Ce que vous allez lire et voir confirme clairement qu’un nouveau ralentissement économique majeur a déjà commencé.

Il y a une semaine, vendredi 03 Juin 2016, le gouvernement américain a publié le pire rapport sur l’emploi depuis 6 ans, et beaucoup de gens ont été horrifiés par cette publication. Mais lorsque vous commencez vraiment à rentrer dans le détail de ces chiffres, vous comprenez alors rapidement que les choses sont encore plus graves que ce que la plupart des analystes laissent entendre. En particulier lorsque l’on analyse le nombre d’emplois à temps partiel aux États-Unis qui a commencé à baisser de manière significative après avoir atteint un sommet en décembre dernier. Alors pourquoi est-ce si important de le signaler ? Eh bien, c’est parce que le nombre d’emplois à temps partiel avait également commencé à décliner brusquement, juste avant les deux dernières récessions.

Vous voyez, lorsque les conditions économiques commencent à se dégrader, les salariés à temps partiel sont souvent affectés avant que les autres ne le soient. ils sont plus faciles à embaucher que d’autres types de salariés, mais ils sont également plus faciles à licencier.

 

Dans le graphique ci-dessous, il y a 3 sommets…, vous pouvez voir que le nombre de salariés à temps partiel avait d’abord atteint un 1er sommet et avait commencé à décliner rapidement avant même que la récession de 2001 n’ait démarré (1ère zone grisée à gauche). Et vous remarquerez aussi que le nombre de salariés à temps partiel avait également atteint un 2nd sommet, puis qu’il avait commencé à décliner rapidement avant même que le récession de 2008 n’ait débuté(2nde zone grisée). Cela montre pourquoi cette main-d’œuvre à temps partiel est considérée comme un “indicateur avancé” de l’économie américaine dans son ensemble. Lorsque le nombre de salariés à temps partiel atteint un pic et qu’ensuite, il commence à baisser de manière constante, c’est clairement une alerte majeure. Et voilà pourquoi il est extrêmement inquiétant de constater à nouveau que ce nombre de salariés à temps partiel avait atteint un sommet en Décembre 2015 et surtout, qu’il ait commencé à baisser un peu depuis…

 
http://research.stlouisfed.org/fred2/graph/graph-landing.php?g=4FHU

Bien sûr, j’ai averti les gens de ce nouveau ralentissement économique et ce depuis le milieu de l’année 2015. Cela fait 18 mois d’affilée que les commandes à l’industrie américaine sont en baisse, les annonces de licenciements sont en hausse de 24 % par rapport à la même période de l’année 2015, et tout récemment l’entreprise Microsoft a annoncé qu’elle allait supprimer 1.850 emplois alors que le marché des smartphones continue de ralentir.

Sur le mois de mai 2016, l’économie américaine a encore perdu 21.000 emplois à temps partiel, et depuis décembre 2015, elle en a quasiment perdu 64.000.

Il faut bien comprendre que si un nouveau ralentissement économique avait déjà commencé, c’est précisément ce à quoi il faudrait s’attendre. Ce qui suit sont quelques observations faites par Wolf Richter

US-recession-300x180

les entreprises sont confrontées à une baisse des commandes, elles réduisent donc en premier lieu leur recours à l’intérim. Les ventes des entreprises américaines sont en baisse constante depuis mi-2014. La productivité a été mauvaise et la situation s’aggrave. Les bénéfices sont en baisse pour le quatrième trimestre consécutif. Les entreprises constatent que la demande pour leurs produits est en train de faiblir, de sorte que la réduction des coûts a commencé. Les premiers à partir et à en subir les conséquences sont ces malheureux salariés à temps partiel.

Un autre indicateur montre de gros problèmes pour les salariés américains, c’est le labor market conditions index (un concentré de 19 indicateurs du marché du travail qu’a crée la Fed il y a un 18 mois environ)… Il suffit de consulter ce graphique provenant du site zerohedge, qui montre que cet indice a baissé d’un mois sur l’autre sur les 5 derniers mois consécutifs. Depuis la dernière récession, nous n’avons jamais vu une telle situation se produire…

20160606_LMCI

Alors que je mets en garde depuis des mois, les mêmes événements dont nous avions été témoins juste avant la dernière grande crise économique (2007/2009) se produisent à nouveau sous nos yeux.

Peut-être que vous avez une foi aveugle en Barack Obama, en la Réserve fédérale et en certains de nos «leaders», et sans doute, vous êtes convaincu que tout va bien se passer en quelque sorte, mais il y en a d’autres qui font tout ce qu’ils peuvent pour se préparer à l’avance afin de faire face à l’éventualité inverse.

Cela peut vous surprendre d’apprendre que George Soros est l’un d’entre eux.

Selon les derniers communiqués de presse, George Soros a vendu des paquets d’actions et a ensuite investi d’énormes quantités d’argent dans l’or ainsi que dans des actions de sociétés aurifères

gold-or-pièce-300x162

Peut-être que le meilleur argument en faveur de l’Or est le légendaire investisseur américain et milliardaire George Soros, qui a récemment vendu 37% de ses actions pour acheter aussitôt de l’or ainsi que des actions de mines d’or.

“George Soros , qui parlait jadis de “Bulle ultime” sur l’or, a repris ses achats du métal précieux après une interruption de trois ans. Lundi, l’investisseur milliardaire a révélé que sur le premier trimestre, il avait acheté pour 1,05 million d’actions de SPDR Gold Trust, le plus grand fonds indiciel adossé à l’or dans le monde, évalué à environ 123,5 millions de dollars, selon ce qu’ont publié Fortune et Reuters mardi 17 mai 2016.

George Soros n’a pas fait fortune n’importe comment.

De toute évidence, il sent que quelque chose d’important va arriver, et il effectue en conséquence, les mouvements qui lui paraissent les mieux appropriés.

Si vous pensez que le gouvernement va faire une grande annonce pour vous expliquer que la récession a déjà débuté, eh bien, vous risquez probablement d’attendre longtemps avant que cela n’arrive.

Habituellement, et c’est ce qu’on ne vous dit pas, le gouvernement attend toujours qu’une récession se soit produite sur une période prolongée de temps avant d’expliquer et d’informer qu’elle vient de commencer.

Par exemple, si on remonte au milieu de l’année 2008, Ben Bernanke, alors président de la Réserve Fédérale américaine avait insisté sur le fait que l’économie américaine ne se dirigeait pas vers une récession, même si nous avions compris bien plus tard que nous étions déjà en récession au moment où Ben Bernanke avait tenu cette infâme déclaration.

Sur mon site, j’ai publié tous les signaux d’alerte qui indiquent clairement qu’une nouvelle récession est déjà là depuis des mois.

Vous pouvez faire comme Ben Bernanke en 2008 et enfouir votre tête dans le sable et faire comme si rien ne se passait, ou vous pouvez évaluer honnêtement la situation actuelle et ajuster vos stratégies en conséquence comme George Soros est en train de le faire.

Bien entendu, je ne suis absolument pas un fan de George Soros. Les choses louches qu’il a effectué pour promouvoir la gauche radicale dans le monde entier sont bien connus. Mais si on parle de lui comme étant un investisseur futé, ce n’est pas non plus sans raison.

Le Venezuela sombre dans le chaos. L’effondrement économique est tellement fort que les gens en sont rendus à chasser les chiens comme les chats pour se nourrir. Dans la majeure partie du reste du monde, les choses sont loin d’être aussi négatives, et elles ne le seront pas pendant un certain temps encore. Mais sans nul doute, l’économie mondiale s’oriente dans la mauvaise direction, et le rythme s’accélère.

Actuellement, nous avons deux catégories de gens, il y a ceux qui sont déjà prêts, et les autres qui sont convaincus que tout va bien se passer et qu’il n’y a pas besoin de se préparer et d’anticiper quoi que ce soit.

En fin de compte, la plupart des gens finissent par croire à ce qu’ils veulent croire, et nous ne sommes plus très loin de cette période où ces choix auront de graves conséquences.

Source: theeconomiccollapseblog

 

Publicités