Les plus mystérieuses découvertes effectuées au fonds des océans mises en photos

D’innombrables mystères tapissent les fonds sous-marins. Au fil des années, des plongeurs on fait émerger des objets extraordinaires, retrouvés dans les fonds des océans, comme des épaves ou des moteurs de fusées! Cliquez pour plonger au cœur du mystère!

 

Fusée Saturn V
Selon CNN, des parties du moteur de la fusée Saturn V ont été retrouvées dans l’Atlantique en 2013. Il s’agit de la fusée dans laquelle Neil Armstrong et ses collègues ont voyagé pour la mission Apollo 11. C’est le formidable PDG d’Amazon, Jeff Bezos, qui a dirigé l’expédition.

 

 

 

Ville engloutie
Il a fallu des années de recherches à l’archéologue Frank Goddio pour découvrir la célèbre citée engloutie d’Héracléion. D’après CNN, Goddio a trouvé la ville oubliée en 2000 et son équipe travaille toujours sur le site pour mettre à jour tous ses objets perdus.

 

 

Désastre de Port Royal Cette ville était la plaque tournante du commerce de Jamaïque, mais le 7 juillet 1692, un immense tremblement de terre l’a presque totalement détruite. Deux tiers de la ville ont coulé dans les fonds océaniques.

 

Galion San José
Aux alentours de 1708, des navires britanniques ont submergé le San José, un galion espagnol. Ce dernier transportait une fabuleuse cargaison d’or en provenance de Carthagène. L’épave a finalement été retrouvée et a marqué le début d’une bataille juridique afin de savoir à qui attribuer la valeur du trésor, évaluée à 17 milliards de dollars, comme nous l’apprend National Geographic.

 


EN COMPLÉMENT

Rivière secrète
les scientifiques ont découvert une rivière sous-marine qui s’écoule environ 35 mètres en-dessous de la mer Noire

 

Rivière sous-marine découverte coulant sur le fond de la mer

Des rivières sous-marines massives qui coulent le long des océans ont été découvertes par des scientifiques.

Une image radar tridimensionnelle, utilisant des couleurs fausses, du chenal sous-marin où il pénètre dans la mer Noire depuis le détroit du Bosphore.

Les chercheurs travaillant dans la mer Noire ont trouvé des courants d’eau 350 fois plus importants que la Tamise qui coule le long du fond de la mer, creusant des canaux semblables à une rivière sur la terre ferme.

La rivière sous-marine, qui a jusqu’à 115 pieds de profondeur par endroits, a même des rapides et des cascades semblables à ses équivalents terrestres.

Si l’on en trouve sur terre, les scientifiques estiment qu’il s’agirait du sixième plus grand fleuve du monde en termes de quantité d’eau qui le traverse.

La découverte pourrait aider à expliquer comment la vie parvient à survivre dans l’océan profond loin au large des eaux riches en nutriments qui se trouvent près de la terre, car les rivières transportent des sédiments et des nutriments avec eux.

Les scientifiques, basés à l’Université de Leeds, ont utilisé un sous-marin robotique pour étudier pour la première fois un chenal profond qui avait été trouvé sur le fond marin.

Ils ont trouvé une rivière d’eau très salée qui coule le long du chenal profond au fond de la mer Noire, créant des berges de rivières et des plaines inondables comme une rivière à terre.

Le Dr Dan Parsons, de l’école de la terre et de l’environnement de l’université, a déclaré: «L’eau dans les canaux est plus dense que l’eau de mer environnante car elle a une salinité plus élevée et transporte beaucoup de sédiments.

«Il coule le long du plateau de la mer et dans la plaine abyssale comme une rivière sur terre.Les plaines abyssales de nos océans sont comme les déserts du monde marin, mais ces canaux peuvent fournir des nutriments et des ingrédients nécessaires pour la vie sur ces déserts. .

« Cela signifie qu’ils pourraient être d’une importance vitale, comme les artères fournissant la vie à l’océan profond.

« La principale différence que nous avons trouvée dans les rivières terrestres était que lorsque l’écoulement circule dans le virage, l’eau tourne en sens inverse des rivières terrestres. »

La rivière sous-marine découverte par le Dr Parsons et ses collègues, qui n’a pas encore été nommée, provient de l’eau salée qui s’écoule du détroit du Bosphore depuis la Méditerranée jusqu’à la mer Noire, où l’eau contient moins de sel.

Cela fait que l’eau dense de la Méditerranée coule comme une rivière le long du fond de la mer, creusant un chenal avec des berges d’environ 115 pieds de profondeur et 0,6 de mille de large. C’est la seule rivière sous-marine active à avoir été trouvée jusqu’à présent.

Les scientifiques ont longtemps soupçonné qu’ils pouvaient se former, après que des échographies du fond de la mer ont révélé des chenaux sinueux dans de nombreux océans du monde, bien qu’aucun d’entre eux ne se soit jamais vu déceler des courants d’eau.

Parmi les plus grands de ces canaux est au large de la côte du Brésil où l’Amazonie pénètre dans l’océan Atlantique.

On pense que la plupart se sont formés lorsque le niveau de la mer était beaucoup plus bas et que les chenaux atteignaient jusqu’à 2 500 milles de long et plusieurs milles de large.

Le chenal de la mer Noire, bien que beaucoup plus petit, est le seul qui coule encore et prouve que ces canaux mystérieux sont formés par des rivières sous-marines.

Contrairement aux tranchées océaniques, qui sont des formations géologiques qui se forment dans les parties les plus profondes de l’océan en raison des mouvements des plaques tectoniques, les chenaux sous-marins serpentent comme des rivières sur terre et forment des berges de la même manière en érodant le limon du fond. canal et le construire sur les bords.

Dr Parsons a constaté que la rivière de la Mer Noire coule à environ 4 miles par heure avec 22 000 mètres cubes d’eau passant par le canal chaque seconde – 350 fois plus que la Tamise et 10 fois plus grande que la plus grande rivière d’Europe, le Rhin.

La rivière de la mer Noire ne coule que sur environ 37 milles jusqu’à ce qu’elle atteigne le bord de la plate-forme maritime et se dissipe dans la mer profonde.

Dr Parsons a déclaré que les données de la recherche seront également importantes pour les compagnies pétrolières qui cherchent à forer dans les zones où ces rivières existent.

Il a dit: « C’est la première fois que nous avons pu montrer qu’il y a un écoulement dans un système de canaux naturels et que nous mesurons directement le flux et comment cela est lié à la forme et à la morphologie du canal. »


 

 

Fortune sous-marine
Le S.S. Central America était un navire d’une longueur de 85 mètres, qui transportait de grandes quantités d’or, quand il a été englouti en 1857.
en 2014, une expédition intitulée Odyssey Marine Exploration a découvert 45 lingots et 3000 pièces d’or appartenant au navire.

 

Plus de 2 900 pièces d’or et 45 lingots d’or ont également été récupérés.

 

lus de 2 900 pièces d’or et 45 lingots d’or ont été retrouvés sur les naufragés SSCentral America depuis qu’une fouille archéologique a débuté à la mi-avril, l’entreprise Odyssey Marine Exploration, a annoncé un rapport publié mardi.

D’autres artefacts récupérés au 19 e siècle comprennent des bagages, un pistolet, une montre de poche et plusieurs daguerréotypes, un type de photographie précoce. Plusieurs échantillons d’anémones de corail et de mer ont également été collectés dans le cadre d’un programme scientifique qui étudie la diversité biologique des grands fonds marins.

Ce sextant, trouvé dans le champ de débris de l’épave du SS Central America, aurait pu servir à fixer la position du navire pendant le transit de Panama jusqu’à son naufrage au large des côtes de la Caroline du Sud.

Des spécimens de pins et de chênes placés sur les fonds marins en 1990 et 1991, lors des dernières plongées connues sur le site des naufrages, sont récupérés afin que les scientifiques puissent étudier les «vers de mer» qui consomment et détruisent les bois du navire.

« Les informations fournies par cette expérience ont fourni de nouvelles informations précieuses sur la dégradation des épaves dans cet environnement, et cela aide grandement notre interprétation des conditions que nous observons sur ce site et peut s’attendre à d’autres épaves dans des circonstances similaires », dit l’un des les rapports précédemment publiés par Odyssey Marine Exploration.

Le SS Central America a coulé au large de la côte de la Caroline en 1857, à l’apogée de la ruée vers l’or de la Californie, quand il a navigué dans un ouragan. Il était parti, quelques jours plus tôt, du Panama, avec environ 580 passagers transportant avec eux une quantité d’or inconnue. Estimations pour l’ensemble de la cargaison d’or entre trois et 21 tonnes d’or.

L’un des tas de pièces d’or, remonté à la surface, à l’extérieur de la coque de l’épave du SS Central America.

 

Le naufrage du navire a contribué à la panique de 1857 et à la dépression économique qui a suivi aux États-Unis, affirment les historiens.

Thomas G. Thompson, un chercheur de Defiance, Ohio, a découvert l’emplacement du navire – environ 160 miles au large de la Caroline du Sud – en 1987, après des années à développer la technologie nécessaire pour cartographier et explorer le fond marin. Pendant ce temps, les riches Ohioiens ont versé de l’argent dans la recherche de Thompson.

Nemo , un véhicule télécommandé, a rapporté plus de 40 millions de dollars d’or à bord du navire à vapeur à coque en bois, considéré par beaucoup comme le Titanic de son époque. Les scientifiques et les ingénieurs qui ont participé à la récupération initiale se souviennent de l’excitation écrasante de regarder une alimentation en direct du naufrage alors qu’ils frappaient l’or.

Plusieurs lingots d’or avec des poids variables ont été découverts à la poupe de l’épave du SS Central America.

 

Peu de temps après que Nemo ait apporté le premier lot d’or, un groupe d’entreprises américaines et britanniques qui avaient assuré la cargaison du navire plus d’un siècle revendiquait des droits sur le trésor. En 1993, après une longue procédure contentieuse, la compagnie de Thompson, Columbus-America Discovery Group et les assureurs ont accepté de diviser le trésor, les premiers ayant acquis 92,5% des biens récupérés.

Deux ans plus tard, Thompson a été giflé avec une nouvelle poursuite, cette fois par certains de ses investisseurs, qui ont dit qu’ils n’avaient pas reçu les retours qui leur avaient été promis. En 2012, Thompson a raté une audience connexe et est devenu un fugitif après qu’un juge fédéral a émis un mandat d’arrestation pour le chasseur de trésor.

Un aperçu de l’une des roues à aubes SS Central America.

En mars, Odyssey Marine Exploration s’est vu attribuer un contrat exclusif pour récupérer le trésor restant du naufrage. La société cotée en bourse à Tampa, en Floride, devrait recevoir 80% du produit de la récupération jusqu’à un montant fixe et 45% par la suite.

En juin, le juge en chef des États-Unis, Rebecca Beach Smith, a ordonné à un expert de superviser la manipulation par les maréchaux américains des artefacts tirés de l’épave, d’après Mike Lorz du Columbus-America Discovery Group.

La société d’exploration de naufrages en eaux profondes a publié quatre rapports depuis qu’elle a fait sa première plongée dans la SS Amérique centrale il y a quatre mois, y compris des listes du nombre et du type de pièces trouvées. Parmi les listes figurent des articles historiques, comme une paire de pantalons en coton, deux paquets de papier scellés, un bol en céramique blanche, un cadenas et une clé.


En 2013, la police américaine a trouvé deux véhicules contenant six cadavres dans un lac d’Oklahoma.

 

En 1985, l’océanographe Robert Ballard a découvert l’épave du Titanic qui avait fait naufrage en 1912. de nombreux objets provenant du navire ont aussi pu être retrouvés.

 

Le 1er septembre 1985, l’explorateur sous-marin Robert Ballard a localisé l’épave la plus célèbre au monde. Le Titanic repose en grande partie intact à une profondeur de 12 000 pieds au large de la côte de St. John’s (Terre-Neuve)

 

 

Des scientifiques ont découvert les ruines d’une ancienne tribu dans le lac Issyk-Kul, au Kirghizistan. Plus de 200 artefacts appartenant au peuple Saca ont pu être mis à jour.

 

Poterie de la culture Saka-usun.

 

 

 


Les cranes déformés

À 300 m de la ville mexicaine d’Onavas, les archéologues ont découvert un site avec 25 sépultures humaines, dont 13 ont une déformation du crâne

 

Une découverte archéologique de 13 crânes en forme de Conehead au Mexique a des gens qui se souviennent du fameux sketch Saturday Night Live . Les ossements, qui datent d’environ 1 000 ans et datent de 945 à 1308 après J.-C., ont été découverts accidentellement lors d’une fouille pour un système d’irrigation dans l’État de Sonora, au nord-ouest du Mexique. Bien qu’il ne soit pas rare que des sites archéologiques soient mis au jour lors de fouilles modernes, les crânes déformés découverts sur le site sont assez rares, surtout au nord de Sonora. « Il s’agissait d’un cimetière hispanique avec 25 crânes, et 13 d’entre eux ont des têtes déformées », a déclaré à ABC News Cristina Garcia Moreno, qui a travaillé sur le projet avec l’Arizona State University . « Nous ne savons pas pourquoi cette population a spécifiquement déformé leurs têtes. »

 

Plusieurs squelettes comportant des crânes en forme de cône ont été trouvés durant une excavation. La découverte a été réalisée alors que l’on creusait un nouveau système d’irrigation dans une ville mexicaine.

 

 

Une image générée par ordinateur de ce que Pavlopetri aurait pu ressembler

 

Des maisons jumelées avec des jardins, des vêtements qui sèchent dans les cours, des murs et des rues bien dessinées – Pavlopetri incarne le mode de vie suburbain. Sauf que c’est un port de l’âge de bronze, submergé depuis des millénaires au large de la côte sud-est de la Grèce.

 Elle est devenu la première ville sous-marine à être entièrement cartographiée numériquement et enregistrée en trois dimensions, puis ramenée à la vie avec l’infographie.

Le résultat montre combien il a en commun avec les villes portuaires d’aujourd’hui – Liverpool, Londres, New York, San Francisco, Tokyo ou Shanghai – malgré le fait que son apogée était de 4000 ans.

Couvrant une superficie d’environ huit terrains de football, Pavlopetri apparaît comme une série de grandes zones de pierres indiquant des complexes de construction, parmi lesquels un réseau de murs peut être tracé.

C’est une ville de routes bien construites bordées de maisons individuelles et jumelées à deux étages. Il y a de plus grands bâtiments apparemment publics et des preuves d’un système de gestion de l’eau complexe impliquant des canaux et des gouttières.

Ce n’était pas un village de paysans mais une société stratifiée où les gens exerçaient des professions: chefs de villes, fonctionnaires, scribes, marchands, commerçants, artisans (potiers, bronziers, artistes), soldats, marins, agriculteurs, bergers et probablement esclaves. .

La société grecque de l’âge du bronze devenait hiérarchique et très organisée, chacun avait un rôle clairement défini à jouer.

La mode de pointe

L’ascension et la chute de Pavlopetri ont coïncidé avec la période des premières civilisations européennes – les Minoens de Crète et plus tard les Mycéniens de la Grèce continentale.

Des archéologues sous-marins de l’Université de Nottingham et le ministère grec de la Culture ont utilisé un sonar acoustique et un robot de cartographie stéréo avancée de l’Université de Sydney pour enregistrer la ville pierre par pierre en 3D photo-réaliste.
Des spécialistes du CGI de l’industrie cinématographique se sont joints aux chercheurs dans le domaine, appliquant l’infographie de pointe aux données de l’enquête archéologique
il est toujours possible de voir combien son architecture était évoluée.

 

Machine d’Anticythère
Selon l’édition numérique du Smithsonian, les scientifiques ont étudié cet objet pendant des années pour élucider son mystère. Il a plus tard été conclu que cette machine servait de calendrier solaire et lunaire. Certains disent qu’il s’agit même du premier ordinateur de l’Histoire!

 

Les échelles sur le fragment C divisent l’année par les jours et les signes du zodiaque.

Après avoir 2000 ans  sous la  mer, trois pièces plates, difformes de bronze au Musée archéologique national à Athènes sont toutes les nuances de vert, d’émeraude à la forêt. De loin, ils ressemblent à des rochers avec des taches de moisissure. Rapprochez-vous, cependant, et la vue est magnifique. Crushed inside, obscurci par la corrosion, sont des traces de technologie qui semblent tout à fait modernes: des  engrenages avec des dents triangulaires soignées (comme l’intérieur d’une horloge) et une bague divisée en degrés (comme le rapporteur utilisé à l’école). Rien d’autre de ce genre n’a jamais été découvert depuis l’Antiquité. Rien de plus sophistiqué, ni même proche, n’apparaît plus de mille ans.

Pendant des décennies, après que les plongeurs aient récupéré ces débris de l’épave d’Anticythère de 1900 à 1901, les chercheurs n’ont pas réussi à les comprendre. L’imagerie par rayons X dans les années 1970 et 1990 a révélé que l’appareil doit avoir reproduit les mouvements du ciel. En le tenant dans vos mains, vous pouvez suivre les trajectoires du Soleil, de la Lune et des planètes avec une précision impressionnante. Un chercheur l’a surnommé «un ordinateur grec ancien». Mais les images radiographiques étaient difficiles à interpréter, les historiens ignoraient donc l’artefact, même s’il était soutenu par des écrivains marginaux comme Erich von Däniken, qui prétendait provenir d’un vaisseau spatial extraterrestre. . Ce n’est qu’en 2006 que le mécanisme d’Anticythère a attiré plus d’attention. Cette année-là, Mike Edmunds de l’Université de Cardiff au Pays de Galles et son équipe ont publié des scans CT des fragments, révélant plus de détails sur le fonctionnement interne, 

Le mécanisme d’Anticythère était de la même taille qu’une horloge de cheminée, et des morceaux de bois trouvés sur les fragments suggèrent qu’il était logé dans une caisse en bois. Comme une horloge, l’affaire aurait eu un grand visage circulaire avec des mains tournantes. Il y avait un bouton ou une poignée sur le côté, pour enrouler le mécanisme vers l’avant ou vers l’arrière. Et au fur et à mesure que le bouton tournait, des trains de roues dentées emboîtaient au moins sept mains à différentes vitesses. Au lieu des  heures et des minutes, les aiguilles affichaient le temps céleste: une main pour le Soleil, une pour la Lune et une pour chacune des cinq planètes visibles à l’œil nu – Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne. Une boule rotative noire et argent montre la phase de la Lune. Les inscriptions expliquaient quelles étoiles se levaient et se fixaient sur une date particulière. Il y avait également deux systèmes de cadran à l’arrière du boîtier, chacun avec une épingle qui suivait sa propre rainure en spirale, comme l’aiguille d’un tourne-disque. L’un de ces cadrans était un calendrier. L’autre montre le calendrier des éclipses lunaires et solaires.

Le plus grand des 82 éléments du mécanisme trouvé jusqu’à présent, le fragment A a quatre rayons qui auraient tourné une fois par an, suivant le Soleil par rapport aux étoiles de fond.

Des experts ont travaillé à déchiffrer des inscriptions cachées à l’intérieur du mécanisme, notamment pour comprendre les pièces manquantes du mécanisme, certaines détruites, d’autres encore probablement au fond de la mer. Bien que les repères sur la face avant ne survivent pas, Alexander Jones, un historien à l’Institut pour l’étude du monde antique à New York, dit qu’une inscription révèle qu’ils portaient des boules colorées: rouge feu pour Mars, or pour le soleil . 

Il manque également les parties qui ont conduit les pointeurs planétaires, conduisant à un débat sur la façon exacte dont ils ont bougé. Parce que les planètes tournent autour du Soleil, lorsqu’elles sont vues de la Terre, elles semblent errer dans le ciel. Les Grecs ont expliqué ce mouvement avec des « epicycles »: de petits cercles superposés sur une plus grande orbite. Selon Michael Wright, un ancien conservateur du Musée des Sciences de Londres qui a étudié le mécanisme plus longtemps que quiconque, il a modélisé des épicycles avec des trains de petits engrenages chevauchant les plus grands. Bien que certains experts aient écarté cela au-delà des capacités des Grecs, Jones dit qu’il publiera des preuves soutenant l’idée plus tard cette année.

D’autres inscriptions suggèrent où le mécanisme a été fabriqué. Paul Iversen, un classique de la Case Western Reserve University à Cleveland, rapporte que le calendrier inclut les noms des mois utilisés à Corinthe et dans ses colonies dans le nord-ouest de la Grèce. Un cadran qui montre le calendrier des principaux festivals sportifs, y compris les Jeux olympiques, répertorie Naa , un festival organisé dans le nord-ouest de la Grèce, et Halieia, tenue au sud sur l’île de Rhodes. Peut-être que le mécanisme provenait de Rhodes et était expédié vers le nord. L’ancien philosophe Posidonius avait un atelier à Rhodes qui aurait pu être la source; selon Cicéron, Posidonius a fait un modèle similaire du ciel au premier siècle avant JC

La tradition de faire de tels mécanismes pourrait être beaucoup plus ancienne. Cicéron écrivit un dispositif en bronze fabriqué par Archimède au IIIe siècle avant J.-C. Et James Evans, historien de l’astronomie à l’Université de Puget Sound à Tacoma, Washington, pense que le cycle d’éclipse représenté est d’origine babylonienne et commence en 205 av. était Hipparque, un astronome à Rhodes à cette époque, qui a travaillé sur les mathématiques derrière l’appareil. Il est connu pour avoir mélangé les prédictions basées sur l’arithmétique des Babyloniens avec les théories géométriques favorisées par les Grecs. 

Quoi qu’il en soit, le mécanisme d’Anticythère prouve que les anciens Grecs utilisaient des arrangements complexes de roues précisément taillées pour représenter la dernière compréhension scientifique. C’est aussi une fenêtre sur la façon dont les Grecs ont vu leur univers. Ils en sont venus à croire que la nature fonctionnait selon des règles prédéfinies, comme une machine – une approche qui forme la base de nos conceptions scientifiques modernes. Edmunds soutient que cette «philosophie mécanique» doit s’être développée comme un processus à double sens. Les anciens mécaniciens qui ont capturé le cosmos en bronze n’étaient pas seulement en train de modeler des théories astronomiques, mais ils les inspiraient aussi.

Un cadran a l’arrière est fait pour les éclipses (modèle illustré).

 

 

Le tsunami meurtrier aurait pu découvrir les restes d’une ancienne ville portuaire au large des côtes du sud de l’Inde.

Les archéologues affirment avoir découvert des restes de pierre de la côte près du célèbre temple de Mahabalipuram en bord de mer dans l’état du Tamil Nadu après le tsunami du 26 décembre.

Ils croient que les «structures» pourraient être les restes d’une ville portuaire ancienne et florissante dans la région abritant le célèbre temple rupestre taillé dans la pierre il y a 1200 ans.

Trois restes, dont un lion en granit, ont été retrouvés enfouis dans le sable après que le littoral ait reculé dans la zone après le tsunami.

Vestiges issus de la mer.

Les restes sous-marins

« Ils pourraient faire partie de la petite ville portuaire qui existait ici avant que l’eau ne les engloutisse, ils pourraient faire partie d’un temple ou d’un bâtiment, nous enquêtons », dit T Sathiamoorthy de Archaeological Survey of India (ASI).

Les archéologues disent que les restes de pierre remontent au 7ème siècle après JC et mesurent près de 6 pieds de haut.

Ils ont des gravures élaborées du genre de celles que l’on trouve dans le temple de Mahabalipuram.

Le temple, qui est un site du patrimoine mondial, représente certains des premiers exemples connus de l’architecture dravidienne datant du 7ème siècle après JC.

Le monument a également de gigantesques reliefs en plein air taillés dans le granit.

Le Bouddha en bronze qui a flotté sur la côte à Kalapakkam

 

Les vagues du tsunami ont également aidé les archéologues à dessiner un tel relief qui avait été recouvert de sable pendant des siècles.

Un relief de rocher à moitié achevé d’un éléphant a été «naturellement dessiné» par les vagues féroces et attire maintenant de grandes foules dans cette destination touristique populaire.

Au cours des trois dernières années, des archéologues travaillant avec des plongeurs de l’Inde et de l’Angleterre ont trouvé les restes de l’ancien port.

Les archéologues disent qu’ils ont fait des relevés sous-marins à 1 km du temple et trouvé des restes sous-marins.

Légende

Les mythes de Mahabalipuram ont d’abord été écrits par le voyageur britannique J Goldingham, qui visita la ville côtière du sud de l’Inde en 1798, époque à laquelle les marins appelaient les sept pagodes.

Les mythes parlent de six temples submergés sous les vagues avec le septième temple encore debout sur le rivage.

 

Mahabalipuram était autrefois une ville portuaire florissante

Les mythes indiquent également qu’une grande ville qui était autrefois sur le site était si belle que les dieux devinrent jaloux et envoyèrent une inondation qui l’engloutit entièrement en une seule journée.

Le tsunami a également emporté un Bouddha en bronze de 9 pouces de hauteur sur la côte au large de l’état  de Kalapakkam .

«Il était couché avec d’autres objets, il a dû être amené à la mer depuis la Birmanie ou la Thaïlande», explique T Sathiamoorthy.

Le Bouddha a été remis aux autorités locales et pourrait bientôt trouver une place dans un musée indien.

« Nous le protégerons si personne ne le réclame », explique M. Sathiamoorthy. 


la fosse des Mariannes est la plus profonde sur la planète et mesure plus de 11 000 mètres en-dessous du niveau de la mer. En comparaison, la plus haute montagne du monde, l’Everest, culmine à 9 000 mètres d’altitude.

 

Doigt glacé de la mort
La BBC explique que ce phénomène, aussi appelé brinicle, se produit dans les profondeurs de l’océan. Il s’agit d’une formation de cristaux de glace qui part de la surface et atteint les fonds marins en gelant tout ce qu’elle touche.

 

Monument de Yonaguni
La structure de Yonaguni a été découverte en 1985 par le plongeur japonais Kihachiro Aratake. Certains spécialistes pensent que la ville faisait partie de la civilisation japonaise Mu.
Épave d’Uluburun
Ce navire se serait abîmé en mer au XIVe siècle av. J.-C. et a été retrouvé au large de la Turquie. Divers objets appartenant à l’âge du bronze de la navigation ont été retrouvés sur le site,

UN CIMETIÈRE DE LOCOMOTIVES PERDUES

Des archéologues ont découvert un « cimetière » de trains sur la côte du New Jersey. Les véhicules, bien conservés, remonteraient à 1850.

Les archéologues ont découvert un cimetière de train au large de la côte du New Jersey, où deux locomotives rares des années 1850 étaient préservées sous 90 pieds d’eau. 

Il reste un mystère comment les deux moteurs à vapeur ont été coulés. Il n’y a aucune trace historique de leur construction et aucune trace de leur perte.

Les explorateurs croient que les moteurs ont été perdus dans une tempête à cinq milles de la côte de Long Branch, dans le New Jersey, alors qu’ils étaient transportés de Boston au Mid-Atlantic.

Périmé: Les deux moteurs sont des modèles Planet Class 2-2-2 T, similaires à cette locomotive à vapeur Pioneer. Ils étaient déjà dépassés quand ils ont été faits

Un plan à l’étude consiste à tirer les deux locomotives à la surface pour les restaurer.

Les locomotives sont de rares modèles Planet Class 2-2-2 T, qui n’ont été fabriqués que pendant une courte période car ils sont devenus obsolètes presque dès leur fabrication. 

C’étaient des locomotives de 15 tonnes entièrement chargées et autonomes, à une époque où les moteurs à vapeur étaient fabriqués à 35 tonnes

Cimetière: C’est l’une des deux locomotives incrustées de rouille qui se trouvent à cinq milles de la côte du New Jersey. Ils restent remarquablement bien conservés, malgré la rouille

Selon M. Lieb, ils étaient pleins de puissance pour leur taille, mais ils étaient trop petits pour leur temps.

Paul Hepler, le premier à découvrir les locomotives, les a trouvées par hasard en 1985. Il cartographiait le fond de l’océan avec un magnétomètre, lorsque l’appareil a ramassé deux énormes objets métalliques en dessous.

« Je ne savais pas ce que c’était au début parce que l’eau était sale et que la visibilité était si mauvaise à l’époque », a-t-il déclaré au journal. «Une fois que j’ai eu un meilleur coup d’oeil dans les plongées ultérieures, je pouvais voir qu’ils étaient des locomotives.

Survivre: Les cheminées sont encore visibles sur ce train des années 1850. Les chercheurs croient que les moteurs à vapeur ont été perdus car ils étaient expédiés de Boston à l’Atlantique centre
Côte à côte: Les deux moteurs sont assis à la verticale, comme s’ils tiraient dans une gare

 

Restauration: Le New Jersey Transportation Museum étudie un plan pour faire remonter les locomotives à la surface et les étudier
Murky: Les eaux troubles rendent difficile pour les plongeurs d’inspecter complètement les deux moteurs à vapeur

 

Épave du Vasa
Ce navire a coulé au début du XVIIe siècle alors qu’il quittait le port de Stockholm pour son tout premier voyage. Après avoir passé 300 ans échoué au fond de l’océan, il a été renfloué et possède maintenant son propre musée à Stockholm.

 

Médecine romaine
Dans un article du Smithsonian, on apprend qu’une équipe d’archéologues a exploré une épave romaine dans les années 1980 et 1990. Ils ont été surpris d’y découvrir des pilules parmi les objets trouvés.

 

plonger entre deux continents

Fissure de Silfra
En Islande, se trouve un spot de plongée où il est possible de nager entre deux continents. la fissure marque en effet la séparation entre les plaques tectoniques d’Amérique du nord et d’Eurasie.

Cela prend « deux endroits à la fois » à un tout nouveau niveau inférieur.

La fissure de Silfra en Islande  est une fissure profonde et aqueuse entre les continents nord-américain et eurasien. C’est l’endroit où les  deux plaques tectoniques massives se rencontrent  et se séparent lentement, causant des tremblements de terre environ une fois par décennie.

Pour beaucoup, Silfra est la plongée de toute une vie. Non seulement vous pouvez toucher deux continents séparés pendant une plongée, mais l’eau glaciale est remarquablement bleue et étonnamment pure: La visibilité s’étend généralement sur 300 pieds dans la plupart des fissures, ce qui en fait l’une des eaux les plus limpides du monde.

Armés de caméras, Wethorse Productions  (vidéo ci-dessus) et le photographe sous-marin Alex Mustard  (images ci-dessous) ont pris des plongées à Silfra , déterminés à documenter l’endroit où « la terre déchire ».

Les résultats sont un rappel que juste quand vous pensez que vous avez tout vu de la planète Terre, vous ne voyez rien encore.

A diver explores the cathedral at Silfra canyon, a deep fault filled with fresh water in the rift valley between the Eurasian and American tectonic plates) at Thingvellir National Park, Iceland. In this photo the American plate is on the left and the Eurasian plate on the right. Model released.

Château de Loki
Dans l’océan Atlantique, entre le Groenland et la Norvège, les scientifiques ont découvert des micro-organismes. Ces derniers correspondraient au « chaînon manquant » entre l’évolution des premiers organismes ayant habité la Terre et ceux qui ont suivi.

Profondément sous l’océan Atlantique entre le Groenland et la Norvège, les scientifiques ont trouvé des microorganismes qu’ils appellent un chaînon manquant reliant les cellules simples qui ont peuplé la Terre à la vie cellulaire complexe apparue il y a environ 2 milliards d’années. Les chercheurs ont déclaré mercredi qu’un groupe de microorganismes appelé Lokiarchaeota, ou Loki, a été récupéré du fond marin inhospitalier et glacial à environ 2,35 km sous la surface de l’océan, non loin d’un système d’évacuation hydrothermale appelé Loki’s Castle. une figure mythologique nordique. La découverte fournit un aperçu de la façon dont les types cellulaires plus grands et complexes qui sont les blocs de construction pour les champignons, les plantes et les animaux, y compris les gens, un groupe appelé eucaryotes, ont évolué à partir de petits microbes simples, ils ont dit.

Les Lokiarchaeota font partie d’un groupe appelé Archaea qui possède des cellules relativement simples dépourvues de structures internes telles qu’un noyau. Mais les chercheurs ont trouvé que les Lokiarchaeota partagent avec les eucaryotes un nombre significatif de gènes, dont beaucoup ont des fonctions liées à la membrane cellulaire. Ces gènes auraient fourni à Lokiarchaeota « un » kit de démarrage « pour soutenir le développement de la complexité cellulaire », a déclaré le microbiologiste évolutionnaire Lionel Guy de l’Université d’Uppsala en Suède. Les archéobactéries et les bactéries, une autre forme microbienne, sont connues sous le nom de procaryotes. «Les humains ont toujours été intéressés à essayer de trouver une réponse à la question« D’où venons-nous? Eh bien, nous savons maintenant de quel type d’ancêtre microbien nous descendons », a déclaré Thijs Ettema, microbiologiste évolutionniste de l’Université d’Uppsala,

Champ d’aération hydrothermale le long de la dorsale médio-océanique de l’Arctique, près de l’endroit où le «Loki» a été trouvé dans les sédiments marins. Le système de ventilation hydrothermale a été découvert par des chercheurs du Centre for Geobiology de l’Université de Bergen (Norvège).

« Le puzzle de l’origine de la cellule eucaryote est extrêmement compliqué, car il manque encore beaucoup de pièces, nous espérions que Loki révélerait encore quelques pièces du puzzle, mais quand nous avons obtenu les premiers résultats, nous n’en avons pas cru nos yeux. Les données semblaient simplement spectaculaires « , a ajouté Ettema dans un communiqué de presse.

La grande diversité de la vie de la Terre aurait été impossible sans cette transition des cellules rudimentaires aux plus compliquées observées dans la vie multicellulaire. La vie microbienne est née il y a environ 3,5 milliards d’années. La première vie cellulaire complexe est apparue il y a environ 2 milliards d’années. Comment la complexité cellulaire d’abord développé a été l’un des grands puzzles de la biologie évolutionniste, a déclaré Guy. Les Lokiarchaeota ont été récupérés à partir de couches de sédiments dépourvues d’oxygène pendant les voyages d’un navire de recherche norvégien, a déclaré le microbiologiste Steffen Jørgensen de l’Université de Bergen en Norvège. Alors que les bouches géothermiques du château de Loki crachent des fluides atteignant environ 570 degrés Fahrenheit (300 degrés Celsius) à environ 9 miles (15 km), l’emplacement des Lokiarchaeota était désolé, sombre et autour du point de congélation, Jørgensen ajouté.

Ce qui prouve que la vie  peut se développer  a la surface d’une multitude de planètes hostiles a l’être humain!

 

Publicités

Submergée de déchets, Moscou étouffe

La Russie produit près de 70 millions de tonnes de déchets par an, selon les estimations de l’organisation écologiste Greenpeace. Le tri sélectif n’existe que dans une centaine de villes russes et la plupart des déchets s’accumulent depuis des décennies dans des décharges de plus en plus polluantes.

 

 

Moscou étouffe. Les déchets qui s’accumulent dans les décharges, avec leurs odeurs incommodantes et leurs rejets toxiques, insupportent les habitants de la périphérie de la capitale russe. Et l’incinération, solution brandie par les autorités, est loin de satisfaire tout le monde. Selon Greenpeace, au cours des dix dernières années, le volume des déchets en Russie a augmenté de 30%. Seuls 2% de ces déchets sont incinérés et 7% recyclés, tandis que le reste est stocké dans les décharges.

 

«La Russie semble réaliser la prédiction du physicien Niels Bohr selon laquelle l’humanité mourra en étouffant sous ses propres déchets», ironise un responsable de Greenpeace-Russie, Alexeï Kisseliov. Dans les environs de Moscou, 24 décharges ont été fermées au cours des cinq dernières années parce qu’elles avaient atteint les dimensions maximales, tandis que 15 autres – d’énormes montagnes puantes à ciel ouvert – continuent à recevoir de nouvelles masses de déchets polluants non triés. «La plupart ont été créées il y a 50 ans, sans aucune technologie de traitement du gaz et des eaux usées» qui en découlent, reconnaît le ministère local de l’Écologie.

Des enfants empoisonnés

Ce problème a fait irruption dans le débat public il y a un an, lorsque les habitants de Balachikha, une ville à six kilomètres à l’ouest de Moscou, étouffant sous les odeurs d’une décharge avoisinante, ont demandé sa fermeture au président Vladimir Poutine lors d’une cession de questions-réponses à la télévision. A cette date, la situation demeure inchangée.

Fin mars, une cinquantaine d’enfants ont dû recevoir une assistance médicale à Volokolamsk, au nord-ouest de Moscou, après avoir été intoxiqués par un gaz émanant d’une décharge proche. Des milliers d’habitants ont alors manifesté, un fait rare en Russie, pour réclamer sa fermeture. Le mouvement de révolte s’est étendu à d’autres villes, parfois avec une virulence très rare dans une Russie où toute protestation est accueillie avec fermeté par le pouvoir. La Russie s’est alors esnuite adressée aux Pays-Bas en demandant de lui fournir un système pour neutraliser les gaz toxiques, faute de technologie russe efficace dans ce domaine. Selon les experts, près de 11 millions de tonnes de déchets s’accumulent chaque année rien que dans les alentours de Moscou, soit 16% de tous les déchets du pays. «Le plus grave, c’est que personne ne fait attention au problème tant qu’il n’y a pas une émission de gaz, une fuite d’eau polluée ou un incendie dans une décharge», déplore M. Kisseliov.

Face à cette catastrophe écologique, le gouvernement russe a promis de construire cinq usines d’incinération des déchets: quatre dans la région de Moscou et une à Kazan, sur la Volga. Les deux premières usines, en mesure d’incinérer 700.000 tonnes de déchets par an et de produire chacune 70 mégawatts d’électricité, doivent être terminées en 2021 à Voskressensk, dans le sud-est de Moscou, et à Naro-Fominsk, dans le Nord-Est. «L’objectif, c’est de mettre fin au stockage des déchets dans les décharges», explique Andreï Chipelov, directeur de la société RT-Invest qui développe le projet.

Incinérer ou recycler?

Les travaux doivent débuter dans les prochaines semaines, mais la population locale a multiplié les actions de protestation, craignant un impact négatif sur l’environnement. «Nous voulons des usines de recyclage et non des usines d’incinération», s’insurge une habitante de Naro-Fominsk, Marina Melnikova. Comme d’autres habitants de sa ville, qui ont réuni 4000 signatures contre le projet transmises au président Poutine, Marina avoue craindre la pollution par les dioxines cancérogènes qui pourraient émaner des rejets de l’usine. «Il faut bien résoudre le problème des déchets. Mais pourquoi commencer par le dernier maillon de la chaîne? Où sont le recyclage et le tri?», s’interroge un militant communiste, Igor Vavilov.

Le 14 avril, des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes de la région de Moscou pour réclamer la fermeture et la réhabilitation des décharges. Plusieurs milliers de manifestants ont aussi dénoncé la construction des incinérateurs. M. Chipelov, le directeur du projet, rejette ces accusations, assurant qu’il s’agit «des technologies les plus sophistiquées» développées par le groupe suisso-japonais Hitachi Zosen Inova, qui a déjà construit 500 incinérateurs dans différents pays, soit un tiers de toutes les usines de ce type dans le monde. «Ces usines ne sont absolument pas dangereuses. Ni les dioxines, ni d’autres éléments dangereux n’émaneront de l’usine», promet M. Chipelov. «Les hautes températures permettront de détruire les dioxines les plus dangereuses dans le réacteur», affirme-t-il.

Les écologistes sont pour leur part convaincus que le développement de l’incinération n’est pas la meilleure solution en Russie, comme l’explique M. Kisseliov: «À quoi bon créer une nouvelle source de pollution, alors que nous pouvons résoudre le problème avec des usines de retraitement?»

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:L’illusion de l’éradication de l’État Islamique

La chute du Califat et la dispersion des jihadistes de Daesh ont ouvert une période de recyclage de ce personnel. Considérés selon les cas comme des combattants fanatiques ou de simples psychopathes cachés derrière une idéologie, ils sont courtisés par les États et les sociétés multinationales qui les ont indirectement employés. Ici on  dresse le paysage de leur seconde chance et met en garde face à la complaisance dont les Occidentaux font preuve vis-à-vis de l’idéologie de l’État Islamique, c’est-à-dire de celle des Frères musulmans.

Si, avec la chute de l’État Islamique, les dirigeants du monde entier s’interrogent sur la reconstruction de l’Iraq et de la Syrie, bien d’autres questions se posent plus difficiles encore, même s’il n’est pas d’usage de les évoquer en public.

À l’issue de toute guerre idéologique, comme les guerres de religion du XVIème siècle européen ou la Seconde Guerre mondiale au XXème siècle, la question se pose de l’avenir des soldats vaincus. Beaucoup ont commis des crimes atroces et ne paraissent pas ré-intégrables dans les sociétés victorieuses.

Depuis les chutes successives de Mossoul, Rakka, Deir ez-Zor et Boukamal, le Califat n’a plus de territoire. La fin de l’État islamique fait suite à l’abandon par les États-Unis du projet de « Sunnistan », coupant la route de la soie en Iraq et en Syrie (plan Robin Wright [1] censuré par l’intervention du président Trump en mai 2017). En définitive, les jihadistes ont été défaits par les armées irakiennes et syriennes.

Les fameuses Jeeps Toyota de l’État Islamique furent livré par le département d’éta américain (cad: la CIA)

Durant trois ans, la Coalition globale anti-Daesh a alterné des bombardements inefficaces et des largages d’armes aux jihadistes, ainsi qu’en a longuement attesté le Parlement iraquien. Elle n’a joué de rôle décisif que durant la bataille de Mossoul au cours de laquelle elle a tenté d’exterminer les jihadistes restants, en rasant complètement la ville.

En 2015, le Califat disposait de 240 000 combattants : 
– 40 000 jihadistes, membres de Daesh en tant que tel. 
– 80 000 membres de l’Ordre des Naqchbandis, anciens soldats de l’armée iraquienne licenciés par Paul Bremer. 
– 120 000 hommes des tribus sunnites de l’Ouest de l’Irak, descendants de combattants yéménites.

Au Québec,nous retrouvons ce Salam Elmenyaei,,un terroriste protégé par de puissants avocats et des symphatisans de Québec Solidaire.

Il n’existe aucun moyen d’évaluer combien sont morts au combat et combien de nouveaux jihadistes ont été acheminés durant la guerre. Quelles que soient les déclarations des uns et des autres, on ignore combien ils sont aujourd’hui et l’on peut juste se référer aux chiffres antérieurs à titre approximatif.

Si les 200 000 Iraquiens qui avaient rejoint Daesh se sont à nouveau fondus dans la population sunnite iraquienne, que faut-il faire des 40 000 criminels endurcis que sont les jihadistes étrangers ?

Abu Bakr al-Baghadi ,le calife autoproclamé de l’État Islamique est un ancien agent du Mossad israélien.

Combattre le Califat
À titre de comparaison, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, si la Wermarcht (c’est-à-dire l’armée allemande) a été démobilisée sans esclandre, que fallait-il faire des SS (les troupes du mouvement nazi reconnues comme organisation criminelle par le Tribunal de Nuremberg) ? Ils étaient près de 900 000 et il n’était évidemment ni question de les tuer, ni même de les juger. Beaucoup retournèrent chez eux se faire oublier. Les officiers furent massivement récupérés par les États-Unis pour lutter contre l’URSS, soit pour saboter l’économie soviétique, soit pour installer des régimes anti-communistes un peu partout dans « le monde libre » (sic). Quelques-uns refusèrent la paix et poursuivirent la guerre durant deux ans encore, ce furent les « loups solitaires » ; expression que l’on réutilise actuellement.

Le recyclage des SS fut mené par le premier directeur de la CIA, Allen Dulles, et son frère, le secrétaire d’État, John Foster Dulles. Personne n’en sut rien jusqu’à ce que le Congrès US ne découvre l’ampleur et les conséquences de cette opération. Les Commissions Church et Nedzi-Pike, ainsi que la Commission présidentielle sur les activités de la CIA aux États-Unis, ont établi les faits de manière indiscutable à partir de 1975. Le président Jimmy Carter décida de mettre fin à ce programme tandis que l’amiral Stansfield Turner purgea la CIA.

L’opinion publique internationale a retenu que durant près de trente ans les États-Unis étaient une crypto-dictature dans laquelle des centaines de milliers de citoyens étaient frappées d’interdiction professionnelle et des millions d’autres étaient espionnés. Elle a par contre complètement oublié que des pays aussi divers que l’Arabie saoudite, la Bolivie, la Corée du Sud, le Guatemala, l’Iran, les Philippines ou encore Taïwan étaient gouvernés par des dictatures cruelles s’appuyant sur les SS recyclés par la CIA [2]. Les programmes de manipulation mentale, les expériences d’ingestion de drogues et les écoles de torture sont parfois évoqués de manière distincte alors qu’ils forment un ensemble cohérent prolongeant la « science nazie » (sic).

Il importe donc de réfléchir maintenant à la solution du problème des jihadistes afin de ne pas reproduire ce type d’erreur et de ne pas imposer à nos enfants la suite des crimes de Daesh.

Certes, la situation actuelle est différente de celle de la Seconde Guerre mondiale. D’un côté, elle est plus facile car les jihadistes sont beaucoup moins nombreux que ne l’étaient les SS. D’un autre, elle est plus complexe car si Adolf Hitler avait été vaincu, les commanditaires des jihadistes ne l’ont pas été.

– 1. Laissons de côté ceux qui fuient de manière isolée. Ils représentent un problème de police, mais pas plus.

– 2. D’autres, en groupes, tentent de s’approprier de nouveaux territoires dont ils puissent être les caïds, soit à proximité de l’ancien Califat, soit dans leur pays d’origine. Mais ils ne semblent plus participer à une stratégie globale.

Environ 200 d’entre eux se sont repliés sur la province d’Idleb, contrôlée par Al-Qaïda. Ils s’y affrontent à divers groupes insurgés.

Certains se sont déplacés en Afrique. Ils sont présents au Sinaï, où ils se battent contre l’alliance militaire égypto-israélienne [3] ; en Libye où ils tiennent la Tripolitaine ; et au Nigeria où ils affrontent l’alliance tchado-nigériane.

– 3. L’essentiel des jihadistes de Daesh s’est divisé en deux groupes. Les États-Unis (via les anarchistes kurdes) et la Turquie les traitent comme des combattants professionnels et leur offrent un avenir de mercenaires.

a) Le premier groupe a été récupéré par Brett McGurk et le général Joseph Votel pour former la moitié d’une Force de protection des frontières stationnée en Syrie. Ce projet ayant été censuré par le général Jim Mattis, cette Force n’a pas été constituée. Ces hommes campent à Kasham, à la sortie de la base militaire US [4].

La semaine dernière, le Parti de l’union démocratique (PYD), c’est-à-dire le parti anarchiste kurde syrien, les a amnistiés et a commencé à les incorporer dans ses milices, les Unités de protection du peuple (YPG), ainsi que l’a dénoncé au Conseil de sécurité l’ambassadeur russe, Vassily Nebenzia. Or, les YPG étant officiellement armées et encadrées par des militaires US, ces jihadistes se trouvent de facto sous le commandement du Pentagone même si ce n’est pas au titre d’une Force de protection des frontières.

b) Le second groupe a été recyclé par Recep Tayyip Erdoğan sous le drapeau de l’Armée syrienne libre (ASL). Présentée en 2011 par la presse atlantiste comme créée par des déserteurs de l’Armée arabe syrienne, l’ASL était en réalité constituée de combattants libyens d’Al-Qaïda sous encadrement militaire français [5]. Dispersée deux fois, elle a été reconstituée et se bat aux côtés de l’Armée turque à Afrin.

La rupture au sein des jihadistes entre pro-US et pro-turcs reflète la désagrégation de l’alliance turco-US. 
• Brett McGurk avait fait partie de l’équipe de John Negroponte et Donald Rumsfeld qui imagina et organisa l’Émirat islamique en Irak (futur Daesh) afin de transformer l’unanimité de la Résistance anti-US en guerre civile sunnito-chiite. 
• Au début de sa carrière politique, alors qu’il était un des dirigeants de la Millî Görüş, une organisation islamiste irako-germano-turque créée par Ezzat Ibrahim al-Duri (le grand-maître de l’Ordre iraquien des Naqchbandis) et Necmettin Erbakan (Turquie), Recep Tayyip Erdoğan supervisait l’approvisionnement en armes des jihadistes tchétchènes contre la Russie. Beaucoup plus tard, lorsqu’il fut Premier ministre, il aida les jihadistes dans leur lutte contre la République arabe syrienne et soutint Daesh sans réserve [6].

Quoi qu’il en soit, la répartitions des jihadistes semble tenir à la fois des opportunités et des origines ethniques. Par exemple, Abdullah Sufuni, l’ancien émir d’Alep, se serait rangé du côté US pour se venger des pertes subies lors de l’intervention turque en Irak. Tandis que les jihadistes caucasiens se sont tournés vers la Turquie parce qu’ils ont d’étroites relations avec elle depuis trente ans.

– 4. Si le Pentagone a renoncé à créer un État pour couper la voie de communication reliant la Méditerranée à l’Iran et à la Chine, il n’a pas pour autant abandonné la stratégie de l’amiral Arthur Cebrowski visant à détruire les sociétés et les États du « monde non-globalisé » [7]. Certains des combattants de Daesh ont donc été récupérés pour poursuivre ce plan, comme des Forces spéciales supplétives.

Dans ce contexte, des jihadiste ont été acheminés par les armées US dans le sous-continent indien, en Afghanistan, au Pakistan, en Inde, au Bangladesh et au Myanmar (mais pas au Sri Lanka), ainsi que l’a révélé Zamir Kabulov, l’envoyé spécial de Vladimir Poutine en Afghanistan.

Le chef d’état major iranien, le général Mohammad Baqeri, a confirmé que l’US Air Force transférait une partie des membres de Daesh d’Irak et de Syrie vers l’Afghanistan. Le président iranien, cheikh Hassan Rohani, a joint par téléphone son homologue russe, Vladimir Poutine, pour lui confirmer cette information. Puis, s’adressant à la presse, il a révélé avoir proposé l’aide de l’Iran à l’Afghanistan contre les jihadistes pro-US de Daesh.

Mahendra Modi,premier ministre de l’Inde : un allié pour le nouvel Ordre Mondial.

Selon le sénateur pakistanais Rehman Malik, l’Inde organiserait une collaboration entre les jihadistes et le Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), la milice du parti hindou du Premier ministre indien, Narendra Modi. Il s’agirait de pénétrer les insurgés musulmans du Cachemire pour les anéantir. Le RSS, qui assassinat le mahatma Gandhi, a une longue tradition d’extrême violence. Rehman Malik n’est pas un simple sénateur, il fut nommé chef du contre-espionnage par Benazir Bhutto, puis devint ministre de l’Intérieur du Pakistan. Il vient de lancer une procédure afin que l’Onu porte l’affaire devant la Cour pénale internationale et que Narendra Modi soit jugé.

Le haut-commissaire de l’Onu aux Droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a déclaré la semaine dernière que la crise des Rohingyas au Myanmar [8] pourrait déboucher sur un conflit régional. Si ce devait être le cas, le conflit démarrerait d’abord au Bangladesh et en Malaisie où résident de nombreux réfugiés.

Quelques centaines d’autres jihadistes sont retournés en Amérique latine. Principalement originaires de Trinité-et-Tobago, ils ont tenté d’organiser un méga-attentat lors du carnaval des 13 et 14 février, mais ont été arrêtés cinq jours auparavant [9]. La mission de ce commando était de reprendre la tradition islamiste de l’île des Caraïbes, dans la lignée du coup d’État manqué de juillet 1990. Puis, ils devaient profiter du désordre créé au Vénézuéla pour plonger le pays dans une guerre comparable à celle qu’à connu la Syrie.

Combattre l’idéologie du Califat
Si, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Occidentaux ont raté la réinsertion des anciens SS, ils ont par contre réussi à éradiquer presque partout leur idéologie : le nazisme. Celle-ci ne s’est maintenue qu’à travers les SS recyclés dans les réseaux stay-behind chargés de saboter l’économie soviétique, dans les pays Baltes et en Ukraine où elle ressurgit aujourd’hui.

À leur création, les Nations Unies furent avant tout une coordination internationale pour la dénazification et la lutte contre la propagande de guerre. Tous ses États membres ont interdit les symboles et les publications nazies. Le parti nazi, le NSDAP, a été dissous et la propagande de guerre censurée. Or, personne, à l’exception de la Fédération de Russie et de ses alliés, ne semble actuellement s’inquiéter de lutter contre l’idéologie de l’islam politique et contre son parti : la Confrérie des Frères musulmans [10].

À titre d’exemple, la France dispose d’une institution chargée de représenter les musulmans du pays. Elle est parvenue à y faire siéger deux représentants de la Confrérie et à en retirer la présidence à un fonctionnaire algérien pour la confier à un membre de la Millî Görüş turque. Simultanément, elle organise une campagne de presse mondiale contre Tariq Ramadan, le petit-fils du fondateur des Frères musulmans, actuellement poursuivi dans une affaire criminelle. L’idée est de personnaliser le débat, de manière à faire disparaître de la vue ce symbole gênant, sans pour autant se confronter à l’idéologie de la Confrérie.

La Confrérie des Frères musulmans a déjà été dissoute, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, à la fois en raison des assassinats politiques qu’elle avait perpétrés en Égypte et des renseignements qu’elle avait fournis à l’Allemagne nazie. Mais rien n’a été entrepris contre son idéologie. Pis, le MI6 britannique a profité de l’incarcération de ses principaux dirigeants pour réorganiser la Confrérie à son image. La situation n’a pas changé. Après l’épisode désastreux de Mohammed Morsi, l’Égypte a à nouveau interdit la Confrérie, mais le président Abdel Fattah al-Sissi, soucieux de pacifier son pays, laisse son épouse porter le voile (le voile n’a aucun rapport avec l’islam et n’est apparu qu’avec les califes de Bagdad).

Les Iraquiens et les Syriens viennent de renverser le Califat de Daesh, mais la bataille est loin d’être terminée. Une partie des jihadistes poursuit sa mission, tandis que leur idéologie continue à avoir droit de cité. Une nouvelle fois, il est très difficile pour les Occidentaux d’abandonner un instrument si utile à leur stratégie.

Source principale:un article de Thierry Messan


NOTES ET SOURCES

 

[1] “Imagining a Remapped Middle East”, Robin Wright, The New York Times Sunday Review, September 8, 2013.

[2Inside the League, Scott & Jon Lee Anderson, Dodd Mead & Company, 1986. « La Ligue anti-communiste mondiale, une internationale du crime », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 12 mai 2004.

[3] “Secret Alliance : Israel Carries Out Airstrikes in Egypt, With Cairo’s O.K.”, David D. Kirkpatrick, The New York Times, February 3, 2018.

[4] « Secrets, mensonges et confusion US au Nord de la Syrie », par Thierry Meyssan, Al-Watan (Syrie) , Réseau Voltaire, 23 janvier 2018.

[5] « Islamistas libios se desplazan a Siria para « ayudar » a la revolución », Daniel Iriarte, ABC (Espagne), 17 décembre 2011. Version française : « Des islamistes Libyens en Syrie pour « aider » la révolution », traduction de Mounadil Al-Djazaïri, 18 décembre 2011. « L’Armée syrienne libre est commandée par le gouverneur militaire de Tripoli », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 18 décembre 2011,

[6] Sur l’histoire de Daesh et sur celle du président Erdoğan, on se référera à Sous nos Yeux, de Thierry Meyssan, éditions Demi-lune, 2017.

[7The Pentagon’s New Map, Thomas P. M. Barnett, Putnam Publishing Group, 2004. « Le projet militaire des États-Unis pour le monde », par Thierry Meyssan, Haïti Liberté (Haïti) , Réseau Voltaire, 22 août 2017.

[8] « L’islam politique contre la Chine », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 3 octobre 2017.

[9] « Un commando de Daesh arrêté à Trinité-et-Tobago », Réseau Voltaire, 9 février 2018.

[10] Je récuse le concept d’« islamo-fascisme » car l’idéologie des Frères musulmans n’a aucun rapport avec l’islam même si elle en instrumente le langage.

 

 

 

Astronomie:Des comètes seraient composées de matière plus ancienne que notre système solaire

La matière organique découverte dans le noyau de la comète Tchouri lors de la mission de la sonde Rosetta ne se serait pas formée lors de la naissance du système solaire, mais auparavant, dans l’espace interstellaire.

Cette théorie émise par les Français Jean-Loup Bertaux et Rosine Lallement, respectivement de l’Université de Versailles Saint-Quentin et de l’Observatoire de Paris, remet en question la théorie largement avancée en astronomie selon laquelle les astéroïdes et les comètes datent de la formation du système solaire.

Si comme le pense le duo français, la matière organique des comètes a bel et bien été créée dans le milieu interstellaire, alors elle a également pu atteindre d’autres planètes de notre galaxie et y permettre l’apparition de la vie.

Un noyau qui livre ses secrets

La mission Rosetta de l’Agence spatiale européenne s’est terminée en septembre 2016. La sonde s’est alors écrasée sur la comète Tchouri, mettant un terme à une mission spatiale historique de plus de 12 ans.

Les données recueillies ont permis d’établir que la matière organique représente près de 40 % de la masse du noyau de la comète Tchouri (67P Churyumov-Gerasimenko).

Cette masse est composée de molécules à base de carbone, d’hydrogène, d’azote et d’oxygène, certains de ces éléments étant nécessaires à l’apparition de la vie telle que nous la connaissons sur Terre.

Mystérieuse lumière céleste

Selon les scientifiques français, cette information est sous les yeux des astronomes depuis 70 ans.

En effet, l’analyse de la lumière émise par les étoiles montre partout dans le milieu interstellaire des absorptions inconnues, à des longueurs d’onde bien précises. Elles sont connues sous le nom de bandes interstellaires diffuses (BID).

Selon l’astrophysicien américain Theodore Snow, ces bandes sont attribuées à des molécules organiques complexes, qui constitueraient « le plus grand réservoir connu de matière organique dans l’Univers ».

Cette matière organique interstellaire est généralement proportionnelle à la matière interstellaire dans son ensemble, sauf dans le cas d’un nuage très dense, comme une nébuleuse protosolaire. Dans le cœur de ces nébuleuses, où la matière est encore plus dense, les BID plafonnent, voire diminuent.

Cette réalité est une indication que les molécules organiques qui provoquent les BID disparaissent, par agglutination les unes aux autres. Une fois collées ensemble, elles ne peuvent plus absorber autant que lorsqu’elles flottent librement dans l’espace.

C’est ce type de nébuleuse primitive qui finit par former les systèmes solaires comme le nôtre, composé de planètes et de comètes.

Des comètes créées à partir de matière interstellaire

La mission Rosetta a aussi permis d’établir que les noyaux de comètes se sont formés par accrétion : les petits grains se collent les uns aux autres pour former des grains plus gros, lesquels se rassemblent à leur tour jusqu’à atteindre la taille d’un noyau de comète, de quelques kilomètres.

Selon les scientifiques français, les molécules organiques provoquant les BID, et préexistantes dans les nébuleuses primitives, n’ont donc probablement pas été détruites, mais ont pu faire partie des grains constituant les noyaux cométaires, où elles se trouvent toujours, 4,6 milliards d’années plus tard.

Vers une future mission

Une mission spatiale rapportant sur la Terre des échantillons de matière organique d’une comète pourrait, selon eux, permettre son analyse en laboratoire et révéler la nature exacte de cette mystérieuse matière interstellaire.

 

Les détails des présents travaux sont publiés dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

Civilisations disparues en Antartique:un vaisseau extraterrestre découvert en Antarctique grâce à Google Earth

C’est à l’aide de Google Earth qu’un  russe du nom de Valentin Degteryov a fait une découverte incroyable : il aurait trouvé un OVNI vieux de plusieurs millions d’années enfoui en Antarctique. Pour appuyer ses propos, il a décidé d’uploader une vidéo et de partager quelques-unes de ses théories.

Valentin Degteryov, est comme quelques autres ce que l’on appelle un chasseur d’OVNI. Passionné de la vie extra-terrestre, il s’aide de Google Earth dans ses recherches et pense avoir trouvé des traces de la présence d’aliens en Antarctique. Connaissant la suspicion que chacun peut avoir concernant ce sujet, il a décidé de prouver ses dires en vidéo.

Un OVNI en Antarctique : Google Earth montre une forme dépassant de la neige

Il y a quelques mois déjà, des internautes pensaient avoir trouvé une soucoupe volante en Antarctique. Il serait davantage question ici d’une structure étendue sous la surface, et dont un « bout » dépasserait. Pour expliquer le fait que personne n’ait décelé ceci avant lui, Valentin Degteryov évoque la fonte des neiges.

Le potentiel vaisseau, situé à cet endroit, reste difficile à identifier et il pourrait ne s’agir que d’un amas rocheux ou de toute autre structure similaire. Valentin Degteryov n’est bien sûr pas du tout de cet avis et semble au contraire persuadé qu’il s’agit là d’un vaisseau spatial présent depuis des millions d’années, qui s ‘étendrait sur plusieurs centaines de mètres sous la surface…

Pour se défendre face aux sceptiques, le russe a tenu à partager sur Youtube une vidéo « explicative ». Elle est en fait constituée d’une suite de screenshots Google Earth et des coordonnées du site mystérieux censés prouver ses dires, afin que tout le monde puisse aller voir par lui-même de quoi il en retourne. Mais il est peu probable que ces images convaincront les sceptiques.

Un cerveau vivant 10 minutes après sa mort!

Le titre de cet article peut sembler un peu étrange, c’est que la situation ne l’est pas moins. On considère que l’activité du cerveau cesse, au plus tard, dans les deux minutes qui suivent l’arrêt des battements cardiaques. Des chercheurs canadiens (University of Western Ontario) qui voulaient étudier précisément ce qui se passait au moment du décès de quatre patients ayant donné leur consentement, ont eu une grosse surprise, rapportent-ils dans le Canadian Journal of Neurological Sciences.

Pour l’un d’entre eux, un homme de 67 ans, ils ont observé des signaux électriques persistants à l’électroencéphalographe (EEG) pendant 10 minutes et 38 secondes, après que le cœur a cessé de battre! Une activité d’autant plus étrange que pour les trois autres patients c’est plutôt l’inverse qui se produisait: une chute d’activité cérébrale précédant l’arrêt du cœur.

 

 

Une histoire qui date de la révolution française

Il y a six ans, des chercheurs néerlandais avaient décapité des rats pour vérifier la véracité des anecdotes, puisées dans les flots de sang de la Révolution française, selon lesquelles certaines têtes auraient continué à cligner des yeux ou remuer les lèvres après avoir été tranchées («rupture cataclysmique des artères carotides», lit-on dans certains certificats de décès). De fait, chez le rongeur une activité électrique du cerveau était notée jusqu’à une minute après la décapitation. Il s’agissait cependant d’une mort brutale provoquée et non d’une mort naturelle.

Les auteurs de l’étude canadienne expliquent que cette activité peut être un artefact, autrement dit un faux signal… Mais ils restent bien impuissants à en expliquer l’origine.

Astronomie:Quelque chose dans l’espace fait mourir des galaxies entières

Une nouvelle étude s’alarme d’une tendance troublante observée dans une dizaine de milliers galaxies lointaines. Ces galaxies se vident de leur gaz, indispensable à la formation de nouvelles étoiles, et sont donc condamnées à mourir prématurément. Ce qui signifie en fait en termes galactiques à refroidir inexorablement. La force qui évacue ce gaz est encore mal comprise par les scientifiques. 

 

La galaxie NGC4402 est un exemple de ram-pressure stripping à mesure qu’elle s’approche de l’amas de la Vierge (en direction du bas de l’image)
La galaxie NGC4402 est un exemple de ram-pressure stripping à mesure qu’elle s’approche de l’amas de la Vierge (en direction du bas de l’image)

 

Selon une publication du Centre for Astronomy Research un phénomène encore mal compris purgerait les galaxies de leur gaz, ce qui empêcherait la formation de nouvelles étoiles et par ricochet provoquerait la mort prématurée de galaxies, qui finiraient par devenir froides. Ce phénomène, baptisé ram-pressure stripping survient lorsque des galaxies se rassemblent dans de gros amas.

Un « vent » pousse alors le gaz et les poussières qu’elles contiennent, peu arrimées à leur galaxie, alors que la force gravitationnelle attire ces mêmes galaxies vers le cluster, ce grand rassemblement galactique. Résultat : la matière première indispensable à la formation de nouvelles étoiles se perd en route.

Et condamne la galaxie à une fin inexorable : une fois que ces étoiles s’éteindront, il ne restera plus qu’une galaxie morte, faite de corps froids. Toby Brown, l’un des scientifiques de l’étude, explique :

 

« Au cours de leur vie, les galaxies habitent des halos [de gaz et de poussières] de taille différentes, pouvant aller de celle de notre voie lactée, à des halos des dizaines de milliers de fois plus massifs. Au fur et à mesure que ces galaxies se rapprochent, le plasma intergalactique surchauffé entre les galaxies les prive de leur gaz dans un processus rapide appelé ram-pressure stripping. Vous pouvez le voir comme un balai géant galactique qui va aller physiquement balayer le gaz hors de ces galaxies. Et si vous enlevez le carburant nécessaire à la formation d’étoiles, vous tuez effectivement la galaxie et la transformez en un objet mort. »

Plusieurs preuves du phénomène du ram-pressure stripping ont été observés. C’est le cas de la galaxie à spirale NGC4402 (voir illustration de cet article)qui se dirige droit vers le centre du cluster de l’amas de la Vierge. Son disque semble se disloquer et on voit que les poussières et les gaz à droite de l’image, semblent quitter le coeur de la galaxie.

Heureusement, en ce qui nous concerne, nous faisons partie du Groupe Local, modeste amas galactique, lui même membre de ce que l’on appelle le Superamas Local, qui s’étend sur quelques 18,4 millions de parsecs soit environ 60 millions d’années-lumières. Et quand bien même nous finirions par être victimes à notre tour de ram-pressure stripping ce processus « rapide » prend des dizaines de millions d’années.

w-705-constellation-bootes

 

Une durée donc plus grande encore que ne pourraient l’apprécier des millions de générations futures. On ne risque donc pas grand chose, mais répondre à ce type de question permet de mieux comprendre d’où nous venons, et surtout, comment l’univers finira, un jour, par mourir.

 

Sources