L’étrange histoire du « Bombardier Fantôme » et des foo fighters

Dessin représentant l’avion durement touchée par la flak allemande.

La Seconde Guerre mondiale a été l’un des plus grands conflits aériens de l’histoire. Les explications concernant les observations de Foo Fighters sur des ovnis sont toujours débattues, mais nul ne peut nier que l’incident du B-17 «Ghost Bomber» était unique en son genre.

Lorsque les enquêteurs ont finalement pu embarquer dans ce mystérieux bombardier qui s’est posé, ils se sont retrouvés avec plus de questions que de réponses. Rien n’aurait pu les préparer à ce qu’ils ont trouvé. Avez-vous déjà vu quelque chose comme ça?

Un avion non planifié traverse l’horizon

Le 23 novembre 1944, une base alliée à Cortonburg, en Belgique, n’a toujours pas été expliquée en détail. Ce jour-là, un bombardier américain B-17G était en train de se rapprocher de trois positions de canon antiaérien allié et semblait devoir être touché.

Les soldats au sol ont pu se rendre compte que le train d’atterrissage du bombardier était sorti et, à cause de la façon dont il volait, ils ont supposé que l’avion avait été endommagé ou que certains membres de l’équipage avaient été blessés. Il arrivait rapidement et le bombardier de 35 000 livres tombait du ciel juste au-dessus d’eux. Ils ont frappé le pont et se sont préparés à l’impact en maudissant le pilote de l’avion.

L’atterrissage difficile a indiqué qu’il y avait eu des problèmes

Plusieurs soldats américains vérifient l’aile endommagée,une fois l’appareil au sol.

Le bombardier a à peine dégagé les positions de l’arme et a frappé le sol comme un caillou. Le bombardier géant a commencé à rebondir en raison de la force extrême de l’impact, ce qui a provoqué le décollage de l’avion et la destruction d’une des ailes contre le sol. Des morceaux de l’hélice ont été projetés violemment dans les airs, comme des météores, alors qu’ils filaient dans le sol.

À une centaine de pieds de la position du canon, le bombardier lourd s’est finalement arrêté. Les moteurs qui fonctionnaient continuaient à fonctionner et les témoins retenaient leur souffle. Ils attendirent et attendirent encore, mais aucun équipage ne sortit de la Forteresse Volante. Les soldats sur le sol ont commencé à se demander: « Où est l’équipage? »

L’équipage s’est approché avec précaution… ils ne savaient pas à quoi s’attendre

Voici la photo originale du fameux bombardier fantôme,peu après son atterrissage.

Cinq minutes passèrent et aucun équipage ne sortit. Puis dix et quinze minutes sans signe de vie. Les hommes sur le terrain ne savaient certainement pas quoi penser et ne savaient certainement pas comment aider. Aucun appel d’urgence de l’avion n’a annoncé son arrivée imprévue, et les hommes aux positions de tir étaient inquiets dès le début.

Après tout, il s’agissait de la Seconde Guerre mondiale et les deux camps avaient eu recours à une tactique sournoise et arriérée. L’avion se trouvait étrangement dans le champ. L’anticipation a commencé à croître alors que les trois moteurs restants ont continué à faire tourner leurs hélices. Après 20 minutes, finalement, un major britannique du nom de John V. Crisp décide d’enquêter, mais même Crisp est nerveux et extrêmement prudent dans ses recherches.

La recherche commence

L’anticipation a continué de croître alors que les trois moteurs fonctionnels ont continué à faire tourner leurs hélices. Toujours aucun mouvement, et toujours aucune trace de l’équipage. Le temps était compté, alors le major Crisp commença à fouiller l’extérieur de l’avion. Ce n’était pas parce qu’il cherchait quelque chose, mais parce qu’il n’était pas aviateur et qu’il lui fallait une minute pour comprendre comment entrer.

Le major Crisp était un officier de l’armée britannique et il a été campé à proximité avec le reste de son unité. Il n’était pas un aviateur, comme il était dans l’armée, il lui a donc fallu quelques minutes pour localiser la trappe d’entrée sous le fuselage. Il était seul quand il entra et était sur le point de découvrir quelque chose d’incroyable à propos de cet avion.

Il n’y avait pas d’âme à bord

Le major Crisp était inquiet dans ses recherches, car il s’attendait à retrouver des hommes morts ou mourants parmi l’équipage. Pourquoi personne ne sortirait-il de l’avion? Le major Crisp a poursuivi sa course à travers le mince fuselage qui contenait généralement la plupart des dix membres d’équipage d’un B-17G.

Le major découvrit des tablettes de chocolat à moitié mangées et commenta plus tard que «la preuve d’une occupation relativement récente était omniprésente», mais que même dans le fuselage étroit du B-17G, il ne trouvait personne. Ce qu’il a trouvé, ce sont douze paquets de parachute qui n’ont pas été utilisés, ce qui est étrange, car sa recherche a révélé qu’il n’y avait pas une seule âme à bord de l’avion.

«La forteresse fantôme»

Le major Crisp est resté la seule personne à bord pendant qu’il continuait à chercher des indices sur ce qui était arrivé à l’équipage. Il se dirigea vers le cockpit et ne remarqua rien de suspect au joug. En d’autres termes, l’avion avait non seulement réussi à voler lui-même, mais aussi à atterrir.

Après quelques essais et erreurs, le major Crisp a réussi à éteindre les moteurs de l’avion. Il se dirigea également vers le journal de bord de l’avion et remarqua quelques mots qui y étaient griffonnés. Mais où était l’équipage? L’enquête qui s’ensuivrait laisserait perplexes les forces alliées et le mot « La forteresse fantôme », comme l’ appelait le magazine Stars and Strips , commença à circuler.

L’enquête commence

La chaîne de commandement a été alertée par l’incident et une enquête a été ouverte immédiatement, les commandants craignant le pire pour l’équipage. Pour compliquer encore les choses, le B-17G qui s’est posé n’avait même pas de nom. Le major Crisp a ensuite signalé l’incident à ses supérieurs et une équipe a été envoyée pour enquêter.

Les enquêteurs sont arrivés sur le bombardier et ont trouvé le numéro de série de l’avion, ce qui a permis aux commandants de la 8 e Air Force de l’identifier comme faisant partie du 91 e Bomber Group, qui était un contingent de B-17G opérant à East Anglia. Angleterre. L’avion avait effectivement décollé de là avec son équipage, mais maintenant ils avaient disparu.

L’équipage était localisé

Une fois que l’escadron et l’avion ont été identifiés, des questions ont commencé à tourbillonner autour de l’équipage et de ce qu’est devenu le. L’avion était jonché de preuves qu’ils étaient à bord, à un moment donné. La couverture du site de bombardement de Sperry a été retirée, ce qui était typique lorsqu’un bombardier effectuait un bombardement.

OVER GERMANY — B-17 Flying Fortresses from the 398th Bombardment Group fly a bombing run to Neumunster, Germany, on April 8, 1945. On May 8, Germany surrendered, and Victory in Europe Day was declared. (Courtesy photo)

Les parachutes étaient le plus grand mystère et, même s’ils étaient à bord, un peu plus tard, tous les hommes ont été localisés; Tous les dix étaient en vie et bien portés dans une base aérienne en Belgique. Les enquêteurs ont été complètement déconcertés par ce qu’ils ont découvert et ont approfondi leur mystère.

La mission leur a fait survoler l’Allemagne

La mission du B-17G était de bombarder la raffinerie de pétrole de Leuna à Merseburg, en Allemagne, une cible dangereuse étant donné son emplacement en Allemagne de l’est. À ce stade de la guerre, les alliés martelaient des cibles allemandes 24 heures sur 24.

Les Britanniques ont bombardé des cibles allemandes de nuit, tandis que des équipages de bombardiers américains venus d’Angleterre et d’Italie ont bombardé la journée. Parce que la précision des bombardements était un tel problème, les planificateurs de la guerre américains ont insisté pour que les missions à la lumière du jour donnent des coups plus précis. Cela rendait les bombardiers américains beaucoup plus vulnérables et, après avoir fouillé l’aéronef, Crisp trouva un journal de bord dans la station de navigation qui indiquait «Bad Flak».

La soute à bombes a été touchée

 

Le lieutenant Harold R. DeBolt était le pilote du B-17G et, même si l’avion était neuf, il était un pilote expérimenté. Le bombardier a fait le voyage en Allemagne très bien jusqu’à ce que le groupe commence sa campagne de bombardement. Pour une raison quelconque, l’avion n’a pas pu garder l’altitude avec le reste du groupe.

C’est alors que des tirs antiaériens allemands se sont abattus sur le bombardier volant à basse altitude et ont frappé deux fois. La soute à bombes a subi un coup direct et, par miracle, elle n’a pas déclenché les bombes. «Nous avons été touchés dans la soute à bombes», a déclaré le lieutenant DeBolt. « Je serai damné si je sais pourquoi les bombes n’ont pas explosé. »

Ils ont dû faire demi-tour, seuls

 

 

Un moteur aurait également été endommagé par un tir direct à la flamme alors que l’avion était en approche pour atterrir et que les quatre moteurs fonctionnaient toujours. L’équipage savait qu’il était en difficulté lorsqu’il volait à basse altitude, seul et en territoire ennemi.

Le temps avait été terrible toute la journée et l’avion avait volé dans des nuages ​​blancs. Le climat en Europe, tout comme le climat politique, était terrible en 1944 et, avec cela, un moteur en panne et un soute à bombes défectueux, le lieutenant DeBolt a décidé d’abandonner le tir et de retourner à sa base d’East Anglia, en Angleterre. .

Un deuxième moteur s’arrête

Le lieutenant DeBolt a ajouté autant de puissance que possible aux moteurs, mais son avion a continué à perdre lentement de l’altitude. Il a ensuite ordonné à l’équipage de larguer tout son matériel. Ils ont fait comme ordonné mais l’avion a continué à tomber.

Les membres de l’équipage espéraient que l’avion pourrait regagner leur base aérienne, mais leur situation paraissait de pire en pire. Puis, tout à coup, un deuxième moteur s’arrêta de tourner, ne laissant aucun choix au lieutenant DeBolt; il allait devoir donner l’ordre d’abandonner. Il a dirigé l’avion en direction de Bruxelles et a ordonné à l’équipage de préparer ses parachutes.

Les parachutes étaient toujours à bord

 

L’avion avait du mal à conserver son altitude une fois touché, et le pilote Harold R. DeBolt a fait demi-tour et est retourné en Angleterre. Lorsqu’un second moteur a été compromis et qu’il a cessé de fonctionner, DeBolt savait que l’avion ne pourrait jamais traverser la Manche.

Il a ensuite tracé un cap pour Bruxelles, en Belgique, où se trouvait le quartier général de la 8 ème Force aérienne. L’équipage est sorti de l’appareil et DeBolt a été le dernier à partir. Il a mis l’avion en pilote automatique et a sauté. Ils prévoyaient que l’avion succomberait à ses blessures et s’écraserait au sol.

L’avion aurait parcouru des kilomètres par ses propres moyens

Les rapports d’un avion volant seul n’étaient pas inconnus dans la Seconde Guerre mondiale, mais un B-17G sur deux moteurs avait très peu de chance de rester en l’air. L’équipage a vu l’avion s’envoler, mais une couverture nuageuse épaisse lui a fait perdre de vue le bombardier. À l’insu de l’équipage, l’avion était toujours dans les airs au moment où il a touché le sol.

 

Il est assez incroyable que l’avion ait parcouru des kilomètres à lui seul avec une demi-cylindrée, mais cela semble être ce qui s’est passé. Le commandant de bord a annoncé que son équipage avait largué l’aéronef près de Bruxelles, en Belgique. Pour les enquêteurs, ce n’était pas une explication soignée et ordonnée. Il restait encore de nombreuses divergences à résoudre.

La plus grande question de tous

Il y avait un équipage sans parachute, un avion qui faisait des kilomètres avec des moteurs blessés et des anomalies dans le rapport d’enquête – toutes obscures et pâles par rapport à la partie la plus incompréhensible de tout cela, l’histoire du bombardier fantôme.

 

Les chances qu’un avion sans nom se rende si loin et atterrissent par lui-même ne sont pas moins infimes. De tous les endroits, angles, approches et points d’atterrissage potentiels (qui aurait pu être au milieu de la chaîne anglaise), il est époustouflant de voir l’avion atterrir comme s’il savait comment atterrir lui-même, ce que tout pilote vous dira est absurde.

 

 

Il y avait des rapports contradictoires sur ce qui s’est passé

Une partie du mystère entoure la question de savoir pourquoi des rapports contradictoires ont été rapportés entre ce que les soldats au sol ont vu après l’atterrissage de l’avion et la version des événements de l’équipage avant l’avortement de leur mission. L’équipage a signalé qu’au cours de sa mission, un moteur avait été détruit et un autre avait été arrêté.

 

Cependant, les soldats au sol ont signalé que les quatre moteurs étaient intacts (jusqu’à ce qu’un seul soit détruit à l’atterrissage) lorsque l’avion a effectué son approche. Bien que les deux comptes aient été enregistrés lors de l’enquête officielle, la contradiction n’a jamais été résolue. Y avait-il un trou dans l’histoire de l’équipage?

Les soldats qui ont trouvé l’avion n’ont peut-être pas été correctement entraînés

Une autre différence qui n’a jamais vraiment été résolue est le fait que l’équipage a déclaré avoir été touché par un tir ennemi, raison pour laquelle il a estimé nécessaire d’abandonner l’avion. Cependant, le major Crisp et les autres soldats n’ont signalé dans l’avion aucun dégât physique susceptible de justifier l’allégation de tir par l’ennemi.

 

Cependant, compte tenu de l’atterrissage brutal et non piloté de l’avion, une des explications possibles de cette divergence est que Crisp et les autres soldats n’étaient pas formés pour identifier la différence entre les dommages causés par les tirs ennemis et ceux subis par l’avion en raison de son atterrissage brutal.

Les parachutes étaient toujours à bord

Si l’histoire de l’équipage est vraie, il est étrange que le major Crisp ait trouvé tous les parachutes à bord. S’il est plausible qu’ils décident d’abandonner l’avion s’ils pensent que celui-ci a subi trop de dégâts sous le feu ennemi, il est difficile de comprendre comment ils ont évacué l’avion sans parachute.

 

Malheureusement, le rapport officiel ne résout pas cet écart, de sorte que nous ne pourrons peut-être jamais savoir pourquoi les parachutes ont été laissés pour compte. Sinon, comment l’équipage de l’avion aurait-il pu survivre en sautant d’un avion s’il n’avait pas utilisé les parachutes? La seule réponse possible est que Major Crisp a peut-être identifié des paquets de parachute qui ne contenaient pas de parachute (car ils étaient utilisés). Mais le rapport ne le rend pas officiel, donc nous ne le saurons peut-être jamais.

 

La forteresse volante B-17 est un avion robuste

Peut-être que le major Crisp s’est trompé, et peut-être que les soldats sur le terrain l’ont également fait, mais il n’en reste pas moins que le B-17G a réussi à se poser. Le B-17G était un avion très robuste et pouvait supporter une quantité considérable de punition. Le lieutenant Debolt a peut-être senti qu’il faisait ce qu’il y avait de mieux pour son équipage, mais son avion était déterminé à les ramener tous à la maison.

Image associée

La B-17 sur la photo ci-dessus était également déterminée à ramener son équipage à la maison. Il suffit de regarder les dégâts qu’il a absorbés sur son moteur gauche et avec seulement 1 1/2 ailes, il a réussi à atterrir. Mais au moins, cet avion avait un pilote et un équipage qui l’a amené. Les avions ont des fonctions de pilote automatique, mais pas la capacité d’atterrir automatiquement!

Était-ce un miracle?

De toutes les façons dont cette incroyable histoire aurait pu se terminer, il semble que ce fût le meilleur scénario. Après tout, l’équipage a réussi à s’en sortir en toute sécurité, et l’avion endommagé n’a causé aucune autre destruction lorsqu’il est redescendu vers la Terre.

 

Inutile de dire que beaucoup d’histoires pendant la guerre ne se sont pas bien terminées. C’était peut-être un signe pour les Alliés, au plus fort de la guerre, que le destin leur était réservé, à un moment où il aurait pu sembler que tout espoir était perdu.

Mais les mystères de la Seconde Guerre mondiale ne s’arrêtent pas là, car plusieurs équipages aériens ont été confrontés à une incidence sans explication. 

Autres observations mystérieuses de la seconde guerre mondiale

Le niveau d’activité et de destruction au cours de la Seconde Guerre mondiale était trop vaste et cataclysmique pour que chaque incident, personne et action fasse l’objet d’une enquête appropriée. Après la guerre, les efforts étaient davantage axés sur la reconstruction que sur l’explication. Telle est la nature de la guerre – parfois, nous n’obtenons pas la réponse que nous recherchons.

 

Le bombardier fantôme n’était pas le seul événement bizarre survenu pendant la guerre. Il y a eu de nombreuses autres observations, parfois observées par des groupes entiers de personnes, inexpliquées à ce jour. Un de ces récits, qui est apparu de manière répétitive, est celui de mystérieuses orbes volantes, rapportées par de nombreux pilotes combattant pour les deux camps.

Les combattants de nuit

De nombreux récits d’avions volants non identifiés durant la Seconde Guerre mondiale ont été repérés par des avions de combat de nuit. Les chasseurs de nuit, comme leur nom l’indique, étaient des avions dotés de spécifications qui les rendaient aptes au combat de chiens dans l’obscurité de la nuit. Les avions avaient souvent des moteurs jumelés et étaient un peu plus lourds que leurs homologues de jour (par exemple, le P-51 Mustang américain et le Britannique Supermarine Spitfire).

 


Contrairement à la quasi-totalité des avions de la Seconde Guerre mondiale, ils étaient équipés d’un radar, ce qui leur permettait d’identifier des bogeys utilisant leur équipement au lieu de devoir repérer un avion ennemi ou de s’appuyer sur des installations radar au sol à des centaines de kilomètres.

Quelque chose d’étrange dans le ciel

Le Beaufighter en chasseur de nuit.

À peu près au même moment que le mystérieux atterrissage du bombardier fantôme, un équipage  américain d’un chasseur de nuit a repéré quelque chose d’inexplicable. Leur Bristol Beaufighter, un avion britannique, était équipé d’un radar avancé et, selon leurs instruments, tout semblait normal. Le radar n’enregistrait aucun objet étranger à proximité, mais il pouvait clairement voir quelque chose devant.

L’observateur-radar Donald J. Meiers.

L’équipage de trois personnes se composait de trois pilotes hautement qualifiés: Edward Schlueter, l’observateur radar Donald J. Meiers et l’officier du renseignement Fred Ringwald. Ils ont décrit ce qu’ils ont observé comme «huit à dix feux orange vif de l’aile gauche… volant dans les airs à grande vitesse».

 l’acte de disparition

Meiers a appelé par radio les unités de contrôle au sol et elles ont confirmé la lecture de son radar: il n’y avait rien. Son radar ne fonctionnait pas mal. Ils étaient en mission de combat en Allemagne, alors Schlueter décida de regarder de plus près. Les objets étaient visibles depuis plusieurs minutes et Schlueter tourna l’avion dans leur direction.

 

Tout à coup, comme si quelqu’un appuyait sur un interrupteur, les lumières se sont éteintes. L’équipage était déconcerté. Puis les lumières ont réapparu, cette fois plus loin, puis ont de nouveau disparu. Meiers a donné aux objets un nom qui serait souvent utilisé en 1944 et 1945. Il les a appelés: Foo Fighters

Où il y a foo, il y a le feu

La fameuse bande dessinée qui a inspirée le nom de « foo fighter »!

 

Meiers était un lecteur assidu du dessin animé «Smokey Stover», et «foo» était un mot que Smokey Stover employait souvent lorsqu’il disait: «Là où il y a des foo, il y a du feu». , il semblait y avoir du feu. Il s’agit de la première utilisation connue du terme Foo Fighters (ne pas être la dernière grâce à son génial M. Dave Grohl, qui a emprunté le terme pour le nom de son groupe) en termes de description d’un objet volant non identifié.

 

Les explications abondent quant à leur véritable nature et aucune d’entre elles ne satisfait pleinement les hommes du 415 e Escadron d’opérations spéciales, dont Meier et son équipage faisaient partie. Ils étaient responsables de plus d’observations de Foo Fighter que toute autre unité de la Seconde Guerre mondiale.

Entrées dans les journaux de guerre

Le journal de guerre officiel de la 415ème contient de multiples rencontres avec des objets inexpliqués. Les rapports d’objets volants non identifiés remontent à septembre 1941, mais il y eut une très forte hausse en décembre 1944. Un grand nombre de ces observations ont été consignés dans des documents officiels.

Le journal de guerre pour le 415 e anniversaire du 15 décembre se lit comme suit: «Nous avons vu un feu rouge brillant à 2 000 pieds (est) à 200 milles à l’heure dans les environs d’Erstein. En raison de l’échec de [l’interrogateur alternatif], le contact n’a pas été trouvé, mais il a été suivi à vue jusqu’à ce qu’il soit éteint. Impossible de s’approcher suffisamment pour identifier un objet avant sa sortie. ”

Les lumières semblaient les suivre

Le 18 décembre, le journal rapporte un incident similaire, mais cette fois, il s’agissait de plus d’une lumière. « Dans la région de Rastatt, nous avons observé cinq ou six feux rouges et verts en forme de » T « qui suivaient [les avions] dans les virages et se fermaient à 1000 pieds. » ou autre chose.

«Les lumières ont suivi pendant plusieurs kilomètres, puis se sont éteintes. Nos pilotes ont nommé ces mystérieux [illisibles] qu’ils rencontrent en Allemagne la nuit, « Foo-Fighters ». . « 

Des pilotes ont déclaré avoir été poursuivis par les foo fighters

Le 23 décembre, un pilote de Beaufighter et son équipage ont couru l’un de ces incidents. Le pilote a d’abord repéré «deux lueurs orange» s’avançant rapidement vers son avion depuis le sol. Il a appelé par radio et cette fois, le radar au sol a été en mesure de capter les objets.

Les «lueurs» se sont stabilisées et ont poursuivi son avion. Le pilote a effectué des virages serrés à gauche et à droite et a même tenté de les perdre en piqué raide, mais il ne pouvait rien faire pour les secouer. Au bout de deux minutes, les lueurs disparurent sous un contrôle parfait et bientôt ne furent plus visibles.

Les lumières étaient rapides et agiles

Ce qui est devenu si alarmant à propos des Foo Fighters, c’est qu’ils étaient sensiblement plus rapides que les avions britanniques. De plus, chaque fois qu’un pilote essayait de créer un meilleur contact, les Foo Fighters s’envolaient et étaient toujours capables de les distancer. Le plus troublant était peut-être leur capacité à exécuter des manœuvres qui étaient décidément impossibles pour les avions de l’époque.

Dans une entrée de la nuit de la veille de Noël 1944, le journal de guerre du 415th Squardon disait: «Observé un objet rougeoyant qui tirait droit vers le haut. Il a changé soudainement un plan [ sic ] d’un point de vue [avions] faire une aile plus et d’ entrer dans une plongée et disparaître  » .

Quand la presse a appris

Les équipages des avions commençaient à parler et, lorsque le public eut vent de l’événement, de nombreux rapports expurgés furent publiés dans diverses publications. Ils ont parlé des objets, mais ils n’avaient pas tout à fait les détails des descriptions des équipages aériens. Un de ces incidents, rapporté par un autre opérateur radar, a déclaré:

«J’avais fréquemment détecté une cible sur l’écran radar qui semblait être un avion conventionnel. Mais… lorsqu’il était suivi, il s’accélérerait à une vitesse fantastique, ce qui rendait impossible l’établissement d’un taux et encore plus difficile à identifier. Nous les avons donc appelés «fantômes» »


Explications « rationnelles » possibles de l’US ARMY

L’armée américaine a enquêté sur ces incidents et leurs conclusions ne sont pas tout à fait exactes. Un pilote de B-17 poursuivi par un chasseur Foo (ce qu’il appelait «un petit disque») pendant plus de 250 km a décrit sa rencontre avec un agent du renseignement et le pilote a raconté l’explication qu’il avait donnée.

 

«C’était un nouveau chasseur allemand, mais [il] ne pouvait pas expliquer pourquoi il ne nous avait pas tiré dessus, ou s’il indiquait notre cap, notre altitude et notre vitesse, pourquoi nous n’avions pas reçu de tirs anti-aériens.» Le jour même, bien que les orbes aient été repérés par beaucoup, aucun d’entre eux n’a causé de dégâts ni n’a attaqué les avions qui les ont repérés.

Explication possible n ° 1: le feu de St. Elme

Une autre explication donnée aux équipages aériens était un phénomène naturel connu sous le nom d’incendie à St. Elmo. Le feu de St. Elmo a été découvert à l’origine sur des navires, lorsque le grand mât produisait un feu semblable à un sentier généralement associé à des orages ou lorsque des courants électriques étaient dans l’air.

Le phénomène se produit à bord d’avions dans le même type de conditions, créant souvent une traînée de feu au bout de leurs ailes. Mais cette explication n’a pas convaincu les pilotes, car elle n’indiquait pas pourquoi les phares étaient plus maniables que tout ce qu’ils avaient vu auparavant. Si c’était le feu de St. Elmo, il venait d’un avion et les pilotes étaient convaincus que les foo fighters n’étaient pas des avions traditionnels.

Explication possible n ° 2:  éclair en boule

Un des autres problèmes de l’incendie de St. Elme est qu’il apparaît le plus souvent comme un traqueur ou un météore, et non comme une forme de sphère rapportée par les pilotes. Cependant, un autre phénomène naturel appelé «éclair en  boule» apparaît dans les sphères et ressemble plus aux rapports du pilote.

Les cas de foudre en boule dans l’histoire sont incroyables. Les grandes éclairs menant à des explosions sont typiques, et certains ont même tué des gens. Mais le phénomène est de très courte durée et ne se comporte jamais comme les lumières brillantes que les pilotes ont vues derrière les avions. Les pilotes ont rejeté ce phénomène naturel comme une explication possible.

Explication possible n ° 3: Silver Balls

Le phénomène météorologique n’était pas la réponse recherchée par les pilotes et, naturellement, leur curiosité s’est tournée vers leur ennemi de la guerre: les Allemands. Un reportage publié en décembre 1944 décrit les efforts de l’Allemagne pour perturber les systèmes de guerre radar et électronique alliés.

www.saturdaynightuforia.com

Les Allemands lâcheraient des balles « argentées » et « métalliques » dans le ciel. C’était après avoir utilisé de minuscules bandes d’aluminium libérées dans l’air pour tenter de perturber le radar. Les Allemands utilisaient les boules d’argent à peu près au même moment, mais aucun pilote au 415 e n’a jamais conclu que c’était ce qu’ils voyaient.

 Explication possible n ° 4: Feuerball / Kugelblitz

Ce n’est un secret pour personne que les Allemands ont dépensé de nombreuses ressources pour développer des «armes miracles» au cours de la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, un major de l’armée allemande a écrit sur deux de ces armes. Le major Rudolf Lusar a affirmé que les Allemands avaient créé Feuerball et Kugelblitz, de minuscules avions à réaction télécommandés.

 

…Des inventions allemandes

Un certain nombre de brillants scientifiques et ingénieurs allemands travaillaient sur des engins volants en forme de disque, dont beaucoup utilisaient des techniques traditionnelles de propulsion de fusée / jet … mais certains, apparemment, utilisaient des méthodes bien avant les techniques connues à l’époque. Aujourd’hui, le 
Vol d'essai d'un disque volant nazi
 Dr Richard Miethe, dont le groupe aurait construit des soucoupes à Breslau, est venu au Canada après la guerre et a collaboré à la conception de soucoupes avec la société AV Roe, dans le cadre d’un projet conjoint 
 canado-américain qui  fit naître une soucoupe fonctionnelle de type « aéroglisseur ». La plupart des chercheurs considèrent aujourd’hui la «soucoupe» de Roe comme une diversion. Sur quoi travaillait vraiment Miethe?

 

 Le Dr Viktor Schauberger, qui travaillait en Autriche à l’usine Kertl de Vienne, dirigeait un autre groupe très avancé. L’incroyable artisanat de Schauberger aurait utilisé un vortex en forme de tornade produisant des effets magnétiques censés causer de la lévitation. Deux modèles Schauberger, tous deux en cuivre, auraient été construits et l’un d’eux aurait été testé avec succès. L’histoire raconte qu’elle volait si bien, en fait, qu’elle a touché le toit intérieur du hangar et a été détruite.

 La SS, qui était apparemment en charge de cette recherche et de toutes les recherches effectuées en Allemagne sur les soucoupes, aurait interrompu toute expérience après accident, renvoyé Schauberger et transféré tout son travail et sa magie dans un autre lieu. Après la guerre, Schauberger fut attiré aux États-Unis par une prétendue société écran de la CIA et fut ensuite persuadé de signer un contrat en anglais (il ne connaissait que l’allemand), donnant à la société tous les droits et le titre sur ses inventions, concepts et conceptions. Il a ensuite été renvoyé en Autriche … et est décédé cinq jours plus tard.

 Comme indiqué précédemment, beaucoup de soucoupes allemandes étaient basées sur une technologie connue, bien qu’assez exotique. Notre source pour le dessin extraordinaire ci-dessous a été soigneusement interrogée pendant une longue période et est reconnue pour son intégrité irréprochable. Nous avons vu quelques-uns des centaines de documents de guerre datant de son long service auprès des frères Horten, y compris une correspondance personnelle.

 Quand on lui demandait comment il avait pu obtenir le dessin de l’embarcation à disque ci-dessous, il se contentait de dire: «Sournois… sournois. Personne ne devait jamais rien savoir à ce sujet… je devais obtenir le dessin d’un ami qui était très proche du projet « . Il a dit qu’il ne  compromettrait jamais 
son ami en divulguant son identité.

Diagramme secret

Notre source a décrit comment il avait été posté sur une base aérienne à Prague pendant la guerre tout en suivant une formation avancée en mécanique et en enseignant. À plusieurs reprises au cours de son passage à la base, il a entendu dire que, selon lui, le véhicule en forme de disque représenté sur le dessin ci-dessous a été testé. Nous disons «entendu» parce que tous ceux qui vivaient dans la zone de test de la base, ou même à proximité, étaient totalement interdits de regarder par la fenêtre… sous peine de se faire tirer dessus. En fait, toutes les fenêtres des maisons faisant face à la zone de test ont été occultées. Aucune exception. Il a décrit le son de l’engin comme étant «assourdissant». Ce ne serait pas une surprise, étant donné les 5 moteurs … trois pour la portance et deux pour la poussée vers l’avant … indiqués dans le dessin ci-dessous. Ceci est un schéma simple vue d’ensemble du métier qui ne,

 Notre source a déclaré que les moteurs n’étaient pas des moteurs à réaction typiques mais des turbines fonctionnant au kérosène, d’un type dont on lui a dit qu’elles étaient capables de produire des vitesses très élevées. Le dessin en sa possession et montré ici peut être du disque de Schriever qui aurait utilisé des aubes métalliques rotatives fixées dans le périmètre du disque pour obtenir une portance verticale semblable à celle obtenue par un hélicoptère. Une fois en vol, les deux turbines de poussée ont pris le relais pour pousser l’engin sur son chemin. Notre source affirme qu’il pense que le premier vol d’essai a eu lieu en 1942.

 Qu’est-il arrivé à ces vaisseaux après la guerre? Notre source indique que les Russes et les Américains étaient au courant des programmes de recherche de disques ultra-secrets allemands et avaient convenu de ne pas abattre les disques ni apparemment bombarder les installations de recherche parce que l’engin ne présentait pas de menace hostile … contrairement aux installations. à Peenemunde. Le résultat final de la guerre était une quasi-certitude et les deux pays voulaient que la technologie du disque devienne l’un des butins de la guerre.

 Alors que les recherches continuent à sonder les programmes avancés de la Seconde Guerre mondiale en Allemagne, il devient de plus en plus évident qu’au moins certaines des observations d’OVNI actuelles – et actuelles – peuvent être directement liées aux engins à disques comme ceux décrits dans ce dessin historique récemment mis au jour .

Dessin d’artiste représentant exactement l’appareil Schriever-Habermoth qui fut testé au dessus de l’Allemagne sur la fin de la guerre.

 

Explication possible n ° 5: fatigue au combat

Le fait que ces armes miracles n’aient jamais causé de dommages était une raison suffisante pour que les pilotes les écartent comme une explication plausible. Une autre explication suggérée était que les pilotes et les équipages souffraient de fatigue au combat ou de contraintes de missions de combat constantes dans des environnements très stressants.

Les incidents de fatigue au combat ont été connus pour causer des hallucinations. Mais comme de nombreux équipages différents ont vécu et décrit de tels incidents, il est peu probable qu’ils aient la même hallucination. Ceci, combiné au fait que toutes les observations de lumières se trouvaient dans une zone aussi localisée, rend cette explication ad hoc aux équipages de conduite.

 


 

Constatation sur d’autres  rapports et fuites d’information

Kraut Bolids

Durant la seconde guerre mondiale, les pilotes observent des « Foo Fighters » ou « Kraut-Bolids » pour les alliés. Chaque camp pensent avoir à faire à une arme secrète des ennemis, ( tout comme à présent certains voudraient réduire les OVNI à de simples expérimentations de prototypes militaires ).

 

  • Le 23 novembre 1944, le lieutenant pilote Edward Schluter de la 415e escadrille des chasseurs de nuit de l’armée de l’air américaine basée en Angleterre observe une véritable formation d’une dizaine de disques lumineux se déplaçant à une vitesse effrayante. La formation est suivie au sol par le lieutenant radariste Donald J. Meirs et à bord par le lieutenant du service de renseignements F. Ringwald, observateur.

  • En septembre 1944, lors de l’essai d’un Messerschmitt à réaction ME-262 Schwab, le pilote remarquedeux points lumineux vers lesquels il pique plein gaz. Il se retrouve alors en face d’un cylindre de plus de 100 mètres de long, sans ailes mais doté de sortes d’antennes métalliques. Sur le côté, il aperçoit des ouvertures rondes en forme de hublots. Il estime sa vitesse supérieure à 2 000 Km/h.

  • En février 1944, à la suite d’un lancement de fusées expérimentales, un film est projeté  devant les autorités, en présence de Goebbels, Himmler, Kammler et de nombreux officiers supérieurs. Il révèle la présence d’un corps sphérique que personne n’avait vu sur le terrain et qui s’élève en tournant autour de la fusée.

  • En décembre 1943, un engin silencieux oblong qui survole Hambourg est pris en chasse par deux bombardiers, détecté par le radar et vu par de nombreux témoins. Il volait à 3 450 Km/h. 
    A Pennemünde, les experts sont formels, ce n’est ni un avion, ni une fusée. A deux reprises, des cigares volants sont filmés par des avions fusées Komet en cours d’essai.

  • Le 25 mars 1942, le commandant pilote Roman Sobinski revient d’une opération de bombardement au-dessus d’Essen dans la Rurh. En passant au-dessus du Zuiderzee, au nord de la Hollande, son mitrailleur de queue lui signale un disque lumineux de couleur orange qui les suit. Après différentes manoeuvres pour s’en défaire, ordre est donné au mitrailleur de tirer. Plusieurs projectiles ont bien l’air de pénétrer dans le cercle lumineux, mais sans résultat, bien que l’objet soit à environ 150 mètres. Puis le disque volant disparaît à grande vitesse.


  • Le 14  mars 1942, le Capitaine Karl Fischer, commandant de la base secrète de Banak en Norvège, répond à une  alerte: un point lumineux semble surveiller la base. Dans un Messerschmitt 109, Fischer se lance à la poursuite de ce qu’il décrira comme « une baleine volante à silhouette de dirigeable, métallique et comme enveloppée d’air chaud ». Et tandis qu’il s’interroge sur la conduite à tenir, brusquement, l’engin disparaît.Dans son rapport,à son retour à la base, le Hauptman Fisher  décrivit l’appareil: »C’est un  étrange appareil…un énorme corps fuselé…aucun plan de sustentation…aucune ouverture visible! »

  • L’officier au sol: « Combien long,mein kaptain?Fisher: « Au moins 100 mètres et environ 15 mètres de diamètre…il y a des tiges à une extrémité,peut-être à l’avant,ressemblant étrangement à des antennes radar. » »Une espèce de grosse baleine aérienne…on dirait,mein leutnant! »
  • « Achtung!Achtung!Elle monte à toute vitesse à la verticale!Elle vient de disparaître à grande vitesse devant mes yeux,her leutnant! »
  • « Avec toute l’attention que j’ai mis à observer l’étrange appareil et avec  toute l’expérience que j’ai de l’aéronautique,j’estime que l’appareil n’a pas été fabriqué de mains d’hommes! »(Rapport signé du capitaine Fisher et du commandant de base Boer,14 mars 1942)
  • 2 jours plus tard,le Führer Adolph Hitler créait le Bureau Spécial No 13…Une conjuration du secret venait de se créer en Allemagne.

 


  • Le 26 février 1942, le croiseur Tromp, de la marine royale hollandaise, traverse la mer de Timor quand l’officier de quart aperçoit un énorme disque d’aluminium qui s’approche du vaisseau à grande vitesse. Pendant trois heures, il tourne en altitude au-dessus du croiseur et disparaît enfin à une très grande vitesse, estimée à environ 6 000 Km/h.

  • En 1941, des officiers britanniques envoyés en Somalie et en Erythrée rédigent plusieurs rapports dans lesquels ils consignent de curieuses observations : des disques étincelants semblent stationner au-dessus des zones de combat.

 

 

 

Publicités

Réécrire l’histoire:en 1941: Les Ukrainiens accueillent Hitler comme libérateur (ARTICLE ET VIDEO)

Dans la vidéo ci-dessous, les Ukrainiens accueillent la juste armée allemande en tant que libérateurs de la tyrannie et de la sauvagerie communistes.

 

Comme vous le voyez,votre  humble serviteur ne se traîne pas les pieds ou ne perd pas son temps devant la télé:je vais continuer d’ajouter des chapitres importants à la réécriture de l’histoire,car  nous vivons dans une époque ou l’on déforme la vérité.

J’en sais quelque chose  car  je vis au Québec et  c’est un petit paradis pour les menteurs et les déformateurs de Vérité.J’espère simplement éveiller le maximum de gens possible!

Aussi ,on nous a tellement menti sur l’Allemagne et la Deuxième Guerre Mondiale que je vais continuer un peu dans ce sens,pour finir le mois de mars 2019.


 

Les femmes ukrainiennes pleurent la mort de leurs maris qui avaient été rassemblés et exécutés en masse par des agents de la NKVD et des Juifs locaux qui ont collaboré avec les occupants communistes de leur pays. Les Ukrainiens ont pris part avec ardeur à la lutte contre l’abomination bestiale d’une nation: l’URSS (l’Ukraine en était une colonie juive de facto depuis 1917).

Une famille affamée…en 1932

Ce que les Juifs ont fait en Ukraine (après avoir vécu l’holocauste soviétique de 6 à 10 millions de leur peuple dans l’Holodomor de 1932 une décennie plus tôt) Les pays européens entrés dans l’occupation communiste soviétique à la fin de 1939 et au début de 1940 – c’est-à-dire qu’ils trahissent le pays en collaborant avec les hordes d’envahisseurs / occupants d’assassins et de violeurs, je parle des communistes soviétiques.

 

 

 

Campagne européenne contre le bolchevisme: perspective allemande de la seconde guerre mondiale (VIDEO)

Comme le rapporte ce reportage allemand sur la guerre, des jeunes hommes de toute l’Europe se portent volontaires pour faire leur service militaire sur le front armé paneuropéen contre le bolchevisme soviétique.

 

 

Des scènes du Danemark, de la Norvège, des Pays-Bas et de l’Espagne. Les troupes allemandes libèrent Riga, la capitale de la Lettonie. Les cadavres de Lettons tués par les bolcheviks sont montrés.

Les Juifs sont rassemblés et contraints de travailler. Les forces allemandes percent les fortifications de la «ligne Staline». Dans la formidable «double bataille» de Bialystok-Minsk, plus de 300 000 prisonniers soviétiques sont capturés. Les forces allemandes prennent Minsk, capitale de la Biélorussie, que les Soviétiques ont incendiées avant de se retirer. Hebdomadaire allemand « Die Deutsche Wochenschau » du 16 juillet 1941 (n ° 567). Avec sous-titres anglais (pas tout à fait exact). Durée: 34:07 minutes

 

 

 

Comment les femmes allemandes ont subi le plus grand viol de masse de l’histoire par les Soviétiques

Selon les rapports de l’hôpital, Berlin, la capitale allemande, a enregistré plus de 100 000 cas de viol entre avril et mai, tandis que la Prusse-Orientale, la Poméranie et la Silésie ont été victimes de plus de 1,4 million de cas de viol.

 

 

Entre janvier et août 1945, l’Allemagne a connu le plus grand incident de viol de masse connu de l’histoire: environ deux millions d’Allemandes ont été violées par les soldats de l’Armée rouge soviétique, comme l’indique Walter Zapotoczny Jr. dans son livre ‘ Au-delà du devoir: la raison pour laquelle certains soldats commettent des atrocités ».

Les rapports d’hôpitaux ont également indiqué que des opérations d’avortement étaient effectuées quotidiennement dans tous les hôpitaux allemands.

Natalya Gesse, correspondante de guerre soviétique à l’époque, a déclaré que les Soviétiques ne se souciaient pas de l’âge de leurs victimes. «Les soldats russes violaient chaque femme allemande de huit à quatre-vingts ans. C’était une armée de violeurs », a-t-elle déclaré.

 

Cela a causé la mort de pas moins de 200 000 filles et femmes du fait de la propagation des maladies, en particulier le fait que de nombreux témoins oculaires ont raconté que des victimes avaient été violées jusqu’à 70 fois au cours de cette période.

Les soldats de l’Armée rouge violaient en masse les femmes allemandes en guise de vengeance contre leur ennemi: l’armée allemande. Ils estimaient que c’était leur droit acquis de le faire, l’armée allemande ayant «violé» leur patrie en l’envahissant. En plus de ne pas être en contact avec les femmes pendant de longues périodes, ce qui accroît leur instinct animal.

Dans son livre, Zapotoczny a déclaré que même les femmes soldats russes ne désapprouvaient pas les viols, certaines trouvaient cela amusant.

Un major soviétique a déclaré à un journaliste britannique de l’époque: «Nos camarades étaient tellement affamés de sexe qu’ils violaient souvent des femmes âgées de soixante, soixante-dix, voire quatre-vingts ans – à la grande surprise, sinon au plus grand plaisir de ces grand-mères».

 

Dans son livre, Zapotoczny a déclaré que même les femmes soldats russes ne désapprouvaient pas les viols, certaines trouvaient cela amusant.

En 1948, les cas de viol ont considérablement diminué après que les troupes soviétiques eurent ordonné le retour dans leurs camps en Russie et quitté des zones résidentielles en Allemagne.

 

 

La Conspiration nazi:Fête de Noël organisée par Adolf Hitler (1941) et 2 vidéos de Noël à l’ère du Troisième Reich

Il y a maintenant plus de 77 ans aujourd’hui,le Führer Adolph Hitler organisa une des plus grandes réceptions du genre.

Les photos que vous allez voir ont été préservé pendant de nombreuses années par un homme qui voulait préservé l’histoire de son pays…la véritable histoire!

Alors que la Seconde Guerre mondiale faisait rage le 18 décembre 1941, Adolf Hitler présida une fête de Noël à Munich.

 

Les images aux couleurs optimisées ont été capturées par Hugo Jaeger, l’un des photographes personnels d’Adolf Hitler.

 

Les officiers SS et les cadets sont assis à une longue table pendant la fête de Noël.

 

M. Jaegar a enterré les photos dans un bocal en verre à la fin de la guerre. Elles y sont restées cachées pendant 10 ans jusqu’en 1955, date à laquelle il les a transférées avec environ 2 000 autres images dans un coffre-fort.

 

De nombreux chants de Noël,dont O Tanenbaun y furent chanté.
Il est dit que le Führer s’était bien amusé qu’une messe catholique y fut célébrée et que la présence du Führer remplit de courage les coeurs des vaillants soldats du Reich.


EN COMPLÉMENT 

 

Noël sur un bateau – Le film d’actualité national-socialiste du sous-marin allemand (VIDÉO)

 

Images d’un UBoat dans les Caraïbes. C’est le temps de Noël sur le sous-marin!

 

 

 

Un «Noël nazi» en temps de guerre en Allemagne

 

Un reportage britannique d’après-guerre sur Noël 1942 en Allemagne, chez lui et sur le front, utilisant des séquences de films d’actualités allemandes datant de la guerre.

 

 

 

Photo de la Seconde Guerre Mondiale:L’officier Bootsmann de Kriegsmarine posant avec son couteau Bolo à côté d’un char lourd Churchill (août 1942)

L’officier Bootsmann de la Kriegsmarine posant avec son couteau bolo à côté d’un char lourd Churchill « OKE » équipé de lance-flammes … abandonné, après l’échec du commando allié sur Dieppe.

 

Le raid de Dieppe était un assaut des Alliés contre le port de Dieppe, occupé par les Allemands, le 19 août 1942, au cours de la Seconde Guerre mondiale. L’assaut principal a duré moins de six heures avant que les fortes défenses allemandes et les pertes croissantes des Alliés forcent leurs commandants à faire retraite.

Plus de 6 000 fantassins, principalement canadiens, ont été appuyés par le Calgary Regiment de la 1re brigade de chars canadiens et par une puissante force de la Royal Navy et des contingents aéroportés  plus petits de la Royal Air Force. Cela impliquait 5 000 Canadiens, 1 000 soldats britanniques et 50 rangers de l’armée américaine.

Dieppe, France. 

Août 1942.

La Conspiration nazi:Découverte exceptionnelle d’une rare machine de chiffrement , «Hitler Mill», dans la forêt bavaroise

Le SG-41, également connu sous le nom de Hitler Mill, était le successeur de la machine de cryptage Enigma. Les détectives ont maintenant trouvé un spécimen dans une forêt bavaroise.

 

Comme on le sait, des spécialistes polonais et britanniques ont brisé la machine de cryptage allemande Enigma pendant la Seconde Guerre mondiale. Certains experts allemands du cryptage connaissant au moins les faiblesses d’Enigma, une nouvelle machine de cryptage a été introduite vers la fin de la guerre – le Schlüsselgerät (clé device) 41, également appelé SG-41 ou Hitler Mill (en raison de la manivelle qui devait être tournée pour le fonctionnement).

Cependant, cette initiative visant à remplacer Enigma est arrivée trop tard. Environ 500 Hitler Mills seulement ont été produits au cours de la dernière phase de la Seconde Guerre mondiale, ce qui était de loin insuffisant pour remplacer toutes les énigmes (on estime qu’il en existe près de 30 000).

Le moulin Hitler a fonctionné complètement différent que l’Enigma. Le mécanisme de cryptage était similaire (avec toutefois d’importantes améliorations) à celui du Hagelin BC-38. Le moulin Hitler est généralement considéré comme indestructible avec les moyens de déchiffrement du code disponibles dans les années 1940. Si les Allemands avaient introduit cette machine plus tôt, les dernières années de la Seconde guerre mondiale auraient pris un cours différent.

Un moulin hitlérien dans la forêt

Selon un communiqué de presse du Deutsches Museum de Munich, deux chasseurs de trésors passionnés ont découvert un moulin Hitler dans une forêt près de Munich – et l’ont transféré au Deutsches Museum (grâce à Wolfgang Bartsch, Dennis Penne, Tobias Schrödel et Dr Ralf Bülow pour l’allusion). Considérant que cette machine reposait dans la forêt depuis plus de sept décennies, elle n’a pas l’air mauvais (photo: Deutsches Museum / Konrad Rainer):

La machine telle que découverte.

Le Deutsches Museum possède une collection cryptographique intéressante. Cependant, il n’est pas actuellement affiché.

Les deux chercheurs, Max Schöps et Volker Schranner, ont fait leur découverte en mai de cette année. La recherche d’objets vintage dans le sol avec un détecteur de métal est leur passe-temps. Le moulin Hitler qu’ils ont trouvé était situé à environ 40 centimètres de profondeur. Schranner a déclaré: «Au début, j’ai été déçu parce que je pensais: nous avons découvert un auteur de type terrain utilisé par les soldats pendant la Seconde Guerre mondiale.» Ce n’est que plus tard qu’ils ont compris qu’ils avaient trouvé la vie.

La photo suivante montre les trouveurs avec Carola Dahlke du Deutsches Museum (photo fournie par le Deutsches Museum):

À la fin de la guerre, de nombreux greffiers ont suivi les instructions et ont détruit leurs machines avant qu’elles ne tombent entre les mains de l’ennemi. Pour cette raison, des machines de chiffrement endommagées (en particulier Enigmas, comme indiqué sur le site Web de Tom Perera) se trouvent parfois dans des forêts ou des lacs. Le moulin Hitler cassé ci-dessous, qui a probablement été dans l’eau pendant des décennies, est exposé dans le musée de la machine à écrire de Partschins:

oici un autre moulin hitlérien abandonné après la guerre et retrouvé des décennies plus tard (la photo a été prise à la radio HAM de Friedrichshafen)

 

L’exposition sur les codes et les codes au Deutsches Museum devrait rouvrir d’ici la fin de 2019. Je suis sûr que le Hitler Mill, aujourd’hui retrouvé, fera partie de cette collection.

 

 

Divulgation de documents:Opération impensable: le plan secret de Winston Churchill pour envahir la Russie en 1945

Au printemps 1945, Winston Churchill demanda à ses chefs militaires de préparer un plan secret. Ce n’était pas nouveau. Churchill, hyper énergique, proposait toujours des plans, certains intelligents et certains fous. Mais ce plan dépassait tout cela.

 

Au début de 1945, les États-Unis se concentraient sur l’Allemagne pour se débarrasser du Japon. Mais le regard de Churchill voyait une obscurité descendre sur l’Europe. Que se passerait-il avec une armée rouge occupant son cœur? Staline avait déjà renié les accords antérieurs selon lesquels la Pologne – la raison pour laquelle la Grande-Bretagne était entrée en guerre en 1939 – serait libre. Au lieu de cela, le gouvernement polonais était rempli de partisans soviétiques alors que les résistants polonais se sont retrouvés dans les prisons du NKVD. La Roumanie, la Hongrie et la Tchécoslovaquie étaient sous contrôle soviétique et la Grèce et la Turquie étaient menacées. Après la capitulation inévitable de l’Allemagne, l’énorme force américaine en Europe déménagerait dans le Pacifique.

Ainsi, les planificateurs britanniques ont imaginé «opération impensable», un nom approprié pour ce qui aurait été la troisième guerre mondiale. Quelle pourrait être une tâche plus inimaginable que d’essayer de trouver un moyen pour la Grande-Bretagne – brisée et épuisée après deux guerres mondiales – de lancer une guerre préventive pour vaincre le colosse soviétique?

Pourtant, même si la Grande-Bretagne perdait le «grand» en 1945, les ordres étaient des ordres, et les planificateurs militaires étaient habitués à concevoir des réponses aux imprévus les plus improbables. Ils se sont donc mis au travail et, en 1945, ils avaient élaboré un plan. L’attaque commencerait le 1er juillet 1945 pour permettre les opérations avant l’arrivée de l’hiver. Ils supposaient que les services de renseignement soviétiques détecteraient les préparations alliées et rendraient donc impossible une offensive surprise de type Opération Barbarossa. Ainsi, les Alliés se battraient dès le début.

L’opération Impensable a envisagé une offensive des armées anglo-américaines, plus un contingent polonais libre (les Canadiens ont également été informés du plan). Ces forces briseraient les défenses soviétiques avancées en Allemagne. On s’attendait alors à ce que les Soviétiques massent leur armure le long des fleuves Oder et Neisse, que les Soviétiques avaient transformés en nouvelle frontière entre l’Allemagne et la Pologne. Une bataille blindée gigantesque de type Koursk se déroulerait autour de Stettin. Si les Alliés le gagnaient, ils avanceraient sur une ligne longue de 250 milles entre Dantzig et Breslau, où ils s’arrêteraient pour éviter d’exposer leur flanc à une attaque sudiste lancée par les forces soviétiques en Tchécoslovaquie.

Ironiquement, le plan ressemblait beaucoup à l’opération Barbarossa d’Hitler, qui comptait également sur la défaite des forces soviétiques près de la frontière russe pour éviter une campagne prolongée au plus profond de cette vaste nation. « Les planificateurs pensaient que s’ils pouvaient sécuriser cette ligne de Dantzig à Breslau à l’automne 1945, il suffirait peut-être d’amener Staline », écrit l’auteur Jonathan Walker dans son livre Churchill’s Third World War. 1945. «Mais si les Alliés atteignaient cette limite à l’automne (sans tenir compte de l’énorme avantage que possédaient les Soviétiques en matière de main-d’œuvre) et Staline n’avait pas changé d’idée quant au contrôle de l’Europe de l’Est? Avec les forces à leur disposition, Les commandants occidentaux ne pouvaient pas tenir leur position pendant l’hiver 1945-1946 et ils seraient obligés de se retirer ou de pousser dans l’est de la Pologne et l’Union soviétique. Poursuivre serait sans doute une «guerre totale». »

La guerre totale contre la Russie – des mois avant que la première bombe atomique ne soit lancée sur le Japon – était une issue que personne ne voulait. Les forces alliées avaient près de 4 millions d’hommes en Europe lorsque l’Allemagne se rendit, la majorité d’entre eux étant des Américains qui seraient bientôt transférés dans le Pacifique. L’Armée rouge comptait près de 11 millions d’hommes et peut-être 20 000 chars et canons automoteurs. Certes, les Alliés comptaient sur les mêmes avantages qui leur permettaient de vaincre l’Allemagne nazie. Ils avaient une grande supériorité en mer, ce qui signifiait que leurs flottes pouvaient fournir un soutien amphibie en mer Baltique. Les forces aériennes tactiques soviétiques dépasseraient de deux à un les forces aériennes tactiques alliées, mais les Alliés pouvaient compter sur des pilotes mieux entraînés et sur le fait que les Soviétiques dépendaient des États-Unis pour le carburant aviation à indice d’octane élevé. Cependant, le vrai as dans l’air serait le 2, 500 bombardiers lourds alliés en Europe, qui comprendraient probablement des B-29. La Luftwaffe n’avait pas été en mesure de les arrêter et la Force aérienne rouge n’avait aucune expérience pour les arrêter.

Néanmoins, les planificateurs alliés se sont retrouvés dans le même piège qui a détruit Napoléon et Hitler. Comment faire en sorte que la Russie se rende si elle ne le veut pas? Si vaincre l’Armée rouge sur le sol allemand n’était pas suffisant, la seule alternative était d’avancer vers l’est en Pologne puis en Russie. «Les planificateurs peinent maintenant à penser aux énormes distances que les Alliés devront franchir pour assurer la victoire», note Walker.

Pendant ce temps, les Alliés devaient compter sur l’expansion de la guerre alors que les Soviétiques attaquaient la Norvège, la Grèce et la Turquie (de manière inquiétante, les planificateurs britanniques s’attendaient à ce que les Soviétiques s’allient au Japon). Quant à la bombe atomique, les États-Unis n’en avaient que deux à l’été 1945 et ils étaient destinés au Japon. En 1946, l’Amérique n’avait que neuf bombes. Aussi puissantes soient-elles, elles ne pouvaient infliger qu’une fraction de la peine que l’Union soviétique avait subie aux mains des nazis et continuaient à se battre.

Ce qui est fascinant, ce n’est pas seulement l’hybris – ou chutzpah – de l’invasion de la Russie par la Grande-Bretagne, chose qu’elle n’avait pas fait depuis la guerre de Crimée. Ce sont les hypothèses qui sous-tendent le plan, motivées par des voeux pieux ou par le désespoir.

Alors même que les camps de travail étaient détruits, la Grande-Bretagne envisageait de reconstruire une armée allemande pour combattre les Russes. « L’une des questions les plus controversées dans le plan impensable était l’utilisation des forces allemandes dans le camp allié », écrit Walker. «On prévoyait que dix divisions allemandes pourraient être utilisées pour des opérations offensives, mais comme il leur faudrait du temps pour être rééquipées à partir de sources alliées, les unités ne seraient pas prêtes pour le 1er juillet et ne seraient disponibles qu’à l’automne; qu’ils devraient être utilisés était probablement très controversé. »

Mais le réarmement des ex-nazis devenait insuffisant par rapport à une base absolue de l’opération Unthinkable, à savoir que les États-Unis rejoindraient la Grande-Bretagne dans l’attaque contre l’Union soviétique. Roosevelt, et initialement Truman jusqu’à ce qu’il en sache mieux, étaient convaincus qu’il était possible de trouver un arrangement avec Staline après la guerre. Ils avaient tort, mais ils ne le savaient pas au printemps 1945. Et il y avait encore la victoire à gagner au Japon, pour laquelle l’aide soviétique était considérée comme essentielle. En d’autres termes, l’Amérique venait de terminer une croisade en Europe contre le nazisme. Il ne s’agissait pas encore de se lancer dans une croisade contre le communisme.

Les militaires adorent discuter de la manière dont une guerre entre les Alliés occidentaux et les Soviétiques se serait déroulée (bien que l’on suppose généralement que les Soviétiques auraient attaqué en premier). Les enthousiastes adorent argumenter les mérites des chars  Sherman contre les chars T-34, ou les chasseurs P-51 contre les  Yak soviétiques. C’est très intéressant et presque totalement inutile.

Le fait le plus grave d’une guerre qui aurait entraîné le monde dans la Troisième Guerre mondiale est le suivant: l’opération Impensable a appelé les nations démocratiques du Royaume-Uni et des États-Unis à lancer une guerre contre l’Union soviétique. La justification aurait été la nécessité de faire reculer l’empire soviétique de ses conquêtes allemande et orientale.

En contrepartie, les populations de Grande-Bretagne et d’Amérique devraient endurer un conflit prolongé sans moyen certain de contraindre l’ennemi à se rendre. Plutôt que la guerre aérienne et navale relativement exsangue que les Anglo-Américains préféraient et préféraient encore, ils auraient été piégés dans une guerre terrestre avec la plus grande puissance terrestre du monde, dans les vastes plaines froides et les marécages d’Europe de l’Est.

L’opération impensable était vraiment impensable.

Déja lors de la rencontre de Téhéran,Churchill réfléchissait a une Troisième Guerre Mondiale!

 

 

 

 

Un trésor de la Seconde Guerre mondiale découvert en Mer du Nord

Dans le cadre d’un chantier de nettoyage des fonds marins en Mer du Nord, un rare bombardier américain B-17 a été découvert.

 

 

Des pièces quasiment intactes d’un bombardier américain B-17 tombé en Mer du Nord pendant la Seconde Guerre mondiale ont été découvertes au large de la Belgique, poussant l’armée américaine à consulter ses archives sur les avions disparus afin d’identifier d’éventuels occupants. La découverte, évoquée mardi par la presse belge, a été faite à l’occasion d’un nettoyage des fonds marins dans le cadre du chantier « Nemo Link », un vaste projet d’interconnexion électrique entre la Grande-Bretagne et la Belgique. Elle date de l’été dernier mais n’a été dévoilée qu’après la pose du câble sous-marin « dévié » de sa trajectoire initiale à cause de l’épave, a expliqué à l’AFP Sven Van Haelst, archéologue maritime à l’Institut flamand de la Mer (VLIZ, Vlaams Instituut voor de Zee), à l’origine de la découverte.

Plusieurs pièces identifiables ont été remontées à la surface. Il s’agit d’un turbocompresseur typique des moteurs de ce bombardier et de pièces métalliques avec des numéros de série encore visibles, qui ont permis de conclure à la présence d’un Boeing B-17 de type G, en service à partir de 1943. Surnommé la « forteresse volante », capable de transporter deux tonnes de bombes, le B-17 est le plus célèbre bombardier utilisé par l’US Air Force pendant le second conflit mondial. Depuis des bases britanniques, les quadrimoteurs partaient frapper des sites du Reich allemand. Celui qui a été découvert a vraisemblablement sombré en mer sur le chemin du retour. Les eaux territoriales belges ont la réputation d’être un cimetière de sous-marins, bateaux et avions des deux guerres mondiales, mais il est rare de découvrir des épaves bien conservées, selon M. Van Haelst.

L’appareil a coulé plus ou moins intact

« La concentration de métal déterminée par le magnétomètre (utilisé pour les travaux de sondage des fonds) indique que l’appareil a coulé plus ou moins intact », a souligné le chercheur. L’armée américaine, informée de la découverte, a effectué des recherches dans ses archives recensant les B-17 disparus, dans l’espoir d’identifier l’appareil retrouvé et d’éventuels occupants. Dix soldats pouvaient prendre place dans ce type d’avion. « La question d’éventuels restes humains est complexe. Il faut d’abord identifier précisément l’avion. A ce stade nous avons quatre candidats possibles », a ajouté M. Van Haelst.

Philippe Braquet va envoyer les vestiges d’un bombardier americain abattu pendant la Deuxieme Guerre Mondiale a la famille de l’equipage

Dans un premier temps, une plongée sous-marine devra être organisée en collaboration avec les Américains pour vérifier si l’épave s’est brisée en plusieurs morceaux ou pas. Elle repose ensablée à 30 mètres de fond, à environ 30 km au large de la ville côtière de Nieuport (nord). Sa localisation précise n’a pas été dévoilée pour ne pas tenter les chasseurs de trésors.