La race blanche en péril:Un 3,035ème fermier blanc est tué par balle en Afrique du Sud devant sa femme

 

Un génocide contre les blancs est en marche en Afrique du Sud

Dans une autre des dizaines de milliers d’attaques armées noires horribles contre des familles de fermiers blancs, un jeune vétérinaire sud-africain a été abattu dans la province de Limpopo, à côté de sa femme infirmière, qui avait été fouettée au pistolet. 

Sans commentaire!

Le Dr Paul Meyer, âgé de 38 ans, était tué. Il exerçait son cabinet vétérinaire dans une ferme située à proximité de la réserve faunique de Selati, dans la province de Limpopo, à proximité de la frontière avec le Mozambique. La journaliste afrikaans Virginia Keppler du journal Beeld rapporte que la jeune épouse, Marilise Meyer, âgée de 34 ans, a été fouettée au pistolet alors qu’elle allaitait son bébé. La famille avait été enlevée avec ses amis Pierre et Sue Gallagher dans leur cuisine familiale avec le bébé Wouter, âgé de 5 mois. Les quatre attaquants noirs armés, qui parlaient une langue mozambicaine, portaient des AK47.

  Ils ont conduit les cinq personnes blanches enlevées vers la frontière mozambicaine à une vitesse vertigineuse dans deux véhicules agricoles volés à la ferme. Ils se sont arrêtés à quelques kilomètres de la frontière, ont largué les victimes de l’enlèvement près du bord de la route et ont retiré les dispositifs de suivi électronique des véhicules de la ferme volés.

Pendant ce temps, ils se sont également mis en train de donner un coup de fouet à Mme Meyer pendant qu’elle allaitait le bébé Wouter dans une tentative désespérée de garder le bébé au calme. Ils ont également battu la jeune femme – qui travaillait comme assistante vétérinaire chez son mari – au bas du dos avec une clé à molette.

Ensuite, ils ont abattu son mari non armé, le Dr Paul Meyer, âgé de 38 ans, à la manière d’une exécution, alors qu’il tentait désespérément de saisir l’une des armes à feu des assaillants. La veuve habite actuellement chez des amis à Gravelotte, où les funérailles de son mari ont lieu mardi dans l’église réformée néerlandaise.

Il est le 3035 e fermier blanc assassiné en Afrique du Sud depuis 1994. Une semaine plus tôt à Hartbeespoort, près de la capitale Pretoria, la famille Raath avait également été agressée par des couteaux qui les poignardaient et les frappaient tout en les criant. «Tous devaient mourir». Rien n’a été volé.

Mme Corrie Raath et son mari Pieter ont déclaré après leur procès qu’ils pensaient tous les deux qu’ils seraient tués là-bas parce que ces assaillants étaient «très cruels et étaient clairement arrivés juste pour nous tuer». Ils ont été sauvés lorsque les lumières bleues clignotantes du véhicule d’un agent de sécurité privé arrivant à l’intérieur ont brillé à travers leurs fenêtres et ont effrayé leurs assaillants. Le chien de berger allemand blanc du couple, Terry, a été abattu et même leurs deux chatons ont été massacrés par les assaillants.

Mme Raath a déclaré: «Ils étaient très cruels et étaient clairement arrivés juste pour nous tuer. Nous déménageons aujourd’hui. Nous ne pouvons plus rester ici. La police a effectivement retrouvé l’un des assaillants dans un camp de squatters proche, a déclaré l’inspecteur de police Moses Manaiwa.

Quatre jours avant cette attaque, le éleveur David Greig, âgé de 65 ans, a été tué sur la ferme Hartzenbergfontein, près de Walkerville près de Johannesburg – exactement au même endroit de la cuisine où sa mère Hannah avait également été abattue par douze attaquants armés en 1996.

La journaliste afrikaans Sonja van Buul du journal Beeld a rapporté que Greig et son épouse Jeanette, 64 ans, ont été réveillés dans leur chambre par un homme armé qui avait pénétré de force dans la propriété. « L’homme armé a forcé ma belle-mère à ouvrir la porte de la cuisine à ses deux complices, qui attendaient dehors », a déclaré mardi Tom Hendriks, leur gendre. Hendriks a déclaré que la belle-mère ne parvenait pas à trouver les clés de son coffre-fort en toute sécurité assez rapidement – son beau-père a donc été exécuté comme un fusil. . Mme Greig a également été violemment agressée et poignardée. Elle a perdu l’ouïe de façon permanente parce que ses tympans ont éclaté pendant le passage à tabac.

« Hannah Greig, la mère de mon beau-père, a été abattue par des voleurs au même endroit en 1996. C’est tellement ironique », a déclaré Hendriks. Les attaquants de Hannah Greig, une bande de douze hommes armés, ont été arrêtés par les unités de la ferme surveillante des forces de réserve réservistes de la police, toujours en activité.

Les agriculteurs commerciaux quittent de plus en plus la campagne sud-africaine à cause de ces conditions de guerre dans lesquelles ils sont obligés de produire de la nourriture. Il reste moins de 11 600 agriculteurs commerciaux en Afrique du Sud, contre 85 000 en 1994. Plus d’un million de travailleurs agricoles ont également perdu leur emploi et leurs familles ont perdu leur maison et ont été forcées de s’installer dans des camps de squatteurs: -million de personnes tout dit.

Moins d’un pour cent de la surface terrestre totale de l’Afrique du Sud est toujours utilisé pour les cultures irriguées, dans un pays tellement semi-aride que 6% seulement de la surface totale pourraient être utilisés pour la production de cultures de base. dans toute son histoire agricole. La majeure partie de la campagne qui était autrefois une terre agricole est maintenant oisive et déserte.

Beaucoup de ces agriculteurs, principalement des Afrikaners, sont partis dans d’autres pays africains voisins, souvent à l’invitation de ces gouvernements, en raison de leur expérience de l’agriculture dans des conditions difficiles en Afrique.

Parallèlement, le syndicat des coopératives de producteurs agricoles, Agri-SA, accuse également la police sud-africaine de refuser de répondre à nombre de ces incidents criminels commis dans des exploitations agricoles rapportés chaque jour par des familles blanches afin d’améliorer l’apparence des statistiques criminelles. leurs postes de police.

Le porte-parole d’Agri-SA, André Botha, a déclaré qu’il était « alarmant que certains officiers de police sous-estiment la gravité des crimes afin que les chiffres de la solution du commissariat soient meilleurs ».

Botha a ajouté que cela constituait un « sabotage économique » de la communauté agricole, qui a mis en échec toute mesure de lutte contre la criminalité mise en place.

« L’augmentation du nombre d’attaques armées, de vols et de vols de produits et d’outils agricoles a de graves conséquences financières pour l’agriculture dans notre pays. Ce haut taux de criminalité est vécu par l’industrie comme un sabotage économique », a-t-il déclaré.

Source:

 


EN COMPLÉMENT

En 2015,le roi des Zoulous faisait l’éloge du Parti National

Le roi des Zoulous

Nouvelle polémique en Afrique du Sud autour des propos de Goodwill Zwelithini, souverain des Zoulous : il aurait fait l’éloge de l’apartheid lors d’un discours prononcé samedi soir à Nongoa. Son porte-parole dément, et dénonce des citations « sorties de leur contexte. »

C’est à l’occasion d’une cérémonie célébrant sa 44ème année de règne que le souverain zoulou se serait laissé aller à quelques digressions nostalgiques sur le régime ségrégationniste. Selon les journaux locaux Mercure et The Star, il aurait ainsi affirmé que : « Le Parti National avait construit un gouvernement puissant ainsi qu’une économie et une armée parmi les plus fortes du continent  ».

Son argument principal ? Les dirigeants actuels ainsi que les communautés noires se refuseraient aujourd’hui à construire leur pays en se servant de l’héritage de l’apartheid. Et ce refus serait la cause des difficultés actuelles de l’économie sud-africaine : « Si vous ne voulez pas construire sur les bases dont vous avez héritées, vous allez vous trouver du mauvais côté de l’Histoire.  »

Les journaux rapportent également que Goodwill Zwelithini se serait estimé heureux d’être né l’année même de l’arrivée au pouvoir du Parti National, en 1948. Il serait allé jusqu’à se féliciter du respect que ce parti et ses dirigeants lui ont toujours porté.

 

 

 

Publicités

2 commentaires sur “La race blanche en péril:Un 3,035ème fermier blanc est tué par balle en Afrique du Sud devant sa femme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.