LES JOURNALISTES À LA SOLDE DE L’ESTABLISHMENT S’AGITENT

 

Anarchopanda,le symbole des Manifestations Étudiantes du Printemps 2012.
Anarchopanda,le symbole des Manifestations Étudiantes du Printemps 2012.

 

 

« Ils ne savent plus que faire pour créer du mystère et vous appâter pour ce spectacle de mauvaise qualité. Ils ne savent plus que faire pour se commettre en faveur de leur poulain lors de cette élection bidon. Voici que les chefs des partis bourgeois tentent de se sortir du débat constitutionnel dans lequel les «journaleux» les ont empêtrés. Ces bonzes politiques savent trop bien que les votants éventuels n’aient rien à faire dans ce quiproquo souverainiste fédéraliste – ce foutoir pour hystérique chauviniste –, mais les «journaleux», totalement déconnectés des problèmes des salariés, et surtout, indifférents aux malheurs des pauvres et des ouvriers, persistent et s’obstinent à harceler – à tourmenter les politiciens véreux sur ce sujet pernicieux, puis, hypocritement, le coolie obstiné déclame que la question constitutionnelle poursuit les chefs… c’est-à-dire que lui, le «journaleux», poursuit les politiciens de ses obsessions pour faire de la nouvelle avec rien – que dalle – du vent.

Mais direz-vous, voir ces malandrins, pantins de partis vauriens, se quereller au milieu du poulailler pour plaire aux riches et faire ramage afin d’obtenir l’appui de leur entourage par des promesses volages, vous indiffère. Voir et entendre ces larbins se contredire à propos des affaires constitutionnelles pour lesquelles ils ne peuvent rien (la grande bourgeoisie monopoliste a tranché, c’est non à la souveraineté) c’est perte de temps direz-vous…et vous avez raison.

Ce n’est pas de constitution et de pseudo-souveraineté qu’il sera question après l’élection – quel que soit le parti au pouvoir à l’Assemblée d’opérette. Il sera question de régimes de retraite des employés de l’État (municipaux, provinciaux, parapublic, etc.). De grands assauts se préparent de ce côté comme l’ont rappelé les maires des cités – au nom de la bourgeoise d’affaires qui s’impatiente de livrer combat contre leurs employés et se demande à quel chef politique confier ce «contrat» contre les salariés. 

Observez la performance des chefs et vous saurez lequel entend se présenter comme le matamore inexpugnable dans ce combat contre le prolétariat… Pour le reste, cette élection bidon n’est que billevesée pour journalistes excités… Attendez patiemment la facture qui ne saurait tarder. Ils ne contrôlent rien, ils ne peuvent régler la crise économique systémique, tous juste savent-ils vous imposer de nouvelles taxes, de nouveaux impôts, des hausses de tarifs sans vous garantir aucun emploi.

Pour qui voter, vous demandez ? Pour personne – ils sont tous pareils. »

http://www.les7duquebec.com/non-classe/les-journalistes-a-la-solde-sagitent/

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.