La Grande Arnaque du COVID 19:Il est temps de faire payer Jeff Bezos

Jeff Bezos

 

Alors que les décès dus au COVID-19 commencent à augmenter, les travailleurs américains décident de riposter . 

Jeff Bezos, qui vaut 100 milliards de dollars, a profité de l’avantage injuste de son entreprise maintenant que de nombreux États ont contraint des magasins de briques et de mortier non essentiels à fermer. 

Amazon a connu une vague de recrutement massive, emballant des milliers de nouveaux travailleurs dans ses entrepôts insalubres et exigus. L’augmentation drastique de la demande et du désir de profiter de la pandémie a conduit les employés, même dans les entrepôts avec des cas confirmés de COVID-19, à passer à travers des quarts physiquement taxés, mal compensés, plus longtemps que d’habitude. Chaque travailleur doit toucher d’innombrables colis chaque jour, sans se voir accorder un équipement suffisant et des mesures de précaution qui pourraient ralentir son efficacité. L’assurance maladie ou la prime de risque qu’ils méritent ne sont pas envisageables. Ce n’est pas seulement dangereux pour les travailleurs, mais cela pourrait aussi propager le virus aux clients à travers notre pays. 

Un certain nombre de facteurs ont donné aux travailleurs américains la confiance nécessaire pour se défendre. Pour le moment, il n’est pas facile pour Amazon de prendre des remplaçants, que ce soit des travailleurs temporaires ou des immigrants . Le nouveau projet de loi de relance du gouvernement fédéral, bien que très défectueux et en baisse du bien-être des entreprises, offre un filet de sécurité décent à ceux qui sont licenciés . Le gel actuel du mondialisme a considérablement affaibli le pouvoir du capital et l’a rendu vulnérable à la résistance des travailleurs.

Amazon a commencé comme un libraire en ligne qui s’est transformé plus tard en un monopole multinational avec 800 000 employés. Amazon est en mesure de conserver son pouvoir en rachetant des concurrents, en soumettant les travailleurs à des conditions du tiers-monde et à peu ou pas d’avantages, et utilise un certain nombre d’échappatoires pour payer 1,2% de ses 14 milliards de dollars de revenus sur les impôts fédéraux, malgré le public massif le fardeau de l’infrastructure cause le modèle commercial d’Amazon.

Quoi que vous pensiez économiser lorsque vous magasinez sur Amazon, vous finissez par payer des impôts sur le revenu pour subventionner les problèmes de main-d’œuvre et d’infrastructure de Jeff Bezos. Les travailleurs d’Amazon sont disproportionnellement plus susceptibles d’avoir besoin de coupons alimentaires , de l’aide sociale, de médicaments et d’autres services sociaux. À Seattle, la présence d’Amazon a causé d’énormes problèmes de circulation et le coût du logement a doublé en six ans .  

Bezos ne fait rien de valeur sociale avec la richesse et le pouvoir personnels qu’il a accumulés. La sélection illimitée de livres qui a mis Amazon sur la carte est désormais, après avoir écrasé ses concurrents, strictement limitée à censurer les livres politiques et historiques des organisations juives et Bezos ne veulent pas que le public puisse lire. Le programme Smiles d’Amazon est géré par des extrémistes anti-blancs et anti-ouvriers au Southern Poverty Law Center. Une nouvelle série produite par sa société, «Hunters», est pro- «antifa», un porno anti-tabac à priser blanc qui célèbre le meurtre grotesque et sadique de «nazis» allemands compris explicitement comme des espaces réservés aux Blancs ordinaires . The Washington Post, un journal autrefois faisant autorité, a été transformé en une version imprimée du Huffington Post sous son commandement. 

Bezos finance des programmes d’ouverture des frontières et 10 milliards de dollars de subventions pour pousser l’austérité verte . Cela peut le protéger de l’opposition totale de la gauche libérale, mais pourquoi ne paie-t-il pas simplement ses impôts et ne fournit-il pas à ses travailleurs des soins de santé, des droits fondamentaux au travail et un salaire décent? 

Au lieu de cela, Amazon mène le monde des entreprises dans une exploitation impitoyable. Le livre de Jessica Bruder, Nomadland , note qu’Amazon encourage la pratique du « Workamping » – des blancs pauvres et souvent plus âgés qui sont obligés de déménager dans des maisons mobiles ou de vivre dans leur voiture et de voyager à travers le pays à la recherche d’emplois temporaires juste pour survivre. Une personne sur quatre dans cette tragique sous-culture travaille pour Amazon, qui reçoit également une subvention fiscale pour son emploi en raison de son âge. La nature physique et répétitive du travail à un rythme élevé pèse sur ces travailleurs, et le livre décrit comment Amazon a des dispensaires d’analgésiques sur les murs du chantier pour les travailleurs à emploi précaire.

Il est maintenant temps pour Bezos de payer. Les revendications avancées par les travailleurs en grève: double prime de risque, congés de maladie payés et plus de pauses, sont du bon sens. Les consommateurs, effrayés par la perspective d’une propagation de la pandémie, font déjà pression sur leur gouvernement pour fermer les entrepôts qui ont connu des épidémies infectieuses, mais Amazon a exigé de rester ouvert.   

C’est en temps de crise que nous apprécions la vraie valeur du travail. Il est temps de le compenser, qu’il s’agisse de «sous-traitants» dans l’économie des concerts ou d’un esclave. Ce sont des vers comme Jeff Bezos dont la présence multinationale et les chaînes d’approvisionnement internationales ont permis la propagation du virus mondialiste et causé des pénuries chroniques par la désindustrialisation. Il est temps que les ploutocrates néolibéraux soient obligés de payer pour le désordre et la misère qu’ils ont causés.  

 


 

EN COMPLÉMENT

Un vice-président d’Amazon démissionne en soutien aux employés sonneurs d’alertes

Amazon a affirmé à maintes reprises que toutes les mesures possibles étaient prises pour assurer la sécurité de ses employés, mais bon nombre d’entre eux affirment le contraire.

 

Le vice-président canadien des services numériques de l’entreprise de commerce électronique Amazon, Tim Bray, démissionne pour dénoncer le licenciement d’employés ayant sonné l’alarme sur de mauvaises conditions de travail durant la pandémie de COVID-19.

«Je suis consterné par le fait qu’Amazon ait licencié des dénonciateurs qui ont attiré l’attention sur des employés d’entrepôts effrayés par la COVID-19», écrit Tim Bray, basé à Vancouver, dans un billet publié en ligne.

Depuis le début de la pandémie, des employés dénoncent des conditions de travail incompatibles avec les mesures de distanciation physique. En avril, Radio-Canada a rapporté leurs préoccupations et a choisi de protéger leur anonymat afin de leur éviter des représailles.

Or, un travailleur qui s’organisait pour réclamer de meilleures conditions a été licencié, affirme Tim Bray dans son billet.

L’explosion de la demande, en raison des mesures de confinement et de la fermeture des commerces jugés non essentiels, met une énorme pression sur le réseau de distribution, disent des employés.

Des congédiements aux motifs « risibles »

L’organisation Amazon Employees for Climate Justice (AECJ), un groupe qui milite pour la protection de l’environnement fondé par des travailleurs d’Amazon, a créé une pétition et organisé une conférence virtuelle le jeudi 16 avril, avec des employés d’entrepôts internationaux et la militante Naomi Klein.

Deux organisatrices, Emily Cunningham et Maren Costa, ont été congédiées sur-le-champ et les motifs étaient risibles, raconte M. Bray.

Un représentant d’Amazon affirme qu’elles ont été renvoyées pour violation répétée des politiques internes, sans toutefois donner de détails.

Emily Cunningham soutient pour sa part avoir été licenciée après avoir milité pendant bon nombre d’années pour des changements au sein de l’entreprise.

«Je ne peux pas aller à des funérailles ou à un mariage, et pourtant Amazon met les gens en danger en vendant des articles non essentiels comme des balles de ping-pong et des poulets en caoutchouc. Cela n’a aucun sens», dit cette dernière.

« Triste, mais libre »

En fin de compte, tout tourne autour de l’équilibre des pouvoirs, écrit Tim Bray.

Les employés d’entrepôt sont faibles et s’affaiblissent à cause d’un chômage massif et d’une assurance maladie liée à l’emploi aux États-Unis.

La démission de Tim Bray lui aura coûté près d’un million de dollars, sans compter le meilleur emploi qu’il n’ait jamais eu. Il conclut en se disant triste, mais en mesure de respirer plus librement.

 

Nouvel Ordre Mondial:Nous sommes déjà dans l’Ère des Pirates du COVID 19

Le 23 mars, le ministre tunisien du Commerce Mohamed Msilini a déclaré qu’un navire chargé d’alcool médical destiné à la fabrication de gel hydroalcoolique avait été détourné alors qu’il était en mer.
Comme par hasard, les pays dans lesquels les masques et les autres matériels médicaux disparaissent sont des pays gangrénés par la corruption: islamiste en Tunisie (ce sont eux qui dirigent le gouvernement, la chambre des députés et la présidence de la république islamo-bananière), l’Ukraine , et la Tchéquie. Questions : qui sont ces pirates ? Ces pays vont-ils réellement rechercher ces pirates qui ont saisi une occasion en or pour s’approprier des milliards de $ ? Qui a informé ces « pirates » sur le contenu et le trajet des produits offerts gracieusement par la Chine ?

 

« Ce qui est arrivé à cette cargaison est similaire au vol par les Tchèques d’une cargaison de masques médicaux que la Chine a envoyés pour l’Italie pour aider à combattre le coronavirus« , a expliqué Mohamed Msilini dans un commentaire télévisé. « Aujourd’hui, tous les pays européens sont hystériques, et tous volent du matériel par peur de ce virus.« 

 

Le 14 mars, la Chine a annoncé son intention d’envoyer des masques stériles et antiseptiques et d’autres matériaux pour renforcer les efforts déployés par la Tunisie pour freiner la propagation de la pandémie.

Le 23 mars, le gouvernement de Tunis a annoncé le déploiement d’unités de l’armée à travers le pays pour soutenir les efforts de sécurité pendant la quarantaine nationale, qui a été imposée le 22 mars.

Comme mentionné par Msilini, les autorités tchèques ont saisi 110.000 masques, dont certains disent que ce nombre est de  680.000, ainsi que des milliers de respirateurs, que la Chine a envoyés pour l’Italie.

Après des démarches appropriées de la part du ministère italien des Affaires étrangères, l’ambassade d’Italie à Prague a déclaré que les autorités tchèques s’étaient engagées à restituer le matériel médical envoyé de Pékin et volé par la Tchéquie (vive l’UE !!) et destiné à Rome comme  aide et solidarité.

La note du bureau diplomatique italien à Prague disait:

«Ce matin, le ministre des Affaires étrangères de la République tchèque, Tomas Petricek, a informé l’ambassadeur Nisio que, dans l’attente de la conclusion de l’enquête de la police tchèque sur le vol du matériel médical qui a eu lieu à Lovosice, la République tchèque enverra 110 mille masques de ses propres stocks à l’Italie dès que possible, en nombre égal à ceux qui auraient dû atteindre notre pays et qui ont été volés et saisis par les autorités tchèques. »

Tomas Petricek

« La cargaison partira dans les 48 heures« , a poursuivi la note de l’ambassade, et a expliqué plus loin:

«Face au besoin urgent de fournitures médicales, le gouvernement tchèque, en étroite collaboration avec l’ambassade d’Italie à Prague, a décidé d’envoyer immédiatement le chargement destiné à notre pays sans attendre la conclusion de l’enquête toujours en cours, et concentré sur la découverte de la façon dont les gros biens volés ont été volés et où. La complexité de l’affaire, qui s’étend à d’autres pays, nécessiterait des jours, mais la situation en Italie ne permet pas d’attendre ».

Le communiqué annonce ensuite que « le ministre Tomas Petricek écrit une lettre personnelle au ministre italien des Affaires étrangères, l’Italie Di Maio« .

La version initiale était que les autorités tchèques pensaient que les fournitures étaient «introduites en contrebande» par des groupes du crime organisé pour être vendues à but lucratif dans le pays, malgré les nombreux autocollants et écrits de soutien à l’Italie par la Chine.

De même, en Ukraine, il est apparu que 750.000 tests de coronavirus avaient disparu et le bureau du président ukrainien Volodymyr Zelensky a tenté de transférer la responsabilité aux élites régionales.

« Les médias du bureau présidentiel, manifestement confiants dans leur génie, ont commencé à bousculer le sujet selon lequel désormais toute l’élite régionale – les gouverneurs, les chefs de police et la SBU – saisiront immédiatement les tests qui sont arrivés la nuit pour eux et leurs amis, » a écrit sur son blog Alexander Dubinsky, membre du Servant of the People et membre du Parlement ukrainien. Ainsi, le gouvernement actuel essaie de détourner l’attention du fait que «peu de tests» sont arrivés en Ukraine.

« Que 750 000 tests ont disparu quelque part en cours de route, et que chaque région n’a reçu que des miettes misérables de besoins, qui ne dureront que quelques jours« , a expliqué le député.

Volodymyr Zelensky,président de l’Ukraine et ancien humoriste,faisant un signe satanique digne d’Aleister Crowley.

Avant cela, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a enregistré un message vidéo aux citoyens du pays, dans lequel il a promis la livraison par la Chine de dix millions de tests « qui seront distribués dans tous les coins de l’Ukraine ».

 


Pourquoi des centaines de PDG ont-ils démissionné juste avant l’épidémie de coronavirus?

Au cours des mois qui ont précédé le krach boursier le plus féroce de l’histoire et l’éruption de la plus grande crise de santé publique de notre génération, nous avons assisté au plus grand exode de chefs d’entreprise que nous ayons jamais vu.  Et comme vous le verrez ci-dessous, les initiés des sociétés ont également vendu des milliards de dollars d’actions de leurs propres sociétés juste avant l’implosion du marché boursier.

Dans la vie, le timing peut être tout, et parfois les gens ont simplement de la chance. Mais il semble étrange qu’un si grand nombre parmi l’élite des entreprises soit si excessivement «chanceux» en même temps. Dans cet article, je ne prétends pas connaître les motivations de ces personnes, mais je souligne certains modèles qui, selon moi, méritent d’être étudiés. Une publication financière utilise l’expression «le grand exode des PDG» pour décrire le phénomène auquel nous assistons.

Tout a commencé l’année dernière lorsque les directeurs généraux ont commencé à démissionner en nombre,  contrairement à tout ce que nous avons jamais vu auparavant. Ce qui suit a été publié par NBC News en novembre dernier… Les chefs de direction partent en nombre record cette année, avec plus de 1.332 départs entre janvier et fin octobre, selon de nouvelles données publiées mercredi.

Bien qu’il ne soit pas inhabituel de voir des PDG fuir au milieu d’une récession, il convient de noter la « bizarrerie » d’une telle vague de départs de la direction au milieu de solides bénéfices des entreprises et de records de marché. Le mois dernier (février), 172 chefs d’entreprise ont quitté leur emploi, selon la firme de placement de cadres Challenger, Gray & Christmas. Il s’agit du nombre mensuel le plus élevé jamais enregistré, et le total depuis le début de l’année dépasse même la vague de départs de dirigeants pendant la crise financière.

À la fin de l’année, un record jamais atteint auparavant de 1.480 PDG avaient quitté leurs fonctions. Mais pour la plupart des gens, il semblait que les bons moments continuaient de rouler à la fin de 2019. Les bénéfices des sociétés augmentaient et le marché boursier atteignait niveau record après niveau record. Oui, il y avait beaucoup de signes que l’économie mondiale ralentissait vraiment, mais la plupart des experts ne prévoyaient pas une récession imminente.

Alors pourquoi tant de chefs d’entreprise ont-ils soudainement décidé qu’il était temps de passer à autre chose?

Voici quelques-uns des grands noms de PDG qui ont choisi de démissionner en 2019…

Boeing  – Dennis Muilenburg

United Airlines – Oscar Munoz

Alphabet – Larry Page

Gap – Art Peck

McDonald’s – Steve Easterbrook

Wells Fargo – Tim Sloan

Under Armour – Kevin Plank

PG&E – Geisha Williams

Kraft Heinz – Bernardo Hees

HP – Dion Weisler

Bed, Bath & Beyond – Steven Temares

Warner Bros. – Kevin Tsujihara

Best Buy – Hubert Joly

New York Post – Jesse Angelo

Colgate-Palmolive – Ian Cook

MetLife – Steven Kandarian

eBay – Devin Wenig

Nike – Mark Parker

Bien sûr, l’exode massif des chefs d’entreprise ne s’est pas arrêté là.

En fait, 219 PDG ont démissionné au cours du seul mois de janvier 2020. À ce moment-là, il commençait à devenir clair que le coronavirus qui déchirait la Chine pouvait potentiellement devenir une pandémie mondiale majeure, et je peux certainement comprendre pourquoi de nombreux membres de l’élite des entreprises choisiraient d’abandonner le navire à ce moment-là.

Certains de ces PDG ont touché des salaires abracadabrantesques pendant de nombreuses années, et il est beaucoup plus facile de prendre l’argent et de fuir que de rester et de diriger une grande entreprise à travers la crise mondiale la plus difficile que nous ayons jamais connue.

Voici quelques-uns des PDG bien connus qui ont démissionné jusqu’à présent en 2020…

Bob Iger, PDG de Disney

Bob Iger, PDG de Disney

Ginni Rometty, PDG d’IBM

Matt Levatich, PDG de Harley-Davidson

John Legere, PDG de T-Mobile,

Jeff Weiner, PDG de LinkedIn

Ajay Banga, PDG de Mastercard

Keith Block, co-PDG de Salesforce

Tidjane Thiam, PDG du Credit Suisse

Randy Freer, PDG de Hulu

Il est important pour moi de dire que je n’ai aucune idée particulière des motivations personnelles de ces personnes, et chaque situation est différente. Mais je pense qu’il est assez étrange que nous ayons assisté à un exode des entreprises sans précédent à un moment aussi critique de notre histoire.

Pendant ce temps, les principaux dirigeants d’entreprises jetaient des milliards de dollars d’actions dans leurs propres sociétés juste avant que le marché ne se cratère complètement. Ce qui suit vient du Wall Street Journal

«Les dirigeants de sociétés cotées aux États-Unis ont vendu au total environ 9,2 milliards de dollars d’actions de leurs propres sociétés entre début février et la fin de la semaine dernière, selon une analyse du Wall Street Journal. La vente a sauvé les dirigeants – dont beaucoup dans le secteur financier – des pertes potentielles totalisant 1,9 milliard de dollars, selon l’analyse, alors que l’indice boursier S&P 500 a plongé d’environ 30% par rapport à son sommet du 19 février jusqu’à la clôture des négociations le 20 mars. »

En bourse, vous ne gagnez de l’argent que si vous sortez à temps, et beaucoup parmi l’élite des entreprises semblent avoir un timing impeccable. Peut-être qu’ils ont vraiment eu de la chance. Ou peut-être qu’ils lisaient mes articles et comprenaient que COVID-19 allait entraîner la fermeture de l’économie mondiale.

Quoi qu’il en soit, les choses se sont très bien déroulées pour ceux qui ont pu vider leurs stocks avant qu’il ne soit trop tard. Et il s’avère que plusieurs membres du Congrès vendaient également des actions juste avant que le marché ne devienne fou…

La sénatrice Dianne Feinstein de Californie et trois de ses collègues du Sénat ont déclaré avoir vendu des actions valant des millions de dollars dans les jours précédant l’éclosion du coronavirus, selon des rapports.

Les données sont répertoriées sur un site Web du Sénat américain contenant des informations financières des membres du Sénat. Bien sûr, la plupart des Américains ordinaires n’ont pas eu autant de «chance», et les pertes financières pour le pays dans son ensemble ont été absolument stupéfiantes.

La bonne nouvelle est qu’il y a eu un formidable rallye à Wall Street mardi, et cela apportera un soulagement temporaire aux investisseurs. Mais le nombre de cas confirmés de coronavirus continue d’augmenter à un rythme exponentiel partout dans le monde, et cette crise semble être loin d’être terminée.

Source : Why Did Hundreds Of CEOs Resign Just Before Coronavirus Outbreak?

By Michael Snyder – The Economic Collapse Blog

Conclusion : un virus incroyablement utile pour l’Élite

Au lieu d’être blâmée pour le krach économique mondial et pour son manque d’impréparation après ce qui s’est passé en Chine, l’Élite décrètera la loi martiale.

Cette année, Noël est venu tôt pour nos dirigeants et nos élites au pouvoir politico-économique. 

Comptons tous les atouts de la pandémie hystérique:

  • Ils arrivent à distribuer des centaines de milliards, voire des milliers de milliards dedollarseuro et pound (livres) à leurs amis sous prétexte de compenser un ralentissement économique .
  • Ils se positionnent comme des hommes décisifs qui prennent des mesures drastiques lorsque les circonstances l’exigent. Et lorsque le soleil du printemps annoncera la fin du  virus, comme chaque année, ils pourront se comporter comme nos sauveurs.
  • Ils arrivent à nous interdire les rues et nous pousser dans nos maisons. C’est un niveau de répression auquel même la Corée du Nord ne pouvait pas imaginer.Cela sert à soulager et peut-être à briser la révolte populaire(gilet jaunes), mais plus que cela, n’oubliez pas le plaisir direct que ces gens éprouvent à exercer leur pouvoir et à se sentir importants (regardez la jouissance des Macron and Co)
  • Ils peuvent esquiver la responsabilité de l’effondrement économique à venir. Un effondrement qui devait se produire de toute façon, car quelque chose devait faire éclater la bulle de la dette mondiale, leurs banques centrales et leurs politiques monétaires. Mais ce sera maintenant la faute au Coronavirus. Quelle esquive!

Cette pandémie d’hystérie est une aubaine pour eux. A tel point que si j’étais à leur place je chercherais à la prolonger le plus longtemps possible.

Je ferais en sorte que toutes les personnes décédées soient considérées comme victime du coronavirus. Et je noierais le pays avec des kits de test pour m’assurer que le nombre de personnes infectées continue d’augmenter aussi longtemps que possible. Ainsi, une proportion toujours plus grande de vos patients saisonniers habituels atteints des symptômes pseudo-grippaux seront identifiés comme ayant contracté le redoutable covid-19.

 

 

 

 

Courte opinion du jour:pendant que l’on se confine,les criminels passent à l’action

 

 

Pendant que le monde résiste au coronavirus COVID 19, au Japon, le baleinier Yūshin Maru n ° 2 est de retour avec les cadavres de 20 rorquals. Et la Norvège lance sa saison de chasse avec un «quota» de 1278 baleines de Minke… Surréaliste.

 

 

 

 

…ou les baleines à bec aux îles feroe. Que l’Europe balaie devant sa porte sur le cynisme « culturel » des chasses ou pêches.

 

 

Un gamin aux îles Feroe. Fier de sa tradition morbide…un vrai fils de tueur!

 

ACTIONS SUGGÉRÉES

1-Considérer  la Norvège et le Japon comme étant les deux pays de la Honte en terme de sauvegarde de la variété des espèces animales.

2-Bannir tout achat personnel ou de groupe pour des articles ou des services venant de ces pays:boycottons-les individuellement et en groupe!

3-Porter plainte auprès de chacun de nos gouvernements sur ces meurtres sauvages reliés au capitalisme dur et indifférent devant l’avenir de notre planète commune,la Terre!

4-Tous ceux et celles demeurant dans des ports d’attache ou des baleiniers japonais ou/et norvégiens viennent faire relâche…devraient s’organiser en milices  de la sauvegarde des animaux marins et coordonner des actions  de lutte contre ces assassins: au choix: manifestations,occupations de bateaux,sabotage,etc.

5-Partager cet article au maximum afin de toucher le plus de gens possible!

Merci d’avoir pris le temps de me lire !

 

 

 

Vidéo et article:L’Homme, destructeur de la Terre

De la révolution industrielle à aujourd’hui, un décryptage minutieux de la course au développement qui a marqué le point de départ de l’ère de l’anthropocène (ou l’ère de l’Homme) et de la déterioration continue de la planète. Quelque 1 400 milliards de tonnes de CO2 sont aujourd’hui prisonnières de la basse atmosphère. Réchauffement climatique, déforestation, inondations, épuisement des ressources, pollutions, déchets radioactifs… : en deux siècles, la course au progrès et à la croissance a durablement altéré la planète, la crise environnementale se doublant d’une rupture géologique, avec l’avènement de l’ère anthropocène. Portée par l’exploitation des énergies fossiles – du charbon de la révolution industrielle en Angleterre au tout-pétrole de la domination économique des États-Unis –, l’industrialisation et ses corollaires, taylorisme et colonialisme, entraînent une exponentielle production de masse. Un processus qu’accélère la Première Guerre mondiale, les firmes chimiques mobilisées pour tuer l’ennemi se reconvertissant dans la destruction du vivant avec les herbicides, insecticides et fertilisants de l’agriculture intensive. Alors que l’urbanisation s’étend, la voiture, qui sonne le glas du tramway, se généralise, et l’Amérique s’inspire du modèle autoroutier nazi. La Seconde Guerre mondiale engendre une nouvelle organisation du travail, laquelle devient la norme, et annonce l’ère nucléaire de la guerre froide. Dans sa démesure, l’homme rêve déjà d’usages civils de l’atome (y compris pour l’abattement de montagnes et la dissolution des calottes glaciaires !). Le plastique et le béton deviennent les piliers de la consommation de masse, dévoreuse de matières premières et antidote à la contestation sociale, jusqu’à la révolution numérique.

 

L’homme ne serait pas issu de la planète Terre…!

 

Tout un faisceau d’indices, plus pertinents et convaiquant, les uns que les autres, semblent en effet, démontrer, sinon prouver, que l’homme, en tant qu’espèce, n’est pas issue de cette planète.

 

Plusieurs sujets et articles vont en ce sens, commençons par le commencement..

La nature est représentée par des processus géologiques, physiques, chimiques, biologiques et écologiques qui ont lieu sur la planète, qui régulent son fonctionnement et assurent la vie et l’Évolution. La matière vivante et la matière abiotique suivent des cycles de vie en circuit fermé puisque, sur la planète de même qu’en chimie, « rien ne se crée, rien ne se perd, tout ce transforme ».

 

 

Mais ce qui caractérise la nature, c’est que les éléments qui la composent sont, par définition, adaptés à leur milieu, biodégradables et/ou intégrés aux différents processus terrestres. La nature, en fait, s’adapte à ses propres changements, à sa propre évolution. Et si on considère l’histoire de la planète dans sa globalité, la vie s’y épanouit et se diversifie avec le temps.

 

 

Or, si la civilisation actuelle obéit évidemment aux principes de la chimie et de la physique, elle suit par contre des lois écologiques différentes : elle épuise progressivement les ressources, pollue et détruit les habitats. Cette différence est due à un impact de grande ampleur et rapide, qui bouleverse « l’équilibre » de la planète, allant jusqu’à réduire la richesse biologique terrestre.

 

Or, l’être humain est le fruit de l’Évolution et à ce titre il fait de facto partie de la nature. Alors, cet impact écologique majeur, inextinguible, celui dû à une espèce qui est issue de la nature, peut-il être considéré comme « normal », comme naturel ?

 

 

Devant l’ambivalence qui existe entre, d’une part la confrontation être humain/nature, son « insoutenabilité », et d’autre part le fait qu’Homo sapiens est une espèce vivante de la planète Terre au même titre que toutes les autres, il apparaît légitime de se demander si, finalement, l’être humain « est naturel ».

 

Certains indices, s’ils ne répondent pas tout à fait à la question, montrent tout au moins que l’être humain lui-même ne se considère pas tout à fait comme faisant partie de la nature : le fait de confronter la nature, ce sentiment de supériorité du genre humain qui règne au sein de notre civilisation, le fait d’utiliser des termes comme matériaux « synthétiques », d’intelligence « artificielle », tous ces indices laissent supposer que ni notre technologie ni l’être humain lui-même ne sont considérés comme faisant partie de la nature.

 

Source : http://planeteviable.org/etre-humain-naturel/

 

Les arguments et explications ci-dessus sont plutôt pertinent, et l’on peut adhérer à ces écrits, sans pour autant croire aux extraterrestres, ou à Dieu, ou même à la théorie de l’évolution.

 

D’autres, n’hésitent pas à tenter d’aller encore plus loin (en étant moins convainquant pour certains) pour démontrer que nous ne sommes pas originaire de la Terre…

Source du sujet ci-dessous : http://www.7sur7.be/7s7/fr/

 

« La preuve que les humains ne viennent pas de la Terre »

Un écologiste américain affirme que les humains ne proviennent pas de la terre. Selon lui, plusieurs éléments prouvent que l’Homme n’est pas adapté à sa planète et qu’il aurait donc été amené par des aliens, il y a des millénaires.

 

Dans son ouvrage intitulé « L’Homme n’est pas issu de la Terre: évaluation scientifique de la preuve », le Dr Ellis Silver aborde un certain nombre de caractéristiques humaines, qui selon lui prouvent que contrairement aux autres espèces terriennes, l’homme n’est absolument pas adapté à son environnement.

Iceberg à la dérive. Selon un explorateur britanique, les températures printanières et estivales dans l’Arctique sont montées d’une façon incroyable au cours des trois dernières années et de vastes zones maritimes qui étaient naguère couvertes par la banquise en été sont désormais en eau libre. /Photo d’archives/REUTERS/Fabian Marelli/La Nacion

Douleurs dorsales

Selon lui, si l’Homme souffre de problèmes de dos ce n’est pas innocent. « C’est parce que nous avons évolué dans un monde avec une gravité inférieure », explique-t-il à Yahoo en affirmant que si la Terre rencontre la plupart de nos besoins, il y a de trop nombreuses lacunes.

 

Peau inadaptée

Pour Silver, la peau de l’Homme prouve également que nous ne sommes pas faits pour vivre ici. « Les humains ne sont pas conçus pour être aussi exposés au soleil », dit-il.  « Contrairement aux lézards, nous ne pouvons pas être exposés au soleil tous les jours sans problème ». « Alors pourquoi sommes-nous sur Terre? », s’interroge-t-il.

 

« L’humain est soi-disant l’espèce la plus développée de la planète, mais il est étonnamment inadapté et mal équipé pour l’environnement de la Terre », dit-il. « Il est lésé par la lumière du soleil, a une forte aversion pour les aliments d’origine naturelle et a des  taux ridiculement élevés de maladies chroniques ».

 

Anatomie inappropriée des bébés

L’écologiste poursuit son argumentaire en prenant l’exemple de nos bébés. Selon lui, les nouveaux-nés ont une tête beaucoup trop grosse. « Il est difficile pour les femmes de donner naissance », explique-t-il. « Cela peut entraîner le décès de la mère et de l’enfant. Aucune autre espèce sur Terre n’a ce problème ».

 

Pour le Dr Ellis Silver, il n’y a pas de doute: « Nous ne sommes pas d’ici ». « Cela suggère que l’humanité peut avoir évolué sur une autre planète », dit-il en expliquant que des extraterrestres auraient pu nous amener ici comme une espèce hautement développée.

 

Et l’écologiste va plus loin. « La Terre pourrait être une planète-prison », avance-t-il. « Puisqu’il semble que nous soyons une espèce naturellement violente, nous sommes probablement ici  jusqu’à ce que nous apprenions à mieux nous comporter ».

J’avoue que sur l’idée et la théorie de la planète « prison » je suis plutôt preneur, et en accord, mais j’y reviendrai plus tard, dans un autre sujet.

 

Pour un autre scientifique, l’homme viendrait et serait originaire de la planète Mars !

 

L’Homme pourrait venir de Mars, selon un chercheur américain. Ainsi, le molybdène, un métal présent actuellement sur Terre serait originaire de la planète rouge. Pour le chercheur de l’Institut Westheimer, une météorite aurait fait le lien entre les deux astres.

 

Life from Mars. Et si la vie sur Terre était venue de Mars par météorite? C’est la théorie d’un chercheur de l’Institut Westheimer pour la science et la technologie de Gainesville, aux Etats-Unis. A l’origine de révélation: une forme oxydée de molybdène, un métal utilisé de nos jours dans des alliages pour les outils de bricolage ou les couronnes dentaires.

A l’époque reculée où la vie est apparue sur Terre, ce molybdène oxydé a servi à empêcher les molécules de carbone (briques élémentaires de toute forme de vie) de se dégrader et de finir en goudron, estime Steven Brenner, enseignant à l’Institut Westheimer.

 

« C’est seulement lorsque le molybdène est très fortement oxydé qu’il devient capable d’influencer la formation d’une vie primitive », précise l’enseignant chercheur, qui a présenté sa théorie lors d’une conférence internationale consacrée à la géochimie à Florence, en Italie.

 

La Terre bombardée par des comètes et astéroïdes…

 

« Cette forme de molybdène ne pouvait pas être présente sur Terre à l’époque où les premiers éléments de la vie sont apparus, parce qu’il y a trois milliards d’années, la surface de la Terre ne contenait que très peu d’oxygène, contrairement à Mars », explique Steven Brenner.

 

A l’époque, le système solaire était particulièrement agité et la Terre était sans cesse bombardée par des comètes et astéroïdes. Notre voisine Mars également, ce qui explique comment des débris martiens ont pu se retrouver projetés dans l’espace pour finir leur course sur notre planète, piégés par son champ de gravité.

 

Des analyses récemment effectuées sur une météorite martienne y ont montré la présence de molybdène ainsi que de bore, un métalloïde qui aurait contribué à protéger l’ARN, un précurseur primitif de l’ADN, de la corrosion.

 

Sommes-nous tous des Martiens ?

 

« Il semble qu’on accumule les preuves selon lesquelles nous sommes en réalité tous des Martiens et que la vie a débuté sur Mars avant de venir sur Terre à bord d’un rocher », résume l’enseignant-chercheur américain.

 

« C’est un coup de chance, car la Terre est de loin la meilleure des deux planètes pour héberger de la vie. Si nos hypothétiques ancêtres martiens étaient restés sur Mars, on ne serait peut-être pas là pour en parler », conclut Steven Brenner.

 

D’autres théories expliquent l’apparition de la vie sur Terre par de l’eau apportée sur la planète bleue par des comètes, composées de glace et de poussières cosmiques héritées de la formation du système solaire.

 

Une autre hypothèse, baptisée « panspermie », suggère que des bactéries embarquées comme passagers clandestins sur des astéroïdes aient fini par s’écraser sur Terre pour y proliférer dans ses océans chauds et accueillants.

 

Cette théorie, comme quoi l’Homme vient de Mars pourra être confirmé ou infirmé par le robot qui succèdera à Curiosity. La Nasa prévoit de l’envoyer dès 2020 avec pour objectif de découvrir la vie sur Mars. Mais si les hommes viennent de Mars, les femmes viennent-elles vraiment de Vénus ?

 

Source : http://www.bfmtv.com/planete/vie-humaine-venait-mars-591444.html

 

 

Terminons ce petit tour d’horizon, avec un autre excellent article du site cité en référence au départ de ce sujet : http://planeteviable.org/fracture-etre-humain-nature/

Il suffit de regarder le monde autour de nous pour constater qu’il existe une fracture entre d’une part la nature, la façon dont elle fonctionne et dont elle est constituée, et d’autre part la sphère humaine. La fracture est d’abord physique et matérielle : nous ne vivons plus au sein de la nature même si nous en dépendons fortement, et nous avons de moins en moins de contact avec elle dans notre vie quotidienne.

 

 

Notre environnement est davantage humanisé, synthétique. Cette situation a pour origine une civilisation fortement industrialisée, marquée par la prédominance de la technologie, et une société également très urbanisée, suivant un mode de vie qui fait que les individus sont constamment pressés par le temps. Autant de caractéristiques qui nous éloignent, qui nous extirpent de la nature, de son rythme et de ses effets bénéfiques, et qui nous désensibilisent face aux prérogatives nécessaires à sa protection.

 

 

La fracture est également culturelle. Du haut de sa froide rationalité et de ses impressionnantes réalisations techniques, l’être humain contemporain, entretient un rapport de domination vis-à-vis de la nature.

 

Notre civilisation considère la nature comme un marché gratuit et abondant, sur lequel nous avons droits et pouvoirs pour assouvir nos besoins, nos envies et assurer notre confort, et dans lequel on peut puiser des ressources à l’envi. Dans la civilisation actuelle, on considère que la nature se doit d’être à notre entière disposition et à celle de l’économie, alors que nous devrions la considérer comme une alliée qui peut subvenir à nos besoins dans la mesure où nous sachons nous adapter et composer avec elle.

 

 

La vision actuelle du monde et de la nature de la civilisation occidentale remonte à l’origine au siècle des lumières, une période au cours de laquelle le développement des connaissances laissait d’aucuns penser que nous aurions la maîtrise de la nature et de notre destinée en tant que société. Cette vision s’est progressivement renforcée, et ce surtout depuis le dernier siècle.

 

Les Occidentaux ont cru alors détenir un pouvoir sans limite grâce à ses « exploits » technoscientifiques les plus modernes comme l’exploration de l’espace, la « conquête » de la Lune, l’exploration du monde interstellaire, l’exploitation de l’énergie contenue dans la matière (l’énergie nucléaire), et une compréhension fine de l’infiniment petit (la nature intime de la matière) et de l’infiniment grand (la structure, le fonctionnement et l’origine de l’univers).

 

Et c’est sans parler des progrès de la médecine, du recul de certaines maladies autrefois meurtrières, conjugués à l’allongement de l’espérance de vie.

 

D’autres réalisations technologiques semblent montrer que notre civilisation maîtrise la nature et est capable de se soustraire aux contraintes qu’elle nous impose. Les technologies nous servent à mettre la nature « à notre main ». Nous avons ainsi érigé de gigantesques barrages hydroélectriques permettant de maîtriser le flux des cours d’eau et de produire de l’énergie.

 

La maîtrise de l’atome nous permet également de produire des quantités d’énergie inégalées. Les méthodes de l’agriculture industrielle (monocultures, fertilisation et épandage de pesticides abondants) et l’irrigation ont permis de décupler les rendements des cultures par rapport à ce qu’offre le sol naturellement et de cultiver à des endroits peu propices aux plantations.

 

C’est jusqu’à la neige artificielle qui nous permet de compenser partiellement le manque de neige sur les pentes de ski tandis que les terrains de nos maisons sont dénaturés pour ressembler à des greens de golf. Dans le domaine de la biologie, des naissances autrefois impossibles peuvent dorénavant être envisagées grâce à la procréation assistée, assurant ainsi le bonheur de couples infertiles.

 

Les biotechnologies permettent par ailleurs de donner l’existence à des organismes, animaux et plantes (organismes génétiquement modifiés (OGM)) ayant des propriétés spécifiques et auxquels la nature n’avait jamais prêté vie.

 

Ces exemples montrent que non content d’être déconnectés et de soumettre la nature à nos désirs et à notre volonté, nous la modifions, nous la confrontons même. Il est paradoxal que ces modifications soient tout à fait conscientes mais que les crises écologiques majeures qui en résultent soient involontaires (du moins, elles l’étaient jusqu’à récemment).

 

 

Cette maîtrise apparente sur la nature sous tous ses aspects, qui dans les faits s’oppose aux règles naturelles, se déploie conjointement avec l’utilisation d’un ensemble de technologies sophistiquées et qu’elles nous font paraître la nature remplaçable, tout au moins pour certains d’entre nous et notamment pour les partisans d’une économie orthodoxe.

 

Pourtant, ce pseudo-contrôle de la nature se réalise au dépend de profondes transformations des écosystèmes et de l’écosphère, des mutations qui aujourd’hui menacent les sociétés.

 

Depuis peu, ce faux sentiment de contrôle de la nature nous incite même à envisager la géoingénierie pour contrer cette menace écologique qui frappe à nos portes.

 

Au fond, cette vaste et continuelle détérioration de notre environnement et dont nous sommes les seuls responsables apparaît comme la démonstration ultime de la fracture entre l’être humain et la nature.

 

Nous ne pouvons que nous incliner, et admettre cette réalité…

Comme toujours, c’est à vous de juger…

 

 

 

 

 

 

 

Québec:une société néolibérale qui encourage la destruction de l’environnement

Il  était exactement 8 heures pile ce matin,16 juin 2018 qu’une entreprise d’émondage bien connue a Repentigny (Émondage 2000 ) arrive  avec  de l’équipement (une déchiqueteuse (No licence: RY41777) ) et au moins trois employés.Ceci se passait  au 505 rue Pierre Paul,a Le gardeur (Repentigny).


Photo provenant du site web d’Émondage 2000.

 

Ils commencent aussitôt a tailler les branches de deux magnifiques sapins  qui poussaient la depuis plus de 40 longues années.

Les oiseaux s’y réfugiaient la nuit,les jours  de tempêtes et certains y passaient l’hiver.C’était aussi l’endroit qu’avaient choisi  trois couples d’écureuils pour y  creuser leur terrier.

Nous parlons ici,d’un écosystème qui a mis longtemps a se préparer de façon naturelle.

Donc a 8h00 ,ces déchaînés de la scie et de la déchiqueteuse  éliminent  au moins 3 arbres extraordinaires…réveillant au passage,plusieurs personnes dont quelques locataires de plus de soixante-dix ans,mais cela …on s’en fout royalement!

A 8h57 exactement,ils ramassent leur  équipement et s’en vont comme si de rien n’était.

A 9h03 je suis sorti faire prendre une marche a mes petites chiennes et je les revoie de retour,quelques maisons plus loin.

Je leur demande:Avez-vous un permis pour abattre de si beaux arbres?Le contremaître me répond qu’ils n’en ont pas besoin pour  émonder les arbres .

Je leur fait remarquer que je ne suis pas fou et qu’ils viennent juste de couper 3 arbres au coin de la rue.

On me répond que oui,ils avaient un permis pour  couper ces arbres et il est sur la porte de la maison.Il fallait couper ces arbres parce que leurs troncs étaient pourri!(ce qui s’est avéré faux :les troncs étaient  en santé et…pas de permis accroché è la porte…donc c’est une action illégale de destruction de l’environnement.

JE PROTESTE…MÊME SI TOUT LE MONDE DORT AU GAZ A REPENTIGNY

Je tiens a protester vigoureusement sur cette façon grotesque et dépassé de couper des arbres en milieu urbain sous la seule logique de la demande du propriétaire.

Je vais faire parvenir cette article a tous les partis politiques actuels et a divers médias.Je considère que les animaux vivants en milieu urbain ont des droits et leurs écosystèmes aussi.

L’avenir est entre nos mains,pas dans celles des spéculateurs immobiliers avec leur vision de profits!Il s’agit de l’avenir de nos descendants,si cela vous intéresse!

Michel Duchaine

Défenseur de la Terre


VOICI LES PHOTOS QUE J’AI ÉTÉ PRENDRE DE L’ÉVÉNEMENT:

Le 505 rue Pierre Paul a Le Gardeur vu de côté…pendant le travail.

 

La maison vue de face..Les arbres ont rapidement été coupé.
C’étaient des arbres de plus de 20 pieds de haut.

 

Autre plan

 

Un premier tronc montre une excellente santé et aucune moississure!
2 autres troncs montrent une santé parfaite!

 

EN CONCLUSION

Je vais   médiatiser ce crime même en sachant que la possibilité que la justice  puisse s’établir sur cette affaire soit proche de 0.

Tout simplement parce que l’événement se passe dans une petite ville de banlieue de Montréal qui comme toutes les autres petites villes de banlieue,va préférer  protéger  les amis du système  politique et social corrompu du Québec.

Ce système comprend tous les politiciens néolibéraux,les profiteurs de l’immobilier,les maires,ces petits tyrans et roitelets  des villes,les banquiers,les gros docteurs  libéraux corrompus,les policiers qui ne font qu’obéir aux ordres sans réfléchir,etc,etc,etc

Dans quelques années quand 40% des formes de vie actuelles auront disparues,vous vous souviendrez de cet article et comprendrez!

 

 

 

L’humanité en danger:il n’y a plus de ressources renouvelable d’ici la fin de l’année

Depuis minuit,le 8  août 2016 ,nous avons atteint collectivement ce moment où les ressources naturelles renouvelables de la Terre se  sont épuisées .En cette année 2016 ,ce moment fatidique est arrivé plus  rapidement qu’en 2015.Notre marge de manœuvre collective s’est affreusement rétrécie  sur cette courte période d’un an, mais cela ne dérange pas  les banquiers à la solde de Rothschild qui sont loin d’ignorer leurs implications et leurs responsabilités dans la « Mort Rapide de notre Planète ».   Cela fait même grandement leurs affaires,car ils sont liés  dans le  Plan Illuminati de Dépopulation .Mais ce moment  arrive plus tôt que l’année précédente. Les scientifiques disent que nous avons déjà épuisé toutes les ressources renouvelables de la Terre ce 8 août 2016, à seulement 221 jours après le début de l’année. Cela signifie que pour le reste de l’année, nous ajoutons aux polluants dans l’atmosphère.

demographie-hors-controle
La démographie est devenue hors contrôle sur Terre.

 

Ce que cela signifie est que à partir de  maintenant ,toutes les activités  humaines qui ont un impact sur Terre que ce soit la pêche, le déboisement ,etc,tout cela fera en sorte que le surplus d’ émissions de carbone global  dans l’atmosphère ne peut plus  être absorbé et a atteint son apogée.

Pour le reste de l’année , nous ajouterons plus de carbone dans l’air  que la Terre peut  en absorber.  Le moment critique, en moyenne, il a gravi un seul jour par an au cours des cinq dernières années, comparativement à une moyenne de trois jours par an depuis qu’il a commencé à être suivi dans les années 1970. L’avenir de la vie sur cette planète ne cessera pas  de devenir de plus en plus sombre et hostile à la vie si nous continuons à détruire ce que nous appelons l’environnement.

Les événements climatiques extrèmes vont aller en augmentant.
Les événements climatiques extrèmes vont aller en augmentant.

Mathis Wackernagel, co-fondateur et PDG de GFN et Balakrishna Pisupati, chef du  Programme des Nations Unies pour l’environnement et la biodiversité, ont déclaré ensemble: «Si les humains continuent à utiliser les ressources de la Terre à ce rythme, il pourrait avoir des« conséquences désastreuses » en termes de changement climatique, l’érosion de la couche arable par la conversion des prairies et des forêts en terres agricoles, et une perte globale de biodiversité. Plus nous continuons de voir les ressources naturelles comme illimitées « , plus vite nous mettons en danger la capacité de notre planète à nous fournir les ressources renouvelables dont nous avons besoin pour nourrir, nous vêtir et nous abriter.

Brume et pollution en plein jour à Hanoi,au Vietnam.
Brume et pollution en plein jour à Hanoi,au Vietnam.

Je sais que la plupart des gens vont tout simplement voir cet avertissement comme un non-sens parce qu’ils ne voient pas de changements dans leur vie quotidienne, et de  continuer de penser: »Si je ne vois pas de changements sur mon environnement,ceci est faux ».

Si les scientifiques sont corrects, nos enfants et leurs enfants vont souffrir horriblement. Voilà quelque chose pour tout le monde devrait penser.

Le déboisement en Haiti à laissé un héritage mortel aux générations futures.
Le déboisement en Haiti à laissé un héritage mortel aux générations futures.

Depuis le  8 août 2016,avec la quantité de pollution que nous injectons dans l’atmosphère quotidienne avec des voitures, des camions et des usines, nous ajoutons plus de carbone dans  l’atmosphère qu’elle  peut absorber, il est important  que vous  commencez à penser à l’impasse vers laquelle nous nous dirigeons.

Notre dépendance continue des combustibles fossiles est en train de tuer la Terre et nous n’avons pas de substitut viable. Le CO2 ne cesse d’empoisonner notre atmosphère, et il ne fait aucun doute que les températures moyennes augmentent d’année en année. Je le sais parce que même là où je vis,au Québec, l’été a été beaucoup plus chaud que l’an dernier, et devrait augmenter encore plus l’année prochaine.

Les morts massives d'animaux se sont multiplié depuis 2011. Vous voyez ici plus de 20 tonnes de poissons retrouvés morts da l'état de Washington ,un beau matin de 2012.
Les morts massives d’animaux se sont multiplié depuis 2011.
Vous voyez ici plus de 20 tonnes de poissons retrouvés morts da l’état de Washington ,un beau matin de 2012.

Il a été clairement enregistré que les températures sont constamment à la hausse sur notre planète qui peut être vu par la fonte  massive  des glaces dans des endroits comme le pôle Nord ,où la plupart de la banquise a disparu. Nous sommes même entrain de perdre nos glaciers de montagne à un rythme rapide.Mais là encore, cela ne m’affecte pas  en ce moment donc qui se soucie de ce qu’ils disent

Qu’est-ce qui se passera quand les ressources de la planète seront finalement épuisées, comme cela devra arriver à un moment donné dans l’avenir? Nous ne leur donnons pas le temps de se régénérer, car tout ce que nous faisons c’est  prendre prendre!

Qu’est-ce qui se passera quand le pétrole sera épuisé? Pas plus de voitures, pas plus d’usines, pas plus de gadgets parce que les usines ont dû fermer. S’il vous plaît ne soyez pas si naïf que de penser que l’humanité viendra avec une autre source d’énergie suffisante pour alimenter notre monde et les industries, car cela ne se produira pas dans un proche avenir .

Nous détruisons les forêts à un rythme toujours croissant sachant très bien qu’elles sont le numéro un des fournisseurs d’oxygène à notre planète. Nous vidons les mers de leurs poissons dans la mesure où les stocks sont en baisse constante, et nous empoisonnons le sol avec des produits chimiques juste pour obtenir des cultures de croissance rapide parce que nous avons utilisé toutes les ressources naturelles dans le sol.

En Haiti,faute de ressources, de nombreux villages brulent leurs déchets.
En Haiti,faute de ressources, de nombreux villages brûlent leurs déchets.

Le groupe de réflexion a salué les objectifs énoncés dans l’accord climatique de Paris qui a été adopté par près de 200 pays en Avril 2016. Le GFN a dit « il n’y a rien à retenir que ces nations pourrons atteindre le neutre en carbone d’ici 2050, à l’exception de la volonté politique de parvenir à ce but . Cette nouvelle façon de vivre est offerte avec de nombreux avantages, et sa réalisation prendra beaucoup d’ efforts.Les bonnes nouvelles sont qu’il est possible avec la technologie actuelle, et financièrement avantageuse avec des avantages globaux supérieurs aux coûts « , a-t-il dit, ajoutant que la transition va stimuler les pays émergents des secteurs tels que les énergies renouvelables tout en évitant le risque et les coûts liés à l’adaptation des infrastructures à l’impact du changement climatique grossissant.

hindu-devote
En Inde,un homme prie au milieu des eaux polluées par les nombreux détergents.

Une chose est sûre, cela ne peut pas continuer indéfiniment  ainsi , pour l’humanité qui sera dans une situation désespérée si nous continuons comme nous sommes. Je souhaite sincèrement que cet avertissement sincère aura un impact au moins certaines personnes, et ils font des changements à leur vie quotidienne pour aider à sauver notre monde.

Crise économique mondiale:Enorme, ce qui est en train de se passer:cela précède toujours le début d’une récession.

Ce que vous allez lire et voir confirme clairement qu’un nouveau ralentissement économique majeur a déjà commencé.

Il y a une semaine, vendredi 03 Juin 2016, le gouvernement américain a publié le pire rapport sur l’emploi depuis 6 ans, et beaucoup de gens ont été horrifiés par cette publication. Mais lorsque vous commencez vraiment à rentrer dans le détail de ces chiffres, vous comprenez alors rapidement que les choses sont encore plus graves que ce que la plupart des analystes laissent entendre. En particulier lorsque l’on analyse le nombre d’emplois à temps partiel aux États-Unis qui a commencé à baisser de manière significative après avoir atteint un sommet en décembre dernier. Alors pourquoi est-ce si important de le signaler ? Eh bien, c’est parce que le nombre d’emplois à temps partiel avait également commencé à décliner brusquement, juste avant les deux dernières récessions.

Vous voyez, lorsque les conditions économiques commencent à se dégrader, les salariés à temps partiel sont souvent affectés avant que les autres ne le soient. ils sont plus faciles à embaucher que d’autres types de salariés, mais ils sont également plus faciles à licencier.

 

Dans le graphique ci-dessous, il y a 3 sommets…, vous pouvez voir que le nombre de salariés à temps partiel avait d’abord atteint un 1er sommet et avait commencé à décliner rapidement avant même que la récession de 2001 n’ait démarré (1ère zone grisée à gauche). Et vous remarquerez aussi que le nombre de salariés à temps partiel avait également atteint un 2nd sommet, puis qu’il avait commencé à décliner rapidement avant même que le récession de 2008 n’ait débuté(2nde zone grisée). Cela montre pourquoi cette main-d’œuvre à temps partiel est considérée comme un “indicateur avancé” de l’économie américaine dans son ensemble. Lorsque le nombre de salariés à temps partiel atteint un pic et qu’ensuite, il commence à baisser de manière constante, c’est clairement une alerte majeure. Et voilà pourquoi il est extrêmement inquiétant de constater à nouveau que ce nombre de salariés à temps partiel avait atteint un sommet en Décembre 2015 et surtout, qu’il ait commencé à baisser un peu depuis…

 
http://research.stlouisfed.org/fred2/graph/graph-landing.php?g=4FHU

Bien sûr, j’ai averti les gens de ce nouveau ralentissement économique et ce depuis le milieu de l’année 2015. Cela fait 18 mois d’affilée que les commandes à l’industrie américaine sont en baisse, les annonces de licenciements sont en hausse de 24 % par rapport à la même période de l’année 2015, et tout récemment l’entreprise Microsoft a annoncé qu’elle allait supprimer 1.850 emplois alors que le marché des smartphones continue de ralentir.

Sur le mois de mai 2016, l’économie américaine a encore perdu 21.000 emplois à temps partiel, et depuis décembre 2015, elle en a quasiment perdu 64.000.

Il faut bien comprendre que si un nouveau ralentissement économique avait déjà commencé, c’est précisément ce à quoi il faudrait s’attendre. Ce qui suit sont quelques observations faites par Wolf Richter

US-recession-300x180

les entreprises sont confrontées à une baisse des commandes, elles réduisent donc en premier lieu leur recours à l’intérim. Les ventes des entreprises américaines sont en baisse constante depuis mi-2014. La productivité a été mauvaise et la situation s’aggrave. Les bénéfices sont en baisse pour le quatrième trimestre consécutif. Les entreprises constatent que la demande pour leurs produits est en train de faiblir, de sorte que la réduction des coûts a commencé. Les premiers à partir et à en subir les conséquences sont ces malheureux salariés à temps partiel.

Un autre indicateur montre de gros problèmes pour les salariés américains, c’est le labor market conditions index (un concentré de 19 indicateurs du marché du travail qu’a crée la Fed il y a un 18 mois environ)… Il suffit de consulter ce graphique provenant du site zerohedge, qui montre que cet indice a baissé d’un mois sur l’autre sur les 5 derniers mois consécutifs. Depuis la dernière récession, nous n’avons jamais vu une telle situation se produire…

20160606_LMCI

Alors que je mets en garde depuis des mois, les mêmes événements dont nous avions été témoins juste avant la dernière grande crise économique (2007/2009) se produisent à nouveau sous nos yeux.

Peut-être que vous avez une foi aveugle en Barack Obama, en la Réserve fédérale et en certains de nos «leaders», et sans doute, vous êtes convaincu que tout va bien se passer en quelque sorte, mais il y en a d’autres qui font tout ce qu’ils peuvent pour se préparer à l’avance afin de faire face à l’éventualité inverse.

Cela peut vous surprendre d’apprendre que George Soros est l’un d’entre eux.

Selon les derniers communiqués de presse, George Soros a vendu des paquets d’actions et a ensuite investi d’énormes quantités d’argent dans l’or ainsi que dans des actions de sociétés aurifères

gold-or-pièce-300x162

Peut-être que le meilleur argument en faveur de l’Or est le légendaire investisseur américain et milliardaire George Soros, qui a récemment vendu 37% de ses actions pour acheter aussitôt de l’or ainsi que des actions de mines d’or.

“George Soros , qui parlait jadis de “Bulle ultime” sur l’or, a repris ses achats du métal précieux après une interruption de trois ans. Lundi, l’investisseur milliardaire a révélé que sur le premier trimestre, il avait acheté pour 1,05 million d’actions de SPDR Gold Trust, le plus grand fonds indiciel adossé à l’or dans le monde, évalué à environ 123,5 millions de dollars, selon ce qu’ont publié Fortune et Reuters mardi 17 mai 2016.

George Soros n’a pas fait fortune n’importe comment.

De toute évidence, il sent que quelque chose d’important va arriver, et il effectue en conséquence, les mouvements qui lui paraissent les mieux appropriés.

Si vous pensez que le gouvernement va faire une grande annonce pour vous expliquer que la récession a déjà débuté, eh bien, vous risquez probablement d’attendre longtemps avant que cela n’arrive.

Habituellement, et c’est ce qu’on ne vous dit pas, le gouvernement attend toujours qu’une récession se soit produite sur une période prolongée de temps avant d’expliquer et d’informer qu’elle vient de commencer.

Par exemple, si on remonte au milieu de l’année 2008, Ben Bernanke, alors président de la Réserve Fédérale américaine avait insisté sur le fait que l’économie américaine ne se dirigeait pas vers une récession, même si nous avions compris bien plus tard que nous étions déjà en récession au moment où Ben Bernanke avait tenu cette infâme déclaration.

Sur mon site, j’ai publié tous les signaux d’alerte qui indiquent clairement qu’une nouvelle récession est déjà là depuis des mois.

Vous pouvez faire comme Ben Bernanke en 2008 et enfouir votre tête dans le sable et faire comme si rien ne se passait, ou vous pouvez évaluer honnêtement la situation actuelle et ajuster vos stratégies en conséquence comme George Soros est en train de le faire.

Bien entendu, je ne suis absolument pas un fan de George Soros. Les choses louches qu’il a effectué pour promouvoir la gauche radicale dans le monde entier sont bien connus. Mais si on parle de lui comme étant un investisseur futé, ce n’est pas non plus sans raison.

Le Venezuela sombre dans le chaos. L’effondrement économique est tellement fort que les gens en sont rendus à chasser les chiens comme les chats pour se nourrir. Dans la majeure partie du reste du monde, les choses sont loin d’être aussi négatives, et elles ne le seront pas pendant un certain temps encore. Mais sans nul doute, l’économie mondiale s’oriente dans la mauvaise direction, et le rythme s’accélère.

Actuellement, nous avons deux catégories de gens, il y a ceux qui sont déjà prêts, et les autres qui sont convaincus que tout va bien se passer et qu’il n’y a pas besoin de se préparer et d’anticiper quoi que ce soit.

En fin de compte, la plupart des gens finissent par croire à ce qu’ils veulent croire, et nous ne sommes plus très loin de cette période où ces choix auront de graves conséquences.

Source: theeconomiccollapseblog

 

Qui est Paul Singer, le milliardaire intraitable qui a ruiné l’Argentine

« Le « business model » de ce milliardaire américain est de traquer les Etats et entreprises en difficultés financières, racheter leurs titres de ‪#‎dette‬ à prix cassé et d’en réclamer le double ou le triple en justice. »

Le fonds vautour de ce septuagénaire a refusé de trouver un accord à l’amiable avec l’Etat argentin qui se retrouve à nouveau en défaut de paiement sur sa dette. Portrait.

Paul Singer,un vautour à la solde des Illuminati.
Paul Singer,un vautour à la solde des Illuminati.

 

L’Argentine est, depuis jeudi 31 juillet, en défaut de paiement sur sa dette. En cause: l’absence d’accord entre des fonds spéculatifs américains et les autorités de Buenos Aires. Cet épisode marque la dernière étape d’une bataille judiciaire qui dure depuis plus de dix ans.

Pour rappel, les fonds « vautours » NML Capital et Aurelius Management réclament au pays de Cristina Kirchner 1,3 milliard de dollars, après avoir racheté, pour une bouchée de pain, ses dettes, après la faillite du pays en 2001. Contrairement à 93% des autres créanciers de l’Argentine qui ont accepté de perdre de l’argent en trouvant un terrain d’entente avec Buenos Aires, ces deux fonds veulent, eux, récupérer la totalité de leur mise initiale, avec plus-value. L’affaire s’est donc retrouvée devant les tribunaux américains… qui ont donné raison aux fonds. Seulement l’Argentine crie à l’injustice et refuse en conséquence de payer NML Capital et Aurelius Management.

Une mise multipliée par 17

Derrière le premier fonds récalcitrant à tout accord amiable, règne Paul Singer. Ce psychologue de formation est le patron du fonds d’investissement Elliott Management, maison-mère de NML. Le « business model » de ce milliardaire américain est de traquer les Etats et entreprises en difficultés financières, racheter leurs titres de dette à prix cassé et d’en réclamer le double ou le triple en justice.

Cette technique avait rapporté gros, dans les années 90, dans un Pérou en proie à des problèmes financiers. L’entreprise du New-Yorkais qui fêtera ses 70 ans le 22 août prochain avait récupéré 58 millions de dollars en justice, soit 38 millions de bonus par rapport à sa mise initiale. Et ce, après avoir refusé de participer à un programme de restructuration mis en place par Lima. A son tableau de chasse, figurent également les cas de la Zambie ou de la République démocratique du Congo.

Cette fois, ce milliardaire, grand donateur du Parti républicain et ex-soutien du candidat à la maison Blanche Mitt Romney, vise 832 millions de dollars alors qu’il avait acheté les titres 48 millions il y a six ans. Il multiplierait ainsi par 17 sa mise de départ!

Une arme: la justice

Fils de pharmacien, Paul Singer a grandi dans le New Jersey fait son droit à Harvard et débute sa carrière en tant qu’avocat à Wall Street. Puis il se lance dans la finance dans les années 70, après avoir réuni un peu plus d’un million de dollars auprès d’amis et de membres de sa famille.

En 1977, il crée le hedge fund Elliott Associates LP. Ce n’est que dix ans plus tard qu’il se tourne vers la dette décotée et qu’il va se servir de la justice pour parvenir à ses fins. Bingo pour l’as des marchés dont le fonds gère aujourd’hui près de 24 milliards de dollars et dont le patrimoine est estimé par Forbes à 1,5 milliard de dollars.

Contrairement au discret fondateur d’Aurelius, Mark Brodsky, Paul Singer n’hésite pas à livrer ouvertement le fond de sa pensée. Comme à Davos, en janvier dernier, où il avait fustigé la politique menée par l’Argentine qui était alors secouée, à l’instar d’autres pays émergents, par une forte volatilité financière.

Il intervient également sur des sujets de société, notamment en défendant les droits des homosexuels lors des dernières élections présidentielles américaines. Une position pour le moins surprenante de la part d’un des principaux soutiens du parti républicain.

 

Le peuple argentin se révolte contre les fonds vautours

Une affiche qui dit tout
Une affiche qui dit tout

 

L’insoumise Argentine maintient depuis la crise de 2001 une posture de défiance vis-à-vis des fonds « vautours », une stratégie politique qui crispe les milieux économiques tout en rassemblant une classe politique profondément divisée.

Ces dernières semaines, la présidente de centre-gauche Cristina Kirchner a érigé en cause nationale le litige qui peut conduire mercredi son pays au défaut de paiement, à un peu plus d’un an d’une élection présidentielle qui marquera la fin de l’ère Kirchner (2003-2015).

« La patrie ou les vautours » clament des affiches de mouvements pro-Kirchner dans les rues de Buenos Aires, utilisant une formule rappelant le slogan de la révolution cubaine « La patrie ou la mort ».

« Le gouvernement présente le contentieux comme un face-à-face entre la nation et les fonds vautours, ce qui met l’opposition en difficulté, car se mettre du côté des vautours n’est pas une option. C’est une tactique très efficace », considère le sociologue Ricardo Rouvier.

Aucun des prétendants à la présidentielle d’octobre 2015 ne se risque sur le terrain glissant de la dette.

Sauf la députée centriste Elisa Carrio. « Beaucoup aiment cette formule de patrie et de vautours, sans savoir qu’ensuite ils peuvent se retrouver sans travail », dit-elle. « C’est un mauvais tour politique (…) Les dictateurs ou personnes autoritaires tentent toujours des coups nationalistes, héroïques, quand ils se sentent perdus ».

La présidente argentine oppose « les créanciers de bonne foi », ceux qui ont accepté d’alléger la dette, et les fonds « vautours » accusés de tentatives « d’extorsion ». Elle appelle à « une régulation du système financier, juste et équitable » face au « pillage financier international ».

La justice américaine a condamné en juin l’Argentine à verser 100% des sommes initialement dues à une poignée de fonds « vautours », soit 1,3 milliard de dollars, et tant que l’Argentine ne paiera pas, le juge Thomas Griesa bloquera les remboursements de la dette à 93% des créanciers, qui ne touchent eux qu’environ 30% de leur mise de départ.

L’Argentine a les moyens de payer cette somme mais dit redouter une avalanche de revendications si elle favorise certains créanciers.

L’Argentine paie ses dettes

Mme Kirchner écarte toutefois un « défaut de paiement » mercredi. « Je ne sais pas quel sera le terme, les agences de notation trouvent toujours un terme pour masquer ce qui se passe. Ici, l’Argentine a payé et quelqu’un empêche que le paiement parvienne aux détenteurs de bons ».

L’ex-ministre de l’Economie de Nestor Kirchner, Roberto Lavagna, critique sévèrement Mme Kirchner, mais l’approuve en partie sur le dossier des fonds « vautours ». « On cherche toujours la solution qui causera le moins de dégâts (…) Qui veut-on satisfaire en priorité? Le 1% de fonds procéduriers ou 93% des créanciers qu’on rembourse depuis 10 ans? », interroge celui qui a présidé à la première restructuration de la dette de 2005.

La question des fonds « vautours » figure comme une tache dans le long processus de désendettement postérieur à la crise de 2001.

Grâce à la renégociation de la dette de 2005 et 2010 et aux exportations agricoles portées par la flambée des prix des matières premières, l’Argentine a remis de l’ordre dans ses comptes. Alors qu’elle croulait sous la dette au début des années 2000, elle est aujourd’hui un Etat peu endetté, avec un passif de 40% du PIB, contre 166% quand la crise économique a éclaté.

Avant le jugement favorable aux fonds « vautours », l’Argentine avait le vent en poupe: accord avec le Club de Paris, sur l’indemnisation de Repsol pour la nationalisation de la compagnie pétrolière YPF, mesures pro-marchés comme la dévaluation de janvier 2014.

Sur la scène internationale, l’Argentine a reçu le soutien de ses alliés traditionnels latino-américains, de la Chine, de la Russie, du G77, de la France. Le FMI s’est même inquiété des conséquences du jugement pour l’avenir des restructurations de dette.

« Un défaut de paiement pourrait définitivement plomber le bilan de Cristina Kirchner, et pourrait réduire à néant les chances de tout candidat qu’elle soutiendrait » en 2015, estime Carlos Caicedo, expert de l’institut économique américain IHS.

Pour le politologue Rosendo Fraga, le gouvernement niera toute responsabilité dans un éventuel défaut de paiement et « désignera la justice américaine et les vautours comme responsables » des conséquences sur l’économie du pays.

Mais, avertit Roberto Lavagna, « il peut y avoir une solution de dernière minute ».

Sources:AFP

 

 

 

 

 

 

 

Vidéo important: Je consomme donc je suis – Vivez, prospérez, consommez !

Dans la société de consommation moderne, le neuf et le beau ne suffisent plus : il faut posséder (parfois en plusieurs exemplaires) les produits dernier cri les plus performants. Les achats ne sont plus destinés à répondre à des besoins fondamentaux, mais à satisfaire nos désirs, à être enviés, à épater.

Conséquence : le bonheur que procure l’acquisition d’un nouvel objet est toujours plus éphémère ; nous sommes en proie à un sentiment d’insatisfaction permanente. De plus, la durée de vie des produits ne cesse de diminuer, conduisant à l’épuisement des ressources et à l’accumulation des déchets. Derrière l’attitude de ces acheteurs boulimiques se profile un véritable scénario catastrophe. Est-il trop tard pour arrêter la machine que nous avons lancée ? Sociologues, psychologues, philosophes, spécialistes du marketing et de la publicité reviennent dans ce documentaire de Gene Brockhoff sur les limites du consumérisme et notre recherche effrénée du bonheur.

 

Source: Arte