Turquie: la bagarre éclate en plein parlement

Le parlement turc en pleine émeute.
Le parlement turc en pleine émeute.

ANKARA – Une bagarre a éclaté dans le parlement turc ce jeudi,23 janvier 2014, tellement un débat houleux sur les réformes judiciaires controversées a tourné au vinaigre.

Le chef adjoint de la principale opposition,le  Parti républicain du peuple (CHP), Bülent Tezcan, a été blessé et transporté à l’hôpital  ,sous les  premiers coups de  poings  qui  ont été donné   dans l’assemblée.

Selon les médias, la bagarre a éclaté après qu’un député eut parlé des révélations que le fils du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan ,avait fait  quand il avait été appelé à témoigner dans le cadre d’une enquête  importante sur la corruption qui secoue le gouvernement ,actuellement.

Mais l’avocat de Bilal Erdogan a publié une déclaration, disant que son client était « prêt à témoigner » si les procureurs l’appellent, mais que jusqu’à présent, aucune convocation n’a été reçue.

« Les événements au Parlement aujourd’hui et les rapports qui sont apparus sur certains médias au sujet de mon client sont des déclarations qui n’ont aucun fondement juridique, mais sont entièrement motivées politiquement », a déclaré l’avocat Ahmet Ozel.

« Mon client réside à une (enregistré) adresse permanente et nous sommes prêts à aller témoigner dès   la délivrance d’une assignation par le bureau du procureur. »

Le Parlement devrait voter à partir de vendredi soir sur un projet de loi visant à donner au gouvernement un plus grand contrôle sur l’appareil judiciaire, une décision qui a suscité des inquiétudes à la maison et à l’étranger sur l’état d’affaiblissement de la démocratie en Turquie ,sous Erdogan.

Son gouvernement a également limogé ou réaffecté des centaines de policiers et des procureurs dans ce qui est considéré comme une mesure de représailles pour l’enquête  sur la  corruption qui a frappé directement au cœur de l’élite politique.

Dans un  dernier mouvement, ce  jeudi 23 janvier 2014, plus de 160 officiers ont été démis de leurs fonctions dans la métropole à  l’ouest de Bursa, un jour après un remaniement similaire dans les principales villes d’Istanbul, d’Ankara et d’Izmir.

Les médias turcs estiment  qu’au moins 2500 policiers, dont des officiers supérieurs, ont été sanctionnés depuis que le scandale sur la  corruption a éclaté à la mi-décembre.

Des dizaines de procureurs, y compris des avocats chevronnés qui dirigent les enquêtes, ont également été licenciés ou réaffectés.

Plus de 50 personnes y compris les fils de ministres et des dirigeants d’entreprises  dont certains sont à  la tête d’une banque d’État ont été arrêtés le mois dernier dans le cadre de la sonde sur des allégations de blanchiment d’argent lié à l’Iran, la contrebande de l’or et la corruption dans les projets immobiliers.

Erdogan accuse un ancien allié, le prédicateur turc Fethullah Gülen en exil, d’être responsable de la création d’un État «parallèle» pour essayer de renverser son gouvernement par des loyalistes dans diverses institutions, y compris la police et la justice.

Mais les purges, couplés avec les mouvements et l’arrêt de la législation Internet judiciaires, ont suscité des critiques, en particulier dans l’Union européenne que la Turquie a longtemps cherché à joindre.

Des bagarres ont aussi éclaté plus tôt ce mois-ci lorsque les députés débattaient du projet de loi de la justice dans une commission parlementaire.

La crise politique a soulevé des préoccupations quant aux  perspectives économiques de la Turquie et a souligné baisse  en monnaie locale à des niveaux historiques  presque tous les jours  depuis le début de cette année.

« La Turquie est elle-même préjudiciable à une telle querelle aveuglante, » Muharrem Yilmaz, le chef de l’association d’affaires du pays, en parlant  de la querelle entre Erdogan et Gulen.

« Nous sommes préoccupés par la façon dont les groupes extérieurs ont un impact sur la politique politique », at-il ajouté.

Source: Middle East Online

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.