Incroyable ! 12 000 empreintes de dinosaures vieilles de 68 millions d’années révèlent leurs secrets

C’est comme s’ils avaient marché ici récemment, et que le ciment avait séché pour immortaliser leur passage. Pourtant, les empreintes de dinosaures du site archéologique de Cal Orcko, à Sucre en Bolivie, ne datent pas d’hier : au contraire, elles ont environ 68 millions d’années.

Sur un mur haut de 200 mètres, et large d’1,5 kilomètres, plus de 12 000 traces de pas venant de huit espèces différentes sont référencées, faisant de ce lieu l’endroit où la densité d’empreintes fossilisées sur une même couche est la plus grande au monde.

Découvert il y a 20 ans, le site attire de plus en plus de touristes, émerveillés par ces traces presque intactes, malgré les millions d’années qu’elles ont traversé. Parmi les fossiles identifiés, on trouve ceux de titanosaures ou encore d’herbivores de 15 mètres de long, dont les empreintes rondes sont si grandes qu’elles peuvent contenir un homme. Les touristes peuvent également s’émerveiller devant la plus longue piste de dinosaure connue : 500 mètres d’empreintes ininterrompues d’un petit tyrannosaure, baptisé pour l’occasion «Johnny Walker».

Aujourd’hui, l’observation des empreintes a permis de comprendre le comportement de certaines espèces: les titanosaures, par exemple, se déplaçaient en groupe, leurs petits au milieu du troupeau. Par ailleurs, «la grande biodiversité observée à Cal Orcko corrobore l’idée d’une extinction soudaine des dinosaures, au détriment de la théorie d’un lent déclin de la diversité des espèces pendant la période crétacée» explique Christian Meyer, professeur à l’université de Bâle.

Voici les traces de 465 dinosaures différents
Mais pourquoi les traces de pas sont-elles le long d’un mur ? Il s’avère que ce mur de roche a été l’ancien rivage d’un lac soulevé au fil du temps par des mouvements tectoniques. Désormais, les fossiles sont devenus fragiles car exposés à l’érosion éolienne et hydraulique.

 

 

En septembre 2017, la ville de Sucre a d’ailleurs déposé un dossier pour soumettre la candidature de Cal Orcko au Patrimoine mondial de l’Unesco. «En entrant sur la liste, la préservation des empreintes ne serait plus seulement la responsabilité des autorités locales mais aussi nationales et bien sûr de l’Unesco», explique Cloris Lambertin, secrétaire départementale au tourisme. Ce serait la moindre des choses : la richesse archéologique du site de Cal Orcko demeure aujourd’hui unique au monde et permet aux archéologues d’en savoir toujours plus sur ces bêtes fascinantes qu’étaient les dinosaures.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s