La corruption du gouvernement islamiste en Tunisie et son mépris envers le peuple

La photo du documentaire tirée de Facebook parle d'elle-même.
La photo du documentaire tirée de Facebook parle d’elle-même.

La Tunisie traverse une grande crise économique ils trouvent le moyen de se faire partager le cinquième du budget de l’état c’est du vol manifeste et c’est le citoyen qui paye en lui augmentant la taxe de roulage, c’est honteux (eux = 13.000.000 de citoyens).

 

Des parlementaires islamistes  dangereux quand ils travaillent. Ces photos prises par des journalistes  intègres montrent le vrai visage de ceux qui disent  défendre le peuple.
Des parlementaires islamistes dangereux quand ils travaillent.
Ces photos prises par des journalistes intègres montrent le vrai visage de ceux qui disent défendre le peuple.

UN GOUVERNEMENT ISLAMISTE  INCOMPÉTENT ET POURRI

Le projet du budget de l’Etat pour l’exercice 2014 risque, s’il est adopté dans sa version actuelle, de mener à une « catastrophe économique », a estimé M. Ridha Chkoundali, professeur universitaire d’économie.

Quand l’Etat surestime sa capacité à investir

« Lors de l’élaboration du budget, l’Etat a surestimé ses capacités en matière de concrétisation des projets de développement prévus et d’obtention d’emprunts extérieurs, plaçant haut la barre en termes de prévisions de croissance pour cet exercice », a-t-il indiqué, lors d’une interview accordée à l’agence TAP.

Pour M. Chkoundali, cette surestimation avait déjà commencé lors de l’élaboration du budget de 2013 et s’est poursuivie cette année dans le cadre de la préparation du budget de 2014.

En effet, les dépenses de développement prévues dans le cadre du budget de 2013 étaient de l’ordre de 5,5 milliards de dinars alors que le gouvernement n’en a réalisé que 4,8 milliards de dinars, soit le même chiffre réalisé en 2012.

Pourtant, le gouvernement continue à surévaluer son potentiel et prévoit des dépenses de développement de l’ordre de 5,6 milliards de dinars au titre de 2014, soit 20% du budget lequel s’élève à 28,125 milliards de dinars.

Le 23 décembre 2013,le peuple tunisien a fait face au réchauffement climatique et aux inondations.
Le 23 décembre 2013,le peuple tunisien a fait face au réchauffement climatique et aux inondations.

Des prévisions de croissance fantaisistes

Les projections tablant sur un taux de croissance de 4% pour l’exercice 2014 témoignent, encore une fois, de la mauvaise évaluation de la conjoncture économique par le gouvernement, selon Chkoundali.

Il y a donc lieu de ne pas commettre la même erreur d’évaluation concernant le taux de croissance, comme il en a été le cas pour 2013, sachant que ce taux, prévu initialement à 4,5%, a été revu à la baisse respectivement à 4% puis à 3,6% et au final aux alentours de 2,8%, a rappelé l’universitaire.

D’où la nécessité pour les autorités de fixer un taux de croissance à la mesure des capacités de réalisation des projets de développement, a-t-il dit.

Des ressources incertaines

La situation est d’autant plus grave, que les ressources prévues dans le cadre du budget de 2014 sont « incertaines », selon Chkoundali.

Pour rappel les ressources du budget de l’Etat 2014, estimées à environ 28,125 milliards de dinars proviendront à hauteur de 72% des ressources propres (64% de ressources fiscales) et 28% de ressources d’emprunts.

S’agissant des ressources fiscales, l’universitaire a indiqué que l’Etat ne sera pas en mesure de mobiliser les 17,9 milliards de dinars de ressources fiscales prévues pour l’exercice 2014, en raison du faible taux de recouvrement de l’administration fiscale.

tunisie-economie-caricature

Dans ce contexte, il a rappelé qu’en 2012, « année plutôt bonne sur le plan économique », l’administration fiscale n’a pu collecter que 14,9 milliards de dinars contre 16,7 milliards escomptés.

L’augmentation prévue des ressources d’emprunt extérieur (5338 millions de dinars en 2014 contre 3830 millions de
dinars prévus en 2013), demeure, elle aussi « incertaine », vu la détérioration de la note souveraine de la Tunisie par les agences de notation internationale, avec pour corollaire une réduction de la marge du pays en matière de recours à l’emprunt extérieur et une détérioration de son crédit de crédibilité auprès des institutions financières internationales, a encore fait remarquer M. Chkoundali.

Cet avis a été également partagé par M. Houcine Dimassi, universitaire et ex-ministre des finances dans le gouvernement de Hamadi Jebali, qui avait indiqué le 8 décembre 2013, à Monastir, que les ressources du budget de l’Etat de 2014 « sont de sources incertaines, impossibles à mobiliser, voire irréalistes ».

Dimassi avait également averti que le montant des emprunts extérieurs programmés dans le cadre du budget de
l’Etat 2014 est de nature à affecter négativement les équilibres financiers du pays.

La chasse aux crédits

A ce sujet, le ministre des finances Elyes Fakhfah avait souligné en septembre dernier que les Etats Unis d’Amérique se disent disposés à accorder une garantie de prêt à la Tunisie. Par ailleurs, l’Etat sollicitera une garantie du trésor français en cas de besoin de ressources supplémentaires, a-t-il ajouté.

Combien d'enfants vivent ainsi?
Combien d’enfants vivent ainsi?

Fakhfakh a rappelé que la première tranche du crédit de précaution, accordé par le Fonds monétaire international (FMI) à la Tunisie et signé en juin 2013, sera débloquée en 2014.

Il a, en outre, annoncé que le gouvernement négocie actuellement avec l’Union Européenne (UE) l’octroi d’un crédit de 300 à 500 millions d’euros.

La décision finale d’octroi, à la Tunisie, de la deuxième tranche du prêt du Fonds Monétaire international, sera prise, au cours de la troisième semaine du mois de décembre courant, lors de la réunion du Conseil d’administration du FMI et en présence de tous les pays membres du Fonds », avait indiqué, récemment, à l’Agence TAP une source bien informée, de la Banque Centrale de Tunisie (BCT).

Pour pallier cette situation, Chkoundali a proposé de prendre des mesures urgentes visant à améliorer le recouvrement des impôts, à réviser le régime forfaitaire, à rationaliser les dépenses publiques, à lutter contre la contrebande et à auditer la douane.

Le budget de l’Etat pour 2014 fait actuellement l’objet de plusieurs contestations de la part de plusieurs parties et a été fortement critiqué par différentes structures nationales à l’instar de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP), l’Ordre des experts comptables de Tunisie (OECT), la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT), outre, le monde universitaire.

Fakhfakh qui présidait, mercredi 11 décembre 2013, une réunion de dialogue sur les projets de budget de l’Etat et de la loi de finances 2013 avait souligné que son département demeure ouvert à toutes les propositions d’amendement, d’ajout ou de rectification.

La puissance  du Nouvel Ordre Mondial sur l'économie tunisienne  se voit sur cette image.
La puissance du Nouvel Ordre Mondial sur l’économie tunisienne se voit sur cette image.

Le débat parlementaire sur les projets du budget de l’Etat et de la loi de finances pour l’exercice 2014 est prévu vers le 20 décembre courant, selon M. Ferjani Doghmane, président de la commission des finances, de la planification et du développement à l’Assemblée nationale constituante (ANC).

De plus en plus,les travailleurs tunisiens vont se retrouver à la rue.
De plus en plus,les travailleurs tunisiens vont se retrouver  dans  la rue…affronter l’ordre établi par les islamistes.

LES TRAVAILLEURS TUNISIENS

La classe moyenne tunisienne regroupe 1,9 million de travailleurs, a annoncé le ministre des Finances Elyes Fakhfakh. 60% d’entre eux perçoivent un salaire inférieur à 800 dinars par mois, et 33% touchent un salaire mensuel de moins de 400 dinars.

Auditionné mardi dernier au Bardo par la commission des finances, Fakhfakh a par ailleurs souligné que le nombre de chômeurs s’élève à 630,000, affirmant que ce nombre serait égal à celui des travailleurs exerçant dans le secteur informel.

Quant aux personnes actives dans les professions libérales, leur nombre s’élève à 700,000 agents.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.