Pédophilie… légale:En Afghanistan, le «bacha bazi», un esclavage sexuel qui vise les jeunes garçons

Le «bacha bazi» est une coutume pédophile afghane, qui remonte au XIXe siècle. Toujours tolérée, elle est très répandue au sein des forces afghanes soutenues par l’Occident. C’est aussi une arme utilisée par les talibans pour piéger et commettre des attaques contre des policiers et des militaires.

Le commandant de la police afghane, Seddiqullah, 30 ans, se dit préoccupé par ces attaques de Talibans qui font appel à des bachas. 

 

La loi afghane punit le viol et criminalise l’homosexualité. Mais elle n’interdit pas le «bacha bazi», qui signifie littéralement «jouer avec les garçons» en dari, l’une des deux langues officielles afghanes. 

En Afghanistan, les bachas sont souvent des enfants issus de milieux très pauvres et vendus à un tiers par leur propre famille pour de l’argent ou des cadeaux. Certains sont même kidnappés. Lors de soirées réservées aux hommes, ces enfants sont contraints de danser habillés en femme et sont victimes de rapports sexuels forcés. 

Car, selon la tradition, avoir à sa disposition, sous son toit, un bacha est un symbole de pouvoir et d’influence pour un chef de guerre, un policier ou un militaire, dans les régions pachtounes d’Afghanistan et du Pakistan. 

Un «mort-vivant»
Les témoignages de familles de victimes sont rares car ces personnes sont souvent accablées par la honte et le chagrin. L’AFP est parvenue à retrouver un jeune Afghan réchappé des griffes d’un policier. Traumatisé, il lui a été impossible de raconter ce qui lui était arrivé deux ans plus tôt. Le regard fixe, voûté au-dessus de sa tasse de thé, il est décrit par son père comme un «mort-vivant»«Ses cicatrices vont mettre du temps à guérir», admet-il à propos de son fils qui a réussi à échapper à son agresseur grâce à l’intervention d’une personne de pouvoir.

Cette coutume semble assez ancienne si l’on en juge par cette photo du 19 ième siècle (vers 1890 environ)…on y voit de jeunes garçons au milieu de ce groupe.

Une arme pour les talibans
Il arrive aussi que ces mineurs soient recrutés par des rebelles talibans pour approcher des policiers ou des gradés militaires qu’ils sont chargés de tuer en les empoisonnant ou les droguant.

Le président afghan Ashraf Ghani a promis une «enquête approfondie» sur ces pratiques qui se perpétuent dans les hautes sphères de la police et de l’armée. Des membres du Congrès américain ont estimé que ces abus pourraient compromettre les aides financière et militaire des Etats-Unis. Du côté de l’ONU, un protocole de 2011 pour mettre fin à ces abus sexuels n’a pas abouti.

Le «bacha bazi» s’est intensifié depuis deux ans. Il était interdit sous le régime taliban, entre 1996 et 2001. 


EN COMPLÉMENT

Des soldats américains censés ignorer le viol de petits garçons par des alliés afghans

Les soldats américains ont dit de protéger et d’ignorer les pires terroristes (= pédophiles).

Probablement juste une coïncidence que TPTB sont des satanistes et des pédophiles.

Le sergent de 1 ère classe Charles Martland
Sgt. 1re classe Charles Martland, récipiendaire de son béret vert et de l’étoile de bronze pour ses actions héroïques lors d’un déploiement en Afghanistan, est mis à la porte de l’armée après une carrière de 11 ans bien décorée.

 

 

 

 

– Béret vert décoré expulsé de l’armée – Pourquoi cela s’est-il passé vous laissera en colère

Sgt. 1re classe Charles Martland, récipiendaire de son béret vert et de l’étoile de bronze pour ses actions héroïques lors d’un déploiement en Afghanistan, est mis à la porte de l’armée après une carrière de 11 ans bien décorée.

 La raison est sûre de vous laisser en colère.

Martland, semble-t-il, a affronté un officier de police afghan formé par les États-Unis après avoir appris qu’il avait violé un jeune garçon et battu sa mère sévèrement.

L’Armée a-t-elle été justifiée dans sa réaction au fait que Charles Martland ait bousculé un violeur et une batteuse?

– L’armée américaine rejette l’appel du Green Beret, qui a été expulsé après avoir affronté un présumé violeur afghan

Un jeune garçon qui a été enlevé par un officier afghan.

 

– Des soldats américains accusés d’ignorer les abus sexuels commis sur des garçons par des alliés afghans (New York Times):

KABOUL, Afghanistan – Lors de son dernier appel téléphonique à la maison, le cap. Gregory Buckley Jr. a expliqué à son père ce qui le troublait: depuis sa banlieue dans le sud de l’Afghanistan, il pouvait entendre des policiers afghans abuser sexuellement de garçons qu’ils avaient emmenés à la base.

«La nuit, nous pouvons les entendre crier, mais nous ne sommes pas autorisés à faire quoi que ce soit», a déclaré le père de la Marine, Gregory Buckley, père, avant de l’avoir tué avant d’être abattu à la base en 2012. Il a exhorté son fils à dire à ses supérieurs. « Mon fils a dit que ses officiers lui avaient dit de détourner les yeux parce que c’était leur culture. »

Les abus sexuels généralisés à l’encontre d’enfants ont longtemps été un problème en Afghanistan, en particulier parmi les commandants armés qui dominent une grande partie du paysage rural et peuvent harceler la population. La pratique s’appelle bacha bazi , littéralement «jeu de garçon», et les soldats américains et les marines ont pour instruction de ne pas intervenir – dans certains cas, même lorsque leurs alliés afghans ont maltraité des garçons sur des bases militaires, selon des entretiens et des archives judiciaires.

La politique a perduré alors que les forces américaines ont recruté et organisé des milices afghanes pour aider à maintenir un territoire contre les talibans. Les soldats et les marines sont de plus en plus troublés par le fait qu’au lieu de se débarrasser des pédophiles, l’armée américaine les armait parfois et les plaçait comme les commandants de villages – et ne faisait rien quand ils ont commencé à maltraiter des enfants.

«Si nous étions ici, c’est parce que nous avons appris les terribles actes des talibans auprès des populations, à savoir comment ils enlèvaient les droits humains», a déclaré Dan Quinn, ancien capitaine de forces spéciales qui avait tabassé un commandant de la milice soutenu par les Américains à cause  de la découverte d’un garçon enchaîné à son lit comme un esclave sexuel. « Mais nous allions au pouvoir avec des gens qui feraient des choses pires que les talibans – c’est ce que les anciens du village m’ont dit. »

La politique consistant à enjoindre aux soldats d’ignorer les abus sexuels commis sur leurs enfants par leurs alliés afghans fait l’objet d’un nouvel examen minutieux, en particulier au moment où il apparaît que des militaires tels que le capitaine Quinn ont été victimes de sanctions disciplinaires, voire de ruines dans leur carrière, pour y avoir désobéi.

Après le passage à tabac, l’armée a relevé le capitaine Quinn de son commandement et l’a retiré de l’Afghanistan. Il a depuis quitté l’armée.

Quatre ans plus tard, l’armée tente également de se retirer de force du Sgt. Première classe Charles Martland , un membre des forces spéciales qui a rejoint le capitaine Quinn pour frapper le commandant.

«L’Armée affirme que Martland et d’autres auraient dû détourner le regard (une affirmation que je trouve absurde)», a déclaré la semaine dernière le représentant Duncan Hunter, un républicain californien qui espère sauver la carrière du sergent Martland, à l’inspecteur général du Pentagone.

Dans le cas du sergent Martland, l’armée a déclaré qu’elle ne pouvait faire de commentaire en raison de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Interrogé sur la politique militaire américaine, le porte-parole du commandement américain en Afghanistan, le colonel Brian Tribus, a écrit dans un courrier électronique: «En règle générale, les allégations d’abus sexuels sur des enfants par des militaires ou des policiers afghans relèvent du droit pénal afghan. « Il a ajouté qu ‘ » il n’y aurait pas d’exigence expresse que les militaires américains en Afghanistan le signalent « . Une exception, a-t-il dit, concerne les cas où le viol est utilisé comme une arme de guerre.

La politique américaine de non-intervention vise à maintenir de bonnes relations avec la police afghane et les unités de milice que les États-Unis ont formées à la lutte contre les Taliban. Cela reflète également une réticence à imposer des valeurs culturelles dans un pays où règne la pédérastie , en particulier parmi les hommes puissants, pour qui le fait d’être entouré de jeunes adolescents peut être une marque de statut social.

Certains soldats pensaient que la politique avait du sens, même s’ils étaient personnellement bouleversés par la prédation sexuelle dont ils avaient été témoins ou dont ils avaient entendu parler.

«La situation dans son ensemble visait à combattre les talibans», a déclaré un ancien caporal de la Marine. « Ce n’était pas pour arrêter la molestation. »

L’ancien caporal, qui parlait sous le couvert de l’anonymat pour ne pas offenser d’autres marines, se souvint avoir eu le mal du cœur le jour où il entra dans une pièce sur un socle et vit trois ou quatre hommes allongés sur le sol, séparés par des enfants. « Je ne suis pas sûr à cent pour cent de ce qui se passait sous la feuille, mais j’ai une assez bonne idée de ce qui se passait », a-t-il déclaré.

Mais la politique américaine consistant à traiter les abus sexuels contre des enfants comme un problème culturel a souvent aliéné les villages dont les enfants sont la proie. Les pièges de la politique sont apparus clairement lorsque des soldats des forces spéciales américaines ont commencé à former des milices de la police locale afghane pour occuper des villages que les forces américaines avaient repris aux Taliban en 2010 et 2011.

À l’été 2011, le capitaine Quinn et le sergent Martland, deux bérets verts lors de leur deuxième voyage dans la province de Kunduz, dans le nord du pays, ont commencé à recevoir de vives plaintes concernant les unités de la police locale afghane qu’ils formaient et soutenaient.

On leur a d’abord appris que l’un des commandants de la milice avait violé une fille de 14 ou 15 ans qu’il avait vue travailler dans les champs. Le capitaine Quinn a informé le chef de la police provinciale, qui a rapidement infligé une peine. « Il a passé un jour en prison, puis elle a été forcée de l’épouser », a déclaré M. Quinn.

Un cas type de « garçon danceur » en Afghanistan.

Lorsqu’il a demandé à un officier supérieur ce qu’il pouvait faire de plus, on lui a dit qu’il avait bien fait d’en parler aux autorités locales, mais qu’il ne restait plus rien à faire. « Nous sommes félicités pour avoir fait la bonne chose, et un gars vient de s’en tirer en violant une jeune fille de 14 ans », a déclaré M. Quinn.

Les anciens du village étaient de plus en plus mécontents du comportement prédateur des commandants soutenus par les Américains. Après chaque cas, le capitaine Quinn rassemblerait les commandants afghans et leur donnerait des conférences sur les droits de l’homme.

Bientôt, un autre commandant s’est échappé avec le salaire de ses hommes. M. Quinn a déclaré par la suite avoir entendu dire que le commandant avait dépensé l’argent pour danser des garçons. Un autre commandant a assassiné sa fille de 12 ans dans un prétendu crime d’honneur pour avoir embrassé un garçon. « Il n’y a pas eu de répercussions », a rappelé M. Quinn.

En septembre 2011, une femme afghane, visiblement meurtrie, s’est présentée à une base américaine avec son fils qui boitait. Abdul Rahman, l’un des commandants de la police afghane dans la région, a enlevé le garçon et l’a forcé à devenir un esclave sexuel, enchaîné à son lit, a expliqué la femme. Quand elle a cherché le retour de son fils, elle a été battue elle-même. Son fils avait finalement été libéré, mais elle craignait que cela ne se reproduise, a-t-elle dit aux Américains sur la base.

Elle a expliqué que parce que « son fils était un si beau garçon, il était un symbole de statut » convoité par les commandants locaux, a rappelé M. Quinn, qui n’a pas parlé directement à la femme, mais a été informé de sa visite à son retour à la base d’une mission plus tard ce jour-là.

Le capitaine Quinn a donc convoqué Abdul Rahman et l’a confronté à propos de ce qu’il avait fait. Le commandant de la police a reconnu que c’était vrai, mais il l’a écartée. Lorsque l’officier américain a commencé à donner des conférences sur «comment vous êtes tenu à une norme plus élevée si vous travaillez avec les forces américaines et que les gens attendent plus de vous», le commandant a commencé à rire.

« Je l’ai pris et je l’ai jeté à terre », a déclaré M. Quinn. Le sergent Martland a rejoint, a-t-il dit. «Je l’ai fait pour m’assurer que le message était bien compris: s’il retournait vers le garçon, il ne serait pas toléré», a rappelé M. Quinn.

Il y a désaccord sur l’étendue des blessures du commandant. M. Quinn a déclaré qu’elles n’étaient pas sérieuses, ce qui a été corroboré par un responsable afghan qui a ensuite revu le commandant.

(Le commandant, Abdul Rahman, a été tué il y a deux ans dans une embuscade tendue par les talibans. Son frère a déclaré lors d’une interview que son frère n’avait jamais violé le garçon, mais avait été victime d’une fausse accusation gérée par ses ennemis.)

Le sergent Martland, récipiendaire d’une étoile de bronze pour ses actions lors d’une embuscade des talibans, a écrit dans une lettre à l’armée cette année que lui et M. Quinn «estimaient que moralement, nous ne pouvions plus rester inactifs et permettre à notre ALP de commettre des atrocités. , ”Faisant référence à la police locale afghane.

Le père du caporal suppléant Buckley pense que la politique consistant à écarter les agressions sexuelles a été un facteur déterminant dans le décès de son fils.

Le Caporal suppléant Buckley et deux autres Marines ont été tués en 2012 par l’un des nombreux hommes vivant à leur base, aux côtés d’un commandant de la police afghane nommé Sarwar Jan.

M. Jan avait longtemps eu une mauvaise réputation; en 2010, deux officiers de la marine ont réussi à convaincre les autorités afghanes de l’arrêter à la suite d’une litanie d’abus, y compris de corruption, de soutien aux Taliban et d’enlèvements d’enfants. Deux ans plus tard à peine, le commandant de la police était de retour dans une autre unité, au poste de caporal suppléant Buckley, de la base d’opérations avancée de Delhi, dans la province d’Helmand.

Avant de danser ,les garçons doivent se maquiller comme une femme.

Le Caporal suppléant Buckley avait remarqué qu’un grand groupe de «garçons de thé» – des domestiques parfois forcés de faire de l’esclavage sexuel – était arrivé avec M. Jan et s’était installé dans la même caserne, à un étage sous les Marines. Il en a parlé à son père lors de son dernier appel à la maison.

La nouvelle du poste de M. Jan a également été portée à la connaissance des officiers de la marine qui l’avaient fait arrêter en 2010. L’un d’entre eux, le major Jason Brezler, a envoyé un courrier électronique aux officiers de la marine à la BOA à Delhi pour les avertir de l’existence de M. Jan et joindre un dossier. à propos de lui.

L’avertissement n’a jamais été entendu. Environ deux semaines plus tard, l’un des garçons plus âgés de M. Jan – environ 17 ans – a pris un fusil et a tué le caporal suppléant Buckley et les autres Marines.

Le père du caporal suppléant Buckley s’interroge toujours sur le point de savoir si le meurtre a eu lieu à cause d’abus sexuel commis par un allié américain. « En ce qui concerne les jeunes garçons, les Marines permettent que cela se produise et ils sont donc coupables par association », a déclaré M. Buckley. « Ils ne savent pas que nos Marines sont malades au ventre. »

Le seul membre du service militaire américain à avoir été puni dans l’enquête qui a suivi était le major Brezler, qui avait envoyé un courriel d’avertissement concernant M. Jan, ont déclaré ses avocats. Lors d’une des audiences du major Brezler, des avocats du Corps de la marine ont averti que des informations sur le penchant du commandant de la police pour abuser de garçons pourraient être classées. Le Corps des marines a entamé des procédures en vue de la libération du major Brezler.

Il semble que M. Jan soit passé à un poste de commandement supérieur dans la même province. Dans une interview, il a nié le fait de garder des garçons esclaves sexuels ou d’avoir des relations avec le garçon qui a tué les trois Marines. « Non, tout est faux », a déclaré M. Jan. Mais les personnes qui le connaissent disent qu’il souffre toujours d’un «problème de maux de dents», un euphémisme pour abus sexuel sur un enfant.

 

 

Publicités

Numismatique et histoire : Octobre 1571,La bataille de Lépante

 

 

La célèbre toile

 

Jusqu’en 1540, Venise avait tenté de freiner l’expansion ottomane dans l’est de la Méditerranée, puis, épuisé et désespéré, il instaura une paix humiliante avec Suleyman I. Son successeur, Selim II, était déterminé à acquérir l’avant-poste vénitien de Chypre. a refusé de céder l’île, elle l’a envahie en 1570. Venise a lancé un appel au pape Pie V, qui avait tenté depuis 1566 de former une alliance d’États catholiques romains. La France et le Saint Empire romain germanique étaient préoccupés par les profonds changements apportés par la Réforme. L’Espagne a offert de l’espoir, mais Philippe II, avec une trésorerie vide, a été confronté à des révoltes en Andalousie et aux Pays-Bas. Venise se méfiait aussi profondément de l’influence espagnole en Italie. Pie, cependant, était déterminé à entraîner l’alliance de l’Espagne, de Venise et des petits États italiens, mais il rencontra une série de retards. Venise souhaitait sauver Chypre; Philippe souhaitait acquérir Alger et Tunis; et toutes les parties ont discuté des contributions et des récompenses. Entre-temps, les Turcs s’étaient emparés de la ville de Nicosie à Chypre le 9 septembre 1570, avant d’assiéger la ville de Famagouste et d’entrer dans l’Adriatique. Ce n’est que le 25 mai 1571, que le pape pourrait persuader l’Espagne et Venise d’accepter les termes d’une alliance offensive et défensive. Don Juan de Austria, le jeune demi-frère de Philip, devait être commandant en chef et le général pontifical Marcantonio Colonna devait en être le lieutenant.

Sorti de sa mère, fille de bourgeois, très tôt, Juan fut élevé en secret en Espagne. Après la mort de Charles Quint, Philippe II d’Espagne le reconnaît comme son demi-frère, lui fournit une maison substantielle et lui donne le nom de Don Juan de Austria (1559).

Bien que l’on espère qu’il entrera dans l’église, le beau et animé Don Juan exprime le désir de se lancer dans une carrière militaire et Philip accède à ses souhaits. Au cours de l’été 1568, Don Juan eut sa première expérience de guerre, combattant des pirates maures en Méditerranée. En mars 1569, il fut nommé commandant en chef des forces espagnoles qui tentaient de maîtriser les rebelles moriscos, ou chrétiens d’origine mauresque, en Grenade. Philip l’a ensuite nommé en 1571 à la tête des forces navales de la Sainte Ligue d’Espagne, de Venise et du pape contre les Turcs ottomans dans l’est de la Méditerranée.

Les flottes alliées se sont rassemblées à Messine, en Sicile, dans l’attente des Espagnols jusqu’au 24 août 1571. Les flottes combinées ont navigué le 16 septembre pour Corfou, où elles ont appris que Famagouste était tombée et que la flotte turque se trouvait dans le golfe de Patraikos, près de Lepanto (Návpaktos moderne), en Grèce. Les ordres ont été donnés pour engager le 7 octobre. Les estimations de la force chrétienne varient légèrement; il y avait 6 gros galleasses vénitiens de 44 canons (bien plus grands que des galères), 207 galères propulsées par une rame (105 vénitiens, 81 espagnols, 12 papaux et 9 de Malte, Gênes et Savoie) transportant 30 000 soldats et quelques navires auxiliaires. La force turque aurait été plus nombreuse, mais moins bien équipée et moins disciplinée. Derrière les galleasses (utilisés pour semer la confusion préliminaire), la flotte chrétienne a avancé dans quatre escadrons. Don Juan commandait le centre; le vénitien Agostino Barbarigo, à gauche; L’amiral de Philip, Giovanni Andrea Doria, à droite; et l’espagnol Álvaro de Bazán, les marqués de Santa Cruz, la réserve. La flotte turque, initialement dans un croissant sur la baie, a adopté une formation similaire: Ali Pacha, le commandant, au centre; Mohammed Saulak, gouverneur d’Alexandrie, à droite; et Uluch Ali, pacha d’Alger, à gauche.

Dans l’histoire de la guerre navale, Lépante marque le dernier engagement majeur dans le monde occidental à se dérouler presque entièrement entre des navires à rames, à savoir les galères et les galeasses, descendants directs d’anciens navires de guerre trirèmes. La bataille était essentiellement une « bataille d’infanterie sur des plates-formes flottantes ». Ce fut la plus grande bataille navale de l’histoire occidentale depuis l’antiquité classique, impliquant plus de 400 navires de guerre. Au cours des décennies suivantes, l’importance croissante du galion et de la tactique de ligne de bataille déplaceraient la galère en tant que navire de guerre majeur de son époque, marquant le début de « l’âge de la voile ».

Le résultat de la bataille était décidé dans le centre allié et à gauche, où une force vénitienne dirigée par Sebastian Venier fournissait un soutien crucial. Les vaisseaux amiraux des deux flottes s’affrontaient directement, et le Sultana d’Ali Pasha visait le Real de Don Juan avec une attaque à la traîne qui transformait les ponts des deux navires en un seul champ de bataille. Après des heures de combats acharnés, le centre ottoman s’est effondré lorsque Ali Pacha a été tué et que la Sultane a été emmenée par le Real. La victoire des chrétiens fut presque évitée à la fin de la bataille lorsque Uluch Ali, en menaçant de contourner l’escadron de Doria, l’entraîna vers le large puis pénétra dans le vide ainsi formé. La force maltaise a été la plus touchée par l’attaque et a subi d’énormes pertes, mais le désastre a été évité grâce à l’intervention opportune de Santa Cruz.

Bien que les morts de chaque côté aient été estimés à 8 000 environ, la victoire chrétienne a été complète. Les alliés ont capturé 117 galères et plusieurs milliers d’hommes, libéré environ 15 000 chrétiens en esclavage et coulé ou brûlé environ 50 galères. Ils ont perdu 12 galères et ont fait environ 8 000 blessés, dont Miguel de Cervantes. La bataille était remarquable en tant que dernier et plus grand engagement avec des navires propulsés par une rame et en tant que première grande victoire sur une flotte turque.

La nouvelle parvint à Pie V tôt le 22 octobre et, ce matin-là, il proposa une action de grâce dans la basilique Saint-Pierre et exprima ses espoirs de réussite. Les querelles entre les alliés ont toutefois frustré ses ambitions. Pie V mourut en 1572 et Venise fit la paix en 1573, cédant Chypre aux Turcs. Ainsi, la bataille n’a eu que peu d’impact durable sur l’extension de l’Empire ottoman, mais elle a eu un effet considérable sur le moral de l’Europe. Elle a fait l’objet de peintures de Titian, Tintoretto et Veronese et d’une ballade de GK Chesterton.


La bataille de Lépante dans l’art

Peinture de Andrea Micheli, dit Vicentino (1539–1614). Venise, Palais des Doges, Sala dello Scrutinio.

 

La bataille de Lépante. Par Andries van Eertvelt, 1640.

 

Andries-Van-Eertvelt

 

Bataille de Lépante par Jacopo Ribusti Tintoretto
Bataille de Lépante par Jacopo Ribusti Tintoretto

                                           Les monnaies de l’époque

 

Superbe pièce de monnaie espagnole en or de Phillippe II d’Aragon de 4 boucliers Valence

 

Chypre (colonie vénitienne) de 1567 à 1570,du Doge Pietro Loredan pièce de 4 Carzie

 

Monnaie d’Alvise Moncenigo I de Venise vers 1570-1577 piève de 40 soldi

 

Médaille (très rare venant d’une collection privée ) de bronze de Pie V vers 1571 Église de la sainte Croix de Bosco

 

Pièces de cuivre de la Cité du Vatican et de la République de Venise vers 1570

 

Pièce de monnaie arabe venant de l’empire ottoman vers 1570

 

L’héritage de la bataille de Lépante

 

On dit souvent que la bataille de Lépante est la dernière grande bataille de galères de l’histoire. Paradoxalement, la galère continue d’être largement utilisée aux XVIIe et XVIIIe siècles, notamment en Méditerranée et dans la Baltique. Il faut distinguer les galères de ce siècle avec celles utilisées par les Grecs, Carthaginois et Romains durant l’Antiquité. Ces dernières étaient plus grandes et disposaient de plusieurs rangs superposés de rameurs. Les galères du Moyen-Age et des siècles suivants sont plus petites, entre 40 et 50 mètres environ. Elles sont plates, longues, étroites et ont un faible tirant d’eau. Elles marchent à la voile et à l’aviron. Elles portent deux mats à antennes et de l’artillerie – cinq ou six canons seulement – à leurs seules extrémités, et principalement à l’avant car la galère est une arme offensive !

The Port of Genoa, c.1660, Adriaen Van Der Cabel, Oil on canvas, 955 x 1475mm, © National Maritime Museum, Greenwich, UK.

Andries van Eertvelt,le grand peintre de cette bataille à l’époque

 

Andries van Eertvelt semble très marqué et inspiré par la bataille de Lépante, bataille navale se déroulant le 7 octobre 1571 près du Golfe de Patras, en Grèce.

Il est bien difficile aujourd’hui de s’imaginer ce que fut la bataille de Lépante, probablement la plus grande bataille navale de l’histoire européenne. Les forces en présence sont incroyables pour l’époque : plus de 60.000 hommes. D’un coté la Sainte Ligue chrétienne – coalition comprenant l’Espagne, Venise, la Papauté, Gênes, la Savoie et les Chevaliers de Malte – et ses 200 galères menées par Juan d’Autriche, de l’autre 220 à 240 galères de l’Empire Ottoman – de plus en plus expansionniste à l’Ouest – commandée par Ali Pacha. Après plus de cinq heures de combat, les pertes sont énormes : plus de 25.000 morts et deux fois plus de blessés. Bien que les conséquences tactiques de la bataille soient limitées, Lépante est une immense victoire chrétienne et son retentissement est considérable en Europe.

De nombreuses représentations de la bataille sont réalisées aux XVe et XVIe siècles par des artistes européens de toutes nationalités. Il faut dire que ce type de peinture est alors très demandé. Eertvelt en exécute d’ailleurs plusieurs. La plus fameuse est probablement Navires en perdition (voir ci-dessous), réalisée en 1623. On peut y voir à droite un navire turc en train de couler, tandis que son équipage grimpe sur l’arrière ou se jette à la mer. Plus à l’avant plan un autre navire sombre sur des récifs. A gauche on remarque un grand navire avec un nombreux équipage qui porte sur le pont d’avant la signature et la date. Plus en arrière, l’inscription : God sij met ons allen, anno 1523 (Dieu soit avec nous). Sur la mer houleuse on peut distinguer plus loin plusieurs autres navires. L’un d’eux porte un pavillon hollandais, ce qui est étonnant étant donné que la marine néerlandaise n’a pas pris part à la bataille.

Navires en perdition pendant la bataille de Lépante (1571), 1623. Museum of Fine Arts, Ghent.

 

Même après son retour d’Italie, qui marque nous l’avons dis une certaine rupture dans ses œuvres, Eertvelt continue de peindre les combats de Lépante, ce qui traduit encore une fois la continuelle et forte demande pour les représentations de cette bataille, même plus de cinquante ans après l’événement. Par exemple :

 

La bataille de Lépante. Par Andries van Eertvelt, 1640.

On ne peut que constater le changement de style de l’artiste. Ainsi que nous l’avons vu, les couleurs sont moins sombres, la mer moins agitée. Les navires sont cependant plus nombreux, les combats plus furieux. L’immense quantité de navires et l’intensité des combats représentés dans cette peinture sont sans précédent et révèlent un spectacle à la fois impressionnant et terrifiant. Ici encore Eertvelt a inclut dans son œuvre des navires battant pavillon hollandais. On pourrait également a priori s’étonner de la présence de grands navires – dotés d’une artillerie latérale contrairement à la galère qui porte son artillerie en chasse – ressemblant étrangement à des vaisseaux de ligne (en bas à droite notamment). En vérité, Eertvelt a probablement voulu représenter les galéasses vénitiennes – six sont présentes à Lépante – sorte de super-galères plus grandes, plus hautes et mieux armées car effectivement dotées d’une artillerie latérale.

Andries Van Eertvelt en 1630 environ. Gravure de Schelte à Bolswert.

 

 

 

Une province anglophone au Canada épouse l’Islam et la langue arabe

Les Jardins de l’Aga Khan à Edmonton…nous montre l’importance de l’ami de Justin Trudeau,chef d’une puissante secte islamique.

 

 

Le gouvernement de l’Alberta, une province de l’Ouest du Canada, vient d’annoncer que le mois d’octobre de chaque année sera célébré comme le Mois du Patrimoine islamique. Cette décision tombe quelques mois après l’intégration de l’arabe dans les écoles publiques.

Dans une mosquée,un vendredi à Calgary:on y fête l’Aïd.

Le Mois du Patrimoine islamique sera une occasion pour la communauté musulmane de diffuser l’histoire de l’Islam dans la province de l’Ouest du Canada, la sixième plus vaste du pays.

Irfan Saber, le ministre des Services sociaux et communautaires, qui est lui même musulman, annonce fièrement que « les communautés musulmanes de l’Alberta font partie intégrante de notre richesse culturelle, économique, sociale et historique. J’espère que tous les Albertains profiteront de cette occasion pour en apprendre davantage sur l’islam et sur la manière dont les musulmans ont façonné le patrimoine de notre province et promu notre diversité ».

« Le mois de l’héritage islamique est une occasion de célébrer la diversité des personnes qui adhèrent à la religion islamique et de reconnaître leurs importantes contributions à nos sociétés en tant que dirigeants spirituels, politiques et sociaux. Je suis très fier que beaucoup de musulmans aient choisi l’Alberta comme leur patrie« , a dit Christina Gray, la ministre du Travail de la province anglophone.

« En tant qu’Albertains, nous avons la chance de témoigner et de participer à la Déclaration du mois du patrimoine islamique. Cette reconnaissance continuera au fil des ans pour rappeler à chacun d’être fier de notre identité collective. Il s’agit de célébrer la communauté et de soutenir nos efforts pour faire de l’Alberta reste un meilleur endroit où vivre« , ajoute Dr. Nahla Juma, présidente du Conseil des communautés musulmanes d’Edmonton.

Les membres du Congrès islamique canadien (CIC) et du Muslim Council of Calgary se félicitent aussi de cette décision qui va propager la doctrine de l’islamisme.

Pour les musulmans ici, l’islam a un rôle très important à jouer dans la société canadienne. Car en islam, la religion devrait être imbriquée à la politique et les politiques du gouvernement devraient être influencées par les religieux.

Le Mois du Patrimoine islamique sera transformé en Alberta en une machine de propagande pour les islamistes qui veulent se cacher derrière l’écran de la diversité culturelle et qui ont réussi à infiltrer de nombreux niveaux de gouvernement provincial en Alberta pour servir les membres de la soi-disant Oumma globale, qui est dirigée à partir de centres islamiques au Moyen-Orient.

Ailleurs au Canada, comme en Ontario, l’expérience de tenir un Mois du Patrimoine islamique, qui semble être une bonne idée comme moyen de faire la sensibilisation vis-à-vis la communauté musulmane, a montré qu’il est devenu un outil qui permet aux islamistes d’asseoir leur idéologie politique qui est enracinée dans les Frères musulmans.

Les islamistes canadiens poursuivent subtilement la promotion de la Sharia qui avait apporté d’indicibles souffrances dans le monde musulman. Sous le couvert du multiculturalisme, le Canada permet à cette idéologie de prendre racine au pays ce qui va accélérer la décomposition de la société canadienne.

Rappelons que 2018 marque le 30e anniversaire de la Loi sur le multiculturalisme canadien.

Si les gens ont droit à leurs croyances, ceux qui répandent l’idéologie dangereuse de l’Islamo-fascisme et du djihad armé contre l’Occident et ceux qui ne parviennent pas à renoncer à cette doctrine, ne devraient avoir aucune place au Canada.

Des organisations musulmanes somaliennes au Canada reconnaissent que «État islamique» avait mobilisé des jeunes de l’Alberta.

Le gouvernement Fédéral de Justin Trudeau refuse de se pencher sur l’infiltration lente mais constante des islamistes à l’intérieur des institutions gouvernementales ; des hommes et des femmes qui sont inspirés par le fondateur des Frères musulmans Hassan Al-Banna et son adjoint Syed Qutb. Ces deux personnalités islamiques ont prêché le djihad contre l’Occident et demandé aux musulmans ordinaires de lutter contre les «infidèles».

La mosquée d’Ottawa.

La province de l’Alberta offre le programme de langue arabe

Les islamistes qui soutiennent le Hamas et les Frères Musulmans ont réussi déjà en 2017 à introduire la langue arabe dans les écoles publiques de cette province anglophone.

Le ministre de l’Éducation de l’Alberta, David Egan, avait introduit, en mars 2018 le Arabic bilingual program destiné à toutes les écoles du gouvernement de l’Alberta qui offre un programme bilingue de la maternelle à la « K-12 », (la 12e année).

 

Le ministre de l’Éducation de l’Alberta, David Egan, lance à Glengarry School à Edmonton le programme d’enseignement de la langue arabe

« En créant un programme d’études en langue arabe en Alberta, nous offrons aux écoles davantage d’options pour répondre aux besoins de la communauté dont elles ont besoin« , a déclaré le ministre de l’Éducation.

Les élèves de Glengarry School ont joué une pièce de théâtre intitulée « Le Monde arabe » et ont passé en revue leurs compétences en matière de Dabkeh, une danse populaire palestinienne, au cours de la célébration.

Le programme bilingue arabe de l’école publique en Alberta connait la croissance la plus rapide en nombres des inscrits durant la rentée scolaire 2018-2019, surtout dans les écoles publiques de la ville d’Edmonton.

« La multiplicité des cultures dans notre société contribue à renforcer notre pouvoir en tant que force économique et culturelle … et soutenir l’éducation aux langues bilingues est un moyen de s’assurer que les étudiants albertains sont prêts pour une économie mondiale... », a dit le ministre de l’Éducation de l’Alberta.

Le programme d’arabe de l’école Glengarry à Edmonton compte 631 étudiants en ce moment.

Prière à l’Université d’Edmonton.

Pour absorber les enfants des immigrants musulmans, la cheffe du gouvernement de l’Alberta, Rachel Nutelli, annonce l’octroi de 393 millions de dollars à 20 projets de nouvelles écoles. Le budget 2018 alloue 393 millions de dollars à ces nouveaux projets, qui devraient être achevés pour l’année universitaire 2022-2023.

« Le Calgary Education Council a toujours besoin de nouvelles écoles et de mises à jour pour répondre au nombre croissant d’élèves de Calgary et à leurs besoins en matière d’éducation. Au nom de nos étudiants actuels et futurs, nous sommes reconnaissants de ce financement pour créer ces nouveaux espaces d’apprentissage dans nos communautés en développement  »

Ces nouvelles écoles répondent à la pression des arabes et les musulmans dans les zones urbaines d’Edmonton, Calgary, Grand Prairie et Lethbridge. Le Canada avait accueilli de millers de réfugiés syriens. On parle de centaines de milliers de personnes qui vont débarquer dans les prochaines années, d’Afrique du Nord, des Afghans, des Irakiens, de l’Iran, du Pakistan, d’Égypte, du Soudan, de la Somalie, de l’Afghanistan…

Les réfugiés syriens qui arrivent du Canada proviennent entre autres du Liban et de la Turquie.

Justin Trudeau et sa main sur le coeur :un spectacle touchant pour les islamistes.

Des faits brefs sur l’Islam en Alberta

  • Alberta compte déjà une dizaine d’écoles islamiques privées qui enseignent l’Arabe et la doctrine islamique.
  • La première mosquée au Canada – la mosquée Rasheed – a été construite à Edmonton en 1938 et est conservée comme site historique au parc Fort Edmonton.
  • La mosquée de Karim à Lak La Bisch était la deuxième mosquée construite au Canada.
  • Selon les statistiques canadiennes, l’Islam est le groupe religieux qui connaît la croissance la plus rapide au pays, avec plus de 1,1 million de membres.
  • Le parc Agha Khan à Edmonton , un parc de 4,8 hectares, a été inauguré le 16 octobre 2018 avec un don de 25 millions de dollars par le prince musulman Son Altesse l’Aga Khan, 49e imam des musulmans ismaéliens nizarites, et ami de Justin Trudeau.
  • Parmi les personnalités musulmanes connues de l’Alberta, des activistes islamo-féministes Hilwe Hamdon et Lili Flehman, alors que deux écoles publiques ont été nommées à leur noms à Edmonton.
  • Kadam Larry Shabbin a été député de Lesser Slave Lake de 1975 à 1980 et a été le premier musulman au Canada à occuper le poste de ministre du gouvernement.
  • Le premier acteur musulman au Canada de 1997 à 2008, Rahim Jaafar, vient de Edmonton-Strathcona.
  • Naheed Nenshi est le premier maire musulman de Calgary, une grande ville du Canada, en Alberta.

Source:Dreuz.info.

Nouvel Ordre Mondial:L’Occident se culpabilise pour satisfaire aux visées de l’Islam

En 1988, The Satanic Verses est publié. Il est écrit par Salman Rushdie (à gauche), citoyen britannique. L’Ayatollah Ruhollah Khomeiny (à droite), son « guide suprême » en 1989, a condamné Rushdie à la peine de mort pour avoir écrit ce livre. L’affaire Rushdie semble avoir profondément façonné la société britannique.

 

 

 

Il y a trois ans, le gouvernement italien a pris une décision honteuse. Il a voilé ses statues antiques romaines pour ne pas offenser le président iranien en visite, Hassan Rouhani. Les statues nues étaient enfermées dans des cases blanches. Un an auparavant, à Florence, une autre statue représentant un homme nu de style gréco-romain avait également été couverte lors de la visite du prince héritier d’Abou Dhabi. Aujourd’hui, l’une des galeries d’art britanniques les plus célèbres a recouvert deux tableaux, après que des musulmans se soient plaints de leur  » blasphème « .

À la Saatchi Gallery de Londres, deux œuvres, contenant encore des nus, superposés cette fois-ci avec une écriture arabe, ont suscité des plaintes de visiteurs musulmans, qui ont demandé que les peintures soient retirées de l’exposition Rainbow Scenes. À la fin, les peintures étaient recouvertes de feuilles. « Le Saatchi se comporte comme l’Arabie saoudite, dissimulant à la vue du public les œuvres qui blasphèment contre l’islam », a commenté Brendan O’Neill à proposde Spiked. Un expert a décrit les peintures comme  » Les versets sataniques à nouveau « . Il était fait référence au livre de Salman Rushdie, citoyen britannique, publié en 1988. En 1989, le « Guide suprême » iranien, l’ayatollah Ruhollah Khomeini, avait condamné Rushdie à mort pour avoir écrit le livre. La prime sur Rushdie ‘à 4 millions de dollars en 2016 lorsqu’un groupe d’Iraniens a ajouté 600 000 dollars à la « récompense » – sans protestation de la part de la Grande-Bretagne.

C’est après Les Versets sataniques de Rushdie que de nombreuses maisons d’édition occidentales ont commencé à s’incliner devant l’intimidation islamiste. Christian Bourgois, une maison d’édition française qui avait acheté les droits, a refusé de publier The Satanic Verses . C’était la première fois qu’un écrivain, au nom de l’islam, était condamné à disparaître de la surface de la terre – à être assassiné pour une prime.

Rushdie est toujours avec nous, mais le meurtre en 2004 de Theo van Gogh pour avoir produit et réalisé un film, « Submission », sur la violence islamique à l’égard des femmes; la mort de tant arabo-islamiques intellectuels coupables d’écrire librement, les émeutes de caricatures danoises et les nombreux essais (par exemple, ici et ici ) et les tentatives de meurtre (comme ici et ici) , l’ abattage au magazine satirique français Charlie Hebdo , attaques après le discours de Benoît du pape à Ratisbonne, annulation des livres et des textes , représentation de Mahometenfermés dans les entrepôts des musées, et les menaces et sanctions croissantes, y compris la flagellation, infligées à d’innombrables journalistes et écrivains tels que Raif Badawi , d’ Arabie saoudite , devraient nous alarmer – ne pas nous mettre à genoux.

Comme le montre la capitulation de la galerie Saatchi, la liberté de parole en Europe est à présent épuisée et faible. Jusqu’à présent, nous avons cédé aux extrémistes islamiques et aux apaisements occidentaux. C’est la leçon tragique de l’affaire Rushdie, 30 ans plus tard: aucun auteur n’oserait écrire Les Versets sataniques aujourd’hui; aucune grande maison d’édition telle que Penguin ne l’imprimerait; les attaques des médias contre les « islamophobes » seraient encore plus fortes, de même que la trahison sans fond des diplomates occidentaux. De plus, aujourd’hui, grâce aux médias sociaux en tant qu’arme de censure et menaces de masse implicites, tout auteur serait probablement moins chanceux que ne l’était Rushdie il y a 30 ans. Depuis ce temps, nous n’avons fait aucun progrès. Au lieu de cela, nous avons vu le jihad contre les Versets sataniques encore et encore.

« Personne ne voudrait aujourd’hui écrire ‘ The Satanic Verses’ , et encore moins le publier », a déclaré l’écrivain Hanif Kureishi. « L’écriture est maintenant timide parce que les écrivains sont maintenant terrifiés ».

Selon l’auteur Kenan Malik, écrivant en 2008:

« Ce dont nous parlons ici n’est pas un système de censure formelle, en vertu duquel l’État interdit les oeuvres jugées offensantes. Plutôt, ce qui s’est développé est une culture d’autocensure dans laquelle le fait de offenser est devenu moralement inacceptable Au cours des 20 années écoulées depuis la publication des Versets sataniques, la fatwa s’est effectivement intériorisée « .

L’affaire Rushdie semble également avoir profondément façonné la société britannique. La reddition de la Saatchi Gallery à Londres n’est pas unique. La galerie Tate Britain a exposé une sculpture de John Latham intitulée « Dieu est grand » du coran, de la Bible et du Talmud incrustés dans du verre. « Tamburlaine le Grand » de Christopher Marlowe a été censuré au Barbican Centre. La pièce faisait référence au prophète de l’islam « ne méritant pas d’être vénéré », ainsi qu’à une scène dans laquelle le Coran est brûlé. La Whitechapel Art Gallery de Londres a purgé une exposition contenant des poupées nues qui auraient peut-être dérangé la population musulmane. Aux peintures du centre commercial de Londres, un tableau « ISIS Threaten Sylvania » de l’artiste Mimsy a été censuré pour avoir montré aux terroristes des animaux en peluche sur le point de massacrer des animaux en peluche en train de pique-niquer.

Au Royal Court Theatre de Londres, Richard Bean a été contraint de se censurer pour une adaptation de « Lysistrata », la comédie grecque dans laquelle les femmes entament une grève sexuelle pour arrêter les hommes qui veulent partir en guerre. Dans la version de Bean, des vierges islamiques se mettent en grève pour arrêter les kamikazes terroristes.

Malheureusement, au nom de la lutte contre « l’islamophobie », l’establishment britannique semble maintenant se soumettre à la charia rampante: et à purger et à censurer un discours à lui seul.

Récemment, de grands intellectuels conservateurs ont été licenciés au Royaume-Uni. L’un d’entre eux est le philosophe sans égal Roger Scruton, qui a été limogé par un comité gouvernemental pour avoir déclaré que le mot « islamophobie » avait été inventé par les Frères musulmans  » pour mettre fin à la discussion sur un problème majeur « .

Puis ce fut le tour du grand psychologue canadien Jordan Peterson, dont la bourse de recherche à l’Université de Cambridge fut annulée pour avoir posé avec un homme portant un t-shirt  » Je suis un fier islamophobe « . Le professeur Peterson a déclaré par la suite que le mot « islamophobie » avait été « construit en partie par des personnes se livrant à l’extrémisme islamique, afin de garantir que l’islam ne soit pas critiqué en tant que structure ».

Les cas de Scruton et Peterson ne font que confirmer la signification réelle de l ‘ « islamophobie », un mot inventé pour faire taire toute critique de l’ islam par quiconque, ou comme Salman Rushdie a commenté , un mot « créé pour aider les aveugles restent aveugles ». Où est la répulsion attendue depuis longtemps?

En 2008, Tim Walker , du Telegraph , citait le célèbre dramaturge Simon Gray, affirmant que Nicholas Hytner, directeur du National Theatre de Londres de 2003 à 2015, « s’est contenté d’offenser les chrétiens », mais « se garde de rien bouleversé les musulmans  » Les dernières personnes qui l’ont fait sont les journalistes du magazine satirique français Charlie Hebdo . Ils ont payé de leurs vies. En refusant d’affronter le discours policier, ou de soutenir la liberté d’expression de Salman Rushdie, Roger Scruton, Jordan Peterson, Charlie Hebdo et Jyllands-Posten– juste la pointe d’un énorme iceberg – nous avons commencé sur la voie de la soumission à la charia et à la tyrannie. Nous avons tous dissimulé notre culture prétendument « blasphématoire » avec des burqas pour éviter d’offenser des personnes qui ne semblent pas nous déranger de nous offenser.

Sources:Giulio Meotti, éditeur culturel pour Il Foglio, est un journaliste et auteur italien.

 

 

 

 

La loi britannique sur le blasphème par l’arrière…une stratégie islamiste

Ministre James Bokens

 

 

Quelques jours après que le gouvernement britannique ait rejeté sa définition officielle préférée de l’islamophobie, le Conseil musulman de Grande-Bretagne, la plus grande organisation islamique de Grande-Bretagne, a appelé à l’ouverture d’une enquête sur le parti conservateur au pouvoir pour islamophobie.

Le conflit porte sur un effort du groupe parlementaire multipartite (APPG) sur les musulmans britanniques, une formation multipartite d’une vingtaine de députés au Parlement britannique, visant à institutionnaliser la définition de l’islamophobie en termes raciaux plutôt que religieux.

Dans un rapport de novembre 2018 intitulé  » Islamophobia Defined  » , l’APPG a proposé la définition suivante de l’islamophobie en une phrase:

« L’islamophobie est enracinée dans le racisme et constitue un type de racisme qui vise les expressions du musulman ou du présumé musulman. »

La définition, résultat de six mois de consultations, a été approuvée par des centaines d’organisations musulmanes, le maire de Londres, Sadiq Khan, ainsi que par plusieurs partis politiques, notamment les travaillistes, les démocrates libéraux et les conservateurs écossais.

Les défenseurs de la définition disent que s’il est vrai que l’islam n’est pas une race, mais une religion – un ensemble de croyances et d’idées – et que les musulmans sont un ensemble de croyants de différentes races, ethnies et nationalités, de nombreux musulmans subissent les préjugés, la discrimination et une forme de racisme qui, disent-ils, est structurelle. Le directeur du groupe de réflexion antiraciste Runnymede Trust, Omar Khan, a expliqué :

« Définir l’islamophobie comme un racisme antimusulman place correctement le problème dans lequel des groupes de personnes se voient attribuer des attributs culturels et raciaux négatifs, ce qui peut donner lieu à une vaste gamme d’expériences, qu’il s’agisse d’un préjugé inconscient, d’un préjudice, d’une discrimination directe ou indirecte, inégalité ou incidents de haine « .

Lors d’un débat parlementaire à la Chambre des communes le 16 mai, le secrétaire aux Communautés, James Brokens, a rejeté la définition de l’APPG – qualifiée de « loi sur le blasphème par la porte arrière » – au motif qu’elle est trop vague et qu’elle a « des conséquences potentielles pour la liberté d’expression ». Il a déclaré que la définition n’était pas conforme à la loi de 2010 sur l’égalité, qui définissait la « race » comme comprenant la couleur, la nationalité et les origines nationales ou ethniques – et non une pratique religieuse.

Un porte-parole du gouvernement a déclaré que la définition de l’APPG n’avait « pas été largement acceptée » et nécessitait un « examen plus approfondi ».

De nombreux Britanniques, y compris des musulmans britanniques, se sont opposés à la définition proposée, qui préviennent qu’elle protégerait efficacement l’Islam de tout contrôle et de toute critique valable.

Lors du débat à la Chambre des communes, le député conservateur Sir John Hayes a déclaré :

« Le rapport [APPG] identifie essentiellement l’islamophobie comme un exercice de racisme, qui suppose que les peuples musulmans de ce pays, ou de tout autre pays, sont une race. Étant donné que l’islam est une religion, cette proposition est en soi litigieuse et a été décrits comme tels par certains critiques du rapport.

« Les gens qui attribuent cette religion viennent de toutes sortes d’endroits, de toutes les couleurs et de toutes les croyances, et adoptent toutes sortes de pratiques différentes. Comme les chrétiens, certains ont une vision plus fondamentaliste de leur foi que d’autres. une race est en soi une vision audacieuse, et certains diront même qu’elle est controversée, c’est pourtant ce que fait le rapport en identifiant l’islamophobie comme une affaire de lutte contre le racisme …

« Les dispositions législatives en vigueur concernant l’incitation à la haine, la discrimination et une panoplie d’autres mesures permettent à la police, si elle le souhaite, de poursuivre des personnes qui se comportent de manière inacceptable et, bien plus sérieusement, illégale – un argument parfaitement approprié que la police ne le fasse pas assez, que je ne présente pas cet argument, mais que d’autres pourraient le faire, mais qu’il est tout à fait normal que la police poursuive ces personnes, qui devraient être interrogées, inculpées et, le cas échéant, poursuivies. nous partons d’une feuille de papier vierge pour contredire le fait qu’il existe toutes sortes de lois anti-discrimination et anti-racisme qui nous permettent de protéger ceux qui pourraient être victimes de tels préjugés. « 

Écrit pour The Spectator , David Green, fondateur et chef de la direction de Civitas, un groupe de réflexion non partisan basé à Londres sur les politiques publiques, a averti :

« Si cette définition devient loi, personne ne saura exactement quelles formes de mots pourraient les renvoyer devant les tribunaux. C’est précisément cette incertitude qui fait la différence entre un État policier et une société libre. Historiquement, le terme » État de droit « était utilisé décrire le système politique dans lequel chacun savait à quel moment la loi pouvait être utilisée contre eux et quand ils étaient libres d’agir comme chacun le croyait le mieux. Comme l’a dit John Locke, il existe en Angleterre une « règle permanente à respecter », commune à tous une de cette société « qui signifiait » une liberté de suivre ma volonté en toutes choses, là où la règle ne le prescrit pas, et de ne pas être soumise à la volonté inconstante, incertaine, inconnue, arbitraire d’une autre « …

« L’utilisation de mots dans l’intention d’attiser la haine raciale n’est pas protégée [en droit britannique] et – sans doute pour cette raison – la définition de l’APPG affirme que critiquer l’islam est une forme de racisme. Mais la race et la religion sont très différentes … .

Les mariages coraniques de groupes ou les conjoints sont « choisis » par l’autorité religieuse sont parmi les coutumes qui entrent en conflit avec l’occident chrétien.

« Nous avons ici un conflit entre deux manières très différentes de concevoir une société: l’individualisme au sens large et le collectivisme. L’individualisme considère l’objectif premier de l’État comme étant de faciliter le développement de nos qualités personnelles ….

« Dans une société collectiviste, le but est que les dirigeants déterminent le comportement des individus (…). Les personnes au pouvoir définissent un code détaillé et menacent de sanctionner les contrevenants. Et ils n’apprécient pas les critiques en tant que moyens d’apprentissage et de pouvoir de rendre compte.

« Nous avons rencontré ces idées autoritaires tout au long de l’histoire de l’Europe et nous pensions avoir progressé au-delà d’elles … La définition de l’APPG est une tentative de recréer l’atmosphère du passé …

« Il existe un large soutien de la part de la population pour la liberté d’expression et il est peu probable que cette loi soit officiellement clôturée par une loi du Parlement, mais elle peut être progressivement réduite à néant. La reconnaissance officielle de la définition de l’islamophobie faite par l’APPG sera un pas de géant vers Etat policier arbitraire « .

De hauts responsables de la police britannique ont averti que la définition proposée de l’islamophobie pourrait semer la confusion parmi les policiers et entraver la lutte contre le terrorisme islamique. Dans une lettre au Premier ministre Theresa May qui a été divulguée au Times , Martin Hewitt, président du Conseil national des chefs de police (NPCC), a écrit que la définition de l’AAPPG risquait d’exacerber les tensions avec la communauté musulmane et pourrait saper les pouvoirs et la tactique de la police antiterroriste. :

« Nous sommes préoccupés par le fait que la définition est trop large dans son libellé actuel, pourrait semer la confusion chez les agents chargés de la faire respecter et pourrait être utilisée pour contester la liberté d’expression légitime concernant les actions historiques et théologiques des États islamiques.

« Il existe également un risque que cela sape les puissances de la lutte contre le terrorisme, qui cherchent à lutter contre l’extrémisme ou à prévenir le terrorisme. »

Le premier député musulman d’Angleterre, Khalid Mahmood, a déclaré que la définition de l’APPG conduirait à une ségrégation accrue des communautés musulmanes:

« Je suis pour l’égalité pour tous, mais je m’oppose à cela. En tant que musulmans, nous devrions être fiers de qui nous sommes et essayer de nous écarter de la mentalité de victime. »

En décembre 2017, l’agence d’aide Barnabas Fund a publié une déclaration dans laquelle elle recommandait d’utiliser le mot « Muslimophobia » pour condamner la peur et la haine des Musulmans. Elle a déclaré que le mot « islamophobie » ne devrait être utilisé que pour désigner la peur et la haine de l’idéologie religieuse Islam. La déclaration a également souligné le fait que « l’islamophobie » est couramment utilisé pour inclure également la peur et la haine des personnes musulmanes.

Le 15 mai, plus de 40 universitaires, écrivains et fonctionnaires britanniques ont signé une lettre ouverte au ministre de l’Intérieur Sajid Javid. La lettre appelle le gouvernement, les partis politiques, les conseils locaux et d’autres organisations à rejeter la définition de l’islamophobie donnée par l’APPG:

« Les soussignés condamnent sans équivoque, sans réserve et avec force les actes de violence contre les musulmans et reconnaissent qu’il est urgent de lutter contre la haine anti-musulmane. Nous sommes toutefois extrêmement préoccupés par l’adoption sans réserve et hâtive de la définition de l’APGG par Islamophobia.

« Cette définition vague et expansive est adoptée sans un examen adéquat ni une prise en compte adéquate de ses conséquences négatives pour la liberté d’expression, la liberté académique et journalistique. La définition va également porter atteinte à la cohésion sociale – alimentant le très bigotisme dont elle est conçue à l’encontre des musulmans pour prévenir.

« Nous craignons que les allégations d’islamophobie soient utilisées, de fait, pour protéger efficacement les croyances islamiques et même les extrémistes des critiques, et que, en formalisant cette définition, elle devienne effectivement utilisée comme une loi de blasphème de porte dérobée.

« Manifestement, les abus, les pratiques préjudiciables ou les activités de groupes et d’individus qui défendent des idées contraires aux valeurs britanniques ont bien plus de chances de ne pas être signalés du fait qu’ils craignent d’être qualifiés d’islamophobes. Cela ne fera qu’augmenter si la définition de l’APPG est officiellement adoptée loi.

« Nous craignons que la définition ne soit utilisée pour faire taire les critiques et les enquêtes légitimes. Les auteurs de l’APPG ont assuré qu’ils ne souhaitaient pas porter atteinte à la liberté d’expression, au contenu même du rapport, à la définition elle-même et aux premiers signes de Les libertés civiles ne devraient pas être traitées comme une réflexion après coup dans le but de lutter contre les préjugés antimusulmans.

« Le mélange de race et de religion employé dans le concept confus de » racisme culturel « élargit la définition au-delà de la haine anti-musulmane pour inclure la critique » illégitime « de la religion islamique. permettre au rapport d’affirmer que la critique de l’islam est instrumentalisée pour blesser les musulmans.

« Aucune religion ne devrait bénéficier d’une protection particulière contre les critiques. Comme la haine anti-sikh, anti-chrétienne ou anti-hindoue, nous pensons que l’expression » haine anti-musulmane est plus appropriée et moins susceptible de porter atteinte à la liberté d’expression. Une prolifération de  » Les phobies « ne sont pas souhaitables, comme l’ont déjà indiqué des organisations sikhs et chrétiennes qui reconnaissent l’importance d’une discussion libre sur leurs croyances. »

Le 28 mai, le Conseil musulman de Grande-Bretagne, une filiale des Frères musulmans, a déposé une plainte auprès de la Commission pour l’égalité et les droits de l’homme (EHRC) pour islamophobie au sein du parti conservateur. La plainte indiquait :

« Nous avons pris cette mesure après qu’un nombre sans précédent d’affaires ait été porté à notre attention, suggérant une culture au sein du parti conservateur où l’islamophobie est non seulement généralisée, mais institutionnelle. Nous demandons maintenant à la EHRC d’examiner toutes les preuves et d’enquêter sur cette affaire. » affaire avec une grande urgence « .

Le secrétaire général adjoint du MCB, Miqdaad Versi, a admis que la plainte du groupe auprès de l’EHRC visait à faire pression sur le gouvernement pour qu’il accepte sa définition préférée de l’islamophobie:

« Le gouvernement actuel dirigé par les conservateurs a également décidé de rejeter une définition de l’islamophobie acceptée par le MCB et les principales parties prenantes musulmanes, ce qui nous amène à nous demander quel message les conservateurs veulent-ils envoyer aux communautés musulmanes? »

« Alors que la course à la direction [du Parti conservateur] s’ensuit, l’un des candidats va-t-il donner la priorité à la gestion de l’ampleur de l’islamophobie qui a consumé le Parti conservateur? »

L’appel à une enquête sur l’islamophobie a été lancé le même jour lorsque la EHRC a annoncé l’ouverture d’ une enquête officielle sur l’antisémitisme au sein du parti travailliste. L’enquête déterminera si le parti « a illégalement discriminé, harcelé ou victimisé des personnes parce qu’il est juif ».

La MCB (Conseil Musulman de Grande-Bretagne) a déclaré que le moment de sa plainte – déposé le même jour dans l’enquête antisémitisme – était une coïncidence.

Boris Johnson faisait partie des députés nommés dans la plainte islamiste,
Boris Johnson faisait partie des députés nommés dans la plainte islamiste. M. Johnson a été critiqué pour ses propos comparant des femmes musulmanes voilées à des boîtes aux lettres et à des braqueurs de banque, mais il a été dégagé de toute violation du code de conduite du parti conservateur.

 

Le Conseil musulman de Grande-Bretagne (MCB) a envoyé plus de 20 pages de preuves à la Commission pour l’égalité et les droits de l’homme à la suite du refus du gouvernement d’adopter une proposition de définition de l’islamophobie .

Sa plainte accusait les Tories d’avoir « ignoré » les appels en faveur d’une enquête indépendante sur la haine anti-musulmane et d’avoir omis de prendre des mesures contre les islamophobes dans ses rangs.

Boris Johnson , qui pourrait être le prochain Premier ministre, et des députés comprenant Bob Blackman , Zac Goldsmith , Michael Fabricant et Philip Hollobone ont été nommés dans le dossier.


EN COMPLÉMENT

Les conservateurs sont confrontés à plus d’une centaine d’allégations d’islamophobie et de racisme proférées à l’encontre de membres du parti

Theresa May a été forcé de donner sa démission récemment.

 

Au moins 110 personnes  possèdent une colonne vertébrale en Grande-Bretagne et elles ont eu le culot de s’exprimer!

Plus de 100 personnes prétendant être membres du Parti conservateur ont posté des commentaires islamophobes ou racistes en ligne, a-t-on révélé.

Les allégations, compilées par un chercheur sur les médias sociaux, comprennent des articles décrivant les musulmans comme des «extraterrestres» dont le «plan est de transformer ce pays en un État islamique».

D’autres commentaires incluent: « Nous n’avons pas de politicien assez fort au Royaume-Uni pour nous éloigner de cette infestation » et: « Nous laissons nos enfants tomber en permettant à ce culte de conquérir notre pays »

Il s’agirait de la première collection complète d’allégations formulées à ce jour. Elle contient des messages de 110 personnes, principalement au cours des deux dernières années. Dix-neuf ont été décrites comme de «nouvelles allégations» par ITV News, à qui le dossier a été remis par l’utilisateur de Twitter @MatesJacob.

Le Parti conservateur conteste que certaines des personnes impliquées soient membres du parti et affirme que les autres ont été traités ou font l’objet d’une enquête.

 

 

 

 

Vidéo: Ces musulmans qui disent non à l’islam

Voici une autre vision de la foi musulmane:de plus en plus de musulman veulent réformer l’islam et se disent démocrates.

Ils et elles veulent un monde  plus ouvert et libre,inspiré à la fois de l’occident,des changements sociaux et d’un retour aux sources par  la redécouverte de la vraie foie coranique et non  du terrorisme islamique.Une vidéo à voir absolument!

 

Nous continuerons dans cette voie afin de proposer une réforme des grandes religions monothéistes dans le monde!

Réévaluer le Saint Coran:une nécessité!

 

 

Ce qu’on vous cache de l’islam au Québec:Des églises chrétiennes vandalisées, déféquées et incendiées « tous les jours »

  • En Allemagne, quatre églises distinctes ont été vandalisées et / ou incendiées uniquement en mars. « Dans ce pays », a expliqué PI-News, un site d’informations allemand, « une guerre rampante se poursuit contre tout ce qui symbolise le christianisme: attaques sur des sommets de montagnes, des statues sacrées au bord du chemin, des églises … et récemment également sur les cimetières « .
  • Dans presque tous les cas d’attaques dans l’église, les autorités et les médias occultent l’identité des vandales. Dans les rares cas où l’identité musulmane (ou « migrante ») des destroyers est divulguée, les profanateurs sont alors présentés comme souffrant de problèmes de santé mentale.
  • « Rares sont les personnes qui écrivent et parlent des attaques croissantes contre les symboles chrétiens. En France comme en Allemagne, le silence scandaleux des profanations et l’origine des coupables sont éloquents … Pas un mot, pas la moindre allusion. pourrait en aucun cas donner lieu à des soupçons de migrants … Ce ne sont pas les auteurs qui risquent d’être ostracisés, mais ceux qui osent associer la profanation de symboles chrétiens à des importations immigrées: ils sont accusés de haine, de discours de haine et de racisme .  » – PI News, 24 mars 2019
En février, des vandales ont profané et brisé des croix et des statues à la cathédrale Saint-Alain de Lavaur, en France, et ont mutilé d’une manière moqueuse les bras d’une statue du Christ crucifié. De plus, une nappe d’autel a été brûlée. (Source de l’image: Eutrope / Wikimedia Commons)

 

D’innombrables églises de l’Europe occidentale sont vandalisées, déféquées et incendiées.

En France, deux églises sont profanées chaque jour en moyenne. Selon PI-News , un site d’informations allemand, 1 063 attaques contre des églises ou des symboles chrétiens (crucifix, icônes, statues) ont été enregistrées en France en 2018. Cela représente une augmentation de 17% par rapport à l’année précédente (878). ont été enregistrés – ce qui signifie que ces attaques ne font que s’aggraver.

Parmi les profanations récentes en France, les suivantes ont eu lieu en février et mars seulement:

  • Des vandales ont pillé l’église Notre-Dame des Enfants à Nîmes et ont utilisé des excréments humains pour y tracer une croix . du pain consacré a été retrouvé jeté dehors parmi les ordures.
  • En février, l’ église Saint-Nicolas de Houilles a été vandalisée à trois reprises. une statue de la Vierge Marie du XIXe siècle, considérée comme  » irréparable« , était  » complètement pulvérisée « , a déclaré un membre du clergé; et une croix pendante a été jetée au sol.
  • Des vandales ont profané et brisé des croix et des statues à la cathédrale Saint-Alain de Lavaur et ont mutilé les bras d’une statue d’un Christ crucifié de manière moqueuse. De plus, une nappe d’autel a été brûlée.
  • Des incendiaires ont incendié l’église Saint-Sulpice à Paris peu après la messe de midi du dimanche 17 mars.

Des rapports similaires sortent d’Allemagne. Quatre églises séparées ont été vandalisées et / ou incendiées en mars seulement. « Dans ce pays », a expliqué PI-News , « il existe une guerre rampante contre tout ce qui symbolise le christianisme: attaques sur les sommets des sommets des montagnes, sur les statues sacrées le long du chemin , sur les églises … et récemment sur les cimetières. »

Qui est principalement derrière ces attaques continues et croissantes contre des églises en Europe? Le même rapport allemand suggère: « Les croix sont cassées, les autels brisés, les bibles incendiées, les fonts baptismaux renversés et les portes de l’église maculées d’expressions islamiques du type » Allahu Akbar « . »

Selon un autre rapport allemand du 11 novembre 2017, quelque 200 églises ont été attaquées et de nombreuses croix brisées dans les Alpes et la Bavière: «La police profite à maintes reprises de profanations religieuses. Les auteurs sont souvent de jeunes émeutiers issus de l’immigration.  » Ailleurs, ils sont décrits comme des  » jeunes islamistes « .

Parfois, malheureusement, dans les régions européennes à forte population musulmane, il semble y avoir une augmentation concomitante des attaques contre les églises et les symboles chrétiens. Avant Noël 2016, dans la région de Rhénanie du Nord-Westphalie en Allemagne, où résident plus d’un million de musulmans , une cinquantaine de statues chrétiennes publiques (y compris celles de Jésus) ont été décapitées et des crucifix cassés.

En 2016, à la suite de l’arrivée en Allemagne d’un autre million de migrants, pour la plupart musulmans, un journal local a annoncé que, dans la ville de Dülmen, « il ne se passe pas un jour » sans que des statues religieuses de moins de 50 000 habitants soient attaquées, et environs immédiats « 

En France, il semble également que les attaques contre les églises augmentent également lorsque le nombre de migrants musulmans augmente. Une étude de janvier 2017 a révélé que les « attaques extrémistes islamistes contre des chrétiens » en France avaient augmenté de 38%, passant de 273 attaques en 2015 à 376 en 2016; la majorité s’est produite pendant la période de Noël et « de nombreuses attaques ont eu lieu dans des églises et autres lieux de culte ».

À titre d’exemple typique, un homme musulman a commis en 2014 des  » actes majeurs de vandalisme  » au sein d’une église catholique historique à Thonon-les-Bains. Selon un rapport (avec des images), il « aurait renversé et cassé deux autels, les candélabres et les lutrins, détruit des statues, démoli un tabernacle, tordu une croix en bronze massive, brisé une porte de sacristie et même brisé des vitraux. » Il a également « piétiné » l’Eucharistie.

Pour des exemples similaires dans d’autres pays européens, voyez ici:

Une église en Espagne.

 

 

 

Les assaillants ont brisé des statues en bois de la Vierge Marie et de Jésus sur la croix lors de l’attaque choquante qui a eu lieu plus tôt cette semaine.
Ils ont pris d’assaut l’église de Notre-Dame de Carmen dans la ville espagnole de Rincon de la Victoria, en Andalousie

Dans presque tous les cas d’attaques dans l’église, les autorités et les médias occultent l’identité des vandales. Dans les rares cas où l’identité musulmane (ou « migrante ») des destroyers est révélée, les auteurs sont alors présentés comme souffrant de problèmes de santé mentale . Comme le récent PI-Nouvelles rapportdit:

« Rares sont les personnes qui écrivent et parlent des attaques croissantes contre les symboles chrétiens. En France comme en Allemagne, le silence scandaleux des profanations et l’origine des coupables sont éloquents … Pas un mot, pas la moindre allusion. pourrait en aucun cas donner lieu à des soupçons de migrants … Ce ne sont pas les auteurs qui risquent d’être ostracisés, mais ceux qui osent associer la profanation de symboles chrétiens à des importations immigrées: ils sont accusés de haine, de discours de haine et de racisme . « 

 

 

CONSTRUCTION D’UNE MOSQUÉE EN RUSSIE : RÉPONSE DE POUTINE AU ROI D’ARABIE SAOUDITE

Le 30 novembre 2018,la rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane n’est pas passée inaperçue au sommet du G20 à Buenos Aires, en Argentine. Les images de leur poignée de main ont fait le tour de la planète.

Mohammed ben Salmane faisait une première grande apparition sur la scène internationale depuis le scandale entourant le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. Accusé ou soupçonné d’avoir commandité l’assassinat, «MBS» a aussi vu sa réputation entachée par le rôle que joue l’Arabie saoudite dans l’interminable et sanglant conflit yéménite.

Or, loin de se trouver ostracisé en Argentine, ou d’être traité en «paria» comme le prédisaient certains experts, le prince héritier a été au contraire très entouré.

Une vidéo le montre avec le président russe Vladimir Poutine, lui aussi critiqué, cette fois pour avoir remis le feu aux poudres du conflit ukrainien.

Image associée
Même Macron y était!

Mais ce qui frappe le plus,c’est l’édifiant dialogue qui suit. Ce que j’en ai  pensé est simple : Lorsque de tels propos seront tenus par des autorités politiques qualifiées, au sujet des prétentions de l’Islam au Québec, nous serons largement tirés d’affaire, au moins s’agissant des problèmes et tragédies que nous subissons du fait de l’immigration musulmane massive que nous pouvons facilement sentir à Montréal et dans plusieurs villes,depuis quelques années.

 Vladímir Vladímirovich Poutine Président de la Russie, a reçu à Moscou la visite du roi d’Arabie Séoudite. Avant de partir, le roi Salmane lui a dit qu’il voulait acheter un grand terrain et construire, bien sûr avec de l’argent entièrement arabe, une grande mosquée dans la capitale russe. « Aucun problème », a répondu Poutine, « mais à une condition : que vous autorisiez que soit construite également, dans votre capitale arabe, une grande église orthodoxe ».  

« Cela ne peut pas être », dit le roi arabe. « Pourquoi ? » a demandé Poutine.   

« Parce que votre religion n’est pas la vraie et nous ne laissons pas tromper le peuple. 

– Je pense la même chose de votre religion et, cependant, je vous permettrais de construire votre temple s’il y a réciprocité. Par conséquent, nous avons là épuisé ce sujet.» 

Mais Poutine ne s’arrête pas là. Dans un discours devant le Parlement russe, se référant à des tensions avec les minorités ethniques, il dit : « En Russie vivez en tant que que Russes ! Toute minorité, d’où qu’elle vienne, qui veut vivre en Russie, travailler et manger en Russie, doit parler russe et respecter les lois russes. S’ils préfèrent la Charia et vivre une vie de musulmans, nous leur conseillons d’aller des lieux où ce soit la loi de l’État. La Russie n’a pas besoin des minorités musulmanes ; ces minorités ont besoin de la Russie et nous ne leurs garantissons pas de privilèges spéciaux pas plus que nous n’essaierons de changer nos lois, en les adaptant à leurs souhaits. Les traditions et coutumes russes ne sont pas compatibles avec le manque de culture et les formes primitives de la Charia et l’Islam. » 


EN COMPLÉMENT:

En 2015,Vladimir Poutine inaugurait la plus grande mosquée d’Europe à Moscou

 

La plus grande mosquée d’Europe se trouve à Moscou. Le président russe Vladimir Poutine a inauguré ce mercredi la Grande mosquée de Moscou, vaste de 19 000 m² et qui peut accueillir 10 000 personnes. L’islam est la deuxième religion en Russie, avec quelque 20 millions de fidèles, après l’église orthodoxe qui jouit toujours d’une grande influence spirituelle et politique. « La Russie est un pays multiconfessionnel dans lequel, et je tiens à le souligner, l’islam est une des religions traditionnelles », a expliqué Vladimir Poutine dans son discours inaugural. « Cette mosquée sera une source pour propager les idées humanistes et les vraies valeurs de l’islam », a-t-il ajouté, contrairement à l’organisation État islamique (EI) qui selon lui « dénature l’islam ».

 

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas assistait à l’inauguration, ainsi que le président turc Recep Tayyip Erdogan, avec qui Poutine s’est ensuite entretenu à huis-clos, pour évoquer tant l’EI que le projet de gazoduc Turkish Stream.

Installée près du centre-ville de la capitale russe, la Grande Mosquée de Moscou a été construite en lieu et place d’une veille mosquée, datant de 1904. 170 millions de dollars ont été réunis pour la bâtir, dont plusieurs dizaines de millions par un oligarque du Daguestan, selon le premier vice-président du Conseil des muftis de Russie, Rouchan Abbiassov, cité par l’agence de presse russe Interfax.

 

 

 

 

Le silence obstiné du pape sur la persécution des chrétiens

  • Malheureusement, la position du pape François sur l’islam semble provenir d’un monde fantastique.
  • « L’islam authentique et la lecture correcte du Coran s’opposent à toutes les formes de violence », a affirmé le pape, mais de manière peu précise. C’est comme si tous les efforts du pape visaient à exonérer l’islam de ses responsabilités. Il semble l’avoir fait encore plus que les musulmans pratiquants – tels que le président égyptien Abdel Fattah el-Sisi, l’auteur et médecin américain M. Zuhdi Jasser, l’ancien ministre koweïtien de l’Information, Sami Abdullatif Al-Nesf, et l’écrivaine franco-algérienne Razika Adnani. Le philosophe tunisien basé à Paris Youssef Seddik, le journaliste jordanien Yosef Alawnah et l’écrivain marocain Rachid Aylal, parmi beaucoup d’autres, l’ont déjà fait.
  • « Le pape François ne pouvait en aucun cas ignorer les lourds problèmes posés par l’expansion … au cœur même du domaine chrétien … Notons-le à nouveau … la dernière religion arrivée en Europe présente un obstacle intrinsèque à s’intégrer dans le cadre européen fondamentalement judéo-chrétien … « – Boualem Sansal, auteur algérien, dans son best-seller » 2084. « 
  • Le pape François fait maintenant face au risque potentiel d’un monde chrétien englouti physiquement par le croissant musulman – comme le montre le logo du Vatican choisi pour le prochain voyage du pape au Maroc. Il est temps que l’apaisement soit remplacé.

La persécution des chrétiens est maintenant une crise internationale. 
Malheureusement, la position du pape François sur l’islam semble provenir d’un monde fantastique. 

4.305 chrétiens ont été tués simplement en raison de leur foi chrétienne en 2018. C’est le chiffre dramatique contenu dans la nouvelle « Liste de surveillance pour le monde 2019 » qui vient d’être compilée par l’organisation non gouvernementale Open Doors . Il révèle qu’en 2018, il y avait 1 000 victimes chrétiennes de plus – 25% de plus – que l’année précédente, alors qu’elles étaient 3 066 .

De nos jours, 245 millions de chrétiens dans le monde sont apparemment persécutés simplement pour leur foi. En novembre dernier, l’organisation Aide à l’Église en détresse a publié son «Rapport sur la liberté religieuse» pour 2018 et est parvenue à la même conclusion: 300 millions de chrétiens ont été victimes de violence. Le christianisme, malgré une vive concurrence, a été qualifié de  » religion la plus persécutée au monde « .

En mars 2019, le pape François se rendra au Maroc, un pays également inscrit sur la liste de surveillance des portes ouvertes. Malheureusement, la position du pape François sur l’islam semble provenir d’un monde fantastique. La persécution des chrétiens est maintenant une crise internationale. Considérez ce qui est arrivé aux chrétiens dans le monde musulman au cours des deux derniers mois seulement. Un policier a été tué alors qu’il tentait de désamorcer une bombe devant une église copte en Égypte. Avant cela, sept chrétiens avaient été assassinés par des extrémistes religieux lors d’un pèlerinage. Ensuite, une fosse commune a été découverte en Libye. Elle contient les restes de 34 chrétiens éthiopiens tués par des djihadistes affiliés à l’État islamique. Le régime iranien, dans de nouvelles répressions sévères,arrêté plus de 109 chrétiens. La pakistanaise Christian Asia Bibi, trois mois après son exonération pour « blasphème » et sa libération du couloir de la mort, vit toujours en  » prisonnier « : ses anciens voisins veulent toujours lamettre à mort. À Mossoul, qui était le centre irakien des chrétiens, il y avait un  » Noël sans chrétiens « , et en Irak en général, 80% des chrétiens ont disparu .

Le cardinal Louis Raphael Sako, patriarche de Babylone des Chaldéens et chef de l’Église catholique chaldéenne, a récemment fourni des chiffres sur la persécution des chrétiens en Irak: « 61 églises ont été bombardées, 1 224 chrétiens ont été tués, 23 000 maisons et biens immobiliers du Les chrétiens ont été saisis « . Le patriarche a rappelé au monde la politique de l’État islamique qui donnait « trois options aux chrétiens »: la conversion à l’islam, le paiement d’un impôt spécial ou l’abandon immédiat et forcé de leurs terres. « Sinon, ils auraient été tués. » De cette façon, 120 000 chrétiens ont été expulsés.

« Le silence obstiné des dirigeants européens sur la question des religions, et plus particulièrement de l’islam, étonne et déçoit », écrivait récemment le romancier algérien Boualem Sansal .

« Leur attitude est simplement irresponsable, suicidaire et même criminelle … dans le contexte actuel marqué par [une] expansion vertigineuse … C’est comme vivre au pied d’un volcan en colère et ne pas comprendre qu’il se prépare à faire irruption ».

Sansal, menacé de mort par les islamistes en France, comme en Algérie, a écrit  » 2084 « , un best-seller. Il y écrit que la position du pape François sur le monde musulman est semblable à celle des dirigeants occidentaux:

« Le pape François ne pouvait en aucun cas ignorer les lourds problèmes posés par l’expansion de l’islam radical dans le monde et au cœur même du domaine chrétien … Notons-le encore … la dernière religion arrivée en Europe , a un obstacle intrinsèque à l’intégration dans le cadre fondamentalement judéo-chrétien de l’Europe, même si ce référent s’est érodé au cours des siècles passés « .

Le pape François a réussi à expliquer que « l’idée de conquête » fait partie intégrante de l’islam en tant que religion, mais a rapidement ajouté qu’on pouvait interpréter le christianisme de la même manière. « L’islam authentique et la lecture correcte du Coran s’opposent à toutes les formes de violence », a affirmé le pape , mais de manière peu précise. Il n’a pas non plus fait remarquer avec exactitude que « l’Islam est une religion de paix compatible avec le respect des droits de l’homme et la coexistence pacifique ». C’est comme si tous les efforts du pape visaient à exonérer l’islam de ses responsabilités. Il semble l’avoir fait encore plus que les musulmans pratiquants – tels que le président égyptien Abdel Fattah el-Sisi , auteur américain et médecin.M. Zuhdi Jasser , ancien ministre koweïtien de l’Information, Sami Abdullatif Al-Nesf, l’auteur franco-algérien Razika Adnani, le philosophe tunisien basé à Paris, Youssef Seddik, le journaliste jordanien Yosef Alawnah et l’auteur marocain Rachid Aylal, le font .

La persécution dramatique des chrétiens dans le monde islamique met en lumière un paradoxe occidental: « Depuis leur victoire à la Seconde Guerre mondiale, les Occidentaux ont apporté de grands avantages à toute l’humanité », a écrit Renaud Girard dans Le Figaro .

« Scientifiquement, ils ont partagé leurs grandes inventions, telles que la pénicilline ou Internet. Les droits de l’homme et la démocratie sont loin d’être appliqués partout dans le monde, mais ils sont la seule référence pour la gouvernance qui existe au niveau international. Il est indéniable que sous l’impulsion Depuis deux générations, de nombreux succès politiques, techniques, sanitaires et sociaux ont été remportés par les Occidentaux, mais il existe un domaine dans lequel la planète a indéniablement régressé depuis 1945 et où la responsabilité occidentale est évidente: la liberté de conscience et de religion … En s’abstenant de défendre les chrétiens d’Orient, l’Occident a commis une double erreur stratégique: il a donné un signe de faiblesse en abandonnant ses amis idéologiques; il a renoncé à son credo « .

« Aux yeux des gouvernements occidentaux et des médias », a noté un autre rapportsur la persécution des chrétiens rédigé par Aid to the Church in Need . « La liberté de religion est en train de glisser en bas du classement des priorités des droits de l’homme, étant éclipsée par des questions de genre, de sexualité et de race ».

« Le politiquement correct ne veut rien savoir de la persécution et de la répression actuelles du christianisme et il est donc ignoré de manière presque sinistre », a récemment déclaré Mgr Manfred Scheuer, évêque de Linz, en Haute-Autriche .

L’État Islamique a massacré ainsi des milliers de chrétiens dans le nord de l’Irak et à l’est de la Syrie.

Cette éclipse est encore plus dramatique, sachant que tout le monde sait que le christianisme risque de « disparaître » au Moyen-Orient, a déclaré l’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby:

« Des centaines de milliers de personnes ont été forcées de quitter leur domicile. Beaucoup ont été tuées, asservies et persécutées ou converties de force. Même ceux qui restent se posent la question: » Pourquoi rester?  » La population chrétienne d’Irak, par exemple, représente moins de la moitié de ce qu’elle était en 2003. Leurs églises, leurs maisons et leurs commerces ont été endommagés ou détruits, et la population chrétienne syrienne a diminué de moitié depuis 2010. En conséquence, elles (ces églises) étaient les fondements de l’Église universelle face à la menace d’extinction imminente « .

Église St-Jacques d’Abbeville détruite pour bâtir une mosquée.

L’Occident a trahi ses amis chrétiens à l’Est (comme ici et ici ). L’Occident pourrait se demander: que font le Vatican et le pape pour lutter contre cette nouvelle persécution religieuse?

La critique est déjà venue du monde catholique. « Alors qu’il s’inquiète peu de la vague de fermetures d’églises, Francis ne semble pas trop inquiet de l’islamisation de l’Europe », a écrit le chroniqueur catholique américain William Kilpatrick.

« En effet, comme en témoigne son encouragement à la migration de masse, il ne semble pas avoir d’objection à l’islamisation. Soit il croit vraiment au mensonge faux selon lequel l’islam est une religion de paix, soit il croit que la stratégie de prophétie auto-réalisatrice créera un islam plus modéré, François semble être en paix avec le fait que l’islam se propage rapidement, qu’il ait été mal informé sur l’islam ou qu’il ait adopté une stratégie de désinformation, il prend un énorme pari, pas seulement avec sa propre vie. , mais avec la vie de millions de personnes « .

Il y a maintenant des zones entières en Syrie débarrassées de leurs chrétiens historiques. Le pape François a récemment reçu une lettre d’un prêtre franciscain en Syrie, le père Hanna Jallouf, patriarche de Knayeh, un village proche d’Idlib, le fief des rebelles islamistes anti-Assad. « Les chrétiens de ce pays sont comme des agneaux parmi les loups », écrit Jallouf .

« Les fondamentalistes ont dévasté nos cimetières, ils nous ont empêché de célébrer des liturgies en dehors de l’église, en nous dépouillant des signes extérieurs de notre foi: croix, cloches, statues ainsi que nos habitudes religieuses. »

Si le pape ne veut plus recevoir de telles lettres, il devra faire preuve de courage et s’attaquer à l’une des persécutions les plus urgentes de notre temps.

Le pape Benoît XVI, dans son discours à Ratisbonne , a déclaré ce qu’aucun non-pape n’avait osé dire auparavant: il existe un lien spécifique entre la violence et l’islam. Pour illustrer son cas, Benoît XVI a cité un dialogue du XIVe siècle entre un empereur chrétien byzantin, Manuel II Paleologus, et un érudit persan, sur le concept de violence en Islam: trouver des choses… .comme son commandement de répandre par l’épée la foi qu’il prêchait « , a dit l’empereur , a déclaré Benoît XVI à son interlocuteur musulman.

Un autre pape, Jean-Paul II, a également exprimé ses préoccupations. Lors d’une réunion en 1992, Mgr Mauro Longhi, qui, alors qu’il était encore étudiant, accompagnait souvent le pape décédé lors de ses randonnées pédestres, a déclaré que Jean-Paul II avait parlé d’une « invasion islamiste » de l’Europe.

« Le pape m’a dit: ‘Dis ceci à ceux que tu rencontreras dans l’Église du troisième millénaire. Je vois l’Église affligée d’une blessure mortelle. Plus profonde, plus douloureuse que celles de ce millénaire’, faisant référence au communisme et au nazisme. totalitarisme. « Cela s’appelle l’islamisme. Ils envahiront l’Europe. J’ai vu les hordes venir d’ouest en est », puis me racontaient chaque pays un par un: du Maroc à la Libye en passant par l’Egypte, et ainsi de suite Est.

« Le Saint-Père a ajouté: » Ils envahiront l’Europe, l’Europe sera comme un sous-sol, d’anciennes reliques, des ombres, des toiles d’araignées. Les souvenirs de famille. Vous, l’Église du troisième millénaire, devez contenir l’invasion. sois suffisant, mais avec ta foi, vis avec intégrité. « 

La vision de Jean-Paul II ressemble à une continuation de la campagne historique de l’Islam sur les terres chrétiennes: « En 637, l’armée islamique s’empara de Jérusalem, deux fois sainte, puis le cœur de tout le Moyen-Orient, centre historique du christianisme », écrit le romancier algérien Boualem. Sansal. Il a ensuite décrit « la progression irrésistible de l’islam vers l’Occident: l’Afrique du Nord judéo-chrétienne qui a immédiatement converti; l’Espagne catholique, annexée au début du VIIIe siècle, Byzance, qu’ils ont pris en 1453; ] à Vienne, qu’ils ont assiégé en 1529 … « .

Le pape François fait maintenant face au risque potentiel d’un monde chrétien englouti physiquement par le croissant musulman – comme le montre le logo du Vatican choisi pour le prochain voyage du pape au Maroc. Il est temps que l’apaisement soit remplacé.

Il nous faut d’autres Don Gabriele Amorth pour éloigner les démons de l’Islam.