Réseau pédophile mondial de l’élite:Des photos de mineures à caractère sexuel trouvées chez le fils de Biden

Dans une interview à Newsmax TV, l’avocat de Trump dit s’être adressé à la police après avoir découvert dans l’ordinateur portable du fils de Joe Biden des photos à caractère sexuel représentant des mineures. En outre, selon lui, Hunter parlait tout nu sur Facetime avec une fille de 14 ans.

 

Des photos à caractère sexuel représentant des mineurs ont été retrouvées dans l’ordinateur portable du fils de Joe Biden, Hunter, a déclaré mardi 20 octobre sur Newsmax TV Rudolph Giuliani, avocat de Donald Trump.

«Il y a une dépravation sexuelle dans tout cela, c’est dégoûtant», condamne-t-il auprès de la chaîne de télévision.

Selon l’avocat de Trump, Hunter Biden a écrit à son père que sa femme, Helly, l’accusait de comportement inapproprié avec des mineurs. Elle n’aimait pas que Hunter parle tout nu sur Facetime avec une fille de 14 ans dont le nom a été délibérément caché dans la correspondance.

L’avocat note qu’en plus de ces messages, «de nombreuses photos de mineurs» ont été retrouvées sur le disque dur de l’ordinateur de Hunter Biden. L’avocat ajoute également qu’il a envoyé tous les documents à la police de l’État américain du Delaware.

D’autres faits compromettants

Une correspondance devenue disponible après que le propriétaire de l’atelier de réparation où s’est retrouvé l’ordinateur portable du fils du candidat Démocrate à la présidentielle a fait une copie du disque dur avant de la remettre à l’avocat de Trump.

Fox News signale qu’outre des photos et vidéos sexuellement explicites de Hunter Biden la multitude de documents prétendument obtenus par M.Giuliani et Costello (l’avocat de Giuliani) contient des courriels électroniques datant de mai 2014 expliquant comment le fils a présenté son père – alors vice-Président – à un homme d’affaires ukrainien et conseiller de la compagnie gazière ukrainienne Burisma dans laquelle Hunter Biden était membre du conseil d’administration.

Le mail contredirait les affirmations de Joe Biden qui affirmait n’avoir «jamais parlé à [son] fils de [ses] relations commerciales à l’étranger».

Les relations commerciales présumées

Au cours de cette dernière année, les relations commerciales étrangères de Hunter Biden ont suscité questions et inquiétudes, signale Fox News.

Donald Trump a affirmé à plusieurs reprises que Joe Biden avait franchi les lignes de corruption dans sa gestion des affaires ukrainiennes étant donné que son fils a occupé un poste bien rémunéré au sein du conseil d’administration de la société gazière ukrainienne Burisma Holdings de 2014 à 2019.

Les conclusions d’une enquête de la commission du renseignement du Sénat publiées le mois dernier indiquent que Hunter Biden s’est engagé dans une «activité criminelle potentielle» avec des transactions financières entre «des ressortissants ukrainiens, russes, kazakhs et chinois».


EN COMPLÉMENTAIRE

 

Family members gather for a road naming ceremony with U.S. Vice President Joe Biden, centre, his son Hunter Biden, left, and his sister Valerie Biden Owens, right, joined by other family members during a ceremony to name a national road after his late son Joseph R. « Beau » Biden III, in the village of Sojevo, Kosovo, on Wednesday, Aug. 17, 2016. President Joe Biden is the guest of honor during the street dedication ceremony naming the national road Joseph R. « Beau » Biden III.AP Photo/Visar Kryeziu)

L’emploi de Hunter Biden en Ukraine « est problématique  », l’effet sur la politique «  est incertain  »

La position de Hunter Biden au conseil d’administration d’une société énergétique ukrainienne était « maladroite » et « problématique » à l’époque où son père, Joe Biden, occupait le poste de vice-président, ont déclaré deux comités sénatoriaux dirigés par les républicains dans un nouveau rapport – mais l’étude le fait pas montrer qu’il a influencé la politique du gouvernement américain.

Le rapport républicain tant attendu est paru six semaines avant l’élection présidentielle. Les démocrates l’ont rejeté comme un effort politiquement motivé pour essayer d’entraver la campagne 2020 de Biden dans la course contre le président Trump.

Les auteurs du rapport, les sens. Ron Johnson, R-Wis., Et Chuck Grassley, R-Iowa, affirment que le public américain a le droit de savoir ce qu’ils appellent tout acte répréhensible ou conflit d’intérêts sous l’administration Obama.

Le rapport de 87 pages qu’ils ont produit se concentre sur la position de Hunter Biden au conseil d’administration de Burisma, une société énergétique ukrainienne largement considérée comme corrompue.

Les efforts de Trump pour amener l’Ukraine à ouvrir une enquête sur les Bidens et Burisma ont été un élément clé de la destitution de Trump; la Maison Blanche a gelé pendant un certain temps l’assistance militaire autorisée par le Congrès alors qu’elle tentait d’extraire des concessions à Kiev, puis l’a finalement libérée.

Aucun responsable ukrainien n’a jamais annoncé que Trump voulait une enquête putative sur la famille Biden. Les démocrates à la Chambre ont destitué Trump à ce sujet. Les républicains ont utilisé leur majorité au Sénat pour l’acquitter.

Alors que le rapport de Johnson et Grassley soulève des inquiétudes quant à un possible conflit d’intérêts découlant de la position de Hunter Biden au conseil d’administration de Burisma, il conclut que « la mesure dans laquelle » son rôle « a affecté la politique américaine envers l’Ukraine n’est pas claire. »

Il soutient que la position du jeune Biden la rendait « gênante » pour les responsables américains qui poussaient une ligne anti-corruption en Ukraine.

L’engagement diplomatique américain en Europe de l’Est s’est intensifié après les incursions militaires de la Russie dans ce pays et une partie des efforts de Biden et d’autres responsables américains consistait à éliminer les pratiques corrompues de l’ère soviétique vieilles de plusieurs décennies dans des parties d’une Ukraine en réforme désireuse d’affronter l’Occident et de rejoindre l’Europe moderne communauté.

Les critiques ont déclaré que la situation des Bidens sapait le cas américain. Bien que l’histoire ait embarrassé Biden et son camp, les procureurs ukrainiens ont conclu qu’aucune loi n’avait été enfreinte .

Le rapport accuse également d’autres membres de la famille Biden d’avoir tiré profit de la vice-présidence de Joe Biden.

La campagne de Biden a rejeté le rapport comme une attaque politique et une tentative des auteurs républicains du rapport pour aider à détourner l’attention de ce qu’un porte-parole de Biden a appelé l’échec de Trump à contrôler la crise des coronavirus.

L’enquête des comités dirigés par les républicains a été entravée par des allégations selon lesquelles il a agi, volontairement ou involontairement, comme un moyen de diffuser la désinformation russe. Les auteurs du rapport ont rejeté ces affirmations et affirment que la grande majorité de leur enquête est basée sur des documents américains et des entretiens avec des témoins.

Johnson a déclaré qu’il n’avait pas utilisé de matériel d’un membre du parlement ukrainien sanctionné par les États-Unis pour ce qu’il a appelé son rôle dans un plan d’ingérence électorale.

Tel père,tel fils!


AUTRES INFOS  RÉCENTES SUR LES BIDEN

Des bandes sexuelles présumées de Hunter Biden sont téléchargées sur un site vidéo chinois lié à Steve Bannon

  • Plusieurs vidéos et images prétendant montrer Hunter Biden dans des scènes sexuellement explicites et consommant de la drogue ont été partagées sur la plate-forme vidéo chinoise GTV
  • GTV est une filiale de GTV Media Group, qui a été fondée par l’ancien conseiller principal de Trump Steve Bannon et le milliardaire chinois Guo Wengui en avril 2020
  • Les clips ont été téléchargés par un seul utilisateur samedi soir et l’une des vidéos accuse Joe Biden d’être «  contrôlé à 100% par le parti communiste chinois  »  
  • On ne sait pas si les images proviennent de «  l’ordinateur portable de l’enfer  », mais certaines images semblent provenir d’un ordinateur portable tiers 
  • Bannon a affirmé que tout dans le scandale des ordinateurs portables Hunter était vrai et a accusé Joe Biden d’avoir pris une participation de 10% dans les transactions commerciales de son fils 
  • Les images ont également été censurées sur Reddit
  • Il ne semble pas y avoir de confirmation que les images sont légitimes  

 

Les bandes vidéos sexuelles présumées de Hunter Biden et les images le montrant consommer de la drogue et se livrer à des actes sexuels avec plusieurs femmes ont été téléchargées sur une plate-forme vidéo numérique chinoise liée à Steve Bannon samedi soir.

Les vidéos et images semblaient avoir été téléchargées par un seul utilisateur sur GTV, filiale de GTV Media Group, fondée par l’ancien conseiller principal de Trump, Steve Bannon et le milliardaire chinois Guo Wengui en avril 2020.

On ne sait pas si les images proviennent du prétendu «  ordinateur portable de l’enfer  » de Biden, mais certaines images semblent provenir d’un ordinateur portable tiers. 

 

L’une des vidéos téléchargées a accusé Joe Biden d’être contrôlé par la Chine en disant: «  Le candidat à la présidentielle américaine Joe Biden est contrôlé à 100% par le Parti communiste chinois comme l’une des instances politiques les plus réussies du programme BGY.  »

« Il est également une cible du plan 3F du PCC, qui vise à » tomber, échouer et tomber « , pour affaiblir, détruire et tuer l’Amérique! » le clip dit, selon le Washington Examiner .

Les images ont également été censurées sur Reddit. Il ne semble pas y avoir de confirmation que les séquences ou les images sont légitimes.

Les bandes vidéos sexuelles présumées de Hunter Biden et les images le montrant consommer de la drogue et se livrer à des actes sexuels avec plusieurs femmes ont été téléchargées sur une plate-forme vidéo numérique chinoise liée à Steve Bannon samedi soir. Hunter photographié avec le père Joe Biden ci-dessus
GTV est une filiale de GTV Media Group, qui a été fondée par l’ancien conseiller principal de Trump Steve Bannon et le milliardaire chinois Guo Wengui en avril 2020. Bannon affirme que tout dans le scandale des ordinateurs portables Hunter Biden est vrai et qu’il a eu accès au contenu du disque dur de l’ordinateur portable

Bannon, qui a été arrêté et accusé en août d’avoir fraudé des donateurs dans le cadre de l’initiative du mur frontalier mexicain, a eu accès au contenu d’un disque dur qui aurait appartenu à Hunter Biden. 

La publication des prétendues vidéos et images privées et explicites de Biden intervient à peine 10 jours avant l’élection présidentielle alors que la famille Trump poursuit sa croisade pour dépeindre la famille Biden comme corrompue.

Le New York Post a partagé un rapport le 14 octobre révélant qu’un ordinateur portable qui aurait appartenu à Hunter Biden avait été laissé dans un atelier de réparation d’ordinateurs à Wilmington, Delaware en avril 2019 et que le propriétaire du magasin, John Paul Mac Isaac, l’avait signalé aux autorités après avoir vu ce qu’il y avait à l’intérieur. .

L’ordinateur portable et le disque dur contiendraient des e-mails qui impliqueraient Joe Biden dans les relations commerciales étrangères de son fils pendant son mandat de vice-président.

La campagne de Biden a nié avoir commis des actes répréhensibles pendant son mandat.

Au cours du débat présidentiel de la semaine dernière, le candidat démocrate a déclaré: «  Je n’ai jamais pris un sou à aucune source étrangère de ma vie.  »

Isaac a déclaré qu’il avait fait une copie du disque dur et l’avait fournie à un avocat de l’avocat de Trump Rudy Giuliani, et l’ancien maire de New York a partagé son contenu avec le Post. Le FBI possède désormais l’ordinateur portable mais n’a pas précisé s’il y avait une enquête en cours.

Le conseiller de Burisma, Vadym Pozharskyi, a remercié Hunter Biden pour «  l’occasion de rencontrer son père  » dans un e-mail envoyé en 2015, selon la réserve de données fournie au New York Post  par Giuliani. 

Cependant, l’e-mail n’indiquait pas que les deux se sont réellement rencontrés et la campagne Biden a répondu que «  nous avons examiné les horaires officiels de Joe Biden de l’époque et qu’aucune réunion, comme le prétend le New York Post, n’a jamais eu lieu  ». 

Guo Wengui et Bannon ont fondé le site Web de la GTV en avril 2020. Guo a été accusé par le gouvernement chinois d’avoir commis des fraudes, des chantage et des pots-de-vin et il vit actuellement aux États-Unis en tant que fugitif. Bannon a été arrêté et accusé en août d’avoir fraudé des donateurs dans le cadre d’un effort de collecte de fonds privés appelés We Build the Wall, qui visait à renforcer l’initiative phare du président le long de la frontière mexicaine.
Le New York Post a publié une photo, qui aurait été trouvée sur un ordinateur portable abandonné, montrant Hunter avec une pipe à crack dans la bouche
Une série de photos compromettantes du fils du candidat démocrate Joe Biden, Hunter, 50 ans (ci-dessus), a été publiée quelques semaines à peine avant les élections américaines du 3 novembre.
Steve Bannon a déclaré que tout ce qui se trouve sur l’ordinateur portable de Hunter Biden était vrai, car il le prétend: «  Absolument, les réunions ont eu lieu. Ce n’est pas hors d’une opération de renseignement russe. Que les e-mails sont corrects, les significations correctes et, au fait, que 10% des capitaux propres appartiennent à Joe Biden  »
Lorsque Bannon a été inculpé de fraude en août, il a été retrouvé sur le yacht de 24 millions de dollars de Guo, le Lady May, à Long Island Sound, au large des côtes du Connecticut. Sur la photo,il est à vérifier son téléphone sur le yacht
Luxe: Lady May, immatriculée aux îles Caïmans, où Steve Bannon a été saisi
La campagne de Biden a nié avoir commis des actes répréhensibles pendant son mandat. Au cours du débat présidentiel de la semaine dernière, le candidat démocrate a déclaré: « Je n’ai jamais pris un sou à aucune source étrangère de ma vie. » Biden photographié samedi lors d’un arrêt de campagne à Bristol, Pennsylvanie
Donald Trump a sauté sur le scandale des ordinateurs portables et a accusé la famille Biden de corruption. Trump photographié lors d’un rassemblement électoral à Lumeberton, en Caroline du Nord,

 

 

 

LA Gigantesque Arnaque de la COVID-19:Ancienne de la CIA, Prophète (comme Gates) de la pandémie, équipière de Biden. Espionnage militaire, AI, Big Tech etc…

Pour la énième fois au cours de notre dossier WuhanGates axé sur le virus SRAS-CoV-2 construit en laboratoire américano-chinois dans le cadre d’un accord entre la Chine et les États-Unis, comme le prétend le virologue français Luc Montagnier, prix Nobel de médecine et ancien chef de service de l’Université Jiao Tong de Shanghai, des indices inquiétants émergent sur le rôle des membres du Parti démocrate américain dans une pandémie, « planifiée depuis des décennies par Anthony Fauci et Bill Gates », selon l’avocat Robert F. Kennedy, neveu du président assassiné JFK.

 

L’été dernier, en effet, la dame blanche de la sécurité nationale de Barack Obama, experte en missions militaires avec des drones mais surtout en armes biologiques, a rejoint l’équipe de Joe Biden qui devra révolutionner le renseignement américain si le candidat démocrate réussit à remporter la course à la Maison Blanche contre le président sortant Donald Trump. Elle est soutenue par une partie des républicains et surtout par les Américains favorables au Deep State contre lequel Trump se bat depuis son investiture (comme l’avoue sans vergogne un ancien directeur de la CIA sur l’affaire UkraineGate ).

Il s’agit de l’avocate Avril Haines, qui a grandi à « pouponnière » judiciaire Démocrate, puis elle est devenue première directrice adjointe de la C.I.A. (2013-2015), puis elle faut élevée au poste de conseillère nationale adjointe à la sécurité nationale à la Maison Blanche (2015-2017). Elle travaille en coulisses pour Biden, malgré sa cooptation par certaines frondes des progressistes pour des positions contradictoires sur les questions brûlantes à Washington relatives à la torture pratiquée contre les prisonniers de guerre et à la persécution des immigrés d’Amérique latine, mais surtout pour sa proximité embarrassante avec des personnalités faisant autorité dans le propre entourage de Trump.

Ces contradictions, cependant, n’apparaissent telles qu’aux yeux myopes de ceux qui ne sont pas des experts en géopolitique. Ceux qui connaissent bien le rôle du soi-disant État international profond, le potentat occulte des politiciens franc-maçons vétérans, des hommes d’affaires louches en grande partie juifs, des fonctionnaires et militaires des services secrets, savent très bien que ces contradictions sont transversales dans le  système politique bipolaire démocrates-républicains, comme le confirme le fait que George Bush jr. a déjà fait son soutien à Biden , de même qu’une partie du même GOP (Grand Old Party)….

 

Mme Haines est donc la nouvelle Matha Hari dans un costume parfait pour représenter le lien entre Biden et le Deep State (ou NWO, Nouvel Ordre Mondial) justement en vertu de sa longue expérience dans les domaines militaire, d’espionnage et académique.

Ce n’est pas un hasard si elle a donc été choisie par le prestigieux Johns Hopkins Center for Health Security de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health à Baltimore (Maryland), également sa ville natale, comme protagoniste du célèbre exercice Event 201 qui s’est tenu mi-octobre 2019 à New York pour simuler une pandémie de coronavirus à une époque terriblement suspecte.

Ce sommet , qui a été également capable de prédire le retard dans l’arrivée des vaccins, il a apporté son support utile dans le traitement d’un antiviral comme cela s’est passé avec le Remdesivir (définitivement approuvé ces derniers jours par la Food & Drug Administration comme thérapie efficace contre Covid-19) , a été financé par la Fondation Bill & Melinda Gates,  deux célèbres milliardaires également connus pour leur rôle fondamental comme donateurs des Démocrates et notamment de l’ancien président Barack Obama dont l’actuel candidat Biden était adjoint.

LES PROPHÉTIES DE HAINES ET BIDEN SUR LA PANDÉMIE

Obama a invité dimanche 25 octobre les électeurs à soutenir le candidat démocrate Biden, partageant un tweet que son ancien vice-président a publié le 25 octobre 2019, dans lequel il avait averti que le président Trump n’était pas prêt à faire face à une pandémie.

The Hill l’a rapporté avec le tweet complet: «Nous ne sommes pas préparés à une pandémie. Trump a inversé les progrès que le président Obama et moi avons faits pour renforcer la sécurité sanitaire mondiale. Nous avons besoin d’un leadership qui bénéficie de la confiance du public, qui se concentre sur les menaces réelles et qui mobilise le monde pour arrêter les épidémies avant qu’elles n’atteignent nos côtes ».

Le commentaire de Biden a été inspiré par un article publié la veille par le Washington Post, qui faisait état du rapport Global Health Security Index, « la première évaluation complète des capacités sanitaires mondiales« , qui indiquait que 195 pays dans le monde n’étaient pas préparés à faire face à un «Événement biologique catastrophique de taille mondiale».

« L’index, a écrit le Washington Post, est » un projet de la Nuclear Threat Initiative (NTI), une organisation à but non lucratif basée à Washington, et du  Johns Hopkins Center for Health Security « – cite le blog italien Piccole Note republié par le journal milanais Il Giornale – La Nuclear Threat Initiative a été fondée par le sénateur démocrate Sam Nunn et le fondateur de CNN Ted Turner; du Johns Hopkins Center dont nous avons traité dans les notes précédentes concernant certains exercices militaires anti-pandémie qui ont eu lieu en 2019 aux États-Unis d’Amérique, avant l’émergence du Covid-19 « .

 

Cependant, l’histoire manque d’un lien fondamental: celui de l’avocate démocrate Avril Haines qui est responsable du secteur des bio-armes au conseil d’administration de la NTI . En 2013, lorsque la Haines est devenue directrice adjointe de la CIA, l’administration Obama a mis en service le Richiard Lugar Center, l’un des laboratoires biologiques les plus avancés et les plus secrets du Pentagone, coordonné par la Defense Threat Reduction Agency (DTRA), près de Tbilissi, en Géorgie . et la CIA elle-même, où la multinationale pharmaceutique Gilead (producteur du miraculeux Remdesivir) fait des tests cliniques qui se sont avérés mortels pour 72 cobayes humains en quelques mois.

Au point d’amener la Russie à lancer des accusations d’expériences bactériologiques militaires qui n’ont jamais été sujettes à des enquêtes, et également pour le rôle influent de Gilead Donald Henry Rumsfeld, secrétaire du département de la Défense durant deux termes.

Le projet géorgien, lancé après la Révolution des roses financée ouvertement par Soros, est né de la visite de feu le sénateur républicain Lugar, président de la Commission du désarmement dans les pays de l’ex-Union soviétique, accompagné de son collègue démocrate Obama qui a réalisé le projet une fois arrivé à la Maison Blanche.

En 2014, Obama a décrété un moratoire pour bloquer le financement de la recherche sur les armes biologiques et vaccinales à double usage en raison de la pratique très dangereuse du Function Gain, le processus GOF qui permet de valoriser en laboratoire un agent pathogène, comme cela se serait produit pour le virus du SRAS. Cov-2 infecté par le VIH, selon le bio-ingénieur Pierre Bicage, ancien consultant de l’OTAN Pierre Bricage.

Pour la énième curieuse coïncidence, six expériences sur le virus du SRAS (souche 2003 isolée de chauves-souris au Wuhan Institute of Virlogy) menées entre les USA et la Chine dans le cadre du projet PREDICT-2 ont obtenu une dérogation au moratoire grâce à un financement de l’USAID, une agence gouvernementale outil de la CIA, Gates Foundation et EcoHealthAlliance de New York.

Cette dernière est une initiative de promotion de la recherche sur les vaccins qui voit comme partenaires les deux universités américaines Columbia et John Hopkins, avec lesquelles l’ex-directrice adjointe de la CIA, Avril Haines collabore, mais aussi la big pharma Johnson & Johnson et une université d’Arabie saoudite, nation finançant le projet mondial de vaccination lancé par Obama en 2014 avec le Global Health Security Agenda (GHSA), mais aussi pays partenaire de GlaxoSmithKleine (GSK), administré par un directeur de Microsoft Corporation, fondé par Gates grâce aux investissements de Warren Buffet, fondateur de la Nuclear Threat Initiative susmentionnée.

GSK est le géant des vaccins qui a profité du « projet pilote » mené par le Parti démocrate en Italie avec le Décret Lorenzin, qui a rendu obligatoire 10 vaccins pour les enfants d’âge scolaire, après la visite de George Soros, donateur des Dems américains et investisseur à Gilead, à l’ancien Premier ministre Paolo Gentiloni (nommé par la suite commissaire européen aux affaires économiques).

Il ne faut pas oublier que les premières expériences sur le virus du SRAS infecté par le VIH de 2003 ont débuté en 2004 dans le laboratoire de biosécurité de Wuhan (puis Bsl 2 aujourd’hui Bsl 4) grâce au financement du projet Episars de la Commission européenne présidé par Romano Prodi, futur premier ministre du Parti Démocrate Italien ; où, des années auparavant, sa préface à un livre de George Soros lui-même avait suscité la controverse.

Selon l’ancien directeur britannique du contre-espionnage MI6, Richard Dearlove, le visur du SRAS-Cov-2 se serait échappé – ou aurait été délibérément libéré – de la Chine . Une thèse également soutenue par le lanceur d’alerte Li-Meng Yan, le virologue chinois qui a fui aux États-Unis d’Amérique et placé sous protection par le FBI pour avoir dénoncé la construction du pathogène de la pandémie actuelle dans l’Insistute de virologie de Wuhan.

 

Pour le nier, jusqu’à présent, seule une étude de l’Université John Hopkins elle-même a tenté, impliquée pour de multiples connexions avec la pandémie annoncée par l’ancienne directrice adjointe de la CIA, Avril Haines en 2018, lors de la conférence de Camdem dans laquelle elle évoquait également un nouvel «ordre mondial » comme seule solution pour contrer ces menaces d’épidémies de Coronavirus.

Pour lutter contre l’infection par Covid-19, GSK, en collaboration avec AstraZeneca en Italie et avec Sanofi en Europe, met le vaccin déjà acheté par l’Union européenne, malgré certains événements inattendus survenus lors des essais cliniques d’AstraZeneca et Johnson & Johnson.

POLÉMIQUE DÉMOCRATE CONTRE HAINES
Fin juin, la campagne de Biden a annoncé que Haines, une avocate qui a occupé le poste de directrice adjointe de la CIA de 2013 à 2015, dirigera les aspects de politique étrangère et de sécurité nationale d’une potentielle équipe de transition de Biden.

Selon Daily Beast : “Pour les militants, les experts en sécurité, les assistants du Congrès qui sont plus à gauche que les libéraux – ainsi que les principaux militants des droits de l’homme et au moins un ancien sénateur – la promotion de Haines est inquiétante ou inacceptable. Elle a approuvé un « comité de responsabilité » qui a épargné les représailles contre le personnel de la CIA qui a espionné les enquêteurs du Sénat sur la torture, et elle a fait partie de l’équipe qui a rédigé leur rapport historique  . Haines a soutenu Gina Haspel en tant que directrice de la CIA, directement impliquée dans les tortures de la CIA, une décision qui reste sévèrement condamnée parmi les militants progressistes. Jusqu’à la fin du mois de juin, elle a conseillère à la société de données préférée de Trump, Palantir, issue de la CIA. »

« C’est un signal assez inquiétant de ce qui va arriver » dans une administration Biden, a déclaré un membre du personnel du Sénat qui s’occupe des questions de sécurité nationale.

« «Faire vanter la directrice adjointe de la CIA pour son bilan en matière de promotion des droits de l’homme et de respect de la primauté du droit, je ne pense pas que cela puisse être adéquatement mis en balance non seulement avec son bilan, mais aussi avec ses choix délibérés de plaidoyer.»

Pour les disciples de l’administration Obama qui sont plus libéraux que ceux de gauche, l’aversion envers Haines est stupéfiante. Haines était peut-être la principale voix au sein de l’administration pour restreindre la campagne de drones. Elle était “une voix de retenue sur toutes les questions de lutte contre le terrorisme « , a déclaré Harold Koh, l’ancien conseiller juridique du Département d’Etat.

 

 

Former CIA Deputy Director Avril Haines, now on candidate Joseph Biden’s intelligence team

L’ancienne directrice adjointe de la CIA Avril Haines, maintenant dans l’équipe de renseignement du candidat Joseph Biden «En plus de son travail passé sur la sécurité nationale et de sa présence impressionnante dans le monde des think tanks de Washington DC, Haines s’est décrite comme une ancienne consultante pour la société d’exploration de données controversée PalantirLa page de sa biographie au Brookings Institute, où elle est répertoriée comme chercheuse senior non résidente, elle s’est vantée de cette affiliation jusqu’à au moins la semaine dernière, lorsqu’elle a soudainement disparu sur la page, a écrit The Intercept.

«La nature du travail de conseil que Haines a effectué pour Palantir n’est pas claire. Au moment de mettre sous presse, les demandes de commentaires à son endroit, la campagne Biden, Palantir et Brookings n’ont pas reçu de réponse ».

« Cofondé, Pantir, supporter de Trump, extrémiste droite et milliardaire de la technologie, l’entreprise a bénéficié d’un certain nombre de contrats gouvernementaux, a été accusé d’avoir contribué aux programmes de détention illégale d’immigrés par l’administration Trump, et d’avoir aidé l’administration Trump à construire un état de surveillance généralisée – rapporte The Intercept – « Les systèmes informatiques de Palantir ont donné à l’administration Trump la capacité de procéder à des déportations massives qui ont déchiré et terrorisé nos communautés d’immigrants » , a déclaré Yasmine Taeb, conseillère politique principale pour Demand Progress, un groupe qui soutient des causes allant des droits de l’homme à la transparence. »

Cependant, le propriétaire de l’entreprise, Peter Thiel, s’est récemment distancé de Trump en affirmant qu’il ne financerait plus sa campagne de réélection, en parfaite harmonie avec les autres membres républicains du Deep State.

DOSSIER SUR L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE POUR LA DÉFENSE

Haines ne fait pas partie du cercle intime de la politique étrangère de Biden, comme l’ancien secrétaire d’État adjoint, Tony Blinken; l’ancien responsable politique du Pentagone, Brian McKeon; Jake Sullivan, vice-président du conseiller à la sécurité nationale de Biden; et Carlyn Reichel, rédactrice de discours sur la politique étrangère de son vice-président.

DailyBeast a souligné, cependant, omettant de détecter le rôle joué par Haines dans un segment stratégique de la Big Tech, en particulier dans le domaine militaire: l’intelligence artificielle. L’ancienne directrice adjointe de la CIA fait en effet partie de WestExec Advisors, un groupe de réflexion de la zone démocrate qui regroupe d’importantes personnalités de la sécurité nationale telles que les deux fondateurs, Blinken lui-même et Michèle Flournoy, ancienne sous-secrétaire à la Défense pour la politique avec Obama de 2009 à 2012.

Après avoir annoncé en juin son intention de suspendre son activité pour WestExec Advisors pendant la campagne électorale de Biden, Haines a en réalité maintenu des liens forts qui se sont concrétisés avec la publication d’un dossier sur l’IA, développé en collaboration avec Flournoy, qui semble indiquer au Pentagone les stratégies à poursuivre si le candidat démocrate réussit à être élu à la Maison Blanche.

Le dossier réalisé par Avril Haines sur l’IA pour WestExec Advisors

«Ce moment se déroule dans le contexte d’une révolution technologique qui exacerbe les défis auxquels nous sommes confrontés tout en offrant des solutions potentielles, fournissant des percées dans le climat, la médecine, les communications, les transports, le renseignement et bien d’autres domaines. Beaucoup de ces découvertes se feront grâce à l’exploitation de l’intelligence artificielle (IA) et des technologies associées, principalement le machine learning (ML) .

 Ces progrès façonneront probablement l’équilibre économique et militaire des pouvoirs entre les nations et l’avenir du travail, de la richesse et des inégalités en leur sein. » écrivent les deux auteurs dans l’introduction de l’étude intitulée« Bâtir la confiance par des tests. Adaptation des Tests/évaluation du DOD, de Validation et Vérification (TEVV) d’Entreprise pour les systèmes d’apprentissage automatique, y compris les systèmes d’apprentissage en profondeur ».

Un exemple concret d’utilisation de l’IA est venu ces dernières semaines du forum de l’agence de presse italienne Ansa en relation avec une méthode innovante de diagnostic vocal de Covid-19. Né d’une idée du professeur Giovanni Saggio, professeur au Département de génie électronique de l’Université de Tor Vergata, VoiceWise est aujourd’hui le protagoniste de l’entreprise d’un essai clinique pour diagnostiquer et surveiller l’infection au coronavirus activée à la polyclinique de Tor Vergata de Rome, le Parc Technologique de Latina et la Polyclinique de la Fondation San Matteo de Pavie.

Le système implique l’utilisation d’appareils tels que les smartphones et les tablettes fournis à l’appui du projet par le fabricant chinois Huawei, qui sont utilisés « pour leur capacité à enregistrer correctement l’audio et parce qu’il n’était pas possible d’isoler les patients d’un microphone et d’un enregistreur qui nous utilisons habituellement », explique le professeur Saggio. Les appareils sont livrés à des patients volontaires (et anonymes) de Covid-19 pour enregistrer « leur voix, leur toux et tout ce dont l’algorithme a besoin pour identifier la maladie« .

Évidemment cela peut fonctionner si les algorithmes sont interprétés correctement mais tout comme dans le cas du tampon PCR controversé, dont nous avons mis en évidence les limites du diagnostic liées à d’innombrables variables capables de créer des « faux positifs ». Par conséquent, une erreur possible dans le réglage de l’IA ou pire encore sa «manipulation» peut être en mesure d’altérer les résultats beaucoup plus que les analyses médicales traditionnelles.

CONNEXIONS ET COMMERCE BIG TECH EN EUROPE

Joseph R. Biden Jr. a critiqué Big Tech, réprimandant Facebook pour avoir mal géré la désinformation et disant que les entreprises Internet devraient perdre la protection juridique centrale. Mais sa campagne a discrètement accueilli des personnes qui ont travaillé avec ou pour les géants de la Silicon Valley dans son personnel et ses groupes politiques, soulevant des inquiétudes parmi les critiques de l’industrie quant au fait que les entreprises tentent de coopter une administration potentielle de Biden. Ainsi a commencé un article écrit par David McCabe et Kenneth P. Vogel dans le New York Times en août.

«L’un des plus proches collaborateurs de M. Biden a rejoint la campagne d’Apple, tandis que d’autres ont occupé des postes de direction dans des entreprises qui ont fait du consulting pour de grandes entreprises technologiques. Et un groupe de près de 700 bénévoles conseillant la campagne, l’Innovation Policy Committee, comprend au moins huit personnes qui travaillent pour Facebook, Amazon, Google et Apple, selon des documents examinés par le New York Times. D’autres membres du comité ont des liens étroits avec des entreprises, notamment des économistes et des avocats qui les ont conseillés ainsi que des responsables de think tanks qu’ils ont financés. »

Voici ensuite le nom de la dame blanche de 007: «Avril Haines, ancienne responsable du renseignement et de la sécurité nationale d’Obama qui aide à diriger l’équipe de transition de Biden, était consultante pour la société d’exploration de données Palantir et WestExec Advisors, une société représentant une grande entreprise technologique qui n’a pas été identifiée. Note le NYT.

Le NYT a encore écrit: «Un co-fondateur de WestExec et un officiel du département d’État d’Obama, Antony J. Blinken, dirige l’opération de politique étrangère de la campagne Biden. WestExec s’est associé à la philanthropie lancée par Eric Schmidt, l’ancien président de Google, et à l’unité d’incubation interne de Google, Jigsaw. Mais M. Blinken et Mme Haines n’ont pas participé à ce travail, selon la campagne de Biden, selon laquelle les deux conseillers ont quitté WestExec ce mois-ci. « 

Le dossier sur les stratégies d’intelligence artificielle au sein du ministère de la Défense, signé par Haines en octobre pour WestExec, niait clairement ces distances. Du programme de l’ancienne directrice adjointe de la CIA, cependant, d’autres éléments émergent qui projettent ses relations dans le domaine financier des États-Unis vers l’Europe et l’Italie.

De par son très long cursus, il semble être membre du conseil d’administration de la Fondation Vodafone mais aussi membre du comité consultatif international de Tikeau Investment Management.

Tikehau Capital est un gestionnaire d’actifs européen indépendant qui gère un actif de 25,4 milliards d’euros au 31 mars 2020 (+ 13,7% en glissement annuel depuis 2019, mais en légère baisse par rapport aux 25,8 milliards de fin 2019, voir plus article de BeBeez), dont: 8,3 milliards investis en dette privée; 9,5 milliards en immobilier, 2,1 milliards en private equity et 3,5 milliards en stratégies de marchés de capitaux (voir le communiqué de presse ici). La société a également annoncé qu’elle versera aux actionnaires un dividende de 0,50 € par action, soit le double de ce qu’elle a payé l’année dernière.

L’Italie est le deuxième marché le plus important pour Tikehau après le marché français. En particulier, sur le front de la dette privée, Tikehau a financé, par exemple, le spécialiste des logiciels pour le secteur de la santé Dedalus, le cabinet de conseil aux entreprises Bip, le laboratoire pharmaceutique Neopharmed Gentili. En mai dernier, Tikehau Capital a renforcé le bureau italien avec trois nouvelles entrées: parmi lesquelles un ancien directeur adjoint de Rothschild & Co et un autre directeur arrivant de Goldman Sachs Asset Management.

Personne ne veut remettre en question le bon travail de ce fonds d’investissement international. Mais les intrigues entre l’ancien directeur adjoint de la CIA Avril Haines mettent en évidence un champ de mines de conflits d’intérêts allant de l’Intelligence à la Big Tech, en passant par les armes biologiques et l’Intelligence Artificielle dans le domaine militaire , et en atteignant jusqu’à un des groupes financiers paneuropéens les plus influents.

Un mélange explosif pour un avocat d’âge moyen qui a prédit la pandémie de coronavirus, a participé à des exercices financés par Gates , est entré dans le personnel de Biden après avoir invoqué publiquement le nouvel ordre mondial: c’est-à-dire le visage éhonté et maintenant partiellement identifiable du Deep État, dans lequel le rôle de Big Pharma est de plus en plus crucial, tout comme dans le lobby des armes .

Source : Former CIA, Pandemic’s Prophet as Gates, in Biden’s Team. To manage Military Intel, AI, Big Tech and Trading in EU


EN COMPLÉMENTAIRE

Tunisie – La moitié des tunisiens pensent que la Covid est un complot international

Selon un sondage d’opinion effectué parle journal Al Chourouk, 49.1% des tunisiens pensent que derrière la propagation de la Covid, il y a une sombre histoire de complot international.

Dans ce sens, plus de 60% des tunisiens pensent que la Tunisie n’est pas souveraine de ses décisions dans la gestion de cette épidémie et qu’elle est tributaire des politiques dessinées par d’autres nations.

 

 

 

Voici comment Trump pourrait encore gagner

Trump semble actuellement perdre le combat sur le résultat des élections. Jusqu’à présent, il n’a montré aucune preuve que la fraude s’est produite dans une large mesure. Bien qu’il y ait toujours des votes douteux, les fraudes en jeu actuellement ne sont pas assez importantes pour expliquer la victoire présumée de Biden. Les tribunaux sont donc susceptibles de rejeter les défis actuels de Trump.

Qui l’emportera?

 

 

Les médias, y compris l’écurie des médias de droite de Murdoch et les géants des médias sociaux, ont fermement déclaré une victoire de Biden et ne sont donc d’aucune aide pour Trump.
Mais le Parti Républicain et Trump voudront faire vivre la peur, l’incertitude et le doute au moins jusqu’au 5 janvier, lorsque les deux tours de scrutin du Sénat en Géorgie seront décidés.
Alors que les titulaires Républicains mènent la course en Géorgie, les Démocrates consacreront beaucoup de ressources dans l’État pour déplacer ces sièges de leur côté. Ils donneraient à une administration Harris / Biden le contrôle du Sénat.
Il est également possible que Trump tente réellement de rester au pouvoir en manipulant le processus du Collège électoral.

Il y a plusieurs étapes et échéances supplémentaires dans le processus électoral élaboré pour la présidence.

  • 8 décembre – Les États désignent leurs grands électeurs pour le Collège électoral.
  • 14 décembre – Les grands électeurs se réunissent dans chaque État pour voter pour le nouveau président et le nouveau vice-président.
  • 23 décembre – Les certificats des résultats du vote du Collège sont remis au président du Sénat, qui est le vice-président Mike Pence
  • 3 janvier – Les membres du Congrès prêtent serment.
  • 6 janvier – Le Congrès se réunit pour compter les votes et proclamer les résultats.

Trump pourrait, même sans trouver les votes nécessaires, (ab)user du processus du Collège électoral pour déplacer le résultat de son côté. Il peut essayer de bloquer ou retarder les certifications dans certains États et / ou il peut pousser les législateurs des États républicains à nommer les électeurs de Trump.


Vidéo associée

 


Il y a des précédents  à cela depuis l’élection de 1876 :

Hier comme aujourd’hui, chaque État doit se prononcer sur un groupe d’électeurs qui se rendront à une session conjointe du Congrès le 6 janvier où le vainqueur de l’élection présidentielle sera déclaré. La pratique normale dans un État où Biden a remporté le total du vote populaire serait que les responsables électoraux de l’État certifient les résultats et envoient une liste d’électeurs pro-Biden au Congrès. Mais les législatures des États ont le pouvoir constitutionnel de conclure que le vote populaire a été corrompu et d’envoyer ainsi une liste d’électeurs concurrents au nom de leur État.
Le 12e amendement à la Constitution précise que «le président du Sénat doit, en présence du Sénat et de la Chambre des représentants, ouvrir tous les certificats et les votes sont alors comptés». Cela signifie qu’en cas de différends concernant des listes électorales concurrentes, le président du Sénat – le vice-président Pence – semble avoir le pouvoir ultime de décider lequel accepter et lequel rejeter. Pence choisirait Trump. Les Démocrates feraient alors appel devant la Cour suprême.
Alternativement, si à ce stade, aucun candidat ne dispose des 270 voix électorales requises, le 12e amendement stipule que «la Chambre des représentants choisit immédiatement, par scrutin, le président. Mais lors du choix du président, chaque État vote, la représentation de chaque État ayant une voix.» Actuellement, les républicains ont une majorité de délégation d’État avec 26 des 50 États et ils semblent presque certains de conserver cette majorité au nouveau Congrès. Un vote des États élirait alors le président Trump pour un second mandat. Et encore une fois, les Démocrates feraient appel de ce résultat devant la Cour suprême.

Dans les deux cas, la Cour suprême, avec six de ses neuf juges nommés par des républicains, est susceptible de trancher en faveur de Trump.

Il existe quelques variantes d’un tel scénario :

Si un procès réussit à arrêter la certification des résultats dans un État, les législateurs pourraient alors combler le vide et choisir une liste d’électeurs pro-Trump.
* L’avocat, qui a demandé l’anonymat pour parler du scénario, a déclaré que l’équipe de Trump semblait maintenant essayer de jeter suffisamment de discrédit sur le processus de comptage des bulletins de vote tardifs pour faire valoir que des résultats précis ne peuvent pas être vérifiés.
* La prochaine étape pourrait être d’essayer de faire en sorte que les tribunaux fédéraux ou d’État interdisent aux secrétaires des États de certifier les résultats.
* Toute initiative visant à fournir une liste alternative d’électeurs pourrait forcer au premier véritable test de la loi sur le décompte électoral de 1887 et pourrait aboutir devant la Cour suprême.
* Parmi les principaux États indécis, l’Arizona et la Géorgie ont des gouverneurs et des législatures GOP. Le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin ont des gouverneurs Démocrates mais des législatures GOP.

Les Démocrates sont bien sûr conscients d’une telle possibilité. Ils jouent donc sur la certitude d’une victoire de Biden alors même que le processus électoral est loin d’être décidé.

Mais il ne faut jamais mettre Trump hors-jeu. Malgré quatre ans à se faire couvrir d’immondices sur le Russiagate, il a réussi à rester au pouvoir et à poursuivre une grande partie de son programme. Il est également le premier président en cent ans à résister à la pression intense pour lancer une nouvelle guerre. Il est donc peu probable qu’il pliera en admettant qu’il a perdu la compétition.

Il n’y a qu’une seule personne qui pourrait empêcher Trump de réussir avec une stratégie « sale » au Collège électoral . C’est bien sûr lui-même. Au cours des quatre dernières années, il n’a pas réussi à sélectionner des conseillers compétents. Il aura désormais besoin des meilleurs stratèges et avocats disponibles. Jared Kushner et Rudi Giuliani ne feront pas l’affaire. Trump aura également besoin du soutien total de son parti pour faire pression sur les législateurs des États. Il devra faire des concessions pour obtenir le soutien nécessaire.

En attendant, nous devrons tous, en tant que spectateurs, augmenter nos approvisionnements en pop-corn pour continuer à profiter du cirque pendant les deux prochains mois.

Par Moon of Alabama −  Le 11 novembre 2020

 

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:« Hold-Up » : documentaire sur la fumisterie CoV19 et la dictature sanitaire mise en place. A voir et diffuser sans modération…

AUX ARMES CITOYENS,CITOYENNES! AUX ARMES…L’HUMANITÉ EN DANGER!

 

A voir et diffuser SANS AUCUNE MODERATION, censurée sur YouTube, cette vidéo demeure sur d’autres plateformes,notre site  vient de la sauvegarder pour les générations futures …pour qu’elles comprennent notre couardise et notre  psychose collective:

 

 

 

 


MISE À JOUR DU 15 novembre 2020

 

Pierre Barnerias
Fin de la polémique sur HOLD UP : Qui est ce réalisateur breton ?
le documentaire est CENSURE, j’ai bien dit CENSURE. Lynchage , inquisition, de moins en moins de libertés…
POurquoi ? Certains se sentent menacés ? Mlepen et ses amis sont invités regulièrement à parler sur France INter.
Pourquoi au bout de 2 jours, ce documentaire est interdit ?
Je trouve cela très ennuyeux pour notre liberté de penser, de nous informer, de réfléchir. Pas eu le temps de parler avec le réal en public de son travail conséquent, il n’a pas eu de droit de réponse.
Je cautionne des personnes fiables à mes yeux, avec les valeurs humanistes, fraternelles et environnementalistes que je porte, voyez vous même le cv de Pierre Barnerias le réalisateur de Hold UP, breton est tout sauf un complotiste et fait preuve dans son travail plus d’humanité que de désinformation :
source wiki : « Pierre Barnérias a fait une maîtrise de droit privé à l’Université Panthéon-Assas et, après un grave accident, il intègre l’école européenne de journalisme de Bruxelles ». Devenu journaliste, il a travaillé pour la presse écrite (Ouest France, de 1989 à 1994), radio (France Info / RTL 2) et la télévision (Envoyé Spécial, Des racines et des ailes, Zone Interdite…).
Il a réalisé plus de quarante magazines et documentaires.
Source OF : « En 2010, Pierre Barnérias a produit « Les Yeux ouverts », un long-métrage sur les soins palliatifs. Un documentaire très fort, souvent repris pour évoquer cette question de la fin de vie dans les hôpitaux. « Mon leitmotiv en tant que journaliste depuis 25 ans, c’est de faire une information qui construit, c’est à dire une information positive », explique ce journaliste qui a débuté comme correspondant de Ouest-France, à Paris, de 1989 à 1994. Il était alors en charge de la rubrique Religion. Il a aussi été reporter pour Envoyé spécial, Des racines et des ailes, Thalassa, Faut pas rêver ou Reportages. En 2012, il a tourné et réalisé « Il était une Foi », un film inédit sur un tour du monde des chrétiens persécutés et oubliés ». Vous pensez sincèrement que cet homme peut produire un film à charge, malintentionné et complotiste ???? Allo? Allo ?

 

 

La France et Macron s’enfoncent

Emmanuel Macron et la France s’enfoncent dans une sorte de guerre avec l’Islam et le monde musulman où politique intérieure et extérieure ne font qu’un. Et une frange québécoise veut s’enfoncer avec eux, dont le premier ministre Legault.
Le 22 octobre, au lendemain de la décapitation immonde de Samuel Paty, Macron a déclaré : « Nous défendrons la liberté […] et nous porterons la laïcité, nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent ». En gros, il dit que la France ne renoncera pas aux caricatures du prophète Mahomet.

Précisons d’emblée que l’attaque immonde à Conflans-Sainte-Honorine tout comme celle à Nice doivent être condamnées sans équivoque.

Ceci dit, la réaction d’Emmanuel Macron comme celle de la classe politique et médiatique française manque totalement le coche. Ils campent leur position en invoquant la république et la liberté d’expression.

Tout d’abord, l’idée républicaine ne se résume pas au seul mot « liberté » ou au vocable « liberté d’expression ». Laisser entendre cela, c’est comme faire un trépied qui n’a qu’un seul pied.
Il y a trois colonnes indissociables dans une république à la française : liberté, égalité et fraternité. Or, dans la conception macronienne, « égalité » et « fraternité » sont évacuées.

« Égalité ». Tout le monde sait qu’il n’y en a pas en France. Il suffit de visiter les cités de banlieue de Paris et de d’autres grandes villes françaises comme Marseille ou Nice pour s’en convaincre. Ou se rappeler les « gilets jaunes » et les manifestations contre la réforme des retraites. Ou regarder le film Les misérables de Ladj Ly (2019).

Qui fait semblant de l’ignorer court à sa perte.

« Fraternité ». Respecter cet élément de la république exigerait qu’on respecte les croyances et des rituels de tous les citoyens, qu’on cherche promouvoir ce qui rassemble, non pas ce qui divise.

Or Emmanuel Macron, en disant que la France ne renoncera pas aux caricatures du prophète Mahomet, comme celles de Charlie Hebdo, transforme le droit de faire de telles caricatures en un devoir de le faire. Bref, au lieu de dire, « Tu as le droit de le faire », il dit essentiellement, « Tu dois le faire ».

Il s’avère pour beaucoup de musulmans représenter le prophète de quelque façon que ce soit, est sacrilège, à plus forte raison quand on le caricature de façon insultante somme l’a fait Charlie Hebdo.

En transformant le « tu as le droit » en « tu dois », Macron invite les Français à insulter des millions de concitoyens de confession musulmane. Donc, pour la fraternité, cette 3e colonne qui sous-tend la république, il faudrait repasser.

À la question à savoir si on a le droit de caricaturer le prophète, Macron aurait eu respecter les principes républicains en répondant :   Vous en avez le droit. Mais j’y suis vivement opposé personnellement et dans notre volonté bien républicaine de bâtir sur la fraternité et sur ce qui nous rassemble et non sur ce qui nous divise, je vous invite fortement à ne pas le faire.

Mais il n’a pas dit cela, même quand il a reculé un peu à la lumière de la réaction viscérale contre ses propos, mais surtout à voir la campagne de boycottage actuelle de produits français.

Cette guéguerre française contre l’Islam et le monde musulman cache des squelettes dans le placard de l’histoire française, notamment la guerre d’indépendance de l’Algérie après une colonisation de 130 ans. [1]
Mais elle cache aussi une politique étrangère qui leur pète dans la face – le fameux « blowback »–, soit celle du soutien des djihadistes par la France, et d’autres pays, dont le Canada et les États-Unis, dans la guerre contre la Syrie.  Laurent Fabius n’a-t-il pas dit du Front Al-Nosra (Al Qaeda en Syrie) « Ils font du bon boulot sur le terrain [Syrie] » (Le Monde, 13 déc. 2012).

Idem dans la guerre non déclarée contre la Russie par djihadistes tchétchènes interposés – le terroriste qui a décapité Samuel Paty est un réfugié tchétchène.

Tout ce beau monde faisait des attaques terroristes avec la bénédiction de la France et de ses alliés occidentaux. Ils ont perdu ces guerres et ils sont revenus. Quand ça leur pète dans la face, au lieu de reconnaître l’iniquité de leur propre politique, ils cherchent à trouver des bouc-émissaires pour mieux la cacher et cacher la destruction qu’elle a laissée.

caricature musulmane de Macron

NOTES 

L’Algérie vient de signifier au ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, son refus d’accueillir les personnes que la France compte expulser.

Lors de son séjour à Alger, le ministre français de l’Intérieur, avait remis une liste de « français d’origine algérienne » que l’Algérie refuse d’accueillir pour la simple raison qu’ils sont nés en France, et que l’Algérie considère que français et non algériens.

Nés de parents algériens, ces français ne sont ni des migrants clandestins, ni auteurs de documents algériens, enregistrés dans les représentations consulaires algériennes en France

[1] Une grande attention est accordée (dans les médias français et dans la bouche des « spécialistes » de l’islam, et qui ne sont pas musulmans ) à la manière exotique de tuer (couper la tête) par les terroristes présumés. En fait, la décapitation est aussi française que la soupe à l’oignon, donc elle n’est pas si exotique qu’on le dit. La guillotine était la méthode d’exécution nationale préférée (comme la chaise électrique aux États-Unis). Les Français ont décapité leur roi et leur reine. Pendant la bataille d’Algérie, les paras français (dont un certain J.M. Lepen, ex candidat à la présidence franaise, et dont la fille vise la même fonction) ont joué au football avec des têtes de rebelles hachées (voir ci-dessous).

C’est Napoléon avait introduit la décapitation au Moyen-Orient, et non l’inverse. Au cours de sa campagne en Égypte, le général Bonaparte ayant appris un soulèvement dans un village avait ordonné à son adjudant Croisier de s’y rendre, d’entourer toute la tribu, de tuer tous les hommes sans exception, et d’amener femmes et enfants au Caire. Ses ordres ont été exécutés rapidement. De nombreux enfants et femmes conduits à pied sont morts en chemin et, quelques heures plus tard, des ânes chargés de sacs sont apparus sur la place principale du Caire. Les sacs ont été ouverts et les têtes des hommes exécutés de la tribu coupable ont roulé sur la place, a écrit l’historien.

 

 

Instagram dit que «l’art» du génocide blanc est complètement casher

 

 

 

Tout d’abord, je tiens à m’excuser auprès de tout le monde de vous avoir tous soumis à cette hideuse «œuvre d’art» de deux «queenz» africaines obèses avec les têtes coupées de Blancs dans leurs mains.

C’est dégoûtant, mais c’est apparemment complètement casher sur Instagram.

Par exemple, «l’artiste» qui a peint le portrait officiel d’Obama adore peindre des femmes blanches décapitées par des femmes noires.

EN COMPLÉMENTAIRE

Le peintre que Barack Obama a choisi pour son portrait a vraiment peint une femme noire décapitant une blanche

Lundi 12 février 2018, l’ancien couple présidentiel Barack et Michelle Obama ont dévoilé leurs portraits officiels pour la National Portrait Gallery de Washington. Monsieur a choisi d’être peint par l’artiste Kehinde Wiley tandis que Madame a été représentée par Amy Sherald.

Today, @KehindeWiley and @ASherald became the first black artists to create official presidential portraits for the Smithsonian. To call this experience humbling would be an understatement. Thanks to Kehinde and Amy, generations of Americans — and young people from all around the world — will visit the National Portrait Gallery and see this country through a new lens. They’ll walk out of that museum with a better sense of the America we all love. Clear-eyed. Big-hearted. Inclusive and optimistic. And I hope they’ll walk out more empowered to go and change their worlds.

Une publication partagée par Barack Obama (@barackobama) le 

As a young girl, even in my wildest dreams, I never could have imagined this moment. Nobody in my family has ever had a portrait – there are no portraits of the Robinsons or the Shields from the South Side of Chicago. This is all a little bit overwhelming, especially when I think about all of the young people who will visit the National Portrait Gallery and see this, including so many young girls and young girls of color who don’t often see their images displayed in beautiful and iconic ways. I am so proud to help make that kind of history. But the fact is that none of this would be possible without the extraordinary artist and woman behind this portrait, @asherald. Thank you, Amy – it was a joy to work with you and get to know you.

Une publication partagée par Michelle Obama (@michelleobama) le 

Suite à cette présentation, plusieurs personnes et médias se sont plongés dans les oeuvres produites par les deux peintres.

Dans le cas de Kehinde Wiley, l’extrême-droite a créé une polémique en déterrant deux tableaux du peintre où l’on voit une femme noire décapitant une blanche. Il s’agit des peintures Judith and Holofernes achevées en 2012 et qui sont disponibles sur le compte Instagram de l’artiste : 

 

Il s’agit d’une réinterprétation d’une scène issue du Livre de Judith : la décapitation du général Holopherne par la veuve Judith. Cet épisode a souvent été peint durant la Renaissance, notamment par les peintres italiens Le Caravage et Giovanni Baglione (ci-dessous). 

On remarquera qu’à la différence de Baglione ou de l’épisode narré dans le Livre de Judith, le peintre américain a choisi de représenter Judith sous les traits d’une femme noire et Holopherne comme une femme blanche. 

Parti à la recherche d’explications sur ces peintures, le site américain, expert dans la vérification de rumeurs, Snopes.com a retrouvé des critiques publiées lors de leurs présentations. Selon le critique d’art Walter Robinson et selon une analyse du Musée d’Art de Caroline du Nord, il s’agirait pour l’artiste de dénoncer les idéaux de beauté des blancs et de mettre en avant les corps de femmes noires, pas assez mises en avant dans l’histoire de l’art. 

Cette restitution peut avoir plusieurs niveaux d’interprétations, y compris l’identité raciale et de genre et l’inégalité, la représentation des femmes dans l’histoire de l’art, et les idéaux de beauté de la société. Selon les mots de Wiley, «Je peins les femmes pour en finir avec les représentations du genre dans le contexte de l’histoire de l’art. Il faut élargir la conversation… Cette série d’oeuvres tente de réconcilier la présence de stéréotypes de femmes noires qui entoure leur présence et/ou leur absence dans l’histoire de l’art, et les notions de beauté, spectacle et du « grand » dans la peinture». 

Il faut remettre ces peintures en regard de l’art prôné par le peintre qui est, selon Le Monde, «réputé pour ses portraits d’Afro-Américains peints dans des postures triomphantes»«Kehinde élève ceux qui sont souvent hors champ et montre qu’ils méritent d’être au centre la société américaine», a d’ailleurs précisé Barack Obama. Dans une interview retrouvée par Snopeson entend d’ailleurs Kehinde Wiley expliquer que «au mieux, ce que fait l’art c’est de provoquer».

«Non seulement les Obama représentent le premier couple présidentiel afro-américain à être inscrit dans la collection, mais les peintres qu’ils ont choisi (…) sont eux aussi Afro-Américains», a expliqué le New York Times. Kehinde Wiley, 40 ans, a acquis une notoriété dans les années 2000 grâce à ses «portraits en taille réelle de jeunes afro-américains habillés en style hip-hop, mais dépeint à la maniète des grands maîtres des portraits royaux européens. Plus récemment, il a élargi son répertoire pour y inclure des sujets féminins, tout comme des modèles brésiliens, indiens, nigérians et sénégalais, créant ainsi une image collective d’une aristrocratie noire mondiale». 

En résumé, le peintre qui a réalisé le portrait de Barack Obama a bien produit deux réinterprétations de Judith décapitant Holopherne, où Judith est une femme noire et Holopherne une blanche. Cela s’inscrit dans le parcours artistique du peintre…qui banalise le meurtre des blancs et à plus long terme « Le Grand Remplacement »!

 

Réécrire l’histoire vraie d’Haïti – et le meurtre de masse des Blancs après la révolte des esclaves

L’État caribéen d’Haïti rappelle de manière frappante à quel point la pratique de l’esclavage pourrait être mortelle. En 1804, l’effet combiné de treize ans de soulèvements, de meurtres et de terrorisme avait détruit la population blanche d’Haïti, ainsi que toute la production agricole et l’économie de ce qui était autrefois la colonie la plus prospère de l’hémisphère occidental.

La description présumée d’Haïti comme un «trou de merde» par le président sortant des États-Unis, Donald Trump, rend instructif de revoir l’histoire de cette nation insulaire des Caraïbes – et comment sa naissance a été baignée de sang alors que tous les Blancs et les métis ont été massacrés pendant la série tumultueuse des événements qui ont donné naissance à cet état défaillant.

Haïti et le massacre des blancs

L’État caribéen d’Haïti rappelle de manière frappante à quel point la pratique de l’esclavage pourrait être mortelle. En 1804, l’effet combiné de treize ans de soulèvements, de meurtres et de terrorisme avait détruit la population blanche d’Haïti, ainsi que toute la production agricole et l’économie de ce qui était autrefois la colonie la plus prospère de l’hémisphère occidental.

L’île, à l’origine nommée San Domingo, était devenue un centre d’activité espagnole à l’époque du conquistador Hernando Cortes. Les Espagnols ont conservé une petite présence sur le côté est de l’île, aujourd’hui connue sous le nom de République dominicaine. La partie occidentale de l’île a été colonisée par les commerçants français en 1697 et rebaptisée Saint-Domingue, et c’est ici que s’est déroulée la féroce guerre raciale.

Les Amérindiens locaux, appelés Canibales par les Espagnols en raison de leurs habitudes cannibales, avaient été réduits à l’insignifiance par une combinaison de la force espagnole des armes, de l’esclavage et des maladies européennes contre lesquelles ils n’avaient aucune immunité. En conséquence, les Français ont commencé à importer des esclaves africains pour travailler dans la colonie.

«Le joyau de la couronne» – répond à la moitié des besoins en sucre de l’Europe

En 1789, San Domingue était le joyau de la couronne coloniale française. Son climat idéal et son sol naturellement riche produisaient plus de sucre, de café et de coton que toutes les colonies alors existantes en Amérique du Nord réunies. La production de sucre de San Domingue a fourni non seulement l’ensemble des besoins de la France, mais également la moitié des besoins du continent européen.

La richesse de San Domingue était légendaire et au moment de la Révolution française, quelque 40 000 Blancs s’étaient installés dans la colonie. Cependant, à ce stade, il y avait au moins 450 000 esclaves noirs travaillant dans les champs pour maintenir la production agricole prodigieuse de l’île, et en plus il y avait environ 27 000 mulâtres. Cette énorme population non blanche, principalement maintenue dans des conditions d’esclavage, a fourni la bombe à retardement démographique qui a complètement détruit la colonie blanche.

Révolution française – Passez à donner la franchise aux non-blancs

La Révolution française de 1789 a servi d’étincelle qui a enflammé les pressions raciales qui mijotaient depuis longtemps à San Domingue. Un décret de l’Assemblée nationale française du 15 mai 1791 donna le droit de vote à la population blanche et métisse de l’île.

Les colons blancs de l’île ont immédiatement protesté. Le bien nommé gouverneur général de l’île, Blanchelande, a envoyé un message à Paris avertissant que la mise en place d’une telle forme de gouvernement entraînerait «une terrible guerre civile» et la perte de la colonie pour la France.

L’Assemblée nationale française a ensuite annulé le décret précédent et en a publié un nouveau disant que les colons eux-mêmes pouvaient décider de la forme de gouvernement la mieux adaptée à leur situation particulière. Lorsque cette nouvelle a été portée à la connaissance de San Domingue, elle a accru les tensions. La population métisse en particulier était dans un tollé après avoir été informée qu’elle avait le droit de vote, puis seulement quelques mois plus tard, a dit le contraire.

«Amis des Noirs» – Révolutionnaires français

Un puissant lobby anti-esclavagiste, les Amis des Noirs , s’est développé en France et s’est développé de plus en plus au cours de la révolution. Ce groupe abolitionniste s’est constamment battu pour l’émancipation et les pleins droits politiques des mulâtres et des noirs à San Domingue, et a réagi avec indignation au deuxième décret qui lui enlevait le droit de vote pour l’élément métis.

À la suite des efforts des Amis des Noirs , l’assemblée nationale française a publié un troisième décret qui redonnait le droit de vote aux mulâtres et aux «noirs libres», c’est-à-dire à ces Noirs qui ne sont soumis à aucune forme de travail sous contrat.

Lorsque cette nouvelle a été reçue à San Domingue, la population noire désormais armée a lancé une violente rébellion. Les Blancs ont été attaqués au hasard, les plantations brûlées et l’île plongée dans le chaos. La population métisse s’est d’abord rangée du côté des Blancs, mais a ensuite changé d’allégeance aux Noirs.

Les Noirs éliminent tous les Blancs en Haïti

À la fin du soulèvement en Haïti, tous les hommes, femmes et enfants blancs avaient été assassinés. Une fois les Blancs exterminés, la population noire s’est retournée contre la population métisse et l’a également anéantie.

Le chaos règne pendant dix ans

Le chaos se prolongea jusqu’en 1802, lorsqu’un détachement de vingt mille soldats français fut envoyé par Napoléon Bonaparte pour rétablir l’ordre sur l’île. Les forces françaises, sous le commandement du beau-frère de Napoléon, le général Leclerc, écrasent la rébellion. Les insurgés ont été impitoyablement pourchassés et les principaux chefs rebelles ont été contraints de prêter allégeance au nouveau gouvernement français.

 

Juste au moment où la situation semblait s’être stabilisée, deux événements désastreux se sont produits. Le premier était la nouvelle que le gouvernement napoléonien avait donné l’autorisation de rétablir l’esclavage, et le second était une épidémie de fièvre jaune à San Domingue. La possibilité que l’institution de l’esclavage puisse renvoyer des troubles noirs a ravivé sur l’île. Pendant ce temps, les forces françaises déjà peu sollicitées ont été décimées par la maladie, qui a tué jusqu’à 160 soldats par jour. En août 1802, quatre cinquièmes des troupes françaises arrivées plus tôt dans l’année étaient décédées.

Napoléon a envoyé dix mille troupes fraîches pour soutenir la garnison française assiégée. Les nouvelles troupes ont également été étouffées par la fièvre jaune, et les noirs rebelles, largement immunisés contre la maladie, ont intensifié leurs attaques. La situation sécuritaire sur l’île s’est à nouveau détériorée.

Le conflit a alors pris une tournure encore plus désagréable. Les autorités françaises ont décidé que le seul moyen de mettre fin à la guerre raciale vieille de douze ans était de tuer tous les habitants noirs de plus de douze ans. Le raisonnement en était que tout Noir adulte qui avait, au moins au cours de la décennie précédente, mené une guerre raciale contre les Blancs, ne retournerait jamais docilement travailler dans les champs. La même chose s’appliquait aux femmes noires, décident les Français, car les femmes de cette race s’étaient révélées encore plus vicieuses et cruelles envers les Blancs capturés que leurs hommes. Avec une énergie impitoyable, les troupes françaises survivantes ont poursuivi leurs nouveaux ordres et de nombreux Noirs ont été tués de cette manière arbitraire. Les deux camps étaient plongés dans une spirale d’atrocités qui semblaient sans fin.

Retrait français et règle des noirs

Le déclenchement des guerres napoléoniennes est intervenu dans les développements sur l’île. La France est devenue impliquée dans une guerre avec la Grande-Bretagne en mer, et la possession coloniale française de San Domingue a été attaquée. La marine britannique a bloqué l’île, a coupé les approvisionnements à la garnison française et a fourni aux rebelles noirs des fusils et des munitions.

Le plus important des chefs rebelles noirs, Dessalines, a lancé un certain nombre d’attaques contre les garnisons françaises de plus en plus isolées dans les villes côtières. Dessalines prit ville après ville des forces françaises affaiblies et extermina systématiquement tous les Blancs faits prisonniers. Le 10 novembre 1803, les Français ne pouvaient plus tenir et se rendirent à la flotte britannique au large des côtes. Sur les cinquante mille soldats français envoyés sur l’île, seuls quelques milliers sont revenus en France.

Le massacre des derniers blancs

Avec le départ des Français, le chef noir Dessalines avait les mains libres pour instituer son propre règne de terreur contre tous les Blancs encore assez malheureux pour être sur l’île. San Domingue a été rebaptisé Haïti en décembre 1803 et déclaré indépendant.

Le pays parce que la deuxième nation indépendante de l’hémisphère occidental (après les États-Unis d’Amérique) et la première nation indépendante dirigée par des Noirs dans les Caraïbes.

Après avoir éliminé les Blancs, les Noirs et la population métisse se sont retournés les uns contre les autres dans une autre guerre raciale. Cela se termina par l’anéantissement presque complet de la population mulâtre et, en octobre 1804, Dessalines déclara son peuple vainqueur. Pour marquer l’occasion, il s’est déclaré «empereur à vie» d’Haïti.

La même année, Dessalines a demandé à ces Blancs qui avaient fui, de revenir et de contribuer à la reconstruction de l’économie. Un nombre étonnamment élevé de colons ont accepté son offre, mais ont rapidement découvert la nature de leur erreur.

Au début de 1805, la population noire s’est à nouveau soulevée contre les colons blancs revenus. Dessalines était impuissant à contrôler les foules, malgré les appels des colons blancs. Les Européens ont été traqués et, le 18 mars 1805, le tout dernier Blanc d’Haïti a été tué.

«Armée» haïtienne comique 1899. L’armée haïtienne en parade en 1899: une collection comique de «généraux» sans presque aucun soldat, comme le montre le livre Where Black Rules White (HH Prichard).

 

San Domingue, qui sous la domination française était autrefois la terre la plus riche de toutes les Caraïbes, est aujourd’hui une pagaille de pauvreté, d’anarchie et de chaos du tiers monde. Cet état de fait est encore plus significatif quand on considère que l’État indépendant d’Haïti n’a que trente-cinq ans de moins que les États-Unis d’Amérique.

C’est un contre-argument dévastateur à la théorie «environnementale» du développement – parce que si le temps et l’environnement étaient les seuls facteurs influençant la civilisation, Haïti, en théorie, devrait être aussi avancée que l’Amérique.

Haïti – Une nation du tiers monde. Une scène de rue en Haïti, 2009. Bien qu’elle n’ait que quelques années de moins que les États-Unis, Haïti est une nation du tiers monde. C’est parce que sa population est d’origine du tiers monde.

 

 

 

 

 

 

République française:Que cherchent Macron, Zemmour et Charlie Hebdo ?

Le président français a marché pour la deuxième fois sur un râteau et a sa longue manche en pleine gueule. Les produits français sont exclus des rayons des magasins arabes et turcs; têtes coupées au milieu des pandémies; beaucoup d’animosité, de colère, des bruits de guerre civile. Vous l’avez voulu, Emmanuel Macron! Nous l’avons vu en 2015, pourquoi avez-vous rejoué le «Replay»? N’importe qui peut marcher, par erreur une fois, sur un râteau, mais pourquoi répéter cette erreur? Ce n’est pas le signe d’un gars intelligent, à moins que cette réponse ne soit exactement ce qu’il voulait.

Macron est sûrement un gars intelligent. Il avait quelques bonnes raisons pratiques de provoquer les musulmans français. Il n’est pas un homme idéologique, il voulait voler l’électorat d’extrême droite de Mme Le Pen, qui est connus pour haïr les étrangers, en tête desquels l’importante population musulmane de la république. Les musulmans ne correspondent pas à l’image que le Français se fait de lui-même, un homme mince en imperméable avec un béret su la tête et une baguette sous le bras. Il n’a pas été difficile de mettre en colère cette population musulmane, puis de manifester la poigne de fer de Macron en traitant avec eux, et voilà! les électeurs nationalistes sont dans la poche du président français.

Emmanuel Macron et Justin Trudeau:2 politiciens vendus à la cause mondialiste et serviteurs des Rotschild!

Le replay a été lancé par Charlie Hebdo. Ce petit magazine satirique, de peu de valeur artistique, publie généralement des caricatures de mauvais goût et de caniveau. Il ne survivrait pas sans des subventions et des garanties gouvernementales. Ce magazine  est si mineur qu’il ne serait même pas remarqué sans les médias grand public qui colportent son message jusqu’à la dernière banlieue d’immigrants. Maintenant, il a republié des caricatures désagréables du prophète Mahomet. Les immigrés et leurs enfants n’ont pas apprécié cette insulte préméditée à leur foi. Pensez à ce qui se passerait si vous vous moquiez en riant de l’Holocauste en présence d’une personne juive et vous comprendrez. Même les personnes paisibles et calmes n’aiment pas être offensées. Cependant, la publication était de peu d’importance, par opposition au soutien public et bien couvert de Macron. Il a célébré positivement cette publication et ajouté quelques phrases bien choisies et offensantes contre l’islam. Il a sonné le tocsin.

Tartuffe serait fier de Macron qui a déclaré que Charlie Hebdo est le véritable porteur de l’esprit républicain français et de son amour pour la liberté d’expression débridée. Ce serait déjà assez mauvais si c’était vrai, mais ce n’est pas le cas. La France et le monde entier sont maintenant au milieu d’une énorme offensive contre la liberté d’expression. Facebook bannit les comptes et supprime les publications, Google interdit les sites, le vénérable Unz.com [qui publie le présent article] a été à la fois banni sur Facebook et sur Google. Le président Trump a ses tweets supprimés ou ajoutés avec un avertissement « sanitaire » sur Twitter. La nouvelle loi haineuse proposée en Écosse ferait un crime d’exprimer des opinions susceptibles de causer de l’inconfort même à l’intérieur des quatre murs de votre propre maison. Pendant longtemps, dire des «choses haineuses» dans l’espace public a été un crime, et au Royaume-Uni, cent mille «crimes haineux» sont commis chaque année, selon la police de la pensée.

La France mène l’assaut contre la liberté d’expression.
L’écrivain français Hervé Ryssen a été emprisonné pour avoir critiqué les Juifs ; Un tribunal français a condamné Alain Soral à payer 158.500 $ à une organisation juive pour avoir republié un livre vieux de 128 ans – disent les récents titres. La nouvelle loi française interdit le «discours de haine» sur les réseaux sociaux. La loi oblige les plateformes et les moteurs de recherche à supprimer les contenus offensants – y compris le sectarisme religieux – dans les 24 heures ou à risquer une amende pouvant aller jusqu’à 1,25 million d’euros. Cette loi et d’autres lois « haineuses » sont appliquées pour défendre les Juifs, mais étrangement elles ne défendent pas les sensibilités musulmanes ou chrétiennes. [1]

Le rédacteur en chef de Charlie Hebdo est au courant de ces lois discriminatoires et les approuve. Un journaliste de Spiked raconte l’avoir rencontré: « Biard [l’éditeur] n’est pas en faveur d’un discours non réglementé. Il soutient les lois françaises qui interdisent la négation de l’Holocauste et sont favorables aux lois sur le discours de haine. Il approuve les poursuites contre le comédien français Dieudonné, qui a été arrêté à plusieurs reprises pour avoir déclaré que la Shoah n’était pas importante. Vous ne pouvez pas parler contre les juifs, mais attaquer la foi des pauvres immigrés musulmans est parfaitement normal, car ce sont des gens sans importance, et ils devraient apprendre qui est leur patron et quelle est la vraie foi de leur nouvelle patrie (un indice: ce n’est pas le christianisme). S’ils créent des problèmes, c’est encore mieux car ils peuvent être durement frappés.« 

Théoriquement, il est illégal en France d’insulter les croyances musulmanes (ou chrétiennes). La Cour européenne des droits de l’homme en avait statué  explicitement dans un arrêt dans l’affaire Otto-Preminger-Institut c. Autriche: «Le respect des sentiments religieux des croyants garanti par l’article 9 peut légitimement être considéré comme violé par des images provocantes d’objets de vénération religieuse, de telles images peuvent être considérées comme une violation malveillante de l’esprit de tolérance, qui devrait également être une caractéristique d’une société démocratique. »

Dans l’affaire Wingrove c.Royaume-Uni:
«… Le respect des sentiments religieux des croyants peut devenir la base de la restriction légale par l’État de la publication d’images provocantes d’objets de vénération religieuse.»

Dans l’affaire Pussy Riot c.Russie: «Étant donné que la présentation des requérants a eu lieu dans une cathédrale, lieu de culte religieux, la Cour considère que l’ingérence (de l’État) peut être considérée comme ayant pour but légitime de protéger les droits des tiers. »

De telles activités devraient être illégales, mais ne le sont apparemment pas. Cette injustice est une source d’aggravation: lorsque des musulmans se sont plaint devant le tribunal des caricatures particulièrement viles de Charlie, le tribunal s’est moqué d’eux de manière grossière. Par contre, les juifs gagnent presque toujours lorsqu’ils vont au tribunal contre leurs dénigrants. (Nota: j’ai également été poursuivi par la LICRA, l’organisme juif français, tandis que mon éditeur français était financièrement ruiné par leur guerre juridique )

Ainsi, la France (comme le reste de l’Occident) a très peu de liberté d’expression, et l’affirmation de Macron selon laquelle les dessins animés de Charlie devraient être célébrés comme un signe de Liberté semble particulièrement hypocrite et fausse, comme celle de George Bush Ils nous détestent pour notre liberté.
Comme si cela ne suffisait pas, Macron approuve la méchanceté de Charlie envers les Français musulmans. Dans les écoles, une leçon a été consacrée à l’éducation des enfants à la pornographie grossière des dessins animés. Il a été affirmé (et je n’ai aucun moyen de vérifier) ​​que le professeur de français assassiné avait montré des dessins animés se moquant du Prophète chaque année depuis 2015, comme il l’a fait cette année après le discours de Macron. Il aurait ajouté un autre dessin animé pornographique et suggéré que les musulmans pourraient quitter la salle de classe s’ils ne voulaient pas être offensés. J’imagine les cris  si un enseignant avait suggéré aux élèves juifs de quitter la salle. Les parents musulmans bouleversés sont allés voir la police et se sont plaints. L’enseignant a déposé une contre-plainte pour diffamation. Il est difficile de juger maintenant si l’enseignant tué a agi comme il était obligé de le faire par les autorités, ou s’il était particulièrement zélé pour délivrer ses cochonneries aux enfants.

Un jeune de 18 ans d’origine tchétchène (il vivait en France depuis l’âge de six ans) l’a tué et l’aurait décapité, et aussitôt le tueur a été abattu par la police. Cela a créé une vague de panique en France, Macron et Le Pen se sont lancés dans une concurrence obscène dans leurs appels à « punir les musulmans ». Certains extrémistes musulmans auraient attaqué des fidèles dans une église de Nice et en auraient tué trois ou quatre personnes. Cela a été décrié comme une action sous fausse bannière, visant à terroriser les gens pour qu’ils acceptent le nouveau verrouillage, par un site français radical de premier plan qui a appelé au “refus de reconduction (ou nouveau verrouillage) comme le seul véritable acte de résistance dans ces pays en ces temps troublés« .[2]

Cela pourrait être un faux drapeau, car aucun groupe musulman n’en a accepté la responsabilité, et en plus, les services secrets français ont une tradition de tuer les auteurs qu’ils ont envoyés pour accomplir l’acte, et le meurtre des jeunes Tchétchènes correspond à leur façon de faire. L’acte terroriste suivant, la fusillade sur un prêtre grec orthodoxe à Lyon, a également été attribué à des musulmans assoiffés de sang, jusqu’à ce qu’on découvre que le criminel était un ancien moine orthodoxe ayant une certaine rancune personnelle contre le prêtre; puis l’attaque de Lyon est miraculeusement tombée dans un trou de mémoire.

Macron fermait alors toutes les églises de France; apparemment, le gouvernement voulait créer le contexte d’une guerre religieuse des chrétiens contre les musulmans. Encore plus obscure est la raison pour laquelle les rebelles / terroristes tchétchènes ont été amenés en France, ainsi que les réfugiés / terroristes syriens, libyens et afghans qui ont participé aux guerres civiles sanglantes sur leurs terres. Ils étaient certainement dangereux.

Nous savons que les services de renseignement britanniques ont utilisé des réfugiés libyens aux antécédents douteux pour continuer à se mêler des affaires libyennes, et deux terroristes, Salman et Hashem Abedi, ont fui la Libye avec l’aide du gouvernement britannique à bord du navire de la Royal Navy britannique, le HMS Enterprise, pour tuer et blesser de nombreux Britanniques en 2017 à Manchester. Nous savons que les Russes ont demandé l’extradition de présumés terroristes tchétchènes d’Angleterre et de France, mais Français et Britanniques ont , évidemment, refusé.

Il est peu probable que ces terroristes endurcis aient été amenés en Europe occidentale dans l’espoir d’en faire des citoyens exemplaires, ou pour des raisons humanitaires. Il est plus probable qu’ils ont été amenés exactement dans le but de créer un réseau souterrain terroriste, pour faire peur aux citoyens et les amener à obéir. Tout comme le coronavirus, mais d’une autre manière. Certaines personnes se font tuer, mais le but est atteint: de nouvelles lois et actions  antiterroristes sont promulguées et mises en œuvre; plus de surveillance est introduite. Les gouvernements et leurs services de sécurité veulent nous faire peur, et le terrorisme est un moyen fiable pour cela. Tout cela fait partie de la guerre que les élites mènent contre les nations et contre des démocraties trop peu fiables.

Les élites sont mécontentes de nous, le peuple.  Comme le dit Frank Furedi : «Le mépris des élites pour les personnes qui ne votent pas conformément à leurs souhaits est l’un des principaux moteurs de l’hostilité des élites envers la démocratie aujourd’hui.» Ces élites espèrent que «le coronavirus tuera le populisme», lisez: la démocratie, ajoute-t-il.

Vous pouvez faire confiance aux Russes politiquement incorrects pour le dire clairement. Le grand banquier russe Herman Gref dans son discours franc au SPIEF 2012 a déclaré ce que ses partenaires occidentaux pensent mais ne diront jamais: “Je veux vous dire que vous dites en fait des choses terribles. Vous proposez de transférer le pouvoir entre les mains du peuple. Mais si les gens savent tout, il sera extrêmement difficile de les manipuler. Les gens ne veulent pas être manipulés lorsqu’ils ont des connaissances. C’est pourquoi la Cabale a été un enseignement secret pendant trois mille ans. Tout contrôle de masse implique un élément de manipulation. Comment vivre, comment gérer une telle société, où tout le monde a un accès égal à l’information, tout le monde a la possibilité de recevoir directement des informations à moins qu’elles n’aient été traitées par des analystes gouvernementaux? Comment vivre dans une telle société? Votre raisonnement me fait peur. ”

Herman Gref avait reçu une injection d’un sérum de vérité, ont déclaré les gens après avoir entendu son discours franc. ( Ici en russe). Peut-être.

Peut-être que l’idée même d’une immigration massive en provenance des régions ravagées par la guerre était liée au désir des élites de déclencher une guerre civile de faible intensité dans leur propre pays tout en détruisant la cohésion sociale acquise par des siècles de vie commune.

Nous allons maintenant passer à une raison plus profonde pour laquelle Macron a décidé jeter de l’huile sur le feu toujours étincelant des conflits.

Eric Zemmour, juif algérien, est un idéologue courant du nationalisme d’extrême droite français. Voici un court article en anglais donnant un aperçu de l’homme. L’Irish Times l’appelle à tort «le fils des Pied-Noirs  juifs », qui ont émigré d’Algérie lors de son indépendance. Ce n’est pas le cas: les Pied-Noirs étaient des colons français en Algérie, tandis que Zemmour est un juif d’origine algérienne. Au lieu d’être un juif assimilé comme il le prétend, il est plutôt un crypto juif (un juif dissimulant): bien qu’il soit un défenseur de la France catholique, il va dans une synagogue, évite le porc et ne consomme que casher (lois alimentaires juives) chez lui, mais pas à l’extérieur. Il dit qu’il était de gauche jusqu’à ce qu’il « découvre » les musulmans et commence sa propre guerre raciste contre eux.
Il est, et a été, autorisé à dire d’énormes insultes racistes et xénophobes sur les chaînes de télévision françaises grand public pour lesquelles n’importe qui d’autre serait arrêté et emprisonné. Il appelle à mettre fin à l’immigration (ce qui est raisonnable) mais il ne s’arrête pas là, il recommande des déportations massives et appelle en fait à une guerre civile contre les citoyens musulmans français, tout en se présentant comme un défenseur de la France catholique.

Son adversaire officiel, l’idéologue de la France libérale, est Bernard Henri Levi, BHL, un autre juif nord-africain, qui a joué un rôle déterminant dans la création de guerres civiles en Syrie et en Libye tout en encourageant les fanatiques islamistes de ces terres à renverser les régimes socialistes ou nationalistes laïques. Il est partisan de l’immigration et vit une partie de l’année à Marrakech, au Maroc.

Ces deux Juifs conduisent la France à des conflits religieux, agissant des deux côtés de la fracture politico-sociale française. Cela nous rappelle  Rothschild et Trotsky, un banquier impitoyable et un révolutionnaire fougueux, qui ont provoqué des conflits de classe des deux côtés de la fracture sociale, comme le voyait GK Chesterton?

C’est le point de vue d’un auteur franco-marocain, Youssef Hindi, ami et collaborateur d’Alain Soral. Il a affirmé que les Juifs ont systématiquement infiltré les élites musulmanes et chrétiennes afin de stimuler des guerres destructrices entre musulmans et chrétiens, au profit des seuls Juifs, qui pourront ainsi s’installer en Terre Sainte, chasser les habitants d’origine et établir un empire mondial de nations obéissant à Jérusalem, qui est le contenu ultime du messianisme juif.
L’Occident et l’Islam de Hindi a pour légende «Les sources messianiques et la genèse du sionisme de l’Europe médiévale au choc des civilisations».
Selon Hindi, le sionisme n’a pas commencé avec Théodore Herzl mais a des racines profondes dans l’eschatologie kabbalistique du Moyen Âge, véhiculée et nourrie par des générations successives de sages, de mystiques et de faiseurs de miracles.

Un tel sage était Don Isaac Abravanel (né en 1437), sujet du livre de Benzion Netanyahou, père du Premier ministre israélien et figure culte pour père et fils. Il a lancé l’ère du messianisme juif, dit un écrivain du Haaretz . Son idée, absorbée et acceptée par Benjamin Netanyahou, était l’appel à une catastrophe apocalyptique, une «guerre des monstres» entre Gog et Armilus – symbolisant les ismaélites (musulmans) et la chrétienté (comme Abravanel l’a décrit, par exemple, dans son ouvrage «MayaneiYeshua ”). Cette guerre se conclura par un affaiblissement des deux côtés et la montée des Juifs à la domination mondiale, symboliquement appelée «la fête du Léviathan».

Karl Schmitt, le grand philosophe de son temps, a déclaré en 1942 que les Juifs apprécient la lutte mondiale colossale entre les monstres, Léviathan (Grande-Bretagne et États-Unis) et Behemoth (Allemagne): Ils se frottent joyeusement les mains en attendant l’attrition mutuelle qui permettrait aux Juifs de dominer le monde, ou «La Fête du Léviathan». La guerre entre l’islam et la chrétienté qui se prépare actuellement en France permettra-t-elle la prochaine fête du Léviathan?
Peut-être.
Avner Ben-Zaken, un penseur israélien, a écrit dans son excellent traitement du sujet ( ici en anglais ) que Benjamin Netanyahou, lui-même grand adepte du messianisme catastrophique et partisan de la guerre d’Edom et d’Ismaël comme clé du salut des Juifs , s’est rendu en France au lendemain du premier épisode de Charlie et a encouragé les dirigeants juifs français à agir en les qualifiant de «nouveau collectif Isaac Abravanel». Deux ans plus tard, les dirigeants juifs français ont nommé Emanuel Macron président de la République, explique un écrivain juif français bloguant sous le nom de Tsarfat (nom hébreu de la France).

Dans un long article détaillé , Tsarfat raconte l’histoire de quelques juifs éminents (Alain Minc, Serge Weinberg, Jacques Attali et Bernard Mourad) se portant garant de Macron avec David de Rothschild. En 2011, Macron est devenu associé junior chez Rothschild, gagnant un salaire substantiel. Il valait chaque centime – il a trompé Le Monde, il a trompé le président Hollande, il a trompé l’État français, il a fait tout ce que Rothschild exigeait de lui et en retour, il a obtenu la présidence de la République. Il était le nouveau roi nommé par le nouvel Abravanel. Il doit maintenant livrer la guerre entre la chrétienté et l’islam, pour la gloire suprême d’Israël.

Eric Zemmour, le fougueux porte-parole de l’extrême droite, commentateur avec son propre créneau aux heures de grande écoute sur une grande chaîne de télévision, est l’homme idéal pour mener la France (et l’Europe) psychotique (grâce à la panique de Corona) dans une guerre de religion entre la chrétienté et l’Islam. Dans la guerre, les deux principaux opposants seront brisés et affaiblis, tandis qu’Israël avec son judaïsme-pour-Goyim, le credo de l’Holocauste  aura le dessus.

Eric Montana, journaliste chrétien français a écrit : “Zemmour est un agent double au service du choc des civilisations et du mouvement sioniste qui alimente un climat de tension permanente en France. Zemmour s’emploie à provoquer la division et à alimenter le feu en criminalisant outrageusement certains de nos compatriotes de confession musulmane, mettant ainsi en danger la paix civile dans notre pays. Zemmour est un danger public qui, malgré ses nombreuses condamnations pour incitation à la haine raciale et religieuse, reste scandaleusement présent dans les médias, bénéficiant sans aucun doute d’une protection invisible à l’œil nu… mais pourtant bien réelle. ”

Au moins, on peut dire que les opposants aux musulmans ne sont pas chrétiens. Car le magazine Charlie Hebdo est explicitement anti-chrétien et anti-musulman. On y trouve des caricatures les plus odieuses offensant la Vierge et le Christ, ainsi que le pape et l’Église. (Ils n’ont jamais offensé les Juifs, d’une manière ou d’une autre).

Un gouvernement chrétien agirait comme les Russes. Il y a quelques années, Pussy Riot a profané le Saint-Sauveur de Moscou comme Femen avait profané de grandes cathédrales européennes, de Notre-Dame de Paris à Strasbourg . Le gouvernement russe n’a pas attendu que justice soit rendue contre les viragos, mais les a condamné jusqu’à deux ans de prison. Dans le même temps, le droit pénal russe a été modifié pour inclure le «sacrilège» parmi les crimes ordinaires, par consentement général. Depuis lors, de tels crimes ne se produisent plus.

Dans la France de Charlie Macron, les Femen dépouillant les églises n’ont jamais été punis; mais un marguillier qui a essayé d’empêcher cela a été condamné à une lourde amende. La France a une longue tradition anti-chrétienne, généralement qualifiée de «laïque» , et sa grande coalition anti-ecclésiale d’athées, de huguenots et de juifs a fusionné à l’époque de l’affaire Dreyfus. Elle a également une église catholique forte, mais qui n’appelle pas à une guerre avec les musulmans.

La vraie vision chrétienne des développements a été exprimée par l’archevêque Théodose Atallah Hanna de Sébaste en Palestine (il m’a baptisé en 2002). Il a condamné le ciblage des musulmans en France et dans le monde à travers des peintures et des dessins animés dégradants. «Le discours de haine vise à servir la politique de division pour vaincre. Les chrétiens et les musulmans doivent cimenter une culture de fraternité et de solidarité et nous devons travailler ensemble, plus que jamais pour vaincre tous les plans et complots qui visent à nous diviser et à créer la discorde dans nos rangs », a déclaré l’évêque palestinien.

PS Une grande attention est accordée à la manière exotique de tuer par les terroristes présumés. En fait, la décapitation est aussi française que la soupe à l’oignon. La guillotine était la méthode d’exécution nationale préférée (comme la chaise électrique aux États-Unis). Les Français ont décapité leur roi et leur reine. Pendant la bataille d’Algérie, les paras français ont joué au football avec des têtes de rebelles hachées. [3]. Napoléon avait introduit la décapitation au Moyen-Orient, et non l’inverse. Au cours de sa campagne en Égypte, le général Bonaparte ayant appris un soulèvement dans un village avait ordonné à son adjudant Croisier de s’y rendre, d’entourer toute la tribu, de tuer tous les hommes sans exception, et d’amener femmes et enfants au Caire. Ses ordres ont été exécutés rapidement. De nombreux enfants et femmes conduits à pied sont morts en chemin et, quelques heures plus tard, des ânes chargés de sacs sont apparus sur la place principale du Caire. Les sacs ont été ouverts et les têtes des hommes exécutés de la tribu coupable ont roulé sur la place, a écrit l’historien. Devrions-nous dire que le poulet est rentré à la maison pour se percher?

Source : Charlie Hebdo Rides Again (Charlie Hebdo remis en selle)
Par  Israel Shamir • November 2, 2020; The Unz Review

Macron incite à l’islamophobie pour en faire un fonds de commerce électoral

A des fins politiciennes, le président français incite à la haine à l’encontre les musulmans.

Emmanuel Macron a déclaré samedi sur la chaîne Al-Jazeera qu’il comprenait les sentiments des musulmans choqués par la diffusion de caricatures offensantes du prophète Mahomet et qu’il nuançait sa défense absolue des dessins. « Je pense que les réactions sont le résultat de mensonges et de déformations de mes paroles car les gens ont compris que je soutenais ces caricatures », a-t-il expliqué.
Il s’agit là d’une reculade pour le président français et d’une victoire pour la campagne de boycott des produits français qui a balayé une grande partie du monde islamique.
Mais ce n’est pas suffisant. M. Macron doit des excuses claires à 1,7 milliard de musulmans pour les insultes qu’il leur infligées dans leur foi. Ce serait avant tout dans l’intérêt de la France elle-même, car la blessure causée par son président est profonde et le mal est déjà fait.

Les hommes d’État sont censés se comporter de manière responsable, choisir leurs mots avec soin et éviter les actions qui mettent en péril la sécurité et la stabilité de leur pays. Mais Macron s’est plus comporté comme un fauteur de troubles, un chef de gang ou un semeur de haine religieuse que comme le président d’un pays qui se targue de son héritage des Lumières et dont l’économie, touchée par la pandémie du coronavirus, est en mauvaise posture.

Il aurait pu imiter la Belgique voisine, qui a licencié un enseignant qui avait montré ces images obscènes à sa classe de 10-11 ans. Ou il aurait pu réagir comme le Canadien Justin Trudeau, qui a déclaré que la liberté d’expression devait avoir des limites et que les Occidentaux devaient respecter les cultures des autres et essayer d’éviter de blesser leurs sentiments.

Au lieu de cela, l’obsession de Macron de gagner des avantages politiques nationaux l’a poussé à adopter une attitude colonialiste hautaine qui ne peut que nuire à l’économie et à la position internationale de la France.

Si quelque chose de bon est ressorti de sa rhétorique anti-islamique provocatrice, c’est qu’elle a uni les musulmans du monde entier, indépendamment de leur appartenance sectaire ou de leur couleur politique, dans une cause commune.

Le Koweït a donné l’exemple de ce qu’une action populaire concertée de ce type peut accomplir. Le contrecoup a conduit à la « suspension » du commerce bilatéral, évalué à 12 milliards de dollars par an.
Le potentiel de dommages supplémentaires est bien plus important, étant donné que les États du Golfe à eux seuls ont investi quelque 300 milliards de dollars en France.

Nous mentionnons ces chiffres parce que nous savons que rien ne préoccupe et ne blesse plus les États capitalistes occidentaux que d’être frappés à leur porte-monnaie. C’est la raison pour laquelle Macron a décidé de commencer à faire machine arrière dans une tentative désespérée de désamorcer la crise et de limiter les dégâts.

Mais sa démagogie raciste et sa myopie politique ont déjà provoqué un énorme schisme entre son pays et le monde islamique, qu’il faudra des années pour combler. La première étape, et la plus importante, pour y parvenir est de présenter des excuses claires et nettes.

Par Abdel Bari Atwan,
rédacteur en chef du journal numérique Rai al-Yaoum. Il est l’auteur de L’histoire secrète d’al-Qaïda, de ses mémoires, A Country of Words, et d’Al-Qaida : la nouvelle génération.

Source et Traduction : Chronique de Palestine – Lotfallah

Version originale : 1° novembre 2020 – Raï al-Yaoum


NOTES 

Rappel :  Incroyable : Macron fait coïncider le début de la levée du confinement avec la fête juive de Lag Baomer (fin d’une épidémie)

“Le confinement le plus strict doit encore se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai”, a déclaré Emmanuel Macron. “Le lundi 11 mai ne sera possible que si nous continuons d’être civiques, responsables, de respecter les règles et que si la propagation du virus a effectivement continué à ralentir”, a-t-il ajouté. Le 11 mai tombe au même moment que la fête juive du Lag Baomer qui célèbre la fin d’une épidémie qui décima les disciples du grand sage Rabbi Akiva.

Le Talmud relate que, dans les semaines entre Pessa’h et Chavouot, une épidémie frappa les disciples du grand sage Rabbi Akiva “parce qu’ils ne se comportaient pas avec respect les uns envers les autres” ; ces semaines sont donc considérées comme une période de deuil, ce qui implique que certaines formes de réjouissances y sont interdites par la loi et la tradition. Le jour de Lag BaOmer, l’épidémie cessa.

[1] « Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. » Voltaire

[2] La politique du pire: attentat sous faux drapeau à Nice et dans d’autres pays pour faire passer le confinement

l’État profond en France poursuit la politique du pire. Après avoir fomenté un attentat à Bab al-Hawa à la frontière entre la Syrie et la Turquie, puis un attentat à Khost en Afghanistan, demeurés sans impact médiatique en Hexagone, il passe à l’action en France en visant un lieu symbolique, une église dans un ville dont l’exécutif est totalement acquis à la secte au pouvoir.

Cette attaque au couteau selon la narration de la propagande officielle est trop flagrante et démontre la volonté du pouvoir d’Etat français à terroriser les population pour faire passer par la force un reconfinement qui ne passe pas et qui corrobore la grande manipulation autour du COVID-19.
Les églises n’ont jamais été une cible des islamistes mercenaires de l’OTAN mais il semble que la secte de Macron veut attiser tous les faux clivages possibles à défaut de les créer de toutes pièces. Macron sera le fossoyeur d’une république en fin de vie.
C’est une opération de diversion qui ne sera pas la dernière pour un pouvoir en plein dérive dictatoriale et criminelle au profit d’un ordre mondial en perte de vitesse.
Face à cette réincarnation du régime de la Terreur, lequel a été derrière plus d’un génocide en France et ailleurs, il faut absolument refuser le reconfinement.
Le refus du reconfinement est le seul acte de résistance réel en ces temps troublés.

Source : Strategika51

 [4] La France en Algérie. Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
Quand la France affichait fièrement des maghrébins décapités
Les guillotinés des guerres françaises en Algérie

« Dès lors qu’on avait arrêté quelqu’un, il fallait qu’il soit coupable. Quand une bombe avait éclaté, si on attrapait un type et qu’on trouvait qu’il avait la tête du client, on ne s’en embarrassait pas plus », témoignage de Jean-Claude Périer, membre du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) en 1956.

FRANCE : des primes pour « décapitations d’indigènes »
« … Un plein baril d’oreilles… Les oreilles indigènes valurent longtemps dix francs la paire et leurs femmes, demeurèrent comme eux d’ailleurs, un gibier parfait… » (1). C’est en ces termes choisis qu’un général français racontait les exploits de ses troupes pendant la guerre de conquête de l’Algérie (2).
 «… Tout ce qui vivait fut voué à la mort… On ne fit aucune distinction d’âge, ni de sexe… En revenant de cette funeste expédition plusieurs de nos cavaliers portaient des têtes au bout de leurs lances… ».

 

 

Élections Américaines 2020:Un pays divisé, une élection en suspens :la guerre civile va pouvoir se faire entendre

Les deux candidats ont été fidèles à ce qu’on aurait pu attendre d’eux : le démocrate Joe Biden a appelé à compter toutes les voix, et le président Donald Trump a crié victoire avant même que le dépouillement soit terminé.

Le candidat démocrate Joe Biden (à gauche) et le candidat républicain, Donald Trump (à droite).

Après s’être prématurément déclaré vainqueur sur Twitter, le président Trump a martelé son message devant les caméras de télévision peu avant 2 h 30 du matin, utilisant une rhétorique défiant les normes démocratiques.

Annoncé de façon solennelle et faisant son entrée sur l’hymne présidentiel «Hail to the Chief» – le salut au chef –, il a dénoncé une «fraude contre notre nation» et a accusé ses adversaires de vouloir voler l’élection. Il s’est targué, sans pouvoir le savoir, d’avoir une avance qui ne pourrait être rattrapée, alors que des millions de voix restent à compter.

«Des millions et des millions de personnes ont voté pour nous», a déclaré le président devant des centaines de personnes réunies pour célébrer dans la salle Est de la Maison-Blanche. «Un très triste groupe de personnes tente de priver ce groupe de ses droits.»

Se tenant devant plusieurs drapeaux américains, il a déclaré qu’il se tournerait vers la Cour suprême pour arrêter le dépouillement des votes qui n’ont pas encore été comptés.

Contrairement à ce qu’affirme le président Trump, les États poursuivent toujours leur dépouillement les jours suivants le vote. Les projections des médias traditionnellement annoncées en soirée lorsqu’une tendance claire se dessine ne sont que cela : des projections basées sur les résultats partiels en fonction du profil des États et des districts.

Tout inusitée qu’elle soit, la réaction du président était prévisible : sa campagne avait signalé ses intentions au cours des derniers jours.

À ses côtés, le vice-président Mike Pence s’est montré plus prudent. «Alors que les votes continuent d’être comptés, nous allons rester vigilants, comme l’a dit le président. Le droit de vote est au centre de notre démocratie depuis la fondation de cette nation. Nous allons protéger l’intégrité du vote.»

Prenant brièvement la parole avant son adversaire, Joe Biden a appelé à la patience, rappelant que les résultats n’avaient pas été annoncés dans plusieurs États, notamment dans trois États de la région des Grands Lacs, le Wisconsin, le Michigan et la Pennsylvanie, qu’il s’est dit confiant de remporter.

Le candidat démocrate Joe Biden s’est adressé aux militants en compagnie de son épouse Jill Biden, à Philadelphie, le 4 novembre 2020.

À 6 h 30 HE, il restait encore un nombre important de bulletins de vote à dépouiller et plusieurs grands électeurs d’États clés à attribuer.

«Ce n’est pas à moi ou Donald Trump de décider qui gagne cette élection. C’est aux Américains de le faire», a lancé l’ancien vice-président, pressentant les intentions de son rival.

Après le discours de Donald Trump, la campagne de Joe Biden a d’ailleurs dénoncé une déclaration «scandaleuse, sans précédent et incorrecte», martelant que le comptage dans les États se poursuivrait et que le droit constitutionnel des électeurs à voir leur vote pris en compte serait respecté, conformément à la loi.

«Si le président va de l’avant avec ses menaces d’aller devant les tribunaux, nous avons des équipes d’avocats prêts à contrer ses efforts. Et ils l’emporteront», a-t-il assuré.

Les gouverneurs du Wisconsin et de la Pennsylvanie, tous deux démocrates, ont eux aussi assuré que toutes les voix seraient comptées. Même des alliés du président, comme l’ancien gouverneur républicain du New Jersey Chris Christie, ont pour leur part averti qu’il était trop tôt pour revendiquer la présidence.

Après que Donald Trump eut proclamé «une grande victoire» sur Twitter, accusant les démocrates de vouloir «voler l’élection», le réseau social a d’ailleurs rapidement sévi, accolant à son message un avertissement indiquant que le contenu était «contesté» et potentiellement «trompeur».

Chronique de poursuites annoncées

 Le président des États-Unis et candidat républicain, Donald Trump, a prononcé un discours aux petites heures du matin, mercredi.
Le président des États-Unis et candidat républicain, Donald Trump, a prononcé un discours aux petites heures du matin, mercredi.

 

Au cours des derniers jours, le président Trump n’avait laissé planer aucun doute sur ses intentions, indiquant que les avocats de sa campagne lanceraient les procédures «dans la nuit, dès que cette élection va être terminée».

À l’origine d’une avalanche de poursuites entamées ces derniers mois pour limiter le vote postal dans plusieurs États, les républicains entendent poursuivre leur croisade dans plus d’un État, par exemple au Nevada et en Pennsylvanie.

Dans cet État, ils comptent revenir à la charge, après avoir été déboutés en Cour suprême, pour faire rejeter tous les bulletins de vote portant le cachet de la poste en date du 3 novembre qui arriveront avant vendredi.

L’espoir d’une vague bleue s’est brisé

Une victoire du démocrate Joe Biden dans des États traditionnellement républicains du Sud, qui semblaient à portée de main, aurait mis fin au suspense dès mardi soir, avant même que les résultats dans la région du Midwest ne soient connus. Mais le scénario d’un balayage espéré par les démocrates – et que les sondages n’excluaient pas – ne s’est pas concrétisé, pas plus que celui de la reconquête du Sénat.

La lutte dans la Sun Belt a cependant été plus âprement disputée qu’il y a quatre ans, mais en bout de ligne, cela s’est avéré insuffisant pour marquer des gains.

Selon les projections des médias américains, le président conservera dans le giron républicain l’Ohio, qui fait historiquement figure de baromètre, ainsi que l’Iowa, la Floride et le Texas.

Misant sur la démographie changeante du Texas, les démocrates anticipent depuis longtemps le moment où ce poids lourd électoral, avec ses 38 grands électeurs, basculera dans leur camp, mais ce n’est pas cette année qu’ils auront décroché leur Saint Graal.

Même la Floride, quintessence de l’État pivot, leur a échappé. L’avance républicaine semble attribuable à l’augmentation de ses appuis par rapport à 2016 au sein de la communauté hispanique de la région de Miami, particulièrement la communauté cubaine, qui s’est montrée sensible au message antisocialiste mis de l’avant par le président.

Joe Biden semble cependant en bonne position en Arizona, l’État de la Sun Belt traditionnellement républicain qui était d’ailleurs le plus susceptible de devenir bleu. À l’exception de 1996, les républicains ont remporté cet État depuis 1952.

Il est également en avance au Nevada, où le comptage a été suspendu jusqu’à jeudi matin. Dans cet État qui a automatiquement envoyé un bulletin de vote par la poste aux électeurs inscrits, les voix exprimées aux bureaux de vote ainsi que les bulletins de vote postaux ont tous été comptées à l’exception de celles arrivées après le 2 novembre.

Avec des résultats partiels, Donald Trump mène en outre en Caroline du Nord et en Georgie, selon l’Associated Press.

Plus au nord, Joe Biden a par ailleurs remporté le New Hampshire, le Minnesota ainsi que le deuxième district du Nebraska un des deux seuls États à attribuer des grands électeurs au gagnant des districts. Le camp Trump croyait initialement être en mesure de remporter ces deux États, qui, en 2016, avaient accordé à Hillary Clinton ses victoires les plus minces, mais les sondages montraient qu’ils semblaient hors d’atteinte.

Dans l’est du pays, il reste encore le deuxième district du Maine à octroyer.

Jusqu’ici, selon les projections de Radio-Canada, le démocrate cumule 238 grands électeurs et le républicain en a pour sa part 213.

D’après ABC News, Joe Biden recueille jusqu’ici plus de 68 millions de voix et Donald Trump, 2,5 millions de moins.

Les regards se tournent vers les Grands Lacs

Si la tendance se confirme dans les États de la Sun Belt, la bataille se transporte donc dans la région du Midwest, où plusieurs États continuent à compter leurs votes postaux.

Pour l’instant, Donald Trump mène au Michigan et en Pennsylvanie, et Joe Biden au Wisconsin.

Ironiquement, la balle est entre autres dans le camp de ce trio d’anciens bastions démocrates qui avaient livré la présidence à Donald Trump en 2016.

Dans ces États, l’avance de Donald Trump était prévisible, car, contrairement à d’autres, comme la Floride ou l’Arizona, ils n’ont pas commencé à compter les votes postaux, dont le traitement est plus long, avant mardi matin et ont d’abord procédé au décompte des votes exprimés en personne.

Il était donc déjà établi que les résultats liés au vote postal, viendraient plus tard.

D’emblée, les résultats dans le Wisconsin n’étaient pas attendus avant la matinée, et il était déjà prévu que le décompte des votes postaux au Michigan et en Pennsylvanie, entre autres, irait au lendemain de l’élection, voire aux jours subséquents, tout comme au Nevada.

Les sondages et les données montrent que les démocrates, davantage préoccupés par les risques de la COVID-19, ont été beaucoup plus nombreux que les républicains à poster leur bulletin de vote.

Ce n’est pas le suffrage populaire qui importe, car les électeurs ne votent pas directement pour le président, mais pour des intermédiaires, connus sous le nom de «grands électeurs». Ces derniers forment le «Collège électoral», composé de 538 grands électeurs répartis dans les États.

À cause de ce système, Hillary Clinton, en 2016, avait recueilli près de trois millions de voix de plus que son adversaire, mais mordu la poussière.

Les Américains avaient, à la surprise générale, envoyé à la Maison-Blanche le candidat républicain, vedette de téléréalité et magnat milliardaire de l’immobilier, provoquant une onde de choc ébranlant les États-Unis et le monde.

Quatre ans plus tard, il pourrait de nouveau déjouer les pronostics. Mais les dés ne sont pas encore jetés.


« Nous avons gagné cette élection » : Donald Trump revendique la victoire malgré des résultats incomplets

 

Alors que les résultats de l’élection américaine se font toujours attendre, Donald Trump n’a pas hésité à revendiquer la victoire finale lors de sa prise de parole depuis la Maison-Blanche, ce mercredi 4 novembre au matin.

La tension monte outre-Atlantique. Alors que les résultats de l’élection américaine se font longuement attendre, Donald Trump s’est finalement exprimé depuis la Maison-Blanche, peu de temps après l’allocution de son homologue démocrate Joe Biden dans le Delaware. Un discours au cours duquel l’actuel pensionnaire du Bureau ovale a notamment revendiqué la victoire et dénoncé des « fraudes » dans le scrutin.

« Des millions de personnes ont voté pour nous »

« Je veux remercier le peuple américain pour son soutien, des millions et des millions de personnes ont voté pour nous ce soir », a commencé Donald Trump, quelques dizaines de minutes après avoir accusé les démocrates de vouloir « voler » l’élection sur Twitter. « Les résultats sont phénoménaux », a-t-il ensuite annoncé.

Après avoir énuméré les États où le camp républicain est d’ores et déjà sorti victorieux, Donald Trump a prédit d’autres triomphes en Géorgie et en Caroline du Nord, deux États dans lesquels les décomptes sont toujours en cours.

« On a gagné au Texas de 700.000 voix. On va clairement gagner en Géorgie, on a 2,5 points d’avance avec 7% des voix. On a gagné en Caroline du Nord, 1,4 points avec plus que 5% à dépouille, il ne peut pas nous rattraper. »

« En Pennsylvanie nous gagnons d’une marge significative. Nous avons 690.000 voix d’avance, ce n’est même pas une bataille. Avec 64% des voix déjà comptées, ils ne pourront pas nous rattraper », a-t-il poursuivi concernant l’un des derniers « swing states ».

« Nous n’avons même pas besoin de l’Arizona (pour remporter l’élection) mais il y a une bonne possibilité pour qu’on l’emporte », s’est-il ensuite félicité.

Trump revendique la victoire

Le candidat Trump s’est ensuite attaqué à de possibles « fraudes » qui pourraient avoir entaché le scrutin, et a même annoncé son intention de saisir la Coup suprême :

« C’est de la fraude, c’est une honte pour ce pays. Tout s’est arrêté alors que nous allions fêter. Il faut garantir l’intégrité de cette élection. Nous souhaitons que la loi soit appliquée correctement. Nous irons à la cour suprême, nous souhaitons que les votes soient arrêtés. C’est un moment très triste pour moi. »

Pour conclure sa prise de parole, le président américain a tout bonnement revendiqué la victoire finale. « Nous avons gagné cette élection », a-t-il assené à plusieurs reprises.


Les Etats-Unis à la croisée des chemins

L’Empire (ou monarchie) britannique a été créé par des intérêts rentiers et financiers qui ont consolidé leur mainmise sur la monarchie anglaise avec l’accession au trône du roi George Ier. Dès lors, l’établissement d’une république indépendante en Amérique du Nord devint l’intérêt et la cause commune de toutes les forces républicaines et patriotiques européennes. Ces forces, surtout en France, mais également en Allemagne, en Italie, en Angleterre, etc. – s’unirent alors pour contribuer au succès de l’indépendance des États-Unis. S’ils sont devenus une république indépendante, c’est uniquement grâce à la direction et au soutien de l’Europe pour cette cause. L’intention des Européens, jusqu’à la Révolution française, et encore à ses débuts, était que la France devienne un deuxième État-nation, une République modelée sur les principes définis par la Déclaration d’indépendance et la Constitution fédérale américaine.
Intervention de Dennis Speed, porte-parole du Comité d’action politique Lyndon LaRouche (LPAC), lors de la journée de mobilisation de Solidarité & Progrès, le 19 septembre 2020.

 

Tout d’abord, permettez-moi de vous saluer. Ici, sur la côte est des Etats-Unis, c’est un peu tôt… J’ai toujours aimé l’idée de parler à 4 ou 5 heures du matin à Paris, mais plutôt en étant sur place ! La dernière fois que j’ai eu l’occasion de le faire, c’était il y a 36 ans, il serait donc temps que cela se reproduise. J’espère que cela se fera dès que les circonstances le permettront et que nous pourrons nous rencontrer.

Je voudrais vous saluer au nom de tous ceux pour qui l’Amérique n’est pas « un lieu » mais « une idée ». Mais pas une idée de « changement de régime » ! Ce n’est pas l’idée de répandre la démocratie à la pointe du fusil, ou d’un drone. C’est l’idée que les citoyens d’une nation, quelle qu’elle soit, puissent s’unir pour former une union plus parfaite, un symposium de créativité infinie (et de productivité), incarnée par le progrès scientifique et technologique et la célébration de la capacité mentale à exprimer cette créativité via le théâtre, la musique et les arts.

J’ai choisi ce court extrait d’un clip vidéo de Lyndon LaRouche, parce que j’aime toujours être précédé et accompagné par lui. Cela permettra de cadrer l’échange que je vais avoir avec vous en dessinant un contexte plus précis.

[vidéo, conférence de l’Institut Schiller, 2 septembre 2000]
LYNDON LAROUCHE :

 

 

L’Empire (ou monarchie) britannique a été créé par des intérêts rentiers et financiers qui ont consolidé leur mainmise sur la monarchie anglaise avec l’accession au trône du roi George Ier. Dès lors, l’établissement d’une république indépendante en Amérique du Nord devint l’intérêt et la cause commune de toutes les forces républicaines et patriotiques européennes. Ces forces, surtout en France, mais également en Allemagne, en Italie, en Angleterre, etc. – s’unirent alors pour contribuer au succès de l’indépendance des États-Unis. S’ils sont devenus une république indépendante, c’est uniquement grâce à la direction et au soutien de l’Europe pour cette cause. L’intention des Européens, jusqu’à la Révolution française, et encore à ses débuts, était que la France devienne un deuxième État-nation, une République modelée sur les principes définis par la Déclaration d’indépendance et la Constitution fédérale américaine.
Le règne de la « Terreur » de 1789 (du 14 juillet 1789 jusqu’à la décapitation de Robespierre et de Saint-Just cinq ans plus tard) a démoralisé l’Europe et isolé les États-Unis, qui n’avaient plus d’amis en Europe, ou du moins de grands défenseurs de l’État-nation.
Les États-Unis se remirent de cet isolement avec la défaite infligée par le président Abraham Lincoln à la Confédération, cette entreprise fantoche qui, comme la Terreur jacobine en France, avait été orchestrée depuis Londres.
Plus précisément, la Terreur jacobine fut orchestrée par Jeremy Bentham, sous la direction du comte Shelburne, le premier chef du service de renseignement secret du ministère britannique des Affaires étrangères, c’est-à-dire le « Comité secret ». (…) L’objectif était de détruire le principal allié des États-Unis, la France.

[fin de l’extrait vidéo]

DENNIS SPEED :

La complexité de l’histoire contemporaine des États-Unis est, une fois de plus, liée à celle de la France. J’ai pensé que cet extrait était particulièrement approprié, parce que, pour comprendre ce qui se passe actuellement aux États-Unis, il est utile d’avoir cette vision complexe, comme si on voyait les choses depuis le sommet d’une montagne. On doit les voir du point de vue de ceux qui ont conspiré et travaillé ensemble pour permettre aux États-Unis de voir le jour. L’Amérique d’aujourd’hui est infestée par le même type de synarchie qui saborda la promesse de la Révolution française, et je fais ici allusion à cette entente entre le monde financier, les services secrets, certains juges et parfois aussi des églises, qui forment une sorte d’État parallèle, ou de « gouvernement secret ». C’est cette forme de gouvernement oligarchique qui domine aujourd’hui.

Aux Etats-Unis, on a affaire à cela depuis le 22 novembre 1963, lorsque, malgré les mises en garde que lui avait adressées le président Charles de Gaulle, le président Kennedy fut assassiné par l’entremise de forces militaires traîtresses.

Ces forces ont également tenté de tuer de Gaulle, qui échappa à une trentaine de tentatives d’assassinat, et les personnes impliquées dans l’assassinat de Kennedy ont été retrouvées à Montréal, mais aussi en Espagne et dans d’autres endroits.

 

 

Les Etats-Unis ont eu quatre de leurs présidents assassinés : Kennedy en 1963, William McKinley en 1901, 62 ans plus tôt, James Garfield en 1881, 20 ans avant McKinley, et puis le président Abraham Lincoln, assassiné en 1865.

Si vous regardez ces quatre assassinats, ainsi que les tentatives manquées, comme celle contre Franklin Roosevelt deux semaines avant qu’il ne prenne ses fonctions en 1933, ils émanent tous de la même source.

Ils font partie d’un processus visant à empêcher les États-Unis d’incarner l’intention initiale, internationale, qui présida à leur fondation, non pas comme une sorte de république arriérée et sans intelligence, mais comme l’avant-garde des aspirations des peuples du monde entier.

Aujourd’hui, les mises en garde contre un coup d’État militaire, lancées par des personnes comme le colonel Richard Black ou d’anciens responsables de la National Security Agency (NSA) comme William Binney et Kirk Wiebe, tombent hélas trop souvent dans l’oreille d’un sourd. Pourtant, l’heure n’est pas à la partisanerie mais à la raison. Ainsi, quoi qu’on puisse penser de Donald Trump, cela n’a pas grand-chose à voir avec la présidence des Etats-Unis en tant que telle.

Nous sommes dans un contexte qui est bien compris, par exemple, par la Russie. Leur ministre des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, a accordé le 17 septembre une interview à Sputnik et lorsqu’on l’a interrogé sur les attaques contre la Russie de la part des États-Unis, il a déclaré :

Cela a commencé sous l’administration Obama. C’est lui qui disait, y compris publiquement, que les autorités russes avaient délibérément adopté une ligne de conduite visant à nuire aux relations entre Moscou et Washington. C’est lui qui parlait d’ingérence de la Russie dans les élections présidentielles de 2016…

Ainsi, alors qu’il aurait pu évoquer les tensions actuelles avec Trump, il ne l’a pas fait, et ce n’est pas anodin.

Je voudrais maintenant vous donner une idée de ce qui est arrivé aux États-Unis, en particulier depuis le 11 septembre 2001, il y a presque 20 ans. C’est alors qu’a commencé ce que l’on appelle parfois la « révolution dans les affaires militaires », un processus lancé par l’administration Obama (et l’administration Bush/Cheney avant lui). Ils ne voyaient la Russie que comme une puissance régionale et se croyaient même capables d’avoir le dessus en cas d’échange thermonucléaire avec elle. Leur doctrine, baptisée « Prompt Global Strike », est devenue entre-temps la politique nucléaire des Etats-Unis, ce qui est extrêmement dangereux. Elle fut mise en place par des gens associés à Wall Street et à la City de Londres, notamment par George Shultz et Felix Rohatyn, l’un étant associé au parti républicain et l’autre au parti démocrate. J’en reparlerai un peu plus tard.

Le malthusianisme

Le véritable objet de mes remarques d’aujourd’hui porte sur le changement de cap qu’a connu l’Amérique depuis 1963, parce que ce n’est qu’en comprenant ce changement que nous pourrons aborder les processus sous-jacents à la crise culturelle qui secoue ce pays, et que vous verrez s’exprimer à travers les élections du 3 novembre. Mais l’élection n’est pas le processus central. C’est peut-être l’événement crucial que les gens regardent, mais en réalité, il est lui-même déterminé par un processus de désintégration qui a atteint son point critique. S’il a été aggravé par l’arrivée du coronavirus, cela ne l’a pas non plus précipité, car c’était déjà une conséquence de la crise précédente.

Le scénariste Dalton Trumbo et son épouse Clea.

Je voudrais donc vous expliquer comment nous en sommes arrivés là, en vous donnant une idée de la façon dont cela fut perçu aux États-Unis par ceux qui y prêtaient attention, au cours des 50 dernières années.

Dix ans après l’assassinat de Kennedy, un scénariste du nom de Dalton Trumbo se rendit célèbre aux États-Unis parce qu’il avait été mis sur liste noire pendant l’ère maccarthyste des années 1950, soi-disant parce qu’il était communiste. Écrivant sous des pseudonymes, il reçut de multiples récompenses et remporta plusieurs Oscars. Il écrivit le scénario du film « Executive Action », qui portait sur l’assassinat de John F. Kennedy. Au cours du film, deux officiers militaires fictifs expliquent pourquoi ils pensent que Kennedy doit être assassiné.

Le vrai problème, James, c’est le suivant, dit l’un d’eux. Dans deux décennies, il y aura 7 milliards d’êtres humains sur la planète, la plupart d’entre eux étant basanés, jaunes ou noirs. Ils quitteront leurs zones de reproduction en essaim pour gagner l’Europe et l’Amérique du Nord. D’où le Vietnam. Tous nos efforts au Vietnam nous donneront le contrôle de l’Asie du Sud pour les décennies à venir. Et avec une planification adéquate, nous pouvons réduire la population à 550 millions d’ici la fin du siècle.

Cette discussion sur la réduction démographique se poursuit tout au long du film. Un an après sa sortie, un mémorandum secret a été rédigé, intitulé National Security Study Memorandum (NSSM) 200, avec pour sous-titre : « Les implications de la croissance démographique mondiale pour la sécurité des États-Unis et les intérêts des pays étrangers ».

Il ne fut déclassifié que beaucoup plus tard, en 1989, alors qu’il aurait dû l’être en1980. Le NSSM affirmait, en gros, qu’on a certains pays, notamment le Nigeria, le Mexique, le Bangladesh et d’autres, qui risquent de devenir une menace pour la sécurité nationale des États-Unis en raison de leur croissance démographique.

L’idée étant que pour les Américains, leur approvisionnement en ressources serait compromis par le fait que ces pays auraient tant d’habitants qu’il serait très difficile de les forcer à se défaire de leurs ressources ou à les exploiter. Ce problème se posait non seulement pour les États-Unis mais aussi pour les pays de l’OTAN.

Or, c’est à la même époque, en 1974, que LaRouche et ses associés dénoncèrent pour la première fois le caractère génocidaire des politiques du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale. Les pays d’Afrique, d’Amérique du Sud et d’Asie étaient alors considérés comme échappant à l’influence de l’Union soviétique comme à celle de l’OTAN.

Robert McNamara, qui était alors à la tête de la Banque mondiale, avait défendu l’idée que les habitants de ces régions n’avaient tout simplement pas de chance, qu’on devait reconnaître qu’une croissance démographique rapide dans ces régions ne serait tout simplement pas tolérable et, en fin de compte, que ces gens allaient mourir.

Nous (c’est-à-dire Lyndon LaRouche et son organisation) avions alors averti que si l’on mettait en œuvre les politiques du FMI et de la Banque mondiale, on irait jusqu’à provoquer « un holocauste écologique », notamment parce que l’on créerait des conditions telles que de nouvelles maladies et pandémies pourraient apparaître ou d’anciennes, revenir en force.

On peut penser que ce fut le cas, notamment avec l’apparition du sida, le syndrome d’immunodéficience acquise. Mais il n’y a pas que cela, et ce n’est pas seulement dû à la Banque mondiale et à Robert McNamara : il y a quelque chose qui fait partie de l’histoire de l’Amérique, et c’est de cela qu’il faut parler.

Racisme

 

Vous avez évidemment entendu parler des conflits raciaux et sociaux qui enflamment les États-Unis.

Pourquoi cela se produit-il et de quoi s’agit-il réellement ? Les gens tendent à reprendre comme seule vérité tout ce qu’affirme la mouvance Black Lives Matter. La réalité est plus complexe.

Aux États-Unis, le phénomène du racisme est intimement lié à l’émergence du mouvement « écologiste » et du mouvement pour le contrôle des naissances.

Je pense en particulier à Lothrop Stoddard, qui fut l’un des fondateurs de ce qu’on appelait d’abord la Ligue américaine du contrôle des naissances, puis le « Planning familial ».

Lothrop a aussi écrit un livre intitulé The rising tide of color against White World Supremacy (La marée montante de la couleur contre la suprématie du monde blanc).

Il y affirme (p. 92) :

Pour commencer, disons clairement que les peuples noirs n’ont pas de passé historique. N’ayant jamais développé de civilisation propre, ils sont pratiquement dépourvus de cette masse accumulée de croyances, de pensées et d’expériences qui rendent les Asiatiques si impénétrables et si hostiles aux influences blanches. Bien que la race blanche fasse preuve d’une puissance constructive soutenue à un degré inégalé, en particulier dans ses branches nordiques, les peuples basanés et jaunes ont grandement contribué à la civilisation du monde et ont profondément influencé le progrès humain. Le noir, au contraire, n’a pratiquement rien apporté. Livré à lui-même, il est resté un sauvage et, dans le passé, son seul vivier a été celui où les hommes basanés ont imposé leurs idées et modifié son sang. La force provenant de l’Europe et de l’Asie ne sont pas en lui.

Cette vision extrême, tout comme celle de Madison Grant, fut reprise par les nazis. En particulier, Stoddard élabora le concept de Untermensch (homme inférieur), repris et utilisé par les premiers eugénistes de l’Allemagne nazie.

Aussi, quand vous regardez les États-Unis, vous devez en rappeler les fondements constitutionnels. Stoddard est particulièrement important parce qu’il vient de l’université de Harvard, au Massachusetts, et qu’il représente le vrai visage du racisme en Amérique, non pas celui de policiers désorientés, ni de ces pauvres blancs des Appalaches qui se mettent une cagoule et une robe (attributs du KKK). Certes, ces gens sont problématiques. Mais le vrai visage du racisme en Amérique, c’est celui de l’establishment : il vient de Wall Street et de la City de Londres. C’est la première chose à comprendre, dans tout ce processus.

 

 

Je voudrais parler d’un autre individu dont vous ne connaissez peut-être pas le nom, mais qui est très important pour le mouvement écologiste. C’est lui qui instaura, il y a 50 ans, la « Journée de la Terre ». Il s’agit de Gaylord Nelson. Lorsqu’il a été interviewé il y a environ 20 ans, peu avant sa mort, il dit qu’il était déçu, parce que, je cite :

Le thème de la première Journée de la Terre était centré sur la compréhension que la croissance de la population américaine est le corollaire de la dégradation des ressources environnementales de notre nation. La plupart de ceux d’entre nous qui ont participé à la création du mouvement environnemental moderne, ont bien compris que nous ne pourrions atteindre les objectifs environnementaux fixés si les États-Unis ne commençaient pas rapidement à stabiliser leur population, et se gardaient de répéter le baby boom que nous venons de connaître.

Schultz et Rohatyn

Le milliardaire « vert » Mike Bloomberg, mécène inconditionnel de Joe Biden
et grand ami d’Anne Hidalgo, maire de Paris, félicitant son ami George Schultz.

 

(…) Je voudrais maintenant vous présenter un peu plus George Shultz et Felix Rohatyn, dont j’ai parlé plus haut.

George Shultz aura 100 ans en décembre. C’est un poids lourd de l’establishment américain depuis les années 1950. C’est également lui qui a organisé et composé l’administration de George W. Bush. Schultz a occupé quatre postes différents de haut niveau : ministre du Travail, secrétaire au Trésor, secrétaire d’État et directeur du Bureau de la gestion et du budget auprès du Président.

C’est lui qui orchestra le démontage des accords de Bretton Woods en 1971 en conseillant au président Nixon de mettre fin à la convertibilité du dollar en or. C’est également George Shultz qui fut la première grande figure du Parti républicain à demander la légalisation des drogues.

L’autre personnage qui nous intéresse s’appelle Felix Rohatyn. C’était un démocrate, et il est connu pour avoir conçu un programme supposé réorganiser les finances de la ville de New York, appelé la Municipal Assistance Corporation (Big MAC). De 1975 à 2008, ce programme a imposé une véritable dictature financière sur la ville.

En 2004, trois ans après le 11 septembre, tous deux participèrent à un forum conjoint au Middlebury College, dans le Vermont, pour discuter de la « révolution dans les affaires militaires ». Pour eux, au niveau de la défense, la nouvelle frontière, c’est la haute technologie, c’est-à-dire la cyberguerre, la guerre des drones, la guerre à distance.

Andrew Marshall

Cette haute technologie s’avèrerait également fort utile pour recouvrer les dettes au niveau international. Ils avaient différentes approches sur la façon de la mettre en œuvre, et pour y parvenir, ils se tournèrent vers Andrew Marshall, qui fut de 1973 à 2015 à la tête de l’Office of Net Assessment (ONA), chargé d’évaluer et d’accompagner l’arrivée des nouvelles technologies dans l’appareil militaire américain.

Historiquement, jusqu’en 1945, aux États-Unis, chaque fois qu’une guerre était terminée, on démobilisait les troupes. Cependant, avec l’arrivée de l’arme atomique et le largage de deux bombes atomiques sur le Japon, l’état de mobilisation devint permanent. Avec cela naîtra ce fameux « complexe militaro-industriel » contre lequel le président Eisenhower avait mis en garde à la fin de son mandat.

C’est précisément ce milieu que représentait Andrew Marshall. Depuis l’assassinat de Kennedy, ce complexe militaro-industriel cherchait à recréer les conditions d’un affrontement thermonucléaire. La notoriété de Marshall date des années 1973-74, l’époque où le NSSM 200 de Kissinger était au cœur de la politique américaine. Durant ses 42 ans à la tête de l’ONA, il accompagna une terrible transformation de l’armée américaine : d’abord, pour l’armée, la création d’internet, qui fut ensuite répandu dans le monde entier pour le contrôler. Ensuite, l’utilisation des drones, notamment pour opérer des assassinats ciblés. C’est en quelque sorte Andrew Marshall qui fut, dès 1973, l’architecte de notre monde. Votre – notre – addiction à internet et aux écrans n’est en quelque sorte rien d’autre qu’une extension de sa nouvelle « Révolution dans les affaires militaires ».

Tout cela pose la question majeure de la culture. Je veux parler de quelque chose qui est souvent évoqué mais jamais vraiment pensé : c’est le rôle de la contre-culture, en particulier le rôle d’Aldous Huxley. Il est, bien sûr, connu comme un auteur britannique, il a écrit plusieurs livres et passé beaucoup de temps aux États-Unis, à partir des années 1930 environ. Surtout connu comme le père ou le grand-père de la contre-culture, il est souvent considéré comme celui qui a bousculé le conservatisme américain par son plaidoyer en faveur de l’usage des drogues hallucinogènes.

En 1962, lors d’une conférence en Californie, Huxley déclara :

Il existera, dans la prochaine génération, une méthode pharmacologique pour faire aimer la servitude et créer une dictature sans larmes, une sorte de camp de concentration indolore pour des sociétés entières, de sorte que les gens se verront, en fait, ôter leur liberté, mais qu’ils s’en réjouiront plutôt, car ils seront distraits de toute volonté de se rebeller par la propagande et le lavage de cerveau, ou le lavage de cerveau renforcé par des méthodes pharmacologiques. Cela semble être la révolution finale.

Il y a un poème peu connu, écrit par un hippie américain pour promouvoir l’idée d’Huxley à l’époque. Cela dit, entre autres :

J’imagine un monde où l’écologie sera cybernétique, où nous serions libérés de tout travail, réunis à la nature, rendus à nos frères et sœurs mammifères, et tous surveillés par les machines de la grâce aimante.

Cette idée d’un monde bienfaisant de surveillance universelle était donc déjà popularisée en 1967. Elle n’est pas née avec l’avènement d’internet, ni avec l’affaire Snowden ou ce que nous voyons dans le travail d’Assange et d’autres. C’est un sujet qui a fait l’objet de discussions approfondies et qui fut posé comme une question culturelle. La Révolution dans les affaires militaires n’implique pas seulement de changer d’armes, mais aussi de changer l’état d’esprit, pas seulement des soldats mais de toute la nation. Et les drogues hallucinogènes et psychédéliques entrent dans ce cadre. On a, bien sûr, entendu parler de certains programmes (comme MK-Ultra [1], organisé par Alan Dulles et la CIA), y compris d’expériences secrètes avec la drogue en France dans les années 1950.

Ce sont ces différentes façons de manipuler et façonner l’esprit des peuples qui nous ont conduits là où nous en sommes.

Je voudrais évoquer une chose dont Lyndon LaRouche nous a parlé en 1999 et 2000. Certains d’entre vous se rappellent peut-être de la fusillade au lycée Columbine à Littleton, dans le Colorado.

Juste avant, un certain Amadou Diallo avait été abattu dans le Bronx, à New York. Alors qu’il s’apprêtait à sortir son portefeuille de sa poche pour présenter sa carte d’identité, les quatre agents de police lui ont tiré dessus 41 fois !

« C’est quelque chose d’entièrement nouveau », a dit LaRouche en apprenant ce qu’il s’était passé, et il parla alors d’une « nouvelle violence », du fait qu’on avait remplacé les policiers ordinaires par des « flics Nintendo », tout droit sortis de jeux vidéo ultra-violents, mais très répandus chez les jeunes dans les écoles. L’origine de cette « nouvelle violence » vient d’un certain type d’utilisation des ordinateurs, de la technologie informatique et de la dissociation mentale des esprits qui en résulte.

Eh bien, ce processus a infecté l’armée américaine, et c’est exactement à cela que l’administration Obama a passé son temps. C’est ce que l’on a vu avec le déploiement de drones par l’administration Obama, au Pakistan et ailleurs, et avec les séances d’assassinat du mardi , les soi-disant « actions anti-terroristes », qu’Obama organisait pendant son administration. C’est ce qu’on a vu dans son attitude vis-à-vis de la Libye, chez lui comme chez Hillary Clinton. Et c’est encore le même processus avec le printemps arabe.

Ainsi, de 2009 à 2017, période où Obama était à la Maison Blanche, ce processus s’est consolidé. Mais de quoi s’agissait-il vraiment ? Qu’est-ce qui avait changé aux États-Unis avec cette idée de « nouvelle violence » ? C’est l’image de l’homme que l’on avait changée. Or, en faisant cela, c’est la culture que vous changez, et en changeant la culture, vous pouvez dès lors changer toute la structure du gouvernement. Et c’est cela qui est en cours.

Maintenant, je voudrais aborder le sujet de Donald Trump. Il faut noter que le 7 septembre, jour de la fête du travail, Donald Trump a commencé à parler des militaires en disant :

Je ne dis pas que l’armée est amoureuse de moi, mais les soldats le sont. Les hauts responsables du Pentagone ne le sont probablement pas, parce qu’ils ne veulent rien faire d’autre que la guerre, pour que toutes ces merveilleuses entreprises qui fabriquent les bombes et les avions et tout le reste, continuent à être heureuses.

Cela provoqua un tollé et le lendemain, son porte-parole a précisa : « Le Président tient à bien faire comprendre que ses remarques visent le complexe militaro-industriel. »

Comme l’a fait remarquer une journaliste indépendante :

C’est vraiment énorme. Aucun président, aucun président américain depuis Eisenhower – et c’était en janvier 1961, il y a presque 60 ans – n’a jamais prononcé les mots ou l’expression ‘complexe militaro-industriel’. C’est ce que disent les gens qui sont devenus très critiques à l’égard des militaires, de nos engagements militaires dans le monde entier, de nos interventions à l’étranger, de notre politique de changement de régimes, de renversement des gouvernements. (…) Mais je ne pense pas qu’aucun président ait jamais prononcé cette phrase, à part Eisenhower. C’est vraiment un gros coup.

Le Président a donc défié le complexe militaro-industriel. A un moment où, comme la Russie le sait, il est fort possible qu’il y ait dans les prochains jours ou les prochaines semaines, une erreur de calcul pouvant conduire à la guerre. Il nous appartient de reconnaître que l’élection aux États-Unis a très peu à voir avec ce processus en soi. Le « coup d’État » contre la présidence américaine dont on a parlé, et la révolution qui s’est produite dans les affaires militaires, ont maintenant infiltré toute la politique américaine.

Nous verrons, au fil des jours, si le peuple des États-Unis a la capacité de réagir, non pas par idéologie ou par politique partisane, mais en essayant réellement de défendre son gouvernement et sa Constitution. Merci.

 


JOE BIDEN  DÉCLARÉ ÉLU PAR UNE FRAUDE MASSIVE

 

 

 

DOCUMENT IMPORTANT À LIRE

 

USA_-_Une_Liste_de_Fraudes_des_D_233_mocrates_2020_15_Pages_de_Preuves__33

 

 

Que se passe-t-il dans la tête de Macron? Sait-il ce qu’il fait? Que veut-il au juste?

Ces questions, tout le pays se les pose, à part peut-être quelques initiés ou commanditaires, les nantis comme les sans dents, surtout après l’annonce, toute en douceur et délicatesse, du second confinement qui va nous achever, avec l’habituel mélange lénifiant de vérités, de mensonges, de contradictions et d’autosatisfaction.

Entre parenthèses, et sans vouloir faire une comparaison hasardeuse qui pourrait me mener en prison, car notre élite adore la liberté d’expression tant qu’elle n’en fait pas les frais, notez que sous l’affabilité de Pol Pot, sous l’exquise courtoisie qui le faisait apprécier de tous, se cachait un idéologue psychopathe qui n’a pas hésité à sacrifier des millions de vie pour libérer son pays des séquelles physiques et morales de la colonisation, et restaurer son prestige passé, sur le modèle de la glorieuse civilisation de l’Empire d’Angkor. Je ne sais pas si Macron finira par faire autant de dégâts, cela dépend de sa réélection, mais nous savons désormais que sous ses manières doucereuses et son amabilité de surface, se cachent une grande dureté de cœur, un égoïsme triomphant et une totale absence de sens commun.

Pour revenir à nos moutons, c’est le cas de le dire, il fallait voir la tête des habituels suppôts du pouvoir réunis sur les plateaux TV à la fin du discours de leur maître vénéré. Ils étaient atterrés, assommés, incrédules et perplexes. Pour une fois, ils doutaient ; pour une fois, ils ne savaient plus quoi dire, mais on pouvait les entendre penser : Qu’est-ce que c’est que ça ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’est-ce qu’il fout ?

Trois hypothèses se disputent le terrain :

 

Macron est fou, comme semble le penser Erdogan qui lui a enjoint d’aller « faire des examens de santé mentale ». Il agit et réagit au gré de ses caprices déments, délirants, comme Néron autrefois, en profitant du pouvoir dictatorial que lui donne la 5ième République.

Macron est en mission, comme il l’a expliqué lui-même à un cinéaste en 2016:

« Est-ce vous êtes en mission?

– Oui! … Je n’ai jamais eu le sentiment que je faisais une carrière. Et depuis que je suis rentré dans le champ politique, je vis ça comme une mission.

– Il y a une dimension de spiritualité ? relance alors le réalisateur du documentaire, derrière la caméra, Pierre Hurel.

– Il y en a une. Et en tout cas la conviction qu’il existe une transcendance, oui. Quelque chose qui dépasse. Qui vous dépasse. Qui vous a précédé, et qui restera. »

— Macron veut tout simplement se faire réélire et il profite, au coup par coup et sans le moindre scrupule, de ce qui lui permet de se faire passer pour le Sauveur de la nation. Le COVID-19 est une opportunité formidable de mettre le pays au pas, de se dédouaner de tout le mal qu’il a fait aux Français et à la France en le mettant sur le dos de l’épidémie, et de distribuer des milliards d’argent magique à de potentiels électeurs, une forme de clientélisme à grande échelle.

Personnellement, je dirais que c’est un peu des trois, car il faut être fou pour se croire investi d’une Mission quasi divine et il faut détenir le pouvoir, et un pouvoir quasi absolu, pour espérer la mener à bien…

Depuis quelques temps, je lis l’Actu en continu du Collectif du même nom qui fait une revue de presse de gauche sur Mediapart.

Je me suis rendu compte que chaque édition de cette revue permettait au lecteur, d’avoir un très bon aperçu de la politique nationale et internationale. J’ai utilisé l’édition des 28 et 29 octobre 2020, pour construire cet article. Je me suis concentrée sur la politique intérieure française et vous verrez que cette seule édition nous apprend à peu près tout ce que nous devons savoir pour comprendre ce qui se passe en France et nous faire une idée assez précise de ce que notre mal-aimé président cherche à faire et pourquoi. J’ai utilisé les articles que j’ai trouvés dans la revue pour dresser un tableau, une sorte de grille de lecture, de la situation et des objectifs de Macron et de « L’aristocratie stato-financière » , comme Emmanuel Todd appelle les hauts-fonctionnaires qui dirigent le pays et dont Macron est la quintessence.

 

1. « L’aristocratie stato-financière » étend ses tentacules

Selon un article de l’IREF intitulé Quand les professions libérales implorent le joug de l’État « la machine macronienne poursuit pourtant de manière méthodique sa politique illibérale tendant à renforcer sans cesse l’emprise de l’Etat sur la société. »
Cette fois, ce sont les régimes d’indemnité maladie qui seront étendus aux professionnels libéraux. Macron en rêvait sans savoir comment y parvenir. Le COVID-19 lui en offre l’opportunité, au prétexte que « pendant la crise sanitaire, bon nombre de professionnels, tels des infirmières, des avocats, des architectes, ont été empêchés de travailler. »

2. « L’aristocratie stato-financière » se débarrasse des organismes de contrôle indépendants

Cette fois, c’est l’Observatoire de la sécurité des établissements scolaires. Le Café pédagogique s’en indigne en titrant : Ils ont osé !

3. « L’aristocratie stato-financière » ne respecte pas les lois

— Selon la Quadrature du Net, la police continue sa surveillance par drone malgré une interdiction :

« Malgré une interdiction prononcée par le Conseil d’Etat en mai dernier, la Quadrature du Net affirme que les forces de l’ordre continuent d’utiliser des drones pour capter des images lors de manifestations. Pour enjoindre le préfet d’arrêter cette pratique, l’association vient de déposer un référé devant le tribunal administratif de Paris. »

– Selon les Echos, les heures supplémentaires de la fonction publique ne sont toujours pas payées: 41,5 millions d’heures supplémentaires « stockées » dans la police et à l’hôpital selon la Cour des comptes.

4. « L’aristocratie stato-financière » continue de détruire méthodiquement les services publics

Le Café pédagogique, écœuré, en est réduit à faire de l’humour noir :

« « Choyée » par le gouvernement, « priorité » du président de la République, l’éducation connait pourtant une baisse constante dans la dépense du pays. C’est ce que montre une Note de la Depp. Elle ne représente plus que 6.6% du PIB national contre 6.8% en 2017 » et « le salaire statutaire des enseignants français du primaire et du secondaire est inférieur de 18% à la moyenne des pays OCDE. »

Selon le Dr Prudhomme interrogé par Le Média dans une vidéo intitulée COVID-19 : Nouveau naufrage sanitaire, en mars, il y avait 5000 lits de réanimation, malgré la promesse d’en avoir 12 000 lors de la « deuxième vague », il n’y en a toujours que 5000 et l’hôpital fonctionne toujours à flux tendus, c’est-à-dire sans réserves et sans stocks.

5. « L’aristocratie stato-financière » fait exploser la dette

« Les milliards de soutien à l’économie propulsent l’endettement de la France à des niveaux record. Dans quelle mesure cette dette est-elle gérable ? Faudra-t-il un jour rembourser tout cet argent ? » La réponse avec Jacques Sapir

Comme l’explique très bien Bastien Lachaud dans la vidéo : Pas de politique sanitaire sans solidarité sociale.

 

Source : La dette publique de la France a explosé depuis le confinement (détail), le 25 septembre 2020

Les tarifs augmentent « Gaz : une hausse de 1,6% des tarifs réglementés d’Engie en novembre » et se libéralisent :

« La loi prévoit l’extinction progressive d’ici à 2023 des tarifs réglementés de vente (TRV) du gaz. Engie a de ce fait cessé de commercialiser des contrats de ce type, mais continue pour l’instant d’appliquer ces tarifs aux consommateurs en bénéficiant déjà. À l’avenir, il ne restera plus que des offres dites de marché, aux prix fixés librement par les fournisseurs. »

Par contre, « Les règles du chômage partiel classique se durcissent à partir du 1er novembre. Les salariés et les employeurs seront moins bien indemnisés. C’est le deuxième tour de vis depuis le début de la crise. »

Et les mesures anti-pauvreté ne convainquent personne :

« Selon l’association ATD Quart Monde qui réclamait l’augmentation des minima sociaux, les choix de l’exécutif relèvent d’un “mépris” et d’une “logique éculée consistant à opposer les bons pauvres, à qui l’on donnerait un coup de pouce pour les aider à retrouver le marché de l’emploi, et les mauvais pauvres, à qui l’on distribuerait des miettes.

Pas davantage écouté par le gouvernement, Laurent Berger le secrétaire général de la CFDT, réclamait pour sa part une hausse de 100 euros du revenu de solidarité active (RSA) et la création d’“un RSA pour les jeunes” de moins de 25 ans. »

7. Pour faire passer la pilule, « l’aristocratie stato-financière » a une potion magique : le dialogue social

« Le dialogue social représente le meilleur antidote à la crise » titre BFM, citant « le chef du gouvernement » qui se tient prêt apparemment à endiguer « une vague de plans sociaux » (euphémisme néo-libéral pour licenciements et chômage), grâce à sa maîtrise parfaite de la communication.

8. « L’aristocratie stato-financière » a aussi des mercenaires zélés pour détourner notre attention

  • En nous faisant croire que c’est pire ou pareil ailleurs

Le Soir titre : Semi-confinement dans une Allemagne qui a perdu le contrôle du coronavirus » alors qu’en réalité l’Allemagne va fermer simplement ses restaurants et ses centres sportifs et culturels.

  • En nous faisant croire que le confinement a pour but de « sauver Noël »

Nous on a compris et on se soumet de bonne grâce, mais les Italiens qui sont des idiots irresponsables se rebellent.

  • En nous faisant rêver débout

Sur le proche démantèlement des GAFA : « La pression s’accroît pour que Google, Facebook ou Apple soient séparés en plusieurs entités pour limiter les entraves à la concurrence. Sur le papier, les solutions sont simples. Mais les géants de la tech vont se battre ». Sans blague ?

– Ou sur une UE unie et protectrice. L’UE propose un renforcement coordonné de la lutte contre le coronavirusselon la Tribune.

  • En nous désignant des boucs émissaires : les musulmans, cela va de soi et désormais les islamo-gauchistes, alors que le vrai coupable, c’est, comme dit Hervé Kempf, le « capitalofascisme, qui abandonne les idéaux républicains de liberté, d’égalité et de fraternité pour maintenir un ordre inégal, destructeur de la biosphère, et écrasant les libertés publiques. »

9. Le triomphe de l’hyper-capitalisme financier

Si « l’aristocratie stato-financière » incarnée par Macron, peut faire tout ce qu’elle veut, sans rencontrer d’opposition, n’est-ce pas parce que le monde de Macron, l’ordre mondial du 21ème siècle, a déjà triomphé, comme le dit Olivier Passet ?

« Nous ne sommes pas aujourd’hui à la fin d’un monde, mais bien à son apogée … Jamais le grand rêve de la finance de marché de reporter les risques sur les autres agents, et notamment sur les personnes et de s’immuniser contre les aléas de l’économie réelle n’a atteint un tel degré. Si l’on veut avoir une preuve, il suffit de regarder les cours de bourse et tout ce qui a été mis en œuvre pour obtenir un résultat aussi improbable … Les fonds de gestion d’actifs ont plus que jamais la main sur les choix d’investissement, autrement dit sur la construction du monde de demain. »

10. Alors c’est quoi la Mission de Macron ?

Ne peut-on pas conclure de tout ce qui précède que la Mission de Macron – et de l’aristocratie stato-financière française – est de nous « émanciper » de nos acquis sociaux, de nos protections sociales et de nos libertés, pour que, dépouillés de ces encombrants archaïsmes, nous puissions enfin entrer au paradis de « l’ordre mondial du 21ème siècle » qu’il nous a promis, un ordre dominé par le Grand Capital financier et technologique dans lequel nous serons tous ubérisés, vaccinés, tracés et robotisés pour notre plus grand bien ?

C’est la Mission quasi-transcendantale que Macron s’est donnée, et il l’accomplira quoiqu’il nous en coûte, soyez-en sûrs.

 

Voici les 39 Français les plus riches (en milliards de dollars) pour lesquels « Macron est en mission »  :

 Classement Prénom / Nom Fortune en  Mds Dollars Entreprise
#1 Bernard Arnault & family 76 LVMH
#2 Francoise Bettencourt Meyers & family 48,9 L’Oréal
#3 François Pinault & family 27 Kering
#4 Alain Wertheimer 17,1 Chanel
#5 Gerard Wertheimer 17,1 Chanel
#6 Emmanuel Besnier 12,7 Lactalis
#7 Patrick Drahi 7,1 Altice télécom
#8 Rodolphe Saadé & family 7 Transport et logistique
#9 Xavier Niel 6,1 Internet et télécom
#10 Alain Merieux & family 5,9 Industrie pharmaceutique
#11 Laurent Dassault 4,7 diversified
#12 Olivier Dassault 4,7 diversified
#13 Thierry Dassault 4,7 diversified
#14 Marie-Hélène Habert 4,7 diversified
#15 Jean-Michel Besnier 4,4 Fromages
#16 Marie Besnier Beauvalot 4,4 Fromages
#17 Marc Ladreit de Lacharriere 4,4 Finance
#18 Jean-Pierre Cayard 3,7 Liquoreux
#19 Vincent Bolloré & family 3,5 Investissements
#20 Mohed Altrad 3,3 Bétonnières
#21 Nicolas Puech 3,1 Hermes
#22 Carrie Perrodo & family 3 Huile
#23 Martin & Olivier Bouygues 3 Construction et médias
#24 Pierre Bellon & family 2,8 Sodexo
#25 Michel Leclercq & family 2,6 Decathlon
#26 Philippe Foriel-Destezet 2,5 Adecco
#27 Philippe Ginestet 2,2 Gifi
#28 Gilles Martin 2,2 Service de laboratoires
#29 Charles Edelstenne 2,1 Aviation
#30 Christian Latouche 2,1 Service de comptabilité
#31 Clement Fayat & family 1,6 Construction
#32 Bernard Fraisse 1,6 Fareva
#33 Louis Le Duff 1,4 Alimentaire
#34 Norbert Dentressangle 1,4 Transport et logistique
#35 Alain Taravella 1,3 Immobilier
#36 Anne Beaufour 1 Ipsen 
#37 Henri Beaufour 1 Ipsen 
#38 Francis Holder 1 Paul
#39 Edouard Carmignac 1 Société  de gestion

Pour terminer, quelques citations du génial Voltaire :

 « Partout les faibles ont en exécration les puissants devant lesquels ils rampent, et les puissants les traitent comme des troupeaux dont on vend la laine et la chair. »
   Voltaire, Candide, XX, p. 126 ULB

 « – Quoi! vous n’avez point de moines qui enseignent, qui disputent, qui gouvernent, qui cabalent, et qui font brûler les gens qui ne sont pas de leur avis? »
   Voltaire, Candide, XVIII, p. 110 ULB

– “L’art de gouverner consiste à prendre le plus d’argent possible à une catégorie de citoyens afin de le donner à une autre”

caricature musulmane de Macron…non-censurée!