La crise économique globale menace l’humanité

À la recherche d’une alternative au Nouvel Ordre Mondial:

Dans  toutes les grandes régions du monde , la récession économique est profonde , entraînant le chômage de masse , l’effondrement de programmes sociaux étatiques et l’appauvrissement de millions de personnes. L’effondrement des marchés financiers a été le résultat d’une fraude institutionnalisée et de la manipulation financière. La crise économique s’accompagne d’un processus mondial de militarisation , d’une «guerre sans frontières» menée par les Etats-Unis et ses alliés de l’OTAN .

Il faut creuser sous la surface dorée  de l’étalage de faussetés jeté aux yeux du peuple des humains de la Terre, pour révéler une toile complexe de tromperie et de déformation médiatique servant à camoufler les rouages ​​du système économique mondial et ses effets dévastateurs sur la vie des gens .Il est fondamental dans l’intérêt de la survie du néolibéralisme et du capitalisme pur et dur de Wall Street,que l’ensemble des travailleurs et des travailleuses de cette planète ignore que toutes les formes de vie sont menacées de mort et que pour se maintenir,le Nouvel Ordre Mondial aura besoin de pratiquer l’eugénisme,à grande échelle…de manière discrète.

En d’autres mots,le  Nouvel Ordre Mondial ,pour perpétuer  sa puissance pendant  le temps très court qu’il reste à vivre aux humains de cette planète,aura besoin de ramener  la population mondiale à un maximum net de 500 millions d’individus sélectionnés.Donc,il faudra appliquer le  programme tel que défini sur les pierres de la Georgia Guidestone.

La majeure partie de l’humanité est donc menacée de mort et vit ,comme des autistes enfermés dans leur bulle qui ne peuvent  voir le monde ,dans un état d’Éveil Spirituel.

Il nous faut donc fournir  un exposé très lisible d’un système économique mondial , manipulé par une poignée d’ acteurs économiques extrêmement puissants pour leur propre bénéfice , pour enrichir une minorité au détriment d’une majorité sans cesse croissante. Il faut aussi préciser que nous sommes tous dans une impasse majeure sur le plan écologique surtout ,en plusieurs dimensions.

Les néolibéralistes ont tout intérêt à cacher la Vérité sur la condition terrible de  la vie et des écosystèmes ,sur Terre.S’il fallait  que le monde sache exactement ce qui arrive avec l’irradiation de l’océan Pacifique depuis le désastre de Fukushima,il y aurait une levée de foules à l’échelle mondiale.Le printemps arabe  de 2011 aurait l’air d’une marche de santé à côté de cela.

Voici un petit aperçu de ces dimensions du « paradigme ,lire l’impasse  de l’humanité actuelle »:

PREMIÈRE DIMENSION: l’efficacité énergétique dans le monde

Une étude sur l’efficacité énergétique dans le monde montre que les progrès patinent.


Un relatif consensus international émerge. Il voit l’efficacité énergétique comme une stratégie bénéfique pour chaque partie prenante : réduction de la dépendance aux importations d’énergie, réduction des émissions de gaz à effet de serre liées à l’énergie, préservation de la compétitivité des entreprises et du pouvoir d’achat des ménages…

Toutefois, ces bonnes nouvelles apparaissent en trompe-l’oeil, avec un ralentissement généralisé de l’efficacité énergétique sur les années récentes. Les disparités régionales demeurent et des solutions nouvelles doivent être trouvées pour tenir compte de la réalité de chaque pays et ainsi passer à la vitesse supérieure.

L’efficacité énergétique est devenue une réalité mondiale mais de fortes disparités persistent

L’édition 2013 du rapport sur l’efficacité énergétique dans le monde, réalisé par l’Ademe (Agence de l’environnement et la maitrise de l’énergie) pour le Conseil Mondial de l’Energie, avec le concours d’Enerdata, pointe les progrès sensibles observés partout dans le monde avec des différences régionales encore notables, fortement influencées par les économies dites émergentes.

Depuis 1990, au niveau mondial, l’intensité énergétique primaire (i.e. le ratio entre la consommation d’énergie primaire et le PIB d’un pays) a diminué au rythme de 1,3 % par an en moyenne et la diminution de l’intensité énergétique finale (i.e. le ratio entre la consommation finale d’énergie et le PIB) se révèle encore plus importante, de 1,6 % par an. [Mais cette baisse s’est fortement ralentie dans les années récentes, comme le montre le graphe ci-dessous :

Evolution de l'intensité énergétique.

Cette différence s’explique par l’augmentation rapide de la consommation d’électricité dont la production génère des pertes énergétiques dues aux faibles rendements de production et donc une baisse de l’efficacité du système de transformation de l’énergie.

Au-delà de l’impact de la crise économique, l’efficacité énergétique progresse dans la plupart des pays du monde sous l’effet des politiques mises en place. Les écarts de performance sont notamment liés à des contextes économiques disparates comme, par exemple, la forte présence de l’industrie lourde en Chine, ou les prix de l’énergie au Moyen-Orient et au sein de la Communauté des Etats Indépendants. Le ralentissement important de l’efficacité énergétique en Inde et surtout en Chine depuis 2008 est préoccupant et pèse fortement sur les performances mondiales.

D’un point de vue sectoriel, l’intensité énergétique des transports a diminué dans toutes les régions du monde, de 10 % en moyenne entre 1990 et 2011. La baisse est encore plus forte en Chine et en Inde, où la consommation d’énergie des transports par habitant est beaucoup plus faible que dans l’OCDE. Les progrès dans la consommation d’énergie des voitures, le développement des transports collectifs et le renchérissement du coût des carburants expliquent ces différences.

Dans le secteur résidentiel, si la consommation d’énergie par ménage a diminué de 0,8 % par an en moyenne au niveau mondial depuis 1990, les disparités nationales persistent. Les écarts sont particulièrement forts en termes de consommation électrique : 750 kWh par ménage par an en Inde, contre 1 300 en Chine, 3 500 en Europe, 5 000 au Japon et encore 10 000 en Amérique du Nord !(1)

___________________________________________________________________________

SECONDE DIMENSION: le réchauffement climatique  va détruire l’humanité à lui seul

6438104-le-giec-pointe-le-role-de-l-homme-dans-le-rechauffement-climatique

Le GIEC vient de rendre son rapport. Angoissant, mais nullement surprenant pour les vieux écolos dans mon genre… Le GIEC, c’est le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat. Claude Allègre et quelques autres ont débiné ses études, sous les applaudissements d’un quarteron d’irresponsables économiques, politiques et médiatiques…

À Stockholm, le GIEC en rajoute une couche. Il trace des perspectives pour la fin du XXIe siècle. Si l’on ose dire, le réchauffement qu’il annonce fait froid dans le dos.

Une situation qui ne s’améliore pas

Nous avons besoin d’énergie. Je laisse de côté le cas du nucléaire. Le pétrole se raréfie, et nous croyons malin de le remplacer par du très lourd – du charbon, des schistes bitumineux, des sables asphaltiques ou des gaz ou huiles de schiste. Les hydrocarbures « non conventionnels », voilà l’avenir, nous serinent les pétroliers, les financiers et Arnaud Montebourg.

Nous paierons ces combustibles beaucoup plus cher que ne le prédisent ces « responsables » aux yeux de taupe.

Je veux citer un seul chiffre : 400. 400 quoi ? 400 ppm… 400 parties par million de gaz carbonique dans l’atmosphère. Le CO2 constitue le principal gaz à effet de serre, fauteur de réchauffement climatique. Lorsque les scientifiques ont commencé à mesurer son abondance dans l’air, en 1957, ils trouvaient la valeur de 360 ppm. Avant l’ère industrielle, on en était à 280. Nous avons dépassé les 400 cette année.

Les recommandations du GIEC, répétées, rabâchées lors de la Conférence des Nations unies de Copenhague, en 2009, étaient que nous ne devions à aucun prix dépasser une hausse de la température moyenne superficielle de la terre de 2°C en 2050. Et que, pour obtenir ce résultat, nous étions dans l’obligation de diviser par deux nos émissions de gaz à effet de serre, par rapport à ce qu’elles étaient au début des années 1990.

Le fait est qu’en ce moment, nous ne divisons pas par deux ces pollutions : nous les multiplions par le même chiffre. Nous allons quatre fois trop vite, trop fort, trop mal.

Les conséquences désastreuses d’un réchauffement

Que se passera-t-il si nous persévérons dans cette inconscience ? Nous dépasserons les 2°C de réchauffement en 2050, et nous atteindrons 4 à 6 en 2100. Le GIEC nous donne sa fourchette révisée : entre 0,3 et 4,8°C pour la fin du siècle.

La valeur la plus basse nécessiterait que nous devenions immédiatement et durablement vertueux, et que nous acceptions, pour ainsi dire, la décroissance économique générale. Nous atteindrons les 4,8°C (autant dire 5) si nous continuons simplement à brûler les carburants fossiles au rythme actuel…

Si nous réchauffons à ce point l’atmosphère, nul ne maîtrisera plus rien. Le phénomène s’est déjà produit, de façon cataclysmique, à la fin de l’ère Primaire, il y a 250 millions d’années. Selon la science officielle,l’homme était innocent de cet événement, pour la bonne raison qu’il n’était même pas en projet dans les cartons de l’évolution…

À l’époque, de gigantesques volcans se sont éveillés en Sibérie, et ont vomi des nappes de lave (qu’on appelle des « trapps ») plus vastes que la France. Ils ont craché des quantités prodigieuses de gaz carbonique. La température de la planète a augmenté de 4°C.

  Photo prise lors de la conférence de Copenhague sur le climat, le 18 décembre 2009 (WITT/SIPA).

C’est alors que s’est produit un rebond fatal : les glaces polaires ayant fondu, les océans ont absorbé davantage de chaleur. Les organismes du plancton sont morts à cause de l’acidification des mers : or, ce sont les principaux « puits de carbone » de la planète.

Par ailleurs, de gigantesques quantités de méthane, jusque-là fixées au fond des mers et dans le sol toujours gelé (le permafrost ou permagel) des régions arctiques et subarctiques, ont été rendues à l’atmosphère : or, le méthane est 23 fois plus « efficace » que le CO2 comme gaz à effet de serre.

Résultat : la température de la planète a grimpé en flèche, de plus de 10°C. Des catastrophes indicibles se sont déclenchées : incendies, extension des déserts, pluies acides, ouragans gigantesques, élévation de 70 mètres du niveau des mers, etc. Plus de 90% des espèces végétales et animales ont été anéanties…

Nous sommes vulnérables

La plus formidable extinction de masse de l’histoire du la Terre a été provoquée par un réchauffement climatique initial de 4°C, suivi d’un rebond implacable à plus de 10.

Nous filons vers les 4 ou 5 : nous aurons donc les 10. Nous commençons à entrevoir que tel est l’avenir que nous réservons à nos enfants à la fin du XXIe siècle ou au début du suivant.

Parmi les lignées zoologiques disparues, au terme de l’ère Primaire, figurait un groupe de poissons que les paléontologues appellent « cuirassés ». Malgré leur impressionnante armure, ces animaux sont morts jusqu’au dernier. Si nous persévérions dans notre erreur énergétique actuelle, nous pourrions incarner les poissons cuirassés de la grande extinction que nous aurions déclenchée, et qui conclurait en farce notre aventure orgueilleuse sur cette négligeable planète.

Nous sommes tous des poissons cuirassés en voie d’extinction. Par notre faute. Sur le mode du hara-kiri – ou du seppuku, comme disent les Japonais.

__________________________________________________________________________

TROISIÈME DIMENSION: Fukushima va irradier les océans

J’ai prouvé par mes articles que la situation va en empirant et nous allons mener une action politique sérieuse sur ce point.

Il s’agir de relire mes articles pour s’en convaincre:

http://michelduchaine.com/2013/10/12/alerte-fukushima-mise-a-jour-importante-lhumanite-en-danger-de-mort-imminente/

http://michelduchaine.com/2013/10/17/alerte-fukushima-no-2sous-la-centrale-se-forme-un-marecage-radioactif/

http://michelduchaine.com/2013/10/14/alerte-fukushima-rien-nempeche-la-fuite-radioactive-dempoisonner-locean-pacifique/

_____________________________________________________________________________

____________________________________________________________________________

QU’ALLONS-NOUS FAIRE?….Un MOUVEMENT MONDIAL DE DÉSOBÉISSANCE CIVILE…POUR NOUS OPPOSER AU NOUVEL ORDRE MONDIAL!
Afin de sauvegarder un minimum d’espoir pour l’avenir de l’humanité ainsi que protéger un tant soit peu ,le reste des autres formes de vie,il va nous falloir désormais œuvrer pour enlever le pouvoir de gérance du monde des mains des politiciens et des sociétés secrètes qui les contrôlent.
La mise en place des éléments de base afin de développer un Mouvement Mondial de Désobéissance Civile est rendue nécessaire et incontournable.
Donc,notre but ultime sera de proposer une alternative au Nouvel Ordre Mondial afin de rétablir l’ordre sur Terre…même s’il fallait retourner à un ordre ancien pour parvenir à un équilibre.
Aussi allons nous rechercher des alliés et des militants dans toutes les nations du monde.
Vive la Révolution Mondiale!

…………………………………………………………………….

LÉGENDE

(1)source:

(Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie)  http://a:deme.typepad.fr/file/cp_etude_ademe_08102013.pdf

Publicités

Un commentaire sur “La crise économique globale menace l’humanité

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.