La conspiration nazi:la découverte et l’aventure du train secret enfoui sous terre en Pologne

La une du journal allemand.
La une du journal allemand.

 

“Le train secret [bourré] d’or de Hitler”, titre le tabloïd Bild ce lundi 31 août 2015, après que le gouvernement polonais a confirmé le 28 août “à 99 %” la véracité des propos de deux citoyens, l’un polonais et l’autre allemand, sur leur découverte : un train blindé chargé d’or, retrouvé dans un tunnel souterrain entre Wroclaw et la frontière tchèque.

Il pourrait s’agir, précise Bild, d’un train parti de Wroclaw peu avant la fin de la guerre, sous la pression de l’avancée de l’Armée rouge, avec cinquante caisses à bord – dont le contenu fait l’objet de supputations : “Qu’y a-t-il d’autre dans le train d’Hitler ?” s’interroge le tabloïd.

Selon Bild, “c’est un vieux monsieur sur son lit de mort qui aurait révélé la cachette aux deux chercheurs d’or”. Ceux-ci exigent 10 % de la valeur de la cargaison et ont chargé un avocat de les représenter. “La question sera délicate, conclut Bild, car il pourrait s’agir de trésors spoliés ayant appartenu entre autre aux Juifs déportés.”

 

Depuis 70 ans, les rumeurs de cette région en Pologne évoquaient l’existence d’un train rempli de joyaux, d’or et d’armes. Depuis la semaine dernière, deux chasseurs de trésors affirment l’avoir retrouvé.

 

C'est ce type de lingot que l'on devrait découvrir.
C’est ce type de lingot que l’on devrait découvrir.

Une rame entière remplie d’or, de pierres précieuses et d’armes. C’est le trésor qu’affirment avoir mis au jour la semaine dernière deux hommes, l’un Allemand, l’autre Polonais, près de la ville polonaise de Wroclaw, rapporte ce mercredi la BBC. La rame, blindée, de 150 mètres de long, daterait de la Seconde Guerre mondiale et aurait été cachée par les nazis, redoutant l’arrivée des troupes russes en 1945 dans la région. «On estime que le train aurait disparu près de ce qui est aujourd’hui la cité polonaise de Wroclaw, alors que les troupes soviétiques se rapprochaient en 1945», raconte la BBC.

«Nous avons reçu une lettre d’un bureau d’avocat représentant deux hommes qui déclarent avoir identifié l’endroit où gît une rame d’un train, probablement blindé», a indiqué Arkadiusz Grudzien, le porte-parole de la mairie de Walbrzych, le chef-lieu de la région. «Ce sont des gens sérieux (…). Ce qu’ils ont présenté lors de notre entretien m’encourage à considérer cette affaire comme très crédible», a déclaré Maître Jaroslaw Chmielewski dans un entretien avec le site Onet.pl, sans dévoiler l’identité de ses clients.

Une légende tenace

La légende ne date pas d’hier. Selon d’anciennes rumeurs relayées depuis 70 ans, un train aurait disparu entre Wroclaw, alors ville allemande nommée Breslau, et Walbrzych, située aujourd’hui tout près de la frontière tchèque. Certains médias locaux évoquent même un butin réunissant 300 tonnes d’or, de bijoux, d’argent et de matériaux dangereux. Les on-dit révèlent même que les traces de ce train s’arrêteraient près du château de Ksiaz, à trois kilomètres seulement du cabinet d’avocats où les deux chasseurs de trésor professionnels sont allés déclarer leur découverte.

La photo originale du fameux train parti de Pologne.
La photo originale du fameux train parti de Pologne.

 

Plusieurs légendes règnent autour de mystérieuses galeries près de Walbrzych. Selon certains, des trésors du Troisième Reich seraient dissimulés dans un énorme chantier nazi allemand de constructions souterraines, connues sous le nom de code Riese (Géant). Des galeries qui éveillent l’intérêt des touristes comme des chercheurs d’or.

Alors que les deux hommes réclament déjà 10% de la valeur des trésors retrouvés pour révéler le lieu de la découverte, à Walbrzytz, la population reste dubitative et le maire de la ville, Roman Szelemej, sceptique, rapporte la BBC: «Des avocats, l’armée, la police et la brigade des pompiers s’en occupent», a-t-il déclaré avant d’ajouter que «la zone n’a pas été fouillée par le passé et nous ne savons pas ce que nous pourrions trouver». L’enjeu est considérable: selon une membre du conseil municipal de Walbrzytz, Marika Tokarska, interrogée par CNN, les deux chercheurs d’or affirment que la valeur du trésor pourrait atteindre «bien plus d’un million de dollars».

Peu de crédibilité historique

«Beaucoup de monde a déjà cherché ce train, abîmant les lignes au passage, mais on n’a jamais rien trouvé», a expliqué Johanna Laparska, historienne de la région à la Radio Wroclaw, un autre média local. «Mais la légende a attisé l’imagination», a-t-elle ajouté, avant de préciser qu’il aurait pu être pris au piège d’un tunnel désormais inaccessible. «Jusque-là aucun document prouvant l’existence de ce train n’a a été mis au jour», a-t-elle-ajouté dubitative. Ceux qui croient en l’existence de ce train fantôme affirment qu’il aurait été soigneusement dissimulé par les nazis dans un tunnel creusé à cet effet, afin de protéger son contenu, qui pourrait révéler documents secrets et autres richesses volées aux musées et aux familles juives pendant la Seconde Guerre mondiale.

«Je n’y crois pas, cette prétendue découverte ne correspond à rien historiquement. Les juifs polonais ont été assassinés en 1942. Les nazis n’auraient pas attendu trois ans pour piller leurs richesses», explique Jean-Marc Dreyfus, historien et professeur à l’Université de Manchester. «D’autres histoires existent, documents à l’appui», explique l’historien. «Le train d’or hongrois était lui rempli des objets spoliés aux familles juives de Budapest. Il a été pillé à chacune de ses étapes, arrivant presque vide à son terminus, situé dans la zone d’occupation française en Autriche». «En 1944, c’est cette fois un «train des oeuvres d’art» qui est chargé de tableaux par les nazis à Bobigny», raconte l’historien. C’est la résistance qui l’arrêtera. Quant au train qui aurait été découvert en Pologne, Jean-Marc Dreyfus reste ouvert: «Bien que ce soit peu vraisemblable, tout est possible ; désormais j’attends des photographies».

 

AUTRES SCANDALES

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Banque d’Angleterre a aidé les nazis à vendre l’or qu’ils avaient volé pendant l’invasion de la Tchécoslovaquie. C’est ce que révèlent des documents publiés récemment, et dont le Daily Mail se fait l’écho.

Les chercheurs pensent que le butin – estimé aujourd’hui à plus 340 millions d’euros – a sans doute servi à financer la machine de guerre d’Hitler.

Les lingots, entreposés dans les coffres de la Banque d’Angleterre, ont été vendus aux banques nationales de Belgique et des Pays-Bas, et à des particuliers de ces deux pays. Pour le seul mois de juin 1939, la Banque a aidé à écouler près de 980.000 euros d’or – sans attendre l’accord du gouvernement britannique. Ce dernier a stoppé net les transactions dès le début de la guerre, le 1er septembre 1939.

Difficile de connaître le rôle exact de la Banque d’Angleterre dans cette histoire. Selon les documents, elle aurait d’abord consulté le chancelier de l’Echiquier (équivalent de notre ministre de l’Économie et des Finances). Ce dernier aurait lui-même demandé l’avis des conseillers juridiques de la Couronne. En somme, chacun des protagonistes s’est renvoyé la balle…

Selon certaines rumeurs, la Banque d’Angleterre aurait toujours en sa possession des lingots, gravés d’une croix gammée.

 

Publicités

Un commentaire sur “La conspiration nazi:la découverte et l’aventure du train secret enfoui sous terre en Pologne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s