Le « destructeur de mondes » soviétique découvert dans la forêt polonaise


Des bunkers nucléaires de la Guerre froide soviétique, abandonnés, semblables à celui-ci, ont été découverts dans les forêts polonaises.

L’Union soviétique a laissé en Pologne un héritage terrifiant de la guerre froide: des bunkers qui abritaient autrefois des ogives nucléaires cachées au fond des forêts du pays.

Les experts découvrent maintenant de nouveaux détails sur les sites autrefois secrets. Dans la revue  Antiquity , l’archéologue Grzegorz Kiarszys affirme que les anciennes bases nucléaires en ruine devraient être protégées et étudiées car «elles ont le potentiel d’accroître notre compréhension des mécanismes généraux liés à des phénomènes tels que les conflits, le totalitarisme et l’identité culturelle».

Les bunkers ont été construits par les Polonais dans les années 1960, convaincus qu’ils construisaient des casernes de communication pour les troupes soviétiques. Cependant, lorsque les bases ont été cédées à l’armée soviétique en 1969, elles ont disparu des archives officielles, selon Kiarszys.

«Peu de temps après l’achèvement des bases, des documents ont été détruits et des cartes et des plans ont été renvoyés à Moscou», écrit-il dans l’Antiquité. «Il n’existe pas de plans connus des installations dans les archives polonaises, aucune information sur leur organisation spatiale, leurs défenses de terrain, le contexte du paysage ou toute modification potentielle.»

Selon l’archéologue, même les photos aériennes prises par le Service cartographique polonais de la fin des années 1960 au début des années 90 ont été soigneusement censurées.

Soucieux de découvrir des détails sur les sites, Kiarszys a utilisé des données de balayage laser, des cartes historiques, des images satellites déclassifiées et des photographies aériennes historiques pour étudier trois bunkers abandonnés dans l’ouest de la Pologne. L’archéologie, dit-il, peut servir de détective pour révéler de nouveaux détails sur la guerre froide.

Deux des trois anciens sites de stockage nucléaire décrits dans l’étude sont très endommagés. Kiarszys note que presque tous les bâtiments de Brzeźnica Kolonia et de Templewo ont été démolis au milieu des années 1990. Même les surfaces en béton ont été enlevées, mais les bunkers «Monolit» qui abritaient autrefois les ogives nucléaires demeurent.

Les casemates de Brzeźnica Kolonia et de Templewo ont toutefois été «pillées», selon Kiarszys, qui affirme que leurs équipements internes ont été enlevés et leurs entrées bloquées avec du béton.

Podborsko, la troisième base en vedette, a survécu dans des conditions relativement décentes. « Les trois bunkers de Podborsko conservent la plupart de leurs équipements d’origine et leurs portes in situ », selon Kiarszys.

L’étude offre de nouvelles informations sur la manière dont les sites ont été construits et sur la vie du personnel soviétique qui y est affecté.

La construction d’un terrain de football entouré d’une piste de course constituait un indice essentiel du site de Brzeźnica Kolonia. Les installations sportives des soldats soviétiques se distinguaient de la forêt verdoyante qui les entourait et «ont certainement attiré l’attention des interprètes de photographies aériennes de l’OTAN et de la CIA», écrit l’archéologue.

Podborsko révèle également ses secrets. «Pendant plus de deux décennies, la base de Podborsko était fortement gardée et les activités des soldats ont laissé de nombreuses traces matérielles dans le paysage environnant», explique Kiarszys. «Une caractéristique remarquable enregistrée par la SLA [balayage laser aéroporté] concerne les innombrables chemins érodés par les soldats qui patrouillent jour après jour.»

Les anciennes installations militaires continuent de révéler leurs secrets. En 2017, par exemple, des travailleurs installant des panneaux solaires dans une usine de traitement des eaux usées en Écosse ont découvert un abri antiaérien militaire bien préservé datant de la Seconde Guerre mondiale.

En 2016, des scientifiques du parc national de l’Arctique russe ont mis au jour les vestiges d’une base secrète nazie sur l’île isolée d’Alexandra Land, abandonnée au cours des dernières phases de la Seconde Guerre mondiale.

Publicités

Des armes à l’uranium appauvri ont été utilisées par les États-Unis en Syrie, révèle le site Foreign Policy

Initialement publié sur Aphadolie : ? L’armée étasunienne aurait tiré des milliers de munitions à uranium appauvri contre des camions-citernes alors que des munitions classiques auraient suffi. Ce serait la première utilisation avérée de telles armes depuis l’invasion de l’Irak en 2003. Des sources officielles ont confirmé que les Etats-Unis avaient eu recours à des munitions…

via Des armes à l’uranium appauvri ont été utilisées par les États-Unis en Syrie, révèle le site Foreign Policy — La vérité est ailleurs

Nucléaire iranien: Donald Trump se retire de l’accord

En route vers la Guerre!…?

 

Le président américain quitte l’accord signé en 2015 avec l’Iran et les grandes puissances.

 

Donald Trump a déclaré depuis la Maison-Blanche se retirer du JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action). Le texte signé en 2015 par Barack Obama prévoit qu’en échange d’une levée progressive des sanctions, Téhéran ne se dote pas de l’arme nucléaire.

Quinze mois après son arrivée au pouvoir, Donald Trump risque de se mettre à dos une grande partie de la communauté internationale en remettant en cause ce texte, conclu en 2015 après 21 mois de négociations acharnées, par Téhéran et les grandes puissances (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni, Allemagne).

« Le président Rohani lui donnera (Trump) la réponse de l’Iran dès ce soir » à la télévision d’État, a déclaré un responsable iranien sous couvert d’anonymat, sans préciser l’heure exacte de l’intervention de Hassan Rohani.

Un retrait prévisible

« Il me paraît assez évident » qu’il va rétablir les sanctions, résumait lundi soir à Washington un diplomate européen.

Emmanuel Macron, avait tenté de raisonner le président américain. Il lui avait proposé lors de son déplacement aux États-Unis le 24 avril de négocier un « nouvel accord » avec l’Iran pour répondre aux inquiétudes américaines, d’une portée plus large. À l’issue de sa visite à Washington, le président français n’avait pas caché son pessimisme : selon lui, Donald Trump risquait de claquer la porte « pour des raisons de politique intérieure ».

Le président français doit s’entretenir avec Angela Merkel et Theresa May à 19h30 annonce l’Élysée.

Alerte Fukushima :les retombées continuent pendant que les travailleurs employés au nettoyage réclament des salaires impayés

Le mois dernier, Tokyo Electric Power a été condamné à payer $ 500,000 compensation, maintenant les travailleurs poursuivent pour l’argent promis…en compensation pour le danger mortel de leur travail.

Travailleurs construisant un mur de glace à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi,
Travailleurs construisant un mur de glace à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi,

 

Le filet juridique a commencé à se  serrer autour du cou  de l’opérateur de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi ,TEPCO, alors que des victimes de l’accident, et les responsables de l’effacer en place , déposent  leurs griefs devant les tribunaux.

La semaine dernière, Tokyo Electric Power (Tepco) a déclaré qu’il ne soutiendrait pas une décision de justice condamnant à payer près de 500.000 dollars en compensation à la famille d’une femme qui s’est suicidée deux mois après être forcée de fuir son domicile près de l’usine.

Cette demande, qui pourrait ouvrir la voie à des combinaisons similaires, a été suivie d’une tentative sans précédent de quatre travailleurs de  Fukushima Daiichi , de poursuivre TEPCO  pour les salaires impayés.

Les deux premiers et deux travailleurs actuels, âgés entre   30 à 60 ans , affirment que Tepco et ses sous-traitants n’ont pas réussi à s’assurer qu’ils ont payés les  indemnités de danger (obligatoires), en plus de leur salaire régulier.

Dans la première contestation judiciaire du genre contre Tepco, les quatre hommes, qui ne sont pas nommés et portaient des masques en cour de  justice par crainte de représailles de leurs employeurs, réclament plus de  $ 600,000 en salaires impayés de Tepco et plusieurs de ses entreprises partenaires.

L’avocat des hommes a dit qu’il croyait qu’il  pourrait poursuivre TEPCO au nom des 6.000 travailleurs – dont la plupart travaillent pour des entrepreneurs – impliqués dans la conduite dangereuse de la compagnie  depuis 40 ans  pour  éviter de faire  déclasser la centrale .

« Il y a un an, le premier ministre a dit au monde que Fukushima était sous contrôle. Mais ce n’est pas le cas », a déclaré Tsuguo Hirota  à Reuters. «Les travailleurs ne reçoivent pas,telle que  promise, la prime de risque et les travailleurs qualifiés quittent. C’est devenu un endroit pour que des amateurs, et qui doit inquiéter toute  personne qui vit près de l’usine. »

La nature dangereuse du travail pour contrôler le flux de l’eau radioactive , et de préparer les réacteurs endommagés pour l’élimination du combustible nucléaire fondu  a forcé  Tepco d’annoncer,à  la fin de l’année dernière qu’il doublerait les  paiements quotidiens de l’argent de danger à 200 $ par travailleur.

Mais les ouvriers employés par quelques-unes des 800 entreprises impliquées dans le démantèlement de Fukushima Daiichi disent que l’argent supplémentaire est retenu par les entrepreneurs et les sous-traitants, qui prétendent qu’ils ont besoin d’argent supplémentaire pour garder leurs entreprises à flot.

«Ma santé pourrait souffrir un jour … Je crois qu’il y a beaucoup de gens qui ne peuvent pas parler de ce genre de problème, » que l’un des travailleurs a dit au  radiodiffuseur public NHK. «Je peux me faire virer ou peut-être  qu’on ne me donnera  plus de travail. Mais j’espère que les gens vont prendre cela comme une occasion de s’exprimer et de se faire  payer. »

Les travailleurs et les citoyens  ont ouvert un nouveau front dans la bataille juridique contre Tepco, qui devrait payer plus de 48 milliards de dollars en compensation aux résidents touchés par la catastrophe Mars 2011, et des milliards de plus sur la décontamination et le démantèlement.

Le mois dernier, le pannel  judiciaire de citoyens a décidé que trois anciens dirigeants de Tepco doivent faire face à des accusations criminelles au cours de la catastrophe. Les procureurs doivent répondre à la commission par le mois prochain (octobre 2014).

Sources: the Guardian

Tokyo: une campagne électorale corrompue sous influence nucléaire

Une mascotte qui a beaucoup servie en campagne électorale.Une publicité sympathique  soudoyée par TEPCO.
Une mascotte qui a beaucoup servie en campagne électorale.Une publicité sympathique soudoyée par TEPCO.

En ce 9 février 2014,presque 3 ans après le plus grand désastre  nucléaire de l’histoire, le  vote pour un nouveau maire pour la ville de Tokyo a donné le camp pro-nucléaire,comme vainqueur.Ce qui  a été appelé un «référendum nucléaire » a vu des promesses politiques néolibérales par un premier ministre discrédité par les scandales et les mensonges,M.Abe,l’emporter par le double de voix sur leurs opposants « anti-nucléaires ».

Dégats causés à la grande centrale de Kashiwasaki-Kariwa en 2007.Voyez l'intensité des fuites diverses.
Dégats causés à la grande centrale de Kashiwasaki-Kariwa en 2007.Voyez l’intensité des fuites diverses.

Les candidats peuvent être pour ou contre l’énergie nucléaire,mais la réalité est que pour les citoyens de Tokyo, il y a très peu de possibilités ,à part  des  centrales nucléaires pour fournir de l’énergie pour les lumières vives de la ville.La  Fidélité Capitaliste en la Croissance Économique Sacrée et Illimitée jusqu’à la Fin des Temps l’exige. Les consommateurs de Tokyo ,car c’est ainsi qu’il faut les appeler,ces consommateurs  qui votent majoritairement aux élections , doivent savoir que seule une  petite poignée de centrales nucléaires qui peuvent fournir de l’énergie à la métropole, sont encore candidats pour le redémarrage.Rappel: Actuellement, aucune des 48 centrales nucléaires du Japon sont en ligne. Le Japon a complètement disparu  de l’horizon  nucléaire. Mais 16 centrales sont désignées pour que l’application de l’énergie nucléaire  redémarre (plan du  1 Février 2014 (l pdf) ). Parmi elles , deux seulement seraient  capables immédiatement de  fournir de l’électricité à Tokyo. Ce sont les réacteurs 6 et 7 dans la centrale géante de  Kashiwasaki Kariwa ,non  loin la préfecture de Niigata. Toutes deux ont été secouées par le  grand tremblement de terre en 2007, donc nous savons qu’elles ne sont pas encore confirmées pour être sûres et sécuritaires  en tant  que telle. Il n’y avait pas d’autres réacteurs  à mettre sous la dent  des  consommateurs-électeurs de Tokyo avec de l’énergie nucléaire sur  ​​le point d’être renouvelée.

Kashimakaski-Kawima

De nombreux journalistes étrangers avaient fait la  tournée en 2008,de  la plus grande centrale nucléaire du monde à Kashiwazaki Kariwa ,dans la préfecture de Niigata, à l’ouest du Japon. Il dispose de sept réacteurs nucléaires importants qui  sont actuellement en cours de nombreuses réparations après le terrible tremblement de terre en Juillet 2007, . Le directeur  de Tepco, la compagnie d’électricité qui gère la centrale, a été déroutant au premier abord ,…et il est clair que le préjudice était plus grave que prévu initialement rapporté. Au centre d’accueil , beaucoup de gens ont  été surpris de voir des familles avec de jeunes enfants. Les écrans ont varié de très technique à  tout simplement merveilleux – pour les tout-petits. Il y a des activités et des salles de jeux, ainsi que du personnel qualifié ,clairement entraîné  à faire face à toutes sortes de problèmes . Mais l’intérêt de nombreux journalistes  n’était pas présent , jusqu’à ce que  le guide  touristique (payé par TEPCO) a commencé à expliquer  l’ensemble des risques encourus sur les sérieux dommages aux sept réacteurs. En 2008,ces journalistes  n’étaient  pas autorisés à quitter le bus qui est  passé  devant chacun des sept grands immeubles en béton, et le guide de l’autobus  a constaté que le bureau complexe avait été tellement endommagé que le personnel a travaillé depuis un bâtiment préfabriqué qui a rapidement été érigé. 

Le sol de la grande centrale avait été sérieusement fragilisé lors du tremblement de terre de 2007.
Le sol de la grande centrale avait été sérieusement fragilisé lors du tremblement de terre de 2007.

Les enfants du Japon apprennent  comment faire face à des tremblements de terre dans de nombreuses situations, mais cette visite  a fait demandé aux visiteurs étrangers  si quelqu’un ne peut jamais être suffisamment préparé pour une grande catastrophe  nucléaire  . Une meilleure leçon, bien sûr, serait d’enseigner la conservation de l’énergie et du remplacement des énergies fossiles et  la production d’énergie renouvelable à la prochaine génération. Si vous n’avez pas visité une centrale nucléaire, je pense que vous êtes absent  et en dehors d’une partie importante de la culture contemporaine. Ils offrent des leçons de physique quantique, de l’ingénierie intelligente, des normes de sécurité et unième (ISO 14001 et ISO 9001 sont appliqués à Kashiwazaki Kariwa) tout en donnant un aperçu de la folie humaine. 

La mascotte  qui unit le rat et l'écologie ..est symptomatique de la culture capitaliste japonaise.
La mascotte qui unit le rat et l’écologie ..est symptomatique de la culture capitaliste japonaise.

Cette mascotte de rat comme  animal mignon à cette centrale particulier est appelé Ecoron.En guise de bienvenue ,les panneaux publicitaires  utilisent son ‘image et les visiteurs peuvent essayer des quiz sur  Ecoron  et gagner des prix (beaucoup ont  gagné des mouchoirs de coton). Pendant ce temps, le centre d’accueil affiche également la fierté dans le fait que c’est la plus grande centrale nucléaire du monde. Cela ne me dérange pas si certaines personnes pensent que l’énergie nucléaire  vaut  la peine d’être appelé « éco » mais au moins ils ont besoin de venir nettoyer (jeu de mots) sur les horreurs de dégâts d’irradiation et les difficultés d’assurer l’élimination à long terme des déchets radioactifs.

Le réacteur principal de la plus grande centrale nucléaire au monde aurait subi plus de 156  bris et fuites diverses lors du séisme de 2007.Ils ne sont toujours pas réparé et les coûts avoisinent les milliards de dollars.
Le réacteur principal de la plus grande centrale nucléaire au monde aurait subi plus de 156 bris et fuites diverses lors du séisme de 2007.Ils ne sont toujours pas réparé et les coûts avoisinent les milliards de dollars.

TEPCO une compagnie dont tous se méfient

Le maire de  Niigata n’est pas heureux à l’idée que ses deux réacteurs nucléaires restants peuvent être renouvelées.Le gouverneur de  Niigata , Hirohiko Izumida,a  carrément appelé le plan « une tarte venant du  ciel », selon Asahi Shimbun : Izumida a rencontré le président de TEPCO Naomi Hirose, le 16 janvier 2014 , pour entendre comment la société prévoit de se remettre de l’accident de la centrale  nucléaire  No 1 , causé par le grand  tremblement de terre  de 2007 et le tsunami du  11 Mars 2011. « Les actionnaires et les banques n’ont pas pris la responsabilité (de l’accident), et il est un plan ridicule du point de vue de la sécurité », a déclaré Izumida lors de la réunion. Le gouverneur n’a jamais caché sa méfiance de l’utilitaire.Il s’est fortement opposé quand TEPCO a annoncé en Juillet 2013 pour présenter une demande à l’Autorité de réglementation nucléaire des contrôles pour déterminer si les réacteurs  n ° 6 et 7  de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa avaient  respecté nouvelles normes de sécurité du gouvernement. Izumida était furieux parce que le responsable (TEPCO)  a omis d’aviser au préalable le gouvernement de la préfecture de Niigata qu’elle avait l’intention de soumettre la demande, une partie du processus vers la reprise des activités dans les deux réacteurs.Bien que le gouverneur n’a pas  conditionnellement approuvé  le dépôt de la demande en Septembre 2013, il a longtemps insisté pour qu’il ne consentirait à la reprise de l’exploitation du réacteur qu’après  que l’enquête et  l’examen de l’accident nucléaire de Fukushima soient terminés. Izumida a  particulièrement critiqué le fait que TEPCO n’a pas encore  expliqué  clairement pourquoi il a fallu près de deux mois après le début de la catastrophe nucléaire  pour admettre que les effondrements se sont produits à la centrale de Fukushima. »Un point important de l’examen de l’accident est de déterminer si (TEPCO) est une société  à qui  on peut faire confiance », a déclaré Izumida,le  15 janvier 2014. Pour sa part, TEPCO espère que le NRA pourra bientôt déterminer que  l’installation est conforme aux normes de sécurité plus strictes pour que les deux réacteurs puissent être redémarrés en Juillet ou Août 2014 . TEPCO espère également ramener en ligne les réacteurs  n ° 1 et 5  en Février 2015 après que les mises à jour de sécurité soient finies . Les maires des deux communes qui hébergent l’usine de Kashiwazaki-Kariwa  ont également précisé qu’ils ont besoin d’être  plus rassuré avant de donner leur consentement à la reprise des opérations. « Une condition préalable importante sera la mise en œuvre de mesures visant à garantir la sécurité de l’usine, » a dit le maire de  Kashiwazaki , Hiroshi Aida. Le maire de Kariwa , Hiroo Shinada ,a dit  que le plan de TEPCO ne conduira pas automatiquement au  redémarrage du réacteur. « Le plan de reconstruction est la base pour l’injection de fonds publics par le gouvernement central, tandis que la reprise des activités à l’usine est une question complètement différente,» dit-il. Comme pour le reste, comme le très controversé  réacteur de Hamaoka ,au sud-ouest de Tokyo, ils ont récemment construit un énorme mur de  22 mètres de haut, en espérant que cela  pourra arrêter un tsunami potentiel. Et cela, ne pourrait pas offrir  d’énergie supplémentaire aux résidents de Tokyo avec leurs coutumes   de chauffer  leurs toilettes, des climatiseurs, des gadgets rechargeables, ou autre. Et je sais qu’il y a un certain nombre de propriétaires d’usines et les entreprises qui espèrent pour de  l’électricité pas cher, mais ça ne va pas se produire.Cela est bel et bien chose du passé.

……………………………………………………………….

Victoire du camp nucléaire à Tokyo

Le candidat antinucléaire,Morihiro Hosoikawa.
Le candidat antinucléaire,Morihiro Hosoikawa.

L’élection d’un homme soutenu par Shinzo Abe au poste de gouverneur de Tokyo devrait conforter  le premier ministre dans sa volonté de redémarrer une partie des réacteurs japonais.

 

Les antinucléaires voulaient faire de l’élection municipale de Tokyo, tenue dimanche, un référendum sur l’atome. Pari perdu: Morihiro Hosokawa, le chef de file des partisans du «zéro nucléaire», a recueilli deux fois moins de voix que son principal opposant Yoichi Masuzoe. Le soutien à la cause antinucléaire du charismatique Junichiro Koizumi, ancien premier ministre auréolé d’une popularité sans faille, n’a pas convaincu les Tokyoïtes qui dépendent pour leur énergie de centrales éloignées de la capitale.

La victoire sans scrupule de Abe et de l'argent détournée des fonds publics par TEPCO.
La victoire sans scrupule de Abe et de l’argent détournée des fonds publics par TEPCO.

Le résultat de Tokyo est, néanmoins, davantage un produit de la désorganisation de l’opposition qu’une adhésion franche à cette énergie: «les candidats antinucléaires ont totalisé 1,9 million de voix, contre 2,1 millions pour les candidats pronucléaires», observe Dan Harada, membre du Parti libéral-démocrate (majorité). La main sur le cœur, Yoichi Masuzoe a assuré durant la campagne vouloir sortir du nucléaire «un jour». Malgré le traumatisme de Fukushima en 2011, les Japonais continuent donc de se dire pour l’abandon du nucléaire dans les sondages, mais votent pour les partisans du redémarrage des centrales à chaque consultation électorale locale, même près du lieu du sinistre.

Pourtant,le 19 septembre 2011,des milliers de personnes manifestaient contre le nucléaire ,à Tokyo.La propagande  de l'économie néolibérale fasciste aura pris le dessus.
Pourtant,le 19 septembre 2011,des milliers de personnes manifestaient contre le nucléaire ,à Tokyo.La propagande de l’économie néolibérale fasciste aura pris le dessus.

Le ministère de l’Industrie avoue sans fard son soutien à l’industrie nucléaire, devenue aussi un important secteur exportateur pour le Japon. En fin politique, le premier ministre, Shinzo Abe, a toutefois repoussé de quelques mois la présentation de la stratégie énergétique japonaise sur vingt ans, qui devait avoir lieu en janvier. Ce document doit officiellement annoncer le retour du nucléaire au premier rang des sources énergétiques de l’Archipel. Selon nos informations, il ne devrait pas, pour la première fois, mentionner d’objectif de ratio nucléaire dans le «mix énergétique» nippon, se contentant d’évoquer sa nécessité pour lutter contre le réchauffement climatique. Le scrutin de Tokyo demeure une excellente nouvelle pour le gouvernement. L’année 2014 doit être celle du redémarrage d’une part importante du parc nucléaire nippon, et une victoire de Morihiro Hosokawa aurait gelé le monde politique pendant des années sur ce sujet. La nouvelle autorité de sûreté nucléaire a sur son bureau seize demandes de rallumage. La plupart des gouverneurs des préfectures où sont ces centrales, qui doivent autoriser leur redémarrage, sont d’accord. Et Shinzo Abe veut aller vite. Chaque mois, le déficit commercial du pays, conséquence de la chute du yen face au dollar et des importations énergétiques hors nucléaire, se creuse.

Le parti antinucléaire aura quand même mené une grande bataille populaire avec peu de moyens financiers.
Le parti antinucléaire aura quand même mené une grande bataille populaire avec peu de moyens financiers.

Mais toute interférence du gouvernement avec le processus de décision de l’Autorité de sûreté nucléaire, institution née dans la douleur de Fukushima, serait désastreuse au Japon et à l’étranger. Le gouvernement doit donc ronger son frein. Selon les experts nucléaires, seulement 2 ou 3 centrales pourront être redémarrées avant l’été, saison du «pic» de consommation énergétique nippon. Dans les faits, le Japon est en train de terminer l’hiver sans énergie nucléaire.

Sources : Asahi Simbun,le Figaro

Alerte nucléaire: un réacteur nucléaire au bord de la catastrophe

Corée du Nord  réacteur nucléaire

La centrale nucléaire en question...vue  de l'espace.
La centrale nucléaire en question…vue de l’espace.

La Corée du Nord  mène des travaux sur le réacteur nucléaire de Yongbyon, qui est dans un « état épouvantable », une situation risquant d’entraîner « une catastrophe » dans la péninsule coréenne, a indiqué une source russe citée par les agences de presse. « Il est évident que des travaux sont menés là-bas depuis longtemps. Certains signes montrent que cela va vers le redémarrage », a indiqué cette source diplomatique. « Le réacteur, qui est une construction des années 1950, est dans un état épouvantable », a souligné cette source. La Russie s’est dite inquiète des conséquences de cet éventuel redémarrage pour la région. « Cela pourrait avoir des conséquences terribles pour la péninsule coréenne, entraîner une catastrophe », a ajouté la source russe. « Nous n’avons pas de données prouvant que le réacteur est redémarré », a toutefois souligné la source russe.

Un groupe de réflexion américain a affirmé mercredi que la Corée du Nord semblait avoir redémarré un réacteur nucléaire de la centrale de Yongbyon qui produit du plutonium, ce qui devrait permettre au régime d’accélérer son programme d’armement. Une photo prise par satellite le 31 août montre de la vapeur s’échappant d’un bâtiment adjacent au réacteur d’une puissance de cinq mégawatts sur le complexe nucléaire de Yongbyon, a indiqué l’Institut américano-coréen de l’université Johns Hopkins.

« Viol des résolutions de l’ONU« 

Le cliché montre que la Corée du Nord « semble avoir fait redémarrer le réacteur », ont précisé les chercheurs Nick Hansen et Jeffrey Lewis sur le blog de l’institut. Le réacteur « est capable de produire 6 kilos de plutonium par an que Pyongyang pourrait utiliser pour lentement accroître la taille de son arsenal nucléaire », ont-ils poursuivi. La Corée du Nord avait annoncé en avril dernier le redémarrage prochain de ce réacteur nucléaire, arrêté en 2007 dans le cadre d’un accord international soutenu par les États-Unis. Les révélations concernant le réacteur nord-coréen interviennent au moment où les houleuses relations internationales avec la dictature nord-coréenne connaissent une légère accalmie, après un troisième essai nucléaire en février suivi de menace d’attaque des États-Unis.

« S’il s’avère que ces informations sont exactes et que la Corée du Nord a relancé son réacteur au plutonium d’une puissance de 5 mégawatts, il s’agirait d’un problème très grave », a déclaré à la presse l’émissaire américain pour la Corée du Nord, Glyn Davies, après avoir rencontré des responsables du ministère nippon des Affaires étrangères. Il s’agirait « d’une erreur de la part de la Corée du Nord, parce que cela viole évidemment les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies », a-t-il souligné. « Cela contredit les propres engagements et promesses donnés par la Corée du Nord pendant des années », a noté le diplomate américain, ajoutant que les États-Unis suivaient cela « de très près ».

(Sources: AFP )