Publicités

Astronomie:L’univers compte 2 000 milliards de galaxies, disent les astronomes

Des images du télescope Hubble depuis l’espace lointain ont été rassemblées pendant 20 ans pour résoudre l’énigme du nombre de galaxies dans le port du cosmos.

Les astronomes ont rapporté récemment  que le chiffre de  2000  milliards de galaxies était vertigineux dans l’univers accessible à la science actuelle,c’est  20 fois plus qu’on ne le pensait. La découverte surprenante, basée sur la modélisation 3D d’images recueillies au cours des 20 dernières années par le télescope spatial Hubble , a été publiée dans Astronomical Journal.
Les scientifiques se sont demandé combien de galaxies le cosmos héberge, du moins depuis l’astronome américain Edwin Hubble, qui avait montré en 1924 qu’Andromeda, une galaxie voisine, ne faisait pas partie de notre propre Voie Lactée. Mais même à l’ère de l’astronomie moderne, il est difficile d’obtenir un décompte précis.

Pour commencer, il n’ya qu’une partie du cosmos où la lumière émise par des objets distants a eu le temps d’atteindre la Terre. Le reste est effectivement hors de notre portée. Et même au sein de cet «univers observable», la technologie actuelle ne nous permet d’apercevoir que 10% de ce qui existe, selon les nouvelles découvertes.

Elle ressemble à un gros microbe de dessin animé, mais elle aimerait qu’on lui montre un peu de respect : GN-z11 est la plus ancienne et la plus lointaine galaxie que l’on ait vue à ce jour. Dévoilée en mars 2016 par l’équipe d’astronomes qui l’a découverte, elle est née il y a 13,4 milliards d’années.

« Il est ahurissant que plus de 90% des galaxies de l’univers n’aient pas encore été étudiées », a commenté Christopher Conselice de l’Université de Nottingham, qui a dirigé l’étude. « Qui sait quelles propriétés intéressantes nous trouverons lorsque nous observerons ces galaxies avec la prochaine génération de télescopes? », A-t-il déclaré dans un communiqué.

 

Publicités

Mobilisation monstre du peuple algérien contre le régime politique corrompu

 

Pas d’essoufflement, malgré la chaleur et une mobilisation appelant au changement qui s’étire en longueur.

 

Vendredi, des millions d’Algériens sont descendus dans les rues, pour une vingtième semaine de suite, afin de réclamer le départ des principales figures de l’État et l’instauration d’un régime démocratique dans ce pays d’Afrique du Nord. La marée humaine, galvanisée par la rencontre de cette journée traditionnelle de manifestation avec la célébration du 57e anniversaire du jour de l’indépendance, a par ailleurs rejeté, par les slogans scandés, la nouvelle feuille de route du gouvernement de transition pour sortir de la crise et faire avancer le pays vers la tenue d’une élection présidentielle.

 

Mercredi, le président par intérim, Abdlekader Bensalah, a en effet lancé pour une deuxième fois depuis début juin, un appel à la concertation entre les « personnalités nationales, crédibles, indépendantes, sans affiliation partisane et sans ambition électorale » afin d’organiser un scrutin présidentiel dans un « délai raisonnable », et ce, en promettant que ni l’armée ni le gouvernement de transition n’allaient s’impliquer dans ce processus.

 

Ces « assises nationales du dialogue » doivent avoir lieu samedi. Pour plusieurs représentants de l’opposition politique, le scénario ne répond toutefois pas aux aspirations de la population, qui réclame, avant toute nouvelle élection, une réforme constitutionnelle majeure afin d’inscrire le choix du prochain chef de l’État dans un cadre démocratique et un État de droit.

« Nous attendons toujours des signes forts du gouvernement en place : la libération des prisonniers d’opinion, le départ des personnes qui cautionnent le système depuis 20 ans, la réforme des institutions publiques, du droit, de la loi sur la presse et l’information, a indiqué au Devoir Zoubida Assoul, présidente du parti Union pour le changement et le progrès, jointe au téléphone à Alger. Pour le moment, c’est la même chose que sous Abdelaziz Bouteflika », l’ex-président dont l’annonce d’une candidature pour un cinquième mandat en février dernier a donné le coup d’envoi de l’Hirak, ce mouvement populaire appelant à la fin du régime autocratique algérien et à la construction d’une nouvelle Algérie.

 

Le pouvoir est « en train de reformuler les mêmes propositions. Son seul objectif est de maintenir le système en place. Donc pas de dialogue dans ces conditions », a indiqué Linda Hamrouche, une manifestante de 28 ans, dans les rues d’Alger, citée par l’Agence France-Presse.

 

Vendredi, plusieurs manifestants ont été arrêtés par la police, qui, depuis plus d’un mois, se montre un peu plus hostile lors des marches hebdomadaires des opposants au régime. Dans les dernières semaines, 34 personnes, dont deux membres de l’Union pour le changement et le progrès, parti démocrate, ont été interpellées, puis placées en détention provisoire, pour avoir exhibé le drapeau berbère, un symbole, entre autres, du mouvement indépendantiste et de l’identité culturelle de la Kabylie. Amnesty International a vertement dénoncé ces arrestations et l’interdiction de ce drapeau par le général Ahmed Gaïd Salah, chef de l’état-major de l’armée et actuel homme fort de l’Algérie.

 

Par ailleurs, la radicalisation du pouvoir en place face à la rue a connu un point d’orgue le 29 juin dernier, avec l’arrestation et l’incarcération de Lakhdar Bouregaâ, figure de la guerre d’indépendance de l’Algérie, que l’État accuse d’« atteinte au moral des troupes de l’Armée nationale populaire et [d’]outrage à corps constitué ». Plusieurs manifestants ont réclamé sa libération immédiate vendredi par des slogans inscrits sur leurs t-shirts.

 

« Quand on arrive à mettre en prison un héros de la guerre quelques jours avant [le jour de] l’indépendance, c’est qu’il ne reste plus rien à espérer de ce pouvoir », a commenté Lila Bouregaâ, nièce de cet ancien combattant.

 

Pour le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohicine Bellabas, « le pouvoir algérien a toujours agi de la sorte, indique-t-il à l’autre bout du fil. Au début, il a fait comme s’il accompagnait le mouvement [de revendication populaire] pour gagner du temps. Mais voyant que le rapport de force est favorable aux acteurs de changement, il prend des mesures désormais pour faire peur aux Algériens et chercher à affaiblir le mouvement ».

 

« Le pouvoir utilise de vieilles méthodes parce qu’il n’est pas capable d’autre chose, dit Zoubida Assoul. Il fonctionne avec un logiciel dépassé. Mais 20 semaines plus tard, la détermination du mouvement reste la même et le processus est toujours en marche contre ce système qui nous a placés dans l’impasse politique et la faillite économique et sociale » et dont la foule, vendredi, appelait à la retraite.

 

Les élections présidentielles devaient se tenir le 4 juillet, mais ont été annulées par le Conseil constitutionnel faute de candidats. Le gouvernement de transition doit prendre fin, selon la Constitution, mardi prochain, le 9 juillet. Le président par intérim a toutefois annoncé la prolongation de son mandat, de manière indéterminée dans les circonstances.

Les Algériens continuent de manifester chaque vendredi.

 

Hasard des calendriers ou concordance des temps ? La 57e fête de l’indépendance de l’Algérie, célébrée ce vendredi, coïncide cette année avec le 20e vendredi de l’Hirak, cette révolution du sourire qui depuis le 22 février dernier fait descendre chaque semaine dans les rues du pays des millions d’Algériens réclamant en choeur la fin du régime en place tout comme l’instauration d’une véritable démocratie et d’un état de droit dans ce vaste état d’Afrique du Nord.

20 semaines d’une vague de contestation pacifiste et déterminée qui a fait du « dégagisme » son mot d’ordre, sans avoir réussi pour autant à faire émerger une figure apte à représenter le mouvement et à porter les revendications du peuple au-delà du bitume. En avril dernier, un quotidien d’Alger dressait d’ailleurs la liste de 10 personnalités politiques locale qui, en s’approchant trop près des manifestations, à la recherche d’assentiment ou de capital symbolique, ont surtout rencontré cris hostiles, cynisme et dérision. Un rejet jugé normal, voire nécessaire, estiment plusieurs acteurs du changement en cours en Algérie.

« L’absence de leader, c’est ce qui fait la force de ce mouvement populaire, lance à l’autre bout du fil, Lakhdar Amokrane, premier secrétaire du parti politique Jil Jadid — ça veut dire Nouvelle Génération —, joint à Alger cette semaine par Le Devoir. Les expériences de résistance populaire passées nous ont appris que lorsqu’une tête se met à dépasser, le pouvoir en place va chercher alors à la couper pour briser le mouvement. Dans le cas de l’Hirak, la chose devient donc difficile ».

N’empêche, l’Algérie est à la croisée des chemins et, 20 semaines plus tard, elle n’a pas encore pavé celui sur lequel elle envisage désormais son avenir et où les nouveaux représentants du peuple pourront alors se mettre à marcher, estime l’intellectuel et essayiste Amar Ingrachen, rencontré dans les rues d’Alger à la veille du dixième vendredi du mouvement.

« Ce que la population rejette unit tout le monde », m’expliquait-il alors, assis sur la terrasse d’un café près de la place Maurice-Audin, un des épicentres du mouvement. «Tout le monde est d’accord pour rompre avec la corruption, le régime cacique, les vieilles figures du pouvoir qui sont là depuis 50 ans, l’autoritarisme, le monopole de l’État, les oligarques de l’économie… Tout le monde veut une administration plus moderne, une présidence limitée à deux mandats, une justice indépendante… Mais que veulent les Algériens ensuite ? Il y en a qui envisagent un État islamique, d’autres un État démocratique libéral, un État providence à la vénézuélienne, une fédération algérienne avec des autonomies régionales, un État jacobin comme en France… Bref, ce que nous rejetons est clair. Mais ce que nous voulons ensuite l’est un peu moins », et peine forcément à s’incarner dans une figure forte capable de concilier cette part d’indétermination qui détermine le mouvement en cours.

« Nous ne pouvons pas nous donner de leaders sans la tenue d’élection », explique Mohicine Belabbas, président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), joint au téléphone. « Et nous ne voulons pas d’élection sans un changement de cadre et de système, ajoute le dirigeant de la seule formation politique ouvertement laïque de l’opposition en train de se structurer en Algérie. « C’est là où nous en sommes aujourd’hui. Nous ne croyons pas en des élections organisées par le ministère de l’Intérieur ou en un chef d’État choisi par l’armée [actuelle détentrice du pouvoir algérien après la démission du président Bouteflika au début du mois d’avril dernier]. Nous voulons une réforme de la loi électorale, des médias libres, et ce, pour mettre en place une alternance démocratique au sein d’un État de droit ».

« Le peuple ne nous demande pas de le représenter pour le moment, mais bien de nous unir pour proposer une alternative politique à la crise actuelle », ajoute Zoubida Assoul, présidente du parti Union pour le changement et le progrès jointe cette semaine à Alger. « Mais pour envisager cette sortie, le pouvoir en place doit nous donner des garanties sur la liberté de dialogue, sur l’indépendance des médias, sur l’indépendance de la justice, car, pour le moment, il n’est pas possible d’envisager des élections avec les personnes qui ont cautionné le système en place ou dans un cadre que ce système va imposer ».

L’Algérie se trouve donc dans une impasse, avec des élections prévues le 4 juillet que le régime a annulées il y a quelques semaines faute de candidats. Le gouvernement par intérim devient également caduc le 9 juillet prochain, selon la constitution actuelle. Et la célébration du jour de l’indépendance pourrait donc bien donner cet autre souffle que l’Hirak cherche après 20 semaines d’un cri continu, « inattendu et inespéré », dit M. Amokrane, pour la démocratie.

En effet, mercredi, le président du gouvernement de transition, Abdelkader Bensalah, a proposé « aux personnalités nationales, crédibles, indépendantes, sans affiliation partisane et sans ambition électorale » de s’asseoir ensemble pour préparer la prochaine élection présidentielle. Un processus conduit « en toute liberté et en toute transparence » dans lequel ni l’armée, ni le régime en place ne vont s’immiscer, a-t-il assuré tout en précisant que son mandat allait se poursuivre au-delà du 9 juillet pour une période indéterminée.

Début juin, un appel similaire au dialogue entre les représentants politiques au pays avait été lancé par le chef de l’État, mais avait été immédiatement rejeté par la rue qui réclame, avant la tenue de nouvelles élections, la mise en place d’un cadre démocratique réel pour éviter l’apparition d’un héritier de l’ère Bouteflika ou d’un autre président choisi par l’armée algérienne, comme c’est, en gros, le cas depuis l’indépendance du pays. Pour Bensalah, il est toutefois devenu nécessaire de mettre de côté « les exigences irréalistes », dit-il en parlant des revendications de l’Hirak, exigences qui sont, selon lui, « de nature à prolonger la situation actuelle et à entraîner [le] pays dans une situation de vide constitutionnel, source d’incertitude et d’instabilité »

« Nous avons eu notre indépendance en 1962, mais nous n’avons pas encore eu notre liberté », résume Mohicine Belabbas, du RCD à la veille du 5 juillet qui devrait, poursuit-il, favoriser la libération du peuple après la libération du pays de l’occupant français.

« Le Mouvement, c’est un référendum hebdomadaire à ciel ouvert », dit Lakhdar Amokrane de Jil Jadid qui va permettre aux Algériens de se prononcer vendredi sur « l’ouverture » proposée par le régime en place et sur la suite de cette autre révolution tranquille qui, même sans figure, « avance forcément vers une issue favorable, croit-il, un vendredi à la fois ».

La révolution du sourire!

 

 

 

Découverte de deux exoplanètes les plus similaires à la Terre…à ce jour!

Ces deux exoplanètes sont les plus similaires à la Terre... Voici ce que cela implique

 

C’est la découverte incroyable d’astronomes de l’Université de Göttingen. Ils sont convaincus d’avoir trouvé deux nouvelles exoplanètes qui ressemblent à la Terre et qui pourraient potentiellement être habitable.

Situées à 12,5 années-lumière dans la constellation du  Bélier (Aries), ces deux exoplanètes sont situées dans la zone habitable, à une distance parfaite du Soleil pour contenir de l’eau sous forme liquide et donc peut-être abriter la vie. Nommées Teegarden b et Teegarden c, il s’agit des exoplanètes les plus ressemblantes à la Terre jamais trouvées.

Comment les ont-ils trouvées ?

En temps normal, pour détecter ce genre de planète il faut utiliser la méthode de transit. Elle consiste à attendre qu’une planète passe devant son étoile, pour constater ainsi une baisse de la lumière émise. Dans le cas présent, cette technique n’a cependant pas été possible : l’étoile du système de ces deux planètes n’émettant pas suffisamment de lumière, aucune variation n’a été constatée.

Pour les identifier, les astronomes ont donc utilisé le télescope CARMENES, capable d’étudier la vélocité radiale des étoiles. Une étude photométrique à également confirmé cette trouvaille.

D’après les astronomes, Teegarden b, plus près de l’étoile, pourrait bien avoir une température à sa surface d’environ 28°C et fluctuant de 0°C à 50°C. Teegarden c au contraire, aurait des températures plus basse d’environ -47°C. Par ailleurs, ces nouvelles exoplanètes disposent d’une atmosphère, ce qui augmente leurs chances d’être habitables.

Pour la communauté scientifique, ces résultats sont très prometteurs. Teegarden b et c rejoignent ainsi la liste d’exoplanètes à étudier de plus près dans les prochaines années.

De nombreuses nouvelles planètes découvertes depuis 24 ans!

 

 

 

Astronomie (infographie):Les étoiles les plus proches de la Terre

 

 

Les étoiles les plus proches, leurs distances en années-lumière, types spectraux et planètes connues.

Les étoiles les plus proches de la Terre sont dans le système à trois étoiles Alpha Centauri, situé à environ 4,37 années-lumière. Une de ces étoiles, Proxima Centauri, est légèrement plus proche, à 4,24 années-lumière.

De toutes les étoiles situées à moins de 15 années-lumière, seules deux sont de type spectral G, semblables à notre soleil: Alpha Centauri A et Tau Ceti. La majorité sont des étoiles naines rouges de type M.

Seules neuf étoiles dans cette zone sont suffisamment brillantes pour être vues à l’œil nu de la Terre. Ces étoiles les plus brillantes comprennent Alpha Centauri A et B, Sirius A, Epsilon Eridani, Procyon, 61 Cygni A et B, Epsilon Indi A et Tau Ceti.

L’étoile de Barnard, un nain rouge situé à 5,96 années-lumière de la nuit, possède le plus grand mouvement propre de toutes les étoiles connues. Cela signifie que l’étoile de Barnard se déplace rapidement sur l’arrière-plan d’étoiles plus lointaines, à un rythme de 10,3 secondes d’arc par année terrestre.

 

 

Sirius A est l’étoile la plus brillante du ciel nocturne de la Terre, en raison de sa luminosité intrinsèque et de sa proximité. Sirius B, une étoile naine blanche, est plus petite que la Terre, mais sa masse est 98% de celle de notre soleil.

À la fin de 2012, les astronomes ont découvert que Tau Ceti pouvait héberger cinq planètes, dont une dans la zone habitable de l’étoile. Tau Ceti est la seule étoile de type G la plus proche, tout comme notre soleil (bien que le système à trois étoiles Alpha Centauri héberge également une étoile de type G et qu’il soit beaucoup plus proche).

Les masses des planètes de Tau Ceti vont de deux à six fois la masse de la Terre.


EN COMPLÉMENT

L’ÉTOILE À NEUTRONS LA PLUS PROCHE DE LA TERRE

Illustration d’artiste représentant une « étoile à neutrons isolée » – une étoile à neutrons qui ne possède pas de résidu de supernova associé, de compagnon binaire ou de pulsations radio.

 

Les astronomes qui utilisent le télescope à rayons X Swift de la NASA ont détecté une étoile à neutrons à moins de 250 000 années-lumière de la Terre, ce qui en fait l’étoile à neutrons la plus proche jamais connue.

L’objet, situé dans la constellation de la Grande Ourse, est surnommé Calvera, du nom du film « The Magnificent Seven ». Si elle était confirmée, ce ne serait que la huitième « étoile à neutrons isolée » connue, ou une étoile qui ne possède pas de restes de supernova, de compagnons binaires ou de pulsations radio.

 

 

 

Astronomie:Cet astéroïde a 1 chance sur 7 000 de frapper la terre cet automne

 

 

Cet automne, la Terre a environ 1 chance sur 7 000 d’obtenir un visiteur extraterrestre non invité: l’astéroïde 2006 QV89.

Le 9 septembre 2019, notre planète devrait siffler le rock spatial, selon la liste d’objets de l’espace susceptibles de se heurter à la Terre, établie par l’Agence spatiale européenne (ESA) . Cette liste a été mise à jour en ligne le 6 juin. Sur 10 objets, 2006, QV89 s’est classé quatrième.

Comparé à l’astéroïde de 10 km de long qui a tué les dinosaures non-aviens il y a environ 66 millions d’années, le QV89 2006 est plutôt sombre, mesurant seulement 40 mètres de diamètre, soit environ la longueur de deux pistes de bowling de bout en bout.

L’ESA surveille le trajet de l’astéroïde, mais il est peu probable que la roche spatiale pénètre dans la Terre. Selon la modélisation de l’ESA, le QV89 2006 se rapprochera probablement d’environ 6,7 millions de km de la planète. Pour mettre cela en perspective, la Lune se trouve à 384 400 km (238 900 milles).

Cela dit, il y a une chance sur 7,299 que le QV89 2006 atteigne la planète, a annoncé l’ESA.

Comme son nom l’indique, l’astéroïde 2006 QV89 a été découvert le 29 août 2006; il a été repéré par le Catalina Sky Survey, une organisation basée dans un observatoire près de Tucson, en Arizona. L’astéroïde est en fait un visiteur assez fréquent de notre planète. Après son survol  de 2019, l’objet devrait fondre vers la Terre en 2032, 2045 et 2062, l’ ESA a rapporté .

La NASA, qui suit également des objets proches de la Terre, a collaboré avec l’ESA le mois dernier pour publier  des tweets en direct sur la manière dont le gouvernement et les scientifiques devraient gérer une véritable attaque d’astéroïdes. Cependant, les fans du film « Armageddon » devraient oublier de faire sauter de gros astéroïdes avec des bombes. Une étude publiée en mars dans la revue Icarus a révélé que plus l’astéroïde est gros, plus il sera difficile de l’exploser .

 

 

 

 

Suite à l’éruption solaire massive,Une nuit d’aurores boréales un peu partout au Canada

Les Canadiens amateurs de phénomènes naturels auront la chance d’observer des aurores boréales pour une deuxième nuit consécutive. Selon le Centre de prévision météorologique spatiale de l’agence spatiale américaine (NASA), les particules du soleil pourraient pénétrer dans le champ magnétique terrestre vers le 14 et 15 mai en Amérique du Nord.

Une zone d’activité magnétique autour d’une tache solaire et à l’intérieur de celle-ci est à l’origine du phénomène, explique la communicatrice scientifique au planétarium du Musée du Manitoba, Emily McIntosh.

Dans la nuit de lundi à mardi, une ouverture dans notre champ magnétique a permis aux particules de circuler vers l’intérieur ce qui a produit des aurores boréales qui ont pu être observées jusqu’en Iowa.Il s’agit d’une grave fracture de notre champs magnétique.Ce qui  signifie que de nombreuses personnes  vont en être affectées dans le futur immédiat.

« C’est un phénomène normal qui nous donne l’occasion d’observer une météo spatiale impressionnante », affirme Mme McIntosh.

Le soleil passe par un cycle d’activité tous les 11 ans. Dernièrement, la situation était au calme. Cependant, au cours des deux dernières semaines, le soleil s’est activé ce qui a augmenté les chances de voir de l’activité magnétique sur Terre.

Les aurores boréales sont causées par des particules chargées qui se déplacent le long du vent solaire et interagissent avec différentes molécules de l’atmosphère. De temps en temps, une tache solaire peut propulser ces particules beaucoup plus rapidement vers la Terre.

Habituellement, notre magnétosphère agit comme un bouclier autour de la planète, empêchant la plupart des particules d’y pénétrer, mais de temps en temps, une ouverture dans le champ magnétique se crée.

Emily McIntosh explique que les aurores boréales sont fréquentes dans le nord du Canada, car elles se déplacent le long des lignes de champ magnétique de l’ovale auroral autour des pôles. Parfois, l’ovale se déplace plus au sud, ce qui permet à plus de gens d’assister à un spectacle de lumières.

Le Centre de prévision météorologique spatiale de la NASA prévoit que l’évènement pourrait se produire à nouveau mercredi soir.

Mme McIntosh encourage les gens intéressés par le phénomène à se déplacer vers le nord pour les regarder.

« Vers 2 h ou 3 h, c’est souvent le meilleur temps pour les observer », dit-elle.

Elle conseille également aux gens en milieux urbains de s’éloigner des sources de lumières pour améliorer les chances de contempler le phénomène.

Ceux qui souhaitent prendre les aurores boréales en photo peuvent configurer leur appareil à une exposition de 8 à 15 secondes, avec une sensibilité ISO de 1600 à f / 4 ou moins.

 

 

 

 

Astronomie:Le tout premier plan rapproché d’un trou noir

 

Voici la fameuse photo

 

Vous regardez la toute nouvelle image d’un trou noir en gros plan. Cette image du trou noir M87 au centre de la Vierge Une galaxie est le résultat d’un effort international de deux ans visant à agrandir la singularité. Cela révèle. pour la première fois, les contours de l’ horizon des événements d’un trou noir , le point au-delà duquel aucune lumière ni aucune matière ne s’échappe.

M87 se trouve à 53 millions d’années lumière, au centre d’une galaxie lointaine, entourée de nuages ​​de poussière, de gaz et d’autres matières, de sorte qu’aucun télescope à lumière visible ne puisse voir le trou noir àtravers toute cette crasse. Ce n’est pas le trou noir le plus proche, ni même le trou noir supermassif le plus proche. Mais c’est tellement énorme que c’est l’un des deux plus gros qui apparaissent dans le ciel de la Terre. (L’autre est le Sagittaire A * au centre de la Voie lactée.) Pour réaliser cette image, les astronomes ont mis en réseau des radiotélescopes dans le monde entier pour agrandir M87 à une résolution sans précédent. Ils ont appelé le réseau combiné le télescope Event Horizon.

Ce nom est approprié car cette image n’est pas le trou noir lui-même. Les trous noirs n’émettent aucun rayonnement, ou du moins sont loin d’être suffisamment détectés à l’aide des télescopes existants. Mais à leurs bords, juste avant que la gravité de la singularité ne devienne trop intense pour que même la lumière s’échappe, les trous noirs accélèrent la matière à des vitesses extrêmes. Cette question, juste avant de tomber au-delà de l’horizon, se frotte contre elle-même à grande vitesse, générant de l’énergie et rayonnant. Les ondes radio détectées par le télescope Event Horizon faisaient partie de ce processus.

« Cette image forme désormais un lien clair entre les trous noirs supermassifs et les galaxies lumineuses », a déclaré Sheperd Doeleman, astrophysicien de Harvard et directeur du télescope Event Horizon.

Cela confirme que les grandes galaxies comme Virgo A (et la Voie Lactée) sont maintenues ensemble par des trous noirs supermassifs, a déclaré Doeleman.

Les astronomes savaient que les trous noirs étaient entourés de matière incandescente. Mais cette image répond toujours à une question clé sur les trous noirs et sur la structure de notre univers. Nous savons maintenant avec certitude que la théorie de la relativité d’Einstein est valable, même au bord d’un trou noir, où certains chercheurs soupçonnaient qu’elle s’effondrerait. La forme de l’horizon des événements visibles dans l’image est un cercle, comme prédit par la 

relativité. Elle confirme donc que la relativité règne encore, même dans l’un des environnements les plus extrêmes de l’univers.

C’est une bonne et une mauvaise nouvelle pour la physique. C’est une bonne nouvelle, car cela signifie que les chercheurs n’ont pas à réécrire leurs manuels. Mais il reste une question clé en suspens: la relativité générale (qui gouverne de très grandes choses, comme les étoiles et la gravité) va jusqu’au bord d’un trou noir. La mécanique quantique (qui décrit de très petites choses) est incompatible avec la relativité générale à plusieurs égards. Mais rien dans cette image ne répond encore aux questions sur la façon dont les deux se croisent. Si la relativité générale s’était effondrée à cet endroit extrême, les scientifiques auraient peut-être trouvé des réponses unificatrices.

Les données continueront probablement d’arriver du réseau de télescopes, qui observe également le trou noir supermassif beaucoup plus proche (mais plus petit) au centre de la Voie lactée. Et les scientifiques continueront à comprendre les données déjà collectées par le télescope Event Horizons. Mais pour l’instant, profitez simplement de ce premier aperçu du bord d’une région totalement inconnaissable de l’espace.

 

 

 

 

 

La NASA diffuse des photos du grand météore que personne n’avait vu

La NASA a diffusé vendredi des photos prises par l’un de ses satellites du météore très puissant qui est apparu au-dessus de la mer de Bering le 18 décembre, et qu’aucun témoin direct n’avait vu.

L'instrument MISR (Multi-angle Imaging SpectroRadiometer) du satellite Terra de la NASA a capté une grosse boule de feu - ou un météore - au-dessus de la mer de Béring le 18 décembre 2018.
L’instrument MISR (Multi-angle Imaging SpectroRadiometer) du satellite Terra de la NASA a capté une grosse boule de feu – ou un météore – au-dessus de la mer de Béring le 18 décembre 2018. Photo: NASA/GSFC/LaRC/JPL-Caltech, MISR Team

Dans ces images prises quelques minutes après la désintégration du gros rocher spatial dans l’atmosphère, on distingue parfaitement l’ombre laissée par la traîne du météore sur les nuages en dessous.

On observe également un nuage orangé : c’est le nuage de particules consumées à très haute température, et laissé par la boule de feu déclenchée par l’explosion.

C’est le satellite Tera qui a pris les clichés. Un instrument a pris une photo à 23 h 50 heure locale. Cinq des neuf appareils d’un second instrument à bord du même satellite ont pris cinq photos à 23 h 55 heure locale, que le Jet Propulsion Laboratory de la NASA a rassemblées dans un gif animé qui montre la diffusion du nuage orangé de poussières.

Le gif animé en question

La NASA estime que la désintégration du météore s’est produite à 23 h 48 heure locale.

 

 

 

Alerte dans l’espace:Un météore échappe à la détection terrestre et explose avec la force de 10 bombes atomiques

Le 18 décembre 2018, un météore de la taille d’un autobus scolaire a explosé au-dessus de la Terre avec une énergie d’impact d’environ 10 bombes atomiques. Selon la NASA , l’explosion est le deuxième plus gros impact de météore depuis que l’organisation a commencé à les localiser il y a 30 ans, battu uniquement par l’infâme boule de feu qui a explosé sur Tcheliabinsk, en Russie , en février 2013.

En dépit de cela, presque personne ne l’a remarqué – et personne ne l’a vu venir.

L’un des plus gros impacts de météores de l’histoire récente vous a peut-être complètement dépassé, probablement parce que la roche spatiale en question s’est brisée au-dessus de la mer de Béring , une étendue froide de l’océan Pacifique entre la Russie et l’Alaska, à des kilomètres de terres habitées. 

La NASA a appris l’impact de décembre grâce à l’US Air Force, dont les satellites de surveillance des missiles ont été parmi les premiers à détecter l’explosion. La rumeur de l’impact a également été enregistrée sur les détecteurs d’infrasons – stations qui mesurent les ondes sonores basses fréquences inaudibles pour les oreilles humaines – dans le monde entier, donnant aux scientifiques suffisamment de données pour tirer des conclusions de base sur le météore sournois.

Selon la NASA, ce météore pesait environ 1 500 tonnes (1 360 tonnes), avait un diamètre d’environ 10 mètres (32 pieds) et voyageait dans l’atmosphère à une vitesse d’environ 115 200 kilomètres à l’heure (71 582 mph) quand il a explosé. L’explosion a eu lieu à environ 25 km au-dessus de l’océan et a dégagé une énergie équivalente à 173 kilotonnes de TNT, soit environ 10 fois plus que l’énergie de la bombe atomique que les États-Unis ont déclenchée au-dessus de Hiroshima pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les groupes de surveillance des astéroïdes du monde n’ont pas réussi à voir la roche se diriger sur notre chemin probablement en raison de sa petite taille. Alan Fitzsimmons, astronome à la Queen’s University de Belfast, en Irlande du Nord, a déclaré au New Scientist que la plupart des télescopes modernes sont les mieux à même de détecter des objets de plusieurs centaines de mètres de diamètre ou plus, ce qui permet de les rater facilement. Les chasseurs d’astéroïdes de la NASA s’inquiètent le plus d’identifier des objets proches de la Terre mesurant 140 mètres de large qui pourraient effacer des États entiers s’ils sont autorisés à traverser l’atmosphère, a rapporté Live Science.

L’impact de décembre 2018 n’a été remarqué que cette semaine, en partie grâce à une présentation donnée par Kelly Fast, responsable du programme d’observation des objets situés à proximité de la Terre, à la Lunar and Planetary Science Conference, au Texas. Fast a déclaré à BBC News que l’événement de décembre avait explosé avec « 40% de la libération d’énergie de Chelyabinsk », mais n’a pas été mentionné dans les nouvelles en raison de l’emplacement relativement éloigné de l’impact.

Le météore de Chelyabinsk, qui mesurait 19 mètres de large, a survolé la Russie continentale et a été enregistré par de nombreux automobilistes. Les ondes de choc qui en ont résulté ont blessé plus de 1 200 personnes.

 

 

 

 

Une météorite aurait-elle chuté dans la mer de Mayotte?

Lundi 18 février, 21h30, inquiétudes, bruit impressionnant dans le ciel et boule de feu sont au rendez-vous à Mayotte. Le pays doit faire face aux nombreux séismes qui se déroulent et tout le monde a retenu son souffle.Même si cela n’est pas encore certain, la résonance d’un bruit d’explosion serait la chute en mer d’une météorite. Les recherches continuent actuellement.

Des habitants en panique

Mayotte subit depuis plusieurs années des séismes : on en compte 99 de magnitude supérieure à 3,5. Lorsque le bruit retentit dans le ciel à 21h30 les habitants sont inquiets puisque le retour d’un séisme inquiète sans cesse. Certaines personnes auraient aperçu une boule de feu dans le ciel.

Une météorite aurait-elle chuté dans la mer de Mayotte ?

Une chute de météorite ?

Selon la préfecture de Mayotte il s’agirait d’une météorite tombée dans la mer. L’ensemble des remontées d’informations laisse à penser que le phénomène observé serait éloigné des côtes mahoraises.

Pour le moment l’événement de ce lundi 18 février reste un mystère. En effet, les autorités et les experts n’ont pas encore identifié la cause de l’explosion. Mais l’explosion a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Les internautes témoignent de ce qu’ils ont vu ou entendu. Pour beaucoup il s’agirait bien d’une météorite.

L’hypothèse n’est pas encore confirmée par les experts

Actuellement la préfecture de Mayotte et les scientifiques tentent de comprendre mais ne peuvent répondre aux multiples interrogations des habitants. Dans la soirée de lundi, le préfet a déclaré qu’aucune explication n’a pu être fournie.

Pour résoudre le mystère la préfecture compte sur le travail des chercheurs et des scientifiques qui se trouvent dans les observatoires astronomiques de la zone. Malgré tout, les services de secours n’ont constaté aucun événement particulier. Alors chute de météorite ou séisme ? Le mystère reste entier.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :