Des découvertes récentes qui prouvent que nous devons ré-écrire l’histoire

Le problème avec l’histoire est que tout ce qui s’est passé avant le 20ème siècle a dû être écrit, et les gens sont de terribles témoins oculaires. Nous ne pouvons jamais vraiment savoir ce qui s’est passé même pendant des événements historiques très bien documentés comme The Alamo ou la bataille de Bosworth parce que les historiens embellissaient souvent les détails, enregistraient la fiction comme un fait ou écrivaient seulement ce que la classe dirigeante voulait savoir. Et avant que les humains n’aient développé une langue écrite, eh bien, tous ces moments sont perdus dans le temps, comme des larmes sous la pluie. (Merci,  Roy Batty.) Mais de temps en temps, de nouveaux détails alléchants émergent des archives archéologiques, ou d’un document précédemment négligé, ou même de l’ADN de quelqu’un. Et parfois ces détails sont si surprenants qu’ils changent complètement notre compréhension de l’histoire.


Certaines personnes modernes portent l’ADN d’autres espèces humaines

 

Nous savons depuis quelque temps que des gens génétiquement modernes se mêlent parfois à des Néandertaliens, et puisque les génétiquement modernes étaient probablement aussi responsables du génocide éventuel des espèces néandertaliennes, ces liaisons étaient probablement l’équivalent des hommes des cavernes de Montagues et de Capulet, seulement plus poilus.

De nouvelles preuves ont découvert qu’un tel mélange de différentes espèces humaines ne se limitait pas seulement aux Néandertaliens et aux Homo sapiens. Selon la BBC , à côté de nous, il y avait au moins quatre autres espèces d’hominidés vivant sur la planète Terre, y compris les Néandertaliens, les Denisovans (qui vivaient dans le sud de la Sibérie), un petit hominidé indonésien surnommé « le Hobbit ». , « et Homo naledi, qui a été découvert dans un système de grottes sud-africain en 2015.

L’ADN néandertalien est présent chez l’homme originaire d’Afrique et peut représenter 1 à 2% des génomes de ces individus . L’ADN de Denisovan fait son apparition dans les génomes des populations vivant en Asie de l’Est et en Océanie. Et en 2016, le généticien statistique Ryan Bohlender a révélé que les insulaires du Pacifique pourraient porter l’ADN d’un autre hominidé disparu. Il commence donc à se rendre compte que le mélange des espèces était loin d’être une affaire clandestine occasionnelle entre amants maudits – il est arrivé si souvent qu’il est possible que vous ayez personnellement votre mâchoire, votre odorat ou votre préférence pour traîner dans des grottes. un ancien ancêtre presque humain.

 

C’est un peu comme dire que Christophe Colomb n’a pas découvert l’Amérique ou que les chiens et les chats se ressemblent. À part oops, Columbus n’a pas totalement découvert l’Amérique , et certains chiens et chats se ressemblent, mais surtout dans les mèmes Internet. L’idée que les premiers Américains ont traversé le pont terrestre de Bering est bien aimée dans les classes d’histoire de l’école primaire, mais il y a de nouvelles preuves que ce n’est probablement pas vrai.

Une étude publiée en 2016 a souligné que lors de la première traversée, la Béringie n’avait pas les ressources nécessaires pour soutenir une importante population de migrants. Les animaux et les plantes n’ont commencé à se faire construire en Béringie que vers 12 600 ans et la première traversée a eu lieu il y a plus de 1 000 ans. Au lieu de cela, il est plus probable que les premiers migrants aient traversé les Amériques en voyageant le long de la côte du Pacifique, maintenant submergée.

Si vous êtes toujours totalement déçu que Beringia ne soit pas sur l’itinéraire des premiers Américains, ne vous inquiétez pas – il est tout à fait probable que d’ autres groupes aient utilisé cette route , bien plus tard.


Les guerriers viking pourraient être des femmes

 

Si vous êtes un fan de Vikings sur  History Channel, vous trouverez probablement cette information aussi déroutante que possible, parce que tout le monde sait que les jeunes filles bouclier étaient une chose, et Lagertha pourrait vous botter les fesses, par la façon. Si vous n’êtes pas un fan des Vikings , voici une preuve que Lagertha et ses cohortes de jeunes filles de bouclier ne sont pas seulement basées sur des choses dans les sagas vikings qu’un historien ancien ou un autre inventé au hasard.

Dans les années 1880, le squelette d’un guerrier viking a été déterré en Suède, et tout le monde a juste supposé que le squelette appartenait à un homme, principalement parce que Xena Warrior Princess n’atteindrait pas les ondes depuis plus d’un siècle. Le guerrier, qui a été enterré avec des armes, des boucliers, et deux chevaux, a aidé les historiens à imaginer ce que le guerrier viking par excellence pourrait être, sauf pour la partie où il était une elle.

Le New York Post a rapporté que le squelette est resté incorrectement sexué jusqu’à récemment, quand un ostéologue a remarqué les pommettes fines et les «os de la hanche féminins» et a décidé de faire une analyse d’ADN. Ce qu’ils ont découvert ne surprendra pas les fans de Vikings , mais en ce qui concerne la culture viking, les Vikings ne portent pas de casques à cornes à la grande échelle des informations choquantes sur les Vikings. Passons en revue: les guerriers viking pourraient être des femmes, et ils pourraient aussi être des chefs militaires. Donc, d’une certaine manière, les hordes viking étaient plus progressistes que nous.


Les dinosaures n’étaient pas à sang froid … ou à sang chaud, soit

Le mot « dinosaure » signifie « lézard terrible », et ce n’est pas parce que les dinosaures aimaient traîner dans les bars tard dans la nuit et utiliser des lignes de ramassage cheesy sur les dinosaures fille. C’est parce que les gens pensaient qu’ils étaient de gros lézards.

Lorsque les premiers fossiles de dinosaures ont été découverts dans les années 1600, personne ne savait vraiment quoi penser. Selon la BBC , le gardien du musée du XVIIe siècle Robert Plot a identifié un fossile comme l’os de la cuisse d’un énorme humain, preuve que des géants ont déjà marché sur la Terre. Cent ans plus tard, un autre gars est venu et a donné au fossile de Plot le malheureux nom latin Scrotum humanum, que vous comprendriez si vous regardiez l’illustration originale de Plot de sa trouvaille. Incidemment, dans les années 1990, deux scientifiques britanniques ont dû supplier la Commission internationale de nomenclature zoologique d’effacer définitivement le nom de la liste des dinosaures officiels, ce qui n’a absolument rien à voir avec cette histoire mais était trop beau pour être omis.

Dans les années 1850, les scientifiques savaient que les dinosaures n’étaient pas des humains gigantesques ou des scrotums terrifiants, mais ils ne pouvaient pas les imaginer autrement que trapus et bas au sol comme des iguanes. Et avec cette supposition est venue une autre: les dinosaures étaient des lézards, donc ils étaient de sang-froid. En 2014, quelqu’un a finalement décidé d’étudier la question –  une équipe de biologistes a utilisé une formule de taux de croissance, de température corporelle et de taille pour conclure que les dinosaures devaient être quelque part entre les deux. Ils ne pouvaient pas réguler exactement la température de leur corps, mais ils ne pesaient pas lourd et ne paraissaient pas non plus.


George Washington n’avait pas de dents en bois

La composition des prothèses de George Washington n’est pas exactement le genre de détail historique qui rabaisse les régimes ou réécrit des manuels entiers, mais comme le cerisier qu’il n’a jamais découpé et le dollar en argent qu’il n’a jamais jeté à travers le Potomac, c’est un mythe si aimé il semble insensible à la logique gravitationnelle.

George Washington n’avait pas de dents de bois, mais il est possible que, à mesure qu’il vieillissait, ses prothèses devinrent si dégoûtantes qu’elles semblaient faites en bois. Imaginez à quel point ils devraient être énormes pour arriver à ce point. Quoi qu’il en soit, parce que pour une raison quelconque, ils étaient troublés par le mythe persistant selon lequel les dents de George Washington étaient en bois, et parce que pour une raison quelconque, ses dents ont fini dans un musée, NBC News ditLes chercheurs ont décidé de régler l’argument en soumettant lesdites dents à une série de scintigraphies au laser. Enfin, la réponse: les dents de Washington étaient faites d’ivoire, d’or, de plomb (yikes) et de dents réelles, dont certaines étaient humaines et d’autres animales. Maintenant, on se demande pourquoi ils n’étaient pas tous ivoire, tout or ou tout l’âne, mais cela serait trop rationnel, et si nous croyions que les dents de Washington étaient rationnelles, eh bien, nous pourrions ne pas croire ce truc au sujet du cerisier et alors où serait l’histoire américaine?

 


 

Les enfants Incas étaient ivres quand ils étaient sacrifiés

 

La civilisation inca était le plus grand empire  des Amériques, mais elle était terrifiée par sa propre vulnérabilité. Selon The Guardian , les Incas vivaient dans un environnement instable où les catastrophes naturelles étaient des événements réguliers, et ils croyaient qu’ils devaient prendre des mesures drastiques pour protéger leur civilisation. Alors que nous, les gens modernes, blâmons d’habitude ceux qui président et qui restent là à se plaindre pendant quatre ans, l’Inca a décidé qu’ils feraient mieux de tuer un tas de petits enfants pour apaiser les dieux.

Contrairement à la croyance populaire, les sacrifices des enfants Incas n’étaient pas arrachés aux bras de leurs parents – ils étaient généralement les enfants de familles aisées qui les offraient volontairement parce qu’il y avait un certain prestige. Dans la mort, votre enfant est devenu un dieu, et vous deviez être un dieu de maman, et c’était plutôt cool si vous avez négligé toute la partie de l’équation mort-de-votre-aimé. 

Jusqu’à récemment, il était assez difficile de comprendre comment les enfants pouvaient être heureux de mourir, même s’ils avaient été endoctrinés en pensant qu’ils pouvaient avoir des frites sans fond et des jeux vidéo illimités dans l’au-delà. En 2013, Gizmodo a rapporté que les sacrifices incas ont reçu des feuilles de coca et de la bière de maïs en quantités croissantes jusqu’à un an avant le sacrifice, puis ils ont été chargés avec plus de bière jusqu’à ce qu’ils s’évanouissent. Cela leur permettait de les mettre facilement dans leurs tombeaux rituels, où ils glissaient paisiblement et complaisamment jusqu’à la mort.


Les chats nous ont domestiqués

La plupart des animaux domestiques descendent d’espèces sociales , ce qui aide en partie à expliquer comment nous avons pu les domestiquer. Les animaux qui vivent dans des groupes sociaux sont habitués à prendre des ordres d’un alpha, et tout ce que nous avons vraiment fait était de devenir le nouvel alpha.

Ensuite, il y a le chat. Tous les chats de maison sont des descendants du chat sauvage africain , et la chose amusante à propos des chats sauvages africains est qu’ils ne sont pas des animaux sociaux – les femelles sont solitaires à moins d’élever des chatons ou sont à la recherche d’un partenaire. Alors, comment avons-nous réussi à devenir l’alpha du chat? Comme n’importe quel chat peut vous le dire, nous ne l’avons pas fait.

Selon une étude menée par  Yaowu Hu de l’Académie des Sciences de Chine , les premiers signes de domestication des chats peuvent être trouvés dans des fosses à ordures chinoises de 5300 ans, où les chercheurs ont découvert les os des chats rongeurs. Mais au moins un chat trouvé là ne mangeait pas de souris, il vivait de l’équivalent en 3300 BC de  « nourriture féline de luxe ». Donc, même s’il est vrai que les humains ont profité de la prise de contrôle des rongeurs par les chats, il est vrai qu’au moins un ancien chat a réussi à en prendre soin même s’il possédait les compétences de chasse d’un avocat d’âge moyen vivant à Brooklyn. Et parce que les wildcats africains n’acceptent aucun ordre d’alpha, la seule explication logique est que le chat était l’alpha. Et il en était ainsi, et il en sera toujours ainsi.


Le roi Tut n’a pas été assassiné

 

Rois égyptiens, malédictions antiques, trésors enfouis, érections momifiées – l’histoire du roi Toutankhamon a tout … sauf le meurtre. Le jeune roi n’a pas rencontré sa fin entre les mains d’un rival politique ou d’un amant jaloux, au lieu de mourir d’une manière sacrément ennuyeuse et ordinaire.

La chose à propos de Tut est qu’il n’est pas célèbre pour avoir construit les pyramides ou amené le monothéisme en Egypte ou quelque chose comme ça, il est célèbre parce qu’il a été enterré avec un trésor extraordinaire et aucun pécheur n’a jamais été assez intelligent pour comprendre cela ,en  1922, quand un homme blanc est entré par effraction et est ensuite mort d’une piqûre de moustique maudite par la momie . Avant cela, il n’y avait pas beaucoup d’ écrits à propos de Tut, et la cause de sa mort était pure spéculation. Parce qu’il est mort si jeune, certaines personnes pensaient qu’il devait avoir été assassiné – les théories allaient d’un coup à l’arrière de la tête par courtoisie d’un rival politique à l’ empoisonnement . Ensuite,  selon The Guardian, les chercheurs ont dû faire pleuvoir sur le défilé de mystères de meurtres de tout le monde …avec des tests d’ADN et des tomodensitogrammes, qui ont révélé que le roi souffrait de malaria sévère et d’une jambe cassée et infectée. Et le pauvre enfant n’était pas seulement malade, il avait aussi une fente palatine et un pied bot, qui étaient des conditions héréditaires – les tests génétiques ont également révélé que ses parents étaient frère et soeur. Donc, la vraie histoire ici n’est pas comment King Tut est mort, mais qu’il était un Targaryen, ou peut-être un des enfants de Cersei.


La bière ancienne était probablement dégueulasse

Que feriez-vous si vous vous retrouviez soudainement en possession d’une recette de bière mésopotamienne de 5 500 ans? Vous brasser de la bière. Et c’est exactement ce que Gizmodo dit qu’une équipe d’archéologues de l’Université de Chicago a fait avec l’aide de certains fabricants de bière professionnels de la Great Lakes Brewing Company, dans l’Ohio. Il aurait eu tort de ne pas le faire.

L’équipe cherchait l’authenticité, ils ont utilisé un vaisseau en céramique comme ceux que les archéologues ont déterrés en Irak, ils ont utilisé de la levure d’un « pain à la bière » fabriqué par un boulanger à Cleveland, ils ont malté l’orge sur un toit. le mélange sur un bûcher de merde brûlante. Quand ils eurent terminé, ils eurent une concoction qu’un membre de l’équipe dit avec tact était «trop aigre pour la langue moderne», ce qui était comme admettre que le truc avait un goût de Pabst Blue Ribbon avec un demi-Mickey et un quart de vinaigre de cidre de Bragg. Mais bon, bière de 5 500 ans, n’est-ce pas? Cool.


 

Les ancêtres humains pourraient faire de l’art abstrait

 

Les humains modernes ont longtemps été considérés comme les seules créatures ayant un concept d’art abstrait. Assurément, aucune autre créature ne pourrait être assez avancée pour jeter une canette de peinture sur un mur et prétendre que c’était beaucoup plus qu’une crise de colère. Evidemment tout ce temps nous avions tort – selon Science Magazine , notre ancêtre ancien Homo erectus semble également avoir eu quelques idées sur l’art abstrait.

En 2007, un étudiant diplômé étudiant les anciennes coquilles de mollusques a trouvé un motif en zig-zag sculpté dans un fossile de 500 000 ans. Les tests ont confirmé que les eaux-fortes avaient des milliers d’années – elles ont été faites avant l’enfouissement de la coquille dans les sédiments, et l’analyse microscopique a confirmé qu’elles avaient été gravées par une personne pendant une seule séance. Les résultats ont cependant quelques critiques. Les coquilles ont été découvertes à côté des fossiles d’Homo erectus, mais comme les objets ont été déposés sur le site lors d’une inondation, il est impossible de dire définitivement que Homo erectus a quelque chose à voir avec les sculptures. Pourtant, l’âge de la coquille suggère que la gravure est antérieure au plus ancien exemple connu de l’art abstrait d’au moins quelques centaines de milliers d’années. Même si c’était vraiment plus comme un doodle que comme le numéro 25 de Jackson Pollock, il montre que les ancêtres humains avaient une idée du design, ou à tout le moins étaient capables de s’agiter quand ils s’ennuyaient.

 


 

Le peuple Clovis n’a pas été tué par un astéroïde

Astéroïdes! Ils gardent les scientifiques de la NASA debout la nuit et inspirent les films vraiment terribles de Ben Affleck. Nous les adorons parce que, comme les calderas de Yellowstone et les bombes nucléaires, ils ont le potentiel de mettre fin instantanément et complètement à la civilisation telle que nous la connaissons, et cela rend heureux Hollywood.

Un astéroïde a anéanti les dinosaures et, pendant un certain temps, certains scientifiques ont cru qu’un astéroïde avait également détruit le peuple de Clovis. Dans le cas où vous n’êtes pas vraiment sûr de ce que l’accord est avec les gens de Clovis, le National Geographic dit qu’ils étaient parmi les premiers migrants à atteindre les Amériques, quelque part il y a environ 13 000 ans. La culture a été de courte durée – quelques centaines d’années après leur arrivée, leurs pointes caractéristiques ont disparu des archives fossiles, ce qui semblait indiquer qu’elles avaient elles-mêmes disparu de la planète Terre.

Alors qu’est-il arrivé au peuple Clovis? Une théorie de 2006 a suggéré  qu’une comète a frappé la Terre, ce qui a provoqué des feux de forêt, une extinction de masse et probablement d’autres horreurs post-apocalyptiques comme la coopération entre républicains et démocrates. Mais en 2011, deux archéologues ont dénoncé la théorie, invoquant l’absence de particules extraterrestres sur de nombreux sites Clovis et aucune indication que la population de l’Amérique du Nord ait décliné à cette époque ou que les républicains et les démocrates s’entendaient. La nouvelle théorie: Les gens de Clovis ont arrêté de faire ce genre de pointe de lance et ont trouvé un nouveau design. Je parie que vous ne le verrez jamais dans un film de Ben Affleck.


Richard III n’était pas un bossu

Shakespeare l’appelait un «crapaud vénéneux empoisonné», ce qui aurait été assez méchant si c’était vrai et il avait vécu pour entendre l’insulte. En fait, Richard III n’était pas bossu et n’aurait pas pu être utilisé comme ingrédient dans les fléchettes empoisonnées. Aujourd’hui, nous savons qu’être bossu n’a rien à voir avec la personnalité, mais souvenez-vous que c’était une époque où les gens jetaient leurs pots de chambre dans la rivière , alors ils n’étaient pas vraiment prédisposés à la rectitude politique. Pourtant, la description «en botte» a persisté à partir de l’époque Tudor jusqu’à ce que le squelette de Richard a été trouvé enterré sous un parking en 2012.

Au début, la colonne vertébrale profondément incurvée du squelette a fait croire à tout le monde que Shakespeare avait eu raison, mais selon CNN, les chercheurs ont montré plus tard que la scoliose du roi ne l’aurait pas beaucoup troublé et n’aurait certainement pas été évidente pour la plupart des gens. Il n’y a pas non plus de preuve qu’il boitait, avait une tête inclinée de façon permanente, ou un visage comme un crapaud – en fait, ses contemporains le décrivaient comme «l’homme le plus beau de la pièce après son frère». Alors, qu’est-ce qu’il y a avec tout ce truc de bossu? Le successeur de Richard Tudor n’avait pas vraiment de prétention au trône, et pour le protéger, il avait un fort intérêt à se faire passer pour le meilleur pour le poste. Clairement, un bossu avec une personnalité «empoisonnée» aurait été bien pire que celui qui a fondé la dynastie des Tudor et qui a engendré Henry VIII. Il a, en fait, une personnalité empoisonnée, mais c’est une autre histoire.

 


( a suivre)

 

 

Publicités

Hongrie: C’est maintenant une infraction criminelle que d’ aider les envahisseurs de quelque façon que ce soit

Selon un article paru dans le journal Magyar Hirlap à Budapest, la loi – sous la forme d’un amendement constitutionnel visant à « préserver la culture chrétienne de la Hongrie » – était soutenue par l’alliance Fidesz-KDNP et le parti d’opposition le plus puissant Jobbik, lui donnant facilement une majorité de 72% au parlement.

2018. február 6. STOP SOROS! plakát. Soros milliókat telepítene be Afrikából és a Közel-Keletről, felirat. Kormány kampányplakátja. Kampány, óriásplakát. Le Parlement hongrois a adopté l’ensemble de lois connu sous le nom de «Stop Soros», qui criminalise toutes les activités qui soutiennent l’immigration illégale, y compris l’aide juridique et physique de toute sorte.

Selon le cabinet du Premier ministre, le «paquet législatif Stop Soros et l’amendement à la loi fondamentale affirment la volonté du peuple hongrois, en fournissant au pays une protection supplémentaire contre la migration illégale».

En ce qui concerne l’amendement, la loi sur la police, le code pénal, la loi sur l’asile, la loi sur les frontières et la loi sur les délits ont été amendés pour déclarer que l’organisation de l’immigration clandestine est illégale. Le scénario pénal pertinent sera par conséquent incorporé dans le Code pénal.

La loi interdit d’aider les envahisseurs en Hongrie avec des conseils juridiques ou de leur fournir une aide financière. Les infractions seront passibles d’une peine d’emprisonnement de 12 mois.

L’amendement a également changé la Constitution pour rendre illégal «d’installer des populations étrangères» en Hongrie. Ceci est destiné à définir les paramètres juridiques du refus du pays d’accueillir les envahisseurs invités en Europe par l’Allemagne et d’autres pays de gauche en termes d’arrangement de «redistribution» de l’Union européenne.

« La Hongrie doit être protégée contre les migrations illégales; C’est pourquoi nous avons besoin de l’amendement de la Constitution et du paquet législatif « Stop Soros », a déclaré Gergely Gulyás, le ministre qui dirige le bureau du Premier ministre.

La loi a été appelée le projet de loi « Stop Soros », après le juif d’origine hongroise George Soros qui finance des organisations anti-blanches en Europe et en Amérique.


EN COMPLÉMENT

Viktor Orban: « La gauche travaille pour forcer les migrants à entrer en Hongrie avec l’aide de Soros et Bruxelles »

Georges Soros est a droite du représentant de l’Union européenne.

Les groupes d’intérêts économiques et politiques étrangers dirigés par George Soros aimeraient voir un gouvernement hongrois affaibli qui pourrait être soumis au chantage, a déclaré le Premier ministre hongrois Viktor Orban.

En raison de la gestion de la crise économique après 2010, et des efforts pour mettre sous contrôle national les fournisseurs d’énergie, certaines banques et une partie des médias, le gouvernement a cessé d’être soumis aux pressions, a déclaré M. Orban lors d’une réunion des législateurs des partis Fidesz et KDNP à Visegrad, dans le nord de la Hongrie. « Aucun pays ne peut être indépendant en l’absence de médias nationaux. Il ne peut pas être non plus indépendant s’il peut faire l’objet d’une pression financière », a déclaré Orban, d’après le quotidien national Magyar Idok.

Pour cette raison, l’enjeu de la prochaine élection générale en avril est de savoir si la Hongrie aura un gouvernement indépendant ou soumis aux pressions. Ce dernier abandonnerait l’indépendance nationale et laisserait la Hongrie se transformer en un pays de migrant, a-t-il ajouté.

Citant un homme d’État étranger, Orban a déclaré que le désespoir génère la haine. Il a ajouté qu’il s’attend à ce que l’opposition lance une campagne de haine dans les jours à venir.

« C’est leur seul message. Le désir de nous traquer tous parce que nous nous opposons à ceux qui veulent transformer la Hongrie en un pays de migrant et l’Europe en un continent de migrant », a-t-il dit.

« Nous devons protéger la culture dans laquelle tous les Hongrois se sentent chez eux ; et cela s’appelle, peu importe si quelqu’un est religieux ou non, la culture chrétienne »

Il est important pour les Hongrois de protéger leur culture chrétienne, a déclaré le Premier ministre dans une interview publiée par le quotidien local Veszpremi 7 Nap.

« Nous devons protéger la culture dans laquelle tous les Hongrois se sentent chez eux ; et cela s’appelle, peu importe si quelqu’un est religieux ou non, la culture chrétienne », a déclaré Viktor Orban 

Commentant le récent plan de migration des Nations Unies, M. Orban a déclaré que la migration est un mouvement de masse qui représente un danger. La position de la Hongrie est que la migration doit être réprimée au lieu d’être soutenue, et cela doit être défendu non seulement au niveau des forums européens, mais aussi au niveau de l’ONU. Orban a réitéré la position du gouvernement selon laquelle une aide doit être fournie aux personnes dans le besoin, mais dans le pays où elles vivent.

Orban a déclaré que la coopération du groupe Visegrad formé avec la République tchèque, la Pologne et la Slovaquie est sans précédent. Il a déclaré qu’au sein de l’UE, chacun de ces pays doit défendre fermement ses intérêts nationaux et qu’il y aura alors « un combat, un débat féroce ».

« Nous sommes en ce moment engagés dans un débat, et c’est une bonne nouvelle, car cela nous permet de nous battre pour défendre nos intérêts nationaux », a conclut M. Orban.


Voilà un exemple dont nous ferions bien de nous inspirer. La Hongrie est l’un des rares pays en Europe où existent encore un Etat et une démocratie. 

Pour lutter contre l’immigration clandestine et les ONG qui la favorisent, le gouvernement a proposé le texte dit «Stop Soros» menaçant d’une peine d’un an de prison les personnes qui fourniraient de l’aide aux migrants entrés illégalement en Hongrie.

 

Le gouvernement hongrois a présenté le 29 mai devant le Parlement une loi baptisée «Stop Soros» – du nom du milliardaire George Soros – qui vise «les organisateurs des migrations illégales», et qui à ce titre, est à l’origine du départ précipité du pays de l’ONG Open Society.

Selon le texte, les personnes qui viennent en aide matériellement aux demandeurs d’asile pour qu’ils obtiennent le statut de réfugiés pourraient écoper d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à une année, si ces derniers ne sont pas en danger immédiat ou s’ils sont entrés en Hongrie de façon illégale. Les ressortissants hongrois qui auraient enfreint la loi pourraient également être interdits de s’approcher des zones frontalières à moins de huit kilomètres. Les ressortissants étrangers pourraient quant à eux être expulsés.

«Les intérêts sécuritaires de la Hongrie doivent passer en premier», a déclaré le secrétaire d’Etat chargé des affaires parlementaires Csaba Domotor lors de la présentation du texte, faisant valoir que cette loi n’était que le reflet de la volonté exprimée par les électeurs aux législatives du 8 avril, largement remportées par le parti du Premier ministre Viktor Orban, le Fidesz. Disposant d’une confortable majorité des deux tiers aux Parlement, le Fidesz ne devrait avoir aucun problème à voter le texte qui sera débattu début juin.

Depuis des années, le Premier ministre conservateur Viktor Orban accuse George Sorosde promouvoir un plan d’immigration massive en Europe, principalement en provenance de pays musulmans, dans le but de détruire les valeurs européennes et de favoriser un agenda mondialiste. Au pouvoir depuis 2010, Viktor Orban a notamment en ligne de mire les ONG du milliardaire, qu’il qualifie de «mercenaires de Soros».

Anticipant cette loi qui était une promesse de campagne du Fidesz, l’Open Society a annoncé mi-mai qu’elle déménageait ses activités à Berlin, en réaction à l’«environnement politique et juridique de plus en plus répressif» en Hongrie ».

Ce sont des bateaux financés par le milliardaire George Soros qui amènent les migrants illégaux en Europe.
La frontière hongroise va devenir plus sure.

 

 

 

Suède: les migrants non-blancs créent 55 zones «interdites»

Citant un policier suédois en service, la Norwegian Broadcasting Corporation (NRK) a également révélé que les attaques d’envahisseurs non-blancs contre la police provoquent au moins trois démissions par jour de la part de cette force.

L’invasion massive de la Suède par le tiers-monde a créé au moins 55 zones interdites aux Blancs et à la police, a annoncé le radiodiffuseur public officiel de ce pays.

L’invasion massive non blanche a créé d’énormes ghettos en Suède où les policiers sont attaqués et leurs véhicules lapidés sans autre raison que leur présence.

Maintenant, il y a au moins 55 zones interdites qui figurent sur une liste noire de la police. Ces zones sont divisées en trois catégories allant de «zones à risque» à «gravement vulnérables». Les zones les plus fortement non-blanches, comme Biskopsgården dans la municipalité de Göteborg, sont les plus dangereuses.

Le sergent Peter Larsson a déclaré à la NRK qu’au moins 80% des policiers restants cherchent activement d’autres emplois parce que la police de l’invasion des non-blancs est devenue trop dangereuse.

« Nous avons une crise majeure. Beaucoup de collègues choisissent d’arrêter de fumer. Nous ne enquêtons pas sur les crimes; nous n’avons pas le temps de couvrir les appels auxquels nous sommes chargés. « 

Selon le sergent Larsson, un changement «normal» pour les policiers consiste maintenant à être attaqué par des foules d’envahisseurs non blancs qui leur jettent des pierres et leurs voitures de patrouille, à appeler de nombreux véhicules et à multiplier les agressions et les meurtres.

Un nouveau rapport publié par le Service national des enquêtes criminelles intitulé « Aperçu national des réseaux criminels ayant un impact majeur sur la communauté locale » indique qu’il est courant que des voitures de police soient attaquées, que des policiers soient attaqués et que ce et la violence des gangs augmente rapidement dans les zones «interdites».

Malmö dans le sud de la Suède – probablement la ville la plus envahie de toute la Suède, avec une population d’envahisseurs d’au moins 43% (et probablement plus) – était l’une des villes les plus touchées par le crime et les gangs.

« Nous perdons la lutte contre les criminels », a déclaré le sergent Larsson à la NRK. L’an dernier, seulement 14% de tous les crimes signalés ont été résolus, ce qui est le plus bas jamais enregistré et, cette année, ce chiffre devrait être encore plus bas.

Dans le même temps, le taux de criminalité violente des non-mariées a fortement augmenté. Le nombre de meurtres en Suède est passé de 82 en 2014 à 103 en 2015, soit une augmentation de 26%, inconnue dans ce pays auparavant pacifique et blanc.

Cette année, le chiffre sera encore pire, a indiqué NRK, car jusqu’à présent, il y a eu 107 meurtres en Suède, déjà plus que l’année précédente.

Le fléau de la criminalité non blanche a également frappé Göteborg, où le nombre de meurtres est passé de 11 en 2014 à 24 en 2015. Cette année, il y a eu un grand nombre d’exécutions publiques et plusieurs attaques où des grenades à main ont été jetées dans les maisons. qui est souvent utilisé par les gangs non-blancs à Malmö.

Un dossier que nous suivrons de près!

 

Angela Merkel serait-elle en train de briser l’UE?

Loin d’être la sauveuse de l’Europe, la chancelière allemande la détruit progressivement, lit-on dans un article de Politico. Saura-t-elle gagner la bataille en défendant sa politique migratoire?

La chancelière allemande Angela Merkel n’est pas du tout une «sauveuse de l’Europe», comme elle est présentée par une partie des politiques occidentaux, affirme Politico.

La réponse d’Angela Merkel à la crise des réfugiés en Europe lui a valu dans le monde entier une réputation de «Jeanne d’Arc des temps modernes», de défenseur audacieux des idéaux occidentaux contre une attaque populiste. Mais en réalité, la destruction de l’Union européenne est la conséquence de sa politique migratoire, sans qu’elle ne prête attention, estime l’auteur de l’article.

«Au-delà des préoccupations nationales, de plus en plus d’anciens alliés de Merkel posent une question encore considérée comme sacrilège dans une grande partie de l’establishment allemand: déchire-t-elle l’Europe?», lit-on dans l’article. «Chère Angela Merkel, après presque 13 ans en tant que chancelière, la seule chose qu’il vous reste en Europe, c’est l’animosité, a déclaré Malte Pieper, correspondant de la radio allemande ARD, dans un commentaire. Toutes les réunions des derniers mois l’ont illustrée. Aidez-nous à arrêter définitivement l’Europe qui vire vers la division au lieu de l’unité! Faites place à la chancellerie à un successeur».

Cette déclaration a soulevé une vague de réactions à Berlin, note Politico. Les élites politiques allemandes nourrissent des craintes sérieuses: les institutions démocratiques allemandes ne sont pas aujourd’hui assez fortes pour préserver l’Europe, seule Angela Merkel le peut. La chancelière devrait donc l’emporter dans toutes les confrontations. Car personne ne veut être blâmé pour avoir «détruit l’Europe».

Mais si la crise de la zone euro avait «fissuré» le continent, le problème des réfugiés a laissé un «gouffre», selon le média. Car cette fois-ci, l’Allemagne n’offrait pas d’aide, mais elle en demandait. Et la réponse d’une grande partie du reste de l’Europe a été clairement «Non».

Même si Merkel «gagne la bataille» à Bruxelles, la guerre concernant sa politique migratoire, et par extension son avenir politique, continuera certainement de faire rage, conclut l’auteur.

Le quotidien allemand Bild a publié un article consacré à la récente rencontre entre la chancelière allemande Angela Merkel et Vladimir Poutine qui s’est déroulée dans la résidence du Président russe à Sotchi.

Selon l’auteur de l’article, le dirigeant russe «a clairement montré à Mme Merkel qui est le maître non seulement dans la résidence présidentielle mais aussi sur la scène internationale».

Ainsi, le média rappelle que la veille de la rencontre avec la chancelière allemande, Vladimir Poutine avait rencontré le dirigeant syrien Bachar el-Assad, accusé par Angela Merkel de «massacres de masse».

Précédemment, M. Poutine avait inauguré le pont de Crimée reliant la Russie continentale à la Crimée, ce qui avait été critiqué par le gouvernement allemand, poursuit l’auteur.

Malgré tout cela, quatre semaines avant le Mondial 2018, Angela Merkel «reste assise chez Poutine à Sotchi».

«L’hôte du Kremlin pourrait difficilement être encore plus satisfait», résume le quotidien.

En déplacement en Russie, Angela Merkel a été accueillie dans la résidence du Président russe à Sotchi. Il s’agit de la première rencontre entre le chef de l’État russe et la chancelière allemande depuis que ceux-ci ont entamé leur quatrième mandat.

À l’issue de cette rencontre, Vladimir Poutine a affirmé que la conversation avec Mme Merkel avait été riche et opportune tandis que la chancelière allemande a souligné que les bonnes relations avec Moscou font partie des intérêts stratégiques allemands.


EN COMPLÉMENT…ET EN CONCLUSION

«Le temps où l’on pouvait tout simplement compter sur les États-Unis pour nous protéger est révolu», a estimé Angela Merkel, appelant les pays d’Europe à «prendre leur destin en main».

La chancelière allemande a estimé jeudi que l’Europe ne pouvait plus compter sur les États-Unis pour la «protéger» en toute circonstance.

«Le temps où l’on pouvait tout simplement compter sur les États-Unis pour nous protéger est révolu», a déclaré Angela Merkel lors d’une cérémonie en présence d’Emmanuel Macron.

«L’Europe doit prendre son destin en main elle-même, c’est notre défi pour l’avenir», a-t-elle ajouté.

Les propos d’Angela Merkel font écho à la récente déclaration du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui a indiqué que les États-Unis, comme acteur international, ont perdu leur vigueur, et à cause de cela, leur influence à long terme».

Donald Trump a annoncé,en mai 2018, qu’il retirait son pays de l’accord signé à Vienne en juillet 2015, provoquant une vive réaction parmi ses alliés européens.

Washington a promis de rétablir l’intégralité des sanctions levées, mais a aussi annoncé la mise en place de sanctions encore plus sévères.

En fait,les états unis utilisent l’Europe pour se protéger, contre les guerres qu’ils ont provoqué.

Je ne crois pas un seul instant aux déclarations de la paysanne Merkel et encore moins celle de Trump .La doctrine des néocabalistes américains qui s’inspire de celle de Paul Wolfowitz et de Zbigniew Brzeziński est justement d’éviter que les casques à pointes décident de faire cavaliers seuls et surtout qu’ils opèrent un rapprochement avec la Russie.

L’Euro était un rampart à la dédolarisation. Or, l’Euro et le Dollar, tout comme la Livre Sterling et le Yen, vont tous connaitre un réajustement monétaire qui va  faire passer les pays riches d’Europe … à pays tout juste développés. L’empire américano sioniste s’effondre, uniquement parce que ces gens sont des irresponsables et des criminels compulsifs qui ne vivent jamais que du pillage, du mensonge, de la tromperie et du non respect des règles qu’ils imposent pourtant à tous les autres pays de la Terre. Le seul moyen de nous en sortir, c’est de se retrousser les manches, et de profiter de la mise à niveau de tous les pays que l’on pillait jusqu’à maintenant. Et les USA n’en profiteront probablement jamais…parce qu’ils devront affronter la pire crise économique de l’histoire humaine quand ils devront réhausser le plafond ,déjà trop haut,de leur dette nationale !

L’instant décisif  pour lancer la Seconde Révolution américaine est arrivé!

 

Sources diverses dont : SpoutnikNews,Politico,Bild,etc

 

Nouvel Ordre Mondial:Comment des robots ont aidé Trump à gagner les élections

Au mois de mars, des chercheurs de l’université d’Oxford sont parvenus à la conclusion que les robots de certains Etats de la “Rust Belt” ont contribué à la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles de 2016.

“Comparant la technologie à de multiples autres explications, y compris la délocalisation et l’exposition commerciale, nous soutenons l’idée que le soutien à Donald Trump était significativement plus élevé dans les bassins d’emplois locaux plus exposés à l’adoption de robots. Une analyse contradictoire basée sur nos estimations montre que le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin auraient basculé en faveur de Hillary Clinton si l’exposition aux robots n’avait pas augmenté dans les années qui ont précédé les élections, et que les démocrates auraient conservé la majorité dans le collège électoral”, écrivent les chercheurs.

Toledo, Ohio, la ville la plus robotisée des Etats-Unis

La ville de Toledo (Ohio) qui emploie maintenant plus de robots par travailleur que toute autre ville américaine, est sans doute la mieux indiquée pour tenter d’expliquer ces résultats. Proche de Detroit, cette cité ouvrière est comme sa célèbre voisine spécialisée dans la construction automobile. On y compte 9 robots pour 1 000 travailleurs. En 2010, on n’en recensait que 702 au total. En 2015, ce nombre était passé à 2 374.

En mars, une autre étude estimaitque l’Ohio avait perdu 671 000 emplois en raison de l’automatisation entre 1967 et 2014, un chiffre supérieur à celui des emplois détruits en raison de la concurrence locale et étrangère.

Même si l’adoption de ces technologies a finalement contribué à renforcer l’économie de cette région, elle a suscité des inquiétudes, et donné un sentiment d’incertitude à la population locale, explique Brian Alexander dans la MIT Technology Review.

Trump a profité de cette angoisse

Et cette angoisse s’est matérialisée dans le résultat des élections. Trump a remporté une victoire totalement inattendue sur la candidate démocrate Hillary Clinton, en concentrant sa campagne sur ceux qu’il appelait les “forgotten people” (les ‘oubliés ‘), les Américains blancs de la Rust Belt qui, selon le magnat de l’immobilier new-yorkais, ont été les grands perdants de la mondialisation.

Le slogan de campagne de Donald Trump “Make America great again” (‘rendre sa grandeur à l’Amérique’) a fait mouche pour de nombreux habitants de cette partie du pays. Et alors qu’ils avaient voté en faveur d’Obama lors des 2 élections précédentes, ils ont voté majoritairement pour Donald Trump aux élections présidentielles de 2016.

“Mais ce qui rend l’histoire dans des endroits comme Toledo et la région environnante difficile à comprendre pour beaucoup de politiciens, et même d’économistes, c’est que l’anxiété va bien au-delà de l’automatisation et du nombre d’emplois. Pour beaucoup de gens, le travail définit l’existence. Les perturbations causées par les robots et les autres technologies affectent profondément les communautés en cause. Ces forces technologiques se sont jointes à beaucoup d’autres – certaines culturelles, d’autres politiques – pour créer une angoisse généralisée, et la perception que les gens ont beaucoup perdu. Ils en arrivent à croire qu’eux-mêmes, leur emploi, leur communauté et le contrat social qui les lie au travail, à l’endroit où ils vivent et aux autres est menacé. Et ils n’ont pas tort”, écrit Alexander.

La robotisation est un sujet tabou

Il explique que les politiciens locaux n’évoquent guère l’automatisation ; quant à l’intelligence artificielle, elle est considérée comme quelque chose d’ésotérique, bien trop abstrait pour influencer la communauté sur le plan politique, d’autant que personne ne sait à quel point ces technologies vont perturber le marché du travail, ni quand cela surviendra. La possibilité de suppressions d’emplois massives liées à une nouvelle vague d’automatisation n’est donc jamais ouvertement envisagée.

Mais les travailleurs dans les usines qui ont vu les lignes de production se dégarnir de leurs collègues de travail, sont bien conscients qu’ils seront appelés eux aussi, tôt ou tard, à être remplacés par des robots. “Les gens dans l’usine pensent que quelqu’un va les sauver, comme Trump”, explique un ouvrier qui travaille pour un fabricant de pièces automobiles dans la région de Toledo.

Le revenu de base n’est pas la panacée

Alexander ne pense pas que le revenu de base universel pourra atténuer cette angoisse :

“Les effets sont ressentis bien au-delà des emplois eux-mêmes. (…) C’est ce que les promoteurs de solutions telles que le revenu de base universel de la Silicon Valley ne parviennent pas à comprendre. Les ingénieurs et les programmeurs des nouvelles machines semblent penser qu’ils peuvent acheter les personnes qui auront perdu leur emploi avec la promesse qu’on leur donnera de l’argent. Mais beaucoup de ces gens ne travaillent pas pour de l’argent, pas vraiment. (…). Ils sont restés debout sur la ligne, et ont soudé, ou peint, ou boulonné, parce qu’ils étaient ouvriers de l’industrie automobile, dans un pays où ce que vous faites vous définit”.

 

 

 

 

 

Réalisme fantastique:Une anthropologue britannique a créé l’humain parfait

L’humain parfait aurait de longues oreilles, une poche comme les kangourous et une peau reptilienne

 

Une anthropologue britannique a récemment présenté dans une émission de télévision un mannequin représentant selon elle l’humain idéal que l’évolution pourrait engendrer. Il s’agirait d’un humain « biologiquement parfait » selon la créatrice.

 

Récemment, il a été  évoqué par des scientifiques que  les possibles évolutions humaines dans le futur concernant la perte (et le gain) de certains membres, la taille du corps et du crâne ou encore en ce qui concerne l’obésité ainsi que l’intelligence.


EN COMPLÉMENT

Quelles seront les évolutions humaines dans le futur ?

Si nous avons plutôt bien cerné comment l’homme a évolué avant nous, déterminer la façon dont celui-ci poursuit son évolution est un exercice plus compliqué. À quoi pourrait-on s’attendre dans le futur ?

 

Depuis l’antiquité on étudie l’humain!
Déjà de grands intervenants avaient agi pour améliorer la race humaine…en général!

À quoi ressembleront les êtres humains dans des milliers d’années ? Auront-ils des propriétés physiques différentes tels que de nouveaux membres ou une peau d’une autre couleur ? En réalité, nous n’en savons strictement rien. Ce qui ne fait aucun doute, c’est que l’être humain poursuit son évolution – et cela est le cas de puis les australopithèques d’il y a 3,5 millions d’années.

Notre ancêtre était plus petit, moins élancé et sa boîte crânienne plus réduite. D’ailleurs, ses capacités cognitives étaient largement en dessous des nôtres, en tout cas en termes de QI. Faudrait-il pour autant se baser là-dessus pour imaginer de futurs humains avec un crâne trois fois plus volumineux ? Le fait est que la logique de l’évolution n’est pas calquée sur une éventuelle continuité associée aux différents ancêtres de l’humain. En réalité, celle-ci est plutôt due au hasard des mutations génétiques, ainsi qu’à la nature de l’environnement dans lequel nous vivons.

Quoi qu’il en soit, les Homo sapiens gagnent en taille au fil des générations, comme l’indique par exemple une étude menée en France et relayée par Doctissimo. Un gain de 11 cm en moyenne a été observé chez les hommes – et 8 cm chez les femmes – durant les cent dernières années. L’humain grossit également : entre 1975 et 2014, le pourcentage d’hommes obèses a triplé et doublé chez les femmes.

Il faut tout de même savoir qu’une limite biologique a été définie en ce qui concerne notre taille, à savoir 2,20 m. Au-delà, la solidité et la stabilité de notre corps seraient mises à mal. En réalité, la stature moyenne va augmenter, mais pas indéfiniment. Quant à l’obésité qui est aujourd’hui une véritable épidémie, celle-ci est liée à nos comportements alimentaires et pourrait être inversée.

Si depuis toujours, notre intelligence n’a cessé de gagner des points de QI, la tendance semble aujourd’hui  être en berne. Selon plusieurs études, nos enfants sont moins intelligents que nous, et leurs enfants le seront encore moins, une nouvelle fois en termes de QI. Des chercheurs norvégiens indiquent que cela pourrait venir de notre environnement culturel.

Revenons à des considérations physiques. Le crâne a tendance à se réduire chez l’Homo sapiens sapiens, et non l’inverse. En effet, le crâne de l’Homo sapiens mesurait 360 cm3 de plus que le nôtre. Et puis, que penser des accouchements avec une tête qui deviendrait de plus en plus grosse ?

Enfin, s’il existe de nombreuses spéculations sur de nouveaux membres qui pourraient apparaître chez l’homme, différentes théories existent sur ceux qui pourraient disparaître : l’appendice, le coccyx ou encore le petit orteil !

Source


 

Soldats d'élite iraniens
Quel sort sera réservé aux soldats d’élite de toutes les nations?

 

 

 

 

Alice Roberts est une anthropologue et anatomiste enseignant à l’Université de Birmingham (Royaume-Uni). En revanche, celle-ci est davantage connue du public pour avoir présenté de nombreux documentaires scientifiques sur les chaînes d’outre-Manche que sont la BBC et Channel 4.

Justement, c’est sur BBC 4 que l’intéressée a présenté il y a peu son « humain parfait » à partir de l’image de son propre corps, dans une émission baptisée Can Science Make Me Perfect ? dont un extrait est visible en fin d’article. Il faut savoir que l’émission est à l’origine du projet, puisque c’est cette dernière qui a contacté Alice Roberts pour la mettre au défi de réaliser cette œuvre.

Par ailleurs, le mannequin a été façonné en collaboration avec le spécialiste de l’anatomie humaine Scott Eaton ainsi qu’une petite armée de maquettistes et de spécialistes en effets spéciaux. Celui-ci possède de longues oreilles, des jambes inspirées de celle des émeus et des pieds comportant trois gros doigts de pieds. Il faut surtout noter la présence d’une poche ventrale comme celle que possèdent les kangourous.

Alice Roberts a déclaré que l’humain issu d’une parfaite évolution aurait une peau reptilienne permettant de bloquer les ultraviolets, un cœur avec davantage d’artères, des yeux sans cils et des oreilles capables de mieux entendre. Et vous, qu’en pensez-vous ?

EN CONCLUSION

Le Nouvel Ordre Mondial est-il en train de nous exposer son projet de remplacement de la race humaine…par l’intermédiaire de ses savants « lèche-bottes » rationalistes?

 

La guerre commerciale menace: un conseiller de Trump dit que Trudeau mérite une «place spéciale en enfer» pour avoir critiqué les tarifs américains

Donald Trump et ses conseillers ont fustigé le premier ministre Justin Trudeau pour avoir déclaré que le Canada ne se ferait pas «pousser» par le président des États-Unis à régler le différend tarifaire sur l’acier et l’aluminium.

Un M. Trump furieux a qualifié le premier ministre de « très malhonnête et faible » sur Twitter samedi, menacé d’imposer des tarifs sur les automobiles et a dépêché les meilleurs assistants aux émissions du réseau américain dimanche pour qualifier M. Trudeau de « backstabber » qui méritait place en enfer. « 

Dans la foulée de la confrontation, les dirigeants du G7, les opposants politiques de M. Trudeau au pays et un certain nombre de politiciens américains se sont rassemblés autour du premier ministre

M. Trudeau a évité les médias dimanche, mais la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a déclaré aux journalistes à Québec qu’Ottawa ne s’engagerait pas dans une guerre des mots avec l’administration Trump. Mme Freeland s’est entretenue dimanche avec le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, et devrait le rencontrer mercredi à Washington.

« Le Canada ne mène pas sa diplomatie par des attaques ad hominem. Nous ne pensons pas que ce soit une manière utile ou productive de faire des affaires « , a déclaré Mme Freeland.

Donald Trump et Justin Trudeau.

Mais elle a dit qu’Ottawa ne sera pas victime d’intimidation et qu’elle ripostera avec 16 milliards de dollars de droits de rétorsion si les États-Unis n’annulent pas leurs pénalités sur l’acier et l’aluminium imposées la semaine dernière.

«Nos tarifs de représailles entreront en vigueur – parfaitement réciproques, parfaitement mesurés, une réponse dollar pour dollar – le 1er juillet, qui est la fête du Canada, peut-être pas inapproprié», a-t-elle dit.

Donald Trump et Emmanuel Macron

M. Trump a poursuivi lundi ses attaques sur Twitter contre le premier ministre, affirmant que «Justin a été blessé lorsqu’il a été appelé.» Le président américain a également prétendu que le Canada s’était vanté de faire «près de 100 milliards de dollars de commerce» avec les États-Unis. pour spécifier quel document il citait.

M. Trump a également ciblé les efforts commerciaux du G7, tweetant lundi « Le commerce équitable doit maintenant être appelé commerce fou s’il n’est pas réciproque », en disant aussi « Désolé, nous ne pouvons plus laisser nos amis, ou ennemis, profiter du commerce . Nous devons d’abord servir le travailleur américain! « 

Le conseiller économique de M. Trump, Larry Kudlow, a déclaré à CNN dimanche que le président était furieux après avoir quitté le sommet du G7 et appris que M. Trudeau avait dit lors d’une conférence de presse que le Canada ne serait pas « poussé ».

Dans une attaque extraordinaire contre l’un des plus proches alliés de l’Amérique, M. Kudlow a accusé le Premier ministre de trahir le président américain et de le rendre faible à la veille du sommet historique avec la Corée du Nord.

«Il nous a en quelque sorte poignardé dans le dos», a déclaré M. Kudlow en soulignant que le président «ne laissera pas un premier ministre canadien le repousser. … Il ne permettra aucune démonstration de faiblesse lors d’un voyage pour négocier avec la Corée du Nord. … Kim ne doit pas voir la faiblesse américaine. « 

M. Trudeau, avec d’autres dirigeants du G7, avait approuvé le pari du président de dénucléariser la Corée du Nord.

Quelques centaines de manifestants ont marché dans les rues de Québec…devant un dispositif de sécurité de 8,000 policiers.

Le conseiller commercial de la Maison Blanche, Peter Navarro, était encore plus sévère, affirmant à Fox News qu’il y avait une place spéciale en enfer pour tout dirigeant étranger engagé dans une diplomatie de mauvaise foi avec Donald J. Trump, puis essayant de le poignarder dans le dos. à la porte et c’est ce que Justin Trudeau a fait. « 

Dans son tweet de samedi, M. Trump a menacé d’imposer les mêmes droits rigoureux sur les exportations d’automobiles du Canada et de l’Europe – ce qui paralyserait l’industrie automobile canadienne. Les conseillers de M. Trump ont averti que l’accord de libre-échange nord-américain était également menacé.

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

Based on Justin’s false statements at his news conference, and the fact that Canada is charging massive Tariffs to our U.S. farmers, workers and companies, I have instructed our U.S. Reps not to endorse the Communique as we look at Tariffs on automobiles flooding the U.S. Market!


Donald J. Trump

@realDonaldTrump

PM Justin Trudeau of Canada acted so meek and mild during our @G7 meetings only to give a news conference after I left saying that, “US Tariffs were kind of insulting” and he “will not be pushed around.” Very dishonest & weak. Our Tariffs are in response to his of 270% on dairy!


«Ce fut l’une des pires erreurs politiques de l’histoire du Canada», a déclaré M. Navarro, tandis que M. Kudlow a ajouté: «Combien de fois le président a-t-il dit:« Si tu me frappes, je te frapperai. « 

Un haut fonctionnaire canadien a déclaré que l’éclatement de M. Trump est sorti du champ gauche, puisque M. Trudeau avait déjà annoncé des tarifs réciproques la semaine dernière. Le Canada ne sait pas si le différend pourrait mener à une guerre commerciale et il est particulièrement préoccupé si les États-Unis imposent des droits de douane sur les automobiles canadiennes, ce qui, selon le responsable, serait désastreux pour les deux pays.

D’ultimes négociations ont eu lieu avant le départ de Trump…mais en vain!

Mme Freeland a balayé les tirades de la Maison Blanche et a écarté la menace que l’ALENA soit morte.

M. Trump a déclaré samedi qu’un accord était « proche » d’une clause de temporisation qui rouvrirait l’ALENA après cinq ans, mais M. Trudeau a ensuite réfuté le président, affirmant que le Canada ne pourrait jamais accepter cette disposition.

«Un accord commercial avec une clause de temporarisation n’est pas un accord commercial et, par conséquent, nous n’accepterons pas une clause de temporisation de cinq, dix ou quelque durée que ce soit proposée par le président», a déclaré M. Trudeau.

Le désaccord entre les États-Unis et le Canada a éclaté après que M. Trump ait quitté le sommet du G7 pour se rendre à sa rencontre très attendue avec le dictateur nord-coréen Kim Jong-un.

Lors d’une conférence de presse, M. Trudeau a condamné les actions du président en matière d’acier et d’aluminium comme destructrices et même illégales. M. Trump était sur Air Force One en route pour cette réunion à Singapour samedi quand il a tiré deux tweets torrides.

Il a ordonné aux responsables américains de se retirer d’un communiqué conjoint du G7 qui parlait d’un commerce juste et équilibré et leur a dit d’examiner l’imposition de droits de douane sur les automobiles étrangères entrant sur le marché américain.

«Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a agi de manière si douce et si douce lors de nos réunions du G7 pour donner une conférence de presse après mon départ en disant que les tarifs américains étaient insultants et qu’il ne serait pas contrarié. « M. Trump a tweeté.

Le haut responsable canadien a déclaré que d’autres dirigeants du G7 se sont ralliés derrière M. Trudeau. Les principaux politiciens américains et les opposants politiques canadiens soutiennent également le premier ministre.

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que le retrait de M. Trump du communiqué du G7 « via Twitter est bien sûr dégrisant et un peu déprimant » et a averti que l’Europe irait de l’avant avec des tarifs réciproques comme le Canada.

Le bureau du président français Emmanuel Macron a déclaré: « La coopération internationale ne peut pas être dictée par des crises de colère et des remarques inconsidérées ».

La sénatrice démocrate américaine Diane Feinstein a qualifié l’éclatement de M. Trump de « grosse erreur », tandis que le sénateur républicain John McCain a déclaré que le comportement du président à l’égard de ses alliés du G7 était erroné.

Apparaissant sur Fox News dimanche, l’ancien premier ministre Stephen Harper a exhorté M. Trump à cesser de se livrer à des batailles commerciales avec le Canada et à unir ses forces pour pousser la Chine à ouvrir ses marchés.

« Nous nous disputons nos relations commerciales alors que les Chinois ont un déséquilibre de quatre contre un avec nous deux, à mon avis, n’est pas la bonne priorité », a-t-il dit.

Le manoir ou a eu leu le G7 est l’illustration de la déconnexion des dirigeants avec la réalité du peuple!

Le député néo-démocrate Charlie Angus a qualifié M. Trump d ‘«homme à l’esprit borné et inadapté à la fonction publique». »Le premier ministre conservateur de l’Ontario, Doug Ford, a déclaré qu’il« se tenait côte à côte »avec M. Trudeau, tout comme le chef du Parti conservateur unifié de l’Alberta, Jason Kenney.

M. Trump, qui est arrivé en retard et a quitté le sommet du G7 à La Malbaie, au Québec, tôt, n’a pas été touché par des efforts concertés pour le persuader d’annuler ses tarifs. Il a averti que les tarifs réciproques canadiens et européens visant les biens et services américains seraient assujettis à de nouveaux prélèvements.

Donald Trump a émis des tweet terribles et négatifs afin de se dissocier de l’accord final,faisant tourner le G7 au fiasco!

« Nous sommes comme la tirelire que tout le monde vole et cela finit », a déclaré M. Trump aux journalistes samedi.

Avant de partir pour Singapour, M.Trump a de nouveau appelé à la réintégration de la Russie dans le G7.

M. Harper, qui a mené l’accusation pour chasser la Russie du G7 en 2014 après son annexion de la Crimée, a déclaré que le président Vladimir Poutine ne devrait pas être autorisé à revenir dans une alliance de démocraties libérales.

« C’est un homme qui tue ses adversaires politiques. Il n’y a pas de place autour d’une table alliée pour un homme comme ça « , a-t-il dit.

Ensuite Trump va rencontrer Kim Jung Un a Singapour.

EN CONCLUSION

Ce G7 marque le début de la fin du néolibéralisme pur et dur  et officialise l’entrée dans la plus grande crise économique de l’histoire moderne!