Chute de l’Empire : Londres, Washington et Paris au bord de l’effondrement

Malgré les gesticulations hystériques de l’appareil de désinformation de l’OTAN, le cœur de l’empire a démarré l’année 2019 dans un état de chaos intégral.

 

Washington, Londres et Paris — les trois capitales de l’Empire — sont aujourd’hui effectivement en panne de gouvernance, paralysées, au bord de l’effondrement ou assiégées par leur propre peuple.

 

Les Némésis qu’elles se sont elles-mêmes choisies —Moscou et Pékin — ont entre-temps porté un toast à la nouvelle année dans un état d’optimisme et de confiance en soi considérables. Ce sont les faits, ce sont les informations.
Commençons par le sommet de l’Empire. Le gouvernement des États-Unis a fermé ses services fédéraux dans un contexte de paralysie politique et de tirs de barrage intergouvernementaux.[1]
Le secrétaire à la défense, « Mad Dog » (« chien fou ») Mattis, a démissionné, tout comme d’autres subalternes en uniforme en colère contre la détermination retrouvée du président à se retirer de guerres étrangères coûteuses et perdantes. Le véritable « chien fou » — John Bolton — défie ouvertement le président Trump sur la Syrie, Mueller se rapproche de son but[2] et la nouvelle majorité démocrate à la Chambre se prépare à « destituer ce fils de p**e ».
Personne ne sait si le président Trump sera encore là longtemps, mais un simple regard sur son successeur possible — le vice-président Mike Pence — rappelle la célèbre image du président Nixon avec son vice-président, Spiro Agnew, debout derrière lui. La légende de l’image montrait Nixon qui pointait par-dessus son épaule et disait : « Personne ne va me tirer dessus avec ce type comme successeur. »
Theresa May
À Londres, la Première ministre britannique Theresa May est un cadavre ambulant ; la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne est encore dans un flou total, à 80 jours à peine de son entrée en vigueur. Des violences ont commencé à éclater à l’extérieur du Parlement, aucune faction n’a de majorité, aucune élection ne peut avoir lieu parce que son résultat le plus probable serait l’élection de Jeremy Corbyn, un anti-impérialiste chevronné que « l’État profond » préférerait arrêter (ainsi que votre serviteur, selon l’appareil à coups d’État appelé « Integrity Initiative » [3]).
Un Brexit sans accord paralyserait le sud de l’Angleterre, faute de préparation. Une fois à l’arrêt, les camions en provenance et à destination du continent transformeraient le Kent, le « Jardin de l’Angleterre », en parking géant.
Le « Brexit » purement cosmétique concocté par Theresa Mayne pourra pas être adopté par la Chambre des communes, la semaine prochaine, étant donnée l’opposition des travaillistes, d’au moins cinquante députés du gouvernement et des dix membres des partenaires de la coalition des Tories, le DUP.
La troisième option, un nouveau référendum, risque de déclencher le même scénario que dans les rues de Paris et les autres villes françaises (qui est au passage presque entièrement occulté par la presse britannique). Défier le résultat du premier référendum, déposséder 17,4 millions de personnes des résultats de leur vote, c’est mettre en danger la paix sociale en Angleterre. Des millions d’électeurs du Brexit comptent parmi ceux qui, en Grande-Bretagne, n’ont plus rien à perdre.
En France, l’Élysée est devenue la Bastille de Macron et il n’est pas du tout inconcevable qu’elle soit prise.
Le week-end dernier, son propre porte-parole a dû être évacué en catastrophe par une porte arrière après qu’un véhicule de chantier détourné par des manifestants ait défoncé la porte cochère de son immeuble gouvernemental. Les conditions mêmes que Macron s’était tant acharné à créer à Damas et que la France avait aidées à créer à Kiev font maintenant trembler les fondations de la République française .
Aucun « œil de Nelson » – dans un célèbre épisode de la Bataille de Trafalgar, quand l’amiral anglais Nelson avait appris que la marine française avançait à sa rencontre, il avait collé son télescope au bandeau noir qui cachait son œil manquant et avait dit « Je ne vois aucun bateau » – ne changera le fait que, pendant huit semaines, des centaines de milliers de Français de toutes allégeances politiques se sont retrouvés dans les rues des villes du pays pour exiger à cor et à cri la démission de leur président. Et le fait que Macron fasse pleuvoir des euros sur les Champs-Élysées – en contravention absolue des règles fiscales de l’UE — n’a fait qu’encourager « les autres » à continuer à manifester.
Gilets jaunes italiens.
Cette semaine, le gouvernement italien, membre de l’UE (et de l’OTAN) s’est joint aux Gilets jaunes, avec l’Italien Salvini dénonçant personnellement le président français qui « gouverne contre son peuple. »
Ce samedi, une manifestation gigantesque est prévue à Londres pour porter sur la place publique les mêmes exigences anti-austérité contre le gouvernement britannique que celles des Gilets jaunes contre Macron.
Le centre de l’Empire ne peut pas tenir.
L’ancien ordre se meurt, le nouvel ordre n’arrive pas à naître. Si nous ne faisons pas attention, nous serons bientôt au temps des monstres. [4]
Un article de George Galloway
(Il a été membre du Parlement britannique pendant presque trente ans. Il présente des émissions de radio et de télévision (y compris sur RT). C’est un célèbre réalisateur, écrivain et tribun.)

Notes de la traduction :

[1] Un « partial government shutdown », une fermeture partielle des services fédéraux des USA, a été décrétée pour une durée de 19 jours en réponse à l’opposition du Parti démocrate à la construction du mur de Trump.

[2] L’enquête de Mueller, dite « Russiagate » et menée depuis le 17 mai 2017, cherche à établir la preuve d’une collusion entre la Russie et Trump dans le but de le faire élire. En l’absence de preuves formelles, elle a élargi le champ de ses investigations etinculpé plusieurs personnes de l’entourage de Trump sous divers chefs d’accusation, dont des fraudes fiscales et bancaires, des mensonges sous serment, du blanchiment d’argent, de la subornation de témoins, du détournement de fonds, des financements étrangers illégaux, etc. Il semble que ces derniers jours, l’enquête ait révélé l’existence d’un milliardaire russe devenu informateur du FBI sous Obama, et qui serait lié à Trump. A suivre.

[3] « Integrity Initiative » : A la suite de fuites, les Britanniques ont eu la surprise de découvrir, il y a quelques semaines, que les méga-campagnes de diabolisation contre Jeremy Corbyn, RT, la Russie, etc, qui faisaient les Unes de leurs médias avaient été organisées par le gouvernement britannique… sur l’argent des contribuables.

[4] Allusion à la célébrissime citation d’Antonio Gramsci, « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ».

Source: RT sous le titre Fall of Empires: London, Washington & Paris on brink of collapse (by George Galloway)

Publicités

3 commentaires sur “Chute de l’Empire : Londres, Washington et Paris au bord de l’effondrement

  1. Mon coup de pouce pour que la France ne soit plus complice :

    Important! Trahison de la couronne !
    Dimanche 13 janvier 2019
    Source: Paul Stramer | Par Anna Von Reitz

     » LA PLUS GRANDE CONSPIRATION CRIMINELLE DE L’HISTOIRE DES ÉTATS-UNIS: La Couronne britannique, le Conseil privé et la «Cité de Londres» dirigent efficacement l’Amérique

    Ce n’était pas la Russie et c’était la Grande-Bretagne qui posait problème. C’est toujours la Grande-Bretagne.

    Le gouvernement écossais, qui a été utilisé pour de nombreuses pratiques commerciales et juridiques.

    Il faut aussi que les gens sachent que le gouvernement français exerce une influence considérable – et est également utilisé en coulisse – par les puissances monarchistes pour semer le trouble de manière indirecte.

    La Grande-Bretagne utilise les États-Unis, l’Écosse et d’autres pays comme marionnettes pour ses brimades et ses tromperies, mais collabore avec la France pour les promouvoir.

    Le résultat final est le même – la seule différence est que les Français sont plus conscients de cela, alors ils protestent – comme les Gilets jaunes.

    C’est la différence entre les « Patsies » qui sont réquisitionnés ou utilisés sans le vouloir et les partenaires du crime. La Grande-Bretagne et la France entretiennent de longues associations depuis l’âge sombre et ont souvent été dirigées par les mêmes puissances – elles travaillent donc ensemble de manière à étonner beaucoup de gens et ne sont pas les «ennemis naturels» qu’elles prétendent être.

    Notez juste que pendant de nombreuses années, Jacob Rothschild contrôlait la Banque de France et Nathan Rothschild contrôlait la Banque d’Angleterre et vous verrez à quel point ils sont « à la main ».

    La France a également été l’as du Saint-Siège dans un trou pendant des siècles. La plupart de ses investissements hors d’Italie sont concentrés dans la « France loyale » et c’est en Espagne que ces personnes tiennent leurs comptes bancaires privés.

    Le Saint-Siège utilise la France de la même manière que les Britanniques manipulent les États-Unis.

    Cela crée une situation dans laquelle les criminels pèlerins – la Grande-Bretagne et le Saint-Siège – se détendent et semblent innocents, alors qu’ils sont en réalité les premiers responsables des problèmes. Ils sont invariablement la source de 90% des problèmes sur Terre.

    Et ça doit finir. …

    Il incombe à tous les penseurs de la planète de voir ce que ces vermines font et de l’exposer afin qu’ils soient trompés par leurs objectifs.

    La Russie doit jouer un rôle crucial dans cette exposition, car aucune autre nation ne peut le faire. L’Amérique se réveille et le reste du monde est désespérément désavantagé.

    Tandis que de plus en plus de gens reconnaissent les horreurs de la féodalité commerciale et les plans de la Grande-Bretagne et du Saint-Siège d’imposer cela au monde entier par le biais de la manipulation de la Chine, ils seront bloqués par de nombreuses forces opposées à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine. …
    Ils vont essayer de faire en Chine ce qu’ils ont fait ici. …

    Une fois pleinement réveillé, les Américains seront scandalisé par les mauvais traitements et l’abus de confiance qu’il a subis aux mains de ces criminels – et il n’aura aucune difficulté à aider le reste du monde à mettre fin à ces préoccupations égoïstes. et les syndicats du crime monarchistes diaboliques.

    Trop c’est trop.

    Nous savons maintenant quels gouvernements sont réellement responsables et quels sont les criminels. Nous avons identifié la source du problème et ce n’est pas la Russie.

    Nous avons exposé l’intention de la vermine de s’installer au Moyen-Orient et d’y semer le trouble par le biais de sa propagande trompeuse et du financement du groupe État islamique. Nous avons identifié leurs tentacules parasites cherchant à « s’installer » en Chine et à gérer un stratagème d’usurpation d’identité à l’américaine selon le modèle « Hong Kong c. Chine ».

    Il est temps que le monde entier se réveille et mette fin aux activités des parasites – voyez à travers et mettez fin à leurs activités. » Anna Von Reitz

     » Ce qui est essentiel à comprendre dans la mesure où ce psyop international est géré par des informations britanniques, c’est qu’ils ne supervisent qu’un volet d’une stratégie complexe à plusieurs volets visant à conquérir la Russie… et ensuite le monde entier. Les principales pièces de cette opération complexe Gladio Black visant à imposer un gouvernement mondial unique à l’ensemble de la civilisation planétaire sont notamment le Vatican (contrôle religieux et social), Londres (contrôle financier et économique), Washington (Contrôle politique et militaire) et Tel Aviv. (contrôle intellectuel et criminel). Une partie vitale de leur plan ultime de domination globale totale est bien décrite ici: Le chef de STRATFOR révèle le complot zio-anglo-américain de domination mondiale

    Comment la Couronne, le Conseil privé et la Cité de Londres gouvernent-ils l’Amérique?

    C’est compliqué. …  »

    https://operationdisclosure.blogspot.com/2019/01/anna-von-reitz-important-state-of.html

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.