Lâchez-nous le référendum! Les péquistes sont exaspérants avec leur fixation sur la date du «référendum»…

 

 

Les péquistes sont exaspérants avec leur fixation sur le «référendum»…

 

 


Je me suis permis de reproduire ici,l’article  paru récemment dans le Journal de Montréal.Il est de Steve E. Fortin.

J’estime qu’il s’agit d’un des meilleurs articles écrits sur le sujet,depuis plusieurs années et qu’il peut aider  à réfléchir et finir par éveiller certains indépendantistes et nationalistes mous.

À la fin de cet article,je donnerai ma courte conclusion!

Merci de prendre le temps de lire et…de réfléchir!

Michel Duchaine


Référendum de 1995…résultat!

Imaginons quelques membres du Parti québécois qui discutent… 

Vite dans la première moitié du premier mandat.  

Euh… Nenon! Pas avant le deuxième mandat, peut-être, dans l’éventualité où les conditions gagnantes… 

Pourquoi pas plutôt dans la deuxième partie du mandat un?  

Moi: fuck le référendum.  

Et en passant, je suggérerais à ceux qui envisagent la tenue d’un autre référendum de lire le bouquin de Lawrence Martin sur Jean Chrétien intitulé Iron Man (L’homme de fer), le tome 2 surtout. Dans ce dernier, Martin avance que Jean Chrétien n’aurait tout simplement pas reconnu un «Oui» dans l’éventualité d’une victoire du camp souverainiste. 

Et le clan fédéraliste s’est bien organisé pour que cela ne se passe pas en bafouant les règles démocratiques comme si elles n’existaient pas. Au diable les dépenses et les règles en ce qui a trait à l’émission de citoyenneté.  

Fallait bien sauver le pays, comme le disait Jean Chrétien à l’époque.  

Pour ceux que ça intéresse, l’ex-éditorialiste du journal Le Droit Murray Maltais signait un texte important le 27 mars 1998 dans lequel il expliquait que le nombre de personnes «n’ayant pas qualité d’électeur» et qui ont voté au Québec est bien supérieur à l’écart qui séparait les camps du Oui et du Non:  

«Que 217 000 personnes aient pu exercer leur droit de vote sans qu’on puisse les retracer demeure fort troublant. Il se peut que certains n’aient rien à se reprocher. Affirmer que tous ont voté légalement ne relève pas de la naïveté, mais de la bêtise. Ou de la mauvaise foi. 

«On songe, bien entendu, que les résultats du dernier référendum auraient pu basculer dans l’autre sens si les autorités politiques avaient manifesté plus de rigueur dans l’exercice du droit de vote.» 

54 288 votes séparaient le Non du Oui.  

armee dans la rue
loi sur les mesures de guerre en 1970

 

Envoyer l’armée au Québec… Why not!

Si l’exercice démocratique de 1995, bâclé, spolié, peut nous apprendre quelque chose, c’est la méfiance. Ou pire, l’évitement. Ne pas avoir confiance que le fédéral respecterait les règles, que celui-ci changerait quoi que ce soit à sa manière d’aborder tout exercice, dont la finalité demeure, de son angle à lui, de «briser le pays».  

Dans un article du Globe & Mail datant de novembre 2003, la chroniqueuse Lysiane Gagnon commentait la sortie de la biographie de Lawrence Martin sur Jean Chrétien et les différentes révélations que ce livre contenait. Dont l’assertion de l’auteur que Jean Chrétien était prêt à envoyer l’armée au Québec en réaction à une victoire des indépendantistes. 

Lawrence Martin appuyait ses dires sur une entrevue formelle qu’il avait réalisée avec l’ex-ministre de la Défense du gouvernement Chrétien, David Collenette. Jean Chrétien avait démenti le tout, mais Lysiane Gagnon — son texte était intitulé My Quebec includes the army — rappelait que cette avenue avait bel et bien été envisagée:  

«L’affirmation de M. Martin  basée sur une entrevue avec David Collenette, alors ministre de la Défense  n’a rien d’une grande révélation. Le bon sens nous dit qu’en effet, en fonction du climat social à la suite d’un vote serré en faveur du Oui, des soldats auraient été envoyés pour protéger les bâtiments fédéraux ou d’autres sites cruciaux, voire même des personnes […]. 

«Même s’il est probable qu’aucun plan précis n’avait été rédigé, l’idée d’utiliser les Forces canadiennes pour rétablir l’ordre au Québec avait certainement été envisagée. 

«Sinon, cela aurait été totalement irresponsable.» 

Plus récemment, l’entêtement de Justin Trudeau à ne pas vouloir condamner, fermement, les dérives du gouvernement espagnol vis-à-vis des indépendantistes catalans n’annonce rien de bon. Le PM canadien a été talonné par le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet pendant des mois afin que le Canada dénonce «les lourdes peines infligées contre les dirigeants indépendantistes catalans pour le référendum organisé en 2017 dans cette région d’Espagne».  

Pour toute réponse, le premier ministre canadien n’a cessé de réitérer sa confiance envers l’Espagne… 

Je n’ai même pas abordé ici la question de la loi sur la «clarté» adoptée par le gouvernement canadien et Stéphane Dion. 

 

 

Penser l’accession à l’indépendance «en dehors de la boîte!»

Il est impératif que les indépendantistes au Québec refusent de se faire imposer l’impératif du «référendum». Tout ce temps perdu à débattre de la date, du meilleur moment de tenir la prochaine consultation devrait être investi ailleurs.  

Par exemple, comment le prochain chef indépendantiste entend-il user de tous les mécanismes de l’État afin de faire avancer, concrètement, le Québec vers son indépendance? 

L’adversaire ne recule jamais devant la perspective de mettre l’appareil étatique à la remorque du fédéralisme. D’ailleurs, hausser radicalement les seuils d’immigration ET négliger la francisation, la régionalisation et l’intégration des nouveaux arrivants en fonction de la distinction québécoise [de langue, de culture, etc.] participent de ça.  

Le prochain chef indépendantiste au pouvoir à Québec ne devra pas rougir à l’idée de se saisir de tous les mécanismes de l’État afin de faire avancer le Québec vers l’indépendance. 

Et cela inclut de définir la manière d’y arriver en dehors de l’impératif référendaire, sans toutefois l’exclure complètement et surtout sans être obligé de divulguer une date, un calendrier péremptoire.  

On ne demande pas aux leaders fédéralistes québécois la date à laquelle ils entendent consulter les Québécois pour que ces derniers cautionnent, démocratiquement, l’accession du Québec à la Constitution du Canada.  

Quand ils sont au pouvoir, les fédéralistes y travaillent activement. Tout simplement.  

Les indépendantistes québécois sont tout aussi légitimes, lorsqu’élus, de faire la même chose. Des gestes de rupture avec le Canada, d’affirmation nationale du Québec, une constitution québécoise, etc. 

Que le prochain chef indépendantiste refuse de penser l’accession à l’indépendance en fonction de la logique «canadienne». Qu’il s’assume pleinement comme homme d’État dont la fonction première est de faire l’indépendance.  

Commençons par ça.  

Un article de Steve E. Fortin pour le Journal de Montréal.


Ma conclusion

…Elle est très simple ma conclusion:si à l’intérieur de la fédération canadienne…voter pourrait changer quelque chose,il y aurait longtemps que Sa Majesté Britannique  nous l’aurait enlevé,ce droit!

S’adresser à la monarchie constitutionnelle canadienne,créée par le Roi Britannique en assemblée au Conseil Privé de Londres,est une pure perte de temps:il faut s’adresser directement au Conseil Privé de Londres en envoyant un mandataire qui s’adressera directement au Monarque Britannique…au nom du Peuple Québécois!

Nous sommes la dernière colonie survivante de l’Empire Britannique et agrissons comme le peuple du Congo,en 1960 face au Roi des Belges:envoyons un Patrice Lumumba qui aura le courage de parler sans trembler et qui se tiendra droit…sur sa colonne vertébrale!

À défaut d’un Patrice Lumumba,je suis disponible!

La meilleure façon de faire échouer un projet est de le soumettre à un référendum!

Publicités

Loi québécoise sur la laïcité: la ville de Victoria vote une motion pour appuyer une poursuite judiciaire

La mairesse de Victoria, Lisa Helps... (PHOTO CHAD HIPOLITO, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)
La mairesse de Victoria, Lisa Helps…

 

Le conseil de la ville de Victoria, capitale de la Colombie-Britannique, a voté à l’unanimité jeudi en faveur d’une motion pour appuyer en principe la poursuite judiciaire contre la loi sur la laïcité par l’Association canadienne des libertés civiles et le Conseil National des musulmans Canadiens.

La mairesse de Victoria, Lisa Helps, a célébré l’adoption de la motion sur Twitter. « La lutte contre la discrimination EST une question municipale », a-t-elle écrit.

Dans le document remis à ses collègues, le conseilleur de ville derrière la motion, Sharmarke Dubow, écrit que « cette législation, bien que présentée comme promouvant la neutralité religieuse de l’État, est une attaque à peine voilée contre les traditions religieuses et culturelles des minorités religieuses. C’est contraire aux valeurs canadiennes, qui incluent la liberté de religion et l’acceptation de la diversité. »

M. Dubow a voulu souligner au passage le caractère « diversifié » de la ville de Victoria. Une lettre en soutient à la motion a été déposée au conseil de ville par la World Sikh Organisation of Canada.

Cette action fait écho à une initiative similaire survenue il y a quelques semaines dans la ville de Brampton, à une heure au nord de Toronto. Le maire Patrick Brown avait déclaré par voie de communiqué vouloir « envoyer un message clair aux partisans du projet de loi 21 au Québec. Cette loi viole la liberté de religion et ne respecte pas la Charte canadienne. »

Le Premier Ministre du Manitoba, Brian Pallister, a tenté de mobiliser ses homologues des autres provinces au cours des derniers jours, réunis en Saskatchewan pour le Conseil de la Fédération. Il avait qualifié la loi de « dangereuse ». M. Pallister et François Legault ont tenu des échanges à ce sujet, mais rien de concret n’en est sorti.

La loi sur la laïcité a été adoptée à l’Assemblée Nationale le 16 Juin dernier a été contestée devant les tribunaux dès le lendemain par Ichrak Nourel Hak, une étudiante en enseignement qui porte le hidjab, ainsi que par l’Association canadienne des libertés civiles et le Conseil national des musulmans Canadiens. C’est cette même contestation que soutiendra en principe la Ville de Victoria.

Il y a un peuple qui va regretter de ne  pas s’être révolté lors du référendum volé ,en 1995.Si le Québec serait  indépendant aujourd’hui,ce genre de harcèlement et de mépris contre nous serait inexistant!

Quand est-ce que le peuple québécois va -t-il se réveiller contre cette gouvernance des juges,au Canada?

 

 

 

Vidéos souvenir: René Lévesque parle de Pierre Ellioth Trudeau (émission du 29 juin 1984)…et autres surprises historiques

Étant donné  mon engagement actuel en politique avec le Parti Patriote à l’élection fédérale d’octobre 2019,je vous reviendrai  avec  ces vidéos qui nous ferons   rappeler notre combat pour l’indépendance du Québec,depuis plusieurs générations.

Aujourd’hui,je vous présente René Lévesque d’abord,il  nous parle de Pierre Ellioth Trudeau comme il l’a bien connu .Comme le fils est garant du père,cette vidéo nous donnera un peu l’heure juste sur Justin Trudeau,le successeur de son père.


Des moments clés dans la vie de René Lévesque

 


Élection de 1970,Discours de René Lévesque et de Jacques Parizeau

 

…et finalement la démission du chef fondateur du Parti Québécois,en 1985:

 

Sans oublier le plus important:Le Québec isolé en 1981 « La Nuit des longs Couteaux »:

Une citation de René Lévesque…importante!

 

Nous nous trouvons à des années-lumières de ce type de politicien qui rassemblait avec élocution et discipline!

Peu importe le parti politique,il aura été un Grand Guide National!

Le pire événement de la vie de René Lévesque:la Nuit des Longs Couteaux

 

 

 

Le Québec toujours sous contrôle néolibéral: Le ventre plus creux dans un quartier plus riche

Beaucoup de gens en Afrique,en Europe et ailleurs dans le monde ,rêvent d’immigrer au Québec (parfois en ignorant tout du Québec) afin d’améliorer leur vie.Beaucoup ignorent que des milliers de québécois vivent en dessous du seuil de la pauvreté et sont confronté à une misère sérieuse à se nourrir,même au minimum vital.Voici:

 

Des dizaines de personnes ont participé jeudi après-midi (le 28 mars 2019) à une manifestation devant l’École Charles-Lemoyne, dans le quartier Pointe-Saint-Charles, pour dénoncer la fin, en septembre prochain, de cette mesure alimentaire visant à venir en aide aux enfants dont les parents sont moins nantis.

Manifestation du 28 mars 2019

Ce programme disparaît en raison de la modification de l’indice de défavorisation de l’école. Le développement urbain et l’embourgeoisement ont augmenté le niveau des revenus dans l’ensemble du quartier, selon des données de Statistique Canada.

Le comité de gestion de la taxe scolaire de l’île de Montréal a produit en 2018 une carte révisée de la défavorisation à Montréal à partir du nouveau portrait dressé par Statistique Canada.

Marianne Dumas, qui siège au conseil d’établissement de l’École Charles-Lemoyne, que fréquente son enfant, considère qu’il est regrettable de mettre un terme au programme alimentaire, car il répond à des besoins concrets.

« C’est totalement un non-sens. Ce n’est pas parce que tes voisins ont plus d’argent maintenant que toi, que cela a changé quelque chose dans ton portefeuille. Les parents vont devoir continuer à nourrir leur enfant et cet argent, il va falloir qu’ils le trouvent quelque part. L’enfant n’arrêtera pas de manger, mais l’enfant ne va peut-être pas aller au camp de jour cet été, parce que ses parents ont été obligés de le mettre au service de garde », a-t-elle dit.

Mme Dumas

Mme Dumas déplore le fait que les parents seront forcés de faire des choix, avec la nouvelle tarification.

« Avant, c’était 1 $. L’enfant était gardé à l’école. Cela lui permettait de sociabiliser. Cela lui permettait d’être en sécurité, d’avoir un repas chaud. Maintenant, des parents vont peut-être faire le choix de retourner leur enfant à la maison », illustre-t-elle.

À compter de septembre, les parents vont devoir débourser en moyenne cinq dollars pour un repas chaud servi à l’école et trois dollars pour que leur enfant puisse utiliser le service de garde.

La nouvelle mesure affectera 300 élèves inscrits dans deux écoles du secteur, soit 40 % des élèves de l’école primaire Charles-Lemoyne et 33 % des élèves de l’école primaire Ludger-Duvernay, dans le quartier Saint-Henri.

À la Commission scolaire de Montréal (CSDM), on compte huit écoles qui vont perdre le programme alimentaire, alors que quatre établissements scolaires vont y gagner. Au total, 14 écoles sur l’île de Montréal vont voir disparaître la mesure d’accès à un repas et des services de garde.

Répercussions en vue

Camille Trudel

Camille Trudel, chargée de projets à la Corporation de développement communautaire de Pointe Saint-Charles, s’inquiète des répercussions qu’aura la disparition de cette mesure alimentaire.

« À Pointe-Saint-Charles, on est dans un quartier qui est défavorisé, mais aussi qui est considéré comme un désert alimentaire. L’accès à des aliments frais n’est pas évident. Donc, on peut penser que les lunchs n’auraient peut-être pas nécessairement tout ce qu’il faut pour certaines familles, par manque de ressources », avertit-elle.

La présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon, reconnaît que le portrait de la métropole a beaucoup changé.

« La différence, cette année, c’est qu’il y avait de nouvelles données statistiques du recensement de 2016. Cela a changé grandement entre 2006 et 2016. On se souvient qu’en 2011, c’était le gouvernement Harper. Cela n’avait pas été le même questionnaire. Cela avait été le questionnaire court. Dans le fond, il y a eu dix ans – une décennie – dans les données réelles qui ont été fournies, plus précises. Cela change grandement le portrait de la réalité de Montréal », a-t-elle affirmé.

De son côté, Camille Trudel croit que l’indice de défavorisation est un outil dépassé.

« On aime dire que l’indice n’est pas adéquat pour nos quartiers de plus en plus hétérogènes. Ce n’est pas tant la faute des gens qui arrivent dans le quartier que de la façon dont l’indice est formulé. En fait, il fausse les données. Il dit que finalement, on devient de plus en plus, selon eux, homogène. Donc, les familles sont de moins en moins pauvres, ce qui n’est pas le cas. Il y a des familles plus riches, des familles plus pauvres », souligne-t-elle.

Un programme universel réclamé

Catherine Harel Bourdon

Catherine Harel Bourdon réclame une mesure d’aide alimentaire universelle de Québec.

« Nous, ce qu’on demande, c’est d’avoir une cantine pour tous, vraiment une cantine universelle le midi comme [il y a dans] plusieurs pays de l’OCDE. Si ce n’était pas possible de le faire, il faudrait cibler les enfants défavorisés plutôt que juste cibler les écoles défavorisées. C’est cela, l’enjeu principal. On demande au gouvernement du Québec de financer plus largement les services alimentaires », réclame-t-elle.

La chargée de projets à la Corporation de développement communautaire de Pointe Saint-Charles appuie cette idée.

« On demande que les quatre paliers, CSDM, municipal, provincial et fédéral s’assoient ensemble pour développer une politique alimentaire universelle, que tous les enfants dans toutes les écoles aient accès à un repas », indique Camille Trudel.

Mme Harel Bourdon assure que la CSDM est à la recherche d’une solution de rechange. Elle souligne que son organisation va rencontrer prochainement divers organismes à ce sujet.

« On est en train de regarder nos services alimentaires, mais nos ressources sont limitées. On ne peut pas non plus déshabiller Paul pour habiller Jacques. Il y a quand même un enjeu interélèves, interécoles. On va regarder ce qu’on est capable de faire dans les budgets qu’on a. Mais, on ne pourra pas compenser à la même hauteur d’un repas pour tout le monde », a-t-elle prévenu.

De son côté, le ministère de l’Éducation n’interviendra pas. Il soutient avoir investi 60 millions de dollars supplémentaires dans le budget pour soutenir les élèves de milieux défavorisés, à même une enveloppe de 125 millions sur cinq ans consacrée à la réussite scolaire.

EN CONCLUSION

Depuis la dernière élection au Québec,beaucoup de gens ont cru qu’en remplaçant le parti politique au pouvoir (…par des bulletins de votes  douteux ) qu’ils avaient réglé le problème lié à la corruption politique sur laquelle tout le système néolibéral s’est construit!

La majorité des gens en âge de voter me donnent l’impression de dormir au gaz et ne cherchent aucune solution.Tous semblent penser  que les hauts-fonctionnaires sont devenus honnêtes parce que les libéraux ont été chassé du pouvoir politique,mais je vous signalais déjà avant l’élection du 1 er octobre 2018  que  le choix  du premier ministre avait  déjà été fait et que la famille Desmarais ,alliée au crime organisé, avait dévolu son choix sur la Coalition Avenir Québec,à défaut de ne plus pouvoir continuer  de maintenir  Philippe Couillard au pouvoir.

Il est clair que les libéraux étaient devenu encombrant ,surtout depuis la Commission Charbonneau.Tôt ou tard ,le Peuple Québécois aurait fini  par réclamer ce qui serait devenu impératif:la Justice!

Mais comme nous le voyons,l’un des  éléments fondamentaux  que la Coalition Avenir Québec réclamait durant la campagne électorale,était la remise des sommes d’argent payées en trop par les  familles québécoises en versement de leurs comptes d’électricité à l’Hydro Québec et François Legault,leur chef,a refusé de remettre ces milliards détournés une fois au pouvoir!

Donc le gangstérisme et le crime organisé  gèrent  le gouvernement du Québec! …Rien n’a changé!

Comme je l’ai toujours dit et écrit: si voter changerait quelque chose,on l’aurait déjà  aboli!

Réveillons-nous!…car il est presque trop tard !

Seule la désobéissance civile peut nous permettre de remplacer ce système,mais pour le remplacer il faut avoir le COURAGE de l’abattre dabord!

 

La gauche- caviard du PQ se porte bien:Pauline Marois vend son majestueux penthouse pour 4,6 millions $

On savait bien que Pauline Marois avait de la classe et s’élevait très haute au-dessus du bas-peuple qu’elle avait administrée… mais on était loin de se douter de la majestuosité étonnante de son chez-soi! L’ancienne première ministre du Québec vient de vendre son somptueux penthouse pour 4,6 millions $, 2 millions $ de plus que leur coût d’achat il y a cinq ans, selon le Journal de Montréal. 

Salon de la maison

 

 

C’est un médecin américain fortuné qui est récemment devenu le nouveau propriétaire de ce prestigieux condo de style new-yorkais proposant « 4906 pieds carrés d’un luxe inégalé couronné d’une superbe terrasse sur le toit de plus de 2000 pieds carrés », qui comporte notamment une cuisine et un vaste espace de réception et de relaxation. 

Ce dernier se situe dans le Vieux-Montréal et est constitué de deux chambres à coucher et trois salles de bains. Selon la courtière de Sotheby’s Liza Kaufman, Pauline Marois et son mari Claude Blanchet auraient décidé de se construire une autre maison, malgré l’amour éprouvé pour cette propriété achetée en 2013 de Maxime Rémillard, grand patron de V Télé. 

Pauline Marois et Claude Blanchet…vous vous souvenez de son conjoint?

 

Voici une série de photos prises à l’intérieur de cette fameuse maison de luxe:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N’est-ce pas que c’est payant de profiter du peuple  quand on fait partie de l’élite bourgeoise de gauche:la gauche-caviard comme je l’appelle!

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:La France se désagrège devant le dédain de Macron face au peuple

  • « Les Français disent: » Monsieur le Président, nous ne pouvons pas joindre les deux bouts « , et le président répond: » Nous allons créer un Haut Conseil [pour le climat] « . Pouvez-vous imaginer le décalage? » – Laurence Saillet, porte-parole du parti de centre-droit, Les Républicains, 27 novembre 2018
  • Les « gilets jaunes » [manifestants] bénéficient désormais du soutien de 77% de la population française. Ils exigent la démission de Macron et un changement immédiat de gouvernement.
  • Le mouvement est maintenant une révolte de millions de personnes qui se sentent asphyxiées par une imposition « confiscatoire » et qui ne veulent pas « payer indéfiniment » pour un gouvernement qui semble « incapable de limiter les dépenses ». – Jean-Yves Camus, politologue.
  • Les élections européennes auront lieu ce printemps 2019. Les sondages montrent que le rassemblement national sera en tête, loin devant La République En Marche! [La République en mouvement!], La fête créée par Macron.

 

Emmanuel Macron avec Philippe Couillard,l’ancien premier ministre du Québec:le banquier de Rotschild s’amuse avec le franc maçon.

Le 11 Novembre  2018 , le président français Emmanuel Macron a commémoré le 100 e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale en invitant soixante – dix chefs d’Etat d’organiser une coûteuse, inutile, grandiloquent « Forum de la Paix » qui ne mènent à rien. Il a également invité le président américain Donald Trump, puis a choisi de l’insulter. Dans un discours pompeux, Macron – sachant que Donald Trump s’était défini quelques jours plus tôt comme un nationaliste voué à la défense de l’Amérique – a invoqué le « patriotisme »; ensuite, étrangement, le définissait comme « l’exact opposé du nationalisme »; alors appelé cela « trahison ».

En outre, peu avant la réunion, Macron n’avait pas seulement parlé de « l’urgence » de la construction d’une armée européenne ; il a également placé les États-Unis parmi les  » ennemis  » de l’Europe. Ce n’était pas la première fois que Macron plaçait l’Europe au-dessus des intérêts de son propre pays. C’était cependant la première fois qu’il plaçait les États-Unis sur la liste des ennemis de l’Europe.

En compagnie de Donald Trump…

Le président Trump a apparemment compris immédiatement que l’attitude de Macron était un moyen de maintenir ses illusions de grandeur et de tenter de tirer un avantage politique intérieur. Trump a apparemment aussi compris qu’il ne pouvait pas rester assis là et accepter des insultes. Dans une série de tweets , Trump a rappelé au monde que la France avait besoin de l’aide des États-Unis pour recouvrer sa liberté pendant les guerres mondiales, que l’OTAN protégeait toujours une Europe pratiquement sans défense et que de nombreux pays européens ne payaient toujours pas le montant promis pour leur propre pays. la défense. Trump a ajouté que Macron avait un taux d’approbation extrêmement bas (26%), faisait face à un taux de chômage extrêmement élevé et cherchait probablement à détourner son attention de cela.

Trump avait raison. La popularité de Macron est en chute libre depuis des mois: il est désormais le président français le plus impopulaire de l’histoire moderne à ce stade de son mandat. La population française s’est détournée de lui en masse.

Le chômage en France n’atteint pas seulement un niveau alarmant (9,1%); il a été alarmant pendant des années. Le nombre de personnes en situation de pauvretéest également élevé (8,8 millions de personnes, 14,2% de la population). La croissance économique est en réalité inexistante (0,4% au troisième trimestre de 2018, en hausse par rapport à 0,2% les trois mois précédents). Le revenu médian(20 520 euros, soit 23 000 dollars par an) est insoutenable. Cela indique que la moitié des Français vivent avec moins de 1710 euros par mois. Cinq millions de personnes survivent avec moins de 855 euros (973 dollars) par mois.

Lorsque Macron a été élu en mai 2017, il avait promis de libérer l’économie. Cependant, aucune mesure significative n’a été prise. En dépit de certaines réformes superficielles telles que la limitation du nombre de licenciements abusifs ou la possibilité légèrement accrue que les petites entreprises puissent négocier des contrats de travail à court terme, le code du travail français, qui est toujours l’un des plus rigides du monde développé, bloque habilement le travail. création. La charge fiscale (plus de 45% du PIB) est la plus élevée du monde développé. Même si certaines taxes ont été supprimées depuis que Macron est devenu président, de nombreuses nouvelles taxes ont été créées. Les dépenses publiques représentent encore environ 57% du PIB (16% de plus que la moyenne des pays de l’OCDE) et ne montrent aucun signe de déclin.

Macron a également promis, lors de son élection, de rétablir la sécurité. Le manque de sécurité , cependant, a explosé; le nombre d’agressions violentes et de viols n’a cessé d’augmenter. Les zones interdites sont aussi répandues qu’il ya un an et extrêmement incontrôlables. L’afflux d’immigrants clandestins non contrôlés dans le pays a malheureusement transformé des quartiers entiers en taudis .

 

La photo controversé du doigt d’honneur.

En mai, Macron avait averti que dans de nombreuses banlieues, la France avait « perdu la lutte contre le trafic de drogue « .

Lorsque le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a démissionné le 3 octobre, il a parlé d’une « situation très dégradée » et a ajouté que, dans de nombreux domaines, « la loi des plus forts – les trafiquants de drogue et les islamistes radicaux – a remplacé le République. » Il a été tout simplement les évaluations confirmant de refroidissement de « la faveur » des commentateurs tels que Éric Zemmour , auteur de Le suicide Français , et Georges Bensoussan , auteur de Une France Soumise ( A Soumise France) .

Les émeutes sont fréquentes. ils indiquent l’incapacité croissante du gouvernement à maintenir l’ordre. Les grèves dans les transports en commun, qui ont duré tout le printemps 2018, ont été accompagnées de manifestations et d’un pillage enthousiaste de banques et de magasins. La victoire de la France à la Coupe du monde de football en juillet a été suivie par une liesse qui a rapidement fait place à la violence de groupes qui ont brisé des vitrines et attaqué la police.

Depuis son entrée dans la vie politique, les remarques de Macron ont non seulement révélé un mépris pour la population française, mais elles se sont également multipliées. Cela n’a pas aidé. Dès 2014, alors que Macron était ministre de l’Économie, il a déclaré que les femmes employées dans une entreprise en faillite étaient  » analphabètes « ; en juin 2017, juste après être devenu président, il a distingué « ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien ». Plus récemment, il a confié à un jeune homme qui avait exprimé son désarroi à la recherche d’un emploi qu’il ne devait que se déplacer et « traverser la rue ». Lors d’une visite au Danemark, il a annoncé que les Français étaient « des Gaulois résistants au changement ».

L’un des rares sujets sur lesquels Macron semblait vouloir travailler était l’islam. Il a souligné à plusieurs reprises sa détermination à établir un  » islam de France « . Ce qu’il a omis de prendre en compte, c’est la préoccupation du reste de la population face à l’islamisation rapide du pays. Le 20 juin 2017, il a déclaré (pas assez précisément, par exemple ici , ici , ici , ici , ici et ici ), « Personne ne peut faire croire que la foi (musulmane) n’est pas compatible avec la République ». Il semble également avoir omis de prendre en compte les risques du terrorisme islamique, qu’il appelle rarement par son nom. Il semble préférer utiliser le mot  » terrorisme«  », sans adjectif, et reconnaît simplement qu’il » existe une lecture radicale de l’Islam, dont les principes ne respectent pas les slogans religieux « ).

L’actuel ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, nommé par Macron pour remplacer Collomb, a écarté les préoccupations exprimées par son prédécesseur et a qualifié l’ islam de « religion du bonheur et de l’amour, à l’instar de la religion catholique ».

Un autre domaine dans lequel Macron a agi sans relâche est le « combat contre le changement climatique », dans lequel ses ennemis ennemis sont ciblés. Sur les véhicules de plus de quatre ans, les contrôles techniques obligatoires ont été rendus plus onéreux et le non-respect de ces contrôles plus punitif, dans l’espoir évident qu’un nombre croissant de voitures plus anciennes pourraient être éliminées. Les limites de vitesse sur la plupart des routes ont été abaissées à 80 km / h (50 mi / h), les radars de contrôle de la vitesse se sont multipliés et des dizaines de milliers de permis de conduire ont été suspendus . Les taxes sur l’ essence ont fortement augmenté (30 cents le gallon en un an). Un gallon d’essence sans plomb en France coûte maintenant plus de 7 dollars.

La petite minorité de Français qui soutiennent encore Macron ne sont pas concernés par ces mesures. Les sondages montrent qu’ils appartiennent aux couches les plus riches de la société, qu’ils vivent dans des quartiers riches et qu’ils n’utilisent presque jamais de véhicules personnels. La situation est douloureusement différente pour la plupart des autres individus, en particulier pour la classe moyenne oubliée .

Une décision récente d’augmenter les taxes sur l’essence était la goutte d’eau. Cela a déclenché une colère instantanée. Une pétition demandant au gouvernement d’ annuler l’augmentation des taxes a reçu près d’un million de signatures en deux jours. Sur les réseaux sociaux, des personnes ont discuté de l’organisation de manifestations dans tout le pays et ont suggéré aux manifestants de porter les gilets de protection jaunes que les conducteurs sont obligés de ranger dans leur voiture en cas de panne sur le bord de la route. Ainsi, le 17 novembre , des centaines de milliers de manifestants ont bloqué de grandes parties du pays.

Le gouvernement a ignoré les demandes des manifestants. Au lieu de cela, les responsables ont répété les nombreux impératifs non prouvés du « changement climatique » et la nécessité d’ éliminer l’utilisation des « combustibles fossiles » – mais ont refusé de changer de cap.

Après cela, une autre journée de protestation nationale a été choisie. Le 24 novembre , les manifestants ont organisé une marche sur Paris. Beaucoup, semble-t-il, ont décidé, malgré l’interdiction du gouvernement, de se rendre sur les Champs-Élysées et de continuer vers le palais présidentiel.

Des affrontements ont eu lieu, des barricades ont été érigées et des véhicules incendiés. La police a répondu durement. Ils ont attaqué des manifestants non violents et ont utilisé des milliers de grenades au gaz lacrymogène et de canons à eau, ce qu’ils n’avaient jamais fait auparavant. Bien que de nombreux manifestants aient brandi des drapeaux rouges indiquant qu’ils appartenaient à la gauche politique, le nouveau ministre de l’Intérieur, Castaner, a déclaré que la violence venait d’une « extrême droite » sédentaire et fractionnée. Un membre du gouvernement a attisé l’incendie en comparant les « gilets jaunes » français aux « chemises brunes » allemandes des années 1930. Macron a déclaré que ceux qui essayaient « d’intimider les officiels » devraient être « 

Enfin, le 25 novembre, Macron a fini par reconnaître , avec une apparente réticence, la souffrance de la « classe ouvrière ». Deux jours plus tard, Macron a prononcé un discours solennel, annonçant qu’il créerait un « grand conseil pour le climat », composé d’écologistes et de politiciens professionnels, et que son objectif était de sauver la planète et d’éviter « la fin du monde ». Il n’a toujours pas dit un seul mot sur les griefs économiques qui s’étaient exprimés au cours des dix jours précédents.

La républicaine Laurence Saillet, porte-parole du parti de centre-droit, a déclaré : « Les Français disent: » Monsieur le Président, nous ne pouvons pas joindre les deux bouts « , et le président répond: » nous allons créer un Haut Conseil [pour le climat] ] ‘Pouvez-vous imaginer la déconnexion? « .

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national de droite (l’ancien parti du Front national et aujourd’hui le principal parti d’opposition en France), a déclaré : « Il y a une minuscule caste qui fonctionne pour elle-même et la grande majorité des Les Français qui sont abandonnés par le gouvernement et se sentent rétrogradés, dépossédés « .

Les « jaunes » bénéficient désormais du soutien de 84% de la population française. Ils exigent la démission de Macron et un changement immédiat de gouvernement. Ceux qui parlent à la radio et à la télévision disent que Macron et le gouvernement sont désespérément aveugles et sourds.

Pour le moment, les « vestes jaunes » ont décidé d’organiser une troisième manifestation nationale – aujourd’hui samedi er décembre – avec une nouvelle marche vers Paris et le palais de l’Elysée. La révolte dans le pays s’intensifie et ne montre aucun signe de ralentissement.

Le politologue Jean-Yves Camus a déclaré que le mouvement des « vestes jaunes » est maintenant une révolte de millions de personnes qui se sentent asphyxiées par des taxes « confiscatoires » et qui ne veulent pas « payer indéfiniment » pour un gouvernement qui semble « incapable de limiter dépenses ». « Certains ne mesurent pas l’étendue du rejet exprimé par les manifestants », a- t- il ajouté .

Dominique Reynié, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris, a déclaréque « Macron et le gouvernement ne s’attendaient pas à ce que leur politique fiscale aboutisse à cela ».

Les élections européennes auront lieu en mai 2019. Les sondages montrent que le parti du Rassemblement national de Le Pen sera en tête, loin devant le parti créé par Macron, La République En Marche! [La République en mouvement!].

En un peu plus d’un an, Macron, élu en mai 2017, a perdu presque tout crédit et légitimité. Il est également l’un des derniers dirigeants européens au pouvoir à soutenir l’Union européenne telle qu’elle est.

Macron, qui a affirmé vouloir vaincre la vague « populiste » qui se répandait sur tout le continent, a également affirmé que les dirigeants qui écoutaient les gens désireux de défendre leur mode de vie étaient la  » lèpre  » et le  » mauvais vent « .

La vague « populiste » frappe maintenant la France; cela pourrait bien signifier la fin du mandat de Macron.


EN conclusion:

Deux grands mondialistes unis dans l’effacement de leur peuple:Justin Trudeau qui cherche à assimiler les québécois français à la majorité anglophone du Canada et Emmanuel Macron qui ouvre les portes de la France à l’Islam..

Le but des mondialistes : remplacer les Français par des musulmans

 

La France – et l’Europe en général – est confrontée à une montée de l’islamisme, c’est désormais bien clair. Mais pourquoi cette montée est-elle apparue ? Voila la bonne question. C’est parce que les mondialistes financiers veulent à tout prix que la finance dirige la politique en remplaçant un peuple rebelle par un peuple soumis. Leur but est de dominer politiquement par la finance et ce, au niveau mondial. Pour cela, ils utilisent les acteurs politiciens corrompus qui en France, veulent instaurer l’islamisme radical. Mais pourquoi l’islamisme et pas autre chose ?

C’est très facile à comprendre parce que cela part d’un constat réel, sans état d’âme particulier, basé sur l’étude ainsi que sur les comportements. D’aucuns affirment que l’islam est une religion. Non, l’islam n’est pas une religion. L’islam est un faux système religieux qui impose et entretient à tout prix l’abaissement humain. En islam, les gens doivent obéir aveuglément aux ordres du coran. Du fait que le coran interdit toute évolution, les islamistes sont privés de cette possibilité depuis l’avènement de cette fausse religion, qui est en réalité un système de négation universelle. Il n’existe aucune possibilité d’élévation dans l’islam appliqué à la lettre. Les preuves se voient tous les jours dans le comportement des personnes islamisées. Tout ce qui est négatif et criminel appartient et est revendiqué par l’islam. L’islam manifeste en permanence la haine et le racisme à l’égard de tous ceux qui ne sont pas de confession musulmane et ces deux notions sont encouragées intensivement par les mondialistes auprès de ces populations. Les humains qui ne sont pas musulmans sont de ce fait les victimes de cette haine et de ce racisme. C’est tellement visible actuellement, à travers les terribles événements qui défraient la chronique, qu’on ne peut s’y tromper.

Quoiqu’on en pense, il existe effectivement deux catégories de personnes islamisées. Ceux qui n’ont jamais appliqué les ordres du coran au pied de la lettre, et ceux qui appliquent ces ordres au iota près. Les premiers sont des apostats, c’est le jugement des islamistes radicaux. Certains emploient le terme : « modérés ». Les seconds sont les radicaux. Les apostats, par crainte ou par respect de leur environnement et des lois de la République, ne pratiquent pas réellement l’islam. Ils évitent, par peur ou par ignorance, d’obéir aveuglément aux ordres du coran. Ils sont donc des traîtres pour les radicaux et doivent payer de leur vie cette désobéissance aux ordres de ce livre. Ce sont les radicaux eux-mêmes qui l’affirment et c’est écrit en toutes lettres dans le livre en question. Il apparaît aussi que pour certaines populations d’apostats, une petite chiquenaude suffirait à les faire changer d’avis et à se rallier aux radicaux. Là encore, la terreur et l’interdiction de l’évolution ordonnée par le coran, font de grands ravages. Pour en être convaincu, il suffit d’observer, entre autres aspects, la condition féminine musulmane.

Les islamistes radicaux n’ont qu’un idée en tête, imposer leurs croyances mortifères partout et obliger le monde entier à respecter le coran et l’islam sans aucune possibilité de retour en arrière. A ce propos, il est extraordinaire de constater à quel point quelques pages de papier peuvent tenir des peuples entiers dans l’immobilité totale de l’esprit pendant aussi longtemps. Vous n’ignorez pas que si vous êtes musulman et que vous quittez l’islam, vous signez votre arrêt de mort. Le mot est lâché. La mort. C’est le maître mot de l’islam. Les apostats n’ont aucune envie de tuer. Ils souhaitent faire un peu comme tout le monde, ne pas trop en savoir sur leur « religion », et ne pas la pratiquer de façon radicale en préservant au mieux leur dignité d’êtres humains. Comparativement, voyez le nombre de fidèles dans les églises et vous aurez compris que les religions n’intéressent plus grand monde aujourd’hui au sein des populations qui ont décidé de sortir de ce carcan. C’est normal du fait que chaque religion a été depuis son avènement, un moyen de domination infernal dont les chefs ont usé et abusé pour maintenir les populations dans la crainte et l’ignorance (pour info, voyez les performances de la « sainte inquisition » et certains « ratés » gênants dont le vatican aimerait qu’ils soient tenus secrets). Cela ne fonctionne plus vraiment de nos jours car heureusement, beaucoup de populations ont évolué.

LES PEUPLES FRANÇAIS DE FRANCE ET D’AMÉRIQUE DU NORD ONT UN COMBAT COMMUN 

Deux couples:ceux d’Emmanuel Macron et de Justin Trudeau dévoués au Nouvel Ordre Mondial pro-islamique!

Le Québec et les canadiens français de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick font face à Justin Trudeau  qui ne rêve que de mondialisation et  de libre-échange.Le gouvernement conservateur  de Ford en Ontario a coupé tous les budgets devant permettre de soutenir la francophonie dans sa province,mais il fait face à la mobilisation générale des franco-ontariens.Il faut noter que Ford a même coupé la totalité du projet d’une université francophone en Ontario sous le prétexte de sabrer dans les dépenses…inutiles!

Au Québec,nous avons évité le pire en élisant François Legault de la Coalition Avenir Québec,  mais celui-ci va-t-il  bloquer l’immigration massive réclamé par Justin Trudeau qui lui réclamait 50,000 immigrants au Québec pour cette année.François Legault  s’est fait élire en promettant de baisser ce chiffre à 40,000,mais c’est même trop car qui va payer pour ces envahisseurs qui parfois,ne parlent pas un mot de français?…Nous les travailleurs et travailleuses du Québec!Nous payons de nos impôts pour assurer la disparition assurée de notre peuple pour permettre à l' »ÉLITE » de continuer à engranger les profits capitalistes!

Depuis fin septembre, les Acadiens retiennent leur souffle. La balance du pouvoir est entre les mains des trois députés de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, un parti qui s’est positionné ouvertement contre le bilinguisme tel que pratiqué dans la seule province officiellement bilingue du Canada.

S’ils espéraient davantage d’ouverture, les Franco-Ontariens essaient actuellement d’inverser les décisions de leur gouvernement progressiste-conservateur d’abolir le Commissariat aux services en français et d’abandonner le projet d’université franco-ontarienne.

Pour l’avocat spécialiste des droits linguistiques, Michel Doucet, les situations ont quelque chose de similaire.

«Il y a des parallèles à faire. Mais l’approche au Nouveau-Brunswick est beaucoup plus sournoise. On voit depuis de nombreuses années un affaiblissement du Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick avec un budget qui, depuis 2002, n’a augmenté que de 500 000 $ à 514 000 $ [le dernier budget du Commissariat aux services en français en Ontario était de 2,9 millions $]. Si bien que le commissaire n’a pas les ressources de faire son travail.»

Le Québec ,comme l’Ontario ,comme le Nouveau-Brunswick et la France,notre Mère-Patrie,en a ras-le-bol!

Nos quatre états sont actuellement  gouvernés par des néolibéraux vendus  à l’oligarchie financière rattachée au Nouvel Ordre Mondial et au crime organisé entretenu par les sociétés secrètes qui les contrôle derrière le rideau dont les francs maçons liés au rite écossais et les illuminati qui leur sont associés!

Seule la désobéissance civile peut en venir à bout et rétablir la démocratie du Peuple,par le Peuple et pour le Peuple!

À bas le néolibéralisme du Nouvel Ordre Mondial et vive la Révolution Nationale Universelle !

 

Unissons-nous!

 

 

Début de la mystification électorale:Des boîtes de scrutin se vident sur la route dans Matane-Matapédia

Bien que les autorités assurent que tous les bulletins de vote ont été récupérés, plusieurs internautes ont rapporté sur les réseaux sociaux que des boîtes de scrutin avaient été trouvées dimanche soir le long de la route 195 dans la Matapédia.

…le mystère des boîtes de scrutins sur la route…!

 

Le directeur de scrutin dans Matane-Matapédia, Clément Bernier, explique que la porte de la boîte du camion qui transportait le matériel nécessaire à l’élection s’est ouverte quand le véhicule est passé dans un trou vers 17 h dimanche.

Le camion était parti de Matane pour se diriger vers Amqui. L’incident est survenu dans les environs du village de Saint-Vianney.

On a eu plusieurs boîtes échappées, mais on a récupéré l’entièreté , souligne M. Bernier. Tous les bulletins de vote, tous les documents essentiels à l’élection ont été retrouvés.

Le directeur précise qu’il s’agissait de bulletins de vote par anticipation ainsi que de bulletins vierges.

Les scellées sont intacts, confirme le DGE

La porte-parole du Directeur général des élections, Julie Saint-Arnaud, précise que neuf urnes sont tombées du camion, dont sept contenant des votes par anticipation. Aucune enveloppe scellée n’a été touchée, selon elle.(Cela reste a prouver)

Elle précise que le soir du vote par anticipation, tous les bulletins de votes sont insérés dans une enveloppe sur laquelle est appliqué un scellé qui vient garantir l’intégrité du vote. Les enveloppes sont ensuite placées dans une urne qui est aussi scellée. Ces scellés sont faits d’une pellicule autocollante qui ne peut pas se décoller sans altérer la matière sur laquelle elle est collée.

Julie Saint-Arnaud ajoute qu’aucun renseignement personnel n’a été égaré. On est rassurés. On savait exactement combien il y avait d’enveloppes. Tout est très bien encadré donc on est en mesure d’assurer qu’effectivement tout le matériel a été retrouvé, estime-t-elle.

Un « incident malheureux », selon le directeur de scrutin

M. Bernier ajoute que chaque urne est placée dans un sac de plastique, et que le camion est verrouillé.

Il y a trois emballages, donc ça prend tout un choc pour avoir raison de ces trois emballages-là. On essaie de savoir ce qui s’est passé exactement pour que la porte de la boîte de camion ouvre. Est-ce que la fermeture a cédé? On va en savoir plus cet avant-midi.

Le directeur remercie les citoyens qui l’ont tout de suite alerté ainsi que les policiers qui sont intervenus dans des délais excessivement courts.

Il assure que le scrutin va se dérouler normalement aujourd’hui.

Pascal Bérubé demande une enquête

Le député sortant de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, n’est pas satisfait de cette explication.

Ça fait six élections que je fais et je n’ai jamais vu une telle chose, déplore-t-il. Les explications du directeur de scrutin local ne me satisfont pas. Va falloir aller plus loin. L’inquiétude est grande. Comment est-ce possible qu’une personne avait ces boîtes dans son véhicule, que ça ouvre, que ça se retrouve sur la route 195, qu’on doive faire une recherche avec la police? Est-ce qu’on peut nous garantir que ces boîtes n’ont pas été ouvertes et que les bulletins de vote n’ont pas été dispersés? C’est très grave.

EN CONCLUSION

On nous prend pour des idiots finis et on s’attend que personne ne va bouger!

Tout sera oublié demain!

 

Réveillez vous québécois

En ce jour du 1 er octobre 2018,beaucoup de québécois et québécoises iront voter en pensant que leur vote est important,mais c’est faux.

Depuis de nombreuses années je vous écris et je vous  parle  sur le sujet brûlant de la politique.Je cherche aussi a fonder un nouveau parti politique afin d’apporter une réelle option  nationaliste de droite,mais vous noterez qu’en cette élection,j’ai décidé de m’abstenir après avoir été renseigné sur la mise en scène qu’a organisé l’oligarchie ,l’élite qui contrôle nos institutions politiques,économiques et sociales au Québec!J’estime que j’ai assez perdu mon temps a l’élection de 2014 pour  se faire parler d’urnes de scrutin découvertes sous les tables d’un McDonald’s! 

Je considère maintenant que la seule façon de répliquer a ce système pourri est d’annuler mon vote.C’est simple et extrêmement efficace!C’est la seule façon d’agir  efficace car celui qui détruit une chose est  Maître de cette chose!

Quand on sait qu’on se fait baiser,on ne ferme pas les yeux et on ne fait pas semblant surtout!On réagit fortement!

La seule façon d’agir est d’annuler le vote au maximum…peu importe qui est élu…ou on vote pour des micro-partis ou des indépendants!

Après l’élection:on organise la désobéissance civile et la Résistance politique  en demandant la démission de  ce fantôme de gouvernement!

Toi qui va voter,réveille toi maintenant!

 

 

Élection du 1 er octobre 2018 au Québec:Fraude électorale dans le comté de Johnson

Voici pourquoi l’Ère Nouvelle du Québec ainsi que moi-même ne participeront pas aux élections du Québec en 2018:

Comme je vous l’avais annoncé antérieurement,les Élections du 1er octobre 2018 au Québec…sont truquées et arrangées d’avance par la famille Desmarais de Saggard,les libéraux corrompus et les anciens amis d’Arthur Porter (lire: les francs maçons,la mafia italienne et québécoise,etc) .

Quiconque en 2018 est  assez crédule  pour penser que l’on peut changer quoi que ce soit en allant voter mériterait de réfléchir a ceci: au Québec,si le fait d’aller voter suffirait a pouvoir changer quelque chose,on (les vrais Maîtres du système) abolirait tout simplement les élections et suspendrait le droit d’élire quelqu’un  pour gérer l’état.

De cette façon ,la dictature néolibérale pourrait montrer son vrai visage et tous ceux et celles qui militeraient pour  plus de démocratie seraient irrémédiablement  poursuivi comme danger possible a la sécurité de l’état.

Organiser des manifestations est maintenant devenu potentiellement dangereux pour  quiconque veux vivre heureux car le système va  vous ficher et vous suivre a la loupe.

La seule manière sérieuse (mais qui demande un peu de courage et d’efforts) est d’organiser « Une seule et définitive manifestation  (ou affrontement ) contre ce gouvernement pourri ,devant l’Assemblée Nationale du Québec …en réclamant sa démission totale (premier-ministre,ministres,députés de tous les partis et surtout les haut-fonctionnaires.

Un comité national de Salut Public devrait le remplacer afin de changer les règles pour un système politique  dont l’élection comporterait au moins deux tours de scrutin avec proportionnelle.

Ce même comité pourrait profiter de son pouvoir temporaire afin de consulter le peuple québécois sur une Constitution de l’État du Québec et expulser les immigrants illégaux du territoire national.

Les anciens élus de l’ancienne Assemblée Nationale corrompue seraient  jugés devant un tribunal du peuple afin de déterminer leur avenir dans la société.Le Comité National de Salut Public aurait le pouvoir d’abolir tout parti politique qui aurait des liens avec le crime organisé et certaines sociétés secrètes comme les francs maçons et les illuminati.Il aurait aussi le pouvoir de lever une milice d’autodéfense nationale afin de faire respecter les nouvelles lois!

Actuellement,les urnes de scrutin sont  déjà prêtes ,pleines de beaux bulletins de vote bien remplis.Vous allez a nouveau assister ,en spectateur,au couronnement de Celui qui favori des Vrais Maîtres du Système,va vous imposer son gouvernement majoritaire avec environ 35 % des votes…a moins que l’on bourre les urnes un peu plus!Va-t-on les retrouver encore en dessous des  tables d’un obscur McDonald’s près de chez vous ou tout simplement sur un coin de rue ,attendant d’être ramassées?

Je ne veux pas perdre mon temps a participer a un pareil cirque,mais vous ,allez-vous vous laisser marcher sur les pieds a nouveau en regardant le sourire imbécile de Philippe Couillard  et le rire moqueur de François Legault?Je ne suis pas le seul homme qui au Québec voulait se battre pour changer ce système,mais qui en ont eu assez de voir  un peuple abruti par le travail et les impôts ,continuer a baisser les bras devant des gouvernements  majoritaires avec 32% des votes…prendre une attitude fataliste et docile devant toute cette tyrannie néolibérale!

Seule la désobéissance civile peut donner une vision d’avenir a ce système électoral dépassé en le forçant a se régénérer ou …mourir!

Annuler votre bulletin de vote et vous lancerez un signal fort au système politique corrompu et…corrupteur du Québec! 

En attendant,voici un début de preuve de ce que je vous avais annoncé:

  

 


Fraude électorale dans le comté de Johnson

Hier, le 14 septembre 2018, M. Mario Roy, directeur de l’Unité Citoyenne d’Enquêtes Anti-Corruption est allé déposer son formulaire de candidat indépendant annexé de 117 signatures au bureau du Directeur du scrutin de Drummondville. Ce formulaire a été téléchargé sur le site Web du Directeur Générale des Élections Québec il y a 3 semaines.

Le Directeur du Scrutin a accepté sa candidature, mais le bureau de Québec l’a refusé, prétextant que le formulaire présenté n’était pas valide.

M. Denis Mercier, directeur du scrutin du bureau de Johnson, a parlé avec sa coordonnatrice du bureau de Québec, Mme Nadine Brissson, qui dit ne pas pouvoir accepter ses signatures en raison du numéro du formulaire, qui pourtant provient de leur site Web.

M. Roy a donc appelé le DGE et la téléphoniste a parlé avec M. Mercier. Le résultat de l’appel est que M. Roy n’a qu’à faire une plainte. Ce qui sera bien sûr effectué dans les plus brefs délais, ainsi que les procédures pour poursuivre le DGE.

En permettant à des citoyens de télécharger un formulaire de leur propre site que le DGE ne reconnait pas, M. Mario Roy ne pourra être sur le bulletin de vote et participer ce lundi 17 septembre 2018 au débat des candidats.

Deux vidéos seront mises dans la zone de commentaires. La première étant celle faite immédiatement après les appels au DGE. La deuxième étant celle où l’on peut entendre M. Denis Mercier expliquer la situation à la téléphoniste du DGE de Québec.

Je vous invite  a joindre notre groupe Facebook: Mouvement Québécois de Désobéissance Civile

…ou notre parti politique en formation :Ère Nouvelle du Québec