Implant découvert dans une main...origine inconnue!

Implant découvert dans une main…origine inconnue!

 

Depuis de nombreuses années une quantité phénoménale de personnes, hommes, femmes et même des enfants ayant été témoin d’une observation d’ovni ou déclarant voir fait l’objet d’un enlèvement, découvrent parfois bien plus tard un minuscule corps étranger à l’intérieur de leur organisme. Celui-ci est détecté après un scanner ou examen radiologique, l’ « hôte » se plaignant souvent de ressentir une gêne ou même des douleurs à l’endroit de l’implant, une petite cicatrice peut également être visible.

 

 

Certains chercheurs pensent que ces implants pourraient être des objets artificiels placés par des extraterrestres dans le corps des  » enlevés « , dans le but de pouvoir les suivre, contrôler leurs mouvements et même leurs fonctions biologiques ! Pour d’autres il s’agirait d’un fragment de météorite, à cause de la composition du corps étranger dans lequel entre autre Ferro-nickel, chlorapatite et chlorique, sont retrouvés, substances fréquemment identifiées dans les météorites. Mais que ferait donc un morceau de météorite dans le corps d’une personne affirmant avoir fait l’objet d’un enlèvement extraterrestre ?

 

Appréciez la petitesse de l'implant...

Appréciez la petitesse de l’implant…

L’analyse en général ne révèle rien d’extraordinaire, la coque extérieure est composée de keratine, matière naturelle, se formant habituellement autour de tout corps étranger invasif se trouvant dans le corps humain. Des moyens d’analyse poussés mis en action (microscope électronique, spectroscope, rayons X, chimie), permettent d’étudier la composition, la densité et propriétés électromagnétiques des implants.

implant extraterrestre 003

Résultats, les objets sont composés de multiples bandes de ferro-nickel à haute densité, avec traces de chlorapatite et de chlorique, substances courantes des météorites. Pour ce qui est de la chimie, les analyses mettent en évidence, du bore un métalloïde absent du corps humain ! Soumis aux ultraviolets, les implants rougeoient. La taille des objets varie entre 1,5 mm et 4 mm. Au moins un de ces implants analysés contenait un micro-élément poli et gravé. Des membres d’une société connue produisant des microprocesseurs et des éléments informatiques ont déclarés qu’il s’agissait d’un dispositif sophistiqué, cet objet pourrait fonctionner comme un émetteur-récepteur !

Un implant peu prendre plusieurs formes, généralement il est triangulaire et bien fini. Les études font ressortir que celui-ci se trouve le plus souvent dans les sinus, la nuque, l’abdomen et les pieds. La nature de ces implants aurait pour fonction de localiser les sujets implantés, de contrôler la pensée et même de procurer des pouvoirs télépathiques, mais tout cela reste à prouver.

 

 

De nombreuses formes!

De nombreuses formes!

De nombreux spécialistes, physiciens, psychiatres, orthopédistes et autres chirurgiens, continuent à étudier et à débattre sur la nature de ces  » implants « . Origine naturelle ou extraterrestre ? Les premiers cas remontent à 1966 ! Certains sont convaincus que ce sont des objets extraterrestres, d’autres émettent l’hypothèse selon laquelle cela pourrait être un objet ayant pénétré dans le corps, comme par exemple une tête d’épingle, absorbé par les tissus humains et qui voyagerait dans celui-ci comme « kyste ».
Pouvons-nous considérer que ces  » implants  » sont la preuve ultime qu’il y a présence et activité extraterrestre ? Rien n’est moins sûr ! Nous sommes dans l’expectative, en attendant peut-être un jour la preuve indubitable et incontournable qui mettra fin au doute, ce n’est pas pour tout de suite et les inconditionnels et détracteurs de l’intervention extraterrestre ont encore de beaux moments devant eux.

 

Certains se déplacent dans le corps humain.

Certains se déplacent dans le corps humain.

 

CE QUE L’ON SAIT ET CONNAIT BIEN SUR LES IMPLANTS

 

Les victimes habituelles d'enlèvement extraterrestre sont des gens ordinaires qui ne jouent pas un rôle majeur dans la société humaine.

Les victimes habituelles d’enlèvement extraterrestre sont des gens ordinaires qui ne jouent pas un rôle majeur dans la société humaine.

1- Absence de réaction inflammatoire autour du corps étranger. Les spécialistes constatent également une absence de rejet du corps, courante avec des implants classiques.

2- Les tissus sont étroitement liés au corps étranger ou à sa membrane biologique….

 

3- Présence de néorécepteurs nerveux, leur existence dans le tissu cellulaire sous-cutané est… aberrante.

4- Les implants ont une forme et une structure particulières : pastilles métalliques, formes en T ou en triangle, microtiges ou microbilles. Certaines pièces sont agencées pour s’emboîter exactement entre elles.

5- Les objets metalliques sont un alliage particulier de métaux et metalloides ; les principaux éléments trouvés sont l’aluminium, le fer, le calcium et le baryum.

6- On ne trouve aucune cicatrice ni de point d’entrée pour fixer les implants.

7- Le corps étranger peut être magnétique ou magnétoconducteur.

8- Sous lumière noire, les implants et leur membrane présentent une fluorescence particulière.

9- Tous les objets suspects sont situés dans le côté gauche du corps.

10- Les porteurs d’implants présumés ont fait une ou plusieurs rencontres rapprochées du 3 ème type, avec souvenir plus ou moins conscient d’abduction confirmée sous hypnose.

 

 

L’un des domaines d’étude les plus controversés, mais important dans l’ufologie actuelle, est l’extraction chirurgicale, suivie d’analyse en laboratoire, d’implants supposés d’origine non-humaine (ou « alien » en empruntant le mot anglais), trouvés dans le corps de personnes ayant eu une expérience ovni de quelque sorte, peut-être un enlèvement à bord d’un ovni.

 

Jusqu’en 1995, peu de tentatives avaient été faites, et aucun résultat décisif n’avait été obtenu pour  l’origine alien d’un implant extrait.. Le cas le plus connu est l’histoire bizarre du supposé  implant de Richard Price, étudié pendant près de cinq ans par le physicien réputé David Pritchard, professeur au MIT (Massachussets Institute of Technology). Après avoir mentionné, au début, sa nature métallique, il avait finalement diagnostiqué…une fibre de coton (voir Alien Discussions. Proceedings of the Alien Study  Conference, au MIT en 1992, pp. 279 à 295).La question des implants rebondit en 1995 quand un podologue californien (un chirurgien des pieds aux Etats-Unis), le Dr Roger K. Leir, accepta d’extraire un implant repéré par radiographie dans le pied d’un enlevé supposé (on dit aussi « abducté« , de l’anglais abductee), un cas qui lui fut présenté par l’enquêteur texan Derrel Sims. De 1995 à 2001, dix opérations furent réalisées, soit par le Dr Leir lui-même, soit par d’autres chirurgiens lorsque l’implant se trouvait dans d’autres endroits du corps. Plusieurs analyses de laboratoire ont été accomplies, dont les résultats ont été rendus publics en partie. Certaines opérations et analyses d’implants ont été patronnées et subventionnées par le National Institute for Discovery Science (NIDS), un groupe de recherche privé créé par Robert Bigelow à Las Vegas, doté d’un groupe de conseillers scientifiques réputés. Aucun résultat décisif n’a été encore publié, mais les données rassemblées par le Dr Leir et ses partenaires dans cette recherche sont déjà assez impressionnantes pour mériter l’attention de tous les chercheurs sur les ovnis..

Le Dr Roger Leir a été assailli de critiques dures et répétées dès qu’il a commencé à parler publiquement de ses opérations d’implants (voir la note ci-dessous sur cet aspect de l’histoire). J’ai eu la chance de rencontrer le Dr Leir en septembre 1999, à la conférence internationale de Leeds (Grande-Bretagne) à laquelle j’avais été invité comme conférencier. J’étais justement en train de lire son livre, et nous avons dîné ensemble. Je peux témoigner que j’ai rencontré un homme sympathique et crédible, bien différent de certaines critiques ad hominem faites contre lui.

Une critique sérieuse, cependant, est que lui et ses collègues n’ont pas encore écrit d’article scientifique, accepté dans une revue reconnue. Il est vrai que c’est une sérieuse lacune, mais il apparaît aussi qu’un volume significatif d’informations crédibles est disponible sur ces opérations, sur les objets extraits, sur les supposés abductés et leur histoire personnelle. Essayons de résumer brièvement quelques informations de bases sur tous ces points. Dans une note jointe, le Dr Jacques Costagliola fait une évaluation plus technique et détaillée de ces données.

 

implant extraterrestre 006

Les opérations

 

Voici la liste des opérations d’extraction d’implants supposés, réalisées soit par le Dr Leir (pour les implants situés dans le pied) ou par d’autres chirurgiens avec son assistance. Cette liste provient du livre du Dr Leir  The Aliens and the Scalpel, publié en 1998, et de plusieurs articles pour les opérations postérieures au livre (voir liste des articles ci-dessous). Pour toute personne intéressée, la première chose à faire est de lire son livre. Il peut être commandé sur son site web dont l’adresse est http://www.alienscalpel.com

Opération d’implant (Dr Leir à gauche

Selon le tableau 1 du livre (p. 164), huit opérations ont eu lieu de 1995 à 1998. (la liste résumé qui suit indique la date, le prénom de l’opéré(e), l’emplacement et la forme de l’implant). La plupart des noms sont des pseudonymes donnés par le Dr Leir dans son livre.

Première série de trois opérations, avant l’entrée en scène de NIDS

19-8-95, Patricia. Deux implants dans l’orteil gauche, tous deux métalliques, l’un en forme de « pépin de cantaloup », l’autre en forme de « T« . (Le cantaloup est un melon à côtes rugueuses)

19-8-95, Paul. Main gauche, métallique, « pépin de cantaloup »

2-1-96, Babs. Epaule gauche, petite boule « élémentaire, solide

Deuxième série, patronnée et payée par NIDS

18-5-96, Annie, jambe gauche, petite boule « élémentaire, solide« 

18-5-96, Doris. Jambe gauche, petite boule « élémentaire, solide« 

18-5-96, Don. Mâchoire gauche, triangle métallique

12-1-97, Lyla. Talon gauche, fragment de verre (origine terrestre, écarté)

17-8-98, Pablo. Main gauche, métallique, de nouveau en forme de « pépin de cantaloup« , comme d’autres précédemment (filmée par NBC et diffusée en février 1999)

 

 

Autres opérations, après la publication du livre

Opération de Tim Cullen, en février 2000

5-2-2000, Tim Cullen (vrai nom). Poignet gauche, métallique, « pépin de melon » (cas présenté au Congrès OVNI de Laughlin en mars 2000 avec la présence de Tim Cullen. Présenté dans le  Mufon UFO Journal de mai 2000, et au symposium du Mufon de juillet 2000, à Irvine en Californie (voir les actes du symposium, disponibles au Mufon). Etant invité comme conférencier à cette conférence, j’ai pu rencontrer Tim, et il m’a semblé être une personne crédible. C’est un homme robuste, en bonne santé et de bon caractère, patron d’une petite entreprise de bâtiment, et il n’a certainement pas besoin de ce genre de publicité pour son métier.

29-10-2001, une hôtesse dans une importante compagnie aérienne. Petit fragment dans le bras droit, de la taille d’un pois. Cas présenté au congrès OVNI de Laughlin, en mars 2002. Rapporté dans le  UFO Magazine  britannique de mai 2002 et dans le Mufon UFO Journal de novembre 2002. Présenté également à la conférence internationale de Leeds, 20-22 septembre 2002. Selon le Dr Leir, cet objet est un cas à part, « totalement biologique ».Deux séries de tests ont été réalisées en 1998 sous la direction de NIDS, plus précisément du colonel John Alexander qui était un membre important de son équipe de conseillers scientifiques (le colonel Alexander a fait une longue carrière dans des domaines de recherches secrètes, notamment au Laboratoire National de Los Alamos). Les tests ont été exécutés d’abord au Laboratoire National de Los Alamos et ensuite au New Mexico Tech.Dans son livre, dans ses articles et conférences, le Dr Leir mentionne d’autres études de laboratoires, mais pour lesquels aucun résultat précis n’a encore été publié.Nous avons d’abord les résultats des analyses faites à New Mexico Tech en 1996, payées pas NIDS, publiées sur son site web, à http://www.nidsci.org/articles/metal/metal.html » reproduites ici, grâce à la contribution du Dr Leir.Ces analyses montrent une composition métallique remarquable et inusitée des fragments étudiés.En plus de ce document, nous avons la « lettre d’opinion » de l’ingénieur métallurgiste qui fit les tests, M Paul A. Fuierer. Elle n’est pas sur le site de NIDS, mais elle fait partie du rapport  envoyé par le Dr Leir. Elle est également reproduite dans le livre du Dr Leir, avec ses commentaires ainsi que sur son propre site web, à http://alienscalpel.com/NMTech-opinion.htm.

Il paraît important de signaler ici que le métallurgiste a donné en fait deux opinions successives. Quand il a donné la première, il n’avait pas été informé de l’origine des fragments. Il exprima l’opinion que leurs composants métalliques étaient analogues à ceux que l’on trouve dans les météorites. Lorsqu’il reçut cette première lettre d’opinion, le Dr Leir fut si surpris qu’il appela le métallurgiste et lui révéla que les échantillons avaient été extraits de corps humains. M Fuierer, qui n’a pas caché son scepticisme sur les ovnis, donna alors une opinion complémentaire. Il dit qu’un mélange de fer et d’argent enfoui dans le corps pouvait provoquer une réaction de calcification, d’où il résulterait un matériau comparable aux céramiques utilisées en médecine et en dentisterie. Mais le Dr Leir note dans son livre que de tels matériaux ne sont plus utilisés car ils produisent une « énorme réaction d’inflammation« . Cependant, aucun implant n’avait produit une telle réaction. Le métallurgiste ne savait pas cela et il ne savait pas non plus que, comme dit le Dr Leir: « une membrane biologique étrange, d’aspect grisâtre et dense, recouvrait les spécimens. De plus, il n’y avait pas de trace d’une porte d’entrée » (p. 170 de son livre).Cette lettre d’opinion est aussi sur le site web du Centre d’information sur les enlèvements (Abduction Information Centre, AIC) dirigé par John Velez, sur lequel on trouve des critiques de l’analyse de New Mexico Tech, à :http://www.virtuallystrange.net/aic/pa2.htm.

En ce qui concerne les analyses faites à Los Alamos, il semble qu’elles soient présentées seulement, et très brièvement, dans le livre du Dr Leir, qu’il a d’ailleurs publié à sa seule initiative. Il est important de souligner ici que, dans l’accord initial entre NIDS et l’équipe Leir-Sims, il était entendu que NIDS publierait un article scientifique (selon Leir dans son livre). Mais au lieu de cela, en 1966, ils poussèrent Leir à publier rapidement un article dans le Mufon UFO Journal  (p. 175 de son livre). Souhaitons que cet objectif soit atteint dans un avenir pas trop éloigné. Quoi qu’il en soit, le Dr Leir m’a dit combien il était reconnaissant pour l’aide apportée par Robert Bigelow et NIDS.

Articles

Voici les principaux articles qu’on peut trouver facilement dans la littérature sur les ovnis.Dans le  Mufon UFO Journal http://www.mufon.com

Avril 1996 (No 336) In search of hard evidence » par le Dr Roger Leir

Juin 1998 (No 362) « Alien implants. A 1998 update » par le Dr Leir

Novembre 1998 (No 367): « The effects of implant » removal discussed by five individuals« , par Eve Frances Lorgen

Décembre 1998 (No368):NBC films « implant » removal« , par le Dr Leir

Novembre 2002 (No 415): « Implant anomalies continue« , par le Dr Leir

Actes du symposium du Mufon de juillet 2001: « Alien abduction – Alien implants. Why? » par le Dr Leir.

Dans UFO magazine (EU), janvier 1999:« NBC Special to air surgical removal of purported implant« , par Jack Carlson.

Dans UFO Magazine (GB), mai 2002:dans le compte-rendu du congrès international de Laughlin, par Graham Birdsall.

Quelques cassettes vidéo sont également disponibles, sur les opérations et les conférences du Dr Leir.

Résumé des données scientifiques

Comme indiqué dans la liste ci-dessus, deux sortes principales d’implants ont été trouvées, métalliques (de diverses formes), et non-métalliques (petites boules). Dans son livre, le Dr Roger Leir fait un résumé des données biologiques et métallurgiques (pp 162 à 171). Voici une brève description de ces données. Dans l’article joint à celui-ci, le Dr Jacques Costagliola en donne une description et une évaluation détaillées.

Données biologiques

Sur les objets métalliques

Quatre objets métalliques produits étaient recouverts par une membrane d’aspect gris sombre et brillant, qui ne pouvaient être ouvertes avec une lame chirurgicale. Cette membrane s’est avérée être composée d’un coagulat protéinique, d’hémosidérine et de kératine. Ces trois substances existent naturellement dans le corps, mais notre investigation n’a permis de trouver aucune combinaison de cette sorte dans la littérature médicale ».

Les tissus mous adjacents aux objets métalliques ont été aussi analysés, et il a été trouvé qu’ils comportaient des conglomérats de cellules nerveuses, et qu’il y avait aucune réaction d’inflammation.Dans un nouvel article, publié dans le Mufon UFO Journal de novembre 2002, Leir met à part ce dernier implant, opéré en octobre 2001. C’est, selon lui, un objet « totalement biologique, bilobé, de couleur jaunâtre, ayant la faculté de se déplacer sous la peau« . Il a constaté cette étrange faculté dès le premier examen médical: « l’objet pouvait se déplacer n’importe où à l’intérieur d’un cercle d’environ deux pouces et demi« . Malheureusement, cet implant n’a pas encore fait l’objet d’une étude approfondie, par manque d’argent. Seul un examen visuel au microscope a été effectué au laboratoire Digital Instruments de Santa Barbara en Californie.

Photographies en gros plant de deux implants, après extraction, avec leur membrane biologique

Implant en forme de « pépin de cantaloup » (Tim Cullen)

Implant en forme de « T » (Patricia)

Sur les objets non-métalliques« Trois opérations ont consisté à enlever une lésion cutanée avec la présence d’une petite boule ronde, d’aspect gris blanc, dans le tissu mou sous-jacent. Nous avons trouvé une élastose solaire (voir l’article du Dr Costagliola), des amas de cellules nerveuses, et peu ou pas du tout d’inflammation« .Les lésions cutanées avaient l’aspect de cuvette ronde (« scoop mark« , selon l’expression consacrée : cet aspect est assez classique dans le dossier des enlèvements.

Le Dr. Roger K. Leir...le spécialiste des implants est décédé en 2014.

Le Dr. Roger K. Leir…le spécialiste des implants est décédé en 2014.

Le Dr Leir indique ensuite une série de constatations de nature biologique, parmi lesquelles:Presque tous les objets ont été trouvés dans le côté gauche du corpsPresque tous les spécimens sont devenus fluorescents sous lumière noire ultraviolette;Tous les sujets ont eu des réactions anormales aux anesthésiques locaux à la procaïne (pas de réaction, ou réaction allergique);Tous ont eu une propension à absorber beaucoup de sel.En plus de cela, il est à noter que tous les sujets ont paru « normaux » aux yeux d’un docteur en psychologie.

Le lien avec les ovnis

Eve Frances Lorgen (ufologue américaine connue, spécialiste des enlèvements) a interviewé cinq des personnes ayant subi une opération, et elle a trouvé que « toutes les personnes, un homme et quatre femmes, avaient un point en commun des rencontres avec des ovnis et des contacts avec des êtres non-humains » ( Mufon UFO Journal, nov. 1998).

Les deux cas les plus récents entrent eux aussi dans cette catégorie. Tim Cullen a eu une rencontre rapprochée en 1978, alors qu’il voyageait en voiture avec sa femme. Il n’en a parlé que vingt ans plus tard quand il a jugé que ses enfants étaient assez âgés pour connaître cette histoire.L’hôtesse de l’air, opérée en octobre 2001, a le souvenir d’une observation nocturne d’ovni il y a une vingtaine d’années. Elle fut réveillée dans sa chambre par une vive lumière, et vit au dehors un ovni en vol stationnaire. Le lendemain matin, elle découvrit une protubérance sous-cutanée: c’était l’implant qui a été extrait en 2001.

Autre implant découvert dans une main.

Autre implant découvert dans une main.

2) Données métallurgiques

Les découvertes principales étant sur internet (voir ci-dessus), je vais juste citer le livre du Dr Leir, sur une intéressante description de l’objet en forme de « T » (dans le pied de Patricia: voir photo ci-contre).

Radio de l’implant en T

L’objet en forme « de T » est composé de petites tiges métalliques. La portion horizontale contient un cœur métallique en fer magnétique qui est plus dur que le meilleur acier au carbure. Une couche complexe d’éléments recouvre le cœur, formant un revêtement. Une partie de ce revêtement comporte une bande cristalline qui entoure la tige. Lorsqu’on observe la tige sur une photographie au microscope électronique, on voit qu’elle est structurée. Une extrémité est en forme de pointe (« barbe« ) alors que l’autre extrémité est plate. Au centre, apparaît une petite dépression. La forme de cette dépression correspond exactement à celle d’une extrémité de la tige verticale. La tige verticale comporte un revêtement similaire, mais le cœur est composé de carbone au lieu de fer. Il a une propriété de conducteur magnétique, mais il n’est pas magnétique« .

Il y a d’autres données intéressantes, qu’il serait trop long de lister dans ce petit résumé. Cependant, il faut au moins mentionner des propriétés électromagnétiques, trouvées notamment pour l’implant de Tim Cullen, quand l’objet était encore en place dans le corps. Le Dr Leir était assisté dans ce domaine par l’ingénieur électronicien Bob Beckwith, et par Greg Avery, responsable du Mufon pour la Louisiane. Tout d’abord, ils trouvèrent un champ de 3 à 6 milligauss à l’aide d’un simple magnétomètre. Puis, malgré quelques difficultés, ils parvinrent à détecter un « signal pulsé » qui « montra que l’objet avait une capacité d’émetteur et de récepteur d’un signal.

Leir a présenté ce cas dans plusieurs conférences, notamment à Laughlin en mars 2000, et au symposium du Mufon de juillet 2001. J’ai le texte publié dans les actes de ce symposium. Leir y signale que de nouveaux tests sont en cours avec d’excellents équipements à Digital Instruments Inc. à Santa Barbara, en Californie. Il mentionne des équipement exceptionnels appelés « microscope de force atomique » et « microscope de champ atomique ».Selon le Dr Leir, des études supplémentaires ont été menées dans un « laboratoire de classe internationale au Texas« , qui ont révélé que le principal composant élémentaire était le fer, et ils ont été stupéfaits de constater que, bien qu’il soit à l’état amorphe, il était hautement magnétique. Ils ont expliqué à Leir que « nous ne connaissons aucun procédé permettant d’atteindre ce résultat« .

 

Pour conclure ce court résumé, je suggère aux personnes intéressées par la question des ovnis de ne pas écarter cette histoire, déjà longue, des implants du Dr Leir.

Deux notes complémentaires

1– Attaques contre le Dr Leir

Le Dr Roger Leir a subi des attaques personnelles très dures, notamment sur internet, depuis qu’il a commencé ses opérations, en 1995. Sa compétence médicale a été mise en doute, ainsi que son honnêteté. Pourtant, sa formation médicale est incontestable. Après avoir obtenu une licence de science (B.S.) à l’Université de Californie du Sud en 1961, il a reçu en 1964 un diplôme de docteur en médecine « podiatrique » (spécialité américaine) au collège de médecine « podiatrique » de Californie. Quant à son honnêteté, il suffit de signaler que plusieurs opérations ont été effectuées gratuitement, et qu’il n’a pas fait fortune, comme on va le voir tout de suite.

Le Dr Leir s’est trouvé en grande difficulté en 1999. Je rappelle simplement le scénario

Publication de son livre en 1998.

Une opération filmée par la chaîne NBC en août 1998, et diffusée publiquement en février 1999 (émission spéciale de la NBC « Confirmation« ).C’est alors que le ciel lui est tombé sur la tête. Dans la deuxième édition de son livre, en édition de poche parue en 2000 (voir son site web), Leir a raconté la suite de l’histoire.Le 23 avril 1999, Leir reçoit un avis de l’Ordre des médecins de Californie (Medical Board) qui ressort une plainte contre lui, ancienne et enterrée, faite dix ans auparavant, et qui le suspend de pratique médicale pour trois ans. Il apparaît que le patient était décédé depuis cinq ans, que l’hôpital où avait eu lieu l’opération avait fermé ses portes depuis sept ans, et que ses archives étaient indisponibles! Peu après, son partenaire, Derrel Sims, qui le critiquait de plus en plus, met fin à leur accord de collaboration (le 26 avril).

En mai 1999, Leir a une crise cardiaque, pour cause de stress selon les médecins. Il se trouve en grand danger, ne pouvant être opéré car il avait déjà subi plusieurs pontages cardiaques. En juin, Derrel Sims fait un appel public urgent sur internet pour l’aider, notamment financièrement, car Roger Leir est en grande difficulté, devant payer de lourdes factures médicales alors qu’il n’a plus de revenus.Au cours des mois suivants, Leir s’est rétabli. Il a pu venir à la conférence de Leeds en septembre 1999, où je l’ai rencontré. Il m’a confirmé qu’il s’était bien rétabli et que sa suspension avait été annulée.Cette attaque n’a pas été la seule contre le Dr Leir. Il a dû faire face à des attaques mordantes et répétées de la part d’un certain nombre de personnes, dont certaines étaient sans doute mal informées sur lui et sa recherche. Voir par exemple, sur les archives de la liste (forum) de discussion internet « UFO Updates« , un débat qui a eu lieu pendant l’été 2002, sous le titre « On the Surgical Removal Of Alleged Alien Implants« , à: http://www.virtuallystrange.net/ufo/updates.

L’ayant rencontré et ayant eu un bon échange avec lui, j’ai pris sa défense sur cette liste, d’autant que Leir refuse de répondre à toutes ces critiques. En fait, ce résumé est inspiré de mes messages sur cette liste. John Velez, membre de la liste qui l’avait critiqué, m’a finalement remercié pour ces informations, qu’il a trouvées impressionnantes (« compelling« ), et les a mises avec mon accord sur son site web …(voir son message du 10 septembre 2002). En septembre, le physicien et ufologue Stanton Friedman, qui revenait de la conférence internationale de Leeds, a fait l’éloge de la conférence de Leir, qu’il a trouvée exceptionnelle (« outstanding.

Note sur les relations entre le Dr Leir, Derrel Sims et NIDS.

Dans le cas des études de laboratoire faites par le canal de NIDS, il semble que le droit de publication soir détenu par NIDS. Citons ce qu’en dit Roger Leir dans son livre The Aliens and the Scalpel, publié en 1998. Il y détaille les conditions posées au départ par Robert Bigelow à Leir et Sims, pour passer un accord (pp. 141 et 142 .L’une des demandes les plus importantes était de ne pas divulguer qui travaillerait sur ces spécimens d’implants. Au début, il souligna que même NIDS ne devait pas être mentionné. En plus, il demanda que restent confidentiels les noms des laboratoires qui seraient appelés à faire les tests.Cette demande s’avéra être l’une des conditions les plus faciles de l’accord à respecter car ils ne nous dirent pas à qui ils envoyaient les échantillons. La troisième partie de notre arrangement était que nous ne devrions publier aucun résultat d’analyse tant que nous n’aurions pas le feu vert de NIDS. A ce moment, ils nous diraient aussi où ils pensaient que nous devrions les publier..Il nous était difficile de donner notre accord sur ces points, mais Derrel et moi avions mis en balance soigneusement ces contraintes vis à vis des bénéfices offerts par Bigelow…la mise à disposition de fonds illimités pour mener à bien le projet.

le recours aux meilleurs laboratoires

une qualité de tests qui ne pourrait être surpassée

une revue critique par le Conseil scientifique de NIDS, qui comprenait quelques-uns des meilleurs esprits scientifiques des États-Unis et la possibilité d’avoir un article publié dans un journal scientifique.

Un autre aspect intéressant de l’histoire, telle qu’elle est racontée par Leir, est que Robert Bigelow et le colonel Alexander étaient très désireux d’obtenir un accord. Lorsque Leir prit un premier contact avec le colonel Alexander, sur le conseil de son cousin Kenneth Ring qui le connaissait comme chercheur scientifique – c’était selon ses propres mots « un scientifique brillant avec qui il avait travaillé sur la question des NDE » (p 78), celui-ci réagit promptement. Alexander et Bigelow appelèrent Leir à sept heures du matin pour lui demander de venir avec Sims à Las Vegas!Trois opérations avaient déjà été effectuées, avant l’accord avec NIDS, en 1995 et 1996. NIDS finança les opérations suivantes, et les tests de laboratoires pour plusieurs implants. Après la réalisation des premiers tests, Bigelow demanda à Leir son accord pour une publication rapide dans le <em>Mufon UFO Journal, mais Leir pensait qu’il fallait attendre d’avoir des résultats plus complets. Il visait la publication dans une revue scientifique (voir p. 87 de son live). Cependant, un premier article, signé par Leir, parut effectivement dans le Mufon UFO Journal  d’avril 1996. Un deuxième article, plus détaillé, fut publié dans le numéro de juin 1998. La même année, Leir publia son livre, présentant huit opérations réalisées de 1995 à 1998. Il semble que NIDS n’ait pas été pleinement d’accord avec cette publication car le livre parut avec un autocollant en page de titre, disant .Le contenu, les points de vue et opinions de ce livre sont ceux de l’auteur et non ceux de la Fondation Bigelow ou de NIDS.

Ainsi, NIDS n’a pas encore respecté le dernier terme de l’accord initial, une publication dans une revue scientifique à comité de lecture. Espérons que cet objectif puisse être atteint prochainement.

« Pour finir, en ce qui concerne le désaccord qui est apparu progressivement entre Roger Leir et Derrel Sims, j’en ai discuté avec chacun d’eux. J’ai rencontré Derrel Sims plusieurs fois, et il m’a exposé ses griefs en détail. A mon avis il s’agit surtout d’une affaire privée entre eux. Je respecte les deux hommes et je n’ai pas à les départager. Cette question n’a pas à être prise en compte dans le débat sur les implants du Dr Leir. C’est aussi l’opinion d’autres personnes qui les connaissent bien et avec qui j’en ai discuté… »(W.Runner,témoignage)

 

Les personnes montrant des implants dans leur corps...dévoilent  des rencontres  avec des ovni et des extraterrestres dans la plupart des cas...sous hypnose!

Les personnes montrant des implants dans leur corps…dévoilent des rencontres avec des ovni et des extraterrestres dans la plupart des cas…sous hypnose!

 

 

 

 

Publicités