Publicités
Accueil

Astronomie:Il y a des millions d’années, notre Soleil avait un frère jumeau, Némésis

Un commentaire

Un nouveau modèle développé par des scientifiques semble confirmer que la plupart des étoiles semblables à notre Soleil seraient nées sous forme de paire. Une théorie qui suggère que notre astre lui aussi aurait eu il y a des millions d’années un frère jumeau.

 

 

Et si notre Soleil avait un frère jumeau ? Un second astre qui se trouverait quelque part dans la Voie lactée ? C’est ce que suggère une nouvelle analyse menée par un physicien de l’Université de Californie, Berkeley et un astronome de l’Université de Harvard. D’après ces travaux, le Soleil ne serait d’ailleurs pas le seul. Quasiment toutes les étoiles similaires seraient dans le même cas. 

En réalité, cette idée n’est pas nouvelle. Notre galaxie compte de nombreux systèmes binaires et triples, autrement dit des systèmes comprenant deux voire trois étoiles. Or, depuis des décennies, ces formations intriguent les astronomes : s’agit-il d’étoiles créées les unes à côté des autres ou d’étoiles qui se sont rapprochées après leur formation ?

La théorie de la formation proche est considérée par beaucoup comme la plus convaincante. Des simulations menées ces dernières décennies ont d’ailleurs semblé y apporter davantage de crédit. Toutefois, celles-ci se sont avérées relativement limitées. C’est ici que la nouvelle étude tire son épingle du jeu. 

Une pouponnière d’étoiles

Pour ces travaux, les chercheurs se sont intéressés à une région très particulière de l’espace appelée « nuage moléculaire de Persée ». Situé à 600 années-lumière de la Terre dans la constellation de Persée, ce gigantesque nuage est une pouponnière d’étoiles rempli d’astres récemment formés qui s’étendent sur quelque 50 années-lumière de long.

L’an passé, des scientifiques ont utilisé le Very Large Array, un radiotélescope composé de 27 antennes, pour réaliser la plus vaste étude jamais menée sur les jeunes étoiles du nuage. Ce sont ces données combinées à d’autres que les chercheurs ont utilisées dans la nouvelle étude et auxquelles ils ont appliqué différents modèles. Au total, l’analyse comprenait 45 systèmes avec une étoile seule, 24 systèmes binaires et cinq de plus de deux étoiles.

« Nous avons testé une série de modèles statistiques pour voir si nous pouvions expliquer les populations de jeunes étoiles seules et binaires dans le nuage molécule de Persée et le seul modèle qui pouvait reproduire les données a été celui où toutes les étoiles se forment initialement sous forme de binaires éloignées« , explique Steven Stahler, co-auteur de l’étude.

Des étoiles qui se forment éloignées

Par « binaires éloignées », les chercheurs entendent deux étoiles qui se forment à une distance de plus de 500 unités astronomiques, soit plus de 75 milliards de kilomètres l’une de l’autre. Ces systèmes pourraient ensuite soit se rapprocher, soit se séparer davantage en quelques millions d’années. Les astres aujourd’hui seuls seraient donc en fait d’anciens astres binaires.

Et notre Soleil alors ? D’après les chercheurs, il aurait « opté » pour la seconde option. En se basant sur leur modèle, ils suggèrent que le Soleil serait né avec un frère jumeau, surnommé Némésis, qui se serait ensuite échappé et mélangé avec toutes les étoiles de notre région de la Voie lactée pour disparaitre très loin du Soleil.

« Nous affirmons que oui, il y a probablement eu un Némésis, il y a longtemps« , a confirmé dans un communiqué Steven Stahler dont l’étude doit prochainement paraitre dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society. Mais les hypothèses ne s’arrêtent pas là concernant le jumeau du Soleil nommé plus scientifiquement Sol B.

Un jumeau « maléfique » ?

La première théorie concernant Némésis a été émise en 1984 par l’astronome Richard Muller. Celle-ci suggère que l’étoile serait très différente du Soleil : il s’agirait d’un astre très peu lumineux voire d’une naine brune. Plus étonnant, elle pourrait avoir un lien avec le cycle de grandes extinctions de 27 millions d’années observé sur Terre, y compris celle qui a vu disparaitre les dinosaures.     

D’après la théorie de Richard Muller, Némésis se trouverait en effet sur une orbite très excentrique qui la conduirait à passer dans les limites glacées externes de notre Système solaire et notamment dans le nuage cométaire d’Oort. Or, en traversant ce nuage, l’étoile causerait des perturbations gravitationnelles qui arracheraient les comètes et autres corps de l’ensemble, les faisant plonger vers le Système solaire interne et pourquoi pas en direction de la Terre.

Cet afflux de comètes augmenterait alors de façon périodique le risque de collision avec la Terre. Mais cette hypothèse d’un lien entre Némésis et les extinctions terrestres est loin de convaincre tout le monde. Si la nouvelle étude semble confirmer l’existence d’un jumeau du Soleil, reste donc maintenant à le localiser pour parvenir à en savoir plus.

 

 

 

 

Publicités

Dix autres exoplanètes d’une taille similaire à la Terre

Un commentaire

Le télescope spatial américain Kepler a permis de détecter dix autres exoplanètes d’une taille proche de celle de la Terre, situées dans la zone habitable de leurs étoiles, à une distance où l’eau pourrait exister à l’état liquide et permettre la vie.

Ces planètes font partie d’un groupe de 219 nouvelles exoplanètes découvert récemment à l’aide du télescope de la NASA. Elles ont été ajoutées au catalogue des exoplanètes découvertes depuis le début de la mission de Kepler.

Au total, depuis 2009, le télescope a mis au jour 4034 exoplanètes, dont 2335 ont été observées aussi par d’autres télescopes.

De ces planètes, environ 50 possèdent une taille similaire à la Terre et sont situées dans une zone habitable autour de leurs étoiles.

Les annonces de la découverte d’exoplanètes se bousculent depuis le début de l’année, et laissent à penser que les planètes semblables à la Terre ne seraient pas si rares au sein de notre galaxie, la Voie lactée.

L’avenir de l’exploration spatiale

À partir de 2018, la NASA ajoutera Tess (Transiting Exoplanet Survey Satellite) à ses instruments d’observation qui, avec la même méthode que Kepler, scrutera pendant au moins deux ans 200 000 étoiles de notre voisinage cosmique.

L’année prochaine, la NASA doit également lancer le télescope James Webb Space, le successeur d’Hubble, qui pourra peut-être détecter les signatures moléculaires de l’atmosphère des exoplanètes, y compris la signature de la présence de vie.

Astronomie:Une énorme supernova vient de se produire, observez-la en direct streaming !

Laisser un commentaire

Une énorme supernova illumine le ciel depuis le 14 mai 2017. Vous ne l’avez pas encore vue ? C’est normal : aussi énorme soit-elle, cette explosion est si lointaine, que sa brillance la confond tout juste avec les étoiles environnantes. Néanmoins, un peu de matériel suffit à l’observer près de la galaxie NGC 6946. Mais il y a encore mieux : le Virtual Telescope Project propose un direct streaming ce soir !

 

 

Cette supernova vient d’être repérée par un passionné américain, Patrick Wiggins, le 14 mai. Un nouveau point lumineux est apparu à proximité dans la constellation du Cygne. Celle-ci est en fait une énorme supernova de type II, c’est à dire l’effondrement sur elle-même d’une grosse étoile, générant une explosion très lumineuse visible à travers l’espace.

Voici comment observer l’énorme supernova en direct streaming

Ce phénomène, baptisé 2017 eaw, intervient dans une région, la constellation du Cygne, où ce type d’événement n’est pas si rare. C’est en effet la 10e supernova que l’in y repère depuis une centaine d’années. Dans un premier temps, l’amateur anonyme a comparé les clichés de la région datant de deux dates différentes, puis a observé pendant plus d’une heure pour être bien sûr qu’il ne s’agissait pas d’un astéroïde.

Mais un astronome italien, Gianluca Masi, du Virtual Telescope Project a pu l’observer de manière indépendante, et a confirmé ainsi qu’il s’agissait bien d’une supernova. C’est le plus puissant phénomène de ce type visible en ce moment dans le ciel, et elle devrait rester observable pendant encore un moment. Pour la voir, justement, c’est accessible à l’astronome amateur, à condition de posséder un télescope relativement puissant.

Il faut en effet une lentille de 15 cm minimum. Il faudra pointer la lunette en direction de la constellation du Cygne et chercher la galaxie NGC 6946: la supernovae se trouve autour de celle-ci. Mais il y a beaucoup, beaucoup plus simple : le Virtual Telescope Project propose un direct streaming dès 21:30 UT ou 23:30 heure de Paris pour l’observer avec des explications (en italien).

 

 

Civilisations extraterrestres:L’étoile à la « mégastructure Alien » refait des siennes, le mystère s’obscurcit

Un commentaire

L’étoile KIC 8462852 que certains scientifiques soupçonne d’abriter une « mégastructure Alien » sorte de sphère de Dyson entre autres théories vient à nouveau de faire parler d’elle. Tabetha Boyajian, à l’origine de la découverte de l’étoile, rapporte en effet une nouvelle baisse soudaine de la luminosité de l’étoile. De quoi encore brouiller les pistes sur les raisons du comportement étrange de cet astre, et obscurcir encore le mystère. 

 

On vous en parle régulièrement : KIC 8462852 est une étoile située à 1500 années-lumières de nous. Et si elle fascine autant, c’est qu’elle a une particularité étrange : sa luminosité diminue à travers le temps et par à-coups. Comme si quelque-chose était en train d’être construit autour d’elle, dans le style des sphères de Dyson, une mégastructure censée permettre à des civilisations avancées de capturer toute l’énergie d’une étoile.

L’étoile à la « mégastructure Alien » baisse encore en luminosité, la raison est un vrai mystère

En tout cas, c’est l’une des théories en l’absence d’une explication vraiment satisfaisante. Car jusqu’ici plusieurs hypothèses ont été testées, sans que les astronomes ne puissent se mettre à 100% d’accord. La dernière théorie en date était par exemple que l’étoile était en plein festin galactique. Mais un nouveau plongeon de sa luminosité de plus de 2% vient d’être détecté, comme l’annonce Tabetha Boyajian, première à avoir découvert cette étrange étoile.

Selon elle, cette nouvelle baisse soudaine augure un cycle d’observation passionnant au cours duquel il sera peut-être possible de comprendre enfin ce qui se passe, et éventuellement de confirmer ou d’infirmer la théorie selon laquelle une structure d’origine artificielle en construction obscurcit progressivement la luminosité qui nous parvient. Evidemment, comme on vous le disait plus haut cette théorie cohabite celles d’une origine naturelle du phénomène.

 

Mais les données en provenance de l’étoile sont si étrange, que ces deux approches radicalement opposées cohabitent. C’est en tout cas la première baisse claire de luminosité enregistrée depuis sa détection en 2015. De fait, il faudra encore attendre la mise en service de télescopes spatiaux plus puissant que Hubble, dont le James Webb télescope pour voir enfin ce qui se passe et lever enfin le voile sur la fameuse étoile de Tabby.

L’étoile la plus mystérieuse de la Voie Lactée est à nouveau dans l’actualité.

Les astronomes émettent les alarmes vendredi alors que les observations du télescope détectent des modèles de lumière inhabituels provenant d’une étoile éloignée située à environ 1 300 années-lumière de la Terre dans la constellation de Cygnus, dans les bords extérieurs de la galaxie. La gradation et le scintillement mystérieux de l’étoile, découverts pour la première fois en 2011, signifient quequelque chose passe devant lui. Cela a perplexe les astronomes depuis, mais c’est la première fois qu’ils l’ont vu s’obscurcir en temps réel, en présentant une occasion extraordinaire d’observer tout ce qui bloque la lumière de l’étoile.

 

 

 

Astronomie: fantastiques photos de supernovae quadruples

Un commentaire

 

Une vue large sur le ciel nocturne de l’Observatoire Palomar en Californie révèle une toile de fond étonnante pour une image composite de la supernova iPTF15geu de type Ia. L’image la plus à gauche provient de Sloan Digital Sky Survey.L’image centrale et de droite provient du télescope spatial Hubble de la NASA / ESA et montre la lentille galaxy SDSS J210415.89-062024.7 au centre et quatre images à lentille de l’explosion de la supernova autour de la galaxie des lentilles.


Photo no 2

 

 

À 2,5 milliards d’années-lumière, galaxy SDSS J210415.89-062024.7 a servi de lentille à une supernova encore plus loin dans le cosmos. La lentille gravitationnelle a créé quatre images distinctes de l’explosion.


Photo no 3

La lumière de la supernova iPTF16geu a parcouru 4,3 milliards d’années pour se rendre à la Terre. La seule raison pour laquelle les astronomes ont vu que c’était l’avant-plan de la galaxie allumait la lumière, la grossissant de 50 fois. La lentille gravitationnelle a également provoqué la lueur de la supernova à apparaître dans quatre endroits distincts dans le ciel entourant la galaxie des lentilles.


Photo no 4

 

Sur Palomar Mountain en Californie, l’Observatoire Palomar a recueilli cette large vue sur le ciel nocturne. Une explosion de supernova dont la lumière a parcouru 4,3 milliards d’années a été découverte dans la partie inférieure centrale de l’image en raison de la lentille gravitationnelle.


Photo no 5

À l’aide de Sloan Digital Sky Survey, les astronomes ont parcouru le ciel pour les supernovae, en utilisant un télescope optique grand angle de 2,5 mètres à l’Observatoire Apache Point au Nouveau-Mexique.Le minuscule point rouge au centre gauche de l’image est l’explosion iPTF16geu.


Photo no 6

L’Observatoire de Keck à Hawaï est passé à l’action pour capturer cette vue de la supernova iPTF16geu après avoir été repéré avec le télescope spatial Hubble, un événement de lentille qui l’agrandit de 50x.


Photo no 7

 

La supernova iPTF16geu située dans une image par le télescope Palomar de 48 pouces en Californie. La première photo montre une image de la zone de l’étude du sommet de San Diego, et les images du télescope spatial Hubble révèlent une galaxie de premier plan et la supernova lointaine, dont la lumière s’est penchée autour de la galaxie pour arriver à Hubble quatre fois de plus. Une image de la supernova du télescope Keck est également incluse.


Photo no 8

Ce diagramme montre comment la supernova iPTF16geu a obtenu un coup de pouce visuel d’une galaxie qui l’entourait et du télescope spatial Hubble.La gravité de la galaxie intermédiaire a déformé la lumière provenant de la supernova, l’envoyant à Hubble divisé en quatre images et en la rendant de plus de 50 fois (50X).


Photo no 9

Les chercheurs se sont précipités pour capturer les vues de la supernova iPTF16geu avec différents télescopes lorsque la supernova a été capturée magnifiée 50 fois alors qu’une galaxie de premier plan passait entre elle et le télescope spatial Hubble.


Sources: NASA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Astronomie:Certaines planètes extrasolaires genre « Tatooine » peuvent être en mesure de soutenir la vie

Laisser un commentaire

La vie sur une planète extraterrestre avec deux soleils dans son ciel, comme le monde de la maison de Luke Skywalker Tatooine dans les films « Star Wars », peut en effet être possible, selon une nouvelle étude.

Un monde Tatooine pourrait être habitable malgré son orbite inévitablement compliquée, aussi longtemps que la planète reste dans une gamme particulière de distances de ses deux étoiles hôtes,disent  les chercheurs .

« Cela signifie que les systèmes à double étoile du type étudié ici sont d’ excellents candidats pour accueillir des planètes habitables, malgré les grandes variations de la quantité des planètes hypothétiques étoilées dans un tel système de réception, » a déclaré Max Popp, un chercheur associé de recherche à l’ Université de Princeton dans le New Jersey et l’Institut Max Planck de météorologie de Hambourg, en Allemagne.

L’illustration de cet artiste montre une hypothétique planète recouverte d’eau autour du système d’étoile binaire de Kepler-35A et B.

Crédit: NASA / JPL-Caltech

 

Popp et Siegfried Eggl, chercheur postdoctoralde  Caltech au Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, en Californie, ont étudié la « zone habitable » pour les mondes de type Tatooine – cette gamme juste à droite des distances orbitales à laquelle l’ eau liquide, et peut – être la vie comme nous le savons, pourrait exister sur la surface d’une planète.

Clouer la zone habitable pour les planètes une seule étoile n’est pas simple car  les détails de la zone dépendent fortement de la nature de l’atmosphère d’un monde, par exemple.Mais les zones habitables deviennent encore plus délicates quand la planète en question a deux soleils.

Les planètes Tatooine en zones habitables, après tout, dépendent de la distance entre les deux étoiles hôtes de centre de masse, non seulement la distance de toute étoile particulière. De plus,les mondes Tatooine n’orbitent pas dans une trajectoire circulaire; leurs chemins oscillent considérablement en raison de l’influence gravitationnelle de leurs étoiles parentes,disent  les chercheurs .

 

Pour mieux comprendre ces facteurs, les conditions modélisées par Popp et Eggl sur une hypothétique planète de la taille de la Terre , un monde couvert d’eau dans Kepler-35, un vrai système à deux étoiles à plus de 5000 années-lumière de la Terre qui est connu pour accueillir une planète huit fois plus massives que la nôtre. (Popp et Eggl ont ignoré l’influence gravitationnelle de cette planète réelle, qui est connu comme Kepler-35b, par souci de simplicité.)

« Notre recherche est motivée par le fait que la recherche de planètes potentiellement habitables nécessite beaucoup d’efforts, il est bon de savoir à l’ avance où regarder », a déclaré Eggl dans la même déclaration :« Nous montrons que cela vaut la peine de cibler des systèmes à deux étoiles. »

Les simulations du duo ont étudié ce que cet imaginaire climat mondial sur  Tatooine serait comme si elle tournerait  en orbite avec des périodes entre 341 et 380 jours,proche d’un système comme celui de la Terre.

Ils ont constaté que, près du bord extérieur de la zone habitable présumée de Kepler-35, la planète serait relativement froide et sèche. La pénurie de vapeur d’eau atmosphérique serait également celle de la variable climatique… tout à fait; les températures mondiales moyennes de surface balanceraient par jusqu’à 3,6 degrés Fahrenheit (2 degrés Celsius),ont dit les chercheurs .

« Ceci est analogue à la façon dont, sur la Terre, avec  les climats arides comme ceux des déserts, nous éprouvons d’énormes variations de température du jour à la nuit », a déclaré Eggl. « La quantité d’eau dans l’air fait une grande différence. »

Mais les conditions seraient très accueillantes, et beaucoup plus stables, près du bord intérieur de la zone habitable, grâce à l’influence stabilisatrice de la vapeur d’eau, selon les chercheurs.(Tout comme avec les systèmes mono-étoile, une planète au – delà du bord extérieur de la zone habitable deviendrait un monde « boule de neige », tandis qu’un trop près en connaîtrait un effet de serre galopant comme Vénus a fait et finir par une serre chaude chaleur étouffante,C’est ce qu’ ils ont trouvé .)

Fait intéressant, les modèles du duo suggèrent que les mondes de type Tatooine ont moins de couvertures nuageuses que leurs homologues  avec une unique étoile, fournissant des habitants hypothétiques avec de superbes vues de leurs doubles soleils.

La nouvelle étude a été publiée le 6 Avril 2017 dans la revue Nature Communications .


HORS TEXTE

UNE VISION DES MONDES RÉELS  ET IRRÉELS VENUS DE STAR WARS 

 

 

 

 

 

 

 

Astronomie:Le 19 avril, cet énorme astéroïde va frôler la Terre

Laisser un commentaire

Depuis que la science est suffisamment avancée pour que l’humain sache que les dinosaures ont disparu suite à la chute d’un astéroïde sur notre belle planète, c’est un sujet qui fascine les foules, les amateurs de films apocalyptiques, les fans d’astronomie comme les théoriciens du complot.

 

Hé bien sachez, mesdames et messieurs que le 19 avril prochain, un astéroïde de plus d’un kilomètre va passer tout près de la Terre. Il répond au doux nom de 2014 JO25, et ce sera l’astéroïde qui passera le plus près de la Terre depuis 400 ans, nous devrons d’ailleurs attendre encore 490 ans avant de revoir un tel phénomène.

 

 

Si les astronomes du mont Lemmon, à l’origine de sa découverte, pensent qu’il ne fera que frôler la Terre à une distance représentant environ 4,8 fois celle de la Lune, certains sont tout de même inquiets : et si l’attraction terrestre le poussait à venir nous faire un petit coucou ? Et s’il tapait malencontreusement dans la lune ? Pas d’inquiétude, on est sûr que tout va bien se passer, d’autant que les astronomes ont déjà prévu qu’il reviendrait nous saluer dans environ 75 ans, après avoir fait un tour du côté de Vénus et de Mercure. 

Sortez vos télescopes, ça vaudra sûrement le détour

 

 

 

 

 

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :