Nouvel Ordre Mondial:USA Weimar 2020

Avez-vous remarqué le fait particulier que, malgré le verrouillage, la crise économique, des dizaines de millions de chômeurs et de multiples sociétés en faillite, Wall Street est en train de faire les choses? Jim Cramer de CNBC a examiné cette anomalie il y a quelques jours, le verdict: « Nous envisageons une reprise en V de la bourse (une reprise rapide ; courbe en V) , et cela n’a presque rien à voir avec une reprise en V de l’économie. Ce qui se passe est l’un des plus grands transferts de richesse de l’histoire. « 

Montréal,la ville néolibérale par exellence au Québec,acclamait Hillary Clinton au Palais des Congrès ,en 2017.
Toutes les places furent réservées en un clin d’oeil.
Montréal est profondément une ville gauchiste pro-bolchévique et pro-néolibérale avec sa mairesse mondialiste souriante.

Comment le marché peut-il rebondir quand l’économie ne le fait pas? La réponse de Kramer est tellement simple. « Parce que le marché ne représente pas l’économie; il représente l’avenir du grand business. « 

Kramer souligne que si les petites entreprises tombent comme des mouches, les grandes entreprises, bien sûr, avec une plus grande richesse, traversent la crise pratiquement indemnes.

Kramer prévoit que le transfert aura un « effet horrible » sur les États-Unis. Nous assistons déjà à un tsunami de faillites. Les retombées économiques sont inévitables. Les données fédérales montrent que la nation fait face à un taux de chômage de 13,3%. La fortune des milliardaires aux États-Unis ont augmenté de 565 milliards de dollars entre le 18 mars et le 4 juin, tandis que la même période de 11 semaines a également vu 42,6 millions d’Américains déposer des demandes de chômage. Les résultats sont dévastateurs, et ce n’est guère une nouvelle : pendant que le peuple américain s’appauvrit, les plus riches s’enrichissent.

On aurait pu penser que la gauche américaine et les institutions politiques progressistes seraient les premières à s’alarmer de ces développements. Nous avons tendance à croire que tempérer les riches et leur cupidité, prendre soin des travailleurs et lutter pour l’égalité des chances et la justice en général sont les principales préoccupations de la gauche.

Barack Hussein Obama aura été l’exemple parfait du « gros parleur,petit faiseur » avec ses gros slogans à l’emporte pièce et ses discours fabriqués par des professionnels du make up politique.
Il restera pour de nombreux travailleurs américains,leur plus grand désappointement…surtout après avoir financé des multinationales et des banques milliardaires avec l’argent public,en 2008.

La réalité américaine suggère cependant le contraire. Au lieu de nous unir dans une bataille acharnée contre Wall Street et ses spoliations en plein jour de ce qui reste de la richesse américaine, la gauche américaine investit sa dernière goutte d’énergie politique dans une «guerre raciale». Au lieu de s’engager sur la téléologie de la valeur de la gauche, à savoir, la lutte des classes qui nous unissent dans un poing de résistance en colère contre cette spoliation et cette discrimination, et sans égard à notre race, ou notre sexe, la gauche américaine nous amène à nous battre les uns contre les autres.

 

 

Des meurtres attribués aux Antifa allemands ou américains sont resté impunis et inconnus du public.

 

 

Le silence de la gauche sur les « transferts de richesses » actuels de Wall Street n’est pas un hasard. La gauche américaine et les institutions progressistes sont soutenues financièrement et par Wall Street et des financiers globalistes . Ce financement signifie que, dans la pratique, la gauche américaine fonctionne comme une opposition contrôlée.

La meilleure manière de contrôler l’opposition est de la conduire nous-mêmes

Elle maintient sa pertinence en entretenant des tensions sociales et raciales qui détournent l’attention de Wall Street et de ses crimes. La soi-disant «gauche» est également réticente à pointer Wall Street et son hold-up actuel , car de telles critiques, même légitimes, seraient immédiatement censurées comme «antisémites» par les institutions juives qui se sont désignées pour contrôler le discours public occidental.

Il y a beaucoup d’histoires d’une telle politique de division de la gauche et de la façon dont elle finit souvent par trahir la classe ouvrière. L’effondrement de la gauche allemande au début des années 1930 en est probablement l’étude de cas la plus intéressante.

 

Avant l’effondrement économique de 1929, le mouvement fasciste allemand était un phénomène relativement marginal composé de diverses factions concurrentes. Lors des élections de 1928, le parti nazi a obtenu 2,8% (810.000 voix) du vote général. Mais ensuite, le krach de 1929 a entraîné une augmentation rapide et brutale du chômage; de 1,2 million en juin 1929 à 6 millions en janvier 1932. Au milieu de la crise, la production a chuté de 41,4% de 1929 à la fin de 1931, entraînant une montée en flèche de la pauvreté. Comme des millions d’Américains en ce moment, au début des années 1930, des millions d’Allemands ont passé de nombreux jours et nuits dans les files d’attente.

 

Durant la crise économique allemande qui s’étend de 1918 à 1933,nombreux furent les berlinois à faire les ligne d’attente comme les américains et les québécois en 2020.

 

On supposerait que l’effondrement du capitalisme aurait été politiquement célébré par les communistes allemands et les marxistes alors que les Allemands perdaient tout espoir dans la « démocratie bourgeoise » et le capitalisme. Le Parti communiste allemand (KPD), comme le parti nazi, a augmenté son pouvoir de façon exponentielle après la crise économique. Pourtant, la gauche allemande a raté cette occasion en or. Malgré la pauvreté et les mesures d’austérité, c’est Hitler qui a fini par gagner le cœur et l’âme de la classe ouvrière allemande. Aux élections de septembre 1930, Hitler avait remporté 18,3% puis 37,4% en juillet 1932. En seulement quatre ans, les nazis ont accru leur soutien de 13 millions de voix.

Beaucoup a été écrit sur l’échec de la gauche allemande, marxiste et communiste, à lutter contre Hitler et le fascisme. Certains marxistes sont assez honnêtes pour admettre que c’est en fait le KPD, sa politique autoritaire et de division qui a ouvert la voie à Hitler et au nazisme.

Timbre commémoratif de l’assassinat de Rosa Luxembourg et de Karl Liebnicht survenu le 15 janvier 1919.
Cet assassinat annonce la fin des spartakistes en Allemagne et la montée des nationalistes.

Comme Staline, le KPD allemand a rapidement employé le terme «fasciste» pour décrire tous les opposants politiques. Dans un acte d’auto-marginalisation progressive, la gauche allemande s’est réduite à un bruit politique irrationnel qui a finalement perdu le contact avec la réalité. Le KPD était tellement éloigné de la minimisation de la transition politique en Allemagne que le 30 janvier 1933, le jour où Hitler fut nommé chancelier d’Allemagne, le KPD déclara bêtement: « Après Hitler, nous prendrons le relais! »

Photos d’époque montrant les spartakistes menés par Rosa Luxembourg et Carl Liebnitz. En bas,vous avez un set de 2 photos montrant les Corps francs allemands qui étaient des volontaires nationalistes dont plusieurs étaient issus de l’armée impériale.Aidés par de nombreux donateurs venant des sociétés secrètes allemandes,ils barrèrent la route aux communistes bolchéviques…dont les spartakistes.

Comme la gauche radicale américaine aujourd’hui, le KPD a mené des batailles de rue contre les nazis de 1929 à 1933. Ces batailles ont coûté la vie à des centaines de nazis et de membres du KPD. Mais en 1933, aucun groupe politique n’a payé le prix du sang aussi élevé que le KPD. Près d’un tiers des membres du KPD se sont retrouvés en prison.

Une projection du Dow Jones en avril 2020:reprise en V

 

 

Durant la République de Weimar,l’argent allemande ne valait pas le papier sur lequel elle était imprimée.

 

Il est à noter que l’un des aspects les plus préoccupants de la politique de gauche est le fait particulier que les agitateurs qui prétendent s’inspirer de la «dialectique» semblent aveugles à leur propre passé idéologique. Par conséquent, ils sont détachés du présent et totalement éloignés d’un concept de «futur».

Je dis depuis un certain temps que Trump prend souvent, sinon toujours, la bonne décision pour les mauvaises raisons. Par exemple, il a déclaré «une guerre» à l’autoritarisme des médias sociaux au nom du 1er amendement. Bien que ce soit clairement vrai, Trump n’est pas motivé par un véritable souci de «liberté d’expression» ou de «droits de l’homme», il est simplement bouleversé que ses tweets soient soumis à des « vérifications de faits ». La gauche, de façon assez particulière, a tendance à prendre la mauvaise décision, généralement pour de bonnes raisons. La lutte contre le racisme est sans aucun doute un objectif important; de même, la lutte contre la brutalité policière ou la discrimination raciale en Amérique sont des batailles cruciales majeures. Cependant, alimenter un conflit racial est la pire voie possible pour éliminer à la fois le racisme et la discrimination. Une telle tactique ne fera qu’aggraver le fossé qui divise déjà la classe ouvrière américaine. Je me demande si c’est exactement ce que la gauche américaine essaie de réaliser, c’est peut-être ce pour quoi elle est payée?

Aujourd’hui, alors que les progressistes et les gauchistes américains se préparent pour une longue bataille sans relâche, j’ai un petit conseil à offrir. L’histoire nous enseigne que le fascisme gagne toujours lorsque les conditions sont parfaites pour une révolution marxiste. Lorsque vous faites pression pour un conflit racial et une nouvelle fragmentation de la société américaine, gardez à l’esprit que vous pourriez vous retrouver face à un vrai personnage de Trump (par opposition à Donald) qui pourrait être en mesure d’unir l’Amérique et de le rendre grand pour de vrai, mais vous n’y trouverez pas votre place.

Par Gilad Atzmon

 Source : Weimar 2020

https://gilad.online/writings/2020/6/8/weimar-2020

 

Gilad Atzmon

Gilad Atzmon est un artiste de jazz et de musique du monde, un romancier et un auteur ID se concentrant sur la politique. Gilad Atzmon est un militant antisioniste britannique, né en Israël et résidant actuellement à Londres. Musicalement, il a collaboré avec Shane McGowan, Robbie Williams, Sinéad O’Connor, Robert Wyatt, Paul McCartney et le groupe Pink Floyd.

« La criminalisation du discours politique et de l’activisme contre Israël est devenue l’une des menaces les plus graves pour la liberté d’expression en Occident. » Glenn Greenwald 19.7.2017

 

 

Publicités

Découverte du complexe d’armes nucléaires secrètes d’Adolf Hitler en Autriche

Un labyrinthe de tunnels souterrains de la Seconde Guerre mondiale qui aurait été utilisé pour développer une bombe nucléaire a été découvert.

L’installation, qui couvre une superficie allant jusqu’à 75 acres, a été découverte près de la ville de St Georgen an der Gusen, en Autriche.

Les fouilles ont commencé sur le site après que les chercheurs ont détecté des niveaux accrus de rayonnement dans la région – soutenant les affirmations selon lesquelles les national-socialistes développaient des armes nucléaires.

Le documentariste Andreas Sulzer, qui dirige les fouilles, a déclaré au Sunday Times que le site était « probablement la plus grande installation de production d’armes secrètes du Troisième Reich ».

Son entrée n’a été découverte que lorsque l’équipe de fouilles, qui comprend des historiens et des scientifiques, a rassemblé des informations dans des documents de renseignement déclassifiés et des témoignages de témoins.

L’équipe est maintenant en train d’enlever les couches de terre et de béton emballées dans les tunnels et les plaques de granit lourd qui ont été utilisées pour couvrir l’entrée.

Les casques appartenant aux troupes de la Waffen-SS et d’autres reliques national-socialistes font partie des articles qui ont été découverts jusqu’à présent.

La fouille a été interrompue la semaine dernière par la police, qui a exigé que le groupe produise un permis pour mener des recherches sur les sites historiques. Mais M. Sulzer est convaincu que les travaux reprendront le mois prochain.

Il a déclaré au Sunday Times: «  Les prisonniers des camps de concentration à travers l’Europe ont été triés sur le volet pour leurs compétences spéciales – physiciens, chimistes ou autres experts – pour travailler sur ce projet monstrueux et nous devons aux victimes d’ouvrir enfin le site et de révéler la vérité. « 

L’enquête a été déclenchée par un documentaire de recherche de M. Sulzer sur la quête d’Hitler pour construire une bombe atomique.

Il y faisait référence à des entrées de journal intime d’un physicien appelé à travailler pour les national-socialistes. Il existe d’autres preuves de scientifiques travaillant pour un projet secret géré par le général SS Hans Kammler.

M. Sulzer a fouillé les archives en Allemagne, à Moscou et en Amérique pour trouver des preuves du projet de construction d’armes nucléaires mené par les SS.

Après la guerre, l’Autriche a dépensé quelque 10 millions de livres sterling pour couler du béton dans la plupart des tunnels.

Mais Sulzer et ses partisans pensent qu’ils ont raté une section secrète où la recherche atomique a été menée.

Les Soviétiques étaient stationnés à St Georgen jusqu’en 1955 et ils ont ramené tous les dossiers sur le site avec eux à Moscou.

Les experts tentent de découvrir s’il existe un lien entre St Georgen et des sites en Allemagne proprement dits où les scientifiques ont été rassemblés pendant le Troisième Reich dans le but de correspondre aux efforts américains pour construire l’arme ultime.

En juin 2011, des déchets atomiques provenant du programme nucléaire secret d’Hitler auraient été découverts dans une ancienne mine près de Hanovre.

Plus de 126 000 barils de matières nucléaires pourrissent à plus de 2 000 pieds sous terre dans une ancienne mine de sel.

 

 

 

 

 

George Soros Utilise Black Lives Matter Et ANTIFA Pour Transformer Minneapolis En Zone De Guerre

À l’heure actuelle, la ville de Minneapolis est assiégée et attaquée, mais pas par des terroristes musulmans ou un autre groupe étranger.

Non, Minneapolis est attaquée par la gauche radicale, avec des bus dans des agitateurs de groupes comme Black Lives Matter , et tout l’enfer se déchaîne littéralement.

George Soros et sa femme

George Soros finance l’anarchie aux États-Unis depuis de nombreuses années maintenant , mais cette fois, il a peut-être finalement trouvé la combinaison gagnante qu’il recherchait.

Alors que les troubles se propageaient dans des dizaines de villes américaines vendredi, le Pentagone a pris la rare mesure d’ordonner à l’armée de mettre plusieurs unités de police militaire américaine en service prêt à se déployer à Minneapolis, où le meurtre de George Floyd par la police a déclenché une vague de protestations. .

La situation étant déjà extrêmement grave, les choses ont pris une tournure décisive tard hier, alors que le président Trump a demandé au Pentagone d’intervenir avec un plan pour réprimer la violence, les attentats à la bombe et les pillages qui ravageaient Minneapolis ces derniers jours.

Le Pentagone a alors ordonné à l’armée de préparer des unités de police militaire à entrer dans la ville si et quand l’ordre est donné. Voilà où en sont les choses en ce moment alors que le soleil se lève ce samedi matin.

Comme nous vous l’avons déjà montré hier soir, ces flambées de violence et d’attentats terroristes dans plusieurs villes sont alimentées et financées par George Soros et ses fondations Open Society qui donnent de l’argent pour la mobilisation à Black Lives Matter et à ANTIFA .

À l’heure actuelle, alors que les États-Unis sont déjà sous le coup de COVID-19, nous sommes maintenant également dans un état de guerre civile opposant les patriotes américains à la gauche radicale qui a l’intention de nous détruire.

Soros et ses serviteurs l’ont fait plusieurs fois au cours des 8 dernières années, mais quelque chose me dit que ce pourrait être le «grand». Restez à l’écoute ainsi vous apportera des mises à jour en direct au fur et à mesure qu’elles se produisent.

Le Pentagone Met La Police Militaire En Alerte Pour Se Rendre À Minneapolis

D’après YAHOO NEWS: Des soldats de Fort Bragg en Caroline du Nord et de Fort Drum à New York ont ​​reçu l’ordre d’être prêts à se déployer dans les quatre heures s’ils sont appelés, selon trois personnes ayant une connaissance directe des ordres.

On a dit aux soldats de Fort Carson, au Colorado et de Fort Riley au Kansas, d’être prêts dans les 24 heures.

Les gens ne voulaient pas que leur nom soit utilisé parce qu’ils n’étaient pas autorisés à discuter des préparatifs.

Les ordres de préparation ont été envoyés verbalement vendredi, après que le président Donald Trump a demandé au secrétaire à la Défense, Mark Esper, des options militaires pour aider à apaiser les troubles à Minneapolis après que les manifestations se soient transformées en pillages et incendies criminels dans certaines parties de la ville.

George Soros A Déjà Commencé À Envoyer À ANTIFA


Trump a fait la demande lors d’un appel téléphonique du bureau ovale jeudi soir qui comprenait Esper, le conseiller à la sécurité nationale Robert O ‘Brien et plusieurs autres.

Le président a demandé à Esper des options de déploiement rapide si les manifestations de Minneapolis continuaient de dégénérer, selon l’une des personnes, un haut responsable du Pentagone qui était de garde.

« Lorsque la Maison Blanche demande des options, quelqu’un ouvre le tiroir et les sort pour ainsi dire. » dit le fonctionnaire.

La personne a déclaré que les unités militaires seraient déployées en vertu de l’Insurrection Act de 1807, qui a été utilisée pour la dernière fois en 1992 lors des émeutes de Los Angeles qui ont suivi le procès de Rodney King.

« Si c’est là que le président se dirige en termes de réponse, cela représenterait une escalade importante et une détermination que les diverses autorités étatiques et locales ne sont pas à la hauteur pour répondre aux troubles grandissants », a déclaré Brad Moss, un Washington DC. -avocat basé, qui se spécialise dans la sécurité nationale.

Des Émeutiers Volent Des Milliers De Dollars À Des Entreprises De Minneapolis

Les membres des unités de police étaient en alerte de rappel de 30 minutes tôt samedi, ce qui signifie qu’ils devraient retourner dans leurs bases dans ce délai pour se préparer à un déploiement à Minneapolis dans un délai de quatre heures.

Les unités de Fort Drum devraient d’abord se rendre à Minneapolis, selon les trois personnes, dont deux fonctionnaires du ministère de la Défense.

Environ 800 soldats américains se déploieraient dans la ville s’ils étaient appelés.

N’arrêtez Pas Votre Véhicule Si Vous Rencontrez Des Manifestants, Voici Pourquoi

Des manifestations ont éclaté à Minneapolis cette semaine après la sortie d’une vidéo montrant un policier agenouillé sur le cou de Floyd.

Floyd est décédé plus tard de ses blessures et l’officier, Derek Chauvin, a été arrêté et accusé de meurtre au troisième degré et d’homicide involontaire coupable vendredi.

Les manifestations sont devenues violentes et jeudi les émeutiers ont incendié le troisième commissariat de police de Minneapolis près de l’endroit où Floyd a été arrêté. Le maire Jacob Frey a ordonné un couvre-feu dans toute la ville à 20 h, heure locale, à partir de vendredi.

Dans cette ville, les manifestations pacifiques ont pris de l’ampleur à mesure que la nuit tombait, des milliers de personnes ignorant le couvre-feu pour marcher dans les rues du sud de la ville.

Certaines voitures ont été incendiées dans des quartiers dispersés, des cambriolages ont commencé et, finalement, il y a eu des incendies plus importants.

Les troubles se sont depuis répandus à travers le pays, avec des manifestations, dont certaines violentes, ont éclaté dans des villes comme Washington DC, Atlanta, Phoenix, Denver et Los Angelas.

Le gouverneur du Minnesota, Tim Walz, a commandé 500 de ses troupes de la Garde nationale à Minneapolis, St. Paul et dans les communautés environnantes.

Mais un porte-parole du Pentagone a déclaré que Walz n’avait pas demandé le déploiement de l’armée dans son état.

« Le département a été en contact avec le gouverneur et il n’y a aucune demande pour que les forces du titre 10 soutiennent la garde nationale du Minnesota ou les forces de l’ordre », a déclaré le porte-parole. Le titre 10 est la loi américaine qui régit les forces armées et autoriserait militaire en service actif pour opérer aux États-Unis

Alyssa Farah, directrice des communications stratégiques de la Maison Blanche, a déclaré que le déploiement de la police militaire en service actif était faux.

« Faux: hors du record – le titre 10 n’est pas en discussion », a déclaré Farah dans une réponse par courrier électronique.

Aucun accord officieux n’a été négocié avec l’Associated Press. La 16e brigade de police militaire a transmis les questions de l’AP au ministère de la Défense.

Les trois responsables ayant une connaissance directe du déploiement potentiel affirment que les commandes sont sur un système classifié, connu sous le nom de Secret Internet Protocol Router ou SIPR.

Il est normalement interdit aux forces en service actif d’agir en tant qu’organisme d’application des lois nationales. Mais l’Insurrection Act offre une exception.

La loi permettrait aux militaires d’exercer une autorité policière qu’ils n’auraient pas été autorisés à faire autrement, faisant respecter les lois étatiques et fédérales, a déclaré Stephen Vladeck, professeur à la faculté de droit de l’Université du Texas, spécialisé en droit constitutionnel et de sécurité nationale.

Le statut « est délibérément vague » en ce qui concerne les cas dans lesquels la loi sur l’insurrection pourrait être utilisée, a-t-il déclaré.

Le gouverneur de l’État pourrait demander au président Donald Trump de prendre des mesures ou Trump pourrait agir de sa propre autorité s’il est déterminé que les autorités locales sont tellement dépassées qu’elles ne peuvent pas appliquer correctement la loi, a déclaré Vladeck.

« C’est une très, très large concession d’autorité pour le président », a-t-il ajouté. ( Source )

Le Pentagone Met La Police Militaire Américaine En Disponibilité Pour Entrer À Minneapolis

Les manifestants de Minneapolis ont défié un couvre-feu à 20 heures au cours d’une quatrième nuit d’affilée de manifestations contre la mort de George Floyd, un homme noir de Minneapolis qui est décédé aux mains d’un policier blanc.

La police militaire a été alertée par le Pentagone.

La Garde nationale est déjà dans la ville, assurant la sécurité des pompiers qui travaillent samedi matin pour éteindre les incendies des manifestations nocturnes.

 

 

 

 

 

 

 

La Valkyrie d’Adolph Hitler: comment la britannique Unity Mitford a rencontré le Führer 140 fois

 

Le premier livre allemand sur l’aristocrate britannique et fan d’Adolf Hitler Unity  « Valkyrie » Mitford révèle que le Führer était tellement obsédé par elle qu’il l’a rencontrée 140 fois alors qu’il se préparait pour la Seconde Guerre mondiale.

 

Adolf Hitler était aussi fasciné par Unity – l’une des célèbres filles «  It  » des années 1930.

La première biographie allemande traitant de cette attraction mutuelle est publiée et intitulée: «Je feuilletais le magazine Vogue lorsque le Führer m’a parlé. »

L’auteur à succès de science politique Michaela Karl raconte comment le lien a été forgé au restaurant préféré de Hitler à Munich, l’Osteria Bavaria, le 9 février 1935.

Hitler, Unity Mitford et SA Obergruppenfuhrer Franz von Pfeffer, photos à Bayreuth, 1936 Hitler, Unity and SA Obergruppenfuhrer Franz von Pfeffer, pictures in Bayreuth, 1936
L’auteur à succès de science politique Michaela Karl raconte comment le lien a été forgé dans le restaurant préféré de Hitler à Munich.
Il s’agissait du restaurant Ostara Bavaria.

Adolf Hitler et Unity Mitford dans le restaurant préféré du Führer à Munich

Unity a écrit à sa sœur Diana: «À 15 h 00, j’avais fini de manger quand le Führer est venu avec son trench-coat doux et s’est assis avec deux autres hommes à sa table.

« Je feuilletais la vogue quand dix minutes après son arrivée, l’aubergiste est venu et a dit que le chef » voulait vous parler. «  »

L’auteur Karl a dit; « Entre 1935 et 1939, Hitler et Unity se réunissaient tous les dix jours – pour un leader occupé, qui était en même temps un chef du troisième Reich allemand, c’était 140 fois au total, donc étonnamment souvent. »

Il l’emmena bientôt au Festival de Wagner à Bayreuth, au rassemblement de Nuremberg et à d’autres grands événements du national-socialisme. 

« L’unité a rapidement fait partie du cercle restreint », a ajouté Karl. « En Angleterre, elle est toujours bien connue, mais en Allemagne, juste une note de bas de page dans l’histoire. »

L’architecte d’Hitler, Albert Speer, a décrit plus tard Unity: «Elle était une femme très intelligente et avait sa propre tête, pas un type comme Eva Braun, qui ne s’intéressait à rien.

Mais le partenaire de longue date de Hitler, qui l’épouserait à l’effondrement de Berlin en 1945 pour devenir son épouse d’un jour avant de s’évader  avec lui vers l’Argentine, considérait Unity comme un rival.

Le 10 mai 1934, Eva, 23 ans, a écrit dans son journal que l’épouse du photographe personnel d’Hitler, Heinrich Hoffmann, lui avait parlé d’Unity. Eva a écrit: «Mme Hoffmann, sans tact et avec amour, m’a dit qu’il avait maintenant un remplaçant pour moi.

«Enfin, il a pu me connaître si bien, que je n’ai jamais pu lui mettre quelque chose sur le chemin quand il a découvert qu’il voulait son cœur pour un autre.

Une tentative de suicide ratée d’Eva en 1935 a été interprétée par beaucoup comme un acte de jalousie contre Unity.

 

«Enfin, il a pu me connaître si bien, que je n’ai jamais pu lui mettre quelque chose sur le chemin quand il a découvert qu’il voulait son cœur pour un autre.

Unity Mitford, une beauté aristocratique anglaise passionnément dévouée à Hitler

Quand Hitler prévoyait d’avaler l’Autriche en 1938, Unity écrivit à son cousin Winston Churchill: «Cher cousin Winston. L’idée que l’Allemagne tente de dévorer les pauvres, la petite Autriche, qui lutte pour son indépendance, est très ridicule pour tous les Autrichiens.

 

 

 

1932: Trois des sœurs Mitford au mariage de Lord Stanley d’Aldernay, lr Unity Mitford; Diana Mitford (Mme Bryan Guinness, plus tard Lady Diana Mosley) et l’écrivain Nancy Mitford

En mai 1939, Hitler a organisé pour elle un appartement de trois chambres dans le quartier Schwabing de Munich. Les Juifs qui vivaient dans l’immeuble sont partis à l’étranger peu de temps après et Unity a placé deux énormes drapeaux à croix gammée dans la chambre.

Joseph Kennedy Jr., le fils de l’ambassadeur des États-Unis à Londres et frère aîné de John F. Kennedy, a écrit après l’avoir rencontrée: «Mitford est convaincu que le conflit avec l’Angleterre et les États-Unis est, avant tout, la faute de la propagande juive. et le seul moyen de le résoudre était de chasser les Juifs.

Lorsque la France et l’Angleterre ont déclaré la guerre à l’Allemagne en septembre 1939, son monde s’est effondré. Ce qui s’est passé exactement après cela reste trouble: probablement le même jour de la déclaration, Unity s’est tiré une balle dans la tête dans le jardin anglais de Munich.

Hitler a organisé son placement dans le meilleur hôpital de Munich pour le traitement et lui a rendu visite le 8 novembre – la nuit où le menuisier George Elser a tenté de le tuer avec une bombe au Bürgerbräukeller où il parlait.

Il était parti tôt pour lui rendre visite et avait échappé à la mort de 13 minutes. Huit personnes sont mortes dans l’explosion.

Unity a été rapatriée en Grande-Bretagne où elle est décédée de ses blessures en mai 1948. Hitler, a déclaré Karl, ne l’a jamais surmontée.

Unity Mitford wearing a swastika badge with her sister Diana Mitford

 

 

Unity Mitford portant un badge à croix gammée: en Angleterre, elle est toujours bien connue, mais en Allemagne, juste une note de bas de page dans l’histoire

 

Pandémie et migrations : un monde « fermé »

 

 

 

Pour limiter la propagation du coronavirus, de nombreux pays ont fermé leurs frontières et multiplié les restrictions de circulation. Effet notable de cette dynamique de fermeture, un grand nombre d’Européens se retrouvent dans une position (certes temporaire) d’immobilité, alors que leurs passeports leur permettaient il y a peu de visiter près de 180 pays sans autorisation préalable. Rarement, sauf en temps de guerre, les citoyens européens ont-ils connu de telles restrictions à leur mobilité, non seulement à l’extérieur mais aussi à l’intérieur de l’Europe. Cette restriction des mouvements revêt une dimension inédite : elle s’applique désormais aux populations du nord, alors qu’elle s’impose en temps normal aux « migrants » du sud.

 

La protection des frontières comme protection des vies 
Toutefois, si la crise sanitaire a momentanément modifié les modalités du contrôle des frontières européennes, l’essence de sa rationalité, fondée sur la  « protection » des populations des pays du nord vis-à-vis de celles du sud, demeure largement intacte. Ces restrictions s’inscrivent tout d’abord dans une logique de protection de (certaines) vies, et non pas dans une logique traditionnelle de la souveraineté de l’Etat, sécuritaire, économique ou encore identitaire, associée souvent à une incompatibilité culturelle fantasmée. En vertu de cette protection, et en particulier de l’impératif de préserver la santé, les gouvernements britannique, français ou allemand, entre autres, ont mis des millions d’euros à disposition pour rapatrier leurs citoyens
En outre, cette logique de protection de la vie des Européens se manifeste dans la reconfiguration des catégories de migrants considérés comme utiles. Les personnes exerçant des professions liées à la protection des vies sont devenues désirables et leur mobilité comme leur résidence dans les pays du nord ont été facilitées. Ainsi, les États-Unis ont levé des restrictions en matière de visa pour les professionnels de santé étrangers tout en maintenant, voire en limitant, le déplacement d’autres migrants. Au Royaume-Uni, en Espagne et en Allemagne, des processus accélérés de reconnaissance des diplômes étrangers pour les métiers du secteur médical ont été mis en place pour mobiliser les migrants médecins. Dans le secteur agricole, l’Allemagne, le Royaume-Uni ou encore les Pays-Bas ont également fait appel à des migrants d’Europe de l’Est pour travailler à la récolte des fraises et des asperges, afin d’assurer la continuité alimentaire des populations. Jusqu’à 80.000  « saisonniers » pourraient venir en Allemagne, et 90.000 au Royaume-Uni, pour ces récoltes.   
Des réfugiés nigériens en Italie..c’était juste avant les événements actuels!
Les migrants comme menace biologique ?
En même temps, comme dans tous les contextes de fermeture des frontières, les traversées illégales vers l’Europe représentent toujours un danger mortel. Les autorités italiennes et maltaises ont officiellement fermé leurs ports début avril à toute arrivée de bateaux de migrants. Après l’arrivée en Sicile d’un groupe de 276 Africains sauvés par une ONG, dont aucun n’était infecté par le coronavirus, l’ancien ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini a demandé la démission du Premier Ministre au nom de la protection de la population italienne, en affirmant « qu’il n’était pas capable de défendre l’Italie et les Italiens ». A l’image des discours sur la « menace terroriste », le Covid-19 est construit en tant que danger provenant de « l’extérieur » et véhiculé par les corps migrants [1]. Le Président des États-Unis, Donald Trump, a même procédé à une racisation de la maladie, en parlant d’un  « virus chinois », afin de justifier et de renforcer son agenda sécuritaire envers les migrants. En 2015, alors candidat à l’élection présidentielle, Trump présentait déjà les migrants mexicains comme des prédateurs et des agresseurs et comme porteurs de maladies infectieuses.  
L’accusation selon laquelle les migrants importent bactéries, virus et maladies et mettent en danger la vie des natifs n’est pas nouvelle. C’est cette lecture des migrations comme menace biologique qui a été prôné lors de la première conférence internationale de santé globale entre les puissances coloniales britannique, ottomane, française, néerlandaise et belge à Istanbul en 1865, à la suite de l’épidémie de choléra qui avait débuté pendant le pèlerinage à la Mecque. Cette association a également mené à la création du centre de rétention et de tri d’Ellis Island en 1892 à New York après une autre épidémie mondiale de choléra.  
Au nom de cette association avec les maladies, les migrants sont accusés de faire peser une charge sur les systèmes de santé des pays du nord. En période de pandémie plus que jamais, on insiste sur une pénurie des ressources. Selon cet argument, les États européens disposeraient de capacités de soins limitées, ce qui les empêcherait de recevoir et de prendre soin des migrants. Ils se réfèrent à un point de basculement imaginaire au-delà duquel les sociétés européennes passeraient de la cohésion sociale au chaos. Cette notion de « basculement » justifie alors l’exclusion des migrants.
Dans certains contextes, les migrants sont ainsi livrés à eux-mêmes. Non seulement les frontières leur sont fermées mais les procédures d’asile sont souvent suspendues – comme en Espagne, en Grèce, aux Pays-Bas et en Hongrie – ou fortement ralenties, dans toute l’Europe. Privés non seulement de l’accès aux soins mais aussi aux démarches juridiques ainsi qu’à d’autres ressources et services vitaux tels que le soutien des associations, le confinement pour un migrant exacerbe souvent la précarité. Certains camps deviennent des lieux de quarantaine sous le prétexte d’éviter une contamination des populations européennes. En Grèce, une campagne d’information du gouvernement intitulée « StayInCamps » a été orchestrée à l’attention des résidents des camps et des hotspots du pays, sur le modèle de l’appel à rester chez soi adressé aux citoyens et aux résidents. En Serbie, la quarantaine a été imposée à toutes les structures de rétention. Ces mesures de confinement ont été élargies à des groupes sociaux présentés comme dangereux, notamment les populations roms.  
La précarité affecte souvent plus fortement les migrants travaillant dans certains secteurs tels que celui du care, qui dans de nombreux pays repose sur le travail des femmes étrangères employées à domicile comme nounous, aides ménagères ou badante (aides à domicile, en italien) qui s’occupent des personnes âgées et dépendantes. Si dans quelques pays, comme en France, le gouvernement a annoncé qu’il remboursera les employeurs des heures non travaillées (qui seront payées à hauteur de 80%), dans la plupart des pays, ces migrants, qui sont surtout des migrantes, ne disposent d’aucune protection sanitaire et sociale. Les travailleurs les plus exposés, tels les caissières, le personnel d’entretien ou les livreurs des plateformes, sont par ailleurs souvent les plus précaires en termes de statut et d’emploi.
Une troisième voie universaliste ?
Au-delà des deux régimes exposés ici – l’un qui vise à filtrer les migrants selon leur capacité à protéger et guérir les populations, et l’autre fondé sur une exclusion généralisée de tous les migrants présentés comme une menace biologique pour le corps national – une troisième réponse s’esquisse également. Dans certains pays, la crise sanitaire portée par le Covid-19 a été l’occasion de mettre en œuvre des mesures inclusives envers les migrants. Le Portugal a ainsi commencé la régularisation temporaire des étrangers en situation irrégulière le 30 mars. Le gouvernement italien a annoncé quant à lui vouloir prendre des mesures similaires pour les sans-papiers, notamment ceux qui travaillent aux champs, les quelques « 600.000 personnes sous-payées et exploitées de façon souvent inhumaine » selon la ministre de l’Agriculture. 
Ces mesures relèvent-t-elles d’une stratégie d’incitation pour augmenter la productivité des migrants, ou bien témoignent-elles d’une solidarité envers les migrants, dans une logique humanitaire de protéger les plus vulnérables ? Selon une autre perspective, elles pourraient être un moyen de protéger la population, en soignant tous les malades sur place afin d’éviter une future contamination. Ces mesures pourraient-elles, enfin, être l’expression d’une vision cosmopolite, au sein de laquelle le corps social n’est plus divisé par les frontières ? 
En somme, la crise sanitaire révèle non seulement la pluralité des régimes de maintien de la vie mais aussi, au sein d’un même régime, des stratégies et des cartes mentales disparates. L’issue « migratoire » de cette crise sanitaire demeure donc incertaine, à l’instar de la pluralité et des antagonismes de ces régimes frontaliers.
*Source : SciencesPo.fr

NOTE

[1] Coronavirus = Virus de Destruction Massive (VDM)

 

 


Comme le montre la carte ci-dessus, qui date de ce jour, ce sont l’Europe et les États-Unis qui contaminent le reste du monde. Ce sont les immigrés qui reviennent de ces pays qui ramènent le Covid avec eux. C’est ce que l’on constate partout en Afrique, en Amérique du Sud et au Moyen-Orient.
En Amérique,le Québec est devenu le centre chaud de l’épidémie au Canada,suite à la négligence volontaire des autorités fédéralistes..
En regardant cette carte,nous avons l’impression d’y voir un plan de dépopulation massive.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Führer Adolf Hitler a écrit un opéra et le manuscrit est maintenant affiché en Autriche

 

Le Führer Adolph Hitler à l’opéra…vers 1937.

 

Dans ses premières années, le futur chef allemand rédige un opéra basé sur une œuvre inachevée de Wagner. Maintenant, le manuscrit musical est exposé pour la première fois.

Au-delà de la musique de Wagner, beaucoup pourraient être surpris d’apprendre que, quand il avait 20 ans, Adolf Hitler lui-même a écrit un opéra.

Wieland der Schmied (Wieland the Smith) a été rédigé par le futur leader allemand en 1908 et basé sur une œuvre inachevée du même nom du compositeur allemand Richard Wagner – son admiration pour qui est bien documentée.

Dans son premier volume de Mein Kampf, Hitler a écrit: «À l’âge de douze ans, j’ai vu… le premier opéra de ma vie, Lohengrin. En un instant, j’étais accro. Mon enthousiasme juvénile pour le maître de Bayreuth [Wagner] ne connaissait pas de limites. »

Maintenant, une feuille du manuscrit est exposée en Autriche dans une nouvelle exposition d’objets du début du Führer, montrant comment son passé a façonné son idéologie. Un croquis au piano de la première page a été réalisé par l’un des rares amis du jeune Hitler, August Kubizek.

L’exposition comprend des artefacts du début de la vie du leader national-socialiste, tous collectés entre 1907 et 1920 par Kubizek qui les a gardés comme souvenirs de sa propre jeunesse, avant de réaliser qu’ils pourraient avoir une importance historique.

D’autres objets incluent les premières peintures et croquis architecturaux d’Hitler, dont l’un d’un music-hall, et des lettres et des cartes postales écrites par Hitler à Kubizek.

En plus de documenter son histoire personnelle, l’exposition explore également le contexte politique et social en Autriche au tournant du XXe siècle.

 

 

 

Vidéo:dessin-animé de 1931 :l’initiation de Bimbo (messages subliminaux et sociétés secrètes)

Bimbo’s Initiation est un dessin animé sorti en 1931, créé par les studios Fleischer et mettant en scène Bimbo, le soupirant de la célèbre Betty Boop. Piégé, intimidé, menacé (et torturé ?), Bimbo se retrouve forcé d’entrer dans une société secrète : L’Ordre Mystique du Koo-Koo-Ma-Hatcha…

Bimbo’s Initiation est le dernier cartoon à avoir été animé par le créateur original du personnage, Grim Natwick.


LE DESSIN -ANIMÉ:

 

 

 



EXPLICATIONS:

Bimbo’s Initiation est un dessin animé sorti en 1931. Il a été créé par les studios Fleischer et met en scène Bimbo, le soupirant de Betty Boop. Bimbo est un jeune personnage qui se retrouve forcé d’entrer dans une société secrète : L’Ordre Mystique du Koo-Koo-Ma-Hatcha. Piégé, intimidé, menacé, torturé et abusé, l’initiation de Bimbo se terminera avec la possibilité (l’obligation ?) d’avoir un rapport sexuel avec Betty Boop. Ce dessin animé est le témoignage d’époque d’un système de compromission, de trafic sexuel et de pédocriminalité déjà bien établi à Hollywood en 1931.

 

LES SYMBOLES

Les haches sont un symbole (notamment) maçon. En langue des oisons, Kubelis en grec (la hache) consonne avec Kubê (la tête) et kaballus (la kabbale). On retrouve ce symbole dans les confréries de « coignée », dont les haches croisées sont un symbole. La hache est un signe d’initiation à l’ordre maçon et à la quête alchimique de la pierre philosophale, censée donner à l’homme le pouvoir de Dieu (précisons que cette quête peut être faite pour des raisons d’élévation, toutes opposées, comme le sont Magie Noire et Magie Blanche).

Il y a  une démarche initiatique dans de ce dessin animé. La descente dans les profondeurs, la corde qui fait le tour de la pièce et qui forme en même temps un fil à plomb (si on pousse vraiment…), le concept « tout ce qui est en haut est en bas », l’aspect inquiétant des membres qui sondent l’âme de l’impétrant, le côté masqué rappelant le secret et le bandeau, l’allumette qui est la source de lumière et qui jaillit sur une lumière montrant la réalité et fait apparaitre le piège au complet… Par contre mention spéciale pour la porte avec le crâne donnant sur le miroir… Là on est sur une symbolique très forte visible en loge durant l’initiation… La symbolique du 13 ensuite qui aboutit au point d’interrogation me faisant penser au « doute » empirique, celui qui permet à tout à chacun d’évoluer sans rester sur ses acquis en remettant en question les choses et pour les croyants l’ordre établit divin qui sait?! Le tout se conclut sur un état de choc du personnage qui sera dans une illusion et deviendra l’esclave sexuel convoité par la société secrète. J’y vois la métaphore de chaque humain naissant dans ce monde ultra-libéral où la matière prime sur le reste, où l’argent et le pouvoir sont des fins en soit pour ces adolescents pulsionnels se prétendant adultes et responsables pour diriger le monde. Notre système est basé sur le sexe. Tout passe par ce biais de manière insidieuse. La consommation est à mon sens organisée autour.

 

à 1:05:ils prennent dans le piège seulement ceux qui sont susceptible d’y tomber (même si personne n’est à l’abri)

à 1:42:allégorie de la caverne, va droit dans le mur, pensant que c’est la réalité

à 2:02: la maison représentait ses valeurs, elles sont inversées

à 2:10: pratique sodomite forcéeLorsque son ombre se dissocie

! Ca parle clairement du MK ultra !!! Et la fin lorsqu’il voit qu’après toute ces tortures il dit non, il y a Betty boop avec ses oreilles de chèvres et ses cheveux en corne qui va chanter et danser devant lui pour lui faire changer d’avis un peu comme l’industrie de la musique et la il accepte, mais en fait elle est le diable !!

Exactement ce qui se passe à la TV:des messages subliminaux 

Donc, je reconnais que je pourrais en parler pendant des heures il y a beaucoup de pas d’y aller beaucoup à décrire… J’ai donc choisi, pour participer, d’attirer l’attention sur la bougie posée sur la tête de chacun des membres. Cela montre de toute évidence, que ce groupe secret est d’essence spirituelle, le feu est souvent une façon de représenter l’esprit, mais ici on peut aussi comparer avec le jugement dernier où chacun d’entre nous, face au Seigneur, aura au-dessus de sa tête une lumière qui montrera à tous, la force de notre âme, c’est-à-dire à aimer et connaitre Dieu. Ainsi, Bimbo est bien ici dans une société spiritualiste probablement opposée à une autre spiritualité, décrite juste avant, puisque apparemment les membres ont choisi d’avoir déjà leur lumière en ce bas monde, sur leur tête. Il s’agit là d’un inversement parmi les nombreux inversements présents dans ce court-métrage. Mais alors, si les membres de ce groupe occulte vivent d’un esprit, lequel est-il ? L’exemple le plus parlant que nous ayons serait le passage sous le bandeau en maçonnerie, où le jeune initié est éclairé par le porteur de lumière ( certains initiés en franc-maçonnerie d’ailleurs, rapportent de leur primo-initiation avoir ressenti et vu une lumière spécifique venir vers eux au moment de la levée de bandeau, c’est le porteur de lumière, Lucifer, qui transfère sa lumière à son nouveau fils, recevant sa volonté, il deviendra fils de la veuve). Je peux donc, pour conclure ainsi via le symbole que l’initiation de bimbo est une initiation très probablement luciférienne.

 

 

 

La photo du Jour /Picture of the day: Hiver 1941la Légion des Volontaires Français arrive près de Moscou /Winter 1941 The Legion of French Volunteers arrives near Moscow

Une unité des soldats francais de la legion allemande des volontaires tenant un drapeau francais en  Russie,hiver 1941.

 


UN PEU D’HISTOIRE

 

La Légion des volontaires français contre le bolchévisme —  dite Légion des volontaires français ou LVF et pour sa partie combattante au sein de la Wehrmacht, et plus particulièrement de la Heer, Infanterie Regiment 638—, est créée le , 15 jours après le déclenchement de l’invasion de l’URSS par l’Allemagne. Cette naissance est portée par une galaxie de partis collaborationnistes français, notamment le Rassemblement national populaire de Marcel Déat, le Parti populaire français de Jacques Doriot, et le Mouvement social révolutionnaire d’Eugène Deloncle. En juin 1942, le gouvernement de Vichy tente de la récupérer en la transformant en Légion tricolore sous son contrôle, mais abandonne en décembre 1942 face à l’opposition catégorique des Allemands. En septembre 1944, sa partie combattante, l’Infanterie Regiment 638, est dissoute sur décision des Allemands et ses effectifs sont principalement intégrés à la Division SS Charlemagne. La LVF utilisait comme étendard le drapeau tricolore français.


Philatélie et histoire-les timbres de la Légion des Volontaires Français

 

Cet ensemble de cinq timbres est émis par le régime de Vichy en octobre 1942. Ils sont connus comme la série « Borodino », le nom russe de la bataille de Moscou. La première bataille de Borodino a eu lieu en 1812… et la seconde en 1941.

1) Timbre gris. Sous le titre et l’écusson de la LVF, le détachement est appuyé par des chars lourds. Au fond dans la neige, des villages sont en flammes.
2) Timbre violet. Un légionnaire observe dans ses jumelles les effets d’un tir d’artillerie sur de superbes tours (le Kremlin ?).
3) Timbre vert. Toujours dans un paysage enneigé, un obusier (vraisemblablement un obus de 105 de la Heer) et les artilleurs de la LVF.

 

4) Timbre carmin. La LVF se retire lentement sur des pistes enneigées et impraticables. On peut deviner une pièce d’artillerie tirée par chevaux. La majeure partie de l’unité n’est pas motorisée.
5) Timbre azur. Les légionnaires poursuivent leur bataille politique. La Vieille Garde de Napoléon les accompagne dans cette direction.

 

Il s’agit de timbres de bienfaisance :
1.000.000 de séries « Borodino » ont été éditées… Malgré une côte pas très élevée cette série n’est pas des plus faciles à trouver… Ces timbres existent aussi avec vignette :

 

Il existe également deux autres timbres (un avion et territoire de l’URSS) ainsi que la même série surchargée. De plus, pour le bloc de l’ours, il est possible d’acheter des faux car le prix est très élevés.  D’autres vignettes existent pour la Belgique et quelques timbres pour la Croatie.

voici les 2 timbres de 1941 (450.000 paires):

 

Et la même paire surchargée l’année suivante (300.000 paires)

Il existe également un bloc-feuillet très rare de 1941 dont je ne connais pas le tirage…


UN PEU DE MUSIQUE ET DE VIDÉO SUR LA LVF

 


Le chant du diable

 

Couplets:

SS marchons vers l’ennemi

Chantant le Chant du Diable

Car dans les cœurs, des gars hardis

Souffle un vent formidable !

Qu’importe que l’on nous acclame

Ou nous damne le monde entier

Nous l’entraînerons dans les flammes

Et nous en rions volontiers !

Là où nous passons que tout tremble

Et le Diable y rit avec nous !

Ha,ha,ha,ha,ha,ha,ha !

Nous luttons pour l’Europe et la liberté

Notre Honneur s’appelle Fidélité !

 

 


 

 

 

 

 

Héritage du Troisième Reich:La dégénérescence sociale et la dépravation sexuelle écrasées par l’arrivée du national-socialisme

Dans son livre de 2014, le professeur Robert Beachy documente la dégénérescence effrénée de la capitale allemande avant que les nazis ne mettent les choses au clair.

Sous la république de Weimar, Berlin était un foyer d’homosexualité, de prostitution masculine; domicile de la première chirurgie «homme-femme».

Couverture: photos de police de la prostituée berlinoise Johann Scheff, arrêtée en juillet 1932. Des jeunes gens vêtus de vêtements féminins qui ont réussi leur passage pour des femmes, sont descendus en masse dans les grands magasins pour voler de grandes quantités de marchandises

 

Pensez à Liza Minnelli et Joel Gray dans Caberet. Pensez à West Hollywood, Greenwich Village ,au  Provincetown et au Castro, connus comme des foyers d’homosexualité.

Mais ils ne ressemblent en rien à la scène sexuelle urbaine «gay» décomplexée et à la vaste sous-culture homosexuelle qui a prospéré à Berlin sous la République allemande de Weimar.

Tout comme en Occident aujourd’hui, la déviance sexuelle et la croyance que certaines personnes devraient être mutilées chirurgicalement parce qu’elles sont «piégées dans le mauvais corps» ont été promues par les Juifs sionistes  et leurs alliés à Berlin pré-national-socialiste.

Les années «libérales» de la ville – avant la montée d’Hitler – sont détaillées dans un nouveau livre, Gay Berlin.

La «science» de la «transsexualité» a été fondée à Berlin à l’Institut des sciences sexuelles où la première «chirurgie homme vers femme» a été réalisée. Les mots «homosexuel» ou «travesti» y ont été inventés.

La couverture de Die Intel, décembre 1930, annonçant un épisode en série de Men for Sale (Manner zu verkaufen)

 Les magazines gays allemands ont également offert des services adaptés aux homosexuels et aux lesbiennes à la sous-culture gay, notamment des médecins spécialisés dans les «  troubles sexuels  », des agences de détectives proposant d’enquêter sur les menaces de chantage, ainsi que des couturiers et des restaurants

L’expérimentation sexuelle entre les mêmes sexes et les progrès médicaux visant à aider les sexes «piégés dans le mauvais corps» en Allemagne il y a plus de cent ans ont façonné notre compréhension de l’identité gay aujourd’hui.

 

Liza Minnelli et Joel Gray ont joué dans la version cinématographique de Carbaret en 1972

La prostitution masculine, les bars et discothèques homosexuels, les cabarets peuplés d’hommes gais, de lesbiennes et de transsexuels ont prospéré.

C’est à Berlin que les «scientifiques» et universitaires juifs ont conclu que «l’amour du même sexe était une caractéristique naturelle et innée et pas seulement la perversion d’une tendance sexuelle« normale »».

La République de Weimar est sortie de l’épave de la Première Guerre mondiale. Le Kaiser avait disparu, le Traité de Versailles de 1919 a vu l’abolition de l’Empire allemand et la perte d’une grande partie de son territoire.

Ce fut une période troublée et torturée pour l’Allemagne.

«La prostitution omniprésente (hommes et femmes), le travestissement public et l’accès facile aux bars et clubs qui accueillaient des hommes et des lesbiennes homosexuels ne sont que quelques-unes des caractéristiques qui ont soutenu l’industrie du sexe à Berlin.»

La prostitution masculine, les bars et discothèques homosexuels, les cabarets peuplés d’hommes gais, de lesbiennes et de transsexuels ont prospéré dans une sous-culture sexuelle sauvage et incomparable, excitante mais dangereuse.

C’est à Berlin que les scientifiques ont conclu que «l’amour du même sexe était une caractéristique naturelle et innée et pas seulement la perversion d’une tendance sexuelle« normale »», écrit et écrivain Robert Beachy dans son livre fascinant, Gay Berlin: lieu de naissance d’un moderne Identité par les éditeurs Knopf.

La République de Weimar est sortie des décombres de la guerre d’Allemagne. Le Kaiser avait disparu, le Traité de Versailles de 1919 a vu l’abolition de l’Empire allemand et la perte d’une grande partie de son territoire. 

C’était une période troublée et torturée pour l’Allemagne, mais Berlin, l’ancienne capitale impériale est devenue sa ville la plus libérale. 

Un niveau de vie élevé, une vie urbaine dynamique et des attitudes sociales détendues, ainsi que l’afflux d’argent américain ont défini les années vingt à Berlin qui ont été la période la plus créative de l’histoire allemande.

Des écrivains, des poètes, des artistes de Londres, de France et des États-Unis sont arrivés dans la ville allemande pour assister et expérimenter la liberté sexuelle érotique sauvage avec des chercheurs de curiosité, des voyeurs et des homosexuels.

Les Européens de l’Ouest, les Scandinaves et les Russes sont tous venus pour se livrer à leurs appétits sexuels dans la vie nocturne hédoniste et la culture festive de la capitale allemande – ou ils sont venus pour assister au «  Berlin ridiculement licencieux  », dopant leurs propres impulsions voyeuristes.

Des prostituées travesties assis sur les genoux des hommes gais dans le populaire bar gay de Berlin Marienkasin
Hansi Sturm, a été la gagnante du concours de travesti Miss Eldorado en 1926

 

Il y avait vingt-cinq à trente périodiques homosexuels en langue allemande qui paraissaient à Berlin, hebdomadairement ou mensuellement.

Il n’y a eu aucune autre revue publiée ailleurs dans le monde avant 1945.

Des titres ouvertement nudistes et homosexuels étaient affichés dans les kiosques.

Les bars, clubs et cafés du même sexe sont annoncés ainsi que les services professionnels de médecins, dentistes, avocats, papetiers… le tout avec les «amis implicites».

Dans ces magazines, toute personne confrontée au chantage a trouvé des détectives privés pour traquer les menaces d’extorsion.

Les cross-dressers ont trouvé des couturières qui s’adaptaient aux grandes tailles.

Il y avait les annonces uniques placées à jamais par des individus en quête d’amour.

L’artiste, poète et essayiste moderniste américain Marsden Hartley, habitué du Berlin des années 1920, «a assisté à de grands bals de travestis et à des bars homosexuels fréquentés par des escrocs masculins.

Il a rappelé plus tard: «La vie à Berlin était alors au sommet – c’est-à-dire au plus haut niveau de sophistication et d’abandon. Aucun de nous n’avait rien vu de tel que le spectacle ». 

Le célèbre architecte américain Philip Johnson, souvent considéré comme le doyen des architectes américains, «s’est prévalu de la prostitution masculine de Berlin».

« Paris n’a jamais été aussi hospitalier », a déclaré Johnson. Il a parlé couramment l’allemand plus tard en disant: «Je l’ai appris de la meilleure façon, en utilisant« la méthode horizontale ».
Travestis buvant des boissons dans le club Eldorado qui n’était pas caché mais célébré à l’âge d’or de la scène des bars et clubs gay à Weimar Berlin. C’était un point chaud pour la haute société et faire la fête jusqu’à l’aube était la norme

Le Dr Magnus Hirschfeld a ouvert en mars 1919 l’Institut des sciences sexuelles, le premier établissement de ce type au monde à offrir des conseils médicaux et psychologiques sur les questions sexuelles aux hommes et aux femmes hétérosexuels, aux homosexuels, aux travestis et aux intersexués, également appelés hermaphrodites ou individus capturés entre mâle et femelle.

«L’institut a représenté la première tentative d’établir la« sexologie », ou science sexuelle, comme sujet d’étude et de recherche universitaire légitime.

« Nulle part ailleurs dans le monde il n’y avait autant de département ou de chaire universitaire consacré au sujet, encore moins un institut entier », écrit l’auteur Robert Beachy.

L’Institut a également mis l’accent sur l’éducation du public et avait un musée de la sexualité, le musée Hirschfeld, avec non seulement des tableaux muraux et des photographies, mais aussi des cas remplis de phallus et de fétiches du monde entier.

Des photographies d’homosexuels vêtus de chapeaux énormes, de boucles d’oreilles et de maquillage adoraient les murs ainsi que des femmes en vêtements pour hommes et chapeaux haut de forme.

Lorsque le Dr William Robinson, médecin new-yorkais et militant éminent du contrôle des naissances, a visité l’institut en 1925, il a déclaré: «C’est une institution absolument unique au monde… que j’espérais établir aux États-Unis mais que je ressentais ne prospérerait pas à cause de notre attitude prude et hypocrite envers toutes les questions de sexe.

C’est dans cet institut que Hirschfeld et ses collègues ont été les pionniers de certaines des premières chirurgies de changement de sexe ainsi que des traitements hormonaux primitifs

Le Dr Hirschfeld a étudié le travestissement, les hommes et les femmes qui portaient des vêtements de sexe opposé. 

Auparavant interprété comme un symptôme d’homosexualité par des psychiatres et des sexologues, et associé à la prostitution et à des activités criminelles, Hirschfeld pensait que les travestis étaient souvent hétérosexuels.

Carte postale illustrée du club gay Silhouette, populaire à la fin des années 1920 et au début des années 1930. Toujours sous une brume bleue de fumée de cigarette et de cigare, des stars de cinéma, des artistes de cabaret et une riche noblesse étaient des habitués, dont une jeune Marlene Dietrich aux côtés de princes, comtes et barons.
Les responsables nazis trient des documents non allemands et pervertis dans les débris de l’Institut des sciences sociales, qui ont été saccagés le 6 mai 1933, pour un événement de gravure de livres qu’ils ont organisé quatre jours plus tard.

Des imitateurs masculins et féminins ont attiré des foules énormes dans les cabarets, les cirques et les théâtres de variétés – ainsi que pour se divertir dans les grands bals travestis et les clubs homosexuels, mais ils risquaient d’être arrêtés par la police et harcelés.

Le Dr Hirschfeld a aidé à réformer les pratiques de la police de Berlin et les a convaincues de délivrer des «  laissez-passer travestis  » afin que les artistes puissent travailler sans crainte de harcèlement, bien qu’aucune loi n’interdise le travestissement public.

Mais s’habiller comme le sexe opposé a parfois inspiré le désir d’une métamorphose physique.

Le médecin a donc effectué l’une des premières chirurgies (primitives) de changement de sexe masculin à féminin sur un officier de vingt-trois ans qui avait combattu pendant la Première Guerre mondiale.

Dès son enfance, il s’est senti pris au piège dans le mauvais corps et n’est entré dans l’armée que pour démontrer sa masculinité. Mais cela n’a pas maîtrisé ses sentiments féminins et une fois la guerre terminée, il s’est senti suicidaire.

Le collègue de Hirschfeld, le Dr Arthur Kronfeld, a retiré les testicules de l’homme et l’effet a été assez réussi, conduisant à une «relaxation psychique et un sentiment permanent d’harmonie et d’équilibre».

Ses poils faciaux ont disparu et maintenant il est passé pour une femme.

Il a rendu visite à un gynécologue de Dresde, le Dr Richard Muhsam, qui a fait une «  structure semblable à un vagin  » et a rentré son membre là-dedans dans ce qui était la première tentative de construction d’un vagin pour un homme.

Page couverture du fameux livre :Gay Berlin.

Cinq mois plus tard, l’ancien officier était de retour et a déclaré avoir des érections.

Il était également tombé amoureux d’une femme, avait abandonné son travestissement et était maintenant masculin.

Le médecin a réussi à défaire la chirurgie et à restaurer sa masculinité.

Des thés de l’après-midi et de grands bals costumés ont été organisés à l’Institut comme autre lieu de rencontre pour les travestis flamboyants. Les boules ont attiré de jeunes prostituées de sexe masculin ainsi que des travestis et des homosexuels éminents et ouverts.

Hirschfeld voulait que les hommes et les lesbiennes homosexuels connaissent une plus grande épanouissement érotique qui n’était pas lié à la procréation. 

Avec la Grande Dépression de 1929 et l’effondrement du marché boursier américain, l’âge d’or glissait vers un gouvernement dirigé par Hitler au printemps 1930, les nazis étaient à la hausse avec les nouvelles élections du Reichstag.

En 1933, Adolf Hitler acheva sa marche au pouvoir – et avec fureur les nazis poursuivirent Hirschfeld comme symbole de tout ce qu’ils détestaient – en tant que juif, homosexuel et sexologue.

1933,prise du pouvoir par le Führer Adolph Hitler.

La fête à Berlin était terminée. 


MAIS…

Cela n’a pas empêché un  orateur éloquent et un véritable leader politique allemand de soulever  la jeunesse vers une  grande révolution nationale-socialiste…et il était homosexuel:

 

…et il aura une  place de choix dans un de mes prochains articles.

 

 

 

La photo du jour: le putsch de Munich

Le 9 novembre 1923,arrive l’échec du Putsch de Munich.
C’est un événement qu’Adolph Hitler n’oubliera pas.
Le jeune homme qui porte le drapeau est un certain Henrich Himmler,le futur chef des SS.

 

 

1923 (que les Allemands surnomment l’«année inhumaine») a mal commencé.

 

Le 11 janvier, les troupes franco-belges occupent le bassin de la Ruhr, principale source de richesse du pays, pour obliger les Allemands à verser les réparations de guerre auxquelles le traité de Versaillesles a condamnés.

L’instabilité politique et la «résistance passive»à l’occupation étrangère entraînent des licenciements et des grèves dans tout le pays ainsi qu’une vertigineuse flambée des prix.

En octobre 1923, il faut compter plusieurs dizaines de milliards de marks (la monnaie de référence allemande) pour s’offrir… un dollar américain ou une baguette de pain ! Ce contexte encourage l’agitation révolutionnaire. À Berlin, le président de la République Ebert et le chancelier Streseman imposent l’état d’urgence le 26 septembre 1923, cependant que le financier Schacht donne un coup d’arrêt à l’inflation en créant une nouvelle monnaie, le Rentenmark. La Bavière refuse la dictature momentanée des Prussiens de Berlin. Elle proclame le même jour son propre état d’urgence et se donne un triumvirat aux pouvoirs dictatoriaux avec le commissaire d’État Gustav von Kahr, le général Otto von Lossow, commandant la Reischwehr(l’armée), et le colonel Hans von Seisser, chef de la police.

La menace du séparatisme bavarois plane sur le pays. C’est le moment que choisit Hitler pour tenter de se saisir du pouvoir à Munich.

Duel dans la Brasserie

Le 8 novembre, dans une grande brasserie de la capitale bavaroise, le Bürgerbraükeller, 3 000 bourgeois écoutent les trois principaux dirigeants du Land.

La brasserie est brutalement investie par les militants du parti nazi. Leur chef ou Führer, Hitler, monte sur l’estrade. Revolver au poing, il entraîne les dirigeants bavarois dans une arrière-salle et leur intime l’ordre de lui céder le pouvoir ! Mais les fieffés politiciens réussissent à s’esquiver après avoir fait mine de céder.

Déconfit, l’agitateur tente à l’aube de reprendre l’initiative en s’emparant du ministère de la Guerre du Land de Bavière. Au bout de l’étroite Residenzstrasse, une centaine de policiers barrent la route à sa troupe.

 

Dès les premiers coups de feu, les agitateurs se débandent piteusement, leur chef le premier. Seul, le général Ludendorff fait face à la mitraille. On relève seize morts.

Le «putsch de la Brasserie» débouche sur un fiasco complet. Le chef de la bande est arrêté deux jours plus tard. Au terme d’un procès orageux au cours duquel il va faire étalage de son talent de propagandiste, Hitler est condamné le 1er avril 1924 à cinq ans de prison. Il ne va en effectuer que neuf mois.

Il quitte la forteresse de Landsberg le 20 décembre 1924 avec un épais manuscrit qu’il a eu le loisir de dicter en prison à son fidèle Rudolf Hess. Il y annonce son projet politique pour l’Allemagne. Le titre ? Mein Kampf (Mon combat).