La Criminelle Arnaque du COVID-19:Le Docteur Zalewski découvre une forme de vie dans le vaccin Cominarty de Pfizer

Il s’agit d’une angoissante découverte faite par un scientifique de renom:

Emboitant le pas à de nombreux chercheurs et médecins qui s’interrogent sérieusement sur la composition des vaccins qui sont administrés aux populations de la planète, le médecin polonais Franc  Zalewski a découvert au microscope une forme de vie étrange dans le vaccin contre le Coronavirus qu’il va dénommer  » la chose  »  et qu’il a trouvée dans l’un des trois flacons du vaccin Pfizer Cominarty…..

La première question qui me vient à l’esprit est de savoir s’il a trouvé cette même  » chose  » dans les deux autres flacons….

Ainsi donc la description de ce que le Docteur Zalewski a découvert ne fait que s’ajouter aux découvertes de chercheurs indépendants non inféodés aux narratifs des pouvoirs en place de chaque pays qui prétendent d’une seule voix que les vaccins ne sont pas dangereux et qu’ils sont totalement efficaces contre le Coronavirus !

Ce narratif des gouvernements vaccinateurs des populations par le chantage, les contraintes, la force et les mesures coercitives, relayés par les médias dominants complices et par l’OMS  dépendante de la philanthropie intéressée de Bill Gates ne pourrait-il donc être soupçonné d’être un mensonge ?

Tous portés par le désir d’en savoir un peu plus sur la composition des vaccins que ce qui est insuffisamment  précisé dans les notices ou même carrément omis, ces chercheurs indépendants que sont les Docteur Robert Young, Carrie Madej et  Zandre Botha pour n’en citer que quelques uns, se sont étonnés de la quantité de substances réputées nocives et dommageables à la santé humaine que contiennent ces vaccins  !

Oxyde de graphène, nanométaux, PEG, parasites, créatures automotrices avec tentacules, fibres synthétiques et structures circulaires synthétiques auto-assemblantes ou agglomérantes semblent faire partie de ces injections sans que l’on comprenne en quoi ces substances connues pour être très dangereuses sur la santé humaines seraient indispensables pour lutter contre le virus !

Semblable à ce que  le Docteur Carrie Madej a trouvé au microscope, Franc  Zalewski  décrit  » une sorte de créature synthétique avec des tentacules « 

Donc: d’où vient cette technologie ?

Image de la « chose »!

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est convaincu que c’est une forme de vie qui grandira et qui se développera, une fois inoculé, à l’intérieur du corps des vaccinés, car il a observé qu’en quatre jours d’étude, cette  » chose  » s’était développée et avait pris du volume. Invariablement de nombreuses questions se présentent à son esprit :  Est-ce une plante ? Est-ce un  » être vivant  » inoculé aux vaccinés dans des sortes d’œufs servant de milieu de culture favorisant leur développement ? Ou bien ne seront-ils activés dans leur développement que grâce à un signal ou à un environnement externe ? Les questions sont certes posées mais n’ont pour l’instant pas de réponses ! Il espère seulement que cette  » chose  » ne sera pas activée car il en redoute les effets dévastateurs sur celles et ceux qui les auront reçues dans leur corps par le biais de la vaccination.

Zalewski soupçonne que  :  » le graphène contenu dans le vaccin agit comme une sorte de nourriture ou de catalyseur pour « la chose » parce que le vaccin contient les œufs de « la chose » qui semblent éclore en présence de graphène. « 

J’invite tous mes concitoyens à mener leurs propres enquêtes, même s’ils ne sont ni médecins, ni scientifiques, et à comparer les allégations du narratif gouvernemental avec les analyses des scientifiques qui ont été discrédités, radiés ou poussés à la démission parce qu’ils s’y opposent et qu’ils expliquent pourquoi. il s’agit de VOTRE corps et de VOTRE santé ! Pas de celle du gouvernement qui échappera à ce génocide programmé et qui est en passe de réussir si la majorité des citoyens ne se réveille pas avant qu’il ne soit trop tard !

ORGANISONS LA RÉSISTANCE DÉMOCRATIQUE  DES NATIONS!


NOUS SOMMES CONSTAMMENT CIBLÉ PAR LA CENSURE DES MÉDIAS,PARTAGEZ NOS ARTICLES ET SUPPORTER  NOUS EN VISITANT NOTRE BOUTIQUE:

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID-19:Des scientifiques du monde entier analysent la composition des vaccins

Il semblerait que tous les ingrédients introduits dans les injections contre le virus SARS-cov-2 ne soient pas mentionnés dans les notices destinées aux soignants qui pratiquent les injections sur la population. De nombreux médecins, chercheurs et scientifiques du monde entier ont cherché à vérifier si la composition des flacons de vaccin était strictement conforme à l’énoncé des substances mentionnées dans les notices.

 

En Allemagne par exemple des médecins se sont  réunis pour faire le point et échanger autour de ce qu’ils ont analysé et trouvé dans les vaccins :

(analyse du contenu d’une injection par des médecins allemands)

 

 

Ailleurs, le docteur Carrie Madej dresse un état des lieux de ce qu’elle a trouvé dans le liquide vaccinal après analyse au microscope et avec différentes technique de pointe :

 

  (Docteur Carrie Madej examine le vaccin au microscope)

 

 

 

 

Un rapport écrit très détaillé et comportant de nombreuses images  réalisé par le docteur Robert Young a été obtenu par Maitre Brusa, avocat, et publié sur son site :

Sur ce lien: Site de Maître Brusa

 

https://reaction19.fr/reaction19/enquetes-reaction19/140921-composition-des-pseudo-vaccins-dr-robert-young/

Vous pourrez télécharger vous-même le rapport spectométrique des vaccins ARNm du docteur Young qui est un document PDF de 24 pages traduit en français depuis le site de maitre Brusa :

140921 – Composition des pseudo-vaccins – Dr Robert YOUNG

Je vais m’efforcer ci dessous de vous en extraire ce qui est compréhensible à l’entendement des néophytes que nous sommes, en vous faisant  grâce des termes scientifiques compréhensibles uniquement par les seuls scientifiques qui en manient  le langage ! Que cela toutefois ne vous donne surtout pas le sentiment de ne pouvoir comprendre l’essentiel de ce qu’il faut retenir et conclure à propos de ces injections que l’on veut vous inoculer de force alors qu’à aucun moment votre consentement n’a été éclairé ni même obtenu concernant les substances ultra nocives de ces injections pour la santé humaine et l’espérance de vie !

Ce n’est pas parce que vous n’appartenez pas au cénacle très fermé des   » sachants  » autoproclamés qui envahissent les plateaux télé que vous n’avez pas votre mot à dire sur cette scandaleuse obligation vaccinale que l’on veut vous administrer de force et qui omet à dessein de vous révéler les conséquences néfastes de toutes les substances qui ne vont pas vous protéger du virus, mais au contraire altérer gravement votre santé !

Ci-dessous donc des extraits compréhensibles du rapport du Docteur Young :

 

La microscopie à contraste de phase, la microscopie électronique à transmission et à balayage et la spectroscopie à rayons X à dispersion d’énergie révèlent les ingrédients des vaccins contre le CoV-19.

Il existe actuellement quatre grandes sociétés pharmaceutiques qui fabriquent un vaccin contre le SRAS-CoV-2, maintenant  appelé SRAS-CoV-19.  Ces fabricants et leurs vaccins sont :

  • Pfizer– le vaccin ARNm BioNTech,
  • Moderna-  le vaccin ARNm Lonza -1273, Serum Institute-
  • le vaccin Oxford Astrazeneca
  • le vaccin Covid-19 Janssen, fabriqué par Janssen Biotech Inc, une société pharmaceutique Janssen de Johnson & Johnson, un adénovirus recombinant, inapte à la réplication, exprimant la protéine de pointe du SRAS-CoV-2.

L’objectif ( affiché ) de ces vaccins est de conférer une immunité contre le nouveau coronavirus infectieux ou SARS-CoV-2, désormais appelé SARS-CoV-19. Ces quatre sociétés pharmaceutiques n’ont pas fourni de divulgation complète à la FDA ( Food and Drug Administration  américaine ) sur leur boîte de vaccin, leur fiche d’information ou leur étiquette.

 

Le but de cet article de recherche est d’identifier les ingrédients majeurs et mineurs spécifiques contenus dans le vaccin Pfizer, le vaccin Moderna, le vaccin Astrazeneca et le vaccin Janssen en utilisant divers tests scientifiques anatomiques, physiologiques et fonctionnels pour chaque vaccin SRAS-COV-2-19.

En tant que droits de l’homme, régis en vertu du droit international par le Code de Nuremberg de 1947, l’information sur les ingrédients spécifiques du vaccin est essentielle, requise et nécessaire à connaître pour que tout être humain de n’importe quel pays au monde puisse prendre une décision éclairée quant à son consentement ou non à l’inoculation du SRAS-CoV-2-19.

Nous avons effectué les tests scientifiques sur chaque vaccin et avons identifié plusieurs ingrédients ou adjuvants non divulgués qui sont contenus dans ces quatre vaccins contre le SRAS-CoV-2-19. Actuellement, ces vaccins sont administrés à des millions d’êtres humains dans le monde entier en vertu d’une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) délivrée par chaque pays sans que tous les ingrédients soient divulgués et, dans certains cas, à la demande de gouvernements ou d’employeurs, ce qui constitue une violation des droits de l’homme en vertu du Code de Nuremberg de 1947.
                                                                                                                                              Explications sur la méthodologie et les techniques employées par le Docteur Young

Quatre “vaccins” ont été analysés, à savoir le vaccin Pfizer-BioNtech, Moderna-Lonza mRNA-1273, Vaxzevria d’Astrazeneca, Janssen de Johnson & Johnson, en utilisant différents instruments et protocoles de préparation selon les nouvelles approches technologiques des nanoparticules. Les différents instruments comprennent la microscopie optique, la microscopie à champ clair, la microscopie à contraste de pHase, la microscopie à champ sombre, l’absorbance UV et la spectroscopie de fluorescence, la microscopie électronique à balayage, la microscopie électronique à transmission, la spectroscopie à dispersion d’énergie, le diffractomètre à rayons X et les instruments de résonance magnétique nucléaire, qui ont été utilisés pour vérifier la morphologie et le contenu des “ vaccins ”. Pour les mesures de haute technologie et le soin de l’enquête, tous les contrôles ont été activés et les mesures de référence adoptées afin d’obtenir des résultats validés.

Ci dessous image de sang humain après inoculation du vaccin. Micrographie d’un amas de carbone d’oxyde de graphène réduit (rGO).  » Notez que les globules rouges s’agglomèrent dans et
autour du cristal rGO dans une condition connue sous le nom de Rouleau ! Un mot français qui signifie “empiler”  
analyse le docteur Young.

 

Quels sont les ingrédients non divulgués contenus dans les vaccins  Pfizer, Moderna, Astrazeneca et  Janssen ?

 

Pour répondre à cette question, une fraction aqueuse des vaccins Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen a été prélevée dans chaque flacon, puis examinée séparément, sous microscope, montrant des preuves anatomiques de particules d’oxyde de graphène réduit (rGO).

Les ingrédients non divulgués du “ vaccin ” de Pfizer :

 

Les observations en microscopie du produit vaccinal de Pfizer, ainsi que des produits vaccinaux de Moderna, Astrazeneca et Janssen ont révélé certaines entités qui peuvent être des bandes de graphène, comme le montre l’image ci dessous  :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ci- dessous Images d’oxyde de graphène sous différents aspects et en plus gros plans :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous image de la capside du liposome contenant le rGO ( Oxyde de Graphène réduit ) que Pfizer utilise pour véhiculer l’oxyde de graphène de son produit en attachant la capside du liposome à des molécules d’ARNm spécifiques pour conduire le contenu du liposome de rGO vers des organes, des glandes et des tissus spécifiques, à savoir les ovaires et les testicules, la moelle osseuse, le cœur et le cerveau.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’identification définitive de l’oxyde de graphène par microscopie TEM est présente dans les 4 vaccins CoV-2-19 ! En utilisant la microscopie électronique à transmission (MET), nous avons observé une matrice ou un maillage complexe de feuilles de rGO ( = oxyde de graphène réduit )  flexibles, translucides et pliées, avec un mélange d’agglomérations multicouches plus sombres et de
monocouches dépliées de couleur plus claire, comme le montre l’image ci-dessous :

 

 

 

 

 

 

 

l’image ci-dessus montre un amas de nanoparticules de graphène dans un vaccin Pfizer. Elles semblent être agrégées comme le montre les images ci dessous :

 

 

 

 

 

La diffractométrie des rayons X révèle leur nature de nanoparticules cristallines de rGO à base de carbone.  Le contenu chimique et élémentaire de la fraction liquide du vaccin Pfizer a ensuite été analysé par spectroscopie à rayons X  à dispersion d’énergie (EDS). Le spectre EDS a montré la présence de carbone, d’oxygène, vérifiant les éléments rGO, ainsi que de sodium et de chlorure.

 

 

 

 

 

 

 

L’image ci-dessus montre des débris de 20 microns de longueur identifiés dans le soi-disant “ vaccin ” Pfizer contenant du carbone, de l’oxygène, du chrome, du soufre, de l’aluminium, du chlorure et de l’azote.

 

Les images suivantes ci-dessous montrent une micrographie de différentes micro et nanoparticules qui ont été identifiées dans les vaccins Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen et analysées au microscope électronique à balayage (MEB) couplé à une microsonde à rayons X d’un système à dispersion d’énergie (SDE) qui révèle la taille des particules, la distribution de la composition et la nature chimique des micro et nanoparticules observées.

Un corps allongé de 50 microns est une présence mystérieuse et nette dans le vaccin  Pfizer. Il apparaît et est identifié anatomiquement comme un parasite Trypanosoma cruzi dont plusieurs variantes sont létales et constituent l’une des nombreuses causes du syndrome d’immunodéficience acquise ou SIDA.

 

L’image ci-dessus identifie une composition de nanoparticules et confirme donc la présence d’un parasite Trypanosoma d’environ 20 microns de long trouvé dans le soi-disant “ vaccin ” Pfizer. Il est composé de carbone, d’oxygène, de chrome, de soufre, d’aluminium, de chlorure et d’azote.

Parasite Trypanosoma cruzi vivant dans du sang  inoculé par le vaccin et détecté grâce à Une micrographie par microscopie à contraste de phase. l’image identifie une composition de nanoparticules comprenant du carbone, de l’oxygène, du chrome, du soufre, de
l’aluminium, du chlorure et de l’azote, que l’on retrouve également dans les “vaccins” CoV-19.

Les images suivantes montrent une micrographie de différentes micro et nanoparticules qui ont été identifiées et analysées sous un microscope électronique à balayage (MEB) environnemental couplé à une microsonde à rayons X d’un système à dispersion d’énergie (SDE) qui révèle la nature chimique des micro et nanoparticules observées et leur morphologie.

L’image ci-dessus montre les particules de taille nanométrique et micronique identifiées dans le “vaccin ” Pfizer. La particule blanche de 2 microns de long est composée de bismuth, carbone, oxygène, aluminium, sodium, cuivre et azote.

l’image ci-dessus  montre un agrégat organique (carbone-oxygène-azote) avec des nanoparticules de bismuth, de titane, de vanadium, de fer, de cuivre, de silicium et d’aluminium incorporées dans le “vaccin ” Pfizer.

Les ingrédients non divulgués du “vaccin” d’Astrazeneca :

 

L’image ci-dessous montre un agrégat de fer, de chrome et de nickel, également connu sous le nom d’acier inoxydable, composé de micro et nanoparticules incorporées et identifiées dans le “ vaccin ” d’Astrazeneca, observé au microscope électronique à transmission (MET) et quantifié à l’aide d’une microsonde à rayons X d’un système à dispersion d’énergie qui révèle la nature chimique des micro et nanoparticules observées et leur morphologie.

L’instrument XRF (X-ray fluorescence) a été utilisé pour évaluer les adjuvants du “ vaccin ” Astrazeneca, ce qui a permis d’identifier les molécules suivantes : histidine, saccharose, polyéthylène glycol (PEG) et alcool éthylénique, également contenues dans les “vaccins” Pfizer et Moderna.

 

Le PEG et l’alcool éthylénique sont tous deux connus pour être cancérigènes et génotoxiques. Le PEG était le seul adjuvant déclaré sur la fiche technique énumérant les ingrédients du “ vaccin ” Astrazeneca, mais contenu également dans les “ vaccins ” Pfizer et Moderna.

Les ingrédients non divulgués du “vaccin” de Janssen :

 

L’image suivante montre un agrégat organique-inorganique identifié dans le “vaccin” de Janssen. Les particules sont composées d’acier inoxydable et sont collées ensemble avec une “ colle à base de carbone ” d’oxyde de graphène réduit. Cet agrégat est hautement magnétique et peut déclencher une coagulation sanguine pathologique et “ l’effet Corona ” ou “ l’effet protéine en pointe ” créé par la dégénérescence de la membrane cellulaire due aux interactions avec d’autres dipôles. Cet agrégat d’acier inoxydable est composé de carbone, d’oxygène, de fer et de nickel, maintenu par de l’oxyde de graphène.

L’image ci dessous montre des éléments de carbone, d’oxygène, de fer et de nickel réunis par de l’oxyde de graphène. L’ effet  » Corona ” et la ” protéine de pointe ” créés de manière endogène sont causés par un empoisonnement chimique et radiologique dû à l’oxyde de graphène réduit et aux rayonnements micro-ondes !

Ci-dessous image de“L’effet Corona” et de la création endogène d’exosomes due à l’empoisonnement chimique et radiologique des fluides vasculaires et interstitiels de l’interstium.

L’image qui suit montre “ l’effet Corona ” et la naissance endogène de pics de protéines S1 causés par les radiations et l’empoisonnement chimique ou ce que le docteur Robert Young appelle “ l’effet de pic de protéines ”.

La micrographie ci-dessus montre la création endogène des “pics de protéines” comme une infection. Les images précédentes montrent “L’EFFET CORONA” sur les globules rouges montre “L’EFFET PROTÉINE SPIKE”, tous deux causés par une acidose décompensée des fluides interstitiels et vasculaires provenant d’un mode de vie acide et plus particulièrement d’une exposition à des champs électromagnétiques pulsés toxiques à 2,4 GHz ou plus, d’un empoisonnement chimique provenant de la nourriture et de l’eau ingérées, d’une pollution atmosphérique acide toxique, de chemtrails  et, pour couronner le tout, d’une inoculation de CoV-19 à base de nano particules chargées de produits chimiques !

Docteur Robert Young  :   » S’il vous plaît, laissez vos sentiments et vos fausses croyances à la porte avant que VOUS ne vous fassiez du mal prématurément « 

 

Les ingrédients non divulgués du “ vaccin ” Moderna  : 

L’étude a identifié une entité mixte de matières organiques et inorganiques contenue dans le “vaccin” Moderna. La microscopie électronique à transmission (TMS) et la quantification à l’aide d’une microsonde à rayons X d’un système à  dispersion d’énergie (EDS) ont révélé la nature chimique des micro et nanoparticules observées. Le “vaccin” Moderna est un substrat d’oxyde de graphène réduit à base de carbone dans lequel sont incorporées des nanoparticules. Ces nanoparticules sont composées de carbone, d’azote, d’oxygène, d’aluminium, de cuivre, de fer et de
chlore.

L’image ci-dessus révèle la présence de nanoparticules cytotoxiques intégrées. Les micro et nano particules observées sont de nature chimique. De nombreux corps étrangers ont été identifiés avec une morphologie sphérique avec quelques cavités en forme de bulles.

 

l’image ci-dessous montre qu’ils sont composés de carbone, d’azote, d’oxygène, de silicium, de plomb, de cadmium et de sélénium. Cette  composition de nanoparticules hautement toxiques sont des points quantiques de séléniure de cadmium qui sont cytotoxiques et génotoxiques.

L’image suivante montre les nano-points dans l’oxyde de graphène trouvé dans le “ vaccin ” Moderna.

L’image ci-dessous révèle la composition cytotoxique et génotoxique des nanoparticules d’oxyde de graphène trouvées dans le “ vaccin ” Moderna.  le “vaccin” Moderna  révèlent un symplaste de 100 microns de composite de nanoparticules d’oxyde de graphène réduit. Le rGO est composé de carbone et d’oxygène avec une contamination de nanoparticules d’azote, de silicium, de phosphore et de chlore.

Les deux images accolées ci-dessous montrent des entités d’oxyde de graphène réduit à base de carbone dans le “ vaccin ” Moderna, mélangées à des agrégats remplis de nanoparticules de silicate d’aluminium.

Conclusions du Docteur Robert Young après l’étude de la composition des quatre vaccins  :

 

La pandémie de SRAS-CoVid-2-19 a incité les industries pharmaceutiques à développer de nouveaux médicaments qu’elles ont appelés vaccins.

 

Le mécanisme d’action de ces nouveaux médicaments, tel qu’il est déclaré par l’industrie pharmaceutique, associé à ce qui est indiqué dans la fiche technique des vaccins, n’est PAS clair pour les savants médicaux actuels qui comprennent que ces nouveaux médicaments produits par

  • Pfizer – le vaccin ARNm BioNTech,
  • le vaccin ARNm-1273 Moderna-Lonza,
  • le vaccin Serum Institute Oxford Astrazeneca et
  • e vaccin Janssen COVID -19, fabriqué par Janssen Biotech Inc, une société pharmaceutique Janssen de Johnson & Johnson,

ne sont PAS des vaccins mais des médicaments nanotechnologiques fonctionnant comme une thérapie génétique.

Le nom “vaccin” est probablement un escamotage (ruse) utilisé pour des raisons bureaucratiques et technocratiques afin de recevoir une approbation d’urgence, en ignorant toutes les règles normales nécessaires pour les nouveaux médicaments, en particulier pour ceux qui impliquent de nouveaux mécanismes nanotechnologiques qui n’ont jamais été développés ni expérimentés par l’homme, où que ce soit, à n’importe quel moment de l’histoire du monde.

Tous ces soi-disant “ vaccins ” sont brevetés et leur contenu réel est donc tenu secret, même pour les acheteurs, qui, bien sûr, utilisent l’argent des contribuables. Ainsi, les consommateurs (les contribuables) n’ont aucune information sur ce qu’ils reçoivent dans leur corps par inoculation.

 

L’humanité est maintenue dans l’ignorance en ce qui concerne les processus technologiques de nanoparticules impliqués, les effets négatifs sur les cellules du corps, mais surtout l’effet possible de la nano-bio-interaction magnétotoxique, cytotoxique et génotoxique sur le sang et les cellules du corps.

Cette étude actuelle, qui consiste en une analyse directe des soi-disant “vaccins” susmentionnés à l’aide d’instruments technologiques à nanoparticules, révèle des informations troublantes et susceptibles de changer la vie des personnes concernées, concernant la vérité sur le contenu acide toxique réel de ces soi-disant vaccins.

Les médicaments Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen ne sont PAS des “vaccins” mais des agrégats complexes de nanoparticules d’oxyde de graphène composés de divers nano-éléments fixés à des acides nucléiques génétiquement modifiés d’ARNm provenant de cellules animales et de cellules fœtales humaines avortées, comme nous l’avons vu et décrit ci-dessus.

Une fois de plus, les ingrédients de ces soi-disant vaccins sont hautement magnétotoxiques, cytotoxiques et génotoxiques pour les membranes cellulaires des plantes, des insectes, des oiseaux, des animaux et des humains, ainsi que pour leur génétique, ce qui a déjà entraîné de graves accidents (estimés à plus de 500 millions) et/ou la mort (estimée à plus de 35 millions).

Les soi-disant “experts” ou “savants médicaux” VOUS disent que les vaccins contre le CoV -2 – 19 sont le SEUL moyen d’arrêter la propagation du CoV-19… même lorsqu’il n’y a AUCUNE PREUVE de son existence et AUCUNE PREUVE de sa propagation telle que déterminée par la méthode scientifique des postulats de Koch ou de Rivers !

Ces même experts affirment qu’ils sont sûrs – malgré les preuves documentées du contraire….. qu’ils sont efficaces – même si des millions de personnes “doublement piquées” tombent malades, s’exposent théoriquement à un VIRUS NON EXISTANT appelé CoV – 19, et meurent, non pas d’une infection virale fantôme mais de la PEUR ou de fausses preuves semblant réelles, et du contenu acide toxique de l’oxyde de graphène réduit délivré via l’ARNm génétiquement modifié à des organes cibles spécifiques du corps humain entraînant une coagulation sanguine pathologique, un manque d’oxygène, une hypercapnie, une hypoxie et ensuite la mort par suffocation.

Ci-dessous image d’une Coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) ou coagulation sanguine pathologique !

 

 

 

Docteur Robert Young   :   » Ces experts affirment que VOUS DEVEZ recevoir au moins deux injections PLUS des “rappels” pour vivre une “vie normale”…  Et bientôt, ils vous diront que VOUS n’avez pas d’autre choix que de vous conformer à TOUTES leurs OBLIGATIONS ! « 

NE LAISSEZ PERSONNE VOUS ENLEVER VOTRE LIBERTÉ DE SANTÉ !

« C’est VOTRE corps, VOTRE vie et VOTRE choix ! La connaissance est le pouvoir. Et c’est la clé pour comprendre pourquoi les vaccins expérimentaux CoV -19 sont si dangereux – malgré le récit officiel des médias aux ordres qui suppriment et censurent quiconque ose s’exprimer. Vous avez le contrôle de votre propre santé. Ne soyez pas victime des gouvernements et des bureaucrates mondiaux qui poussent tout le monde à se faire vacciner. Le “philanthrope” milliardaire Bill Gates et les activistes milliardaires de Big Tech pensent savoir ce qui est le mieux pour vous et votre famille. Vous devez être libre de décider ce qui est bon pour vous. Ne laissez PAS les gouvernements et les employeurs vous forcer à vous faire “vaxxer” “pour votre bien”.  Et ne laissez jamais la culture de la censure vous rendre trop effrayé pour défendre vos droits !  » 

Ce rapport d’études effectué par le Docteur Young révèle tout ce qui n’est pas divulgué dans les notices des laboratoires ! La composition des  » vaccins  » dont l’appellation est impropre puisqu’il s’agit de thérapie génique présente des quantités importantes de substances très toxiques pour la santé humaine qui n’ont rien à faire dans ces injections. Et c’est bien parce que les laboratoires savent que leurs ingrédients endommagent les cellules humaines qu’ils ne les mentionnent pas dans leurs notices ! N’y-a-t-il pas là une volonté manifeste de nuire et de tromper tous ceux qui subissent leurs injections toxiques ? Et les dirigeants qui imposent cette vaccination de force ne se rendent-ils pas délibérément coupables d’un génocide en cours sous l’alibi fallacieux de protéger la santé publique ? N’est-ce pas une immense imposture et une monumentale tromperie dont les peuples endureront les dommages, voire mourront ?

Un acte médical non consenti imposé par la force, le chantage et des mesures coercitives est illégal et ne peut-être que l’œuvre de charlatans malveillants et de psychopathes qui ont vendu leur âme au diable ! Cette vaccination obligatoire est un acte criminel et cela est déjà démontrable !


AIDEZ NOUS EN VISITANT NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE AFIN DE CONTRECARRÉ LA CENSURE MÉDIATIQUE:

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

C’était hier:Le 14 octobre 1962 ,un avion-espion U-2 photographie un site de lancement de missiles soviétiques à Cuba

La crise des missiles cubains a duré du 16 au 28 octobre 1962. L’Union soviétique en effet stationne des missiles nucléaires à Cuba, menaçant ainsi les États-Unis et le Canada et plongeant toute la planète à l’orée d’une guerre nucléaire. Même si le premier ministreJohn Diefenbaker finit par mettre les forces armées canadiennes en état d’alerte, son hésitation à agir envenime les relations déjà tendues entre le Canada et les États et mène à la chute de son gouvernement en 1963.

 

Un missile sol-air S-75 Dvina (SAM) en face du Musée historique et militaire d’artillerie, du génie et du Corps des transmissions à Saint-Pétersbourg, en Russie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découverte des missiles

La crise des missiles de Cuba a lieu au plus fort de la guerre froide. Le 14octobre 1962, un avion-espion américain photographie des missiles balistiques soviétiques en pleine installation à Cuba. Conçus pour lancer des têtes nucléaires, ces missiles sont capables de toucher n’importe quelle cible aux É-U et au Canada.

Le président américain John F. Kennedy est informé de la situation le 16 octobre. Ses conseillers et lui passent la semaine à étudier en secret leurs options d’action. L’armée lui conseille d’entamer des frappes aériennes sur les bases de missiles, mais il met plutôt en place un embargo naval de Cuba. C’est par le biais d’un message télédiffusé le 22octobre qu’il fait part de la crise et de l’embargo au public américain et qu’il menace l’Union soviétique de prendre des mesures additionnelles si les bases ne sont pas démantelées.

Hésitation canadienne

En tant qu’un des dirigeants de l’OTAN, le premier ministre John Diefenbaker est informé par John F. Kennedy du plan de son administration, peu de temps avant l’annonce publique. Au téléphone, John Diefenbaker émet des doutes quant aux intentions des Soviétiques, et demande à voir plus de preuves de ce qui se déroule à Cuba. Il exhorte John F. Kennedy à envoyer une délégation d’inspecteurs des Nations-Unies à Cuba pour vérifier l’état de la situation.

Le gouvernement canadien se demande s’il faut effectivement, comme l’exigent les É-U, faire passer les forces canadiennes à un niveau d’alerte élevé appelé «DEFCON-3». John Diefenbaker, qui n’aime pas particulièrement John F. Kennedy, hésite. Il est en effet outré que les États-Unis n’aient pas consulté le Canada plus tôt. Pour ces raisons, Howard Green, secrétaire d’État aux Affaires extérieures, et John Diefenbaker décident de se montrer prudents lorsqu’il s’agit d’exaucer les demandes des États-Uniens.

De plus, ils craignent que le fait de placer l’armée canadienne en état d’alerte ne provoque l’Union soviétique inutilement.

 

 

Vue aérienne montrant le site de lancement de missiles 3 à Cuba, octobre 1962.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«DEFCON-3»

Malgré les inquiétudes et les retards, le ministre de la Défense nationale Douglas Harkness demande aux unités canadiennes de hausser leur niveau d’alerte à «DEFCON-3». L’autorisation formelle, toutefois, tarde à venir tandis que le Cabinet débat sur la question pendant deux jours. Douglas Harkness argue que la nature de la crise et les traités sur la défense internationale rendent un tel état d’alerte nécessaire (le Canada étant membre, tout comme les É-U, de l’OTAN et du NORAD).

Près de la moitié des ministres du Canada restent indécis sur la question. Lorsque les navires soviétiques approchent la zone de quarantaine plus tard la même semaine et que d’autres membres de l’OTAN annoncent leur soutien à l’embargo, toutefois, la position de Harkness finit par faire consensus. Le 24octobre, le gouvernement de Diefenbaker autorise l’alerte«DEFCON-3» et le déploiement de navires et d’avions de patrouille canadiens pour localiser les sous-marins soviétiques dans l’Atlantique du Nord.

La réponse hésitante du Canada reflète le désir du gouvernement de préserver son indépendance en matière de politique étrangère et de maintenir une position mesurée en situation de crise. Les délais, toutefois, sont fortement critiqués à l’international. Ils contribuent à la réputation d’indécision qu’on attribue au gouvernement Diefenbaker.

L’hésitation canadienne exacerbe également les relations déjà tendues entre le Canada et l’administration Kennedy, en plus d’attiser la controverse et la confusion du Canada à l’égard de sa position sur les armes nucléaires, un débat faisant rage depuis la crise des missiles Bomarc en 1960.

John Diefenbaker

 

Résolution

La crise des missiles de Cuba se poursuit durant 13 jours de fortes tensions. Les deux superpuissances atomiques mondiales frôlent de plus près que jamais une guerre nucléaire. La confrontation prend fin le 28octobre grâce à l’aide de diplomates des Nations-Unies. Le premier ministre soviétique Nikita Khrushchev accepte de démanteler et de retirer les missiles soviétiques, en échange d’une promesse des É.-U. selon laquelle ils n’envahiraient pas Cuba.

Effet sur le Canada

John Diefenbaker a remporté les élections de 1958, célébrant ainsi la victoire la plus écrasante de l’histoire du Canada. Sa réaction hésitante face à la crise des missiles cubains, toutefois, entraîne la chute de son régime. Au lendemain de la crise, les États-Unis accusent le gouvernement Diefenbaker de mentir et d’éviter ses devoirs militaires. Douglas Harkness démissionne alors de son poste de ministre de la Défense. Aux élections du 5 février 1963, les progressistes-conservateurs de Diefenbaker perdent contre Lester B. Pearson et le Parti libéral.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ultimatum de Kennedy à Khrouchtchev

Le 22 octobre 1962, dans un discours mémorable prononcé d’une voix grave, le président américain John Fitzgerald Kennedy lance un ultimatum à peine voilé aux Soviétiques et à leur chef, Nikita Khrouchtchev, secrétaire général du Parti et président du Conseil des ministres.

Il conclut son discours sur une note très grave : « Le prix de la liberté est élevé. Mais l’Amérique l’a toujours payé ». Le monde tremble dans la crainte d’une guerre nucléaire entre les deux superpuissances.

 

Coup de bluff

Une semaine plus tôt, des photos aériennes prises par un avion-espion U2 ont révélé au président américain que les Soviétiques étaient en train d’installer des bases de lancement de fusées à tête nucléaire sur l’île de Cuba, à 200 kilomètres de la Floride et à portée immédiate des métropoles américaines.

Il s’agit pour les Soviétiques de répliquer à l’installation en novembre 1961 par le président Kennedy de  quinze fusées Jupiter en Turquie et de trente en Italie, destinées à frapper l’URSS en cas de guerre nucléaire.

Pour les Soviétiques, cette épée de Damoclès est inadmissible… tout comme pour les Américains l’installation de fusées similaires à Cuba.

Le président Kennedy confie la gestion de la crise à un Conseil de sécurité nationale placé sous l’autorité de son frère Bob et du Secrétaire à la Défense McNamara. Le vice-président Lyndon Johnson y participe exceptionnellement.

Pendant plusieurs jours et plusieurs nuits, dans le secret, ce conseil élabore tous les scénarios possibles face à ce casus belli, y compris le pire, à savoir un bombardement de Cuba avec le risque d’un engrenage nucléaire.

Le 19 octobre, dans le salon ovale de la Maison Blanche, le général en chef de l’aviation (US Air Force) Curtis Le May tente encore de convaincre le président d’employer la manière forte.

Américains et Soviétiques négocient pendant ce temps dans les coulisses (« On a heureusement affaire à cette époque-là à deux acteurs rationnels qui pèsent le pour et le contre », note l’historien André Kaspi, auteur d’une remarquable biographie de Kennedy).

Un avion américain oblige un cargo soviétique à se détourner de Cuba en octobre 1962La tension est à son comble. Le président choisit en définitive le bluff et, dans son discours du 22 octobre, annonce une « quarantaine » autour de Cuba pour empêcher les navires communistes de livrer le matériel destiné aux bases de missiles.

C’est un jeu extrêmement périlleux : avec ce blocus (un acte de guerre qui ne dit pas son nom), on frôle à tout moment l’incident qui pourrait dégénérer en troisième guerre mondiale.

Dès le 24 octobre, des cargos soviétiques renoncent à poursuivre leur route vers l’île. Le 26 octobre, Nikita Khrouchtchev propose des négociations mais Kennedy ne veut rien d’officiel qui rappellerait les tristement célèbres accords de Munich (1938).

Le lendemain, un avion-espion U2 est abattu au-dessus de Cuba et son pilote tué. Kennedy prévient les Soviétiques que la prochaine agression de ce type serait suivie d’un bombardement des sites de missiles.

Mais finalement, du bout des lèvres, il accepte le principe des négociations et prend par écrit l’engagement de ne jamais tenter d’envahir Cuba. Par une clause secrète, il  s’engage aussi à démanteler ses missiles en Turquie, aux frontières de l’URSS.

Le 28 octobre, Khrouchtchev, l’honneur sauf, s’incline et accepte de démonter les sites de missiles.


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE « VINTAGE par  MICHEL:

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

 

C’était hier:Le 6 octobre 1939,le Führer Adolph Hitler prononçait ce discours historique devant le Reichstag

C’était le 6 octobre 1939

 

 

 

 

 

 

 

Voici un discours historique traduit récemment prononcé le 6 octobre 1939 par le Führer Adolph Hitler:

Délégués ! Hommes du Reichstag allemand ! À un moment fatidique, vous, mes délégués, vous êtes réunis ici en tant que représentants du peuple allemand le 1er septembre de cette année.

À l’époque, je devais vous informer des décisions difficiles qui nous avaient été imposées par l’attitude intransigeante et provocatrice d’un État. Depuis, cinq semaines se sont maintenant écoulées. Si je vous faisais à nouveau convoquer ici, alors c’est pour pouvoir vous rendre compte du passé et vous donner l’aperçu nécessaire du présent et, dans la mesure du possible, de l’avenir.

Pendant deux jours, nos villes, marchés et villages ont été décorés des drapeaux et symboles du nouveau Reich. Au milieu du carillon de cloche, le peuple allemand célèbre une grande victoire, par sa nature historiquement unique. Un état d’encore 36 millions d’habitants, une armée d’environ 50 divisions d’infanterie et de cavalerie, s’étaient rassemblés contre nous. Leurs intentions étaient vastes, la confiance dans l’anéantissement de notre Reich allemand était considérée comme une évidence.

Huit jours après le déclenchement de cette lutte, cependant, les dés de la guerre étaient tombés. Partout où les troupes polonaises sont entrées en collision avec des formations allemandes, elles ont été rejetées ou écrasées. La structure audacieuse de l’offensive stratégique de la Pologne s’est effondrée dès les premières 48 heures de cette campagne. La mort défiant à l’attaque et avec des performances de marche incomparables, nos divisions allemandes, l’air et le panzer arm ainsi que les unités de la marine, arrachèrent la loi de l’initiative ; elle ne pouvait plus leur être arrachée à aucun moment.

Après 14 jours, la plus grande partie de l’armée polonaise a été soit dispersée, capturée ou encerclée. Les armées allemandes, cependant, avaient au cours de cette période parcouru des distances et occupé des espaces pour surmonter plus de 14 mois il y a 25 ans. Même si un certain nombre de stratèges de journaux particulièrement inventifs de l’autre monde ont néanmoins cherché à dépeindre le rythme de cette campagne comme décevant pour l’Allemagne, nous savons tous, après tout, qu’il n’y a pratiquement jamais eu de plus grand accomplissement de soldat dans l’histoire militaire. . Que les derniers restes des armées polonaises aient réussi à tenir à Varsovie, à Modi et à Hela jusqu’au 1er octobre, ce n’était pas le résultat de leur capacité, c’est plutôt dû à notre sang-froid et à notre conscience des responsabilités. J’ai interdit de sacrifier plus de personnes qu’il n’était inconditionnellement nécessaire, cela signifie que j’ai intentionnellement libéré la direction militaire allemande de l’opinion qui prévalait encore pendant la guerre mondiale selon laquelle, pour des raisons de prestige, elle devait résoudre certaines tâches en toutes circonstances et dans une période déterminée. Ce qui est inconditionnellement nécessaire de faire, arrive sans égard au sacrifice. Mais ce qui peut être évité, c’est perdu. Cela ne nous aurait posé aucun problème de briser la résistance de Varsovie du 10 au 12 comme nous l’avons brisée du 25 au 27 septembre. Je voulais juste, premièrement, épargner des vies allemandes et, deuxièmement, m’abandonner à l’espoir – même trompeur – que du côté polonais, pour au moins une fois, la raison consciente de la responsabilité au lieu de la folie irresponsable puisse triompher. J’ai volontairement libéré la direction militaire allemande de l’opinion qui prévalait encore pendant la guerre mondiale selon laquelle, pour des raisons de prestige, elle devait résoudre certaines tâches en toutes circonstances et dans un délai déterminé. Ce qui est inconditionnellement nécessaire de faire, arrive sans égard au sacrifice. Mais ce qui peut être évité, c’est perdu. Cela ne nous aurait posé aucun problème de briser la résistance de Varsovie du 10 au 12 comme nous l’avons brisée du 25 au 27 septembre. Je voulais juste, premièrement, épargner des vies allemandes et, deuxièmement, m’abandonner à l’espoir – même trompeur – que du côté polonais, pour au moins une fois, la raison consciente de la responsabilité au lieu de la folie irresponsable puisse triompher. J’ai volontairement libéré la direction militaire allemande de l’opinion qui prévalait encore pendant la guerre mondiale selon laquelle, pour des raisons de prestige, elle devait résoudre certaines tâches en toutes circonstances et dans un délai déterminé. Ce qui est inconditionnellement nécessaire de faire, arrive sans égard au sacrifice. Mais ce qui peut être évité, c’est perdu. Cela ne nous aurait posé aucun problème de briser la résistance de Varsovie du 10 au 12 comme nous l’avons brisée du 25 au 27 septembre. Je voulais juste, premièrement, épargner des vies allemandes et, deuxièmement, m’abandonner à l’espoir – même trompeur – que du côté polonais, pour au moins une fois, la raison consciente de la responsabilité au lieu de la folie irresponsable puisse triompher.

Mais ici, dans un cadre plus petit, c’est précisément la même pièce de théâtre qui s’est répétée, que nous devions auparavant expérimenter à plus grande échelle. La tentative de convaincre la direction militaire polonaise responsable, dans la mesure où une telle chose existait, de l’absurdité, oui, de la folie d’une résistance précisément dans une ville d’un million d’habitants, a échoué. Un généralissime, qui prit lui-même la fuite d’une manière peu glorieuse, imposa à la capitale de son pays une résistance qui, au mieux, devait conduire à sa destruction. Sachant que la fortification de la forteresse de Varsovie ne pouvait à elle seule résister à l’attaque allemande, on transforma la ville en tant que telle en forteresse, la traversa de barricades, érigea des positions de batteries sur toutes les places, dans les rues et les cours,

Simplement par pitié pour les femmes et les enfants, j’ai alors proposé aux dirigeants de Varsovie de laisser au moins la population civile évacuer. J’ai laissé opérer un armistice, assuré les voies d’évacuation nécessaires, et nous avons tous attendu aussi vainement un émissaire qu’à la fin août un négociateur polonais. Le fier commandant polonais de la ville ne nous a même pas honoré d’une réponse. Je fis en tout cas allonger les délais, ordonnai aux bombardiers et à l’artillerie lourde de n’attaquer que des objets clairement militaires, et réitérai mes exigences : cela resta de nouveau en vain. J’ai alors proposé de ne pas bombarder du tout tout le quartier de la ville de Praga, mais plutôt de le réserver à la population civile afin de lui donner la possibilité de s’y replier. Même cette proposition a été punie par le mépris polonais. Je m’efforçai une seconde fois d’enlever alors au moins les colonies étrangères de la ville. Cela a finalement réussi avec beaucoup de difficultés, avec le Russe seulement à la dernière minute.

J’ai maintenant ordonné pour le 25 septembre le début de l’attaque. Cette même défense, qui a d’abord trouvé indigne de sa dignité d’entrer ne serait-ce que dans les propositions humanitaires, a cependant changé d’orientation extrêmement vite. Le 25, l’attaque allemande commence et le 27, elle capitule ! Il n’a pas osé avec 120 000 hommes, comme autrefois notre général allemand Litzmann avec des forces bien inférieures à Brzeciny, faire une sortie audacieuse, il a plutôt préféré maintenant déposer les armes.

Il ne faut donc pas faire ici de comparaison avec Alkazar. Les héros espagnols là-bas ont héroïquement défié les attaques les plus lourdes pendant des semaines et se sont ainsi vraiment immortalisés à juste titre. Mais ici, on soumet une grande ville à la destruction sans scrupules puis, au bout de 48 heures, on capitule. Le soldat polonais s’est battu individuellement avec bravoure à de nombreux endroits. Son leadership, cependant, en commençant par le sommet, ne peut être qualifié que d’irresponsable, sans scrupules et incapable.

Devant Hela également, j’avais ordonné de ne sacrifier aucun homme avant la préparation la plus minutieuse. Là aussi, la capitulation intervient au moment où l’attaque allemande est enfin annoncée et prend son envol.

Je fais ces déclarations, délégués, afin d’anticiper la formation historique des légendes. Car si une légende peut se former autour de n’importe qui dans cette campagne, alors seulement autour du mousquetaire allemand, qui, attaquant et marchant, a ajouté une nouvelle page à son histoire immorale et glorieuse. Il peut se former autour des armes lourdes qui se sont précipitées au secours de cette infanterie au milieu d’efforts indicibles. Les hommes noirs de notre branche blindée sont dignes de cette légende, qui, avec une détermination audacieuse, sans égard pour les forces supérieures et la résistance, maintes et maintes fois porté l’attaque en avant, et, enfin, la légende peut glorifier ces pilotes défiant la mort qui , sachant que tout être abattu qui les a tués dans les airs devait signifier leur terrible massacre sur terre après leur parachutage, observé avec une persévérance inébranlable et attaqué avec des bombes et des mitrailleuses partout où l’attaque était ordonnée ou une cible se présentait. Il en va de même pour les héros de notre branche U-boot.

Si un état de 36 millions d’habitants et cette force militaire sont totalement détruits en quatre semaines, et si dans cette période aucun revers n’est venu pour le vainqueur, alors on peut y voir non pas la grâce d’une chance spéciale, mais plutôt la preuve de la formation la plus élevée, du meilleur leadership et de la bravoure la plus provocante.

Les soldats allemands ont à nouveau fermement mis sur leur tête les lauriers qui leur avaient été traîtreusement volés en 1918. Nous nous tenons tous avec une profonde gratitude devant les nombreux hommes vaillants inconnus et sans nom de notre peuple. Ils se sont maintenant rassemblés pour la première fois de toutes les provinces de la Grande Allemagne ; le sang répandu, cependant, les liera les uns aux autres encore plus fortement que n’importe quelle construction légale de l’État.

La conscience de cette force de notre Wehrmacht nous remplit tous d’un calme confiant, car elle a prouvé sa force non seulement à l’attaque, mais aussi dans la tenue de l’acquis. La formation exemplaire de l’officier individuel et du soldat a fait ses preuves à l’extrême. C’est à cela qu’il faut attribuer ce nombre de pertes beaucoup plus faible, qui, même s’il est individuellement douloureux, n’en restent pas moins globalement bien en deçà de ce que l’on croyait devoir espérer. Cependant, la somme totale de ces pertes ne fournit aucune image de la gravité des batailles individuelles ; car il y avait des régiments et des divisions qui, attaqués par une force suprême de formations polonaises ou eux-mêmes à l’attaque se heurtant à elles, devaient faire de très lourds sacrifices de sang.

Je crois ne pouvoir vous citer que deux épisodes de la grande série des batailles et combats qui se succèdent si rapidement comme exemple pour beaucoup. Lorsque, pour couvrir l’armée du général von Reichenau avançant vers la Vistule, sur son flanc gauche, les divisions de l’armée du général Blaskowitz avançaient contre Varsovie avec pour mission de repousser l’attaque de l’armée centrale polonaise contre le flanc du général von L’armée de Reichenau, se produisit soudain, au moment où l’on présumait que les armées polonaises étaient généralement déjà en retraite vers la Vistule, leur poussée dans l’armée en marche du général Blaskowitz. C’était une tentative désespérée des Polonais pour faire éclater l’anneau qui les entourait. Quatre divisions polonaises et quelques formations de cavalerie se jetèrent sur une seule division active allemande, qui, elle-même étalée, devait parcourir une ligne de près de 30 kilomètres. Malgré la supériorité ennemie quintuple et sextuple et malgré l’épuisement de ses propres troupes, combattant et marchant pendant des jours, cette division a paré l’attaque et l’a en partie rejetée dans le corps à corps le plus sanglant et ne s’est pas pliée ni abandonnée. jusqu’à ce que les renforts nécessaires puissent être apportés. Et tandis que la radio ennemie répandait déjà triomphalement la nouvelle de la percée à Lodz, le général de division, le bras levé en attelle, me rapporta le déroulement de l’attaque, l’empêchement de la percée, la conduite vaillante de ses soldats. Ici, les pertes étaient certes importantes. cette division a paré l’attaque et l’a en partie rejetée dans le corps à corps le plus sanglant et n’a pas plié ni abandonné jusqu’à ce que les renforts nécessaires puissent être amenés. Et tandis que la radio ennemie répandait déjà triomphalement la nouvelle de la percée à Lodz, le général de division, le bras levé en attelle, me rapporta le déroulement de l’attaque, l’empêchement de la percée, la conduite vaillante de ses soldats. Ici, les pertes étaient certes importantes. cette division a paré l’attaque et l’a en partie rejetée dans le corps à corps le plus sanglant et n’a pas plié ni abandonné jusqu’à ce que les renforts nécessaires puissent être amenés. Et tandis que la radio ennemie répandait déjà triomphalement la nouvelle de la percée à Lodz, le général de division, le bras levé en attelle, me rapporta le déroulement de l’attaque, l’empêchement de la percée, la conduite vaillante de ses soldats. Ici, les pertes étaient certes importantes.

Une division de milice allemande, avec d’autres petites formations, avait pour mission de pousser les Polonais dans le couloir nord, de prendre Gdingen et d’avancer en direction de la péninsule de Hela. Cette division de milice était opposée par des formations d’élite polonaises, des troupes navales, des écoles d’enseignes et de sous-officiers, de l’artillerie navale et de la cavalerie. Avec une certitude tranquille, cette division de milice allemande est allée à la solution de sa mission, qui a pour ennemi un adversaire numériquement aussi bien supérieur. En quelques jours, cependant, le pôle a été rejeté de position en position, 12 600 prisonniers ont été faits, Gdingen libéré, Oxhoeft a pris d’assaut et 4 700 autres hommes ont été repoussés et isolés sur la péninsule de Hela. Lorsque les prisonniers s’éloignèrent, une image émouvante se présenta : les vainqueurs, pour la plupart des hommes plus âgés,

 

Puisque je vais maintenant vous annoncer le nombre de nos morts et blessés, je vous demande de vous lever.

Même si ce nombre, grâce à l’entraînement de nos troupes, grâce à l’effet de nos armes et au leadership de nos formations, constitue à peine le vingtième de ce que nous croyions avoir à craindre au début de cette campagne, nous ne Je veux oublier que chaque individu qui a donné sa vie ici a fait pour son peuple et notre Reich le plus grand sacrifice qu’un homme puisse faire pour son peuple.

Selon les chiffres du 30 septembre 1939, qui ne connaîtront plus de changements significatifs, dans l’armée, la marine et la Luftwaffe, officiers compris, il y a eu 10 572 hommes tués, 30 322 blessés et 3 404 disparus. Parmi ces disparus, une partie tombée aux mains des Polonais doit malheureusement également être considérée comme massacrée et tuée. A ces victimes de la campagne polonaise appartient notre gratitude, aux blessés nos soins, aux membres de la famille sont notre empathie et notre aide.

Avec la chute de la forteresse de Varsovie, Modlin et la reddition de Hela, la campagne de Pologne est terminée. La sécurisation des terres contre les maraudeurs errants, les bandes de voleurs et les terroristes individuels est menée avec détermination. Le résultat du conflit est l’anéantissement de toutes les armées polonaises. La dissolution de cet État en fut la conséquence. 694,00 prisonniers ont commencé la « marche vers Berlin » jusqu’à présent. Le butin en matériel est encore totalement incalculable.

Depuis le début de la guerre, la Wehrmacht allemande se tient simultanément à l’ouest dans une préparation calme et attend l’ennemi. La marine du Reich a rempli son devoir dans les combats pour la Westerplatte, Gdingen, Oxhoeft et Hela, dans la sécurisation de la mer Baltique et de la baie de Helgoland, notre branche U-boot, cependant, combat digne des anciens héros inoubliables.

Face à cet effondrement historiquement unique d’une soi-disant structure étatique, se pose pour chacun la question de la cause d’un tel processus. Le berceau de l’État polonais se trouvait à Versailles. De sacrifices sanglants incommensurables – non seulement des Polonais, mais aussi des Allemands et des Russes – est née cette structure. Ce qui avait déjà prouvé pendant des siècles son incapacité à vivre, n’a été conçu artificiellement qu’en 1916 par une direction de l’État allemande également incapable de vivre et étrangère à la réalité et en 1920 est né non moins artificiellement. Au mépris de près d’un demi-millénaire d’expérience, au mépris d’un développement historique de plusieurs siècles, au mépris des conditions ethnographiques et au mépris de toutes les pratiques économiques, un État s’est construit à Versailles, qui, selon toute sa nature, devait tôt ou tard devenir la cause des pires crises. Un homme, qui est malheureusement encore aujourd’hui l’un de nos adversaires les plus farouches, l’avait clairement prévu à l’époque, Lloyd George, et comme beaucoup d’autres, lui aussi a mis en garde non seulement lors de l’émergence de cette structure, mais aussi à l’époque de la expansion ultérieure, qui fut entreprise contre toute raison et contre tout droit. À l’époque, il s’inquiétait du fait que dans cet État, toute une série de matériaux de conflit ont été créés, qui pourraient tôt ou tard fournir les raisons de graves conflits européens. trop averti non seulement lors de l’émergence de cette structure, mais aussi lors de l’expansion ultérieure, qui a été entreprise contre toute raison et contre tout droit. À l’époque, il s’inquiétait du fait que dans cet État, toute une série de matériaux de conflit ont été créés, qui pourraient tôt ou tard fournir les raisons de graves conflits européens. trop averti non seulement lors de l’émergence de cette structure, mais aussi lors de l’expansion ultérieure, qui a été entreprise contre toute raison et contre tout droit. À l’époque, il s’inquiétait du fait que dans cet État, toute une série de matériaux de conflit ont été créés, qui pourraient tôt ou tard fournir les raisons de graves conflits européens.

Le fait est que ce nouveau soi-disant État ne pouvait pas être clarifié jusqu’à nos jours dans la structure de ses nationalités. Il faut connaître les méthodes de recensement polonaises pour savoir à quel point les statistiques sur la composition ethnique de cette région étaient et sont totalement étrangères à la réalité et donc dénuées de sens. En 1919, des régions ont été revendiquées par les Polonais dans lesquelles ils prétendaient détenir une majorité de 95%, par exemple, en Prusse orientale, tandis que les plébiscites qui ont eu lieu plus tard ont donné 2% pour la Pologne. Dans l’État alors finalement créé aux dépens de l’ancienne Russie, de l’Autriche et de l’Allemagne, les non-polonais ont été traités et réprimés, tyrannisés et torturés de manière si barbare que tout vote dépendait désormais de la faveur des Woiwoden respectifs et donnait donc le résultat souhaité. ou exigé un résultat falsifié. Juste que l’élément sans doute polonais lui-même n’a guère été mieux traité. Si cette structure était encore considérée comme une démocratie par les hommes d’État de notre hémisphère occidental, alors c’était une parodie des fondements de leurs propres systèmes. Car dans ce pays régnait une minorité de grands propriétaires aristocratiques ou non aristocratiques et de riches intellectuels, pour lesquels leur propre peuple polonais représentait, dans le cas le plus favorable, une masse de force de travail. Derrière ce régime, il n’y a donc jamais eu plus de 15 % de la population totale. A cela correspond l’état d’urgence économique et le nadir culturel. Dans le 1919, cet état a succédé à la Prusse et aussi à l’Autriche des provinces laborieusement développées à travers des siècles de travail, oui, en partie carrément épanouies. Aujourd’hui, 20 ans plus tard, elles sont sur le point de redevenir steppiques. La Vistule, le fleuve dont l’embouchure maritime a toujours été d’une si grande importance pour le gouvernement polonais, est déjà aujourd’hui, faute d’entretien, impropre à tout commerce réel et selon la saison soit un fleuve sauvage, soit un ruisseau asséché. Les villes et les villages sont devenus désolés, les rues, à de très rares exceptions près, se sont délabrées et délabrées. Quiconque regarde cette terre pour la première fois pendant deux ou trois semaines se fait d’abord une idée du sens de l’expression : « économie polonaise ! »

Malgré les conditions insupportables de cette terre, l’Allemagne a essayé d’établir une relation supportable avec elle. J’ai moi-même essayé dans les années 1933 et 1934 de trouver une sorte d’arrangement juste et raisonnable entre nos intérêts nationaux et le souhait de préserver la paix avec cette terre. Il fut un temps, où vivait encore le maréchal Pilsudski, où il semblait réussir, de pouvoir réaliser cet espoir – même si à un degré modeste. Une patience sans précédent et encore plus de maîtrise de soi allaient avec cela. Parce que pour de nombreux Woiwoden polonais, l’accord gouvernemental entre l’Allemagne et la Pologne semblait n’être qu’une licence pour la seule persécution et l’anéantissement de la domination allemande désormais vraiment sûres. Dans les quelques années qui ont précédé 1922, plus d’un million et demi d’Allemands ont dû quitter leur ancienne patrie. Ils ont été chassés, souvent même sans pouvoir emporter les vêtements les plus essentiels. Lorsque, en 1918, la région d’Olsa tomba aux mains de la Pologne, ils procédèrent avec les mêmes méthodes contre les Tchèques qui y vivaient. Plusieurs milliers d’entre eux, souvent en quelques heures, ont dû quitter leurs lieux de travail, leurs résidences, leurs appartements, leurs villages, à peine autorisés à apporter ne serait-ce qu’une valise ou une boîte avec des vêtements. C’est ainsi que les choses se sont passées dans cet État pendant des années, et pendant des années nous avons regardé, en s’efforçant toujours de pouvoir peut-être, par une restriction de nos conditions politiques d’État, parvenir à une amélioration du sort des malheureux Allemands qui y vivent. Seulement, on ne pouvait pas surveiller que chaque tentative allemande d’éliminer les mauvaises conditions le long de cette voie était interprétée par les dirigeants polonais comme une faiblesse,

Etant donné que le gouvernement polonais s’employait maintenant à soumettre progressivement Dantzig aussi par mille voies, j’ai essayé d’obtenir une solution par des propositions appropriées, qui pourraient, sur le plan national et politique, intégrer Dantzig à l’Allemagne selon la volonté de sa population sans nuire aux exigences économiques de la Pologne et ainsi -appelés droits. Si quelqu’un prétend aujourd’hui qu’il s’agissait ici d’exigences d’ultimatum, alors c’est un mensonge. Car les propositions de solution transmises au gouvernement polonais en mars 1939 n’étaient rien d’autre que les suggestions et les idées déjà discutées longtemps à l’avance par moi personnellement avec le ministre des Affaires étrangères Beck. Seulement que je croyais, au printemps 1939,

Si le gouvernement polonais de l’époque refusait maintenant d’accepter une discussion sur ces propositions, il y avait alors deux raisons à cela.

Premièrement : les forces motrices chauvines rebelles qui l’ont soutenu ne pensaient pas du tout à résoudre le problème de Dantzig, bien au contraire, elles vivaient déjà dans l’espoir, présenté plus tard dans le texte et le discours, d’acquérir le territoire du Reich bien au-delà de Dantzig, cela signifiait donc pouvoir attaquer et vaincre. Et en effet, ces souhaits ne se sont pas arrêtés à la Prusse orientale, non, dans un flot de publications et dans une série continue d’adresses et de discours, de résolutions etc., au-delà de l’annexion de la Prusse orientale, l’annexion de la Poméranie, de la Silésie, a été exigée. , l’Oder comme frontière minimale, oui, finalement, même l’Elbe désigné comme la ligne de démarcation naturelle entre l’Allemagne et la Pologne.

Ces demandes, peut-être aujourd’hui perçues comme folles, mais présentées à l’époque avec un sérieux fanatique, étaient motivées d’une manière carrément ridicule par la revendication d’une « mission civilisatrice polonaise » et présentées comme justifiées, car réalisables, avec la référence à la force de la armée polonaise. Alors que j’envoyais au ministre polonais des Affaires étrangères de l’époque l’invitation à discuter de nos propositions, les revues militaires polonaises écrivaient déjà sur l’inutilité de l’armée allemande, la lâcheté du soldat allemand, l’infériorité des armes allemandes, la supériorité évidente de l’armée polonaise et la certitude, en cas de guerre, de battre les Allemands devant Berlin et de détruire le Reich. Mais l’homme qui voulait « hacher » l’armée allemande devant Berlin, n’était pas n’importe quel petit illettré polonais,

Les blessures et les insultes que l’Allemagne et la Wehrmacht allemande ont dû subir de la part de ces dilettantes militaires n’auraient été tolérées par aucun autre État, cependant, elles ne devaient pas non plus être attendues de la part de tout autre peuple. Aucun français et probablement aussi aucun général anglais ne se serait jamais permis un verdict similaire sur la Wehrmacht allemande et à l’inverse aucun allemand sur les soldats anglais, français ou italiens, comme nous l’avons entendu et lu depuis des années, et depuis mars 1939, encore et encore du côté polonais. Il a fallu beaucoup de sang-froid pour être calme face à cette diffamation fraîche et impertinente malgré la conscience que la Wehrmacht allemande allait en quelques semaines briser tout cet état ridicule avec son armée et le balayer du monde. Juste que ce roulement mental,

La seconde raison, cependant, résidait dans la misérable promesse de garantie que l’on faisait à l’État qui n’était nullement menacée, mais qui, désormais couverte par deux puissances mondiales, s’habituait très vite à la conviction de pouvoir provoquer une grande puissance sans être dérangée. et impuni, oui, peut-être même espéré pouvoir ainsi dégager le préalable à la réalisation de ses propres ambitions folles. Car dès que la Pologne se savait en possession de cette garantie, commença pour les minorités qui y vivaient un véritable régime de terreur. Je n’ai pas la tâche de parler du sort des éléments folkloriques ukrainiens ou russes blancs ; leurs intérêts reposent aujourd’hui sur la Russie. Mais j’ai le devoir de parler du sort de ces centaines de milliers d’Allemands, qui pendant des centaines d’années ont d’abord apporté la culture à cette terre, qu’on a maintenant commencé à chasser, à réprimer et à ravir, mais qui, depuis mars 1939, se sont livrés à un régime de terreur véritablement satanique. Combien d’entre eux ont été traînés, où ils se trouvent, ne peut être déterminé même aujourd’hui. Les villes de centaines d’habitants allemands n’ont plus d’hommes. Ils ont été complètement exterminés. Dans d’autres, on a violé et assassiné les femmes. Filles et garçons, ravagés et tués.

En 1598, l’Anglais Sir George Carew écrivit dans ses rapports diplomatiques au gouvernement britannique que les traits de caractère les plus marquants des Polonais étaient la cruauté et le laxisme moral. Cette cruauté n’a pas changé au cours des siècles passés depuis lors. De même qu’on a d’abord massacré des dizaines et des dizaines de milliers d’Allemands et les a torturés à mort d’une manière sadique, de même, pendant les combats, on a torturé et massacré des soldats allemands capturés. Cet enfant des démocraties d’Europe occidentale n’appartient pas du tout aux nations cultivées. Pendant plus de quatre ans, j’ai participé à la grande guerre de l’ouest. Sur aucun des camps de combat, rien de semblable n’a jamais été fait à l’époque. Mais ce qui s’est joué sur cette terre au cours des derniers mois et s’est produit au cours des quatre dernières semaines, c’est un seul acte d’accusation contre les auteurs responsables d’une soi-disant structure étatique, qui manquait de tout prérequis éthique, historique, culturel et moral. Si même un pour cent de ces atrocités devaient être commises n’importe où dans le monde contre des Anglais, alors j’aimerais voir les philistins indignés qui aujourd’hui, dans une indignation hypocrite, condamnent l’action allemande ou russe.

Non! Donner à cet État et à cette direction de l’État une garantie, telle que celle-ci s’est produite, ne pouvait que conduire au malheur le plus grave. Ni le gouvernement polonais, ni la petite clique qui le porte, ni le peuple polonais en tant que tel n’étaient capables de mesurer la responsabilité que la moitié de l’Europe imposait à une telle obligation en leur faveur.

De cette passion suscitée d’une part, ainsi que du sentiment de sécurité, qui, après tout, la Pologne avait été garantie en toutes circonstances, est né le comportement du gouvernement polonais dans la période comprise entre les mois d’avril et août de cette année. . Cela conditionne aussi la position vis-à-vis de mes propositions de pacification. Le gouvernement a rejeté ces propositions, parce qu’il se sentait couvert ou même poussé par l’opinion publique, et l’opinion publique l’a couvert et l’a entraîné dans cette voie, parce qu’il n’avait pas été mieux enseigné par le gouvernement et, surtout, parce qu’il se sentait suffisamment sécurisé dans chaque acte vers l’extérieur. Il fallait donc en venir à l’augmentation des terribles actes de terreur contre la nationalité allemande, au rejet de toutes les propositions de solution et, enfin, à des violations toujours plus grandes du territoire du Reich lui-même. Étant donné une telle mentalité, cependant, il était probablement aussi compréhensible que l’on considérait alors la patience allemande uniquement comme une faiblesse, cela signifie que chaque concession allemande n’était considérée que comme une preuve de la possibilité d’une action ultérieure. L’avertissement au gouvernement polonais de ne plus embêter Dantzig avec des ultimatums et, surtout, de ne pas étrangler définitivement la ville économiquement, n’a pas conduit à un assouplissement de la situation, bien au contraire, à la coupure technique des transports de la ville. L’avertissement de cesser enfin les fusillades éternelles, les mauvais traitements et la torture des Allemands de souche et de prendre des mesures contre ces actes a conduit à une augmentation de ces actes cruels et à une escalade des proclamations et des discours d’agitation des Woiwoden polonais et des dirigeants militaires. Les propositions allemandes, même à la dernière minute pour parvenir à un accord raisonnable et rationnel, ont été répondues par la mobilisation générale. La demande allemande, correspondant à la suggestion faite par l’Angleterre elle-même d’envoyer un émissaire, n’a pas été suivie et le deuxième jour a répondu par une déclaration carrément ridicule.

Dans ces circonstances, il était clair que, compte tenu de nouvelles attaques contre le territoire du Reich, la patience allemande trouverait maintenant sa fin. Ce que les Polonais avaient interprété à tort comme une faiblesse, c’était en réalité notre conscience de responsabilité et ma volonté, si possible, de parvenir encore à un accord. Mais comme ils croyaient que cette patience et cette indulgence, comme faiblesse, leur permettraient tout, il n’y avait plus qu’à les éclairer sur cette erreur et enfin riposter avec les moyens dont eux-mêmes s’étaient servis pendant des années.

Sous ces coups, cet État s’est maintenant, en quelques semaines, effondré et balayé. L’un des actes les plus insensés de Versailles a ainsi été éliminé.

Si maintenant, dans cette avancée allemande, une communauté d’intérêts avec la Russie s’est formée, cela repose non seulement sur la similitude des problèmes qui touchent les deux États, mais aussi sur la similitude de la prise de conscience qui s’est développée dans les deux États au sujet de la formation de relations les uns avec les autres.

J’ai déjà déclaré dans mon discours de Dantzig que la Russie est organisée selon des principes différents des nôtres. Juste que depuis qu’il a été démontré que Staline ne voyait aucun obstacle dans ces principes russo-soviétiques à l’entretien de relations amicales avec des États ayant des vues différentes, l’Allemagne nationale-socialiste ne voit plus aucune raison de son côté, disons, d’appliquer un critère différent. .

La Russie soviétique est la Russie soviétique ; L’Allemagne nationale-socialiste est l’Allemagne nationale-socialiste. Mais une chose est sûre : au même moment où les deux États respectent réciproquement leurs divers régimes et principes, la raison de toute attitude mutuellement hostile s’évanouit.

Il a été prouvé dans des cadres historiques de longue date que les habitants de ces deux plus grands États d’Europe étaient les plus heureux lorsqu’ils vivaient en amitié les uns avec les autres. La grande guerre que l’Allemagne et la Russie se sont autrefois livrées est devenue le malheur des deux pays. Il est compréhensible que surtout les terres capitalistes de l’ouest aient aujourd’hui intérêt, si possible, à jouer les deux États et leurs principes l’un contre l’autre. À cette fin et à ce degré, ils considéreraient la Russie soviétique comme suffisamment apte à une bonne société pour conclure avec elle des alliances militaires utiles. Mais ils considèrent comme une perfidie, si cette approche honorable est rejetée et, au lieu de cela, une approche surgit entre ces deux puissances qui ont toutes les raisons de rechercher une coopération pacifique mutuelle, dans l’expansion de leurs relations économiques, le bonheur de leur peuple. J’ai déjà déclaré il y a un mois au Reichstag que la conclusion du pacte de non-agression germano-russe signifiait un changement dans l’ensemble de la politique étrangère allemande.

Le nouveau pacte d’amitié et d’intérêt entre l’Allemagne et la Russie soviétique, conclu entre-temps, permettra aux deux États non seulement la paix, mais aussi une heureuse coopération permanente. L’Allemagne et la Russie élimineront ensemble son caractère menaçant de l’un des endroits les plus dangereux d’Europe et contribueront au bien-être des personnes qui y vivent et donc à la paix européenne.

Si aujourd’hui certains milieux, chacun par exigence, veulent bientôt voir la défaite de la Russie ou la défaite de l’Allemagne, alors je souhaite leur donner la réponse suivante : on a pendant de nombreuses années attribué à la politique allemande des objectifs qui pourraient tout au plus provenir de l’imagination d’un haut étudiant. Au moment où l’Allemagne lutte pour la consolidation d’un espace de vie qui n’englobe que quelques 100 000 kilomètres carrés, des journalistes sans vergogne déclarent dans des États qui contrôlent eux-mêmes 40 millions de kilomètres carrés que l’Allemagne, pour sa part, aspire à la domination mondiale. Les accords germano-russes devraient représenter un formidable apaisement pour ces défenseurs inquiets de la paix mondiale, car ils leur montrent, d’une manière vraisemblablement authentique, que toutes ces revendications de la lutte de l’Allemagne pour l’Oural, l’Ukraine, la Roumanie, etc.

Sur une chose, cependant, la décision de l’Allemagne est inaltérable, à savoir : dans l’est de notre Reich aussi, créer des conditions pacifiques, stables et donc tenables. Et précisément ici, les intérêts et les souhaits allemands coïncident avec ceux de la Russie soviétique. Les deux États sont déterminés à ne pas permettre que surgissent entre eux des conditions problématiques qui contiennent en elles-mêmes le germe des troubles intérieurs et donc également des perturbations externes qui pourraient peut-être affecter défavorablement les relations des deux grandes puissances entre elles. L’Allemagne et la Russie ont ainsi tracé une ligne claire des sphères d’intérêts réciproques avec la décision de se soucier chacun pour sa part de la paix et de l’ordre et d’empêcher tout ce qui pourrait porter préjudice à l’autre partenaire.

Les objectifs et les tâches qui résultent de la chute de l’État polonais, en ce qui concerne la sphère d’intérêt allemande, sont à peu près les suivants :

Premièrement, l’établissement d’une frontière du Reich qui rende justice aux faits historiques, ethnographiques et économiques.

Deuxièmement, la pacification de toute la région dans le sens de l’instauration d’une paix et d’un ordre tenables.

Troisièmement, la garantie absolue de la sécurité non seulement du territoire du Reich, mais de toute la zone d’intérêt.

Quatrièmement, le nouvel ordre, la nouvelle construction de la vie économique, du commerce et donc aussi du développement culturel et civilisateur.

Cinquièmement, comme la tâche la plus importante, cependant : un nouvel ordre des conditions ethnographiques, cela signifie une réinstallation des nationalités de sorte qu’à la fin du développement, il en résulte de meilleures lignes de séparation que ce n’est le cas aujourd’hui.

En ce sens, cependant, il ne s’agit pas seulement d’un problème limité à ce domaine, mais plutôt d’une tâche qui s’étend beaucoup plus loin. Car tout l’est et le sud-est de l’Europe sont en partie remplis d’éclats intenables de la nationalité allemande. C’est précisément en eux que réside une raison et une cause de troubles intra-étatiques continus. À l’ère du principe de nationalité et de l’idée de race, il est utopique de croire que ces membres d’un peuple de grande valeur pourraient simplement s’assimiler. Mais il appartient aussi aux tâches d’une organisation prévoyante de la vie européenne de procéder ici à des réinstallations, afin d’éliminer de cette manière au moins une partie des enjeux de conflits européens.

L’Allemagne et l’Union des Républiques soviétiques ont convenu de se soutenir mutuellement ici. Le gouvernement du Reich allemand ne permettra jamais au cours du processus que l’État polonais résiduel qui en résulterait puisse devenir un élément perturbateur pour le Reich lui-même ou même une source de troubles entre le Reich allemand et la Russie soviétique. Si l’Allemagne et la Russie soviétique entreprennent ce travail de réorganisation, alors les deux États peuvent à juste titre souligner que la tentative de résoudre ce problème avec les méthodes de Versailles a totalement échoué. Et cela a dû échouer, car cette tâche ne pouvait pas du tout être résolue sur une base théorique ou par de simples décrets. La plupart des hommes d’État qui ont eu à juger ces affaires compliquées à Versailles n’avaient pas la moindre éducation historique, oui,

Mais ils ne portaient également aucune responsabilité d’aucune sorte pour les conséquences de leur action. La prise de conscience que leur travail n’était peut-être pas juste après tout était sans importance, car, dans la pratique, la voie d’une véritable révision n’existait pas. Car dans le traité de Versailles, il était bien prévu que la possibilité de telles révisions devait rester ouverte ; juste qu’en réalité, toutes les tentatives pour parvenir à une telle révision ont échoué, et elles ont dû échouer d’autant plus qu’après tout, la Société des Nations, en tant que tribunal autorisé, a cessé de pouvoir revendiquer la justification intérieure pour l’exécution d’une telle procédure.

Après que l’Amérique ait d’abord refusé de sanctionner le traité de paix de Versailles ou même d’adhérer à la Société des Nations, mais plus tard d’autres ont également cru qu’ils ne pouvaient plus concilier leur présence dans cette organisation avec les intérêts de leurs terres, cette organisation s’enfonça de plus en plus dans le cercle des intéressés du diktat de Versailles. C’est un fait, en tout cas, qu’aucune des révisions reconnues d’emblée comme nécessaires n’a été effectuée par la Société des Nations.

Puisque, à l’heure actuelle, s’est enracinée la pratique selon laquelle un gouvernement en fuite est toujours considéré comme existant, même s’il ne comprend que trois membres, dans la mesure où ils viennent d’apporter tellement d’or qu’ils ne deviennent pas un fardeau économique pour leurs terres d’accueil démocratiques, il est à présumer, après tout, que la Société des Nations continuera aussi vaillamment à exister, même si seulement deux nations y siègent, oui, à la fin, peut-être même une seule le fait-elle ! D’après la loi de la Ligue, cependant, toute révision des clauses de Versailles serait encore exclusivement soumise à cette illustre association, cela signifie, en d’autres termes, pratiquement impossible.

Or la Société des Nations n’est pas une chose vivante, mais déjà aujourd’hui quelque chose de mort. Mais les personnes affectées ne sont pas mortes, elles vivent plutôt, et elles réaliseront leurs intérêts de vie même si la Société des Nations est incapable de les voir, de les comprendre ou de les considérer.

Le national-socialisme n’est donc pas non plus une manifestation qui s’est développée en Allemagne avec l’intention malveillante d’empêcher les efforts de révision de la Société des Nations, mais plutôt un mouvement qui est venu parce que, pendant 15 ans, on a empêché la révision de la suppression des droits humains et folkloriques naturels. droits d’une grande nation. Et je souhaite personnellement l’interdire, si un homme d’État étranger se lève maintenant et déclare que j’ai manqué à ma parole, parce que j’ai maintenant effectué ces révisions. Bien au contraire, j’ai donné au peuple allemand ma parole sacrée pour éliminer le traité de Versailles et lui rendre la vie naturelle en tant que grande nation. La mesure dans laquelle j’assure ce droit à la vie est modeste. Si 46 millions d’Anglais de la mère patrie revendiquent le droit de régner sur 40 millions de kilomètres carrés de la terre, alors ce n’est probablement pas une injustice, si 82 ​​millions d’Allemands revendiquent le droit d’habiter sur 800 000 kilomètres carrés, d’y cultiver leurs terres et d’y exercer leur métier. Et s’ils exigent en outre qu’on leur rende cette possession coloniale qui leur appartenait autrefois, qu’ils n’ont prise à personne par le vol ou la guerre, qu’ils ont plutôt acquis honnêtement par l’achat, l’échange et les traités.

J’ai en outre essayé, avec toutes les exigences que j’ai formulées, d’obtenir toujours d’abord les révisions le long du chemin des négociations. Mais je refuse de présenter le droit à la vie allemand à un consortium international non autorisé comme une demande des plus serviles. Autant je présume que la Grande-Bretagne demande le respect de ses intérêts vitaux, autant on doit attendre la même chose de l’Allemagne nationale-socialiste. Mais j’ai – je dois le déclarer ici d’une manière solennelle – extraordinairement limité l’étendue de ces révisions du traité de paix de Versailles. Partout surtout où je n’ai pas vu les intérêts de vie les plus naturels de mon peuple menacés, j’ai moi-même conseillé au peuple allemand d’être modeste ou de renoncer. Mais ces 80 millions doivent vivre quelque part. Car même le traité de Versailles n’a pas pu ôter au monde un fait : il l’a fait, en effet de manière déraisonnable, dissoudre des États, déchirer des régions économiques, des lignes de transport sévères, etc. ; mais les gens, c’est-à-dire la substance vivante de chair et de sang, sont restés, et ils resteront aussi dans le futur.

Or, il est incontestable que, depuis que le peuple allemand a reçu et trouvé sa résurrection dans le national-socialisme, une clarification de la relation allemande avec le monde environnant s’est en grande partie installée. L’incertitude qui pèse aujourd’hui sur la coexistence des peuples ne provient pas des revendications allemandes, mais plutôt des accusations médiatisées des soi-disant démocraties. Les revendications allemandes elles-mêmes ont été présentées de manière très claire et précise. Mais ils n’ont pas trouvé leur épanouissement grâce à la perspicacité de la Société des Nations de Genève, plutôt grâce à la dynamique du développement naturel. Cependant, le but de la politique étrangère du Reich que j’ai menée n’était en aucun cas différent de celui d’assurer l’existence et donc la vie du peuple allemand, d’éliminer les injustices et les folies d’un traité qui, après tout,

De plus, cependant, tout le travail de reconstruction du Reich était tourné vers l’intérieur. Dans aucun autre pays du monde, le désir de paix n’était aussi plus grand que dans le peuple allemand. C’est une bonne fortune pour l’humanité et non un malheur que j’aie réussi, sans alourdir la politique intérieure des hommes d’État étrangers, à éliminer pacifiquement les impossibilités les plus folles du traité de Versailles. Que cette élimination puisse dans les détails être pénible pour certains intéressés, c’est compréhensible. Juste que d’autant plus grand est probablement le mérite que le nouveau règlement dans tous les cas, à l’exception du dernier, a eu lieu sans effusion de sang. La dernière révision de ce traité, cependant, aurait pu se dérouler exactement de la même manière sur une voie pacifique, si les deux circonstances que j’ai mentionnées n’avaient pas fonctionné en sens inverse.

J’ai mentionné que c’était un objectif du gouvernement du Reich d’éclaircir les relations entre nous et nos voisins. Et je peux ici maintenant faire référence à des faits qui ne peuvent pas être supprimés du monde par les écrits des menteurs de la presse internationale :

Premièrement, l’Allemagne a conclu des pactes de non-agression avec les pays baltes. Ses intérêts y sont de nature purement économique.

Deuxièmement, déjà auparavant, l’Allemagne n’a pas eu de conflits d’intérêts ni même de points de litige avec les États nordiques, et aujourd’hui elle en a tout aussi peu. La Suède et la Norvège se sont toutes deux vu proposer des pactes de non-agression par l’Allemagne et ne les ont rejetés que parce qu’elles-mêmes ne se sentaient en aucun cas menacées.

Troisièmement, l’Allemagne n’a tiré aucune conséquence envers le Danemark en ce qui concerne la séparation du territoire allemand entreprise dans le traité de Versailles, au contraire, a établi une relation loyale et amicale avec le Danemark. Nous n’avons soulevé aucune sorte de demandes de révision, nous avons plutôt conclu un pacte de non-agression avec le Danemark. La relation avec cet État est donc orientée vers une coopération loyale et amicale inaltérable.

Quatrièmement, la Hollande : le nouveau Reich a cherché à poursuivre l’amitié traditionnelle avec la Hollande, il n’a adopté aucune différence entre les deux États et n’a créé aucune nouvelle différence.

Cinquièmement, la Belgique : j’ai essayé immédiatement après la prise en charge des affaires d’État de façonner la relation avec la Belgique de manière plus amicale. J’ai renoncé à toute révision, à tout souhait de révision. Le Reich n’a émis aucune exigence qui aurait été d’une manière ou d’une autre appropriée pour être ressentie comme une menace en Belgique.

Sixièmement, la Suisse : l’Allemagne adopte la même position envers la Suisse. Le gouvernement du Reich n’a jamais donné la moindre raison de douter de son souhait d’une formation loyale des relations entre les deux pays. De plus, elle n’a jamais elle-même porté plainte sur les relations entre les deux terres.

Septièmement, j’ai informé la Yougoslavie immédiatement après l’annexion accomplie que la frontière avec cet État aussi est désormais inaltérable pour l’Allemagne et que nous souhaitons seulement vivre en paix et en amitié avec elle.

Huitièmement, une longue tradition d’amitié étroite et chaleureuse nous relie à la Hongrie. Ici aussi, les frontières sont inaltérables.

Neuvièmement, la Slovaquie elle-même a adressé le souhait d’aide à l’Allemagne à l’occasion de son émergence. Son indépendance est reconnue par le Reich et non contestée.

Mais ce n’est pas seulement avec ces États que l’Allemagne a clarifié et réglé les relations, encore en partie grevées par le traité de Versailles, mais aussi avec les grandes puissances.

En union avec le Duce, j’ai produit un changement dans les relations du Reich avec l’Italie. Les frontières existant entre les deux États ont été solennellement reconnues par les deux empires comme inaltérables. Toute possibilité d’opposition d’intérêts de nature territoriale a été éliminée. Les anciens opposants à la guerre mondiale sont entre-temps devenus des amis sincères.

Cela ne s’est pas arrêté à une normalisation des relations, mais cela a conduit dans la période suivante à la conclusion d’un pacte étroit à base idéologique et politique, qui a eu pour effet un élément fort de coopération européenne.

Mais j’ai surtout entrepris de décontaminer la relation avec la France et de la rendre supportable pour les deux nations. J’ai présenté ici avec la plus grande clarté les revendications allemandes, et je ne me suis jamais écarté de ces revendications. Le retour de la Sarre était la seule exigence que je considérais comme le préalable inconditionnel d’une réconciliation franco-allemande. Après que la France elle-même ait loyalement résolu ce problème, toute autre demande allemande envers la France a été abandonnée ; une telle demande n’existe toujours pas, et une telle demande ne sera jamais non plus soulevée. Cela signifie : j’ai rejeté même la simple discussion du problème de l’Alsace-Lorraine – non pas parce que j’y aurais été contraint, mais plutôt parce que cette question n’est pas du tout un problème qui pourrait jamais se poser entre les relations franco-allemandes. J’ai accepté la décision de l’année 1919 et j’ai rejeté tôt ou tard une guerre sanglante pour une question qui n’a rien à voir avec les nécessités de la vie allemande, mais qui est en effet propre à plonger une génération sur deux dans un conflit misérable. La France le sait. Il est impossible que quelque homme d’État français se lève et déclare que j’aie jamais adressé à la France une demande dont l’accomplissement eût été incompatible avec l’honneur français ou avec les intérêts français.

Mais j’ai bien posé à la France, au lieu d’une exigence, toujours juste un souhait, d’enterrer à jamais l’ancienne hostilité et de laisser les deux nations avec leur grand passé historique trouver le chemin l’une à l’autre. J’ai tout fait pour exterminer dans le peuple allemand l’idée d’une hostilité traditionnelle inaltérable et à sa place implanter le respect des grandes réalisations du peuple français, de son histoire, tout comme tout soldat allemand a le plus grand respect pour le réalisations des forces armées françaises.

Mes efforts n’étaient pas moindres pour une réconciliation germano-anglaise, oui, au-delà, pour une amitié germano-anglaise. Jamais et à aucun moment je ne me suis vraiment opposé aux intérêts britanniques. Malheureusement, je n’ai eu que trop souvent à me défendre contre des inventions anglaises dans des intérêts allemands, même là où elles ne touchaient pas le moins du monde à l’Angleterre. J’ai carrément estimé que le but de ma vie était de rapprocher les deux personnes, non seulement rationnellement, mais aussi émotionnellement. Si mon effort a échoué, alors seulement parce qu’il existait une hostilité carrément choquante envers moi personnellement chez une partie des hommes d’État et des journalistes britanniques, qui ne cachaient pas que c’était leur seul objectif, pour des raisons qui nous sont inexplicables, de recommencer engager le combat contre l’Allemagne à la première occasion qui se présente. Moins ces hommes ont de raisons objectives pour leur plan, plus ils essaient de simuler la motivation de leur action avec des slogans et des revendications vides de sens. Mais je crois encore aujourd’hui qu’une véritable pacification en Europe et dans le monde ne peut exister que si l’Allemagne et l’Angleterre se réconcilient. De cette conviction, j’ai très souvent pris le chemin de la réconciliation. Si cela n’a finalement pas conduit au résultat souhaité, alors ce n’était vraiment pas de ma faute.

Pour finir, j’ai maintenant essayé de normaliser les relations du Reich avec la Russie soviétique et de les mettre enfin sur une base amicale. Grâce à la même pensée de Staline, cela a maintenant également réussi. Avec cet état également, une relation amicale permanente a maintenant été établie, dont l’effet sera bénéfique pour les deux personnes.

Donc globalement, la révision du traité de Versailles que j’ai effectuée n’a pas créé le chaos en Europe, bien au contraire, le préalable à des conditions claires, stables et surtout supportables. Et seule la personne qui déteste cet ordre de conditions européennes et désire le désordre, peut être un ennemi de ces actions.

Mais si l’on croit, avec hypocrisie, devoir rejeter les méthodes par lesquelles un ordre supportable est né dans la région d’Europe centrale, alors je ne peux que répondre qu’en dernière analyse, ce n’est pas tant la méthode qui est décisive que la pratique Succès.

Avant mon accession au pouvoir, l’Europe sombrait, et en fait, non seulement l’Allemagne, mais aussi les États environnants, dans la détresse d’un chômage morne. La production a chuté et, par conséquent, la consommation des gens a invariablement diminué également. Le niveau de vie a baissé, la détresse et la misère en ont été les résultats. Aucun des hommes d’État étrangers critiques ne peut contester que, non seulement dans l’ancien Reich, mais aussi dans toutes les régions qui lui sont liées, il a été possible d’éliminer ces symptômes de décadence, et même dans les circonstances les plus difficiles. Il est ainsi prouvé que cette région d’Europe centrale n’est capable de vivre que si elle est unie et que celui qui la divise commet un crime contre des millions de personnes. Avoir maintenant éliminé ce crime n’est pas un manquement à la foi, mais plutôt mon honneur, ma fierté et une grande réussite historique. Ni le peuple allemand ni moi n’avons prêté serment au traité de Versailles, mais j’ai seulement prêté serment au bien-être de mon peuple, dont je suis l’agent, et au bien-être de ceux que le destin a mis dans notre vie. l’espace et ainsi indissolublement lié à notre propre bien-être. Assurer à tous l’existence et donc la vie, est mon seul souci. La tentative de critiquer, de juger ou de rejeter mon action à la tribune d’un obstination internationale, n’est pas historique et me laisse personnellement glacial. Le peuple allemand m’a convoqué par sa confiance et n’est renforcé dans cette position à mon égard que par une telle tentative de critique ou d’intervention étrangère. et au bien-être de ceux que le destin a mis dans notre espace de vie et ainsi indissolublement liés à notre propre bien-être. Assurer à tous l’existence et donc la vie, est mon seul souci. La tentative de critiquer, de juger ou de rejeter mon action à la tribune d’un obstination internationale, n’est pas historique et me laisse personnellement glacial. Le peuple allemand m’a convoqué par sa confiance et n’est renforcé dans cette position à mon égard que par une telle tentative de critique ou d’intervention étrangère. et au bien-être de ceux que le destin a mis dans notre espace de vie et ainsi indissolublement liés à notre propre bien-être. Assurer à tous l’existence et donc la vie, est mon seul souci. La tentative de critiquer, de juger ou de rejeter mon action à la tribune d’un obstination internationale, n’est pas historique et me laisse personnellement glacial. Le peuple allemand m’a convoqué par sa confiance et n’est renforcé dans cette position à mon égard que par une telle tentative de critique ou d’intervention étrangère.

De plus, j’ai d’abord diffusé des propositions avant chaque révision individuelle. J’ai essayé, sur la voie des négociations, d’obtenir et d’obtenir l’inconditionnellement nécessaire. J’y ai également réussi dans une série de cas. Dans d’autres cas, cependant, ma volonté de négociation, et souvent aussi le peu d’étendue de mes demandes, la modestie de mes propositions, ont été malheureusement interprétées comme de la faiblesse et donc rejetées. Cela ne pourrait blesser personne plus que moi-même. Juste qu’il existe dans la vie des gens des nécessités qui, s’ils ne trouvent pas leur solution par une voie pacifique, doivent alors se réaliser par la force. Cela peut être regrettable; mais cela est vrai aussi bien pour la vie des citoyens individuels que pour la vie de la communauté.

Le principe selon lequel le plus grand intérêt commun à tous ne peut être lésé par l’obstination, ou même la volonté malveillante, d’individus et de communautés individuelles, est irréfutablement correct.

J’ai également présenté les propositions les plus modérées à la Pologne. Ils ne sont pas tombés dans un simple rejet, bien au contraire, ils ont conduit à la mobilisation générale de cet État avec une justification qui fait parfaitement comprendre qu’on croyait voir précisément dans la modestie de mes propositions la confirmation de ma faiblesse, oui, à la fin, même pour ma peur.

En réalité, cette expérience devrait faire hésiter à présenter encore à toutes propositions raisonnables et modérées. Ces jours-ci aussi, j’ai déjà lu dans certains journaux que toute tentative d’arrangement pacifique des relations entre l’Allemagne d’un côté et l’Angleterre et la France de l’autre est hors de question, et que toute proposition en ce sens ne fait que prouver que , rempli de peur, je vois devant moi l’effondrement de l’Allemagne, d’où que je ne le fais que par peur ou par mauvaise conscience.

Si maintenant j’annonce quand même mes réflexions sur ce problème, alors je prends sur moi d’être perçu aux yeux de ces gens comme lâche ou comme désespéré. Je peux aussi le faire, parce que le verdict sur moi dans l’histoire, Dieu merci, ne sera pas un jour écrit par ces pitoyables gribouillis, mais tient plutôt à l’œuvre de ma vie et parce qu’il m’est plutôt indifférent, quel jugement je reçois maintenant à le moment de ces personnes. Mon prestige est assez grand pour me permettre une telle chose. Car si j’annonce maintenant mes pensées suivantes vraiment par peur ou par désespoir, cela, après tout, le cours ultérieur des choses le prouvera de toute façon. Aujourd’hui, je peux tout au plus regretter que les gens qui, dans leur soif de sang, ne voient pas assez la guerre, ne soient malheureusement pas là où la guerre se livre vraiment, et même déjà plus tôt n’étaient pas là où il y avait des tirs. Je comprends très bien qu’il y a des intéressés qui gagnent plus de la guerre que de la paix, et je comprends en outre que, pour une certaine espèce de journalistes internationaux, il est plus intéressant de rendre compte de la guerre que des actions ou même des créations culturelles de la paix, qu’ils ne peuvent ni mesurer ni comprendre ; et, enfin, il est clair pour moi qu’un certain capitalisme et journalisme juifs internationaux ne sympathisent pas du tout avec les gens dont ils prétendent représenter les intérêts, plutôt comme Herostratus de la société humaine voit le plus grand succès de leur vie dans l’incendie criminel. il est plus intéressant de rendre compte de la guerre que des actions ou même des créations culturelles de la paix, qu’ils ne peuvent ni mesurer ni comprendre ; et, enfin, il est clair pour moi qu’un certain capitalisme et journalisme juifs internationaux ne sympathisent pas du tout avec les gens dont ils prétendent représenter les intérêts, plutôt comme Herostratus de la société humaine voit le plus grand succès de leur vie dans l’incendie criminel. il est plus intéressant de rendre compte de la guerre que des actions ou même des créations culturelles de la paix, qu’ils ne peuvent ni mesurer ni comprendre ; et, enfin, il est clair pour moi qu’un certain capitalisme et journalisme juifs internationaux ne sympathisent pas du tout avec les gens dont ils prétendent représenter les intérêts, plutôt comme Herostratus de la société humaine voit le plus grand succès de leur vie dans l’incendie criminel.

Mais je crois aussi, pour une autre raison encore, devoir élever la voix ici. Si je lis aujourd’hui certains organes de presse internationaux ou entends les discours de divers glorifiants de guerre fougueux, alors je crois parler et répondre au nom de ceux qui doivent fournir la substance vivante à l’activité intellectuelle de ces buteurs de guerre – que vivre substance à laquelle, en tant que soldat inconnu, j’ai également appartenu pendant quatre ans pendant la Grande Guerre. L’effet est splendide, si un homme d’État ou un journaliste se lève et proclame avec des mots élogieux la nécessité de l’élimination du régime dans un autre pays au nom de la démocratie ou de quelque chose de similaire. L’exécution de ce slogan glorieux, cependant, semble alors tout à fait différente. Aujourd’hui, des articles de journaux sont écrits qui peuvent être sûrs de l’accord enthousiaste d’un public de lecteurs distingués. La réalisation des exigences qui y sont contenues a cependant un effet beaucoup moins enthousiaste. Je ne veux rien dire ici sur le jugement ou la capacité de ces personnes. Mais quoi qu’ils écrivent : la nature réelle d’un tel conflit n’en est pas touchée. Avant la campagne de Pologne, ces écrivains écrivaient que l’infanterie allemande n’était peut-être pas mauvaise, seule la branche blindée – les formations motorisées avant tout – était inférieure et échouerait tout simplement dans n’importe quelle action. – Or, après la destruction de la Pologne, les mêmes écrivent sans sourciller que les armées polonaises ne se sont effondrées qu’à cause des panzers allemands et du reste de la motorisation du Reich, mais que, en comparaison, l’infanterie allemande, d’une manière tout à fait étonnante, avait s’est détériorée et a échoué même dans l’affrontement avec les Polonais.

Je le crois aussi, dans la mesure où il y fait vraiment face et peut encore s’en souvenir plus tard. Il prendra alors vraisemblablement ce devin militaire par les oreilles. Mais, malheureusement, cela sera à nouveau impossible, car ces personnes, après tout, ne testent jamais personnellement la compétence ou l’infériorité de l’infanterie allemande sur le champ de bataille, mais ne la décrivent que dans leurs bureaux de rédaction. Six semaines – quoi alors ! – quatorze jours de tambours, et les messieurs propagandistes de guerre en viendraient rapidement à une autre vision. Ils parlent aussi des événements politiques mondiaux nécessaires, mais ils ne connaissent pas le cours militaire des choses. Juste que je le sais d’autant mieux, et c’est pourquoi je considère aussi qu’il est de mon devoir de parler ici,

Pourquoi alors cette guerre devrait-elle avoir lieu ? Pour la restauration de la Pologne ? La Pologne du traité de Versailles ne se relèvera plus jamais ! Les deux plus grands États du monde le garantissent. La formation finale de cette région, la question de la restauration d’un État polonais, sont des problèmes qui ne sont pas résolus par la guerre à l’ouest, plutôt exclusivement par la Russie dans un cas et par l’Allemagne dans l’autre. De plus, toute élimination de ces deux pouvoirs dans les régions en question ne produirait pas un nouvel État, mais plutôt un chaos total. Les problèmes qui doivent y être résolus ne le seront ni à la table de conférence ni dans les rédactions, mais au cours de plusieurs décennies de travail. Il ne suffit tout simplement pas que quelques hommes d’État, qui, en dernière analyse, se désintéressent du sort des personnes touchées, se réunissent et promulguent des décrets, il faut plutôt que quelqu’un qui soit lui-même impliqué dans la vie de ces régions prenne en charge le travail pour la restauration d’un état vraiment permanent. La capacité des démocraties occidentales à créer de telles conditions ordonnées, du moins dans la période récente, n’a été prouvée par rien. L’exemple de la Palestine montre qu’il vaudrait mieux s’occuper des problèmes existants et les résoudre rationnellement que de s’occuper de problèmes qui relèvent de la vie et des intérêts d’autrui et peuvent être mieux maîtrisés par eux. En tout cas, l’Allemagne n’a pas seulement assuré la paix et l’ordre dans son protectorat de Bohême et de Moravie, mais a surtout jeté les bases d’un nouvel épanouissement économique et d’un accord toujours plus étroit entre les deux nations.

On sait d’ailleurs très précisément que ce serait une absurdité de détruire des millions de vies humaines et de ruiner des centaines de milliards d’avoirs pour, disons, remettre en place une structure qui, déjà à sa première émergence, était qualifiée de fausse couche par tous les non -Pôles. Alors, quelle autre devrait être la raison? L’Allemagne a-t-elle adressé à l’Angleterre une demande qui, par exemple, menace l’Empire britannique ou remette son existence en question ? Non, bien au contraire ! Ni la France ni l’Angleterre n’ont adressé une telle demande à l’Allemagne. Mais si cette guerre ne devait vraiment être menée que pour donner à l’Allemagne un nouveau régime, c’est-à-dire, pour briser à nouveau l’actuel Reich et par conséquent créer un nouveau Versailles, alors des millions de personnes seront inutilement sacrifiées, car les Allemands non plus Le Reich se brisera et un deuxième Versailles n’émergera pas !

Mais même si, après une guerre de trois ou cinq ou huit ans, cela devait réussir, alors ce second Versailles redeviendrait déjà pour la période suivante une source de nouveaux conflits. Quoi qu’il en soit, cependant, une régulation des problèmes du monde sans tenir compte des intérêts de la vie de ses plus forts ne se terminerait, dans cinq ou dix ans, pas différemment de cette tentative terminée il y a 20 ans aujourd’hui. Non, cette guerre à l’ouest ne règle aucun problème, que ce soit les finances ruinées de quelques industriels de l’armement et propriétaires de journaux ou d’autres profiteurs de guerre internationaux.

Deux problèmes sont aujourd’hui en discussion :

Premièrement, le règlement des questions découlant de la désintégration de la Pologne et deuxièmement, le problème de l’élimination de ces préoccupations internationales qui entravent politiquement et économiquement la vie des gens.

Quels sont alors les objectifs du gouvernement du Reich en ce qui concerne l’ordonnancement des conditions dans cette région, qui à l’ouest de la ligne de démarcation germano-soviétique russe est reconnue comme une sphère d’influence allemande ?

Premièrement, la création d’une frontière du Reich, qui – comme déjà souligné – correspond aux faits historiques, ethnographiques et économiques, deuxièmement, l’aménagement de l’ensemble de l’espace de vie selon les nationalités, cela signifie une solution de ces questions minoritaires qui touchent non seulement cette région, plutôt, au-delà, affecte presque tous les États du sud et du sud-est de l’Europe, troisièmement, dans le cadre, la tentative d’arrangement et de régulation du problème juif, quatrièmement, la reconstruction de la vie commerciale et économique au profit de tous les peuples vivant dans cette région, cinquièmement, la garantie de la sécurité de toute cette région et sixièmement, la création d’un État polonais qui, dans sa construction et sa direction, offre une garantie qu’aucun nouveau feu contre le Reich allemand ne surgit ni une intrigue centrale contre l’Allemagne et la Russie est formée.

Au-delà, il faut immédiatement tenter d’éliminer les effets de la guerre, ou du moins de les atténuer, c’est-à-dire d’apaiser les souffrances excessives présentes par une activité d’aide pratique.

Ces tâches – comme déjà souligné – peuvent en effet être discutées à une table de conférence, mais jamais résolues. Si l’Europe est le moindrement préoccupée par le calme et la paix, alors les États européens devraient être reconnaissants que la Russie et l’Allemagne soient prêtes à transformer maintenant ce point chaud en une zone de développement pacifique, que les deux pays assument leurs responsabilités et fassent donc également des sacrifices. Pour le Reich allemand, cette tâche, puisqu’elle ne peut être prise de manière impérialiste, signifie une activité pendant 50 ou 100 ans. La justification de ce travail allemand réside dans l’organisation politique de la région ainsi que dans le désenclavement économique. En dernière analyse, cependant, les deux profitent à toute l’Europe.

La deuxième tâche, et, à mes yeux, bien plus importante, cependant, est la création non seulement de la conviction, mais aussi des sentiments, d’une sécurité européenne. Pour cela, il faut d’abord une clarté inconditionnelle sur les objectifs de la politique étrangère dans les États européens. En ce qui concerne l’Allemagne, le gouvernement du Reich est prêt à fournir une clarté complète et totale sur ses intentions en matière de politique étrangère. Dans le processus, il met en tête de cette déclaration la déclaration selon laquelle le traité de Versailles est considéré par lui comme n’existant plus, cela signifie que le gouvernement du Reich allemand, et avec lui l’ensemble du peuple allemand, ne voit aucune raison pour une nouvelle révision. en dehors de la demande de possession coloniale due et correspondant au Reich, d’où surtout le retour des colonies allemandes.

Cette demande de colonies se justifie non seulement par la revendication légale historique, mais surtout par la revendication légale élémentaire d’une participation aux sources de matières premières de la terre. Cette exigence n’est pas un ultimatum, et ce n’est pas une exigence derrière laquelle se tient la force, mais plutôt une exigence de justice politique et de bon sens économique.

Deuxièmement, la demande d’un véritable épanouissement de l’économie internationale, en lien avec l’augmentation des échanges et du commerce, est préconditionnée par la réparation des économies domestiques, ce moyen de production à l’intérieur des États individuels. Pour faciliter l’échange de cette production, il faut cependant parvenir à un nouvel arrangement des marchés et à une régulation permanente des monnaies afin de lever progressivement les obstacles au libre-échange.

Troisièmement, la condition préalable la plus importante, cependant, pour un épanouissement économique de l’économie européenne et extra-européenne est la création d’une paix inconditionnellement garantie et d’un sentiment de sécurité pour les individus. Cette sécurité sera rendue possible non seulement par la sanction définitive du statut européen, mais surtout par la réduction des armements à une ampleur raisonnable, et aussi économiquement supportable. A ce sentiment nécessaire de sécurité appartient cependant avant tout une clarification de l’utilisation et de la gamme d’utilisation de certaines armes modernes, qui, dans leur effet, sont aptes à frapper à tout moment le cœur de chaque individu, et qui laissera ainsi un sentiment d’insécurité persistant. J’ai déjà, dans mes précédents discours du Reichstag, fait des propositions dans ce sens. À l’époque – probablement déjà parce qu’ils venaient de moi -, ils tombaient dans le rejet. Mais je crois que le sentiment d’une sécurité nationale en Europe n’arrivera que si dans ce domaine, à travers des obligations internationales claires et contraignantes, une fixation approfondie du concept d’utilisation d’armes autorisée et non autorisée a lieu.

De même que la Convention de Genève a réussi autrefois, le moins sage parmi les États civilisés, à interdire la mise à mort des blessés, les mauvais traitements des prisonniers, le combat contre les non-belligérants, etc., et de même qu’elle a réussi à aider cette interdiction, au fil du temps, à l’adhésion générale, doit-elle donc parvenir à imposer ainsi l’usage de l’aviation, l’usage du gaz etc., du sous-marin, mais aussi la notion de contrebande, pour que la guerre perde le caractère terrible d’un combat contre les femmes et enfants et contre les non-belligérants en général. L’horreur de certaines actions conduira alors, à elle seule, à l’élimination des armes alors devenues superflues. Je me suis efforcé, déjà dans cette guerre avec la Pologne, de laisser la Luftwaffe n’être utilisée que contre des objets dits militaires, c’est-à-dire faire seulement une apparition, si une résistance active est offerte à un point.

Mais il doit être possible, en référence à la Croix-Rouge, de trouver une réglementation internationale fondamentale et communément valable. Ce n’est que dans de telles conditions, en particulier dans notre continent densément peuplé, qu’une paix arrivera, qui alors, libérée de la méfiance et de la peur, pourra également constituer la condition préalable d’un véritable épanouissement de la vie économique. Je crois qu’il n’y a pas d’homme d’État européen responsable qui ne souhaite, au fond du cœur, l’épanouissement de son peuple. Une réalisation de ce rêve n’est cependant concevable que dans le cadre d’une coopération générale des nations de ce continent. Assurer cette coopération ne peut donc être que le but de tout homme qui lutte vraiment pour l’avenir de son propre peuple aussi.

Pour atteindre ce grand objectif, les grandes nations de ce continent devront s’unir afin d’élaborer, d’accepter et de garantir dans un règlement étendu un statut qui leur donne à tous le sentiment de sécurité, de calme et donc de paix. . Il est impossible qu’une telle conférence se réunisse sans le travail préliminaire le plus approfondi, c’est-à-dire sans la clarification des points individuels et, surtout, sans travail préparatoire. Mais il est tout aussi impossible qu’une telle conférence, censée décider du sort de ce continent précisément pendant des décennies, soit active sous le rugissement des canons ou encore juste sous la pression des armées mobilisées. Mais si, tôt ou tard, ce problème doit quand même être résolu,

La préservation de l’état actuel à l’ouest est impensable. Chaque jour exigera bientôt des sacrifices croissants. Peut-être que la France bombardera alors un jour, pour la première fois, Sarrebruck. L’artillerie allemande, de son côté, écrasera Mülhausen pour se venger. La France va alors elle-même à nouveau, pour se venger, mettre Karlsruhe sous le feu des canons, et l’Allemagne à nouveau Strasbourg. Ensuite, l’artillerie française tirera sur Fribourg et l’artillerie allemande sur Kolmar ou Schlettstadt. On déploiera alors des canons de plus grande portée, et ce qui ne peut finalement pas être atteint par les canons à longue portée, les pilotes le détruiront. Et ce sera très intéressant pour un certain journalisme international et très utile pour les constructeurs d’avions, d’armes, de munitions etc., mais horrible pour les victimes.

Et cette guerre d’anéantissement ne se limitera pas qu’au continent. Non, il s’étendra loin au-dessus de la mer. Aujourd’hui, il n’y a plus d’îles.

Et la fortune nationale européenne éclatera en obus et l’énergie populaire saignera à mort sur les champs de bataille. Un jour, pourtant, il y aura à nouveau une frontière entre l’Allemagne et la France. Seulement que là-dessus, alors, au lieu de cités fleuries, s’étendront des champs de décombres et des cimetières sans fin.

M. Churchill et ses camarades peuvent maintenant interpréter calmement cette opinion comme de la faiblesse ou de la lâcheté. Je n’ai pas à m’occuper de leurs opinions. Je ne fais que donner cette explication, car je souhaite naturellement épargner aussi à mon peuple cette souffrance. Mais si le point de vue de M. Churchill et de son entourage devait rester fructueux, alors cette explication aura simplement été ma dernière. Nous nous battrons alors !

Ni la force des armes ni le temps ne soumettront l’Allemagne. Un novembre 1918 ne se répétera plus jamais dans l’histoire allemande. L’espoir d’une désintégration de notre peuple est cependant puéril. M. Churchill peut être convaincu que la Grande-Bretagne triomphera. Pas une seconde je ne doute que l’Allemagne triomphe !

Le destin décidera qui a raison. Une seule chose est sûre : jamais encore dans l’histoire du monde ils n’ont été deux vainqueurs, mais souvent seulement vaincus. Déjà dans la dernière guerre, cela me semble avoir été le cas.

Que ces gens et leurs dirigeants parlent maintenant, qui sont du même point de vue, et que ceux-ci repoussent ma main, qui croient qu’ils doivent voir la guerre comme la meilleure solution. En tant que Führer du peuple allemand et chancelier du Reich, je ne peux que remercier le Seigneur en ce moment de nous avoir si merveilleusement bénis dans le premier combat difficile pour notre droit, et lui demander de nous laisser, ainsi que tous les autres, trouver le droit chemin pour que non seulement le peuple allemand, mais toute l’Europe, se voit attribuer une nouvelle chance de paix.


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT  SA BOUTIQUE EN LIGNE:

Sur ce lien :Vintage par Michel

 

 

 

Diseurs de Vérité:Selon le FBI,la part des Noirs parmi les auteurs de meurtres connus atteint un record de 56,5% aux États-Unis

Le FBI a finalement publié ses données 2020 Uniform Crime Reporting de la plupart (mais, comme d’habitude, pas de tous) des organismes chargés de l’application de la loi aux États-Unis. Je me concentre sur les meurtres, le crime le plus précisément signalé.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les meurtres et les homicides involontaires non par négligence ont augmenté de 29,4%, un record, conformément à mon estimation du 6 janvier 2021 : « Par conséquent, le chiffre national se situe peut-être dans la fourchette de croissance de 25 à 30%, le double de la pire année enregistrée auparavant, 1968.

Dans les données élargies du FBI sur les homicides, la part noire des auteurs de meurtres connus a atteint un nouveau record de 56,52 %.

Mais, la grande nouvelle est que, tandis que le nombre de meurtriers connus (qui peuvent donc être classés selon la race) a augmenté de 17,3 pour cent, le nombre de auteurs de meurtres inconnus a augmenté de 36,0 %. Traditionnellement, les meurtres dans les quartiers noirs ont tendance à avoir le taux d’élimination le plus bas, avec des vifs d’or qui se font des points de suture.

Ainsi, la part des Noirs parmi les auteurs de meurtres a probablement encore augmenté.

Comme d’habitude, les statistiques du FBI regroupent négligemment les Hispaniques et les Blancs non hispaniques dans une supercatégorie blanche qui n’est pas en phase avec la façon dont la plupart des agences gouvernementales envisagent la race et l’ethnicité au cours de la dernière génération. Par conséquent, je regarde juste le noir par rapport au non-noir (blanc, hispanique, asiatique, indien d’Amérique, etc.).

Avec le nouveau recensement 2020, un delta assez important s’est ouvert entre le pourcentage de personnes qui se disent racialement noires et rien d’autre (12,4%, y compris les Hispaniques noirs) par rapport aux personnes qui se disent toutes noires ou aussi noires et autre chose. (14,2%).

Quelle définition du noir les flics utilisent-ils lorsqu’ils accusent quelqu’un de meurtre ? Je ne sais pas… probablement certains utilisent un moyen, d’autres un autre.

Si vous utilisez le dernier chiffre plus large pour la population au moins partiellement racialement noire de 14,2%, alors le rapport des délinquants noirs (et noirâtres) pour meurtre connus aux délinquants pour meurtre non noirs connus en 2020 était de 8,4 pour 1. (Si vous utilisez le plus chiffre restrictif de noir uniquement de 12,4%, vous obtenez un rapport noir à non-noir de 9,8 à 1.)

Incroyablement, même le rapport le plus faible (au moins partiellement noir) de 8,4 pour un est un peu plus élevé que le rapport par habitant entre hommes et femmes auteurs de meurtres connus de 7,5 pour 1.

(Je suppose que les femmes s’en tirent moins souvent que les hommes sans être détectées, car elles volent rarement des étrangers et une grande partie de leurs meurtres sont des domestiques. Ainsi, le ratio hommes/femmes est probablement plus élevé parmi les délinquants inconnus que parmi les délinquants connus. )

Je me demande si les Noirs ont en moyenne plus de délinquants par meurtre que les non-Noirs ? Par exemple, les trois gars dans la voiture sont-ils accusés du meurtre en voiture ? Les tueurs blancs ont tendance à être des décideurs solitaires – dans la plupart des niveaux de la société blanche, « Hé, allons assassiner un gars » n’est pas une suggestion populaire. Mais, si cela est vrai, comment cela aurait un impact sur ces ratios est une question difficile.

Par exemple, bien que la Louisiane ait enregistré le taux de meurtres le plus élevé au cours des 30 dernières années, certains analystes soupçonnent que si davantage de PD du Mississippi prenaient la peine d’envoyer leur nombre, le Mississippi serait n ° 1 avec une balle.

Les victimes de meurtre ont moins augmenté dans les 85 % des services de police qui ont soumis des données étendues sur les homicides au FBI (+22,2 %) que dans l’ensemble du pays (+29,4 %). Parmi ces départements, les victimes noires ont augmenté de 2 164 cadavres par rapport à une augmentation de 1 015 victimes de meurtre pour tous les non-noirs.

Ainsi, les Noirs représentaient 68,1% des victimes de meurtres supplémentaires en 2020, l’année du Reckoning racial.

Heckuva un travail, Black Lives Matter !

Fait intéressant, le nombre de victimes de meurtres asiatiques a très légèrement diminué en 2020 par rapport à 2019, malgré tous les discours sur Trump mentionnant la « grippe chinoise » provoquant une vague de violence anti-asiatique.

Source : La revue Unz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


SOUTENEZ MICHELDUCHAINE.COM EN VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE

Sur ce lien:Vintage par Michel

 

 

 

 

 

La Roumanie ferme plusieurs centres de vaccination, la Croatie aussi

Les procureurs roumains ont ouvert une enquête sur les acquisitions de vaccins Covid du pays et ont également fermé ses centres de vaccination car les gens ont refusé des vaccins expérimentaux.
Quant au président croate, il a déclaré : 
« Nous ne serons plus vaccinés ». Maintenant, même la Direction nationale anticorruption (DNA) de la Roumanie a annoncé avoir ouvert des enquêtes sur les circonstances dans lesquelles la Roumanie a acheté [trop selon  les procureurs] des vaccins Covid.

Au plus fort de la folie vaccinatoire,on utilisait le Château de Dracula (li-même) afin d’attirer les gens vers le vaccin.

« Pour autant que je sache, les procédures suivies pour l’achat [de vaccins] dans tous les pays de l’Union européenne étaient les mêmes, et elles ont été développées par la Commission européenne« , a déclaré Valeriu Gheorghiță, responsable de la campagne nationale de vaccination, selon à Hotnews.ro.
Les procureurs ont déclaré que les enquêtes étaient ouvertes afin de détecter un « abus de pouvoir » éventuel impliquant des avantages personnels tirés par des personnes jusqu’à présent non identifiées.
Notamment, le ministère de la Santé a été dirigé jusqu’au début du mois de septembre par le parti réformiste USR-PLUS, qui s’est entre-temps retiré de la coalition au pouvoir et a lancé une motion de censure contre le gouvernement. Mais le ministère de la Santé n’était pas directement impliqué dans l’approvisionnement.
La Roumanie a également fermé ses centres de vaccination car les gens ont refusé les vaccins expérimentaux.
La baisse de la demande de vaccination contre le coronavirus en Roumanie a incité les autorités à fermer 117 centres de vaccination et à réduire le calendrier dans 371 autres, ont déclaré des responsables de la santé.
« La semaine précédente, nous avons réévalué l’efficacité des centres de vaccination fixes. Environ 80% des centres de vaccination fixes vaccinent moins de 25% de leur capacité de vaccination», a déclaré mardi le chef du comité national de vaccination, Valeriu Gheorghita, lors d’une conférence de presse.
Pendant ce temps, la République tchèque prévoit de détruire 45 000 doses de vaccins AstraZeneca sous la marque Covishield fabriqués en  Inde, car personne ne veut se faire vacciner avec.
Pendant ce temps, plus de 14.000 doses du vaccin d’AstraZeneca ont été jetées à la poubelle au cours du seul mois dernier en raison du manque d’intérêt du public.
Récemment, le président croate a martelé les médias lundi après qu’un journaliste a demandé pourquoi le taux de vaccination en Croatie n’est pas aussi élevé que dans d’autres pays de l’Union européenne.
Le président croate Zoran Milanovic a rétorqué en disant : « Nous ne serons plus vaccinés ».
Les Croates ont été « suffisamment vaccinés » et devraient être autorisés à accepter les risques d’être infectés par le COVID selon leurs propres conditions, selon le président Zoran Milanović.
« Nous n’irons pas à plus de 50%, qu’ils nous clôturent donc avec du fil de fer« , a déclaré Milanović dans des déclarations récentes à la presse. « Je m’en fiche. Nous sommes suffisamment vaccinés et tout le monde le sait. ”
« Il faut savoir quel est le but de cette frénésie. Si le but est d’éradiquer complètement le virus, alors nous avons atteint le but. Je n’ai pas entendu dire que c’était le but. Si quelqu’un me dit que c’est un objectif, je lui dirai qu’il a perdu la tête. ”
Le président Milanović a rompu avec la majorité de ses contemporains en exprimant sa frustration face à l’autoritarisme médical et à l’hystérie COVID poussés par les médias grand public et les mondialistes.
Résistons!
Source : Blog d’Algora | 24 septembre 2021 


La Roumanie veut détruire les vaccins dont la date d’expiration approche

La Roumanie pourrait commencer à détruire certains des vaccins COVID-19 reçus plus tôt cette année car ils sont sur le point d’expirer alors que l’intérêt de la population pour la vaccination a considérablement diminué.

Après un bon démarrage de la campagne de vaccination, la Roumanie a connu un ralentissement au cours des deux derniers mois et est désormais parmi les dernières de l’UE en termes de taux de vaccination. Alors que les habitants des grandes villes étaient plus disposés à se faire vacciner, près de la moitié de la population roumaine vit dans les zones rurales, où l’intérêt pour la vaccination est très faible.

 

Les doses inutilisées en Roumanie vont être détruites

En conséquence, la Roumanie détient désormais un excédent de vaccins et commencera à détruire une partie des doses inutilisées reçues plus tôt cette année qui expireront bientôt. Il y a environ une semaine, les autorités ont demandé aux fournisseurs d’envoyer moins de vaccins COVID-19 que prévu pour la même raison.

Le docteur Valeriu Gheorghita, coordinateur de la campagne nationale de vaccination, a déclaré jeudi 24 juin que la Roumanie détruirait 35 000 doses de vaccin AstraZeneca devant expirer le 30 juin, selon Digi24.
Quelques jours auparavant, Gheorghita avait déclaré à Digi24 que la Roumanie tenterait de redistribuer ou de vendre les doses de vaccins sur le point d’expirer.

 

Plusieurs centres de vaccination ont fermé

Également en raison du moindre intérêt des Roumains pour la vaccination, des dizaines de centres de vaccination ont fermé tandis que d’autres ont réduit leur programme à quelques heures par jour ou à quelques jours par semaine. Les équipes médicales travaillant dans ces centres devraient rejoindre le programme visant à améliorer l’accès aux vaccins COVID-19 dans les zones rurales.

Selon Gheorghita, plus de 62 300 personnes ont été vaccinées dans le cadre du programme « La ville vaccine le village ». Cette action, conjuguée à l’initiative des autorités de conditionner l’accès à certains événements aux seuls vaccinés, vise à relancer la campagne de vaccination et à accélérer les taux de vaccination. Cependant, ces mesures n’ont pas encore montré leurs résultats.

 

25% de la population roumaine a reçu au moins une dose de vaccin 

Le coordinateur de la campagne de vaccination a également déclaré qu’environ 25% de la population éligible en Roumanie avait reçu jusqu’à présent au moins une dose d’un vaccin COVID-19, a rapporté News.ro. Plus de 4,6 millions de personnes sont désormais vaccinées dans le pays, et la plupart d’entre elles (plus de 4,4 millions) sont complètement vaccinées. Les taux de vaccination les plus élevés ont été signalés à Bucarest et dans les départements de Cluj, Sibiu, Brasov et Timis.

Le gouvernement a raté son objectif de faire vacciner 5 millions de personnes d’ici juin et il est très peu probable qu’il atteigne son autre objectif de faire vacciner 10 millions de Roumains d’ici l’automne.

Les données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies viennent également confirmer que la campagne de vaccination ne se déroule pas comme prévu en Roumanie. Selon l’agence européenne, COVID-19 Vaccine Tracker, la Roumanie a l’un des taux de vaccination les plus bas de l’Union européenne. Par exemple, le taux cumulé de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin chez les adultes en Roumanie est inférieur à 30 %, contre une moyenne de 57,4 % dans l’UE/EEE.


SUPPORTEZ  MICHELDUCHAINE.COM

en visitant notre boutique en ligne…sur ce lien:Vintage par Michel

 

Réécrire L’histoire « effacée » par les médias de la lutte du Führer Adolph Hitler pour la Paix

Manifestation à New York durant la Deuxième Guerre Mondiale!

 

Le 3 septembre 1939, les Alliés déclarent la guerre à l’Allemagne, entraînant une guerre mondiale d’une demi-décennie.

Pendant ce temps, Hitler supplie les Alliés de retirer leurs déclarations de guerre. Les appels à la paix d’Hitler sont ignorés alors que les alliés amassent 600 000 soldats dans le nord de la France. Des plans sont ouvertement discutés pour avancer vers l’est sur l’Allemagne, via la Belgique et la Hollande, ainsi que pour établir des opérations en Norvège et au Danemark neutres, avec ou sans leur consentement.

« J’ai toujours exprimé à la France mon désir d’enterrer à jamais notre ancienne inimitié et de rapprocher ces deux nations au passé si glorieux. Je n’ai pas consacré moins d’efforts à la réalisation d’une entente anglo-allemande, pas plus que cela d’une amitié anglo-allemande. A aucun moment et en aucun endroit je n’ai agi contrairement aux intérêts britanniques… « Pourquoi cette guerre en Occident devrait-elle être menée ? – Adolf Hitler – Reichstag OCTOBRE 1939

Avant la mort de Chamberlain, il révéla que l’Amérique et les Juifs du monde avaient forcé la Grande-Bretagne à entrer en guerre contre l’Allemagne (mentionné dans The Forrestal Diaries de 1945.)

Sachant que les Allemands ne toléreraient pas les persécutions ethniques contre leur peuple dans les territoires perdus donnés à la Pologne par le honteux traité de Versailles (qui, soit dit en passant, étaient dirigés par des Juifs), les sionistes ont très probablement promu ces pogroms absurdes en utilisant leur les médias, financés par les puissants banksters, comme une manœuvre pour provoquer les Allemands, les attirant à une action militaire contre la Pologne, créant alors un prétexte pour déclencher une guerre de plus fructueuse, qui aurait un rôle décisif dans leur contrôle des finances mondiales, qui était menacé par les progrès créés par l’Allemagne NS.

Les historiens alliés négligent si duplicieusement de reconnaître l’appel incessant à la guerre lancé par l’Angleterre, la France et l’Amérique de 1934 à 1939 tandis que les nombreux appels de l’Allemagne nationale-socialiste pour comprendre et empêcher une guerre mondiale. Ces offres de paix aux puissances alliées sont un dossier historique incontestable. Les « historiens des tribunaux » de l’establishment ne peuvent pas nier la réalité de ces offres raisonnables, alors ils choisissent simplement de les ignorer à la place.

Le général Robert Wood a témoigné qu’en 1936, Churchill lui avait dit que l’Allemagne devenait trop forte et devait être anéantie. (p. 130). Pour quelle raison? …questionna Bernard Baruch . Après une interview avec Roosevelt en septembre 1939, Baruch publia un rapport à la presse dans lequel il déclarait :

« Hitler n’aura pas de guerre, mais il y sera contraint, pas cette année mais plus tard.Emil Ludwig Cohn dans Les Annales, juin 1934, également cité dans son livre « La Nouvelle Sainte Alliance ». L’Allemagne est notre ennemi public numéro un. « Notre but est de lui déclarer la guerre sans pitié. On peut en être sûr : nous mènerons cette guerre ! – Bernard Lecache, président de la « Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme », dans son journal « Droit de vivre », 9 novembre 1938.

« Les millions de Juifs qui vivent en Amérique, en Angleterre et La France, l’Afrique du Nord et du Sud et, sans oublier ceux de Palestine, sont déterminés à mettre un terme définitif à la guerre d’anéantissement contre l’Allemagne. – Le journal juif Central Blad Voor Israelieten aux Pays-Bas, le 13 septembre 1939

« J’ai souligné que la défaite de l’Allemagne et du Japon et leur élimination du commerce mondial donneraient à la Grande-Bretagne une formidable opportunité de gonfler son commerce extérieur en volume et en profit. » – Samuel Untermeyer, Les années publiques, p.347.

En avril 1939, (quatre mois avant le déclenchement de la guerre), l’ambassadeur William C. Bullitt, que je connaissais depuis vingt ans, m’appela à l’ambassade américaine à Paris. Il n’a pas dit, et je n’ai pas demandé, par qui. Il m’a laissé le déduire. … Quand j’ai dit qu’à la fin l’Allemagne serait poussée dans les bras de la Russie soviétique et du bolchevisme, l’ambassadeur a répondu : « Qu’en est-il ? Il n’y aura plus assez d’Allemands quand la guerre sera finie pour qu’il vaudrait la peine d’être bolchévisé. – Karl von Wiegand, 23 avril 1944, Chicago Herald American

Chaque appel à la paix a été rejeté.


EN COMPLÉMENTAIRE

Tout ce que les gens croyaient sur les intentions d’Hitler envers la Grande-Bretagne était un mythe créé par Churchill

Rudolph Hess et Adolph Hitler

 

Hitler ne voulait pas envahir la Grande-Bretagne. Il admirait en fait l’Empire britannique, avec sa présomption inhérente de supériorité raciale.

Il est bon que le gouvernement britannique pardonne aux milliers de déserteurs de l’armée qui se sont enrôlés dans les forces britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale.

Bien entendu, aucune armée ne peut permettre la désertion ; cependant, ces hommes n’ont pas été traduits en cour martiale, mais ont fait l’objet d’une interdiction générale d’emploi dans l’État qui les a privés de leur droit constitutionnel à une procédure régulière.

La grande majorité d’entre eux désertèrent à partir de juin 1941, lorsque la possibilité théorique d’une invasion allemande avait pratiquement disparu.

Les hommes qui ont déserté l’ont fait après avoir été effectivement trompés pour devenir des soldats-serfs, coupant le gazon sur la tourbière d’Allen.

C’était le deuxième grand mensonge de leur jeune vie. Le premier était que l’Irlande a jamais été confrontée à une grave menace d’invasion par l’Allemagne, ce qui était l’engendrement d’un mensonge encore plus vaste – qu’en 1940, Hitler voulait envahir la Grande-Bretagne. Mais il ne l’a pas fait. Il admirait en fait l’Empire britannique, avec sa présomption inhérente de supériorité raciale. Nous savons d’après les journaux de Lord Halifax, le ministre britannique des Affaires étrangères, qu’Hitler a proposé des conditions qui n’impliquaient pas le contrôle allemand de la Grande-Bretagne. Churchill a refusé de permettre que ces termes soient lus au cabinet, et ils restent prudemment cachés sous la règle des 100 ans.

Au lieu de cela, la détermination de Churchill à maintenir la Grande-Bretagne en guerre a transformé ce qui n’avait été qu’une défaite continentale de son armée en un mythe persistant selon lequel, en 1940, la Grande-Bretagne était confrontée à une guerre pour la survie nationale.

Mais le chef de la marine allemande, Raeder, avait à plusieurs reprises interdit à son état-major de planifier une invasion de la Grande-Bretagne. Et loin de vouloir continuer la guerre, en juin 1940, Hitler ordonna la démobilisation de 20 % de son armée, afin de relancer l’économie allemande. La « flotte d’invasion » que les nazis ont commencé à rassembler cet été-là n’était pas plus capable d’envahir la Grande-Bretagne qu’elle ne l’était à Hawaï. C’était la guerre par illusion : son but était d’amener les Britanniques à la table des négociations.

Barges destinées à l'opération Sea Lion
Des barges d’invasion assemblées dans le port allemand de Wilhelmshaven. Deutsches Bundesarchiv

Cette « flotte » se composait de 1 900 barges fluviales, dont un tiers seulement était motorisé, à remorquer transmanche, par groupes de trois, par seulement 380 remorqueurs. Ces barges avaient de minuscules quilles, des proues émoussées et de petits gouvernails, avec seulement deux pieds de franc-bord : la distance entre l’eau et le haut de la coque. Ils auraient été submergés même lors d’une traversée directe de la Manche, une voie navigable peu profonde et violente reliant la mer du Nord déchaînée et l’Atlantique. Mais une invasion ne serait pas directe. Les barges, avec leurs équipages non entraînés, ne pourraient faire que trois nœuds environ, depuis les trois centres « d’invasion » : Rotterdam, Le Havre et Boulogne. Ces ports sont, respectivement, de toutes les plages du débarquement de la côte sud, au mieux, 200 milles et 60 heures, 100 milles et 30 heures, et 50 milles et 15 heures, avec des soldats souffrant du mal de mer entassés dans des barges sans quille et sans eau ni toilettes. Quelle armée serait apte à combattre après un voyage comme celui-là ? Et puis il y a les 55 000 chevaux dont la Wehrmacht aurait besoin : son transport n’était toujours pas mécanisé.

Le Führer accueuilli par des femmes slaves lors d’un arrêt sur le front de l’est.

Tout va bien, et c’est vraiment un terme relatif, la première « vague » mettrait 10 jours à débarquer, les barges faisant la navette vers et depuis ces trois ports éloignés, nécessitant des marées qui devraient obéir aux exigences du Führer plutôt que les plus âgés de la mer, en convoi, souvent de nuit, et toujours sans feux de navigation.

Pourquoi pas de lumières ? Ah : la Royal Navy. C’est là que les choses deviennent assez fantasmagoriques. En août 1940, la Home Fleet britannique SEULE se composait de 140 destroyers, 40 croiseurs et frégates, cinq cuirassés et deux porte-avions.

L’ensemble de la marine allemande, le Kriegsmarin, se composait de seulement sept destroyers, d’un croiseur avec des moteurs peu fiables, de deux croiseurs en état de marche, pas de porte-avions, et pas de cuirassés ni de croiseurs de bataille : le Bismarck et le Tirpitz étaient encore en construction, et le Gneisenau et le Scharnhorst ont été endommagés. et hors de service jusqu’à l’hiver suivant.

Et la Luftwaffe ? Eh bien, il n’y avait pas d’avions porte-torpilles, alors que les Britanniques en avaient deux (le Beaufort et le Swordfish, qui devaient tous deux montrer plus tard leur courage en mettant hors d’état de nuire les navires de guerre allemands), et les bombardements aériens défendaient vigoureusement les navires de guerre au-dessus d’une mer ouverte. est incroyablement difficile, même pour les bombardiers en piqué : les viseurs de bombe Stuka ont été calibrés pour des cibles fixes. D’accord, mais les côtes britanniques n’étaient-elles pas sans défense en 1940 ? Non – à part une armée britannique en grande partie intacte, deux divisions canadiennes entièrement équipées sont arrivées cet été-là, tout comme 200 000 fusils américains à bord du « SS Britannic ».

Cela ne diminue en rien la validité de la cause alliée, ni la décision ultérieure des près de 7 000 déserteurs de l’armée qui s’y sont enrôlés, car ils prenaient les armes contre l’un des régimes les plus pervers de l’histoire du monde.

Néanmoins, à peu près tout ce que les gens croyaient sur les intentions d’Hitler envers la Grande-Bretagne en 1940 – et croient encore aujourd’hui – était un mythe créé par Churchill, auquel il en est probablement venu à croire lui-même. Considérez tous les faits ci-dessus, puis considérez comment ce mythe a perduré, malgré eux. On se demande, non ?

(Source: Irlandais indépendant )

Déja lors de la rencontre de Téhéran,Churchill réfléchissait a une Troisième Guerre Mondiale!

 

 

 

 

 

 

 

 


VISITEZ NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE:Vintage par Michel

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

Réécrire l’histoire de la conspiration de la gauche sioniste:Le 4 septembre 1923,le Fûhrer remportait une importante victoire en cours

Nous entendons celui-ci tout le temps ; mais combien peu de gens qui répètent ce mensonge concocté, transmis et vieux de 100 ans se rendent compte que la première diffamation de ce type contre Hitler est venue d’un journal ouvertement pro-marxiste ? C’est vrai.

Photo du Fûhrer en 1923.

 

Co-fondé en 1876 par le communiste allemand Wilhelm Liebknecht –  Vorwarts  ( Forward ), en 1923 – dans un effort intelligent pour séparer Hitler de sa base, a affirmé que Henry Ford (qui a tenté d’exposer les banquiers juifs) et les banquiers juifs américains finançaient Hitler .

Hitler a intenté une action en diffamation contre  Vorwarts  pour cette affirmation absurde – et il a gagné devant le tribunal parce que Fake News Marxist  Vorwarts  n’a pu produire aucune preuve pour étayer leur mensonge fabriqué. Et ni les marxistes ni les fausses taupes et dupes anti-hitlériens « de droite » d’aujourd’hui.

Le premier NSDAP a peut-être collecté une somme d’argent négligeable auprès de Juifs qui sont connus pour « couvrir leurs paris » – mais l’argent réel provenait de quelques émigrés russes qui avaient échappé à la révolution bolchevique, certains propriétaires d’entreprises préoccupés par la menace très réelle de une prise de contrôle communiste en Allemagne – et un  grand nombre  de petits donateurs qui croyaient en Hitler et sa révolution.

annexe

Hitler gagne en diffamation
le 4 septembre 1923

Berlin Vorwaerts paiera 6 000 000 de marks de dommages et intérêts pour avoir dit qu’Hitler avait « de l’argent juif et de Ford ».

Adolph Hitler, leader des fascistes bavarois, s’est vu octroyer hier 6 000 000 de marks de dommages et intérêts dans son procès en diffamation contre le rédacteur en chef du Vorwaerts, le quotidien socialiste de Berlin.

Les poursuites en diffamation contre le rédacteur en chef socialiste ont été engagées par le dirigeant réactionnaire de Bavière à la suite de la publication par les Vorwaerts d’un rapport selon lequel l’Organisation hitlérienne recevait une aide financière de « Juifs américains et d’Henry Ford ».

* * *

Source : William Leone et Agence télégraphique juive


Visitez et soutenez notre Boutique en ligne: Vintage par Michel

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

Dictature totalitaire mondiale en formation:Le Kenya et le Malawi, zones test pour un carnet de vaccination injecté sous la peau

Depuis 2019,des ingénieurs américains ont mis au point un marquage et une vaccination sous-cutanés encapsulés dans des nanoparticules.

La campagne de vaccination a débuté en septembre 2019,au Kenya,en prenant la population comme cobaye!
Tout cela sous les bons soins de Bill Gates!

 

Des ingénieurs du Massachusetts Institute of technology (MIT) ont inventé des nanoparticules injectables sous la peau qui émettent une lumière fluorescente invisible à l’œil nu mais visible par un smartphone, et qui pourraient un jour servir à confirmer que la personne a bien été vaccinée.

La Fondation Gates, qui finance le projet, a aussi lancé des enquêtes d’opinion au Kenya, au Malawi et au Bangladesh pour déterminer si les populations seront prêtes à adopter ces microscopiques boîtes quantiques, ou préféreront en rester aux vieilles cartes de vaccination.

 

L’idée est d’inscrire sur le corps lui-même la preuve du vaccin, dans des pays en développement où les cartes de vaccination en papier sont souvent erronées ou incomplètes, et où les dossiers médicaux électroniques inexistants.

Le système, décrit mercredi dans la revue Science Translational Medicine, n’a pour l’instant été testé que sur des rats mais les chercheurs, financés par la Fondation Bill et Melinda Gates (partenaire du Monde Afrique), espèrent les tester sur des humains en Afrique dans les deux prochaines années, dit à l’AFP la coautrice Ana Jaklenec, ingénieure biomédicale de MIT.

Les ingénieurs ont passé beaucoup de temps à trouver des composants à la fois sûrs pour l’organisme, stables et capables de durer plusieurs années.

Croix luminescente

La recette finale est composée de nanocristaux à base de cuivre, appelées des boîtes quantiques (« quantum dots » en anglais), de 3,7 nanomètres (nm) de diamètre, et encapsulés dans des microparticules de 16 micromètres (μm, 1 μm égale un millionième de mètre, et 1 nm égale un milliardième). Le tout est injecté par un patch de microaiguilles de 1,5 mm de longueur.

Après avoir été appliquées sur la peau pendant deux minutes, les microaiguilles se dissolvent et laissent sous la peau les petits points, répartis par exemple en forme de cercle ou bien d’une croix. Ces petits points sont excités par une partie du spectre lumineux invisible pour nous, proche de l’infrarouge.

Un smartphone modifié, pointé sur la peau, permet de faire apparaître, fluorescent sur l’écran, le cercle ou la croix. Les chercheurs voudraient qu’on puisse injecter le vaccin contre la rougeole en même temps que ces petits points. Un médecin pourrait des années plus tard pointer un smartphone pour vérifier si la personne a été vaccinée.

Des chercheurs du MIT ont présenté, le 18 décembre 2019 à Washington, une technologie de vaccination sous-cutanée encapsulée dans des nanoparticules et des nanocristaux qui deviennent fluorescents à l’approche d’une lumière proche de l’infrarouge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La technique est censée être plus durable que le marquage par feutre indélébile, pour lequel les chercheurs ont simulé cinq années d’exposition au soleil. Et elle requiert moins de technologie qu’un scan de l’iris ou que la maintenance de bases de données médicales.

La limite du concept est que la technique ne sera utile pour identifier les enfants non-vaccinés que si elle devient l’outil exclusif. En outre, les gens accepteront-ils de multiples marquages sous la peau pour chaque vaccin? Et qu’adviendra-t-il des points quand le corps des enfants grandira ?

La Fondation Gates poursuit le projet et finance des enquêtes d’opinion au Kenya, au Malawi et au Bangladesh pour déterminer si les populations seront prêtes à adopter ces microscopiques boîtes quantiques, ou préféreront en rester aux vieilles cartes de vaccination.

POSER CES QUESTIONS EST Y RÉPONDRE

L’histoire récente de l’humanité nous montre que le marquage social  a été souvent utilisé.Ce sont les allemands de la Deuxième Guerre Mondiale qui figurent au palmares avec les passeport de circulation,les croix jaunes pour identifier les  juifs,etc.

En regardant ce qui se passe en 2021 avec le passeport sanitaire et la division sociale voulue par les systèmes politiques (en vaccinés vs les non-vaccinés) ,on comprend facilement que le Troisième Reich allemand de 1933 a servi de modèle pour élaborer la situation actuelle.Il est clair que dans notre monde occidental chrétien que la démocratie est morte depuis longtemps et que ce sont des profiteurs manipulés par des sociétés secrètes qui mènent le bal!


EN COMPLÉMENTAIRE

la Guinée renforce les contrôles aux frontières et ferme les boîtes de nuit

Le port obligatoire du masque a été décrété et les fonctionnaires ne pourront accéder à leur lieu de travail que munis de leur passe sanitaire.

Une femme passe devant des graffitis sur un mur représentant des mesures d’hygiène pour freiner la propagation du coronavirus COVID-19 à Conakry, en Guinée, le 4 mai 2020

La Guinée avait annoncé 10 août 2021, le renforcement des contrôles sanitaires aux frontières, le port obligatoire du masque et la fermeture des boîtes de nuit afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19.

« A situation exceptionnelle, il faut des mesures exceptionnelles appliquées avec courage, détermination et la plus grande fermeté », a déclaré le président Alpha Condé, selon un communiqué rendant compte du conseil des ministres. Le port obligatoire du masque a ainsi été décrété, ainsi que la « fermeture jusqu’à nouvel ordre des boîtes de nuit et d’autres lieux de loisirs très fréquentés ». Les fonctionnaires, y compris les ministres, ne pourront accéder à leur lieu de travail que munis de leur passe sanitaire.

Ainsi,même en Afrique,les tentacules de la pieuvre  dictatoriale sanitaire s’étendent!

Les personnes entrant en Guinée et « venant de pays notamment touchés par le variant Delta » devront être vaccinées, ont ajouté les autorités, sans donner la liste des pays concernés, mais en soulignant que des tests PCR devront également être présentés à l’arrivée. Alpha Condé a précisé que l’objectif du gouvernement était de vacciner d’ici au mois de novembre 70 % de la population du pays, qui compte plus de 13 millions d’habitants.

Variant Delta et virus de Marburg:la psychose collective en oeuvre

 

 

La Guinée a officiellement recensé 27 112 cas de Covid-19, dont 263 mortels, un chiffre sous-évalué selon les observateurs. Avec l’émergence du variant Delta, plus contagieux, la barre des 1 000 personnes testées positives par jour est en passe d’être franchie, avec près de dix décès quotidiens à l’hôpital, selon les chiffres officiels.

Sur un autre front sanitaire, les autorités guinéennes n’ont encore annoncé aucune décision concernant le premier cas de la maladie à virus de Marburg, hautement virulente et provoquant une fièvre hémorragique. « Un cas a été déclaré. Nous nous organisons pour circonscrire le virus et organiser la riposte. Nous informerons l’opinion de l’évolution », a déclaré à l’AFP le porte-parole du gouvernement, Tibou Camara. « C’est la première fois que [cette maladie] est identifiée dans le pays et en Afrique de l’Ouest », peut-on lire sur le site de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Quelque 155 cas contacts de la victime – un homme décédé le 2 août – sont suivis quotidiennement. Le virus de Marburg est un cousin à peine moins meurtrier du virus Ebola, contre lequel il n’y a ni vaccin ni traitement et qui entraîne la mort dans 50 % des cas en moyenne. Ce cas a été détecté moins de deux mois après que la Guinée a déclaré la fin d’une épidémie d’Ebola qui avait éclaté au début de l’année, faisant douze morts. Le pays a déjà été sévèrement éprouvé par la fièvre hémorragique due au virus Ebola, qui y avait tué 2 500 personnes entre fin 2013 et 2016.


UNE INVITATION À  LUTTER CONTRE LA CENSURE DES MÉDIAS:VISITEZ NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE: VINTAGE PAR MICHEL

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:L’Australie organise un rituel de vaccination luciférienne ciblant 24 000 enfants (images choquantes)

Je reprends aujourd’hui,la poursuite de mes articles…Vous m’excuserez d’avoir pris un temps pour me rétablir de la chaleur accablante des dernières semaines


 

Jeudi 19 août 2021, Le ministre de la Santé et de la Recherche médicale de la Nouvelle-Galles du Sud (Australie), Brad Hazzard, a annoncé cette semaine que 24.000 enfants seraient ciblés dans une campagne de vaccination de masse sous surveillance policière, sans que les parents soient autorisés à l’intérieur de la Qudos Bank Arena où les vaccinations de masse auraient lieu.
Son annonce a fait sourciller beaucoup de gens. Pourquoi les parents ne seraient-ils pas autorisés à entrer dans l’arène? Pourquoi la garde de police ? Encore plus, pourquoi les enfants devraient-ils être vaccinés, étant donné que les enfants courent un risque pratiquement nul de décès par covid et ne peuvent donc tirer aucun « avantage » des vaccinations, même si ces vaccins fonctionnent.
La réponse peut être beaucoup plus troublante que vous ne l’imaginez. Il s’avère que la Qudos Bank Arena a été utilisée comme temple satanique pendant de nombreuses années, avec des performances « artistiques » lucifériennes qui vénèrent Satan et souillent Dieu.

De nombreux groupes de rock satanique se sont produits dans l’établissement au fil des ans, déclenchant des vagues d’énergie démoniaque dans l’établissement alors que des foules démoniaques acclament Satan.
Un groupe de rock qui s’y est produit s’appelle Slipknot (Nœud coulant), et leurs chansons incluent « The Devil and I » (le diable et moi), « Wait and Bleed » (attente et saignement) et « Unsainted » (non saint). Vous pouvez voir leur teaser de 14 secondes pour leur performance à la Qudos Bank Arena sur ce lien YouTube, car YouTube n’interdit pas les vidéos de culte satanique, mais ils interdisent toute personne qui dit la vérité sur les vaccins.
Voici quelques captures d’écran de cette vidéo, et cette chanson a été interprétée à la Qudos Bank Arena :
Vous remarquez la coiffe « protéine spike» ici ?

La vidéo présente également des scènes de cannibalisme où les membres du groupe mâchent des moignons ensanglantés de bras et de mains humains amputés, ce qui rappelle ce qui se produit actuellement à cause des caillots sanguins provenant des vaccins contre le covid :

 

Les personnes qui prennent des vaccins contre le covid participent à un rituel mondial de culte de la mort, qui est également décrit comme une scène de « kamikaze » dans le clip du groupe :

 

 

 

 

 

 

Voici une représentation de la protéine de pointe dans un cadre rituel satanique, également tirée de la vidéo :

La vidéo présente également des scènes d’automutilation, avec une personne arrachant la chair de son visage, ce qui est exactement ce que l’arme biologique à protéines de pointe réalise à l’intérieur du corps lorsqu’elle attaque le système cardiovasculaire.

 

Ce qui est étonnant, c’est que cette vidéo est apparue des années avant l’épidémie de covid-19, démontrant comment les forces démoniaques étaient bien informées de cette attaque satanique contre la société humaine, même des années avant qu’elle n’ait lieu.
À l’heure actuelle, 24 000 enfants australiens défilent dans l’arène où se déroule ce culte satanique. On leur injecte des armes biologiques à protéines de pointe déshumanisantes et destructrices de tissus alors qu’aucun parent n’est autorisé à être présent.
Ce n’est évidemment pas une initiative de santé publique : c’est un rituel de sacrifice d’enfants mené à l’échelle nationale.
Tout parent qui sacrifie son enfant au culte de la mort de la protéine de pointe ne condamne pas simplement son enfant à la souffrance et à la mort, il signe un contrat avec le Diable qui est lié par le sacrifice de son enfant, une pratique courante dans le culte satanique rituel.

Nous avons tous les détails – avec des vidéos et des images choquantes et graphiques – dans le podcast inquiétant de Situation Update d’aujourd’hui :

Brighteon.com/44c1d780-8c1e-43f6-b602-347440e9de8a

Source
————————–

Les autorités sanitaires poussent les plans d’extermination par injection de rappel pour se dépêcher et tuer les masses avant qu’elles ne se réveillent complètement à l’escroquerie covid

 

Pour tous ceux qui y prêtent attention, il est tout à fait évident maintenant que l’ensemble de l’escroquerie «plandémique» de la covid est un plan de dépeuplement mondial visant à effrayer les gens pour qu’ils prennent des injections d’armes biologiques à protéines de pointe («vaccins») qui les tueront au fil du temps. Ce que les mondialistes n’avaient pas prévu, cependant, c’est l’éveil rapide à la vérité qui se répand maintenant comme une traînée de poudre dans le paysage de la médecine et de la science. Avec plus de médecins, de docteurs, d’infirmières et de travailleurs de la santé qui se réveillent et dénoncent chaque jour, les mondialistes paniquent et se dépêchent pour tuer les masses avant que les «gens normaux» ne découvrent l’arnaque de la dépopulation par les vaccins.
D’où la ruée folle vers une piquouze dite « d’appoint » qui contient bien sûr encore plus d’armes biologiques à protéines de pointe pour accélérer la mort massive à travers la planète.
Les mondialistes sont tellement désespérés de la peur des gens des injections de rappel, qu’ils admettent maintenant ouvertement que les vaccins existants contre le covid échouent et n’offrent aucune protection durable.
Dans un aveu vraiment étonnant de tout cela, le J(N)ew York Times a publié hier un article intitulé « Israël, cité comme modèle pour vaincre Covid, fait face à une nouvelle vague d’infections ».
L’article admet ouvertement que les vaccins contre le covid administrés à 2,5 milliards de personnes dans le monde ne fonctionnent plus très bien, et que les personnes qui ont pris ces vaccins sont désormais celles qui tombent malades et meurent. Citation :
L’une des sociétés les plus vaccinées, Israël a désormais l’un des taux d’infection les plus élevés au monde, ce qui soulève des questions sur l’efficacité du vaccin.
Une quatrième vague d’infections se rapproche rapidement des niveaux des pires jours de la pandémie en Israël de l’hiver dernier. Le taux quotidien de nouveaux cas confirmés de virus a plus que doublé au cours des deux dernières semaines, faisant d’Israël un point chaud croissant dans les hit parades internationaux.
La grande majorité de la population âgée d’Israël avait reçu deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech fin février, et à ce jour, environ 78 % de la population de 12 ans et plus est complètement vaccinée.
Mais certains experts craignent que le taux élevé d’infections en Israël parmi les premiers vaccinés n’indique un déclin des protections du vaccin au fil du temps, une découverte qui a contribué à une décision américaine mercredi de commencer à offrir des injections de rappel aux Américains à partir du mois prochain.
Et parmi les personnes complètement vaccinées, les scientifiques israéliens ont trouvé de plus en plus de preuves d’une immunité décroissante, en particulier parmi la population plus âgée qui a été vaccinée en premier.
Les données publiées par le ministère israélien de la Santé fin juillet suggèrent que la piquouze de Pfizer n’était efficace que de 39 % contre la prévention de l’infection dans le pays fin juin et début juillet, contre 95 % de janvier à début avril… ce fléau s’est principalement banlieues bourgeoises complètement vaccinées
.

Même le directeur du CDC a maintenant abandonné la promesse initiale de vaccins contre le covid
Vous vous souvenez du récit original sur la façon dont les vaccins fourniraient une immunité et une protection absolues et permanentes contre le covid ? Ce récit s’est maintenant effondré. Même le NYT(aka JYT) ne prétend plus que le vaccin offre une immunité durable de quelque nature que ce soit.

Mais c’est encore empire : le directeur du CDC, le Dr Walenksy, admet maintenant ouvertement que les vaccins augmentent le risque de maladie. Non seulement ils ne fonctionnent pas, mais ils aggravent la maladie.
Cela signifie que, alors que la première vague de vaccins inflige des maladies et des décès accélérés parmi les 2,5 milliards de citoyens du monde qui ont déjà été piqués, nous allons assister à une vague d’hospitalisations et de décès parmi les vaccinés. (Les hôpitaux du monde seront submergés.)
Surnommés les cas de « percée » par les grands médias menteurs, ils sont en réalité le résultat de « coups mortels» de vaccins conçus pour réduire la population humaine.
Mais les gens se rendent compte de l’arnaque, les médias menteurs et leurs se dépêchent de faire pression pour des injections de rappel pour tuer les masses avant qu’elles ne se révoltent
En raison de tous les décès, blessures et fraudes pures et simples commis via des « cas » diagnostiqués par PCR, les peuples du monde s’éveillent rapidement à l’étonnante vérité de tout cela : c’est une arnaque pour parvenir à une dépopulation mondiale et à un contrôle autoritaire sur l’humanité.
Alors que les confinements s’intensifient, les gens descendent dans la rue et exigent la fin de l’arnaque. Avec des centaines de milliers de personnes qui manifestent maintenant en France, l’ establishment là-bas empêche les personnes non vaccinées de faire leurs courses dans les magasins, cherchant à affamer littéralement les non vaccinés. Cela ne servira qu’à réveiller les gens encore plus rapidement, ajoutant aux niveaux de mécontentement qui explosent maintenant à travers la planète.
Nous sommes arrivés à un point de basculement. L’humanité s’éveille à un rythme accéléré, alors maintenant les mondialistes essaient d’exterminer les gens aussi rapidement que possible pour arrêter la propagation de la vérité..

Source


EN COMPLÉMENTAIRE

Quand la majorité silencieuse des vaccinés commence à persécuter les hérétiques…

 

Le pouvoir y certes est allé fort. Alors on rassemble facilement un million de personnes dans les rues alors on se dit qu’on a gagné. Mais ce n’est pas si simple. On aura bientôt cinquante millions de vaccinés en France…et possiblement six millions au Québec et ces vaccinés ne seront pas commodes. Samedi,je n’ai pas eu l’impression d’une manif de vainqueurs, mais de perdants, de minoritaires et d’isolés. L’écrasante majorité des beaufs de ce pays sont pour le « passe » comme ils ont été pour la guerre contre l’Irak, la Syrie, la Libye, les confinements, les masques, la mondialisation, Macron, la russophobie viscérale, le Reset, l’écologie, le reste.

Il y aura révolte citoyenne lors du réveil!

On retrouve les chiffres de Stanley Milgram, alors pourquoi s’étonner ? 60% gobent tout, 30% doutent, 10% résistent. Je sais que les sondages sont truqués, mais voyez la réalité du terrain. Ceux de mes lecteurs qui travaillent me le disent, qu’on les persécute au boulot. Et on n’est qu’un début. Macron a la majorité et les médias derrière lui, plus les milliers de milliards de ses oligarques. Il peut voir venir.

Un rappel : on fascise les non-vaccinés parce qu’ils parlent d’étoile jaune. Mais on en parle en Israël. Et Stefan Zweig (suicidé en 1941) ne disait pas que les juifs étaient gazés par Hitler en 1938 à Vienne ; il disait que les Juifs n’avaient plus le droit de s’asseoir sur un banc, d’aller au restaurant ou au cinéma. Zweig aussi explique que la masse anesthésiée finit par s’en foutre du sort du juif – comme aujourd’hui le vacciné du non-vacciné. Au-dessus plane donc une élite surhumaine ou transhumaine qui LUI VEUT VRAIMENT DU MAL.

Regardez une brève et belle émission du Journal l’Humanité : une petite mignonne explique à partir de 1’23 qu’elle n’a plus de droits et qu’elle est harcelée au boulot par ses gentils collègues (« ils sont tous pour le vaccin, ils disent que je suis un danger pour la nation »). Je répète, c’est ce que me confirment MES LECTEURS QUI TRAVAILLENT. Une bonne dame confirme que les vaccinés accusent et persécutent. Plus il y aura de vaccinés, plus il aura de persécutions.

Le vacciné a tout pour se sentir bien dans sa peau. Dans ses mémoires Maurice Bardèche en effet explique que les Français cherchent à survivre (ô marché noir…) et que le sort des Juifs leur est indifférent. Bardèche : « le public ne me sembla montrer aucune sensibilité particulière à l’égard de l’avenir qu’on pouvait craindre pour les Juifs résidant en France. La partie de la population dont je pouvais connaître les sentiments avait cru, à tort ou raison, je n’en sais rien, que la plupart des Juifs avaient souhaité cette guerre, combattu ceux qui voulaient l’éviter. »

Les minorités non vaccinées seront accusées de ne pas tenir compte des braves gens qui risquent d’être contaminés à cause d’elles. On verra la suite. Il est facile de parler de révolte de rue alors qu’ils ont encore la loi martiale et l’OTAN dans leur pochette-surprise. Vive notre âge obscur.

Déjà,ici au Québec,on nous rabat les oreilles sur les endroits ou nous ne pourront plus aller si.é..nous ne sommes pas vaccinés!

La dictature sanitaire de François Legault vole haut dans les sondages fabriqués par les médias corrompus par l’argent public!

Au Canada ,on utilise l’argent public pour vous corrompre!


AUTRE COMPLÉMENTAIRE

Culte des vaccins et déclin de la spiritualité : le point par Rudolf Steiner en 1917

Rudolf Steiner

 

On n’a pas assez relié le développement des vaccins avec la disparition des génies artistiques et littéraires en occident : à partir des années 1880, ils se raréfient au niveau de naissances, ensuite ils disparaissent. Qui a succédé à Broch, Musil, Strauss, Ravel, Céline, Bernanos, Bartok ou Ives ? La disparition de la grande culture pressentie par Zweig dans les années trente est une donnée du monde d’après 1945. On entre dans l’ère du citoyen superflu dont parle Nietzsche dans Zarathoustra, citoyen tellement superflu qu’il se laisse emprisonner et exterminer sans réagir. La culture devient du savoir congelé (Debord) ou de la pensée et de la musique jetable. La poésie a disparu : tout ce qui importe c’est de jouir et survivre. La panique Covid et le code QR n’ont pas d’autre cause.

Le déclin de la spiritualité accompagna aussi la modernité et ses vaccins (voyez ce pape et ces cathos) ; et c’est là que je vais reprendre Rudolf Steiner et ses conférences de 1917. Steiner est un grand esprit qui n’est pas ma tasse de thé, pas plus que Lévi-Strauss. Je les cite ici parce qu’ils ont raison ou ouvrent une vraie question sur un certain point de la monstruosité moderne. Quod verum est meum est, comme dit Sénèque à Lucilius (lui oui est un de mes maîtres).

Steiner voit donc le vide spirituel arriver avec son cortège de démons :

« En fait, rien ne reste tout à fait vide. Et dès lors que l’âme de l’homme se retire de plus en plus de son corps, celui-ci est de plus en plus exposé au danger d’être habité par autre chose. Si les âmes ne veulent pas faire effort pour s’ouvrir à des impulsions spirituelles qui ne peuvent prendre naissance que dans la connaissance du spirituel, le corps sera habité par des êtres démoniaques. Voilà le sort vers lequel marche l’humanité ; les corps peuvent être entièrement habités par des puissances ahrimaniennes démoniaques ».

Il est bon, disait Léon Bloy (qui redoutait Pasteur comme la peste) d’exaspérer les imbéciles et de rafraîchir l’imagination des bons chrétiens ; alors poursuivons dans la même veine :

« La nostalgie du diable qu’a ressentie Ricarda Huch a vraiment un lien avec ce qui se prépare. Les institutions, les concepts, les idées sociales que conçoivent aujourd’hui les gens sont des abstractions grossières par rapport aux conditions complexes qui vont se créer. Et parce que les humains ne sont pas capables de saisir à l’aide de leurs concepts, de leurs représentations, la réalité qui est là, ils glissent de plus en plus au chaos, comme le révèlent suffisamment les événements de cette guerre ».

Car on est en 1917. Steiner ajoute :

« Autrefois, au concile de Constantinople, l’esprit a été éliminé, on a institué un dogme : l’homme n’est fait que d’une âme et d’un corps, parler d’esprit est une hérésie. On aspirera sous une autre forme à éliminer l’âme, la vie de l’âme ».

Si un christianisme déjà dévoyé a éliminé l’esprit, le scientisme moderne élimine, lui, l’âme ; c’est là que le vaccin va l’aider :

« Dans le passé, on a éliminé l’esprit. On éliminera l’âme au moyen d’un médicament. En partant d’une « saine vue des choses », on trouvera un vaccin grâce auquel l’organisme sera traité dès la prime jeunesse autant que possible, si possible dès la naissance même, afin que ce corps n’en vienne pas à penser qu’il existe une âme et un esprit ».

Seul le corps doit rester, l’âme et l’esprit doivent disparaître :

« Les autres, les successeurs des actuels matérialistes, chercheront le vaccin qui rendra les corps « sains », c’est à dire constitués de telle façon qu’ils ne parleront plus de ces sottises que sont l’âme et l’esprit, mais, parce qu’ils seront « sains », des forces mécaniques et chimiques qui, à partir de la nébuleuse cosmique, ont constitués les planètes et le Soleil. On obtiendra ce résultat en manipulant les corps ».

Rôle du médecin moderne :

« On confiera aux médecins matérialistes le soin de débarrasser l’humanité des âmes. Oui, ceux qui croient qu’on peut prévoir l’avenir à l’aide d’idées qui jouent avec la réalité, sont bien dans l’erreur ».

La liquidation spirituelle des enfants est déjà à l’ordre du jour :

« Je vous ai expliqué que les esprits des ténèbres souffleront à leurs hôtes, aux hommes qu’ils habiteront, de découvrir un vaccin qui puisse dès la prime jeunesse, par la voie du corps, extirper la tendance à la spiritualité. On vaccine aujourd’hui contre telle ou telle maladie, à l’avenir, on vaccinera les enfants à l’aide d’un produit que l’on peut très bien composer, et qui empêchera les enfants de développer en eux les « folies » de la vie spirituelle, « folie » dans la perspective matérialiste, bien entendu ».

C’est à cette époque très freudienne qu’on cherche à traiter chimiquement ou cliniquement les génies :

« La chose a déjà commencé, dans le domaine littéraire du moins, où elle est moins nocive. Des écrits de médecins très savants ont déjà paru qui traitent de la pathologie de différents génies. Conrad Ferdinand Meyer, Victor Scheffel, Nietzsche, Schopenhauer, Goethe, on a essayé de les comprendre tout en faisant état de tel ou tel trait pathologique avéré. Et ce qui est le plus bouleversant dans ce domaine, c’est qu’on a aussi essayé de comprendre le Christ Jésus et les Evangiles en se plaçant au point de vue de la pathologie ».

Les siècles du totalitarisme et des camps de concentration arrivent. Dans un esprit proche de Guénon et de Bernanos, Steiner écrit :

« Mais tout cela vise à trouver pour finir le moyen de vacciner les corps afin que ne s’y développe pas la tendance aux idées spirituelles, et que leur vie durant les hommes ne croient qu’à l’existence de la matière que perçoivent les sens. Tout comme on vaccine contre la phtisie, on vaccinera contre la tendance à la spiritualité ».

Cela explique très certainement la faible résistance à la tyrannie sanitaire et au Reset. Les peuples abêtis et grégaires ont été anesthésiés (cf. Payne et aussi Ortega Y Gasset) par le consumérisme, la massification, les médias mais aussi par les vaccins. Le culte obligatoire des vaccins actuels, promu par 99% des élites mondiales et par ce pape monstrueux, n’est certes pas fortuit.

sources :

• Steiner : « La chute des esprits des ténèbres » – Quatorze Conférences faites à Dornach du 29 Septembre au 28 Octobre 1917.


VISITEZ NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE ET  PROFITEZ EN POUR ACHETER UN CADEAU À VOTRE ÊTRE CHER:

SUR CE LIEN : Vintage par Michel

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :