La censure sioniste s’abat sur la page Facebook « Joe Lecorbeau »

censure1-235x225

 

 

C’était évidemment prévisible, le réseau social sioniste Facebook du Norvégien Mark Zuckerberg a finalement tenu ses promesses en terme de tartuferie.
Ce système à l’agonie trop souvent confronté à ses contradictions, et ne tenant plus que par le fil de ses mensonges, a décidé que la page Facebook Joe Lecorbeau, avec près de 27 000 abonnés, devenait trop gênante et par conséquent l’a tout naturellement désactivée !

Joe Lecorbeau...page censurée
Joe Lecorbeau…page censurée

 

La raison invoquée n’est évidemment pas recevable, puisque la charte de la communauté Facebook n’a jamais été enfreinte, jamais d’images pornographiques, violentes ou encore d’appels à la haine n’ont été relayés sur cette page.
Comme vous pouvez le constater sur les impressions écrans ci-jointes, cette désactivation relève purement et simplement de la censure, alors que dans le même temps, les pages Facebook des très vulgaires Charlie Hebdo, Femen, etc. prospèrent tout en bénéficiant d’une couverture médiatique majeure à la moindre menace de censure suite aux nombreuses plaintes des utilisateurs de ce réseau social.

 

 

La raison de la censure ne peut être que la quenelle.
La raison de la censure ne peut être que la quenelle.
Cette censure n’est évidemment pas surprenante, il n’est pas question ici de s’en plaindre, même si perdre une page très efficace et active réunissant plus de 26 000 abonnés reste handicapant, cela à le mérite une fois de plus de mettre à mal le mensonge de ce système qui prône à tout-va la liberté d’expression, surtout lorsqu’il s’agit de promouvoir le chaos et la voyoucratie (Skyrock, Charlie Hebdo, Femen, etc.).

 

LA QUENELLE QUI DÉSTABILISE !
Tout à commencé il y a une semaine lorsque, emboîtant le pas de Dieudonné, je faisais appel aux corps constitués de l’armée et de la police à un coup d’Éclat (de rire) par la Quenelle.
Un appel entendu par les militaires de l’armée de Terre, l’armée de l’Air, la Marine, les pompiers, les gendarmes et la police nationale qui ont répondu présent en m’envoyant leurs photos en signe de ralliement à notre juste cause.

 

Alerté par cette prise de conscience des militaires, pris de panique, toujours en chasse à l’antisémite, les réseaux sionistes, incarnés par le CRIF, la LICrA et la LDJ, entres autres, ont immédiatement fais remonter l’info dans les médias de masse pour décérébrés et au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, sanctionnant par l’intermédiaire de l’état-major de l’armée, à titre d’exemple, deux courageux chasseurs-alpins qui ont eu l’outrecuidance de réaliser le geste de la Quenelle devant une synagogue à visage découvert.

 

La presse s’est aussitôt emballée, dénonçant « le site antisémite de Joe le corbeau » et stigmatisant ceux qui ont adoptés le geste de la Quenelle de Dieudonné, en les assimilant à des nazis qui souhaiteraient déporter 6 millions de Juifs vers les chambre à gaz pour en faire des savons afin de se laver les aisselles souillées par la sueur ou des abats-jours afin d’éviter l’éblouissement de la lumière directe d’une ampoule, parce que ça pique les yeux… une ampoule !
Je n’ose d’ailleurs pas imaginer quelle serait la réaction des médias et des politiques si un groupe de femmes se foutait à poil dans une synagogue pour hurler et agresser verbalement les fidèles, ce qui est évidemment bien plus préjudiciable moralement qu’un geste potache photographié devant un lieu de culte.

Offriraient-ils une tribune sur tous les plateaux télés à ces hystériques pour qu’elles nous parlent de leur « honorable combat », comme ils le font avec les Femen qui par leurs intrusions blasphématoires, infectent les lieux de cultes chrétiens et musulmans de manière répétée et systématique ?

 

L’armée, quant à elle, m’a contactée afin de me mettre en garde quant à mes publications un peu trop gênantes.
Menacé par une frappe nucléaire, j’ai alors vécu pendant près d’une semaine terré comme un rat dans un abris anti-atomique de fortune, je dois ma survie grâce aux conseils de Pierro San Giorgio, en buvant mon urine et en me nourrissant exclusivement de racines et de coléoptères, un régime encore plus efficace que celui prôné par le docteur Dukan « de concentration ».
Cet emballement médiatico-politique, n’a pourtant pas découragé les militaires irrévérencieux qui, sous l’impulsion d’un Dieudonné inspiré, ont redoublé d’effort pour glisser des quenelles à ce système qui souhaite les envoyer en Syrie comme de la vulgaire chair à canon pour alimenter le chaos et célébrer la gloire de Sion.
Un entêtement qui a déplu à la junte militaire qui, sous l’impulsions des lobbies sionistes et du réseau social Facebook, a fini par opter pour la solution finale en ce qui concerne mon principal moyen de communication.
Cet événement révèle à lui seul que ces juifs ont le bras long, qu’ils sont capables d’influer sur les décisions politiques, économiques et militaires de notre pays.
C’est une évidence qui crève les yeux, pourtant nous n’avons toujours pas le droit de désigner les tenants du pouvoir sans pour autant être qualifié, via leur puissant réseau de communication, comme d’horribles xénophobes potentiellement mangeurs d’enfants.
Là est tout le cynisme et la perversion de ce système putride, basé sur le mensonge, qui nous entraîne vers le néant.

La LDJ se félicite évidemment de cette censure, il faut dire que je leur ai mené la vie dure dans cette guerre de l’information.
Je vous propose donc un challenge difficile, une mission-quenelle encore jamais tentée par le passé : partagez cet article sur tous les supports de communication existants (réseau social, forum, site internet, etc.), propagez ce message telle une tumeur cancéreuse détruisant ce système de l’intérieur et reformons cette communauté de 30 000 personnes en rejoignant la nouvelle page Facebook de Joe Lecorbeau.

 

Michel Duchaine,un allié de Joe Lecorbeau et de Dieudonné .

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.