Pacte illuminati des Nations Unies: la migration est un droit humain…enterre les nations et la démocratie

  • On ne saurait trop souligner que cet accord ne concerne pas les réfugiés fuyant la persécution ni leurs droits à la protection en vertu du droit international. Au lieu de cela, l’accord propage l’idée radicale que la migration – pour quelque raison que ce soit – doit être promue, activée et protégée.
  • L’ONU n’a aucun intérêt à admettre que son accord promeut la migration en tant que droit humain; jusqu’à récemment, il y avait peu de débat à ce sujet. Davantage de débat risquerait de compromettre l’ensemble du projet.
  • Les États membres des Nations Unies ne sont pas seulement censés ouvrir leurs frontières aux migrants du monde entier, mais devraient également les aider à choisir leur futur pays en leur fournissant des informations complètes sur chaque pays dans lequel ils souhaitent s’établir.

Un nouvel accord de l’ONU, que presque tous les États membres prévoient de signer en décembre, propage l’idée radicale selon laquelle la migration – pour quelque raison que ce soit – doit être promue, activée et protégée. Sur la photo: des migrants se promènent dans des champs en direction d’un camp de rétention dans le village de Dobova, en Slovénie, le 26 octobre 2015.

 

 

Les Nations Unies, dans le cadre d’un accord non contraignant que presque tous les États membres de l’ONU signeront lors d’une cérémonie qui se tiendra au Maroc début décembre, font de la migration un droit humain.

Le texte final de l’accord, le Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière , bien que officiellement non contraignant, « inscrit fermement la migration dans l’agenda mondial. Elle constituera un point de référence pour les années à venir et induira un réel changement dans le terrain … » selon la Lauber Jürg, le représentant de la Suisse auprès de l’ONU – qui a dirigé les travaux sur l’accord avec le représentant du Mexique.

Une ironie immédiate, bien sûr, est que peu de pays ont des critères d’entrée aussi restrictifs que ceux de la Suisse. Si vous souhaitez rester plus de trois mois, non seulement un « permis de séjour » est requis , mais aussi, « dans le but de limiter l’immigration des pays non-membres de l’UE / AELE, les autorités suisses imposent de strictes limitations annuelles du nombre de permis accordés aux résidents et aux  travailleurs  étrangers. « 

Les Nations Unies, dans le cadre d’un accord non contraignant que presque tous les États membres de l’ONU signeront lors d’une cérémonie qui se tiendra auMaroc début décembre, font de la migration un droit humain.

Le texte final de l’accord, le Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière , bien que officiellement non contraignant, « inscrit fermement la migration dans l’agenda mondial. Elle constituera un point de référence pour les années à venir et induira un réel changement dans le terrain … » selon  Lauber Jürg, le représentant de la Suisse auprès de l’ONU – qui a dirigé les travaux sur l’accord avec le représentant du Mexique.


HORS TEXTE

À Repentigny, au Québec,des entreprises utilisent des agences de travail  pour combler leur pseudo-manque de travailleurs.

Il y a des milliers de personnes sans emploi ,mais on va chercher des immigrants (plus ou moins légaux) à Montréal pour venir travailler aux côtés des  permanents de l’usine.

Ces  migrants reçoivent plus  que les permanents québécois et l’entreprise reçoit une subvention du gouvernement Trudeau pour les faire travailler…sans papiers!

Si un québécois  perd son emploi ,il ne reçoit pas  un cent de subvention pour attirer un employeur!

C’est cela le Grand Remplacement de Population  rêvé par le multiculturalisme et le mondialisme …avant de procéder à la dépopulation mondiale!

 


Sans surprise, ces résidences difficiles à trouver sont devenues une source de revenus du fait que «les étrangers achètent la résidence en Suisse».

L’accord des Nations Unies, en revanche, note:

« Les réfugiés et les migrants ont droit aux mêmes droits universels de l’homme et libertés fondamentales, qui doivent être respectés, protégés et respectés à tout moment. » (Préambule, section 4)

On ne saurait trop souligner que cet accord ne concerne pas les réfugiés fuyant la persécution ni leurs droits à la protection en vertu du droit international. Au lieu de cela, l’accord propage l’idée radicale que la migration – pour quelque raison que ce soit – doit être promue, activée et protégée. La quasi-totalité des États membres de l’ONU, à l’exception des États-Unis, de l’Autriche, de l’Australie, de la Croatie, de la Hongrie et peut-être aussi de la République tchèque et de la Pologne, devraient la signer.

L’ONU a nié que la migration soit transformée en un droit humain. « La question de savoir s’il s’agit d’une manière délicate de promouvoir un » droit humain de migrer « n’est pas correcte. Cela ne figure pas dans le texte; il n’y a pas de projet sinistre pour faire avancer cela », a déclaré Louise Arbour, représentante spéciale des Nations Unies pour les migrations internationales, récemment dit .

L’ONU n’a aucun intérêt à admettre que l’accord favorise la migration en tant que droit humain; jusqu’à récemment, il y avait peu de débat à ce sujet. Davantage de débat risquerait de compromettre l’ensemble du projet. La formulation de l’accord, telle que documentée ci-dessous, ne laisse toutefois aucun doute sur le fait qu’avec la signature de cet accord, la migration deviendra effectivement un droit humain.

L’accord est divisé en 23 objectifs vers lesquels les signataires souhaitent apparemment travailler. L’objectif numéro trois, par exemple, envisage la promotion et l’activation de la migration par divers moyens. Les États signataires s’engagent à:

« Lancer et publier un site Web national centralisé et accessible au public pour mettre à disposition des informations sur les options de migration régulière, telles que les lois et les politiques d’immigration spécifiques à un pays, les exigences de visa, les formalités de demande, les frais de scolarité et les critères de conversion, les exigences de permis de travail, les exigences de qualification professionnelle, l’évaluation des diplômes et des équivalences, des possibilités de formation et d’études, ainsi que des coûts et conditions de vie, afin d’informer les décisions des migrants. « 

En d’autres termes, les États ne sont pas seulement censés ouvrir leurs frontières aux migrants du monde entier, ils doivent également les aider à choisir leur futur pays en leur fournissant des informations complètes sur chaque pays dans lequel ils souhaitent s’installer.

Le niveau de service envisagé pour faciliter davantage de migration est également élevé. Les pays sont invités à:

« Mettre en place des points d’information ouverts et accessibles le long des routes migratoires pertinentes, qui puissent orienter les migrants vers un soutien et des conseils adaptés aux enfants et tenant compte du genre, offrant la possibilité de communiquer avec les représentants consulaires du pays d’origine et de mettre à disposition les informations pertinentes, notamment en matière de droits de l’homme. et libertés fondamentales, protection et assistance appropriées, options et voies de migration régulière et possibilités de retour dans une langue que la personne concernée comprend. « 

Une fois que les migrants sont arrivés à la destination choisie, les pays signataires s’engagent à:

« Fournir aux migrants nouvellement arrivés des informations ciblées, respectueuses des sexospécificités, adaptées aux enfants, accessibles et complètes, ainsi que des conseils juridiques sur leurs droits et obligations, y compris sur le respect des lois nationales et locales, l’obtention des permis de travail et de résident, les ajustements de statut, l’enregistrement avec les autorités, l’accès à la justice pour déposer des plaintes concernant les violations des droits, ainsi que l’accès aux services de base. « 

Les migrants sont, à l’évidence, les citoyens d’un nouveau monde dans lequel tous les pays doivent se porter au secours de tous ceux qui ont choisi de voyager et d’y séjourner pour quelque raison que ce soit. Les frontières existent peut-être en théorie, mais l’ONU – comprenant presque tous les gouvernements du monde – s’efforce de les faire disparaître dans la pratique.

Selon l’accord, les migrants doivent également être « habilités à réaliser la pleine intégration et la cohésion sociale » dans leurs nouveaux pays (objectif 16). Cela signifie, entre autres, que les pays doivent:

« Promouvoir le respect mutuel des cultures, traditions et coutumes des communautés de destination et des migrants en échangeant et en mettant en œuvre les meilleures pratiques en matière de politiques, programmes et activités d’intégration, y compris sur les moyens de promouvoir l’acceptation de la diversité et de faciliter la cohésion et l’inclusion sociales. »

Toutes les cultures sont égales et doivent être également respectées. Cela signifie vraisemblablement que, par exemple, la tradition des mutilations génitales féminines (MGF), que vivent presque toutes les femmes somaliennes en Somalie, doit être reconnue à Londres et à Paris comme méritant le « respect mutuel » de la même manière qu’elle à Mogadiscio.

L’accord poursuit en énumérant le travail que les États doivent entreprendre pour accueillir les migrants. « Des objectifs politiques nationaux … concernant l’intégration des migrants dans les sociétés, y compris en matière d’intégration sur le marché du travail, de réunification familiale, d’éducation, de non-discrimination et de santé » devraient être développés. En outre, le pays d’accueil devrait faciliter « l’accès au travail décent et à l’emploi pour lequel il est le plus qualifié, conformément aux demandes du marché du travail local et national et à l’offre de compétences ».

En d’autres termes, les migrants nouvellement arrivés en Europe, par exemple, devraient avoir les mêmes droits, ou du moins très similaires, à l’éducation, au marché du travail et aux soins de santé, au même titre que les Européens, qui ont travaillé dur et payé des impôts pendant un demi-siècle avoir accès à ces mêmes choses. Bien entendu, les Européens devront payer tout cela avec leurs impôts.

Les auteurs de l’accord ne s’attendent évidemment pas à ce qu’il se répande aussi bien avec leurs populations. Un accord visant à faciliter les migrations massives du reste du monde vers des pays essentiellement occidentaux (il n’y a pas de migration à proprement parler) peut s’avérer un peu difficile pour les occidentaux. L’accord indique donc clairement que tout désaccord avec l’ordre du jour ne sera pas accepté et que les États signataires s’emploieront à dissiper les « récits trompeurs générant une perception négative des migrants ».

Pour que cet objectif devienne une réalité, les États signataires s’engagent d’abord à:

« Promouvoir des reportages indépendants, objectifs et de qualité sur les médias, y compris sur Internet, notamment en sensibilisant et en informant les professionnels des médias sur les questions relatives à la migration et à la terminologie, en investissant dans des normes de reportage éthique et dans la publicité, et en arrêtant l’affectation de fonds publics ou d’un soutien matériel aux médias qui promeuvent systématiquement l’intolérance, la xénophobie, le racisme et d’autres formes de discrimination à l’égard des migrants, dans le plein respect de la liberté des médias.  » (Objectif 17)

Ceci est Orwell sur les stéroïdes. Presque tous les États membres de l’ONU vont signer un accord stipulant que les médias en désaccord avec les politiques gouvernementales ne seront pas éligibles au financement public. En plus de cela, l’accord affirme, bizarrement, qu’il est écrit « dans le plein respect de la liberté des médias », comme si cela allait faire croire à qui que ce soit.

Angela Merkel et …ses migrants!

Deuxièmement, les États signataires s’engagent à:

« … éliminer toutes les formes de discrimination, condamner et contrer les expressions, actes et manifestations de racisme, de discrimination raciale, de violence, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée à l’égard de tous les migrants, conformément au droit international des droits de l’homme. » (Objectif 17)

L’accord, de manière pratique, ne fournit aucune définition de ce qui constitue le « racisme » ou la « xénophobie » dans ce contexte. Qu’est-ce que « l’intolérance liée », par exemple? Est-ce que la critique des politiques de migration des Nations Unies, par exemple, « l’intolérance »?

À l’origine, tous les États membres de l’ONU, à l’exception des États-Unis, avaient approuvé le texte final de l’accord et semblaient prêts à le signer en décembre. Récemment, cependant, davantage d’États ont annoncé qu’ils se retiraient de l’accord.

En juillet, la Hongrie s’est retirée de l’accord. Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, l’a décrite comme « tout à fait contraire aux intérêts de la sécurité hongroise », et a ajouté:

« Ce pacte constitue une menace pour le monde car il pourrait inspirer des millions [de migrants]. Son principe fondamental est que la migration est un phénomène positif inévitable. Nous considérons que la migration est un processus pénible, qui a des conséquences extrêmement graves pour la sécurité. »

En juillet, l’Australie a également indiqué qu’elle se retirerait de l’accord, du moins sous sa forme actuelle. Selon le ministre de l’Intérieur, Peter Dutton:

« Nous n’allons pas signer un accord qui sacrifie quoi que ce soit en ce qui concerne nos politiques de protection des frontières … Nous n’allons pas abandonner notre souveraineté – je ne laisserai pas les corps non élus dicter à nous, au peuple australien . « 

En novembre, la République tchèque et la Pologne ont annoncé qu’elles étaient très susceptibles de se retirer de l’accord. La présidente croate, Kolinda Grabar-Kitarovic, a écrit dans une déclaration qu’elle ne signerait pas l’accord. « Nos principes souverains en matière de sécurité de nos frontières et de contrôle des flux migratoires sont absolument notre priorité », a déclaré le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki.

Ce mois -ci également , l’Autriche a annoncé qu’elle ne signerait pas non plus l’accord. « Nous considérons certains points du pacte sur la migration de manière très critique, tels que la confusion entre recherche de protection et migration de main-d’œuvre », a déclaré le chancelier autrichien Sebastian Kurz.

L’Union européenne a immédiatement critiqué la décision de l’Autriche. « Nous regrettons la décision prise par le gouvernement autrichien. Nous continuons de croire que la migration est un défi mondial pour lequel seules des solutions mondiales et un partage des responsabilités à l’échelle mondiale produiront des résultats », a déclaré une porte-parole de la Commission européenne.

C’est d’ailleurs la même UE qui est censée «  sévir » contre la migration. Si vous «réprimez» la migration, pourquoi signez-vous des accords qui faciliteront et exposeront celle-ci en tant que droit humain?

Invasion de migrants en Hongrie.

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.