Ovni et extraterrestres : Plus de 60 ans après, le retraité de l’Armée de l’Air Richard French raconte sa vérité

Dans les années 1950, Richard French est membre de l’Armée de l’Air américaine. Il était chargé par ses supérieurs d’aller enquêter sur les apparitions d’OVNI et de tout faire pour discréditer ces histoires. Aujourd’hui, Richard French raconte une de ces apparitions. Une histoire loin d’être banale et assez effrayante.

Quand des OVNI sont aperçus aux Etats-Unis, des enquêtes sont ouvertes. Le Lieutenant Richard French, de l’armée de l’air américaine était chargé de se rendre sur place dans les années 1950 pour démanteler des rapports concernant des apparitions d’OVNI. Mais un jour, ce qu’il a vu était loin d’avoir été imaginé par un petit groupe de personnes. A l’époque, il a été tenu de mentir sur ce qu’il a vu de ses propres yeux. Aujourd’hui, âgé de 83 ans et à la retraite, il a décidé de dire la vérité. Et, le moins que l’on puisse dire est que ce témoignage est assez effrayant.

Deux soucoupes et deux aliens juste sous la surface de l’eau

En 1952, Richard French est envoyé à Newfoundland pour enquêter sur l’apparition étrange d’un OVNI. « Ils m’ont dit qu’il y avait deux êtres étranges qui se trouvaient sous l’eau après être entré en collision avec l’eau à près de 160 km/h« , a-t-il raconté au Huffington Post. « De nombreuses personnes étaient rassemblées au bord de l’eau. Toutes étaient en train de regarder ce qui se passait sous l’eau » a-t-il ajouté.

C’est à ce moment précis que le discours de Richard French prend une tournure digne des films de Science-fiction. Selon ses souvenirs, l’eau était très claire et il pouvait voir deux embarcations circulaires mesurant chacune plus de 5 mètres de diamètre. Elles flottaient juste sous la surface de l’eau à près de six mètres du bord de l’eau. « La première chose que j’ai vu, c’était des OVNI. […] L’eau était très claire et je pouvais vraiment voir ce qui se passait » a expliqué Richard French. Les êtres qu’il a vu « mesuraient entre 60 et 90 centimètres, ils étaient de couleur grise, une silhouette fine, de longs bras et des mains avec seulement deux ou trois doigts. […] Ils ressemblaient vraiment aux aliens qu’on avait l’habitude de voir dans les films (…) Cela a duré 20 minutes. Les deux soucoupes sont ensuite parties ensemble à une vitesse éclaire. Je pense qu’ils étaient en train de réparer leurs engins pour ensuite repartir » a-t-il précisé.

Un rapport fictif

Mais à l’époque, le travail de Richard French était justement de discréditer ces théories d’aliens. Qu’a-t-il donc écrit sur son rapport concernant cette histoire ? « J’ai fait un rapport fictif. Je n’ai pas vraiment dit qu’il s’agissait d’OVNI, j’ai dit qu’il s’agissait de choses que l’on ne connaissait pas, des sortes de véhicules méconnaissables. En d’autres termes, j’étais très ambigu et je suis resté évasif » a-t-il avoué. Malheureusement pour nous, cette apparition à Newfoundland date des années 1950 et aucune image n’a pu être enregistrée.


EN COMPLÉMENTAIRE

Il y a eu DEUX crashs d’OVNIS à Roswell, affirme un ancien responsable de l’armée de l’air qui dit qu’il était là

 

Plus de soixante-dix ans après qu’un OVNI se soit prétendument écrasé à Roswell, au Nouveau-Mexique, un responsable à la retraite de l’armée de l’air a déclaré que non seulement l’incident choquant s’était réellement produit – mais qu’il s’était produit deux fois.

Le lieutenant-colonel Richard French, qui a servi dans l’armée pendant plus de 27 ans, était à Alamagordo, au Nouveau-Mexique, en 1947, lorsqu’un objet inhabituel est tombé du ciel et s’est écrasé au sol à Roswell.

Les autorités militaires ont publié un communiqué de presse après l’incident choquant, disant: «  Les nombreuses rumeurs concernant le disque volant sont devenues une réalité hier lorsque l’officier du renseignement du 509th Bomb Group de la huitième Air Force, Roswell Army Air Field, a eu la chance de gagner possession d’un disque volant.

Mais, à peine 24 heures plus tard, les militaires ont rétracté leur déclaration antérieure et ont affirmé que l’objet qu’ils avaient d’abord pensé être un «  disque volant  » était un ballon météorologique qui s’était écrasé sur un ranch voisin.

Les médias et le public ont accepté l’explication sans conteste. Depuis lors, de nombreuses personnes ,dont des scientifiques,ont remis en question la ligne de l’armée sur l’incident.

«  Il y a eu en fait deux accidents à Roswell, que la plupart des gens ne connaissent pas  », a déclaré French au Huffington Post .

«  Le premier a été abattu par un avion américain expérimental qui volait au départ de White Sands, au Nouveau-Mexique, et il a tiré sur ce qui était en fait une arme électronique de type à impulsion qui a désactivé et enlevé tous les contrôles de l’OVNI, et c’est pourquoi il s’est écrasé.

 

Théorie: Le lieutenant-colonel Richard French, qui a servi dans l’armée pendant plus de 27 ans, affirme qu’il y a eu deux accidents liés aux OVNIS à Roswell

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contentieux: l’ancien colonel de l’armée de l’air Richard French dit qu’il était un démystificateur officiel d’OVNI et qu’il y avait deux, pas un, des crashs d’OVNIS de Roswell

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«Quand ils l’ont frappé avec cette impulsion électromagnétique – bingo! Il y a toute leur électronique et, par conséquent, l’OVNI était incontrôlable.

French, qui prétend avoir reçu l’ordre de démystifier les observations d’OVNIS, a déclaré qu’une source confidentielle de l’armée lui avait parlé de l’abattage du soi-disant vaisseau spatial extraterrestre et a ajouté qu’il y avait eu un deuxième crash près de Roswell quelques jours plus tard.

«  C’était à quelques kilomètres de l’endroit où l’accident d’origine s’est produit  », a déclaré French au HuffPo. «  Nous pensons que la raison pour laquelle ils étaient là à ce moment-là était d’essayer de récupérer des pièces et des survivants du premier accident. Je [fais référence à] les gens de l’espace – les gars dont c’était l’OVNI.

Mais d’autres experts ont rejeté les affirmations de French. ‘Aucune chance! Zéro chance », a déclaré le colonel de l’armée John Alexander, chargé d’enquêter sur les observations d’OVNIS.

«Dans les années 80, j’étais le gars qui développait tous les systèmes d’armes à impulsions. Nous n’aurions pas pu le faire alors. Dans les années 60, ils avaient un système laser, mais votre portée était extrêmement limitée, et nous n’avions pas d’armes laser opérationnelles pendant cette période.

Mais les réfutations n’ont pas empêché les autres de se manifester et de contester la ligne officielle de l’armée.

Chase Brandon, un agent qui a servi 25 ans avec la CIA, a récemment affirmé que des informations relatives à l’accident avaient été dissimulées dans une chambre forte cachée au siège de l’agence à Langley.

« Ce n’était pas un ballon météo – c’était ce que les gens ont rapporté pour la première fois », a-t-il déclaré. «C’était un appareil qui ne venait pas de cette planète.

« Il y a eu en fait deux accidents à Roswell, que la plupart des gens ne connaissent pas », a déclaré French au HuffPost. «Le premier a été abattu par un avion américain expérimental qui volait hors de White Sands, NM, et il a tiré sur ce qui était effectivement une arme électronique de type à impulsion qui a désactivé et emporté tous les contrôles de l’OVNI, et c’est pourquoi il écrasé. »

French – un pilote de l’armée de l’air qui était à Alamagordo, NM, en 1947, en cours de test dans une chambre d’altitude, une exigence annuelle pour les officiers qualifiés – était très spécifique dans la façon dont l’armée aurait abattu ce qu’il croyait être un vaisseau spatial d’un autre. monde.

« Quand ils l’ont frappé avec cette impulsion électromagnétique – le bingo! – il y a toute leur électronique et, par conséquent, l’OVNI était incontrôlable », a déclaré French, qui a effectué des centaines de missions de combat en Corée et en Asie du Sud-Est, et qui a occupé plusieurs postes. travaillant pour le renseignement militaire.

Un autre officier à la retraite doute de l’histoire de French.

« Aucune chance! Aucune chance! » a déclaré le colonel de l’armée John Alexander , dont la propre autorisation top-secrète lui a donné accès dans les années 1980 aux documents officiels et aux comptes d’OVNIS. Il a créé un groupe de haut niveau de fonctionnaires gouvernementaux et de scientifiques qui ont déterminé que, bien que les ovnis soient réels, ils ne pouvaient pas trouver de preuves d’une dissimulation officielle.

«Dans les années 1980, j’étais le gars qui développait tous les systèmes d’armes à impulsion. Nous n’aurions pas pu le faire à l’époque. Dans les années 60, ils avaient un système laser, mais votre portée était extrêmement limitée, et nous ne l’avons pas fait. avoir des armes laser opérationnelles dans ce laps de temps « , a déclaré Alexander, qui travaille pour obtenir l’amnistie pour les militaires qui souhaitent parler de leurs expériences OVNI.

À l’exception du titre initial du journal déclarant que l’armée avait capturé une soucoupe volante à l’extérieur de Roswell, l’armée de l’air a fermé les livres sur Roswell, affirmant que la véritable identité de l’objet était un ballon de surveillance à haute altitude, nommé « Mogul ».

Mais après que des témoins oculaires – y compris de nombreux militaires – aient commencé à raconter leur participation à une prétendue dissimulation de l’incident de Roswell, certains chercheurs ont insisté sur le fait qu’il s’agissait en fait d’un vaisseau extraterrestre qui s’était écrasé à Roswell.

Regardez cette vidéo de Ret. Le lieutenant-colonel de l’armée de l’air Richard French

 

French dit qu’il a été informé de la «fusillade» d’OVNI par un autre officier militaire – une source confidentielle – de White Sands Proving Grounds, une région du désert du Nouveau-Mexique où l’armée américaine a testé de nombreux systèmes d’armes.

Sa source a dit à French qu’il y avait eu un deuxième crash d’OVNI près de Roswell quelques jours après le premier.

« C’était à quelques kilomètres de l’endroit où se trouvait le crash initial », a déclaré French. « Nous pensons que la raison pour laquelle ils étaient là-bas à ce moment-là était d’essayer de récupérer des pièces et des survivants du premier crash. Je [fais référence à] les gens de l’espace – les gars dont l’OVNI était. »

Alors que French n’a pas offert plus de détails sur ce qu’il dit être un deuxième crash d’OVNI, il a taquiné autre chose.

«J’avais vu des photographies de parties de l’OVNI qui avaient des inscriptions dessus qui ressemblaient à une langue arabe – c’était comme un numéro de pièce sur chacune d’elles. C’étaient des photographies dans un dossier que je viens de feuilleter. « 

C’est un parallèle intéressant avec l’histoire récente de l’ ancien agent de la CIA Chase Brandon , qui a affirmé avoir trouvé une boîte au siège de la CIA dans les années 1990 – une boîte intitulée «Roswell».

Brandon a déclaré au HuffPost qu’il avait regardé dans la boîte et parcouru des documents écrits et des photographies confirmant ses soupçons que l’objet qui s’est écrasé à Roswell, « était un engin qui ne venait manifestement pas de cette planète ».

Cette histoire a déclenché une fureur de controverse entre ceux qui croyaient et ne croyaient pas l’histoire de Brandon.

Regardez ce reportage de 1997 sur le «  Cas clos: rapport final sur le crash de Roswell  » de l’armée de l’air

 

 

Et maintenant, nous avons French, qui a servi plus de 27 ans dans l’armée, y compris comme enquêteur et démystificateur pour la célèbre étude des OVNIS de l’armée de l’air, connue sous le nom de Projet Blue Book , qui a commencé en 1947.

« Je suis l’un des auteurs du Projet Blue Book, et j’ai commencé avec le Bureau des enquêtes spéciales de l’Armée de l’Air, stationné à Spokane, Washington. Une des tâches que j’avais en 1952 était de démystifier les histoires d’OVNIS », a déclaré French.

« En d’autres termes, si quelqu’un avait une observation d’OVNI, moi et un autre agent essayerions de trouver une explication logique à cette étrange apparence aérienne. La plupart des rapports provenaient de civils plutôt que de militaires. Nous avons donné notre analyse et essayé de la démystifier. en disant que c’était du brouillard marécageux ou que la chose qu’ils voyaient était en fait accrochée à des fils. Elle a traversé les canaux jusqu’au niveau présidentiel. « 

Mais pourquoi a-t-on ordonné aux Français de démystifier les rapports d’OVNIS en premier lieu?

« Ils ne vous donnent jamais d’explication, mais je vais vous dire quelle est mon analyse: s’ils acceptaient le fait qu’il y a des créatures venant sur Terre d’autres univers ou de partout, cela détruirait fondamentalement les religions, et le fait que l’impuissance de nos militaires contre eux détruirait la réputation des militaires », a déclaré French. « Vous parlez de raisons militaires, de défense nationale et religieuses. »

Comme cela s’avère souvent avec des histoires d’OVNIS révélatrices, cela dépend de qui vous croyez.

Antonio Huneeus est un journaliste d’investigation OVNI vétéran de 30 ans qui a récemment passé du temps avec le français et tente de découvrir plus de faits sur les informations que l’ancien officier du renseignement militaire voudrait nous faire croire.

« Nous avons fait une recherche et trouvé son nom sur une page officielle de l’Armée de l’Air qui a confirmé qu’il était un pilote de combat, mais cette page n’avait rien à voir avec les OVNIS » , a déclaré Huneeus, rédacteur en chef d’ Open Minds Magazine , au HuffPost.

« Mes réserves concernent certaines des affirmations qu’il fait, et à cause de son âge, sa mémoire n’est plus aussi bonne qu’elle l’était », a déclaré Huneeus. « Il est clair pour moi qu’il a assez bien lu sur le sujet des OVNIS, ou qu’il a peut-être entendu des histoires ou parlé aux gens. Donc, j’essaie de séparer exactement ce qu’il a vécu et vu directement de ce qu’il a entendu et lu. »

Soixante ans après que French ait commencé à enquêter sur les ovnis pour le projet Blue Book, il pense toujours qu’il y a un camouflage.

« Cela se passe aujourd’hui. Il n’y a aucun doute à ce sujet. J’ai écouté leurs dénégations plusieurs fois et, à ce moment-là, j’étais en opposition directe avec leur position. Dans mon esprit, il n’y avait aucun doute que les OVNIS étaient réels. . « 

 


GALERIE DE PHOTOS NON-RÉSOLUES

 

OVNI sur le désert de Mojave 9 septembre 1985
Cet OVNI en forme de cigare a été photographié par le pilote de l’aviation générale David Hastings alors qu’il pilotait un avion Cessna Skymaster au-dessus du désert de Mojave le 9 septembre 1985. Il n’y a jamais eu d’indication de canular dans ce cas, qui reste inexpliqué à ce jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

OVNI sur la base Holloman
Un objet volant non identifié a été photographié par un employé du gouvernement au-dessus du Holloman Air Development Center au Nouveau-Mexique en 1964.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mannequins Roswell
L’armée de l’air a publié « The Roswell Report » en 1997. Contre les allégations selon lesquelles des extraterrestres ont été récupérés sur le site du Nouveau-Mexique, le rapport a indiqué que les responsables militaires avaient ramassé des mannequins de 200 livres, ci-dessus, qui ont été utilisés dans une expérience.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alien au Brésil
Capture vidéo de près. Ce qui ressemble à une créature extraterrestre avec la tête, le cou, les bras et le corps visibles debout dans la forêt tropicale brésilienne à Manaus, au Brésil. Dans cette séquence Amaz-extraterrestre, un être solitaire non identifié semble se tenir dans la jungle du Brésil – même en cambrant le dos – à quelques mètres d’une lumière bleue clignotante. Dans ce que certains allèguent comme preuve que la Terre est visitée par des extraterrestres d’une autre planète, la vidéo a été obtenue par l’écrivain paranormal Mike Cohen qui dit que la vidéo a été prise par deux touristes britanniques visitant la région de Manaus dans la jungle amazonienne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crop Circle à Yogyakarta, Indonésie
Un grand cercle et un motif géométrique selon les résidents locaux ont été créés par un OVNI apparu dans une rizière du hameau de Krasakan à Sleman, Yogyakarta, le matin du 23 janvier 2011.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Croquis de l’observation d’OVNI
Ce dessin de témoin oculaire d’une présumée observation d’OVNI est dans l’un des 19 fichiers autrefois secrets publiés sur le site Web des Archives nationales britanniques. Les fichiers couvrent les observations signalées entre 1986 et 1992. Bien que de nombreux rapports aient été démystifiés, certains restent inexpliqués.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marquages ​​sur le terrain France
Un enquêteur en 1989 mesure les marques qui, selon certains, ont été laissées par un OVNI en Normandie, en France. La France a commencé à publier ses « X-Files » sur les observations d’OVNIS en 2007.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’astronaute Gordon Cooper
L’astronaute Gordon Cooper, qui a piloté les missions spatiales Mercury et Gemini dans les années 1960, a dit une fois qu’il avait vu un OVNI « en forme de soucoupe typique, de forme double cylindrique, métallique ». Il était également franc sur l’idée que certains OVNIS étaient des véhicules interplanétaires visitant la Terre.

 

 

 

 

 

 

Comment l’histoire des extraterrestres morts et des crashs d’OVNIS a commencé

La plupart des personnes qui s’intéressent aux OVNIs savent comment les documents controversés de Majestic 12 ont fait surface. Le 11 décembre 1984 était une date destinée à devenir tristement célèbre dans le domaine de l’ufologie. Ce jour-là, un homme nommé Jaime Shandera, qui était producteur de télévision à l’époque, a reçu par la poste une épaisse enveloppe de manille. Elle portait le cachet de la poste d’Albuquerque, au Nouveau-Mexique, et ne comportait pas d’adresse de retour. À l’époque, Shandera travaillait en étroite collaboration avec Bill Moore – un écrivain qui avait passé beaucoup de temps à essayer de découvrir la véritable histoire du “crash d’OVNI” de Roswell en juillet 1947. Greg Bishop dit dans son livre Project Beta de 2005 “deux autres enveloppes étaient à l’intérieur, chacune incluse dans la suivante comme des poupées russes.”

Bishop ajoute : “A partir de la troisième, un rouleau de pellicule de 35 mm est sorti d’une boîte noire. Une fois développé, le film noir et blanc a révélé deux séquences de huit images chacune – des images de quelque chose qui passerait à l’histoire comme le fameux “document MJ-12” ou “documents d’information présidentielle”. Ces documents semblaient n’être rien de moins que des documents vieux de plusieurs décennies et hautement classifiés sur un programme Top Secret du gouvernement américain. Ces mêmes documents portaient sur des crashs de soucoupes volantes, des extraterrestres morts, des autopsies de créatures extraterrestres et une agence secrète/groupe de réflexion connue sous le nom de Majestic 12. Pendant les années qui ont suivi, Moore et Shandera ont fouillé dans les papiers de Majestic 12. Et, en 1987, ils ont rendu les documents publics. La controverse a commencé. Et, plus de trente ans plus tard, on parle toujours de ces documents. Mais voici la question la plus importante de toutes : qu’est-ce qui a amené Shandera et Moore à recevoir ce rouleau de pellicule ? Pour répondre à cette importante question, il faut remonter quelques années en arrière. C’est là que tout a vraiment commencé.

En septembre 1980 – alors qu’il faisait la promotion de son livre nouvellement publié (avec Charles Berlitz) The Roswell Incident – Moore a participé à un certain nombre d’interviews radiophoniques dans tous les États-Unis. À la fin d’une de ces interviews, une secrétaire a dit à Moore qu’il y avait quelqu’un en ligne qui voulait parler en privé avec Moore. La voix à l’autre bout du fil appartenait à un colonel qui était en poste à la base aérienne d’Offutt, qui est située dans le comté de Sarpy, au Nebraska. L’homme a dit à Moore : “Nous pensons que vous êtes le seul que nous ayons entendu qui semble savoir de quoi il parle. Le colonel a souhaité une rencontre. Et bientôt, aussi. Moore a griffonné le numéro du colonel, promettant de reprendre contact dès que possible. Mais le colonel proactif n’a pas attendu que Moore le joigne. Au lieu de cela, il a contacté Moore – pour une deuxième fois. Une fois de plus, l’homme a prononcé ces mêmes mots : “Nous pensons que vous êtes le seul que nous ayons entendu qui semble savoir de quoi il parle.” Moore était maintenant plus qu’intrigué. Une rencontre a rapidement été organisée. Les deux hommes devaient se retrouver dans un restaurant d’Albuquerque, qui se trouvait sur le chemin du retour de Moore, pour une bonne nourriture et – espérons-le – une conversation instructive. Le mystérieux informateur a été décrit par Moore comme étant âgé et maigre. Greg Bishop a déclaré que l’homme avait “un soupçon d’accent d’Europe de l’Est”. À partir de ce jour, le vieil homme amaigri sera connu par Moore sous le nom de “Faucon”.

Greg Bishop dit que “… [la nouvelle connaissance de Moore] lui a dit qu’il représentait un groupe d’agents de renseignement du gouvernement américain qui en avaient assez du secret entourant le sujet des OVNIs et étaient désireux de divulguer des informations plus précises au public. Ils voulaient le faire par l’intermédiaire d’un chercheur de bonne réputation. Il recevrait de petites bribes de l’histoire au fil du temps, et pourrait en faire ce qu’il souhaitait. Moore serait-il intéressé à participer à un tel programme ?” Oui, Moore était intéressé. Tout à fait. Mais, il y avait la question d’une certaine alliance impie que Moore savait qu’il devrait conclure ; que cela lui plaise ou non. Il savait que s’il ne jouait pas à ce jeu, alors sa chance d’aller au cœur de ce que l’Oncle Sam savait sur les OVNIs et les extraterrestres – morts, vivants ou même les deux – lui échapperait de façon irréversible. Moore a donc accepté de faire tout ce qui devait être fait. Tout a rapidement décollé. Au début des années 80, Moore a périodiquement reçu des instructions pour se rendre dans certains endroits des États-Unis, où il rencontrait des personnages anonymes, du type initiés, dont, une fois de plus, le Faucon.

À chaque fois, des documents apparemment très classifiés sur les OVNIs ont été remis à Moore – toujours dans des enveloppes de manille et dans des endroits divers et répandus. Parmi ces endroits, on trouve un motel dans le nord de l’État de New York et un certain bâtiment au cœur de Los Angeles, en Californie. En avril 1983, un ami de Moore, Nic Magnuson, est allé chercher une collection de documents pour Moore à Seattle, à l’aéroport international Sea-Tac de Washington. La remise a été faite par “un homme petit, âgé et chauve” qui a donné à Magnuson un journal qui contenait dans ses pages une de ces inestimables enveloppes de manille. La documentation collective faisait référence à des énigmes telles que le “Projet Verseau”, le “MJ12” (un terme alternatif pour Majestic 12), des “communications avec des extraterrestres”, et même à des décisions prises par des figures d’élite dans le domaine de la collecte de renseignements pour maintenir la Maison Blanche fermement hors de la boucle ufologique. Un secret si étonnant que même le président des États-Unis n’a pas pu dire la vérité ? C’est possible, oui.

 

Pour Moore, il n’y avait aucun doute que les documents étaient de la dynamite absolue. S’ils étaient authentiques, c’est-à-dire. C’était la plus grande question de toutes : étaient-ils authentiques ? Ou bien Moore était-il utilisé par des personnes de la communauté des renseignements, des personnages manipulateurs qui essayaient d’écarter Moore de ses importantes recherches sur Roswell et de le pousser plus loin sur une voie remplie de documents douteux les uns après les autres ? Les questions étaient fondées. Il ne faudra pas longtemps avant que Jaime Shandera ne reçoive les documents de Majestic 12 qui ont suscité tant de controverses – et ce pendant tant d’années.


Les comptes OVNIS sont cohérents avec les documents MJ-12

Je sais je sais.

Il ne fait aucun doute que la validité des documents MJ-12 est fortement contestée.

Certains individus sont convaincus que les documents MJ-12 ont été créés dans le cadre d’une campagne de désinformation contre l’Union soviétique.

Certains nient totalement l’existence du groupe.

Je ne suis d’accord avec aucune de ces conclusions. Et la ou les raisons de ma position seront peut-être reprises dans un prochain article.

Mais peu importe si vous pensez que le MJ-12 était un canular ou non. (Bien que, j’espère, après avoir fait vos propres recherches approfondies, vous constaterez que c’est tout sauf un canular.)

Ce qui compte vraiment, c’est ce qui se trouve dans les documents MJ-12. Beaucoup de descriptions correspondent à ce que nous avons vu récemment dans les nouvelles (c’est-à-dire la vidéo de Nimitz ).

Les documents MJ-12 – authentiques ou non – sont antérieurs à l’incident de Nimitz d’au moins quarante-cinq ans. Si les documents étaient un canular, alors comment quelqu’un pourrait-il prédire à l’époque ce que nous verrions vraiment dans le ciel en 2004 (lorsque le Nimitz s’est produit)?

Cela frôle l’absurdité.

Cette petite description provient de Entités extraterrestres et de la technologie, de la récupération et de l’élimination.

Ceci décrit l’OVNI «en forme de fuselage ou de cigare». Ce n’est qu’une des quatre formes différentes d’OVNIS expliquées dans la brochure.

Cette description est en ligne avec la vidéo Tic Tac, mais il existe plusieurs autres comptes qui correspondent à la forme du cigare.

Considérez cette entrée du livre de Jacques Vallee Wonders in the Sky:

Mars 1828, Mount Wingen, Australie (terres d’objets en forme de cigare)

Un mystérieux objet volant serait descendu sur le mont Wingen dans la réserve naturelle de Burning Mountain. Il était «en forme de cigare et avait une drôle de couleur argent» et faisait un grand bruit de claquement. Selon le rapport, «quand il a atterri, il a mis le feu à toute la végétation et tué le bétail».

Ce cas particulier est antérieur aux documents MJ-12 de bien plus d’un siècle. Mais il ne s’arrête pas là.

Nous allons continuer.

Il s’agit d’un document des archives canadiennes, qui décrit un «… objet cylindrique et ressemblait à un réservoir de propane…»

Encore une fois, c’est très similaire aux documents Tic Tac et MJ-12.

J’aime me demander ce que ces gens pensaient voir à l’époque (surtout dans le cas de 1828). Je ne peux pas m’empêcher de penser que cela a causé une crampe mentale. Peut-être ont-ils simplement essayé de l’omettre de la mémoire.

Que doit-on faire d’autre quand on est confronté à quelque chose qu’il ne peut pas expliquer?

Beaucoup de ces documents ont été classifiés pendant longtemps. Mais on se demande pourquoi ils ont été classés en premier lieu. S’il n’y avait, en fait, aucune preuve d’OVNI ou de corps extraterrestres, alors pourquoi continuer le récit pendant tant d’années? En tant que campagne de désinformation? Il existe des moyens plus convaincants d’induire quelqu’un en erreur que d’inventer un récit sur les extraterrestres et les vaisseaux spatiaux volants. Cela me dit que le récit est tellement incroyable qu’il doit être vrai.

Les informations sur les ovnis sont généralement classées pour deux raisons:

  1. ) Pour garder la confidentialité de l’enquête en cours.
  2. ) Pour masquer l’ignorance.

Jetons un œil à une autre description.

Ce document présente de nombreuses similitudes avec quelques cas.

Tout d’abord, les mots «Flying Barrels» rappelle le Tic Tac.

Deuxièmement, l’expérimentateur a dit que cela ressemblait à une «pastille volante».

Encore une fois, cela ressemble à la description du Tic Tac et du MJ-12.

Un autre petit détail est la vitesse décrite. Ce document décrit la vitesse de l’objet comme étant «à peu près la vitesse du son».

C’est intéressant. La vitesse du son est de 767 miles par heure. C’est assez rapide. L’incident de Lonnie Zamora décrit l’engin là-bas comme ayant eu une accélération maximale de 720 milles à l’heure. Il semble que ces engins voyagent très près de la même vitesse.

Mes recherches sur les similitudes de cas spécifiques sont en cours, mais je voulais juste donner quelques exemples ici.

Oh! Et puis il y a ça!

Ce sont les différents appareils décrits dans les documents MJ-12. Vous n’avez pas à croire que les documents sont authentiques pour voir qu’il existe certainement des similitudes entre les cas d’OVNI.

Je tiens à le réitérer également. Les documents du MJ-12, s’ils ne sont pas authentiques, montrent encore une forme commune dans les engins des années 50 et 60 à ce que nous avons vu dans le ciel depuis les années 80 (à commencer par l’incident des ovnis en Belgique). Cette information est souvent laissée de côté. Et je ne pense pas qu’il y ait suffisamment d’individus pour attirer l’attention sur ce fait.

La seule façon de contourner cela est d’être d’avis que les documents MJ-12 ont été en quelque sorte falsifiés dans les années 90, ce qui n’est tout simplement pas le cas.

Je maintiens que ces documents sont authentiques. Et il y a de nombreux chercheurs qui sont du même avis.

Je suggère de regarder cette vidéo avec Richard Dolan et le chercheur MJ-12, Ryan Wood, pour plus d’informations sur le fonctionnement du processus d’authentification des documents MJ-12.

L’homme sans pays: qui était l’homme mystérieux de Taured?

L’un des événements les plus troublants du XX e siècle n’a pas impliqué de soucoupes volantes, de théories du complot, d’acte criminel, ni même d’observation de créatures étranges. Il s’est déroulé un jour apparemment normal dans l’un des endroits les plus fastidieux et les plus banals que l’on puisse imaginer: l’aéroport. Pourtant, à ce jour, personne ne sait exactement ce qui s’est passé là-bas ni pourquoi un voyageur d’affaires moyen est devenu le cœur d’une énigme en grande partie oubliée par notre monde moderne.

L’année 1954 a été plus chaude que la normale à Tokyo, mais à l’aéroport de Haneda, les activités se sont poursuivies. C’est, bien entendu, jusqu’à une date inconnue lorsqu’un avion européen ordinaire en provenance de l’aéroport a débarqué de ses passagers. Alors que la foule franchissait la douane, un homme d’âge mûr, de race blanche, bien habillé, s’est approché et a déclaré aux responsables qu’il ne s’agissait que d’un voyage d’affaires normal, l’un des trois voyages organisés au Japon cette année. Sa langue principale était le français, mais il parlait le japonais et plusieurs autres langues. Dans son portefeuille se trouvaient diverses monnaies de divers pays européens, comme pour vérifier ses tendances en matière de fidélisation.

Quand ils lui ont demandé son pays d’origine, les choses sont devenues étranges. Il a déclaré qu’il venait de Taured, à la frontière entre la France et l’Espagne. Les fonctionnaires lui ont dit que Taured n’existait pas, mais il leur a présenté son passeport – délivré par le pays inexistant de Taured – qui montrait également des cachets de visa corroborant ses précédents voyages d’affaires au Japon et dans d’autres pays. Pourtant, quand ils ont appelé la compagnie avec laquelle il avait eu rendez-vous, ils n’avaient jamais entendu parler de lui ou de sa compagnie avant ce moment-là. L’hôtel dans lequel il avait réservé une chambre n’avait pas de réservation pour une telle personne et la banque mentionnée sur son chéquier ne semblait pas exister.

Le seul pays entre la France et l’Espagne est Andorrée …dans notre univers,bien sur!

 

L’homme barbu se moqua; c’était sûrement une blague élaborée à son profit. Les douaniers lui ont montré une carte du monde et ont indiqué le petit pays d’Andorre. C’était peut-être son vrai pays d’origine et il se trompait ou avait sa propre petite blague? L’homme devint furieux, disant qu’Andorre n’existait pas, mais que Taured devait se trouver à sa place. Son fier pays existait depuis mille ans. Toujours sous le choc de sa patrie égarée, le mystérieux a été arrêté par les douanes et a reçu une chambre dans un hôtel voisin pour la nuit, pendant que les fonctionnaires essayaient de comprendre ce qui se passait.

Le lendemain matin, le mystère s’approfondit. Le seul et unique résident connu de Taured a complètement disparu de sa chambre d’hôtel gardée toute la nuit par des agents de l’immigration. Et pour aggraver les choses, tous ses documents personnels, y compris son passeport et son permis de conduire émis par le pays mystérieux, ont disparu de la salle de sécurité de l’aéroport. La police et les responsables de l’aéroport ont cherché en vain l’homme mystérieux. C’était comme si toute la rencontre n’avait jamais eu lieu.

Aucune documentation confirmant cette histoire n’a encore été trouvée, mais elle a été mentionnée dans plusieurs ouvrages, notamment The Directory of Possibilities (1981, p. 86) et Strange But True: Mysterious and Bizarre People (1999, p. 64). Et compte tenu de sa fin déroutante, je doute qu’un fonctionnaire ait rédigé un rapport concluant que l’homme et tous ses éléments de preuve documentés ont tout simplement disparu.

 

 

Cet homme aurait déclaré à la douane qu’il se trouvait au Japon pour affaires et disposait de tampons de visa légitimes, de devises de nombreux pays européens, de chèques d’une banque inconnue et d’un permis de conduire délivré à Taured. Il a été envoyé dans un hôtel alors que les choses étaient réglées, tandis que deux agents de l’immigration se tenaient devant la porte de son hôtel. Mais quand ils sont allés le voir dans la matinée, il avait disparu. C’était à partir de 15 étages, au-dessus d’une rue achalandée, il était donc improbable, voire impossible, de s’échapper par une fenêtre. La police métropolitaine de Tokyo a fouillé, mais n’a jamais retrouvé l’homme de Taured.

 

 

 

 

Les histoires étranges de quatre sirènes anglaises connues

Pendant des milliers d’années, des histoires de bidonvilles d’êtres mi-humains, mi-marins, appelés sirènes, selkies et nageurs ont dérivé sur le rivage avec des marins battus. Ils associent les mythologies de l’Europe du Nord, du Proche-Orient, de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique. Célèbre, Christophe Colomb a affirmé en avoir repéré un lors de son exploration des Caraïbes. Depuis lors, les contes de sirènes sont devenus des sujets populaires de l’art et de la littérature, comme dans le célèbre conte de fées de Hans Christian Andersen « La Petite Sirène » (1836). Ils ont ensuite été représentés dans des opéras, des peintures, des films, des livres et des bandes dessinées.

«Une sirène» ( 1900) de John Williams Waterhouse. Académie royale des arts.

 

Les premiers contes de sirène

Les premiers récits de sirènes ont émergé dans l’ancienne Assyrie, dans laquelle la déesse honteuse Arargatis s’est transformée en une sirène pour avoir tué son amoureux humain par accident. L’équivalent masculin de la sirène était l’homme de main et les deux sexes avaient l’habitude de tomber amoureux des humains – des relations qui se terminaient généralement en larmes.

De nombreuses caractéristiques émotionnelles et psychologiques des premières sirènes ont été projetées dans les Sirènes de la mythologie grecque , mais ces créatures magiques océaniques ont également été associées à de puissants événements naturels tels que tempêtes, inondations, naufrages et noyades en mer.

 

 

Contes de sirène anglaise connus moins connus d’Exeter et d’Exmouth

Alors que les îles du Shetland et des Orcades, situées dans le nord de l’écosse, pouvaient être qualifiées de centres du folklore européen des sirènes, un événement étrange se produisit dans les eaux du sud de l’Angleterre, près d’Exeter. Il hanterait huit pêcheurs toute leur vie.

Le jeudi 10 novembre 1737, dans un lieu de pêche appelé Topsham Bar, un groupe de huit pêcheurs a été chaluté toute la matinée. Quand ils ont traîné leurs filets à bord, ils ont été «surpris de découvrir une créature de forme humaine, ayant deux jambes». Les huit témoins ont été interrogés indépendamment et ils ont tous déclaré que la créature avait «sauté du filet et s’était enfuie». et bien que cela semble assez difficile à croire en soi, les pêcheurs ont ajouté qu’une fois qu’ils avaient retrouvé «l’être mystérieux», ils l’avaient trouvé mourant et «gémissant comme un humain». Un des pêcheurs a déclaré à la police: «Ses pieds étaient palmés comme un canard, avec des yeux, un nez et une bouche qui ressemblent à ceux d’un homme. « Il ajouta qu’il avait une » queue de saumon ressemblant à quatre pieds de haut « .

Derceto, d’Athanasius Kircher, Oedipus Aegyptiacus, 1652.

Cette créature ne correspondait pas aux descriptions classiques ou archétypales de sirènes , dans lesquelles les créatures étaient généralement des êtres humains qui portaient des peaux de phoque, ce qui les transformait en créatures mi-humaines mi-marines. Cet «incident à Exeter» était curieusement différent et la description de la créature a été corroborée par les huit pêcheurs; «Deux jambes placées sous la taille avec des notes d’animaux», comme des sangles et des écailles autour du bas des jambes.

Puis, en 1812 après JC, à Exmouth près d’Exeter, un pêcheur appelé M. Toupin et son équipage ont affirmé «avoir entendu de la musique qui semblait provenir d’une créature ressemblant à l’homme, avec une queue de poisson». Alignez avec les contes classiques de sirène, qui sont appelés «sirènes» après leur chant légendaire aux pêcheurs, les attirant souvent vers leurs tombes aqueuses.

« Le pêcheur et la sirène » (1856-1858) de Frédéric Leighton

 

Selon le récit de M. Toupin, ils étaient «attirés par un bruit singulier, impossible à décrire complètement, mais comparables à une mélodie sauvage et tintante de clavecin». M. Toupin a décrit la créature comme ayant; «Deux bras auxquels elle avait eu recours pour une grande agilité, qui se terminait par quatre doigts palmés sur chaque main.» Il détailla ses caractéristiques comme suit: Haut et arrière de la tête. ”En longueur, selon Toupin,“ il était environ cinq pieds et demi, et il semblait être gambader de façon amusante près du navire avant, après trois plongées rapides, il a rapidement nagé et a été perdu pour tenter d’attirer la bête plus près de leur bateau de pêche, ils ont jeté «du poisson en ébullition dans l’eau».

Front de mer d’Exmouth pris de Dawlish Warren, lieu de l’incident de la sirène en 1812.

Seulement 11 ans plus tard, en 1823, toujours à Exeter, une série d’observations de sirènes ont été rapportées dans l’Ex River, y compris des témoins qui ont déclaré avoir vu une créature qui, comme le rapport de 1737, avait «deux jambes placées sous la taille» avec « Caractéristiques animales ». Un autre reportage a décrit une créature qui « ressemblait à un saumon » et qu’il « a couru des spectateurs perplexes jusqu’à ce qu’il soit assommé et tué », selon un article paru dans le Devon Times .

Les histoires obsédantes du bassin de la sirène et du bassin de la mère noire

À l’extrémité nord de l’Angleterre, dans le Peak District, nous trouvons deux légendes de la sirène. Le premier occuperait le bassin de la sirène ,  situé juste en dessous de Kinder Scout dans les High Peaks. Ce lac salé est une particularité, étant situé si loin dans les terres. Cette propriété environnementale naturelle explique probablement pourquoi elle a été associée à une sirène généralement liée à l’océan.

Le bassin de la sirène était associé à des pouvoirs de guérison pour «ceux qui ont le courage de s’y baigner», et si on le faisait à Pâques à minuit, il était dit à la sirène «d’apparaître offrant la vie éternelle», si elle vous regardait tendrement. Sinon, vous descendiez dans les profondeurs pour ne plus jamais être revus.

«La sirène» (1910) de Howard Pyle

 

Le deuxième récit de sirène aurait lieu à Black Mere Pool (étang Blakemere, étang Mermaid), à la pointe sud-ouest du district de Staffordshire Peak; un petit lac naturel presque circulaire d’environ 50 mètres de diamètre, situé à six milles au nord-ouest de Leek. Selon une légende, la sirène serait venue ici «il y a des centaines d’années, d’un marin de la ville voisine de Thorncliff».

Dans cette interprétation d’une histoire d’amour grecque classique entre une nymphe et un marin, après la mort du marin, la sirène s’est fâchée. Mais comme elle ne pouvait pas retourner en mer, elle hantait le lac, cherchant à se venger de la mort de son amant. Cette légende aurait pu être inspirée par un événement réel de la vie en 1679, quand un colporteur fut jeté dans la piscine par un tueur en série local.

Tentant de séparer les faits de la fiction, un certain Philip Davis de Stoke-on-Trent, membre du comité de la branche nord du Staffordshire du British Sub-Aqua Club, décora en 2013 un costume de grenouille et décida que ce lac pas réellement sans fond, et « à son point le plus profond de la piscine est pas plus de sept pieds et il a un fond boueux. »

L’étang Blakemere est un petit lac naturel situé dans le Staffordshire, en Angleterre. (Graham Richter .L’étang fait l’objet d’une légende qui prétend que l’eau est hantée par le fantôme d’une sirène.

Une autre histoire de sirène plus sombre entourant ce lac raconte l’histoire d’un homme de la région, Joshua Linnet, qui a été rejeté par une belle jeune femme. Incapable de gérer sa douleur, il a accusé la femme d’être une sorcière. Il a réussi à convaincre la population locale de la noyer à Black Mere Pond et comme elle se noyait, la jeune femme a maudit Joshua.

Trois jours plus tard, son corps a été retrouvé flottant dans la piscine avec «son visage couvert de marques de griffes», qui aurait été causé par la «sirène démon». Cet esprit malfaisant croit encore hanter encore aujourd’hui le Black Mere Pool. En essayant de rationaliser avec cela, il se pourrait que la pauvre femme soit une « simple servante » – plutôt qu’une sirène.

« Mermaid » (1873) d’Elisabeth Jerichau-Baumann. Les contes de sirène sont des inspirations populaires pour les arts du monde entier.

 

 

 

 

(VIDEO) Des poissons tombent du ciel en Iran, Chine et en Inde

Des pluies massives de poissons ont été signalées dans des régions aussi éloignées les unes des autres en Iran, Inde et Chine. Des témoins des régions où les poissons sont tombés ont dit que tous les poissons avaient tendance à être assez petits et de la même espèce. Des vidéos ont émergé de ceux qui […]

via (VIDEO) Des poissons tombent du ciel en Iran, Chine et en Inde — 24h Magazine

Ovni:cette photo d’une étrange colonne de lumière affole toute une population

Cette photo montre un phénomène lumineux étrange, une colonne de lumière qui apparaît dans une photographie pendant un orage en Argentine. De quoi rapidement affoler les chasseurs d’OVNI qui y ont vu un rayon tracteur ou quelques chose dans le genre lancé par des extraterrestres. Loin de remettre en doute l’authenticité de la photo, des scientifiques expliquent qu’il s’agit en fait d’une conjonction rare de phénomènes météorologiques.

La photo évoque un phénomène surnaturel : on y voit une étrange colonne lumineuse semblant tout droit venir d’un ciel nuageux. En fait, la photographe à l’origine de ce cliché ne s’est rendue compte de sa présence qu’après avoir pris la photo. Celle-co a été prise lors d’un orage dans le parc de San José en Argentine. Rapidement devenue virale, l’image a subi son lot d’interprétations. Certains y ont vu la manifestations d’extraterrestres, d’autres la formation d’un portail vers une autre dimension.

Cette photo a-t-elle immortalisé la manifestation d’un OVNI ?

En fait, la promeneuse responsable de ce cliché n’a pas vu la colonne sur le moment. Par chance, elle a appuyé sur le déclencheur exactement au même moment où un éclair s’est abattu sur le sol. Ce qui aiguille déjà vers la manifestation d’un phénomène plus rationnel, et surtout optique. Il n’a pas fallu longtemps à des scientifiques pour trouver l’explication.

Des experts cités par le journal régional local Realidad Regional expliquent que ce phénomène est météorologique. Deux masses d’airs de températures très différentes sont capables de distordre la lumière, en raison de la variation de l’indice de réfraction avec la température. Or justement les données météo semblent confirmer la présence de ces conditions.

Dans ce cas, la lumière générée par les éclairs peut parvenir distordue à un observateur. Ce qui peut lui donner une apparence étrange, ici cette forme de tube. Etonnant, n’est-ce-pas ?

 

 

Les prophéties de Nostradamus pour 2017

 

 

Nostradamus a commencé à avoir des visions à un âge très précoce. En effet, Michel de Notredame était capable de regarder dans un bol rempli d’eau, le fixait pendant un certain temps, et était ensuite en mesure de «recevoir» des visions du futur. Parmi ses prophéties pour l’an 2017 et au-delà : le rayonnement brûlera la planète. «Le roi va voler les forêts, le ciel s’ouvrira, et les champs seront brûlés par la chaleur», écrit le visionnaire. Ceci est un avertissement sur la destruction des forêts, conduisant à un trou dans la couche d’ozone et à l’exposition de la Terre aux rayons ultraviolets nocifs.


La 3ème Guerre Mondiale – Une guerre commencera entre les deux grandes puissances mondiales et durera pendant une période de 27 ans. Un moment de grande violence coïncide avec l’apparition d’une comète dans le ciel. Un terrorisme nucléaire et des catastrophes naturelles vont frapper notre planète lorsqu’une planète géante se rapprochera de la Terre.



 

Le séisme le plus grave enregistré au cours de ces dernières années – Le plus grand tremblement de terre dans l’histoire va se produire, affectant particulièrement la région ouest des États-Unis, et sa puissance se fera ressentir dans divers pays à travers le globe.

Certains pensent que ce volcan serait le Yellowstone.

 

 

Le droit à la paternité – Ceux qui voudront avoir des enfants auront besoin d’une licence ou d’un permis, et ne pourront pas agir comme bon leur semble.


 

L’effondrement de l’économie mondiale – «Les riches mourront de nombreuses fois», écrit le prophète français.


Toutes les taxes seront abolies dans le monde occidental – Une grande révolte supprimera toute imposition pour toujours. Nostradamus écrit: «Les gens refuseront de payer l’impôt au roi. Et ce jour-là, nombreux célébreront la liberté dans un pays où les taxes sont sans pitié».

 


Les gens pourront vivre plus de 200 ans – Les avancées de la médecine vont prolonger l’espérance de vie moyenne des êtres humains jusqu’à l’âge de 200 ans. Un homme de 80 ans aura la même apparence qu’une personne de 50 ans, selon Nostradamus.

 


 

Les différences linguistiques disparaîtront- Il écrit «Après l’invention du nouveau moteur, le monde sera de nouveau comme dans le temps à la tour de Babel. Selon les interprétations, ce nouveau moteur serait utilisé comme les ordinateurs des temps modernes, et selon le prophète français, cela signifiera la fin de nombreuses nations.


 


 

Il annonce des désastre mais aussi une Ère Nouvelle!

 

 

 

 

 

23 animaux étranges échoués sur la plage

Vous pensez être incollable sur les animaux ? Apparemment, certaines créatures plutôt étranges et peu communes se sont échouées sur les rivages de plages du monde entier ! Vous allez avoir des surprises.

Des curiosités d’une autre planète aux monstruosités grotesques, nous avons rassemblé les images les plus étranges du monde !

Voici 23 animaux étranges échoués sur la plage.


Si vous pensez qu’il s’agit d’une sorte de créature imaginaire, vous vous trompez lourdement. Ceci est une photo authentique ! Après plusieurs études, cette tortue à l’allure préhistorique a été identifiée comme étant une « tortue alligator ». On considère qu’elle est la tortue d’eau douce la plus lourde du monde.

2-Le requin-grande-gueule

Quand les habitants du coin ont trouvé le corps sans vie de cette créature imposante, ils ont pensé qu’il s’agissait d’une baleine ordinaire. Cependant, à leur grande surprise, ils n’avaient encore jamais vu une créature pareille ! On dit que la créature est en fait un requin mâle, échoué sur une plage entre les provinces d’Albay et Masbate aux Philippines. Il fut découvert le 28 janvier 2015.

3-Le monstre de St-Augustine

Cette chose est la plus ancienne et la plus mystérieuse des créatures marines jamais retrouvées. Elle a été trouvée en 1896 à St Augustine en Floride et il a été rapporté qu’elle mesurait environ 5,5 mètres de long et qu’elle pesait presque 5 tonnes. Même si cette créature fut découverte il y a plus d’un siècle, elle n’en reste pas moins une curiosité historique.

4-Le poisson extraterrestre

 

En voyant cette chose, les habitants ont pensé qu’il s’agissait d’un poisson-chauve-souris, mais les caractéristiques de cette créature en sont trop éloignées. Encore aujourd’hui, personne ne sait vraiment ce que c’est et s’il s’agit effectivement d’un poisson ! Ce poisson extraterrestre a été trouvé sur une plage de Santos près Sao Paolo au Brésil.

 


5-Trunko

Cette photo a été prise en 1924 et montre une gigantesque masse blanche informe échouée sur le rivage de Margate en Afrique du Sud. À l’époque cette photo avait fait couler beaucoup d’encre et fait les gros titres dans la presse locale sous le nom de « poisson-ours polaire ».

6-Un banc de créatures aquatiques

 

Ces choses se sont échouées sur une plage californienne. Connues sous le nom de velella velella, elles flottent à la surface de la mer grâce à leurs nages rigides qui se dressent sur leur corps. Si les courants et les vents ne sont pas favorables, elles échouent sur les plages, car elles ne disposent d’aucun moyen de propulsion

 


7-Le monstre de Benbecula Beach

Une nourrice britannique du nom de Louise Whitts est tombée par hasard sur cette immonde et puante masse informe et blanchâtre alors qu’elle était en vacances à Benbecula Beach, dans les Hebrides d’Écosse. Une créature de 4 mètres de long avec un corps velu et des protubérances en forme de nageoire sur le dos.

 


8-Le monstre de Canvey Island

À Canvey en Angleterre, deux carcasses similaires se sont échouées sur la plage à un an d’intervalle. Leur peau était brune et rougeâtre, leurs yeux globuleux, leurs pattes arrière disposaient de cinq orteils et leurs pieds en forme de fer à cheval possédaient une voûte plantaire, indiquant que ces choses marchaient sur deux pattes.

9- Le monstre chilien

 

On l’a trouvé sur les côtes de Los Muermos au Chili. Cette chose pesait 14 tonnes et mesurait 12 mètres d’envergure. Pendant longtemps, les biologistes étaient incapables d’identifier ce monstre et pensaient qu’il s’agissait des restes d’une pieuvre géante encore inconnue. Mais en 2004, des tests ont révélé que l’ADN du monstre correspondait à celui d’un grand cachalot.

10-Les baleines siamoises

Deux baleineaux siamois trouvés par des pêcheurs dans la lagune d’Ojo de Liebre à Baja California au Mexique le 5 janvier. Apparemment, le monde animal peut produire aussi des jumeaux siamois, mais c’est un phénomène très rare chez les baleines.

 


11-La dépouille d’un monstre

D’où peut bien venir cette énorme bête ? Il s’agit sans doute d’une baleine difforme ou d’un requin monstrueux, ou peut-être encore s’agit-il d’une créature sortie tout droit de Star Wars.

12-Le monstre de Four Mile

Retrouvé en 1997 sur les rivages de Four Mile Beach en Tasmanie. La chose mesurait 4,5 mètres de long et pesait sans doute 4 tonnes. On la décrivait grossièrement comme possédant « six lobes charnus le long des flancs » et ressemblants à des pis de vache.

13-Une tête de grand cachalot

Cet énorme tas de chair et de peau non identifié est à l’origine des spéculations les plus folles, alors qu’il ne s’agit probablement que de la tête en décomposition d’un grand cachalot, mais la stupeur reste toujours bien présente.

14-La créature japonaise

Un tsunami au large des côtes japonaises nous a fait cadeau de ce monstre retrouvé sur le rivage. Mais ce n’est pas la première fois que des choses étranges sont rejetées par la mer après un désastre naturel, comme en témoignent les nombreuses trouvailles repoussantes faites sur les côtes d’Amérique ou d’ailleurs.

 


15-Chorisochismus Dentex

Ces étranges créatures se sont échouées sur la côte africaine. Malgré leurs petites tailles, elles sont particulièrement repoussantes et sont capables de dévorer moules et autres créatures marines à même les rochers.

 


16-Le monstre du Loch Ness ou Roch Ness

Retrouvée au bord d’un lac, voici la carcasse d’une créature de 1,5 mètre de long possédant des rangées irrégulières de dents acérées. Découverte au bord du lac de Hollingworth à Rochdale dans la région Manchester, la créature a gagné le surnom de Monstre du Roch Ness.

17-Le monstre de Margate

Surnommée Trunko, cette chose ressemblant à un ours polaire aurait mené en combat de 3 heures contre 2 orques. D’après ce qu’on dit, la créature s’est échouée sur la plage de Margate Beach en Afrique du Sud. Malgré une présence de 10 ans sur la plage, aucun scientifique n’a étudié la carcasse, donc aucune description fiable de la bête n’a été publiée.

18-Le monstre de Montauk

Cette carcasse à l’air féroce est apparue pour la première fois sur la pointe est de Long Island à New York en juillet 2008 et s’est répandue sur internet peu de temps après. Morte avant son arrivée sur la très fréquentée plage de Ditch Plains, le souvenir de cette créature demeure dans la culture populaire.

19-L’inconnu néo-zélandais

En Nouvelle-Zélande, une tempête nous a offert quelque chose de vraiment inattendu. Les riverains de la plage de Pukehina ont retrouvé sur leur côte un monstre marin effrayant après la tempête. Les badauds ont d’abord pensé que l’atroce bête de 9 mètres était une créature marine préhistorique. Mais après un examen poussé, les experts pensent qu’il s’agissait de la carcasse en décomposition d’une orque.

 


20-Ce n’est pas ce que vous pensez

Une créature semblant tout droit sortie de l’âge des dinosaures. Un vétérinaire local a identifié cette dépouille couverte d’écailles comme étant celle d’un esturgeon noir égaré. Ce poisson peut mesurer jusqu’à 4,5 mètres de long et peser jusqu’à 360 kilos. Son origine remonte à environ 100 millions d’années et il n’a pas beaucoup changé depuis.

 


21-Ruban de mer ou… montage photo

Ce monstre est soit un montage photo, soit la dépouille d’un titanesque ruban de mer, dont on retrouve fréquemment la présence sur les plages et qu’on confond souvent avec des monstres venus des profondeurs de l’océan.

 


22-Créature marine inconnue

Ce monstre à bec et au poil hirsute s’est échoué sur les côtes russes. Ce qui semble être de longues mèches de poil épais retombant sur les restes de cette créature, constitue un aspect de sa physionomie qui déroute encore les biologistes marins.

 


23-Un étrange sourire carnassier

Je n’aimerais pas trébucher sur ce poisson/créature qui s’est échoué sur une plage, on pourrait sérieusement se faire poignarder les orteils avec ces énormes crocs à faire pâlir un vampire.

 

…à suivre mes ami(e)s!

 

 

 

 

 

 

Le destin de l’Arche de l’Alliance révélé en texte hébreu

Un texte hébreu nouvellement traduit prétend révéler l’endroit  où les trésors du temple du roi Salomon étaient cachés et discute le sort de l’Arche d’Alliance elle-même.

Mais à la différence du film d’Indiana Jones , » Raiders of the Lost Ark  » , le texte nous donne l’emplacement exact de l’Arche ,de façon claire et précise que, et les autres trésors, « ne peuvent être révélé jusqu’à ce que le jour de la venue du Messie soit arrivé , (cf:le Messie,fils de David )… « .Les savants chrétiens ont donc l’obligation de préserver ce  trésor .

Le Temple du roi Salomon , aussi appelé le Premier Temple, a été pillé et incendié par le roi babylonien Nabuchodonosor II dans le sixième siècle avant JC, selon la Bible hébraïque. L’Arche d’Alliance est un coffre qui, lorsqu’il fut construit à l’ origine, devrait contenir des tablettes  contenant les 10 commandements. Il a été installé dans le Temple de Salomon, à un endroit qui contenait de nombreux trésors variés.

 

Le texte nouvellement traduit, appelé «Traité des navires» ( Massekhet Kelim en hébreu), affirme que les «trésors ont été cachés par un certain nombre de Lévites et des prophètes» , écrit James Davila, professeur à l’Université de St. Andrews, dans un article dans le livre « Ancien Testament Pseudepigrapha Écritures Plus non canoniques Volume 1 » (William B. Eerdmans Publishing Co., 2013).

« Certains de ces (trésors) ont été cachés dans divers endroits de la Terre d’Israël et dans la Babylonie , tandis que d’ autres ont été livrés entre les mains des anges Shamshiel, Michel, Gabriel et peut – être Sariel …» , écrit Davila dans son article.

Le traité est similaire à certains égards à la métallique « Copper Scroll, » l’un des manuscrits de la mer Morte trouvé près du site de Qumrân en Cisjordanie. Le rouleau de cuivre discute également l’emplacement du trésor caché, mais pas du Temple de Salomon.

Le traité décrit les trésors d’une manière imaginative. Une partie se réfère à «soixante-dix-sept tables d’or, et leur or était sur les murs du jardin d’Eden qui a été révélé à Salomon, et ils ont  rayonnés comme l’éclat du soleil et la lune, qui rayonnent à la hauteur du monde ».

Gravure représentant l'Arche d'Alliance.
Gravure représentant l’Arche d’Alliance.

Le plus ancien exemple confirmée du traité, qui survit jusqu’à nos jours, est d’un livre publié à Amsterdam en 1648 appelé « Emek Halakha. » En 1876, un érudit nommé Adolph Jellinek a publié une autre copie du texte, ce qui était pratiquement identique à la version 1648. Davila est le premier à traduire le texte entièrement en anglais.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

HORS TEXTE

Le commerce douteux  des reliques bibliques

Vrai ou faux? Une Autorité des Antiquités d’Israël a conclu que cette plaque, soi-disant associée au Temple du roi Salomon à Jérusalem, est un faux moderne.

Crédit: Israel Antiquities Authority

Un marchand d’antiquités israélienne accusé de forger des reliques juives bibliques et au début a été acquitté des chefs d’accusation, un verdict qui est peu probable d’atténuer la

 

 

 

Un marchand d’antiquités israélienne accusé de forger des reliques juives bibliques  a été acquitté des chefs d’accusation, un verdict qui est peu probable d’atténuer la controverse quant à savoir si les éléments, y compris une boîte censée contenir les os du frère de Jésus, sont réels.

Le tribunal du district de Jérusalem a décidé aujourd’hui (14 Mars) que Oded Golan ne pouvait pas être reconnu coupable de forger desinscriptions sur une boîte funéraire, ou ossuaire, et sur une plaque de pierre supposée du Premier Temple, le temple principal de l’ anciennr Jérusalem. Selon la Bible hébraïque, le temple a été construit par le roi Salomon et a été rénové dans cette fin du IXe siècle avant J.-C. La plaque prétendument date de ces rénovations. Si vrai, la plaque serait le seul survivant des preuves archéologiques du temple.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

HORS TEXTE

La découverte des murs authentiques du temple de Salomon

Dr Eilat Mazar, Université hébraïque de Jérusalem archéologue, souligne les  lieux des dernières fouilles relatives au  dixième siècle avant JC.Ce sont ces murs de l’ancien temple qui ont été découverts sous sa direction dans la zone Ophel à côté de la Vieille Ville de Jérusalem.

 

Une section d’un mur de la ville antique de Jérusalem, depuis le dixième siècle avant notre ère (entre 1000 avant JC et 901 avant JC), peut-être construit par le roi Salomon, a été révélé dans les fouilles archéologiques.

La section du mur, à environ 230 pieds de long (70 mètres) et 19 pieds (6 mètres) de haut, est situé dans la zone connue sous le nom Ophel, entre la Ville de David et le mur sud du Mont du Temple à  Jérusalem .

Trouvé dans le complexe de mur de la ville: une guérite intérieure pour l’accès dans le quartier royal de la ville; une structure royale adjacente à la guérite; et une tour d’angle qui donne sur une partie importante de la vallée de Kidron adjacente.

« Le mur de la ville qui a été découvert témoigne d’une présence dominante», a déclaré Eilat Mazar, un chercheur à l’Université hébraïque de Jérusalem. « Sa force et sa forme de construction indiquent un haut niveau de l’ingénierie. »

Comparaison des nouvelles découvertes avec des murs de la ville et les portes de l’époque du roi Salomon, comme le Premier Temple, ainsi que la poterie trouvés sur le site, permettent aux chercheurs de postuler que le mur a été construit par Salomon à Jérusalem dans la dernière partie du dixième siècle avant notre ère, Mazar dit.

« Ceci est la première fois qu’une structure de ce temps a été constaté que peut corréler avec des descriptions écrites de l’édifice de Salomon à Jérusalem, » dit – elle.  » La Bible nous dit que Salomon a construit, avec l’aide des Phéniciens, qui étaient bâtisseurs exceptionnels, la [première] Temple et son nouveau palais et les entoure d’une ville, très probablement relié à la plus ancienne muraille de la ville de David ».

Mazar cite spécifiquement le troisième chapitre des premiers livres des Rois où il se réfère à «jusqu’à ce qu’il (Salomon) avait achevé de bâtir sa maison, et la maison du Seigneur, et le mur de Jérusalem. »

Le 19 pieds de haut (6 mètres) guérite est construit dans un style typique de ceux de la période du Premier Temple. Il a un plan symétrique de quatre petites pièces identiques, deux de chaque côté du passage principal. Il y avait aussi une grande tour adjacente, couvrant une superficie de 79 par 59 pieds (24 mètres sur 18), qui était destiné à servir comme un mirador pour protéger l’entrée de la ville. La tour se trouve aujourd’hui sous la route à proximité et doit encore être excavée.arpenteur britannique du XIXe siècle Charles Warren, qui a mené une enquête souterraine dans la région, d’abord décrit les grandes lignes de la grande tour en 1867 mais sans l’attribuer à l’époque de Salomon.

« Une partie du complexe de mur de la ville a servi comme espace commercial et une partie en tant que stations de sécurité», a expliqué Mazar. Dans la cour de la grande tour, il y avait des activités publiques généralisées, dit-elle. Il a servi de lieu de rencontre du public, comme un lieu pour mener des activités commerciales et des activités de culte, et comme un lieu pour les activités économiques et juridiques.

Les tessons de poterie découverts dans le remplissage de l’étage le plus bas de l’édifice royal près de la guérite témoignent aussi de la datation du complexe au 10e siècle avant notre ère Trouvé sur le sol étaient des restes de grandes jarres de stockage, de 3,7 pieds (1,15 mètres) de hauteur, qui ont survécu à la destruction par le feu et qui ont été trouvés dans les chambres qui, apparemment, ont servi de zones de stockage sur le rez-de-chaussée du bâtiment. Sur l’un des pots il y a une inscription partielle en hébreu ancien indiquant qu’il appartenait à un fonctionnaire du gouvernement de haut niveau.

« Les bocaux qui ont été trouvés sont le plus grand jamais trouvé à Jérusalem », a déclaré Mazar.

Figurines cultes ont également été trouvés dans la région, tout comme les empreintes de sceaux sur les poignées jar avec le mot « au roi  » ,témoignant de leur utilisation au sein de la monarchie. On trouve également étaient empreintes de sceaux (bullae) avec des noms hébreux, indiquant également la nature royale de la structure. La plupart des petits fragments découverts provenaient de tamisage humide complexe.

Entre la grande tour à la porte de la ville et le bâtiment royal les archéologues ont découvert une section de la tour d’angle qui est de huit mètres de long et six mètres de haut. La tour a été construite en pierres taillées de la beauté inhabituelle.

Est de l’édifice royal, une autre section du mur de la ville qui se prolonge pour quelque 115 pieds (35 mètres) a également été révélé. Cette section est de cinq mètres de haut, et fait partie de la paroi qui continue vers le nord et une fois fermé la zone Ophel.

Les fouilles ont été effectuées sur une période de trois mois avec le financement offert par Daniel Mintz et Meredith Berkman, un couple de New York intéressés par l’archéologie biblique. les étudiants d’archéologie de l’Université hébraïque de Jérusalem, ainsi que des étudiants bénévoles du Collège Herbert W. Armstrong à Edmond, en Oklahoma, et les travailleurs embauchés tous ont participé aux travaux d’excavation.

(traduction de la langue hébraïque)
Monnaies d’or et bijoux en or témoignant de la richesse du royaume de Salomon.

 

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Golan a été reconnu coupable de trois accusations de moindre possession de biens volés et de violer la loi sur les antiquités. Mais endépit d’ un jugement rendu par un groupe d’experts réuni par l’Autorité israélienne des antiquités (IAA) que les articles sont faux , le tribunal aconclu qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour conclure que Golan leur avait truqué.

L’authenticité de l’ossuaire «continuera à étudier dans le domaine archéologique et scientifique, et le temps nous le dira,« le tribunal aconclu, selon les rapports de Reuters .

« Il semble que le juge n’a pas statué sur la question de savoir si l’ossuaire est authentique », a déclaré Nina Burleigh, journaliste et auteur de « Unholy affaires : A True Tale of Faith, Avidité et Forgery dans la Terre Sainte » (Collins, 2008). « Il déclare explicitement qu’il ne se prononce pas sur ce point . »

Néanmoins, Burleigh dit, le verdict sera probablement un revers pour l’AAI et pour authentifier les découvertes archéologiques en général. Elle a cité une interview qu’elle a mené pour son livre avec l’archéologue de l’Université de Tel-Aviv Israël Finkelstein.

« Il a dit:« Quand il y a un acquittement, lequel sera probablement, le marché de ces reliques sera tranquille pendant un certain temps, « Burleigh dit LiveScience. «Et puis il ne sera pas longtemps avant que vous voyez des annonces à l’échelle internationale que les sandales de Salomon ont été trouvés, et l’épée de Mohammad. »

reliques douteuses

Le faux saga a commencé en 2002, lorsque le Royal Ontario Museum de Toronto présentait l’ossuaire, portant l’inscription hébraïque «James fils de Joseph, frère de Jésus . » Golan a prétendu avoir acheté l’ossuaire d’un concessionnaire dans les années 1970, ne réalisant son importance trois décennies plus tard.

La relique était une sensation de médias, mais les archéologues acommencé à élever la sonnette d’alarme. L’unité de la fraude de la police israélienne a lancé une enquête en collaboration avec l’Unité de l’AAI pour le vol qualifié prévention des antiquités. Selon l’AAI, l’enquête a permisdes preuves d’un faux anneau libre, dans lequel Golan et d’ autres antiquités modifieraient avec des inscriptions pour les rendre plus précieux; par exemple, en ajoutant « frère de Jésus » à l’ossuaire appartenant à «Jacques , fils de Joseph. » [ En attente de la seconde venue (infographiques) ]

Le cas a incité le Musée d’Israël pour évaluer certains de ses artefacts de re-vérifier les preuves de la falsification. L’enquête a tourné jusqu’à preuve qu’une grenade en ivoire sculpté, acheté à un collectionneur anonyme et une fois attribué au Premier Temple, porte une inscription moderne forgée (bien que la grenade la sculpture elle-même est ancienne).

Mais pour toutes les preuves de falsifications et les contrefaçons définitives révélées dans le procès, la police israélienne et de l’AAI ne disposaient pas des ressources pour « clouer le cas », a déclaré Burleigh.

«L’authentification des objets anciens ne sont pas la priorité n ° 1, » dit-elle. «Il est même pas dans le top 20 de ce qu’ils sont axés sur. Israël est un pays en cause. »

Sur le stand, at-elle ajouté, la poursuite appuya lourdement sur le témoignage des archéologues individuels. avocats de la défense ont pu recueillir les preuves scientifiques, ce qui rend l’authenticité des objets ossuaire et d’autres semblent plus dans le doute qu’il est réellement.

« Ils ergoté sur ces petits détails, et les avocats de la défense, qui étaient des gens très bien payés, ils ont pu attaquer presque chacun de ces scientifiques très réputés sur le stand », a déclaré Burleigh.

arguments en cours

Bien que le nombre de chercheurs qui croient que l’ossuaire plaque et letemple sont authentiques a diminué, il y a quelques parties intéressées qui soutiennent encore avec véhémence pour leur authenticité. L’absence d’un verdict de culpabilité semble susceptible de jeter de l’ huile sur ces débats.

Hershel Shanks, le rédacteur en chef de la revue Biblical Archaeology Review, qui a publié l’article original introduisant l’ossuaire, a écrit un article dynamitage des conclusions de l’AAI sur le site Internet du magazine. [ Album: paléochrétiens Inscriptions & Artifacts ]

«Malgré tout ce que je l’ai dit, les inscriptions dont j’ai parlé seront considérés comme faux dans l’esprit du public pendant au moins une génération – peu importe l’acquittement des accusés et la preuve de l’authenticité», Shanks a écrit.

L’AAI fait valoir que bon est sorti de l’affaire Golan. Le domaine de l’archéologie a pris un regard dur sur les papiers d’édition basée sur des artefacts provenant du marché des antiquités, en particulier l’absence d’informations détaillées sur l’endroit où les objets ont été trouvés, l’IAA a écrit dans une déclaration en réponse au verdict mercredi (14 Mars). Ceci, à son tour, a fait des fouilles illicites moins rentables, ce qui réduit le vol sur les sites bibliques, a indiqué l’agence.

 

 

 

 

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

Une histoire de légendes

L’auteur du texte n’a probablement  pas essayé de transmettre des emplacements factuels des trésors cachés du Temple de Salomon, mais a été écrit une œuvre de fiction, basé sur des légendes différentes, Davila dit LiveScience. [ En Photos: Ruines étonnants du monde antique ]

« L’auteur se fonde sur les méthodes traditionnelles de l’ exégèse scripturaire [interprétation] pour en déduire où les trésors auraient été cachés, mais je pense que l’écrivain approchait l’histoire comme un morceau de fiction divertissante, aucune sorte de véritable guide pour trouver le Temple perdu trésors , « écrit – il dans le courriel.

La structure de l’histoire est confuse. Dans le prologue, il affirme que shimmur le Lévite (il ne semble pas être un personnage biblique) et ses compagnons caché les trésors », mais plus tard, le texte mentionne les trésors étant dans la tenue ou caché par Shamshiel et d’autres anges, « dit Davila. «Je soupçonne que l’auteur a recueilli diverses légendes sans trop préoccupé par ce qui les rend compatibles. »

Le Traité sur les navires (Massekhet Kelim) est enregistré dans le 1648 livre hébreu Emek Halakha, publié à Amsterdam. Dans le livre du Traité est publié le chapitre 11 (l'un de ses deux pages illustré ici). Les deux pages contiennent également des documents provenant d'autres chapitres de livres.
Le Traité sur les navires (Massekhet Kelim) est enregistré dans le  livre hébreu Emek Halakha, publié à Amsterdam,en 1648. Dans le livre du Traité est publié le chapitre 11 (l’un de ses deux pages illustré ici). Les deux pages contiennent également des documents provenant d’autres chapitres de livres.

Similitudes au rouleau de cuivre

The Copper Scroll, qui remonte autour de 1.900 ans, et est faite de cuivre, montre plusieurs «parallèles frappants» avec le traité nouvellement traduit, explique  Davila .

Le traité dit que les trésors du Temple de Salomon ont été enregistrés « sur une tablette de bronze,« un métal comme le rouleau de cuivre. De plus, entre autres similitudes, le Traité des navires et Copper Scroll lesdeux se réfèrent à «navires» ou «outillage» , y compris des exemples d’or et d’ argent.

 

Ces similitudes pourraient être une coïncidence ou d’une partie d’une tradition de l’enregistrement des informations importantes sur le métal.

« Je pense que celui qui a écrit le Traité des navires est venu avec la même idée [d’écrire une liste de trésor sur le métal] par hasard sur leur propre, bien qu’il ne soit pas impensable que l’auteur connaissait une certaine tradition ancienne ou personnalisées sur l’inscription des informations importantes sur le métal « , écrit Davila dans le courriel, notant que le métal est un matériau plus durable que le parchemin ou de papyrus.

Une histoire en cours

L’étude du traité est en cours, et les découvertes continuent d’être faites.Par exemple, dans le milieu du 20e siècle, une copie de celui-ci (avec quelques variantes) a été découvert et enregistré à Beyrouth, au Liban, à la fin d’une série de plaques inscrits qui enregistrent le Livre d’Ezéchiel.

Ces plaques sont maintenant à l’Institut Ben Zvi Yad en Israël, bien que les plaques contenant le traité lui-même sont maintenant portées disparues.Des recherches récentes ont révélé, cependant, ces plaques ont été créées en Syrie, au tournant du 20e siècle, il y a environ 100 ans, ce qui suggère le traité a été racontée de façon élaborée jusqu’à une époque relativement récente.

 

 

 

 

 

 

 

De fantastiques images capturées sur Google Earth qui vont vous surprendre

Google Earth et Google Earth Pro sont d’incroyables applications qui offrent à tout le monde un puissant outil pour explorer la Terre, et désormais on peut même explorer les planètes autour de la nôtre, ainsi que la Lune. Google Earth a favorisé l’émergence d’une génération entière de chasseurs d’extraterrestres, de géologues amateurs, de chercheurs de glyphes et d’aventures. Voici  plusieurs  images capturées sur Google Earth qui vont vous surprendre, et vous montrez toute la puissance et la versatilité offerte par l’outil d’imagerie par satellite de Google.

 

Une base aérienne secrète américaine a récemment été découverte grâce à Google Earth. Cette base clandestine est connue sous le nom de Zone 6 et se trouve dans la plaine du Yucca, au cœur du désert du Nevada. On dit que la base est contrôlée par l’agence nationale de sécurité nucléaire du gouvernement américain, qui jusqu’à présent avait gardé son existence secrète, même des experts de l’industrie de la défense ! Le site est une zone aérienne réglementée, interdite au vol (même de l’espace) et au public. L’agence aux commandes de la base a déclaré que leur but était le développement de techniques contre-terroristes, y compris, mais sans s’y limiter, le test d’équipements conçu pour détecter des matériaux radioactifs.
Une base aérienne secrète américaine a récemment été découverte grâce à Google Earth. Cette base clandestine est connue sous le nom de Zone 6 et se trouve dans la plaine du Yucca, au cœur du désert du Nevada. On dit que la base est contrôlée par l’agence nationale de sécurité nucléaire du gouvernement américain, qui jusqu’à présent avait gardé son existence secrète, même des experts de l’industrie de la défense ! Le site est une zone aérienne réglementée, interdite au vol (même de l’espace) et au public. L’agence aux commandes de la base a déclaré que leur but était le développement de techniques contre-terroristes, y compris, mais sans s’y limiter, le test d’équipements conçu pour détecter des matériaux radioactifs.

 

On pense avoir trouvé le vol MH370 sur Google Earth. L’homme qui a fait cette découverte est un fervent chercheur d’OVNI utilisant l’outil de Google pour chercher les traces de manifestations extraterrestres. L’image ci-dessus est censée être celle d’un Boeing localisé quelque part entre le Mozambique et Madagascar.Vous noterez qu'on ne se presse pas pour aller vérifier et  faire une déclaration publique:le Nouvel Ordre mondial cherche à protéger les Rotschild qui seraient les vrais responsables de la destruction de l'appareil.
On pense avoir trouvé le vol MH370 sur Google Earth. L’homme qui a fait cette découverte est un fervent chercheur d’OVNI utilisant l’outil de Google pour chercher les traces de manifestations extraterrestres. L’image ci-dessus est censée être celle d’un Boeing localisé quelque part entre le Mozambique et Madagascar.Vous noterez qu’on ne se presse pas pour aller vérifier et faire une déclaration publique:le Nouvel Ordre mondial cherche à protéger les Rotschild qui seraient les vrais responsables de la destruction de l’appareil.

 

Google Earth est de plus en plus l’outil de prédilection de ce qu’on appelle des géoarchéologues amateurs. La découverte ci-dessus a été faite en 2014 au nord du Kazakhstan. Ce gigantesque géoglyphe a été créé par d’anciennes civilisations, et constitue un exemple parmi tant d’autres dans cette région du Kazakhstan. Grâce à Google Earth, les archéologues ont pu découvrir plus 50 géoglyphes répartis sur toute la planète.
Google Earth est de plus en plus l’outil de prédilection de ce qu’on appelle des géoarchéologues amateurs. La découverte ci-dessus a été faite en 2014 au nord du Kazakhstan. Ce gigantesque géoglyphe a été créé par d’anciennes civilisations, et constitue un exemple parmi tant d’autres dans cette région du Kazakhstan. Grâce à Google Earth, les archéologues ont pu découvrir plus 50 géoglyphes répartis sur toute la planète.

 

Un archéologue amateur originaire du Pays de Galle a découvert les traces d’une hutte de berger remontant à l’âge de bronze. La hutte, découverte à l’aide de Google Earth à Blaenau Gwent, serait vieille d’environ 4 500 ans. Sur les images satellites, la hutte ne semble être qu’un simple cercle isolé parmi un habitat dense. En explorant le site, l’archéologue Ian Fewings fit l’incroyable découverte qu’il s’agissait en fait d’anciens vestiges.
Un archéologue amateur originaire du Pays de Galle a découvert les traces d’une hutte de berger remontant à l’âge de bronze. La hutte, découverte à l’aide de Google Earth à Blaenau Gwent, serait vieille d’environ 4 500 ans. Sur les images satellites, la hutte ne semble être qu’un simple cercle isolé parmi un habitat dense. En explorant le site, l’archéologue Ian Fewings fit l’incroyable découverte qu’il s’agissait en fait d’anciens vestiges.

 

Un véhicule découvert dans un lac serait celui d’un homme nommé Davie Lee Niles, qui a disparu en 2006. En 2011 sa famille procéda à ses funérailles, bien que l’homme de 72 ans n’ait jamais été retrouvé. La voiture découverte dans le lac n’était pas visible au sol à cause du manque de clarté de l’eau. La voiture fut récupérée avec les restes d’un squelette d’homme et il fut établi que la voiture appartenait bien à Davie Lee Niles.
Un véhicule découvert dans un lac serait celui d’un homme nommé Davie Lee Niles, qui a disparu en 2006. En 2011 sa famille procéda à ses funérailles, bien que l’homme de 72 ans n’ait jamais été retrouvé. La voiture découverte dans le lac n’était pas visible au sol à cause du manque de clarté de l’eau. La voiture fut récupérée avec les restes d’un squelette d’homme et il fut établi que la voiture appartenait bien à Davie Lee Niles.

 

Grâce à Google Mars et Google Moon (les versions cosmiques de Google Earth), Marcelo Irazusta et son fils James ont découvert récemment que le nombre 58 était gravé sur la surface de la Lune et de Mars. Preuve ou non d’un signe d’intelligence extraterrestre, ces images ont fait l’objet de controverses. Mais personne ne peut nier la présence étrange du nombre 58 sur ces astres stellaires.
Grâce à Google Mars et Google Moon (les versions cosmiques de Google Earth), Marcelo Irazusta et son fils James ont découvert récemment que le nombre 58 était gravé sur la surface de la Lune et de Mars. Preuve ou non d’un signe d’intelligence extraterrestre, ces images ont fait l’objet de controverses. Mais personne ne peut nier la présence étrange du nombre 58 sur ces astres stellaires.
Gemma Sheridan, citoyenne britannique, fut secourue après que son signe SOS ait été détecté sur Google Earth, en tout cas c’est l’histoire qu’on a racontée à propos de ce canular. L’image ci-dessus, l’image Google Earth du signe SOS de la prétendue naufragée, provient en réalité d’une enquête faite en 2010 par Amnistie internationale sur les violences au Kirghizstan.
Gemma Sheridan, citoyenne britannique, fut secourue après que son signe SOS ait été détecté sur Google Earth, en tout cas c’est l’histoire qu’on a racontée à propos de ce canular. L’image ci-dessus, l’image Google Earth du signe SOS de la prétendue naufragée, provient en réalité d’une enquête faite en 2010 par Amnistie internationale sur les violences au Kirghizstan.

 

 

Google Earth a permis de découvrir une série de géoglyphes dans l’oasis d’Azraq en Jordanie. Ils sont conçus de telle manière qu’ils s’alignent avec le lever de soleil au solstice d’hiver. Ces structures remontent à au moins 8 500 ans, et sont donc plus anciennes que les géoglyphes de Nazca au Pérou.
Google Earth a permis de découvrir une série de géoglyphes dans l’oasis d’Azraq en Jordanie. Ils sont conçus de telle manière qu’ils s’alignent avec le lever de soleil au solstice d’hiver. Ces structures remontent à au moins 8 500 ans, et sont donc plus anciennes que les géoglyphes de Nazca au Pérou.

 

 

Un documentaliste néo-zélandais nommé Shaun Higgins a récemment résolu un mystère qui déconcertait les cartographes depuis un siècle. Les cartes de navigation ne faisaient aucune mention de Sandy Island, qui a était découverte sur Google Earth et se retrouve maintenant dans la base de données mondiale du littoral. La cartographie des plaques tectoniques ne comportait pas cette information cruciale, ainsi cette île fut oubliée depuis 1908 !
Un documentaliste néo-zélandais nommé Shaun Higgins a récemment résolu un mystère qui déconcertait les cartographes depuis un siècle. Les cartes de navigation ne faisaient aucune mention de Sandy Island, qui a était découverte sur Google Earth et se retrouve maintenant dans la base de données mondiale du littoral. La cartographie des plaques tectoniques ne comportait pas cette information cruciale, ainsi cette île fut oubliée depuis 1908 !

 

Cet endroit est localisé sur Google Earth avec les coordonnées 33.396157 ° N, 444 869 ° E, et montre inexplicablement un lac de couleur rouge sang aux s’abords de la ville de Sadr City en Iraq. Il n’y a aucune explication connue au sujet de cet étrange phénomène.
Cet endroit est localisé sur Google Earth avec les coordonnées 33.396157 ° N, 444 869 ° E, et montre inexplicablement un lac de couleur rouge sang aux s’abords de la ville de Sadr City en Iraq. Il n’y a aucune explication connue au sujet de cet étrange phénomène.

 

 

Grâce à Google Earth de nombreuses gravures et motifs ont été tout récemment découverts dans le désert de Gobi en Chine. On pense qu’il s’agit d’une base militaire secrète, et la structure ci-dessus est supposée être un étalage d’antenne Yagi utilisé pour le suivi météorologique.
Grâce à Google Earth de nombreuses gravures et motifs ont été tout récemment découverts dans le désert de Gobi en Chine. On pense qu’il s’agit d’une base militaire secrète, et la structure ci-dessus est supposée être un étalage d’antenne Yagi utilisé pour le suivi météorologique.

 

 

Ce pentacle se trouve dans un coin isolé du Kazakhstan et mesure 366 mètres de diamètre. Ce pentacle gravé au sol est une découverte plutôt étrange et obscure, car localisée dans les steppes d’Asie Centrale.
Ce pentacle se trouve dans un coin isolé du Kazakhstan et mesure 366 mètres de diamètre. Ce pentacle gravé au sol est une découverte plutôt étrange et obscure, car localisée dans les steppes d’Asie Centrale.

 

Cette image Google Earth tire son origine d’un endroit aux abords de la base de Norwich au Royaume-Uni. Le ministère de la défense britannique a déclaré qu’il s’agissait d’un circuit motocycliste, mais les experts restent dubitatifs. Personne ne sait vraiment à quoi sert le dispositif ci-dessus.
Cette image Google Earth tire son origine d’un endroit aux abords de la base de Norwich au Royaume-Uni. Le ministère de la défense britannique a déclaré qu’il s’agissait d’un circuit motocycliste, mais les experts restent dubitatifs. Personne ne sait vraiment à quoi sert le dispositif ci-dessus.

 

L'image ci-dessus peut sembler être un visage, mais c'est une formation tout à fait naturelle que l'on trouve en Alberta Canada. Il est connu comme le "Badlands Guardian" et le visage est formé par une vallée érodée.
L’image ci-dessus peut sembler être un visage, mais c’est une formation tout à fait naturelle que l’on trouve en Alberta Canada. Il est connu comme le « Badlands Guardian » et le visage est formé par une vallée érodée.

 

 

Sur Google Earth on trouve plein d’images d’avions, mais on n’a pas affaire à un avion ici ! C’est en réalité un missile de croisière tiré lors d’un exercice militaire.
Sur Google Earth on trouve plein d’images d’avions, mais on n’a pas affaire à un avion ici ! C’est en réalité un missile de croisière tiré lors d’un exercice militaire.

 

Ce cercle de culture a été découvert à Standdaarbuiten dans la province hollandaise du Brabant. Cette formation découverte le 30 juillet 2013 n’a pas d’origine connue. Elle est localisée aux coordonnées suivantes : GPS 516 354, 45 497.
Ce cercle de culture a été découvert à Standdaarbuiten dans la province hollandaise du Brabant. Cette formation découverte le 30 juillet 2013 n’a pas d’origine connue. Elle est localisée aux coordonnées suivantes : GPS 516 354, 45 497.

 

Bien que le cercle de culture ci-dessus n’ait pas de coordonnées cataloguées, on sait qu’il se trouve dans un endroit perdu au milieu du désert du Nevada.
Bien que le cercle de culture ci-dessus n’ait pas de coordonnées cataloguées, on sait qu’il se trouve dans un endroit perdu au milieu du désert du Nevada.

 

La publicité pour KFC sur les systèmes d’imagerie satellite comme Google Earth est vraiment quelque chose d’effrayant, tout en étant une idée géniale de la part du géant de la restauration rapide KFC.
La publicité pour KFC sur les systèmes d’imagerie satellite comme Google Earth est vraiment quelque chose d’effrayant, tout en étant une idée géniale de la part du géant de la restauration rapide KFC.

 

Cette imposante image prise au Chili a été élaborée en utilisant des bouteilles de Coca-Cola vides. Une merveilleuse créativité pour un désastre écologique. Il aura fallu 70 000 bouteilles pour créer cette œuvre d’art.
Cette imposante image prise au Chili a été élaborée en utilisant des bouteilles de Coca-Cola vides. Une merveilleuse créativité pour un désastre écologique. Il aura fallu 70 000 bouteilles pour créer cette œuvre d’art.

 

Mirny constitue le deuxième plus grand trou creusé par l’homme sur la planète, et a été creusé sous l’impulsion de Staline. À tous les niveaux, cet endroit offre vraiment une vue effrayante. C’est une mine de diamant à ciel ouvert et le survol de la zone est réglementé, car elle est connue pour aspirer les hélicoptères en raison des énormes flux d’air qu’elle produit.
Mirny constitue le deuxième plus grand trou creusé par l’homme sur la planète, et a été creusé sous l’impulsion de Staline. À tous les niveaux, cet endroit offre vraiment une vue effrayante. C’est une mine de diamant à ciel ouvert et le survol de la zone est réglementé, car elle est connue pour aspirer les hélicoptères en raison des énormes flux d’air qu’elle produit.

 

Ici, nous pouvons voir sur cette image Google Earth d’anciennes ruines trouvées en Antarctique. C’est effrayant lorsqu’on pense que la Terre a sans doute déjà fait l’expérience d’énormes bouleversements climatiques, assez puissants pour modifier le climat de la planète entière à un temps où l’homme ne pouvait se déplacer qu’en marchant.Les allemands du Troisième Reich savaient qu'une très ancienne civilisation avait prospéré ,jadis,en Antartique.
Ici, nous pouvons voir sur cette image Google Earth d’anciennes ruines trouvées en Antarctique. C’est effrayant lorsqu’on pense que la Terre a sans doute déjà fait l’expérience d’énormes bouleversements climatiques, assez puissants pour modifier le climat de la planète entière à un temps où l’homme ne pouvait se déplacer qu’en marchant.Les allemands du Troisième Reich savaient qu’une très ancienne civilisation avait prospéré ,jadis,en Antartique.

 

Le cercle de culture d’Avebury, et l’Avery Inn voisine sont dits hantés. La complexité de ce cercle de culture a soulevé de nombreuses questions, mais on ne sait toujours pas s’il s’agit d’une structure faite par l’homme.
Le cercle de culture d’Avebury, et l’Avery Inn voisine sont dits hantés. La complexité de ce cercle de culture a soulevé de nombreuses questions, mais on ne sait toujours pas s’il s’agit d’une structure faite par l’homme.

 

 

Google Earth a capturé l’image très troublante d’un homme semblant se tenir debout sur les ruines d’une maison dans un village fantôme du Gloucestershire.
Google Earth a capturé l’image très troublante d’un homme semblant se tenir debout sur les ruines d’une maison dans un village fantôme du Gloucestershire.

 

Cette photo a été postée sur Reddit avec le titre suivant : « Un meurtre près de chez moi sur Google Maps ». Immédiatement, ce poste a suscité les spéculations les plus folles du fait qu’un meurtre se soit fait diffuser sur Google.
Cette photo a été postée sur Reddit avec le titre suivant : « Un meurtre près de chez moi sur Google Maps ». Immédiatement, ce poste a suscité les spéculations les plus folles du fait qu’un meurtre se soit fait diffuser sur Google.

 

Les dunes du désert de Xiangshawan en Mongolie constituent certainement un no man’s land aride, mais il s’est transformé en attraction touristique après la construction de l’hôtel Desert Lotus. Vue du ciel, on dirait bien un lotus.
Les dunes du désert de Xiangshawan en Mongolie constituent certainement un no man’s land aride, mais il s’est transformé en attraction touristique après la construction de l’hôtel Desert Lotus. Vue du ciel, on dirait bien un lotus.

 

Voici une gigantesque image de Jésus repérée en Hongrie. Qu’est-ce que ça veut dire ? Essaie-t-il de nous dire quelque chose ?
Voici une gigantesque image de Jésus repérée en Hongrie. Qu’est-ce que ça veut dire ? Essaie-t-il de nous dire quelque chose ?

 

Ironiquement, ce bâtiment en forme de croix gammée situé en Californie est une base de la marine de guerre des États-Unis. Et devinez quoi ? Ils ont dépensé des centaines de milliers de dollars pour en dissimuler la forme.
Ironiquement, ce bâtiment en forme de croix gammée situé en Californie est une base de la marine de guerre des États-Unis. Et devinez quoi ? Ils ont dépensé des centaines de milliers de dollars pour en dissimuler la forme.

 

Une fille morte dans la rue ? Non. C’est Azura Beebeejaun qui jouait au mort pour piéger ses amis. Maintenant, elle est partout sur internet.
Une fille morte dans la rue ? Non. C’est Azura Beebeejaun qui jouait au mort pour piéger ses amis. Maintenant, elle est partout sur internet.

 

 

La représention d'un Gulliver géant a été découverte il y a quelques années,en Angleterre.
La représentation d’un Gulliver géant a été découverte il y a quelques années,en Angleterre.

 

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :