins d’une portée limitée puisque le pape Pie VII, en août 1814, réintégra les Jésuites dans tous leurs anciens droits et privilèges.
La réintégration de Pie VII ne passa pas inaperçue aux États-Unis, comme l’écrivit l’ex-Président John Adams à son successeur, Thomas Jefferson : « Je n’aime pas la réapparition des Jésuites.
S’il y a jamais eu sur terre une corporation qui méritât la damnation éternelle, c’est bien cette Société… »
Jefferson répondit : « Moi aussi, je désapprouve la restauration de l’ordre des Jésuites, car elle représente un recul de la lumière dans les ténèbres. »

Les Jésuites ont encore, de nos jours, des problèmes avec l’Église comme ils en avaient durant les premières années de 1700.
Le 28 février 1982, le pape Jean-Paul II dit aux Jésuites « de se tenir à l’écart de la politique et de faire honneur à la tradition catholique romaine. »

http://www.sciences-fictions-histoires.com/medias/images/illuminati-dollar.jpg

La fin justifie les moyens !

Toute action, qu’elle soit morale ou immorale, devient acceptable pour un Illuminati dès lors qu’elle sert les buts de l’Organisation.
Meurtres, guerres, pillages, tout devient un comportement acceptable pour celui qui croit en la « nouvelle religion athée ».
Un autre obstacle majeur au progrès humain, selon Weishaupt, est le nationalisme.
Il l’exprime ainsi : « Avec la naissance des nations et des peuples, le monde cessa d’être une grande famille…
Le nationalisme prit la place de l’amour humain… »
Weishaupt n’était pas anarchiste mais il pensait qu’il était nécessaire de supprimer les gouvernements nationaux au profit d’un gouvernement mondial.
Cette instance serait à son tour gouvernée par les Illuminati : « Les disciples [des Illuminati] sont convaincus que l’Ordre dirigera le monde. Chaque membre devient alors un dirigeant. »
Le but ultime des Illuminati, et de tous leurs successeurs, est donc clair : c’est le pouvoir, le pouvoir de gouvernement sur tous les peuples du monde.
Si Weishaupt projette de subvertir la vie des hommes dans le sens que souhaitent ses seuls partisans, il est impératif que ses ambitions restent secrètes.
Il a écrit : « La grande puissance de notre Ordre réside dans sa dissimulation : ne le faites jamais apparaître en aucun lieu sous son vrai nom, mais toujours caché derrière un autre nom et une autre activité. »

Illuminati de Bavière

Sous l’égide de la clandestinité, l’ordre grandit rapidement.
Néanmoins, comme ce fut le cas pour toutes les organisations secrètes contrôlant de soi-disant organisations communistes, il n’attira pas, ni ne chercha à attirer «les masses opprimées» ou l’humble travailleur-paysan pour la défense desquels il était censé avoir été créé.
Il recrutait, dans la haute société, les représentants de la classe sociale située immédiatement au-dessous des détenteurs du pouvoir.
Une liste partielle des membres prouve la véracité de ce fait.
On y trouve : marquis, baron, avocat, abbé, comte, magistrat, prince, commandant, professeur, colonel, prêtre et duc.
Tels étaient les titres et fonctions des personnes qui pouvaient, sans crainte d’être inquiétées, se rencontrer en secret pour conspirer contre le gouvernement, l’armée, l’Église et les institutions.
Il s’agissait de gens qui n’avaient pas le pouvoir de contrôler totalement leurs champs d’action respectifs mais qui voyaient dans l’Ordre des Illuminati un moyen d’accéder à un pouvoir individuel.
Quand les membres se rencontraient ou quand ils correspondaient, ils utilisaient des pseudonymes pour garder secrète leur véritable identité.
Weishaupt se faisait appeler Spartacus.

Quel était le but des conspirateurs ?
Nesta Webster, un chercheur de première importance pour ce qui concerne les Illuminati, a résumé ainsi leurs finalités :
1. abolition de tout gouvernement organisé
2. abolition de la propriété privée
3. abolition de l’héritage
4. abolition du nationalisme
5. abolition de la famille
6. abolition de la religion 

 

L’expansion des Illuminati en Europe !

En 1777, Weishaupt est admis dans la loge maçonnique Théodore du Bon Conseil, à Munich.
Il ne rejoint pas la franc-maçonnerie pour simplement participer aux travaux, mais pour l’infiltrer et la contrôler totalement.

De fait, les Francs-Maçons tinrent un congrès international à Wilhemsbad, en juillet 1782 et « l’Illuminisme leur fut injecté en endoctrinant les leaders du mouvement… »
Cependant, le secret des Illuminati fut rapidement découvert lorsque, en 1783, quatre professeurs de la Marianen Academy « furent convoqués devant une commission d’enquête et questionnés au sujet… des Illuminati. »
Le gouvernement de Bavière découvre ainsi la philosophie et les buts des Illuminati et, qui plus est, son souhait de renverser le gouvernement.
Au terme de plusieurs audiences, le gouvernement prononce l’abolition de l’Ordre.
Mais la mise au jour de l’organisation ne fut peut-être qu’une grâce déguisée : pour se soustraire à la persécution de l’État bavarois, les Illuminati s’enfuirent dans toute l’Europe et en Amérique où ils purent ainsi établir de nouvelles sociétés secrètes.
Le gouvernement de Bavière tenta bien de contrer cette expansion en avertissant les autres pays d’Europe des véritables buts des Illuminati, mais les souverains européens refusèrent de l’écouter.
Cette attitude hantera plus tard ces mêmes gouvernants.
Comme l’a observé Nesta Webster : « L’extravagance des propos exposés les rendait non crédibles et les souverains européens, refusant de prendre l’Illuminisme au sérieux, l’ont ignoré, le considérant comme une chimère. »

Le fait que les gouvernements européens de l’époque n’accordèrent pas de crédit aux buts des Illuminati est un problème que l’on voit réapparaître dans le monde entier.
Il est difficile pour tout un chacun de croire qu’il peut exister un complot aussi énorme et bien organisé et que le dessein qu’il envisage pour le monde soit bien réel.
Cette incrédulité du public est ce qui nourrit le succès des conspirateurs et les pousse à planifier ces évènements de façon à ce que la réalité devienne trop incroyable et absurde pour que quiconque puisse admettre qu’elle est créée intentionnellement.
Le révolutionnaire français Georges Danton laissa transparaître cette intention par ces mots : « De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace ! »

L’un des pays vers lequel s’enfuirent les Illuminati fut l’Amérique. Il y formèrent leur premier chapitre, en Virginie, en 1786, suivi de quatorze autres dans différentes villes.
Ils organisèrent la Callo-Italian Society et, lorsque débuta la Révolution américaine, ils commencèrent à se désigner eux-mêmes sous le nom de Jacobins.

Une grande partie de ce que l’on connaît aujourd’hui des Illuminati provient d’un ouvrage rédigé en 1798 par John Robinson, professeur de Philosophie Naturelle à l’Université d’Edinburgh, en Écosse.
Il intitula son livre : Les Preuves d’une Conspiration contre toutes les Religions et Gouvernements de l’Europe Menée lors des Rencontres Secrètes des Francs-Maçons, des Illuminati et des Sociétés de Lecture.
Le professeur Robinson, Franc-Maçon lui-même, avait été invité à rejoindre les Illuminati, mais il lui sembla bon de mener, au préalable, une enquête sur l’ordre.
Robinson parvint à la conclusion que l’association avait été créée « dans le seul but de déraciner toutes les institutions religieuses et de renverser tous les gouvernements d’Europe existants. »

 

La révolution Française !

L’explication classique de la Révolution française est celle d’un peuple qui, las de subir l’oppression du roi Louis XVI et de Marie-Antoinette, se souleva en opposition à la monarchie et commença par prendre d’assaut la prison de la Bastille.
Cet événement, selon les archives historiques officielles, marque le début de la Révolution qui atteint son apogée avec le remplacement de la monarchie par la soi-disant « République Française ».

Les Français commémorent le début leur « révolution » en faisant du jour de la prise de la Bastille, le 14 juillet, un jour férié.
Ceci renforce d’autant plus la thèse selon laquelle le peuple français s’est réellement révolté et a renversé le roi de France.

Pourtant, ceux qui ont étudié la Révolution en profondeur ont découvert le véritable motif de la prise de la Bastille.
Comme l’explique Nesta Webster, « un plan d’attaque de la Bastille avait déjà été élaboré, il ne restait plus qu’à mettre le peuple en marche. »
Le plan consistait à prendre la Bastille d’assaut, non pour libérer les centaines de « prisonniers politiques opprimés » supposés y être détenus, mais pour s’emparer des armes indispensables au lancement de la Révolution.
Cela a été confirmé par le fait que lorsque la foule atteignit la Bastille, elle ne comptait que sept prisonniers : quatre faussaires, deux aliénés, et le Comte de Solages incarcéré à la demande de sa famille pour « crimes monstrueux contre l’humanité. »
En fait, « les obscures tours humides étaient tombées en complète désuétude ; depuis le premier ministère Necker, en 1776, personne n’y avait été emprisonné. »

La seconde présomption infondée quant aux causes de la Révolution française, est que le soulèvement est l’œuvre des masses populaires françaises.
Cette conception selon laquelle un grand nombre de Français auraient soutenu la Révolution est erronée car, en réalité, « sur les 800 000 habitants de Paris, environ un millier seulement a pris part au siège de la Bastille… »
Et encore, ceux qui participèrent directement à la prise de la Bastille furent, en réalité, payés par ceux qui dirigeaient toute l’opération. 

Que des brigands du Sud de la France furent délibérément dirigés vers Paris en 1789, employés et payés par les meneurs de la Révolution, est un fait confirmé par des autorités trop nombreuses pour les citer ; et le fait supplémentaire que les conspirateurs jugèrent nécessaire une telle mesure revêt une immense signification, car il montre qu’à leurs yeux, on ne pouvait pas compter sur le peuple de Paris pour conduire une révolution.
En d’autres termes, le recours à ces mercenaires réfute de façon décisive la thèse selon laquelle la Révolution fut un soulèvement irrépressible du peuple.
De plus, il n’y eut pas que des Français à être employés par les dirigeants de la Révolution « une bande de brigands hétéroclites, assoiffés de violence, constituée non seulement de Marseillais (ces hommes du Sud précédemment cités) et d’Italiens, mais aussi d’Allemands… »

Le docteur Rigby était en bonne place pour témoigner sur la réalité du siège de la Bastille, puisqu’il était en voyage à Paris à cette époque précise.
Les lettres qu’il écrivit à sa femme pendant ces journées, offrent un aperçu intéressant de ce qui s’est effectivement passé.
Nesta Webster, dans son livre La Révolution Française, commente la correspondance du docteur Rigby : « Le siège de la Bastille causa si peu de problèmes dans Paris que le docteur Rigby, ignorant que quelque chose d’inhabituel se passait, s’en alla en début d’après-midi visiter les jardins de Monceaux. »

Un autre observateur de la Révolution française, Lord Acton, confirma qu’il y avait une main invisible qui œuvrait à fomenter la révolution : « Ce qu’il y a d’affligeant dans la Révolution française n’est pas le tumulte mais le dessein.
À travers tout le feu et la fumée, on perçoit l’évidence d’une machination organisée.
Les dirigeants restent soigneusement cachés et masqués ; mais il n’y a aucun doute quant à leur implication dans l’affaire. »

Le plan des conspirateurs était simple : créer des doléances « populaires » afin de les exploiter pour leur compte.
Ils créèrent cinq griefs spécifiques propres à en faire tenir pour responsable le Roi lui-même.
Ils escomptaient que des conditions de survie difficiles suffiraient à pousser suffisamment de gens à se joindre à ceux qui étaient déjà soudoyés.
Ainsi, la révolution semblerait véritablement populaire.
Les comploteurs pourraient ensuite contrôler les évènements et les amener aux résultats qu’ils désiraient.

Le premier grief, monté de toutes pièces, fut la pénurie de céréales.

Selon Webster : « Montjoie affirme que des agents à la solde du Duc d’Orléans achetèrent délibérément toutes les céréales ; ils en exportèrent une partie et dissimulèrent l’autre afin de pousser le peuple à la révolte. »
Ainsi, le Duc d’Orléans, membre des Illuminati, acheta-t-il une importante quantité de grains pour pousser la population à porter ses doléances au Roi qu’elle avait été amenée à tenir pour responsable de la disette.
C’était, bien évidemment, les Illuminati qui avaient propagé la rumeur selon laquelle le Roi avait intentionnellement provoqué la pénurie.

La seconde des récriminations manigancées est l’énorme dette contractée par le gouvernement dans le seul but d’imposer la population afin de la payer.
La dette nationale a été estimée à 800 millions de dollars actuels.
Cet argent avait été emprunté par le gouvernement français pour soutenir les États-Unis lors de la Révolution américaine de 1776.
On a estimé que les deux tiers de la dette française étaient dus à ces emprunts.

La troisième récrimination provoquée était que la population française souffrait de la faim.
Le Docteur Rigby mentionne : « Nous avons vu peu de personnes, dans les basses couches de la population, exprimant de la colère, désœuvrées et miséreuses. »

Nesta Webster expliquera plus tard : « Le Docteur Rigby continue dans le même registre de l’admiration – une admiration qu’on pourrait attribuer a un manque de discernement si elle n’avait pourtant disparu brusquement lorsqu’il pénétra en Allemagne.
Il trouve là « un pays à l’égard duquel la Nature a été aussi généreuse qu’envers la France, car son sol est fertile, mais où cependant les habitants vivent sous l’oppression du gouvernement.
À Cologne, il estime que « la tyrannie et l’oppression ont trouvé leur demeure. »

La quatrième récrimination majeure, créée par les Illuminati et leurs complices au sein du gouvernement, fut l’inflation massive qui a ruiné les classes laborieuses.
35 millions d’assignats ont été émis sur une courte période et cela a été, en partie, la cause des pénuries alimentaires.
La réponse du gouvernement a été d’imposer le rationnement ce qui a accru la colère de la population.

La cinquième entorse à la vérité est la prétendue « oppression » du règne de Louis XVI.
La vérité est que la France était le plus prospère de tous les pays européens avant la Révolution.
La France possédait la moitié de la monnaie en circulation dans toute l’Europe et, durant la période de 1720 à 1780, le commerce extérieur a été multiplié par quatre.
La moitié des richesses de la France était entre les mains de la bourgeoisie et les « serfs » possédaient plus de terre que qui que ce soit d’autre.
Le Roi avait aboli la corvée et banni le recours à la torture dans les interrogatoires.
De plus, le Roi avait fondé des hôpitaux, créé des écoles, réformé les lois, creusé des canaux, drainés les marécages pour accroître la surface de terre cultivable et avait construit de nombreux ponts afin de faciliter la circulation des biens à l’intérieur du pays.

Ainsi, à travers la première des « révolutions », on peut voir l’exemple type de la Conspiration à l’œuvre.
Le bienveillant roi encourageait la montée de la petite bourgeoisie en favorisant l’avènement d’une société plus juste et plus prospère.
Cette situation était intolérable pour ceux qui se situaient dans la couche immédiatement en dessous de la classe dirigeante, tandis que la petite bourgeoisie montante commençait à assumer elle-même le pouvoir.
Les conspirateurs tentèrent d’éliminer non seulement le Roi et la classe au pouvoir mais la petite bourgeoisie également.
L’ennemi de la Conspiration est toujours la petite bourgeoisie et, dans les autres révolutions qui seront étudiées dans ce livre, nous montrerons que la Conspiration fomente toujours ces « révolutions » programmées dans ce seul but.
Ainsi la Révolution française fut une falsification et une mystification.
Le peuple a été manipulé pour des raisons qui n’ont jamais été portées à sa connaissance.

 

 

 Duc d’Orléans 1747 – 1793 (Guillotiné)

La Franc-Maçonnerie !

La main invisible qui a entièrement dirigé la Révolution française était celle des Illuminati, qui n’avaient que treize années d’existence mais suffisamment de puissance pour déclencher une révolution dans l’un des plus grands pays du monde.
Mais les membres des Illuminati avait dressé les plans de la Révolution plusieurs années auparavant, et avaient infiltré un autre groupe secret, celui des Francs-Maçons : « La révolution-éclair de la France a été préparée dans les décennies précédant 1789 par le développement de la Fraternité franc-maçonnique. »

La Franc-Maçonnerie est arrivée en France en 1725 mais, en 1772, l’organisation s’était scindée en deux groupes dont l’un fut connu sous le nom de Loge Franc-Maçonnique du Grand Orient.
Le premier Grand Maître de la Loge était le Duc d’Orléans, également membre des Illuminati.
La Loge du Grand Orient s’étendit rapidement dans tout le pays si bien qu’en 1789, il y avait 600 loges dans toute la France contre seulement 104 en 1772.
Les membres du Grand Orient étaient aussi actifs au sein du gouvernement puisque sur les 605 parlementaires des États Généraux, 447 en étaient membres.
Le plan des Illuminati était d’infiltrer la confrérie maçonnique, de la transformer en une branche de leur Ordre, puis de se servir de son secret comme moyen pour renverser la monarchie.
Le nouveau chef du gouvernement serait le Duc d’Orléans. La stratégie fonctionna pendant un temps, mais le Duc d’Orléans fut finalement condamné à la peine capitale pour trahison envers le gouvernement français et mourut sur la guillotine.

The Unseen Hand, A. Ralph Epperson

Sources:https://changera.blogspot.fr/2017/05/le-1er-mai-cest-la-fete-des-illuminatis.html?spref=fb

Traduction C.R.O.M.
http://crom.be/fr/documents/print/societes-secretes-et-revolution-francaise
Publié par Rorschach
http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2014/05/aujourdhui-1er-mai-cest-la-fete-des.html

 

 

 

 

 

 

Le Québec sous la gérance du crime organisé:Demande d’enquête sur «l’affaire Charest»

OTTAWA – Dix groupes environnementaux du Québec demandent à l’Office national de l’énergie (ONÉ) de déclencher une enquête sur la rencontre privée entre l’ex-premier ministre Jean Charest et les trois commissaires qui étaient chargés d’étudier le projet d’oléoduc Énergie Est.

Jean Charest

Une manifestation est prévue mardi matin devant l’hôtel Delta à Montréal où un comité d’experts nommé par le gouvernement doit tenir deux jours de consultations publiques. Ces consultations font partie de l’exercice de modernisation de l’ONÉ promis par le gouvernement Trudeau.

Les commissaires Roland George, Jacques Gauthier et Lyne Mercier se sont récusés en septembre 2016 après que le National Observer eut révélé l’existence de cette rencontre qui a eu lieu en janvier 2015. Jean Charest était alors consultant pour TransCanada, le promoteur d’Énergie Est. Depuis, le gouvernement a nommé quatre nouveaux commissaires.

L’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) et l’organisme Stratégies Énergétiques réclament une enquête sur cette rencontre depuis août 2016. Huit autres groupes environnementaux, dont Greenpeace, ont envoyé une lettre à l’ONÉ la semaine dernière pour appuyer cette demande. Ils réclament également la suspension de l’examen d’Énergie Est tant que l’ONÉ n’aura pas été réformé.

L’ONÉ a annoncé le 27 janvier 2017 que les audiences sur Énergie Est reprendraient depuis le début sans spécifier de date. Elles avaient été suspendues dans la foulée de cette controverse.