Notre système solaire.

Notre système solaire.

Voici les faits:

Le soleil: Depuis 1901, le champ magnétique global du Soleil  est devenu 230 pour cent plus fort qu’il ne l’était avant .

La Lune: la lune de la Terre est de plus en plus  entourée d’une atmosphère. Autour de la lune, il y a cette  couche profonde de Natrium  (d’environ 6,000 kilomètres)  qui n’y était pas avant.

Mercure: une glace polaire inattendue a été  découverte, avec un (étonnamment) fort champ magnétique intrinsèque.

Venus: 2500%  d’augmentation de la luminosité aurorale, et de  forts changements atmosphériques en  moins de 40 ans.

Mars: «Réchauffement global» de l’athmosphère, d’énormes tempêtes, disparition des calottes polaires.

Jupiter:. augmentation de plus de 200% de la  luminosité  entourant les nuages ​​de plasma (les ceintures énormes dans l’atmosphère de la planète géante ont changé de couleur, les points chauds de rayonnement ont disparu et sont évasés à nouveau, et l’épaisseur des couches nuageuse   a épaissie et  s’est dissoute.De plus, toutes les  roches de l’espace gravitant autour d’elle  ont été absorbé par  la géante gazeuse.)

Saturne: Diminution importante (à l’équateur) des  vitesses de courant-jet en  seulement  30 ans, accompagné d’une  surtension surprenante  de rayons X  (venant toujours de l’équateur).

Uranus: Gros changements dans sa  luminosité, augmentation de l’activité générale de formations nuageuses (Cette planète utilisé pour avoir une atmosphère très calme.)

Neptune : 40% d’augmentation dans  la luminosité de son atmosphère .

Pluton: 300% d’augmentation de la pression atmosphérique, de même que Pluton a reculé plus loin du Soleil .

Terre:. importants et évidents changement globaux  à l’échelle météorologiques et géophysiques .L’Axe de la Terre a changé.

Notre soleil vu du centre des USA.

Notre soleil vu du centre des USA.

Voici un peu comment le soleil avait l’air en 2013 à partir du milieu des États-Unis le 21 Juin. Les points magenta sont où le soleil aurait dû lever et si notre axe était normal, comme il était il y a 30 ans.

Une étoile en changement.

Une étoile en changement.

Le plasma incandescent à la pointe de notre système solaire a récemment augmenté de  1,000 pour cent.

Changement dans les masses,changement de polarité magnétique solaire, éther non électromagnétique, « hyperdimensionnelle l’énergie des vagues  » plus complexe, les dimensions supérieures, Planète X ou« juste »le soleil? Que pensez-vous?


 

Au passage de 2013 à 2014 ,le champ magnétique solaire s’est inversé

soleil003

Le Soleil a désormais effectué une rotation complète de son champ magnétique. A mi-chemin du cycle solaire 24, les pôles Nord et Sud ont échangé leur place, inversant totalement la polarité de l’étoile. Le cycle solaire s’achèvera, lui, dans onze années. Le Nord est au Sud et le Sud est au Nord. Vous être complètement à l’ouest ? La NASA a annoncé que le Soleil venait « de se retourner, de haut en bas ». Plus concrètement, cela signifie surtout que son pôle nord et son pôle sud se sont inversés, lui permettant d’atteindre le point médian du cycle solaire 24. Et qui dit inversion des pôles, dit évidemment changement dans le champ magnétique du Soleil. Désormais, ce dernier va commencer à se déplacer dans des directions opposées afin d’entamer la second partie d’un processus long de 22 années (la durée d’un cycle solaire). Dans onze ans donc, les pôles nord et sud du Soleil s’inverseront de nouveau, clôturant le cycle 24. « L’inversion du champ magnétique du Soleil est, littéralement, un événement majeur », rappelle le Docteur Tony Phillips, de la NASA, repris par The Independent. Pour cela, le champ magnétique de  chaque pôle s’affaiblit, puis devient nul. Et finalement, il émerge de nouveau avec la polarité inverse. « C’est une partie tout à fait normale du cycle solaire », précise Phil Scherrer, physicien solaire à l’Université de Stanford. Afin de mieux comprendre le processus, la NASA a publié une visualisation de la façon dont le changement, débuté en 1997, s’est opéré . Cela montre la polarité verte (positive) s’échangeant avec la polarité violette (négative).

Un processus lent « À l’apogée de cette inversion magnétique, l’activité solaire augmente, les taches solaires sont de plus en plus présentes, et les éruptions solaires comme les éjections de masse coronale plus fréquentes », indique Karen C. Fox de la NASA. Mais l’inversion des pôles est un mécanisme lent et stable. Selon Todd Hoeksama, physicien solaire, c’est « un peu comme une marée qui monte ou qui descend. Chaque petite vague apporte un peu plus d’eau et, finalement, vous obtenez une inversion complète ». Néanmoins, ce n’est pas un processus parallèle. Ainsi, si le pôle nord a inversé sa polarité au début du mois de décembre, le pôle sud a été obligé d’accélérer la cadence pour le rattraper et changer avant la fin de l’année 2013. Et la portée d’un tel changement devrait être conséquente. « Le domaine d’influence du champ magnétique du Soleil, aussi connu sous le nom d’héliosphère, s’étend à des milliards de kilomètres au-delà de Pluton. Les changements de polarité du champ magnétique se propagent jusqu’à la sonde Voyager, au portes de l’espace interstellaire », détaille Tony Phillips. Pas de conséquences catastrophiques Alors bien sûr, au premier abord, un tel changement peut surprendre voire paraitre inquiétant. Pourtant, pas de panique, la galaxie ne devrait pas subir de bouleversement catastrophique. En effet, les conséquences d’un tel changement de polarité sont bien plus subtiles et touchent principalement l’exploration spatiale plutôt que la vie quotidienne des habitants de la Terre.

« Les rayons cosmiques sont dangereux pour les astronautes et les sondes spatiales. Et en cas de changement de polarité, ils sont affectés. Ce sont alors des particules d’énergie accélérées pratiquement à la vitesse de la lumière grâce à des supernovas et d’autres événements violents de la galaxie. Certains chercheurs pensent que cela pourrait affecter le climat sur la Terre ou encore favoriser la présence de nuages », avance Tony Phillips, dans un communiqué. D’un autre côté, les aurores boréales et leur homologue du sud, les aurores australes, devraient être plus fréquentes et surtout plus visibles, notamment lorsqu’elles atteignent leur phase finale. Un cycle étonnamment faible Depuis son commencement, le cycle solaire 24 s’est avéré plutôt imprévisible. Premièrement, il a pris environ une année de retard, puisque l’activité solaire de 2009 était très faible. Cela a poussé les astronomes à décaler le point médian du cycle de 2012 à 2013. Selon les experts, le cycle solaire 24 est d’ores et déjà l’un des plus faibles de l’Histoire.   

Publicités