Accueil

Les gens courageux:Le chef de l’armée suisse appelle à s’armer pour faire face au terrorisme islamiste

Laisser un commentaire

L’ancien chef de corps, promu à la tête de l’armée suisse en 2009, a tiré la sonnette d’alarme concernant l’aggravation des déséquilibres sociaux, de la menace terroriste et des risques liés aux flux migratoires.

André Blattman,général en chef des armées suisses.
Un vrai!

Commentant pour la première fois la situation depuis les attentats du 13 novembre, André Blattmann a dénoncé une «explosion de l’insécurité durant ces deux dernières années», en parallèle d’une réduction du budget de la défense. «Même si nous n’avons pas encore été directement touchés par les événements de la guerre dans le monde d’aujourd’hui, nous pouvons déjà en ressentir les effets», a-t-il affirmé.

Le haut-gradé militaire a déclaré : «la menace terroriste augmente, les guerres hybrides sont de plus en plus fréquentes, les perspectives économiques s’obscurcissent, et les flux migratoires causés par ces guerres et problèmes économiques ont déjà pris une proportion insoupçonnée, aggravant la concurrence sur le marché du travail».
Pour le chef de l’armée suisse, «le mélange est de plus en plus explosif» et «les fondements de la prospérité sont une fois encore remis en question». Selon lui, la situation n’est pas sans rappeler les années de l’entre-deux-guerres, et les citoyens suisses doivent s’armer pour faire face aux défis qui les attendent.

Ces commentaires ont été vivement critiqués par les politiques de gauche et les Verts dans le pays, notamment Beat Flach qui a affirmé que ces déclarations étaient «exagérées» et que «tout va bien dans le pays».

André Blattmann a été à l’initiative de plusieurs exercices préparant la Suisse à réagir à diverses menaces, dont l’un imaginait la sécession d’un territoire français, qui déciderait de s’attaquer à son voisin. Dans une interview donnée l’année dernière, le chef de l’armée a affirmé stocker chez lui plusieurs dizaines de pack d’eau minérale ainsi que des réserves de nourriture afin de faire face en cas de catastrophe naturelle ou de crise humanitaire liée à des troubles.

source

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

UN PEU D’HISTOIRE

Saviez-vous que durant la Deuxième Guerre mondiale,pendant que la France était envahie par le Troisième Reich,la Luftwaffe subissait un important revers face à la petite,mais très mobile armée de l’air suisse?

La Suisse a protégée son indépendance alors même que les nazis semblaient devoir l’emporter. Peu de gens savent que les forces aériennes suisses ont battues l’aviation nazie alors que la France était en train d’être envahie et que Goering pensait que son armée de l’air ne ferait qu’une bouchée des suisses: au bout de quelques jours de combat, il a changé d’avis! Et quand une délégation nazie a clairement menacée la Suisse d’invasion si elle continuait à refuser le passage des troupes allemandes, le général commandant des forces suisses a sobrement répliqué « essayez… »

 

Lorsque la drôle de guerre s’achève le 10 mai 1940 pour laisser place à la bataille de France, avec l’invasion allemande des Pays-Bas, du Luxembourg et de la Belgique, une seconde mobilisation générale, appelant 700 000 hommes sous les armes dont 450 000 troupes combattantes, est ordonnée le lendemain du 11 mai pour protéger la région du Jura entre Genève et Bâle. Dans la soirée du 11, des bruits, répandus par les civils mais également par quelques militaires de haut rang firent état d’une attaque imminente, portant sur le pays un effet de panique. En réalité, les Allemands avaient décidé, avant d’attaquer à l’ouest, de mettre sur pied une manœuvre d’intoxication destinée à faire croire à l’état-major français qu’ils porteraient leur effort sur la Suisse espérant créer une brèche au travers de la ligne Maginot.

À la suite de la percée allemande, 43 000 hommes du 45e corps français (29 700 Français ainsi que 12 000 Polonais de détachements belges et anglais) qui tenaient la place de Belfort seront acculés contre la frontière suisse puis internés le 19 juin avant d’être rapatriés en janvier 1941. Après l’entrée en guerre de l’Italie contre la France et la Grande-Bretagne le 10 juin 1940 et l’armistice signé par la France le 22 juin 1940, la Suisse se retrouve cernée par les forces de l’Axe conduisant le moral des troupes et de la population au plus bas.

Si l’arrivée des Allemands à la frontière ne donna lieu à aucun incident, il n’en fut de même dans l’espace aérien. Alors que la France était sous les feux allemands, l’Allemagne souhaite profiter de la faiblesse de la défense anti-aérienne et de la chasse française deLyon et Saint-Étienne en empruntant un couloir aérien au travers de la Suisse. Les engagements allemands dans cette optique amèneront à de véritables conflits aériens avec les aviateurs suisses, en dépit de l’interdiction faite par Berlin, dont le 4 juin marquera l’apogée des affrontements. À cette date,Goering souhaitant donner une correction à la Suisse, engagea une trentaine de Me 110 qui entrèrent en conflit avec des Me 109E suisses au-dessus de La Chaux-de-Fonds. Face à la détermination des pilotes suisses, pourtant en infériorité numérique, les Allemands abandonnèrent l’engagement après avoir essuyé plusieurs pertes. De retour à Berlin, la nouvelle parvint jusqu’à Hitler qui mit alors sous pression le gouvernement helvétique, face à une éventuelle invasion du pays.

Le brave général Guisan.

Face aux menaces de Berlin sur la violation de l’espace aérien suisse par la Luftwaffe, le général Guisan ordonna le 20 juin la cessation des combats aériens dans tout l’espace aérien suisse. La tension diplomatique entre les deux pays allait néanmoins conduire à des prises de position rigoureuses. Du côté allemand, plusieurs plans d’invasion de la Suisse sont mis sur pied à l’état-major, notamment l’opération Tannenbaum mais dont la mise en œuvre ne fut jamais réellement envisagée. Du côté Suisse, on se rendit compte qu’il devint urgent de développer une politique de défense et d’autosuffisance envers le danger principal que représentait alors l’Allemagne.

Ainsi, le 25 juin 1940, le président de la Confédération, dans un discours radiodiffusé, promet aux Suisses du travail à tout prix et quoi qu’il en coûte. Or pour faire tourner ses usines, le pays importe 5000 wagons de fer et 30 000 wagons de charbon, surtout en provenance d’Allemagne. Face aux relations diplomatiques difficiles entre Berne et Berlin, la Suisse met en place un plan d’approvisionnement. Rien que dans le canton du Valais, on ouvre ou remet en activité vingt-et-une mines.

À partir de septembre 1940, des Gardes locales (GL) sont incorporées dans les complémentaires de l’armée. Celles-ci avaient pour mission de rassurer la population de l’arrière pays, face à la menace de sabotages, des parachutistes ou d’éventuels détachements motorisés qui auraient percé le front. Si l’obligation de servir dans la GL cessait à 60 ans, beaucoup restaient néanmoins par la suite comme volontaires, remontant ainsi le moral des troupes aux frontières. Son effectif atteignit 127 563 hommes en 1941 puis se stabilisa aux alentours de 115 000.

LES TYPES D’AVIONS UTILISÉS PAR LA SUISSE

La Suisse en 1939 avait acquis de nombreux chasseurs Messersmith BF-109.

 

Le biplan EFW C-35 de fabrication suisse était un appareil très maniable et rapide.C’est un avion d’attaque de troupes au sol.

 

Le C 3603 de la firme EFW des fabrication suisse.

 

 

 

 

 

Advertisements

Vidéos:Série complète de 3 vidéos sur la NSA,les secrets dévoilés

Un commentaire

Voici une série  complète de 3 vidéos sur un  documentaire donnant la parole à Edward Snowden et aux principaux acteurs des événements qui ont frappé la NSA de plein fouet:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un cerveau vivant 10 minutes après sa mort!

4 commentaires

Le titre de cet article peut sembler un peu étrange, c’est que la situation ne l’est pas moins. On considère que l’activité du cerveau cesse, au plus tard, dans les deux minutes qui suivent l’arrêt des battements cardiaques. Des chercheurs canadiens (University of Western Ontario) qui voulaient étudier précisément ce qui se passait au moment du décès de quatre patients ayant donné leur consentement, ont eu une grosse surprise, rapportent-ils dans le Canadian Journal of Neurological Sciences.

Pour l’un d’entre eux, un homme de 67 ans, ils ont observé des signaux électriques persistants à l’électroencéphalographe (EEG) pendant 10 minutes et 38 secondes, après que le cœur a cessé de battre! Une activité d’autant plus étrange que pour les trois autres patients c’est plutôt l’inverse qui se produisait: une chute d’activité cérébrale précédant l’arrêt du cœur.

 

 

Une histoire qui date de la révolution française

Il y a six ans, des chercheurs néerlandais avaient décapité des rats pour vérifier la véracité des anecdotes, puisées dans les flots de sang de la Révolution française, selon lesquelles certaines têtes auraient continué à cligner des yeux ou remuer les lèvres après avoir été tranchées («rupture cataclysmique des artères carotides», lit-on dans certains certificats de décès). De fait, chez le rongeur une activité électrique du cerveau était notée jusqu’à une minute après la décapitation. Il s’agissait cependant d’une mort brutale provoquée et non d’une mort naturelle.

Les auteurs de l’étude canadienne expliquent que cette activité peut être un artefact, autrement dit un faux signal… Mais ils restent bien impuissants à en expliquer l’origine.

Comment la CIA peut hacker à distance à peu près tout, même les voitures :un dosdsier de Wikileaks

2 commentaires

Selon Wikileaks, la CIA pourrait prendre à distance le contrôle d’une voiture pour provoquer un accident, et donc procéder « à des assassinats presque indétectables ». Wikileaks vient de publier une énorme quantité de leaks qui révèlent comment la CIA peut accéder à tous les objets qui nous sont familiers : smartphones, TV Connectées, voitures… pour servir ses objectifs. 

 

 

 

Si les données contenues dans les leaks publiées par Wikileaks se révèlent exactes, il y a de quoi vouloir vivre éloigné de toute technologie. On apprend ainsi que la CIA possède de nombreux exploits zero day lui permettant d’entrer dans des ordinateurs tournant sous Windows, Mac OS, diverses distributions Linux, Solaris, iOS, Android, et une kyrielle d’autres systèmes.

En outre ce qui nous a particulièrement frappé, c’est qu’à en croire ces fuites, la CIA sait également infecter le système de contrôle utilisé dans les voitures et camions récents. Wikileaks explique :

 

« La raison d’un tel contrôle n’est pas spécifiée, mais cela permettrait à la CIA de s’engager dans des assassinats presque indétectables »

Wikileaks : la CIA peut prendre le contrôle d’une voiture pour provoquer un accident

Outre les voitures, on apprend que la CIA saurait entrer dans n’importe quelle Smart TV de Samsung, en mode « fake-off » c’est à dire en faisant croire que la TV est éteinte, de manière à la transformer en dispositif d’espionnage. En outre, l’agence serait capable de contourner le chiffrement de WhatsApp, Signal, Telegram, Wiebo, Confide et Cloackman, « en collectant l’audio et les messages avant que le chiffrement ne soit appliqué ».

 

En cela la CIA, pense Wikileaks, « aurait créé sa propre NSA ». Vous pouvez lire le communiqué de Wikileaks et le contenu des fuites complet (en anglais) directement sur le site de l’organisation. Selon Wikileaks, ce serait « la plus importante publication d’espionnage de l’histoire ». Si cela est avéré, ce serait effectivement très grave.

 

Sources:Wikileaks

 

 

 

 

Vidéo:La Conspiration nazi :Dernière vidéo montrant le Führer Adolph Hitler inspectant les Jeunesses Hitlériennes le 26 avril

2 commentaires

 

derniere-video-hitler-bbbb

 

La diffusion de cette vidéo démontre que la guerre que me livrait la fameuse chaîne You Tube est maintenant terminée  et que je vais pouvoir enfin vous en mettre plein la vue!J’ai en main un nombre élevé de vidéo…pas toujours en bon état.mais que je vais pouvoir évaluer pour diffusion,

 

 

Vidéo:Entrevue avec Geneviève Azam sur les OGM et la privatisation du vivant

2 commentaires

Les armes de la Troisième Guerre Mondiale:les armes spatiales les plus dangereuses mises au point ou projetées

Laisser un commentaire

Alors que l’espace a été un excellent forum pour l’exploration pacifique, il est aussi un excellent terrain de haut à partir de laquelle pour obtenir un avantage militaire. satellites d’espionnage ont été utilisés pendant des décennies. Et sous une forme ou une autre, aussi longtemps que l’ère spatiale a été autour, divers organismes ont envisagé d’utiliser l’espace comme une plate-forme pour les lancements de missiles ou d’autres activités. Dans ce diaporama, je vous présente  le top 10 des concepts d’armes spatiales à partir au fil des ans jusqu’en 2017 …et plus loin,dans le futur.

 

 

Missiles Missiles ont été effectivement utilisés pour environ 1000 ans, bien que l' Encyclopedia Britannica souligne qu'il n'y a pas d' histoire autorité des premières fusées . La Chine est généralement cité comme l'endroit où les fusées sont apparus, suivis par l' Europe. Roquettes Metal-cylindres ont été utilisés d' abord en Inde au 18ème siècle, qui a déclenché une version anglaise de Sir William Congreve. Rockets ont également été utilisés de façon limitée dans la guerre américano-mexicaine, la guerre de Sécession et la Première Guerre mondiale. D' importantes améliorations dans rocketry, cependant, ont commencé à apparaître dans le domaine militaire dans la Seconde Guerre mondiale. Les deux puissances de l' Axe et les Alliés utilisé des missiles, mais il a été l' allemand fusée V-2 qui a attiré le plus d' attention, en raison des plus de 1.000 missiles qui ont été tirés à la Grande - Bretagne. Lorsque l' Allemagne a perdu la guerre, plusieurs des scientifiques de roquettes de la nation ont été repris par l'Union soviétique et les États-Unis. Cela a contribué à améliorer la technologie des fusées dans les deux pays et a incité la course à l'espace entre les superpuissances. Les missiles sont, bien sûr, encore en usage aujourd'hui, d' autant plus que les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM)

Les missiles
Les missiles ont été effectivement utilisés depuis  environ 1000 ans, bien que l’ Encyclopedia Britannica souligne qu’il n’y a pas d’ histoire faisant  autorité des premières fusées . La Chine est généralement cité comme l’endroit où les fusées sont apparues, suivis par l’ Europe.Les  roquettes de type  Métal cylindré ont été utilisées d’ abord en Inde au 18ème siècle, qui a déclenché une version anglaise de Sir William Congreve. Les rockets ont également été utilisés de façon limitée dans la guerre américano-mexicaine, la guerre de Sécession et la Première Guerre mondiale.
D’ importantes améliorations dans la  « roquetterie », cependant, ont commencé à apparaître dans le domaine militaire durant la Seconde Guerre mondiale. Les deux puissances de l’ Axe et les Alliés ont utilisé des missiles, mais c’est la  fusée V-2 allemande qui a attiré le plus d’ attention, en raison de plus de 1.000 missiles qui ont été tirés sur la Grande – Bretagne. Lorsque l’ Allemagne a perdu la guerre, plusieurs des scientifiques des roquettes de la nation allemande ont été repris par l’Union soviétique et les États-Unis dans l’Opération Paperclip. Cela a contribué à améliorer la technologie des fusées dans les deux pays et a incité la course à l’espace entre les superpuissances. Les missiles sont, bien sûr, encore en usage aujourd’hui, surtout avec le développement  des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM)

 

 

Le Mahem DARPA Ennemis orientés vers le bas un dispositif qui blastes flux de métal en fusion ne seront probablement pas supporter beaucoup de chance. Cette idée, popularisée dans les romans de science-fiction tels que Arthur C. Clarke "Earthlight" (1955), peut devenir de vrais qu'un jour grâce au financement de l'Agence américaine Defense Advanced Research Projects (DARPA). La Munition explosive Magneto hydrodynamiques (Mahem) a été annoncé en 2008. Bien qu'aucun des mises à jour ont eu lieu pendant un certain temps, la page pour Mahem est toujours actif sur le site Web de la DARPA. Les promesses du programme «le potentiel d' une plus grande efficacité, un meilleur contrôle, et la capacité à générer et avec précision le temps de multiples jets et des fragments d'une seule charge» , avec ce que les fonctionnaires DARPA écrit est «précision de létalité." Mahem pourrait être déployé sur les fusées, les fonctionnaires ajoutés.

Le Mahem de  DARPA
C’est un dispositif qui désintègre  flux de métal en fusion ne seront probablement pas supporter beaucoup de chance. Cette idée, popularisée dans les romans de science-fiction tels que Arthur C. Clarke « Earthlight » (1955), peut devenir  vrai un jour grâce au financement de l’Agence américaine Defense Advanced Research Projects (DARPA).
La Munition explosive Magneto hydrodynamique (Mahem) a été annoncé en 2008. Bien qu’aucune des mises à jour ont eu lieu pendant un certain temps, la page pour Mahem est toujours active sur le site Web de la DARPA. Les promesses du programme «le potentiel d’ une plus grande efficacité, un meilleur contrôle, et la capacité à générer et avec précision le temps de multiples jets et des fragments d’une seule charge» , avec ce que les fonctionnaires DARPA ont écrit sur ce sujet: «précision de létalité. » Mahem pourrait être déployé sur des fusées.Je prépare un article sur DARPA.

 

 

projet THEL Le programme tactique High Energy Laser (THEL) a couru entre 1996 et 2005, selon Northrop Grumman . THEL a été créé comme un projet conjoint entre les Etats-Unis et Israël. Au cours de cette décennie de développement, le système basé sur le sol détruit tours 46 de mortier, de roquettes et de l' artillerie - qui ont tous été aéroporté. Bien que le programme est plus actif, Northrop Grumman affirme que la technologie est maintenant en cours de reconstruction pour l'Etat Testbed Laser solide expérience de l'armée américaine qui, comme THEL, aura lieu à White Sands Missile Range au Nouveau-Mexique.

Le projet THEL
Le programme tactique High Energy Laser (THEL) a couru entre 1996 et 2005, selon Northrop Grumman . THEL a été créé comme un projet conjoint entre les Etats-Unis et Israël. Au cours de cette décennie de développement, le système basé sur le sol détruit tours 46 de mortier, de roquettes et de l’ artillerie – qui ont tous été aéroporté.
Bien que le programme n’est plus actif, Northrop Grumman affirme que la technologie est maintenant en cours de reconstruction pour l’Etat Testbed Laser,une  solide expérience de l’armée américaine qui, comme THEL, aura lieu à White Sands Missile Range au Nouveau-Mexique.

 

 

 

Avec autant de satellites en orbite autour de la Terre, comment serait-il difficile d'équiper l'un avec une arme prête à tirer sur la Terre, ou d'autres satellites, en fonction des besoins dictés? Alors qu'un tel concept irait à l'encontre des accords tels que le Traité sur l'espace extra-atmosphérique, qui interdit les armes de destruction massive en orbite, quelques organisations militaires ont discuté au cours des dernières années par. Un célèbre projet américain des années 1950 était de projet Thor, qui n'a jamais dépassé le stade de la conception. Divers concepts pour les armes spatiales au fil des ans inclus " Rods de Dieu » , qui chuterait armes à énergie cinétique de l' orbite, ainsi que de petits satellites qui auraient à bord des systèmes leur permettant de viser d'autres satellites ou au sol en dessous de ciblage.

Avec autant de satellites en orbite autour de la Terre, il ne  serait pas difficile d’en équiper un avec une arme prête à tirer sur la Terre, ou vers  d’autres satellites, en fonction des besoins dictés! Alors qu’un tel concept irait à l’encontre des accords tels que le Traité sur l’espace extra-atmosphérique, qui interdit les armes de destruction massive en orbite, quelques organisations militaires en ont discuté au cours des dernières années .
Un célèbre projet américain des années 1950 était le projet Thor, qui n’a jamais dépassé le stade de la conception. Divers concepts pour les armes spatiales au fil des ans incluant  les   » Rods de Dieu » , qui ferait chuter des  armes à énergie cinétique  hors de l’ orbite terrestre, ainsi que de petits satellites qui auraient à bord des systèmes leur permettant de viser d’autres satellites ou au sol .

 

Station spatiale Almaz de l'Union soviétique La station spatiale Almaz a été conçu dans les années 1960, visant à rendre plus facile pour l'Union soviétique à la recherche de cibles en mer, selon l'expert spatial russe Anatoly Zak, qui dirige le site russe Espace Web . On croyait que les humains ayant en orbite fournirait une plate - forme puissante pour la reconnaissance orbitale et de permettre le changement rapide des cibles que les batailles ont évolué. L'Union soviétique a porté sur la course à la lune dans les années 1960, ce qui retarde le premier déploiement de Almaz jusqu'en 1973. Il a été annoncé au monde comme Saliout-2, la deuxième station spatiale Saliout, afin de ne pas rendre les autres conscients des Soviétiques deux projets de la station spatiale, sans parler d'un militaire, Zak a écrit. Une défaillance dans Saliout-2 a empêché l' équipage de se rendre, mais les stations spatiales Almaz ultérieures Saliout-3 et Saliout-5 a eu des équipages à bord. (Saliout-4 n'a jamais été envoyé en orbite.) Les cosmonautes sont déclarés avoir une surveillance effectuée sur au moins une mission, et ont tiré un coup de canon en 1975 , mais des problèmes techniques avec les stations empêché la plupart des missions de courir pour leurs longueurs prévues.

La station spatiale Almaz de l’Union soviétique
La station spatiale Almaz a été conçu dans les années 1960, visant à rendre plus facile pour l’Union soviétique  la recherche de cibles en mer, selon l’expert spatial russe Anatoly Zak, qui dirige le site russe Espace Web . On croyait que les humains, ayant été placé  en orbite, fourniraient une plate – forme puissante pour la reconnaissance orbitale et que cela  permettrait le changement rapide des cibles durant les batailles ,mais tout cela a évolué.
L’Union soviétique a participé à la course à la lune dans les années 1960, ce qui  a retardé le premier déploiement de Almaz jusqu’en 1973. Cela  a été annoncé au monde comme Saliout-2, la deuxième station spatiale Saliout, afin de ne pas rendre les autres conscients que les Soviétiques  avaient deux projets de  stations spatiales:un militaire et l’autre scientifique,selon  Zak .
Une défaillance survenue dans Saliout-2 a empêché l’ équipage de se rendre dans l’espace, mais les stations spatiales Almaz ultérieures Saliout-3 et Saliout-5 ont  eu des équipages à bord. (Saliout-4 n’a jamais été envoyé en orbite.) Les cosmonautes sont déclarés avoir  eu à faire une surveillance militaire sur au moins une mission, et ont tiré un coup de canon en 1975 , mais des problèmes techniques avec les stations ont empêché la plupart des missions de pouvoir accomplir  leurs longueurs prévues.

Laboratoire américain Manned Orbiting Le Orbiting Laboratory Manned (MOL) était un projet US Air Force que, malgré jamais lancer un astronaute, a eu une vie mouvementée 1963-1969 (les années du programme d'activité). Certaines des étapes du projet a vu la sélection inclus 17 astronautes, la création d'un site de lancement à Vandenberg Air Force Base en Californie et modifiant le vaisseau spatial de la NASA Gemini pour accueillir le nouveau programme. L' un des principaux objectifs du programme était de reconnaissance, sous un nom de code du projet Dorian. Le système de caméra a été conçu pour obtenir des photographies de l'Union soviétique, entre autres points chauds, avec une résolution meilleure que tout satellite de son temps aurait pu atteindre. MOL aurait également pu porté missiles (non nucléaire, mais quelque chose pour provoquer une peur) et des filets pour attraper vaisseaux ennemis. Beaucoup de nouveaux détails ont été dévoilés à la fin de 2015 avec la sortie de plus de 20.000 pages de documents MOL. Le programme a été annulé après que les coûts estimés gonflé. (MOL devait coûter plus de 3 milliards $ en dollars de la journée, avec 1,3 milliard $ déjà dépensés, au moment de l'annulation.) Certains des soi-astronautes MOL, tels que Bob Crippen et Richard Truly, transféré à la NASA pour les premiers vols de la navette spatiale.

Le laboratoire américain Manned Orbiting
L’ Orbiting Laboratory Manned (MOL) était un projet US Air Force que, malgré jamais lancer un astronaute, a eu une vie mouvementée 1963-1969 (les années du programme d’activité). Certaines des étapes du projet ont vu la sélection inclure  17 astronautes, la création d’un site de lancement à Vandenberg Air Force Base en Californie et des modifications sur  le vaisseau spatial Gemini de la NASA , pour accueillir le nouveau programme.
L’ un des principaux objectifs du programme était la  reconnaissance, sous un nom de code du projet Dorian. Le système de caméra a été conçu pour obtenir des photographies de l’Union soviétique, entre autres points chauds, avec une résolution meilleure que tout satellite de son temps aurait pu atteindre. MOL aurait également pu transporter des missiles (non nucléaire, mais quelque chose pour provoquer une peur,une hystérie collective) et des filets pour attraper des vaisseaux ennemis. Beaucoup de nouveaux détails ont été dévoilés à la fin de 2015 avec la sortie de plus de 20.000 pages de documents sur MOL.
Le programme a été annulé après que les coûts estimés eurent gonflé. (MOL devait coûter plus de 3 milliards $ en dollars  du voyage , avec 1,3 milliard $ déjà dépensés, au moment de l’annulation.) Certains des pseudo-astronautes  de MOL, tels que Bob Crippen et Richard Truly,furent  transféré à la NASA pour les premiers vols de la navette spatiale.

 

 

 

 

Intercontinental Ballistic Missiles ICBM (missiles balistiques intercontinentaux) sont des missiles terrestres qui peuvent voler plus de 3.500 miles (5.600 kilomètres), selon l'Encyclopedia Britannica . L'Union soviétique a envoyé en l' air le premier ICBM en 1958, et aux États - Unis d'abord tiré un en 1959, suivi de quelques autres nations. Israël, l' Inde et la Chine ont récemment développer ICBM, et la Corée du Nord peut le faire aussi bien. ICBM peut être navigué par ordinateur ou par satellite et mis en évidence à la terre sur une ville particulière ou, si suffisamment sophistiqué, une cible dans une ville. Alors qu'ils sont le plus célèbre pour être en mesure de transporter des armes nucléaires, ils pourraient également livrer des armes chimiques ou biologiques - bien que dans la mesure où les gens savent, ce potentiel n'a jamais été réalisé. L'Union soviétique et les États-Unis ont accepté de réduire leurs stocks d'ICBM en 1991 dans le cadre du traité Start I, mais la Russie et les Etats - Unis ont encore et ICBM de test aujourd'hui.

Intercontinental Ballistic Missiles
Les ICBM (missiles balistiques intercontinentaux) sont des missiles terrestres qui peuvent voler à  plus de 3.500 miles (5.600 kilomètres), selon l’Encyclopedia Britannica . L’Union soviétique a envoyé en l’ air le premier ICBM en 1958, et les États – Unis en ont  d’abord tiré un en 1959, suivi de quelques autres nations. Israël, l’ Inde et la Chine ont récemment développé les ICBM,.On a vu que  la Corée du Nord peut le faire aussi bien.
L’ICBM peut être contrôlé par ordinateur ou par satellite et mettre en évidence une cible sur terre :soit une ville particulière ou, si suffisamment sophistiqué, une cible dans une ville. Alors qu’ils sont  plus célèbres pour être en mesure de transporter des armes nucléaires, ils pourraient également livrer des armes chimiques ou biologiques – bien que dans la mesure où les gens le savent, ce potentiel n’a jamais été réalisé. L’Union soviétique et les États-Unis ont accepté de réduire leurs stocks d’ICBM en 1991 dans le cadre du traité Start I, mais la Russie et les Etats – Unis ont encore de nombreux missiles de ce type  et les  ICBM sont encore testé aujourd’hui.

 

Après quatre missions dans l'espace, il est pas encore tout à fait clair ce que l'avion spatial X-37B est en train de faire là-haut en orbite - mais certaines personnes ont spéculé que le véhicule pourrait être une sorte d'arme Air Force. L'avion réutilisable ressemble à une version plus petite de la navette spatiale de la NASA, mais il est exploité robotically et peut rester en orbite pendant plus d'un an à la fois. Pour sa quatrième mission ( en cours), en 2015 , l'armée américaine a confirmé un couple des charges utiles - une enquête sur les matériaux avancés de la NASA et un système de propulsion expérimentale Air Force, par exemple - mais la plupart des détails sur les missions X-37B restent classés. Une vidéo Tech Report Air Force en 2015 avait beaucoup d' idées sur ce que le plan pourrait faire là - bas, tels que les bombardements de l' espace, interférer avec les satellites ennemis, effectuer la reconnaissance ou peut - être faire tout ce qui précède dans le même temps. Mais les responsables de la Force aérienne ont toujours nié que le X-37B est une arme, en soulignant que le vaisseau spatial expérimente les technologies pour les futurs engins spatiaux et la réalisation d' expériences en provenance et à l' espace.

Après quatre missions dans l’espace, il n’est pas encore tout à fait clair ce que l’avion spatial X-37B est en train de faire là-haut en orbite – mais certaines personnes ont spéculé que le véhicule pourrait être une sorte d’arme Air Force.
L’avion réutilisable ressemble à une version plus petite de la navette spatiale de la NASA, mais il est exploité robotiquement et peut rester en orbite pendant plus d’un an à la fois.C’est une sorte de drone spatial. Pour sa quatrième mission ( en cours), en 2015 , l’armée américaine a confirmé un couple des charges utiles – une enquête sur les matériaux avancés de la NASA et un système de propulsion expérimentale  par l’Air Force, par exemple – mais la plupart des détails sur les missions de l’ X-37B restent classés.
Une vidéo  de Tech Report Air Force en 2015 avait donné beaucoup d’ idées sur ce que l’appareil pourrait faire là – bas, tels que des bombardements de l’ espace, interférer avec les satellites ennemis, effectuer la reconnaissance ou peut – être faire tout ce qui précède dans le même temps. Mais les responsables de la Force aérienne ont toujours nié que le X-37B soit une arme, en soulignant que le vaisseau spatial expérimente les technologies pour les futurs engins spatiaux et la réalisation d’ expériences en provenance de l’ espace.

 

Systèmes anti-satellite En 1985, un jet F-15A a tiré un missile anti-satellite à Solwind P78-1, un satellite qui a découvert plusieurs comètes de soleil surpâturage mais a été prévue pour la mise hors service en raison de ses instruments commencent à échouer. Solwind P78-1 a été détruit avec le véhicule miniature Air-Lancé (AIMV) tiré de l'avion, mais le test a généré plus de 250 morceaux de débris spatiaux assez grand pour apparaître dans les systèmes de suivi. Congrès a interdit d'autres tests d'ici la fin de l'année, et la Force aérienne a arrêté le programme en 1987. Le test réussi faisait partie d'une plus grande US poussée au moment de trouver un moyen de détruire les satellites sans violer les règles des traités qui ont interdit les armes nucléaires sur les engins spatiaux. Des exemples énumérés par l' Union of Concerned Scientists inclus le système de défense stratégique (parfois appelé "Star Wars") et l'Armée de l' Air / Navy Mid-Infrared Chemical Advanced Laser qui a été conçu pour être tiré à partir du sol. Un test en 1997 semblait submerger ou endommager le capteur de satellite qui a été ciblé. Efforts ultérieurs inclus l'ASAT énergie cinétique (qui a été annulé) et le système de communication compteur, qui a utilisé les capacités de radio-brouillage. Les systèmes anti-satellites ont également été étudiés par l'Union soviétique, la Chine et l' Inde, entre autres. Par exemple, un célèbre 2007 test anti-satellite par la Chine a généré un énorme nuage de débris spatiaux. En 2013, un tesson du satellite détruit frappé un satellite russe et détruit cela aussi .

Systèmes anti-satellite
En 1985, un jet F-15A a tiré un missile anti-satellite sur la sonde  Solwind P78-1, un satellite qui a découvert plusieurs comètes se dirigeant vers le  soleil  mais  était prévu pour sa mise hors service en raison de ses instruments qui  commencaient à échouer. Solwind P78-1 a été détruit avec le véhicule miniature Air-Launch (AIMV) tiré de l’avion, mais le test a généré plus de 250 morceaux de débris spatiaux assez grands pour apparaître dans les systèmes de suivi.Le Congrès a interdit d’autres tests d’ici la fin de l’année, et la Force aérienne a arrêté le programme en 1987.
Le test réussi faisait partie d’une plus grande  recherche militaire afin  de trouver un moyen de détruire les satellites sans violer les règles des traités qui ont interdit les armes nucléaires sur les engins spatiaux. Des exemples énumérés par l’ Union of Concerned Scientists inclus le système de défense stratégique (parfois appelé « Star Wars ») et l’Armée de l’ Air / Navy Mid-Infrared Chemical Advanced Laser qui a été conçu pour être tiré à partir du sol. Un test en 1997 semblait submerger ou endommager le capteur de satellite qui a été ciblé. Des efforts ultérieurs inclus l’ASAT énergie cinétique (qui a été annulé) et le système de communication compteur, qui a utilisé les capacités de radio-brouillage.
Les systèmes anti-satellites ont également été étudiés par l’Union soviétique, la Chine et l’ Inde, entre autres. Par exemple, un célèbre test anti-satellite par la Chine,en 2007, a généré un énorme nuage de débris spatiaux. En 2013, un tesson du satellite détruit a frappé un satellite russe et  l’a  aussi rendu inopérable .

Manipuler un Asteroid Les scientifiques savent que les astéroïdes sont les tueurs ultimes. Après tout, un 6-mile de large (10 km) space rock est soupçonné d'avoir fait disparaître les dinosaures il y a environ 66.000.000 années. Les spectateurs ont vu les impacts humains potentiels dans des films tels que "Meteor" (1979) , "Deep Impact" (1998) et "Armageddon" (1998). Et même relativement petits astéroïdes peuvent avoir un impact important, grâce aux vitesses énormes au cours de laquelle des objets spatiaux se déplacent. Par exemple, les scientifiques pensent que l'objet qui a explosé au-dessus de la ville russe de Chelyabinsk en Février 2013, générant une onde de choc qui a brisé des milliers de fenêtres et blessé 1.200 personnes (en raison des éclats de verre volants), était à seulement 66 pieds (20 mètres ) large. Mais la manipulation d' un astéroïde est dans le domaine de la science - fiction, pour l' instant. La NASA a une mission d' astéroïdes proposée sur les livres; d' abord, l'agence a proposé de déplacer un petit astéroïde proche de la Terre pour la recherche scientifique, mais élu pour arracher un rocher au large un astéroïde à la place . Cette Redirect Mission Asteroid est actuellement prévue pour le lancement au début des années 2020. Même si certains experts disent que les astéroïdes sont " armes moche ," parce qu'ils sont utilisables uniquement une fois tous les quelques centaines d' années, la science - fiction vous a couvert là aussi. Aliens effacent Buenos Aires avec un astéroïde dans le film 1997 "Starship Troopers" , par exemple. Roches spatiales ont même effacé des Martiens dans des livres tels que "Protector" (1973), par Larry Niven.

Manipuler un Asteroide
Les scientifiques savent que les astéroïdes sont les tueurs ultimes. Après tout, un pareil rocher spatial de 6 miles de large (10 km) space rock est soupçonné d’avoir fait disparaître les dinosaures il y a environ 66 millions d’ années. Les spectateurs ont vu les impacts humains potentiels dans des films tels que « Meteor » (1979) , « Deep Impact » (1998) et « Armageddon » (1998). Et même relativement parlant de petits astéroïdes peuvent avoir un impact important, grâce aux vitesses énormes au cours de laquelle des objets spatiaux se déplacent. Par exemple, les scientifiques pensent que l’objet qui a explosé au-dessus de la ville russe de Chelyabinsk en Février 2013, générant une onde de choc qui a brisé des milliers de fenêtres et blessé 1.200 personnes (en raison des éclats de verre volants), était à seulement 66 pieds (20 mètres ) de large.
Mais la manipulation d’ un astéroïde est dans le domaine de la science – fiction, pour l’ instant. La NASA a une mission d’action sur les  astéroïdes dans ses cartons de projets; d’ abord, l’agence a proposé de déplacer un petit astéroïde proche de la Terre pour la recherche scientifique, mais élu pour arracher un rocher au large un astéroïde à la place . Cette Redirect Mission Asteroid est actuellement prévue pour le lancement au début des années 2020.
Même si certains experts disent que les astéroïdes sont des   » armes moche , » parce qu’ils sont utilisables uniquement une fois tous les quelques centaines d’ années, la science – fiction vous a couvert là aussi. Par exemple:les Aliens effacent Buenos Aires avec un astéroïde dans le film  de 1997 « Starship Troopers » . Des roches spatiales ont même effacé des Martiens dans des livres tels que « Protector » (1973), par Larry Niven.

 

 

 

 

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :