Nouvel Ordre Mondial:L’illusion de l’éradication de l’État Islamique

La chute du Califat et la dispersion des jihadistes de Daesh ont ouvert une période de recyclage de ce personnel. Considérés selon les cas comme des combattants fanatiques ou de simples psychopathes cachés derrière une idéologie, ils sont courtisés par les États et les sociétés multinationales qui les ont indirectement employés. Ici on  dresse le paysage de leur seconde chance et met en garde face à la complaisance dont les Occidentaux font preuve vis-à-vis de l’idéologie de l’État Islamique, c’est-à-dire de celle des Frères musulmans.

Si, avec la chute de l’État Islamique, les dirigeants du monde entier s’interrogent sur la reconstruction de l’Iraq et de la Syrie, bien d’autres questions se posent plus difficiles encore, même s’il n’est pas d’usage de les évoquer en public.

À l’issue de toute guerre idéologique, comme les guerres de religion du XVIème siècle européen ou la Seconde Guerre mondiale au XXème siècle, la question se pose de l’avenir des soldats vaincus. Beaucoup ont commis des crimes atroces et ne paraissent pas ré-intégrables dans les sociétés victorieuses.

Depuis les chutes successives de Mossoul, Rakka, Deir ez-Zor et Boukamal, le Califat n’a plus de territoire. La fin de l’État islamique fait suite à l’abandon par les États-Unis du projet de « Sunnistan », coupant la route de la soie en Iraq et en Syrie (plan Robin Wright [1] censuré par l’intervention du président Trump en mai 2017). En définitive, les jihadistes ont été défaits par les armées irakiennes et syriennes.

Les fameuses Jeeps Toyota de l’État Islamique furent livré par le département d’éta américain (cad: la CIA)

Durant trois ans, la Coalition globale anti-Daesh a alterné des bombardements inefficaces et des largages d’armes aux jihadistes, ainsi qu’en a longuement attesté le Parlement iraquien. Elle n’a joué de rôle décisif que durant la bataille de Mossoul au cours de laquelle elle a tenté d’exterminer les jihadistes restants, en rasant complètement la ville.

En 2015, le Califat disposait de 240 000 combattants : 
– 40 000 jihadistes, membres de Daesh en tant que tel. 
– 80 000 membres de l’Ordre des Naqchbandis, anciens soldats de l’armée iraquienne licenciés par Paul Bremer. 
– 120 000 hommes des tribus sunnites de l’Ouest de l’Irak, descendants de combattants yéménites.

Au Québec,nous retrouvons ce Salam Elmenyaei,,un terroriste protégé par de puissants avocats et des symphatisans de Québec Solidaire.

Il n’existe aucun moyen d’évaluer combien sont morts au combat et combien de nouveaux jihadistes ont été acheminés durant la guerre. Quelles que soient les déclarations des uns et des autres, on ignore combien ils sont aujourd’hui et l’on peut juste se référer aux chiffres antérieurs à titre approximatif.

Si les 200 000 Iraquiens qui avaient rejoint Daesh se sont à nouveau fondus dans la population sunnite iraquienne, que faut-il faire des 40 000 criminels endurcis que sont les jihadistes étrangers ?

Abu Bakr al-Baghadi ,le calife autoproclamé de l’État Islamique est un ancien agent du Mossad israélien.

Combattre le Califat
À titre de comparaison, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, si la Wermarcht (c’est-à-dire l’armée allemande) a été démobilisée sans esclandre, que fallait-il faire des SS (les troupes du mouvement nazi reconnues comme organisation criminelle par le Tribunal de Nuremberg) ? Ils étaient près de 900 000 et il n’était évidemment ni question de les tuer, ni même de les juger. Beaucoup retournèrent chez eux se faire oublier. Les officiers furent massivement récupérés par les États-Unis pour lutter contre l’URSS, soit pour saboter l’économie soviétique, soit pour installer des régimes anti-communistes un peu partout dans « le monde libre » (sic). Quelques-uns refusèrent la paix et poursuivirent la guerre durant deux ans encore, ce furent les « loups solitaires » ; expression que l’on réutilise actuellement.

Le recyclage des SS fut mené par le premier directeur de la CIA, Allen Dulles, et son frère, le secrétaire d’État, John Foster Dulles. Personne n’en sut rien jusqu’à ce que le Congrès US ne découvre l’ampleur et les conséquences de cette opération. Les Commissions Church et Nedzi-Pike, ainsi que la Commission présidentielle sur les activités de la CIA aux États-Unis, ont établi les faits de manière indiscutable à partir de 1975. Le président Jimmy Carter décida de mettre fin à ce programme tandis que l’amiral Stansfield Turner purgea la CIA.

L’opinion publique internationale a retenu que durant près de trente ans les États-Unis étaient une crypto-dictature dans laquelle des centaines de milliers de citoyens étaient frappées d’interdiction professionnelle et des millions d’autres étaient espionnés. Elle a par contre complètement oublié que des pays aussi divers que l’Arabie saoudite, la Bolivie, la Corée du Sud, le Guatemala, l’Iran, les Philippines ou encore Taïwan étaient gouvernés par des dictatures cruelles s’appuyant sur les SS recyclés par la CIA [2]. Les programmes de manipulation mentale, les expériences d’ingestion de drogues et les écoles de torture sont parfois évoqués de manière distincte alors qu’ils forment un ensemble cohérent prolongeant la « science nazie » (sic).

Il importe donc de réfléchir maintenant à la solution du problème des jihadistes afin de ne pas reproduire ce type d’erreur et de ne pas imposer à nos enfants la suite des crimes de Daesh.

Certes, la situation actuelle est différente de celle de la Seconde Guerre mondiale. D’un côté, elle est plus facile car les jihadistes sont beaucoup moins nombreux que ne l’étaient les SS. D’un autre, elle est plus complexe car si Adolf Hitler avait été vaincu, les commanditaires des jihadistes ne l’ont pas été.

– 1. Laissons de côté ceux qui fuient de manière isolée. Ils représentent un problème de police, mais pas plus.

– 2. D’autres, en groupes, tentent de s’approprier de nouveaux territoires dont ils puissent être les caïds, soit à proximité de l’ancien Califat, soit dans leur pays d’origine. Mais ils ne semblent plus participer à une stratégie globale.

Environ 200 d’entre eux se sont repliés sur la province d’Idleb, contrôlée par Al-Qaïda. Ils s’y affrontent à divers groupes insurgés.

Certains se sont déplacés en Afrique. Ils sont présents au Sinaï, où ils se battent contre l’alliance militaire égypto-israélienne [3] ; en Libye où ils tiennent la Tripolitaine ; et au Nigeria où ils affrontent l’alliance tchado-nigériane.

– 3. L’essentiel des jihadistes de Daesh s’est divisé en deux groupes. Les États-Unis (via les anarchistes kurdes) et la Turquie les traitent comme des combattants professionnels et leur offrent un avenir de mercenaires.

a) Le premier groupe a été récupéré par Brett McGurk et le général Joseph Votel pour former la moitié d’une Force de protection des frontières stationnée en Syrie. Ce projet ayant été censuré par le général Jim Mattis, cette Force n’a pas été constituée. Ces hommes campent à Kasham, à la sortie de la base militaire US [4].

La semaine dernière, le Parti de l’union démocratique (PYD), c’est-à-dire le parti anarchiste kurde syrien, les a amnistiés et a commencé à les incorporer dans ses milices, les Unités de protection du peuple (YPG), ainsi que l’a dénoncé au Conseil de sécurité l’ambassadeur russe, Vassily Nebenzia. Or, les YPG étant officiellement armées et encadrées par des militaires US, ces jihadistes se trouvent de facto sous le commandement du Pentagone même si ce n’est pas au titre d’une Force de protection des frontières.

b) Le second groupe a été recyclé par Recep Tayyip Erdoğan sous le drapeau de l’Armée syrienne libre (ASL). Présentée en 2011 par la presse atlantiste comme créée par des déserteurs de l’Armée arabe syrienne, l’ASL était en réalité constituée de combattants libyens d’Al-Qaïda sous encadrement militaire français [5]. Dispersée deux fois, elle a été reconstituée et se bat aux côtés de l’Armée turque à Afrin.

La rupture au sein des jihadistes entre pro-US et pro-turcs reflète la désagrégation de l’alliance turco-US. 
• Brett McGurk avait fait partie de l’équipe de John Negroponte et Donald Rumsfeld qui imagina et organisa l’Émirat islamique en Irak (futur Daesh) afin de transformer l’unanimité de la Résistance anti-US en guerre civile sunnito-chiite. 
• Au début de sa carrière politique, alors qu’il était un des dirigeants de la Millî Görüş, une organisation islamiste irako-germano-turque créée par Ezzat Ibrahim al-Duri (le grand-maître de l’Ordre iraquien des Naqchbandis) et Necmettin Erbakan (Turquie), Recep Tayyip Erdoğan supervisait l’approvisionnement en armes des jihadistes tchétchènes contre la Russie. Beaucoup plus tard, lorsqu’il fut Premier ministre, il aida les jihadistes dans leur lutte contre la République arabe syrienne et soutint Daesh sans réserve [6].

Quoi qu’il en soit, la répartitions des jihadistes semble tenir à la fois des opportunités et des origines ethniques. Par exemple, Abdullah Sufuni, l’ancien émir d’Alep, se serait rangé du côté US pour se venger des pertes subies lors de l’intervention turque en Irak. Tandis que les jihadistes caucasiens se sont tournés vers la Turquie parce qu’ils ont d’étroites relations avec elle depuis trente ans.

– 4. Si le Pentagone a renoncé à créer un État pour couper la voie de communication reliant la Méditerranée à l’Iran et à la Chine, il n’a pas pour autant abandonné la stratégie de l’amiral Arthur Cebrowski visant à détruire les sociétés et les États du « monde non-globalisé » [7]. Certains des combattants de Daesh ont donc été récupérés pour poursuivre ce plan, comme des Forces spéciales supplétives.

Dans ce contexte, des jihadiste ont été acheminés par les armées US dans le sous-continent indien, en Afghanistan, au Pakistan, en Inde, au Bangladesh et au Myanmar (mais pas au Sri Lanka), ainsi que l’a révélé Zamir Kabulov, l’envoyé spécial de Vladimir Poutine en Afghanistan.

Le chef d’état major iranien, le général Mohammad Baqeri, a confirmé que l’US Air Force transférait une partie des membres de Daesh d’Irak et de Syrie vers l’Afghanistan. Le président iranien, cheikh Hassan Rohani, a joint par téléphone son homologue russe, Vladimir Poutine, pour lui confirmer cette information. Puis, s’adressant à la presse, il a révélé avoir proposé l’aide de l’Iran à l’Afghanistan contre les jihadistes pro-US de Daesh.

Mahendra Modi,premier ministre de l’Inde : un allié pour le nouvel Ordre Mondial.

Selon le sénateur pakistanais Rehman Malik, l’Inde organiserait une collaboration entre les jihadistes et le Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), la milice du parti hindou du Premier ministre indien, Narendra Modi. Il s’agirait de pénétrer les insurgés musulmans du Cachemire pour les anéantir. Le RSS, qui assassinat le mahatma Gandhi, a une longue tradition d’extrême violence. Rehman Malik n’est pas un simple sénateur, il fut nommé chef du contre-espionnage par Benazir Bhutto, puis devint ministre de l’Intérieur du Pakistan. Il vient de lancer une procédure afin que l’Onu porte l’affaire devant la Cour pénale internationale et que Narendra Modi soit jugé.

Le haut-commissaire de l’Onu aux Droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a déclaré la semaine dernière que la crise des Rohingyas au Myanmar [8] pourrait déboucher sur un conflit régional. Si ce devait être le cas, le conflit démarrerait d’abord au Bangladesh et en Malaisie où résident de nombreux réfugiés.

Quelques centaines d’autres jihadistes sont retournés en Amérique latine. Principalement originaires de Trinité-et-Tobago, ils ont tenté d’organiser un méga-attentat lors du carnaval des 13 et 14 février, mais ont été arrêtés cinq jours auparavant [9]. La mission de ce commando était de reprendre la tradition islamiste de l’île des Caraïbes, dans la lignée du coup d’État manqué de juillet 1990. Puis, ils devaient profiter du désordre créé au Vénézuéla pour plonger le pays dans une guerre comparable à celle qu’à connu la Syrie.

Combattre l’idéologie du Califat
Si, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Occidentaux ont raté la réinsertion des anciens SS, ils ont par contre réussi à éradiquer presque partout leur idéologie : le nazisme. Celle-ci ne s’est maintenue qu’à travers les SS recyclés dans les réseaux stay-behind chargés de saboter l’économie soviétique, dans les pays Baltes et en Ukraine où elle ressurgit aujourd’hui.

À leur création, les Nations Unies furent avant tout une coordination internationale pour la dénazification et la lutte contre la propagande de guerre. Tous ses États membres ont interdit les symboles et les publications nazies. Le parti nazi, le NSDAP, a été dissous et la propagande de guerre censurée. Or, personne, à l’exception de la Fédération de Russie et de ses alliés, ne semble actuellement s’inquiéter de lutter contre l’idéologie de l’islam politique et contre son parti : la Confrérie des Frères musulmans [10].

À titre d’exemple, la France dispose d’une institution chargée de représenter les musulmans du pays. Elle est parvenue à y faire siéger deux représentants de la Confrérie et à en retirer la présidence à un fonctionnaire algérien pour la confier à un membre de la Millî Görüş turque. Simultanément, elle organise une campagne de presse mondiale contre Tariq Ramadan, le petit-fils du fondateur des Frères musulmans, actuellement poursuivi dans une affaire criminelle. L’idée est de personnaliser le débat, de manière à faire disparaître de la vue ce symbole gênant, sans pour autant se confronter à l’idéologie de la Confrérie.

La Confrérie des Frères musulmans a déjà été dissoute, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, à la fois en raison des assassinats politiques qu’elle avait perpétrés en Égypte et des renseignements qu’elle avait fournis à l’Allemagne nazie. Mais rien n’a été entrepris contre son idéologie. Pis, le MI6 britannique a profité de l’incarcération de ses principaux dirigeants pour réorganiser la Confrérie à son image. La situation n’a pas changé. Après l’épisode désastreux de Mohammed Morsi, l’Égypte a à nouveau interdit la Confrérie, mais le président Abdel Fattah al-Sissi, soucieux de pacifier son pays, laisse son épouse porter le voile (le voile n’a aucun rapport avec l’islam et n’est apparu qu’avec les califes de Bagdad).

Les Iraquiens et les Syriens viennent de renverser le Califat de Daesh, mais la bataille est loin d’être terminée. Une partie des jihadistes poursuit sa mission, tandis que leur idéologie continue à avoir droit de cité. Une nouvelle fois, il est très difficile pour les Occidentaux d’abandonner un instrument si utile à leur stratégie.

Source principale:un article de Thierry Messan


NOTES ET SOURCES

 

[1] “Imagining a Remapped Middle East”, Robin Wright, The New York Times Sunday Review, September 8, 2013.

[2Inside the League, Scott & Jon Lee Anderson, Dodd Mead & Company, 1986. « La Ligue anti-communiste mondiale, une internationale du crime », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 12 mai 2004.

[3] “Secret Alliance : Israel Carries Out Airstrikes in Egypt, With Cairo’s O.K.”, David D. Kirkpatrick, The New York Times, February 3, 2018.

[4] « Secrets, mensonges et confusion US au Nord de la Syrie », par Thierry Meyssan, Al-Watan (Syrie) , Réseau Voltaire, 23 janvier 2018.

[5] « Islamistas libios se desplazan a Siria para « ayudar » a la revolución », Daniel Iriarte, ABC (Espagne), 17 décembre 2011. Version française : « Des islamistes Libyens en Syrie pour « aider » la révolution », traduction de Mounadil Al-Djazaïri, 18 décembre 2011. « L’Armée syrienne libre est commandée par le gouverneur militaire de Tripoli », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 18 décembre 2011,

[6] Sur l’histoire de Daesh et sur celle du président Erdoğan, on se référera à Sous nos Yeux, de Thierry Meyssan, éditions Demi-lune, 2017.

[7The Pentagon’s New Map, Thomas P. M. Barnett, Putnam Publishing Group, 2004. « Le projet militaire des États-Unis pour le monde », par Thierry Meyssan, Haïti Liberté (Haïti) , Réseau Voltaire, 22 août 2017.

[8] « L’islam politique contre la Chine », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 3 octobre 2017.

[9] « Un commando de Daesh arrêté à Trinité-et-Tobago », Réseau Voltaire, 9 février 2018.

[10] Je récuse le concept d’« islamo-fascisme » car l’idéologie des Frères musulmans n’a aucun rapport avec l’islam même si elle en instrumente le langage.

 

 

 

Publicités

Un commentaire sur “Nouvel Ordre Mondial:L’illusion de l’éradication de l’État Islamique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.