Tokyo: une campagne électorale corrompue sous influence nucléaire

Une mascotte qui a beaucoup servie en campagne électorale.Une publicité sympathique  soudoyée par TEPCO.
Une mascotte qui a beaucoup servie en campagne électorale.Une publicité sympathique soudoyée par TEPCO.

En ce 9 février 2014,presque 3 ans après le plus grand désastre  nucléaire de l’histoire, le  vote pour un nouveau maire pour la ville de Tokyo a donné le camp pro-nucléaire,comme vainqueur.Ce qui  a été appelé un «référendum nucléaire » a vu des promesses politiques néolibérales par un premier ministre discrédité par les scandales et les mensonges,M.Abe,l’emporter par le double de voix sur leurs opposants « anti-nucléaires ».

Dégats causés à la grande centrale de Kashiwasaki-Kariwa en 2007.Voyez l'intensité des fuites diverses.
Dégats causés à la grande centrale de Kashiwasaki-Kariwa en 2007.Voyez l’intensité des fuites diverses.

Les candidats peuvent être pour ou contre l’énergie nucléaire,mais la réalité est que pour les citoyens de Tokyo, il y a très peu de possibilités ,à part  des  centrales nucléaires pour fournir de l’énergie pour les lumières vives de la ville.La  Fidélité Capitaliste en la Croissance Économique Sacrée et Illimitée jusqu’à la Fin des Temps l’exige. Les consommateurs de Tokyo ,car c’est ainsi qu’il faut les appeler,ces consommateurs  qui votent majoritairement aux élections , doivent savoir que seule une  petite poignée de centrales nucléaires qui peuvent fournir de l’énergie à la métropole, sont encore candidats pour le redémarrage.Rappel: Actuellement, aucune des 48 centrales nucléaires du Japon sont en ligne. Le Japon a complètement disparu  de l’horizon  nucléaire. Mais 16 centrales sont désignées pour que l’application de l’énergie nucléaire  redémarre (plan du  1 Février 2014 (l pdf) ). Parmi elles , deux seulement seraient  capables immédiatement de  fournir de l’électricité à Tokyo. Ce sont les réacteurs 6 et 7 dans la centrale géante de  Kashiwasaki Kariwa ,non  loin la préfecture de Niigata. Toutes deux ont été secouées par le  grand tremblement de terre en 2007, donc nous savons qu’elles ne sont pas encore confirmées pour être sûres et sécuritaires  en tant  que telle. Il n’y avait pas d’autres réacteurs  à mettre sous la dent  des  consommateurs-électeurs de Tokyo avec de l’énergie nucléaire sur  ​​le point d’être renouvelée.

Kashimakaski-Kawima

De nombreux journalistes étrangers avaient fait la  tournée en 2008,de  la plus grande centrale nucléaire du monde à Kashiwazaki Kariwa ,dans la préfecture de Niigata, à l’ouest du Japon. Il dispose de sept réacteurs nucléaires importants qui  sont actuellement en cours de nombreuses réparations après le terrible tremblement de terre en Juillet 2007, . Le directeur  de Tepco, la compagnie d’électricité qui gère la centrale, a été déroutant au premier abord ,…et il est clair que le préjudice était plus grave que prévu initialement rapporté. Au centre d’accueil , beaucoup de gens ont  été surpris de voir des familles avec de jeunes enfants. Les écrans ont varié de très technique à  tout simplement merveilleux – pour les tout-petits. Il y a des activités et des salles de jeux, ainsi que du personnel qualifié ,clairement entraîné  à faire face à toutes sortes de problèmes . Mais l’intérêt de nombreux journalistes  n’était pas présent , jusqu’à ce que  le guide  touristique (payé par TEPCO) a commencé à expliquer  l’ensemble des risques encourus sur les sérieux dommages aux sept réacteurs. En 2008,ces journalistes  n’étaient  pas autorisés à quitter le bus qui est  passé  devant chacun des sept grands immeubles en béton, et le guide de l’autobus  a constaté que le bureau complexe avait été tellement endommagé que le personnel a travaillé depuis un bâtiment préfabriqué qui a rapidement été érigé. 

Le sol de la grande centrale avait été sérieusement fragilisé lors du tremblement de terre de 2007.
Le sol de la grande centrale avait été sérieusement fragilisé lors du tremblement de terre de 2007.

Les enfants du Japon apprennent  comment faire face à des tremblements de terre dans de nombreuses situations, mais cette visite  a fait demandé aux visiteurs étrangers  si quelqu’un ne peut jamais être suffisamment préparé pour une grande catastrophe  nucléaire  . Une meilleure leçon, bien sûr, serait d’enseigner la conservation de l’énergie et du remplacement des énergies fossiles et  la production d’énergie renouvelable à la prochaine génération. Si vous n’avez pas visité une centrale nucléaire, je pense que vous êtes absent  et en dehors d’une partie importante de la culture contemporaine. Ils offrent des leçons de physique quantique, de l’ingénierie intelligente, des normes de sécurité et unième (ISO 14001 et ISO 9001 sont appliqués à Kashiwazaki Kariwa) tout en donnant un aperçu de la folie humaine. 

La mascotte  qui unit le rat et l'écologie ..est symptomatique de la culture capitaliste japonaise.
La mascotte qui unit le rat et l’écologie ..est symptomatique de la culture capitaliste japonaise.

Cette mascotte de rat comme  animal mignon à cette centrale particulier est appelé Ecoron.En guise de bienvenue ,les panneaux publicitaires  utilisent son ‘image et les visiteurs peuvent essayer des quiz sur  Ecoron  et gagner des prix (beaucoup ont  gagné des mouchoirs de coton). Pendant ce temps, le centre d’accueil affiche également la fierté dans le fait que c’est la plus grande centrale nucléaire du monde. Cela ne me dérange pas si certaines personnes pensent que l’énergie nucléaire  vaut  la peine d’être appelé « éco » mais au moins ils ont besoin de venir nettoyer (jeu de mots) sur les horreurs de dégâts d’irradiation et les difficultés d’assurer l’élimination à long terme des déchets radioactifs.

Le réacteur principal de la plus grande centrale nucléaire au monde aurait subi plus de 156  bris et fuites diverses lors du séisme de 2007.Ils ne sont toujours pas réparé et les coûts avoisinent les milliards de dollars.
Le réacteur principal de la plus grande centrale nucléaire au monde aurait subi plus de 156 bris et fuites diverses lors du séisme de 2007.Ils ne sont toujours pas réparé et les coûts avoisinent les milliards de dollars.

TEPCO une compagnie dont tous se méfient

Le maire de  Niigata n’est pas heureux à l’idée que ses deux réacteurs nucléaires restants peuvent être renouvelées.Le gouverneur de  Niigata , Hirohiko Izumida,a  carrément appelé le plan « une tarte venant du  ciel », selon Asahi Shimbun : Izumida a rencontré le président de TEPCO Naomi Hirose, le 16 janvier 2014 , pour entendre comment la société prévoit de se remettre de l’accident de la centrale  nucléaire  No 1 , causé par le grand  tremblement de terre  de 2007 et le tsunami du  11 Mars 2011. « Les actionnaires et les banques n’ont pas pris la responsabilité (de l’accident), et il est un plan ridicule du point de vue de la sécurité », a déclaré Izumida lors de la réunion. Le gouverneur n’a jamais caché sa méfiance de l’utilitaire.Il s’est fortement opposé quand TEPCO a annoncé en Juillet 2013 pour présenter une demande à l’Autorité de réglementation nucléaire des contrôles pour déterminer si les réacteurs  n ° 6 et 7  de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa avaient  respecté nouvelles normes de sécurité du gouvernement. Izumida était furieux parce que le responsable (TEPCO)  a omis d’aviser au préalable le gouvernement de la préfecture de Niigata qu’elle avait l’intention de soumettre la demande, une partie du processus vers la reprise des activités dans les deux réacteurs.Bien que le gouverneur n’a pas  conditionnellement approuvé  le dépôt de la demande en Septembre 2013, il a longtemps insisté pour qu’il ne consentirait à la reprise de l’exploitation du réacteur qu’après  que l’enquête et  l’examen de l’accident nucléaire de Fukushima soient terminés. Izumida a  particulièrement critiqué le fait que TEPCO n’a pas encore  expliqué  clairement pourquoi il a fallu près de deux mois après le début de la catastrophe nucléaire  pour admettre que les effondrements se sont produits à la centrale de Fukushima. »Un point important de l’examen de l’accident est de déterminer si (TEPCO) est une société  à qui  on peut faire confiance », a déclaré Izumida,le  15 janvier 2014. Pour sa part, TEPCO espère que le NRA pourra bientôt déterminer que  l’installation est conforme aux normes de sécurité plus strictes pour que les deux réacteurs puissent être redémarrés en Juillet ou Août 2014 . TEPCO espère également ramener en ligne les réacteurs  n ° 1 et 5  en Février 2015 après que les mises à jour de sécurité soient finies . Les maires des deux communes qui hébergent l’usine de Kashiwazaki-Kariwa  ont également précisé qu’ils ont besoin d’être  plus rassuré avant de donner leur consentement à la reprise des opérations. « Une condition préalable importante sera la mise en œuvre de mesures visant à garantir la sécurité de l’usine, » a dit le maire de  Kashiwazaki , Hiroshi Aida. Le maire de Kariwa , Hiroo Shinada ,a dit  que le plan de TEPCO ne conduira pas automatiquement au  redémarrage du réacteur. « Le plan de reconstruction est la base pour l’injection de fonds publics par le gouvernement central, tandis que la reprise des activités à l’usine est une question complètement différente,» dit-il. Comme pour le reste, comme le très controversé  réacteur de Hamaoka ,au sud-ouest de Tokyo, ils ont récemment construit un énorme mur de  22 mètres de haut, en espérant que cela  pourra arrêter un tsunami potentiel. Et cela, ne pourrait pas offrir  d’énergie supplémentaire aux résidents de Tokyo avec leurs coutumes   de chauffer  leurs toilettes, des climatiseurs, des gadgets rechargeables, ou autre. Et je sais qu’il y a un certain nombre de propriétaires d’usines et les entreprises qui espèrent pour de  l’électricité pas cher, mais ça ne va pas se produire.Cela est bel et bien chose du passé.

……………………………………………………………….

Victoire du camp nucléaire à Tokyo

Le candidat antinucléaire,Morihiro Hosoikawa.
Le candidat antinucléaire,Morihiro Hosoikawa.

L’élection d’un homme soutenu par Shinzo Abe au poste de gouverneur de Tokyo devrait conforter  le premier ministre dans sa volonté de redémarrer une partie des réacteurs japonais.

 

Les antinucléaires voulaient faire de l’élection municipale de Tokyo, tenue dimanche, un référendum sur l’atome. Pari perdu: Morihiro Hosokawa, le chef de file des partisans du «zéro nucléaire», a recueilli deux fois moins de voix que son principal opposant Yoichi Masuzoe. Le soutien à la cause antinucléaire du charismatique Junichiro Koizumi, ancien premier ministre auréolé d’une popularité sans faille, n’a pas convaincu les Tokyoïtes qui dépendent pour leur énergie de centrales éloignées de la capitale.

La victoire sans scrupule de Abe et de l'argent détournée des fonds publics par TEPCO.
La victoire sans scrupule de Abe et de l’argent détournée des fonds publics par TEPCO.

Le résultat de Tokyo est, néanmoins, davantage un produit de la désorganisation de l’opposition qu’une adhésion franche à cette énergie: «les candidats antinucléaires ont totalisé 1,9 million de voix, contre 2,1 millions pour les candidats pronucléaires», observe Dan Harada, membre du Parti libéral-démocrate (majorité). La main sur le cœur, Yoichi Masuzoe a assuré durant la campagne vouloir sortir du nucléaire «un jour». Malgré le traumatisme de Fukushima en 2011, les Japonais continuent donc de se dire pour l’abandon du nucléaire dans les sondages, mais votent pour les partisans du redémarrage des centrales à chaque consultation électorale locale, même près du lieu du sinistre.

Pourtant,le 19 septembre 2011,des milliers de personnes manifestaient contre le nucléaire ,à Tokyo.La propagande  de l'économie néolibérale fasciste aura pris le dessus.
Pourtant,le 19 septembre 2011,des milliers de personnes manifestaient contre le nucléaire ,à Tokyo.La propagande de l’économie néolibérale fasciste aura pris le dessus.

Le ministère de l’Industrie avoue sans fard son soutien à l’industrie nucléaire, devenue aussi un important secteur exportateur pour le Japon. En fin politique, le premier ministre, Shinzo Abe, a toutefois repoussé de quelques mois la présentation de la stratégie énergétique japonaise sur vingt ans, qui devait avoir lieu en janvier. Ce document doit officiellement annoncer le retour du nucléaire au premier rang des sources énergétiques de l’Archipel. Selon nos informations, il ne devrait pas, pour la première fois, mentionner d’objectif de ratio nucléaire dans le «mix énergétique» nippon, se contentant d’évoquer sa nécessité pour lutter contre le réchauffement climatique. Le scrutin de Tokyo demeure une excellente nouvelle pour le gouvernement. L’année 2014 doit être celle du redémarrage d’une part importante du parc nucléaire nippon, et une victoire de Morihiro Hosokawa aurait gelé le monde politique pendant des années sur ce sujet. La nouvelle autorité de sûreté nucléaire a sur son bureau seize demandes de rallumage. La plupart des gouverneurs des préfectures où sont ces centrales, qui doivent autoriser leur redémarrage, sont d’accord. Et Shinzo Abe veut aller vite. Chaque mois, le déficit commercial du pays, conséquence de la chute du yen face au dollar et des importations énergétiques hors nucléaire, se creuse.

Le parti antinucléaire aura quand même mené une grande bataille populaire avec peu de moyens financiers.
Le parti antinucléaire aura quand même mené une grande bataille populaire avec peu de moyens financiers.

Mais toute interférence du gouvernement avec le processus de décision de l’Autorité de sûreté nucléaire, institution née dans la douleur de Fukushima, serait désastreuse au Japon et à l’étranger. Le gouvernement doit donc ronger son frein. Selon les experts nucléaires, seulement 2 ou 3 centrales pourront être redémarrées avant l’été, saison du «pic» de consommation énergétique nippon. Dans les faits, le Japon est en train de terminer l’hiver sans énergie nucléaire.

Sources : Asahi Simbun,le Figaro

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.