«Des centaines de cannibales noirs» dans un village sud-africain

Des centaines de cannibales africains noirs se sont livrés à de grandes fêtes sur de la chair humaine cette année dans la ville sud-africaine d’Estcourt, dans la province du KwaZulu-Natal, a avoué un responsable du gouvernement local, quatre jours après la comparution de quatre habitants accusés de meurtre et de complot.

 

 

Selon un article paru dans le service de presse News24 d’Afrique du Sud, plus de 300 personnes sur un village de 971 seulement ont admis avoir sciemment pris part à des fêtes cannibales cette année sous les ordres d’un médecin-sorcier local.

Les quatre Africains arrêtés, nommés Nino Mbatha (32 ans), Sthembiso Sithole (31 ans), Lindokuhle Masondo (32 ans) et Lungisani Magubane (30 ans), ont comparu lundi devant le tribunal de Estcourt pour accusation de meurtre et de complot.

Ils ont été arrêtés après que l’un des quatre hommes soit entré au poste de police d’Estcourt vendredi, en possession de morceaux de corps et avoué être «fatigué de manger de la chair humaine».

Lorsqu’il fut interrogé, il produisit une partie d’une jambe humaine et une main. Une enquête plus poussée a conduit la police à une maison dans le quartier de Rensburgdrift à Estcourt où elle a été accueillie avec une odeur nauséabonde et où d’autres restes humains ont été retrouvés.

Les quatre Africains ont apparemment violé, tué et découpé le corps d’une femme, qu’ils ont ensuite consommé.

Le porte-parole de la police du KwaZulu-Natal, le colonel Thembeka Mbhele, a déclaré vendredi que l’un des accusés, Mbatha, était un « nyanga » (mot politiquement correct signifiant guérisseur traditionnel, mais en réalité juste un médecin de sorcière), et a été arrêté dans la région d’Amangwe. plus de parties du corps ont été trouvés.

Plus tard, le conseiller de quartier Mthembeni Majola, qui a tenu une réunion à la salle communautaire d’Esigodlweni lundi, a déclaré qu’environ 300 résidents avaient avoué avoir visité Mbatha et mangé sciemment de la chair humaine qu’il leur avait donnée.

Il a dit qu’il y avait environ 700 personnes à la réunion où environ 300 résidents ont avoué avoir su que Mbatha avait de la chair humaine et avoué l’avoir mangée.

Majola a également révélé que le cannibalisme « ne se limitait pas à Estcourt » et que Mbatha « entretenait des liens dans la région d’Uthukela ».

«Nous ne savons pas quoi faire ni à qui faire confiance», a déclaré Majola. «Cela s’est produit dans notre communauté. Les familles, les personnes que nous connaissons et vivons avec nous ont maintenant avoué avoir mangé cette femme », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que des membres de la communauté avaient également avoué avoir creusé des tombes sous les ordres de Mbatha et lui avoir remis les ossements.

Majola a déclaré que la communauté avait déclaré lors de la réunion que le sorcier leur avait dit qu’exploiter les tombes les fortifierait et les protégerait des blessures et que lui apporter les ossements leur apporterait de la richesse à l’avenir.

Majola a déclaré qu’il ne pouvait en croire ses yeux lorsqu’un des suspects a conduit les membres de la communauté et la police sur les lieux de l’inhumation du corps d’une femme.

«Elle était enterré sous de gros rochers et nous avons dû faire appel à une machine TLB pour enlever les rochers. Ils nous ont montré les parties du corps dans l’une des maisons. Ils ont admis qu’ils attendaient que les parties du corps attirent les asticots. Apparemment, les asticots collectent de l’argent pour eux,selon une superstition locale.

Cinq hommes accusés de cannibalisme ont comparu lundi 28 août devant le tribunal d’une petite ville de l’est de l’Afrique du Sud, a rapporté la police. Les suspects, originaires de l’agglomération rurale d’Estcourt, dans la province du KwaZulu-Natal, ont été arrêtés il y a une semaine après la reddition de l’un d’entre eux à la police, à qui il a avoué « être fatigué de manger de la chair humaine ». Ses aveux ont conduit à l’arrestation de quatre personnes.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Afrique du Sud: Les réfugiés blancs que personne ne veut

En Afrique du Sud, les White Boers sont obligés de vivre dans des bidonvilles parce que l’ère post-Nelson Mandela n’est pas aussi «arc-en-ciel» que ce qui avait été promis.

 

Depuis plus d’une décennie, des lois ont été mises en place qui défavorisent délibérément les Blancs lorsqu’ils cherchent du travail. 400 000 Sud-Africains blancs vivent aujourd’hui dans la pauvreté, soit près d’un sur dix.

Les Sud-Africains blancs qui ont la chance de trouver du travail doivent craindre d’être violés, torturés et assassinés s’ils travaillent dans des fermes.


Les choses sont si mauvaises qu’un candidat à la présidence devait promettre «jamais un génocide blanc sous notre domination».

 

 

Ce camp est à Munsieville, près de Johannesburg. Il y a environ 80 camps supplémentaires remplis de Blancs marginalisés dans le pays.

Ils veulent partir, mais la plupart ne peuvent pas se le permettre et peu de pays sont disposés à en prendre plus d’une poignée. Vous n’entendrez pas parler de ces vrais réfugiés à la télévision parce qu’ils sont blancs.

 

Les médias ne documenteront pas le génocide de souffrances et d’assassinats à la ferme de Sud-Africains blancs, car cela ne correspond pas à leur histoire.

Les Blancs sont censés être les oppresseurs qui détiennent tout le pouvoir, et nous sommes méchants aussi parce que nous ne voulons pas que nos pays deviennent des pays «arc-en-ciel». . . comme la nation “arc-en-ciel” est censée être l’Afrique du Sud.

Nos propres gouvernements et classes dirigeantes tentent de créer «l’arc-en-ciel» en envoyant des millions de non-Blancs dans tous les pays à majorité blanche de la planète.

Ce n’est pas de la «diversité» si vous éliminez une race, c’est un génocide. C’est un génocide blanc parce que nous, Blancs, sommes les seuls à perdre nos pays.

 

 

 

 

 

«Blaxit»: de nombreux Noirs américains quittent les États-Unis pour le Ghana et l’Afrique du Sud

Jusqu’à 5 000 Noirs américains sont rentrés au Ghana – et des milliers d’autres dans d’autres pays africains – au cours des dernières années dans le cadre d’un mouvement grandissant visant à vivre dans une société dans laquelle ils se disent capables de vivre dans un monde quels sont les noirs sont en charge. « 

 

Le mouvement croissant de «retour en Afrique» a été mis en évidence dans un article récent du service de presse Al Jazeera intitulé «Pourquoi certains Afro-Américains s’installent en Afrique ».

L’article – qui, bien sûr, blâme les Blancs pour tous les maux affectant les Noirs – s’articule autour d’une interview avec Muhammida el-Muhajir, une spécialiste du marketing numérique de New York, qui a quitté son travail pour s’installer à Accra, la capitale du Ghana. .

«Ils viennent des grandes villes de San Francisco, Chicago et New York. Des milliers d’entre eux. Et beaucoup refusent de rentrer », écrit l’article, affirmant qu’une« nouvelle vague d’Afro-Américains échappe au racisme et aux préjugés incessants aux États-Unis. Du Sénégal et du Ghana à la Gambie, des communautés émergent en défiant la sagesse conventionnelle voulant que l’Afrique soit un continent que tout le monde essaie de quitter. ”

L’article poursuit en disant qu’il est estimé qu’entre 3 000 et 5 000 Noirs américains vivent dans la seule capitale ghanéenne. (Le Ghana, rappelons-le, a une loi sur le «droit de résidence», semblable à la «loi sur le retour» d’Israël. Cette loi sur le droit de résidence accorde la résidence et la citoyenneté du Ghana à toute personne d’ascendance raciale noire .)

«Ce sont des enseignants dans des petites villes de l’ouest ou des entrepreneurs dans la capitale et ils affirment que même si vivre au Ghana n’est pas toujours facile, ils se sentent libres et en sécurité», poursuit l’article.

El-Muhajir dit avoir déménagé, « parce que malgré son éducation et son expérience, elle a toujours été conçue pour se sentir comme une citoyenne de deuxième classe. »

Déménager, a-t-elle déclaré, était «une occasion de réaliser son potentiel» et «d’éviter d’être la cible de violences raciales».

Cette dernière raison est évidemment absurde, car toutes les preuves montrent qu’aux États – Unis, les Blancs sont beaucoup plus la cible de violences raciales que les Noirs et que les crimes contre les Noirs constituent de loin la plus grande menace pour les Noirs en Amérique .

Même si la perception de «violence blanche» par El-Muhajir est fausse – générée sans aucun doute par les médias contrôlés -, sa première raison est véridique: à savoir qu’en concurrence ouverte et sur un pied d’égalité, les Noirs sont presque toujours perdants contre le QI plus élevé les Blancs et les Asiatiques en Amérique.

«J’ai grandi à Philadelphie, puis à New York. Je suis allé à Howard, qui est une université historiquement noire », a déclaré El-Muhajir.

«Je dis aux gens que le Ghana est comme Howard dans la vraie vie. C’était comme un microcosme du monde. À l’université, ils nous disent que le monde n’est pas noir, mais il y a des endroits où c’est le monde réel. Howard vous prépare à un monde où les Noirs sont aux commandes, ce qui est une expérience complètement différente de celle des personnes qui ont fréquenté des universités à prédominance blanche. « 

Elle a ensuite expliqué qu’elle ne se sentait plus comme une « étrangère » en Afrique, une expérience qu’elle avait toujours vécue en Amérique.

«Le premier pays où je suis allé était le Kenya. J’avais 15 ans et voyagé avec un groupe d’enfants. J’étais l’un des deux enfants noirs. J’ai vu très tôt que je pouvais m’intégrer et n’était pas un outsider.

«Soudain, ça a basculé, je venais d’Amérique où j’étais un outsider, mais en Afrique, je ne me sentais plus comme ça. J’ai fait des études supérieures au Ghana en 2003 et je suis retourné à New York, puis au Ghana en 2014. »

Elle a ensuite expliqué comment ce dilemme de ne jamais être la première  s’est  résolu par  lui-même lorsqu’elle a déménagé en Afrique:

«En Amérique, vous essayez toujours de faire vos preuves. Je n’ai pas besoin de me prouver aux normes de quelqu’un d’autre ici. Je suis une championne, j’ai couru et suis allé à l’université et j’aime gagner. Je refuse donc de me retrouver dans une situation où je ne gagnerai jamais. ”

«Il y a des commodités auxquelles je me suis habituée chez moi à New York – comme les fêtes, les bars ouverts et la mode, alors quand j’ai réalisé que je pouvais faire les mêmes choses en Afrique que chez moi aux États-Unis, j’ai été vendue. Il y a aussi un grand festival d’art de rue ici, et c’était la différence par rapport à ma venue [en tant qu’étudiante]. J’ai vu ce que j’aime chez moi ici, alors j’ai décidé que le moment était venu.

El-Muhajir a même réalisé un documentaire intitulé «Blaxit» sur les Noirs qui se déplacent en Afrique.

«J’ai créé Blaxit à cause de cette vague d’afro-américains qui s’installent en Afrique. Cette tendance a commencé à se produire autour de l’indépendance des pays africains, mais la nouvelle vague [comprend] des personnes qui viennent dans des endroits comme celui-ci. Ce nouveau groupe a un accès certain en Amérique et vient ici pour avoir ce style de vie en Afrique », a-t-elle déclaré.

«À notre insu, nous vivons la vision que le politicien et révolutionnaire ghanéen Kwame Nkrumah a exposée pour nous, de ce pays constituant la porte d’entrée de la diaspora noire en Afrique.

«Je ne veux pas que les gens pensent que l’Afrique est cette utopie magique dans laquelle tous vos problèmes disparaîtront. C’est juste que certaines des choses auxquelles vous pourriez être confronté en Amérique en tant que personne noire – vous ne devrez pas souffrir avec ces choses ici. « 

Lorsqu’on lui a demandé si elle pensait que le mouvement «de retour en Afrique» gagnerait de la vitesse et augmenterait en nombre, elle a conclu en disant: «Je pense que davantage viendra quand ils commenceront à y voir une alternative viable. Mais ce n’est pas facile et ce n’est pas bon marché. Je ne peux pas dire que ce qui se passe en Amérique aujourd’hui est pire que ce qui s’est passé à un autre moment. Je pense que le moment est venu où les gens commencent à voir qu’ils peuvent vivre ailleurs. »

* Le mouvement original de «retour en Afrique» en Amérique remonte à l’époque de l’American Colonization Society (ACS), dont les membres les plus remarquables comprenaient des membres notables de l’American Colonization Society, dont Thomas Buchanan, Thomas Jefferson, James Monroe et Abraham Lincoln. James Madison, Daniel Webster, John Marshall et Francis Scott Key.

L’ACS est l’organisation qui a fondé l’État africain du Libéria en 1847, après avoir transféré plus de 15 000 Noirs des États-Unis sur leur continent. La constitution et le drapeau libériens ont été modelés directement sur ceux des États-Unis.

Marcus Garvey

De nombreux autres Noirs ont également essayé de renvoyer leurs compatriotes africains en Afrique, le plus célèbre étant Marcus Garvey, qui dans les années 1920 avait rassemblé au moins quatre millions de Noirs américains qui avaient adhéré à son organisation pour promouvoir un déménagement en Afrique. Les efforts de Garvey se sont effondrés après qu’il ait été reconnu coupable de fraude postale en raison d’un manque de contrôle sur la vente d’actions dans une compagnie de transport qu’il a commencé à transporter des noirs en Afrique.

En 1937, un groupe de rivaux de Garvey appelé le Peace Movement of Ethiopia collabora avec Theodore Bilbo, sénateur des États-Unis du Mississippi, et Earnest Sevier Cox  dans la promotion d’un programme de rapatriement présenté au Congrès américain sous le nom de Greater Liberia Act.

Bilbo a proposé le 6 juin 1938 un amendement au projet de loi fédéral sur l’allègement du travail, proposant de financer le déplacement de 12 millions de Noirs au Libéria aux frais du gouvernement, sujet traité dans son célèbre ouvrage intitulé Take Your Choice, Separation or Mongrelization .

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Le FMI soutient le plan de l’Afrique du Sud visant à confisquer des terres à des agriculteurs blancs

Le Fonds monétaire international (FMI) approuve la réforme agraire controversée de l’Afrique du Sud tant que le processus hautement controversé est «fondé sur des règles» et transparent, selon le représentant du fonds dans le pays.
Montfort Mlachila ,l’homme derrière le crime.

Montfort Mlachila, représentant principal du FMI en Afrique du Sud, a déclaré que le règlement ne devait pas nuire à la production agricole et mettre en péril les approvisionnements alimentaires des citoyens du pays.

« Nous soutenons pleinement la nécessité de procéder à des réformes agraires afin de résoudre les problèmes d’inégalité », a déclaré Mlachila dans un entretien avec Reuters.

«Il est nécessaire de mettre en place un processus constitutionnel transparent, fondé sur des règles et menant aux résultats souhaités. Il est particulièrement important de ne pas nuire à la production agricole et à la sécurité alimentaire. ”

La réforme agraire largement débattue a été proposée par le Congrès national africain (ANC) au pouvoir en 2015 et a reçu le soutien total du président nouvellement élu, Cyril Ramaphosa. La mesure proposée permettra au gouvernement sud-africain d’exproprier sans indemnité les terres appartenant aux agriculteurs blancs du pays.

Des fermes développées depuis plusieurs générations.

Une partie importante des terres agricoles sud-africaines appartient toujours à la minorité blanche du pays. Le président en exercice a promis de modifier la constitution sud-africaine afin d’accorder une partie des terres à la majorité noire sans terres.

Le projet de réforme, qui aurait provoqué des attaques violentes et même des meurtres d’agriculteurs blancs, a déclenché un grand tollé au niveau international. La semaine dernière, le président américain Donald Trump a ordonné au secrétaire d’État Mike Pompeo d’étudier de près la question. Plus tôt cette année, le gouvernement australien a commencé à délivrer des visas d’urgence aux agriculteurs confrontés à la violence en Afrique du Sud.

La semaine dernière, l’ANC a annoncé le retrait du projet litigieux par le Comité du portefeuille des travaux publics pour complément d’étude. Selon Humphrey Mmemezi, président de la commission, le projet de loi a été renvoyé devant le Parlement pour des raisons de procédure, mais ils ne pouvaient pas reproduire un processus parlementaire distinct. L’ANC a ensuite annoncé son engagement à faire progresser la réforme agraire.


La nation zouloue d’Afrique du Sud se joint aux agriculteurs blancs pour lutter contre les saisies de terres par le gouvernement

Le peuple zoulou…négligé!
Le groupe ethnique le plus important d’Afrique du Sud, les Zoulous, s’est prononcé contre l’expropriation de terres sans compensation dans le pays. Zulu est prêt à coopérer avec les agriculteurs blancs du pays, appelés Afrikaners ou Boers.

Zulu King Goodwill Zwelithini a déclaré que le groupe coopérerait avec le groupe de défense des droits des minorités sud-africaines AfriForum.

«La nation zouloue dont je parle n’existera pas si nous n’avons pas de nourriture. C’est pourquoi je dis que les agriculteurs doivent se rapprocher afin que nous discutions de ce que nous pouvons faire lorsque nous parlons de l’agriculture et de la disponibilité de suffisamment de nourriture dans le pays. C’est pourquoi je demande à AfriForum des Boers de venir nous aider », a déclaré Zwelithini, citée par eNews Channel Africa.

«Parce que lorsque le gouvernement a commencé à parler d’appropriation de terres, d’expropriations sans indemnités,les  Boers ont acheté des outils. Il n’y a pas de nourriture en Afrique du Sud », a-t- il ajouté.

 

Les Zoulous constituent le groupe ethnique le plus important en Afrique du Sud, avec environ 10 à 12 millions de personnes vivant principalement dans la province du KwaZulu-Natal. Le groupe représente plus d’un cinquième de la population du pays et son avis est important dans le contexte des élections générales de l’année prochaine.

«Quiconque veut être élu et élu par nous, je vais parler maintenant, quiconque veut être élu par nous doit venir s’agenouiller ici et s’engager à ne jamais toucher votre pays», a déclaré le roi zoulou.

Bien que les rois n’aient aucun pouvoir officiel dans l’Afrique du Sud moderne, ils conservent la loyauté de millions de personnes et sont reconnus dans la Constitution comme des chefs traditionnels.

Le programme d’expropriation de terres dirigé par le président Cyril Ramaphosa vise à redistribuer les terres aux pauvres Noirs afin de lutter contre les graves inégalités 24 ans après la fin de l’apartheid. Il s’agit principalement de terres appartenant à des Boers, des Blancs d’origine néerlandaise. Cependant, le programme a également suscité le mécontentement des Zoulous.

Le roi zoulou a déclaré attendre une réunion avec le président. «Il (Ramaphosa) doit venir ici… et le dire, l’écrire dans un accord et signer le fait que le pays des Zoulous ne sera pas touché», a déclaré Zwelithini.


Ramaphosa à AGNU: Les terres agricoles sud-africaines saisies « doivent être partagées par tous »

Cyril Ramaphosa,l’ex-dauphin de Nelson Mandela

 

Plus tôt cette année, l’ANC a proposé un amendement constitutionnel qui donnerait au gouvernement le droit légal de saisir et de redistribuer les terres agricoles sans aucune compensation pour les propriétaires. Le projet de réforme a déclenché un débat houleux au niveau international, ainsi que de nombreux reportages dans les médias faisant état de violences présumées contre des agriculteurs blancs sud-africains, y compris des meurtres.

Selon les données du gouvernement, plus de 77% des exploitations agricoles et des exploitations agricoles sud-africaines sont la propriété de citoyens blancs et seulement 4% de terres appartenant à des Sud-Africains noirs. La population totale du pays est composée de 9% de Blancs et de 76% de Noirs.

La réforme a également suscité de vives inquiétudes parmi les investisseurs internationaux, tandis que le parti au pouvoir du pays s’est efforcé de rassurer sur le fait que cette mesure serait légale et ne menacerait pas la stabilité. Plus tôt ce mois-ci, la confiance dans l’agriculture et les prix des terres en Afrique du Sud ont chuté au plus bas depuis plus de deux ans, selon l’indice de confiance Agbiz / IDC dans l’agroalimentaire.

S’adressant à l’Assemblée générale des Nations Unies, Ramaphosa a annoncé son intention de dépenser 50 milliards de rands (3,52 milliards de dollars) de «dépenses redéfinies et de nouveaux financements au niveau des projets» afin de redresser l’économie sud-africaine.

Le président a également commenté la politique America First de Donald Trump, affirmant qu’aucun pays ne peut prospérer aux dépens de millions d’autres. «Nous devons assumer la responsabilité collective du développement de toutes les nations», a ajouté Ramaphosa.

Dans un tweet mercredi, le président américain Donald Trump, à gauche, a critiqué les saisies de terres inexistantes chez des agriculteurs blancs en Afrique du Sud. Le gouvernement sud-africain du président Cyril Ramaphosa a ensuite tweeté que les critiques mal informées de Trump étaient source de division.

 

 

 

 

 

 

La race blanche en péril:Un 3,035ème fermier blanc est tué par balle en Afrique du Sud devant sa femme

 

Un génocide contre les blancs est en marche en Afrique du Sud

Dans une autre des dizaines de milliers d’attaques armées noires horribles contre des familles de fermiers blancs, un jeune vétérinaire sud-africain a été abattu dans la province de Limpopo, à côté de sa femme infirmière, qui avait été fouettée au pistolet. 

Sans commentaire!

Le Dr Paul Meyer, âgé de 38 ans, était tué. Il exerçait son cabinet vétérinaire dans une ferme située à proximité de la réserve faunique de Selati, dans la province de Limpopo, à proximité de la frontière avec le Mozambique. La journaliste afrikaans Virginia Keppler du journal Beeld rapporte que la jeune épouse, Marilise Meyer, âgée de 34 ans, a été fouettée au pistolet alors qu’elle allaitait son bébé. La famille avait été enlevée avec ses amis Pierre et Sue Gallagher dans leur cuisine familiale avec le bébé Wouter, âgé de 5 mois. Les quatre attaquants noirs armés, qui parlaient une langue mozambicaine, portaient des AK47.

  Ils ont conduit les cinq personnes blanches enlevées vers la frontière mozambicaine à une vitesse vertigineuse dans deux véhicules agricoles volés à la ferme. Ils se sont arrêtés à quelques kilomètres de la frontière, ont largué les victimes de l’enlèvement près du bord de la route et ont retiré les dispositifs de suivi électronique des véhicules de la ferme volés.

Pendant ce temps, ils se sont également mis en train de donner un coup de fouet à Mme Meyer pendant qu’elle allaitait le bébé Wouter dans une tentative désespérée de garder le bébé au calme. Ils ont également battu la jeune femme – qui travaillait comme assistante vétérinaire chez son mari – au bas du dos avec une clé à molette.

Ensuite, ils ont abattu son mari non armé, le Dr Paul Meyer, âgé de 38 ans, à la manière d’une exécution, alors qu’il tentait désespérément de saisir l’une des armes à feu des assaillants. La veuve habite actuellement chez des amis à Gravelotte, où les funérailles de son mari ont lieu mardi dans l’église réformée néerlandaise.

Il est le 3035 e fermier blanc assassiné en Afrique du Sud depuis 1994. Une semaine plus tôt à Hartbeespoort, près de la capitale Pretoria, la famille Raath avait également été agressée par des couteaux qui les poignardaient et les frappaient tout en les criant. «Tous devaient mourir». Rien n’a été volé.

Mme Corrie Raath et son mari Pieter ont déclaré après leur procès qu’ils pensaient tous les deux qu’ils seraient tués là-bas parce que ces assaillants étaient «très cruels et étaient clairement arrivés juste pour nous tuer». Ils ont été sauvés lorsque les lumières bleues clignotantes du véhicule d’un agent de sécurité privé arrivant à l’intérieur ont brillé à travers leurs fenêtres et ont effrayé leurs assaillants. Le chien de berger allemand blanc du couple, Terry, a été abattu et même leurs deux chatons ont été massacrés par les assaillants.

Mme Raath a déclaré: «Ils étaient très cruels et étaient clairement arrivés juste pour nous tuer. Nous déménageons aujourd’hui. Nous ne pouvons plus rester ici. La police a effectivement retrouvé l’un des assaillants dans un camp de squatters proche, a déclaré l’inspecteur de police Moses Manaiwa.

Quatre jours avant cette attaque, le éleveur David Greig, âgé de 65 ans, a été tué sur la ferme Hartzenbergfontein, près de Walkerville près de Johannesburg – exactement au même endroit de la cuisine où sa mère Hannah avait également été abattue par douze attaquants armés en 1996.

La journaliste afrikaans Sonja van Buul du journal Beeld a rapporté que Greig et son épouse Jeanette, 64 ans, ont été réveillés dans leur chambre par un homme armé qui avait pénétré de force dans la propriété. « L’homme armé a forcé ma belle-mère à ouvrir la porte de la cuisine à ses deux complices, qui attendaient dehors », a déclaré mardi Tom Hendriks, leur gendre. Hendriks a déclaré que la belle-mère ne parvenait pas à trouver les clés de son coffre-fort en toute sécurité assez rapidement – son beau-père a donc été exécuté comme un fusil. . Mme Greig a également été violemment agressée et poignardée. Elle a perdu l’ouïe de façon permanente parce que ses tympans ont éclaté pendant le passage à tabac.

« Hannah Greig, la mère de mon beau-père, a été abattue par des voleurs au même endroit en 1996. C’est tellement ironique », a déclaré Hendriks. Les attaquants de Hannah Greig, une bande de douze hommes armés, ont été arrêtés par les unités de la ferme surveillante des forces de réserve réservistes de la police, toujours en activité.

Les agriculteurs commerciaux quittent de plus en plus la campagne sud-africaine à cause de ces conditions de guerre dans lesquelles ils sont obligés de produire de la nourriture. Il reste moins de 11 600 agriculteurs commerciaux en Afrique du Sud, contre 85 000 en 1994. Plus d’un million de travailleurs agricoles ont également perdu leur emploi et leurs familles ont perdu leur maison et ont été forcées de s’installer dans des camps de squatteurs: -million de personnes tout dit.

Moins d’un pour cent de la surface terrestre totale de l’Afrique du Sud est toujours utilisé pour les cultures irriguées, dans un pays tellement semi-aride que 6% seulement de la surface totale pourraient être utilisés pour la production de cultures de base. dans toute son histoire agricole. La majeure partie de la campagne qui était autrefois une terre agricole est maintenant oisive et déserte.

Beaucoup de ces agriculteurs, principalement des Afrikaners, sont partis dans d’autres pays africains voisins, souvent à l’invitation de ces gouvernements, en raison de leur expérience de l’agriculture dans des conditions difficiles en Afrique.

Parallèlement, le syndicat des coopératives de producteurs agricoles, Agri-SA, accuse également la police sud-africaine de refuser de répondre à nombre de ces incidents criminels commis dans des exploitations agricoles rapportés chaque jour par des familles blanches afin d’améliorer l’apparence des statistiques criminelles. leurs postes de police.

Le porte-parole d’Agri-SA, André Botha, a déclaré qu’il était « alarmant que certains officiers de police sous-estiment la gravité des crimes afin que les chiffres de la solution du commissariat soient meilleurs ».

Botha a ajouté que cela constituait un « sabotage économique » de la communauté agricole, qui a mis en échec toute mesure de lutte contre la criminalité mise en place.

« L’augmentation du nombre d’attaques armées, de vols et de vols de produits et d’outils agricoles a de graves conséquences financières pour l’agriculture dans notre pays. Ce haut taux de criminalité est vécu par l’industrie comme un sabotage économique », a-t-il déclaré.

Source:

 


EN COMPLÉMENT

En 2015,le roi des Zoulous faisait l’éloge du Parti National

Le roi des Zoulous

Nouvelle polémique en Afrique du Sud autour des propos de Goodwill Zwelithini, souverain des Zoulous : il aurait fait l’éloge de l’apartheid lors d’un discours prononcé samedi soir à Nongoa. Son porte-parole dément, et dénonce des citations « sorties de leur contexte. »

C’est à l’occasion d’une cérémonie célébrant sa 44ème année de règne que le souverain zoulou se serait laissé aller à quelques digressions nostalgiques sur le régime ségrégationniste. Selon les journaux locaux Mercure et The Star, il aurait ainsi affirmé que : « Le Parti National avait construit un gouvernement puissant ainsi qu’une économie et une armée parmi les plus fortes du continent  ».

Son argument principal ? Les dirigeants actuels ainsi que les communautés noires se refuseraient aujourd’hui à construire leur pays en se servant de l’héritage de l’apartheid. Et ce refus serait la cause des difficultés actuelles de l’économie sud-africaine : « Si vous ne voulez pas construire sur les bases dont vous avez héritées, vous allez vous trouver du mauvais côté de l’Histoire.  »

Les journaux rapportent également que Goodwill Zwelithini se serait estimé heureux d’être né l’année même de l’arrivée au pouvoir du Parti National, en 1948. Il serait allé jusqu’à se féliciter du respect que ce parti et ses dirigeants lui ont toujours porté.

 

 

 

Afrique du Sud: 55 meurtres et 109 viols chaque jour, alors que la vague de crimes noirs continue d’envelopper le pays

En Afrique du Sud, entre 2017 et 2018, 55 meurtres, 109 viols, 137 infractions à caractère sexuel, 878 agressions, 44 vols de voiture et 819 cambriolages ont eu lieu chaque année, et au moins 5 meurtres par mois, selon les chiffres officiels publiés par le Sud. Services de police africains (SAPS).

 

 

Le SAPS «Statistiques de la criminalité 2017/2018» a été publié le 11 septembre 2018 lors d’une réunion d’information spéciale donnée au Parlement sud-africain par le ministre de la police sud-africain, Bheki Cele.

Selon les chiffres, pour la période d’avril 2017 à mars 2018, il y avait

20 336 meurtres, ou 55 par jour;

50 108 infractions sexuelles, soit 137 par jour;

18 233 tentatives de meurtres, soit 49 par jour;

167 352 agressions avec l’intention d’infliger des lésions corporelles graves, ou 458 par jour;

156 243 voies de fait simples, ou 428 voies de fait par jour;

50 730 vols qualifiés, soit 138 par jour;

138 364 vols qualifiés avec circonstances aggravantes, ou 379 par jour;

40 035 viols, soit 109 par jour;

6 786 agressions sexuelles, ou 18 par jour;

2 066 tentatives d’infractions sexuelles, ou 5 par jour;

1 221 infractions sexuelles avec contact, ou 3 par jour;

16 325 carjackings, soit 44 par jour;

22 261 vols qualifiés dans des locaux résidentiels, ou 60 vols par jour;

20 047 vols qualifiés dans des locaux non résidentiels, ou 54 vols par jour;

71 195 cambriolages dans des locaux non résidentiels, ou 195 par jour;

228 094 cambriolages dans des locaux résidentiels, ou 624 par jour;

50 663 vols de véhicules à moteur et de motocycles, ou 138 par jour;

129 174 vols de ou à partir de véhicules à moteur, ou 353 par jour;

28 849 vols de stock ou 79 par jour;

302 656 «tous les vols non mentionnés ailleurs» ou 829 par jour;

73 277 «crimes commerciaux» ou 200 par jour;

62 180 vols à l’étalage, soit 170 par jour;

17 558 possession illégale d’armes à feu et de munitions, ou 48 par jour;

323 547 «crimes liés à la drogue», ou 886 par jour.

En outre, il y avait 238 vols qualifiés d’espèces dans des véhicules de transport en commun; 13 vols de banque; et 1 202 détournements de camions.

Selon M. Cele, les 20 336 meurtres enregistrés étaient de 1 320 de plus que l’année précédente, une statistique qui, selon lui, a placé l’Afrique du Sud «près d’une zone de guerre… mais nous ne sommes pas en guerre».

Le SAPS n’a publié aucune statistique raciale avec son rapport annuel sur la criminalité – une omission inutile car tout le monde en Afrique du Sud sait que 99,99% des criminels en Afrique du Sud sont noirs.

* L’Union agricole du Transvaal (TAU), l’un des plus grands syndicats paysans représentant les agriculteurs blancs, a publié une déclaration dans laquelle elle déclarait que «selon le service de police de la SA, 62 meurtres ont été commis au cours du dernier exercice.

«Cependant, la base de données de TAU SA reflète un chiffre de 70, ce qui implique un chiffre légèrement supérieur à 10% par rapport aux statistiques officielles. Cette différence et la nécessité de parler d’une seule voix sur un sujet qui suscite de plus en plus l’intérêt international, exigent une consolidation ».

Manifestation de fermiers blancs près de Pretoria.
De plus en plus les sud-africains noirs manifestent contre ce type de racisme meurtrier et sauvage qui relève davantage de la vengeance.
A l’autre côté du spectre,les afrikaners s’entraînent et se préparent mentalement.

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Des documents confidentiels américains sur Mandela rendus publics

Des milliers de documents confidentiels américains concernant Nelson Mandela ont été rendus publics mercredi et ont montré que les Etats-Unis ont continué de surveiller l’ancien opposant sud-africain bien après qu’il eut quitté la prison, redoutant qu’il constitue une menace communiste.

Ces documents ont été rendus par Property of the People, une organisation basée à Washington, le jour du centième anniversaire de la naissance de la figure de la lutte anti-apartheid.

 

« Les documents montrent que, comme il l’a fait dans les années 1950 et 1960 avec Martin Luther King Jr et le mouvement des droits civiques, le FBI a enquêté sur les mouvements américains et sud-africains de lutte contre l’apartheid les associant à des conspirations communistes dangereuses pour la sécurité américaine », a dit dans un communiqué Ryan Shapiro, qui préside Property of the People.

« Pire encore, les documents démontrent que le FBI a continué ses enquêtes (…) sur Mandela et sur le mouvement anti-apartheid alors que les Etats-Unis avaient instauré des sanctions contre le régime sud-africain, mais aussi après la libération de Mandela et après la chute du Mur de Berlin. »

Premier président noir d’Afrique du Sud, de 1994 à 1999, Nelson Mandela est mort en 2013. Il reste une figure de la lutte contre l’oppression raciale.

Il a passé 27 ans dans les geôles sud-africaines et il est demeuré inscrit sur une liste américaine de surveillance des terroristes après 2008.

 

 

 

 

Afrique du Sud: les extrémistes racistes noirs tuent un fermier blanc tous les cinq jours en 2018

Les gangs criminels noirs ont tué un fermier sud-africain blanc tous les cinq jours jusqu’ici cette année, selon de nouveaux chiffres publiés par le syndicat agricole AgriSA à Pretoria.

 

Dans une déclaration publiée par Ian Cameron, chef de la sécurité d’AfriForum, il a été révélé qu’il y avait eu 109 attaques agricoles en moins de 100 jours en 2018. Lors de ces attaques, 15 meurtres sur des fermes avaient eu lieu.

« Nos zones rurales sont piégées dans une guerre criminelle », a déclaré Cameron. « Bien que le gouvernement sud-africain nie qu’une crise de violence plane sur les zones rurales, les chiffres prouvent qu’une violence excessive sévit dans ces régions ».

 

Cameron a ajouté que la torture avec des fers à repasser, des torches, du plastique fondu et de l’eau bouillante se poursuit souvent pendant des heures au cours de ces attaques

Il a également déclaré qu’il y avait eu une augmentation significative de ces types d’attaques dans le nord et le cap occidental.

« Le gouvernement ne peut pas nier les faits – nos gens sont fauchés », a conclu Cameron.

Pendant ce temps, un sondage effectué par le service d’information en ligne Afuskaans Nuus24 – qui dessert la communauté afrikaans en Afrique du Sud – a révélé que plus de 85% des Blancs quitteraient le pays immédiatement si l’occasion se présentait.

Le sondage, créé à la suite de l’annonce par le ministre australien des Affaires intérieures, Peter Dutton, que le pays envisageait de donner aux fermiers sud-africains blancs l’accès aux visas de réfugiés, a offert à ses participants trois réactions à l’offre australienne:

1. C’est une excellente nouvelle! Où puis-je remettre mon nom pour émigrer en Australie?
2. Je suis mal à l’aise avec cela. L’Australie devrait-elle plutôt ne pas négocier avec notre gouvernement avant de faire une telle annonce?
Je ne comprends pas du tout pourquoi quelqu’un voudrait émigrer en Australie. Nous vivons au pays du lait et du miel.
3. Au moment de la rédaction (20 mars), 85% avaient choisi la première option, 4% avaient choisi l’option 2 et 10% avaient choisi l’option 3.

Certains des commentaires au sondage – ici traduit de l’afrikaans, donnent un aperçu de ce qui est assez commun chez les Blancs en Afrique du Sud:

JJ Lovelock: « Nous sommes fatigués de ce pays avec sa corruption, ses détournements, ses viols et ses meurtres. J’aimerais aller en Australie et emmener mes deux enfants fermiers avec moi. « 

CL: « L’Afrique du Sud est un pays en faillite qui s’effondre progressivement. Le racisme nu du régime ANC, le FEP et d’autres groupes extrémistes n’offrent rien de bon pour l’avenir des Blancs, qui ne peuvent pas travailler, dont les biens seront bientôt saisis sans compensation, et des institutions telles que SAA, fournisseur de services téléphoniques. ] Telkom, [fournisseur de services d’électricité] Eskom, [fournisseur de services ferroviaires] Spoornet, et la plupart des municipalités sont toutes en faillite. Le crime est florissant, l’éducation recule, la police sud-africaine est corrompue et la sécurité personnelle est inexistante, qu’est-ce qui m’encourage à rester?

 

 

 

Virus Ebola: l’Afrique australe en alerte maximale

Tout devient hors contrôle.Le Secrétariat de la SADC a annoncé mardi à Gaborone que 15 ministres de la Santé de la région sont prêts à convoquer une réunion d'urgence mardi à Johannesburg, en Afrique du Sud, dans un effort pour faire face à la menace d'une épidémie d'Ebola.
Tout devient hors contrôle.

Le Secrétariat de la SADC a annoncé mardi à Gaborone que 15 ministres de la Santé de la région sont prêts à convoquer une réunion d’urgence mardi à Johannesburg, en Afrique du Sud, dans un effort pour faire face à la menace d’une épidémie d’Ebola.

 

 

 

Quinze pays de la région de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) sont en état d’alerte face à la menace du virus Ebola et ont tenu une réunion d’urgence alors que l’épidémie est en train de devenir endémique en Afrique de l’ouest.

Le Secrétariat de la SADC a annoncé mardi à Gaborone que 15 ministres de la Santé de la région sont prêts à convoquer une réunion d’urgence mardi à Johannesburg, en Afrique du Sud, dans un effort pour faire face à la menace d’une épidémie d’Ebola.

Quelques cas d’Ebola ont été enregistrés dans la nation ouest- africaine de Guinée en mars de cette année. Les cas, qui sont en train de se propager plus rapidement que les efforts mis en place, ont touché quelques pays voisins.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), une épidémie du virus est soupçonnée d’avoir infectée 1 440 personnes et d’ avoir fait plus de 826 morts.

Avec la pire épidémie de l’histoire menaçant de se propager dans la région d’Afrique australe, les ministres de la Santé du bloc régional devraient assister mercredi à une réunion extraordinaire d’un jour sur la maladie à virus Ebola.

« Suite à l’apparition de la maladie à virus Ebola, le Secrétariat de la SADC va convoquer une réunion d’urgence d’un jour pour les ministres de la Santé des 15 Etats membres de la SADC et leurs partenaires à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 6 août 2014 », a annoncé le Secrétariat de la SADC dans un communiqué.

Selon le communiqué, la réunion réunira tous les ministres de la Santé de la SADC, de hauts responsables, des officiers de l’OMS et d’autres partenaires techniques.

« L’objectif principal de la réunion est de rassembler les ministres de la Santé et des intervenants clés pour construire un consensus sur l’action stratégique appropriée visant à prévenir l’introduction ou la propagation du virus Ebola dans la région de la SADC », a indiqué le communiqué.

La SADC a déclaré que la réunion d’urgence fournira également un forum pour les responsables de la région de partager leurs expériences techniques sur la maladie, afin de permettre à la région de rester vigilante et d’avoir une compréhension commune en ce qui concerne la maîtrise de la maladie en cas d’épidémie, et de se mettre d’accord sur une stratégie de réponse opérationnelle accélérée.

Sources: Cameroon Voice

 

 

 

 

 

Nelson Mandela et l’alliance avec le Nouvel Ordre Mondial

Nelson Mandela  et David Rockefeller au sortir d'une conférence,à New York,en 1998.
Nelson Mandela et David Rockefeller au sortir d’une conférence,à New York,en 1998.

LE POUVOIR OCCULTE DES FRANCS-MAÇONS NOIRS ,ALLIÉS DES ILLUMINATI

L’Afrique du Sud a joué un rôle important dans toutes les guerres que connait notre pays, la RD Congo. En 1996, alors que le Rwanda préparait activement l’invasion du Zaïre, l’Afrique du Sud, de son côté, fournissait armes et munitions au régime de Kigali. 
 
C’est d’ailleurs le premier pays à alimenter la machine de guerre du Rwanda après la levée de l’embargo – suite au génocide du printemps 1994 − par l’ONU en 1996. Et quand on demanda à Kader Asmal [président du Comité national sud-africain de contrôle des armes conventionnelles (NCACC) et ministre des Eaux et Forêts] pourquoi son pays armait-il le Rwanda? Réponse implacable: Le président Kagame a le droit de traquer ceux qui ont commis le génocide dans son pays, et d’ajouter sans détour : « Nous sommes arrivés à la conclusion que ces maniaques du génocide en exil au Zaïre constituent la première menace dans la région ».  Pourtant, l’Afrique du Sud savait très bien que les revendications de Kigali n’étaient que fallacieuses. Nous avons réussi à nous procurer un document ultra-sensible sur les réelles motivations du Rwanda et de ses alliés occidentaux envers le Zaïre, dès août 1994; donc quelques semaines après la prise de pouvoir du FPR au Rwanda. Ce document que je reproduis en annexe dans mon bouquin à venir prouve si besoin en était encore que les choses sont loin de ce que racontent le régime de Kigali, ses alliés  occidentaux et leurs médias de service. Bref.
 
Autre chose qu’il faut savoir: Pendant les négociations initiées par l’Afrique du Sud entre l’AFDL et le régime de Mobutu pour soi-disant parvenir à un cessez-le-feu, Mandela en coulisse faisait pression sur Kabila pour qu’il redonne aux multinationales sud-africaines, les concessions minières qu’elles exploitaient avant que la rébellion ne les cède à Jean-Raymond Boulle, le grand patron de l’AMFI, celui là même qui a mis à la disposition de l’AFDL, un jet et 50 millions $ pour l’effort de guerre. Autre fait important: En août 1998, lorsque la guerre a éclaté − le Rwanda et l’Ouganda ayant décidé d’envahir pour une seconde fois la RDC −, l’Afrique du Sud a, encore une fois, ravitaillé les troupes rwando-ougandaises en armes et munitions. Et lorsque la SADC a volé au secours de Laurent Desiré Kabila pour contrer l’invasion des régimes précités, l’Afrique du Sud fut le seul pays à refuser de se joindre à la coalition formée par le Zimbabwe, la Namibie et l’Angola. Mugabe s’apercevant du double- jeu Sud-africain, traitera Mandela d’hypocrite.
Fait Grand Chevalier de l'Ordre de Malte...la photo est éloquente.
Fait Grand Chevalier de l’Ordre de Malte…la photo est éloquente.
 
Pour trouver une solution au conflit, des pourparlers sont organisés à Lusaka en Zambie. Entre-temps, le diplomate US Howard Wolpe, en toute discrétion, va rédiger ce qui servira de feuille de route à toutes les parties en conflit. C’est au cours d’une réunion secrète tenue au mois de juin 1999 à l’hôtel Livingstone de Pretoria qu’avaient été discutées les dispositions de l’accord de Lusaka. Présidaient cette réunion : Mandela et Thabo Mbeki. Participaient à cette rencontre : Museveni, Kagame et Buyoya. Après discussion, la mouture finale a été transmise à Bill Clinton, Madeleine Albright, Kofi Anan via l’Ambassade américaine à Prétoria. Des copies seront envoyées à Omar Bongo, en tant que doyen des chefs d’état et à Blaise Compaoré, à l’époque, président en exercice de l’OUA. Tous entérineront ce texte ne réalisant pas que l’Afrique du Sud de Mandela a servi de couverture à une opération ficelée en coulisse par les Américains. Tout Congolais digne de ce nom sait aujourd’hui que l’accord global et inclusif  issu des accords de Lusaka, a hypothéqué la souveraineté de la RD Congo. Lorsqu’Honore Ngbanda, le président national de l’Apareco,  disait que personne parmi les congolais présents au pays de Mandela n’avait participé à l’élaboration de ce texte de malheur, il avait raison.
 
En clair, l’Afrique du Sud de Mandela a joué et continue de jouer le rôle de gendarme de la politique américaine dans la région. Ce pays ne souhaitait pas que les hostilités au Congo prennent fin. « On ne le dit pas assez, c’est Pretoria qui a financé, en grande partie, la guerre qui a commencé en 1998, soutint Paul Makela, Membre fondateur du parti présidentiel (PPRD) et ancien secrétaire général adjoint de la Commission préparatoire du Dialogue inter-congolais. C’est ce pays qui a fourni une importante logistique au RCD-Goma », le bras armé et politique du Rwanda au Congo. Les autorités sud africaines ne voulaient pas que le Dialogue intercongolais se termine au détriment des intérêts de leur pays, c’est-à-dire, de leurs multinationales. Selon Mr. Makela, pour Pretoria, il n’était pas question de voir Etienne Tshisekedi accéder à la tête de l’Etat congolais. En revanche, le RCD devait continuer à jouer un rôle important. En 2010, j’ai reçu un petit document dans lequel il est clairement établi que les autorités sud-africaines encourageaient les autorités rwandaises à morceler le Kivu.
Nelson Mandela vieillissant .
Nelson Mandela vieillissant .
 
Il faut également dire que durant les négociations secrètes qui ont conduit à sa libération, Mandela était en contact permanent avec William Casey, l’ancien patron de la CIA et ami du président Mobutu. D’aucuns se demandent par ailleurs si Mandela, pour être libéré, n’a-t-il pas accepté de ne pas bousculer l’ordre établi par le régime de l’apartheid qu’il avait combattu. A preuve, l’arrivée au pouvoir de l’ANC n’a rien changé dans la vie des noirs sud-africains, bien que quelques noirs se soient retrouvés dans des fonctions importantes au pays. Certains observateurs − dont moi −, croient que le forum pour la réconciliation nationale s’inscrivit dans cette même logique de ne pas s’attaquer ou de poursuivre en justice tous ces criminels blancs qui constituaient l’armature du pouvoir raciste de l’Apartheid. Autant le dire, c’est une fausse paix qu’on a vendu aux Noirs de ce pays. Puisque « la réconciliation » n’a pas eu les résultats escomptés, disons le pays n’a jamais connu de véritable réconciliation : la RSA a connu des graves violences raciales durant les années 90.  A dire vrai, Mandela a trahit le combat des millions des noirs Sud-africains, voire mêmes des Africains qui avaient aidé l’ANC durant son combat contre les tenants du régime de l’Apartheid. On aura beau vanté la bravoure de cet homme qui a réellement combattu l’Apartheid dans le passé, il sied tout de même de rappeler que sa libération est intervenue au moment où le monde venait de connaître des bouleversements majeurs dus à la fin de la guerre froide et à l’effondrement du mur de Berlin. Le régime raciste sud-africain, bien que soutenu officieusement par les états occidentaux qui faisaient semblant de le critiquer, se devait de changer. Il est clair à ce stade qu’il fallait un changement dans sa politique pour redorer son blason terni par son passé de régime raciste. Mandela devait sortir de prison; les noirs, majoritaires dans le pays, étaient assurés de remporter les élections libres, mais à pas à n’importe quel prix : Le pouvoir politique aux noirs, lequel pouvoir ne sera dans les faits que symbolique. Puisque le vrai pouvoir, c’est-à-dire, le pouvoir économique, restera aux mains des mêmes racistes blancs. Même au sein du premier gouvernement de l’ANC, il y avait des individus issus du régime de l’apartheid, dans les postes stratégiques; notamment le ministère des finances et la Banque centrale. Il est certain que le président Mandela a accepté de jouer le jeu, on ne peut dire autrement…
Nelson Mandela était un membre important des la franc-maçonnerie.En fait,il était rendu au 32 ième dégré de l'Ordre de Malte.
Nelson Mandela était un membre important des la franc-maçonnerie.En fait,il était rendu au 32 ième dégré de l’Ordre de Malte.
 
Le journaliste sud-africain Allister Sparks résuma la situation comme suit : « Avant de céder le pouvoir, la Parti nationaliste tient à l’émasculer. Il tente de négocier une sorte de troc en vertu duquel il renonce au droit de diriger le pays comme il l’entend en échange de celui d’empêcher les Noirs de le diriger comme ils l’entendent. » Rassool Snyman, militant antiapartheid de longue date décrivit à son tour la situation comme suit : « Ils ne nous ont jamais libérés. La chaîne que nous avions au cou, ils l’ont mise à nos chevilles. »
La tombe des Madela: essayez de trouver une autre tombe comme celle-la en Afrique. C'est une tombe franc-maçonne.
La tombe des Madela: essayez de trouver une autre tombe comme celle-la en Afrique.
C’est une tombe franc-maçonne.
S’il est vrai que dans le passé, le président Nelson Mandela s’est battu pour les droits de son peuple, il n’en demeure pas moins qu’avec le temps, l’homme s’est lui-même rangé aux côtés de ses ennemis d’hier, trahissant ainsi ce combat qu’il a longtemps mené pour ce même peuple. Syndrome de Stockholm? C’est à se demander à quoi a servi son combat finalement?
Sources:Patrick Mbeko,
…………………………………………………………..
AUTRES ARTICLES SUR UN SUJET SEMBLABLE: