Révélations publiques d’un haut gradé de l’espionnage allemand : Clinton et Merkel projettent de bombarder l’inauguration de Trump

Le Service de renseignement et du contre-espionnage militaire allemand,Militärischer Abschirmdienst (MAD) a dévoilé un complot conçu par la chancelière Angela Merkel et l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton pour bombarder les cérémonies d’inauguration du 20 janvier 2017 du président élu Donald Trump et d’en attribuer la responsabilité aux terroristes islamistes opérant en Syrie. Un autre cas classique d’attentat sous faux drapeau : lescommanditaires restent cachés, les exécutants kamikazes sont toujours les mêmes ânes bâtés, les islamistes.

Dès la découverte de ce complot par le Service des Renseignements Extérieurs russe (SVR), le vice-ministre des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov en a immédiatement informé l’équipe de Trump aujourd’hui, 30 novembre à 12h35 (heure de Moscou, soit GMT + 3). Cependant, Bogdanov s’est contenté de déclarer publiquement : «Ce sont différentes personnes que nous connaissons depuis longtemps déjà».

Alors que le président élu Trump préfère une coordination américano-russe pour lutter contre le terrorisme, Merkel et Clinton y ont été, depuis toujours, opposées. Trump peut compter sur le soutien  des chefs d’état-major interarmées du Pentagone pour ce rapprochement entre les forces militaires américaines et russes. D’ailleurs, ce personnel du Pentagone, très haut placé, a indirectement fourni aux militaires syriens des informations sur les extrémistes islamistes via la Russie dans leur crainte que, si le régime d’Obama-Clinton réussit à évincer Bachar al-Assad, cela engendrerait le chaos total en Syrie, au Moyen-Orient et pourrait déclencher la guerre mondiale III.

clinton-merkel

Avec le soutien de Mme Merkel et de Clinton pour l’avènement d’un nouvel ordre mondial féminin, les analystes militaires allemands de MAD se sont alarmés lorsque la chancelière Merkel a ordonné au ministère fédéral de l’Environnement (BMUB) de transférer 4,5 millions d’euros  à l’organisation internationale de blanchiment de capitaux connue sous le nom de la Fondation Clinton, à peine 5 semaines avant les élections présidentielles américaines du 8 novembre. [1]

Dans le cadre de leur enquête sur le transfert par Merkel de cet argent à la Clinton, les enquêteurs militaires de MAD ont découvert que ce paiement illégal avait été «approuvé comme légal» par un fonctionnaire de l’Office fédéral pour la protection des Constitution (BfV).

Or, ce fonctionnaire du BfV qui a illégalement approuvé ce transfert des fonds du BMUB à la Fondation Clinton, n’avait été employé au ministère que depuis avril 2016. Avant cela, il était employé à la Deutsche Bank. Lorsqu’il travaillait à la Deutsche Bank il avait autorisé le paiement à la Clinton de 485.000 $,  paiementjustifié dans le livre comptable de la  banque comme «frais de discours».

 

ue-merkel

Pour des raisons qui n’ont pas encore été déterminées, cet ex fonctionnaire de la Deutsche Bank a obtenu une «autorisation de sécurité spéciale» par le bureau de la chancelière Merkel, et qui, en plus, l’a infiltré dans le BfV. Mais les agents de renseignement militaire du MAD l’ont constamment surveillé.

C’est ainsi qu’ils ont découvert que cet individu avait des communications secrètes avec les terroristes islamistes, et ont  découvert que ces derniers projetaient aussi de bombarder le quartier général du BfV.

 

Bien que les détails exacts de ce monstrueux complot  Clinton-Merkel-Deutsche Bank ne soient pas divulgués, les analystes russes du renseignement signalent cependant que les attaques terroristes prévues comprennent non seulement le siège du BfV, mais aussi les cérémonies d’inauguration prévues pour le 20 janvier 2017 à Washington DC, lorsque le président élu Trump devrait prendre le pouvoir.

Actuellement, cet espion terroriste de Clinton-Merkel est maintenant en détention et il a été  remis au bureau du procureur de Düsseldorf.  Il aurait déjà fait une «confession partielle» pour ses nombreux crimes, et cela devrait inclure la tentative d’assassinat d’un président américain.

Angela Merkel, pilier d’un complot européen anti-Trump, avec l’apport financier de George Soros

Certaines forces aux États-Unis confèrent un rôle spécial à l’Allemagne et surtout à sa chancelière Angela Merkel dans la lutte contre le nouveau président américain Donald Trump, d’après l’ex-secrétaire d’État allemand à la défense Willy Wimmer.

Pour certains hommes politiques américains, la chancelière allemande Angela Merkel est le « dernier pilier de la résistance au nouveau président américain Donald Trump » en Europe, a déclaré vendredi, à Sputnik, Willy Wimmer, ex-vice-président de l’OSCE et ancien secrétaire d’État allemand à la défense.

« Je suis prêt à souscrire aux propos émis par un professeur américain dans une interview au journal Süddeutsche Zeitung. Ce professeur Davis a fait partie de l’équipe des conseillers d’Hillary Clinton pendant sa campagne électorale. Il a clairement indiqué que beaucoup dépend actuellement de l’ingérence allemande dans les affaires intérieures des États-Unis. Selon lui, Mme Merkel joue le rôle du « dernier pilier de la résistance au nouveau président américain Donald Trump » », a indiqué M. Wimmer.

Selon M. Wimmer, il existe un « complot » anti-Trump aux États-Unis et en Europe et l’Allemagne s’y voit réserver une place de choix. Ce n’est pas par hasard que le président américain sortant Barack Obama, en tournée en Europe, a préféré se rendre à Berlin pour rencontrer Angela Merkel au lieu d’aller à Bruxelles, la capitale de l’Union européenne.

« Nous voyons que l’Amérique est gouvernée par des forces qui s’accrochent au pouvoir malgré l’élection d’un nouveau président et poursuivent leur politique présentant un danger pour le monde entier (…). Une sorte d’ »establishment militaire » des démocrates et républicains s’est formé à Washington. Ils font tout pour passer des menottes virtuelles aux mains du président et lui faire comprendre qu’il ne pourra pas changer la politique belliqueuse des dernières années qui a pris forme sous la présidence Obama », a déclaré l’expert. Selon M.Wimmer, le milliardaire George Soros « et ses amis ne cachent pas qu’ils débloqueront des fonds considérables pour lutter contre le président élu des États-Unis ».

« Cela rappelle une « politique collective » qu’on n’a pas vue depuis 1945. Il est clair que l’Allemagne y participe très activement, puisque le New York Times en a déjà parlé : « Mme Merkel est l’élément central de la résistance à M. Trump » (…). Si on analyse les déclarations faites la semaine dernière par Mme Merkel à propos de la présidentielle américaine, on comprend qu’elle est prête à jouer ce rôle », a noté l’expert.

election-de-donald-trump-une-rebellion-americaine-analyse

NOTES 

[1] Le contribuable allemand a versé 2,4 M EUR à la Fondation Clinton sans le savoir

Les contribuables allemands s’avèrent avoir versé plus de deux millions d’euros à la Fondation Clinton. Seul problème: personne n’était au courant de cette contribution, pas plus qu’on ne sait à quoi servira cet argent. Le député du Bundestag Niema Movassat, s’est attaqué à cette question. De 2013 à mai 2016, l’organisation gouvernementale allemande Société de la coopération internationale (GIZ) a investi 2,4 millions d’euros dans la Fondation Clinton, une somme qui provient des poches du contribuable. La société allemande a-t-elle financé la campagne électorale d’Hillary Clinton ? Le timing semble étrangement correspondre… La GIZ a indiqué dans un communiqué de presse que les fonds en question ont été engloutis, après avoir transité par la Fondation Clinton, par divers projets au Malawi. Le député du Bundestag Niema Movassat, membre de Die Linke (La Gauche) et du Comité de la coopération économique, a interrogé le gouvernement afin de savoir à quoi avaient servi les fonds. « A quelles fins la Société allemande de la coopération internationale (GIZ) a-t-elle versé des fonds à la Fondation Clinton ? Veuillez les énumérer en fonction de la somme, du type de soutien, de l’objectif, de la période. Est-ce que le gouvernement fédéral peut exclure la possibilité que ces fonds aient été utilisés en tant que financement de la campagne électorale ? », a écrit le député. Le gouvernement allemand a une semaine pour donner sa réponse.

La situation éveille donc de grands soupçons alors que les institutions gouvernementales allemandes ne devraient pas s’impliquer pas dans les combats électoraux à l’étranger, estime Niema Movassat. « Les fonds des contribuables sont dépensés pour une fondation privée d’un acteur politique actif — la GIZ doit comprendre de quoi il s’agit ! Et de plus il y a d’autres organisations chargées de tâches similaires, par exemple, les fonds de l’Onu dans lesquelles on pouvait investir plus utilement ». « Je crois qu’il serait plus juste que les institutions gouvernementales allemandes ne s’impliquent pas dans les combats électoraux dans d’autres pays et n’agissent en faveur de personne », poursuit le député. « Il est bien notoire que Mme Clinton, en tant que secrétaire d’État, a été médiatrice lors des contrats de livraison d’armes et ensuite recevait des dons des groupes militaro-industriels. Ou un autre exemple : elle avait des contacts avec un prince héritier bahreïnien et a reçu à la clé un don de 32 millions de dollars du Bahreïn ». 

 

 

 

 

Crise économique mondiale:Enorme, ce qui est en train de se passer:cela précède toujours le début d’une récession.

Ce que vous allez lire et voir confirme clairement qu’un nouveau ralentissement économique majeur a déjà commencé.

Il y a une semaine, vendredi 03 Juin 2016, le gouvernement américain a publié le pire rapport sur l’emploi depuis 6 ans, et beaucoup de gens ont été horrifiés par cette publication. Mais lorsque vous commencez vraiment à rentrer dans le détail de ces chiffres, vous comprenez alors rapidement que les choses sont encore plus graves que ce que la plupart des analystes laissent entendre. En particulier lorsque l’on analyse le nombre d’emplois à temps partiel aux États-Unis qui a commencé à baisser de manière significative après avoir atteint un sommet en décembre dernier. Alors pourquoi est-ce si important de le signaler ? Eh bien, c’est parce que le nombre d’emplois à temps partiel avait également commencé à décliner brusquement, juste avant les deux dernières récessions.

Vous voyez, lorsque les conditions économiques commencent à se dégrader, les salariés à temps partiel sont souvent affectés avant que les autres ne le soient. ils sont plus faciles à embaucher que d’autres types de salariés, mais ils sont également plus faciles à licencier.

 

Dans le graphique ci-dessous, il y a 3 sommets…, vous pouvez voir que le nombre de salariés à temps partiel avait d’abord atteint un 1er sommet et avait commencé à décliner rapidement avant même que la récession de 2001 n’ait démarré (1ère zone grisée à gauche). Et vous remarquerez aussi que le nombre de salariés à temps partiel avait également atteint un 2nd sommet, puis qu’il avait commencé à décliner rapidement avant même que le récession de 2008 n’ait débuté(2nde zone grisée). Cela montre pourquoi cette main-d’œuvre à temps partiel est considérée comme un “indicateur avancé” de l’économie américaine dans son ensemble. Lorsque le nombre de salariés à temps partiel atteint un pic et qu’ensuite, il commence à baisser de manière constante, c’est clairement une alerte majeure. Et voilà pourquoi il est extrêmement inquiétant de constater à nouveau que ce nombre de salariés à temps partiel avait atteint un sommet en Décembre 2015 et surtout, qu’il ait commencé à baisser un peu depuis…

 
http://research.stlouisfed.org/fred2/graph/graph-landing.php?g=4FHU

Bien sûr, j’ai averti les gens de ce nouveau ralentissement économique et ce depuis le milieu de l’année 2015. Cela fait 18 mois d’affilée que les commandes à l’industrie américaine sont en baisse, les annonces de licenciements sont en hausse de 24 % par rapport à la même période de l’année 2015, et tout récemment l’entreprise Microsoft a annoncé qu’elle allait supprimer 1.850 emplois alors que le marché des smartphones continue de ralentir.

Sur le mois de mai 2016, l’économie américaine a encore perdu 21.000 emplois à temps partiel, et depuis décembre 2015, elle en a quasiment perdu 64.000.

Il faut bien comprendre que si un nouveau ralentissement économique avait déjà commencé, c’est précisément ce à quoi il faudrait s’attendre. Ce qui suit sont quelques observations faites par Wolf Richter

US-recession-300x180

les entreprises sont confrontées à une baisse des commandes, elles réduisent donc en premier lieu leur recours à l’intérim. Les ventes des entreprises américaines sont en baisse constante depuis mi-2014. La productivité a été mauvaise et la situation s’aggrave. Les bénéfices sont en baisse pour le quatrième trimestre consécutif. Les entreprises constatent que la demande pour leurs produits est en train de faiblir, de sorte que la réduction des coûts a commencé. Les premiers à partir et à en subir les conséquences sont ces malheureux salariés à temps partiel.

Un autre indicateur montre de gros problèmes pour les salariés américains, c’est le labor market conditions index (un concentré de 19 indicateurs du marché du travail qu’a crée la Fed il y a un 18 mois environ)… Il suffit de consulter ce graphique provenant du site zerohedge, qui montre que cet indice a baissé d’un mois sur l’autre sur les 5 derniers mois consécutifs. Depuis la dernière récession, nous n’avons jamais vu une telle situation se produire…

20160606_LMCI

Alors que je mets en garde depuis des mois, les mêmes événements dont nous avions été témoins juste avant la dernière grande crise économique (2007/2009) se produisent à nouveau sous nos yeux.

Peut-être que vous avez une foi aveugle en Barack Obama, en la Réserve fédérale et en certains de nos «leaders», et sans doute, vous êtes convaincu que tout va bien se passer en quelque sorte, mais il y en a d’autres qui font tout ce qu’ils peuvent pour se préparer à l’avance afin de faire face à l’éventualité inverse.

Cela peut vous surprendre d’apprendre que George Soros est l’un d’entre eux.

Selon les derniers communiqués de presse, George Soros a vendu des paquets d’actions et a ensuite investi d’énormes quantités d’argent dans l’or ainsi que dans des actions de sociétés aurifères

gold-or-pièce-300x162

Peut-être que le meilleur argument en faveur de l’Or est le légendaire investisseur américain et milliardaire George Soros, qui a récemment vendu 37% de ses actions pour acheter aussitôt de l’or ainsi que des actions de mines d’or.

“George Soros , qui parlait jadis de “Bulle ultime” sur l’or, a repris ses achats du métal précieux après une interruption de trois ans. Lundi, l’investisseur milliardaire a révélé que sur le premier trimestre, il avait acheté pour 1,05 million d’actions de SPDR Gold Trust, le plus grand fonds indiciel adossé à l’or dans le monde, évalué à environ 123,5 millions de dollars, selon ce qu’ont publié Fortune et Reuters mardi 17 mai 2016.

George Soros n’a pas fait fortune n’importe comment.

De toute évidence, il sent que quelque chose d’important va arriver, et il effectue en conséquence, les mouvements qui lui paraissent les mieux appropriés.

Si vous pensez que le gouvernement va faire une grande annonce pour vous expliquer que la récession a déjà débuté, eh bien, vous risquez probablement d’attendre longtemps avant que cela n’arrive.

Habituellement, et c’est ce qu’on ne vous dit pas, le gouvernement attend toujours qu’une récession se soit produite sur une période prolongée de temps avant d’expliquer et d’informer qu’elle vient de commencer.

Par exemple, si on remonte au milieu de l’année 2008, Ben Bernanke, alors président de la Réserve Fédérale américaine avait insisté sur le fait que l’économie américaine ne se dirigeait pas vers une récession, même si nous avions compris bien plus tard que nous étions déjà en récession au moment où Ben Bernanke avait tenu cette infâme déclaration.

Sur mon site, j’ai publié tous les signaux d’alerte qui indiquent clairement qu’une nouvelle récession est déjà là depuis des mois.

Vous pouvez faire comme Ben Bernanke en 2008 et enfouir votre tête dans le sable et faire comme si rien ne se passait, ou vous pouvez évaluer honnêtement la situation actuelle et ajuster vos stratégies en conséquence comme George Soros est en train de le faire.

Bien entendu, je ne suis absolument pas un fan de George Soros. Les choses louches qu’il a effectué pour promouvoir la gauche radicale dans le monde entier sont bien connus. Mais si on parle de lui comme étant un investisseur futé, ce n’est pas non plus sans raison.

Le Venezuela sombre dans le chaos. L’effondrement économique est tellement fort que les gens en sont rendus à chasser les chiens comme les chats pour se nourrir. Dans la majeure partie du reste du monde, les choses sont loin d’être aussi négatives, et elles ne le seront pas pendant un certain temps encore. Mais sans nul doute, l’économie mondiale s’oriente dans la mauvaise direction, et le rythme s’accélère.

Actuellement, nous avons deux catégories de gens, il y a ceux qui sont déjà prêts, et les autres qui sont convaincus que tout va bien se passer et qu’il n’y a pas besoin de se préparer et d’anticiper quoi que ce soit.

En fin de compte, la plupart des gens finissent par croire à ce qu’ils veulent croire, et nous ne sommes plus très loin de cette période où ces choix auront de graves conséquences.

Source: theeconomiccollapseblog

 

Internet est mort ,vive Outernet

Un des cubes satellites d'Outernet!
Un des cubes satellites d’Outernet!

 

 

40 % de la population mondiale n’a pas de connexion internet. Dans moins d’un an, cela ne sera plus qu’un vieux souvenir, grâce au projet « Outernet ».

 

L’organisation américaine à but non lucratif Media Development Investment Fund, dont la fondation a été financée en partie par George Soros, a prévu d’envoyer dans le ciel une centaine de cubes-satellites (« cubesats »), de 10 cm d’arête, dès janvier prochain, pour fournir à la planète un accès universel à Internet. 

Pour les fondateurs de cette organisation basée à New York, « le droit à la connaissance est un droit fondamental ». Son directeur, Harlan Mandel, lui, décrit Outernet comme « un projet révolutionnaire qui outrepassera la censure, assurera le respect de la vie privée et offrira un accès universel à l’information, y compris à ceux qui se trouvent hors de portée géographique du réseau aujourd’hui, ou bien qui n’ont pas les moyens de se l’offrir ». Ainsi, si l’on en croit ses dires, les Nord-Coréens et les Chinois pourront-ils, en dépit de la censure qui sévit chez eux, se connecter à Outernet via n’importe quel smartphone ou ordinateur.

Internet restreint

Dès le mois de juin 2014, un petit nombre de ces petits engins satellitaires seront envoyés dans l’espace, en guise de test. Si tout va bien, au mois de janvier 2015, le projet sera opérationnel avec une centaine de cubes-satellites placés en orbite. Puis, pendant les cinq premières années, à moins que des géants de la télécommunication ne fassent un investissement substantiel, il ne s’agira que d’un Internet basique, comprenant des sites d’information, quelques programmes pédagogiques et des messages d’urgence, notamment en cas de catastrophe naturelle. On passera d’un site à l’autre comme on change de chaîne de télévision. Outre le nombre réduit de sites consultables au départ, cette version d’Internet sera restreinte, car l’utilisateur ne (…)

Lire la suite sur LePoint.fr